Vous êtes sur la page 1sur 170

Page 1

ENTREZ DANS LA ZONE
Page 2

MAÎTRE LE MARCHÉ AVEC
CONFIANCE, DISCIPLINE ET
UNE ATTITUDE GAGNANTE
MARK DOUGLAS
Avant­propos de Thorn Hartle
INSTITUT DES FINANCES DE NEW YORK
wcw VHDV • Tnnnurn. cvnucv • Tnrvn • cinr. «pnpc
Données de catalogage avant publication de la Bibliothèque du Congrès
Douglas, Mark (Mark J.)
Trading dans la zone: maîtriser le marché avec confiance, discipline et
attitude gagnante / par Mark Douglas,
p. cm.
ISBN 0­7352­0144­7 (tissu)
1. Stocks. 2. Spéculation. I. Titre.
HG6041 .D59 2001
332,64­dc21 00 045251
© 2000 par Prentice Hall
Tous les droits sont réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite
sous quelque forme que ce soit ou par quelque moyen que ce soit, sans la permission écrite de
l'éditeur.
Imprimé aux États­Unis d'Amérique
10 9876 5 4321
Cette publication est conçue pour fournir des informations précises et faisant autorité.
des informations sur le sujet traité. Il est vendu avec la compréhension
que l'éditeur ne soit pas engagé dans la légalisation, la comptabilité ou

Page 3
autre service professionnel. Si un avis juridique ou une autre expertise est nécessaire,
les services d'un professionnel compétent doivent être recherchés.
. . . De la Déclaration de principes adoptée conjointement par un
Comité de l'American Bar Association et un comité
des éditeurs et des associations.
ISBN D­73SE­DmM­7
ATTENTION: CORPORATIONS ET ÉCOLES
Les livres de Prentice Hall sont disponibles au rabais de quantité avec achat en gros à des fins éducatives,
utilisation commerciale ou promotionnelle. Pour plus d’informations, écrivez à: Prentice Hall,
Ventes spéciales, 240 Frisch Court, Paramus, N] 07652. Veuillez fournir le titre du livre, ISBN,
quantité, comment le livre sera utilisé, date requise.
INSTITUT DES FINANCES DE NEW YORK
Une empreinte de Prentice Hall Press
Paramus, NJ 07652
http://www.phdirect.com
NYIF et NEW YORK INSTITUT DE FINANCE sont des marques de commerce de Executive
Tax Reports, Inc. utilisé sous licence par Prentice Hall Direct, Inc.

Page 4
DÉVOUEMENT
Ce livre est dédié à tous les traders avec lesquels j'ai eu le plaisir de travailler au cours des 18
années en tant qu'entraîneur commercial. Chacun de vous, à sa manière, fait partie de la perspicacité et 
des conseils de cette
livre fournira à ceux qui choisissent d’échanger à partir d’un état de confiance confiant, discipliné et 
cohérent.
esprit.

Page 5
o
TABLE DES MATIÈRES
AVANT­PROPOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xi
PREFACE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xm
ENQUÊTE SUR L'ATTITUDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii
_ ________________ CHAPITRE 1___________
LA ROUTE VERS LE SUCCÈS:
FONDAMENTAL, TECHNIQUE,
OU ANALYSE MENTALE?
AU DÉBUT: ANALYSE FONDAMENTALE. . . . . . . . . . 1
LE DÉCALAGE DE L'ANALYSE TECHNIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . 3
LE DÉCALAGE DE L'ANALYSE MENTALE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
_____________________ CHAPITRE 2_______________
LE LURE (ET LES DANGERS)
DE TRADING
L'ATTRACTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
LES DANGERS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
LES SAUVEGARDES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Problème: refus de créer des règles. . . . . . . 27

Page 6
Problème: non­prise en charge. . . . . . . . . . 28
Problème: dépendance aux récompenses aléatoires. . . . . . . . . 30
Problème: Contrôle externe par rapport au contrôle interne ........ 31
_______________CHAPITRE 3______________
PRENDRE LA RESPONSABILITÉ
FAÇONNER VOTRE ENVIRONNEMENT MENTAL. . . . . . . . . . . . . . . 34
RÉAGIR À LA PERTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
GAGNANTS, PERDANTS, BOOMERS ET BUSTERS. . . . . . . . . . 50
___________CHAPITRE 4_______________
CONSISTANCE: UN ÉTAT D'ESPRIT
PENSEZ AU TRADING. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
VRAIMENT COMPRENDRE LES RISQUES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
ALIGNER VOTRE ENVIRONNEMENT MENTAL. . . . . . . . . . . . . . 64
___________CHAPITRE 5________________
LA DYNAMIQUE DE LA PERCEPTION
DÉBOGAGE DE VOTRE LOGICIEL MENTAL. . . . . . . . . . . . . . . 70
PERCEPTION ET APPRENTISSAGE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
PERCEPTION ET RISQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
LE POUVOIR DE L'ASSOCIATION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
___________CHAPITRE 6_____________
LA PERSPECTIVE DU MARCHÉ
LE PRINCIPE "INCERTITUDE". . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
LA CARACTÉRISTIQUE LA PLUS FONDAMENTALE DU MARCHÉ. 93

Page 7
_____________CHAPITRE 7__________
LE POINT DU TRADER: PENSER AUX PROBABILITÉS
PARADOXE DES PROBABILITES: RESULTAT ALTERNATIF, RESULTATS 
CONSTANTS. . . . 102
TRADING DANS LE MOMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
GESTION DES ATTENTES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
ÉLIMINER LE RISQUE ÉMOTIONNEL. . . . . . . . . . . . . . . . . 120
_______ CHAPITRE 8__________
TRAVAILLER AVEC VOS CROYANCES
DÉFINITION DU PROBLÈME. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
DÉFINITION DES TERMES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
COMMENT LES VÉRITÉS FONDAMENTALES LIÉES AUX 
COMPÉTENCES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
SE DÉPLACANT VERS "LA ZONE". . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
___________CHAPITRE 9_________________
LA NATURE DES CROYANCES
LES ORIGINES D'UNE CROYANCE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
LES CROYANCES ET LEUR IMPACT SUR NOTRE VIE. . . . . . . . . . . 142
Les croyances contre la vérité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
________CHAPITRE 10__________
L'IMPACT DES CROYANCES SUR LE TRADING
LES CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES D'UNE CROYANCE. . . . . . . . . . 153
AUTO­EVALUATION ET TRADING. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
__________CHAPITRE 11___________
Penser comme un commerçant
LE STADE MECANIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
LE ROLE DE L’AUTO­DISCIPLINE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
CRÉER UNE CONFIANCE EN COHÉRENCE. . . . . . . . . . . . . . . . 184
EXERCICE: APPRENDRE À COMMERCER ET À BORDURE COMME UN
CASINO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

Page 8
Une note finale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
ENQUÊTE SUR L'ATTITUDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
INDEX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

Page 9
AVANT­PROPOS
Le grand marché haussier des actions a conduit à un aussi grand marché haussier du nombre de livres
publié sur le sujet de la façon de gagner de l'argent en échangeant les marchés. Beaucoup d’idées 
abondent, certaines bonnes,
certaines non, certaines originales, d'autres simplement un reconditionnement d'œuvres 
antérieures. Parfois, cependant, un écrivain
vient avec quelque chose qui le distingue vraiment du peloton, quelque chose de spécial. Un
cet écrivain est Mark Douglas. Mark Douglas, dans Trading in the Zone, a écrit un livre qui est le
accumulation d'années de réflexion et de recherche ­ le travail de toute une vie ­ et pour ceux d'entre nous
qui
commerce en tant que profession, il a produit un joyau.
Le commerce dans la zone est un regard en profondeur sur les défis auxquels nous sommes confrontés 
lorsque nous relevons le défi de
commerce. Pour le novice, le seul défi semble être de trouver un moyen de gagner de l'argent. Une fois le
novice
apprend que les pourboires, les conseils des courtiers et d'autres moyens de justifier l'achat ou la vente ne
fonctionnent pas toujours, il
découvre qu'il doit soit développer une stratégie de trading fiable, soit en acheter une. Après cela, le 
commerce
devrait être facile, non? Tout ce que vous avez à faire est de suivre les règles, et l'argent tombera sur vos 
genoux.
À ce stade, sinon avant, les novices découvrent que le trading peut devenir l’un des plus frustrants.
expériences auxquelles ils feront face.
Cette expérience conduit à la statistique souvent entamée selon laquelle 95% des traders à terme perdent 
tout leur argent
dans la première année de négociation. Les opérateurs en bourse obtiennent généralement les mêmes 
résultats, ce qui explique pourquoi
Les experts soulignent toujours le fait que la plupart des traders ne parviennent pas à surperformer un 
simple achat et maintien
scénario d'investissement.
Alors, pourquoi les gens, dont la majorité ont extrêmement de succès dans d’autres métiers, échouent­ils
misérablement en tant que commerçants? Des commerçants prospères sont­ils nés et non 
fabriqués? Mark Douglas dit non. C'est quoi
il est nécessaire, dit­il, que l'individu acquière la mentalité du commerçant. Cela semble facile, mais le 
fait est que cela
L’état d’esprit est très étranger par rapport à la façon dont nos expériences de vie nous apprennent à 
penser à la
monde.
Ce taux d’échec de 95% est logique si vous considérez comment la plupart d’entre nous vivons la vie, en 
utilisant
compétences acquises à mesure que nous grandissons. Cependant, s’agissant des échanges, il s’avère que
les compétences acquises pour
gagner des notes élevées à l’école, faire avancer notre carrière et créer des relations avec d’autres 
personnes, les compétences que nous avons.
sont enseignés que devrait nous porter à travers la vie, se révéler inappropriés pour le commerce. Les 
commerçants, nous trouvons
doit apprendre à penser en termes de probabilités et à renoncer à toutes les compétences acquises pour
atteindre dans pratiquement tous les autres aspects de nos vies. Dans le commerce dans la zone, Mark 
Douglas nous apprend
Comment. Il a mis au point un livre très précieux. Ses sources sont ses expériences personnelles en tant 
que
trader, entraîneur de traders à Chicago, auteur et conférencier dans son domaine de la psychologie 
commerciale.
Ma recommandation? Profitez du commerce de Douglas dans la zone et, ce faisant, développez un 
commerce
état d'esprit.

