Vous êtes sur la page 1sur 52

VONJITSARA Aina Nikaria

LA PRATIQUE DE L’ALLAITEMENT
MATERNEL EXCLUSIF DANS LES
COMMUNES RURALES DU DISTRICT
D’AVARADRANO

Mémoire
pour l'obtention de Diplôme en licence en Nutrition
REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana
-----------------

MINISTERE DE LA SANTE MINISTERE DE L'EDUCATION


ET DU PLANNING FAMILIAL NATIONALE ET DE LA
RECHERCHE SCIENTIFIQUE

INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

Année 2006

N°……….

La pratique de l’allaitement maternel exclusif dans le District d’Avaradrano

Présenté le : 28 Septembre 2006.


par Madame VONJITSARA Aina Nikaria

Président : Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe


Juges : Professeur ANDRIANASOLO Roger
Docteur RAKOTONIRINA El C Julio
Encadreur : Docteur RAKOTONIRINA Simon
REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

MINISTERE DE LA SANTE
ET DU PLANNING FAMILIAL
SECRETARIAT GENERAL
INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE ET COMMUNAUTAIRE

LISTE DES PRINCIPAUX RESPONSABLES

I – DIRECTION GENERALE
Directeur Général :
Pr RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin

II – DIRECTION DE LA FORMATION ET DE LA RECHERCHE


Directeur :
Professeur RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie
Chef du Service Pédagogique et Scientifique :
Docteur RATSIMBAZAFY Marie Rolland
Chef du Service et Expertise :
Docteur RAKOTONIRINA El-C Julio
Responsable du Secrétariat Permanent de l’Enseignement à Distance :
Docteur RARIVOARILALA Esther

III – DIRECTION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES


Directeur :
Monsieur RASOANAIVO ANDRIANASOLO Simon
Chef du Service Administratif :
Madame RABODOHARY Ranorohelimiadana Eléonore
LICENCE EN NUTRTION
UE1 NUTRITION ET ALIMENTATION HUMAINES
Module 1 : Méthodologie
Module 2 : Principes fondamentaux de la nutrition /alimentation
Module 3 : Aspects socioculturels et écologiques de la nutrition
Module 4 : Biochimie de la nutrition
Module 5 : Métabolisme et Physiologie de la nutrition
Module 6 : Besoins nutritionnels à travers le cycle de la vie
UE2 MALADIES DE CARENCE ET URGENCES
NUTRITIONNELLES EN CAS DE CATASTROPHE
Module 1 : Principaux troubles nutritionnels dans le pays en développement
Module 2 : Prévention et prise en charge des maladies carentielles
Module 3 : Urgences nutritionnelles en cas de catastrophe
UE3 ACTIVITES DE LABORATOIRE EN NUTRITION ET DE
TERRAIN
Module 1 : Analyse biologique pour le dépistage de carences en micronutriments
au niveau d’une population
Module 2 : Analyse physico-chimique des aliments
Module 3 : Hygiène alimentaire et salubrité environnementale
Module 4 : Législation des denrées alimentaires
UE4 APPROCHE COMMUNAUTAIRE
Module 1 : Diagnostic communautaire sur le plan alimentaire et nutritionnel
Module 2 : Planification des programmes communautaires de nutrition
Module 3 : Suivi et évaluation des programmes de nutrition
Module 4 : IEC en matière de nutrition
Module 5 : Notions de sécurité alimentaire des ménages (SAM)
Module 6 : Politiques nationales en matière de nutrition
Module 7 : Anthropologie
Module 8 : Recherche opérationnelle sur la situation nutritionnelle d’une
localité
UE 5 ETUDES NUTRITIONNELLES QUANTITATIVES
Module 1 : Statistiques sanitaires et démographiques
Module 2 : Epidémiologie de la nutrition et statistiques
Module 3 : Informatique appliquée
UE6 PREPARATION SOUTENANCE DE MEMOIRE
Préparation de mémoire
Encadrement et Soutenance de mémoire
LISTE DES ENSEIGNANTS

Pr RANJALAHY RASOLOFOMANANA Justin


Pr RAKOTOMANGA Jean de Dieu Marie
Pr ANDRIANASOLO Roger
Pr RANDRIANARIMANANA Vahiniarison Dieudonné
Pr RAMAMBAZAFY Ralainony
Pr RAMAKAVELO Maurice Philippe
Pr RANAIVOHARISOA Lala
Dr RAKOTONIRINA Simon
Dr RALAIARISON Raharizelina
Dr RAKOTONIRINA El-C Julio
Dr RANDRIAMAMPIANINA Hanta
Dr RASOARIVAO Vololomiarana
Mr RAKOTOZANAKA Julien
Mme RAMINO Vololona
REMERCIEMENTS

A Monsieur le Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe,


Qui nous a fait le grand honneur de présider le Jury de ce mémoire.

A Monsieur le Professeur ANDRIANASOLO Roger,


A Monsieur le Docteur RAKOTONIRINA El.C Julio,
Qu’ils soient assurés de notre profonde reconnaissance en acceptant de juger
ce travail

A Monsieur le Docteur RAKOTONIRINA Simon,


Notre Maître, le Professeur RANDRIANARIMANANA Vahiniarison
Dieudonné
Tous les enseignants,
Tous nos camarades de Promotion,
Tous ce qui, de près ou de loin, ont contribué à l’élaboration de ce travail.
Nous adressons nos plus vifs remerciements et notre profonde
reconnaissance
DEDICACE

A J.J,

Carole et Corine

Avec toute mon affection


SOMMAIRE

REMERCIEMENTS
DEDICACE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES FIGURES
INTRODUCTION.................................................................................................................... 1
I. GÉNÉRALITÉS : ............................................................................................................. 2
1.1- Base anatomo-physiologique de lactation : ............................................................... 2
1.1.1- L’anatomie du sein et rôle de chaque élément :................................................... 2
1.1.2 Le rôle des hormones de la lactation :................................................................... 2
1.1.3- La technique de l’allaitement :............................................................................. 3
1.2- Les pratiques optimales de l'allaitement au sein du jeune enfant : ............................ 3
1.3. Les avantages de l’allaitement maternel : ................................................................... 4
1.4. Les compositions du lait maternel :............................................................................. 5
1.5- VIH/SIDA et allaitement maternel : .......................................................................... 6
II- MATÉRIEL ET MÉTHODE : ...................................................................................... 7
2.1- Cadre de l’étude : ........................................................................................................ 7
2.1.1- Situation géographique : ...................................................................................... 7
2.1.2- Climatographie :................................................................................................... 7
2.1.3- Situation économique : ........................................................................................ 7
2.1.4- Situation socio-culturelle : ................................................................................... 7
2.1.5- Infrastrutures sanitaires :...................................................................................... 7
2.2- Type de l’étude : ......................................................................................................... 7
2.3- Durée d’étude :............................................................................................................ 8
2.4- Période d’étude : ......................................................................................................... 8
2.5- Population cible de l’étude : ....................................................................................... 8
2.6- Critère d’inclusion et critère d’exclusion :.................................................................. 8
2.7- Taille de l’échantillon : ............................................................................................... 8
2.8- Variables étudiées : ..................................................................................................... 9
2.9- Mode et collecte de données : ..................................................................................... 9
2.10- Considération éthique : ............................................................................................. 9
2.11- Limite de la recherche :............................................................................................. 9
2.12- Tests statistiques : ..................................................................................................... 9
2.13- Mode d’analyse et de saisie : .................................................................................... 9
2.14- Modes des collectes des données :.......................................................................... 10
III- RÉSULTATS :............................................................................................................. 11
3.1- Les caractéristiques de l’échantillon :....................................................................... 11
3.1.1- Les effectifs et proportions des enfants allaités de 0 à 6 mois :......................... 11
3.1.2- Les effectifs et proportions des caractéristiques des mères : ............................. 12
3.2. Evaluation de la pratique de l’AME :........................................................................ 15
3.3- Les facteurs déterminants de l’AME ........................................................................ 18
IV- DISCUSSIONS ET COMMENTAIRES ................................................................... 20
4.1- Prévalence de l’AME :.............................................................................................. 20
4.2- La pratique de l’allaitement immédiat après la naissance : ...................................... 21
4.3- Ablactation :.............................................................................................................. 21
4.4- Les facteurs déterminants de l’AME ........................................................................ 22
4.4.1- la profession et le revenu et niveau d’instruction de la mère............................ 22
V- RECOMMANDATIONS.............................................................................................. 23
5.1- La création d’un groupe de soutien........................................................................... 23
5.2- Le renforcement de l’éducation nutritionnelle.......................................................... 23
5.3- La mise en place des structures Amis Des Bébés ..................................................... 24
5.3.2- Association de la capacité des agents de santé en matière de l’AME................ 24
5.3.3- Amélioration de l’environnement ...................................................................... 24
CONCLUSION....................................................................................................................... 25
RESUME
ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE
LISTE DES ABREVIATIONS

