Vous êtes sur la page 1sur 40

Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.

2/14-767_V1

Document Technique d’Application

de
Référence Avis Technique 3/14-767
Annule et remplace l’Avis Technique 3/10-657

ali
nv
Mur à coffrage intégré une
BERLIMUR®

no
face
Incorporated shuttering wall
one side
Wand mit integrierter NF EN 14992 et
Schalung Relevant des normes
ue
NF EN 15258
Titulaire : SPURGIN LEONHART
Route de Strasbourg
BP 20151 – 67603 SELESTAT CEDEX
Tél. : 03.88.58.88.30
niq

Fax : 03.88.82.83.97

Usines : SPURGIN LEONHART


Z.I. rue Louis Renault
F-68127 Ste Croix en Plaine
ch

SPURGIN LEONHART
Allée des Noisetiers -
Parc Industriel de la Plaine de l’Ain
F-01150 BLYES
Te

SPURGIN LEONHART
Z.A. du Bois Gueslin
F-28630 Mignières
is

Commission chargée de formuler des Avis Techniques


(arrêté du 21 mars 2012)
Groupe Spécialisé n°3
Av

Structures, planchers et autres composants structuraux

Vu pour enregistrement le 28 janvier 2015

Secrétariat de la commission des Avis Techniques


CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, FR-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr

Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
 CSTB 2015
Le Groupe Spécialisé n° 3 de la Commission chargée de formuler des Avis
Techniques a examiné le 30 avril 2014 le procédé de mur à coffrage intégré une
face « BERLIMUR® » exploité par la société SPURGIN LEONHART. Il a formulé sur
ce procédé l’Avis Technique ci-après, qui annule et remplace l’Avis Technique
3/10-657. Cet Avis est formulé pour les utilisations en France Européenne.

ANNEXE nationale française (NF EN 1992-1-2/NA) à l'ensemble du mur


considéré comme homogène de ce point de vue. En particulier, les
1. Définition succincte voiles porteurs seront justifiés par application de la clause 5.4.2, les
éléments fléchis perpendiculairement à leur plan seront justifiés par
1.1 Description succincte application de la clause 5.7 et les poutres sont justifiées par applica-
Procédé de mur à coffrage intégré une face, constitué d’une paroi tion de la clause 5.6.
mince préfabriquée en béton armé, rigidifiée par des raidisseurs métal- Les actions dues à la température sont déterminées suivant la norme
liques verticaux et servant de coffrage en œuvre à un béton prêt à NF EN 1991-1-2 avec son ANNEXE nationale française (NF EN 1991-1-
l’emploi, pour réalisation de murs articulés ou encastrés. Le mur est 2/NA). Les joints entre prémurs dont la largeur e reste inférieure ou
mis en œuvre contre un support qui est soit un ouvrage de soutène- égale à 20 mm sont négligés pour le calcul des températures. Les
ment (type paroi berlinoise) soit un mur de joint de dilatation. actions mécaniques sont combinées, en situation accidentelle, confor-
Des aciers de liaison sont insérés en œuvre dans le béton coulé sur mément à la norme NF EN 1990 avec son ANNEXE nationale française
place ; les panneaux de coffrage peuvent être associés à des éléments
structuraux complémentaires coulés sur place ou préfabriqués aux- Prévention des accidents lors de la mise en œuvre et de
quels ils peuvent être reliés par des aciers de continuité pour consti- l'entretien.
tuer des poutres-voiles, poutres ou poteaux. Le système permet de l’assurer normalement.
Les panneaux sont destinés à la réalisation de parois porteuses ou
non, complétés en œuvre par un système d’isolation thermique par un
Isolation thermique
doublage intérieur isolant. Elle est assurée par le système d'isolation thermique rapporté, par
Ils peuvent, sur une partie de leur surface, comporter deux parois l’intérieur. La vérification est à effectuer selon les « Règles Th-U », en
préfabriquées. se référant, le cas échéant, à l’Avis Technique visant ce système.

Les revêtements intérieurs correspondent à des finitions classiques sur Isolation acoustique
béton lisse ou à des finitions classiques sur doublage isolant selon le
A défaut de résultat expérimental, l'ensemble des parois coffrantes et
cas.
du béton coffré peuvent être considéré comme une paroi homogène en
béton. L’estimation de la performance de cette paroi pourra être réali-
1.2 Identification sé selon l’ANNEXE B de la norme européenne EN 12354-1.
L’identification des composants se fait comme indiqué au paragraphe
L’estimation de la performance du bâtiment complet (objet de la ré-
A.1.3 par le tenant du système.
glementation acoustique) pourra être effectué lui aussi à l’aide la série
de norme EN 12354-1 à 6.
1.3 Mise sur le marché
Pour l’application des « Exemples de Solutions Acoustiques» destinés à
En application du Règlement (UE) n° 305/2011, le procédé de mur
faciliter l’application de la réglementation acoustique on assimilera ce
BERLIMUR fait l’objet d’une déclaration des performances (DdP) établie
mur à un mur homogène de même épaisseur en béton coulé sur place.
par SPURGIN LEONHART sur la base de la norme NF EN 14992 ou de la
norme NF EN 15258. Étanchéité des murs extérieurs
Les produits conformes à cette DdP sont identifiés par le marquage CE. L’étanchéité peut être considérée comme normalement assurée
moyennant, grâce à un bétonnage très soigneux (utilisation de gou-
2. AVIS lottes de bétonnage notamment) en particulier au voisinage des points
singuliers (raccordements entre panneaux...), l’absence de tout vide
L’Avis porte uniquement sur le procédé tel qu’il est décrit dans le entre parois coffrantes.
Dossier Technique joint, dans les conditions fixées au Cahier des Pres-
criptions Techniques (§2.3). Risques de condensation superficielle
Les murs à isolation rapportée à l’intérieur comportent, à leur jonction
2.1 Domaine d'emploi accepté avec un mur de refend et avec un plancher, les mêmes ponts ther-
Murs d’ouvrages, de locaux d’habitation, bureaux, établissements miques que les systèmes de murs traditionnels de même configura-
recevant du public, locaux industriels pouvant comporter plusieurs tion, qui risquent de favoriser l’apparition de condensations.
niveaux de sous-sol, en situation immergée ou non. Le support exis-
tant est de type mur de soutènement (paroi berlinoise par exemple) Confort d'été
ou murs de joints de dilatation. Les limites de hauteur résultent de Pour la détermination de la classe d'inertie thermique quotidienne des
l’application des règles de dimensionnement approuvées, définies ci- bâtiments, qui constitue un facteur important du confort d'été, les
après. murs extérieurs de ce procédé appartiennent à la catégorie des parois
Possibilité d’emploi en zone sismique moyennant les dispositions cons- lourdes à isolation rapportée à l’intérieur. Leur inertie est déterminée
tructives définies dans le Dossier Technique et complétées par les au moyen des règles TH-I.
prescriptions techniques correspondantes ci-après.
Finitions-Aspect
Les éléments avec des peaux d’épaisseur nominale inférieures à
55 mm ne sont pas visés par l’avis quant à leur aptitude au levage. Les finitions prévues sont soit les finitions classiques sur béton soit les
finitions du parement du doublage isolant. Leur comportement ne
2.2 Appréciation sur le procédé devrait pas poser de problème particulier si leurs conditions de mise en
œuvre satisfont au Cahier des Prescriptions Techniques ci-après. Il ne
2.21 Satisfaction aux lois et règlements en vigueur peut être cependant totalement exclu que, malgré la présence néces-
saire d'aciers de liaison, de fines fissures, sans autre inconvénient que
et autres qualités d'aptitude à l'emploi. leur aspect, se manifestent au droit de certains joints entre panneaux
de coffrage non revêtus. En cas d’absence d’aciers de liaison dans les
Stabilité
jonctions intérieures, une fissuration du mur au droit des joints est
La stabilité des ouvrages à laquelle peuvent être associés, dans les probable.
limites résultant de l’application du Cahier des Prescriptions Tech-
niques ci-après, les murs réalisés selon ce procédé, peut être norma- 2.22 Durabilité-Entretien
lement assurée.
Moyennant les précautions de fabrication et de mise en œuvre, et les
Les systèmes associés à ce procédé de mur, et en particulier les sys- limitations précisées dans le Cahier des Prescriptions Techniques, les
tèmes de plancher, doivent être vérifiés suivant les prescriptions des murs de ce procédé ne devraient pas poser de problème particulier de
textes de référence s’y rapportant (DTU ou Avis Technique suivant la durabilité. Il est entendu que, pour les ouvrages d’isolation associés, il
traditionalité ou non du système concerné). y a lieu de se référer, cas par cas, soit à l'Avis Technique spécifique
dont ils relèvent lorsqu’ils ne sont pas traditionnels, soit au DTU les
Sécurité au feu. concernant lorsqu’ils sont traditionnels.
Les durées des critères d'exigence coupe-feu ou stabilité au feu d'un
mur réalisé selon le procédé « BERLIMUR » peuvent être justifiées par
application des règles de calcul de la norme NF EN 1992-1-2 avec son

2 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


2.23 Fabrication et contrôle
Réalisée en usine fermée spécialement équipée, la fabrication des
panneaux de coffrage, qui fait appel pour l’essentiel aux techniques de
la préfabrication lourde bénéficie de la précision que permet ce mode
classique de fabrication.

2.24 Mise en œuvre


Effectuée par des entreprises en liaison dès la phase de conception
6- Le bétonnage s'effectue dans les conditions de vitesse spécifiées au
avec le fabricant titulaire de l'Avis, qui leur livre les panneaux de
paragraphe 5.22 du Dossier Technique.
coffrage accompagnés du plan de pose complet, elle présente d'impor-
tantes différences par rapport aux méthodes traditionnelles définies 7- Hauteur de bétonnage : la hauteur maximale de chute de béton des
dans le DTU n° 23.1, entre autres : murs n’excèdera pas 3 m quelque soit l’épaisseur de béton coffré.
 présence de raidisseurs segmentant le volume à bétonner ; Lorsque les hauteurs de panneaux sont supérieures à cette hauteur
maximale et ne permettent donc pas le bétonnage par trémie disposée
 épaisseur du béton de remplissage pouvant être inférieure à 12 cm ;
en tête de panneau, le bétonnage doit être réalisé par introduction
 absence de vibration du béton ; d’un tube souple dans le vide coffré (lorsque l’épaisseur du vide le
 limitation à l'épaisseur du seul voile coulé en œuvre des sections de permet) ou par une lumière pour trémie latérale respectant cette
continuité en rives des panneaux ; même hauteur limite.
 relative difficulté de mise en place d'aciers de continuité horizontaux Dans ce cas on doit s’assurer du bon remplissage des panneaux par
dans les jonctions verticales. l’examen des joints verticaux entre panneaux, par le contrôle du vo-
lume du béton déversé ainsi que par une observation directe par les
 impossibilité d'observer la qualité du bétonnage en partie courante. ouvertures éventuelles dans les panneaux.
Ces caractéristiques engendrent des limitations précisées dans le 8- Cisaillement et coutures
Cahier des Prescriptions Techniques ; elles nécessitent en outre de
l'entreprise de mise en œuvre des précautions particulières et un La vérification des joints entre panneaux au cisaillement (du à l’effort
entraînement des équipes de montage. Le titulaire de l'Avis fournira tranchant) se fera selon les spécifications du paragraphe 3.212 du
aux entreprises un Cahier des charges de montage et mettra à leur dossier technique et celles de l’ANNEXE 6.
disposition, sur leur demande, des possibilités de formation du person- 9- Dispositions parasismiques
nel. Il leur diffusera le contenu du présent Avis Technique et notam-
a) Stabilité d’ensemble :
ment le domaine d’emploi accepté et les prescriptions techniques dont
il est assorti. La détermination des efforts induits par les actions sismiques sur
un voile réalisé en mur à coffrage intégré une face peut se baser
2.3 Cahier des Prescriptions Techniques. sur la section homogène équivalente au voile banché substitué.
Dans le cas de figure où le voile est libre sur l’un de ses côtés, on
2.31 Conditions de conception pourra se reporter à la vérification de la stabilité de forme effectuée
1- Les justifications de calcul de stabilité et de résistance des murs pour les poutres voiles.
doivent prendre en compte la présence des joints entre panneaux de Les murs à coffrage intégré une face peuvent être assimilés à un
coffrage et donc n’être arrêtées qu’après calepinage de l’ouvrage. voile banché de section homogène équivalente à condition de res-
2- Pour la détermination de la capacité résistante en section courante du pecter les dispositions et justifications suivantes.
mur à coffrage intégré une face, La résistance équivalente à la com-
b) Liaisons entre murs à coffrage intégré une face en zone courante :
pression prise en compte pour l’épaisseur de la partie structurelle du
mur correspond à : Les liaisons seront réalisées conformément au Dossier Technique,
§3.3.
A défaut de justifications par le calcul, les liaisons horizontales sont
 3 e p en 
 min  f ck , p  3 10  4 Ev , n  1   ; f ck ,n  proscrites et pour les liaisons verticales : réalisation de poteaux au

