Vous êtes sur la page 1sur 85

La pratique de l’allaitement maternel exclusif dans le District d’Avaradrano

RAZAFIMAMONJY Harifeno Nadia

IMPACT DU SEVRAGE PRÉCOCE SUR LE STATUT NUTRITIONNEL


DES ENFANTS DE 0 à 59 MOIS DANS LA COMMUNE
DE SABOTSY NAMEHANA

Mémoire
pour l'obtention de Diplôme en licence en Nutrition
REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana
-----------------

MINISTERE DE LA SANTE MINISTERE DE L'EDUCATION


ET DU PLANNING FAMILIAL NATIONALE ET DE LA
RECHERCHE SCIENTIFIQUE

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

Année 2006

N°…..….

IMPACT DU SEVRAGE PRECOCE SUR LE STATUT


NUTRITIONNEL DES ENFANTS DE 0 à 59 MOIS DANS LA
COMMUNE
DE SABOTSY NAMEHANA

Présenté le 27 SEPTEMBRE 2006


par Madame RAZAFIMAMONJY Harifeno Nadia
Président : Professeur ANDRIANASOLO Roger
Juges : Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe
Madame RAMINO SOA Vololomavo
Encadreur : Docteur RAVELOSON Hanta
Nom et prénoms : Madame RAZAFIMAMONJY Harifeno Nadia
REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA

Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

MINISTERE DE LA SANTE
ET DU PLANNING FAMILIAL

SECRETARIAT GENERAL

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

LISTE DES PRINCIPAUX RESPONSABLES

I – DIRECTION GENERALE
Directeur Général :
Professeur. RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin

II – DIRECTION DE LA FORMATION ET DE LA RECHERCHE


Directeur :
Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie
Chef du Service Pédagogique et Scientifique :
Docteur RATSIMBAZAFY Marie Rolland
Chef du Service et Expertise :
Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio
Responsable du Secrétariat Permanent de l’Enseignement à Distance :
Docteur RARIVOARILALA Esther
III – DIRECTION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES
Directeur :
Monsieur RASOANAIVO ANDRIANASOLO Simon
Chef du Service Administratif :
Madame RABODOHARY Ranorohelimiadana Eléonore
LICENCE EN NUTRTION

NUTRITION ET ALIMENTATION HUMAINES


UE1
Module 1 : Méthodologie
Module 2 : Principes fondamentaux de la nutrition /alimentation
Module 3 : Aspects socioculturels et écologiques de la nutrition
Module 4 : Biochimie de la nutrition
Module 5 : Métabolisme et Physiologie de la nutrition
Module 6 : Besoins nutritionnels à travers le cycle de la vie
UE2
MALADIES DE CARENCE ET URGENCES
NUTRITIONNELLES EN CAS DE CATASTROPHE
Module 1 : Principaux troubles nutritionnels dans le pays en développement
Module 2 : Prévention et prise en charge des maladies carentielles
Module 3 : Urgences nutritionnelles en cas de catastrophe
UE3
ACTIVITES DE LABORATOIRE EN NUTRITION ET DE
TERRAIN
Module 1 : Analyse biologique pour le dépistage de carences en micronutriments
au niveau d’une population
Module 2 : Analyse physico-chimique des aliments
Module 3 : Hygiène alimentaire et salubrité environnementale
Module 4 : Législation des denrées alimentaires
UE4
APPROCHE COMMUNAUTAIRE
Module 1 : Diagnostic communautaire sur le plan alimentaire et nutritionnel
Module 2 : Planification des programmes communautaires de nutrition
Module 3 : Suivi et évaluation des programmes de nutrition
Module 4 : IEC en matière de nutrition
Module 5 : Notions de sécurité alimentaire des ménages (SAM)
Module 6 : Politiques nationales en matière de nutrition
Module 7 : Anthropologie
Module 8 : Recherche opérationnelle sur la situation nutritionnelle d’une localité

UE5 ETUDES NUTRITIONNELLES QUANTITATIVES


Module 1 : Statistiques sanitaires et démographiques
Module 2 : Epidémiologie de la nutrition et statistiques
Module 3 : Informatique appliquée

UE 6 PRÉPARATION SOUTENANCE DE MEMOIRE


Préparation de mémoire
Encadrement et Soutenance de mémoire
LISTE DES ENSEIGNANTS

Pr RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin

Pr RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie

Pr ANDRIANASOLO Roger

Pr RANDRIANARIMANANA Vahiniarison Dieudonné

Pr RAMAMBAZAFY Ralainony

Pr RAMAKAVELO Maurice Philippe

Pr RANAIVOHARISOA Lala

Dr RAKOTONIRINA Simon

Dr RALAIARISON Raharizelina

Dr RAKOTONIRINA El-C Julio

Dr RANDRIAMAMPIANINA Hanta

Dr RASOARIVAO Vololomiarana

Mr RAKOTOZANAKA Julien

Mme RAMINO SOA Vololomavo


REMERCIEMENTS

Ce travail représente le fruit de la collaboration étroite entres différents intervenants.


Ainsi, nous tenons à les remercier par la présente.

En premier lieu, nous rendons particulièrement grâce à Dieu. Sans sa bénédiction et


sa gratitude, nous n'aurions pas pu arriver au bout de cette recherche.

Nous adressons également nos vifs remerciements à notre directeur de mémoire,le


Professeur ANDRIANASOLO Roger, qui a bien voulu nous accorder ses temps
précieux pour nous guider dans l'entreprise de ce travail,et également à notre encadreur
Docteur RAVELOSON Hanta qui nous a appuyée à travers sa franche collaboration.

Nous tenons aussi à exprimer notre sincère reconnaissance à tout le personnel


enseignant et administratif de l'INSPC pour leur dévouement.

Notre gratitude va également envers notre famille pour son soutien inestimable le
long de toutes les phases de réalisation de ce travail. Je remercie particulièrement mon
époux pour son soutien moral et affectif dans l'accomplissement de ces devoirs. Que ce
modeste présent constitue une preuve de plus de mon amour pour lui.

Et finalement, à tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à l'élaboration du


présent mémoire, veuillez accepter mes vifs remerciements.
SOMMAIRE

REMERCIEMENTS
SOMMAIRE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES FIGURES
INTRODUCTION ............................................................................................................ 1
1. Etude bibliographique ........................................................................................3
1.1. Généralités sur le lait maternel...........................................................................3
1.2. Sevrage...............................................................................................................3
1.2.1 Historique (2) ............................................................................................ 3

1.2.2. Définition (3)............................................................................................ 3

1.2.3. Conduite du servage................................................................................. 3

1.2.3.1. Sevrage en douceur (13).......................................................................3


1.2.3.2. Sevrage définitif (3) .............................................................................4
1.2.3.3. Age du sevrage.....................................................................................4
1.3. Statut nutritionnel...............................................................................................4
1.3.1. Les indicateurs nutritionnels .................................................................... 5

1.3.2. Valeurs de référence................................................................................. 5

1.3.3. Seuils ou valeurs limites .......................................................................... 5

1.3.2. La diversification alimentaire .................................................................. 7

2. MATERIEL ET METHODES..................................................................................8
2.1. Cadre de l’étude .................................................................................................8
2.2. Méthodologie .....................................................................................................8
2.2.1. Période et durée de l'étude ....................................................................... 8

2.2.2. Population d'étude .................................................................................... 9

2.2.3. Mode d’échantillonnage........................................................................... 9

2.2.4. Taille de l’échantillon .............................................................................. 9


2.2.5. Mode de collecte de donnée..................................................................... 9

2.2.6. Hypothèse............................................................................................... 10

2.2.7. Limite d'étude......................................................................................... 10

2.2.8. Ethique ................................................................................................... 10

3. RESULTATS ..........................................................................................................11
3.1. Caractéristiques des échantillons .....................................................................11
3.1.1. Effectif et proportion des enfants observés............................................ 11

3.1.2. Mesure de la tendance centrale de l’échantillon .................................... 11

3.1.3. Profession des parents ............................................................................ 12

3.2. Conduite de sevrage .........................................................................................13


3.2.1. Effectif des enfants................................................................................. 13

3.2.2. Age du sevrage par rapport aux classes de revenus ............................... 14

3.2.3. Moyenne d’âge de sevrage selon la profession de la mère .................... 17

3.2.4. Age de sevrage par rapport au niveau d’instruction de la mère............. 18

3.2.5. Age de sevrage par rapport à la source d’information de la mère ......... 19

3.2.6. Motifs de sevrage ................................................................................... 19

3.3. Statut nutritionnel des enfants..........................................................................21


3.3.1. Rapport entre l’âge du sevrage et l’état nutritionnel.............................. 21

3.3.1.1. État nutritionnel des garçons..............................................................21


3.3.1.2. Etat nutritionnel des filles ..................................................................23
3.3.2. Consommation alimentaire .................................................................... 24

3.3.3 Corrélation du sevrage et de l'état nutritionnel ....................................... 26

4. COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS ................................................................28


4.1. Sevrage.............................................................................................................28
4.1.1. Le sevrage par rapport à la profession de mère...................................... 28

4.1.2. Le sevrage par rapport au niveau d’instruction...................................... 28

4.1.3. Le sevrage par rapport à la source d’information .................................. 29


4.2. Le statut nutritionnel ........................................................................................30
4.2.1. Etat nutritionnel...................................................................................... 30

4.2.2. La diversification alimentaire ................................................................ 31

4.2.3. Corrélation du sevrage et de l'état nutritionnel ...................................... 33

5. SUGGESTIONS .....................................................................................................34
CONCLUSION ............................................................................................................... 36
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................ 37
LISTE DES ABREVIATIONS

EDS : Enquête Démographiques de la Santé


OMS : Organisation Mondiale de la Santé
PNN : Politique Nationale de Nutrition
UNICEF : United Nations International Children's Emergency Fund (Fonds des Nations
Unies pour l'Enfance)
PER : Procédure d'Evaluation Rapide
CRENA: Centre de Récupération Nutritionnel Ambulatoire
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1. Classification de la malnutrition et utilisation des valeurs limites (22) .......... 6


