Vous êtes sur la page 1sur 4

AVRIL 2011 - N° 40

l’Observatoire

de la Petite Entreprise

Fédération des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire

Étude réalisée auprès des petites entreprises adhérentes des Centres de Gestion Agréés, membres de la FCGA

NUMÉRO SPÉCIAL ANNÉE 2010

Tendances

4 ème trimestre 2010/ 4 4 è m e trimestre 2010 è m e trimestre 2009 ème trimestre 2009

0,3%

janv. 2010 - déc. 2010 / janv. 2009 - déc. 2009 2010 - déc. 2010/ janv. 2009 - déc. 2009

0,7%

Fin d’année médiocre pour l’indice d’activité des TPE qui boucle 2010 avec un chiffre d’affaires global en repli de 0,3 % (contre + 1,1 % au troisième trimestre). Traditionnellement favorable à une relance des ventes, les fêtes de fin d’année ne semblent pas avoir stimulé la consommation des ménages cette fois. Conséquence : pas de signe net de reprise dans les petites entreprises du com- merce, de l’artisanat et des services au quatrième trimestre. Selon l’INSEE, le PIB progresse au même rythme qu’au trimestre précédent, soit + 0,3 %. En moyenne annuelle, la croissance est de + 1,5 % (après la baisse la plus importante depuis l’après- guerre en 2009 : - 2,5 %). En décembre 2010, le chiffre d’affaires diminue dans les services aux ménages (- 1,4 %) et, dans une moindre mesure, dans l’hébergement et la restauration (- 0,4 %) ainsi que dans le commerce de détail hors autos et motos (- 0,2 %).

Indices sectoriels

12 derniers mois

1,4%

0,0%

2,1%

- 1,4%

0,3%

4 ème T 2010/4 ème T 2009

COMMERCE ET SERVICES

0,6%

ALIMENTAIRE

0,1%

SERVICES

1,5%

BÂTIMENT

-3,2%

EQUIPEMENT DE LA MAISON ET DE LA PERSONNE

- 1,9%

ZOOM

Les cavistes se rebiffent !

+ 9 % en 2010 : les cavistes indépen- dants peuvent remercier Bacchus ! Ils réalisent la plus forte hausse de chiffre d’affaires dans le commerce de détail alimentaire et l’une des meilleures performances, toutes activités confondues. Une prouesse d’autant plus remar- quable qu’elle intervient dans un contexte de diminution sensible de la consommation de vin en France. En 50 ans, la quantité absorbée a été divi- sée par trois. Aujourd’hui, en moyenne, le volume annuel consommé atteint 43 litres, soit l’équivalent d’un verre ballon par personne et par jour selon le site de référence oenologie.fr. En 2010, les Français sont 17 % à boire du vin régu- lièrement contre 51 % en 1980, tandis que 45 % en boivent occasionnellement (30 % en 1980), selon la huitième étude quinquennale de FranceAgriMer sur la consommation de vin en France. Comment expliquer cette tendance ? Les campagnes de communication visant à limiter la consommation d’alcool et la multiplication des contrôles de police sur les routes ont probablement contribué à accentuer le phénomène. " La baisse de la consommation de vin en volume n’est pas forcément une mauvaise nou- velle pour les cavistes indépendants. Il s’agit, le plus souvent, de vin de table ordinaire vendu par la grande distribution. L’offre des professionnels est différente, plus qualitative, plus originale.

© Nasser NEGROUCHE
© Nasser NEGROUCHE

Ils peuvent tirer profit de la situation actuelle en valorisant davantage leurs

produits, sans forcément parler des vins haut-de-gamme", analyse Béatrice Viet, économiste spécialisée dans le vin et auteur d’un ouvrage sur les cavistes en France. Diagnostic partagé par Michel Bourel, co-président du tout jeune et dynamique Syndicat des cavistes professionnels et président du réseau CAVAVIN qui regroupe 123 magasins implantés partout en France. "2010 a été une année de crise pour la production, pas pour les cavistes. La baisse des ventes de vin dans les restaurants nous

a été plutôt favorable. La consommation

se fait de plus en plus à domicile avec des bouteilles de moyenne gamme dont

le prix avoisine les 8 euros. Nous avons

créé ce syndicat pour clarifier notre positionnement sur le marché, mutua- liser nos expériences professionnelles et nous rapprocher du consommateur", fait observer Michel Bourel.

mutua- liser nos expériences professionnelles et nous rapprocher du consommateur ", fait observer Michel Bourel.
mutua- liser nos expériences professionnelles et nous rapprocher du consommateur ", fait observer Michel Bourel.
mutua- liser nos expériences professionnelles et nous rapprocher du consommateur ", fait observer Michel Bourel.