e p  en 2
f ck ,eq 28 droit des joints, dans lesquels sont incorporées des armatures hori-

  zontales de continuité ancrées au-delà des raidisseurs de rives. Les
poteaux doivent comporter une face accessible avant bétonnage et
(21)
visible après décoffrage.
Dans le cas de justifications par le calcul, l’effort tranchant sollici-
Avec : tant doit être comparé aux efforts tranchants résistants mobili-
fck,p : résistance caractéristique du béton de la paroi préfabriquée sables en fonction du type de liaison (horizontale ou verticale) et du
fck,n : résistance caractéristique du béton du noyau coulé en œuvre cas de charge étudié. Cette vérification est réalisée par le Bureau
d’Études Interne du titulaire et permet de déterminer le type de
Ev,n : module élastique différé du béton du noyau coulé en œuvre liaison à utiliser pour le panneau étudié.
ep : épaisseur de la paroi préfabriquée intérieure c) Liaisons entre murs à coffrage intégré une face au droit d’une
en : épaisseur du noyau coulé en œuvre dalle : Afin de s’assurer du non glissement du voile par rapport à la
Cette résistance sera prise en compte pour l’ensemble des éléments dalle sous les sollicitations dynamiques, l’article 5.4.3.5.2(4) de la
intégrés dans le BERLIMUR (poutre voile…) norme NF EN 1998-1 et son ANNEXE nationale doit être vérifié sur
la base du noyau du mur à coffrage intégré.
3- Pour les murs ayant un fonctionnement principal vertical, les joints
horizontaux seront disposés en proximité immédiate des dia- d) Liaisons à l’intersection de deux ou plusieurs murs à coffrage inté-
phragmes (dalles, poutres, couvertures contreventées,…). Pour les gré une face : Les intersections de voiles nécessitent systémati-
murs ayant un fonctionnement principal horizontal, les joints verti- quement la mise en œuvre d’un chaînage vertical. Ce chaînage
caux seront disposés en proximité immédiate des raidisseurs (re- peut être incorporé dans le mur à coffrage intégré une face ou mis
fends, poteaux, goussets,…) en œuvre par le biais des armatures de coutures. Le choix entre
ces deux solutions sera fonction de la section du tirant, de
4- Les valeurs d’enrobage nominal sont déterminées à partir des valeurs l’épaisseur du mur à coffrage intégré une face et des contraintes de
d’enrobage minimal définies, conformément au paragraphe 2.3 du mise en œuvre. Les dispositions minimales de la NF EN 1998-1 et
Dossier Technique, et en tenant compte des tolérances d’exécution son ANNEXE nationale française NF EN 1998-1/NA doivent être res-
spécifiées au paragraphe 4.3 du Dossier Technique. pectées, notamment l’utilisation d’armatures de types B ou C (ar-
5- L’ancrage des barres longitudinales doit être conforme à l’article 8.4 ticle 5.3.2 de la NF EN 1998-1).
de la norme NF EN 1992-1-1 et son ANNEXE nationale. Il y a lieu de 10- Dans le cas d’utilisation du procédé en poutre voile, à défaut de
tenir compte également de l’enrobage intérieur de l’armature dans justifications de la résistance de la liaison, chaque panneau de
le voile préfabriqué via l’introduction d’un coefficient α7 égal à : « BERLIMUR » doit correspondre à une travée de poutre voile.
a) si l’enrobage minimal de l’armature de structures est supérieur 11- Dans le cas de calfeutrement des joints de murs, tenir compte pour la
à 10 mm par rapport à la surface de reprise ; justification des « BERLIMUR » de la réduction de section de béton au
b) 1,25 si l’armature est tangente à l’interface de reprise ; droit de ces joints.
c) 2 si l’armature est sécante à l’interface de reprise. 12- On doit disposer un cordon d’étanchéité à l’extrémité d’un voile
coffrant, en l’absence d’autre dispositif d’étanchéité spécifique rap-
La longueur d’ancrage de calcul de l’armature dans le voile préfa-
porté s’opposant au cheminement éventuel d’infiltrations corrosives
briqué vaut α7lbd, avec la longueur d’ancrage de calcul lbd définie à
pour les aciers traversant le plan de contact entre voile coffrant et bé-
l’article 8.4.4 de la norme NF EN 1992-1-1 et son ANNEXE natio-
ton coffré.
nale.
Note : dans le cas d’une poutre-cloison, seule la configuration (a)
ci-dessous peut être retenue.

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3


2.32 Conditions de fabrication Dans le cas de joints pour lesquels l’étanchéité des ouvrages avec
pression hydrostatique est assurée par le béton seul, les zones coulées
Compte tenu de la minceur des voiles de coffrage, les raidisseurs en place au droit des joints verticaux doivent être vibrées.
métalliques doivent être fabriqués avec une grande précision pour
respecter les exigences d’enrobage minimal. Le désaffleurement éventuel entre panneaux de coffrage doit être
traité avec un mortier de ragréage avant la mise en œuvre des revê-
Ces raidisseurs doivent faire l’objet d’une certification NF AFCAB ou tements.
équivalent. Le critère de certification est le suivant :
Les systèmes d’isolation doivent être mis en œuvre conformément aux
 résistance des soudures : Avis Techniques qui les concernent.
Ce contrôle porte sur la résistance des soudures du treillis aux aciers Le titulaire devra fournir à l’entreprise toutes les informations concer-
longitudinaux inférieurs et supérieurs. Il s'agit de la résistance au nant les spécificités pose, mise en œuvre, calage, notamment la dé-
cisaillement d'une seule soudure sollicitée par traction exercée sur une coupe éventuelle des raidisseurs horizontaux en partie basse.
diagonale du treillis, l'effet éventuel de la seconde soudure de la
boucle étant neutralisé par le sciage préalable de la boucle. Les documents à fournir par le titulaire sont :
Statistiquement, avec un fractile de 5% et un niveau de confiance de  Les plans de calepinage et de préconisations de pose,
90%, les résistances de ces soudures doivent être supérieures aux  La notice de pose.
valeurs données, en fonction des diamètres des diagonales, dans le
Les plans de pose et la notice de pose doivent comprendre à minima :
tableau ci-après :
 L’angle limite de levage
Tableau n° 1
 Le nombre de points de levage
 L’utilisation le cas échéant d’un système équilibrant
 Les charges des équipements de sécurité prévues pour le domaine
Force disponible à la d’utilisation considéré (type de MCI, poids limite d’utilisation)
des Diagonales Résistance de la
limite élastique FS
(sinusoïdes) soudure R [daN]  Les inserts de levage devront être clairement identifiables lors d’un
[daN]
contrôle visuel (peinture, etc…)
 5 mm 980 982 Ces données devront respecter les valeurs de CMU données en
ANNEXE du présent Avis
 6 mm 1180 1414

2.33 Contrôles Conclusions


Le béton des panneaux de coffrage doit faire l'objet d'un contrôle
régulier. Les contrôles doivent permettre de garantir les caractéris-
Appréciation globale
tiques suivantes : L’utilisation du procédé dans le domaine d’emploi visé est appréciée
favorablement.
 la résistance caractéristique à la compression à 28 jours du béton de
la paroi préfabriquée, fc,k ;
 épaisseur de la paroi ;
Validité
6 ans, jusqu'au 30 avril 2020.
 enrobages des armatures, des raidisseurs et des inserts de levage ;
 spécifications techniques de l’insert (matériau, dimensions et tolé-
rances), avec catalogue des caractéristiques des inserts ;
 conditions de mise en œuvre à la fabrication (enrobage intérieur Pour le Groupe Spécialisé n°3
effectif de l’insert, longueur d’ancrage de l’insert, ferraillage spéci- La Présidente
fique de renfort autour des inserts, nombre d’inserts) ; Roseline LARQUETOUX
 identification visuelle des inserts de levage ;
 épaisseur de l’ajout de béton au droit de l’insert (≥15 mm).

2.34 Conditions de stockage et de transport


Le stockage des raidisseurs et leur manutention entre le lieu de stock-
age et leur mise en place dans le moule ne doivent pas altérer leurs
3. Remarques complémentaires
qualités techniques et dimensionnelles. du Groupe Spécialisé
La manutention des éléments, dans une position verticale, s’effectue Le groupe rappelle que le mur en phase définitive est constitué de la
uniquement par les boucles de levage, incorporées dans la paroi de paroi préfabriquée et du béton coulé en place, et qu’il doit être dimen-
l’élément, prévues à cet effet. En aucun cas la manutention ne peut sionné par le bureau d’étude, en tenant compte notamment des ac-
s’effectuer par d’autres armatures. tions telles que les poussées des terres à long terme, présence
Lors du transport à plat des panneaux, on doit limiter la charge sur le d’avoisinant, poussée de l’eau, etc. A contrario, en phase provisoire, la
panneau le plus sollicité. partie préfabriquée est dimensionnée sous la seule action du béton
frais.
Le stockage sur chantier des éléments doit être effectué sur une aire
régulièrement plane et stable à la charge de l’entreprise ; l’aire de Le Groupe attire l’attention sur la nécessité d’un positionnement cor-
livraison doit être facile d’accès pour les camions. rect de la surépaisseur au droit des inserts de levage afin que celle-ci
soit efficace.
2.35 Conditions de mise en œuvre Concernant le système de levage intégré, le Groupe tient à préciser
Pour la stabilité en phase provisoire, le dimensionnement des douilles que l’Avis intègre l’utilisation des inserts de levage des murs dans des
doit être réalisé pour la valeur de vitesse de vent spécifiée dans les conditions d’épaisseurs définies dans le DTed. Les capacités portantes
DPM. En l’absence de vitesse de vent spécifiée dans les DPM, une des inserts de levage sont déterminées à partir d'essais réalisés sui-
valeur de 85 km/h, quelle que soit la direction du vent, sera retenue vant le protocole CSTB en date du 11-6-2012. Conformément à ce
(en référence à la norme NF P 93 350 relative aux banches, art. protocole, les rapports d'essais portant sur le cas de figure le plus
6.3.1.6). défavorable sont établis par un organisme indépendant du demandeur
(extérieur au demandeur) qui atteste de la fiabilité des informations.
Le bétonnage en œuvre doit être réalisé conformément aux prescrip-
tions des paragraphes 2.31.6 et 2.31.7 ci-avant et du paragraphe 5.2 Le Groupe tient à rappeler que le stockage et le transport à plat sont à
du Dossier Technique. L’épaisseur du béton coulé sur place doit être en proscrire. Toutefois, ils sont exceptionnellement admis dans les cas
tout point supérieure à 60 mm toutes tolérances épuisées. prévus dans le document « Prescriptions minimales à intégrer à la
conception du procédé constructif MCI pour une mise en œuvre en
Avant de procéder au bétonnage, la paroi coffrante doit être humidi-
sécurité » publié par l’INRS (ED6118) et en respectant les dispositions
fiée, au jet d’eau par exemple ; tout excès d’eau en pied de coffrage
prévues par ce même document
doit être évacué avant bétonnage. On doit s’assurer avant bétonnage,
que les dispositifs d’étanchéité des coffrages en rive basse et dans les
joints ont été correctement mis en place.
Les joints non étanchés entre panneaux de coffrage et entre ceux-ci et Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n°3
les planchers doivent être rembourrés avec soin au mortier. Anca CRONOPOL
Si l’utilisation de coupleurs d’armatures est prévue, ces derniers doi-
vent bénéficier d’un certificat délivré par l’AFCAB.

