Vous êtes sur la page 1sur 204

Marche nordique et santé

Chez le même éditeur

Dans la même collection :


Traumatologie en pratique sportive, par Y. Catonné, F. Khiami et F. Depiesse. 2021, 472 p.
Suivi biologique du sportif, par G. Dine et P. Laure. 2018, 336 p.
Nutrition du sportif, par X. Bigard et C.-Y. Guezennec. 2017, 3e édition, 304 p.
Dopage - Comprendre et prévenir, par O. Coste, K. Noger, P. Liotard et A. Andrieu. 2017, 336 p.
Les bases de la physiologie du sport - 64 concepts clés, par V. Kissouras, O. Kissouras et A. Kissouras,
traduit par P. Jenoure. 2017, 208 p.
Médecine de montagne - Alpinisme et sports de montagne, par J.-P. Richalet et J.-P. Herry. 2017,
5e édition, 384 p.
Prescription des activités physiques - en prévention et en thérapeutique, par F. Depiesse et O. Coste.
2016, 2e édition, 544 p.
Guide d’isocinétisme - L’évaluation isocinétique des concepts aux conditions sportives et patholo-
giques, par P. Edouard et F. Degache. 2016, 352 p.
Musculation : épidémiologie et prévention des blessures, par I. Prothoy et S. Pelloux-Prayer. 2015,
264 p.

Autres collections :
Traumatologie du sport, par G. Danowski et J.-C. Chanussot. 2012, 8e édition, 592 p.
Rééducation en traumatologie du sport. Membre supérieur. Muscles et tendons. Tome 1, par G.
Danowski et J.-C. Chanussot. 2004, 630 p.
Rééducation en traumatologie du sport. Membre inférieur et rachis. Tome 2, par G. Danowski
et J.-C. Chanussot. 2004, 416 p.
Marche nordique et
santé
Frédéric Depiesse
Médecin du sport, spécialiste en médecine physique et réadaptation, Institut Mutualiste
Montsouris – Paris et Clinalliance – Villliers-sur-Orge
Elsevier Masson SAS, 65, rue Camille-Desmoulins, 92442 Issy-les-Moulineaux cedex, France

Marche nordique et santé de Frédéric Depiesse.


© 2021 Elsevier Masson SAS
ISBN : 978-2-294-76791-3
e-ISBN : 978-2-294-77007-4
Tous droits réservés.

Les indications et posologies de tous les médicaments cités dans ce livre ont été recommandées dans
la littérature médicale et concordent avec la pratique de la communauté médicale. Elles peuvent, dans
certains cas particuliers, différer des normes définies par les procédures d’AMM. De plus, les protocoles
thérapeutiques pouvant évoluer dans le temps, il est recommandé au lecteur de se référer en cas de
besoin aux notices des médicaments, aux publications les concernant et à l’Agence du médicament.
L’auteur et l’éditeur ne sauraient être tenus pour responsables des prescriptions de chaque médecin.

Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays.
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des
pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l’autorisation de l’éditeur, est illicite et constitue une
contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé
du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, les courtes citations justifiées
par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées (art. L.
122-4, L. 122-5 et L. 335-2 du Code de la propriété intellectuelle).

Ce logo a pour objet d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour
l’avenir de l’écrit, tout particulièrement dans le domaine universitaire, le
développement massif du « photocopillage ». Cette pratique, qui s’est géné-
ralisée, notamment dans les établissements d’enseignement, provoque une
baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les
auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est
aujourd’hui menacée. Nous rappelons donc que la reproduction et la vente
sans autorisation, ainsi que le recel, sont passibles de poursuites. Les demandes
d’autorisation de photocopier doivent être adressées à l’éditeur ou au Centre
français d’exploitation du droit de copie : 20, rue des Grands-Augustins, 75006
Paris. Tél. 01 44 07 47 70.
Table des matières
L’auteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii
Remerciements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ix
Préface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi
Abréviations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii

Chapitre 1 Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
La marche au fil des siècles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
Les enjeux de la marche au xxie siècle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Chapitre 2 Description, histoire et évolution de la marche
nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Qu’est-ce que la marche ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Qu’est-ce que la marche nordique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Origines et développement de la marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Modalités de pratique en France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Chapitre 3 Place de la marche et de la marche nordique dans
nos vies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Constats. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Propositions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Chapitre 4 Acteurs du monde de la marche nordique et
promotion de la santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Structuration fédérale « Athlé Forme Santé » avec la marche
nordique au sein de la Fédération française d’athlétisme. . . . . . . . . . . . 28
Autres acteurs de la pratique en marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Collectivités territoriales, fédérations sportives, réseaux
sport-santé, monde de la santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Acteurs institutionnels, financement et promotion des actions
sport-santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Monde de l’entreprise et marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
École et marche nordique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Médias et marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Chapitre 5 Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de
marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Les différentes pratiques de marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Matériel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Techniques de marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Où pratiquer la marche nordique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Comment pratiquer la marche nordique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
Traumatologie : les problèmes causés par une pratique intense. . . . . 57
vi  Table des matières

Existe-t-il des contre-indications médicales à la pratique de la


marche nordique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Conseils de pratique pour les professionnels du sport et les
entraîneurs bénévoles de marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Erreurs d’entraînement du trio médecin–coach sportif–patient . . . . 67
Chapitre 6 La marche nordique au regard des connaissances
scientifiques et médicales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Effets cardiovasculaires, neurologiques et psychologiques. . . . . . . . . . 73
Aspects biomécaniques : comment marche-t-on avec des
bâtons à la main ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
Pathologies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
Personnes avançant en âge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Femmes enceintes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
Intérêt de la marche nordique dans les pathologies
du compétiteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
Enfant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
Chapitre 7 Précautions à prendre lors de la pratique de la marche
nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
Règles de sécurité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Conditions environnementales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
Chapitre 8 Prescription médicale de la marche nordique. . . . . . . . . . . . 161
Cadre réglementaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
Diffusion des connaissances sur le « sport-santé » et aide
à la prescription . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Modalités d’examen préalable et prescription de la
marche nordique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Comment se motiver ? Le choix de la pratique par
counselling ou entretien motivationnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Outils connectés et marche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
Chapitre 9 Conclusion et avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Annexe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
L’auteur

Frédéric Depiesse, passionné d’athlétisme, ancien coureur de 400 mètres,


est médecin du sport depuis 1994, spécialiste en médecine physique
et réadaptation, médecin des hôpitaux, ancien médecin du ministère
chargé des Sports. Il est intervenu comme président de la commission
médicale nationale au sein de sa fédération de cœur, la Fédération
française d’athlétisme, de 2005 à 2019. Il y est licencié depuis 1992
comme médecin et depuis 1972 comme athlète. Aujourd’hui, il est, à titre
bénévole, animateur de marche nordique. Il a entraîné jusqu’en 2020 le
groupe de marche nordique du club d’athlétisme Aiglon du Lamentin en
Martinique. Il a été plusieurs fois membre des commissions médicales
internationale et européenne de son sport et de la commission médicale
du Comité national olympique et sportif français. Il est membre de la
Société française de médecine de l’exercice et du sport. Il a cofondé en
Midi-Pyrénées efFORMip, le premier réseau « sport-santé » de France
en 2004, avec le Pr D. Riviere du CHU de Toulouse et le soutien de l’État
en région (DRJSCS et ARS). Il a cofondé la Société martiniquaise de
médecine de l’exercice et du sport (SM2ES) avec ses collègues médecins
du sport martiniquais en 2016. Il a développé, à partir de 2016, en tant que
praticien hospitalier au CHU de Martinique dans le service de médecine
physique et réadaptation, le projet de centre ressource « sport santé »
en Martinique avec l’Institut martiniquais du sport (IMS), la Collectivité
territoriale de Martinique et l’État. En 2020, il a aidé à la reconnaissance
par le ministère chargé des Sports du label de maison « sport-santé »
de l’IMS et il a participé au lancement de SportBoKay, un dispositif
de télétransmission en direct de pratiques de sport et de conférences
médico-sportives à domicile, initialement pour pallier les effets négatifs
du confinement liés à la pandémie de COVID-19. Il a écrit et coordonné
en 2009 chez Elsevier Masson un livre sur la prescription des activités
physiques et sportives, réactualisé en 2015. Il est aussi conseiller éditorial
pour les collections « Sport » et « Médecine des sports » chez Elsevier
Masson.
Remerciements
Depuis 26 ans, mon approche de la médecine du sport est centrée sur ses aspects
compétitifs mais surtout préventifs. La découverte des courants de pensées et
de pratiques des activités physiques ou sportives depuis le xixe  siècle, comme
la pratique hygiéniste, m’a amené à transférer mes connaissances de médecin
du sport « compétitif » vers la médecine de l’exercice et de l’homme en mouve-
ment, surtout en direction des activités physiques ou sportives pour la santé. Ma
connaissance du monde du sport de haut niveau s’est forgée auprès des sportifs
qui m’ont fait confiance (en métropole comme en Martinique), de mes maîtres en
médecine du sport, de mes collègues médecins et kinésithérapeutes des centres
de ressources, d’expertise et de performance sportive (CREPS) de Boulouris, de
Toulouse, des fédérations sportives nationales et internationales où j’ai travaillé.
J’ai appris énormément dans les bons et les mauvais moments avec mes collègues
des commissions médicales nationales de l’athlétisme, du bobsleigh, du tennis, de
l’athlétisme Handisport et en multisports avec le sport universitaire… J’ai côtoyé
des dirigeants passionnés dans le monde des fédérations et dans l’athlétisme, en
particulier B. Amsalem, ancien président de la Fédération française d’athlétisme
(FFA) que je remercie de sa confiance et de son investissement dans l’Athlé-Santé,
le Dr A. Calmat, président de la commission médicale du Comité national olym-
pique et sportif français (CNOSF), et des fonctionnaires du ministère chargé des
Sports, que j’ai croisé dans ma carrière. Toutes ces rencontres m’ont permis d’aimer
encore plus le sport et de grandir. Tout ce que j’ai appris comme médecin d’équipe
nationale et de fédération m’est aujourd’hui très utile dans mon approche du
« sport pour tous » et du « sport santé ». Initialement, ma formation et ma pra-
tique de traumatologue et médecin du sport à l’hôpital m’ont ouvert les portes
des fédérations, en retour, c’est en faisant la promotion et en prescrivant la mise
à la pratique d’activités physiques pour les sédentaires et les malades chroniques
au sein des fédérations que j’ai ramené à l’hôpital une pratique de prescription de
l’activité physique, d’où mon intérêt croissant pour la marche nordique. Mon his-
toire avec la marche nordique est affective, elle m’a permis de reprendre le sport
sans blessure, à une époque où je ne pouvais plus courir sans me blesser. J’ai ainsi
pu me tenir en forme avec mon groupe d’entraînement de marche nordique si
sympathique à l’Aiglon du Lamentin en Martinique. J’ai pu reprendre la course
sans délaisser la marche nordique si complémentaires. J’ai participé à la formation
de tous les coachs Athlé Santé (CAS) de la FFA depuis 2006, ils m’ont énormé-
ment appris sur la marche nordique pour la santé. Que toutes ces femmes et ces
x Remerciements

hommes qui se reconnaîtront soient ici remerciés de nos échanges qui furent
toujours enrichissants pour moi, au regard de nos diversités d’expériences et de
métiers. Un remerciement spécial pour Arja Jalkanen-Meyer que j’ai connue grâce
au projet des CAS de la FFA qui a introduit en pionnière la marche nordique
en France, elle m’a permis d’écrire la partie santé de son livre Marche nordique –
Tout le nordic walking du débutant au confirmé (éditions Nuumik, 2013), et elle
m’a autorisé à utiliser pour rédiger cet ouvrage certains de ses écrits sur l’histoire
et la technique de la marche nordique. Elle continue désormais loin de la FFA
son aventure dans l’exploration des « marches nordiques » : je lui souhaite bonne
marche et recommande vivement la lecture de son dernier livre Marche Nordique
tous les conseils pour se lancer et progresser (éditions Solar, 2019).
Je remercie aussi particulièrement le Pr M. Prevost de la faculté de médecine du
Limoges et vice-présidente de la FFA en charge de l’Athlé Forme Santé pour toutes
ces années de partage et d’échange sur notre sujet commun de passion « l’athlé-
tisme et l’Athlé Santé ». Je remercie le Dr J.-M. Serra ancien directeur médical de la
FFA pour sa participation à une ancienne version non aboutie de ce livre.
Je n’oublie pas mon père, qui est mon relecteur principal à chaque livre que je com-
mets. J’ai pu te faire connaître la marche nordique que tu pratiques aujourd’hui,
toi, tu m’as fait aimer le sport et je n’oublie pas que je te dois ainsi qu’à maman la
belle vie que j’ai aujourd’hui. Il y aura encore des livres à relire…
Préface
Lorsque le docteur Frédéric Depiesse m’a demandé de réaliser la préface de ce très
bel et utile ouvrage, il m’est revenu en mémoire cette journée, par ailleurs bien
humide, d’août 2005 à Helsinki, capitale de la Finlande. En tant que président de
la Fédération française d’athlétisme (FFA), j’étais venu assister aux championnats
du monde et je m’étais octroyé une petite marche dans la ville, ma routine pour
rester en forme !
En plein centre-ville, j’ai alors vu une étrange procession de dizaines de marcheurs
en groupes, habillés comme nos athlètes de running, mais qui marchaient d’un
très bon pas en direction des nombreux parcs de la ville. Ils usaient de bâtons
pour se propulser et garder une posture qui me semblait très efficace. Les repré-
sentants finlandais qui m’accompagnaient me donnèrent alors l’explication sur
cette pratique courante dans le pays : le nordic walking… – en français « marche
nordique » – évidemment.
En revenant en France, totalement séduit par cette discipline, pratiquée de
manière exemplaire en Finlande par les plus hautes autorités de l’État, j’ai alors
demandé une analyse de la situation sur les opportunités que cette discipline
pouvait représenter, et sur le nombre de personnes que nous pouvions toucher
pour contribuer à leur bien-être individuel. Nous avons ainsi lancé de nombreuses
actions pour faire connaître et structurer la pratique sur le territoire national, à
la fois en interne, en direction de nos clubs, et auprès du plus grand nombre, en
organisant des événements impactant en partenariat avec les collectivités locales.
Nous nous sommes appuyés sur de grandes expertises, comme celle, ô combien
précieuse, de la pionnière Arja Jalkanen-Meyer, et avons développé des passerelles
très innovantes pour l’époque entre les cadres techniques d’État, chargés de la per-
formance et de la formation, la commission médicale de la FFA, sous la présidence
du docteur Depiesse, et tous les bénévoles impliqués dans les clubs fédéraux.
Le ministère de la Santé, à travers le bureau des maladies chroniques et de sa
chef de service, le docteur Carole Cretin, a été le premier, en 2006, à nous faire
confiance et à comprendre les enjeux de santé publique de cette pratique pour
lutter notamment contre les maladies respiratoires, l’obésité, la sédentarité ou
encore pour diminuer les récidives liées au cancer et aux accidents cardiaques.
Nous avons ainsi créé le corps des coachs Athlé Santé, entraîneurs profession-
nels, dédiés, au sein des clubs de la FFA, aussi bien à l’amélioration de la santé
des malades qu’aux démarches préventives. En ce sens, nous avons anticipé l’ob-
tention de la délégation du ministère des Sports pour cette discipline, que nous
avons finalement reçue en 2009.
xii Préface

Depuis 11 ans, la FFA est donc chargée de la promotion, de la formation, de l’enca-


drement de cette activité et de l’écriture de la réglementation de la marche nor-
dique en compétition. Grâce à ces actions, la marche nordique a déjà séduit plus
de 25 000 personnes, pratiquant dans des clubs d’athlétisme partout en France.
Je remercie vivement le docteur Depiesse pour son engagement sans faille au ser-
vice de cette pratique de la marche nordique, dont le développement en France
restera pour son impact social et de santé publique ma plus grande fierté d’ancien
président de la FFA. Nous partageons, cher Frédéric, le même engagement pour
toujours tenter d’améliorer la santé de nos concitoyens et leur donner des outils
leur permettant de lutter contre le plus grand fléau de notre époque moderne : la
sédentarité et son cortège de pathologies morbides.
Les ravages de la Covid-19 dans le monde doivent en particulier nous pousser
à faire toujours plus pour que ces pratiques de sport bien-être, telle la marche
nordique, puissent être accessibles au plus grand nombre. C’est un enjeu majeur
des sociétés modernes. Cet ouvrage y apporte une réelle contribution que je veux
ici saluer.
Bonne lecture à toutes et à tous !
Bernard Amsalem
Ancien président de la FFA (2000–2016)
Abréviations
10mWT 10 meter walk test
AIAA aromatase inhibitor-associated arthralgia
ALD affection de longue durée
ALS animateur de loisir sportif
ANWA American Nordic Walk Association
APA activité physique adaptée
APS activité physique ou sportive
APT activité physique pour tous
ARPO activité de randonnées, de proximité et d’orientation
ATP adénosine triphosphate
AVC accident vasculaire cérébral
BBS Berg balance scale
BDI Beck depression inventory
BEES brevet d’État d’éducateur sportif
BPCO bronchopneumopathie chronique obstructive
BPJEPS brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport
BS back scratch
CACI certificat d’absence de contre-indication
CAS coachs Athlé Santé
CIDI composite international diagnostic interview
CMAP conseil minimal d’activités physiques
CNOSF Comité national olympique et sportif français
CQP certificat de qualification professionnelle
DE dépense énergétique
DEJEPS diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport
DESJEPS diplôme d’État supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du
sport
DEXA dual energy X-ray absorptiometry
DMO densité minérale osseuse
DT2 diabète de type 2
EDSS expanded disability status scale
EHPAD établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes
EPS éducation physique et sportive
ES éducateur sportif
ETAPS éducateur territorial des activités physiques et sportives
ETP éducation thérapeutique du patient
xiv Abréviations

EVA échelle visuelle analogique


FC fréquence cardiaque
FFA Fédération française d’athlétisme
FFAIR Fédération française des associations & amicales de malades, ­insuffisants
ou handicapés respiratoires
FFP Fédération française de pneumologie
FITT frequency intensity time type
GGT gamma-glutamyl transférase
GPAQ global physical activity questionnaire
HADS hospital anxiety and depression scale
HAS Haute Autorité de santé
HbA1c hémoglobine glyquée
HDL high density lipoprotein
HR hazard ratio
HTA hypertension artérielle
HTAR hypertension artérielle résistante
IC intervalle de confiance
IG index glycémique
IMC indice de masse corporelle
INCa Institut national du cancer
INJEP Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire
Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale
INWA International Nordic Walk Association
IRM imagerie par résonance magnétique
IRMES Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport
LDL low density lipoprotein
MET metabolic equivalent of task
MNT Marche Nordique Tour
OMS Organisation mondiale de la santé
PANDA Parkinson neuropsychometric dementia assessment
PDQ-39 39-item Parkinson’s Disease Quotation
PMA puissance maximale aérobie
PNNS Programme national nutrition santé
PSA pression sanguine artérielle
QAAP questionnaire sur l’aptitude à l’activité physique
RCV réadaptation cardiovasculaire
REE réentraînement à l’effort
RFR restauration fonctionnelle du rachis
SEP sclérose en plaques
SF-36 36-item short form survey
SFMES Société française de médecine de l’exercice et du sport
Abréviations xv

STAPS sciences et techniques des activités physiques et sportives


STS sit-to-stand
TC cholestérol total
TG triglycérides
TM6 test de marche de 6 minutes
TMS troubles musculosquelettiques
TUG timed up and go
UPDRS unified Parkinson disease rating scale
VO2max débit de consommation maximale d’oxygène
WBGT wet bulb globe temperature
WHOQL World Health Organization Quality of Life scale
CHAPITRE

1
Introduction

PLAN DU CHAPITRE
■■ La marche au fil des siècles

■■ Les enjeux de la marche au xxie siècle


yy Lutter contre l’inactivité physique et la sédentarité
yy Lutter contre l’obésité : une des principales pathologies en lien avec le manque
d’activité physique
yy Promouvoir le sport-santé

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
2 Marche nordique et santé

La marche nordique, dont nous allons étudier les liens avec la santé, est une
superbe activité qui est une des expressions modernes de la marche, ce geste le
plus simple et le plus naturel depuis notre passage à la bipédie.

La marche au fil des siècles


La marche est mentionnée dans de nombreux textes anciens. «  Lève-toi et
marche » (Luc 5, 23) n’est pas qu’une parole biblique révélant le miracle, elle
évoque également ce mouvement comme signe de bonne santé.
Les philosophes et sociologues ont ainsi bien décrit l’aspect vital de la marche.
« La marche est souvent guérison », dit Le Breton [1] pour qui elle est, sur le plan
psychique, synonyme d’évasion et de stimulation de l’imagination.
Les effets de la marche sur les performances cognitives du cerveau, mais aussi
sur les pathologies dépressives comme thérapeutiques, ont bien été montrés
par les neurosciences et nous verrons l’intérêt de la marche nordique à cet égard.
Pour Picq, « les pieds et le cerveau sont indissociables », ajoutant que « c’est avec
la marche que la pensée prend forme »  [2]. Socrate, Kant ou encore Serres en
témoignent également [3]. En 1851, Thoreau décrit la marche « comme un che-
min spirituel, un exercice salutaire et libérateur » pour affirmer sa liberté d’homme,
fuir les villes et les clôtures et mieux penser le monde [4].
Déjà à l’Antiquité, les philosophes péripatéticiens (du grec peripatetikos  : «  qui
aime se promener »), dont leur chef de file est Aristote, apprécient réfléchir et
discuter entre eux en marchant.

Remarque
Actuellement, des réunions en marchant en équipe sont pratiquées dans
certaines entreprises.
On pourrait aussi suggérer aux médecins devant faire un entretien motivationnel
préalable à la prescription d’activités physiques ou aux psychiatres de proposer
à leurs patients des consultations marchées, par exemple dans un jardin public.
Galien (130–199 apr. J.-C.) place l’usage de mouvements physiques dont la marche
comme faisant partie des exercices physiques qu’il juge bénéfiques pour la santé [5].
Médecin des gladiateurs à Pergame, Galien décrit la différence qu’il fait sur le plan du
bénéfice en termes de santé entre la gymnastique (pratique répandue dans les classes
sociales élevées dont l’hygiène par le mouvement faisait partie) et l’art de l’entraîne-
ment des gladiateurs. Galien rejette avec force les efforts violents de ces derniers qui
« se fatiguent chaque jour avec excès aux exercices » et souhaite que ce soit le méde-
cin qui indique quels sont les exercices les plus appropriés pour un individu donné.
Fidèle aux idées d’Hippocrate (460–377 av. J.-C.), dont il s’affirme le disciple, et à
l’aphorisme bien connu du poète Juvenal (65–128 apr. J.-C.), reprise ensuite par
Rabelais (1494–1553) et Montaigne (1533–1592), « mens sana in corpore sano »
(«  un esprit sain dans un corps sain »), Galien inclut donc la promotion de la
« gymnastique » dans le champ de la médecine préventive et curative [6].
Introduction 3

Galien est finalement très moderne et l’on ne peut qu’être d’accord avec son ana-
lyse sur la différence entre les mouvements pour la santé et ceux pour la compé-
tition. Faire se rejoindre médecine et sport, comme le propose Galien, renforce la
légitimité du médecin du xxie siècle « préventologue et curatologue » à inciter sa
patientèle à bouger.
Cette approche moderne est le fruit de l’évolution des activités physiques comme
la marche à but de santé : ainsi, au xixe siècle, se développe une vision hygiéniste
de la marche avec des finalités militaires, tandis qu’au xxie siècle, la marche devient
plus utilitariste pour répondre à la pandémie de sédentarité.
Le sociologue Le Breton formule très bien cette évolution : « Le statut du mar-
cheur a changé. (…) La marche s’impose comme activité de loisir. L’imaginaire
contemporain se réfère plutôt à l’idée de disponibilité et à la nécessité d’entretenir
son corps. » [7] On sent qu’il regrette cette évolution moderne utilitariste, voire
hygiéniste de notre approche de la marche, qui d’ailleurs n’est pas si moderne si
on se réfère aux travaux des médecins grecs de l’Antiquité. Pour lui, la stimula-
tion de l’imaginaire, le retour sur soi, le voyage et la découverte sont essentiels
dans la marche, il précise que « marcher sur un tapis roulant inlassablement est
un exorcisme de la marche et une manière utilitaire de se dépenser sans avoir à
se confronter au risque de la rencontre ou de découvrir des paysages de toute
beauté » [7].
Mais finalement, ces deux approches de la marche s’opposent-elles vraiment  ?
Devant l’urgence sanitaire de la pandémie de sédentarité, la vision hygiéniste de la
marche est importante, pour autant elle n’empêche pas la marche « découverte »,
introspective, altruiste, avec son incroyable pouvoir de liberté, de découverte de
paysages magnifiques, de rencontre de nous-même, et parfois d’autrui au hasard
des chemins, au cours des kilomètres parcourus.

Les enjeux de la marche au xxie siècle


Lutter contre l’inactivité physique et la sédentarité
Marcher redressé sur nos deux membres inférieurs est donc bien ce geste naturel
inscrit dans notre ontogenèse et notre phylogenèse. Pour Homo sapiens et ses
prédécesseurs ou cousins comme Homo neanderthalis, la marche est le mode
de déplacement adopté depuis le passage à la bipédie. Picq en parle comme une
fonction corporelle essentielle au même titre que la procréation ou l’alimenta-
tion [2]. De Baecque la décrit comme une activité constitutive de l’être humain [8].
Or, depuis le xixe siècle, la marche pour vivre et survivre étant de moins en moins
nécessaire, elle tend à disparaître progressivement. Picq le résume ainsi  : «  La
longue marche de l’homme s’est arrêtée avec l’apparition de l’agriculture et de
la sédentarité avec ses maladies associées. » Pour lui, « le geste de la marche est
menacé d’oubli » [2].
4 Marche nordique et santé

Remarque
Des études et le retour d’expérience de professeurs d’éducation physique et
sportive montrent que les enfants occidentaux ont, à ce jour, une capacité
aérobie inférieure d’environ 25 % à celle des enfants au XXe siècle.

Comprendre les concepts d’inactivité physique et de sédentarité et leurs impacts


permet de voir l’intérêt de la marche nordique pour les humains du xxie siècle.
L’inactivité physique est définie comme un niveau insuffisant d’activité physique
d’intensité modérée à élevée (voir encadré Conseil ci-après), c’est-à-dire un niveau
inférieur à un seuil d’activité physique recommandé par les sociétés savantes et
l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’inactivité physique, facteur de risque
indépendant de la sédentarité, est considérée désormais comme la première
cause de mortalité évitable, devant le tabagisme.
L’inactivité physique serait responsable d’environ 10 % de la mortalité totale en
Europe et de 6 à 9 % de la mortalité dans le monde ; par ailleurs, 6 % des maladies
coronariennes, 7 % des diabètes de type 2, 10 % des cancers du sein, 10 % des
cancers du côlon et 9 % des morts prématurées seraient attribuables au seul fait
d’être physiquement inactif [9].
La sédentarité est définie par une situation d’éveil caractérisée par une faible
dépense énergétique en position assise ou allongée (< 1,5 metabolic equivalent
of task ou MET). Elle est considérée de manière distincte de l’inactivité physique,
avec ses effets propres sur la santé. Pour estimer la sédentarité, l’indicateur le
plus utilisé dans les études est le temps passé assis devant un écran (télévision,
jeux vidéo, ordinateur), même s’il ne représente qu’une part du temps réel de
sédentarité.
Les relations entre l’activité physique et la sédentarité sont complexes. On peut
être non sédentaire si on bouge un peu toutes les 2 h, mais si on bouge avec
une faible intensité et sans atteindre les  30  min quotidiennes (ou 150  min/
semaine), on sera inactif. De même, un sujet actif pendant 3  h de sport le
week-end mais qui reste assis plus de 7 h tous les jours de la semaine au travail,
à la maison, et qui se déplace en voiture, sera classé à risque comme un séden-
taire (voire plus à risque sur le plan cardiovasculaire étant donné l’effort brutal
et intense du week-end), d’où l’intérêt, par exemple, d’aller régulièrement à
pied ou à vélo au travail.

Remarque
Hors temps de travail, les adultes passent quotidiennement de 3  h  20 à
4 h 40 assis devant un écran. Les enfants et les adolescents (de 3 à 17 ans)
passent plus de 2 h quotidiennes face à un écran et ce temps atteint 3 h chez
les personnes âgées de plus de 65 ans.
Introduction 5

Des travaux récents ont mis en évidence une augmentation des risques cardiomé-
taboliques et de la mortalité toutes causes confondues avec l’augmentation de la
durée quotidienne de sédentarité. La sédentarité constitue un facteur de risque
de mortalité et de morbidité, indépendamment du niveau d’activité physique.
C’est la quatrième cause mondiale de mortalité selon l’OMS [10-13].
Pour agir sur l’état de santé, il faut donc à la fois augmenter le niveau de l’activité
physique et limiter la sédentarité.

Conseils
Les recommandations de l’OMS pour éviter d’être inactif sont de pratiquer
pour les adultes « au moins 150 min hebdomadaires d’une activité physique
d’intensité modérée, ou au moins 75 min hebdomadaires d’une activité phy-
sique intense, ou une combinaison équivalente d’activité physique d’inten-
sité modérée à forte ». En France, ces recommandations diffusées dans le
cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) ont été traduites en
un message de santé publique incitant à pratiquer l’équivalent d’au moins
30 min de marche rapide par jour, 5 fois par semaine [14, 15].

Lutter contre l’obésité : une des principales pathologies en


lien avec le manque d’activité physique
Il faut lutter contre cette évolution vers la sédentarisation, liée à l’industrialisation, à la
mécanisation et à l’apparition des moyens de transport modernes, mais aussi prendre
en compte les modes de prises alimentaires déstructurées, uniformisées, riche en
lipides, en sucres et aseptisées, conduisant au développement du surpoids, de l’obé-
sité, ainsi que de nombreuses maladies chroniques liées à la sédentarité et à l’inactivité.
Aux États-Unis, devant le constat de taux élevés d’obésité chez l’enfant et chez
l’adulte, de l’ordre de 39 % pour les adultes (et jusqu’à 70 % pour les adultes en
associant surpoids et obésité), Michelle Obama a soutenu, en 2013, une cam-
pagne de promotion du mouvement pour la santé dans laquelle elle chante et
vante le fait de danser et de bouger (encadré  1.1). Se mouvoir est donc bien
reconnu comme un élément fondamental de notre réponse à l’urgence sanitaire
que l’on vit et qui est aujourd’hui considérée comme une véritable pandémie [16].

Encadré 1.1
Obésité et surpoids des populations : comparaison France/
États-Unis
L’épidémie d’obésité progresse encore et toujours de l’autre côté de l’Atlantique, alors
qu’elle stagne en France.
Près de 39 % des Américains de plus de 20 ans étaient obèses en 2016 contre 34 %
en 2007, selon Hales et  al.a, chercheurs des centres de contrôle et de prévention

a continué
6 Marche nordique et santé

des maladies (CDC). La part d’obèses sévères a également progressé, passant de 5,7
à 7,7 %. Les femmes et les personnes âgées entre 40 et 59 ans ont enregistré la plus
forte hausse. Pour parvenir à ces résultats, Hales et  al. ont comparé les données de
plus de 43 000 Américains, recueillies via des questionnaires entre 2007 et 2008, à celles
collectées entre 2015 et 2016.
En France, on dénombre moitié moins d’obèses (17 %, mais 28 % en Martinique), et
presque autant de personnes en surpoids (32 %). Les obésités très sévères en France,
correspondant à un indice de masse corporelle (IMC) > 40 kg/m2, étaient en 2016 de
2 % des femmes (1,3 % en 2006) et 1 % des hommes (0,7 % en 2006) ; elles sont trois
à six fois plus nombreuses aux États-Unis. Le taux d’obésité des enfants et des adoles-
cents (entre 2 et 19 ans) est de 18 % aux États-Unis. Il est d’à peine 3 % chez les jeunes
âgés de 3 à 17 ans en France (2,8 % dans l’enquête INCA 2). On note enfin 20 % de
surpoids chez les jeunes Américains et 14 % chez les jeunes Français. Aux États-Unis,
les garçons ont une tendance à l’excès de poids légèrement supérieure à celle des filles.
En France, c’est l’inverseb.
aHales CM, Fryar CD, Carroll MD, Freedman DS, Ogden CL. Trends in obesity and severe obesity prevalence in
US youth and adults by sex and age, 2007-2008 to 2015-2016. JAMA 2018 ; 319(16) : 1723-5.
bFlegal KM, Carroll MD, Ogden CL, Curtin LR. Prevalence and trends in obesity among US adults, 1999-2008.
JAMA 2010 ; 303(3) : 235-49.

Promouvoir le sport-santé

Définition
Selon le Code du sport, le sport-santé recouvre la pratique d’activités phy-
siques ou sportives (APS) qui contribuent au bien-être et à la santé du
pratiquant conformément aux recommandations de l’OMS pour laquelle
«  la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et
ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Il
concerne à la fois les sédentaires débutant les APS et les malades chroniques
devant bouger pour leur santé. Il se réalise seul en autonomie (il diffère de
l’activité physique domestique ou professionnelle – comme aller au travail
à pied, faire ses courses à pied, jardiner… – et la complète) ou en club. On
parle alors d’activité physique de loisir et il s’oppose au sport intensif et/ou
de compétition [17].

L’évolution du sport de compétition et de loisir a façonné une médecine à deux


visages à la fois préventive (sport-santé, sport pour tous) et curative (voire parfois
d’optimisation déviante de la performance). L’aspect « sport-santé » utilitariste est
pratiqué aujourd’hui surtout en loisir dans de nombreuses fédérations sportives,
certaines étant même spécialisées dans cette approche de l’effort  : Fédération
française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV), Sport
pour tous (ex-EPMM), Fédération française de la randonnée pédestre, Fédération
Introduction 7

française de cyclotourisme… Elles proposent toutes une offre de marche active


ou de marche nordique dans leurs activités (hormis bien sûr le cyclotourisme).
On constate que la médecine du sport a quelque peu négligé le sport-santé
jusqu’au début des années 2000 [17]. L’intérêt qu’il suscite depuis n’est que justice
et urgence.
En effet, il est bien temps de réhabiliter la médecine de l’homme en mouvement
et la santé par l’exercice, comme le proposent Perié, Commandre et Barrault [18]
pour qui le sport-santé doit relever de la santé publique.
En santé publique et en éducation à la santé en direction du grand public séden-
taire sans pathologie, on nomme le fait de recommander de bouger par la pra-
tique des APS comme étant de la prévention primaire. Selon les recommanda-
tions pour lutter contre la sédentarité, il ne faut pas rester assis plus de 2 h d’affilée
sans bouger et plus de 7 h par jour à son bureau ou devant des écrans (ordinateur,
TV). Pour lutter contre l’inactivité, il faut au moins marcher rapidement 30 min
par jour, 5 fois par semaine (rapidement veut dire à la limite de l’essoufflement ; en
effet, savoir augmenter l’intensité est aussi un facteur de bienfaits).
Dès les années 2000, il est devenu évident qu’il fallait promouvoir la marche en
direction des publics spécifiques comme les porteurs de pathologies chroniques,
dans ce que l’on nomme la prévention secondaire et tertiaire. On parle ainsi d’acti-
vités physiques adaptées (APA) dont fait partie la marche comme outil de théra-
peutique non médicamenteuse [17].
La peur de faire bouger les malades a diminué chez les médecins depuis une
vingtaine d’années et la prescription de la marche comme outil de thérapeutique
non médicamenteuse s’est imposée. À coup sûr, la marche nordique va être un
formidable outil pour tous les programmes de recherche à venir portant sur les
activités physiques et la santé.
Avant de se lancer dans un projet d’activité physique, une prise en charge indivi-
dualisée permettant d’adapter l’activité aux capacités du patient est le meilleur
moyen pour l’aider à progresser, à ce qu’il se fasse plaisir et à retirer des bénéfices
pour sa santé en pratiquant quel que soit son niveau. Ce livre qui recueille les don-
nées scientifiques du moment, doit permettre aux professionnels de s’approprier
la marche nordique.
Ainsi s’ouvre un nouveau champ de la promotion de la santé par les APS, notam-
ment grâce au mouvement actuel de diffusion des bonnes pratiques et recom-
mandations d’activités physiques au sein des fédérations et dans le grand public.
La Fédération française d’athlétisme (FFA) est en pointe dans le développement
du « sport-santé », en particulier avec la promotion du running et de la marche
nordique. Ainsi, elle a collaboré à la rédaction de l’ouvrage Médicosport-santé du
Comité national olympique et sportif français (CNOSF) piloté par le Dr A. Calmat
et consultable sur le site Internet du Vidal. L’intérêt de la FFA pour la marche nor-
dique, depuis 2005, témoigne des changements en cours. La marche nordique est
l’outil pour faire bouger les sédentaires en toute sécurité, avec plaisir, simplement,
8 Marche nordique et santé

sans risque, en jouant, avec un coût financier minimal et une large accessibilité.
La FFA et les coachs Athlé Santé (CAS) s’en sont emparés rapidement (dès 2006)
après son arrivée en France au début des années 2000.

Coach Athlé Santé


Un métier nouveau a vu le jour au sein de la FFA, celui de coach Athlé Santé
(CAS), afin de promouvoir la pratique de bien-être et de santé par les APS.
Les CAS sont des éducateurs sportifs salariés temps plein au sein d’un club
d’athlétisme.

Ils proposent ainsi une pratique de la marche nordique allant de la marche de


plein air de loisir aux compétitions, à la demande des pratiquants. Et les CAS font
la synthèse du sport de compétition et du sport-santé, afin de faire profiter aux
pratiquants de sports de loisir des vertus de la pratique sportive compétitive, et,
inversement, de faire découvrir aux compétiteurs les bienfaits du sport de loisir.

Dispositif de santé efFORMip


Avec D. Rivière, ancien chef du service de médecine du sport du CHU de
Toulouse, et son équipe nous avons créé en 2004 efFORMip en Midi-Pyré-
nées. Cette association a pour objectif de lutter contre la sédentarité des
porteurs de pathologies chroniques en utilisant les APS et en rapprochant
le monde du sport et celui de la santé.
Le rôle des éducateurs sportifs et des clubs sportifs associatifs a été capital
pour la mise à l’activité de nos patients et surtout leur maintien dans l’acti-
vité. Très rapidement, les encadrants utilisant la marche nordique ont été
plébiscités par les patients et par l’équipe d’efFORMip.

En effet, il n’est pas nécessaire d’opposer systématiquement « sport de compéti-


tion » et « sport-santé », ni les termes « sport » et « activités physiques adaptées
(APA) ». Il y a un continuum dans les deux directions : un compétiteur peut deve-
nir un pratiquant d’APA après sa carrière et un sédentaire malade de cancer peut
devenir un compétiteur engagé après avoir fait une APA de réadaptation.
Toutefois, la tendance actuelle est de différencier à outrance ces deux pratiques
pour des raisons diverses (reconnaissance universitaire, création de filière, défense
corporatiste, etc.). Une complémentarité et un partage respectueux et intelligent
des investissements sur les plans financiers, de recherche, des projets de terrain
entre les différents acteurs (professionnels de santé, enseignants APA, éducateurs
sportifs, animateurs bénévoles fédéraux…) seraient plus judicieux. La tâche de
mettre la France « en mouvement », comme nous y invite le Comité d’organisa-
tion des Jeux olympiques et paralympiques d’été de 2024, est immense et tous les
acteurs doivent collaborer.
Introduction 9

L’accélération des pandémies (obésité, diabète, COVID-19, etc.) au xxie siècle est


un autre élément de prise de conscience et donc toutes les énergies doivent être
mobilisées pour faire bouger nos concitoyens.
Sur le plan économique, les freins au développement du sport-santé sont princi-
palement financiers. Quelques assurances santé, l’État et les collectivités financent
un peu le sport-santé, mais on est encore dans un système balbutiant et de sau-
poudrage qui n’aide pas à la tranquillité de vie des acteurs et au développement
des prises en charge. Par exemple, le «  sport sur ordonnance pour les patients
en affection longue durée » n’est pas remboursé par l’assurance maladie (sauf
cas particuliers d’expérimentations comme à Nice avec le projet « As du cœur »
d’Odile et Stéphane Diagana) malgré les preuves d’un bénéfice économique à
moyen terme.
Il est donc bien temps pour nous tous de réapprendre à marcher (comme on l’a
fait durant notre petite enfance) et pour les professionnels du sport et de la santé
de conseiller et de prescrire la marche.
L’ajout des bâtons à une pratique de la marche peut permettre de réconcilier la
vision hygiéniste, utilitariste et la vision de la marche « découverte » en étant utile
en termes de santé physique, psychique et de plaisir. En outre, la marche nordique
pratiquée en club ou en autonomie est peut-être l’outil qui manquait pour nous
faire bouger !
Ce livre est une modeste contribution au retour de ce geste naturel qu’est la
marche (encore mieux avec des bâtons) comme outil de santé.

Les données sur la marche nordique


Dans ce livre, les aspects de prescription et les données des publications
scientifiques sur la marche nordique et la santé seront décrits.
Toutefois, on sera d’emblée critique sur la littérature sachant que mal-
heureusement la puissance des études reste limitée pour les raisons sui-
vantes : nombre de participants inclus souvent faible, absence de groupes
contrôles, peu de randomisations, pas de double aveugle, technique de
marche nordique souvent différente d’un pays à l’autre.
On notera également le faible nombre de publications scientifiques, dont
les revues de la littérature, sur le sujet de la marche nordique.
On parlera donc toujours en tendance, plus qu’en vérité scientifique.
Cela dit, en tant que clinicien et entraîneur, je reste ouvert à la réalité empi-
rique de terrain et aux témoignages positifs que les patients et usagers de
marche nordique, toujours plus nombreux, rapportent au quotidien, dans
les revues et sur les sites Internet dédiés à cette pratique.
10 Marche nordique et santé

Références
[1] Le Breton D. Éloge de la marche Métailié ; 2000.
[2] Picq P. La marche. Sauver le nomade qui est en nous Autrement ; 2015.
[3] Serres M. Marcher avec les philosophes. Philosophie Magazine 2018 hors série.
[4] Thoreau H D. De la marche Mille et Une Nuits ; 2003.
[5] Felsenheld E. Galien et la gymnastique : science sans conscience n’est que ruine du corps. Bulletin
de l’Association Guillaume Budé 2009 ; 2 : 131‒45.
[6] Rieu M. La santé par le sport : une longue histoire médicale. La revue pour l’histoire du CNRS
2010 ; 26 : 30‒5.
[7] Le Breton D. Marcher. Éloge des chemins et de la lenteur Métailié ; 2012.
[8] De Baecque A. Une histoire de la marche Perrin ; 2016.
[9] Lee I, Shiroma E, Lobelo F, Puska P, Blair S, Katzmarzyk P. Effect of physical inactivity on major
non-communicable diseases worldwide : an analysis of burden of disease and life expectancy.
Lancet 2012 ; 380(9838) : 219‒29.
[10] Chau J, Grunseit A, Midthjell K, Holmen J, Holmen T, Bauman A, et al. Cross-sectional associa-
tions of total sitting and leisure screen time with cardiometabolic risk in adults. Results from the
HUNT Study, Norway. J Sci Med Sport 2014 ; 17(1) : 78‒84.
[11] Chau J, Grunseit A, Chey T, Stamatakis E, Brown W, Matthews C, et al. Daily sitting time and all-
cause mortality : a meta-analysis. PLoS One 2013 ; 8(11) : e80000.
[12] Ekelund U, Tarp J, Steene-Johannessen J, Hansen BH, Jefferis B, Fagerland MW, et al. Dose-res-
ponse associations between accelerometry measured physical activity and sedentary time and
all cause mortality : systematic review and harmonised meta-analysis. BMJ 2019 ; 366 : l4570.
[13] Rezende LFM, Sá TH, Mielke GI, Viscondi JYK, Rey-López JP, Garcia LMT. All-cause mortality attri-
butable to sitting time : analysis of 54 countries worldwide. Am J Prev Med 2016 ; 51(2) : 253‒63.
[14] Anses. Avis et rapports relatifs à l’« Actualisation des repères du PNNS : révisions des repères
relatifs à l’activité physique et à la sédentarité ». 2016.
[15] OMS Europe. Stratégie sur l’activité physique pour la région européenne de l OMS ; 2016 -2025.
[16] Kohl 3rd HW, Craig CL, Lambert EV, Inoue S, Alkandari JR, Leetongin G, et al. The pandemic of
physical inactivity : global action for public health. Lancet 2012 ; 380(9838) : 294‒305.
[17] Depiesse F, Coste O. Prescription des activités physiques pour la santé : de la prévention à la
thérapeutique, 2e éd Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson ; 2015.
[18] Perié H, Commandre F, Barrault D. La médecine de l’homme en mouvement Frison-Roche ; 2008.
CHAPITRE

2
Description, histoire et
évolution de la marche
nordique

PLAN DU CHAPITRE
■■ Qu’est-ce que la marche ?

■■ Qu’est-ce que la marche nordique ?

■■ Origines et développement de la marche nordique


yy La Finlande, berceau de la marche nordique
yy La marche nordique en France
■■ Modalités de pratique en France

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
12 Marche nordique et santé

Qu’est-ce que la marche ?


La marche est l’activité physique la plus pratiquée au monde (en France, environ
29 % de la population se déclare marcheurs réguliers) et pour cause, il s’agit d’un
geste naturel essentiel à notre survie et à notre vie. C’est aussi et surtout l’activité
naturelle la plus simple et la plus accessible pour bouger en l’absence de trouble
chez un sujet valide. Ce mouvement n’a vu son utilisation régresser que récem-
ment, sous la pression des transports à moteur. La marche est considérée comme
un mode de déplacement «  doux », non polluant, tout comme la bicyclette
dont on peut souhaiter qu’elle prenne toute sa place dans les modes de trans-
port de nos sociétés. Dans les études anglo-saxonnes sur les usages des transports
« doux », le vélo est plus utilisé que la marche, à partir de 1 mile (1609 m).
Sur le plan biomécanique, la marche classique est une activité locomotrice com-
plexe qui dépend de nombreux paramètres : l’âge, la taille, la force et la puissance
musculaire, la condition physique, la vitesse choisie, l’équilibre, les handicaps psy-
cho-neuro-moteurs et les déficiences physiques. Le cycle de marche se définit
entre les poses successives du même membre inférieur au sol, et comprend une
phase d’appui avec l’attaque du pied au sol, qui se fait le plus souvent par le talon,
puis une phase oscillante où le pied est en l’air. On considère habituellement que
la phase d’appui est de 60 %, et la phase oscillante de 40 % ; il existe une phase
de double appui de 20 % qui est caractéristique de la marche et qui disparaît à la
course. La définition écologique, selon Morris, expert des questions sur la santé et
l’activité physique, fait de la marche une activité aérobie, rythmique, dynamique
et bonne pour la santé [1]. La marche fait appel à une multitude de muscles, ce
qui lui confère de nombreux bénéfices et présente peu d’effets négatifs du fait de
ses caractéristiques de vitesse, de pression et d’impact au sol. Marcher souvent
au quotidien au-dessus de la zone de 60  % de sa propre fréquence cardiaque
maximale est, selon de nombreux auteurs, un moyen de développer sa condition
physique et en particulier son endurance. Mais marcher est aussi utile pour entraî-
ner et améliorer de nombreux métabolismes essentiels à notre organisme, comme
sur le plan énergétique avec la contraction musculaire, avec et sans oxygène. Elle
permet aussi une meilleure gestion des nutriments comme les protides, les glu-
cides et les lipides. La marche comme tout exercice physique joue sur : la satiété
post-exercice ; l’augmentation des besoins en calorie ; le rééquilibrage des filières
et métabolismes afin d’éviter le stockage trop important des lipides sous forme
de graisse abdominale et en particulier d’optimiser les effets de l’insuline qui joue
un rôle essentiel dans le métabolisme des sucres et des graisses. Marcher permet
de stimuler la croissance et la réparation des fibres musculaires. Marcher a aussi
un effet sur le métabolisme osseux, en particulier sur l’amélioration de la densité
minérale osseuse (même si les activités avec impact sont plus performantes en
ce sens). Par l’apport de sang et d’oxygène et par la stimulation neuronale, mar-
cher favorise le fonctionnement du cerveau avec l’amélioration des performances
Description, histoire et évolution de la marche nordique 13

cognitives comme la mémorisation, la vitesse de traitement des données, la capa-


cité d’exécution et d’organisation.
Sur le plan sociologique, la marche a plusieurs impacts : en effet, pratiquée à plu-
sieurs, elle crée du lien social ; utilitariste, elle permet d’aller au travail, d’aller cher-
cher notre nourriture au jardin ou au supermarché. Sur le plan psychologique, elle
permet une meilleure estime de soi et de développer confiance en soi et créati-
vité. Au final, elle offre une meilleure qualité de vie.
Tous les bienfaits de la marche seront réels si, et seulement si, l’on s’y adonne régu-
lièrement, à la fois en prévention mais aussi en thérapeutique [2].
On peut donc bien intégrer la marche comme la forme d’activité physique la
plus accessible à ce jour. Ce mouvement naturel et si simple (sa vraie complexité
n’apparaissant que lorsqu’un handicap ou un trouble de la marche la perturbent
après un accident ou une maladie) est présent dans notre vie quotidienne, qu’il
soit de loisir, sportif, domestique ou professionnel. C’est un moyen au service du
développement durable et donc un outil écologiquement positif. Selon le baro-
mètre national 2018 de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation popu-
laire (INJEP) sur les pratiques sportives, les pratiquants d’APS se retrouvent en
premier lieu dans l’univers de la marche et de la course qui s’avère de loin le plus
prisé. Quarante pour cent des Français déclarent avoir pratiqué l’une des activités
suivantes : randonnée pédestre, marche nordique ou marche athlétique (seules
caractérisations retenues concernant la marche), course à pied allant du footing
de détente à l’ultratrail. L’univers de la course et de la marche est donc le plus
fréquent chez les hommes comme chez les femmes, quel que soit l’âge chez les
adultes et les seniors. En France, on marche 15 à 20 min/jour en moyenne, soit une
distance de 1 à 1,3 km, avec des disparités régionales et entre les milieux urbain et
rural : 50 % de la population marche moins de 4 min/jour, et 23 % de la population
plus de 1,5 km dans la journée. La part de la marche a baissé des années 1980 au
début des années 2000. Elle continue de baisser dans les zones périurbaines et les
villes petites et moyennes, tandis qu’elle augmente depuis le milieu des années
2000 en zone dense des grandes villes (voir l’urban walking attitude au chapitre 3).
Chaque année depuis 2012, Attitude Prévention, une association d’assureurs, avec
l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (IRMES), recueille
auprès des Français des données comportementales (mesure du nombre de pas
via un podomètre porté pendant 7 jours) et des données déclaratives sur leurs
pratiques d’APS, leurs habitudes de vie, leur environnement…
À l’issue de 5 ans d’observation sur des panels représentatifs de 1000 personnes
environ, les résultats de 2016 ont montré, qu’avec une moyenne de  7889  pas/
jour, et même si ce nombre de pas progressait (+ 386 pas en 2016 versus 2015,
par exemple), on n’avait pas atteint les 10 000 pas/jour. Ceci n’est peut-être pas
si grave. En effet, ce fameux objectif des « 10 000 pas » n’est, aujourd’hui, plus un
dogme chez les médecins de l’homme en mouvement. Toutefois, il reste un objec-
tif qui peut être utile en termes de motivation. Au fil du temps, selon Attitude
14 Marche nordique et santé

Prévention, les Français s’approprient cet objectif santé de  10  000  pas/jour  :
en 2016, un Français sur deux le connaissait, contre un sur trois en 2015 et en 2014.

L’origine marketing des « 10 000 pas »


En 1965, une entreprise japonaise, Yamasa Clock, commercialise un podo-
mètre « Manpo-Kei », littéralement la « jauge des 10 000 pas », un cher-
cheur nippon Yoshiro Hatano ayant établi qu’il fallait atteindre au moins ce
chiffre rond pour maintenir un poids de forme.
Or, aucun essai clinique n’a confirmé cette mesure, mais l’industrie de l’élec-
tronique et de nombreux ministères de la Santé dans le monde l’ont repris
par efficacité, tellement le chiffre est facile à se rappeler.

Le baromètre d’Attitude Prévention–IRMES révèle également que de nombreux


facteurs influent sur le nombre de pas : météo, indice de masse corporelle (IMC),
sexe, âge, pratique d’un sport, utilisation des écrans… Ainsi, en 2016, les Français
avaient une activité plus importante la semaine (8024 pas/jour contre 7630 pas/
jour le week-end) et lorsqu’il faisait beau (8206  pas/jour contre 6846  pas/jour
lorsqu’il pleut). Les hommes étaient plus actifs (8313 pas/jour en moyenne contre
7524 pas/jour pour les femmes), ainsi que les personnes avec enfants (8321 pas/
jour) ; 8 femmes sur 10 n’atteignaient pas la barre symbolique des 10 000 pas/jour
(figure 2.1 et tableau 2.1).
Dans la population avançant en âge : 37 % des 55 ans et plus pratiquent la marche
sous toutes ses formes. La marche (de loisir, en randonnée ou marche nordique)

8 750
8 195

9 000
7 841 ÎLE-DE-FRANCE 8 236
7 282 NORD EST
NORD OUEST

8 094
7 817
7 592
SUD EST
7 156
SUD OUEST
Moyenne nationale
Semaine 8 337 Semaine
Week-end 7 805 Week-end

Figure 2.1. Répartition de la moyenne du nombre de pas effectués par jour par les
18–64 ans.
Source : dessin Carole Fumat.
Description, histoire et évolution de la marche nordique 15

Tableau 2.1. Activité des Français calculée sur le nombre de pas moyen quotidien
Nombre de pas moyen quotidien Nombre de Français
Sédentaires (−5000 pas/j) 25 %
Faiblement actifs (5000 à 7499 pas/j) 26 %
Moyennement actifs (7500 à 9999 pas/j) 23 %
Actifs (10 000 à 12 499 pas/j) 14 %
Très actifs (> 12 500 pas/j) 12 %
Source : d’après IRMES, 2016.

est l’activité préférée des Français : ils sont 29 % à la pratiquer, dont 37 % âgés de 55
à 64 ans.
Chez les adultes jeunes, les 18–24 ans marchent significativement moins que les
autres en moyenne et parcourent environ 2000  pas/jour de moins qu’ils ne le
devraient. C’est dans cette tranche d’âge que l’on commence à voir de plus en plus
une tendance à la sédentarité, probablement en lien avec les effets liés à la pra-
tique des jeux vidéo et plus encore aux temps passés en communication (via les
smartphones, tablettes et ordinateurs…). Les 18–24 ans sont aussi les moins actifs,
moins même que les 55–64 ans, selon les enquêtes Attitude Prévention–IRMES. À
partir de 4 heures/jour, le temps passé devant les écrans réduit significativement
l’activité physique des adolescents.
L’étude de Lee  [3] a montré que pour les femmes de plus de  70  ans, marcher
4400 pas/jour permet de diminuer le taux de mortalité de 41 % comparativement
aux femmes de même âge ne réalisant que 1700 pas/jour. Augmenter le nombre
de pas permet encore de faire diminuer le risque de mortalité : les bénéfices sont
retrouvés jusqu’à 7500 pas/jour. Ensuite, le risque de mortalité reste constant, quel
que soit le nombre de pas effectués.

Qu’est-ce que la marche nordique ?


La marche nordique, qui s’effectue avec deux bâtons, est une activité physique se
pratiquant en milieu naturel, souvent en plein air (on parle de sport outdoor). C’est
une autre conception de la marche, beaucoup plus active et ludique. Elle est plus
originale et plus intense que la marche active sans bâtons et moins rapide que la
marche athlétique de compétition. Elle est surtout assez codifiée dans la forme,
donc différente de la marche de randonnée ou du trail avec bâtons. Selon les
écoles et les pays, il existe des styles différents de marche nordique (voir chapitre 5).
Le principe de la marche nordique est très simple, il s’agit d’accentuer le mouve-
ment naturel des bras pendant la marche et de propulser le corps vers l’avant à
l’aide des deux bâtons qui permettent d’aller plus vite et plus loin. Ainsi, toute la
partie supérieure du corps entre en action pendant la marche nordique, ce qui la
16 Marche nordique et santé

différencie aussi de la marche classique. Le mouvement est très proche de celui


du ski de fond pour les bras, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on sait que c’est
pour continuer à pratiquer leur condition physique à la belle saison que les skieurs
finlandais ont entrepris de marcher avec leurs bâtons dès les années 1930.
En marche nordique, la dépense d’énergie est accrue par rapport à la marche sans
bâtons. En effet, le corps (dont la musculature) est globalement plus sollicité par
le port des bâtons (en lien avec la sollicitation des membres supérieurs et de la
ceinture scapulaire) et on fournit plus d’efforts qu’à la marche traditionnelle à dis-
tance et vitesse égales. La marche nordique fait dépenser en moyenne 350 kcal/h
contre 280 kcal/h pour la marche à 5 km/h. La vitesse de marche observée va de 3
à 8 km/h. Le rythme de la marche est naturellement plus rapide avec que sans
bâtons.
Comme la technique est relativement simple, le plaisir de pratiquer est présent
dès le début, sans phase fastidieuse d’apprentissage. L’impact de la marche nor-
dique au même titre, voire mieux, que la marche sans bâtons est global sur l’état
de santé des pratiquants. Elle agit à la fois sur les aspects biologiques et psycho-
logiques de la santé du pratiquant. Seules quelques rares situations rendent la
pratique de la marche nordique impossible ou déconseillée.
Au-delà des bienfaits de santé physique et mentale, à la fois en prévention mais
aussi en thérapeutique, il faut aussi souligner les avantages d’une pratique en
groupe. Celui-ci est un élément fondamental de l’adhésion et du maintien dans
l’activité et il est vecteur de lien social (partage d’instants agréables, rencontre de
nouvelles personnes, élargissement de son cercle amical). En outre, le fait de pou-
voir parler en marchant sous le seuil de dyspnée ou seuil « aérobie » et de pouvoir
adapter le rythme de marche à tous les niveaux de condition physique favorise le
plaisir d’échanger et participe au succès de la pratique.
La marche nordique n’est pas à classer dans les activités physiques profession-
nelles, ni domestiques, mais plutôt dans les activités sportives en loisir et en com-
pétition. Plus précisément, on peut la classer comme une activité plaisir de loisir à
but de santé évident. Elle partage avec la marche sans bâtons ses nombreux béné-
fices santé et elle apporte un petit plus, le côté ludique avec les bâtons, mais aussi
une augmentation de la dépense énergétique, un renforcement musculaire de la
ceinture scapulaire (épaule, nuque, bras, avant-bras), du tronc et des membres
inférieurs. Et elle a peu de côtés négatifs connus (voir chapitre 5).

Origines et développement de la marche nordique


La Finlande, berceau de la marche nordique
La marche avec deux bâtons débute dans les années 1930 en Scandinavie et dans
les pays de langue fennique où elle sert d’entraînement d’été aux skieurs de fond
(on parle alors de ski-marche).
Description, histoire et évolution de la marche nordique 17

En Finlande, dans les années 1960, sous l’impulsion de Leena Jääskeläinen, alors
professeur d’éducation physique, la « marche-bâtons » se développe à l’école. En
1966, Jääskeläinen publie un premier manifeste pour l’intérêt de cette pratique
pour la santé.
Dans les années 1970, des stages d’entraînement sont proposés dont le but est
de maintenir la coordination du geste technique de ski de fond pendant la sai-
son sans neige. À la fin des années 1990, cette pratique est devenue une forme
d’entraînement très populaire et est considérée comme un « loisir » national.

Remarque
Cette pratique a connu plusieurs dénominations  : jogging-bâtons, course-
bâtons, course avec des bâtons en été… Elle prend le nom de sauvakävely ou
marche nordique avec la Fédération finlandaise de ski-loisirs Suomen Latu
en 1980. Mais ce n’est qu’en 2000 que le terme nordic walking est retenu par
tous. L’expression est déposée commercialement par la société EXEL, dont
l’un des dirigeants créé, dans le même temps, la fédération internationale de
la marche nordique, l’International Nordic Walk Association (INWA), implan-
tée principalement en Allemagne et dans les pays nordiques.

