Vous êtes sur la page 1sur 193

MAINTENANCE ELECTRIQUE

LES PRINCIPALES FORMULES

MANUEL DE FORMATION
Cours EXP-MN-SE020
Révision 0
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

MAINTENANCE ELECTRIQUE
LES PRINCIPALES FORMULES

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................7
2. INTRODUCTION – CIRCUITS ELECTRIQUES ..............................................................8
2.1. MODELISATION DES CIRCUITS ELECTRIQUES...................................................8
2.2. MAILLES NŒUDS ET LOIS DE KIRCHHOFF ........................................................10
2.2.1. Définitions........................................................................................................10
2.2.2. Lois de Kirchhoff..............................................................................................11
2.2.2.1. Loi de Kirchhoff pour les noeuds................................................................11
2.2.2.2. Loi de Kirchhoff pour les mailles ................................................................12
2.2.3. Représentation d’un circuit électrique..............................................................12
2.3. EXERCICES – CIRCUITS ELECTRIQUES ............................................................14
3. REVISION THEORIE MATHEMATIQUE .......................................................................16
3.1. PREFIXES DECIMAL..............................................................................................16
3.2. TRIGONOMETRIE ..................................................................................................16
4. LES PARAMETRES ELECTRIQUES ............................................................................18
4.1. BASE EN COURANT CONTINU.............................................................................18
4.1.1. Courant électrique ...........................................................................................18
4.1.1.1. Définition ....................................................................................................18
4.1.1.2. Convention d’écriture .................................................................................19
4.1.2. Tension et différence de potentiel ...................................................................19
4.1.2.1. Définition ....................................................................................................19
4.1.2.2. Convention de signe ..................................................................................20
4.1.3. Loi d’Ohm, résistance (en courant continu) .....................................................21
4.1.3.1. Loi d’Ohm...................................................................................................21
4.1.3.2. Résistances en série ..................................................................................22
4.1.3.3. Résistances en parallèle ............................................................................22
4.1.3.4. Montages combinés série parallèle............................................................23
4.1.3.5. Diviseur de tension.....................................................................................24
4.1.3.6. Équivalence des résistances en triangle et en étoile..................................27
4.1.4. Résistivité ........................................................................................................31
4.1.5. Effet Joule (paragraphe applicable en courants alternatif et continu)..............32
4.1.6. Puissance électrique .......................................................................................33
4.1.7. Énergie électrique : .........................................................................................34
4.1.8. Rendement (en puissance active) ...................................................................35
4.2. GRANDEURS COMPLEMENTAIRES (CC) ............................................................37
4.2.1. Inductance : la ‘self’ .........................................................................................37
4.2.1.1. Définition ....................................................................................................37
4.2.1.2. Inductances en série ..................................................................................37
4.2.1.3. Inductances en parallèle ............................................................................38
4.2.1.4. Inductance idéale en circuit commuté ........................................................38
4.2.1.5. Inductance réelle R + L ..............................................................................39
4.2.2. Condensateur..................................................................................................40

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 2 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2.2.1. Définition(s) ................................................................................................40


4.2.2.2. Condensateurs en série .............................................................................40
4.2.2.3. Condensateurs en parallèle .......................................................................41
4.2.2.4. Condensateur idéal en régime commuté ...................................................41
4.2.2.5. Circuit R – C en parallèle ...........................................................................42
4.2.2.6. Circuit R – C en série : ...............................................................................42
4.2.3. Résumé R, L, C...............................................................................................43
4.3. COURANT ALTERNATIF........................................................................................45
4.3.1. Impédance.......................................................................................................45
4.3.1.1. Rappel du comportement d’un courant alternatif........................................46
4.3.1.2. Comportement de l’inductance en régime alternatif ...................................47
4.3.1.3. Comportement du condensateur en régime alternatif ................................47
4.3.1.4. Combinaison de composants dans une charge .........................................48
5. LES COMPOSANTS ELECTRIQUES ...........................................................................50
5.1. RESISTANCE .........................................................................................................50
5.2. INDUCTANCE.........................................................................................................51
5.3. CONDENSATEURS................................................................................................52
5.3.1. Technologie et utilisation des condensateurs..................................................52
5.3.2. Condensateurs électrolytiques ........................................................................52
5.3.3. Condensateurs à film plastique .......................................................................53
5.3.4. Condensateurs céramiques.............................................................................53
5.3.5. Super condensateurs ......................................................................................53
5.4. IMPEDANCE ET REACTANCE ..............................................................................54
6. COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES..............................................................................55
6.1. LES SEMI-CONDUCTEURS...................................................................................55
6.1.1. Théorie des semi-conducteurs ........................................................................55
6.1.1.1. Les conducteurs.........................................................................................55
6.1.1.2. Les isolants ................................................................................................55
6.1.1.3. Les semi-conducteurs ................................................................................56
6.1.2. Matériaux des semi-conducteurs.....................................................................56
6.1.3. Dopage............................................................................................................56
6.1.3.1. Matériaux de type P ...................................................................................57
6.1.3.2. Matériaux de type N ...................................................................................57
6.1.4. Dispositifs à semi-conducteur..........................................................................58
6.1.5. La jonction P-N................................................................................................58
6.1.6. Révision – Ce dont il faut se rappeler..............................................................60
6.2. LES DIODES...........................................................................................................62
6.2.1. Introduction......................................................................................................62
6.2.2. Symboles.........................................................................................................62
6.2.3. Caractéristiques ..............................................................................................63
6.2.3.1. Caractéristiques directes............................................................................64
6.2.3.2. Caractéristiques inverses ...........................................................................65
6.2.4. Paramètres......................................................................................................65
6.2.5. Identification ....................................................................................................66
6.2.6. Essais des diodes ...........................................................................................67
6.2.7. Applications des diodes...................................................................................69
6.2.8. Diodes électroluminescentes...........................................................................70
6.2.9. Révision – Ce dont il faut se rappeler..............................................................72

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 3 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.3. REDRESSEURS .....................................................................................................73


6.3.1. Introduction......................................................................................................73
6.3.2. Redresseurs ....................................................................................................73
6.3.3. Redresseur demi-onde ....................................................................................73
6.3.4. Alimentation basse tension..............................................................................75
6.3.5. Redresseurs pleine onde.................................................................................76
6.3.5.1. Redresseur biphasé ...................................................................................76
6.3.5.2. Fonctionnement d’un redresseur à deux diodes ........................................77
6.3.5.3. Pont redresseur..........................................................................................78
6.3.6. Calcul de la valeur moyenne pour un redresseur ............................................79
6.3.7. Révision – Ce dont il faut se rappeler..............................................................80
6.4. LES FILTRES..........................................................................................................80
6.4.1. Introduction......................................................................................................80
6.4.2. Définition d’un filtre. .........................................................................................81
6.4.3. Le condensateur comme filtre .........................................................................82
6.4.4. Efficacité du condensateur ..............................................................................82
6.4.5. La bobine d’arrêt .............................................................................................83
6.4.6. Les types de filtres ..........................................................................................85
6.4.6.1. Filtre à condensateur unique......................................................................85
6.4.6.2. Filtre à bobine en tête ................................................................................85
6.4.6.3. Rappel........................................................................................................85
6.5. LA DIODE ZENER ..................................................................................................86
6.5.1. Introduction......................................................................................................86
6.5.2. L’effet Zener ....................................................................................................86
6.5.3. La diode Zener ................................................................................................87
6.5.4. Identification des Zener ...................................................................................88
6.5.5. Calibre des diodes Zener ................................................................................89
6.5.6. Caractéristiques d’une diode Zener.................................................................89
6.5.7. Calculs appliqués à une diode Zener ..............................................................90
6.5.7.1. Exemple de calculs ....................................................................................91
6.5.7.2. Contrôle d’une Zener .................................................................................93
6.5.7.3. Applications des diodes Zener ...................................................................94
6.5.8. Tension d’alimentation de référence ...............................................................94
6.5.8.1. Alimentations stabilisées ............................................................................95
6.5.8.2. Ecrêtage.....................................................................................................96
6.5.9. Révision – Ce dont il faut se rappeler..............................................................96
6.6. LE TRANSISTOR....................................................................................................98
6.6.1. Introduction......................................................................................................98
6.6.2. Types de transistors bipolaires........................................................................98
6.6.3. Fonctionnement d’un transistor .....................................................................100
6.6.4. Caractéristiques nominales des transistors ...................................................102
6.6.4.1. Courants nominaux ..................................................................................102
6.6.4.2. Gain en courant........................................................................................103
6.6.4.3. Tensions nominales des transistors .........................................................103
6.6.5. Utilisation d’un transistor pour commander un courant..................................104
6.6.6. Le transistor PNP ..........................................................................................105
6.6.7. Révision – Ce dont il faut se rappeler............................................................105
6.6.8. Complément concernant les transistors (aperçu général) .............................106

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 4 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.8.1. Fonctionnement d’un transistor ................................................................106


6.6.8.2. Transistor NPN, avec jonction à polarisation directe (Base vers émetteur)
..............................................................................................................................106
6.6.8.3. Transistor NPN, avec jonction à polarisation inverse (Base vers collecteur)
..............................................................................................................................107
6.6.8.4. Transistor NPN, avec les deux jonctions polarisées ................................108
6.6.8.5. Fonctionnement d’un transistor ................................................................108
6.6.8.6. Gain de courant........................................................................................110
6.7. IDENTIFICATION ET ESSAIS DES TRANSISTORS............................................110
6.7.1. Introduction....................................................................................................110
6.7.2. Identification d’un transistor...........................................................................110
6.7.3. Recueil des données des transistors.............................................................112
6.7.3.1. Regroupements........................................................................................112
6.7.3.2. Chiffre du gain de courant ........................................................................113
6.7.3.3. Tensions...................................................................................................114
6.7.3.4. Résumé....................................................................................................114
6.7.4. Boîtiers de transistor......................................................................................116
6.7.4.1. Identification des fils.................................................................................116
6.7.4.2. Procédure d’essai ....................................................................................117
6.7.5. Essais de transistor – Méthode A..................................................................118
6.7.5.1. Essais de transistors à l’aide de multimètres ...........................................118
6.7.5.2. Valeur affichées montrant un défaut ........................................................121
6.7.5.3. Démonstration..........................................................................................121
6.7.6. Essais de transistor – Méthode B..................................................................122
6.7.7. Essais de transistor – Méthode C..................................................................124
6.7.7.1. Démonstration : essai de transistor à l’aide d’un ohmmètre.....................124
6.7.7.2. Condition d’échec.....................................................................................125
6.7.7.3. Remplacement .........................................................................................125
6.8. LE THYRISTOR ....................................................................................................126
6.8.1. Définition .......................................................................................................126
6.8.2. Fonction.........................................................................................................126
6.8.3. Fonction de la borne de la porte....................................................................127
6.8.4. Caractéristiques de commutation ..................................................................128
6.8.5. Historique ......................................................................................................129
6.8.6. Applications ...................................................................................................129
6.8.7. Comparaisons avec d’autres dispositifs ........................................................130
6.8.8. Modes de défaillance.....................................................................................131
6.8.9. Thyristors au carbure de silicium ...................................................................131
6.8.10. Types de thyristors ......................................................................................131
7. LOIS ET FORMULES ..................................................................................................133
7.1. RAPPEL MESURES EN CONTINU ET EN ALTERNATIF....................................133
7.1.1. « Différence » alternatif et continu.................................................................133
7.1.2. Définition grandeurs en alternatif...................................................................134
7.1.3. Valeur (Puissance) efficace en régime sinusoïdal.........................................135
7.1.4. Représentation vectorielle des signaux sinusoïdaux .....................................138
7.2. ALTERNATIF TRIPHASE .....................................................................................141
7.2.1. Avantages des alimentations triphasées – Définitions ..................................141
7.2.2. Tension simple et tension composée ............................................................143

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 5 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

7.2.3. Charges en étoile et en triangle.....................................................................145


7.2.4. Représentation vectorielle d’une source triphasée ........................................149
7.3. EMPLOI DES LOIS D’OHM ET DE JOULE ..........................................................151
8. LES CIRCUITS DE BASE............................................................................................153
8.1. AVEC RÉSISTANCE ET INDUCTANCE EN SÉRIE .............................................153
8.2. AVEC RÉSISTANCE ET CAPACITÉ EN SÉRIE...................................................154
8.3. AVEC RÉSISTANCE, INDUCTANCE ET CAPACITÉ EN SÉRIE .........................155
8.4. AVEC RÉSISTANCES EN PARALLÈLE...............................................................156
8.5. AVEC RÉSISTANCE ET INDUCTANCE EN PARALLÈLE ...................................157
8.6. AVEC RÉSISTANCE ET CAPACITÉ EN PARALLÈLE.........................................158
8.7. AVEC RÉSISTANCE, INDUCTANCE ET CAPACITÉ EN PARALLÈLE ...............159
9. PUISSANCES ELECTRIQUES ...................................................................................160
9.1. PUISSANCE ACTIVE, REACTIVE, APPARENTE (MONO)..................................160
9.2. FACTEUR DE PUISSANCE - COSφ ....................................................................163
9.3. PUISSANCE ACTIVE DES SYSTEMES TRIPHASES..........................................164
9.3.1. Charge en étoile ............................................................................................164
9.3.2. Charge en triangle .........................................................................................165
9.4. FORMES DES PUISSANCES SUIVANT LES TYPES DE CIRCUIT ....................166
9.4.1. Puissance en circuit résistif uniquement........................................................166
9.4.2. Puissance en circuit inductif uniquement.......................................................167
9.4.3. Puissance en circuit capacitif uniquement.....................................................167
9.4.4. Puissance en circuit R + L.............................................................................167
9.5. MESURES DE PUISSANCE .................................................................................169
9.5.1. Mesures de puissance en courant alternatif mono : .....................................169
9.5.2. Distribution triphasée équilibrée ....................................................................170
9.5.3. Mesure de puissance en triphasé déséquilibré .............................................171
10. EXERCICES ..............................................................................................................173
11. GLOSSAIRE ..............................................................................................................180
12. SOMMAIRE DES FIGURES ......................................................................................181
13. SOMMAIRE DES TABLES ........................................................................................186
14. CORRECTION DES EXERCICES.............................................................................187

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 6 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

1. OBJECTIFS
A l’issue de cette présentation, l’électricien (ou le futur électricien) sera à même de :

Utiliser les paramètres spécifiques au domaine de l’électricité.

Associer les symboles, les unités, les grandeurs, les valeurs etc. de manière
adéquate.

Identifier les formules à employer dans les différents calculs pouvant être requis.

Différencier les types de circuits et composants.

Interpréter, calculer, manipuler les paramètres et grandeurs électriques.

Interpréter, différencier le courant continu et le courant alternatif en calculant ses


différentes grandeurs.

Définir les composants électriques / électroniques couramment employés.

Calculer des résistances / impédances équivalentes dans des circuits RLC

Différencier, définir, calculer les différentes puissances employées en électricité.

Choisir le bon composant, le matériel adapté après l’avoir calculé.

Retrouver la loi ou la formule nécessaire pour une application sur site dans ce
document (ou dans un autre).

Utiliser sciemment et consciemment ce document en le complétant, l’annotant (et


le corrigeant si besoin est….).

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 7 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

2. INTRODUCTION – CIRCUITS ELECTRIQUES


En application directe sur un site, pour une installation électrique nous employons des
paramètres, de lois, des théorèmes établis pour la physique et plus spécifiquement ici,
établis pour le domaine électrique.

En fait, nous ne faisons que deux choses, soit :

Nous créons une distribution électrique.

Nous travaillons sur / avec une installation électrique existante.

Le point commun à ces 2 ‘possibilités‘ étant le circuit électrique que nous cherchons à
créer ou à exploiter.

Démarrons donc avec le circuit électrique.

2.1. MODELISATION DES CIRCUITS ELECTRIQUES

La théorie des circuits électriques procède par une modélisation discrète des systèmes
réels. Ainsi, pour étudier le comportement du courant et de la tension aux bornes d’un
barreau de cuivre, il suffit la plupart du temps de concentrer la propriété « résistance »
plutôt que de considérer ce qui se passe dans chaque mm3 ou autour de chaque molécule
de ce barreau.

Cette approche simplifie énormément l’analyse d’un circuit comportant plusieurs barreaux,
interconnectés par des fils de cuivre.

Procédant par modélisation, l’électricien considèrera que chaque barreau est une boîte
noire appelée « résistance » et que les fils qui les relient sont « idéaux », ce qui signifie
qu’ils ont une résistance nulle et ne servent qu’à assurer la liaison électrique sans
intervenir de quelque manière que ce soit dans le bilan énergétique du circuit.

Ce faisant, l’électricien doit toujours se poser la question de la pertinence des modèles


utilisés et le cas échéant, doit procéder aux corrections nécessaires :

Si les fils électriques reliant un moteur à son alimentation sont très longs, il n’est
généralement plus possible de les considérer comme de simples liaisons
électriques. L’électricien en tient compte en introduisant une nouvelle boîte noire
dénommée « résistance câble », dans laquelle il concentrera l’ensemble de la
résistance des fils.

Il insère cette résistance entre l’alimentation et le moteur, le tout pouvant alors


être interconnecté par des fils idéaux.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 8 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Un autre cas dans lequel le modèle de la résistance doit être remis en cause est
celui où le courant qui la traverse n’est pas continu, mais variable à haute
fréquence.

Dans ce cas, le courant a tendance à ne pas circuler au centre du barreau et à se


concentrer sur sa circonférence. Ce phénomène est appelé effet pelliculaire.
Nous n’en tiendrons cependant pas compte dans le cadre de ce cours.

Les types de composants élémentaires nécessaires à l’analyse des circuits linéaires sont
peu nombreux.

Ce sont :

la source idéale de tension ;

la source idéale de courant ;

la résistance ;

l’inductance ;

la capacité ;

la liaison électrique idéale.

A chacun de ces composants correspond un symbole graphique, comme le montre la


figure ci-dessous.

- source idéale de tension U

- source idéale de courant I

- résistance R

- inductance L

- capacité C

- liaison électrique (point de


contacts, croisement sans contact)

Figure 1 : Symboles graphiques (principaux) des éléments du cours

Des appareils plus sophistiqués comme les moteurs, transformateurs et dispositifs à semi-
conducteurs peuvent apparaître dans certaines applications.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 9 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Toutefois, pour l’étude de leur comportement dans un circuit électrique, ils sont presque
toujours remplacés par des modèles constitués des éléments de base mentionnés ci-
dessus.

Nous verrons en détail chacun de ces composants, étudierons leurs comportement avec
du courant (continu et alternatif) et terminerons par « l’assemblage final », soit leur
utilisation pour produire de l’énergie, de la puissance électrique.

2.2. MAILLES NŒUDS ET LOIS DE KIRCHHOFF

2.2.1. Définitions

Dès qu’un circuit électrique est formé de plusieurs éléments constituants, il est possible de
définir leur disposition relative.

Figure 2 : Exemples de noeuds, branches et mailles

Un noeud est le point de convergence de plusieurs liaisons électriques.

Une branche regroupe les composants situés entre 2 noeuds. Ces composants
sont connectés en série et parcourus par le même courant.

Une maille est un contour fermé constitué de plusieurs branches, parcouru en


partant d’un noeud pour y revenir, sans passer deux fois par la même branche.

Les courants circulant dans chaque composant, ainsi que les tensions à leurs bornes, sont
liés entre eux par deux lois de base, appelées lois de Kirchhoff.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 10 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

2.2.2. Lois de Kirchhoff

2.2.2.1. Loi de Kirchhoff pour les noeuds

En un noeud d’un circuit, la somme algébrique des courants est nulle.

La loi de Kirchhoff pour les noeuds exprime le fait que les électrons libres ne peuvent pas
s’échapper du circuit conducteur. La somme des courants qui y entrent dans un noeud est
égale à la somme de ceux qui en sortent.

Le qualificatif « algébrique » signifie que les termes de la somme doivent être affectés de
signes, désignant le sens de circulation des courants par rapport au noeud. On peut par
exemple considérer comme positif les courants qui entrent dans le noeud.

Figure 3 : Loi de Kirchhoff pour les noeuds

∑i
k =1
k = i1 + i2 + i3 + ... + in = 0

Où chacun des courants ik est sa valeur dans le sens des flèches correspondantes (avec
l’orientation choisie, un courant sortant du noeud est donc négatif).

Cette loi s’applique à de nombreux autres domaines.

EXEMPLE

Analysons par exemple la circulation dans un carrefour routier : Si l’on compte pour chaque rue
qui mène à ce carrefour la différence entre le nombre de voitures qui y entrent et celles qui en
sortent, puis que l’on fait la somme de ces différences (en tenant compte du signe), celle-ci est
évidement nulle. Sauf s’il y a un parking invisible sous le carrefour, bien sûr !

Cas particulier : Les courants circulant dans chacun des composants d’une branche sont
tous identiques.
On peut en effet considérer qu’entre ces 2 composants, il y a un noeud comportant 2
branches. Le courant qui sort de l’un de ces composants et qui aboutit à ce noeud ne peut
que poursuivre son chemin dans le second composant.

Cas limite : Pour des courants alternatifs à très hautes fréquences, un courant électrique
entrant par l’extrémité d’un fil ne sort pas à l’autre extrémité. Elle est transformée en
énergie rayonnée. Réciproquement, un conducteur placé dans un champ rayonné à haute
fréquence peut débiter un très petit courant.
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 11 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Il s’agit là du principe des antennes de radio transmission. Il s’agit d’un cas typique où
une loi ne peut plus être appliquée parce que le modèle choisi ne convient plus.

2.2.2.2. Loi de Kirchhoff pour les mailles

La somme algébrique des tensions aux bornes des composants formant une maille
est nulle.

La loi de Kirchhoff pour les mailles exprime le fait que si, après avoir parcouru un contour
fermé, on revient au point de départ, on retrouve le même potentiel électrique qu’au début.

On suppose que les tensions sont toutes vues dans le même sens lorsqu’on parcourt la
maille. Elles sont affectées d’un signe désignant le sens réel par rapport à ce sens de
référence.

La somme des tensions ainsi observées est nulle.

Figure 4 : Loi de Kirchhoff pour les mailles

∑u
k =1
k = u1 + u 2 + u3 + ... + u n = 0

Où chacune des tensions uk est relevée dans le sens des flèches correspondantes.

Cette loi s’applique également à d’autres domaines.

EXEMPLE
Un randonneur qui additionne la différence d’altitude de chaque étape après être revenu à
son point de départ obtiendra bien évidemment un résultat nul. Il comptera bien sûr une valeur
positive pour chaque étape de montée et une valeur négative pour chaque étape de
descente.

2.2.3. Représentation d’un circuit électrique

Il existe une quantité quasi illimitée de représenter chaque circuit électrique. Malgré cette
grande diversité de représentation, les règles de fonctionnement de ce circuit restent
inchangées.
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 12 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

C’est un peu comme si l’on demandait à plusieurs personnes de dessiner un objet,


chacune le représentant sous un angle différent, en tenant compte ou non d’effets de
perspectives et d’ombres, voire en faisant les trois projections typiques du dessin
technique. Quels que soient la façon dont cette pièce est représentée et l’auteur du
dessin, il s’agit toujours de la même pièce, avec ses propriétés particulières.

Lorsque l’on étudie un schéma électrique constitué d’un grand nombre de composants
linéaires, on peut souhaiter le représenter de différentes façons, pour remplir différents
objectifs. Par exemple, un schéma de câblage représentera toutes les liaisons qu’il faut
réaliser entre les différents composants. Une autre représentation pourrait regrouper
différemment les composants et les liaisons électriques de manière à bien distinguer des
tensions d’alimentations différentes, ceci de manière à mieux comprendre le
fonctionnement.

En cherchant à rendre apparent des groupes de composants disposés de manière


connue, on facilite l’interprétation et l’étude du circuit (par exemple : 2 résistances
clairement placées en série, ou en parallèle,

Le chargé de projet (électrique) peut également représenter ce même circuit de manière à


bien distinguer la partie connue et fixe (par exemple un appareillage d’alimentation) de la
partie variable de ce circuit (par exemple le corps de chauffe à dimensionner). Il utilisera le
fait que l’on peut toujours représenter un circuit électrique en le découpant en deux
parties, interconnectées par deux points A et B, ceci afin de déterminer plus
systématiquement et plus facilement le point de fonctionnement du circuit.

Figure 5 : Exemple de découpe


d’un circuit en 2 parties

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 13 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

2.3. EXERCICES – CIRCUITS ELECTRIQUES

1. Voici 1 circuit avec 7 résistances. Compléter le en indiquant les valeurs des intensités
manquantes et le sens du courant dans R4

R2 R5
I2= 3A I5= ?
R1 sens= ? R4 I4= ? R7
I1= ? I7= ?
R3 R6
I3= 7A I6= 5A

I1 = …… I4 = ….. I5 = ….. I7 = …..

Quel est le sens dans R4 :

‰ vers le haut

‰ vers le bas

2. Même question avec le schéma suivant

R2 R5
I2= ? I5= 5A
R1 sens= ? R4 I4= ? R7
I1= 20A I7= ?
R3 R6
I3= 7A I6= ?

I2 = ….. I4 = ….. I6 = ….. I7 = …..

Quel est le sens dans R4 :

‰ vers le haut

‰ vers le bas

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 14 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

3. On continue le même style d’exercice avec la loi des mailles

R2 R5
UR2= ? UR5= 30V
R1 Sens de I= ? R4 R7
UR4= ?
UR1= 10V UR7= 10V
R3 R6
UR3= 20V UR6= ?
UTotal= 100V

UR2 = ….. UR4 = ….. UR6 = …..

Quel est le sens de « i » dans R4 :

‰ vers le haut

‰ vers le bas

4. Et en appliquant la loi U = R . I, la loi des nœuds, la loi des mailles, retrouvez toutes les
valeurs de R (en ohms), I (en ampères) et U (en volts)

I2= 3A I5= ?
R2=? R5=?
I1= ? UR2= ? UR5= 30V UR7= ?
R4
R1=? I4= 1A R7=2Ω
=?
UR1= 10V I3= ? I6= ? I7= 5A
R3=? R6=?
UR3= 20V UR6= ?
UTotal= 100V

I1 = ….. I3 = ….. I5 = ….. I6 = …..

UR2 = ….. UR4 = ….. UR6 = ….. UR7 = …..

R1 = ….. R2 = ….. R3 = ….. R4 = ….. R5 = ….. R6 = …..

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 15 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

3. REVISION THEORIE MATHEMATIQUE


Ceci est déjà vu et revu par ailleurs. Ayons simplement dans ce cours, ce qui est
susceptible d’être utile (et utilisé) dans nos applications sur site.

3.1. PREFIXES DECIMAL

Nous utilisons le picofarad, le mégawatt, le milliampère, le gigabit, le microvolt,……, ayons


une table de ‘rappel’ quant aux correspondances des préfixes avec leurs valeurs
(indépendamment su système, métrique ou autre).

Préfixe Symbole Multiplie par


12
Téra T 10 1 000 000 000 000
Giga G 109 1 000 000 000
6
Méga M 10 1 000 000
3
Kilo K 10 1 000
2
Hecto H 10 100
Déka Da 10 10
-1
Deci D 10 0,1
-2
Centi C 10 0,01
-3
Milli M 10 0,001
Micro μ 10-6 0,000 001
-9
Nano N 10 0,000 000 001
-12
Pico P 10 0,000 000 000 001
-15
Femto F 10 0,000 000 000 000 001
atto a 10-18 0,000 000 000 000 000 001

Table 1 : Les préfixes

3.2. TRIGONOMETRIE

A connaître impérativement : les relations trigonométriques dans un triangle rectangle.

En électricité, avec les circuits R, L, C , les différentes puissances (active, réactive,


apparente) et sans le théorème de Pythagore (et les relations trigonométriques dans un
triangle rectangle), on ne peut pas calculer grand chose……

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 16 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Si certains scientifiques, même à un haut niveau d’études ont « oublié » le théorème de


Pythagore (je fais référence à un test en 2007 dans une classe d’université scientifique
française de renom…. 54 étudiants sur 62 ont été incapables de définir le théorème de
Pythagore) , vous, même en tant qu’électricien, vous vous devez de le connaître car son
application est du domaine de (presque) tous les jours.

Le théorème de Pythagore :

Dans un triangle rectangle, le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des
deux autres cotés.

Coté R
Z² = R² + X²

Coté X (Hypoténuse Z)² = (côté R)² + (côté X)²


Hypoténuse Z

Figure 6 : Le triangle rectangle

L’utilisation des lettres Z R et X n’est pas « innocente », mais fait référence directement à
des applications.

Cela aura pu être aussi : S² = P² + Q²

Relations dans un triangle rectangle :

Hypoténuse S Angle θ
L’on aura « besoin » d’utiliser le cos φ et il faudra Coté Q
connaître les relations trigonométriques à appliquer
dans un triangle rectangle. Angle φ

Figure 7 : Les relations dans un triangle rectangle Coté P


Là aussi le choix des lettres n’est pas « gratuit », savez vous à quoi elles correspondent ?

Sin φ = Q / S = côté opposé / hypoténuse


Cos φ = P / S = côté adjacent / hypoténuse
Tan φ = Q / P = côté opposé / côté adjacent = sin φ / cos φ
Sin θ = P / S = côté opposé / hypoténuse
Cos θ = Q / S = côté adjacent / hypoténuse
Tan θ = P / Q = côté opposé / côté adjacent = sin θ / cos θ
Sin φ = cos θ et sin θ = cos φ
Sin² + Cos² = 1 pour le même angle

A partir de ces relations, on peut en écrire d’autres….

Quant aux autres principes mathématiques, vous avez des cours de ‘connaissances
générales’ incluant les maths, référez vous-y.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 17 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4. LES PARAMETRES ELECTRIQUES

P = U I cosφ 25 MW 350 mV 60 MVA 16 mA


420 μV 250 KWH Régler le déphasage
?? Q = U I sinφ
450 A Cos φ 0.91 35 KVAR ??
Le but est de faire de vous un électricien, non pas un électricien ‘qui change les ampoules’
mais un ‘spécialiste’ qui sait ce qu’il fait et qui soit capable de contrôler tous les
« éléments » du domaine électrique (tous les paramètres). Un ‘vrai’ électricien est
quelqu’un qui maîtrise son sujet et qui n’a pas peur sur le terrain.

Vous pouvez, maintenant ne pas être à l’aise devant une cellule Haute Tension, ne pas
savoir à quoi sert ce « relais » en façade de tableau, ne pas savoir comment contrôler la
puissance, l’énergie sur votre site,…etc., c’est normal, un métier çà s’apprend. Et pour
être bon sur le terrain, il faut connaître les théories et formules nécessaires.

Nous allons laisser de côté les paramètres du magnétisme (Oersted, Weber, Tesla,….)
que nous n’employons pas (et même absolument pas) tous les jours dans notre industrie.

De toutes façons, nous (re)voyons le magnétisme avec les cours générateurs et moteurs
électriques

4.1. BASE EN COURANT CONTINU

4.1.1. Courant électrique

4.1.1.1. Définition

L’intensité i du courant électrique est la mesure du mouvement d’ensemble des électrons


libres dans un conducteur, résultant d’une différence de potentiel.

L’unité de mesure de l’intensité de courant est l’ampère [A]. Une intensité de 1 ampère
correspond au passage d’une charge de 1 coulomb chaque seconde à travers la section
de conducteur observé.

ΔQ(t ) ⎡C ⎤
i (t ) =
Δt ⎢⎣ s ⎥⎦ = [ A]

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 18 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.1.1.2. Convention d’écriture

Lorsque la valeur du courant varie au cours du temps, il est d’usage d’utiliser la


lettre minuscule « i ».

Lorsqu’un courant est constant, il est d’usage d’utiliser la lettre majuscule « I ».

Cette convention est aussi utilisée pour d’autres grandeurs physiques.

Convention de signe :
Un courant positif est celui qui s’établit entre la
borne positive et la borne négative d’un
générateur lorsqu’un conducteur y est
connecté. Il faut relever que ce sens
conventionnel du courant, qui a été choisi
arbitrairement avant l’établissement de la
théorie électronique du courant électrique, est
l’inverse du sens de déplacement des
électrons dans le circuit externe mais dans le
sens des ions dans l’électrolyte.

Figure 8 : Sens conventionnel du courant et le


sens de déplacement des électrons

4.1.2. Tension et différence de potentiel

4.1.2.1. Définition

On dit qu’il existe une tension u entre deux bornes d’un appareil lorsqu’elles présentent
un manque (borne +), respectivement un excès (borne -) d’électrons libres.
La tension est appelée également différence de potentiel, ou force électromotrice
(f.e.m.).

L’unité de mesure de tension est le volt [V].

Figure 9 : Analogie entre une installation


hydraulique et un circuit électrique

Analogie entre une installation hydraulique et


un circuit électrique :

La tension peut être comparée à la pression qui apparaît au bas de la conduite forcée d’un
barrage hydraulique, juste avant la turbine.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 19 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Cette pression existe même si la vanne d’admission est fermée.

De la même manière, une tension électrique peut apparaître même si aucun courant ne
circule.

