Vous êtes sur la page 1sur 13

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET

ARRÊTÉ N°7274/2016-MFB
précisant les conditions de mise en œuvre des procédures applicables en passation de
marchés publics

LE MINISTRE DES FINANCES ET DU BUDGET,

Vu la Constitution ;
Vu la loi organique n°2004-007du 26 juillet 2004 sur les Lois de Finances ;
Vu la loi n° 2004-009 du 26 juillet 2004 portant Code des marchés publics ;
Vu le Décret n°2005-003 du 04 janvier 2005 portant règlement général sur la
comptabilité de l’exécution budgétaire des organismes publics ;
Vu le Décret n°2005-215 du 03 mai 2005 portant organisation et fonctionnement de
l’Autorité de Régulation des Marchés Publics modifié et complété par le Décret n°2014-045
du 21 janvier 2014;
Vu le Décret n°2006-343 du 30 mai 2006 portant instauration du code d’éthique des
marchés publics ;
Vu le Décret n°2006-344 du 30 mai 2006 portant constitution, composition, attribution
et fonctionnement de la Commission d’appel d’offres ;
Vu le Décret n°2014-1102 du 22 juillet 2014 fixant les attributions du Ministre des
Finances et du Budget ainsi que l’organisation générale de son Ministère ;
Vu le Décret n°2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre,
Chef du Gouvernement ;
Vu le Décret n°2015-030 du 25 janvier 2015 complété par le Décret n°2016-070 du 02
février 2016 portant nomination des membres du Gouvernement ;
Vu le Décret n°2015-1094 du 07 juillet 2015 portant détermination du statut et du
mode de désignation de la Personne Responsable des Marchés Publics ;
Vu l’Arrêté n°953/2007/MEFB du 16 janvier 2007, modifié par l’Arrêté n°
6560/2007/MEFB du 03 mai 2007 portant création, organisation et fonctionnement des
Commissions Provinciales des Marchés ;
Vu l’Arrêté n°16869/2008/MFB du 02 septembre 2008 fixant les modalités de
contrôle a posteriori exercé par les Commissions des Marchés ;
Vu l’Arrêté n°16871/2008/MFB du 02 septembre 2008 portant création, organisation
et fonctionnement des Commissions Régionales des Marchés ;
Vu l’avis de la Commission Nationale des Marchés en date du 17 février 2016 ;

ARRÊTE :
TITRE PREMIER : GÉNÉRALITÉS

Article Premier.- Objet

Le présent Arrêté précise les conditions de mise en œuvre des procédures de passation de
marchés publics en application des dispositions du titre IV du code des marchés publics. Il est
applicable à toutes personnes publiques ou privées gérant ou bénéficiant de fonds public.
TITRE II : L’APPEL D’OFFRES

CHAPITRE PREMIER : L’APPEL D’OFFRES OUVERT

Article 2.- Principe

L’appel d’offres ouvert constitue le mode de dévolution des marchés publics auquel doivent
recourir par principe toutes les autorités contractantes soumis au Code des marchés publics.

Article 3.-Exception à l’appel d’offres ouvert

Il ne peut être dérogé à l’obligation de mise en œuvre de l’appel d’offres ouvert que dans les
cas limitativement énumérés aux articles 21 à 26 de la loi n°2004-009 du 26 juillet 2004
portant code des marchés publics et conformément aux procédures définies au présent Arrêté.

Article 4.-Mise en œuvre

Les modalités de mise en œuvre de l’appel d’offres ouvert sont celles prévues aux articles 18
à 20 de la loi n°2004-009 du 26 juillet 2004 portant code des marchés publics.

Article 5.- Délai de remise des offres

Décompté à partir de la date de la première publication de l’avis spécifique de mise à la


concurrence, le délai de remise des offres est de trente (30) jours calendaires au minimum
pour l’appel d’offres ouvert national, et de quarante-cinq (45) jours calendaires au minimum
pour l’appel d’offres ouvert international.

CHAPITRE 2 : L’APPEL D’OFFRES RESTREINT

Article 6.- Notion d’appel d’offres restreint

L’appel d’offres est dit restreint lorsque seuls peuvent remettre des offres les candidats
que la Personne Responsable des Marchés Publics a décidé de consulter. L’Autorité
Contractante doit au moins consulter trois candidats.