Rapidement, les marcheurs finlandais utilisent les bâtons de ski de leurs enfants,
d’une taille plus courte (le bâton de ski de fond doit arriver à hauteur de l’aisselle,
alors que la marche nordique se pratique avec des bâtons arrivant à hauteur du
nombril environ). Dès lors, des sociétés de matériel sportif, comme EXEL, lancent
les premiers bâtons spécifiques à la marche nordique, tel le Nordic Walker de
Marko Kantaneva, un des pionniers du développement de la marche nordique.
À la fin des années 1990, la Fédération finlandaise de ski-loisirs Suomen Latu com-
mence à former des animateurs. Ainsi, en 1998, on compte près de 2000 anima-
teurs et l’Association des médecins généralistes de Finlande décerne à Suomen
Latu leur premier prix annuel « Action-Santé ».
Les années 2000 voient l’essor de la marche nordique dans le monde.

Le cas américain
Dans les années 1980, aux États-Unis, la marche nordique est pratiquée
sous le nom de fitness pole walking. Tom Rutlin en est son promoteur.
Avec sa méthode fitness walking with poles (marche fitness avec bâtons), il
conquiert de plus en plus d’adeptes.
En 1992, les premières études scientifiques sur la dépense énergétique en
marche avec bâtons apparaissent aux États-Unis.
En 2004, l’American Nordic Walk Association (ANWA), branche de l’Interna-
tional Nordic Walk Association, voit le jour.
18 Marche nordique et santé

La marche nordique en France


Des premières actions de découverte de la marche nordique ont lieu en France au
début des années 2000, d’abord dans le milieu commercial privé.
En 2005, la Fédération française d’athlétisme (FFA) s’y intéresse plus particulière-
ment et Arja Jalkanen-Meyer, une des premières à avoir implanté la marche nor-
dique en France, devient ambassadrice de la marche nordique pour la FFA. En
2006, les coachs Athlé Santé, profession nouvellement créée par la FFA, mettent
leurs compétences au service de cette nouvelle pratique.
La marche nordique est reconnue par l’État en 2009 comme une nouvelle disci-
pline sportive dont la gestion et le développement sont confiés, par délégation
du ministère chargé des Sports, à la FFA. Celle-ci a ainsi pour rôle de former les
entraîneurs (mais sans exclusivité) et d’organiser les compétitions (en exclusivité
pour les titres de champion de France).
Parallèlement, d’autres fédérations sportives que la FFA agréées par l’État, des associa-
tions, des enseignants en société individuelle, voire des sociétés d’activités physiques
non agréées par l’État s’emparent également de cette pratique. La diffusion de la
marche nordique devant être une priorité de santé publique, nous ne pouvons que
nous réjouir que de nombreux partenaires s’en saisissent dans le respect d’une pra-
tique de qualité et sécurisée pour tous et, en particulier, pour les malades chroniques.
En septembre 2014, un tour national de compétitions, nommé Marche Nordique
Tour (MNT), voit le jour avec des classements individuels et par équipes. Les deux
premières années du MNT sont des années tests permettant de procéder à des
ajustements, notamment des modifications des règlements et de la technique
afin de lier belle gestuelle et performance. Un championnat de France de marche
nordique est organisé également tous les ans.
Au-delà de la compétition, ce sont surtout les dimensions de loisir, de santé, éco-
logiques et économiques qui permettent le développement de cette pratique au
plus près de la nature.
Selon le baromètre Sports et loisirs de nature 2016 publié par le ministère des Sports
d’après une enquête réalisée auprès de 4014 Français âgés de 15 à 70 ans, représen-
tant un échantillon représentatif de la population française, 6 % des Français âgés
de 15 à 70 ans déclaraient avoir pratiqué au moins une fois la marche nordique
au cours des 12 derniers mois. Parmi ces marcheurs, 32 % déclaraient pratiquer
régulièrement tout au long de l’année, représentant, en ordre de grandeur, presque
850 000 marcheurs avec bâtons réguliers, pratiquant au moins une fois par semaine.

Remarque
En 2016, 2,7 millions de Français pratiquaient la marche nordique :
■ 56 % sont des femmes ;
■ 51 % ont de 50 à 70 ans ;
■ 31 % sont retraités.
Description, histoire et évolution de la marche nordique 19

Modalités de pratique en France


Les informations suivantes sont issues du baromètre Sports et loisirs de nature 2016
publié par le ministère des Sports [4].
Les adeptes de la marche nordique pratiquent majoritairement entre amis, ils sont
également 32 % à avoir découvert l’activité dans ce cadre (31 % l’ont découvert
avec des amis et 27 % seuls). Dans ce contexte, l’âge médian de début de pratique
de la marche nordique se situe aux alentours de 40 ans.
La marche nordique est surtout pratiquée en autonomie, 80  % des pratiquants
déclarent s’adonner à la marche nordique en dehors de toute structure (qu’elle
soit associative ou commerciale). Néanmoins, 18 % des adeptes de la marche nor-
dique pratiquent dans un club sportif type associatif et seulement 5 % plébiscitent
les structures à caractère commercial. Par ailleurs, près de 42 % des répondants ne
font jamais appel à un encadrement, les conseils venant généralement directement
d’autres pratiquants (18 %). Ainsi, 17 % des pratiquants vont faire appel à un encadre-
ment de manière régulière, 14,6 % de manière occasionnelle et 7 % de manière très
ponctuelle pour s’initier. Notons enfin que 53 % ne participent jamais à une manifes-
tation ou à une compétition ; 24 % des pratiquants participent une fois par an à une
manifestation ou à une compétition (et presque autant, au moins deux fois par an).
La marche nordique est une activité pratiquée plutôt en groupe qui se partage :
en effet, bien que 38 % des répondants déclarent s’y adonner de manière solitaire
(ne serait-ce qu’occasionnellement), près de 34 % pratiquent avec des amis, 29 %
en couple et 24 % en famille. Ceci confirme bien le poids du lien social sur la moti-
vation et la régularité (voir chapitre 8).
Les pratiquants estiment avoir un niveau « plutôt correct » : sur une échelle de 1
(niveau débutant) à 5 (niveau expert), 71 % d’entre eux se situent à 3 et plus et
32 % se situent à 4 et plus. Finalement, ce sont 10 % d’entre eux qui se considèrent
comme étant d’excellents pratiquants.
La marche nordique est pratiquée par des femmes et des hommes, plutôt seniors
et retraités. Les femmes représentent un peu plus de la moitié (56 %) des prati-
quants. La marche nordique est une activité plébiscitée par les seniors : 51 % de
tous les pratiquants ont de 50 à 70 ans et 31 % d’entre eux sont retraités [4].
Sur une échelle sociale à trois niveaux (catégories populaires, moyennes et supé-
rieures), le pratiquant de marche nordique est à 46 % issu des catégories popu-
laires. Il est par ailleurs généralement peu diplômé dans la mesure où 51 % des pra-
tiquants ont un niveau de diplôme inférieur au baccalauréat (30 % sont diplômés
de l’université ou équivalent).
Les adeptes de la marche nordique sont également investis dans d’autres sports ou
loisirs de nature. Ces pratiquants déclarent en moyenne 3,9 autres activités spor-
tives pratiquées (par an) dans la nature, parmi lesquelles la randonnée pédestre
(45 %), le vélo sur route et piste cyclable (30 %), le VTT sur piste et chemin (26 %)
ou encore l’accrobranche (14 %).
20 Marche nordique et santé

Enfin, 3 % des Français interrogés ne pratiquant pas cette activité ont déclaré sou-
haiter la découvrir [4].

Références
[1] Morris JN, Hardman AE. Walking to health. Sports Med 1997 ; 23(5) : 306‒32.
[2] Mathieson S, Lin CW. Health benefits of nordic walking ; a systematic review. Br J Sports Med
2014 ; 48(21) : 1577‒8.
[3] Lee IM, Shiroma EJ, Kamada M, Bassett DR, Matthews CE, Buring JE. Association of step volume
and intensity with all-cause mortality in older women. JAMA Intern Med 2019 ; 179(8) : 1105‒12.
[4] Baromètre sports et loisirs de nature. PRNSN ; FPS ; Université Lyon 1; Université de Bretagne
Occidentale. En ligne ; 2016. consultéle 15/09/2020: http://www.sportsdenature.gouv.fr/marche-
nordique/observation/pratiquants.
CHAPITRE

3
Place de la marche et
de la marche nordique
dans nos vies

PLAN DU CHAPITRE
■■ Constats

■■ Propositions

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
22 Marche nordique et santé

Il est crucial de nous interroger sur la place de la marche et de la marche nordique


dans nos vies, notamment suite à la pandémie de COVID-19, ayant débuté en
2020.

Constats
Au-delà des chiffres de pratique en loisir, on constate que depuis une vingtaine
d’années, la marche à pied du quotidien est devenue un nouvel enjeu des trans-
ports urbains : l’État, tout comme de nombreux décideurs politiques, des entre-
prises et des chercheurs de différents domaines (urbanisme, sociologie, médecine)
se penchent sur la question de la marche en ville. Les constats sont donc posés
depuis un certain temps, les idées et les expérimentations locales foisonnent, il
reste à passer de l’idée à la réalisation. Pour cela, il faudrait une forte volonté poli-
tique, or actuellement en 2020, seul le vélo semble avoir le vent en poupe (plan
vélo pour les trajets « domicile–travail », subventions pour acheter un vélo élec-
trique ou faire réparer son vieux vélo, pistes cyclables provisoires qui voient le
jour dans les grandes villes). Mais il faudrait aussi développer les zones piétonnes,
faire des voies provisoires pour marcher puis les pérenniser en les sécurisant et les
agrémentant (végétalisation, bancs…).
Il existe bien sûr des obstacles à surmonter et un des sujets principaux concerne
l’intermodalité entre les différents modes de transport. Même si l’on part de loin,
l’État, les collectivités territoriales et les opérateurs du transport semblent vouloir
mieux valoriser le mode piéton dans leurs offres, probablement avec des motiva-
tions très différentes les uns des autres, mais soyons pragmatiques, seul le résultat
pour les marcheurs compte. Ainsi et cela peut sembler paradoxal, et tant mieux,
les entreprises de transport urbain s’efforcent aujourd’hui de réhabiliter la marche
à pied. L’Union des transports publics (UTP), l’organisation patronale du secteur
et le Groupement des autorités responsables de transport (GART), qui fédère les
élus en charge de ce dossier, ont publié en 2013 une série de recommandations
dans lesquelles ils préconisent notamment de «  réintégrer le mode “marche à
pied” dans l’organisation des offres de transport public, et [de] travailler à une
optimisation de cette pratique » [1].
Fort du constat que la marche doit être promue pour des raisons de santé
publique, de bien-être, de savoir vivre ensemble, de productivité et d’efficacité
des autres transports, mais aussi pour son intérêt culturel, touristique et sportif,
on a pu avoir peur que la pandémie de COVID-19 mette un coup de frein aux
envies de marche des Français : heureusement, il n’en est rien. L’urban walking
attitude qui se développe depuis une vingtaine d’année voit même une accé-
lération de son usage, au même titre que celui du vélo en post-déconfinement
en mai–juin 2020. Un sondage réalisé pour les associations Prévention routière
et Assurance Prévention par Opinionway en mai 2020, auprès de 1129 Français
Place de la marche et de la marche nordique dans nos vies 23

âgés de 18 ans et plus, va dans ce sens : il montre que 58 % des Français déclarent
qu’ils vont changer leurs modes de déplacement, 24 % disent vouloir marcher
davantage, vient ensuite un usage prioritaire de la voiture pour 15 %, puis du vélo
pour 13 %.
Cette envie de marche, devant se faire dans le respect de la distanciation phy-
sique et des gestes « barrières » établis depuis la pandémie de COVID-19, a été
intégrée dans les consignes de reprise sportive élaborées par le ministère des
Sports en mai 2020. En effet, suite au confinement en mars–avril 2020, il a été
nécessaire de sécuriser la reprise de la marche et les experts médicaux ont bien
rappelé l’importance de reprendre au plus tôt une activité physique en post-
déconfinement afin de lutter contre le déconditionnement physique (ce qui est
toujours vrai quelle que soit la cause du déconditionnement : blessure sportive,
accident de la vie, maladie, quarantaine, confinement à la maison ou durant un
voyage spatial…).
La marche nordique est l’outil idéal de reprise d’activité physique et pour se
dépenser physiquement et se promener en ville comme en milieu rural. De plus,
au-delà des effets bénéfiques directs pour la santé du marcheur, la marche avec ou
sans bâtons permet un déplacement « doux » sans pollution.
Voilà pourquoi, en tant qu’outil de santé publique et individuelle, outil ludique de
plaisir, outil de mobilité douce de base, outil écologique par excellence, la marche
nordique urbaine (et rurale) a toute sa place en 2020.

Propositions
Des éco-quartiers se développent avec, pour certains, le sport et la santé en thé-
matique principale et un urbanisme facilitateur s’y met en place, il faut les encou-
rager. Partout ailleurs, l’accessibilité des lieux de pratique de marche nordique
comme les parcs, les forêts, les plages doit être simplifiée pour les marcheurs et
des parcours doivent être créés rendus accueillants et propres. Il existe déjà les
topoguides de la Fédération française de randonnée, mais chaque collectivité doit
s’investir dans la sécurisation des parcours, dans sa signalisation et en assurer la
desserte pour tous (motorisée ou non).
Il reste, en ville et en campagne, les problèmes de l’intermodalité entre les dif-
férents moyens de transports en commun, entre les transports en commun et
le vélo et bien sûr à résoudre les difficultés de l’intégration de la marche dans
nos vies (faciliter l’accès à pied aux petits commerces de centre-ville, aux grands
centres de commerce des périphéries, aller au travail à pied où que l’on vive, etc.).
Il faut donc créer des trottoirs sur tous les parcours, mettre de la lumière, poser du
mobilier urbain comme des bancs pour que les personnes fatiguées puissent faire
une pause pendant la marche, ce qui permet d’allonger la distance de leurs sor-
ties. Il faut demander aux collectivités territoriales le développement de lieux de
24 Marche nordique et santé

pratique de la marche autorisant aussi la marche nordique sans risque. Ils doivent
intégrer la sécurisation et la largeur des espaces de pratique, l’absence de voiture,
le partage avec les autres piétons, les poussettes, les vélos, les trottinettes, et sim-
plifier l’accessibilité en sus de l’agrément.
Bien sûr au-delà de l’environnement, du rôle des collectivités et du politique, il y a
la motivation individuelle à utiliser tel ou tel moyen de déplacement qui reste un
choix délibéré du citoyen. Malheureusement, un changement de comportement
vertueux pour sa santé, quel qu’il soit, est dur à obtenir, tous les experts de santé
publique le savent (voir freins et moyens de motivation à notre disposition au
chapitre 8). On sait aussi que les deux sont liés et qu’au-delà de ces facteurs intrin-
sèques, il y a les facteurs extrinsèques de la motivation dont font partie notre
environnement et sa sécurité. L’un ne doit pas être développé sans tenir compte
de l’autre, il s’agit là d’une approche intégrée obligatoire sous peine d’échec. Les
données scientifiques, pour aller marcher en ville en marche nordique ou sans
bâtons et modifier l’usage de sa voiture sont étudiées depuis longtemps. Les
scientifiques écossais de l’équipe d’Ogilvie dès 2004 se posaient la question de
savoir comment évaluer quelles interventions étaient efficaces pour promouvoir
un changement de l’utilisation de la voiture vers la marche et le vélo et évaluer
les effets sur la santé de telles interventions [2, 3]. Les éléments influençant notre
choix au moment de nous déplacer sont bien décrits dans l’ouvrage co-écrit avec
Olivier Coste [3]. À l’heure actuelle, des expériences et expérimentations locales
ont montré des effets positifs, il est donc temps de passer aux réalisations sur le
terrain.
Peu d’études s’intéressent à la place de la marche nordique dans la ville, mais en
pratique on peut très facilement rajouter à ce phénomène de développement
de la marche des périodes d’utilisation des bâtons. Par exemple, des parcours de
randonnée en ville soit à but culturel, soit touristique se développent comme
à Biarritz, ville très investie en sport-santé, ils sont parfaits pour une balade en
marche nordique.
Ainsi en 2020, en pleine pandémie de COVID-19 et surtout en plein déconfi-
nement, la question des aménagements de voies cyclables et de voies pour les
piétons se pose de façon accrue dans nos villes et nos villages. L’écologie étant
devenue un véritable sujet de société, on ne fera donc pas l’impasse sur une vraie
réflexion en santé publique sur la place de l’activité physique donc de la marche
nordique comme outil de santé. Toutes ces approches montrent un début d’inté-
gration de la place des piétons dans la ville au quotidien, une volonté de profi-
ter de la nature pour marcher en loisir. On ne peut qu’espérer que plus les per-
sonnes reprendront goût à la marche du quotidien, plus les groupes d’utilisateurs
de la marche nordique en loisir vont s’accroître et meilleure sera la santé de nos
concitoyens.
Place de la marche et de la marche nordique dans nos vies 25

Mesures à réaliser en urgence pour promouvoir la marche et la marche


nordique en ville
■ Créer des parcours de marche nordique en ville, ainsi que des parcours
sportifs, éducatifs, touristiques.
■ Créer des trottoirs sur tous les parcours en ville.
■ Mettre de la signalétique, estimer les durées entre deux points cibles du
parcours de marche.
■ Sécuriser les parcours : éclairer les parcours urbains, élargir l’espace, le
partager avec d’autres en sécurité (cyclistes, usagers des trottinettes,
piétons sans bâtons), interdire les animaux non tenus en laisse sur les
parcours.
■ Poser du mobilier urbain comme des toilettes, des points d’eau potable,
des bancs pour que les personnes fatiguées puissent faire une pause
pendant la marche.
■ Agrémenter les parcours de fleurs, d’arbres.
■ Améliorer l’intermodalité entre tous les moyens de transport pour
avantager vélo et marche.

Références
[1] Steinmann L. La marche à pied, nouvel enjeu des transports urbains Les Échos  ; 2013. 27
décembreEn ligneconsulté le 15/09/2020 https://www.lesechos.fr/2013/12/la-marche-a-pied-
nouvel-enjeu-des-transports-urbains-333777.
[2] Ogilvie D, Egan M, Hamilton V, Petticrew M. Promoting walking and cycling as an alternative to
using cars: systematic review. BMJ 2004 ; 329(7469) : 763.
[3] Depiesse F, Coste O. Prescription des activités physiques pour la santé : de la prévention à la
thérapeutique, 2e éd Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson ; 2015.
CHAPITRE

4
Acteurs du monde de
la marche nordique et
promotion de la santé

PLAN DU CHAPITRE
■■ Structuration fédérale « Athlé Forme Santé » avec la marche nordique au sein
de la Fédération française d’athlétisme
yy Organisation sport-santé
yy Formation des entraîneurs en marche nordique : l’exemple de la FFA
■■ Autres acteurs de la pratique en marche nordique

■■ Collectivités territoriales, fédérations sportives, réseaux sport-santé, monde de


la santé
■■ Acteurs institutionnels, financement et promotion des actions sport-santé

■■ Monde de l’entreprise et marche nordique

■■ École et marche nordique

■■ Médias et marche nordique

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
28 Marche nordique et santé

Structuration fédérale « Athlé Forme Santé »


avec la marche nordique au sein de la Fédération
française d’athlétisme
La Fédération française d’athlétisme (FFA) en chiffres en 2019
■ 316 751 licenciés, dont :
- 48 % de femmes ;
- 110 000 licenciés âgés de plus de 40 ans ;
- 23 000 licenciés Athlé Santé ;
- 37 000 pratiquants de marche nordique.
■ Des créneaux santé dédiés aux maladies chroniques existent dans les

clubs.
■ 2500 clubs, dont 677 proposant le dispositif Athlé Forme Santé.
■ 12  000  éducateurs, dont 1382  animateurs de marche nordique et

90 coachs Athlé Santé actifs en 2019.

Organisation sport-santé
Au sein de la FFA, la commission nationale « Athlé Forme Santé » est constituée
de 18 membres (médecins, techniciens et dirigeants) et accompagne le développe-
ment du « sport-santé ». La FFA est très impliquée au niveau national depuis 2006
dans le sport-santé et la filière « Athlé Forme Santé » est aujourd’hui bien structu-
rée. La délégation pour la marche nordique sur la formation, la pratique, l’organisa-
tion des compétitions par le ministère chargé des Sports a eu lieu en 2009. Depuis
lors, la marche nordique est une discipline de l’athlétisme à part entière en France.
Quelques informations sur les activités physiques à but de santé, leurs bienfaits et les
formations sont à découvrir sur le site Internet www.athle.fr/sante.

Formation des entraîneurs en marche nordique : l’exemple


de la FFA
LA FFA a la délégation ministérielle qui lui donne le monopole pour organiser les
compétitions et délivrer des titres de champion de France. Mais attention, cela ne
lui donne pas l’exclusivité quant à la formation, et encore moins la pratique. On
trouvera donc, sur le marché de la marche nordique, d’autres offres. Concernant la
FFA, les différentes activités proposées pour l’« Athlé Forme Santé » dont la marche
nordique fait partie sont obligatoirement encadrées par soit :
■ des professionnels du sport :

• des coachs Athlé Santé (CAS) : ils ont été les fers de lance du développe-
ment de la marche nordique au sein de la FFA en tant que professionnels
Acteurs du monde de la marche nordique et promotion de la santé 29

dans les clubs ou comités ou ligues déconcentrées (formation initiale


BEES1 ou BPJEPS2 ou STAPS3  + formation spécifique 2 fois 11 jours avec de la
théorique et de la pratique + une formation continue obligatoire 2 jours tous
les 2 ans). Ils répondent aux critères fixés par l’État et peuvent faire de l’encadre-
ment de patients en affection de longue durée (ALD) désirant faire de l’activité
physique après prescription de leur médecin traitant (c’est ce qu’on appelle
l’encadrement du « sport sur ordonnance », voir chapitre 8),
• des CQP4 (certificat de qualification professionnelle) animateur d’ath-
létisme option « Athlé Forme et Santé », qui peuvent encadrer aussi contre
rémunération mais limitée à 360 h/an ;
■ des non-professionnels dans la filière de diplômes fédéraux Forme Santé de

la FFA (ils n’autorisent pas à enseigner contre rémunération). On distingue trois


niveaux :
• assistant : il aide les entraîneurs du club dans l’accueil et l’encadrement d’un
groupe d’athlètes dans un programme Forme Santé. Grâce à son engagement,
il découvre les fonctions de coach (figure 4.1),
• animateur : il a pour principal objectif la fidélisation des pratiquants et la
sécurisation de la pratique, tant sur le plan physique que moral,
• coach : il favorise les progrès sur l’ensemble des facteurs de la performance
pour emmener les pratiquants sur des programmes santé, forme, bien-être
et au plus haut niveau de maîtrise et d’engagement possible pour chaque
pratiquant.

Figure 4.1. Groupe de marche nordique supervisé par un animateur.

1 brevet d’État d’éducateur sportif.


2 Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport.
3 Sciences et techniques des activités physiques et sportives.
4 Certificat de qualification professionnelle.
30 Marche nordique et santé

Trois spécialités sont proposées : running, marche nordique, Athlé Forme.


Le niveau « coach » répond aux critères fixés par l’État et le Comité national olym-
pique et sportif français (CNOSF) pour les diplômes autorisant l’encadrement du
sport pour les porteurs d’ALD sur prescription médicale et donc en prévention
secondaire et tertiaire (en tenant compte de certaines limitations de l’autonomie
du patient, ils interviennent seuls sur les limitations dites minimes et dans le cadre
d’une équipe pluridisciplinaire sur les modérées).
Les CAS ont aussi obtenu cette reconnaissance sans la limite de l’équipe pluridisci-
plinaire. Leur niveau de diplôme requis et la formation fédérale reçue avaient déjà
permis d’anticiper le fait de leur faire encadrer des patients. Ainsi, le socle commun
de formation des CAS sur les aspects « santé » inclut certaines thématiques de
prévention (notamment seniors, diabète, obésité, pathologies cardiovasculaires,
arthrose, ostéoporose, BPCO, cancer, grossesse). Des modules complémentaires,
spécifiques par pathologie (ex. : maladie de Parkinson, cancer…) sont proposés en
formation continue tous les ans.
Le label « Athlé Santé Loisirs » est attribué aux clubs de la FFA ayant un CAS et
respectant un cahier des charges précis (temps de travail en face à face, formation
continue, diversité des pratiques, respect des réglementations FFA).
Les diplômes ou certifications Running Forme, Marche nordique Forme et Athlé
Forme apportent des compétences mais pas de prérogatives professionnelles. En
l’état de la réglementation, ils ne permettent donc pas d’encadrer contre rémuné-
ration. Pour rappel, en France, on peut encadrer contre rémunération l’athlétisme
(et la marche nordique en fait partie), dans une perspective de performance spor-
tive, uniquement avec les diplômes professionnels requis, c’est-à-dire inscrits à l’an-
nexe II-1 de l’article L. 212-1 du Code du sport, soit le DEJEPS5 athlétisme, le DESJEPS6
athlétisme (mention 1/2 fond-marche-hors stade pour la marche nordique), le CQP
athlétisme de technicien (option 1/2 fond-marche ou hors stade), la licence men-
tion « STAPS : entraînement sportif-athlétisme (course-saut-lancer) ».
On peut toutefois encadrer la marche nordique à un niveau d’initiation, d’entre-
tien ou de loisir, et à l’exclusion des pratiques compétitives, avec d’autres diplômes
professionnels (à compétence multi-activités) comme :
■ des diplômes STAPS qui donnent cette prérogative  : «  encadrement et ani-

mation auprès de tout public des activités physiques ou sportives à un niveau


d’initiation, d’entretien ou de loisir. À l’exclusion des pratiques compétitives » et
aussi avec l’option APA qui permet d’encadrer la marche nordique pour un public
cible : « encadrement des activités physiques ou sportives à destination de diffé-
rents publics dans une perspective de prévention-santé ou de réadaptation ou
d’intégration de personnes présentant l’altération d’une fonction physique ou
psychique » ;

5 Diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport.


6 Diplôme d’État supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport.
Acteurs du monde de la marche nordique et promotion de la santé 31

■ un BPJEPS activités physiques pour tous (APT) peut encadrer en professionnel


la marche nordique et l’athlétisme en général ;
■ un CQP animateur de loisir sportif (ALS) option Activités de randonnées, de

proximité et d’orientation (ARPO) ;


■ un CQP animateur d’athlétisme, option « athlé loisirs » : il s’agit d’un animateur

professionnel (en emploi secondaire limité à 360 h/an) qui peut faire pratiquer du
running, des séances « forme » et de la marche nordique en tant que disciplines
de loisir, non compétitives ; il a également la possibilité d’encadrer les patients ALD
avec des limitations minimes (voir ci-dessous et chapitre 8).

Autres acteurs de la pratique en marche nordique


Au niveau international, il existe l’Association internationale de marche nordique
(International Nordic Walk Association ou INWA) qui forme des instructeurs. Au
niveau national, des fédérations agréées ont des éducateurs ou des bénévoles
formés comme la Fédération française de randonnée (qui inclue la randon-
née pédestre), la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique
volontaire (FFEPGV) ou EPGV sport-santé, mais aussi la Fédération nationale du
sport en milieu rural (FNSMR), l’Union française des œuvres laïques d’éducation
physique (UFOLEP), le Sport pour tous (ex-FFEPMM), les brevets d’État accom-
pagnateurs moyenne montagne, le Syndicat national des accompagnateurs en
montagne, la Fédération française de la retraite sportive (FFRS), la Fédération
française des clubs alpins et de montagne, le club Vosgien, la Fédération sportive
et culturelle de France (FSCF), la Compagnie des moniteurs OTOP®, les représen-
tants français de l’INWA.
On trouve aussi sur ce marché de la forme et du bien-être par la marche nordique
des associations non agréées par le ministère des Sports, ou des entreprises de
coachs individuels (en nom propre unipersonnel, autoentreprise ou très petite
entreprise) qui proposent des formations marche nordique et assurent des cours.

À retenir
Exerçant au sein d’une fédération sportive ou en indépendant, les enca-
drants de la marche nordique ont en commun une envie de liberté et de
bien-être, tout en profitant pour eux et leurs adhérents des attraits santé
de la marche nordique. Ils sont tous volontairement ou non des auxiliaires
de santé publique en encadrant des populations souhaitant abandonner la
sédentarité qu’elles soient porteuses de pathologies chroniques ou non. La
loi leur a donné différentes prérogatives vis-à-vis des patients en ALD. Leur
activité est vite gratifiante et utile à tous les pratiquants.
32 Marche nordique et santé

Collectivités territoriales, fédérations sportives,


réseaux sport-santé, monde de la santé
Dans les collectivités, de plus en plus d’éducateurs territoriaux des activités phy-
siques et sportives (ETAPS) se forment à la marche nordique pour offrir, dans
les écoles municipales, des cours et sorties de marche nordique. On en trouve
en particulier, aux côtés de leurs collègues des associations du sport et/ou de
santé, au sein des villes françaises « santé actives » appartenant au réseau euro-
péen Villes-Santé de l’OMS7, dont un des objectifs est bien de promouvoir une
vie active et des activités physiques. Certaines de ces villes et d’autres ont aussi
développé une offre « sport sur ordonnance ». Dans d’autres collectivités terri-
toriales, des réseaux « sport-santé » par pathologie ou transversaux, des maisons
« sport-santé » offrent de plus en plus des animations et des cours de marche
nordique. Des associations de malades, des établissements d’hébergement pour
personnes âgées dépendantes (EHPAD) paient des prestations de marche nor-
dique. Beaucoup d’associations para-hospitalières ont vu le jour pour assurer une
offre de loisir aux patients dont la marche nordique (qui est à la fois un loisir et un
« médicament ») [1].

Acteurs institutionnels, financement et promotion


des actions sport-santé
Le financement et la promotion des actions sport-santé se font par les mutuelles,
les assurances santé à but lucratif et le monde de la prévention santé au sein du
réseau de l’Assurance maladie, des agences régionales de santé ou des directions
de la jeunesse et des sports sur le territoire. Les fondations de la santé et du sport y
participent aussi. Ceux-ci soutiennent, grâce à différents dispositifs publics et privés,
les acteurs de la marche nordique à visée de bien-être et de santé8. Il existe, tous les
ans, des appels à projet qui peuvent aider les acteurs de terrain à trouver l’argent,
celui-ci étant bien sûr le nerf de la guerre du développement de la marche nordique
(et des activités physiques) pour la santé. Le modèle économique des différents
acteurs – employeurs (clubs fédéraux, directions d’EPHAD…), salariés, prestataires
– reste fragile et le « sport fédéral bénévole » malgré son envie et sa bonne volonté
ne peut évidemment pas remplir tous les besoins de prise en charge du débutant
sédentaire au porteur de pathologie chronique sévère. L’État et l’Assurance maladie
n’ayant toujours pas décidé à ce jour de financer sur le « 100 % » ni la prescription

7 http://www.villes-sante.com/oms-europe/villes-sante-oms
8 Voir les plans « sport-santé bien-être » au sein de la stratégie nationale sport-santé 2019–2024 du
ministère chargé des Sports : http://www.sports.gouv.fr/pratiques-sportives/sport-sante-bien-etre/
Plan-national-sport-sante-et-bien-etre
Acteurs du monde de la marche nordique et promotion de la santé 33

(sauf dans des expérimentations et sous forme dérogatoire via l’article 51 de la loi de
financement de la sécurité sociale de 2018), ni la dispensation de l’activité physique
des patients en ALD (soit environ 10 millions de personnes), on comprend qu’ils ne
vont pas se lancer prochainement dans le financement de l’activité physique des
patients non ALD, même si la science et les quelques études médico-économiques
sont en faveur d’un retour sur investissement, tant en prévention primaire sur la
mortalité et la morbidité qu’en prévention secondaire : les potentiels bénéficiaires
seraient assurément trop nombreux. Il va donc falloir que les ménages continuent
encore longtemps à supporter une grande partie du poids du financement de leurs
activités physiques pour leur santé et on comprendra, vu son faible coût, que la
marche nordique en club fédéral est bien placée dans l’offre de choix.

Monde de l’entreprise et marche nordique


Plusieurs fédérations ont des offres de mise à l’activité physique spécifiques pour
les entreprises : ainsi, la FFA a développé le projet Work Athlé® qui utilise les CAS et
notamment la marche nordique, la fédération Sport pour tous a lancé le projet Profeel
Forme®, etc. On connaît le potentiel de développement pour le sport et les activités
physiques que représente le monde de l’entreprise en France. Il y a environ 26,6 mil-
lions d’actifs (21 millions dans le secteur privé et 5,6 millions dans les trois fonctions
publiques) répartis dans plus 3,8 millions d’entreprises. Les études existantes montrent
que la pratique d’APS organisée par l’entreprise augmente la productivité en son sein
entre 3 et 9 % ainsi que sa rentabilité entre 4 à 14 %. Ce gain est proportionnel au taux
de pratique par les collaborateurs et au niveau de l’engagement de l’entreprise dans
cette stratégie. En outre, une baisse de 25 % de rotation des salariés a pu être constatée
ainsi qu’une amélioration de l’image de l’entreprise auprès de ses salariés.
Comme les entreprises d’aujourd’hui cherchent davantage à être perçues comme
un lieu de vie et d’épanouissement et non uniquement comme un lieu de pro-
duction, les activités physiques sont un vrai outil de cohésion et de bien-être.
Certaines entreprises, notamment dans le secteur numérique, intègrent des instal-
lations sportives au sein même de l’établissement, à proximité du poste du travail
du salarié autorisé à tout moment de la journée à les utiliser (salle de fitness, de
tennis de table). Le sport en entreprise devient donc de plus en plus un des vec-
teurs d’attractivité et de bien-être notamment pour le choix des jeunes salariés.
Beaucoup de grandes entreprises ont un vrai secteur sportif avec des comités
d’établissement très investis, en particulier avec des championnats interentreprises
organisés en partenariat avec des fédérations sportives comme celles de football,
de tennis, etc., mais aussi avec des fédérations multisports comme la Fédération
française du sport en entreprise (FFSE) qui fédère beaucoup et organise des évé-
nements tels les Jeux nationaux multisports. La ligue de Martinique les a organisés
déjà à deux reprises en 2015 et en 2019 : on a retrouvé aux côtés de compétitions
plus classiques par sport des sessions dites « sport-santé » de marche nordique
34 Marche nordique et santé

qui ont permis aux participants (compétiteurs ou accompagnants) de découvrir


de très beaux parcours tropicaux.
Un autre bénéfice pour le salarié et son employeur est l’impact sur l’absentéisme
dû aux arrêts maladie. Selon l’Assurance maladie, le nombre de jours d’absence
par an et par salarié était en moyenne de 17,2 jours en 2017 dans le secteur privé
et était en forte augmentation pour la deuxième année consécutive (+ 4,72 % en
2017, + 4,59 % en 2016). Les secteurs les plus touchés par les arrêts maladie sont
l’industrie, le BTP et la santé avec une moyenne de 40 jours annuels. Les autres
effets connus d’une pratique sportive régulière dans le cadre professionnel sont
l’augmentation de la productivité au travail, mais aussi l’augmentation du bien-
être et la diminution des troubles musculosquelettiques (TMS) et des troubles
psycho-sociaux. Ces résultats sont importants dans un contexte d’allongement
de la carrière professionnelle et de flexibilité de l’emploi [2].

Absentéisme
Une publication de 2020 montre que l’activité physique pendant les loisirs
réduit le risque d’arrêt de travail de longue durée. L’étude a été menée sur
une cohorte de Danois, issus de la population active générale, dans le but
de rechercher un lien éventuel entre différents niveaux d’activité physique
de loisir et les arrêts de travail de longue durée (≥ 6 semaines) [3]. Au total,
10 427 personnes ont répondu à un questionnaire sur leurs habitudes d’acti-
vité physique, leur santé et leur environnement professionnel. Les arrêts de
travail de plus de 6 semaines consécutives ont été comparés sur 2 ans en fonc-
tion de l’activité physique déclarée. L’analyse des données a confirmé le rôle de
l’activité physique comme facteur protecteur contre les arrêts de travail pro-
longés. Cependant, il faut que cette dernière soit intense (activité modérée ou
élevée pendant plus de 4 h/semaine ou une combinaison d’activité modérée
et d’activité élevée 2 à 4 h/semaine). Elle réduit alors de 23 % le risque d’arrêt
de travail de longue durée (hazard ratio ou HR = 0,77 ; intervalle de confiance
ou IC 95 % : 0,59–1,01). Une activité physique modérée (plus de 4 h d’acti-
vité d’intensité faible ou moins de 4 h d’intensité modérée à élevée) réduit
aussi le risque, mais de façon non statistiquement significative (HR = 0,89 ; IC
95 % = 0,72–1,09). Concernant les femmes de moins de 45 ans, une analyse
en sous-groupes a montré qu’elles étaient les principales bénéficiaires de ce
lien inverse entre une activité physique intense et le risque d’arrêt de travail
prolongé (HR = 0,44 ; IC 95 % : 0,25–0,78).
Pour les auteurs, une place de choix devrait être accordée par les institu-
tions publiques et par les employeurs à la promotion d’une activité phy-
sique intense (> 6 MET) qui demande un effort entraînant un essouffle-
ment marqué et une conversation difficile, comme la marche (> 6,5 km/h
ou en pente sans bâtons) et la marche nordique (> 5 km/h avec bâtons), la
course à pied (8 à 9 km/h), le vélo (20 km/h), monter rapidement les esca-
liers, déplacer des charges lourdes… [3].
Acteurs du monde de la marche nordique et promotion de la santé 35

Une autre problématique est la sédentarité au travail qui n’aide évidemment pas à
diminuer l’impact des maladies pour la santé. Et, malheureusement, la modernisation
des outils de travail ne devrait faire qu’augmenter le temps passé devant un écran.
Ainsi, la prévalence des métiers sédentaires a augmenté de 20 % aux États-Unis entre
1960 et 2008 aux dépens de métiers plus physiques tels que ceux liés à l’agriculture ou
à la production [4]. Selon les données françaises de l’enquête Sumer, le pourcentage
de salariés travaillant plus de 20 h/semaine devant un écran est passé de 12 % en
1994 à 23 % en 2010 avec une forte augmentation chez les cadres qui passent de 18
à 46 % au cours de la même période [5]. Ainsi, les travailleurs d’aujourd’hui passent
un tiers de leur temps journalier à des comportements sédentaires, soit plus de la
moitié du temps éveillé. Il est maintenant bien démontré que ce temps sédentaire est
principalement d’origine professionnelle et caractérisé par des périodes prolongées et
ininterrompues de temps passé assis [6]. L’offre de marche nordique est bien évidem-
ment intéressante à visée de lutte contre cette sédentarité professionnelle : intégrer
ce temps de marche nordique au sein de la journée des salariés serait positif pour les
employeurs, les salariés bien sûr et les comptes publics de la Sécurité sociale.
En plus d’un impact négatif pour la santé individuelle, la sédentarité a un coût financier
pour la société qui n’est pas négligeable. Ainsi, en Europe, 80 milliards d’euros seraient
dépensés annuellement à cause de la sédentarité que ce soit en soins, traitements,
indemnités de travail, d’invalidité, de dépendance ou de perte de productivité.
Malheureusement, bien qu’une étude portée en 2017 par le ministère des Sports, le
CNOSF, le MEDEF et l’Union Sport et Cycle indique que les dirigeants sont favorables
au sport en entreprise et malgré les enjeux, les bienfaits et l’attrait pour les APS, on
constate que moins d’une entreprise sur cinq (18 %) en propose à ses collaborateurs
et moins d’un salarié sur sept (13 %) déclare en pratiquer sur son lieu de travail. La
bonne nouvelle pour la marche nordique, c’est que les trois activités sportives les plus
pratiquées au sein de l’entreprise sont, par ordre décroissant, la marche, la course à
pied et le fitness [7]. La place de la marche nordique reste donc à développer, mais le
potentiel est là. Une idée, partagée avec P. Hertert médecin élu à la FFA et médecin
du travail, serait de former les infirmiers de santé au travail à conseiller la marche nor-
dique : leur mission de prévention santé lors des visites des salariés en serait renforcée.

Work Athlé®
Avec Work Athlé®, la FFA propose une offre complète et adaptée de pra-
tiques au milieu du travail : marche nordique, remise en forme, renforce-
ment musculaire, running et tests d’évaluation de la condition physique et
de l’hygiène de vie.
La plateforme Work Athlé® (figure 4.2) a été développée en partenariat
avec TrainMe® pour :
■ favoriser la mise en relation entre les entreprises et les clubs (et les enca-
drants CAS) ;
■ garantir un niveau de services adaptés aux entreprises.
a continué
36 Marche nordique et santé

Figure 4.2. La plateforme Work Athlé®.


Source : https://workathle.fr

Pistes à explorer pour développer le sport en entreprise


■ Co-construire le projet avec les salariés.
■ Trouver des ambassadeurs dans l’entreprise.
■ Proposer des temps forts dans l’année.
■ Essayer le sport 2.0.
■ Développer l’activité physique au sens large : venir au travail en vélo, mar-
cher pendant ses pauses, pratiquer du yoga assis sur sa chaise de bureau,
s’échauffer avant la prise de poste dans un entrepôt ou une usine…
■ Mutualiser les infrastructures : il n’est pas forcément nécessaire d’avoir

une salle de sport dernier cri pour favoriser les APS en entreprise ; de
plus en plus d’entreprises mutualisent leurs espaces (équipements,
douches, etc.) pour permettre la pratique du plus grand nombre ; cer-
taines mairies et collectivités autorisent également des entreprises à
utiliser stades et gymnases le temps de la pause déjeuner. Ces initiatives
sont une manière intéressante de réduire les coûts et les contraintes en
termes de déplacements ou d’horaires.
■ Surfer sur les grandes compétitions sportives (bien sûr, on pense aux

futurs Jeux olympiques de Paris 2024).


Source : baromètre « Vitalité, Sport & Entreprise » 2018 réalisé par OpinionWay et Generali.

À retenir
La sédentarité professionnelle est une réalité dans nos pays occidentaux.
Malgré les bénéfices connus de l’activité physique – diminution de l’absen-
téisme pour raisons de santé (notamment la dépression) surtout sur des
arrêts de longue durée, augmentation de la productivité au travail, augmen-
tation du bien-être et diminution des TMS et des troubles psycho-sociaux –,
Acteurs du monde de la marche nordique et promotion de la santé 37

il y a encore un grand potentiel de développement de la pratique sportive


en entreprise (en France moins d’une entreprise sur cinq, soit 18 %, propose
des APS à ses collaborateurs et moins d’un salarié sur sept, soit 13 %, déclare
pratiquer une APS sur son lieu de travail) et bien sûr de la marche nordique.
Les infirmiers de santé au travail, au même titre que les médecins, pourraient
être des conseillers de marche nordique [7].

École et marche nordique


Dans l’étude ESTEBAN de Santé publique France publiée en 2017, on retrouve chez
les enfants de 6–17 ans, que seuls 28 % des garçons et 18 % des filles atteignaient les
recommandations de l’OMS en matière d’activité physique en 2015. Il n’y a pas eu
d’évolution significative de cet indicateur ces dix dernières années (en comparaison
avec l’étude ENSS de 2006). Les enfants de 6–10 ans étaient les plus actifs bien que
leur niveau global d’activité physique ait baissé depuis 2006. L’inactivité physique aug-
mentait considérablement au-delà de 11 ans. Toutefois entre 2006 et 2015, une ten-
dance à une augmentation de la pratique physique chez les 15–17 ans a été observée.
Près de la moitié des enfants de 6–10 ans déclaraient passer 3 h ou plus devant un
écran chaque jour, cette proportion atteignait 70 % chez les 11–14 ans, et 71 % des
filles et 87 % des garçons âgés de 15–17 ans. En moyenne, entre 2006 et 2015, le temps
quotidien passé devant un écran a augmenté de près de 30 min chez les 6–10 ans, de
1 h 15 chez les 11–14 ans et de près de 2 h chez les 15–17 ans [8].
Devant des constats aussi alarmants, la marche nordique est un outil facile à
intégrer dans une séance d’éducation physique et sportive (EPS) en extérieur et
devrait être proposée au même titre que d’autres activités aérobies et de renforce-
ment musculaire. Espérons que la dynamique des Jeux olympiques de Paris 2024,
en lien avec les projets du ministère de l’Éducation nationale d’expérimenter plus
de sport à l’école, permettra aux jeunes d’en découvrir les bénéfices.

Médias et marche nordique


La promotion de la marche nordique passe aussi par les outils d’information et de
communication :
■ les sites Internet de vendeurs de matériels sportifs ont parfois des pages d’infor-

mation non commerciale comme la société Décathlon9 ;


■ les quotidiens régionaux et nationaux, les magazines grand public féminins, de

santé ou de « sport-bien-être » publient souvent des articles sur les bienfaits de la


marche nordique sur la santé ;
■ le magazine spécialisé Marche nordique magazine10 va plus loin et se veut plus

informatif sur l’ensemble de la vie du marcheur nordique et de son environnement.

9 https://www.newfeel.fr/conseils/marche-nordique-y-t-il-des-contre-indications-tp_29877
10 marchenordiquemagazine.fr
38 Marche nordique et santé

Références
[1] Depiesse F, Doha MC, Taiana B. Sport-santé Bien-être – Enjeux et pratiques pour les territoires.
Voiron. Territorial Éditions 2018.
[2] Lefevre B, Thierry P. ministère chargé des Sports. Les principales activités physiques et sportives
en 2010 en France. Stat Info no 2011 : 11‒2 novembre.
[3] Lopez-Bueno R, Sundstrup E, Vinstrup J, Casajus JA, Andersen LL. High leisure-time physical acti-
vity reduces the risk of long-term sickness absence. Scand J Med Sci Sports 2020 ; 30(5) : 939‒46.
[4] Church TS, Thomas DM, Tudor-Locke C, Katzmarzyk PT, Earnest CP, et al. Trends over 5 decades
in U.S. occupation-related physical activity and their associations with obesity. PLoS One 2011 ;
6 : e19657.
[5] Arnaudo B, Léonard M, Sandret N, Cavet M, Coutrot T, Rivalin R. L’évolution des risques pro-
fessionnels dans le secteur privé entre 1994 et 2010 : premiers résultats de l’enquête SUMER.
Références en santé au travail 2012 ; 130 : 41‒54.
[6] Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), 3e édition ; 2017 Bulle-
tin « Debout l’info ! ».
[7] CNOSF. Guide pédagogique du sport en entreprise.
[8] Santé publique France. Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique
et la nutrition (ESTEBAN). Chapitre Activité physique et sédentarité 2017 : 2014‒6.
CHAPITRE

5
Pratiques, techniques et
conseils de spécialistes
de marche nordique

PLAN DU CHAPITRE
■■ Les différentes pratiques de marche nordique
yy Marche nordique de « découverte »
yy Marche nordique dynamique et sportive
yy Marche nordique pour la santé et marche nordique thérapeutique en
rééducation et en réadaptation
■■ Matériel
yy Bâtons
yy Chaussures
yy Vêtements
■■ Techniques de marche nordique
yy Différentes techniques
yy Évaluation de la technique
■■ Où pratiquer la marche nordique ?

■■ Comment pratiquer la marche nordique ?


yy Durée, distance et vitesse des séances de marche nordique
yy Échauffement du début de séance
yy Étirements de récupération à la fin de la séance
■■ Traumatologie : les problèmes causés par une pratique intense

■■ Existe-t-il des contre-indications médicales à la pratique de la marche


nordique ?

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
40 Marche nordique et santé

■■ Conseils de pratique pour les professionnels du sport et les entraîneurs


bénévoles de marche nordique
yy Toujours proposer des entraînements variés en parcours et en intensité
yy Renforcement musculaire
■■ Erreurs d’entraînement du trio médecin–coach sportif–patient

Remarque
Vous trouverez plus d’explications sur les techniques et la pratique de la
marche nordique auprès des éducateurs sportifs de la Fédération française
d’athlétisme diplômés en marche nordique, ainsi que dans les deux ouvrages
de Arja Jalkanen-Meyer :
■ Marche nordique – Tout le Nordic Walking du débutant au confirmé, édi-
tions Nuumik, 2013 ;
■ Marche nordique tous les conseils pour se lancer et progresser, éditions
Solar, 2019.

Les différentes pratiques de marche nordique


Historiquement, les premiers marcheurs étaient des skieurs de fond bien entraînés
et donc leurs sorties étaient forcément dynamiques, on parle donc de la marche
nordique rapide sportive comme de l’ADN de la marche nordique. Utile pour
ceux qui veulent s’entraîner plus, obtenir une amélioration de leur condition phy-
sique et se dépenser en sécurité, la marche nordique rapide est un bon complé-
ment à la course à pied. Selon certaines études scientifiques (voir chapitre 6), il
y aurait moins d’impacts sur les articulations en pratiquant la marche nordique
qu’en courant. Le mouvement s’apparente donc beaucoup à celui du ski nordique
en parallèle (et non en skating) dont il dérive, certains parlent de marche glissée.
La marche nordique la plus pratiquée en France, à savoir la simple randonnée de
loisir sur tous les terrains, est devenue la base de la marche nordique, on l’appelle
la marche nordique «  découverte ». Il existe aussi des approches différentes et
complémentaires de la marche nordique plus « fitness » ou « cardio » avec de la
musique, seul ou en groupe, à domicile ou en salle. Ces approches sont complé-
mentaires à la marche nordique « découverte », aidant à améliorer la condition
physique sur le plan cardiovasculaire, au niveau du capital osseux et du renforce-
ment musculaire, et donc tout aussi utiles en prévention primaire pour la santé
du pratiquant.
Une autre pratique dynamique est la compétition encadrée par les règlements de
la FFA, elle a débuté en 2014 (voir plus loin).
En prévention secondaire et tertiaire, la marche nordique a aussi tout son intérêt
en réhabilitation de l’athlète blessé pour un retour plus rapide sur le terrain, bien
avant que la course soit autorisée. Bien sûr, la marche nordique est aussi utilisée
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 41

avec des patients porteurs de maladies chroniques comme outil thérapeutique en


prévention secondaire et tertiaire, et en curatif. On en parle aujourd’hui comme
d’un médicament dans le cadre du « sport sur ordonnance » pour les patients
porteurs d’affections chroniques (en ALD ou non).

Définitions
■ Prévention primaire : elle agit en amont de la maladie (ex. : rôle bénéfique
de l’activité physique sur les facteurs de risque cardiovasculaires).
■ Prévention secondaire : elle agit à un stade précoce de l’évolution de la

maladie (dépistages).
■ Prévention tertiaire : elle agit sur les complications et les risques de réci-

dive de la maladie.
Plusieurs formes de pratique se développent, en répondant chacune à des objec-
tifs et des besoins différents qui peuvent parfois se croiser et se compléter.

Marche nordique de « découverte »


Celle-ci comprend autant la promenade et la reprise d’activité physique que la
marche nordique longue durée ou marche nordique de randonnée (on la classe
dans la marche nordique santé en prévention primaire et secondaire).
La marche nordique est une des techniques « sportives » les mieux adaptées pour les
inactifs et les sédentaires, c’est-à-dire les personnes qui n’ont pas une pratique physique
régulière et passant beaucoup trop de temps sans bouger. En effet, marcher convient
quasiment à tout le monde. C’est aussi l’activité loisir préférée du plus grand nombre,
en particulier pour la promenade en extérieur. En marchant avec des bâtons, tout le
corps se mobilise, même si l’on ne recherche pas de performance particulière. On peut
simplement se balader, et les bâtons feront travailler le corps plus que la marche clas-
sique. Quoi de plus agréable pour trouver (ou retrouver) une expérience de plaisir dans
l’activité physique. Pas de contrainte, une marche à son rythme assez courte doit être
proposée à la première séance dite de « découverte » et toute l’année pour ceux qui le
souhaitent en fonction de leurs capacités et envies.
En club, la durée des séances de marche nordique est progressivement d’environ
30 min à 2 h (moyenne 1 h 30), durée qui évolue du débutant à l’expert. Pour ceux
qui préfèrent marcher loin et longtemps comme les randonneurs, ils peuvent
utiliser les bâtons de marche nordique, mais aussi les bâtons de traileur et il est
préférable de ne pas utiliser les bâtons sur tout le trajet pour avoir une dépense
énergétique moindre donc moins de fatigue. Les randonneurs sur terrain escarpé
seront souvent amenés à utiliser des bâtons différents qu’en marche nordique :
plus courts souvent télescopiques, ils serviront à s’aider sur les pentes escarpées et
dans les descentes abruptes, on n’est alors plus tout à fait dans la marche nordique
mais plutôt dans la marche « randonnée ».
42 Marche nordique et santé

Dans cette approche « découverte », on peut parler de marche nordique pour la


santé en prévention primaire pour tous et toutes, chacun à son niveau, mais aussi
en prévention secondaire.

Marche nordique dynamique et sportive


La marche nordique offre aussi des possibilités intéressantes d’effectuer un travail
physique des plus intenses. Elle est utilisée comme une nouvelle technique (à l’ins-
tar du vélo pratiqué chez un coureur blessé ou qui veut diversifier ses activités) en
complément à l’entraînement habituel des sportifs ou lors des reprises d’activité
après blessure. Elle permet de construire des « séances cardio » variées, allant d’un
travail de reprise d’entraînement aux séances fractionnées les plus complexes,
en passant par du travail d’endurance fondamentale en aérobie pure en inter-
saison. La sollicitation de tout le corps, la coordination complexe et l’utilisation
consciente des bras font de la marche nordique un outil éducatif intéressant pour
des sportifs, quelle que soit la discipline pratiquée.
En pratique, sur le terrain, un adepte de la marche nordique compétiteur ou non
peut facilement monitorer et chronométrer ses séances avec les montres connec-
tées d’aujourd’hui. Il constatera rapidement que sa vitesse de marche augmente
naturellement, que sa fréquence cardiaque diminue pour le même effort avec
l’entraînement, ce qui signifie que sa condition physique s’améliore et qu’il va sûre-
ment devenir adepte régulier au regard de ses progrès !
De plus en plus, d’anciens coureurs pratiquent la marche nordique en recherchant
des vitesses de marche élevées et une efficacité maximale du geste et de l’effet
d’entraînement. L’intensité de la marche nordique rapide équivaut à un jogging
léger, mais sans présenter les contraintes articulaires de la course à pied. Lors des
compétitions de marche nordique, organisées sous l’égide de la FFA, il est interdit
d’étendre complètement la jambe et d’avoir les deux pieds en suspension, ce qui
signe une foulée de course et non de marche.

Compétitions de marche nordique

Extrait du règlement sportif


■ La marche nordique consiste à propulser le corps à l’aide des quatre
membres.
■ L’utilisation de deux bâtons spécifiques «  marche nordique » est

obligatoire.
■ À chaque instant, on doit avoir un pied et un bâton en contact avec le
sol, le bras et la jambe doivent toujours être en opposition.
■ La main et le coude du bras d’attaque doivent passer au niveau de la

fesse en fin de poussée avant d’attaquer à nouveau devant le corps.


Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 43

■ Le pied qui avance doit attaquer le sol avec le talon. La jambe d’attaque
ne doit pas être tendue lors de son passage à la verticale du bassin.
■ Le pas glissé en marche nordique est interdit. Définition du pas glissé : il
consiste à allonger au maximum la foulée en attaquant par la plante du
pied.
■ L’abaissement du centre de gravité est interdit : il sera maîtrisé et jugé à
partir des deux règles suivantes, la fente et l’alignement. Comme toutes
les postures en athlétisme, le bon alignement est primordial.
■ La fente glissée est interdite : avancée prolongée du genou au-delà du

pied.
■ Alignement articulaire obligatoire : pied, genou, bassin, épaule, en fin de
propulsion de la jambe arrière, avec la main opposée derrière la hanche.
■ Oscillation  : le marcheur oscillant les épaules de haut en bas sera

pénalisé.
■ Ces règles sont édictées pour la marche nordique sur un sol plat. Il est

évident que les juges se doivent de tenir compte des terrains accidentés
(montée, descente, etc.) afin d’apprécier le respect de la réglementation.
■ La compétition peut se dérouler sur route bitumée (−10 %) et/ou sur

terrain naturel.
Types de compétitions
■ Marche nordique compétition nature : circuit point à point ou grandes
boucles.
■ Marche nordique compétition « découverte » : distance < 21 km.
■ Marche nordique compétition « longue distance » : distance ≥ 21 km et
≤ 42 km.
■ Marche nordique compétition « ultra » : distance > 42 km.
■ Marche nordique compétition sur circuit (boucle de 2,5 km à 3,5 km)

sur une distance de 9 à 15 km.


Si le parcours comporte plus de 70 % de chemins, il faut utiliser les règles de
sécurité applicables aux épreuves en milieu naturel de la FFA. Les organisa-
teurs sont responsables des moyens de sécurité*.
*Pour en savoir plus : www.athle.fr

Au-delà de l’aspect compétitif, la marche nordique peut aussi être très dynamique
sur des terrains avec une succession de dénivelés importants. Il existe aussi une
pratique plus « fitness » ou « cardio », comme les programmes Nordic’Fit et Nor-
dic’Fit Cardio développés par la FFA. Il s’agit d’enchaînements sur circuit-training
d’exercices de renforcement musculaire au poids du corps et de stimulation à
haute intensité sur le plan cardiovasculaire, avec de la musique, seul ou en groupe,
à domicile ou en salle. Situé au croisement de la marche nordique, du circuit
training et du fitness, le Nordic’Fit prend la forme d’un circuit, composé d’exer-
cices variés à réaliser sur une musique dynamique. C’est un concept accessible
44 Marche nordique et santé

A B C

Figure 5.1. Bâtons utilisés pour la rééducation.


Source : BungyPump (bungypump.fr).

et évolutif, avec différents niveaux, permettant à toute personne de pouvoir en


bénéficier et l’apprécier. D’une durée maximale de 1 h 30 et conseillé 1 fois par
semaine, le Nordic’Fit alterne renforcement musculaire et séquences de marche à
allure soutenue. Il existe aussi une forme ludique comme les relais en marche nor-
dique de la FFA. Ces pratiques sont donc complémentaires aux séances de base
de marche nordique d’endurance aidant à améliorer la condition physique sur les
plans cardiovasculaire et musculaire.
Il existe aussi des variantes plus exigeantes physiquement, liées au matériel, comme
le « Bungy Pump of Sweden » qui présente un système de pompe dans le tube du
bâton avec des résistances élastiques de différentes puissance pour s’obliger à for-
cer sur les bras. Ce type de bâton est conseillé par Arja Jalkanen-Meyer, il sert aussi
pour les rééducateurs (voir plus loin figure 5.1).

Bungy Pump
Son apparition est récente : en 2013, pour rendre la marche nordique plus
ludique, un fabricant suédois imagine des bâtons dotés d’un système de
pompe de 20 cm qui peut offrir une résistance de 4, 6 ou 10 kg selon le
modèle. Il y a des embouts en caoutchouc pour sol dur et des rondelles
pour ne pas s’enfoncer dans le sable ou la neige, facilitant la pratique en
terrain varié. La gestuelle du bungy pump s’apparente à celle de la marche
nordique, à savoir propulsion du corps en avant et allongement des foulées,
mais elle favorise davantage la coordination des membres supérieurs et
inférieurs. L’élan, généré par la poussée du bâton et renforcé par le système
de pompe, aide le pratiquant à amorcer aisément le mouvement suivant,
sans choc au niveau des articulations selon le fabricant (pas d’études scien-
tifiques à ma connaissance mais théorie séduisante).
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 45

Une étude sur les dépenses énergétiques réalisée par la Modo Sports Academy
d’Ornsköldsvik en Suède révèle qu’à 6 km/h un marcheur sans bâtons dépense
entre 220 et 330 kcal/h. S’il effectue une marche nordique, il brûle entre 304 et
455 kcal/h. Avec des bâtons de bungy pump, il consomme entre 390 et 600 kcal/h.
Non loin des 700 kcal/h estimées lors d’un jogging.

