Vous êtes sur la page 1sur 6

TRADUCTION

NOTE: Personne, sans la permission exprès du Président, ne peut diffuser l'information


contenue dans ce rapport ou la communiquer à quelqu'un non autorisé et ne possédant pas
l'habilitation "SECURITY CLEARANCE".
Ceux autorisés à diffuser une telle information ne doivent utiliser que les moyens les plus
sécurisés, et doivent prendre toutes les précautions pour éviter d'en compromettre les
sources, et divulguer ces informations à un nombre minimum de personnes sures et
responsables qui ont "un besoin de savoir" afin de décharger leur responsabilité.
Aucune action ne doit être entreprise concernant l'information reportée ci-dessus sans se
soucier de l'avantage provisoire, qu'une telle action pourrait avoir à révéler l'existence d'une
telle information aux agences de renseignements étrangères qui pourraient l'exploiter et
mettre en danger la sécurité nationale.
Les puissances étrangères non amicales envers les intérêts stratégiques de Sécurité Nationale
essayeront d'exploiter une telle information en la possession du Gouvernement des Etats-Unis.
Elles ne savent pas et ne doivent pas savoir, et les étapes de notre travail, et la source
particulière d'où viennent nos avancées techniques -----Censuré----- dans ce rapport.
OBJET: ÉVALUATION DE LA MISSION DE RECUPERATION D'UN AERODYNE LENTICULAIRE
------ILLISIBLE------

RAPPORT GENERAL

Le 24 juin 1947, les informations radiophoniques émises simultanément, avec les émissions de
radios nationales dans tout le pays diffusèrent une histoire sensationnelle. Un pilote civil,
Kenneth Arnold, un homme d'affaires ---ILLISIBLE--- avait vu neuf objets en formation ayant
la forme de disques ---ILLISIBLE--- Cascade Mountain ---ILLISIBLE--- leur vitesse a été
estimée à ---ILLISIBLE--- par les officiers de renseignements de l'Armée de l'Air et un agent
du FBI. Jusqu'ici, il s'en est tenu à son histoire et refuse de commenter plus longuement ce
qu'il a aperçu. L'analyse de son rapport, dirigée par "Intelligence Department of the Army Air
Forces Air Materiel Command", suggère que ce type d'avion peut avoir incité le compte rendu
donné par le pilote.
3) Une autre observation semblable à celle-ci a été rapportée le même jour par un prospecteur
de Portland ,Fred Johnson. Suite au rapport d'interrogatoire Mr Johnson affirme avoir observé
six à neuf objets en forme de disques, volants rapidement au-dessus de Cascade Mountains. Il
a observé les objets avec un petit télescope qu'il utilise dans sa prospection. Le rapport établi
que sa boussole a oscillé d'une manière extravagante d'un côté et de l'autre indiquant une
espèce de perturbation magnétique liée à ces objets.
4) Le 27 juin, selon l'interrogatoire de ---ILLISIBLE--- une formation de disques volants près
de son avion au-dessus de Lake ---ILLISIBLE---
5).De nombreuses observations au-dessus d'installations militaires dans l'Etat du Nouveau
Mexique ont été étudiées par des officiers de renseignements de l'Armée et de la Marine. Les
rapports furent envoyés à la Division de renseignements militaires ----ILLISIBLE--- avec des
organismes gouvernementaux et des entreprises civiles.
6) Jusqu'au 4 juillet, des observations ont été rapportées non seulement aux Etats-Unis.
---ILLISIBLE--- Pays Bas, Paraguay, Scandinavie, Grèce, et par des bateaux en mer.
7) Des 1200 rapports d'observations rassemblés depuis 1942, approximativement 200
incidents se sont avérés être des vaisseaux inconnus fonctionnant à des vitesses supérieures à
1200 M/H, et atteignant parfois des altitudes---ILLISIBLE---

PARTIE II PROJET WHITE HOT ESTIMATION DES RENSEIGNEMENTS (PRELIMINAIRE)


