Vous êtes sur la page 1sur 5

 4-002-N-95

Devenir parent d’un enfant prématuré


S. Noto, F. Cautru, P.-H. Jarreau

Résumé : La naissance prématurée d’un enfant avant 27 semaines d’aménorrhée est souvent vécue
comme traumatique pour les parents et peut venir entraver l’instauration du lien mère–enfant.
L’expérience de la clinique présentée ici dans le cadre de naissances d’extrêmes prématurés dans une
maternité de type III montre que le processus de parentalisation est à la fois accéléré et fragilisé. Le vécu
parental est différent selon la mère et le père, malgré les affects d’angoisse qu’ils ressentent tous les deux :
la mère éprouve une culpabilité intense et une blessure narcissique très vive. Le père semble pouvoir se
dégager plus rapidement du choc de cette naissance précoce et soutenir la dyade mère–enfant. On observe
une réorganisation psychique chez la mère qui lui permet progressivement de s’approprier son nouveau
statut. Celle-ci est favorisée par l’accompagnement psychologique tout au long de l’hospitalisation du
bébé qui permet l’élaboration du vécu traumatique de la naissance. Les équipes médicales et paramé-
dicales jouent également un rôle crucial dans la construction de cette parentalité naissante en aidant
les parents à comprendre et répondre aux besoins de leur bébé et en leur donnant confiance dans leurs
compétences mutuelles. Cela permet aux parents de trouver, pas à pas, leur place auprès de l’enfant.
Le vécu émotionnel intense des parents lors de cette naissance particulière reste toutefois un facteur de
risque, parmi d’autres, pour la construction du lien parent–enfant et plus tard pour le développement de
l’enfant.
© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots-clés : Prématurité ; Traumatisme ; Vécu parental ; Réanimation néonatale ; Parentalité ; Lien mère–enfant ;
Interactions parent–enfant

Plan cessus d’attachement, ce qui favorise en réponse la création du


lien mère–enfant [3] . Lors d’un accouchement prématuré, plu-
■ Introduction 1 sieurs facteurs contribuent à rendre cet événement traumatique et
à entraver la création du lien. Pour la mère, il s’agit de l’arrêt brutal
■ Vécu traumatique de la naissance prématurée 1 de la grossesse souvent loin du terme, de l’absence d’anticipation,
Une maternité traumatique 1 de la perte de contrôle, de l’urgence médicale, de la séparation.
Une blessure narcissique intense pour la mère 2 Pour le père, il s’agit de l’inquiétude pour la mère et le bébé, de
Le temps suspendu 2
l’impuissance et de la passivité face à la situation. À cela s’ajoute
■ Construction du lien parent–enfant 2 la peur de la rencontre avec un bébé perçu comme étranger, peu
Une situation à risque pour le lien parent–enfant 2 représentable, petit, immature, dépendant de supports techniques
Le holding de la mère 3 invasifs, dont il est impossible de prendre soin, au sens du care-
Un rôle imprévu pour les pères 3 giving. L’irruption d’un réel insupportable laisse les parents dans
■ Réorganisation psychique 3 un état de choc psychique, qui les jette dans l’effroi et la sidéra-
La rencontre 3 tion, totalement démunis face à leur enfant, et aux prises avec des
Le soin psychique à la mère 3 sentiments d’ambivalence.
Les soins au bébé 3 Est décrit ici ce que vivent les parents dans le contexte d’un
■ Conclusion 4 accouchement très prématuré et de la prise en charge du nouveau-
né dans le service de médecine et de réanimation néonatales d’une
maternité de type III. La situation des enfants qui décèdent spon-
tanément ou à l’issue d’un processus de réorientation des soins
 Introduction de type palliatif, n’est pas évoquée dans cet article, ni celle des
enfants ayant un pronostic neurologique défavorable.
Devenir parent s’accompagne de mouvements psychiques
intenses avec, comme conséquence, un travail de remaniement
identitaire pour la femme comme pour l’homme au croisement
de sa propre histoire infantile et de celle à venir de leur enfant.  Vécu traumatique
Pendant la grossesse, la future mère se trouve dans un état de de la naissance prématurée
transparence psychique qui lui permet de revisiter ses conflits
infantiles et l’enfant qu’elle a été : c’est un événement ordinaire Une maternité traumatique
chez la femme enceinte [1] . L’enfant imaginaire « naît » très tôt
chez chaque être humain, homme ou femme [2] . C’est celui qui La naissance prématurée est traumatique, au sens où elle pro-
alimente les rêveries de la mère, il serait parfait et inaltérable. Le voque une effraction dans le psychisme maternel qui se trouve
plus souvent, lors d’une naissance à terme et sans complications, débordé par l’afflux d’excitations sans possibilité d’intégration.
le nouveau-né en contact immédiat avec sa mère initie le pro- Elle implique l’arrêt du processus de rêverie maternelle autour

