Vous êtes sur la page 1sur 13

ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

ETUDE DES DEFORMATIONS DES POUTRES


FORMULES DE BRESSE

1 RAPPELS : DEFORMATIONS ELEMENTAIRES 2


1.1 Compression et traction simple 2
1.2 Flexion pure 2
1.3 Effort tranchant 3

2 DE FORMATIONS D’UNE POUTRE DROITE – FORMULES DE BRESSE 3


2.1 Déformations dues à l’effort normal 3
2.2 Déformations dues à l’effort tranchant. 4
2.3 Déformation due au moment fléchissant 4
2.4 Généralisation 5
2.5 Relations entre déplacements et sollicitations 5

3 DEPLACEMENTS D’UNE POUTRE QUELCONQUE A PLAN MOYEN 7


3.1 Notations 7
3.2 Effets du déplacement u0, v0 et de la rotation ω0 de la section d’origine Σ0 7
3.3 Effet du moment fléchissant 8
3.4 Effet de l’effort normal et de l’effort tranchant 8
3.5 Effet d’une variation linéaire τ (dilatation, contraction) 9
3.6 Formules de Bresse 9

4 APPLICATIONS 10
4.1 Non prise en compte des déplacements dus à T par rapport à ceux dus à M 10
4.2 Résolution de structures hyperstatiques 11
4.2.1 Exemple 1 11
4.2.2 Exemple 2 12
4.3 Réactions horizontales d’une poutre droite biarticulée chargement verticalement 12

TP1 C07 Formules de Bresse Page 1 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

1 RAPPELS : DEFORMATIONS ELEMENTAIRES


On considère une poutre droite à plan moyen G0G1 dans un repère orthonormé (O,x,y,z), chargée dans son
plan par des efforts extérieurs engendrant des sollicitations Mz, N et T. On supposera que la fibre moyenne
G0G1 est orientée dans la direction x.

G0 G1
x
z
On raisonne sur les déformations d’un tronçon de poutre de longueur dx, compris entre deux sections planes Σ
et Σ’. On exprimera les déformées relatives des sections Σ’ et Σ.

1.1 Compression et traction simple

Par convention de signe :


N > 0 s’il provoque un raccourcissement du tronçon dx, c’est à dire un rapprochement des sections Σ et Σ’.
(compression) :
dl
y

N(x) G N(x)

x
Σ Σ’

dx
dl σ N ( x)
Valeur du raccourcissement : ε(x) = =- =- (loi de Hooke)
dx E ES ( x)

1.2 Flexion pure

Par convention de signe :


Mz > 0 s’il provoque un raccourcissement de la fibre supérieure (compression) et donc un allongement de la
fibre inférieure :

D’après l’hypothèse de Bernouilli, les sections Σ et Σ’ restent planes :


dω ( x ) M ( x )
Valeur de la déviation angulaire de Σ’ par rapport à Σ : = ,
dx EI ( x)
dω étant l’angle de la déformation angulaire relative de Σ’ par rapport à Σ.

TP1 C07 Formules de Bresse Page 2 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse


y y

M(x) M(x) M(x)


G ⇔ G
M(x)


x x
Iz(x), Iz(x),
S(x) S(x)
dx dx

1.3 Effort tranchant


M ( x) dω ( x) M ( x)
T > 0 s’il provoque un glissement (distorsion) de la section Σ par rapport à la section Σ’ dans le sens des y
positifs :

dv T
Valeur de la distorsion : γ = =-
dx GS r
I z2
Où S1 est donnée par l’expression : Sr = ≈ S , appelée section réduite.
m( y ) 2
∫Σ b( y) dy

2 DE FORMATIONS D’UNE POUTRE DROITE – FORMULES DE


BRESSE
On établira les déformations dues à chacune des sollicitations N(x), T(x) et M(x) le long de la poutre ; les
déformations dues aux efforts extérieurs seront obtenues par principe de superposition. On calculera les
déplacements u(x), v(x) translations suivant les axes x et y, ainsi que θ(x) rotation autour de l’axe z du centre de
gravité G d’une section Σ d’abscisse x ; on supposera connues les déformées u0, v0 et θ0 de la poutres à
l’origine.