Tableau 2 . L'effectif et la proportion des enfants observés............................................ 11
Tableau 3. Profession des mères ..................................................................................... 12
Tableau 4. Profession des pères ...................................................................................... 13
Tableau 5. Répartition géographique des enfants sevrés ................................................ 14
Tableau 6. Effectif des enfants sevrés par classe de revenu du ménage ......................... 14
Tableau 7. Age de sevrage par rapport aux classes de revenus (en ariary)..................... 15
Tableau 9. Moyenne d’âge de sevrage par rapport à la profession de la mère ............... 17
Tableau 10. Age de sevrage par rapport au niveau d’instruction de la mère .................. 18
Tableau 11. Age de sevrage par rapport au niveau la source d’information de la mère. 19
Tableau 12 .Corrélation entre l'âge de sevrage et la source d'information ..................... 19
Tableau 13. Motifs de sevrage selon la classe d'âge de sevrage ..................................... 24
Tableau 14. Etat nutritionnel des garçons ....................................................................... 21
Tableau 15 . Etat nutritionnel des filles .......................................................................... 23
Tableau 16. La consommation alimentaire des enfants .................................................. 25
Tableau 17. Corrélation du sevrage et de l'état nutritionnel ........................................... 27
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Age de sevrage par rapport aux classes de revenus........................................ 16


Figure 2 : Age de sevrage par rapport au niveau d' instruction de la mère ..................... 18
Figure 3. Etat nutritionnel des garçons ........................................................................... 22
Figure 4. Etat nutritionnel des filles sevrées ................................................................... 23
Figure 5. Consommation alimentaire des enfants d'après l'enquête sur le repas de 24 h.26

LISTE DES ANNEXES

Annexe 1 : Mode d’échantillonnage


Annexe 2 : Questionnaire
Annexe 3 : Liste des enfants enquêtés
Annexe 4 : Valeurs de référence
Annexe 5 : Carte
Annexe 6 : Indicateur et variable
INTRODUCTION
INTRODUCTION
Dans les pays en développement, la malnutrition est directement ou
indirectement l’une des causes principales de la morbidité et de la mortalité des jeunes
enfants et affecte considérablement leur croissance et leur développement. Elle est
responsable de la mort de 1 300 000 enfants de moins de 5 ans, soit 54 % de la mortalité
infantile mondiale (1).
A Madagascar, selon le document de la Politique Nationale de Nutrition déclare,
40% de la population infantile souffre de malnutrition (7). Un enfant sur dix décède
avant l'âge de cinq ans. Cette prévalence de la malnutrition est significativement
supérieure à celle observé au Sénégal 24% et en Côte d'Ivoire 12%.(6)
L'analyse de profiles1 révèle que 54% des décès d'enfants de moins de cinq ans
sont attribués à la malnutrition protéino-énérgetique (6).
Depuis 1990, l’OMS et l’UNICEF recommandent l’allaitement maternel exclusif
durant les 6 premiers mois de la vie. A partir de 6 mois, l’allaitement au sein doit se
compléter par une alimentation semi liquide (aliments de transition). Ultérieurement, la
mère introduit progressivement les aliments locaux (le plat familial). L'allaitement se
poursuit jusqu'à la deuxième année de l'enfant (3).
Le sevrage est un processus au cours duquel le nourrisson s'habitue
progressivement à absorber des aliments autres que le lait maternel. Ce processus
s'achève lorsque l'enfant mange comme le reste de la famille.(23)
C'est au moment de ce sevrage que les enfants se trouvent exposés aux germes
pathogènes transmis par les aliments.
Dans le monde, 46% des nourrissons entre 6 et 9 mois se voient sevrés et
reçoivent une alimentation complémentaire, 51% âgés entre 20 et 23 mois sont sevrés
définitivement. (24)
En Afrique, 42% des enfants de 6 à 9 mois se voient sevrés. (4)

1
Processus d'analyse de la situation nutritionnelle à partir de données épidémiologiques nationales et
internationales permettant d'estimer les conséquences de la malnutrition sur la survie, la santé, le
développement intellectuel et la productivité

1
A Madagascar, moins de 60% des femmes arrêtent d'allaiter leurs enfants à l'âge
de 18 mois à 23 mois, selon l'enquête Démographique de Madagascar (EDS) et de
Procédure d'évaluation rapide (PER) en 2001 (6).

La pratique de l'alimentation de l'enfant constitue l’un des facteurs déterminants


de son état nutritionnel et influe sur l'incidence de la morbidité et de la mortalité. Parmi
ces pratiques, le sevrage définitif revêt une importance particulière. C’est ainsi que nous
avons axé notre travail sur cet évènement dans la Commune de Sabotsy Namehana.
Cette étude a pour objectif :
• Evaluer la prévalence des enfants sevrés.
• Identifier les motifs du sevrage.
• Décrire le régime alimentaire des enfants sevrés.
• Identifier les facteurs influant sur les habitudes alimentaires des enfants.
• proposer des mesures permettant d'améliorer le processus du sevrage entrer
les jeunes enfants de la région.
Outre l'introduction et la conclusion, ce travail comprend 5 parties. La première
partie est consacrée à la bibliographie tandis que la deuxième décrit la méthodologie. La
troisième partie portera sur les résultats. La quatrième partie a trait aux commentaires et
discussions. Enfin, des suggestions seront proposées dans la dernière partie.

2
PREMIÈRE PARTIE
1. ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE

1.1. Généralités sur le lait maternel


Le lait maternel est un aliment complet qui confère aux bébés des éléments
nécessaires à sa croissance et à son développement. (12)
On distingue trois types de lait : le colostrum qui est riche en anticorps, protéines
et vitamine A ; le lait de transition riche en lactose et en graisse (14) puis le lait mature
qui contient beaucoup d’eau (9).L’énergie apportée par 100 ml de lait est de 69 Kcal
(10).
Le lait comprend : des anti-bactériens, anti-viraux, anti-parasitaires. (18) et des
facteurs cellulaires. (17)
Par ailleurs, la présence de fer, de cuivre, et de zinc dans le lait fait qu’on
rencontre rarement des enfants anémiques. (7)
C'est la raison pour laquelle l'OMS recommande l'application de l'allaitement
exclusif. (3)

1.2. Sevrage

1.2.1 Historique (2)


Au XIème siècle, le verbe «sevrer » qui vient du latin "separare" signifie
"séparer".
Ce mot sevrer, au XIVème siècle a subi une extension vers la notion de privation, qui
veut dire « priver de … ».
Le premier substantif est « seivrement » ou « sevrement » Au XVIII ème siècle, le
« Sevrement » devient « Sevrage ».

1.2.2. Définition (3)


Au sens strict le sevrage consiste à remplacer les tétées par une autre
alimentation.

1.2.3. Conduite du servage

1.2.3.1. Sevrage en douceur (13)


Aux environs du 6ème mois, le poids de l’enfant se stabilise. Quand on
commence à lui administrer un supplément sous forme de bouillie, le bébé est déjà
capable d’ingérer des quantités qui paraissent exagérées. C’est pourquoi, il convient de

3
ne pas sevrer l’enfant brusquement. Les tétées peuvent être remplacées progressivement
ou davantage par une ou plusieurs bouillies. Par contre, ces aliments ne doivent pas
remplacer les tétées. (22)

La pédiatrie conseille de commencer le sevrage vers l’âge de 6 mois, en


diminuant les tétées peu à peu.
Il ne convient pas de procéder au sevrage pendant la saison chaude, ou quand
l'état de santé de l’enfant est mauvais. En effet, l’abandon du lait maternel à cette
période doit être compensé par le recours à des préparations se rapprochant de la
composition générale du lait maternel.

1.2.3.2. Sevrage définitif (3)


C’est l’arrêt de l’allaitement maternel. Le sevrage est indépendant de la
diversification alimentaire. Cette dernière est le recours à une alimentation solide. La
variation des sources d’alimentation le conduit progressivement au même type
d’alimentation que le milieu dans lequel il est.
Cette période de transition est plus ou moins longue. Elle s'étend de six mois à
plusieurs années. Elle se fait en fonction de la maturation du système de digestion de
l’enfant et de ses capacités psychomotrices à choisir.
L’enfant doit mastiquer et déglutir des aliments solides. Ces aliments solides
doivent être équilibrés et adaptés à l’âge de l’enfant.

1.2.3.3. Age de sevrage


L’allaitement maternel peut être poursuivi jusqu’à l’âge de deux ans de l’enfant,
et même au-delà. Les aliments solides complètent le lait maternel mais ne le remplacent
pas. C'est le sevrage naturel.
Des recherches scientifiques démontrent que plus l’allaitement de l’enfant dure
longtemps, plus l’enfant bénéficie des avantages nécessaires à son développement.
L’âge naturel du sevrage débute à l'âge de deux ans.

1.3. Statut nutritionnel


La nutrition, du latin « nutri » signifie également nourrir. C’est une science ayant
pour objet la matrice et l’utilisation des aliments par l’organisme. C’est l’ensemble du
processus d’absorption et d’utilisation des aliments, indispensable à l’organisme pour
assurer son entretien et ses besoins en énergie.

4
Le statut se définit comme une position par rapport à la société. (Larousse)
Le statut nutritionnel est une position nutritionnelle d’une société.
L’Etat nutritionnel se détermine par des indicateurs appropriés qui renvoient à
des valeurs de référence.

1.3.1. Les indicateurs nutritionnels


Un indicateur nutritionnel compare les mesures corporelles aux valeurs définies
pour un enfant de même taille ou de même âge.
Les indices nutritionnels des enfants traduisent la perte ou le gain de poids, la
dénutrition et le retard de croissance. Ce sont : la taille par rapport à l'age (T/A), le poids
par rapport à l’âge (P/A), le poids par rapport à la taille (P/T).

