Vous êtes sur la page 1sur 50

DEFRETIN Antoine Session 2020

m
co
e.
Rapport de stage

lin
Du
Diplôme de comptabilité et gestion
n
Dans le cabinet d’expertise comptable
-o
« FIGAREX »
a
pt
om
.c
w
w

COMMUNICATION PROFESSIONNELLE– UE13


w

« Le changement de structure juridique : de l’EIRL à la société


unipersonnelle la plus adaptée »
w
w
w
.c
om
pt
a-o
nlin
e.
co
m
w
w
w
.c
om
pt
a-o
nlin
e.
co
m
Sommaire
Remerciements .................................................................................................. 2

m
Introduction générale......................................................................................... 3
Présentation d’entreprises ................................................................................. 4

co
Processus : Déclaration de TVA ....................................................................... 8
A. Les étapes de la déclaration de TVA : ..................................................... 8

e.
B. Schématisation : Modèle organisationnel de traitements ...................... 12
Thème : « Changement de structure juridique : d’une EIRL à la société

lin
unipersonnelle la plus adaptée » ..................................................................... 14
I. Entreprise individuelle à responsabilité limitée ........................................ 15
n
1. Qu’est-ce que l’EIRL ? .......................................................................... 15
2. Les avantages de l’EIRL ? ..................................................................... 15
-o
3. Les limites de l’EIRL ............................................................................. 21
II. La mise en société ..................................................................................... 24
a

1. Le choix de la forme de la société ......................................................... 25


pt

2. Constitution de l’EURL ......................................................................... 32


3. Le fonds de commerce ........................................................................... 33
om

Conclusion ....................................................................................................... 40
Bibliographie ................................................................................................... 41
Sitographie....................................................................................................... 41
.c

Annexes ........................................................................................................... 43
w
w
w
Remerciements

m
Avant de commencer la présentation de ce rapport de stage, je trouve opportun de

co
remercier toutes personnes ayant contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce rapport,
aux personnes qui m’ont beaucoup appris et qui m’ont accordé leur temps souvent
précieux.

e.
Je tiens à remercier tous mes professeurs, qui m’ont encadré et aidé tout au long
de l’élaboration de ce projet.

lin
Mes remerciements à Monsieur GOSSAERT Régis qui m’a accueilli au sein de son
cabinet.
n
Je tiens à remercier et à témoigner toute ma reconnaissance à Madame EHRET
-o
Blandine pour s’être occupé de moi durant ces semaines de stage, pour m’avoir aiguillé
dans le choix de mon thème et dans les recherches associées à celui-ci.
a

Je remercie également Mme ERET Maureen pour sa disponibilité et sa bienveillance


pt

et son aide qu’elle m’a apporté lors de certaines tâches qui m’ont était confiées.

Enfin, je remercie tous les collaborateurs pour m’avoir accueilli, pour leur écoute,
om

car tous, ont su rendre ce stage agréable.


.c
w
w
w

2
Introduction générale

m
co
Après avoir obtenu mon baccalauréat spécialité économique et sociale, j’ai décidé
de m’orienter vers le DCG1, car ayant déjà une attirance vers le monde de la gestion
d’entreprise et de l’économie, j’ai su, que j’aurais grâce au DCG l’opportunité d’approfondir

e.
mes connaissances dans ces domaines mais également de découvrir d’autres domaines,
tels que le droit et la fiscalité que j’ai énormément appréciés.

lin
De par mes stages effectués dans deux cabinets d’expertise comptable au cours de
mon cursus (le cabinet SOFIDER SA à Loos et le cabinet FIGAREX situé à Lomme), j’ai pu

n
découvrir l’aspect du métier de comptable mais également comment il collabore avec
d’autres services au sein de son cabinet afin d’apporter le meilleur suivi client et les conseils
-o
les plus avisés.

Les stages que j’ai effectués ont eu pour objectifs de me faire découvrir le monde
a

de l’entreprise et me permettre de faire le lien mais aussi de mettre en pratique mes


pt

connaissances acquises durant mes études. J’ai l’optique d’approfondir ces connaissances
en continuant à me former au cours d’un DSCG2.
om
.c
w
w
w

1
Diplôme de comptabilité et de gestion
2
Diplôme supérieur de comptabilité et de gestion

3
Présentation d’entreprises

m
A. SOFIDER SA

co
J’ai effectué mon premier stage en fin de première année de DCG dans la société fiduciaire
de révision de compte inscrite au tableau de l’ordre, SOFIDER SA situé 10 rue Georges

e.
Potié, 59120 Loos. La société possède un second site situé à Béthune.

B. FIGAREX n lin
a -o
pt
om

La société d’expertise comptable FIGAREX est implantée dans le département du Nord et


est dirigée par Monsieur Régis GOSSAERT, expert-comptable et commissaire aux
comptes.
.c

FIGAREX intervient dans des différents secteurs d’activités variés et larges : l’immobilier,
association, professions libérales, commerce, industrie, BTP et pour tout type de forme et
w

de taille d’entreprise : SA3, SARL4, GIE5, SCI6, Holding.


w
w

3
Société anonyme
4
Société anonyme à responsabilité limitée
5
Groupement d’intérêt économique
6
Société civile immobilière

4
Le groupe FIGAREX est étendu dans tout le Nord de la France grâce à ses différents sites
situés à :
- Wormhout
- Lomme
- Saint Amand les Eaux
- Maubeuge

m
L’expert-comptable étant un spécialiste pluridisciplinaire, le cabinet FIGAREX met à

co
disposition un savoir-faire reconnu car dès lors, qu’ils sont en charge de l’établissement des
documents comptables, la société FIGAREX est capable de fournir des services annexes
en matière : financière, fiscale, sociale, juridique, informatique et de gestion mais également

e.
en gestion de patrimoine.

Les missions comptables sont :

lin
- Etablissement des comptes
- Révision et certification des comptes
- Evaluation d’entreprise n
-o
- Expertise amiable
a

Les missions en conseil de gestion :


pt

- Gestion générale
- Gestion financière
om

Les missions sociales :

- Conseil en droit du travail


.c

- Conseil en protection sociale


- Elaboration du bilan social
w
w

Les missions informatiques :

- Mise en place de l’informatique au sein de structure


w

- Audit d’installation
- Audit de comptabilité informatisé
- Gestion des difficultés

5
Les missions juridiques et fiscales :

- Droit des affaires


- Droit des sociétés
- Fiscalité

m
Les missions dans le domaine de la gestion de patrimoine :

co
- Etablissement de bilan patrimonial
- Stratégie : Déterminer les objectifs, élaborer la stratégie la plus pertinente
- Proposition impartiale des produits existants sur le marché et orientation des

e.
professionnels concernés
- Suivi et actualisation

lin
J’ai effectué mon second stage en début de 3ème année de DCG, dans la société fiduciaire
de gestion, d’analyse, de révision et d’expertise comptable FIGAREX sur le site situé à
Lomme. n
-o
Plusieurs procédures sont instaurées au sein de l’entreprise, que ce soit au niveau de
l’accueil du client (téléphonique ou non), de la gestion du temps ou de la facturation.
a
Lors de mon stage, j’ai pu assister à la mise en application d’une procédure d’accueil
comprenant 10 règles d’or tel que :
pt

• Le sourire
om

• Etablir un contact avec les yeux


• Donner toute son attention
• Refléter le langage corporel de la personne
• S’adapter au langage utilisé
.c

• Montrer du respect envers la personne, quelle qu’elle soit


• Utiliser le nom de la personne
w

• Montrer un respect envers collègue et la société


• Être calme et confiant
w

• Avoir une bonne présentation et montrer une bonne contenance


w

En ce qui concerne la gestion du temps au sein du cabinet, chaque collaborateur utilise DIA
CLIENT, outil informatique de gestion qui, en le mettant à jour régulièrement, permet de
signaler si vous êtes en rendez-vous (chez un client, au bureau) ou présent.

