Vous êtes sur la page 1sur 192

MAINTENANCE ELECTRIQUE

MESURES ET APPAREILS DE MESURE

MANUEL DE FORMATION
Cours EXP-MN-SE050
Révision 0
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

MAINTENANCE ELECTRIQUE
MESURES ET APPAREILS DE MESURE

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................7
2. INTRODUCTION .............................................................................................................8
2.1. LE TRAVAIL DE L’ELECTRICIEN.............................................................................8
2.2. BUT DES MESURES ................................................................................................9
2.3. LA MESURE CE N’EST PAS DE L’INFORMATIQUE ...............................................9
3. LA MESURE ..................................................................................................................11
3.1. FAIRE UNE MESURE.............................................................................................11
3.2. METHODES DE MESURE ET AFFICHAGE...........................................................12
3.2.1. Méthode directe:..............................................................................................12
3.2.2. Méthode indirecte............................................................................................13
3.2.3. Méthode de mesure par zéro ..........................................................................13
3.3. AFFICHAGE DES APPAREILS DE MESURE ........................................................14
3.4. ERREURS DE MESURE ........................................................................................15
3.4.1. Les différentes erreurs.....................................................................................15
3.4.2. Caractéristiques des appareils de mesure ......................................................17
3.4.2.1. Calibre........................................................................................................17
3.4.2.2. Échelle .......................................................................................................17
3.4.2.3. Dépassement de calibre.............................................................................18
3.4.2.4. Mesures en instrumentation .......................................................................18
3.4.3. Exemples de calculs d’erreurs.........................................................................21
3.4.3.1. Étape 1 : estimation des erreurs de mesure...............................................22
3.4.3.2. Étape 2 : calcul de l'incertitude-type (ou "écart-type") ................................23
3.4.3.3. Étape 3 : cas d'une grandeur composée....................................................24
3.4.3.4. Étape 4 : calcul de l'encadrement pour un taux de confiance donné .........24
4. FONCTIONNEMENT DES APPAREILS DE MESURE..................................................25
4.1. L’ANA ET LE NUM ..................................................................................................25
4.2. ANALOGIQUES ......................................................................................................26
4.2.1. Précision d’un appareil de mesure analogique................................................26
4.2.2. Importance de l'impédance d'entrée des ANA.................................................27
4.2.3. Augmentation de la résistance d’entrée ..........................................................28
4.2.4. Les symboles des ANA ...................................................................................29
4.2.5. Les différents types d’ANA ..............................................................................31
4.2.5.1. Généralités sur les ANA .............................................................................31
4.2.5.2. Appareil à cadre mobile .............................................................................32
4.2.5.3. Appareil électromagnétique........................................................................34
4.2.5.4. Appareil électrodynamique.........................................................................35
4.2.5.5. Appareil électrostatique..............................................................................36
4.2.5.6. Appareil à bimétal ......................................................................................36
4.2.5.7. Appareil à lames vibrantes .........................................................................37
4.2.5.8. Appareil à induction....................................................................................37
4.2.5.9. Appareil à cadres croisés ...........................................................................38

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 2 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.3. NUMERIQUE ..........................................................................................................40


4.3.1. Nombre de chiffres significatifs........................................................................40
4.3.1.1. Écriture d'une valeur numérique.................................................................40
4.3.1.2. Être ou ne pas être significatif ....................................................................40
4.3.1.3. Comment arrondir les nombres trop pointus ..............................................41
4.3.2. Définition de l’appareil numérique ...................................................................42
4.3.2.1. Définition du terme numérique : .................................................................42
4.3.2.2. Définition du terme digital...........................................................................42
4.3.3. Symboles et indications spéciales des appareils numériques .........................43
4.3.4. Schéma d'un appareil de mesure numérique ..................................................44
4.3.5. Classe de précision des appareils numériques : .............................................45
4.3.6. Exemples de calculs d'erreurs des instruments numériques...........................46
4.3.6.1. Exemple 1 ..................................................................................................46
4.3.6.2. Exemple 2 ..................................................................................................46
4.3.6.3. Exemple 3 ..................................................................................................47
4.4. LES AUTRES….. ....................................................................................................47
5. MESURE DES PARAMETRES ELEC ...........................................................................49
5.1. RAPPEL DES NOTATIONS....................................................................................49
5.1.1. Symboles, définitions, formules.......................................................................49
5.1.2. Résultats à connaître.......................................................................................51
5.2. MESURE TENSION – VOLTMETRE ......................................................................52
5.2.1. Mesure en courant continu ..............................................................................52
5.2.1.1. Sens de branchement ................................................................................52
5.2.1.2. Choix du calibre .........................................................................................52
5.2.2. Mesure en courant alternatif............................................................................53
5.2.2.1. Mesure de Ueff avec un multimètre "RMS vrai" (True RMS) .......................53
5.2.2.2. Mesure de Ueff avec un multimètre "RMS" alternatif uniquement ...............53
5.2.2.3. Mesure de Ueff avec un multimètre non RMS .............................................54
5.2.3. Utilisation d’un voltmètre .................................................................................56
5.2.4. Mesure haute tension ......................................................................................59
5.3. MESURE COURANT- AMPEREMETRE ................................................................60
5.3.1. Mesure en curant continu (C) ..........................................................................60
5.3.2. Mesure en AC .................................................................................................60
5.3.3. Pince ampèremétrique ....................................................................................60
5.3.3.1. En alternatif uniquement ............................................................................60
5.3.3.2. En alternatif et en continu...........................................................................61
5.3.4. Utilisation d’un ampèremètre...........................................................................61
5.3.5. Mesure de courants importants .......................................................................65
5.3.5.1. Le TC .........................................................................................................65
5.3.5.2. Le shunt .....................................................................................................66
5.3.5.3. Résistance additionnelle ............................................................................69
5.3.6. Mesure de courants de défaut.........................................................................70
5.4. RESISTANCE .........................................................................................................71
5.4.1. Résistances en circuit......................................................................................71
5.4.2. Mesure de prise de terre .................................................................................73
5.4.3. Mesure d’isolement .........................................................................................75
5.4.3.1. Continuité du conducteur de protection......................................................75
5.4.3.2. Résistance d’isolement ..............................................................................76

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 3 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.5. AUTRES MESURES - DIRECTES..........................................................................80


5.5.1. Mesure chronométriques.................................................................................80
5.5.1.1. Fréquencemètre.........................................................................................80
5.5.1.2. Périodemètre..............................................................................................80
5.5.1.3. Mesure de rapport cyclique ........................................................................81
5.5.1.4. Phasemètre,...............................................................................................81
5.5.2. Mesure de champ tournant..............................................................................85
5.5.3. Mesure de vitesse ...........................................................................................86
5.5.3.1. Le tachymètre manuel................................................................................86
5.5.3.2. Le tachymètre « automatique »..................................................................86
5.5.4. Mesure d’éclairement ......................................................................................87
5.5.5. Mesure d'autres grandeurs non électriques ....................................................87
5.6. MESURES PAR PONTS.........................................................................................88
5.6.1. Pont de Wheatstone ........................................................................................88
5.6.1.1. Pont à l’équilibre.........................................................................................88
5.6.1.2. Pont déséquilibré .......................................................................................89
5.6.2. Ponts en alternatif ...........................................................................................89
5.6.2.1. Ponts P/Q...................................................................................................90
5.6.2.2. Ponts « P.Q ».............................................................................................90
5.6.2.3. Ponts « P.C » (ponts de Owen)..................................................................92
5.6.2.4. Ponts « P/C » (ponts de Schéring).............................................................92
5.6.2.5. Pont de Robinson.......................................................................................93
6. APPAREILS DE MESURE EN ELECTRICITE ..............................................................94
6.1. UTILISATION DES APPAREILS DE MESURE.......................................................94
6.1.1. Mesures électriques sur les machines et installations .....................................94
6.1.2. Les mesures de mise en service et de maintenance.......................................94
6.1.3. Les mesures de laboratoires ...........................................................................95
6.2. MULTIMETRE .........................................................................................................96
6.2.1. Généralités sur les multimètres .......................................................................96
6.2.1.1. Analogique et numérique ...........................................................................96
6.2.1.2. Mesure avec un multimètre numérique ......................................................97
6.2.2. Consignes d’utilisation du multimètre ..............................................................99
6.2.2.1. Consignes ‘en gros’....................................................................................99
6.2.2.2. Consignes ‘détaillées’ ................................................................................99
6.2.3. Le multimètre numérique...............................................................................100
6.2.4. Condamnation multimètre numérique ...........................................................102
6.2.5. Les multimètres analogiques.........................................................................103
6.3. OHMETRE - MEGOHMMETRE ............................................................................105
6.4. CHOIX D’UN APPAREIL DE MESURE.................................................................107
6.4.1. Dispositifs d'essais des instruments de mesure ............................................107
6.4.2. Critères de choix ...........................................................................................108
6.4.3. Les étalonnages ............................................................................................108
7. MESURES DES PUISSANCES...................................................................................111
7.1. MESURE DIRECTE DE PUISSANCE ACTIVE.....................................................111
7.1.1. Principe de mesure .......................................................................................111
7.1.2. Mesures de puissance en régime triphasé ....................................................112
7.1.2.1. Avec neutre ..............................................................................................112
7.1.2.2. Sans neutre..............................................................................................113

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 4 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

7.1.3. Mesures de puissance avec pince multifonction ...........................................115


7.1.4. Le comptage- le compteur d’énergie .............................................................118
7.2. MESURE INDIRECTE DE PUISSANCE ...............................................................119
7.2.1. Rappel de base .............................................................................................119
7.2.2. Mesure puissance en monophasé avec U et I...............................................119
7.2.3. Distribution triphasée équilibrée ....................................................................120
7.2.4. Mesure de puissance en triphasé déséquilibré .............................................121
7.3. APPLICATION DE MESURE ‘W’ ET ‘VAR’...........................................................122
8. MESURER EN SECURITE..........................................................................................126
8.1. ASSURER LA SÉCURITÉ DES MESURES ÉLECTRIQUES ...............................126
8.1.1. Ne négligez pas la sécurité : votre vie en dépend .........................................126
8.1.2. Les pointes de tension : un danger inévitable ...............................................126
8.1.3. De nouvelles normes de sécurité ..................................................................127
8.1.4. Protection contre les transitoires ...................................................................127
8.1.5. Catégories de mesure ...................................................................................128
8.1.6. Ce n’est pas seulement le niveau de tension ................................................130
8.1.7. Transitoires : le danger caché .......................................................................131
8.1.8. Éclairs d’arc et chocs électriques ..................................................................132
8.1.8.1. Utilisez les fusibles à haute énergie appropriés .......................................132
8.1.8.2. Protection contre les surcharges..............................................................133
8.1.8.3. Chocs électriques.....................................................................................133
8.1.9. Application des catégories selon la tâche......................................................134
8.1.9.1. Conseils rapides pour comprendre les catégories ...................................134
8.1.9.2. Catégories multiples.................................................................................135
8.1.10. Caractéristiques de sécurité d’un testeur ....................................................135
8.1.10.1. Explication des tensions nominales de tenue.........................................135
8.1.10.2. Quand 600 V font plus que 1000 V ........................................................136
8.1.10.3. Distance de glissement et écartement ...................................................136
8.1.10.4. En conclusion.........................................................................................137
8.1.11. Test indépendants .......................................................................................138
8.1.11.1. Il est déterminant de procéder à des tests indépendants pour se
conformer à la sécurité..........................................................................................138
8.1.11.2. Que signifie le symbole CE ? .................................................................138
8.2. ERREURS A EVITER ...........................................................................................139
8.2.1. 10 erreurs à éviter .........................................................................................139
8.2.1.1. Remplacer le fusible d’origine du testeur par un fusible bon marché. ......139
8.2.1.2. Utiliser un petit morceau de fil électrique ou un petit objet métallique pour
remplacer un fusible fondu....................................................................................140
8.2.1.3. Utiliser un testeur non adapté à la tâche à effectuer. ...............................140
8.2.1.4. Choisir le multimètre le moins cher. .........................................................140
8.2.1.5. Ne pas porter de lunettes de sécurité. .....................................................140
8.2.1.6. Travailler avec un circuit sous tension. ....................................................140
8.2.1.7. Ne pas utiliser les procédures correctes de consignation et d’étiquetage.
..............................................................................................................................140
8.2.1.8. Garder les deux mains à proximité du point de test. ................................141
8.2.1.9. Négliger l’importance des cordons de mesure. ........................................141
8.2.1.10. Rester fidèle à votre bon vieux testeur. ..................................................141
8.2.2. Normes de sécurité internationales ...............................................................142

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 5 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.3. TESTEURS ET ACCESSOIRES...........................................................................143


8.3.1. À chaque testeur son niveau de sécurité !.....................................................143
8.3.2. Testeurs de tension à solénoïde ...................................................................144
8.3.3. Testeurs de tension électroniques.................................................................145
8.3.4. Autres considérations, les cordons, les sondes.............................................146
8.3.5. Utilisation des cordons, fiches, sondes, et autres accessoires......................147
9. AUTRES APPAREILS DE MESURE ...........................................................................150
9.1. PERTURBOGRAPHE ...........................................................................................150
9.1.1. Modes de fonctionnement du perturbographe...............................................151
9.1.2. A quoi sert le perturbographe de l’électricien ................................................152
9.1.3. Quel appareil choisir ?...................................................................................153
9.2. OSCILLOSCOPE ..................................................................................................155
10. EXERCICES ..............................................................................................................161
11. GLOSSAIRE ..............................................................................................................175
12. SOMMAIRE DES FIGURES ......................................................................................176
13. SOMMAIRE DES TABLES ........................................................................................180
14. CORRECTION DES EXERCICES.............................................................................181

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 6 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

1. OBJECTIFS
A l’issue de cette présentation, l’électricien (ou le futur électricien) sera à même de

Différencier les appareils de mesure analogiques et numériques

Exposer les différents principes de mesures, les technologies employées pour les
appareils analogiques

Expliciter le fonctionnement d’un appareil électronique / numérique

Différencier les différentes grandeurs électriques à mesurer (U, I, R, Hz,….)

Choisir l’appareil à utiliser en fonction de la mesure à effectuer

Différencier les valeurs efficace, moyenne, continu, composante alternative,


composante continue,…..

Utiliser l’appareil approprié en fonction des grandeurs à mesurer énumérées ci-


dessus

Utiliser ‘intelligemment’ un multimètre (bon calibre, lecture correcte,….)

Déterminer les méthodes pour mesurer les différentes puissances, en continu et


en alternatif

Lire, identifier, mesurer ces mêmes différentes puissances, le facteur de


puissance

Exposer les mesures de sécurité à prendre pour effectuer ‘sainement’ tout type
de mesure

Utiliser sciemment et consciemment ce document

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 7 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

2. INTRODUCTION

2.1. LE TRAVAIL DE L’ELECTRICIEN

Tous les jours, l’électricien (de terrain) utilise un appareil de mesure.

Figure 1: ‘Nos’ appareils de mesure et accessoires

L’électricien utilise / regarde / vérifie / règle / étalonne / connecte /…etc.…, un contrôleur,


un testeur, un afficheur, un compteur, un multimètre, un testeur, un perturbographe, un
oscillo, un générateur de courant ou de tension, etc.… L’appareil peut être, fixe, mobile,
portable, en façade, de table, de labo, simple…, multifonctions. Il a également besoin de
cordons, de fiches, de prises, de connecteurs, de pinces, et d’un tas d’autres accessoires,
bref, il a de quoi s’occuper et il vaut qu’il connaisse ‘ses’ appareils de mesure et qu’il
sache s’en servir !

A cela il faut ajouter de la pratique, de l’expérience, la connaissance du site d’exploitation,


de l’outillage et un ensemble d’équipements de mesure fixes et mobiles lui permettant
d’effectuer correctement son métier.

Aux électriciens travaillant sur des sites sous-équipés (et il y en a beaucoup car « on »
rechigne toujours à ‘acheter’ du matériel de test), ne demandez pas de miracles. Par
exemple un perturbographe, adapté et de qualité, dont on n’a pas besoin lorsque tout va
bien, est un outil indispensable (pour l’électricien et l’instrumentiste) afin de trouver
l’origine de la panne – Les équipements fixes en place (enregistreurs) ne sont jamais
adaptés.

Quant à l’équipement individuel, il vaudrait mieux que tout un chacun ait un « vrai »
multimètre……..Voyez dans ce cours les qualités requises pour un multimètre…
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 8 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Et avant tout, sachez qu’un appareil analogique n’est pas moins précis qu’un numérique
(avec la même classe d’appareil, bien entendu), il est simplement plus facile (et plus
rapide) à lire.

Quant aux autres avantages et inconvénients de l’un ou l’autre, voir plus loin dans le
cours.

2.2. BUT DES MESURES

Les mesures servent à connaître avec un degré de précision - en rapport avec l'objet
mesuré et le but recherché - les grandeurs usuelles en électricité telles que:

différence de potentiel

débit électrique et électronique

résistance

fréquence

puissance -(travail)

angle de déphasage

capacité

(etc.…)

Pour l'installateur électricien ou l’électricien d’entretien, les mesures servent à contrôler la


sécurité des personnes (la valeur humaine toujours en premier), des installations et du
matériel conformément aux textes en vigueur.

Il y a, bien sur, des mesures, des détections, des comparaisons des enregistrements plus
élaborés que nous aurons l’occasion de développer dans les cours ‘appropriés’. Par
exemple, les relais et mesures de protection en distribution Haute Tension, les mesures
de courant de défaut, les surveillances de réseau (BT et HT),….etc.

2.3. LA MESURE CE N’EST PAS DE L’INFORMATIQUE

Le problème avec nos salles de contrôle centralisées, c'est que rien n'est accessible
simplement. Les indications, les mesures ont été mises au point par des tierces
personnes ; les appareils indicateurs, les écrans nous abreuvent d’une foison de valeurs,
grandeurs, courbes, graphiques, rapports, calculs (impressionnants, en 3D, couleurs avec
des chiffres à 18 décimales…) que nous prenons (généralement) pour juste sans trop

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 9 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

nous préoccuper de la source de mesure et de la qualité des chaînes (ou boucles) de


mesures.

Ceci est valable en électricité et en instrumentation

Les ‘x’ décimales (c’était 8 ou 12), je l’ai effectivement vu sur un ‘gros’ site d’exploitation
Total, en indications sur écrans (en commissionning et mise en route). Très intéressant de
lire les volts à 24,12345678 ou une température ambiante à 26,56488556°C, et ‘gros’
problème de mémoire et de temps de transmissions principalement hertziennes sur ce
site. Et ne croyez pas que tout a été ‘rectifié’ simplement et rapidement, il a fallu sortir les
‘grosses’ autorisations…et çà n’a pas été fait tout de suite…

Derrière ces résultats rutilants se cachent parfois des erreurs de mesure grossières. De
plus, le personnel mettant au point « vos » mesures (les indications sur écrans)
appartiennent dorénavant à une équipe « Système » dans laquelle les individus sont plus
souvent informaticiens qu'électriciens, électroniciens ou spécialistes en mesure
(instrumentistes). Ils privilégient souvent l'interface au détriment de la partie
instrumentation ou traitement des résultats (du point de vue mathématique ou statistique).

La plus grande prudence s'impose donc !

Le rôle d’un électricien et d’un instrumentiste de maintenance sur site est de contrôler,
étalonner les instruments de mesure en place. Pour cela il a besoin

D’outils et d’instruments de mesures et de calibration en nombre et qualité

D’un accès à toute la boucle de mesure depuis le capteur jusqu’à l’écran

D’une coopération (sinon une compréhension) entre les groupes productions,


informatique, systèmes d’un site.

Ceci est valable pour l’électricien et l’instrumentiste.

Cette coopération est loin d’être effective, elle a même tendance à se détériorer de plus en
plus !

Autre exemple : sur site Total, 2 ans (2001 à 2003) pour résoudre un problème de
synchronisation entre 2 générateurs (impossibilité de coupler). Le vendeur (Solar pour ne
pas le nommer….) étant toujours en charge et s’évertuant à n’envoyer qu’un automaticien
/ informaticien ne sachant que vérifier les programmes ‘soft’ et refusant la communication
avec le ‘simple’ électricien. Le problème venant tout simplement d’une erreur sur une
mesure de courant qu’un électricien ‘de base’ était à même de détecter en vérifiant les
boucles de mesure.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 10 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3. LA MESURE

3.1. FAIRE UNE MESURE

Pour faire une mesure il faut choisir un appareil qui permet de mesurer la grandeur
recherchée ou d'autres grandeurs qui permettront de la calculer.

Commençons par nos trois mesures de base (de tous les jours) : I, U et R.

Exemples:

avec un voltmètre et un ampèremètre on peut calculer l'impédance

avec un voltmètre, un ampèremètre et un wattmètre on peut calculer le cos φ.

Rappels: Un ampèremètre mesure un débit d'électrons et doit se placer en série dans le


circuit; sa résistance interne doit être la plus petite possible.

Un voltmètre mesure une différence de potentiel entre deux points et se connecte en


parallèle. Sa résistance interne doit (le plus souvent) être la plus grande possible

Un ohmmètre est un ampèremètre avec


une source de tension en série. μA R

Figure 2: Principe de l’ohmmètre

La mesure se fait sans autre tension que


celle de l'appareil de mesure.

Le déplacement de l'aiguille est


Échelle ohmmètre inversée
proportionnel au courant et
l'échelle de lecture est
directement graduée en [Ω].

Figure 3: Lecture en ohmmètre

La graduation est donc inversée


par rapport à celle du courant
(la répartition de l'échelle est
une hyperbole).

Évidemment, il n’y a que


l’appareil analogique qui est
concerné.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 11 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3.2. METHODES DE MESURE ET AFFICHAGE

L’observation est la base de toute science physique. Le modèle théorique n’est souvent
qu’une description plus ou moins imparfaite d’un système physique. La comparaison entre
les caractéristiques de fonctionnement déduites d’un modèle proposé d’une part, et celles
qu’on observe expérimentalement d’autre part, permet de juger de la pertinence du
modèle.

Mesurer, c’est déterminer la valeur d’une grandeur physique par un ensemble d’opérations
expérimentales. C’est un art exigeant qui demande beaucoup d’attention, de méthode, de
sens critique, d’intuition et une bonne compréhension des phénomènes mis en jeu. La
connaissance du fonctionnement des appareils de mesure utilisé est indispensable pour
choisir le bon type d’appareil, et pour l’utiliser correctement en fonction du but visé.

Les résultats de mesure doivent être soigneusement consignés, minutieusement


contrôlés, critiqués, comparés à des prévisions – même sommaires – afin d’éliminer toutes
les erreurs évitables. L’esprit critique porté aux résultats détermine la confiance qu’on peut
leur accorder !

Les affirmations ci-dessous sont vraies aussi bien pour les mesures « sur site », réalisées
parfois en urgence, et pour les mesures réalisées en laboratoire, dans le cadre de projets
de recherche et de développement. Il faudra simplement adapter la méthode de travail aux
conditions de travail.

Les principales méthodes de mesure sont :

Méthode directe

Méthode indirecte

Méthode de mesure par zéro

3.2.1. Méthode directe:

La valeur de la grandeur mesurée est affichée directement par l’appareil utilisé à cet effet.
Exemples :

Un calibre montre directement la dimension de l’objet mesuré.

Un voltmètre affiche directement la tension électrique mesurée.

En fait, en électricité il n’y a que 2 grandeurs qui sont transformés en « lecture directe »,
ce sont l’intensité et la tension.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 12 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Les autres paramètres mesurés en électricité résultent :

Soit d’une composante de ces deux grandeurs (U et I) avec éventuellement des


coefficients multiplicateurs, citons le déphasage, les puissances et d’autres
grandeurs ou constantes, citons les comptages

Soit de la mesure d’une autre grandeur (méthode indirecte), ainsi une mesure de
fréquence est un comptage de nombres d’impulsion pendant un temps donné, ou
une mesure de temps pour une pulsation. Le résultat en analogique est
transformé inévitablement en intensité ou tension et en numérique en impulsions
qui sont elles-mêmes des ‘signaux’ de tension (en nombre et ordre déterminés).
Une intensité lumineuse, en autre exemple utilise le principe ‘photovoltaïque’, soit
une production de tension fonction de l’éclairement.

3.2.2. Méthode indirecte

La valeur de la grandeur cherchée est calculée à partir de la mesure directe d’une ou


plusieurs grandeurs. L’opération de calcul peut être confiée à un microprocesseur ou
réalisée plus simplement par des circuits électroniques.

Exemples :

La mesure d’une température à l’aide d’un thermocouple requiert la mesure


d’une tension électrique, puis d’une conversion par comparaison avec la courbe
température -tension caractéristique de ce thermocouple (voir les cours
instrumentation).

La mesure d’une résistance par application de la loi d’Ohm nécessite la mesure


de la tension et du courant. Un ohmmètre (celui intégré au multimètre), génère
une tension et mesure une intensité – ou l’inverse, çà marche aussi

Les mesures en instrumentation qui à partir de phénomènes et lois physiques


transforment la grandeur à mesurer en intensité, tension (ou impulsions).

3.2.3. Méthode de mesure par zéro

On réduit à zéro la différence entre deux grandeurs dont l’une est la valeur recherchée et
l’autre est une référence. Cette méthode est généralement lente, mais beaucoup plus
précise que les méthodes précédentes.

Exemples :

La balance à fléau permet de mesure le poids d’un objet par comparaison avec
des poids étalons placés dans l’autre plateau, de manière à ce que le bras du
fléau soit horizontal.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 13 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Le pont de mesure de résistances


(pont de Wheatstone) permet la
mesure précise d’une résistance
Rx par comparaison avec une
résistance étalon.

Lorsque le voltmètre V indique


une tension nulle, on a

RX / Rétalon = R1 / R2 ce qui permet


de déterminer RX

Figure 4: Le pont de Wheatstone

Le pont de Sauty utilise le même principe que le pont de Wheatstone pour


mesurer la valeur des capacités

3.3. AFFICHAGE DES APPAREILS DE MESURE

Un appareil de mesure établit une correspondance entre la grandeur physique observée


et une grandeur auxiliaire, perceptible à nos sens par le biais d’un affichage ou utilisable
par un équipement automatique.

On distingue les instruments analogiques (aiguille se déplaçant sur une échelle


graduée) ou numériques (chiffres formant un nombre lisible directement). L’affichage des
premiers appareils de mesure utilisait le principe de la déviation d'une aiguille sur une
échelle graduée.

L’instrumentation électronique est maintenant largement utilisée pour sa facilité et sa


rapidité de lecture sans erreur, et aussi par le fait que le résultat peut être rendu
directement accessible à un ordinateur. La baisse du prix de ces équipements a joué un
rôle important dans cette évolution, sans négliger un effet de mode, et surtout l’illusion de
précision parfois injustifiée que suscitent de tels appareils (les numériques).

Affichage analogique ou numérique

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 14 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3.4. ERREURS DE MESURE

Une mesure est toujours une approximation d’une valeur vraie. Elle n’est jamais
exacte, mais entachée d’une certaine erreur.

3.4.1. Les différentes erreurs

Soit les termes définissant les erreurs de mesure et/ou de lecture.

La mesure d’une grandeur ‘X’ peut s’appeler « mesurande » dans certains textes.

La différence ΔX entre la valeur mesurée Xm et la valeur vraie Xv de la grandeur observée


est appelée erreur absolue :

ΔX = |Xm - Xv|

L’erreur relative εx est donnée par le rapport de l’erreur absolue à la valeur vraie :

εx est généralement exprimé en pour cent [%].

L’erreur relative dans certaines mesures est en fait ±ε car le valeur mesurée Xm sera soit
positive, soit négative par rapport à Xv

Xm min Xv Xm max Ce qui est mesuré se trouve quelque part


entre Xm-min et Xm-max . On appelle
« encadrement », l’intervalle dans lequel se

trouve la ‘vraie’ valeur.

Par exemple une résistance de 1000Ω à ± 1% : ε = 10Ω pour une valeur vraie entre 990 et
1010Ω soit un ‘encadrement / intervalle’ de 20Ω = 2ε

De nombreuses raisons peuvent expliquer la présence d’erreurs. On regroupe celles-ci en


deux grandes catégories :

Les erreurs systématiques réapparaissent de manière identique à chaque


répétition de la mesure. Elles peuvent être dues entre autres

o aux imperfections d’étalonnage de l’appareil (calage zéro et échelle)

o à la classe de l’appareil et celle des transducteurs (éventuels) en série (TC


et TP par exemple)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 15 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

o à l’influence de l’appareil de mesure sur le système à observer (un


potentiomètre dans un circuit de mesure de résistance – influence de la
température,…)

o à un défaut d’alimentation (piles déchargées)

o à une erreur de lecture ‘systématique’ de l’opérateur (parallaxe sur appareil


analogique)

o etc.,

Les erreurs aléatoires sont dues à des causes gouvernées par les lois du hasard
comme :

o l’effet de seuils dû à la conversion analogique → numérique (résolution)

o un bruit ou une perturbation aléatoire se superposant au signal mesuré

o une imperfection de l’appareil de mesure (frottements, etc.)

o une utilisation de l’appareil dans des conditions inadaptées (trop chaud, trop
froid)

o une erreur accidentelle de lecture

o des mauvais contacts dans les cordons et lignes de mesure

L’erreur intrinsèque est la limite supérieure de la somme des erreurs aléatoires


caractéristiques de l’appareil seul.

Le constructeur de l’appareil de mesure en spécifie le calibre, soit la limite supérieure de


la plage de mesure. Il spécifie également la classe de précision, soit l’erreur maximum
exprimée en pour cent du calibre.

Considérons par exemple un pèse-lettre dont le calibre vaut 2 kg et la classe de précision


0,5 ‰. Son erreur intrinsèque sera de 0,5 ‰ x 2 kg = 1 g. C’est également l’erreur absolue
à laquelle il faut s’attendre sur toute la plage de mesure. L’erreur relative correspondante
dépend du poids de l’objet considéré : Pour une lettre de 100 g, l’erreur relative sera
toujours de 1g et atteindra 1 %. (Ce n’est pas un exemple en électricité, mais c’est une
erreur de mesure quand même !)

C’est la raison pour laquelle il conviendra de travailler autant que possible dans la partie
supérieure de la plage de mesure d’un appareil, et de changer au besoin de calibre ou
d’appareil. (Voir exemples – en électricité - dans la suite de ce chapitre).

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 16 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3.4.2. Caractéristiques des appareils de mesure

Définissons également les termes propres aux caractéristiques liées aux sources d’erreurs
pour les appareils de mesure.

3.4.2.1. Calibre

(Range en anglais) :

C’est le région entre les limites de laquelle une valeur est mesurée en statuant la valeur
inférieure et la valeur supérieure, par exemple :

0 à 500 V

-30 à +30V

40 à 60 Hz

-0,9 à + 0,7 (facteur de puissance)

D’autres termes pourront être employés, tels que : étendue de mesure, étendue du signal
(instrumentation), indication de l’échelle de mesure, gamme de mesure, etc… Et l’on dira,
je calibre ce fréquencemètre de 40 à 60 Hz

3.4.2.2. Échelle

(Span en anglais et pas ‘scale’)

C’est la différence algébrique entre les valeurs mesurées inférieures et supérieures, par
exemple

Calibre 0 à 500 V Échelle 500 V (calibre = mesure)

Calibre -30 à + 30 V Échelle 48V

Calibre 40 à 60 Hz Échelle 20 Hz

Ce sera également : l’échelle de mesure, l’échelle du signal, l’étendue d’échelle, la


grandeur à mesurer, etc….Et l’on dira, mon fréquencemètre a une échelle de mesure de
20 Hz après l’avoir calibré de 40 à 60 Hz.

Plus l’échelle est grande avec un grand nombre de graduations (analogique et


numérique), plus la précision de la mesure est effective, l’erreur relative étant de la classe
de l’appareil et des possibilités de précision de la mesure (voir exemples dans la suite)
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 17 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3.4.2.3. Dépassement de calibre

Et non dépassement d’échelle ! (Terme que vous employez couramment……)


Lorsque le calibre = l’échelle, évidemment c’est la même chose.

C’est la « surcharge admissible ». La surcharge admissible est représentée par une


valeur relative à l’étendue de mesure (en fait on utilise la portée maximale), par exemple
150 % ou encore 1.5 x EM (Étendue de Mesure ou calibre).

Les appareils analogiques n’apprécient pas trop (plutôt pas du tout) ce ‘dépassement de
calibre’ qui peut arriver lorsque l’on manipule des multimètres ou « monomètres »
(ampèremètre, voltmètre, …) à plusieurs calibres. Si l’aiguille est tordue, c’est foutu, et si
elle est coincée (à droite), ce n’est pas la peine de secouer l’appareil, c’est foutu aussi.

Les appareils numériques (de dernière génération – (quant aux premiers j’en ai vu
quelques uns faire de la fumée…) - sont munis de sécurité, dépassement de calibre.

Lorsque les digits clignotent, l’on sait qu’il n’y a plus qu’à prendre le calibre supérieur et ce
sans conséquence pour l’appareil.

3.4.2.4. Mesures en instrumentation

La frontière domaine électrique et domaine instrumentation est très imprécise (on ne parle
pas ici, d’erreur…de précision). Les erreurs de mesure et calculs d’erreurs sont repris
(plus détaillés) dans les cours ‘Instrumentation ; définissons ici des caractéristiques
pouvant s’appliquer à un appareil ‘purement’ électrique pour au moins avoir une ‘idée’. Si
vous êtes intéressés et désirez des détails, passez dans les cours ‘instrrum’.

Sensibilité :

La sensibilité d’un élément de mesure représente le rapport de la variation du


signal de sortie à la variation correspondante du signal d’entrée, pour une
mesure donnée.

C’est donc la pente de la courbe de réponse de cet élément, i.e.:

Linéarité :

La caractéristique qui se rapproche de la sensibilité, c’est la linéarité. Elle définit


la constance de la sensibilité sur toute la plage de mesure.

L’écart de linéarité est exprimé par un pourcentage de l’étendue de mesure.


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 18 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Rapidité :

Le « temps de réponse » représente le temps qu’il faut à l’élément de mesure


pour que sa valeur de sortie (ou son indication) soit à moins d’un certain écart en
pourcentage de la valeur finale, lorsque l’entrée (ou la source de mesure) est
soumise à une variation brusque de type échelon.