1.3.2. Valeurs de référence (Annexe 4)


Depuis 1986, l’OMS recommande l’utilisation d’une norme de référence basée
sur les données des centres des statistiques sanitaires des Etats-Unis. Les valeurs de
référence des garçons sont différentes de celles des filles. Ces systèmes permettent de
comparer l’état anthropométrique pour déterminer l’état nutritionnel.

1.3.3. Seuils ou valeurs limites


La comparaison de mensuration d’un enfant au valeur de référence consiste à
visualiser les valeurs limites approuvées par l’OMS.
Ce sont des pourcentages de la médiane et les points de l’écart type.

5
Tableau 1. Classification de la malnutrition et utilisation des valeurs limites (22)

Bien nourri Malnutrition Malnutrition Malnutrition grave


légère modérée

Œdème Non Non Non Oui (malnutrition


oedémateuse)

Poids/talle 90 à 120 % 80 à 89 % 70 à 79% <70%


(+2 à -1 points (-1 à -2 points (-2 à -3 points (<-3 points d’écart-
d’écart-type) d’écart-type) d’écarts-types) type)
(dénutrition sévère)

Taille/âge 95 à 110% 90 à 94% 85 à 89% <85%


(+ à -1 points (-1 à -2 points (-2 à -3 points (-3 points d’écart-
d’écart-type) d’écart-type) d’écart-type) type)
(retard irréversible et
sévère de croissance)

Poids/âge 60 – 80% <60%


(-2 à -3 points (-3 points d’écart-
d’écart-type) type)

Circonférence à <- 3 points d’écart-


mi-bras/âge ou type
taille/longueur

Circonférence à >13,5 cm 12,5 à 13,5 cm 12,0 à 12,5 cm 12-11,5 cm


mi-bras

Indice de masse Maigreur légère Maigreur modérée Maigreur sévère <16


corporelle (pour 17-<18,8 16-<17
les adultes

6
1.3.4. La diversification alimentaire
L’OMS et l’UNICEF ont formulé des recommandations pour l’alimentation des enfants
à partir de 6 mois. Les détails de ces recommandations sont présentés ci-dessous.
De 6 mois à 12 mois, la mère continue à allaiter au sein, à la demande, 8 à 10
fois de jour comme de nuit. De plus, la mère doit préparer et donner 3 fois par jour une
bouillie 1/3 à 1/2 kapoaka cuit (120 à 180 ml) de :
- riz mou épaissi (sosoa marihitra) ou riz sec
- manioc ou pomme de terre écrasés
- farine de maïs épaissi
Pour enrichir cette bouillie, la mère doit additionner des patsa, arachides pilées, huile,
farine de soja, ou haricots, lait, poissons, jaune d’œuf, légumes, viande, volaille, sucre,
brèdes.
Si l’enfant est allaité moins de 8 fois par jour ou si son poids n’augmente pas, on
doit lui donner 2 goûters ou collations en plus, tels que du mofogasy, mofo sira, beignet,
biscuit, fruits de saison, koba, arachide pilée, patate, manioc, ou maïs plus sucre ou
arachides pilées ;
De 12 mois à 24 mois, la mère continue à allaiter au sein, à la demande. L’enfant
mange le repas familial. Sa ration doit être servi dans sa propre assiette. Le repas est
constitué de 1/2 à 2/3 kapoaka (200 à 250 ml) du plat familial, avec des ingrédients du
"laoka"variés comme les brèdes, arachides pilées, huile, viande, poisson, haricot,
légumes, soja, pomme de terre, œuf, farine de soja, du lait, du sucre. Il prend aussi deux
collations citées ci-dessus l'après midi.
A partir de 24 mois, il faudrait donner les 3 repas principaux à l'enfant y compris
tous les ingrédients du "laoka" et l’enrichir d’huile, d'arachide pilée, de la farine de soja,
de patsa et compléter par deux collations.

7
DEUXIÈME PARTIE
2. MATERIEL ET METHODES

2.1. Cadre de l’étude


La Commune de Sabotsy Namehana se situe dans le département
d’Antananarivo Avaradrano, de la région d’Analamanga, la distance par rapport à
Antananarivo Renivohitra étant de 10 km.
La Commune possède une superficie de 22 km2 et comprend 22 Fokontany.
La densité de la population est de 1741 hab/km2 avec un sexe ratio de : 51/48
Le climat est de type tropical avec deux saisons. La saison sèche et fraîche
s’étend du mois de mai au mois d'octobre tandis que la saison chaude et pluvieuse
s'étend du mois de novembre au mois d'Avril.
La température moyenne annuelle est 18°C et la pluviométrie est de 2000
mm/an.
Concernant les activités des habitants : la population active dans le secteur
primaire représente 44,95% de la population, 12,50% dans le secteur secondaire et 25%
dans le secteur tertiaire.
L'effectif des demandeurs d’emploi s'élève à 17,55%.
La plupart des écoles sont privées.
En ce qui concerne les infrastructures sanitaires, les établissements publics sont
concentrés à Anosy Avaratra (CHD, CSBII); ainsi que les établissements privés comme
les dispensaires catholiques et ABC.
Les principales occupations de la population figurent dans le secteur
commercial, à savoir : l’épicerie, restauration, gargotterie, quincaillerie, marchand de
bois, boucherie, pâtisserie, station d’essence, grande surface et d’artisanat (vannerie,
poterie, menuiserie, broderie, travail de rafia dans la commune de Sabotsy Namehana).

2.2. Méthodologie
L’enquête s’effectue auprès des mères ayant des enfants de moins de 5 ans.

2.2.1. Période et durée de l'étude


L'enquête s'est déroulée du 11 Juillet 2006 au 25 Juillet 2006. L'étude dure 2
mois.

8
2.2.2. Population d'étude
La population d'étude est constituée des mères ayant des enfants de moins de 5
ans. La population cible est représentée par les enfants de moins de 5 ans.

2.2.3. Mode d’échantillonnage


Nous avons effectué une enquête transversale. L’échantillonnage se fait de façon
aléatoire. Cette méthode consiste en un sondage en grappe avec tirage au sort dans la
Commune de Sabotsy Namehana qui compte 22 Fokontany.
Pour une prévalence de la malnutrition de 40% chez l'enfant. Nous avons estimé
la taille de l'échantillon (voir annexe 1).

2.2.4. Taille de l’échantillon


On énumère les 22 Fokontany de 1 à 22. On établit un tirage au sort pour obtenir
un ordre de priorité. On considère seulement 3 Fokontany à savoir : celui d'Anosy
Avaratra, Lazaina et Isahafa. La monographie de la commune de Sabotsy Namehana
nous informe du nombre de la population de ces 3 Fokontany qui est de 4215.
Tirage au sort et sondage en grappe

Soit i = précision à 10% i = 0,10


g = coefficient correcteur g = 2,1
p =pourcentage des enfants malnutris p = 40% = 0,40
q= 1- p = 60% q= 60%=0,60
n = nombres des mères ayant des enfants moins de 5 ans à enquêter

(1,96 )
2
xpxqxg
D’où n=
i2

(1,96 )
2
x (0,40) x (0,60) x (2,1)
n=
(0,10) 2

n= 193 mères
(Voir annexe 1)

2.2.5. Mode de collecte de donnée


L’établissement de l’enquête se base sur les questionnaires qui concernent la
mère et l’enfant. Au préalable, on a procédé à un test préliminaire pour avoir la validité

9
des questions. On a entamé l'enquête par des questions semi-ouvertes avec des pesées
de chaque enfant.
Le mode de consommation alimentaire est étudié à l'aide de la méthode de
rappel de 24 heures.
Le questionnaire utilisé est présenté dans l'annexe 2.

2.2.6. Hypothèse
a) -Un sevrage précoce et inadéquat entraîne la malnutrition des enfants de moins de 5
ans.
b) -Une alimentation inadéquate pendant le sevrage entraîne la malnutrition chez les
enfants de moins de 5 ans.

2.2.7. Limite d'étude


L’étude s'applique uniquement au mode de sevrage définitif.
Compte tenu de la contrainte de temps, on n’a pas pu enquêter suffisamment des
mères. Par conséquent notre échantillon s'avère relativement restreint.

2.2.8. Ethique
L’enquêteur se doit d'obtenir le consentement de la mère à enquêter avant
d’entamer la séance d’interview. En outre, les entretiens et les réponses restent
anonymes.

10
TROISIÈME PARTIE
3. RESULTATS
Sachant que la malnutrition constitue directement ou indirectement l’une des
causes principales de la mortalité infantile, il est important de savoir également si le
sevrage figure parmi les facteurs déterminants de cette pathologie dans la Commune de
Sabotsy Namehana.

3.1. Caractéristiques des échantillons


La population enquêtée est représentée par la mère ayant des enfants de moins
de 5 ans qui sont la population cible.

3.1.1. Effectif et proportion des enfants observés

Tableau 2 . L'effectif et la proportion des enfants observés.


EFFECTIF SEVRE ALLAITE TOTAL
n % n % N %
FOKONTANY
Anosy avaratra 42 21,3 42 21,3 84 42,6
Isahafa 18 9,2 17 8,6 35 17,8
Lazaina 41 20,8 37 18,8 78 39,6
TOTAL 101 51,3 96 48,7 197 100,0

N : nombre d'enfants de moins de 5 ans


La majorité d'enfants observés se trouvent dans le Fokontany d' Anosy Avaratra
et Lazaina. Soit trois quarts de la population cible. Un peu plus de la moitié des enfants
sont sevrés (51,3%).