2.1 Déformations dues à l’effort normal

Nous avons établi que le déplacement relatif de deux sections Σ et Σ’ situées aux abscisses x et x+dx vaut :
dl σ ( x) N ( x)
ε= =- =-
dx E ES ( x) G0 G1

Le déplacement du centre de gravité G de la section Σ située à l’abscisse x, par rapport à la section Σ0 de


centre de gravité G0 vaut donc :

TP1 C07 Formules de Bresse Page 3 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

N (ξ )
x x
u(x) = ∫ ε ( x)dx + u
x0
0 =- ∫ E (ξ ).S (ξ ) dξ + u
x0
0
u(x) N(x)

Σ0 Σ

x0 x
Dans le cas d’une poutre à module et section constante, soumise à un effort N constant, le raccourcissement ou
allongement total de la poutre vaut :
N
∆L = - L
ES
(rappel : N>0 en compression => raccourcissement de la poutre).

2.2 Déformations dues à l’effort tranchant.

Avec les mêmes notations que précédemment, le déplacement dans la direction y de la section Σ par rapport à
la section Σ0 vaut :
T (ξ )
x
v(x) = - ∫ G (ξ ).S (ξ ) dξ + v
x0 1
0T
v(x)
T(x)

Σ0 Σ

x0 x

2.3 Déformation due au moment fléchissant

Considérons une section S (ξ ) à une abscisse ξ ≤ x . Sous l’effet du moment fléchissant M(ξ), la section S,
M (ξ )
située à l’abscisseξ, subit une rotation dω (ξ ) = ; cette rotation entraîne dans la section Σ située à
EI (ξ )
l’abscisse x les déplacements :

- une rotation de la section Σ : dϑ= dω(ξ) ;


M (ξ )
- une translation suivant y : dv(x) = ( x − ξ )dω (ξ ) = ( x − ξ )
EI (ξ )
-

G
M (ξ )
dω (ξ ) =
E (ξ ) I (ξ )
dv( x ) = dω (ξ ) × ( x − ξ )

S Σ
ξ x

TP1 C07 Formules de Bresse Page 4 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse
Rem :
- en réalité, la translation suivant y vaut dv = (x-ξ).sin(dω) ≈ (x-ξ).dω car les déformations sont petites. De
1
même, le centre de gravité G de la section Σ subit une translation du = (x-ξ)(1-cos(dω)) ≈ (x-ξ)( dω)². Mais les
2
déformations de second ordre sont négligées.

- les déformations dω et dv sont de même signe.

Les déplacements de G, centre de gravité de la section Σ, valent donc :

x x M z (ξ )
θ ( x ) = ∫ dω + θ 0 = ∫ dξ + θ 0
x0 x0 E (ξ ) I z (ξ )
et
x x M (ξ )
v( x) = ∫ dω.( x − ξ )dξ + v 0 M + θ 0 ( x − x0 ) = ∫ .( x − ξ )dξ + v0 M + θ 0 ( x − x0 )
x0 x0 EI (ξ )

rem : la rotation θ0 à l’origine provoque une translation verticale de la section Σ d’une valeur
θ 0 ( x − x0 ) suivant le même raisonnement que précédemment.

2.4 Généralisation

Considérons la poutre G0G1 soumise à un chargement extérieur et à des déplacements u0, v0 et ϑ0 en G0. Alors
les déplacements du point G, centre de gravité de la section Σ à l’abscisse x valent :

x x M z (ξ )
θ ( x ) = ∫ dω + θ 0 = ∫ dξ + θ 0
x0 x0 E (ξ ) I z (ξ )

N (ξ )
x x
u ( x) = ∫ ε ( x)dx + u 0 = - ∫ E (ξ ).S (ξ ) dξ + u 0
x0 x0

x M (ξ ) x T (ξ )
v( x ) = v 0 + θ 0 ( x − x 0 ) + ∫ .( x − ξ )dξ − ∫ dξ
x0 EI (ξ ) x0 GS (ξ )
r

Ces expressions constituent les formules de Bresse.