AEN : Actions Essentielles en Nutrition


AME : Allaitement Maternel exclusif
CH : Chiffre au Hasard
EDS : Enquête Démographique et de la Santé
HAB : Hôpital Amis des Bébés
OR : Odds Ratio
SISG : Source d’information et service de gestion
UNICEF : United International Children’s Emergent Fund
PNN : Politique Nationale de Nutrition
LISTE DES TABLEAUX

Tableau n°1 : Répartition de l'évolution de la composition du lai maternel............................. 5


Tableau n°2 : Répartition de l’âge de l’enfant et les genres ................................................... 11
Tableau n°3 : Répartition de l'âge des mères selon le niveau d’instruction : ......................... 12
Tableau n°4 : Répartition de l’âge des mères selon la profession .......................................... 13
Tableau n°5 : Répartition du revenu mensuel selon la profession :........................................ 14
Tableau n°6 : Répartition des mères selon la pratique de l’AME et leur âges : ..................... 15
Tableau n°7 : Répartition des mères pratiquant l'allaitement immédiat après la naissance
selon l’âge de la mère :..................................................................................... 15
Tableau n°8 : Répartition de l'âge de l’ablactation : ............................................................... 16
Tableau n°9 : Répartition de l’AME selon le niveau d’Instruction ........................................ 16
Tableau n°10 : Répartition de l’AME selon la profession.................................................... 17
Tableau n°11 : Répartition de l’AME selon le revenu mensuel ........................................... 17
Tableau n°12 : Répartition de l’ AME selon la source d’information.................................. 18
Tableau n°13 : Age de la mère.............................................................................................. 18
Tableau n°14 : Niveau d’instruction ..................................................................................... 18
Tableau n°15 : Profession ..................................................................................................... 19
Tableau n°16 : Revenu.......................................................................................................... 19
Tableau n°17 : Source d’information.................................................................................... 19
LISTE DES FIGURES

Figure n°1. Age de l’enfant selon les genres........................................................................... 11


Figure n°2. Age des mères selon le niveau d’instruction ........................................................ 12
Figure n°3. Age des mères selon la profession ....................................................................... 13
Figure n°4. Revenu mensuel selon la profession .................................................................... 14
INTRODUCTION

Selon l’OMS, la malnutrition est la cause de près de la moitié des décès chez les
enfants de moins de 5 ans dans le monde.
Les enfants qui survivent à la malnutrition ont une capacité d’apprentissage réduite et
une faible productivité lorsqu’ils atteignent l’âge adulte (1). Face à ce problème, tous les
secteurs sociaux peuvent contribuer à l’amélioration de la nutrition.
Néanmoins, les services de santé tiennent une place prédominante dans la lutte contre
la malnutrition.
L’expérience acquise au cours de ces dernières décennies montre qu’il existe six
interventions nutritionnelles très rentables et applicables à grande échelle.
L’une de ces six interventions est l’allaitement maternel exclusif.
L’AME signifie, allaiter les nourrissons uniquement au sein maternel sans aucun
apport d’autres éléments liquides ni solides, si ce n’est de vitamines ou des minéraux et des
médicaments sous forme de gouttes.
L’OMS et l’UNICEF recommandent que les enfants soient nourris exclusivement au
sein durant les six premiers mois de leur vie.
Depuis le début des années 90, date de promotion de l’allaitement maternel exclusif
(AME) au niveau mondial, le taux de pratique de l'AME dans le monde était de 37 % en 2005
(2).
A Madagascar, ce taux est de 67%, selon l’EDS III (2003-2004). Dans le District
d’Avaradrano, 46% des mères pratiquent l’AME (3).Ce chiffre est assez éloigné par rapport
au taux national.
Ce qui nous à amener à entreprendre cette étude de la pratique de l’AME dans les
communes rurales du District d’Avaradrano,; dont l'objectif est d'évaluer la pratique de
l'AME, d'identifier les facteurs déterminants, afin d’émettre des recommandations dans le but
de contribuer à l’atteinte des objectif du millénaire sur l’amélioration de la santé de l’enfant.
Nous aborderons en premier les connaissances générales sur l’AME, ensuite, nous
parlerons de notre étude proprement dite, avec la présentation du District d’Avaradrano. La
présentation des résultats suivra cette partie. Les discussions et les recommandations seront
traitées avant la conclusion.

1
GENERALITES
I. GENERALITES :
1.1- Bases anatomo-physiologiques de lactation (4) :
Avant propos, il est important de connaître que la production du lait ne dépend pas de
taille du sein mais dépend de la fréquence des tétées réalisées à la demande
1.1.1- L’anatomie du sein et rôle de chaque élément :
Le lait maternel est produit dans l’alvéole. Le lieu de production du lait est dans le
tissu glandulaire. Après la succion efficace, le lait transporté par les canaux galactophores
(canaux lactifères) va sortir dans le lieu de stockage (sinus galactophores ou canaux lactifères)
et s'écoule au niveau du mamelon et les pores du mamelon.
La succion efficace est la façon de sucer en comprimant les sinus galactophores qui
sont juste en arrière de l'aréole. Le bébé doit prendre la plus grande partie possible de l'aréole
dans sa bouche, l'aréole est la région de couleur plus foncée entourant le mamelon. Le tissus
de soutient protège les éléments du sein et la présence de la matière grasse différencie la taille.
1.1.2 Le rôle des hormones de la lactation :
La production du lait dépend des niveaux des hormones chez la mère et de
l’écoulement adéquat.
Elle est contrôlée par la progestérone pendant la grossesse et produit du colostrum.
Après l’accouchement, les seins commencent à produire plus de lait par la sécrétion
des hormones prolactines et ocytocines qui est augmentée dans le corps de la mère ; puis en
réponse à la prise de sein par le bébé, surtout la nuit.
• La prolactine donne de l’ordre aux alvéoles de produire du lait. Même si le niveau de
la prolactine est élevé, si le bébé ne tête inefficacement, le lait ne s’écoule pas dans
certaines parties du sein et la production du lait diminuera. Effet, la montée laiteuse
dépend beaucoup à, des tétées efficaces. Le motif de remplacer le lait maternel avec
un substitut de lait n’est pas valable si c’est à cause de l’inexistence de l’allaitement
maternel.
• L’ocytocine assure l’éjection du lait. Dès que la mère met son bébé au sein,
l’ocytocine fait contracter les cellules musculaires qui entourent l’alvéole et le lait est
éjecté par les canaux galactophores jusqu’aux sinus galactophores où le bébé peut
l’exprimer.