6
Ce planning a donc un double avantage quant au gain de temps.

En effet, dans un premier temps, il permet d’aménager des créneaux horaires durant
lesquels vous pourrez vous concentrer sur un travail continu donc efficace.

m
Dans un second temps, c’est un gain de temps pour la secrétaire ou la standardiste qui sait

co
automatiquement en un coup d’œil si vous êtes disponible ou pas pour un appel. Cela lui
permet de répondre ainsi très rapidement au client.

e.
Une hiérarchie existe au sein du cabinet, voici celle dans laquelle j’ai évolué :

n lin
a -o
pt
om
.c

Le logiciel de comptabilité utilisé au sein du cabinet est SAGE (anciennement COALA), il


w

intègre plusieurs outils tels que : la production comptable et sociale, l’échange sécurisé de
données, le conseil et analyse de portefeuille des clients dont le cabinet est en charge.
w

Cependant le logiciel de paie utilisé est SILAE, car il apporte un mode de saisie innovant,
w

une automatisation poussée, une collaboration client innovante et surtout une simplicité
d’utilisation.

7
Processus : Déclaration de TVA

m
A. Les étapes de la déclaration de TVA 7 :

co
Postulat : La comptabilité est complète et à jour.

1. Déterminer la déclaration à fournir

e.
Selon leur régime d’imposition, fixé en fonction de leur chiffre d’affaires annuel, les
entreprises ont l’obligation de remplir une déclaration de TVA à l’administration fiscale et

lin
calculent, pour la période déterminée, le montant à reverser au trésor public.

▪ Entreprise relevant du régime réel normal


o n
CAHT > 247 000 € pour les prestations de services
-o
o CAHT > 818 000 € pour les autres activités
o Entreprise qui bénéficie du régime réel simplifié mais qui déclare plus de
15 000 € de TVA par an.
a

Déclaration mensuelle via formulaire CA3


pt
om

Attention : cependant les entreprises relevant du régime réel normal qui déclarent une TVA
annuelle inférieure à 4000 € peuvent opter pour une déclaration trimestrielle via le
formulaire n° 3310 CA3

▪ Entreprise relevant du régime réel simplifié


.c

o 33 200<CAHT<247 000 € pour les prestations de service et les professions


libérales relevant des BNC et des BIC
w

o 82 800<CAHT<818 000€ pour les activités de commerce et d'hébergement


Le montant de la TVA exigible doit être < 15 000€ (sinon régime réel normal de
w

o
TVA)
w

Déclaration annuelle via formulaire 3517-S - CA 12.

7
Taxe sur la valeur ajoutée

8
▪ Entreprise relevant de la franchise en base de TVA
o CAHT <33 200€ Pour les prestations de services ou activités non commerciales
o CAHT < 82 800€ pour les activités de commerce ou d’hébergement

Aucune déclaration

m
2. Calcul de la TVA collectée et déductible

co
➢ Les factures d’acomptes

e.
Prestation de service Bien
Facture d’acompte TVA collectée au TVA collectée à la livraison

lin
envoyée règlement du bien
Facture d’acompte reçue TVA déductible au TVA déductible à la
paiement livraison du bien

n
➢ Les entreprises déclarant la TVA sur les débits
-o
o La TVA collectée
a

L’option sur les débits étant de mise, il n’y a donc pas de différence lors de l’exigibilité de la
pt

TVA sur les prestations de services et ventes de biens. La TVA est exigible à la facturation.

Pour connaitre le montant, il suffit de sélectionner l’ensemble de la TVA collectée sur la


om

période correspondante « n », en prenant en compte toutes les lignes correspondantes à


cette période dans le compte 44571 « TVA collectée » (ou les comptes s’il y a plusieurs
comptes de TVA collectée).
.c

La TVA déductible
w

Les fournisseurs qui pratiquent la TVA sur les débits : Pour toutes les factures sur la période
w

« n », la TVA correspondante pourra être récupérée. (Car la TVA est récupérable à la date
de facturation)
w

Les fournisseurs ne pratiquant pas la TVA sur les débits : Seules les factures de prestations
de services « n » qui ont été payées verront leur TVA récupérée pour la période « n ». Les
autres factures, auront leur TVA déduite lors du paiement de celle-ci.

9
➢ Les entreprises déclarant la TVA sur les encaissements

o La TVA collectée

Pour les prestations de services, la TVA est exigible dès lors que la facture a été encaissée.

m
Pour les autres opérations (ventes de biens) la TVA est exigible à la facturation.

Pour le calcul de la TVA collectée, il convient donc de prendre en compte seulement la TVA

co
associée aux factures de prestation de services réglées ainsi que toute la TVA associée
aux factures de ventes.

e.
o La TVA déductible

lin
Même système que pour les entreprises qui optent pour la TVA sur les débits.

Les fournisseurs qui pratiquent la TVA sur les débits : toutes les factures sur la période
n
« n », la TVA correspondante pourra être récupérée (car la TVA est récupérable à la date
-o
de facturation).

Les fournisseurs ne pratiquant pas la TVA sur les débits : Seules les factures de prestations
a

de services « n » qui ont été payées verront leur TVA récupérée pour la période « n ». Les
autres factures, auront leur TVA déduite lors du paiement de celle-ci.
pt
om

3. Calcul de la TVA à déclarer

La TVA due = TVA Collectée – TVA déductible

Si TVA déductible > TVA collectée -> crédit de TVA


.c

Si TVA déductible < TVA collectée -> TVA à payer


w
w

Si CREDIT DE TVA : 2 choix

Soit l’entreprise impute ce crédit de TVA sur les déclarations suivantes.


w

Soit l’entreprise demande le remboursement du crédit de TVA (conditions)

10
▪ Remboursement annuel, repose sur un montant minimum de
150€.
▪ Remboursement trimestriel, concerne les entreprises effectuant
des déclarations de TVA trimestrielles ou soumises au régime
réel simplifié (seulement dans le cadre d’acquisition d’une
immobilisation). Le montant du remboursement doit être de

m
760 € minimum.
▪ Remboursement mensuel, concerne les entreprises effectuant

co
des déclarations de TVA mensuelles et doit porter sur un
montant minimum de 760 €.

e.
4. Déclaration de la TVA

lin
Comment ? :

La TVA est déclarée directement en remplissant les montants intéressés sur l’imprimé
correspondant à la déclaration.

La TVA est déclarée soit par :


n
-o
▪ l’EFI8 qui permet directement en ligne de réaliser la déclaration et le
paiement de la TVA à partir d’un espace professionnel sur le site de la
a

DGFIP.
pt

▪ l’EDI9 qui va permettre d’envoyer de manière électronique les déclarations,


voir certains paiements grâce aux fichiers comptables par l’intermédiaire
d’un expert-comptable.
om

Quand ? :

Déclarations mensuelles : elles doivent être déposées à partir du 15 du mois suivant et


.c

au plus tard le 24. Les dates limites des déclarations de TVA s’étalent sur plusieurs jours.
Il s’agit toujours d’un jour précis (fixer selon les caractéristiques de la société, numéro Siret,
w

nom du gérant, …).