4 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


ANNEXE – CMU des BOUCLES de LEVAGE

La présente ANNEXE fait partie de l’Avis Technique : le respect des valeurs indiquées est une condition impérative de la validité de l’Avis.

Sur la base des essais de qualification fournis par SPURGIN LEONHART, les valeurs de la Charge Maximale d’Utilisation (CMU) par boucle sont
données dans le tableau ci-dessous. Ces valeurs correspondent à des charges équivalentes pour un levage droit. Elles peuvent être considérées
pour un levage avec accrochage direct du crochet d’élingue sur la boucle ou dans le cas d’interposition d’une élingue câble telle que définie dans le
dossier technique.
Commentaire : La situation critique correspond parfois à un levage à 60° mais les résultats sont transposés pour afficher la valeur équivalente en
levage droit.

Diamètre Epaisseur Enrobages Levage en position Levage à plat du Retournement


boucle nominale paroi nominaux verticale MCI du MCI
Réf. boucle
1 h1 c1 CMU1 CMU2 CMU3

Crochet
Berlimur  16 mm ≥ 55 + 10 ≥ 10 20,3 kN 5,95 kN 12,8 kN
16 mm

Vérification de la résistance des boucles au levage

Situation de levage Levage en position verticale(1) Levage à plat Retournement

Vérification

Schémas cas de
levage

(1)
La formule ci-dessus correspond à une disposition symétrique des boucles par rapport au centre de gravité.
Dans les autres cas, on tiendra compte du positionnement des boucles pour la détermination des efforts.

p = poids surfacique du mur de coffrage intégré [kN/m²]


A= surface du mur de coffrage intégré [m²]
Q= poids des équipements de sécurité éventuels [kN]
nb = nombre de points de levage effectifs : 2 dans le cas courant, 4 dans le cas de levage avec 4 boucles et système équilibrant.
ed = coefficient d'effet dynamique dû au levage =1.15
pp = coefficient d’incertitude sur poids propre =1.05

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 5


Dossier Technique
établi par le demandeur

A. Description 2.3 Aciers pour armature


2.31 Armatures de peaux
1. Définition et domaine d’emploi du Aciers B500A, B500B, B450B, en barres filantes ou façonnées intégrés
BERLIMUR aux BERLIMUR, conformes aux normes NF A 35-016-1 ou NF A 35-
019-1
1.1 Destination et principe Panneaux de treillis soudés B500A, B500B, B450B, intégrés aux
Le procédé de mur à coffrage intégré une face BERLIMUR est destiné à BERLIMUR ou utilisés en acier de liaison, conformes aux normes NF A
la réalisation des parois porteuses ou non en infrastructures et en 35-016-2 ou NF A 35-019-2.
superstructures. La paroi préfabriquée a une épaisseur variant selon le Aciers B 235 pour boucles et organes de levage ou manutention,
cas de 5 à 7 cm, rigidifié par des raidisseurs métalliques. conformes à la norme NF A 35-015. (Voir Art 9)
Le BERLIMUR peut être selon le cas : (Cf. FIGURE 4 Détail / Position des aciers)
 A une face coffrante : Lorsque l’on se trouve contre une paroi exis- La paroi coffrante comprend au minimum :
tante (berlinoise ou autre). Dans ce cas il est possible d’intégrer ou
 0,6 cm2/ml d’aciers verticaux (aciers filants des raidisseurs non
non au BERLIMUR, le ferraillage en 2ème face par l’utilisation de
compris)
treillis soudés.
 1,2 cm2/ml d’aciers horizontaux
 Avec une 2ème face partiellement coffrante : Lorsque l’on se situe
en utilisation commune entre le blindage de l’infrastructure et la pa-  Espacement maximum dans les deux sens inférieur ou égal à 33 cm
roi existante de la superstructure. Pour les parois devant assurer une étanchéité la paroi en contact avec
Pour les zones dans lesquelles il y a 2 faces coffrantes, on se reportera l’eau comprend au minimum:
aux prescriptions de l’Avis Technique 3/10-671 « Prémur ».  0,125 % de la section totale de béton dans le sens vertical.

1.2 Domaine d’emploi visé  0,125 % de la section totale de béton dans le sens horizontal.

Le procédé de mur à coffrage intégré une face BERLIMUR, est destiné  Diamètre des armatures supérieur ou égal à 8 mm pour la paroi en
à la réalisation de murs en infrastructures et superstructures de contact avec l’eau ou le milieu agressif.
types : caves, parkings souterrains, galerie de liaison, silo, murs de  Espacement maximum des aciers dans les deux sens inférieur ou
soutènement, murs de bassins ou de piscines, d’ouvrages soumis à égal 20 cm.
une pression hydrostatique, JD. Les limites de hauteur résultent de L’enrobage des armatures est choisi en fonction de la nature agressive
l’application des règles de dimensionnement approuvées, définies ci- ou non du milieu ambiant dans lequel sera placé le BERLIMUR, il est
après. défini en fonction de la classe d’exposition.
Le Berlimur est mis en place contre un support qui est soit un ouvrage Pour les parois qui sont situées dans les locaux couverts clos et qui ne
de soutènement de type paroi berlinoise, soit un mur de joint de dila- sont pas exposées aux condensations, l’enrobage minimal est de 1 cm.
tation.
Pour les parois qui sont soumises (ou susceptible de l’être) à des
Possibilité d'emploi en zone sismique moyennant les dispositions spéci- actions agressives, ou à des intempéries, ou des condensations,
fiques définies dans le Dossier Technique et complétées par les pres- l’enrobage minimale est de 2 cm.
criptions techniques correspondantes ci-après.
Les enrobages pour les faces exposées, supérieurs ou égale à 3 cm,
Les systèmes associés à ce procédé de mur, tels que les systèmes de pourront être réduits de 1 cm moyennant les dosages minimaux et les
planchers à prédalles en béton armé raidies par des raidisseurs métal- résistances caractéristiques minimales visées à l’Art 2.1.
liques, qui relèvent d'Avis Techniques spécifiques, ne sont pas visés
par le présent Avis. 2.32 Raidisseurs
1.3 Identification des composants Des raidisseurs métalliques (Cf. FIGURE 3 Poutrelles raidisseurs
Chaque BERLIMUR est identifié par une étiquette qui mentionne :
 le nom du fabricant, la date de fabrication, le code d’identification de ) espacés au plus de 60 cm assurent la liaison entre la paroi préfabri-
l’usine quée et le béton coulé en place. Les raidisseurs seront certifiés NF
AFCAB ou équivalent.
 le nom du chantier, le numéro de client et la référence d’ordre de
livraison, Ils sont de section triangulaire (type KAISER OMNIA KT 800 ou équiva-
lent).
 la classe de béton, le type d’acier,
La section des armatures hautes et basses des raidisseurs sera prise
 le numéro de produit correspondant au plan de pose, le numéro de
en compte dans la section mécanique des armatures parallèles aux
palettisation.
raidisseurs.

2. Matériaux utilisés 2.33 Armatures complémentaires


Des armatures complémentaires peuvent être disposées dans le noyau
2.1 Béton des parois préfabriquées coulé en place. Elles peuvent être en HA ou en Treillis soudés. Ces
Le béton réalisé en usine est conforme à la norme NF EN 206-1 con- dernières correspondent aux aciers mécaniques extérieurs du
cernant les classes d’environnement. BERLIMUR.

Granulométrie sable 0/4 gravillons 4/8 et 8/16 2.4 Insert de levage


La résistance caractéristique minimale est de 40 Mpa sur cylindre à 28 Le façonnage des inserts est défini en ANNEXE 1.
jours, 20 Mpa sur cube à la livraison.
L’insert comporte une armature principale et une entretoise en partie
2.2 Béton de remplissage supérieure de même diamètre réalisée en acier B 235.

Béton Prêt à l’Emploi, conforme au projet et à la norme NF EN 206-1 Les spécifications de l’intégration des inserts dans le Berlimur sont
et de résistance caractéristique minimale de 25 Mpa à 28 jours (classe définies en ANNEXE 2.
de résistance mini C25/30) ou tout autre formule agrée.
2.5 Douilles
 pour des épaisseurs de remplissage inférieures ou égales à 9,5 cm :
microbéton avec un Dmax 8 ou un Dmax 10. Des douilles métalliques type PFEIFER (Cf. FIGURE 5 Douilles métal)
ou équivalent sont scellés dans la paroi du panneau. Elles assurent la
 pour des épaisseurs de remplissage supérieures à 9,5 cm : Dmax liaison de la paroi intérieure BERLIMUR avec les étais tire-pousse
16. pendant le montage et le bétonnage. Elles sont utilisées en combinai-
Classe de consistance S4 ou S5 (affaissement au cône d’Abrams ≥ 160 son avec des vis métalliques adaptées (M16, M20,…). Elles sont à
mm) selon la norme NF EN 206-1. La consistance fluide est obtenue usage multiples (serrage-desserrage).
par ajout d’un superplastifiant.

6 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


Le mur est dimensionné selon les règles usuelles de la résistance des
matériaux et du béton armé en flexion simple ou composée avec le cas
2.6 Matériaux de jointoiement et d’étanchéité échéant, la vérification de la stabilité de forme.