Page 10

PRÉFACE
L’objectif de tout commerçant est de générer régulièrement des bénéfices, mais si peu de gens 
parviennent réellement à faire des gains constants.
l'argent en tant que commerçants. Qu'est­ce qui explique le faible pourcentage de commerçants qui ont 
toujours du succès?
Pour moi, le facteur déterminant est psychologique: les gagnants réguliers pensent différemment de tout 
le monde.
d’autre part. J’ai commencé à négocier en 1978. À l’époque, je dirigeais une agence d’assurance des 
entreprises
la banlieue de Detroit, Michigan. J'ai eu une carrière très réussie et j'ai pensé que je pourrais facilement 
transférer cela
succès dans le commerce. Malheureusement, j'ai trouvé que ce n'était pas le cas.
En 1981, j'étais totalement dégoûté de mon incapacité à négocier efficacement tout en occupant un autre 
emploi,
J'ai donc déménagé à Chicago et obtenu un contrat de courtier chez Merrill Lynch au Chicago Board of 
Trade.
Comment ai­je fait? Eh bien, neuf mois après avoir déménagé à Chicago, j'avais presque tout perdu.
Mes pertes résultaient à la fois de mes activités commerciales et de mon style de vie exorbitant, qui 
exigeait
que je gagne beaucoup d'argent en tant que commerçant. De ces premières expériences en tant que 
commerçant, j’ai appris un énorme
montant sur moi­même, et sur le rôle de la psychologie dans le commerce. C’est pourquoi, en 1982, j’ai 
commencé
travaille sur mon premier livre, The Disciplined Trader: Développer des attitudes gagnantes.
Quand j'ai commencé ce projet, je n'avais aucune idée de la difficulté d'écrire un livre ou d'expliquer 
quelque chose.
que j'ai compris par moi­même d'une manière qui serait utile à d'autres personnes. je croyais que c'était
ça va me prendre entre six et neuf mois pour faire le travail. Il a fallu sept ans et demi et
a finalement été publié par Prentice Hall en 1990. En 1983, j'ai quitté Merrill Lynch pour créer une 
société de conseil
Trading Behavior Dynamics, où je développe et dirige actuellement des séminaires sur la psychologie du
trading
et agir dans la capacité de ce qui est communément appelé un coach commercial. J'ai fait d'innombrables
présentations pour les sociétés de négoce, les chambres de compensation, les maisons de courtage, les 
banques et les sociétés de placement.
conférences partout dans le monde.
J'ai travaillé à un niveau personnel, en tête­à­tête, avec pratiquement tous les types de commerçants du 
secteur, y compris
certains des plus grands négociants, des opérateurs en couverture, des spécialistes des options et des 
CTA, ainsi que des néophytes
écrit, j’ai passé les dix­sept dernières années à disséquer la dynamique psychologique du négoce
que je pourrais développer des méthodes efficaces pour enseigner les bons principes de réussite.
Ce que j’ai découvert, c’est que, au niveau le plus fondamental, notre façon de penser pose problème.
Il y a quelque chose d'inhérent dans le fonctionnement de notre esprit qui ne cadre pas très bien avec le
caractéristiques des marchés. Les commerçants qui ont confiance dans leurs propres métiers, qui ont 
confiance
eux­mêmes de faire ce qui doit être fait sans hésitation, sont ceux qui réussissent. Ils
ne craignez plus le comportement erratique du marché. Ils apprennent à se concentrer sur les 
informations qui les aident

Page 11
repérez les occasions de faire des profits, plutôt que de vous concentrer sur les informations qui 
renforcent leurs craintes.
Bien que cela puisse paraître compliqué, tout se résume à apprendre à croire que: (1) vous n’avez pas 
besoin de
savoir ce qui va se passer ensuite pour gagner de l'argent; (2) tout peut arriver; et (3) chaque moment est
unique, ce qui signifie que chaque avantage et chaque résultat constituent une expérience unique. Le 
commerce fonctionne ou il
ne le fait pas Dans tous les cas, vous attendez l’apparition du prochain bord et reprenez le processus 
encore et encore.
Avec cette approche, vous apprendrez de manière méthodique et non aléatoire ce qui fonctionne et ce qui
ne fonctionne pas.
Et, il est tout aussi important que vous développiez un sentiment de confiance en vous afin de ne pas 
vous blesser dans un
environnement qui a les qualités illimitées des marchés.
La plupart des traders ne croient pas que leurs problèmes de trading sont le résultat de la façon dont ils 
envisagent le trading
ou, plus spécifiquement, comment ils réfléchissent pendant leurs échanges. Dans mon premier livre, The 
Disciplined
Trader, j’ai identifié les problèmes auxquels il était confronté d’un point de vue mental, puis j’ai 
construit un
cadre philosophique pour comprendre la nature de ces problèmes et pourquoi ils existent.
J'avais cinq objectifs principaux en tête pour écrire Trading dans la zone:
Prouver au commerçant qu'une analyse de marché plus ou de meilleure qualité n'est pas la solution à ses 
difficultés commerciales
manque de résultats cohérents.
Pour convaincre le commerçant que c'est son attitude et son "état d'esprit" qui déterminent ses résultats.
Fournir au commerçant les croyances et les attitudes spécifiques nécessaires pour construire le gagnant
état d'esprit, ce qui signifie apprendre à penser avec des probabilités.
Pour résoudre les nombreux conflits, contradictions et paradoxes de la pensée qui amènent le 
commerçant typique à
supposons qu'il pense déjà avec probabilités, alors qu'il ne le pense pas vraiment.
Faire passer le commerçant dans un processus qui intègre cette stratégie de réflexion dans son système 
mental à un moment donné.
niveau fonctionnel.
(Remarque: jusqu'à récemment, la plupart des commerçants étaient des hommes, mais je reconnais que 
de plus en plus de femmes rejoignent
les rangs. Afin d’éviter toute confusion et tout phrasé maladroit, j’ai toujours utilisé le pronom
"il" tout au long de ce livre en décrivant les commerçants. Cela ne reflète certainement aucun parti pris 
de ma part.)
Le trading dans la zone présente une approche psychologique sérieuse pour devenir un gagnant constant 
dans votre vie.
commerce. Je ne propose pas de système commercial; Je suis plus intéressé à vous montrer comment 
penser de la manière
nécessaire pour devenir un commerçant rentable. Je suppose que vous avez déjà votre propre système, 
votre propre
bord. Vous devez apprendre à faire confiance à votre avantage. Le bord signifie qu'il y a une probabilité 
plus élevée d'un résultat
qu'un autre. Plus votre confiance est grande, plus il sera facile d'exécuter vos transactions. Le livre est

Page 12
conçu pour vous donner la perspicacité et la compréhension dont vous avez besoin de vous et de la 
nature du trading,
de sorte que cela devienne aussi facile, simple et sans stress que lorsque vous regardez juste la
marché et penser à le faire.
Afin de déterminer dans quelle mesure vous "pensez comme un commerçant", prenez l’enquête sur les 
attitudes suivante. Il y a
pas de bonnes ou de mauvaises réponses.
Vos réponses sont une indication de la cohérence de votre cadre mental actuel avec la façon dont vous
besoin de penser pour tirer le meilleur parti de vos échanges.

ENQUÊTE SUR L'ATTITUDE
1. Pour gagner de l'argent en tant que commerçant, vous devez savoir ce que le marché va faire ensuite.
D 'accord en désaccord
2. Parfois, je me trouve à penser qu'il doit y avoir un moyen de commercer sans avoir à subir de perte.
D 'accord en désaccord
3. Gagner de l'argent en tant que commerçant est avant tout une fonction d'analyse.
D 'accord en désaccord
4. Les pertes sont une composante inévitable du trading.
D 'accord en désaccord
5. Mon risque est toujours défini avant que j'entre dans un commerce.
D 'accord en désaccord
6. Dans mon esprit, il y a toujours un coût associé à la découverte de ce que le marché peut faire ensuite.
D 'accord en désaccord
7. Je ne prendrais même pas la peine de faire le prochain échange si je n'étais pas sûr que ce serait un 
gagnant.
D 'accord en désaccord
8. Plus un trader en saura sur les marchés et sur leur comportement, plus il lui sera facile de
exécuter ses métiers.
D 'accord en désaccord

Page 13
9. Ma méthodologie me dit exactement dans quelles conditions de marché entrer ou sortir d'un trade.
D 'accord en désaccord
10. Même si j'ai un signal clair pour inverser ma position, je trouve cela extrêmement difficile à faire.
D 'accord en désaccord
11. J'ai connu des périodes de succès soutenus, généralement suivies de retraits assez drastiques
dans mon équité.
D 'accord en désaccord
12. Quand j'ai commencé à négocier, je décrivais ma méthodologie de négociation comme étant 
aléatoire.
succès entre beaucoup de douleur.
D 'accord en désaccord
13. J'ai souvent le sentiment que les marchés sont contre moi personnellement.
D 'accord en désaccord
14. Même si je peux essayer de "lâcher prise", il m'est très difficile de me passer des blessures 
émotionnelles.
D 'accord en désaccord
15. J’ai une philosophie de gestion monétaire fondée sur le principe de toujours prendre des
argent hors du marché quand le marché le rend disponible.
D 'accord en désaccord
16. Le métier de commerçant consiste à identifier des tendances dans le comportement des marchés qui 
représentent une opportunité, puis
déterminer le risque de savoir si ces schémas se reproduiront comme ils l’ont fait par le passé.
D 'accord en désaccord
17. Parfois, je ne peux pas m'empêcher de penser que je suis victime du marché.
D 'accord en désaccord
18. Lorsque j'échange, j'essaie généralement de rester concentré sur une période donnée.
D 'accord en désaccord
19. Les échanges commerciaux requièrent un degré de flexibilité mentale bien au­delà de la portée de la 
plupart des gens.

