Vous êtes sur la page 1sur 59

Document stagiaire N° 20140509

Formation:
"Montage, démontage et entretien des roulements"

Support de cours remis à :


Nom

Prénom

Société
Site
Service
Fonction

Dates

Formateur

Objectif de la formation :
Acquérir des connaissances dans la technologie des roulements
Perfectionner ses connaissances dans le suivi et l'entretien des roulements
Entretenir ses compétences dans le montage et le démontage des roulements

A la fin de cette formation vous aurez amélioré vos compétences dans les domaines suivants:
 Les désignations et le marquage des roulements
 Les règles d’ajustements et le contrôle métrologique des portées et logements
 Les réglages des jeux et des pré-charges
 Les principales méthodes de montage et de démontage
 Les outillages
 Le soin et les précautions à prendre
 L'examen des roulements démontés
 La lubrification des roulements

SOMMAIRE
Introduction: --> --> --> --> --> --> --> --> --> Page 2
La préparation du travail et le lieu de travail: --> --> --> --> --> Page 3
Les désignations des roulements: --> --> --> --> --> --> Page 3
Le roulement et son environnement immédiat: --> --> --> --> --> Page 6
Les ajustements: --> --> --> --> --> --> --> --> Page 7
Défauts de forme et états de surface: --> --> --> --> --> --> Page 13
Contrôle des portées et des logements:--> --> --> --> --> --> Page 14
Conception des pièces voisines:--> --> --> --> --> --> --> Page 16
Jeux ou pré-charges axiales: --> --> --> --> --> --> --> Page 19
Manipulation des roulements: --> --> --> --> --> --> --> Page 20
Méthodes de montage et démontage: --> --> --> --> --> --> Page 21
Graissage initial: --> --> --> --> --> --> --> --> Page 30
Niveaux d’huile: --> --> --> --> --> --> --> --> Page 31
Les avaries des roulements: --> --> --> --> --> --> --> Page 32
Rapport de montage: --> --> --> --> --> --> --> --> Page 32
Supplément "Lubrification des roulements"
Lubrification à la graisse: --> --> --> --> --> --> --> Page 33
Lubrification à l'huile: --> --> --> --> --> --> --> --> Page 45

Mise à jour le 09/05/2014

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 2/56
Introduction

Les roulements sont des composants mécaniques dont le coût d'achat est en général très modeste
par rapport au prix de la machine dans laquelle il est monté. Mais lorsqu'il est en
dysfonctionnement, c'est la machine qui est en panne, entraînant l'arrêt de production, une
opération de maintenant et une succession de coûts parfois très élevés, voire incalculables si l'on
pousse le raisonnement jusqu'à la perte d'un client qui n'a pas été livré avec la qualité prévue ou
dans les délais.

Il est entendu qu'un roulement doit être de qualité pour assurer un fonctionnement fiable. Mais,
évidemment , cela ne suffit pas. Encore faut-il qu'il soit correctement monté et entretenu. Les
opérations de montage - et celles de démontage - doivent être à la hauteur de la qualité du
roulement ainsi que le suivi, notamment les opérations d'appoint de lubrification.
Il faut aussi prendre en compte le fait qu'un roulement à une vie avant le
montage car il a été transporté, stocké et manipulé. Pendant cette période il
y a des risques qui pourraient affecter sa qualité si certaines précautions
n'ont pas été respectées.
Les opérateurs doivent donc bien connaître ce produit et lui prodiguer tout
le soin et toute l'attention nécessaires pour qu'il fonctionne correctement sur la durée attendue
(calculée?) ou en tout cas aussi longtemps que possible. Cela veut dire qu'ils doivent posséder des
connaissances très étendues et bien plus que superficielles sur ce produit et faire preuve de
compétences souvent acquises sur le terrain avec le temps et l'expérience, et parfois plus
rapidement par le biais de la formation.

Comme toute opération de maintenance, le changement d'un roulement est un travail qui doit être
correctement identifié, bien préparé, exécuté suivant les procédures prévues et rapporté pour la
traçabilité et éventuellement pour l'améliorer. Les stagiaires arrivent dans cette formation avec
leurs bagages d'expériences, et, compte tenu des thèmes développés qui touchent directement les
connaissances et les compétences nécessaires pour monter et suivre correctement les roulements,
il s'avère que les échanges, pas seulement avec l'animateur mais aussi entre les stagiaires eux-
mêmes, sont évidemment fructueux et instructifs. Une participation active de tous fait en sorte que
cette formation apporte le maximum de satisfaction à chacun.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 3/56
Préparation du travail Notes personnelles

Toute tâche de maintenance commence par :

 Un ordre de travail précis


 La maîtrise de la tâche à accomplir
 L’information nécessaire (plans, procédures, documentation
techniques...)
 Le rôle précis de chacun dans le cadre d’une intervention en équipe
 La disponibilité des outillages, des matériels de contrôle
 La disponibilité des pièces de rechanges, des lubrifiants et autres
produits

Les incontournables :

 Permis et autorisations
 Consignes et procédures de sécurité en place
 Protections individuelles

Le lieu de travail
Autant que possible, effectuer les opérations en atelier.
Sinon, dégager et protéger la zone de travail.

Un travail mécanique de
précision ne peut s’envisager
professionnellement et en toute
sécurité que dans un cadre
propre, rangé et bien organisé.
Chaque matériel et chaque
outil doivent être remis à leurs
places et en bon état ou doivent
être immédiatement réparés
de façon à ce qu’ils soient
disponibles pour la prochaine
intervention.

Portons maintenant attention au roulement qui va être monté.

L'emballage porte normalement la référence


complète du roulement et selon les
fabricants des informations parfois codées
sur la traçabilité (origine, date de
fabrication...). Le roulement est bien à l'abri
dedans; ne pas l'ouvrir inutilement.

Maintenant sortons le roulement de son


emballage pour le monter.
Des marquages sont gravés sur certains
éléments du roulement. Que représentent-
ils?
Comme le montre cet exemple, on trouve en général le logo du fabricant
(SKF) et la référence du roulement (C 2320 K). Puis, en fonction du
fabricant, des codes pour la traçabilité (SWEDEN 166X) et des marquages
commerciaux (CARB).

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Les désignations des roulements selon ISO Page 4/56


Notes personnelles

Dimensions suivant :
 ISO 15 pour les roulements radiaux
 ISO 355 pour les butées
 ISO 104 pour les roulements à rouleaux coniques

Détermination de l’alésage :

d>Ø480mm 60/1000 d=1000mm (alésage en mm derrière le


« / »)
Ø20<d<Ø480mm 6008 d=40 (deux derniers chiffres x 5)

Ø10<d<20mm 6000 d=10mm, 6001 d=12mm, 6002 d=15mm,


6003 d=17mm

d<Ø10mm 603 d=3mm, 608 d=8mm

Les informations portant sur les ajustements, les tolérances, les jeux, les
réductions des jeux, ... sont généralement déterminées à partir des
dimensions du roulement et le plus souvent à partir de la dimension de
l'alésage.