Hystérésis

Un système présente une hystérésis lorsque la grandeur de sortie ne dépend pas


uniquement de la valeur du ‘mesurande’ (valeur à mesurer), mais aussi de la
façon dont elle a été atteinte. L’hystérésis est définie par l’amplitude de l’écart
maximum, donc l’erreur causée par l’hystérésis.
Sortie
L’hystérésis peut être de nature
mécanique ou électrique.
Mesure
En mécanique, l’hystérésis est associée descendante
aux phénomènes de frottement sec et de
jeu dans un mécanisme. Différence de
mesure
En électrique, l’hystérésis est associée à
des phénomènes de polarisation
mécanique ou électrique. Mesure
montante
Figure 5: Courbe d’hystérésis

La figure représente pour un instrument


l’hystérésis pouvant exister entre la valeur Entrée
d’entrée et celle de sortie, mais ce peur
être applicable pour un ‘simple’ voltmètre, la valeur d’entrée étant la vraie mesure
(Xv), la valeur de sortie étant celle mesurée / indiquée (Xm) en fonction de Xv en
front montant ou descendant

La courbe représente un hystérésis « énorme », la ‘différence de mesure’ étant


conséquente en fonction de l’étendue (ou échelle) de mesure. Vous comprenez
ainsi qu’il vaut mieux avoir les 2 courbes (montante et descendante) les plus
proches possibles.

Répétabilité

La répétabilité est la marge de fluctuation de la sortie à court terme, lorsque le


même mesurande est appliqué à plusieurs reprises et dans le même sens. Cette
marge est attribuable à plusieurs causes (entre autre l’opérateur) et s’exprime en
pourcentage de l’étendue de mesure. (répétabilité # répétitivité)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 19 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Reproductibilité

La reproductibilité est la marge de fluctuation de la sortie à long terme, lorsque le


même mesurande est appliqué à plusieurs reprises et dans le même sens.

Cette marge est attribuable à plusieurs causes (dont le vieillissement) et


s’exprime en pourcentage de l’étendue de mesure.

Résolution

La résolution correspond à la granularité de la mesure, i.e., à la plus petite


variation discernable par le capteur. La résolution peut ne pas être constante sur
toute l’étendue de la mesure.

Figure 6: résolution sur étendue de mesure pour 2 appareils

Sur cet exemple, l’ampèremètre a une résolution de 5 Amp par graduation,

Comme il est de classe 2,5, il y a ‘d’office’ 2,5 Amp d’erreur relative, en y ajoutant
les erreurs de lecture, et les autre ‘phénomènes’ vu au dessus, ce n’est pas la
peine de s’acharner à vouloir lire 51,6 Amp.

Restez dans la ‘gamme des 5 Amp et dites 50 Amp, vous avez toutes les
chances d’être dans le vrai.

Cet exemple est avec de l’analogique, mais c’est la même chose en numérique,
une lecture à 51,62 Amp avec un multimètre de classe 1, prenant en plus une
intensité sur un secondaire de TC (Transformateur de Courant) à 2,5% de
précision est une lecture « de luxe » (celle de 51,62)…

Précision

La précision est un des paramètres les plus important d’un système de mesure.

Elle permet d’évaluer la qualité de mesure en donnant l’idée de l’ampleur de


l’erreur affectant la mesure.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 20 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

La précision fait appel à la notion de fidélité et de justesse

- La « fidélité » d’un appareil correspond à l’écart - type d’un ensemble de


mesures faites pour un mesurande donné (toujours la même Xv). Elle
représente donc les incertitudes de mesures de l’appareil. Elle dépend
des erreurs aléatoires

- La « justesse » d’un appareil correspond à la différence entre la valeur


moyenne d’un ensemble de mesures faites pour un mesurande donné et
celui-ci. Elle représente les erreurs systématiques du système de
mesure.

- Exemple: Calculer la précision relative (à 100 volts) et la classe de


précision d’un appareil de précision ayant une étendue de mesure
(calibre) de 0 à 1000 volts, et une erreur absolue de ±2 volts.

Solution: L’erreur absolue ‘a’ est égale à ±2 volts et provoque une


erreur relative ‘r’ de ±2 volts /100 volts, donc de ±2.0 %. (Pour 100 volts
mesurés)

La classe de précision CP est égale au rapport ±2 volts/1000volts, donc


de ±0.2 %. L’erreur relative peut donc prendre des proportions
dramatiques si les valeurs à mesurer sont faibles. Si, dans l’exemple, la
mesure avait été de 10 volts, l’erreur relative aurait été de ±20 %. D’où
l’importance d’un choix d’appareil ayant une étendue de mesure
adéquate pour l’application.

3.4.3. Exemples de calculs d’erreurs

J’ai ‘subi’ les calculs d’erreurs sur les ‘bancs d’école’. Ces mêmes calculs ont été deux fois
de suite un sujet d’examen (où je ne m’en suis pas trop mal sorti…). Mais je n’ai jamais eu
l’occasion de les employer à titre professionnel, peut-être, n’ai-je pas eu de chance….En
conséquence, et vu le caractère « passionnant » de ce sujet, il n’y aura pas de
développement de sérié de Taylor et autre formulations. (Ouf)

« En gros », si vous avez besoin de faire une ‘estimation’ de la qualité de votre mesure,
sachez que toutes les erreurs possibles (en %) s’ajoutent et prenez l’erreur relative
(Classe de précision constructeur avec rapport mesure/calibre) de l’appareil (comme dans
le dernier exemple), additionner éventuellement le (ou les) erreurs relatives des appareils
en série (TC, TP,…), multiplier le tout par 2 (appareil analogique ou numérique, c’est
pareil) et vous êtes dans la ‘fourchette’. J’ai (quand même) eu l’occasion de vérifier cette
estimation, il n’y a rien d’excessif.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 21 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3.4.3.1. Étape 1 : estimation des erreurs de mesure

a) cas d'un appareil analogique à aiguille :

lecture de x : si l'échelle de graduation comporte N divisions, et si la lecture


Calibre
indique n divisions, alors : x = η ×
N
Classe.x.Calibre
erreur (relative) ε : elle est fonction de la classe de l'appareil : ε =
100

Exemple : calibre 10V ; 200 divisions ; classe 0,5 ; mesure : U = 5,25 V

0,5.x.10
ε= = 0,005V
100

Et « en gros », l’erreur totale peut être estimée à ±0,1V pour une lecture vraie entre 5,15
et 5,35V (attention, ceci n’a rien ‘d’officiel’, c’est une estimation personnelle)

b) cas d'un appareil numérique à affichage digital :

lecture de x : pour un appareil à k digits (k = 5 par ex.), le digit de poids fort n'est
souvent que partiellement utilisé (par ex. il ne peut prendre que les valeurs 0 ou
1). On dit que l'appareil affiche k – 1 digits et demi (pour k = 5 par ex. : 4 digits
1/2).

erreur ε : elle est fonction de la précision p de l'appareil (exprimée en %)


p.x
dépendant du calibre employé, et d'un nombre n fixé de digits : ε = +η
100

Exemple : p = 0,5% ; n = 4 ; mesure : U = 5.2485 V

ε = 5,2485 x 0,005 + 0,0004 ≈ 0,027 V

c) autres cas - estimation de l'erreur par encadrement :

Pour tout autre type de mesure (par ex. : mesurage au pied à coulisse, mesurage à l'aide
d'un oscillographe, etc), on estime les limites xmin et xmax de la valeur mesurée, dont on
déduit :

X=x±ε
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 22 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Exemples :

mesures de la tension, de la période, de la phase d'un signal sinusoïdal sur


l'écran d'un oscilloscope. Dans ce cas, les erreurs sont d'origine paramétrique
(respectivement : précision de l'amplification verticale, de la base de temps, de la
synchronisation) ou graphiques (notamment : épaisseur de la trace, ajustement
correct de sa position sur l'écran par rapport au réticule).

Manifestement, les secondes sont prépondérantes par rapport aux premières, ce


qui impose d'estimer l'erreur par encadrement.

mesure de la fréquence de résonance d'un système électrique du second ordre à


l'aide d'un voltmètre et d'un fréquencemètre. Il est clair que cette mesure est plus
ou moins précise selon que la courbe de résonance est plus aiguë ou au
contraire plus "molle" : il peut être délicat, dans ce dernier cas, de définir
correctement les extrémités de l'intervalle d'encadrement de la mesure. Solution :
changer de méthode de mesure !

on applique aussi ce type de raisonnement aux composants marqués. Par


exemple, une résistance r = 1000 Ω de catégorie de précision 1% est telle que
990 Ω ≤ r ≤ 1010 Ω, avec ε = 10 Ω.

3.4.3.2. Étape 2 : calcul de l'incertitude-type (ou "écart-type")

On suppose que la loi de probabilité est uniforme (ou "rectangulaire"), c'est-à-dire que la
probabilité pour que l'intervalle [xmin, xmax] contienne la "vraie" valeur de la grandeur X est
égale à 1 (pas de valeur possible en dehors de cet intervalle), et que, réciproquement,
toutes les valeurs entre xmin et xmax sont réputées a priori équiprobables.

ε
Dans ce cas, on montre que l'incertitude type vaut : σ =
3

Figure 7: Incertitude type rectangulaire

La "vraie" valeur de x a 100% de chances de se trouver


dans cet intervalle, avec une même probabilité sur tout
l'intervalle

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 23 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3.4.3.3. Étape 3 : cas d'une grandeur composée

Cette étape ne concerne que les grandeurs dépendant de plusieurs variables (par ex., une
résistance R = U / I mesurée par la méthode volt - ampèremétrique).

Une méthode simple et suffisamment fiable consiste à calculer les bornes de l'intervalle
d'encadrement de la grandeur inconnue à partir des bornes des intervalles d'encadrement
des grandeurs qui la composent.

Pour l'exemple cité, connaissant les intervalles [umin, umax] et [imin, imax], il vient :

Des méthodes plus rigoureuses existent…..

3.4.3.4. Étape 4 : calcul de l'encadrement pour un taux de confiance donné

En dehors des imprécisions dues à l'appareillage ou à la lecture des indications, de


nombreux facteurs peuvent affecter une mesure : bruit électronique, parasites, influence
de la température, etc. Ces facteurs sont aléatoires. On suppose cette fois que la loi de
probabilité de la distribution des erreurs qu'ils entraînent est gaussienne.

On peut seulement dire que la "vraie" valeur de x a statistiquement plus de chance de se


trouver vers le milieu de l'intervalle [ xmin, xmax] que sur ses bords. Mais cette valeur peut
aussi se trouver en dehors de cet intervalle avec une probabilité non nulle ! On montre que
l'incertitude ∆x vaut :

∆x = σ avec une probabilité p = 68%


∆x = 2σ avec une probabilité p = 95%
∆x = 2,57σ avec une probabilité p = 99%
où p est le taux de confiance.

Figure 8: Incertitude type gaussienne

On note : X = (x ± ∆x)p%

Cela signifie, avec p = 68% par ex. : il y a environ 2 chances sur 3 (2/3 ≅ 0,68) pour que la
grandeur X ait une valeur comprise dans l'intervalle [x – σ, x + σ].

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 24 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4. FONCTIONNEMENT DES APPAREILS DE MESURE

4.1. L’ANA ET LE NUM

Un simple tableau pour comparer les 2 possibilités

Paramètre / Critère Analogique Numérique

Prix Identique à précision égale – quoique légèrement moins cher en ANA

Lecture Erreur de parallaxe Lecture directe

Plus difficile à apprécier la


Précision mesure dans les classes de Plus facile à lire
grande précision

Supporte les à coups, les


Variations de mesure Fragile,
brusques variations

Peut être employé


Nécessite (en général) un
Position d’emploI (théoriquement) dans n’importe
support stable
quelle position

Chocs mécaniques Fragile Résiste mieux

Nécessite un effort pour lire sur la


Convivialité bonne échelle en multi – calibres, Une seule lecture, directe
c’est une source d’erreurs
Peut être mis en réseau – la
Unique en son genre. On ne peut lecture peut être transmise sur
Adaptabilité
rien y adapter d’autres appareils (imprimante,
enregistreurs,…)

Fragile en cadre mobile –


Construction Plus simple à réaliser
impédance d’entrée plus faible

Plus pratique en indicateur Plus justifié pour les classes de


Conclusion / permanent et pour des mesures précision ‘pointues’ et en appareil
Utilisation ne nécessitant pas de grande mobile
précision Utilisation plus simple

Table 1: Comparaison appareil analogique et numérique – ANA vs NUM

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 25 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2. ANALOGIQUES

4.2.1. Précision d’un appareil de mesure analogique

Revoyons précision et erreur puisque c’est ce qui fait la qualité de la mesure.

Classe de précision d'un appareil de mesure analogique Sur les appareils analogiques, la
classe de précision est indiquée par un nombre (0,1; 0,2; 0,5; 1,0; 1,5; 2,5; 5,0) inscrit sur
le cadran de l'appareil. Ce nombre indique l'erreur possible, exprimée en [%] de l'étendue
de mesure.

Exemple: Un ANA (pour appareil analogique) a une étendue de mesure de 30 [V] et


classe de précision de 1,5. Nous pouvons calculer son erreur absolue:

Étendue de mesure x. classe de précision /100 = 30 x 1,5 / 100 = 0,45 [V] = Δx

L'erreur absolue peut être constante sur toute la plage de mesure à cette échelle. Nous
pouvons calculer l'erreur relative lorsque la mesure est de 10 [V]:

Erreur absolue x 100 / valeur lue = 0,45 x 100 / 10 = 4,5 [%] = εx

Erreur relative en %
Sur la figure, nous voyons la
variation de l’erreur relative en
fonction de la mesure en % de
100 %
l'échelle choisie.
80 % Appareil d’une classe de
précision de 5
Figure 9: Erreur relative en
60 % fonction de la mesure

40 %
Pour avoir toujours une erreur
20 % admissible en fonction de la
classe de précision de l'ANA
5% % de l’échelle choisi, il faudra toujours avoir la
lecture dans les deux tiers
20 40 60 80 100 supérieurs de l'échelle choisie.
% % % % %

C'est pour cela que les ANA ont souvent des calibrages qui répartissent la plage complète
de mesure régulièrement - par multiple de 3 (1, 3, 10, 30,100, 300).

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 26 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.2. Importance de l'impédance d'entrée des ANA

En plus de la précision du contrôleur, il faut tenir compte de l'erreur qu'il induit dans le
circuit à mesurer et pour cela il est indispensable de connaître sa résistance d'entrée
(résistance interne). L'ANA comprend une bobine qui a une certaine résistance, et un
courant maximum.

Lors du changement de calibre, le rotacteur branchera d'autres résistances en série s'il


s'agit d'un voltmètre ou en parallèle pour un ampèremètre, afin de garantir le même
comportement de la bobine de mesure pour des valeurs mesurées supérieures.

Dans un ampèremètre, la résistance interne doit être la plus petite possible pour ne pas
limiter le courant et/ou ne pas produire une chute de tension sur l'objet à mesurer ce qui
fausserait la mesure. Plus la résistance en série est petite, plus l'erreur de mesure (due à
l'insertion de l'ANA) sera grande, alors que pour une grande résistance en série l'erreur
sera minime.

I = tension d'alimentation / (résistance interne + résistance du circuit) [A]

La résistance interne des voltmètres doit être la plus grande possible (sauf pour des
mesures de tension de défaut où il faut une résistance d'environs 3000 [Ω]). En effet,
brancher un voltmètre aux bornes d'une résistance revient à mettre deux résistances en
parallèle.

Lorsqu'il y a une grande différence de résistance, la résistance équivalente sera proche de


la valeur de la plus petite des deux. Par contre si les deux ont à peu près la même valeur,
la résistance équivalente du montage sera égale à la moitié d'une seule des deux, avec
bien entendu une forte modification de la valeur du courant et de la tension.

Exemple :

Nous avons à mesurer un circuit comportant 2 résistances en série sous une différence de
potentiel de 12 [V]. La première vaut 150 [kΩ] et la seconde 220 [kΩ]. Nous désirons
connaître la valeur de la tension aux bornes de la deuxième.

Nous faisons donc le calcul suivant:

U2 = U x R2 / (R1 + R2 ) = 12 x 220 000 / (150 000 + 220000) = 7,1 [V]

Pour faire la mesure nous prenons un voltmètre qui a comme caractéristique 20 [kΩ/V].

Nous calibrons notre contrôleur sur 10 [V] ce qui nous donne une résistance interne de
200 [kΩ] et le schéma suivant:

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 27 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 10: Exemple de mesure de tension

Les deux résistances en parallèle ont une résistance équivalente de 104 [kΩ] et l'appareil
de mesure indiquera 4,9 [V] ± l'erreur relative.

Pour palier à ce problème, on serait tenté d'augmenter échelle (à 30 [V]) pour augmenter
la Ri (0,6 [MΩ]) ce qui ne corrigerait que partiellement notre mesure, par contre l'erreur
relative augmente (environ 15% pour une classe 2,5 !!) et la précision de lecture peut
aussi en pâtir. Il y aura lieu de bien connaître les caractéristiques de son contrôleur si l'on
veut mesurer la tension aux bornes d'une impédance élevée ou le courant traversant une
petite impédance.

4.2.3. Augmentation de la résistance d’entrée

Pour palier au problème de la faible résistance d'entrée des voltmètres, certains modèles
sont équipés d'un (pré) amplificateur ce qui leur donne une résistance d'entrée de 1 [MΩ].

Cette valeur est constante, donc indépendante de l'échelle choisie. Ce type d'appareil est
indispensable pour mesurer des circuits à impédance élevée

Sur la figure, on y voit un voltmètre à amplificateur. On constate que sa caractéristique


d'entrée est de 500 [kΩ/V]. On obtient ainsi 250 [MΩ] pour une mesure de 230[V]. La pile
et le potentiomètre servent à compenser l'influence de la température.

On devra procéder à une


remise à zéro à chaque
mesure.

Figure 11: Appareil avec


ampli

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 28 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.4. Les symboles des ANA

Tous les AMA ont une série de symboles donnant leurs principales caractéristiques.

L'ordre dans lequel ils sont (théoriquement) inscrits est le suivant, repris sur les 2
exemples:

Figure 12: Symboles des appareils analogiques

type de l'appareil : appareil ferromagnétique / à cadre mobile

genre de courant : courant alternatif / courant continu

classe de précision : plus ou moins 2,5% / 0,5%

4. position d'emploi : verticalement / horizontalement

tension d'épreuve : (étoile) 2 [kV] / ? 2kV aussi

Renseignements complémentaires suivant le constructeur

Voici un tableau représentant tous ces symboles: (attention ces symboles correspondent à
un mode de fonctionnement ou de construction, il se peut toutefois qu'un mode de
fonctionnement soit appelé de différentes manières, par exemple: à fer mobile =
électromagnétique = ferromagnétique)
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 29 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Catégorie Symbole Description


Appareil à cadre mobile utilisable en
ou continu ou ondulé
Appareil à cadre mobile utilisable en
+ continu et alternatif
appareil ferromagnétique
sensible à la valeur efficace du signal
ou qui lui est appliqué
Electrodynamique
Combinaison cadre mobile et
ou ou ferromagnétique. Pour wattmètre
Type d’appareil
Electrostatique – Tension appliquée sur
de mesure
des plaques, type condensateur
Dispositif de mesure bimétal

Dispositif de mesure à lames vibrantes

Appareil de mesure à induction

Appareil ç cadres croisés

Appareil à aimants rotatifs

Courant continu
Nature du signal Courant alternatif
mesuré
Continu et alternatif
Instrument pour mesure courant
triphasé, équipé en mesure pour 1, 2 ou
3 phases
Classe de De 0,1 à 5 correspondant à l’incertitude,
Chiffre
l’appareil par construction, de l’appareil
Appareil à utiliser horizontalement
Position de Appareil à utiliser verticalement
l’appareil
Appareil à utiliser incliné (ici 60°)
Caractéristiques
Dispositif de mise à zéro de l’appareil
appareil
Étoile avec chiffre. désigne la tension
Tension
d'isolement entre bornes et boîtier,
d’épreuve
exprimée (généralement) en kilovolts
Table 2: Symboles des appareils analogiques

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 30 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.5. Les différents types d’ANA

4.2.5.1. Généralités sur les ANA

Un ohmmètre fait une mesure de courant et déplace son aiguille sur un cadran gradué en
ohm. Ce qui est moins évident est que, si l'on excepte l'appareil de mesure
électrostatique, tous les autres font des mesures de courant même pour "mesurer" une
tension. Le courant utilisé pour la mesure est simplement proportionnel à la tension (loi
d'Ohm).

Le rotacteur branchant des résistances en série pour créer une chute de tension avant
l'organe de mesure. L'aiguille se déplace proportionnellement au courant sur une échelle
graduée en volt. Lors de l'emploi d'appareils de mesure, il faut faire très attention à la
forme de la tension (continue, sinusoïdale, carrée, sinusoïde partielle due à un triac, etc.)
et à la possibilité de la présence d'harmoniques qui peuvent complètement fausser une
mesure.

En présence de ces divers types de tension ou de courant, il convient de prendre un


appareil TRMS (True Root Mean Square) qui prend non pas une mesure mais une
multitude de mesures puis fait la moyenne de la valeur efficace.

Exemple :

Soit une lampe tube classique (lampe à décharge) de 20W (ou 18W)
On veut déterminer le cos phi de cette lampe PL dont la puissance active est donnée
(déjà mesurée à 17W) en recherchant U et I avec un multimètre
Avec un appareil traditionnel, on trouve des valeurs dont le produit nous donne une
puissance active plus importante que la puissance apparente!
Avec un appareil TRMS, on trouve des résultats bien différents:

Voici les résultats des mesures

Multimètre Classique ou ‘normal’ TRMS


Courant 0,068 (A) 0,1428 (A)
Tension 227,5 (V) 224,64 (V)
P (mesurée par ailleurs) 17 (W) 17 (W)
S = produit U x I 15,47 (VA) 32,08 (VA)
Cos phi = P / S 1,1 (?!) 0,53

Table 3: Mesure de U et I suivant le type d’appareil

Que se passe t-il ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 31 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Un tube possède un cos phi très pauvre (pouvant aller même jusque 0,3), donc le ‘TRMS’
est dans le vrai… (Heureusement). Le ballast du tube (self / condensateur) crée des
harmoniques que l’appareil classique ne peut pas considérer, d’où l’erreur.

Le fonctionnement des différents types d'appareils est très souvent similaire. Les premiers
que nous allons voir provoquent la déviation de l'aiguille grâce à une force magnétique
proportionnelle à un courant (dans une bobine) et un flux fixe (aimant permanent) ou entre
deux bobines. La répulsion de pôles magnétiques identiques crée la déviation. Le couple
antagoniste sera donné par un ressort ou un élément pneumatique.

4.2.5.2. Appareil à cadre mobile

L’appareil à cadre mobile est constitué d'un aimant permanent en U présentant un pôle
nord et un pôle sud à ses extrémités. Entre ces deux pôles magnétiques, il y a une bobine
dont les fils d'alimentation servent de ressort pour produire la force antagoniste.

Lorsqu'un courant circule dans la bobine, il y a un flux magnétique à l'intérieur de celle-ci


et un pôle à chaque bout. Si les pôles sont différents, il y a attraction (erreur de
branchement) et s'ils sont contraires, il y a une force de répulsion proportionnelle au flux
qui donne lieu à un couple. La déviation a lieu jusqu'à ce que les deux couples (rotation -
ressort) s'équilibrent.

L'appareil à cadre mobile est fait pour mesurer un courant continu. Pour des mesures de
courant alternatif, l'appareil est muni d'un redresseur (permet la mesure jusqu'à env. 10
[kHz]). Il mesure la moyenne arithmétique du courant, l'échelle est graduée pour la valeur
efficace. On trouve aussi des appareils à cadre mobile munis d'un thermoconvertisseur.

Figure 13: Principe de l’appareil à cadre mobile

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 32 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Comme la force électromotrice thermo -électrique est due à un échauffement (effet Joule)
l'appareil mesure directement la valeur efficace du courant.

On peut faire des mesures jusqu'à des fréquences de 10 [MHz].

Figure 14: Application en ampèremètre (mA) du cadre mobile

L'appareil à cadre mobile peut être très précis (classe 0,5) et est très sensible, il peut
mesurer de très petits courants.

Exemple de caractéristiques pour un multimètre à cadre mobile:

Tension continue 0,1 à 1000 [V], 20 [k Ω/V]

Tension alternative 2,5 à 1000 [V], 8 [k Ω/V]

Courant continu 0,05 à 500 [mA]

Courant continu 0,05 à 500 [mA]

Résistance R *1, *10, *100, *1000

Cet appareil ne convient absolument pas pour des courants ou des tensions non
sinusoïdaux.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 33 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.5.3. Appareil électromagnétique

C'est probablement ce type d'appareil qui a le plus de variantes de conceptions possibles.

Figure 15: Principe de l’appareil électromagnétique

Dans cet exemple tout le flux est produit par la bobine. Cette dernière est fixe ce qui en fait
un appareil moins fragile que celui à cadre mobile.

Il n'y a aucun aimant permanent. L'aiguille est reliée à une tôle de fer magnétisable et
mobile. A son côté se trouve une autre tôle de fer fixe.

Lorsqu'un courant traverse la bobine, il produit un flux magnétique qui magnétise


également les deux fers. Leurs pôles magnétiques sont donc côte à côte et se répulsent.
Le fer mobile entraîne l'aiguille dans un mouvement de rotation, le couple antagoniste est
donné par un ressort.

Dans d'autres modèles le couple antagoniste est donné par une plaquette qui se déplace
dans une chambre fermée (compression de l'air).
Une variation du sens du courant induit un changement de pôle dans les deux fers mais
ne change pas le sens de la déviation. On peut donc alimenter les appareils à fer mobile
soit en continu, soit en alternatif. De par sa construction, cet instrument de mesure est
mécaniquement et électriquement plus robuste que celui à cadre mobile.

Il supporte des surcharges importantes. Il est par contre moins précis (classe 1.5) et
consomme dix fois plus de courant. La bobine de champ d'un ampèremètre a un gros fil et
peu de spires (petite résistance) alors que pour le voltmètre, elle a un petit fil et beaucoup
de spires (grande résistance). La valeur mesurée est la valeur moyenne quadratique. La
forme du courant dans la bobine est sans importance (même si pas sinusoïdale). Par
contre l'emploi de shunt pour étendre l'étendue de mesure n'est possible qu'avec un signal
sinusoïdal.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 34 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.5.4. Appareil électrodynamique

Ce type d'appareil est en fait une combinaison d'un appareil à cadre mobile et de celui à
fer mobile. En effet, il est construit avec une bobine mobile et non pas un aimant
permanent mais une bobine fixe d'excitation.

Figure 16: Principe de l’appareil électrodynamique

On utilise ces appareils surtout comme wattmètre. Une bobine est utilisée pour la mesure
du courant et l'autre pour la tension. La déviation de l'aiguille dépend non seulement du
flux des deux bobines mais également du déphasage en U et I.

On mesure donc: P = U . I . cos ρ [W]

Pour utiliser ce type d'appareil comme varmètre, il suffit de créer un déphasage e 90° e la
bobine tension à l'aide 'une inductance ou d'une capacité. Ci dessous vous reconnaîtrez
(de gauche à droite) cet instrument de mesure utilisé en wattmètre, en varmètre, en
ampèremètre et en voltmètre.

Figure 17: Appareil électrodynamique pour mesures en W, VAR, A, U

Pour la mesure de puissance, c'est la bobine mobile qui sert de bobine de tension et la
bobine de champs comme bobine de courant. On peut utiliser cet appareil pour n'importe
quel forme de courbe et la fréquence limite est de 5 [kHz]. Ils sont, comme celui à cadre
mobile, très précis (jusqu'à une classe de 0,5).
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 35 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.5.5. Appareil électrostatique

Son principe est celui du condensateur à plaque, l'une des plaques étant mobile. En
appliquant une tension, on charge différemment les plaques et l'on crée, entre ces plaques
un champ électrique de sorte qu'une force d'attraction s'établit entre elles.

Cette force dépend donc de la tension mesurée. On peut mesurer des tensions jusqu'à
500 [kV] pour des fréquences jusqu'à 100 [Hz].

Figure 18: Appareil électrostatique

4.2.5.6. Appareil à bimétal

Le principe du bimétal est de coller ensemble deux matériaux dont le coefficient de


dilatation est différent. En modifiant la température (soit ambiante soit directement du
bimétal) on crée une variation de la longueur de ces deux matériaux. La torsion est due à
la variation non égale de la longueur des matériaux.

Dans cet appareil, la rotation de l'aiguille est due par l'échauffement d'une spirale
bimétallique. L'échauffement se fait en faisant traverser le bimétal par un courant
électrique.

Ce type d'appareil mesure une valeur efficace de courant quelque soit la forme de la
courbe et sa fréquence.

Cet appareil de mesure n'est pas très précis (classe 2,5) et a une relativement grande
consommation propre. Comme son principe est basé sur un échauffement, il possède une
grande inertie face aux variations de courant.

Dans certain cas, il est directement relié à un appareil électromagnétique qui indique toute
variation, même minime, de courant alors qui le bimétal indique la tendance moyenne.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 36 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.2.5.7. Appareil à lames vibrantes

Ce type d'appareil est utilisé comme


fréquencemètre. Il est constitué de lames
d'acier dont la fréquence de résonance est
différente pour chacune d'elles.

Figure 19: Fréquencemètre

Soumises à un champ magnétique variable, la lame qui entrera en résonance se mettra à


vibrer.

L'affichage est une fenêtre graduée au travers de laquelle on peut voir quelle est la lame,
ou quelles sont les lames, qui vibrent.

Figure 20: Principe de l’appareil à lames vibrantes : le fréquencemètre

4.2.5.8. Appareil à induction

Il existe des wattmètres à induction, mais


ce type d'appareil est plus connu sous le
nom de compteur d'énergie. Il utilise le
principe du moteur asynchrone à rotor à
cage. Il est constitué de deux bobines
(une première pour le courant et une
seconde pour la tension), d'un disque en
aluminium et d'un intégrateur mécanique
(engrenage à vis qui entraîne l'affichage).

Figure 21: Appareil à induction

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 37 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Les bobines A et B induisent des courants de Foucault dans le disque C. Ces derniers
induisent à leur tour un flux magnétique induit. Il s'ensuit la création d'une force sur le
conducteur (partie du disque parcourue par les courants de Foucault) et d'un couple sur le
disque, qui entre en rotation.

Le couple de freinage est en rapport avec la vitesse de rotation du disque.

Il est donné par un aimant permanent D engendrant le même type de réaction que décrit
ci-dessus.

Les compteurs d'énergie ont tous une constante ‘c’ [kWh-1] qui indique le nombre de tours
que doit faire le disque pour une consommation d'énergie électrique de 1 [kWh].

On peut calculer la puissance d'un récepteur en calculant le temps t [s] que met le disque
pour faire un certain nombre de tours ‘a’.

Exemple :

Un compteur a une constante c qui vaut 75 [kWh-1] et l'appareil qui est raccordé à ses
bornes fait tourner le disque de 3 tours en une minute.

Quelle est la puissance du récepteur ?

4.2.5.9. Appareil à cadres croisés

Dans la pratique, nous utilisons des appareils à cadres croisés pour des ohmmètres, pour
l'indication de la position de vannes ou des mesures de températures.

Cet instrument est un appareil de mesure de type électrodynamique. Il est muni d'un
équipement à cadre mobile constitué de 2 bobines en croix liées à l'organe mobile.

L'échelle est graduée en fonction de la nature de la mesure, soit par exemple en [Ω] ou
OUVERT / FERME ou [°C]

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 38 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 22: Principe de l’appareil à cadres croisés

Légende :
1. bobine complète à cadre mobile dans laquelle circule le courant I mesuré du circuit de
la thermistance
2. Bobine complète à cadre mobile dans laquelle circule le courant I mesuré du circuit de
la résistance de réglage

Principe de fonctionnement

Le courant à mesurer passe par les enroulements d'une


bobine ou cadre mobile suspendu entre les pôles d'un
noyau supportant la bobine générant le champ d'induction
r
B de la thermistance. Si ce courant est nul, la bobine de
réglage va influencer le cadre mobile.

L'aiguille va se trouver dans une certaine position. Cette


position est donnée par le réglage du couple M engendré
par le courant circulant dans la résistance. Lorsque le
courant I1 circulant dans la thermistance est égal au
courant de réglage I2, le couple M résultant des deux
courants s'annule.

Figure 23: Principe des courants de l’appareil à cadres


croisés

Si le courant circulant I1 dans la thermistance est plus


grand que le courant de réglage I2, le couple M résultant
fera dévier l'aiguille dans une certaine position.

Cet instrument est appelé parfois : Appareil de mesure de quotients

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 39 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.3. NUMERIQUE

Et avant ‘d’attaquer’ les appareils numériques, il vaudrait mieux savoir, comment on lit et
interprète une mesure numérique, même si cela parait évident (dans un premier temps…).

4.3.1. Nombre de chiffres significatifs

4.3.1.1. Écriture d'une valeur numérique

Puisque les valeurs correspondant aux grandeurs étudiées en Physique ne sont jamais
exactes, il convient de prêter attention au nombre de chiffres qui les expriment.

Exemple: Si vous partagez en 3 parties égales un fil de 100cm de longueur mesurée à


1cm près; est-il correct de dire que chaque morceau mesure 33,33 cm?

La longueur du fil est comprise entre 99cm et 101cm, ce qui donne une fourchette de
33cm à 33,7cm pour chaque morceau.

On écrira que la longueur de chaque partie est 33,3 cm

Le 4ème chiffre a été supprimé car il n'est pas significatif.

Il n'y a que 3 chiffres significatifs.

Toute valeur numérique provenant d'une mesure ou d'un calcul (sur des grandeurs
mesurées) doit être exprimé avec un nombre de chiffres significatifs tenant compte
des incertitudes.

4.3.1.2. Être ou ne pas être significatif

Tous les chiffres non nuls sont significatifs

1542,3 a 5 chiffres significatifs

15,423 a 5 chiffres significatifs (la virgule n'intervient pas)

Les zéros placés à l'intérieur du nombre ou à la fin du nombre, après la virgule, sont
toujours significatifs

2005 a 4 chiffres significatifs

187,50 a 5 chiffres significatifs

187,5 a 4 chiffres significatifs.


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 40 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Donc 187,50 et 187,5 ne sont pas identiques, le premier est plus précis.

Les zéros placés au début du nombre ne sont jamais significatifs

0,52 a 2 chiffres significatifs

0,0052 a 2 chiffres significatifs

Les zéros placés à la fin d'un nombre sans virgule peuvent être ou ne pas être (et ce
n’est pas du shakespearien) significatifs

200 mA, a 1 ou 2 ou 3 chiffres significatifs

Pour sortir de l'ambiguïté on peut changer d'unité et faire apparaître ainsi une virgule:

0,20 A, a 2 chiffres significatifs

0,200 A, a 3 chiffres significatifs

4.3.1.3. Comment arrondir les nombres trop pointus

Pour obtenir un nombre correct de chiffres significatifs il faut arrondir certains résultats.

On garde le nombre de chiffres significatifs désiré. Si le premier chiffre délaissé est égal à
5, 6, 7, 8 ou 9 on ajoute une unité au dernier chiffre significatif (avec une retenue
éventuelle)

527,397 5 s'arrondit à

527,398 avec 6 chiffres significatifs

527,40 avec 5 chiffres significatifs

527,4 avec 4 chiffres significatifs

527 avec 3 chiffres significatifs

530 avec 2 chiffres significatifs

500 avec 1 chiffre significatif

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 41 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.3.2. Définition de l’appareil numérique

Les instruments de mesures numériques sont constitués d'éléments électroniques et les


valeurs mesurées sont affichées au moyen de chiffres.

