Vous êtes sur la page 1sur 30

CHAPITRE 6 

: DISTILLATEUR SOLAIRE

Introduction
Rechercher et produire de l’eau potable, à partir d’autres ressources naturelles, est
d’une extrême importance. Or, au voisinage de plusieurs régions, manquantes d’eau
potable, existe des sources d’eaux saumâtres contenant un certain pourcentage de sel, si
ce n’est l’eau de mer. Le dessalement des eaux saumâtres ou des eaux de mer par distillation
solaire est une opération très utilisée dans les régions arides, à l’échelle d’un petit
village ou même d’une famille. Plusieurs types de distillateurs solaires ont été réalisés,
les plus répandus sont ceux du type à effet de serre ; ils présentent l’avantage d’être simples,
faciles à réaliser, de conception rustique, et peu coûteux. Mais ils présentent le gros
inconvénient d’une production très faible d’eau potable (de l’ordre de 2,5 à 3 litres par
m² par jour).
La distillation solaire est une alternative intéressante en raison de sa simple
technologie,
sa non exigence d’une main-d'œuvre qualifiée pour des travaux de maintenance, sa
faible
consommation d'énergie pour ces travaux de maintenance et sa faible consommation
d’énergie, en plus l’implantation des unités de distillation ne demande aucune exigence
particulière.
Définitions :
 Le dessalement de l'eau également appelé dessalage est un processus qui permet de
retirer le sel de l'eau de mer ou des eaux saumâtres pour la rendre potable.
 Eau saumâtre est une eau salée non potable de salinité inférieure à celle de l'eau de
mer.

La plupart des eaux saumâtres contiennent entre 1 et 10 g de sels par litre. Ce sont parfois des
eaux de surface mais le plus souvent des eaux souterraines qui se sont chargées en sels en
dissolvant certains sels présents dans les sols qu'elles ont traversés.

 Eaux de mer : C’est une eau donc la concentration en sel ou alors la salinité est très
importante. La salinité moyenne de l’eau de mer est de l’ordre de 35 g/l, cependant
cette valeur varie fortement selon les régions et la saison : Mer Baltique : 7g/l, Mer
méditerranée : 36 à 39 g/l, Golfe Persique : 40 à 70 g/l, Mer morte : 270 g/l. [11]
 Eaux naturelles : Ce sont les eaux qui proviennent des lacs, fleuves, rivières et
nappes souterraines. Elles ont une composition chimique différente et parfois elles
sont polluées et impropres à la consumation. Elle représente près de 14% de l’eau
douce.
 Eau salée et l’eau douce :
La comparaison entre l’eau douce et l’eau salée est à cause de la salinité de chaque eau.
La salinité désigne la quantité de sel dissous dans l’eau, elle s’exprime soit en
pourcentage ou d’une concentration g/l, aussi l’eau salée a une plus grande densité que
l’eau douce . Les eaux salée « eau de mer, eau saumâtre » sont des eaux non potable
[14].
 Distillation :
La distillation consiste à évaporer l’eau de mer, soit en utilisant la chaleur émise par les
rayons du soleil, soit en la chauffant dans une chaudière. Seules les molécules d’eau
s’échappent, laissant en dépôt les sels dissous et toutes les autres substances contenues
dans l’eau de mer. Il suffit alors de condenser la vapeur d’eau ainsi obtenue pour obtenir
une eau douce consommable.

[11] Danis P. Dessalement de l’eau de mer, Techniques de l’ingénieur – J2700 [Livre]. Juin
2003.

[14] O.Halloufi" étude de la performance d’un distillateur solaire par un système de


préchauffage solaire de l’eau saumâtre ";magister en génie climatique Université
Mantouri Constantine 2010.
6. 1 ORIGINE ET HISTORIQUE DE LA DISTILLATION SOLAIRE
La distillation solaire a été utilisée depuis plusieurs siècles où :
En 1551, les premiers appareils pour distiller l’eau salée ont été conçus par les alchimistes
arabes ; c’est une certitude rapportée par Mouchot [9].
En 1862, le chimiste français Lavoisier a utilisé de larges lentilles en verre pour concentrer
les rayons solaires afin de distiller l’eau contenue dans des flacons [10].
En 1872, fabrication du premier distillateur solaire conventionnel de 5.000 m2 de surface à
Las-Salinas dans le nord du Chili par l’ingénieur suédois Carlos Wilson. A cause du
problème d’accumulation rapide des sels dans le bassin, la nécessité d’un nettoyage régulier
du distillateur a donné une fin de fonctionnement de ce dernier en 1910 [11].

En 1920, Kaush a utilisé des réflecteurs métalliques pour concentrer les rayons
solaires [11]. Au début des années 30, Trivinof avait proposé un distillateur incliné [12], et
en 1938 Abbot a utilisé des réflecteurs cylindriques paraboliques pour concentrer les
rayons solaires acheminés dans des tubes contenant de l’eau [12].

En 1945, invention d’un nouveau distillateur solaire type sphérique, où un grand nombre de
ce modèle a été utilisé pendant la 2ème guerre mondiale.
En 1952 l’université de Californie a commencé des investigations dont le but est d’étudier les
effets de certains paramètres affectant le rendement tels que la géométrie et les
différents matériaux d’isolation [13].
En 1953 Cyril Goméla a développé en Algérie une dizaine de types de distillateurs
solaires qui ont été ensuite testés et commercialisés à travers l’Afrique du nord, le
Sénégal et l’Australie [14].
Afin d’augmenter le rendement, Savornin et Le Jeune ont aussi étudiés d’autres types de
distillateurs solaires inclinés.
En 1960 trois grandes stations de distillateurs solaires ont été construites en Tunisie.
En 1962 le groupe d’énergie solaire de l’Agence Tunisienne de l’Energie Atomique, a
étudié activement la distillation solaire.
Entre 1963 et 1967 le CSIRO d’Australie (Common Wealth Sientific and Industrial
ResearchR Organization) a construit et testé plus de 8 distillateurs dans le but
d’améliorer l’efficacité par l’étude de l’effet de certains paramètres[15].