2
• L’ocytocine a un effet sur la contraction utérine, qui facilite l’expulsion du placenta.
Ainsi l’ocytocine réduit la quantité des pertes sanguines et faire revenir la taille de la
mère à la taille normale.
1.1.3- La technique de l’allaitement :
- La mère est détendue et dans une position confortable
- Le bébé est calme et éveillé
- Tout le corps du bébé fait face à sa mère et est contre elle
- La tête du bébé est soutenue, se trouve dans l’axe de son corps et fait face vers
le sein
- La mère tient son sein en ayant les doigts derrière l’aréole en forme de C et le
pouce au dessus.
- Laisser la mère et le bébé faire connaissance. Voir le déroulement de la
première tétée. Si au moins au bout d’une demi heure, le bébé ne prend pas
assez de sein dans sa bouche, vous pouvez faire les suggestions suivantes :
- Susciter le « réflexe de recherche de sein » (fouissement) en stimulant les
lèvres du bébé avec le mamelon,
- Attendre que le bébé ait la bouche grande ouverte (un peu comme s’il allait
bailler) : approche le bébé du sein, et non le sein du bébé
- Rapprocher tout le corps du bébé du sein, ne pas se contenter de pousser sa tête
vers le sein
- S’assurer que le bébé prend une bonne partie du sein dans la bouche
- Soutenir le sein pendant la tétée pour aider le bébé à bien prendre le sein
- Si le bébé ne prend pas correctement le sein ou si la mère a mal, elle doit
arrêter la succion, enlever l’enfant au sein et recommencer depuis le début.

1.2- Les pratiques optimales de l'allaitement au sein du jeune enfant (5) :


Les pratiques de l’alimentation constituent les facteurs déterminants de l’état
nutritionnel des enfants. Les pratiques optimales du jeune enfant, recommandées par l’OMS
et l’UNICEF (OMS/UNICEF, 1990), ont été définie comme suit :
• Début de l’allaitement au sein dans l’heure qui suit la naissance ;
• Allaitement au sein fréquent et à la demande (y compris allaitement de nuit) ;
• Allaitement au sein exclusif jusqu’à 6 mois ;
• Introduction d’aliments de complément adéquat à partir de 6 mois ;

3
• Augmentation de l’allaitement au cours des maladies et des périodes de
convalescences ;
• Poursuite de l’allaitement au cours de la seconde année et au delà.

1.3. Les avantages de l’allaitement maternel :


L’allaitement maternel sauve la vie des nourrissons, tout particulièrement quand il est
le seul mode d’aliment (6). Il protège contre la diarrhée et les maladies infectieuses courantes
qui peuvent être mortelles (7).
Le lait maternel contient toute une gamme des facteurs immunologiques, tous les
minéraux et nutriments requis pendant les six premiers mois de la vie, assurant une protection
contre les bactéries, les virus et les parasites (8).
L’allaitement maternel est important pour le contrôle de cas de diarrhée et constitue
l’une des interventions la plus économiques contre cette maladie.
Les enfants allaités au sein qui ont de la diarrhée ne guérissent plus rapidement que les
enfants qui ne sont pas nourris au sein, et ils ne sont pas sujets à des risques de complications
telle que la déshydratation. (9).
L’allaitement maternel qui débute immédiatement après l’accouchement permet la
production de lait pour la mère, la contraction de l’utérus, la réduction du saignement chez la
mère et protège le nouveau-né contre l’hypothermie (10).
L’allaitement maternel apporte à la mère et au nourrisson des stimulations psycho
sociales importantes. L’allaitement maternel diminue également le risque de cancer ovarien
chez la mère (11).
Des études ont montré que l’allaitement maternel aide à prévenir le cancer du sein,
tout particulièrement avant la ménopause. Le risque du cancer du sein pour les femmes qui
ont allaitées est réduit de moitié par rapport à ce qu’il aurait été si elles n’avaient pas allaitées
leurs nourrissons 12).
Les chercheurs ont aussi remarqué que le risque décroissaient an fonction d’une durée
prolongée de l’allaitement (13).
L’allaitement maternel favorise également l’espacement des naissances et réduit les
taux de fécondité. La femme aménorrhéique, allaitant complètement au sein, dont
l’accouchement remonte à moins de six mois, est protégées à plus de 98 % contre la
grossesse. Cette méthode de planification familiale par l’allaitement au sein est appelée
MAMA (Méthode d’Allaitement Maternel et Aménorrhée) (14).

4
1.4. Les compositions du lait maternel :
Le lait maternel offre un équilibre parfait de protéine, d’élément qui stimule la
croissance et d’autres éléments nutritifs nécessaires au bon développement physique et mental
du nourrisson. Le lait maternel contient des glucides et des lipides qui favorisent la croissance
au cours du premier mois de la vie. Des prématurés et des bébés dont le poids à la naissance
est inférieur à la normal ont tout spécialement besoin des éléments nutritifs fournis par le lait
maternel (15).
L’allaitement au sein offre au nourrisson une pleine croissance et une alimentation
optimale dont la composition change en fonction de l’évolution des besoins de l’enfant (16).
L'évolution de la composition du lait maternel passe par trois stades (17) :
Le premier est le colostrum, sécrété dès la naissance qui est de couleur jaune et de
consistance épaisse.
Le stade suivant est le lait de transition du 6e jours aux environ du 15e jours. La monté
du lait amène une augmentation de quantité et une modification rapide de sa composition de
lait. Elle donne naissance au lait de transition qui est très riche en protéines, et en oligo-
éléments, mais pauvre en lipides et en lactoses.
Le troisième stade est le lait mature qui est sécrété après le 14e jours évoque une
notion de stabilité de la composition.

Tableau n°1 : Répartition de l'évolution de la composition du lai maternel

Composition (en gramme) Colostrum Lait de transition Lait mature


Protéines 23 16 11
Lipides 30 36 66
Glucides 53 66 70
Ig A 20-50 1 1-2
Ig G Variable 1 0.005
Ig M Variable 1 0.01

L'évolution des différents constituants du lait humain en fonction du temps : d'après


FONTAINE et BONNET et JEAN repris par VERMEIL. DARTOIS (AM) FRAYSSEX (M).

5
La concentration des lipides, des glucides se maintient pour être stable jusqu'au 4e
mois de la vie de l'enfant. Il en est de même pour la valeur énergétique du lait maternel. Par
contre, on note une diminution progressive de la concentration protidique au fur et à mesure
qu'on s'éloigne de la date de l'accouchement (18).
Par ailleurs, l'alimentation des mères n'influe pas sur la qualité du lait maternel. Il
n'existe pas de différence dans la composition du lait maternel entre les groupes des femmes
en bonne santé et celles qui présentent une malnutrition (19).
L'adaptation du lait maternel aux besoins de l'enfant est un facteur important de
supériorité de l'allaitement au sein (20).