Le principal avantage des instruments de mesure numériques est d'éliminer les erreurs de
lecture dues à l'imprécision de la lecture.

Figure 24: La différence analogique / numérique

4.3.2.1. Définition du terme numérique :

Nous donnons le nom de NUMERIQUE, à un appareil, pouvant représenter par un


NOMBRE la grandeur mesurée.

Attention ! Il ne faut pas confondre !

4 est un chiffre, mais 1456 est un nombre composé de 4 chiffres.

Le chiffre est au nombre ce que la lettre est au mot !

4.3.2.2. Définition du terme digital

Le terme de DIGITAL vient d'un anglicisme ayant comme synonyme BINAIRE (2 états). Il
est donc erroné de parler d'appareil de mesures à affichage digital.

Dans la pratique, les catalogues d'appareils de mesures entretiennent cette erreur en


parlant d'affichage à 4.5 digits, à 4 digits, ou 3.5 digits.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 42 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Définition du « digit » :

Le digit est défini comme une composition de 7 segments notés par les lettres a à g et
pouvant donner l'illusion de voir un chiffre.

Figure 25: La constitution d’un digit

Remarque : Le terme digit est également


utilisé pour définir un mot de 4 bits servant à
commander ce type d'affichage.

Le « demi -digit » est défini comme une


composition de 2 segments notés b et c
pouvant donner l'illusion de voir un 1 ou rien

Figure 26: La constitution d’un demi -digit

4.3.3. Symboles et indications spéciales des appareils numériques

Les principaux symboles des instruments numériques sont identiques à ceux des
instruments analogiques. Ils possèdent généralement une sélection automatique de la
gamme de mesure, avec parfois la possibilité de passer en manuel pour des mesures
particulières.

Contrairement aux instruments analogiques, la classe de précision ainsi que les symboles
ne figurent pas sur l'instrument. Le triangle avec le point d'exclamation indique que les
caractéristiques se trouvent dans la documentation jointe avec l'instrument.

Symbole Description Symbole Description


Important – Sécurité

! Le manuel contient des


explications – Voir le manuel
Tension dangereuse possible

CA ou ca – courant alternatif CC ou cc – courant continu


ca et /ou cc Masse
Double isolation – Protection
Fusible
classe II
- + Pile « Bip » de continuité
Diode Condensateur
Gamme manuelle H Touche ‘Hold’ automatique

Table 4: Symboles sur un appareil numérique ou dans sa notice

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 43 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.3.4. Schéma d'un appareil de mesure numérique

Figure 27: Schéma d’un appareil de mesure numérique

Description du fonctionnement :

Cet instrument est composé de 3 affichages (display) commandés par un circuit intégré
(IC2) et par 5 transistors T1 à T5. Le premier circuit intégré IC1 effectue la conversion de
la valeur analogique mesurée en une valeur numérique destinée à être affichée.

L'IC1 reçoit la valeur analogique (tension) sur ses bornes 10 et 11. La méthode utilisée
pour mesurer cette valeur est celle de la comparaison. Le circuit intégré fournit une valeur
de référence (connue de lui) et il la compare avec la tension présente sur son entrée
(inconnue).

Si cette comparaison ne montre pas une égalité, le circuit intégré augmente sa valeur de
référence et il effectue une nouvelle comparaison. Il va procéder comme cela jusqu'à ce
que les deux valeurs comparées soient égales. Cette méthode permet au circuit intégré de
déterminer avec précision la valeur de la tension présente sur ses bornes d'entrées.

Une fois cette valeur définie, IC1 donne une valeur numérique au résultat de sa
comparaison. Cette valeur numérique est présente sous la forme d'un mot de 4 bits sur les
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 44 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

bornes 2, 1, 15, et 16. IC2 reçoit cette numérique et il la décode pour commander les
affichages 7 segments.

Nous constatons que les 3 affichages sont montés en parallèle. Cela devrait poser un
problème, car tous les segments de mêmes noms devraient s'allumer simultanément. Ce
n'est pas le cas car nous avons à faire à un mode d'affichage multiplexé.

IC1, qui fournit les valeurs numériques de la tension mesurée, commande également le
display sur lequel cette valeur doit être affichée. Cette commande est réalisée au moyen
des bornes 4, 3 et 5. Les transistors T1, T2 et T3 commandent l'alimentation des
affichages. Lorsque IC1 donne une valeur qui doit être affichée par le premier display, il va
commander son alimentation par l'intermédiaire de sa borne 4 et du transistor T1.

Avec ce type d'affichage multiplexé, les displays s'allument l'un après l'autre. Il n'y a
jamais deux affichages allumés simultanément. La vitesse d'allumage est assez rapide
pour que notre oeil ne puisse pas percevoir cet effet L'affichage multiplexé permet
également d'économiser de l'énergie puisqu'il n'y a qu'un seul affichage allumé. Cette
caractéristique est importante pour les appareils portables qui fonctionnent sur piles.

4.3.5. Classe de précision des appareils numériques :

La résistance interne des appareils de mesure numériques est beaucoup plus grande que
celle des appareils analogiques, et elle est fixe, quelle que soit la gamme de mesure
sélectionnée. L'erreur induite lors des mesures ne sera importante que pour les circuits à
très grande impédance.

L'erreur de mesure des appareils numériques est de deux types.

1. Erreur dépendante de l'électronique de l’appareil

2. Erreur dépendante du nombre de mesures effectuées pour la conversion


analogique/numérique.

L'erreur est généralement donnée en % de la lecture ± une constante exprimée en unités


ou en digits. Certains fabricants donnent l'erreur en % de l'échelle ± la constante. Cette
façon de faire cache généralement la mauvaise qualité de l'appareil.

L'erreur constante (que nous donnerons en "digits") indique de combien le chiffre binaire
de poids le plus faible peu être faux. Le chiffre de poids le plus faible représente la
résolution de l'appareil.

Exemple : pour une échelle de 100 [mV] et 2000 points de mesure, la résolution sera de
0.1 [mV].

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 45 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4.3.6. Exemples de calculs d'erreurs des instruments numériques

Nous avons déjà vu les calculs d’erreurs, mais donnons ici trois exemples qui vous
serviront de référence si (un jour) vous désirez estimer la qualité de votre mesure

4.3.6.1. Exemple 1

Nous mesurons une tension de 50 mV sur l'échelle 100 mV.

L'appareil effectue 2000 points de mesure.

Caractéristiques :

0.1 % de la lecture et ± 0.5 digits.

1 digit = 0.1 [mV]

Erreur de lecture : (50 x 10-3 x 0,1) / 100 = 50 x 10-6 (V) = 50 μv → 0,5 digit

Erreur de constante : (100 x 10-3) /2000 = 50 x 10-6 (V) = 50 μv → 0,5 digit

Dans notre cas, la précision est de ± 0.5 digits, soit au total 1 digit, ce qui donne une
erreur de 100 μV .

Erreur totale = somme des erreurs :

(50 x 10-6) + (50 x 10-6) = 100 x 10-6 = 100 μV

Cette erreur de 100 μV correspond à 1 digit.

4.3.6.2. Exemple 2

Nous mesurons une tension de 50 mV sur l'échelle 150 mV.


L'appareil effectue 2000 points de mesure.

Caractéristiques :

0.2 % de la lecture

± 0.1 % de l'étendue de mesure.

Erreur de lecture : (50 x 10-3 x 0,2) / 100 = 100 x 10 - 6 (V) = 100 μV → 1 digit

Erreur de constante : (0,1 x 200) / 100 = 200 x 10-6 (V) = 200 μV → 2 digit
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 46 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Erreur totale = somme des erreurs

(100 x 10-6) + (200 x 10-6) = (300 x 10-6) (V) = 300 μV

Cette erreur de 300 μV correspond à 3 digits.

4.3.6.3. Exemple 3

Nous mesurons une tension de 50 mV sur l'échelle 200 mV.

L'appareil effectue 2000 points de mesure.

Caractéristiques :

0.1 %

± 1 digit.

Erreur de lecture : (0,1 x 200) / 100 = 200 x 10-6 (V) = 200 μV → 2 digit

Erreur de constante : (200 x 10-3) / 2000 = 100 x 10-6 (V) = 100 μV → 1 digit

Cette erreur de 100 μV correspond à un digit. Dans notre cas, la précision est de ± 3
digits, soit au total 3 digits, ce qui donne une erreur de constante de 300 μV.

Erreur totale = somme des erreurs :

(200 x 10 - 6) + (100 x 10 - 6) = (300 x 10 - 6) (V) = 300 μV

Cette erreur de 300 μV correspond à 3 digits.

Quant à l’utilisation des appareils de mesure numérique, notamment le multimètre, voir


dans la suite.

4.4. LES AUTRES…..

C’est à dire ceux qui ne mesurent ni en analogique, ni en numérique ? Et bien, je n’en


vois pas !

En instrumentation, une mesure ‘démarre’ généralement d’une grandeur physique


analogique qui est transformé / convertie (le transmetteur et le convertisseur) en un signal
courant ou tension analogique ou numérique. Voir les cours instrumentations.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 47 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Le pneumatique et ou l’hydraulique fait au départ (le capteur) et à l’arrivée (le vérin, le


relais) de l’analogique et/ou du digital et utilise ‘au milieu’ des convertisseurs /
transmetteurs / … Voir les cours pneumatiques et hydrauliques en instrumentation et
mécanique

Une mesure de vitesse avec un tachymètre en bout d’arbre (l’appareil manuel) transforme
une grandeur mécanique analogique en indication (ana ou num)

Une mesure de vitesse, méthode stroboscopique, comptage de dents sur un pignon


pendant un temps donné est une méthode (presque directement) numérique puisque c’est
un comptage d’impulsions.

Une mesure de champ magnétique, une mesure de radiations transforme / convertit une
« intensité » particulière en un signal que l’on peut « lire ».

Bref, ‘on’ revient toujours à l’ana et le num.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 48 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5. MESURE DES PARAMETRES ELEC


Soit mesure des paramètres ‘principaux U, I et R

5.1. RAPPEL DES NOTATIONS

5.1.1. Symboles, définitions, formules

Faites avec la tension mais valable également avec la composante courant.

Soit la symbolisation officielle des dénominations utilisées dans les documents


pédagogiques et les manuels vendeurs.

Je mesure un signal avec mon multimètre (je crois le signal sinusoïdal), mais en fait je
puis mesurer quelque chose qui ressemble, par exemple, à la courbe ci-après

Figure 28: Exemple de mesure de signal

Le tableau suivant devrait (théoriquement) vous aider à comprendre pourquoi différents


appareils de mesure (apparemment identiques) puisent indiquer des valeurs non
concordantes et ce pour la même mesure.

Il s’agir de comprendre les valeurs moyennes, composantes continues et alternative,


valeur efficace ou RMS, le vrai RMS. Il n’y a pas de faux RMS – simplement la

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 49 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Symbole Dénomination Représentation Commentaires

Signal périodique alternatif


u(t) U étant l’amplitude
pur

Umax
Valeur minimale, valeur Valeur de crête ‘+’ et
Umin, Umax
maximale valeur de crête ‘-‘
Umin
UPEAK+
UPEAK+ = Umax
UPEAK Valeur de « peak » = crête
UPEAK- = Umin
UPEAK-

Amplitude crête à crête ou UPEAK-to-PEAK


Upp ou UPP = Umax - Umin
Peak-to-Peak Ou UPP

Alternatif sinusoïdal
avec composante
<u> ou u Valeur moyenne ou continue
ou UDC composante continu <u>
t

Ueff ou URMS Voir dernière ligne du


Valeur efficace vraie
ou UAC+DC tableau
Composante alternative
Qui peut être de n’importe
quelle forme – Le
Uac(t)
graphique reprend la forme
de l’exemple en dernière
ligne
valeur efficace de la
UAC Idem au-dessus
composante alternative

Théorème

Table 5: Symboles, formules des composantes mesurées


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 50 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.1.2. Résultats à connaître

Symbole Forme Symbole Forme

Table 6: Symboles et formules à connaître

Et lorsque vous effectuer une


mesure de courant, ne soyez
pas surpris de voir des
indications différentes sur des
appareils différents

Figure 29: 2 mesures


« identiques »

Laquelle est la vraie mesure ?

Le branchement alimente une


charge non linéaire.

La pince RMS vraie (à


gauche) fait une lecture
correcte tandis que la pince RMS moyenne (à droite) indique 32 % de moins.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 51 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.2. MESURE TENSION – VOLTMETRE

5.2.1. Mesure en courant continu

5.2.1.1. Sens de branchement

Potentiel d’extrémité : Potentiel d’origine


(VA) (VB)

Figure 30: Raccordement tension en continu

Le sens de branchement de l'appareil marque l'orientation de la flèche représentative de la


ddp (COM ↔ potentiel d'origine, ⊕ ↔ potentiel d'extrémité). – Sens de la flèche selon les
normes françaises

Figure 31: Raccordement voltmètre en continu

Indications du voltmètre : +1 ⇒ UAB = +1V ; UAB > 0


–2 ⇒ UAB = –2V ; UAB < 0

5.2.1.2. Choix du calibre

Toujours commencer les mesures par le calibre le plus élevé.

Mesure de <u> = UDC

Tout multimètre (ana ou num), quel qu'il soit, mesure en position DC la composante
continue d'un signal en calculant sa valeur moyenne :

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 52 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.2.2. Mesure en courant alternatif

5.2.2.1. Mesure de Ueff avec un multimètre "RMS vrai" (True RMS)

Instrument :

multimètre analogique ferromagnétique (symbole : )

multimètre numérique RMS vrai, couplage "AC+DC" (entrée AC, commutateur


en position AC+DC) : exécute l'algorithme de calcul de la valeur efficace :

Circuit intégré de mesure


de valeur efficace vraie
(convertisseur RMS/CC) :
même calcul.

Exemple : AD636 de
‘Analog Devices’

Figure 32: Circuit intégré de


l’appareil AD636

5.2.2.2. Mesure de Ueff avec un multimètre "RMS" alternatif uniquement

Instrument :

multimètre numérique RMS vrai, couplage "AC" (entrée AC, commutateur en


position AC) : un tel multimètre élimine tout d'abord la composante continue du
signal par filtrage passe-haut et ne mesure que la valeur efficace de sa
composante alternative, selon l'algorithme précédent :

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 53 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

C'est à l'opérateur, après avoir mesuré <u> en couplage DC, de calculer Ueff à l'aide de la

relation

5.2.2.3. Mesure de Ueff avec un multimètre non RMS

Instrument :

multimètre analogique magnétoélectrique. Symbole:

multimètre analogique

multimètre numérique non RMS

Un tel appareil ne sait mesurer (en couplage AC) que la valeur efficace d'un signal
purement sinusoïdal. Pour cela, il réalise les opérations suivantes :

Or, dans le cas d'un signal purement sinusoïdal, on sait que :

(val. moyenne du signal redressé) ⇒ Ueff ≈ 1,11 <|u|>

⇒ La valeur moyenne du signal redressé est multipliée par 1,11 pour afficher la valeur
efficace de la composante alternative sinusoïdale.

⇒ Pour les autres signaux périodiques, non sinusoïdaux, il faut multiplier la valeur lue par
un facteur correctif qui tient compte de la forme du signal.

On donne ci-dessous la valeur de ce terme correctif pour divers signaux et pour diverses
mesures. Il est évident que cette méthode est limitée aux signaux simples, et qu'elle n'est
pas applicable dans le cas général.

Nous sommes toujours dans la mesure avec un appareil non RMS (par exemple un
analogique à cadre mobile).

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 54 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Forme d’onde RMS Compos.


Crête à crête
d’entrée AC+DC DC

1,000 0,000 2,828

2,375 2,138 3,359

1,283 0,817 2.566

0,900 0,000 1,800

1,274 0,900 1,800

1,040 0,000 3,600

Table 7: Facteur multiplicatif pour la conversion des mesures depuis une mesure non
RMS

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 55 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.2.3. Utilisation d’un voltmètre

L’appareil est connecté correctement (en voltmètre), il ne reste plus qu’à interpréter les
mesures / indications et (éventuellement) faire quelque(s) correction(s) de choix de
calibre.

Ce tableau est également pour l’utilisation d’un multimètre (voir paragraphe concerné) où ce tableau ne sera
(évidemment) pas réitéré.

Choix du calibre en fonction du type, le choix est différent

Dans chacun de ces 3 appareils, j’ai le choix aux ‘dénomination’ et calibres suivants

DCV: Tension continue V: Tension continue Tension continue

calibre 1000 => 1000 V calibre 200 m => 200 mV calibre 1000 => 1000 V

calibre 200 => 200 V calibre 2 => 2 V calibre 200 => 200 V

calibre 20 => 20 V calibre 20 => 20 V calibre 20 => 20 V

calibre 2000 m => 2000 mV calibre 200 => 200 V calibre 2 => 2 V

calibre 200 m => 200 mV calibre 600 => 600 V calibre 200 mV => 200 mV

ACV: Tension alternative V Tension alternative Tension alternative

calibre 750 => 750V calibre 600 --> 600 V calibre 750 --> 750V

calibre 200 => 200 V calibre 200 --> 200 V calibre 200 --> 200 V

calibre 20 --> 20 V calibre 20 --> 20 V

calibre 2 --> 2 V

calibre 200mV--> 200 mV

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 56 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Affichage du « voltmètre »

La valeur de la Tension
est nulle U=0
Le calibre que vous
ou avez choisi est trop
La valeur de la tension petit ....
est trop petite pour le
calibre choisi

La valeur négative vous


prévient que vous n'avez Le schéma d'une pile
pas respecté la polarité du en haut à gauche vous
multimètre. prévient que la pile de
votre multimètre est
En inversant les bornes, le usée.
moins disparaît.

Si vous êtes sur le calibre 200V, la valeur lue est: U = 151,2 V

Si vous êtes sur le calibre 200mV, la valeur lue est: U = 151,2 mV

Dans tous les cas, le point indique la position de la virgule du nombre


décimal.

Si vous êtes sur le calibre 600V VAC, la valeur lue est: U = 233 V alternatif
soit la valeur efficace! (ici, c'est celle du secteur)

Si vous êtes sur le calibre 600V VDC, la valeur lue est: U = 233 V continu.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 57 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Exemples de lectures et actions à faire


État et résultat Lecture Action à engager

borne positive: V

borne négative : COM U = 2 V < 20V

calibre choisi : 600V DC (=) on peut utiliser le calibre


plus petit 20V pour avoir
affichage : 002 une lecture plus précise.

soit U = 2 V - tension continue

borne positive: V

borne négative : COM


U = 1,65 V < 2V
calibre choisi : 20V DC (=)
on peut utiliser le calibre
plus petit 2V
affichage : 1.65

soit U = 1,65 V - tension continue

borne positive: V

borne négative : COM U = 1,653 V > 200mV,


calibre choisi : 2V DC (=) on ne peut pas utiliser le
calibre plus petit 200mV.
affichage : 1.653

soit U = 1,653 V - tension continue

Dans tous les cas l'unité de la mesure est celui du calibre choisi.
Les bornes et le calibre doivent être cohérents.

Table 8: Utilisation du voltmètre


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 58 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.2.4. Mesure haute tension

Les mesures directes ne sont autorisées qu’en basse tension. Vous n’allez pas (d’ailleurs,
vous n’avez pas le droit) vous « balader » autour d’un conducteur à 20 kV avec votre
multimètre et y approcher les pointes de mesure de votre multimètre….

Ce que l’électricien (électricien seulement) est autorisé à faire est de contrôler la présence
tension sur la HT et ce avec du matériel
adapté. Il pourra utiliser un détecteur de
tension illuminant des diodes en cas de
présence tension, appareil monté au bout
d’une perche isolante

Figure 33: Détecteurs de tension à diodes


électroluminescentes pour utilisation
intérieure U maxi : 36 kV (matériel CATU)

Quant aux indicateurs de tableau (ou mobile) mesurant la Réseau 3 ph. 20kV
haute tension, c’est « au travers » d’un transformateur de
potentiel. La tension secondaire ‘standard’ correspondant
au maximum de la tension HT primaire étant généralement
dans la fourchette 100 à 120 V
TP de mesure
Figure 34: Mesure en HT avec TP obligatoirement
20 kV / 110 V
Détail avec calculs des rapports de transformation +
exercices dans le cours « transformateur » et
« distribution et protection HT ».
V

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 59 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.3. MESURE COURANT- AMPEREMETRE

5.3.1. Mesure en curant continu (C)

Le sens de branchement de l'appareil marque l'orientation du conducteur (le conducteur


est orienté de la borne ⊕ vers la borne COM).

Figure 35: Raccordement et mesure avec ampèremètre


Indications de l'ampèremètre :

+1 ⇒ IA→B = +1A ; IA→B > 0 ⇒ sens de circulation de I (de A vers B) ≡ orientation du


conducteur

–2 ⇒ IA→B = –2A ; IA→B < 0 ⇒ sens de circulation de I (de B vers A) ≠ orientation du


conducteur

Choix du calibre : toujours commencer les mesures par le calibre le plus élevé.

5.3.2. Mesure en AC

Idem voltmètre

5.3.3. Pince ampèremétrique

Utilisation : mesure d'un courant sans coupure du circuit. Mesure de fortes intensités.

Principes de fonctionnement :

5.3.3.1. En alternatif uniquement

N 2 I1 U 2
Transformateur d'intensité de rapport m = = = ; Ici, le conducteur central dans
N1 I 2 U 1
lequel circule le courant à mesurer constitue le primaire, donc N1 = 1 ⇔ > 1.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 60 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Un tel transformateur, où I2 < I1 et U2 > U1, est appelé "transformateur d'intensité". Un


ampèremètre AC ferme le circuit secondaire (donc U2 = 0).

Le secondaire d'un transformateur d'intensité doit toujours être court-circuité.

Sinon, si I2 → 0, la tension secondaire peut être très élevée à vide, d'où risque
d'échauffement du circuit, de claquage, voire d'électrocution...

5.3.3.2. En alternatif et en continu

Cellule à effet Hall :

Il s'agit d'une sonde semi-conductrice sensible au champ magnétique B créé par le


courant I qui parcourt le conducteur central. Lorsque cette sonde est parcourue par un
courant i perpendiculaire à B, on montre qu'une ddp V proportionnelle à B et donc à I
apparaît sur les faces latérales de la cellule.

Figure 36: Pince ampèremétrique, principe avec cellule à effet Hall

5.3.4. Utilisation d’un ampèremètre

L’appareil est connecté correctement (on a commencé par le calibre le plus élevé lorsque
l’on n’est pas sur !)), il ne reste plus qu’à interpréter les mesures / indications et
(éventuellement) faire quelque(s) correction(s) de choix de calibre.

Ce tableau est également pour l’utilisation d’un multimètre (voir paragraphe concerné) où
ce tableau ne sera (évidemment) pas réitéré.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 61 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Choix du calibre en fonction du type, le choix est différent

Dans chacun de ces 3 appareils, j’ai le choix aux ‘dénomination’ et calibres suivants

Uniquement DC:
A= courant continu DC=: courant continu
courant continu

calibre 200 Αμ
calibre 200 μ => 200 μA
calibre 200Αμ calibre 2 => 2 mA
calibre 2000 μ => 2000 μA
calibre 20 m => 20 mA calibre 20 => 20 mA
calibre 20 m => 20 mA
calibre 200 m => 200 mA calibre 200 => 200 mA
calibre 200 m => 200 mA
calibre 10 => 10A calibres 2 A => 2 A
calibre 10 A => 10°
calibres 10 A => 10 A

A courant alternatif AC courant alternatif

calibre 200 Αμ

calibre 2 => 2 mA

calibre 10 => 10A calibre 20 => 20 mA

calibre 200m => 200 mA calibre 200 => 200 mA

calibre 2A => 2A

calibre 10A => 10A

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 62 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Affichage de « l’ampèremètre»

La valeur de l'intensité est nulle I = 0 ou

La valeur de l'intensité est trop petite pour le calibre choisi ou

Vous avez grillé le fusible qui protège le calibre choisi car la valeur
de l'intensité est plus grande que le calibre !

Le calibre que vous la valeur négative vous


prévient que vous n'avez
avez choisi est trop
pas respecté la polarité du
petit , le fusible peut multimètre. En inversant les
griller !.... bornes, le moins disparaît.

Le schéma d'une pile en haut à gauche vous prévient que la pile de


votre multimètre est usée.

Si vous êtes sur le calibre 200 mA, la valeur lue est: I = 96 mA

Si vous êtes sur le calibre 200 Αμ, la valeur lue est: I = 96 μA

Dans tous les cas, le point indique la position de la virgule du nombre


décimal.

Si vous êtes sur le calibre 10 A, la valeur lue est: I = 0,10 A


soit I = 100 mA vous pouvez changer de calibre et prendre celui de
200 mA

Si vous êtes sur le calibre 200 mA, la valeur lue est: I = 0,10 mA
soit I = 100 μA vous pouvez changer de calibre et prendre celui de
200 μA

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 63 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Exemples de lectures et actions à faire


État et résultat Lecture Action à engager
borne positive: 10 A

borne négative : COM I = 0,12 A = 120 mA,

calibre choisi : 10 A DC (=) on peut utiliser le calibre


plus petit 200mA pour avoir
affichage : 0,12 une lecture plus précise.

soit I = 0,12 A - courant continu

borne positive: 10 A I = 0,32 A = 320 mA,

borne négative : COM

calibre choisi : 10 A DC (=) on ne peut pas utiliser le


calibre plus petit 200 mA car
affichage : 0,32 la valeur dépasserait celle
du calibre ; le fusible
soit I = 0,32 A - courant continu grillerait.

borne positive : mA

borne négative : COM I = 5,1 mA,

calibre choisi : 200 mA DC (=) on peut utiliser le calibre


plus petit 20 mA pour avoir
affichage : 5,1 une lecture plus précise.

soit I = 5,1 mA - courant continu

borne positive: 10 A I = 3,5 A,

borne négative : COM

calibre choisi : 10A AC ( ) on ne peut pas utiliser le


calibre plus petit 200 Ma car
affichage : 3,5 la valeur dépasserait celle
du calibre ; le fusible
soit I = 3,5 A - courant alternative grillerait.

Dans tous les cas l'unité de la mesure est celui du calibre choisi.
Les bornes et le calibre doivent être cohérents.
Table 9: Utilisation d’un ampèremètre
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 64 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.3.5. Mesure de courants importants

5.3.5.1. Le TC

Le transformateur de courant (TC) équipe bon nombre des installations à indications


permanentes en réseaux HT et BT et ce, même pour des mesures de courant d’intensité
(relativement) peu importante

Figure 37: Exemple de TC en BT et HT

Le TC est une ‘pince ampèremétrique, branchée en permanence’. Tout comme la pince, le


secondaire (circuit de mesure) ne doit jamais rester ouvert.

Figure 38: Câblage d’un TC (2 versions du symbole)en réseau HT

Le rapport de transformation des TC est fonction de l’intensité primaire, le courant


secondaire ayant (généralement) 2 possibilités 1A et 5A

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 65 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Ainsi : un TC 1000A/5A a un courant secondaire de 2,5A avec 50A au primaire


Un TC 200A/1A a un courant secondaire de 0,75A avec 150A au primaire

Voir le cours «Transformateurs », « Distribution et protection BT », « Distribution et


protection HT » pour détails, notamment sur les schémas de raccordement en triphasé
(étoile et triangle), les calculs de rapport de transformation, et exercices.

5.3.5.2. Le shunt

Un ampèremètre possède une résistance interne de faible grandeur ((principalement le


cas pour un galvanomètre analogique) et est parcouru par un courant maximum
correspondant au maximum de l’indication de son échelle (calibre). Afin de mesurer de
plus plus grandes intensités (et même plusieurs calibres d’intensités), il faut dévier une
(faible) du courant principal dans l’appareil de mesure.

Le plus simple pour comprendre le shunt est de faire un exemple

Exemple 1:

Un appareil à cadre mobile présente une résistance de 100 Ω. Nous désirons mesurer
un courant de 1 A L'aiguille se trouve à fond d'échelle lorsqu'un courant de 10 mA circule
dans l'appareil.

Nous savons que l'appareil de mesure supporte un courant maximum Imax de 10 mA.
Le courant maximum Imes mesuré sera de 1 A.

Ceci implique que nous devons réaliser un passage de courant ‘I’ ailleurs que dans
l'organe de mesure. Nous exécuterons un pont mis en parallèle sur les bornes de
l'instrument.

Figure 39: Pont de passage du courant = shunt


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 66 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Dimensionnement du shunt :

Aux bornes de l’appareil : U = R x I = 100 x 0,01 = 1 V

Cette tension est la même aux bornes du shunt,

Rshunt = U / Ishunt = 1 / 0,99 = 1,0101 Ω

Soit la formule directe :

Et si nous désirons obtenir une autre valeur que 1 A, à fond d'échelle, nous remplacerons
ce shunt par un d'une autre valeur.

Exemple 2 :

Nous disposons d'un organe de mesure à cadre mobile dont les caractéristiques sont les
suivantes :

Courant maximum : 4.7 mA Tension aux bornes : 700 mV

Cet instrument doit être utilisé pour la mesure de courants de différentes intensités.

Pour cela il faut prévoir 3 extensions de mesure (3 calibres) pour les valeurs suivantes :

I1 = 50 mA, I2 = 660 mA, I3 = 1250 mA

Calculer les valeurs des résistances shunt avec la relation Rshunt déterminé à l’exemple 1.

Soit, ci-après, le schéma de l’appareil avec « ses » shunts, le courant dans chaque shunt
correspondant à la valeur maximale du courant à mesurer

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 67 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 40: Calcul de shunt pur 3 calibres de mesure

In nous manque la valeur de la résistance interne de l’appareil, que nous pouvons calculer

Calcul des résistances shunt

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 68 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.3.5.3. Résistance additionnelle

Nous sommes dans le paragraphe ‘ampèremètre’, mais nous allons revoir le ‘voltmètre’ en
utilisant le même appareil (un galvanomètre) que précédemment, dans l’exemple 1 du
shunt

Nous savons que l'appareil de mesure supporte, de par sa construction, un courant I de 10


mA et que sa résistance interne Ri est de 100 Ω.

La tension U maximum que nous désirons mesurer est de 300 V.

Ceci implique que nous devons réaliser un réducteur de tension U en plaçant une
résistance additionnelle en série.

Figure 41: Résistance additionnelle pour mesure en voltmètre

Dimensionnement de la résistance additionnelle :

Comme nous sommes en série, le courant Iinstrument est égal au courant IRadditionnelle .

Nous abrégeons de la manière suivante :

Remplaçons par la loi d'Ohm et cherchons l'inconnue qu'est Radd

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 69 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Et dans notre application:

Si nous désirons obtenir une autre valeur à fond d'échelle, nous remplacerons cette
résistance additionnelle par une résistance d'une autre valeur et si l’appareil comporte
plusieurs calibres, il y aura plusieurs résistances additionnelles..

5.3.6. Mesure de courants de défaut

Voir les cours « Mise à la terre / réseaux de terre », « Distribution et protection BT »,


« Distribution et protection HT ». Mêmes cours pour la mesure des courants de boucle.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 70 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.4. RESISTANCE

Les mesures de résistance par méthode de comparaison, avec un pont sont incluses dans
un autre paragraphe, ci-après

5.4.1. Résistances en circuit

Utilisation d’un ohmmètre analogique :

Figure 42: Réglage du « zéro » et lecture pour ohmmètre analogique

En utilisant une pile de 4,5 V et un galvanomètre de calibre 1 mA pour faire circuler le


courant et déterminer le déplacement de l'aiguille à la fin de l'échelle, il faut que la
résistance du circuit, donnée par la tension de la pile divisée par le courant, soit de 4,5 kΩ
(4,5 / 1 = 4,5).

L’appareil a une résistance interne de 0,1 kΩ, on lui a relié en


série une résistance de 4,4 kΩ.

Figure 43: Potentiomètre de réglage du zéro

Toutefois, la tension de la pile sera « autour » de 4,5 V, et


Réglage du zéro pour
avec le temps, la tension va diminuer.
l’ohmmètre

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 71 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

C’est pour cela que les appareils analogiques ont un potentiomètre afin d’ajuster la valeur
de cette résistance en fonction de la tension de la pile

Le courant dans le ‘galvanomètre’


reste le même, le potentiomètre
est installé comme sur le schéma.

Figure 44: Raccordement du


potentiomètre

Avant toute mesure de résistance,


avec ce type d’appareil, effectuer
un ‘tarage’ en court-circuitant les
fils de raccordement et en ajustant
l’aiguille sur la position ‘zéro’.

Et lorsque vous n’arrivez plus à régler le zéro, changez la pile !

Quant à l’appareil numérique, il se ‘débrouille » tout seul pour faire la compensation.

Sur les sites Total, il n’est généralement pas besoin de faire des mesures de précision, et
les calibres ohmmètres de votre contrôleur numérique sont en principe suffisants. Mais si
vous avez besoin de passer à la taille au-dessus pour mesurer de faibles résistances (les
valeurs de résistances de shunt d’ampèremètres par exemple), voyez ci après 2 exemples
d’appareils que la hiérarchie (et le service achat) se fera(feront) un plaisir de vous procurer
…. …
Je recommande le ‘megger’, c’est un très bel outil. Attention Megger est une marque et
non pas que un appareil de mesure d’isolement. Megger fabrique aussi des micro / milli /
méga ohmmètres, des telluromètres…etc.…

MILLIOHMMETRE RCN2
marque « sefelec »

Cet appareil est utilisé aussi bien en laboratoire que sur site
(alimentation secteur et batteries).

De 10micro Ohm à 1999 Ohm Précision < 0,2%.

Alimentation batteries et secteur.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 72 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

MICRO OHMETRE DLR0600


marque « megger »

Avec le DLRO600, Megger est parvenu à créer un testeur


numérique à la fois compact et ultra-léger.

Léger : moins de 15kg

Courant de 10A à 600 A c.c

Résolution 0.1 µΩ

Mémoire de 300 résultats et notes de tests

Port RS232 pour transfert des résultats mémorisés ou


connexion temps réel vers une imprimante

Figure 45: Ohmmètre, milli – ohmmètre et micro – ohmmètre de précision

5.4.2. Mesure de prise de terre

Pour mesurer des prises de terre, l'on peut utiliser directement un telluromètre avec
comme accessoires 2 piquets de terre (les sondes) de 60 cm (diamètre 1 cm) en matériau
bon conducteur et 3 longueurs de fil électrique isolé (section 1,5 ou 2,5 mm²) d’au moins
25 m chacun.

Pour faire la mesure, on plante en un triangle (d’au moins 20 cm dans le sol) dont les
sommets sont distants de 20 m les deux sondes raccordées sur S et HE et l'on raccorde la
sortie E sur la mise à terre (découplée).