Déclaration annuelle : La date limite pour déposer la déclaration de TVA est le 2ème jour
w

ouvré qui suit le 1er mai (pour les entreprises qui clôturent leurs comptes le 31 décembre)
w

Si les entreprises clôturent leurs comptes à une autre date, la date limite de dépôt est le
dernier jour du troisième mois qui suit la date de clôture.

8
Echange de formulaire informatisé
9
Echange de données informatisées

11
B. Schématisation : Modèle organisationnel de traitements

CLIENT CABINET COMPTABLE ADMINISTRATION

m
co
e.
n lin
a -o
pt
om
.c
w
w
w

12
CLIENT CABINET COMPTABLE ADMINISTRATION

m
co
e.
n lin
a -o
pt
om
.c
w
w
w

13
Thème : « Changement de structure juridique : d’une
EIRL à la société unipersonnelle la plus adaptée »

m
De nombreuses personnes souhaitant développer leur activité, optent pour le statut
d’« EIRL10», ce qui leur permet de garder une grande souplesse quant à la gestion de leur

co
entreprise et d’éviter les contraintes liées à la création d’une société, mais surtout, de
bénéficier d’une protection de leur patrimoine personnel.

Bien que le statut d’EIRL présente des avantages, la création d’une société possède

e.
également des avantages qui sont à prendre en compte.

lin
Pour cela, les EIRL dont l’activité croît doivent analyser leur situation et se livrer une étude
chiffrée prenant en compte la rémunération, le statut du dirigeant mais aussi le régime fiscal
à adopter afin de savoir si transformer l’entreprise individuelle en société est la solution la
plus optimale. n
-o
C’est dans ce contexte que les exploitants d’EIRL sollicitent les cabinets d’expertise
comptable pour les conseillers dans le choix ou non de créer une société.
a
pt

Problématique : Quelle forme de société unipersonnelle est la plus avantageuse au


regard de la situation de l’exploitant de l’EIRL ?
om

Une première partie portera sur l’EIRL, afin d’expliquer les avantages que procure ce statut
mais aussi les limites associées à celui-ci. Suivi d’une seconde partie sur la mise en
.c

société de l’EIRL en société unipersonnelle, dont le choix de cette société fera l’objet d’une
comparaison afin de permettre de trouver la forme la plus optimale.
w
w
w

10
EIRL : création possible en vertu de l’Article L526-5-1 code du commerce

14
I. Entreprise individuelle à responsabilité limitée

1. Qu’est-ce que l’EIRL ?

m
co
C’est un statut qui permet aux entrepreneurs exerçant une activité dans une entreprise
individuelle de protéger leur patrimoine personnel vis-à-vis des créanciers professionnels.
Pour cela, une déclaration d’affectation des biens est obligatoire afin de délimiter le

e.
patrimoine personnel et le patrimoine dédié à l’activité professionnelle.

Tous les entrepreneurs individuels peuvent créer une EIRL, qu’ils soient : commerçants,

lin
artisans, agriculteurs ou qu’ils exercent une profession libérale

Cependant, même si l’EIRL a son propre patrimoine, elle n’a pas pour autant la personnalité
morale. n
-o
Définition donnée par l’article L526-6 du code de commerce

« Pour l'exercice de son activité en tant qu'entrepreneur individuel à responsabilité limitée,


a

l'entrepreneur individuel affecte à son activité professionnelle un patrimoine séparé de son


pt

patrimoine personnel, sans création d'une personne morale, dans les conditions prévues à
l'article L. 526-7. »
om

2. Les avantages de l’EIRL ?


.c

➢ Formalité de création : simple et rapide


w

Contrairement à la création d’une société, commencer son activité en EIRL est beaucoup
plus simple et rapide. Il suffit simplement de déposer une déclaration de début d’activité
w

auprès du centre de formalités des entreprises compétent selon le type d’activité


exercée, défini par l’article L526-7 du code de commerce.
w

15
➢ Une responsabilité limitée

En principe, la séparation du patrimoine privé et patrimoine professionnel est possible grâce


à la constitution d’une société car elle permet d’obtenir sa propre personnalité morale et
donc son propre patrimoine. L’EIRL n’étant pas une société, elle n’a pas de personnalité

m
morale. Cependant, elle offre la possibilité de créer un patrimoine d’affectation lié à l’activité
professionnelle de l’entrepreneur.

co
La composition du patrimoine est régie par l’article l526-6 du code de commerce

« Le patrimoine comprend les biens, droits, obligations ou sûretés dont l'entrepreneur

e.
individuel est titulaire, utilisés pour l'exercice de son activité professionnelle, qu'il décide d'y
affecter et qu'il peut ensuite décider de retirer du patrimoine affecté. Un même bien, droit,

lin
obligation ou sûreté ne peut entrer dans la composition que d'un seul patrimoine affecté. »

L’utilité de l’EIRL est donc de protéger l’exploitant en cas de difficultés voir de faillite car il
permet de différencier son patrimoine personnel et professionnel. Ainsi, seul son patrimoine
n
professionnel pourra être saisie par les créanciers et tous ses biens personnels ne seront
-o
pas saisissable par ces derniers.
a

➢ Option Fiscale
pt

En principe, l’EIRL est soumise à l’impôt sur le revenu.


om

L’impôt sur le revenu


.c

L’impôt sur le revenu (IR) est un impôt direct annuelle qui porte sur le revenu de l’ensemble
11
des personnes physiques d’un même foyer fiscal. C’est un impôt progressif, c’est-à-dire
w

que le taux d’imposition augmente en fonction du revenu imposable.


w
w

11
Être humain doté de la personnalité juridique

16
Il se calcul de la manière suivante :

1. Diviser le revenu net imposable par le nombre de parts de quotient familiale.

Le revenu net imposable correspond à la somme des revenus catégoriels (salaires, revenus

m
foncier,) diminué des frais réels ou 10% pour frais professionnels moins les abattements
éventuels.

co
e.
n lin
a -o
Le nombre de parts de quotient familial se calcule en fonction de la situation du foyer fiscal.
pt

- Une personne célibataire, veuve ou divorcée aura une part de quotient familial.
om

- Une personne mariée ou pacsée, aura droit à 2 parts de quotient familial.


- Selon la situation les enfants donnent droit à des parts de quotient familial
également.
Cf. annexe : tableau récapitulatif du nombre de parts selon la situation familiale
.c

Par exemple :
w

Une personne célibataire sans enfant, dont le revenu net imposable est de 40 000€
w

Calcul : 40 000/1 = 40 000€


w

17
2. Appliquer au montant obtenu, le barème progressif de l’IR (2019)

TRANCHES TAUX D’IMPOSITION


≤ 10 064 0%
De 10 065€ à 27 794€ 14%
De 27 795 € à 74 517 € 30%

m
De 74 518 € à 157 806 € 41%
Plus de 157 807 € 45%

co
Exemple :

e.
Pour un célibataire sans enfant, dont le revenu net imposable est de 40 000€

Calcul : tranche 1 jusqu’à 10 064€ imposé à 0%

lin
Tranche 2 de 10 0065€ à 27 794€ imposé à 14% = (27 794-10 065) *0.14=2 482.06

Tranche 3 de 27 795 à 74 5717 imposé à 30% = (40 000 - 27 794) *0.3=3 661.8
n
Le total est de 0+2 482.06+3 661.8 = 6 143.86€
a -o
3. Multiplier le résultat obtenu précédemment par le nombre de parts de
quotient familial
pt
om

Exemple :

Pour un célibataire dont le revenu net imposable est de 40 000€ appliqué au barème
progressif de l’IR, le montant est de 6 143.86€
.c

Calcul = 6 143.86*1 = 6 143.86€ = 6 144€ d’impôt sur le revenu


w
w
w

Toutefois, il est possible pour l’EIRL d’opter pour l’impôt sur les sociétés. Qui selon
la situation pourra être plus avantageux pour l’entrepreneur.