1.5- VIH/SIDA et allaitement maternel (4) :


Le VIH /SIDA peut être transmis par le lait maternel parce que :
- Le virus a été trouvé dans le composant du lait
- L’infection au VIH a été découverte chez des bébés allaités au sein dont les
mères n’avaient pas infectées du VIH durant la grossesse ou l’accouchement
mais qui le sont devenus pendant qu’elles allaitent, soit recevant un sang
contaminé au cours d’une transfusion, soit par le biais d’un rapport sexuel.
- Des bébés des mères séronégatives ont été infectées à travers du lait non
pasteurisé tiré des seins de donneuses n’ayant fait l’objet d’un test de
dépistage,ou en recevant du lait provenant d’une une nourrice infectée du VIH.
- Les bébés des mères séropositives nés sans infection qui ont été diagnostiqués
séronégatifs à l’âge de 6 mois, se sont par la suite retrouvés infectés par le
virus et l’allaitement maternel était le seul facteur de risque.
- A travers le monde, le nombre d’enfants moins âgés de moins de 15 ans
infectés par le VIH est estimé à trois millions.
- La transmission du VIH mère enfant du virus pendant la grossesse,
l’accouchement ou l’allaitement est responsable de plus de 90 % l’infection
des enfants par le VIH. Dans les pays industrialisés, les risques pour le
nourrisson d’attraper le virus à partir d’une mère infectée vont de 15 à 25 %
alors que dans les pays en voie de développement, ils sont de 25 à 45 %. Les
différences des taux d’allaitement maternel peuvent expliquer ces différents
pourcentages. Le risque supplémentaire d’infection par l’allaitement au sein est
de 15 % environ

6
MATERIEL ET METHODE
II- MATERIEL ET METHODE :
2.1- Cadre de l’étude :
2.1.1- Situation géographique :
Le District d’Avaradrano est situé au Nord Est de la ville d’Antananarivo. Il est limité
Au Nord par le District de d’Anjozorobe, à l’Est par le District de Manjakandriana, au Sud
par le District de Andramasina et Antananarivo Atsimondrano et au Sud-Ouset par le District
d’Antananarivo renivohitra.
Le relief est formé par une large plaine marquée par une succession de collines et de
montagnes.
2.1.2- Climatographie :
La saison dans le District d’Avaradrano durant le mois de Mai jusqu’à Octobre est
sèche et chaude, par contre du mois de Novembre jusqu’au mois d’Avril, elle est pluvieuse.
2.1.3- Situation économique :
Au cours e l’année 2004, la production agricole est au total de 2.462,46 t / ha. Les
cultures dominantes sont les riz, les cultures vivrières et les légumes avec des surfaces
cultivées de 5.846,144 ha.
Parmi ces cultures, la spécificité de la région est la production des légumes (poireaux,
carottes, oignons).
Le District d’Avaradrano possède une superficie boisée de 692 ha d’Eucalyptus,
servant à produire des bois de chauffage, des bois carrés, des bois rond, des gaulettes et des
charbons de bois.
2.1.4- Situation socio-culturelle :
Le District d’Avaradrano, dispose de 331 écoles primaires, 67 collège du niveau
secondaire, et 17 institutions d’enseignement universitaire.
2.1.5- Infrastrutures sanitaires :
Les établissements publics sont constitués par 16 centres de santé repartis en trois
maternités, 11 CSB II, 2 CSB I et un CHD I dont un Hôpital Amis des Bébés.
Les établissements privés sont au nombre de 5 Cabinets médicaux et dispensaires.

2.2- Type de l’étude :


C’est une étude descriptive, rétrospective transversale.

7
2.3- Durée d’étude :
Deux mois, du 06 juin 2006 au 06 août 2006.
2.4- Période d’étude :
Du premier janvier 2006 jusqu’à la fin du mois de juin 2006.
2.5- Population cible de l’étude :
Les mères des enfants de 0 à 6 mois.
2.6- Critère d’inclusion et critère d’exclusion :
Le critère d’inclusion est toutes mères habitant dans les communes rurales du District
sanitaire d’Avaradrano ayant des enfants âges de 0 à 6 mois.
Le critère d’exclusion est toutes les mères allaitantes ayant des enfants plus de 6 mois,
et non résidentes.

2.7- Taille de l’échantillon :


Elle est déterminée par la formule suivante :
ξα² x p x q x g
n=

Avec, n = taille de l’échantillon
p = taux de prévalence de l’AME(+) EDS III (2003- 2004) = 0,67
q = 1 - p = 1 – 0,63 = 0,33
g = coefficient correcteur de l’effet grappe = 2,1
i = précision de l’échantillon souhaitée = 0,10
α = 1,96

(1,96)² x 0,67 x 0,33 x 2,1


n=
(0,10)²
n = 178
n 178
Avec : = = 6 enfants par grappes
30 grappes 30
30 grappes 30

La taille de l’échantillon minimum est de 180 mères des enfants de 0 à 6 mois.


Le mode d'échantillonnage est un mode aléatoire par sondage en grappes qui est
définie par des échantillons représentatifs dans les communes rurales du district d'Avaradrano.

8
2.8- Variables étudiées :
Les variables étudiées sont composées de trois parties : les variables dépendantes, les
variables indépendantes et les facteurs confusionnels.
- La variable dépendante est la pratique de l’allaitement maternel exclusif
- Les variables indépendantes sont les âges de la mère, les professions, les revenus. Pour
les enfants, les variables sont les genres et les âges.
- Les facteurs confusionnels sont les connaissances, les pratiques, les attitudes et le
niveau d'instruction des mères

2.9- Mode et collecte de données :


Les informations sont collectées au cours d’interview individuelle réalisé dans un
échantillon à l'aide d'une fiche d'enquête qui a été pré- testé.

2.10- Considération éthique :


Les femmes qui acceptent de répondre aux questions donnent leurs consentements
éclairés.
Le secret professionnel, la confidentialité et l’anonymat sont garantis.

2.11- Limite de la recherche :


L’étude est limitée seulement dans le District d’Avaradrano. Elle ne peut pas être
extrapolé dans d'autres districts d'Antananarivo.
2.12- Tests statistiques :
Les tests statistiques utilisés sont le test de chi carré te l’intervalle de confiance pour
permettre de comparer les résultats obtenus.
L'odds ratio est utilisé pour mesurer le degré d'association entre les variables
dépendantes et les variables indépendantes.

2.13- Mode d’analyse et de saisie :


Pour l’analyse et le saisi des données, nous avons recours à l’EPI-INFO et Words
2003.

9
2.14- Modes des collectes des données :
Objectifs Variables Indicateurs

OSI. Evaluer la pratique de Age des mères Proportion des mères et de


l’AME Age de l’enfant l’enfant par tranche d’âge,

Allaitement immédiat après la Proportion des nouveau-nés


naissance allaités au sein,
immédiatement après la
naissance

AME jusqu’à l’âge de 6 mois Prévalence de l’allaitement


maternel jusqu’ à l’âge de 6
mois (où âge de l’ablactation)

OSII. Identifier les facteurs Pratique de l’AME selon : Proportion des mères
déterminants de la pratique Source d’information pratiquant l’AME selon :
de l’AME Niveau d’instruction Source d’information
Profession Niveau d’instruction
Revenu Profession
Revenu

10
RESULTATS
III- RESULTATS :

3.1- Les caractéristiques de l’échantillon :


3.1.1- Les effectifs et proportions des enfants allaités de 0 à 6 mois :

Tableau n°2 : Répartition de l’âge de l’enfant et les genres


Âge (mois) Masculin Féminin TOTAL
<2 24 16 40 (22%)
2–4 38 52 90 (50%)
5–6 28 22 50 (28%)
TOTAL 90 (50%) 90 (50%) 180 (100%)

Nombre
60

50

40
Masculin
30 Féminin
20

10

0
<2 2–4 5–6 Âge en mois

Figure n°1. Age de l’enfant selon les genres


- Le sex-ratio garçon/ fille est égal à 1
- L’âge moyen chez les garçons est de 3 mois +/- 0.33
- L’âge moyen chez les filles est également de 3 mois +/- 0.33
- La classe modale est celle des 2 à 4 mois contenant 90 enfants.