2.5 Relations entre déplacements et sollicitations

Si l’on dérive deux fois l’expression v(x) par rapport à x, on obtient successivement:

dv x M z (ξ ) T ( x) T ( x)
= ϑ0 + ∫ dξ - = ϑ(x) - (voir justification ci-dessous)
dx x0 E (ξ ) I (ξ ) G ( x ) S1 ( x ) G ( x ) S1 ( x )
d 2v M z ( x) d T ( x)
2
= - ( )
dx E ( x) I ( x) dx G ( x) S1 ( x)

Démonstration :

∂ϕ ( x)
x x
Soit une fonction ϕ ( x) = ∫ f (ξ )( x − ξ )dξ . Montrons que = ∫ f (ξ )dξ .
x0
∂x x0
x
Notons F(x) la primitive de la fonction f (x) :
∫ f (ξ )dξ = F ( x) − F ( x
x0
0 )

TP1 C07 Formules de Bresse Page 5 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse
x x x
ϕ ( x) = ∫ f (ξ )( x − ξ )dξ = x ∫ f (ξ )dξ − ∫ f (ξ )ξdξ
x0 x0 x0
On procède à une intégration par partie :
x x x

∫ [u (ξ ).v(ξ )] dξ = u ( x)v( x) − u ( x )v( x0 ) = ∫ u (ξ ).v(ξ )dξ + ∫ u (ξ ).v ' (ξ )dξ


' '
Rappel : 0
x0 x0 x0

Ici, on considérera : u (ξ ) = ξ et v
'
(ξ ) = f (ξ ) soit v(ξ ) = F (ξ )
x x
Alors :
∫ f (ξ )ξdξ = xF ( x) − x 0 F ( x 0 ) − ∫ F (ξ )dξ .
x0 x0

Notons G (x) la primitive de F(x).


Alors,
x
ϕ ( x) = ∫ f (ξ )( x − ξ )dξ = x[F ( x) − F ( x )] − xF ( x) + x F ( x
x0
0 0 0 ) + G ( x) − G ( x0 ) = F ( x0 )[x0 − x] + G ( x) − G ( x0 )

Donc :

∂ϕ ( x )
x

∂x
= − F ( x 0 ) + F ( x) = ∫ f (ξ )dξ
x0

Le plus souvent, on peut négliger la déformation due à l’effort tranchant par rapport à la déformation due au
moment fléchissant. On obtient alors :

dv
= ϑ(x) (1)
dx
d 2v M z ( x)
2
= (2)
dx E ( x) I ( x)

Il est souvent plus commode d’utiliser la l’équation différentielle liant le moment fléchissant à la dérivée seconde
de la flèche lorsque les conditions aux limites sont connues.

On peut déterminer ainsi directement l’expression de la flèche de la poutre qui est la solution de l’équation
différentielle (2). Les conditions aux limites sont données par la nature des appuis :

Extrémité libre M = 0 et T = 0

Appui simple d’about M = 0 et v = 0

Encastrement v = 0 et ϑ = 0

Rem :
Dans le cas d’une poutre soumise à un chargement réparti d’intensité q(x), en dérivant successivement la
relation (2), il vient :
d 3v T ( x)
3
= et
dx E ( x ) I ( x)

d 4v q ( x)
4
= -
dx E ( x ) I ( x)

TP1 C07 Formules de Bresse Page 6 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

3 DEPLACEMENTS D’UNE POUTRE QUELCONQUE A PLAN MOYEN


3.1 Notations
Soit une poutre G0G1 à plan moyen, qui n’est plus forcément droite, chargée dans son plan, et repérée par
rapport à un système d’axes Oxy situé dans ce plan.

Σc M Σ
N
y T
G x
Σ0 y
ξ
ω Γ s
η
v x0 σ
G
y0
0
u s0

O x

Désignons les coordonnées et l’abscisse curviligne par :


- x0, y0, s0 pour le centre de gravité G0 de la section Σ0
- x, y, s pour le centre de gravité G de la section Σ ;
- ξ, η, σ pour le centre de gravité Γde la section courante Σc située entre Σ0 et Σ.

Sont supposés connus :


- Les composantes u0, v0 du déplacement de G0 et la rotation ω0 de la section Σ0 ;
- Les efforts Mz,N et T dans la section courante Σc .

On se propose d’établir les composantes u(s), v(s) du déplacement de G et la rotation ω(s) de la section Σ.

3.2 Effets du déplacement u0, v0 et de la rotation ω0 de la section d’origine Σ0

La poutre qui n’est soumise à aucune charge ne se déforme pas, elle subit uniquement un déplacement.
G’

y v(s)
ω0 G
u(s)

G0
x
O

Si ω0 = 0, l’ensemble de la poutre subit une translation de composantes u0, v0, on a donc :

u(s) = u0;
v(s) = v0,
ω(s) = 0.