EMC - Pédiatrie 1
Volume 41 > n◦ 3 > juillet 2021
http://dx.doi.org/10.1016/S1637-5017(21)43231-X

Téléchargé pour moncef alawi (alawimoncef@gmail.com) à University of Tunis El Manar Faculty of Medicine of Tunis à partir de ClinicalKey.fr par Elsevier sur
septembre 14, 2021. Pour un usage personnel seulement. Aucune autre utilisation n´est autorisée. Copyright ©2021. Elsevier Inc. Tous droits réservés.
4-002-N-95  Devenir parent d’un enfant prématuré

de l’enfant à venir, que la naissance se produise à la suite d’une Le temps suspendu


hospitalisation prolongée ou dans un contexte d’urgence avec un
risque vital maternel et/ou fœtal : « le rêve s’est arrêté avec la fin Les parents se trouvent brutalement plongés dans un univers
de la grossesse », nous dit une mère de jumeaux. Après une césa- hautement technique, celui de la réanimation néonatale, très
rienne pour prééclampsie, une autre nous dit : « J’ai été privée des sonore, anxiogène, leur rappelant que la vie de leur enfant, né
sensations de donner la vie, de voir la réaction de mon mari. Il extrême prématuré, est suspendue à un fil. « Le temps est sus-
m’a manqué une étape, j’aurais aimé ces moments, ces premiers pendu ici, le temps passe très vite alors que je ne fais rien », dit
instants qui suivent l’accouchement. » La naissance prématu- une mère lors du séjour de son bébé. Le décalage entre l’enfant réel
rée provoque généralement chez elles « l’effroi (qui) dénomme et l’enfant imaginaire et les angoisses de mort provoquent sou-
l’état dans lequel on tombe quand on court un danger sans y vent un déplacement du regard et de l’attention parentale vers les
être préparé, mettant l’accent sur l’effet de surprise » [4] . C’est écrans de surveillance des paramètres vitaux. Le développement
la maternité elle-même qui devient traumatique [5] . Les parents d’une économie de la perception est une manière de lutter contre
de bébés prématurés présentent des symptômes de stress post- le vide psychique [13] . La préoccupation médicale primaire vient
traumatique significativement plus fréquents que les parents de remplacer la préoccupation maternelle primaire qui permet habi-
nouveau-nés à terme. Cela semble être en lien, pour les mères, tuellement à la mère d’assurer les besoins physiologiques et de
avec l’accouchement prématuré lui-même et pour les pères, avec contribuer à la sécurité interne de son enfant [8, 11] .
la gravité du risque périnatal [6] . Face à une telle situation, vécue comme particulièrement
Les mères ressentent une intense frustration liée à l’interruption angoissante, la mère se trouve prise dans un dilemme motivation-
de l’expérience physique de la grossesse, alors que les mouvements nel qui s’avère très désorganisateur [14] . Il consiste soit à fuir pour se
fœtaux étaient perçus parfois depuis peu. Cela peut à l’extrême protéger, au risque de délaisser son bébé, soit à rester pour le soute-
créer un sentiment d’irréalité de l’accouchement. Deux jours après nir et ainsi s’exposer soi-même. Il serait probablement l’expression
la naissance de son bébé, une mère nous dit : « Je réalise seulement de l’ambivalence de la mère à l’égard de ce bébé si peu gratifiant,
là, ce qui s’est passé. Je ne peux pas annoncer cette naissance. Il dont on lui dit qu’il est sien, mais qui est objet des soignants et
n’est “pas sécurisé”. Je m’en veux de ne pas me dire qu’il est né... ne fait pas d’elle une véritable mère. « C’est très dur de venir ici
j’ai eu très peur qu’il sorte à cause des séquelles. Je tremblais et car on a toujours l’impression que le bébé est sur le point de mou-
puis on m’a fait une anesthésie générale, j’avais très froid, comme rir », disait une mère. Le risque d’effondrement psychique est réel,
si je faisais une syncope, du coup je n’ai pas vécu l’accouchement, induisant de manière réactionnelle inconsciente, pour survivre,
je n’ai pas l’impression d’être une maman. » le recours à des mécanismes de défense plus ou moins archaïques
L’interruption brutale de la grossesse et la rencontre avec un (comme le clivage, le déni, la projection, le retrait, la fuite) ou plus
être fragile renvoient à l’inquiétante étrangeté [7] . Une mère nous adaptés (comme l’intellectualisation, l’humour).
confie : « Il me fait peur. Ça me fait peur la situation, tout ça...
Ce n’est pas un vrai bébé. Il n’est pas fini. Je pensais qu’il serait
encore plus moche, là je le trouve plutôt mignon. J’arrive à lui  Construction du lien
parler. Je l’appelle mon lapin. » Les parents sont en difficulté