Article 7.- Lancement de la procédure

La Personne Responsable des Marchés Publics, après avis préalable et obligatoire de la


Commission des Marchés, peut décider de procéder à un appel d’offres restreint uniquement
dans l’un des cas limitativement énumérés à l’article 21.II du code des marchés publics.

Article 8.- Sélection de candidats

La Personne Responsable des Marchés Publics, après évaluation effectuée par la Commission
d’appel d’offres, choisit les candidats susceptibles de répondre et de satisfaire à l’objet de
l’appel d’offres sur une liste préalablement établie :

-soit à l’issue d’un appel à candidatures préalable dont l’avis contient au minimum
les informations sur la nature et l’objet de la prestation, les date et lieu de remise des
candidatures et les critères de qualification requis,

-soit à partir d’une base de données préexistante, établie au niveau de l’autorité


contractante à partir des listes de prestataires ayant précédemment participé à un appel public
à la concurrence concernant des prestations similaires,
-soit parmi les candidats qualifiés lors du premier appel d’offres, si l’objet de
l’appel d’offres restreint est de remplacer le titulaire ou prestataire défaillant,

-soit à partir du registre de prestataires tenu par l’Autorité de Régulation des


Marchés Publics en vertu de l’article 4 du Décret n°2005-215 du 03 mai 2005.

Seuls les candidats qui y ont été autorisés, après sélection, sont admis et invités
directement par la Personne Responsable des Marchés Publics à présenter une offre. La liste
de ces candidats est proposée par la Commission d’appel d’offres.

Article 9.- Invitation des candidats sélectionnés

La Personne Responsable des Marchés Publics envoie simultanément à tous les candidats
sélectionnés une lettre d’invitation contenant au minimum les informations ci-après:

-les conditions d’obtention des documents de la consultation. Néanmoins, au cas où


l’appel d’offres restreint est motivé par l’urgence avérée, les documents de la consultation
complets, dont le Dossier d’appel d’offres, sont adressés directement à chacun des candidats
sélectionnés sous plis recommandés avec accusé de réception,
-les date et heure limites de réception des offres, l’adresse à laquelle les offres sont
transmises et la langue de rédaction,
-la référence de la publication de l’avis spécifique d’appel public à concurrence, s’il
y a lieu,
-la date limite de demande d’éclaircissements aux documents de l’appel d’offres,
-la liste des documents à fournir avec l’offre.

Article 10.- Cas exceptionnel nécessitant une publicité préalable

En application de l’article 21.III du code des marchés publics, lorsque le recours à l’appel
d’offres restreint est motivé par le nombre très limité de prestataires susceptibles d’exécuter le
marché, la Personne Responsable des Marchés Publics fait en sorte que tous les candidats
concernés soient au même niveau d’information et puissent participer sans discrimination à la
mise en concurrence. A cet égard, elle est tenue aux obligations et règles de publicité telles
que prévues à l’article 15 du code des marchés publics.

Article 11.- Demande d’éclaircissements

Les candidats consultés peuvent demander par écrit des éclaircissements sur le document de
consultation et le dossier d’appel d’offres. La Personne Responsable des Marchés Publics
répond par écrit à toutes les demandes d’éclaircissements reçues au plus tard dans le délai
indiqué aux Données Particulières de l’Appel d’Offres (DPAO).

Article 12.- Présentation et dépôt des offres des candidats sélectionnés

Les offres sont transmises par tout moyen permettant de déterminer de façon certaine la date
et l'heure de leur réception et d'en garantir la confidentialité.

Ainsi, les plis doivent rester cachetés jusqu’au moment de leur ouverture lequel ne doit être
inférieur à trente (30) jours calendaires à compter de l'envoi de la lettre d’invitation.