18
L’impôt sur les sociétés

L’impôt sur les sociétés (IS) est une taxe qui porte sur le résultat annuel des entreprises.
Le taux d’imposition varie en fonction du résultat et du type d’entreprise.

m
L’IS se calcul de la manière suivante : (2019)

La base de calcul de l’IS correspond aux bénéfices réalisés en France par l’entreprise.

co
(Base imposable = résultat comptable + réintégration fiscale – déduction fiscale – déficit
restant à imputer)

e.
Barème de l’IS des entreprises bénéficiant de taux réduit :

Assiette de calcul de l’IS Taux de calcul de l’IS

lin
Jusqu’à 38 120 euros 15%

De 38 120 euros à 500 000 euros n 28%


-o
Au-delà de 500 000 euros 31%
a

Les taux réduits concernent les PME (qui ont un CAHT<7.63 millions d’euros, dont le capital
pt

est détenu à hauteur de 75% minimum par des personnes physiques et celui-ci est
entièrement versé.)
om

Barème de l’IS au taux normal :

Assiette de calcul de l’IS Taux de calcul de l’IS


.c

Jusqu’à 500 000 euros 28%


w

Au-delà de 500 000 euros 31%


w

Il existe une dérogation pour les entreprises ayant un chiffre d’affaires de plus de 250
w

millions d’euros, ils seront imposés à 28% jusqu’à 500 000 € de bénéfices imposables et à
33,33% au-delà de 500 000 €

A noter que le taux de l’IS tend à diminuer pour aller vers un taux normal à 25% en 2022,
qui concernera toutes les entreprises et sur la totalité des bénéfices qu’elles réalisent.

19
Les avantages liés à l’IS pour l’EIRL :

- Être imposé à l’IS permettrai à l’EIRL d’imputer le déficit potentiel d’un exercice à
un exercice bénéficiaire ultérieur.
- Limiter le montant des cotisations sociales qui ne seront plus payées sur l’intégralité

m
des bénéfices mais seulement sur la rémunération réelle.

L’EIRL a la possibilité également de bénéficier de régime de la micro-entreprise.

co
Cependant, si elle choisit de bénéficier de ce régime, elle ne peut pas opter pour l’IS. De
plus cette option est irrévocable mais la loi de finances de 2019 autorise les EIRL qui optent

e.
pour l'IS à renoncer à leur option jusqu'au 5ème exercice suivant celui au titre duquel elles
ont exercé leur option.

lin
Régime de la micro-entreprise :

n
L’entrepreneur exerçant en EIRL peut bénéficier du régime de la micro-entreprise,
-o
cependant il y a certaines conditions.

L’exploitant ne doit pas dépasser plus de :


a

▪ 176 200 euros de recettes pour les activités de négoce, de vente à consommer
pt

sur place et de prestation d’hébergement.


om

▪ 72 500 euros de recettes pour les autres activités de prestations de services


relevant des BIC12 et BNC13

Cependant, il n’est pas possible de déduire les charges. Des impôts et des charges
.c

sociales sont dues même si l’activité est déficitaire, le calcul de ces éléments est basé
sur les recettes sans tenir compte des dépenses.
w
w
w

12
Bénéfices industriels et commerciaux
13
Bénéfices non commerciaux

20
3. Les limites de l’EIRL

➢ Impossibilité de s’associer

Le fait que l’EIRL n’est pas une société, elle n’a donc par conséquent aucun capital
social. De ce fait, l’entrepreneur ne peut rien partager avec un potentiel futur associé et

m
ne pourra pas faire participer d’autre partenaires dans l’exploitation de son activité.

co
➢ Une crédibilité financière fragile

e.
Le fait que l’EIRL n’ait pas de capital (vu ci-dessus), au regard de ses partenaires
financiers, elle n’offre pas de garanties solides puisque le patrimoine ne peut être utilisé

lin
en cas d’échec, sauf le patrimoine affecté à l’activité au préalable.

➢ Pas de simplification administrative n


-o
L’EIRL est tenu d’établir une comptabilité régulière, normal et complète. Elle doit
déposer ses comptes au greffe du tribunal de commerce six mois après la clôture de
ses comptes, de plus ses comptes pourront être consultés par toute personne qui le
a

souhaite. C’est un réel inconvénient, tant en termes de coût que de confidentialité.


pt

De plus, l’exploitant à l’obligation d’ouvrir un compte strictement dédié à l’activité


professionnel.
om

Si ces obligations ne sont pas respectées, la responsabilité de l’entrepreneur devient


illimitée, c’est-à-dire qu’elle s’étend au-delà du patrimoine affecté à l’activité.
.c

➢ Des dividendes surtaxés


w

A l’IS, les dividendes versés sont imposables aux mêmes cotisations sociales que la
rémunération.
w

Les dividendes sont imposés pour la part excédante soit :


w

- 10% de la valeur de patrimoine affecté

- 10% des bénéfices nets

21
Cette imposition alourdie fortement le montant des cotisations sociales à verser. Sachant
que les EIRL ont souvent un très petit patrimoine affecté, se verser des dividendes ne serait
pas judicieux.

En ce sens, l’EIRL est un statut adapté pour les personnes voulant débuter une
activité seule très facilement sans forcément avoir un gros patrimoine professionnel

m
et protéger leur patrimoine personnel. Mais la capacité d’évolution qu’offre l’EIRL
reste limité notamment au niveau de l’entrée de nouveaux partenaires ainsi qu’en cas

co
de fort bénéfice avec une surtaxation des dividendes.

e.
Mise en contexte

lin
L’entreprise individuelle à responsabilité limitée exploitée par Monsieur X, connait une
croissance de son chiffre d’affaires ces dernières années. Monsieur X a pour activité la

n
mécanique générale, l’usinage, le tournage et le fraisage. Il est marié à Madame Y sous le
régime de la communauté de biens réduites aux acquêts et n’a pas d’enfants. Madame Y
-o
déclare environ 16 000 € chaque année en revenus, catégorie traitements et salaires.
L’EIRL est soumise à l’impôts sur le revenu catégorie BIC. Monsieur X adhère à un CGA
a

(centre de gestion agréé). Nombre de parts de quotient familiale = 2.


pt

Le montant du chiffre d’affaires de l’exercice clos le 31 décembre n-3 : 126 855.35 €, pour
om

un résultat de 35 659.48 €.