 Mortier riche de réparation sans retrait Les actions à prendre en compte pour le dimensionnement du mur
sont du type :
 Mastic pour joints
 poussée des terres à long terme,
 Fond de joint type Compriband, mousse polyuréthane ou cordon
néoprène pour blocage de la laitance en phase de bétonnage  poussée de l’eau

La mise en œuvre de ces produits est réalisée conformément aux  poussée due aux structures avoisinantes
recommandations et cahiers techniques dont ils font l’objet.  etc…
Le fournisseur des produits employés justifiera leur compatibilité avec Les liaisons doivent assurer la continuité mécanique entre :
les environnements auxquels ils seront exposés.  La fondation et le BERLIMUR
2.7 Traitement du parement des murs (selon  Entre deux BERLIMUR
leur destination)  Le BERLIMUR et les ouvrages avoisinants
Le traitement du parement peut être réalisé au moyen de : 3.2 Bases de calcul
 Peinture (pour face apparente)
 Résine 3.21 Valeurs caractéristiques de calculs
 Membrane d’étanchéité (liner) 3.211 Vérification en zone courante
 Carrelage de parement La résistance équivalente à la compression prise en compte pour
l’épaisseur de la partie structurelle du mur correspond à :
2.8 Matériaux pour les joints de dilatation
 3 e p en 
Le coffrage mis en place entre le Berlimur et le mur mitoyen doit être
f ck ,eq 28  min  f ck , p  3 10  4 Ev , n  1  ; f ck , n 
capable de reprendre la poussée du béton sans se comprimer.
Le matériau est un carton à nid d’abeille (contrainte à la compression :

 e p  en 2 

σc = 0.5 Mpa) fck,p : résistance caractéristique du béton de la paroi du BERLIMUR, au
Il devra être aquadégradable et biodégradable. Il devra être retiré au minimum 40 MPa
moment du décoffrage. fck,n : résistance caractéristique du béton du noyau coulé en œuvre
Ev,n : module élastique différé du béton du noyau coulé en œuvre
3. Conception ep : épaisseur de la paroi préfabriquée intérieure
en : épaisseur du noyau coulé en œuvre
3.1 Généralités
Cette résistance sera prise en compte pour l’ensemble des éléments
Le BERLIMUR se compose: intégrés dans le BERLIMUR (poutre voile…)
 d’une ou de deux plaques en béton armé d’une épaisseur variant de
5 à 7 cm 3.212 Vérification au niveau des joints
 raidisseurs en acier permettant de rigidifier la plaque Au niveau des joints entre BERLIMUR ou entre BERLIMUR et autre
structure (radier…) la résistance caractéristique équivalente fck,eq28 à 28
Le dimensionnement des raidisseurs est réalisé par le bureau d’études jours, prise en compte est égale à fck,n.
SPURGIN en prenant la poussée hydrostatique du béton.
Au droit des joints entre éléments de BERLIMUR où entre élément et
En phase définitive, le mur se compose de la paroi préfabriquée et du parties coulées en place, la section résistante à la compression est
béton coulé en place calculée en considérant l’épaisseur totale du mur, réduite du chanfrein
éventuel, si :
3.11 Dimensionnement en phase provisoire
 le joint présente une épaisseur nominale ≥ 3 cm, ou
Le dimensionnement en phase provisoire est réalisé sous la seule
action du béton frais par le bureau d’études SPURGIN.  la pose est réalisée sur un mortier de calage de résistance au moins
égale à la valeur fck,n prise en compte dans les calculs.
Le choix du type de raidisseur, et de son espacement ainsi que du
nombre d’étai tirant poussant est déterminé par le bureau d’études Dans le cas contraire, la section résistante est réduite à la section de
SPURGIN. béton du noyau au droit du joint.
En phase provisoire, les Berlimur sont dimensionnés suivant la phase La hauteur utile du mur prise en compte dans les calculs est évaluée
accidentelle. Le calcul de la vitesse de bétonnage accidentelle est en fonction des dispositions prises pour le remplissage effectif des
déterminé de la manière suivante : joints de calage, déduction faite des enrobages et des positions rela-
tives des armatures. Les dispositions propres à chaque élément sont
Vitesse de bétonnage accidentelle = 2 x Vitesse de bétonnage conseil- décrites dans les paragraphes correspondants.
lée
Le calcul des moments sollicitants est réalisé à l’aide d’un modèle de 3.213 Prise en compte des effets du second ordre
calcul « poutre » dans les deux directions (longitudinales et transver- La prise en compte de l’effet du second ordre due au retrait différentiel
sales). du béton du noyau par rapport au béton de la paroi n’entraine pas de
On effectue la vérification de la déformée de la paroi préfabriquée à mi modification de la capacité résistante du mur lorsque l’on se trouve
travée afin qu’elle respecte les critères de rectitudes des parements. dans le domaine d’emploi suivant :
(cf. DTU 21) Epaisseur de la partie 16 cm 20 cm 25 cm
Lorsque la hauteur est supérieure à 5 m ou la longueur est supérieure structurelle
à 8 m, le calcul des moments sollicitants se fera à l’aide d’une modéli- Classe du béton de remplissage C25/30 C25/30 C25/30
sation en « plaque ».
Hauteur limite 4m 5m 7m
Les moments sollicitants longitudinaux (verticaux) obtenus sont com-
parés aux moments résistants des raidisseurs donnés par le fournis- Hors de ces limites, la détermination de la capacité portante du
seur (cf. ANNEXE 3) ajoutés aux moments résistants de la section BERLIMUR doit être effectuée en tenant compte d’une excentricité
d’armature verticale dans la plaque. additionnelle eadd égale à :
M sollicitant longitudinaux ≤M résistant raidisseur +M résistant armature verticale
1.5  10 4  Ev ,n en  e p
Les moments sollicitants transversaux (horizontaux) sont quant à eux eadd    H²
comparés aux moments résistants de la section d’armature horizontale ( EI ) eq 16
dans la plaque
M sollicitant transversaux ≤M résistant armature horizontale
 ep3  E
Ev , p e 3 
( EI ) eq    e p  en ²   v ,n   n  en  e p ² 
3.12 Dimensionnement en phase définitive 
4  3  4 3
  
Le dimensionnement du mur en phase définitive est réalisé par le
bureau d’études structures.

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 7


3.22 Vérification de la contrainte de cisaillement à 3.34 Encastrement avec des armatures en attentes
l’interface paroi intérieure / béton coulé en dans la fondation
place
3.341 Encastrement coté extérieur
3.221 Généralités Le moment d’encastrement mobilisable reste optimal.
La présence d’un plan de reprise de bétonnage nécessite d’établir le
monolithisme de la section.
3.342 Encastrement coté intérieur
Cette solution ne permet de mobiliser qu’un moment résistant réduit à
3.222 Evaluation de la contrainte tangente à l’encastrement en raison de la réduction de hauteur utile du mur.
l’interface paroi / béton coulé en place La continuité de l’encastrement entre la partie porteuse et la fondation
est assurée par des armatures en attentes dans la semelle déjà coulée.
Ces armatures viennent en recouvrement avec les aciers placés dans
la paroi du BERLIMUR. Le dimensionnement des armatures
d’encastrement sera basé sur une hauteur utile égale à l’épaisseur
totale du BERLIMUR réduite de 8 cm.
On limitera la densité et les diamètres des aciers en attentes dans la
fondation aux valeurs du tableau suivant :
Largeur de la partie Aciers en attentes
structurelle (ep+en)
16 cm 2 HA 12 e = 20 cm ou 2 HA 10 e = 15
cm
17 cm 2 HA 12 e = 15 cm ou 2 HA 10 e = 10

en ep cm
20 cm 2 HA 14 e = 12,5 cm
25 cm 2 HA 16 e = 12,5 cm
La détermination de cette contrainte sera fonction du diagramme de
contrainte en pied de panneau et de l’élancement de ce dernier. 30 cm 2 HA 20 e = 12,5 cm
La contrainte est prise égale à : 35 cm 2 HA 25 e = 12,5 cm
1,1.Vu Le calage de la paroi en pied devra se faire sur des cales de 3 cm
U  minimum pour garantir le bon remplissage des joints en pied afin de
(en  e p ).l pouvoir transmettre les efforts de compression de la zone comprimée
du BERLIMUR vers la fondation ou le radier. Ces joints en pied pour-
3.3 Type de liaison ront être coffrés à l’aide de bastaings pour éviter les fuites de laitance.
Un contrôle systématique du remplissage des joints sera effectué
3.31 Rotule entre panneaux après remplissage des murs. Les joints qui n'auront pas été remplis au
Ce type de liaison n’est pas utilisable pour les ouvrages nécessitant bétonnage seront à bourrer au mortier de réparation sans retrait.
une étanchéité garantie par le béton. Lorsqu’une étanchéité est requise, ces solutions nécessitent un traite-
ment spécifique de la reprise de bétonnage.
3.311 Joint vertical droit, d’angle droit, biais et joint
horizontal droit 3.35 Liaison courante voile/dalle
L’armature de couture disposée dans le noyau permet de transmettre Ce type de liaison correspond à une liaison du type rotule.
les cisaillements d’un voile à un autre (Cf. FIGURE 8 Liaison d’angle
(couturée)). La section d’armature de cette couture est fonction des
armatures horizontales disposée dans le BERLIMUR.

3.32 Rotule couturée entre panneaux


Ce type de liaison est utilisable pour les ouvrages nécessitant une
étanchéité garantie par le béton.

3.321 Joint vertical droit


L’armature de couture disposée dans le noyau permet de transmettre
les cisaillements d’un voile à un autre, les chainages et les raidisseurs
en about de Berlimur assurent la continuité des armatures de liaison.

3.322 Joint d’angle droit vertical


Le principe constructif est similaire à la solution des joints verticaux
droits. Elle permet en même temps la réalisation des armatures de
poteau à disposer à l’intersection de deux murs.

3.33 Encastrement entre panneaux La dalle peut être posée en tête de BERLIMUR.
3.331 Joint vertical droit, d’angle droit, biais et joint 3.4 Famille de BERLIMUR
horizontal droit.
La continuité du moment et du cisaillement entre deux panneaux le 3.41 Généralités
long d’un joint vertical est assurée par la mise en œuvre d’armature Le dimensionnement des BERLIMUR se fera pour la phase définitive
avec un recouvrement total. sur la base des règles usuelles du béton armé. Ils sont dimensionnés
aux ELU et ELS, suivant les conditions fixées par les DPM.
3.332 Cas particulier : Encastrement coté intérieur.
Les armatures de flexion de la partie courante du mur sont disposées
Pour garantir une bonne mise en œuvre des Berlimur lorsque l’on
dans la paroi du BERLIMUR.
dispose d’un angle encastré coté intérieur, les raidisseurs seront placés
horizontalement sur une longueur variable de 0.6 m à 1.5 m selon les En phase provisoire, le BERLIMUR devra être dimensionné afin de
longueurs de recouvrement d’armatures. Par mesure de sécurité, il reprendre la poussée du béton.
faudra renforcer l’angle par la mise en place d’un étaiement pendant le Les joints de calepinage horizontaux et verticaux sont positionnés de
coulage. façon à ne pas réduire la raideur du voile dans son sens porteur privi-
légié.
Pour les murs ayant un fonctionnement principal vertical, les joints
horizontaux seront disposés en proximité immédiate des diaphragmes

8 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


(dalles, poutres, couvertures contreventées,…). Les joints verticaux  La vérification de la faisabilité de mise en œuvre des armatures
sont sans incidence. Les cas de figures usuellement rencontrés sont énumérés en ANNEXE
Pour les murs ayant un fonctionnement principal horizontal, les joints 4.
verticaux seront disposés en proximité immédiate des raidisseurs
(refends, poteaux, goussets,…).Les joints horizontaux sont sans inci- 3.441 Vérification au droit des joints
dence. La vérification des joints consiste à s’assurer de leur aptitude à trans-
Le BERLIMUR est placé contre un blindage (de type berlinoise ou mettre les cisaillements (efforts tranchants) qui transitent dans la
autre). poutre voile vers les appuis :
Il peut également être placé au niveau d’un joint de dilatation ou de V Edi  V Rdi
fractionnement.
Avec V Edi effort tranchant ELU maxi dans la poutre voile
3.42 Différenciation Berlimur / Prémur
Lorsque le mur a une 2ème face préfabriquée, la délimitation entre les V Rdi effort tranchant résistant du joint
deux zones se fait à l’interface infrastructure / superstructure. La zone
Le calcul de la résistance VRdi du joint est fait selon la méthode expli-
Berlimur se situera obligatoirement contre une paroi provisoire ou
citée en ANNEXE 6. Le choix du type de joints entre panneaux formant
existante.
tout ou partie d’une poutre voile est fonction de la capacité résistante
VRdi à atteindre.
Zone prémur

L’armature de liaison des joints est déterminée par le calcul de VRdi.