Au cas où tous les candidats consultés font parvenir leurs offres bien avant même la date
limite de remise des offres, la Personne Responsable des Marchés Publics, après accord
formel des candidats, peut décider d’avancer la date d’ouverture des plis, tout en respectant
toutefois un délai minimum de dix jours. Cette décision est notifiée à tous les candidats
consultés.
En cas d’urgence avérée ne résultant pas du fait de l’autorité contractante, ce délai peut être
ramené à dix (10) jours calendaires.

Article 13.- L’évaluation des offres

Les dispositions de l’article 12 et de l’article 18 du code des marchés publics sont applicables
à l’appel d’offres restreint en ce qui concerne l’ouverture des plis, l’examen de la recevabilité
des offres, l’élimination des offres non conformes, l’évaluation des offres et leur classement,
l’éventuelle demande de complément ou de précision sur l’offre du candidat, le rejet des
offres anormalement basses ou anormalement hautes, le choix de l’offre évaluée la moins
disante, ainsi que la mise au point éventuelle des composantes du marché.

TITRE III : LA CONSULTATION D’ENTREPRENEURS, DE FOURNISSEURS OU


DE PRESTATAIRES DE SERVICE

Article 14.-Modalités de la consultation des candidats

I- Pour les marchés dont le montant estimé hors toutes taxes sur la valeur ajoutée est inférieur
aux seuils fixés par arrêté du Ministre chargé des Finances et du budget, il est procédé à la
consultation de fournisseurs, d’entrepreneurs ou de prestataires de service.

A cet effet, la Personne Responsable des Marchés Publics procède à un appel public à la
concurrence sous forme d’affichage dans un endroit visible et accessible au public au bureau
des services adjudicateurs, au bureau du contrôle financier, au bureau de l’Autorité de
Régulation des Marchés Publics et/ou de la Commission des Marchés et au bureau de la
Commune concernée.

Toutefois, si la PRMP le juge utile, l’appel public à la concurrence peut être faite sous forme
de publicité par voie de presse telle que prévue à l’article 15 du code des marchés publics.

II- L’avis d’appel à concurrence contient au minimum les informations sur la nature et l’objet
des prestations, la date limite et le lieu de remise des offres, la description des éléments qui
doivent être inclus dans le prix ainsi que les critères d’évaluation que la Personne
Responsable des Marchés Publics souhaite mettre en œuvre.

Dans tous les cas, l’avis d’appel public à la concurrence doit faire l’objet de publication dans
le site web de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et celui du Ministère des
Finances et du Budget, simultanément à la publication par voie de presse ou à la publication
par voie d’affichage susmentionnées.

Il appartient à la Personne Responsable des Marchés Publics d’apporter toutes les


justifications nécessaires quant à l’effectivité de l’affichage ainsi que la véracité de la date de
sa publication.

III- Le délai de remise des offres est fonction des seuils fixés par arrêté du Ministre chargé des
Finances et/ou du Budget, mais ne doit en aucun cas être inférieur à dix (10) jours calendaires.
Ce délai prend en compte le délai raisonnable de préparation matérielle des offres par le
candidat, ainsi que tout autre délai incompressible tel que le délai réglementaire de réponses à
d’éventuelles demandes d’éclaircissements adressés par les candidats ou celui relatif à la
visite obligatoire des lieux.

Article 15.-Modalités d’attribution du marché

Après analyse, évaluation et comparaison des offres reçues, le marché est attribué à celui
ayant offert le prix le plus bas. Le marché est formalisé par la signature d’un acte
d’engagement qui tient lieu de contrat entre les deux parties. Au besoin et en fonction de
l’importance aussi bien qualitative que quantitative du marché, la Personne Responsable des
Marchés Publics peut établir un cahier de prescriptions spéciales conformément aux modèles
types réglementaires en vigueur, en précisant la mention « non applicable » pour les
dispositions qui ne peuvent pas être appliquées au marché.

Le résultat de l’évaluation et de la comparaison des offres reçues est résumé dans un procès
verbal et dans un rapport d’évaluation des offres établi expressément à cet effet par la
Commission d’appel d’offres et conformément au modèle réglementaire en vigueur.

Article 16.-Information des candidats concernant le résultat de la consultation

Indépendamment de la publication d’un avis d’attribution au sens de l’article 55 du code des


marchés publics, la Personne Responsable des marchés publics notifie par écrit le résultat de
la mise en concurrence à chacun des candidats.