Les désignations constructeurs utilisent comme base la désignation ISO qui


est complétée par des préfixes et des suffixes. La désignation ISO définie le
type et la dimension (mais aussi pour les constructeurs "la version
standard"). Les désignations complémentaires (préfixe et suffixe) définissent
les variantes, des éléments de roulement ou des roulements spéciaux.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 5/56
Exemple: les désignations selon SKF Notes personnelles

Désignation ISO Suffixes

Exemple de désignation : C30/530KM/HA3C4


C = Roulement CARB
3 = Série de largeur
0 = Série de diamètre
/530 = Alésage Ø 530 mm

K = Alésage conique (modification externe = suffixe de catégorie 2)


M = Cage usinée en laiton (Suffixe de catégorie 3)

/HA3 = bague intérieure en acier de cémentation (suffixe de cat. 4.1)


C4 = jeu interne (suffixe de catégorie 4.2)

L’identification d’un roulement doit être aussi précise que possible.


Attention, l’oubli d’un caractère peut avoir des conséquences importantes.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 6/56
Le roulement et son environnement immédiat Notes personnelles

Le roulement est un élément d’un ensemble mécanique. La qualité et la


conformité de chaque élément contribuent au bon fonctionnement de
l’ensemble tout entier. Il est nécessaire de vérifier les côtes fonctionnelles
avec précision, y compris éventuellement celles du roulement pour s'assurer
des valeurs de jeu ou de serrage dans les ajustements des bagues sur les
portées ou dans les logements. De plus, ces opérations impliquent en même
temps qu'un regard critique peut être porté sur l’état de toutes les surfaces
visibles.

Un roulement est normalement monté avec un autre roulement au moins; les


applications où les roulements sont seuls sont rares. Il faut considérer qu’il
existe au moins deux types de montages en mécanique générale : "palier fixe
– palier libre" ou "montage en opposition". Toutefois dans le cas des montages
en opposition, on peut distinguer les montages qui demandent un réglage du
jeu axial ou de la pré-charge et ceux qui ne le demandent pas.
Il faut être attentif à l’ensemble mobil complet et non se concentrer
uniquement que sur le roulement qui est en train d'être monté.

Montage « palier libre – palier fixe »

En cas de poussées axiales dans


les deux sens, c’est toujours le
même roulement qui reprend la
poussée. Le palier libre est obtenu
par l’utilisation d’un roulement dont
les bagues peuvent se décaler
axialement, l’une par rapport à
l’autre (roulements à rouleaux
cylindriques, roulements CARB...)
ou par le déplacement axial de la
bague extérieure dans le palier,
éventuellement par le déplacement
de la bague intérieure sur sa
portée.

Montage de roulements en opposition

Montage en « O ». Le réglage


s’effectue sur le cône du
roulement de gauche. Cela
implique que la bague doit
coulisser sur sa portée.

Montage en « X ». Le réglage s’effectue au


niveau des couvercles

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 7/56

Notes personnelles

Dans le cas d’un réglage de


précision, utiliser un
comparateur. Les
mouvements de rotation
sont indispensables pour
s’assurer que les rouleaux
soient bien en place contre
les épaulements des cônes.

Les ajustements

Une bague de roulement (bague intérieure ou bague extérieure) soumise


à une charge radiale de direction variable doit en principe être montée
serrée.
Une charge tournante (un balourd par exemple) est une charge de
direction variable comme une charge oscillante.

La charge prédominante est une charge radiale fixe :

Charge fixe sur bague extérieure Charge fixe sur bague intérieure
Charge tournante sur bague Charge tournante sur bague
intérieure extérieure
La bague intérieure est montée La bague extérieure est montée
serrée serrée

La charge prédominante est une charge radiale tournante  :

Charge fixe sur bague Charge fixe sur bague


intérieure extérieure
Charge tournante sur bague Charge tournante sur bague
extérieure intérieure
La bague extérieure est montée La bague est intérieure est
serrée serrée

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 8/56
Il arrive que, pour des raisons de montage ou de réglage de jeu axial, les Notes personnelles
bagues ne soient pas ajustées serrées. Un ajustement incertain est alors
utilisé.

Arbre tournant
Charge radiale fixe

Tolérances d'ajustement des bagues des roulements

Dans cette application, quelle est la bague qui est montée

serrée et pourquoi?

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..............................................

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 9/56
Choix des ajustements

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 10/56
Ajustements sur arbres creux Notes personnelles

Considérons les éléments suivants :


d = diamètre de l’arbre, mm
di = alésage de l’arbre, mm
de = diamètre extérieure moyen de la bague intérieure, mm
ci = rapport des diamètres de l’arbre creux = di/d
ce = rapport des diamètres de la bague intérieure = d/de

Si de n’est pas connu, on peut tirer ce de la formule ci-dessous :


Ce = d/ [k (D-d)+d]
Avec
D = diamètre extérieur du roulement, mm
K = coefficient dépendant du type de roulement
K = 0.25 pour les roulements à rotule sur billes des séries 22 et 23
K = 0.25 pour les roulements à rouleaux cylindriques
K = 0.3 pour tous les autres roulements

Soit ΔV le serrage probable moyen du roulement sur un arbre plein, nous


obtenons ΔH le serrage moyen sur arbre creux à partir de la formule :
ΔH = ΔV (ΔH/ ΔV).

Exemple : Roulement C30/530KM/HA4C4 monté sur portée Ø 560 m6.


L’arbre est creux. Son alésage est de Ø 320 mm.

Ci = 320/560 = 0.57
Ce = 560/ [0.3 (820 – 560) + 560] = 0.88
ΔH/ ΔV = 1.05

Serrage probable moyen pour un arbre plein : 0.073


Serrage moyen pour l’arbre creux : 0.073 x 1.05 = 0.077
Prendre une tolérance décalée de +0.004 par rapport à m6

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 11/56

Notes personnelles:
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 12/56

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 13/56

Défauts de forme

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 14/56
Etats de surface

Contrôle des portées


Mesure au micromètre extérieur (PALMER). La
précision est de l’ordre de 0.01 mm

Mesurer les côtes sur 2, 3 ou 4 plans, en fonction de


la largeur de la portée.
Sur chaque plan prendre les cotes à 0°, 45°,90° et
135° et reporter les sur le tableau suivant :

Exemple sur tableau 3 plans :

Que peut-on déduire de ce tableau de résultats :


 Respect de la tolérance dimensionnelle ?
 Elle est bonne en circularité ?.................En cylindricité ?.................... ?
 Quel est le défaut principal ?.............................................................

Notes personnelles:
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 15/56
Contrôle des logements
Mesure au micromètre intérieur. La précision est au 0.01
mm

Mesurer également sur 2, 3, ou 4 plans suivant la largeur


du logement. Sur chaque plan prendre les cotes sur 0°,
45°, 90° et 135°.

Reporter les cotes dans un tableau identique au précédent


et réaliser les mêmes analyses.

Comment lire un vernier de PALMER


Notes personnelles
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..........................................................
..............................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
..........................................................................................................................................
......................................................................................................................................