11
3.1.2- Les effectifs et proportions des caractéristiques des mères :

Tableau n°3 : Répartition de l'âge des mères selon le niveau d’instruction :

Niveau d’instruction
Âge(ans) Illettrée Primaire Secondaire TOTAL
< 20 3 (2%) 8 (4%) 14 (8%) 25 (14%)
20 – 24 6 (3%) 13 (7%) 21 (12%) 40 (22%)
25 – 29 7 (4%) 16 (9%) 26 (14%) 48 (27%)
30 – 34 4 (2%) 10 (6%) 17 (9%) 31 (17%)
> 34 5 (3%) 11 (6%) 19 (11%) 36 (20%)
TOTAL 25 (14%) 58(32%) 97 (54%) 180 (100%)

Porcentage 16%

14%
12%
10% Illettrée
8% Primaire
Secondaire
6%
4%
2%
0%
< 20 20 - 24 25 - 29 30 - 34 > 34 Âge mère

Figure n°2. Age des mères selon le niveau d’instruction

Parmi les 180 mères interviewées, 14% sont très jeunes, âgées de moins de 20 ans et
37% sont âgées plus de 30 ans.
Concernant leur niveau d’instruction, 25 mères (14%) sont illettrées, 58 mères (32%)
ont un niveau d’instruction primaire. Plus de la moitié des mères de notre échantillon
(54%) ont un niveau d’instruction secondaire.

12
Tableau n°4 : Répartition de l’âge des mères selon la profession

PROFESSION
Âge(ans) Secteur Secteur Secteur Ménagère TOTAL
primaire secondaire tertiaire
< 20 9 (5%) 4 (2%) 5 (3%) 7 (4%) 25 (14%)
20 - 24 14 (8%) 6 (3%) 9 (5%) 11 (6%) 40 (22%)
25 - 29 17 (10%) 7 (4%) 10 (6%) 13 (7%) 48 (27%)
30 - 34 11 (6%) 5 (3%) 7 (4%) 8 (4%) 31 (17%)
> 34 13 (7%) 6 (3%) 8 (4%) 10 (6%) 36 (20%)
TOTAL 64 (36%) 28 (15%) 39 (22%) 49 (27%) 180 (100%)

Porcentage
12%
10%
8%
6%
4%
2%
0%
< 20 20 - 24 25 - 29 30 - 34 > 34
Âge mère
Secteur primaire Secteur secondaire
Secteur tertiaire Ménagère

Figure n°3. Age des mères selon la profession

La majorité des mères de notre échantillon travaillent hors du foyer car seulement 27%
d’entre elles sont des ménagères. Les 22% des mères qui travaillent dans le secteur
tertiaire sont constituées essentiellement par des brodeuses dans les « entreprises
franches ». Parmi les 15% des mères qui travaillent dans le secteur secondaire figurent des
commerçantes, des institutrices, et des employés de bureau. Notons enfin que 36% des
mères travaillent dans le secteur primaire.

13
Tableau n°5 : Répartition du revenu mensuel selon la profession :
Profession
Revenu mensuel Secteur Primaire Secteur Secteurs TOTAL
(en Ariary) secondaire tertiaire
Moins de 60.000 32 (24 %) 14 (11%) 19 (14%) 65
60.000 – 120.000 25 (19%) 11 (8%) 15 (12%) 52
120.000-160.000 5(4%) 2 (1%) 3 (2%) 9
Plus de 160.000 2(2%) 1(1%) 2 (2%) 5
TOTAL 64(49%) 28(21%) 39(100%) 131(100)

Pourcentage
30%

25%

20%

15%

10%

5%

0% Revenu mensuel
Moins de 60.000 60.000 – 120.000 120.000-160.000 Plus de 160.000

Secteur Primaire Secteur secondaire Secteurs tertiaire

Figure n°4. Revenu mensuel selon la profession

Parmi les 3 groupes du secteur professionnel, nous avons réparti le revenu comme suit :
- Le revenu mensuel moins de 60.000 Ar a été considéré comme bas Soit 24% des
mères ayant ce revenu travaillent dans le secteur primaire
- Le revenu mensuel compris entre 60.000 et 120.000 Ar a été considéré comme
moyen Soit 19% des mères ayant ce revenu travaillent dans le secteur primaire
- Le revenu mensuel supérieur à 120.000 Ar a été considéré comme normal Soit
14% des mères ayant ce revenu travaillent dans le secteur tertiaire.

14
3.2. Evaluation de la pratique de l’AME :
Tableau n°6 : Répartition des mères selon la pratique de l’AME et leur âge :

Âge(ans) AME (+) AME (-) TOTAL


< 20 12 (7%) 13 (7%) 25 (14%)
20-24 20 (11%) 20 (11%) 40 (22%)
25-29 23 (13%) 25 (14%) 48 (27%)
30-34 15 (8%) 16 (9%) 31 (17%)
> 34 20 (11%) 16 (9%) 36 (20%)
TOTAL 90 (50%) 90 (50%) 180 (100%)

Dans notre zone d’étude, la prévalence de l’allaitement maternel exclusif chez les
enfants de 0 – 6 mois est de 50%. La proportion de mères qui pratiquent l’AME est
pratiquement la même, quelle que soit la tranche d’âge de la mère.

Tableau n°7 : Répartition des mères pratiquant l'allaitement immédiat après la naissance
selon l’âge de la mère :
Allaitement immédiat après la naissance
Âge(ans) OUI NON TOTAL
< 20 21 (12%) 4 (2%) 25 (14%)
20-24 34 (19%) 6 (3%) 40 (22%)
25-29 41 (23%) 7 (4%) 48 (27%)
30-34 26 (14%) 5 (3%) 31 (17%)
> 34 31 (17%) 5(14%) 36(20%)
TOTAL 153 (85%) 27(15%) 180 (100%)

Dans l’ensemble, 85% mères allaitent immédiatement après la naissance. Cette


proportion est relativement plus élevée chez les mères âgées de 25-29 mois (23%), et plus
faible chez celles âgées de moins de 20 ans (12%).

15
Tableau n°8 : Répartition de l'âge de l’ablactation :

Âge de l’ablactation Masculin Féminin TOTAL


(mois)
<2 12 (13%) 8 (9%) 20 (22%)
2-4 19 (21%) 26 (29%) 45 (50)%
5-6 14 (16%) 1 (12%) 25 (27%)
TOTAL 45 (50%) 45 (50%) 90 (100%)

Dans cette étude, 90 enfants ont reçu précocement des aliments ou des liquides avant 6
mois. Parmi eux, 22% ont été ablactés avant l’âge de 2 mois, 50% entre 2 - 4 mois et 27% ont
subit l’ablactation entre l’âge de 5 à 6 mois.
L'âge moyen de l’ablactation est de 3 mois. L'âge médian de l’ablactation est de 3
mois. La classe modale de l'âge d'ablactation est celle des 2 à 4 mois laquelle contient la
moitié des enfants.

Tableau n°9 : Répartition de l’AME selon le niveau d’Instruction


Niveau d’instruction AME (+) AME (-) TOTAL
Illettrée 9(5%) 16(9%) 25(14%)
Primaire 30(17%) 28(15%) 58(32%)
Secondaire 51(28%) 46(26%) 97(54%)
TOTAL 90(50%) 90(50%) 180(100%)

Parmi les 25 mères illettrées et 58 mères qui ont un niveau d’instruction primaire :
soit 22% pratiquent l’AME et 24% ne pratiquent pas l’AME.
Parmi les 97 mères ayant un niveau d’instruction secondaire, soit 28% pratiquent
l’AME et 26% ne pratiquent pas l’AME.

16
Tableau n°10 : Répartition de l’AME selon la profession
Profession AME (+) AME (-) TOTAL
Ménagère 25(14%) 24(13%) 49(27%)
Secteur primaire 34(19%) 30(17%) 64(36%)
Secteur secondaire 10(5%) 18(10%) 28(15%)
Secteur tertiaire 21(12%) 18(10%) 39 (22%)
TOTAL 90(50%) 90(50%) 180(100%)

Parmi les 49 mères ménagères, soit 14% pratiquent l’AME et 13% ne pratiquent pas
l’AME.
Parmi les 131 mères salariées soit 36% pratiquent l’AME et 37% ne pratiquent pas
l’AME.