Page 14
D 'accord en désaccord
20. Il y a des moments où je peux vraiment sentir le flot du marché; cependant, j'ai souvent de la 
difficulté
agir sur ces sentiments.
D 'accord en désaccord
21. Il arrive souvent que j’exerce un métier rentable et que je sache que le déménagement est 
pratiquement terminé, mais je
ne prend toujours pas mes bénéfices.
D 'accord en désaccord
22. Peu importe combien d’argent je gagne dans un métier, je suis rarement satisfait et j’ai le sentiment 
que j’aurais pu
fait plus.
D 'accord en désaccord
23. Quand j’exerce un métier, j’ai le sentiment d’avoir une attitude positive. Je prévois tout l'argent que 
je pourrais gagner
du commerce de manière positive.
D 'accord en désaccord
24. L’élément le plus important dans la capacité d’un commerçant à accumuler de l’argent au fil du 
temps est le
croyance en sa propre cohérence.
D 'accord en désaccord
25. Si vous souhaitiez pouvoir acquérir instantanément une compétence de trading, quelle compétence 
serait:
tu choisis?
26. Je passe souvent des nuits blanches à m'inquiéter du marché.
D 'accord en désaccord
27. Vous êtes­vous déjà senti obligé de faire un échange parce que vous craigniez de manquer?
Oui Non
28. Bien que cela ne se produise pas très souvent, j'aime beaucoup que mes métiers soient 
parfaits. Quand je fais un parfait
appeler ça fait tellement bien que ça compense toutes les fois que je ne le fais pas.
D 'accord en désaccord
29. Ne vous est­il jamais arrivé de planifier des opérations que vous n'exécutez jamais et d'exécuter des 
opérations que vous n'exécutez jamais?

Page 15
prévu?
Oui Non
30. En quelques phrases, expliquez pourquoi la plupart des commerçants ne gagnent pas d’argent ou ne 
sont pas en mesure de conserver quoi que ce soit.
ils font.
Mettez de côté vos réponses pendant que vous lisez ce livre. Après avoir terminé le dernier chapitre 
("Pensée
Comme un commerçant "), reprenez le sondage d’attitude ­ il est reproduit au dos du livre. Vous êtes 
peut­être
surpris de voir à quel point vos réponses diffèrent de la première fois.

REMERCIEMENTS
Je voudrais tout particulièrement remercier tous les commerçants qui ont acheté le manuscrit en édition 
limitée signé.
les sept premiers chapitres de ce livre. Vos commentaires m'ont inspiré pour ajouter les quatre autres
chapitres.
Je voudrais ensuite remercier mes collègues traders Robert St. John, Greg Bieber, Larry Pesavento et Ted
Hearne pour leur amitié et la manière particulière dont chacun d’entre eux a contribué au développement
de ce livre.
Je voudrais également remercier mon amie, Eileen Bruno, pour avoir édité le manuscrit original; et à
Prentice Hall, Ellen Schneid Coleman, éditeur associé, pour son professionnalisme et son aide
Barry Richardson, éditeur de développement, pour son aide dans la mise en forme de
l'introduction. Son temps et son talent sont grandement appréciés.
CHAPITRE 1

Page 16
CHAPITRE 1
LA ROUTE VERS LE SUCCÈS:
FONDAMENTAL, TECHNIQUE,
OU ANALYSE MENTALE?
AU DÉBUT: ANALYSE FONDAMENTALE
Qui se souvient du moment où l’analyse fondamentale était considérée comme le seul moyen réel ou 
approprié de
décisions commerciales? Lorsque j’ai commencé à négocier en 1978, l’analyse technique n’était utilisée 
que par une poignée de
les commerçants, considérés par le reste de la communauté de marché comme pour le moins 
fous. Comme
difficile à croire maintenant, il n’était pas si longtemps que Wall Street et la plupart des fonds importants
et les institutions financières pensaient que l’analyse technique était une forme de hocus­pocus mystique.
Maintenant, bien sûr, tout le contraire est vrai. Presque tous les traders expérimentés utilisent une forme 
de technique
analyse pour les aider à formuler leurs stratégies commerciales. Excepté quelques petites poches isolées 
dans la
la communauté universitaire, l’analyste «purement» fondamental est pratiquement éteint. Quelle est la 
cause de ce dramatique
changer de perspective? Je suis sûr que ce n'est une surprise pour personne si la réponse à cette question 
est très simple:
Argent! La difficulté à prendre des décisions commerciales dans une perspective strictement 
fondamentale est la
difficulté inhérente de gagner de l'argent en utilisant systématiquement cette approche.
Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent peut­être pas l’analyse fondamentale, laissez­moi vous 
expliquer. Fondamental
analyse tente de prendre en compte toutes les variables susceptibles d’affecter l’équilibre relatif ou
déséquilibre entre l'offre et la demande possible pour un stock, une marchandise ou un
instrument financier. En utilisant principalement des modèles mathématiques qui pèsent l’importance 
d’une variété de
(taux d’intérêt, bilans, conditions météorologiques et de nombreux autres facteurs), l’analyste projette
le prix devrait être à un moment donné dans le futur.
Le problème avec ces modèles est qu’ils prennent rarement, voire jamais, en compte les autres 
commerçants en tant que variables. Personnes,
en exprimant leurs croyances et leurs attentes concernant l’avenir, font bouger les prix et non les 
modèles. Le fait que
un modèle fait une projection logique et raisonnable basée sur toutes les variables pertinentes n’est pas 
très utile
valeur si les opérateurs responsables de la majeure partie du volume des transactions ne sont pas au 
courant du modèle ou
n'y crois pas.
En fait, de nombreux traders, en particulier ceux qui se trouvent sur les étages des bourses à terme, ont le
possibilité de déplacer les prix de manière très spectaculaire dans un sens ou dans l’autre, n’ayant 
généralement pas la moindre
concept des facteurs fondamentaux de l'offre et de la demande censés influer sur les prix. En outre,
à un moment donné, une grande partie de leur activité de trading est motivée par une réponse à des 
facteurs émotionnels qui
sont complètement en dehors des paramètres du modèle fondamental. En d'autres termes, les gens qui 
négocient
(et par conséquent déplacer les prix) n'agissent pas toujours de manière rationnelle.

Page 17
En fin de compte, l’analyste fondamental pourrait trouver qu’une prédiction sur l’endroit où les prix 
devraient être à un certain niveau
le point dans le futur est correct. Mais dans l’intervalle, le mouvement des prix pourrait être si volatil 
qu’il serait
très difficile, voire impossible, de rester dans un métier afin de réaliser l'objectif.
LE DÉPLACEMENT DE L'ANALYSE TECHNIQUE
L’analyse technique existe depuis aussi longtemps qu’il existe des marchés organisés sous forme de
des échanges. Mais la communauté commerciale n’a pas accepté l’analyse technique comme un outil 
viable pour
argent jusqu’à la fin des années 1970 ou au début des années 1980. Voici ce que l’analyste technique 
savait qu’il fallait
communautés du marché grand public à saisir.
Un nombre limité de commerçants participent aux marchés un jour, une semaine ou un mois 
donnés. Beaucoup de ces
les commerçants font les mêmes terres de choses encore et encore dans leur tentative de gagner de 
l'argent. En d'autres termes,
les individus développent des comportements, et un groupe d’individus interagissant les uns avec les 
autres
base cohérente, forme des comportements collectifs. Ces comportements sont observables et
quantifiables, et ils se répètent avec une fiabilité statistique. L’analyse technique est une méthode qui
organise ce comportement collectif en modèles identifiables pouvant donner une indication claire du 
moment où
il y a une plus grande probabilité qu'une chose se passe sur une autre. En un sens, l’analyse technique 
permet
vous devez entrer dans l’esprit du marché pour anticiper ce qui est susceptible de se produire ensuite, en 
fonction du type de
modèles du marché générés à un moment précédent.
En tant que méthode de projection des mouvements de prix futurs, l'analyse technique s'est avérée bien 
supérieure
à une approche purement fondamentale. Il garde le commerçant concentré sur ce que le marché 
fait maintenant dans
relation avec ce qu’il a fait dans le passé, au lieu de se concentrer sur ce que le marché devrait faire sur la
base
uniquement sur ce qui est logique et raisonnable tel que déterminé par un modèle mathématique. D'autre 
part,
L'analyse fondamentale crée ce que j'appelle un "écart de réalité" entre "ce qui devrait être" et "ce qui 
est". le
L’écart de réalité fait qu’il est extrêmement difficile de faire autre chose que des prédictions à très long 
terme
difficile à exploiter, même s’ils sont corrects.
En revanche, l’analyse technique permet non seulement de combler cette lacune de la réalité, mais aussi 
de mettre à la disposition du trader un
nombre quasi illimité de possibilités à exploiter. L’approche technique ouvre de nombreux
plus de possibilités car il identifie comment les mêmes comportements répétables se produisent à chaque 
fois
cadre: moment présent, quotidien, hebdomadaire, annuel et entre chaque intervalle de temps. En d'autres 
termes,
L’analyse technique transforme le marché en un flot infini d’opportunités de s’enrichir.
L'ANALYSE MENTALE
Si l’analyse technique fonctionne si bien, pourquoi de plus en plus de négociants devraient­ils changer de
l’analyse technique du marché à l’analyse mentale d’eux­mêmes, ce qui signifie leur propre
psychologie de négociation individuelle? Pour répondre à cette question, vous n'avez probablement rien 
à faire de plus.