Tendances

Tendances

4 ème trimestre 2010

Taux d’accroissement du chiffre d’affaires

4 ème trimestre 2010 / 4 ème trimestre 2009

AGRICULTURE SYLVICULTURE OSTREICULTURE :

Parcs et jardins

- 0,5 %

+1,1 %

AUTOMOBILE - MOTO :

Carrosserie automobile Auto, vente et réparation Moto vente et réparation

+ 7,5 % + 0,3 %

+3,1 %

CAFÉ - HÔTELLERIE - RESTAURATION:

Hôtel-Restaurant Hôtellerie de plein air Restauration Café

- 1,6 %

- 1,4%

- 0,9 % - 2,5 %

BÂTIMENT :

Couverture

+ 0,4 % - 5,2 % - 2,9 %

- 3,2 %

Maçonnerie

Electricité

Plomberie-Chauffage-Sanitaire - 10,0 %

+ 0,2 % + 2,4 % + 7,1 % + 1,9 % - 9,7 %

Plâtrerie-Staff-Décoration Menuiserie Carrelage-faïence Peinture bâtiment Terrassements-Travaux publics

BEAUTÉ - ESTHÉTIQUE :

Parfumerie

Coiffure

Esthétique

+ 4,4 % - 1,5 % - 1,0 %

- 1,5 %

COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE:

Charcuterie Boulangerie-Pâtisserie Pâtisserie Alimentation générale Fruits et Légumes Boucherie-Charcuterie Poissonnerie-Primeurs Crémerie

Vins-spiritueux-boissons diverses+11,4 %

- 0,8 %

+ 0,7 %

- 0,1 %

- 0,6 % - 0,7 % + 1,3 % + 1,1 % - 1,9 %

+ 0,1%

4 ème trimestre 2010 / 4 ème trimestre 2009

CULTURE & LOISIRS :

Librairie-papeterie-presse Articles sport, pêche et chasse Tabac-journaux-jeux Studio photographique Commerce-réparation cycles scooters

+ 0,8 % + 1,4 % + 3,5 % - 5,5 % - 5,8 %

+ 1,0 %

ÉQUIPEMENT DE LA MAISON :

Electroménager -TV -HIFI Magasins de bricolage Fleuriste Vaisselle-verrerie-faïence Meuble

Bimbeloterie-cadeaux-souvenirs

+

0,1 %

-1,9 %

- 0,5 % - 2,7 % - 9,8 % - 5,4 % - 2,6 %

ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE :

 

0,0 %

-1,9 %

Mercerie-Lingerie-Laine Vêtements enfants Prêt-à-porter Chaussures Horlogerie-Bijouterie

+ 7,4 %

 

- 3,0 % + 3,6 % - 3,6 %

SANTÉ :

Pharmacie

- 0,5 % - 1,8 % - 7,1 %

-

0,5 %

Optique-lunetterie

 

Prothésiste dentaire

SERVICES :

Laverie pressing Entreprise de nettoyage Agences immobilières

- 3,7 % + 1,4 % + 17,3 %

+ 8,1 %

TRANSPORTS :

Taxis-Ambulances Transport de marchandises

+ 1,1 % + 5,0 %

+3,9 %

Transport de marchandises + 1,1 % + 5,0 % +3,9 % Ça sent la reprise dans

Ça sent la reprise dans la parfumerie !

% + 5,0 % +3,9 % Ça sent la reprise dans la parfumerie ! et les

et les grands magasins, le chiffre d’affaires a progressé de 3 % en 2010. Les parfums et produits cosmétiques pèsent désormais 2,8 milliards d'euros et toutes les catégories de produits (parfums, soins, maquillages) ont enregistré une progression des ventes en 2010 toujours selon l’étude du cabinet NPD.

Avec une hausse de 4,4 % de son activité au quatrième trimestre, la parfumerie indépendante tire la croissance du secteur beauté-esthétique. Un dynamisme confirmé par une récente étude du cabinet NPD sur les ventes de parfums et produits cosmétiques en France (tous circuits de distribution confondus). Dans les parfumeries de détail

de distribution confondus). Dans les parfumeries de détail La plomberie finit l'année dans le rouge l’année

La plomberie finit l'année dans le rouge

de détail La plomberie finit l'année dans le rouge l’année 2010 bâtiment s’est même stabilisée par

l’année 2010

bâtiment s’est même stabilisée par rapport au quatrième trimestre de l’année précédente. Malgré les intempéries, c’est la fin de huit trimestres consécutifs de baisse. Et globalement, ce sont les professionnels qui interviennent sur l’amélioration de la performance énergétique du logement qui s’en sortent le mieux.