pour reconnaître leur bébé comme étant humain tellement ils parent–enfant
sont impressionnés par sa petitesse, qui renvoie au fœtus dans cer-
tains cas. « Il ne ressemble à rien, c’est une crevette », disait une Une situation à risque pour le lien
autre mère. Ils sont effrayés par sa fragilité, par sa peau fine, par- parent–enfant
fois presque translucide. Ils ont peur de le casser s’ils le touchent.
Comment ce bébé peut-il « fabriquer de la mère » ? [8] . Comment Le bébé prématuré ne dispose pas des mêmes capacités physio-
peut-il s’inscrire dans la lignée familiale et remplir le « mandat logiques qu’un nouveau-né à terme pour réagir dans l’interaction.
transgénérationnel » [9] . Il est décrit comme moins actif dans la relation du fait de son
immaturité physiologique. De plus, le bébé est soumis à un excès
de stimulations sensorielles liés aux soins plus ou moins inva-
sifs. Il est désormais établi que ces bébés ressentent la douleur et
Une blessure narcissique intense pour la mère y réagissent. L’immaturité se situe non pas au niveau des voies
de conduction nerveuses mais au niveau des systèmes inhibiteurs
La prématurité psychique suscite de nombreux sentiments par- de la douleur [15] . Le bébé vivrait « comme perdu dans une éter-
fois contradictoires [10] . L’angoisse est majeure face à la situation nité de douleur » [16] . Ce vécu corporel ressenti par le bébé dans
médicale critique des premiers jours ou semaines de vie : la culpa- l’incubateur le fatigue à l’extrême et le rend moins alerte. Ses
bilité et la honte sont souvent très prégnantes : « Je n’ai pas périodes de sommeil sont très longues et on observe que le bébé a
rempli mon rôle de mère pour protéger mon bébé » peuvent dire parfois recours au retrait relationnel comme ultime rempart aux
ces mères, et encore, « je ne supporte pas qu’on me félicite de sensations douloureuses [17] . La spirale transactionnelle a du mal
cette naissance, alors que je n’ai pas été capable de le garder dans à s’enclencher entre les différents partenaires interactifs [18] .
mon ventre. » Le fait de ne pas honorer la dette de vie vient L’hospitalisation du bébé crée une parentalité fragile. En effet,
majorer la détresse maternelle car la nouvelle mère peut pen- donner la vie et la protéger, ce qui constitue l’essence-même de
ser qu’elle n’a pas su faire aussi bien (ou mieux) que sa propre la fonction parentale, est bouleversé par la menace de mort qui
mère (et que toutes les autres femmes) [1] . « Je ne supporte pas pèse sur le bébé. L’équipe tout entière, qui s’engage dans cette
de voir une femme enceinte avec un gros ventre », disent cer- lutte pour la vie vient, pour un certain temps, prendre le relais
taines, très blessées narcissiquement. Les mères sont submergées de la fonction parentale. Car les parents se perçoivent souvent
par leurs propres angoisses catastrophiques. L’une d’elle disait comme dépossédés de leur rôle nourricier et protecteur, impuis-
ainsi : « J’ai l’impression d’être actrice dans une série médicale sants, inutiles, et projettent sur les soignants des sentiments de
comme Urgences ». toute-puissance [10] . Les mères peuvent notamment se trouver en
La naissance prématurée induit, pour la mère, de nombreux difficulté pour exercer leur appareil à penser, qui assure en temps
deuils à faire : le deuil de la fin de la grossesse, le deuil d’une normal une contenance et une transformation des vécus bruts du
naissance « normale », le deuil d’un enfant « parfait » [11] . Dans bébé en éléments pouvant avoir un sens pour lui [19] .
ce contexte, les nouveaux parents se trouvent en difficulté pour Dans les premiers jours se distingue un premier mouvement
annoncer cette naissance à leur entourage. La nouvelle mère ne d’identification à leur enfant, qui doit subir les soins doulou-
peut s’accorder le statut de mère « satisfaisante » sur le plan conju- reux, et aux soignants dans leur rôle protecteur éventuellement
gal, familial, amical ou social. L’enfant réel est bien éloigné de très idéalisé. Lorsque le danger vital pour le bébé est écarté, on
l’enfant imaginaire « tricoté » pendant la grossesse [12] . Ainsi, une peut observer une rivalité souvent teintée d’agressivité, dépla-
mère confiait : « Je n’avais jamais vu un si petit bébé. Je ne voyais cée sur les soignants car elle ne peut être adressée à leur bébé.
rien, j’étais tellement sonnée, j’avais peur de le voir. On le regar- Ce deuxième mouvement permettrait de différencier progressi-
dait maladroitement, avec méfiance avec mon mari... » vement fonction parentale et fonction médicale. Le troisième