Page 18
demandez­vous pourquoi vous avez acheté ce livre. La raison la plus probable est que vous n'êtes pas 
satisfait de la
différence entre ce que vous percevez comme le potentiel illimité de gagner de l'argent et ce que vous 
finissez
avec sur la ligne de fond. C'est le problème de l'analyse technique, si vous voulez appeler cela un 
problème.
Une fois que vous avez appris à identifier des modèles et à lire le marché, vous constatez que les 
possibilités de
faire de l'argent. Mais, comme vous le savez sûrement déjà, il peut y avoir un énorme fossé entre ce que 
vous
comprendre les marchés, et votre capacité à transformer cette connaissance en bénéfices cohérents ou en
courbe d'équité en hausse constante.
Pensez au nombre de fois où vous avez consulté un tableau de prix et vous vous êtes dit: "Hmmm, ça a 
l'air
comme le marché est en hausse (ou en baisse, selon le cas), "et ce que vous pensiez allait se passer
réellement passé. Mais vous n’avez fait que regarder le marché bouger pendant que vous êtes angoissé
de l'argent que vous auriez pu gagner.
Il y a une grande différence entre prédire que quelque chose va se passer sur le marché (et penser
tout l’argent que vous auriez pu gagner) et la réalité de l’entrée et de la sortie de métiers. je
appellent cette différence, et d’autres, un "fossé psychologique" qui peut faire du trading l’un des plus
efforts difficiles que vous pourriez choisir d’entreprendre et certainement l’un des plus mystérieux à 
maîtriser.
La grande question est la suivante: le trading peut­il être maîtrisé? Est­il possible de faire l'expérience du 
trading avec la même facilité
et simplicité implicite quand vous regardez seulement le marché et pensez au succès, par opposition à
avoir réellement à mettre et à enlever des métiers? Non seulement la réponse est un "oui" sans 
équivoque, mais c'est
exactement ce que ce livre est conçu pour vous donner: la perspicacité et la compréhension dont vous 
avez besoin à propos de
vous et sur la nature du commerce. Donc, le résultat est que cela devient aussi facile, simple,
et sans stress, comme lorsque vous surveillez le marché et que vous songez à le faire.
Cela peut sembler un défi de taille, et pour certains d'entre vous, cela peut même sembler 
impossible. Mais ce n'est pas. Il y a
les personnes qui maîtrisent l'art du commerce, qui ont réduit l'écart entre les possibilités
disponibles et leur performance finale. Mais comme vous vous en doutez, ces gagnants sont relativement
peu nombreux
en nombre par rapport au nombre de commerçants qui éprouvent des frustrations variables, tous les
exaspération extrême, en se demandant pourquoi ils ne peuvent pas créer le succès constant qu’ils ont
désirer désespérément.
En fait, les différences entre ces deux groupes de commerçants (les gagnants réguliers et tous les autres)
sont analogues aux différences entre la Terre et la Lune. La Terre et la Lune sont les deux
corps célestes qui existent dans le même système solaire, ils ont donc quelque chose en commun. Mais 
ils sont
aussi différents dans la nature et les caractéristiques que la nuit et le jour. De même, quiconque met un
le commerce peut prétendre être un commerçant, mais lorsque vous comparez les caractéristiques de la 
poignée de cohérente
gagnants avec les caractéristiques de la plupart des autres commerçants, vous verrez qu'ils sont aussi 
différents que la nuit et
journée.
Si aller sur la lune représente un succès constant en tant que commerçant, on peut dire que se rendre sur 
la lune est
possible. Le voyage est extrêmement difficile et seule une poignée de personnes l’a fait. De notre
perspective ici sur Terre, la lune est généralement visible chaque nuit et il semble si proche que nous 
pourrions

Page 19
juste tendre la main et le toucher.
Trading réussit avec le même sens. Chaque jour, semaine ou mois, les marchés font
disponible de grandes quantités d’argent à quiconque a la capacité d’exercer un métier. Depuis les 
marchés
sont en mouvement constant, cet argent coule également constamment, ce qui rend les possibilités de 
succès
grandement magnifié et apparemment à votre portée. J'utilise le mot "apparemment" pour faire une 
importante
distinction entre les deux groupes de commerçants. Pour ceux qui ont appris à être cohérent ou qui ont
dépassé ce que j'appelle le "seuil de cohérence", l'argent n'est pas seulement à leur portée; ils
peut pratiquement le prendre à volonté. Je suis sûr que certains trouveront cette déclaration choquante ou
difficile à croire,
mais c'est vrai. Il y a quelques limitations, mais pour la plupart, l'argent entre dans les comptes de ces
les commerçants avec une telle aisance et une telle facilité que cela bloque littéralement l'esprit de la 
plupart des gens.
Cependant, pour les commerçants qui n’ont pas évolué dans ce groupe restreint, le mot "apparemment" 
signifie
exactement ce que cela implique. Il semble que la cohérence ou le succès ultime qu'ils désirent soit "à 
portée de main" ou
"à leur portée", juste avant qu'il ne disparaisse ou ne s'évapore sous leurs yeux, à maintes reprises. le
La douleur émotionnelle est la seule chose qui soit compatible avec ce groupe. Oui, ils ont certainement
moments exaltés, mais il n’est pas exagéré de dire qu’ils sont la plupart du temps en état de peur,
colère, frustration, anxiété, déception, trahison et regret. Alors, qu'est­ce qui sépare ces deux groupes de
les commerçants? Est­ce l'intelligence? Les gagnants réguliers sont­ils tout simplement plus intelligents 
que tous les autres? Est­ce qu'ils
Travailler plus dur? Sont­ils de meilleurs analystes ou ont­ils accès à de meilleurs systèmes de 
trading? Est­ce qu'ils
possèdent des caractéristiques de personnalité inhérentes qui leur permettent de faire face plus facilement
à la
pressions de la négociation?
Toutes ces possibilités semblent assez plausibles, sauf lorsque l’on considère que la plupart des 
transactions
Les échecs de l'industrie font également partie des personnes les plus brillantes et les plus accomplies de 
la société. Le plus grand groupe
de perdants consistants est composé principalement de médecins, avocats, ingénieurs, scientifiques, 
PDG, riches
les retraités et les entrepreneurs.
En outre, la plupart des meilleurs analystes de marché du secteur sont les pires négociants 
imaginables. Intelligence
Une bonne analyse du marché peut certainement contribuer au succès de The Road to Success, mais ils 
ne sont pas la
définir les facteurs qui séparent les gagnants cohérents de tous les autres. Eh bien, si ce n'est pas 
l'intelligence ou
meilleure analyse, alors que pourrait­il être?
Ayant travaillé avec certains des meilleurs et des pires commerçants du secteur, et ayant aidé
certains des pires deviennent des meilleurs, je peux affirmer sans l'ombre d'un doute qu'il existe des 
raisons spécifiques
pourquoi les meilleurs traders surpassent systématiquement les autres.
Si je devais résumer toutes les raisons en une seule, je dirais simplement que les meilleurs traders 
pensent
différemment du reste. Je sais que cela ne sonne pas très profond, mais il a profond
implications si vous considérez ce que signifie penser différemment.
À un degré ou à un autre, nous pensons tous différemment des autres. Nous ne pouvons pas toujours être 
conscients
de ce fait; il semble naturel de supposer que d'autres personnes partagent nos perceptions et 
interprétations de
événements. En fait, cette hypothèse continue à sembler valable tant que nous ne nous trouvons pas dans 
une situation fondamentale fondamentale.

