Vous êtes sur la page 1sur 3

Première Gestion [SYNTHESE DOSSIER G20 – LES OPERATIONS D’INVESTISSEMENT]

Dossier G20a – Les informations comptables générées


par l’investissement
Les investissements ont pour objectif de permettre à l’entreprise de poursuivre son activité, voire de la développer en
fonction des objectifs qu’elle s’est fixés.
Dans le système d’information comptable, investir signifie acquérir des immobilisations et augmenter son patrimoine.
Investir signifie aussi utiliser des équipements pour produire et vendre, et donc consommer ce patrimoine.
Comment le système d’information comptable prend-il en compte les investissements corporels ? Quelles seront les
conséquences de ces investissements sur le système d’information comptable ?
1. L’INVESTISSEMENT EN IMMOBILISATIONS
Pour le système d’information comptable, investir signifie acquérir des immobilisations.
Une immobilisation répond à un ensemble de caractéristiques, qui la distingue d’une charge et qui recouvre
une réalité aux multiples facettes.
A. Définition et caractéristiques d’une immobilisation
Une immobilisation est un bien ou un droit dont l’entreprise est propriétaire :
- Elle augmente la valeur du patrimoine de l’entreprise et est une source d’avantages économiques
futurs prévus ;
- Elle est destinée à servir durablement à l’activité de l’entreprise (souvent plus d’un an) ;
- Elle ne se détruit pas par le premier usage, contrairement à une charge.
La notion d’immobilisation ne correspond qu’en partie à celle d’investissement au sens économique : la
publicité, la formation sont considérées comme des investissements immatériels en économie, mais comme
des charges par le système d’information comptable.
Remarque : on utilise le terme d’acquisition d’immobilisation plutôt que d’achat réservé aux charges.
B. La distinction entre une immobilisation et une charge
1. Le principe
Les biens achetés par l’entreprise constituent, en comptabilité :
- Des immobilisations si ce sont des biens durables qui ne sont pas consommés après un seul usage ;
Exemple : Un ordinateur dont l’entreprise est propriétaire (il est possible de ‘l’utiliser plusieurs fois).
- Des charges s’il s’agit de biens consommés définitivement au premier usage.
Exemple : Un kilowatt d’électricité (une fois utilisé, ce kilowatt ne peut plus resservir).
2. La tolérance pour les biens de « faible valeur »
La possibilité est offerte (ce n’est pas une obligation) aux entreprises qui le souhaitent
d’enregistrer certaines immobilisations dites de « faible valeur » en charge, même si elles ont
toutes les caractéristiques d’une immobilisation.
La valeur unitaire de ces immobilisations doit être inférieure à 500 € hors taxes. Cette possibilité
ne concerne que certains types d’immobilisations : logiciels, matériel informatique et de bureau,
matériel et outillage, renouvellement de mobilier (pas l’équipement initial).
3. Les catégories d’immobilisations distinguées par la comptabilité
Trois types d’immobilisations sont distingués par le système d’information comptable.
a) Les immobilisations corporelles
Elles ont une existence physique, palpable.
Exemples : Un ordinateur, une voiture, un bureau, un bâtiment.
b) Les immobilisations incorporelles
« Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire sans substance physique. » (PCG)
Ce sont des biens sans réalité physique (on ne peut pas les toucher). Ce sont des droits
appartenant à l’entreprise et sources d’avantages économiques futurs ; l’entreprise veut les
garder durablement.
Exemples : Les marques, brevets, logiciels. Ce sont des droits d’utilisation : pour avoir le droit d’utiliser
un logiciel, i faut payer une licence d’exploitation.
c) Les immobilisations financières
Ce sont essentiellement des titres d’autres sociétés (des actions, par exemple) que l’entreprise
possède et qu’elle souhaite garder durablement ou des prêts à long ou moyen terme accordés
par l’entreprise.

GESTION Dossier G20a – Les informations comptables générées par l’investissement Page 1 sur 3
Première Gestion [SYNTHESE DOSSIER G20 – LES OPERATIONS D’INVESTISSEMENT]

2. LA COMPTABILISATION DES ACQUISITIONS


D’IMMOBILISATIONS CORPORELLES
Toute acquisition d’immobilisation doit donner lieu à l’établissement d’une facture par le fournisseur.
Cette facture constitue la pièce comptable de base.
A. L’analyse comptable
Acquisition de l’immobilisation HT
TVA liée à l’immobilisation
Entreprise Emplois Fournisseur