Marche nordique pour la santé et marche nordique


thérapeutique en rééducation et en réadaptation
La marche nordique pour la santé sert en prévention primaire et secondaire, tan-
dis que la marche nordique thérapeutique en rééducation et en réadaptation sert
en curatif et en prévention tertiaire.
Dès que l’on est assez autonome pour mettre un pied devant l’autre sur
une centaine de mètres, on peut pratiquer la marche nordique. Les bâtons
apportent un soutien important, tant sur le plan physique (équilibre, sécurité)
que psychologique (assurance, confiance en soi). Il existe ainsi de plus en plus
de groupes de marche nordique destinés à des publics particuliers en préven-
tion secondaire ou tertiaire ou en thérapeutique, en lien avec leur état de santé
(seniors, porteurs de pathologies chroniques comme le diabète, la bronchite
chronique obstructive…). Ils sont conduits par des entraîneurs spécialement
formés (CAS), des diplômés de fédérations ou ayant des diplômes d’État ou
des enseignants STAPS APA (voir chapitre 4). Ils pratiquent dans les EPHAD,
les établissements de santé, les associations de malades, les clubs sportifs fédé-
raux, des établissements sportifs privés ou à titre indépendant. On verra plus
loin que le terme « sport sur ordonnance » distingue de plus en plus ce type
de dispositif.
En pratique, les bâtons de marche nordique peuvent très bien être utilisés soit
en rééducation (voir chapitre 6), soit comme outil de dépense aérobie, soit pour
accompagner des exercices de «  résistance » tels que des exercices de renfor-
cement musculaire mais aussi d’équilibre et de souplesse. Une particularité des
bâtons de Bungy Pump est que les kinésithérapeutes peuvent les utiliser, du fait
des résistances élastiques variables, pour une proprioception progressive du haut
du corps très sollicitée lorsque le bâton est appuyé (par exemple, contre un mur
dans différentes positions de l’espace : figure 5.1a et b), mais aussi pour une pro-
prioception progressive de tous les membres inférieurs. On peut aussi rechercher
un renforcement des fixateurs de l’omoplate, de l’épaule (y compris les rotateurs),
du coude (biceps et triceps), du poignet (pronosupination) et des abdominaux
aidant au gainage (en position debout pour limiter les contraintes de la charnière
lombopelvienne ; figure 5.1c).
46 Marche nordique et santé

Matériel
Bâtons
Les bâtons de marche nordique (figure 5.2a) sont composés d’un mélange de
fibres de verre et de carbone. Ils doivent être solides tout en étant souples et
confortables.
Plus il y a de carbone, plus le bâton est solide et moins il y a de vibrations.

À retenir
■ Plus de carbone = poussée plus réactive au sol.
■ Plus de fibre de verre = poussée plus molle plus d’amortissement.

Taille des bâtons


Il y a deux façons d’ajuster les bâtons à sa taille lors de la pratique de la marche
nordique :
• on prend la taille personnelle (en cm) et on multiplie par 0,7 pour obtenir la

taille idéale des bâtons ;


• on se met debout coude à 90 ou 100° selon les écoles, avant-bras à l’horizontal

(figure 5.2b).
Si on est entre deux tailles, le débutant doit prendre les bâtons les plus courts, car
il fera des petits pas. En chemins de montagne, on prendra également des bâtons
un peu plus courts. Si on veut aller plus vite, il est préférable de prendre une taille
de bâton au-dessus).

A B C

Figure 5.2. Bâtons.


a. Bâton avec dragonne. b. Choix de la taille du bâton : Bras fléchi le long du corps,
coude à 90°, bâtons posés au sol à la verticale. c. Pointe et pad.
Source : figure 5.2a de société TSL outdoor (https://www.tsloutdoor.fr/batons-marche-nordique/tactil-c50.html).
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 47

Figure 5.3. Dragonne.


Source : société TSL outdoor (https://www.tsloutdoor.fr/batons-marche-nordique/tactil-c50.html).

Embout des bâtons


La pointe des bâtons doit s’adapter à différents types de sol : terre, gazon, sable
dur, mou, bitume…
Le système d’embout de certaines marques est simple et efficace, il permet de
changer d’embout à l’extrémité du bâton en fonction du type de terrain.
Sur le gazon, la terre ou le sable, c’est la pointe de l’embout qui est utilisée. Sur le
bitume, c’est un embout en caoutchouc qui est nécessaire (le pad : figure 5.2c).

Dragonne
La dragonne (figure 5.3) est l’élastique ou la lanière qui permet de ramener le
bâton vers la main plus rapidement. Une dragonne confortable permet de répar-
tir le poids du corps sur le poignet et d’assurer un retour automatique du bâton
dans la main.
La dragonne supporte (transmet) intégralement la poussée du haut du corps sur
les bâtons. Sans la dragonne, il n’y a pas de marche nordique. Une dragonne facile
à enfiler et enlever doit être un critère de choix pour l’achat. On parle parfois de
gantelet quand la dragonne est très enveloppante.

Chaussures
Lors de la pratique de la marche nordique, on peut utiliser des chaussures de raid
avec une semelle épaisse et antidérapante de préférence souple. On peut aussi
utiliser des chaussures de randonnée souples non montantes. Sur terrain sec, on
peut très bien avoir des chaussures de running.

Vêtements
Par temps froid, on privilégiera une tenue absorbant la transpiration et qui, bien sûr,
tient au chaud. Par temps chaud, on privilégiera une tenue de sport légère (pantalon
léger, polo, coupe-vent). Les tenues sont adaptées aux conditions atmosphériques et
permettent une bonne liberté de mouvement.
48 Marche nordique et santé

Techniques de marche nordique


Différentes techniques
Il existe plusieurs variantes de marche nordique. La technique de marche nor-
dique dite « diagonale », issue des experts de la FFA, est présentée ici. La technique
ALFA, développée en Allemagne et pratiquée notamment en Suisse, et la tech-
nique japonaise seront évoquées plus loin. Il existe sûrement d’autres techniques.
Le mouvement est très proche de celui du ski de fond en parallèle pour les bras.
Comme la technique est relativement simple, le plaisir de pratiquer est présent
dès le début, sans phase fastidieuse d’apprentissage. En effet, la marche nordique
c’est tout simplement de la marche naturelle avec des bâtons. Quand le bras droit
avance, il doit être accompagné de la jambe gauche et inversement. Très sou-
vent, les novices, ne sachant pas trop comment utiliser les bâtons de manière
efficace, marchent à l’amble, c’est-à-dire membre supérieur et inférieur homola-
téraux ensemble vers l’avant et l’arrière. Heureusement, la technique est très vite
assimilée avec les conseils avisés d’un entraîneur formé. Personnellement, en 4 ans
de coaching, aucun de mes élèves n’a eu besoin de plus de deux séances pour
acquérir le bon mouvement inversé. La gestuelle est naturelle et au pire ce n’est
pas grave si elle n’est pas parfaite, l’important c’est de bouger.
La marche nordique se réalise avec deux bâtons spécifiques équipés de gante-
lets ou dragonnes (voir plus haut). Techniquement, il y a une légère inclinaison
du tronc, les bâtons facilitent la propulsion vers l’avant tout en recrutant plus
de groupes musculaires que la marche traditionnelle et en évitant les phases de
suspension. À chaque instant, un pied et le bâton controlatéral sont en contact
avec le sol. La coordination entre les quatre membres suit le schéma naturel de la
quadrupédie : le marcheur avance en même temps le bras et la jambe opposés. Et
il pousse en même temps sur le bras et la jambe opposés.
La technique de base selon les CAS de la FFA, que certains appellent la technique
des diagonales, est la suivante (figure 5.4) :
1. double rotation bassin–buste créant des diagonales (figure 5.5)  : avancez le
bras droit, le coude y compris, refermez votre main sur le bâton et plantez la
pointe de ce dernier au sol légèrement à l’arrière du pied droit. Cette position
permettra à votre épaule d’avancer et de provoquer une légère rotation de votre
buste. La pointe du bâton se pose au sol juste derrière le pied avant ;
2. poussez en même temps sur le bâton gauche en allongeant votre bras, ouvrez
la main. Une propulsion vers l’avant se fera sentir. Maintenez l’épaule basse ;
3. avancez la jambe droite en attaquant par le talon. Ne tendez pas le genou
complètement ;
4. poussez sur la jambe gauche en arrière pour finir la propulsion ;
5. inclinez votre buste légèrement vers l’avant, dans le sens de la marche, en main-
tenant le dos droit. Ne pas casser la ligne au niveau des hanches, ne pas voûter le
dos ni baisser la tête ;
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 49

5
6
2

2
1

A 4 B

Figure 5.4. Erreurs selon les coachs Athlé Santé de la FFA.


Source : dessin Carole Fumat.

6. redressez la tête et regardez loin devant vous. Respirez amplement et profondément.


Marchez d’un bon pas en surveillant les obstacles éventuels sur le chemin (figure 5.6).

À retenir
« La marche nordique est un mouvement naturel, veillez surtout à ce que
vos sensations soient agréables et harmonieuses. Tout dans votre geste doit
contribuer à avancer », conseillent les CAS de la FFA.

D’autres styles sont décrits dans la littérature. Dans la technique allemande ALFA, les
bâtons font un angle plus prononcé à la pose au sol (voir encadré ci-dessous). Dans
la technique japonaise, la marche se fait avec des bâtons verticaux (un peu comme
les randonneurs du « dimanche » qui naturellement promènent leurs bâtons ver-
ticalement, on les reconnaît tout de suite sur le terrain), elle est plutôt dynamique
mais la poussée des bras très verticale est moins efficace pour aller vers l’avant.
50 Marche nordique et santé

Figure 5.5. Principe de la technique des diagonales.


Source : dessin Carole Fumat.

Technique de marche nordique ALFA


En 2000, naît la Deutsche Nordic Walking und Nordic inline skating Verband
(DNV), première organisation de marche nordique en Allemagne.
Sur la base d’études effectuées au sein de l’université du sport de Mainz, ses
membres vont ajuster la technique de la marche nordique pour en faire un
outil à la fois d’entraînement et de réadaptation. Un réseau « d’écoles de
formation » se développe alors.
En 2003, ces écoles se rassemblent dans une organisation commune l’In-
ternational Nordic Fitness Organisation (INFO) qui met au point une tech-
nique d’apprentissage nommée ALFA et comprenant sept étapes* :
■ étape 1 : découverte, informations sur le matériel ;
■ étape 2  : mouvement simultané des deux bras, contrôle du bâton,

balancement des bras, ouverture et fermeture de la main ;


■ étape 3  : apprentissage de différents rythmes de marche (marche

à 4 temps, à 3 temps, à 2 temps) ;


■ étape 4 : travail de la posture ;
■ étape 5 : rotation inverse de la ceinture scapulaire et pelvienne ;
■ étape 6 : déroulement et activité du pied ;
■ étape 7  : consolidation de la technique et variantes (par variantes, on

entend des techniques d’interval-training, à savoir variations dans la pres-


sion au niveau des dragonnes, dans les rythmes, les sauts, les courses, etc.).
* Pour en savoir plus : Wilhelm A, Mittermaier R, Neureuther C. Nordic walking : selon la technique ALFA.
Chanteclerc ; 2007.
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 51

Figure 5.6. Le contrôle technique selon la FFA.

Évaluation de la technique
La FFA s’est dotée d’un certain nombre d’outils de promotion et de suivi de
la marche nordique. Le contrôle technique fait partie de cette boîte à outils
des entraîneurs de marche nordique. Assez simple, fonctionnant par l’obser-
vation, il permet à l’enseignant une analyse assez juste de la technique sur
plusieurs critères et habilités du marcheur qui vont permettre de le classer de
façon pertinente sur la justesse de son mouvement de marche nordique. Les
entraîneurs de marche nordique de la FFA ont acquis le droit de faire passer
les contrôles techniques et peuvent délivrer un reçu de leur analyse aux licen-
ciés (figure 5.6).

Où pratiquer la marche nordique ?


La marche nordique est d’abord un sport d’extérieur et peut se pratiquer à peu
près partout, en ville ou en milieu rural, dans les parcs et les forêts, sur la plage, et
à la campagne. Depuis la pandémie de COVID-19, la pratique à la maison dans
un espace clos et limité a même été plébiscitée avec des cours en musique type
Nordic’Fit par des CAS de la FFA et, pour certains, des tours dans leurs jardins.
La marche nordique urbaine se développe et permet aux habitants des villes de
pratiquer régulièrement, de découvrir des espaces urbains parfois peu connus, de
faire du tourisme tout en se faisant du bien. On cherchera un parcours loin des
voitures, autant pour respirer de l’air pur (plutôt que des gaz d’échappement) que
pour la sécurité. On sera donc vigilant par rapport aux informations sur la pollu-
tion atmosphérique (voir chapitre 7).
52 Marche nordique et santé

Comment pratiquer la marche nordique ?


Une séance de marche nordique commence par une marche douce d’échauffe-
ment progressif des muscles et des articulations (quelques mouvements sur place
notamment pour préparer à l’effort des zones du corps non sollicitées en marche)
et se poursuit par une marche dynamique dans un environnement agréable et
varié, elle finit toujours par un temps d’étirements de récupération. Toujours pré-
voir une courte pause en mi-séance pour s’hydrater ou utiliser durant la séance
un sac de transport avec sa poche d’hydratation et son tuyau.

Durée, distance et vitesse des séances de marche nordique


La durée idéale globale d’une séance d’entraînement ou d’une sortie de marche
nordique est d’environ 2 h. La durée de marche proprement dite se situe entre
1 h 30 et 1 h 45. Pour les débutants et les porteurs de pathologies chroniques en
faible condition physique, la séance sera plus courte au début. Je recommande de
ne pas dépasser 1 h durant les trois premiers mois. On peut commencer entre 10
et 20 min de marche à raison de deux à trois séances par semaine et augmenter
ainsi progressivement sa durée, chaque semaine, de 10 min à chaque séance.
Peu importe le kilométrage, c’est la qualité et le plaisir, pas la quantité, qui
comptent en marche nordique pour la santé. Dans le cadre de la marche nordique
en rééducation, les distances sont de l’ordre de quelques centaines de mètres au
début. On commencera toujours par des parcours plats. On cherchera les déni-
velés secondairement.
La majorité des groupes entraînés par des CAS de la FFA réalisent classiquement
un effort sur 9 km (1 h 30 à 6 km/h = 9 km). Comme nous le reverrons plus loin,
en marche nordique l’utilisation intensive des bras augmente la dépense énergé-
tique et le coût énergétique est modifié par l’utilisation des bâtons donc la fatigue
périphérique augmente par rapport à la marche sans bâtons. Les sportifs entraî-
nés en marche nordique vont jusqu’à 15–20 km ; au-delà, il s’agit plutôt de trail
ou de randonnée avec bâtons que de marche nordique à proprement parler. En
randonnée, mais bien évidemment pas en marche nordique, on peut, pour moins
se fatiguer, accrocher, par moments, ses bâtons au sac1.
La vitesse moyenne de marche est exprimée en km/h : au début, une vitesse de
3 km/h est accessible à tous, même aux porteurs de pathologies chroniques dès
qu’ils sont assez autonomes pour aller dans un club ; 6 km/h est l’allure soutenue
la plus courante observée parmi les adeptes de la marche nordique. L’allure de
marche aisée correspond souvent à 5 km/h, mais elle dépend bien sûr de chacun

1 Pour en savoir plus sur les randonnées longue distance et les marches de régularité AUDAX® pou-
vant être parfois réalisées avec les bâtons de marche nordique, voir le site de la Fédération française
de randonnée : https://www.ffrandonnee.fr/_262/marches-endurance-audax-pedestres.aspx
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 53

et c’est le rôle de l’encadrant de repérer la vitesse de confort du pratiquant qui


sera toujours celle où l’on peut marcher et parler avec ses partenaires de marche
nordique, donc juste avant le seuil d’essoufflement (seuil aérobie ou de dyspnée).
Dès que le pratiquant le plus bavard du groupe ne parle plus, l’encadrant sait qu’il
a dépassé sa vitesse de confort et son seuil de dyspnée et donc qu’il faut adapter
la séance selon les objectifs du jour (voir plus loin). Au-delà de 6 km/h, on est dans
une pratique de marche nordique dynamique.

À retenir
Diversité des sols et des lieux de pratique, adaptation de la distance, de la
durée et des exercices à l’état de santé et de forme du sujet sont les bases de
la réussite en marche nordique.

Échauffement du début de séance


Chaque séance sportive commence par un temps d’échauffement. L’organisme
a besoin de temps pour se mettre en route et monter en puissance progressive-
ment. On peut conseiller de marcher les 5 premières minutes à vitesse lente, puis
5 minutes à vitesse plus rapide et enfin les 5 minutes suivantes de faire un échauf-
fement analytique sur place. Ce temps d’exercices sur place peut être individualisé.
Il existe de nombreux exercices pour mobiliser les articulations, augmenter le débit
sanguin musculaire et cardiaque et ainsi échauffer les muscles : par exemple, des
talons aux fesses appuyés sur les bâtons afin d’échauffer les ischiojambiers qui sont
peu stimulés à la marche et doivent donc être préparés spécifiquement à l’effort
(figure 5.7), des quarts de squat avec les bâtons comme aide pour se redresser,

Figure 5.7. Échauffement talon–fesses.


54 Marche nordique et santé

A B

Figure 5.8. Exemple d’étirement balistique cuisses et membres supérieurs.

surtout s’il y a du dénivelé de prévu. L’échauffement doit toujours se terminer par


des étirements dynamiques type contracté/relâché courts (6 secondes/6 secondes)
sur les muscles les plus sollicités en marche nordique : triceps sural (voir figure 5.13
dans le tableau 5.1), muscles du rachis (voir figure 5.10 dans le tableau 5.1). On peut
aussi faire des étirements de type balistique pour finir l’échauffement en privilégiant
le mouvement spécifique du marcheur : par exemple, balancier avant–arrière des
membres supérieurs tendus avec le bâton (figure 5.8) et quart de fente avant avec
rebond maîtrisé pour les membres inférieurs (voir figure 5.11 dans le tableau 5.1).
Les encadrants proposent beaucoup d’autres exercices d’échauffement, l’origina-
lité et l’innovation sont les bienvenues en respectant les déficiences et les limi-
tations physiques des pratiquants. Par exemple, un sujet ayant des antécédents
d’entorse de cheville insistera plus sur la cheville en la mobilisant dans tous les
plans de l’espace, tandis qu’un lombalgique fera des mouvements contrôlés de
flexion–extension du tronc et étirera la face postérieure des membres inférieurs
et du dos en s’appuyant sur les bâtons un peu plus longtemps. L’éducation du
pratiquant doit le rendre autonome, donc après quelques séances, il doit être en
mesure de faire son échauffement seul.

À retenir
Il existe plusieurs livres d’exercices spécialisés sur la marche nordique et de
nombreuses variantes pour s’échauffer.
On propose de débuter une séance de marche nordique par 5 minutes de
marche douce, puis 5 minutes de marche plus rapide et 5 minutes d’exer-
cices dynamiques sur place pouvant être individualisés pour le tronc (figure
5.9), les membres supérieurs, les cuisses (quadriceps et ischiojambiers (figure
5.7), les mollets, les chevilles et quelques étirements balistiques (figure 5.8)
avant de partir en séance de marche nordique.
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 55

Figure 5.9. Échauffement du tronc.

Étirements de récupération à la fin de la séance


On finit les séances par quelques étirements de récupération sous la forme
6 secondes d’étirement/6 secondes de relâchement pour le rachis, les membres
inférieurs (ischiojambiers, quadriceps (voir figure 5.12 dans le tableau 5.1), fessiers,
triceps suraux (voir figure 5.13 dans le tableau 5.1) et les membres supérieurs (tri-
ceps brachiaux). On utilise au moins les 5 dernières minutes pour faire un retour
au calme progressif. Dans le tableau 5.1, quelques positions d’étirements sont
présentées.

À retenir
■ Étirements de récupération de fin de séance : ne jamais forcer ! Certains
pensent que les lésions musculaires induites par l’exercice ne doivent
pas être en plus accentuées par un étirement post-effort. L’étirement
doit seulement permettre de redonner un peu de longueur à des fibres
musculaires contractées durant l’effort sans plus  ; 5  minutes toujours
en contracté/relâché (6 secondes/6 secondes) seront suffisantes sur les
muscles les plus utilisés en marche nordique.
■ Étirements de gain d’amplitude  : pour s’assouplir, ce sera toujours à dis-

tance d’une séance de marche nordique ; on attendra le lendemain matin


à froid pour des étirements doux de 30 secondes à la limite de la douleur, à
répéter dix fois par muscles, tendons et structures conjonctives (ligaments,
56 Marche nordique et santé

fascias, capsules articulaires…) que l’on veut allonger. Pour cela, certains
pratiquent le ou plutôt les « yogas » ou des cours de stretching en fitness
qui sont assez complémentaires à la marche nordique. On peut le faire seul
ou à plusieurs, avec son entraîneur ou avec son kinésithérapeute.
Tableau 5.1. Exemples d’étirements recommandés
Position Description Exemple
Étirement global du En appui, bras tendus ou demi-ten- Figure 5.10
dos dus, sur les deux bâtons, se pencher
en avant en soufflant doucement
dos plat puis en creusant le dos, on
remonte en déroulant le rachis de
bas en haut

Grand angle fente Avancer un pied et descendre tronc Figure 5.11


avant droit (ce que le sujet ne fait pas sur la
figure) ; en progressant, on avancera
le pied de plus en plus

Quadriceps : la face Prendre la cheville dans une main et Figure 5.12


antérieure de la cuisse ramener le pied à la fesse du même
côté, puis avancer le bassin ; de
l’autre côté, on « plante » les deux
bâtons pour se stabiliser

Étirement des mollets Se mettre en avant-pied sur une Figure 5.13


et du tendon d’Achille marche ou un bord de trottoir et
(calcanéen) laisser tomber le talon vers le bas
S’équilibrer avec les deux bâtons
posés devant
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 57

Traumatologie : les problèmes causés par une


pratique intense
Aucune activité physique ne se réalise (a fortiori à haute intensité) sans qu’il
n’existe un risque de blessure soit par répétition et usure (microtraumatismes),
soit par accident (macrotraumatismes). Ainsi, la marche nordique n’y échappe
pas. Mais clairement, les études que l’on a classent la marche nordique comme
une des activités physiques et sportives les moins traumatisantes.
Pour un débutant, mal évaluer ses capacités aura pour conséquence de marcher
trop vite et trop loin, d’où l’intérêt de débuter avec un éducateur sportif. Pour
un pratiquant régulier -, ce sera souvent une hyperutilisation qui sera délétère et
cause de lésions microtraumatiques. Pour tous les pratiquants, la chute est définie
comme un macrotraumatisme.
Ainsi, en consultation, on peut rencontrer les lésions suivantes :
• aux membres supérieurs et aux épaules :
- tendinopathies au coude ou à l’épaule à la marche et surtout après une sor-
tie intense et de longue durée sur le bitume et le sol dur, avec des bâtons mal
adaptés (trop longs ou trop lourds, avec des ressorts trop durs par exemple),
- tendinopathies de poignet (bord ulnaire) en lien avec le mouvement de
lâcher du bâton vers l’arrière,
- une douleur des muscles trapèzes qui sont les fixateurs de la ceinture sca-
pulaire lors du planter de bâton : ils se contractent trop si on n’arrive pas à
relâcher les épaules et les mains à la fin de la poussée,
• aux membres inférieurs, on peut trouver :
- une atteinte douloureuse de l’articulation (métatarsophalangienne) du gros
orteil qui se fléchit très fort quand on pousse puissamment avec le pied,
- une tendinopathie des releveurs antérieurs du pied (tibial antérieur, exten-
seurs communs des orteils),
- une tendinopathie du tendon calcanéen (tendon d’Achille),
- une entorse de cheville (tous les ligaments peuvent être touchés : latéraux,
médiaux, antérieurs),
- des lésions musculaires des triceps suraux ;
• sur le plan rachidien :
- une douleur musculaire, surtout en zone lombaire contractée, si on a
adopté une position trop droite et raide,
- contracture des muscles du cou et de la nuque, si on n’arrive pas à abaisser
les épaules et redresser la tête.
Cette liste de traumatismes n’est pas exhaustive. Une étude de Knobloch (2006) a
montré chez des spécialistes en marche nordique que la fréquence de blessure était
estimée à 0,926/1000 h de pratique [1]. Pour comparaison, selon Ekstrand, au football,
elle est de 6 à 9/1000 h chez les joueurs masculins professionnels (24 à 30/1000 h en
compétition et 3 à 5/1000 h à l’entraînement) [2]. Au rugby à XV, Kaux et al. parle d’une
incidence de 30 à 120/1000 h de match et de 2,2 à 6/1000 h d’entraînement [3]. Pour
Bennell, en athlétisme sur piste, elle est de 3,9/1000 h de compétition [4].
58 Marche nordique et santé

La fréquence des chutes en marche nordique est de 0,24/1000 h de pratique. Le


membre supérieur est touché plus fréquemment (0,549/1000 h) que les membres
inférieurs (0,344/1000 h). La lésion la plus fréquente est une lésion ligamentaire
du bord ulnaire du poignet après des chutes sur le poignet (0,206/1000 h). Les
lésions musculaires le plus souvent retrouvées sont celles du mollet (muscles gas-
trocnémiens ou jumeaux ; 0,137/1000 h). Ce qui est rassurant, c’est que seulement
5 % des incidents ont provoqué une interruption d’entraînement et que tous les
pratiquants ont repris au même niveau en 4 semaines au plus [1].
Coutrel [5] a soumis un questionnaire à 503 pratiquants de marche nordique de
152  clubs ligériens affiliés à la FFA et recueilli ainsi des données médico-socio-
démographiques et de qualité de vie. Il en ressort que l’accidentologie liée à la
pratique révèle peu de traumatismes induits par la marche nordique (0,3  bles-
sure/1000 h de pratique). Selon Coutrel, les lésions microtraumatiques d’overuse
syndrome que l’on traduit souvent par « d’hypersollicitation » sont minoritaires
(39 % de blessures) par rapport à ce qui a déjà été publié. En revanche, les bles-
sures graves (15 % de fracture/luxation ou rupture tendineuse) sont non négli-
geables et n’avaient jamais été identifiées à ce niveau auparavant. Elles semblent
selon lui consécutives aux chutes des pratiquants de marche nordique présentant
une certaine fragilité (âge, maladie chronique). Au vu de cette étude, une enquête
de suivi traumatologique de plus grande ampleur au sein de la FFA et des autres
fédérations volontaires serait nécessaire pour affiner nos connaissances sur l’acci-
dentologie en marche nordique.

À retenir
■ Faible prévalence des traumatismes induits par la marche nordique : 0,3
à 0,926 blessure/1000 h de pratique (blessures principalement microtrau-
matiques).
■ Risque de chute : 0,24/1000 h de pratique. C’est la chute qui provoque les
lésions dites macrotraumatiques.
■ Les lésions sont rarement compliquées et les délais de retour sur le terrain
sont relativement faibles par rapport à d’autres sports.

Existe-t-il des contre-indications médicales à la


pratique de la marche nordique ?
Les experts considèrent qu’il n’y a quasiment pas de contre-indications totales,
absolues et définitives à la pratique de la marche nordique. Il y a très souvent
la possibilité de faire marcher nos patients en proposant des adaptations de la
technique, de la vitesse et de l’encadrement de la marche à leur état (c’est ce qu’on
nomme de l’activité physique adaptée ou APA), d’où l’intérêt du bilan médical
initial avant reprise ou au début d’une activité de marche nordique (ce qui sera le
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 59

cas pour une reprise post-infection à la COVID-19, par exemple). Il faut que l’édu-
cateur sportif en marche nordique sous contrôle de la prescription médicale (voir
chapitre 8) adapte la pratique. Pour cela, il doit faire passer des tests de condition
physique aux pratiquants comme le test de 6 minutes marche, les tests de force
musculaire (voir chapitre 8). Au fond, pour toutes les personnes autonomes pour
se rendre seules sur un parcours de marche nordique et capables de marcher
sur un rayon d’au moins 150 mètres [6], les contre-indications absolues n’existent
quasiment pas (voir encadré ci-après).
En effet, les contre-indications, qui ne sont d’ailleurs pas spécifiques à la marche
nordique, ne sont souvent que temporaires, voire partielles. Ainsi comme indiqué
dans le dictionnaire Médicosport-santé©, toute pathologie chronique non stabi-
lisée représente une contre-indication absolue mais temporaire jusqu’à stabilisa-
tion [7]. En pratique, en marche nordique, lorsque l’on a compris l’intérêt d’une
APA à la situation de santé (déficiences, limitations du patient…), on ne décrit
quasiment plus que des contre-indications temporaires ou partielles à la pratique
de la marche nordique. Par exemple, on évitera de marcher avec les bâtons en cas
de : maladie rhumatismale inflammatoire en période de poussée, crise de gonfle-
ment articulaire chez l’arthrosique, douleurs liées à un syndrome du canal carpien
non traité, dégénérescence avancée des muscles et tendons de la coiffe des rota-
teurs aux épaules, capsulite rétractile en phase aiguë, tendinopathies aiguës non
traitées, poussées infectieuses avec fièvre…
On retiendra que les personnes ayant une maladie cardiaque grave et instable
(certains troubles du rythme électrique, des cardiomyopathies hypertrophiques,
des pathologies cardiaques congénitales non opérables, des maladies corona-
riennes instables… : voir encadré ci-dessous), une grossesse à risque, une infection
en phase aiguë, une maladie inflammatoire aigüe ou une maladie chronique non
équilibrée par un traitement doivent éviter les efforts trop importants du fait d’un
risque de santé accru.

Contre-indications cardiovasculaires absolues au réentraînement à l’effort [8]


■ Syndrome coronarien aigu non stabilisé.
■ Insuffisance cardiaque décompensée.
■ Troubles du rythme ventriculaire sévères, non maîtrisés.
■ Présence d’un thrombus intracardiaque à haut risque embolique.
■ Présence d’un épanchement péricardique de moyenne à grande
importance.
■ Antécédents récents de thrombophlébite avec ou sans embolie
pulmonaire.
■ Obstacle à l’éjection ventriculaire gauche sévère et/ou symptomatique.
■ Toute affection inflammatoire et/ou infectieuse évolutive.
■ Hypertension artérielle pulmonaire sévère.
60 Marche nordique et santé

En revanche, on a de très bons résultats en rééducation (dans le respect des


contre-indications) après un accident coronarien ou en cas d’insuffisance car-
diaque même au niveau d’un patient en attente de greffe cardiaque (voir cha-
pitre 6).
Sur le plan cutané, on contre-indiquera à un diabétique avec une lésion ulcéreuse
en zone portante, type mal perforant plantaire, de pratiquer la marche et/ou la
marche nordique tant qu’il aura une lésion cutanée, même si on sait que l’utilisa-
tion des bâtons permet de diminuer les pressions sur la voûte plantaire comme
l’étude d’Hudson l’a montré [9].
Pour les femmes enceintes, voir le chapitre  6 et les recommandations de la
HAS [10].
Concernant l’information de l’encadrant sur les contre-indications et les adapta-
tions santé pour un pratiquant de marche nordique, on en reparlera au chapitre 8.

À retenir
« Pour certaines pathologies, des contre-indications relatives peuvent exister
et doivent être évaluées au cas par cas et en fonction du sport. Dans toutes
ces situations, l’avis d’un médecin spécialiste peut être sollicité. » (Diction-
naire Médicosport-santé© [7].)
En pratique, il y a très peu de contre-indications définitives, il y a plutôt des
contre-indications temporaires ou partielles que l’on peut moduler avec des
adaptations de la marche nordique (en intensité et en difficulté technique).
Si le pratiquant est porteur d’une prothèse de hanche, de genou, s’il a des
problèmes cardiaques, vasculaires ou pulmonaires sévères, des complica-
tions suite à une fracture, ou autre, il faut l’inciter à prendre des précautions
particulières qu’il faut lui décrire et lui écrire ; s’il le souhaite, il peut préve-
nir seul l’éducateur qui l’encadre, dans le respect du secret médical. Il faut
encourager le patient à en parler à son coach. La question du secret médical
et professionnel dans ce cadre particulier du « sport-santé » reste à discuter
(chapitre 8).

Conseils de pratique pour les professionnels du


sport et les entraîneurs bénévoles de marche
nordique
Les propositions faites ici ont pour objectif de rendre le marcheur régulier, heu-
reux et autonome.
Ce que l’on peut saisir et qui fait la force du pratiquant intensif de « haut niveau »,
ce sont ses capacités d’adaptation, de critique et d’analyse de ses erreurs. Les grands
champions qui durent sont souvent à la fois ouverts et « sûrs » d’eux, mélange
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 61

de confiance en soi et d’humilité. Le pratiquant débutant lui doit être rassuré,


cajolé, entraîné avec une progression douce et mesurable. Il faut le rendre acteur
et autonome, donc lui expliquer le but et les objectifs des séances. Au début pour
stimuler et entretenir sa motivation, il doit noter le contenu et les résultats de ses
séances. Par la suite, certains devenus experts feront confiance à leurs sensations
et d’autres continueront à tout noter. L’analyse de sa séance, comme pour les
champions, se fait durant le retour au calme et/ou avant la sortie suivante. Les
grands champions ont cette capacité à débriefer et lire leurs sensations physiques
et psychiques seuls ou avec l’entraîneur et/ou le préparateur mental, certains
comme Meriem Salmi (psychologue du sport) parlent d’hyprasensibilité. Nos
débutants doivent essayer d’écouter leurs corps, surtout les malades qui doivent
se le réapproprier comme outil de mouvement. L’analyse des douleurs, des sen-
sations de difficulté, du plaisir est faite à chaque séance : on parle du ressenti du
pratiquant et il sera comparé à celui du coach. L’avantage de noter ses sensations
sur un plan d’entraînement sera aussi, dans le cadre du « sport sur ordonnance »,
de faire un retour au prescripteur de la marche nordique. C’est aussi un très bon
outil d’entretien de la motivation. Le maintien du plaisir en sécurité et en régularité
sera l’objectif principal de l’encadrant et sa responsabilité.
Sur le plan technique, une séance de marche nordique ne comporte pas uni-
quement de la marche, elle répond à tous les besoins de l’organisme : travailler la
force musculaire, l’endurance cardiovasculaire (système aérobie), la coordination,
la « haute intensité » (système anaérobie) et la souplesse. Pour progresser, il existe
deux écoles en marche nordique  : soit chacune des sorties sollicitera ces cinq
composantes d’une bonne forme physique, soit la science de l’éducateur sera de
faire des séances à thème et de les disposer dans la semaine. Dans tous les cas, les
temps de récupération sont toujours à considérer comme une « séance » profi-
table et nécessaire et seront placés comme tel dans le programme. Et même si
on n’entraîne pas pareillement (pratiquant faisant du biquotidien et pratiquant
faisant deux séances par semaine), on placera toujours la récupération en premier
sur le programme.

Toujours proposer des entraînements variés en parcours et


en intensité
Le pratiquant et l’encadrant doivent profiter pleinement de la nature et des nom-
breux chemins de randonnée bien signalés et entretenus pour pratiquer la marche
nordique dans des lieux variés. On diversifie les profils des parcours, en alternant
le plat avec les dénivelés, les trajets courts mais difficiles avec des chemins longs
et plus faciles. Si possible, les parties les plus intenses des parcours (pentes impor-
tantes, accélérations…) sont placées à la fin des séances. Ainsi, le pratiquant ne
se fatigue pas trop tôt. S’il est difficile de changer d’itinéraire, on fera le même
62 Marche nordique et santé

parcours tantôt tranquillement, tantôt rapidement, ou encore en enchaînant des


«  sprints » (de courtes accélérations) alternés avec des temps de marche tran-
quille. Ce travail « intermittent » est complémentaire à la marche en endurance
de base, c’est-à-dire en pouvant toujours parler avec son ou ses accompagnateurs.
On peut faire des séances en « plantant les bâtons » très fort, et d’autres avec un
travail des bras plus léger. L’alternance des différents types de parcours, de la durée
et de l’intensité de marche est bien sûr du domaine de l’expertise de l’encadrant,
la personnalisation des sorties à chaque pratiquant est de l’ordre de la « science »
du coach.
Pour les marcheurs les plus chevronnés et en bonne condition physique, on peut
accélérer la marche jusqu’à la course, maintenir une « course glissée » pendant
quelques dizaines de mètres, puis revenir à une marche normale. On enchaîne
l’alternance course–marche plusieurs fois de suite, « 30 secondes de marche nor-
dique/30 secondes de course » reste la base que l’on fait varier (en durée et en
répétition) selon les objectifs. Ce type d’entraînement fractionné, ou interval-
training, est un moyen très efficace pour améliorer le débit de consommation
maximale d’oxygène (VO2max) du compétiteur, du patient ou du pratiquant loi-
sir sans pathologie chronique, ainsi que leur VO2max au seuil aérobie (seuil de
dyspnée qui nous intéresse pour l’aisance respiratoire). C’est aussi un bon moyen
pour ceux qui, au final, voudront courir de se préparer au running sans risque. Les
blessés en retour sur le terrain l’utiliseront utilement.

Renforcement musculaire
Il est recommandé par toutes les sociétés savantes.

Force musculaire en marche nordique


La musculation stimule la fibre musculaire et ses constituants, elle utilise surtout
les métabolismes anaérobie alactique et lactique. En marche nordique pour aug-
menter la force musculaire, il faut contracter les muscles des bras, du dos, des
épaules et de la poitrine en poussant sur les bâtons. Le « planter » des bâtons
s’exerce vers le bas et vers l’arrière à l’aide de tout le tronc, même les muscles de
l’abdomen sont alors sollicités. Selon la technique de marche nordique, certains
appuieront plus verticalement et d’autres plus en oblique et vers l’arrière ce qui
travaillera les muscles des membres supérieurs différemment.
On travaille aussi la force musculaire des jambes quand on marche avec les bâtons
dans des pentes. Grimper ou descendre une pente demande un gros effort des
cuisses et des bras, car on doit hisser le poids du corps contre la résistance de la
pesanteur. Une autre façon d’augmenter le travail musculaire consiste à marcher
sur du sable très mou (ou de la neige) où les pieds et les bâtons s’enfoncent. Le tra-
vail avec les bâtons bungy pump est aussi un moyen simple de faire de la muscula-
tion. Lors d’une séance de Nordic’Fit on fait de la musculation au poids du corps.
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 63

Endurance cardiovasculaire
La marche nordique développe l’endurance, c’est-à-dire la capacité à marcher en
utilisant l’oxygène comme comburant énergétique (les glucides comme carburant
principal, et les lipides comme carburant secondaire). On la quantifie soit par un
test d’effort sur tapis roulant avec analyse des gaz ventilatoires en % du VO2max
(débit de consommation maximale d’oxygène), soit par un test de terrain type
Luc Léger ou demi-Cooper. À 100 %, on parle de la puissance maximale aérobie
(PMA) ou VO2max. La PMA est définie comme la plus grande quantité d’oxygène
absorbée par minute durant un effort maximal que l’on peut tenir environ 5 min.
En sous-maximal, on s’intéresse surtout à la capacité maximale aérobie qui est
le plus grand pourcentage de la VO2max qui peut être soutenu lors d’un effort
supérieur à 30 min, ce qui correspond au seuil dit anaérobie ou seuil ventilatoire 2
(lieu de passage entre les systèmes énergétiques aérobie et anaérobie, c’est-à-dire
quand le lactate sanguin commence à s’accumuler fortement, il se situe au-delà de
80 % de VO2max). Ce seuil est très intéressant pour les marcheurs qui cherchent
la performance et qui vont essayer de retarder l’apparition du seuil anaérobie et
tenter de dépasser plus de 90 % de VO2max pour les plus performants. Pour la
marche nordique de santé on s’intéresse plutôt à l’aptitude à prolonger un exer-
cice sous-maximal, c’est-à-dire sous la capacité maximale aérobie et en particulier
au seuil ventilatoire 1 (ou seuil aérobie ou seuil d’apparition de la dyspnée ou seuil
d’essoufflement), qui s’exprime sous la forme d’un exercice physique de longue
durée (>  30  min) et d’intensité modérée pratiqué sans essoufflement, tout en
élevant la fréquence cardiaque et la dépense énergétique. En pratique, les inten-
sités varient et l’entraînement stimule l’organisme à différents niveaux, pour cela
on définit des zones de travail. Sur le terrain, on utilise comme indicateur de ces
zones la fréquence cardiaque (FC) ou la vitesse de marche. Par exemple, si on veut
travailler sous le seuil d’essoufflement, on fait travailler l’endurance fondamentale
du pratiquant avec un exercice qui dure suffisamment longtemps (variable selon
la condition physique et l’objectif de l’entraînement), tout en restant d’intensité
modérée pour une pratique visant à améliorer la santé. Pour faire simple, on pro-
pose de ne pas dépasser la FC correspondant à 70  % de la FCmax environ ou
60 % de la FC de réserve selon la formule de Karvonen (voir encadré ci-après) ou,
si on a la chance d’avoir un test de consommation maximale d’oxygène avec un
débit d’oxygène (VO2) mesuré, on travaille sous le seuil ventilatoire 1 (situé selon
la condition physique aux alentours de 60 % de VO2max) pour être en endurance
fondamentale et donc on marche sans être essoufflé.
La marche nordique est idéale pour ça, avec un peu de pratique on peut prolon-
ger des marches avec bâtons jusqu’à 2 h, bien sûr dès que la condition physique
de base du pratiquant le permet. Pour la perte de poids chez les obèses, certains
auteurs ont proposé de travailler sans risque au seuil de Lipoxmax vers 40 % de
VO2max. Lipoxmax se situe où l’oxydation lipidique est la plus importante à partir
de 45 min de marche nordique dans la séance [11].
64 Marche nordique et santé

On développe également son endurance quand on s’entraîne souvent à intensité


modérée, en multipliant les séances. Une séance tous les 3 jours au début puis
tous les 2 jours, soit deux ou trois séances par semaine, est un rythme qui fera faire
des progrès rapidement.
Le travail à haute intensité (de plus de 60 % de VO2max à 100 %, voire 105 % de
VO2max) comme évoqué plus haut avec des séances de fractionné est aussi un
moyen de faire progresser son VO2max donc son endurance, il se fait sur des
séances beaucoup plus courtes, l’éducateur saura les placer utilement dans la
semaine.

La formule de Karvonen ou comment fixer des niveaux d’intensité de


travail physique
Elle consiste en l’utilisation de la fréquence cardiaque (FC) de réserve. Ce
calcul prend en compte la FC de repos : il est un peu plus précis que le simple
pourcentage d’une FCmax théorique (FCmax théorique = 220 − âge), car
la FC de repos est une donnée mesurée et non théorique et qu’en tenant
compte d’une bradycardie (FC basse) ou au contraire d’une tachycardie
(FC haute) de repos, elle modifie la FC cible. La formule est :
FC réserve = FC max − FC repos
La FC cible de travail se définit, en fonction de l’intensité désirée, par l’équa-
tion de Karvonen (1957) :
FC repos + x % FC réserve = FC cible
Cette formule est plus précise, car elle introduit un élément réel de la
condition physique du jour du sujet, à savoir sa FC de repos.
Exemple d’un homme de 50  ans qui débute la marche nordique  : sa FC
repos prise au lit le matin avant de se lever, soit au niveau du pouls radial,
soit par son cardiofréquencemètre, est de 63  battements par minute
(bpm). Sa FCmax est de 170 bpm, soit 220 − 50, et sa FC de réserve est de
170 − 63 = 107. Il utilise à l’effort un cardiofréquencemètre et ne dépasse
pas : 63 + 60 % de 107 = FC cible, soit 63 + 64,2 = 127,2 bpm ; à 60 %, on a
une activité d’intensité dite modérée selon Haskell (tableau 5.2).
On pourrait être plus précis dans notre calcul en prenant en compte la
vraie FCmax, mais chez les débutants et les sédentaires, elle est rarement
connue et on évitera de faire des efforts maximaux lors des premiers mois
de pratique, donc la méthode maximale est à réserver aux sujets entraînés
et celle de Karvonen à tous les débutants.

Haute intensité ou travail anaérobie lactique


En travaillant par intermittence au-delà du seuil anaérobie ou seuil ventila-
toire 2, voire en supra maximal au-delà de 100 % de VO2max, on travaille à la
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 65

Tableau 5.2. Niveau d’intensité de travail déterminé selon les recommandations


publiées en 1993 et revu en 2000 par Haskell (1993–2000)
Intensité de travail A* B**
Très légère < 25 % < 30 %
Légère 25–44 % 30–49 %
Modérée 45–59 % 50–69 %
Intense 60–84 % 70–89 %
Très intense 85 % ou plus 90 % ou plus
Maximale 100 % 100 %
*A : fréquence cardiaque (FC) cible = X % de la FC réserve + FC repos.
**B : FC cible = % de FC max (estimée ou calculée par test maximal).
Source : Ainsworth BE, Haskell WL, Whitt MC, Irwin ML, Swartz AM, Strath SJ, et al. Compendium of physical
activities : an update of activity codes and MET intensities. Med Sci Sports Exerc 2000 ; 32(9 Suppl) : S498-504.

fois l’endurance et la PMA. La marche nordique dynamique se prête très bien


à ce type d’entraînement fractionné, ou interval-training ou encore entraîne-
ment intermittent. En alternant des phases de travail très intenses (marche à
vitesse maximale, course glissée, jumping, dénivelé positif…) avec des phases
de récupération (marche tranquille, descente, pause…), on obtient un effet
d’entraînement très efficace, à l’image des pratiques des sportifs de haut niveau.
Il existe beaucoup de types et de méthodes d’entraînements fractionnés variant
intensité, fréquence et durée de l’effort. On peut facilement adapter à la marche
nordique les méthodes qui sont couramment utilisées par les coureurs à pied et
regarder les programmes et leurs périodicités (microcycles, macrocycles, récu-
pération…) sur les sites Internet spécialisés, dans les revues et surtout avec les
entraîneurs formés.
Attention ce type de travail à haute intensité est réservé aux personnes initiale-
ment en bonne condition physique, car il peut être épuisant pour un organisme
affaibli. Il faut donc inciter les pratiquants à interroger leur médecin traitant et le
prescripteur de la marche nordique avant de se lancer dans ce type d’effort. Cela
étant dit, le travail par intervalle à haute intensité commence à se développer pour
les porteurs de pathologies chroniques, mais sous supervision médicale (médecin
de médecine physique et de réadaptation, kinésithérapeute), en reconditionne-
ment à l’effort par des alternances d’exercices à haute puis à basse intensité au sein
de services spécialisés de réentraînement à l’effort, parfois avec l’enseignant en
APA du service de soins de suite et de réadaptation (SSR). L’adaptation du travail à
haute intensité sur le terrain se fera avec l’éducateur sportif, au mieux sur prescrip-
tion médicale pour les patients, comme dans les réseaux sport-santé en France
ou dans les dispositifs pratiquants le « sport sur ordonnance » et reconnus par
les agences régionales de santé dans les plans « Sport-Santé Bien-être » en région
66 Marche nordique et santé

(comme efFORMip en Occitanie et Nouvelle-Aquitaine ou SAPHYR dans le


Grand Est et en Martinique…), ou dans les maisons ayant le label « sport-santé ».

Coordination
Coordonner les mouvements des bras et des jambes, du côté droit et gauche du
corps, en trouvant un rythme fluide est une excellente sollicitation psychomo-
trice. Il faut adapter l’équilibre aux environnements variés, aux sols changeants
et aux divers obstacles naturels qui peuvent se présenter sur le parcours. On
testera donc l’équilibre au repos sur deux jambes, puis en unipodal, puis en
dynamique.
Celui qui cherche à améliorer sa vitesse de marche à un haut niveau de perfor-
mance constate que sa coordination entre les quatre membres demande à être
affinée. On peut par moments utiliser les techniques de « course glissée » et du
« jumping », qui ne sont pas à proprement parler des techniques de marche, mais
des courses et sauts spécifiques à la marche nordique. Elles demandent un travail
de coordination assez complexe. Il s’agit de rebonds plus ou moins longs en pous-
sant sur les bâtons, y compris pendant une partie de la phase de suspension. Les
rebonds ne sont pas dirigés vers le haut, mais vers l’avant, dans un mouvement
linéaire. Ces techniques demandent beaucoup d’énergie. Elles se pratiquent sur
de courtes distances, car l’intensité physique y est très élevée, elles aident à pro-
gresser en termes d’équilibre dynamique à haute vitesse. Elles sont interdites en
compétition.

Récupération
Dans la partie récupération, ne sont pas à oublier les étirements (voir plus haut),
mais aussi le sommeil qui permet la restauration des métabolismes et la nutrition
adaptée [12].

À retenir
L’objectif principal est de rendre le marcheur régulier, heureux et autonome.
On utilisera sur des terrains variés, dans un savant mélange, les six piliers de
l’entraînement en marche nordique, à savoir :
1. récupération ;
2. renforcement musculaire ;
3. endurance cardiovasculaire (système aérobie) ;
4. coordination ;
5. travail à haute intensité (système anaérobie) ;
6. souplesse.
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 67

Dans la récupération, ne seront pas oubliés les étirements, le sommeil et la


nutrition adaptée.
On conseillera aux marcheurs de tous les niveaux de :
1. noter le contenu de la séance, les douleurs, les sensations de difficulté, le
plaisir à chaque séance sur son carnet de suivi ;
2. toujours suivre des entraînements variés en parcours et en intensité (c’est
la science du coach) ;
3. travailler le renforcement musculaire qui est recommandé par toutes les
sociétés savantes ;
4. toujours inscrire les temps de récupération en premier sur le programme
d’entraînement.

Erreurs d’entraînement du trio médecin–coach


sportif–patient
Malheureusement, entraîner n’est pas une science exacte, comme la méde-
cine d’ailleurs. On parle de l’art d’entraîner. Parfois l’éducateur n’est pas le genre
d’artiste apprécié par le pratiquant (patient ou non) ou bien son « œuvre » ne
convient pas (son plan d’entraînement sera trop dur ou pas assez ludique…),
alors il faut les faire discuter entre eux, échanger pour s’accorder. Comme en
médecine, entre le médecin et le patient, on cherche ici à établir un lien de
confiance entre le pratiquant et le coach. Souvent pour les patients, le médecin
établit le « tempo » par sa prescription (voir chapitre 8), mais c’est bien le coach
qui met en musique la partition. Le cadre est fixé individuellement par le méde-
cin, mais l’œuvre est écrite par le coach et joué par le patient : les trois doivent se
trouver pour un résultat d’exception. Dans le sport de « haut niveau », les rela-
tions entre les professionnels entourant le sportif (médecins, kinésithérapeutes,
psychologues du sport, diététiciens, podologues, entraîneurs, préparateurs phy-
sique et/ou mental) sont fréquentes et les échanges sur l’état de santé et de
forme du sportif sont permanents (posant d’ailleurs des problèmes concernant
le respect du secret médical et la vitesse de circulation des informations qui n’est
pas la même pour les soignants et pour un entraîneur, voire un journaliste ou
un spectateur). De même, pour la pratique de la marche nordique, la circulation
d’informations entre le médecin prescripteur et l’encadrant de marche nordique
doit absolument associer le pratiquant et respecter les règles du secret médical
(voir chapitre 8). Dans tous les cas, c’est dans la communication maîtrisée et par
l’échange triangulaire que le pratiquant en tirera profit pour sa santé, le médecin
sera satisfait et l’encadrant rassuré.
L’encadré ci-dessous et le tableau 5.3 listent les erreurs à éviter.
68 Marche nordique et santé

Tableau 5.3. Erreurs récurrentes selon les CAS experts de la FFA


Erreur Correction
Amble La jambe et le bâton du - Décomposer le geste en
Figure 5.14 même côté avancent en marchant lentement
même temps, au lieu de - Accélérer, l’opposition peut se
l’opposition corriger
Pourquoi ? La coordination - Faire des exercices de marche
croisée et opposée entre - Repérer le pied directeur
les bras et les jambes est un de l’élève : debout, pieds joints,
geste compliqué. Ce n’est pas se laisser tomber en avant,
toujours naturel et repérer quel pied avance
naturellement en premier pour
rétablir l’équilibre. Faire toujours
démarrer l’élève avec son pied
directeur
- Faire démarrer l’élève avec
son bras dominant
Arythmie Le rythme des bras ne cor- - Marcher lentement en effec-
Figure 5.15 respond pas au rythme des tuant de très grands pas
jambes, mais est en général - Marquer fortement le planter
plus lent. de bâtons
Pourquoi ? Pousser avec les
bras vers le bas et vers l’arrière
ne semble pas toujours natu-
rel. Quand on a quelque chose
dans les mains nous avons
tendance à plutôt les soulever

Marche en coude Les bras restent trop fléchis et - Agrandir et allonger les pas
Figure 5.16 trop près du corps en perma- et ralentir l’allure pour avoir
nence, ils ne s’allongent pas le temps d’allonger les bras en
avant et en arrière
- Incliner le buste plus en avant
- Essayer des bâtons plus longs
ou plus courts

Bras raides Les bras s’allongent devant, Insister sur la poussé des bras en
Figure 5.17 mais ne se déplacent pas en arrière, donner le temps pour ça
arrière, les coudes restent trop en faisant de grands pas
tendus. Les bâtons restent
trop en avant, la démarche
est raide
Pourquoi ? Il est naturel
d’amener les bras en avant,
mais l’espace postérieur est
plus difficile à utiliser
Pratiques, techniques et conseils de spécialistes de marche nordique 69

Erreur Correction
Piquer de tête La tête se penche trop en - Se redresser et porter le
Figure 5.18 avant et vers le bas, le dos se regard au loin, à environ 2 m
voûte devant soi
Pourquoi ? Il y a des irrégula- - Observer la nature envi-
rités et de petits obstacles sur ronnante, et pas seulement le
les chemins dans la nature, qui chemin où on met les pieds
peuvent inquiéter et inciter
à surveiller constamment ses
pieds

Erreurs les plus fréquentes


■ Ne pas considérer la marche nordique pour la santé comme un jeu
simple !
■ Complexifier une gestuelle pour le moins naturelle !
■ Choisir des bâtons trop longs ou trop courts par rapport à sa

morphologie.
■ Mal régler son gantelet ou sa dragonne : trop ou pas assez serré.
■ Ne pas planter le bâton du même côté que le pied avant, ce qui signifie
marcher à l’amble.
■ Planter le bâton trop en arrière ou trop en avant.
■ Serrer la poignée en permanence, avoir la main ouverte tout le temps.
■ Marcher tête baissée en regardant le sol, avoir le dos courbé en avant.
■ Mauvaise attaque du pied, marcher sur les talons sans passer vers

l’avant-pied, ouvrir trop les pieds en rotation externe.


■ Chaussures de randonnée trop montantes (préférer les chaussures

basses type trail ou running simple et pas chères).


■ Ne pas boire ou ne pas s’alimenter avant l’entraînement, oublier de boire
pendant la sortie.
■ Négliger de s’échauffer ou s’échauffer trop rapidement.
■ Ne faire que marcher et délaisser le renforcement musculaire et le travail
d’équilibre.
■ Ne pas s’étirer ou mal s’étirer.
■ S’entraîner irrégulièrement.
■ S’entraîner en solitaire tout le temps.
■ Augmenter brutalement son volume d’entraînement.
■ Ne pas varier le type, la durée et la longueur d’entraînement.
■ Faire des sorties trop longues et trop fréquentes ou trop courtes et une
seule fois par semaine.
■ Ne pas respecter des temps de récupération.
Source  : liste établie à partir des sources suivantes  : https://www.running-addict.fr/conseil-running/5-
erreurs-classiques-de-lentrainement-en-course-a-pied/ et https://www.ecoledemarchenordiqueparis.com.
70 Marche nordique et santé

Références
[1] Knobloch K, Vogt PM. Nordic pole walking injuries - nordic walking thumb as novel injury
entity. Sportverletzung-Sportschaden 2006 ; 20(3) : 137‒42.
[2] Ekstrand J, Hägglund M, Walden M. Injury incidence and injury patterns in professionalfootball
– the UEFA injury study. Br J Sports Med 2011 ; 45 : 553‒8.
[3] Kaux JF, Julia M, Chupin M, Delvaux F, Croisier JL, Forthomma B, et al. Revue épidémiologique
des blessures lors de la pratique du rugby à XV. Journal de traumatologie du sport 2014 ; 31(1) :
49‒53.
[4] Bennell KL, Crossley K. Musculoskeletal injuries in track and field : incidence, distribution and risk
factors. Aust J Sci Med Sport 1996 ; 28(3) : 69‒75.
[5] Coutrel M. La marche nordique s’inscrit-elle déjà dans la démarche du sport-santé ? État des lieux
dans les clubs des Pays de la Loire [thèse d’exercice de médecine]. Angers : université d’Angers
2019.
[6] Bigard X. Activité physique et prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques.
Quelles compétences pour quels patients ? Quelles formations ?. Rapport remis au directeur
général de la santé 2016 Juin.
[7] Dictionnaire Médicosport-santé©. En ligne (consulté le 18/09/2020) : https://www.vidal.fr/infos-
sport-medicosport-sante/.
[8] Monpère C. Les dernières recommandations françaises en réadaptation cardiaque : que faut-il en
retenir ?. Réalités Cardiologiques 2013 ; 297(1).
[9] Hudson D. The effect of walking with poles on the distribution of plantar pressures in normal
subjects. PM R 2014 ; 6(2) : 146‒51.
[10] . Parcours de santé : prescription d’activité physique et sportive pendant la grossesse et en post-
partum. Juillet 2019. En ligne [consulté le 10/12/2020] https://www.has-sante.fr/upload/docs/
application/pdf/2019-07/app_329_ref_aps_grossesse_vf.pdf.
[11] Brun JF, Romain AJ, Mercier J. Maximal lipidoxidation during exercise (Lipoxmax) : from physiolo-
gical measurements to clinical applications. Facts and uncertainties. Sci Sports 2011 ; 26 : 57‒71.
[12] Bigard X, Guezennec CY. La nutrition du sportif, 3e éd Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson ; 2017.
CHAPITRE

6
La marche nordique
au regard des
connaissances
scientifiques et
médicales

PLAN DU CHAPITRE
■■ Effets cardiovasculaires, neurologiques et psychologiques
yy Dépense énergétique et débit de consommation maximale d’oxygène
yy Dénivelé en marche nordique et débit de consommation maximale d’oxygène
yy Influence de la technique de marche nordique utilisée sur la consommation
d’oxygène
yy Effet sur la pression sanguine artérielle
yy Effet surface sur le coût énergétique
yy Influence de la vitesse de marche
yy Tests d’évaluation de la condition cardiovasculaire en marche nordique
yy Absence d’effet sur les paramètres hémodynamiques
yy Comment la marche nordique influence les paramètres lipidiques et la
composition corporelle ?
yy Effet de la marche sur le cerveau
yy Effets psychologiques de la marche
■■ Aspects biomécaniques : comment marche-t-on avec des bâtons à la main ?

■■ Pathologies
yy Maladies cardiovasculaires (artérite, maladies coronaires aiguës et chroniques,
insuffisance cardiaque)

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
72 Marche nordique et santé

yy Diabète, surpoids, obésité


yy Maladies neurologiques
yy Atteintes de l’appareil locomoteur et troubles musculosquelettiques
yy Arthropathie et hémophilie
yy Cancer
yy Syndrome de Sjögren
yy Dépression
yy Fibromyalgie
yy Maladies respiratoires
■■ Personnes avançant en âge

■■ Femmes enceintes
yy La marche nordique fait partie des sports recommandés
yy Intensité de l’exercice physique
yy Durée de l’exercice
yy Fréquence de l’exercice
yy Conseils nutritionnels
yy Après l’accouchement
■■ Intérêt de la marche nordique dans les pathologies du compétiteur

■■ Enfant

La littérature sur la marche nordique est présente principalement en Europe du


Nord et en Europe centrale et orientale. On trouve quelques articles nord-améri-
cains, italiens, japonais et français.
Une intéressante revue de la littérature polonaise a porté sur une recherche des bases
de données informatiques (MEDLINE/PubMed, CINAHL et SPORTDISCUS) afin
d’identifier des études sur la marche nordique publiées entre 1995 et 2009 et issues
de recherches scientifiques [1]. Ainsi, 26 études respectaient les critères d’inclusion ;
la majorité de ces études (12) discutait des aspects physiologiques ; 11 études étaient
consacrées à la marche nordique comme une forme de pratique physique de réa-
daptation (incluant une étude de cas) et 3 études se concentraient sur la question de
l’aspect biomécanique de la marche nordique. Les conclusions de cette analyse sont
assez prudentes sur les preuves existantes à ce jour de tous les avantages largement
promus par tous les auteurs de sites Internet consacrés à la marche nordique et par les
fabricants de matériels. Les publications analysées n’ont pas souvent fourni d’explica-
tions suffisantes. Par exemple, les auteurs ont noté qu’il y avait une grande divergence
dans les résultats de réponses physiologiques selon les différentes conditions d’analyse
(sur un tapis de jogging, en montée/en descente) [1].
Le phénomène de la marche nordique reste ainsi encore peu étudié. En mai 2020,
le nombre d’articles publiés dans des revues indexées ayant le terme « nordic wal-
king » dans leur titre sur le site Internet ScienceDirect était de 42 articles depuis
2001, avec la parution de 3 articles en 1999 ; ensuite, on note une publication pro-
gressivement croissante jusqu’en 2017 (8 articles), puis baissant en 2018 et 2019
signant peut-être la fin de l’intérêt grandissant des scientifiques pour la discipline
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 73

(la tendance sur PubMed est identique). Le milieu universitaire des mémoires et
des thèses (voir Google scholar) suit le même rythme montrant un intérêt qui
s’effrite comme si tout avait été dit sur la marche nordique, nous suivrons les ten-
dances sur les prochaines années.

