Vous êtes sur la page 1sur 72

ETUDES D’AVANT PROJET DETAILLES DE LA

TRANSFORMATION D’UN SYSTEME D’HYDRAULIQUE


VILLAGEOIS AMELIORE EN SYSTEME D’HYDRAULIQUE
URBAIN DANS LA SOUS-PREFECTURE DE NOE-COTE D’IVOIRE

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME D’INGENIEUR 2iE


AVEC GRADE DE MASTER

SPECIALITE GÉNIE DE L’EAU, DE L’ASSAINISSEMENT ET DES


AMÉNAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES
------------------------------------------------------------------

Présenté et soutenu publiquement le janvier 2022 par

FOFANA Souleymane (20180122)

Encadreur pédagogique : M. Moussa FAYE, Assistant d’enseignement


et de Recherche à 2iE.

Maitre de stage : M. Kipessorigui OUATTARA, Chef du Service


Travaux Neufs à l’Office National de l’Eau Potable.

Structure d’accueil du stage : Office National de l’Eau Potable (ONEP).

Jury d’évaluation du mémoire :

Président :

Membres et correcteurs :

PROMOTION [2021-2022]
DEDICACE

A ma très chère famille.


Que le présent travail soit
Le FRUIT de votre soutien
infaillible.
CITATION
“ L’eau est notre ressource la plus précieuse, un « or bleu » auquel plus de deux milliards de
personnes n’ont pas directement accès. Elle est non seulement un enjeu essentiel à la survie
mais aussi un enjeu sanitaire, social et culturel au cœur des sociétés humaines. ”

- Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO.


REMERCIEMENTS
La rédaction de ce mémoire de fin d’études n’aurait été possible sans la participation de
certaines personnes. Qu’elles trouvent ici l’expression de mes plus sincères et chaleureux
remerciements par leurs enseignements, leurs soutiens et leurs conseils.

Nos remerciements s’adressent à :

Monsieur El Hadji Bamba DIAW, Directeur Général de 2iE ;

Monsieur Mahamadou KOITA, Directeur des Enseignements et des Affaires


Académiques;
Monsieur BERTE IBRAHIMAN Directeur Général de l’ONEP, qui a bien voulu
m’accueillir au sein de sa structure ;

Monsieur HARINAIVO ANDERSON Andrianisa, chef du département Génie de


L’Eau, de l’Assainissement et des Aménagement Hydro-Agricoles (GEAAH) pour ses
conseils et sa disponibilité tout au long de notre parcours à l’institut 2iE.

Monsieur Moussa FAYE, Assistant d’Enseignement et de Recherche à l’Institut 2iE,


pour l’encadrement dont j’ai bénéficié, pour l’attention, la disponibilité dont il a fait
preuve, ainsi que le suivi pendant la période de stage ;

Monsieur IDO Adama, Directeur des Projet de l’ONEP, pour l’accueil chaleureux au
sein de son département et pour son suivi tout au long de ce stage ;

Monsieur OUATTARA Kipessorigui, Chef du Service Travaux neufs, mon encadreur


qui malgré son temps chargé, m’a encadré tout au long de cette étude ;

Monsieur KOBENAN YAO Jonas, chargé de contrôle des travaux à l’ONEP pour son
accueil, sa convivialité qui a facilité mon intégration au sein de la structure ;

Madame Aziza Bintou KONATE, chargé de suivi de projets à l’ONEP, pour sa


disponibilité et ses conseils.

L’Etat de Côte d’Ivoire qui m’a attribué une bourse me permettant de poursuivre mes
études à l’Institut 2iE.

A mon ami BATIEUNO Steeve, Ingénieur des Infrastructures et Réseaux Hydrauliques


pour sa disponibilité et son soutien indéfectible.
RESUME
Dans le cadre de son programme gouvernemental, l’état de Côte d’Ivoire s’est fixé comme
objectif un taux d’accès à l’eau potable de 100% à l’horizon 2030. Ce programme
gouvernemental dont le montant s’élève à plus de 1000 milliards de FCFA se constitue de
plusieurs projets d’Alimentation en Eau Potable (Réalisation de HVA, HU, Réhabilitation) dans
plusieurs régions du pays. NOE, sous-préfecture du département de Tiapoum actuellement
alimentée par un système d’Hydraulique Villageoise Améliorée bénéficiera d’un système
d’Hydraulique Urbaine. L’état des lieux a montré que la localité dispose d’un forage de 20
m3/h qui alimente un réservoir en polyester de 15 m3 par une conduite en PVC de diamètre
nominal DN 90. Ce réservoir alimente la population à partir d’une canalisation principale en
PVC de diamètre nominal DN 63. Après la réalisation de l’étude, il en ressort que pour une
population estimée à 40018 habitants à l’horizon 2028, les besoins de pointe journaliers de la
localité sont estimés à 1691,27 m3 / j soit un débit de pompage de 76,88 m3/h. La solution qui
permettra d’assurer ces besoins est la réalisation de deux forages supplémentaires avec des
débits d’exploitation de 30 m3/h chacun. Ce qui conduira à une production de pointe journalière
totale de 80 m3/h. Les différents forages alimenteront par refoulement un réservoir de 1000
m3 dimensionné à l’horizon 2035, avec des conduites de diamètres nominaux 140 mm (les
forages de 30 m3/h) et 110 mm (le forage existant de 20 m3/h). Les conduites de diamètres
nominaux 140 mm ont des longueurs respectives de 908 m et 1533 m tandis que celle de 110
mm à une longueur de 920 m. Les populations seront alimentées à partir du château avec une
conduite principale en fonte de diamètre nominal 250 mm. Enfin, Le traitement de l’eau se
fera à l’aide d’une pompe doseuse au sein d’un poste de chloration qui sera installé au pied du
château. Le cout du projet est à TTC

Mots clés
Alimentation en Eau potable
Hydraulique Urbaine
Hydraulique Villageoise Amélioré
Programme gouvernemental
NOE
ABSTRACT
Since 2015, the State of Côte d'Ivoire has undertaken a series of Drinking Water Supply
projects. In fact, as part of its government program, the State of Côte d'Ivoire has set a target of
100% access to drinking water by 2030. This government program, which amounts to more
than 1000 billion FCFA, consists of several Drinking Water Supply projects. (Realization of
HVA, HU, Rehabilitation) in several parts of the country. NOE, sub-prefecture of the
department of Tiapoum currently powered by a system of Improved Village Hydraulics will
benefit from a system of Urban Hydraulics. The state of the site has shown that the locality has
a drilling of 20 m3/h which feeds a polyester tank of 15 m3 by a PVC pipe of nominal diameter
DN 90. This reservoir supplies the population with a PVC pipe of nominal diameter DN 63.
Following the completion of the technical study, it appears that for an estimated population of
40,018 by 2028, the daily peak needs of the locality are 1691.27 m3/d, for a pumping flow of
76.88 m3/h. The solution that will ensure these needs is the realization of two water drillings
with operating flow of 30 m3/h each. This will result in daily peak production of 80 m3/h.
The various drillings will supply a tank of 1000 m3 sized by 2035, with pipes of nominal
diameters 140 mm (the drilling of 30 m3) and 110 mm (the existing drilling of 20 m3). Pipes
with nominal diameters of 140 mm have lengths of 908 m and 1533 m respectively, while 110
mm at 920 m. The population will be supplied from the tank with a main iron pipe with a
diameter of 250 mm. The treatment of the water will be done by means of a dosing pump in a
chlorination station which will be installed at the foot of the tank.The cost of the project is
estmated at FCFA TTC

Key words

Drinking Water Supply


Urban Hydraulics
Improved Village Hydraulics
Government Program
NOE
SIGLES ET ABREVIATIONS

2iE Institut International d'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement


AEP Alimentation en Eau Potable
CIE Compagnie Ivoirienne d'Electricité
DN Diamètre Nominal
DP Direction des Projets
FCFA Franc de la Communauté Financière Africaine
GEAAH Génie de l'Eau de l'Assainissement et de l'Aménagement Hydro-Agricole
HMT Hauteur Manométrique Totale
HU Hydraulique Urbaine
HVA Hydraulique Villageoise Améliorée
kW Kilowatt
kWh Kilowattheure
m mètre
m2 mètre carré
m3 mètre cube
mCE mètre Colonne d'Eau
mm millimètre
NB Nota Béné
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONEP Office National de l'Eau Potable
pe Puissance électrique
ph Puissance hydraulique
pm Puissance mécanique
pH Potentiel d'Hydrogène
PMA Pression Maximale Admissible
PN Pression Nominale
PVC Polychlorure de vinyle
RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat
SODECI Société de Distribution d'Eau de Cote d'Ivoire
TN Terrain Naturel
TTC Toute Taxe Comprise
Sommaire
DEDICACE ................................................................................................................................................. i
CITATION ..................................................................................................................................................ii
REMERCIEMENTS ....................................................................................................................................iii
RESUME ................................................................................................................................................... iv
ABSTRACT .................................................................................................................................................v
SIGLES ET ABREVIATIONS ........................................................................................................................ vi
I. PRESENTATION DE LA STUCTURE D’ACCUEIL ........................................................................................ii
I.1 - Présentation Générale. .....................................................................................................................ii
I.2 - Organisation ......................................................................................................................................ii
I.3. Présentation de la Direction des projets (DP). ................................................................................. vi
II. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ........................................................................................... viii
II.1. Situation démographique ........................................................................................................... viii
II.2.Végétation/relief ........................................................................................................................... ix
II..3. Climatologie et types de sol .........................................................................................................x
II.4. Hydrographie .................................................................................................................................x
II.5. Activités économiques ................................................................................................................. xi
II.6. Population .................................................................................................................................... xi
II.7. Infrastructures socio-économiques............................................................................................. xii
III. MATERIEL ET METHODES .................................................................................................................. xv
III-1- matériel ...................................................................................................................................... xv
III-2- METHODES ..................................................................................................................................... xv
III-2-1- Collecte des données .................................................................................................................. xv
III-2-1-1- La recherche documentaire................................................................................................. xv
III-2-1-2-Visite de terrain .................................................................................................................... xv
III-2-2- Traitement des données ........................................................................................................ xvi
III-2-3- Etat des lieux de l’Alimentation en Eau Potable de NOE....................................................... xvi
III-2-5 Hypothèse de calcul .................................................................................................................. xix
III-2-5 -1 Horizon du projet ................................................................................................................ xix
III-2-5 -2 Taux d’accroissement naturel de la population .................................................................. xx
III-2-5 -3 Taux de desserte et consommation spécifique ................................................................... xx
III-2-5 -4 Coefficient de pointe journalier ........................................................................................... xx
III-2-5 -5 Coefficient de pointe horaire Cph ....................................................................................... xxi
III-2-5-6 Rendement technique du réseau ....................................................................................... xxi
III-2-5 -7 Les pertes de charge .......................................................................................................... xxi
III-2-5 -8- La pression dans les conduites ......................................................................................... xxii
III-2-5 -9- Temps de pompage .......................................................................................................... xxii
III-2-5 -10- Conditions de vitesse ...................................................................................................... xxii
II-2-6 Estimation de la Population ........................................................................................................ xxii
III-2-7 Estimation de la demande en Eau ............................................................................................. xxii
III-2-7 -1 Les besoins moyens journaliers ......................................................................................... xxii
III-2-7 -2 Besoins socio-économiques.............................................................................................. xxiii
III-2-7 -3 Besoin de pointe journalière (Bpj) .................................................................................... xxiii
III-2-7 -4- Débit moyen Horaire (Qmh) .............................................................................................. xxiii
III-2-7 -5- Débit de pointe horaire (Qph) ......................................................................................... xxiii
III- 2- 8 Dimensionnement du réseau d’adduction ............................................................................. xxiv
III- 2- 8 -1 Diamètres et vitesses de la conduite d’adduction ......................................................... xxiv
III- 2- 8 -2 Dimensionnement de la pompe immergée .................................................................. xxiv
III- 2- 8 -2 -1 Détermination de la Hauteur Manométrique Totale (HMT) .................................... xxiv
III- 2- 8 -2 -2 Détermination de la hauteur géométrique ................................................................ xxv
III- 2- 8 -2 -3 - Détermination de la puissance hydraulique de la pompe : ....................................... xxv
III- 2- 8 -2 -4- Détermination de la puissance mécanique ................................................................ xxv
III- 2- 8 -2 -5- Détermination de la puissance électrique absorbée par le moteur de la pompe ..... xxv
III- 2- 8 -2-6- Détermination du point de fonctionnement de la pompe retenue ......................... xxvi
III- 2- 8 -2 -7 La protection contre le bélier hydraulique ................................................................ xxvi
III-2-9 Dimensionnement du réservoir et du poste de chloration ................................................... xxviii
III-2-9-1 Détermination de la capacité utile du réservoir .............................................................. xxviii
III-2-9-2- Détermination de la Réserve Incendie du réservoir....................................................... xxviii
III-2-9-3 Détermination du Volume total du réservoir .................................................................. xxviii
III-2-9-5- Détermination de la côte du radier .................................................................................. xxix
III-2-9-6-Détermination de la hauteur sous cuve ............................................................................ xxix
III-2-9-7 - Equipements hydrauliques du réservoir .......................................................................... xxx
III-2-9-8 - Dimensionnement du poste de chloration...................................................................... xxxi
III-2-9-8-1- Débit de pompe doseuse .............................................................................................. xxxi
III-2-9-8-2- Volume du bac de préparation .................................................................................... xxxii
III-2-9-9- Vérification du temps de contact et de séjour ................................................................ xxxii
III-2-10 Réseau de Distribution .......................................................................................................... xxxii
III-2-10-1- Ossature du réseau........................................................................................................ xxxii
III-2-10-2 Dimensionnement du réseau de distribution.................................................................... xxxiii
III-2-10-2 -1- Prédimensionnement du réseau de distribution ..................................................... xxxiii
III-2-10-3- Simulation hydraulique à l’aide du logiciel Epanet 2.0 ................................................ xxxvi
III-2-11 Ouvrages Annexes du réseau................................................................................................ xxxvi
III-2-12 Notice d’impact environnemental et social ..........................................................................xxxvii
III-2-13 Evaluation financière ............................................................................................................xxxvii
IV- RESULTATS ...................................................................................................................................xxxvii
IV-1 Estimation de la population .......................................................................................................xxxvii
IV- 4 Dimensionnement du réseau d’adduction ................................................................................xxxix
IV-4-1- Détermination du diamètre de la conduite d’adduction ...................................................xxxix
IV-4-2- Dimensionnement des pompes immergées et choix des pompes ........................................ xli
IV-4-2-1- Protection de la conduite contre le bélier hydraulique .................................................... xlii
IV-5- Dimensionnement du réservoir et du poste de chloration ......................................................... xliv
IV-5-1- Dimensionnement du réservoir ............................................................................................... xliv
IV-5-2- Dimensionnement du poste de chloration............................................................................ xlv
IV-5-3- Vérification du temps de séjour et de contact du chlore ...................................................... xlv
IV-6- Dimensionnement du réseau de distribution.............................................................................. xlvi
IV-6-1 Ossature du réseau ................................................................................................................ xlvi
IV-6-2 – Prédimensionnement du réseau de distribution ............................................................... xlvi
IV-6-3- Simulation hydraulique à l’aide du logiciel Epanet 2.0 ......................................................... 49
IV-7-NOTICE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL ...................................................................... 53
IV-7-1 Impacts ....................................................................................................................................... 53
IV-7- 1-1- Impacts positifs : ............................................................................................................... 53
IV-7- 1-2- Impacts négatifs : .............................................................................................................. 53
IV-7-2- Mesures pour l’atténuation des impacts négatifs..................................................................... 54
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 55
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 56
ANNEXES................................................................................................................................................ 57
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: Population de la ville de Noé................................................................................................ xii
Tableau 2: Etablissements scolaires de la ville de NOE ....................................................................... xiii
Tableau 3: Caractéristiques du forage et du château d'eau existant ..................................................... xvii
Tableau 4: Bornes fontaines fonctionnelles ........................................................................................ xviii
Tableau 5: Bornes fontaines en panne ................................................................................................... xix
Tableau 6: Horizon du projet................................................................................................................. xix
Tableau 7: Consommation spécifique et taux de raccordement ............................................................. xx
Tableau 8: Critères de dimensionnement de la pompe doseuse .......................................................... xxxi
Tableau 9: Estimation de la population de la zone d'étude ...............................................................xxxvii
Tableau 10: Besoins en eau et débits de dimensionnement...............................................................xxxvii
Tableau 11: Sites ayant les meilleures caractéristiques hydrogéologiques .......................................xxxix
Tableau 12: Dimensionnement de la conduite de refoulement des forages de 30 m3/h ..................xxxix
Tableau 13: Dimensionnement de la conduite d'adduction du forage existant (20 m3/h)..................xxxix
Tableau 14: Caractéristiques de la conduite de refoulement des différents forages............................... xl
Tableau 15:Recapitulatif du calcul de la HMT ...................................................................................... xli
Tableau 16: Caractéristiques des pompes choisies ................................................................................ xlii
Tableau 17: Calcul anti-bélier .............................................................................................................. xliii
Tableau 18: Détermination du débit de la pompe doseuse et du volume du bac .................................. xlv
Tableau 19: Caractéristiques de la pompe doseuse ............................................................................... xlv
Tableau 20: Détermination du temps de séjour et de contact du chlore ................................................ xlv
Tableau 21: Linéaire du réseau de distribution .................................................................................... xlvi
Tableau 22: Dimensionnement du réseau de distribution ..................................................................... 48
Tableau 23: Etat des conduites du réseau en régime permanent .......................................................... 51
Tableau 24: Etat des nœuds du réseau en régime permanent ................................................................ 52