Tableau n°11 : Répartition de l’AME selon le revenu mensuel


Revenu(en Ar) AME (+) AME (-) TOTAL
< 60.000 45 (34%) 20 (15%) 65 (49%)
60.000 - 100.000 22 (17%) 30 (23%) 52 (40%)
120.000 - 160.000 4 (3%) 5 (4%) 9 (7%)
> 160.000 3 (2%) 2 (2%) 5 (4%)
TOTAL 74 (56%) 57 (44%) 131 (100%)

Parmi les 65 mères qui ont un revenu mensuel moins de 60.000 Ar soit 34% pratiquent
l’AME et 15% ne pratiquent pas l’AME.
Parmi les 61 mères qui ont un revenu de 60.000Ar à 160.000 Ar soit 20% pratiquent
l’AME et 27% ne pratiquent pas l’AME.
Parmi les 5 mères qui ont un revenu plus de 160.000 Ar soit 2% pratiquent l’AME et
2% ne pratiquent pas l’AME.

17
Tableau n°12 : Répartition de l’ AME selon la source d’information

Source d’information sur l’AME AME (+) AME (-) TOTAL


Agent de santé public 49 (27%) 45 (25%) 94 (52%)
Agent de santé privé 28 (16%) 31 (17%) 59 (33%)
Autres 13 (7%) 14 (8%) 27(15%)
TOTAL 90 (50%) 90 (50%) 180 (100%)

Parmi les 153 mères qui ont reçu d’information sur l’AME par les agents de santé soit
43% pratiquent l’AME et 42% ne pratiquent pas l’AME.
Parmi les 27 mères qui ont reçu d’information sur l’AME par les autres que l’agent de
santé soit 7% pratiquent l’AME et 8% ne pratiquent pas l’AME.

3.3- Les facteurs déterminants de l’AME

Tableau n°13 : Age de la mère


Age de la mère AME (+) AME (-) OR (IC)
Moins de 30 ans 55(31%) 58(32%) 0.86 (0.43-0.57)
Plus de 30 ans 35 (19%) 32 (18%)
L’association entre l’âge de la mère et l’AME est significative et a un effet négatif.

Tableau n°14 : Niveau d’instruction


Niveau d’instruction AME (+) AME (-) OR(IC)
Illettrée et niveau Primaire 39 (22%) 44 (24%) 0.79 (0.43-0.57)
Niveau secondaire 51(28%) 46(26%)

L’association entre le niveau d’instruction et l’AME est significative et a un effet


négatif.

18
Tableau n°15 : Profession
Profession AME (+) AME (-) OR (IC)
Salariée 65 (36%) 66 (37%) 0.94 (0.43-0.57)
Ménagère 25 (14%) 24 (13%)
L’association entre l’AME et la profession est significative et a un effet négatif

Tableau n°16 : Revenu


Revenu AME (+) AME (-) OR (IC)
Moins de 120.000Ar 67 (51%) 50 (38%) 1.14 (0.48 - 0.64)
Plus de 120.000Ar 7 (5%) 6 (6%)
L’association entre l’AME et le revenu est significative et a un effet positif.

Tableau n°17 : Source d’information


Source d’information AME (+) AME (-) OR (IC)
Agent de santé 77 (43%) 76 (42%) 1.09 (0.43-0.57)
Non agent de santé 13 (7%) 14 (8%)
L’association entre l’AME et la source d’information est significative et a un effet positif

19
DISCUSSIONS
ET
COMMENTAIRES
IV- DISCUSSIONS ET COMMENTAIRES

Dans cette étude sur la pratique de l’allaitement maternel exclusif dans les communes
rurales du District d’Antananarivo Avaradrano, il ressort que :
- la prévalence de l’AME chez les enfants de 0-6 mois est de 50%
- le taux de mise au sein dans l’heure qui suit la naissance est de 85%
- l’âge moyen d’ablactation est de 3 mois ? soit 22% des enfants sont ablactés avant
l’âge de 2 mois
- les facteurs déterminants de l’AME sont : l’âge de la mère, le niveau d’instruction de
la mère, la profession de la mère et le revenu de la famille.

4.1- Prévalence de l’AME :

L’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de la vie est
universellement reconnu comme étant bénéfique aussi bien pour la mère et l’enfant (7).
Certains auteurs (24) ont également rapporté que l’AME est avantageux pour le
développement moteur des enfants de 0-6 mois. Cependant, dans notre zone d’étude, la
prévalence de l’allaitement maternel exclusif chez les enfants de moins de 6 mois correspond
à la moitié de celle recommandée par l’OMS. Elle est également plus faible que la prévalence
de l’AME à 6 mois, au niveau national, laquelle est de 67%.

Néanmoins, ce taux est meilleur par rapport au taux de l’allaitement maternel exclusif
(37 %) dans le monde (7).
A Cunningham (7) , la statistique sur les hospitalisations en pédiatrie, portant sur une
population de classe socio économique moyenne a relevé un pourcentage d’hospitalisation de
7,7 % chez les enfants de 0 à 4 mois nourris au lait de substitution contre 0,5 % chez les
enfants allaités exclusivement au sein de la même tranche d’âge.

L’AME a des effets protecteurs contre les infections gastro-intestinales, non seulement
dans les pays en développement, mais également dans les pays industrialisés (23). Dans les
pays développés, les enfants nourris exclusivement au sein ont un taux de maladie
diarrhéique trois fois moins élevé (7).

20
4.2- La pratique de l’allaitement immédiat après la naissance :

Scientifiquement, la montée laiteuse après la naissance dépend de la prolactine qui est


une hormone de la fabrication du lait. Elle est sécrétée uniquement quand le bébé prend la
tétée. En effet, plus les tétées sont fréquentes, plus la sécrétion lactée sera régulière.
Dans cette étude, plus de 80 % des mères allaitent immédiatement après la naissance. Ce taux
est très encourageant par rapport à l’EDS III qui rapporte que 62 % des mères allaitent
immédiatement après la naissance.
Sur ce point il faut encourager l’Hôpital Amis des Bébés jusqu’à ce que ce taux atteigne le
taux idéal.

4.3- Ablactation :

L’OMS et la PNN recommandent l’introduction d’aliment semi-solide dans


l’alimentation des enfants à l’âge de 6 mois. Cependant, dans cette étude, l’âge de
l’ablactation a lieu très tôt avant 6 mois. Le pourcentage d’enfants ablactés avant l’âge de 2
mois (22%) ce taux et plus élevé par rapport à celui mentionné, au niveau national, dans
l’EDS III (2003- 2004) soit 10.3%(3).

La majeure partie des décès des enfants dans le monde ont pour cause plus ou moins
directe à l’ablactation ( 7). Une statistique faite aux USA par le National Institue of
environnemental Health Science estime que sur 1000 enfants, 4 décès auraient pu être évité si
l’enfant avait été nourri exclusivement au sein (7). A Madagascar, 14 % des décès d’enfant
malagasy de moins d’un an sont attribuable à l’ablactation.

Ainsi, ces trois évaluations nous montre que la pratique inadéquate de l’allaitement
maternel exclusif risque d’augmenter la morbidité et la mortalité des enfants. En effet, il est
nécessaire de renforcer l’éducation nutritionnelle sur l’ablactation .