3.1.2. Mesure de la tendance centrale de l’échantillon


Nous allons voir successivement les paramètres centraux et les paramètres de
dispersion. On entend par paramètres centraux la moyenne, le mode et l’Ecart type ou
"standard déviation". Les paramètres de dispersion comprennent l’étendue et la
variance.
Plus de la moitié des enfants observés sont sevrés (101 par rapport à 197).
L'âge minimal de ces enfants est de un mois tandis que le maximum est de 59
mois. Ainsi l’étendue est de [1,59].
L’âge Médian est de 20 mois. C’est la valeur qui sépare les deux extrêmes.

11
L’âge moyen des enfants sevrés définitivement est de 22,67 mois tandis que
l’âge moyen de sevrage est de 10,44 mois dans l’intervalle de [0,42] mois.
L’écart de l’âge de l’enfant par rapport à la moyenne atteint à 26,12 mois.
Le mode d’âge du sevrage est de 24 mois et l’âge maximum de sevrage est de 42
mois.

3.1.3. Profession des parents


Désormais, toute l'attention est portée à l'endroit des enfants sevrés
exclusivement, pour les besoins de vérification de notre hypothèse. Ils sont donc au
nombre de 101.

Tableau 3. Profession des mères

MERE

PROFESSION Effectif %

Agricultrice 12 6,09
Commerçant 4 2,03
Indépendant 7 3,55
Couturière 3 1,52
Pasteur 1 0,51
Salarié 4 2,03
Zone Franche 8 4,06
Ménagère 34 17,26
Brodeuse 28 14,21
TOTAL 101 00

La majorité des mères sont des ménagères ou des brodeuses (respectivement


34% et 28%).

12
Tableau 4. Profession des pères

PERE
PROFESSION Effectif %

Agriculteur 4 2,03
Commerçant 4 2,03
Indépendant 14 7,11
Couturière 2 1,02
Pasteur 1 0,51
Salarié 11 5,58
Zone Franche 11 5,58
Ménagère 0 0,00
Brodeuse 0 0,00
Gardien 5 2,54
Boucher 1 0,51
Chauffeur 16 8,12
Maçon 28 14,21
Peintre 1 0,51
Chômeur 3 1,52

TOTAL 101 100

Pour les pères, ils sont à majorité des maçons et chauffeurs (28% et 16%)
La plupart des enfants vivent avec leurs parents. Le nombre des enfants
abandonnés se présente à un taux de 1,52%.

3.2. Conduite du sevrage


D'après l'enquête, les mères ne connaissent pas l'âge du sevrage recommandé par
l'OMS. Cet âge varie en fonction des motifs évoqués.

3.2.1. Effectif des enfants


La répartition géographique des enfants sevrés est illustrée par le tableau 5.

13
Tableau 5. Répartition géographique des enfants sevrés
SEVRE
FOKONTANY N %
Anosy avaratra 42 41,6
Isahafa 18 17,8
Lazaina 41 40,6
TOTAL 101,0 100,0
La plupart des échantillons se trouvent à Anosy avaratra et Lazaina

3.2.2. Age du sevrage par rapport aux classes de revenus


Les conditions de vie des enfants dépendent des moyens de leurs parents.

Tableau 6. Effectif des enfants sevrés par classe de revenu du ménage


CLASSE de REVENU EFFECTIF % AGE MOYEN
(en Ariary) SEVRAGE (en mois)
10 000 1 0,99 30,00
20 000 4 3,96 18,00
40 000 4 3,96 22,25
60 000 24 23,76 22,50
80 000 27 26,73 19,48
100 000 10 9,90 17,20
120 000 10 9,90 20,50
140 000 6 5,94 17,83
160 000 7 6,93 20,00
200 000 5 4,95 21,67
>300 000 3 2,97 18,70
Le constat réalisé lors de l'enquête montre que la plus grand nombre des ménages vit à
un niveau de vie acceptable. En effet, beaucoup d'entre eux touchent autour de 80 000
Ariary. Cela est mis en évidence par le fait que le revenu mode est de 80 000 Ariary.
Peu nombreux sont ceux qui touchent plus de 200 000 Ariary.
Le tableau 6 illustre la situation financière des ménages. Comme le revenu des ménages
est lié à la profession de leurs membres, il est donc lié au rythme circadien de la mère. Il
influe ainsi sur l'age de sevrage. Le tableau suivant illustre la répartition des classes
d'âge de sevrage par rapport à aux classes des revenus.

14
Tableau 7. Age de sevrage par rapport aux classes de revenus (en ariary)

Salaire [0 – 50 000] ]50 000 – 100 000] ]100 000 – 150 000] ]150 000 – 200 000] > 200 000 TOTAL

Age de sevrage n % n % n % n % n % n %

[ 5-15 ] 2 1,98 18 17,82 6 5,94 3 2,97 2 1,98 31 30,69

] 15-25 [ 4 3,69 26 25,74 10 9,90 2 1,98 4 3,96 46 45,54

[ 25-35 [ 3 2,97 13 12,87 1 0,99 1 0,99 2 1,98 20 19,80

[ 35-45 [ 0 0,00 1 0,97 2 1,98 1 0,99 0 0,00 4 3,96

TOTAL 9 8,91 58 57,43 19 18,81 7 6,93 8 7,92 101 100

15
Les parents appartenant à la classe de revenu inférieur ou égal à 100 000 Ariary
arrêtent d'allaiter beaucoup plus leurs enfants entre 15 et 24 mois.
On y trouve également beaucoup d’enfants sevrés avant même 15 mois.
La majorité des parents dont le revenu se situe autour de 200 000 Ariary sèvrent
leurs enfants avant 24 mois. La figure suivante illustre ce constat.

30

25

20
0
1
15 2
3
4
10

0
[5-15[ ]15-25[ [25-35[ [35-45[
Age de
sevrage

0 : 0-50 000 ; 1 : 50 000 – 100 000; 2 : 100 000 – 150 000; 3 : 150 000 – 200 000 ; 4 : >200 000

Figure 1 : Age du sevrage par rapport aux classes de revenus

16
Tableau 8.Corrélation entre l'âge de sevrage et le revenu

REVENU

Sevrés avant 24 OR (IC 95%)


≤ 100 000 > 100 000

mois 50 27
(0,25-2,27)
17 7

L'Odds Ratio (OR) ou rapport des côtes sert à prouver s'il y a une association
entre l'âge du sevrage et le revenu.

Ce tableau nous montre qu'il n'y a pas d'association entre l'âge de sevrage et la classe de
revenu soient OR < 1 et 1 Є IC

3.2.3. Moyenne d’âge du sevrage selon la profession de la mère


Les résultats de l'enquête montrent que les mères appartenant à certaines
catégories de profession procèdent au sevrage de leurs enfants plus vite que celles des
autres groupes. Le tableau suivant illustre cette affirmation.

Tableau 9. Moyenne d’âge du sevrage par rapport à la profession de la mère


Professions Age moyen du sevrage
Agricultrice 21,8
Brodeuse 23
Commerçante 22
Couturière 26
Indépendant 17
Ménagère 20
Pasteur 5
Salarié 14
Zone Franche 17
Les couturières, les brodeuses et les commerçantes attendent plus longtemps
pour sevrer leurs enfants; suit le groupe des agricultrices et des ménagères L’âge moyen
du sevrage pour ces professions est respectivement de 26 mois, 23 mois, 22 mois,21.8

17
mois. L’âge moyen du sevrage le plus bas est de 5 mois tandis que l'âge moyen le plus
avancé est de 26 mois.

3.2.4. Age du sevrage par rapport au niveau d’instruction de la mère


Le niveau d’instruction entre également en jeu dans la vie de la mère ainsi que
dans celle de son enfant. C’est la raison pour laquelle il est présenté dans le tableau ci
après la relation qui existe entre le sevrage et le niveau d’instruction.

Tableau 10. Age de sevrage par rapport au niveau d’instruction de la mère


NIVEAU D’INSTRUCTION

Age du sevrage (mois) 0 % 1 % 2 % 3 % 4 % Total par classe

[ 5-15 ] 1 0,99 8 7,92 13 12,87 8 7,92 1 0,99 31 30,70

] 15-25 [ 2 1,98 14 13,86 26 25,74 4 3,96 0 0,00 46 45,54

[ 25-35 [ 2 1,92 7 6,93 9 8,91 2 1,98 0 0,00 20 19,80

[ 35-45 [ 1 0,99 0 0,00 3 2,97 0 0,00 0 0,00 4 3,96

TOTAL 6 5,94 29 28,71 51 50,50 14 0,00 1 0,99 101 100%

Près de la moitié des mères ont sevré leurs enfants avant 25 mois.
La majorité appartient à un niveau d’instruction secondaire.
30

25

20
0
1
15 2
3
4
10

0
[5-15] ]15-25[ [25-35[ [35-45[

Age du sevrage

analphabète primaire secondaire tertiaire universitaire

0 =Aucune Instruction (Analphabète Inclus) 1 = Primaire 2 = Secondaire 3= Lycée 4= Universitaire


Figure 2 : Age du sevrage par rapport au niveau d' instruction de la mère
18
3.2.5. Age du sevrage par rapport à la source d’information de la mère
La répartition des mères selon leurs sources d'information sur l'allaitement est
présentée dans le tableau suivant.

Tableau 11. Age du sevrage par rapport au niveau la source d’information de la


mère
SOURCE D'INFORMATION
Age de sevrage (mois) Sage femme Famille TOTAL

n % n % n %

[ 5-15 ] 25 24,75 6 5,94 31 30,70


] 15-25 [ 28 27,72 18 17 ?82 46 45,54
[ 25-35 [ 12 11,88 8 7 ?92 20 19,80
[ 35-45 [ 2 1,98 2 1 ?98 4 3,96

TOTAL 67 66,34 34 33,66 101 100%

Plus de la moitié des mères acquièrent des informations sur l’allaitement par le
biais des agents de santé tels que les sages femmes. Par contre, près de la moitié
reçoivent les informations au sein de la famille.