Elle sera au moins égale à la section d’armatures horizontales et verti-
cales nécessaire pour la poutre voile, dont elle assurera le recouvre-
ment.
La liaison mise en place en poutre voile (hors appuis) sera une liaison
couturée au minimum.

3.45 Murs enterrés


Le cas courant correspond au mur travaillant en flexion verticale entre
Zone berlimur

fondation et planchers ou entre deux planchers. Cependant le mur


Paroi provisoire
peut aussi être conçu pour travailler en flexion horizontale entre refend
ou existant
moyennant un calepinage horizontal.
La reprise de sollicitations dans les deux directions peut être envisagée
à condition de rétablir au travers des joints horizontaux et verticaux la
continuité des sollicitations (Cf. art 3.33)
Les armatures de reprise au niveau des planchers sont disposées dans
le béton coulé en place.
Dans le cas des joints classiques on se reportera aux liaisons de type
rotule (Cf. art 3.31)
3.43 Murs verticaux
Les BERLIMUR peuvent être présentés sous différentes formes : 3.46 Murs de soutènement
Les armatures de reprises en pied sont placées dans la partie coulée
1. Sans Ferraillage 2. Ferraillage en face 3. Face extérieure en place. (Cf. art. 3.34). Les joints verticaux non soumis à la flexion
en face extérieure extérieure partiellement sont armés à l’aide des armatures de liaison de type rotule.
bétonné. Lorsque le mur est soumis à des pressions hydrostatiques, une étude
du plan d’étanchéité devra être menée sur la base des critères définis
au paragraphe 3.7.
Armatures en
HA ou TS
2ème face
(éventuelle)
3.47 Murs de silo ou de magasin de stockage
Les joints horizontaux en pied de mur seront encastrés (Cf. art. 3.34)
SUPERSTRUCTURE

Les joints verticaux seront articulées (Cf. art. 3.31) ou encastrées (Cf.
art. 3.33) si la stabilité de l’ouvrage le requiert.
BLINDAGE

Des tirants en tête de murs ou répartis sur leur surface peuvent soula-
BLINDAGE

ger les sollicitations dans les encastrements et les parties courantes


des Berlimur. On veillera dans ce cas à tenir compte de la raideur et de
la déformabilité des tirants.
BLINDAGE
INFRASTRUCTURE

3.48 Murs de bassin ou de piscine


Les liaisons en pied de BERLIMUR seront encastrées aux radiers.
Au regard des définitions du Fascicule n°74, lorsque l’étanchéité est
assurée par le béton seul, ce type d’ouvrage réalisé en Berlimur est
considéré comme un ouvrage de CLASSE A.
Lorsque l’étanchéité est réalisée par une membrane d’étanchéité (de
type Liner), la fissuration n’est plus préjudiciable.
Dans les cas 1 et 2, le BERLIMUR est composé d’une face intérieure
bétonnée. Ce type de mur est placé soit contre une paroi provisoire 3.49 Murs de galerie, parking souterrains
(blindage), soit contre une paroi existante. Le cas courant correspond au mur travaillant en flexion verticale entre
Ce type de BERLIMUR est disponible en intégrant ou non le ferraillage fondation et dalle de couverture. L’ensemble de l’ouvrage fonctionnant
de la face extérieure. comme une structure fermée.
Dans le cas 3, on se trouve en présence d’un mur avec une face exté-
rieure partiellement bétonnée. Ce type de BERLIMUR est placé com- 3.410 Murs de JD
munément entre l’infrastructure et la superstructure. Pour les murs Lorsque le BERLIMUR est placé contre un joint de dilatation ou de
situés en superstructures, il faudra se référer à l’Avis technique Prémur fractionnement, la séparation des deux éléments porteurs se fait par
n° 3/10-671. l’intermédiaire d’un coffrage constitué d’une structure interne alvéo-
laire à nids d’abeilles.
3.44 Poutre voile
Les poutres voiles réalisées tout où partie en BERLIMUR sont dimen- 3.411 Principes constructifs
sionnées selon la méthode des bielles tirants exposée à l’art. 6.5.2 et
3.4111 Equivalence des raidisseurs
6.5.3 de l’Eurocode 2, auxquelles s’ajoutent les vérifications complé-
mentaires suivantes : Les renforcements des ouvertures et des bords libres usuellement
prévus dans les voiles selon les dispositions du paragraphe 4.2.2.5 du
 La vérification aux points singuliers (joints)

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 9


DTU 23.1 pourront être réalisés dans les BERLIMUR à l’aide des raidis-  De former un diaphragme dans leur plan afin de transmettre les
seurs définis à l’art 2.32. (Voir ANNEXE 5). Les barres de chaînage efforts sismiques horizontaux acheminés par les planchers vers les
sont intégrées dans la paroi du BERLIMUR. Les U de fermeture cons- fondations.
tructifs sont remplacés par des raidisseurs.  De maintenir la cohérence et le monolithisme de la structure.
Les ferraillages constructifs constitués de cadres, d’épingles ou Les dispositions suivantes ne concernent que les murs participant à
d’étriers, pourront également être réalisés dans les BERLIMUR à l’aide l’ossature principale du bâtiment (Cf. Art 5.4 et 5.5 de l’Eurocode 8).
de raidisseurs. Pour les voiles considérés comme éléments secondaires, les liaisons
Les filants sont soit intégrés, en renforts dans la paroi du BERLIMUR, entre panneaux sont similaires aux liaisons préconisées en dehors des
soit remplacés par les filants des raidisseurs si la section est équiva- zones sismiques.
lente. On considère le fonctionnement pour un mur réalisé en BERLIMUR
Les U, cadres, épingles et étriers constructifs sont remplacés par des comme un comportement monolithique de l’ensemble du voile
raidisseurs.

Joint intermédiaire
(Transmission des cisaille-
ments)

EQUIVALENT 3.52 Domaine d’application


3.521 Stabilité d’ensemble
Pour le calcul des raideurs des voiles, la présence des joints entre
La section d’armature équivalente par mètre linéaire est calculée à
panneaux est négligeable. La détermination des efforts induits par les
partir de l’effort tranchant au niveau du plan de cisaillement oblique.
actions sismiques sur un voile réalisé en BERLIMUR se base sur une
Pour les murs et poteaux, les armatures en attente et les armatures de section homogène équivalente au voile banché substitué.
liaison sont disposées de manière à respecter les enrobages définis
Dans le cas de figure où le voile est libre sur l’un de ses côtés on
dans les règles Eurocode 2 en fonction de l’exposition du mur.
pourra se reporter à la vérification effectuée pour les poutres voiles
La substitution des aciers des coutures est basée sur l’ANNEXE 5. (Cf . Art 3.44.)
3.4112 Eclissage possible 3.522 Détermination des liaisons entre BERLIMUR
Pour les poutres voiles, les règles d’ancrages d’armatures sur appuis
sont celles de l’Eurocode 2 (Art. 9.2.1.4 pour l’appui simple d’about et 3.5221 Cas des joints horizontaux
Art. 9.2.1.5 pour l’appui intermédiaire). Les recouvrements
d’armatures dans le cas de l’éclissage de la section du tirant seront Deux cas sont à distinguer :
majorés de 20% afin de prendre en compte les tolérances de position- 1) La liaison horizontale au droit d’une dalle
nement des armatures dans le noyau. Afin de s’assurer du non glissement du voile par rapport à la dalle
Ces armatures sont soit intégrées dans les BERLIMUR, soit mises en sous les sollicitations dynamiques, le joint doit être vérifié au cisail-
œuvre dans la partie coulée en place. Lorsqu’elles sont mises en lement conformément à l’art 5.4.3 des règles Eurocode 8 sur la
œuvre dans la partie coulé en place, le nombre maximal de barres est base du noyau du BERLIMUR.
de 2 par lit et le diamètre maximal  max est donné par l’expression 2) La liaison horizontale en partie courante du mur (BERLIMUR super-
suivante : posés)
bn, min  e0  ah1  ah 2 pour l’éclissage des armatures horizontales Le joint doit être vérifié au cisaillement. L’effort tranchant sollicitant
max 
2 doit être comparé aux efforts tranchants résistants mobilisables en
fonction du type de liaison et du cas de charge étudié (Cf. ANNEXE
bn , min  e0  av1  av 2 pour l’éclissage des armatures verticales 6)
max 
2 Cette vérification permet de déterminer le type de liaison à utiliser
avec : pour le voile étudié.

 bn,min l’épaisseur minimale du noyau de béton coulé en place, toute


tolérance épuisées.
3.5222 Cas des joints verticaux
 e0 tel que : Deux cas sont à distinguer :
- e0 = 0 si les armatures sont accolées et 1) La liaison verticale en zone courante
- e0 = 1,7 Dmax si elles sont espacées Le joint doit être vérifié au cisaillement. L’effort tranchant sollicitant
doit être comparé aux efforts tranchants résistants mobilisables en
 ah1, ah2, av1, av2 : valeurs conventionnelles de l’enrobage prenant en fonction du type de liaison et du cas de charge étudié (Cf. ANNEXE
compte les variations dimensionnelles de l’armature et de son posi- 6)
tionnement :
2) La liaison verticale à l’intersection de deux ou plusieurs voiles
- ah1 = max(25mm ; 1.7 Dmax) + ae1,min – 15 mm
Les intersections de voiles nécessitent systématiquement la mise en
- ah2 = max(25mm ; 1.7 Dmax) + ae2,min – 15 mm œuvre d’un chaînage vertical. Ce chaînage peut être incorporé dans
- av1 = max(25mm ; 1.4 Dmax) + ae1,min – 15 mm le BERLIMUR ou mis en œuvre par le biais des armatures de cou-
- av2 = max(25mm ; 1.4 Dmax) + ae2,min – 15 mm tures. Le choix entre ces deux solutions sera fonction de la section
du tirant, de l’épaisseur du BERLIMUR et des contraintes de mise en
 ae1,min la distance minimale libre entre l’armature de liaison au droit œuvre.
du joint et la face intérieure du premier voile préfabriqué ;
 ae2,min la distance minimale libre entre l’armature de liaison au droit 3.6 Traitement des parois et des joints
du joint et la face intérieure du second voile préfabriqué. Nota: Les produits de traitement des reprises de bétonnage et de
Nota : Une attention particulière sera portée sur la vérification de la traitement des joints seront mis en œuvre conformément aux prescrip-
bonne mise en place de la section d’éclissage par contrôle visuel dans tions des cahiers de charges des fournisseurs, tant pour la préparation
les fenêtres de tirage avant bétonnage. des supports que pour les dispositions propres de mise en œuvre. En
particulier les supports seront préparés de manière à être plans,
3.5 Dispositions parasismiques exempts de laitance et secs.