21
4.4- Les facteurs déterminants de l’AME
4.4.1- la profession et le revenu et niveau d’instruction de la mère

Les mères salariées qui ont un revenu inférieur à la moyenne sont contraints à la
pauvreté et pratiquent beaucoup l’AME .
La prévalence de la pratique de l’AME par ces femmes est de 51% , ce taux est moins
élevé par rapport à l’EDS. III 2003 – 2004 soit 55%.
Dans cette étude la prevalence de l’AME des mères moins instruites est de 22% qui est
moins élevé par rapport au taux national (55%).
Même si le taux dans les communes rurales du District d’Avaradrano est assez
satisfaisant, il est recommander d’encourager le lieu de Travail Amis des Bébés , de renforcer
et de créer un groupe de soutien pour la promotion de l’AME au sein de la collectivité.

22
RECOMMANDATIONS
V- RECOMMANDATIONS
Compte tenu des commentaires que nous avons formulés dans le paragraphe
précédent, pour promouvoir l’AME dans les communes rurales du District d’Avaradrano,
nous proposons :
- La Création d’un groupe de soutien au sein de la collectivité pour la promotion de
l’AME
- Le renforcement de l’éducation nutritionnelle
- La mise en place de « structures Amies des Bébés »

5.1- La création d’un groupe de soutien


- Un groupe de soutient pour l’allaitement maternel est un groupe qui fait la promotion
de l’allaitement maternel et qui soutient les mères allaitant.
- Le groupe aide également en donnant des conseils pour l’alimentation de compléments
et aide à la promotion des vaccinations, de planification familiale et la lutte contre les
carences en micronutriments.
- Il tient une réunion période des personnes qualifiées maîtrisant la technique qui
animeront les séances de réunions et les membres sont disponibles à aider les mères
allaitant si elles ont des problèmes ou les mères ayant des problèmes lors de
l’introduction des aliments de compléments.
- Les membres dans le groupe de soutient sont : les mères qui allaitent, les mères qui ont
déjà allaité, les futures mères, les formateurs pour les groupements féminins, les
membres des groupements féminines.

5.2- Le renforcement de l’éducation nutritionnelle


Dans cette étude, nous proposons également de poursuivre l’effort déjà entrepris en
matière d’éducation nutritionnelle, en mettant l’accès sur les trois points suivant :
L’IEC ciblé pour les femmes salariées ,et les femmes moins instruites
L’IEC sur la conduite de l’ablactation,
Et enfin d’apprendre la mère la façon d’exprimer le lait maternel pour nourrir le bébé
pendant que l’heure ou la mère travaille.

23
5.3- La mise en place des structures Amis Des Bébés
Tout les Etablissements qui assurent la promotion de l’AME plus précisément être des
Amis des bébés doivent suivre les dix lois de l’hôpital Amis des bébés.
- Le lieu de travail ami des bébés doit :
• Prolonger l’horaire d’allaitement soit une pause d’une heure jusqu’à ce que
l’enfant ait 15 mois.
• Adopter d’un horaire de travail flexible
• Créer une garderie pour les bébés
• Mettre en place au sein de l’entreprise des « salles de lactation » ou « espaces
bébés ».

5.3.2- Association des agents de santé en matière d’AME


- Former les agents de santé à maîtriser les étapes des changements des comportements
pour qu’ils puissent transmettre les messages appropriés aux besoins et aux intérêts
spécifiques de chaque mère.
- Doter des outils pour diffuser les messages.

5.3.3- Amélioration de l’environnement


- Les formations sanitaires doivent être agréables et attrayantes (Propres, calmes,
pleines d’ espaces vertes…)
- Temps d’attente court dans les formations sanitaires
- Agents de santé attirants (gentilles, portent une blouse propre).

24
CONCLUSION

L’allaitement maternel est très spécial. Aucune autre intervention n’offre autant
d’avantages que l’allaitement maternel exclusif jusqu’à l’âge de 6 mois.
Dans cette étude, les mères jeunes, les moins instruites, les mères salariées, les mères
qui ont de revenu inférieur à la moyenne, et les mères qui ne sont pas informées par les agents
de santé pratiquent moins de l’AME.
Malgré tout ces obstacles, la prévalante de l’allaitement maternel exclusif est dans
l’ensemble , assez satisfaisante et pourrait être améliorer par des activités d’éducation
nutritionnelle, la création des groupes de soutien pour l’AME, et la mise en place des
structures Amis des Bébés.
Les facteurs identifiés comme influant défavorablement sur la pratique de l’AME sont
relatifs à l’ablactation précoce dont l’étude sur les motifs de l’ablactation mériterait alors , a
notre avis, d’être approfondie ultérieurement.

25
RESUME

L’expérience acquise au cours de ces derniers décennies montre qu’il existe six
interventions nutritionnelles très rentables et applicables à grande échelle pour lutter contre la
malnutrition, l’une de ces six intervention est l’AME.
Cette étude de la pratique de l’allaitement maternel exclusif (AME) dans les
communes du District d'Avaradrano nous permet d'évaluer la pratique de l'AME, d'identifier
les facteurs déterminants de cette pratique, afin de mettre des recommandations, dans le but
de contribuer à l'atteinte des objectifs du millénaire sur l'amélioration de la santé de l'enfant.
C’est une étude descriptive rétrospective transversale. Le mode d’échantillonnage
utilisé est un mode aléatoire par sondage en grappes des 180 femmes résidentes et ayant des
enfants de 0 à 6 mois ; et les données sont collectée à partir d’une fiche d’enquête pré-testé.
En général, presque la majorité des mères pratiquent l’allaitement maternel exclusif
soient 50% .Dans l’heure qui suit la naissance, 85% des mères allaitent son bébé, mais après
plus précisément avant l’âge de 2 mois 22% des enfants sont ablactés.
Les facteurs qui ont des effets défavorables sur la pratique de l’allaitement maternel
exclusifs ne sont autres que les mères salariées dont 36 % seulement pratiquent l’AME,
parmi, les mères qui ne reçoivent pas des informations sur la pratique de l’AME, par les
agents de santé, seulement 7% pratiquent l’AME , et 5% des mères ayant un revenu plus de
160.000Ar pratiquent l’AME et 31% des jeunes et 22% des mères moins instruites pratiquent
l’AME .
Par conséquent, il est fort recommander de créer un groupe de soutien au sein de la
collectivité, de renforcer l’éducation nutritionnelle, de mettre des structures amis des bébés
(Hôpital et Lieu de Travail Amis des Bébés).
ANNEXES
ANNEXE I

CALCUL D’UN MODE D’ECHANTILLONNAGE ALEATOIRE

Le District d’Avaradrano est constitué par 14 communes et 209 fokontany, ayant une
population totale de 308.577. Ici, le sondage en grappe est fait dans les 14 communes.

D’abord, Calculons l’intervalle d’échantillonnage (IE)


Population totale 308.577
IE = --------------------------- = ---------------- = 10.285,9 soit environ 10286
30 grappes 30
Prenons au hasard un chiffre inférieur à l’IE qui est égale à 10 000,
Ensuite, cumulons ce chiffre au hasard avec l’IE et ainsi de suite jusqu’au 30 ème grappe pour
répartir et localiser le numéros de grappes à effectuer.