Le montant du chiffre d’affaires de l’exercice clos le 31 décembre n-2 : 149 889,25 €, pour
un résultat de 45 607,04 € avec un montant d’impôt sur le revenu de 8 998 €.
.c

Le montant du chiffre d’affaires de l’exercice clos le 31 décembre n-1 : 212 252.90 €, pour
un résultat de 84 221,31 € avec un montant d’impôt sur le revenu de 18 190 €
w

Le montant du chiffre d’affaires de l’exercice clos le 31 décembre n : 221 185, 15 €, pour


w

un résultat de 87 894,00 €.
w

22
Calcul du montant de l’IR théorique

1- Calcul du revenu net global imposable :

m
Revenus industriels et commerciaux professionnels 87 894,00
Traitements, salaires nets de frais professionnels (Madame Y) 16 000,00

co
Revenu BRUT GLOBAL 101 894,00
REVENU NET IMPOSABLE 103 894,00

e.
2- Calcul du quotient familial

lin
Nombres de parts du quotient familial : 2

103 894,00/2 = 51 947,00 €

n
-o
3- Calcul de l’impôt sur le revenu brut (sur barème de 2019)
a

Tranche du revenu Taux d’imposition Montant du revenu Montant de l’IR


pt

< 10 064 € 0% 0€ 0€
De 10 065 € à 14% 17 729 € 2 482,06 €
om

27 794 €
De 27 795 € à 30% 24 152 € 7 245,60 €
74 517 €
De 74 518 € à 41% 0€ 0€
.c

157 806 €
Plus de 157 807 € 45% 0€ 0€
w
w

Montant brut de l’impôt sur le revenu : 2 482,06 € + 7245,60 = 9 727,66 €


w

4- Calcul de l’impôt sur le revenu net

Impôt brut * nombres de parts du quotient familiale

9 727,66€ * 2 = 19 455,32 €

23
II. La mise en société

m
La mise en société, c’est la transformation d’une entreprise individuelle en société, elle est

co
envisagée lorsque la croissance de l’entreprise ou le souci de préparer sa transmission fait
que l’EIRL n’est plus la forme la plus adaptée et que la création d’une société serait plus
bénéfique pour l’entrepreneur.

e.
lin
Mais qu’est-ce qu’une société ?

La définition est donnée par l’article 1832 du Code civil :

n
« La société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat
-o
d'affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le
bénéfice ou de profiter de l'économie qui pourra en résulter. Elle peut être instituée, dans
les cas prévus par la loi, par l'acte de volonté d'une seule personne. Les associés
a

s'engagent à contribuer aux pertes ».


pt
om

Ainsi dans le cadre d’une transformation, créer une société permet de limiter la
responsabilité si ce n’est pas déjà le cas, de s’associer, de répartir le risque, assurer une
continuité d’exercice ou encore obtenir des avantages fiscaux.
.c
w
w
w

24
1. Le choix de la forme de la société

Lorsque l’exploitant d’une entreprise individuelle à responsabilité limitée souhaite


changer de structure pour créer une société, il a tout intérêt à étudier l’avantage que
peut lui procurer chaque forme de société unipersonnelle.

m
Selon l’objectif recherché par la transformation, la comparaison entre les différentes
formes de sociétés peut porter sur différents points, tels quels, l’imposition, la

co
rémunération, les régimes sociaux, fiscaux, la gestion, les obligations.

Il existe 2 types de sociétés unipersonnelles qui ne fonctionnent pas de la même

e.
manière :

o L’EURL (= SARL unipersonnelle)

lin
o La SASU (= SAS unipersonnelle)

a) Les différents régimes sociaux et fiscaux

Les différences en matière sociale :


n
-o
Il y a deux régimes qui assurent la sécurité sociale des dirigeants :

Le régime général de la sécurité sociale, concernant les dirigeants qui ont le


a
o
statut d’assimilé ou de salarié.
pt

o La sécurité sociale des indépendants (SSI, ex RSI) qui concerne les


travailleurs non-salariés
om

Le régime social dépend également de la forme de société adoptée, ainsi on ne peut pas
choisir directement quel régime social adopté mais l’on peut choisir la structure juridique
qui permet d’être affilié à tel ou tel régime.
.c

Des cotisations minimales sont dues pour les travailleurs indépendants, même lorsque
qu’aucune rémunération n’est versée, ce qui n’est pas le cas dans le régime général.
w
w

EURL SASU
Régime fiscal IR OU IS IS (OPTION IR)
w

Dirigeant associé unique SSI RG


Dirigeant non associé RG RG

25
Dans ce rapport, nous traiterons que le cas où le dirigeant est associé unique.

Les différences en matières fiscale :

L’EURL

m
Régime de base de l’EURL :

En principe, l’EURL est soumise de plein droit au régime des sociétés de personnes lorsque

co
l’associé unique est une personne physique. Par conséquent, l’associé sera imposé à
l’impôt sur le revenu.

e.
Option de l’EURL pour l’IS :

Cependant, il est possible d’opter pour l’impôt sur les sociétés.

lin
Cette option est irrévocable lorsqu’elle est choisie au moment de la constitution (sauf en
cas de renonciation 1 mois avant le paiement du premier acompte du 5ème exercice
précédant le choix de l’option). n
-o
Option de l’EURL pour le régime micro-entreprise :

Cette option est possible pour les EURL dont l’associé unique est une personne physique
a

et le gérant.
pt

Cependant, ce régime est possible seulement si certains seuils ne sont pas dépassés. (Cf
partie I).
om

La SASU
.c

Régime de base de la SASU :


w

En principe, la SASU est imposée de plein droit au régime de l’impôt sur les sociétés.

C’est donc la société qui est imposée sur ses bénéfices effectués. Ce bénéfice imposable
w

est imposé selon le barème de l’IS (Cf. partie I).


w

Option de la SASU :

La SASU peut opter pour le régime des sociétés de personnes pour une durée maximale
de 5 ans. Ainsi les bénéfices seront imposés directement au nom de l’associé unique.

26
Cependant, la société doit respecter plusieurs conditions donner par l’Art 239 bis AB du
CGI.14

▪ « Exercer à titre principal une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole


ou libérale, à l’exclusion de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou
immobilier, »

m
▪ « La société ne doit pas être cotée en bourse »
▪ « Avoir moins de 5 ans d’existence à la date de l’option »

co
▪ « La société doit employer moins de 50 salariés »
▪ « Réaliser un chiffre d’affaires annuel ou un total de bilan inférieur à 10 000 000
d’euros ».

e.
▪ « Être créée depuis moins de 5 ans au moment de l’option »
▪ « Avoir un associé unique personne physique qui occupe des fonctions de direction

lin
(président ou directeur général par exemple) »

n
Conséquences sur la base de calcul du montant des cotisations :
-o
EURL SASU

IR Rémunération + dividendes Rémunération


a
pt

Montant des bénéfices


IS Rémunération
réalisés
om

Conséquences sur le montant des cotisations :


.c

En EURL, le gérant associé unique devra s’acquitter des cotisations représentant environ
45 % du revenu net.
w

Exemple : Pour une rémunération nette de 2000 €, les cotisations seront


d’environ 900 € (2000*0.45).
w
w

En SASU, les charges patronales et salariales représenteront environ 62% de la


rémunération brute du président associé unique.