TITRE IV : LES AUTRES PROCEDURES D’EXCEPTION

Article 17.-Le marché de gré à gré

Le marché de gré à gré est régi par les dispositions de l’article 25 du code des marchés
publics. Pour procéder au marché de gré à gré, la Personne Responsable des Marchés Publics
est tenue d’adresser sans délai à la Commission des Marchés de l’Autorité de Régulation des
Marchés Publics :

-en première étape : un rapport justificatif portant notamment sur les motifs et les
justifications du choix du mode de passation,

-en deuxième étape : le projet de marché accompagné du choix du titulaire et de la


justification du montant du marché, sauf pour les marchés passés par les Sociétés d’Etat et par
les Établissements publics à caractère Industriel et Commercial lesquels sont
systématiquement soumis au contrôle a posteriori.

Article 18.-L’achat direct non soumis à des règles formelles de mise à la concurrence

En application de l’article 3.III du code des marchés publics, les fournitures, prestations de
services et travaux qui ont un coût estimatif inférieur à un montant hors toutes taxes fixé par
voie réglementaire, après application du mode de computation des seuils prévus à l’article 14
du code des marchés publics, sont dispensés de mise en concurrence formelle. À cet effet, la
Personne Responsable des Marchés Publics consulte directement et sans formalités de mise en
concurrence préalables le prestataire de son choix, sous réserve du respect de l’article 9 du
code des marchés publics.

Le marché est exécuté par simple bon de commande réglementaire accompagné d’un acte
d’engagement dont le modèle est donné en annexe.

Article 19.- Mesures exceptionnelles pour les dépenses d’entretien

1°) Au sens du présent article, les dépenses visées sont celles concernant l’entretien des
bâtiments, à l’exclusion de tous travaux de réhabilitation, l’entretien de véhicules, l’entretien
de matériels techniques, l’entretien et réparation des matériels et mobiliers de bureau,
l’entretien et réparation des matériels et mobiliers de logement, l’entretien et réparation des
matériels et mobiliers scolaires, la maintenance de matériels informatiques ainsi que
l’entretien des bâtiments, à l’exclusion de tous travaux de réhabilitation.
.
2°) Les achats afférents à ces dépenses d’entretien peuvent faire l’objet de deux marchés bien
distincts :
i-marché de prestations de service pour l’entretien proprement dit, dont l’appréciation
de l’homogénéité se fait exceptionnellement par unité de matière.
ii-marché de fournitures pour l’achat des pièces, articles et accessoires nécessaires à
l’entretien. Dans ce cas, la Personne Responsable des Marchés Publics peut au préalable
prendre les mesures qu’elle estime nécessaire en vue de s’assurer de la compatibilité des
pièces.

3°) Ces besoins peuvent également être confondus en un seul et unique marché qui a pour
objet à la fois la prestation des services et la livraison des fournitures. Dans ce cas, en vertu de
l’article 2.V du code des marchés publics, il est un marché de services si la valeur de
ceux-ci dépasse celle des produits à fournir, et inversement.

4°) Pour les achats récurrents, courants, prévisibles, réguliers ou périodiques et parfaitement
programmables, la Personne Responsable des Marchés Publics procède en début d’exercice
au regroupement des besoins homogènes et à l’estimation sincère et objective de ses besoins,
conformément aux dispositions de l’article 14 du code des marchés publics concernant le
mode de computation des seuils. Dans ces cas, la procédure de passation de marché applicable
est celle de droit commun. L’exécution des dépenses peut se faire sur commandes
successives, selon la procédure afférente aux marchés à commandes, en fonction du rythme
des besoins et/ou du taux de régulation budgétaire. L’achat des pneumatiques, batteries et
certaines pièces d’usure pour matériels roulants entre dans cette catégorie.