En 1969 Cooper a proposé une simulation pour étudier les performances d’un
distillateur solaire à effet de serre [16]

[9] A. Maurel. Dessalement de l'eau de mer et des eaux saumâtres : Et autres procédés non
conventionnels d'approvisionnement en eau douce, Tec & Doc Lavoisier, 2006.
[10] A.A.S. Malik, G.N. Tiwari, A. Kumar and M.S. Sodha, Solar Distillation, Pergamon
Press, Oxford, England, 1982.
[11] A.A. Sfeir and G. Guarracina, Ingénierie des Systèmes Solaires, Applications à l’Habitat,
Technique et Documentation, Paris, 1981.
[12] M. Telks. Solar Distiller for Life Rafts, Office of Science, USA, 1945.
[13] E.D. Howe and B.W. Theimat, Twenty Years of Work on Solar Distillation at the
University of California, Solar. Energy, 16 (1974) 97–195.
[14] L.G. Savornin, Etude sur l’Evaporation et la Condensation de l’Eau dans les Distillateurs
Solaires, Application Thermique de l’Energie Solaire dans le Domaine de la Recherche et de
l’Industrie, Colloques Internationaux, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS),
1961, 589–600. Bibliographie et webgraphie 110.
[15] E. Delyannis, The patros solar distillation plant, Sol. Energy, 12 (1968) 113–115.
[16] P.I. Cooper, Digital simulation of transient solar stills process, Sol. Energy, 12 (3) 313,
(1969)
6.2 Distillation solaire
L’utilisation de l’énergie solaire pour le dessalement de l’eau a été envisagée dès 1872
dans le Nord du Chili. La première usine mondiale de distillation solaire fut construite par
Carlos Wilson en 1873 [10]. Depuis des milliers de distillateurs solaires fonctionnent à travers
le monde et dont la majorité pour un usage domestique et industriel. Suivant le climat et la
saison, ils peuvent produire de 2 à 6 litres d’eau distillée par mètre carré par jour.

6.2.1 Etat de l’art des travaux antérieurs


Depuis les années 70, plusieurs types de distillateurs ont été élaborés et étudiés afin
d’améliorer le rendement en eau distillée. Parmi lesquels, nous pouvons citer :
 Le distillateur à effet multiple [11]
 Distillateur solaire à cascade [13]
 Distillateur solaire à effet de serre hot-box [15]
Akash et al. [16] ont étudié expérimentalement l’efficacité d’un distillateur solaire à
différents angles d’inclinaison de couverture : 150, 250, 350, 450 et 550. Ils ont remarqué que la
production en eau douce est maximale pendant le mois de Mai pour un angle d’inclinaison de
350. Ce dernier correspond à l’inclinaison optimale.
Les résultats expérimentaux obtenus prouvent que la salinité de l’eau affecte la production de
distillat, elle diminue avec l’augmentation de la salinité. L’effet de la profondeur d’eau a été
également étudié dont la production de l’eau diminue avec l’augmentation de la profondeur
d’eau dans le distillateur.
6.2 La distillation
Le procédé de distillation utilise le même principe que celui du cycle hydrologique naturel
de l’eau avec changement de phases. Il consiste à faire chauffer l’eau salée pour accélérer son
évaporation, condenser cette vapeur et récupérer le condensat. L’inconvénient majeur de ce
procédé est la consommation importante en énergie due à la valeur élevée de la chaleur de
vaporisation de l’eau Pour remédier à ce problème, plusieurs techniques ont été mises
au point telles que la distillation à détente étagées connue sous le nom de multi- stage
flash distillation (MSF), la distillation à multiples effets connue sous le nom multi-effet
distillation (MED) et la distillation solaire.
6.3 Définition
La distillation solaire est une technique qui utilise le rayonnement solaire pour chauffer De
l’eau saumâtre dans un bac couvert par une vitre inclinée [8]. L’eau salée dans le bac va se
chauffer (d’autant plus vite que le bassin est noir) et avec l’augmentation de Température une
partie de l’eau s’évapore et la vapeur d’eau se liquéfie sur la surface intérieure de la
vitre transparente.
Éventuellement des gouttes d’eau vont se former, couler sur la surface de la vitre et Tomber
dans le récupérateur situé au coin. Il faut régulièrement nettoyer le bassin pour
éliminer le sel, voir la figure 6.1.
Figure 6.1: principe de construction et de fonctionnement d’un distillateur solaire [8]
[8] http://fr.ekopedia.org/wiki/Dessaleur_solaire. "Dessaleur Solaire", Licence Art Libre
V1.2., 2006.
6.4 Principe du distillateur solaire
Le distillateur solaire est le procédé de dessalement le plus ancien et le plus
simple puisqu'il utilise l'énergie du soleil pour distiller l'eau. Ce procédé élimine également
les impuretés telles que le sel, les métaux lourds et les micro-organismes. Les
distillateurs solaires utilisent tous le même principe de fonctionnement néanmoins, ils
peuvent différer les uns des autres en conception et en matériau. Le distillateur solaire
est composé d'une serre de verre fermée et exposée au soleil. C’est un basin isolé a parois
adiabatiques dont le font noirci contient une quantité d'eau, il est coiffé d'un couvercle
transparent, généralement du verre et exposée au soleil. L'eau à dessaler est conduite dans la
serre, l'épaisseur de l'eau étant de quelques centimètres. Le rayonnement ultra-violet solaire
traverse le toit de verre et est absorbé en grande partie par l’eau et le fond du bac
noirci, pour être converti en énergie thermique.
Comme les parois sont hermétiquement closes, l’intérieur de la serre s’échauffe et émet
un rayonnement infrarouge. Le verre étant opaque aux rayons infrarouges de grandes
longueurs d'ondes, ce rayonnement ne peut pas sortir et son énergie fait élever la température
de l'air intérieur de la serre, surchauffé et saturé en vapeur d'eau qui finit par se condenser au
contact de la paroi en verre. La température du couvercle qui baigne dans l'air atmosphérique
étant inférieure à celle du mélange air- vapeur d'eau, il se produit une condensation
de la vapeur d'eau sur la surface du couvercle incliné. Le condensat (eau douce) descend par
gravité le long de la paroi pour être recueilli en bas du vitrage [9].
[9] A. Maurel. Dessalement de l'eau de mer et des eaux saumâtres : Et autres procédés non
conventionnels d'approvisionnement en eau douce, Tec & Doc Lavoisier, 2006.
Figure 6.1 : Principe de construction et de fonctionnement d’un distillateur solaire simple à
effet de serre [8]
6.4 Principe de fonctionnement d’un distillateur solaire
La distillation solaire est un phénomène naturel, elle a le même principe du phénomène real
qui se déroule dans la nature, où le rayonnement solaire incident sur l’eau de la mer (ou
l’Océan, le lac, la rivière) chauffe cette eau, cette dernière s’évapore et s’élève haut. Puis cette
vapeur se transporte par intermédiaire du vent jusqu’à elle arrive à endroit plus froid, donc
elle se condense et les nuages se forment. Après çà il peut être la pluie ou la neige. (voir fig.
(3-1) )
Le principe de fonctionnement d’un distillateur solaire est le suivant fig.(3-2) :
 Le rayonnement solaire chauffe l’eau salée qui se trouve dans le distillateur.
 L’eau salée s’évapore.
 Cette vapeur se transporte par convection naturelle vers le toit du distillateur (verre).
 Elle se condense sur le verre et s’écoule suivant un film mince.

