Vous êtes sur la page 1sur 5

c c 





  
       c c  concepts de spatialité (lieux, espaces et
territoires)

-Qu͛est qu͛un Sujet Géographique dans l͛Epistémologie?

 Prise en compte du lieu et du sujet dans l͛approche géographique їnvx positionnement par
rapport au sujet géo.

INTRODUCTION :

LES CONCEPTS

1970 : analyse spatiale reprend le terme « d͛espace » (space) approche anglo-


saxonne lié aux travaux des sciences sociale françaises.

1990 : -étude autour du concept de lieu pour montrer leur distance par rapport à
l͛analyse spatiale. Espace est neutre et indifférencié. Construit son approche sur une idée ʹd͛espace
infini- et construit des modèles sur un espace « non humanisé »

-Concept de lieu (place. Le concept de lieu veut prendre en compte l͛acteur


géographique et le sujet géo. Besoin « d͛humaniser » la relation à l͛espace géo. Construit un lien
entre les hommes et les lieux où il vit.

-Proche du concept de région Frémont, Bailly, Gallais : géographie des


perceptions et des représentations. ( espace vécu, perçu͙)

Le concept de lieu dépasse le concept de région : limite du concept de région car il renvoie à l͛idée de
LIMITE de FRONTIERE de région par rapport à une autre. Or ds le contexte des Identité et des
mobilitésї ne prend pas en compte des frontières. Se centrer autour d͛une limite définie conduit
selmt à s͛interroger autour de la limite de l͛appartenance etc͙ se qui est décalé avec les mobilités.

LIEU ET SUJET GEOGRAPHIQUE :

Introduire le sujet géo./ acteur géo. Revient à s͛interroger à la place de ces individus partis prenante
d e ces colectifs à une échelle plus grande que recoupe le sujet.

Il est important de prendre en compte de l͛importance des


acteurs et sujets -logiques sociales ʹ« intention de l͛action » (pq qlq agit de cette manière)

Difficulté par les LIMITES des régions : sont elles perinenets, objectives ? avec les mobilités, les terr.
délimités ne peuvent pas être pris en compte par les déplacement des Frontièresї mobilités Trans-
frontalières

Avt : La pensée moderne est dichotomique (OPP binaire entre le sujet/ collectif ; Homme/femme ͙).

Après : La pensée constructiviste : déconstruit ces OPP pour essayer de comprendre d͛avantage les
logiques d͛acteurs. Les sciences sociales sont concernées par cette approche constructivistes, par la
sociologie
c c  


pensée structuraliste : les sujets agissent en fonctions des structures (institution) dans lesquelles ils
vivent (famille, école). L͛encadrement des sociétés humaines par les institutions (LEVI STRAUSS).
Pb : critiqués dès les années 1980 ne prend pas en compte le sujet

APPORCHE SUR LE COLECTIFS

Bourdieu (1980) à    


     utilise le terme d͛AGENT dans la micro et macro
perspective. Le micro renvoie au sujet : plus petit élément d͛une société.
Le macro : société dans son ensemble.

Chaque individu « est agit par la pratique » : action est déterminée par l͛apprentissage, nous sommes
2   par le collectif appelé « condition de l͛action ». L͛habitus par notre place dans la société
et la structure sociale, insiste sur la notion de « reproduction » des actes, et d͛
« incorporation ». elles font donc partie du naturel car elles ne sont pas remises en
question.
Rationalité : action motivée par un but en fonction des enjeux et des objectifs
positionnement sociale : action non motivé par le sensible ( les sentiments), agit sans
trop réfléchir car il est formaté par la société qui lui ont transmit des manières d͛être et d͛agir face
aux institutions

Insiste trop sur les formes de dominations, acr l͛acteur devient passif

Boltanski/ Thevenot (1990) pourquoi un acteur ait til de telle et telle manière « les logique de
l͛action »

ordre de grandeur : action en fonction d͛une diversité de contexte, nos actions se réfèrent à plusieurs
citères de normes d͛action -dans la famille nos relation sont marquées par la reconnaissance envers
le pater familias et l͛affectif,
- dans l͛entreprise : motivée par la logique marchande (les intérêts)

- dans la sphère politique : logique de l͛élection (représentant) )

Les logiques d͛actions dépendent de la sphère dans laquelle le personnage agit (intérêt, sensibilité,
électorat). Notion d͛ « intention » est importante.

APPROCHE SUR LE SUJET-ACTEUR-

Autres sociologues : individus et sujet pensant

Place du sujet et de l͛acteur dans la géo. A TOURRAINE théorie de l͛acteur DUPE jeunes dans les
lycées (1990).

Conte le collectif, l͛acteur a un rôle qui dépasse les institutions : place du sujet pensant et de sa
« réflexibilité » : chaque acteur réfléchit construit son expérience et a une action personnelle.
Comment réfléchit-il sa place ds la société et ds l͛environnement pour agir en
fonction de sa vision

Acteur actif qui agit en fonct° de l͛Environneemnt et de la Société: choix et actions deviennent
important.
c c  


Pb :question de « l͛autonomie de l͛acteur » est elle illusoire

Ces sociologues rejoignent la pensée géo. Car selon eux, c͛set dans les lieux qu͛agissent les acteurs. A
partir de la géo. S͛interroge sur la prise ne compte du lieux dans l͛action de l͛acteur.