Tableau 12 .Corrélation entre l'âge de sevrage et la source d'information


AGENT DE
OR (IC 95%)
Sevrés avant 24 SANTE

OUI NON
mois
Oui
53 24 0,92[0,35-2,41]

Non
20 10

Ce résultat montre qu'il n'y a pas d'association entre la source d'information et l'âge du
sevrage; soit (OR < 1),1 Є IC.

3.2.6. Motifs du sevrage


L'enquête a permis de révéler un certain nombre de facteurs liés au sevrage,
comme on peut voir dans le tableau 13.

19
Tableau 13. Motifs de sevrage selon la classe d'âge du sevrage

Causes de Accouchement Anorexie Ascaris Dépression Famille Grossesse Maladie Maladie Manque Travail Désir de Total
sevrage enfant. mère de lait l'enfant
Âge

[ 5-15 ] 5 2 1 0 1 8 2 0 1 6 5 31
[ 15-25 [ 2 3 0 1 0 15 1 1 0 1 22 46
[ 25-35 [ 1 0 0 0 0 6 0 1 0 0 12 20
[ 35-45 [ 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 3
[ 45-55 [ 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
[ 55 et plus 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1

Effectif 8 5 1 1 1 30 3 2 1 7 42 101
% 7,92 4,95 0,99 0,99 0,99 29,70 2,97 1,98 0,99 6,93 41,58 100
Parmi ces motifs, on note l'âge de l'enfant, la nouvelle grossesse de la mère, les
maladies de l'enfant ou de la mère, le travail entrent tous en jeu.
Les causes du sevrage les plus évoquées sont par ordre de fréquence :
l'enfant lui-même, la survenue d'une grossesse et l'accouchement.
Près de la moitié des enfants se sont sevrés volontairement.
Par ailleurs, la grossesse de la mère constitue une des causes principales du
sevrage pour 1/3 des enfants observés (29,70%). La naissance du cadet figure au second
rang (7,9%).

3.3. Statut nutritionnel des enfants

3.3.1. Rapport entre l’âge du sevrage et l’état nutritionnel


Pour vérifier l'hypothèse sur l'influence de la précocité de l'âge du sevrage sur
l'état nutritionnel de l'enfant, l'évaluation dudit statut nutritionnel à partir du poids par
rapport à l'age a été entreprise.
L'évaluation a été effectuée séparément suivant la référence approuvée par
l’OMS et l’UNICEF.

3.3.1.1. État nutritionnel des garçons


Le tableau suivant illustre l'état nutritionnel des garçons selon leur âge du
sevrage.

Tableau 14. Etat nutritionnel des garçons


Age du sevrage -3ET -2ET -1ET M+ Total par classe

n % n % n % n % n %

[0-15[ 0 0,00 7 11,66 2 3,33 1 1,67 10 16,67

]15-25[ 1 1,67 10 16,67 12 20,00 8 13,33 31 51,67

[25-35[ 0 0,00 3 5,00 5 8,34 8 13,33 16 26,67

[35-45[ 0 0,00 0 0,00 0 0,00 3 5,00 3 5,00

Total 1 1,67 20 33,33 19 31,67 20 33,33 60 100

21
-3 ET : malnutrition sévère
-2 ET : malnutrition modérée
-1 ET : Malnutrition légère
Médiane : bien nourris
Plus de la moitié des garçons sevrés avant 24 mois se classe dans la catégorie
des malnutris à un niveau léger, modéré ou sévère.
Sur 1/3 des enfants sevrés à partir de 24 mois, plus de la moitié sont bien
nourris. La figure suivante illustre cette affirmation.

14

12

10
-3ET
8
Effectif

-2ET
6 -1ET
M+
4

0
[5-15[ ]15-25[ [25-35[ [35-45[

Figure 3. Etat nutritionnel des garçons

22
3.3.1.2. Etat nutritionnel des filles

Tableau 15 . Etat nutritionnel des filles


-3 -2 -1 M Total classe
Age de sevrage
n % n % n % n % n %

[5-15] 2 4,88 6 14,63 9 21,95 4 9,76 21 51,22

]15-25[ 1 2,44 2 4,88 5 12,20 7 17,07 15 36,59

[25-35[ 0 0,00 0 0,00 0 0,00 5 12,20 5 12,20

Total 3 7,32 8 19,51 14 34,15 16 39,02 41 100%

-3 ET : malnutrition sévère
-2 ET : malnutrition modérée
-1 ET : Malnutrition légère
Médiane : bien nourris
Bien qu'elles soient minoritaires, toutes les filles sevrées à partir du 25 mois se
trouvent dans les valeurs médianes. Par contre celles qui sont sevrées avant 25 mois
sont en majorité malnutris. Le tableau suivant illustre leurs états nutritionnels.

10
9
8
7 -3
6
-2
5
-1
4
3 M
2
1
0
[5-15[ ]15-25[ [25-35[

Figure 4. : Etat nutritionnel des filles sevrées

23
Plus de la moitié des filles observées sont malnutries; soit légèrement,
modérément ou sévèrement. C'est dans la classe d'âge de sevrage] 0,15] que le cas de
malnutrition sévère est le plus fréquent.

3.3.2. Consommation alimentaire


L’enquête porte sur les repas consommés la veille (Méthode de rappel de 24 h).
Les questions sont posées sur l’aliment de base, les ingrédients du menu et les collations
données aux enfants (goûters).
Le tableau suivant fournit les informations relatives

24
Tableau 16. La consommation alimentaire des enfants
Aliments consommés 24h Effectif %
Riz 101 100,00
Pâte 2 1,98
Farilac 2 1,98
Sucre 49 48,51
Arachide 20 19,80
Huile 66 65,35
Brède 48 47,52
Légumes 47 46,53
Pomme de terre 20 19,80
Soja 2 1,98
Lait 13 12,87
Haricot 38 37,62
Viande 32 31,68
Poisson 35 34,65
Œufs 10 9,90
Patsa 22 21,78
Mofo Gasy 18 17,82
Mofo Sira 4 3,96
Beignet 10 9,90
Biscuits 3 2,97
Fruit 25 24,75
Patates 35 34,65
Manioc 37 36,63
Pain 13 12,87

Tous les enfants soumis à l'étude mangent du riz.

25
120

100

80

Effectif
60
%

40

20

0
z

in
H a it
i le
Fa e

u it
ja

a
Vi ot

c
Su c
Ri

e fs
e

Po e

Ma s
Bi et
Ou n
La

s
t

B e ir a
M o at s

Pa
nio
e

M o as y
Pa

r ila

So

te
cr

ed

d
Hu

o
rr e

u it
Fr
me

r ic

ign
h id

an
i ss

ta
S
Br

sc
te

G
gu

Pa
ac

fo
de

fo

Ar

me
m
Po

Alim ents

Figure 5. : Consommation alimentaire des enfants d'après l'enquête sur le repas de


24 h.

Les ingrédients les plus dominants, comme on peut constater dans ce tableau
ainsi que dans la figure 5 sont respectivement de l'huile, du sucre, des brèdes, des
légumes, du haricot et du poisson. La majorité des enfants mangent comme collation du
manioc et de la patate.

3.3.3 Corrélation du sevrage et de l'état nutritionnel

Les tableaux n°14 et n°15 permettent de déduire l'Odds Ratio (OR) ou rapport
des côtes pour prouver s'il y a une association entre l'âge du sevrage et l'état
nutritionnel.

26
Le χ2= chi carré sert à savoir si la relation entre l'âge de sevrage et l'état
nutritionnel est significative.

Tableau 17. Corrélation du sevrage et de l'état nutritionnel

Sevrés
MALNUTRITION OR (IC 95%) χ2

avant 24 OUI NON

57 20 5,7[1,9-17,4] 13,21
Oui
mois
8 16
Non

Il existe une association positive entre le sevrage définitif précoce et l'état nutritionnel
des enfants ; soit OR >1 et 1 ∉ IC. Cette association est significative.

27
QUATRIÈME PARTIE
4. COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS

4.1. Le sevrage

4.1.1. Le sevrage par rapport à la profession de mère


L'allaitement obéit à la loi de l'offre et de la demande. Plus le bébé tête, plus la
sécrétion de la mère augmente (19). Les mères ménagères et brodeuses qui représentent
la majorité de notre échantillon restent chez elle. Elles peuvent s’occuper pleinement de
leurs enfants. Elles disposent suffisamment de temps pour allaiter autant qu’elles
veulent leurs bébés. Ainsi le sevrage définitif de leurs enfants s'effectue très
tardivement. (Tableau9).
Par contre, les mères travaillant à l’extérieur du foyer (salariées, fonctionnaires,
employée d’usine ou de société) adoptent le sevrage précoce. Le soir, elles se sentent
épuisées et le « stress » change la qualité et la quantité du lait maternel (13). Cette
situation entraîne aussi la manque du lait de la mère ; aboutissant par la suite à l’auto
sevrage.
Les époux de ces mères ménagères et brodeuses ont tous un travail dont le
revenu moyen s’élève à 80 000 Ar. (Tableau n°6).La majorité des époux travaillent.
Les autres mères effectuent le sevrage avant 15 mois (Tableau 7)soit le 1/3 de
l’échantillon.
Le tableau n°4 nous montre que le sevrage dépend à priori de la disponibilité de
la mère et non du revenu familial. En effet les mères au bas revenu parmi lesquelles
figurent les femmes brodeuses arrêtent d’allaiter leurs enfants très tard (figure n°1). .