14
Code général des impôts

27
Exemple : Pour une rémunération nette de 2000 €, le total des charges
patronales et salariales sera d’environ 1600 € (2000+(2000*0.3)) *0.62)

L’avantage pour l’EURL c’est que même si la rémunération est de 0 €, une couverture
sociale est assurée contrairement à la SASU.

m
L’inconvénient en EURL c’est que même en cas d’absence de salaire, des cotisations
minimums de 1198 €/an sont obligatoire.

co
Conséquences du choix de l’IR pour l’EURL et la SASU :

Pour l’EURL :

e.
Les bénéfices sont imposables au nom de l’associé unique au barème progressif de l’IR et
les pertes imputables sur le résultat fiscal global.

lin
La rémunération du gérant associé unique est non-déductible et donc comprise
dans le revenu global imposable. Il ne peut y avoir de dividendes dans cette
configuration. n
-o
Sachant que le montant des cotisations sera calculé entièrement sur le résultat, le
montant de ces cotisations peut être important, de plus, cela permet d’éviter d’être
imposé à l’IS si l’on veut prendre potentiellement l’intégralité des bénéfices en
a

salaire.
pt
om

Pour la SASU :

Les bénéfices ainsi que les pertes sont compris dans le revenu fiscal global de l’associé
unique et imposables au barème progressif de l’IR. Sa rémunération est non déductible et
par conséquent réintégrée au bénéfice imposable. La distribution de dividendes est
.c

possible dans cette configuration.


w

Cette option permet d’éviter la double imposition IR/IS mais doit être adaptée à la
situation de la personne. En effet, opter pour cette option les premières années lors
w

d’un cas classique de création d’entreprise où le résultat est relativement faible


permettrait une imposition très réduite (le montant minimum d’imposition est de 0%).
w

Mais dans le cas d’une mise en société où la société est en pleine croissance, ce
choix ne serait pas forcément pertinent.

28
Conséquences du choix de l’IS pour l’EURL et la SASU :

Pour l’EURL :

L’imposition des bénéfices est supportée directement par la société à des taux fixes selon
le résultat, de plus les pertes sont imputables aux exercices suivants.

m
La rémunération du gérant associé unique est imposée à l’IR dans la catégorie traitements
et salaires, les dividendes sont possibles et imposés à l’IR dans la catégorie : revenus de
capitaux mobiliers (RCM).

co
e.
Être imposable a l’IS permet à l’associé unique de mieux gérer la base imposable à
l’IR (car libre fixation de la rémunération), de plus cette rémunération est déduite du
résultat imposable de la société contrairement à l’EURL imposé à l’IR. Au niveau des

lin
cotisations sociales, la base de calcul étant la rémunération et dividendes perçus par
le gérant, le montant de ces dernières sera moindre par rapport à l’EURL imposé à

n
l’IR car la base de calcul est le résultat global.
-o
Pour la SASU :
a

Comme pour l’EURL à l’IS, les bénéfices sont imposés directement à la société à des taux
pt

fixes et les pertes sont imputables sur les exercices suivants.

La rémunération du président associé unique est imposée à l’IR dans la catégorie


om

traitements et salaires et les dividendes sont possibles et imposés à l’IR dans la catégorie :
revenus de capitaux mobiliers

Sachant que dans une SASU, le président associé unique relève du régime général
.c

de la sécurité sociale, le montant des cotisations sera plus élevé, cependant le chef
d’entreprise aura une maitrise de son imposition personnelle à l’IR (car libre fixation
w

de sa rémunération et dividendes). De plus, si la société produit de plus gros


résultats, la SASU à l’IS sera plus avantageuse car lorsqu’elle est imposée à l’IR plus
w

le résultat est important plus l’imposition l’est aussi.

Les points communs entre l’EURL et la SASU :


w

▪ L’associé unique (EURL OU SASU) à une responsabilité limitée


▪ Démarches de créations similaires
▪ Les 2 formes ont un fonctionnement quasi-similaire

29
Suite mise en contexte

L’évolution de l’activité de Monsieur X, lui permet de générer un plus gros CA au cours des
années, mais par conséquent, le montant de l’imposition est également de plus en plus

m
élevé.

De ce fait, l’expert-comptable contact l’exploitant afin de lui proposer la transformation de

co
l’EIRL en société, pour cela le comptable a, au préalable, fait une étude du gain potentiel
que pourrait permettre cette transformation en s’appuyant sur le résultat de N.

e.
lin
GAIN EN PASSAGE EN SOCIETE
ECART BIC- ECART BIC-
Exercice N BIC EURL SASU EURL SASU

Résultat Comptable 87 894 n


-o
SSI 39 552 39 552

Résultat comptable en société 127 446 127 446


a

Salaires 36 000 36 000


pt

SSI 3 9552 16 920 22 632

Charges sociales salariales 22 320 17232


om

Résultat avant impôt 74 526 69 126

IMPOT SOCIETE 0 15 912 14 400 -15 912 -14 400

IRPP 19455 4 462 4 462 14 993 14 993


.c

ECART TOTAL 21 713 17 826


w

L’écart positif de chaque forme (EURL et SASU) représente le montant économisé par
w

rapport à l’EIRL.
w

On constate que l’écart de l’EURL est plus important que celui de la SASU. Cette forme
juridique est donc la plus optimale en termes d’optimisation fiscale.

30
Afin de conforter le choix de la forme juridique, ce même tableau peut être appliqué à un
résultat inferieur et permettre de constater si la transformation en société et si la forme
EURL est toujours la plus optimale.

GAIN EN PASSAGE EN SOCIETE

m
ECART BIC- ECART BIC-
Exercice N BIC EURL SASU EURL SASU

co
Résultat Comptable 55 000

SSI 30 926 30 926

e.
Résultat comptable en société 85 926 85 926

Salaires 36 000 36 000

lin
SSI 30 926 16 920 14 006

Charges sociales salariales 22 320 8 606


33 006 27 606
Résultat avant impôt
IMPOT SOCIETE 0
n 62 66,8 4 141 -62 66,8 -4 141
-o
IRPP 6 287,12 4 462 4 462 1 825 1 825
a

ECART TOTAL 9 565 6 290


pt

Ainsi, que le résultat soit beaucoup plus faible ou non, la transformation en EURL est la
om

plus optimale.
.c
w
w
w

31
2. Constitution de l’EURL

➢ Règles communes aux contrats


▪ Avoir la capacité civile

m
▪ Les consentements doivent être libres et non viciés
▪ Avoir un objet social licite

co
▪ Avoir une cause licite

e.
➢ Règles spécifiques aux contrats de société de l’EURL
▪ Capital minimum : 1 €

lin
▪ Des apports numéraires, natures et en industries possibles
▪ Nombres d’associés : 1
▪ Durée maximum : 99 ans
n
-o
De plus, pour la constitution il faut que les statuts soient rédigés, et doivent mentionner :

➢ La forme juridique
a

➢ La durée
pt

➢ La dénomination
➢ L’objet
om

➢ Le capital
➢ Les clauses contenant les pouvoirs du gérant
.c

L’associé unique de l’EURL doit se plier à des obligations de publicité, notamment dans un
journal d’annonces légales pour émettre un avis de création d’EURL afin d’avertir les tiers.
w

Suivi d’un dépôt des statuts au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour demander
l’immatriculation de la société et enfin une insertion au BODACC15
w
w

15
Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales

32
3. Le fonds de commerce

La loi ne définit pas le fonds de commerce mais fournit un certain nombre de critères qui
permet de préciser la notion du fonds de commerce.

m
Elle distingue les éléments corporels et incorporels du fonds de commerce.

La loi cite un certain nombre d’éléments incorporels, tel que l’enseigne, la clientèle,

co
l’achalandage, les brevets d’inventions…

Les articles L 141-1 et L 141-5 du code de commerce indiquent comme éléments corporels

e.
le matériel et les marchandises (le matériel qui permet l'exploitation du fonds de commerce,
le mobilier, l’outillage).

lin
En revanche, la jurisprudence admet qu’il existe des éléments essentiels et non essentiels
au fonds de commerce, c’est-à-dire des éléments sans lequel le fonds de commerce ne

n
pourrait exister. Les éléments corporels ne sont pas admis comme des éléments essentiels
du fonds, cependant la clientèle est l’élément essentiel et indispensable sans lequel un
-o
fonds de commerce ne peut exister. (Cour de cassation, Assemblée plénière 24 avril 1970).