Contrôle des cotes des roulements


Au-delà d’un contrôle de la qualité du roulement, cette opération permet en outre de vérifier qu’il
n’y a pas de dégradations telles que corrosion humide, empreintes, ou autres.
Le rapprochement des cotes relevées sur les bagues et celles relevées sur la portée et dans le
logement permet d’apprécier directement les valeurs de jeu ou de serrage.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 16/56
Conception des pièces voisines

Fixations axiales

Quelques exemples :

Montage sur portée conique

Portée conique directe Manchon de serrage Manchon de serrage


Sur entretoise d’épaulement

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 17/56

Montage sur manchon de démontage

Dégagement des arrondis

Les valeurs des arrondis sont indiquées dans les tableaux de dimensions des catalogues des
constructeurs

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 18/56
Faces d’appui

Voir également tableaux de dimensions du Catalogue Général

Cas des roulements CARB

Prévoir suffisamment de dégagement pour permettre


le décalage axial des bagues (Dimensions dans
Catalogue Général)

Astuces pour faciliter les opérations de démontage

Pression d’huile

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 19/56
Jeux ou pré-charges axiales

Roulements appariés (appariements universels)

Ces différents montages impliquent l’utilisation de roulements dont les faces ont été spécialement
rectifiées pour obtenir les jeux ou les pré-charges prévus dans le cadre d’appariements universels.
Pour les montages en « O », le serrage axial effectif des bagues intérieures garantit le jeu ou la
pré-charge. L’utilisation de segments d’arrêt en guise de fixation axiale par exemple ne le garantit
pas.
Même chose pour le montage en « X ». Il s’agit de serrer impérativement les bagues extérieures
par le biais d’un ajustage avec des cales de réglage par exemple.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 20/56
Manipulation des roulements
Réalignement des bagues en plaçant correctement les rouleaux

Attention aux trop grandes déformations pendant le transport ou le montage des grands
roulements

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 21/56
Méthodes de montage et démontage

Démontage des petits roulements

Si le roulement doit être récupéré pour le remonter ou l’expertiser, il faut appliquer les mêmes
règles que pour le montage : faire passer les efforts de démontage par la bague qui est serrée
afin de ne pas détériorer les différents éléments..

Douille de frappe Jet (en acier)

Presse Extracteur interne *

Extracteur extérieur Extracteur intérieur *

* --> Le roulement n'est pas récupérable.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 22/56
Montage des petits roulements

Attention : acier trempé ! Débarrasser le produit de protection


de la surface qui sera serrée

Mettre quelques gouttes d’huile fluide sur la portée,


ou dans le logement (montage à froid)

Utilisation d’une presse ou d’une douille de frappe : appuyer sur la bague montée serrée.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 23/56
Montage à chaud

Pas de chalumeau
Pas de flambard

Retirer le produit
d'enduction de la surface
qui sera serrée. Ne pas
huiler.

Prévoir l’équipement nécessaire

Plaque chauffante électrique


Appareils de chauffage par induction

Cas des roulements à rotule sur billes montés sur portées coniques

Démontage aux chocs :

Douille de frappe

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 24/56

Cale en acier

Se reporter au catalogue général pour


obtenir les valeurs des cotes

Montage :

Débarrasser les surfaces de serrage du produit antirouille et le remplacer par quelques gouttes
d’huile fluide. Huiler également la face de serrage de l’écrou et le filetage du manchon.

Mettre en position le manchon, placer le roulement et l’écrou, chanfrein côté roulement sans la
bague de blocage

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 25/56

La position de départ du serrage par mesure de l’angle demande


une certaine expérience « terrain ». Mettre en place le manchon à
l’aide d’un jet. Attention, il convient de doser modérément les
coups pour ne pas endommager les pistes car une partie de
l’énergie passe forcément par les éléments roulants.

Rechercher le point de départ du serrage (l’opérateur s’arrête dès


qu’il ressent une résistance à la rotation de l'écrou.

Repérer au marqueur l’angle de serrage (se servir des créneaux


de l’écrou par exemple)

Une fois le serrage réalisé, déposer l’écrou, mettre en place la


rondelle-frein, puis remettre en place l’écrou. Serrer légèrement et
toujours dans le sens du serrage, repérer le créneau de l’écrou le
plus proche d’une languette de la rondelle frein, serrer pour faire
coïncider les deux et rabattre la languette pour assurer
l’indexation en rotation de l’écrou.

Axial drive-up method


Cette méthode peut s’appliquer pour les roulements à rotule sur billes d’alésages supérieurs à
50 mm
Voir détail de cette méthode de montage dans le chapitre des roulements à rotule sur rouleaux.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 26/56

Les gros roulements à alésage cylindrique

Démontage

Choix d’un extracteur

Diamètre de prise

Pression d’huile

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 27/56

Montage à chaud

Chauffages par induction

Il est toujours possible d’utiliser un bain d’huile. Le bac doit être propre, ainsi que l’huile
utilisée pour la chauffe.

Placer doucement le roulement sur sa portée et le glisser


jusqu’en butée. Eventuellement, « sonner » le roulement en
cours de refroidissement afin de s’assurer qu’il est bien
appliqué contre l’épaulement de l’arbre.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 28/56

Cas des roulements à rotule sur rouleaux montés sur portées coniques

Méthode par le contrôle de la réduction du jeu interne

La pression de contact entre les surfaces d'ajustement de la bague


intérieure sur l'arbre doit être comprise entre une valeur minimale et une
valeur maximale. Il est possible d'ajuster cette pression par le contrôle
de la réduction du jeu interne du roulement, sachant que l'expansion de
la bague est proportionnelle à la pression de contact dans l'ajustement.
La réduction de jeu minimale correspond à l'expansion minimale de la
bague et donc à la pression minimale dans l'ajustement. La réduction de
jeu maximale correspond à l'expansion maximale de la bague et donc à
la pression maximale dans l'ajustement. Le fait de contrôler la
réduction de jeu avec des lames calibrées permet donc de contrôler la
pression de surface de l'ajustement. La pression étant la même
quelque soit le jeu du roulement, la réduction de jeu est la même
quelque soit le jeu du roulement.

Il existe des tables qui permettent de déterminer les bornes min et


max des valeurs de jeu résiduel:

 jeu min après montage = jeu initial mesuré - réduction de


jeu max
 jeu max après montage = jeu initial mesuré - réduction de
jeu min

Table de détermination des réductions de jeu

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 29/56
Enfoncement axial par la « drive-up method »

Cette méthode très précise implique un outillage spécifique :


 Ecrou HMV type E
 Pompe hydraulique 1000 bars
 Manomètre de précision (lecture au bar près) pour déterminer la position de départ
 Comparateur au 0.01 mm pour mesurer l’enfoncement axial

Déterminer les valeurs de pression de départ et enfoncement axial avec le site :


www.skf.com/mount

Quelque soit la méthode utilisée, réduction du jeu radial ou méthode par mesure de l’enfoncement
axial, le montage du roulement doit se faire sur une portée lubrifiée. L’huile utilisée doit être fluide.
Lorsque la réduction de jeu est terminée, la pression de montage ne doit être coupée qu’après
quelques minutes (au moins 20 mn pour les gros roulements), le temps que l’huile dans
l’ajustement soit drainée.

Relever le jeu final et reporter le dans rapport de montage.

Non aux chocs !

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 30/56
Montage des roulements à rouleaux cylindriques

Les rouleaux ont tendance à piocher dans les pistes

Les risques sont moindres si le montage se réalise en position vertical.

Utiliser des bagues de guidage en polyamide ou en acier doux. Voir les dimensions des pistes
dans les tableaux de dimensions du Catalogue Général.