4.1.2. Le sevrage par rapport au niveau d’instruction


Plusieurs mères du niveau primaire et secondaire arrêtent d’allaiter leurs enfants
avant 24 mois. Par contre, dans la figure 5, beaucoup de mères du niveau primaire
optent pour le sevrage avant 15 mois. Par ignorance, celles-ci se marient très jeunes et
négligent la valeur même de leurs enfants. Elles confient à l'entourage (la mère, la
grand-mère, voisin ou d'autres membres de la famille) l’éducation et la charge de leur
progéniture.
Il en est de même pour celles du niveau secondaire. D’après l’enquête, le
mariage a obligé les jeunes filles à quitter l’école. Elles ne sont pas suffisamment

28
mûres, ni assez informées sur la valeur exacte du lait maternel et l'importance de
l'allaitement.
Toutefois, le nombre des mères analphabètes est très minime. La plupart d'entre
elles arrêtent d’allaiter entre 15 et 25 mois

4.1.3. Le sevrage par rapport à la source d’information


Malgré cette immaturation biologique, les mères rejoignent les centres de santé
pour l’accouchement. Ce fait se constate par le nombre d'enfants ayant des mères
bénéficiaires des informations sur l’allaitement maternel auprès des sages-femmes.
(Tableau11).
Dans les centres de santé sont dispensées des séances d'information d'éducation
et de sensibilisations sur l’allaitement maternel à l'endroit des femmes enceintes ou des
mères. Il existe ce qu’on appelle l'initiative des hôpitaux " amis des bébés ", une
stratégie ou méthode d’approche dont les principales raisons d'être sont les suivantes :
- Donner à tous les personnels soignants les compétences nécessaires
pour mettre en œuvre cette politique.
- Informer toutes les femmes enceintes des avantages de l’allaitement au
sein et de sa pratique.
- Indiquer aux mères comment pratiquer l’allaitement au sein et comment
entretenir la lactation (même en elles se trouve séparées de leur
nourrisson).
- Encourager la constitution d’associations de soutien à l’allaitement
maternel et leur adresser les mères dès leur sortie de l’hôpital ou de la
clinique.
Il convient de noter que c’est la famille qui conseille la jeune mère dans la
plupart des cas. Cela résulte de deux raisons : ou bien la jeune mère ne vient pas au
centre de santé ou l’agent de santé néglige ses responsabilités.
De nombreuses mères ignorent les recommandations de l'OMS sur l'allaitement
maternel. Les messages émis par les agents de santé n’arrivent pas au bon endroit. C’est
pour cette raison que beaucoup d’enfants sont sevrés avant 24 mois Biologiquement, il
n'y a pas de contre-indication concernant l'âge de l'allaitement.
L'enquête montre une quasi-absence d'un planning familial. En effet,
l’accouchement ou la grossesse constituent les principales causes du sevrage avant 24

29
mois. (7,92% et 29,7%). Or l'espace intergénésique constitue un facteur très important
car la concentration de protéine et de lactoses disponibles augmentent
proportionnellement avec (20).Le tableau 11 confirme cette situation
En conclusion, les mères de la Commune de Sabotsy Namehana arrêtent
d’allaiter leur enfant très tôt par rapport à l’âge moyen de sevrage à Madagascar (à 10
mois par rapport à 20 – 22 mois) (1).
Ce sevrage précoce résulte de la non disponibilité des mères et de l'étroitesse de
l’espace intergénésique. En outre, les mères ne bénéficient pas d'informations
suffisantes et adéquates. Le sevrage ne dépend pourtant pas du revenu familial.
Dans l'enquête qualitative, les raisons évoquées par les femmes qui ont arrêté
l'allaitement maternel avant 24 mois sont dans l'ordre d'importance : le travail, une
nouvelle grossesse, une maladie de l'enfant ou l'influence des autres membres de la
famille. (6)

4.2. Le statut nutritionnel

4.2.1. Etat nutritionnel


Pour les garçons et les filles, plus de la moitié sont malnutris que ce soit
légèrement, modérément ou sévèrement (Tableau n°14 et 15).
En regardant la figure 4, on remarque que les garçons sevrés avant 24 mois se
trouvent en général modérément malnutris. Ils doivent être inscrits au CRENA (Centre
de Récupération Nutritionnelle Ambulatoire)
D’autre part, les filles sevrées avant 15 mois sont pour la plupart malnutries
(figure 4). Ce sevrage plutôt précoce les rend ainsi beaucoup plus fragiles sachant
qu’elles constituent les futures mères. Comme la santé des adultes dépend en majeure
partie de l'alimentation durant l’enfance surtout avant la troisième année d'allaitement,
la malnutrition protéino-energetique et les carences en micronutriments peuvent être la
cause du retard de croissance chez les jeunes. Ce qui les rend moins productifs une fois
arrivée à l'âge adulte. C’est la raison pour laquelle la PNN a comme objet de réduire de
moitié la prévalence de la malnutrition chronique et de contribuer à éliminer la
morbidité et la mortalité des enfants de moins de 5 ans. Pour les filles, leurs capacités de
donner naissance à des enfants robustes seront menacées.
En conclusion, le sevrage précoce constitue une cause de la malnutrition chez
l'enfant. Il convient de souligner que le lait maternel reste toujours nourrissant même

30
après l'introduction d'aliments complémentaires. En effet, il est bien établi que le lait
maternel possède une composition particulière nécessaire au développement de
l’organisme.
A la rigueur, le lait maternel aide l’enfant à être classée c'est-à-dire plus
tardivement dans la catégorie des "malnutris légers", si la mère arrête de l'allaiter autour
de 24 mois. (Figure 3 et 4)

4.2.2. La diversification alimentaire


Le sevrage ne s’effectue pas du jour au lendemain mais pas à pas.
La bibliographie se rapportant au sevrage confirme qu’il faut commencer par le
sevrage en douceur pour en finir au sevrage total ou définitif. L’OMS recommande de le
commencer dès le 6e mois et introduire des aliments complémentaires jusqu'à l’arrêt de
l’allaitement. Tout se termine par trois repas habituels à partir de 24 mois. Pourtant la
majorité des mères dans la Commune de Sabotsy Namehana arrêtent d’allaiter leurs
enfants bien avant 24 mois.
Il est intéressant de savoir si leur alimentation respecte les normes de consommation
alimentaire :
Sur le plan nutritionnel, il y a 3 groupes d’aliments :
a- aliments énergétiques : céréales, tubercules, graines oléagineuses, sucre,
huile, graisses animale, beurre qui sont riches en glucides et lipides.
b- aliments constructeurs : viandes, volaille, lait et dérivées, légumineuse qui
sont riches en protéines.
c- aliments protecteurs : fruits, légumes, qui sont riches en vitamines et sels
minéraux. Ils sont responsables des défenses immunitaires.
Par ailleurs, il existe ce qu’on appelle les lois nutritionnelles, à savoir:
a- loi de la diversification alimentaire : il faut consommer chaque jour ou
habituellement une variété d’aliments de ces 3 groupes
b- loi quantitative et qualitative : il faut que les besoins en énergie et en
nutriments soient satisfaits.
c- Loi de l’équilibre nutritionnel : il faut que :
• 10 à 22% des calories de la ration alimentaire proviennent des protéines.
• 30 à 35% des calories proviennent des lipides
• 50 à 60% des calories proviennent des lipides

31
Le tableau 13 montre que tous les enfants mangent du riz qui est une céréale
contenant des glucides et du sucre. Les ingrédients les plus dominants sont constitués
de :
• brèdes et légumes qui contiennent sels minéraux
• des haricots, du poisson, qui sont riches en protéines
• de l’huile qui est riche en lipides
Seulement ¼ de ces enfants mangent des fruits mais de façon peu fréquente.
Ainsi, les mères respectent la loi de la diversification alimentaire. Par contre, les deux
autres lois ne semblent pas être respectées (1).
Premièrement, la quantité absorbée ne suit pas la norme. Par exemple il n'y qu'une
louche de riz pour les enfants de 36 mois. De même pour le mets "laoka", il suffit
d’avoir un petit morceau.
Deuxièmement, les collations (des maniocs et des patates qui sont des tubercules) ne
contiennent que des glucides en majorité (2).
Malgré cela, plus de la moitié des enfants observés se trouvent dans l’état
nutritionnel : "malnutris légers", "médiane" ou "plus de la médiane". Ce qui fait que la
plupart des enfants souffre de malnutrition chronique.
Depuis le sevrage ou même avant le sevrage définitif, les repas de ces enfants
sont pauvres en nutriments. Ainsi, sevrer l’enfant après 24 mois est bénéfique car
l'enfant dispose déjà assez de réserves nutritives essentielles à sa croissance, grâce au
lait maternel.

Il est à remarquer que peu d’enfants sont malades lors de notre passage. C'est
probablement parce qu'ils bénéficient d'une alimentation acceptable. Toutefois, on a
observé quelques enfants en état de malnutrition sévère. Ces enfants habitent dans les
lieux où l’accès à la nourriture est très rare et où les terrains cultivables sont
insuffisants.
Cela veut dire que les repas après le sevrage sont incomplets. Cette situation
entraînerait une malnutrition chronique qui se traduira par un retard de croissance
généralisé chez les enfants en bas âge.

32
4.2.3. Corrélation du sevrage et de l'état nutritionnel

Le tableau 17 a permis d'identifier que le sevrage définitif avant 24 mois est un


facteur qui favorise le développement de la malnutrition (χ2>3,84).
En conclusion, le sevrage précoce favorise une malnutrition, c'est la raison pour
laquelle l'OMS de ne procéder un sevrage définitif qu'au delà du 24 ème mois.