6.5 Revue littéraire des différentes méthodes utilisées pour l’amélioration de la


productivité des distillateurs solaires
6.5.1 Principe de la distillation solaire
Un distillateur solaire est un dispositif qui est largement utilisé dans le processus de
dessalement solaire pour produire de l'eau potable à partir de l'eau saumâtre et de l'eau saline
en utilisant l'énergie solaire. Ce même distillateur solaire procure d’un dispositif très simple,
facile à fabriquer et ne nécessitant que peu d'entretien, il est économique et non familièrement
utilisé en raison de sa plus faible productivité [32, 33]. Plusieurs systèmes de
distillation solaire ont été développés au fil des années selon le principe cité
auparavant pour la purification de l'eau dans de nombreuses régions du monde.
Beaucoup de chercheurs ont effectué des travaux sur la distillation solaire. Malik et al. [34]
ont effectué des travaux sur un distillateur solaire de type passif. Tiwari et al. [10] ont réalisé
une étude portant sur l'état des systèmes de distillateurs solaires passifs et actifs, ils ont conclu
que les distillateurs solaires de type passifs et à double pente peuvent être économiques afin
de fournir de l'eau potable pour les zones enclavées. Murugavel et al. [35] ont réalisé une
étude sur l'augmentation de l'efficacité d’un distillateur solaire à simple conception en
utilisant les méthodes passives. Ils ont conclu que le stockage de l’énergie est
subordonné à la matière utilisée dans la
construction de l’unité de distillation, et que la réduction de la profondeur de l'eau de bassin

augmente la productivité des distillateurs solaires. Sampath Kumar et al. [36] ont élaboré une

étude détaillée sur la distillation solaire active, où Ils ont mis en place une étude théorique et
une modélisation pour les distillateurs solaires actifs. Ayush et Varun [37] ont
également
révisé et examiné certains types de distillateurs solaires. Velmurugan et Srithar [38]
ont
étudié les différents facteurs qui influent sur la productivité des distillateurs solaires. Kabeel
et El-Agouz [39] ont également étudié et poursuivi le développement du processus de
la distillation solaire. Néanmoins, il n’y a pas d'étude particulière effectuée sur les
distillateurs
solaires à multiple effet, en particulier l’étude sur l'effet d’un bassin supplémentaire à multiple
effet de mèche, à multiple effet de diffusion ou à plusieurs étages. Ceci dit, les
travaux élaborés, jusqu’à présent, sont entièrement axés sur l'effet multiple des distillateurs
solaires
6.5 Amélioration de la Productivité des distillateurs solaires
On présente une revue des différentes méthodes réalisées pour améliorer la productivité
des distillateurs solaires à simple ou à multiple effets, par conséquent, toute
amélioration certaine de la production doit passer par l’activation du phénomène
complémentaire de
l’évaporation –condensation
Théorie de l’évaporation
Dans les distillateurs solaires, les vapeurs sont produites par un processus d’évaporation
qui est un phénomène de surface, contrairement à l’ébullition qui se produit dans tout
le liquide. A une température et pression sous le point d’ébullition, la pression de
vapeur est faible et la pression à l’intérieur du liquide est égale à la pression
atmosphérique plus la pression du liquide. Des bulles de vapeur d’eau ne peuvent donc pas
se former. Par contre, au point d’ébullition, la pression de vapeur saturée est égale à la
pression atmosphérique, des bulles se forment, et la vaporisation se produit alors dans
tout le volume du liquide. Les facteurs contribuant à optimiser l’évaporation des
particules d’eau sont donc différents des facteurs reliés à l’ébullition. Le phénomène
d’évaporation de l’eau s’explique par des molécules situées en surface qui possèdent
assez d’énergie cinétique pour s’échapper du liquide. L’énergie nécessaire pour
surpasser les forces d’attraction du liquide et s’évaporer s’appelle la chaleur latente
d’évaporation. Si le phénomène se produit dans un environnement fermé, l’évaporation se
produira jusqu’au point de saturation de la vapeur avec un équilibre entre l’évaporation des
molécules et la condensation des vapeurs. La pression de saturation de vapeur dépend de la
température de l’eau [40].

