Vous êtes sur la page 1sur 9

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou

Faculté des sciences économiques, commerciales, et sciences de gestion


Département des sciences financières

Exposé dans le module


de
Gestion des risques
Spécialité : Finance et banques
Promotion : 2020/2021

Théme : les garanties


bancaires
Réalisé par :
 KOKENE Camelia
 KHOUARI Ouerdia
 LAIB Yacine
Plan  :
Introduction
Chapitre 01 : généralités sur les crédits bancaires
Section 01 : définition et rôle des crédits bancaire
Section 02 : types de garanties bancaires
Chapitre 02 : les garanties personnelles
Section 01 : le cautionnement
Section 02 : l’aval
Section 03 : la lettre d’intention
Chapitre 03 : les garanties réelles
Section 01 : l’hypothèque
Section 02 : le nantissement

Conclusion

Bibliographie  :
 Gestion de la banque by Sylvie de Coussergues (z-lib.org) –
Copie
 Principes de technique bancaireLuc BERNET-ROLLANDE
 Memoireonline.com
Introduction  :

Dans toute économie, la banque joue un rôle important. Elle est l'une des
premières ressources de financement de l'activité économique, son intervention
dans la création d'entreprise lorsqu'elle est sollicitée.
Les activités de la banque se constituent dans la collecte des fonds, la mise en
disposition de la clientèle et la gestion des moyens de paiement, l’octroi de crédits
qui est sans aucun doute l’activité principale d’une banque. Afin qu’une banque
puisse exercer toutes ses activités, elle a impérativement besoin de collecter des
fonds.
 Quels sont donc les moyens mis en dispositions de la banque afin de
collecter des ressources ?

Section 01  : Les dépôts des clients  :

1.1- Notions de base  :


Les clients des banques peuvent déposer leur argent et leurs valeurs sur
divers comptes.
Une bonne partie des ressources courantes de la banque est constituée par les
dépôts de la clientèle. Pour les déposants cela constitue un avoir, et pour la
banque une dette à l’égard du déposant qui peut être : un particulier, une
entreprise, une association ou une collectivité.
Les fonds propres et les emprunts à long terme correspondent aux capitaux
permanents
 Un dépôt est réputé à vue lorsque son titulaire peut, à tout moment et
sans préavis, faire des retraits partiels ou globaux. Répondent à ces critères les
dépôts en compte courant et les dépôts sur livrets. Tout dépôt donne naissance à
une ouverture de compte, qui enregistre comptablement, par des écritures au débit
ou au crédit, les opérations de remise ou de retrait de fonds
 Un dépôt peut être avec préavis, la spécificité de ce dernier est que
L’argent ne peut être récupéré par le client titulaire du compte sans perdre les
intérêts, si celui-ci n'annonce pas son retrait suffisamment à l’avance (dans les
délais prévus dans les conditions de souscription).
 Puis le dépôt à terme, qui est une somme bloquée sur un compte bancaire
qui ne peut être retiré qu’après un certain laps de temps fixé au préalable dans un
contrat allant de 3 jusqu’à 120 mois, et signé par les personnes concernées par ce
dépôt.
1.2- Stratégies de collecte des dépôts par la banque  :
L’exigence croissante des clients incite les banques à effectuer un
changement pour l’innovation de leurs produits de manière à s’adapter aux
besoins du marché
1.2.1. L’implantation des guichets de banque  :
L’implantation bancaire et l’ouverture des guichets relèvent de la stratégie
et de la politique de rapprochement de la banque de sa clientèle. L’agence
constitue la structure de base de la banque, elle doit être en mesure grâce à ses
structures d’accueil et de traitement efficace de satisfaire sa clientèle, quel que soit
sa nature et son secteur d’activité.
Les banques ont fait des efforts considérables pour ouvrir des guichets par tout où
leurs activités peuvent trouver aliment, soit parce qu’il s’agit d’apporter un aïd
aux utilisateurs de capitaux (commerçants, épargnants), soit parce qu’il leur
apparait possible de trouver des ressources (particuliers, épargnants), soit pour
ces deux motifs à la fois
1.2.2. La localisation et la publicité  :
L’objet de la banque est de tisser un réseau de clientèle le plus large
possible. Elle vise à toucher les commerçants, les industriels…, les personnes
physiques et morales. Pour faire face à la concurrence, son implantation est
naturellement le résultat d’une étude de marché. En plus d’une implantation
stratégique, la banque multiplie les opérations de publicité. La publicité s’est
développée à notre époque, elle se charge de mettre en évidence les avantages que
procure l’ouverture d’un compte.
« On peut encore inclure dans la publicité, des initiatives telles que l’ouverture des
bureaux provisoires dans les foires ainsi qu’à certains égards, l’installation de
bureaux de change dans les gares, aéroports, ou manifestations publiques. »
La communication publicitaire s’appuie sur deux principaux types de moyens
publicitaires :
 La publicité sur lieu de vente (affichettes, dépliants…)
 La publicité hors lieu de vente : les médias (presse, télévision, radio).

1.2.3. Le personnel qualifié  :


Il est indéniable que le personnel doit veiller à la préservation de l’image de
la banque, car c’est lui qui fait sa réputation en les astreignants à une discipline
rigoureuse, et à un comportement exemplaire. Tout doit être fait pour attirer le
client, le banquier doit aussi porter une tenue vestimentaire décente. Enfin le
personnel doit être considéré comme l’un des principaux véhicules de l’image de la
banque sur tous les plans (accueil, capacité d’information, rapidité de
traitement…).

Section 02 : Le marché interbancaire

Le marché interbancaire est un marché réservé aux banques. Elles


s’échangent entre elles des actifs financiers de court terme, entre un jour et un an.
C’est un marché de gré à gré, cela signifie que les banques traitent et négocient
librement entre elles.
L’offre émane des banques qui ont des liquidités disponibles elles prêtent des
liquidités aux autres banques. La demande émane des banques qui ont des besoins
de financement elles empruntent des liquidités aux autres banques.
Il est à noter qu’une banque peut être en même temps être prêteuse et emprunteuse
sur le marché interbancaire, par exemple, une banque peut prêter des liquidités
aux autres banques sur le marché interbancaire pour une durée de 04 jours. Si
le 3ème jour, elle a un besoin important de liquidité (pour honorer ses réserves
obligatoires auprès de la banque centrale), elle emprunte pour une seule journée
ces fonds sur le marché interbancaire. Les échanges entre les banques se font au
taux du marché interbancaire : le prix de l’argent au jour le jour. Ce prix est
calculé en faisant la moyenne des taux pratiqué dans la journée. Avec le marché
des titres de créances négociables et celui des swaps de taux, le marché
interbancaire est une constituante du marché monétaire. Ce dernier est
directement influencé par le taux directeur que pratiquent les banques centrales,
comme la Federal Reserve Système (FED) aux Etats-Unis ou la banque centrale
Européenne (BCE) pour l’union européen.
Le Swap de taux d’intérêt : est un produit dérivé financier, dont l’appellation
officielle en français est « contrat d’échange de taux d’intérêt ».
Ce marché permet aux banques d’optimiser la gestion de leur trésorerie. Son
bon fonctionnement est nécessaire au financement de l’économie, puisque les
liquidités que les banques s’échangent sont ensuite de nouveau prêtées aux agents
économiques.
Section 03  : Le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt est un prix, c’est le prix de la monnaie. Lorsqu’un agent


économique a besoin de monnaie, il va s’en faire prêter par un autre agent qui est
en capacité de le financer. Il va créer une dette qui a pour origine le prêt de la
monnaie entre le créancier (celui qui prête) et le débiteur (celui qui dois
rembourser). Le débiteur devra rembourser le capital prêté a une certaine
échéance et payer chaque année le prix du service rendu qui est l’intérêt.
L’essentiel des prêts sont consentis par des organismes financiers, principalement
les banques. Ces taux d’intérêts pratiqués ont une même base qui est le taux
directeur de la banque centrale. C’est à ce taux que la banque centrale accepte de
refinancer les banques de second rang, elles vont donc proposer à leurs clients des
taux d’intérêts un peu plus élevés mais la concurrence jouant entre les banques,
ces taux restent dans la même fourchette. Les taux accordés aux particuliers ou
aux entreprises par les banques sont liés au risque que représente le client. Si le
risque de défaillance est élevé, les taux pratiqués seront plus élevés aussi.

