MINISTERE DE LA SANTE DU PLANNING FAMILIAL, ET DE LA PROTECTION SOCIALE

MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

Année 2007 N°……….

Présenté le 28 septembre 2007 par Monsieur RABEMANANTSOA Samoelinirina Handriniaina

Président Juges

: Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe : Professeur RANAIVOHARISOA Lala Docteur RALAIARISON Raharizelina

Encadreur

: Docteur RAKOTONIRINA Simon

Monsieur RABEMANANTSOA Samoelinirina Handriniaina

Mémoire pour l'obtention de Diplôme en licence en Nutrition

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

MINISTERE DE LA SANTE , DU PLANNING FAMILIAL ET DE LA PROTECTION SOCIALE SECRETARIAT GENERAL

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

LISTE DES PRINCIPAUX RESPONSABLES
I – DIRECTION GENERALE Directeur Général : Professeur RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin

II – DIRECTION DE LA FORMATION ET DE LA RECHERCHE Directeur : Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie Chef du Service Pédagogique et Scientifique : Docteur RATSIMBAZAFY Marie Rolland Chef du Service et Expertise : Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio Responsable du Secrétariat Permanent de l’Enseignement à Distance : Docteur RARIVOARILALA Esther

III – DIRECTION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES Directeur : Monsieur RASOANAIVO ANDRIANASOLO Simon Chef du Service Administratif : Madame RABODOHARY Ranorohelimiadana Eléonore

PROGRAMME DE FORMATION LIC*ENCE EN NUTRITION :

LICENCE EN NUTRTION UE1 NUTRITION ET ALIMENTATION HUMAINES

Crédits 10

Module 1 : Méthodologie Module 2 : Initiation à la science de nutrition Module 3 : Principes fondamentaux de la nutrition /alimentation Module 4 : Aspects socioculturels et écologiques de la nutrition Module 5 : Biochimie de la nutrition Module 6 : Métabolisme et Physiologie de la nutrition Module 7 : Besoins nutritionnels à travers le cycle de la vie MALADIES DE CARENCE ET URGENCES NUTRITIONNELLES EN CAS DE CATASTROPHE Module 1 : Principaux troubles nutritionnels dans le pays en développement UE2 Module 2 : Prévention et prise en charge des maladies carentielles Module 3 : Urgences nutritionnelles en cas de catastrophe ACTIVITES DE LABORATOIRE EN NUTRITION ET DE TERRAIN Module 1 : Analyse biologique pour le dépistage de carences en micronutriments au niveau d’une population Module 2 : Analyse physico-chimique des aliments UE3 Module 3 : Hygiène alimentaire et salubrité environnementale Module 4 : Législation des denrées alimentaires UE4 APPROCHE COMMUNAUTAIRE 1 1 2 2 2 2 4 2 1 1 4 1 1 1 1 12 1 1 1 2 1 1 1 4

Module 1 : Diagnostic communautaire sur le plan alimentaire et nutritionnel Module 2 : Planification des programmes communautaires de nutrition Module 3 : Suivi et évaluation des programmes de nutrition Module 4 : IEC en matière de nutrition Module 5 : Notions de sécurité alimentaire des ménages (SAM) Module 6 : Politiques nationales en matière de nutrition Module 7 : Anthropologie Module 8 : Recherche opérationnelle sur la situation nutritionnelle d’une localité

UE 5

ETUDES NUTRITIONNELLES QUANTITATIVES

4 1 2 1 16

Module 1 : Statistiques sanitaires et démographiques Module 2 : Epidémiologie de la nutrition et statistiques Module 3 : Informatique appliquée UE6 PREPARATION SOUTENANCE DE MEMOIRE Préparation de mémoire Encadrement et Soutenance de mémoire

LISTE DES ENSEIGNANTS :
Professeur RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie Professeur RANDRIANARIMANANA VAHINIARISON Dieudonné Professeur ANDRIANASOLO Roger Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe Professeur RAMAMBAZAFY RALAINONY Jacques Professeur RANAIVOHARISOA Lala Docteur RAKOTONIRINA Simon Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio Docteur RALAIARISON Raharizelina Docteur RAVELOSON Hantaniaina Docteur RASOARIVAO Vololomiarana Docteur RAVAOARISOA Lantonirina Docteur RAVOAJA Pauline Monsieur RAKOTOZANAKA Julien Madame RAMINO Vololona

REMERCIEMENTS
Je tiens à adresser mes vifs remerciements à : Monsieur, le Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe qui malgré ses multiples obligations professionnelles a accepté de présider ce mémoire Madame, le Professeur RANAIVOHARISOA Lala, Madame, le Docteur RALAIARISON Raharizelina, qui, en dépit de ses multiples services, ont accepté de juger ce travail. Monsieur le Docteur RAKOTONIRINA Simon qui n’a pas cessé de me donner ses précieux conseils et de suivre la progression mon travail. Mes chaleureux remerciements s’adressent également : A toutes les Personnes ressources qui ont contribué à la réalisation de ce mémoire A toutes personnes qui ont bien voulu m’apporter collaborations leurs aimables

DEDICACES
Je tiens à remercier le Seigneur qui me donne toujours la force, courage, l’intelligence et la persévérance dans toutes mes études, surtout dans la réalisation de ce mémoire

A ma femme qui n’a pas cessé de me soutenir et d’apporter son aide tant qu’à toutes mes études qu’à la réalisation de ce mémoire.

A toute ma famille, en témoignage de mon attachement et de toute mon affection

A toute la promotion, en souvenir des moments qu’on a passé ensemble.