LISTE DES FIGURES


Figure 1: Organigramme de l'ONEP en vigueur ......................................................................................v
Figure 2: Organigramme de la Direction des Projets de l'ONEP en vigueur ......................................... vii
Figure 3: Localisation de la zone d'étude .............................................................................................. viii
Figure 4: Relief du district du Comoé ..................................................................................................... ix
Figure 5: Pédologie du district de la Comoé ............................................................................................ x
Figure 6: Le fleuve Tanoé ....................................................................................................................... xi
Figure 7: Centre de santé de la ville de Noé........................................................................................... xii
Figure 8: Réseau de distribution existant ............................................................................................. xvii
Figure 9: Bornes fontaines fonctionnelles ....................................................... Erreur ! Signet non défini.
Figure 10: Tracé du réseau d'adduction ................................................................................................... xl
Figure 11: Simulation du réseau de distribution: .................................................................................. 50
LISTE DES EQUATIONS
Équation 1 : Expression du coefficient de pointe journalier .................................................................. xx
Équation 2: Expression du coefficient de pointe horaire ....................................................................... xxi
Équation 3: Détermination des pertes de charges linéaires à l’aide de la formule de Manning-Strickler
............................................................................................................................................................... xxi
Équation 4 : Estimation de la population à l’aide de la formule géométrique ..................................... xxii
Équation 5: Expression des besoins moyens journaliers ..................................................................... xxiii
Équation 6: expression des besoins de pointe journaliers ................................................................... xxiii
Équation 7: Expression du débit moyen horaire.................................................................................. xxiii
Équation 8: Expression du débit de pointe horaire .............................................................................. xxiv
Équation 9: Formules de détermination du diamètre théorique de la conduite d'adduction ................ xxiv
Équation 10: Condition de flamand..................................................................................................... xxiv
Équation 11: Détermination de la HMT ............................................................................................... xxv
Équation 12: Détermination de la hauteur géométrique ....................................................................... xxv
Équation 13: Détermination de la puissance hydraulique de la pompe ................................................ xxv
Équation 14: Détermination de la puissance mécanique de la pompe ................................................. xxv
Équation 15: Détermination de la puissance électrique de la pompe .................................................. xxvi
Équation 16: Variation de pression due à l’aide de la formule d’Alliévi ........................................... xxvii
Équation 17: Variation de pression à l'aide de la formule de Michaud .............................................. xxvii
Équation 18: Expressions de la suppression et la dépression ............................................................. xxvii
Équation 19: Capacité utile du réservoir ........................................................................................... xxviii
Équation 20: Volume du réservoir ...................................................................................................... xxix
Équation 21: Détermination du volume de la cuve tronconique ......................................................... xxix
Équation 22: Détermination de la côte du radier ................................................................................. xxix
Équation 23: Détermination de la hauteur sous cuve .......................................................................... xxix
Équation 24: Détermination du débit de la pompe doseuse ................................................................ xxxi
Équation 25: Détermination du volume du bac de préparation .......................................................... xxxii
Équation 26: Détermination des temps de contact et de séjour .......................................................... xxxii
Équation 27: Détermination du débit spécifique ............................................................................... xxxiii
Équation 28: Détermination du débit en route .................................................................................. xxxiv
Équation 29: Détermination du diamètre théorique .......................................................................... xxxiv
Équation 30: Détermination de la correction du débit........................................................................ xxxv
INTRODUCTION
L'eau est essentielle à la vie humaine, sans elle il n’y aurait aucune vie sur terre. L’eau est un
besoin humain fondamental. Chaque personne a besoin d’au moins vingt (20) litres d'eau
potable par jour, pour boire, cuisiner et simplement se laver (Recommandations OMS). Pourtant
l’eau n’est pas accessible à tous. En effet, près de 2,2 milliards de personnes n’ont pas accès à
l’eau potable gérée en toute sécurité (Rapport de synthèse 2018 sur l’objectif de développement
durable 6 relatif à l’eau et à l’assainissement). Les pays africains, particulièrement ceux de
l’Afrique Subsaharienne sont les plus touchés par le manque d’accès à l’eau potable. Selon le
rapport sur les progrès en matière d’assainissement et d’alimentation en eau, (Banque
mondiale, 2015) 319 millions de personnes en Afrique Subsaharienne n’ont pas accès à l’eau
Potable. La côte d’Ivoire, avec un taux de 82 % (ONEP, 2020) est l’un de ces pays ayant un
taux les plus élevés. Depuis 2015, L’État de Côte d’Ivoire a entrepris une série de projets
d’Alimentation en Eau Potable. En effet, dans le cadre de son programme gouvernemental
l’état de Côte d’Ivoire s’est fixé comme objectif un taux d’accès à l’eau potable de 100% à
l’horizon 2030. Ce programme gouvernemental dont le montant s’élève à plus de 1000 milliards
de FCFA se constitue de plusieurs projets d’Alimentation en Eau Potable. (Réalisation de
HVA, HU, Réhabilitation) dans plusieurs régions du pays. L’Office National de l’Eau Potable
(ONEP) société d’Etat sous la tutelle technique du Ministère de l’Hydraulique, est chargé
d’assurer le bon déroulement des projets de la conception des travaux jusqu’à leur réception.
NOE, sous-préfecture du département de Tiapoum actuellement alimentée par un système
nouveau d’Hydraulique Villageoise Améliorée bénéficiera d’un système d’Hydraulique
Urbaine. C’est dans ce cadre qu’il nous a été soumis le thème « ETUDES D’AVANT PROJET
DETAILLES DE LA CONVERSION D’UN SYSTEME D’HYDRAULIQUE
VILLAGEOISE AMELIOREE EN SYSTEME D’HYDRAULIQUE URBAINE DANS
LA SOUS- PREFECTURE DE NOE-COTE D’IVOIRE»

L’objectif général est donc de contribuer à l’amélioration du cadre de vie des populations de
NOE par la transformation du système d’Hydraulique Villageoise Amélioré (HVA) en système
d’Hydraulique Urbaine (HU). Spécifiquement, il s’agira de :

- Faire l’état des lieux du système d’Alimentation en Eau Potable existant ;


- Estimer les besoins en eau potable des populations de NOE à l’horizon du projet ;
- Faire la conception et le dimensionnement du nouveau système d’Alimentions en
Eau potable (HU) ;
- Estimer le coût du projet ;
- Evaluer l’impact du projet sur l’environnement et la vie socio-économique.
I. PRESENTATION DE LA STUCTURE D’ACCUEIL

I.1 - Présentation Générale.


Institué par Décret 2006-274 du 23 Août 2006, l’Office National de l’Eau Potable (ONEP) est
une Société d’État régie par la loi n°2020-626 du 14 août 2020, au capital de 150 millions de
FCFA et soumis à l’Acte uniforme portant organisation des sociétés commerciales et
groupement d’intérêts économiques de l’OHADA.
L’ONEP est chargée d’apporter à l’État et aux collectivités Territoriales son assistance en vue
d’assurer l’accès à l’eau potable à l’ensemble de la population ainsi que la gestion du patrimoine
public et privé de l’État dans le secteur de l’eau potable. Il a pour objectifs principaux de :
- Réduire le déficit en eau potable sur l’ensemble du territoire en créant un équilibre entre
l’offre et la demande ;
- Développer les infrastructures hydrauliques ;
- Renouveler les infrastructures hydrauliques ;
- Réguler le secteur entre les opérateurs du secteur.
L’ONEP est placé sous la tutelle technique du Ministère de l’Hydraulique et la tutelle financière
du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat. Son siège social est situé à Abidjan, II
Plateaux, Vallon.