Page 20
désaccord avec quelqu'un à propos de quelque chose que nous avons tous les deux vécu. Autre que nos 
caractéristiques physiques,
notre façon de penser est ce qui nous rend unique, probablement même plus que nos caractéristiques 
physiques.
Revenons aux commerçants. En quoi les meilleurs traders pensent­ils différemment de la façon dont 
ceux­ci
qui luttent encore pense? Alors que les marchés peuvent être décrits comme une arène d’opportunités 
sans fin,
ils confrontent simultanément l'individu avec certains des troubles psychologiques les plus soutenus et 
les plus durables
conditions auxquelles vous pouvez vous exposer. À un moment donné, tous les traders apprennent 
quelque chose sur le
marchés qui indiqueront quand les opportunités existent. Mais apprendre à identifier une opportunité 
d’acheter
ou vendre ne signifie pas que vous avez appris à penser comme un commerçant.
La caractéristique qui distingue les gagnants cohérents de tous les autres est la suivante: les gagnants
ont atteint un état d'esprit ­ un ensemble unique d'attitudes ­ leur permettant de rester disciplinés, 
concentrés,
et, surtout, confiant malgré les conditions défavorables. En conséquence, ils ne sont plus susceptibles de
les peurs communes et les erreurs commerciales qui affligent tout le monde. Tout le monde qui 
commerce finit par apprendre
quelque chose sur les marchés; très peu de gens qui commercent jamais apprendre les attitudes qui sont 
absolument
essentiel pour devenir un gagnant constant. Tout comme les gens peuvent apprendre à perfectionner la 
technique appropriée pour
balançant un club de golf ou une raquette de tennis, leur consistance, ou leur absence, proviendra sans 
aucun doute
leur attitude Les commerçants qui réussissent au­delà du "seuil de cohérence" connaissent généralement 
une grande
beaucoup de souffrance (à la fois émotionnelle et financière) avant d’acquérir la terre d’attitude qui leur 
permet de
fonctionner efficacement dans l'environnement du marché. Les rares exceptions sont généralement ceux 
qui sont nés
familles commerçantes prospères ou qui ont commencé leur carrière sous la direction de quelqu'un qui
compris la vraie nature du commerce et, tout aussi important, a su l’enseigner.
Pourquoi la douleur émotionnelle et le désastre financier sont­ils fréquents chez les commerçants? La 
réponse simple est que la plupart
d’entre nous n’ont pas eu la chance de commencer notre carrière dans le négoce avec les conseils 
appropriés.
Cependant, les raisons vont beaucoup plus loin que cela. J'ai passé les dix­sept dernières années à 
disséquer le
dynamique psychologique derrière le commerce afin que je puisse développer des méthodes efficaces 
pour l'enseignement de la
principes de réussite. Ce que j’ai découvert, c’est que le commerce regorge de paradoxes et de 
contradictions
en pensant qu’il est extrêmement difficile d’apprendre à réussir. En fait, si je devais en choisir un
mot qui résume la nature du trading, ce serait "paradoxe".
(Selon le dictionnaire, un paradoxe est quelque chose qui semble avoir des qualités contradictoires ou qui
est contraire aux idées reçues ou à ce qui a généralement du sens pour les gens).
Les désastres financiers et émotionnels sont fréquents chez les commerçants car beaucoup de 
perspectives,
des attitudes et des principes qui auraient autrement un sens et qui fonctionneraient assez bien dans notre 
vie quotidienne
avoir l'effet inverse dans l'environnement commercial. Ils ne fonctionnent tout simplement pas. Ne 
sachant pas cela, la plupart
Les commerçants commencent leur carrière avec un manque fondamental de compréhension de ce que 
signifie être un commerçant.
compétences qui sont impliquées, et la profondeur à laquelle ces compétences doivent être développées.
Voici un excellent exemple de ce dont je parle: Le trading est intrinsèquement risqué. A ma 
connaissance, non
le commerce a un résultat garanti; par conséquent, la possibilité de se tromper et de perdre de l'argent est 
toujours
présent. Alors, quand vous mettez sur un commerce, pouvez­vous vous considérer comme un preneur de 
risque? Même si cela peut

Page 21
sonner comme une question piège, ce n’est pas.
La réponse logique à la question est, sans équivoque, oui. Si je m'engage dans une activité 
intrinsèquement
risqué, alors je dois être un risqué. Ceci est une hypothèse parfaitement raisonnable pour tout 
commerçant. Dans
fait, non seulement pratiquement tous les commerçants font cette hypothèse, mais la plupart des 
commerçants sont fiers de penser à
eux­mêmes en tant que preneurs de risques. Le problème est que cette hypothèse ne pourrait être plus 
éloignée de la vérité. De
Bien sûr, tout commerçant prend un risque lorsque vous mettez sur un commerce, mais cela ne signifie 
pas que vous êtes
en conséquence accepter ce risque. En d’autres termes, tous les métiers sont risqués car les résultats sont
probable ­ non garanti. Mais la plupart des commerçants croient­ils vraiment qu’ils prennent un risque en
mettant un
Commerce? Ont­ils vraiment accepté que le commerce a un résultat probable non garanti? En outre,
ont­ils pleinement accepté les conséquences possibles?
La réponse est, sans équivoque, non! La plupart des commerçants n'ont absolument aucune idée de ce 
que signifie être un
preneur de risque dans la façon dont un commerçant prospère pense au risque. Les meilleurs traders 
prennent non seulement le risque, ils
ont également appris à accepter et à accepter ce risque. Il existe un énorme fossé psychologique entre 
assumer
vous êtes un preneur de risque parce que vous effectuez des transactions et que vous acceptez pleinement
les risques inhérents à chaque transaction.
Lorsque vous acceptez pleinement les risques, cela aura de profondes répercussions sur vos résultats 
nets.
Les meilleurs traders peuvent effectuer des transactions sans la moindre hésitation ni conflit, et tout aussi
librement
et sans hésitation ni conflit, admettez que cela ne fonctionne pas. Ils peuvent sortir du commerce, même 
avec un
perte ­ et cela ne résonne pas le moindre inconfort émotionnel. En d'autres termes, les risques
inhérents au trading ne font pas perdre aux meilleurs traders leur discipline, leur concentration ou leur 
confiance en eux.
Si vous ne pouvez pas échanger sans le moindre inconfort émotionnel (en particulier, la peur), alors vous
n'ont pas appris à accepter les risques inhérents au trading. C’est un gros problème, car à tout
degré auquel vous n’avez pas accepté le risque, c’est le même degré d’évitement du risque. Essayer
éviter quelque chose d’inévitable aura des effets désastreux sur votre capacité à commercer avec succès.
Il peut être difficile d’apprendre à accepter réellement les risques dans tous les cas, mais c’est 
extrêmement difficile pour
les commerçants, en particulier compte tenu de ce qui est en jeu. De quoi avons­nous généralement le 
plus peur (à part mourir ou
parler en public)? Certes, perdre de l’argent et se tromper se classent tous les deux parmi les premiers.
Admettre que nous avons tort et perdre de l’argent peut être extrêmement douloureux, et certainement 
quelque chose à
éviter. Pourtant, en tant que traders, nous sommes confrontés à ces deux possibilités pratiquement à 
chaque instant où nous sommes dans une
Commerce. Maintenant, vous vous dites peut­être: "Mis à part le fait que ça fait tellement mal, il est 
naturel de
ne pas vouloir se tromper et perdre quelque chose; donc, il convient que je fasse tout ce que je peux pour
évitez. "Je suis d’accord avec vous. Mais c’est aussi cette tendance naturelle qui rend le trading (qui lui 
ressemble
devrait être facile) extrêmement difficile.
Le trading nous présente un paradoxe fondamental: comment rester disciplinés, concentrés et
confiant face à une incertitude constante? Lorsque vous avez appris à "penser" comme un commerçant, 
c'est
exactement ce que vous pourrez faire. Apprendre à redéfinir vos activités commerciales de manière à 
permettre
Accepter complètement le risque est la clé pour penser comme un commerçant prospère. Apprendre à 
accepter le
le risque est une compétence commerciale ­ la compétence la plus importante que vous puissiez 
apprendre. Pourtant, il est rare que les traders en développement se concentrent

Page 22
aucune attention ou ne déploie aucun effort pour l’apprendre.
Lorsque vous maîtriserez les techniques d’acceptation du risque, le marché ne sera pas en mesure de 
générer des informations.
que vous définissez ou interprétez comme douloureux. Si l'information générée par le marché n'a pas le 
potentiel
pour vous causer une douleur émotionnelle, il n'y a rien à éviter. Ce ne sont que des informations, vous 
dire ce que le
les possibilités sont. C'est ce qu'on appelle une perspective objective ­ une perspective qui n'est pas 
biaisée ou déformée par ce que
vous avez peur que cela arrive ou ne se produise pas.
Je suis sûr qu’il n’ya pas un commerçant lisant ce livre qui ne s’est pas lancé dans les métiers trop tôt, 
avant la
le marché a en fait généré un signal, ou trop tard ­ longtemps après que le marché l’a généré. Quoi
le commerçant ne s'est pas convaincu de ne pas accepter une perte et l'a donc transformée en une perte 
plus importante; ou obtenu
sur des métiers gagnants trop tôt; ou s'est retrouvé dans des métiers gagnants mais n'a pris aucun profit, 
et
puis laisser les métiers devenir des perdants; ou déplacé stoplosses plus près de son point d'entrée, 
seulement pour se faire arrêter
et le marché retourne­t­il dans sa direction? Ce ne sont là que quelques­unes des nombreuses erreurs que 
les traders perpétuent
sur eux encore et encore. Ce ne sont pas des erreurs générées par le marché. C'est­à­dire que ces erreurs
ne pas venir du marché. Le marché est neutre, dans le sens où il se déplace et génère des informations
sur lui­même. Le mouvement et l’information fournissent à chacun de nous l’occasion de faire quelque 
chose, mais
c'est tout! Les marchés n’ont aucun pouvoir sur la manière unique dont chacun de nous perçoit et
interprète ces informations, ou contrôle les décisions et les actions que nous prenons en 
conséquence. Les erreurs je
déjà mentionné et beaucoup d’autres sont strictement le résultat de ce que j’appelle "des attitudes 
commerciales erronées et
perspectives. "Des attitudes fautives qui favorisent la peur au lieu de la confiance et la confiance.
Je ne pense pas que je pourrais mettre plus simplement la différence entre les gagnants réguliers et tous 
les autres
que cela: les meilleurs traders n'ont pas peur. Ils n'ont pas peur parce qu'ils ont développé des attitudes 
qui
leur donner le plus haut degré de flexibilité mentale pour entrer et sortir des transactions en fonction de 
ce que le marché
leur parle des possibilités de son point de vue. Dans le même temps, les meilleurs traders ont
développé des attitudes qui les empêchent de devenir téméraire. Tout le monde a peur, dans une certaine 
mesure ou
un autre. Quand ils n'ont pas peur, ils ont tendance à devenir téméraire et à créer le genre de
expérience pour eux­mêmes qui les fera craindre à partir de ce moment­là.
Quatre­vingt­quinze pour cent des erreurs de négociation que vous êtes susceptible de commettre 
provoquant l'évaporation de l'argent
devant vos yeux ­ proviendra de vos attitudes à propos de se tromper, perdre de l'argent, manquer, et
laisser de l'argent sur la table. Ce que j'appelle les quatre principales craintes commerciales.
Maintenant, vous vous dites peut­être: "Je ne suis pas au courant. J'ai toujours pensé que les traders 
devraient avoir
crainte saine des marchés. "Encore une fois, ceci est une hypothèse parfaitement logique et raisonnable. 
Mais quand
vient au commerce, vos peurs agissent contre vous de telle manière que vous causerez la chose même 
que vous
ont peur de se produire réellement. Si vous avez peur de vous tromper, votre peur agira sur votre 
perception.
informations sur le marché d’une manière qui vous amène à faire quelque chose qui finit par vous rendre 
faux.
Lorsque vous avez peur, aucune autre possibilité n'existe. Vous ne pouvez pas percevoir d'autres 
possibilités ou y donner suite
correctement, même si vous parvenez à les percevoir, car la peur l’immobilise. Physiquement, il 
provoque
nous geler ou courir. Mentalement, cela nous oblige à concentrer notre attention sur l’objet de notre 
peur. Ce

