Vous êtes sur la page 1sur 17

Module : Modélisation et optimisation des réseaux électriques

Séance n°9 du : 08/06/2020


Titre du cours : Méthodes numériques appliquées pour la résolution
de l’écoulement de charges
Dr. BENABBOUN Adel
Maitre de conférences « B »
a.benabboun@univ-mascara.dz

I – Plan du cours

9.1 La méthode de Gauss-Seidel 2

9.2 Méthode de Newton-Raphson 4

9.3 La methode decouplee de newton « decoupled load flow dlf 12

9.4 Les inconvénients de la méthode découplé de Newton 15

9.5 Conclusion 17

1
9.1 La méthode de Gauss-Seidel :

La méthode de Gauss-Seidel permet la résolution du problème d’écoulement d’une manière


numérique, en utilisant la matrice admittance on détermine les tensions des nœuds.

La tension à la ( n +1) itération est donnée par la relation suivante :

1  S*i n 
V i (v 1)   (v )*   Y ijV j 
(v )

Y ii V 
 i j 1, j  i  (9.1)

Ou

V i (v 1)  hi (V 1(v ) ,V 2(v ) ,...,V n(v ) ) (9.2)

hi : une fonction de tension Vi.

La convergence de la méthode est atteinte lorsque la différence entre la tension calculée et


celle qui la procède pour chaque nœud soit inférieure à une précision donnée par l’utilisateur.

La méthode de Gausse-Seidel précédente à calculé les valeurs V comme suivant :

(9.3)

Pour accélérer la convergence on peut la reformuler Gausse- Seidel comme suivant :

(9.4)

Ensuite on introduit le paramètre d’accélération α :

(9.5)

Si α =1 ca sera identique à la méthode Gausse- Seidel standard. L’accélération de la


convergence passe par le choix de paramètre .

2
9.1.1 L’organigramme de la méthode de Gauss Seidel :

Calcul de la matrice admittance

Estimation des tensions initiales pour i =1,2,…,n

Calcul des paramètres des équations de tensions

Itération v = 0

Max ΔV(v) =0 et i =1

Oui
i =n
Non

Résoudre l’équation de tension pour le nœud k


1  S*i n 
V i (v 1) 
Y ii
 (v )*
V
  Y ijV j(v ) 

 i j 1, j  i 

Calcul

Non

Oui

Non
i=i+1 i=n

Oui
Non Oui
Calcul de l’écoulement

Figure 9.1 Organigramme de la méthode de Gauss Seidel

3
9.1.2 Les avantages de la méthode Gauss-Seidel :

 Les itérations sont relativement rapides (le temps de calcul est proportionnel au nombre de
branches + nombre de nœuds dans le système
 Relativement simple a programmé

9.1.3 Les inconvénients de la méthode Gauss-Seidel :

 La convergence est relativement lente, malgré que cela peut être amélioré avec une
accélération.
 Les solutions peuvent être ratées, surtout pour les grands systèmes,
 La possibilité de divergence pour les cas avec des branches a réactances négative (les lignes
compensées)
 Nécessite une programmation en utilisant les nombre complexe

9.2 Méthode de Newton-Raphson :

La Méthode de Newton-Raphson est basée sur la matrice admittance et permet de résoudre


un système d’équations non linéaires, exprimant les puissances actives et réactives en fonction des
tensions nodales.

La puissance au nœud i est :

S * i  Pi  jQi  V * i .I i (9.6)

Le courant au nœud I est donné par :

n
I i    ij  V j
j 1
(9.7)

On remplace l’Eq (III.7) dans l’Eq (III.6) on aura :

n
S * i  Pi  jQi  V * i  Y ij V j
j 1
(9.8)

V  e i  jf

i j

Y ij  G ij  jB ij (9.9)


V
*
i  e i  jf i i

4
L’équation de la puissance apparente sera :

n
S *
i  Pi  jQ i  (e i  jf i ). (G ij  jB ij )(e j  jf j )
j 1
(9.10)

En séparant la partie réelle et la partie imaginaire on aura :

 n

 i  e i (e j G ij  f j B ij )  f i (f j G ij  e j B ij )]
P  [
 j 1
 n
Q  [ f (e G  f B )  e (f G  e B )]
 i  j 1
i j ij j ij i j ij j ij
(9.11)

D’après ce qui précède, on voit qu’il résulte pour chaque nœud deux équations, les puissances
actives et les puissances réactives sont données. Exceptée la tension du nœud balancier qui est fixée
on est amenée à déterminer les tensions des autres nœuds (leurs parties réelles st imaginaires), pour
un réseau à(n) nœud on aura donc 2(n-1) équation à résoudre.

Dans la méthode présentée on résoudre un système d’équation linéaires exprimant la relation


entre les variations des puissances actives et des puissances réactives, et les variations des
composantes active es réactive de la tension et le système se représente sous forme matricielle :

 P P P1 P 
P1   1 ............. 1 ........... 1  e1 
.   e1 en1 f1 f n1
 
   P P Pn1 P   
Pn1   n1 .......... n 1 ........ n1  en1 
   e1 en1 f1 f n1   
. 
  Q Q Q1 Q1   
Q1   1 ........... 1 ..........  f1 

   e1 en1 f1 f n1   
.    
Q   Qn1 ........ Qn1 Qn1 Qn1  
 n1  .......  f 
 e1 en1 f1 f n1   n1 
(9.12)

Les dérivées partielles forment les coefficients de la matrice jacobine. Nous pouvons donc
représenter le système (III.12) par le système simplifié suivant :

P   J 1 J 2  e 
Q    J J 4  f 
   3 (9.13)

5
jLes éléments de la matrice [ J ] sont déterminés comme suit :

* Les éléments de J1

Pi
 e i G ij  f i B ij (9.14)
e j

Pi
 2e i G ii  f i B ii  f i B ii   e j G ij  f j B ij  (9.15)
nb

e i j 1
j i

* Les éléments de J2 :

Pi
 e i B ij  f i G ij (9.16)
f j

Pi
 2f i G ii  e i B ii  e i B ii    f j G ij  e j B ij 
nb
(9.17)
f i j 1
j i

* Les éléments de J3 :

Q i
 e i B ij  f i G ij (9.18)
e j

Q i
 2e i B ii  f i G ii  f i G ii    f j G ij  e j B ij  (9.19)
nb

e i j 1
j i

* Les éléments de J4 :

Q i
 e i G ij  f i B ij (9.20)
f j

Q i
 2f i B ii  e i G ii  e i G ii   e j G ij  f j B ij  (9.21)
nb

f i i 1
j i

L’organigramme de la méthode de Newton-Raphson est donné par la figure (9.2)

6
Début

Lecture de la matrice admittance [Y]

Supposition des tensions nodales

, ,…, ; i ≠ S

Itération K=0

Calcul :

Déterminer

Oui

Calcul
Calcul des éléments du Jacobine

Calcul de la correction des tensions Calcul

Calcul des pertes

Calcul des nouvelles tensions : Fin

K=K+1

Figure 9.2 Organigramme de la méthode de Newton-Raphson

7
9.2.1 Les Avantages de la méthode de Newton-Raphson

 Une convergence aussi rapide que l'estimation initiale est près de la solution
 Une région importante de convergence

9.2.2 Les Inconvénients de la méthode de Newton-Raphson

 les itérations prennent beaucoup plus de temps que les itérations de Gauss-Seidel
 plus compliqué pour programmer, particulierement avec l’incorporation des algorithmes des
matrices creuses.
 Algorithme de Newton le Raphson est souvent utilisé dans analyse de l’écoulement de
puissance

Similairement à la méthode de Gauss-Seidel, la méthode de Newton - Raphson utilise des valeurs


initiales de tensions pour déclencher le calcul itératif. Apres chaque itération les termes Pi + jQi
‘calculé’, sont soustraits des termes Pi+ jQi ‘donnés’ au nœud (i), ce qui donne le vecteur de l’erreur.

Si on suppose que les tensions sont en coordonnées polaires et qu’on doit ajuster l'amplitude et
l'angle de déphasage de chaque tension , en tant que variables distincts et indépendantes.
Notant que pour chaque nœud, on peut écrire 2 équations: une pour la puissance active et l'autre
pour la puissance réactive. Pour chaque nœud (i) on a,

(9.22)

Si on arrange les termes en forme matricielle comme suit.

(9.23)

La matrice Jacobien

La puissance apparente injectée au nœud i est donnée par l’équation suivante :

8
Cela peut être généralisé comme suit :

(9.24)

, : Les angles de déphase aux nœuds i et k, respectivement

, : Les amplitudes des tensions nodales, respectivement

: est le terme ik dans la matrice admittance Ybus du système de puissance.

Généralement, en pratique la résolution du problème d’écoulement de puissance par la


i
méthode de Newton se fait en utilisant au lieu de i seulement ; ce qui simplifie les
i
équations.

Les dérivés seront :

(9.25)

Pour i = k :

9
L’équation (III.25) devient :

(9.26)

10
Début

Fixer toutes les tensions à *Cela signifie généralement une


la valeur initiale * tension de ,
une solution préalable peut être
utilisée si nécessaire.

-Calcul de tout les et Erreur tolérée du nœud


spécifié.
sauvegarder le Max
et le Max
-calcul de la matrice
Jacobien

Max Calcul de l’écoulement


jet de puissance des
Max oui
lignes, les pertes,
erreurs, etc.
Non

Calcul de et en Afficher les résultats


utilisant l’inverse du
Jacobien
Stop

Actualiser les valeurs des tensions


nodales, pour l-itération : Faire
pour tous
les i
= i =1…n
i≠

Figure 9.3 L’organigramme de la résolution de l’écoulement de puissance par la méthode


Newton- Raphson.

La résolution du problème de l’écoulement de puissance par la méthode Newton-Raphson est


schématisée par l’organigramme de la figure 3.9. Noter que la résolution de et exige la
solution d’un ensemble d’équations linéaires dont les coefficients forment la matrice Jacobien.

La matrice Jacobien est généralement une matrice creuse. Les programmes basés sur la méthode
Newton-Raphson, qui sont destinés à la solution de problème d’écoulement de puissance ont
beaucoup de succès, cet avantage est dû au fait que la Jacobienne est une matrice «creuse ».

11
Dans la procédure de résolution, l’inverse de la matrice Jacobienne est calculé par l’élimination
de Gauss plutôt que de le calculer explicitement (J-1).

9.3 LA METHODE DECOUPLEE DE NEWTON « DECOUPLED LOAD FLOW DLF


»

L’algorithme de Newton pour la résolution du problème de l’écoulement de puissance est


considéré comme la méthode la plus robuste utilisée en pratique. Mais elle présente un
inconvénient, c’est que les termes de la matrice Jacobiènne ainsi l’ensemble d’équations linéaires
dans l’équation (III.26), doivent être recalculés à chaque itération.

Puisque des milliers de solution d’écoulements de puissance sont souvent exécutés pour une
planification ou pour une étude de fonctionnement, il était important de trouver des moyens pour
accélérer ce processus.

On commence par les éléments de la matrice Jacobiènne (voir l’équation (III.25)), les
simplifications suivantes sont faites :

l’interaction entre la puissance injectée active et toute tension est négligée ( Les
ingénieurs électrotechniciens ont observé que la puissance active est peu influencée par la variation
de tension, ainsi cet effet a été incorporé dans l’algorithme). Donc toutes les dérivées seront

négligées et considérées égal à zéro.

L’interaction entre la puissance injectée réactive et l’angle de déphasage est négligée


(voir la note ci-dessus, la même observation peut être fait sur l’insensibilité de la puissance réactive à
la variation de l’angle de déphasage), ainsi toutes les dérivées seront aussi considérées égal à

zéro.

On pose que ce qui est une bonne approximation puisque le


est souvent petit.

On suppose que :

Et que :

Ce qui réduit les dérivés à :

(9.27)

12
(9.28)

Si on exprime les équations de réajustement de l’écoulement de puissance comme suivant :

(9.29)

(9.30)

Puis, en substituant l’équation (III.27) dans l’équation (III.29), et l’équation (III.28) dans l’équation
(III.30), on aura :

(9.31)

(9.32)

Une simplification supplémentaire peut être alors faite comme suivant :

On divise les équations (III.31) et (III.32) par

On suppose que dans l’équation (III.31).

Il en résulte :

(9.33)

(9.34)

On exprime l’équation (III.33) et (III.34) avec deux équations matricielles :


… (9.35)


… (III.36)

13
Il faut noter que les deux équations (9.35) et (9.36) sont en fonction de la même matrice. Ces deux
matrices seront différentes avec les simplifications suivantes :

1. On simplifie la relation entre dans l’équation (9.35) comme suivant :


 Supposer que , cela va changer – à- .
 Négliger toutes les réactances shunter à la terre.
 Négliger tous les shunts avec la terre qui résultent des autotransformateurs.
2. On simplifie la relation entre dans l’équation (III.36) comme suivant :
 Négliger tous effets des transformateurs déphaseurs.

Les équations simplifiées sont :

(9.37)

(III.38)

Les éléments des matrices sont :

,
,

La méthode découplée de Newton a plusieurs avantages et inconvénients par rapport à la


méthode classique de Newton.

Note : puisque l’utilisation de la méthode de Newton découplée est très répandue, la méthode
classique de Newton est souvent dite : l’écoulement de puissance par la méthode « complète de
Newton ».

14
9.3.1 Les avantages de la méthode découplé de Newton :

Les deux matrices et sont constantes, donc ils peuvent être calculés qu’une seule fois, et
ne nécessite pas une actualisation, à part le changement de résultant de la limitation de la
puissance réactive générée.

puisque et ont chacun environ un quart du nombre d’éléments de la matrice (la


matrice Jacobien complète de Newton), il y a beaucoup moins de calcul à faire dans les équations.
(III.37) et (III.38).

9.4 Les inconvénients de la méthode découplé de Newton :

la méthode découplé de Newton ne converge pas quand certains hypothèses supposées (tel
que ) sont loin d’être appliquées. Dans ces cas là on doit utiliser la méthode classique de
Newton.

Note : l’équation (III.37) est souvent définie comme l’équation et l’équation (9.38)
comme l’équation

L’organigramme de la méthode est représenté dans la Figure III.3. La comparaison de la


convergence de l’algorithme de Gauss-Seidel, Newton et la méthode découplé de Newton est
illustrée dans la Figure 9. 4.

15
Début de la solution de l’écoulement de
puissance

Construction des matrices B’' et B".

Calculer à partir de l'équation 2.67 pour

Calculer à partir de l'équation 2.68 pour

Non Oui

? Fin

Figure 9.4 L’algorithme découplé de l’écoulement de puissance

log (max I P I)

Gauss-Seidel

Découplé

Newton - Raphson

Nombre d’Itération

Figure 9.5 Caractéristiques de convergence de 3 algorithmes d’écoulement de puissance.

16
9.5 Conclusion :

A cause de la convergence quadratique de la méthode de Newton-Raphson, une solution de


haute précision peut être obtenue en quelques itérations seulement. Le découplage P de et Q de
permet d'accroître ces performances au détriment quelques fois de la stabilité de la méthode par
rapport à celle de N-R, mais des approximations ( qui ont donné lieu au FDL ) viennent consolider
cette stabilité.

De plus, ces méthodes peuvent facilement être adaptées afin d'inclure les transformateurs de
réglage et la production optimale.

Ajoutons à cela que le test de convergence basé sur le mismatch (N-R ) est plus robuste que
celui basé sur les écarts de tension ( G-S ).

17

Vous aimerez peut-être aussi