3.51 Principe de la méthode


Lors d’un séisme, les voiles ont pour rôle, outre leur fonction d’élément
porteur vis à vis des charges verticales, de constituer un contrevente-
ment vertical du bâtiment en assurant les deux fonctions suivantes :

10 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


3.61 Traitement des joints des dispositions de mise en œuvre particulière définies par les fabri-
cants.
3.611 Murs courant en superstructure La finition des joints est réalisée en fonction de la destination de
Pour les locaux ne présentant pas de contraintes particulières le trai- l’ouvrage (voir § 3.6).
tement du joint est réalisé à l’aide d’un enduit souple type KATAROC
PREDALLES.
4. Fabrication des BERLIMUR
Le joint peut aussi rester non traité si ce dernier vient à être masqué
par un doublage ou si les contraintes architecturales ne nécessitent 4.1 Fabrication
pas sa fermeture.
Le panneau est réalisé en usine à l’aide d’un outil automatisé. Les
3.612 Murs courant en infrastructure opérations se déroulent dans l’ordre suivant:
Elles sont traitées selon les mêmes critères que les parements des 1. Projection automatique d’un décoffrant
murs en superstructure. 2. Traçage automatique de la première face à fabriquer (position des
inserts, réservations et ouvertures)
3.613 Murs de silos ou magasin de stockage
3. Mise en place automatique des joues de coffrage de la première
Pour le traitement des joints en contact avec la matière à stocker on
plaque ainsi que des inserts.
veillera à la compatibilité sanitaire de la nature des matériaux consti-
tuants le joint et des éléments stockés (agrément d'alimentarité à 4. Fabrication et préparation sur site des armatures.
vérifier). Disposition des armatures de la 1ère face et des raidisseurs sur le
Les joints pour les silos de stockage de céréales sont réalisés avec un moule. (Éventuellement, mise en place des armatures sur les raidis-
enduit ciment type SIKA MONOTOP 612 F ou un mortier de réparation seurs, si présence de ferraillage en 2ème face). Les inserts sont posi-
mono-composant à base de ciment. tionnés et ligaturées sur la 1ère nappe d’armature.
5. Mise en place de canalisations diverses fixées aux armatures et des
3.614 Murs avec pression hydrostatique boîtiers collés au moule.
6. Fabrication du béton dans la centrale située sur le site.
3.6141 Face en contact avec l’eau.
7. Acheminement du béton.
Les joints verticaux et horizontaux sont fermés avec un joint souple de
8. Coulage du béton à l’aide d’un répartiteur automatique qui garantit
type SILYGUTT 3B appliqué sur un Fond de joint SIKA, ou tout autre
la constance de l’épaisseur mise en place. Les aciers inférieurs des
mastic de 1ère catégorie SNJF apte à résister aux pressions hydrosta-
raidisseurs seront enrobés au minimum de 15 mm de béton.
tiques.
9. Vibration automatique, programmée et adaptée pour ce type de
fabrication.
3.6142 Face en contact avec un milieu agressif.
10. Durcissement à 28° C pendant 8 heures dans une chambre de
Les joints verticaux et horizontaux sont fermés avec un joint souple durcissement.
type SIKAFLEX PRO 3WF appliqué sur un SIKA PRIMAIRE 3, ou tout
autre mastic élastomère de 1ère catégorie SNJF, monocomposant à 11. Démoulage et stockage sur un conteneur métallique.
base de polyuréthane, et apte à résister aux pressions hydrostatiques Lorsque le BERLIMUR comprend une 2ème face en béton le phasage
et au contact de solutions agressives telles que les eaux usées, les est le suivant. :
lisiers et les purins.
Opérations 1 à 8 identiques pour la deuxième face BERLIMUR mais
sans mise en place des raidisseurs, ni d’inserts.
3.62 Aspects des parements
12. transport et retournement de la première face sur la seconde avec
Tous les panneaux présentent une surface brute de décoffrage.
centrage et mise en appui sur des cales extérieures préréglées.
3.621 Etat de surface 13. Vibration automatique.
L’état de surface courant correspond à une surface brute de décoffrage 14. Enlèvement du moule supérieur.
contre moule. Dénomination E (3-3-0) d’après la norme NF P 18-503 15. Entreposage dans la chambre de durcissement à 28°C pendant 8
heures.
3.622 Teinte
16. Démoulage et stockage sur un conteneur métallique.
L’homogénéité de la teinte des BERLIMUR n’est pas un paramètre qui
peut faire l’objet d’une garantie. Lorsque le BERLIMUR doit être lasuré,
4.2 Contrôles de fabrication
un homogénéisateur de teinte doit être appliqué afin de garantir
l’aspect du parement. 4.21 Contrôles des bétons
3.623 Préparation du support Les bétons utilisés pour la réalisation des parois du coffrage sont
La forte compacité du béton des BERLIMUR doit être prise en compte réalisés dans la centrale SPURGIN, installée dans l’usine de préfabrica-
lors du choix du type de revêtement qui sera appliqué sur le support. tion.
(Lasures, peinture…) Les résistances des bétons sont contrôlées à l’usine conformément à la
Les désaffleurements éventuels au droit des joints font l’objet d’un norme NF EN 13369 et au référentiel CSTBât.
ragréage avant la mise en place des finitions qui comportent elles-
mêmes des travaux préparatoires habituels propres au type de finition
4.22 Contrôles de qualité
retenu. La totalité de la production est contrôlée avant expédition.
Le contrôleur vérifie les dimensions, la rectitude des parois, la localisa-
3.7 Définition du plan d’étanchéité à l’aide de tion et le dimensionnement des réservations, la nature et la quantité
BERLIMUR des armatures sur la base des plans établis par le bureau d’études
L’utilisation de cette solution repose aussi sur la mise en œuvre d’un SPURGIN et dans la limite des tolérances de fabrication définies ci-
béton présentant un faible retrait. Le domaine d’utilisation de ce type après.
de solution nécessite la mise en œuvre d’un noyau coulé en place de Tolérances dimensionnelles :
12 cm pour les piscines et de 15 cm dans les autres cas.  Conforme à la norme EN 14992.
De plus un traitement spécifique de la reprise de bétonnage en pied de  Tolérance d’enrobage des armatures: 0 /+ 3 mm
panneau doit être réalisé.
 Tolérance sur la hauteur des raidisseurs : +1 / -3 mm
Le traitement de la reprise de bétonnage en pied de panneau est
réalisé avec un joint hydro gonflant SIKA JOINT EXPANSIF WS 2005 ou  Tolérance sur l’épaisseur de la paroi : +/-3 mm
un joint Waterstop tôle type STREMAFORM ou des dispositifs similaires  Surépaisseur du béton au droit des crochets ≥15 mm
joints hydrogonflants ou joints waterstop en tôle galvanisée.
Le traitement du joint vertical entre deux BERLIMUR est réalisé de la 4.3 Caractéristiques
manière suivante: Caractéristiques générales :
Le joint est traité comme un joint classique au niveau du bétonnage et  Poids propre du BERLIMUR au m2: de 125 à 175 kg/m² en fonction
du ferraillage (Cf. Art 3.311), il est complété par la mise en place d’un de l’épaisseur des parois et du ferraillage.
joint type SIKADUR COMBIFLEX ou toute bande d'étanchéité pour
 Epaisseur courante du voile réalisée de 16 à 50 cm.
lèvres du joint et garantissant la parfaite étanchéité au contact d'eaux
en pression. Néanmoins il peut travailler en sous-pression moyennant

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 11


La validité des résultats ci-dessus est conditionnée par le respect d’un
5. Mise en œuvre enrobage intérieur des armatures filantes des raidisseurs supérieur ou
égal à 1.5 cm.
5.1 Chronologie pour les BERLIMUR courant
1. Réalisation des fondations.
6. Manutention, Montage, Transport
2. Implantation et traçage des murs.
Les panneaux sont manutentionnés avec des grues à tour ou automo-
3. Déchargement du BERLIMUR à l’aide d’une grue, automotrice, à trices.
tour, ou de tout autre moyen de levage compatible avec le poids du
BERLIMUR. Les caractéristiques de ces engins et éléments de manutention devront
être compatibles avec la masse des panneaux à mettre en œuvre.
4. Pose si besoin du ferraillage coté blindage, et des armatures
d’angles. 6.1 Mise en place
5. Pose du BERLIMUR sur des cales d’épaisseur 1 à 3 cm. Après la pose du BERLIMUR, ce dernier est maintenu en position par
6. Stabilisation en partie haute et basse des panneaux par des étais des étais tire pousse fixés aux murs par l’intermédiaire de douille
tire-pousses. Mise en place en partie basse d’une lisse continue afin métallique pour les ouvrages exposés au vent dimensionnée par
de rigidifier le mur. SPURGIN (les douilles étant mise en place lors de la fabrication des
7. Mise en place des aciers de continuité et chaînages éventuels. BERLIMUR).

8. Coulage du béton par banchées successives conforme au § 5.22 à Le positionnement des douilles est réalisé par SPURGIN, elle est fonc-
partir du niveau de la dalle. Une pause de 1 heure est respectée tion de la longueur et de la hauteur des murs :
entre deux banchées. Le béton est conforme au paragraphe 2.2. Les distances entre douilles sont les suivantes
Les hauteurs de chute du béton frais seront limitées suivant les
prescriptions du § 5.21
9. Finition des joints en fonction de la destination de l’ouvrage (Cf. Art L1 L2 L2 L1

h3
3.6)

5.2 Critères de bétonnage


5.21 Hauteur de chute du béton

H
h2
A défaut de justification particulière, la hauteur maximale Hmax de
chute de béton des murs n’excèdera pas 3 m quel que soit l’épaisseur
de béton coffré.

h1
Lorsque les hauteurs de panneaux sont supérieures à cette hauteur
maximale et ne permettent donc pas le bétonnage par trémie disposée
L
en tête de panneau, le bétonnage doit être réalisé par introduction
d’un tube souple dans le vide coffré (lorsque l’épaisseur du vide le
permet) ou par une lumière pour trémie latérale respectant cette L1 = min(L/4 ;0.5 m)
même hauteur limite. L2 = (L-2*L1)/(n douilles – 1)
Dans ce cas on doit s’assurer du bon remplissage des panneaux par
l’examen des joints verticaux entre panneaux, par le contrôle du vo-
lume du béton déversé ainsi que par une observation directe par les
h4

ouvertures éventuelles dans les panneaux.


h3

3.80 maxi L1 L2 L1
H
h2

Trémie de
bétonnage
Hmax

h1

h1 = 0.3 m
3.80 maxi h2 =(H-h1-h3) ; si n = 2 douilles sur la hauteur
h2 = h3 = (H-h1-h4)/(n douilles – 1) ; sinon
h3 = (h/4) ; si n= 2 douilles sur la hauteur
Tube souple
h4 = 0.2 m
Hmax

Le titulaire de l’avis technique peut proposer à la demande de


l’entreprise des recommandations de mise en sécurité à la pose basée
sur l’incorporation de douilles ou d’un système plus élaboré à base
d’équerres embase de garde-corps ou de passerelles.
Il diffuse systématiquement auprès des utilisateurs un guide pose.
5.22 Vitesse de bétonnage
La vitesse de bétonnage peut être adaptée en fonction des besoins du 6.2 Transport et stockage
chantier en jouant sur le type et l’espacement des raidisseurs, ainsi Les BERLIMUR sont stockés verticalement en box ou en rack
que sur l’espacement des étais.
Avec des raidisseurs de type KT800, la vitesse de bétonnage préconi- 7. Divers
sée dans le Berlimur est de :
T° du béton >15°C 50 cm/h 7.1 Conditions d’exploitation du procédé
T° du béton =10°C 40 cm/h Calcul des structures :
T° du béton =5°C 30 cm/h Il est fait par le Bureau d’Etudes Techniques de l’opération en tenant
Dans le cas où l’entreprise demande une vitesse de bétonnage supé- compte du procédé. Le calepinage est effectué par SPURGIN et ap-
rieure, il faudra renforcer le Berlimur sur chantier à l’aide de lisses prouvé par le B.E.T. Le bureau d’études SPURGIN vérifiera la tenue du
horizontales. L’entraxe de ces lisses sera donné par le B.E. SPURGIN. mur en phase provisoire.