ZONE D'ATTERRISSAGE N° 1
Socorro, Nouveau Mexique--L'aérodyne non identifié de forme lenticulaire qui a été appelé
ULAT-1(Unidentified Lenticular Aerodyne Technology), a été classé comme avion non propulsé
par aspiration d'air, et d'origine inconnue. Il n'a aucune aile conventionnelle, pas de fuselage,
pas d'habitacle, pas de commandes, ni système d'alimentation en carburant, et cela engage
fortement à penser qu'il n'est pas d'origine russe. Des délibérations avec les spécialistes de
"Paperclip" contribuent à le croire. Les dispositifs aérodynamiques découverts dans ULAT-1
(Unidentified Lenticular Aerodyne Technology) représentent un degré très élevé de technologie
et de sophistication non connue dans ce pays. L'étude dimensionnelle de l'homogénéité ne
peut pas expliquer comment ce vaisseau peut se maintenir dans l'air, être dirigé et voler sans
les éléments nécessaires pour le vol. La source d'énergie principale même, ne ressemble à
aucun type conventionnel en usage. Il n'y a pas de dispositifs discernables de prise d'air ou
d'échappement, et l'opinion d'AMC et de ONR est que ce vaisseau a été conçu pour fonctionner
en dehors de l'atmosphère terrestre. Les conclusions inhabituelles développées par les
membres de cette mission exploratoire restent actuellement provisoires. Certains membres le
la commission, furent d'avis qu'ULAT-1(Unidentified Lenticular Aerodyne Technology) pouvait
être le produit d'une culture avancée venant d'une autre planète, beaucoup plus ancienne que
la nôtre et qui utilisait la science et l'intelligence pour des voyages interplanétaires. On ne sait
pas avec précision si l'objectif des occupants était, en dehors de la curiosité, l'exploration, ou
s'ils avaient, pour d'autres raisons, l'intention de nous surveiller. Jusqu'ici, et depuis qu'Ils ont
fait connaître leur présence, aucune action ou intention hostile n'a été observée. Nos essais
atomiques, l'exploration atmosphérique, et -----Censuré----- au Nouveau Mexique, pourraient
avoir précipité les événements qui ont conduit à l'incident et aux mesures suivantes prises par
les militaires.
Opérant dans l'hypothèse que l'objet tombé était une plate forme de reconnaissance russe à
longue portée collectant des informations de renseignement et des photographiques aériennes,
le personnel des renseignements militaires avait été chargé de sécuriser le vaisseau, les débris
et les occupants aussi rapidement que possible. L'exposition prévisible de civils à des agents
biologiques et chimiques inconnus imposa les mesures de quarantaine misent en place. Les
risques de radiations ont été pris en compte en garantissant des mesures de protection
appropriées. Dans l'intérêt des priorités de la Sécurité Nationale, il fût nécessaire de retenir
des témoins civils pour interrogatoire afin de répondre aux exigences des renseignements, et
propager de fausses rumeurs, concernant une alerte d'espionnage potentielle à proximité.
Plusieurs corps furent découverts. Etant donné que sur place, le personnel médical était
incertain de la physiologie et de son
---Illisible--- des occupants, des préparations et des méthodes spéciales de conservation ont
été utilisées. Le compte rendu de d'autopsie obtenu suggère que les occupants reproduisent
des caractéristiques de type oriental. Extérieurement, ils ressemblent aux humains avec mais
une exception, et le compte rendu d'autopsie fait mention -----Censuré-----rarement observé
-----Censuré-----présent qui soutient que ces êtres proviennent d'une autre planète.

PARTIE II EVALUATION TECHNIQUE (PRELIMINAIRE)


ULAT-1(Unidentified Lenticular Aerodyne Technology)
1. A l'examen attentif des surfaces extérieures du fuselage, les ingénieurs en métallurgie ont
trouvé que le revêtement extérieur était constitué d'un métal ferreux de couleur blanche. Le
métal montre toutes les caractéristiques d'un acier de haute qualité. On a déterminé que
l'acier était forgé à froid et fabriqué à chaud. La résistance à la traction a été estimée
supérieure à 150000 livres par pouce carré. Les essais de cisaillement donnent au métal une
résistance estimée supérieure à 175000 livres par pouce carré, permettant à ce fuselage d'être
extrêmement robuste et de résister à la chaleur.
2. Les simulations d'écoulement de charge statique et de pression furent impressionnantes. Le
ratio de 6 à 1 du profil bas donne à l'aérodyne un avantage supérieur, permettant de
surmonter les limitations de l'effet de couche dans des fonctionnements à rendement élevé.
3. Les brides de longeron sont construites dans une conception peu commune de cinématique
qui est censée permettre un soulagement de la tension aux vitesses supersoniques. Il n'y a
aucun signe évident de renforts. ni aucunes attaches, soudures, rivets ou garnitures,
permettant de maintenir le fuselage
4. L'absence d'ailes, d'ailerons, de stabilisateurs, et dispositifs extérieurs de commande,
suggèrent que le vaisseau est un corps de levage ascensionnel.
5. Il n'y a aucune entrée ou échappement d'air.
6. Il n'y a aucun câble
7. Il n'y a aucune électronique identifiable (câblage, allumage, lumières, instrument,
compartiment, moteur, moteurs électriques, tubes à vide, solénoïdes, générateurs,
réchauffeurs, etc...)
8. La centrale principale (sévèrement endommagée) -----Censuré-----moteur neutronique.
-----Censuré----- détecté. Des éléments d'eau lourde et de deutérium (hydrogène léger)
semblent constituer l'allumeur primaire. Une série d'enroulements et d'aimants lourds reliés au
moteur neutronique, par l'intermédiaire d'un groupe d'électrodes curieusement disposées (le
métal n'a pas encore été identifié) semblent être la force primaire. Un petit moteur a été
examiné. Il est conditionné dans une capsule en aluminium pur, directement sous le
compartiment principal. Il y a une petite ouverture d'échappement fixée à ce qui peut être
seulement décrit comme un mécanisme hélicoïdal-----Censuré-----Le moteur auxiliaire peut
être articulé.
9. Les commandes de moteur et de navigation peuvent être activées par manipulation tactile.
Les communications peuvent être basées sous la forme d'un langage d'imagerie télévisuelle.
La notation symbolique semble être utilisée pour de vol et les indicateurs de commande. Des
panneaux plats constitués d'un métal inconnu furent découverts et analysés, ils ont été
supposés comme dispositif lié au fonctionnement de l'aérodyne. Leurs modes de
fonctionnement et leur usage sont inconnus. L'absence de provisions de compartiments
d'accostage et de zones de stockage, incitent à penser que ce vaisseau peut être une plate-
forme de reconnaissance de courte portée. Le seul dispositif reconnaissable et examiné-----
Censuré----- Le mode de fonctionnement est croit-on automatique et incite à penser que
l'aérodyne, en reconstruction avec les débris disponibles-----Censuré-----Stimuli bio senseur et
optique pour les raisons suivantes:
a) Aucun voyant de signalisation
b).Aucun cadran circulaire
c) Aucun cadran linéaire, ni d'indicateurs mobiles
d) Aucun compteur
e) Aucun écran de contrôle
f) aucun indicateurs mécaniques de signaux.
12; Il n'y avait pas de symbole de commande identifiable trouvé parmi l'assortiment d'objets
qui aurait pu indiquer que l'unité de propulsion avait été manuellement activée. On n'a observé
aucun bouton, bouton-poussoir, interrupteur à levier, volant de commande, manivelle ou
pédale dans l'espace intérieur de la carlingue de vol.
13. Le manque apparent d'habillement et d'équipement additionnels renforce la croyance que
les occupants ont été engagés dans un vol purement exploratoire.
14. On ne sait pas actuellement si les effets de rayonnement électromagnétique de la centrale
ont contribué à une erreur ou à la mort pilote avant impact ou si une armature insatisfaisante
fût la cause primaire de l'erreur du pilote, -----Censuré---- détecté.
15, On supposa parmi une partie du personnel qui inspectait le vaisseau, qu'une soudaine
décompression et qu'un changement de la pression atmosphérique avaient pu contribuer à
l'erreur du pilote. Les vêtements ôtés des occupants, ne ressemblent à aucune combinaison
pressurisée actuellement testée par l'Armée ou la Marine pour des expériences d'altitudes
extrêmes. Les facteurs de température et d'humidité concernant les occupants étant inconnus,
il fut impossible de déterminer si la décompression et le changement de température avaient
affecté les fonctions circulatoires et de dextérité. On croit aussi que les occupants ont pu être
tués par quelque chose de non encore découvert, polluant ou vapeurs nocives originaires de
l'intérieur du vaisseau.
16. Une rotation ou probablement une oscillation rapide pourraient avoir contribuées à l'erreur
du pilote. On ne le sait pas si des effets organiques ont joué un rôle puisque les données
médicales n'existent pas et on ne peut apporter de jugement sur la cause exacte de la mort ou
sur un problème mécanique.
17. La cause la plus probable proposée jusqu'ici concernant l'accident serait une accélération
excessive combinée avec une descente très raide. La disposition des sièges était agencée
transversalement autour de l'axe vertical des occupants dans une direction positive de vol. Les
panneaux coulissants ôtés du vaisseau ressemblaient à ceux pris entre les occupants,
suggérant un rapport symbiotique entre l'opérateur et les fonctions de contrôle de l'aérodyne.
Une théorie fonctionnelle très expérimentale a été formulée par les membres scientifiques de
l'équipe d'inspection en ce sens que l'interaction pilote-aérodyne peut se produire par
l'intermédiaire de symboles électroniques non écrits, perçus au travers d'une manipulation
tactile des doigts, alimentant des impulsions dans le cerveau et vice versa. Ceci peut suggérer
une qualité non-inerte des matériaux existants en tant que produit d'une intelligence
artificielle.
18. les éléments suivants ont été analysés et trouvés dans une petite centrale neutronique à
l'intérieur d'ULAT-1(Unidentified Lenticular Aerodyne Technology) ::
a. De l'UF6 sous une forme métallique
b. Du gaz d'hydrogène fluoré
c. De l'eau et de l'uranium tétras fluoré
d. De la poudre de magnésium et de chlorate de potassium
e. Un métal similaire au plomb d'une couleur brun chocolat
f. De l'U235 sous forme métallique
g. De la substance ressemblant au plastique-similaire au NE 102
h. Du béryllium
i. De l'aluminium pur
j. Des isotopes de Thorium
k. De la poudre de plutonium
19. Des scientifiques des bases de Los Alamos et de Sandia ont été effarés du fait que la
centrale pouvait probablement fonctionner comme une bombe si les éléments décrits ci-dessus
étaient traités d'une manière similaire aux détonateurs de fusil.
Ceci fut à l'origine de la première conclusion. Après une autre étude on a déterminé que
puisque aucun circuit reconnaissable de mise à feu n'avait été identifié, une menace de
détonation n'existait pas.
20. La seule preuve de circuits trouvés sur le moteur, furent de fines feuilles ressemblant à du
plastique, façonnées comme des plateaux embossés situés à l'extérieur d'un revêtement en
forme de sphère recouverte par une mince couche d'argent pur. Sous un fort grossissement,
on a observé une série de fines grilles comme des lignes faisant intersection avec des groupes
de points disposés en figures circulaires.

PARTIE III.PROBABILITES SCIENTIFIQUES


1) Basés sur toutes les preuves disponibles récupérées et actuellement à l'étude par AMC,
AFSWP, NEPA, AEC, ONR, NACA, JRDB, RAND USAAF, SAG, et MIT, les objets rassemblés sont
considérés comme de nature extraterrestre. Cette conclusion a été tirée en raison des
comparaisons des d'objets -----Censuré----- découverts en 1941. Cette technologie est hors de
portée de la science aux USA, de même qu'une fusée ou qu'un avion allemand en
développement.
2) Le voyage dans l'espace interplanétaire est possible si un budget proportionnel est délégué
et si des ressources nécessaires sont rendues disponibles, et l'intérêt national est stimulé.
3) Notre système solaire n'est pas unique. Des chances sont favorables pour qu'une vie
intelligente existe sur d'autres planètes avec un développement non différent du notre.
4) Etant donné que notre culture est relativement jeune (par rapport à la balance cosmique), il
est possible que d'autres cultures aient pu se développer plus rapidement, ou soient beaucoup
plus anciennes et ont réussi à éviter les pièges historiques communs de notre développement
historique et scientifique.
5) Les origines humaines ne peuvent être restreintes à une planète. Notre espèce peut se
trouver parmi des systèmes solaires semblables au nôtre.
6 Les lois de la physique et de la génétique peuvent avoir une genèse plus ancienne, avec un
ordre structuré plus d'une fois précédemment évoqué.
PARTIE IV CONSIDÉRATIONS POLITIQUES
1. Etant donné le climat politique existant aux USA et les conditions instables en Europe,
l'opinion des membres, est que si l'Administration rendait public l'information consignée dans
ce rapport maintenant, les résultats seraient néfastes, mêmes fatales à la structure politique
mondiale comme elle existe maintenant. Les considérations suivantes ont été passées en
revue et discutées puis ont conduit la mission aux avis suivants:
a. La confiance publique dans les institutions politiques peut être érodée et probablement
tomber dans le discrédit.
b. Une transformation complète pourrait avoir lieu parmi les grandes institutions du savoir, et
de ce fait en appeler à la certitude de la connaissance scientifique.
c. La capacité des forces armées à défendre la Sécurité Nationale serait mise en péril et
conduirait probablement à la crainte et aux désordres publics anormaux.
d. -----Censuré-----
e. l'Histoire et la Religion dans ce contexte politique subiraient probablement les plus grands
dommages causant un bouleversement sans précédent dans le bien-être social et
psychologique.
f. Des répercussions politiques pourraient se produire dans nos efforts diplomatiques à contenir
la menace communiste et dans nos intérêts démocratiques.
g. Si une telle révélation étaie faite par l'administration actuelle, elle pourrait être perçue par
le parti d'opposition comme une farce laissant la porte ouverte aux accusations d'étique et de
manipulation psychologique sur le public.
PARTIE V STRUCTURE DE LA SÉCURITÉ NATIONALE
Avec le passage de l'acte sur la Sécurité Nationale de 1947, -----Censuré----- a présenté une
situation sans précédent en ce qui concerne le maintien du secret, lié à l'information contenue
dans ce rapport.
Depuis les premiers mois de 1942, jusqu'à maintenant, des intrusions d'avion non identifié ont
été de temps en temps rapportées, mais il n'y a eu aucune enquête sérieuse diligentée par les
services de renseignements du gouvernement. Même le cas de récupération de 1941(Note du
traducteur : crash de Cape Girardeau Missouri) n'a pas créé un effort unifié de renseignement
afin d'exploiter des gains technologiques possibles, excepté le projet de Manhattan. Nous
avons maintenant une occasion de sortir notre technologie d'au-delà du seuil actuel,
------Censuré----- A côté des gains technologiques, nous faisons face à un plus grand défi
encore : apprendre les intentions d'une telle présence. Il y a des questions qui demeurent sans
réponse, comme: Quelle force nous fait face? Quelle sorte de défense avons-nous? D'où
viennent -ils et Quel type d'armes possèdent-ils? Où pouvons-nous mettre en place nos forces
par avance, ------Censuré----- comment prévoir? A combien de vaisseaux pouvons nous nous
attendre? Et ------Censuré-----
Les membres de la mission sont disposés à soumettre un rapport séparé juste sur ce seul