5°) Pour des raisons tenant à des particularités propres à l’achat concerné, à des contraintes
liées à des questions de compatibilité de matériels et nécessitant des conditions d’exécution
exceptionnelles qui ne sont pas compatibles avec les délais de mise en concurrence ouverte, la
Personne Responsable des Marchés Publics, tout en veillant au respect des dispositions des
articles 8.I et 9 du code des marchés publics, peut faire exécuter la prestation par simple bon
de commande réglementaire :
-soit avec le représentant agréé du constructeur ou le concessionnaire,
-soit avec le titulaire ayant approvisionné le matériel principal,
Dans ce dernier cas, la Personne Responsable des Marchés Publics doit être en mesure de
prouver l’existence du contrat, marché ou tout autre document y tenant lieu, concernant le
matériel principal.

6°) Les achats ponctuels, imprévus et non programmables, notamment la réparation urgente
de matériels ou de véhicules, à l’exclusion de l’entretien normal et périodique susceptible
d’être programmé, peuvent être regardés comme des circonstances incompatibles avec les
délais normaux de mise en concurrence ouverte, si à la fois :
-les besoins sont consécutifs à la survenance d’un évènement ou d’une circonstance
absolument imprévisible, dont la cause est extérieure et ne dépend pas de la volonté de
l’autorité contractante,
-la circonstance nécessite une réponse immédiate pour ne pas paralyser le service public, en
ce sens qu’il présente une forte probabilité de risques graves si les prestations ne sont pas
exécutées immédiatement.

Dans ces cas, la Personne Responsable des Marchés Publics peut faire exécuter la prestation
par simple bon de commande réglementaire avec le prestataire ayant proposé le prix le plus
bas, factures pro forma ou devis à l’appui, après simple comparaison de prix auprès des
prestataires locaux, ou le cas échéant avec le seul prestataire local dûment qualifié,

Il appartient à la Personne Responsable des Marchés Publics de justifier par écrit sa décision
de recourir à cette procédure.
7°) L’exécution du marché par simple bon de commande réglementaire n’exclut pas
l’établissement d’un contrat formel avec le titulaire du marché si cela s’avère nécessaire.

Article 20.- Précisions concernant l’achat de certains services de transport

1°) Pour les prestations de service d’agence de voyages ou de compagnies de transport aérien
ou maritime pour l’achat de titres de transports nationaux, régionaux et internationaux et
prestations associées pour les besoins de déplacement des personnes ou de transport de
marchandises à la charge de l’Administration, l’Autorité contractante choisit le mode de
passation de marché par rapport au montant de l’ensemble des besoins estimés. En fonction
de la complexité des prestations à fournir, il est possible de procéder à un appel d’offres
ouvert avec pré qualification ou à un appel d’offres ouvert en deux étapes au sens
respectivement des articles 19 et 20 du code des marchés publics.

2°) Les procédures de mise en concurrence, d’évaluation de l’offre, du choix de l’offre


économiquement la plus avantageuse, et du choix du titulaire du marché obéissent aux
dispositions du titre IV du code des marchés publics.

3°) L’exécution du marché se fait ensuite au cas par cas sur commandes ponctuelles auprès du
titulaire du marché à chaque survenance des besoins, sans limitation de quantité ni de
montant.

4°) Il est également possible de procéder au marché à commandes comportant de montants


minima et maxima correspondant à des quantités minima et maxima, et qui est exécuté sur
commandes successives, conformément aux dispositions de l’article 38 du code des marchés
publics.

5°) Lorsque les achats présentent un caractère d’urgence impérieuse ou secret en ce qu’ils
relèvent des mesures de sécurité, les dispositions de l’article 18 du présent arrêté leur sont
applicables et ce, sans considération de montants ni de seuils.

6°) Au besoin, on peut procéder au groupement d’achats publics ou à la cellule d’achats


publics tels que définis au Décret n°2006-349 du 30 mai 2006 portant organisation et
fonctionnement des groupements d’achats publics et cellules d’achats publics afin de réduire
le coût de transaction et de pouvoir bénéficier d’économie d’échelle.