L'on peut également aligner les sondes avec 40 [m] entre la sonde HE et la prise de terre
et en plaçant le sonde S au milieu.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 73 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 46: Mesure de prise de terre sur 3 points

Si l'on ne peut pas respecter la distance de 20 [m] entre chaque sonde, il faut faire
plusieurs mesures et faire la moyenne des « différentes » mesures. La lecture est directe
sur le telluromètre.

Il est également possible de déterminer cette résistance à l'aide d'un (simple) ohmmètre,
en prenant 3 mesures

de E à S (RE-S)

de S à HE (RS-HE)

de E à HE (RE-HE) puis de faire le calcul suivant: RE = (RE-S + RS-HS - RE-HE) / 2

Ci-après, configuration de mesure qui utilise toujours le même principe, seules les lettres
changent. Suivez les instructions de la notice de l’appareil pour les raccordements.

Sur l’appareil, la terre à mesurer est en ‘’T’, les sondes en A et B

Sur le dessin, la terre à mesurer est ‘Z’, les sondes en X et Y……………

Figure 47: Mesure d’une terre ‘quelconque’

Voir le cours ‘mise à la terre’ pour les valeurs de prise de terre, les matériaux et méthodes
employés

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 74 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.4.3. Mesure d’isolement

Le but de cette mesure est de vérifier qu’il y a plus qu’une certaine valeur de résistance
entre le conducteur de protection et les autres conducteurs et les récepteurs. Pour
effectuer cette mesure, il faut néanmoins réaliser 2 mesures distinctes (les 2 sont liées et
inséparables) qui sont :

Vérification de la continuité du conducteur de protection (très faible valeur)

Contrôle de la résistance d’isolement (très grande valeur)

5.4.3.1. Continuité du conducteur de protection

Pour pratiquer cette mesure, on doit mesurer une très petite résistance entre l'électrode de
terre, et les conducteurs et objets/récepteurs conducteurs raccordés au PE (ne pas oublier
les alvéoles de protection des prises réseaux) .

On va se servir d'un ohmmètre


(analogique ou numérique) afin de
vérifier la valeur de cette résistance

Figure 48: Mesure de continuité du


conducteur de protection (PE)

S’il s’agit de vérifier une simple continuité (pour savoir si c’est le bon fil par exemple), l’on
pourra utiliser un buzzer, un ronfleur, une lampe de poche ou tout simplement la facilité
« bip-bip » de votre multimètre (en mesure ohmmètre).

Les tests de continuité sont pour tous les types


d’appareils électriques. Le simple appareil d’éclairage doit
être mis à la terre et la continuité du raccordement à la
terre fait partie des test et mesures annuels. Dans
l’industrie et les bâtiments accessibles au public, un
organisme indépendant doit faire cette vérification tous
les ans. Sur la photo la perchette est raccordée à un
ohmmètre qui a un deuxième conducteur relié (quelque
part) à une prise de terre (de référence).

Figure 49: Contrôle de continuité avec perchette de


contact

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 75 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.4.3.2. Résistance d’isolement

Mesure de résistance d’isolement et essai diélectrique : Trop souvent confondues, ces


deux notions, qui caractérisent la qualité d’un isolant, méritent d’être explicitées.

L’épreuve de tenue diélectrique, plus communément appelée “essai de claquage”,


exprime la capacité d’un isolant à supporter une surtension de moyenne durée sans que
se produise un amorçage (étincelle). Dans la réalité, cette surtension peut être due à la
foudre ou à l’induction engendrée par un défaut sur une ligne de transport d’énergie, par
exemple.

L’objectif principal du test diélectrique est donc de s’assurer que les règles de construction
relatives aux lignes de fuite et aux distances d’isolement dans l’air, telles que spécifiées
dans les normes, sont respectées. L’essai est souvent réalisé en appliquant une tension
alternative, mais il peut également être réalisé avec une tension continue. L’appareil
nécessaire à ces mesures est un diélectromètre.

Le résultat obtenu est une valeur de tension, exprimée le plus souvent en kilovolt (kV).

L’essai diélectrique présente un caractère plus ou moins destructif en cas de défaut, selon
la puissance de l’appareil de test utilisé.

De ce fait, il est réservé aux matériels neufs ou rénovés : seuls ceux ayant subit l’épreuve
avec succès seront mis en service.

Sur les sites, cet essai est réalisé avant la mise en service, et pourra être ré effectué par la
suite, mais attention à la tension employée qui devra être inférieure à la première valeur
employée, l’installation ayant « vieilli ».

La mesure de la résistance d’isolement, quant à elle, est non -destructive dans des
conditions normales de test.

Réalisée en appliquant une tension continue d’amplitude inférieure à celle de l’essai


diélectrique, elle vise à fournir un résultat en kΩ, MΩ ou
GΩ. Cette résistance exprime la qualité de l’isolation entre
deux éléments conducteurs et fournit une bonne information
sur les risques de circulation de courants de fuite. Son
caractère non -destructif la rend particulièrement
intéressante pour le suivi du vieillissement des isolants
durant la période d’exploitation d’un matériel ou d’une
installation électrique. Elle peut ainsi servir de base à une
maintenance préventive.

Figure 50: Contrôle de l’isolement dans une armoire

Cette mesure est effectuée au moyen d’un Contrôleur


d’Isolement, également appelé mégohmmètre.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 76 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Le mégohmmètre génère un courant qui doit être minimum afin de ne pas détruire
l’isolation mais suffisant pour faire dévier l‘aiguille d’un appareil analogique (ou pour
indiquer sur un num).

Le mégohmmètre génère donc une tension continue


plus ou moins grande, 500V ou 1000V dans les
appareils ‘classiques’ pour tester les installations Basse
Tension.

Figure 51: Les mégohmmètre à magnéto

Ex : Appareil 500V, Risol mesurée 1 MΩ, le courant


généré est de 0,5 mA

Attention à la tension générée, 500 ou 1000V, çà pique ! Et quel est l’électricien (tout au
moins celui qui a vu la génération des magnétos) qui ne s’est pas « amusé » à balancer
dans les ‘pattes’ d’un collègue, la tension d’une magnéto…….

Quant au ‘diélectromètre’, lui, il peut générer plusieurs dizaines de kV, et là, il vaut mieux
ne pas s’amuser……

A savoir : Les « megger » c’est comme dire un « frigidaire », un « bic » et pour les brttish’,
un « hoover », Megger est un fabricant, c’est une ‘marque’.

Mesures d’isolement sur des installations électriques

Avant la mise en service, récepteurs


débranchés, (circuits ouverts) entre
chaque conducteur actif (conducteurs de
phase et du neutre) pour vérifier qu’aucun
d’entre eux n’a subi de dommage
mécanique lors de l’installation.

Figure 52: Mesures d’isolement sur circuits


ouverts

Avant la mise en service, conducteurs


actifs reliés entre eux, récepteurs
branchés, pour vérifier l’isolement de
tous les conducteurs par rapport à la
terre.

Figure 53: Relier les conducteurs actifs


entre -eux

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 77 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Si l’installation comporte des dispositifs électroniques sensibles, il convient de les


débrancher ou de vérifier pendant les mesures que les conducteurs de phase et de
neutre sont bien reliés.

Ces mesures sont également effectuées périodiquement dans le cas d’installations


tertiaires ou industrielles.

Mesure de l’isolement d’une machine tournante

On peut vérifier la qualité de l’isolement des enroulements par rapport à la terre ou des
enroulements entre eux.

Figure 54: Mesure d’isolement sur machine tournante

On pourra aussi vérifier l’isolement du moteur branché sur


l’installation, par rapport à la terre.

Figure 55: Mesure d’isolement phase/terre

Les tensions d’essais de 500 V et 1000 V sont bien sûr les plus
courantes lors de tests de machines tournantes
Basse Tension (<1000 V).

Sur des machines


tournantes fonctionnant au-
delà de 1000 V (moyenne tension), les tensions
d’essai d’isolement sont couramment de 2500 V ou
5000 VDC.

Figure 56: Mesure d’isolement sur moteur

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 78 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Appareils et moteurs électriques

Le nombre de normes relatives à des appareils électriques est proportionnel à leur


diversité. La tension d’essai de 500 VDC est la plus classique et peut être appliquée aux
tests de machines (norme EN 60204), aux appareils électrodomestiques (EN 60335), aux
tableaux électriques (EN 60439) et aux luminaires (EN 60598).

Les seuils minimums


peuvent varier d’une
norme à une autre, mais
là aussi 1000 Ω/V
constitue souvent une
valeur de référence en
dessous de laquelle il ne
faut jamais descendre.

Figure 57: Mesure


d’isolement sur appareil
électrique

Plus de détail sont disponibles pour la mesure des résistances d’isolement, par exemple,

Mesure de la résistance des câbles

Influence de la température

Influence du temps de mesure (polarisation index)

Mesure des grandes résistances d’isolement

Mesure des courants de défaut d’isolement

Mesure du courant de boucle

Influence de l’humidité et des poussières

Valeur typique d’isolement (normes Total)

Influence de la tension d’essai

Etc,….

sont repris dans les cours « mise à la terre » et « les protections électriques »

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 79 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.5. AUTRES MESURES - DIRECTES

U et I sont les 2 valeurs de base permettant de calculer d’autres valeurs, d’autres


paramètres comme la résistance, l’impédance, la puissance, le déphasage, etc.

Voyons ci-après ces ‘autres’ mesures typiques en électricité.

5.5.1. Mesure chronométriques

5.5.1.1. Fréquencemètre

Utilisé en haute fréquence. La base de temps génère un temps ∆T fixé (par exemple une
seconde). On compte le nombre de périodes du signal pendant ∆T. La précision de la
mesure dépend de la précision de ∆T.

Figure 58: Schéma de principe d’un fréquencemètre

5.5.1.2. Périodemètre

Utilisé en basse fréquence. Une base de temps (un oscillateur à quartz) génère un temps
∆T fixé (par exemple une milliseconde).

On mesure par comptage des intervalles ∆T le temps écoulé pendant une période du
signal (par exemple entre deux fronts montants).

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 80 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 59: Schéma de principe d’un périodemètre

5.5.1.3. Mesure de rapport cyclique

Mesure réalisée par comptage (périodemètre) ou par filtrage passe-bas (extraction de la


valeur moyenne du signal)

Figure 60: Mesure de rapport cyclique

5.5.1.4. Phasemètre,

Instrument servant à mesurer le déphasage entre deux courants ou tensions alternatifs de


même fréquence. Il permet de mesurer le déphasage entre deux signaux et cela de
manière plus précise qu'avec un oscilloscope. (cos phi – mètre ou phimétre)

Figure 61: Mesure de déphasage utilisant la mesure par rapport cyclique

Voyons toutefois la méthode analogique de base pour mesurer un déphasage


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 81 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Mesure de déphasage – méthode des 3 voltmètres

Figure 62: Mesure de déphasage utilisant la méthode des 3 voltmètres

u est ‘l’image’ du courant, le voltmètre mesurant un courant I dans une résistance connue

V est la tension aux bornes de la charge (L)

φ est l’angle de déphasage entre I (représenté par u) et la tension V

Avec les relations trigonométriques, on obtient :

Attention, l’utilisation de cette formule devient peu précise lorsque l’on s’approche d’un
angle de déphasage de 90°.

Mesure de déphasage – utilisation wattmètre + voltmètre + ampèremètre

Figure 63: Mesure de déphasage utilisant W + (V x A)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 82 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Méthode ‘simple’ pouvant être utilisée en labo ou en atelier

La puissance active ‘P’ est mesurée par le wattmètre, la puissance apparente ‘S’ est
mesurée par le voltmètre + l’ampèremètre.

Mesure de déphasage – utilisation d’un phasemètre électrodynamique

Utilisé comme indicateur de tableau en mono ou tri. L’environnement peut être ‘agressif’
pour cet appareil la où les appareils électroniques / numériques supportent mal les
conditions ambiantes « défavorables ».

Phasemètre électrodynamique mono

C’est un wattmètre dans lequel une seconde


bobine mobile a été rajoutée, perpendiculaire à
la première et alimentée au travers d’un
inductance (L) donnant un déphasage de 90°
(ou π/2) de IL avec l’autre courant IR dans la
première bobine

Figure 64: Phasemètre électrodynamique


mono

Il est établi, avec les calculs trigonométriques qu’il y a une relation directe entre l’angle de
rotation de la bobine (θ) et l’angle de déphasage (φ) pour le courant et la tension de la
charge ZC.

Phasemètre électrodynamique tri

L’angle φ à mesurer est celui entre le ‘vecteur’ courant d’une phase et les ‘vecteurs’
tension des 3 phases d’une représentation ‘étoile’ des 3 tensions et courants (diagramme
de Fresnel), l’ensemble raccordé selon le schéma ci-après

Figure 65: Phasemètre électrodynamique tri

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 83 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Les calculs trigonométriques donnent :

La fréquence n’interfère pas dans le résultat (si pas trop élevée

La mesure de φ pourrait être effectuée avec le phasemètre mono et en créant un


neutre artificiel avec 3 résistances. R et L étant connectés sur ce neutre, principe
utilisé sur le phasemètre de tableau courant.

Synchronoscope

Utilisé pour synchroniser 2 générateurs entre eux ou un générateur sur le réseau

C’est un phasemètre mono dans lequel la bobine permanente (courant) est alimentée par
le réseau et les 2 bobines mobiles (tension) alimentées par le générateur (ou l’inverse
suivant ce que l’on veut synchroniser)

Les bobines mobiles sont libres en rotation et alimentés par un système bagues /
collecteurs et balais

Figure 66: Principe du Synchronoscope

Lorsque les fréquences sont différentes, les bobines mobiles tournent à une vitesse
correspondant à la différence de ces mêmes fréquences (1 tour en 4 s pour 0,25 Hz par
exemple). Le sens de rotation informe l’opérateur du sens de réglage à effectuer.
Quand les fréquences sont égales, çà ne bouge plus et la position indique l’angle de
déphasage entre les 2 sources. Attention, les 2 tensions doivent encore être mises « en
phase » avant d’initier la fermeture la fermeture de l’interrupteur / disjoncteur de couplage.

Voir cours « Générateurs ».

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 84 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Autre phasemètres :

Phasemètres électroniques systèmes à diodes ou à transistors

Phasemètres analogiques avec « flip-flop » (avec circuits logiques

Phasemètre digital : φ à une fréquence donnée correspondant à un temps, celui


qu’ont I et U pour « se suivrent » dans la même alternance.

Phasemètres utilisant « x » méthodes avec la fréquence, le temps, etc….

5.5.2. Mesure de champ tournant

Ou contrôleur de sens de rotation, ou indicateur d’ordre de phases ou relais de


contrôle d’ordre de phase, …………

Figure 67: Exemple de contrôleurs de sens de rotation

Un contrôleur de sens de rotation est un petit appareil qui permet de vérifier le champ
tournant des équipements en triphasé (sous tension). Les plus anciens sont avec trois
fiches qu’il faut connecter sur le réseau à vérifier.

Lorsque les fiches repérées phase 1, phase 2, phase 3, sont en face des phases
correspondante du réseau, une led s’éclaire.

Les appareils récents sont avec deux fiches, il faut tester deux phases, maintenir une fiche
sur la phase et déplacer l’autre sur la troisième phase. Lorsque le sens de rotation est
horaire une led s’éclaire, si le sens est anti-horaire la led reste éteinte.

Ce type d’appareil est à présent à faible coût il permet aussi de contrôler l’absence de
tension (Vérificateur d’Absence de Tension).

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 85 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.5.3. Mesure de vitesse

Ce qui nous intéresse en électricité c’est la mesure de vitesse de rotation d’une machine
tournante (moteur ou générateur).

Sont utilisés :

Le tachymètre manuel

Le tachymètre « automatique »

5.5.3.1. Le tachymètre manuel

La mesure peut être effectuée :

En bout d’arbre, la lecture est directe (analogique ou numérique), généralement en tr/min


Sur une poulie accouplée sur l’arbre. La vitesse (en tr/min est à calculer avec le ratio des
diamètres poulie / roue du tachymètre.

Figure 68: Exemple de tachymètres manuels

5.5.3.2. Le tachymètre « automatique »

C’est un transmetteur fonctionnant dans la majorité par système stroboscopique, et


comptage.

Par exemple comptage de dents d’un pignon défilant devant un capteur pendant un temps
déterminé soit un développement du nombre de dents ⇒ espace pendant un temps ⇒
vitesse

Voir cours instrumentation sur les capteurs / transmetteurs

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 86 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.5.4. Mesure d’éclairement

Si vous effectuer une installation d’éclairage, vous êtes


amené à contrôler la qualité et l’intensité lumineuse que
procurent les appareils d’éclairage installés.

Par exemple, 300 lux mini dans un bureau, 600 lux dans un
bureau d’études sur la planche, etc.…

Figure 69: Luxmètre analogique ‘classique’

Mais vous pouvez aussi effecteur des mesures plus


complètes avec un appareil comme celui présenté ci-après en tant qu’exemple ; (D’autres
marques, d’autres appareils existent, bien entendu)

Figure 70: Luxmètre numérique HD2302.0, marque:


DELTA OHM

Écran LCD de grande dimension (52 x 42 mm)


2 lignes de 4 digits 1/2 + symboles

Unités de mesure:
lux - fcd - µmol/m².s - cd/m² - W/m² - µW/cm²

Entrée modules pour sondes sur connecteur 8 pôles


mâle DIN45326

Reconnaissance automatique du module (module


SICRAM)

Le luxmètre HD2302.0 est un instrument portatif avec écran LCD de grande dimension, et mesure
l’éclairement lumineux, la luminance, le PAR et l’éclairement énergétique (dans les régions
spectrales VIS-NIR, UVA, UVB et UVC ou dans la mesure d’éclairement énergétique efficace
selon la courbe d’action UV). Les sondes sont pourvues de modules de reconnaissance
automatique SICRAM: en plus de la reconnaissance, la sélection de l’unité de mesure est
également automatique. Les données d’étalonnage usine y sont mémorisées

Voir le cours « éclairage, prises et divers » sur ce sujet ‘éclairement’

5.5.5. Mesure d'autres grandeurs non électriques

Toutes les grandeurs non électriques, tels l'humidité, la pression, le débit de liquide, les
niveaux de remplissage ou la surveillance de phénomènes de combustion (analyse de
gaz), les phénomènes électrochimiques, les rayonnements radioactifs, etc., requièrent des
sondes adéquates appelées aussi capteurs.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 87 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Le marché propose des capteurs pouvant mesurer les grandeurs selon le principe du
montage en pont (paragraphe ci-après), mais aussi par l'intermédiaire d'amplificateurs de
mesure. Ceci est le domaine de l’instrumentation, veuillez vous ‘transférer’ dans cette
discipline si vous désirer de plus amples informations.

5.6. MESURES PAR PONTS

Soit les mesures par comparaison

Les ponts ont été très utilisés pour la mesure des résistances, inductances et capacités
(pont de Wheatstone, de Sauty principalement), voire des fréquences jusque dans les
années 1975. Les progrès de l’électronique et du numérique les ont rendus peu à peu
obsolètes pour les opérations de métrologie. Toutefois la structure en pont reste utilisée
dans de nombreux montages (exemple de la thermistance de mesure de température Pt
100).

5.6.1. Pont de Wheatstone

5.6.1.1. Pont à l’équilibre

On associe quatre résistances R1 à R4,


selon le schéma. RC est la résistance d’un
détecteur placé entre C et D (diagonale du
pont). Le pont est alimenté entre A et B
par un générateur de f.e.m E.

Figure 71: Pont de Wheatstone à


l’équilibre

On dit que le pont est équilibré quand la


différence de potentiel entre nœuds C et D
est nulle ; Quand cette condition est
réalisée, il ne circule aucun courant dans
la branche CD. Les courants i1 et i2 d’une
part et i3 et i4 d’autre part sont égaux.

E = (R1 + R2) i1 = (R3 + R4) i3

A l’équilibre : VAC = VAD = R1 . i1 = R3 . i3

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 88 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

L’équilibre du pont est réalisé quand les produits en croix des résistances sont
égaux

En pratique, on place la résistance inconnue en R1. R2 est une résistance connue


ajustable et R3 et R4 sont des résistances fixes dont on connaît le rapport (K = R3 / R4). Le
détecteur est un galvanomètre ou un comparateur électronique / numérique. A l’équilibre
R1 = K . R2

5.6.1.2. Pont déséquilibré

La méthode la lus simple pour étudier le pont hors équilibre est de chercher l’équivalent
‘Thévenin’ du circuit entre les bornes C et D.

On retire RC : VCB = E . R2 / (R1 + R2) ; VDB = E . R4 / (R3 + R4).

La f.e.m du générateur de Thévenin est donc égale à :

Si la résistance interne du générateur E est négligeable, la résistance du générateur


équivalent est égale à (R1 // R2) en série avec (R3 // R4) :

Dans beaucoup d’asservissements utilisant des capteurs résistifs, on utilise cette structure
en pont. Le capteur est placé dans une branche, les trois autres branches sont réalisées
avec des résistances fixes. Le signal d’erreur est la tension de déséquilibre du pont.

5.6.2. Ponts en alternatif

A la place du générateur continu, on utilise u générateur basse fréquence et on remplace


les résistances par des impédances. Les calculs réalisés pour le pont de Wheatstone
restent valides à condition de remplacer les résistances par des impédances complexes.

L’équilibre du pont est réalisé quand les produits en croix des impédances sont
égaux.

En général, deux dipôles seront des résistances pures de précision. Le troisième sera
l’impédance inconnue et le quatrième sera constitué de condensateurs de précision
associés à des résistances de précision. On évite de travailler avec des inductances car
leur valeur varie avec la fréquence. Les possibilités d’association sont assez nombreuses
et nous allons examiner les plus utilisées.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 89 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.6.2.1. Ponts P/Q

Dans les ponts « P/Q » ; Z3 et Z4 sont des


résistances pures. Z1 = RX + jXX est
l’impédance inconnue, Z2 = R + jX est une
impédance variable et connue.

Figure 72: Pont « P/Q »

L’égalité des parties réelles implique :

P . R = Q . RX

Celle des parties imaginaires implique :

P . X = Q . XX

Soit : RX = R . P / Q et XX = X . P / Q

XX et X sont de même signe : ce sont des impédances de même nature

Le pont de Sauty

Avec des condensateurs de bonne qualité (résistance série du condensateur RX


négligeable), il est souvent inutile d’utiliser une résistance R avec le condensateur étalon.

L’équilibre est obtenu en modifiant le rapport P / Q et alors CX = C . Q / P

Le pont de Nernst

Avec des condensateurs présentant des fuites importantes, on utilise un pont P / Q


parallèle. Z2 est un condensateur étalon en parallèle avec une résistance R. Pour le
condensateur à déterminer, on utilise le modèle parallèle.

Mêmes relations que pour le pont de Sauty : RX = R . P / Q et CX = C . Q / P

5.6.2.2. Ponts « P.Q »

Dans les ponts « P . Q », Z3 = P et Z4 = Q sont des résistances pures.

Z1 = RX + jXX est l’impédance inconnue, Z2 = R + jX est une impédance variable et connue.

On a donc : P . Q = (RX + jXX) (R + jX) = R . RX – X . XX + j(R . XX + RX . X)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 90 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Donc P . Q = R . RX – X . XX et RX / R = - XX / X : Z1 et Z3 sont des dipôles de natures


différentes

Le pont de Maxwell

Z1 est une inductance inconnue ayant


un facteur de qualité Q = Lω.R
médiocre : on utilise donc le modèle
série.

Z3 est un condensateur ajustable en


parallèle avec une résistance ajustable.

Figure 73: Pont de Maxwell

A l’équilibre, on a : RX = P . Q / R

Et LX = P . Q / C

Il est souvent difficile d’équilibrer un tel pont et on procède souvent en deux étapes.

On commence par alimenter le pont en continu. Le condensateur possède alors une


impédance infinie et l’inductance une impédance nulle.

A l’équilibre on obtient RX = R comme dans un pont de Wheatstone classique.

Sans modifier R, on alimente le pont en alternatif et on modifie C pour obtenir l’équilibre.

Le pont de Hay

Dans ce pont, on utilise le modèle parallèle pour l’inductance (inductances ayant un bon
facteur de qualité). 3 est un condensateur ajustable en série avec une résistance
ajustable.

On montre que les conditions d’équilibre sont les mêmes que pour le pont de Maxwell.

Selon le modèle utilisé pour l’inductance, les valeurs de L sont pratiquement identiques
mais par contre les valeurs de le résistance sont très différentes (faibles pour le modèle
série et très grandes pour le modèle parallèle).

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 91 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.6.2.3. Ponts « P.C » (ponts de Owen)

Dans les ponts « P.C », Z3 = P est une résistance pure ; Z4 est un condensateur idéal.

Z1 = R X + jωLX (modèle série) ou


Z1 = (RX // jωLX) (modèle parallèle) est
une inductance inconnue, Z2 est une
impédance variable.

Si on utilise le modèle série pour


l’inductance, Z2 est un condensateur
variable CV en série avec une résistance
ajustable R.

Figure 74: Pont « P.C », de Owen

Si on utilise le modèle parallèle pour


l’inductance, Z2 est un condensateur
variable CV en parallèle avec une résistance ajustable R.

On montre que dans les deux cas, on a : RX + P . C / CV et LX = P . C . R

Ici encore les ordres de grandeur des valeurs de RX sont très différentes selon le modèle
choisi.

5.6.2.4. Ponts « P/C » (ponts de Schéring)

Dans les ponts « P/C », Z3 = P est une résistance pure ; Z2 est un condensateur idéal.

Z1 = RX + 1 / ωCX (modèle série) ou Z1 = (RX // 1 / jωCX) (modèle parallèle) est un


condensateur inconnu, Z4 est une impédance variable.

Si on utilise le modèle série pour le condensateur, Z4 est un condensateur variable CV en


parallèle avec une résistance ajustable R.

Si on utilise le modèle parallèle pour le


condensateur, Z4 est un condensateur variable
CV en série avec une résistance ajustable R.

On montre que dans les deux cas, on a :

RX = CV . P / C et CX = R . P / C

Figure 75: Pont « P/C », de Schéring

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 92 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5.6.2.5. Pont de Robinson

On considère un pont de Nernst dans lequel on


fait P = 2Q et CX = C. Les deux résistances R
sont couplées et possèdent une commande
unique.

Figure 76: Pont de Robinson

A l’équilibre, on a : ω = 1 / R . C

L’appareil peut être gradué directement en


fréquence

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 93 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

6. APPAREILS DE MESURE EN ELECTRICITE

6.1. UTILISATION DES APPAREILS DE MESURE

6.1.1. Mesures électriques sur les machines et installations

Le rôle des appareils de mesure est de renseigner l’opérateur sur, par exemple :

l’effort de traction de certains moteurs

la tension électrique disponible et le courant ou la puissance consommée

la température et la pression au sein de certains équipements

Les appareils de mesure électriques conçus pour ce type d’utilisation fonctionnent selon
les mêmes principes que les appareils de laboratoire. Ils sont généralement moins
coûteux, moins précis, et sont prévus pour être intégrés dans des panneaux de
commandes.

Figure 77: Indicateurs de tableau, appareils analogiques et afficheurs numériques

6.1.2. Les mesures de mise en service et de maintenance

Lors de la mise en service d’une machine ou d’une installation, ainsi que lors d’opérations
de maintenance, il faut souvent obtenir des informations qui ne sont pas utiles en
fonctionnement normal. Ces mesures sont réalisées à l’aide d’appareils mobiles,
connectées par le technicien aux systèmes concernés, puis retiré à la fin de l’opération.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 94 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Les appareils utilisés dans ce contexte sont généralement les mêmes que ceux qui sont
utilisés en laboratoire. Ils sont conçus pour être déplacés et transportés. En général, un
petit nombre d’appareils suffit pour toutes les mesures auxquelles le technicien est
confronté :

Le multimètre électronique figure en première place dans sa panoplie. Il permet


de vérifier la disponibilité des alimentations électriques et l’intégrité du câblage, et
de mesurer directement la sortie des différents capteurs équipant la machine ou
l’installation.

L’oscilloscope permet de représenter l’allure d’une ou plusieurs tensions au


cours du temps. Il est utilisé pour analyser le comportement de certains
systèmes, que ce soit pour les ajuster ou pour les dépanner.

6.1.3. Les mesures de laboratoires

Les appareils de mesure électriques utilisés en laboratoire sont souvent conçus pour être
déplacés et transportés. Des appareils plus spécialisés ou plus sophistiqués, destinés à la
mesure de diverses grandeurs physiques, sont généralement fixes.

Ils sont disponibles pour tous les types de mesure et les exigences de précision les plus
variés. Une liste exhaustive serait hors de propos dans le cadre de ce cours.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 95 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

6.2. MULTIMETRE

Dans notre esprit, dorénavant, le multimètre est l’appareil numérique, mais l’appareil
analogique existe toujours et dans certains cas, c’est celui là qu’il vaudrait mieux
employer !

Figure 78: Le multimètre analogique (électronique) et le numérique (de base)

Le multimètre analogique représenté est à galvanomètre. Il nécessite d'être alimenté,


mais permet une multitude de mesures, grâce à son électronique de gestion.

6.2.1. Généralités sur les multimètres

6.2.1.1. Analogique et numérique

Avant la gamme des multimètres, il existe des testeurs de tension portable permettant une
identification rapide par niveaux pré - calibrés avec affichage par diodes LED des tensions
présentes dans un circuit, ainsi que la phase ou la polarité (voir chapitre ‘mesurer en
sécurité’ ci après). Les testeurs de tension portable sont souvent utilisés par les
électriciens.

Les multimètres à aiguille étant encore très appréciés, permettent de mieux évaluer des
tensions fluctuantes, il est conseillé de le choisir avec la plus grande résistance interne

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 96 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

(ex : 20 000 ohms/volt), afin de ne pas induire un courant additionnel dans le circuit
mesuré (cas de mesures dans un circuit électronique).

Un bon multimètre à aiguille possède un petit miroir évitant l'erreur de parallaxe,


permettant une lecture plus précise. De nos jours, certains fabricants ont toujours des
multimètres analogiques à leur catalogue.

6.2.1.2. Mesure avec un multimètre numérique

Actuellement, la plupart des mesures électriques sont réalisée avec un multimètre


électronique / numérique.

Même les appareils de bas de gamme permettent la mesure de tensions, de courants et


de résistances électriques. Leur plage de mesure peut même s’ajuster automatiquement
en fonction de la valeur mesurée.

La plupart des multimètres électroniques sont capables de mesurer aussi bien des
tensions alternatives que des tensions continues. Il suffit de sélectionner le mode de
mesure :

Ajustés pour une mesure de tension continue, l’appareil calcule et indique en


permanence la valeur moyenne de la tension appliquée. Si la tension est
continue, c’est sa valeur qui sera affichée.

Sources possibles d’erreur :

o Si la tension varie lentement au cours du temps et, par exemple, suit une
courbe sinusoïdale de fréquence inférieure à 1 Hz, la valeur affichée suivra
plus ou moins bien la tension instantanée.

o Si la tension est alternative sinusoïdale à 50 Hz, et comme la valeur


moyenne d’un sinus vaut zéro, l’appareil indiquera une tension nulle. Une
telle erreur de mesure peut être extrêmement dangereuse !

Ajusté pour une mesure de tension alternative, l’appareil calcule en


permanence et indique la valeur efficace (r.m.s.) de la tension appliquée par une
méthode approximative qui n’est valable que si la tension est réellement
sinusoïdale.

Source possible d’erreur :

o Si la tension est par exemple la superposition de deux sinusoïdes de


fréquences différentes, ou la superposition d’une tension continue et d’une
tension alternative, la valeur affichée sera fausse.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 97 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

o Certains appareils sont capables de calculer la valeur efficace vraie (en


anglais : true rms). Ils utilisent un algorithme plus sophistiqué qui reste
correct en présence de tensions d’allures quelconques.

A la base, un tel appareil est un voltmètre. Il mesure la tension électrique appliquée entre
ses deux bornes à l’aide d’un amplificateur d’entrée. Pour ne pas influencer le système
mesuré, il devrait idéalement se comporter comme un circuit ouvert, soit une résistance de
valeur infinie.

En réalité, il se comporte
comme une résistance de
valeur très élevée appelée
résistance d’entrée.

Figure 79: Raccordement


en mesure de tension

Il faut être conscient que toute mesure influence un tant soit peu le système observé.

EXEMPLE :

Considérons un appareil dont la résistance d’entrée est de 10 MΩ. Pour une tension
mesurée de l’ordre de 1 V, le courant dévié dans l’appareil sera de 0,1 μA. Si le circuit
mesuré met en jeu des courants de l’ordre de 0,1 mA, l’erreur de mesure ainsi
provoquée sera au maximum de 1‰et sera donc acceptable. Mais si le circuit
observé fonctionne à des tensions plus basses ou s’il met en jeu des courants plus
faibles, il faudra choisir un autre appareil de mesure dont la résistance d’entrée sera
plus élevée.

L’amplificateur d’entrée des multimètres électroniques n’est généralement pas


rigoureusement linéaire. En particulier, lorsque ses entrées ne sont pas connectées, ou
lorsqu’elles sont court-circuitées, donc si la tension mesurée est nulle, le multimètre peut
indiquer une valeur non nulle (quelques millivolts).

Cette erreur est appelée tension de décalage (en français de l’Académie), et tension
d’offset (dans la pratique, reprenant le terme anglais). Fort heureusement, cette
imprécision ne varie que peu au cours du temps, et peut être compensée de la même
façon qu’une tare sur une balance.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 98 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

6.2.2. Consignes d’utilisation du multimètre

6.2.2.1. Consignes ‘en gros’

Qu’il soit ‘ana’ ou ‘num’, mettre sur le plus gros calibre : on sait (plus ou moins) ce que
l’on a à mesurer que ce soit en ampères ou en volts.

Réfléchir, regarder plus d’une fois, je mesure une tension donc je ne suis pas sur calibre
‘ampères’ ou ‘ohms’ ; si je branche impulsivement (il faut aller vite pour dépanner…) –
oupps ! -, c’est trop tard…

Dorénavant, les appareils numériques sont tous avec protection, mais je ne dois pas me
fier à la sécurité, je suis un ‘mauvais électricien’ lorsque j’ai à remplacer (souvent) le
fusible de mon appareil. Et si, j’arrive à faire de la fumée avec mon multimètre, je crois
bien que je suis très mauvais…

Voir le paragraphe « mesurer en sécurité » ci-après dans ce cours.