problème. Il prendrait une douzaine volumes pour expliquer comment ces problèmes peuvent
se rencontrer. Un seul point, cependant, est qu'une opération combinée de renseignement et
de recherches devra être vaste, complexe, secrètement prévue avec des ressources humaines
et du matériel pour résoudre un problème spécifique clairement défini.
Nous devons trouver des méthodes efficaces de persuasion avec d'autres organismes
gouvernementaux sans créer un problème imminent. La première tâche est d'évaluer
soigneusement le problème. La seconde doit évaluer les ressources connues et la stratégie
probable des visiteurs. Le troisième est d'inventorier nos propres moyens, en s'assurant des
ressources dont nous disposons, comment, et en combien de temps. La quatrième doit nous
permettre de concevoir notre stratégie. Et enfin nous devons établir avec un effort incalculable
les détails tactiques et les innombrables problèmes secondaires de mise en place et de
sécurité.
L'opinion unanime des membres est que l'opération MAJESTIC TWELVE (MAJESTIC DOUZE)
soit une Agence de Recherche de Développement et de renseignement complètement
opérationnelle TOP SECRET. Il est aussi recommandé qu'un groupe d'experts soit nommé et
supervise en pleine coopération les fonctions et les opérations de la dite Agence. Ses membres
auront une habilitation appropriée. ------Censuré----- le National Security Council, le
Pentagone, ------Censuré-----Joint Intelligence Committee, Joint Intelligence Objectives
Agency, Central intelligence Agency, Atomic Energy Commission, Joint Research and
Development Board, Army Security Agency, and the National Advisory Committes on
Aeronautics. consultatif national sur Aeronauticx.-----Censuré-----
sont mis en relief :
1. Les bombardiers à propulseur et à réacteurs, armés d'armes conventionnelles et de bombes
atomiques.
2. Les avions de chasse à réaction, incluant ceux qui volent à des vitesses supersoniques,
armés de rockets et de canons.
3 Les avions à propulseur, connus pour leur résistance.
4.Les missiles anti-aériens guidés, et canons anti-aériens dirigés par radar.
5.les missiles guidés à court et à moyenne portée. Les drones.
6.Les charges atomiques, dans les bombes, missiles et torpilles.
Dans l'arène des armes nucléaires nous pensons qu'il y a un certain avantage à gagner.-----
Censuré----- , Certains spéculent que si la taille et la miniaturisation des circuits étaient
incorporées dans le programme de la bombe à hydrogène, il donnerait au Stratégique Air
Forces US de grandes possibilités de dissuasion sur les Russes. Les études actuelles du MIT sur
la microélectronique prise sur ULAT-1 peut nous donner l'avantage stratégique tant désiré. Il
est fortement recommandé d'allouer des budgets dans ce secteur.
Il y a de fortes chances que les Russes essayent de se servir des soucoupes volantes pour
effrayer par l'intermédiaire des médias et par des moyens diplomatiques par une percée
technologique dans le développement d'avion et de missile. Nous pensons qu'une telle
révélation causerait certainement le plus grand embarras à nos élus officiels et aux militaires,
sans parler de la panique ressentie par l'ensemble des habitants. Pour parer à une telle
menace, on recommande qu'un programme de révélation bien pesé soit élaboré et tenu en
réserve, si la situation se présente. On pourrait suggérer d'utiliser ces objets dans une guerre
psychologique une fois que la nature vraie de ces objets sera connue et comprise.
Pour aider et assister, dans l'avenir, tout le MAJCOM aux USA et en outre-mer, on
recommande qu'un système standard de renseignement soit mis en application au travers de
canaux normalisés avec des instructions d'expédition techniques de données. Actuellement, il
n'y a aucune directive spécifique de renseignements disponibles pour les commandants
militaires qui font face aux observations et à la collecte de preuve matérielle. Il sera
recommandé que les secrétaires respectifs des forces armées conçoivent une politique de
sécurité de démenti plausible, si et quand le public se rendra compte de la réalité de ces objets
et de l'intérêt des militaires pour de tels incidents.
En conclusion, pour des raisons de sécurité nationale et de bien-être public, les USA doivent
être perçus comme étant au-dessus du lot, et tout effort doit être fait pour s'assurer qu'il y a,
et qu'i n'y a jamais eu, de menace pour le pays.