7°) En ce qui concerne spécifiquement les prestations à confier à des agences de voyage, le
document de mise en concurrence peut prévoir entre autres les prestations suivantes :
-fournir tous conseils et services utiles au demandeur en vue de la facilitation de son
déplacement,
-analyser les demandes, individuelles ou de groupes et établir des devis, pour les transports
aériens ou maritimes nationaux, régionaux et internationaux des personnes ou marchandises à
la charge de l’Administration,
-indiquer l’ensemble des solutions envisageables, notamment l’éventail des tarifs selon les
classes, compagnies de transport, horaires, choix des trajets, correspondances ou escales,
-informer l’Administration des contraintes qui y sont attachées, tels que vols croisés, billets à
conditions non remboursables ou non modifiables, prix de groupe et durée de séjour imposée,
sur la base des impératifs du demandeur,
-trouver les meilleurs tarifs et privilégier les solutions les moins coûteuses,
-procéder à la réservation des places et à l’émission des billets,
-effectuer les modifications, annulations et remboursements des titres de transport si
nécessaire.
TITRE V : LES PROCÉDURES SPÉCIFIQUES

Article 21.- Les marchés de prestations intellectuelles

Les marchés de prestations intellectuelles obéissent entièrement et exclusivement aux règles


et procédures définies à l’article 26 du code des marchés publics.

Lors de l’établissement de la liste des candidats présélectionnés qui seront invités à remettre
leurs propositions, il n’est pas nécessaire de déclarer la procédure infructueuse dès lors qu’il y
a au moins deux candidatures recevables. En revanche, la Personne Responsable des Marchés
Publics ne peut inviter que les cinq premiers candidats, selon leur ordre de classement, pour la
remise des propositions citée ci-dessus.

En application de l’article 26, paragraphe II du code des marchés publics, les prestations
inférieures à un seuil fixé par voie réglementaire sont dispensées de formalités de publicité. À
cet effet, la Personne Responsable des Marchés Publics peut procéder à un appel à
manifestation d’intérêts par simple voie d’affichage de dix (10) jours au minimum.

Les procédures de remise et d’ouverture de proposition sont celles applicables aux appels
d’offres restreints énumérées aux articles 9 et 12 du présent arrêté.

TITRE VI : L’ARRÊT ANTICIPÉ DES PROCÉDURES

Article 22.- Les procédures déclarées sans suite

1-En application de l’article 17 in fine du code des marchés publics, la Personne Responsable
des Marchés Publics peut, à tout moment et pour des motifs d’intérêt général, déclarer sans
suite une procédure de passation de marchés si elle n'entend pas la mener jusqu'à son terme.
La déclaration sans suite d’une procédure, sous forme de décision réglementaire, s’effectue
dans les conditions suivantes :

-elle ne doit en aucun cas intervenir après la signature du marché,

-indépendamment de l’affichage ou de toute autre forme réglementaire de publicité, la


décision est notifiée individuellement à tous les candidats et précise notamment les motifs
d’intérêt général ayant conduit la Personne Responsable des Marchés Publics à abandonner la
procédure,

-la décision d'attribution ne confère à l'attributaire aucun droit à la conclusion du contrat, il ne


peut en conséquence se prévaloir d’aucun droit à la signature du marché et, de ce fait, n’est
pas fondé à demander une indemnité au titre du préjudice subi du fait de la non signature ou
de l’inexécution du marché. Cependant, à sa demande, l’attributaire du marché peut prétendre
au droit en remboursement des frais engagés pour la constitution du dossier de son offre, à
condition qu’il s’engage formellement à ne pas se porter candidat pour la seconde procédure
de passation de marché lancée à la suite de la première procédure abandonnée.

-la déclaration sans suite n'engendre aucune conséquence sur la relance d'une nouvelle
procédure de passation de marché. Ainsi, cette nouvelle procédure doit être menée selon les
règles normales prévues par le Code des marchés publics.

2-La faculté réglementaire d'arrêter la procédure avant son terme ne doit pas être utilisée par
la Personne Responsable des Marchés Publics pour contourner les exigences du Code des
marchés Publics
Article 23.- Les procédures infructueuses

1- Sur décision formelle de la Personne Responsable des Marchés Publics, et après avis
conforme de la Commission d’appel d’offres, toutes procédures de passation de marchés
peuvent être déclarées infructueuses dans l’une des conditions ci-après :
-lorsque aucune offre n’a été remise à l’expiration de la date limite de remise des offres ;
-lorsque l’examen des offres laisse apparaître qu’aucune d’entre elles n’est recevable ni
acceptable ;
-lorsque, dans le cadre d’un marché de prestations intellectuelles, aucune ou une seule
proposition est recevable.
-lorsque, dans le cadre d’un appel d’offres restreint, une seule offre a été remise.