Pour donner une définition :


a

« Le fonds de commerce est un ensemble des éléments corporels et incorporels constitués


pt

en vue de faire fonctionner une activité professionnelle ».

Le transfert de l’actif pour la mise en société peut s’opérer selon l’une des trois modalités
om

suivantes :

a) L’apport au capital,
b) La cession du fonds de commerce,
.c

c) La location gérance
w

La solution retenue sera celle la plus avantageuse selon la situation de l’entrepreneur.


w

Cependant, avant de transférer l’actif de quelque manière que ce soit, il faut évaluer le
w

fonds de commerce.

Pour permettre l’évaluation d’un fonds de commerce, il existe plusieurs méthodes de


valorisation financière, de plus, il est nécessaire de déterminer quelle méthode sera la plus
pertinente.

33
Par la suite, de nombreux paramètres peuvent être analysés selon leur importance et
viendront pondérer l’estimation calculée par la méthode financière (tels que le bail,
l’emplacement géographique, la conjoncture économique, la fidélité de la clientèle…)

Les différentes méthodes d’évaluation :

m
co
▪ L’évaluation du fonds par le chiffre d’affaires

Cette méthode consiste à déterminer le chiffre d’affaires moyen déclaré des trois derniers

e.
exercices, puis à cette moyenne est appliqué un coefficient variant suivant la nature du
commerce.

lin
Le coefficient applicable est déterminé par un barème pour chaque profession.

▪ n
L’évaluation de la capacité bénéficiaire
-o
Cette méthode consiste à déterminé le résultat moyen déclaré au cours des trois derniers
exercices. Ce résultat est ensuite multiplié par un coefficient non précisé par un barème
a
officiel mais dans la pratique, varie de 1 à 8 selon l’activité.
pt

▪ L’évaluation part la rentabilité


om

Cette méthode consiste à déterminer l’EBE (excèdent brut d’exploitation) moyen des 3
derniers exercices. Le résultat obtenu est multiplié par un coefficient multiplicateur,
déterminé, selon un barème qui tient compte de la situation du marché, de la rentabilité des
.c

activités concernées.
w

Toutes ces méthodes peuvent être croisées en faisant une moyenne pondérée des
w

méthodes afin d’affiner l’évaluation du fonds de commerce.


w

34
Mise en contexte

Evaluation du fonds de commerce de Mx selon différentes méthodes.

m
1- Méthode par le chiffre d'affaires

CA TTC N-3 126 855,35

co
CA TTC N-2 149 889,25
CA TTC N-1 212 252,90
Moyenne = 162 999,17

e.
Estimation basse (30%) 48 899,75
Estimation haute (50%) 81 499,59

lin
Moyenne (des estimations) 65 199,65

2- Méthode capacité bénéficiaire


n
N-3 N-2 N-1
-o
Bénéfice net 35 659,48 45 607,04 84 221,30
Résultat financier -83,00 -21,00 0
Amortissements 769,23 769,23 3651,17
a
Capacité bénéficiaire 36 345,71 46 355,27 87 872,47
pt

Moyenne 56 857,82

Coefficient = 1,622
om

Valeur du fonds = 92 238,33


3- Méthode de l'EBE coefficienté (ou de la rentabilité)

N-3 N-2 N-1


.c

EBE 43 981,00 46 295 87 463,00

Coefficient pour CA = 150k€ HT : entre 3,7 et 4,8


w

Estimation basse 219 211,43


Estimation haute 284 382,4
w

Moyenne 251 796,92


w

35
Pour permettre une évaluation plus fiable et reflétant réellement la situation de Mx, les
méthodes ci-dessus vont être croisé en faisant une moyenne pondérée des résultats obtenu
par les 3 méthodes.
Moyenne = (65 199,67 + 92 238,33 + 251 7996,92) / 3 = 136 411.64
La valeur du fonds de commerce de Mx est évaluée à 136 000€

m
L’apport du fonds de commerce au capital d’une société est caractérisé comme un apport

co
en nature. Afin d’assurer la valeur du fonds de commerce, il doit être vérifier par un
commissaire aux apports.

e.
Commissaire aux apports :

lin
Qu’est-ce qu’un commissaire aux apports ?

Définition : « Un commissaire aux apports est un professionnel indépendant et externe à la


n
société. Il est nommé par les associés pour apprécier la valeur des apports en nature qui
-o
constituent le capital social, c’est-à-dire la valeur des biens corporels et incorporels
apportés à la société (à condition, que les associés décident d’apporter des biens au
a
capital). »
pt

Il est important de savoir que l’apport en nature dans le capital social d’une société, lors de
la création (ou d’une augmentation de capital de la société), doit être soumis à vérification
d’un commissaire aux apports afin de limiter une potentielle surévaluation.
om

Il existe cependant des exceptions :

Lors de la mise en société d’une entreprise individuelle a une société unipersonnelle,


.c

(SASU, EURL) le recours à un commissaire aux apports n’est plus obligatoire quelques soit
la valeur de l’apport.
w

En revanche, tout associé profitant de cette dispense est responsable de la valeur donnée
à l’apport en nature pendant une durée de 5 ans. Il sera donc responsable envers les
w

créanciers et tenu du paiement de la différence entre la valeur donnée et la valeur réelle.


w

C’est ainsi que Mx désigne un commissaire aux apports afin qu’il atteste de la bonne
valeur de l’apport précédemment évalué. Le commissaire lui remettra un rapport qu’il
devra annexer aux statuts de la société.

36
a) L’apport du fonds de commerce au capital de la société

m
Une fois le fonds de commerce évalué, il est transféré à la société dans le cadre d’un apport
en nature.

co
Conséquences de la mise en société par apport au capital :

Au niveau juridique :

e.
Le fonds de commerce lié à l’entreprise individuelle est transmis à la nouvelle société et la
valeur de ce fonds est apportée au capital de la nouvelle société. De plus, l’entrepreneur

lin
reçoit des titres en échange de cet apport.

Au niveau fiscal :

n
En principe, l’opération est assimilée à une cessation d’activité de l’EIRL et par conséquent,
engendre toutes les impositions relatives à une cession d’activité, tels que les plus-values
-o
latentes ou même les bénéfices non encore imposés.
a
Cependant, il existe une option accordée par la loi :
pt

Art 151 octies du code général des impôts :


om

Cet article concerne les personnes physiques qui apportent une entreprise individuelle à
une société dont l’activité est de type industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou
libérale. Cet apport doit porter sur l’ensemble des éléments de l’actifs et du passif de
.c

l’activité.

Il permet :
w

▪ Un report d’imposition des plus-values générées sur les éléments non-


amortissables.
w

▪ Une réintégration des plus-values sur les éléments amortissables dans les
w

comptes de la société bénéficiaire car il y a un étalement sur cinq ans du


paiement de ces plus-values.

37
b) La cession du fonds de commerce

Au niveau juridique :

m
Le fonds de commerce est cédé par l’entrepreneur à la société simultanément créée.

Au niveau Fiscal :

co
Le cédant sera imposé sur

▪ Sur les bénéfices non encore imposés

e.
▪ Sur la plus-value du fonds de commerce différence entre la
valeur d'acquisition (ou de création) et la valeur de cession du

lin
fonds.