SOMMAIRE

REMERCIEMENT DEDICACES SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES FIGURES INTRODUCTION.................................................................................................................... 1 I. GENERALITES ................................................................................................................... 3 1. Situation géographique de la commune ............................................................................. 3 a) Emplacement géographique ........................................................................................... 3 b) Climat............................................................................................................................. 3 2) Socio-économiques ............................................................................................................ 3 a) Population ...................................................................................................................... 3 b) Production ...................................................................................................................... 4 c) Le secteur santé .............................................................................................................. 4 Généralité concernant les besoins nutritionnels des enfants de 6 à 24 mois.......................... 4 4)Généralité concernant la malnutrition................................................................................. 5 II. MATERIEL ET METHODES.......................................................................................... 7 1. Méthodologie ..................................................................................................................... 7 a) Cadre de l’étude ............................................................................................................. 7 b) Type d’étude .................................................................................................................. 7 c) Période d’étude............................................................................................................... 7 d) Durée d’étude................................................................................................................. 7 e) Population d’étude ......................................................................................................... 7 f) Mode d’échantillonnage ................................................................................................. 7 g) Taille de l’échantillon .................................................................................................... 8 h) Variables étudiées .......................................................................................................... 8 i) Mode de collecte des Données...................................................................................... 11 j) Mode d’analyse des données ........................................................................................ 11 k) Calcul statistique utilisé ............................................................................................... 12 l) Considération éthique ................................................................................................... 12 m) Limite de l’étude......................................................................................................... 12 III. RESULTATS .................................................................................................................. 13 1. Présentation de Résultats.................................................................................................. 13 Malgré la présence des deux CSB dans la commune et l’existence des centres SEECALINES par fokontany, ce tableau nous montre que 42,3% des mères ignorent leurs existences................................................................................................................. 15 IV. COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS ...................................................................... 23 1. Situation nutritionnelle des enfants de 6 à 24 mois dans la commune rurale d’Andranofito ....................................................................................................................... 23 2. Les facteurs de risques de la malnutrition chez les enfants de 6 à24 mois dans cette commune .............................................................................................................................. 23

a) La taille de la fratrie ..................................................................................................... 23 b) L’âge d’ablactation. ..................................................................................................... 24 c) L’âge d’introduction d’aliment de complément........................................................... 24 d) Les habitudes alimentaires des ménages...................................................................... 24 e) La fréquence des aliments donnés aux enfants ............................................................ 25 d) L’âge précoce du sevrage............................................................................................. 25 V. SUGGESTIONS ............................................................................................................... 27 Concernant les activités....................................................................................................... 28 a) Prévention Primaire :.................................................................................................... 28 b) Prévention secondaire : ................................................................................................ 28 c) Prévention tertiaire ....................................................................................................... 29 d) Chronogramme des activités........................................................................................ 30 VI. CONCLUSION ............................................................................................................... 32 BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 33 ANNEXES......................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

LISTE DES TABLEAUX
TABLEAU 1 : REPARTITION DES MERES SELON LEURS AGES .................................................... 13 TABLEAU 2 : REPARTITION DES MERES SELON LEURS SITUATIONS MATRIMONIALES ......... 13 TABLEAU 3 : REPARTITION DES MERES SELON LEURS PROFESSIONS .................................... 13 TABLEAU 4 : REPARTITION DES MERES SELON LEUR NIVEAU D’INSTRUCTION ...................... 14 TABLEAU 5 : REPARTITION DES ENFANTS SELON LEURS GENRES........................................... 14 TABLEAU 6 : REPARTITION DES ENFANTS SELON LEURS AGES ................................................ 14 TABLEAU 7 : REPARTITION DES MERES SELON LEURS CONNAISSANCES EN AME ............... 14 TABLEAU 8 : REPARTITION DES MERES SELON LEURS CONNAISSANCES EN ALIMENT RICHE EN VIT A ....................................................................................................................................... 15 TABLEAU 9 : REPARTITION DES MERES SELON LA PRATIQUE D’AME ....................................... 15 TABLEAU 10 : REPARTITION DES MERES SELON LEURS CONNAISSANCES DE L’ENDROIT OU ALLER POUR SOIGNER LES ENFANTS.................................................................................... 15 TABLEAU 11 :RESULTATS PROPREMENT DITS : TENANT COMPTE DE L’ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS............................................................................................................................. 16

LISTE DES FIGURES
FIGURE 1 : FRATRIE ET INSUFFISANCE PONDERALE .................................................................. 19 FIGURE 2 : FREQUENCE DE L’ALLAITEMENT ET INSUFFISANCE PONDERALE ......................... 20 FIGURE 3 : DUREE DE TETEE ET INSUFFISANCE PONDERALE ................................................... 21 FIGURE 4 : AGE DE PREMIERE ALIMENTATION ET INSUFFISANCE PONDERALE ..................... 21 FIGURE 5 : TYPE D’ALIMENT CONSOMME ET INSUFFISANCE PONDERALE ............................. 22 FIGURE 6 : FREQUENCE DES ALIMENTS ET INSUFFISANCE PONDERALE ............................... 22

LISTE DES ABREVIATIONS OMS : Organisation Mondiale de la Santé
CSB I ou II : centre de Santé de Base de niveau I ou II EDS : Enquête Démographique et Santé MAMA : Méthode d’allaitement maternel et aménorrhée ASBC :Agent de santé à base communautaire AME :Allaitement maternel exclusif IEC : Information Education Communication CCC : Communication pour le Changement des Comportements SMI : Santé Maternelle et Infantile L : Lipide G : Glucide P : Protide G+L ou G+P : Glucide+Protide ou Glucide Lipide G+L+P : Glucide+Protide+Lipide En :Energétique Pro : Protecteur Con : Constructeur E+P +C :Energétique Constructeur Protecteur

INTRODUCTION
La malnutrition demeure un problème majeur à la fois de santé

publique et d’économie, et touche une grande partie de la population à l’échelle mondiale. La malnutrition chronique varie de 16 à 44 % chez les enfants de moins de trois ans en Afrique selon les pays (1). Madagascar malgré sa potentialité agro pastorale et halieutique subit un taux élevé à 40 % pour cette même tranche d’âge. Cette manifestation de la malnutrition varie de 32 à 42 % selon les provinces élevée en milieu rural 41% qu’en milieu urbain 36%. La malnutrition infantile survient très tôt et parfois touche les enfants avant leur naissances. Environs 5% des enfants ont un poids insuffisant à la naissance (inférieur à 2.5Kg), et de ce fait,sont susceptibles de mourir durant le premier mois de la vie avec une probabilité deux fois supérieure à celle des enfants de poids normal. 54% des décès d’enfants de moins de 5 ans sont attribuables à la malnutrition. La phase critique de la chute de croissance des enfants se situe entre 6 et 23 mois c'est-à-dire au moment du sevrage
(3) ( 2 ).