Page 23
signifie que les réflexions sur les autres possibilités, ainsi que sur les autres informations disponibles sur 
le marché,
se boucher. Vous ne penserez pas à toutes les choses rationnelles que vous avez apprises sur le marché 
avant d’être
plus peur et l'événement est fini. Ensuite, vous penserez: "Je le savais. Pourquoi je ne pensais pas
alors? "ou," Pourquoi ne pourrais­je pas agir alors? "
Il est extrêmement difficile de percevoir que la source de ces problèmes provient de nos propres attitudes
inappropriées.
C'est ce qui rend la peur si insidieuse. Bon nombre des schémas de pensée qui affectent négativement 
nos échanges sont
une fonction des manières naturelles par lesquelles nous avons été élevés pour penser et voir le 
monde. Ces pensée
modèles sont si profondément enracinés qu'il nous arrive rarement que la source de nos difficultés 
commerciales soit
interne, dérivé de notre état d'esprit. En effet, il semble beaucoup plus naturel de voir la source d’un
problème externe, sur le marché, car il a l’impression que le marché nous cause de la peine, de la 
frustration et
insatisfaction.
Évidemment, ce sont des concepts abstraits et certainement pas quelque chose que la plupart des 
commerçants vont se préoccuper
eux­mêmes avec. Cependant, comprendre la relation entre les croyances, les attitudes et la perception est 
aussi essentiel.
le tennis est essentiel pour le trading, mais aussi pour apprendre à faire tourner un club, c’est
le golf. En d’autres termes, comprendre et contrôler votre perception de l’information du marché est
important que dans la mesure où vous souhaitez obtenir des résultats cohérents.
Je dis cela parce qu'il y a autre chose à propos du trading qui est aussi vrai que l'affirmation que je viens 
de faire:
ne devez rien savoir de vous­même ou des marchés pour exercer un métier gagnant, comme vous ne le 
savez pas
connaître la bonne façon de balancer une raquette de tennis ou un club de golf pour réussir un bon coup 
du temps
au temps. La première fois que j'ai joué au golf, j'ai réussi plusieurs bons coups tout au long du jeu, 
même si je n'avais pas
appris une technique particulière; mais mon score était toujours supérieur à 120 pour 18 
trous. Évidemment, pour améliorer
mon score global, j'avais besoin d'apprendre la technique. Bien entendu, il en va de même pour le 
trading. Nous avons besoin
technique pour atteindre la cohérence. Mais quelle technique? C’est vraiment l’un des aspects les plus 
déroutants
d'apprendre à commercer efficacement. Si nous ne sommes pas conscients de, ou ne comprenons pas, 
comment nos croyances et
attitudes influent sur notre perception de l'information du marché, il semblera que c'est le comportement 
du marché qui
causant le manque de cohérence. En conséquence, il va sans dire que le meilleur moyen d’éviter les 
pertes
et devenir cohérent serait en apprendre davantage sur les marchés.
Ce morceau de logique est un piège dans lequel presque tous les commerçants tombent à un moment 
donné, et il semble faire parfaitement l'affaire.
sens. Mais cette approche ne fonctionne pas. Le marché en offre simplement trop, souvent 
contradictoires ...
variables à considérer. De plus, il n'y a pas de limites au comportement du marché. Il peut faire n'importe
quoi à
à tout moment. En fait, comme chaque personne qui négocie est une variable de marché, on peut dire
qu'un seul commerçant peut faire en sorte que pratiquement tout se produise. Cela signifie que peu 
importe combien vous
En savoir plus sur le comportement du marché, même si vous devenez un excellent analyste, vous ne le 
saurez jamais.
assez pour anticiper de toutes les manières possibles que le marché puisse vous tromper ou vous faire 
perdre
argent. Donc, si vous avez peur de vous tromper ou de perdre de l'argent, cela signifie que vous n'en 
saurez jamais assez pour
compenser les effets négatifs que ces craintes auront sur votre capacité à être objectif et votre capacité
agir sans hésitation. En d'autres termes, vous ne serez pas confiant face à l'incertitude constante. le

Page 24
La dure et froide réalité des transactions est que chaque transaction a un résultat incertain. Sauf si vous 
apprenez à
accepter complètement la possibilité d'un résultat incertain, vous essayerez soit consciemment, soit
inconsciemment, pour éviter toute possibilité que vous définissez comme douloureuse. Ce faisant, vous 
vous soumettrez à
n'importe quel nombre d'erreurs coûteuses générées par l'utilisateur.
Maintenant, je ne dis pas que nous n’avons pas besoin d’une forme d’analyse de marché ou de 
méthodologie pour définir
opportunités et nous permettent de les reconnaître; nous faisons certainement. Cependant, l'analyse du 
marché n'est pas la voie
à des résultats cohérents. Cela ne résoudra pas les problèmes commerciaux créés par le manque de 
confiance, le manque de
discipline ou focalisation inappropriée. Lorsque l’on part de l’hypothèse qu’une analyse plus poussée ou 
meilleure sera
créer de la cohérence, vous serez amené à rassembler autant de variables de marché que possible dans 
votre arsenal
des outils de trading. Mais que se passe­t­il ensuite? Vous êtes toujours déçu et trahi par les marchés, le 
temps
et encore, à cause de quelque chose que vous n'avez pas vu ou que vous n'avez pas suffisamment pris en 
considération. Il se sentira comme toi
ne peut pas faire confiance aux marchés; mais la réalité est que vous ne pouvez pas vous faire confiance.
La confiance et la peur sont des états d’esprit contradictoires qui découlent tous deux de nos croyances et
de nos attitudes. À
être confiant, fonctionner dans un environnement où vous pouvez facilement perdre plus que ce que vous
avez l'intention de risquer,
nécessite une confiance absolue en vous­même. Cependant, vous ne pourrez pas obtenir cette confiance 
avant d'avoir obtenu
entraîné votre esprit à passer outre votre inclination naturelle à penser de manière à nuire au rendement 
de
être un commerçant toujours avec succès. Apprendre à analyser le comportement du marché n’est tout 
simplement pas la
formation appropriée. Vous avez deux choix: vous pouvez essayer d’éliminer les risques en apprenant 
autant de choses
variables du marché que possible. (J'appelle cela le trou noir nf analv <! I <: bpoanif * c'est fhp nafh nf 
ultimate
frustration.) Ou vous pouvez apprendre à redéfinir vos activités commerciales de telle manière que vous 
acceptez réellement
le risque, et vous n'avez plus peur.
Lorsque vous avez atteint un état d'esprit dans lequel vous acceptez réellement le risque, vous ne pouvez 
plus
définir et interpréter les informations de marché de manière pénible. Lorsque vous éliminez le potentiel 
de définition
informations de marché de manière pénible, vous éliminez également la tendance à rationaliser, hésiter, 
sauter le
arme à feu, espère que le marché vous rapportera de l’argent, ou espère que le marché vous sauvera de 
votre
incapacité à réduire vos pertes.
Tant que vous êtes susceptible aux terrains d’erreurs qui résultent de la rationalisation, de la justification,
En hésitant, en espérant et en sautant le fusil, vous ne pourrez pas vous faire confiance. Si tu ne peux pas 
te faire confiance
être objectif et à toujours agir dans votre intérêt, obtenir des résultats cohérents sera une priorité
impossible. Essayer de faire quelque chose qui paraisse si simple pourrait bien être la chose la plus 
exaspérante que vous puissiez avoir.
va jamais essayer de faire. L’ironie est que, quand vous avez l’attitude appropriée, quand vous avez
acquis un "état d'esprit de commerçant" et peut rester confiant face à l'incertitude constante, le commerce
sera
soyez aussi simple et facile que vous le pensiez probablement quand vous avez commencé.
Donc, quelle est la solution? Vous devrez apprendre à adapter vos attitudes et vos croyances à l’égard du 
commerce des
de manière à pouvoir échanger sans la moindre crainte, tout en gardant un cadre de travail
endroit qui ne vous permet pas de devenir imprudent. C'est exactement ce que ce livre est conçu pour 
enseigner
vous. À mesure que vous avancez, j'aimerais que vous gardiez quelque chose à l'esprit.