Graissage initial

Avant tout, contrôler la propreté du circuit de lubrifiant (trous, rainures, tuyaux, raccords...)
puis le remplir de graisse neuve.
Procéder à un essai de circulation du lubrifiant.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 31/56

Graissage initial du palier Notes personnelles:

Remplissage du roulement à 100% ...................................................................


Remplissage du palier entre 30 et 50% ...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
...................................................................
Attention au mélange des lubrifiants ! .
Il est normal d’obtenir une pointe de température élevée au démarrage. La température
normale du roulement sera obtenue lorsque le roulement sera « libéré » de l’excédent de
graisse qui aura migré vers les espaces vides du palier.

Niveau d’huile

Lubrification par barbotage

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 32/56

Niveau d'huile

Les avaries des roulements : voir norme ISO 15243

5.3 Empreintes de manipulation


Rapport de montage
Ce document est d’une valeur très importante car c’est souvent lui qui sert de référence en cas
d’incident, de décision de remplacement ou d’étude d’amélioration.
Il faut y porter toutes les informations importantes telles que les résultats des mesures
effectuées (contrôles métrologiques), les valeurs de réglage par exemple (historiques).
Mentionner les observations utiles et notamment les éléments à remplacer ou à modifier lors
de la prochaine intervention.

Renseigner éventuellement les banques d’échanges d’expériences.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 33/56

Supplément "lubrification des roulements"


oooOOOooo

Introduction
Pour fonctionner avec fiabilité, les roulements doivent être convenablement lubrifiés de façon à
éviter le contact métallique direct entre éléments roulants, pistes et cages. De plus, une
lubrification correcte empêche l'usure et protège de la corrosion humide. Le choix d'un
lubrifiant et d'un mode de lubrification adapté à une application donnée sont donc importants,
de même qu'un entretien approprié.
Il existe un grand nombre de graisses et d'huiles pour la lubrification des roulements, ainsi que
des lubrifiants solides sélectionnés, par exemple, lorsque le roulement est soumis à des
conditions de températures extrêmes.
Le choix du lubrifiant dépend, en premier lieu, des conditions de fonctionnement, c'est-à-dire
de la plage de températures et des vitesses de rotation, ainsi que de l'influence de
l'environnement.
On obtient les températures de fonctionnement optimales lorsque le roulement reçoit la
quantité de lubrifiant minimale nécessaire pour assurer une lubrification fiable. Cependant, si le
lubrifiant doit remplir des fonctions additionnelles, telles que l'étanchéité ou la dissipation de
chaleur, des quantités plus importantes sont requises.
Le pouvoir lubrifiant d'une graisse ou d'une huile diminue dans le temps par suite des
contraintes mécaniques, du vieillissement et de la pollution. Il est donc nécessaire de procéder
à des appoints de graisse ou à un renouvellement complet de celle-ci, et de filtrer et remplacer
l'huile à intervalles réguliers.
La durée de service de la graisse dans les roulements flasqués ou jointés dépasse souvent celle
des roulements eux-mêmes. A de rares exceptions près, aucune disposition n'est prévue pour
la relubrification de ces roulements.

Lubrification à la graisse
La graisse peut être utilisée pour lubrifier les roulements dans des conditions normales de
fonctionnement, avec la majorité des applications.
Comparée à l'huile, la graisse présente l'avantage d'être plus facilement retenue dans le palier,
en particulier si l'arbre est incliné ou vertical, et elle contribue à protéger le roulement des
agents polluants, de l'humidité ou de l'eau.
Un excès de lubrifiant entraîne une augmentation rapide de la température de fonctionnement
aux vitesses de rotation élevées. Comme vu dans le chapitre graissage initial, en principe le
roulement doit être complètement garni au montage, tandis que l'espace libre dans le palier ne
doit être que partiellement rempli car il faut permettre au roulement de se libérer rapidement
pendant la période de rodage. Cela se traduit par une pointe de température élevée au départ
qui va se réduire considérablement à la fin de la période de rodage, ce qui signifie que la
graisse en surplus dans le roulement s'est bien répandu dans le palier.

Graisses lubrifiantes
Les graisses lubrifiantes sont des huiles minérales ou synthétiques contenant un agent
épaississant; habituellement il s'agit d'un savon métallique. Cependant, dans certaines
applications (températures élevées) d'autres agents peuvent être utilisés, comme le polyurée,
pour augmenter les performances. Des additifs peuvent aussi être inclus pour doper certaines
propriétés de la graisse.
La consistance dépend largement du type et de la concentration de l'agent épaississant utilisé
et de la température de la graisse.
La consistance, la plage de températures de fonctionnement, la viscosité de l'huile de base, les
propriétés antirouille et la résistance aux fortes charges sont les principaux critères à prendre
en compte pour le choix d'une graisse.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 34/56
Viscosité de l'huile de base
Voir le chapitre lubrification à l'huile.

La viscosité des huiles de base des graisses normalement utilisées pour la lubrification des
roulements se situe entre 15 et 500 mm2/s à 40°C. Au dessus de 1000 mm2/s le ressuage est
si lent qu'il ne permet pas de lubrifier le roulement convenablement.
Si la vitesse très faible d'une application requière des viscosités supérieures à 1000 mm 2/s il
est préférable d'utiliser une graisse dont la viscosité de l'huile de base ne dépasse pas 1000
mm2/s avec de bonnes propriétés de ressuage ou de choisir la lubrification à l'huile.

La viscosité de l'huile de base régit aussi la vitesse maximale à laquelle une graisse donnée
peut être utilisée pour la lubrification des roulements. La vitesse est aussi influencée par la
résistance au cisaillement qui est déterminée par l'agent épaississant. Pour indiquer la vitesse
maximale admissible, les fabricants utilisent souvent un "coefficient de vitesse":

A = n.dm

A = coefficient de vitesse en mm/mn


n = vitesse de rotation, tr/mn
dm = diamètre moyen du roulement = 0.5 (d + D), mm

Pour les applications à très grandes vitesses, par exemple A > 700 000 pour les roulements à
billes, les graisses les mieux adaptées sont celles qui incorporent des huiles de base de faible
viscosité.

Consistance
Les graisses sont divisées en classes de consistance selon l'échelle NLGI (National Lubricating
Grease Institute). Pour la lubrification des roulements, la consistance de la graisse utilisée ne
doit pas varier de façon excessive avec la température dans la plage de températures de
fonctionnement après pétrissage. Les graisses qui s'amollissent aux températures élevées
risquent de couler hors du palier. Celles qui deviennent fermes aux basses températures
gênent la rotation du roulement ou ne ressuent pas suffisamment.
Les graisses à roulements utilisent généralement un savon métallique et ont une consistance
de 1, 2 ou 3. Les graisses de consistance 2 sont les plus utilisées. Les graisses de consistance 3
sont recommandées pour les montage à arbre vertical, où l'on prévoit une chicane juste en
dessous du roulement pour éviter que la graisse ne s'en échappe.
Dans les applications soumises à des vibrations, la graisse est fortement travaillée puisqu'elle
est constamment rejetée dans le roulement par les vibrations. Les graisses de plus forte
consistance peuvent être utilisées, mais une graisse ferme ne suffit pas pour garantir une
lubrification correcte. Il convient d'utiliser des graisse ayant une bonne stabilité mécanique.
Les graisses de type polyurée peuvent s'amollir ou se durcir selon le taux de cisaillement
existant dans l'application. Dans certaines conditions elles peuvent couler dans les montages
avec arbre vertical.