Si u0 = v0 = 0 et ω0 ≠ 0, l’ensemble de la poutre subit une rotation de centre G0 et d’angle ω0 . On a donc :


ω(s) = ω0.
Plaçons –nous dans le repère (G0,x,y,z). Le vecteur G0G ' a pour composantes :

Xcosω0 – Ysinω0
G0G ' Xsinω0 + Ycosω0

où X = (x-x0) et Y = (y-y0)
TP1 C07 Formules de Bresse Page 7 sur 13
cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

Le vecteur déplacement GG ' a pour composantes : ( GG ' = GG0 + G0G ' )

X(1-cosω0) – Ysinω0
GG ' Xsinω0 + Y(cosω0-1)

On se place dans le cadre de faibles déformations : sinω0 = ω0 et 1- cosω0 << ω0

Exprimé dans le repère global (0,x,y,z), le vecteur déplacement a donc pour composantes :

u(s) = - ω0(y- y0)


v(s) = ω0(x-x0)

En conclusion, par superposition, l’effet des déplacements de la section Σ0 se traduisent par des déplacements
de G, de composantes :

u(s) = u0 - ω0(y- y0)


v(s) = v0 + ω0(x-x0)
ω(s) = ω0.

3.3 Effet du moment fléchissant

Considérons un tronçon de poutre courant ΣcΣ’c, de longueur dσ. Sous l’action du moment fléchissant M(σ), la
section Σ’c subit une rotation d’angle :
Mz
dω = dσ
EI z
Si seul le moment M agissait uniquement dans le tronçon ΣcΣ’c, la poutre en aval de ce tronçon serait soumise à
une rotation d’angle dω. Le centre de gravité de la section Σ située en aval de Σ’c, subirait un
déplacement GG ' de composantes :
du = - (y - η) dω
dv = (x - ε) dω

Le déplacement de G et la rotation de la section Σ dus à l’effet du moment fléchissant entre la section Σ0 et la


section Σ ont donc pour composantes :

s M (σ )
u(s) = - ∫ ( y − η ) dσ
E (σ ) I (σ )
s0

s M (σ )
v(s) = ∫ ( x − ξ ) dσ
s0 E (σ ) I (σ )

s M (σ )
ω(s) = ∫ dσ
s0 E (σ ) I (σ )

3.4 Effet de l’effort normal et de l’effort tranchant

Si l’effort normal N agit uniquement dans le tronçon ΣcΣ’c, la section Σ’c subit une translation dirigée suivant la
tangente x’ à la section Σ’c et d’amplitude :

y’
x’
N
dl = - dσ dl
ES
Σ’c y’
dl Σ x’
Σc
ϑ
x
TP1 C07 Formules de Bresse Page 8 sur 13
cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

De même, si uniquement l’effort tranchant T agit ΣcΣ’c, la section Σ’c subit une translation dirigée suivant la
normale y’ à la section Σ’c et d’amplitude :

y’
dλ x’
T dλ
dλ = - dσ
GS1
Σ’c y’
Σc Σ x’
ϑ
x

Au total, toute la partie de la poutre situé en aval de Σ’c subit une translation de composantes :

N T
du = dl cosϑ -dλsinϑ = - cosϑdσ + sinϑ dσ
ES GS1
N T
dv = dl sinϑ + dλcosϑ = - sinϑdσ - cosϑ dσ
ES GS1

Le déplacement de G et la rotation de la section Σ dus à l’effet de l’effort normal N et de l’effort tranchant T


entre la section Σ0 et la section Σ ont donc pour composantes :

s  N (σ ) T (σ ) 
u(s) = ∫ − cosθ + sin θ dσ
s0
 E (σ ) S (σ ) G (σ ) S1 (σ ) 

s  N (σ ) T (σ ) 
v(s) = - ∫  sin θ + cosθ dσ
s0 E (σ ) S (σ ) G (σ ) S1 (σ )
 

ω(s) = 0

3.5 Effet d’une variation linéaire τ (dilatation, contraction)

Supposons qu’une dilatation d’intensité constante τ agit sur toute la poutre. La variation agissant sur le tronçon
ΣcΣ’c fait subir au point G un déplacement de composantes :

du = τ cosϑ dσ
dv = τ sinϑ dσ

Le déplacement de G, résultant de l’effet de la variation unitaire τ entre la section Σ0 et la section Σ ont donc
pour composantes :

s s
u(s) = ∫ τ cosθdσ =τ ∫ dξ = τ(x-x0)
s0 s0
s s
v(s) = ∫ τ sin θdσ =τ ∫ dη = τ(y-y0)
s0 s0