Ainsi, comme le montre la figure ci-dessus, la différence de pression hydraulique entre les
points ‘A’ et ‘B’ de l’installation peut être comparée à la différence de tension électrique
entre les bornes + et – de la source d’électricité.

Le tableau ci-après résume cette analogie et montre également une analogie thermique :

Électricité Hydraulique Conduction thermique

Potentiel Altitude Température

Tension (différence de
Différence d’altitude Écart de température
potentiel)
Charge électrique
Quantité d’eau dans le lac Énergie thermique
disponible

Courant Débit d’eau Flux thermique

Résistance Perte de charge Résistance thermique

Table 2 : Analogie entre l’électricité et l’hydraulique

4.1.2.2. Convention de signe

Le sens de représentation de la tension aux bornes d’un générateur est défini comme
allant du pôle positif au pôle négatif. On la représente par une flèche orientée dans le
même sens.

Cette convention, qui est celle de la CEI


(Commission Électrotechnique
Internationale), est utilisée dans le monde
entier (ou presque).

Cette précision est indispensable car, pour la


France, la flèche est orientée en sens inverse
et au Canada français, certains ouvrages
utilisent une double - flèche.

Figure 10 : Sens officiel de la tension

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 20 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

+
Conclusion, tout le monde est d’accord
pour le sens du courant, mais pour le sens
France U U Reste du
monde… d’indication de la tension, les français ne
font pas comme tout le monde….

Figure 11 : Sens de la tension interprété


- différemment

4.1.3. Loi d’Ohm, résistance (en courant continu)

4.1.3.1. Loi d’Ohm

Le rapport de la tension électrique appliquée entre les extrémités d’un corps conducteur
donné au courant qui le parcourt est un nombre constant.

En 1827, l’allemand Georg Simon Ohm publia sa découverte : en augmentant la tension,


le courant augmente dans la même proportion. Il proposa la définition suivante :

Définition : La résistance R d’un corps conducteur est le rapport constant entre la tension
appliquée à ce corps conducteur et le courant qui le parcourt.

En l’honneur de son ‘découvreur’, l’unité de mesure de résistance est l’ohm [Ω]. Si l’on
applique une tension de 1 volt à un corps dont la résistance est de 1 ohm, ce corps sera
parcouru par un courant de 1 ampère.

⎡V ⎤
⎢ A ⎥ = [Ω ]
u (t )
R=
i (t ) ⎣ ⎦
U = R . I Où R est la résistance en [Ώ], u(t) la tension en [V] et i(t) le courant en [A]

Représentation graphique d’une résistance est selon


la figure de gauche. On la trouve toutefois comme celle
de droite qui est en fait plus le symbole de l’impédance

Note : la notion de résistance s’applique en courant continu. En courant alternatif, l’on


appliquera (généralement) le terme « impédance » ; voir plus loin dans le cours.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 21 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.1.3.2. Résistances en série

Figure 12 : Résistances en série

La valeur de la résistance totale est la somme des valeurs ohmiques de chaque résistance

Rt = R1 + R2 + R3 + ……….Rn

La résistance équivalente Rn de plusieurs résistances connectées en série est celle qui,


vue de la source de tension, se comporterait comme l’ensemble de ces résistances.

Remarque : La résistance équivalente est toujours plus grande que la plus grande des
résistances connectées en série.

Application du montage en série :

Une guirlande lumineuse comporte plusieurs dizaines d’ampoules électriques. Celles-ci


sont connectées en série et ainsi on a besoin que d’un seul fil pour les interconnecter.
Bien qu’une telle chaîne soit généralement alimentée par le réseau 230 V, les ampoules
n’ont qu’une très basse tension nominale. Cela ne pose aucun problème particulier, car la
puissance lumineuse nécessaire est très faible. Le seul inconvénient est que, si l’un des
fils entre deux ampoules est rompu, toutes les lampes s’éteignent.

4.1.3.3. Résistances en parallèle

La valeur de la résistance équivalente est égale à :

1 1 1 1 1
R1 R2 R3 Rn Rt + + + ..... + =
R1 R2 R3 Rn Rt

Figure 13 : Résistances en parallèle

La résistance équivalente Rn de plusieurs résistances connectées en parallèle est celle


qui, vue de la source de tension, se comporterait comme l’ensemble de ces résistances.

Remarque : La résistance équivalente est toujours plus petite que la plus petite des
résistances connectées en parallèle.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 22 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Dans tous les cas où il n’y a que 2 résistances, on utilise de préférence la formule
simplifiée suivante :

Application du montage en parallèle :

Les éclairages, les appareils électroménagers, les moteurs électriques etc. sont adaptés à
des tensions normalisées, par exemple de 230 V. Prévues pour la même tension
nominale, ils sont toujours connectés en parallèle au réseau d’alimentation.

4.1.3.4. Montages combinés série parallèle

Dans la pratique, les montages électriques se présentent souvent sous la forme de


combinaisons de montages en série et en parallèle. Si l’on dispose par exemple de trois
résistances, deux peuvent être mises en parallèle et la troisième en série, ou l’inverse.

Figure 14 : Montages combinés


de 3 résistances

Pour l’analyse de tels circuits, on


détermine d’abord les résistances
équivalentes des parties du
montage qui forment clairement
des résistances en parallèle (R2
et R3 dans l’exemple de gauche)
ou des résistances en série (R1 et
R2 dans l’exemple de droite).

Ainsi, pour le montage de gauche, on procède comme suit :

Pour le montage de droite, on procède comme suit :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 23 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.1.3.5. Diviseur de tension

Certains appareils électroniques nécessitent une tension réglable. L'intensité d'une lampe,
le volume du son dans un haut-parleur, la température d'un radiateur ou la vitesse de
rotation d'un moteur peut être augmentés ou réduits en modifiant la tension appliquée.

Pour des appareils de faible puissance, une tension réglable peut être obtenue à l'aide de
résistances de réglage appelées potentiomètres.

Le fonctionnement de tels circuits se base sur le principe du diviseur de tension.

Diviseur de tension à vide :

Un diviseur de tension à vide est composé de deux résistances R1 et R2 mises en série.

On applique la tension d’entrée uin(t) à ce montage. Aux bornes de la résistance R2


apparaît la tension partielle uout(t), qui peut être ajustée en choisissant de manière
adéquate la valeur des résistances R1 et R2.

Figure 15 : Diviseur de tension à vide formé de 2


résistances

Comme le diviseur de tension est à vide, c’est à dire que


sa sortie n’est reliée à aucune charge, le courant de sortie
iout(t) est nul. En application de la loi de Kirchhoff pour les
noeuds, les deux résistances R1 et R2 sont parcourues par
le même courant iin(t).

Il en résulte que :

Nous obtenons ainsi : , donc :

Souvent dans la pratique, on utilise un potentiomètre à la place des deux résistances.

Ce composant comporte un corps résistif de valeur R comme résistance conventionnelle,


mais dispose en plus d’un curseur qui permet de prélever ou d’introduire du courant en un
point ajustable entre ses deux extrémités.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 24 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

On définit par α la position de la connexion mobile, exprimée en


[ %]. Celle-ci varie de 0 % (curseur en butée d’un côté du corps
résistif) à 100 % (curseur en butée de l’autre côté du corps
résistif).
Figure 16 : Un potentiomètre

Application avec le potentiomètre :

Figure 17 : Application avec potentiomètre et représentation graphique

En anticipant avec le paragraphe suivant (résistivité) et en employant la formule


1 on peut calculer les valeurs résistives suivantes pour un potentiomètre
R=ρ∗
A

Entre les points 1 et 2 (corps résistif complet) :

Entre les points 1 et 3 :

Entre les points 3 et 2 :

De ces valeurs, on déduit que R1-3(α) + R3-2(α) = R1-2 = R, ce qui justifie la représentation
schématique de la figure ci-dessus (à droite).

On peut aussi représenter ce potentiomètre de la même manière que si l’on avait 2


résistances distinctes (Figure : diviseur de tension à vide formé de 2 résistances), ce qui
permet de calculer la tension uout(t) en appliquant la dernière formule énoncée ci-dessous :

Il convient de remarquer que la position α du curseur peut également varier dans le temps,
ce qui amène à la relation :
uout(t) = α(t).uin(t)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 25 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Diviseur de tension en charge :

Lorsqu’une charge est raccordée à la sortie d’un


diviseur de tension, le courant de charge iout(t) n’est
plus nul et influence la tension de sortie uout(t).

Figure 18 : Diviseur de tension en charge

En effet, en application de la loi de Kirchhoff pour


les noeuds, le courant i2(t) qui circule dans la
résistance R2 ne vaut plus i1(t), mais plutôt i1(t) –
iout(t) et le calcul effectué pour le diviseur de tension
à vide sur la base des résistances R1 et R2 n’est
plus valable.

La tension uout(t) peut être calculée en constatant d’abord que les 2 résistances R2 et RL
sont en parallèle.

Comme il n’y a pas d’autre charge, on peut appliquer la formule vue plus haut pour le
diviseur de tension à vide, constitué de la résistance R1 d’une part et de la résistance R2-L
équivalente aux résistances R2 et RL en parallèle d’autre part.

Bien que tout à fait correct, ce résultat n’est pas pratique à utiliser. Par contre, en
taquinant un peu les mathématiques, il est possible de faire apparaître un résultat
beaucoup plus intéressant. Nous pouvons en effet procéder aux transformations
successives suivantes du résultat précédent :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 26 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

On obtient finalement ou

est la sortie du diviseur à vide et est la résistance équivalente

que l’on obtiendrait en plaçant les résistances R1 et R2 en parallèle.

4.1.3.6. Équivalence des résistances en triangle et en étoile

Ce paragraphe est plus à considérer comme un « gadget ». Il compare, en démontrant de


manière théorique, l’équivalence des résistances d’une charge (un moteur) connectée en
étoile et en triangle (sur un réseau triphasé). Ceci nous permet de comprendre par la suite
dans ce cours avec les puissances et dans le cours moteur le « système étoile –
triangle ».

Soit un montage en triangle et un montage en étoile avec les dénominations selon le


schéma ci après :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 27 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 19 : Circuits équivalents en triangle et en étoile (même U’s, même I’s)

Les équations du circuit en triangle sont :

Formule ‘A’ avec

en valeur vectorielle instantanée.

Les équations du circuit en étoile sont :

Formule ‘B’ avec

On remarquera la permutation circulaire A → B → C → A.

Pour trouver la transformation triangle → étoile, on commence par tirer RCA . IA et RBC . IB
des deux premières équations du triangle (Formule ‘A’) :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 28 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

En soustrayant la 2ème équation de la 1ère et en tenant compte que la somme des


tensions autour de la maille ABC est nulle, donc que UBC + UCA = - UAB, on obtient
successivement :

Nous pouvons en tirer la valeur de UAB en fonction des courants de noeuds IA et IB. Les
deux autres tensions de la configuration en triangle s’obtiennent par analogie, en utilisant
la permutation circulaire remarquée plus haut. Ces trois tensions pour la configuration en
triangle valent donc :

Ces équations expriment les tensions entre les noeuds de la configuration en triangle, en
fonction des courants entrant dans ces noeuds. Pour qu’il y ait équivalence, elles doivent
être identiques à celles que l’on obtient pour la configuration en étoile (Formule ‘B’).

En égalant les coefficients des courants figurant dans ces deux systèmes d’équations, on
obtient les formules permettant le calcul des résistances du système en étoile
équivalent au système en triangle :

Formule ‘C’

Pour la transformation inverse, on procède d’une manière analogue. On tire tout d’abord
du système d’équation de la Formule ‘B’ les valeurs suivantes :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 29 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

En soustrayant la 2ème équation de la 1ère et en tenant compte que la somme des


courants autour du noeud N est nulle, donc que IB + IC = - IA, on obtient successivement

Nous pouvons en tirer la valeur de IA en fonction des tensions UAB et UCA. Les deux autres
courants de la configuration en triangle s’obtiennent en utilisant la permutation circulaire.
Ces trois courants pour la configuration en étoile valent donc :

Ces équations expriment les courants des branches de la configuration en étoile en


fonction des tensions entre les bornes du système. Pour qu’il y ait équivalence, elles
doivent être identiques à celles que l’on obtient pour la configuration en triangle (Formule
‘A’).

En égalant les coefficients des tensions figurant dans ces deux systèmes d’équations, on
obtient les formules permettant le calcul des résistances du système en triangle
équivalent au système en étoile :

Formule ‘D’

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 30 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Cas particulier : Si les 3 résistances de la configuration en étoile sont égales entre elles,
celles de la configuration en triangle le sont aussi et réciproquement. En désignant RY les
résistances de l’étoile et RΔ celles du triangle, les transformations ci-dessus permettent
d’écrire :

Formule ‘E’

Et rendez-vous avec cette formule dans les applications étoile - triangle

4.1.4. Résistivité

Les corps conducteurs de l’électricité opposent une résistance plus ou moins grande au
passage du courant électrique et ce, en fonction de la valeur de leurs résistivités.

Définition : La résistivité ρ est le coefficient de proportionnalité qui apparaît entre les


dimensions d’un conducteur (cylindre, prisme, fil …). et sa résistance.

La résistance de ce conducteur est établie suivant la formule :

R=ρ∗
1
[Ω] = ⎡⎢Ωm ∗ m⎤
A ⎣ m ² ⎥⎦

Où R est la résistance du conducteur en [Ω], l sa longueur en [m] et A sa section en [m2]

La résistivité s’exprime en ohms par mètre. La résistivité est une propriété qui varie avec
la température du matériau et cette variation est généralement non linéaire.

Toutefois, pour les métaux utilisés dans la plage de température industrielle, une
approximation linéaire est presque toujours suffisante.

Passons outre quant aux corrections de température (avec le coefficient), ce n’est


(pratiquement) jamais utilisé dans nos applications de base.

Les matériaux qui ont des propriétés intéressantes pour la distribution électrique :

Le cuivre est, hormis l’argent qui est beaucoup plus cher, le matériau qui
présente la résistivité la plus faible. C’est la raison pour laquelle ce matériau est
utilisé dans presque tous les appareils électriques ainsi que pour le transport de
l’électricité.

L’aluminium présente une résistivité plus élevée. Toutefois, ce matériau est


environ 3 fois plus léger que le cuivre. Il est souvent utilisé à la place du cuivre
pour cette raison.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 31 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Le constantan, un alliage de cuivre et de nickel, présente une résistance plus


élevée, mais un coefficient de température presque nul. C’est pourquoi il est
utilisé, entre autre, pour les jauges de contraintes.

Le tableau ci-dessous donne la résistivité et le coefficient de température de quelques


matériaux à température ambiante.

Résistivité ρ à Coefficient de température


Matériaux Symbole
20 °C [Ωm] à 20 °C [K-1] ou [°C-1]

Cuivre Cu 17,5 10-9 4 10-3

Aluminium Al 28 10-9 4 10-3

Constantan CuNi 500 10-9 0,02 10-3

Argent Ag 16 10-9 4 10-3

Platine Pt 98 10-9 4 10-3

Or Au 23 10-9 4 10-3

Fer Fe ~100 10-9 6 10-3

Carbone (graphite) C 60 000 10-9 ~-0,3 10-3

Eau pure H2O 250 103

Verre 1012 … 1018

Nylon 50 109

PVC 100 1012

Table 3 : Résistivité et coefficient de température de quelques matériaux

4.1.5. Effet Joule (paragraphe applicable en courants alternatif et continu)

Définition : On dénomme pertes Joule ou pertes ohmiques, l’énergie thermique


produite dans un conducteur par le passage d’un courant électrique.

Loi de Joule :
La puissance électrique transformée en chaleur par un courant circulant dans une
résistance est proportionnelle au carré de ce courant et à la valeur de cette résistance.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 32 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

P (t ) = R × I (t )² [Ω ⋅ A²] = [W ] P = R × I²

Où P(t) est la puissance en [W], R la résistance en [Ω] et i(t) le courant électrique en [A].

4.1.6. Puissance électrique

Si, dans la formule ci-dessus, on remplace R par le rapport de la tension et du courant (loi
d’Ohm, en 3.2.3.), on obtient une équation qui permet de calculer la puissance
directement à partir de la tension électrique et du courant :

P (t ) = u (t ) × i (t ) [V ] × [A] = [W ] P =U × I

Où P(t) est la puissance en [W], u(t) la tension en [V] et i(t) le courant en [A]

Cette équation peut être généralisée à


n’importe quel circuit électrique reliant 2
bornes A et B (schéma ci-dessous).

Figure 20 : Circuit électrique

En vertu de la loi de Kirchhoff (voir chapitre à


la suite) sur les noeuds, le courant qui pénètre
dans le circuit par la borne A en ressort
intégralement par la borne B et vice versa. Si
ce courant et la tension entre les points A et B
sont connus, on peut calculer la puissance
électrique fournie à ce circuit.

Convention de signe :

La puissance traversant un circuit électrique vu


depuis les deux bornes ‘+’ et ‘-‘ est positive si, la
tension entre ‘+’ et ‘-‘ étant positive, le courant
pénétrant dans le circuit depuis la borne ‘+’ est
également positif.

Ainsi définie, cette puissance est consommée par


le circuit : Elle « entre » dans l’appareil considéré.

Figure 21 : Convention de signe

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 33 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.1.7. Énergie électrique :

La puissance est une quantité de travail accomplie par seconde et en électricité : l’énergie
électrique est proportionnelle à la puissance moyenne mise en jeu et à la durée
considérée :

L’unité SI d’énergie électrique est le joule, qui correspond à une puissance de 1 W


consommée pendant 1 s. Toutefois, dans les milieux de la production, de la distribution et
de la consommation d’énergie, il est d’usage d’utiliser une autre unité, le kilowattheure
[kWh]. D’où :

Définition : Le kilowattheure [kWh] est la quantité d’énergie électrique absorbée


pendant 1 heure par un appareil dont la puissance constante est de 1 kW.

Il résulte de cette définition que : 1 kWh = 1'000 W · 3'600 s = 3'600'000 J = 3,6 MJ

Note : il est employé l’abréviation kWh, il peut être toléré kW.h ou kW.H.

Le kWh s’écrit « kilowattheure » en un seul mot

Ne jamais employer kW / H ou kW par heure et en écriture kilowatt / Heure qui sont des
représentations fausses et à proscrire.

Remarque : Dans un circuit électrique, il est important de distinguer :

La puissance d’un appareil, qui est la puissance électrique absorbée ou fournie


par cet appareil. Un tel appareil convertit l’énergie électrique en une autre forme,
ou vice versa. Ainsi, un moteur qui transforme de l’énergie électrique en énergie
mécanique sera caractérisé par sa puissance. Pour des appareils comme des
moteurs et des batteries, la puissance absorbée peut être positive ou négative.

Les pertes ohmiques, ou pertes Joule, qui correspondent à la puissance


électrique transformée en chaleur lors du transport de l’électricité ou du
processus de conversion. Ces pertes correspondent toujours à une puissance
positive. Transformées en chaleur, elles sont souvent non récupérables et
perdues. Il en va de même, par exemple, pour les pertes par frottement d’un
système mécanique en mouvement.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 34 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.1.8. Rendement (en puissance active)

Le rendement d’un appareil est une caractéristique très importante.

Pour un moteur, le rendement sera


le rapport de la puissance
disponible à l’arbre et de la
puissance électrique qui lui est
fournie.

Figure 22 : Le rendement d'un


appareil

Un mauvais rendement produit des effets négatifs comme par exemple :

élévation de la température ambiante, nuisible au bon fonctionnement des


appareils électriques comme des éléments mécaniques ;

échauffement du moteur ; cette chaleur transmise aux parties mobiles


provoquera des dilatations qui altéreront la précision d’une machine-outil ou
influenceront un processus chimique ;

coût supplémentaire de l’énergie consommée.

Exemple :

Le moteur électrique d’un appareil de jardinage a une puissance nominale de 1 000 W.


Son rendement est de 60 %. Il est alimenté sous 230 V par une ligne de 100 m de
longueur.

Calculer les puissances en jeu. (En supposant que l’on puisse appliquer les formules vues
au dessus s’appliquant au courant continu).

Figure 23 : Exemple d'un appareil électrique

Le courant nominal de ce moteur vaut : I = P / U = 1 000 W / 230 V = 4,35 A

Il se comporte comme une résistance : Rmoteur = U / I = 230 V / 4,35 A = 52,9 Ώ


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 35 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

En admettant que le câble comporte deux fils de cuivre de 1,5 mm2 de section (un pour
l’aller, l’autre pour le retour du courant), sa résistance vaut :

Rcâble = ρ . L / S = 17,5 . 10-9 Ώm . 2 . 10 0m / 1,5 . 10-6 m² = 2,3 Ώ

Le système câble + moteur se comporte comme une résistance :

Rtotal = Rcâble + Rmoteur = 52,9 + 2,3 = 55,2 Ώ

Le courant parcourant ce système vaut alors (loi d’Ohm) : I = 230 V / 55,2 Ώ = 4,16 A

Nous pouvons calculer ainsi les puissances suivantes :

Puissance absorbée par le moteur : Pmot élec = Rmot . I² = 52,9 . (4,16)² = 917 W

Puissance absorbée par le câble (perte) : Pcâble = Rcâble . I² = 2,3 . (4,16)² = 40 W

Puissance totale consommée : Ptotal = 230 V . 4,16 A = 957 W

On constate que l’on a bien : Ptotal = Pcâble + Pmoteur = 917 W + 40 W = 957 W

Nous devons également tenir compte du rendement du moteur. Si ce rendement est par
exemple de 60 %, nous ne retrouverons à l’arbre que la puissance mécanique suivante :

Pméc = ήmot . P mot élec = 0,6 . 917 W = 550 W

Des 957 W soutirés du réseau électrique, nous ne retrouvons que 550 W à l’arbre du
moteur. La différence est constituée de pertes ohmiques dans le câble (40 W) et de pertes
diverses dans le moteur (917 – 550 = 367 W).

Note : nous avons exprimé la puissance en watt, donc en puissance active – voir plus loin
dans le cours pour la spécification de la puissance active de même que ‘plus’ de détails
sur ce sujet.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 36 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2. GRANDEURS COMPLEMENTAIRES (CC)

Les grandeurs de base P, U, I, R ne sont malheureusement pas suffisantes pour


comprendre et déterminer les mesures de puissance et plus particulièrement en courant
alternatif. Mais nous sommes toujours en courant continu – pour l’instant.

Avant de passer aux puissances ‘active’, ‘réactive’, ‘apparente’, de parler du facteur de


puissance (cos φ) – là, on est en alternatif -, il est impératif d’aborder au moins deux
compléments qui sont l’inductance et la capacitance avec son comportement en
courant continu.

4.2.1. Inductance : la ‘self’

4.2.1.1. Définition

On appelle inductance L le coefficient de proportionnalité qui lie


la variation du courant circulant dans une bobine et la tension
induite que ces variations font apparaître entre ses bornes.
L’unité d’inductance est le Henry [H].

Figure 24 : Inductance

La figure montre le symbole de l’inductance selon la


norme CEI (Commission Électrotechnique Internationale).

Figure 25 : Symbole de l’inductance

Le symbole entre parenthèses, à droite, est également beaucoup utilisé.

4.2.1.2. Inductances en série

Comme pour les résistances les valeurs (en Henry) s’ajoutent

L = L1 + L2 + L3 +……+ Ln

Figure 26 : Inductances en série

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 37 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2.1.3. Inductances en parallèle

Dans un circuit, il peut arriver également que plusieurs


inductances soient disposées en parallèle. Elles ont ainsi toutes
la même tension u(t) à leurs bornes, la valeur équivalente
résultante est comme pour R.

Figure 27 : Inductances en parallèle

1 1 1 1 1
= + + + ........
L L1 L 2 L3 Ln

4.2.1.4. Inductance idéale en circuit commuté

A l’instant t 1 = 0 on modifie la position du


commutateur, ce qui revient à connecter l’inductance
idéale directement sur la source idéale de tension
U > 0.

Figure 28 : Inductance idéale en circuit commuté

Comme il n’y a pas d’autre composant en série dans ce circuit, nous avons
immédiatement UL (t) = U. Le courant i (t) augmente alors linéairement comme sur le
graphique ci-dessous.

La valeur du courant i (t) s’établit progressivement


aux bornes de l’inductance sous tension UL
Si, plus tard, soit à l’instant t2, on remet le
commutateur dans sa position initiale, l’inductance
(en circuit fermé sur elle même) se voit à nouveau
soumise à une tension UL (t).

Figure 29 : Représentation graphique de


l'inductance idéale

Le courant qui circule à ce moment dans l’inductance reste constant, égal à la valeur qu’il
avait juste avant t2 .

Conclusion, si l’inductance débite sans être connectée sur une source, c’est qu’elle a
emmagasinée de l’énergie, c’est l’effet de ‘self’. Attention à la châtaigne ! Au niveau de
l’interrupteur (ou disjoncteur) sur un circuit inductif, un courant « de coupure » se produit,
c’est l’arc électrique que vous pouvez observer même ‘à la maison ‘ sur un simple inter.
Plus l’inductance est « forte », plus le courant de coupure est important et plus il y a de «
problème » pour l’appareil de coupure à cause de cet effet de self.
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 38 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2.1.5. Inductance réelle R + L

Les bobines réelles ont inévitablement une petite résistance en série, due à la résistivité
non nulle des conducteurs qui les composent.

Pour prendre les imperfections de l’inductance en considération, nous la modélisons par


une résistance R et une inductance idéale L,
connectées en série. Nous connectons cet
ensemble à une source de tension idéale, par
l’intermédiaire d’un commutateur.

Figure 30 : Inductance réelle

Lorsque le courant est nul, juste après la


commutation, toute la tension de la source est appliquée à l’inductance et le courant i (t)
commence à croître.

Cependant, au fur et à mesure que le courant augmente, la tension aux bornes de la


résistance augmente également et la tension qui reste à disposition de l’inductance
diminue.

Figure 31 : Représentation graphique de l'inductance réelle

A un certain moment, même si cela prend longtemps, la tension UL (t) aux bornes de
l’inductance aura tellement diminué qu’elle sera pratiquement nulle. A ce moment donc, le
courant i (t) ne pourra que rester constant. Le système aura atteint un état stable.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 39 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2.2. Condensateur

4.2.2.1. Définition(s)

On appelle condensateur un composant électrique construit par la juxtaposition de deux


plaques ou de deux feuilles conductrices, séparées l’une de l’autre par un matériau
isolant.

On appelle capacité C le coefficient de proportionnalité qui lie la


tension appliquée à un condensateur et la charge électrique que
ce condensateur accumule ainsi.
L’unité de capacité est le Farad [F].
Figure 32 : Capacitance

Remarque : Le terme « condensateur » est réservé au composant électrique. Le terme «


capacité » est réservé à sa caractéristique, exprimée en [F].

La figure ci-contre montre le symbole du condensateur selon la norme


CEI (Commission Électrotechnique Internationale).

Figure 33 : Symbole du condensateur

Bien qu’un condensateur ne puisse conduire aucun courant continu, nous verrons que des
courants variables au court du temps peuvent le traverser.

4.2.2.2. Condensateurs en série

La capacité équivalente est comme


pour R et L en parallèle.

1 1 1 1 1
= + + + .........
C C1 C 2 C 3 Cn

Figure 34 : Condensateurs en série

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 40 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2.2.3. Condensateurs en parallèle

Ces condensateurs se comportent exactement comme un


seul condensateur équivalent, dont la valeur est donnée par :

C = C1 + C2 + C3 +……+ Cn

Figure 35 : Condensateurs en parallèle

4.2.2.4. Condensateur idéal en régime commuté

A l’instant t 1 = 0 on modifie la position du commutateur, ce qui


revient à connecter le condensateur idéal directement sur la
source idéale de courant I > 0.

Figure 36 : Condensateur idéal en régime commuté

Comme il n’y a pas d’autre composant en série dans ce circuit, nous avons
immédiatement IC (t) = I. La tension u (t) augmente alors linéairement comme sur le
graphique ci-dessous.

La valeur de la tension u (t) s’établit progressivement aux bornes du condensateur sous


tension UL.

Si, plus tard, soit à l’instant t2, on remet le


commutateur dans sa position initiale, le condensateur
(en circuit fermé sur lui même) se voit à nouveau
soumis à un courant iC (t).

Figure 37 : Représentation graphique condensateur


idéal

Dès ce moment, la tension aux bornes du condensateur reste constante, égale à la valeur
qu’elle avait juste avant t2 .

Conclusion : de même que pour l’inductance, le condensateur est un accumulateur


d’énergie. Cette énergie a été stockée dans le condensateur, sous forme d’énergie
électrostatique. Celui-ci a en effet emmagasiné des charges électriques. Cette énergie
peut également être restituée. (Attention aux câbles – surtout en HT – qui même
débranchés peuvent être « chargés » tout comme une capacité).

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 41 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.2.2.5. Circuit R – C en parallèle

Dans les circuits électroniques, on rencontre souvent des condensateurs connectés à des
résistances. Soit le circuit RC en parallèle ci-après, on ferme le commutateur.

Lorsque la tension est nulle, juste après la commutation, tout le courant de la source
circule dans le condensateur et la tension u (t) commence à croître.

Cependant, au fur et à mesure que la tension


augmente, le courant circulant dans la
résistance augmente également et le courant
qui reste à disposition du condensateur
diminue.

Figure 38 : Circuit R-C en parallèle

Figure 39 : Représentation graphique circuit R-C en parallèle

A un certain moment, même si cela prend longtemps, le courant iC (t) circulant dans le
condensateur aura tellement diminué qu’il sera pratiquement nul. A ce moment donc, la
tension u (t) ne pourra que rester constante. Le système aura atteint un état stable.

4.2.2.6. Circuit R – C en série :

Considérons un autre circuit comportant un


condensateur et une résistance en série,
alimentés par une source idéale de tension.

Figure 40 : Circuit R-C en série

A l’instant t1 = 0 on ferme l’interrupteur, ce


qui revient à connecter le condensateur et la résistance sur la source idéale de tension U
> 0.

Le condensateur s’oppose à toute variation brusque de tension, ce qui fait que la tension
uC (t) à ses bornes, juste après la commutation, est nulle. Toute la tension de la source est
donc appliquée à la résistance : uR (t) peut passer soudainement de 0 à U, car la
résistance ne s’y oppose pas et le courant i (t) saute également de 0 à I1 = U / R.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 42 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Ce courant positif provoque l’augmentation progressive de la tension uC (t) aux bornes du


condensateur et par conséquent la diminution de la tension uR (t) aux bornes de la
résistance. Ainsi, le courant diminue progressivement.

Si l’on attend assez longtemps, la tension uC (t) aux bornes du condensateur aura atteint
la tension U de la source. Le courant sera alors nul.

Figure 41 : Représentation graphique circuit R-C en série

4.2.3. Résumé R, L, C

La présence d’inductances et de condensateurs dans un circuit électrique amène avec


certitude des régimes transitoires lorsque les sources de tension et de courant ne sont pas
constantes, ou lorsque le circuit comporte des éléments de commutation comme des
interrupteurs.

Toutefois, lorsque toutes les sources de tension et de courant fonctionnent à valeurs


constantes et que les éventuels éléments de commutation ne sont pas activés, l’étude du
circuit peut être simplifiée en se rappelant que :

Une inductance parcourue par un courant constant a une tension nulle à ses
bornes ; elle peut être remplacée par un court-circuit ;

Un condensateur ayant une tension constante à ses bornes est parcouru par un
courant nul ; il peut être remplacé par un circuit ouvert.

Ainsi, par exemple, le circuit du schéma ci-dessous peut être simplifié comme l’indique le
schéma suivant.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 43 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 42 : Schéma électrique

Figure 43 : Schéma électrique simplifié

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 44 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Pour résumer, la Table ci-dessous énumère systématiquement les relations pour les
résistances, inductances et condensateurs en régime continu et en régime transitoire.

Résistance Inductance Condensateur

Symbole

Relation
i(t)→u(t)

Relation
u(t)→i(t)

Misse en série

Mise en parallèle

Énergie stockée

Puissance
thermique
dissipée

S’oppose aux S’oppose aux


Comportement variations brusques variations brusques
de courant de tension

Table 4 : Relations pour les résistances, inductances et condensateurs

4.3. COURANT ALTERNATIF

4.3.1. Impédance

U = R x I est la formule de base en électricité au même titre que E = MC² pour la physique.

En fait il faudrait dire U = Z x I car (pratiquement) tout récepteur électrique est une
combinaison des trois grandeurs R, L, C.

L’impédance ‘Z’ est exprimée en Ohms et en régime alternatif l’ensemble R, L, C, Z,


a en commun l’unité Ω.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 45 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Les appellations se modifient ‘quelque peu’ avec L devenant une ‘réactance inductive’,
XL et C, une réactance capacitive’, XC (d’où le terme énergie réactive vu dans le chapitre
suivant). La résistance reste la résistance ‘R’.

Mais vous trouverez ZR, ZL, ZC, par souci d’homogénéité sur certains schémas.

4.3.1.1. Rappel du comportement d’un courant alternatif

Ce principe est « encore revu » plus loin dans le chapitre Lois et formules, c’est
intentionnel, c’est la base pour comprendre « toute » l’électricité….

Sur la courbe de la sinusoïde (image du courant ou d’une tension alternatif), la valeur de ‘i’
ou de ‘u’ à l’instant ‘t’ est la valeur de la grandeur sinus au même instant ‘t’ pour un point
‘P’ en rotation sur un cercle.

Pour un tour complet (360°), une alternance est produite.

Figure 44 : Comportement d'un courant alternatif

Pour toutes les rotations en électricité, le sens inverse d’une aiguille d’une montre (counter
clockwise) est arbitrairement choisi.

Le générateur de courant alternatif, s’il est rotatif fera un certain nombre de tours par
seconde et ainsi produira un certain nombre d’alternances ou de périodes par seconde,
ce sera la fréquence du courant électrique mesurée en Hertz. (50 périodes / seconde en
Europe). Voir le cours « générateurs ».

Un générateur statique (onduleur) « hache et inverse » un courant continu de manière à


produire un courant (presque) sinusoïdal à la fréquence désirée.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 46 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4.3.1.2. Comportement de l’inductance en régime alternatif

Si l’on prend l’image de la tension et du courant aux bornes d’une inductance ‘idéale’
(avec un oscilloscope) l’on obtient cette figure :

Figure 45 : Comportement de l'inductance en régime alternatif

On remarque sur la figure que le courant est en retard sur la tension. C’est dû au fait
que l’inductance s’oppose aux variations de courant.

C’est lorsque la tension est la plus élevée que le courant croît le plus rapidement, ce qui
est le cas lorsqu’il passe par zéro.

4.3.1.3. Comportement du condensateur en régime alternatif

Nous constatons que le courant qui traverse un condensateur idéal, lorsqu’il est connecté
à une source de tension sinusoïdale est également sinusoïdal, à la même fréquence,
déphasée de 90°. Par ailleurs, son amplitude est proportionnelle à la fréquence.

Figure 46 : Comportement du condensateur en régime alternatif

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 47 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

On remarque sur la figure que la tension est en retard sur le courant. C’est dû au fait
que le condensateur s’oppose aux variations de tension. C’est lorsque le courant est le
plus élevé que la tension (qui traduit l’état de charge du condensateur) croît le plus
rapidement, ce qui est le cas lorsqu’il passe par zéro.

4.3.1.4. Combinaison de composants dans une charge

La charge d’un circuit est (dans un premier temps) soit une résistance idéale, soit une
inductance idéale, soit un condensateur idéal. Le tableau ci-dessous résume les résultats
obtenus.

Note : en alternatif, avec l’Ohm pour unité, les sigles sont XL, XC (ou ZL, XC)

Résistance Inductance Condensateur

Symbole

Impédance
(algébrique)

Impédance
(graphique)

Déphasage
tension - courant

Table 5 : Combinaison de composants dans une charge

Et pour retenir qui est en avance (ou en retard) sur l’autre

Avec ‘R’ pas de déphasage

Avec ‘L’ (elle), c’est ‘LUI ‘, donc à retenir : avec ‘L’, ‘U’ est avant ‘I’

Avec ‘C’, c’est pas cuit (CUI) donc c’est ‘CIU’, ‘I’ est devant ‘U’

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 48 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

On tourne toujours dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Et en anglais : « ELI the ICE man », ‘E’ remplaçant ‘U’ et avec la même interprétation
quant à l’ordre des lettres.

Pour les dénominations de ces composantes R, L et C en alternatif, nous aurons :

Z dénominateur commun pour impédance

ZR impédance résistive ou Résistance

ZL impédance inductive ou Réactance inductive

ZC impédance capacitive ou Réactance capacitive

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 49 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

5. LES COMPOSANTS ELECTRIQUES


Paragraphe applicable en courants alternatif et continu
Puisqu’il ne s’agit que des appareils.

Nous voyons dans ce chapitre la « partie physique » des valeurs R, L et C, ceci pour
différencier les termes algébriques (dans les formules) d’avec les désignations en temps
que composants.

La résistance reste une résistance (physiquement) quand l’inductance devient une self,
une bobine, une solénoïde et la capacité un condensateur.

5.1. RESISTANCE

(En tant que composant électrique pour éviter la confusion).

La résistance n’est pas seulement une grandeur électrique que l’on peut mesurer. C’est
aussi le nom des composants électriques dont la caractéristique principale est d’avoir une
résistance déterminée.

C’est pour contourner ce problème de la langue française que l’on parle également de la
valeur ohmique d’une résistance, ce qui est plus clair que de dire « la résistance d’une
résistance ».

Remarquons que cette confusion existe


également en allemand (der Widerstand,
respectivement der Widerstandswert), mais pas
en anglais (this resistance has a resistance
equal to 100 Ω).

Figure 47 : Différentes résistances électriques

Ces composants sont fabriqués à l’aide de divers matériaux : constantan, platine, carbone
etc. Lorsqu’on souhaite réaliser un corps de chauffe, on utilise généralement du fil de
constantan, bobiné autour d’un cylindre ou d’un support en céramique (isolant).

En électronique, on utilise également des résistances à fil métallique bobiné, de très


petites tailles, ou des résistances à masse de carbone.

Vu la petite taille de la plupart de ces résistances, les électroniciens ont établi un code de
couleurs permettant, par lecture d’anneaux en diverses couleurs, de déterminer leur valeur
ohmique.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 50 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

1er 2ième Multi- Tolé-


Couleur
chiffre chiffre plicateur rance
Gris 10 %
Or 5%
Noir 0 0 100
Brun 1 1 101 1%
Rouge 2 2 102 2%
Orange 3 3 103
Jaune 4 4 104
Vert 5 5 105
Bleu 6 6 106
Violet 7 7 107
Gris 8 8
Blanc 9 9

Table 6 : Code de couleurs des résistances

5.2. INDUCTANCE

Technologies et utilisations des inductances

Les inductances réelles (les bobines que l’on


trouve dans les enroulements des moteurs et
des générateurs) se distinguent par leurs
caractéristiques :

La valeur inductive L et sa marge de


tolérance sont bien sûr leurs
caractéristiques essentielles.

Figure 48 : Inductances utilisées en électronique

Le courant nominal Inom détermine le courant supportable en permanence, mais


aussi celui qu’il ne faut pas dépasser pour ne pas sortir du domaine de linéarité
(saturation du fer).

La résistance série R est nécessaire pour déterminer si le courant est autolimité,


ou s’il faut ajouter une résistance extérieure, en fonction de la tension de service
prévue.

Les aspects constructifs sont également importants (forme et dimensions,


comportement en courant alternatif, effets parasitaires à haute fréquence etc.).
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 51 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

5.3. CONDENSATEURS

5.3.1. Technologie et utilisation des condensateurs

Les condensateurs se distinguent par leurs caractéristiques :

La valeur capacitive C et sa marge de tolérance sont bien sûr leurs


caractéristiques essentielles.

La tension nominale Unom détermine la tension supportable en permanence,


mais aussi celui qu’il ne faut pas dépasser pour ne pas faire « claquer »
l’isolation et la détruire.

Le courant de fuite (leackage) détermine la durée pendant laquelle un


condensateur chargé est capable de maintenir sa charge (leackage en anglais
signifie « fuite »).

Les aspects constructifs sont également importants (forme et dimensions,


comportement en courant alternatif, effets parasitaires à haute fréquence,
influence de la température et du vieillissement etc.).

La plupart des condensateurs sont réalisés en enroulant par exemple deux feuilles
métalliques séparées par autant de feuilles isolantes. Il est ainsi possible d’obtenir une
grande surface A dans un petit volume. Les différentes technologies se distinguent
essentiellement par la composition chimique de l’isolant.

5.3.2. Condensateurs électrolytiques

Ces condensateurs sont réalisés en enroulant des feuilles d’aluminium et de papier


imprégné avec un électrolyte. Cette technologie permet de réaliser des condensateurs de
très grandes capacités (1 à 100 000 μF) dans un volume réduit et qui résistent à des
tensions jusqu’à 750 V.

A cause de la nature de l’isolant, ces condensateurs sont polarisés. Une inversion


accidentelle de la tension produit une dégradation irréversible des propriétés du
condensateur, voire sa destruction.

Figure 49 : Condensateurs électrolytiques

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 52 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

5.3.3. Condensateurs à film plastique

Condensateurs très robustes, résistant à des tensions jusqu’à 1 000 V. Ces


condensateurs ne sont pas sensibles au sens de la tension et supportent des tensions
alternatives de très hautes fréquences (→ 1 MHz).

Disponibles pour des capacités comprises


entre (10 pF à 10 μF) et très stables en
température.

Figure 50 : Condensateurs à film


plastique

5.3.4. Condensateurs céramiques

Technologie permettant de réaliser des condensateurs à très


bas prix.

Ils supportent des tensions jusqu’à 500 V, voire 10 000 V pour


certains. Ils sont disponibles pour des capacités comprises
entre (1 pF à 100 nF) et leur fréquence utile va jusqu’à
100 MHz pour certaines qualités.

Figure 51 : Condensateurs céramiques

Leur inconvénient est le volume, qui ne permet pas de réaliser des capacités similaires
aux condensateurs électrolytiques.

5.3.5. Super condensateurs

Ces super condensateurs peuvent atteindre des


capacités jusqu’à 2 700 F (et non pas μF comme
pour les condensateurs électrolytiques).

Figure 52 : Super condensateurs

Toutefois, vu la très faible épaisseur de leur isolant, ils ne supportent que de très faibles
tensions (quelques volts).

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 53 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

5.4. IMPEDANCE ET REACTANCE

Là non plus, il n’y a pas vraiment de frontière entre les appellations fonction et
représentation physique :

« J’ai mesuré l’impédance des enroulements du moteur » (qui est principalement une
réactance inductive)

« J’ai inséré une réactance capacitive dans le circuit » (pour relever le cos phi) - même si
l’on dit à un autre moment. ‘une batterie de condensateurs’. Le terme réactance est
employé ici en tant que composant physique.

A vous de ‘jongler’ avec les appellations, les termes, en pratique, l’on ne peur guère se
tromper.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 54 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6. COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES

6.1. LES SEMI-CONDUCTEURS

6.1.1. Théorie des semi-conducteurs

6.1.1.1. Les conducteurs

Les conducteurs sont des matériaux qui laissent très bien passer l’électricité. Ils facilitent
le cheminement du flux d’électrons.

Les conducteurs sont généralement fabriqués de matériaux composés de grands atomes


lourds. Les métaux (cuivre, argent, aluminium) sont de bons conducteurs.

Les bons conducteurs ne possèdent qu’un seul électron


de valence dans leurs atomes. Un électron de valence
est situé sur l’orbite externe de l’atome (voir figure d’un
conducteur). L’électron de valence a une « orbite libre ».
Il peut facilement être déplacé par le flux d’électrons.

Figure 53 : Atome d’un conducteur

Figure 54 : Atome d’un


isolant

6.1.1.2. Les isolants

Les isolants sont des matériaux qui ont une faible


conductivité. Ils ne facilitent pas le cheminement du flux
d’électrons.

Les isolants sont généralement composés de petits atomes légers. Les non-métaux
(caoutchouc, plastique) constituent de bons isolants. Les bons isolants possèdent huit
électrons de valence dans leurs atomes. Rappelez-vous que huit électrons garnissent
l’orbite externe d’un atome.

Les électrons de valence se situent sur une « orbite serrée » (voir la figure d’un isolant).
Ils ne peuvent pas facilement être déplacés par le flux d’électrons.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 55 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.1.1.3. Les semi-conducteurs

Les semi-conducteurs sont ni de bons conducteurs ni de


bons isolants. Ils se composent de matériaux contenant
quatre électrons de valence sur leur orbite externe (voir
la figure d’un semi-conducteur).

Figure 55 : Atome d’un semi-conducteur

6.1.2. Matériaux des semi-conducteurs

Les matériaux semi-conducteurs les plus courants sont le germanium et le silicium. Le


silicium est davantage utilisé en raison de sa capacité de résistance à la chaleur. Lorsque
des matériaux semi-conducteurs sont réduits à leur forme pure, les molécules s’ordonnent
selon une structure cristalline. Cette structure possède une configuration définie (voir la
figure). Cette configuration s’appelle structure réticulaire.

Figure 56 : Structure réticulaire d’un


matériau semi-conducteur pur

6.1.3. Dopage

Dans son état naturel, à l’état pur, le silicium (ou le germanium) n’est pas utilisable. Il ne
constitue qu’un matériau semi-conducteur qui n’est ni un bon conducteur ni un bon
isolant/à mi-chemin entre un bon conducteur et un bon isolant.

Pour que le silicium puisse être utilisé, il est associé à un autre matériau. Le matériau
associé n’est pas pur –c’est une impureté contenant soit trois électrons de valence (indium
ou gallium) ou cinq électrons de valence (arsenic ou antimoine). Le procédé de mélange
est appelé Dopage.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 56 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.1.3.1. Matériaux de type P

Figure 57 : Structure réticulaire


d’un matériau de type P

Lorsque l’on mélange un


matériau étranger possédant
trois électrons de valence
avec un matériau semi-
conducteur possédant quatre
électrons de valence, on
obtient un « nouveau »
matériau semi-conducteur.
L’atome du nouveau matériau
possède un électron de
moins.

Cet absence se présente sous la forme d’un trou dans la structure réticulaire dans lequel
devrait se trouver un électron (voir la figure de type P).

Le trou possède une charge positive – par conséquent, le « nouveau » matériau semi-
conducteur possède une charge nette positive. Le matériau semi-conducteur est appelé
un matériau de type p.

6.1.3.2. Matériaux de type N

Lorsque l’on mélange un matériau étranger à 5 électrons de valence avec un matériau


semi-conducteur à 4 électrons de valence, on obtient un autre « nouveau » matériau semi-
conducteur.

L’atome de ce matériau possède un


électron supplémentaire. Il ya donc un
surplus d’électrons dans la structure
réticulaire (voir la figure de type N).

Le “nouveau” matériau semi-conducteur


possède une charge nette négative. Le
matériau semi-conducteur est appelé
matériau de type n.

Figure 58 : Structure réticulaire d’un


matériau de type N

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 57 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.1.4. Dispositifs à semi-conducteur

Tous les dispositifs à semi-conducteur sont composés d’un matériau de type p et d’un
matériau de type n. Il existe plusieurs types de semi-conducteur. Le type de dispositif à
semi-conducteur dépend de :

La façon dont les matériaux sont liés.

Le nombre de couches de matériaux.

L’épaisseur des matériaux.

Une diode (ou une jonction p-n) est une couche de


matériau de type p associée à une couche de
matériau de type n (voir la figure d’une diode).

Figure 59 : Jonction p-n (Diode)

Un transistor correspond à trois couches de matériau


semi-conducteur. Une couche de matériau de type p est
insérée entre deux couches de matériau de type n (voir
la figure d’un transistor).

Figure 60 : Transistor

6.1.5. La jonction P-N

Une jonction p-n est une diode. Lors de la jonction d’une couche de matériau de type p
avec une couche de matériau de type n, des électrons du matériau de type n remplissent
les « trous » dans le matériau de type p. Ce déplacement d’électrons produit des atomes
ayant une charge nette négative (voir la figure 2).

Lorsque certains électrons quittent le matériau de type n, ils quittent également les
« trous ».

Ces trous possèdent une charge positive. Le déplacement d’électrons forme également
des atomes ayant une charge nette positive (voir la figure).

Figure 61 : Barrière d’atomes (couche d’appauvrissement)


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 58 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Il se forme une barrière d’atomes contenant des charges positives et négatives. Cette
barrière est appelée couche d’appauvrissement/zone de déplétion (voir la figure). Elle
arrête tout déplacement supplémentaire des électrons et se comporte ainsi comme un
isolant.

Dans une diode, le matériau de type p est appelé l’anode et le matériau de type n est
appelé la cathode.

Le symbole de la diode est indiqué dans la figure :

Figure 62 : Symbole de la diode

Lorsqu’une tension négative est appliquée à l’anode de type p et qu’une tension positive
est appliquée à la cathode de type n, la couche d’appauvrissement/zone de déplétion (voir
la figure de polarisation inverse). Ce phénomène est appelé polarisation inverse et
bloque l’essentiel du courant.

Figure 63 : Polarisation inverse

Il peut exister toutefois un léger courant de fuite dans la couche d’appauvrissement/zone


de déplétion. De même, lorsque la tension est très élevée, la couche
d’appauvrissement/zone de déplétion se fractionnera.

Lorsqu’une tension positive est appliquée à l’anode de type p et qu’une tension négative
est appliquée à la cathode de type p, la couche d’appauvrissement/zone de déplétion
diminue (voir la figure de polarisation directe). Ce phénomène est appelé polarisation
directe et après atteinte d’une certaine valeur de tension, un courant circulera. Par
exemple, dans des diodes au silicium, le courant circulera lorsque la tension aura atteint
0,6 V.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 59 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 64 : Polarisation directe

Des augmentations importantes de courant sont causés par de faibles augmentations de


tension. Par exemple, on peut constater 10 mA à 0,6 V mais 100 mA à 0,8 V.

Les diodes agissent comme une vanne de régulation. Dans les limites fixées, elles
permettent la circulation du courant dans un seul sens.

6.1.6. Révision – Ce dont il faut se rappeler

Les conducteurs laissent très bien passer l’électricité.

Les isolants sont mauvais conducteurs d’électricité.

Les électrons de valence sont situés dans l’orbite externe de l’atome.

Les conducteurs ne possèdent qu’un seul électron de valence qui peut se


déplacer facilement.

Les isolants possèdent huit électrons de valence qui ont une mobilité réduite.

Les semi-conducteurs ne sont ni de bons conducteurs ni de bons isolants.

Les semi-conducteurs possèdent quatre électrons de valence.

Le dopage consiste en l’ajout d’impuretés aux matériaux semi-conducteurs pour


en faire des matériaux de type p ou n.

La structure réticulaire des matériaux de type P possède des “trous”, là où


devraient se trouver les électrons manquants. En effet, les matériaux de type P
possèdent un électron « de moins » dans leur orbite externe. C’est pourquoi ils
possèdent une charge nette positive.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 60 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La structure réticulaire des matériaux de type N possède un surplus d’électrons.


En effet, les matériaux de type N possèdent un électron supplémentaire. C’est
pourquoi ils possèdent une charge nette négative.

Les semi-conducteurs varient selon la façon dont les matériaux sont liés et selon
le nombre et l’épaisseur des couches de matériaux.

Une jonction P-N est une diode. L’anode est la partie de la diode contenant le
matériau de type p et la cathode est la partie contenant le matériau de type n.

Une diode agit comme une vanne de commande à simple action. Dans les limites
fixées, elle permet le passage du courant dans un seul sens.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 61 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.2. LES DIODES

6.2.1. Introduction

Une diode est un dispositif à semi-conducteur. Elle est généralement constituée de


silicium (Si) ou de Germanium (Ge).

Elle possède deux des connexions par bornes et laisse passer le courant dans un seul
sens, dans certaines limites de tension. Elle réalise le même travail qu’un clapet de non
retour. C’est cette caractéristique qui est importante en électronique. Les diodes
permettent de convertir un courant alternatif (CA) en un courant continu (CC). Le courant
continu est utilisé dans tous les appareils électroniques.

Les bornes d’une diode sont appelées l’Anode et la Cathode (voir la figure). Si la diode a
une polarisation directe, l’anode est connectée à la tension positive et la cathode à la
tension négative. Lorsque la diode a une polarisation directe, le courant circule à travers
elle. Lorsque la diode a une polarisation inverse, seule une infime quantité de courant
(courant de fuite) circule à travers elle.

Figure 65 : Diodes et symbole de base

Les diodes laissent passer le courant dans un seul sens. Cette caractéristique est très
utile en électronique. Les diodes permettent de convertir un courant alternatif (CA) en
courant continu (CC). Le courant continu est utilisé pour tous les appareils électroniques.
Vous apprendrez cela lors de l’étude des Redresseurs dans le paragraphe suivant.

6.2.2. Symboles

Les symboles généraux des


diodes sont indiqués dans la
figure :

Figure 66 : Symboles des diodes

D’autres symboles indiquent


également la polarité de la diode
(voir figures).
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 62 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 67 : Polarité des diodes – indiquées par le symbole et par le trait

6.2.3. Caractéristiques

Lorsqu’une diode est connectée à une alimentation ayant une polarité d’anode positive et
de cathode négative, la diode a une polarisation directe.

Lorsqu’une diode est connectée à une alimentation ayant une polarité d’anode négative et
de cathode positive, la diode a une polarisation inverse.

Lorsque la diode a une polarisation directe, elle laisse passer le courant. Lorsque la diode
a une polarisation inverse, elle ne laisse passer que très peu de courant.

Chacune de ces deux conditions possède une caractéristique différente (voir la figure).

Dans cette figure, noter que le courant est indiqué en mA et en μA et que la tension
directe est positive tandis que la tension inverse est négative. Noter également que la
tension directe est indiquée en dixièmes tandis que la tension inverse est indiquée en
dizaines.

Figure 68 : Caractéristiques de diodes à polarisation directe et inverse


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 63 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

De même, dans cette figure, en polarisation directe, le courant dans une diode au silicium
commence à circuler lorsque la tension atteint environ 0,6 V. En polarisation inverse, le
courant dans la diode au silicium commence à circuler lorsque la tension atteint environ –
50 V.
Quelles sont les deux limites pour une diode au germanium ?

6.2.3.1. Caractéristiques directes

De même, la figure ci-dessus montre que les diodes au silicium et les diodes au
germanium ont des caractéristiques différentes. La diode au silicium possède une tension
de « démarrage » et une tension de claquage plus élevées.

La tension de « démarrage » correspond à la tension à laquelle la diode commence à


fonctionner. La tension de claquage correspond à la tension à laquelle la diode ne peut
pas contrôler le courant.

Figure 69 : Caractéristiques directes

La diode au silicium a une chute de tension directe plus élevée que la diode au
germanium (voir figure des caractéristiques directes).

Dans cette figure, la diode au silicium est montrée comme ayant une chute de tension
directe à partir de 0,6 V environ.
Quelle est la chute de tension directe de la diode au germanium indiquée dans la
figure ?

Il existe de nombreux types de diode. Certaines diodes claquent dès qu’elles sont
parcourues par un courant de quelques milliampères (mA) seulement. D’autres diodes ne
claquent que lorsqu’elles sont parcourues par un courant de 100 ampères.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 64 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.2.3.2. Caractéristiques inverses

En théorie, aucun courant ne circule lorsque la diode a une polarisation inverse. En


pratique, on constate cependant le passage d’un courant de fuite.

Figure 70 : Caractéristiques inverses

La diode au germanium possède un courant de fuite plus important à plus faibles tensions
que la diode au silicium.

A certaines valeurs de tension inverse, le courant augmente soudainement très


rapidement. Ce phénomène est appelé la de claquage inverse. Une tension aussi élevée
détruira la diode. Elle doit donc être contrôlée par une résistance connectée en série (voir
la figure des caractéristiques inverses).

Le courant de fuite des diodes augmente lors d’une élévation de la température. Le


courant de fuite des diodes au germanium augmente plus vite que celui des diodes au
silicium.

6.2.4. Paramètres

Les fabricants de diodes fournissent les capacités ou les informations suivantes :

V-f : La tension directe pour un courant direct donné (ex. Jusqu’à 1,5 à 5 A pour une diode
au silicium mais la valeur sera généralement inférieure à 1 V pour la plupart des diodes) –
ou la tension dans un sens de polarisation directe – à partir de laquelle la diode
commence à fonctionner.

I-f : Le courant direct à partir duquel une diode commence à fonctionner.

V-rrm : La tension maximale inverse répétitive (parfois appelée PRV ou PIV – Tension
inverse de crête). La tension à laquelle une diode est capable de résister dans un sens de
polarisation inverse sans claquer.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 65 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Lorsque vous choisissez une diode, vous devez prendre en considération :

La valeur de courant direct qui sera transporté par la diode (ou la tension à
laquelle la diode commencera à fonctionner).

La valeur de tension inverse qui sera tolérée par la diode (ou la tension à
laquelle la diode claquera).

La composition du matériau, silicium ou germanium – ou un autre matériau


(rappelez-vous qu’ils possèdent des caractéristiques différentes).

6.2.5. Identification

Il existe de nombreux types, tailles, styles et capacités différents de diodes (voir les figures
ci-dessous). Les diodes doivent par conséquent être identifiées afin que nous puissions
connaître leurs fonctions respectives.

Figure 71 : Types de boîtiers de diode

Il existe deux systèmes de numérotation pour les diodes. Le système américain


commence par ‘1 N’. Cela signifie que le dispositif possède une seule jonction P-N.

Par exemple, 1 N4004 correspond à une diode au silicium d’une tension nominale de
400 V. 1 N4020 correspond à une diode Zener au silicium d’une tension nominale de 12 V
et capable de supporter 5 W. 1 N2326 est une diode au germanium d’une capacité de 1 V
et de 2 mA. Les chiffres suivant le ‘1 N’ sont des chiffres de référence.

Le système pro-électron européen commence par deux lettres. Les premières lettres sont
A ou B. Les secondes lettres sont Y ou Z.

A = Germanium (diode de détection ou de commutation)

B = Silicium (diode de capacité de variance)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 66 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Y = diode de redressement

Z = diode de tension de
référence (ou diode de
parasurtenseur)

Par exemple, une BY200 est


un type de diode de
redressement au silicium. Les
chiffres suivant les deux lettres
sont des chiffres de référence.

Figure 72 : Types de boîtier de


diode – capacité
supérieure

Certaines diodes possèdent des capacités ne pouvant supporter que quelques


milliampères. D’autres diodes peuvent supporter plusieurs centaines d’ampères (voir la
figure).

6.2.6. Essais des diodes

Les diodes peuvent être testées à l’aide d’un ohmmètre :

Brancher l’ohmmètre aux bornes de la diode

Lire la valeur affichée

Inverser les fils de l’ohmmètre

Lire la valeur affichée

Si les valeurs affichées sont exactement identiques, cela signifie probablement que la
diode ne fonctionne pas. Pouvez-vous expliquer pourquoi ? Rappelez-vous qu’une diode
fonctionne comme une vanne à simple action.

Ce test est fiable à 98%. Il n’est pas exact à 100 % car la diode peut toujours présenter
une surchauffe lorsque le circuit fonctionne.

Les diodes peuvent également être testées à l’aide de voltmètres analogiques et


numériques.

Régler le voltmètre numérique (voir la figure ci-dessous) sur la position contrôle de


diode. Noter que le fil rouge est le fil positif et que le fil noir est le fil négatif.

Le voltmètre numérique utilise un courant constant pour vérifier la résistance. Dans la


plage de résistance, la tension ne serait pas suffisante pour « activer » la diode puisqu’elle
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 67 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

est inférieure à 0,6 V. Dans la plage de contrôle de diode, le courant est toujours
constant mais la tension est suffisante pour permettre à la diode d’établir la conduction. La
valeur affichée correspond à la chute de tension directe de la diode. Cette valeur affichée
permet de trouver des diodes avec des V-f (tensions directes) analogues.

Figure 73 : contrôle d’une diode avec un voltmètre numérique (DVM)

Dans la figure ci-dessus, l’ampoule s’allume lorsque l’alimentation est connectée. Lorsque
le courant diminue, l’intensité de la lumière diminue et la tension chute. Dans la figure de
droite, lorsque la diode est inversée, l’ampoule ne s’allume pas.

Pouvez-vous expliquer pourquoi ?


Régler le voltmètre analogique (ou un multimètre), sur la plage Ohms x 1. Dans cette
plage, le fil noir est positif et le fil rouge est négatif (voir figure).

Figure 74 : Contrôle d’une diode avec un multimètre analogique

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 68 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Circuit A 200 Ω Circuit B 1 MΩ

= =
+ VE - VE + VE - VE - VE + VE - VE + VE

Figure 75 : Contrôle d’une diode avec un multimètre analogique – circuits équivalents

Sur tous les appareils de mesure, une diode en circuit ouvert sera affichée comme un
circuit ouvert et une diode en court-circuit comme un court-circuit.

Certaines diodes indiqueront une résistance autre que ‘infini’ en polarisation inverse.

Pour les diodes au germanium, cette valeur pourrait être exacte puisque les diodes au
germanium possèdent un courant de fuite plus élevé que les diodes au silicium. Pour les
diodes au silicium, une résistance autre que ‘infini’ en polarisation inverse signifie
probablement que la diode ne fonctionne pas.

6.2.7. Applications des diodes

La diode possède de nombreuses fonctions (d’utilisation) mais seul deux usages seront
décrits ici.

Regardez cette figure (commande d’intensité lumineuse). Il s’agit d’un circuit pour
commander l’intensité lumineuse d’une ampoule. L’ampoule est éteinte lorsque
l’interrupteur est en position centrale.

Lorsque le contact mobile de l’interrupteur


rencontre le contact supérieur, l’ampoule
s’allume avec une pleine luminosité en
raison de la tension maximale lui étant
fournie.

Figure 76 : Commande d’intensité


d’éclairage

Lorsque le contact mobile rencontre le contact inférieur, le courant traverse la diode. La


diode ne laisse le courant circuler que dans une seule direction. Une demi-forme d’onde
CA est bloquée durant chaque cycle. Ainsi l’ampoule est alimentée par la moitié de la
tension.

Par conséquent l’ampoule s’allume – mais avec une demi-luminosité.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 69 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Il s’agit d’une commande d’intensité. L’avantage de ce type de commande est qu’il permet
l’utilisation d’ampoules ordinaires.

Regardez maintenant cette figure (circuit de


freinage dynamique). Il s’agit d’un circuit pour
un frein dynamique ou un moteur électrique à
faible induction CA.

Figure 77 : Circuit de freinage dynamique pour


un moteur à induction CA

Les moteurs à induction CA peuvent être freinés en appliquant un courant continu sur
leurs enroulements de stator. Souvenez-vous que les diodes ne laissent passer le courant
que dans un seul sens. Le courant est un courant continu parce qu’il ne circule pas dans
le sens inverse.

Le moteur à induction CA est éteint lorsque l’interrupteur est en position centrale. Lorsque
l’interrupteur est sur la position de contact maintenu, le moteur CA démarre. Lorsque
l’interrupteur est sur la position de contact momentané, le courant passe dans la diode et
dans la résistance de limitation.

Cela a pour effet d’appliquer un courant continu sur les enroulements de stator et de
freiner le moteur. La résistance limite la quantité de courant à une valeur sans risque pour
la diode et pour l’enroulement du moteur.

6.2.8. Diodes électroluminescentes

Les diodes électroluminescentes (LED / DEL)


s’allument lorsque le courant les traverse.

Figure 78 : Symbole de diode électroluminescente

Les photodiodes sont activé sous l’effet de la lumière.


Elles ne pourront pas fonctionner sans lumière.

Figure 79 : Symbole de photodiode

Note le sens différent des flèches sur les symboles.

Les LED et les diodes ordinaires sont semblables. Elles permettent le passage de courant
dans un seul sens mais une LED nécessite une tension plus élevée pour s’activer. Une
diode ordinaire à jonction au silicium nécessite environ 0,7 V pour s’activer. Une LED
nécessite environ 1,7 V pour s’activer. Une LED présente une chute de tension plus
élevée qu’une diode ordinaire à jonction. Cette chute de tension plus élevée rend difficile
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 70 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

les essais des LED avec certains ohmmètres. La meilleure façon de tester une LED est de
l’insérer dans un circuit et de vérifier qu’elle fonctionne.

Insérée dans un circuit, une LED fonctionne avec un courant d’environ 20 mA (0,020 A) ou
inférieur.

Ainsi, lorsque l’on dispose une LED


dans un circuit de 12 V en CC, le
courant doit être limité par une
résistance connectée en série (voir
la figure).

Figure 80 : Débit de courant limité


par une résistance

Pouvez-vous calculer la valeur de la résistance ? Utilisez la formule R = V ÷ I

Lorsqu’une LED est connectée à un circuit, il est important de connaître le fil


correspondant à l’anode et le fil correspondant à la cathode. Tenir la LED avec les fils vers
vous. Le boîtier plastique a un méplat. Ce méplat doit correspondre au trait sur le symbole

de la diode (voir la figure).


Figure 81 : Polarité des LED

Les LED sont utilisées dans les voyants lumineux et les affichages numériques et à
chiffres sur les matériels électroniques. Elles ont un faible coût. A la différence des
ampoules, elles ne possèdent aucun filament.

Les LED sont utilisées dans les affichages à sept segments. Les sept segments peuvent
être allumés suivant différentes combinaisons afin de procurer de nombreuses solutions
de nombres et de chiffres.

Une LED est une diode spécialement conçue pour émettre de la lumière. Les LED sont
composées d’un boîtier transparent en époxy leur permettant d’émettre de la lumière une
fois polarisées. La couleur de la lumière émise par une LED peut être rouge, verte, bleue
ou à infrarouge suivant le dopage du matériau.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 71 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.2.9. Révision – Ce dont il faut se rappeler

Symboles des diodes, y compris ceux des LED.

Une polarisation directe se produit lorsqu’une diode est connectée à une


alimentation qui dans certaines limites, lui permet de conduire un courant.

Une polarisation inverse se produit lorsqu’une diode est connectée à une


alimentation qui dans certaines limites, ne lui permet pas conduire un courant.