6.6 Facteurs affectant l’évaporation de surface


Plusieurs travaux ont étudié les facteurs affectant l’évaporateur dans les unités de
distillation par détection des paramètres naturelles, ou par modification dans le design
du distillateur solaire, Sartori [41], en comparant le comportement thermique des
distillateurs solaires traditionnels (appareil fermé avec couvercle transparent) aux
évaporateurs ouverts (de type bassin ouvert), a trouvé que même si la température était
beaucoup plus haute dans les distillateurs solaires, la capacité d’évaporation était plus
importante dans les évaporateurs ouvert. Selon le même auteur, les facteurs permettant
d’augmenter le phénomène d’évaporation dans un distillateur solaire sont respectivement
l’augmentation en conséquence de l’écart de température entre la surface d’évaporation et
l’air ambiant, l’augmentation de la vitesse du vent et une faible valeur de l’humidité relative.
Une expérience a été réalisée pour affirmer que l’accélération du mouvement de l’air par un
ventilateur augmente l’évaporation si en poursuivant le mouvement de l’air chaud provenant
de l’évaporation de l’eau dans un distillateur solaire [42], de ce fait la production du
distillateur solaire augmente automatiquement. Suneja et Tiwari [43] ont prouvé que
l’augmentation de la profondeur de l’eau induit à une diminution de l’évaporation dans
l’unité de distillation, donc il est nécessaire de fournir une quantité d’énergie
suffisante pour chauffer l’eau jusqu’à une température d’évaporation. Un autre facteur
important qui peut améliorer le phénomène d’évaporation est l’augmentation de la surface
de l’évaporation de surface tout en maintenant le même volume d’eau et la même quantité de
radiation solaire [44]. Ceci s’explique qu’un élargissement de la surface d’évaporation
conduit à fournir plus de quantité de molécules situées à la surface de l’eau et qui sont
aptes à s’évaporer.
6.7 Facteur affectant la condensation

Le phénomène de condensation dans une unité de distillation est un


phénomène complémentaire inévitable qui est déduit à partir de la basse température de la
vitre, ou plutôt de la plus grande différence possible entre la température des vapeurs et celle
de la vitre, la condensation est restée comme une préoccupation majeure pour la plupart des
chercheurs. Sartori [41], le confirme par le résultat qu’il a trouvé et indiquant que
l’effet de cette différence de température influe sur le taux de distillation. Suneja et tiwari
[43], dans leurs travaux, ont étudié l’augmentation dans le taux de condensation de la
vitre par l’abaissement de sa température, et ce en faisant couler de l’eau fraiche sur la partie
extérieure de la vitre, où une augmentation de la production d’eau distillée a été constatée.
Cooper [45] a conclu dans son expérience qu’une augmentation de la vitesse du vent fait
augmenter la condensation par l’abaissement de la température de la vitre, où une
augmentation de l’eau distillée a été obtenue. D’autres travaux ont mis en évidence que la
condensation peut aussi être optimisée par la modification de l’angle d’inclinaison de la vitre
[46, 47].

6.8 Avancées de la distillation solaire


De nombreux auteurs ont proposé auteurs des modèles théoriques décrivant les
différents phénomènes thermiques qui accompagnent le processus de distillation et permettant
ainsi et permettant ainsi de mieux comprendre le fonctionnement mieux comprendre le
fonctionnement des distillateurs solaires.
P. I. Cooper [6] a décrit une méthode de simulation numérique pour traiter un
modèle mathématique préliminaire décrivant le fonctionnement d’un distillateur à double
pentes. Dans ce modèle, le bilan thermique a été établi pour la couverture transparente et la
saumure. Les formules mathématiques qui donnent les coefficients de transfert de chaleur et
de masse par convection, par rayonnement et par évaporation ont été également
présentées. La méthode des différences finies a été choisie pour la résolution du modèle
mathématique avec un maillage de 24 éléments.

H. S. Kwatra [7] a simulé un distillateur solaire avec une surface d'évaporation


élargie afin d'établir la relation quantitative entre la surface d'évaporation et le
rendement de distillation. Les résultats ont montré un gain de l'ordre de 19,6% lorsque
la surface d'évaporation est multipliée par quatre et un gain très faible lorsque la surface
d’évaporation est doublée.

Z. Hongfei et al [8] ont développé un ensemble de corrélations pour calculer le


taux d’évaporation dans un distillateur solaire. Ces corrélations fournissent de
meilleures prédictions pour une gamme de nombre de Rayleigh de 3,5×103 à 2,26×107
et une température de l'eau comprise entre 35°C et 86 °C.

G.N. Tiwari et al [9] ont donné une évaluation théorique des températures de l’eau et
de la vitre, de la production journalière et de l’efficacité pour deux systèmes de distillation (un
système passif et un autre actif). L’étude est basée sur le bilan thermique des deux systèmes,
dont les coefficients de transfert de chaleur dépendent de la différence de température entre
l'eau et le côté intérieur de la couverture transparente, de la forme et du matériau de
la couverture du distillateur solaire.