12 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


SPURGIN EST SPURGIN RHÔNE- SPURGIN ÎLE-DE-
ALPES FRANCE/OUEST
SPURGIN SPURGIN SPURGIN
LEONHART LEONHART LEONHART
PREFABRICATIONS PREFABRICATIONS PREFABRICATIONS
Z.I. rue Louis Allée des Noisetiers Z.A. du Bois
Fabrication Renault - Gueslin
Parc Industriel de 1 Allée du Petit
la Plaine de l’Ain Courtin
68 127 SAINTE
CROIX EN PLAINE 01 150 BLYES 28 630 MIGNIERES
SPURGIN SPURGIN SPURGIN
LEONHART LEONHART LEONHART
Allée des Noisetiers Z.A. du Bois
– Gueslin
Rte de Strasbourg
Parc Industriel de 1 Allée du Petit
Commercial la Plaine de l’Ain Courtin
isation 67 603 SELESTAT
01 150 BLYES 28 630 MIGNIERES
Tél :
Tél : Tél :
03.88.58.88.30
04.74.46.47.47 02.37.26.26.70
Fax :
Fax : Fax :
03.88.82.83.97
04.74.46.47.48 02.37.31.43.58

Mise en Elle est réalisée par l’entreprise titulaire du marché.


œuvre

7.2 Aide à la mise en œuvre


La société SPURGIN fournira systématiquement au client une docu-
mentation sur les spécificités de mise en œuvre des BERLIMUR.
De plus l’ensemble des nouveaux clients ou des clients utilisant pour la
première fois une technologie de BERLIMUR particulière seront assistés
par un expert de la société SPURGIN lors de la préparation et de la
mise en place des premiers BERLIMUR.
Cette démarche pourra aussi être mise en place au cas par cas pour
l’ensemble des clients utilisateurs du BERLIMUR.

B. Références
Entreprise Chantier Quantité m² Année
MAZAUD Les jardins de 150 2007
Philae
MAZAUD ZAC Bertholet 98 2007
MAZAUD Lyon Faure 360 2007
MAZAUD Les Jardins 190 2007
d’Ottavia
MAZAUD Fleur de Ville 82 2008
PITANCE Les Magnolias 358 2007 & 2008
DUMEZ Le Wilson 380 2007
BOVAGNE Carré des 59 2008
Tournelles
ART Couleur Montchat 171 2008
BETON
MAZAUD Sunset 500 2008
MAZAUD Les Printanières 102 2008

C. Résultats expérimentaux
1. Arrachement de l’insert
Rapport d’essais de qualification de la résistance à l’arrachement de
l’insert :
 Configuration A1 : N° du 13 février 2014
 Configuration A2 : N° du 11 février 2014
 Configuration B1 : N° du 20 février 2014
 Configuration C : N° du 19 février 2014

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 13


Tableaux et figures du Dossier Technique
FIGURE 1 Vue d’ensemble du Berlimur

Longueur ≥ 3.5 m

crochets de levage

30
raidisseurs
horizontaux

raidisseurs vertica

10 10
10

20

L >= 3.5 m

Longueur < 3.5 m


10

crochets de levage
20

raidisseurs
horizontaux

raidisseurs verticaux
10 10
20

L < 3.5 m

14 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 2 Famille de BERLIMUR

Mur de joint de dilatation

panneau constitué d'une structure


alvéolaire à nids d'abeilles

BERLIMUR
Mur porteur

Plots de colle

cornière métallique 7

tire fond

10
lisse continue en bois
fixation par cheville à frapper

prévoir fixation

lisse continue

Il est peut être réalisé avec ou sans ferraillage en deuxième face :

Berlimur sans ferraillage extérieur Berlimur avec ferraillage extérieur


Armatures en
HA ou TS

Paroi intérieure Paroi intérieure


BLINDAGE
BLINDAGE

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 15


Mur en infrastructures

BERLIMUR
blindage type "paroi berlinoise" ou autre

ornière métallique 7

tire fond

10
lisse continue en bois
fixation par cheville à frapper

prévoir fixation

lisse continue

Il est peut être réalisé avec ou sans ferraillage en deuxième face :

Berlimur sans ferraillage extérieur Berlimur avec ferraillage extérieur


Armatures en
HA ou TS

Paroi intérieure Paroi intérieure


BLINDAGE
BLINDAGE

16 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


Mur mixte

BERLIMUR

SUPERSTRUCTURE

blindage type "paroi berlinoise" ou autre

INFRASTRUCTURE

e métallique 7

tire fond

10
lisse continue en bois
fixation par cheville à frapper
prévoir fixation

lisse continue

Il est peut être réalisé avec ou sans ferraillage en deuxième face :

Berlimur sans ferraillage extérieur intégré Berlimur avec ferraillage extérieur intégré

SUPERSTRUCTURE SUPERSTRUCTURE
BLINDAGE

BLINDAGE

INFRASTRUCTURE INFRASTRUCTURE
Armatures en HA
Armatures en HA
ou TS mis en place
ou TS intégrées
sur le chantier
dans le Berlimur

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 17


FIGURE 3 Poutrelles raidisseurs

Raidisseurs standards
type ACOR ou KT de BDW

Hauteur variable
Largeur de 7 à 9 cm

FIGURE 4 Détail / Position des aciers

1,5cm mini

5cm à 7 cm

18 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 5 Douilles métal

Douille Métal.

Boulon

1 acier HA 12 L =
40 cm

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 19


FIGURE 6 Traitement des joints

JOINT INTERIEUR NON EXPOSE

3 cm 

JOINT INTERIEUR EN CONTACT AVEC DE L’EAU EN PRESSION

3 cm 

20 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


Liaison avec treillis soudés en 2ème face

FIGURE 7 Liaison d’angle (rotulée)

FIGURE 8 Liaison d’angle (couturée)

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 21


FIGURE 9 Liaison d’angle (encastrée coté extérieur)

Armatures d'angles mis


mini Lr sur le chantier avant la
pose des Berlimur

mini Lr
FIGURE 10 Liaison d’angle (encastrée coté intérieur)

Armatures d'angles mis


sur le chantier avant la
mini Lr
pose des Berlimur
mini Lr

Cas 1 : Si la section mise en place reprend à elle seule 100% de l’encastrement : Pas besoin de Lr
Cas 2 : Si la section mise en place est combiné à la section dans la paroi préfa : Besoin de Lr

22 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 11 Liaison droite (rotulée)

FIGURE 12 Liaison droite (couturée)

FIGURE 13 Liaison d’angle biaise (rotulée)

FIGURE 14 Liaison d’angle biaise (rotulée)

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 23


FIGURE 15 Liaison en pied (encastrée coté extérieur)

bourrage au mortier

FIGURE 16 Liaison en pied (encastrée coté intérieur)

découper les raidisseurs


sur le chantier

bourrage au mortier

24 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 17 Liaison en pied (rotulée)

FIGURE 18 Liaison horizontale (encastrée)

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 25


Liaison sans treillis soudés en 2ème face

FIGURE 19 Liaison d’angle (rotulée)

FIGURE 20 Liaison d’angle (couturée)

26 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 21 Liaison d’angle (encastrée coté extérieur)

mini Lr

mini Lr
FIGURE 22 Liaison d’angle (encastrée coté intérieur)

mini Lr
mini Lr

Cas 1 : Si la section mise en place reprend à elle seule 100% de l’encastrement : Pas besoin de Lr
Cas 2 : Si la section mise en place est combiné à la section dans la paroi préfa : Besoin de Lr

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 27


FIGURE 23 Liaison droite (rotulée)

FIGURE 24 Liaison droite (couturée)

FIGURE 25 Liaison droite (encastrée)

mini Lr 20 mini Lr

28 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 26 Liaison d’angle biaise (rotulée)

FIGURE 27 Liaison d’angle biaise (encastrée)

Lr

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 29


FIGURE 28 Liaison en pied (encastrée coté extérieur)

bourrage au mortier

FIGURE 29 Liaison en pied (encastrée coté intérieur)

découper les raidisseurs


sur le chantier

bourrage au mortier

30 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


FIGURE 30 Liaison en pied (rotulée)

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 31


ANNEXES

ANNEXE 1 : Plan des inserts de levage

Vue de face Vue transversale

ADX 16 mm / 9
R = 35 mm

21
16,7
38

38
8
10,5

R = 40 mm
Cotation en cm Cotation en cm

32 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


ANNEXE 2 : Insertion de l’insert de levage dans le Berlimur

A A

A A

Position finale du mur


A sur chantier

Position du mur en
production A

-
Position par rapport au bord du panneau

Raidisseur supplémentaire 3 HA 10 L = 1.2 m


L = 0.6 m
40

surépaisseur béton >= 15 mm

120 surépaisseur
béton >= 15 mm
min 15 cm

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 33


ANNEXE 3 : Tableau des caractéristiques des raidisseurs

a) Raidisseur type 8/5/5


Moment résistant ultime Tranchant résistant ultime
(daN.m) (daN)
Hauteur  Acier Ht  Acier Bas  Diagonale Esp. 60 cm Esp. 33 cm Esp. 60 cm Esp. 33 cm Poids (kg/m)
807 8 5 5 225 287.9 758.3 1378.8 1,08
808 8 5 5 230 303 758.3 1378.8 1,10
809 8 5 5 233.3 318.2 758.3 1378.8 1,12
810 8 5 5 235 330.3 758.3 1378.8 1,14
811 8 5 5 238.3 342.4 758.3 1378.8 1,17
812 8 5 5 240 351.5 758.3 1378.8 1,19
813 8 5 5 241.7 363.6 758.3 1378.8 1,21
814 8 5 5 245 378.9 733.3 1333.3 1,24
815 8 5 5 248.3 393.9 708.3 1287.9 1,27
816 8 5 5 251.7 409.1 683.3 1242.4 1,29
817 8 5 5 255 424.2 658.3 1197.0 1,32
818 8 5 5 258.3 439.4 633.3 1151.5 1,35
819 8 5 5 263.3 451.5 606.7 1103.0 1,37
820 8 5 5 266.7 463.6 580 1054.5 1,40
821 8 5 5 271.7 478.8 555 1009.1 1,43
822 8 5 5 275 490.9 528.3 960.6 1,46
823 8 5 5 280 503 501.7 912.1 1,49
824 8 5 5 283.3 515.2 475 863.6 1,52
825 8 5 5 283.3 515.2 450 818.2 1,54
826 8 5 5 283.3 515.2 425 772.7 1,57
b) Raidisseur type 10/6/6
Moment résistant ultime Tranchant résistant ultime
(daN.m) (daN)
Poids (kg/m)
Hauteur  Acier Ht  Acier Bas  Diagonale Esp. 60 cm Esp. 33 cm Esp. 60 cm Esp. 33 cm
807 10 6 6 333.3 560.6 1083.3 1969.7 1,61
808 10 6 6 338.3 575.8 1083.3 1969.7 1,64
809 10 6 6 341.7 590.9 1083.3 1969.7 1,66
810 10 6 6 346.7 606.1 1083.3 1969.7 1,70
811 10 6 6 350 621.2 1083.3 1969.7 1,73
812 10 6 6 350 630.3 1083.3 1969.7 1,76
813 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 1,80
814 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 1,83
815 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 1,87
816 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 1,90
817 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 1,94
818 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 1,98
819 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 2,02
820 10 6 6 350 636.4 1083.3 1969.7 2,07
821 10 6 6 350 636.4 1016.7 1848.5 2,11
822 10 6 6 350 636.4 950 1727.3 2,15
823 10 6 6 350 636.4 883.3 1606.1 2,19
824 10 6 6 350 636.4 816.7 1484.8 2,23
825 10 6 6 350 636.4 758.3 1378.8 2,27
826 10 6 6 350 636.4 700 1272.7 2,32
827 10 6 6 350 636.4 616.7 1121.2 2,36
828 10 6 6 350 636.4 533.3 969.7 2,40
829 10 6 6 350 636.4 450 818.2 2,44
830 10 6 6 350 636.4 366.7 666.7 2,49