2 EMC - Pédiatrie

Téléchargé pour moncef alawi (alawimoncef@gmail.com) à University of Tunis El Manar Faculty of Medicine of Tunis à partir de ClinicalKey.fr par Elsevier sur
septembre 14, 2021. Pour un usage personnel seulement. Aucune autre utilisation n´est autorisée. Copyright ©2021. Elsevier Inc. Tous droits réservés.
Devenir parent d’un enfant prématuré  4-002-N-95

mouvement s’observerait lors de la sortie à domicile de l’enfant, à La rencontre


partir de laquelle les parents se réapproprieraient complètement
leur fonction parentale [20] . Tout d’abord, la rencontre physique avec le bébé notamment
lors du premier « peau à peau » apparaît comme primordiale.
« Je ne saurais comment l’exprimer, mais cela fait un bien fou »,
Le holding de la mère disait une mère. Le contact physique avec le bébé permettrait
ainsi d’évacuer le sentiment d’inquiétante étrangeté et d’amorcer
De fait, il apparaît important de réaliser un holding de la mère, la prise de conscience de leur nouveau statut de mère : « le bébé
au sens de Winnicott, à travers la communication et une relation crée la mère » [8] . De fait, les soignants proposent de mettre le bébé
stable avec un interlocuteur privilégié pour favoriser son entrée en « peau à peau » avec sa mère chaque fois que son état de santé
en relation avec son bébé [21] . En effet, dans leurs interactions le permet. De même, l’allaitement maternel, quand les mères le
avec leur bébé, les mères sont décrites comme plus actives que les souhaitent, et la participation aux soins (change de couche et
mères d’enfants nés à terme, plus stimulantes, voire intrusives, toilette) contribuent à la constitution de l’identité parentale, en
cherchant de manière anxieuse une réponse de la part de leur particulier à un début de restauration narcissique. Afin de se sen-
bébé. Au contraire, d’autres peuvent sembler plus inhibées, en tir compétente pour protéger son bébé, la mère doit trouver une
retrait dans la relation à l’enfant [22, 23] . L’accès à un soignant réfé- place spécifique auprès de lui et les soignants ont une influence
rent durant la période d’hospitalisation du bébé permettrait ainsi majeure [27] . Ils aident progressivement les parents à s’approprier
à la mère de se constituer une base de sécurité, et de développer cette identité, jouant, au début de l’hospitalisation du bébé, le rôle
un sentiment de compétence parentale [24] . La mère s’identifierait de tiers pesant, pour évoluer ultérieurement vers une position de
ainsi à la soignante, substitut maternel idéalisé, pour « en assimiler tiers plus léger [36] .
un aspect, une propriété, un attribut et se transformer, totalement
ou partiellement, sur le modèle de celle-ci » [25, 26] . Contrairement
à une naissance à terme, la parentalité se construirait ainsi au Le soin psychique à la mère
sein d’une triade parents–bébé–soignants et sous le regard des
soignants [27] . Le soin psychique permet en parallèle, et de manière complé-
mentaire, un travail de mise en mots de ce réel éprouvant, de
symbolisation des événements vécus, pour que ceux-ci puissent
Un rôle imprévu pour les pères s’inscrire dans l’histoire de la famille. Pour certaines mères, le
premier entretien, en chambre en maternité, hors de la présence
Il se produit, pour les deux parents, un processus de « paren- de l’enfant, leur permet d’exprimer l’ambivalence de leurs senti-
talisation » accélérée. Les pères, comme les mères, éprouvent de ments à l’égard de ce bébé qui ne fait pas d’elles une véritable mère.
l’anxiété, du désarroi, un sentiment d’impuissance, et sont très Elles se disent ensuite partiellement soulagées de ne pas se sentir
inquiets durant l’hospitalisation de leur bébé [28, 29] . Ils le sont totalement « mauvaise mère » [11] . Pour d’autres, qui ne peuvent se