J.W. Bloemer et al [16] dans leur étude ont montréque des considérations
économiques pour construire un distillateur solaire sont prise en compte et avancent que:
• Le coût énergétique de la distillation solaire est négligeable, la source d’énergie est
gratuite et la distillation solaire ne nécessite pas de sources d’énergies supplémentaires.
• Le distillateur peut être construit sur place en utilisant une main-d'œuvre non qualifiée ou
semi-qualifiée.
• L’exploitation et la maintenance peuvent être effectuées par des personnes ayant peu de
formation technique.
• Le coût nécessaire pour produire 1000 gallons d’eaupotable (1 gallon équivaut à 3,78533
litres) est de 3$.

P.I. Cooper [17] a étudié l’effet de la formation des couches de sel dans le
bassin du distillateur sur l’absorption du rayonnement solaire. D’après l’auteur, ces couches
de sel ont une capacité réfléchissante très importante, il en résulte un effet négatif sur la
production de l’eau. Une méthode d'évaluation quantitative de l'effet de ces couches de sel a
été présentée en prenant en compte les caractéristiques d'absorption d'eau.
L. Cherrared et al [18] ont montré l’influence de la nature du vitrage (verre, plexiglas)
sur la production d’un distillateur solaire de type ‘‘Hot-Box’’ (Figure I.5). Les résultats
obtenus ont permis de conclure que le verre reste le vitrage le plus adéquat malgré que la
production
du distillateur en plexiglas (2,63 l/jour) soit légèrement plus élevée à celle du verre
(2,23 l/jour). L’installation en plexiglas nécessite une maintenance plus fréquente
déformation du plexiglas, étalage d’amidon sur la surface, emplacement de supports,
décollement des extrémités, etc...), ce qui conduit à un prix de revient d’un litre d’eau
distillée trop cher.

Figure I.5 Distillateur solaire Hot Box


R. Tripathi et al [19] ont montré dans leur étude que les coefficients de
transfert de chaleur par convection au sein du distillateur (pour les cas actif et passif),
diminuent avec l’augmentation de la profondeur de l'eau. Cette diminution est due à
un abaissement de la température de l'eau dans le bassin à cause de l’effet de l’inertie
thermique.

A.K. Tiwari et al [20] ont déterminé une relation pour prédire les coefficients de
transfert de chaleur par convection et par évaporation pour une surface de condensation à
différentes inclinaisons (15°, 30° et 45°). Il a été constaté qu'un rendement plus élevé est
obtenu lorsque l’inclinaison de la vitre est de 30°.

R. Mamlook et al [22] dans une étude sur les principaux facteurs qui peuvent
influencer
le rendement d’un distillateur solaire ont conclu que:
• L'augmentation de la température ambiante de 24,5 °C à 29 °C accroît la productivité de
16%.
• Si la vitesse du vent augmente de 3,1 m/s à 5 m/s, la productivité croît de 15%.
• Lorsque la profondeur de l'eau diminue de 3,5 cm à 2 cm, la productivité est augmentée de
25,7%.
• Le couplage du distillateur avec un capteur augmente la production de 37% par rapport à
un distillateur qui travaille seul dans les mêmes conditions.
• L’augmentation du rayonnement solaire de 720 W/m2 à 840 W/m2 accroît la productivité
du distillateur de 56%.

O.O. Badran [23] a montré que l’utilisation de l'asphalte dans la construction du bassin
d’un distillateur solaire a conduit à une importante amélioration de la production de l’eau.
Une augmentation de 29%.

P.T. Tsilingiris [26] a développé une méthode pour déterminer les propriétés
thermodynamiques correspondant à un mélange saturé,influençant le processus de transfert de
chaleur et de masse au sein du distillateur solaire. L’auteur a constaté si le fluide dans le
distillateur était supposé de l’air sec, il en résulterait une estimation exagérée du coefficient de
transfert de chaleur par convection. En particulier pour les températures de
fonctionnement les plus élevées, les écarts associés aux débits massiques sont environ
de 10% d’erreurs (comparable à l'utilisation des propriétés du mélange saturé).

A. Trad et al [27] ont étudié l’effet de l’orientation du distillateur sur le


processus de distillation par la réalisation d’une étude comparative entre deux types de
distillateurs solaires, un distillateur à double pentes symétriques et un autre à double pentes
asymétrique. Ils ont constaté que :
 Pour l’orientation Sud-Nord, le rendement d'un distillateur à double pentes
symétriques est plus élevé que celui d'un distillateur à double pentes asymétrique avec
une augmentation de 22,57%.
 Pour l’orientation Est-Ouest, le rendement d'un distillateur à double pentes
symétriques reste toujours plus élevé que celui d'un distillateur à double pentes
asymétrique avec une augmentation de 16,23%.
 Quel que soit l’orientation du distillateur (est-ouest où nord-sud), une inclinaison de
10° et une profondeur de l’eau de 0,02 m, sont les valeurs optimales pour le
fonctionnement du distillateur solaire.