2-Une offre ou une proposition est dite irrecevable dans l’un des cas suivants :
-elle n’est pas conforme pour l’essentiel au Dossier d’Appel d’Offres ou au Dossier de
consultation,
-elle ne remplit pas les conditions stipulées dans le dossier d’appel d’offres ou dans le Dossier
de consultation,
-elle est incomplète au sens qu’elle ne contient pas toutes les pièces ou renseignements requis
par les documents de la consultation,
-elle n’atteint pas la note technique minimum requise, en cas de marché de prestations
intellectuelles,
-elle est inappropriée en ce sens qu’elle n’a aucun rapport avec le besoin de l’acheteur public,

3-Une offre ou une proposition est dite inacceptable dans l’un des cas suivants :
-elle est jugée anormalement haute ou anormalement basse,
-les crédits budgétaires alloués au marché sont insuffisants et ne permettent pas à l’autorité
contractante de le financer,
-les conditions d’exécution du marché méconnaissent ou entrent en contradiction avec la
législation ou la réglementation en vigueur, qu’elle soit sociale, économique, budgétaire,
fiscale, douanière, et autres.

4-La décision de déclarer une procédure infructueuse ne doit pas intervenir après la décision
d’attribution de marché.

5-Les modalités de mise en œuvre des présentes dispositions sont celles prévues à l’article 22
du code des marchés publics.

TITRE VII : DISPOSITIONS DIVERSES ET FINALES

Article 24.- Dispositions diverses

En tant que de besoin, des textes réglementaires préciseront ou compléteront les dispositions
du présent Arrêté.

Article 25.- Dispositions finales


Le présent Arrêté est publié au Journal Officiel de la République de Madagascar et sera
enregistré et communiqué partout où besoin sera.

Antananarivo, le 31 mars 2016

LE MINISTRE DES FINANCES ET DU BUDGET,

RAKOTOARIMANANA François Marie Maurice Gervais


ANNEXE

MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES


Marché passé selon la procédure prévue
à l’article 3.III du code des marchés publics

ACTE D'ENGAGEMENT

Autorité contractante : <insérer la dénomination de l’autorité contractante>

Objet du marché : <préciser clairement>

Imputation budgétaire : <préciser>

Désignation de la Personne Responsable des Marchés Publics (Personne


Responsable des Marchés Publics) : <insérer le nom et le(s) prénom(s) de la Personne
Responsable des Marchés Publics>

Date de notification du marché : <préciser la date>

A. - ENGAGEMENT DU CANDIDAT

ARTICLE 1er - CONTRACTANT

Je soussigné :
- Nom et prénom (ou dénomination de l’Entreprise et forme juridique) :
- domicilié à :
- N° de Registre de Commerce :
- N° statistique:
- Numéro d’immatriculation fiscale en ligne:
- Télécopieur :
- Adresse e-Mail :

Après avoir pris connaissance des spécifications techniques du marché :

Atteste sur l'honneur, sous peine de résiliation de plein droit du marché ou de sa mise
en régie, à mes torts exclusifs ou, selon le cas, aux torts exclusifs de la personne morale
que je représente, que je (ou, selon le cas, la personne morale que je représente) ne
tombe pas sous le coup d'un cas d'exclusion visé par l'article 9 du Code des Marchés
Publics.

M'engage en mon nom (ou en mon nom et au nom de la personne morale que je
représente, selon le cas) à m'abstenir de toute pratique consistant dans l'octroi ou la
promesse d'octroyer un avantage indu, pécuniaire ou autre, directement ou par des
intermédiaires, en vue d'obtenir le marché objet du présent Acte d'Engagement, et en
général à respecter les dispositions du Code d'Éthique des Marchés Publics adopté par
Décret n° 2006-343 du 30 mai 2006.