34 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


c) Raidisseur type 12/6/6 et 12/6/7
Moment résistant ultime Tranchant résistant ultime
(daN.m) (daN)
Hauteur  Acier Ht  Acier Bas  Diagonale Esp. 60 cm Esp. 33 cm Esp. 60 cm Esp. 33 cm Poids (kg/m)

807 12 6 6 333.3 606.1 1083.3 1969.7 1,87


808 12 6 6 375 681.8 1083.3 1969.7 1,90
809 12 6 6 416.7 757.6 1083.3 1969.7 1,93
810 12 6 6 458.3 833.3 1083.3 1969.7 1,96
811 12 6 6 500 909.1 1083.3 1969.7 1,99
812 12 6 7 541.7 984.8 758.3 1378.8 2,28
813 12 6 7 583.3 1060.6 1166.7 2121.2 2,33
814 12 6 7 625 1136.4 1166.7 2121.2 2,38
815 12 6 7 666.7 1212.1 1166.7 2121.2 2,43
816 12 6 7 683.3 1242.2 1166.7 2121.2 2,48
817 12 6 7 700 1272.7 1166.7 2121.2 2,53
818 12 6 7 716.7 1303.0 1166.7 2121.2 2,59
819 12 6 7 733.3 1333.3 1166.7 2121.2 2,64
824 12 6 7 733.3 1333.3 898.3 1633.3 2,94
d) Raidisseur type 14/6/7
Moment résistant ultime Tranchant résistant ultime
(daN.m) (daN)
Hauteur  Acier Ht  Acier Bas  Diagonale Esp. 60 cm Esp. 33 cm Esp. 60 cm Esp. 33 cm Poids (kg/m)
807 14 6 7 435 790.9 1166.7 2121.2 2,38
808 14 6 7 488.3 887.9 1166.7 2121.2 2,42
809 14 6 7 541.7 984.8 1166.7 2121.2 2,46
810 14 6 7 590 1072.7 1166.7 2121.2 2,50
811 14 6 7 640 1163.6 1166.7 2121.2 2,55
812 14 6 7 690 1254.5 1166.7 2121.2 2,60
813 14 6 7 738.3 1342.4 1166.7 2121.2 2,65
814 14 6 7 780 1418.2 1166.7 2121.2 2,70
815 14 6 7 821.7 1493.9 1166.7 2121.2 2,75
816 14 6 7 841.7 1530.3 1166.7 2121.2 2,80
817 14 6 7 860 1563.6 1166.7 2121.2 2,86
818 14 6 7 880 1600 1166.7 2121.2 2,91
e) Raidisseur type 16/6/7
Moment résistant ultime Tranchant résistant ultime
(daN.m) (daN)
Hauteur  Acier Ht  Acier Bas  Diagonale Esp. 60 cm Esp. 33 cm Esp. 60 cm Esp. 33 cm Poids (kg/m)
807 16 6 7 550 1000 1166.7 2121.2 2,75
808 16 6 7 616.7 1121.2 1166.7 2121.2 2,79
809 16 6 7 683.3 1242.4 1166.7 2121.2 2,83
810 16 6 7 741.7 1348.5 1166.7 2121.2 2,87
811 16 6 7 800 1454.5 1166.7 2121.2 2,92
812 16 6 7 858.3 1560.6 1166.7 2121.2 2,97
813 16 6 7 916.7 1666.7 1166.7 2121.2 3,02
814 16 6 7 958.3 1742.4 1166.7 2121.2 3,07
815 16 6 7 1000 1818.2 1166.7 2121.2 3,12
816 16 6 7 1021.7 1857.6 1166.7 2121.2 3,17
817 16 6 7 1045 1900 1166.7 2121.2 3,23
818 16 6 7 1066.7 1939.4 1166.7 2121.2 3,28

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 35


ANNEXE 4 : Cas type de poutres voiles en BERLIMUR

Cas 1

 Poutre voile réalisée en un seul tenant, avec intégration complète du tirant dans la partie structurelle.
 Cette solution ne nécessite pas de vérifications particulières étant donné l’absence de joints hormis la vérification du déver-
sement si nécessaire.

Cas 2

 Poutre voile en plusieurs parties


 La zone du tirant est réalisée de manière traditionnelle ou à l’aide d’une pièce préfabriquée, la zone supérieure est constituée
de BERLIMUR.
 Ce type de configuration nécessite la vérification de la résistance des joints à l’effort tranchant.

36 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


Cas 3

 Poutre voile réalisée entièrement en BERLIMUR avec continuité sur une ou plusieurs travées
 Les tirants de la poutre voile sont intégrés en partie inférieure et supérieure des parties structurelles, et éclissés au droit de
joints
 Une lumière en partie basse permet d’éclisser les filants inférieurs au droit des joints
 Ce type de configuration nécessite la vérification de la résistance des joints à l’effort tranchant.

Variante :
 Le tirant supérieur peut être disposé entièrement dans la partie coulée en place (dalle,…)
 Le tirant inférieur peut être disposé dans un élément préfabriqué ou dans une dalle

ANNEXE 5 : Dispositions constructives

Equivalence entre raidisseurs et armatures en U ou épingles.


Le tableau d’équivalence proposé ci-dessous est basé sur les critères suivants :
La section d’armature équivalente définie dans le tableau est issue du calcul de l’effort résistant au niveau du plan de cisaillement oblique.

sin   sin 
As  4.Fs.( ) / f yk
st
Fs : effort résistant au niveau du plan de cisaillement oblique calculé de la manière suivante :

avec FS  Min ( Araid , Di  Re , Di ; Fw )


fyk : limite caractéristique d’élasticité de l’acier des épingles ;
Re,Di : limite apparente d’élasticité de la diagonale du treillis raidisseur ;
Araid,Di : section de la diagonale du treillis raidisseur ;
Fw : résistance garantie de la soudure des sinusoïdes sur les armatures longitudinales du treillis raidisseur ;
 : angle d’inclinaison des diagonales dans le plan transversal

Largeur de la Type de raidisseur Section cm²/ml Equivalent espacement armatures classiques en


partie structurelle
6 8  10
15 KT 811 8-5-5 2,77 11 19 29
17 KT 813 8-5-5 3,00 10 17 27
20 KT 815 8-5-5 3,18 9 16 25
25 KT 820 8-5-5 3,45 9 15 23
30 KT 825 8-5-6 3,61 8 14 22
35 KT 830 8-5-6 3,70 8 14 22
Nota : les types de raidisseur en fonction des épaisseurs de murs sont donnés à titre indicatif. Elles sont sujettes à variation en fonction des
enrobages des aciers du BERLIMUR.
Ces valeurs sont mobilisables pour un enrobage intérieur minimal de 1,5 cm conformément aux éléments décrit dans la documentation Allemande
de DELTA DRAHT

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 37


ANNEXE 6 : Principe de calcul des efforts résistant des joints entre BERLIMUR

Les liaisons entre murs à coffrage intégré doivent être conçues de façon à ce que le monolithisme de la section soit assuré. Cette hypothèse est
considérée comme vérifiée si l’inégalité suivante est réalisée :

V Edi  V Rdi
V Edi , l’effort tranchant sollicitant maximal à l’ELU (cf. ci-après),
avec :

V Rdi , l’effort tranchant résistant au droit du joint (cf. ci-après).


La vérification du monolithisme décrite dans cette ANNEXE ne dispense pas de la vérification au cisaillement du mur continu équi-
valent (mur banché sans joint lié à la préfabrication).
De même, la section des armatures de liaison doit être au moins égale à la section minimale prescrite pour les éléments continus
équivalents et leurs longueurs doivent être suffisantes pour assurer le recouvrement avec les armatures intégrées dans les peaux
coffrantes.

DETERMINATION DES EFFORTS SOLLICITANTS


CONTREVENTEMENT

F/L

F/L

F/L
L

38 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767


POUTRE VOILE

h
F
F
F V = q.l/2
F F = V/min(h;l)

VEdi = F = V / min(h ;l) avec V = q.l/2 = Vmax

DETERMINATION DES EFFORTS RESISTANTS


PRINCIPE GENERAL
Dans ce qui suit, les vérifications au cisaillement sont réalisées en considérant les hypothèses suivantes:
 Dans le cas général, la valeur du cisaillement sollicitant est déterminée en considérant la valeur maximale de l'effort tranchant, indépendam-
ment de la position du joint. En conséquence, la valeur sollicitante de cisaillement au niveau des joints de poutres-voile est donc majorée.
 Les valeurs de c et  considérées correspondent au cas d’une surface de reprise de type « lisse » au sens de la norme NF EN 1992-1-1 §6.2.5
avec la minoration suivante : c = cE2-lisse/1,1 ( = E2-lisse)
Note : «surface lisse » est utilisé ici suivant la définition de l’EN 1992-1-1 § 6.2.5, c’est-à-dire une surface réalisée à l’aide de coffrage glissant ou
surface extrudée ou surface non coffrée laissée sans traitement ultérieur après vibration,
Dans le cas le plus courant où les armatures de couture sont réalisées avec des U aux abouts et que les sections d’aciers sont donc identiques sur
les deux plans de couture, les efforts résistants sont déterminés sur la base de l’expression suivante :

 f  f  
VRdi  c. t ,n .2 x  .  n   . e .2 x .1
 c  s  
Note : Dans l’expression de l’effort résistant ci-dessus, l’influence du retrait du béton coulé en place est négligée.
Avec :

Ac
 : le pourcentage d’armatures traversant l’interface paroi préfabriquée/béton coulé en place sur la distance x :  ;
x
n : contrainte normale à l’interface qui résulte d’un effort extérieur s’équilibrant extérieurement au voile dont on vérifie le cisaillement ;
x : la distance de l’about d’armature à l’axe du joint ;

les coefficients c,  tels que présentés dans le Tableau 1 .

ELU Fond. Accid.

c 0.2 0.1

 0,6 0,6

Tableau 1 : Valeurs des coefficients c, 

3/14-767 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 39


Exemples de liaison :
1. Cas de la liaison sans couture aux abouts (cas incompatible avec une utilisation en poutre-voile) :

 f 
VRdi  c. t ,n .2 x   . n .2 x .1
 c 
2. Cas de la liaison avec couture aux abouts

 f t ,n  fe  
VRdi  c. .2 x   .  n   . .2 x .1

 c  s  
3. Cas de la liaison sans couture aux abouts (cas incompatible avec une utilisation en poutre voile) – avec noyau non armé côté extérieur :

 
 f 
VRdi  c. t , n .x   . n .x .1
 c 

40 Remplacé le : 18/09/2018 par le n° 3.2/14-767_V1 3/14-767