La productivité limitée de l’eau potable reste le point faible du distillateur solaire


simple. Pour cela plusieurs modèles de systèmes de distillation solaire ont était élaborés.
N. K. Dhiman [29] a effectué une comparaison entre le fonctionnement d’un
distillateur sphérique et un autre à une seule pente après avoir donné un modèle
théorique pour le distillateur sphérique. Les résultats fournis par cette étude ont montré que
la production du distillateur sphérique est meilleure que celle du distillateur à une seule
pente avec une amélioration de 30%.
A. Chaker et al [30] dans le cadre de leur travail ont porté une attention particulière
aux efficacités globale et interne d'un distillateur solaire sphérique

I. A1-Hayek et al [32] ont montré qu’un distillateur de type à effet de serre


avec une géométrie asymétrique ayant des miroirs sur les murs intérieurs est plus
efficace que le distillateur de type à effet de serre avec une géométrie symétrique,
(l’amélioration de la productivité de l’eau est de 20%).

A. Khedim et al [33] ont fait des mesures thermodynamiques pour étudier un système
de distillation d’eau de mer à étages multiples avec récupération de chaleur. Cette
configuration
permet d’obtenir le meilleur rendement, lorsque l’énergie thermique est plusieurs fois
récupérée. Les résultats obtenus montrent qu’un distillateur de cinq étages fournit un
bon rendement lorsque l’étage inférieur atteint une température avoisinant les 100°C au
maximum, et la différence de température entre les étages varie entre 6 et 10°C. Dans ce cas
le débit d’eau distillée de ce système est 4,0 kg/h, soit une production journalière de 30 kg
correspondant à une énergie d’alimentation de 10,25kW/h.

Un distillateur solaire à vitre hémisphérique (Figure I.10) a été élaboré et testé par
B. Ismail [35]. L’auteur a constaté que la production journalière de ce distillateur est de 2,8 à
5,7 l/m2 et que son efficacité pouvait atteindre une valeur de l’ordre de 33%. Il a par ailleurs
constaté que lorsque la profondeur de l’eau du bassin passait de 12 à 18 mm (soit
une augmentation de 50%) l'efficacité moyenne du distillateur a diminué de près de 8%.
Figure I.10 Distillateur solaire hémisphérique.

S. Abdallah et al [36] ont estimé l’amélioration apportée à la production de l’eau


après
avoir introduit quelques modifications sur le distillateur conventionnel. Ainsi l’ajout
d’un miroir interne ou l’utilisation d’un bassin à cascade (Figure I.11) pouvait conduire
à une amélioration du rendement du distillateur allant jusqu’à 30% dans le premier cas
et 180% dans le second.

Figure I.11 Bassin à cascade

M. Abu-Arabi et al [37] ont étudié trois types de distillateurs solaires, (à double


effets
(Figure I.12), à double pentes avec refroidissement de la vitre et un distillateur
conventionnel). La comparaison de la production journalière des trois types de distillateurs
dans les mêmes conditions de fonctionnement, a montré que le distillateur à double effet a
une productivité de 70% plus grande que celle du distillateur conventionnel. Alors que
le refroidissement de la vitre du distillateur à double pentes diminue la production de 14%.

Figure I.12 Distillateur à double effets.

Pour augmenter l'évaporation de l'eau dans le bassin d’un distillateur simple, V.


Velmurugan et al [45] ont introduit deux types de modifications sur un distillateur
simple (Figure I.18). En dotant le bassin d’ailettes ou enplaçant des cubes d’éponge dans ce
dernier il a été constaté une augmentation de 45,5% et 15,3% respectivement dans les
premier et second cas.

Figure I.18 Distillateur modifiée (a) Ajout d’ailettes (b) Ajout de cubes d’éponge.
Afin d’améliorer la productivité d’un distillateur, d’autres auteurs ont conduit des
études
sur des systèmes solaires de distillation hybride. Le distillateur simple est alors associé
à d’autre dispositifs afin d’augmenter la quantité d’énergie reçue.
S. N. Rai et al [46] ont montré que la production journalière moyenne d’eau distillée
d’un distillateur à une seule pente couplé avec un capteur plan est de 24 % plus élevée que
celle du distillateur seul.

O.O.Badran et al [47] ont prouvé que le couplage d'un capteur solaire avec un
distillateur (Figure I.19) améliore la productivité de 36%, alors que T. Rajaseenivasan
et al [48] ont trouvé que le préchauffage améliore la production de 60% par rapport
à un système qui fonctionne sans préchauffage.

Figure I.19 Système couplé Distillateur-Capteur


2.3 Travaux scientifiques
De nombreux nouveaux modèles (configurations) de distillation solaire ont été
menés récemment. L’objectif des sous–sections II.3.1 et II.3.2 est d’illustrer quelques données
utiles sur des types de distillateurs solaires à petite et à grande échelles fonctionnant en mode
passif et actif.

2.3.1 Système de distillation solaire à petite échelle en modes passif et actif


L’étude paramétrique de Pal et Rahul (2018) a pour but d’analyser la
performance d’un distillateur solaire à simple pente expérimentalement. Le système consiste
d’un bassin de 1 m2 avec des surfaces transparentes (c.à.d. la surface frontale et ainsi que
les deux autres côtés, tandis que la surface en arrière étant opaque). La hauteur du
coté frontal est de 0,12 m tandis que la hauteur de l’arrière-plan est de 0,587 m. La surface
transparente (ou surface de condensation) ayant 0,103 m × 0,103 m avec une épaisseur
de 0,004 m et inclinée de 20° suivant latitude. Les modifications introduites sur ce
système (c.à.d. seules les surfaces frontale et ainsi que les deux autres cotés sont
transparentes) rapportent une augmentation de la performance. Les résultats indiquent
que le système fabriqué peut produire 3200 ml/m 2 /j et 2756 ml/m2 /j à des profondeurs
d’eau de 1 et 2 cm, respectivement c’est-à-dire 14 % d’augmentation en distillat.