Selon la CAPEB, l’activité des artisans du

Fin d’année inquiétante dans la plomberie artisanale avec une activité en recul de 10 % au dernier trimestre 2010. C’est la plus mauvaise performance de la période, toutes professions confondues. Reports inattendus de chantiers, impact psychologique de la conjoncture sur les travaux de rénovation, choix budgétaires pénalisants ? La profession ne s’explique pas clairement les raisons de cette perte de chiffre d’affaires intervenue à la fin de

Année 2010

Année 2010 Tendances Taux d’accroissement du chiffre d’affaires Évolution Évolution AGRICULTURE SYLVICULTURE

Tendances

Taux d’accroissement du chiffre d’affaires

Évolution

Évolution

AGRICULTURE SYLVICULTURE OSTREICULTURE :

2010/2009

2009/2008

+ 2,9 %

- 2,7 %

Parcs et jardins

+ 2,5 %

- 1,1 %

AUTOMOBILE - MOTO :

+ 4,0 %

- 5,1 %

Carrosserie automobile Auto, vente et réparation Moto vente et réparation

+ 10,0 % + 2,8 %

- 3,0 % - 4,0 %

CAFÉ - HÔTELLERIE - RESTAURATION:

+ 0,7 %

- 0,0 %

Hôtel-Restaurant Hôtellerie de plein air Restauration Café

Hôtellerie de plein air Restauration Café + 0,3 % + 1,1 % - 1,3 % +

+ 0,3 %

+ 1,1 % - 1,3 %

+ 0,7 %

- 0,2 % - 1,1 %

BÂTIMENT :

- 1,4 %

- 3,7 %

Couverture Maçonnerie Electricité Plomberie-Chauffage-Sanitaire Plâtrerie-Staff-Décoration Menuiserie Carrelage-faïence Peinture bâtiment Terrassements-Travaux publics

Peinture bâtiment Terrassements-Travaux publics + 0,2 % - 3,7 % + 0,9 % - 3,2 %

+ 0,2 % - 3,7 % + 0,9 % - 3,2 % - 2,5 % + 1,6 % - 1,1 % + 1,2 % - 6,0 %

% + 0,9 % - 3,2 % - 2,5 % + 1,6 % - 1,1 %

- 3,5 % - 8,7 % - 3,9 % + 0,7 % - 2,4 % - 2,2 % - 8,6 % - 1,0 % - 4,1 %

BEAUTÉ - ESTHÉTIQUE :

- 0,3 %

- 1,2%

Parfumerie

+ 2,2 %

- 1,9 %

Coiffure

- 0,6 %

- 1,4 %

Esthétique

+ 0,8 %

+ 0,9 %

COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE :

Charcuterie Boulangerie-Pâtisserie Pâtisserie Alimentation générale Fruits et Légumes Boucherie-Charcuterie Poissonnerie-Primeurs Crémerie Vins-spiritueux-boissons diverses

- 1,1 % - 0,5 % + 2,7 % + 1,2 % + 0,6 % - 0,3 % + 0,2 % - 2,5 % + 9,0 %

- 0,1 % - 0,3 % - 0,2 % - 0,5 % - 3,1 % - 0,8 % + 3,0 % - 1,7 % - 3,0 %

% - 0,2 % - 0,5 % - 3,1 % - 0,8 % + 3,0 %

La TNT booste les ventes de TV !

% + 3,0 % - 1,7 % - 3,0 % La TNT booste les ventes de

+ 12,2 % : c’est le record absolu de croissance en 2010, toutes professions confondues. Principale explication à cette envolée du secteur électroménager-TV-HIFI :

l’impact du passage au tout numérique sur les ventes de téléviseurs neufs. Selon l’étude annuelle GfK France sur la commercialisation des biens technologiques grand public, le chiffre d’affaires des téléviseurs (4,3 milliards d’euros) a légèrement décru

 

Évolution

Évolution

2010/2009

2009/2008

CULTURE & LOISIRS :

+ 1,4 %

+ 0,2 %

Librairie-papeterie-presse

Articles sport, pêche et chasse Tabac-journaux-jeux Studio photographique Commerce-réparation cycles scooters