L’anode et la cathode sont les bornes de la diode.

Lorsque la diode a une polarisation directe, l’anode est connectée à la tension


positive et la cathode à la tension négative.

Une tension de claquage inverse correspond à la tension à laquelle la diode ne


peut plus contrôler le courant.

La tension directe correspond à la tension à partir de laquelle la diode commence


à fonctionner.

Les LED sont des diodes électroluminescentes qui émettent une lumière
lorsqu’elles sont parcourues par un courant.

Les photodiodes sont des diodes nécessitant de la lumière pour fonctionner.

L’état de fonctionnalité des diodes peut être testé à l’aide d’ohmmètres ou de


multimètres connectés à ces diodes. Ne jamais utiliser un mégohmmètre…. (cela
arrive lorsque l’on teste des enroulements de rotor sur une génératrice…)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 72 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.3. REDRESSEURS

6.3.1. Introduction

Tous les appareils électroniques alimentés par le réseau possèdent une alimentation en
CC. C’est systématique sur les appareils électroniques alimentés par le réseau.

L’alimentation CA entrante est convertie en CC à l’aide d’un redresseur. L’alimentation CA


est redressée pour produire une sortie alternative.

Ce chapitre décrit la plupart des redresseurs les plus souvent rencontrés. Les redresseurs
sont composés d’une (ou plusieurs) diodes.

6.3.2. Redresseurs

Un redresseur est un dispositif qui transforme un courant alternatif (CA) en un courant


continu (CC). Un redresseur utilise une ou plusieurs diodes pour transformer (redresser)
un courant alternatif (CA) en un courant continu (CC).

Un redresseur transforme un CA en un CC.

Il existe deux classes de redresseurs monophasés :

Les redresseurs demi-onde.

Les redresseurs pleine onde.

Tous les redresseurs monophasés sont soit des redresseurs demi-onde ou des
redresseurs pleine onde.

6.3.3. Redresseur demi-onde

Le redresseur demi-onde est le type de redresseur le plus simple. Il transforme (redresse)


seulement la moitié de la forme d’onde CA. Un redresseur demi-onde n’utilise qu’une
seule diode (voir la figure).

La figure montre le circuit d’un redresseur demi-onde n’utilisant qu’une seule diode. Les
formes d’onde d’ entrée et de sortie sont également représentées sur le schéma. La diode
ne laisse le courant circuler que dans un seul sens tel un clapet de non retour.

Lorsque la diode laisse passer le courant, elle agit tel un interrupteur fermé. La tension
d’alimentation est appliquée aux bornes de la charge. Une seule polarité (sens) de la
tension d’alimentation peut entraîner le passage du courant. Par conséquent l’alimentation

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 73 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

est connectée à la charge à chaque nouveau demi-cycle (c.-à-d. pendant la moitié de


l’onde).

Figure 82 : Redressement demi-onde

Les formes d’onde montrent qu’il existe un débit de courant et une tension de sortie
uniquement là où il existe une tension directe aux bornes de la diode. Ces formes d’onde
de sortie n’agissent que dans un seul sens (tel un CC).

La figure montre un
redresseur demi-onde
n’utilisant qu’une seule
diode.

Figure 83 : Redresseur
demi-onde

Les formes d’onde en


entrée (alimentation CA) et en sortie sont également représentées sur le schéma.

Fonctionnement du redresseur demi-onde :

Le circuit représenté dans les figures comprend une seule diode. La diode est connectée
en série à une résistance qui limite le courant.

Dans la (seconde) figure, le courant circule du positif vers le négatif. La tension CA


présente un sens positif et un sens négatif. Lorsque la tension CA augmente en sens
positif et qu’elle est appliquée à l’anode, le courant parcourt la diode. La diode a une
polarisation directe.

Lorsque la tension CA chute en sens négatif et qu’elle est appliquée à l’anode, le courant
ne parcourt pas la diode. La diode a une polarisation inverse.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 74 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Un oscilloscope aux bornes de la résistance montre un demi-cycle de la tension en sens


positif. Aucun courant ne circule dans la résistance pendant l’autre demi-cycle, par
conséquent la tension est de 0.

Seule la moitié positive de


l’onde CA est conduite. Le sens
du courant n’est jamais inversé
(voir la figure).

Figure 84 : Sortie de CC pulsé

Il s’agit donc d’un courant continu. Mais la circuit du CC est soit sous tension soit hors
tension. Nous obtenons donc un courant continu pulsé.

Le redresseur demi-onde est généralement utilisé pour des applications de faible


puissance – pour des chargeurs de batterie simples et économiques.

6.3.4. Alimentation basse tension

La plupart des
alimentations CC
présentent une basse
tension. C’est pourquoi,
l’alimentation CA doit
d’abord être réduite à la
valeur requise.

La figure montre une


alimentation CC de 240 V
RMS réduite à une basse
tension de 12 V RMS.

Figure 85 : Redresseur
demi-onde basse
tension

La figure représente les


formes d’onde avant et
après le redressement

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 75 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.3.5. Redresseurs pleine onde

Deux types de circuit peuvent être utilisés pour assurer un redressement pleine onde.

Ces circuits sont :

Redresseur biphasé

Pont Redresseur

6.3.5.1. Redresseur biphasé

Le redresseur biphasé utilise deux diodes et un


transformateur à prise médiane. Une
connexion au milieu de l’enroulement
secondaire (en sortie) du transformateur divise
l’enroulement (en deux).

Figure 86 : Redresseur pleine onde à deux


phases à prise médiane)

Le circuit est plus facile à comprendre si vous


imaginez que la prise médiane correspond à
zéro volt.

Cela signifie que les extrémités de l’enroulement peuvent être +VE ou -VE en fonction de
la prise médiane (zéro).

La figure montre le débit du courant correspondant à chaque sens de la tension


d’alimentation.

Figure 87 : Débit
du courant dans le
redresseur
biphasé

La partie (a) de la
figure montre le
débit du courant
dans la diode (D1)
pendant le premier
demi-cycle de la tension d’alimentation.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 76 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La partie (b) de la figure indique le débit du courant dans la diode (D2) pendant le second
demi-cycle de la tension d’alimentation. Noter que le courant circulant dans la charge est
unidirectionnel (CC).
La forme d’onde de sortie du
redresseur biphasé est
représentée sur cette figure. Les
deux moitiés de la forme d’onde
CA ont été redressées.

Figure 88 : Redressement pleine


onde (à deux phases)

6.3.5.2. Fonctionnement d’un redresseur à deux diodes

La figure ci-dessous représente le schéma du circuit d’un redresseur pleine onde utilisant
deux diodes. Ce circuit doit utiliser un transformateur à prise médiane secondaire.
Supposons une tension de secteur de 240 volts, 240 volts seront développés dans chaque
moitié de l’enroulement secondaire.

La prise médiane du transformateur est le point de référence commun de la tension CA,


de la tension CC et de la charge secondaires du transformateur.

Lors du premier demi-cycle de la tension d’entrée, le point A se dirige vers le pôle positif
par rapport au point de référence du transformateur et la diode D1 établit la conduction, en
faisant ainsi circuler le courant dans la charge. Dans l’intervalle, la tension au niveau du
point B reste négative par rapport au point de référence du transformateur et la diode D2
ne laisse pas circuler le courant.

Figure 89 : Fonctionnement d’un redresseur à deux diodes

Lors du second demi-cycle de la tension d’entrée, le point B se dirige vers le pôle positif
par rapport au point de référence du transformateur et la diode D2 établit la conduction, en
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 77 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

faisant ainsi circuler le courant dans la charge dans le même sens que lors du premier
demi-cycle. Dans l’intervalle, la tension au niveau du point A se dirigera vers le pôle
négatif par rapport au point de référence du transformateur et la diode D1 sera bloquée.

Ainsi, même si les conditions de diodes sont inversées, le sens du courant de charge reste
le même et la forme d’onde en entrée de la tension est comme indiquée sur la Figure
(fonctionnement d’un redresseur à deux diodes). Ce type de redresseur pleine onde
possède un seul inconvénient, celui de nécessiter un transformateur à prise médiane.

6.3.5.3. Pont redresseur

Un circuit alternatif, (voir le pont redresseur sur la figure), représente ce qui est connu
comme le pont redresseur pleine onde et utilise quatre diodes et un transformateur
standard sans prise médiane.

Le fonctionnement est comme suit : lors du premier demi-cycle, tandis que le point B se
dirige vers le pôle positif, le courant circule dans la diode D3, réduit la charge et ressort
par la diode D4.

Dans l’intervalle, les diodes D1 et D2 sont bloquées. Lors du second demi-cycle, tandis
que le point A se dirige vers le pôle positif, le courant circule dans la diode D1, réduit la
charge et ressort par la diode D2.

De nouveau, même si les conditions des diodes sont inversées, le sens du courant de
charge reste le même et la forme d’onde en sortie de la tension est comme indiqué.

Figure 90 : Pont redresseur pleine onde

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 78 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

L’avantage du circuit pont redresseur par rapport à celui en demi-onde est qu’il ne
nécessite pas de transformateur à prise médiane. Le pont redresseur pleine onde est celui
le plus fréquemment utilisé puisque le coût des deux diodes supplémentaires n’est pas
excessif comparé au prix d’un transformateur.

Les symboles du circuit d’un pont redresseur sont indiqués dans la figure ci-dessous.

Figure 91 : Symboles des ponts redresseurs

6.3.6. Calcul de la valeur moyenne pour un redresseur

Lors d’un redressement de tension AC en CC, la tension en sortie du redresseur est la


valeur moyenne.

Nous pouvons calculer la valeur moyenne en multipliant la valeur de crête (rms x 1,414)
de la forme d’onde par 0,637 ou en multipliant la valeur efficace du courant alternatif
appliqué par 0,9.

Si une tension efficace de 230 volts est redressée en courant continu, la tension en sortie
du redresseur sera :

230 volts CA (VRMS) x 0,9 → 207 Volts CC (VCC) ne peut pas être = (égal), c’est
une conversion

Si nous prenons en considération la valeur de crête de la source CA de 230 VRMS, ce


sera :

230 x 2 = 325,22 pour VCRETE

et

325,22 . 0,637 → 207 Volts CC

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 79 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

(0,637 = 0,707 x 0,9)

120 x 1,414 = 169,68 et 169,68 x .637 = 108 volts CA

Ces valeurs correspondent à un redresseur pleine onde.

Si un redresseur demi-onde est utilisé, la valeur moyenne doit être divisée par 2 ; par
conséquent, 230 Volts, onde unique redressée donne 103 Volts CC

6.3.7. Révision – Ce dont il faut se rappeler

Tout appareil électronique alimenté par le réseau utilise un redresseur


convertissant le CA en CC.

Les redresseurs sont composés de diodes.

Les redresseurs convertissent une sortie alternative en une sortie continue.

Les redresseurs monophasés peuvent être soit des redresseurs demi-onde ou


pleine onde.

Les redresseurs demi-onde n’utilisent qu’une seule diode.

Les redresseurs demi-onde sont utilisés pour des applications de faible


puissance.

Les redresseurs demi-onde produisent un courant continu pulsé.

Les redresseurs pleine onde peuvent posséder des circuits biphasés ou en pont.

Les redresseurs à deux phases utilisent deux diodes et un transformateur à prise


médiane.

Les redresseurs en pont utilisent quatre diodes mais ne nécessitent pas de


transformateur à prise médiane.

6.4. LES FILTRES

6.4.1. Introduction

Les redresseurs modifient la tension CA en tension CC. Mais les redresseurs produisent
une tension CC pulsée. La pulsation est appelée l’ondulation résiduelle.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 80 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Le nombre de pulsations dépend du type de redresseur. Un redresseur demi-onde et à


une seule phase produit la plus grande ondulation résiduelle. Un pont redresseur triphasé
produit la plus petite ondulation résiduelle.

Certains appareils électriques ou électroniques fonctionnent sans problèmes sur une


tension CC pulsée. En revanche d’autres types d’appareils électroniques ne fonctionnent
pas très bien.

La tension CC pulsée est non filtrée.

Un filtre est utilisé pour arrêter les pulsations de la tension CC.

6.4.2. Définition d’un filtre.

Votre voiture est équipée d’un autoradio. Celui-ci est branché sur la batterie de la voiture.
La batterie de la voiture possède une tension de 12 VCC.

Supposons que vous déposiez l’autoradio de votre voiture et que vous l’emmeniez chez
vous. Supposons que la tension de votre domicile soit de 220 VCA.

Pour faire fonctionner l’ autoradio, vous devrez « réduire » la tension de 220 VCA à 12
VCA à l’aide d’un transformateur.

Ensuite vous devrez modifier la


tension de 12 VCA en 12 VCC à
l’aide d’un redresseur (voir la
figure).

Figure 92 : Alimentation CC

Même si l’ autoradio fonctionne avec la nouvelle alimentation de 12 VCC, elle produira


néanmoins un bruit – un bourdonnement. Le bourdonnement est dû à la pulsation de la
tension CC. Pour faire fonctionner la radio sans bourdonnement, vous devez supprimer la
pulsation.

La pulsation (ou ondulation résiduelle) peut être supprimée à l’aide d’un filtre. Un filtre est
composé de deux pièces. Un condensateur utilisé pour filtrer la tension et une bobine
d’inductance (ou bobine d’arrêt) utilisée pour filtrer le courant.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 81 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.4.3. Le condensateur comme filtre

Le condensateur est connecté en parallèle à la sortie de l’alimentation (voir la figure).


Dans cet exemple, l’alimentation est fournie par un redresseur de CC.

Figure 93 : Filtre à condensateur

Supposons que la sortie de l’alimentation


présente une valeur de crête de 20 V (voir
la figure suivante).

Figure 94 : CC non filtré


avec une valeur de
crête de 20 V

Tandis que la tension


augmente jusqu’à la valeur de crête de
20 V, le condensateur se charge
également jusque 20 V. Lorsque la forme
d’onde CC essaie de retomber à zéro, la
tension de secteur devient inférieure à 20 V
– soit moins que la tension chargée par le
condensateur. Ainsi le condensateur se
décharge dans la ligne du secteur pour
essayer de stopper la chute de la tension
(voir la figure).

Figure 95 : Léger filtrage

Le condensateur tente de maintenir la tension. Il essaie d’empêcher la tension de chuter


en dessous d‘un certain niveau. Par conséquent nous dirons que le condensateur filtre la
tension.

6.4.4. Efficacité du condensateur

Le filtrage par le condensateur dépend de :

La valeur de courant devant être transmise par l’alimentation à la charge.

La valeur de la capacité connectée au circuit.


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 82 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Si l’alimentation transmet un courant de faible intensité, il faudra une faible capacité pour
filtrer la tension.

Si l’alimentation transmet un courant d’intensité élevée, il faudra une capacité élevée pour
filtrer la tension.

La tension en sortie d’un redresseur est appelée la valeur moyenne et est égale à la
valeur de crête de la longueur d’onde multipliée par 0,637.

Exemple :

a) Soit une tension CA de 24 volts transformée en CC.

b) La valeur de crête est 24 x 1,414 =


33,9 VCA.

c) La valeur moyenne de tension est 21,6 volts.

d) Lorsque la tension en sortie du redresseur


est filtrée, la tension augmente de façon
proportionnelle.

Figure 96 : (A) Faible capacité. (B) Plus grande


capacité.

e) Avec une capacité suffisante, l’ondulation


résiduelle est complètement filtrée et la forme
d’onde en sortie sera une ligne droite.

Figure 97 : Tension CC complètement filtrée

f) Si l’ondulation résiduelle a été filtrée à partir de la tension CC, la tension de sortie est
identique à la tension de crête de la tension CA appliquée – celle que l’on redresse.

Dans notre exemple : Si une tension de 24 volts CA effective est connectée à un


redresseur pleine onde, sa forme d’onde de valeur de crête est de 33,9. Si la tension CC
redressée est complètement filtrée, la tension de sortie CC est de 33,9 volts.

6.4.5. La bobine d’arrêt

La bobine d’arrêt supprime


l’ondulation résiduelle CA à partir
de la sortie d’une alimentation CC.

Figure 98 : Connexion de la bobine


d’arrêt du filtre
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 83 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Elle est connectée en série avec la sortie du redresseur.

Lorsque l’intensité du courant


augmente, un champ magnétique
se forme autour de la bobine.

Figure 99 : Le champ magnétique


augmente en même temps
que l’intensité du courant.

Lorsque l’intensité du courant diminue, le champ magnétique disparaît en envoyant un


courant dans la bobine.

Le courant circule dans le même sens que le courant du circuit et permet de conserver un
débit continu dans le circuit. Les dimensions des bobines d’arrêt dépendent de la
puissance devant être produite par le circuit.

Figure 100 : Champ magnétique


induisant le renvoi d’un courant
dans la bobine

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 84 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.4.6. Les types de filtres

6.4.6.1. Filtre à condensateur unique

Pour des alimentations


délivrant de faibles
courants, tel le filtre
« PI ».

Figure 101 : Transfert


« PI »

6.4.6.2. Filtre à bobine en tête

Pour des alimentations


délivrant des courants
élevés.

Figure 102 : Filtre à


bobine en tête

Sur ces filtres, la bobine d’arrêt est connectée en tête du condensateur pour éviter une
surtension à la mise sous tension de l’alimentation.

Figure 103 : Filtre « PI »


d’entrée à bobine
d’arrêt

6.4.6.3. Rappel

Un condensateur déchargé se comporte comme un court-circuit à la masse


lorsque la puissance circule à l’intérieur pour la première fois.

Cela peut entraîner un important courant de crête pouvant détruire les diodes.

Si vous connectez une bobine d’arrêt en amont du condensateur, vous pouvez


limiter l’augmentation de courant.

Une bobine d’arrêt résiste aux variations de courant et évite les courants de crête
importants lors de la mise sous tension de l’alimentation.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 85 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.5. LA DIODE ZENER

6.5.1. Introduction

Les diodes Zener portent le nom du chercheur ayant découvert l’effet Zener.

Même si l’effet est limité aux diodes de 6 V maximum, d’autres diodes aux caractéristiques
analogues mais fonctionnant selon des principes différents et jusqu’à 100 volts sont
couramment appelées diodes Zener.

Ce sont des diodes utilisées comme régulateurs de tensions, référence de tension ou


parasurtension.

6.5.2. L’effet Zener

La diode Zener est un composant spécial auquel on applique une polarité inversée.
Lorsqu’une diode se bloque dans le sens inverse, elle entre dans la région de Zener.
Lorsque cet effet se produit, la plupart des diodes sont détruites. Les diodes Zener
peuvent néanmoins être utilisées en toute sécurité en polarité inversée.

Les diodes Zener laissent le courant circuler comme des diodes normales si elles ont une
polarisation directe. En polarisation inverse, elles se bloquent dans le même sens jusqu’à
leur claquage dans la région de Zener. Néanmoins, le claquage ne détruit pas la diode si
le courant inverse est limité, par une résistance, en dessous d’une valeur nominale.

Les diodes Zener sont connectées en mode de polarisation inverse et elles bloquent le
courant jusqu’à l’atteinte de la tension de zener (V2). Elles établissent alors une
puissante conduction. Il est important que le courant soit limité par une résistance en
série.

La tension de Zener peut être fixée suivant presque toutes les valeurs lors de la fabrication
en modifiant le niveau de dopage du matériau semi-conducteurs.

Regardez la figure ci-dessous (Caractéristiques d’une diode Zener), vous pouvez voir que
la tension aux bornes de la Zener varie très peu par rapport aux larges variations de
courant après le courant de coude.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 86 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 104 : Caractéristiques d’une diode Zener

6.5.3. La diode Zener

Dans une diode Zener correcte, la caractéristique sera presque à angle droit, c.-à-d. que
la tension de Zener sera constante.

Figure 105 : Graphique


d’une diode Zener

Notez dans la figure


(Graphique de Zener), que
lorsque la tension de
claquage inverse d’une
diode Zener est atteinte, la
chute de tension du
dispositif reste quasiment
constante.

La tension n’est pas


affectée par la valeur de
courant circulant en sens
inverse.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 87 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La chute de tension étant constante, tout dispositif connecté en parallèle à la Zener aura
une chute de tension constante même si le courant dans la charge varie. Cela justifie leur
utilisation comme diodes de référence.

Les symboles graphiques des différentes diodes Zener sont indiqués dans la figure ci-
dessous (symboles de diode Zener).

Figure 106 : Symboles de diodes Zener

6.5.4. Identification des Zener

L’extrémité de la cathode d’une diode Zener possède un repère (comme pour toutes les
autres diodes) de couleur ou une forme spécifique. Le système de numérotation est
également le même que celui des autres diodes, c.-à-d. le système américain ou le
système Pro-électron européen.

Exemple du système européen : Zener BZY88C6V8.

B = Silicium

Z = Zener

Y88 = 400 mW (manuel technique)

C = Tolérance 5 %

6V8 = Tension de Zener, soit 6,8 V

La figure montre le système d’identification des diodes Zener, p. ex. par une extrémité de
couleur ou de forme
spécifique.

Figure 107 : Identification


des diodes Zener

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 88 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.5.5. Calibre des diodes Zener

Les diodes Zener sont calibrées par tension et par puissance.

Tension de Zener : (les diodes Zener sont réalisées suivant une gamme de
valeurs préconisées de tension).

3,3 / 4,7 / 5,1 / 6,2 / 6,8 / 9,1 / 10 / 11 / 12 / 13 / 14 / 15 jusqu’à 200 V.

Puissance nominale : (pour un courant donné, une plus grande puissance sera
dissipée en sens inverse).

Exemple :

Un courant direct de 1 A donne :

P ≈ 1 A x 0,6 V ≈ 0,6 W

Un courant inverse de 1 A. Soit, une diode Zener de 10 V donne :

P ≈ 1 A x 10 V ≈ 10 W

6.5.6. Caractéristiques d’une diode Zener

Exercice pratique : les caractéristiques d’une diode Zener peuvent être constatées en
réalisant l’expérience suivante.

Étape 1 – Connecter le circuit comme


indiqué dans la figure.

Figure 108 : Circuit pour définir les


caractéristiques d’une diode Zener

Étape 2 - Appliquer une tension de


polarisation directe aux bornes de la
diode Zener et relevez les valeurs de
courant et de tension tandis que la
tension d’alimentation varie.

Note : Ne pas excéder la puissance nominale de la Zener.

Caractéristique directe :

v (V) ____________

1 (mA) ____________
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 89 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Etape 3 - Inverser la diode Zener, appliquer une tension de polarisation inverse aux
bornes de la diode Zener et relever les valeurs de courant et de tension tandis que la
tension d’alimentation varie.

Note : Ne pas excéder la puissance nominale de la Zener.

Caractéristique inverse :

v (V) ____________

1 (mA) ____________

Etape 4 - Tracer un graphique reprenant les résultats ci-dessus et comparer la forme du


graphique à celle indiquée dans la figure du § 6.5.2 (Caractéristiques d’une diode Zener)
ou du § 6.5.3 (Graphique de Zener).

6.5.7. Calculs appliqués à une diode Zener

Figure 109 : Régulateur de base Zener

Pour le calcul des valeurs des composants nécessaires dans le circuit d’un régulateur de
tension de base (voir la figure Régulateur de base Zener), prendre en considération ce qui
suit.

I). Si le courant qui circule dans la diode chute en dessous de la valeur du courant de
coude, l’action régulatrice de la diode sera interrompue.

II). La dissipation de puissance requise des composants.

Ces calculs ne sont pas complexes et utilisent la loi d’Ohm et les lois de Kirchoff.

Les valeurs de tension de Zener (Vz) commencent à 2,7 volts. Leur valeur varie :

a) légèrement en raison de la forme de la caractéristique lorsque le courant varie.

b) suite aux variations de température.


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 90 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Si Vz est inférieure à 5 V, sa valeur diminuera avec l’élévation de la température,


soit un coefficient de température négative.

Si Vz se situe entre 5 V et 6 V, sa valeur variera très peu par rapport aux


variations de température.

Si Vz est supérieure à 6 V, alors sa valeur augmentera avec l’élévation de la


température.

6.5.7.1. Exemple de calculs

Supposons :

a) Nous avons une alimentation CC susceptible de varier entre 9 V et 11 V.

b) Nous désirons alimenter une charge qui nécessite une alimentation de tension
entre 6,5 V et 7 V.

c) La charge tirera un courant de 10 mA à cette tension.

Utilisons une diode Zener de 6,8 V et choisissons un courant de 15 mA pour la parcourir.


Celui-ci sera au-dessus du courant de coude.

Le circuit est indiqué dans la figure ci-dessous (Circuit de régulation avec diode Zener)

Figure 110 : Circuit de


régulation avec diode
Zener

Le courant total à partir


de l’alimentation (It)
correspond à la somme
du courant Iz Zener et du
courant de charge (IL).

Ainsi IL = 15 mA + 10 mA = 25 mA

Maintenant, si la tension d’alimentation est de 9,2 V, la puissance dissipée aux bornes de


la résistance en série sera :

VR = 9 V – 6,8 V = 2,2 V

Par la loi d’Ohm : R = V / I = 2,2 V / 0,025 A

= 88 ohms ou utiliser 100 ohms (valeur préconisée)


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 91 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Les valeurs du circuit sont


indiquées dans la figure

Figure 111 : Valeurs pour


le circuit de régulation
avec diode Zener

Nous pouvons calculer la puissance dissipée dans la résistance et dans la diode Zener
pour nous assurer que nous disposons de composants suffisamment calibrés.

Puissance dans la résistance = VR x It

= 2.,2 V x 0,025 A

= 55 mW

Puissance dans la Zener = VZ x IZ

= 6,8 V x 0,015 A

= 102 mW

Supposons maintenant que la tension d’alimentation augmente jusqu’à 11 V

Cela signifie que la puissance dissipée aux bornes de la résistance passe de 2,2 V à
4,2 V.

Par conséquent le courant d’alimentation augmentera jusqu’à 4,2 V / 100 = 42 mA

Le courant de charge IL est toujours de 10 mA, donc le courant circulant dans la


Zener doit augmenter de la même valeur que le courant d’alimentation, soit de
17 mA, l’amenant à 32 mA.

L’augmentation de courant dans la Zener modifie légèrement la tension de Zener


(d’environ 22 mV), nous avons donc un changement de 22 mV seulement
lorsque l’entrée est modifiée de 2 V.

La puissance dissipée dans la résistance et dans la Zener est de 176,4 mW et de


217,6 mW. Puisque ce sont les puissances les plus élevées qu’ils devront
dissiper, nous pouvons utiliser une résistance de 1 / 2 W et une diode Zener de
400 mW.

La résistance en série absorbe toute augmentation de tension lors de la mise


sous tension et la diode Zener absorbe la variation de courant consécutive.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 92 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Un des types de Zener adapté à l’exemple ci-dessus serait la BZY88C6V8 (voir


les codes d’identification Zener).

Si la charge est déconnectée, les 10 mA débités dans la charge circuleront dans


la Zener. Cela entraînera l’augmentation de la dissipation à 286 mW.

La diode Zener constitue un régulateur de tension très efficace pour le circuit de


charge. Même si le courant varie, la diode Zener oblige la tension à rester à une
valeur constante et conduit vers la masse le courant non utilisé par le circuit de
charge.

6.5.7.2. Contrôle d’une Zener

Nous pouvons observer l’effet de variation de la tension d’alimentation sur le courant et


sur la tension de Zener dans le circuit suivant.

Figure 112 : Contrôle d’une diode Zener

Le courant est mesuré à l’aide d’un appareil de mesure analogique en série et la tension
de Zener est mesurée à l’aide d’un voltmètre numérique en parallèle à la Zener.

Les valeurs affichées notées sont les suivantes :

Tension Tension de Courant de


d’alimentation Zener Zener
8 8 0
11 9,74
16 9,85 20 mA
20 9,93
22 10 40 mA

Table 7 : Essai d’une diode Zener


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 93 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La tension aux bornes de la Zener a augmenté en même temps que tension d’alimentation
jusqu’à ce que le courant circule dans le circuit.

Ensuite, elle a très peu varié par rapport à une large gamme de tension d’entrée. Le
courant a considérablement varié.

6.5.7.3. Applications des diodes Zener

Principales applications des diodes Zener :

Tension d’alimentation de référence.

Alimentations stabilisées.

Circuits d’écrêtage.

6.5.8. Tension d’alimentation de référence

Vous pouvez obtenir une tension d’alimentation de référence pour fournir une tension fixe
vers une charge lorsque la tension d’alimentation CC normale risque de varier, p. ex. un
circuit électrique de voiture.

Une application type est


l’alimentation d’une radio-transistor
ou d’un magnétophone de 6 V à
partir d’un circuit électrique de
voiture de 12 VCC.

Figure 113 : Tension d’alimentation


de référence – Circuit électrique
de voiture

La résistance R en série réduit la différence de tension entre la tension d’alimentation et la


tension de référence (Zener). Pour trouver une valeur de R appropriée et sa puissance
nominale, nous choisissons le niveau le plus élevé susceptible d’être atteint par la tension
d’alimentation, c’est-à-dire 16 V pour une tension nominale de circuit électrique de voiture
de 12 V. Nous choisissons ensuite la valeur de courant débité la plus faible possible
puisque, tandis que le courant débité diminue, le courant de la Zener augmente.

Supposons que nous utilisions une diode Zener d’une puissance nominale de 6,2 V à
5W:
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 94 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Courant Zener maximum : PZ / VZ = 5 / 6,2 = 0,81 A

Courant de charge minimum = 0,2 A, soit 200 mA dans ce cas

Remarque : Ce courant de charge minimum dépendra bien sûr de la charge devant être
alimentée. Se référer aux données techniques du fabricant en cas d’hésitation. Dans ce
cas, le courant total, IT = 0,81 + 0,2 = 1,01 A. Ainsi,

Vmax- V Z 16 – 6,2
R = = = 9,9 Ω
IT 1,01

Puissance nominale de la résistance : I².R = 1,01² x 10 ≈ 10W

Dans cet exemple, la résistance de limitation en série est de 10 Ω ± 5 % calibrée à 10 W,


et la diode Zener est de 6,2 V, 5 W

Note : Dans le circuit simple illustré, si la charge est déconnectée du circuit, le courant
dans la Zener augmentera jusqu’à atteindre un niveau très dangereux. C’est pourquoi, des
précautions sont nécessaires dans la méthode utilisée pour connecter la charge au circuit
et / ou pour commuter l’alimentation vers le circuit.

6.5.8.1. Alimentations stabilisées

Pour de nombreux dispositifs électroniques, les alimentations doivent être stabilisées.

Exemple :

1). Les circuits intégrés TTL nécessitent 5 V ± 0,25 V

2). De nombreux amplificateurs opérationnels de circuits intégrés nécessitent


+15 V, 0, -15 V / ±1 V

Les circuits électroniques permettent de


maintenir une tension constante. Cela
peut consister en un régulateur de
puissance d’un circuit intégré simple
protégé dans un ensemble de trois
bornes. Outre le maintien d’une tension
constante par rapport à la plage de la
charge, le régulateur peut comprendre un
dispositif de protection par court-circuit.

Figure 114 : Caractéristique


d’alimentation stabilisée
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 95 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La tension de sortie ne chute que légèrement sur la charge jusqu’à atteindre la valeur de
charge maximum. Ensuite, la tension régulée chute rapidement et ne possède plus qu’une
très faible valeur grâce à une protection par court-circuit automatique (crowbar) comme
indiquée dans la figure 6.11. Dès que le court-circuit ou la surcharge est supprimé, la
tension régulée revient à son niveau précédent.

6.5.8.2. Ecrêtage

Une autre application de diodes Zener est la production d’ondes carrées par écrêtage de
formes d’onde CA et CA redressées comme indiqué dans les 2 figures ci-dessous. La
forme d’onde d’étalonnage utilisée dans certains oscilloscopes est souvent obtenue par ce
moyen.

Figure 115 : Ecrêtage d’alimentation redressée pleine onde

Figure 116 : Ecrêtage de forme d’onde CA

6.5.9. Révision – Ce dont il faut se rappeler

Les diodes Zener fonctionnent sans risque en polarité inversée.

Les diodes Zener sont connectées en mode de polarisation inverse.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 96 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Dans une diode Zener correcte, la tension n’est pas affectée par la valeur du
courant.

Les diodes Zener peuvent être identifiées par la couleur, par leur extrémité de
forme spécifique et par un système de numérotation.

Les diodes Zener sont calibrées par tension et par puissance.

Les valeurs de tension de Zener peuvent être affectées par les variations de
température.

Les régulateurs peuvent contenir des dispositifs de protection par court-circuit


(crowbar) qui protègent les circuits contre toute surcharge.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 97 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6. LE TRANSISTOR

6.6.1. Introduction

De nombreux dispositifs ont la propriété de commander une grande quantité grâce à une
petite quantité. Par exemple, une légère force appliquée au robinet d’une baignoire permet
l’écoulement ou l’arrêt d’un grand débit d’eau. Les transistors possèdent cette propriété et
permettent de commander une puissance importante avec une puissance minimale. Ces
composants sont vitaux en électronique et sont le fondement des amplificateurs
électroniques et des interrupteurs électroniques.