6.2.2.2. Consignes ‘détaillées’

Avant l'utilisation de votre multimètre (analogique et/ou numérique), voici quelques


consignes de sécurité

1. Vérifier que vos cordons de mesure (câbles reliant les pointes de touche à votre
multimètre) soient en parfait état (pas dénudés à certains endroits ou
endommagés). Il est préférable avant l'utilisation de votre multimètre de prendre
connaissance de la documentation qui vous a été fournie

2. Faire attention lors de vos mesures de ne pas provoquer de court-circuit avec les
pointes de touche

3. De ne pas toucher avec vos mains la partie métallique des pointes de touches lors
de la mesure.

4. De bien vérifier le branchement de vos cordons de mesure sur votre multimètre, si


vous aviez par inadvertance branché les fiches banane dans l'emplacement prévu
pour utiliser votre multimètre en ampèremètre et que vous comptiez l'utiliser pour
faire une mesure sur le secteur, vous effectueriez un court-circuit même si vous
aviez pris la précaution de régler votre multimètre sur le calibre mesure alternatif
1000 Volts. Nous vous conseillons pour éviter ce type d'incident de condamner à
l'aide d'adhésif ou d'une fiche banane la borne servant à l'utilisation du multimètre
en ampèremètre. Selon les modèles de multimètres, l'emplacement des bornes
pour choisir le type de mesure à effectuer n'est pas identique.

5. Pour les mesures de tensions et de courants, sélectionner le calibre supérieur à la


valeur à mesurer.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 99 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Dans le cas où la valeur est inconnue, commencer par le calibre le plus élevé, et
commuter ensuite vers les calibres inférieurs afin d'obtenir une plus grande
précision de mesure.

6. Pour les tensions alternatives comme le secteur ou la sortie d'un transformateur


non redressé, utiliser les calibres avec le symbole ~ (alternatif).

7. Pour les mesures de courant alternatif, si l'on inverse les cordons de mesure sur le
multimètre ou les pointes de touche (noires et rouges) la valeur affichée sera
strictement identique car il s'agit d'une valeur efficace, toujours positive par
définition.

8. Pour les tensions continues comme les piles, les batteries ou adaptateurs secteurs
redressés, utiliser les calibres avec le symbole =

9. La polarité des pointes de touches n'a d'importance que pour les tensions continues
(piles, batteries ou adaptateur secteur redressé), la norme est alors le noir pour la
borne négative (la borne négative est toujours désignée par les lettres COM) et le
rouge pour la borne positive. En cas d'inversion, un multimètre électronique
indiquera alors une tension négative.

10. Pour les mesures de résistances chauffantes, leur résistance étant très faible, le
calibre le plus faible sera à utiliser, les calibres plus élevés indiquant dans ce cas
une valeur proche du court-circuit.

11. La majorité des multimètres sont protégés par un fusible interne en cas de
dépassement de l'intensité maximale pouvant être mesurée. En cas de
remplacement de ce dernier, il est impératif de respecter la valeur et le type
préconisés par le fabricant.

6.2.3. Le multimètre numérique

Soit l’appareil utilisé par tout un chacun sur site : électricien, instrumentiste, chauffagiste,
hvaciste (celui là est inventé, je trouve que çà sonne bien)

Explication des différentes fonctions (appareil de la figure)

Volts alternatifs : Le filtre passe bas sert à supprimer les "bruits électroniques" (les
inductions diverses, pour les mesures de faible niveau)

Volts continus : Utiles pour les électriciens et instrumentistes pour les contrôles de
signaux logiques ; les entrées / sorties systèmes.

Entrées : Contact ouvert = présence de tension = (en général) défaut.

Sorties : Sorties vers EV : 48 Vcc, sortie vers relayage (Service électrique par
exemple : (en général, 24 Vcc)
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 100 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Ohmmètre : Précision : ±0,5 %


Six gammes jusqu'à 50 MΩ. Résolution maxi = 0,01 Ω
Appuyer sur le bouton du son pour activer la fonction de
continuité.
Appuyer sur le bouton jaune pour activer la fonction de Mesure de diodes : Lors de la
capacitance. mesure des diodes. L'indicateur
sonore est actif : il sonne brièvement
si la jonction est normale et de
manière continue en présence d'un
court- circuit.

Millivolts continus : Précision :


±0,5 %
La gamme de mesure s'étend
jusqu'à 600 mV.
Appuyer sur le bouton jaune
pour activer la fonction de Ampèremètre : Précision : ±0,75 %
température. Quatre gammes jusqu'à 10 A.
Résolution maxi = 0,01 mA.
Appuyer sur le bouton jaune pour passer
Volts continus : Précision : au courant continu.
±0,5 % Si les cordons de mesure sont branchés
Quatre gammes entre 6 V et 1 sur les entrées de courant, mais que le
000 V. sélecteur de fonction n'est pas
Résolution maxi = 0,01 mV DC. positionné sur une option de courant, le
message " LEAD " (CORDON) s'affiche.
Volts alternatifs : Précision :
±0,5 % Cinq gammes entre
600,0 mV et 1 000 V. Micro ampèremètre : Deux gammes
Appuyer sur le bouton jaune jusqu'à 6000 µA AC.
pour activer le filtre passe-bas. Résolution maxi = 0,01 µA.
Appuyer sur le bouton jaune pour passer
Marche / Arrêt au courant continu.
Si les cordons de mesure sont branchés
sur les entrées de courant, mais que le
sélecteur de fonction n'est pas
positionné sur une option de courant, le
message " LEAD " (CORDON) s'affiche.

Figure 80: Détails du multimètre numérique

Millivolts continus : Utiles pour les thermocouples.

Rappel : Un thermocouple est une différence de potentiel qui apparaît à la


jonction entre deux métaux différents ; donc, quand on fait contact avec la
pointe de touche, on créé un nouveau TC.

Ohmmètre : Attention aux résistances parasites. Ne pas se brancher en


parallèle…

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 101 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Mesures de diodes (ou de semi-conducteurs) : Principe de fonctionnement


d'une diode ; la courbe d'une diode, comme un clapet anti retour.

Pour l’électricien, la diode est utilisée sur les bobinages, pour éviter les
surtensions (effet de Lenz)

Revoyez le cas spécifique de la diode zener ;

Revoyez également le principe de fonctionnement d'un transistor ; "TRANSFER


RESISTOR" ; les trois bornes : émetteur, base, collecteur, NPN et PNP.

Ampèremètre : Un petit mot sur les impédances des appareils de mesure. Un


voltmètre doit avoir une impédance infinie, un ampèremètre doit avoir une
impédance nulle : revoyez donc pourquoi.

La mort du contrôleur : mesurer une tension en étant en ampèremètre…

Bouton Min - Max : Par exemple, lorsqu'on veut relever les valeurs extrêmes sur
une mesure (surtout vrai avec les débits) et sur les sorties régulateurs lorsqu'on
ne dispose pas d'un SNCC, sinon on a les trends (çà, c’est pour l’instrumentiste).

Bouton Range : Pas très utile…Il est plus simple de rester en automatique.

Bouton AutoHold et bouton REL : Comme Min - Max, pour suivre des
évolutions de mesures.

Bouton Hz : Mesures de fréquences ; un petit mot sur les signaux sinusoïdaux ;


pour les électriciens et instrumentistes : sur les signaux de certains compteurs,
pour les commandes de certaines vannes (les ROTORK, suivant les sites, c’est
soit l’électricien, soit l’instrumentiste qui s’en occupe).

6.2.4. Condamnation multimètre numérique

Lors de mesures de tensions au multimètre, il est


conseillé, pour éviter tout risque de court-circuit ou de
détérioration de l'appareil de mesure, d'empêcher le
branchement à la borne de mesure de courant en la
condamnant.

Figure 81: Condamnation multimètre

Sur la photo, la flèche verte indique la fiche banane


(femelle) à condamner sur votre multimètre, et qui
correspond à l'entrée pour effectuer des mesures
d'intensité de courant. (Fonction ampèremètre
uniquement)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 102 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Sur les photos d’exemple de condamnation, vous avez le choix :

À l'aide d'une fiche banane mâle (à droite)

Avec un cache vis ou bouchon de fiche RCA femelle. (à gauche)

A défaut, utilisez un morceau de ruban adhésif

Figure 82: Méthodes de condamnation de multimètres

6.2.5. Les multimètres analogiques

Un multimètre digital est la solution de facilité, la valeur de la mesure est écrite


directement dessus…., mais voir un électricien ‘tiquer’ devant un appareil analogique en
se demandant comment on se sert de ce machin est quand même « anormal ».

Les « vieux machins »

Figure 83: Les Métrix MX 453 et MX 462


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 103 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Les ‘anciens’ électriciens, français se sont ‘amusés’ avec ce type d’appareil, les Métrix 462
et 453 (il y a aussi le « monoc » de Chauvin - Arnoux), et bon nombre de ces mêmes
électriciens ont eu, un jour, l’aiguille coincée sur la droite or carrément tordue, quand ce
n’est pas de la fumée sortant de l’appareil….

J’comprends pas chef, mon Métrix ne marche plus très bien…., j’en voudrais un autre…

Ben, c’est normal, tu t’es planté dans les calibres, ou tu l’as mis en ampèremètre pour
mesurer de la tension. En voila un autre, mais la prochaine fois, c’est toi qui t’en achètes
un nouveau !

Et là, miracle ! Le multimètre analogique devenant nominatif, ayant un responsable,


acquiert une durée de vie pratiquement illimitée, l’électricien ne fait plus d’erreur quand il
procède à ses mesures ! Mais si, d’aventures, un électricien ‘flingue’ régulièrement
« son » appareil, il vaut mieux envisager pour lui un « reclassement » en temps que
magasinier ou jardinier, par exemple…..

Les premiers appareils digitaux subissaient d’ailleurs le même sort mais dorénavant, pour
les (nouveaux) appareils numériques, « l’on » fait beaucoup trop confiance aux systèmes
de sécurité intégrés et il s’avère plus difficile de détecter un électricien ‘inconscient’.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 104 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

6.3. OHMETRE - MEGOHMMETRE

Nous avons déjà vu comment faire une mesure de grande résistance ou une mesure
d’isolement, voyons les appareils mêmes.
Sur site, si les mesures U et I peuvent se faire avec le multimètre, les mesures de
résistances doivent être effectuées avec un « vrai » ohmmètre, et les mesures d’isolement
avec un « vrai » mégohmmètre.

Si ce cours possède un paragraphe dédié à ce type d’appareil, c’est que sur « nos » sites,
« on » ne trouve pas souvent des appareils de mesure d’isolement ‘adéquates’. C’est (trop
souvent), lors du contrôle annuel de l’installation (par un organisme indépendant) que le
vérificateur détecte les problèmes, car lui a amené sesappareils…. Mais, si vous avez
‘tout ce qu’il faut’, tant mieux, et pour les autres, pensez à vous (ou vous faire) équiper
d’appareils performants.

Ci-après, exemples d’appareils

Megger = nom du fabricant

Figure 84: Mégohmmètre (5 KV et15 KV) - megger

Pour tests de câbles et distribution MT

Tension de test variable en continue - Conception robuste - Protection


par disjoncteurs

Les mégohmmètres 5 et 10kV sont des instruments haute tension fonctionnant à partir
d’une alimentation secteur. Ils génèrent une tension de test variable en continue pour
effectuer des mesures d’isolement sensiblement élevées sur tous types d’équipements
électriques et de câbles d’énergie. Ces instruments sont conçus pour tenir dans des
conditions difficiles de site, et dispose d’un boîtier robuste, d’un couvercle détachable et
des poignées de transport ajustables. Pour une portabilité complète, il y a un
compartiment de rangements destiné aux cordons de test et au manuel utilisateur.

D’autres appareils peuvent générer des tensions supérieures. Sur site, le maximum que
l’on pourrait utiliser est 30kV

PRO 2 000 M.ohms 250 / 500 / 1000V. (Tensions générés)

Figure 85: DT 5500 Mégohmmètre numérique

Pour tests des installations BT, câbles, armoires, récepteurs (moteurs)

Test d’isolement : - 200 M.ohms sous 250V 3% - 200 M.ohms sous 500V 3% - 2000
M.ohms sous 1000V 3% - Voltmètre 750 V AC - Voltmètre 1000 V DC - Ohmmètre jusqu'à
200 K.ohms - Test de Continuité" sonore – Rétro -éclairage intégré. Gaine de protection
surmoulée. Bouton test avec verrouillage possible.. Alim : 1 pile 9V 6F22 DT5500.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 105 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Mégohmmètre numérique PRO 1000V avec rétro -éclairage, Fonction Volt., Ohmmètre

Figure 86: Mégohmmètre - Ohmmètre RL 2200

Pour la BT et la TBT

Mesure de résistance d'isolement :


De 0,01 à 1 000 MΩ sous 50 V.
De 0,1 à 10 000 MΩ sous 500 V. *
Mesure de résistance de ligne (0 à 10 kΩ). *
Mesure de tension continue (- 100 V à 500 V) et alternative (0 à 400 V eff).
Double affichage analogique et numérique.

Figure 87: Telluromètre ACA 9500 - Hélita - (ABB)

Pour les mesures de prise de terre, boucles de terre

Le Telluromètre ACA 9500 est un appareil autonome et portable qui


permet de mesurer automatiquement les paramètres R (résistance)
Z (impédance) et X ( réactance) d'une prise de terre ou d'un plan de
masse sur une plage de fréquence allant de 10 Hz à 1MHz. Cet
appareil permet d'aller au-delà des mesures de terre actuelles, en
respectant la notion de réponse en fréquence de la prise de terre vis
à vis d'un courant impulsionnel de décharge. Le spectre d'énergie
d'une onde de foudre pouvant s'étendre jusqu'au MHz, il est
essentiel de connaître la capacité

4 appareils ont été présentés, ce sont 4 appareils différents et complémentaires.

Pensez à équiper votre site avec au moins 4 appareils de ce type de la marque que vous
voulez mais de qualité ! Et ne vous laisser pas influencer par la hiérarchie (vous êtes sûr
d’avoir besoin de ce matériel…) et par le service achat (nous avons trouvé un modèle
beaucoup moins cher…).

Il y a encore les appareils de détection de défaut de terre (voir le cours « terre et


neutre »……

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 106 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

6.4. CHOIX D’UN APPAREIL DE MESURE

6.4.1. Dispositifs d'essais des instruments de mesure

En principe tous les appareils de mesure ont été testés.

Il est très important de respecter les directives de service de l'instrument avant toute
utilisation.

Chaque appareil possède une indication de tension d'essai.

Cette tension est notée au moyen d'une étoile à 5 branches avec l'indication
de la tension U en kV.

L'étoile, sans indication à l'intérieur, signifie que la tension d'essai est de 500
V.

L'étoile, avec indication à l'intérieur, signifie que la tension d'essai est de la


valeur du chiffre marque. Cet appareil (l’exemple) a été testé avec une
tension de 1 kV entre ses bornes, sans que l'appareil « n'explose » ou ne se
casse mécaniquement.

Remarques : Cela ne signifie pas que votre appareil pourra mesurer la valeur
de la tension d’essai

Certains appareils possèdent aussi un triangle avec un point d'exclamation.

Cette indication peut signifier que cet appareil nécessite des précautions
particulières ou une utilisation particulière (choix des bornes ou tension et
courant maximum).

Cette indication peut aussi signifier que l'appareil de mesure possède à


l'intérieur des composants électriques ne supportant pas des charges
électrostatiques. Ces charges peuvent être présentes lors d'un démontage de
l'appareil de mesure

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 107 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

6.4.2. Critères de choix

Voici quelques questions que l’on peut se poser afin de déterminer un appareil de mesure.

Faites le tri, en fonction de ce que vous avez besoin

L'appareil qui ne fait pas déclencher le DDR lors de la mesure (peut éviter
quelques escaliers et pas perdus)

Échelle de mesure et précision (des courants peuvent atteindre des milliers


d'ampères, tous les appareils n'ont pas la possibilité de faire une mesure si
élevée même avec une pince ampérométrique)

Un seul appareil pouvant faire toutes les mesures (souvent plus lourd et s'il doit
être envoyé en réparation, on ne dispose plus d'aucun appareil; il est plus
complexe à utiliser)

Un appareil pour chaque mesure (très encombrant quand on veut les porter tous
en même temps)

Possibilité de mémoriser les résultats (permet de ne pas devoir avoir en plus un


stylo, du papier et devoir écrire pendant les mesures)

Possibilité d'imprimer les résultats (si les protocoles de mesure ne remplacent


pas les avis d'achèvement unifiés, ils peuvent tout de même être utiles).
L'appareil fait lui-même plusieurs calculs, compilations (plus de calcul à faire)

Résistance aux sollicitations mécaniques

Encombrement, position d'emploi et facilité à procéder aux mesures

Le prix – mais en n’oubliant pas de comparer la « même chose ».

6.4.3. Les étalonnages

Vous effectuer une maintenance systématique sur les équipements de site, que ce soit en
production, en mécanique, en instrumentation, électricité et autre.

En électricité vous avez un plan de maintenance systématique sur tous les systèmes et
équipements (pour la partie électrique).

Vous vérifier également régulièrement des tests, des calibrations (ou vérification de
calibrations) sur les relais de déclenchement, les appareils fixes de mesure (vérification
des seuils)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 108 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Tous vos appareils de mesure ont également besoin d’une vérification régulière, d’un ré-
étalonnage.

Même l’appareil qui est dans le fond de l’armoire et qui ne sert que rarement, ce n’est pas
le jour où vous en avez besoin qu’il faut réaliser qu’il est « hors de calibration »

Pensez à envoyer régulièrement vos appareils de mesure en ré –étalonnage (chez le


constructeur ou un atelier spécialisé).

Quant aux relais de mesure des armoires HT et BT, voyez le cours « Protections » et
« Tableaux de distribution » ; Vous êtes à même de les re-calibrer vous-mêmes, les fiches
techniques existent sur site (il y a toujours moyen de les trouver…). Sous-traiter le
réétalonnage des appareils fixes de mesure et protection à un organisme indépendant est
une pratique commune sur nos sites que je qualifierais de solution de facilité.

Évidemment, il faut avoir du matériel de test (re-calibré…)

D’ailleurs voici une autre recommandation d’équipement de mesure et calibration pour


votre site, les valises d’injection de courant et de tension en triphasé. Elles sont
indispensables pour calibrer / tester tous les relais équipant les tableaux Haute et Basse
tension

Le matériel représenté est de marque « Euro-Test », les ‘commentaires’ sont ceux de la


notice technique

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 109 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Valise injection de courant Valise injection de tension

Photo

Test des protections électriques Test des protections électriques


Description (valises d'injection) : 50A-3PH - (valises d'injection) : DVS3 - Triphasé
Intensité triphasée 50A Tension
Interface simple et claire - Injection triphasée 0-130V ac, 40 à 1000Hz
- Sortie courant triphasé - Sortie triphasée hautes précision et stabilité
- 0-50A par phase - Alimentation monophasée 240V
- Affichage numérique de la valeur - Contrôle individuel ou groupé des tensions,
efficace phases et fréquence.
- Ampèremètre à mémoire - Réglage par bouton rotatif ou par entrée
Caractéris-- - Chronomètre multifonction directe sur un clavier
tiques - Entrée mesure signal externe - Affichage graphique des paramètres de la
- Large afficheur rétro - éclairé tension et de la fréquence avec diagramme
- Protection thermique et surcharge vectoriel montrant les relations de phase
- Compact et portable - Protection contre les courts-circuits en
- Alimentation 220V ou 400V triphasé sortie
- Alimentation 115V-440V triphasé en - Compact, léger et tropicalisé
option
La valise d'injection triphasée 50A-3PH La valise d’injection DVS3 produit une
peut injecter des courants de quelques tension triphasée à partir d’une source
mA à plus de 50A et des tensions jusqu'à monophasée. Elle a été conçue avec les
18V. L'opérateur peut sélectionner 3 technologies numériques les plus récentes
Détails gammes de mesure ce qui permet de afin d’obtenir une tension de sortie variable
sélectionner la valeur pleine échelle des contrôlée à partir d’un clavier et d’un
mesures en valeur efficace vraie ainsi afficheur simples d’emploi
que les seuils de déclenchement.
La 50A-3ph peut être utilisée pour tester Injection de tension mono ou triphasée.
des relais de protection monophasés et Le DVS3 a été conçu particulièrement pour
triphasés, y compris : tester les relais suivants :
- Relais de surintensité - Relais directionnels mono et triphasés
- Relais IDMT (source de tension)
- Ré-enclencheurs - Protections de distance (source de tension)
Applications - Relais retardés - Capteurs et systèmes de mesure triphasés
- Relais homopolaires - Relais à mini ou maxi de fréquence
- Disjoncteurs miniature - Relais à mini ou maxi de tension
- Relais de puissance - Relais à détection de variation de
- Relais à déclenchement fréquence
- Relais thermiques - Relais de synchronisations
- Relais à régulation de tension automatique

Table 10: Le matériel de calibration par injection I et U

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 110 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

7. MESURES DES PUISSANCES


Cet appareil fait (déjà) partie des pièces
de musée mais peut-être, l’avez-vous
utilisé en manipulation de laboratoire si
vous êtes passé par une formation
d’électricien.

Ce ne sera pas le genre d’appareil à


utiliser sur site de toute façon

Figure 88: Wattmètre Chauvin-Arnoux


de laboratoire

Nous ne reviendrons pas, dans ce chapitre sur la technologie des appareils de mesure
mais sur les méthodes et calculs à fire pour obtenir le ‘bon’ résultat.

7.1. MESURE DIRECTE DE PUISSANCE ACTIVE

Soit la mesure par l’appareil mesurant cette puissance (P), le Wattmètre. Nous ne
reviendrons pas sur la technologie des appareils de mesure mais sur les méthodes et
calculs

7.1.1. Principe de mesure

Figure 89: principe de raccordement du wattmètre

Le wattmètre (appareil monophasé) comporte 4 bornes de


raccordement (+ éventuellement la terre) : 2 pour le circuit
tension, 2 pour le circuit intensité

Sur les schémas, le circuit intensité est (en principe) en ‘gros fils’, et
le circuit tension en ‘fil fin’

Figure 90: Raccordement du wattmètre en circuit

Pour raccorder le circuit intensité, pas de problème, c’est toujours la même chose, il suffit
de respecter les polarité

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 111 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Pour le raccordement, du circuit tension, il y a deux possibilités ;

Le montage Aval, l’entrée tension est considérée après le wattmètre

Le montage Amont, l’entrée tension est avant le wattmètre

Figure 91: Raccordement


W W wattmètre en aval et en amont

Z Z Le montage ‘Aval’ est (a priori)


le plus employé car il tient
compte de la tension aux
bornes de la charge.
Montage Aval Montage Amont

Dans le montage ‘Amont’, sont mesurés (en plus) les pertes Joules dans le wattmètre

Que l’on soit en continu ou en alternatif, le wattmètre mesure la


puissance active uniquement, soit la puissance dissipée par la
composante ‘R’ de l’impédance.

PWcontinu = R . I² et PWalternatif = (Z . cosφ) . I² le wattmètre intégrant


dans son calcul la valeur du facteur de puissance.

Figure 92: Wattmètre de labo

7.1.2. Mesures de puissance en régime triphasé

7.1.2.1. Avec neutre

Mesure à effectuer lorsque le réseau de distribution est


déséquilibré

Figure 93: 3 wattmètres en tri avec neutre

La puissance absorbée par le réseau concerné est

P = P1 + P2 + P3

Et si la distribution est équilibrée, les mesures donnent :

P = 3P1 = 3P2 = 3P3

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 112 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

7.1.2.2. Sans neutre

Avec la méthode des 2 wattmètres, 2 courants mesurés, la


tension sur chaque wattmètre étant prise entre « sa » phase et
la 3ème non mesurée en courant

Figure 94: Méthode des 2 wattmètres sur tri sans neutre

Les 2 wattmètres peuvent être raccordées sur n’importe quelles phases, mais attention à
bien identifier PA et PB, correspondant à l’ordre des phases dans le sens de rotation. (PA
est en principe supérieure sur un circuit inductif ‘classique’)

La puissance absorbée par le réseau est P = PA + PB (en watts)

La particularité de ce montage est qu’il mesure également la puissance réactive avec :

Q = 3 × PA − PB

Le signe de Q dépend de la nature de la charge (Q > 0 si charge inductive, Q < 0 si


charge capacitive)

Vérification trigonométrique

V1 π/6
PB mesure :
I1 I2 x V2-3 x cos(π/6+φ)
I1 φ Angle
Angle
V1-3 φ π/6-φ
φ π/6+φ

I3 V1-3 PA mesure : V2-3 π/6


I1 x V1-3 x cos(π/6-φ) I2
V3 I2 V2 V2
V2-3

Figure 95: Méthode des 2 wattmètres – vérification trigo

P = PA + PB = I1 x V1-3 x cos (π / 6 – φ) + I2 x V2-3 x cos (π / 6 + φ)

En triphasé équilibré : I1 = I2 = I et U = V1-3 = V2-3 ce qui donne

P = PA + PB = I x U [cos (π / 6 – φ) + cos (π / 6 + φ)]

Q= 3 (PA – PB) = I x U [cos (π/6 – φ) - cos (π/6 + φ)] x 3

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 113 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Vérifions P en prenant des ‘φ’ ,’faciles’ à calculer, et changeant les ‘π ‘ en degrés ‘°’:

Pour φ = 0, cosφ = 1 et P = U . I . 3 = PA + PB

= I x U [cos (30° - 0°) + cos (30° + 0°)]

=IxU( 3 /2+ 3 / 2) = U x I x 3

Pour φ = π / 6 = 30°, cosφ = 3 / 2 et P = I x U [cos (30° - 30°) + cos (30° + 30°)

= I x U (cos 0° + cos 60°) = I x U (1 + 0,5))

= 1,5 x U x I

Comparé à P = U . I . 3 . cosφ = U . I . 3 x 3 / 2 = 3 / 2 x I x U = 1,5 x U x I

Vérifions Q pour les mêmes valeurs de φ

Pour φ = 0, cosφ = 1 et sinφ = 0 et Q =UxIx 3 x sinφ = 0

= 3 (PA – PB)

= I x U [cos (π / 6 – φ) - cos (π / 6 + φ)] x 3

= I x U [cos (30° - 0°) -cos (30° + 0°)] x 3

= IxU( 3 /2- 3 / 2) = U x I x (0) 3 = 0

Pour φ = π / 6 = 30°, cos φ = 3 / 2 et sinφ = ½ = 0,5

Q=UxIx 3 x sin φ

Q = 0,5 (U x I x 3 )

Q = I x U [cos (π / 6 – φ) - cos (π / 6 + φ)] x 3

= I x U [cos (30° - 30°) - cos (30° + 30°)] x 3

= I x U [cos (0°) - cos (60°)] x 3

= I x U (1 – 0,5) x 3 = 0,5 (U x I x 3 )

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 114 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Et toujours avec les 2 valeurs (PA et PB) vous pouvez déterminer la puissance apparente
et le facteur de puissance, puisque vous avez maintenant P et Q

S² = P² + Q² ⇒ S = P ² + Q ² et cos φ = P / S

Ou en ne passant pas par S :

PA − PB
Tg φ = Q / P ⇒ Tg ϕ = 3
PA + PB

Et au cas ou vous ne le sauriez pas….. :

1
Cos2ϕ = 2
1 + tg ϕ

1
cos ϕ =
1 + tg 2ϕ

C’est passionnant la trigo, n’est ce pas !

7.1.3. Mesures de puissance avec pince multifonction

Soit la mesure avec une pince wattmétrique

Figure 96: Utilisation d’une pince


wattmétrique

La référence de tension (entrée COM) est la


phase sur laquelle se fait la mesure du
courant :

Ces pinces (numériques) disposent d’un calculateur intégré, et la mesure sur une phase
en tri équilibré est suffisante pour conclure la mesure. En non équilibré, voir la notice
d’emploi, d’un constructeur à l’autre il peut y avoir des différences de manipulation et de
concrétisation des résultats.

Une pince wattmétrique (multifonction) peut mesurer de « multiples » paramètres, voir ci-
après et faites votre choix !

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 115 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Pince wattmétrique ‘VOLTCRAFT’ - VC 609 True RMS

La pince ergonomique multimètre de VOLTCRAFT a été spécialement


étudiée pour les mesures de puissance électrique : le facteur de crête et le
déphasage (cos Phi), la puissance apparente, la puissance active et la
puissance réactive.

Tension et intensité peuvent naturellement être mesurées séparément.

Figure 97: Pince wattmétrique ‘VOLTCRAFT’ - VC 609 True RMS

Mesure jusqu'à 750 kW/kVA/kVAR 1,5% + 2 digits (fréquence 45 à 450 Hz).


Déphasage (cos Phi) de 0,3 à 1, résolution 0,001, précision 2 % + 20 digits.
Facteur de crête 1 à 5, précision de la fondamentale 0,5%.
Tension AC jusque 750 V, précision 1% + 3 digits.
Courant AC jusque 700 A, précision 1,5% + 2 digits. Dim : 92 x 246 x 45 mm.
Poids pile comprise : env. 500 g.

Pince wattmétrique ac rms TES 3079K

Marque: TES
Mesure de puissance calibres 60 / 600 kW et kVA sur réseaux
alternatifs monophasé
Mesure des courants et tensions TRMS
Mesure du cosinus Phi et de la fréquence
Mesure de résistance, de capacité et de température sur couple
K (-50 / +900°C)
Test d'isolement jusqu'à 100M Ohms
Fonctions Min / Max / Hold et arrêt automatique
Conformité IEC 1010 cat III 600V

Figure 98: Pince wattmétrique ac rms TES 3079K

Pince wattmétrique AC/DC PROVA 400

Marque : PROVA
Écran large LCD 3 3/4 digits + ‘bargraph’ 40 segments
Diamètre du conducteur : 23mm
Sélection aisée des fonctions par bouton rotatif
Gammes de mesure et précisions :
o Puissance AC+DC 240K : 40KW/240KW Précision : ±2.5% ±3digits
o Courant DC : 400A Précision : ±1.5% ±3digits
o Courant AC TRMS : 400A Précision : ±1.5% ±3digits

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 116 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

o Tension DC : 400A Précision : ±1.0% ±2digits


o Tension AC : 600A Précision : ±1.0% ±2digits
o Fréquence : 100 à 1000KHz Précision : ±0.8% ±2digits
Alimentation par 2 piles 1.5V
Dimensions : 183x61.3x35.6mm
Poids : 190g

Figure 99: Pince wattmétrique AC/DC PROVA 400

Pince wattmétrique F27 Chauvin Arnoux (Métrix)

Référence : F27
Diamètre : 500 mm
Mesure : TRMS AC+DC
VDC : 60 / 600 / 1500V -
VAC : 60 / 600 / 1500V
IDC / AC : 60 / 600 / 1500V
Puissances active, réactive, apparente : 10W à 600 kW
Fréquence : 0,5 à 20 kHz

Figure 100: Pince wattmétrique F27 Chauvin Arnoux (Métrix)

Pince wattmétrique MX 240 METRIX (Chauvin Arnoux)

Référence : MX240
Diamètre : 40 mm
Mesure : TRMS AC+DC
VDC : 600 : 1000V
VAC : 400 / 750V
IDC / AC : 20 – 200A
Résistances: 200 – 2000 ohms
Puissances active, réactive, apparente :2 K / 20 K / 200 K
Énergie active : 20 / 200 / 2000K
Fréquence : 20 / 200 / 2 kHz
Particularités :
o Mesure du cos
o Alimentation secteur en option
o Retransmission des grandeurs mesurées.
Sortie RS232 / Sorties analogiques pour oscilloscope et enregistreur

Figure 101: Pince wattmétrique MX 240 METRIX (Chauvin Arnoux)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 117 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

La mesure des puissances, en tant que vérification de routine est quelque chose de
bien utile sur site, si vous voulez mesurer la puissance sur chaque phase d’un
moteur par exemple… Avoir une « pince wattmétrique » du style comme ci-dessus
rend bien des services, et permet de détecter rapidement un « problème »….

Et çà mesure aussi les ampères ! Comme vous avez besoin de « pince ampèremétrique »,
faites donc passer cet appareil pour une pince ampèremétrique….

7.1.4. Le comptage- le compteur d’énergie

Le compteur d'énergie mesure l'énergie consommée par l'utilisateur du réseau (EDF en


France ou tout fournisseur) : W = Pa.t .

Cette énergie est proportionnelle à la puissance active consommée (kUIcosφ) et est en


général exprimée en kWh.

Dans tous les cas, EDF (ou un autre fournisseur) facture l'énergie consommée active et
uniquement l’énergie active consommée pour l’utilisateur « de base » qui est raccordé en
mono (une phase + neutre), mais attention !

Pour une fourniture d’énergie en triphasé, triphasé+neutre, sont totalisés à la fois l’énergie
active (les watts) et l’énergie réactive (les VAR’s) La tarification des watts est constante
(indépendamment des heures creuses, de pointe, ou de toute autre considération de
‘marketting’) quand la tarification des VAR’s est progressive. Plus vous consommez de
VAR’s et plus c’est cher ! (En prix au kVAR). Ceci pour dissuader les exploitants de
l’énergie électrique d’avoir une installation avec un facteur de puissance (cos φ) trop
faible.
En France, EDF facture l'énergie réactive (à l'aide d'un compteur d'énergie réactive) si le
facteur de puissance cos φ est inférieur à 0,928 (⇔ tg φ = 0,4).

L’énergie réactive ne sert à rien ! les utilisateurs ayant des installations trop inductives
sont priés de compenser leur facteur de puissance par des batteries de condensateurs
(voir les cours « réseaux électriques » et « tableaux électriques »

Quant aux compteurs, sur site, ce sont des totalisateurs dorénavant intégrés au système
général de surveillance et de conduite (en salle de contrôle). Des totalisateurs
‘indépendants’ existent en sous-station, ce sont des « boîtes » qui se raccordent comme
les wattmètres et les varmétres sur
lesquelles sont totalisés kWh et
kVARh ; généralement ces boîtes
ont une connexion (RS232 ou autre)
pour renvoi sur système centralisé.

Figure 102 Le compteurs d’énergie


locaux

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 118 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

7.2. MESURE INDIRECTE DE PUISSANCE

C'est-à-dire un n’utilisant pas d’appareil indiquant directement des W ou VAR ou VA, mais
en utilisant le calcul.

7.2.1. Rappel de base

Bien entendu, ce qui est tout de suite derrière a déjà été vu, (dans d’autres cours), mais ce
ne sera jamais assez répété. L’électricien faisant des mesures de puissance se doit de
comprendre « Pythagore » et les applications qui en découlent.

P: puissance active
V
φ
Q: puissance réactive
S: puissance apparente

I
Figure 103: Puissances et le triangle de Pythagore

Tout comme avec R, L et C nous retrouvons le triangle rectangle avec les théorèmes de
Pythagore

P, puissance active est la puissance consommée par une résistance R

Q, puissance réactive est la puissance consommée par une réactance (L + C)

S, puissance apparence est la puissance consommée par l’impédance Z

Cos φ = P / S

7.2.2. Mesure puissance en monophasé avec U et I

S : Puissance apparente (Apparent Power)

C’est le produit P = U x I des valeurs (efficaces) mesurées A


par un voltmètre et un ampèremètre
R V
Figure 104: Puissance apparente

L’unité est le VOLTAMPÈRE : S (VA) = U (V) x I (A)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 119 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

P : Puissance active (Active or True Power)

C’est le produit S x cos φ ; Il faut donc dans le circuit de mesure un ‘phy-mètre’ ou un


phasemètre.