Cependant une exonération de la plus-value du fonds de commerce est possible si l’EIRL


est une petite entreprise. n
-o
Le repreneur, la société devra payer des droits d’enregistrement

▪ Pour la fraction inférieure à 23.000 euros : 0 euros (droit fixe minimum de 25 euros)
a

▪ Pour la fraction comprise entre 23.000 euros et 200.000 euros : 3 %


pt

▪ Pour la fraction supérieure à 200.000 euros : 5 %.


om

Les avantages de cette méthode sont :

- la nouvelle société emprunte pour acheter le fonds de commerce puis déduit les
.c

intérêts de cet emprunt de son résultat imposable


w

- l'entrepreneur perçoit tout de suite le produit de la vente de son fonds de commerce


- la TVA sur le stock de marchandises : le cédant vend le stock de marchandises à la
w

société repreneur comme si c’était un acte de commerce cependant l’opération est


dispensée de TVA.
w

38
c) Location gérance

m
La location-gérance permet à l’entrepreneur de rester propriétaire de son fonds de
commerce en confiant l’exploitation a la société.

co
Elle ne doit pas être interdite par le bail.

Obligation de cette méthode

e.
Lorsque les revenus tirés de la location-gérance du fonds de commerce sont perçus, le
propriétaire sera redevable des cotisations obligatoires, de la CSG16 ainsi que de la CRDS17

lin
L’avantage de cette méthode est qu’aucun droit d’enregistrement n’est dû et aucune
plus-values imposable.

n
a -o
pt
om
.c
w
w
w

16
Contribution sociale généralisée
17
Contribution au remboursement de la dette sociale

39
Conclusion

m
co
La mise en société d’une entreprise individuelle est évidement un choix dûment réfléchi, et
doit être motivée par la situation de l’exploitant, que ce soit pour des problèmes liés à une
transmission, dû à évolution croissante de son activité, ou encore pour accueillir de

e.
nouveaux partenaires, voir même pour rassurer les principaux partenaires de l’entreprise.

lin
Car la mise en société permettra de doter l’entreprise d’un capital social divisé en parts
sociales (ou actions) et permet de céder ses participations petit à petit à un éventuel
repreneur (ou héritier dans le cadre d’une succession). Ce capital permet aussi de faire
n
entrer de nouveaux associés dans l’activité de manière plus aisée. De plus, lorsque le
-o
capital est relativement important, il rassure les créanciers et donne plus de crédibilité à la
société.
a
Quant au choix de la forme juridique de la société unipersonnelle, il convient de choisir la
structure la plus adaptée aux attentes actuelles et futures attentes de l’exploitant.
pt

L’exploitant se questionne sur la manière dont il voudra être rémunéré


om

Lors de l’évaluation et de l’apport du fonds de commerce, il convient de l’évaluer de manière


juste et fidèle en utilisant plusieurs méthodes et de choisir la méthode la plus adéquat pour
apporter l’actif de l’entreprise à la société. Le recours à un commissaire aux apports va
permettre de vérifier l’évaluation de l’apport et de lui transférer la responsabilité par rapport
.c

à cette évaluation.

Dans le cas où l’exploitant ne cherche pas de nouveaux partenaires, mais plutôt une
w

optimisation de sa situation, la transformation permet de modifier la base de calcul


d’imposition des cotisations du dirigeant et donc de diminuer ces dernières. De plus, afin
w

d’optimiser sa rémunération, le gérant va avoir plusieurs options.


w

Il convient donc à l’exploitant de se questionner sur quel type de rémunération il souhaite


bénéficier en fonction de ses attentes.

40
Bibliographie

o Code civil 2018 117e édition Dalloz


o DCG 2 Droit des sociétés DUNOD

m
o DCG 4 Droit Fiscal DUNOD
o Mémento pratique Fiscal 2018 Francis Lefebvre

co
Sitographie

e.
www.lecoindesentrepreneurs.fr/.../fiscalite-de-la-sasu [Consulté le 12/02/2020]

lin
o
o www.entreprises.cci-paris-idf.fr/.../comment-transforme...prise-individuelle
[Consulté le 02/01/2020]
o www.l-expert-comptable.com/.../532059-tout-savoir...e-aux-apports.html

o
[Consulté le [20/02/2020] n
https://bpifrance-creation.fr/encyclopedie/developper-lactivite-son-
-o
entreprise/changer-structure-juridique/transformation-dune
[Consulté le 04/01/2020]
o www.compta-online.com/.../declaration-de-tva...tes-limites-ao1888
a

[Consulté le 16/12/2019]
o www.leblogdudirigeant.com/.../apport-dune-entrep...-societe-fiscalite
pt

o www.lecoindesentrepreneurs.fr/.../eirl-imposition-des-benefices
[Consulté le 04/01/2020]
https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23566
om

o
[Consulté le 16/12/2019]
o www.lecoindesentrepreneurs.fr/.../declaration-affectation-eirl
[Consulté le 02/01/2020]
o www.legifiscal.fr/.../2171-renonciation-...dministration.html
www.legifiscal.fr/.../imposition-benefic...-cas-pratique.html
.c

o
[Consulté le 01/02/2020]
o www.lecoindesentrepreneurs.fr/.../choisir-entreprise...uelle-eirl-ou-eurl
w

[Consulté le 09/01/2020]
o www.lecoindesentrepreneurs.fr/.../eurl-sasu-points-communs
[Consulté le 09/01/2020
w

o www.captaincontrat.com/.../les-modalites-du-t...uelle-en-societe-2
[Consulté le 24/01/2020]
w

o www.guidedelacreationdentreprise.com/.../2019/choisir-son-statut-juridique-10 0
o www.netpme.fr/.../creer-entreprise-f...s-premieres-annees
o www.entreprise-reunion.re/.../pid14945/transformation-de-l-ei.html
o bpifrance-creation.fr/.../reprise-dune-entre...prise-individuelle
o www.service-public.fr/.../vosdroits/F23566 [Consulté le 15/12/2019]
o www.lecoindesentrepreneurs.fr/.../regime-fiscal-eurl [Consulté le 17/12/2019]

41
o www.reclex-avocats.com/.../6-la-transformatio...le-en-societe.html
[Consulté le 15/12/2019]
o www.l-expert-comptable.com/.../37574-les-elements...s-de-commerce.html
[Consulté le 02/2020]
o www.impots.gouv.fr/.../2017/3517-s-sd_1817.pdf [consulté le
o https://www.statutentreprise.com/loi-pacte-les-nouveautes-concernant-laffectation-
des-biens-a-leirl/ [Consulté le 02/01/2020]

m
o https://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6430-PGP [Consulté le 20/02/2020]
o https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA0000223569
93&cidTexte=LEGITEXT000005634379 [Consulté le 24/02/2020]

co
o https://www.lafinancepourtous.com/pratique/impots/l-impot-sur-le-
revenu/comprendre-le-jargon-des-impots/revenu-net-imposable-revenu-fiscal-de-
reference-taux-marginal-d-imposition/ [Consulté le 24/02/2020]

e.
n lin
a -o
pt
om
.c
w
w
w

42
Annexes

Formulaire de déclaration de tva mensuelle (ca3)

m
co
e.
n lin
a -o
pt
om
.c
w
w
w

43
w
w
w
.c
om
pt
a-o
nlin
e.

44
co
m
Tableau récapitulatif du nombre de part du quotient familial selon la situation du
foyer

m
co
e.
n lin
-o
« Dans ce tableau, les situations en résidence alternée ne sont pas prises en compte. »
a
pt
om
.c
w
w
w

45
w
w
w
.c
om
pt
a-o
nlin
e.

46
co
m

Vous aimerez peut-être aussi