Il existe différents types de transistors dont les plus connus sont les bipolaires. Ces
derniers peuvent être de type NPN ou PNP, même si les transistors NPN sont les plus
courants.

6.6.2. Types de transistors bipolaires


Le transistor est un dispositif semi-
conducteur réalisé par la jonction de
trois couches de matériau de type P
ou N.

Il existe deux principaux types de


transistors : les NPN et les PNP. Le
type de transistor dépend de la façon
dont les matériaux semi-conducteurs
sont joints. La figure montre un
transistor NPN et un transistor PNP :

Figure 117 : Principaux types de


transistors bipolaires

Le transistor est un dispositif à trois bornes. Ces trois bornes sont :

Le collecteur

La base

L’émetteur

Les transistors peuvent être faits soit en germanium ou en silicium mais le silicium est
néanmoins plus souvent utilisé en raison de sa capacité de résistance à la chaleur.
Cependant, un dispositif au silicium nécessite une plus grande tension pour fonctionner.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 98 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

C’est pourquoi le dispositif au germanium est employé si seule une faible puissance de
fonctionnement est requise.

Les transistors bipolaires sont composés de matériau semi-conducteur dopé (de type N et
de type P). Même si de nombreux procédés de fabrication sont appliqués, un transistor est
un dispositif essentiellement composé de trois couches.

Les trois couches peuvent être :

N-P-N

P-N-P

La figure montre les deux types de transistor. Le circuit à diodes équivalent est représenté
pour chaque type de transistor.

Figure 118 : Type de transistor et disposition des diodes

Les deux types de transistor possèdent la même fonction dans un circuit mais la polarité
de l’alimentation est inversée. C’est pourquoi le sens de débit conventionnel du courant
est inversé.

Symboles des transistors :

Les deux types de transistor possèdent des symboles analogues à l’exception de la


direction de la flèche de l’émetteur différente pour indiquer les polarités opposées
requises par chaque type. La figure indique les symboles des circuits pour les deux types
de transistor.

Figure 119 : Symboles graphiques


des transistors

Dans les deux cas, la flèche


indique le sens de débit
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 99 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

conventionnel (facile) du courant vers la polarité la plus négative.

NPN a un collecteur positif, une base positive, un émetteur négatif.

PNP a un collecteur positif, une base négative, un émetteur positif.

6.6.3. Fonctionnement d’un transistor

Les symboles graphiques des deux types de transistor sont similaires en apparence mais
le sens de la flèche du fil de l’émetteur est différent.

Cette flèche indique le sens de débit conventionnel du courant qui est différent pour
chaque type de transistor mais qui va toujours du matériau de type P vers le matériau de
type N dans le circuit base-émetteur.

Dans les circuits utilisant des


transistors de type PNP, la
tension d’alimentation
présente une polarité opposée
et les courants circulent en
sens opposé par rapport à
ceux des circuits utilisant des
transistors de type NPN.

Figure 120 : Symboles


graphiques pour le
transistor

Le transistor NPN

Le collecteur et l’émetteur sont tous deux en matériau de type N et la fine couche entre
eux est la base de type P. Au premier abord, on pourrait penser que le transistor peut
fonctionner dans n’importe quel sens en inversant les fils du collecteur et de l’émetteur
puisqu’ils sont tous les deux composés du même type de matériau.

C’est pourtant impossible car ces différentes parties n’ont pas la même dimension. Le
collecteur est plus grand et, dans de nombreux transistors, il est directement connecté au
boîtier pour dissiper la chaleur. Pendant l’utilisation, l’essentiel de la chaleur générée se
situe au niveau de la jonction collecteur-base qui doit être capable de dissiper cette
chaleur. La jonction émetteur-base ne peut tolérer qu’une petite tension inverse.

Le fonctionnement en sens inverse est possible mais l’efficacité sera extrêmement


réduite. Quoi qu’il en soit, cela ne constitue pas une méthode pratique de connexion car
très souvent elle entraîne la destruction du dispositif.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 100 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Le transistor est un dispositif commandé par le courant. Si le courant circule dans la base
et par la jonction base-émetteur, alors une alimentation positive sur le collecteur
entraînera le débit d’un courant entre le collecteur et l’émetteur. Vous devez vous rappeler
deux choses à propos de ce courant collecteur :

Pour un courant de base zéro, le courant collecteur ne représentera qu’un


courant de fuite, inférieur à 1 μA dans des conditions normales (pour les
transistors au silicium).

Pour un courant de base donné, le courant collecteur qui circule est bien plus
conséquent que le courant de base. Ce gain de courant est appelé hFE où :

ic Collector current change


hFE = =
iB Base current change

Le transistor fonctionne comme un robinet électrique.

Le collecteur correspond à
l’entrée et l’émetteur à la
sortie du dispositif. La base
correspond à la vanne de
commande (voir figure).

Figure 121 : Transistors


fonctionnant comme des
robinets électriques

Le courant circulant dans la base et dans l’émetteur commande l’essentiel du trajet du


courant qui passe par le collecteur et l’émetteur du transistor. Quelques milliampères de
courant de base peuvent commander plusieurs centaines de milliampères de courant au
sein du circuit du collecteur et de l’émetteur.

Le courant principal (tel le débit dans un robinet) circule entre le collecteur et l’émetteur et
il est commandé par un courant beaucoup plus petit circulant entre la base et l’émetteur.
Ne vous inquiétez pas si vous ne comprenez pas parfaitement ce qui se passe, ce sera
plus clair après que vous ayez lu les pages suivantes.

Essayer d’apprendre le sens


des courants et la polarité des
tensions. Rappelez-vous que
ce courant circule dans le sens
de la flèche sur le symbole du
transistor.

Figure 122 : Transistor NPN


mis « SOUS TENSION »

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 101 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.4. Caractéristiques nominales des transistors

Il est important de respecter les caractéristiques nominales des transistors. Les fiches
techniques indiquent les spécifications et les caractéristiques nominales du transistor. Le
courant nominal et la tension nominale d’un transistor doivent être connus avant de le
choisir pour une application spécifique.

6.6.4.1. Courants nominaux

Le courant de base IB, correspond au courant de commande et il est généralement (de


valeur) beaucoup plus faible que le courant collecteur Ic. Le courant collecteur IC,
correspond au courant commandé et il est généralement beaucoup plus élevé que le
courant de base.

Figure 123 : Valeurs des courants des transistors

Le courant émetteur est généralement considéré comme identique au courant collecteur


lors de la recherche de défauts sur des circuits.

Parfois on utilise des lettres minuscules, par ex. lb pour IB etc. ; cela n’a aucune incidence
sur la signification.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 102 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.4.2. Gain en courant

Le ratio du courant collecteur par rapport au courant de base est appelé le gain en
courant et possède les symboles β (béta), HFE, Hfe, HFE ou Hfe.

Les lettres majuscules sont utilisées pour le gain en courant CC et les lettres minuscules
pour le gain en courant CA ou d’une valeur en petits signaux. Elles possèdent, en règle
générale, la même valeur bien qu’elles diffèrent en fonction de la fréquence du signal CA
et du courant collecteur.

Les données techniques octroient un nombre à HFE qui correspond au nombre de fois où il
faudra multiplier le courant de base pour obtenir le courant collecteur.

HFE = IC / IB ou IB = IC / HFE ou IC + IB x HFE

Exemple :
Un transistor petits signaux possède un gain en courant de 100, il est utilisé dans un
circuit pour obtenir un courant collecteur de 50 mA. Quel est le courant de base
nécessaire ?
IΒ = IC / HFE = 50 / 100 = 0,5 mA.

6.6.4.3. Tensions nominales des transistors

Les tensions les plus importantes


sont indiquées dans le schéma.
Celles suivies de la lettre « o » sont
les tensions nominales maximales
conformément au recueil des
données, dans lesquelles « o »
signifie que l’autre électrode n’est
pas connectée. I.E. VCBO est la
tension collecteur / base sans
aucune tension sur l’émetteur.

Figure 124 : Tension nominale d’un


transistor

VCEO La tension maximale collecteur / émetteur (Collecteur + ve)

VCBO La tension maximale émetteur / base (Émetteur + ve)

CEBO La tension maximale émetteur / base (Émetteur + ve). Tension inverse


(Polarités indiquées pour un transistor NPN)

PTOT La puissance totale pouvant être dissipée par le transistor


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 103 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.5. Utilisation d’un transistor pour commander un courant

Si vous concevez un transistor comme une sorte de robinet, le courant base-émetteur agit
comme si on « l’ouvrait ».

Si davantage de courant de base est entraîné dans un transistor, un courant


collecteur-émetteur plus important peut
circuler, c.-à-d. que le robinet est plus
« ouvert ».

De façon analogue, si l’on fournit un courant


de base plus petit, un courant collecteur
moindre peut circuler.

Le débit d’eau d’un robinet dépend de la


pression d’eau et une pression d’alimentation
plus élevée fournit un plus grand débit.

Figure 125 : Similitude entre un transistor et


un robinet d’eau

TENSION COLLECTEUR-ÉMETTEUR

De même, une tension collecteur-émetteur (pression) est nécessaire pour obtenir un débit
de courant collecteur-émetteur. Cependant seule une faible tension est nécessaire, par ex.
0,1 à 0,3 V ; l’application d’une tension plus importante entraîne seulement un léger
courant supplémentaire par rapport au débit. Cela semble étrange mais en réalité 10 V
entraînent une tension à peine plus élevée que 0,5 V.

TENSION BASE-ÉMETTEUR

L’ensemble base-émetteur se comporte quasiment de la même façon qu’une diode et une


tension directe de 0,7 V est nécessaire pour entraîner un courant dans la base.

Si la tension est inférieure à environ 0,7 V ou circule dans le mauvais sens, il n’y aura pas
de courant de base. Vérifier la polarité sur le schéma NPN.

GAIN EN COURANT

Si l’on applique quelques volts aux bornes du collecteur-émetteur :

Courant collecteur
= Is à peu près constant. Valeur type = 100
Courant de base

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 104 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Cette valeur est appelée gain en courant, et a pour symbole hFE. Elle correspond à la
valeur « qualité » d’un transistor et est indiquée dans les catalogues. HFE correspond
généralement à 100 mais des types différents de transistor possèdent des valeurs
significativement différentes.

6.6.6. Le transistor PNP

Pour les transistors PNP, ce n’est pas compliqué, ils laissent simplement le courant
circuler en sens opposé par rapport aux transistors de type NPN. Tous les courants et
toutes les tensions sont inversés comparativement aux transistors de type NPN.

Il sera probablement plus facile d’étudier le NPN et de se rappeler que le PNP correspond
simplement à l’opposé, ainsi la tension base / émetteur est appliquée -ve vers la base et +
ve vers l’émetteur.

6.6.7. Révision – Ce dont il faut se rappeler

Les transistors peuvent commander une très grande puissance avec une faible
puissance. Les comparer à des robinets.

Les transistors bipolaires sont de type NPN ou PNP en fonction du type de


matériau semi-conducteur utilisé.

Les transistors NPN possèdent un collecteur positif, une base positive et un


émetteur négatif.

Les transmetteurs PNP possèdent un collecteur négatif, une base négative et un


émetteur positif.

Dans les transmetteurs NPN, le collecteur est plus grand pour pouvoir dissiper la
chaleur.

Les caractéristiques nominales des transistors ne doivent pas être dépassés.

Le courant de commande est supérieur au courant collecteur mais présente une


valeur plus faible.

Dans les transistors NPN à polarisation directe, la résistance est faible. Dans les
transistors NPN à polarisation inverse, la résistance est élevée.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 105 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.8. Complément concernant les transistors (aperçu général)

6.6.8.1. Fonctionnement d’un transistor

Le transistor est composé d’une combinaison des matériaux de type P et de type N utilisés
dans les diodes. En pratique, il existe deux combinaisons possibles de formation des trois
couches. Elles sont appelées NPN et PNP.

Figure 126 : Similitude entre un transistor et des diodes

Les jonctions formées ressemblent à deux diodes avec un point commun qui est appelé la
Base.
Les deux autres bornes sont le collecteur et l’émetteur. L’une des jonctions a une
polarisation inverse, l’autre a une polarisation directe.

6.6.8.2. Transistor NPN, avec jonction à polarisation directe (Base vers


émetteur)

La base est rendue positive par rapport à la région de l’émetteur. La base est une
région très fine, légèrement dopée, c.-à-d. qu’elle ne présente que quelques électrons
libres. L’émetteur est plus grand et fortement dopé, c.-à-d. qu’il existe de nombreux
électrons libres.

La polarisation en direct attire un grand nombre d’électrons dans la région de la base, où


seuls quelques électrons seront recombinés pour entraîner un faible courant de base (IB).

La plupart des électrons ne seront pas recombinés et resteront simplement dans la région
de la base sous l’attraction du potentiel positif.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 106 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 127 : Transistor NPN – Jonction à polarisation directe

6.6.8.3. Transistor NPN, avec jonction à polarisation inverse (Base vers


collecteur)

Le collecteur est rendu positif vers la base. Le courant y circulant est très faible et il est
produit par les porteurs minoritaires. Ces derniers correspondent aux électrons
présents dans la base et aux trous présents dans le collecteur. De fait, seul un courant
de fuite circule.

Dans une isolation, les


jonctions agissent comme
des diodes séparées. L’une a
une polarisation directe et
l’autre a une polarisation
inverse. La jonction à
polarisation directe présente
une faible résistance et celle
à polarisation inverse
possède une haute
résistance.

La combinaison des deux


entraîne la circulation du
même courant
(approximativement) à travers
les deux jonctions.

Figure 128 : Transistor NPN – avec jonction à polarisation inverse

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 107 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.8.4. Transistor NPN, avec les deux jonctions polarisées

La polarisation directe attire un grand nombre d’électrons dans la Région de la base où


quelques électrons seront recombinés pour former le courant de base. La plupart des
électrons seront attirés vers le potentiel beaucoup plus élevé de la région du collecteur
et seront transportés de la base à polarisation inverse vers la jonction du collecteur et se
rajouteront au courant minoritaire.

Ces électrons forment le


courant émetteur /
collecteur et la quantité
de courant est
commandée par le
nombre d’électrons
attirés vers la base. Ces
derniers, à leur tour, sont
commandés par la
tension de polarisation
directe de la diode de
jonction base / émetteur.

Figure 129 : Transistor


NPN – avec les deux
jonctions polarisées

Si la jonction base / émetteur n’est pas à polarisation directe, aucun courant de base
ne circulera et il n’y aura donc aucun courant collecteur / émetteur

Le courant de base constitue le courant de commande.

La tension de polarisation directe de la base est faible ; 0,6 à 0,9 V pour un transistor au
silicium et comme pour une diode (ce qu’il est en réalité) une légère augmentation de la
tension directe peut entraîner une augmentation conséquente de courant.

La tension et le courant du collecteur sont plus élevés et le rapport courant collecteur /


courant de base correspond au gain en courant du transistor.

6.6.8.5. Fonctionnement d’un transistor

L’amplification du courant dans un transistor NPN est décrite à l’aide du schéma de circuit
suivant qui indique également des valeurs types de tension et de courant.

La jonction base-émetteur a une polarisation directe par l’alimentation 600 m VCC.

Le collecteur possède une tension positive de 5,4 V par rapport à la base (+ 6 V – 0,6 V),
ainsi la diode collecteur-base est à polarisation inverse.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 108 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 130 : Fonctionnement d’un transistor NPN

La polarisation directe de la jonction base-émetteur entraîne l’attraction d’un grand nombre


d’électrons dans la région de la base. La région de la base est très fine et très légèrement
dopée (quelques trous), ainsi sous la force attractive beaucoup plus grande en raison du
potentiel positif du collecteur, la plupart des électrons circuleront de la région de la base
dans le collecteur.

Ces électrons constituent le courant collecteur. Les électrons qui se combinent à des trous
dans la région de la base constituent le courant de base.

Valeurs types d’un transistor au silicium :

Courant émetteur IE = 1 mA

Courant collecteur IC = 0,995 mA

Courant de base IB = 0,005 mA

Considérez maintenant que la tension base-émetteur soit augmentée de telle manière que
le courant émetteur double à 2 mA. Se rappeler que dans une diode (ici la diode
base-émetteur), une grande augmentation de courant peut entraîner une très faible
augmentation de tension directe.

Dans un transistor type, une augmentation de la tension de base de 600 mV à 620 mV


peut être suffisante pour augmenter le courant émetteur de 1 mA à 2 mA.

Le courant collecteur doublera également pour passer à 1,99 mA puisqu’il existera deux
fois plus d’électrons par seconde pénétrant la région de la base, deux fois plus dans le
collecteur.

Le courant de base doublera également de la même valeur.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 109 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.6.8.6. Gain de courant

Les figures utilisées indiquent que pour une variation de courant de base de 0,005 mA, le
courant collecteur varie de 0,995 mA.

Le gain de courant est égal au courant collecteur divisé par le courant de base. lC / Ib.

Ainsi le gain de courant du transistor = 0,995 / 0,005 = 199

6.7. IDENTIFICATION ET ESSAIS DES TRANSISTORS

6.7.1. Introduction

Les transistors sont des dispositifs semi-conducteurs capables d’amplification. Ils ont
remplacé les vannes qui étaient plus encombrantes et fragiles.

Nous allons voir un aspect pratique. Après avoir indiqué les fondements (ci-dessus),
étudions désormais le transistor installé en l’identifiant et en le testant.

6.7.2. Identification d’un transistor

Les transistors présentent de nombreux calibres de tension, de courant et de puissance.


Ils sont intégrés dans différents boîtiers. Le boîtier peut également être en plastique ou en
métal. Le type de boîtier possède une incidence sur la plage de puissance commandée
par le transistor.

Les transistors peuvent posséder :

Des tensions nominales allant de quelques volts à des centaines.

Des intensités nominales allant de milliampères à cinquante ampères ou plus


encore.

Des puissances nominales allant de milliwatts à plusieurs centaines de watts.

Certains transistors sont conçus pour fonctionner suivant quelques milliers de cycles par
seconde ; d’autres peuvent fonctionner suivant plusieurs centaines de millions de cycles
par seconde.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 110 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 131 : Exemples de transistors

Il est important d’identifier les différents transistors pour comprendre leurs différentes
caractéristiques. Le système le plus couramment utilisé est l’index 2N. Les transistors
répertoriés dans ce système sont annotés de 2N suivi d’un numéro et vous pouvez les
retrouver dans un cahier de référence.

Le tableau ci-dessous indique un exemple des spécifications de transistor indiquées dans


le cahier de référence des transistors.

Pour comprendre ce système de référence, chaque colonne est numérotée. Ce numéro


est suivie d’une brève explication.

Puissance Tension Courant


Numéro Matériau Polarité nominale nominale nominal Fréquence
(1) (3) (3) (PD) (VCE) (IC) (7)
(4) (5) (6)
2N2222 S N 0,5 W 30 150 mA 250 MHz
2N2907 S P 1,8 W 40 150 mA 200 MHz
2n2928 G P 0,15 W 13 2 mA 400 MHz
2N6308 S N 125 W 350 3A 5 MHz
2N6280 S N 250 W 140 20 A 30 MHz
1 2 3 4 5 6 7

Table 8 : Spécifications des transistors

(1) La colonne des numéros indique le numéro 2N du transistor.

(2) La colonne des matériaux indique si le transistor est composé de germanium ou de


silicium.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 111 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

(3) La colonne des polarités indique si le transistor est de type NPN ou PNP.

(4) La colonne des puissances indique la quantité de chaleur pouvant être dissipée par le
transistor. (Note : les transistors 2N6308 et 2N6280 indiquent une puissance nominale de
125 watts et de 250 watts. Ces puissances nominales ne peuvent être obtenues que si les
transistors ont été montés sur une pâte thermoconductrice et thermique appropriée. Le
transistor 2N2928 possède une puissance nominale de 150 mW qui indique 150 milliwatts
ou 0,15 watts).

(5) La colonne des tensions nominales indique la quantité de tension pouvant être
supportée par le dispositif sans rupture.

(6) La colonne des intensités indique le courant maximum pouvant être conduit par le
transistor. (Note : un transistor peut ne pas être capable de repousser une tension
maximale lors d’une conduction de courant maximal. Le transistor 2N6308 possède une
puissance nominale de 125 watts, une tension nominale de 350 volts et un courant
nominal de 3 ampères. Si le transistor perd 350 volts lors de la conduction de 3 ampères
de courant il doit dissiper 1 050 watts (350 x 3 = 1 050).

(7) La colonne des fréquences indique la fréquence de fonctionnement maximale du


transistor. MHz signifie mégahertz.

Certains fabricants, comme Motorola et RCA, utilisent leur propre système de


numérotation pour certains dispositifs. Motorola utilise souvent MJ, MJE, ou SDT. RCA
utilise un numéro SK pour l’identification de certains de leurs transistors. Certains
fabricants de matériels utilisent leurs propres numéros spécifiques pour l’identification des
composants. Ces numéros ne veulent rien dire, si ce n’est que pour le fabricant et dans la
plupart des cas, ne peuvent pas être identifiés.

Une liste plus détaillée des spécifications de transistor est indiquée dans le recueil des
données (suivant).

6.7.3. Recueil des données des transistors

Bien qu’il existe des milliers de transistors différents, seuls quelques uns sont couramment
utilisés.

L’une des raisons justifiant cette situation est la diffusion des paramètres. HFE par exemple
qui, pour un transistor type comme un BC 107 possède une diffusion de 100 à 400. Le
circuit dans lequel le transistor est connecté doit fournir ces diffusions.

6.7.3.1. Regroupements

Les transistors sont regroupés de différentes façons dans un recueil de données.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 112 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Exemples :

Petits signaux – Faible puissance Jusque 300 mW. Ic jusque 100 mA.

Puissance moyenne Jusque 1 W. Ic jusque 3 A.

Haute puissance Jusque 150 W. Ic jusque 20 A.

La puissance pouvant être dissipée par un transistor est un facteur très important lors du
remplacement par un type différent. La puissance est dissipée sous forme de chaleur et
certains transistors sont montés sur des dissipateurs thermiques.

La puissance dans un transistor se calcule en :

trouvant la tension collecteur / émetteur.

trouvant le courant collecteur.

multipliant les deux ensemble.

Soit P = VCE x IC Watts.

Ils peuvent également être regroupés par application :

Usage multiple La plupart des applications à faibles ou moyennes


fréquences.

Commutation Commutation grande vitesse et circuits logiques.

Niveau sonore faible Types faible puissance et utilisés dans les étages d’entrée
des instruments et des amplificateurs de signaux sonores
haute fidélité

R.F. ou Vidéo Applications analogiques haute fréquence

Le paramètre de fréquence est indiqué par le symbole Ft. Il s’agit d’une valeur complexe
et en règle générale, la fréquence la plus élevée utilisée dans un transistor se situe à un
dixième de la valeur Ft.

6.7.3.2. Chiffre du gain de courant

Il est accompagné des symboles Hfe, HFE ou Béta. Cela correspondra au chiffre « le plus
petit », au chiffre « moyen » ou à la limite inférieure et supérieure.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 113 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.7.3.3. Tensions

Il existe deux autres paramètres importants à prendre en considération lors du


remplacement de transistors. Il s’agit de la tension maximale collecteur-émetteur, la VCEO
et de la tension maximale collecteur-base, la VCBO. Les deux tensions doivent être
identiques ou supérieures à celles du transistor d’origine.

6.7.3.4. Résumé

Lors d’un remplacement d’un transistor défectueux, il est toujours préférable de le


remplacer par le même type. Si cela s’avère impossible, il faut alors vérifier les données
du transistor défectueux, les comparer avec les fiches ou les manuels techniques pour
trouver une alternative adaptée.

Les points suivants –constituent les principaux paramètres devant être vérifiés.

TYPE PNP ou NPN. Silicium ou germanium.

PTOT Dissipation maxi.

VCEO Collecteur maxi

VCBO Tension maxi collecteur-base

HFE Gain de courant. Devant être identique ou supérieur à celui d’origine.


(Jusqu’à deux fois la moyenne)

IC(MAX) Courant collecteur maxi.

Les détails plus mécaniques – type ou dimension de boîtier – dépendent de l’espace dans
disponible l’unité. Toujours remplacer des types de boîte en métal par des boîtes en métal.

Un échantillon de fiche technique est présenté dans le tableau ci-dessous et indique la


représentation type « de référence rapide ».

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 114 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Numéro Boîtier Type PTOT IC(MAX) VCEO VCBO HFE Ft


AC128 TO PNP Ge 700 -1 A -1,6 V -32 V 60 / 1,5
mW 175 MHz
BC107 TO18 NPN Si 360 100 mA 45 V 50 V 110 / 250
mW 450 MHz
BC108 TO18 NPN Si 360 100 mA 20 V 30 V 110 / 250
mW 800 MHz
BC478 TO18 PNP Si 360 -150 -40 V -40 V 110 / 15
mW mA 800 0MHz
BFY50 TO39 NPN Si 800 1A 35 V 80 V 30 60 MHz
mW
2N3053 TO39 NPN Si 800 Mw 1A 40 V 60 V 50 / 100
250 MHz
BD131 TO126 NPN Si 15 w 3A 15 V 70 V 20 60 MHz
BD132 TO126 PNP Si 15 w -3 A -45 V -45 V 20 60 MHz
TIP31A TO220 NPN Si 40 w 3A 60 V 60 V 10 / 60 8 MHz
2N3055 TO3 NPN Si 115 w 15 A 60 V 100 V 20 / 70 1 MHz
MJ2501 TO3 PNP Si 150 w -10 A -80 V -80 V 1 000 1 MHz
min
MJ3001 TO3 NPN Si 150 w 10 A 80 V 80 V 1 000 1 MHz
min

Table 9 : Exemple de recueil de données de transistor.

NOTES

Tandis que la dissipation de la puissance augmente, le gain diminue sauf dans le cas des
MJ2501 et MJ3001 qui sont tous les deux des transistors à montage Darlington qui
présentent un gain très élevé.

Ces deux modèles et le BD1 31 / 132 sont également paires complémentaires et


peuvent être obtenues en tant qu’ensemble assorti de transistors.

Les types PNP possèdent un signe - avant les calibres de tension et de courant.

Se rappeler que le même type de transistor peut être obtenu dans nombre de boîtiers
différents, chacun ayant les mêmes caractéristiques électriques mais un numéro de type
différent.

Les chiffres de dissipation de puissance se situent en règle générale à 25 degrés C et les


transistors de puissance doivent être montés sur un dissipateur thermique.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 115 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.7.4. Boîtiers de transistor

Les transistors sont conditionnés de nombreuses façons différentes suivant les fabricants.
Exemples de types de boîtiers :

Figure 132 : Conditionnements et configuration de transistors

Essais statiques d’un transistor

Un essai pratique permet d’identifier le type de


transistor et de ses bornes.

Figure 133 : Représentation deux-diodes du transistor

Pour cet essai statique, il est convenu de considérer le


transistor comme deux diodes connectées dos-à-dos, comme indiqué dans la figure ci-
dessus.

6.7.4.1. Identification des fils

Les fils de transistors conditionnés dans les boîtiers standard TO3, TO5 ou TO18 sont
relativement simples à identifier (voir les figures ci-dessus). Les transistors conditionnés
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 116 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

dans les boîtiers TO92, TO220 ou TO21 8 sont parfois difficiles à identifier en raison de la
position de leurs fils.

Lors des essais de transistor dans les boîtiers TO5 ou TO18, tenir le transistor à l’envers.
Les trois fils forment un triangle sur l’un des côtés du boîtier. Le petit onglet sur le boîtier
est toujours celui le plus proche du fil émetteur du transistor. Les fils de transistor du
boîtier TO3 peuvent être identifiés en tenant le transistor avec les fils orientés vers vous et
en bas.

Le fil sur le côté gauche correspond à l’émetteur et le fil sur le côté droit à la base. Le
collecteur constitue le boîtier du transistor.

Les transistors dans des boîtiers plastique comme le TO92, le TO220, le TO218 etc.,
peuvent présenter leurs fils dans n’importe quelle position.

6.7.4.2. Procédure d’essai

Pour réaliser cet essai, nous pouvons utiliser un multimètre de gamme Ω / 100, ou le
multimètre numérique de gamme 1 000 kΩ. Il est important d’utiliser une batterie à basse
tension car de nombreuses jonctions base-émetteur de transistor ne supportent qu’une
polarisation inverse de 5 V.

Note : Si un multimètre analogique est utilisé, se rappeler de modifier les fils en


conséquence de façon à ce que le fil rouge soit connecté à la borne positive de la batterie
et le fil noir à la borne négative de la batterie. Cette procédure n’est pas nécessaire
habituellement avec un MULTIMÈTRE NUMÉRIQUE, la polarité des bornes restant
inscrite comme pour les mesures de tension, de courant et de résistance.

La procédure suivante peut être utilisée pour identifier ces transistors.

1. Vérifiez que le transistor soit bien de type NPN.

2. Vérifiez que l’un des fils du transistor constitue la base. Connecter le fil positif de
l’ohmmètre à ce fil.

3. Placer chacun des deux autres fils en contact, un à la fois. S’il existe une continuité
vers les deux autres fils, le fil correspond à la base du transistor et ce dernier est
un transistor NPN. En l’absence de continuité, assurez-vous qu’un autre fil
constitue la base et répéter l’essai.

4. Si aucun des trois fils du transistor ne s’avère être la broche de la base, vérifier que
le transistor soit bien de type PNP. Répétez la procédure en utilisant le fil négatif de
l’ohmmètre connecté à la base du transistor.

5. Si aucun fil ne peut être identifié comme base du transistor, le composant n’est
probablement pas un transistor ou alors il est défectueux.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 117 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6. Une fois le fil de base identifié et que vous savez s’il s’agit d’un transistor NPN ou
PNP, vous devrez identifier celui des deux fils qui est le collecteur et celui qui est
l’émetteur. (Note : la base du transistor doit posséder la même polarité que le
collecteur pour que le transistor puisse fonctionner).

7. Assurez-vous que le transistor est de type NPN et d’avoir identifié le fil de base.
Vérifiez que l’un des deux fils restants soit le collecteur. Connecter le fil positif de
l’ohmmètre sur l’un de ces deux fils. Connecter le fil négatif à l’autre broche.
L’ohmmètre ne doit pas indiquer de continuité.

8. Avec une résistance d’une valeur entre 10 et 5 000 ohms, placer l’un des fils de la
résistance en contact avec le fil positif de l’ohmmètre et disposer la base du
transistor en contact avec l’autre fil de la résistance. Si l’ohmmètre indique une
conduction, la vérification est correcte et le fil positif de l’ohmmètre est connecté au
collecteur du transistor. Si l’ohmmètre n’indique pas de continuité, inverser les fils et
vérifier que l’autre broche du transistor soit le collecteur.

9. Un transistor PNP peut être testé de la même manière. Connecter le fil négatif de
l’ohmmètre au collecteur et placer la résistance en contact entre le fil négatif de
l’ohmmètre et la broche de la base du transistor.

6.7.5. Essais de transistor – Méthode A

6.7.5.1. Essais de transistors à l’aide de multimètres

Vous avez constaté qu’un transistor pouvait être considéré comme deux diodes
connectées ensemble.

Figure 134 : Circuit équivalent de diodes pour des transistors (rappel)


Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 118 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

L’essai statique à l’aide d’un ohmmètre teste chacune des diodes en recherchant un
courant unidirectionnel et grâce à la batterie interne du compteur comme alimentation il
est capable de contrôler l’action du transistor.

IL EST IMPORTANT D’UTILISER LA GAMME LA PLUS FAIBLE DU MULTIMÈTRE ET PAR


CONSEQUENT LA BATTERIE A FAIBLE TENSION POUREVITER TOUT ENDOMMAGEMENT DE LA
JONCTION BASE-ÉMETTEUR.

LA POLARITE SUR LA PLUPART DES GAMMES D’OHMS DES MULTIMETRES ANALOGIQUES EST
TELLE QUE LE FIL ROUGE EST NEGATIF ET LE FIL NOIR EST POSITIF.

LE MULTIMETRE NUMERIQUE EST GENERALEMENT MARQUE.

Vous pouvez maintenant utiliser la procédure suivante pour pratiquer l’essai statique.
Vous avez simplement besoin d’un multimètre analogique réglé sur la gamme d’ohms la
plus faible.

PROCEDURE

1. Utiliser un transistor NPN, soit de type 2N3053, contrôler la broche dans la colonne
‘boîtiers’ de la fiche technique et dans le schéma des types de boîtier au début de
cet atelier.

2. Pour contrôler la polarisation directe de la jonction base / émetteur et de celle


base / collecteur.

Connecter le positif à la
base et le négatif à
l’émetteur et au
collecteur ensuite - les
jonctions seront à
polarisation directe et
l’indication correspondra
à faible résistance (voir
la figure).

Figure 135 : Base /


émetteur et base /
collecteur à polarisation
directe

3. Pour contrôler la polarisation inverse de la jonction base / émetteur et de celle


base / collecteur.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 119 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Connecter le négatif à la
base et le positif à
l’émetteur et ensuite au
collecteur - les jonctions
seront désormais à
polarisation inverse et le
compteur doit indiquer
haute résistance.