Remarque
Nombre d’articles comprenant le terme « nordic walking » sur le site Internet
ScienceDirect en mai 2020 :
■ nordic walking and health : 9 articles ;
■ nordic walking and Parkinson : 5 articles et 6 conférences depuis les années
2008 dont 3 revues de la littérature ;
■ nordic walking and obesity : 7 articles ;
■ nordic walking and diabetes : 2 articles ;
■ nordic walking and cardiovascular (incluant les artériopathies oblité-
rantes des membres inférieurs) : 6 articles ;
■ nordic walking and stroke : 1 article.
Nombre d’articles comprenant le terme « nordic walking » sur le site Internet
Pubmed en mai 2020 :
■ nordic walking : 58 articles ;
■ nordic walking and health : 32 articles ;
■ nordic walking and Parkinson : 7 articles ;
■ nordic walking and obesity : 6 articles ;
■ nordic walking and diabetes : 7 articles ;
■ nordic walking and cardiovascular : 8 articles, dont 4 incluant les artério-
pathies oblitérantes des membres inférieurs ;
■ nordic walking and stroke : 3 articles.

Effets cardiovasculaires, neurologiques et


psychologiques
La marche nordique convient à tout le monde, elle permet de randonner plus vite
et plus loin. Avec les bâtons, la marche est ressentie comme plus facile.
Qu’en est-il vraiment sur la dépense énergétique (DE), le débit de consommation
maximale d’oxygène (VO2max), le coût énergétique, la pression sanguine artérielle ?

Dépense énergétique et débit de consommation maximale


d’oxygène
La propulsion avec les bâtons fait travailler, en plus d’une marche classique, les
muscles des membres supérieurs, des épaules et du tronc, d’où l’augmentation de
la DE par rapport au même exercice sans bâtons. Ceci est décrit depuis les années
74 Marche nordique et santé

1992–1995 [2]. Or la DE à l’effort est liée en grande partie aux variations du débit


cardiaque pour apporter, via le sang, de l’énergie aux muscles : sous forme d’oxy-
gène, de glycogène, de protéines, de lipides et de lactate qui métabolisés dans le
muscle produisent les molécules énergétiques d’adénosine triphosphate (ATP).
Grâce à la machinerie cellulaire des fibres musculaires, cette énergie se transforme
en mouvement (d’où le nom d’énergie mécanique). Ainsi, plus il y a de la masse
musculaire impliquée dans le mouvement, plus la DE est élevée : la marche nor-
dique est donc plus « énergétivore » que la marche classique du fait de l’utilisation
des membres supérieurs avec les bâtons.
La revue de la littérature faite par Morgulec-Adamowicz et  al. est intéressante
pour bien comprendre le bénéfice santé de la marche nordique sur le plan car-
diovasculaire [1].
Church et al. [3] ont étudié la marche chez 11 femmes et 11 hommes de 27 et
33 ans de moyenne d’âge respectivement avec et sans bâtons dans des conditions
de terrain variées. Ils ont trouvé une dépense énergétique significativement plus
élevée (p  <  0,001) à la marche avec les bâtons (6,2 ±  1,7  kcal•min−1) que sans
(5,2 ±  1,4  kcal•min−1). Ainsi, les valeurs de VO2max et de fréquence cardiaque
(FC) sont plus hautes (p <  0,001) quand on fait de la marche nordique (16,7
± 3,6 mL•min−1•kg−1, 114 ± 15 pulsations•min−1, respectivement) que lors de la
marche classique (13,9 ± 2,7 mL•min−1•kg−1, 107 ± 13 pulsations•min−1, respec-
tivement). Les auteurs ont montré un coût énergétique plus important de 19 %,
une consommation d’oxygène supérieure de 20 % et une FC supérieure de 6 % [3].
D’autres auteurs  [2, 4-7] ont aussi retrouvé une consommation d’oxygène aug-
mentée avec l’utilisation des bâtons dans des proportions quasi identiques.
Pellegrini et al. [7] ont étudié les différents changements dans les mouvements
du centre de masse corporel et les schémas énergétiques des membres, le tra-
vail mécanique et l’efficacité en marche nordique par rapport à la marche. Huit
marcheurs nordiques expérimentés ont effectué des essais de 5 min de marche
nordique et de 5  min de marche sur un tapis roulant à 4  km•h−1. La consom-
mation d’oxygène à l’état d’équilibre et les mouvements des segments du corps
et des bâtons étaient mesurés au cours de chaque essai. Ils ont trouvé une plus
grande fluctuation de l’énergie cinétique et de l’énergie potentielle associée au
déplacement du centre de masse corporel pour la marche nordique par rap-
port à la marche. Une augmentation plus précoce de l’énergie cinétique pour la
marche nordique que pour la marche, probablement en raison de l’action pro-
pulsive des bâtons, a modifié la synchronisation entre l’énergie potentielle et les
oscillations (énergie cinétique). Un travail mécanique total plus élevé de 10,2 % a
été constaté pour la marche nordique, il était principalement dû au travail plus
important requis pour déplacer les membres supérieurs et les bâtons. La marche
nordique était 20 % moins efficace et était métaboliquement plus exigeante que
la marche, cette différence pouvant être attribuée à la contraction isométrique et
à la faible efficacité de la musculature supérieure. Pellegrini et al. concluent assez
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 75

trivialement que la marche nordique peut être considérée comme une marche
très dynamique, avec des caractéristiques mécaniques distinctes par rapport à la
marche conventionnelle, en raison de la propulsion des bâtons et de l’oscillation
bras/bâton. Ce travail récent n’apporte rien de nouveau mais a le mérite de confir-
mer des données déjà connues.
Porcari et  al.  [4] ont, quant à eux, enregistré une augmentation de la dépense
énergétique de 23 % à la vitesse de 1,7m•s−1 quand on compare avec et sans les
bâtons, soit un VO2max respectivement de 24 ± 3,23 et 19,6 3,08 ml•min−1•kg−1,
VO2max significatif avec un p < 0,05.

Dénivelé en marche nordique et débit de consommation


maximale d’oxygène
Des études réalisées avec de la marche en dénivelé (15 %) avec et sans bâtons par
Perrey et al. [8] ont montré une augmentation significative de VO2max (p < 0,05)
de 19 %. Hansen et Smith [9] ont réalisé le même type d’étude en montée (12 %),
en descente et à l’horizontal. Les résultats vont tous dans le même sens de l’aug-
mentation du VO2max lors de la marche avec bâtons par rapport à la marche sans
bâtons [5]. Jacobson et al. ont aussi analysé le VO2max et évalué la difficulté de
l’effort chez des hommes jeunes avec et sans bâtons, avec et sans un sac de 15 kg
sur les épaules [10]. Ils ont montré qu’avec les bâtons et le sac sur une inclinaison
modérée, l’usage des bâtons permettait une impression subjective de moindre
difficulté pour réaliser l’effort.

Influence de la technique de marche nordique utilisée sur la


consommation d’oxygène
Pelligrini et al. [11] ont évalué les différences d’activation musculaire et de réponse
métabolique entre plusieurs styles de marche nordique (technique de base sug-
gérée par des entraîneurs de marche nordique, puis différentes modifications
dans la façon de déplacer les membres supérieurs et les bâtons). Dix entraîneurs
de marche nordique se sont portés volontaires pour marcher sur un tapis rou-
lant à 5,5 km•h−1 dans cinq conditions : marche (W), marche nordique classique
(NW), marche nordique avec un faible mouvement des bâtons (NWweak), avec
des membres supérieurs droits déplaçant les épaules (NWshoulder) et avec le
modèle de flexion–extension du coude et de l’épaule gelée (NWelbow).
Les forces au niveau des bâtons, les segments du corps et le mouvement des
bâtons, l’activation des muscles du haut et du bas du corps, ainsi que les para-
mètres métaboliques ont été mesurés. Toutes les techniques de marche nordique
modifiées ont provoqué une activation musculaire et des réponses métaboliques
inférieures par rapport à la technique NW (P < 0,05). Toutes les techniques NW
76 Marche nordique et santé

ont provoqué une activation musculaire et des réponses métaboliques plus éle-
vées que la marche seule (W). Tous les paramètres observés avec la technique
NWweak étaient inférieurs à ceux de la technique NW. Une diminution de l’acti-
vation des muscles extenseurs de l’épaule et une augmentation de l’activation du
muscle deltoïde antérieur étaient les principales caractéristiques de la technique
NWshoulder. L’activation du muscle triceps brachial inférieur et une action de
propulsion réduite par rapport à la technique NW ont été observées pour la tech-
nique NWelbow, ce qui a également entraîné des séances d’exercice plus courtes.
Les auteurs concluent que tout écart par rapport à la technique habituellement
suggérée pourrait entraîner des avantages inférieurs, cependant ils notent que
toute technique de marche avec des bâtons induit des réponses métaboliques et
une activation musculaire plus élevées que lors de la marche sans bâtons.

À retenir
Toute technique de marche avec des bâtons induit des réponses métaboliques
(augmentation de VO2max) et une activation musculaire plus élevées que lors
de la marche sans bâtons et ce, en lien avec l’implication d’une masse muscu-
laire plus importante du fait de l’utilisation des membres supérieurs. La dépense
énergétique en marche nordique est donc plus importante qu’en marche
sans bâtons d’environ 20 % suivant les études. Selon la technique de marche
nordique utilisée, les mouvements des bras diffèrent et la DE aussi (plus les
membres supérieurs sont utilisés en balancier oscillant, plus la DE augmente).

Effet sur la pression sanguine artérielle


Aucune étude sur des sujets sains n’a analysé l’effet sur la pression sanguine arté-
rielle (PSA), appelée communément « tension artérielle », avec la pratique de la
marche nordique. Classiquement, la marche sans bâtons pratiquée régulièrement
fait baisser la PSA de repos en moyenne de 10 mmHg sur la pression systolique
artérielle.
L’étude de Figard-Fabre a montré sur 23 femmes obèses (indice de masse corpo-
relle moyen 33,3) que pratiquer 30 min, 3 fois/semaine sur 3 mois, de la marche
nordique permet de diminuer la PSA (p < 0,001) [12]. Ainsi, l’effet connu de l’acti-
vité physique et de la marche sur la diminution de la PSA chez les sujets sains et
hypertendus est logiquement confirmé avec l’utilisation de la marche nordique.
Mikalački l’a également montré chez des femmes âgées [13].

Effet surface sur le coût énergétique


Schiffer et  al.  [14] ont montré l’impact de trois différentes surfaces sur le coût
énergétique  : 13  jeunes femmes instructrices de marche nordique ont marché
1200 mètres sur de l’herbe, sur du tartan et sur une surface bitumée à 2,2 m/s. Au
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 77

final, un maximum significatif de dépense énergétique (p < 0,05) à la vitesse de


marche de 2,2 m•s−1 a été obtenu sur de l’herbe (36,1 ± 4,2 mL•min–1•kg−1, 10,2
± 1,2 MET) par rapport à du bitume (32,1 ± 2,5 mL•min−1•kg−1, 9,1 ± 0,7 MET). On
conseille donc au début pour apprendre la marche nordique (surtout si on a une
faible condition physique) de travailler sur une surface bitumée avant d’aller sur la
piste d’athlétisme ou sur les terrains naturels.

Influence de la vitesse de marche


Jürimäe et al. [15] ont essayé de déterminer l’influence de la vitesse de la marche
nordique (lente, normale, rapide et à vitesse maximale) sur les adaptations aéro-
bies selon le niveau initial de capacité aérobie :
■ groupe 1 : VO max > 46 mL•min−1•kg−1, n = 8 ;
2
■ groupe 2 : VO max 41–46 mL•min−1•kg−1, n = 12,
2
■ groupe 3 : VO max < 41 mL•min−1•kg−1, n = 8.
2
Ils n’ont pas retrouvé de différence significative.

Tests d’évaluation de la condition cardiovasculaire en


marche nordique
Le plus utilisé est de loin le test de 6 minutes marche (validé sans bâtons) que nous
reverrons plus loin (voir chapitre 8), certains utilisent le 2 km chrono ou le test du
demi-Cooper (avec bâtons). Ainsi Kamien [16] a présenté l’influence d’un programme
d’entraînement de 8  semaines de marche nordique sur la réalisation d’un test de
marche de 2 km exécuté avec et sans bâtons dans trois groupes : groupe 1, les femmes
pratiquant la marche nordique (expertes) ; groupe 2, femmes marchant sans bâtons ;
groupe 3, hommes pratiquant la marche nordique (experts). L’auteur a déterminé un
indice de condition physique (IPF) en fonction de l’âge, du sexe, de la fréquence car-
diaque post-test, de l’indice de masse corporelle (IMC) et du temps de marche. L’auteur
constate que l’utilisation des bâtons a considérablement augmenté les valeurs indivi-
duelles de l’indice de condition physique, ce qui a permis de classer 6 sujets dans une
catégorie d’indice de condition physique plus élevée. En aucun cas, une baisse dans
la catégorie inférieure n’a été notée. L’auteur conclut que le test de marche de 2 km à
l’aide de bâtons de marche nordique peut être recommandé comme un outil fiable
pour surveiller les performances et la forme physique de ceux qui pratiquent la marche
nordique. Il suggère aussi que l’acquisition d’une bonne technique de marche nor-
dique améliore des résultats obtenus sur une distance donnée.

Absence d’effet sur les paramètres hémodynamiques


Kukkonen-Harjula et  al.  [17] n’ont pas retrouvé de différence sur 121  femmes
de 50 à 60 ans réparties en deux groupes de marche avec et sans bâtons (40 min,
78 Marche nordique et santé

4 fois/semaine sur 13 semaines à 50 % de la FC de réserve) ni sur l’amélioration de


VO2max (qui est comparable dans les deux groupes avec ou sans bâtons), ni sur
l’accumulation des lactates.
Il en est de même pour Knobloch [18] qui n’a retrouvé aucune différence signifi-
cative dans les paramètres hémodynamiques (FC, débit cardiaque) sur un échan-
tillon de 48 sujets pratiquant de marche nordique.
Ces résultats ne sont pas cohérents avec le reste de la littérature, plusieurs expli-
cations peuvent être avancées comme une stimulation d’intensité trop faible, un
recueil de mauvaise qualité, une supervision des exercices pas suffisante…

À retenir
On peut estimer probable, même s’il existe quelques études non concluantes,
que la marche nordique pratiquée au moins pendant 8 semaines provoque :
■ une augmentation de la dépense énergétique par rapport au même exer-
cice sans bâtons par augmentation de la FC (environ 20 %) ;
■ une amélioration de la VO2max (environ 20 %) ;
■ une diminution de la pression sanguine artérielle en systolique au moins
identique à la marche classique, soit environ 10 mmHg, que l’on ait une
hypertension artérielle ou pas.
Le test de 6  minutes marche sans bâtons ou le test de 2  km chrono avec
bâtons sont utilisables pour évaluer la condition physique des pratiquants
de marche nordique.

Comment la marche nordique influence les paramètres


lipidiques et la composition corporelle ?
Parmi les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires reconnus, il y a le
niveau quantitatif du taux de graisse et sa localisation. La graisse viscérale au
niveau abdominal est la plus dangereuse pour le risque de dépôt d’athéro-
sclérose, lui-même facteur de risque thrombotique (thrombose = dépôt de
plaques qui bouchent les artères) au niveau des artères du corps (artériopa-
thie oblitérante) et plus fréquemment de formation de plaques d’athérome
au niveau des coronaires (infarctus du myocarde)… Sur le plan qualitatif, le
cholestérol total et les triglycérides sont les plus athérogènes. Heureusement,
la nature nous a dotés d’un moyen de recyclage du cholestérol grâce à son
transport vers le foie par la lipoprotéine transporteuse HDL-C (high density
lipoprotein-cholesterol), dite « bon cholestérol ». Or le meilleur moyen connu
(et actuellement le seul, car il n’existe pas de médicaments ayant cette activité)
pour augmenter le taux de cette lipoprotéine est l’activité physique et comme
en plus l’activité physique diminue le cholestérol total et donc la quantité
transportée par l’autre lipoprotéine de transport appelée LDL-C (low density
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 79

lipoprotein-cholesterol) ou «  mauvais cholestérol », on comprend mieux les


recommandations de bouger faites par les sociétés savantes en prévention
primaire et en thérapeutique. Par ailleurs, l’activité physique diminue aussi les
triglycérides du sang ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Selon des études, la
marche nordique participe à cet effet bénéfique pour nos artères.
Hagner et al. [6] ont retrouvé lors d’un programme de 12 semaines chez des
groupes de femmes en préménopause, périménopause et postménopause, une
élévation significative des protéines de transport du cholestérol (high density
lipoprotein ou HDL), ainsi qu’une réduction (p ≤ 0,05) du niveau de cholestérol
total, de l’autre protéine de transport du cholestérol  : low density lipoprotein
(LDL), des triglycérides et de l’IMC ainsi que de la taille de la circonférence au
niveau des hanches et du tour de taille dans les trois groupes [6]. Ces résultats
sont cohérents avec ce que l’on savait déjà de l’impact de la marche classique
sur les paramètres lipidiques à savoir un effet très bénéfique pour protéger du
risque cardiovasculaire ; en particulier, l’activité physique (ici la marche) est un
excellent moyen pour augmenter le « bon cholestérol » à savoir sa lipoprotéine
transporteuse HDL-C et diminuer le « mauvais cholestérol » à savoir la lipopro-
téine de transport LDL-C.
Song et al. [19], dans une étude contrôlée sur 67 femmes de 68 ans de moyenne
d’âge, pratiquant 3 fois/semaine sur 12 semaines, avec un groupe contrôle séden-
taire (n = 21), un groupe pratiquant la marche normale (n = 21) et un groupe pra-
tiquant la marche avec bâtons (n = 25), ont montré que le groupe ayant pratiqué
la marche nordique a amélioré sa composition corporelle et son poids, plus que
le groupe contrôle et que celui de marche classique. Au niveau du bilan lipidique,
le cholestérol total a diminué, l’HDL-C a progressé, les triglycérides ont diminué
et seul le LDL-C n’a pas bougé par rapport au groupe contrôle. Ces résultats sont
cohérents avec la littérature même si dans cette étude l’apport alimentaire n’était
pas contrôlé. On notera dans cette étude une amélioration de la masse muscu-
laire et de la force musculaire des membres supérieurs attestée par dynamométrie
dans le groupe de marche nordique.
Prusik et al. [20] ont émis l’hypothèse que l’entraînement à la marche nordique
améliorerait le profil lipidique chez les femmes âgées supplémentées en vita-
mine D. Un total de 109 femmes âgées (68 ± 5,12 ans) a participé à l’étude. Le pre-
mier groupe – groupe expérimental (GE) : 35 femmes – a suivi une formation de
marche nordique de 12 semaines combinée à une supplémentation en vitamine D
(4000 UI/j), le deuxième groupe – groupe de supplémentation (GS) : 48 femmes
– n’a reçu que la vitamine D (4000 UI/j) et le troisième groupe – groupe témoin
(GC) : 31 femmes – n’a fait l’objet d’aucune intervention. L’analyse sanguine du
cholestérol total (TC), des triglycérides (TG), du cholestérol des lipoprotéines de
haute densité (HDL-C), du cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL-C)
et du 25-OH-D3 a été effectuée au départ et après les 12 semaines de pratique
en marche nordique. De plus, une batterie de tests sur le terrain spécialement
80 Marche nordique et santé

développés pour les personnes âgées a été utilisée pour évaluer les composants
de la forme physique. La même analyse de sang a été répétée pour le GE 6 mois
après l’expérience principale.
Après 12 semaines d’entraînement en marche nordique et de supplémentation en
vitamine D, dans le groupe expérimental EG, une diminution significative de TC,
LDL-C et TG a été observée. Dans le GS, aucun changement dans le profil lipidique
n’a été observé, tandis que dans le groupe contrôle GC, une augmentation du
niveau de HDL-C a été observée. Des changements positifs de la condition phy-
sique n’ont été observés que dans le GE. Tous ces changements ont été accompa-
gnés d’une augmentation significative de la concentration de 25-OH-D3 en raison
de la supplémentation appliquée.
Fait intéressant qui n’étonne pas, 6 mois après l’étude, les niveaux de TC, HDL-C et
LDL-C étaient revenus à la ligne de base dans le GE (tableau 6.1).

Tableau 6.1. Adaptations biologiques à un entraînement en marche nordique


Après
12 semaines Après 6 sans
d’entraîne- entraînement
ment de MN et sans sup-
avec supplé- plémentation
Référence mentation de CI (−95 % ; de vit D
(n = 35) vit D (n = 35) p +95 %) (n = 21)
TC (mg/dL) 228,8 ± 36,0 207,7 ± 37,4a 0,00 (−34,2 ; −7,9) 239,0 ± 50,3
HDL-C (mg/ 70,8 ± 19,3 67,6 ± 18,5 0,12 (−7,4 ; 0,9) 73,2 ± 20,5
dL)
LDL-C (mg/ 134,5 ± 29,6 121,1 ± 32,2a 0,02 (−24,5 ; −2,3) 143,7 ± 47,4
dL)
TG (mg/dL) 117,1 ± 55,6 94,6 ± 34,0a 0,00 (−36,4 ; −8,5) 109,8 ± 46,8
LDL-C/ 2,1 ± 0,6 1,9 ± 0,7 0,49 (−0,2 ; 0) 2,1 ± 0,8
HDL-C
TC/HDL-C 3,4 ± 0,8 3,2 ± 0,7 0,10 (−0,4 ; 0) 3,4 ± 0,9
TC/LDL-C 1,7 ± 0,2 1,8 ± 0,2 0,53 (0 ; 0,2) 1,7 ± 0,3
TG/HDL-C 1,9 ± 1,2 1,6 ± 0,8 0,09 (0 ; 0,6) 1,7 ± 1,0
Vit D (ng/ 20,8 ± 7,7 38,4 ± 14,3a 0,00 (12,6 ; 22,6) 23,6 ± 10,8
dL)
aDifférences significatives par rapport à la référence.
Les valeurs sont des moyennes (± SD). TC : cholestérol total ; HDL-C : lipoprotéine de haute densité ;
LDL-C : lipoprotéine de basse densité ; TG : triglycérides.
Source : d’après Prusik K, et al. Nordic walking training causes a decrease in blood cholesterol in elderly women
supplemented with vitamin D. Front Endocrinol (Lausanne) 2018 ; 9 : 42.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 81

Les données obtenues ont confirmé l’hypothèse de base que l’exercice régulier
induit des effets positifs dans le profil lipidique chez les femmes âgées soutenues
par la supplémentation en vitamine D, mais qui ne durent pas.
Cebula et al. [21, 22] ont examiné les effets d’un entraînement de marche nor-
dique (NW) de 6 semaines, à l’intensité correspondant à la prédominance du
métabolisme lipidique (point optimal de l’oxydation lipidique située selon les
sujets ente 30 à 50 % de la VO2max et appelé Lipoxmax), sur les niveaux d’in-
dices physiologiques sélectionnés, les indices hémodynamiques du système
cardiovasculaire et la forme physique chez des femmes sédentaires âgées de
plus de 55 ans. De plus, la réponse physiologique du corps féminin à l’effort
de marche sur tapis roulant avec bâtons (marche nordique) et sans poteaux
(M) a été comparée et l’influence de l’entraînement sur cette réponse a été
déterminée. Une étude de groupe unique avec un plan d’étude pré-test/post-
test a été menée. Dix-huit femmes ont effectué un entraînement à intensité
contrôlée en marche nordique 3 fois/semaine pendant 6 semaines. La com-
position corporelle, la PSA au repos, la FC, l’absorption maximale d’oxygène
(VO2max) ainsi que les indices circulatoire et respiratoire dans deux efforts
de marche gradués sur tapis roulant mécanique en marche nordique et en
marche ont été mesurés avant et après la période d’entraînement. L’intensité
des séances d’entraînement, qui tenait compte de la dominance du méta-
bolisme lipidique, a été déterminée individuellement au cours de l’intensité
graduée en marche nordique. Après la totalité des séances réalisées, la masse
corporelle, la masse grasse, la PSA et la FC au repos ont diminué de manière
significative (p < 0,05) (figure 6.1). La fréquence cardiaque et le taux d’échange
respiratoire enregistrés pendant la marche nordique et la marche à 1,75 m.s−1
ont diminué, tandis que le pouls d’oxygène a augmenté (p < 0,05). VO2max a
augmenté de manière significative (p < 0,05). Avant et après la période d’en-
traînement la FC, l’absorption d’oxygène par minute et la dépense énergé-
tique pendant la marche nordique étaient significativement plus élevées que
dans le groupe de marche (p < 0,05). L’étude a montré qu’un entraînement
en marche nordique de 6 semaines à l’intensité correspondant à la prédomi-
nance du métabolisme lipidique peut améliorer la composition corporelle,
la fonction cardiovasculaire et les performances physiques chez les femmes
précédemment sédentaires. Ce que l’on savait est de nouveau confirmé, à
savoir que chez les femmes ménopausées en marche nordique par rapport
à la marche régulière avec la même vitesse, la dépense énergétique est plus
élevée et que l’on peut voir un effet favorable sur la composition corporelle
(tableau 6.2).
82 Marche nordique et santé

A B

Figure 6.1. Passages sur baropodomètre.


Source : Hudson D. The effect of walking with poles on the distribution of plantar pressures in normal subjects.
PM R 2014 ; 6(2) : 146-51.

Tableau 6.2. Adaptations physiologiques à 6 semaines de marche nordique


Variable Paramètres des personnes interrogées (n = 18)
b a Δ Valeursa
M ± SD M ± SD M ± SD
BM (kg) 69,3 ± 9,01 68,7 ± 8,66 0,62 ± 1,00 0,02
LBM (kg) 45,2 ± 4,79 45,0 ± 4,58 0,19 ± 0,77 ns
FM (kg) 24,2 ± 4,83 23,7 ± 4,68 0,43 ± 0,55 < 0,01
PBF (%) 34,6 ± 3,14 34,3 ± 3,19 0,26 ± 0,66 ns
IMC (kg.m−2) 26,6 ± 2,79 36,4 ± 2,70 0,28 ± 0,33 < 0,01
aRésultats du test t de Student pour les échantillons dépendants.
Les valeurs sont des moyennes (M) ± déviation standard (SD) ; Δ : changements de niveau des indicateurs résultant
de l’entraînement ; BM : masse corporelle : LBM : masse corporelle maigre ; FM : masse grasse ; PBF : pourcentage de
masse grasse ; IMC : indice de masse corporelle ; ns : différences non statistiquement significatives.
Source : Cebula A, et al. Physiological response and cardiorespiratory adaptation after a 6-week Nordic Walking
training targeted at lipid oxidation in a group of post-menopausal women. PLoS One 2020 ; 15(4) : e0230917.

À retenir
Les études sur la marche nordique confirment ce que l’on savait déjà sur le
plan de la marche classique à savoir : amélioration du taux d’HDL-C, diminu-
tion du taux de LDL-C et diminution des triglycérides avec amélioration de
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 83

l’IMC. L’apport de vitamine D chez des femmes permettrait aussi ce type de


résultats. Malheureusement, ces bénéfices biologiques disparaissent rapide-
ment à l’arrêt de la pratique.
Une faible perte de poids et de masse grasse chez des femmes ménopausées
avec au départ un faible niveau de pratique physique apparaît après une
pratique de marche nordique 3 fois/semaine dès la 6e semaine, en particulier
quand on travaille au niveau optimum de l’oxydation lipidique entre 40 et
60 % de la VO2max (vers Lipoxmax).
La marche nordique participe aussi aux changements positifs sur la compo-
sition corporelle et le niveau moyen de glycémie HBA1c de femmes prati-
quantes (voir chapitre 6).

Effet de la marche sur le cerveau


La marche sans bâtons agit sur le cerveau, ses neurotransmetteurs et ses neurones.
Ainsi, des études ont prouvé que la marche facilite la créativité, la concentration, la
neurogenèse et freine le déclin cognitif, etc. Elle agit aussi sur le plan de la mémoire.
Des neurologues de l’université de Pittsburgh [23] ont réuni 120 volontaires âgés
de 55 à 80 ans et les ont séparés en deux groupes : les uns devaient faire une pro-
menade de 10 min à pied, 3 fois/semaine et augmenter la durée de 5 min chaque
semaine jusqu’à atteindre 40 min. À titre de comparaison, les autres devaient se
prêter, 3 fois/semaine, à des séances d’étirements. Il est apparu que les personnes
marchant 40 min 3 fois/semaine (contrairement à l’autre groupe) avaient à l’ima-
gerie par résonance magnétique (IRM) un hippocampe plus gros, 1  an après.
L’hippocampe est une aire essentielle de la mémoire. Normalement, son volume
diminue de 1,4 %/an, or c’est une augmentation de 2 % qui a été obtenue dans
l’étude. L’explication serait que ce type d’exercice améliore l’irrigation sanguine de
cette zone cruciale pour la mémoire, et favorise la libération d’un facteur neuro-
nal, le BDNF. Cette molécule favorise la production de nouveaux neurones par
l’hippocampe, ce qui prémunit contre le déclin de la mémoire.

Effets psychologiques de la marche


Une étude rapportée récemment, conduite auprès de 453 sujets, a montré que
la marche, comparée à la station assise, induisait de manière significative davan-
tage de ressentis émotionnels positifs et agréables [24]. Pour éliminer toute forme
d’autosuggestion (la plupart des personnes savent que l’exercice est bon pour le
moral), les chercheurs ont pris soin au préalable de faire croire aux volontaires
qu’il s’agissait d’une recherche sur l’habituel et l’inhabituel (observer des pay-
sages chinois ou le paysage d’un campus universitaire). Pour éliminer aussi le côté
distrayant de la marche, qui aurait pu expliquer les émotions agréables, ils ont
également fait marcher leurs cobayes dans des conditions ennuyeuses, en leur
84 Marche nordique et santé

faisant d’abord regarder une longue vidéo de la promenade qu’ils allaient faire, et
en leur demandant de rédiger ensuite un document de deux pages pour décrire
les bâtiments qu’ils auront vus pendant leur parcours. Et ça marche ! Même dans
des conditions ennuyeuses, marcher met en action nos émotions positives. Enfin,
pour être sûrs que ces bénéfices découlent de cette activité et non d’autres fac-
teurs (être dehors, au soleil, dans la nature…), les derniers volontaires ont marché
sur un tapis roulant dans une pièce dénuée de tout intérêt. Là encore, les résultats
étaient au rendez-vous, notamment l’amélioration de l’humeur.
L’explication serait pour les auteurs que la marche est phylogénétiquement liée,
dans l’évolution de notre espèce, à la recherche de ce qui est agréable et gratifiant
(nourriture, partenaires sexuels). Du coup, rien d’étonnant par exemple à ce que
la dopamine soit le neurotransmetteur à la fois du plaisir, de l’addiction, du cir-
cuit de la récompense mais aussi de la coordination motrice pour harmoniser les
mouvements.
Voilà donc un moyen simple, au quotidien, d’améliorer nos ressentis émotionnels !
Il s’agit bien, précisons-le, d’élever notre niveau d’émotions positives, et non de
réduire celui de nos émotions négatives. Dans les conditions de ces expériences, la
marche amène en effet peu de diminution des émotions négatives préexistantes.
Pour ce dernier point, des stratégies plus directement psychologiques, comme la
restructuration cognitive (discussion des pensées négatives associées aux émo-
tions douloureuses) ou la méditation de pleine conscience (recul et acceptation
transitoire des émotions négatives, et désengagement des ruminations) seraient
sans doute plus efficaces selon André1.

Aspects biomécaniques : comment marche-t-on


avec des bâtons à la main ?
Sur le plan biomécanique, la marche nordique diffère de la marche par l’impact
des mouvements des bras avec les bâtons, la pose du pied au sol et les muscles
impliqués (tronc, dos, épaule, membre supérieur). On le sait, l’utilisation de bâtons
pendant la marche nordique engage activement le haut du corps pour propulser
le corps vers l’avant pendant la marche. Donc, par rapport à la marche classique,
les muscles des mollets et des cuisses sont fortement sollicités en marche nor-
dique, mais aussi les muscles des membres supérieurs, du dos, du tronc et de la
ceinture scapulaire (épaules). Seule la marche rapide ou power walking [25] avec
un balancier des bras accentué se rapproche de la marche nordique. Les effets bio-
mécaniques sont aussi influencés par le type de technique de marche nordique
et il semble exister des variantes selon les pays dans ce domaine (voir chapitre 5).
1 Voir commentaire du psychiatre C. André publié le 19 octobre 2016 dans la revue Cerveau & psy-
cho no 82.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 85

Un argument souvent énoncé en faveur de la marche nordique est son potentiel


de protection des articulations des genoux du fait d’impacts au sol plus faibles. Il
faut d’emblée être très prudent en ce qui concerne cette affirmation qui circule
dans tous les livres sur la marche nordique : en effet, les études sont encore contra-
dictoires surtout sur les diminutions de pression sur les articulations des membres
inférieurs par l’usage des bâtons. En revanche, sur d’autres paramètres comme la
force, leur usage augmente bien la force musculaire de la ceinture scapulaire, du
cou et des muscles des membres supérieurs [19, 26], mais aussi il est noté une
amélioration de la coordination, de la condition physique, de la vitesse de marche
et de l’équilibre du sujet. Ces caractéristiques de la marche nordique sont amélio-
rées par rapport à la marche seule.
La plupart des études utilisent des caméras à haute vitesse (fréquence d’enregis-
trement de 120 à 125 Hz) pour l’analyse cinématique. Les forces de réaction au
sol et la répartition de la pression au-dessous de la chaussure sont enregistrées au
moyen d’une plateforme de force.
Parmi les études en faveur de la diminution des pressions aux membres inférieurs
en marche nordique et concernant l’impact au sol et les pressions ressenties, celle
de Schwameder et al. (2006) a montré qu’en descente de montagne et avec une
pose simultanée des bâtons sur une pente de 25°, on obtient une diminution de
la charge de 10 à 16 % sur le membre inférieur [27]. Willson et al. (2001) ont mon-
tré que les forces verticales sur l’articulation du genou en marchant sur terrain plat
sont diminuées de 4 % avec l’usage des bâtons [28].
Hansen [29] a fait une analyse de marche tridimensionnelle avec et sans bâtons.
Aucune différence significative n’a été observée dans la pression au niveau de
l’articulation du genou. Le pic maximal lors de la flexion de genou apparaissait
plus important dans la première moitié de la phase d’appui au sol et ce signifi-
cativement (p = 0,02) avec les bâtons (−32,5 ± 6,0°) qu’en marchant sans (−28,2
± 4,2°), pouvant suggérer une promenade plus « élastique » en marche nordique.
Les amplitudes de mouvement de la hanche étaient significativement (p = 0,01)
accrues pendant la marche nordique (64,4 ± 10,2°) par rapport à la marche sans
bâton.
Mais les faits ne sont pas si univoques. Ainsi, aucune étude sur terrain plat n’a pu
à ce jour être reproduite plusieurs fois avec le même résultat de diminution des
pressions. Par ailleurs, d’autres études ne confirment en rien ces résultats de dimi-
nution des pressions [30, 31].
D’autres études sont ambiguës comme celle de Yamamoto et al. [32] qui a mon-
tré une diminution du déplacement du centre de gravité chez des marcheurs
nordiques, l’absence de différences dans les angulations des articulations (ce que
d’autres auteurs contestent, voir Hansen ci-dessus) et pas de différence entre
les moments de force des articulations des membres inférieurs. Il n’y avait pas
de différence à l’analyse de l’électromyogramme de surface entre les muscles
des membres supérieurs et ceux des membres inférieurs (seul le triceps brachial
86 Marche nordique et santé

montrait une activité diminuée en marche nordique). Malheureusement, l’étude


ne portait que sur quatre sujets et les auteurs ont conclu un peu hâtivement à
une diminution du travail développé sur les membres inférieurs chez le sujet en
marche nordique.
Le travail de Jöllenbeck étudiant les publications sur la diminution des pressions,
selon lui, clairement surestimées (diminution des pressions annoncées de 30 à
50 % selon Geyer, 2005 [33]) a montré une étude dont l’objectif était d’analyser la
charge des membres inférieurs au cours d’une marche nordique par rapport à la
marche classique. Elle a été présentée lors du 4e Congrès de la Société européenne
interdisciplinaire pour l’application clinique et des Sports en 2006  [30]. Selon
Jöllenbeck et son équipe, les valeurs moyennes des forces verticales de réaction
au sol ne sont pas différentes entre marche nordique et marche. Grâce à l’analyse
des forces dynamiques, des charges d’environ 140 à 170 % du poids du corps ont
été mesurées, ce qui est classique et ne diffère pas entre la marche classique et la
marche nordique. La marche nordique diffère de la marche principalement par
des forces inférieures d’environ 4 % mesurées par orteil, probablement en raison
de l’utilisation des bâtons. Jöllenbeck conclut qu’il n’y a pas d’avantages sur les
diminutions de pression en lien avec l’utilisation des bâtons, au moins au niveau
des genoux.
Thorwesten et al., en juillet 2007, à Jyväskylä en Finlande, présentent les mêmes
résultats. Ils ont analysé les forces verticales et la réaction au sol dans la marche
nordique et la marche classique. Leurs résultats n’ont montré aucune différence
significative en ce qui concerne la force verticale maximale et ils ont relevé l’ab-
sence de changements significatifs dans l’augmentation initiale des forces. Le
temps de contact est plus long dans le groupe avec bâtons sur chaque vitesse de
marche donnée (p < 0,05). Concernant l’impulsion, les valeurs sont plus élevées
pour la marche avec bâtons [34]. Inversement, Hagen [35] s’intéressant au risque
de blessure a analysé les résultats de tests sur 24 instructeurs de marche nordique
qui ont couru, marché avec et sans bâtons sur une piste recouverte de gazon arti-
ficiel à des vitesses contrôlées. La pronation des pieds et les forces de réaction au
sol ont été mesurées ainsi que la transmission des ondes de choc au poignet droit.
La comparaison de la marche avec et sans bâtons montre des résultats similaires
pour l’ensemble des quatre vitesses choisies (5 km/h, 7 km/h, 8 km/h, 8,5 km/h).
Par rapport à la situation de course à la même vitesse (8 km/h et 8,5 km/h), la
marche nordique peut être recommandée comme sport à faible impact avec des
taux de pression plus faibles de 36 % et des vitesses de pronation inférieures de
59 %. Cependant, les accélérations et chocs élevées dans le poignet avec le port
des bâtons révèlent que les extrémités supérieures sont exposées à des pressions
répétées qui pourraient causer des blessures dues au surmenage des membres
supérieurs, mais aussi donnent un avantage sur la densité osseuse au poignet.
Ainsi, des exercices de prévention de renforcement pour les muscles des membres
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 87

supérieurs sont recommandés ainsi que l’utilisation de systèmes d’absorption des


chocs posés aux extrémités inférieures des bâtons de marche.
Kleindienst et al., travaillant pour un équipementier célèbre, se sont posé le même
genre de question [36]. Le nombre de sujets est réduit à 11. En marche nordique
ainsi qu’en marche classique, la charge mécanique de l’extrémité inférieure est
plus faible par rapport aux données retrouvées en course. Aucun des paramètres
cinématiques ne suggère un « avantage physiologique » de la marche nordique
par rapport à la marche. En outre, la marche nordique montre des forces verti-
cales et horizontales supérieures lors de l’atterrissage. On retrouve juste un pic de
force verticale moindre au cours de la poussée qui indique une pression méca-
nique inférieure en marche nordique par rapport à la marche. Par conséquent, les
auteurs concluent que la marche nordique devrait être toujours recommandée
pour les personnes en surpoids et pour les personnes ayant déjà des problèmes
musculosquelettiques du membre inférieur. On constate là encore des conclu-
sions discutables mais auxquelles on a envie de croire au regard de notre expé-
rience d’animateur de marche nordique.

Impact au niveau de la pose du pied au sol


L’équipe de Perez-Soriano  [37] a étudié en 2010 les schémas de pression de
marche de 20 marcheurs nordiques expérimentés et de 30 débutants. Les pres-
sions plantaires de neuf zones de pied ont été mesurées lors d’essais effectués à
deux vitesses de marche (préférée et 20 % plus rapide) et dans deux conditions
de marche nordique par rapport à la marche normale. Par rapport à la marche
normale, l’expérience marche nordique a conduit à une réduction de pression
significative (p <  0,05) d’environ 50  % sur les métatarsiens centraux. Aucune
augmentation significative n’a été détectée dans les autres régions du pied.
Les différences entre les débutants et les marcheurs expérimentés pendant la
marche normale, dont cette réduction de 50 % de la pression sur la zone méta-
tarsienne, suggèrent que la pratique régulière de la marche nordique pourrait
également avoir un effet bénéfique sur la diminution de la pression plantaire
lors de la marche sans bâtons
Dans son travail de 2014, Hudson  [38] a réalisé une étude croisée randomisée
non aveugle. Cette étude a eu lieu dans un laboratoire d’analyse de mouvement :
35 sujets en bonne santé ont reçu des instructions sur deux schémas de style de
marche lors de l’utilisation de bâtons de marche. En marchant avec le style à deux
impacts, les sujets ont placé les bâtons du côté opposé avec le pied opposé au
même niveau vers l’avant et à l’arrière (voir figures 6.1a). Le style en trois impacts
obligeait les sujets à placer les deux pôles au même niveau que le pied droit (voir
figures 6.1b). Après 1 semaine de pratique non supervisée, les pressions plantaires
sous les têtes métatarsiennes et l’hallux du pied droit ont été mesurées en utilisant
un tapis podobarographique tout en marchant avec et sans les bâtons (figure 6.2).
88 Marche nordique et santé

Figure 6.2. Résultats de baropodométrie.


Source : Hudson D. The effect of walking with poles on the distribution of plantar pressures in normal subjects.
PM R 2014 ; 6(2) : 146-51.

Les pressions plantaires moyennes et les impulsions ont été enregistrées à partir
de cinq essais pour chaque condition de marche  : pas de bâtons, style à trois
impacts et style à trois impacts.
La marche avec les bâtons a entraîné des réductions significatives (P ≤ 0,01) de la
pression moyenne et de l’impulsion de pression sous la région des têtes métatar-
siennes jusqu’à 24 %, aucun changement significatif n’a été observé sous le talon
ou l’hallux. Le style à trois impacts a entraîné une réduction de la pression signi-
ficativement plus élevée que le style à deux impacts (P = 0,002) dans la région
métatarsienne mais pas dans l’hallux.
La marche avec des bâtons a semblé facile à apprendre pour l’auteur et peut être
selon lui un élément utile de la gestion des personnes à risque de développer des
ulcères plantaires sous le pied.
Encarnación-Martínez et  al.  [39] se sont aussi intéressés en 2017 à l’influence
de la technique de marche nordique sur la pression plantaire. Le but de cette
étude était d’analyser les pressions plantaires pendant la marche nordique avec
la technique diagonale  (D) et avec la technique ALFA  (A) et de les comparer
avec la pression obtenue lors d’une marche normale. Les résultats ont démon-
tré que pendant la marche nordique avec la technique  A à la vitesse préférée,
la pression était plus basse sous le calcanéum, le métatarse latéral et les orteils
par rapport au groupe avec la technique D (p = 0,046, taille d’effet ou TE = 1,49 ;
p = 0,015, TE = 1,44 ; p = 0,040, TE = 1,20, respectivement). Aucune différence n’a
été trouvée à la vitesse rapide (p > 0,05). Outre l’augmentation de la vitesse de
marche au cours de la marche nordique (p < 0,01), les deux groupes techniques
ont montré une pression plus faible au cours de la marche nordique par rapport
à la marche sous les têtes de l’hallux et métatarsiennes centrales. On savait que
dans la marche l’augmentation de la vitesse entraîne une plus grande pression
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 89

plantaire. Les résultats observés dans la présente étude confirment en partie cette
hypothèse. Fait intéressant, marcher plus vite a entraîné une augmentation de la
pression sous le calcanéum et l’hallux ainsi qu’une diminution de la pression sous
les métatarsiens. Ces résultats sont en accord avec les études précédentes où une
pression plus élevée sous l’hallux et le talon et une pression plus faible sous les
métatarsiens [37] ont été observées à mesure que la vitesse augmentait. Ce com-
portement de la charge plantaire pourrait être dû à la vitesse accrue à laquelle le
pied procède de la frappe du talon à la pointe du pied, réduisant le temps pour
que l’individu place du poids sur l’avant-pied et entraînant des forces plus impor-
tantes uniquement sur l’hallux pendant la pose en pointe du pied [37]. De plus,
les deux conditions de vitesse (préférée, rapide) étaient plus rapides en marche
nordique qu’en marche sans bâtons. Ce résultat indique qu’un individu marche
plus vite avec des bâtons à un rythme préféré et rapide (autosélectionné) par rap-
port à la marche sans bâtons, augmentant la dépense énergétique et l’expérience
d’un stimulus d’entraînement plus fort sans augmenter la pression plantaire. Il a
également été émis l’hypothèse qu’en marche nordique, l’utilisation des bâtons
réduirait la pression plantaire par rapport à la marche sans bâtons. Les résultats
de cette étude soutiennent cette hypothèse puisque la technique ALFA a réduit
la pression plantaire sous l’hallux (83 %), les orteils (77 %) ainsi que celle du centre
(68 %) et des métatarsiens latéraux (28 %) par rapport à la marche simple, alors
que la technique diagonale a réduit la pression plantaire sous l’hallux (73 %) et
les métatarsiens centraux (39 %) par rapport à la marche simple. Cette réduction
pourrait être due à la fonction des bâtons comme point d’appui supplémentaire
par rapport à la marche sans bâtons où toute la pression est répartie et absorbée
à travers la surface plantaire [37].
La marche nordique diminue bien les pressions au sol sous la plante du pied et
il semble que la technique ALFA pourrait être la technique de marche nordique
la plus efficace pour réduire la pression plantaire tout en permettant aux prati-
quants d’obtenir les avantages physiologiques de la marche nordique.

À retenir
Il semble bien que l’utilisation des bâtons diminue les pressions mesurées
au niveau des genoux et des hanches mais aussi à la face plantaire sous les
têtes métatarsiennes par rapport à un marcheur sans bâtons et clairement
par rapport à un runner. Mais attention, une partie des vibrations des chocs
passent alors par les membres supérieurs et la ceinture scapulaire et le cou,
d’où l’importance des exercices de prévention pour les muscles des membres
supérieurs, du tronc, du rachis et des épaules qui sont recommandés ainsi que
de l’utilisation de système d’absorption des chocs au niveau des bâtons de
marche. Quelle que soit la technique de marche nordique retenue, les pres-
sions sous les têtes métatarsiennes sont moindres avec l’usage des bâtons.
90 Marche nordique et santé

Vitesse de marche avec bâtons


On sait que la marche nordique entraîne une foulée plus longue et une vitesse
plus élevée que la marche classique sans bâtons (mais pas la marche athlétique de
compétition), et parfois une augmentation des forces de réaction au sol par rap-
port à la marche classique. Willson et al. ont montré pour une même population
que la vitesse de marche (1,59 ± 0,20 m•s−1), la longueur du pas (1,77 ± 0,2 m) et
la période en suspension (0,66 ± 0,02 s) sont significativement plus grandes (p
< 0,008) qu’à la marche sans bâtons (1,48 ± 0,18 m•s−1, 1,57 ± 0,12 m, 0,65 ± 0,02 s,
respectivement) [28].

Autres paramètres caractéristiques de la marche nordique


Stief et al. [40] ont noté en marche nordique une plus grande longueur du pas
et un angle plus important de flexion dorsale du pied pendant la première
partie de la phase d’appui qu’à la marche classique. Dans le plan transversal, les
moments angulaires de la cheville sont plus grands en marche nordique (−16,49
± 6,21 Nm) qu’en marche classique (−15,37 ± 5,84 Nm, p = 0,03) et qu’en course
(−7,94 ± 3,9 Nm, p = 0,001). Concernant l’influence sur les résultats des études
entre les données de laboratoires et la marche nordique en milieu écologique,
on a peu de données en situation écologique. Récemment, l’étude en montagne
de Grainer et  al.  [41] a eu pour but de comparer marche nordique et marche
classique sur de longues distances, dans un environnement montagnard natu-
rel. Ils ont enrôlé 21 sujets experts en marche nordique (13 hommes/8 femmes,
âgés de 41 ±  12  ans, avec IMC 24,1 ±  3,7). Ils ont parcouru trois chemins dis-
tincts en montée (longueur 2,2, 3,4 et 7  km) avec (marche nordique) ou sans
(marche classique) bâtons sur deux jours distincts. La fréquence cardiaque (FC),
la dépense énergétique (EE), la longueur de pas (SL), la vitesse de marche (WS), le
nombre total de pas (SN) et l’évaluation de l’effort perçu (RPE) ont été surveillés.
FC (+ 18 %) et EE (+ 20 %) étaient plus élevés en marche nordique qu’en marche
classique, alors que RPE était similaire. SN (−12 %) était inférieur et SL (+ 15 %)
plus long en marche nordique. La vitesse de marche était plus élevée (1,64 contre
1,53 m.s−1) avec les bâtons. Ces données confirment que, à l’instar des études de
laboratoire connues, il existe aussi des différences avec ou sans bâtons lorsque les
analyses sont effectuées dans un environnement écologique et naturel. La marche
nordique en montagne semble augmenter la dépense énergétique de 20 % par
rapport à la marche classique sans bâtons, malgré un RPE similaire et ce autant en
montée qu’en descente [41].
Concernant la force des membres supérieurs, la plupart des études ont principale-
ment analysé l’effet de la marche nordique sur la force de préhension côté dominant
(DN). Kwak et al. [42] se sont intéressés à déterminer si l’extrémité non dominante
(NDN) pouvait également être améliorée par la marche nordique. Ils ont étudié
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 91

l’efficacité d’un entraînement de 8 semaines en marche nordique sur le poignet non


dominant NDN et la force des épaules chez les femmes d’âge moyen en bonne santé ;
29 sujets ont été répartis au hasard en trois groupes : groupe de marche nordique
(NWG, n = 10), groupe de marche rapide (BWG, n = 11) et groupe témoin (CG,
n = 8). La force du poignet et des épaules a été mesurée par le dynamomètre à main
et la machine isocinétique. L’entraînement en marche nordique a été effectué 3 fois/
semaine, avec un échauffement de 10 min, un programme principal de 40 min com-
prenant la technique ALFA et la marche active sans bâtons « Turbo », et un retour
au calme de 10 min. Dans la résistance du poignet de la main dominante DN et la
résistance des élévateurs de l’épaule des deux côtés, NWG et BWG ont montré une
valeur significativement plus élevée que CG. Dans la main NDN, NWG a également
montré une résistance significativement plus élevée par rapport à CG, cependant
il n’y avait pas de différence significative dans la force/le poids du poignet entre les
groupes. Dans l’extension de l’épaule NDN, une amélioration significativement plus
élevée a été trouvée dans NWG et BWG par rapport à celle de CG. En conclusion,
cette étude a montré que la marche nordique peut améliorer la force des membres
supérieurs chez les sujets et peut être une meilleure approche pour améliorer la force
du côté poignet non dominant NDN que par la méthode de marche rapide.

Effets osseux
Une étude japonaise sur l’impact osseux (densité minérale osseuse ou DMO)
au poignet de la pratique régulière de la marche nordique a été publiée en 2020
dans le Journal of Sports Science & Medecine [43]. Problème de santé publique
mondial, l’ostéoporose touche le poignet et les fractures du radius distal y sont
relativement courantes, en particulier chez les femmes ménopausées. Contrai-
rement aux vertèbres et au fémur, le radius ne supporte pas les forces gravita-
tionnelles mécaniques de compression lors des activités de la vie quotidienne.
D’où l’intérêt des chercheurs japonais pour la marche nordique, dans laquelle
une poussée active du membre supérieur est effectuée à travers les bâtons. Ils
ont établi l’hypothèse qu’elle pourrait entraîner des bénéfices pour la DMO.
L’étude a porté sur 37  femmes jeunes universitaires qui ne pratiquaient pas
d’exercice physique, hormis la marche ou la natation. Il a également été véri-
fié que leurs menstruations étaient régulières et qu’aucun autre facteur ne
pouvait influencer leur DMO. Le protocole comprenait également un suivi
de l’alimentation pour contrôler l’apport en calcium. Le groupe expérimental
(19  femmes) a été formé à la technique de la marche nordique par un ins-
tructeur de l’INWA. L’intervention de l’étude a consisté à réaliser trois séances
hebdomadaires de marche nordique à faible intensité (10 à 11 sur l’échelle de
Borg) pendant 6 mois. La durée des séances a augmenté progressivement au
cours des mois de 30 à 60 min. De plus, la surface sur laquelle elles pratiquaient
était dure et sans pente.
92 Marche nordique et santé

La principale conclusion de l’étude montre que chez les jeunes femmes, la DMO
et le contenu minéral osseux augmentent sur le radius dans le rayon distal après
une intervention de marche nordique de  6  mois avec trois séances hebdoma-
daires d’au moins 30 min à faible intensité.
La littérature scientifique a montré que les mouvements répétitifs à fort impact
tels que ceux qui se produisent dans les sports de raquette, ainsi que le travail de
résistance spécifique sont efficaces pour prévenir la perte de minéraux osseux
dans le rayon distal. Cette étude met en évidence que la poussée des bâtons de
marche nordique génère une force de réaction au sol qui stimule l’os et améliore
la DMO du rayon distal. De plus, les résultats ont été obtenus avec une légère
intensité d’exercice. Il reste à prouver que ce travail utile en prévention primaire
serait aussi efficace en prévention secondaire chez des femmes ménopausées
(voir plus loin).

À retenir
La marche nordique améliore la DMO du poignet des pratiquantes jeunes,
d’où son intérêt en prévention primaire. À ma connaissance, il n’y a pas
d’études sur la DMO au rachis et à la hanche en lien avec la marche nordique.
Toutefois, on sait que l’effet est positif pour la marche rapide classique [21],
donc on peut là aussi sûrement extrapoler.

Résumé sur la biomécanique de la marche nordique


La question de la diminution des pressions au niveau des membres infé-
rieurs, en particulier des genoux et des hanches, n’est pas encore totalement
résolue. Il est scientifiquement encore trop tôt pour affirmer la moindre
pression sur ces articulations, même si certains auteurs et les retours de
terrain nous portent à y croire.
En revanche, la moindre pression sous les têtes métatarsiennes semble
prouvée.
Il y a ici encore matière à faire des études biomécaniques, mais on peut
quand même recommander sans risque la marche nordique aux porteurs
de pathologies ostéo-articulaires des membres inférieurs (voir plus loin).

Pathologies
Maladies cardiovasculaires (artérite, maladies coronaires
aiguës et chroniques, insuffisance cardiaque)
Classiquement, la marche intervient juste après l’utilisation du cyclo-ergomètre (vélo
de rééducation) dans les centres de soins de suite et de réadaptation (SSR) cardio-
vasculaire. Or depuis peu, l’intérêt de la marche nordique dans le réentraînement à
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 93

l’effort et en rééducation cardiovasculaire a été démontré. Sa plus grande dépense


énergétique pour le même temps d’exercice que le vélo de rééducation et son
côté plus ludique et plus écologique en font un outil parfait pour la phase de
rééducation, puis de réadaptation au retour à la vie ordinaire chez soi.
L’une des revues de la littérature la plus récente sur les liens entre cardiologie et
marche nordique par l’équipe de Cugusi le confirme : « L’exercice est la pierre
angulaire des programmes de réadaptation pour les personnes atteintes de
maladies cardiovasculaires. Bien que les programmes conventionnels de réa-
daptation cardiovasculaire (CCVR) présentent des avantages importants, les
activités non conventionnelles telles que la marche nordique peuvent offrir des
avantages supplémentaires pour la santé. » [44] Quinze essais contrôlés rando-
misés et huit essais ont été inclus dans cette méta-analyse. Les études se sont
concentrées sur la maladie coronarienne, la maladie artérielle périphérique,
l’insuffisance cardiaque et l’AVC. Dans la maladie coronaire, des différences
significatives entre marche nordique + CCVR et CCVR ont été trouvées dans
la capacité d’exercice (p = 0,03) et l’équilibre dynamique (p = 0,01) favorisant
marche nordique + CCVR. Dans la maladie artérielle périphérique, des change-
ments plus importants dans la durée de l’exercice (p < 0,0001) et l’absorption
d’oxygène (p = 0,002) ont été observés après marche nordique par rapport aux
témoins. Dans l’insuffisance cardiaque, aucune différence significative n’a été
trouvée entre marche nordique + CCVR ou les soins habituels pour le pic de
VO2max et la mobilité fonctionnelle. Chez les survivants d’un accident vas-
culaire cérébral (AVC), la mobilité fonctionnelle était significativement plus
élevée après des programmes sur tapis roulant avec des bâtons plutôt que
sans (p = 0,03). Les auteurs concluent que la marche nordique serait une acti-
vité réalisable et prometteuse pour la rééducation des personnes atteintes de
maladies cardiovasculaires (et d’AVC).

Maladies coronaires
En prévention secondaire et tertiaire, des effets cardiovasculaires bénéfiques
ont été montrés chez des patients coronariens. Ainsi en rééducation, la marche
nordique a été caractérisée comme un moyen plus consommateur d’énergie
(5–6 MET) comparé aux cyclo-ergomètres utilisés habituellement en rééducation
cardiaque. Kocur et al. [45, 46] ont proposé une marche nordique de 2,5 km inter-
rompue par 5 min de récupération active comme une activité supplémentaire au
programme standard (préparation physique générale et session de pédalage sur
vélo), ce qui permet d’atteindre les quantités journalières de dépense énergétique
équivalentes à 350–600 kcal nécessaires pour obtenir un effet positif en préven-
tion secondaire des maladies cardiovasculaires. Ils ont également analysé la capa-
cité d’exercice et la forme physique entre trois groupes de patients qui venaient de
commencer leur réadaptation après un syndrome coronaire aigu, c’est-à-dire un
groupe de malades hospitalisés pour 3 semaines de programme de réadaptation
94 Marche nordique et santé

cardiaque. Un groupe témoin (n = 20, âge moyen 54,5 ± 9,4 ans) participait à un


programme de réadaptation standard fondé sur l’endurance sur cyclo-ergomètre
et une gymnastique de renforcement musculaire ; le deuxième groupe faisait de
la marche nordique (n = 40, âge moyen 51,4 ± 6,3 ans) et participait à un pro-
gramme de réadaptation standard, tandis qu’un troisième groupe pratiquait la
marche classique(n = 20, âge moyen 51,3 ± 7,1 ans) comme dans les programmes
de réadaptation standard. Après la réadaptation de 3 semaines, le groupe marche
nordique avait une capacité d’exercice plus haute mesurée par un test d’exercice
sur tapis de jogging (protocole de BRUCE modifié) exprimé en équivalents méta-
boliques (MET) comparé au groupe témoin (10,8 ± 1,8 et 9,2 ± 2,2 MET). Aussi,
la forme physique, évaluée par un test fonctionnel de capacité physique de Ful-
lerton (qui est la batterie de tests retenue puis adaptée par la FFA et la fédération
française Sport pour tous pour les seniors dans la batterie FORM+ [47]), est amé-
liorée dans le groupe marche nordique et le groupe de marche classique par com-
paraison avec le groupe témoin (sauf au test de marche de 6 minutes). Les auteurs
concluent que la marche nordique peut être utilisée comme un complément à
la réadaptation standard à court terme chez des hommes après un syndrome
coronaire aigu, parce que son utilisation peut augmenter leur coordination et leur
capacité à l’exercice.
Dans le même esprit, le travail de Walter et  al.  [48] a montré, dans une étude
sur des hommes coronariens connus âgé de 48–71 ans qui ont marché avec et
sans bâtons, que la consommation maximale d’oxygène est significativement (p
≤ 0,05) plus importante avec l’utilisation des bâtons (1,60 ± 0,18 L.min−1) que sans
(1,30 ± 0,18 L•min−1). Il n’y a eu aucune modification électrocardiographique dans
les deux groupes qui ont marché. Les auteurs recommandent donc son utilisation
en rééducation cardiaque.
Les travaux de Wilk et al. vont dans le même sens. Ils retrouvent une meilleure
tolérance à l’effort et de meilleures performances après un infarctus du myo-
carde [49]. En 15 séances de marche nordique, les patients sont passés d’une tolé-
rance à l’exercice de 7,9 ± 1,8 MET à 10,3 ± 2,3 MET. Le groupe marche classique a
progressé de 15 % sur ce paramètre, le groupe marche nordique de presque 30 %
avec le même type d’activité, les bâtons en sus.