aussi pour leur compagne qu’ils découvrent très effractée et se saisir de cet espace de parole, les pensées qui les envahissent sont
sentent parfois impuissants à contenir ses débordements émotion- tues, non reconnues, voire déniées. Le travail d’élaboration de la
nels. « Mon mari ne supporte pas que je pleure », disait une mère. culpabilité, dans le cadre des entretiens de soutien, est souvent
Peu d’entre eux s’autorisent à évoquer ce que la situation leur fait long et difficile et peut aboutir à des mouvements de réparation
vivre et à partager ce vécu avec la mère, qui peut alors se sentir iso- plus ou moins intenses. Ils sont décelables, notamment à travers
lée [6] . La perception de leur rôle est le plus souvent de tenir coûte une présence maternelle quotidienne, du matin au soir ou un
que coûte pour ne pas s’effondrer, sans faire part de leurs émo- allaitement très investi malgré les fortes contraintes matérielles
tions, pour soutenir la dyade mère–bébé [30] . Pour certains pères, et horaires.
il est important de comprendre l’environnement technique dans
lequel se trouve leur bébé, dans une tentative de contrôler quelque
chose d’une situation incontrôlable [31] . Les soins au bébé
Lors d’une naissance prématurée, le père assumerait un rôle L’accent porté sur les compétences du bébé et les soins cen-
imprévu : il serait propulsé en première ligne et assurerait la liai- trés sur l’enfant, qui sont au cœur des objectifs poursuivis par
son psychique entre la mère et l’enfant, en s’appuyant sur les les équipes soignantes, font prendre conscience aux parents de
équipes médicales [32] . Le père serait également partenaire de la l’individualité de leur enfant en tant que sujet s’exprimant. Peu
santé psychique de la mère : la sortie du traumatisme semble à peu, le bébé parvient à réagir pendant les soins et à interagir
plus rapide chez les pères qui assumeraient leur responsabilité avec les soignants. Ceux-ci peuvent alors guider les parents dans la
paternelle et par là-même dégageraient les mères de leur sen- compréhension du comportement du bébé. La difficulté consiste
timent de défaillance et de culpabilité. Cela mettrait moins en notamment à considérer les moments d’échange mère–bébé,
péril l’instauration du lien mère–enfant [33] . Il est important pour père–bébé, sous l’angle du bénéfice que peut en retirer prioritai-
la mère d’avoir un accompagnant, de ne pas rester seule [34] . Il rement le bébé, compte tenu de son état de santé ou de fatigue.
existe également une complémentarité du rôle du père et de la Ainsi, à certains moments, le soignant se fait le porte-parole de
mère : les pères sembleraient moins vulnérables psychologique- l’enfant et exprime aux parents son besoin de dormir, de ne pas
ment à l’événement de la naissance prématurée que les mères et être sollicité, malgré leur désir bien compréhensible de vouloir le
pourraient ainsi faciliter la rencontre mère-bébé en adoptant une rencontrer. Cela constitue un véritable travail d’accordage affectif
position active [6] . Les pères seraient prêts à initier la relation avec que les parents découvrent au fur et à mesure, et qui s’effectue
leur bébé alors que les mères auraient besoin de plus de temps pour toujours en présence d’un tiers soignant [37] . Cette présence cons-
s’ajuster à cette naissance prématurée [33] . Ainsi, le père endosse tante est parfois pénible à vivre pour eux en fin d’hospitalisation.
le rôle de passeur de vie et réalise un pont de vie [30] . Le contact En effet, les parents souhaitent ardemment, voire revendiquent,
« peau à peau » aide notamment les pères à dépasser le choc et à d’être considérés comme étant autonomes, responsables et plei-
investir leur nouveau statut [32, 35] . nement capables de comprendre ce qui est bon pour leur enfant.

 Réorganisation psychique  Conclusion


Le suivi des familles pendant le temps de l’hospitalisation (entre La naissance prématurée, qui constitue un traumatisme dans
2 et 5 mois) nous permet d’observer le plus souvent une réorga- la littérature scientifique, n’est donc pas sans conséquence sur la
nisation psychique chez la mère. Passée la première période de construction du lien parent–enfant, notamment en raison du vécu
sidération, plusieurs facteurs participent à la remise en marche de émotionnel intense lors de l’hospitalisation. D’ailleurs, l’intensité
leur capacité d’élaboration de l’événement, pour « s’adapter » à du vécu maternel, lors de la période d’hospitalisation de son
cette nouvelle situation. enfant, n’est pas corrélée à la complexité du parcours médical [38] .

EMC - Pédiatrie 3

Téléchargé pour moncef alawi (alawimoncef@gmail.com) à University of Tunis El Manar Faculty of Medicine of Tunis à partir de ClinicalKey.fr par Elsevier sur
septembre 14, 2021. Pour un usage personnel seulement. Aucune autre utilisation n´est autorisée. Copyright ©2021. Elsevier Inc. Tous droits réservés.
4-002-N-95  Devenir parent d’un enfant prématuré

De plus, les inquiétudes parentales demeurent par rapport au [15] Hamon I. Voies anatomiques de la douleur chez les prématurés. Arch
développement de l’enfant durant ses premières années de vie, car Pediatr 1996;10:823–35.
un suivi neurodéveloppemental est institué jusqu’à l’âge de 7 ans. [16] Gauvain-Piquard A. Quand c’est un bébé qui a mal. In: L’enfant malade
Aucune situation de prématurité ne doit être considérée comme et son corps. Toulouse: Privat; 1997. p. 9–10.
banale. Elle influence toujours la relation précoce mère–enfant, [17] Vanier C. Naître prématuré : le bébé, son médecin et son psychanalyste.
père–enfant et la qualité du lien. La séparation initiale n’empêche Paris: Bayard; 2013.
pas l’instauration du besoin d’attachement du tout-petit car celui- [18] Lamour M, Lebovici S. Les interactions du nourrisson avec ses parte-
ci est inné, et s’établit sur plusieurs mois après la naissance [14] , naires. Psychiatrie Enf 1991;34:171–275.
mais les modalités d’attachement dépendent des réponses de son [19] Bion WR. Aux sources de l’expérience. Paris: PUF; 1979.
[20] Mejia C. La scène médicale : à propos du traumatisme parental lors
environnement. Le vécu maternel traumatique pourrait, en parti-
d’une naissance prématurée. Psychiatrie Enf 2002;45:411–35.
culier, perturber l’adéquation de la réponse de la mère au besoin
[21] Batista Pinto E. Le bébé prématuré, les enjeux de la parentalité. In:
de sécurité affective du bébé qui à son tour retentirait sur les Solis-Ponton L, editor. La Parentalité. Paris: PUF; 2002. p. 237–95.
modalités d’attachement de l’enfant. Ainsi, l’expérience vécue de [22] Chapieski M-L, Evankovich K-D. Behavioral effects of prematurity.
la prématurité suscite, depuis quelques années, de nombreuses Semin Perinatol 1997;21:221–39.
études visant à qualifier ces différentes modalités [39–43] . [23] Minde KK, Trehub S, Corter C, Boukydis C, Celhoffer L, Martin
P. Some determinants of mother-infant interactions in the premature
nursery. J Am Acad Child Psychiatry 1980;19:1–21.

“ Points essentiels [24] Lahouel-Zaier W. Impact de l’hospitalisation périnatale sur le lien


d’attachement entre le bébé et sa mère. Devenir 2017;29:27–77.
[25] Méro S. La prématurité... d’une rive à l’autre. Enfance Psy
2014;64:24–34.
La naissance prématurée d’un enfant constitue pour les [26] Laplanche J, Pontalis J-B. Vocabulaire de la psychanalyse. Paris: PUF;
nouveaux parents une épreuve à risque pour l’instauration 1998.
du lien et elle ne se résume pas uniquement à son évo- [27] Tombeur M. Le soignant tiers dans la construction du lien parent-bébé
lution médicale. Le vécu psychologique de chacun des prématuré hospitalisé. Cah Psychol Clin 2007;28:221–38.
parents, pendant l’hospitalisation de l’enfant, doit être pris [28] Goutaudier N, Mansour M, Chabrol H. Prématurément père : étude
exploratoire du vécu dans les premières semaines suivant la naissance.
en compte afin de soutenir la construction de leur iden-
J Pédiatr Puéricult 2013;26:151–6.
tité de père et mère, et de réduire l’impact traumatique de [29] Hollywood M, Hollywood E. The lived experiences of fathers of a
cette naissance particulière sur leur relation à l’enfant. premature baby on a neonatal intensive care unit. J Neonat Nurs
2011;17:32–40.
[30] Ireland J, Khashu M, Cescutti-Butler L, van Teijlingen E, Hewitt-
Taylor J. Experience of fathers with babies admitted to neonatal
care units: a review of the literature. J Neonatal Nurs 2016;22:
171–6.
Déclaration de liens d’intérêts : les auteurs déclarent ne pas avoir de liens [31] Guillaume S, Michelin N, Amrani E, Benier B, Durrmeyer X, Lescure
d’intérêts en relation avec cet article. S, et al. Parents’ expectations of staff in the early bonding process
with their premature babies in the intensive care setting: a qualitative
multicenter study with 60 parents. BMC Pediatr 2013;13:18.
 Références [32] Koliouli F, Zaouche Gaudron C, Raynaud JP. Life experience of French
premature fathers: a qualitative study. J Neonat Nurs 2016;22:244–9.
[1] Bydlowski M. La dette de vie. Le fil rouge. Paris: PUF; 1997. [33] Herzog A, Muller Nix C, Mejia C, Ansermet F. Étude clinique sur
[2] Soulé M. L’enfant dans la tête, l’enfant imaginaire. In: Brazelton T, le rôle paternel lors d’une naissance prématurée. Psychotherapies
Cramer B, Kreisler L, Schappi R, Soulé M, editors. La dynamique du 2003;23:97–106.
nourrisson ou quoi de neuf, bébé ?. Paris: ESF; 1983. p. 137–75. [34] Casper C. Perception des parents de leur participation aux soins de
[3] Bowlby J. Attachement et perte. Paris: PUF; 1984. leur enfant dans les unités de néonatologie en France. Arch Pediatr
[4] Freud S. Au-delà du principe de plaisir. In: Essais de psychanalyse. 2016;23:974–82.
Paris: Payot; 1920 traduction de 1981. p. 43-115. [35] Fergran L, Hekseth S, Fagermoen MS. A comparison of mothers’ and
[5] Vanier C. Prématurément mère. In: Maternités traumatiques. Petite fathers’ experiences of the attachment process in a NICU. J Clin Nurs
Bibliothèque de psychanalyse. PUF; 2010. 2008;16:810–6.
[6] Gamba Szijarto S, Forcada Guex M, Borghini A, Pierrehumbert B, [36] Golbeter-Merinfeld E. Le deuil impossible. Bruxelles: De Boeck; 1999.
Ansermet F, Müller Nix C. Etat de stress post-traumatique chez les [37] Stern DN. Le monde interpersonnel du nourrisson – Une perspective
mères et chez les pères d’enfants prématurés : similitudes et différences. psychanalytique et développementale. Paris: PUF; 1989.
Neuropsychiatrie Enf Adolesc 2009;57:385–91. [38] Alvarez L, Cayol V, Magny J-F, Morisseau L. L’ombre des trauma-
[7] Freud, S. L’inquiétante étrangeté. In: Essais de psychanalyse appli- tismes sur les premiers liens. Psychiatrie Enf 2010;53:609–38.
quée. Paris: Gallimard; 1919 traduction de 1976. [39] Borghini A, Müller-Nix C. Destins de la parentalité suite à la naissance
[8] Winnicott DW. La préoccupation maternelle primaire. In: De la pédia- d’un grand prématuré. Enfance 2015;3:307–31.
trie à la psychanalyse. Paris: Payot; 1958. [40] Borghini A, Müller-Nix C. Traumatismes parental et conséquences lors
[9] Lebovici M. L’arbre de vie. Érès; 2009. d’une naissance prématurée. Contraste 2015;41:65–84.
[10] Seguret S. Comment l’hospitalisation de son nouveau-né peut appa- [41] Pierrehumbert B, Borghini A, Muller-Nix C, Forcada-Guex M, Anser-
raître comme maltraitante à la mère. In: Grosclaude M, editor. L’enfant met F. Risques périnataux et difficultés d’attachement. Contraste
réanimé. Érès; 2007. p. 207–16. 2007;26:137–43.
[11] Druon C. À l’écoute du bébé prématuré. Champs essais; 2005. [42] Eutrope J, Thierry A, Lempp F, Aupetit L, Saad F, Dodane C et al.
[12] Soulé M. La mère qui tricote suffisamment. Rev Fr Psychanal Emotional reactions of mothers facing premature births: Study of 100
1992;56:1079–87. mother-infant dyads 32 gestational weeks. PLoS One 2014;14:8.
[13] Huguier S. Dans l’intimité d’un service de néonatologie. Dialogue [43] Petit C, Eutrope J, Thierry A, Bednarek N, Aupetit L, Saad S, et al.
2016;212:93–104. Mother’s emotionnal and posttraumatic reactions after a preterm birth:
[14] Guedeney N, Beckechi V, Mintz A, Saive A. L’implication des parents the mother-infant interaction is at stake 12 months after birth. PLoS
en néonatologie et le processus de caregiving. Devenir 2012;24:9–34. One 2016;11:3.