Page 25
Le commerçant prospère que vous souhaitez devenir est une projection future de vous que vous devez 
développer.
dans. La croissance implique l'expansion, l'apprentissage et la création d'une nouvelle façon de 
s'exprimer. C'est vrai
même si vous êtes déjà un commerçant prospère et lisez ce livre pour avoir plus de succès. Beaucoup
des nouvelles façons dont vous apprendrez à vous exprimer seront en conflit direct avec les idées et
croyances que vous avez actuellement sur la nature du trading. Vous pouvez ou non déjà être au courant 
de certains des
ces croyances. Quoi qu’il en soit, ce que vous considérez comme vrai à propos de la nature du trading va 
faire valoir
gardez les choses telles qu'elles sont, malgré vos frustrations et vos résultats insatisfaisants.
Ces arguments internes sont naturels. Mon défi dans ce livre est de vous aider à résoudre ces arguments
aussi efficacement que possible. Votre volonté de considérer que d’autres possibilités existent ­ des 
possibilités qui
vous n'êtes peut­être pas au courant ou n'avez pas suffisamment pris en compte votre volonté
processus d'apprentissage plus rapide et plus facile.

Page 26
CHAPITRE 2
Le leurre
(Et les dangers)
DE TRADING
En janvier 1994, on m’a demandé de prendre la parole lors d’une conférence commerciale à Chicago, 
parrainée par Futures
Magazine. À l'un des déjeuners, je me trouvais assis à côté d'un éditeur pour l'un des principaux
les éditeurs de livres sur le commerce. Nous avons eu une conversation animée sur les raisons pour 
lesquelles si peu de gens
réussir à la négociation, même les personnes qui sont par ailleurs très accomplis. À un moment donné, le
éditeur m'a demandé si une explication possible de ce phénomène pourrait être que les gens entraient 
dans
commerce pour les mauvaises raisons.
L'ATTRACTION
J'ai dû faire une pause pour réfléchir à cela. Je conviens que bon nombre des raisons typiques pour 
lesquelles les gens sont
motivés à échanger ­ l'action, l'euphorie, le désir d'être un héros, l'attention que l'on peut attirer sur soi
gagner, ou la pitié de soi qui vient de perdre, créent des problèmes qui finiront par nuire à une
performances et succès global des traders. Mais la véritable attraction sous­jacente au trading est bien 
plus
fondamental et universel. Le commerce est une activité qui offre à l’individu une liberté illimitée de
expression créative, une liberté d’expression qui nous a été refusée à la plupart de nos vies.
Bien sûr, l'éditeur m'a demandé ce que je voulais dire par là. J'ai expliqué que dans l'environnement 
commercial, nous
faire presque toutes les règles. Cela signifie qu'il y a très peu de restrictions ou de limites sur la façon 
dont nous pouvons
choisir de s'exprimer. Bien sûr, il y a des formalités telles que devoir devenir membre
d'une bourse pour être un négociateur de marché ou qui remplit les conditions financières minimales 
pour ouvrir une maison de courtage
compte si vous êtes un commerçant hors sol. Mais sinon, une fois que vous êtes en mesure de 
commencer à négocier, le
les possibilités qui existent pour ce que vous faites sont pratiquement illimitées.
Je lui ai ensuite donné l'exemple d'un séminaire auquel j'ai assisté il y a plusieurs années. Quelqu'un avait
calculé
que, si l'on combinait les contrats à terme sur obligations, les options sur obligations et les marchés des 
obligations au comptant, il y aurait plus de huit
milliards de combinaisons possibles. Maintenant, ajoutez les considérations de synchronisation en 
fonction de la façon dont vous lisez les
conditions du marché, et les différentes façons de commercer deviennent pratiquement illimitées.
L'éditeur s'arrêta un instant et demanda: "Mais pourquoi avoir accès à un tel réseau sans restriction?
l’environnement aboutit­il à un échec assez cohérent? "J'ai répondu:" Parce que des possibilités illimitées
avec la liberté illimitée de tirer parti de ces possibilités offrent à l'individu une expérience unique
et des défis psychologiques spécialisés, défis que très peu de personnes sont correctement équipées pour 
faire face
Page 27
avec, ou ont une conscience de d'ailleurs, et les gens ne peuvent pas travailler exactement pour surmonter
quelque chose
s'ils ne savent même pas que c'est un problème. "
La liberté est grande. Nous semblons tous vouloir naturellement le faire, nous efforcer de l'obtenir, même
le désirer. Mais ça ne veut pas dire
que nous avons les ressources psychologiques appropriées pour fonctionner efficacement dans un 
environnement qui a
peu de frontières, voire aucune, et où existe le potentiel de nous causer d’énormes dommages. Presque
tout le monde a besoin de faire des ajustements mentaux, indépendamment de leur formation,
l'intelligence ou leur succès dans d'autres entreprises.
Le genre d’ajustements dont je parle concerne la création d’une structure mentale interne qui
fournit au commerçant le plus grand degré d’équilibre entre la liberté de faire quoi que ce soit et la
potentiel qui existe de subir à la fois les dommages financiers et psychologiques qui peuvent être une
résultat de cette liberté.
Créer une structure mentale peut être assez difficile, surtout si ce que vous voulez instiller est en conflit
avec ce que vous croyez déjà. Mais pour ceux d’entre nous qui veulent être commerçants, la difficulté de 
créer le
La structure appropriée est invariablement aggravée par un arriéré de résistance mentale qui commence à
se développer.
au tout début de notre vie.
Nous sommes tous nés dans une sorte d'environnement social. Un environnement social (ou société), que
ce soit
une famille, une ville, un état ou un pays implique l'existence d'une structure. Les structures sociales sont
constituées de règles,
restrictions, limites et un ensemble de croyances qui deviennent un code de comportement qui limite les 
moyens dans
quels individus au sein de cette structure sociale peuvent ou ne peuvent pas s'exprimer. En outre, la 
plupart des
les limites de la structure sociale ont été établies avant notre naissance. En d’autres termes, au moment 

de nous arriver ici, la plupart de la structure sociale qui régit notre expression individuelle est en place et 
bien
retranché. Il est facile de comprendre pourquoi le besoin de structure d’une société et celui de l’individu 
de
l'expression peut entrer en conflit. Toute personne qui veut maîtriser l’art du trading est confrontée à un 
tel
conflit fondamental. J'aimerais que vous vous demandiez quelle caractéristique (une forme de
expression) est commune à chaque enfant né sur cette planète, quels que soient son emplacement, sa 
culture ou son origine sociale.
situation dans laquelle l'enfant est né. La réponse est la curiosité. Chaque enfant est curieux. Chaque 
enfant est désireux de
apprendre. Ils peuvent être décrits comme de petites machines d'apprentissage.
Considérez la nature de la curiosité. À son niveau le plus fondamental, c'est une force. Plus 
spécifiquement, c’est un
force dirigée vers l'intérieur, ce qui signifie qu'il n'y a aucune nécessité de motiver un enfant à apprendre 
quelque chose. À gauche sur
eux­mêmes, les enfants exploreront naturellement leur environnement. De plus, cette force dirigée vers 
l'intérieur
semble également avoir son propre agenda; en d'autres termes, même si tous les enfants sont curieux, 
tous les enfants ne sont pas
sont naturellement curieux des mêmes choses. Il y a quelque chose en chacun de nous qui dirige notre
conscience.
Même les nourrissons semblent savoir ce qu'ils veulent et ne veulent pas. Quand les adultes rencontrent 
cet affichage unique
de l'individualité exprimée par un bébé, ils sont généralement surpris. Ils supposent que les nourrissons 
ont
rien à l'intérieur d'eux qui les rend uniques qui ils sont. Sinon, comment les enfants exprimeraient­ils leur
l’individualité que par ce qui dans leur environnement les attire ou les repousse? J'appelle cela dirigé 
vers l'intérieur