Artérite
Cette pathologie vasculaire se caractérise par des douleurs des membres inférieurs
à la marche de type claudication intermittente, Oakley et al. ont montré chez des
hommes, âgés de 57 à 79 ans, la possibilité significative (p ≤ 0,001) de parcourir de
plus longues distances sans douleur (130 m) et avec douleur (285 m) en marche
nordique en comparaison à la marché classique (77 m, 206 m) [50]. Les patients
ont déclaré moins de sensations douloureuses, décrites sur une échelle de Borg
cotée de  0 à  10, à la distance maximale parcourue avec les bâtons que sans
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 95

(respectivement, 4,3 ± 0,5 ; 5,6 ± 0,5). Le VO2max était amélioré chez les utilisa-
teurs de bâtons qui n’ont pas de douleur (1,12 ± 0,08 L•min−1) ainsi que chez les
marcheurs avec bâtons ayant eu des douleurs (1,20 ± 0,05 L•min−1) et ce, comparé
à la marche classique (respectivement, 0,95 ± 0,06 L•min−1, 1,03 ± 0,06 L•min−1).
Les auteurs concluent que la marche nordique permet d’améliorer la capacité car-
diopulmonaire des patients artéritiques et d’augmenter leur périmètre de marche.
Les deux études de 2002 de Langbein [51] et de Collins [52] sur 52 patients artéri-
tiques durant 24 semaines de marche nordique (30–45 min, 3 fois/semaine, à une
intensité de 70–80 % de la FC maximale) confirment les bénéfices de la marche
nordique en termes de VO2max, de douleurs perçues au niveau des membres
inférieurs, de périmètre de marche (figure 6.3).
Dans le travail de Spafford et al. [53], les auteurs ont comparé, dans deux groupes
de patients constitués par tirage au sort, l’acceptabilité et l’effet sur le périmètre de
marche (PM), la pression artérielle, la dépense calorique et la fréquence cardiaque
de la marche nordique et du programme d’entraînement dirigé (PED). Les mesures
ont été pratiquées avant la randomisation, puis à 4, 8 et 12 semaines. Pour pouvoir
être inclus, les patients devaient souffrir de contre-indications depuis au moins
6  mois et avoir bénéficié d’un examen par échographie Doppler. La réalisation
d’une angioplastie dans les 6  mois précédents ou l’existence d’une arthrose ou
d’une dyspnée pouvant elles-mêmes limiter le PM étaient des critères d’exclusion.
Il était demandé aux participants de faire par semaine pendant 12 semaines 3 fois

Figure 6.3. La marche nordique pour améliorer le périmètre !


96 Marche nordique et santé

30 min de marche, soit en mode marche nordique, soit en mode PED selon le
groupe d’allocation.
La comparaison a concerné 19 sujets dans le groupe PED et 19 dans le groupe
marche nordique, le critère principal de jugement étant le PM. Celui-ci, à 3 mois,
est passé de 248 à 538 m dans le groupe marche nordique, alors que la variation
était plutôt négative (355 puis 334 m) dans le groupe PED. De même, la déper-
dition calorique était nettement augmentée après marche nordique et pas après
PED. Quant à la perception de la douleur, elle a été similaire dans les deux groupes,
et l’acceptation de la méthode (journaux, podomètres) excellente dans l’un et
l’autre. Le PM à 3 mois des artéritiques a donc été significativement amélioré par
la marche nordique.

Insuffisance cardiaque
L’équipe canadienne de Keast [54] a étudié en 2013 la marche nordique chez
des patients en insuffisance cardiaque modérée à sévère. Le but de leur étude
était de comparer à partir d’un essai clinique aléatoire en parallèle, sur un seul
centre de rééducation, les effets de la marche nordique et des soins standard
en réadaptation cardiaque sur la capacité et les autres résultats cliniques chez
les patients ayant une insuffisance cardiaque modérée à grave. Entre 2008 et
2009, 54  patients (âgés de 62,4 ±  11,4  ans) ayant une insuffisance cardiaque
(fraction d’éjection moyenne = 26,9 % ± 5,0 %) ont été répartis au hasard pour
recevoir des soins courants en réadaptation cardiaque (n = 27) ou faire de la
marche nordique (n = 27) ; les deux groupes ont réalisé 200 à 400 min d’exer-
cice par semaine durant 12 semaines. Le critère de jugement principal mesuré
après 12 semaines était la capacité fonctionnelle évaluée par le test de marche
de 6 minutes (TM6). Comparativement aux soins courants, la marche nordique
a entraîné une capacité fonctionnelle plus élevée (Δ 125,6 ± 59,4 m versus Δ
57,0 ± 71,3 m parcourus durant le TM6 ; P = 0,001), une plus grande pratique
de l’activité physique déclarée par le patient (Δ 158,5 ± 118,5 min versus Δ 155,5
± 125,6 min ; P = 0,049), une augmentation de la force de préhension à droite (Δ
2,3 ± 3,5 kg versus Δ 0,3 ± 3,1 kg ; P = 0,026) et moins de symptômes dépressifs
(score établi à partir de l’hospital anxiety and depression scale ou HADS) = Δ
−1,7 ±  2,4 versus Δ −0,8 ±  3,1  ; P = 0,014). Aucune différence significative n’a
été trouvée concernant la capacité aérobie maximale, la force de préhension
de la main gauche, le poids corporel, le périmètre abdominal ou les symptômes
d’anxiété.
Selon les auteurs, la marche nordique a été supérieure aux soins courants en réa-
daptation cardiaque en ce qui a trait à l’amélioration de la capacité fonctionnelle
et d’autres résultats cliniques psychologiques et physiques importants chez les
patients ayant une insuffisance cardiaque. Ils concluent que ce type d’exercice
est une solution qui s’avère prometteuse chez cette population. Ce travail a été
augmenté et complété par la même équipe et publié en 2019 [55].
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 97

Tests de marche

Caractéristiques
Ils représentent une évaluation de l’intolérance à l’effort au cours de la réadap-
tation cardiovasculaire (RCV). Le test de marche de 6 minutes (TM6) reflète
le statut fonctionnel et l’efficacité de la RCV par augmentation de la distance
parcourue, plus marquée chez les patients très déconditionnés (insuffisance
cardiaque, chirurgie cardiaque). Il est un facteur prédictif de mortalité. Ses
qualités métrologiques sont discutées, du fait de l’ambiguïté concernant la
vitesse de marche recherchée (confortable ou rapide). Parmi les autres tests à
durée imposée, seul le test de marche de 2 minutes est approprié au cours de
la RCV, en étant réservé aux incapacités sévères (amputation). Les tests à dis-
tance imposée (surtout le test de marche rapide de 200 m) et ceux à vitesse
croissante imposée explorent des intensités d’effort plus élevées et repré-
sentent une alternative peu coûteuse et sans risques aux tests d’effort maxi-
maux. Ils peuvent être utiles pour la prescription personnalisée du recondi-
tionnement. Cependant, leur différence minimale cliniquement pertinente
n’a pas été déterminée. Les tests de marche sont des moyens prometteurs
de promotion de l’activité physique et de modification de l’hygiène de vie. La
validation de tests avec de propriétés psychométriques apparaît désormais
nécessaire pour l’équipe de Casillas à Dijon [56].
TM6
Il a été décrit pour la première fois par Guyatt et  al.  [57] en 1985 pour
l’évaluation des patients atteints d’une maladie pulmonaire et a ensuite été
adapté pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque.
Les patients sont invités à marcher pendant 6  minutes à n’importe quel
rythme confortable sur une surface plane mesurée à l’avance. La communi-
cation avec le patient se compose uniquement d’instructions simples et du
temps restant dans le test (pas d’encouragement trop important). Le nombre
de mètres parcourus pendant les 6 minutes est noté. Ce test a été utilisé dans
des essais cliniques pour déterminer les avantages de la pharmacothérapie
chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque, car il est facile et peu
coûteux, et le personnel de test nécessite une formation minimale. Cepen-
dant, le TM6 peut ne pas aider à distinguer les patients atteints d’insuffisance
cardiaque légère à modérée de ceux atteints d’une maladie plus avancée. Une
distance de moins de 300 m est considérée comme révélatrice d’une intolé-
rance sévère à l’exercice. Lucas et al. [58] ont testé des patients avec un large
éventail de valeurs de VO2max et ont observé que le TM6 aidait le mieux à
distinguer les patients avec un pic de VO2max supérieur à 20 mL/kg/min ou
Weber classe A* de ceux avec des limitations fonctionnelles extrêmes de pic
de VO2max (< 10 mL/kg/min) ou Weber classe D.
*Classification de gravité de l’insuffisance cardiaque.
98 Marche nordique et santé

Hypertension artérielle
La marche nordique est de plus en plus considérée comme un outil thérapeutique
d’intervention non médicamenteuse souvent en complément des médicaments,
de l’éducation à la santé, du contrôle nutritionnel, du soutien psychologique dans
l’hypertension artérielle (HTA) légère à modérée. Mais en cas d’hypertension
artérielle résistante (HTAR), pathologie compliquée et très péjorative, on peut
s’interroger. L’HTAR est définie comme une pression artérielle qui reste supérieure
à l’objectif malgré l’utilisation simultanée de trois agents antihypertenseurs de
différentes classes. L’HTAR est associée à un risque accru de maladies cardiovas-
culaires, d’insuffisance rénale chronique terminale et de mortalité, par rapport
aux patients dont l’hypertension répond au traitement. Ainsi, le but de l’étude
de Launois et  al.  [59] a été d’utiliser des exercices thérapeutiques pour faciliter
le contrôle de la pression sanguine artérielle (PSA) afin d’améliorer l’endurance
aérobie, les mètres parcourus et le contrôle du poids. L’étude est prospective et
comparée (pré- et post-intervention). Cinq cas, tous des hommes, avec un âge
moyen de 58,2 ans (standard deviation ou SD : 12,21) et un IMC de 32,952 (SD :
3,93) kg/m2, ont été inclus dans une étude multidisciplinaire intitulée « étude de
biomarqueurs chez des patients présentant une résistance aux traitements anti-
hypertenseurs » et ont effectué un programme d’entraînement de marche nor-
dique. Le principal résultat a été l’amélioration du TM6 qui était de  16,4  m (P
> 0,05). Les autres résultats étaient la capacité fonctionnelle (VO2peak : au pic et
VO2AT : au seuil aérobie), le contrôle du poids et la conformité du programme. Le
VO2 au pic initial était de 14,22 ± 2,64 mL/kg/min (64,6 %), avec une amélioration
de 1,72 mL/kg/min après le programme. Il n’y a eu aucune amélioration de VO2AT
au seuil aérobie. Il y a eu une amélioration significative du poids et de l’IMC après
l’intervention. La conformité du programme était de 86,25 % ± 9,27. Le pic de PSA
systolique à l’effort maximal s’est amélioré dans tous les cas après le programme.
Les auteurs concluent que la marche nordique est un excellent exercice thérapeu-
tique chez les patients atteints d’HTAR, car elle améliore le contrôle de la PSA à
l’effort (au repos aussi, on peut le penser vu que cela fonctionne avec la pratique
de la marche sans bâtons, mais la preuve reste à faire en marche nordique), le
contrôle du poids et la capacité d’exercice dans cette population à risque.

À retenir
La marche nordique pourrait remplacer ou compléter l’usage du cyclo-ergo-
mètre en réadaptation cardiaque de façon aussi efficace pour les patients
insuffisants cardiaques, coronariens en centre de rééducation puis dans leur
quotidien. Pour les artéritiques, les bénéfices sont nets sur la consommation
d’oxygène, le périmètre de marche et sur les douleurs. Pour les hypertendus,
on a peu d’études, mais vu les résultats en marche classique et en marche
nordique chez des sujets résistants en trithérapie, on peut recommander la
marche nordique chez les sujets avec tous les types d’HTA.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 99

Diabète, surpoids, obésité


Diabète
Conseiller la marche nordique aux patients diabétiques de type 2 (DT2) semble
aujourd’hui une évidence pour tous les thérapeutes ; en réalité, il reste beaucoup
de travaux à réaliser pour en confirmer l’intérêt. Gram et al. [60] ont étudié l’inté-
rêt de la marche nordique versus des conseils standard d’activités physiques. Cette
étude en simple aveugle, randomisée et contrôlée comprenait 4 mois d’étude et
8 mois de suivi ; elle incluait 78 patients DT2 (37 hommes et 31 femmes) répartis
en trois groupes : marche nordique (MN ; n = 22), prescription standard d’exercice
(PSE ; n = 24) et groupe contrôle (GC ; n = 22). Les résultats, en particulier sur le
taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) qui reflète les six derniers mois du taux de
glycémie sanguine, sont non concluants, ils n’ont pas montré de différences entre
les trois groupes. En revanche, le taux de masse grasse mesuré par une technique
de référence – absorptiométrie biphotonique ou dual energy X-ray absorptio-
metry (DEXA) – avait bien diminué dans le groupe MN au 4e mois  [−1,0 kg (inter-
valle de confiance ou IC 95 % : −1,7 à 0,1)] et après 12 mois dans les deux groupes
MN [−1,8 kg (IC 95 % : −3,2 à −0,4)] et PSE [−1,5 kg (IC 95 % : −2,9 à −0,05)]. Cette
étude montre qu’avec un programme de 4  mois de marche nordique à inten-
sité modérée et un programme de marche classique, le taux d’HbA1c n’a pas été
modifié, ceci est en contradiction avec de nombreuses autres études sur l’activité
physique comme l’étude finlandaise DPP qui montrait sur une large population
une amélioration du taux de l’HbA1c par la marche classique[61]. On peut penser
que prochainement des études bien menées utilisant la marche nordique mon-
treront un effet bénéfique de diminution de l’HbA1c pour les patients DT2.
L’équipe suédoise de Fritz [62] a étudié, de 2006 à 2008, les effets de 4 mois de
marche nordique chez 212  sujets  : 128  normo-tolérants au glucose, 34  prédia-
bétiques et 50 diabétiques de type 2 en surpoids sans comorbidités cardiaques
âgés de 61 ans en moyenne (57–64), avec un IMC moyen de 29 (27,5–32) kg/m2
donc classés de surpoids à obésité. Après randomisation, il a été créé un groupe
contrôle de 125 personnes qui n’ont rien changé à leurs habitudes de vie et un
groupe actif de 87 personnes engagées dans un programme de marche nordique
présenté initialement par un instructeur puis non supervisé, de 5 h/semaine sur
4 mois. Tous les participants ont rempli un autoquestionnaire sur leurs activités
physiques et leur qualité de vie avant et après les 4 mois. Aucune intervention sur
le côté nutritionnel n’a été réalisée.
Les résultats de qualité de vie ont été meilleurs que ceux de la population générale
en Suède sur 13 items, la qualité du sommeil et l’IMC ont été améliorés chez les
sujets du groupe marche nordique avec une tolérance au glucose normale et des
douleurs musculosquelettiques de très faible à faible intensité ont été déclarées
par rapport au groupe contrôle. Les prédiabétiques et les diabétiques n’ont eu
aucune modification de leur poids, ils ont déclaré mieux dormir après les 4 mois
de marche nordique. Les prédiabétiques et les diabétiques du groupe contrôle
100 Marche nordique et santé

ont déclaré moins bien dormir. La seule conclusion de ce travail est que la marche
nordique (comme l’activité physique de type développement aérobie en général)
est un facteur d’amélioration de la qualité du sommeil des sujets sains comme
des sujets diabétiques de type 2 [62]. Au final, cette étude est peu intéressante
concernant le rapport entre marche nordique et diabète, ce que reconnaissent
les auteurs qui citent les limitations de leur travail sur ce domaine précis ; en effet,
le nombre de sujets réellement diabétiques est faible, il n’y a que très peu de DT2
traités par médicament, pas de complications associées, le niveau d’activité phy-
sique de base est très disparate dans le groupe des DT2, la marche nordique n’a
pas été supervisée… Ici, nous avons un très bon exemple d’une analyse faite par
les auteurs eux-mêmes, permettant d’avoir une lecture critique.
Le travail plus récent de Sentinelli et al. [63] va dans le sens de l’intérêt de la marche
nordique. L’objectif de cette étude était d’évaluer les effets de l’entraînement
de marche nordique structuré dans un groupe de patientes avec un DT2, en
observant les changements des variables anthropométriques, métaboliques et
bioélectriques avant et après la phase d’activité. Un suivi de 6 mois après la fin
du programme a été également réalisé. Vingt femmes avec un DT2, dont l’âge
était de 40 à 65 ans, ont été recrutées. Les participantes ont été randomisées en
deux groupes : (1) 10 femmes dans le groupe qui pratique la marche nordique,
(2) 10 femmes bénéficiant seulement de conseils à exercer une activité physique
(groupe de témoins). Les résultats montrent que les femmes diabétiques partici-
pant à 12 semaines de programme structuré de marche nordique ont obtenu une
réduction significative de l’HbA1c (−0,7 %), de l’IMC (−0,8 kg•m−2) et du poids
corporel (−2,4 kg), et une augmentation significative du taux de HDL cholestérol
(5,8 mg•dL−1). La force de préhension a été significativement améliorée (4,3 kg). À
la phase de suivi, on s’en doutait, tous les changements sont retournés aux valeurs
de base. Cette étude a montré qu’un programme de marche nordique supervisé
détermine une amélioration significative des paramètres métaboliques et anthro-
pométriques dans les femmes avec DT2.
Le travail de Fritz T. et al. en 2013 [64] a étudié les effets de la marche nordique
sur les facteurs de risque cardiovasculaires chez des personnes en surpoids diabé-
tiques, prédiabétiques ou normoglycémiques. Ils ont inclus 213 individus, âgés de
60 ± 5,3 ans et ayant un IMC de 30,2 ± 3,8 kg/m. Parmi ceux-ci, 128 avaient une
tolérance au glucose normale (NGT), 35 avaient une tolérance au glucose altérée
(IGT) et 50 avaient un DT2. Les participants ont été randomisés pour une activité
physique inchangée ou pour 5 h/semaine de marche nordique avec bâtons, pour
une période de 4 mois. Les habitudes alimentaires n’ont pas été modifiées. L’IMC,
le tour de taille, la pression artérielle, la tolérance au glucose, le débit d’absorption
maximale d’oxygène (pic VO2max) et l’activité physique autodéclarée (question-
naire) ont été évalués au moment de l’inclusion et après 4 mois. Les participants
du groupe exercice–intervention ont tenu un journal de marche.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 101

Dans le groupe d’exercices NGT, l’AP autodéclarée a augmenté de façon marquée


et le poids corporel (−2,0 ± 3,8 kg), l’IMC (−0,8 ± 1,4 kg/m) et le tour de taille (−4,9
± 4,4 cm) ont diminué. La puissance de sortie (12,9 ± 9,9 W) et le pic de VO2max
(2,7 ± 2,8 mL/kg/min) ont augmenté dans le groupe d’exercices IGT. Davantage
de facteurs de risque cardiovasculaires ont été améliorés après une intervention
physique chez les personnes atteintes de NGT par rapport à celles atteintes d’IGT
ou de DT2. La capacité d’exercice s’est considérablement améliorée dans les trois
groupes de participants qui ont rapporté au moins 80  % de conformité avec
l’exercice prévu.
Fritz T. et al. [64] confirment les effets anthropométriques et sur la capacité d’exer-
cice (exprimé en VO2max) déjà décrits chez les pratiquants de marche nordique
non diabétiques ; chez les sujets avec DT2, ils sont moins affirmatifs. En effet, ils
notent que la marche nordique non surveillée peut ne pas fournir une augmenta-
tion suffisante de l’intensité de l’exercice permettant d’obtenir des bénéfices pour
la santé sur les paramètres cardiovasculaires évalués dans cette étude, en particu-
lier pour ceux dont la régulation du glucose est perturbée.
Dans son travail de thèse en 2014 à l’université d’Helsinki, Wasenius [65] a, quant
à lui, examiné les possibilités d’augmenter l’activité physique bénéfique pour la
santé. Les principaux objectifs de cette étude étaient d’étudier :
■ les effets d’une intervention de réadaptation en milieu hospitalier de 13 jours

et d’une intervention d’exercice de  12  semaines sur l’intensité et le volume de


l’activité physique totale quotidienne et sur ses sous-catégories ;
■ l’effet de l’exercice–intervention sur les facteurs de risque du DT2 ;

■ l’effet de l’activité physique non structurée pendant les loisirs sur la réponse à

l’entraînement physique.
L’étude se composait de deux cohortes distinctes. Le premier ensemble de don-
nées incluait des sujets (n = 19, 16 femmes et 3 hommes) souffrant de douleurs
chroniques au cou ou aux épaules et ayant participé à des interventions de réa-
daptation active. Le second ensemble de données comprenait 144  hommes
d’âge moyen en surpoids ou obèses avec une régulation altérée du glucose qui
ont été répartis au hasard dans un groupe témoin sans exercice (C), un groupe
de marche nordique et un groupe d’entraînement de résistance de type puis-
sance  (RT). Pendant l’intervention de 12  semaines, les groupes d’exercices ont
effectué des exercices supervisés structurés 3 fois/semaine pendant 60 min. Dans
les deux ensembles de données, l’intensité et le volume d’activité physique ont été
mesurés en équivalents métaboliques des tâches (MET) et MET-heures avant et
pendant les interventions avec des combinaisons de mesures objectives, d’agen-
das et de questionnaires. Dans le second ensemble de données, les changements
dans le métabolisme du glucose, des lipides et des enzymes hépatiques, les adi-
pocytokines, la composition corporelle, la pression artérielle, la capacité physique
et l’apport alimentaire ont été mesurés avec des méthodes standard. Les mesures
ont été effectuées avant et après l’intervention. Aucune augmentation du volume
102 Marche nordique et santé

d’activités physique totale n’a été observée avec l’une ou l’autre intervention. La
rééducation et l’intervention marche nordique ont augmenté le volume d’activi-
tés physique pendant les loisirs (LTPA). L’augmentation hebdomadaire du volume
de LTPA total (exercices structurés + LTPA non structurés) était associée à une
diminution du volume de non-LTPA (autre que l’exercice structuré ou l’exercice
non structuré). Comparé au groupe témoin, le groupe marche nordique a sur-
tout eu des effets bénéfiques sur le tissu adipeux corporel et les adipocytokines
(leptine et chimérine) associés à la régulation du métabolisme des lipides et du
glucose. L’intensité de l’activité physique non structurée au cours de l’intervention
d’exercice a été expliquée de façon indépendante à 10 %, 9 % et 7 % de la variation
respectivement du changement de la vitesse de marche, du poids corporel et de
l’IMC. Cet effet a été observé surtout après le seuil d’intensité de 6,3 MET (77 % de
la capacité physique maximale). Ainsi, les interventions visant à augmenter l’acti-
vité physique n’augmentent pas automatiquement le volume d’activité physique
en raison de la compensation entre les différentes formes d’activité physique. La
pratique de la marche nordique (bien mieux que celle d’un travail de renforce-
ment musculaire seul) peut cependant augmenter le volume de LTPA chez des
sujets en surpoids ou obèses et diabétiques, ce qui peut par la suite avoir un effet
bénéfique sur la santé et sur les facteurs de risque du DT2. L’auteur conclut que
dans le futur une meilleure compréhension de la régulation de l’activité physique
en réponse à l’entraînement pourra également augmenter la spécificité du dosage
d’activité physique et, je rajouterai, favoriser l’individualisation des prescriptions
de marche nordique.

À retenir
La marche nordique est un outil intéressant, accessible et facilement toléré
pour l’activité physique des diabétiques. Au minimum, elle agit autant que
la marche classique, en particulier sur les paramètres de composition cor-
porelle et sur le métabolisme du glucose et des lipides. Toutefois, il reste
encore des études à faire pour le prouver totalement chez l’homme et la
femme, mais les bénéfices semblent évidents sur les paramètres métabo-
liques et anthropométriques des femmes avec un DT2, en particulier sur la
masse grasse et le HDL-cholestérol. Pour l’impact de la marche nordique sur
l’HbA1c, il y a encore des travaux à mener, mais la marche classique étant
efficace, la preuve de sa diminution grâce à la marche nordique chez les dia-
bétiques ne saurait tarder.

Surpoids, obésité
Dans leur étude sur les patients obèses, Figard-Fabre et al. [66] ont examiné sur
11  femmes obèses (IMC moyen 33,1) l’effet pendant 4  semaines de 5  min de
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 103

marche à raison de 4 fois/semaine avec et sans bâtons à 4 km/h (1,1 m/s) à des


dénivelés différents. Comme nous l’avons déjà vu chez des sujets au poids normal,
cette étude retrouve une augmentation de la fréquence cardiaque, du VO2max (p
< 0,001), de la dépense énergétique (p < 0,022) et de la diminution de la difficulté
perçue de l’effort (p < 0,031) comparée à de la marche classique. Selon l’auteur,
une fois la technique de marche maîtrisée, la perception de l’effort s’améliore et
rend la marche nordique très intéressante chez ces patients en surpoids. Une
autre étude de la même équipe [67] a montré sur 23 femmes obèses (IMC moyen
33,3) que 30 min 3 fois/semaine sur 3 mois de marche nordique permettaient de
diminuer l’IMC (p < 0,011) et la PSA (p < 0,001).
Muollo et  al.  [68] ont lancé une étude longitudinale comparant l’effet de la
marche nordique à une autre forme d’exercice habituelle, comme la marche.
Ils ont évalué les effets de l’alimentation combinée à un entraînement marche
nordique/marche sous surveillance prolongée sur la composition corpo-
relle, la capacité aérobie et la force chez des adultes en surpoids. Trente-huit
participants ont été randomisés en un groupe marche nordique (n = 19, 66
± 7 ans, IMC = 33 ± 5) et un groupe marche (n = 19, 66 ± 8 ans, IMC = 32 ± 5) et
ont suivi un régime et un programme d’entraînement supervisé 3 fois/semaine
pendant 6 mois. Les variables évaluées au départ, après 3 et 6 mois, étaient les
indices anthropométriques (IMC et tour de taille ou TT), la composition cor-
porelle, la capacité aérobie (débit de consommation d’oxygène (VO2peak), la
puissance de crête (PPO), le TM6 et la force (contraction volontaire maximale
du biceps brachial [MVCBB] et du quadriceps femoris [MVCQF], support de
chaise et boucle de bras [AC]).
Les résultats après 6 mois ont montré que les groupes marche nordique et marche
ont diminué de manière significative l’IMC (6 % et 4 %, respectivement) et le TT
(8 % et 4 %, respectivement), mais seul le groupe marche nordique a réduit (P
< 0,05) la graisse corporelle totale (8 %), la graisse androïde (14 %) et la graisse des
jambes (9 %). Après 6 mois, la PPO a augmenté (P < 0,05) dans les deux groupes,
mais VO2peak s’est amélioré (P < 0,05) uniquement dans le groupe marche nor-
dique (8 %). Après 6 mois, TM6 a augmenté (P < 0,001) dans les deux groupes et
seul le groupe marche nordique s’est amélioré (P < 0,05) dans la force : MVCBB
(14 %), MVCQF (17 %) et AC (35 %).
Ce qui est intéressant dans ce travail, c’est la confirmation que la marche
nordique peut améliorer certains paramètres de santé pertinents, avec plus
d’effet et plus rapidement que la marche simple. Ainsi, cette étude a mon-
tré que les deux formes d’exercices pouvaient être bien tolérées pendant de
longues périodes d’entraînement supervisées chez des adultes en surpoids
et obèses. Ceci est pertinent car dans ce type d’étude interventionnelle en
population en surpoids ou obèse, la principale difficulté est de maintenir
un haut niveau d’adhésion, même si le programme d’exercices est encadré.
104 Marche nordique et santé

Figure 6.4. Exemple de marche nordique.

Cependant, les résultats ont révélé que lorsque le programme d’exercices


est associé à un régime, le programme de marche nordique peut offrir des
avantages supplémentaires par rapport au programme régime + marche. La
marche nordique peut :
■ être un outil approprié pour les patients présentant un excès de graisse abdo-

minale : par conséquent, elle peut réduire les facteurs de risque cardiovasculaires ;
■ augmenter l’intensité de l’exercice tolérée même avec une fatigue, encoura-

geant les sujets ayant un faible niveau de forme physique à maintenir la dose
minimale d’exercice recommandée ;
■ augmenter la force musculaire, tout en préservant la masse musculaire et en

neutralisant les effets néfastes du vieillissement/de l’obésité sur la force isomé-


trique maximale ;
■ entraîner des changements plus rapides de certains paramètres liés à l’exercice

(figure 6.4).

À retenir
Les études portant sur marche nordique, surpoids et obésité sont toutes
convaincantes. On retrouve un effet positif avec la marche nordique chez
des sujets obèses ou en surpoids. En revanche, il n’est pas très important, de
l’ordre d’une diminution de 1 à 2 kg à raison de 3 séances/semaine sur 3 à
4 mois. Mais souvent dans ces études, l’intensité exacte de travail n’est pas
connue et elles ne dépassent pas 4 mois, donc qu’en est-il de l’effet à long
terme ? Il est clair que l’effet s’accentue avec une modification dans le sens
de l’équilibre alimentaire associé à la marche nordique.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 105

Des travaux nombreux sur la marche sans bâtons sur une durée plus longue
semblent conforter l’intérêt d’une marche à haute intensité dite marche rapide sans
bâtons sur l’IMC des patients en situation de surpoids ou d’obésité : l’extrapolation
avec la marche nordique n’est pas connue mais semble probable. Les questions de
la régularité, de la vitesse et de l’intensité de la marche avec bâtons restent donc
ouvertes pour la perte de poids surtout si on souhaite un effet durable.

Maladies neurologiques
Maladie de Parkinson
Parmi les maladies neurodégénératives, la maladie de Parkinson est la deuxième
la plus fréquente dans le monde après la maladie d’Alzheimer. Chez le patient
parkinsonien, l’activité physique et sportive est limitée par les difficultés motrices
(bradykinésie, instabilité posturale), l’asthénie, la perte d’initiative et les symp-
tômes dépressifs. Toutefois la marche nordique est de plus en plus utilisée en
rééducation et a toute sa place en complément de la prise en charge en tant que
thérapeutique non médicamenteuse. La littérature dans ce domaine est relative-
ment importante concernant la marche nordique.
Van Eijkeren et al. [69] ont montré, après 6 semaines de marche nordique (60 min
2 fois/semaine) chez 19 parkinsoniens, une amélioration de leur condition phy-
sique et de leur qualité de vie en comparaison avec un groupe contrôle sédentaire.
Les résultats des tests utilisés classiquement comme la vitesse de marche au test
des 10 m, le temps du get-up-and-go-test, le TM6, le questionnaire de qualité de
vie PDQ-39 (39-item Parkinson’s Disease Quotation) ont été améliorés et en plus les
bénéfices ont duré au moins 5 mois.
Fritz et al. [70] ont analysé la capacité chez des patients parkinsoniens à se lever et s’as-
seoir à l’aide du test sit-to-stand (STS). En effet, les patients parkinsoniens ont des diffi-
cultés à coordonner les mouvements, un équilibre perturbé et des difficultés à stabili-
ser leur centre de gravité en se relevant d’une position assise avec les muscles du tronc
et des cuisses. Les mouvements de rotation ou de retournement sont aussi difficiles.
Des stratégies de compensation existent. Cette étude a regardé si un entraînement à
la marche nordique (12 semaines en période « on ») pouvait influencer les résultats au
test STS. Effectivement, une amélioration des résultats a été notée. Les sujets parkinso-
niens réentraînés débutent le mouvement de se lever en se penchant moins en avant
et stabilisent mieux leur tronc lors de l’élévation verticale. Ils se lèvent plus vite et leur
centre de gravité se déplace plus vite en horizontal et en vertical. Les résultats obtenus
pendant une période « on » semblent transférables en période « off ».
Dans leur travail de 2011, Reuter et al. [71] ont suivi 90 sujets parkinsoniens pendant
24 semaines : ils leur proposaient 70 min de marche nordique 3 fois/semaine et ont noté
une nette amélioration de la vitesse de marche (p < 0,02) et de la distance (p < 0,001).
Plus récemment, en 2017, Bang et Shin [72] ont évalué les effets thérapeutiques
de la marche nordique versus la marche sur un tapis roulant sur la f­onction
106 Marche nordique et santé

d’équilibre et la capacité de marche des personnes atteintes de maladie de


Parkinson. Vingt participants avec un UPDRS (unified Parkinson disease rating
scale = classification du patient parkinsonien utilisée internationalement) de
stade 1 à 3 sur l’échelle de Hoehn et Yahr ont été répartis au hasard entre le
groupe d’entraînement à la marche nordique et le groupe d’entraînement sur
tapis roulant (TR), avec dix participants par groupe. Les résultats mesurés com-
prenaient la sous-échelle motrice de l’échelle de notation unifiée de la maladie
de Parkinson (UPDRS-moteur), la Berg balance scale (BBS), le test timed up and
go (TUG), le test de marche de 10 mètres (10 meter walk test ou 10mWT) et
le TM6. Ils ont obtenu une amélioration de toutes les mesures à partir d’une
intervention pré-post2 dans les deux groupes (p < 0,05). Après l’intervention,
il y avait une différence significative entre les groupes sur les résultats mesurés
(p <  0,05). Le groupe de marche nordique a présenté une amélioration plus
importante de l’UPDRS-moteur (p = 0,006  ; IC 95  %  : 0,825–4,374), du BBS
(p = 0,002 ; IC 95 % : 1,307–5,092), du TUG (p = 0,048 ; IC 95 % : 0,028–2,582),
du 10mWT (p = 0,047 ; IC 95 % : 0,108–2,306) et du TM6 (p = 0,003 ; IC 95 % :
20,302–42,097) par rapport au groupe TR.
Tous ces résultats fournissent des preuves des avantages thérapeutiques de la
marche nordique par rapport à la marche sur un tapis roulant pour améliorer la
fonction d’équilibre et la capacité de marche chez les personnes atteintes de la
maladie de Parkinson.
Un autre travail important de revue de la littérature (36 articles et seulement
5  retenus) a été réalisé par une équipe brésilienne en 2016  [73]. Elle a noté
des effets positifs de programmes de marche nordique à intensité modérée
et élevée – avec au minimum 12  séances de  60  min sur une période de  6
à 24 semaines – sur la sévérité, la démarche, l’équilibre, la qualité de vie, la capa-
cité fonctionnelle et la fonction motrice chez les patients atteints de maladie
de Parkinson. Malheureusement, comme on l’a déjà signalé plus globalement
sur la littérature concernant la marche nordique, l’équipe brésilienne note que
la plupart des études incluses et non retenues présentaient une faible qualité
méthodologique selon l’échelle PEDro comme cela a aussi été noté par Shu
et al. [74] et Shulman et al. [75] avec notamment le manque d’évaluateurs à
l’aveugle, de groupes contrôles et d’échantillons souvent de taille inadéquate
(tableau 6.3).
Cette revue fournit des preuves que la marche nordique réduit le score moteur
de l’UPDRS et montre les effets positifs sur la gravité de la maladie de Parkin-
son en raison des activités spécifiques du programme de marche nordique.

2 Dans les études pré-post, l’ampleur de l’effet est déterminée par la différence entre une mesure
avant et une mesure après l’intervention. Pour pouvoir tirer une conclusion valide, il est nécessaire
de comparer avec un groupe dans lequel l’intervention n’est pas appliquée et de corriger pour tenir
compte des facteurs de confusion.
Tableau 6.3. Échelle de qualité PEDro pour les essais contrôlés randomisés éligibles selon Cascaes da Silva
Allo- Similaire Analyse Compa- Mesures
Premier Critère cation Allo- à la base Évalua- < 15 % des inten- raisons ponctuelles
auteur, d’elligi- aléa- cation de réfé- Sujets Médecins teurs d’aban- tions de entre et données
année bilité toire cachée rence aveugles aveugles aveugles dons traitement groupes de variabilité Total
Baatile, 2000  1a 0 0 1 0 0 0 1 0 0 1 3
[76]
Van Eijkeren, 1a 0 0 1 0 0 0 0 0 1 1 3
2008  [69]
Ebersbach, 1a 1 0 1 0 0 1 1 0 1 1 6
2010  [78]
Reuter, 2011  1a 1 1 1 0 0 1 0 0 1 1 6
[71]
Fritz, 2011  1a 0 0 1 0 0 0 0 0 1 1 3
[62]
aLecritère 1 n’est pas pris en compte pour le résultat final car il s’agit d’un élément qui évalue la validité externe.
Source : SILVA, Franciele Cascaes da et al. Effects of Nordic walking on Parkinson’s disease: a systematic review of randomized clinical trials. Fisioter. Pesqui., São Paulo, v. 23, n. 4, p. 439-447,
Dec. 2016. Available from <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1809-29502016000400439&lng=en&nrm=iso>. access on 15 Jan. 2021. https://doi.org/10.1590/1809-
2950/15861023042016.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales
107
108 Marche nordique et santé

Les auteurs ont également observé une augmentation de la vitesse de marche,


une amélioration de la variabilité de la longueur de la foulée et une diminution
du temps de foulée après la fin de l’entraînement. Ces améliorations ont un
impact majeur sur la mobilité et la capacité fonctionnelle des patients atteints
de la maladie de Parkinson. Les pratiquants de marche nordique montrent
un recrutement des groupes musculaires et une plus grande conscience cor-
porelle. L’utilisation de bâtons de marche facilite également la promotion de
cette activité en raison de la stabilité apportée par l’équipement. La marche
nordique améliore l’équilibre, la fonction motrice et la forme fonctionnelle des
patients atteints de la maladie de Parkinson. Ces améliorations sont probable-
ment dues à l’implication significative des muscles des membres supérieurs,
des épaules et du torse et des muscles posturaux, des stabilisateurs vertébraux
et des muscles abdominaux pendant la marche nordique, ce qui permet une
plus grande flexibilité et mobilité de la colonne vertébrale. Ces données sont
pertinentes parce que les patients atteints de la maladie de Parkinson qui ont
du mal à marcher ont des taux de survie inférieurs à ceux qui peuvent pré-
server ces fonctions. Les troubles de la marche, le sexe (masculin), le déclin
cognitif, l’instabilité posturale ou la présence de symptômes psychotiques sont
des marqueurs importants de la diminution de la survie des patients atteints
de la maladie de Parkinson.
Sur la qualité de vie (QV) des pratiquants de marche nordique ayant la maladie de
Parkinson, Baatile et al. en 2000 ont fait une étude d’observation sur 8 semaines
(40 min de marche, 3 fois/semaine) chez six hommes parkinsoniens et montré
une amélioration de leur indépendance fonctionnelle et de leur QV avec deux
questionnaires spécifiques à cette maladie  : UPDRS (p <  0,026) et PDQ-39 (p
< 0,028) [76].
La QV s’est aussi améliorée dans plusieurs études [69, 71, 77], mais pas dans le tra-
vail d’Ebersbach et al. [78]. Ces derniers n’ont signalé aucune différence significa-
tive sur la QV entre les groupes d’entraînement intense, de marche nordique et le
groupe contrôle inactif. Ces résultats sont probablement liés à la durée de l’expé-
rience. En effet, l’amélioration de la QV s’est produite dans des programmes d’exer-
cice de plus longue durée au moins 24 semaines contre seulement 8 semaines
d’entraînement chez Ebersbach et al.
Les auteurs  [69, 71, 77], hormis Ebersbach et  al.  [78], concluent que les symp-
tômes neurologiques de la maladie de Parkinson sont progressifs et incurables
mais potentiellement améliorables temporairement et que ces résultats sou-
lignent qu’un mode de vie actif et une meilleure qualité et perception de la vie
sont extrêmement importants pour les patients atteints de la maladie de Par-
kinson. La marche nordique offre un moyen sûr et efficace d’améliorer l’activité
physique et les symptômes moteurs et non moteurs chez les patients atteints de
maladie de Parkinson [73].
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 109

Ainsi, toutes les études ne sont pas en faveur d’une amélioration des symptômes
des patients utilisant la marche nordique, Ebersbach et al. [78] ont comparé une
technique de rééducation utilisant des mouvements de grande amplitude et un
entraînement intense (BIG training) chez des sujets atteints de la maladie à des
stades moyen ou modéré avec un groupe faisant de la marche nordique et à un
groupe faisant des exercices à domicile non supervisé avec 16 h d’effort réparti sur
4 semaines pour le groupe BIG et sur 8 semaines pour le groupe marche nordique.
Le score UPDRS a été bien amélioré dans le groupe BIG : −5,05 (SD : 3,91) contre
une très légère détérioration de 0,58 (SD : 3,17) dans le groupe marche nordique
et une importante diminution dans le groupe non supervisé : 1,68 (SD : 5,95). Le
groupe BIG a été meilleur que les deux autres groupes sur les tests fonctionnels
TUG et 10mWT.
La variabilité et la qualité des résultats des études, comme on l’a déjà noté avec
l’équipe de da Siva [73], a aussi intéressé Herfurth et al. [79]. Ces derniers se sont
interrogés en 2015 sur l’absence de cohérence dans les résultats de ces études
d’impact de la marche nordique dans la maladie de Parkinson. Ils ont alors émis
l’hypothèse que cela pouvait être dû aux différentes cohortes étudiées et à
l’hétérogénéité de leurs symptômes de maladie de Parkinson qui ont un impact
sur l’issue de la pratique en marche nordique.
Au-delà de remettre en cause la qualité des études d’avant 2014, Herfurth et al.
ont décidé de déterminer les facteurs prédictifs d’un effet positif de la marche
nordique sur la maladie de Parkinson et de voir s’ils pouvaient expliquer des diffé-
rences dans les résultats antérieurs.
Le résultat principal était de définir les paramètres démographiques et associés
à la maladie de base qui distinguent les patients démontrant une amélioration
de la partie motrice de l’UPDRS après une formation en marche nordique (U+)
des patients sans amélioration après la même intervention (U−). Les paramètres
potentiellement prédictifs étaient  : l’âge, l’âge au début, la durée de la maladie,
la vitesse de marche, la longueur du pas, le nombre de pas quotidiens, la par-
tie UPDRS-moteur, la BBS, le Parkinson neuropsychometric dementia assessment
(PANDA), le verbal fluency test et la Beck depression inventory II (BDI-II).
Vingt-deux patients atteints de maladie de Parkinson (aux stades  2 et  2,5 de
l’échelle de Hoehn et Yahr) ont effectué 12  semaines de formation en marche
nordique ; 18 patients ont été inclus dans l’analyse finale. Dans l’ensemble, la par-
tie UPDRS-moteur ne s’est pas améliorée de manière significative, cependant
8 patients ont eu une amélioration de la partie UPDRS-moteur de la ligne de base
à la fin de l’étude (U+). En comparant les facteurs potentiellement prédictifs de
la cohorte U+ avec ces 10 patients qui ne se sont pas améliorés (U−), il y avait
une différence notable dans la vitesse de marche et la longueur de pas, et il a été
montré une corrélation significative avec une amélioration des scores des parties
UDPRS-moteur.
110 Marche nordique et santé

Herfurth et al. ont conclu que la vitesse de la marche et la longueur du pas pou-
vaient prédire le résultat de l’entraînement en marche nordique tel que déterminé
par la partie motrice UPDRS, ce qui indique que les patients ayant une maladie de
Parkinson avec une performance de marche seulement légèrement altérée béné-
ficieraient le plus de la pratique en marche nordique.
En pratique, en France, les services de soins de suite et de rééducation neuro-
logique commencent à s’intéresser à la marche nordique dans la maladie de
Parkinson. L’équipe de Bannier l’utilise en entretien articulaire et musculaire, en
réadaptation à l’effort mais également à visée d’amélioration des symptômes
parkinsoniens et de possibles effets neuroprotecteurs. Selon elle, la marche nor-
dique permet un travail de marche volontaire nécessitant la réalisation de mou-
vements coordonnés de grande amplitude avec un bénéfice documenté tant
sur les échelles de qualité de vie que sur les échelles motrices comme la vitesse
de marche [80].

À retenir
Le sujet « maladie de Parkinson et marche nordique » a bénéficié de plu-
sieurs études dont une revue récente de la littérature. L’intérêt de cette
pratique de marche nordique semble important sur le plan psychologique
et la qualité de vie. Les effets sur les caractéristiques de la marche du sujet
parkinsonien sont assez évidents sur la capacité fonctionnelle et motrice :
l’équilibre postural, la force des membres, la longueur du pas, la vitesse de
marche et la durée de marche, donc la distance parcourue, progressent
chez les pratiquants de marche nordique. De même l’UPDRS progresse. Une
étude tend à montrer qu’un entraînement plus intensif et plus en résistance
donnerait encore de meilleurs résultats fonctionnels, d’où l’intérêt d’associer
marche nordique et renforcement musculaire dans les futurs programmes
pour patients ayant une maladie de Parkinson.
Il semble aussi nécessaire de débuter tôt la pratique en marche nordique
dans la maladie de Parkinson, car les patients ayant cette maladie avec une
performance de marche seulement légèrement altérée en bénéficieraient le
plus. Les kinésithérapeutes en ville et dans les services de soins de suite et
de réadaptation doivent utiliser cet outil de réadaptation qui suivra lors du
retour à domicile les patients qui le souhaitent : par exemple, dans les clubs
de la FFA comme cela existe déjà à Carcassonne avec France Parkinson de
l’Aude et le club d’athlétisme avec Laurent Jobard.

Accident vasculaire cérébral, hémiplégie


L’équipe d’Allet  [81] a examiné trois types différents d’aide à la marche (deux
types de cannes et les bâtons de marche nordique) sur la capacité de marche, les
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 111

paramètres temporo-spatiaux et la satisfaction de patients hémiplégiques suite


à un accident vasculaire cérébral (AVC). L’étude a inclus 25 patients à un stade
précoce de leur rééducation, non familiers avec les aides à la marche. Ils ont tous
utilisé les trois types d’aides proposées : canne 4 points, canne simple à poignée
ergonomique et bâtons de marche nordique. Le TM6 et l’analyse cinématique ont
montré une plus grande distance parcourue avec la canne simple à poignée ergo-
nomique, suivie par la canne 4 points et les bâtons de marche nordique. La vitesse
maximale était obtenue avec la canne simple à poignée ergonomique qui a aussi
été élue moyen préféré de marche par les patients. Il n’y a pas eu de différence sur
la longueur du pas de marche dans les trois groupes.
Donc cette étude conclut qu’à un stade précoce les bâtons de marche nor-
dique ne sont pas recommandés. Nous pensons personnellement qu’il serait
intéressant de faire une étude avec des patients à un stade plus avancé de
leur AVC et de différencier, selon leurs séquelles motrices (notamment des
membres supérieurs), la place de la marche nordique. Chaque hémiplégique
est différent selon son passé, ses lésions cérébrales et les études en sont d’au-
tant plus compliquées.
Récemment, Kang et  al.  [82] se sont intéressés aux programmes de forma-
tion en réadaptation post-AVC qui contenaient des éléments d’activité spor-
tive. Ayant noté que le balancement des bras est un facteur particulièrement
important dans la biomécanique de la marche, ils ont remarqué que l’utilisa-
tion de l’exercice de marche nordique avait été préconisée dans la littérature. Ils
ont alors décidé de comparer les effets de l’entraînement en marche nordique
sur tapis roulant (MNTR) et de l’entraînement sur tapis roulant sans bâtons
(TR) sur l’équilibre, les caractéristiques de la marche et les activités de la vie
quotidienne (ADL) chez des patients ayant subi un AVC et à distance de la
période aiguë.
Trente patients AVC chroniques ont été répartis au hasard dans les groupes
MNTR et TR. MNTR et TR ont été effectués pendant 30 min chaque jour, 5 fois/
semaine pendant 6  semaines. L’échelle d’équilibre de Berg, le test chronométré
d’allers et retours (TUG) et les tests posturographiques ont été utilisés pour éva-
luer l’équilibre. Le 10mWT, le TM6 et l’indice de Barthel modifié ont été utilisés
pour mesurer l’équilibre, la marche et l’activité physique du jour (ADL). Après
6  semaines d’entraînement, l’équilibre, la démarche et l’ADL se sont améliorés
de manière significative dans les deux groupes, mais le MNTR a été associé à de
plus grandes améliorations par rapport au TR pour les trois mesures. Les auteurs
ont conclu que les effets du MNTR sur l’équilibre, la démarche et l’ADL chez les
patients ayant subi un AVC étaient positifs. Les données indiquent que l’utilisation
des bâtons représentait un traitement d’appoint efficace à la pratique du tapis
roulant dans cette population.
112 Marche nordique et santé

À retenir
L’intérêt de la marche nordique chez des patients hémiplégiques reste encore
à déterminer par des études plus puissantes en termes d’analyse. L’utilisation
des bâtons de marche nordique est possible selon le déficit de l’hémiplé-
gique et sa motivation mais les conditions de pratique et les bénéfices autres
que la stabilisation posturale restent à étudier.

Sclérose en plaques
Il y a encore très peu d’études sur les liens entre marche nordique et sclérose en
plaques (SEP). Nous en détaillerons deux : l’une abordant la qualité de vie et l’autre
la cognition.
Dans un travail de 2014, Norbert et al. [83] ont étudié la dimension globale de la
qualité de vie de 28 patients atteints de SEP (expanded disability status scale ou
EDSS ≤ 6) lors d’un programme d’activités physiques adaptées à type de marche
nordique et de danse. Les paramètres de la qualité de vie (qOL) et items associés
(dépression, respect de soi, autonomie), les paramètres fonctionnels (distance/
vitesse de marche, équilibre) ont été mesurés avant et après un programme
de  12  semaines. On note une amélioration de la vitesse et de la distance de
marche sans modification de l’équilibre (p < 0,05). Concernant l’activité, les sous-
domaines de la qualité de vie (activité physique, santé physique, fonction cogni-
tive, bien-être social) sont améliorés sans modification des paramètres associés.
Les auteurs concluent que la marche nordique tout comme la danse améliorent les
dimensions de qOL des participants indépendamment des paramètres physiques
et associés. Adaptées à l’EDSS des patients, ces activités de groupe peuvent être
complémentaires dans les traitements conventionnels de la SEP.
Une autre étude a porté sur l’efficacité de l’entraînement physique (ET) sur les
troubles cognitifs  [84]. En effet, la déficience cognitive de la SEP est courante,
présente chez 40 à 60  % des patients, et est en cours de diagnostic. Actuelle-
ment, aucun traitement médicamenteux et non pharmacologique efficace n’est
­développé.
L’étude a inclus des patients du CHU de Nantes avec un EDSS compris entre 3
et 4,5. Ils ont suivi un programme de thérapie par l’exercice pendant 8 semaines,
en groupe, comprenant de l’activité physique aérobie (marche nordique, gymnas-
tique et exercice d’équilibre) et des activités récréatives (billard et boccia). Chaque
patient a été évalué avant et après une évaluation neuropsychologique, des tests
physiques et des échelles : HADS3, TLS4-coping 10. Les résultats ont été comparés
à un groupe témoin. L’objectif principal était d’améliorer la vitesse de traitement
de l’information (IPS) et l’attention, les objectifs secondaires étaient d’améliorer
3 L’échelle Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) est un instrument permettant de dépister
les troubles anxieux et dépressifs.
4 Two Life Scale (TLS) : nouvelle échelle de coping validée et spécifique pour la SEP.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 113

les fonctions exécutives (EF), la mémoire de travail (WM) et les facteurs psycholo-
giques (dépression, anxiété et adaptation).
Dix-neuf patients ont été inclus, neuf dans le groupe ET et dix dans le groupe
témoin. Un patient a été perdu de vue. Il y a un effet ET sur l’attention et l’IPS
(score T Stroop couleur5 : p = 0,045, nombreuses erreurs Stroop mot : p = 0,034),
l’anxiété (score HADS-A6  : p = 0,028), l’adaptation (score d’adaptation TLS  10  :
p = 0,011). Aucun résultat significatif sur les autres fonctions cognitives (WM et
EF) et la dépression n’a été trouvé.
Au final, dans cette étude sur un petit nombre de participants, la pratique d’acti-
vité physique dont la marche nordique semble avoir eu un effet positif sur les
troubles cognitifs, avec une attention et une vitesse de traitement de l’informa-
tion améliorées, ainsi que sur l’anxiété et l’adaptation [84].
Sur le plan fonctionnel, de plus en plus de publications confirment l’intérêt de l’exer-
cice physique, séparément ou en combinaison en mode aérobie (endurance) et
avec des exercices de renforcement musculaire (résistance), pour améliorer la qua-
lité de vie des patients atteints de SEP en diminuant la fatigue et en améliorant la
capacité d’exercice. Aucune ne mentionne la marche nordique comme outil, mais
en pratique beaucoup d’associations de patients recommandent la marche nor-
dique et beaucoup de clubs sportifs ont des adhérents porteurs de SEP encore actifs.

À retenir
Aucune donnée spécifique à la marche nordique n’est aujourd’hui indivi-
dualisable dans la littérature, mais l’idée que la marche nordique en tant
qu’outil d’activité physique en endurance et de résistance pourrait être uti-
lisée pour la réadaptation par l’activité physique des porteurs de SEP encore
autonomes à la marche est déjà une réalité sur le terrain des clubs sportifs et
associations de patients.

Atteintes de l’appareil locomoteur et troubles


musculosquelettiques
Arthrose
Bien que l’intérêt de la marche nordique pour l’arthrose soit souvent cité, nous
n’avons retrouvé aucune étude scientifique ou médicale spécifique à ce sujet.
On sait que la marche classique est une activité physique favorable à l’entretien
de la trophicité musculaire et cartilagineuse [21]. Il restera à le prouver avec la
marche nordique, même si en pratique et en dehors des poussées congestives, il

5 La tâche Stroop mesure l’interférence émanant de la dénomination de la couleur de l’encre de


mots désignant eux-mêmes une autre couleur (par ex., le mot « bleu » écrit en rouge).
6 A pour anxiété.
114 Marche nordique et santé

semble évident de proposer la marche nordique à des patients arthrosiques sans


ankylose, sans diminution d’amplitude articulaire. Comme nous l’avons vu plus
haut (voir Aspects biomécaniques : comment marche-t-on avec des bâtons à la
main ?), l’utilisation des bâtons pour réduire la charge sur le genou tout en per-
mettant une activité physique accrue est possible même si toutes les études réa-
lisées à ce jour ne confirment pas cet effet. Au stade chirurgical, la marche nor-
dique n’a aucun intérêt, elle redevient intéressante en postopératoire dès que la
reprise de marche classique est acquise, que ce soit en cas de prothèse (hanche,
genou, cheville) ou de chirurgie conservatrice (ostéotomie tibiale, resurfaçage de
hanche…).
L’équipe canadienne de Bechard  [85] a essayé d’évaluer l’effet des bâtons de
marche sur le moment d’adduction du genou chez les patients atteints d’arthrose
du genou par rapport à la marche sans aide, et d’explorer l’effet de diverses tech-
niques de marche avec bâtons. Nous avons émis l’hypothèse que l’utilisation de
bâtons diminuerait le moment d’adduction du genou en raison de réduction de
la force de réaction verticale au sol, et que le degré de réduction dépendrait de la
force et de l’angle du bâton lors de la poussée.
Bechard et al. [85] ont évalué la cinématique et la cinétique tridimensionnelles
pendant la marche de 34 patients atteints d’arthrose du genou du compartiment
médial. Ils les ont répartis au hasard pour l’ordre des essais de marche avec et sans
bâtons et ont contrôlé la vitesse de marche à ±  5  %. Le moment d’adduction
du genou est le principal critère de jugement. Ils ont analysé la force de réaction
verticale du sol, le bras de levier plan frontal, l’inclinaison du tronc, ainsi que la
cinématique et la cinétique du bâton au moment du premier pic d’adduction du
genou. Ils ont également exploré les relations entre les changements du moment
d’adduction du genou, l’angle des bâtons du plan sagittal et la force des bâtons
verticaux en utilisant des coefficients de corrélation de Pearson. Ils ont retrouvé
une augmentation significative du moment maximal d’adduction du genou (2,88
± 0,79 versus 2,71 ± 0,78 % BW × Ht, p = 0,001)7 et de l’impulsion (1,53 ± 0,46 versus
1,37 ± 0,42 % BW × Ht × s, p < 0,001) avec les bâtons. Bien que la force de réaction
verticale du sol ait diminué avec les bâtons au moment du pic d’adduction du genou
(0,99 ± 0,09 contre 1,02 ± 0,08 BW, p = 0,015), le bras de levier a augmenté (5,27 ± 1,45
contre 4,97 ± 1,35 cm, p < 0,001), probablement en raison d’une diminution de l’incli-
naison du tronc (0,12 ± 1,70 contre 1,33 ± 1,65°, p < 0,001). La variation du moment
maximal d’adduction du genou était significativement corrélée avec la force appliquée
à travers le bâton dans la direction verticale (r = 0,34, p = 0,05), mais pas avec l’angle du
bâton dans le plan sagittal (r = 0,25, p = 0,16). Ils ont conclu que l’utilisation des bâtons
de marche provoque une légère augmentation de la charge articulaire du genou (dif-
férence moyenne = 0,17 % BW × Ht ; IC 95 % : 0,08–0,27), malgré une réduction de la

7 Peak knee flexion moment (moment du pic de flexion du genou) = % BW * Ht = % poids × taille = Nm/


kg. BW : force de réaction verticale au sol = poids ; Ht : bras de levier = taille.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 115

A B

Figure 6.5. Marche nordique : technique japonaise (a) ; technique européenne (b).


Source : Homma D, Jigami H, Sato N. Effects of Nordic walking on pelvis motion and muscle activities around the hip joints
of adults with hip osteoarthritis. J Phys Ther Sci. 2016;28(4):1213–8.

force de réaction verticale du sol. Cette augmentation peut varier en fonction de la


façon dont la force est appliquée à travers les bâtons donc de la technique de marche
nordique et en particulier de l’angulation au moment de la pose du bâton au sol et de
la poussée. Les auteurs recommandent de continuer les études pour déterminer les
forces et les angles idéaux.
La coxarthrose est une pathologie tellement répandue et parfois très handica-
pante que son poids dans la santé publique est considérable. La marche nordique
a été étudiée dans cette pathologie par une équipe japonaise qui a conclu qu’un
programme de marche nordique permettait de soulager le pratiquant avec une
coxalgie et ainsi lui facilitait la marche sur une distance plus importante et lui
permettait de réduire sa prise d’antalgiques (figure 6.5) [86].