M'engage sans réserve, conformément aux stipulations du présent document, à


exécuter le marché portant sur les fournitures définies par les Spécifications
Techniques, dans les conditions précisées par le présent Acte d'Engagement.

L'offre ainsi présentée me lie jusqu'au <insérer la date>, date limite de validité de mes
offres

ARTICLE 2 - PRIX

Les conditions d'établissement des prix sont celles existant le …ème jour précédant la
date limite fixée pour la remise des offres, soit le <préciser cette date>

Dans le cas d'un marché à prix unitaire : (1)

Les fournitures, objet du présent marché, sont rémunérées, par application du ou des
prix unitaire(s) qui figurent dans le Bordereau de Prix en Annexe <N° de l'Annexe> au
présent Acte d'Engagement, à la ou aux quantité(s) réellement livrée(s) et admise(s) en
recettes.

Le montant du marché est estimé à :

- montant hors taxes :(en lettres et en chiffres)


- TVA : (en lettres et en chiffres)
Soit un montant total TTC de (en lettres et en chiffres)

Dans le cas d'un marché à prix forfaitaire : (1)

Les fournitures, objet du présent marché, sont rémunérées, par application du prix
global forfaitaire résultant du bordereau des prix et du détail quantitatif et estimatif,
récapitulé en Annexe au présent Acte d'Engagement, fixé à :
- montant hors taxes :(en lettres et en chiffres)
- TVA :(en lettres et en chiffres)
Soit un montant total TTC de (en lettres et en chiffres):

Dans le cas d'un marché à commande : (1)

Le montant du marché est fixé à :


Montant minimum du marché hors TVA : < préciser le montant en lettres et en chiffres>

Montant de la TVA au taux de <indiquer le pourcentage> %: < préciser le montant en


lettres et en chiffres>

Montant minimum du marché, TVA comprise : <indiquer le montant minimum en


chiffres> soit, <indiquer en toutes lettres le montant minimum toutes taxes
comprises >

Montant maximum du marché hors TVA : < préciser le montant en lettres et en chiffres>

Montant de la TVA au taux de <indiquer le pourcentage> %: (montant) (en lettres et en


chiffres)

Montant maximum du marché, TVA comprise : <indiquer le montant maximum en


chiffres>, soit, <indiquer en toutes lettres le montant maximum toutes taxes
comprises >
ARTICLE 3 - DURÉE - DELAI
3.1 Date d'effet

Le marché prend effet à compter de la date à laquelle le fournisseur a reçu sa notification.


(1)

En cas d’un marché à commande : le délai de réalisation des prestations prend effet à
compter du lendemain de la date de notification du bon de commande (1)

3.2. Délai d'exécution

En cas de marché à quantités fixes : (1)


Le délai d'exécution du marché est fixé à <nombre de jours> , à compter du lendemain de
la date de notification du bon de commande,

En cas de marché à commande : (1)

Le délai d'exécution du marché est fixé dans le bon de commande sans toutefois dépasser
<nombre de jours>, à compter du lendemain de la date de notification dudit bon de
commande

ARTICLE 4 - PAIEMENTS ET DOMICILIATION BANCAIRE

L'Acheteur se libère des sommes dues au titre du présent marché en en faisant porter le
montant au crédit du compte bancaire suivant:

- titulaire du compte:
- établissement bancaire:
- agence :
- numéro de compte :
- code :

Fait en un seul original

À< préciser le lieu de la signature>, le < préciser la date de la signature>

Signature du titulaire précédée de la mention « lu et accepté »

B. - ACCEPTATION ET NOTIFICATION PAR L'AUTORITE


CONTRACTANTE

Acceptation de l'offre

Est acceptée la présente offre pour valoir acte d'engagement.


Pour l'autorité contractante, la Personne Responsable des Marchés Publics ou son délégué :

à: le :
Visa de l'autorité chargée du contrôle financier

à:

le :

Notification

Reçu notification du marché le :

Le Fournisseur,

Reçu l'avis de réception de la notification du marché le :


par le Fournisseur

La Personne Responsable des Marchés Publics.

à: le :

(1) Supprimer les dispositions non applicables

Vous aimerez peut-être aussi