3.6 Formules de Bresse

En appliquant le principe de superposition, le déplacement de G, résultant de M, N, T, τ et des déplacements


u0 , v0 et ω0 de la section en G0 a pour composantes :

TP1 C07 Formules de Bresse Page 9 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

s  M (σ ) N (σ ) T (σ ) 
u(s) = u0 - ω0(y- y0) + ∫ − ( y −η) − cosθ + sin θ dσ + τ(x-x0)
s0
 E (σ ) I (σ ) E (σ ) S (σ ) G (σ ) S1 (σ ) 

s M (σ ) N (σ ) T (σ ) 
v(s) = v0 + ω0(x-x0) + ∫  (x −ξ ) − sin θ − cosθ dσ + τ(y-y0)
s0 E (σ ) I (σ ) E (σ ) S (σ ) G (σ ) S1 (σ )
 

s M (σ )
ω(s) = ω0 + ∫ dσ
s0 E (σ ) I (σ )

4 APPLICATIONS
4.1 Non prise en compte des déplacements dus à T par rapport à ceux dus à M

La démonstration sera faite sur un exemple de poutre : on considérera une poutre de longueur L, encastrée à
l’une de ses extrémités et soumise à une charge ponctuelle d’intensité P appliquée à son extrémité libre. Son
module d’élasticité E est constant. On considérera une section rectangulaire bxh, avec b=0,5h et L = 10h.

b= 0,5h

L= 10h

T(x) = P
M(x) = - P(L-x)

dv T
Il a été établi que la déformation élémentaire due à l’effort tranchant est : =-
dx GS r
TL
La flèche maximale, obtenue à l’extrémité libre, vaut dont vT = = - .
GS r
La flèche due au moment fléchissant s’obtient par l’intégration de l’équation différentielle :
M ( x)
v ‘’(x) =
E ( x ) I ( x)
EIv’’(x) = - PL + Px
Px 2
EIv’(x) = -PLx +
2
2
PLx Px 3
EIv(x) = - +
2 6
PL3
La flèche à l’extrémité libre vaut alors : vM = .
3 EI
vM L2 GS1 5 L2
Comparons vM à vT : = × = × .
vT 3 EI 3(1 + 2ν ) h 2

TP1 C07 Formules de Bresse Page 10 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

vM L2
Dans le cas de l’acier ν = 0,33 ; il vient alors : ≈ 2 = 100 dans le cadre de notre exemple.
vT h
Les déformations dues au moment fléchissant sont donc très largement plus importantes que celles provoquées
par l’effort tranchant.

4.2 Résolution de structures hyperstatiques

Les équations de Bresse permettent de déterminer les sollicitations dans des structures hyperstatiques assez
simples.

Comme vu précédemment, une structure est hyperstatique lorsque les équations de la statique seules ne
permettent pas de déterminer les réactions d’appuis et donc les sollicitations dans la structure. Il est donc
nécessaire de trouver des équations supplémentaires pour déterminer l’ensemble des réactions. Ces équations
supplémentaires sont à rechercher du côté des déformations de la structure, en particulier les déplacements au
droit des appuis.

4.2.1 Exemple 1

A p B

CB

L,EI
VA VB

On considère une poutre simplement appuyée en A et encastrée en B, soumise à une charge uniformément
répartie d’intensité p.
Il y a trois réactions d’appui et l’on ne dispose que de 2 équations d’équilibre : ∑F y = 0 et ∑M z = 0. La
poutre est donc hyperstatique d’ordre 1.

x2
Le moment fléchissant a pour expression : M(x) = V A x − p où VA est inconnue.
2
Intégrons l’équation EIv’’(x) = M(x) :
x2 x3
EIv’(x) = VA − p + EIΘ A où θA est la rotation de la poutre au point A.
2 6
Or v’(L) = θB = 0 car l’appui en B est un encastrement.
Cette condition aux limites implique :

L2 L3
VA + EIΘ A = p (1)
2 6

x3 x4
EIv(x) = VA − p + EIΘ A x
6 24
Or v(L) = 0, ce qui implique :
L3 L3
VA + EIΘ A L = p (2)
6 24
L2 L3 3L
la combinaison (1)-(2)/L donne : VA = p , soit V A = p
3 8 8
Connaissant VA, on est alors capable de déterminer les sollicitations dans la poutre.
T(x) = V A − px
x2
M(x) = V A x − p
2

TP1 C07 Formules de Bresse Page 11 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

4.2.2 Exemple 2

On considère la poutre précédente, maintenant biencastrée

A p B
A
CA CB

L,EI
VA VB
.
La symétrie de la structure et du chargement amène :
pL
VA = VB = et CA = CB.
2
rem importante : d’un point de vue mécanique, cette structure est hyperstatique d’ordre 3, puisqu’on pourrait
éliminer 3 composantes d’appui (par exemple les 3 réactions au point B) sans que la stabilité de la poutre ne
soit remise en cause. Par contre, le chargement et la symétrie du problème nous conduisent à une seule
inconnue hyperstatique, en l’occurrence CA ou CB. Il suffit donc de trouver une seule inconnue hyperstatique
pour l’on puisse résoudre le problème. Il convient donc d’opérer une distinction entre l’hyperstatisme d’une
structure (au sens mécanique) et ce que l’on peut appeler l’indétermination statique (qui correspond au nombre
d’inconnues de liaison à déterminer pour connaître entièrement les sollicitations dans la structure).

La déformée est régie par l’équation :


x2
EIv’’(x) = M(x) = C A + V A x − p
2
2 3
x x
EIv’(x) = C A x + pL − p + EIΘ A or θA = 0.
4 6
L2 L3
De même, EIθB = C A L + pL − p = 0 car l’appui B est un encastrement.
4 6
pL2
On en retire alors : C A = −
12
On est alors capable de déterminer les sollicitations dans la poutre.

4.3 Réactions horizontales d’une poutre droite biarticulée chargement


verticalement

On considère une poutre droite biarticulée sur ses appuis, chargée par une charge uniformément répartie
d’intensité p, de module E, d’inertie I et de section A supposées constantes.

A p B

HA HB
L,EI, A
VA VB
Jusqu’ici, nous avons considéré que les réactions horizontales engendrées par ce chargement étaient nulles.
Elles ne le sont pas en toute rigueur, mais sont négligeables dans la plupart des cas, ce que nous allons
montrer.
Considérons, à un premier degré de simplification, que la flèche de la poutre a une allure parabolique et notons
4f
f la flèche maximale de la poutre à mi-travée : y = x( L − x)

La longueur de la fibre moyenne déformée est égale à :

TP1 C07 Formules de Bresse Page 12 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux Bresse

0,5 L 0,5 L 0, 5 L 2
 dy 
S= 2 ∫ ds = 2 ∫ dx ² + dy ² = 2 ∫ dx 1 +  
0 0 0  dx 
Dans le cas des petites déformations, la déformée présente une faible courbure et les angles de la déformée
dy
sont faibles, de sorte que la quantité , qui représente la rotation de la fibre moyenne, est faible devant 1. On
dx
peut alors écrire :
0,5 L 0,5 L 2
1  dy 
S ≈ 2 ∫ ds = 2 ∫ (1 +   )dx
0 0
2  dx 
4f
Exprimons y’(x) = ( L − 2 x) .

0,5 L 0,5 L
16 f ²  1 3  8 f ²
( L − 2 x)²dx = L + 4 − (L − 2 x ) 
16 f ²
Alors S = L +
L4 ∫
0
L  6 0
= L 1 + 
 3 L² 
L’allongement relatif de la poutre est donc égal à :
∆L 8 f ²
ε= = .
L 3 L²
D’après la loi de Hooke, l’allongement relatif est associé à une contrainte de traction σ = −εE et à un effort de
8 f²
traction dans la poutre N = σA = − EA où A est la section de la poutre.
3 L²
8 f²
On en déduit alors les réactions horizontales : H A = H B = − N = EA .
3 L²
f
Dans la pratique, les déformations de la poutre sont faibles de sorte que << 1 . Les réactions horizontales
L
sont donc faibles par rapport aux réactions horizontales.

Application numérique pour une poutre en bétonde 60x100 cm ht, de longueur 10 m et soumise à une charge
répartie p=10 kN/ml. E = 10 000 MPa.
On calcule VA = VB = 50 kN
5 pL4
On calcule f = =2,6 mm
384 EI
8 f²
Donc H A = H B = EA = 1,08 kN.
3 L²

TP1 C07 Formules de Bresse Page 13 sur 13


cours disponible sur http://lycos.membres.fr/rdmestp

Vous aimerez peut-être aussi