Elle se révèle plus

. Les

causes peuvent êtres multiples mais les soins inadéquats et les habitudes alimentaires inappropriés paraissent une cause majeure, la ration alimentaire reste déséquilibre, monotone et peu diversifiée trop riche en glucide, déficitaire en protéine et pauvre en lipide avec carence en vitamines et minéraux. A Madagascar, les pratiques de l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants ne sont conformes ni à la politique nationale de santé ni à la politique nationale de nutrition, ni aux recommandations de l’OMS. C’est pour cette raison que nous avons choisi comme thème d étude “ le mode d’alimentation et état nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois ” . Pour réaliser cette étude, nous avons choisi la commune rurale d’Andranofito district Antanifotsy, en raison de ses conditions physiques et

socio- économiques de la commune particulières. . Malgré ces diverses particularités nous choisissons comme hypothèse que la pratique des soins donnés par la mère et les habitudes alimentaires des

1

ménages conditionnent l’état nutritionnel des enfants de 6 à24 mois dans cette commune rurale d’Andranofito. Les objectifs de notre recherche sont les suivants : déterminer l’état nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois selon les habitudes alimentaires des ménages et les pratiques de soins donnés par la mère dans la commune rurale d’Andranofito, Enfin, nous proposerons des suggestions aux autorités en

fonction des résultats de ce travail. Nous soulignons dorénavant que les résultats de cette recherche ne pourront pas être généralisés mais ils restent représentatifs et reflètent la situation nutritionnelle des enfants dans la commune. En raison de diverses contraintes, la recherche concernant l’habitude alimentaire a été limitée au seul aspect qualitatif.

2

I. GENERALITES 1. Situation géographique de la commune a) Emplacement géographique La commune rurale d’Andranofito composée de 7 Fokontany se trouve dans le district d’Antanifotsy, région du Vakinankaratra. Cette commune se situe à 30 km au sud est du chef lieu de district. Elle a une superficie de 283 km2 et limite le district avec celui d’Antsirabe II. b) Climat Le sud Est du district d’Antanifotsy, en particulier la commune rurale d’Andranofito a des saisons plus ou moins particulières qui déterminent et conditionnent la culture dans cette localité : L’hiver est caractérisé par un froid accompagné de petite neige. Il s’étend du mois de juin au septembre. Ce phénomène se voit par une

température environs du 0 degré et le matin avant le levé du soleil une couche des neiges est accompagnée des petites averses Pendant ce temps les

plantes sont dépourvues des feuilles vertes et certaines sont totalement disparues. L’été s’étend du mois d’octobre au mois de Mars. Il s’agit d’une période chaude avec des pluies plus ou moins abondantes suivant l’année. Les grêles détruisent souvent les cultures, pendant les mois de Mars et avril, période pendant laquelle le riz mûrit dans cette localité. 2) Socio-économiques a) Population Pour cette année 2007 la commune rurale d’Andranofito est estimée à 12550 habitants (donnée CSB Andranofito). Elle est cosmopolite mais à prédominance Merina et Betsileo. La population est dispersée dans les vallées là où il y a des terres cultivables. 93,30% des populations sont des cultivateurs ; viennent ensuite les commerçants et les fonctionnaires, respectivement une proportion de 0,16% et

3

2,34%. En raison de l’étroitesse de celle-ci, les hommes ou les pères de famille cherchent du travail, à certaine période de l’année, en dehors de la région. b) Production Les principales productions vivrières sont le riz, le mais, le manioc, la patate douce et la pomme de terre. L’élevage des bœufs et des volailles n’est pas très développé. (Données relevées dans la Monographie de la commune 2006). c) Le secteur santé Cette commune est dotée d’un CSB I et d’un CSB II qui sont tous fonctionnels. Elle a aussi un centre SECCALINE par fokontany opérationnel depuis cette année 2007, œuvrant dans la santé des enfants et de la mère. Son travail consiste à faire des mesures anthropométriques, donner des

éducations, faire des suivis. D’après le responsable ce centre devrait faire même des visites à domicile mais il a rencontré des problèmes comme le matériel, des financements. 3) Généralité concernant les besoins nutritionnels des enfants de 6 à 24 mois Le lait maternel est un aliment complet et idéal pour l’enfant pourtant, à l’âge de 6 mois le lait ne suffit pas pour couvrir les besoins de l’enfant. Il est nécessaire d’ajouter au régime de l’enfant des aliments de complément en respectant certaines règles sur l’hygiènes et de l’équilibre nutritionnel. Il paraît difficile de faire des recommandations concernant, le type, la quantité suffisant pour un enfant mais la mère doit connaître quelques mesures à savoir : - Continuer l’allaitement maternel fréquent sur demande jusqu’à l’âge de 24 mois Introduire des aliments de complément dès l’âge de 6 mois Accroître la quantité d’aliment au fur et à mesure que l’enfant grandit

tout en continuant l’allaitement maternel Accroître la fréquence de l’alimentation complémentaire au fur et à mesure que l’enfant grandit

4

Donner progressivement une nourriture plus consistante et variée au fur et à mesure que l’enfant grandit en adaptant le régime alimentaire aux besoins et capacité de l’enfant Diversifier le régime alimentaire de l’enfant et de la mère allaitante en ajoutant des fruits, légumes, Apporter de bonne mesure d’hygiène et de bonne pratique de préparation de la nourriture. 4)Généralité concernant la malnutrition a)Type de la malnutrition La malnutrition proteino- énergétique est un état pathologique résultant de la carence à la fois en énergie et en protéine Cette malnutrition affecte surtout les enfants à bas âge dont elle retarde la croissance et rend l’enfant particulièrement sensible aux infections, surtout respiratoires et gastro intestinales. On distingue 2 formes cliniques de la malnutrition protéinoénergetique : --Le kwashiorkor :elle résulte essentiellement de l’insuffisance de l’apport en protéines quelque soit le niveau énergétique. --Le Marasme : elle est due à une absorption insuffisante de l’énergie et de protéine à la fois.

b)Indicateurs Le rapport poids /âge : cet indicateur traduit une malnutrition globale au sein d’une population donnée lorsqu’il est faible c’est à dire inférieur à 80%. Selon GOMEZ, en utilisant la courbe ou norme de référence HARVARD, on a 3 degrés de malnutrition : On dit que l’enfant soufre de malnutrition bénigne lorsque son poids par rapport à l’âge entre 90 et 75% de la norme. L’enfant soufre de malnutrition modérée lorsque son poids par rapport à l’âge se situe entre 75 et 60% de la même norme. L’enfant présente une malnutrition sévère lorsque son poids par rapport à l’âge est inférieur à 60% de cette même norme.