- 2,5 % - 0,1 % + 3,8 % + 0,2 % - 0,3 %

- 1,9 % - 1,5 % + 2,6 % - 3,7 % - 7,3 %

ÉQUIPEMENT DE LA MAISON :

+ 0,8 %

- 2,9 %

Electroménager -TV -HIFI Magasins de bricolage Fleuriste

+ 12,2 % -6,6 % - 0,4 %

- 4,0 % - 9,6 % - 2,7 %

Vaisselle-verrerie-faïence Meuble Bimbeloterie-cadeaux-souvenirs

- 1,8 % - 1,7 %

- 3,0 % - 0,8 %

ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE:

Mercerie-Lingerie-Laine Vêtements enfants Prêt-à-porter Chaussures Horlogerie-Bijouterie

+ 2,0 % + 2,3 % - 1,2 % + 2,3 % - 0,9 %

- 1,0 % - 0,9 % - 3,0 % + 0,7 % - 3,5 %

SANTÉ :

+ 0,3 %

1,5 %

Pharmacie

Optique-lunetterie

Prothésiste dentaire

+ 0,3 % + 1,9 % - 3,8 %

+ 1,5 % + 1,2 % 1,4 %

SERVICES :

+ 5,1 %

- 1,0 %

Laverie pressing Entreprise de nettoyage Agences immobilières

- 0,8 % + 4,3 % + 7,4 %

2,0 % 1,5 % - 14,6 %

TRANSPORTS :

+ 3,9 %

0,5 %

Taxis-Ambulances Transport de marchandises

% 1,5 % - 14,6 % TRANSPORTS : + 3,9 % 0,5 % Taxis-Ambulances Transport de
% 1,5 % - 14,6 % TRANSPORTS : + 3,9 % 0,5 % Taxis-Ambulances Transport de

+ 1,5 % + 6,0 %

% 1,5 % - 14,6 % TRANSPORTS : + 3,9 % 0,5 % Taxis-Ambulances Transport de
% 1,5 % - 14,6 % TRANSPORTS : + 3,9 % 0,5 % Taxis-Ambulances Transport de

2,4 %

0,1 %

de 1 %, du fait d'un prix moyen passé de 584 euros en 2009 à 501 euros en 2010. Il s'est écoulé en 2010 8,5 millions d'appareils (+ 15 %), dont une écrasante quantité de LCD. GfK indique que 8 % des téléviseurs vendus l'an dernier avaient une fonction d'accès au Web (contre 21 % en Allemagne) ; 1 % des capacités d'images en relief (3D) et 17 % recouraient à une dalle LED. Un chiffre qui pourrait grimper à 40 ou 50 % l'an prochain.

qui pourrait grimper à 40 ou 50 % l'an prochain. La librairie traditionnelle perd du terrain

La librairie traditionnelle perd du terrain

prochain. La librairie traditionnelle perd du terrain part de marché (passant de 10 à 6,4 %).

part de marché (passant de 10 à 6,4 %). Tandis que le recul est en proportion moins marqué dans les librairies ne ven- dant que du livre (de 21,5 % à 17,7 %). Pourtant, les profes- sionnels du secteur se mobilisent d’une manière exemplaire pour s’adapter aux nouvelles habitudes des consom- mateurs. Ainsi, 50 % des librairies ont déjà un site Web et 18 % font de la vente en ligne.

Pris en tenaille entre les grandes enseignes du secteur, le développement des ventes de titres sur Internet et l’émer- gence de nouveaux supports numériques de lecture, les librairies papeteries - dépôts de presse perdent encore du terrain en 2010 (- 2,5 %). Entre 1994 et 2007, selon le Syndicat de la librairie française (SLF), ces points de vente ont perdu près de la moitié de leur

Parole à

© Nasser NEGROUCHE
© Nasser NEGROUCHE

Christiane COMPANY

Présidente de la Fédération des centres de gestion agréés

L’Observatoire de la Petite Entreprise (OPE) : Globalement, quel bilan pouvons-nous dresser de l’activité des petites entreprises en 2010 ?