I.2 - Organisation
Pour son fonctionnement, l’ONEP est doté d’un Conseil d’Administration. Ce Conseil
d'Administration a été nommé par décret n° 2013-24 du 10 janvier 2013 portant désignation des
membres du Conseil d’Administration de l’Office National de l’Eau Potable (ONEP). Il est
constitué de 08 membres issus des ministères qui constituent les parties prenantes de l’eau
potable :

- Présidente du Conseil d’Administration (PCA) de l’ONEP, représentant du Ministère


des Infrastructures Economiques;
- Représentant de la Présidence de la République ;
- Représentant du Premier Ministre;
- Représentant du Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement ;
- Représentant du Ministère de l’Economie et des Finances ;
- Représentant du Ministère chargé du budget ;
- Représentant du Ministère chargé de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du
développement Durable ;
- Représentant du Ministère de la Santé et de la lutte contre le SIDA.
L’ONEP est dirigé par un Directeur Général assisté dans ses fonctions par un Directeur Général
Adjoint et des services rattachés. Il est structuré en deux pôles:

 Un pôle Administratif et Financier constitué des Directions suivantes :

- La Direction de la Logistique des Approvisionnements et des Marchés


(DLAM) qui a pour missions essentielles la passation et le suivi des marchés, la
planification des achats de biens et services;
- La Direction Financière et Comptable (DFC) qui a pour missions
principales, la gestion financière et comptable des investissements dans le
secteur de l’eau potable , l’assurance de l’interaction avec le système bancaire,
l’élaboration de plans de financement et la levée de dette, l’assurance de
l’élaboration de plans d’affaires pour les projets majeurs d’expansion de la
société sous la supervision de la Direction Générale;
- La Direction de l’Audit et de la Qualité (DAQ), elle a pour missions
principales, de s’assurer que les processus nécessaires au système de
management de la qualité de l’ONEP sont établis, mis en œuvre, surveillés et
améliorés, maintenir le dispositif de contrôle interne et de gestion des risques ;
- La Direction des Ressources Humaines (DRH), elle a pour missions
principales, la définition de la stratégie et de la politique RH en fonction des
objectifs stratégiques de l’entreprise, l’élaboration et le suivi en collaboration
avec toutes les directions, du système d’évaluation du personnel,
l’implémentation des programmes de développement, d’orientation, de
formation du personnel et de GPEC.
 Un pôle technique constitué de :
- Direction des Études et de la Planification (DEP) avec pour missions
principales, la planification du développement de l’Hydraulique Humaine sur
toute l’étendue du territoire national, la programmation des investissements dans
le secteur de l’eau potable;
- La Direction du Contrôle de l’Exploitation et du Patrimoine (DCEP) avec
pour mission essentielle le contrôle des exploitations concédées et la veille sur
l’intégrité du patrimoine;
- La Direction des Projets (DP) avec pour mission principale, le pilotage de
l’ensemble des projets (coût, délai, qualité et risques) en relation avec les équipes
dédiées aux projets et les services intervenants dans le processus;
- La Direction de la Mobilisation et de la Protection des Ressources en Eau
(DMPRE) avec pour missions principales, l’assurance de la tenue et le maintien
d’un système de gestion des ressources en eau existant exploitées ou pouvant
l’être dans le pays, élaborer et exécuter les plans de recherche et de prospection
des ressources en eau, suivre l’évolution quantitative et qualitative des
ressources en eau d’AEP exploités ou pouvant l’être, organiser la protection et
la sécurisation des sites de captage d’eau;
- La Direction du Laboratoire d’Analyse et du Contrôle de la Qualité de
l’Eau (DLACQUE) avec pour mission l’évaluation de la qualité et de la
conformité des eaux de consommation publique aux normes nationales et
internationales sur l’ensemble du territoire ivoirien.
La figure ci-dessous représente l’organigramme de l’ONEP en vigueur.
COMITE STRATEGIE ET GOUVERANCE
COMITE NOMINATION ET REMUNERATION
CONSEIL D’ADMINISTRATION
COMITE AUDIT ET GESTION DES RISQUES

SERVICE MOBILISATION SOCIALE DES SERVICE MANAGEMENT DE LA


PROJETS DIRECTION GENERALE QUALITE

SERVICE COMMUNICATION MARKETING


SERVICE AUDIT INTERNE
DIRECTION DE
L’AUDIT ET DE LA
QUALITE
SERVICE CONTRÔLE DE GESTION
DIRECTION GENERALE
ADJOINTE SERVICE ACQUISITION FONCIERE ET
SERVICE SYSTÈME D’INFORMATION REGLEMENTATION

DIRECTION DS
AFFAIRES
JURIDIQUES SERVICE CONTRATS ET CONTENTIEUX
SERVICE ADMINISTRATION ET PAIE

SERVICE RECRUTEMENT DEVELOPPEMENT DIRECTION DES


SERVICE PROSPECTION ET
DES COMPETENCES ET CARRIERES RESSOURCES DIRECTION DE LA MOBILISATIONDES RESSOURCES EN EAU
HUMAINES MOBILISATION ET
DE LA SERVICE GESTION ET EVALUATION DES
SERVICE RELATION SOCIAL ET ASSURANCE PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU
RESSOURCES EN
EAU SERVICE PROTECTION DES RESSOURCES EN
EAU

SERVICE TRAVAUX NEUFS

SERVICE TRAVAUX DE
REHABILITATIONS
DIRECTION DES
SERVICE FINANCIER PROJETS
SERVICE PROJETS STRUCTURANTS

DIRECTION
SERVICE TRAVAUX EN MILIEU RURAL
SERVICE COMPTABILITE FINANCIERE ET
COMPTABLE
SERVICE CONTRÔLE ADMINISTRATIF
SERVICE SUIVI ECONOMIQUE ET DE L’EXPLOITATION
FINANCIER DES CONTRATS
DIRECTION DU SERVICE CONTRÔLE TECHNIQUE DE
CONTRÔLE DE L’EXPLOITATION
L’EXPLOITATION
ET DU
PATRIMOINE SERVICE GESTION DU PATRIMOINE
SERVICE MARCHE

DIRECTION DE LA
LOGISTIQUE DES SERVICE DE L’ECONOMIE DE L’EAU
SERVICE LOGISTIQUE ET
APPROVISIONNE
APPROVISIONNEMENT
MENTS ET DES
SERVICE DES ANALYSES PHYSICO
MARCHES
CHIMIQUES
SERVICE AGREMENT ET INTENDANCE
DIRECTEUR DU
LABORATOIRE ET
DU CONTRÔLE DE SERVICE DES PRELEVEMENTS
DIRECTION DES
SERVICE BRANCHEMENTS SOCIAUX BRANCHEMENTS LA QUALITE DE
SOCIAUX BORNES L’EAU
SERVICE DES ANALYSES
FONTAINES ET MICROBILOGIQUES
REPRESENTATIONS
SERVICE REPRESENTATIONS REGIONALES REGIONALES
SERVICE ETUDES
DIRECTEUR DES
ETUDES ET DE LA
PLANIFICATION SERVICE PLANIFICATION

SERVICE RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE


ET ENVIRONNEMENTALE

Figure 1: Organigramme de l'ONEP en vigueur


Lors de notre stage, nous avons été accueillis par la Direction des Projets (DP) au sein du
Service Travaux Neufs

I.3. Présentation de la Direction des projets (DP).


Elle est constituée de 04 services dirigés chacun par un chef :
 Le service Travaux Neufs : Ce service est chargé de l’exécution des nouvelles AEP. Il
est constitué :
- Des chargés de suivi de projet qui veillent à l’exécution des travaux de la phase
d’implantation jusqu’à la réception dans les délais prévus ;
- Des chargés de contrôle des travaux qui veillent à la bonne exécution des travaux
conformément au cahier de charge.
 Le service Tavaux de Réhabilitation : Ce service est chargé de la réhabilitation des
ouvrages et équipements (Réparation des conduites, des PMH, remplacement de
pièces…). Il est constitué des chargés de contrôle de projet.
 Le service Travaux Structurant : ce service est chargé d’exécuter les travaux de grosse
envergure, généralement financés par des bailleurs de fonds. Aussi, ce service est chargé
de faire l’état d’avancement des différents projets.
 Le service Travaux en Milieu Rural : Il est constitué :
- Des chargés des opérations en milieu rural qui veillent à l’exécution des travaux
en milieu rural de la phase d’implantation jusqu’à la réception ;
- Des contrôleurs de travaux en milieu rural qui veillent à la bonne exécution des
travaux conformément au cahier de charge.
Figure 2: Organigramme de la Direction des Projets de l'ONEP en vigueur
II. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE
II.1. Situation démographique
NOE est une localité située entre le 5° 17’ 00’’ latitude Nord et le 2° 48’ 00 ’’ longitude
Ouest au Sud-Est de la Cote d’ Ivoire. Elle appartient à la région du Sud-Comoé, précisément
au département de Tiapoum et est située à environ 175 km de la ville d’Abidjan. NOE est la
ville frontalière entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. La sous-préfecture de NOE a une superficie
de 476 km2 et est délimitée :

- Au nord par la sous-préfecture de Kouakro ;


- Au sud- Ouest par les sous - préfectures de Tiapoum et Nouamou ;
- A l’est par le Ghana.
- A l’est par la république du Ghana ;

Population

Figure 3: Localisation de la zone d'étude


II.2.Végétation/relief

La végétation est constituée essentiellement de forêts denses. On note également la présence


de formations hydromorphes composées de forets marécageuses et de mangroves occupant les
vallées et les fonds. Quant au relief, il est fortement accidenté. Ce relief très accidenté rend
difficile les travaux champêtres, la création et l’entretien de pistes rurales. Le relief est plat. Il
est essentiellement composé de plaines.

Figure 4: Relief du district du Comoé


Source : Etudes monographiques et économiques des Districts de Cote d’Ivoire,
District de la Comoé. Novembre 2015
II..3. Climatologie et types de sol

On rencontre un climat subéquatorial, chaud et humide. Il comporte une grande saison des
pluies (mai-juin-juillet), une petite saison des pluies (septembre-novembre) et deux saisons
sèches. La température moyenne annuelle est de 26,5°c et les précipitations sont en moyenne
de 1265,8 mm.
Dans la sous-préfecture de NOE, les sols sont constitués en majorité des sols ferralitiques
fortement désaturés. On y retrouve également des sols hydromorphes organiques.

Figure 5: Pédologie du district de la Comoé


Source : Etudes monographiques et économiques des Districts de Cote d’Ivoire,
District de la Comoé. Novembre 2015

II.4. Hydrographie

Le principal cours d’eau traversant la ville de NOE est le fleuve Tanoé. Ce fleuve long de 400
km prend sa source au Ghana et a son embouchure dans l’océan atlantique. Il forme les derniers
kilomètres de la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. Autrefois, ce cours d’eau était
utilisé pour la vaisselle, la baignade, la lessive, la cuisson des aliments par les populations.
Aujourd’hui, il sert juste de voie fluviale entre la Côte d’Ivoire et le Ghana puisqu’il a été très
pollué par les orpailleurs.

Figure 6: Le fleuve Tanoé

II.5. Activités économiques

Les populations de NOE tirent l’essentiel de leurs ressources du commerce. La ville de NOE
bénéficie des conditions climatiques favorables à l’intensification et à la diversification des
productions agricoles. L’agriculture est également pratiquée et s’exerce sur deux (2) formes :
- les cultures de rente ou pérennes dominées par le cacao. On y trouve également le
palmier à huile, l’hévéa, le café.
- Les cultures vivrières sont constituées essentiellement du manioc. La banane plantin y
est également cultivée.

II.6. Population

Selon le dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat de la République de


Côte d’Ivoire (RGPH 2014), la Population de NOE est de 27938 habitants. Cette population est
dominée par les hommes qui représentent une proportion de 51%. La population est
essentiellement constituée du peuple agnis (autochtones).Les allochtones sont constitués des
koyaka, des bété, des sénoufo, les baoulés. Les populations allogènes sont constitués de malien,
de ghanéen, nigérien, burkinabés, togolais…
Tableau 1: Population de la ville de Noé

Population
totale Ivoiriens Non-ivoiriens
recensée
au 15 mai
Hommes Femmes Total Moins 18 ans Hommes Femmes Total
2014
de 18 +Hommes
ans

27938 4179 4417 8597 4077 4520 9813 9528 19341

Source : Données issues du dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH 2014) de la
République de Côte d’Ivoire.

II.7. Infrastructures socio-économiques

La ville de NOE est constituée de plusieurs infrastructures socio-économiques. Ces


infrastructures sont présentées ci-dessous :

 Centre de santé
La ville de NOE dispose d’un centre de santé dirigé par un médecin. Il s’agit d’un centre
constitué d’un dispensaire et d’une maternité. Il est constitué de douze (12) lits pour un
personnel de vingt (20) personnes. Il reçoit en moyenne vingt (20) patients par jour.

Figure 7: Centre de santé de la ville de Noé

 Etablissements scolaires
Pour la formation des élèves, La ville de NOE est dotée de trois (3) établissements. Ce sont :

- Une école primaire constituée de 300 élèves ;


- Un groupe scolaire constitué de 1000 élèves ;
- Un collège moderne constitué de 1200 élèves.

Tableau 2: Etablissements scolaires de la ville de NOE

Désignation Image

Ecole
primaire

Groupe
scolaire NOE

Collège
moderne de
NOE
 Cultes religieux
La ville de NOE dispose d’églises et mosquées.
Comme église, nous pouvons citer entre autres l’église catholique, évangélique, céleste,
méthodiste. En ce qui concerne les mosquées, la ville dispose d’une grande mosquée et de
petites mosquées dans les différents quartiers.