5

Le rapport Poids/ Taille : cet indicateur lorsqu’il est faible (inférieur à 80%) indique une malnutrition aiguë. Le rapport taille /âge : Cet indicateur est faible(inférieur à 90%),il reflète une malnutrition chronique c’est à dire de longue durée. C)Causes de la malnutrition Causes immédiates : apport alimentaire insuffisant, maladies Causes sous - jacentes : - sécurité alimentaire insuffisante de ménage Soin maternel et infantile inadéquat Service de santé insuffisant et contexte insalubre Causes fondamentales : - l’ignorances, mauvaises gestions des ressources disponibles. -

6

II. MATERIEL ET METHODES 1. Méthodologie a) Cadre de l’étude La Commune rurale d’Andranofito est dans le Service de Santé de District Antanifotsy. La commune parait très vaste, on ne peut pas étudier toute la totalité de la population, donc on doit faire un choix raisonné et on est obligé de choisir quatre fokontany parmi les sept existants. b) Type d’étude Vu la tranche d’âge de la population cible, l’étude descriptive rétrospective transversale est la mieux adaptée à cette condition. c) Période d’étude La période d’étude s’étend du 15 mai 2005 au 15 novembre 2006. d) Durée d’étude Du 11 février au 30 septembre 2007. e) Population d’étude Couple mère / enfants âgés 6 à 24 mois : * Critères d’inclusion :. Tous les enfants de 6 – 24 mois présents lors du jour de l’enquête. * Critères d’exclusion : mère absente ou malade, enfant résidant hors de la zone d’étude. f) Mode d’échantillonnage Tirage aléatoire stratifié à deux degrés. Choix de 4 fokontany parmi les sept dans la commune. Choix de ménage : on fait la liste exhaustive des ménages qui ont des enfants 6 à 24 mois et on tire au hasard 40% de ces ménages.

7

g) Taille de l’échantillon Fokontany Population totale Enfants 6 à24mois Taille de l’échantillon Total Antambiazona 1875 114 39 Andranofito 5017 457 60 Ambatovaventy Ambohimahazo 1931 177 38 189 2152 184 52

D’après ce tableau notre taille de l’échantillon est de 189 enfants de 6 à24 mois. h) Variables étudiées Pendant l’enquête nous essayons des récolter les maximum

d’informations et les triant selon la demande du sujet - Identité de la mère : Age : moins de15 ans -15à 18ans 18 à35 ans - plus de 35 ans Situation matrimoniale : - mariée - non mariée Profession : - Paysanne - Fonction libérale - Salariée privée - Fonctionnaire - vendeuse

8

Niveau d’instruction : - Ni lire ni écrire - Primaire - Secondaire - Supérieure

Renseignement sur l’enfant - Age (en mois) : 6 à11 mois 12 à24 mois - Genre : masculin, féminin - Nombre de frères : Fille ou fils unique Moins de 3 Plus de 3 Poids de l’enfant :en utilisant le courbe ou norme de référence de HARVARD Normal pour son âge Malnutrition modérée Malnutrition sévère

Taille de l’enfant : Normal Présentant une retard de croissance

Renseignement sur les soins donnés aux enfants - allaitement : oui ; non

9

- Durée de tétée : Moins de 5 mn 5 à10 mn Plus de10 mn - Fréquence de tétée : Moins de 8 par jour Plus de 8 fois par jour - utilisation des aliments de complément : Oui ; non - Technique d’alimentation Passive Active Une alimentation active est définie comme le fait de donner à l’enfant son propre repas dans sa propre assiette, de lui encourager de finir son plat en le jouant avec lui ou de manger avec lui si nécessaire - Age de première alimentation : Moins de 6 mois 6 à 9 mois 9 à 12 mois Plus de 12 mois - Propre assiette de l’enfant : Oui ;Non - Préparation des aliments de l’enfant : Spéciale Avec tout les membres de la famille - Surveillance nutritionnelle de l’enfant : Oui : NON - Prise d’antiparasitaire dans les 6 derniers mois : oui ; non - Prise de Vitamine A : Oui ; Non - Statut vaccinal : Fait total ; non fait

10

- Repas du 24 heures de l’enfant : ce repas de 24 heure est défini par la réponse au question demandée à la mère ce que l’enfant prend la veille du jour d’enquête. on les classe selon les trois groupes d’aliment : Aliment riche en: glucide ; protide ; lipide Glucide+protide ou glucide+lipide Glucide + protide+lipide, Groupe : Energétique ; protecteur, constructeur

Fréquence : moins de3 fois 3 fois Plus de 3 fois

Connaissance, attitude et pratique de la mère en matière de soins - Connaissance MAMA : oui ;non - Durée de l’allaitement exclusif : oui ;non - Connaissance des aliments riche en oui ;non - Connaissance de centre pour les soins des enfants : oui ; non - Pratique pour l’allaitement Exclusif : oui ; non i) Mode de collecte des Données Enquête auprès des ménages: interview de la mère Examination de l’enfant j) Mode d’analyse des données * Manuel * Saisie informatisée: Word et Excel, Epi info Vitamine A :

11

k) Calcul statistique utilisé L’analyse des données utilisera les paramètres statistiques

habituels :,chi deux…et probabilité Condition : une association est significative si la probabilité est inférieure ou égale à 0,05 l) Considération éthique * Consentement éclairé : expliquer l’objectifs et le but de cet enquête * Secret professionnel : la confidentialité * Droit de l’enfant : les enfants ont droit de crier ou de pleurer et aussi des tendresses au cours de l’entretien. * Droit à la liberté d’opinion et d’expression :la mère est libre de répondre ou non à la question posée et on ne peut pas la forcer ou modifier son opinion m) Limite de l’étude La recherche ne peut pas être généralisée, elle est représentative de la commune. Les résultats concernant l’habitude alimentaire ne répondent qu’à l’aspect qualitatif. Mais elle peut inspirer des idées de base pour l’état nutritionnel des enfants dans cette commune.

12

III. RESULTATS 1. Présentation de Résultats Tableau 1 : Répartition des mères selon leurs âges Age Moins de 15 ans 15 à 18 ans 18 à 35 ans Plus de 35 ans Total Effectif 1 17 147 24 189 Fréquence 0,5 9,0 77,8 12,7 100

Ce tableau nous montre que 77,8% des mères appartient à la groupe d’âge de 18 à 35 ans

Tableau 2 : Répartition des mères selon leurs situations Matrimoniales Situation matrimoniale Mariée Non Mariée Total Effectif 157 32 189 Fréquence 83,1 16,9 100

83,1% des mères sont toutes mariées et seules les 16,9% sont vécues seules,

Tableau 3 : Répartition des mères selon leurs Professions Profession Paysan Salariée Privée Vendeuse Fonctionnaire Total Effectif 183 1 3 2 189 Fréquence 96,8 0,5 1,6 1,1 100