Etude géo de l͛action géo.

Les individus sont motivés par leurs valeurs, des logiques d͛actions. Qu͛est ce qui fait qu͛un acteur
agit de t-elle et telle manière dans la gestion d͛un territoire. Comme les actions sont diverse, c͛est
donc qu͛il y a des intentions différentes en fonction de la situation ! qu͛elle est cette intention ?

I.? Le concept géo. De lieu : 3 approches

A.? Géo. Humaniste Centrée sur l͛individu-sujet

 2  2 chaque personne est unique, c͛est dans le lieu que l͛expérience
géographique se met en place. Expérience humaine du lieu.

(Cours d͛Heidegger et Sarres du 1er semestre)

Le lieu n͛est pas neutre : c͛est un élément de l͛espace vécu, expérience spatiale est singulière.

Nous sommes ce que nous sommes parce que nous avons eut telle action dans tel lieu, qui nous a
permis d͛apprendre par l͛expérience. Le lieu est toujours lié à l͛individu comme au collectif qui agit
sur un lieu. Nous ne sommes donc pas Aspatialisé (sans réf. à un lieu) car nous nous sommes
construits par un lieu de réf. (cours 1er Berque).

c 
 « la théorie de la structuration »
-2       2   : Le lieu est un produit de la
société et permet le reproduction de la société. Lieu et acteurs sont IMBRIQUE.

-     ! 2 : L͛acteur qui agit, le fait qans un lieu en
particulier et dans un temps donné.

B. Hétérogénéité de l͛espace

 " L͛espace n͛est pas neutre !

-  22  22 2 : їconflits d͛acteurs les


acteurs entrent en conflit pour ses ressources. Il y a des territoires plus attrayants que d͛autres qui
justifient des frontières qui protègent les ressources. (Ex : murs d͛enceinte autour d͛une forteresse

-   2  ! 2  : dominations (Triades sur PED) , rapports
économiques
c c  


 2 2   se base sur des éléments objectifs (matériel) et subjectif (construction par
l͛homme) (le lieu : synthèse entre la matérialité du lieu (la forêt de Brocéliande) et de la manière
dont il est marqué par la société en fonction de la culture de la société (sacrée, ou prise comme
ressource)

  s͛inscrit dans une approche HOOLISTE (collectif) et INDIVIDUALISTE (sujet) : comment le
collectif et les individus de ce collectif s͛approprient un lieu et lui donnent un sens.
Les lieux se distinguent par 
  : ce lieu est unique mais le fait que Lyon apr ex soit une ville
permet des l͛associer aux autres villes.
## 

: ce lieu est unique il n͛y a qu͛un seul Lyon au
monde, en fonction de l͛action d͛un collectifs dans le temps (attention on ne peut pas forcément
parler d͛action individuel car pour fonder une ville il faut être à plusieurs, il y a donc une tête
pensante ou un collectif qui contraint)

ї A la fois identique et différent

2 chaque personne a une histoire en fonction du lieu, par son expérience le vécu. Ex : chaque
étudiant a une histoire par rapport à Lyon, nous ne sommes pas tous originaires de Lyon, et nous
n͛habitons pas dans le même quartier. Nous avons tous nos pratiques. Et c͛est cet ensemble qui
forment une histoire=récit liée au lieu. Comment le sujet géo donne un sens à ce récit.
Ce récit nécessite un Savoir situé dans le temps et dans l͛espace qui remet en cause
l͛approche universalité et collectiviste de la science. Elle introduit à la post-modernité

C.? Approche post-moderne (1990)

Post-modernité : mise à distance par rapport à la pensée scientifique de la modernité.

Idée de développement est mise à mal (avant on croyait que le fait de suivre un même modèle
économique et social pouvait permettre le développement tte les sô humaine)

Idée de progrès mise à mal (le progrès conditionnent nos rapport aux monde et détruisent la nature,
or la technique ne permet pas de contrôler la nature ex : Japon pb pour prévoir le tsunami et le
gérer)

c  $ : progrès met à mal la nature

# !  !   2%!2 !: différents points de vu doivent être pris
en compte. Nous ne pouvons pas imposer notre modèle, mais il faut considérer d͛autres sociétés.
Valeurs et modèles universels sont désuets : il faut donner la parole aux groupes sociaux opprimés
par ces modèles qui veulent s͛imposer.

S͛inscrit dans une  2$


 (voir plus haut) et qui prend en compte les acteurs. OPP
centre périphérie.

Question de frontière de passage, de liens entre des modèles différents.


c c  



 


Concept de lieu et de sujet: introduit le sujet géographique. Comment associer le lieu et le sujet géo.
On parle de CONSUBSTANCIALITE.

Approche objective et subjectif

Science morale, responsabilité. Comme nous partageons un espace


collectif de la coprésence appelé « espace public », nous ne pouvons pas faire n͛importe quoi avec ce
qui nous est donné ! risque. Nous sommes des être moraux, et les lieux doivent montrer notre
engagement dans la société