Tableau de répartition d’échantillonnage en grappes de raisin


Rang par grappe CH cumulés à l’IE
1 10 000
2 10 000 + 10 286 = 20 286
3 20 286 + 10 286 = 30 572 (et ainsi de suite)
4 40 858
5 51 144
6 61 430
7 71 716
8 82 002
9 92 288
10 102 574
11 112 860
12 123 146
13 133 432
14 143 718
15 154 004
16 164 290
17 174 576
18 184 862
19 195 148
20 205 434
21 215 720
22 226 006
23 236 292
24 246 578
25 256 864
26 267 150
27 277 436
28 287 722
29 298 008
30 308 294

Tableau de répartition des grappes par commune


Commune Population totale Population cumulée Nombres des grappes
Ankadikely 72 210 72 210 (1),(2), (3), (4), (5), (6), (7)
Sabotsy Namehana 38 197 110 407 (8), (9), (10)
Manandriana 6 443 116 850 (11)
Fieferana 5 544 122 394
Vilihazo 3 082 125 476 (12)
Talata Volonondry 18 262 143 738 (13), (14)
Ambohimanga rova 15 840 159 579 (15)
Ambohimalaza 11 114 170 692 (16)
Anjeva gara 7 548 178 240 (17)
Alasora 28 207 206 447 (18), (19), (20)
Masindray 13 261 219 708 (21)
Ambohimanambola 11 086 230 794 (22)
Ankadinandriana 16 384 247 178 (23), (24)
Ambohimangakely 61 399 308 577 (25), (26), (27), (28), (29), (30)
TOTALE 308 577
ANNEXE II
QUESTIONNAIRES AUPRES D’UNE FEMME ALLAITANTE AYANT DES
ENFANTS DE 0 A 6 MOIS

Section I : Identification de la fiche d’enquête


1. Date de l’enquête /___/___/___/
2. Lieu de l’enquête /_____________________________/

Section II : Renseignements sur la mère et l’enfant


3. Nom de l’enfant /_________________________________________/
4. Age de l’enfant (en mois) /_________/
5. Date de naissance de l’enfant /___/___/___/
6. Sexe de l’enfant : Masculin /___/
Féminin /___/
7. Profession de la mère /___________________________/
8. Revenu mensuel de la mère /_________________/

Section III : Alimentation de l’enfant


9. Allaitement au sein immédiatement après la naissance : Oui /___/
Non /___/
10. Allaitement maternel exclusif : Oui /___/
Non /___/
11. Si oui, Combien de tétée le jour ? /___/
Combien de tétée la nuit ? /___/
12. Si non, Type d’aliment complémentaire /___/
Age de l’introduction /___/

Section IV : Les facteurs déterminants l’allaitement maternel exclusif


13. Avez-vous déjà entendu parle de l’allaitement maternel exclusif ?
14. Si oui, quelle source d’information ?
15. Avez-vous fréquenté l’école ?
16. Si oui, Age de l’année d’étude ?
17. Où a lieu votre accouchement ?
BIBLIOGRAPHIE

(1) Organisation mondiale de la santé


(2) SIGS- Bureau de santé de District d’Avaradrano
(3) OMS / UNICEF, 1990
(4) modules pratiques pour le personnel de santé, Auto- apprentissage assisté – AEN,
Mars 2005 – 216 p.
(5) EDS III (2003 – 2004), extrait de l’OMS et de l’UNICEF
(6) Lawrence R. 1994. « Infant Feeding and Deaths Due to Diarrhea : A Case – Control
Study ». American journal of Epidémiology, 192 p.
(7) Labbock M et Hendershd G.1987. « Does Breast feeding Protect against
Malocclusion ? » American journal of Preventive Médecine, 4 p
(8) Gonzales R. 1990. « A large scale Rooming in Program in a Developing Country »
dans Proceedings of the Interagency Workshop on Health Care Practices Related to
Breastfeeding.M Labbok, M Mc Donnald, éditeu.Int’l journal of Gynecoogy and
Obstetrics, 31 p.
(9) Hartage P et al. »A Case Control Study of Epithelial Ovarian Cancer ». American
journal of Obstetrics and Gynecology. 161 p
(10) Kennedy K.1994. « Incidence de l’allaitement maternel sur la santé de la femme ». K
Cooney, M Labbok, éditeurs. Int’l journal of Gynecology and Obstetriccs, 47 p
(11) Ywan Y et al. 1989. »Risk Factors for Breast cancer in Chinese women in Sanghaî ».
Cancer Research, 48 p.
(12) Labbok M. 1989.UNICEF.
(13) BROUSSE (G), CAUMES (E), COT (M), et al. : Faut-il supplémenter en eau les
nourrissons nourris au sein exclusivement. Cah d’étude et de Rech. Francoph,
1989,2 8p
(14) RABEHAJA (A).
Allaitement maternel à Madagascar
SEMES Antananarivo Madagascar 1985
(15) DOH (A), AEBANGBA : étude comparée avec la date de lactation, l’âge et la parité.
Etud. Méd. 1984, 195 p
(16) LUMBROSO (D) : Les suites de couche : une période de bouleversement
physiologique. La prat. Méd. Gyn. Obst. Masson. 1985, 37 p
(17) MICHEL (S) : Aspects physiologique de l’allaitement maternel. Doss. D’obst, 1985,
121 p
(18) OMS
Quantité et Composition du lait maternel
Quantité et qualité du lait maternel
(19) Rapport sur une étude collectée de l’OMS, consacrée à l’allaitement au sein 1987, 6
8p
(20) FRANCOIS (A) , PHILIPPË ( G), allaitement maternel. L’essent. Méd de poche :
Elipsesn, 190, 336 p
(21) HERMIER (M), DESCOS : Les diarrhées chroniques du nourrisson et de l’enfant.
EMC Paris Pr. ped. 1989. 10 p
(22) JANSE.MAREC (J) : surveillance du post partum : Allaitement maternel, abcès du
sein phlébite, métrorragies, retour des couches.Rev.Prat.Paris. 1991, 88 p
(23) KRAMER (MS), KAKUMA (R). : Optimal duration of exclusive breastfeeding
(Coachrane review). Coachrane Database Syst Rev 2002;1: CD003517
(24) DEWEY (KG), COHEN ®, LANDA (LR), BROWN (KH): Effects of exclusive
breastfeeding for 4 versus 6 months on maternal nutritional status and infant motor
development : results on two randomized trials in Honduras. J Nutr 2001; 131:262-
7.
Nom et prénoms : VONJITSARA Aina Nikaria
Titre du mémoire : La pratique de l’allaitement maternel exclusif dans le District
d’Avaradrano
Rubrique : Santé Publique Nombre de pages : 25 Nombre de tableaux : 17
Nombre de figures : 04 Nombre d'annexes : 03
Nombre de références bibliographiques : 24
RESUME
Cette étude de la pratique de l’allaitement maternel exclusif (AME) dans les
communes du District d'Avaradrano nous permet d'évaluer la pratique de l'AME, d'identifier
les facteurs déterminants de cette pratique, afin de mettre des recommandations, dans le but
de contribuer à l'atteinte des objectifs du millénaire sur l'amélioration de la santé de l'enfant.
C’est une étude descriptive rétrospective transversale. Le mode d’échantillonnage
utilisé est un mode aléatoire par sondage en grappes des 180 femmes résidentes et ayant des
enfants de 0 à 6 mois ; et les données sont collectée à partir d’une fiche d’enquête pré-testé.
En général, presque la majorité des mères pratiquent l’allaitement maternel exclusif
soient 50% .Dans l’heure qui suit la naissance, 85% des mères allaitent son bébé, mais après
plus précisément avant l’âge de 2 mois 22% des enfants sont ablactés.
Les facteurs qui ont des effets défavorables sur la pratique de l’allaitement maternel
exclusifs ne sont autres que les mères salariées dont 36 % seulement pratiquent l’AME,
parmi, les mères qui ne reçoivent pas des informations sur la pratique de l’AME, par les
agents de santé, seulement 7% pratiquent l’AME , et 5% des mères ayant un revenu plus de
160.000Ar pratiquent l’AME et 31% des jeunes et 22% des mères moins instruites pratiquent
l’AME .
Par conséquent, il est fort recommander de créer un groupe de soutien au sein de la
collectivité, de renforcer l’éducation nutritionnelle, de mettre des structures amis des bébés
(Hôpital et Lieu de Travail Amis des Bébés).
Mots clés : AME, Ablactation,
Président du mémoire : Professeur RAMAKAVELO Maurice Philippe
Adresse de l'auteur : Lot AK 15 / 1 Ankadikely Ilafy