4 EMC - Pédiatrie

Téléchargé pour moncef alawi (alawimoncef@gmail.com) à University of Tunis El Manar Faculty of Medicine of Tunis à partir de ClinicalKey.fr par Elsevier sur
septembre 14, 2021. Pour un usage personnel seulement. Aucune autre utilisation n´est autorisée. Copyright ©2021. Elsevier Inc. Tous droits réservés.
Devenir parent d’un enfant prématuré  4-002-N-95

S. Noto, Psychologue clinicienne (simone.noto@aphp.fr).


F. Cautru, Psychologue clinicienne.
Service de médecine et réanimation néonatales de Port-Royal, Hôpitaux universitaires Paris Centre, AP–HP, 23, boulevard de Port-Royal, 75679 Paris cedex
14, France.
P.-H. Jarreau.
Service de médecine et réanimation néonatales de Port-Royal, Hôpitaux universitaires Paris Centre, AP–HP, 23, boulevard de Port-Royal, 75679 Paris cedex
14, France.
Faculté de médecine, Université de Paris, Inserm, Équipe de recherche en épidémiologie obstétricale, périnatale et pédiatrique (EPOPé), Centre d’épidémiologie
et statistique (UMR 1153), Paris, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Noto S, Cautru F, Jarreau PH. Devenir parent d’un enfant prématuré. EMC - Pédiatrie 2021;41(3):1-5
[Article 4-002-N-95].

Disponibles sur www.em-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos/ Documents Information Informations Auto- Cas
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations clinique

EMC - Pédiatrie 5

Téléchargé pour moncef alawi (alawimoncef@gmail.com) à University of Tunis El Manar Faculty of Medicine of Tunis à partir de ClinicalKey.fr par Elsevier sur
septembre 14, 2021. Pour un usage personnel seulement. Aucune autre utilisation n´est autorisée. Copyright ©2021. Elsevier Inc. Tous droits réservés.

Vous aimerez peut-être aussi