Dans cette localité, on voit la prédominance des mères cultivatrices

13

Tableau 4 : Répartition des mères selon leur Niveau d’instruction Niveau d’instruction Ni lire ni écrire Primaire Secondaire Supérieure Total Effectif 48 126 13 1 189 Fréquence 25,5 67,0 6,9 0,5 100

Ce résultat nous permet de dire que les mères ont de niveau d’instruction bas avec un taux d’analphabètes très élevés 25,5%

Tableau 5 : Répartition des Enfants selon leurs genres Genres Masculin Féminin Total Effectif 98 91 189 Tableau 6 : Répartition des enfants selon leurs Ages Ages 6 à 11 mois 12 à 24 mois Total Effectif 61 128 189 Fréquence 32,3 67,2 100 Fréquence 51,9 48,1 100

Tableau 7 : Répartition des mères selon leurs Connaissances en AME Connaissances en AME Oui Non Total Effectif 70 119 189 Fréquence 37,0 62,9 100

Seules les 37,0% des mères ont des connaissances en matière d’allaitement maternel exclusif

14

Tableau 8 : Répartition des mères selon leurs Connaissances en aliment riche en Vit A Aliments riches en Vit A Oui Non Total Effectif 28 160 188 Fréquence 14,9 85,1 100

La connaissance en matière d’aliment riche en vitamine semble ignorer par les mères, seules les 14,9%

Tableau 9 : Répartition des mères selon la Pratique d’AME Pratique d’AME Oui Non Total Effectif 67 122 189 Fréquence 35,5 67 100

Si 37,0% des mères semblent avoir des connaissances sur l’allaitement maternel exclusif, on trouve que, 35,5% les pratiquent

Tableau 10 : Répartition des mères selon leurs Connaissances de l’endroit où aller pour soigner les enfants Connaissances des endroits Oui Non Total Effectif 109 80 189 Fréquence 57,7 42,3 100

Malgré la présence des deux CSB dans la commune et l’existence des centres SEECALINES par fokontany, ce tableau nous montre que 42,3% des mères ignorent leurs existences

15

Tableau 11 :Résultats proprement dits : tenant compte de l’état nutritionnel des enfants Poids /âge Normal Insuffisance pondérale % % Concernant la mère : AGE Moins de 15 ans 100 0 15 à18 35,3 64,7 18 à35 53,7 46,3 Plus de 35 ans 33,8 66,7 Situation matrimoniale Mariée 49,0 51,0 Non mariée 53,1 46,9 Niveau d’instruction Ni lire ni écrire 47,9 52,1 Primaire 49,7 50,3 Secondaire 61,5 38,5 Supérieure 100 0 Profession Paysan 49,7 50,3 Salarié privé 0 100 Vendeuse 100 0 Fonctionnaire 0 100 Concernant l’enfant : AGE 6 à 11 mois 59,0 41,0 12 à24 mois 44,7 55,3 Genre Masculin 52,0 48,0 Féminin 47,3 52,7 Age de première alimentation Avant 6 mois 32,3 67,7 A 6 mois 81,3 18,7 Plus de 6 mois 30,8 69,2 Technique d’alimentation Active 57,4 42,6 Passive 35,8 64,2 Variable Poids /taille Normal Malnutrition aiguë % % 100 64,7 81,6 70,8 79,0 78,1 66,7 88,3 76,9 100 78,7 100 100 50 88,5 74,0 79,6 78,0 71,9 89,1 76,9 79,5 77,6 0 35,3 18,4 29,2 21,0 21,9 33,5 16,7 23,1 0 21,3 0 0 50 11,5 26,0 20,4 22,0 28,1 10,9 23,1 20,5 22,4 Total

Nombre 01 17 147 24 157 32 47 127 13 1 183 01 3 2 61 128 98 91 96 67 26 122 67

16

Propre assiette Oui 52,1 Non 42,6 Préparation spéciale Oui 58,6 Non 48,1 Allaitement Oui 50,3 Non 46,2 Fréquence du lait par jour Moins de 5 fois 38,5 5 à8 fois 55,1 Plus de 8 fois 70,0 Durée de tétée Moins de 10 mn 13,3 10 à15 mn 66,3 Plus de15 mn 100 Fréquence du repas par jour Moins de 3 fois 12,5 3 fois 54,8 Plus de 3 fois 87,0 Groupe d’aliment Energétique 9,9 Constructeur 0 82,9 En +Con ou Energétique + Protecteur E+P+C 96,4

47,9 57,4 41,4 51,9 49,7 53,8 61,5 44,9 30,0 86,7 33,7 0 87,5 45,2 13,0 90,1 0 17,1

80,3 74,5 75,9 79,4 78,8 80,8 70,8 85,9 75,0 55,0 91,9 94,1 70,0 77,8 100 59,3 0 98,6

19,7 25,5 24,1 20,6 21,2 19,2 29,2 14,1 25,0 45,0 8,1 5,9 30,0 22,2 0 40,7 0 1,4

142 47 29 160 163 26 65 78 20 60 86 17 40 126 23 91 0 70

3,6

92,9

7,1

28

Type d’aliment Glucide Protide G+L ou G +P G+P+L Déparasitage Oui Non Prise de Vitamine A

10,0 0 81,4 96,6 41,1 59,1

90,0 0 18,6 3,4 58,9 40,9

58,9 0 98,6 93,1 73,7 84,9

41,1 0 1,4 6,9 26,3 15,1

90 0 70 29 95 93

17

Oui Non Statut vaccinal Fait Non fait Suivi de croissance Oui Non Nombre de Fratrie Unique 1 à3 Plus de 3 Aliment enrichi Oui Non

50,6 41,2 57,8 38,00 56,9 38,4 80,0 55,4 41,0 88,3 11,6

49,4 58,8 42,2 62,0 43,1 61,6 20,0 44,6 59,0 11,7 88,4

80,8 58,8 83,5 72,2 85,3 68,5 80,0 79,2 78,3 94,7 63,2

19,2 41,2 16,5 27,8 14,7 31,5 20,0 20,8 21,7 5,3 36,8

172 17 109 79 116 73 5 101 83 94 95

D’après ce tableau, la durée de tétée avec sa fréquence et les habitudes alimentaires à savoir le type d’aliment consommé et sa fréquence aggravées par le nombre de fratrie sont les indicateurs qui se révèlent significatifs à l’état nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois. Pourtant, même si les autres ne sont pas significatifs, il est évident que la participation de ces indicateurs sur l’état nutritionnel des enfants n’est pas niée.