Christiane COMPANY : Après deux années extrêmement difficiles, on observe un redressement de l’activité dans la plupart des professions analysées. Je crois que nous pouvons tous nous réjouir de ce retour progressif de la croissance dans les petites entreprises, même si la situation demeure fragile et qu’il faut maintenant souhaiter que la reprise s’installe durablement. Clairement, 2010 a été une année de transition : les entrepreneurs ont encore souffert, mais ils ont aussi commencé à voir le bout du tunnel. Les ondes de choc de la crise ont commencé à se dissiper et l’indice moyen d’activité marque un rebond (+ 0,7 % en 2010, contre - 2,6 % en 2009). Pour autant, tout n’est pas gagné :

de nombreux secteurs sont toujours affaiblis par deux années particulièrement éprouvantes. L’artisanat du bâtiment, par exemple, enregistre un recul de 1,4 % en 2010 (contre - 3,7 % en 2009). Il s’agit tout de même du plus important repli d’activité des douze secteurs étudiés. Ce secteur, stratégique pour la vitalité des petites entreprises, est toujours en convalescence. Je tiens à souligner l’extraordinaire combativité des dirigeants de TPE. Ils ont, une nouvelle fois, affronté cette année difficile avec courage et détermination. Dans ce contexte de tension économique, l’innovation, l’audace et la formation ont permis à nombre d’entre eux, souvent avec l’appui de leurs centres de gestion agréés, de surmonter les obstacles et de préserver leurs entreprises.

OPE : Quelles sont les principales tendances sectorielles qui peuvent être relevées en 2010 ?

Christiane COMPANY : Cette année encore, les "locomotives" traditionnelles de l’artisanat et du commerce s’essoufflent. Le bâtiment d’abord, comme je vous le disais à l’instant : tous les métiers de la branche affichent des taux de croissance en

légère hausse (avec un maximum de 1,6 % dans la menuiserie) ou sont en repli caractérisé (jusqu’à - 6 % dans les travaux publics et le terrassement). Certes les choses vont mieux que l’année précédente, mais la situation n’est guère extraordinaire… Les professions de la santé ensuite : avec + 0,3 % seulement en 2010 (contre + 1,5 %, en 2009), elles ont rompu avec un rythme de croissance annuel relativement soutenu. Il faut notamment sou- ligner l’affaiblissement des pharmaciens d’officines (+ 0,3 %, contre + 1,5 % en 2009, ce qui était déjà faible pour cette activité) et des prothésistes dentaires (- 3,8 %, contre 1,4 % l’année précé- dente). Le dynamisme relatif des services (+ 5,1 %) et des trans- ports (+ 3,9 %) stimule la croissance des TPE. Mais, là aussi, ces deux secteurs n’ont pas encore retrouvé leur vitesse de croisière.

OPE : Comme en 2009, certaines professions se distinguent-elles par un taux de croissance nettement supérieur à la moyenne?

Christiane COMPANY : Tout à fait, certains métiers ne semblent pas connaître la crise ! Les commerces d’électroménager-TV-HIFI réalisent une excellente performance avec une activité en hausse de 12,2 % (contre - 4 % en 2009). Le passage à la TNT a évidemment boosté les ventes. La carrosserie automobile enre- gistre aussi une progression spectaculaire : + 10 % (contre - 3 % en 2009). Mais il s’agit peut-être là d’une croissance en trompe l’oeil. Le monopole des pièces détachées dont jouissent les constructeurs auto français a probablement entraîné une aug- mentation des prix que les professionnels ont répercuté automa- tiquement sur leurs tarifs. Les cavistes indépendants, avec un chiffre d’affaires en hausse de 9 % (contre - 3 % l’année précédente), créent une belle surprise ! Les agences immobilières (+ 7,4 %, contre - 14,6 % en 2009) et les transporteurs de marchandises (+ 6 %, contre + 0,1 % l’année d’avant) retrouvent une belle vitalité. Enfin il faut aussi noter les bons résultats des entreprises de nettoyage (+ 4,3 %, contre + 1,5 % en 2009) et des débitants de tabacs-journaux-jeux (+ 3,8 %, contre + 2,6 % l’année précédente).

Méthodologie

Partenariat

Les indices d’activité sont calculés chaque trimestre, à partir des chiffres d’affaires d’un échantillon de 15 000 petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services. Pour toute demande d'information sur les indicateurs, contactez la FCGA :

01.42.67.80.62 - E-mail : info@fcga.fr

La FCGA et le Groupe Banque Populaire s’associent pour publier chaque trimestre l’évolution des chiffres d’affaires des principaux métiers de l’artisanat, du commerce et des services. Les chiffres publiés proviennent de l’exploitation, par la FCGA, de données communiquées volontairement par les adhérents des CGA répartis sur l’ensemble du territoire.