Figure 136 : Base /


émetteur et base /
collecteur à
polarisation inverse

4. Pour contrôler les fuites sur la jonction collecteur / émetteur

Connecter le positif sur le collecteur et le


négatif sur l’émetteur –le compteur doit
indiquer haute résistance (voir la figure).

Figure 137 : Fuites sur la jonction


collecteur / émetteur

5. ‘Action du transistor’

Avec le transistor connecté comme lors


de l’opération 4, connecter une
résistance entre le collecteur et la
base ; l’indication doit être résistance
inférieure. Le transistor amplifie le
faible courant de base alimenté par la
résistance et cela apparaît comme une
diminution de la valeur affichée (voir la
figure).

Figure 138 : Action du transistor

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 120 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La valeur affichée réelle dépend de la résistance et du gain du transistor.

Un « doigt humidifié » constitue une résistance adéquate !

Ce contrôle est beaucoup plus rapide que l’indication obtenue du compteur.

Il ne s’agit pas d’un essai complet mais il permettra de vérifier pour la plupart des
dispositifs s’ils sont défectueux.

6.7.5.2. Valeur affichées montrant un défaut

Court-circuit - Base vers collecteur ou Base vers émetteur.

Circuit ouvert - Base vers collecteur ou Base vers émetteur.

Collecteur vers émetteur faible résistance avec la polarité correcte pour le


type de transistor – cela indique que le transistor présente un défaut
d’étanchéité. La valeur affichée « correcte » varie avec le type, par exemple les
transistors au germanium et de puissance présentent plus de risque de fuites
que les types au silicium et petits signaux.

Répéter les contrôles sur les différents types autant de fois que nécessaires pour vous
familiariser aux lectures et aux méthodes.

Pour les types PNP vous devez bien sûr utiliser la polarité opposée par rapport à l’essai
du NPN précédemment décrit.

6.7.5.3. Démonstration

Un transistor surchauffé a été testé. La résistance de la jonction base-émetteur était faible.


Les différentes connexions au compteur n’ont rien changé. La résistance aurait dû être
élevée en polarisation inverse, or elle était faible.

Certains transistors doivent avoir leur collecteur connecté à un dissipateur thermique pour
dissiper leur puissance maximale mais parallèlement le collecteur doit être isolé
électriquement du dissipateur thermique.

Cela peut être réalisé par l’utilisation d’une rondelle Mica de forme appropriée et souvent
une pâte au silicium permet de faciliter le transfert de la chaleur.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 121 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.7.6. Essais de transistor – Méthode B

PROCEDURE : essai d’un transistor NPN

Opération 1 A l’aide d’une diode, déterminer le fil


positif de l’ohmmètre et le négatif. L’ohmmètre
indiquera une continuité dans la diode uniquement
si le fil positif est connecté à l’anode de la diode et
que si le fil négatif est connecté à la cathode (voir
la figure ‘essai de diode’).

Figure 139 : Essai de


diode

Opération 2. Si le transistor est de type NPN, connecter le fil


positif de l’ohmmètre à la base et le fil négatif au collecteur.
L’ohmmètre doit indiquer une continuité. La lecture doit être à
peu près la même que celle obtenue lors de l’essai de la diode
(voir la figure ‘Base / collecteur à polarisation directe’).

Figure 140 : Base / collecteur à polarisation directe (NPN)

Opération 3. Avec le fil positif de l’ohmmètre toujours


connecté à la base du transistor, connecter le fil négatif à
l’émetteur.
L’ohmmètre doit de nouveau indiquer une jonction de diodes à
polarisation directe.

Note : si l’ohmmètre n’indique pas de continuité entre la


base-collecteur ou la base-émetteur, le transistor est ouvert.
(voir la figure ‘Base / émetteur à polarisation directe (NPN)’.

Figure 141 : Base / émetteur à


polarisation directe (NPN)

Opération 4. Connecter le fil négatif de l’ohmmètre à la


base et le fil positif au collecteur. L’ohmmètre doit indiquer
une valeur infinie ou aucune continuité (voir la figure ‘Base /
collecteur à polarisation inverse (NPN).

Figure 142 : Base / collecteur à polarisation inverse (NPN)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 122 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Opération 5. Avec le fil négatif de l’ohmmètre connecté à


la base, reconnecter le fil positif à l’émetteur. Une fois
encore, il ne doit pas exister d’indication de continuité.

Note : Si une très haute résistance est indiquée par


l’ohmmètre, le transistor présente un « défaut d’étanchéité »
mais peut néanmoins fonctionner dans le circuit. Si une très
faible résistance s’affiche, le transistor est en court-circuit.
(voir la figure Base / émetteur à polarité inverse (NPN)

Figure 143 : Base / émetteur à polarisation inverse (NPN)

Opération 6. Pour tester un transistor PNP, inverser


la polarité des fils de l’ohmmètre et répéter l’essai.

Lorsque le fil négatif de l’ohmmètre est connecté à la


base, une jonction de diodes en direct doit être indiquée
lorsque le fil positif est connecté au collecteur ou à
l’émetteur. (voir la figure Base / collecteur à polarisation
directe (PNP).

Figure 144 : Base / collecteur à polarisation directe


(PNP) Opération 6

Opération 7. Si le fil positif de l’ohmmètre est connecté à la


base du transistor PNP, aucune continuité ne doit être
indiquée lorsque le fil négatif est connecté au collecteur ou à
l’émetteur. (voir la figure Base / émetteur à polarisation
inverse (PNP)

Figure 145 : Base / émetteur à polarisation inverse (PNP)


Opération 7

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 123 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.7.7. Essais de transistor – Méthode C

6.7.7.1. Démonstration : essai de transistor à l’aide d’un ohmmètre

De nombreuses personnes réalisent un simple contrôle d’entretien sur des transistors en


utilisant un ohmmètre parce que les transistors se comportent comme s’ils contenaient
deux diodes connectées ensemble. Toujours se rappeler néanmoins qu’un transistor ne
peut pas être construit à partir de deux diodes.

Tous les transistors bipolaires contiennent deux jonctions


p-n (comme celles rencontrées sur les diodes) et ce sont
ces dernières qui peuvent être testées à l’aide d’un
ohmmètre. Regardez l’emplacement des diodes dans le
circuit équivalent (voir la figure).

Figure 146 : Circuit équivalent de diodes pour un


transistor NPN

Prendre n’importe quel transistor NPN en marche et le tester avec votre multimètre sur sa
gamme de résistance de test des diodes. Utiliser un catalogue pour identifier le collecteur,
l’émetteur et la base.

Rappelez-vous de repérer la borne +ve de votre multimètre avant de réaliser l’essai, puis
remplir le tableau. Ces mesures peuvent être votre guide de transistors en marche.

Détails de l’essai Résistance Valeur


NPN Noter prévue
Base + ve, émetteur - ve Basse
Base – ve, émetteur + ve Haute
Base + ve, collecteur - ve Assez
basse
Base – ve, collecteur + ve Haute
Collecteur + ve, émetteur - ve Haute
Collecteur – ve, émetteur + ve Haute

Table 10 : mesures d’essai types pour un transistor

Si la base est +ve, la résistance vers les deux autres bornes est faible.

La jonction collecteur vers l’émetteur présente une haute résistance pour les
deux polarités d’essai.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 124 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 147 : Circuit équivalent de diodes pour un transistor


PNP

Tous les essais de faible résistance nécessitent la connexion


opposée des polarités par rapport à celle nécessaire au
transistor NPN.

6.7.7.2. Condition d’échec

Echec des transistors en circuit ouvert ou en court-circuit. Par exemple, il est possible de
constater la défectuosité d’un transistor présentant un court-circuit entre le collecteur et
l’émetteur ou éventuellement un circuit ouvert entre la base et l’émetteur.

Toute condition anormale indique une pièce qui ne fonctionne pas.

6.7.7.3. Remplacement

Utiliser un transistor de même type et de même numéro comme pièce de rechange si


possible. Si la même pièce n’est pas disponible, vous devez alors choisir une pièce aux
performances équivalentes ou supérieures.

Les calibres maximum et la hFE de la pièce de rechange doivent être égaux ou supérieurs
à ceux du composant d’origine.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 125 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.8. LE THYRISTOR

6.8.1. Définition

Le thyristor est un dispositif semi-conducteurs transistorisé avec quatre couches de


matériau N et P disposées alternativement.

Ils agissent comme un interrupteur, en établissant une conduction


lorsque leur porte reçoit une pulsation de courant et continuent cette
conduction tant que persiste leur polarisation directe.

Figure 148 : Symbole graphique d’un thyristor

Certaines sources considèrent les redresseurs commandés au silicium (SCR) et les


thyristors comme synonymes ; d’autres considèrent les SCR comme un sous-ensemble de
thyristors, tout comme les thyristors interrupteurs (GTO), les interrupteurs CA à triode
(triac), les transistors à induction statique (SIT), les thyristors à induction statique (SITH)
et les thyristors commandés MOS (MCT). Ces derniers sont régis par la norme de la
Commission électrotechnique internationale 60747-6.

6.8.2. Fonction

Le thyristor est un dispositif semi-conducteur à quatre couches dont chaque couche est
réalisée dans un matériau de type N ou de type P disposées alternativement, par exemple
P-N-P-N.

Figure 149 : Schéma d’un thyristor

Les principales bornes, étiquetées anode et cathode, sont en travers des quatre couches
et la borne de commande, appelée la porte est fixée au matériau de type p près de la
cathode. (Une variante appelée Interrupteur commandé au silicium (SCS) fait sortir les
quatre couches aux bornes.)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 126 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Le fonctionnement d’un thyristor peut être compris en termes de paire de transistors à


jonction bipolaire en configuration groupée, disposée de façon à provoquer l’action auto-
verrouillable.

Les thyristors possèdent trois états :

Mode de blocage inverse—La tension est appliquée dans le sens qui serait
bloqué par une diode

Mode de blocage direct – La tension est appliquée dans le sens qui entraînerait
la conduction d’une diode mais le thyristor n’a pas encore été déclenché en
conduction

Mode de conduction directe -- Le thyristor a été déclenché en conduction et


restera en conduction jusqu’à la chute du courant direct en dessous d’un seuil
connu comme le « courant de maintien »

6.8.3. Fonction de la borne de la porte Anode

Le thyristor possède trois fonctions p-n (nommées en série J1, J2, J3 P J1


à partir de l’anode).
N J2
Gate
Figure 150 : Schéma des couches d’un thyristor P J3
Lorsque un potentiel positif VAK est appliqué à l’anode par rapport à la N
cathode avec une tension appliquée à la porte, les jonctions J1 et J3
Cathode
sont à polarisation directe tandis que la jonction J2 est à polarisation
inverse.

J2 ayant une polarisation inverse, aucune conduction n’est possible (état bloqué).
Maintenant si VAK augmente au-delà de la tension de rupture VBO du thyristor, une rupture
d’avalanche de J2 se produit et le thyristor établit une conduction (état circulant).

Si un potentiel positif VG est appliqué à la borne de la porte par rapport à la cathode, la


rupture de la jonction J2 se produit à une valeur inférieure de VAK. En sélectionnant une
valeur appropriée de VG, le thyristor peut être commuté immédiatement sur l’état circulant.

Il est à noter qu’une fois la rupture d’avalanche s’est produite, le thyristor continue la
conduction, indépendamment de la tension de la porte, jusqu’à ce que :

Le potentiel VG soit supprimé ou

L’intensité du courant dans le dispositif (anode−cathode) soit inférieur à celle du


courant de maintien spécifié par le fabricant. Ainsi VG peut être une pulsation
de tension, comme la tension en sortie d’un oscillateur à relaxation UJT.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 127 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Ces impulsions de porte sont caractérisées en termes de tension de déclenchement de


porte (VGT) et de courant de déclenchement de porte (IGT). Le courant de
déclenchement de porte varie dans le sens opposé à la largeur d’impulsions de la porte de
sorte qu’il est évident qu’une charge minimale de la porte est nécessaire au
déclenchement du thyristor.

6.8.4. Caractéristiques de commutation

Dans un thyristor conventionnel, une fois mis sous tension par la borne de la porte, le
dispositif reste verrouillé à l’état circulant (cela signifie qu’il ne nécessite pas une
alimentation continue de courant de porte pour la conduction), à condition que l’intensité
du courant de l’anode soit supérieure à celle du courant d’accrochage (IL).

Tant que l’anode reste polarisée positivement, elle ne peut pas être mise hors tension
sauf si le courant d’anode devient inférieur au courant de maintien (IH).

Figure 151 : Caractéristiques


types d’un thyristor

Un thyristor peut être mis hors


tension si le circuit externe
entraîne la polarisation
négative de l’anode. Dans
certaines applications, cela
s’effectue par commutation d’un
second thyristor pour décharger
un condensateur dans la
cathode du premier thyristor.
Cette méthode est appelée
commutation forcée.

Une fois qu’un thyristor a été mis hors tension par commutation forcée, un délai déterminé
doit s’être écoulé avant que l’anode ne puisse être polarisée positivement à l’état bloqué.
Le délai minimum est appelé le temps de coupure de commutation du circuit (tQ).
L’essai de polarisation positive de l’anode dans ce laps de temps entraînerait l’auto-
déclenchement du thyristor par les porteurs restants de charge (trous et électrons) n’ayant
pas été encore recombinés.

Pour des applications avec des fréquences plus élevées que l’alimentation CA domestique
(ex. 50 Hz ou 60 Hz), des thyristors possédant des valeurs inférieures de tQ sont
nécessaires. Ces thyristors rapides sont obtenus par diffusion d’ions métalliques à forte
teneur en silicium comme l’or ou le platine qui agissent comme des centres de
combinaison de charge. Une autre alternative à l’aide de rayonnements neutroniques de
silicium permet d’obtenir des thyristors rapides.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 128 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.8.5. Historique

1956 Le redresseur commandé au silicium (SCR) ou le thyristor proposé par William


Shockley en 1950 et défendu par Moll et d’autres chez Bell Labs a été développé d’abord
par des ingénieurs spécialisés en force motrice chez General Electric (G.E.) dirigé par
Gordon Hall et commercialisé par G.E.'s Frank W. « Bill » Gutzwiller.

6.8.6. Applications

Les thyristors sont principalement utilisés dans des applications impliquant des courants et
des tensions élevés et sont souvent utilisés dans la régulation des courants alternatifs,
dans lesquels le changement de polarité du courant entraîne la mise hors tension
automatique du dispositif ; appelé le passage à zéro.

On dit que le dispositif fonctionne de façon synchrone car une fois le dispositif ouvert, il
conduit le courant en phase avec la tension appliquée sur sa jonction cathode-anode sans
plus aucune nécessité de modulation de porte pour répliquer ; le dispositif est polarisé
complètement à l’état circulant. Il ne faut pas confondre ceci avec un fonctionnement
symétrique puisque la sortie étant unidirectionnelle, la circulation ne s’effectue que de la
cathode vers l’anode et est donc asymétrique par nature.

Les thyristors peuvent être utilisés comme


éléments de commande des contrôleurs
déclenchés par angle de phase, également
appelés contrôleurs excités par phase.

Figure 152 : Une banque de six thyristors de


2000 A

Sur la figure, les thyristors sont les palets


blancs.

Les tubes transparents sont destinés à l’eau de


refroidissement.

Les thyristors peuvent également être rencontrés dans des alimentations réservées à des
circuits numériques dans lesquels ils peuvent être utilisés comme une sorte de
« disjoncteur » ou de « crowbar » pour éviter l’endommagement des composants en aval
lors d’une panne d’alimentation.

Le thyristor est utilisé de concert avec une diode Zener fixée sur sa porte et lorsque la
tension en sortie de l’alimentation augmente au-dessus de la tension de Zener, le thyristor
conduit en court-circuitant l’alimentation à la masse (et en grillant en général un fusible en
amont).

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 129 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.8.7. Comparaisons avec d’autres dispositifs

L’inconvénient fonctionnel d’un thyristor est que, comme


une diode, il ne conduit que dans un seul sens. Un
dispositif similaire auto-verrouillable de 5 couches, appelé
TRIAC, est capable de travailler dans les deux sens.

Cette capacité ajoutée peut néanmoins s’avérer comme un


déficit.

Le TRIAC étant capable de conduire dans les deux sens,


des charges réactives peuvent entraîner sa mise hors
tension lors d’instants de tension zéro du cycle
d’alimentation CA.

Figure 153 : SCR calibré à environ 100 ampères, 1 200


volts

Pour cette raison, l’utilisation de TRIAC avec (par exemple) des charges de moteur
fortement inductives nécessite généralement l’utilisation d’un circuit « amortisseur » dans
les alentours du TRIAC pour garantir sa mise hors tension lors de chaque demi-cycle de
l’alimentation secteur.

Des SCR parallèles inverses peuvent également être utilisés à la place du triac car
chaque SCR dans la paire possède un demi-cycle entier de polarité inversée qui lui est
appliquée, les SCR, à la différence des TRIAC, sont toujours mis hors tension. Le « prix »
à payer pour cet agencement représente toutefois la complexité de deux circuits de
portillonnage individuels qui sont cependant très semblables.

Les thyristors à modem peuvent commuter de grandes puissances (jusqu’à des


mégawatts). Dans la réalité, pour les applications à très haute puissance, ils représentent
toujours le premier choix. Cependant, dans des applications de moyenne ou de faible
puissance (de quelques dizaines de watts à quelques dizaines de kilowatts), il sont
presque toujours remplacés par d’autres dispositifs possédant des caractéristiques de
commutation supérieures comme les MOSFET ou les IGBT. L’un des problèmes majeurs
associé aux SCR est que ce ne sont pas des interrupteurs complètement contrôlables.

Le GTO (Thyristor interrupteur) et l’IGCT sont deux dispositifs connexes qui s’adressent
à ce problème.

Dans des applications haute fréquence, les thyristors sont des candidats peu adaptés en
raison des temps de commutation importants issus de conduction bipolaire. Les
MOSFET, d’autre part, ont une capacité de commutation beaucoup plus rapide en raison
de leur conduction unipolaire (seuls les porteurs majoritaires transportent le courant).

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 130 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6.8.8. Modes de défaillance

Conjointement aux modes de défaillance habituels résultants de calibres de tension, de


courant ou de puissance trop élevés, les thyristors possèdent leur propres modes de
défaillance spécifiques, dont :

Mise sous tension di / dt — dans lequel le taux d’élévation de courant à l’état


circulant après un déclenchement est supérieur à celui pouvant être supporté par
la vitesse de diffusion de la zone active de conduction (SCR et TRIAC).

Commutation forcée — dans lequel le courant de recouvrement inverse de


crête transitoire entraîne un telle chute de tension élevée dans la région de la
sous-cathode qu’elle excède la tension de rupture inverse de la jonction cathode-
diode de la porte (SCR uniquement).

6.8.9. Thyristors au carbure de silicium

Ces dernières années, certains fabricants ont développé des thyristors utilisant du carbure
de silicium (SiC) comme matériau semiconducteur. Ces derniers sont destinés à des
applications dans des environnements à température élevée puisqu’ils sont capables de
fonctionner à des températures de plus de 350 °C.

6.8.10. Types de thyristors

SCR — Redresseur commandé au silicium

ASCR — SCR asymétrique

RCT — Thyristor passant en inverse

LASCR —SCR ou LTT actionnés par la lumière— Thyristor déclenché par la


lumière

DIAC et SIDAC — Les deux formes de dispositifs de déclenchement

BOD — Diode de retournement — Thyristor déclenché sans portes par courant


d’avalanche utilisé dans des applications de protection

TRIAC — Dispositif de commutation bidirectionnel contenant deux structures de


thyristors

GTO — Thyristor interrupteur

IGCT — Thyristor commuté par porte intégrée

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 131 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

MA-GTO — Thyristor interrupteur blocable par la gâchette de l’anode

DB-GTO — Thyristor interrupteur blocable par la gâchette tampon

MCT — MOSFET Thyristor commandé contenant deux structures TEC


supplémentaires pour une commande on / off.

BRT — Thyristor commandé par résistance de base

SITh — Thyristor à induction statique ou FCTh — Thyristor commandé par un


champ présentant une structure de portes pouvant couper le débit de courant de
l’anode.

Le GTO est un dispositif trois états avec une installation à 8 fonctions. Son équation est :
v=j-o x n / n o

Et sur site, vous rencontrerez des thyristors sur des entraînements de moteur, des
contrôleurs de vitesse, des UPS, des alternateurs etc.…

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 132 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

7. LOIS ET FORMULES

7.1. RAPPEL MESURES EN CONTINU ET EN ALTERNATIF

7.1.1. « Différence » alternatif et continu

Avec une source à courant continu, lorsque


V la tension d’alimentation est de 100V, le
100V
voltmètre indique 100V – pas de problème,
V
çà correspond -
= R

t Figure 154 : Mesure courant continu

100V
45°
V
V
R 45°

Figure 155 : Mesure courant alternatif

Avec une source à courant alternatif, c’est moins évident, que va indiquer le voltmètre ?

Il faut d’abord savoir qu’un appareil de mesure (classique) ne ‘prend’ qu’une demi-
alternance, admettons qu’une diode en série ne laisse passer que la ‘moitié’ de cette
même alternance.

Admettons ensuite que l’aiguille du voltmètre soit « tiraillée » (c’est une image, mais elle
est « efficace ») entre la valeur maximale et le zéro 50 fois par seconde (50 HZ).

Que va-t-elle faire (l’aiguille) ? Se stabiliser au milieu, c’est-à-dire avec un angle de 45°.et
2
indiquer la valeur « sinusoïdale » de sin 45° soit = 0,707
2
L’aiguille s’est « efficacement » placée, c’est la valeur efficace : Veff

En anglais c’est le RMS : Root-Mean-Square

Voir les définitions ci-après

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 133 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

I ou V en CA
Valeur de crête +
Figure 156 : Valeur de crête et valeur
Valeur efficace efficace

t Ainsi pour l’exemple ci-dessus, le


signal ayant une amplitude
d’alternance de sommet à sommet
(peak to peak) de 200 Volts, le
voltmètre indique 100 x 0,707 = 70,7
Volts.
Valeur de crête -
Redéfinissons donc ces grandeurs «
Une période officiellement ». Voir aussi les cours
‘électricité’ et ‘générateurs’.

7.1.2. Définition grandeurs en alternatif

On appelle tension alternative une tension qui change périodiquement


d’amplitude et de sens. De même, on appelle courant alternatif un courant qui
change périodiquement d’amplitude et de sens.

On appelle tension de crête Û la tension maximum atteinte par la valeur


instantanée d’une tension alternative. On définit de même le courant de crête Î.

Le cycle complet d’une tension alternative, répété continuellement, est appelé


une alternance.

La durée T d’une alternance est appelée la période.

De manière plus générale, un signal de forme quelconque est dit périodique


lorsque son allure au cours du temps se répète à chaque période T.

Le nombre d’alternances effectuées chaque seconde par une tension est la


fréquence f de cette tension.

La fréquence et la période sont liées par la relation suivante :

Où T est la période en secondes [s] et f la fréquence en hertz [Hz].

La pulsation ω d’une tension alternative est la vitesse angulaire du vecteur


représentant cette tension avec ω = 2.π.f ou f est la fréquence en hertz (Hz).
Souvent, la fréquence f et la pulsation ω sont toutes deux exprimées en [s-1],
plutôt que, respectivement en [Hz] et en [rad / s].

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 134 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Si l’angle θ de rotation vaut 0 à l’instant t = 0, il peut être exprimé en fonction du


temps et de la période,

où θ est l’angle en radian [rad], t le temps et T la période en seconde [s].

Lorsque t croît de 0 à T, θ accomplit bien un tour complet (2π). Il est ainsi


possible d’exprimer la valeur de la tension sinusoïdale u(t) en fonction du temps :

Où Û est la tension de crête en volt [V], f la fréquence en Hertz [Hz], ω la


pulsation en [rad / s] et t le temps en seconde [s].

Application :

Un voltmètre mesure 230V à une prise de courant ‘à la maison’ (tension domestique),


quelle est la tension de sommet à sommet (peak to peak) de l’alternance ?

= 230 x 1,414 x 2

Vous comprenez peut-être mieux, en voyant la valeur trouvée, qu’il vaut mieux ne pas
mettre les doigts dans la prise…..

Ceci s’applique pour toutes grandeurs mesurées en courant alternatif, V ; I, ….

Question :

Quelle est l’influence de la fréquence sur la valeur efficace d’un courant ou d’une tension ?

7.1.3. Valeur (Puissance) efficace en régime sinusoïdal

La puissance instantanée P dissipée dans une résistance R connectée à une tension


continue UDC est obtenue par la relation

(Voir Table en chapitre Lois et formules).

Dans le cas d’une tension alternative, la puissance varie au cours du temps. La puissance
instantanée est alors donnée par :

En remplaçant u(t) par son expression donnée ci-dessus :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 135 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Et en utilisant la relation trigonométrique

, on obtient

Cette formule montre que la puissance comporte un terme constant, égal à Û² / 2R et un


terme sinusoïdal dont on sait que la valeur moyenne sur une période est nulle. De plus,
cette puissance est toujours positive :

Et comme déjà vu (implicitement), au-dessus, û = u.0,707 (valeur de crête = valeur


efficace multipliée par racine de 2) : P = U² / R

Figure 157 : Représentation de la puissance dissipée dans une résistance R soumise à


une tension alternative sinusoïdale

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 136 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Si l’on veut évaluer graphiquement la valeur moyenne de cette puissance sur une période,
il faut évaluer d’abord l’énergie absorbée pendant une période T. La Figure montre que les
deux surfaces hachurées sont rigoureusement égales et se compensent mutuellement.

La valeur moyenne de la puissance P(t) est donc identique à celle qui correspondrait à
une puissance constante, égale à la moitié de R Û 2 .

Constat important : Sur le plan de son échauffement moyen, il est indifférent d’alimenter
la résistance avec une tension u(t) sinusoïdale ou avec une tension continue UDC, si la
relation suivante est vérifiée
:

En effet, le calcul montre qu’alors

Et l’on définira en conséquence :

On appelle tension efficace ou tension r.m.s. (de l’anglais : root mean square)
la tension continue équivalente à la tension alternative u(t), qui produirait le
même échauffement dans une résistance.

On appelle courant efficace ou courant r.m.s. le courant continu équivalent au


courant alternatif i(t), qui produirait le même échauffement dans une résistance.

La définition de la valeur efficace est valable pour tout signal périodique. Toutefois, pour
des tensions et courants de forme sinusoïdale et seulement dans ce cas, les deux
formules résultent des calculs précédents
:

On rencontre souvent l’abréviation « AC » dérivée de l’anglais alternative courant. La


littérature technique française utilise les abréviations « CA » et « eff ». On rencontre
également le symbole « ∼ ».

Dès lors qu’on exprime les tensions et courants alternatifs avec leurs valeurs efficaces
(r.m.s. ou eff), les lois d’Ohm et de Joule s’appliquent comme en tension continue :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 137 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

7.1.4. Représentation vectorielle des signaux sinusoïdaux

Figure 158 : Représentation graphique et valeurs clés de la fonction sinusoïdale

Cette figure montre comment représenter une grandeur sinusoïdale par un vecteur
tournant. Il est également possible de représenter sur le même graphique plusieurs
grandeurs sinusoïdales par autant de vecteurs, tournants tous autour du même point O
comme un corps solide.

Constat important : Si ces grandeurs ont la même fréquence f, leurs vecteurs tournent à
la même vitesse ω et leurs positions relatives restent constantes.

Figure 159 : Représentation vectorielle de


la tension, du courant et du déphasage.

Le vecteur tension et le vecteur courant


forment un corps solide qui tourne à la
vitesse ω.

Dans ce cas, le courant est en retard sur


la tension.

Lorsqu’une source à tension alternative


alimente une charge qui n’est pas une
simple résistance, on observe très souvent
que la tension et le courant sont ainsi
décalés.

De telles charges seront abordées aux Chapitres suivants (et c’est pour cela que l’on a
‘insisté’ sur les inductances et les condensateurs…)

La tension et le courant ont une fréquence identique mais sont décalés l’un par rapport à
l’autre.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 138 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

En fonction du temps, on peut représenter cette tension et ce courant comme suit :

Figure 160 : Exemple de déphasage entre le courant et la tension dans un circuit

On appelle déphasage le décalage qui peut être observé entre deux grandeurs
alternatives de même fréquence.

Le déphasage s’exprime toujours en unités angulaires (degré ou radian), le tour complet


représentant une alternance complète (qui, rappelons le, dure une période T).

Il convient de faire attention aux points suivants :

La représentation vectorielle, dans laquelle les angles formés par les différents
vecteurs entre eux restent constants, n’est valide que si l’on est en présence de
plusieurs grandeurs sinusoïdales de même fréquence. Leurs vecteurs
correspondants tournent donc tous à la même vitesse angulaire ω.

Une fréquence et une pulsation ne peuvent être que positives. La vitesse


angulaire ω, positive indique que les vecteurs tournent dans le sens inverse
des aiguilles d’une montre.

Le déphasage φ est considéré comme positif s’il est orienté dans le sens
horaire. Ainsi, dans le cas de la Figure ci dessus, le déphasage du courant
relativement à la tension est négatif.

Cette représentation peut être utilisée pour toutes combinaisons d’un nombre
quelconque de grandeurs sinusoïdales, pourvu qu’elles soient toutes de même
fréquence.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 139 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La tension et le courant sont définis en fonction du temps par les équations suivantes :

où ω est la pulsation et φ le déphasage (positif dans le cas de la Figure)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 140 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

7.2. ALTERNATIF TRIPHASE

C’est le domaine d’application principal sur site avec la production, la distribution et


l’exploitation en triphasé, il faut donc s’y « attarder ».

7.2.1. Avantages des alimentations triphasées – Définitions

L’énergie électrique est distribuée dans la plupart des installations industrielles par un
système de tension alternative triphasée, composé de trois lignes.

Les tensions alternatives entre les lignes ont même valeur et même fréquence, mais elles
sont déphasées l’une par rapport à l’autre.

On appelle tension alternative triphasée un système de 3 tensions


sinusoïdales de même fréquence, déphasées de 120° l’une par rapport à l’autre.
On parle également d’alimentation triphasée.

Les bornes d’une alimentation triphasée sont les phases L1, L2 et L3, parfois
également notées R, S et T, voire U, V, W.

Le point commun aux 3 tensions sinusoïdales d’une alimentation triphasée est le


neutre N. Dans les machines et installations, le neutre des alimentations
alternatives triphasée est généralement mis à terre.

Le courant délivré par une phase à une charge est appelé courant de ligne, ou
courant de phase.

Figure 161 : Schéma d’une alimentation


triphasée (étoile)

Les 3 tensions instantanées sont données


par :

Les déphasages 2π / 3 et 4π / 3 (120° et 240°) correspondant, respectivement à 1 / 3 et à


2 / 3 de période.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 141 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 162 : Valeurs instantanées des tensions alternatives triphasées

Pour calculer et représenter leurs valeurs instantanées, on peut remplacer la pulsation ω


par la fréquence f, puis celle-ci par l’inverse de la période T, ce qui donne :

Avantage essentiel : Une alimentation triphasée réduit très fortement la pulsation de


puissance relevée au sujet de la tension alternative monophasée.

On peut le comprendre par une comparaison avec un moteur à essence. Une alimentation
monophasée peut être comparée à un moteur ayant un seul cylindre, alors qu’une
alimentation triphasée peut être comparée à un moteur à trois cylindres. Dans ce moteur,
des pistons identiques montent et descendent à l’intérieur de cylindres identiques, mais
pas en même temps. En effet, ils sont reliés à l’arbre de façon à lui fournir des impulsions
de puissance séquentielles plutôt que simultanées. Il en résulte un moteur qui tourne plus
régulièrement, avec moins de vibrations.

De même, dans un système électrique triphasé, les trois phases sont identiques, mais
elles fournissent leur puissance à des moments différents. Par conséquent, le flux total de
puissance est très uniforme, comme dans le cas du moteur à trois cylindres.

Autre avantage : Pour une puissance à transmettre donnée sous une tension donnée et
avec des pertes max. données, une ligne de transport triphasée demande 25 % de cuivre
en moins qu’une ligne monophasée de même tension.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 142 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

7.2.2. Tension simple et tension composée

La tension entre une phase et neutre est appelée tension simple, ou tension de
phase.

Les 3 tensions simples correspondent à u1(t), u2(t) et u3(t) respectivement dans la Figure
précédente.

Comme leurs amplitudes sont identiques, leurs valeurs efficaces sont égales ; c’est
pourquoi on peut n’en considérer qu’une seule pour représenter l’alimentation triphasée.

On la note US ou Usimple et son unité est le volt [V].

La tension entre deux phases est appelée tension composée.

Les 3 tensions composées sont égales à [u1(t) – u2(t)], [u2(t) – u3(t)] et [u3(t) – u1(t)]
respectivement.

Comme leurs amplitudes sont identiques, leurs valeurs efficaces sont égales ; c’est
pourquoi on peut n’en considérer qu’une seule pour représenter l’alimentation triphasée.
Par exemple :

Figure 163 : Tensions simples et tensions composées

En tenant compte de la relation trigonométrique sin(α – β) = sinα.cosβ - cosα sinβ, on


obtient (il faut effectivement connaître –un peu – la trigo…)
:

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 143 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Donc :

Or :

Donc :

Si l’on tient compte encore que sin(π / 2 – α= cosα, on obtient finalement :

On constate que la tension composée uc23(t) est également sinusoïdale, qu’elle a la même
fréquence que la tension simple us1(t), mais surtout qu’elle est 3 fois plus élevée que la
tension simple. D’où la relation :

ou plus simplement dans nos applications : U = 3 .V

Avec V, tension Phase / Neutre et U tension entre phases

Il faut se gratter la tête pour le démontrer (avec la trigo), mais j’ai connu, sur site, des «
puristes » qui sont intéressés par une telle démonstration et à fortiori, des ‘jeunes’ ayant
encore l’esprit des bancs de l’école.

Et Attention : Ne pas confondre :

Le rapport entre valeur de crête et valeur efficace des tensions sinusoïdales est
de 2

Le rapport entre tension composée et tension simple d’une alimentation triphasée


est de 3

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 144 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

L’usage veut que, lorsqu’on dit qu’une tension alternative triphasée vaut 400 Vrms, on
définisse ainsi la valeur efficace (r.m.s.) de chacune de ses trois tensions composées. Les
tensions simples sont 3 fois plus faibles et valent approximativement 230 Vrms.

7.2.3. Charges en étoile et en triangle

Une charge triphasée comme un chauffage électrique, un moteur électrique est


généralement constitué de trois charges, qui peuvent être branchées en étoile ou en
triangle comme le montre la figure ci-dessous :

Figure 164 : Charges en étoile et en triangle

On appelle courants de ligne les courants qui circulent dans chaque phase
alimentant une charge.

Si les trois charges connectées à une alimentation triphasées sont identiques, on


dit que l’on a une charge équilibrée. Elle consomme un courant efficace
identique sur chacune des phases. Par opposition, si ces charges sont
différentes, on dit que l’on a une charge non équilibrée.

Remarque : si la charge est équilibrée, les 3 courants de ligne sont identiques en valeurs
efficaces.

Leur valeur est généralement appelée courant de phase de cette charge.

Les formules de conversion étoile - triangle vues au paragraphe 4.1.3.6 sont très utiles
pour l’étude des charges triphasées. Ainsi, une charge en étoile de 3 résistances
identiques R1 = R2 = R3 = RY consomme les mêmes courants de ligne qu’une charge en
triangle comportant 3 résistances de valeurs R12 = R23 = R31 = RΔ = 3.RY
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 145 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Remarque : Si l’on considère une charge triphasée en triangle comportant 3 résistances


identiques RΔ qu’on les déconnecte et les reconnecte en étoile, les courants de phase
seront divisés par 3. Cette propriété est utilisée en particulier pour limiter les appels de
courant lors du démarrage de certains moteurs (voir cours schémas et moteurs).

On appelle courant de neutre le courant qui circule dans le neutre lorsqu’il est
connecté à une charge.

Remarque : Lorsqu’une charge est équilibrée, son courant de neutre est nul.

Cette loi peut à première vue sembler en contradiction avec la loi de Kirchhoff sur les
noeuds. En effet, si le courant qui circule dans chacune des 3 phases d’une charge
équilibrée vaut par exemple 10 Arms, il faudrait que le courant de neutre vaille -30 Arms pour
que la somme des 4 courants soit nulle.

Cette contradiction provient du fait que le courant efficace traduit une sorte de moyenne
du courant instantané dans chaque phase. En réalité, pour des charges branchées en
étoile, le courant qui circule par le neutre se calcule bien en appliquant la loi de Kirchhoff,
mais en tenant compte de la valeur instantanée des courants et non de leurs valeurs
efficaces : iN(t) + i1(t) + i2(t) + i3(t) = 0

En admettant que l’origine des temps soit choisie de manière à ce que le courant i1(t) soit
nul lorsque t = 0, les valeurs instantanées des courants sont données par les formules :

Où les valeurs de crête valent :

En appliquant la loi de Kirchhoff avec ces valeurs, on obtient pour le courant de neutre :

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 146 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

En utilisant la relation trigonométrique sin(α – β) = sinα.cosβ - cosα sinβ, on tire :

On introduisant ces résultats et en regroupant les termes en sinus et ceux en cosinus, on


obtient :

Finalement, on obtient pour le courant de neutre :

Formule iN

On constate que si les trois courants de crête Î1, Î2 et Î3 sont identiques, les deux termes en
sinus et en cosinus s’annulent. Nous avons ainsi bien démontré qu’une charge équilibrée
connectée en étoile engendre bien un courant de neutre nul.

Et si, sur site vous avez un courant de neutre existant alors que la charge est supposée
être équilibrée, c’est qu’il y a ‘un problème’, (un enroulement sur les 3 avec impédance
moindre – par exemple).

Si au contraire les trois charges ne sont pas identiques, le courant de neutre peut se
calculer à partir de la relation trigonométrique b.sinα + a.cosα = a ² + b² .sin(α + β),
a
ou β = ± arctg , le signe étant déterminé de manière à ce que sinβ et α aient le même
b
signe.

Ainsi, le courant de neutre est de la forme iN(t) = ÎN.sin(α+ β), avec ÎN = a ² + b² et


a
β = Arctg , les valeurs a et b étant calculées à partir des trois courants de crête Î1, Î2 et Î3.
b

La valeur efficace du courant de neutre vaut alors relation sans surprise.

Ne demandez pas d’explication quant à trouver les valeurs de a et b à partir des valeurs
de crête des 3 intensités, je ne l’ai pas trouvé moi-même…

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 147 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

EXEMPLE :

Pour des charges résistives de 40 W, 60 W et 100 W, les trois courants de phases ont une
valeur crête de 246 mA, 369 mA et 615 mA respectivement.

En appliquant la méthode décrite plus haut, on obtient pour le courant de neutre


(déphasage exprimé en radian) :

Et là aussi c’est en employant la méthode « simplifiée ci-dessus avec a et b, que je se sais


pas de où ça vient….ou tout au moins, comment les déterminer…..

Mais en reprenant la Formule iN (un peu plus haut), il est facile de calculer In à l’instant t
en fonction des 3 valeurs de crête (avec la loi de Kirchhoff, en fait)

Figure 165 : Exemple, courants de phases différents et courant de neutre non nul

Formule iN : iN = - [Î1 – (Î2 + Î3) / 2 . sinφ] + (Î2 – Î3) . 0,866 . cosφ en prenant φ comme
valeur instantanée de l’angle de rotation (0 à 360°) à l’instant ‘t’

La formule devient pour cette application : iN = 246 . sinφ – 212 . cosφ, il ne reste plus
qu’à contrôler avec la figure si cela correspond, iN étant la courbe moire

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 148 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Angle 0° : sinφ = 0 et cosφ = 1 iN = 246 . 0 – 212 . 1 = -212

Angle 30° : sinφ = 0,5 et cosφ = 0,866 iN = 246.0,5 – 212 . 0,866 = 123 – 184 = -61

Angle 45° : sinφ = 0,7 et cosφ = 0,7 iN = 246.0,7 – 212.0,7 = 179 – 149 = +30

Angle 90° : sinφ = 1 et cosφ = 0 iN = 246 . 1 – 212 . 0 = +246 idem Î1

Angle 180° : sinφ = 0 et cosφ = -1 iN = 246 . 0 – 212 . (-1) = +212

Angle 270° : sinφ = -1 et cosφ = 0 iN = 246 . (-1) – 212 . 0 = -246

7.2.4. Représentation vectorielle d’une source triphasée

Les trois tensions d’une alimentation triphasée U1, U2 et U3 peuvent être représentées
graphiquement par des vecteurs déphasés de 2π / 3 rad (120°).

Sur le graphique de la figure ci-dessous, les vecteurs de courant sont également


représentés.

Pour une charge équilibrée les courants de ligne ont une même amplitude et sont
déphasés entre eux de 2π / 3 rad (120°).
L’angle φ est le déphasage entre les courants de ligne I1, I2 et I3 et les tensions simples
U1, U2 et U3.

Figure 166 : Représentation graphique des


tensions et courants triphasés – pour une
charge équilibrée

La somme des 3 vecteurs courant (nous


sommes toujours en distribution équilibrée)
correspond bien à un courant de neutre nul.

Lorsque la charge n’est pas équilibrée, nous


avons vu que le calcul analytique est fort
complexe. ….. (Disons que ce n’est pas
évident)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 149 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La solution sera plus facilement trouvée en


reproduisant graphiquement la loi de
Kirchhoff, comme montré dans la figure
suivante :

Figure 167 : Détermination graphique du


courant de neutre pour une charge non
équilibrée.

Il suffit, de mettre « bout à bout », chacun


des 3 vecteurs courants et ce dans
n’importe quel ordre pour avoir la
composante finale soit la résultante IN

Voir l’application (toujours la même) sur la


figure ci après

I2
IN
IN

I1

IN

Résultante IN
à l’instant ‘t’

Toujours identique quel


IN
que soit l’ordre des
I3 IN
vecteurs composants

Figure 168 : Calcul du courant de neutre en valeur instantanée et en vectoriel

Cette ‘position’ instantanée correspond (approximativement) à un angle de 135° du


graphique avec les courants sinusoïdaux au dessus. IN est en avance d’environ 40° sur I1
qui lui (I1) est à sa valeur de crête positive à +90°).

Attention les couleurs sont différentes qu’avec le graphique. Chacune des 4 grandeurs est
représentée (dans ce schéma vectoriel) à sa valeur de crête, mais avec l’ensemble décalé
de π / 2 par rapport aux courbes du graphique. En avance ou en retard ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 150 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Si vous ‘jongler’ avec les graphiques et les vecteurs, vous n’avez aucun problème pour
comprendre les mesures et différents calculs en triphasé…

7.3. EMPLOI DES LOIS D’OHM ET DE JOULE

Considérons le cas où le circuit entre les points A et B est une simple résistance de valeur
R. Soit uR(t) la tension à ses bornes, iR(t) le courant qui la traverse et PR(t) la puissance
électrique que reçoit cette résistance (et qu’elle dissipe sous forme thermique).

Ce sont là 4 grandeurs physiques qui caractérisent le fonctionnement du composant «


résistance ». Les lois d’Ohm et de Joule (vue dans les chapitres précédents) montrent que
ces grandeurs sont liées.

Et comme nous (re)vus les principes et lois de base en continu et alternatif, écrivons le
tableau suivant

R= I= U= P=
Courant continu

Courant alternatif monophasé

Courant alternatif triphasé


En anticipation du calcul puissance repris dans la suite
P (W) = 1,732. U.I.cosφ
P(VAR) = 1,732.U.I.sinφ
P(VA) = 1,732.U.I.

Table 11 : Relations P, U, I, R courant continu et alternatif (valeurs instantanées) simple


phase (circuit résistif)
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 151 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Comme en mathématique, si l’on fixe 2 valeurs quelconques parmi ces 4 inconnues, les 2
autres en découlent automatiquement. Les lois d’Ohm et de Joule sont parfaitement
réversibles et combinables.

Pour toutes les combinaisons possibles de valeurs fixées, le tableau ci-dessus montre
comment calculer chaque valeur en fonction des « autres », connues

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 152 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

8. LES CIRCUITS DE BASE


Nous avons toutes les unités en Ohms, nous pourrions utiliser les formules d’un cours
d’électricité plus avancé avec des imaginaires, des intégrales, des dérivées, des
exponentielles etc.,…, nous nous contenterons de la représentation schématique avec des
vecteurs. Il n’y qu’un seul théorème mathématique nécessaire pour calculer une
impédance à partir de R, XL et XC, c’est le théorème de Pythagore :

C’est déjà vu dans un chapitre précédent, peut-être, l’avez-vous déjà oublié !! On fait du «
rabâchage » puisque c‘est la base des applications….

Et avec des lettres « explicites »


Côté adjacent = R
pour les futures applications et
φ exemples
Côté opposé = X
Hypoténuse = Z Figure 169 : Théorème de
Pythagore (bis)

Cos φ = R / Z Sin φ = X / Z Z² = R² + X² Z= R² + X ²

8.1. AVEC RÉSISTANCE ET INDUCTANCE EN SÉRIE

VT
Calculer Z et VT quand I = 10A, R = 5Ω,
VR = I.R VL = I.XL
I VR = 50V, XL = 10 Ω, VL = 100V
R XL

I VR VL
Figure 170 : Circuit avec résistance et
inductance en série
I

V & I dans R Méthode pour calculer Z Méthode pour calculer VT


V & I dans L

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 153 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Calcul :

Z² = 5² + 10² = 125 → Z = 125 = = 11,2 Ω = Z


VT² = 50² + 100² = 12500 → VT = 12500 = 10 12 5 = 112 V = VT

Pour avoir VT, il suffit de faire aussi VT = Z.I = 11,2. 10

Et quant au cos φ, il est égal à X / Z ou VL / VT = 5 / 11,2 = 50 / 112 = 0,446


correspondant à un décalage retard (I sur U) de 63,4°

Ceci ressemble à un exercice, c’en est un au titre d’un « cours - exercice ». Pour
l’exercice lui-même, ne vous rassurez pas trop vite,…. Vous allez y avoir droit….

8.2. AVEC RÉSISTANCE ET CAPACITÉ EN SÉRIE

VT Calculer Z et VT quand I = 10A, R = 5Ω,


VR = 50V, XC = 10Ω, VC = 100V
VR = I.R VC = I.XC
I
R
XC
I VR I Figure 171 : Circuit avec résistance et
capacité en série
VL

Méthode pour calculer Z Méthode pour calculer VT

Utiliser uniquement la relation Z² + R² + X²

Et si vous vous posez la question des vecteurs une fois ‘en haut’ (pour ‘C’), une fois ‘en
bas’ (pour ‘L’), ou inversement…, ce n’est pas (trop) grave si vous vous trompez car pour
les calculs, c’est la même chose.

A savoir : le sens de rotation étant (toujours) « counter clockwise », l’axe de tension ‘U’ ou
‘u’ ou ‘v’ ou ‘V’ ou ‘E’ étant toujours en axe horizontal, l’axe de ‘I’ :

pour ‘L’, est décalé de 90° en arrière (lagging) – ordre LUI

pour ‘C’, est décalé de 90° en avance (leading) – ordre CIU

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 154 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Calcul :

Z² = 5² + 10² = 125 → Z = 125 = = 11,2 Ω = Z

VT² = 50² + 100² = 12500 → VT = 12500 = 10 12 5 = 112 V = VT

Pour avoir VT, il suffit de faire aussi VT = Z.I = 11,2. 10

Et quant au cos φ, il est égal à X / Z ou VC / VT = 5 / 11,2 = 50 / 112 = 0,446


correspondant à un décalage avance (I sur U) de 63,4°

8.3. AVEC RÉSISTANCE, INDUCTANCE ET CAPACITÉ EN SÉRIE

VT Calculer Z et VT quand I = 10A,


R = 5Ω, VR = 50V, XL = 10Ω,
VR = I.R VL = I.XL VC = I.XC VL = 100V, XC = 5Ω, VC = 50V
I I
R XL
XC
I VR VL I
Figure 172 : Circuit avec
I VL résistance, inductance et capacité
en série

Détermination de l’impédance : toujours Détermination de la tension aux bornes de


avec la méthode des vecteurs l’ensemble

Méthode pour calculer Z Méthode pour calculer VT


Il suffit de faire comme pour les deux
exemples précédents
Idem pour la tension
R sur l’axe horizontal, les réactances sur
l’axe vertical dans leur sens « d’action », XL
VX = VL – VC = 50V et VT² = VR² + VX²
en montant, XC en descendant
VT = ?
En résultante X = XL – XC = 5Ω et
Z² = R² + X² Z= ?
Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR
Dernière Révision : 20/10/2008 Page 155 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Calcul :

X = XL - XC = 10 – 5 = 5 Ω Z² = R² + X² = 5² + 5² = 50 →Z= 50 = 7,07Ω = Z

VX = VL – VC = 100 – 50 = 50 VT² = VR² + VX² = 2500 → VT = 5000 = 70,7 V = VT

Quant au cos φ, il est égal à X / Z ou VX / VT = 5 / 7,07 = 50 / 70,7 = 0,707


correspondant à un décalage retard (I sur U) de 45°

Remarque : et si VL = VC = 100V, ces deux tensions s’annulent, il n’y a que 50V aux
bornes de ce montage série avec Z = R = 5Ω … ?...

C’est un circuit résonant avec son application en électronique

8.4. AVEC RÉSISTANCES EN PARALLÈLE

Calculer I, I1 et I2 quand V = 120V, 50 HZ,


I = I1 + I2 R1 = 30Ω, R2 = 20Ω,

2 résistances, pas de déphasage


V R1 I1 R2 I2 I1 = V / R = 120 / 30 = 4A = I1

I2 = V / R = 120 / 20 = 6A = I2

I VR I VR I = I1 + I2 = 4 + 6 = 10A = I

Et la résistance équivalente

R = V / I = 120 / 10 = 12 Ω = R
(C’est R – et non Z)

Figure 173 : Circuit avec résistances en parallèle

Bien sur, c’est facile, c’est du déjà vu, c’est simplement une ‘mise en bouche’ pour la suite
et nous verrons bien avec les exercices, que vous allez faire tout seul, si vous vous en
sortez facilement…

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 156 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

8.5. AVEC RÉSISTANCE ET INDUCTANCE EN PARALLÈLE

I= Calculer I, I1 et I2 quand V=120V 50HZ, R=30


Ω, XL= 20 Ω,

Figure 174 : Circuit avec résistance et


V R I1 XL I2 inductance en parallèle

I1 = ? I2 = ? I=? ( ?)

I VR VL Calculer également l’impédance équivalente

IL

I1 Méthode pour calculer I


V
Avec le théorème de
Pythagore
I2 I² + I1² + I2²
I

Calcul :

I1 = V / R = 120 / 30 = 4A = I1

I2 = V / R = 120 / 20 = 6A = I2

I² = I1² + I2² = 4² + 6² = 52 → I= 52 = 7,22 Ampères = I

Impédance équivalente : Z = V / I = 120 / 7,22 = 16,6 Ω = Z

Cos φ = 4 / 7,22 = 0.554 correspondant à un angle retard de 56,3°

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 157 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

8.6. AVEC RÉSISTANCE ET CAPACITÉ EN PARALLÈLE

I= Calculer I, I1 et I2 et l’impédance
équivalente Z quand V = 120V 50HZ, R =
30 Ω, XC = 20 Ω,
I1
XC I2
V R
Figure 175 : Circuit avec résistance et
capacité en parallèle

I V IC I1 = ? I2 = ? I=? ( ?) Z=?

V
I

I2

I1

Calcul : identique à l’exercice précédent quant aux valeurs, seul l’angle de déphasage
(tout en ayant la même valeur aussi) est différent par son signe.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 158 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

8.7. AVEC RÉSISTANCE, INDUCTANCE ET CAPACITÉ EN PARALLÈLE

I= Calculer I, IR, IL, IC, IX, et


l’impédance équivalente Z
IR quand V = 120V 50HZ,
XC IC R = 30 Ω, XL = 20 Ω,
V IL XC = 30 Ω
R XL
Figure 176 : Circuit avec
résistance, inductance et
capacité en parallèle
IC
Il faut calculer chacun des
IR V courants, puis ‘passer par’ la
IL
représentation vectorielle

IX I

Calcul :

IR = V / R = 120 / 30 = 4A = IR IL = 120 / 20 = 6A = IL IC = 120 / 30 = 4A =IC

IX = IL – IC = 4 – 2 = 2A I² = IL² + IC² = 4² + 2² = 20 → I= 20 = 4,48 Ampères = I

Z = V / I = 120 / 4,48 = 26,79 Ω = Z cos φ = IR / I = 4 / 4,48 = 0,893 = cós φ

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 159 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

9. PUISSANCES ELECTRIQUES

9.1. PUISSANCE ACTIVE, REACTIVE, APPARENTE (MONO)

Nous avons vu dans les chapitres précédent comment calculer la puissance dissipée
dans une résistance lorsqu’elle est alimentée en tension ou en courant alternatif. Dans le
cas plus général, les charges provoquent un déphasage entre le courant qui les traverse
et la tension à leurs bornes. Il en va ainsi par exemple d’un moteur.

Tenant compte des Formules, vues précédemment


et où ω est la pulsation et φ le déphasage,

nous pouvons également calculer la puissance instantanée dans le cas général :

Tenant compte des relations trigonométriques

et

cette puissance instantanée devient :

Finalement :

Cette équation permet de mettre en évidence les deux composantes fondamentales de la


puissance instantanée en régime sinusoïdal :

La première, qui correspond au premier terme du second membre, est une


composante pulsée, toujours de même signe, qui oscille autour de la valeur
moyenne :

URMS . IRMS . cosφ.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 160 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Elle traduit un échange d’énergie unidirectionnel entre une source et une charge.

La seconde, qui correspond au 2ème terme, est une composante alternative qui
varie sinusoïdalement avec une amplitude URMS . IRMS . sinφ et une valeur
moyenne nulle. Elle traduit un échange oscillatoire et réversible d’énergie entre la
source et la charge.

Remarquons que, si le déphasage φ est nul, le second terme est nul. On retrouve alors la
puissance instantanée calculée pour une résistance.

On appelle puissance active P la valeur moyenne de la puissance instantanée.

En régime sinusoïdal, la puissance active vaut :

La puissance active d’un appareil correspond à la puissance électrique qui lui est fournie
par la source et qu’il convertira en énergie utile (par exemple mécanique) et en pertes
thermiques. Elle dépend non seulement de la tension et du courant, mais également du
déphasage.

Si l’appareil fournit de l’énergie électrique et en vertu de la convention de signe, la


puissance active devient négative. Cela correspond à un déphasage φ = 180º, équivalent
à une inversion du signe du courant.

On appelle puissance réactive Q l’amplitude de la composante alternative de la


puissance instantanée.

En régime sinusoïdal, la puissance réactive est donnée par :

Cette formule découlant de la formule générale (tout comme pour P) au dessus


Pour éviter la confusion avec la puissance active, la puissance réactive ne s’exprime pas
en watt [W], mais plutôt en var [var], qui est l’abréviation de voltampère réactif. La
dimension physique [V . A] est cependant la même,

La puissance réactive traduit la faculté de certains composants électriques de stocker et


de restituer de l’énergie, au double de la fréquence d’alimentation, sous forme de champ
électrique (les condensateurs) ou de champ magnétique (les inductances).

Cet échange d’énergie est totalement improductif. Il provoque la circulation de courants


supplémentaires, donc des pertes supplémentaires dans les réseaux de distribution. La
puissance réactive permet de quantifier ces phénomènes. Les distributeurs d’électricité
facturent généralement la puissance réactive si celle-ci dépasse certaines limites
contractuelles.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 161 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La notion de puissance réactive est utile également pour caractériser clairement la nature
d’un consommateur :

On appelle charge inductive un appareil qui consomme de la puissance réactive


(φ > 0 ; Q > 0).

On appelle charge capacitive un appareil qui fournit de la puissance réactive


(φ < 0 ; Q < 0).

On appelle charge résistive un appareil pour lequel la puissance réactive est


nulle (φ = 0 ; Q = 0).

Si l’on multiplie tension et courant sans tenir compte du déphasage φ, on obtient un


résultat qui est apparemment une puissance, mais qui ne fournit pas forcément de la
puissance active (puissance utile et pertes).

On appelle puissance apparente S le produit des valeurs efficaces de la tension


et du courant dans une charge.

Pour éviter toute confusion avec la puissance active, la puissance apparente ne s’exprime
pas en watt [W], mais en voltampère [VA] :

Par définition, la puissance apparente ne tient pas compte du déphasage φ :

Si φ = 0, comme dans le cas d’une résistance, la puissance apparente S est


égale à la puissance active P.

Si φ ≠ 0, comme dans la plupart des moteurs et autres appareils, la puissance


apparente S est supérieure à la puissance active P. C’est bien pour cette raison
qu’elle porte son nom de puissance apparente.

Dans le cas extrême où φ = ± 90°, la puissance active est nulle alors que la
valeur de la puissance apparente est non nulle.

Considérant la relation trigonométrique cos²α + sin²α = 1, les puissances active, réactive


et apparente sont liées par la relation :

Considérons le signe de ces différentes puissances :

Par définition, la puissance apparente est toujours positive, puisqu’elle ne tient


compte que des valeurs efficaces de la tension et du courant.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 162 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Pour un appareil consommant de l’énergie, c’est-à-dire transformant de l’énergie


électrique en une autre forme d’énergie utile, la puissance active est toujours
positive (convention « consommateur »).

La puissance réactive consommée par un appareil peut être positive, négative ou


nulle en fonction de la nature de la charge (φ positif, négatif ou nul).

Dans la figure ci-dessous, ces puissances sont représentées dans un plan en distinguant
ces 3 cas.

Figure 177 : Puissance active P, réactive Q et apparente S pour les 3 types de charges.

9.2. FACTEUR DE PUISSANCE - COSφ

On appelle facteur de puissance ou cos φ le rapport entre la puissance active


et la puissance apparente.

P
Le facteur de puissance ou cos ϕ = peut s’exprimer en pourcents [ %]. Il varie de 0 à 1
S
(donc, de 0 % à 100 %) et permet de quantifier, principalement, le bon usage d'une ligne
d'alimentation électrique.

En effet une ligne est caractérisée par son aptitude à véhiculer un courant maximal. Si le
facteur de puissance est proche de 1, la puissance active distribuée est maximale pour le
courant maximal tolérée par la ligne.

A l'inverse si le cos φ est proche de 0, la puissance active est pratiquement nulle pour le
courant maximal toléré par la ligne. Seule la puissance réactive est véhiculée, ce qui est
très défavorable.

Attention à ne pas confondre : Le facteur de puissance (par exemple 0,85) est la valeur
du cosφ et non pas la valeur d’un angle φ.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 163 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

EXEMPLE

Un moteur de 22 kW (puissance mécanique à l’arbre) a un rendement de 83 % et un cosφ


de 0,87.

La puissance active consommée vaut :

Sa puissance apparente vaut :

La puissance réactive consommée :

(On choisit la valeur positive, car un tel moteur est une charge inductive. Il consomme
donc de l’énergie réactive).

Son déphasage vaut :

9.3. PUISSANCE ACTIVE DES SYSTEMES TRIPHASES

9.3.1. Charge en étoile

La puissance active consommée par une charge triphasée en étoile est égale à
la somme des puissances actives consommées sur chaque phase :

Où les déphasages entre les courants et tensions


ne sont pas forcément identiques pour les 3
phases.

Comme les 3 tensions simples d’une alimentation


triphasée ont généralement la même valeur
efficace, on obtient :

Figure 178 : Puissance active d’une charge en


étoile

Cette relation est valable quelque soit la charge, équilibrée ou non.

Si la charge est équilibrée le calcul de la puissance se simplifie, les 3 courants de


ligne et les 3 déphasages étant identiques. On obtient la formule ci-dessous en
tenant compte de la relation entre tensions simple et composée.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 164 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Formule - Pactive - en tri équilibré

Où I est le courant de phase, Us la tension simple, Uc la tension composée et φ le


déphasage (identique pour L1, L2 et L3).

9.3.2. Charge en triangle

Figure 179 : Puissance active d’une charge en


triangle

Dans le cas d’une charge triphasée en triangle, la


puissance consommée est égale à la somme des
puissances consommées entre chaque paire de
phases :

Où P12, P23 et P31 sont les puissances consommées entre chaque paire de phase. Les
déphasages entre les courants et tensions ne sont pas forcément identiques pour les 3
phases.

Comme les 3 tensions composées d’une alimentation triphasée ont généralement la


même valeur r.m.s., on obtient :

Pour être complet et comme le montre les Figures, pour une charge en triangle, il faudrait
encore calculer le courant de ligne pour chaque phase (par exemple i1(t) = i12(t) – i23(t)
pour la phase L1).

Il faudrait ensuite calculer leurs valeurs instantanées en utilisant diverses relations


trigonométriques ou par voie graphique. Cette démarche est cependant inutile, car la
plupart des charges en triangle utilisées avec une alimentation triphasée sont équilibrées
et leurs fabricants spécifient directement leur courant de phase. Il suffit alors d’appliquer la
Formule vue avec la charge en étoile, elle est unique et commune en distribution triphasée
équilibrée : P = 3 U . I . cosφ avec U, tension entre phases et I, le courant de ligne

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 165 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

9.4. FORMES DES PUISSANCES SUIVANT LES TYPES DE CIRCUIT

Reprenons ce qui a été vu au dessus avec U et R et appliquons maintenant le produit U


(ou E) avec I

9.4.1. Puissance en circuit résistif uniquement

Formule de base : P = U x I
U pouvant s’appeler ‘V’ ou ‘E’ et ‘I’ restant ‘i’ dans tous les cas.

Avec une résistance pure, la puissance absorbée (ou diffusée) est le produit (E.I). Dans la
partie négative de l’alternance, il faut appliquer le principe mathématique de base, moins
par moins égal plus

La courbe de puissance est le produit algébrique à chaque instant ‘t’ de ‘E’ et ‘I’.

Figure 180 : Puissance en circuit résistif

Une puissance consommée par une résistance pure est une puissance active

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 166 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

9.4.2. Puissance en circuit inductif uniquement

Le produit ‘E’ par ‘I’ donne une


puissance active nulle, la
puissance consommée par
une inductance pure est une
puissance réactive
(inductive)

Figure 181 : Puissance en


circuit inductif

9.4.3. Puissance en circuit capacitif uniquement

Pour circuit capacitif uniquement, considérer le décalage inverse pour ‘E’ et ‘I’.

Vous pouvez même dessiner les courbes, P, U, I, en exercice sur une feuille quadrillée, de
même que l’inductance, un condensateur pur ne consomme aucune puissance active, il
consomme une puissance réactive (capacitive) qui viendra s’opposer à la puissance
réactive inductive

9.4.4. Puissance en circuit R + L

C’est le cas de la très grande


majorité des circuits électriques,
un moteur par exemple, il y a un
décalage entre ‘U’ et ‘I’.

Figure 182 : Puissance en circuit


R+L (graphique)

Le courant ‘suit’ la tension, la


puissance représentée (en
vert) est la puissance active

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 167 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La puissance active ‘correspond’ à la puissance dissipée dans une résistance, elle est
donc sur l’axe horizontal, c’est le produit :

P(a) = U x I x cos φ
Rotation Axe de puissance réactive
Figure 183 : Puissance en circuit R+L
(représentation vecteurs)
Axe de puissance active
La puissance réactive ‘correspond’ à la
φ V puissance « échangée » dans une réactance
(inductance ou condensateur), c’est le
I produit : :

P(r) = Q = U x I x sin φ

Même, si c’est encore « nébuleux », admettez qu’en courant alternatif une alternance
représente un tour (d’une génératrice) et que le courant « suit » la tension ceci pour
comprendre les valeurs instantanées en représentation vectorielle.

Question : soit un moteur alimenté en 50HZ, le courant ‘suit’ la tension avec un « angle
de déphasage » de 45°

Quel est le temps (en millisecondes) entre ‘U’ et ‘I’ ?

Quelle est la valeur du cos φ ? (Facteur de puissance – power factor)

Quelle est la valeur du sin φ ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 168 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

9.5. MESURES DE PUISSANCE

Il existe un cours spécifique pour les « mesures ». Ici nous différencions (principalement)
les types de puissance à mesurer.

9.5.1. Mesures de puissance en courant alternatif mono :

P: puissance active
V
φ
Q: puissance réactive
S: puissance apparente

I
Figure 184 : Puissances et le triangle de Pythagore

Tout comme avec R, L et C nous retrouvons le triangle rectangle avec les théorèmes de
Pythagore

P, puissance active est la puissance consommée par une résistance R


Q, puissance réactive est la puissance consommée par une réactance (L + C)
S, puissance apparence est la puissance consommée par l’impédance Z
Cos φ = P / S

S : Puissance apparente (Apparent Power)


A
C’est le produit P = U x I des valeurs (efficaces) mesurées
par un voltmètre et un ampèremètre R V
Figure 185 : Puissance apparente

L’unité est le VOLTAMPÈRE : S (VA) = U (V) x I (A)

P : Puissance active (Active or True Power)

C’est le produit S x cos φ ; Il faut donc dans le circuit de


A φ mesure un ‘phy-mètre’ ou un phasemètre.

R V Figure 186 : Puissance active

L’unité est le WATT : P (W) = U (V) x I (A) x cos φ

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 169 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Q : Puissance réactive (Reactive Power)


A φ
C’est le produit S x sin φ ; Il faut donc dans le circuit de
mesure un ‘phy-mètre’ ou un phasemètre.
R V
Figure 187 : Puissance réactive

L’unité est le VAR (Volt Ampère Réactif) : Q (VAR) = U (V) x I (A) x sin φ

Unités généralement avec préfixes ‘k’ ou ‘M’ pour kVA, kW, kVAR, MW,……

9.5.2. Distribution triphasée équilibrée

Avec I = I1 = I2 = I3 et ‘U’ tension entre phases identique entre les 3 phases

V1
L1
A φ φ I1
U
V I3
L2

V2
L3 V3
I2

Figure 188 : Mesure puissance en distribution triphasée équilibrée

P en Watts = U x I x √3 x cos φ (U : tension entre phases)

Q en VAR = U x I x √3 x sin φ (U : tension entre phases)

S en VA = U x I x √3 (U : tension entre phases)

En triphasé déséquilibré : P = V1 . I1 cos φ + V2 . I2 cos φ + V3 . I3 cos φ , somme des


mesures pour chaque phase, V étant la tension entre phase et neutre .