Ressources Montant TTC à régler au fournisseur

Flux comptables de l’entreprise

Comptes de gestion Comptes de bilan


Débit Crédit Débit Crédit
(flux entrant) (flux sortant) (flux entrant) (flux sortant)
Investissement
Acquisition  Immobilisation
de  Classe 2
l’immobilisation 21.immobilisations
HT corporelles
+ TVA récupérable
TVA  Créance/Etat
 Classe 4
44562 – TVA
déductible sur
= immobilisations
Net à payer TTC
Prix TTC  Dette/fournisseur
 Classe 4
404 – Fournisseurs
d’immobilisations
 du haut de l’actif
(Actif immobilisé)  du bas du passif
et du bas de l’actif (Dettes)
(Actif circulant)
L’acquisition d’immobilisations n’a donc un impact que sur le bilan, pas sur le compte de résultat.
B. Le traitement comptable
- l’enregistrement de l’acquisition d’immobilisations recourt à un compte spécifique de TVA et au
compte « Fournisseurs d’immobilisations » pour les distinguer des autres fournisseurs.
- L’analyse préalable permet de construire l’enregistrement ci-dessous :
Date de réception de la facture
21. Immobilisations corporelles (à préciser) Net financier HT

44562 Etat – TVA déductible sur Immobilisations Montant TVA


404 OU Fournisseurs d’Immobilisations (si acquisition à crédit) Montant TTC
512, 514,530 De l’immobilisation
OU Banque ou Chèques Postaux ou Caisse (comptant)
Selon facture n° …. du fournisseur X

GESTION Dossier G20a – Les informations comptables générées par l’investissement Page 2 sur 3
Première Gestion [SYNTHESE DOSSIER G20 – LES OPERATIONS D’INVESTISSEMENT]

3. LA DUREE D’UTILISATION DES IMMOBILISATIONS


CORPORELLES
Une fois acquises, les immobilisations corporelles sont donc enregistrées dans la comptabilité et
figurent dans le patrimoine de cette dernière. En vertu du principe du coût historique, elles figurent
au bilan avec une valeur brute qui correspond au coût d’acquisition hors taxes.
Mais si les « avantages économiques attendus » de l’utilisation des immobilisations corporelles sont
durables, ils ne sont pas infinis : la durée d’utilisation des immobilisations corporelles est limitée et
déterminable. Le système d’information comptable doit prendre en compte cette consommation
progressive des avantages économiques attendus.

A. Les causes
Certains éléments vont limiter la durée d’utilisation des immobilisations par l’organisation, dès
l’acquisition ou en cours d’utilisation ; ces élément peuvent se combiner et peuvent être de nature :
- Physique : l’actif subit une usure physique par l’usage qu’en fait l’entité ou par le passage du
temps ;
- Technique : il est attendu que l’évolution technique impliquera l’obsolescence de l’actif, son
utilisation devenant inférieure à celle qui serait fondée sur sa seule usure physique. Il en est
notamment ainsi en cas d’obligation de mise en conformité à de nouvelles normes ;
- Juridique : l’utilisation est limitée dans le temps par une période de protection légale ou
contractuelle (concession, brevet, par exemple).
Exemple : Un ordinateur aura une durée d’utilisation limitée du fait :
- Du temps qui passe et qui l’endommage même s’il n’est pas utilisé (poussière s’incrustant au niveau
du clavier, des composants, humidité…) ;
- De l’utilisation de l’ordinateur, qui provoque une usure plus rapide encore (vieillissement des pièces
accentué…) ;
- Du dépassement technologique dont il souffre rapidement du fait de l’apparition constante de
modèles d’ordinateurs plus performants ;
- Dans le cas de l’ordinateur, il n’y a pas de cause juridique à sa durée d’utilisation limitée.
Néanmoins, certaines immobilisations corporelles vont pouvoir être utilisées sans limite de temps
déterminable et continuer à fournir les avantages économiques attendus par l’organisation.
Exemple : Les terrains, dont l’utilisation ne nuit pas aux avantages économiques procurés.

B. Les conséquences sur le système d’information


comptable

A la fin de chaque exercice comptable, l’entreprise doit obligatoirement évaluer son patrimoine pour
que la comptabilité donne une image fidèle de sa situation.
Exemple : Un ordinateur acheté 2 000 € le 01/01/N ne vaut plus 2 000 € au 31/12/N : sa valeur a diminué.
La comptabilité doit donc informer ses partenaires de la « juste valeur » de ses immobilisations,
grâce à la technique de l’amortissement.
Cet amortissement constate la consommation progressive des avantages économiques attendus de
l’immobilisation en fonction de son utilisation.
Exemple : Une entreprise de transport acquiert un camion. Elle prévoit de l’utiliser pour parcourir 200 000
kilomètres, dont 40 000 kilomètres au compteur du camion à la fin de la première année.
L’entreprise ou l’association doit par ailleurs assurer régulièrement le renouvellement de ses
immobilisations. Une partie du bénéfice de l’entreprise est donc mise de côté chaque année, en vue
de ce renouvellement des immobilisations de l’organisation.

GESTION Dossier G20a – Les informations comptables générées par l’investissement Page 3 sur 3