 Hôtels
Pour accueillir les voyageurs étrangers, la ville de NOE dispose de deux (2) hôtels :
- L’Hôtel les Alpes d’une capacité de trente (30) lits ;
- L’Hôtel la Tanoé d’une capacité de dix-neuf (19) lits.

 structure urbaine et Electrification

La ville de NOE est une ville en pleine modernisation. Après avoir parcouru toute la ville,
nous pouvons affirmer qu’elle est constituée de 20 % d’habitations traditionnels et 80 %
d’habitations modernes. La majeure partie de la ville de NOE est électrifiée. On note la forte
présence de poteaux électriques dans la ville. En outre, environ 90 % des ménages sont
abonnés au réseau électrique de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE).

 Le transport
Ville frontalière entre la Côte d’ivoire et le Ghana, la ville de NOE dispose de voies bitumées
en bon état dans sa majeure partie. Le reste de son territoire est constituée de pistes rurales. La
ville dispose également d’un pont international (2 fois 2 voies) sur 1,5 km sur le fleuve Tanoé
reliant la Cote d’ivoire au Ghana. Le bon état des voies facilite le transport dans la ville qui est
assuré par des taxi-motos.
III. MATERIEL ET METHODES
III-1- matériel
Pour la réalisation de notre étude, le matériel utilisé comprend les appareils et logiciels
suivants :

Désignation Version utilité


Arcgis 10.5 Réalisation des cartes
Autocad 2018 Réalisation des plans, tracé du profil en long, tracé du réseau
Epanet 2.0 Simulation hydraulique du réseau
Google Earth pro Localisation de la zone d’étude et tracé du réseau
GPS Garmain Prise de coordonnées
Microsoft Excel 2013 Estimation de la population et dimensionnement du réseau

Microsoft Word 2013 Rédaction du mémoire

III-2- METHODES
III-2-1- Collecte des données
Elle se subdivise en deux phases que sont la recherche documentaire et les travaux de terrains.

III-2-1-1- La recherche documentaire

La recherche documentaire s’est faite auprès du personnel de l’ONEP, des autorités locales de
NOE, et aussi en consultants des sites internet. Il était question de recueillir :

- Les informations relatives au cadre physique (Climats, végétations, géologie, reliefs)


de la sous-préfecture de NOE ;
- Le plan de lotissement de la sous-préfecture de NOE auprès du comité de gestion des
eaux;
- Les informations relatives à la démographie à travers le dernier Recensement Général
de la Population et de l’Habitat ;
- L’état de l’approvisionnement actuel en eau potable : moyens existants de production
et de distribution de l’eau ;
- Des études relatives à l’approvisionnement en Eau potable des pays en voie de
développement.

III-2-1-2-Visite de terrain
Cette phase a d’abord consisté à visiter les ouvrages hydrauliques existants tout en relevant
leurs coordonnées géographiques. Ensuite, nous avons parcouru les tracés théoriques (effectués
sur le plan de lotissement) en rectifiant les tracés qui ne paraissaient pas judicieux et en relevant
les coordonnées des nœuds du réseau. Elle nous a également permis de définir le site
d’implantation du réservoir.

III-2-2- Traitement des données

Le traitement a consisté à exploiter toutes les données obtenues lors de la recherche


documentaire et la visite de terrains. La structuration ces données recueillies a permis de :
- Faire l’état des lieux du système d’Alimentation en Eau Potable existant ;
- Estimer les besoins en eau potable des populations de NOE à l’horizon du projet ;
- Faire la conception et le dimensionnement du nouveau système d’Alimentation en Eau
potable (HU) ;
- La simulation hydraulique à l’aide du logiciel hydraulique.

III-2-3- Etat des lieux de l’Alimentation en Eau Potable de NOE

La ville de NOE dispose d’un système d’Hydraulique Villageoise Amélioré (HVA). Il est
constitué d’un forage fonctionnel d’une capacité de vingt (20) m3/ h, d’un réservoir en polyester
de quinze (15) m3 et de cinq (5) bornes fontaines dont trois (3) fonctionnelles. L’adduction
se fait par refoulement à l’aide d’une pompe immergée et la distribution de façon gravitaire.
La conduite d’amenée (adduction) a un diamètre de 90 mm et la conduite de distribution 63
mm. Ce système a été mis en place depuis l’année 2008 et est géré par un Comité de Gestion
des Points d’Eau. Néanmoins, certains particuliers disposent de forages privés. On note
également la présence de puits. Au fil du temps avec l’évolution de la population, plusieurs
piquages ont été faits illégalement par le Comité de Gestion des Points d’Eaux de la ville sur la
conduite de distribution afin d’alimenter directement les populations désireuses d’obtenir un
compteur d’eau. Le mètre cube d’eau est facturée à 400 FCFA. La ville ne dispose pas d’un
plan de réseau actualisé. Néanmoins, après la visite de terrain et les échanges avec le comité de
gestion des eaux, nous pouvons le résumer comme suit :
Figure 8: Réseau de distribution existant

Les tableaux suivant nous présentent les équipements du système d’alimentation en eau Potable
existant de la ville de NOE.

Tableau 3: Caractéristiques du forage et du château d'eau existant

Coordonnées
Equipement Image Etat géographiques

Lat : 5.294001°
Forage Fonctionnelle
(Q=20 m3/ h) Long : -2.785219°

Château d’eau Fonctionnelle,


d’une capacité néanmoins
Lat : 5.292758°
de 15 m3 présence de
fuite au niveau Long : -2.787552°
du radier
Tableau 4: Bornes fontaines fonctionnelles

Lat : 5.295028°
Borne Fontaine Fonctionnelle
(Noé village) Long : -2.785887°

Borne fontaine
Lat : 5.293514°
(Noé village)
Fonctionnelle

Long : -2.785707°

Borne fontaine
(quartier
Mossikro) Lat : 5.289080°

Fonctionnelle

Long : -2.793705°
Tableau 5: Bornes fontaines en panne

Borne fontaine
Lat : 5.292527°
(près de la En panne
sous-préfecture)
Long : - 2.792405°

Borne fontaine Lat : 5.290683°


(près du groupe En panne
scolaire 1 et 2)
Long : -2.795175°

III-2-5 Hypothèse de calcul


III-2-5 -1 Horizon du projet

Selon les termes de référence, Les infrastructures hydrauliques seront dimensionnées pour un
horizon de 12 ans à partir de l’année de référence (mise en service) fixée pour 2023.

Tableau 6: Horizon du projet


HORIZONS ANNEES
n+0 2 023
n+5 2028
n + 12 2035

Aussi, il est spécifié que le dimensionnement des ouvrages se fera comme suit :
- Le réservoir et le réseau principal de distribution seront dimensionnés pour
l’horizon n+12
- Les forages et les stations de pompages seront dimensionnés pour l’horizon n+5

III-2-5 -2 Taux d’accroissement naturel de la population

Lors de notre étude, le taux d’accroissement de la population sera estimé à 2,6%. Cette valeur
correspond au taux d’accroissement moyen annuel du dernier Recensement Général de la
Population et de l’Habitat en Côte d’Ivoire (RGPH 2014).

III-2-5 -3 Taux de desserte et consommation spécifique

La consommation spécifique varie en fonction du niveau de vie, de la culture de la population,


et du développement économique. Selon les termes de références de l’étude, la consommation
spécifique et le taux de raccordement à l’horizon du projet se présentent comme suit :

Tableau 7: Consommation spécifique et taux de raccordement

Horizon n+0 n+5 n +12

Année 2023 2028 2035

Consommation spécifique
(l/j/hab) 30 35 35

Taux de raccordement (%) 100 100 100

III-2-5 -4 Coefficient de pointe journalier

Le coefficient de pointe journalièr permet la détermination de la consommation maximale


journalière. Il se détermine à l’aide de la formule suivante :

Avec :
𝑫𝒋𝒑 Cpj Coefficient de pointe journalier
Cpj =
𝑫𝒋𝒎𝒑
Djp= Demande du jour de pointe
Djmp = Demande journalière du mois de pointe

Équation 1 : Expression du coefficient de pointe journalier

Le coefficient de pointe journalière (Cpj) est généralement compris entre 1,05 et 1,15
(Zoungrana 2003). Selon les thèmes de référence, il sera estimé à 1,05
III-2-5 -5 Coefficient de pointe horaire Cph
Il traduit les habitudes du consommateur au cours de la journée. Son estimation se fait de
manière statistique ou par le biais de relations empiriques. Le coefficient de pointe horaire est
estimé par la formule dite du génie rural (France)

Avec :
𝟐,𝟓
Cph = 1,5 + Cph = Coefficient de pointe horaire ;
√𝑸𝒎𝒉
Qmh = Débit moyen horaire en m3/h ;

Équation 2: Expression du coefficient de pointe horaire

Selon les termes de référence de l’étude, ce coefficient sera estimé à 1,8


III-2-5-6 Rendement technique du réseau

Le rendement technique est déterminé en fonction des pertes sur le réseau. Les pertes sont dues
essentiellement aux :

- fuites localisées dans le réseau (joints et appareils) ou à cause des équipements défectueux
ou de la vétusté de l’ensemble ;
- fuites de débordement de réservoirs ;
- pertes d’eau à cause du traitement effectué.
Selon les termes de références, les pertes en eau seront estimées à 15%, soit un rendement de
85 %

III-2-5 -7 Les pertes de charge

Les pertes de charge linéaires seront exprimées à partir de la formule de Manning-Strickler :

Q = débit en m3 /s
Ks = Coefficient de Manning Strickler dépend de la nature de la conduite.
𝟏𝟎,𝟐𝟗 ∗𝑳∗𝑸𝟐
∆HL = D : Diamètre intérieur de la conduite en m
𝑲𝟐𝒔 ∗ 𝑫𝟏𝟔/𝟑
L : Longueur de la conduite en m
∆H : Pertes de charges en m

Équation 3: Détermination des pertes de charges linéaires à l’aide de la formule de Manning-Strickler


Les pertes de charge singulières sont celles liées aux modifications brusques: Té, coudes,
cônes, vannes. Elles seront estimées à 10% des pertes de charge linéaires.

III-2-5 -8- La pression dans les conduites

Conformément aux termes de références, la pression minimale dans les conduites devra être
de 1 bar et la pression maximale de 6 bars.

III-2-5 -9- Temps de pompage

Le temps de pompage indiqué par les termes de références est de 22 h.

III-2-5 -10- Conditions de vitesse

Conformément aux termes de références, les vitesses d’écoulement à l’intérieur des conduites
d’adduction devront être comprises entre 0,6 et 1,5 m/s et 0,3 et 1 m/s pour les conduites de
distribution.

II-2-6 Estimation de la Population


La formule géométrique sera utilisée pour l’estimation de la population aux différentes
échéances prévues à savoir 2023, 2028, 2035. La formule géométrique se présente comme suit :

Avec :
Pn = Population après n années ;
Pn = P0 (1+α) n
P0 = Population à l’année de référence ;
α = Taux d’accroissement de la population ;
n = Nombre d’années séparant les deux périodes

Équation 4 : Estimation de la population à l’aide de la formule géométrique

III-2-7 Estimation de la demande en Eau


Il s’agira de déterminer les besoins moyens journaliers, socio-économiques et par la suite les
débits de dimensionnement.

III-2-7 -1 Les besoins moyens journaliers

Les besoins moyens s’expriment par la relation suivante :

Cs = Consommation spécifique en l/j ;


Bmj = Cs * Nombre d’habitants
Bjm = Besoins Moyens Journalier en l/j
Équation 5: Expression des besoins moyens journaliers

III-2-7 -2 Besoins socio-économiques

Selon les termes de références, Les consommations des équipements collectifs (centre de santé,
écolé, etc.) sont comprises dans les consommations individuelles compte tenue du taux de
desserte estimé à 100 %.

III-2-7 -3 Besoin de pointe journalière (Bpj)

Les besoins de production de pointe journalière se déterminent à l’aide de la formule suivante :

Avec :

Bpj = Bmj * Cpj * coefficient de perte Bpj = Besoin de pointe journalier en m3 / j


Bmj = Besoin moyen journalier en m3/j
Cpj = Coefficient de pointe journalier.