Plage de températures - Le concept du choix par feux tricolores


La plage de température d'utilisation d'une graisse dépend, dans une large mesure, du type
d'huile de base, de l'épaississant et aussi des additifs utilisés.

Voir le diagramme 1 page suivante.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 35/56

La limite inférieure de température (LTL) est déterminée dans une large mesure par le type
d'huile de base et sa viscosité.
La limite supérieure de température (HTL) est déterminée par le type d'agent épaississant et
par le "point de goutte" pour les graisses à base de savon. Le point de goutte indique la
température à laquelle la graisse perd sa consistance et devient fluide.

Les zones rouges du diagramme sont déconseillées.


Bien que les fournisseurs de graisse indiquent les valeurs spécifiques des seuils de température
inférieur et supérieur dans la documentation de leurs produits, les températures pour un
fonctionnement fiable des roulements sont données par SKF pour:
 la limite inférieure de température (LTPL) et
 la limite supérieure de température (HTPL)
C'est entre ces deux limites, dans la zone verte du diagramme 1, que la graisse fonctionne de
la manière la plus fiable et que la durée de service peut être déterminée avec précision. La
définition de la limite supérieure de température n'étant pas normalisée au niveau
international, il convient d'interpréter avec précaution les données des fabricants.

Dans la zone jaune entre HTPL et HTL la graisse vieillit et s'oxyde plus rapidement et les sous-
produits de l'oxydation ont un effet néfaste sur la lubrification. Les températures dans cette
zone ne doivent être atteintes que pendant de très courtes périodes.
Dans la zone jaune entre LTL et LTPL le ressuage diminue et la consistance augmente.
L'alimentation en huile vers les surfaces de roulement est insuffisante. Toutefois les valeurs du
seuil de performance de température inférieure sont différentes selon qu'il s'agit de roulements
à billes ou à rouleaux. Le seuil est moins important pour les roulements à billes plus faciles à
lubrifier. En revanche, les roulements à rouleaux peuvent être sérieusement endommagés s'ils
fonctionnent continuellement en dessous de la limite LTPL. De courtes périodes dans cette
zone, par exemple lors d'un démarrage à froid, ne sont pas dangereuses car la chaleur
dégagée par le frottement modifie la température du roulement vers ou dans la zone verte.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 36/56

Le concept des feux tricolores s'applique à toutes les graisses ; les zone de température varient
toutefois d'une graisse à l'autre et ne peuvent être déterminées que par un test fonctionnel du
roulement.
Les valeurs représentées dans les diagrammes ci-dessus se basent sur des tests complets
réalisés dans les laboratoires SKF et peuvent différer de celles fournies par les fabricants de
lubrifiants. Les valeurs indiquées dans le diagrammes 2 sont valables pour les graisses NLGI 2
sans additifs EP habituellement disponibles. Les températures reprises dans les diagrammes
sont celles observées auto-induites par les roulements. Les données relatives à chaque type de
graisses constituent un résumé effectué à partir de nombreuses graisses plus ou moins
similaires. Les transitions entre chaque groupe n'est pas pointue mais s'inscrivent dans une
plage étroite.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 37/56
Protection anti-corrosion, comportement en présence d'eau
La graisse doit protéger le roulement de la corrosion et ne doit pas être chassée du palier en
cas de pénétration d'eau. Seul le type d'agent épaississant détermine la résistance à l'eau: les
graisses au savon de calcium ou lithium complexes et les graisses aux polyurées offrent en
général une bonne résistance. Le type d'additif antioxydant détermine en principe les
propriétés de résistance à la rouille.
A très faible vitesse une lubrification 100% graisse est bénéfique pour la protection contre la
corrosion et la prévention contre la pénétration d'eau.

Capacité de charge, additifs EP et AW


On peut utiliser les additifs EP lorsque le film lubrifiant entre élément roulant et piste est trop
mince ( К <1). Les hautes températures induites par le contact local entre les aspérités des
surfaces activent ces additifs et favorisent une usure douce aux points de contact. On obtient
ainsi une surface plus unie, des contraintes de contact réduites et une durée de service accrue.
De nombreux additifs modernes sont au sulfure/phosphore. Malheureusement, ils peuvent
avoir un effet négatif sur la matrice en acier du roulement. Leur activité chimique ne se limite
pas aux contacts des aspérités. Si la température de fonctionnement et les contraintes de
contact sont trop élevées, les additifs peuvent devenir chimiquement réactifs, même en
l'absence de contact. Cela peut favoriser des mécanismes de corrosion et de diffusion dans les
contacts et conduire à une défaillance accélérée qui trouve souvent son origine dans des
piqûres microscopiques. Au dessus de 80°C SKF recommande d'utiliser les additifs EP les moins
réactifs. Au dessus de 100°C les additifs EP ne doivent pas être utilisés.
Pour les très faibles vitesses des additifs solides comme le graphite ou le bisulfure de
molybdène (MoS2) sont parfois inclus dans le mélange d'additifs pour étendre l'effet EP. Ces
additifs doivent avoir un degré de pureté élevé et des particules de très petites tailles pour
éviter la formation d'empreintes sur les pistes et les éléments roulants, dues au broyage des
particules, qui réduisent la résistance du roulement à la fatigue.

Les additifs AW (Anti-Wear) ont une fonction similaire aux additifs EP. On fait donc rarement la
distinction entre les deux. Toutefois leur mode d'action est différent. La principale distinction
est que les additifs AW déposent une couche protectrice qui adhère à la surface. La rugosité
n'est pas réduite par une usure douce comme c'est le cas pour les additifs EP. Il convient de se
montrer particulièrement prudent car ils peuvent contenir des éléments qui, comme les additifs
EP, peuvent migrer dans l'acier et en affaiblir la structure.

Certains agents épaississants, comme le sulfonate de calcium complexe, offrent également un


effet EP/AW sans activité chimique et sans impact sur la résistance à la fatigue des roulements.
Les limites de température valables pour les additifs EP ne s'appliquent pas pour ces graisses.

Si К >1 SKF ne recommande habituellement pas l'utilisation des additifs EP ou AW. Il existe
toutefois des circonstances où ils peuvent s'avérer utiles comme, par exemple, si l'on prévoit
des glissement excessifs entre les rouleaux et les pistes.

Miscibilité
Voir les tableaux de compatibilité des huiles de base et des savons page suivante;

Les produits d'enduction utilisés pour protéger les roulements neufs sont normalement
compatibles avec la majorité des graisses utilisées pour la lubrification des roulements.
Ce n'est pas le cas pour les anciennes graisses aux polyurées; les graisses récentes comme la
graisse SKF LGHP2 sont davantage compatibles.
Les graisses avec une huile de base synthétique fluorée et un agent épaississant PTFE, comme
la graisse SKF LGET2, ne sont pas compatibles avec les produits antirouille traditionnels. Ces
derniers doivent être retirés avant l'application de la graisse.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 38/56

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 39/56
Relubrification
Les roulements doivent être relubrifiés si la durée de service de la graisse est plus courte que
celle du roulement. L'appoint de graisse doit être réalisé avant que la lubrification du roulement
ne soit plus satisfaisante.
L'intervalle de lubrification dépend de nombreux facteurs interdépendants: le type de
roulement, ses dimensions, la vitesse, la température de fonctionnement, le type de graisse,
l'espace autour du roulement et l'environnement. Les recommandations ne peuvent être
basées que sur des règles statistiques. Les intervalles de relubrification SKF sont définis comme
la période de temps à la fin de laquelle 99% des roulements sont encore lubrifiés de façon
fiable. Cela représente la durée L1 de la graisse.
Il est recommandé de se baser sur les données issues des applications réelles et des essais et
d'utiliser les intervalles de relubrification estimés ci-après.

Intervalles de relubrification

Le diagramme 4 détermine les intervalles de lubrification pour les roulements avec bague
intérieure tournante sur arbre horizontal dans des conditions de fonctionnement normales et
propres, en fonction:
 facteur de vitesse A multiplié par le facteur du roulement correspondant b r avec:
A = n dm
n = vitesse de rotation, tr/mn
dm = 0.5 (d + D), mm
br = facteur du roulement selon le type de roulement et les conditions de charge (voir
pages suivantes)
 coefficient de charge C/P
L'intervalle de relubrification tf est une valeur estimative. qui s'applique à des graisses au
lithium/huile minérale de bonne qualité pour une température de fonctionnement de 70°C.

Ajustement des intervalles de relubrification


Température de fonctionnement:
Réduire de moitié les intervalles tirés du diagramme 4 pour chaque augmentation de 15°C au
dessus de 70°C.
tf peut être appliqué aux températures inférieures à 70°C. Une prolongation de l'intervalle par
plus d'un facteur deux n'est pas recommandé.
dans le cas des roulements à éléments roulants jointifs et les butées à rouleaux, les valeurs t f
ne doivent pas être augmentées.
Ne pas utiliser des intervalles de plus de 30 000 heures.

Arbre vertical:
tf doit être divisé par 2. Utiliser un bon système d'étanchéité ou un flasque de retenue pour
empêcher la graisse de couler.

Vibrations:
Une vibration modérée n'a pas d'effet négatif sur la durée de vie de la graisse. Mais des
niveaux de vibrations et de chocs élevés, comme dans les cribles par exemple, provoquent le
pétrissage de la graisse. tf doit alors être réduit. Si la graisse devient trop molle, il convient
d'utiliser une graisse d'une meilleure stabilité mécanique, par exemple la graisse SKF LGHB2,
ou une graisse plus ferme (NLGI3).

Rotation de la bague extérieure:


Calculer A différemment en remplaçant dm par D, le diamètre extérieur du roulement.
Pour les butées à rotule sur rouleaux avec rondelle logement tournante, utiliser la lubrification
à l'huile.

Pollution:
Réduire tf. En cas de pollution importante prévoir une lubrification en continue.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 40/56
Très basses vitesses:
Utiliser une graisse de faible consistance pour les roulements faiblement chargés. Utiliser une
graisse avec une huile de base haute viscosité avec additifs EP pour les roulements fortement
chargés. L'utilisation de graphite ou de bisulfure de molybdène peut être envisagée pour A<20
000.

Vitesses élevées:
Les intervalles de lubrification déterminés avec un facteur A supérieur à la valeur maximale
recommandée pour l'utilisation d'une graisse s'appliquent uniquement pour des graisses
spéciales ou des roulements d'exécution modifiée, comme les roulements hybrides. Préférer les
techniques de lubrification continue comme la circulation d'huile, la méthode air-huile, etc...
mieux adaptés que la lubrification à la graisse.

Très fortes charges:


Réduire encore tf si A>20 000 et C/P<4. Pour les application fortes charges et vitesses élevées
la lubrification à l'huile avec refroidissement est recommandée.
Si A<20 000 et C/P = 1 - 2 voir la rubrique "Très basse vitesse"

Très faibles charges:


Dans de nombreux cas, l'intervalle de lubrification peut être rallongé si les charges sont faibles
(C/P = 30 à 50). Vérifier la charge minimale.

Défaut d'alignement:
Un défaut d'alignement constant à l'intérieur des limites admissibles n'affecte pas la durée de
service de la graisse dans les roulements à rotules sur billes, les roulements à rotule sur
rouleaux et les roulements à rouleaux toroïdaux.

Roulements de grandes dimensions


Pour les roulements à rouleaux d'alésage d>Ø 300 mm utilisés dans les montages critiques
des industries de transformation, une procédure interactive est à appliquer. Commencer par
des intervalles réduits et s'en tenir strictement aux quantités recommandées. Avant de
regraisser, vérifier l'apparence de la graisse usée et le degré de pollution due aux impuretés et
à l'eau. Vérifier aussi les joints d'étanchéité et chercher la présence d'usure, de dégradation et
de fuites. Si l'état de la graisse et celui des éléments associés sont jugés satisfaisant alors
l'intervalle de relubrification peut être graduellement augmenté.
Une procédure similaire est à appliquer pour les butées à rotule sur rouleaux, les prototypes et
les nouvelles générations d'équipements énergétiques à haute densité, ou à chaque fois que
l'expérience liée à l'application est limitée.

Roulements à rouleaux cylindriques


Les intervalles tf sont à appliquer aux roulements à rouleaux cylindriques équipés de:
 une cage moulée par injection en polyamide 6.6 renforcée fibre de verre, centrée sur
les rouleaux, suffixe de désignation "P"
 une cage en laiton usinée (cage massive) en deux parties centrée sur les rouleaux,
suffixe de désignation "M"

Pour les roulements à rouleaux cylindriques avec:


 une cage emboutie en tôle d'acier, centrée sur les rouleaux (sans suffixe de
désignation ou le suffixe "J") ou
 une cage en laiton usinée, centrée sur la bague intérieure ou la bague extérieure des
suffixes MA, MB, ML, MP,
la valeur pour l'intervalle de lubrification doit être divisée par deux, et une graisse avec de
bonnes propriétés de ressuage doit être choisie. De plus, les roulements des cages MA, MB, MP
et ML ne doivent pas fonctionner à des facteurs de vitesses supérieures A = 250 000. Opter
pour la lubrification à l'huile dans ce cas.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 41/56

A bf
Exemple:
Un roulement 6204 (20 x 47 x 14) tourne à 3 000 tr/mn à une température de fonctionnement
de 70°C pour une charge P = 1 kN
dm = 33.5 mm, A = 100 500, bf = 1, C/P = 13.5, tf ≈ 15 000 heures.
Si pollution tf ramené à 7 500 heures

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 42/56

Type de roulement Facteur roulement bf Limites recommandées pour


facteur A
Roulements rigides à billes C/P>15 C/P=8 C/P=4
Roulements à billes à contact oblique 1 500 000 400 000 300
000
Roulements à routule sur billes

Roulements à rouleaux cylindriques


Palier libre 1.5 450 000 300 000 150 000
Palier fixe, Fa=0 ou Fa faibles mais alternées 2 300 000 200 000 100
000
Palier fixe, Fa constante 4 200 000 120 000 60 000
Rouleaux jointifs 4 NA NA 20 000

Prendre la valeur tf du tableau divisée par 10 Non applicable, cage


recommandée

Roulements à rouleaux coniques 2 350 000 300 000 200


000

Butées à billes 2 200 000 150 000 100 000

Butées à rouleaux cylindriques 10 100 000 60 00030 000

Butées à rotule sur rouleaux 4 200 000 170 000 150 000
Rondelle arbre tournante

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Type de roulement Facteur roulement bf Limites recommandées pour


facteur A
Roulements à rotule sur rouleaux C/P>15 C/P=8
C/P=4
Fa/Fr<e et dm<800 mm
Séries 213, 222, 238, 239 2 350 000 200 000 100 000
Séries 223, 230, 231, 232, 240, 248, 249 2 250 000 150 000 80
000
Série 241 2 150 000 80 00050 000
Fa/Fr<e et dm>800 mm
Séries 238, 239 2 230 000 130 000 65 000
Séries 230, 231, 232, 240, 248, 249 2 170 000 100 000 50
000
Série 241 2 100 000 50 00030 000

Roulements CARB
Avec cage 2 350 000 200 000 100 000
A rouleaux jointifs 4 NA NA 20 000

Non applicable, cage recommandée

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 43/56
Appoints de lubrifiant
Si l'appoint se fait latéralement au roulement, utiliser la formule:

Gp = 0.005 DB

et pour l'appoint par une rainure de lubrification dans la bague intérieure ou la bague
extérieure

Gp = 0.002 DB


Gp = guantité de graisse à injecter lors de l'appoint, g
D = diamètre extérieur du roulement, mm
B = largeur du roulement, mm. Pour les butées utiliser la hauteur H

Exemple:
Pour un 6204 (20 x 47 x 14), la quantité de l'appoint est G p = 0.005 x 47 x 14 = 3.29 g

Soupapes à graisse
A vitesse élevée, l'accumulation de graisse dans le palier peut entraîner un échauffement
excessif. Cela peut être évité par la mise en place de soupapes à graisse

Exemples de soupapes à graisse

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 44/56
Lubrification continue
Si les intervalles de graissage sont de courte durée, une relubrification continue est
recommandée, en raison des risques de pollution, ou lorsque d'autres procédés de
relubrification ne conviennent pas (roulement difficilement accessible par exemple).
Compte tenu du pétrissage excessif de la graisse qui peut provoquer une augmentation
excessive de la température, la lubrification continue n'est recommandée que lorsque les
vitesses de rotation sont faibles :

A<150 000 pour les roulements à billes

A<75 000 pour les roulements à rouleaux.

vérifier que la graisse usée sort librement du palier. Alors le palier peut être rempli à 100% et
la quantité de graisse utilisée par unité de temps peut être calculée à partir de la formule de G p

La lubrification continue peut être assurée par des graisseurs automatiques type SYSTEM24 ou
SYSTEM MultiPoint SKF ou encore des systèmes personnalisés comme les systèmes VOGEL.

Notes personnelles
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 45/56
Lubrification à l'huile
La lubrification à l'huile s'impose, en général, lorsque les vitesses de rotation ou les
températures de fonctionnement sont trop élevées pour permettre l'emploi de la graisse; il en
est de même lorsque le lubrifiant doit contribuer au refroidissement du palier, ou si les
éléments voisins (engrenages par exemple) sont également lubrifiés à l'huile.
Quel que soit le mode de lubrification, il est préférable d'utiliser une huile propre.
Avec les lubrifications par circulation, par jet ou du type air-huile il est nécessaire de
dimensionner correctement les canaux de retour pour s'assurer que l'huile quitte librement le
palier.

Méthodes de lubrification à l'huile


Bain d'huile

Le niveau d'huile au repos est établi de telle sorte


que l'élément roulant placé au point le plus bas
baigne de 50% de son volume.
L'utilisation d'un système assurant un niveau
constant comme le LAHD500 peut être utilisé.
Attention toutefois aux remous et aux vitesses
importantes qui risquent d'emporter beaucoup
d'huile et de faire baisser le niveau en marche de
façon significative et donc de faire remplir le palier
de façon excessive par le niveau d'huile
automatique.

Bague de remontée d'huile

Cette bague est accrochée à un manchon sur l'arbre


et plonge dans le bain. La rotation de l'arbre entraîne
la bague et fait remonter l'huile dont une partie, grace
à une cuve collectrice, va traverser le roulement puis
retourner vers le bain.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 46/56
Circulation d'huile

La circulation de l'huile est assurée par une


pompe. L'huile est amenée d'un côté du
roulement, le traverse, et s'écoule du côté
opposé.
Elle est ensuite filtrée dans un réservoir,
éventuellement refroidie, puis remise dans le
circuit et renvoyée vers le roulement.
Un filtrage correcte entraîne une croissance du
facteur ηc ce qui allonge la durée de service du
roulement.

Jet d'huile
Aux très grandes vitesses de rotation, pour
qu'une partie de l'huile puisse traverser le
barrage provoqué par le passage très rapide
des éléments roulants et de la cage, la vitesse
du jet d'huile acheminée sous pression et
dirigée entre la cage et la bague qui offre le
plus de place, doit être assez grande (au moins
15 m/s comme ordre de grandeur). Une partie
de l'huile ne traverse pas le roulement.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 47/56
Air-huile
Un courant d'air assure le transport de
gouttes d'huile et le refroidissement du
roulement. Cette méthode permet d'assurer
au roulement de fonctionner avec une
température plus basse ou une vitesse plus
élevée qu'aucune autre méthode ne peut
assurer. La surpression provoquée par l'air
comprimée permet de combattre l'éventuel
entrée de polluants.

Brouillard d'huile

La goutte d'huile est pulvérisée pour former un


brouillard. Longtemps cette méthode a été
déconseillée compte-tenu de son impact sur
l'environnement.
Les générateurs modernes de brouillard génèrent un
nuage de lubrifiant avec 5 ppm d'huile. Des joints
spéciaux de conception nouvelle permettent de
limiter la dispersion du brouillard. Dans le cas
d'utilisation d'huiles synthétiques non toxiques, les
effets sur l'environnement sont encore réduits. La
lubrification par brouillard d'huile est aujourd'hui
utilisée dans des application très spécifiques comme
l'industrie pétrolière.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 48/56
Huiles de lubrification
Pour la lubrification des roulements on utilise généralement des huiles minérales pures. Les
huiles utilisant des additifs destinés à améliorer certaines de leurs propriétés, telles que le
comportement extrême pression, la résistance au vieillissement, etc. ne sont utilisées que dans
des cas spéciaux. Les remarques concernant les additifs EP dans le chapitre des graisses sont
également applicables aux huiles avec additifs EP.
De nombreux lubrifiants courants sont également disponibles en version synthétique. Elles sont
envisagées pour la lubrification des roulements que dans des cas extrêmes, par exemple pour
des températures très basses ou très élevées.
Les huiles synthétiques recouvrent une vaste gamme de bases différentes. Les principales sont
les huiles polyalphaoléfiniques (PAO), les esters et les glycols de polyalkylène (PAG). Ces huiles
ont des propriétés différentes des huiles minérales.
En matière de résistance à la fatigue des roulements, l'épaisseur réelle du film lubrifiant joue
un rôle prépondérant. La viscosité de l'huile, l'indice de viscosité et le coefficient pression-
viscosité influencent l'épaisseur réelle du film dans la zone de contact pour une immersion
complète.
Pour la plupart des lubrifiants à base d'huile minérale, le coefficient pression-viscosité est
similaire et les valeurs fournies par diverses documentations peuvent être utilisées sans grand
risque d'erreur. Il existe une variation considérable dans les coefficients pression-viscosité pour
les différents types d'huile synthétiques. Il convient donc de garder à l'esprit que la formation
du film lubrifiant , avec l'huile synthétique, peut différer de celle obtenue avec l'huile minérale
de même viscosité.
De plus les additifs joue un rôle dans la formation du film. En raison des différences de
solubilité, les types d'additifs utilisés dans les huiles synthétiques diffèrent de ceux que l'on
trouve dans les équivalents à base d'huile minérale.

Choix de l'huile de lubrification


Le choix de l'huile se base d'abord sur la viscosité requise pour assurer une lubrification
appropriée au roulement à la température de fonctionnement. La viscosité dépend de la
température de l'huile; elle décroît quand la température augmente. La relation
viscosité/température est caractérisée par l'indice de viscosité VI. Pour la lubrification des
roulements il convient d'utiliser des huiles dont l'indice de viscosité est élevé, au moins 95,
c'est-à-dire des huiles dont la viscosité varie peu avec la température.

Pour assurer un film d'huile suffisamment épais dans la zone de contact élément roulant/piste
l'huile doit présenter une certaine viscosité cinématique minimale ν 1à la température de
fonctionnement - voir le diagramme 5 s'il s'agit d'une huile minérale.

Si la température de fonctionnement est connue par la pratique ou peut être déterminée par
une autre façon, la viscosité correspondante à la température de référence internationale de
40°C peut être obtenue avec le diagramme 6 pour un indice de viscosité 95.

Le choix de l'huile doit tenir compte des aspects suivants:

 La durée du roulement peut être augmenté si on opte pour huile de viscosité ν à la


température de fonctionnement supérieure à ν1. On peut obtenir ν>ν1 grâce à une huile
minérale de classe de viscosité ISO VG supérieure, ou en choisissant une huile d'indice
de viscosité VI supérieur. Il y a cependant une limite en procédant de cette façon,
l'augmentation de la viscosité entraînant l'augmentation de la température de
fonctionnement.
 Si К<ν/ν1, une huile avec additif EP est recommandée. Elle est indispensable pour des
valeurs de К<0.4. Attention toutefois aux effets inverses que peuvent engendrer
certains additifs EP.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 49/56

Diagramme 5

Exemple:
Un roulement 6204 (20 x 47 x 14) tourne à 3 000 tr/mn
dm = 33.5 mm, ν1 ≈ 13 mm2/s

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 50/56

Diagramme 6

Exemple:

6204 à 3 000 tr/mn à 70°C, prendre ISO VG 46

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 51/56
Classification des huiles selon ISO 3448

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 52/56
Exemple:
Un roulement avec un diamètre d'alésage d = 340 mm et un diamètre extérieur D = 420 mm
est utilisé pour fonctionner à une vitesse de rotation de 500 tr/mn. la température de
fonctionnement est de 70°C.

dm = 0.5 (d + D) = 380 mm.

Voir diagramme 5 --> ν1 = 10 mm2/s

Voir diagramme 6 --> ISO VG 32

Renouvellement de l'huile
Les intervalles entre deux renouvellements dépendent surtout des contraintes mécaniques et
thermiques auxquelles l'huile est soumise et la quantité d'huile en jeu.
Dans le cas d'une lubrification par bain, si la température de fonctionnement est toujours
inférieure à 50°C et s'il n'y a pas grand risque de pollution, l'huile doit être renouvelée environ
une fois par an.
Des températures plus élevées appellent des renouvellements plus fréquents, tous les trois
mois pour une température de 100°C par exemple. De fréquents renouvellements sont aussi
nécessaires quand les conditions de fonctionnement sont par ailleurs difficiles.
Dans la lubrification par circulation d'huile, les intervalles dépendent de la fréquence de
rotation de la quantité totale d'huile dans le circuit et la présence d'un système de
refroidissement. L'intervalle approprié est déterminé par des essais et des examens réguliers
du niveau de pollution et d'oxydation de l'huile. Il en est de même pour la lubrification par jet
d'huile.
Avec la lubrification type air-huile, le lubrifiant ne passe qu'une seule fois dans le roulement et
n'est pas récupéré.

Note personnelles
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 53/56

Influence de la lubrification sur la durée des roulements


Durée nominale d'un roulement selon ISO 281:1990:

L10 = (C/P)p
avec L10 = durée nominale (90% de fiabilité), millions de tours
C = charge dynamique de base du roulement, kN
P = charge équivalente, kN
p = exposant de la formule de durée
p = 3 pour les roulements à billes
p = 10/3 pour les roulements à rouleaux

L10h = 106/60n L10


avec L10h = durée nominal, heures de fonctionnement
n = vitesse de rotation, tr/mn

Durée nominale corrigée selon ISO 281/1990/Amd 2:2000

Lnm = a1 aSKF L10


avec Lnm = durée nominale corrigée, millions de tours
a1 = facteur de correction relatif à la fiabilité voir tableau 1
aSKF = facteur SKF de modification de la durée, voir diagrammes 1 à 4

Détermination du facteur a1

Exemple:
La durée nominale L10h d'un roulement
est de 10 000 heures. On obtient dans
les mêmes conditions de
fonctionnement une durée de L1m = 2
100 heures pour une fiabilité de 99%.

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 54/56
Détermination de ηc

Condition
Très propre
La taille des impuretés est de l'ordre de l'épaisseur du film lub
Propre
Conditions typiques des roulements graissés à vie, munis de jo
Normale
Conditions typiques des roulements graissés à vie, munis de fl
Polluée
Conditions typiques des roulements sans joints ni flasques inté
filtration sommaire du lubrifiant et/ou entrée de particules pro
de l'environnement
Fortement polluée
Détermination de a23

Exemple:
Un roulement 6204 (20 x 47 x 14) à 3000 tr/mn, ν1 = 13 mm2/s
Si К = 1, a23 = 1
Si К = 2, a23 = 1,5
Si P = 1 kN, L10 = 13 670 heures avec a23 = 1, L10a = 20 505 heures avec a23 = 1.5

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Utilisation d'une graisse SKF LGMT2


A 70°C on estime pour l'huile de base de la graisse ν ≈ 60 mm2/s, К ≈ 4.6, a23 = 2.5
L10a ≈ 34 000 heures

Notes personnelles:
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 55/56
Détermination de aSKF pour les roulements radiaux à billes

Exemple:
Un roulement 6204 est soumis à une charge P = 1 kN pour une vitesse de rotation de 3000 tr/mn.
C = 13.5 kN et Pu = 0.28 kN
L10h = 13 670 heures
Avec К = 1 et η = 0.4 (légère pollution dans le lubrifiant) on obtient a SKF = 2.3 et L10m = 31 000 heures
Avec К = 2 et η = 0.4 on obtient aSKF = 5.5 et L10m = 75 000 heures
Avec К = 1 et η = 0.8 (roulement équipé de joints 2RSH) on obtient a SKF = 7 et L10m = 95 000 heures
Avec une graisse type SKF LGMT2, К = 4.6 et η = 0.4 on obtient aSKF = 10 et L10m = 136 000 heures

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"


Document stagiaire N° 20140509

Page 56/56
Détermination de aSKF pour les roulements à rouleaux

Formation "Montage, démontage et entretien des roulements"

Vous aimerez peut-être aussi