33
CINQUIÈME PARTIE
5. SUGGESTIONS
A la suite de toutes ces analyses, quelques recommandations semblent
nécessaires pour que le sevrage réussisse.

a) Modifier la méthode d’approche sur la formation en planning familial en


fonction du contexte. Comme la formation s’adresse plutôt à des mères adolescentes,
voir de plus près le plan pédagogique parait impératif:
- Les mères plus jeunes sont aptes à recueillir et transmettre les informations
acquises au mère de même âge qu’elles.
- Les mères plus instruites comprennent rapidement les diffusions des
connaissances.
- Les mères exerçant une profession libérale sont disponibles. Elles ont le temps
de se bavarder.
- Les mères à haut revenu et à revenu moyens ont déjà les moyens financiers.
Elles peuvent suivre la réglementation de l’hygiène alimentaire et les lois
nutritionnelles.
Mais il n’empêche que les autres groupes ne soient pas éduqués. Leur éducation
nécessite un peu de persévérance.
- De ceci découle un double rôle du personnel de santé : rôle d’information mais
surtout de soutien dans les périodes critiques. Il faut les informer sur :
• la composition du lait maternel ;
• les avantages de l’allaitement maternel sur le plan nutritionnel,
immunologique, hygiénique, psychoaffectif et économique ;
• le calendrier nutritionnel de l’enfant nourri au sein ;
• le rapport entre l’allaitement et la contraception ;
• la recommandation de l’OMS à propos du respect des procédures d’un
sevrage ;
• les valeurs nutritives des aliments des produits agricoles locaux. ;
• les rôles et responsabilités du personnel de santé.

34
b) Décourager le mariage précoce:
- Reprendre l’éducation civique apprise à l’école et promouvoir le respect de soi.
- Information de l’entourage par les mass média pour les futures mères et des
jeunes couples sur la nécessité d’un mariage légal.

c) L’Intervention sur la nutrition au niveau communautaire est le meilleur moyen


central d’action en vue de faire adopter les bonnes pratiques en matière de nutrition et
d’allaitement maternelle:
- Création des groupes de soutien ou encouragement de l’allaitement maternel
jusqu’à l’âge des enfants
- Démonstration culinaire basées sur des produits locaux.
- Distribution gratuite des brochures contenant des informations sur
l’alimentation adéquate des enfants de 6 à 24 mois.
- Organisation de campagne de sensibilisation dans les villages.
-Formation des assistantes communautaires nutritionnelles de chaque
"Fokontany" sur l'allaitement et le mode du sevrage.

35
CONCLUSION
CONCLUSION

Naturellement, un nouveau né ne se nourrit pas au dépend des aliments. Nourrir


un bébé veut dire l'allaiter depuis la naissance jusqu' à un certain âge.
L'allaitement maternel joue un rôle important sur l'état nutritionnel des enfants
de 0 à 24 mois. C'est la raison pour laquelle l'OMS recommande de ne sevrer
définitivement l'enfant qu'après 24 mois.
Dans la Commune de Sabotsy Namehana, cette recommandation n'est pas
respectée. En effet, plus de la moitié des mères arrêtent d'allaiter leurs enfants avant 24
mois. Ce sevrage précoce résulte à priori de la non disponibilité de la mère ainsi que de
son immaturité; il se peut aussi que l'insuffisance d'IEC au niveau des centres de santé
constitue un facteur favorisant .
Par ailleurs, après le sevrage, les repas des enfants devraient suivre les
recommandations de l'OMS sur l'alimentation des enfants à partir de 6 mois. Elles
essaient de suivre ces recommandations, mais faute de revenu financier et à cause de
l'ignorance, les lois nutritionnelles ne sont pas respectées à savoir: la loi de la
diversification alimentaire, la loi quantitative et qualitative, et enfin la loi de l'équilibre
nutritionnel.
Toutefois, les statuts nutritionnels des enfants de cette commune varient
globalement de la malnutrition modérée à un état nutritionnel acceptable. Néanmoins la
Commune présente aussi des rares cas de malnutrition sévère.
Enfin, notre étude atteste l'existence d'une corrélation entre l'âge du sevrage et
l'état nutritionnel des enfants moins de cinq ans. Ceci confirme l'hypothèse sur
l'influence négative de la précocité du sevrage sur le statut nutritionnel de l'enfant.

36
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

(1) : Enquête démographique et de santé Madagascar 2003-2004


(2) : http:/www.mon allaitement.com/editto/maternel/Arret/sevrage.htlm
(3) : Allaitement-Ekopédia.http:perso-wanadoo.fr/ipa/chiffres/mond htlm
(4) : http:/www.UNICEF.org/French/Infoby
(5) : UNICEF, L'enfance en péril, la situation des enfants dans le monde, UNICEF
2005, p.111
(6) : ACTION ESSENTILLE EN NUTRITION, module pratiques pour les personnels
de santé, Mars 2005, p.216
(7) : MINISTERE DE LA SANTE, Politique National de Nutrition 2004
(8) : DONALDS Mc Laren, Martin F. Manuel right and life sur les troubles dues à la
carence en vitamine A.,Suisse groupe du travail SIGHT AND LIFE.2002,p 39,53
(9) : ALAIS, Sciences du lait, principes des techniques laitières.Paris ,34 édit 1975;
p.807
(10) : SAVAGE King F.et B. de Benoît Aider les mères à allaiter. Niger. Imprimerie
National, 1990, p.207
(11) : http://www.who.int child-adolescent.heath/nutrition/complémentary
(12) : AGUILLAR,.L'enfant et sa santé-France: 1979;p.121-156
(13) : Dr ISIDRO AGUILAR et Dr HERMINA GALBES,Guides de la vie familiale
p.400
(14) : VICKY Newman,M.S.RD,Vitamin A and Breast feeding,. an Diégo.Wellstart
International,1993,p.112
(15) : LAROUSSE, Le Petit Larousse, 1994
(16) : MINISTERE DE LA SANTE, Enquête Démographique de Santé de Madagascar
1997
(17) : FLAMDRIM (N).Allaitement maternel irremplaçable au cours du premier mois.
Revue de l'enfant de la naissance à l'adolescence, Jonctions, 1987, p.15, 94
(18) : BOZZOLA (c.n), CERIANI (c.j.n), Lopez (ME),Facteurs immunologique du lait
maternel, les Bul, au c/ie nutr.de San.Pub, 1990, p.33, 73
(19) : J.RICARDAN,K.AUERBACH, Breasfeeding and human lactation.Jones &
Barlett,1993.

37
(20) : OMS, Rapport sur une étude collective de l'OMS, consacrée à l'allaitement au
sein, 1987, p.3, 68
(21) : LABBOK M et Al, Allaitement maternel, Planification familiale, Méthode
d'allaitement maternel et de l'amnarhée. Washinton DC : Institut de santé
reproductive, 1994
(22) : www.Dietitians.Ca/news/highlights position htlm
(23) : OMS, Alimentation des nourissons, Avril 1993.4

(24) : UNICEF, Global database, Septembre 2001

38
ANNEXES
Annexe.1

Méthodologique=Mode d'échantillonnage

Commune Fokontany Nombre de Population cumulée


population
Sabotsy Namehana Lazaina 1565 1565
Isahafa 965 2530
Nosy Avaratra 1685 4215
Nombre de population total 4215

Soit np =nombre de personne par grappe


Soit ng =nombre de grappe

n 193
np = = np = 6,04 np ~ 7 personnes par grappe
ng 30

N
IE= Intervalle d'échantillonnage IE =
ng

4215
IE = IE = 140
30

Pour atteindre au nombre de grappes par Fokontany prenons un chiffre inférieur au


hasard à IE = 140 ; ce chiffre est 80
1er grappe =80
2ème grappe =80+IE=80+140+220
Et ainsi de suite jusqu'au 30ème grappe.
Ces chiffres sont mis dans la population cumulée.
1 : 80
2 : 80+140=220
3 : 220+140=360
4 : 360+140=500
5 : 500+140=640
6 : 640+140=780
7 : 780+140=920
8 : 920+140=1060
9 : 1060+140=1200
10 : 1200+140=1340
11 : 1340+140=1480
12 : 1480+140=1620
13 : 1620+140=1760
14 : 1760+140=1900
15 : 1900+140=2040
16 : 2040+140=2180
17 : 2180+140=2320
18 : 2320+140=2460
19 : 2460+140=2600
20 : 2600+140=2740
21 : 2740+140=2880
22 : 2880+140=3020
23 : 3020+140=3160
24 : 3160+140=3300
25 : 3300+140=3440
26 : 3440+140=3580
27 : 3580+140=3720
28 : 3720+140=3860
29 : 3860+140=4000
30 : 4000+140=4140

FOKONTANY POPULATION CUMULEE NOMBRE DE GRAPPE


Lazaina 1565 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10
Isahafa 2530 12-13-14-15-16-17-18
Anosy Avaratra 4215 19-20-21-22-23-24-25-26-
27-28-29
Annexe.2
FANADIHADIANA MOMBA NY FISARAHA-NONO
- Datin’ny fanadihadiana :
- Anaran’ny mpanadihady :
- Faritany :
- District : Avaradrano
- Commune : Sabotsy namehana
- Fokontany
- Anaran’ny zaza
- Daty nahaterahan’ny zaza
- Na taona

I- Fanontaniana momba ny Reny :


Q1 : Mbola mampinono ve ianao ?
ENY □
TSIA □
Raha tsia – Q2
Q2 : Firy taona hianao izao ?
Q3 : Firy taona hianao no nijanona nianatra ?
Tsy nianatra
Fanabeazana fototra
Ambaratonga faharoa
Ambaratonga ambony
Q4 : Inona no asa ataonao ?
- Aiza
- Adin’ny firy isan’andro
II- Fanontaniana momba ny Reny sy ny zaza :
Q7 : Mamonjy fampianarana momba ny reny sy ny zaza ve ianao ?
Q8 : Firy taona ny zanakao ?
Q9 : Lahy
Vavy
III- Fanontaniana momba ny fampisaraha-nono :
Q10 : Feno firy volana ny zanakao no tsy ninono taminao intsony ?
III1- Momba ny RENY :
Q11 : Fa nahoana no nosarahina nono ny zanakao tamin’io fotoana io ?
Q12 : Misy aretina manokana ve nahatonga ny fisaraha-nono
ENY

TSIA
Raha ENY : Q13 □ Raha TSIA : Q14 □
Q13 : Inona avy ?
Q14 : Misy olana nanome torohevitra anao ve mikasika ny reny sy ny zaza ?
ENY