Équation 6: expression des besoins de pointe journaliers

III-2-7 -4- Débit moyen Horaire (Qmh)

Il se détermine à l’aide de la formule suivante :

Avec :
𝑩𝒑𝒋
Qmh = Qmh = Débit moyen horaire en m3/h
𝟐𝟒
Bpj = Besoin de pointe journalier en m3 / j

Équation 7: Expression du débit moyen horaire

III-2-7 -5- Débit de pointe horaire (Qph)

Le coefficient de pointe horaire exprime le comportement des usagers vis-à-vis de l’eau au


cours de la journée. Il est utilisé pour le dimensionnement du réseau de distribution.
Le débit de pointe horaire se détermine à l’aide de la formule suivante :

Avec :
Qph = Qmh * Cph Qph = Débit de pointe horaire en m3/h ;
Qmh = Débit moyen horaire en m3/h ;
Cph = Coefficient de pointe horaire.
Équation 8: Expression du débit de pointe horaire

III- 2- 8 Dimensionnement du réseau d’adduction


III- 2- 8 -1 Diamètres et vitesses de la conduite d’adduction
La conduite d’adduction ou de refoulement a pour rôle d’assurer le transfert de l’eau du forage
(station de pompage) au château d’eau. Pour notre étude, l’adduction est faite par refoulement.
Le dimensionnement de la conduite de refoulement se fait avec le débit d’équipement et les
calculs sont faits avec des formules empiriques.
Les diamètres intérieurs théoriques seront déterminés à l’aide des formules suivantes :

- Formule de bresse : Dth (m) = 1,5 Q^ 0,5 (m3/s)


- Formule de bresse modifiée : Dth (m) = 0,8 Q^ 1/3
} Q = Débit de pointe journalier en m3 / s ;
- Formule de Meunier (1961) : Dth (m) = (1+0,02n) Q^0,5 ;
n = nombre d’heures de pompage par jour.
- Formule de bonnin : Dth (m) = Q^0,5
- Formule de A. Bedjaoui : Dth (m) = 1,27 ^ Q (0,5)

Équation 9: Formules de détermination du diamètre théorique de la conduite d'adduction

À l’issue de ces calculs, le diamètre adéquat sera celui qui respectera les conditions de vitesses
citées plus haut et la condition de flamant qui s’exprime par l’équation suivante :

V (m/s) ≤ 0,6 + Dint (m)

Équation 10: Condition de flamand

III- 2- 8 -2 Dimensionnement de la pompe immergée

Les positions du réservoir et des différents forages ne permettant pas une adduction
gravitaire, une pompe de refoulement s’avère donc nécessaire. Le choix de la pompe se
fera en fonction de la Hauteur Manométrique Totale (HMT) et le débit à l’aide des
catalogues des constructeurs de pompes.

III- 2- 8 -2 -1 Détermination de la Hauteur Manométrique Totale (HMT)

La Hauteur Manométrique Totale (HMT) est la pression que la pompe devra imprimer à l’eau
de l’aspiration jusqu’au refoulement. Elle se détermine à l’aide de la formule suivante :

Avec :
HMT = Hgéo + ∑ ∆𝑯
Hgéo = Hauteur géométrique Totale ;

∑ ∆𝐻 = Pertes de charges de la conduite d’adduction en m ;


Équation 11: Détermination de la HMT

III- 2- 8 -2 -2 Détermination de la hauteur géométrique

La hauteur géométrique se déterminera à l’aide de la formule suivante :

Avec :

Hgéo = CTP - CPP CTP : Côte Trop Plein du château d’eau (m) ;
CPP: Cote de pose de la pompe immergée (m).

Équation 12: Détermination de la hauteur géométrique

III- 2- 8 -2 -3 - Détermination de la puissance hydraulique de la pompe :


La puissance hydraulique que devra fournir la pompe pour déplacer la masse d’eau est définie
par la formule suivante :

Avec :
Ph : Puissance hydraulique en w ;
Ph = ρ * Q * g * HMT HMT : Hauteur Manométrique Totale en m ;
Q : Débit en m3/s ;
ρ : Masse volumique de l’eau en kg/m3 ;
g : Accélération due à la gravité en m/s2.
III- 2- 8 -2 -4- Détermination
Équation de la puissance
13: Détermination mécanique
de la puissance hydraulique de la pompe

La puissance mécanique absorbée par la pompe pour fournir ce travail est définie par la
formule suivante :
Pm = Puissance mécanique en w ;
𝑷𝒉
Pm = Ph = Puissance hydraulique en w ;
ŋ𝒑
ŋp = Rendement de la pompe.

Équation 14: Détermination de la puissance mécanique de la pompe

III- 2- 8 -2 -5- Détermination de la puissance électrique absorbée par le moteur de la pompe

La pompe doit être alimentée par une source électrique externe au moteur de la pompe. La
puissance électrique se détermine à l’aide de la formule suivante :
Avec :
Pm = Puissance mécanique en W
𝑷
Pe = ŋ 𝒎
𝒎 ŋ𝑚 = Rendement du moteur en W
ŋ= ŋ𝑚 ∗ ŋ𝑝

Équation 15: Détermination de la puissance électrique de la pompe

Néanmoins, les puissances des pompes seront déterminées à l’aide des abaques des
constructeurs de pompe.

III- 2- 8 -2-6- Détermination du point de fonctionnement de la pompe retenue

Le point de fonctionnement d’une pompe est celui où il y a égalité arithmétique pour un débit
donné, entre la HMT de la pompe d’une part et la hauteur géométrique entre le niveau
d‘aspiration et celui de refoulement augmenté des pertes de charge des conduites d‘aspiration
et de refoulement d’autre part. (Zoungrana 2003). Sa représentation graphique correspond au
point d'intersection entre la courbe caractéristique de la pompe 𝐻𝑀𝑇=(𝑄) et de celle du réseau
H𝑔éo + Δ𝐻(𝑄) = 𝐻𝑟é𝑠𝑒𝑎𝑢. Ce point illustre les conditions de fonctionnement de la pompe en
fonction de la vitesse d’entrainement et du débit.

III- 2- 8 -2 -7 La protection contre le bélier hydraulique

Le coup de bélier est un phénomène transitoire provoqué par la mise en marche ou l’arrêt d’une
pompe, la fermeture ou l’ouverture brusque d’une vanne, le prélèvement instantané d’un débit
important et peut aboutir à la destruction des équipements (ZOUNGRANA 2003).
Une onde de célérité C met un temps t=2L/C pour parcourir une conduite de longueur L en sens
aller-retour. Soit Tf, le temps de fermeture/ouverture d’une vanne ou d’un groupe de pompage.
Deux cas de figures (surpression et dépression) se présentent :

 Cas n°1 : Tf ≤ 2L/C, variation brutale du régime d’écoulement suite à la fermeture


rapide d’une vanne. Dans ce cas, la variation de pression se détermine à l’aide de la
Formule d’Allievi.
∆P = Variation de pression (m)
𝐜 ∗ 𝑼𝟎
∆P = C = célérité des ondes en m/s
𝒈

Avec k = Constante selon la nature des conduites (k=1 pour

𝟗𝟗𝟎𝟎 la fonte, k = 33 pour le PVC) ;


c= √ 𝑫
𝟒𝟖,𝟑+𝒌∗
𝒆
D = Diamètre de la conduite en m.
e = 0,5 * (DN-Dint)
U0 = Vitesse dans la conduite avant la fermeture en m/s
g = accélérateur de la pesanteur m/s2

Équation 16: Variation de pression due à l’aide de la formule d’Alliévi

 Cas n°2 : Tf ≥ 2L/C, variation lente du régime d’écoulement suite à la fermeture lente
d’une vanne. Dans ce cas, la variation de pression se détermine à l’aide la formule de
Michaud
∆P = Variation de pression (m)
𝟐𝑳 𝑼𝑶 L : Longueur de la conduite (m)
∆P = .
𝑻 𝒈
T : Temps de fermeture de la vanne (s)
U0 = Vitesse du fluide (m/s)
g = accélérateur de la pesanteur m/s2

Équation 17: Variation de pression à l'aide de la formule de Michaud

Dans chaque cas, La suppression et la dépression sont données par les formules suivantes :

∆Pmax = Suppression en mCE ;


∆Pmax = HMT + ∆P
HMT : Hauteur Manométrique Totale en m ;
∆P1 = Variation de la pression en mCE ;
∆Pmin = HMT - ∆P ∆Pmin = Dépression en mCE
∆P = Variation de pression (m)

Équation 18: Expressions de la suppression et la dépression


Il y a risque de coup de bélier lorsque la surpression est supérieure à la Pression Maximale
Admissible PMA (PMA=1,2* PN) ou la dépression est négative et inférieure à la pression
atmosphérique.

III-2-9 Dimensionnement du réservoir et du poste de chloration


Le réservoir est une construction destinée à stocker l'eau, et est placé en général sur un sommet
géographique pour permettre de la distribuer sous pression. Il a pour fonction essentiel la
régulation entre le débit consommé et celui approvisionné. Le choix de son emplacement fait
intervenir plusieurs paramètres tels que la topographie, l’espace et la distance entre les
différents sites à desservir. Au pied du réservoir, il sera mis en place un poste de chloration qui
servira au traitement de l’eau.

III-2-9-1 Détermination de la capacité utile du réservoir

La capacité de stockage dans le réseau de distribution est comprise entre 25% et 50% avec
une moyenne 33%, de la consommation journalière de pointe, (Denis ZOUNGRANA, 2003).

La détermination de la capacité utile se fera à l’aide de la méthode forfaitaire qui s’exprime par
la formule suivante :

𝑩𝒋𝒑
Avec :
Capacité utile = 𝟑 - Capacité utile en m3 ;
- Bjp : Besoin de pointe journalière en m3

Équation 19: Capacité utile du réservoir

III-2-9-2- Détermination de la Réserve Incendie du réservoir

La réserve incendie doit permettre aux sapeurs-pompiers de circonscrire un incendie. Le


volume de la réserve incendie est estimé à partir du nombre probable d’incendies, du temps
pour les étouffer (1 à 2 h). En général on prévoit un incendie par dispositif de stockage, et un
débit variant de 30 à 60 m3/h, suivant la localité. Dans notre cas il sera de 60 m3/h pendant 2h,
soit 120 m3.

III-2-9-3 Détermination du Volume total du réservoir :


Le volume total se détermine par la formule suivante :
-
Capacité utile en m3 ;
Volume Total = Capacité utile + Réserve Incendie
- Réserve incendie en m3.

Équation 20: Volume du réservoir

Pour notre étude, le choix s’est porté sur un réservoir de type tronconique ; Le volume total
de la cuve tronconique est donné par la formule suivante :

Avec :
𝝅∗𝑹𝟐𝟏 ∗𝒉 𝑹 𝑹𝟐𝟐
Vcuve = * [𝟏 + 𝑹𝟐 + ] H= hauteur de cuve du réservoir ;
𝟑 𝟏 𝑹𝟐𝟏 R1 = rayon de la grande base du réservoir ;
R2 = rayon de la petite base du réservoir.

Équation 21: Détermination du volume de la cuve tronconique

III-2-9-5- Détermination de la côte du radier

La côte du radier d’un stockage dépend essentiellement du besoin de pression minimale des
installations situées à l’aval de l’ouvrage. La cote du radier sera déterminée à l’aide de la
formule suivante.

Zr = Côte du radier en m ;
Zr = Zi+Yi+∆Hr-i Zi = Côte géométrique du point le plus défavorable en m ;
Yi = Pression de service en mce ;
∆Hr-i = Perte de charge entre le réservoir et le point le plus
défavorable.

Équation 22: Détermination de la côte du radier

III-2-9-6-Détermination de la hauteur sous cuve

La hauteur sous cuve se détermine à l’aide de la formule suivante :

Avec :
Hsc = Zr – Ztn
Ztn = Côte terrain naturel en m ;
Zr = Côte du radier en m

Équation 23: Détermination de la hauteur sous cuve


III-2-9-7 - Equipements hydrauliques du réservoir

Le réservoir d’eau est constitué de plusieurs éléments :

- La conduite d’alimentation
Elle prend départ de la source captée vers le réservoir de stockage à son débouché dans
le réservoir, doit pouvoir s’obturer quand l’eau y atteint son niveau maximum. Elle
comporte un limiteur de débit et un réducteur de pression.
- La conduite de distribution
Le départ de la conduite de distribution s’effectue à 0,15 ou 0,20m au-dessus du radier
en vue d’éviter d’introduire dans la distribution des boues ou des sables qui pourraient
se décanter sur le radier. L’orifice de départ de la conduite de distribution devra être
situé autant que possible à l’opposé de l’arrivée pour faciliter le brassage de l’eau dans
le réservoir. Une vanne sera aménagée sur le départ de la conduite.

- Un système de vidange
Installé en bas du réservoir sur le radier, elle permet d’évacuer des dépôts. Elle peut être
raccordée sur la conduite du trop-plein et est muni d’une vanne pour l’ouverture et la
fermeture lors de la vidange et après le nettoyage.

- Un système de trop plein

Il arrive que l’eau dépasse le niveau déterminé du réservoir. Pour que le réservoir ne
soit pas endommagé par ce surplus d’eau, on y met une conduite pour l’évacuer. C’est
cette conduite qu’on appelle le trop plein. L’extrémité de cette conduite doit être en
forme de siphon afin d’éviter l’introduction de certains corps nocifs dans la cuve

-
- Le système by-pass

Quand on désire assurer la distribution pendant la vidange. On dispose un by-pass qui sert
de liaison entre la conduite d’amenée et la conduite de départ. Pendant le nettoyage ou la
répartition du réservoir, la conduite d’amenée passe directement l’eau à la conduite de
départ.

- Une échelle d’accès


Une échelle d’accès doit être prévue à l’intérieur et à l’extérieur du réservoir. L’accès à
l’intérieur est facilité par un trou appelé « trou d’homme » dont le diamètre est au moins égale
à 600 mm. Le trou d’homme est prévu sur la couverture supérieure.

III-2-9-8 - Dimensionnement du poste de chloration

La désinfection se fera avec du chlore. La dose de chlore sera injectée dans la bâche de reprise
à l’aide d’une pompe doseuse. Le dimensionnement de la pompe doseuse s’est fait sur la base
des critères suivants

Tableau 8: Critères de dimensionnement de la pompe doseuse

Débit de Demande en Dose en Concentration Temps de


pointe chlore (mg/l) chlore de la solution fonctionnement(h)
journalier résiduel mère de chlore
Bpj (m3/h) (mg/l) (g/l)
Valeur - 0,2 à 0,5 - -
usuelle
(OMS)
Valeur 2 0,5 8 22
choisie

III-2-9-8-1- Débit de pompe doseuse

Le débit de la pompe doseuse sera déterminé à partir de l’expression suivante :

𝐵𝑝𝑗 = Besoin de pointe journalier en m3 / h ;

𝑩𝒑𝒋 ∗ (𝑪+𝑪𝒓 )
C = demande en chlore en g / m3 ;
Qdoseuse = 𝑪𝒎 Cr = Dose en chlore résiduel en g / m3 ;
Cm = Concentration de la solution mère de chlore en g / l ;
(Hypochlorite de calcium, dans notre cas)
Q pompe doseuse = Le débit de la pompe doseuse en l / h.

Équation 24: Détermination du débit de la pompe doseuse


III-2-9-8-2- Volume du bac de préparation

Le volume du bac sera déterminé à partir de la formule suivante :

𝐵𝑝𝑗 = Besoin de pointe journalier en m3 / h ;


: C = Dose demande en chlore en g / m3 ;
𝑩𝒑𝒋 ∗ (𝑪+𝑪𝒓 )
V= 𝑪𝒎
∗𝑻 Cr = Dose en chlore résiduel en g / m3 ;
Cm = Concentration de la solution mère de chlore
en g / l ;
Qdoseuse = Le débit de la pompe doseuse en l / h ;
T = le temps de fonctionnement en heure

Équation 25: Détermination du volume du bac de préparation

III-2-9-9- Vérification du temps de contact et de séjour


Certains désinfectants comme le chlore ont besoin d’un temps minimum de contact pour
l’efficacité de leur action. Généralement on retient 02 heures. (Faye 2018).Aussi, le chlore
étant un produit volatile, un long séjour réduirait considérablement son effet rémanent voir
engendrer carrément sa disparition. Le temps de séjour du chlore doit être inférieur à 48 h, soit deux
(2) jours. Les temps de contact et de séjour s’expriment selon les relations suivantes :

Avec :

Tc = 𝑸 𝒖
𝑪 Tc = Temps de contact du chlore en h
𝒑𝒉

Ts = Temps de volatilisation du chlore en h

𝐶𝑈 = Capacité utile du réservoir en m3


𝑪
Ts = 𝑸 𝑼 Qpj = Débit de pointe journalier en m3 / h
𝒑𝒋

Qph = Débit de pointe horaire en m3 / h


Équation 26: Détermination des temps de contact et de séjour

III-2-10 Réseau de Distribution


III-2-10-1- Ossature du réseau

 Tracé Théorique
Le tracé théorique s’est fait sur la carte de lotissement de la zone d’étude avant la visite de
terrain. Le but est d’assurer l’accès du réseau aux usagers dans des conditions économiques
optimales tout en prévenant les difficultés d’exploitation et d’entretien.
Il était question d’optimiser la longueur du réseau par les rues devant recevoir les conduites.
Les canalisations ne traversent pas les propriétés et sont posées le long des rues.
 Tracé réel
Après le tracé théorique sur le plan de lotissement, nous procédons à la visite de terrain en
parcourant les tracés tout en rectifiant en fonction de la topographie les tracés ne paraissant
pas judicieux. Ainsi, nous obtenons des tracés de canalisations à la fois bien adaptées au
terrain.

III-2-10-2 Dimensionnement du réseau de distribution


III-2-10-2 -1- Prédimensionnement du réseau de distribution
Le réseau de distribution est un réseau mixte. Le prédimensionnement s’est fait selon les
étapes suivantes :
a) Calcul du débit spécifique
Le débit spécifique se défini comme étant le rapport entre le débit de pointe et la somme
des longueurs des tronçons du réseau de distribution.
Pour pouvoir utiliser le concept du débit spécifique, nous supposons que les habitants sont
répartis uniformément tout le long du réseau. Il s’exprime par la formule suivante :

Qph = débit de pointe horaire (l/s) ;


𝑸𝒑𝒉
Qsp = ∑𝑳𝒊
Qsp = débit spécifique (l/s/ml) ;
∑Li = Somme des longueurs des tronçons du réseau ayant des
branchements (m) ;

Équation 27: Détermination du débit spécifique

b) Calcul du débit en route


C’est le débit qui sera prélevé le long de la conduite par les usagers. Il est obtenu à l’aide de
la formule suivante :

Qr = Débit en route du tronçon considéré (l/s) ;


Qr = Qsp *Li Li = Longueur du tronçon considéré (m) ;
Qr = débit en route (l/s).
Équation 28: Détermination du débit en route

c) Répartition des débits transitant dans le réseau


Après avoir déterminé les débits en route, les débits transitant dans le réseau sont repartis en
respectant la loi des nœuds. Le débit de calcul de chaque tronçon comprend deux (2) éléments :
- Le débit transité par le tronçon pour desservir la demande du nœud situé à son aval ;
- Le débit desservi par le tronçon lui-même.

d) Méthode de Hardy-cross

Au niveau des mailles, la méthode de Hardy-Cross a été utilisée. Cette méthode utilise la loi
des nœuds évoquée ci-dessus et la loi des mailles (exprimant que la perte de charge est nulle
le long d’une maille). Cette méthode consiste à attribuer au départ, des débits arbitraires qui
permettent de respecter la loi des nœuds, puis à procéder à des calculs itératifs de manière à
respecter à la fin des calculs, la loi des mailles (qui n'est pas forcément respectés initialement,
étant donnés que les débits était tout simplement arbitraires), tout en respectant la loi des
nœuds. (Cours réf Biaou, Institut 2iE).
Les étapes de mise en œuvre de cette méthode sont les suivantes :
 Numérotation des nœuds et donc les tronçons, puis les mailles ;
 Affectation d’un sens positif arbitraire pour le parcours de la maille. Avec ce
sens, les débits ont des valeurs algébriques. Ainsi, tout débit qui va dans le même
sens que le sens de parcourt de la maille est comptés positivement. En revanche,
il est compté négativement pour les débits qui vont dans le sens contraire du
parcourt de la maille.
 Calcul des diamètres théoriques et choix des diamètres nominaux.
- Diamètres théoriques
Le diamètre théorique a été déterminé grâce à l’expression de continuité qui permet de maitriser
les paramètres de vitesse.

Dth = diamètre théorique du tronçon considéré (m) ;


𝟒∗𝑸𝒊
Dth = √ Qi = débit de transit du tronçon considéré (m3/s) ;
𝝅∗𝑽
V : Vitesse économique prise à 1 m/s.

Équation 29: Détermination du diamètre théorique


- Diamètres nominaux
Les diamètres nominaux correspondent aux sections de canalisations commercialisées.
Celles-ci font intervenir les notions de diamètre intérieur, diamètre extérieur et d’épaisseur dont
la valeur est fonction de la pression nominale de ladite conduite.
En Côte d’ivoire, les conduites de distributions sont commercialisées par l’entreprise SOTICI.
Les diamètres des conduites proposés sont présentés en Annexe.

 Equilibre des mailles

- Calcul des pertes de charge


La perte de charge notée ΔH désigne la perte d’énergie progressive que connait un fluide en
écoulement. Elle est due notamment à la résistance causée par la rugosité des parois des
canalisations lors du transit : les pertes de charges linéaires (ΔHL) et aux singularités sur le
réseau : les pertes de charges singulières (ΔHs). Plusieurs formules empiriques permettent de
déterminer la perte de charge linéaire. Mais dans le cadre de cette étude, la formule de Manning-
Strickler présentée plus haut a été utilisée. Quant aux pertes de charges singulières, elles ont été
𝚫𝐇𝐢
estimées à 10 % des pertes de charge linéaires.
𝐐
- Détermination de la correction (Δqi) et des débits corrigés (Qi+ Δqi).

Les pertes de charge par tronçon déterminées, les valeurs ΔHi/Q sont calculées pour chaque
tronçon. Pour la première maille, on calcule la variation Δqi (correction) de débit induite
exprimée par l’expression suivante :

Δqi : correction de débit (m3/s) ;


∑𝚫𝐇𝐢 ΔHi : pertes de charge pour chaque tronçon formant la maille ;
Δqi = - 𝚫𝐇𝐢
𝒌∗∑ 𝑸 Q : Débit en route de chaque tronçon
K : l’exposant du paramètre « débit » dans la formule utilisée
pour la détermination des pertes de charge, soit k = 2 pour la
formule de Mannig-Strickler.
Équation 30: Détermination de la correction du débit

Par la suite, on déduit les débits corrigés Qi+ Δqi.


On passe à la maille suivante pour faire les mêmes calculs. Cette étape est répétée autant de fois
qu’il y’a de mailles.
Pour les tronçons adjacents à plusieurs mailles, la correction du débit de ces tronçons est faite
en appliquant la correction de débit calculée pour chaque maille impliquée.
L’équilibre des mailles par la méthode itérative de Hardy-Cross est atteint lorsque les valeurs
absolues des coefficients de correction et des pertes de charges sont inférieures à une valeur
très faible initialement fixée.

e) Calcul des pressions au nœud et la cote du radier


L’équilibre des débits étant fait, les sens d’écoulement sont déterminés. Il est alors possible de
calculer la pression à chaque nœud et de déterminer la côte du radier du réservoir.

III-2-10-3- Simulation hydraulique à l’aide du logiciel Epanet 2.0


EPANET est un logiciel de simulation du comportement hydraulique et qualitatif de l’eau sur
de longues durées dans les réseaux sous pression. EPANET calcule le débit dans chaque tuyau,
la pression à chaque nœud, le niveau de l’eau dans les réservoirs, et la concentration en
substances chimiques dans les différentes parties du réseau, au cours d’une durée de simulation
divisée en plusieurs étapes. Le logiciel est également capable de calculer les temps de séjour et
de suivre l’origine de l’eau. Il s’agira pour nous de vérifier les conditions de vitesse, de perte
de charge et de pressions.

III-2-11 Ouvrages Annexes du réseau


 Les ventouses (voir annexes N° relatif au profil en long)
Les ventouses sont des organes de protection du réseau. Elles sont placées aux points hauts et
permettent de chasser l’air à l’intérieur des canalisations pendant la mise en service qu’en phase
d’exploitation. Elles sont dimensionnées en fonction du diamètre de la canalisation.
 Les vidanges (voir annexes N° relatif au profil en long)
Les vidanges sont des organes de protection du réseau, elles permettent de vider les
canalisations lors des interventions sur le réseau ou encore les dépôts occasionnés par les
faibles vitesses. Le diamètre de la vanne de vidange est choisi en fonction du diamètre de
la conduite sur laquelle il est posé. Il est installé aux points bas du réseau
 Les vannes de sectionnement (voir annexes N° relatif au plan du réseau de
distribution)
Une vanne de sectionnement permet d’isoler une conduite lors de l’exécution des travaux
sur celle-ci. Son diamètre est déterminé en fonction du diamètre de la conduite sur laquelle
elle est posée.
III-2-12 Notice d’impact environnemental et social
Nous procèderons à l’identification des impacts positifs et négatifs de ce projet sur
l’environnement et la vie socio-économique, ainsi qu’à la proposition de mesures
d’atténuations des potentiels inconvénients.

III-2-13 Evaluation financière


Une étude financière de des solutions proposées sera réalisée.

IV- RESULTATS
IV-1 Estimation de la population

La population de NOE à l’horizon 2035 est estimée à 47895 habitants.


Les résultats de l’estimation de la population sont reportés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 9: Estimation de la population de la zone d'étude

HORIZONS ANNEES Population

n+0 2 023 35198

n+5 2028 40018

n + 12 2035 47895

IV-2 Evaluation des besoins en eau et détermination des débits de dimensionnement

Les besoins en Eau et les débits de dimensionnement sont présentés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 10: Besoins en eau et débits de dimensionnement

Unité 2023 2028 2035


Désignation
35198 40018 47895
Population
l/j 30,00 35,00 35,00
Consommation spécifique
m3 / j 1055,95 1400,64 1676,32
Besoin Moyen journalier
1,80 1,80 1,80
Coefficient de pointe horaire
1,05 1,05 1,05
Coefficient de pointe journalier
22,00 22,00 22,00
Temps de pompage
1,15 1,15 1,15
Coefficient de perte en eau
m3 / j 1275,06 1691,27 2024,16
Besoin de pointe journalier
m3 /h 57,96 76,88 92,01
Débit de pompage
53,13 70,47 84,34
Débit moyen horaire
m3 /h 95,63 126,85 151,81
Débit de pointe horaire

La localité dispose d’un forage fonctionnel d’une capacité de 20 m3/h. Le dimensionnement


des forages et des stations de pompage se faisant à l’horizon h+5, le déficit en eau est alors
estimé à 76 ,88 -20 = 56,88 m3/h. Le réseau principal de distribution étant dimensionné à
l’horizon h+12, le débit de pointe horaire (distribution) est de 151,81 m3/h soit 42,17 l/s.

IV-3 Choix de la ressource

Située au sud-est de la Cote d’Ivoire, la localité de Noé fait partir de la zone sédimentaire. Selon
les informations recueillies auprès de la Direction des ressources en eau, la productivité des
aquifères dans cette zone est très élevée. Les débits des forages peuvent allés atteindre La
localité dispose également d’un fleuve (la TANOE). Néanmoins, la qualité de ce cours d’eau
s’est dégradée avec le temps due à l’orpaillage artisanal qui y est effectué par les populations.
L’étape de traitement engendrera des frais très élevés. Aussi, il sagit d’un cours d’eau frontalier
qui est partagé entre la Cote d’Ivoire et le Ghana. L’utilisation de cette ressource comme source
d’approvisionnement en Eau ne pourra se faire sans concertation des autorités ghanéennes.
Nous proposons donc la réalisation de deux (2) forages supplémentaires d’un débit minimal de
30 m3/h chacun. Ce qui nous fera une production totale de 80m3/h qui permettra d’assurer les
besoins des populations évalués à 76 ,88 m3/h à l’horizon h+5. Les trois (3) forages refouleront
chacun sur une conduite en PVC de diamètre DN 140. Ces trois (3) conduites transiteront leur
débit sur une conduite en PVC DN 225 pour atteindre le château d’eau. Les résultats du En vue
de mobiliser une ressource en eau suffisante pour le projet, la Direction des études en Eau a
procédé à une étude géophysique. L’utilisation de la méthode de résistivités électriques, a
permis d’implanter quatre (4) sites de forages numérotés de FA à FD avec un ordre de foration
retenu : FB, FA, FC, et FD.
Tableau 11: Sites ayant les meilleures caractéristiques hydrogéologiques

Sites Cibles Latitude Longitude Altitude Z (m)


I FA 5.284749° -2.790591° 19
II FB 5.293393° - 2.799025° 22
III FC 5.286171° -2.788379° 22
IV FD 5.283690° -2.792635° 20

IV- 4 Dimensionnement du réseau d’adduction


IV-4-1- Détermination du diamètre de la conduite d’adduction
Les résultats du dimensionnement des différentes conduites sont présentés dans les tableaux
ci-dessous.

Tableau 12: Dimensionnement de la conduite de refoulement des forages de 30 m3/h

Formule Q(m3/s) Dth (mm) Dint (mm) Dint (m) DN V (m3/s) Flamand Vérifié
0,0083 136,9306 147,6000 0,1476 160 0,4870 0,7476 Oui
Bresse
0,0083 162,1921 184,6000 0,1846 200,0000 0,3114 0,7846 oui
Bresse modifié
0,0083 131,4534 147,6000 0,1476 160,0000 0,4870 0,7476 oui
Meunier
Bonnin 0,0083 91,2871 99,4000 0,0994 110,0000 1,0739 0,6994 non

0,0083 115,9346 127,8000 0,1278 140,0000 0,6496 0,7278 oui


A. Bedjaoui et al

Nous constatons que toutes les formules utilisées respectent les conditions de vitesses et de
flamand sauf celle de Bonnin. En tenant compte de la vitesse, et raisons économiques, nous
optons pour le diamètre Ø140.

Tableau 13: Dimensionnement de la conduite d'adduction du forage existant (20 m3/h)

Formule Q(m3/s) Dth (mm) Dint (mm) Dint (m) DN V (m3/s) Flamand Vérifié
0,0056 111,8034 127,8000 0,1278 140 0,4331 0,7278 Oui
Bresse
0,0056 141,6878 147,6000 0,1476 160 0,3247 0,7476 oui
Bresse modifié
0,0056 107,3313 113,0000 0,1130 160 0,5540 0,7130 oui
Meunier
Bonnin 0,0056 74,5356 81,4000 0,0814 90 1,0676 0,6814 non

0,0056 94,6602 99,4000 0,0994 110 0,7159 0,6994 oui


A. Bedjaoui et al
Nous constatons que les différentes formules utilisées respectent toutes les conditions de
vitesses et de flamand sauf celle de Bonnin. En tenant compte de la vitesse, et raisons
économiques, nous optons pour le diamètre Ø110. La conduite de refoulement actuelle a un
diamètre Ø 63, nous proposons donc son remplacement par le diamètre Ø110. Les
caractéristiques des différentes conduites de refoulement sont présentées dans les tableaux ci-
dessous.

Tableau 14: Caractéristiques de la conduite de refoulement des différents forages

Conduite de refoulement
Désignation
Forage 1 Forage 2 Forage existant
Nature PVC PVC PVC
Diamètre (mm) 127,8/140 127,8/140 99,4/110
Epaisseur (mm) 6,1 6,1 5,3
Longueur (m) 680 950 350
Pression Nominale (bar) 10

La figure ci-dessous représente le tracé du réseau réalisé sur Google Earth.

Cité douane

Figure 9: Tracé du réseau d'adduction

Source : Google Earth Pro


IV-4-2- Dimensionnement des pompes immergées et choix des pompes

Les résultats du calcul de la HMT des différentes pompes sont consignés dans le tableau ci-
dessous.

Tableau 15:Recapitulatif du calcul de la HMT

Valeurs

Unités
Désignation Forage 1 Forage 2 Forage
existant

Niveau dynamique 43 43 35 m

Niveau de pose de la pompe 48 48 40 m

Hauteur sous cuve du château 9 9 9 m

m
Hauteur du tronc de cône du château 4 4 62,03

Diamètre intérieur de la conduite de 127,8 127,8 125,8 m


refoulement

Longueur de la canalisation du m
refoulement
908 1 553 920

Hauteur géométrique de la pompe m


61 61 53

Pertes de charges dans la conduite de m


refoulement 2,88604 4,93260 1,32062

Hauteur Manométrique totale calculée de 63,88604 65,93260 54,32062 m


la pompe
Hauteur Manométrique totale retenue de m
la pompe 64 66 55
Le choix des pompes sera porté sur la gamme des pompes Grundfos. Ce type de pompe a été
privilégié car il s’agit de pompes robustes et disponibles sur le marché avec surtout un accès
facile aux pièces de rechanges.
Ainsi à l’aide du catalogue Grundfos (Voir annexe) et avec les données dont nous disposons
sur le débit et la HMT, le choix a été porté sur le type SP 30-9 pour les forages 1 et 2 et le type
SP 17-9 pour le forage existant. La pompe au forage existant est de type SP 17-11. A l’aide du
catalogue Grundfos, nous constatons qu’elle est susceptible d’assurer le pompage à la côte trop
plein du nouveau château d’eau. Il n’est donc pas nécessaire de procéder à un remplacement de
la pompe. Après la détermination des points de fonctionnement des différentes pompes, les
caractéristiques des pompes sont consignées dans le tableau ci-dessous. (Voir annexe pour les
courbes de détermination des points de fonctionnement).

Tableau 16: Caractéristiques des pompes choisies

Désignation Pompe du Pompe du Pompe du


forage 1 forage 2 forage existant

Marque Grundfos Grundfos Grundfos

Type SP 30-9 SP 30-9 SP 17-8

Fréquence (Hz) 50 50 50

Moteur (Hz) MS 6000 MS 6000 MS 6000

Débit (m3/h) 29,6 30,77 19,87

HMT (m) 66,7 71 59

Puissance (kW) 7,5 7,5 5,5

Rendement (%) 78 77 68

IV-4-2-1- Protection de la conduite contre le bélier hydraulique

Les résultats des différents calculs relatifs à la nécessité d’un anti-bélier sont résumés dans le
tableau ci-dessous.
Tableau 17: Calcul anti-bélier

Valeur

Désignation Unité Conduite 1 Conduite 2 Conduite 3


(Forage 1) (Forage 2) (Forage
existant)
Célérité de l’onde
364,011 364,011 365,61
m/s
Vitesse d’écoulement
(U0) m/s 0,65 0,65 0,72
Intensité de pesanteur g m/s2 9,81 9,81 9,81
Coefficient K 33 33 33
Diamètre Intérieur (D) mm 127,8 127,8 99,4
Epaisseur des parois (e) mm 6,1 6,1 5,3
Temps de fermeture de
3,7361 5,21962711 1,91458984
la vanne s
Hauteur Manométrique
61,19835 61,27711 53,53100
Totale (HMT) calculée m
Hauteur Manométrique m 62 62 54
Totale (HMT) retenue
CAS 1 : Tf ≤ 2L/C
Variation de pression m 27,08744082 27,08744082 26,08863296
(∆P)
Suppression 90,97348 93,02004 80,40925
m
Dépression 36,79860 38,84516 28,23199
m

Pression Nominale Bar 10

Pression Maximale 12
Admissible (PMA) bar

Nécessité d’un anti bélier non non non


CAS 2 : Tf ≥2L/C
Variation de pression
27,08746483 27,08746483 24,97030581
(∆P)
Suppression
89,08744 89,08744 80,08863
Dépression
34,91256 34,91256 27,91137
Nécessité d’un anti-bélier
non non non

Dans les différents cas et pour chaque conduite, nous constatons que la variation de pression
maximale (∆Pmax) est inférieure à la Pression Maximale Admissible de la conduite et la
variation de pression minimale (∆Pmin) est positive. Par conséquent, la présence d’un anti-bélier
n’est pas nécessaire.

IV-5- Dimensionnement du réservoir et du poste de chloration


IV-5-1- Dimensionnement du réservoir
Les résultats du dimensionnement sont consignés dans le tableau ci-dessous. Pour le calcul des
dimensions, on se fixe des valeurs R1 et R2. Connaissant donc le volume ciblé, on détermine h
après plusieurs itérations.

Paramètres Unité Valeur


Capacité utile m3 647,72
Réserve incendie m3 120
Volume Total calculé m 794,72
Volume total retenu m3 1000
rayon de la grande base du m3 12
réservoir (R1)
rayon de la petite base du m3 5,5
réservoir (R2)
Hauteur du tronc m3 4
Côte TN réservoir m 36
Côte du radier Zr m 45
Hauteur sous cuve m 9
Côte trop plein m 49
NB : A l’issu de ce calcul, nous avons obtenu un volume total de 794,2 m3. En se référant
aux volumes usuels de châteaux d’eau en Côte d’Ivoire, nous obtenons un château d’eau de
1000 m3

IV-5-2- Dimensionnement du poste de chloration

Les résultats du calcul du débit de la pompe doseuse et du volume du bac sont consignés dans
le tableau ci-dessous.

Tableau 18: Détermination du débit de la pompe doseuse et du volume du bac

Temps de fonctionnement (h) Débit de la pompe doseuse (l/h) Volume du bac (l)
22 24,025 528,55

Le choix de la pompe doseuse s’est fait en consultant le catalogue des pompes doseuses du
constructeur Grundfos (Voir annexe). Les caractéristiques de la pompe sont consignées dans
le tableau ci-dessous :

Tableau 19: Caractéristiques de la pompe doseuse

Marque Série Fréquence (Hz) Type Débit max (l/h) Pression max (bar)
Grundfos DMX 50 DMX 67-10 67 10

IV-5-3- Vérification du temps de séjour et de contact du chlore

Les résultats des calculs du temps de séjour et de contact sont consignés dans le tableau ci-
dessous.

Tableau 20: Détermination du temps de séjour et de contact du chlore

Débit de Débit de
pointe pointe Capacité Temps de Temps de
journalier horaire utile (m3) contact (h) séjour (h)
(m3/h (m3/h)

76,88 151,81 674,72 4,44 8,78


On obtient un temps de contact supérieur à 02 h et un temps de séjour inférieur à 48 h.
Les temps de contact et de séjour sont donc vérifiés.

IV-6- Dimensionnement du réseau de distribution


IV-6-1 Ossature du réseau

Le réseau de distribution proposé est un réseau mixte. C’est un réseau de vingt-quatre (24)
tronçons constitués de cinq (5) mailles et de ramifications.
Le mode de distribution est gravitaire ; la distribution se fera à partir d’un château d’eau
dimensionné afin d’assurer les besoins de la population à l’horizon h+12. L’emplacement du
château sera celui de l’ancien réservoir en polyester. Ce point domine altimétriquement tout le
réseau de distribution.
Ce réseau est d’une longueur de 12903 m constitué de tuyaux en PVC et en fonte (Ø ≥ 200
mm) et se répartit de la manière suivante :
Tableau 21: Linéaire du réseau de distribution

Désignation Nature Unité Quantité


Ø 63 PVC ml 275
Ø75 PVC ml 841
Ø 90 PVC ml 1443,5
Ø 110 PVC ml 1987,5
Ø125 PVC ml 1020
Ø 140 PVC ml 2881
Ø 160 PVC ml 2190
Ø 200 FONTE ml 1615
Ø 250 FONTE ml 650

Le tracé du réseau a été réalisé sur le plan de lotissement à l’aide du logiciel Autocad. Il est
représenté ci-dessous

IV-6-2 – Prédimensionnement du réseau de distribution

 Equilibre des mailles


L’équilibre des mailles par la méthode de Hardy cross a été obtenu après vingt-quatre (24)
itérations.