18

Nous donnons ci-après les graphiques des indicateurs qui se sont révélés significatifs aux tests statistiques
60 50 40 30 20 10 0 1 2 3 4

Figure 1 : Fratrie et insuffisance Pondérale 1 : unique, 2 : 1 à3 ; 3 : plus de 3 Jaune : insuffisance pondérale Rouge : normal Probabilité : 0,05 Chi2 : 5,7

19

50 40 30 20 10 0 1 2 3 4

Figure 2 : Fréquence de l’allaitement et insuffisance pondérale 1 : moins de 5 fois ; 2 : 5 à 8 fois ; 3 : plus de 8 fois Probabilité : 0,02 Chi2 : 7,4

20

60 50 40 30 20 10 0 1 2 3 4 5

Figure 3 : Durée de tétée et insuffisance pondérale 1 : moins de 10 minutes ; 2 : 10 à 15 minutes ; 3 : plus de 15 minutes Probabilité : 0,001 Chi2 : 58,3
70 60 50 40 30 20 10 0 1 2 3 4 5

Figure 4 : Age de première alimentation et insuffisance pondérale 2: avant 6 mois ; 3 : à 6 mois ; 4 : après 6 mois Probabilité : 0,001 Chi2 :43,8

21

90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 1 2 3 4 5

Figure 5 : Type d’aliment consommé et insuffisance pondérale 2 : Glucide ; 3 : glucide+protide ou glucide+lipide ; 4 : glucide+ protide + lipide Probabilité : 0,001
70 60 50 40 30 20 10 0 1 2 3 4 5 6

Chi2 : 112,9

Figure 6 : Fréquence des aliments et insuffisance pondérale 2 : moins de 3 fois ; 3 : 3 fois ; 4 : plus de 3 fois
Probabilité : 0,001 Chi2 : 36,2

22

IV. COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS 1. Situation nutritionnelle des enfants de 6 à 24 mois dans la commune rurale d’Andranofito D’après les résultats de notre étude il ressort que 50,2% des enfants de 6 à24 mois ont présenté une insuffisance pondérale. Dans cette même tranche d’âge, des enfants présentent de la malnutrition aiguë. Il s’agit par conséquent d’un problème de santé publique qui nécessite une investigation plus approfondie. Au niveau national, selon l’EDS 2003-2004, la situation varie de province en province, de région en région et de milieu urbain en rural, ce dernier étant le plus touché avec un taux élevé de 50% pour la malnutrition chronique. Concernant la malnutrition aiguë, le taux dans notre zone d’étude est très élevé : 21,16% contre 7% à Madagascar
(2)

.

Ce fait s’expliquerait par

l’insécurité alimentaire temporaire des ménages pendant la période de soudure, laquelle s’étend dans cette localité du mois d’octobre au mois de mai. 2. Les facteurs de risques de la malnutrition chez les enfants de 6 à24 mois dans cette commune La tranche d’âge le plus vulnérable est celle des enfants 12 à24 mois. Ce résultat pourrait s’expliquer par le problème du sevrage. Les mères ne pratiquent pas l’introduction progressive des aliments de complément et la continuation de l’allaitement maternel jusqu’à l’âge de 24 mois. A Madagascar “ la phase critique de la chute de croissance des enfants se situe entre 6 et 23 mois, c’est à dire au moment du sevrage ” (3 ). a) La taille de la fratrie Les ménages ayant plus de trois enfants couvrent plus de la moitié des enfants malnutris de notre échantillon.

23

b) L’âge d’ablactation. D’après nos résultats, 50,8 % des enfants ont pris des aliments autres que les lait maternel avant l’âge de 6 mois. Pourtant, l’aliment adéquat pour les enfants de moins de 6 mois est exclusivement le lait maternel. “ Les enfants allaités sont 90% moins susceptibles de souffrir d’avitaminose A ” (4). En matière d’alimentation, l’introduction précoce d’aliment et de liquide de complément ainsi qu’une alimentation insuffisante à partir de l’âge de 6 mois constituent des pratiques qui contribuent gravement aux niveau élevé de la malnutrition ” ( 1). En effet, l’introduction d’une alimentation de complément avant l’âge de 4 mois fait courir aux enfants des risques accrus de malnutrition dans la mesure où les aliments et liquides proposés sont d’une qualité nutritionnelle inférieure à celle du lait maternel. De plus donner aux jeunes enfants des liquides et des aliments solides augmente leur risque d’être exposés aux agents pathogènes et, par conséquent, aux maladies diarrhéiques ” ( 1). c) L’âge d’introduction d’aliment de complément 35,4% des enfants seulement ont pris des aliments de complément du lait maternel à l’âge de 6 mois. Or, un enfant de 6 à 12 mois doit manger autre que le lait maternel 3 aliments enrichis et continuer d’allaiter au sein à la demande 8 à10 fois par jour et nuit.
(5)

. En effet, le lait maternel n’apporte pas

tous les éléments nutritifs dont le nourrisson a besoin après six mois ( 6 ). Par ailleurs, après six mois le nourrisson est en général prêt, du point de vue de son développement, à prendre d’autres aliments
(6 ).

Ce résultat pourrait

s’expliquer par le fait que beaucoup de mères ne fréquentent pas les hôpitaux pour l’accouchement. Elles n’ont pas reçu des informations suffisantes pour la bonne alimentation de leurs enfants. d) Les habitudes alimentaires des ménages. D’après nos résultats, l’alimentation des ménages est monotone.

Presque dans toute l’Ile, les habitudes des Malagasy adoptent le riz comme aliment de base. La famille Malagasy traditionnelle, compte sur la quantité des aliments ingérés mais non de leur qualité. Selon le Docteur Aimée

24

RABEHAJA, “ habituellement le Malgache consomme le riz

trois fois par
7)

jour…Le riz fournissait à lui seul l’essentiel des calories et des nutriments ”(

Par ailleurs, dans notre zone d’étude, il y a des endroits où on ne trouve pas de marché qu’à plus d’une heure de marche. Les mères se contentent alors de préparer les aliments de l’enfant à partir des produits disponibles sur place. Une autre habitude vient à son tour aggraver la situation : la consommation des produits de l’élevage familial (volailles, même les œufs) ne se fait qu’à

certaines occasions comme les jours de fête ou lors des maladies. Cependant, les enfants ont besoin d’aliments compatibles avec leurs âges et leurs fonctionnements physiologiques. Selon John Murray “ les méthodes d’alimentation traditionnelle peuvent être améliorées en modifiant la composition, la fréquence et la qualité d’aliments aux nourrissons et aux jeunes enfants ”(
6

).

e) La fréquence des aliments donnés aux enfants Un enfant de 6 à 12 mois doit manger autre que le lait maternel