Section 04  : la banque centrale

4-1. Généralités sur la banque centrale  :


Une banque centrale est une institution chargée de superviser la création de
monnaie pour le système bancaire, la politique monétaire ainsi que le
fonctionnement des banques au niveau dès la réglementation et de la solvabilité.
Auprès de la banque centrale, les banques ont un compte courant et peuvent
emprunter de l’argent à très court terme. Ainsi, les banques qui doivent fourni des
billets à leurs clients (soit aux guichets, soit aux distributeurs automatiques)
viennent les chercher à la banque centrale qui en a le monopole d’émission.
Celle-ci débite en conséquence leurs comptes courant.
Les avoirs en compte auprès de la banque centrale seront aussi au règlement des
dettes entre les banques.
La banque centrale peut enfin imposer le maintien d’un niveau minimum d’avoir
en compte : les réserves obligatoires.
Tous ces facteurs créent un besoin de liquidité qui conduit les banques à recourir
au crédit de la banque centrale, c’est en fixant les conditions de ces crédits que la
banque centrale influence les taux d’intérêt.

4-2. Les instruments à disposition de la banque centrale  :


4-2-1. Les réserves obligatoires  :
Chaque banque est obligée de constituer des réserves obligatoires à la
banque centrale proportionnellement au montant de certain dépôt (principalement
à court terme) qu’elle a collectées. Le rôle de cet instrument monétaire est
principalement de garantir une certaine stabilité au marché monétaire, en
obligeant les banques à garder une marge de sécurité. Les banques doivent placer
davantage de réserves auprès de la banque centrale, ce qui réduit l’argent
disponible pour des prêts.

4-2-2. Les opérations d’open market  :


Dans le cas d’une politique expansionniste, la banque centrale achète des
titres financiers (par exemple des obligations bancaires) ou accepte de prêter de
l’argent en échange de titre financier servant de garantie. En agissant ainsi, la
banque centrale contribue à faire baisser les taux d’intérêt, de cette manière, les
banques disposent davantage de liquidité, ce qui leurs permet d’offrir plus de
prêts.
4-2-3. Les facilités de crédit  :
Cet instrument regroupe deux facilités permanentes offertes par les banques
centrales aux banques.
La première est la facilité de dépôt c'est-à-dire les banques peuvent déposer des
réserves supplémentaires (non obligatoire) auprès de la banque centrale, qui les
rémunère à un taux d’intérêt qui constitue le taux plancher du marché
interbancaire. En effet, aucune banque ne va appliquer un taux inférieur, sinon elle
ne recevra aucun dépôt.
Le taux plancher du marché interbancaire, c’est le taux le plus bas déterminé par
la banque centrale européenne depuis sa création, donc une banque qui a un exo
de trésorerie peut placer ces liquidités auprès de la banque centrale européenne.
Ces liquidités sont alors rémunérées par la banque centrale européenne aux taux
plancher.
La seconde facilité est la facilité de prêt marginal, une banque peut demander à la
banque centrale de lui prêter une certaine somme. En principe, les banques ne
recourent à la banque centrale qu’en cas de nécessite, car le taux appliqué est plus
élevé que les taux du marché interbancaire.
Section 05  : le marché financier

Le marché financier réuni des agents à besoin de financement qui sont les
entreprises émettrices et des agents à capacités de financement qui peuvent être
des banques.
Dans ce marché financier, la banque peut investir une partie de ses ressources en
achetant des actions émises par des entreprises, la banque va donc miser sur la
croissance de l’entreprise, car les dividendes (Bénéfice) que la va banque va
percevoir dépendra des bénéfices réalisés par cette entreprise.
Le marché financier est donc un véhicule d’enrichissement potentiel pour la
banque certes mais qui comporte le risque de tout perdre, si la banque prend .des
risques inconsidérés, elle doit donc avoir une bonne gestion de son portefeuille.

Conclusion  :

La banque à un rôle important dans la croissance économique, et cela vu


son rôle qui consiste en l’octroi des crédits pour des agents économiques afin de
réaliser leurs projets. Et pour cela la collecte des ressources nécessaires à ses
activités demeure une étape primordiale au sein de l’activité bancaire et donc pour
la croissance économique.

Vous aimerez peut-être aussi