A φ Figure 105: Puissance active

R V Figure 106: Le phymètre

L’unité est le WATT : P (W) = U (V) x I (A) x cos φ

Q : Puissance réactive (Reactive Power)

C’est le produit S x sin φ ; Il faut donc dans le circuit de A φ


mesure un ‘phy-mètre’ ou un phasemètre.
R V
Figure 107: Puissance réactive

L’unité est le VAR (Volt Ampère Réactif) : Q (VAR) = U (V) x I (A) x sin φ

Unités généralement avec préfixes ‘k’ ou ‘M’ pour kVA, kW, kVAR, MW,……

7.2.3. Distribution triphasée équilibrée

Avec I = I1 = I2 = I3 et ‘U’ tension entre phases identique entre les 3 phases

V1
L1
A φ φ I1
U
V I3
L2

V2
L3 V3
I2

Figure 108: Mesure puissance en distribution triphasée équilibrée


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 120 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

P en Watts = U x I x √3 x cos φ (U: tension entre phases)

Q en VAR = U x I x √3 x sin φ (U: tension entre phases)

S en VA = U x I x √3 (U: tension entre phases)

7.2.4. Mesure de puissance en triphasé déséquilibré

En triphasé déséquilibré:

P = V1 . I1 cos φ + V2 . I2 cos φ + V3 . I3 cos φ , somme des mesures pour chaque


phase, V étant la tension entre phase et neutre .

De même que :

Q = V1 . I1 sin φ + V2 . I2 sin φ + V3 . I3 sin φ

S = V1 . I1 + V2 . I2 + V3 . I3

Il faut, bien entendu, un appareil mesurant le « déphasage » entre u et I, soit un


‘Phymètre’ nécessitant une entrée courant et une entrée tension

I1 Figure 109: Mesure puissance


L1 en distribution triphasée
A1 φ déséquilibrée
I2
L2 Ce montage est celui employé
A2 pour par exemple, les
générateurs principaux, les
I3
L3 courants proviennent de TC et
A3 les tensions de TP.

V1 V2 V2 Les mesures W, VAR et VA sont


N aussi calculées dans le relais
général de protection type
« SEPAM » de Schneider (ou équivalent) . Voir cours « protections électriques ».

Quant aux puissances totalisées en kWh, en kVAh, kVARh, ce sera la puissance moyenne
consommée en 1h pour chaque type de puissance.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 121 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

7.3. APPLICATION DE MESURE ‘W’ ET ‘VAR’

L’indication MW et MVAR est sur le même appareil, avec la même échelle sur les
panneaux de contrôle des (anciens) Turbo générateurs ’Solar’. (TEG pour Turbo Electric
Generator)
0
MVAR MWATT & MVAR
MWATT 0 1 2 3

Échelle 0 à 3

Figure 110: Commutateur et indicateur puissance sur TEG Solar

Un commutateur 3 positions détermine sur l’indicateur unique, soit des MW, soit des
MVAR. Voyons la méthode de mesure et « l’artifice » employés.

Caractéristique de la turbine 2,5 à 3 MW sous 5,5kV (entre phase) soit un courant maxi de
l’ordre de 300A (possible en surcharge)

Prises de mesures : les courants sont pris au travers de TC’s 400/5 (rapport 80) et les
tensions au travers de TP’s rapport 30 3 soit (5500 / 30 3 ) # 106 V au secondaire avec
tension nominale au primaire.

Rappels des connexions typiques de TP’s et TC’s


L1 L1 3 CT’s 400/5
L2 L2 Rapport 80

L3 L3

1aire 5,5kV/ 3
Rapport 30
2aire 106V

V1 V2 V3 CPT i1 i2 i3 CCT
Vers voltmètres et Vers ampèremètres
mesures tension et mesures courant
Figure 111: Connexions typiques des TP’s et TC en créant un neutre

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 122 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Schéma du dispositif de mesure :

L’ensemble comprend

L’image des 3 courants de phase depuis les 3 TC’s

L’image de 2 tensions simples V1 et V3 depuis les TP’s

Un transformateur déphaseur (de 90° en avant ou arrière, c’est le même résultat)

Un commutateur 3 positions : ‘0’ – ‘MW’ – ‘MVAR’

Un transmetteur / transducteur recevant les 3 courants et les 2 tensions et


renvoyant la composante à l’indicateur

Un indicateur tableau

V1
Tension du V2
secondaires V3
des TP’s CPT

Transfo décalant de
V3 shifté CPT shifté 90° les 2 tensions
V1 shifté
0 Commutateur V1 Commutateur fermant 4
contacts
MWATT MVAR
En rouge et gras = W
En bleu et fin = VAR
CPT V3

V1 - C
V3 - C
Transducteur / Transmetteur
i1 i1 ayant l’image des 3 courants et
Courants du de 2 tensions sur un ‘noyau’
i2 i2
secondaires i3 i3
des TC’s CCT
indicateur
Bobine ‘récupérant’ la
composante puissance

MWATT & MVAR


0 1 2 3

Indicateur ‘mixte’ W et VAR

Figure 112: Principe de mesure simultanée W et VAR sur turbine Solar

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 123 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Composantes vectorielles des 2 mesures :

Le transmetteur / transducteur recevant les 3 courants et 2 tensions, combine l’ensemble,


obtient avec le produit U et I une puissance, applique un cœfficient déterminé à la
calibration (usine et sur site) et (surtout, c’est ce qui nous intéresse ici en démonstration)
tient compte du déphasage entre U et I pour avoir dans un sens le cosinus et dans l’autre,
le sinus.

La mesure de l’angle de déphasage s’effectue en « modifiant » uniquement l’image de la


tension dans le transducteur. Considérons la mesure ‘directe’ et la mesure ‘shiftée’ (ou
décalée) en ayant comme référence courant le vecteur ‘ i1’ dans les 2 cas.

V1 V2
En superposition
avec V2
I1
I1 φ Angle
π/3 φ π/6-φ
Composante V1
Angle
V1-V3
I3 π/3+φ I3 I2
Composante
V3 I2 V2 V1-V3 V3

Mesure directe avec Mesure shiftée avec


composante de l’angle composante de l’angle
(2π/6+φ) (π/6-φ)

Figure 113: Composantes vectorielles des 2 mesures

π/6
Au « produit » U et I effectué par le transducteur, il sera
appliqué un cœfficient fonction de
π/6
Angle (2π/6 + φ) en mesure directe φ

Angle (π/6 – φ) en mesure ‘shiftée’


φ
π/6
Or cos (2π/6 +φ) = sin (π/6 – φ)

ou sin (2π/6 + φ) = cos(π/6 – φ)


2π/6+φ
Comme dans les 2 positions du commutateur, l(on
mesure la même chose (pour U et I), d’un côté l’on
prend le cosinus, de l’autre le sinus et ce pour le même
angle. L’on mesure donc P et Q. π/6-φ
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 124 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Vous pouvez faire cette « analyse » avec le décalage inverse, le résultat est identique

Quant à la calibration du transducteur (c’est à l’électricien de le faire, pas à


l’instrumentiste), il faut un wattmètre mono (pour comparer) générant 120V et 3,475 Amp.
(417W) sur les 2 enroulements tension en parallèle et les 3 enroulements courant en
série.

Avec les rapports de transformation : P = 417 x (30 x 3 ) x (80 x 3 ) = 3 MW, cos phi
étant égal à 1. C’est la valeur moyenne des tensions qui sert au calcul dans le
transducteur, la valeur maxi de V1 et V3 peut être ‘injectée’ pour la calibration.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 125 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8. MESURER EN SECURITE
Références aux documents ‘Fluke’, pour ce chapitre

Quant au matériel ‘Fluke’, il m’a toujours apporté satisfaction et précision dans toute la
gamme d’appareils de mesure que j’ai eu l’occasion d’employer.

8.1. ASSURER LA SÉCURITÉ DES MESURES ÉLECTRIQUES

8.1.1. Ne négligez pas la sécurité : votre vie en dépend

Lorsque la sécurité est en jeu, les mêmes principes s’appliquent aux testeurs électriques
qu’aux casques de moto : si votre tête vaut « dix euros, choisissez-vous un casque à « dix
euros ». Si vous tenez à votre tête, achetez-vous un casque solide. Si les dangers liés à la
moto sont évidents, que dire des testeurs électriques ?

Ne travaillez-vous pas en toute sécurité tant que


vous choisissez un testeur de tension nominale
suffisamment élevée ? Une tension est une tension,
n’est-ce pas ?

Figure 114: Tension ‘surprise’ pouvant exister lors de


la mesure

Pas exactement. Les ingénieurs qui analysent la


sécurité des testeurs découvrent souvent que les
appareils défectueux étaient soumis à une tension
beaucoup plus élevée que celle que leur utilisateur
pensait mesurer.

Dans certains cas accidentels, le testeur homologué pour les basses tensions (1000 V ou
moins) mesurait une tension intermédiaire, 4160 V par exemple. L’accident, tout aussi
courant, n’était nullement lié à une mauvaise utilisation du testeur, mais à un transitoire ou
pointe de tension élevée momentané qui frappait l’entrée du testeur sans prévenir.

8.1.2. Les pointes de tension : un danger inévitable

Les risques de surtensions transitoires s’accroissent avec la complexité grandissante des


systèmes de distribution et des charges. Les moteurs, les condensateurs et les
équipements convertisseurs de puissance tels que les variateurs de vitesse peuvent être
des générateurs de pointes de tension importants. Les impacts de la foudre sur les lignes
d’alimentation extérieures entraînent également des transitoires dangereux à haute
énergie. Quand vous prenez vos mesures sur les systèmes électriques, ces transitoires
sont ‘invisibles’ et posent des dangers en grande partie inévitables.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 126 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Ils se produisent régulièrement sur les circuits d’alimentation à faible tension, et


peuvent atteindre des valeurs maximales de plusieurs milliers de volts. Dans de tels
cas, votre protection dépend de la marge de sécurité déjà intégrée au testeur.
La tension nominale seule ne vous permet pas de savoir si le testeur a été conçu pour
survivre à des impulsions transitoires élevées.

Les premiers indices sur les dangers liés aux pointes de tension ont été décelés dans les
applications impliquant des mesures sur la barre omnibus d’alimentation des réseaux
ferroviaires régionaux électrifiés. La tension nominale de la barre omnibus n’était que de
600 V, mais les multimètres homologués à 1000 V ne résistaient que quelques minutes
lorsque les mesures étaient prélevées pendant le fonctionnement du train.

Un examen plus approfondi révéla que les démarrages et les arrêts du train entraînaient
des pointes de 10 000 V. Ces transitoires ne laissaient aucune chance aux circuits
d’entrée des premiers multimètres. La leçon tirée par cette enquête permit d’aboutir à des
améliorations sensibles sur les circuits de protection d’entrée des multimètres.

8.1.3. De nouvelles normes de sécurité

Pour protéger l’utilisateur contre les transitoires, la sécurité doit être intégrée à
l’équipement de test.

Quelle caractéristique de performances devez-vous vérifier, surtout si vous devez travailler


sur des circuits à haute énergie ? La définition des nouvelles normes de sécurité pour les
équipements de test a été récemment confiée à la CEI (Commission électrotechnique
internationale). Cet organisme développe des normes de sécurité internationale pour les
équipements de tests électriques.

Pendant un certain nombre d’années, l’industrie a utilisé la norme CEI 348 pour concevoir
les équipements. Cette norme a été remplacée par la norme CEI 1010, récemment mise à
niveau par la norme CEI 61010 (EN61010) . Les testeurs conçus conformément à la
norme CEI 348 sont utilisés depuis des années par les techniciens et les électriciens, mais
il faut reconnaître que la nouvelle norme EN61010 offre un niveau de sécurité
sensiblement renforcé.

Voyons pourquoi.

8.1.4. Protection contre les transitoires

La protection des circuits des appareils de mesure ne dépend pas simplement de la


gamme de tension en régime permanent, mais de leur capacité à combiner à la fois la
tenue aux surtensions transitoires et en régime permanent. La protection contre les
transitoires est vitale. Lorsque les transitoires circulent sur les circuits à haute énergie, ils
sont d’autant plus dangereux que ces circuits peuvent fournir des courants importants. Si
un transitoire entraîne un retour d’arc, le courant élevé risque d’alimenter l’arc, produisant
une explosion ou un claquage au plasma qui se produit lorsque l’air ambiant devient ionisé
et conducteur.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 127 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Cela entraîne un éclair d’arc, un événement désastreux qui provoque chaque année plus
de blessures liées à l’électricité que le danger plus connu de l’électrocution. (Voir «
Transitoires : le danger caché » paragraphe dans la suite.)

8.1.5. Catégories de mesure

Figure 115: Catégorie de mesure = fonction de l’emplacement

Le concept le plus important des nouvelles normes est la catégorie de mesure.


La nouvelle norme définit les catégories I à IV, souvent abrégées sous la forme
CAT I, CAT II, etc. (voir Figure)

La division d’un système de distribution électrique en catégories repose sur le fait qu’un
transitoire dangereux à haute énergie tel qu’un éclair sera atténué ou amorti en traversant
l’impédance (résistance en courant alternatif) du système.

Une catégorie CAT plus élevée renvoie à un environnement électrique marqué par une
plus grande puissance disponible et des transitoires d’énergie plus élevée. Un multimètre
conçu selon la norme CAT III résiste donc beaucoup mieux aux transitoires à énergie
élevée que ceux conçus selon la norme CAT II.

À l’intérieur d’une catégorie, une tension nominale élevée renvoie à une caractéristique de
résistance aux transitoires plus élevée; autrement dit, un appareil CAT III-1000 V dispose
d’une protection supérieure par rapport à un appareil homologué CAT III- 600 V. Cette
incompréhension est de taille si l’utilisateur sélectionne un appareil homologué CAT II-

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 128 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

1000 V en pensant qu’il est supérieur à un appareil CAT III- 600 V. (Voir « Quand 600 V
font plus que 1000 V » paragraphe ci après.)

Catégorie
En bref Exemple
de mesure

Renvoie à « l’origine de l’installation », c.-à-d. à l’endroit où le branchement


à basse tension est connecté à la ligne secteur.
Triphasé au
Les compteurs électriques, les équipements de protection à maximum de
niveau du
courant primaire.
branchement
CAT IV secteur, tous
Entrée des fils d’alimentation et ligne extérieure, branchement de service
les
du poteau jusqu’au bâtiment, section entre le compteur et le panneau de
conducteurs
distribution électrique.
extérieurs
Ligne aérienne jusqu’à un bâtiment séparé, ligne souterraine jusqu’à la
pompe d’un puits.

Équipements des installations fixes, tels que moteurs polyphasés et


appareils de commutation.

Distribution Barres omnibus et alimentation des sites industriels.


triphasée, y
compris Lignes d’alimentation et circuits dérivés courts, panneaux de distribution
CAT III
l’éclairage électriques.
commercial
monophasé Installations d’éclairage dans les grands bâtiments.

Prises d’appareils électriques avec branchements courts jusqu’à l’entrée


des fils d’alimentation

Appareils, outils portables et autres charges similaires et domestiques.


Charges
Prises de courant et circuits dérivés longs.
reliées à des
CAT II
prises
Prises de courant à plus de 10 mètres (30 pieds) de la source CAT III.
monophasées
Prises de courant à plus de 20 mètres (60 pieds) de la source CAT IV.

Équipement électronique protégé.

Équipements reliés aux circuits (source) dans lesquels des mesures sont
prises pour limiter les surtensions transitoires à un faible niveau approprié.
CAT I Électronique
Toute source à faible énergie de tension élevée, dérivée d’un
transformateur de résistance à enroulement élevé, tel que la section haute
tension d’un photocopieur.

Table 11: Les catégories de mesures

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 129 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.1.6. Ce n’est pas seulement le niveau de tension

Dans la figure (catégorie de mesure), un technicien intervenant sur un équipement de


bureau dans un site CAT I risque de rencontrer des tensions continues bien plus élevées
que les tensions secteur des lignes d’alimentation mesurées par l’électricien moteur dans
un site CAT III.

Pourtant les transitoires des circuits électriques CAT I, quelle que soit la tension,
représentent une moindre menace car l’énergie disponible pour un arc est plutôt limitée.

Cela ne signifie pas que les risques électriques sont absents des équipements CAT I ou
CAT II. Le premier danger est le fait des chocs électriques, et non des transitoires et des
éclairs d’arc.

Ces chocs, peuvent être aussi mortels qu’un éclair d’arc.

Prenons un autre exemple.

Une section de ligne aérienne entre une maison et une buanderie séparée n’est sans
doute qu’à 220 V ou 240 V, mais elle est toujours techniquement classée CAT IV.

Pourquoi ?

Tout conducteur extérieur est soumis à des transitoires de très haute énergie liés à la
foudre. Les conducteurs enfouis dans le sol sont ainsi classés CAT IV même s’ils ne sont
pas frappés par la foudre, car un éclair frappant à proximité risque d’induire un transitoire
dû à la présence de champs électromagnétiques élevés.

Quand on considère les catégories de mesure, on applique donc la règle des lieux :
l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement...

(Pour une discussion détaillée des catégories d’installation, reportez vous au paragraphe
ci après « Application des catégories selon la tâche »

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 130 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.1.7. Transitoires : le danger caché

Figure 116: Scénario : séquence d’un éclair d’arc potentiel.

Examinons un scénario du pire cas dans lequel un technicien prend des mesures sur un
circuit de commande à moteur triphasé à l’aide d’un multimètre, sans adopter les
précautions de sécurité nécessaires.

Plusieurs événements risquent de se produire :

1. Un coup de foudre entraîne un transitoire sur la ligne d’alimentation, qui frappe à son
tour un arc entre les bornes d’entrée à l’intérieur du multimètre. Les circuits et les
composants destinés à empêcher cet événement ont connu une défaillance ou étaient
absents. Ce n’était sans doute pas un multimètre homologué CAT III. On obtient par
conséquent un court-circuit direct entre les deux bornes de mesure à travers le multimètre
et les cordons de mesure.

2. Un courant de défaut élevé, pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers d’ampères, circule
dans le court-circuit ainsi créé. Cela se produit en quelques millièmes de seconde.
Lorsque l’arc se forme à l’intérieur du multimètre, une onde de choc à très haute pression
entraîne alors une détonation qui retentit à la façon d’un coup de feu ou d’un retour
d’allumage du carburateur. Le technicien voit apparaître au même moment des éclairs
d’arc bleu vif aux embouts des cordons de mesure : les courants de défaut font
surchauffer les pointes des sondes qui commencent à se consommer, en attirant un arc
du point de contact vers la sonde.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 131 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3. Le mouvement naturel est de reculer pour briser le contact avec le circuit surchauffé.
Mais l’arc est attiré entre la borne du moteur et chaque sonde tandis que les mains du
technicien ont ce mouvement de recul. Si ces deux arcs se rejoignent pour n’en former
qu’un seul, un autre court-circuit entre les phases se produit maintenant, cette fois
directement entre les bornes du moteur.

4. La température de cet arc peut approcher 6.000 °C (10.000 °F), soit une température
plus élevée qu’un chalumeau de soudage oxyacétylénique ! À mesure que l’arc grandit,
alimenté par le courant disponible du court-circuit, il surchauffe l’air ambiant.
Un éclair électrique et une boule de feu au plasma se produisent.
Avec de la chance, le souffle de l’explosion projettera le technicien loin de l’arc et lui
sauvera la vie même s’il est blessé. Dans le pire des cas, la victime subit des brûlures
mortelles résultant de la chaleur intense de l’arc ou de l’éclair au plasma.

Toute personne travaillant sur des circuits d’alimentation sous tension doit utiliser un
multimètre homologué pour la catégorie de mesure appropriée, mais il doit aussi porter
des vêtements de protection ignifugés, des lunettes de sécurité, ou mieux encore, un
masque de protection facial et des gants isolés.

8.1.8. Éclairs d’arc et chocs électriques

8.1.8.1. Utilisez les fusibles à haute énergie appropriés

Les transitoires ne sont pas la seule source possible de courts-circuits et d’éclairs d’arc.
Une mauvaise utilisation très répandue des multimètres portables peut entraîner une
séquence d’événements similaire.

Supposons le cas suivant. Un utilisateur établit des mesures de courant sur des circuits de
signalisation. L’opération consiste à sélectionner la fonction des ampères, à insérer les
cordons dans les bornes d’entrées mA ou A, à ouvrir le circuit et à prendre une mesure en
série. Dans un circuit en série, le courant est toujours le même. L’impédance d’entrée du
circuit d’intensité doit être suffisamment faible pour ne pas afficher le courant du circuit en
série. L’impédance d’entrée sur la borne 10 A d’un multimètre est de 0,01 Ω.
Comparez cela à l’impédance d’entrée sur les bornes de tension de 10 MΩ (10.000.000
Ω).

Si les cordons de mesure sont laissés dans les bornes d’intensité, puis accidentellement
connectés aux bornes d’une source de tension, la faible impédance d’entrée se transforme
en court-circuit ! Peu importe que le commutateur de fonction soit réglé sur la fonction des
volts : les cordons sont toujours physiquement branchés à un circuit à faible impédance.*
C’est pourquoi les bornes d’intensité doivent être protégées par des fusibles. Ces fusibles
sont le seul verrou qui sépare un ennui technique, des fusibles sautés, d’un désastre en
puissance.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 132 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 117: Mauvaise utilisation du multimètre numérique en mesure d’ampèremètre.

Le multimètre doit être utilisé uniquement en protégeant les bornes d’intensité par des
fusibles à haute énergie. Ne remplacez jamais un fusible qui a sauté par un fusible de
calibre incorrect. Utilisez exclusivement les fusibles à haute énergie spécifiés par le
fabricant. Ces fusibles sont homologués à une tension et avec une capacité d’interruption
de court-circuit destinés à assurer votre sécurité.

8.1.8.2. Protection contre les surcharges

Les fusibles protègent contre les surintensités. L’impédance d’entrée élevée des bornes
volts/ohms vous assure qu’une condition de surintensité est peu probable, éliminant le
besoin de fusibles. La protection contre les surtensions est par contre nécessaire. Elle est
assurée par un circuit de protection qui aligne les tensions élevées sur un niveau
acceptable. Un circuit de protection thermique détecte en outre les conditions de
surtension, protège le multimètre jusqu’à l’élimination de la condition avant de revenir
automatiquement en fonctionnement normal.

Son plus grand avantage est de protéger le multimètre contre les surcharges lorsque
l’appareil fonctionne en mode ohmique. La protection contre les surcharges avec
rétablissement automatique est ainsi assurée pour toutes les fonctions de mesure tant que
les cordons sont dans les bornes d’entrée de tension.

8.1.8.3. Chocs électriques

La résistance approximative sous la peau en passant d’une main à l’autre du corps est de
1000 Ω. Une tension de seulement 30 V (avec 1000 Ω , ‘dans les mains) entraîne un flux
de courant de 30 mA.

Heureusement, la résistance de la peau est beaucoup plus importante.


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 133 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

C’est la résistance de l’épiderme, particulièrement de la couche extérieure de cellules


mortes dite « couche cornée de l’épiderme » qui protège le corps. En conditions humides,
ou en présence d’une coupure, cette résistance chute radicalement. À environ 600 V, elle
cesse d’exister. La peau est alors perforée par la haute tension.

Pour les fabricants et les utilisateurs de multimètres, il est fondamental d’empêcher à tout
prix un contact accidentel avec les circuits sous tension.

Procurez-vous :

des multimètres et des cordons de mesure à double isolation.

des multimètres dotés de jacks d’entrée encastrés et des cordons de mesure


munis de connecteurs d’entrée renforcés.

des cordons de mesures pourvus de collerettes de protection et d’une surface


anti dérapante.

des multimètres et des cordons de mesure composés de matériaux de haute


qualité, durables et non-conducteurs.

8.1.9. Application des catégories selon la tâche

8.1.9.1. Conseils rapides pour comprendre les catégories

Ces quelques conseils vous aideront à appliquer le concept des catégories dans vos
opérations quotidiennes :

Une règle simple est de mise : plus on se rapproche de la source d’alimentation,


plus le numéro de la catégorie augmente, et plus le danger potentiel des
transitoires s’accroît.

Il en découle que plus le courant de court-circuit disponible en un point particulier


est élevé, plus la catégorie CAT est élevée.

Autrement dit, plus l’impédance de la source est élevée, plus la catégorie CAT
est basse. L’impédance de source est tout simplement l’impédance totale, y
compris l’impédance du câblage entre le point du relevé de la mesure et la
source d’alimentation. Cette impédance est l’élément qui lisse les transitoires.

Finalement, si les suppresseurs de surtension transitoire vous sont familiers (les


parasurtenseurs ou « surge arrestors »), vous savez qu’un tel dispositif installé
au niveau d’un panneau de distribution électrique doit disposer d’une capacité de
gestion d’énergie plus grande que s’il est installé au niveau de l’ordinateur. En
termes CAT, le suppresseur de surtension transitoire du panneau de distribution

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 134 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

est une application CAT III, alors que l’ordinateur est une charge reliée à une
prise électrique et par conséquent une installation CAT II.

Comme on peut le voir, le concept de catégories n’est ni nouveau ni exotique. Il complète


simplement les conseils de bon sens que les spécialistes de l’électricité appliquent
quotidiennement.

8.1.9.2. Catégories multiples

Un profil de scénario sème parfois la confusion chez les techniciens qui essayent
d’appliquer les catégories aux applications en monde réel. Un équipement peut incorporer
souvent plusieurs catégories. Dans un équipement de bureau par exemple, la catégorie
CAT II s’applique sur le circuit 220 V/240 V entre l’alimentation et la prise électrique. Le
circuit électronique est par contre classé CAT I.

Dans les systèmes de commande résidentiels, tels que les panneaux de commande
d’éclairage, ou dans les équipements de commande industriels, tels que les contrôleurs
programmables, des circuits électroniques (CAT I) et des circuits d’alimentation (CAT III)
coexistent souvent à distance rapprochée.

Que doit-on faire dans de tels cas ?

Comme dans d’autres situations du monde réel, il faut faire preuve de bon sens. Dans ce
cas, il faut utiliser le multimètre homologué pour la catégorie la plus élevée. En effet, on ne
peut raisonnablement pas s’attendre à ce que les utilisateurs essayent systématiquement
de définir la catégorie.

Il est par contre beaucoup plus raisonnable et fortement recommandé de sélectionner un


multimètre homologué pour la catégorie la plus élevée que l’utilisateur est susceptible de
rencontrer. Autrement dit, s’il faut être approximatif, autant que ce soit dans le sens de la
sécurité.

8.1.10. Caractéristiques de sécurité d’un testeur

8.1.10.1. Explication des tensions nominales de tenue

Les procédures de test EN 61010 prennent en compte trois critères principaux : la tension
en régime permanent, la tension des transitoires à impulsion maximale et l’impédance de
la source.

Ces trois critères se combinent pour fournir la vraie résistance à la surtension du


multimètre.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 135 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.1.10.2. Quand 600 V font plus que 1000 V

Le tableau vous aidera à comprendre la vraie résistance à la surtension d’un appareil :

Tension utile (V Transitoire à


Catégorie de Source de test
c.c. ou c.a. eff à impulsion maximale
mesure (Ω = V / A)
terre) (20 répétitions)
CAT I 600 V 2500 V Source de 30 ohm
CAT I 1000 V 4000 V Source de 30 ohm
CAT II 600 V 4000 V Source de 12 ohm
CAT II 1000 V 6000 V Source de 12 ohm
CAT III 600 V 6000 V Source de 2 ohm
CAT III 1000 V 8000 V Source de 2 ohm
CAT IV 600 V 8000 V Source de 2 ohm

Table 12: Valeurs de test des transitoires pour les catégories de mesure
(Les valeurs 50 V / 160 V / 800 V ne sont pas incluses)

1. À l’intérieur d’une catégorie, une « tension utile » supérieure (tension en régime


permanent) est associée à un transitoire plus élevé comme on s’y attend. Un multimètre
CAT III-600 V est par exemple testé avec des transitoires de 6000 V alors qu’un
multimètre CAT III- 1000 V est testé avec des transitoires de 8000 V. Rien de bien normal
pour l’instant.

2. Il y a par contre un élément moins évident : c’est la différence entre le transitoire de


6000 V pour CAT III-600 V et le transitoire de 6000 V pour CAT II-1000 V. Ils ne sont pas
identiques. C’est ici qu’intervient l’impédance de la source. La loi ohmique (ampères =
volts/ohms) nous dit que la source de test de 2 Ω pour CAT III représente six fois le
courant de la source de test de 12 Ω pour CAT II.

Le multimètre CAT III-600 V offre de toute évidence une protection supérieure contre les
transitoires par rapport au multimètre CAT II- 1000 V, même s’il semble que sa « tension
nominale » est inférieure. C’est la combinaison de la tension en régime permanent (la
tension utile) et de la catégorie qui détermine la tension en tenue totale de l’appareil de
test, y compris la valeur nominale si importante de la résistance aux transitoires.

Une remarque sur CAT IV : Les valeurs de test et les normes de conception des essais en
tension de catégorie IV sont décrites dans la deuxième édition de la norme EN61010.

8.1.10.3. Distance de glissement et écartement

Les multimètres sont testés par rapport à une surtension transitoire réelle, et la norme
EN61010 exige en outre qu’ils présentent des distances « de glissement » et «
d’écartement » minimales entre les composants internes et les points du circuit. Le
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 136 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

glissement mesure la distance le long d’une surface. L’écartement mesure les distances
dans l’espace. Plus le niveau de la catégorie et de la tension utile est élevé, plus les
caractéristiques d’écartement interne sont élevées. Une grande différence entre l’ancienne
norme CEI 348 et EN61010 est l’augmentation de l’écartement exigé dans la norme plus
récente.

8.1.10.4. En conclusion

Si vous devez remplacer votre


multimètre, faites une simple opération
avant d’engager votre recherche :
analysez le pire scénario dans votre
travail et déterminez la catégorie que
vous devez utiliser et l’application à
laquelle elle s’applique.

Figure 118: Identifiez la catégorie et les


tensions nominales des multimètres et
des cordons de mesure.

Choisissez d’abord un multimètre pour la


catégorie la plus élevée que vous êtes
susceptible de rencontrer. Puis, recherchez un
multimètre dont la tension nominale correspond
à la catégorie adaptée à vos besoins.

Figure 119: Utilisez des instruments portant les


indications suivantes : CAT III 1 000 V,
CAT IV 600 V

Dans le même temps, n’oubliez pas les cordons de


mesure. EN61010 s’applique aussi aux cordons de
mesure : ils doivent être certifiés pour une catégorie et
une tension égale ou supérieure à celles du multimètre.
Lorsqu’il s’agit de votre protection personnelle, ne laissez
pas les cordons de mesure être le maillon faible.

Figure 120: Équipements de sécurité

Et en final, pour mettre toutes les chances de votre côté,


utilisez des éléments de protection et notamment des
lunettes de sécurité et des gants isolés.
Voir cours « Sécurité électrique »

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 137 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.1.11. Test indépendants

Une explication sur la signification des sigles ‘bizarres’ ou « hiéroglyphes » que vous
pouvez voir sur les appareils.

8.1.11.1. Il est déterminant de procéder à des tests indépendants pour se


conformer à la sécurité

Recherchez un symbole et le numéro d’homologation d’un laboratoire d’essais


indépendant tel que UL, VDE, TÜV ou tout autre organisme d’essais reconnu. (liste dans
cours matériel type Ex à installer en zones à risques)

Méfiez-vous des expressions telles que « Conception conforme aux spécifications... » Les
plans de conception ne remplacent jamais un bon test indépendant.

Comment savoir si votre appareil est un authentique testeur CAT III ou CAT II ? Cela n’est
malheureusement pas toujours facile. Le fabricant a la possibilité de certifier lui-même son
testeur selon la catégorie CAT II ou CAT III sans passer par une vérification indépendante.

La CEI (Commission électrotechnique internationale) met au point et propose des normes,


mais elle n’est pas responsable de l’application de ces normes.

Recherchez un symbole et le numéro d’homologation d’un


laboratoire d’essais indépendant tel que UL, VDE, TÜV ou un
autre organisme de certification reconnu.

Figure 121: Exemple de sigles de bureaux indépendants

Ce symbole ne peut s’appliquer que si l’appareil a passé les tests


de vérification de l’agence qui reposent sur des normes
nationales/internationales. UL 3111, par exemple, est dérivée de
EN61010. Dans un monde imparfait, c’est encore votre meilleure
solution pour vous assurer que la sécurité du multimètre choisi a
bien été testée.

8.1.11.2. Que signifie le symbole CE ?

Une marque CE (Conformité Européenne) indique qu’un produit est conforme à certaines
exigences essentielles concernant la santé, la sécurité, l’environnement et la protection
des consommateurs, établies par la Commission européenne et autorisées par l’usage de
« directives ».

Figure 122: Le sigle officiel « CE »

Ces directives affectent un grand nombre de produits, et les produits extérieurs à l’Union
européenne ne peuvent pas y être importés s’ils ne se conforment pas aux directives
applicables.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 138 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

La conformité du produit à la directive peut être obtenue en prouvant sa compatibilité avec


une norme technique pertinente, telle que la norme EN61010 pour les appareils à basse
tension. Les fabricants sont autorisés à certifier eux-mêmes qu’ils ont respecté ces
normes, à émettre leur propre Déclaration de conformité et à apposer au produit la
marque « CE ». La marque CE n’est donc pas la garantie d’une vérification indépendante.

Et à titre de remarque personnelle : il existe (peut-être même de plus en plus) des


appareils et appareillages électriques, estampillés CE (je ne parle pas seulement des
appareils de mesure) qui sont de toute évidence (il suffit de les regarder) loin de respecter
les normes de sécurité – et ils sont en vente libre dans les supermarchés….

8.2. ERREURS A EVITER

8.2.1. 10 erreurs à éviter

… nous les avons toutes faites au moins une fois !

Ceux qui travaillent quotidiennement avec l’électricité développent rapidement une saine
méfiance envers tout ce qui a ne serait-ce qu’une toute petite chance de contenir du
courant.

Mais le travail sous pression peut rendre imprudent et pousser à commettre des erreurs
grossières même par le plus expérimenté des électriciens. La liste ci-dessous constitue un
rapide récapitulatif de ce qu’il ne faut absolument pas faire lorsqu’on réalise des mesures
électriques.

Ce qui suit est un ‘bilan’ établi par un vendeur. D’aucuns trouveront peut-être que dans
certains cas l’on pousse le bouchon un peu loin…. En matière de sécurité, surtout
électrique, l’on n’est jamais trop prudent et quand l’accident arrive, comme dit au-dessus,
c’est que l’on a été trop rapide, trop confiant. D’autre part, un électricien qui n’a jamais pris
de châtaigne, n’est pas encore un « bon » électricien car il ne s’est pas fait « refroidir ses
ardeurs ».