De même que :

Q = V1 . I1 sin φ + V2 . I2 sin φ + V3 . I3 sin φ

S = V1 . I1 + V2 . I2 + V3 . I3

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 170 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Il faut, bien entendu, un appareil mesurant le « déphasage » entre u et I, soit un


‘Phymètre’ nécessitant une entrée courant et une entrée tension

Quant aux puissances totalisées en kWh, en kVAh, kVARh, ce sera la puissance moyenne
consommée en 1h pour chaque type de puissance.

Si dans le pétrole le baril est l’unité ‘génératrice’ de revenus, pour les sociétés fournissant
de l’énergie électrique, le kWh aura la même signification. Pensez à votre facture EDF,
pour laquelle vous ne payez que les kWh en tant que consommateur domestique, mais
sachez que les comptages triphasés totalisent également les kVARh qui sont facturés au
« tarif fort » s’ils sont trop élevés car c’est une énergie qui « ne sert à rien » pour
l’utilisateur mais qui génère des pertes dans les lignes de transport pour le producteur
(EDF ou autre). Cette énergie réactive devrait pouvoir être nulle ou minimale dans les
installations (compensation de l’énergie réactive)….., revoyez le circuit R + L + C et
demandez quelques explications à l’instructeur si vous souhaitez des éclaircissements.

9.5.3. Mesure de puissance en triphasé déséquilibré

Pas de mystère, il faut faire les mesures sur les 3 phases (ou au moins sur 2).

On utilise voltmètres + ampèremètres + phimètre(s) ou des wattmètres (méthodes des 2


ou 3 wattmètres) et des varmétres. Voir le cours « mesures » .

Pourquoi n’y a-t-il pas de « voltampéremètre » ?

Nous allons donc revoir, en détail les principe et les calculs dans le cours « mesures »,
mais « en attendant », vous pouvez vous entraîner avec ces 2 ‘petits’ problèmes.

Mesure sur les 3 phases :

L1 I1 Z1 Avec ces 6 appareils, je vais pouvoir


V1 calculer

S = I1 . V1 + I2 . V2 + I3 . V3
L2 I2 Z2
Et en équilibré avec I et V comme valeurs
V2
commune, l’on a S = 3 I . V = 3 . I . U
L3 (U étant la tension entre phases)
I3 Z3
V3 Pour avoir P et Q, il faut rajouter un
N phimètre.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 171 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Méthode des 2 Wattmètres

Ici, l’on a une mesure directe en


W1 mesure I1 et U13
Watts avec P = P1 + P2
L1
W1 et Q = (P1 – P2) . 3

Le wattmètre W1 mesure I1 et la
L2 W2 tension entre L1 et L2 et W2
Charge mesure I2 et U(2-3)

L3 Un Wattmètre inclus (et calcule)


W1 mesure I2 et U23 le déphasage φ

En équilibré les mesures sont P1 = U.I. cos (π / 6 – φ) et P2 = U . I . cos (π / 6 + φ)

Pouvez vous vérifier (en trigo) la relation P = P1 + P2 = U . I . 3 . cos φ


Ou si vous préférez Q = P1 – P2 = U . I . 3 . sin φ …………

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 172 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

10. EXERCICES
5. Redresseur de courant alternatif - Redresseur en pont

Sur chacune de ces 2 figures, indiquez (surligner) le passage et le sens du courant,


soit quand A est positif à gauche et quand B est positif à droite

6. Résistance et capacité en parallèle


I=

I1
XC I2 I
V R
I2

I V IC I1
V

Calculer I, I1 et I2 et l’impédance équivalente Z quand V = 200V 50HZ, R = 100 Ω et


XC = 50 Ω,

I1 = ………………..
I2 = ………………..
I = ……………….. ( ?)
Z = ………………..

Valeur du cos et ‘leading’ ou ‘lagging’ ?

………………..………………..………………..………………..

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 173 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

7. Application du théorème de Pythagore et révision sur les puissances

P = 50
φ
Q= 30
S=

Connaissant P et Q : P = 50 Q = 30

a) P signifie quoi et est en quelle unité et ?

b) Q signifie quoi et est en quelle unité ?

c) Déterminer S qui est en quelle unité ?

d) S signifie quel type de puissance ?

e) Déterminer le facteur de puissance

f) Unité du facteur de puissance ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 174 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

8. Le courant alternatif

I ou V en CA
Grandeur 1
Grandeur 2

Grandeur 3
Grandeur 4

Définissez les 4 « grandeurs » du schéma en français et en anglais (car certains


documents de langue française utilisent les termes de langue anglaise).

Grandeur 1 : ……………………………………………………

Grandeur 2 : ……………………………………………………

Grandeur 3 : ……………………………………………………

Grandeur 4 : ……………………………………………………

Comment s’appelle la grandeur entre 1 et 3 ? ………………………………………….

Pour ‘grandeur 1’ = 565,6 volts, que valent 2 et 3 ?

Grandeur 2 : ……………………………………………………

Grandeur 3 : ……………………………………………………

Si en 100 ms, 5 courbes (grandeur 4) sont produites consécutivement, qu’est-ce-que


cela représente en « termes concrets » ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 175 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

9. Le courant redressé

141,4 volts a) redressement double alternance

Quelle est la valeur du courant redressé ?

………………………………………………….

141,4 volts
a) redressement simple alternance

Quelle est la valeur du courant redressé ?

………………………………………………….

10. Le circuit RL série


VT Calculer Z et VT quand I = 1 A, R = 100 Ω,
VR = I.R VL = I.XL XL = 10 Ω,
I
R XL
Calculer d’abord VR et VL
I VR VL VR = …………………………………………….

I VL = ……………………………………………..

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 176 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

11. Circuit R, L, C mixte, série et parallèle avec utilisation des vecteurs résultants. Même si
ce type de schéma n’a pas été vu et ‘corrigé’ dans le cours, vous devez arriver au
résultat final en suivant le guide

IL = 10 Amp

A ZL R2
A C
R1
ZC
B R3
V=?

Quelle est la valeur de V sachant que R1 = 10 ohms, R2 = 10 ohms, R3 = 10 ohms,


ZL = 10 ohms, ZC = 10 ohms et l’intensité dans la branche ZL est mesuré à 10 A
(rms)

Guide :
a) Tension entre B et C
b) Courant dans la branche condensateur
c) Équivalent courant dans les deux branches en parallèle
d) Tension entre A et B
e) Tension entre A et C

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 177 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

12. Termes et lettres employées en électricité

Complétez, définissez les appellations ci-après - même si non vu dans ce cours, vous
devez les connaître

FEM : ……………………

DDP :…………….

Ω :………….

ω ……………..

φ :……………….

cos φ :…………..

La puissance apparente s’exprime par la lettre :………., son unité


est :………….

La puissance réactive s’exprime par la lettre :……….., son unité


est :…………..

La puissance active s’exprime par la lettre :…………….., son unité


est :………….

Définissez la loi de Kirchhoff, en termes simplifiés……………………………

Dans un circuit avec tous les composants en série, ……………….,dans


chacun des composants est identique

Dans un circuit avec tous les composants en parallèle, …………….aux


bornes de chacun des composants est identique

Dans un circuit avec des résistances en parallèle, ……………………..


traverse la résistance avec la plus petite résistance

Dans un circuit série, ………………de chacune des résistances est égale à la


résistance totale (équivalente)

Dans un circuit R et L en série ………………..(tension ou intensité) est


……………(avance ou retard) sur………, ceci est exprimé en………………

Dans un circuit R et C en parallèle………………..(tension ou intensité) est


……………(avance ou retard) sur………. , ceci est exprimé en………………

Comment connaître la valeur ohmique d’une résistance (le composant) et sa


précision, simplement en la regardant ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 178 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Que signifie DEL (français) ou LED (anglais…………………………..

Qu’est-ce qui différencie un transistor PNP d’un NPN ?

En triphasé équilibré, quelle est la relation de l’impédance entre un


branchement étoile et un branchement triangle

A quoi servent les puissances réactives ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 179 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

11. GLOSSAIRE

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 180 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

12. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1 : Symboles graphiques (principaux) des éléments du cours..................................9
Figure 2 : Exemples de noeuds, branches et mailles ........................................................10
Figure 3 : Loi de Kirchhoff pour les noeuds .......................................................................11
Figure 4 : Loi de Kirchhoff pour les mailles ........................................................................12
Figure 5 : Exemple de découpe d’un circuit en 2 parties ...................................................13
Figure 6 : Le triangle rectangle ..........................................................................................17
Figure 7 : Les relations dans un triangle rectangle ............................................................17
Figure 8 : Sens conventionnel du courant et le sens de déplacement des électrons.........19
Figure 9 : Analogie entre une installation hydraulique et un circuit électrique....................19
Figure 10 : Sens officiel de la tension ................................................................................20
Figure 11 : Sens de la tension interprété différemment .....................................................21
Figure 12 : Résistances en série .......................................................................................22
Figure 13 : Résistances en parallèle..................................................................................22
Figure 14 : Montages combinés de 3 résistances..............................................................23
Figure 15 : Diviseur de tension à vide formé de 2 résistances...........................................24
Figure 16 : Un potentiomètre ............................................................................................25
Figure 17 : Application avec potentiomètre et représentation graphique ..........................25
Figure 18 : Diviseur de tension en charge .........................................................................26
Figure 19 : Circuits équivalents en triangle et en étoile (même U’s, même I’s)..................28
Figure 20 : Circuit électrique ..............................................................................................33
Figure 21 : Convention de signe ........................................................................................33
Figure 22 : Le rendement d'un appareil .............................................................................35
Figure 23 : Exemple d'un appareil électrique .....................................................................35
Figure 24 : Inductance .......................................................................................................37
Figure 25 : Symbole de l’inductance..................................................................................37
Figure 26 : Inductances en série........................................................................................37
Figure 27 : Inductances en parallèle..................................................................................38
Figure 28 : Inductance idéale en circuit commuté..............................................................38
Figure 29 : Représentation graphique de l'inductance idéale ............................................38
Figure 30 : Inductance réelle .............................................................................................39
Figure 31 : Représentation graphique de l'inductance réelle .............................................39
Figure 32 : Capacitance.....................................................................................................40
Figure 33 : Symbole du condensateur ...............................................................................40
Figure 34 : Condensateurs en série...................................................................................40
Figure 35 : Condensateurs en parallèle .............................................................................41
Figure 36 : Condensateur idéal en régime commuté .........................................................41
Figure 37 : Représentation graphique condensateur idéal ................................................41
Figure 38 : Circuit R-C en parallèle....................................................................................42
Figure 39 : Représentation graphique circuit R-C en parallèle ..........................................42
Figure 40 : Circuit R-C en série .........................................................................................42
Figure 41 : Représentation graphique circuit R-C en série ................................................43
Figure 42 : Schéma électrique ...........................................................................................44
Figure 43 : Schéma électrique simplifié .............................................................................44
Figure 44 : Comportement d'un courant alternatif..............................................................46
Figure 45 : Comportement de l'inductance en régime alternatif.........................................47

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 181 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 46 : Comportement du condensateur en régime alternatif......................................47


Figure 47 : Différentes résistances électriques ..................................................................50
Figure 48 : Inductances utilisées en électronique ..............................................................51
Figure 49 : Condensateurs électrolytiques.........................................................................52
Figure 50 : Condensateurs à film plastique........................................................................53
Figure 51 : Condensateurs céramiques .............................................................................53
Figure 52 : Super condensateurs.......................................................................................53
Figure 53 : Atome d’un conducteur....................................................................................55
Figure 54 : Atome d’un isolant ...........................................................................................55
Figure 55 : Atome d’un semi-conducteur ...........................................................................56
Figure 56 : Structure réticulaire d’un matériau semi-conducteur pur .................................56
Figure 57 : Structure réticulaire d’un matériau de type P...................................................57
Figure 58 : Structure réticulaire d’un matériau de type N...................................................57
Figure 59 : Jonction p-n (Diode) ........................................................................................58
Figure 60 : Transistor.........................................................................................................58
Figure 61 : Barrière d’atomes (couche d’appauvrissement)...............................................58
Figure 62 : Symbole de la diode ........................................................................................59
Figure 63 : Polarisation inverse .........................................................................................59
Figure 64 : Polarisation directe ..........................................................................................60
Figure 65 : Diodes et symbole de base .............................................................................62
Figure 66 : Symboles des diodes.......................................................................................62
Figure 67 : Polarité des diodes – indiquées par le symbole et par le trait..........................63
Figure 68 : Caractéristiques de diodes à polarisation directe et inverse............................63
Figure 69 : Caractéristiques directes .................................................................................64
Figure 70 : Caractéristiques inverses ................................................................................65
Figure 71 : Types de boîtiers de diode ..............................................................................66
Figure 72 : Types de boîtier de diode – capacité supérieure .............................................67
Figure 73 : contrôle d’une diode avec un voltmètre numérique (DVM) ..............................68
Figure 74 : Contrôle d’une diode avec un multimètre analogique ......................................68
Figure 75 : Contrôle d’une diode avec un multimètre analogique – circuits équivalents....69
Figure 76 : Commande d’intensité d’éclairage...................................................................69
Figure 77 : Circuit de freinage dynamique pour un moteur à induction CA........................70
Figure 78 : Symbole de diode électroluminescente ...........................................................70
Figure 79 : Symbole de photodiode ...................................................................................70
Figure 80 : Débit de courant limité par une résistance.......................................................71
Figure 81 : Polarité des LED..............................................................................................71
Figure 82 : Redressement demi-onde ...............................................................................74
Figure 83 : Redresseur demi-onde ....................................................................................74
Figure 84 : Sortie de CC pulsé...........................................................................................75
Figure 85 : Redresseur demi-onde basse tension .............................................................75
Figure 86 : Redresseur pleine onde à deux phases à prise médiane)...............................76
Figure 87 : Débit du courant dans le redresseur biphasé ..................................................76
Figure 88 : Redressement pleine onde (à deux phases) ...................................................77
Figure 89 : Fonctionnement d’un redresseur à deux diodes ..............................................77
Figure 90 : Pont redresseur pleine onde............................................................................78
Figure 91 : Symboles des ponts redresseurs.....................................................................79
Figure 92 : Alimentation CC...............................................................................................81
Figure 93 : Filtre à condensateur .......................................................................................82

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 182 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 94 : CC non filtré avec une valeur de crête de 20 V ...............................................82


Figure 95 : Léger filtrage....................................................................................................82
Figure 96 : (A) Faible capacité. (B) Plus grande capacité..................................................83
Figure 97 : Tension CC complètement filtrée.....................................................................83
Figure 98 : Connexion de la bobine d’arrêt du filtre ...........................................................83
Figure 99 : Le champ magnétique augmente en même temps que l’intensité du courant. 84
Figure 100 : Champ magnétique induisant le renvoi d’un courant dans la bobine.............84
Figure 101 : Transfert « PI » ..............................................................................................85
Figure 102 : Filtre à bobine en tête ....................................................................................85
Figure 103 : Filtre « PI » d’entrée à bobine d’arrêt.............................................................85
Figure 104 : Caractéristiques d’une diode Zener ...............................................................87
Figure 105 : Graphique d’une diode Zener ........................................................................87
Figure 106 : Symboles de diodes Zener ............................................................................88
Figure 107 : Identification des diodes Zener ......................................................................88
Figure 108 : Circuit pour définir les caractéristiques d’une diode Zener ............................89
Figure 109 : Régulateur de base Zener .............................................................................90
Figure 110 : Circuit de régulation avec diode Zener ..........................................................91
Figure 111 : Valeurs pour le circuit de régulation avec diode Zener ..................................92
Figure 112 : Contrôle d’une diode Zener ...........................................................................93
Figure 113 : Tension d’alimentation de référence – Circuit électrique de voiture...............94
Figure 114 : Caractéristique d’alimentation stabilisée........................................................95
Figure 115 : Ecrêtage d’alimentation redressée pleine onde .............................................96
Figure 116 : Ecrêtage de forme d’onde CA........................................................................96
Figure 117 : Principaux types de transistors bipolaires......................................................98
Figure 118 : Type de transistor et disposition des diodes ..................................................99
Figure 119 : Symboles graphiques des transistors ............................................................99
Figure 120 : Symboles graphiques pour le transistor.......................................................100
Figure 121 : Transistors fonctionnant comme des robinets électriques ...........................101
Figure 122 : Transistor NPN mis « SOUS TENSION »....................................................101
Figure 123 : Valeurs des courants des transistors...........................................................102
Figure 124 : Tension nominale d’un transistor .................................................................103
Figure 125 : Similitude entre un transistor et un robinet d’eau.........................................104
Figure 126 : Similitude entre un transistor et des diodes .................................................106
Figure 127 : Transistor NPN – Jonction à polarisation directe .........................................107
Figure 128 : Transistor NPN – avec jonction à polarisation inverse.................................107
Figure 129 : Transistor NPN – avec les deux jonctions polarisées ..................................108
Figure 130 : Fonctionnement d’un transistor NPN ...........................................................109
Figure 131 : Exemples de transistors ..............................................................................111
Figure 132 : Conditionnements et configuration de transistors ........................................116
Figure 133 : Représentation deux-diodes du transistor ...................................................116
Figure 134 : Circuit équivalent de diodes pour des transistors (rappel) ...........................118
Figure 135 : Base / émetteur et base / collecteur à polarisation directe ..........................119
Figure 136 : Base / émetteur et base / collecteur à polarisation inverse..........................120
Figure 137 : Fuites sur la jonction collecteur / émetteur ..................................................120
Figure 138 : Action du transistor ......................................................................................120
Figure 139 : Essai de diode .............................................................................................122
Figure 140 : Base / collecteur à polarisation directe (NPN) .............................................122
Figure 141 : Base / émetteur à polarisation directe (NPN)...............................................122

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 183 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 142 : Base / collecteur à polarisation inverse (NPN).............................................122


Figure 143 : Base / émetteur à polarisation inverse (NPN)..............................................123
Figure 144 : Base / collecteur à polarisation directe (PNP) Opération 6..........................123
Figure 145 : Base / émetteur à polarisation inverse (PNP) Opération 7 ..........................123
Figure 146 : Circuit équivalent de diodes pour un transistor NPN ...................................124
Figure 147 : Circuit équivalent de diodes pour un transistor PNP....................................125
Figure 148 : Symbole graphique d’un thyristor ................................................................126
Figure 149 : Schéma d’un thyristor ..................................................................................126
Figure 150 : Schéma des couches d’un thyristor .............................................................127
Figure 151 : Caractéristiques types d’un thyristor............................................................128
Figure 152 : Une banque de six thyristors de 2000 A ......................................................129
Figure 153 : SCR calibré à environ 100 ampères, 1 200 volts.........................................130
Figure 154 : Mesure courant continu ...............................................................................133
Figure 155 : Mesure courant alternatif .............................................................................133
Figure 156 : Valeur de crête et valeur efficace ................................................................134
Figure 157 : Représentation de la puissance dissipée dans une résistance R soumise à
une tension alternative sinusoïdale ..........................................................................136
Figure 158 : Représentation graphique et valeurs clés de la fonction sinusoïdale ..........138
Figure 159 : Représentation vectorielle de la tension, du courant et du déphasage........138
Figure 160 : Exemple de déphasage entre le courant et la tension dans un circuit .........139
Figure 161 : Schéma d’une alimentation triphasée (étoile) ..............................................141
Figure 162 : Valeurs instantanées des tensions alternatives triphasées .........................142
Figure 163 : Tensions simples et tensions composées ...................................................143
Figure 164 : Charges en étoile et en triangle ...................................................................145
Figure 165 : Exemple, courants de phases différents et courant de neutre non nul ........148
Figure 166 : Représentation graphique des tensions et courants triphasés – pour une
charge équilibrée ......................................................................................................149
Figure 167 : Détermination graphique du courant de neutre pour une charge non
équilibrée. .................................................................................................................150
Figure 168 : Calcul du courant de neutre en valeur instantanée et en vectoriel ..............150
Figure 169 : Théorème de Pythagore (bis) ......................................................................153
Figure 170 : Circuit avec résistance et inductance en série.............................................153
Figure 171 : Circuit avec résistance et capacité en série.................................................154
Figure 172 : Circuit avec résistance, inductance et capacité en série .............................155
Figure 173 : Circuit avec résistances en parallèle ...........................................................156
Figure 174 : Circuit avec résistance et inductance en parallèle .......................................157
Figure 175 : Circuit avec résistance et capacité en parallèle ...........................................158
Figure 176 : Circuit avec résistance, inductance et capacité en parallèle........................159
Figure 177 : Puissance active P, réactive Q et apparente S pour les 3 types de charges.
.................................................................................................................................163
Figure 178 : Puissance active d’une charge en étoile......................................................164
Figure 179 : Puissance active d’une charge en triangle ..................................................165
Figure 180 : Puissance en circuit résistif .........................................................................166
Figure 181 : Puissance en circuit inductif ........................................................................167
Figure 182 : Puissance en circuit R+L (graphique) ..........................................................167
Figure 183 : Puissance en circuit R+L (représentation vecteurs) ....................................168
Figure 184 : Puissances et le triangle de Pythagore........................................................169
Figure 185 : Puissance apparente ...................................................................................169

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 184 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

Figure 186 : Puissance active..........................................................................................169


Figure 187 : Puissance réactive.......................................................................................170
Figure 188 : Mesure puissance en distribution triphasée équilibrée ................................170

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 185 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

13. SOMMAIRE DES TABLES


Table 1 : Les préfixes ........................................................................................................16
Table 2 : Analogie entre l’électricité et l’hydraulique ..........................................................20
Table 3 : Résistivité et coefficient de température de quelques matériaux ........................32
Table 4 : Relations pour les résistances, inductances et condensateurs...........................45
Table 5 : Combinaison de composants dans une charge ..................................................48
Table 6 : Code de couleurs des résistances ......................................................................51
Table 7 : Essai d’une diode Zener .....................................................................................93
Table 8 : Spécifications des transistors ...........................................................................111
Table 9 : Exemple de recueil de données de transistor. ..................................................115
Table 10 : mesures d’essai types pour un transistor........................................................124
Table 11 : Relations P, U, I, R courant continu et alternatif (valeurs instantanées) simple
phase (circuit résistif)................................................................................................151

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 186 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

14. CORRECTION DES EXERCICES


1. Voici 1 circuit avec 7 résistances. Compléter le en indiquant les valeurs des intensités
manquantes et le sens du courant dans R4

R2 R5
I2= 3A I5= ?
R1 sens= ? R4 I4= ? R7
I1= ? I7= ?
R3 R6
I3= 7A I6= 5A

I1= 10A I4= 2A I5= 5A I7= 10A sens dans R4 : vers le haut

2. Même question avec le schéma suivant

R2 R5
I2= ? I5= 5A
R1 sens= ? R4 I4= ? R7
I1= 20A I7= ?
R3 R6
I3= 7A I6= ?

I2= 13A I4= 8A I6= 15A I7= 20A sens dans R4 : vers le bas

3. On continue le même style d’exercice avec la loi des mailles

R2 R5
UR2= ? UR5= 30V
R1 Sens de I= ? R4 R7
UR4= ?
UR1= 10V UR7= 10V
R3 R6
UR3= 20V UR6= ?
UTotal= 100V

UR2= 50V UR4= 30V UR6= 60V sens de ‘i’ dans R4 : vers le bas

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 187 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

4. En appliquant la loi U=RI, la loi des nœuds, la loi des mailles, retrouvez toutes les
valeurs de R (en ohms), I (en ampères) et U (en volts)

I2= 3A I5= ?
R2=? R5=?
I1= ? UR2= ? UR5= 30V UR7= ?
R4
R1=? I4= 1A R7=2Ω
=?
UR1= 10V I3= ? I6= ? I7= 5A
R3=? R6=?
UR3= 20V UR6= ?
UTotal= 100V

I1= 5A I3= 2A I5= 2A I6= 3A


UR2= 50V UR4= 30V UR6= 60V UR7=10V
R1= 2Ω R2= 16,66Ω R3= 10Ω R4= 30Ω R5= 15Ω R6=20Ω

5. Compléter le schéma de commande ci-dessous - Redresseur en pont

Sur chacune de ces 2 figures, indiquez (surligner) le passage et le sens du courant, soit
quand A est positif à gauche et quand B est positif à droite

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 188 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

6. Résistance et capacité en parallèle

I=
Calculer I, I1 et I2 et l’impédance
I1 équivalente Z quand V = 200V 50HZ,
XC I2 R = 100 Ω, XC = 50 Ω,
V R Valeur du cos et ‘leading’ ou ‘lagging’ ?
I1 = ? I2 = ? I = ? ( ? ) Z = ?

I
I V IC
I2
V

I1

Calcul : I1 = 200 / 100 = 2A


I2 = 200 / 50 = 4A
I² = 4² + 2² = 20 I = 20 = 4,48A
Cós φ = 2 / 4.48 = 0,446 ‘I ‘ en avance

7. Application du théorème de Pythagore et révision sur les puissances

Connaissant P et Q : P = 50 Q = 30
P = 50 a) P signifie quoi et est en quelle unité et ?
φ b) Q signifie quoi et est en quelle unité ?
c) Déterminer S qui est en quelle unité ?
Q= 30 d) S signifie quel type de puissance ?
S= e) Déterminer le facteur de puissance
f) Unité du facteur de puissance ?

a) P représente la puissance active et est en watts


b) Q représente la puissance réactive et est en VAR (Volt Ampère Réactif)
c) S² = P² + Q² = 50² + 30² = 3400 S = 3400 = 58,31 -
d) S est la puissance apparente et est en VA (Volt Ampère)
e) Peut être obtenu directement par tg φ = 30 / 50 = 0,600, la table de conversion
donnant la correspondance en cosinus ou avec S calculé cos φ = 50 / 58,31 = 0,85
f) Un facteur de puissance n’a pas d’unité, c’est la valeur (numérique) du cosinus d’un
angle qui lui peut être exprimé en degrés (°) ou en radian (π / x ou x.π)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 189 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

8. Le courant alternatif
Définissez les 4 « grandeurs » du schéma en
I ou V en CA
français et en anglais (car certains documents de
Valeur de crête +
langue française utilisent les termes de langue
Valeur efficace anglaise).

t
Comment s’appelle la grandeur entre 1 et 3 ?

Pour ‘grandeur 1’ = 565,6 volts, que valent 2 et 3

Si en 100 ms, 5 courbes (grandeur 4) sont


Valeur de crête - produites consécutivement, qu’est-ce que cela
Une période
représente en « termes concrets » ?

Valeur efficace = Valeur RMS (Root Means Square)

Valeur de crête = Peak value

Entre ‘haut et bas’ c’est la valeur de crête à crête (peak to peak)

Pour 565,6 en crête VEFF = 565,6 / 1,414 = 400 volts

5 alternances (périodes) en 100ms donnent 50 en 1 seconde soit du 50 Hz.

9. Le courant redressé

141,4 volts a) redressement double alternance

Quelle est la valeur du courant redressé ?


VC = VEFF x 0,9 = 141,4 x 2 / 2 x 0,9
VC = 90 volts

141,4 volts
a) redressement simple alternance

Quelle est la valeur du courant redressé ?


C’est la moitié du redressement simple
alternance soit 45 volts

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 190 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

10. Le circuit RL série


VT Calculer Z et VT quand I = 1A, R = 100Ω,
VR = I.R VL = I.XL XL = 10 Ω,
I
R XL
Calculer d’abord VR et VL
I VR VL VR = R . I = 100 x 1 = 100 volts

I VL = XL . I = 10 x 1 = 10 volts

Z² = 100² + 10² = 10100 → Z = 10100 = = 100,5 Ω = Z


VT² = 100² + 10² = 10100 → VT = 10100 = 100,5 V = VT

Pour avoir VT, il suffit de faire aussi VT = Z.I = 100,5

Et quant au cos φ, il est égal à X / Z ou VL / VT = 100 / 100,5 = 0,995 correspondant


à un décalage retard (I sur U) proche de 1 . V et I sont « presque » en phase.

11. Circuit R, L, C mixte, série et parallèle avec utilisation des vecteurs résultants. Même
si ce type de schéma n’a pas été vu et ‘corrigé’ dans le cours, vous devez arriver au
résultat final en suivant le guide

IL = 10 Amp

A ZL R2
A C
R1
ZC
B R3
V=?

Quelle est la valeur de V sachant que R1 = 10 ohms, R2 = 10 ohms, R3 = 10 ohms,


ZL = 10 ohms, ZC = 10 ohms et l’intensité dans la branche ZL est mesuré à 10 A (rms)

a) Tension entre B et C
Impédance circuit ZL + R2 ZL-R2 = 10² + 10² = 14,14 ohms
Tension entre B&C est 14,14 x 10 = 141,4 volts ou 10 2

b) Courant dans la branche condensateur


Impédance circuit ZC-R3 , calcul idem à au-dessus = 14,14 ohms
IC = 141,4 / 14,14 = 10 Amp

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 191 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

c) Équivalent courant dans les deux branches en parallèle

I ZC-R3 10 A dans la branche ZC-R3 en avance de 45°


10 A dans la branche ZL-R2 en retard de 45°
V
Courant équivalent avec méthode vectorielle ou
I Zparallèle avec Pythagore (puisque 45° + 45° = 90°)
I ZL-R2
I dans ZPARALLELE = 14,14 A en phase avec V

ZC-R3 Par les impédances : ZC-R3 et ZL-R 2 ont 90° entre elles
Et donne en impédance équivalente 10 ohms
90° V
I dans ZPARALLELE = VBC / ZPARAL = 141,4 / 10 = 14,14 A en
Zparallèle phase avec V
ZL-R2

d) Tension entre A et B
R1 est parcouru par le courant équivalent, donc VAB = R1 x IPARAL = 10 x 14,14 = 141,4
volts em phase avec I puisque dans une résistance

e) Tension entre A et C
VAB et VBC sont en phase donc VAC = 141,4 + 141,4 = 282,8 volts

12. Complétez, définissez les appellations ci-après - même si non vu dans ce cours, vous
devez les connaître

FEM : Force Electro Motrice (la tension)

DDP : Différence De Potentiel (la tension également)

Ω : Oméga pour Ohm.

ω : Pulsation soit la vitesse angulaire du vecteur représentant un tension (ou


un courant) avec ω = 2.π.f ou f est la fréquence en hertz (Hz)

φ : angle de déphasage en degrés (°)

cos φ : facteur de puissance (sans unité)

La puissance apparente s’exprime par la lettre S, son unité est le VA (Volt –


Ampère)

La puissance réactive s’exprime par la lettre Q, son unité est le VAR (Volt –
Ampère – Réactif)

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 192 de 193
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Les Principales Formules

La puissance active s’exprime par la lettre P, son unité est le watt

Définissez la loi de Kirchhoff, en termes simplifiés : tout ce qui rentre doit


ressortir ou tout ce qui sort y est rentré ceci s’applique aux courants
électriques

Dans un circuit avec tous les composants en série, l’intensité dans chacun
des composants est identique

Dans un circuit avec tous les composants en parallèle, la tension aux bornes
de chacun des composants est identique

Dans un circuit avec des résistances en parallèle, la plus grande intensité


traverse la résistance avec la plus petite résistance

Dans un circuit série, la somme de chacune des résistances est égale à la


résistance totale (équivalente)

Dans un circuit R et L en série la tension (tension ou intensité) est en avance


(avance ou retard) sur l’intensité, ceci est exprimé en angle de déphasage en
degrés (°) ou radian (π) - l’intensité est la même dans R et L puisque en série

Dans un circuit R et C en parallèle, l’intensité est en avance sur la tension,


ceci est exprimé en angle de déphasage en degrés (°) ou radian (π). La
tension est la même aux bornes de R et de C

Comment connaître la valeur ohmique d’une résistance (le composant) et sa


précision, simplement en la regardant ? Par le code des couleurs (à
connaître), la précision est également définie par une couleur

Que signifie DEL (français) ou LED (anglais) : Diode Electro Luminescente


ou Light Emitting Diode

Qu’est-ce qui différencie un transistor PNP d’un NPN ? En NPN, le courant


sort du transistor par l’émetteur et rentre dans le transistor en PNP

En triphasé équilibré, quelle est la relation de l’impédance entre un


branchement étoile et un branchement triangle RTRIANGLE = 3 RETOILE

A quoi servent les puissances réactives ? A rien ! Puisque dans une


installation on peut avoir des charges inductives et des charges capacitives
qui se « neutralisent » pour avoir 0 (zéro) VAR et un facteur de puissance
égal (ou voisin) de 1 (un) - sujet à débattre évidemment.

Manuel de Formation EXP-MN-SE020-FR


Dernière Révision : 20/10/2008 Page 193 de 193

Vous aimerez peut-être aussi