3 aliments enrichis et ceux de 12 à 24 mois ont besoin de deux goûters par jour tels que : mofo gasy, biscuits, fruits de saison ( 5 ). Cependant, les habitudes des familles enquêtées sont de ne manger que trois fois par jour le goûter et la collation étant ignorée. d) L’âge précoce du sevrage Très souvent, la survenue d’une nouvelle grossesse constitue la cause du sevrage. Par ailleurs, la mère pense qu’en cas de fatigue ou d’émotion la composition de son lait change et pourrait entraîner des maladies à son enfant. Elle arrête donc d’allaiter. Parfois, la mère sèvre l’enfant pour des raisons

esthétiques “ A mesure que le monde de vie moderne gagne du terrain, l’habitude d’allaiter longtemps les nourrissons se perd, même dans les pays en voie de développement ” ( 8 ). “ Cette tendance est alarmante car en général, le lait maternel n’est remplacé par aucun régime satisfaisant ” (8) De même pour celles qui continuent d’allaiter, la fréquence et la durée d’allaitement ne sont pas conformes à la recommandation pour les enfants de leurs âges “ la durée moyenne est d’un quart d’heure ”( 9 ) .la mère pense que si

25

l’enfant peut prendre à lui seul d’autres aliments , elle n’est pas obligée de donner son sein fréquemment à l’enfant et très longtemps. Par contre “ la mère joue un rôle central dans l’alimentation de l’enfant tout au moins jusqu’à

l’adolescence ”(10) ce qui veut dire que l’enfant dépend de sa mère et il ne peut conduire sa vie seule qu’à l’adolescence. Aucun aliment, à l’exception du lait maternel pour le nourrisson n’apporte l’ensemble des nutriments nécessaires(11) et le lait maternel est non seulement la nourriture exacte qu’il faut à l’enfant, mais aussi ses médicaments(9)

26

V. SUGGESTIONS Objectifs D’ici 2008, augmenter le taux d’utilisation de Planning Familial de 5% Stratégies -Intégration de la PF au niveau communautaire -Formation du responsable (agent de santé à base communautaire (:ASBC) Installation des centres ou dépôt de vente au niveau des localités enclavées Organisation des séances de formation et sensibilisation Approvisionnement en produits de PF -Procéder aux IEC réguliers -éducation des groupes vulnérable (mère ayant des enfants plus de 3) :du CIP-----VAD --Facilitation de l’accouchement assisté, si possible au centre -Explication des avantages de l’AME -Séance d’IEC et de communication pour le changement de comportement en alimentation -Séance d’exposition culinaire en utilisant les ingrédients locaux améliorés et enrichis -Communication inter personnelle, communication de petit groupe, à la visite à domicile -Lancer et vulgariser les thèmes, l’objectif de la concours Activités Formation des Agents de santé et des ASBC

D’ici 2 mois, augmenter l’accessibilité des femmes en matière de PF de 10% D’ici 2 mois augmenter la connaissance de la mère en matière de PF de 50%

D’ici 2 mois augmenter la Education et sensibilisation connaissance de la mère -Communication régulière en matière de D’allaitement des Agents/ Mères maternel exclusif (AME) de 80% Améliorer la connaissance -Education Nutritionnelle et la pratique de la mère en -Exposition culinaire matière de choix et de préparation des aliments de complément pour les enfants de 6 à 24 mois

Conscientiser les pères -Réunion des hommes des familles concernant le rôle de la mère allaitante

Encourager la mère de promouvoir l’allaitement et améliorer la qualité des soins donnés à domicile

-Distribution des prix et témoignage de son bien fait

27

Objectifs Renforcer le système de surveillance et du suivi de croissance

Stratégies

Activités

-Redéfinition et évaluation Suivi et évaluation des des activités en matière de activités du centre en santé maternelle et matière de SMI infantile -Formation des agents de santé en SMI

D’ici 2008 augmenter le Augmentation du nombre taux d’utilisation des de personnel formations sanitaires en PF, Maternité, SMI de 20%

Concernant les activités a) Prévention Primaire : 1- Sensibilisation et mobilisation sociale : Communication Inter personnelle →Communication inter petit Groupe→communication de

masse→visite à domicile Thème : -comportement Alimentaire - Les interdits Alimentaires -Rôle de la mère allaitante -Avantage de l’allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois et nécessité de continuer l’allaitement à la demande jusqu’au deux ans 2-Etablir un calendrier d’IEC et d’exposition culinaire en utilisant les ingrédients locaux 3 – Faire une recherche active et repérer les ménages qui ont besoins de visites à domicile b) Prévention secondaire : 1- Formation des agents de santé et des agents de santé à base communautaire

28

2 Planifier et réaliser des surveillances périodiques de l’état nutritionnel des enfants (un vrai diagnostic communautaire auprès des ménages même des petits échantillons). 3 Présenter des émissions aux masses médias : Radio, kabarimpokonolona… c) Prévention tertiaire 1Améliorer le système sanitaire : accessibilité ; rendement

d’utilisation ; …. 2-Augmenter le nombre de personnel de la santé 3 Rechercher des Financements auprès des ONG, organismes nationaux ou internationaux travaillant dans la Protection et la prévention de la santé maternelle et infantile.

29

d) Chronogramme des activités Activités 1 IEC/ CCC Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 8 10 11 12 Responsables Délais Agent de santé/ Mobilisateurs -agent de santé -agent de la SECCALINE * Recherche active * * ** * * * * * * * * * Formation des * Agents de * santé et communautaire Diagnostic communautaire Surveillance et suivi de l’état ** nutritionnel des enfants * * * * * * * * * * * * * * * * * * 30 * * * * * * * * * * * * -agent Tous les communautair 2 mois e de base Responsable Deux fois Nutrition SSD par an Une fois par semaine Tous les 4 mois

Exposition culinaire

* * *

* *

* *

* * * * *

Chef CSB et Responsable SSD l Agent de santé/ SECCALINE

Une fois par an 2 Fois par MOIS

Augmenter le Nombre de Personnel Améliorer la sécurité alimentaire de ménage Rechercher des Financements Suivi et Evaluation des Activités * * * * * * * *

Chef SSD et MIN SAN PF -Autorité Local/ MIN AGRI Chef CSB, Autorité Locale/ SSD Tous les Personnels impliqués Action continue

Pour un Projet

31

VI. CONCLUSION A l’issue de notre recherche nous pouvons conclure que l’état nutritionnel des enfants dans la commune rurale d’Andranofito constitue un problème de santé publique. Le groupe le plus vulnérable est constitué par les enfants de 12 à 24 mois. Les principaux problèmes rencontrés par les mères sont : la faible disponibilité des aliments qui les empêchent de diversifier l’alimentation du bébé, les mauvaises habitudes avec la peur de changer et le manque de connaissance en matière d’alimentation infantile. Pour aider la mère et améliorer l’état nutritionnel des enfants dans cette localité, nous proposons les suggestions suivantes : Renforcement de la compétence et connaissance de la mère en matière d’allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois et en aliments de complément ou de sevrage Introduction de la méthode contraceptive au niveau

communautaire dans les fokontany enclavés Renforcement du système de surveillance et promotion de la croissance Réalisation, au moins une fois par an, d’un vrai diagnostic nutritionnel Notre travail a été limité par la représentativité de notre échantillon. Il a cependant le mérite d’avoir fourni des données de base pour un éventuel suivi de la situation dans cette commune d’Andranofito.