Alors, à tout un chacun de faire sa propre expérience, de prendre un ‘coup de jus’ sans
gravité, et de faire ses mesures sainement et en sécurité….

8.2.1.1. Remplacer le fusible d’origine du testeur par un fusible bon marché.

Si votre multimètre numérique répond aux dernières normes de sécurité actuelles, son
fusible calibré silice a été spécialement étudié pour sécuriser votre testeur en fondant
avant qu’une surcharge n’atteigne votre main.

Si vous changez le fusible de votre multimètre numérique, assurez- vous donc que le
nouveau fusible correspond aux spécifications du fabricant.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 139 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.2.1.2. Utiliser un petit morceau de fil électrique ou un petit objet métallique


pour remplacer un fusible fondu.

Cela peut sembler un bon moyen de terminer rapidement un travail si vous n’avez plus de
fusible de rechange, mais ce fusible manquant pourrait bien être la seule barrière entre
vous et une pointe de tension dévastatrice…

8.2.1.3. Utiliser un testeur non adapté à la tâche à effectuer.

Il est important d’utiliser pour chaque tâche le multimètre numérique le plus approprié.

Vérifiez en particulier que le marquage CAT du testeur correspond à votre environnement


de travail – même si cela vous oblige à jongler avec plusieurs multimètres tout au long de
la journée.

8.2.1.4. Choisir le multimètre le moins cher.

Rien ne vous empêche de changer ensuite pour un meilleur modèle, non ?

Si, une chose peut vous en empêcher : être victime d’un accident du travail parce que ce
testeur bon marché ne possédait pas réellement les caractéristiques de sécurité
annoncées. Vérifiez que votre appareil a été certifié par un laboratoire de test
indépendant.

8.2.1.5. Ne pas porter de lunettes de sécurité.

Sortez vos lunettes de votre poche et mettez-les ; c’est très important.

Même chose pour les gants de protection et les vêtements ignifugés.

8.2.1.6. Travailler avec un circuit sous tension.

Mettez chaque fois que possible les circuits à mesurer hors tension.

Si vous êtes dans l’obligation de travailler avec un circuit sous tension, utilisez des outils
convenablement isolés, portez des gants de sécurité, enlevez votre montre et tout autre
bijou, tenez vous sur un tapis isolant et portez des vêtements ignifugés (et non vos
vêtements de travail normaux).

8.2.1.7. Ne pas utiliser les procédures correctes de consignation et


d’étiquetage.

Sans commentaire
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 140 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.2.1.8. Garder les deux mains à proximité du point de test.

Surtout pas ! Lorsque vous travaillez avec des circuits sous tension, n’oubliez jamais ce
vieux truc d’électricien : toujours garder une main dans sa poche. Cela diminue la
possibilité de réaliser un circuit fermé passant d’un de vos bras à l’autre à travers votre
poitrine et votre coeur.

Suspendez ou posez le testeur si possible. Essayez d'éviter de le tenir dans vos mains
afin de minimiser les risques d'exposition personnelle aux effets des transitoires.

8.2.1.9. Négliger l’importance des cordons de mesure.

Les cordons de mesure constituent un composant important de la sécurité de votre


multimètre numérique.

Vérifiez en particulier que vos cordons de mesure correspondent au niveau CAT de la


tâche à effectuer. Choisissez des cordons avec un double isolement, des connecteurs
d’entrée blindés, des protège - doigts et une surface non glissante.

8.2.1.10. Rester fidèle à votre bon vieux testeur.

Les testeurs actuels intègrent des caractéristiques de sécurité encore inconnues il y a


seulement quelques années et qui valent largement la peine d’investir dans un nouvel
équipement – dont le coût sera de toute façon bien inférieur à celui d’un séjour à
l'hôpital…

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 141 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

8.2.2. Normes de sécurité internationales

Figure 123: Normes de sécurité pour utilisation des appareils de mesures

CAT I
Équipement électronique
Équipement de faible énergie avec une protection contre les transitoires limitées

CAT II
Prises et circuits de dérivation longs
Toute prise située à plus de 20m d’une zone de catégorie II
Toute prise située à plus de 20m d’une zone de catégorie IV

CAT III
Lignes d’alimentation et circuits de dérivation courts
Équipements des tableaux de distribution
Prises de force avec raccordement « court » au réseau
Systèmes d’éclairage dans les grands bâtiments

CAT IV
Lignes extérieurs et raccordements au réseau
Ligne de raccordement d’un pylône à un bâtiment
Câblage reliant un tableau de distribution et un compteur
Ligne extérieure jusqu’à un bâtiment secondaire
Ligne souterraine jusqu’à une pompe à eau

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 142 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

La démarcation entre les zones de catégorie III et IV est arbitrairement fixée :

Au compteur ou au disjoncteur secteur (ANSI/NFPA 70-1990(2), Article 230-70)


pour les installations desservies en basse tension,

Au circuit secondaire de la sous-station pour les installations desservies avec


une tension plus élevée.

8.3. TESTEURS ET ACCESSOIRES

8.3.1. À chaque testeur son niveau de sécurité !

Vous avez certainement déjà vu des testeurs de tension sur un chantier électrique. Ces
appareils portables, à glisser dans la poche, sont fréquemment utilisés car ils permettent
d'identifier rapidement la présence d'une tension électrique. Ils sont très pratiques pour les
contrôles de tension de base et donc très répandus parmi les électriciens.

Cependant, ils ne sont pas tous pareils : ils présentent des écarts manifestes au niveau de
la sécurité, de la fiabilité et du confort d'utilisation.

Figure 124: Assortiment de testeur / détecteur de tension

Testeur ou détecteur ? Sans contact ou avec contact ? Quelle marque ? Sur l’image, nous
avons : Fluke, Chauvin-Arnous, Meterman, Standard Instrument, Sefram, Technotech,
Kyoritsu, Catu, et bien entendu, il pourrait y en avoir d’autres. Quelle tension ? Sur
l’image, nus avons des testeurs (ou des détecteurs) de tension en continu et en alternatif
(ou alternatif seulement), tension maximale de 400 à 1000V en passant par 440, 600,
690,….
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 143 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Comparez les différents testeurs du marché et vous comprendrez rapidement qu'ils se


répartissent en deux grandes catégories : les testeurs à solénoïde et les testeurs
électroniques.

Les testeurs à solénoïde sont utilisés depuis longtemps déjà.


D'ailleurs, ils furent les premiers à inonder le marché et sont encore largement employés à
l'heure actuelle. Leur fonctionnement est très simple : quand la tension dépasse un certain
seuil, le testeur indique la présence d'une tension électrique.
Dans le cas contraire, il n'indique rien. Toutefois, ce seuil varie d'une catégorie à l'autre, ce
qui peut avoir un impact majeur sur la sécurité et le confort d'utilisation. Nous allons
observer de plus près ces deux catégories de testeurs. Après quoi, vous saurez quel
instrument ranger dans la boîte à outils et quel instrument conserver sur vous.

Mais avant de voir les « vrais » testeurs, attention à ces testeurs/tournevis de poche
(certifié VDE) dont la plage de tension est au maximum de 250V c.a. Il vaut mieux savoir
où vous l’utilisez, car c’est vous qui faites office de fusible….

Figure 125: détecteur de tension de poche, type tournevis

Figure 126: détecteur de tension pour automobile

Le détecteur de tension type automobile est uniquement pour du courant continu et pour
une tension maximale de 24V c.c.

8.3.2. Testeurs de tension à solénoïde

Comme leur nom l'indique, ces appareils fonctionnent sur le principe du solénoïde. Un
solénoïde répond au mouvement d'un noyau en ferrite, également appelé pastille, soumis
à l'excitation et à la non - excitation d'une bobine électromagnétique.

La fonction d'indication de ces testeurs dépend donc d'un ressort actionnant une aiguille
mécanique. Le ressort retient la pastille, laquelle glisse vers l'une ou l'autre extrémité de la
chambre, en fonction de l'énergie dont dispose la bobine pour opposer la pastille à la force
du ressort. La quantité d'énergie requise limite la sensibilité des testeurs à solénoïde.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 144 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

La capacité à mesurer des tensions supérieures restreint également la capacité à détecter


des tensions inférieures à environ 100 V en raison des faibles propriétés dynamiques des
magnétiques, une faiblesse propre aux testeurs à solénoïde. Faites un essai sur des
circuits de commande 24 V ou 48 V. L'effet sera le même qu'avec un bâton de bois.

Autre préoccupation majeure concernant les testeurs à


solénoïde: leur impédance d'entrée relativement faible (10
kilohms à l'extrémité supérieure, mais souvent proche de 1
kilohm).

Figure 127: Testeur de tension défaillant (A) Varistor et (B)


partie en surchauffe

En appliquant la loi d'Ohm, vous vous apercevrez que les


testeurs à solénoïde peuvent facilement être perçus
comme des charges au niveau du circuit et, par
conséquent, interférer avec le fonctionnement de ce
dernier. L'absorption de courant relativement élevée d'un
testeur à solénoïde entraîne une augmentation de chaleur
suffisamment forte pour occasionner une surchauffe au
niveau du testeur, au point même d'endommager ce
dernier si la tension est mesurée un peu trop longtemps.
Bref, si vous utilisez un testeur à solénoïde, pensez à
prévoir un temps de refroidissement (de l'ordre de trente
secondes) entre chaque mesure.

Si votre automate programmable s'arrête et que le


responsable est catastrophé à l'idée d'avoir
définitivement perdu une partie de la production,
pensez à ce qui vient d'être dit. Même le test d'une
prise peut présenter des risques. Bien entendu, vous
pourriez emporter une demi-douzaine de testeurs et les
utiliser à tour de rôle. Mais la raison justifiant l'emploi
d'un testeur compact perdrait tout son sens !

8.3.3. Testeurs de tension électroniques

Par rapport aux modèles précurseurs, les testeurs de


tension électroniques actuels présentent un premier
avantage indéniable: leur conception robuste et
compacte. Ils sont plus faciles à transporter et moins
fragiles.

Figure 128: Testeur de tension électronique avec


résistances de protection

Mais cet argument n'est rien comparé à l'énorme avantage de sécurité lié à l'impédance
d'entrée largement supérieure des testeurs de tension électroniques.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 145 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Certains modèles offrent une impédance d'entrée d'un mégohm, soit 100 fois la capacité
du meilleur testeur à solénoïde. Même à l'extrémité inférieure, vous bénéficiez d'une
impédance de 20 kilohms, soit des performances encore deux fois supérieures à celles du
meilleur testeur à solénoïde. Ici encore, il vous suffit d'appliquer la loi d'Ohm pour
distinguer clairement d'autres avantages.

Ainsi, vous travaillerez avec un courant d'entrée largement inférieur. D'où une plus grande
sécurité et un temps de refroidissement moins long entre chaque mesure. Ces testeurs
fonctionnent à des tensions inférieures et offrent en général un niveau de sécurité de type
IEC. La figure illustre la protection d'entrée du circuit rendant possible la certification IEC.
Ils vous permettent de résoudre une multitude de problèmes, avec plus de sécurité et de
rapidité.

Cette impédance supérieure a malheureusement un revers : un testeur électronique peut


indiquer la présence d'une tension électrique sur un conducteur non alimenté (une tension
«fantôme », par ex.). Cela peut se produire lorsqu'un conducteur induit une tension dans
un autre conducteur parallèle. L'indication de cette tension peut constituer un obstacle en
affichant un faux positif. Mais cela peut également tourner à votre avantage. En effet, vous
n'avez pas la fausse impression d'être en présence d'un conducteur non alimenté et,
partant, sécurisé.

Supposons que le testeur solénoïde n'affiche pas les 80 V au niveau du fil et que vous
saisissiez ce dernier, que se passera-t-il ?

8.3.4. Autres considérations, les cordons, les sondes

Les différences ne se limitent pas seulement aux testeurs.

De même, le choix du type de testeur (à solénoïde ou électronique) n'est pas le seul


problème à résoudre. Plusieurs autres considérations doivent entrer en ligne de compte
lorsqu'on envisage la sécurité et les performances de travail.

L'erreur fréquente en matière d'équipement de test


consiste à essayer de faire des économies au niveau
des cordons de mesure et des sondes. Ces pseudo
économies peuvent coûter très cher : des accessoires
d'entrée mal fabriqués et bon marché laissent la porte
ouverte à des défaillances au niveau des équipements
sensés vous protéger. Ne perdez jamais de vue que vous
devrez tenir ces accessoires en main lors de la prise de
mesures.

Figure 129: Sondes et cordons doivent être de qualité

En cas de défaillance, les conséquences peuvent être très lourdes. Il importe que vos
équipements de mesure soient de qualité.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 146 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Dès lors, choisissez des accessoires adaptés à vos applications industrielles, et efforcez-
vous d'identifier toute marque d'usure et tout dommage pouvant survenir à la longue. De
cette façon, vous vous préserverez de toute défaillance au niveau des cordons de mesure
ou des sondes, et des conséquences qui en découlent. Prenez connaissance du niveau
de certification IEC (CAT II, CAT III ou CAT IV, par ex.) de votre testeur et achetez des
cordons de mesure et d'autres accessoires qui respectent voire dépassent les exigences
de cette certification.

Vous pouvez optimiser votre testeur en y ajoutant d'autres fonctionnalités. Cependant, ne


perdez pas de vue que cela implique un accroissement du poids et du coût. Si vous ne
pouvez vous passer de ces fonctionnalités, alors envisagez-les dès l'achat du testeur de
tension.

8.3.5. Utilisation des cordons, fiches, sondes, et autres accessoires

Les cordons de mesure sont


constitués d'un conducteur
souple isolé d'une gaine de
couleur généralement noire ou
rouge.

Figure 130: Cordons de


mesure, le « rouge et le noir »

Ils vont généralement par paire, un cordon rouge (le plus) une cordon noir (le négatif).

A l'une des extrémités, une fiche


banane mâle de 4 mm de diamètre,
parfois protégée par un isolant se
rétractant lors de l'insertion dans le
multimètre.

Figure 131: Cordons types banane +


pointe de touche

A l'autre extrémité, une pointe de touche constituée


d'un conducteur rigide long, protégé par une gaine
en plastique isolant de la même teinte (noire et
rouge) que le cordon, et équipée à son extrémité
d'une pointe métallique.

Figure 132: Raccordement de fiches banane sur


appareil

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 147 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 133: fiches banane et pinces crocodiles classiques

Les fiches banane d'un standard de 4mm sont très souvent utilisées en électronique,
pour les cordons des appareils de mesures (multimètres, alimentations de laboratoires,
platines de circuits ...). On les retrouve aussi dans le domaine de la haute fidélité à l'arrière
des amplis et des enceintes acoustiques, parfois la partie conductrice est en plaqué
or/argent/…, le corps restant en matière plastique.

Il existe des cordons de mesure possédant une fiche banane à chaque extrémité,
permettant l'utilisation de pointes de touches seules, ou grippe-fils, ou pinces crocodile
(standard de 4 mm).

Figure 134: Pinces grippe - fils et pince crocodile

Les cordons de mesure se présentant sous différentes qualités, il sera préférable de les
choisir avec isolant silicone pour leur souplesse.

S'assurer qu'ils respectent les normes de sécurité optimale : Isolation CatIII, 1000 Volts
Courant admissible, 10A minimum, il existe également des fiches bananes de sécurité
(isolés 1000V) 4 mm de diamètre.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 148 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 135: Fiches bananes respectant la norme IEC 1010, U maxi 100V

Norme d'isolation des pointes de touches : norme IEC 1010 Cat II =300V Cat III =1000V
Pour des mesures de très haute tension, il existe des sondes de type diviseur, qui
permettent la lecture sur un multimètre classique (ex: 25000 Volts, lecture 25 Volts).

Figure 136: Les pointes de touche ‘classiques’

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 149 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

9. AUTRES APPAREILS DE MESURE


Soit les appareils de mesure qu’un électricien pourra utiliser sur site et qu’il est important
de posséder « en réserve ».

9.1. PERTURBOGRAPHE

ET/OU - ANALYSEUR DE DEFAUT EN TEMPS REEL

Tout ou partie de l’installation déclenche, les listes d’alarmes en salle de contrôle sont
impressionnantes, les imprimantes ont ‘craché’ toute une série d’événements mais pas de
pot, impossible de savoir ce qui a causé le « shut-down ».

Tout (ou presque tout) a été prévu, les indications sont là, mais laquelle a été la première,
source de ce p…. de shut-down ! Les automates sont très performants mais il leur faut un
(certain) temps de « balayage », et avec plusieurs automates « imbriqués » et la conduite
centralisée qui prend aussi son temps…, dans certain cas, il est impossible de s’y
retrouver.

La seule solution est dans un premier de localiser (ou d’estimer) l’origine de la source
(possible) de panne avec les informations disponibles (çà doit venir de là…), de
déterminer ce que l’on désire « piéger » (tel disjoncteur, telle alarme, tel switch, etc), et
d’installer un « time -event recorder/analyser », soit un enregistreur déterminant de
manière séquentielle, l’ordre d’arrivée des défauts. Il ne s’agit pas ici d’un enregistreur
multi voies à défilement rapide mais d’un appareil donnant à la milli seconde (voire micro
seconde) près « l’heure » d’apparition du défaut 13h 24min 06,127 s, sur une bande
imprimée et/ou sur une liste en écran.

J’ai souvenance d’un contact s’ouvrant pendant 4ms (pic de pression), temps suffisant
pour actionner la séquence de shut-down, mais n’engendrant aucune alarme et
impossibilité « d’imaginer » que cela puisse venir de la dans les séquences. Seul le « time
event analyser » a pu sauver la mise…

L’appareil qui est nécessaire sur un site de production est un appareil mixte qui peut être
un analyseur de qualité de réseau électrique (le perturbographe proprement dit,
intéressent l’électricien), ou un détecteur d’événements analogique ou digital (le « time
event analyser », intéressant l’instrumentiste). Et si l’on n’en veut qu’un sur site, il devra
être multi fonctions, multi possibilités………., comme au départ l’on ne sait guère si le
problème est purement électrique ou autre, il vaudrait mieux, tout compte fait, avoir
plusieurs appareils, complémentaires…

Comme nous sommes dans le cours présent en domaine électrique, voyons le


perturbographe et laissons à l’instrumentiste le soin d’avoir un « time event analyser » (le
mot en anglais est plus parlant pour moi…)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 150 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

9.1.1. Modes de fonctionnement du perturbographe

● Résolution d’un défaut complexe pour laquelle les autres équipements


de contrôle ne suffisent pas (identification et résolution du défaut : 1ère
analyse).

● Vérification de la performance de divers équipements pendant


Analyse “a posteriori” l’incident (2ème analyse).

● Localisation du défaut en ligne.

● Compilation de statistiques de performance du réseau et/ou de


maintenance des protections.

● Mesures de contrôle régulières


Utilisation opérationnelle
● Enregistrement en continu

● Utilisation d’enregistrements réels pour la validation de nouveaux


modèles de protections.
Étude préventive
● Validation des modèles mathématiques de simulation du réseau.

Table 13: Fonctionnement du perturbographe

Le perturbographe étant installé au sein même des sous-stations, il est lui-même soumis à
toutes les perturbations d’ordre électromagnétique conduites et/ou induites qui peuvent
être importantes, surtout en cas d’incident.

Par analogie avec la “boîte noire” de l’avion, c’est


essentiellement dans les conditions environnementales
les plus critiques que l’on attend du perturbographe qu’il
fonctionne normalement. Il doit donc être caractérisé par
une excellente immunité aux perturbations.

Des normes (CEI 6100-4-x) décrivent de manière


spécifique les niveaux de perturbation auxquelles les
perturbographes peuvent être soumis ainsi que les
comportements attendus.

Figure 137: Exemple de perturbographe portable

Le perturbographe se caractérise aussi par son nombre


de canaux d’entrées. Ainsi, selon sa taille, il pourra
capturer les signaux relatifs à une ligne (typiquement 3 tensions et 3 ou 4 courants, plus
les contacts des protections associées) ou à plusieurs lignes dans un même poste à haute
tension, permettant ainsi la comparaison de signaux instantanés.
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 151 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Dans les centrales électriques, il pourra enregistrer des dizaines de grandeurs relatives au
fonctionnement d’un groupe générateur.

La perturbographie permet en outre l’enregistrement de grandeurs dérivées des


grandeurs physiques d’entrées, telles que les puissances active et réactive déduites des
tensions et courants d’entrée, la tension homopolaire à partir des tensions des trois
phases, la fréquence du réseau, etc.

Suivant le type de perturbation à capturer, la fréquence d’échantillonnage (la résolution


en temps) sera adaptée. Les appareils les plus puissants permettent la capture de
plusieurs types de perturbations à des vitesses différentes au sein d’un même
équipement.

9.1.2. A quoi sert le perturbographe de l’électricien

Origines possibles

Coupures longues et très

Excès d’énergie réactive


Surtensions transitoires

Variation de fréquence
Composante continue
Déséquilibre triphasé
Interharmoniques

Coupures brèves
Creux de tension

Symptômes

Transitoires HF
Microcoupures
homopolaires
Harmoniques
Harmoniques
Sous-tension
Surtension

longues
Flicker

CEM
Dysfonctionnement des processus
Arrêts aléatoires de production
Arrêts des processus
Casse de matériel
Échauffement et bruits de matériel
Dysfonctionnement sur les moteurs
Vibrations et bruits anormaux sur mot.
Arrêts de moteurs
Dysfonctionnement de l’électronique
Dysf. de l’électronique de puissance
Fonctionn. erratique des protections
Déclenchem. erratique des protections
Déclenchement d’arcs
Gêne sur les écrans
Gêne sur les radiocommunications
Perturbations informatiques
Destruction de cartes électroniques
Destruction de matériels informatiques
Papillotement de l’éclairage
Électrocution

Table 14: Symptômes des perturbations et causes possibles

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 152 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

9.1.3. Quel appareil choisir ?

A vous de décider en fonction des besoins, procurez vous les notices des appareils
pouvant être « intéressants ». Voici une liste de fabricants avec référence et principales
caractéristiques.

Le but est de vous informer, savoir que ce matériel existe et qu’il coûte (très) peu cher en
regard d’un arrêt de production qui se prolonge car vous n’avez pas les moyens de
détecter l’origine du problème.

Avec du (bon) matériel, çà va quand même beaucoup mieux.

Appareils portables
Constructeur Modèle Caractéristiques principales
Alpes Alptec 2000 4U/41 – Ech à 10,2 kHz/voie – EN 51160 – Mesures de P.Q.R.S.PF,tang, etc – Mémoire
technologies de 32 Mo à 512 Mo – Pas d’écran – 37,6 x 13,2 x 38 cm
Chauvin Qualistar Tension P-N(600V) – 3l – Ech. À 12,8 kHz 6 Paramètres ENS1160 plus la puissance –
Arnoux CA8332 Pst – 2 Mo - Très compact (24 x 18 x 5,5 cm)
Qualistar Idem CA8332 mais 4 Mo de mémoire et enregistrement de transitoires pendant 80 ms
CA8334
Qualistar Tension P-N (600V) – 4l – Ech. À 4,6 kHz – Option 10 voies analogiques et 2 E TOT –
CA8352 Paramètres ENS1160 plus la puissance – Pst et Plt – Harmonique rang 50 –
Déclenchement sur alarme – Enregistrement de transitoires pendant 10 s- 10 Go sur
disque dur – 36 x 30 x 15 cm
Dewetron PNA600 4U/4l – Écran déporté 10’’ – Mesures paramètres EN50160, mesures de puissance,
(Dimelco) flicker Pst et Plt – Acquisition transitoire (éch. 200 kéch./s) – Extension 16 voies
analogiques 20 Go – 31 x 34 x 6 cm
Dranets BMI PX 4400 4U/4l – Ech. 12,8 kHz/16 bits – Tous paramètres, flicker Plt et Pst , harmoniques U, I et
(MB W (rang 63) – Norme IEC 61000 – ‘-30 classe A – Mémoire 32 à 128 Mo – Écran tactile
électronique) – 30 x 6,4 x 20,3 cm
PX5 Idem précédent mais utilisable aussi pour réseau 400 Hz – Analyse transitoires (éch. 1
MHz/14 bits)
Fluke 1650/01 et 4U/5l – 6,4 kéch./s sur 14 bits – Pas d’écran – Paramètres EN50160, puissance,
03 énergie, PF – Capture de transitoires 130 μs – Stockage de 96000 événements – 21,25
x 30 x 7,5 cm
1650/111 et Idem précédent mais 2 M.éch./s et capture transitoires 50 ns
113
430 4U/4l – 200k.éch./s – Paramètres EN50160 plus énergie transitoires, courant de
démarrage – IEC61000 – 4-30 – Visualisation 8 courbes simult. – Mémoire 50 vues
d’écran – 25,6 x 16,9 x 6,4 cm
HT Italia GSC57 Analyseur de réseau mono/triphasé BT selon EN50160 – 2Mo/1000 enregistrements de
(Dimelco) 63 paramètres – Testeur électrique (disjoncteur, terre, etc) – Mesures grandeurs
physiques – Écran 128 x 128 pixels)
LEM Analyst 3P 3U/3l – Ech. À 10,24kHz – Mesures d’harmoniques (rang 40), puissance, énergie, PF –
Enregistreur de perturbations – 24 x 18 x 11 cm
Analyst 3Q Idem Analyst 3P, mais avec 3 ou 4l et mesures des paramètres définis par l’EN50160
Analyst Q70 Analyseur monophasé – Paramètres EN50160 – Mémoire 3 Mo – 22,5 x 10,5 x 7,2 cm
Memobox 3U /4l – Ech. à10,24kHz – Pas d’écran – Logiciel pour visualiser paramètres EN50160
808 et puissance – Mémoire 8 Mo – 28,2 x 21,6 x 7,4 cm
Topas 1000 Haut de gamme – 8 entrées tension/courant- Pas d’écran – Ech. Jusqu’à 10 MHz sur 16
bits – Mesures paramètres EN50160 puissance et énergie
Megger PA-9Plus 3U /3l – Ech ; à 12,8 kHz – Afficheur 240 x 64 pixels – Paramètres EN50160 – Mesures
de puissance, énergie, harmoniques (rang 63), flicker – 128 Mo
Metrel M12192 3U/3l – Paramètres EN50160 plus puissance – Harmoniques rang 63 – Onction
(Dimelco) oscilloscope – 2 Mo
Yokogawa PZ4000 Analyseur puissance modulaire – Jusqu’à 4U/4l – BP du CCF à 2MHz – 5 M.Ech./s –
(MB FFT et analyse d’harmoniques jusqu’au rang 500 – Entrées pour capteur de couple et
électronique) vitesse (pour installation de variateur) – Mémoire de 100 k.éch. à 4 M.Ech/voie – Écran
TFT 640 x 480 – 42,6 x 17,7 x 45 cm
Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 153 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

WT3000 Analyseur de puissance ultra précis (précision de base : 0,02% de la lecture) – jusqu’à
4U/4l – BP 0,1 Hz à 1 MHz – Harmoniques jusqu’à rang 50 – Écran 640 x480
DL750 Oscilloscope enregistreur 16 voies avec option analyse électrique – 10 M/Ech./s,
mémoire 1 Gpoint
DL7480 Oscilloscope enregistreur 8voies avec option analyse électrique – 2 G.Ech./s, mémoire
16 Mpoints
Zimmer LMG500 4U/4l (le double sur option) – Analyseur de puissance, plus (sur option) harmoniques et
(Aeroflex) flicker – Grande précision (0,03%) – 3 M.Ech./s – Fonction oscilloscope – 43,3 x 14,7 x
40 cm
Table 15: Liste et références de perturbographes portables

Appareils en rack et poste fixe


Constructeur Modèle Caractéristiques principales
Alpes Alptec 2000 Deux versions en rack 12 et 19 pouces 4U/4l – Ech. À 10,2 kHz/voie – EN51160 –
technologies Mesure de P,Q, R ; S, PF, tang, etc – Mémoire de 32 Mo à 512 Mo
Enerdis MAP500 En rack 19 pouces ou 1/2 rack (possibilité de mettre 2 appareils cote à cote dans un
(Chauvin même rack) – 4U/4l – Ech. À 12,8 kHz – 4E/4S TOR, 4E/4S analogiques – 8 à 32 Mo
Arnoux) MAP5200 Rack 19 pouces - 4U/4l – Ech. À 12,8 kHz (1 MHz pour les transitoires) – 8 à 16 E TOR,
4 à 8 S TOR, 4 E et 4 à 16 S analogiques – 8 à 32 Mo
MAP6000 Idem MAP5000, mais éch. À 37,5 kHz
Fluke 1951/1952 4U/5l – 6,4 kéch./s sur 14 bits – Tous paramètres EN50160 plus puissance, énergie, PF
– Capture de transitoires 130 μs – Stockage de 96000 événements – 31,5 x 29,4 x 15,2
cm
1958/1959 Idem modèle précédent, mais 2 M.éch./s et capture transitoires 500 ns
LEM QWave 3U/3l – Ech. À 12,2 kHz/voie – EN51160 – Mesures de P, Q, S, R, PF, cos, etc –
Power Mémoire de 4 Mo à 20 Mo
QWave Rack 19 pouces – 3U/3l à 6U/6l (pour contrôler 2 transfos) – EN51160 - Mesures de P,
Silver Q, S, R, PF, cos, etc – Mémoire de 4 Mo à 20 Mo
BEN 6000 Appareil pour le contrôle des réseaux de transport du courant électrique

Table 16: Liste et références de perturbographes en rack ou fixes

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 154 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

9.2. OSCILLOSCOPE

C’est un appareil qu’un électricien peut avoir à utiliser principalement pour contrôler la
forme du signal, pour contrôler la présence et « allures » d’harmoniques (sur variateurs,
onduleurs, etc) ; Certains perturbographes possèdent un ‘oscillo’ intégré mais il vaut mieux
avoir un appareil séparé

Figure 138: Oscilloscope Philips GM5655

Cet appareil est à lampes et à une trace, et bien


entendu, de toute première génération. Il vaudrait
quand même mieux que vous ayez sur site, quelque
chose de ‘plus moderne’….

• Réglages de l’oscilloscope :

Quel que soit l'oscilloscope, on trouve presque toujours les réglages suivants

Voir la figure ‘numéroté’ et les explications qui suivent

Ceci est un descriptif de l’oscilloscope et une série de conseils d’utilisation. Il ne vous


reste plus qu’à faire de la pratique, des mesures ’en réel’, pour acquérir de la maîtrise sur
ce type d’appareil

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 155 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

:
Figure 139: L’oscilloscope et ses réglages

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 156 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Visualisation :

1. Marche / Arrêt.

2. Menu "utilisateur" pour réglages personnalisés, initialisation liaison série vers PC,
impression.
..
3. Initialisation automatique de l'affichage des traces (détecte les signaux présents en A
et B et règle automatiquement l'amplification, la base de temps, la synchronisation,...).
Autoset en anglais.

4. Luminosité des traces.


Avant de commencer, toujours vérifier le réglage de luminosité : l'écran reste
désespérément vide si la luminosité est faible, voire nulle !

5. Contraste (écrans LCD uniquement).

6. Netteté des traces


.
7. Écran avec réticule gradué (en général, une division = un cm)
.
8. Lignes pointillées tracées sur l'écran, permettant de mesurer le temps de montée
d'une impulsion entre 10 et 90% de sa valeur finale, après avoir positionné la trace entre
les lignes 0% (minimum) et 100% (maximum). Nécessite en général d'agir sur 11.

Amplification verticale :

9. Réglages de la position verticale des traces.

10. Choix de l'amplification verticale (en V/division) : échelle des ordonnées


.
11. Position VAR (variable) ⇒ amplification verticale réglable entre deux positions de 10.
Avant de commencer, toujours vérifier que le commutateur est en position CAL
(calibré)

12. DC : entrée normale ; AC : composante alternative uniquement ; 0 (ou GND : ground)


: masse
Un oscilloscope s'utilise en général en couplage DC. L'entrée AC ne sert que dans
certains cas particuliers (exemple : examen de l'ondulation résiduelle d'un signal
continu, mesure de déphasage,...)

13. Entrée coaxiale (douille BNC).


Sur un appareil de table, la masse de l'entrée est reliée à la terre de l'alimentation
électrique de l'oscilloscope.

14. Impédance d'entrée.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 157 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

15. Inversion de signe du signal voie B.

16. Trace A uniquement, ou B uniquement, ou A et B alternativement, ou A et B avec


découpage (anglais CHOP : chopper), ou A+B, ou B en fonction de A (B en ordonnée, A
en abscisse : figure de Lissajous...). Remarque : on peut aussi afficher A–B en choisissant
A+B après avoir actionné 15.

Pour afficher deux traces simultanément, on choisit généralement le mode DEC,


sauf en haute fréquence où le mode ALT devient nécessaire pour éviter de voir
apparaître le découpage des traces. Mais, pour des raisons de confort visuel, le
mode ALT est à proscrire en basse fréquence.

Base de temps :

17. Réglage de la position horizontale des traces.

18. Choix de la base de temps (en s, ms ou µs / division) : échelle des abscisses.

19. Position VAR (variable) ⇒ base de temps réglable entre deux positions de 18.
Avant de commencer, toujours vérifier que le commutateur est en position CAL
(calibré)

20. Zoom (ou grossissement) ; parfois assuré par une 2ème base de temps, plus rapide.
Avant de commencer, toujours vérifier que le commutateur est en position x1 (pas
de zoom)

Synchronisation :

21. Niveau (anglais level) de déclenchement (anglais trigger) : détermine le début de la


trace (sur le bord gauche de l'écran), lorsque le signal atteint ce niveau de tension.

Figure 140: Début de balayage sur l’écran de l’oscilloscope

En mode manuel (commutateur 23 en position MANU), la stabilisation de la trace


n'est possible que si Vmin < niveau < Vmax (Vmin et Vmax étant les valeurs crête
du signal).

22. Détermine si le début de la trace est croissant (front montant) ou décroissant (front
descendant)

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 158 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

23. Synchronisation automatique, manuelle (par 21), ou unique (un seul balayage de
l'écran)

24. Remise à zéro après un balayage unique (23 en position monocoup, anglais single
sweep)

25. Synchronisation d'après voie A, ou B, ou alternativement A et B, ou signal externe


(par 26)
En mode de synchronisation alternativement par A et B, tout se passe comme si
l'on avait deux oscilloscopes séparés (un par voie). L'avantage de ce mode de
synchronisation est de pouvoir afficher deux signaux asynchrones (signaux
indépendants sans relation de phase entre eux). L'inconvénient de ce mode est,
précisément, de ne pas respecter, en général, la différence de phase qui existe entre deux
signaux synchrones ⇒ avant de commencer, toujours vérifier que le commutateur n'est
pas en position ALT.

26. Entrée de synchronisation externe par un troisième signal, ni A ni B. Ex : signal


réseau 50Hz.

Curseurs :

25. Marche / arrêt de l'affichage des curseurs sur l'écran.

26. Choix entre curseurs verticaux (mesures d'intervalles de temps) et curseurs


horizontaux (mesures de tensions)

27. Choix entre déplacement d'un seul curseur ou des deux à la fois.

28. Déplacement des curseurs.

Mémoire numérique :

29. Marche / arrêt de la mémoire numérique (si l'oscilloscope est numérique...).

30. Enregistrement (anglais SAVE)

31. Affichage du (ou des) dernier(s) enregistrement(s) (anglais RECALL)

Check List

Liste des réglages et vérification à effectuer avant de commencer :

1) Connecter un signal sur la voie A, après avoir vérifié que sa tension crête n'excède
pas la tension maximale admissible sur cette voie.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 159 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

2) Luminosité (4) en position maxi, potentiomètres position verticale (9) en milieu de


course

3) Amplifications verticales et base de temps calibrées (11 et 19 sur CAL),

4) Entrées en couplage DC (12), et commutateur (16) sur DEC


5) Zoom non actionné (20 en position NORMAL)

6) Synchronisation en mode automatique (23 sur AUTO), sur la voie A (25)

7) Mémoire numérique desactivée (31 sur OFF)

8) Éventuellement : faire un autoset (3)

9) Vérifier les réglages proposés par l'autoset. Modifier si nécessaire.

Le plus ‘réaliste’ maintenant est de passer à la pratique, avec un ‘vrai’ oscilloscope…

Et on « oubliera » dans ce cours, les analyseurs de spectre, les analyseurs d’énergie, les
analyseurs d’harmoniques…

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 160 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

10. EXERCICES
1. Nous disposons d'un appareil à cadre mobile aux caractéristiques suivantes : Ri = 22
[Ω] Ui = 87 [mV] (résistance interne et U aux bornes pour la déviation maximale
Nous désirons l'utiliser pour mesurer des courants de 100 [mA] 500 [mA] et 2 [A]

Dessiner le schéma électrique de l'instrument.


Calculer les valeurs des Rshunt à intégrer dans l'instrument.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 161 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

2. Nous disposons d'un instrument à cadre mobile aux caractéristiques Ri = 100 Ω et I =


10mA en maximum d’échelle

Dessiner le schéma électrique pour réaliser un instrument capable de mesurer les


tensions suivantes : 150 [V] 250 [V] 300 [V] 500 [V] 1000 [V]

Calculer les valeurs des Radditionnelle à intégrer dans l'instrument.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 162 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

3. Un appareil à cadre mobile a les caractéristiques suivantes : Ri = 36 [Ω] Ii = 1.86 [mA]


Nous désirons l'utiliser pour mesurer des tensions de 100 [mV] 500 [mV] et 2 [V]

Calculer les valeurs des résistances additionnelles.

4. Nous disposons de deux instruments identiques qui permettent de mesurer un courant


maximum de 10 [A] et une tension maximum de 100 [V].
Nous désirons les utiliser pour mesurer un courant de 28 [A] et une tension de 230 [V]

Proposer une solution pour chaque instrument.


Dessiner les deux schémas électriques.
Calculer les valeurs des éléments à ajouter.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 163 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

5. Calculer la valeur de la résistance inconnue, sachant que, pour obtenir la valeur nulle
sur ce pont de Wheatstone :

La tension U est de 12 [V], les résistances sont les


suivantes :
R1 = 12 [Ω] R2 = 1.2 [Ω]
R3 = 4 [Ω]

6. Un instrument de mesure de classe 2.5 possède une échelle graduée de 0 à 5.

Calculer l'erreur absolue lorsque le commutateur est sur la position 250 [V] AC.

Quatre mesures sont faites au moyen de 2 appareils à affichage numérique. Un appareil


possède 3.5 digits et l'autre 4.5 digits.

Indiquer quelles sont les valeurs affichées selon l'exemple de cette première mesure.

Exemple mesure effectuée : 104.96 [V]

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 164 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

7. Mesure U = 768.43 [V] Noircissez les « digits » appropriés

8. Mesure U = 1104,93 [V] Noircissez les « digits » appropriés

9. Mesure U = 1,1247 [V] Noircissez les « digits » appropriés

Signal observé sur un oscilloscope :

Oscillogramme relevé sur un oscilloscope numérique

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 165 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Une ou plusieurs réponses sont possibles

10. La tension visualisée sur l’oscillogramme est :

‰ triangulaire ‰ redressée mono alternance


‰ sinusoïdale ‰ alternative

11. L’oscillogramme est observé :

‰ en mode GND (GROUND)


‰ en mode AC
‰ en mode DC

12. Le calibre vertical est :

‰ devrait être de 2 V.div-1


‰ devrait être de 0,5V.div-1
‰ bien adapté

13. La valeur maximale de la tension est :

‰ positive et voisine de 2,4V


‰ mesurable avec voltmètre numérique
‰ négative et voisine de - 5V
‰ nulle

14. La valeur moyenne de la tension est :

‰ positive et voisine de 1 V
‰ mesurable avec un voltmètre numérique en mode AC
‰ nulle
‰ mesurable avec un voltmètre numérique en mode DC

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 166 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

15. La valeur efficace de la tension est :

‰ positive et voisine de 1,7 V


‰ mesurable avec un voltmètre numérique en mode AC
‰ nulle
‰ mesurable avec un voltmètre numérique en mode DC

16. La base de temps

‰ pourrait être fixée à 2 ms.div-1


‰ est bien adaptée
‰ pourrait être fixée à 0,50 ms.div-1

17. La période de la tension est :

‰ voisine de 2 ms
‰ voisine de 1 ms

18. La fréquence de la tension est :

‰ voisine de 500 Hz
‰ voisine de 1,0 kHz
‰ voisine de 2 000 Hz

19. La tension observée est délivrée :

‰ par une prise du secteur


‰ par un GBF
‰ par un voltmètre numérique

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 167 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

20. Une tension alternative sinusoïdale de valeur efficace U = 10 V a une valeur maximale:
Umax voisine de :

‰ 10 V
‰ 12 V
‰ 14 V

21. La tension moyenne d’une tension alternative de valeur efficace : U = 10 V est :

‰0V
‰5V
‰ 10 V

22. 220 V représente, pour la tension délivrée par EDF (ou autre fournisseur ‘officiel’),

‰ la valeur maximale
‰ la valeur efficace

23. Un voltmètre numérique utilisé en alternatif mesure :

‰ la tension moyenne
‰ la tension efficace
‰ la tension maximale

24. Un voltmètre numérique utilisé en continu mesure :

‰ la tension moyenne
‰ la tension efficace
‰ la tension maximale

25. Une tension de période : T = 2 ms a une fréquence f :

‰ 0,5 Hz
‰ 50 Hz
‰ 500 Hz

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 168 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

26. Une tension alternative de fréquence : f = 200 Hz a une période T :

‰ 5 ms
‰ 0,05 s
‰ 500 µs

27. La tension 220 V, 50 Hz délivrée par EDF varie en fonction du temps suivant
l’expression :

‰ 220 sin (100 π t) ‰ 220 2 sin (100 t)


‰ 220 2 sin (100 π t) ‰ 220 / 2 sin (100 π t)

Figure sur oscilloscope

28. La tension visualisée sur l’oscillogramme est

‰ en dents de scie
‰ triangulaire
‰ alternative

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 169 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

29. L’oscillogramme est observé

‰ en mode AC
‰ en mode GND (GROUND)
‰ alternative

30. Le calibre vertical est

‰ trop grand et devrait être de 5V.div-1


‰ bien adapté
‰ trop petit et devrait être de 20V.div-1

31. La valeur maximum de la tension est :

‰ positive et voisine de 35 V
‰ positive et voisine de 18 V
‰ mesurable avec un voltmètre numérique

32. La moyenne de la tension est

‰ mesurable en passant du mode AC au mode DC


‰ positive et voisine de 5V
‰ négative et voisine de -5V

33. La base de temps

‰ pourrait être de 0,5 ms.div-1 ‰ pourrait être fixée à 20 µs.div-1


‰ est bien adaptée ‰ est désactivée

34. La période de la tension est

‰ voisine de 1,6 ms
‰ voisine de 0,8 ms
‰ voisine de 50 Hz

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 170 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

35. La fréquence de la tension est

‰ nulle ‰ voisine de 1250 Hz


‰ voisine de 625 Hz ‰ voisine de 5 000 Hz

36. La tension étudiée est délivrée

‰ par une alimentation stabilisée


‰ par une prise du secteur
‰ par un GBF

37. Tension périodique - Donner les caractéristiques de cette tension observée sur un
oscilloscope : Comment appelle-t-on une telle tension ? Cette tension est-elle
alternative ? Quel montage faut-il réaliser pour l’obtenir ?

Tension périodique à l’oscilloscope

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 171 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

38. Quelle est la valeur maximale de la tension ?

39. Quelle est sa valeur moyenne (à évaluer graphiquement) ?

40. Comment peut-on trouver sa valeur efficace ?

41. Quelle est sa période ?

42. Quelle est sa fréquence ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 172 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Mesures à l’oscilloscope

Voie 1 : 2V / div.

Voie 2 : 1V / div.

0,5 ms / div.

43. Mesures de temps - Déterminer les période de la tension en créneaux et de la tension


sinusoïdale dont on voit ci-contre les oscillogrammes.

44. Mesures de temps - Calculer leurs fréquences.

45. Mesures de tension - Pour les deux voies le 'zéro' est au milieu de l'écran. Quelle est la
valeur maximale de la tension sinusoïdale, visualisée sur la voie 1 ? Sa valeur
minimale ?

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 173 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

46. Mesures de tension - Pour les deux voies le 'zéro' est au milieu de l'écran. Quelle est la
valeur maximale de la tension sinusoïdale, visualisée sur la voie 2 (tension en crénaux)
? Sa valeur minimale ?

47. Choix des réglages - Quel serait l'oscillogramme obtenu pour la tension en créneaux
en utilisant une sensibilité de 2V.div-1 sur la voie 2 ? Quelle sensibilité (1V/div ou
2V/div) permet les mesures de tension les plus précises?

48. Choix des réglages - Combien de période de la tension créneaux verrait-on à l'écran
en utilisant une durée de balayage (time.div-1) de 1ms.div-1 ? De 0,2ms.div-1?

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 174 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

11. GLOSSAIRE

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 175 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

12. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1: ‘Nos’ appareils de mesure et accessoires ............................................................8
Figure 2: Principe de l’ohmmètre .......................................................................................11
Figure 3: Lecture en ohmmètre..........................................................................................11
Figure 4: Le pont de Wheatstone.......................................................................................14
Figure 5: Courbe d’hystérésis ............................................................................................19
Figure 6: résolution sur étendue de mesure pour 2 appareils............................................20
Figure 7: Incertitude type rectangulaire .............................................................................23
Figure 8: Incertitude type gaussienne ................................................................................24
Figure 9: Erreur relative en fonction de la mesure .............................................................26
Figure 10: Exemple de mesure de tension ........................................................................28
Figure 11: Appareil avec ampli ..........................................................................................28
Figure 12: Symboles des appareils analogiques ...............................................................29
Figure 13: Principe de l’appareil à cadre mobile ................................................................32
Figure 14: Application en ampèremètre (mA) du cadre mobile..........................................33
Figure 15: Principe de l’appareil électromagnétique ..........................................................34
Figure 16: Principe de l’appareil électrodynamique ...........................................................35
Figure 17: Appareil électrodynamique pour mesures en W, VAR, A, U.............................35
Figure 18: Appareil électrostatique ....................................................................................36
Figure 19: Fréquencemètre ...............................................................................................37
Figure 20: Principe de l’appareil à lames vibrantes : le fréquencemètre............................37
Figure 21: Appareil à induction ..........................................................................................37
Figure 22: Principe de l’appareil à cadres croisés .............................................................39
Figure 23: Principe des courants de l’appareil à cadres croisés ........................................39
Figure 24: La différence analogique / numérique...............................................................42
Figure 25: La constitution d’un digit ...................................................................................43
Figure 26: La constitution d’un demi -digit .........................................................................43
Figure 27: Schéma d’un appareil de mesure numérique ...................................................44
Figure 28: Exemple de mesure de signal...........................................................................49
Figure 29: 2 mesures « identiques »..................................................................................51
Figure 30: Raccordement tension en continu ....................................................................52
Figure 31: Raccordement voltmètre en continu .................................................................52
Figure 32: Circuit intégré de l’appareil AD636 ...................................................................53
Figure 33: Détecteurs de tension à diodes électroluminescentes pour utilisation intérieure
U maxi : 36 kV (matériel CATU) .................................................................................59
Figure 34: Mesure en HT avec TP obligatoirement ...........................................................59
Figure 35: Raccordement et mesure avec ampèremètre...................................................60
Figure 36: Pince ampèremétrique, principe avec cellule à effet Hall .................................61
Figure 37: Exemple de TC en BT et HT.............................................................................65
Figure 38: Câblage d’un TC (2 versions du symbole)en réseau HT ..................................65
Figure 39: Pont de passage du courant = shunt ................................................................66
Figure 40: Calcul de shunt pur 3 calibres de mesure.........................................................68
Figure 41: Résistance additionnelle pour mesure en voltmètre .........................................69
Figure 42: Réglage du « zéro » et lecture pour ohmmètre analogique ..............................71
Figure 43: Potentiomètre de réglage du zéro.....................................................................71
Figure 44: Raccordement du potentiomètre.......................................................................72

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 176 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 45: Ohmmètre, milli – ohmmètre et micro – ohmmètre de précision.......................73


Figure 46: Mesure de prise de terre sur 3 points ...............................................................74
Figure 47: Mesure d’une terre ‘quelconque’.......................................................................74
Figure 48: Mesure de continuité du conducteur de protection (PE) ...................................75
Figure 49: Contrôle de continuité avec perchette de contact .............................................75
Figure 50: Contrôle de l’isolement dans une armoire ........................................................76
Figure 51: Les mégohmmètre à magnéto ..........................................................................77
Figure 52: Mesures d’isolement sur circuits ouverts ..........................................................77
Figure 53: Relier les conducteurs actifs entre -eux............................................................77
Figure 54: Mesure d’isolement sur machine tournante ......................................................78
Figure 55: Mesure d’isolement phase/terre........................................................................78
Figure 56: Mesure d’isolement sur moteur.........................................................................78
Figure 57: Mesure d’isolement sur appareil électrique ......................................................79
Figure 58: Schéma de principe d’un fréquencemètre ........................................................80
Figure 59: Schéma de principe d’un périodemètre ............................................................81
Figure 60: Mesure de rapport cyclique ..............................................................................81
Figure 61: Mesure de déphasage utilisant la mesure par rapport cyclique ........................81
Figure 62: Mesure de déphasage utilisant la méthode des 3 voltmètres ...........................82
Figure 63: Mesure de déphasage utilisant W + (V x A)......................................................82
Figure 64: Phasemètre électrodynamique mono ...............................................................83
Figure 65: Phasemètre électrodynamique tri .....................................................................83
Figure 66: Principe du Synchronoscope ............................................................................84
Figure 67: Exemple de contrôleurs de sens de rotation.....................................................85
Figure 68: Exemple de tachymètres manuels....................................................................86
Figure 69: Luxmètre analogique ‘classique’.......................................................................87
Figure 70: Luxmètre numérique HD2302.0, marque: DELTA OHM...................................87
Figure 71: Pont de Wheatstone à l’équilibre ......................................................................88
Figure 72: Pont « P/Q » .....................................................................................................90
Figure 73: Pont de Maxwell ...............................................................................................91
Figure 74: Pont « P.C », de Owen .....................................................................................92
Figure 75: Pont « P/C », de Schéring ................................................................................92
Figure 76: Pont de Robinson .............................................................................................93
Figure 77: Indicateurs de tableau, appareils analogiques et afficheurs numériques.........94
Figure 78: Le multimètre analogique (électronique) et le numérique (de base) .................96
Figure 79: Raccordement en mesure de tension ...............................................................98
Figure 80: Détails du multimètre numérique ....................................................................101
Figure 81: Condamnation multimètre...............................................................................102
Figure 82: Méthodes de condamnation de multimètres ...................................................103
Figure 83: Les Métrix MX 453 et MX 462.........................................................................103
Figure 84: Mégohmmètre (5 KV et15 KV) - megger .......................................................105
Figure 85: DT 5500 Mégohmmètre numérique ................................................................105
Figure 86: Mégohmmètre - Ohmmètre RL 2200 ..............................................................106
Figure 87: Telluromètre ACA 9500 - Hélita - (ABB) .........................................................106
Figure 88: Wattmètre Chauvin-Arnoux de laboratoire......................................................111
Figure 89: principe de raccordement du wattmètre..........................................................111
Figure 90: Raccordement du wattmètre en circuit ...........................................................111
Figure 91: Raccordement wattmètre en aval et en amont ...............................................112
Figure 92: Wattmètre de labo ..........................................................................................112

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 177 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 93: 3 wattmètres en tri avec neutre.......................................................................112


Figure 94: Méthode des 2 wattmètres sur tri sans neutre ................................................113
Figure 95: Méthode des 2 wattmètres – vérification trigo.................................................113
Figure 96: Utilisation d’une pince wattmétrique ...............................................................115
Figure 97: Pince wattmétrique ‘VOLTCRAFT’ - VC 609 True RMS .................................116
Figure 98: Pince wattmétrique ac rms TES 3079K ..........................................................116
Figure 99: Pince wattmétrique AC/DC PROVA 400.........................................................117
Figure 100: Pince wattmétrique F27 Chauvin Arnoux (Métrix)........................................117
Figure 101: Pince wattmétrique MX 240 METRIX (Chauvin Arnoux)...............................117
Figure 102 Le compteurs d’énergie locaux ......................................................................118
Figure 103: Puissances et le triangle de Pythagore.........................................................119
Figure 104: Puissance apparente ....................................................................................119
Figure 105: Puissance active...........................................................................................120
Figure 106: Le phymètre..................................................................................................120
Figure 107: Puissance réactive........................................................................................120
Figure 108: Mesure puissance en distribution triphasée équilibrée .................................120
Figure 109: Mesure puissance en distribution triphasée déséquilibrée ...........................121
Figure 110: Commutateur et indicateur puissance sur TEG Solar...................................122
Figure 111: Connexions typiques des TP’s et TC en créant un neutre............................122
Figure 112: Principe de mesure simultanée W et VAR sur turbine Solar.........................123
Figure 113: Composantes vectorielles des 2 mesures ....................................................124
Figure 114: Tension ‘surprise’ pouvant exister lors de la mesure ....................................126
Figure 115: Catégorie de mesure = fonction de l’emplacement.......................................128
Figure 116: Scénario : séquence d’un éclair d’arc potentiel.............................................131
Figure 117: Mauvaise utilisation du multimètre numérique en mesure d’ampèremètre. ..133
Figure 118: Identifiez la catégorie et les tensions nominales des multimètres et des
cordons de mesure. ..................................................................................................137
Figure 119: Utilisez des instruments portant les indications suivantes : CAT III 1 000 V,
CAT IV 600 V............................................................................................................137
Figure 120: Équipements de sécurité ..............................................................................137
Figure 121: Exemple de sigles de bureaux indépendants ...............................................138
Figure 122: Le sigle officiel « CE » ..................................................................................138
Figure 123: Normes de sécurité pour utilisation des appareils de mesures.....................142
Figure 124: Assortiment de testeur / détecteur de tension ..............................................143
Figure 125: détecteur de tension de poche, type tournevis .............................................144
Figure 126: détecteur de tension pour automobile...........................................................144
Figure 127: Testeur de tension défaillant (A) Varistor et (B) partie en surchauffe ...........145
Figure 128: Testeur de tension électronique avec résistances de protection ..................145
Figure 129: Sondes et cordons doivent être de qualité....................................................146
Figure 130: Cordons de mesure, le « rouge et le noir »...................................................147
Figure 131: Cordons types banane + pointe de touche ...................................................147
Figure 132: Raccordement de fiches banane sur appareil...............................................147
Figure 133: fiches banane et pinces crocodiles classiques .............................................148
Figure 134: Pinces grippe - fils et pince crocodile............................................................148
Figure 135: Fiches bananes respectant la norme IEC 1010, U maxi 100V .....................149
Figure 136: Les pointes de touche ‘classiques’ ...............................................................149
Figure 137: Exemple de perturbographe portable ...........................................................151
Figure 138: Oscilloscope Philips GM5655 .......................................................................155

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 178 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Figure 139: L’oscilloscope et ses réglages ......................................................................156


Figure 140: Début de balayage sur l’écran de l’oscilloscope ...........................................158

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 179 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

13. SOMMAIRE DES TABLES


Table 1: Comparaison appareil analogique et numérique – ANA vs NUM ........................25
Table 2: Symboles des appareils analogiques...................................................................30
Table 3: Mesure de U et I suivant le type d’appareil ..........................................................31
Table 4: Symboles sur un appareil numérique ou dans sa notice......................................43
Table 5: Symboles, formules des composantes mesurées................................................50
Table 6: Symboles et formules à connaître........................................................................51
Table 7: Facteur multiplicatif pour la conversion des mesures depuis une mesure non
RMS............................................................................................................................55
Table 8: Utilisation du voltmètre.........................................................................................58
Table 9: Utilisation d’un ampèremètre ...............................................................................64
Table 10: Le matériel de calibration par injection I et U ...................................................110
Table 11: Les catégories de mesures ..............................................................................129
Table 12: Valeurs de test des transitoires pour les catégories de mesure.......................136
Table 13: Fonctionnement du perturbographe.................................................................151
Table 14: Symptômes des perturbations et causes possibles .........................................152
Table 15: Liste et références de perturbographes portables............................................154
Table 16: Liste et références de perturbographes en rack ou fixes .................................154

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 180 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

14. CORRECTION DES EXERCICES

1. Nous disposons d'un appareil à cadre mobile aux caractéristiques suivantes : Ri = 22


[Ω] Ui = 87 [mV] (résistance interne et U aux bornes pour la déviation maximale
Nous désirons l'utiliser pour mesurer des courants de 100 [mA] 500 [mA] et 2 [A]

Dessiner le schéma électrique de l'instrument.


Calculer les valeurs des Rshunt à intégrer dans l'instrument.

Résistances shunt pour


chaque plage de mesure.

Iinst = 87 / 22 = 3.95 mA

Rshunt calibre 100mA


⇒ I = 100 – 3,95 = 96,05
mA
⇒ R = 87 / 96,05 =
905.78 mΩ

Rshunt calibre 500mA ⇒


I = 496,05
⇒ R = 175.38 mΩ

Rshunt calibre 2A
⇒ I = 1996,05
⇒ R = 43.58 mΩ

2. Nous disposons d'un instrument à cadre mobile aux caractéristiques Ri = 100 Ω et I =


10mA en maximum d’échelle

Dessiner le schéma électrique pour réaliser un instrument capable de mesurer les


tensions suivantes : 150 [V] 250 [V] 300 [V] 500 [V] 1000 [V]

Calculer les valeurs des Radditionnelle à intégrer dans l'instrument.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 181 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

300 V 250 V 150 V Commun


? mV Les résistances
additionnelles
Ri = 100 Ω sont ici placées
Radd 3 Radd 2 Radd 1 elles-mêmes en
série, comme
dans les
Radd 4

10 mA
appaereils.

500 V Il y a la solution
d’avoir une
Radd 5

résistance
1000 V ‘globale’ pour
chaque calibre

Récepteur

U aux bornes de l’appareil = 100 x 0,01 = 1V

Courant dans Radd1 = 10 mA


U aux bornes de Radd1 (en fond d’échelle) = 150 – 1 = 149V
et Radd1 = 149 / 0,01 = 14,9 kΩ

Dans Radd2, le courant est toujours de 0,01 A pour une tension aux bornes de 100V
Radd2 = 100 / 0,01 = 10 kΩ

Radd3 ⇒ (pour 50V) ⇒ 5 kΩ


Radd4 ⇒ (pour 200V) ⇒ 20 kΩ
Radd5 ⇒ (pour 500V) ⇒ 50 kΩ

3. Un appareil à cadre mobile a les caractéristiques suivantes : Ri = 36 [Ω] Ii = 1.86 [mA]


Nous désirons l'utiliser pour mesurer des tensions de 100 [mV] 500 [mV] et 2 [V]

Calculer les valeurs des résistances additionnelles.

Même schéma que l’exercice précèdent

U aux bornes de l’appareil = 36 x 1,86 = 66,96 mV

Résistances additionnelles en série.


Ra100 : U aux bornes = 100 – 66,96 = 33,04 et R = 33,04 / 1,86 = 17,76 Ω
Ra500 : U aux bornes 400 mV et R 400 / 1.86 = 215,05 Ω
Ra2 : U aux bornes 1,5V et R = 1500 / 1,86 = 806,45 Ω

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 182 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

4. Nous disposons de deux instruments identiques qui permettent de mesurer un courant


maximum de 10 [A] et une tension maximum de 100 [V].
Nous désirons les utiliser pour mesurer un courant de 28 [A] et une tension de 230 [V]

Proposer une solution pour chaque instrument.


Dessiner les deux schémas électriques.
Calculer les valeurs des éléments à ajouter.

230 V Commun
100 V
Rinst = 10 Ω
Ri = Ω
Rshunt : 18A dévié dans le
Radd shunt
⇒ R = 100 / 18 = 5,55 Ω
10 A

28A Radd : 130 V aux bornes et


parcourue par 10 A
Rshunt R 130 / 10 = 13 Ω
Appareil

5. Calculer la valeur de la résistance inconnue, sachant que, pour obtenir la valeur nulle
sur ce pont de Wheatstone :

La tension U est de 12 [V], les résistances sont les


suivantes :

R1 = 12 [Ω]

R2 = 1.2 [Ω]

R3 = 4 [Ω]

Rinconnue = R1 x R3 / R2 = 12 x 4 / 1,2 = 40 Ω

6. Un instrument de mesure de classe 2.5 possède une échelle graduée de 0 à 5.

Calculer l'erreur absolue lorsque le commutateur est sur la position 250 [V] AC.

L’erreur absolue dépend de la classe (indépendant de l’échelle)


Erreur absolue = 250 x 2,5 / 100 = ± 6.25 V

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 183 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Quatre mesures sont faites au moyen de 2 appareils à affichage numérique. Un appareil


possède 3.5 digits et l'autre 4.5 digits.

Indiquer quelles sont les valeurs affichées selon l'exemple de cette première mesure.

Exemple mesure effectuée : 104.96 [V]

7. Mesure U = 768.43 [V] Noircissez les « digits » appropriés

Pas de réponse, c’est un exercice ‘trop’ facile

8. Mesure U = 1104,93 [V] Noircissez les « digits » appropriés

Pas de réponse, c’est un exercice ‘trop’ facile

9. Mesure U = 1,1247 [V] Noircissez les « digits » appropriés

Pas de réponse, c’est un exercice ‘trop’ facile

Signal observé sur un oscilloscope :

Oscillogramme relevé sur un oscilloscope numérique


Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR
Dernière Révision: 15/10/2008 Page 184 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

Une ou plusieurs réponses sont possibles

10. La tension visualisée sur l’oscillogramme est :

‰ triangulaire ‰ redressée mono alternance


; sinusoïdale ; alternative

11. L’oscillogramme est observé :

‰ en mode GND (GROUND)


; en mode AC
‰ en mode DC

12. Le calibre vertical est :

‰ devrait être de 2 V.div-1


‰ devrait être de 0,5V.div-1
; bien adapté

13. La valeur maximale de la tension est :

; positive et voisine de 2,4V


‰ mesurable avec voltmètre numérique
‰ négative et voisine de - 5V
‰ nulle

14. La valeur moyenne de la tension est :

‰ positive et voisine de 1 V
; mesurable avec un voltmètre numérique en mode AC
; nulle
‰ mesurable avec un voltmètre numérique en mode DC

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 185 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

15. La valeur efficace de la tension est :

; positive et voisine de 1,7 V


; mesurable avec un voltmètre numérique en mode AC
‰ nulle
‰ mesurable avec un voltmètre numérique en mode DC

16. La base de temps

‰ pourrait être fixée à 2 ms.div-1


; est bien adaptée
; pourrait être fixée à 0,50 ms.div-1

17. La période de la tension est :

; voisine de 2 ms
‰ voisine de 1 ms

18. La fréquence de la tension est :

; voisine de 500 Hz
‰ voisine de 1,0 kHz
‰ voisine de 2 000 Hz

19. La tension observée est délivrée :

‰ par une prise du secteur


‰ par un GBF
; par un voltmètre numérique

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 186 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

20. Une tension alternative sinusoïdale de valeur efficace U = 10 V a une valeur maximale:
Umax voisine de :

‰ 10 V
‰ 12 V
; 14 V

21. La tension moyenne d’une tension alternative de valeur efficace : U = 10 V est :

;0V
‰5V
‰ 10 V

22. 220 V représente, pour la tension délivrée par EDF (ou autre fournisseur ‘officiel’),

‰ la valeur maximale
; la valeur efficace

23. Un voltmètre numérique utilisé en alternatif mesure :

‰ la tension moyenne
; la tension efficace
‰ la tension maximale

24. Un voltmètre numérique utilisé en continu mesure :

; la tension moyenne
‰ la tension efficace
‰ la tension maximale

25. Une tension de période : T = 2 ms a une fréquence f :

‰ 0,5 Hz
‰ 50 Hz
; 500 Hz

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 187 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

26. Une tension alternative de fréquence : f = 200 Hz a une période T :

; 5 ms
‰ 0,05 s
‰ 500 µs

27. La tension 220 V, 50 Hz délivrée par EDF varie en fonction du temps suivant
l’expression :

‰ 220 sin (100 π t) ‰ 220 2 sin (100 t)


; 220 2 sin (100 π t) ‰ 220 / 2 sin (100 π t)

Figure sur oscilloscope

28. La tension visualisée sur l’oscillogramme est

; en dents de scie
‰ triangulaire
‰ alternative

29. L’oscillogramme est observé

‰ en mode AC
‰ en mode GND (GROUND)
; alternative

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 188 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

30. Le calibre vertical est

‰ trop grand et devrait être de 5V.div-1


; bien adapté
‰ trop petit et devrait être de 20V.div-1

31. La valeur maximum de la tension est :

‰ positive et voisine de 35 V
; positive et voisine de 18 V
‰ mesurable avec un voltmètre numérique

32. La moyenne de la tension est

; mesurable en passant du mode AC au mode DC


‰ positive et voisine de 5V
‰ négative et voisine de -5V

33. La base de temps

‰ pourrait être de 0,5 ms.div-1 ‰ pourrait être fixée à 20 µs.div-1


; est bien adaptée ‰ est désactivée

34. La période de la tension est

‰ voisine de 1,6 ms
; voisine de 0,8 ms
‰ voisine de 50 Hz

35. La fréquence de la tension est

‰ nulle ; voisine de 1250 Hz


‰ voisine de 625 Hz ‰ voisine de 5 000 Hz

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 189 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

36. La tension étudiée est délivrée

‰ par une alimentation stabilisée


‰ par une prise du secteur
; par un GBF

37. Tension périodique - Donner les caractéristiques de cette tension observée sur un
oscilloscope : Comment appelle-t-on une telle tension ? Cette tension est-elle
alternative ? Quel montage faut-il réaliser pour l’obtenir ?

Tension périodique à l’oscilloscope

Tension alternative redressée mono-alternance obtenue aux bornes d’une résistance


placée dans un circuit comprenant en série un GBF et une diode

38. Quelle est la valeur maximale de la tension ?

Umax = 12V

39. Quelle est sa valeur moyenne (à évaluer graphiquement) ?

Umoy = Umax / π = 3,8 V

40. Comment peut-on trouver sa valeur efficace ?

Ueff = Umax / 2√2 = 4,24 V

41. Quelle est sa période ?

T = 20 ms

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 190 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

42. Quelle est sa fréquence ?

F = 50 Hz

Mesures à l’oscilloscope

Voie 1 : 2V / div.

Voie 2 : 1V / div.

0,5 ms / div.

43. Mesures de temps - Déterminer les période de la tension en créneaux et de la tension


sinusoïdale dont on voit ci-contre les oscillogrammes.

Tension créneau : 1 période couvre 4 divisions horizontale. Une division horizontale


correspond à 0,5ms (durée de balayage indiquée avec l'oscillogramme) donc la
période T vaut 4 x 0,5 = 2 ms.

Tensions sinusoïdale : une période couvre 6,2 divisions donc 6,2 x 0,5 ms = 3,1ms.

44. Mesures de temps - Calculer leurs fréquences.

Tension sinusoïdale : T = 3,1.10-3s . Le calcul donne 1 / T = 322,58065…. Comme


on a donné la période avec deux chiffres significatifs on ne garde aussi que deux
chiffres significatifs pour la fréquence : f = 3,2.102 Hz en notation scientifique.

Tension créneau: f = 5,0.102 Hz

45. Mesures de tension - Pour les deux voies le 'zéro' est au milieu de l'écran. Quelle est la
valeur maximale de la tension sinusoïdale, visualisée sur la voie 1 ? Sa valeur
minimale ?

Pour la tension sinusoïdale la déviation verticale maximale est 2,3 div avec la
sensibilité 2 V / div. La valeur maximale de la tension est donc 2 x 2,3 = 4,6 V.
La courbe étant symétrique par rapport au milieu de l'écran qui correspond à la valeur
0 la valeur minimale est l'opposée de la valeur maximale : -4,6V

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 191 de 192
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Mesures et appareils de mesure

46. Mesures de tension - Pour les deux voies le 'zéro' est au milieu de l'écran. Quelle est la
valeur maximale de la tension sinusoïdale, visualisée sur la voie 2 (tension en crénaux)
? Sa valeur minimale ?

Pour la tension créneau la déviation maximale est 3,2 div avec la sensibilité 1V / div
donc la tension maximale est 3,2V et la tension minimale -3,2V

47. Choix des réglages - Quel serait l'oscillogramme obtenu pour la tension en créneaux
en utilisant une sensibilité de 2V.div-1 sur la voie 2 ? Quelle sensibilité (1V/div ou
2V/div) permet les mesures de tension les plus précises?

Le créneau serait deux fois moins haut. Les mesures de tension sont plus précises
avec la sensibilité 1V/div

48. Choix des réglages - Combien de période de la tension créneaux verrait-on à l'écran
en utilisant une durée de balayage (time.div-1) de 1ms.div-1 ? De 0,2ms.div-1?

Une période de la tension créneaux vaut 2ms.


Avec la durée de balayage 1ms/div le spot met 10ms pour traverser l'écran, large de
10 div. Il a donc le temps de dessiner 5 périodes de la tension créneaux.
Avec la durée de balayage de 0,2 ms.div-1 le spot met 2ms pour traverser l'écran. Il
dessine une seule période de la tension créneaux.

Manuel de Formation EXP-MN-SE050-FR


Dernière Révision: 15/10/2008 Page 192 de 192

Vous aimerez peut-être aussi