Une investigation expérimentale menée par Narayana et Raju (2018) dont le but est
de comparer la capacité de production du condensat de deux systèmes de distillation
solaires similaires en conception et en frome (distillateurs solaires ayant une seule
pente). En revanche, le deuxième système a été combiné avec un collecteur solaire plat. Les
expériences ont été menées à l’air libre sous les conditions climatiques côtières de
Kakinada (16°93’N, 83°33’E), Andhra Pradesh, en Inde. Le système sous test est constitué
d’une vitre inclinée de 30° et d’un bassin de 1 m 2. Le collecteur solaire est de 2 m2 de surface
effective. Les résultats révèlent que 0,04 m de couche d’eau dans le bassin représente la
valeur optimale. En outre, il est observé que le débit d’eau et la variation du coefficient de
transfert de chaleur intérieur ont un effet clair sur la productivité du système. Le
système actif montre une production maximale à 0,04 m et 1,5 l/mn de profondeur d’eau et
de débit, respectivement c.à.d. 57,55 % d’amélioration constatée.

Type de distillation solaire :


Les procèdes de dessalement par distillation utilisant l’énergie solaire sous
forme thermique sont :
II.5.1. Distillateur solaire à multiples effets :

Ce procédé est basé sur le principe de l'évaporation, sous pression réduite, d'une partie
de l'eau de mer préchauffée à une température variant entre 70 et 80 °C. L'évaporation de l'eau
a lieu sur une surface d'échange. La vapeur ainsi produite dans le premier effet est
condensée pour produire de l'eau douce dans le deuxième effet, où règne une pression
inférieure, ainsi la chaleur de condensation qu'elle cède permet d'évaporer une partie de
l'eau de mer contenue dans le deuxième effet et ainsi de suite [17]. La multiplication du
nombre d'effets est un paramètre de réduction de la consommation.
[17] Alain Maurel. "Dessalement de l’Eau de Mer et des Eaux Saumâtres", Technique &
Documentation, Paris, France,2001.
Distillateur solaire à effet de serre :
La distillation solaire est une technique qui utilise le rayonnement solaire pour
chauffer de l’eau saumâtre dans un bac couvert par une vitre inclinée. L’eau salée
dans le bac va se chauffer, Avec l’augmentation de la température une partie de l’eau
qui a reçue suffisamment d’énergie (exactement la chaleur latente de vaporisation) s’évapore
et cette dernière se liquéfie sur la surface interne de la vitre [17].
Eventuellement des gouttes d’eau vont se former, couler sur la surface de la vitre
et qui finissent par tomber dans le récupérateur situé au coin. Plusieurs types de
distillateurs solaires ont été réalisés suivent ce principe, les plus répandus sont ceux du type à
effet de serre car ils présentent l’avantage d’être simples, faciles à réaliser, de conception
rustique, et peu coûteux. Parmi ces derniers on distingue deux types :
 Les distillateurs statiques : Ce sont des distillateurs dont la nappe d’eau à
distiller est immobile.
Les principales géométries rencontrées sont représentées ci-dessous
 Distillateur plan à pente unique :
Le distillateur solaire plan à simple pente est considéré comme le distillateur le plus
simple et le plus reconnu dans le monde. Il est constitué d’un absorbeur sous forme de bassin
horizontal, et rempli d’eau salée ou saumâtre (3) manuellement (6) ou de manière
automatique par un système à flotteur et couvert d’une vitre transparente en verre, inclinée
d’un certain angle pour être exposé au maximum de la radiation solaire. Sous l’action de flux
solaire (8) traversant la vitre supérieure (4) chauffe l’eau (3) jusqu’à son point d’évaporation.
La vapeur d’eau produite se condense sur la vitre relativement plus froide. La vapeur
produite se condense sur la face intérieure relativement plus froide de la vitre. Celle-ci, en
pente légère (inclinaison de la vitre), conduit l’eau distillée vers un canal de collection

Condensation
de distillat (5) et puis vers un récipient (ou un réservoir) de stockage (10). Afin de réduire les
pertes de chaleur vers l’extérieur les parois latérales et inferieur sont isolées.

Evaporation

Eau salée
Fig. II.1. Distillateur à simple pente

1 : Couche d’isolation, 2 : Bassin, 3 : L’eau saline, 4 : Couverture transparente, 5 : Collection,


6 : Alimentation, 7 : Drainage, 8 : Radiation solaire, 9 : Conduite de collection du
distillat, 10 : Réservoir, 11 : Valve.
 Distillateur solaire à double pente
Le distillateur solaire à double pente (Fig. II.2) est une extension du distillateur solaire
à pente unique. C’est un distillateur à double capteurs (ou double vitrage) où chacun d’eux est
incliné d’un angle quelconque, son avantage est d’exposer un capteur au soleil et un autre à
l’ombre pour accélérer la condensation. Il est important de noter que les éléments constituant
le distillateur solaire à double pente sont les mêmes que ceux représentés dans le cas
d’un distillateur solaire à simple pente.

Evaporation
Eau salée
Fig. II.2. Distillateur solaire à double pente.
 Distillateur sphérique :
C’est un distillateur en plexiglas ou autres matériaux plastique transparents reposant
sur des supports, il est essentiellement constitue par trois parties, une demi-sphère supérieure
qui sert a transmettre le rayonnement solaire d’une part et joue le rôle de surface de
condensation d’autre part, une demi sphère inferieure qui sert a récupérer le distillat, un bac
horizontal en métal noirci contenant l’eau a distiller qui se trouve dans le plan médian de la
sphère [21].
Un essuie-glace entraîné par moteur électrique, permet de maintenir la surface de
condensation au rayonnement, et d’assurer un drainage rapide des gouttelettes. Le principe de
fonctionnement est similaire à celui du distillateur plan. [4].