32

BIBLIOGRAPHIE
1-Nutrition en Afrique, Macro international, 1999 (Source : bibliothèque IFIRP, Tananarive) 2-Enquête Démographique et Santé, INSTAT, 1997 3 République de Madagascar, Primature, Politique Nationale de Nutrition, ,2004 4-Helph, Nutrition, Population; The world Bank Group Washington; 1987, 63 pages ( Banque Mondale ) 5 Ministère de la Santé et du Planning Familial, Prise en Charge Intégrée des Maladies des Enfants ;; 2002 ; 36 pages 6- SANGHNI John M, Améliorer la Santé de l’enfant à Nutrition, , 1995 ;pages 20 ( IFIRP) 7- Docteur RABEHAJA Aimée, Les Aliments de Madagascar,. UNICEF, 1999 ; 282 pages (INSPC) 8- OMS , Malnutrition et Maladies, Genève, 1990 ; étude de base N° ; 49 page (IFIRP) 12 9- Docteur Hervé PICARO, Amour, Ménage, Enfants ;, édition Universitaire ; 1991,189 pages (Bibliothèque Nationale) 10-Journal Pédiatrique et puériculture, Volume 11, Avril 1998 11- FAO, OMS Recommandation Diététique Basée sur l’Approche Alimentaire ;; Genève 1998,122 pages travers la

33

ANNEXE : INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE
“ Raha sitrakao mba hanatsarana ny fahasalamana ara-tsakafon’ny reny sy ny zaza dia hametraka fanontaniana monban’ny sakafon’I aminao aho FANONTANIANA MIKASIKA NY RENIN-JAZA Adresse Age Situation matrimoniale date Profession N° Niveau d’instruction

Momba ny zaza 1-Date de naissance: ………………………………Poids :…………… 2-Genre :…………………………………………….Taille :………………. 3-Nombre de Fratrie :……………………………….. 4-Allaitez vous l’enfant : Oui :………Non :………… Si oui, combien de fois par jour :……… Combien de minute :………………….. Si NON, combien de mois :…………… 5-Connaissez vous la MAMA : oui NON

6-D’après vous combien de mois l’enfant doit allaiter exclusivement au sein ?: 7-Etes vous donnés d’autres aliments à l’enfant ? : OUI…..NON……. SI, oui, a quel âge 8-L’alimentation de l’enfant est elle active ou passive ?: Active :……………… Passive :……………

34

9-Est-ce que l’enfant a sa propre assiette ?: Oui :…………….Non :……………..

10- Son repas est-il préparé spécialement ? OUI :…………Non :………………….. 11- Etes vous pesé l’enfant au centre ?: OUI : …….Non :……. Si, Oui : Où :…………….. 12-Connaissez vous d’autre endroit qui s’occupe de l’enfant ? Oui :……………..Non : ……………. 13-L’enfant a il pris des antiparasitaires dans les six derniers mois? Oui :……………….Non : ………………. 14-Pour les vitamines A : Oui :…………Non : ………… 15-Connaissez vous des aliments riches en Vitamine A ? OUI …………...Non : …………… 16-L’enfant a il vacciné ? Fait total : Non Fait : ……………

17-Quels sont les types d’aliment que l’enfant a pris hier ? Type d’aliment Mode de préparation Fréquence Date de début

35

Name Handriniaina

and

First

Names :

RABEMANANTSOA

Samoelinirina

Food habit and nutritional state of the children of 6 to 24 months in the Farming Towinship of Andranofito Category : Publc health Number of pages :32 Number of pictures :11 Number of faces :6 Number of appendices :1 Number of biblographicreferences :11

SUMMARY
Research on the food habit and nutritional state of the children of 6 to 24 months in the farming township Andranofito showed that the Nutritional

problem especially worsens from 12 to 24 months that is the most vulnerable group. The practice of the cares concerning the nursing and the food habits of household aggravated by the number of fratrie, determine the nutritional state of the children in this township . To help the mothers and improve this sitiation, we proposed the following suggestions : -the nutritional education of the mothers -the culinary exhibition while using the available local ingredients -The introduction of the contraceptive method to the communal level -the improvement of the food security of the households Key words : nutritional state, nutritional education, vulnerable group, President of the memory : Professor RAMAKAVELO Maurice Philippe Address of the author : Tsarahonenana Morarano Chôme Merci

36

Nom et Prénoms : RABEMANANTSOA Samoelinirina Handriniaina Habitude alimentaire et état nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois dans la Commune Rurale d’Andranofito Rubrique Nombre de pages Nombre de tableaux Nombre de figures Nombre d'annexes : Santé Publique : 32 : 11 :6 :1

Nombre de références bibliographiques : 11

RESUME
La recherche sur l’habitude alimentaire et état nutritionnel des enfants de 6 à 24 mois dans la commune rurale d’Andranofito a montré que le problème nutritionnel s’aggrave surtout de 12 à 24 mois qui est le groupe le plus vulnérable. La pratique des soins concernant l’allaitement et les habitudes alimentaires de ménage qui sont aggravés par le nombre de fratrie, déterminent l’état nutritionnel des enfants dans cette commune. Pour aider la mère et améliorer cette situation nous avons proposé les suggestions suivantes : - l’éducation nutritionnelle des mères - l’exposition culinaire en utilisant les ingrédients locaux disponibles - l’introduction de la méthode contraceptive au niveau communautaire L’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages

Mots-clés : état nutritionnel, éducation nutritionnelle, groupe vulnérable Président du mémoire : Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe Adresse de l'auteur : Tsarahonenana Morarano chrôme

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful