Vous êtes sur la page 1sur 9

C H A P I T R E Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

THÈME I : L’URBANISATION DU MONDE

9 Espaces et paysages de l’urbanisation

ÉTUDES DE CAS p. 196

› ÉTUDE DE CAS - ENQUÊTE : Les paysages urbains à travers le monde p. 196


■ M’INFORMER DANS LE MONDE DU NUMÉRIQUE : TROUVER, SÉLECTIONNER ET EXPLOITER DES INFORMATIONS
■  RÉALISER UNE PRODUCTION MULTIMÉDIA (DIAPORAMA)
■  TRAVAILLER EN GROUPE, EN ÉQUIPE
■ M’EXPRIMER À L’ORAL

› ÉTUDE DE CAS : Les paysages de l’urbanisation : Nairobi au Kenya p. 198


■ JE DÉCRIS ET J’EXPLIQUE
Web
› ÉTUDE DE CAS NUMÉRIQUE : Paysages et habitants du delta du Fleuve Rouge (Vietnam) : entre ville et campagne

MISE EN PERSPECTIVE p. 202

› L ’urbanisation du monde
■  JE SITUE DANS L’ESPACE

LEÇON p. 204

› L es paysages de l’urbanisation
■  JE TRAVAILLE EN AUTONOMIE

LECTURE p. 206

› C entres et périphéries urbaines


■  J’ANALYSE ET JE COMPRENDS DES DOCUMENTS
■  J’ÉTUDIE UN DOCUMENT : UN TEXTE
■  J’ÉTUDIE UN DOCUMENT : UNE COUPE PAYSAGÈRE
■  J’ÉTUDIE UN DOCUMENT : UNE IMAGE SATELLITALE

EXERCICES p. 208

› E XERCICE 1 : Je décris les inégalités sociales dans une ville


■  JE DÉCRIS ET J’EXPLIQUE

› EXERCICE 2 : J’explique une caractéristique de l’étalement urbain : l’utilisation de l’automobile


■  JE ME POSE DES QUESTIONS ET JE FAIS DES HYPOTHÈSES

PARCOURS DE COMPÉTENCES p. 209


› E XERCICE : ■  JE CONNAIS ET J’UTILISE LE VOCABULAIRE ADAPTÉ

C H A P I T R E 9 • P R É S E N TAT I O N • Espaces et paysages de l’urbanisation 1


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

THÈME I : L’URBANISATION DU MONDE


C H A P I T R E

9 Espaces et paysages de l’urbanisation

Présentation du chapitre
Place dans le cycle et dans les programmes
❱ Depuis la classe de 6e, les élèves maitrisent déjà une partie du vocabulaire de l’urbain, › Anne Bretagnolle, Renaud
travaillé dès le premier chapitre « Les métropoles et leurs habitants ». Ils ont vu comment Le Goix, Céline Vacchiani-

BIBLIOGRAPHIE
les hommes habitent la ville. L’identification des différents paysages et espaces de l’ur- Marcuzzo, Métropoles et mon-
bain s’effectue tout au long de ce premier chapitre de 4e. Cependant, les liens entre urba- dialisation, Documentation
nisation et mondialisation sont complexes et il ne sont pas étudiés ici en tant que tels, Photographique, Les dossiers,
d’autant que cette question se trouve au cœur du chapitre suivant, « Des villes inégale- n°8082, 2011.
ment connectées aux réseaux de la mondialisation ». On se propose simplement de faire
› Élisabeth Dorier-Apprill
le constat que l’urbanisation reflète et participe de la mondialisation. La connaissance
(dir.), Vocabulaire de la ville,
des différents espaces urbains et la question du lien entre mondialisation et urbanisation
notions et références, Le Temps,
est remobilisée dès l’année suivante, en 3e, dans le contexte français.
2001.
Programmes officiels (B.O. du 26 novembre 2015) › Olivier Lazzarotti, Habiter
le monde, Documentation
❱ À partir des acquis de la classe de 5e, on aborde en 4e quelques caractéristiques géogra-
Photographique, Les dossiers,
phiques majeures du processus de mondialisation contemporaine. On peut ainsi sensibi-
n°8100, 2014.
liser les élèves aux différences entre celle-ci et la « première mondialisation » (XVe-XVIe
siècles) étudiée en histoire. Il s’agit de sensibiliser les élèves aux nouvelles formes d’or- › Michel Lussault, L’avènement
ganisation des espaces et des territoires que cette mondialisation provoque et d’aborder du monde, Seuil, 2013.
avec eux quelques-uns des problèmes qu’elle pose.
❱ Le monde s’urbanise à grande vitesse depuis 1945. Plus de la moitié de l’humanité
habite les villes, depuis 2007, et probablement les 2/3 à l’horizon 2050. Il s’agit d’un fait
majeur qui caractérise la mondialisation.
› Dossier Géoconfluence, « De
❱ En 6e les élèves ont abordé la question urbaine à partir de l’analyse de « l’habiter ». villes en métropoles ».
En 4e on leur fait prendre conscience des principaux types d’espaces et de paysages que
› Dossier de la DATAR,
l’urbanisation met en place, ce qui est l’occasion de les sensibiliser au vocabulaire de base
« L’urbanisation, horizon du
de la géographie urbaine.
monde ».
❱ On insiste ensuite sur la connexion des villes aux grands réseaux de la mondialisation et
aux différences que cela crée entre les villes connectées et bien intégrées à une mondiali-
sation qu’elles entrainent et des villes plus à l’écart, voire confrontées à des phénomènes
de « rétrécissement » (Shrinking Cities, comme Détroit).
❱ Deux études de cas de grandes villes, au choix du professeur, permettent d’aborder
concrètement les différents aspects du thème. Ces études de cas contextualisées offrent
une première approche de l’espace mondialisé.

Mise au point scientifique


❱ La ville et l’urbain renvoient à des lieux, des formes urbaines, des paysages. Les géo-
graphes s’intéressent désormais à l’urbain, terme qui permet d’inclure des espaces qui
sont sous l’influence de la ville. Il s’agit dans ce premier chapitre de 4e de travailler sur
les formes d’organisation urbaine, par le biais de la lecture de paysage. C’est l’occasion
de faire le point sur le lexique de géographie urbaine, en distinguant les centres (centre-
ville, CBD, centre historique) et les périphéries (banlieues, espaces périurbains, zones
d’activités industrielles ou tertiaires).
❱ On veillera à ne pas caricaturer l’opposition centre/périphérie en faisant correspondre
de façon trop systématique «  centres = populations riches »/« périphéries = populations
pauvres ». Si les centres-villes sont de plus en plus touchés par une dynamique de gentri-
fication, de nombreux quartiers d’habitat informel y sont situés ; inversement, les pôles
d’activités industrielles ou tertiaires sont autant de centralités périphériques.
❱ Pour une mise au point sur ces notions, on pourra s’appuyer sur l’ouvrage Vocabulaire
de la ville, notions et références (voir bibliographie) pour faire le point sur les notions
centrales en géographie urbaine.

C H A P I T R E 9 • P R É S E N TAT I O N • Espaces et paysages de l’urbanisation 2


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

❱ La géographie urbaine est un champ ancien en géographie. Pour un tour d’horizon effi-
cace sur les travaux en géographie urbaine, voir cet article.
❱ Pour une méthodologie de lecture de paysage, voir l’ouvrage Le commentaire de paysages Centres riches, périphéries
en géographie humaine (dir. François Madoré) chez Armand Colin. pauvres dans le contexte

AUTRES RESSOURCES
français :
› Mathieu Kassovitz, La Haine,
L’essentiel à transmettre 1995 (le centre vu de la
❱ L’urbanisation est un phénomène mondial qui concerne toutes les échelles et affecte périphérie).
tous les espaces. › Walter Salles et Daniela
❱ Elle se lit particulièrement dans les paysages, des villes-centres (verticalité, densité du Thomas, Loin du 16ème, 2006
bâti) aux espaces ruraux qu’elle contribue à « vider » ou à intégrer (banlieue, espaces (l’éloignement des popula-
périurbains). tions pauvres de l’emploi,
court-métrage intégré dans le
❱ Ainsi, les grandes villes qui se développent sur tous les continents ont en commun film Paris, je t’aime).
certains paysages et marqueurs urbains (malls, gare, aéroports, etc.).
Dans le contexte américain :
❱ Cependant, au-delà de ces aspects communs, la diversité des paysages et des pratiques › Tim Burton, Edward aux
subsiste. mains d’argent, 1990 (pour
une représentation critique
des banlieues américaines
blanches de la classe
moyenne).
› John Singleton, Boyz’n
the Hood, 1990 (pour une
représentation des quartiers
centraux déshérités des villes
américaines).

C H A P I T R E 9 • P R É S E N TAT I O N • Espaces et paysages de l’urbanisation 3


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

THÈME I : L’URBANISATION DU MONDE


C H A P I T R E

9 Espaces et paysages de l’urbanisation

Démarche pédagogique
OUVERTURE
1. Présentation du document
La ville de Brisbane, métropole australienne d’environ 2 millions d’habitants, est située au nord de Sydney. Elle offre un paysage urbain
caractéristique de nombreuses villes du monde. Cette vue aérienne oblique permet d’identifier d’emblée trois grands types d’espaces
urbains : la ville-centre, la banlieue et les espaces périurbains. L’urbanisation produit des formes urbaines distinctes, que l’on identifie
aisément sur ce document en fonction de la taille, de la densité et de la continuité du bâti. Cette photographie appelle donc une lecture
morphologique de l’urbain.

2. Problématisation du document
La photographie offre une lecture facile des différents espaces de l’urbain. L’objectif est ici d’identifier le processus de l’urbanisation dans
ce qu’il a de plus commun pour les élèves : l’urbain peut ainsi être envisagé dans son aspect générique.

3. Suggestion de questions
› On peut demander aux élèves de compléter un tableau comme celui-ci :
Taille des bâtiments Densité du bâti Continuité ou discontinuité du bâti
Espace 1 :
Centre-ville
............................ Élevée
........................................ Très élevé
........................................ Continu
...............................................
Espace 2 : Moyenne (lotissements,
Banlieue quelques immeubles) Élevé Continu
............................ ........................................ ........................................ ...............................................
Espace 3 :
Périurbain
............................ Basse
........................................ Moyen
........................................ Discontinu
...............................................

4. Corrigé des questions « Que sais-je ? »


1) b – 2) c

ÉTUDE DE CAS - ENQUÊTE 1 • Les paysages urbains à travers le monde

❚ Présentation
1. Objectifs de l’enquête (connaissances et compétences travaillées)
❱ Le dossier arrive en début de chapitre. Il ne s’agit pas encore de travailler précisément la notion-clé d’urbanisation mais d’enrichir les repré-
sentations de l’urbain dont disposent les élèves, à travers la découverte de villes situées dans des aires géographiques distinctes (Bangkok,
Londres, Mexico) et l’exploration, au sein de chacune de ces villes, des différents types d’espaces urbains que l’on y trouve.
❱ Le panorama ainsi réalisé permet de faire émerger des éléments communs aux grandes villes du monde mais aussi leurs différences.
❱ Ce travail permet donc de préparer la construction de la notion d’urbanisation et de placer immédiatement les différents paysages de l’ur-
bain dans la tension entre unité et diversité.
Les compétences travaillées sont les suivantes :
■  M’INFORMER DANS LE MONDE DU NUMÉRIQUE : TROUVER, SÉLECTIONNER ET EXPLOITER DES INFORMATIONS
■  RÉALISER UNE PRODUCTION MULTIMÉDIA (DIAPORAMA)
■  TRAVAILLER EN GROUPE, EN ÉQUIPE
■  M’EXPRIMER À L’ORAL

2. Guide de réalisation de l’enquête


❱ La séance peut se dérouler en salle informatique ou à l’aide de tablettes, car la présentation des différents paysages urbains de chacune des
trois villes choisies pour l’échange s’effectue dans un diaporama. Les élèves mobilisent deux échelles : mondiale avec la localisation de la ville
dans le monde puis locale avec la recherche de photographies de paysages (aérienne, oblique) et leur situation précise dans l’agglomération.
La description des paysages et la comparaison des différents espaces au sein d’une même ville s’effectuent ensuite à l’oral.

C H A P I T R E 9 • D É M A R C H E P É D A G O G I Q U E • Espaces et paysages de l’urbanisation 4


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

❱ La mise en commun, lors de la présentation des diaporamas, des recherches effectuées par les élèves sur des villes situées dans des
contextes géographiques et culturels distincts leur permet de constater l’existence de points communs et de différences entre celles-ci. Ils
approfondissent également leur capacité à distinguer les espaces centraux des espaces périphériques.

❚ Corrigés
Sous-tâche 1 - Les formes de la ville : Le texte présente à la fois un centre et des périphéries. Des mots qui peuvent venir à l’esprit autour
de l’expression « paysage urbain » sont : ville, immeuble, espace vert, transports en commun, voiture, gratte-ciel, moderne, pavillon,
forte densité de population, CBD.
Sous-tâche 2 - Les paysages de l’urbanisation : On sensibilisera les élèves aux droits d’utilisation des images, en leur montrant par
exemple les différents filtres de recherche sur le moteur de recherche Google.
Exemple pour Londres :
Sous-tâche 3 - Des paysages uniformes ? :
Première diapositive : Daniel Chapma / Wikimedia

Citizen59/Flickr
Deuxième diapositive :

Le centre-ville de Londres
- La City
- Bâtiments hauts
- Habitat très dense

La ville de Londres se situe au Royaume-Uni, qui est un pays d’Europe. C’est la capitale du pays.
Les élèves peuvent également faire une présentation interactive à plusieurs échelles à l’aide de Google Earth ou Google Maps.

Troisième diapositive : Quatrième diapositive :

L’étalement urbain à Londres Une banlieue de Londres


- Centre-ville - Nombreux
autour de la pavillons
Tamise - Organisation
- L ignes de en
transports en lotissements
commun - Axe de
- Urbanisation transports
à perte de - Espaces de
vue avec consommation
bâtiments bas (malls) et de
loisirs

C H A P I T R E 9 • D É M A R C H E P É D A G O G I Q U E • Espaces et paysages de l’urbanisation 5


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

ÉTUDE DE CAS 2 • Les paysages de l’urbanisation : Nairobi au Kenya

❚ Présentation
❱ Ce dossier sur Nairobi, capitale du Kenya, permet d’abord aux élèves d’identifier les grands marqueurs de l’urbain : un CBD (document 1),
un centre commercial (document 2), un aéroport (document 3), un lieu d’innovation (document 4). Mais il s’agit également d’identifier
les principaux défis que pose l’urbanisation dans un pays en développement : croissance des bidonvilles (document 7), étalement urbain
sur les espaces ruraux et les espaces protégés (document 6), ségrégation socio-spatiale avec les séparations des populations en fonction
de leurs revenus dans l’espace.

❚ Corrigés
1. Ce panorama en vue oblique représente un paysage urbain dense à l’architecture moderne marqué par la verticalité du bâti et la pré-
sence de gratte-ciel. Au sol, on distingue de larges avenues arborées et des parcs de stationnement. Il s’agit d’un quartier d’affaires ou
central business district (CBD).
2. Le quartier central des affaires ou CBD accueille des activités économiques de services. Les employés y travaillent dans des bureaux
souvent situés dans des tours bien reliées aux réseaux de communication.
3. Comme dans les villes européennes et américaines, les malls africains sont des lieux modernes où les habitants se retrouvent pour se
détendre ou pour des rendez-vous d’affaires. La fréquentation des malls au Kenya est aussi un symbole de réussite sociale.
4. La capitale du Kenya dispose d’un aéroport international qui la relie aux autres grandes métropoles du monde.
5. IHub est un pôle d’innovation regroupant de petites entreprises dynamiques (start-up) spécialisées dans les nouvelles technologies
de l’information et de la communication. La présence de ce lieu dans un pays comme le Kenya est surprenante car ce pays a longtemps
accusé un certain retard dans l’accès aux nouvelles technologies (« Internet n’y existe que depuis 2008 »).
6. Comme dans la plupart des grandes métropoles, on trouve à Nairobi un CBD identifiable à ses gratte-ciel et à son urbanisme moderne.
La ville est reliée aux autres grandes villes par un aéroport international qui vient d’être rénové. Les habitants de Nairobi présentent les
mêmes habitudes de consommation que les habitants des villes d’Europe et d’Amérique : ils fréquentent de grands centres commerciaux :
les malls. Nairobi est enfin un lieu où se développent des start-up innovantes. Cependant, ce développement des nouvelles technologies
est récent et reste très circonscrit dans l’espace.
7. Depuis 1950, la population de Nairobi a très fortement augmenté. Elle est passée de 100 000 habitants à près de 4 millions aujourd’hui.
8. Sur ce croquis, on remarque qu’à partir des années 1960, la ville de Nairobi s’est largement étendue sur sa périphérie (étalement urbain).
La pression urbaine s’exerce aujourd’hui sur les espaces naturels entourant la ville comme le parc national de Nairobi pourtant protégé.
9. À Nairobi, c’est la croissance rapide de la population qui a entrainé un important étalement urbain. Celui-ci prend souvent la forme de
quartiers d’habitations illégales comme les bidonvilles construits dans les périphéries et les interstices de la ville.
10. Le bidonville de Kibera se situe au sud de la ville-centre de Nairobi. Les habitants de Kibera vivent dans de petites maisons en tôles
et en bois, très proches les unes des autres. Dans leur logement, ils n’ont pas accès à l’eau courante et doivent se rendre à des points
d’eau pour faire leur lessive à la main. Les conditions de vie sont difficiles.
11. Les pouvoirs publics construisent des immeubles pour y reloger les habitants des bidonvilles mais cette politique est insuffisante
car le nombre de logements construits est très inférieur aux besoins créés par l’exode rural. « À ce rythme, on en a pour 100 ans avant
d’obtenir un logement » disent les habitants du quartier.
12. Cette planche de BD représente une maison individuelle d’un quartier riche. Elle présente un important dispositif de sécurité qui la
sépare du reste de la ville : entourée d’une enceinte électrifiée, elle est surveillée par deux gardes et un chien qui en contrôlent l’accès,
les fenêtres ont des barreaux et les portes sont blindées. Enfin une alarme prévient les services de police en cas d’intrusion. Ce dispositif
montre que les habitants de cette maison sont riches et qu’ils craignent des vols et des agressions. Ils se mettent volontairement à l’écart.
13. Doc. 8 Doc. 9
Type d’habitation Bidonvilles Habitations fermées
Niveau de vie Faible (pauvreté) Élevé (richesse)
Densité de population Élevée Faible
Centre, périphérie proche ou lointaine Périphérie lointaine Périphérie proche

MISE EN PERSPECTIVE

❚ Présentation
❱ Cette page permet aux élèves de travailler plusieurs types de représentations géographiques. Un graphique (document 1), un planisphère
avec des figurés ponctuels (document 3), un planisphère avec des aplats de couleur (document 2). Le document 2 est le plus difficile : les
couleurs correspondent à un taux de croissance urbaine, c’est-à-dire à l’augmentation ou la diminution du nombre d’habitants en ville,
et non à un taux d’urbanisation (le pourcentage du nombre d’habitants d’un pays qui habitent en ville). Ces deux notions sont donc à
bien distinguer avec les élèves. Ainsi, le continent africain est celui qui connait le plus fort taux de croissance urbaine, mais il est moins
urbanisé que l’Amérique ou l’Europe.

C H A P I T R E 9 • D É M A R C H E P É D A G O G I Q U E • Espaces et paysages de l’urbanisation 6


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

❚ Corrigés
1. Type d’espace Densité de population Activités Localisation
CBD urbain élevée économiques centre
Malls urbain / commerciales périphérie proche
Bidonville urbain élevée résidentielles périphérie lointaine
Quartiers riches et
urbain faible résidentielles périphérie proche
résidences fermées
2. Brisbane est une ville australienne présentant trois types d’espaces bien visibles sur la photographie proposée en ouverture du cha-
pitre. Le CBD est l’espace le plus dense et le plus vertical avec ses nombreux gratte-ciel. Autour s’étendent les banlieues composées de
maisons individuelles ou de petits immeubles assez proches les uns des autres. On y trouve encore quelques zones d’activités. Enfin le
périurbain est l’espace le moins dense et le plus étendu où l’on ne trouve que des pavillons.
3. Le Kenya se situe en Afrique de l’Est sur le littoral de l’Océan Indien. Avec plus de 4 % d’augmentation par an, son taux de croissance
urbaine est parmi les plus élevés du monde.
4. Les taux de croissance urbaine les plus forts se situent sur le continent africain et en Asie du sud-est.

❚ Suggestions de questions
Sur le document 1 :
› Comment évoluent la population urbaine et la population rurale dans le monde depuis 1950 ?
Réponse : Les deux ont augmenté, mais la croissance de la population rurale commence à stagner voire à devenir négative.
› À partir de quelle date la population urbaine est-elle plus nombreuse que la population rurale ?
Réponse : La population urbaine est plus nombreuse que la population rurale depuis 2008 environ.
Sur les documents 2 et 3 :
› Sur quel continent se situent la plupart des agglomérations les plus peuplées du monde ?
Réponse : La plupart des agglomérations les plus peuplées du monde se situent en Asie.
› Quels sont les continents où la croissance urbaine est la plus faible ?
Réponse : La croissance urbaine est moins forte en Amérique, en Europe et en Océanie.

LEÇON - RÉVISIONS

❚ Corrigés
1. On trouve les taux d’urbanisation les plus élevés en Europe et tiques des grandes villes du monde.
en Amérique. Les taux les plus faibles se situent en Afrique sub- 5. La pauvreté urbaine est très visible dans les bidonvilles.
saharienne et en Asie.
6. Un CBD est un quartier d’activités dense et vertical, composé
2. La croissance urbaine est la plus forte en Afrique et en Asie. de gratte-ciel et de grandes avenues. Un bidonville est un quartier
3. Aujourd’hui, 53 % des habitants de la Terre vivent en ville. d’habitations illégales et précaires où se concentrent de petites
4. Les CBD, les aéroports et les malls sont des paysages caractéris- maisons construites en matériaux de récupération.

LECTURE

❚ Présentation
Cette double-page permet d’approfondir la connaissance du processus d’urbanisation, d’en restituer davantage encore la diversité, en
traitant notamment de figures de l’urbain moins connues.

Document 1 : Ce texte permet d’aborder un type de croissance urbaine moins connu des élèves, et aux paysages moins spectaculaires
que les métropoles au rayonnement mondial : celle des petites villes et des villes moyennes. Le géographe Michel Lussault a montré dans
son ouvrage L’avènement du monde que ces villes concentrent aujourd’hui l’essentiel de la croissance urbaine. L’urbanisation est donc
un phénomène global qui concerne toutes les échelles. Concernant les villes moyennes en France, on pourra s’appuyer sur ce document
produit par l’INSEE. De manière générale, on peut réactiver des connaissances du premier chapitre de 5e, sur la croissance démographique
et ses défis.
Suggestions de questions :
› La croissance urbaine ne concerne-t-elle que les grandes villes ?
› Quels problèmes peuvent poser la croissance urbaine dans une ville de taille modeste ?

Document 2 : Ce document est une coupe paysagère. On peut l’expliquer aux élèves en disant que le regard est à hauteur d’homme, et qu’il
parcourt alors le paysage des yeux, d’ouest en est. Ce schéma permet de montrer que plusieurs formes d’urbanisation peuvent s’imbriquer,
et venir se confondre avec des régions rurales. Il est donc parfois difficile de distinguer urbain et rural. Ainsi, d’un côté du Fleuve rouge
(Vietnam), on trouve le centre-ville, avec ses bâtiments anciens et ses rues très fréquentées, tandis que de l’autre il s’agit de villages

C H A P I T R E 9 • D É M A R C H E P É D A G O G I Q U E • Espaces et paysages de l’urbanisation 7


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

d’artisans dans des zones de riziculture. Ces petits villages sont totalement intégrés au fonctionnement de la métropole. Enfin, on peut
repérer deux dynamiques urbaines : les nouveaux espaces urbanisés et l’aéroport semblent gagner sur les terres agricoles ; les bidonvilles
sont situés juste au bord du fleuve rouge, dans un espace très circonscrit et certainement insalubre. Pour aller plus loin, on pourra lire
cet article de Fanny Quertamp sur la périurbanisation à Hanoi.
Suggestions de questions :
› Quelle activité est majoritaire dans les villages d’artisans ? Dans les espaces agricoles ?
› Où sont situés les nouveaux espaces urbanisés ? Sur quel type de terrain gagnent-ils ?

Document 3 : Les photographies aériennes sont des outils indispensables pour saisir les mutations des paysages urbains. On observe ici
un véritable front d’urbanisation. En moins de 10 ans, la partie gauche de l’image a été transformée. Il s’agit pour l’essentiel de lotisse-
ments, identiques à ceux déjà présents, aussi de ce qui semble être une zone industrielle. Ces formes urbaines ne surprennent pas : nous
sommes dans la périphérie de la capitale vénézulienne, dans une situation de périurbanisation.
Suggestions de questions :
› Sur quels espaces les lotissements ont-ils été construits ?

Document 4 : Ce texte est une fois de plus l’occasion pour les élèves de découvrir que la frontière entre l’urbain et le rural est parfois
très floue, dans le paysage (ici, les infrastructures habituelles autour des transports) comme dans les modes de vie. Cette frontière est
rendue perméable à cause des mobilités quotidiennes : le fait d’aller travailler en ville modifie en retour la façon d’habiter l’espace rural.
Suggestions de questions :
› Donnez un synonyme de « mobilités quotidiennes ».
› Quels éléments de paysage rappellent l’urbain ?

EXERCICES

❚ Corrigés
Exercice 1 : Je décris les inégalités sociales dans une ville
1. Ipanema est un quartier d’immeubles situé au bord d’une plage. esthétique. L’environnement de Rocinha est donc moins agréable.
Ses habitants bénéficient donc d’un environnement privilégié : vue 3. Les populations riches et pauvres habitent des espaces sépa-
dégagée et accès direct aux activités balnéaires. rés dans la ville. Les plus aisés vivent dans les quartiers situés à
2. Le quartier de Rocinha est très différent du quartier d’Ipanema. proximité des plages. Par ailleurs, à Rio, riches et pauvres n’ont pas
Les habitations sont construites avec différents matériaux de récu- accès aux mêmes équipements publics : dans les favelas, l’accès à
pération. Les murs du quartier présentent de nombreux graffitis. l’électricité se fait de manière clandestine et tous les logements ne
Les fils électriques sont installés de manière désorganisée et peu sont pas reliés à l’eau courante.
Exercice 2 : J’explique une caractéristique de l’étalement urbain : l’utilisation de l’automobile
1. D’après ce graphique, moins une ville est dense (plus elle est 4. Sur cette photographie aérienne, on distingue à gauche un quar-
étalée), plus les habitants utilisent la voiture pour se déplacer. tier pavillionnaire très ordonné séparé du reste de la ville par un
2. À Phoenix, on compte en moyenne 10 habitants par hectare et immense échangeur autoroutier.
chaque habitant y parcourt en moyenne un peu plus de 12 000 km 5. Composé uniquement de maisons individuelles, ce quartier rési-
par an. dentiel a une faible densité de population. La taille de l’échangeur
3. À Montréal, la densité de population est presque quatre fois plus autoroutier montre l’importance des déplacements automobiles dans
élevée qu’à Houston. Les habitants de Montréal parcourent chaque cette ville.
année 5 000 km contre 14 000 km pour les habitants de Houston.

PARCOURS DE COMPÉTENCES

❚ Corrigés
Niveau d’acquisition 1 : Titre image 6 : Johannesburg : une ville dense et équipée. Titre image 7 : Une limite entre espace rural et urbain à
Van. Titre image 8 : Un quartier pavillionnaire d’Albuquerque.
Niveau d’acquisition 2 : Titre image 6 : La ville centre de Johannesburg et son CBD. Titre image 7 : à la limite entre l’urbain et le rural :
le périurbain. Titre image 8 : Une banlieue pavillonnaire aisée des Etats-Unis.
Niveau d’acquisition 3 : Image 6 : L’espace où l’on voit des hautes tours (gratte-ciel), très proches les unes des autres est sans doute un
CBD. Nous sommes dans la ville centre de Johannesburg car la densité du bâti est très élevée.
Image 7 : Les espaces bâtis sont peu denses, les maisons sont espacées les unes des autres. On distingue également des champs. Nous
sommes donc dans un espace de transition entre l’urbain et le rural.
Image 8 : Cet espace présente une densité moyenne : les bâtiments sont proches les uns des autres mais ils sont peu élevés (maisons
individuelles). Chaque maison a son jardin, ce qui est caractéristique des banlieues aisées nord-américaines.
Niveau d’acquisition 4 : Image 6 : Au premier plan, le bâti est dense mais de taille peu élevée. Au second plan, on distingue un grand
équipement urbain : un stade permettant d’accueillir plusieurs milliers de spectateurs. Enfin à l’arrière-plan, on observe de hautes tours
caractéristiques des CBD des grandes métropoles du monde. Nous sommes donc dans la ville-centre de Johannesburg, la partie de la ville
qui concentre les activités et les habitants.

C H A P I T R E 9 • D É M A R C H E P É D A G O G I Q U E • Espaces et paysages de l’urbanisation 8


Le livre du professeur • Histoire-Géographie-EMC • 4e

Image 7 : Au premier plan, on observe un espace de culture (un champ de blé) enserré dans un tissu urbain lâche, composé de maisons
séparées les unes des autres par des espaces verts. Nous sommes donc dans un espace où l’influence urbaine progresse face aux espaces
ruraux : le périurbain.
Image 8 : Sur cette photographie aérienne quasiment verticale, on observe un paysage très uniforme composé d’ilots de pavillons proches
les uns des autres. Chaque maison individuelle présente un jardin de taille restreinte. Nous sommes donc dans un espace de densité
moyenne situé en périphérie de la ville centre : une banlieue aisée.

C H A P I T R E 9 • D É M A R C H E P É D A G O G I Q U E • Espaces et paysages de l’urbanisation 9

Vous aimerez peut-être aussi