À retenir
Malgré le faible nombre d’études spécifiques, mais connaissant les bienfaits
de l’activité physique dans l’arthrose, on peut favorablement recommander
la marche nordique comme pratique bénéfique chez les arthrosiques avant
et après la pose d’une prothèse de genou ou de hanche, et ce dans l’attente
des études à venir.
Un travail suggère que la technique de marche nordique – en particulier la
force et l’angulation du bâton lors de la pose au sol et de la poussée – semble
influencer la charge articulaire sur le genou. Dans le cadre des gonarthroses
fémoro-tibiales médiales, chacun doit trouver sa technique pour soulager
son genou à la marche avec bâtons.
Un autre travail a montré un intérêt sur l’antalgie et la mobilité dans une
population avec coxarthrose.
116 Marche nordique et santé

Ostéoporose
Classiquement, les sports avec impact sont conseillés en prévention des risques
de fracture ostéoporotique, car ils améliorent à la fois la densité minérale osseuse
(DMO) et la microarchitecture chez les enfants et les adultes [21]. Chez les per-
sonnes âgées, la marche classique diminue la vitesse de l’évolution ostéopénique
et de la dégradation microarchitecturale sans l’empêcher  [21]. La marche et le
jogging ont démontré leur efficacité sur la prévention de l’ostéopénie et de l’os-
téoporose, souvent en association avec une alimentation calcique et apportant
de la vitamine D. Dans ces objectifs, la marche nordique est une activité qui nous
semble sûre et intéressante pour tous et en particulier en prévention secondaire
et tertiaire pour les femmes ménopausées à risque de fracture. Il s’agit notamment
des personnes âgées souffrant d’ostéoporose, de fracture vertébrale antérieure ou
d’hypercyphose dorsale. À ce jour, nous avons retrouvé une étude sur l’intérêt de
la marche nordique en prévention primaire et une étude en prévention secon-
daire qui fait l’hypothèse de l’intérêt de la marche nordique sur l’ossification verté-
brale (les vertèbres sont une des zones fréquemment lésées en cas d’ostéoporose
post-ménopausique et chez l’homme âgé après l’andropause) [87].
En prévention primaire, l’impact de la force musculaire chez la personne âgée
en prévention des risques de chute est connu, ainsi qu’en prévention de la perte
osseuse, or la sarcopénie bien qu’inéluctable peut voir son déclin limité par la pra-
tique d’activité physique et en particulier de la marche. Il a donc été testé l’impact
de la marche nordique sur la sarcopénie et sur le risque ostéoporotique chez des
femmes avec une ostéopénie ou une ostéoporose.
Le but de l’étude d’Ossowski et  al.  [88] était d’évaluer l’impact de 12  semaines
d’entraînement à la marche nordique sur l’indice musculaire squelettique, la
force musculaire, la mobilité fonctionnelle et la performance fonctionnelle chez
45 femmes, âgées de 63 à 79 ans, souffrant d’ostéopénie ou d’ostéoporose. Les
sujets ont été assignés au hasard soit à un groupe expérimental (12  semaines
d’entraînement à la marche nordique, 3 fois/semaine), soit à un groupe témoin. La
masse musculaire squelettique et d’autres facteurs de composition corporelle ont
été mesurés avec l’analyseur de bio-impédance octapolaire InBody720®. La force
musculaire isométrique des extenseurs et des fléchisseurs du genou a été mesurée
à l’aide de dynamomètres Biodex System 4 Pro®. Cette étude a également utilisé
un dynamomètre numérique à main SAEHAN pour mesurer la force musculaire
de serrage de la poignée. Le test TUG (se lever, marcher 3 m et venir se rassoir sur
une chaise) chronométré a été utilisé pour mesurer la mobilité fonctionnelle, et le
TM6 a été utilisé pour mesurer la performance fonctionnelle.
L’entraînement à court terme de marche nordique a induit une augmentation
significative de la masse musculaire squelettique (P = 0,007), de l’indice des
muscles squelettiques (P = 0,007), de l’indice de force de l’extenseur du genou
(P = 0,016) et du fléchisseur (P < 0,001), de la mobilité fonctionnelle (P < 0,001)
et des performances fonctionnelles (P < 0,001), et une diminution significative de
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 117

la masse corporelle (P < 0,006), de l’indice de masse corporelle (P <0,001) et du


pourcentage de graisse corporelle (P < 0,001) chez les participantes. Ces données
confirment celles déjà retrouvées dans le travail de Song et al. [19]. Concernant la
force musculaire de serrage sur la poignée, aucune amélioration n’a été enregistrée
(P = 0,315). Aucun changement significatif dans aucun des paramètres analysés
n’a été observé dans le groupe témoin.
Les auteurs ont conclu que l’entraînement à la marche nordique à court terme
induisait des changements positifs dans la force musculaire du genou et dans la
performance fonctionnelle chez les femmes à faible masse osseuse, donc un effet
positif pour limiter les risques de chute et probablement stimuler le métabolisme
osseux (même si la marche seule n’est pas le meilleur moyen pour stimuler la
synthèse minérale osseuse par rapport aux sports avec impact, des études ont
montré qu’elle y contribuait et on fait l’hypothèse que la marche nordique avec
l’usage des bâtons limite encore plus le déclin de la DMO que la marche seule).
En prévention secondaire, il existe aussi un travail de Wendlova [87] qui a modélisé
biomécaniquement les pressions sur les vertèbres d’un sujet pratiquant la marche
nordique, avec une technique de marche particulière modifiée, à savoir une flexion
du tronc de 15° et une prise des bâtons avec un angle fermé de 12° par rapport à la
verticale. Sur les vertèbres le plus souvent touchées en cas de fracture ostéoporotique,
l’auteur démontre sur T12 que l’utilisation des bâtons diminue fortement la pression
sur la vertèbre étudiée par un transfert d’une partie des forces dans les bâtons et donc
il conseille l’activité de marche nordique chez des femmes ostéoporotiques.
L’utilisation des bâtons est un facteur de prévention des chutes, ce qui a bien sûr
un impact sur le risque fracturaire des pratiquantes ostéoporotiques et ostéopé-
niques. Depuis janvier 2019, l’équipe de Kontulainen [89] (université de Saskat-
chewan) mène une étude sur la prévention secondaire de l’ostéoporose par la
marche nordique afin d’essayer de répondre aux questions sur l’amélioration par
la marche nordique de la mobilité, de la fonction, de la posture et de la qualité de
vie des personnes ambulantes souffrant d’ostéoporose, ayant des antécédents de
fracture ostéoporotique ou d’hypercyphose. Les résultats de l’étude sont attendus
pour mars 2021.

À retenir
En prévention primaire, la lutte contre la sarcopénie par la marche nordique
favorise l’impact osseux et l’impact musculaire qui sont des facteurs de pro-
tection de l’évolution défavorable du capital osseux et du risque de chute.
En prévention secondaire et tertiaire, seule une étude biomécanique tend à
démontrer l’intérêt de la marche nordique sur les fractures ostéoporotiques
vertébrales. L’utilisation des bâtons est un facteur de prévention des chutes,
ce qui a bien sûr un impact sur le risque fracturaire des pratiquants ostéopo-
rotiques et ostéopéniques.
118 Marche nordique et santé

En attendant les résultats des études en cours sur des sujets en prévention
primaire et en prévention secondaire, on peut, à l’instar de la marche clas-
sique, favorablement recommander la marche nordique comme pratique
bénéfique chez les ostéoporotiques ainsi qu’en prévention primaire de l’os-
téoporose.
Voir aussi plus loin Personnes avançant en âge.

Douleurs vertébrales et douleurs d’épaules


Cervicalgies, scapulalgies et troubles musculosquelettiques
Henkel et al. [90] ont étudié l’effet d’un programme de marche nordique 2 fois/
semaine pendant 12 semaines chez des employés de bureau avec des douleurs
cervicales chroniques. Ils ont observé une réduction des douleurs et une amé-
lioration des items de la qualité de vie au 36-item short form survey ou SF-36 (p
< 0,043). Plus de la moitié de tous les adultes inclus avaient éprouvé des douleurs
au cours au cours des 6 mois avant l’expérience. Henkel et al. ont réalisé un essai
d’intervention randomisé avec un groupe témoin stratifié pour examiner l’impact
de la marche nordique (MN) par rapport à l’entraînement en force spécifique (ST)
et un groupe témoin non entraîné (Con) sur les douleurs au cou et aux épaules
chez 34 employés de bureau.
Les participants ont été affectés à MN, ST ou Con. L’intensité de la douleur (échelle
visuelle analogique de 0 à 100 mm), la force d’abduction isométrique et un TM6
ont été évalués avant et immédiatement après l’intervention et 10 semaines plus
tard. Les deux groupes de formation ont suivi les programmes de formation 2 fois/
semaine pendant 10 semaines (30 min/session).
Au final, les deux groupes d’entraînement ont démontré une réduction similaire
(P = 0,421–0,802) mais significative de l’intensité de la douleur (P = 0,014–0,018).
Entre le post-test et le test à 10 semaines post-intervention, une intensité de dou-
leur similaire a été observée dans le groupe marche nordique (P = 0,932), tandis
que le groupe ST a montré une augmentation (P = 0,136). Tout au long de la
période de test, aucune différence de douleur n’a été observée pour le groupe
Con (P = 0,724–1,000) ou entre le groupe Con et les groupes d’entraînement
(P = 0,421–0,802). Aucun changement dans la force et dans le TM6 n’a été observé
entre ou au sein des groupes (P = 0,184–0,870).
Les auteurs ont conclu que la pratique de la marche nordique et d’un entraîne-
ment en force a réduit la douleur pour des employés de bureau souffrant de
douleurs au cou et aux épaules : ceci semble être des modalités d’exercice utiles
pour cette indication dans cette population [91].
Le travail de Kocur et al. [92] sur les troubles musculosquelettiques (TMS) va dans
le même sens positif, il a consisté en une évaluation des effets d’un programme
d’entraînement de marche nordique de 12 semaines sur le seuil de douleur perçue
(PPT) et la mobilité (souplesse et amplitude) de certains groupes musculaires du
haut du corps chez 39 employées de bureau ménopausées sélectionnées et réparties
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 119

Figure 6.6. Back scratch.


Source : https://humankinetics.me/2019/09/13/how-to-test-flexibility-and-balance/

au hasard en deux groupes : le groupe de traitement (marche nordique, n = 20) et


le groupe témoin (Cg, n = 19). Les personnes du groupe marche nordique ont suivi
un programme d’entraînement de 12 semaines (1 h, 3 fois/semaine). Des mesures de
PPT dans des muscles sélectionnés et des tests fonctionnels évaluant la flexibilité ou
souplesse du haut du corps (back scratch ou BS) ont été effectués 2 fois chez chaque
participante à l’étude : avant et après le programme d’entraînement (figure 6.6).
Les auteurs ont observé une augmentation significative du PPT (kg/cm2) du
groupe marche nordique sur les muscles suivants : trapèze supérieur (de 1,32 à
1,99 kg/cm2), trapèze moyen (de 2,92 à 3,30 kg/cm2), latissimus dorsi (de 1,66 à
2,21 kg/cm2) et infraspinatus (de 1,63 à 2,93 kg/cm2). De plus, une amélioration
significative du test BS a été notée dans le groupe marche nordique par rapport
au groupe témoin (de −1,16 ± 5,7 cm à 2,18 ± 5,1 cm dans le groupe marche nor-
dique versus de −2,52 ± 6,1 à −2,92 ± 6,2 dans le groupe témoin).
Les auteurs concluent qu’une séance d’entraînement de marche nordique
de 12 semaines améliore la mobilité (souplesse et amplitude) des épaules et réduit
la sensibilité des muscles suivants : trapèze pars descendens (faisceau supérieur)
et trapèze moyen, infraspinatus (sous-épineux) et latissimus dorsi (grand dorsal)
chez les employées de bureau.
Lombalgie
Dans son étude, Hartvigsen et al. [93] a recruté 151 patients avec des lombalgies
chroniques ; 15 patients ont abandonné, 136 ont été répartis par choix de type
randomisation, entre quatre groupes : un groupe de marche nordique avec un ins-
tructeur 2 fois/semaine pendant 8 semaines ; un groupe qui recevait des conseils
de pratique de marche nordique par un instructeur ; un groupe devant pratiquer
à domicile autant de fois qu’il le désirait ; un groupe avec des informations don-
nées oralement à chaque patient pour qu’il reste actif et maintienne son niveau
de condition physique obtenu durant son séjour de rééducation dans le centre
hospitalier.
120 Marche nordique et santé

Statistiquement, les résultats de ce travail, en faveur d’un effet bénéfique de la


marche nordique, ne sont pas significatifs. Fonctionnellement, les deux groupes
de marche nordique supervisé et non supervisé ont de meilleurs résultats sur la
diminution de la douleur et sur la capacité à diminuer la quantité d’antalgiques.
Au final, les auteurs concluent à une tendance favorable de l’effet de la pratique
de la marche nordique sur l’état de santé des patients souffrant de lombalgie
chronique.
On notera que beaucoup de programmes de prise en charge des lombalgiques
chroniques et de restauration fonctionnelle du rachis (RFR), pratiqués en service
de soins de suite et de réadaptation spécialisée en orthopédie ou en cabinets
libéraux de kinésithérapie, utilisent la marche nordique comme outil de recondi-
tionnement à l’effort.

À retenir
Plusieurs études montrent une amélioration par la pratique de la marche nor-
dique des douleurs chez les patients souffrant de douleurs rachidiennes chro-
niques (cervicalgies, lombalgies) et de TMS. Les thérapeutes et les patients
peuvent ainsi s’intéresser à la marche nordique. Les chercheurs devront réaliser
des études complémentaires pour en définir les modalités les plus efficaces.

Arthropathie et hémophilie
Beaucoup de domaines de la santé peuvent être utilement impactés par la marche
nordique. Ainsi, notons ce travail pionnier chez des hémophiles de l’équipe sué-
doise de Salim [94]. Elle a lancé une étude pilote afin d’examiner l’effet de 3 mois
de marche nordique sur des hommes hémophiles (> 40 ans), en ce qui concerne
la fonction articulaire (haemophilia joint health score), la capacité physique (hae-
mophilia exercise project–test-questionnaire), la capacité d’exercice (TM6), la dou-
leur (échelle visuelle analogique) et la qualité de vie (version suédoise du SF-36).
Les scores pré- et post-interventionnels des paramètres sus-mentionnés ont été
analysés à l’aide du test des rangs signés de Wilcoxon. Onze participants ont été
recrutés pour l’étude. Des améliorations statistiquement significatives ont été
observées dans la capacité physique (valeur P : 0,01) et la perception corporelle
(valeur P : 0,02). L’intervention n’a pas augmenté le nombre de saignements ou la
consommation de facteurs. Ces résultats suggèrent que la marche nordique est
sûre et efficace, également chez les patients atteints d’arthropathie hémophile.

À retenir
Une première étude pilote de faible niveau de preuve suggère que la marche
nordique est sûre et efficace sur la capacité physique et la douleur chez des
patients atteints d’arthropathie hémophile.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 121

Cancer
Les données et les connaissances sur cancer et activité physique en général sont
de mieux en mieux documentées, il y a de plus en plus de travaux de recherche,
en particulier avec la marche nordique comme outil de santé. Les bénéfices sont
bien décrits tant par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale
(Inserm) que l’Institut national du cancer (INCa) [95, 96].

Prévention primaire de certains cancers


Comme la plupart des études portant sur cancer et activité physique l’ont montré,
la marche classique en tant qu’outil d’activité physique est un vrai moyen de pré-
vention primaire pour certains cancers (non métastatiques, du sein, du côlon, de la
prostate) [95]. Il n’y a pas de raison pour que la marche nordique ne le soit pas aussi.
Mais à ce jour, il n’existe pas d’étude spécifique disponible pour le démontrer.

Prévention secondaire et tertiaire chez des personnes ayant eu un


cancer
À ce jour, les liens entre cancer du sein et marche nordique ont été étudiés. Cela
ne permet pas de conclure d’un intérêt pour d’autres types de cancers et d’autres
activités physiques ou sportives (karaté, escrime, gymnastique douce…), mais
l’intérêt de la marche nordique est évident au moins en termes de qualité de vie
pour beaucoup de cancers.
Ainsi, l’équipe de Malicka [97] a étudié l’impact de la marche nordique après un
cancer du sein sur la force des membres supérieurs, sur la taille du lymphœdème
du bras ayant subi un curage ganglionnaire lors de la prise en charge. Trente-huit
femmes ont été réparties en deux groupes : un pratiquant la marche nordique
(n = 23) et un groupe contrôle (n = 15). Le groupe marche nordique a vu la force
des membres supérieurs augmentée sans qu’il y ait de changement de la taille du
lymphœdème.
Leibbrand et al. [98] ont montré une amélioration, après un programme de marche
nordique, de la mobilité de l’épaule côté du sein opéré et de la qualité de vie chez
des femmes ayant été traitées pour un cancer du sein avec une diminution des dou-
leurs aux membres supérieurs. Les travaux randomisés de Rösner [99] sur 50 femmes
malades dont 26 ont pratiqué la marche nordique (3 fois 60 min/semaine pendant
4 semaines) vont aussi dans le même sens. Le groupe test a atteint un gain de force de
70,6 % pour l’adduction d’épaule (groupe contrôle ou GC 14,3 %) et 53,3 % (GC 20 %)
pour l’abduction. Le groupe test a eu des gains de force de 35 % (GC 6 %) en flexion
de coude et 53,8 % d’amélioration de force (GC 16,6 %) en extension du coude. La
mobilité d’épaule s’est améliorée de 14,4 % en adduction (GC 9,9 %) et 23,6 % en
abduction (GC 1  %), de même en antéversion, il a été noté une amélioration de
10,7 % (GC 5 %) et en rétroversion de 15,1 % (GC 6 %). Les augmentations de la force
et de la mobilité d’épaule ont eu un effet positif sur la santé globale du groupe test,
tandis qu’aucun effet n’a été noté dans le groupe contrôle [99].
122 Marche nordique et santé

Sprod et al. [100], dans une étude sur 12 femmes ayant fait 8 semaines de marche
nordique, à raison de 20 min 2 fois/semaine, ont noté une amélioration de leur
endurance musculaire aux membres supérieurs – développé couché (p = 0,046)
et traction du grand dorsal à la poulie haute (p < 0,013) – par rapport au groupe
de marche simple.
L’équipe de Szczepańska-Gieracha  [101] a étudié chez 23  femmes atteintes de
cancer du sein la tendance à la dépression et à l’anxiété. Les 23 patientes (63 ans
et demi de moyenne d’âge) ont fait 8 semaines de marche nordique. Les échelles
d’évaluation étaient reconnues et validées, notamment la World Health Organi-
zation Quality of Life (WHOQOL)-BREF scale. Une réduction des symptômes de
dépression et de la peur a été notée ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie
surtout dans la sphère psychologique (14,3 versus 14,9 après la marche nordique,
p < 0,05) et dans la sphère des relations sociales (13,8 versus 14,3, p < 0,05) [101].
Dans le cadre de la prise en charge du cancer du sein avec prise d’inhibiteurs
de l’aromatase, les femmes éprouvent souvent des douleurs articulaires et une
raideur (arthralgie associée à un inhibiteur de l’aromatase : aromatase inhibitor-
associated arthralgia ou AIAA), ce qui peut entraîner des problèmes d’observance.
Il est intéressant de savoir si la marche nordique pourrait réduire les douleurs
articulaires par rapport à la marche normale.
Fields et al. [102] ont réalisé une étude de faisabilité sur un échantillon de femmes
avec AIAA. Les femmes ont été randomisées pour faire de l’exercice (entraînement
supervisé de 6 semaines en groupe de marche nordique 1 fois par semaine, suivi de
6 semaines 4 fois 30 min/semaine de marche nordique en autonomie) ou des soins
habituels améliorés. Ils se sont surtout intéressés à la douleur ressentie par les patientes.
Quarante des 159 femmes éligibles ont été recrutées et l’attrition était de 10 %.
Il n’y a pas eu d’augmentation du lymphœdème ni de blessure grave ou à long
terme. L’adhésion était supérieure à  90  % pour le groupe supervisé de marche
nordique hebdomadaire, et pendant la marche nordique en autonomie, plus de
80 % des femmes ont réussi une à deux séances de marche nordique par semaine.
De la ligne de base au point final de l’étude, les niveaux d’activité globaux ont
augmenté et la douleur a diminué dans les groupes d’intervention et de contrôle.
Les auteurs concluent que leurs résultats indiquent que les femmes atteintes
d’AIAA sont prêtes à pratiquer de la marche nordique, à suivre un cours supervisé
de 6  semaines et à maintenir des niveaux d’activité accrus sur une période de
12 semaines sans effets indésirables et avec des bénéfices sur la douleur ressentie.
Dans une revue de la littérature récente sur la marche nordique et le cancer du
sein, Sánchez-Lastra et al. [103] ont analysé neuf études. Quatre études étaient
des essais contrôlés randomisés comparant la marche nordique à d’autres activi-
tés ; les autres études se concentraient sur les effets spécifiques de la marche nor-
dique. Les périodes d’exercice dans les études variaient de 30 à 80 min et étaient
effectuées 1 à 5 jours/semaine durant 12 semaines au maximum. Dans huit des
neuf études, la marche nordique a eu un effet positif sur un certain nombre de
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 123

symptômes du cancer du sein, notamment le lymphœdème, la forme physique, la


force du haut du corps, le handicap et la perception de la douleur et de l’enflure.
D’autres d’études ont également montré des améliorations dans la dépression,
l’auto-efficacité pour gérer la douleur et des améliorations des niveaux d’activité
physique. Les auteurs n’ont trouvé aucun effet indésirable et les participants à
l’étude semblaient adhérer aux programmes.
Le geste biomécanique de marche nordique, comparé à la simple marche, semble
contrecarrer certains des effets secondaires qui peuvent provenir du traitement
du cancer du sein, tels que la mobilité des épaules et des bras et les problèmes de
posture, conclut l’équipe d’étude.
La question de l’intensité, de la fréquence, de la durée et de la régularité de l’exer-
cice nécessaires, pour aider les patientes atteintes d’un cancer du sein, les patients
atteints de cancer de la prostate et en cas de cancer du côlon, devrait occuper les
futures études. Il faudra aussi déterminer l’impact de la marche nordique (qua-
lité de vie, capacités physiques, comorbidité, mortalité…) sur un maximum de
situations de déficiences et de limitations en lien avec d’autres types de cancers
(d’organe, hématologiques, etc.).

À retenir
On peut favorablement recommander la marche nordique comme pratique
bénéfique en prévention primaire (à ce jour pour les cancers non métasta-
tiques du sein, du côlon, de la prostate) et en prévention secondaire après la
plupart des cancers guéris ou en rémission, en particulier le cancer du sein
avec ou sans reconstruction.
La marche nordique, comme beaucoup d’autres activités physiques, amé-
liore les capacités cardiorespiratoires et les qualités musculaires, améliore ou
normalise la composition corporelle (réduction de la masse grasse, de l’IMC,
et maintien ou gain de masse musculaire) et améliore la qualité de vie glo-
bale, la douleur, réduit la perception de la fatigue liée aux cancers et améliore
l’estime de soi.
La pratique thérapeutique de la marche nordique est aussi en pleine expan-
sion et, comme l’a indiqué l’INCa, elle a toute sa place dans le traitement
non médicamenteux des cancers en termes de réduction de la fatigue, de
récupération postopératoire dans le cadre de certains cancers (ORL, sein,
poumon), de réduction d’effets secondaires des traitements hormonaux, de
réduction de la douleur dans les cancers du sein avec prise d’inhibiteur de
l’aromatase et de réduction du risque de récidive (pour les cancers du sein,
du côlon, de la prostate).
De très nombreux clubs sportifs, souvent en lien avec la Ligue contre le can-
cer ou des centres régionaux de lutte contre le cancer, et des hôpitaux non
spécialisés accueillent les patients volontaires.
124 Marche nordique et santé

Syndrome de Sjögren
Strömbeck et al. [104] ont étudié en 2007 l’influence de 12 semaines d’un pro-
gramme de marche nordique (3  fois 45  min/semaine), à visée de développe-
ment de la capacité aérobie, sur la perception de la fatigue et sur la qualité de
vie chez 21 patientes porteuses du syndrome de Sjögren, âgées de 41 à 65 ans. Ils
ont retrouvé de meilleurs résultats dans le groupe expérimental par rapport au
groupe contrôle : amélioration de la capacité aérobie, de la fatigue perçue, du seuil
d’épuisement et des symptômes de dépression. Aucune différence n’a été noté au
niveau de la qualité de vie et de l’échelle d’anxiété.
Un travail plus récent de 2019 centré sur la marche seule supervisée (avec un
coach) et sans bâtons montre des résultats encourageants chez des femmes
atteintes de syndrome de Sjögren. La pratique a été jugée faisable et sûre, avec des
améliorations de la condition cardiorespiratoire, de la tolérance à l’exercice, de la
fatigue et de la perception des patients de l’amélioration [105].
On devrait pouvoir extrapoler ces résultats à la marche nordique en attente de
preuves.

À retenir
La marche nordique semble être une pratique bénéfique en cas de syndrome
de Sjögren. Les résultats d’une étude avec un faible nombre de patients vont
dans un sens intéressant pour les pratiquants de marche nordique. On doit
pouvoir extrapoler les résultats des programmes de marche déjà publiés en
direction de la marche nordique.

Dépression
Suija et  al.  [106] ont étudié les effets de 24  semaines d’entraînement (30  min
3 fois/semaine) à la marche nordique sur la condition physique, la qualité de vie
et l’humeur de patients dépressifs devenus pratiquants réguliers de marche nor-
dique. L’amélioration de la distance parcourue sur le test de 2 km marche, quoique
souvent notée, n’est pas significative due ici à l’hétérogénéité (on dit variabilité en
statistique) de condition physique des participants et au trop grand écart type
(grande déviation standard) dans les résultats. Au niveau des symptômes dépres-
sifs diagnostiqués (avec l’aide du composite international diagnostic interview ou
CIDI) initialement sur 16 personnes (7 avec une dépression légère, 5 souffrant de
dépression moyenne, 4 souffrant de dépression sévère), ils n’ont été retrouvés en
fin de programme que chez 7 personnes (5 souffrant de dépression moyenne,
2 souffrant de sévère). Les auteurs concluent à l’absence d’amélioration significa-
tive de la condition physique ; en revanche, ils décrivent un net effet positif sur
l’humeur des participants.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 125

Un travail plus récent d’une équipe coréenne  [107] a porté sur l’impact de la
marche nordique pour les personnes âgées souffrant de dépression : 24 patients
diagnostiqués avec une dépression ont été sélectionnés au hasard et divisés en
deux groupes, un groupe expérimental qui pratiquait la marche nordique et un
groupe témoin qui effectuait une marche normale. Les deux groupes ont pratiqué
leur exercice de marche nordique respectif pendant 50 min/jour, 3 fois/semaine
pendant 8 semaines. Pour comparer les effets de l’intervention, des facteurs psy-
chologiques ont été évalués à l’aide de l’inventaire de dépression de Beck, ainsi
que la qualité du sommeil, en utilisant l’indice de qualité du sommeil de la ver-
sion coréenne de Pittsburgh. La masse musculaire squelettique, la masse grasse,
l’IMC, le pourcentage de graisse corporelle et le métabolisme basal ont été esti-
més 3 fois par un analyseur de composition corporelle, avant l’intervention, et 4 et
8 semaines après l’intervention.
Park et al. ont retrouvé une différence significative dans la dépression avec un effet
principal du temps dans les deux groupes. Il y avait également une différence signi-
ficative dans le sommeil au fil du temps et de l’interaction. Les différences dans
le temps entre les deux groupes étaient significatives pour la dépression, le som-
meil et la masse musculaire squelettique. Les résultats montrent que la marche
nordique a un effet positif sur la dépression au bout de quelques semaines et un
effet positif sur les troubles du sommeil des personnes âgées, suggérant que des
programmes d’exercices fondés sur la marche nordique devraient être développés
pour les personnes âgées souffrant de dépression ou d’un trouble du sommeil.

À retenir
Les effets de la marche et des activités physiques sur la dépression sont
bien connus. Plusieurs publications ont étudié l’effet de la marche nordique
sur la dépression légère jusqu’à la dépression sévère chez les adultes et les
personnes âgées. Les résultats sont positifs avec un minimum de durée de
pratique de quelques semaines. Nous pouvons donc favorablement recom-
mander la marche nordique comme pratique bénéfique pour ses effets posi-
tifs sur l’humeur. La pratique de marche nordique est un complément aux
différentes thérapeutiques cognitivo-comportementales, psychanalytiques
et médicamenteuses de la dépression chronique.

Fibromyalgie
Mannerkorpi et al. [108] ont étudié les effets de la marche nordique comparée
à ceux de la marche active sur la condition physique et la douleur de femmes
atteints de fıbromyalgie. Deux groupes, l’un de  34  participantes et l’autre de
33 participantes, pratiquaient respectivement marche nordique et marche clas-
sique, 2 fois/semaine 45 min pendant 15 semaines.
126 Marche nordique et santé

Pour les 28 femmes qui ont fait l’intégralité du programme en marche nordique
et en comparaison des 26 femmes du groupe contrôle qui ont marché tout le
programme sans bâtons à faible intensité, elles ont vu s’améliorer leurs capacités
fonctionnelles au TM6 (p < 0,009) et diminuer le niveau de limitation d’activité
ressenti estimée par le questionnaire fibromyalgia impact questionnaire physical
scale (p < 0,027). Malheureusement, la douleur individuellement ressentie n’a pas
été modifiée de façon plus nette avec ou sans les bâtons durant cette période, ce
qui confirme les résultats de la revue faite par Jones [109] en 2009 dans laquelle
les activités aérobies amélioraient peu la perception de la douleur mais bien la
condition physique et la qualité de vie.
En 2011, Jones  [110] commente les travaux de l’équipe de Mannerkorpi
pour recommander la pratique de la marche nordique pour les patients
fibromyalgiques.
O’Connor et al. [111] ont réalisé une revue de la littérature examinant les effets des
interventions de marche (sans bâtons) sur la douleur et la fonction autodéclarée chez
les personnes souffrant de douleurs musculosquelettiques chroniques, de lombal-
gie chronique, d’arthrose ou de fibromyalgie. Vingt-six études (2384  participants)
ont été incluses et les données appropriées de 17 études ont été regroupées pour
la méta-analyse, avec un modèle à effets aléatoires utilisé pour calculer les différences
moyennes entre les groupes et les IC à 95 %. Les données ont été analysées en fonc-
tion de la durée du suivi (court terme, post-randomisation ≤ 8 semaines ; moyen
terme > 2 à 12 mois ; long terme > 12 mois). Les interventions étaient associées à des
améliorations faibles à modérées de la douleur à court terme (différence moyenne :
−5,31 ; IC 95 % : −8,06 à −2,56) et à moyen terme (différence moyenne : −7,92 ; IC
95 % : −12,37 à −3,48) suivi. Des améliorations de la fonction ont été observées à
court terme (différence moyenne : −6,47 ; IC 95 % : −12,00 à −0,95), à moyen terme
(différence moyenne : −9,31 ; IC 95 % : −14,00 à −4,61) et avec un long suivi (différence
moyenne : −5,22 ; IC 95 % : −7,21 à −3,23).
Les auteurs concluent qu’il existe des preuves d’une qualité méthodologique
acceptable suggérant que la marche est associée à une diminution significative sur
les douleurs musculosquelettiques chroniques, mais l’efficacité à plus long terme
est encore incertaine et nécessite des études. Il sera d’ailleurs intéressant d’utiliser
la marche nordique comme activité physique dans ces futurs travaux sur les fibro-
myalgiques vu les impacts connus sur les TMS.

À retenir
Les études utilisant la marche nordique avec bâtons, ou par extrapolation à
partir de la marche classique, sont en faveur de la faisabilité et de l’intérêt de
recommander la marche nordique aux fibromyalgiques, en particulier pour
son impact sur l’antalgie et la possibilité de l’associer aux autres types de
prise en charge.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 127

Maladies respiratoires
L’étude de Breyer et al. [112] en 2010 a montré chez les patients bronchitiques
chroniques l’impact positif de la marche nordique à différents degrés de sévérité
de la maladie, à la fois sur la capacité à faire un exercice et sur les caractéristiques
de leur pratique physique journalière.
Soixante patients ont été randomisés entre un groupe de marche nordique
(n = 30 ; âge : 62 ± 9 ans ; FEV18 : 48 ± 19 % prédit) et un groupe contrôle de
30 patients dits équivalents. Le programme de 3 mois de marche nordique à l’ex-
térieur consistait en 1 h de marche à 75 % de la fréquence cardiaque maximale
à raison de 3 fois/semaine versus pas d’activité physique dans le groupe contrôle.
La quantité d’activité quotidienne était mesurée par un accéléromètre tri-axial et
la capacité fonctionnelle d’exercice par le TM6, initialement puis à 3, 6 et 9 mois.
Les résultats à 3 mois ont montré que l’intensité et la durée de marche au quoti-
dien avaient progressé (delta temps de marche : + 14,9 ± 1,9 min/j ; delta temps
passé assis : + 129 ± 26 min/j ; delta intensité du mouvement : + 0,40 ± 0,14 m/
s2), tandis que le temps passé assis avait diminué (−128 ± 15 min/j) comparé à
l’évaluation initiale (p < 0,01) et au groupe contrôle (p < 0,01). Par ailleurs, le TM6
avait progressé par rapport au test initial (delta TM6 : + 79 ± 28 m) et au groupe
contrôle (p < 0,01). Ces progrès significatifs ont perduré au 6e et au 9e mois. Durant
les mêmes périodes, le groupe contrôle n’avait progressé sur aucun domaine
durant toutes les évaluations.
De plus, après le programme de marche nordique, les auteurs ont vu la dyspnée
d’exercice (Borg dyspnea score) ainsi que le niveau d’anxiété et de dépression
(HADS) diminuer, tandis que la qualité de la vie s’améliorait (SF-36 composants
physique et mental ; p < 0,01). Aucun changement des paramètres fonctionnels
du poumon, ni de la consommation médicamenteuse n’a été rapporté.
Les conclusions de Breyer et al. sont donc positives pour la marche nordique à
court et à plus long terme pour son impact sur la quantité d’activité physique
développée et ce de façon relativement simple et accessible aux porteurs de bron-
chopneumopathie chronique obstructive (BPCO) avec ou sans besoin d’oxygène.
Pour eux, en cas de bronchite chronique obstructive, les patients augmentent
donc leur activité physique journalière sans aucun risque.
Ochman et al. [113] ont obtenu des résultats similaires sur un petit groupe de
patients plus lourds et compliqués en attente de transplantation pulmonaire. Le
programme consistait en deux cycles de 6 semaines. Chaque cycle comprenait
2  semaines à l’hôpital de réhabilitation supervisée à base de marche nordique
et 4  semaines à domicile. Les patients avaient 1  h d’instruction par un éduca-
teur de marche nordique professionnel. La fréquence cardiaque et la saturation
en oxygène (SpO2) étaient mesurées à l’hôpital. Le TM6 a été utilisé et la distance

8 volume expiratoire obligatoire dans 1 seconde.


128 Marche nordique et santé

retenue mesurée sans descendre sous les 80 % de saturation. La fréquence car-
diaque maximale était mesurée pour pouvoir donner la consigne de travailler à
75 %. Les patients sous oxygène à domicile ont eu le droit de l’utiliser à l’effort.
Après 6  semaines d’entraînement, on a noté une augmentation de la distance
(en mètres) au TM6 en moyenne de 288,90 ±  125,17 à 336,00 ±  119,58 (soit
47,1  mètres). Après 6  semaines de plus, la distance s’est améliorée de 353,89
± 137,09 m, soit 64,99 m (22,4 %) d’amélioration au total et un gain de 17,89 m
(5,3 %) comparé au premier test. Ceci est statistiquement significatif (p < 0,05). Il
n’y a par contre pas eu d’amélioration de la perception de la dyspnée.
Par ailleurs, on sait que la distance de base au TM6 est corrélée à la survie des
candidats à la transplantation pulmonaire  [114]. Martinu et  al.  [114] a montré
que les survivants après transplantation étaient ceux capables de marcher plus de
400 m avant la chirurgie. Dans cette étude, trois patients (33 %) après la rééduca-
tion ont pu dépasser ces 400 m. La plupart des auteurs retrouvent le même type
d’amélioration autour de 64 m. Ferreira et al. [115] ont rapporté une amélioration
de 56 m après 8 semaines. Salhi et al. [116] ont eu une amélioration de 64 m après
12 semaines et 81 m après 24 semaines. Or, Salhi et al. proposaient un programme
plus important et varié : thérapie occupationnelle, soutien nutritionnel, éducation
du patient et support psychosocial, exercices physiques variés avec équipement
de fitness, montée d’escaliers, marche et usage des ergocycles. Les auteurs ont
noté l’obtention de résultats similaires de façon simple, peu onéreuse unique-
ment avec le programme de marche nordique. De plus malgré le petit nombre de
sujets, ils ont amélioré leur perception de la dyspnée et leur qualité de vie durant
leur attente de transplantation. Les auteurs concluent en rappelant l’importance
de futures études sur des cohortes plus importantes pour des conclusions plus
solides.
D’autres études sur la marche avaient aussi montré un net bénéfice (diminution
de 40 %) chez 2386 patients BPCO de grade I et II suivis pendant 12 ans à la fois sur
la mortalité et sur les épisodes d’hospitalisation, résultats que l’on peut sûrement
extrapoler à la marche nordique, les études pour le prouver restant à faire [117].
Il existe aussi de nombreuses études sur les bénéfices de la marche et les activités
physiques à prédominance aérobie concernant l’asthme et la mucoviscidose [21].
En pratique, fort de ces résultats, de plus en plus de centres de rééducation (soins
de suite et de réadaptation respiratoire) spécialisés (BPCO) s’intéressent à la
marche nordique comme outil d’activité physique en remplacement ou en com-
plément des séances de travail aérobie sur ergocycle durant la phase de rééduca-
tion, puis la recommandent en réadaptation au retour à domicile. Un partenariat
s’est d’ailleurs noué dès 2006 entre la FFA, la Fédération française de pneumologie
(FFP) et le groupe Alvéoles de la Fédération française des associations & amicales
de malades, insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAIR) pour promouvoir la
marche nordique auprès des pneumologues et de leurs patients. De plus, grâce
à ce partenariat de la première heure et à l’équipe du Dr Surpas tous les coachs
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 129

Athlé Santé, depuis la première promotion, ont été formés sur la prise en charge
des BPCO. Surpas utilise la marche nordique dans son programme de réentraîne-
ment à l’effort (REE) qui est l’un des piliers de la réhabilitation respiratoire. Cette
dernière est un ensemble de moyens proposé au patient atteint d’une maladie
respiratoire chronique pour atteindre un niveau d’activité physique nécessaire au
maintien de son état de santé physique et psychique. Cet ensemble de moyens
est un triptyque composé du réentraînement à l’effort, de l’éducation thérapeu-
tique du patient (ETP) et d’une prise en charge psychosociale et nutritionnelle. La
marche nordique est bien un des éléments de la réhabilitation [118].

À retenir
On peut donc favorablement recommander la marche nordique comme
pratique bénéfique dans la plupart des maladies respiratoires (BPCO, muco-
viscidose, asthme). La place de la marche nordique pour les malades respi-
ratoires dans le réentraînement à l’effort des programmes de réhabilitation
respiratoire en service de soins de suite et de réadaptation et à domicile est
bien reconnue.

Personnes avançant en âge


Sur le plan des bénéfices de la marche nordique, on a vu précédemment cer-
tains des bienfaits connus pour les « seniors ». Un travail de synthèse récente a
confirmé la plupart de ces données. Bullo et al. [119] on réalisé une revue de la
littérature et une méta-analyse chez les personnes avançant en âge : 15 études
ont été identifiées  ; l’âge des participants variait de  60 à  92  ans. Comparative-
ment à un groupe sédentaire, la marche nordique était capable d’améliorer l’équi-
libre dynamique (p = 0,30), l’équilibre fonctionnel (p = 0,62), la force musculaire
des membres supérieurs (p = 0,66) et inférieurs (p = 0,43), la capacité aérobie
(p = 0,92), les résultats cardiovasculaires (p = 0,23), la composition corporelle
(p = 0,30) et le profil lipidique (p = 0,67). Il semble que la marche nordique ait
un effet négatif sur l’équilibre statique (p = −0,72). Par rapport à un entraînement
(seul) à la marche sans bâtons, l’analyse des articles a montré que la marche nor-
dique améliorait l’équilibre dynamique (p = 0,30), la flexibilité du bas du corps
(p = 0,47) et la qualité de vie (p = 0,53). L’entraînement à la marche sans bâtons
a été plus efficace pour améliorer la capacité aérobie (p = −0,21). En comparant
la marche nordique avec l’entraînement en résistance, la taille des effets a montré
que la marche nordique améliorait l’équilibre dynamique (p = 0,33), la force mus-
culaire du bas du corps (p = 0,39), la capacité aérobie (p = 0,75), la flexibilité du
haut du corps (p = 0,41) et la qualité de vie (p = 0,93).
Quelques données sur le plan cardiovasculaire peuvent également être indiquées.
130 Marche nordique et santé

Mikalački. et  al. ont étudié les paramètres cardiovasculaires (fréquence car-
diaque, PSA diastolique et systolique, VO2max) de femmes ménopausées à Novi
Sad en Serbie (âge moyen : 58,5 ± 6,90 ans, poids moyen : 70,9 ± 15,32 kg, taille
moyenne 164,8 ±  7,24  cm) ayant pratiqué la marche nordique 3  fois/semaine
pendant 3  mois  [120]. Réparties en deux groupes (marche avec bâtons  : E  ;
groupe contrôle sans activité physique : C), elles avaient pour consigne de mar-
cher à une intensité compatible avec leur zone de travail purement aérobie.
Les résultats vont dans le même sens que ceux retrouvés chez les sujets jeunes
adultes déjà mentionnés, à savoir une baisse des pressions sanguines et de la FC
et une amélioration du VO2max : FC = 73,42 bpm (E) versus C 79,68 bpm (C) ;
PSA systolique = 118,42  mmHg  (E) versus 123,65  mmHg  (C)  ; PSA diasto-
lique = 79,04 mmHg (E) versus 83,54 mmHg (C) ; VO2max = 21,83 mL/min/kg (E)
versus 16,81 mL/min/kg (C) [120].
Figueiredo et al. [121] ont comparé, chez des personnes avançant en âge, marche
nordique et marche classique, dans une étude en simple aveugle, randomisée,
utilisant le TM6 pour évaluer l’endurance et le 5 m marche pour estimer la vitesse.
Les deux groupes de marcheurs ont amélioré leur distance de marche, respecti-
vement de 45 m en marche nordique et de 41 m en marche classique, au TM6 et
amélioré leur vitesse de déplacement respectivement de 0,14 m/s et de 0,07 m/s.
Après analyse, les auteurs concluent que les pratiquants de marche nordique ont
amélioré de 106 % leur vitesse de déplacement par rapport aux autres marcheurs
classiques.
Parkatti et al. [122] ont montré chez des « seniors » volontaires répartis en deux
groupes l’impact d’un programme de marche nordique  : le groupe de marche
nordique (68,2 ± 3,8 ans) et le groupe contrôle sans activité (69,9 ± 3,0 ans). Pen-
dant 9 semaines, ils ont subi des tests fonctionnels et des analyses biomécaniques
de mesure de la force de réaction à l’impact au sol à deux vitesses, une dite nor-
male (1,40 m/s) et une rapide (1,94 m/s). L’intervention consistait en deux séances
de 1 h/semaine de marche nordique avec un éducateur spécialisé. Les résultats
n’ont montré aucune différence sur les paramètres biomécaniques ; en revanche,
les paramètres fonctionnels ont été améliorés dans le groupe de marche nordique.
Kawamoto et al. [123] ont étudié, sur 74 femmes âgées (68 ± 7 ans) pratiquant 2 h
de marche nordique pendant 12 semaines, les capacités fonctionnelles et les pro-
fils métaboliques, en particulier la distance de marche et la résistance à l’insuline.
Avant et à la fin de l’étude de 12 semaines, la distance au TM6 et l’homéostasie du
modèle d’évaluation de la résistance à l’insuline (HOMA-IR) ont été mesurées. Les
pratiquantes présentaient des pathologies comme de l’HTA (28,3 %), des troubles
lipidiques (20,3 %) et du diabète de type 2 (13,4 %), certaines pouvant avoir plu-
sieurs comorbidités.
Ils ont trouvé que le TM6 avait augmenté de manière significative (p <  0,001).
HOMA-IR s’est amélioré de manière significative, passant d’une médiane (inter-
valle interquartile) de 2,01 (1,31–2,59) à 1,32 (0,86–2,08) après l’intervention. Des
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 131

analyses de régression linéaire par étapes multiples pour les changements dans
HOMA-IR ont montré que les changements dans l’IMC (β = 0,255, p = 0,019), les
triglycérides (β = 0,266, p = 0,015) et l’acide urique (β = 0,279, p = 0,009) étaient
indépendamment et significativement associés à des changements dans HOMA-
IR. L’augmentation du TM6 était en corrélation significative avec une améliora-
tion de l’HOMA-IR chez les participants ayant une gamma-glutamyl transfé-
rase (GGT) ≥ 26 UI/L (r = −0,682, p = 0,005), mais pas chez ceux avec une GGT
< 26 UI/L initiale (r = −0,127, p = 0,338). L’analyse de la covariance a montré que
deux droites de régression dans chaque graphique étaient significativement dif-
férentes (F = 5,64, p = 0,020). Ces résultats suggèrent qu’une augmentation sur le
TM6 prédit une amélioration de la résistance à l’insuline après un programme
d’entraînement de marche nordique de 12 semaines chez des participants avec
une GGT élevée. Ces résultats confirment ce que l’on avait vu précédemment et
l’intérêt de la marche nordique pour diminuer certains facteurs de risque cardio-
vasculaires dont l’IMC, le tour de taille, les triglycérides.
Sur le plan de l’équilibre et de la chute, l’équipe finlandaise de Karinkanta [124]
s’est intéressée au risque de chute chez les personnes âgées et a analysé les fac-
teurs en lien avec l’équilibre dynamique et la qualité de vie chez des femmes âgées
vivant en milieu ordinaire à domicile : 153 femmes ménopausées (en moyenne :
âge 72 ans, taille 159 cm, poids 72 kg) ont été incluses. L’état général et l’activité
physique ont été évalués par un questionnaire. L’équilibre dynamique a été testé
par un test de course en huit. L’équilibre statique a été testé sur une plate-forme
instable. La force isométrique maximale de la jambe (extenseurs) a été mesurée
avec un dynamomètre type presse. La force dynamique des membres inférieurs
a été testée en mesurant des forces de réaction avec une plate-forme de force
pendant des activités quotidiennes communes (test assis–debout–assis et tests
« marche sur un escalier »).
Concernant l’activité physique, 33 % des sujets ont rapporté une pratique d’exer-
cice relativement intense (marche, marche nordique, ski de fond, natation et
exercices aquatiques) au moins 2 fois/semaine et 22 % une activité active 1 fois/
semaine en plus d’exercice physique plus léger, 45  % restants n’ont pas exercé
régulièrement et ont été classifiés comme sédentaire. Les corrélations ont montré
que les femmes pratiquant plus de 3 km de marche/semaine avaient les meilleurs
scores aux tests d’équilibre et de force musculaire des membres inférieurs. Il y
avait aussi une bonne corrélation entre le score de qualité de vie et l’équilibre
dynamique.
Il ressort de ces données que la marche nordique est bien une activité accessible et
adaptée à la pratique chez les seniors. Dans cette population avançant en âge qui ne
va qu’augmenter, il existe bien un champ immense d’exploration des bénéfices sur
la santé grâce à la marche nordique. Vu la pyramide des âges, il s’agit d’un domaine
de santé publique et sociale prégnant en France avec des enjeux humanistes et
financiers en lien avec la perte d’autonomie, la fragilité, l’accès aux soins… L’intérêt
132 Marche nordique et santé

de l’activité physique pour lutter contre la dépendance et aider au « bien-vieillir » a


déjà fait l’objet de nombreux rapports et plans ministériels. Mais de futurs travaux
sont importants à réaliser pour analyser l’impact de la marche nordique et com-
prendre comment la prescrire. Ainsi son impact reste à déterminer sur des aspects
aussi variés que : l’évolution cognitive du sujet avançant en âge, en particulier chez les
sujets atteints d’Alzheimer ; l’effet préventif cardiovasculaire comme certaines études
le suggérent avec d’autres activités physiques ; l’impact sur le muscle ; la sarcopénie ;
la limitation de l’évolution ostéoporotique (voir plus haut). Bien sûr l’impact social
avec la lutte contre l’isolement et l’inégalité d’accès aux soins, l’impact économique à
la retraite sont des aspects où la pratique de marche nordique peut jouer un rôle et il
y a là encore un potentiel énorme de sujets de recherche.
En pratique, en prévention secondaire depuis une vingtaine d’années, de plus en
plus d’EPHAD en France utilisent des éducateurs sportifs pour faire faire bouger
leurs résidents et la marche nordique est un des outils utilisés et plébiscités par les
pratiquants.

À retenir
La liste des bienfaits de la marche nordique chez les seniors est importante
et rassurante. Il s’agit maintenant de bien leur en faire profiter. Ils sont nom-
breux à marcher, mais on peut faire mieux et la promotion de la marche nor-
dique est un enjeu social et de santé publique. Il faut augmenter le nombre
de marcheurs pour, en prévention primaire, accompagner le bien-vieillir et
pour, en prévention secondaire, limiter les effets de la dépendance et de la
morbidité liés à l’âge.

Femmes enceintes
L’analyse des études concernant l’intérêt de l’activité physique en général et en
particulier de la marche est positive à tous les stades de la grossesse. Les bénéfices
sont certains et reconnus, mais il est aussi important de considérer les précau-
tions et contre-indications à respecter (voir plus loin tableau  6.5)  [21]. Il existe
un certain nombre de recommandations françaises et internationales [125-127],
mais encore un petit nombre d’études sur ce thème activité physique et grossesse
(mère et enfant). Pour le fœtus, l’exercice ne modifie pas le risque de prématurité
et probablement le réduit. Il permet de réguler le poids à la naissance, en limitant
le risque d’hypotrophie et de macrosomie. Aucun trouble cognitif n’est observé
chez l’enfant bien au contraire [128].
Pour la mère, les bénéfices sont multiples : prévention du diabète gestationnel et
du surpoids ; réduction des risques de complications néonatales, du nombre de
césariennes et d’accouchements assistés, de la fréquence des cas d’incontinence
urinaire, de gain de poids excessif et des risques de dépression [126, 129, 130].
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 133

Aucun auteur n’a, à ce jour, étudié la marche nordique dans cette population,
même si plusieurs d’entre eux, comme Korsten-Reck dans son article de 2010 [131],
recommandent la marche nordique comme activité utile pour la mère et le futur
enfant, au même titre que le jogging, le cyclisme et la natation. Dans leurs messages
clés, des auteurs canadiens conseillent également la marche comme efficace et
gratuite [126]. La Haute Autorité de santé (HAS) positionne la marche en premier
dans ses conseils de pratique d’activité physique et ne lui connaît pas de risque
en pratique d’intensité modérée. En revanche, il existe malgré l’équilibration et la
sécurité que procurent les bâtons, toujours un risque en marche nordique, (bien
que moins fréquent qu’en running, en vélo, en équitation ou en ski) chez la femme
enceinte, c’est la chute et ses conséquences éventuelles sur la mère et le fœtus.

La marche nordique fait partie des sports recommandés


Les différentes recommandations s’accordent pour signifier que les sports à préco-
niser pendant la grossesse sont en général les sports qui sollicitent la filière aérobie :
jogging en début de grossesse, marche, vélo d’appartement, natation, ski de fond.
Donc la marche nordique correspond tout à fait à cette caractéristique. L’associa-
tion des différents sports d’endurance dont l’impact est surtout cardiorespiratoire à
un sport plus global sur le plan du renforcement musculaire ne peut être que béné-
fique. Par chance, la marche nordique associe ces deux bienfaits. La gymnastique
de renforcement musculaire lombo-abdominal est toujours intéressante mais la
possibilité d’un diastasis des grands droits doit être prise en compte à travers des
exercices statiques et en évitant les exercices dynamiques en concentrique  [21].
Là encore, la marche nordique en favorisant l’autograndissement aide les muscles
abdominaux à se contracter en excentrique et son action lors du mouvement de
double rotation bassin–buste implique surtout les obliques et le transverse, lais-
sant les grands droits très peu sollicités. En cas de grossesse chez une pratiquante
assidue de la musculation, les différents exercices peuvent être poursuivis mais avec
des charges moins importantes et des répétitions moins longues. Les exercices iso-
métriques pouvant être responsables d’une augmentation de la PSA, les exercices
dynamiques doivent être proposés prioritairement en évitant tout blocage respira-
toire [21]. Là encore, la marche nordique sera bénéfique et non délétère.

Intensité de l’exercice physique


Pour les gestantes peu actives ou inactives avant la grossesse, l’activité doit être
d’intensité faible à modérée. Chez les femmes très actives ou sportives, l’inten-
sité peut être plus élevée après accord médical. La mesure de l’intensité peut être
évaluée par la mesure de la FC, l’échelle de Borg modifiée ou le test de la parole
ou la combinaison de ces trois méthodes. En marche nordique, il paraît recom-
mandable d’utiliser les cardiofréquencemètres et d’éviter tout essoufflement
134 Marche nordique et santé

Tableau 6.4. Plages des fréquences cardiaques à faible risque pour les femmes
enceintes d’après la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE)
Condition physique ou
indice de masse corporelle Fréquence cardiaque
Âge de la gestante (IMC) (batttement/min)
Moins de 20 ans 140 à 155
20 à 29 ans Inactive 129 à 144
Active 135 à 150
En bonne condition 145 à 160
physique 102 à 124
IMC > 25 kg/m²
30 à 39 ans Inactive 128 à 144
Active 130 à 145
En bonne condition 140 à 156
physique 101 à 120
IMC > 25 kg/m²

important pour ne pas dépasser les limites fixées de 60 à 70 % de la FCmax. Ainsi
les zones cibles pour les FC à ne pas dépasser sont les suivantes : femme < 20 ans :
140–155  bpm  ; femme entre 20 et 29  ans  : 35–150  bpm  ; femme entre 30 et
39 ans : 130–145 bpm ; femme > 40 ans : 125–140 bpm (tableau 6.4)
Le test de la parole définit le seuil de dyspnée et permet de ne pas travailler trop
intensément, l’activité étant probablement d’intensité trop élevée si la femme ne
peut tenir une conversation pendant l’exercice [21].

Durée de l’exercice
Les recommandations canadiennes [126] concernant la durée de l’activité phy-
sique à pratiquer sont, en cas de grossesse, pour la plupart des femmes enceintes,
même celles qui ne faisaient jamais d’exercice auparavant, de 150 min d’activité
d’intensité faible à modérée réparties sur un minimum de 3 jours/semaine. Elle
sera adaptée en fonction du niveau de pratique, de la condition physique et du
terme de la grossesse. Des périodes courtes d’exercice sont recommandées pour
ne pas altérer la thermorégulation, permettre l’hydratation et éventuellement
l’alimentation.

Fréquence de l’exercice
Les recommandations sont de pratiquer une activité physique 3 à 5 fois/semaine.
Le nombre de séances diminuera au cours du 2e puis du 3e trimestre. Au cours
du 3e trimestre, il semble raisonnable de limiter l’activité physique à 3 séances/
semaine pour les femmes qui pratiquent dans un cadre de santé ou de loisir, et à
5 séances/semaine uniquement pour les sportives intensives sans risque.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 135

Conseils nutritionnels
La ration calorique doit être adaptée aux dépenses énergétiques en fonction
de la quantité et de l’intensité de l’activité physique, et selon l’IMC et l’évolu-
tion de la prise de poids de la femme au cours de la grossesse [125-127]. En
cas d’exercice pendant la grossesse, les conseils nutritionnels ne semblent pas
très différents des conseils habituels prodigués pour la pratique du sport dans
la population générale. Du fait du risque d’hypoglycémie pour la mère et des
risques de l’hypoglycémie maternelle pour le fœtus, les repas doivent être frac-
tionnés et adaptés à la durée et à l’intensité de l’activité physique. Les séances
d’activité physique doivent être régulièrement interrompues pour permettre à
la mère de s’hydrater et d’ingérer une collation mixte associant différents types
de glucides [21].
En cas de diabète gestationnel, les recommandations nutritionnelles sont les sui-
vantes : fractionnement de l’alimentation en quatre repas au minimum, augmen-
tation de la ration alimentaire en fibres, élimination des sucres rapides, ingestion
de portions d’hydrates de carbone à chaque repas. La collation avant ou en cours
d’exercice devrait être surveillée par une analyse de la glycémie [21].
Les recommandations nationales et internationales s’accordent à définir précisé-
ment les contre-indications à la pratique d’une activité physique ou sportive au
cours de la grossesse. La liste n’est pas exhaustive (tableau 6.5).

Tableau 6.5. Contre-indications à l’exercice chez la femme enceinte


Contre-indications absolues Contre-indications relatives
- Rupture prématurée des membranes - Antécédents de fausses couches à répétition
- Travail prématuré pendant la grossesse - Hypertension artérielle gestationnelle
actuelle, ou antécédents d’au moins deux - Grossesse gémellaire à partir de 28 semaines
naissances prématurées - Hémoglobinémie < 9 g/L ou anémie
- Saignement vaginal persistant inexpliqué symptomatique
ou placenta prævia après 24 semaines de - Diabète mal équilibré (HbA1C > 6,5 %)
gestation - Malnutrition
- Pré-éclampsie - Troubles de l’alimentation (anorexie, bouli-
- Béance du col utérin/cerclage mie)
- Indices de retard de croissance intra-utérin - Obésité extrême (IMC > 40)
- Troubles systémiques - Limitations orthopédiques (dos, genou,
Retard de croissance intra-utérine hanches surtout), mais natation possible
- Grossesse de rang élevé (triplés) - Maladies cardiovasculaires ou pulmonaires
- Épilepsie non contrôlée légères à modérées (arythmie maternelle,
- Autres maladies cardiovasculaires ou bronchite chronique)
pulmonaires aiguës ou chroniques graves - Diabète de type 1 non contrôlé
- Hémoglobinopathies : cardiopathie avec - Hypertension artérielle non contrôlée
retentissement hémodynamique - Maladie thyroïdienne non contrôlée
- Insuffisance respiratoire - Haut niveau de tabagisme
- Cerclage du col utérin - Sédentarité ancienne et majeure
- Retard de croissance intra-utérin
136 Marche nordique et santé

Obligation d’information
Dans le cadre de l’obligation pour le praticien d’informer sa patiente
enceinte des dangers qu’elle encourt à pratiquer une activité physique, les
différentes recommandations internationales insistent sur l’importance de
faire connaître à la femme enceinte les différents signes qui imposent un
arrêt immédiat de l’exercice [21] :
■ essoufflement persistant excessif à l’effort, non soulagé par le repos ;
■ douleur ou sensation de pression dans la poitrine (urgence médicale) ;
■ contractions utérines régulières et douloureuses non soulagées par le repos ;
■ fuite de liquide amniotique indiquant une rupture des membranes ;
■ vertiges, malaise ou céphalées ;
■ faiblesse musculaire affectant l’équilibre ;
■ douleur ou gonflement du mollet, œdème des membres inférieurs ;
■ saignements vaginaux ;
■ maux de tête ;
■ douleurs thoraciques ;
■ diminution des mouvements fœtaux.
Le praticien se doit donc de faire connaître à la patiente ces différents
signes, de lui distribuer éventuellement un imprimé les détaillants et de lui
demander de consulter immédiatement un professionnel de santé en cas
de survenue d’un ou de plusieurs signes.

À retenir
La marche nordique est recommandée pour toutes les femmes enceintes
en adaptant le programme à leur état de santé avec comme base 3 séances/
semaine au minimum et 150 min/semaine au minimum. Les contre-indica-
tions doivent être connues des professionnels de santé et les signes impo-
sant un arrêt de l’exercice doivent être connus des éducateurs sportifs qui
prennent en charge les patientes actives.

Après l’accouchement
Reprise d’une activité physique
Il ne semble pas y avoir de travaux portant sur marche nordique et post-par-
tum ; en revanche, la marche est recommandée par toutes les sociétés savantes.
La reprise d’une activité physique après la grossesse doit être progressive et initia-
lement d’intensité légère à modérée, du fait des changements physiologiques en
période initiale du post-partum (involution utérine, réduction de la volémie et
cicatrisation éventuelle) et du déconditionnement habituel lié à la grossesse. Les
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 137

activités physiques de base comme la marche active à allure modérée, les mon-
tées d’escalier, la natation modérée peuvent être rapidement reprises après [125-
127]. Donc on peut sans risque recommander la marche nordique en post-par-
tum immédiat dès que la jeune maman en ressent l’envie.
Quand reprendre la marche nordique  ? La plupart des modifications physio-
logiques et morphologiques induites par la grossesse persistent 4 à 6 semaines
après l’accouchement. En l’absence de contre-indications médicales (césarienne,
épisiotomie, incontinence urinaire), la reprise de l’activité physique ne doit pas
être différée puisque aucune complication maternelle n’est associée à la reprise
de l’entraînement sportif. Si la reprise de la marche nordique doit toujours être
progressive, certaines femmes vont pouvoir reprendre le sport plus rapidement
que d’autres, parfois même dans les jours qui suivent l’accouchement [21].

Allaitement
Chez une mère active, une perte de poids modérée pendant l’allaitement ne
semble pas compromettre la prise de poids du nourrisson. S’il advient une baisse
de sécrétion de lait maternel, elle est généralement imputable à une hydratation
ou à une ration calorique maternelle insuffisantes plutôt qu’à une activité phy-
sique trop importante.
Pour éviter les problèmes désagréables engendrés par l’engorgement mammaire,
il est recommandé de programmer les tétées ou le tirage du lait avant l’exercice.
Cette dernière recommandation devrait être appliquée avant tout exercice inten-
sif car celui-ci peut être responsable d’une élévation du taux sanguin d’acide lac-
tique et de là d’une acidité du lait maternel [21]. En cas d’allaitement, les activités
physiques ou sportives modérées n’altèrent ni la quantité, ni la qualité du lait
maternel [125-127].

Dépression du post-partum
Les femmes qui ont eu une activité physique régulière pendant la grossesse, et
l’ont poursuivie lors du 3e trimestre, sont moins fatiguées et manifestement plus
énergiques dès le 4e ou 5e jour après l’accouchement. Le retour à une activité phy-
sique d’intensité adaptée et bien conduite a été associé à une baisse de l’incidence
de la dépression du post-partum [21].

Incontinence urinaire d’effort


Grossesse et accouchement peuvent être des facteurs d’apparition ou d’aggravation
d’une incontinence urinaire d’effort notamment chez la primipare. Parmi les différents
facteurs de risque, l’apparition d’une incontinence dès le 2e trimestre et une prise de
poids supérieure à 13 kg sont souvent citées. La détection des troubles urinaires et leur
prise en charge par une rééducation périnéale adaptée sont nécessaires avant toute
reprise sportive surtout intensive. En cas d’épisiotomie ou de césarienne, la reprise
du sport ne peut être envisagée dans les 6 semaines après l’accouchement et doit
138 Marche nordique et santé

toujours être précédée d’une rééducation périnéale préventive parfaitement com-


prise [21]. La marche nordique n’a pas encore été étudiée au regard de cette question,
on peut toutefois penser que la marche nordique douce de reprise n’est pas risquée
pour le périnée et le tractus urinaire féminin.