Figure II.7 : distillateur solaire sphérique [22]


 Distillateur incliné à cascade :
Un distillateur solaire à cascades est constitué d’une capacité étanche surmontée d’une
vitre (figure I.15). Il a le même principe que celui d’un un distillateur plan, sauf que
l’absorbeur a une forme en cascade. L’eau salée versée dans le distillateur se répartie sur
plusieurs petits bassins, on remarque que si la masse d’eau est faible, l’eau s’échauffe plus
rapidement et s’évapore [19].
Cet appareil présente deux avantages : la lame d’eau est très faible et
l’orientation par rapport au rayonnement incident se rapproche davantage de l’optimum, un
modèle de ce type n’a été exécuté qu’en petites tailles, ces appareils fonctionnent bien mais
leur construction et leur entretien sont coûteux [19].
Ce type de distillateur a un absorbeur sous forme d’escaliers ; une géométrie qui
permet d’avoir:
- Une surface d’échange de chaleur plus grande.
- Un ralentissement du mouvement de la masse d’eau sur l’absorbeur ;
ce qui donne à la masse d’eau suffisamment de temps pour qu’elle se charge en calories.
- Une réduction de la distance entre la vitre et la saumure ; ce qui
améliore les performances du distillateur.

Fig. 1.21. Schéma d’un distillateur solaire à cascade

 Distillateur solaire à mèche :


Dans un distillateur à mèche, l’eau saumâtre coule lentement à travers une
garniture poreuse, absorbant les rayonnements (mèche). Deux avantages sont
revendiqués sur les distillateurs à mèche. D’abord, la mèche peut être inclinée de sorte que
l’eau d’alimentation en faible quantité présente un meilleur angle avec le soleil
(réduisant la réflexion et présentant une grande surface efficace). En second lieu une
faible lame d’eau d’alimentation est dans le distillateur à tout moment donc l’eau est
chauffée plus rapidement et à une température élevée. Les distillateurs simples à mèche sont
plus efficaces que les distillateurs à bassin et quelques conceptions sont prétendues pour
coûter moins qu’un distillateur à bassin du même rendement [30].

Figure I.16 : distillateur solaire à mèche [19]


 Distillateur solaire vertical :
La figure (I.17) présente le principe de fonctionnement du distillateur vertical. Le
distillateur est alimenté par de l’eau saumâtre à partir d’un réservoir (1), le distillateur est
connecté au réservoir à l’aide d’un tube en cuivre (2), le débit d’eau à l’entrée du distillateur
est régulée à l’aide d’une vanne (3). La position du réservoir d’alimentation permet
l’alimentation du distillateur par un débit constant. Un distributeur d’eau (4), muni de
perforations sur la longueur, permet la distribution de l’eau en film sur le tissu spongieux
(5), l’eau ruisselle sur le tissu, et la saumure est évacuée en bas (6). L’eau qui
s’écoule derrière l’absorbeur (7) s’évapore dans le compartiment d’évaporation, le mélange
d’eau et d’air à l’intérieur saturé en vapeur d’eau circule naturellement à travers des deux
ouvertures
(8) réalisées dans la cloison isolée vers le compartiment de condensation (9), et la vapeur se
condense au contact de la plaque de condensation à l’arrière du distillateur. La collecte de
l’eau se produit dans une gouttière (10, 11) fabriquée en dessous de la plaque de
condensation [19].
Le distillateur à ruissellement présentent des inconvénients tels que :
 Un réglage difficile de débit de l’eau à distiller.
 Une perte de chaleur sensible emportée par l’excédent d’’eau nom évaporée
[27, 28,29].
Figure I.17 : distillateur solaire verticale [9].
 Distillateur solaire à effet multiples :
Dans ce type de distillateurs il existe plusieurs évaporateurs en série que l’on appelle
effets (Figure I.18). L’eau évaporée du premier effet se condense au niveau du deuxième effet
et l’énergie libérée par la condensation est consommée pour évaporer l’eau qui s’y trouve. Le
troisième évaporateur, joue le rôle de condenseur pour les vapeurs issues du second
effet et ainsi de suite. Cependant, plus l’écart de température n’est faible, plus la surface
d’échange assurant le transfert d’énergie doit être grand. L’investissement est donc un peu
plus important. La multiplication du nombre d’effets permet donc de réduire la
consommation spécifique (énergie/m3 d’eau douce) [32].

Figure I.18 : distillateur solaire à effet de serre multiple [28]


 Distillateur solaire incliné à film capillaire :
Le distillateur à film capillaire est une cellule parallélépipédique formée par
deux plaques métalliques disposées face à face et inclinées d’un angle (Figure I.19).
L’eau saumâtre à distiller s’écoule simultanément par capillarité et gravité sur un côté de la
plaque
métallique à l’aide d’un tissu. L’autre côté de la même plaque est peint en noire et expose au
rayonnement solaire. La vapeur d’eau produite quitte le tissu et va se condenser au contact de
l’autre qui se trouve juste en face [33].

Figure I.19 : distillateur solaire à film capillaire [33].


Conclusion
Nous avons vu dans ce chapitre les différents types de distillateurs solaires, leurs
principes de fonctionnement.
Nous avons choisi un seul type de distillateur solaire à effet de serre pour qu’il soit
l’objet de notre étude dans les chapitres qui suivent. Nous avons choisi le distillateur solaire à
pente unique (ou à simple pente).
Les raisons du choix sont :
• Le bas coût du système
• La facilité de construction
• La facilité de maintenance
Le chapitre qui suit fait une étude théorique du distillateur solaire à pente unique.

Vous aimerez peut-être aussi