TSIA
Raha ENY Q15 □ Raha TSIA Q16 □
Q15 : Iza ?
• Mpiasan’ny fahasalamana
• Fikambanam-behivavy
• Solontena mpiandraikitra
• Hafa
Q16 : Misy nampianatra anao momba ny fampisaraha-nono ve ?
ENY □
TSIA □
Raha ENY Q17 □ Raha TSIA Q18 □

Q17 : - Iza ?
- Taiza ?
- Adin’ny firy ?
- Impiry isan’andro ?
Q18 : Ahoana no fomba fampisaraha-nono ny zanakao ?
- Nesorina tampoka
- Nesorina tsikelikely
- Hafa:
Q19 : Inona avy no tombontsoa azonao tamin’ny fampisaraha-nono ?
III2 : Momba ny zaza :
Q20 : Efa nisy aretina nahazo ny zanakao ve taorian’ny fisaraha-nono ?
ENY □
TSIA □
Raha ENY Q21 □ Raha TSIA Q22 □
Q21 : Inona avy ireo aretina ireo ?
- Fivalanana
- Kohaka
- Tazo
- Hafa:
Q22 : Inona avy no fiovana tsapanao tamin’ny zanakao taorian’ny fisaraha-nono ?
Mitombo lanja
Mihena ny lanja
Mahery misakafo
Tsy mazoto homana
Salama tsara
Marary matetika
IV- Fanontaniana momba ny sakafo
Q23 : Karazan-tsakafo inona no nomenao ny zanakao ?
Feka
Haninkotrana
Voamaina
Hena
Ronono
Atody
Hafa
Q24 : Inona no sakafo omenao azy ?
- Maraina
- Atoandro
- hariva
Q25 : Mbola misy sakafo hafa ve omenao azy anelanelam-potoana ?
ENY □
TSIA □
Raha ENY Q26 □ Raha TSIA Q27 □
Q26 : Inona avy ?
Q27 : Inona avy ny sakafo nomenao azy tamin’ny fotoana nanalanao nono azy ?
Q28 : Inona avy no rano sotroiny ?
Rano tsotra
Dité □
Kafé □
Ranombary □
Ranomboakazo □
hafa
Q29 : Inona avy no voly eto an-toerana ?
Q30 : Inona avy no vokatra eny an-tsena ?
Q31 : Avy aiza daholo ireo ?
Q32 : Takatry ny fahefa-mividinao ve ny sakafo rehetra eny an-tsena ?
QUESTIONNAIRE SUR LE SEVRAGE
- Date de l’enquête
- Non de l’enquêteur
- Province
- District
- Commune
- Fokontany
- Nom de l’enfant :
Date de naissance de l’enfant ou âge en mois :
I- Information sur la mère :
Q1 : Est ce que vous allaiter encore ?
OUI □
NON □
Si NON répondre à Q2
Q2 : Quel âge avez vous
Q3 : Quel âge êtes vous arrêté d’étudier ?
Jamais à l’école
Ecole primaire
Ecole secondaire
Université
Q4 : Quel est votre métier ?
- Où travaillez vous
- Pendant combien d’heure par jour ?
II- Information sur la mère et l’enfant :
Q7 : Avez-vous certaine éducation sur la mère et l’enfant ?
Q8 : Quel âge a votre enfant ?
Q9 : Masculin
Féminin
Q11 Quel âge avait votre enfant quand vous arrêtez de l’allaiter ?
Q12 : Information sur la mère :
Q11 : Pourquoi avez-vous arrêtez d’allaiter l’enfant à cette âge ?
Q12 : Y avait-il une maladie qui vous a obligé d’arrêté l’allaite ?
OUI □
NON □
Si OUI Q13 □ Si NON Q14 □
Q13 : Lesquels ?
Q14 : Avez vous été conseil par quelqu’un ?
OUI □
NON □
Si OUI Q15 □ Si NON Q16 □
Q15 : Qui ?
• Agent de santé
• Association de femme

• Autres
Q16 : Avez-vous reçu des enseignements sur le sevrage ?
OUI □
NON □
Si OUI Q17 □ Si NON Q18 □
Q17 : - Qui
- Où
- A quelle durée
- Combien de fois par jour
Q18 : Comment avez vous sevré votre enfant.
- Brusquement
- Progressivement
- autrement
Q19 : Quels sont les avantages que vous notez sur le sevrage ?
III2 : Concernant l’enfant
Q20 : Est ce que votre enfant a été affecté par une maladie après le sevrage ?
OUI □
NON □
Si OUI Q21 □ Si NON Q22 □
Q21 : Lesquels ?
- Diarrhée
- Toux
- Paludisme
- Autres
Q22 : Quels sont les changements que vous remarquiez de votre enfant après le sevrage ?
Augmentation de poids
Perte de poids
Forte appétit gourmandise
Absence d’appétit
Bonne santé
Fréquente maladie
IV- Information sur l’alimentation
Q23 : Quel alimenta avez-vous donnée à votre enfant ?
Tubercules
Céréales
Viandes
Lait
Œuf
Autres
Q24 : Qu’est ce que vous lui donnez le long de la journée ?
- Matin
- Midi
- Soir
Q25 : Lui donnez vous d’autres aliments entre les différents repas ?
OUI □
NON □
Si Oui Q26 □ Si NON Q27 □
Q26 : Lesquels ?
Q27 : Quel aliment lui avez-vous donnée au moment air vous lavez sevré pour la
première fois ?
Q28 : Que boit-il ?
Eau plate
Thé
Café
Eau de riz
Jus de fruit
Autres
Q29 : Qu’est ce qu’on plante dans votre localité ?
Q30 : Quels sont les produits locaux qu’on trouve au marché ?
Q31 : D’où viennent ces produits ?
Q32 : Est-ce que vous pouvez acheter ces produits alimentaires étalés au marché ?
Annexes.3
Annexe.6

OBJECTIF INDICATEURS VARIABLES

- proportion des enfants sevrés selon - Age de sevrage de


1- Evaluer la
l’âge l’enfant
prévalence des
- Proportion des enfants sevrés selon le - Sexe
enfants sevrés
revenu des parents

- Proportion des enfants sevrés selon le - Revenu des parents


revenu des parents

- Proportion des enfants sevrés selon la - Profession de la mère


profession de la mère
2- Identifier les motifs
- Proportion des enfants sevrés selon le - Niveau d’instruction de
du sevrage des
niveau d’instruction de la mère la mère
enfants
- Proportion des enfants sevrés selon la - Source d’information
source d’information

- Proportion des enfants sevrés avant 24 - Motif du sevrage


mois selon le motif du sevrage

3- Décrire le régime - Proportion des enfants sevrés moins - Type de nourritures


alimentaire des de 59 mois selon le type des aliments
enfants sevrés consommé.

4- Identifier les - Proportion des enfants selon la classe - Classe de revenu


facteurs influant sur revenue
les habitudes
alimentaires
Titrate report IMPACT OF WEANING ON the NUTRITIONAL STATE IN the
COMMUNE OF SABOTSY NAMEHANA
Heading Public health Numbers pages 38 Nombre of tables 17
A number of figures 05 Nombre of appendices 05
A number of bibliographical references 24

SUMMARY

This transverse investigation, carried out in July 2006, aimed to evaluate the impact of
final weaning early on the nutritional state of the children of less than 5 years in the
Commune of Sabotsy Namehana. The technique of sampling used is the method of
cluster sampling.
The evaluation of the nutritional state of these children is carried out by anthropometric
measurement such as the weight by age. The results reveal that more half of the boys
separated before 24 months are classified in the category of the malnutris. For the girls,
those separated as from 24 months are around the median value.
It is in the age group of weaning [ 5,15 ] month that the serious case of malnutrition is
most frequent. The statistical data give Χ 2 = 13.21. In short, the results show that
early final weaning influences obviously the nutritional state of the children less than
five years. It is thus urgent to sensitize the mothers on the danger related to an early
final weaning and to recommend to them to proceed to it that beyond 24 months to
proceed to it that beyond 24 months.

Key words Weaning, nutritional state, malnutrition


President of the report Professor ANDRIANASOLO Roger
Address of the author Batch Ia 17 Isoraka Antananarivo 101
Titre du mémoire :IMPACT DU SEVRAGE SUR L’ETAT NUTRITIONNEL
DANS LA COMMUNE DE SABOTSY NAMEHANA
Rubrique : Santé Publique Nombre de pages : 38 Nombre de tableaux :17
Nombre de figures : 05 Nombre d'annexes : 05
Nombre de références bibliographiques : 24

RESUME

Cette enquête transversale, effectuée en Juillet 2006, avait pour objectif


d’évaluer l’impact de sevrage définitif précoce sur l’état nutritionnel des enfants de
moins de 5 ans dans la Commune de Sabotsy Namehana. La technique
d’échantillonnage utilisée est la méthode de sondage en grappe.
L’évaluation de l’état nutritionnel de ces enfants est effectuée par la mesure
anthropométrique telle que le poids par âge. Les résultats révèlent que plus de la moitié
des garçons sevrés avant 24 mois se classent dans la catégorie des malnutris. Pour les
filles, celles sevrées à partir de 24 mois se trouvent autour de la valeur médiane.
C’est dans la classe d’âge de sevrage [5,15] mois que le cas de malnutrition
grave est le plus fréquent. Les données statistiques donnent χ2 =13.21. Bref, les résultats
montrent que le sevrage définitif précoce influe manifestement sur l’état nutritionnel des
enfants moins de cinq ans. Il est ainsi urgent de sensibiliser les mères sur le danger lié à
un sevrage définitif précoce et de leur recommander de n'y procéder qu'au delà de 24
mois.

Mots clés : Sevrage, état nutritionnel, malnutrition


Président du mémoire : Professeur ANDRIANASOLO ROGER
Adresse de l'auteur : Lot IA 17 Isoraka Antananarivo 101

Évaluer