Mailles I II III IV V
Correction de
-1,63123E-06 -2,14002E-06 -1,99283E-06 -2,26515E-06 -1,6561E-06
débit Δqi (l/s)
Somme des
pertes de
charge de la 0,001519261 0,004507421 0,004521236 0,006195294 0,005034137
maille (m)

Toutes les corrections de débits sont inférieures à l/s requis et les sommes des pertes de
charge par maille inférieures à 0,3 m, conditions requises pour l’équilibre des mailles avec
Hardy-Cross. Voir annexe pour le détail des itérations.

 Au niveau des canalisations et des nœuds Les résultats des différents calculs sont
consignés dans le tableau ci-dessous. Voir annexe pour les détails de calculs.
Tableau 22: Dimensionnement du réseau de distribution

Hypothèses de calcul : Ks = 120 ; V calcul (m/s) = 1 ; Pmin en X (m) = 10 Pressions


Longueur réelles
Tronçons [m] Q(l/s) Q(m3/s) Dth(m) Dth (mm) Dint(mm) DN ∆H(m) V(m/s) ∑∆H(m) Zaval(m) ZR(m) (m)
RA_N1 600 42,17 0,0422 0,232 231,72 250,00 250 1,24 0,86 1,24 32 43,24 11,80
N1_N2 50 36,40 0,0364 0,215 215,29 250,00 250 0,08 0,74 1,32 21 32,32 22,72
N3_N4 275 0,94 0,0009 0,035 34,64 57,00 63 0,75 0,37 0,75 22 32,75 22,28
N1_N16 315,00 5,77 0,0058 0,086 85,68 127,80 140 0,44 0,45 0,44 31 41,44 13,60
N16_17 310,50 4,69 0,0047 0,077 77,24 127,80 140 0,28 0,37 0,72 26 36,72 18,32
N17_N18 650,50 3,62 0,0036 0,068 67,90 99,40 110 1,36 0,47 2,08 23 35,08 19,96
Ramification N18_N19 406 1,39 0,0014 0,042 42,09 67,80 75 0,96 0,39 3,04 32 45,04 10,00
N2_ N3 710 18,35 0,0183 0,153 152,83 184,60 200 1,40 0,69 2,72 23 35,72 19,32
N3_N5 64,50 14,97 0,0150 0,138 138,05 184,60 200 0,08 0,56 2,80 22 34,80 20,24
N5_N8 763 4,67 0,0047 0,077 77,12 127,80 140 0,69 0,36 0,69 20 30,69 24,34
N5_N13 1035 10,08 0,0101 0,113 113,27 147,60 160 2,03 0,59 4,83 19 33,83 21,21
N2_N6 455 17,89 0,0179 0,151 150,92 184,60 200 0,85 0,67 0,85 25 35,85 19,19
N6_N7 385 16,56 0,0166 0,145 145,21 184,60 200 0,62 0,62 1,47 23 34,47 20,57
N7_N8 415 5,88 0,0059 0,086 86,50 127,80 140 0,60 0,46 2,07 20 32,07 22,97
N8_N11 317,50 6,51 0,0065 0,091 91,04 127,80 140 0,56 0,51 2,63 21 33,63 21,41
Mailles N11_N12 310 3,93 0,0039 0,071 70,72 99,40 110 0,76 0,51 3,39 19 32,39 22,65
N7_N9 635 9,13 0,0091 0,108 107,83 147,60 160 1,02 0,53 1,02 24 35,02 20,02
N9_N10 520 6,96 0,0070 0,094 94,11 147,60 160 0,49 0,41 1,51 26 37,51 17,53
N10_N12 435 1,03 0,0010 0,036 36,21 67,80 75 0,56 0,29 0,56 19 29,56 25,47
N10_N15 1020 3,57 0,0036 0,067 67,44 113,00 125 1,04 0,36 2,55 22 34,55 20,49
N15_N14 686 1,64 0,0016 0,046 45,70 81,40 90 0,85 0,32 3,40 23 36,40 18,63
N12_N14 1027 2,04 0,0023 0,054 53,52 99,40 110 0,83 0,26 4,21 23 37,21 17,82
N13_N14 760,00 5,05 0,0051 0,080 80,19 127,80 140 0,81 0,39 4,76 23 38,64 16,40
N11_N13 757,50 2,06 0,0021 0,051 51,21 81,40 90 1,48 0,40 1,48 19 30,48 24,55
Zrmin 45,04
- Les pressions aux différents nœuds varient entre 1 bar et 2, 5 bars. Les conditions de
pressions sont donc respectées.
- Les pertes de charge dans les conduites sont assez faibles, toutes les valeurs sont
inférieures à 5 m / km. Les conditions sont donc respectées.
- La quasi-totalité des conduites ont des vitesses comprises entre 0,3 m/s et 1 m/s.
Seulement deux tronçons en fin de réseau ont des vitesses inférieures à la valeur
minimale (0,3 m/s). Il s’agit des tronçons N12_N14 et N10_N12 situés en bout de
réseau. Néanmoins ces vitesses sont très proches de la limite minimale ; Elles sont
respectivement de 0,26 et 0,29 m/s. Toutefois le réseau étant gravitairement en charge,
il est donc à même de s’auto-curer.
IV-6-3- Simulation hydraulique à l’aide du logiciel Epanet 2.0

 Modélisation
Le réseau préalablement tracé avec l’outil Autocad, a été reproduit sur Epanet en renseignant
Les côtes altimétriques des nœuds, les diamètres et les longueurs respectives des conduites.
Les diamètres des canalisations renseignées correspondent aux diamètres intérieurs des
sections de diamètres nominaux choisies.
Ensuite, il a été renseigné les demandes aux nœuds obtenues lors du prédimensionnement et
1 1
la rugosité des canalisations (120 pour les conduites en PVC et 90 pour les conduites en

fonte). La formule de Cheezy-mannig a été utilisée pour le calcul des pertes de charges.
En ce qui concerne le réservoir, le niveau minimal a été fixé à zéro (0), le niveau initial à 2 m
et le niveau maximal, à la hauteur utile de la cuve, c’est à dire 3,5 m.

 Résultats de la simulation
A la suite de la simulation, il était question pour nous de vérifier les conditions de vitesse, de
pression et des pertes de charges. Egalement, nous devions analyser de la conformité des
valeurs obtenues avec celles du prédimensionnement pour s’assurer que le modèle a été bien
calé. Les figures ci-dessous présentent les résultats de la simulation en régime permanent.
Figure 10: Simulation du réseau de distribution:
Tableau 23: Etat des conduites du réseau en régime permanent

Les débits dans les différents tronçons sont à quelques différences près les mêmes dans que
ceux obtenus lors du prédimensionnement (Voir tableau). Le débit d’entré (conduite principale)
est le même, il est de 42,17 l/s. La vitesse maximale est également la même que celle obtenue
lors du prédimensionnement, elle est de 0,86 m/s et est obtenue au niveau de la conduite
principale. Les vitesses inférieures à la minimale (0,3 m/s) sont obtenues dans les deux cas en
fin de réseau et varient entre 0,26et 0,29 m/s.
Tableau 24: Etat des nœuds du réseau en régime permanent

Au niveau des nœuds, nous constatons toutes les pressions sont supérieures à 1 bar (pression
minimale requise) en tout point du réseau et n’atteignent pas 4 bars comme lors du
prédimensionnement. Le nœud ayant la plus faible pression est le même, il s’agit du nœud 6 en
(situé en fin de réseau ramifié) ayant une valeur de 1 bar au prédimensionnement et 1,2 bars sur
le modèle.
IV-7-NOTICE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL
La mise en place d’un système d’Alimentation en Eau potable urbain aura plusieurs
impacts sur la localité de NOE. Ces impacts peuvent être positifs comme négatifs au plan
environnemental et sur la vie socio-économique des populations.

IV-7-1 Impacts
IV-7- 1-1- Impacts positifs :

 Sur le milieu biophysique : Aucun n’impact significatif

 Sur le milieu humain :

Les opportunités d’affaires pour les entreprises locales sélectionnées, la création d’emploi
temporaires pour la population locale, notamment lors de travaux de pose et d’exécution des
tranchées et la suppression ou la réduction des corvées d’eau au profit de la population féminine
Aussi, nous avons la réduction des maladies hydriques vu que toutes les populations
disposeront désormais d’une eau de bonne qualité et en quantité suffisante.
IV-7- 1-2- Impacts négatifs :

 Sur le milieu biophysique :

Nous pouvons noter la destruction des arbres, du couvert végétal lors de pose des conduites
ou la mise en place de certains ouvrages (Implantation du réservoir, base-vie…), modification
de l’environnement sonore liée aux engins utilisés lors des travaux, la pollution atmosphérique
liée aux émissions des gaz d’échappement des véhicules et à l’émission de poussières, le rejet
d’effluents liquides lors de la réalisation des forages.

 Sur le milieu humain

L’occupation des terres des populations lors de l’exécution du projet, ce qui peut être source
de conflits entre les populations et les manœuvres. Les accidents liés aux chutes des
populations dans les tranchées lors des fouilles, les maladies respiratoires liées à l’émission
de poussières et des gaz d’échappement des véhicules lors des travaux.
IV-7-2- Mesures pour l’atténuation des impacts négatifs
- Approcher les populations en les informant sur l’objectif, les avantages et les
inconvénients liés au projet afin qu’ils s’y sentent concernés
- Mise en place de plaques de signalisations au niveau des voies interrompues lors de
l’exécution des tranchées afin d’éviter des accidents.
- Port des Equipements de Protection Individuelle pour les ouvriers (cache-nez, casques,
écouteurs de sécurités…) afin d’éviter des maladies et des accidents de travail.
- Dédommagement des populations ayant cédés leur terre lors de l’exécution des travaux ;
- Prévoir un système d’évacuation des eaux usées lors de la réalisation des forages ;
- Faire le reboisement afin restaurer le milieu naturel détruit lors de l’exécution des
travaux.
CONCLUSION
L’étude de transformation du système d’Hydraulique Villageoise Améliorée en système
d’Hydraulique Urbaine de la ville de Noé s’est réalisée en plusieurs étapes. Tout d’abord, la
visite du site nous a permis de faire l’état des lieux du réseau existant, ensuite nous avons
procédé à l’évaluation des besoins de la population et enfin proposer un système d’hydraulique
urbain qui pourra assurer les besoins de la population aux échéances du projets tout en évaluant
le cout total du projet.
De cette étude, il en ressort que la réalisation de deux (2) forages d’eau supplémentaires de 30
m3/h chacun en complément du forage existant de 20 m3/h permettront d’assurer les besoins
de la population à l’horizon 2028 estimés à 1691,27 m3/j. Ces trois forages alimenteront par
refoulement un château d’eau de type tronconique de 1000 m3 qui a été dimensionné à
l’horizon 2035,et qui remplacera le réservoir existant de 15 m3. Les forages de 30 m3/h
alimenteront le château par des conduites en PVC de diamètres nominaux 140 mm chacune et
longues de 908 m et 1553 m. Aussi, l’étude prévoit le remplacement de la conduite d’adduction
du forage existant de diamètre nominal 90 mm par une conduite en PVC de diamètre nominal
110 mm. La population sera alimentée par le château avec une conduite principale en fonte de
diamètre nominal 250 mm. Le cout du projet est estimé à .
Au délà de toutes ces considérations techniques et financières, nous recommandons :
- La mise en place d’un programme de suivi régulier de la qualité de l’eau du réseau de
distribution ;
- La vérification périodique du bon fonctionnement de la pompe et du groupe
électrogène ;
- L’entretien des accessoires hydrauliques surtout les vannes afin d’éviter leur
entartrage.
BIBLIOGRAPHIE

- Denis Zoungrana. (2003). Cours d’approvisionnement en eau potable EIER ETSHER ;

- Moussa. D. FAYE (2019). Systèmes d’adduction en eau potable adduction –


réservoirs - réseaux de distribution ;

- Organisation Mondiale de la Santé (2017). Directives de qualité de l’eau de boisson,


quatrième édition ;

- Christèle Le Gulludec (2018). La désinfection par le chlore des eaux destinées à la


consommation humaine : intérêts et limites de cette pratique : bilan d’une enquête
effectuée dans le département de l’Isère ;

- Soumaila Niandé Hamed (2017). Etudes techniques de l’AEP et de la station de


traitement de famale region de tillabery (niger) ;

- Institut National de la Statistique (2015). Recensement Général de la Population et de


l’Habitat 2014 ;

- Ministère d’état, ministère du plan et du développement (2015). Etudes


monographiques et économiques des districts de Côte d’Ivoire - district de la Comoé ;

- Nippon Koei Co., ltd.Taiyo Consultants Co., Ltd. (2001). Etude de conception
détaillée pour le projet d’approvisionnement en eau des zones rurales en république
tunisienne.

- SOTICI. (2012). document technique des tubes pvc pression.


ANNEXES