À retenir
La marche nordique est une excellente activité physique de reprise, en dou-
ceur, en post-partum immédiat (jusqu’à la 6e semaine), et ce bien avant la
reprise de la course à pied. Sans risque si elle est pratiquée en intensité modé-
rée, elle préparera le passage à d’autres activités physiques dans les semaines
suivantes ou pas ; en effet, elle est au quotidien une très bonne activité phy-
sique pour une jeune maman et pour toute la vie.

Intérêt de la marche nordique dans les pathologies


du compétiteur
L’aspect traumatologique de la marche nordique a été traité au chapitre 5. Il est un
autre domaine intéressant le compétiteur, en particulier en athlétisme mais pas uni-
quement, c’est la possibilité d’utiliser la marche nordique comme outil de réadap-
tation et de rééducation du sportif blessé. Par exemple, il sera plus précocement
possible de faire de la marche nordique après une lésion musculaire ou osseuse que
de reprendre le footing, tout en gardant une mobilité et un travail cardiovasculaire.
Ainsi le sportif blessé, toujours pressé de reprendre, aura l’impression de ne pas rester
inactif. C’est tout l’art du médecin et du masseur-kinésithérapeute de décider quand
l’introduction de la marche nordique sera autorisée et introduite dans le processus de
cicatrisation musculaire. Un auteur l’a déjà testé avec succès, sur une lésion osseuse
de type fracture de fatigue du sacrum chez une marathonienne [132]. Aujourd’hui,
beaucoup de compétiteurs et leurs kinésithérapeutes utilisent la marche nordique
en période de reprise sur le terrain. Il n’y a pas encore de publications à ce sujet, mais
les retours des patients sportifs sont excellents. On respectera bien les consignes de
modération pour un retour plus précoce au club et sur le terrain.

Enfant
Chez les enfants et adolescents, les résultats de l’étude Esteban ont montré qu’en
2014–2016 seuls la moitié des garçons et un tiers des filles atteignaient les recom-
mandations en matière d’activité physique. Les enfants les plus jeunes étaient les
plus actifs, l’activité physique diminuant considérablement passé l’âge de 10  ans.
Bien qu’étant assez faibles, ces chiffres sont toutefois supérieurs à ceux relevés dans
l’étude Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) qui fait état en moyenne de
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 139

prévalences internationales de 28 % et 19 % pour les garçons âgés respectivement de


11 ans et 15 ans et de 19 % et 10 % pour les filles du même âge [133]. Le pourcen-
tage d’enfants et d’adolescents physiquement actifs n’a pas connu d’évolution signi-
ficative ces 10 dernières années. Toutefois les résultats ont montré une tendance à
une augmentation du niveau global d’activité physique chez les 15–17 ans, comme
cela a pu être observé en Europe et en Amérique du Nord entre 2002 et 2010 [134].
Ces données illustrent ainsi combien il est important d’agir de manière adaptée à
chaque classe d’âge pour favoriser le maintien des plus jeunes dans un niveau d’acti-
vité physique suffisant et pour confirmer la tendance observée d’une augmentation
du niveau global d’activité physique chez les plus âgés.
Actuellement, aucune étude médicale ne traite de la marche nordique chez l’en-
fant. À la FFA, plusieurs expériences en commun avec le milieu scolaire ont été
effectuées : enseignants et enfants ont été enchantés de pratiquer la marche nor-
dique. En insistant sur l’aspect ludique des bâtons (adaptés à la taille des enfants,
une célèbre marque française y a d’ailleurs pensé sous forme téléscopique pour
grandir avec le jeune), il y a matière à intéresser les enfants et surtout ceux por-
teurs de pathologies chroniques devraient en bénéficier au mieux. Ce domaine
vierge de toute étude est un sujet de recherche stimulant.

À retenir
Au regard de la situation sanitaire liée à sédentarité et l’inactivité chez les
enfants, les experts sont unanimes sur la nécessité d’améliorer leur condition
physique et de leur faire comprendre les risques des écrans. On peut donc
espérer que les professeurs d’éducation physique et sportive intègrent un
jour la marche nordique dans leurs outils pédagogiques [135].

Références
[1] Morgulec-Adamowicz N, Marszałek J, Jagustyn P. Nordic walking - A new form of adapted
physical activity. Human Movement 2001 ; 12(2) : 124‒32.
[2] Rodgers CD, VanHeest JL, Schachter CL. Energy expenditure during submaximal walking with
Exerstriders. Med Sci Sports Exerc 1995 ; 27 : 607‒11.
[3] Church TS, Earnest CP, Morss GM. Field testing of physiological responses associated with nor-
dic walking. Res Q Exerc Sport 2002 ; 73(3) : 296‒300.
[4] Porcari JP, Hendrickson TL, Walter PR, Terry L, Walsko G. The physiological responses to walking
with and without Power Poles on treadmill exercise. Res Q Exerc Sport 1997 ; 68 : 161‒6.
[5] Schiffer T, Knicker A, Hoffman U, Harwig B, Hollmann W, Strüder HK. Physiological responses
to nordic walking, walking and jogging. Eur J Appl Physiol 2006 ; 98(1) : 56‒61.
[6] Hagner W, Hagner-Derengowska M, Wiacek M, Zubrzycki IZ. Changes in level of VO2max,
blood lipids, and waist circumference in the response to moderate endurance training as a
function of ovarian aging. Menopause 2009 ; 16(5) : 1009‒13.
[7] Pellegrini B, Peyré-Artaruga LA, Zoppirolli C, Bortolan L, Savoldelli A, Minetti E, Schena F.
Mechanical energy patterns in nordic walking : comparisons with conventional walking. Gait &
Posture 2017 ; 51 : 234‒8.
140 Marche nordique et santé

[8] Perrey S, Fabre N. Exertion during uphill, level and downhill walking with and without hiking
poles. Journal of Sports Science and Medicine 2008 ; 7(1) : 32‒8.
[9] Hansen EA, Smith G. Energy expenditure and comfort during nordic walking with different
pole lengths. J Strength Cond Res 2009 ; 23(4) : 1187‒94.
[10] Jacobson BH, Wright T, Dugan B. Load carriage energy expenditure with and without hiking
poles during inclined walking. Int J Sports Med 2000 ; 21(5) : 356‒9.
[11] Pellegrini B, Boccia G, Zoppirolli C, Rosa R, Stella F, Bortolan L, et al. Muscular and metabolic
responses to different nordic walking techniques, when style matters. PLoS One 2018 ; 13(4) :
e0195438.
[12] Figard-Fabre H, Fabre N, Leonardi A, Schena F. Physiological and perceptual responses to nordic
walking in obese middle-aged women in comparison with the normal walk. Eur J Appl Physiol
2010 ; 108(6) : 1141‒51.
[13] Mikalački M, Čokorilo N, Katić R. Effect of nordic walking on functional ability and blood pres-
sure in elderly women. Coll Antropol 2011 ; 35(3) : 889‒94.
[14] Schiffer T, Knicker A, Dannöhl R, Strüder HK. Energy cost and pole forces during nordic walking
under different surface conditions. Med Sci Sports Exerc 2009 ; 41(3) : 663‒8.
[15] Jürimäe T, Meema K, Karelson K, Purge P, Jürimäe J. Intensity of nordic walking in young females
with different peak O2 consumption. Clinical Physiology and Functional Imaging 2009 ; 29(5) :
330‒4.
[16] Kamień D. Walk test used to monitor the performance in the health-directed nordic walking.
Physical Education and Sport 2008 ; 52(3) : 69‒72.
[17] Kukkonen-Harjula K, Hiilloskorpi H, Mänttäri A, Pasanen M, Parkkari J, Suni J, et al. Self-guided
brisk walking training with or without poles : a randomized-controlled trial in middle-aged
women. Scand J Med Sci Sports 2007 ; 17(4) : 316‒23.
[18] Knobloch K. No difference in the hemodynamic response to Nordic pole walking vs. conven-
tional brisk walking - a randomized exercise field test using the ultrasonic cardiac output moni-
tor (USCOM). Int J Cardiol 2007 ; 132(1) : 133‒5.
[19] Song MS, Yoo YK, Choi CH, Kim NC. Effects of nordic walking on body composition, muscle
strength and lipid profile in elderly women. Asian Nursing Research 2013 ; 7 : 1‒7.
[20] Prusik K, Kortas J, Prusik K, Mieszkowski J, Jaworska J, Skrobot W, et al. Nordic walking training
causes a decrease in blood cholesterol in elderly women supplemented with vitamin D. Front
Endocrinol (Lausanne) 2018 ; 9 : 42.
[21] Depiesse F, Coste O. Prescription des activités physiques pour la santé : de la prévention à la
thérapeutique, 2e éd Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson ; 2015.
[22] Cebula A, Tyka AK, Tyka A, Pałka T, Pilch W, Luty L, Mucha D. Physiological response and car-
diorespiratory adaptation after a 6-week nordic walking training targeted at lipid oxidation in a
group of post-menopausal women. PLoS One 2020 ; 15(4) : e0230917.
[23] Erickson KI, Voss MW, Prakash RS, Basak C, Szabo A, Chaddock L, et  al. Exercise training
increases size of hippocampus and improves memory. Proc Natl Acad Sci U S A 2011 ; 108(7) :
3017‒22.
[24] Miller JC, Krizan Z. Walking facilitates positive affect (even when expecting the opposite). Emo-
tion 2016 ; 16 : 775‒85.
[25] Schuhmacher R, Tuorng D, Stammler L, Göpfert B. Comparaison de l’activité musculaire lors du
power walking (marche rapide) et de la marche. Kinésithérapie, la Revue 2016 ; 16(174) : 28‒9.
[26] Anttila H, Anttila R, Holopainen S. Jokinen. Po. In: le walking and the effect of regular 12-week
pole walking exercise on neck and shoulder symptoms : The mobility of the cervical and tho-
racic spine and aerobic capacity. College for Health Care Professionals. Project work in physio-
therapy Helsinki ; 1999.
[27] Schwameder H, Ring-Dimitriou S. Knee joint loading and metabolic energy demand in walking,
nordic walking and running. Journal of Biomechanics 2006 ; 39(Suppl.1) : S185.
[28] Willson J, Torry MR, Decker MJ, Kernozek T, Streadman JR. Effects of walking poles on lower
extremity gait mechanics. Med Sci Sports Exerc 2001 ; 33(1) : 142‒7.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 141

[29] Hansen L, Henriksen M, Larsen P, Alkjaer T. Nordic walking does not reduce the loading of the
knee joint. Scand J Med Sci Sports 2008 ; 18(4) : 436‒41.
[30] Jöllenbeck T, Leyser D, Classen C, Mull M, Grüneberg C. Caractéristiques biomécaniques du
mouvement des jambes pendant la marche nordique – Une étude de terrain, présentation
orale, 4e Congrès de la Société européenne interdisciplinaire pour l’application clinique et des
sports ; 2006.
[31] Church TS, Earnest CP, Morss GM. Field testing of physiological responses associated with nor-
dic walking. Res Q Exerc Sport 2002 ; 73(3) : 296‒300.
[32] Yamamoto N, Sakai C, Bessyo K, Matsui C, Ishida H, Sakamoto R, et al. Joints angle, moment
and muscle activity during nordic walking compared to walking. Journal of Science and Medi-
cine in Sport 2012 ; 15 : S1‒S33.
[33] Geyer C. Ziel Mit zum Stockeinsatz, physiopraxis. Mit Stockeinsatz zum Ziel. Physiopraxis 2005 ;
4 : S36‒S384.
[34] Thorwesten L, Overhaus N, Völker K. Forces verticales et réaction du sol chez des pratiquants
de marche nordique et de marche. Congrès annuel de l’ECSS 2007  : 11‒4 juilletJyväskylä,
Finlande.
[35] Hagen M, Hennig EM, Stieldorf P. Lower and upper extremity loading in nordic walking in
comparison with walking and running. J Appl Biomech 2011 ; 27(1) : 22‒31.
[36] Kleindienst FI, Michel KJ, Schwarz J, Krabbe B. Comparaison des paramètres cinématiques et
cinétiques entre les modes de locomotion dans la marche nordique, marche et de course.
Sportverletz Sportschaden 2006 ; 20(1) : 25‒30.
[37] Pérez-Soriano P, Llana-Belloch S, Martínez-Nova A, Morey-Klapsing G, Encarnación-Martínez A.
Nordic walking practice might improve plantar pressure distribution. Res Q Exerc Sport 2011 ;
82(4) : 593‒9.
[38] Hudson D. The effect of walking with poles on the distribution of plantar pressures in normal
subjects. PMR 2014 ; 6(2) : 146‒51.
[39] Encarnación-Martínez A, Lucas-Cuevas AG, Pérez-Soriano P, Menayo R, Gea-García GM. Plan-
tar pressure differences between nordic walking techniques. J Hum Kinet 2017 ; 57 : 221‒31.
[40] Stief F, Kleindienst FI, Wiemeyer J, Wedel F, Campe S, Krabbe B. Inverse dynamic analysis of the
lower extremities during nordic walking, walking, and running. J Appl Biomech 2008 ; 24(4) :
351‒9.
[41] Grainer A, Zerbini L, Reggiani C, Marcolin G, Steele J, Pavei G, Paoli A. Physiological and percep-
tual responses to nordic walking in a natural mountain environment. Int J Environ Res Public
Health 2017 ; 14(10) : 1235.
[42] Kwak DJ, Kim KT, Kang GM, Park YJ, Lee HL, Kim MK. Effect of 8-week nordic walking trai-
ning on nondominant hand grip and shoulder strength in middle-aged women. J Exerc Rehabil
2019 ; 15(3) : 414‒8.
[43] Kato T, Tomioka T, Yamashita T, Yamamoto H, Sugajima Y, Ohnishi N. Nordic walking increases
distal radius bone mineral content in young women. J Sports Sci Med 2020 ; 19 : 237‒44.
[44] Cugusi L, Manca A, Yeo TJ, Bassareo PP, Mercuro G, Kaski JC. Nordic walking for individuals with
cardiovascular disease : a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials.
Eur J Prev Cardiol 2017 ; 24(18) : 1938‒55.
[45] Kocur P, Deskur-Smielecka E, Wilk M, Dylewicz P. Effects of nordic walking training on exercise
capacity and fitness in men participating in early, short-term inpatient cardiac rehabilitation
after an acute coronary syndrome - a controlled trial. Clin Rehabil 2009 ; 23(11).
[46] Kocur P, Deskur-Smielecka E, Wilk M, Dylewicz P. Estimation of energy expenditure during
various forms of exercise training in early cardiac rehabilitation. Physiotherapy 2009 ; 17(2) :
3‒11.
[47] Fournier JF, Vuillemin A, Le Cren F. Mesure de la condition physique chez les personnes âgées.
Évaluation de la condition physique des seniors : adaptation française de la batterie américaine
« Senior Fitness Test. Science & Sports 2012 ; 27(4) : 254‒9.
142 Marche nordique et santé

[48] Walter PR, Porcari JP, Brice G, Terry L. Acute responses to using walking poles in patients with
coronary artery disease. J Cardiopulm Rehabil 1996 ; 16(4) : 245‒50.
[49] Wilk M, Kocur P, Różańska A, Przywarska I, Dylewicz P, Owczarski T, et al. Assessment of the
selected physiological effects of nordic walking performed as a part of a physical exercise pro-
gram during the second phase of rehabilitation after a myocardial infarction [in Polish]. Reha-
bilitacja Medyczna 2005 ; 9(2) : 33‒9.
[50] Oakley C, Zwierska I, Tew G, Beard JD, Saxton JM. Nordic poles immediately improve wal-
king distance in patients with intermittent claudication. Eur J Vasc Endovasc Surg 2008 ; 36(6) :
689‒94.
[51] Langbein WE, Collins EG, Orebaugh C, Maloney C, Williams KJ, Littooy N, Edwards LC. Increa-
sing exercise tolerance of persons limited by claudication pain using polestriding. J Vasc Surg
2002 ; 35(5) : 887‒93.
[52] Collins EG, Langbein WE, Orebaugh C, Bammert C, Hanson K, Reda D, et al. Cardiovascular
training effect associated with polestriding exercise in patients with peripheral arterial disease.
J Cardiovasc Nurs 2005 ; 20(3) : 177‒85.
[53] Spafford C, Oakley C, Beard JD. Randomized clinical trial comparing Nordic pole walking and a
standard home exercise programme in patients with intermittent claudication. Brit J Surg 2014 ;
101 : 760‒7.
[54] Keast ML, Slovinec d’Angelo ME, Nelson CRM, Turcotte SE, McDonnell LA, Nadler RE, et al.
Randomized trial of nordic walking in patients with moderate to severe heart failure. Can J
Cardiol 2013 ; 29(11) : 1470‒6.
[55] Prince SA, Wooding E, Mielniczuk L, Pipe AL, Chan KL, Keast ML, et al. Nordic walking and
Standard exercise therapy in patients with chronic heart failure : a randomised controlled trial
comparison. Eur J Prev Cardiol 2019 ; 26(16) : 1790‒4.
[56] Casillas JM, Hannequin A, Besson D, Benaïm S, Krawcow C, Laurent Y, Gremeaux V. Les tests de
marche au cours du réentraînement à l’effort : spécificités de leur utilisation en réadaptation
cardiovasculaire. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine 2013 ; 56(7-8) : 561‒75.
[57] Guyatt GH, Sullivan MJ, Thompson PJ, Fallen EL, Pugsley SO, Taylor W, Berman LB. The 6-minute
walk : a new measure of exercise capacity in patients with chronic heart failure. Can Med Assoc
J 1985 ; 132(8) : 919‒23.
[58] Lucas C, Stevenson LW, Johnson W, Hartley H, Hamilton MA, Walden J, et al. The 6-min walk
and peak oxygen consumption in advanced heart failure : aerobic capacity and survival. Am
Heart J 1999 ; 138 : 618‒24.
[59] Launois P, Khoudeir A, Pujol V, García N, Fargas J, Mena J, et al. Does nordic walking helps to
improve exercise capacity and weight control in patients with resistant hypertension ?. Annals
of Physical and Rehabilitation Medicine 2018 ; 61 : e276.
[60] Gram B, Christensen R, Christiansen C, Gram J. Effects of nordic walking and exercise in type 2
diabetes mellitus : a randomized controlled trial. Clin J Sport Med 2010 ; 20(5) : 355‒61.
[61] Diabetes Prevention Program Research GroupKnowler WC, Fowler SE, Hamman RF, Christophi
CA, Hoffman HJ, et al. 10 year follow-up of diabetes incidence and weight loss in the Diabetes
Prevention Program Outcomes Study. Lancet 2009 ; 374 : 1677‒86.
[62] Fritz T, Caidahl K, Osler M, Stenson CG, Zierath JR, Wandell P. Effects of nordic walking on
health-related quality of life in overweight individuals with type 2 diabetes mellitus, impaired
or normal glucose tolerance. Diabet Med 2011 ; 28 : 1362‒72.
[63] Sentinelli F, La Cava V, Serpe R, Boi A, Incani M, Manconi E, et al. Effets positifs de la marche
nordique sur les variables anthropométriques et métaboliques chez les femmes atteintes de
diabète de type 2. Science & Sports 2015 ; 30(1) : 25‒32.
[64] Fritz T, Caidahl K, Krook A, Luström P, Mashili F, Osler M, et al. Effects of nordic walking on
cardiovascular risk factors in overweight individuals with type 2 diabetes, impaired or normal
glucose tolerance. Diabetes Metab Res Rev 2013 ; 29(1) : 25‒32.
[65] Wasenius N. s [thesis]. In: Influence of exercise training on daily physical activity and risk factors
for type 2 diabete Université d’Helsinki ; 2014.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 143

[66] Figard-Fabre H, Fabre N, Leonardi A, Schena F. Effıcacy of nordic walking in obesity manage-
ment. Int J Sports Med 2011 ; 32(6) : 407‒14.
[67] Schena F, Helène Figard-Fabre, Fabre N, Leonardi A. Specifc effects of nordic walking training in
obese middle-aged women : 2354. Med Sci Sport Exercise 2010 ; 42 : 597‒8.
[68] Muollo V, Rossi AP, Milanese C, Masciocchi E, Taylor M, Zamboni M, et al. The effects of exer-
cise and diet program in overweight people - nordic walking versus walking. Clin Interv Aging
2019 ; 14 : 1555‒65.
[69] Van Eijkeren FJ, Reijmers RS, Kleinveld MJ, Minten A, Bruggen JP, Bloem BR. Nordic walking
improves mobility in Parkinson’s disease. Mov Disord 2008 ; 23(15) : 2239‒43.
[70] Fritz B, Rombach S, Godau J, Berg D, Horstmann T. The influence of nordic walking training on
sit-to-stand transfer in Parkinson patients. Gait Posture 2011 ; 34(2) : 234‒8.
[71] Reuter I, Mehnert S, Leone P, Kaps M, Oechsner M, Engelhardt M. Effects of a flexibility and
relaxation programme, walking, and nordic walking on Parkinson’s disease. J Aging Res 2011 ;
2011 : 232473.
[72] Bang D, Shin W. Effects of an intensive nordic walking intervention on the balance function and
walking ability of individuals with Parkinson’s disease : a randomized controlled pilot trial. Aging
Clin Exp Res 2017 ; 29 : 993‒9.
[73] Cascaes da Silva F, da Rosa Iop R, Valdivia Arancibia BA, Gonçalves Ferreira E, Soleman Her-
nandez SS, da Silva R. Effects of nordic walking on Parkinson’s disease : a systematic review of
randomized clinical trials. Fisioterapia e Pesquisa 2016 ; 23(4).
[74] Shu HF, Yang T, Yu SX, Huang HD, Jiang LL, Gu JW, et al. Aerobic exercise for Parkinson’s disease
: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. PLoS One 2014 ; 9(7) :
e100503.
[75] Shulman LM, Katzel LI, Ivey FM, Sorkin JD, Favors K, Anderson KE, et al. Randomized clinical
trial of 3 types of physical exercise for patients with Parkinson disease. JAMA Neurol 2013 ;
70(2) : 183‒90.
[76] Baatile J, Langbein WE, Weaver F, Maloney C, Jost MB. Effect of exercise on perceived quality of
life of individuals with Parkinson’s disease. J Rehabil Res Dev 2000 ; 37(5) : 529‒34.
[77] States RA, Spierer DK, Salem Y. Long-term group exercise for people with Parkinson’s disease : a
feasibility study. J Neurol Phys Ther 2011 ; 35(3) : 122‒8.
[78] Ebersbach G, Ebersbach A, Edler D, Kaufhold O, Kusch M, Kupsch A, Wissel J. Comparing exer-
cise in Parkinson’s disease-The Berlin BIG Study. Mov Disord 2010 ; 25(12) : 1902‒8.
[79] Herfurth M, Godau J, Kattner B, Rombach D, Grau D, Maetzler W, Berg D. Gait velocity and
step length at baseline predict outcome of nordic walking training in patients with Parkinson’s
disease. Parkinsonism & Related Disorders 2015 ; 21(4) : 413‒6.
[80] Bannier S, Muller F, Conton JC, Viollier-Fers S, Pujol S, Ellie E. Parkinson et sport : l’évaluation de
la marche nordique. Revue Neurologique 2015 ; 171(supplément 1) : A237.
[81] Allet L, Leemann B, Guyen E, Murphy L, Monnin D, Herrmann FR, Schnider A. Effect of dif-
ferent walking aids on walking capacity of patients with poststroke Hemiparesis. Arch Phys
Med Rehabil 2009 ; 90(8) : 1408‒13.
[82] Kang TW, Lee JH, Cynn HS. Six-week Nordic treadmill training compared with treadmill trai-
ning on balance, gait, and activities of daily living for stroke patients : a randomized controlled
trial. J Stroke Cerebrovasc Dis 2016 ; 25(4) : 848‒56.
[83] Norbert M, Lemaire-Desreumaux S, Guyot MA, Donze C, Weissland T. Contribution of the
adapted physical activities for the improvement of the quality of life of persons affected by
multiple sclerosis. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine 2014 ; 57(1) : e306‒7.
[84] Chenet A, Gosseaume A, Wiertlewski S, Perrouin-Verbe B. Efficacity of exercise training on
multiple sclerosis patients with cognitive impairments. Annals of Physical and Rehabilitation
Medicine 2016 ; 59 : e42.
[85] Bechard DJ, Birmingham TB, Leitch KM, Jenkyn TR, Giffin JR. The effects of nordic walking poles
on mechanical knee joint loading in individuals with medial compartment knee osteoarthritis.
Poster in Osteoarthritis and Cartilage 2011 ; 19S1 : S53‒S236.
144 Marche nordique et santé

[86] Jigami H, Sato N, Honma D, Shimoyama Y, Wada T, Endo N. Effects of nordic walking in the
community dwelling subjects with hip osteoarthritis. Journal of Science and Medicine in Sport
2013 ; 16(Supplement 1) : e61.
[87] Wendlova J. Nordic walking–is it suitable for patients with fractured vertebra ?. Bratisl Lek Listy
2008 ; 109(4) : 171‒6.
[88] Ossowski ZM, Skrobot W, Aschenbrenner P, Cesnaitiene VJ, Smaruj M. Effects of short-term
nordic walking training on sarcopenia-related parameters in women with low bone mass : a
preliminary study. Clin Interv Aging 2016 ; 11 : 1763‒71.
[89] Kontulainen S. Nordic Walking for Individuals With Osteoporosis, Vertebral Fracture or Hyper-
kyphosis University of Saskatchewan. ; 2019 –2021ClinicalTrials.gov Identifier : NCT03885466.
[90] Henkel J, Bak P, Otto R, Smolenski UC. Effect of selected prevention concepts on functional
health of persons with nonspecifıc chronic recurrent neck pain. Manual Med 2008  ; 47(1)  :
57‒66.
[91] Saeterbakken AH, Nordengen S, Andersen V, Fimland MS. Nordic walking and specific strength
training for neck- and shoulder pain in office workers : a pilot-study. Eur J Phys Rehabil Med
2017 ; 53(6) : 928‒35.
[92] Kocur P, Pospieszna B, Choszczewski D, Michalowski L, Wiernicka M, Lewandowski J. The effects
of nordic walking training on selected upper-body muscle groups in female-office workers : a
randomized trial. Work 2017 ; 56(2) : 277‒83.
[93] Hartvigsen J, Morsø L, Bendix T, Manniche C. Supervised and non-supervised nordic walking in
the treatment of chronic low back pain : a single blind randomized clinical trial. BMC Muscu-
loskelet Disord 2010 ; 11 : 30.
[94] Salim M, Brodin E, Spaals-Abrahamsson Y, Berntorp E, Zetterberg E. The effect of nordic walking
on joint status, quality of life, physical ability, exercise capacity and pain in adult persons with
haemophilia. Blood Coagul Fibrinolysis 2016 ; 27(4) : 467‒72.
[95] Inserm. Activité physique. Prévention et traitement des maladies chroniques. Coll Expertise
collective Éditions EDP Sciences 2019 : 824 p.
[96] INCa. Bénéfices de l’activité physique pendant et après cancer. Des connaissances scientifiques
aux repères pratiques. Coll. État des lieux et des connaissances/Prévention. Mars 2017.
[97] Malicka I, Stefańska M, Rudziak M, Jarmoluk P, Pawłowska K, Szczepańska-Gieracha J, et al. The
influence of nordic walking exercise on upper extremity strength and the volume of lymphoe-
dema in women following breast cancer treatment. Isokinetics Exerc Sci 2011 ; 19(4) : 295‒304.
[98] Leibbrand B, Kähnert H, Exner AK, et al. Nordic walking–trend or ideal performance training in
breast cancer ?. Onkologie 2010 ; 33 : 182‒3.
[99] Rösner M. Evaluation of a nordic walking program on shoulder joint mobility and isometric
force in breast cancer patients. Deutsche Zeitschrift fur Sportmedizin 2011 ; 62(5) : 120‒4.
[100] Sprod LK, Drum SN, Bentz AT, Carter SD, Schneider CM. The effects of walking poles on shoul-
der function in breast cancer survivors. Integrative Cancer Therapies 2005 ; 4(4) : 287‒93.
[101] Szczepańska-Gieracha J, Malicka I, Figuła M, Rymaszewska J, Woźniewski M. The influence of
eight-week nordic walking exercise on life quality of women after mastectomy. Onkologia
Polska 2010 ; 13(2) : 90‒5.
[102] Fields J, Richardson A, Hopkinson J, Fenlon D. Nordic Walking as an exercise intervention to
reduce pain in women with aromatase inhibitor-associated arthralgia : a feasibility study. J Pain
Symptom Manage 2016 ; 52(4) : 548‒59.
[103] Sánchez-Lastra MA, Torres J, Martínez-Lemos I, Ayán C. Nordic walking for women with breast
cancer : a systematic review. Eur J Cancer Care 2019 ; 28(6) : e13130.
[104] Strömbeck BE, Theander E, Jacobsson LTH. Effects of exercise on aerobic capacity and fatigue in
women with primary Sjogren’s syndrome. Rheumatology 2007 ; 46 : 868‒71.
[105] Miyamoto ST, Valim V, Carletti L, Ng WF, Perez AJ, Lendrem DW, et  al. Supervised walking
improves cardiorespiratory fitness, exercise tolerance, and fatigue in women with primary Sjö-
gren’s syndrome : a randomized-controlled trial. Rheumatol Int 2019 ; 39(2) : 227‒38.
La marche nordique au regard des connaissances scientifiques et médicales 145

[106] Suija K, Pechter U, Kalda R, Tähepõld H, Maaroos J, Maaroos HI. Physical activity of depressed
patients and their motivation to exercise : Nordic Walking in family practice. Int J Rehabil Res
2009 ; 32(2) : 132‒8.
[107] Park SD, Yu SH. The effects of Nordic and general walking on depression disorder patients’
depression, sleep, and body composition. J Phys Ther Sci 2015 ; 27(8) : 2481‒5.
[108] Mannerkorpi K, Nordeman L, Cider A, Jonsson G. Does moderate-to-high intensity nordic wal-
king improve functional capacity and pain in fibromyalgia ? A prospective randomized control-
led trial. Arthritis Res Ther 2010 ; 12 : R189.
[109] Jones KD, Liptan GL. Exercise interventions in fibromyalgia : clinical applications from the evi-
dence. Rheum Dis Clin North Am 2009 ; 35 : 373‒91.
[110] Jones KD. Nordic walking in fibromyalgia : a means of promoting fitness that is easy for busy
clinicians to recommend. Arthritis Res Ther 2011 ; 13(1) : 103.
[111] O’Connor SR, Tully MA, Ryan B, Bleakley CM, Baxter GD, Bradley JM, McDonough SM. Walking
exercise for chronic musculoskeletal pain : systematic review and meta-analysis. Arch Phys Med
Rehabil 2015 ; 96(4) : 724‒34 e3.
[112] Breyer MK, Breyer-Kohansal R, Funk GC, Dornhofer N, Spruit MA, Wouters EF, et al. Nordic
Walking improves daily physical activities in COPD : a randomised controlled trial. Respir Res
2010 ; 11 : 112.
[113] Ochman M, Jastrzȩbski D, Wojarski J, Zegleń S, Kowalski K, Wyrwolł J, et al. Nordic walking as a
new model of pulmonary rehabilitation for patients referred for lung transplantation - a preli-
minary report. Kardiochirurgia i Torakochirurgia Polska 2010 ; 7(4) : 452‒7.
[114] Martinu T, Babyak MA, O’Connell CF, Carney RM, Trulock EP, Davis RD, et al. Baseline 6-min
walk distance predicts survival in lung transplant candidates. Am J Transpl 2008 ; 8 : 1498‒505.
[115] Ferreira A, Garvey C, Connors GL, Hilling L, Rigler J, Farrell S, et al. Pulmonary rehabilitation in
interstitial lung disease. Chest 2009 ; 135 : 442‒7.
[116] Salhi B, Troosters T, Behaegel M, Joos G, Derom E. Effects of pulmonary rehabilitation in patients
with restrictive lung diseases. Chest 2010 ; 137 : 273‒7.
[117] Garcia-Aymerich J, Lange P, Benet M, Shnor P, Antó JM. Regular physical activity reduces hos-
pital admission and mortality in chronic obstructive pulmonary disease : a population based
cohort study. Thorax 2006 ; 61 : 772‒8.
[118] Surpas P. Communication orale en congrès de réadaptation respiratoire : eéadaptation à l’effort
des personnes BPCO. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine 2013 ; 56S : e323‒9.
[119] Bullo V, Gobbo S, Vendramin B, Duregon F, Cugusi L, Di Blasio A, et al. Nordic walking can be
incorporated in the exercise prescription to increase aerobic capacity, strength and quality of
life for elderly : a systematic review and meta-analysis. Rejuvenation Res 2018 ; 21(2) : 141‒61.
[120] Mikalački M, Čokorilo N, Katić R. Effect of nordic walking on functional ability and blood pres-
sure in elderly women. Collegium Antropologicum 2011 ; 35(3) : 889‒94.
[121] Figueiredo S, Finch L, Mai J, Ahmed S, Huang A, Mayo NE. Nordic walking for geriatric rehabili-
tation : a randomized pilot trial. Disabil Rehabil 2013 ; 35(12) : 968‒75.
[122] Parkatti T, Perttunen J, Wacker P. Improvements in functional capacity from nordic walking : a
randomized controlled trial among older adults. J Aging Phys Act 2012 ; 20(1) : 93‒105.
[123] Kawamoto R, et al. Determinants of change in insulin resistance response to nordic walking
in community-dwelling elderly women. Journal of Clinical Gerontology & Geriatrics 2015 ; 6 :
100‒5.
[124] Karinkanta S, Heinonen A, Sievanen H, Uusi-Rasi K, Kannus P. Factors predicting dynamic
balance and quality of life in home-dwelling elderly women. Gerontology 2005 ; 51(2) : 116‒21.
[125] HAS. Prescription d’activité physique et sportive pendant la grossesse et en post-partum. Juil-
let 2019. En ligne [consulté le 24/09/2020] https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/
pdf/2019-07/app_329_ref_aps_grossesse_vf.pdf.
[126] Mottola MF, Davenport MH, Ruchat SM, Slater L, Stirling D, Zehr L, et  al. Lignes directrices
canadiennes sur l’activité physique durant la grossesse. JOG 2018 ; 40(11) : 1538‒48.
146 Marche nordique et santé

[127] American College of Sports Medicine. ACSM’s guidelines for exercise testing and prescription,
9th ed Philadelphia Wolters Kluwer/Lippincott, Williams & Wilkins ; 2013.
[128] Laure P, Pichon ML, Galliot L, Wantz L. Activité physique et grossesse physiologique : intérêt
pour l’enfant à naître. Sage-Femme 2018 ; 17(1) : 1‒6.
[129] Maître C. Sport et grossesse : une nécessaire prescription. Science & Sports 2013 ; 28(2) : 103‒8.
[130] Pruvost J. Grossesse et activité physique. In: Depiesse F, editor. Prescription des activités phy-
siques. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; 2016. p. 403‒24.
[131] Korsten-Reck U. Physical activity in pregnancy and in breast-feeding period in obese mothers.
Z Geburtshilfe Neonatol 2010 ; 214(3) : 95‒102.
[132] Knobloch K. Rapid rehabilitation programme following sacral stress fracture in a long-distance
running female athlete. Arch Orthop Trauma Surg 2007 ; 127(9) : 809‒13.
[133] Currie C, Zanooti C, Morgan A, Currie D, de Looze M, Roberts C, Samdal O, et al. Social deter-
minants of health and well-being among young people. Health Behaviour in School-aged
Children (HBSC) study : International report from the 2009/2010 survey. Copenhagen : WHO
Regional Office for Europe Health Policy for Children and Adolescents ; 2012 no 6.
[134] Kalman M, Inchley J, Sigmundova D, Iannotti R, Tynjälä J, Hamrik Z, et  al. Secular trends in
moderate-to-vigorous physical activity in 32 countries from 2002 to 2010 : a cross-national
perspective. Eur J Public Health 2015 ; 25(Suppl 2) : 37‒40.
[135] Verdot C, Salanave B, Deschamps V. Activité physique et sédentarité dans la population fran-
çaise. Situation en 2014-2016 et évolution depuis 2006-2007. BBulletin Épidémiologique Heb-
domadaire, 9 juin 2020, no 15.
CHAPITRE

7
Précautions à prendre
lors de la pratique de la
marche nordique

PLAN DU CHAPITRE
■■ Règles de sécurité
yy Recommandations générales
yy Cas particulier du sujet avec un diabète de type 2
■■ Conditions environnementales
yy Effet de la chaleur [2]
yy Effet du froid
yy Pollution

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
148 Marche nordique et santé

Règles de sécurité
Recommandations générales
Dès que l’on sort en plein air, on doit prendre un certain nombre de précau-
tions pour assurer son confort et sa sécurité. L’équipement doit être conforme
aux exigences de l’environnement où l’on se rend. Dès que vous sortez des zones
urbaines, n’oubliez jamais que les secours mettront plus de temps à vous joindre
et à vous trouver en cas de problème.
Il faut s’équiper de chaussures de sport adaptées. Elles doivent être souples et confor-
tables, et avoir une semelle crantée, antidérapante. Les chaussures de trail, chaussures
de marche à tige basse, et les chaussures de jogging conviennent le mieux. Les pieds
et les chevilles doivent pouvoir bouger librement, sans entrave. Selon la température,
il faudra s’habiller de plusieurs couches superposées en milieu froid, car on va transpi-
rer rapidement si l’on marche vite. La couche la plus près du corps doit être respirante
pour évacuer la transpiration. La couche suivante doit réchauffer, mais pas trop. La
couche superficielle coupe-vent doit être un peu imperméable mais pas étouffante.
Il faut pouvoir enlever ces différentes couches en cas de sensation de chaleur. Inver-
sement, en milieu chaud et humide ou chaud et sec, on prendra un vêtement proté-
geant du soleil mais léger et respirant permettant l’évacuation de la sueur.
Apporter un petit sac à dos (étroit pour ne pas gêner les bras) pour avoir sous la
main en cas de besoin :
■ un gilet et/ou un petit blouson pour vous couvrir si le temps se gâte ;

■ une petite bouteille d’eau pour s’hydrater au cours de la séance ;

■ un en-cas pour pallier une hypoglycémie ou un petit creux (fruits secs, barres

de céréales, sucre…) ;
■ le plan du parcours ;

■ un téléphone portable (vérifiez s’il y a une couverture de zone là où vous allez)

afin d’appeler les secours si besoin (numéro d’urgence à appeler : 15 ou 112).


Notons que les sacs de traileur sont très pratiques car ils comportent une poche
d’eau et son tuyau d’aspiration disponible en permanence pendant la séance, ainsi
que des poches de rangement pour les clefs et le téléphone.
Toujours informer un proche de sa sortie. Toujours se renseigner sur les condi-
tions climatiques, le temps peut changer étonnamment vite en plein air. Attention
aux alertes météo, tenez-en compte ! Ne vous exposez pas à des risques inconsi-
dérés seul ou avec un groupe de marche nordique.
Prévoir si on part loin et longtemps en randonnée de marche nordique une cou-
verture de survie et du matériel de premiers secours (désinfectants, compresses,
pansements…). Au-delà de l’environnement, la sécurité passe aussi par l’état de
santé du sujet et le respect des contre-indications partielles et temporaires (voir
chapitre 6). La pratique de la marche nordique peut dans certains cas, en fonction
de la déficience, nécessiter des aménagements. La première de ces précautions,
Précautions à prendre lors de la pratique de la marche nordique 149

c’est bien sûr l’intensité et la durée de la pratique : celles-ci doivent être fonction
de l’état de santé, de la condition physique et en particulier de la capacité aérobie
du patient. Un bon moyen de ne pas prendre de risque est de vérifier la capacité
d’un sujet à parler sans dyspnée durant l’effort de marche nordique (test de la
parole) : ceci indique que le sujet demeure sous le seuil d’essoufflement ou de
dyspnée. Ce niveau est appelé aussi, lors du test d’effort avec mesure des gaz
expirés, le seuil ventilatoire 1 : marchant sans dyspnée, le marcheur se situe dans la
zone d’aisance respiratoire en capacité aérobie et on ne prend pas de risque pour
sa santé. Bien sûr, on le verra plus loin, il faut stresser l’organisme pour le faire pro-
gresser et donc on devra faire des séances au-delà de ces seuils, mais c’est tout l’art
du médecin, du kinésithérapeute et du coach de gérer les montées en intensité.

Cas particulier du sujet avec un diabète de type 2


Précautions spécifiques
En cas de troubles métaboliques comme un diabète de type 2 (DT2), il faut s’assurer
de l’absence de contre-indication à l’effort (électrocardiogramme de repos a minima)
et adapter son traitement et son alimentation. De manière générale, un sujet jeune
et avec un bon contrôle métabolique glycémique peut pratiquer de la marche
nordique sous réserve de respecter certaines consignes. Pour les diabétiques d’âge
moyen ou avancé, il faut encourager un mode de vie actif et pratiquer des examens
complémentaires pour vérifier l’aptitude à la marche nordique. On éliminera le risque
d’hypoglycémie chez les personnes traitées par sulfamides hypoglycémiants ou par
insuline (voir ci-dessous) et on se méfiera des complications qui peuvent compro-
mettre la santé du patient lors de la pratique des activités physiques (cardiopathie
ischémique, artériopathie, rétinopathie, néphropathie, neuropathie avec atteinte du
pied ou risque d’hypotension orthostatique, atteinte osseuse). La recherche de ces
complications doit être systématique lors des bilans périodiques et une pratique phy-
sique régulière, adaptée, sécurisante et progressive sera recherchée dans tous les cas.
On se rappelle que c’est pour le diabète que l’on a employé pour la première fois le
terme de médicament pour l’activité physique au début des années 2000.
Pour un diabétique, on respectera les conditions d’échauffement, d’hydratation,
de repos en cas de maladies intercurrentes surtout infectieuses, on aura toujours
avec soi de quoi le resucrer (voir ci-dessous), il aura des vêtements et des chaus-
sures adaptés à la marche nordique et à la météo. Ces chaussures feront une poin-
ture de plus pour éviter les risques de lésions cutanées dues aux frottements. On
n’hésitera pas à lui dire de préparer ses pieds en les massant régulièrement avec
une crème anti-frottement.
Un diabétique bien éduqué prendra sa glycémie capillaire avant l’effort à l’aide
de son analyseur portable ou implanté, il ne débutera pas un effort physique si la
glycémie est < 0,80 g/L et > 2,5 g/L.
150 Marche nordique et santé

Conduite à tenir en cas d’hypoglycémie à l’effort


En pratique, il faut s’assurer que tout diabétique emmène des glucides à index gly-
cémique (IG) élevé (barre de céréales, pain, pâte de fruits, sucres emballés, jus de
fruits) à prendre en cas de signes d’hypoglycémie, surtout s’il prend des sulfamides
hypoglycémiants ou de l’insuline, s’il pratique une activité physique et qu’il se sait
sujet à des hypoglycémies d’effort. Le sujet doit donc toujours avoir dans son sac
des aliments avec IC élevé (éducation thérapeutique).
En cas d’effort prolongé de plusieurs heures :
■ les deux derniers repas doivent être plus riches en glucides d’absorption lente

(IG bas comme des gâteaux secs) ;


■ 15 à 20 g de glucides d’absorption rapide (IG élevé) doivent être pris toutes

les 30 à 45 min pendant l’activité ;


■ 20 à 30 g de glucides sont rajoutés aux collations ;

■ un demi-litre d’eau doit être consommé au minimum toutes les heures.

Pour les efforts plus courts :


■ 15 à 20 g de glucides sont à ajouter lors du repas précédent ;

■ de l’eau faiblement sucrée est bue régulièrement (200  mL toutes les demi-

heures environ).
Pour les efforts imprévus :
■ prendre 15 à 20 g de glucides au cours de l’effort (barre de céréales, pain) ;

■ boire de l’eau sucrée au-delà d’un effort de 30 min.

Pour une hypoglycémie apparaissant au cours de l’effort (les signes précurseurs


sont souvent bien connus des patients eux-mêmes) :
■ arrêter l’effort,

■ avaler 3 sucres,

■ rajouter  25 à 30  g de glucides au repas suivant (pain, gâteau type «  petit

beurre ») et renouveler, en suivant, la glycémie.


En prévention de l’hypoglycémie tardive (effort important effectué en 2e partie
ou en fin de journée) :
■ rajouter 40 à 50 g de glucides au repas suivant l’effort (pain, riz, pâtes) ;

■ contrôler la glycémie au coucher avec collation supplémentaire si nécessaire.

En cas de coma hypoglycémique chez un patient ayant déjà fait ce type de malaise
ou non :
■ prévenir les secours via le 15 ;
■ idéalement, le sujet a informé une personne de son environnement proche

(comme un ami marcheur ou le coach Athlé Santé) de son risque d’hypoglycé-


mie, afin qu’elle puisse injecter une ampoule de glucagon en sous-cutané ou en
intramusculaire. Sinon, il faut attendre les secours ;
■ dans tous les cas, le patient doit être mis en position latérale de sécurité.

Le médecin doit suggérer au diabétique pratiquant de marche nordique de parler


de son état de santé à son encadrant sportif, afin qu’une personne du groupe
Précautions à prendre lors de la pratique de la marche nordique 151

soit désignée pour injecter le glucagon si nécessaire. Par ailleurs, à chaque sortie,
le sujet diabétique veillera bien à prendre avec lui le matériel de soin nécessaire.

À retenir
■ Ne jamais partir seul faire de la marche nordique, avoir un équipement
adéquat (vêtements, chaussures, couverture de survie, matériels de pre-
miers secours si on part loin en randonnée de marche nordique).
■ Toujours informer un proche de sa sortie pour qu’on sache où vous êtes.
■ Toujours se renseigner sur les conditions climatiques.
■ Avoir toujours un téléphone actif proche.
■ Avoir de l’eau et des glucides (à IG élevé d’emblée comme du sucre et à

IG plus bas comme des gâteaux secs) accessibles (pour tous et surtout les
diabétiques).
■ Pour les professionnels et les autres encadrants, connaître les prodromes
de l’hypoglycémie.
■ Pour les professionnels et les autres encadrants, créer un lien de confiance
avec le pratiquant pour qu’il n’hésite pas à les informer de son état de
santé et des gestes à effectuer en cas de complication (ex. : coma hypo-
glycémique et injection de glucagon).

Conditions environnementales
Nous n’abordons pas ici les spécificités de la marche en altitude et en hypoxie qui
relève plus de la marche randonnée, voire de l’exploration de haute montagne [1].
On s’intéresse plus ici à la thermorégulation de l’exercice sollicitée lors des sorties
en plaine, en campagne, en ville ou en moyenne montagne, et au bord des plages.
Les contraintes thermiques, imposées à l’organisme par l’ambiance, correspondent
aux modalités d’échanges thermiques que sont la conduction, la convection, la
radiation et le changement d’état de la sueur. Pour les trois premières modali-
tés, le sens de ces échanges dépend du gradient de température entre la surface
d’échange et l’environnement. Ce sens est négatif si l’organisme perd de la chaleur
(milieu froid) et positif s’il gagne de la chaleur (milieu chaud). En réponse à ces
contraintes, l’organisme répond en mettant en jeu des réactions qui permettent
soit d’éliminer de la chaleur excédentaire (thermolyse), soit de conserver ou de
produire de la chaleur (thermogenèse). Elles sont mises en jeu lorsque le bilan
thermique, somme algébrique des quantités de chaleur échangées, est soit positif
soit négatif. On sait que des éléments extérieurs comme le vent ou l’hygromé-
trie vont modifier ces bilans thermiques, on sera d’autant plus vigilant quand ils
s’additionnent comme les milieux froids et ventés en montagne, et ceux chauds
et humides sous les tropiques. En plus de ces contraintes externes, l’organisme
produit une quantité de chaleur variable, d’origine métabolique, qui s’additionne à
152 Marche nordique et santé

celle échangée avec l’ambiance et qui nous rappelle que nous ne sommes pas une
très bonne machine en termes de rendement puisque la contraction musculaire
s’accompagne d’une perte d’énergie sous forme de chaleur de l’ordre de 75 % en
milieu tempéré (10 % est stockée et 90 % part dans l’environnement quand tout
va bien). Notre rendement (=  énergie chimique nécessaire/énergie mécanique
produite) de la contraction musculaire est donc de 25 %, ce qui est faible, d’où
l’importance de l’optimiser pour une meilleure efficacité à l’exercice. Nous allons
voir ci-dessous comment s’adapter au mieux à l’environnement.

Effet de la chaleur [2]
En milieu chaud et/ou humide, différents accidents liés à la chaleur peuvent sur-
venir au cours d’un exercice de marche nordique, tels que, par ordre de gravité, les
crampes musculaires, l’épuisement à la chaleur et le coup de chaleur. Leur préven-
tion comprend les conseils suivants :
■ gestion de l’activité physique en marche nordique :

• éviter la pratique de marche nordique prolongée en plein air, dès que la


température extérieure est supérieure à 28 °C (sauf si l’organisme est adapté
à la vie tropicale, bien entraîné et en l’absence préalable d’accidents liés à la
chaleur),
• savoir arrêter l’exercice en cas de survenue d’une fatigue inhabituelle ;
■ hydratation :

• l’apport hydrique conseillé varie selon l’intensité et la durée de l’activité phy-


sique, les conditions ambiantes et le statut d’entraînement du sujet,
• de manière générale, on peut conseiller à toute personne en bonne santé et
non spécifiquement entraînée de boire environ 0,5 L/h (par prises successives
toutes les 15 à 20 min) lors d’une marche nordique d’intensité modérée à éle-
vée en ambiance climatique tempérée, et davantage si la marche nordique est
d’intensité plus élevée ou effectuée en ambiance chaude,
• on n’hésitera pas à recommander de boire avant de débuter la marche nor-
dique pour ne pas partir avec un déficit hydrique ;
■ apport en sel : en dehors de conditions très particulières (exercices de marche

nordique prolongés et répétés à la chaleur ou en milieu tropical chaud et humide),


il n’est pas conseillé d’ajouter de sel dans l’eau de boisson.
Concernant les facteurs de risque, les comorbidités suivantes peuvent aggraver les
troubles associés à la chaleur : obésité, faible degré de condition physique, dés-
hydratation, manque d’acclimatation à la chaleur, histoire antérieure de coup de
chaleur, manque de sommeil, certains médicaments incluant les diurétiques et les
antidépresseurs, mauvais fonctionnement des glandes sudoripares, coup de soleil.
Une maladie avec de la fièvre, une infection des voies respiratoires ou de la diarrhée,
dans la semaine avant une sortie en marche nordique, devraient la faire annuler.
Précautions à prendre lors de la pratique de la marche nordique 153

Remarque
Les enfants prépubères suent moins que les adultes (donc évacuent moins
bien la chaleur par sudation), ont une tolérance à la chaleur plus basse et
ils se déshydratent plus vite que les adultes. Leur composition corporelle
montre un besoin d’hydratation plus élevé (du bébé à l’adulte, on passe
de 85 à 60 % de taux d’hydratation du corps).

Afin de réagir vite, les pratiquants et les encadrants de la marche nordique doivent
être éduqués et informés sur les premiers symptômes associés aux troubles de la
chaleur qui peuvent inclure, du fait de la souffrance cérébrale, maladresse, trébu-
chement, mal de tête, nausée, étourdissement, apathie, confusion et détérioration
de conscience et ce, avant le stade de coma.
Pour aider les organisateurs d’événements de sport en général, il existe un abaque
utilisant un indice de température, le wet bulb globe temperature (WBGT), qui
quantifie les différents facteurs influençant l’effet de la chaleur et donne des
conseils pour maintenir ou arrêter une compétition sportive ou une sortie d’acti-
vité physique. Les valeurs de la commission médicale de la FFA pour l’index WBGT
en athlétisme sont présentées dans la figure 7.1.

Température WBGT
L’indice de la température mesurée par un thermomètre humide, sec et
à globe (WBGT) est largement utilisé dans les milieux sportifs et indus-
triels. La température ambiante est seulement une des composantes du
stress environnemental de chaleur ou de froid ; les autres sont l’humidité, la
vitesse du vent et la chaleur rayonnante.
L’indice WBGT se calcule de la manière suivante :
WBGT = (0,7 Tth) + (0,2 Ttg) + (0,1 Tts)
Avec Tth  :  température du thermomètre humide, Ttg  :  température du
thermomètre à globe noir, Tts : température du thermomètre sec.
La Tts fait référence à la température de l’air mesurée avec un thermomètre
à réservoir sec standard non exposé directement à la lumière solaire. La Tth
est mesurée avec un linge saturé d’eau enveloppant un thermomètre à
réservoir sec (non immergé dans l’eau). La Ttg est mesurée en insérant un
thermomètre à réservoir sec dans un globe de métal noir standard. La Tth
et la Ttg sont toutes les deux mesurées exposées directement à la lumière
solaire. Radiation et effet du vent sont ici bien pris en compte.
Aujourd’hui, il existe des appareils portatifs qui donnent l’indice WBGT en
degrés Celsius ou en degrés Fahrenheit. La mesure de la température seule
étant inadéquate, il faut bien sûr intégrer l’hygrométrie. Ainsi, l’importance

a continué
154 Marche nordique et santé

de l’humidité dans le stress de chaleur total peut être rapidement appré-


ciée parce que la Tth rend compte pour 70 % de l’indice, alors que la Tts
rend compte pour seulement 10 %.
Le risque de trouble associé à la chaleur est le suivant (valeurs de l’indice) :
■ risque très élevé : WBGT > 28 °C (82 °F) ;
■ risque élevé : WBGT = 23–28 °C (73–82 °F) ;
■ risque modéré : WBGT = 18–23 °C (65–73 °F) ;
■ risque faible : WBGT < 18 °C (65 °F).
À partir de ces données, un abaque a été créé et adopté par la commission
médicale de la FFA en 2018 pour conseiller et informer les organisateurs
selon la discipline. Par exemple, une sortie de marche nordique en nature
ou une compétition sur piste d’athlétisme peuvent être annulées si l’index
dépasse respectivement 28 °C et 29 °C (voir figure 7.1).

À retenir
Les pratiquants et les encadrants de marche nordique doivent être éduqués
et informés sur les premiers symptômes associés aux troubles de la chaleur.
Ceux-ci, du fait de la souffrance cérébrale, peuvent inclure : maladresse, tré-
buchement, mal de tête, nausée, étourdissement, apathie, confusion et dété-
rioration de conscience et ce, avant le stade de coma.

Effet du froid
L’hypothermie (température centrale du corps au-dessous de  35  °C) et les
engelures sont les principaux problèmes liés au froid en marche nordique.
L’hypothermie apparaît dans les conditions froides ou fraîches/venteuses, par-
ticulièrement vers la fin d’une longue sortie quand la vitesse de course et la
production de chaleur sont réduites. Les engelures peuvent survenir dans une
température ambiante basse, surtout si elle est combinée avec une vitesse éle-
vée du vent.
Les pratiquants et les encadrants en marche nordique doivent être renseignés sur
les premiers symptômes de l’hypothermie (discours brouillé, ataxie, démarche
trébuchante) et les engelures (engourdissement, brûlure, douleur, paresthésie) de
la peau exposée. Les vêtements humides, spécialement le coton, augmentent la
perte de chaleur et le risque d’hypothermie, d’où l’importance de la qualité des
tissus des vêtements et du nombre de couches portées. Les régions du corps qui
perdent de grandes quantités de chaleur (tête, cou, jambes, mains, doigts) doivent
être couvertes.
Précautions à prendre lors de la pratique de la marche nordique 155

Indice
WBGT FFA
Recommandations Compétition stade, piste : Compétition stade piste : Compétition extérieure : recom-
au public recommandations recommandations demifond mandations 20 km et 50 km marche
sprint/saut/lancer et fond (jusqu’au 10 000 m)
Athlète : Athlète : Athlète :
– échauffement : bouteille – échauffement : bouteille – échauffement : bouteille
d’eau, tenue adaptée d’eau, tenue adaptée d’eau, tenue adaptée
– concours : possibilité – concours : possibilité – concours : possibilité
d’hydratation d’hydratation d’hydratation
18 – récupération : réhydratation – récupération : réhydratation – récupération : réhydratation
Médical : adapté à la Médical : adapté à la Médical : adapté à la
compétition selon compétition selon compétition selon
recommandations COMED recommandations COMED recommandations COMED
18,5 FFA FFA FFA
Organisateur : réserve Organisateur : réserve d’eau, Organisateur : réserve
19 d’eau, boisson suffisante boisson suffisante d’eau, boisson suffisante
19,5
20
20,5
21
21,5
22
22,5
23
Athlète : hydratation toutes
les 20 min, se protéger du
soleil entre les essais, tenue
23,5 adaptée
Médical : prise en compte du
risque de chaleur (glace,
réserve d’eau, servietteéponge,
soluté de perfusion),
24 disposer d’un local ventilé
24,5 Pensez à s’hydrater Organisateur : glacière avec
régulièrement, se Athlète : hydratation eau pour jury et athlète sur
mettre à l’ombre, toutes les concours, parasol pour jury,
25 mettre un chapeau 20 min, se protéger du soleil adaptation de l’horaire de la
entre les essais, tenue adaptée compétition (DOM-TOM),
mettre à disposition douche si
25,5 possible
Athlète : hydratation toutes Médical : prise en compte du Athlète : hydratation toutes
les 20 min, se protéger du risque de chaleur (glace, les 15 min, tenue adaptée,
soleil entre les essais, tenue réserve d’eau, serviette- port de casquette, éponge,
adaptée éponge, plan d’hydratation
soluté de perfusion), disposer
d’un local ventilé
26
Médical : prise en compte du Organisateur : glacière avec
Hydratation risque de chaleur (glace, eau pour jury et athlète sur
toutes les réserve d’eau, servietteéponge, concours, parasol pour jury,
20 min, message de soluté de perfusion), adaptation de l’horaire de la
recommandations disposer d’un local ventilé compétition (DOM-TOM),
par mettre
le speaker à disposition douche si
26,5 possible

Figure 7.1. WBGT adapté par la commission médicale de la FFA. COMED :


commission médicale ; DOM-TOM : départements d’outre-mer et territoires
d’outre-mer, FFA : Fédération française d’athlétisme.
Source : figure modifiée par la commission médicale de la FFA à partir des données de l’American College of Sports Medicine (ACSM).
156 Marche nordique et santé

figura 7.1 continuar

Organisateur : glacière avec Athlète : hydratation


eau pour jury et athlète sur toutes les
concours, parasol pour jury, 15 min, disposer d’ombre
adaptation de l’horaire de la entre
compétition (DOM-TOM), les essais, tenue adaptée
mettre à disposition douche si Médical : prise en compte du Médical : prise en compte du
possible risque de chaleur (glace, risque de chaleur (glace,
réserve d’eau, serviette- réserve d’eau, servietteéponge,
éponge, soluté de perfusion,
27 soluté de perfusion, tunnel tunnel froid, bain d’eau froide
froid, en place), disposer d’un local
bain d’eau froide en place), ventilé
disposer d’un local ventilé
27,5
Athlète : hydratation toutes Organisateur : glacière avec Organisateur : glacière avec
les 15 min, disposer d’ombre eau pour jury et athlète sur eau pour jury, table avec eau
entre les essais, tenue concours, parasol pour pour athlète, aspersoir sur une
adaptée jury et zone du parcours, parasol
athlète, adaptation de pour jury, adaptation de
l’horaire l’horaire de la compétition
de la compétition (DOM- (DOM-TOM), mettre à
TOM), disposition toilette et douche
mettre à disposition
douche si
28 possible
Médical : prise en compte du
risque de chaleur (glace,
réserve d’eau, servietteéponge, Compétition interdite selon
soluté de perfusion, recommandations COMED
tunnel froid, bain d’eau froide FFA
en place), disposer d’un local
28,5 ventilé
Organisateur : glacière avec
eau pour jury et athlète sur
concours, parasol pour jury et
athlète, adaptation de l’horaire
de la compétition (DOM-TOM),
mettre à disposition douche si
29 possible
29,5
30
30,5
31 Compétition
interdite Compétition interdite selon Compétition interdite selon
31,5 selon recommandations COMED recommandations COMED
32 recommandations FFA FFA
32,5 COMED FFA
33
33,5
34
COMED : commission médicale ; DOM-TOM : départements d’outre-mer et territoires d’outre-mer, FFA : Fédération française
d’athlétisme.

Engelure
L’engelure implique la cristallisation des liquides dans la peau ou le tissu
sous-cutané après l’exposition à des températures sous le point de congé-
lation (<  −0,6  °C ou <  −31  °F). Plusieurs facteurs favorisent l’apparition
d’une engelure : la température extérieure, le vent qui augmente la perte
Précautions à prendre lors de la pratique de la marche nordique 157

convective, l’humidité (conduction), la gêne à la circulation (vêtements


trop serrés, fractures déplacées), l’état d’hydratation de la victime, l’hypoxie,
la polyglobulie d’altitude et la qualité de l’équipement. Avec une tempéra-
ture cutanée basse et la déshydratation, les vaisseaux sanguins cutanés se
contractent et la circulation est atténuée parce que la viscosité du sang
augmente. La peau gelée peut paraître blanche, jaune-blanc, ou mauve
et est dure, froide et insensible au toucher. Le réchauffement cause une
douleur intense, un rougissement de la peau et une enflure. La formation
d’ampoule est commune et la perte des extrémités (doigts, orteils, oreilles,
mains, pieds) est possible. Le degré des dommages aux tissus dépend de
la durée et de la gravité de l’engelure et de l’efficacité du traitement. Pour
prévenir les engelures, il est important d’éviter ou de limiter l’exposition
au froid et à l’humidité et de porter des vêtements adéquats. Les patients
fumeurs doivent être encouragés à arrêter de fumer, car la nicotine peut
provoquer une constriction des vaisseaux sanguins et aggraver les enge-
lures. Les antalgiques, les pommades ou crèmes stéroïdiennes sont utiles
et un inhibiteur calcique comme la nifédipine peut aider à traiter les enge-
lures en dilatant les petits vaisseaux sanguins et en améliorant la circulation
sanguine.

L’index WBGT peut aussi être utilisé pour évaluer le risque d’hypothermie. Le vent
froid augmente la perte de chaleur en proportion de la vitesse du vent et le fac-
teur de refroidissement du vent. Le degré relatif de danger peut être évalué. La
vitesse du vent peut être estimée. Par exemple :
■ si vous sentez le vent dans votre figure, sa vitesse est d’au moins 16 km•h−1 ;

■ si les petites branches des arbres bougent ou si la neige ou la poussière est

soulevée, elle est approximativement de 32 km•h−1 ;


■ si les grosses branches des arbres bougent, elle est de 48 km•h−1;

■ si tout l’arbre s’incline, elle est d’environ 64 km•h−1 ;

■ si l’arbre est tombé, ne sortez pas en marche nordique, le vent devient

tempête…
Un indice WBGT en dessous de 10 °C indique que l’hypothermie peut survenir,
surtout chez les pratiquants lents qui marchent sur de longues distances, spécia-
lement dans des conditions humides et venteuses.

À retenir
Les pratiquants et les encadrants en marche nordique doivent être rensei-
gnés sur les premiers symptômes de l’hypothermie (discours brouillé, ataxie,
démarche trébuchante) et les engelures (engourdissement, brûlure, douleur,
paresthésie) de la peau exposée.
158 Marche nordique et santé

Pollution

Substances polluantes [3]
Elles regroupent un ensemble de gaz et de particules fines assez consé-
quent, d’origine naturelle ou industrielle.
Les particules fines ou matières particulaires (particulate matter ou PM)
sont des poussières ou des gouttelettes microscopiques qui flottent dans
l’air, composées de sulfates, de nitrates, de carbone, de substances orga-
niques ou de minéraux dont le diamètre doit être inférieur à 40  μ pour
flotter. Le caractère hautement toxique des PM  10 (diamètre <  10  μm),
mais surtout des PM 2,5 (diamètre < 2,5 μm) et des PM 1 (< 1 μm), est lié à
la capacité de la molécule à pénétrer au plus profond des voies respiratoires
de l’être humain, ce qui suppose un diamètre inférieur à 2,5 μm.
Les gaz les plus significatifs sont le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde
de carbone (CO2), le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2) et
l’ozone (O3).

Les effets néfastes des polluants atmosphériques (particules fines, dioxyde d’azote,
ozone, etc.) sur les appareils pulmonaire et cardiovasculaire de sujets physique-
ment actifs sont démontrés. Mais le rapport bénéfices/risques reste très en faveur
de la marche nordique, même en zone urbaine (et ce jusqu’à un certain niveau de
pollution et en fonction de l’intensité de l’effort à pied, même si les études ne sont
pas encore très claires sur les seuils). Toutefois, les risques individuels cardiorespi-
ratoires à court terme liés à la pollution sont majorés par une marche nordique
en milieu extérieur. Ces risques imposent le respect des recommandations de pra-
tique en cas d’atteinte des seuils d’alerte pollution [4, 5] :
■ de façon générale :

• éviter les activités physiques à proximité des axes routiers et aux heures de
pointe et être attentifs aux bulletins de pollution,
• en été, éviter de pratiquer lors des heures les plus chaudes de la journée, car
ce sont celles où les concentrations en ozone sont les plus élevées,
• aller plutôt dans les parcs et forêts loin des voies automobiles fréquentées,
• le port du masque simple n’a pas d’intérêt contre la pollution atmosphérique
et les masques les plus filtrants sont insupportables à l’effort d’hyperventilation ;
■ en cas de dépassement du seuil d’information, les activités physiques en plein

air et en intérieur doivent être limitées chez les malades respiratoires et cardiaques
chroniques, les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ;
■ en cas de dépassement du seuil d’alerte :

• en population générale :
– les activités physiques d’intensité élevée doivent être limitées,
– en cas de pollution à l’ozone, les activités physiques en intérieur peuvent
être maintenues ;
Précautions à prendre lors de la pratique de la marche nordique 159

• en population vulnérable : les activités physiques doivent être évitées chez


les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées, autant en plein
air qu’à l’intérieur, de même que les déplacements sur les abords des grands
axes,
• en population sensible (asthmatique, bronchitique chronique, insuffisant
respiratoire…) : préférer des sorties brèves et nécessitant peu d’efforts.

À retenir
Un environnement pollué expose au risque de développement de patholo-
gies respiratoires. Une activité physique soutenue dans certaines conditions
de pollution semble exposer à un surrisque d’accident cardiovasculaire aigu,
tant sur le plan coronarien que vasculaire cérébral.
L’activité physique modérée comme la marche nordique (où l’on ventile
moins qu’en courant ou en pédalant) est toujours conseillée si on vit en zone
polluée, les bénéfices sur la santé dépassant les risques de la pollution (dimi-
nution du risque d’infarctus chez un sportif/non sportif en milieu pollué).
On respectera les recommandations de non-pratique ou d’adaptation en cas
de dépassement du seuil d’alerte et si l’on est un sujet à risque ou vulnérable.

Références
[1] Richalet JP, Herry JP. Médecine de montagne – Alpinisme et sports de montagne, 5e éd Issy-les-
Moulineaux Elsevier Masson ; 2017.
[2] Armstrong LE, Epstein Y, Greenleaf JE, Haymes EM, Hubbard RW, Roberts WO, Thompson PD.
American College of Sport Medecine position stand. Heat and cold illnesses during distance
running. Med Sci Sports Exerc 1996 ; 28(12) i-x.
[3] Chevalier L. Cœur, pollution et sport - Les liaisons dangereuses. Cardio & Sport, no 42. En ligne
(consulté le 24/09/2020) : https://www.clubcardiosport.com/documentation/divers/coeur-pol-
lution-sport.
[4] HAS. Guide de promotion, consultation et prescription médicale d’activité physique et sportive
pour la santé chez les adultes. 2019. En ligne (consulté le 24/09/2020) : https://www.has-sante.fr/
upload/docs/application/pdf/2018-10/guide_aps_vf.pdf.
[5] ANSES. Actualisation des repères du PNNS - Révisions des repères relatifs à l’activité physique et
à la sédentarité. Rapport février 2016.
CHAPITRE

8
Prescription médicale de
la marche nordique

PLAN DU CHAPITRE
■■ Cadre réglementaire
yy Prescripteur
yy Acteurs de la dispensation auprès des publics en affection de longue durée
■■ Diffusion des connaissances sur le « sport-santé » et aide à la prescription

■■ Modalités d’examen préalable et prescription de la marche nordique


yy Bilan médico-sportif, certificat d’absence de contre-indication, questionnaires
simples de dépistage
yy Consultation
yy Bonnes postures du médecin et du coach vis-à-vis d’un nouveau pratiquant
yy Ordonnance de pratique
■■ Comment se motiver ? Le choix de la pratique par counselling ou entretien
motivationnel
yy Compliance, observance ou adhésion
yy Entretien motivationnel ou counselling pour la pratique d’activité physique
■■ Outils connectés et marche

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
162 Marche nordique et santé

Ce chapitre s’adresse en premier lieu aux médecins prescripteurs, mais il sera tout
aussi utile aux professionnels de santé qui conseillent l’activité physique pour la santé
(pharmaciens, infirmiers, diététiciens, masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes,
psychomotriciens, sages-femmes…) et aux acteurs du sport au titre de la culture
du conseil, de l’incitation et de la dispensation à pratiquer de la marche nordique.
La prescription d’activité physique concerne des patients porteurs de maladies
chroniques, en dehors des phases d’exacerbation aiguë où il faut savoir « lever le
pied » et se soigner. Elle concerne donc les patients en affection de longue durée
(ALD), mais aussi tous ceux qui par leur état de santé ressentent le besoin de bou-
ger et pour qui le médecin sera un support et un motivateur.
En dehors de cette prévention secondaire, tertiaire, voire thérapeutique, le méde-
cin peut et doit en prévention primaire inciter le maximum de ses consultants et
de leurs proches à bouger et donc pourquoi pas à faire de la marche nordique en
couple, en groupe, en intergénérationnel et, si besoin, seul.
Au-delà des professionnels de la santé et du sport, n’importe lequel d’entre nous peut
et devrait agir comme « préventologue » afin de motiver ses proches et connais-
sances à bouger et à rejoindre par exemple un groupe de marcheurs nordiques.

Cadre réglementaire
Prescripteur
Les médecins n’ont pas attendu une réglementation pour prescrire l’activité
physique [1], comme en témoignent les actions de la première heure du réseau
efFORMip (voir chapitre 1), mais désormais une loi encadre et rassure les méde-
cins, les décideurs politiques et aussi les patients.
Deux textes, destinés à prendre en charge les patients en ALD par de l’activité
physique adaptée (APA), ont permis de définir un cadre : il s’agit de l’article 144 de
la loi no 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé
(article L. 1172-1 du Code de la santé publique), appelé improprement « sport
sur ordonnance », et du décret no 2016-1990 du 30 décembre 2016 qui précise le
dispositif de dispensation de l’activité physique prescrite par le médecin traitant à
des patients atteints d’une ALD.
Rappelons que sans l’existence sur le terrain dès les années 2000 des réseaux sport-
santé, des actions des fédérations sportives et des associations de malades, sans
l’investissement d’un certain nombre de médecins et sans la montée en charge
des connaissances médicales sur l’impact positif de l’activité physique pour la
santé, ces textes auraient eu du mal à passer. On regrette toutefois que ceux-ci ne
traitent que des patients reconnus en ALD (entre 10 et 11 millions selon l’assu-
rance maladie), car, on le sait, l’ensemble de la population pourrait bénéficier des
bienfaits des activités physiques en général et de la marche nordique en particulier.
Si on enlève les 2,7 millions qui pratiquent déjà la marche nordique, régulièrement
ou pas, les personnes en situation de handicap qui ne peuvent faire de la marche,
Prescription médicale de la marche nordique 163

tous les autres citoyens français (plusieurs dizaines de millions) pourraient bénéfi-
cier du plaisir et de l’impact santé de sa pratique.
Les autres chantiers à mener sont encore nombreux, en particulier celui du rem-
boursement de l’APA par l’assurance maladie. Mais au moins la confiance dans
la prescription médicale d’APA est là et nos patients peuvent décider en toute
connaissance de cause de suivre cette prescription.
En tout état de cause, les professionnels de santé doivent inciter à bouger, et pres-
crire des activités physiques même en prévention primaire.

Acteurs de la dispensation auprès des publics en affection


de longue durée
Des conditions particulières portant sur les encadrants ont été clarifiées par des
textes réglementaires complétant l’article D. 1172-2 du Code de la santé publique
autorisant la prescription d’une APA par les médecins traitants (et tous ceux
investis dans le parcours de soins du patient) à des patients porteurs d’une ALD.
Le décret 201-1990 du 30  décembre 2016 et l’instruction relative à sa mise en
œuvre précisent aussi les personnes pouvant assurer la dispensation de cette APA,
en tant que pratique thérapeutique non médicamenteuse, selon les limitations
fonctionnelles de ces patients atteints d’une ALD.
Ces dispositions concernent :
■ des professionnels de santé (masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes et

psychomotriciens) au service de patients présentant des limitations fonction-


nelles sévères ;
■ des professionnels titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’APA (filière uni-

versitaire STAPS APA) intervenant auprès de patients présentant une autonomie


suffisante avec une « atténuation des altérations » des limitations fonctionnelles
sévères et ayant effectué un bilan fonctionnel auprès d’un kinésithérapeute, d’un
ergothérapeute ou d’un psychomotricien ;
■ des éducateurs sportifs (ES), diplômés ou enregistrés au répertoire national des cer-

tifications professionnelles – comme les ES titulaires d’un titre à finalité professionnelle


(brevet d’État, brevet professionnel ou certificat de qualification) ou d’une certification
délivrée par une fédération sportive agréée, répondant à des compétences bien préci-
sées et garantissant la capacité de l’intervenant à assurer la sécurité des patients dans
la pratique de l’activité –, peuvent intervenir auprès de patients atteints d’une ALD ne
présentant pas d’altérations fonctionnelles (limitations minimes à modérées).
Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a été chargé de collec-
ter cette information sur les diplômes auprès du monde des fédérations, ce qui a
abouti à la publication, dans l’arrêté du 8 novembre 2018, de la liste des certifications
délivrées par une fédération sportive agréée autorisant leurs titulaires à dispenser
cette activité (pour des patients en ALD ne présentant pas de limitations fonction-
nelles ou présentant des limitations fonctionnelles minimes), et leur garantissant les
compétences permettant un encadrement non rémunéré (encadré 8.1).
164 Marche nordique et santé

Encadré 8.1
Formulaire spécifique de prescription à la disposition des
médecins traitants
Tampon du médecin
Date :
Nom du patient :
Je prescris une activité physique et/ou sportive adaptée pendant ………………………, à
adapter en fonction de l’évolution des aptitudes du patient.
Préconisation d’activité et recommandations :
……………………………………….………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
Type d’intervenant(s) appelé(s) à dispenser l’activité physique (en référence à l’article
D. 1172-2 du Code de la santé publique1), le cas échéant, dans le cadre d’une équipe
pluridisciplinaire2 : ……………………………………………………………………………
……………………………………….………………………………………………………
Document remis au patient ⬜
La dispensation de l’activité physique adaptée ne peut pas donner lieu à une prise en
charge financière par l’assurance maladie.
Lieu date signature cachet professionnel
1Décret no 2016-1990 du 30 décembre 2016 relatif aux conditions de dispensation de l’activité physique adap-
tée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une ALD.
2Concerne les titulaires d’un titre à finalité professionnelle, d’un certificat de qualification professionnelle ou d’un
diplôme fédéral, inscrit sur arrêté interministériel qui ne peuvent intervenir dans la dispensation d’activités physiques
adaptées à des patients atteints de limitations fonctionnelles modérées que dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire
(cf. annexe 4 de l’instruction interministérielle no DGS/EA3/DGESIP/DS/SG/2017/81 du 3 mars 2017 relative à la mise
en œuvre des articles L. 1172-1 et D. 1172-1 à D. 1172-5 du Code de la santé publique et portant guide sur les conditions
de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une ALD).

Le tableau 8.1 précise quels intervenants sont autorisés à s’occuper de patients


avec différents niveaux de limitation. Ce document est important pour com-
prendre qui peut faire quoi dans ce domaine.
En athlétisme, avant la loi de 2016, le niveau d’entraîneur requis pour prendre en
charge des patients porteurs de pathologies chroniques était celui de coach Athlé
Santé (CAS). On note que les CAS peuvent intervenir contre rémunération, car
ils ont tous au minimum un brevet d’État d’éducateur sportif : en général, ils sont
salariés d’un club ou d’un comité départemental. Le décret du 30 décembre 2016
a reconnu aux CAS le droit d’intervenir sur des patients en ALD avec limitation
modérée, minime ou sans limitation. Récemment, il a été précisé les diplômés
fédéraux permettant d’intervenir également sur des publics à limitation minime
Prescription médicale de la marche nordique 165

Tableau 8.1. Domaines d’intervention préférentiels des différents métiers (annexe 4


de l’instruction du 3 mars 2017 précisant les interventions des professionnels et
autres intervenants)
Aucune Limitation Limitation Limitation
Métiers limitation minime modérée sévère
Masseurs-kinésithérapeutes ± + ++ +++
Ergothérapeutes et psychomo- (Si besoin (Si besoin ++ +++
triciens (dans leur champ de déterminé) déterminé)
compétences respectif)
Enseignants en APA ± ++ +++ ++
Éducateurs sportifs +++ +++ + Non concernés
Titulaires d’un TFP ou d’un CQP +++ ++ +a Non concernés
inscrit sur l’arrêté ministériel
Titulaires d’un diplôme fédéral +++ ++ +a Non concernés
inscrit sur arrêté ministériel
aConcernés à la condition d’intervenir dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire.
APA : activités physiques adaptées ; CQP : certificat de qualification professionnelle ; TFP : titre à finalité professionnelle.

ou sans limitation : il s’agit à la FFA des entraîneurs niveau « coach » de la filière


Athlé Forme Santé ayant obtenu le module complémentaire « sport sur ordon-
nance ». À la FFA, cette qualification « sport sur ordonnance » est obtenue avec la
double certification sur le module optionnel « sport sur ordonnance (M00084) »,
accessible aux «  coachs » titulaires du diplôme de niveau  3 de la filière Forme
Santé, dans une ou plusieurs spécialités, obligatoirement complétée avec le
module « coordonner et sécuriser en espaces variés (M00083) ».
La loi autorise les masseurs-kinésithérapeutes, les ergothérapeutes, les psychomotri-
ciens à prendre en charge la mise et le suivi à l’activité physique de tous les patients
en ALD, ce qui est différent des actes de rééducation habituels et plutôt complémen-
taires. En particulier, ils sont les plus légitimes à s’occuper des porteurs de limitations
sévères. En revanche, la loi ne dit rien sur leur possibilité d’utiliser la marche nordique
comme outil d’activité physique pour la santé. On ne peut donc qu’inciter les profes-
sions paramédicales à intégrer la marche nordique dans leur pratique et, pour ce faire,
à compléter leur formation initiale par un diplôme fédéral ou professionnalisant pour
bien maîtriser la technique et l’environnement de l’enseignement de la marche nor-
dique. Cette recommandation s’adresse également aux diplômés STAPS APA, BPJEPS
ALS option ARPO, APT et CQP autorisés à dispenser des cours de marche.
Bien évidemment qui peut le plus peut le moins et tous les acteurs du sport sur
ordonnance (médicaux et du monde du sport) peuvent aussi intervenir en pré-
vention primaire ou secondaire avec des personnes n’étant pas en ALD.
Il existe quatre niveaux de limitation fonctionnelle retenus pour cette réglementa-
tion : aucune, minime, modérée, sévère (tableau 8.2).
166
Tableau 8.2. Caractéristiques des modalités de présentation (phénotypes) des patients porteurs de pathologies chroniques, au vu de
l’altération des fonctions locomotrices, cérébrales et sensorielles
Fonction Aucune limitation Limitation minime Limitation modérée Limitation sévère
Fonctions Fonction Normale Altération minime de la Altération de la motricité et Altération de la motricité
locomotrices neuromus- motricité et du tonus du tonus lors de mouvements affectant la gestuelle et
culaire simples l’activité au quotidien
Fonction Normale Altération au maximum Altération à plus de 3/5 Altération d’amplitude sur
ostéoarticu- de 3/5 d’amplitude, sur une d’amplitude sur plusieurs plusieurs articulations, affec-
Marche nordique et santé

laire ou plusieurs articulations articulations avec altération de tant la gestuelle et l’activité


sans altération des mouve- mouvements simples au quotidien
ments complexes
Endurance à Pas ou peu de fatigue Fatigue rapide après une Fatigue rapide après une acti- Fatigue invalidante dès le
l’effort activité physique intense vité physique modérée moindre mouvement
Force Force normale Baisse de force, mais peut Ne peut vaincre la résistance Ne peut vaincre la résistance
vaincre la résistance pour pour un groupe musculaire pour plusieurs groupes
plusieurs groupes musculaires musculaires
Marche Distance théorique Valeurs comprises entre Valeurs inférieures à la limite Distance parcourue infé-
normale couverte en la distance théorique et inférieure de la normale rieure à 150 m
6 min = 218 + (5,14 × taille la limite inférieure de la
en cm) − (1,80 × poids normale (82 % de la distance
en kg) + 51,3 × sexe) avec théorique)
sexe = 0 pour les femmes,
sexe = 1 pour les hommes
Fonctions Fonctions Bonne stratégie, vitesse Bonne stratégie, lenteur, Mauvaise stratégie de base, Mauvaise stratégie pour un
cérébrales cognitives normale, bon résultat adaptation possible, bon adaptation, résultat satisfaisant mauvais résultat, échec
résultat ou inversement bonne stratégie
de base qui n’aboutit pas
Fonction Aucune limitation Limitation minime Limitation modérée Limitation sévère
Fonctions Aucune altération de la Altération de la compréhen- Altération de la compréhension Empêche toute compréhen-
langagières compréhension ou de sion ou de l’expression lors ou de l’expression lors d’activi- sion ou expression
l’expression d’activités en groupe tés en individuel
Anxiété/ Ne présente aucun Arrive à gérer les manifes- Se laisse déborder par certaines Présente des manifestations
dépression critère d’anxiété et/ou de tations d’anxiété et/ou de manifestations d’anxiété et/ou sévères d’anxiété et/ou de
dépression dépression de dépression dépression
Fonctions Capacité Vision des petits détails à Vision perturbant la lecture Vision ne permettant pas la Vision ne permettant pas la
sensorielles visuelle proche ou longue distance de l’écriture mais circulation lecture de l’écriture/circulation lecture ni l’écriture Circula-
+ douleur dans l’environnement non possible dans un environne- tion seul impossible dans un
perturbée ment non familier environnement non familier
Capacité Stimulations sensitives Stimulations sensitives per- Stimulations sensitives perçues Stimulations sensitives non
sensitive perçues et localisées çues mais mal localisées non localisées perçues, non localisées
Capacité Pas de perte auditive La personne fait répéter Surdité moyenne. La personne Surdité profonde
auditive comprend si l’interlocuteur
élève la voix
Capacités Équilibre respecté Déséquilibre avec rééquili- Déséquilibres mal compensés Déséquilibres sans rééqui-
propriocep- brages rapides avec rééquilibrages difficiles librage
tives Chutes fréquentes lors des
activités au quotidien
Douleur Absence de douleur en Douleur à l’activité physique/ Douleur à l’activité physique et Douleur constante avec ou
dehors d’activités phy- indolence à l’arrêt de l’activité qui se poursuit à distance de sans activité
siques intenses l’activité
Source : Bigard X. Rapport du groupe de travail. Activité physique et prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques. Quelles compétences pour quels patients ? Quelles forma-
tions ? Rapport remis au directeur général de la santé. Juin 2016.
Prescription médicale de la marche nordique
167
168 Marche nordique et santé

Tableau 8.3. Test de marche de 6 minutes (TM6) : les distances


Bonne mobilité, Peu ou pas
Distance aucune limitation Limitation Limitation de mobilité,
en mètres fonctionnelle minime (82 %) modérée limitation sévère
Femmes 60 + 530 De 425 à 530 m De 150 à 425 m < 150 mètres
à 69 ans
Femmes 70 + 470 De 375 à 470 m De 150 à 375 m < 150 mètres
à 79 ans
Hommes 60 + 580 De 465 à 580 m De 150 à 465 m < 150 mètres
à 69 ans
Hommes 70 + 250 De 415 à 520 m De 150 à 415 m < 150 mètres
à 79 ans
Source : IRBMS, institut de Recherche du Bien-être, de la Médecine et du Sport Santé des Haut de France :
https://www.irbms.com/test-de-marche-de-six-minutes-6mwt

Voyons comment les repères sur les capacités des patients en ALD en termes
de distance de marche qui nous intéressent  ici ont été décrits dans les textes
réglementaires pour la marche sans bâtons. Les experts ont repris une formule
d’estimation de la distance parcourue en 6 minutes :
Test de marche de 6 minutes (TM6) = 218 + [5,14 × taille en cm] − [5,32 × âge] 
− [1,8 × poids en kg] + [51,31 × sexe (0 pour la femme et 1 pour l’homme)]
Ils ont ensuite défini l’absence de limitation comme un sujet parcourant plus que
la valeur théorique (± 10 %). La limitation minime va de la valeur théorique à 82 %
de cette valeur, la limitation modérée se situe entre 82 % et la valeur de sévérité
donnée pour 150 m (tableau 8.3).
Ce test doit être utilisé au début puis en cours de saison pour constater les progrès.
Il est validé sans bâtons et les valeurs données ici et dans le texte réglementaire sont
sans bâtons, mais en dehors de la recherche et en intra-individuel rien n’empêche un
groupe à se tester avec les bâtons, il faudra juste le spécifier au médecin prescripteur.

Diffusion des connaissances sur le « sport-santé » et


aide à la prescription
Pour l’ensemble des patients, dont les patients chroniques en ALD, nous avons
comme support de prescription le guide de la Haute Autorité de santé (HAS) [2],
dont l’objectif est de lever un certain nombre de freins à la pratique et de favoriser
le développement de cette thérapeutique non médicamenteuse qu’est l’activité
physique. En complément, la HAS propose une première série de six référentiels
d’aide à la prescription d’activité physique par pathologie pour le surpoids et l’obé-
sité, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle (HTA), la bronchopneumopathie
chronique obstructive (BPCO), la maladie coronaire stable et les accidents vascu-
laires cérébraux (AVC).
Prescription médicale de la marche nordique 169

Au-delà des modules de développement professionnel continu existants en pré-


sentiels et en e-learning, d’autres moyens de se former sont disponibles :
■ sites Internet de formation et d’information comme celui de l’Institut de recherche

du bien-être de la médecine et du sport-santé (IRBMS) des Haut-de-France ;


■ ouvrages scientifiques, comme celui de l’Inserm [3], et d’autres de vulgarisation

médicale [1, 4].

Modalités d’examen préalable et prescription de la


marche nordique
La prise en charge médico-sportive individualisée et personnalisée est un préalable
avant qu’un sujet sain ou malade ne se lance dans un projet d’activité physique, cela
lui permet de mieux se connaître et d’adapter par la suite son activité à ses capacités
afin de progresser, de se faire plaisir et de retirer des bénéfices pour sa santé en prati-
quant quel que soit son niveau. Bien sûr, le contenu des bilans sera différent (voir ci-
dessous) selon les facteurs de risque cardiovasculaires et les déficiences et incapacités
du patient. Ce sera tout l’art du médecin et de son équipe de choisir les tests les plus
appropriés, de les analyser, de définir les objectifs du sujet et d’en tirer l’ordonnance de
pratique la plus efficiente. On utilise la même philosophie quand on fait les bilans de
suivi médical réglementaire et de condition physique des sportifs pratiquant à haut
niveau. Voyons comment faire profiter les patients de tout ce que nous a appris cette
approche vertueuse et exigeante de la pratique sportive compétitive et de la décliner
pour leur bénéfice dans une pratique de loisir et pour la santé (figure 8.1).

Bilan médico-sportif, certificat d’absence de contre-


indication, questionnaires simples de dépistage
Selon la HAS, toutes les personnes ne relèvent pas d’un avis médical avant de
commencer ou augmenter une activité physique. Elle propose de faire remplir
(rôle de l’assistant médical, du secrétaire ou de l’infirmier) au consultant un
autoquestionnaire d’aptitude à l’activité physique d’origine canadienne, dit ques-
tionnaire sur l’aptitude à l’activité physique (QAAP). Il permet de repérer en popu-
lation générale les individus relevant d’un avis médical avant de commencer ou
d’augmenter une activité physique pour la santé. Il aide également le médecin (en
plus de l’interrogatoire et de l’examen clinique) à choisir l’orientation de son bilan
et si besoin à recourir à des confrères spécialisés, comme des cardiologues, pour
un avis avec test d’effort par exemple.
Selon la HAS, le médecin doit, avant tout, évaluer les risques de son patient à la
pratique d’une activité physique : risque d’événements cardiovasculaires graves,
puis tous les autres risques (locomoteurs à tout âge, médicamenteux chez les
personnes avancées en âge, d’addiction au tabac ou autres…). Secondairement,
il pratique une estimation du niveau habituel d’activité physique du patient, ainsi
170
Marche nordique et santé

Figure 8.1. Parcours de prescription des activités physiques selon la HAS.


Source : HAS. Guide de promotion, consultation et prescription médicale d’activité physique et sportive pour la santé chez les adultes. 2019. https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-10/
guide_aps_vf.pdf. Nous remercions la Haute Autorité de santé de nous avoir autorisés à reproduire de l’arbre décisionnel. Il est également consultable sur le site www.has-sante.fr rubrique Toutes nos
publications.
Prescription médicale de la marche nordique 171

que de son état de sédentarité et il apprécie son état de motivation pour les
activités physiques choisies avec lui : ceci implique de discuter de ses envies et de
ses représentations le freinant dans l’atteinte de la mise à l’activité physique.

Consultation
En pratique, avant l’examen clinique, il faut utiliser le questionnaire d’aide à la
consultation de la Société française de médecine de l’exercice et du sport (SFMES)
que le patient a rempli en salle d’attente pour accélérer le reste de l’interrogatoire.
Le médecin évalue le niveau de risque cardiovasculaire du consultant (utiliser le
score de Framingham est une possibilité). Ensuite pour bien le comprendre, il exa-
mine avec lui ses réponses à un questionnaire portant sur son niveau habituel d’ac-
tivité physique (global physical activity questionnaire ou GPAQ, questionnaire Ricci
et Gagnon). Le GPAQ se remplit soit en ligne sur le site Internet du Programme
national nutrition santé (PNNS)1, soit sur place en salle d’attente. Il donne les temps
d’APS et de sédentarité du répondant. Ce dernier aura tendance à surestimer son
niveau de pratique et de minimiser son comportement sédentaire, le praticien
n’en sera pas dupe. Enfin, le médecin complète ce questionnaire en demandant au
consultant ses antécédents sportifs : c’est l’occasion pour le praticien d’en savoir
plus sur les goûts et les envies du consultant en termes d’APS ; cette étape permet
de gagner du temps au moment de l’entretien motivationnel ou counselling qui
souvent finit la consultation avant la rédaction de l’ordonnance de pratique.
L’interrogatoire et l’examen clinique et paraclinique permettent de dépister
d’éventuelles contre-indications grâce en particulier aux questionnaires et aux
tests médicaux (échelle visuelle analogique ou EVA douleur, ECG de repos, prise
de constante de repos, équilibre bipodal et unipodal, tests cognitifs si doute, tests
sensoriels si doute, bilan des amplitudes et de souplesse des quatre membres,
solidité du tronc) et médico-sportifs (test de marche de 6 minutes, timed up and
go…). Ceux-ci sont réalisés directement soit par le médecin (ou son assistant) au
centre de consultation, soit par un éducateur sportif (notamment pour les bilans
médico-sportifs). Une fois les contre-indications éliminées, les limitations les plus
importantes du patient (locomotrices, cognitives, sensorielles, algiques) sont défi-
nies. Celles-ci seront notées sur l’ordonnance.
Puis le médecin procède à la quantification de l’activité physique à réaliser. La plu-
part des experts recommandent d’utiliser le protocole anglo-saxon « frequency
intensity time type » ou FITT (fréquence, intensité, durée, type d’activité physique)
afin de caractériser le projet d’activité physique du sujet. La fréquence recomman-
dée sera de 2 à 5 fois/semaine selon les possibilités et les attentes du pratiquant.
Il faut toujours débuter par une intensité et une fréquence acceptables pour le
sujet, pour aller progressivement vers les objectifs fixés et écrits sur l’ordonnance.

1 www.mangerbouger.fr
172 Marche nordique et santé

La marche nordique est souvent classée dans les activités d’intensité modérée
(pouvant aller jusqu’à élevée) au même titre que la marche rapide, ainsi sa pra-
tique d’environ 1 h entre 2 et 3 fois/semaine est recommandée en sus des 30 min
d’activité physique d’intensité légère à modérée (ce qui correspond au travail sous
le seuil aérobie ou de dyspnée) de base à faire 5 fois/semaine et ce pour atteindre
et dépasser les 150 min hebdomadaires d’activité modérée des recommandations
américaines et de l’OMS (tableau 8.4).

Tableau 8.4. Prescription en MET : tableau du compendium sur la marche


Intensité Mesures objectives Mesures subjectives Exemples
Sédentaire < 1,6 MET Pas d’essoufflement Regarder la télévision
< 40 % FCmax Pas de transpiration Lire, écrire, travail de
< 20 %VO2max Pénibilité de l’effort < 2a bureau (position assise)
Faible 1,6 à 3 MET Pas d’essoufflement Marcher (< 4 km/h)a
40 à 50 % FCmax Pas de transpiration Promener son chien
20 à 40 % VO2max Pénibilité de l’effort : 3 à 4 Conduire (voiture)
S’habiller, manger, dépla-
cer de petits objets
Activités manuelles ou
lecture (debout)
Modérée 3 à 5,9 MET Essoufflement modéré Marche (4 à 6,5 km/h)a,
55 à 70 % FCmax Conversation possible course à pied (< 8
40 à 60 % VO2max Transpiration modérée km/h)a, vélo (15 km/h)a
Pénibilité de l’effort : 5 à 6 Monter les escaliers
Effort pouvant être main- (vitesse faible)
tenu 30 à 60 mina Nager (loisirs), jouer au
tennis
Élevée 6 à 8,9 MET Essoufflement important Marche (> 6,5 km/h
70 à 90 % FCmax Conversation difficile ou en pente)a, course à
60 à 85 % VO2max Transpiration abondante pied (8 à 9 km/h)a, vélo
Pénibilité de l’effort : 7 à 8 (20 km/h)a
Effort ne pouvant être main- Monter rapidement les
tenu plus de 30 mina escaliers
Déplacer des charges
lourdes
Déplacer de petits objets
Très élevée ≥ 9 MET Essoufflement très important Course à pied (9 à
< 90 % FCmax Conversation impossible 28 km/h)a, cyclisme
< 85 % VO2max Transpiration très abondante (> 25 km/h)a
Pénibilité de l’effort > 8
Effort ne pouvant être main-
tenu plus de 10 mina
aÉchelle de Borg de pénibilité de 1 à 10.
Source : tableau réalisé d’après Ainsworth BE, Haskell WL, Whitt MC, Irwin ML, Swartz AM, Strath SJ, et al.
Compendium of physical activities : an update of activity codes and MET intensities. Med Sci Sports Exerc 2000 ;
32(9 Suppl) : S498-504.
Prescription médicale de la marche nordique 173

Le choix de l’activité physique se fait après un temps de discussion appelé counsel-


ling ou entretien motivationnel (voir ci-dessous) [1].
Vers la fin de la consultation, quand le médecin a bien cerné le profil du patient, il
prend un temps pour bien lui expliquer la fréquence, l’intensité, la durée et le type
de l’activité physique envisagée. Ces données seront écrites sur l’ordonnance pour
l’encadrant afin de l’aider à les mettre en musique.
Souvent en plus de l’ordonnance de pratique, le médecin rédige un certificat d’ab-
sence de contre-indication (CACI) pour l’inscription au club et l’obtention de la
licence et de l’assurance qui y sont liées.

Déroulement de la consultation de prescription d’activité physique pour


la santé
■ Avant la consultation :
– QAAP ;
– questionnaire de la SFMES ;
– estimation du niveau d’activité physique (GPAQ ou questionnaire de
Ricci et Gagnon).
■ Pendant la consultation :
– interrogatoire aidé par le questionnaire SFMES ;
– bilan médico-sportif par le médecin  : tests médico-sportifs (TM6,
test d’équilibre, de force si nécessaire pour définir ou affiner les limi-
tations). Ce bilan peut aussi être effectué par un éducateur sportif ou
un intervenant paramédical ;
– examen pour évaluation des risques cardiovasculaires, traumatolo-
giques et médicamenteux ;
– entretien motivationnel ou counselling ;
– élaboration et explication de l’ordonnance ;
– si le patient va dans un club sportif, rédaction du CACI à la pratique du
sport en compétition (légal) et par extension en loisir (réglementaire).

Bonnes postures du médecin et du coach vis-à-vis d’un


nouveau pratiquant
Concernant les prescriptions et leurs dispensations, le médecin et le coach
doivent toujours être indulgents, bienveillants, voire empathiques (mot à la
mode), et aider le pratiquant débutant, malade ou non et qui s’est décidé à bou-
ger, à s’adapter pour marcher. Ainsi, nous savons que les gens qui ont des douleurs
aux articulations adaptent l’amplitude de leurs pas pour éviter d’avoir mal. C’est
bien évidemment ce qu’il faut faire, ce n’est pas grave si la technique de marche
nordique est moins belle ou pas totalement respectée, il vaut mieux marcher et
ne pas aller au bout du mouvement, plutôt que de ne pas marcher de peur d’aller
174 Marche nordique et santé

au bout du mouvement ! Le mot d’ordre c’est la simplicité : une gestuelle peut se


travailler mais ne doit pas être un frein, personne ne doit limiter un patient parce
que sa technique de marche ne serait pas dans les canons « fédéraux » de beauté.
En matière de mouvement pour la santé, un peu sera toujours mieux que rien et
parfois le début de beaucoup ! Pour la marche nordique c’est pareil, il n’y a pas de
honte à avoir, pour un débutant venu au club, marché 300 m la première fois et
s’être arrêté ayant eu mal au rachis lombaire. Le coach doit motiver le nouvel adhé-
rent, l’encourager, le rassurer, l’inciter à revenir pour marcher 350 m dans 48 h, et
avant de repartir l’aider à s’étirer le dos sans forcer avec les bâtons. Cette démarche
prend beaucoup de temps, mais c’est en général payant sur le long terme pour
l’observance. Le sujet doit aussi bien sûr apprendre à distinguer ses douleurs habi-
tuelles de celles déclenchées en marche nordique : parfois elles s’améliorent en
revenant régulièrement, parfois il faut refaire le point avec le médecin traitant et
éventuellement refaire une série de soins kinésithérapiques, en parallèle avec la
marche nordique.
Le médecin décrit et écrit au patient les contre-indications et les limitations à la
pratique qu’il a dépistées (dans un certificat ou sur une ordonnance de pratique)
et bien sûr les adaptations possibles de l’activité physique et leurs caractéristiques
FITT dans sa prescription. Les professionnels de santé intervenants en établisse-
ment ou en cabinet avec un patient et que ce dernier a choisi ou accepté par-
tagent le secret médical. Les entraîneurs de marche nordique non professionnels
de santé même titulaires d’un diplôme STAPS APA ne partagent pas le secret
médical, en revanche ils peuvent, dans le cadre d’un établissement de santé, avoir
un contrat de travail ou de prestation où le partage du secret professionnel et son
respect sont indiqués. Concernant les encadrants de marche nordique en dehors
des établissements de santé, on peut juste, comme médecin, conseiller au patient
de les tenir informés. Pour finir, sur l’ordonnance, il faut rappeler à l’encadrant que
les premières séances doivent toujours se faire en aisance respiratoire, sous le seuil
aérobie, ainsi le pratiquant pourra parler, raconter sa vie et donner ses sensations
en marchant sans essoufflement. Alors, il repartira heureux, d’autant plus si les
endorphines ont eu le temps de faire leur œuvre.

Ordonnance de pratique
Elle est simple et inclut l’information pour le patient et son encadrant sur les
adaptations santé de la pratique :
■ contre-indications éventuelles temporaires ou partielles ;

■ restrictions de pratique en fonction des limitations trouvées ;

■ choix de l’activité et sa description FITT ;

■ consignes de sécurité en lien avec sa pathologie.

Elle ne comporte pas de diagnostic médical. Si le patient le souhaite, il peut infor-


mer lui-même son coach de ses problèmes de santé.
Prescription médicale de la marche nordique 175

Exemple
Monsieur R. est en ALD (le coach ne sait pas pourquoi, sinon rupture du
secret médical ; pour information : il est sédentaire, obèse avec un diabète
de type 2).
Ordonnance ALD 30 pour Monsieur R. :
■ faire pratiquer chez un sédentaire débutant la marche nordique avec

absence de contre-indication : 2 séances/semaine, le premier mois, de


marche nordique à intensité modérée ;
■ point de vigilance  : pratique sous réserve de demander au patient de

vérifier sa glycémie capillaire avant le début de la séance. Toujours avoir


de quoi resucrer un éventuel début d’hypoglycémie, demander à Mon-
sieur R. s’il en a déjà fait et ce qu’il ressent avant le malaise. Tout signe
(ou sensation) anormal doit faire arrêter la séance à Monsieur R. ;
■ ne pas marcher plus de 10 min sans arrêt au début, à la pause vérifier

l’état des pieds, bien s’hydrater. Progressivement, la durée de la séance


passera de 15 à 45 min le premier mois, puis 1 h le deuxième mois et le
maximum de marche sans arrêt sera de 30 min d’affilée ;
■ passer à 3 séances/semaine le deuxième mois ;
■ marcher à intensité modérée veut dire en aisance respiratoire ;
■ Monsieur R. doit reprendre rendez-vous à J60 et présenter le carnet de

suivi où il aura noté ses séances et ses sensations. Un test de 6 minutes


marche sera réalisé au début puis vers J60 avant la prochaine consultation.

À retenir
Il n’y a aucune contre-indication définitive, il n’y a que des adaptations (en
intensité et en difficulté technique) de la pratique à réaliser.

Comment se motiver ? Le choix de la pratique par


counselling ou entretien motivationnel
Compliance, observance ou adhésion
Le problème de la compliance (ou observance ou adhésion) à la pratique, la ges-
tion des comorbidités et des exacerbations ou rechutes dans toute maladie chro-
nique sont des questions importantes au quotidien. Dans ce cadre, une pratique
en milieu ordinaire (la vraie vie) dans un environnement proche de son domicile
est essentielle et participe au maintien au long terme des acquis des périodes
de rééducation réalisées (valable pour les BPCO, les coronariens post-infarctus…).
De même, la création d’une habitude avec la pratique à des horaires fixes, la pra-
tique en groupe si possible, l’utilisation des montres connectées, des applications
récompensant la pratique sont des facteurs d’observance.
176 Marche nordique et santé

La pratique en groupe crée du lien social et permet de sortir de l’isolement, elle entre-
tient l’envie d’aller marcher pour se confronter et partager avec les autres et permet
une forme de soutien au sein du groupe entre pratiquants qui se motivent les uns les
autres. La motivation du sujet doit aussi être suscitée et entretenue par le médecin
prescripteur, par le coach de marche nordique et les échanges (au mieux écrits) entre
ces professionnels autour du sujet permettront encore plus l’adhésion à la pratique.
L’idée du lien écrit, mis en place dès 2004 dans le réseau efFORMip (voir chapitre 1),
prévaut dans le dispositif légal de dispensation de l’activité physique prescrite par le
médecin traitant à des patients atteints d’une ALD menant à la création d’un formu-
laire spécifique de prescription à la disposition des médecins traitants (encadré 8.1).

Entretien motivationnel ou counselling pour la pratique


d’activité physique
Ces deux techniques d’entretien utilisent des questions types permettant de repérer
les attentes et les freins du sujet par rapport à l’activité physique, sa préférence pour
un type d’activité et aussi son degré de motivation, ce qui va guider la définition des
objectifs. On travaille sur des micro-objectifs simples et facilement atteignables. Un
point essentiel est la progressivité qui permet d’atteindre ces micro-objectifs fixés
par étapes et, ce faisant, renforce le sentiment d’autoréalisation et la confiance en
soi qui sont deux facteurs permettant la régularité et l’observance dans la pratique.
La motivation n’est pas un comportement linéaire et ce qui reste une constante
de notre humanité, c’est qu’elle est particulièrement sujette à des hauts et des bas :
certains l’ont décrit en spirale, d’autres en montagne russe. Ceci justifie la néces-
sité d’un accompagnement et un soutien. Le conseil minimal d’activités physiques
(CMAP), que j’ai créé en 2006, et la méthode du counselling permettent de motiver
et encadrer des sujets dans la découverte de la pratique de la marche nordique [1].
Si à la fin de l’entretien la personne n’a pas d’idée sur l’activité qui lui plairait et sa
faisabilité, on n’hésite pas à l’orienter vers une activité simple et accessible comme
la marche nordique et vers un club de pratiquants proche de chez lui (la proximité
est un facteur de maintien dans l’activité).
Si, à la fin de l’entretien, la personne ne souhaite pas faire d’activité physique, alors
on ne force pas et on attend la prochaine consultation pour le relancer.

Outils connectés et marche


Un autre aspect est l’apport, dans le cadre de la révolution numérique, de la
gestion des données issues des outils connectés, à la fois en santé et en sport.
De nombreuses entreprises utilisent des informations volontairement (ou non)
donnés par nos capteurs  : ainsi, le fabricant de montres connectées Garmin a
confié, durant la période de confinement dû à l’épidémie de COVID-19 (mars à
mai 2020), les données issues de ses montres à des universités américaines.
Prescription médicale de la marche nordique 177

En France, en février 2020, la société WeWard, proposant une application sur


smartphone qui monétise et récompense le temps de marche de ses utilisateurs,
a publié les résultats d’une enquête intitulée « Qui sont les Français qui marchent
le moins  ? ». Celle-ci a été effectuée à partir de données issues des utilisateurs
de l’application mobile afin de mesurer leur taux de sédentarité. WeWard a ainsi
établi un palmarès des dix villes en France où ses utilisateurs sont le plus répandus.
Elle a classifié ensuite les villes où les usagers semblent être plus sédentaires ou
plus actifs, et a indiqué le nombre de pas effectués par jour pendant la semaine
par le marcheur. Ce nombre de pas par jour aurait progressé de 5,3 % grâce à la
méthode de la récompense. Cette étude est intéressante, car elle recoupe des
études observationnelles concernant l’usage du podomètre. Ce dernier a un
impact sur l’observance et l’investissement dans la pratique de la marche pour la
santé chez les sédentaires et chez des porteurs de pathologies chroniques (études
chez les diabétiques, les artéritiques, les insuffisants cardiaques, etc.) se mettant à
bouger.
À Paris, la RATP a intégré une application en lien avec les transports en commun
pour les calculs d’itinéraires pédestres. Il existe aussi des applications sur smart-
phone, pilotées par des villes ou des régions, qui permettent de se promener en
marchant et en découvrant des sites touristiques ou sportifs.
D’autres outils connectés sont utiles chez les marcheurs avec ou sans bâtons,
comme :
■ le cardiofréquencemètre pour la fréquence cardiaque afin de cibler les zones

d’entraînement en sécurité cardiovasculaire ;


■ les montres trackers avec mesure de la pression artérielle sanguine ;

■ les GPS, avec altimètre pour la mesure des parcours en mètres et en dénivelé,

afin de se repérer sur le parcours (ce qui peut servir en cas d’urgence pour infor-
mer les secours).
La technologie avec les objets connectés, les visioconférences et les applications
peuvent être des soutiens à l’observance et à la motivation des sujets en leur per-
mettant de se comparer à eux-mêmes, parfois à d’autres, et aussi en ayant des sys-
tèmes de rappel de consignes et d’informations sur les téléphones par des coachs
virtuels ou à distance.

Références
[1] Depiesse F, Coste O. Prescription des activités physiques pour la santé : de la prévention à la
thérapeutique, 2e éd Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson ; 2015.
[2] HAS. Guide de promotion, consultation et prescription médicale d’activité physique et sportive
pour la santé chez les adultes. 2019. En ligne (consulté le 24/09/2020) : https://www.has-sante.fr/
upload/docs/application/pdf/2018-10/guide_aps_vf.pdf.
[3] Inserm. Activité physique. Prévention et traitement des maladies chroniques. Coll Expertise col-
lective Éditions EDP Sciences 2019 : 824 p.
[4] Rivière D. Dir. Médecine du sport pour le praticien, 6e éd Issy-les-Moulineaux Elsevier Masson ;
2020.
CHAPITRE

9
Conclusion et avenir
La marche nordique provoque, chez l’homme et la femme quelle que soit sa
condition physique de base, une stimulation globale du corps plus importante
que la marche sans bâtons. Ainsi marcher avec des bâtons est demandeur de plus
énergie ;, de multiples bénéfices sont décrits touchant de nombreux organes et
fonctions physiologiques (locomotion, équilibre, force musculaire, capacité aéro-
bie…). La capacité de parler en marchant (en plus de permettre de connaître le
seuil d’essoufflement véritable marqueur d’une marche sans risque) est un élé-
ment de stimulation cérébrale non négligeable utile sur le plan cognitif et en
termes de lien social. Malgré l’augmentation de la pratique de la marche nordique
dans le monde, on note une stagnation des études médicales et scientifiques à
son sujet, elles seraient pourtant essentielles pour apporter les preuves de ses
bénéfices dans de nombreuses situations pathologiques chroniques et en préven-
tion primaire. Toutefois, on en sait assez pour inciter à la pratique de la marche
nordique, même si beaucoup de questions restent à explorer. Sa prescription est
assez simple, si on utilise les outils existants et elle s’accompagne, pour les méde-
cins, de collaborations avec de nouveaux acteurs du monde du sport et avec des
paramédicaux œuvrant en prévention et/ou en soin.
Les fédérations sportives, au premier rang desquelles l’athlétisme, font la pro-
motion de cette pratique. La Fédération française d’athlétisme (FFA) développe,
outre la pratique classique, les aspects « fitness », compétitif et surtout l’usage en
prévention santé de la marche nordique pour tous dont les porteurs de patholo-
gies chroniques, en particulier dans le cadre de la législation du « sport sur ordon-
nance » chez les patients en ALD. Il s’agit bien d’un vrai outil de santé publique : la
pratique en club d’athlétisme avec un entraîneur formé est rassurante, stimulante
(travail en groupe) et permet une progression suivie. La responsabilité de l’entraî-
neur est engagée vis-à-vis de tout son groupe. Il doit en permanence contrôler
que celui-ci est au complet et doit s’occuper de chaque membre individuelle-
ment, vérifier la tolérance à l’effort, faire parler pour surveiller la présence d’essouf-
flement, corriger les erreurs et répondre aux questions.

Marche nordique et santé


© 2021 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés
180 Marche nordique et santé

La marche nordique doit donc devenir un des outils de santé publique par les
activités physiques pour répondre aux manques constatés dans notre pays : « La
prévention primaire via des actions sport-santé bien-être constitue également
un enjeu majeur dans un pays comme la France présentant des insuffisances en
termes de comportements favorables à la santé et de niveau d’activité physique
par rapport à d’autres pays dans lesquels bouger, se mettre en mouvement semble
davantage intégré dans la culture.1 » La pandémie de COVID-19 de 2020 nous
rappelle aussi l’importance de la marche nordique comme activité physique pour
la santé globale (de l’immunité qu’elle stimule à la qualité de vie, en passant par
l’amélioration de la condition physique à tous les âges).
La marche nordique doit se développer dans les clubs sportifs, dans les écoles
municipales de sport. Le mouvement est lancé dans les villes santé actives, celles
ayant développé une offre « sport sur ordonnance », les autres collectivités ter-
ritoriales, les réseaux « sport-santé » par pathologie ou transversaux, les maisons
« sport-santé ». Les mutuelles, les assurances et le monde de la prévention santé
au sein du réseau de l’assurance maladie, des agences régionales de santé ou des
directions de la jeunesse et des sports sur le territoire aident et soutiennent les
acteurs de la marche nordique à visée de bien-être et de santé. Le formidable
élan sur le sport pour tous que Paris 2024 doit promouvoir et qui devra perdurer
via sa cellule « Héritage » doit aussi profiter à la marche nordique. L’avenir, c’est le
développement de la marche nordique :
■ de loisir et de découverte de la nature ;

■ urbaine pour le bien-être avec le côté utilitaire et touristique ;

■ fitness en direction de publics plus jeunes (qui a bien fonctionné durant le

confinement de 2020 ; l’on voit également les marques de vêtements et chaus-


sures de sport envahir ce nouvel univers) ;
■ thérapeutique : les études d’efficacité sont encore parcellaires et limitées, mais

les résultats sur le terrain sont prometteurs et bien plébiscités par les utilisateurs.
Les bienfaits reconnus sont surtout en termes de meilleure condition physique et
de qualité de vie sous toutes ses formes.
Le monde de l’entreprise doit, lui aussi, s’emparer d’une pratique de marche nor-
dique sûre (peu de traumatismes sources d’arrêts de travail), agréable et facile à
mettre en œuvre qui bénéficiera autant aux salariés qu’aux employeurs.
Au final, c’est une pratique simple (le mouvement parfait quoique beau à regar-
der n’est pas obligatoire), sans risque, ludique et conviviale, possible seul mais si
agréable à partager en couple, en famille, sans distinction d’âge, de sexe et/ou de
handicap. Elle est accessible à presque tout le monde et en plus elle rend heureux
en faisant du bien. Alors, partant ?

1 Mission « flash » relative à la prescription d’activités physiques à des fins thérapeutiques, commis-
sion des affaires sociales de l’Assemblée nationale, janvier 2018, rapportée par B. Belhaddad, député
de Moselle.
Conclusion et avenir 181

Fiche de recommandations « marche nordique pour la santé »


■ Indications :
- en prévention primaire : tout le monde ;
- en prévention secondaire et tertiaire  : tous les porteurs de patho-
logies chroniques dont les limitations et déficiences autorisent la
marche et le port de bâtons.
■ Intérêt : activité aérobie (endurance sous le seuil d’essoufflement) auto-
risant différentes intensités et vitesses de pratique, possibilité de faire
du travail en mode anaérobie (interval-training au-dessus du seuil anaé-
robie) en accélérant la vitesse de déplacement, possibilité de faire du
travail d’équilibre et de renforcement musculaire, les bâtons pouvant
aider à de nombreux exercices.
■ Logistique : un short, des chaussures et une paire de bâtons ; pratique

extérieure recommandée ou en salle sur tapis roulant.


■ Contre-indications : quasiment aucune absolue (quelques rares patho-

logies cardiorespiratoires ; impossibilité de poser le pied pour marcher


dans le cas, par exemple, du mal perforant plantaire du diabétique en
zone portante). Parfois on restreindra l’indication temporairement et/
ou partiellement : poussée inflammatoire sur une articulation sollicitée
(ainsi une poussée d’arthrose au genou empêchera de marcher tant
qu’elle sera présente).
■ Posologie : au moins 2 à 3 fois/semaine, voire plus si temps libre, affinités
et plaisir dans la pratique sont présents. Un minimum de 30 min/jour
est idéal, atteindre progressivement 1 à 2 h de séance de marche nor-
dique 3 fois/semaine est bénéfique.
■ Durée : selon la condition physique de 10 min à plusieurs heures ; en

pratique, un cours dure de 1 à 2 h à la FFA.


Annexe

Questionnaire d’Aptitude à
l’Activité Physique (QAAP)
Le questionnaire suivant peut vous aider à savoir si vous pouvez augmenter en
toute sécurité votre niveau d’activité physique ou s’il est préférable d’en discuter
avec votre médecin.

Votre médecin vous a-t-il déjà dit que vous aviez un problème
cardiaque ?
■ Oui
■ Non

Avez-vous déjà eu des douleurs dans la poitrine ou au niveau du


cœur ?
■ Oui
■ Non

Vous sentez-vous parfois faible ou avez-vous parfois des vertiges


ou des pertes de connaissance ?
■ Oui
■ Non

Votre médecin vous a-t-il déjà dit que votre tension artérielle
était trop élevée ?
■ Oui
■ Non
184 Annexe: Questionnaire d’Aptitude à l’Activité Physique (QAAP)

Votre médecin vous a-t-il déjà dit que vous aviez des problèmes
articulaires ou osseux comme de l’arthrose ou des rhumatismes
qui pourraient être aggravés par un exercice ?
■ Oui
■ Non

Y a-t-il une raison physique non mentionnée ci-dessus qui vous


empêcherait d’avoir une activité plus importante même si vous
le souhaitiez ?
■ Oui
■ Non

Avez-vous plus de 65 ans ?


■ Oui

■ Non

Si vous répondez oui à une ou plusieurs questions, consultez


votre médecin avant d’augmenter votre activité physique.
Demandez à votre médecin si certaines activités sont déconseil-
lées. Si vous répondez non à toutes les questions, vous pouvez
envisager de reprendre un programme d’exercice de façon pro-
gressive.
Index

A Éducation physique et sportive, 37


Endurance, 61, 63–64
Activité physique adaptée (APA), 7–8
––cardiovasculaire, 40, 61
Adhésion, 175
––fondamentale, 63
Aisance respiratoire, 62
Engelure, 156
Arrêt de travail, 180
Enseignant STAPS APA, 45
Assurance maladie, 9
Entraînement fractionné, 64
Bien-être, 34, 36
Entreprise,
Blessé, 62
Entretien motivationnel, 161, 176
B ––attentes, 176
––freins, 176
Bungy pump, 44
Équilibre, 45
C Espace urbain, 51
Capacité maximale aérobie, 63 Étirement
Capital osseux, 40 ––balistique, 53
Chaleur, 152 ––de gain, 55
––coup de, 152 ––de récupération, 55
Club sportif, 180 ––dynamique, 53
Coach Athlé Santé, 7 –– – contracté/relâché, 53
Compétition, 40, 179
F
Compliance, 175
Condition physique, 40, 180 Financement, 32
––cardiovasculaire, 40, 61 Fitness, 179
Consommation d’oxygène, 74 Force musculaire, 61–62
Contrôle technique, 51
Coordination, 61, 66 G
Counselling, 161, 176 Geste naturel, 9, 12
Coût énergétique, 73–74
H
D
Habitude, 175
Débit de consommation maximale
Haute intensité, 61, 64
d’oxygène, 73
Hydratation, 149, 153
Déficit hydrique, 152
Hypoglycémie, 150
Dénivelé, 75
Hypothermie, 154
Densité minérale osseuse, 12
Dépense I
––aérobie, 45
––énergétique, 73, 76 Immunité, 180
Déshydratation, 152 Inactivité, 4–5, 7, 37
Diabète, 149 ––physique, 4, 37
Intermodalité, 22
E
Échauffement, 52–54, 149 L
École municipale de sport, 180 Lien social, 176
186 Index

M S
Macrotraumatisme, 57 Santé publique, 7
Médicament, 149 Sécurité, 60
Metabolic equivalent of task, 4 Sédentarité, 4–5, 7
Microtraumatisme, 57 Sel, 152
Mode de déplacement doux, 12 Seuil
Motivation, 60, 176 ––aérobie ou de dyspnée, 52, 63
––anaérobie, 63–64
N
––d’apparition de la dyspnée, 63
Nordic’Fit, 62 ––d’essoufflement, 52, 63
O ––ventilatoire, 63–64
Simplicité, 173
Obésité, 5, 152 Sommeil,
Observance, 175–176 Souplesse, 45, 61
Outil Sport, 8, 36, 40, 45
––connecté, 176 ––de compétition, 8
––de thérapeutique non médicamenteuse, 7 ––en entreprise, 36
P ––sur ordonnance, 40, 45
Sport-santé, 6, 8–9, 180
Paris 2024, 180
Surpoids, 5
Pathologie chronique,
Plaisir, 60
T
Pollution atmosphérique, 51, 158
––particules fines, 158 Thermorégulation, 151
Pression sanguine artérielle, 73, 76 Tourisme, 51
Prévention Transports urbains, 22
––secondaire, 7, 40 Travail anaérobie lactique, 64
––tertiaire, 7, 40 Troubles
Prise en charge individualisée, 7 ––musculosquelettiques, 34, 36
Promotion de la santé, 7 ––psycho-sociaux, 34, 36
Puissance maximale aérobie, 63–64
V
Q
Ville santé active, 180
Qualité de vie, 180 Vitesse, 77
R
W
Récupération, 66
Wet bulb globe temperature (WBGT),
Régularité, 60
Réhabilitation, 40
Z
Renforcement musculaire, 40, 45, 62
Retour sur le terrain, 62 Zone piétonne, 22
Elsevier Masson S.A.S - 65, rue Camille-Desmoulins, 92130 Issy-les-Moulineaux
Dépôt Légal : mars 2021

Composition : Aptara

Imprimé en Pologne par Dimograf

Vous aimerez peut-être aussi