Page 28
guider la force des attractions naturelles.
Les attractions naturelles sont simplement les choses pour lesquelles nous ressentons un intérêt naturel 
ou passionné. Le nôtre est
un monde vaste et diversifié, et il offre à chacun de nous beaucoup à apprendre et à expérimenter. Mais 
ça
ne signifie pas que chacun de nous a un intérêt naturel ou passionné à apprendre ou à vivre tout ce qu'il y
a à
est. Il existe un mécanisme interne qui nous rend "naturellement sélectif".
Si vous y réfléchissez, je suis sûr que vous pourriez énumérer beaucoup de choses à faire ou être que 
vous n'avez absolument aucune
intérêt pour. Je sais que je pourrais. Vous pouvez également faire une autre liste des choses que vous 
n'êtes que marginalement
intéressé par. Enfin, vous pouvez lister tout ce qui vous passionne. Bien sûr, les listes deviennent
plus petit à mesure que les niveaux d’intérêt augmentent. D'où vient l'intérêt passionné? Mon avis 
personnel est que
cela vient du niveau le plus profond de notre être, au niveau de notre véritable identité. Cela vient de la 
part de
nous qui existe au­delà des caractéristiques et des traits de personnalité que nous acquérons à la suite de 
notre sociale
éducation.
LES DANGERS
C'est au plus profond de notre être que le potentiel de conflit existe. La structure sociale que nous 
sommes
né dans peut ou peut ne pas être sensible à ces besoins et intérêts internes. Par exemple, vous
peuvent être nés dans une famille d’athlètes extrêmement compétitifs, mais ressentent un intérêt 
passionné pour
musique classique ou art. Vous pouvez même avoir une capacité athlétique naturelle, mais aucun intérêt 
réel à participer à
événements sportifs. Y at­il un potentiel de conflit ici?
Dans une famille typique, la plupart des membres exercent beaucoup de pression pour que vous suiviez 
les traces.
de vos frères, soeurs ou parents. Ils font tout leur possible pour vous apprendre leurs manières et 
comment
le meilleur parti de votre capacité sportive. Ils vous découragent de poursuivre sérieusement tout autre 
intérêt.
Vous acceptez ce qu'ils veulent, parce que vous ne voulez pas être ostracisé, mais en même temps, en 
faisant
ce qu'ils veulent que vous fassiez ne vous semble pas juste, même si tout ce que vous avez appris et 
appris
plaide en faveur de devenir un athlète. Le problème, c'est que vous ne vous sentez pas comme ça.
Les conflits qui résultent de ce que nous avons appris sur qui nous sommes censés être et le sentiment 
que
résonner aux niveaux les plus profonds de notre être n'est pas du tout rare. Je dirais que beaucoup, sinon 
plus
grandir dans un environnement familial et culturel qui donne peu, le cas échéant, d'objectifs objectifs
soutien aux façons uniques par lesquelles nous nous sentons obligés de nous exprimer. Ce manque de 
soutien n'est pas
simplement une absence d'encouragement. Cela peut être aussi profond que le déni absolu d’une manière
particulière dans
que nous voulons exprimer. Par exemple, regardons une situation courante: un enfant en bas âge, qui 
pour
la première fois de sa vie, remarque "cette chose", que nous appelons un vase, sur la table basse. Il est 
curieux,
ce qui signifie qu'il y a une force intérieure qui l'oblige à faire l'expérience de cet objet. En un sens, c'est 
comme si
cette force crée un vide dans son esprit qui doit être rempli avec l'objet de son intérêt. Donc il
se concentre sur le vase et, avec une intention délibérée, rampe sur la vaste étendue du sol du salon
à la table basse. Quand il y arrive, il atteint le bord de la table pour se relever.

Page 29
Avec une main fermement sur la table pour maintenir son équilibre, son autre main tend la main pour 
toucher cette chose
il n'a jamais connu. Juste à ce moment, il entend un cri venant de l’autre côté de la pièce: "NON!
TOUCHER CELA! "
Surpris, l'enfant retombe sur ses fesses et se met à pleurer. De toute évidence, c'est un très commun
occurrence et qui est complètement inévitable. Les enfants n'ont absolument aucune idée de la façon dont
ils
peut se blesser ou comment précieux quelque chose comme un vase peut être. En fait, apprendre ce qui 
est sûr et
ce qui ne l'est pas et la valeur des choses sont des leçons importantes que l'enfant doit 
apprendre. Cependant, il y en a
dynamique psychologique extrêmement importante au travail ici qui ont un effet direct sur notre capacité
à
créer le genre de discipline et de concentration nécessaires pour commercer efficacement plus tard dans 
la vie.
Que se passe­t­il lorsque nous sommes privés de la possibilité de nous exprimer de la manière que nous 
voulons, ou que nous sommes
forcé de nous exprimer d'une manière qui ne correspond pas au processus de sélection naturelle?
L'expérience crée une surprise. Être "rétabli" implique un déséquilibre. Mais qu'est­ce qui est hors de
équilibre? Pour que quelque chose soit déséquilibré, il doit y avoir quelque chose qui est équilibré ou 
égal
proportion en premier lieu. Ce quelque chose est le degré de correspondance relatif qui existe
entre notre environnement intérieur, mental et extérieur où nous vivons nos vies. Dans
Autrement dit, nos besoins et nos désirs sont générés dans notre environnement mental et ils sont 
satisfaits dans
l'environnement extérieur. Si ces deux environnements sont en correspondance, nous sommes dans une
état d’équilibre intérieur et nous éprouvons un sentiment de satisfaction ou de bonheur. Si ces 
environnements ne sont pas en
correspondance, nous éprouvons de l'insatisfaction, de la colère et de la frustration, ou de ce que l'on 
appelle communément
comme douleur émotionnelle.
Maintenant, pourquoi ne pas obtenir ce que nous voulons ou se voir refuser la liberté de nous exprimer 
dans certains
de manière particulière nous faire l'expérience de la douleur émotionnelle? Ma théorie personnelle est 
que les besoins et les désirs
créer des aspirations mentales. L'univers dans lequel nous vivons a une tendance naturelle à ne pas 
tolérer le vide
et se déplace pour le remplir, chaque fois qu'il en existe. (Le philosophe Spinoza a observé il y a des 
siècles que,
"La nature a horreur du vide.")
Aspirez l’air d’une bouteille et votre langue et vos lèvres vont coller à la bouche de la bouteille, car vous
ont créé un déséquilibre (un vide), qui doit maintenant être comblé. Quelle est la dynamique derrière le
expression "La nécessité est la mère de toute invention"? La reconnaissance qu'un besoin crée un mental
vide que l’univers se remplira de pensées inspirantes (si votre esprit est réceptif). Les pensées, dans
à son tour, peut inspirer le mouvement et l'expression qui permettent de satisfaire ce besoin.
À cet égard, je pense que notre environnement mental fonctionne comme l'univers dans son 
ensemble. Une fois que nous reconnaissons un
besoin ou désir, nous remplissons le vide avec une expérience dans l’environnement extérieur. Si nous 
sommes
nié la possibilité de poursuivre l’objet de ce besoin ou de ce désir, il se sent littéralement comme si nous 
ne sommes pas
ensemble, ou que quelque chose manque, ce qui nous met dans un état de déséquilibre ou de douleur 
émotionnelle. (Faire notre
esprits ont­ils aussi horreur du vide, une fois celui­ci créé?) Eloignez un jouet d'un enfant qui n'est pas
fini de jouer avec elle (quelle que soit la justesse de vos raisons) et l'universel
la réponse sera une douleur émotionnelle.

Page 30
À l'âge de 18 ans, nous sommes sur Terre depuis environ 6 570 jours. En moyenne, combien
fois par jour l'enfant typique entend­il des affirmations telles que:
"Non, non, tu ne peux pas faire ça."
"Vous ne pouvez pas le faire de cette façon. Vous devez le faire de cette façon."
"Pas maintenant; laisse­moi y penser."
"Je vous tiens au courant."
"Cela ne peut pas être fait."
"Qu'est­ce qui te fait penser que tu peux le faire?"
"Tu dois le faire. Tu n'as pas le choix."
Ce ne sont là que quelques­uns des moyens relativement agréables par lesquels nous nous voyons tous 
nier toute expression individuelle.
nous grandissons. Même si nous n'entendions de telles déclarations qu'une ou deux fois par jour, cela 
représente encore plusieurs
mille dénégations au moment où nous atteignons l'âge adulte.
J'appelle ces terres d'expériences des "impulsions refusées" d'apprendre, impulsions fondées sur un 
besoin intérieur,
provenant de la partie la plus profonde de notre identité, du processus de sélection naturelle.
Qu'advient­il de toutes ces impulsions qui ont été refusées et laissées non satisfaites? Est­ce qu'ils s'en 
vont?
Ils peuvent, s’ils sont réconciliés d’une manière ou d’une autre: si nous faisons quelque chose ou si 
quelqu'un d'autre fait quelque chose,
remettre notre environnement mental en équilibre. Que peut remettre notre environnement mental dans
équilibre? Il existe un certain nombre de techniques.
Le plus naturel, en particulier pour un enfant, est simplement de pleurer. Pleurer est un mécanisme 
naturel (la nature
moyen) pour concilier ces pulsions refusées et non réalisées. Les chercheurs scientifiques ont découvert 
que les larmes étaient
composé d'ions chargés négativement. Si on lui permet de suivre son cours naturel, pleurer expulsera le
chargée négativement dans notre esprit et nous ramène à un état d’équilibre, même si la
l'impulsion initiale n'a jamais été remplie.
Le problème est que, la plupart du temps, les événements ne sont pas autorisés à suivre leur cours naturel
et les refusés
les impulsions ne sont jamais réconciliées (du moins, pas tant que nous sommes encore enfants). Il y a 
plusieurs raisons pour lesquelles
les adultes n'aiment pas que leurs enfants (surtout les garçons) pleurent et fassent tout leur possible pour 
les décourager
Ce comportement. Il y a autant de raisons pour lesquelles les adultes ne se soucieront pas d'expliquer aux
enfants pourquoi ils
sont forcés de faire quelque chose qu'ils ne veulent pas faire. Même si les adultes essaient, il n'y a aucune
assurance
qu'ils seront suffisamment efficaces pour réconcilier le déséquilibre. Que se passe­t­il si ces impulsions 
ne sont pas
réconcilié?
Ils s’accumulent et finissent généralement par se manifester sous diverses formes addictives et
comportements compulsifs. Une règle générale très vague est la suivante: tout ce que nous croyons avoir 
été privé de
comme les enfants peuvent facilement devenir des dépendances à l'âge adulte. Par exemple, beaucoup de
gens sont dépendants de
attention. Je parle des personnes qui feront le maximum pour attirer l’attention sur elles­mêmes. Le plus
La raison commune en est qu’ils croient qu’ils n’ont pas non plus reçu assez d’attention lorsqu’ils étaient

Page 31
jeunes ou ne l’ont pas eu au moment où c’était important pour eux. Dans tous les cas, la privation devient
non résolue
énergie émotionnelle qui les oblige à se comporter de manière à satisfaire la dépendance. Ce qui est 
important
pour nous de comprendre ces impulsions non réconciliées et déniées (qui existent en chacun de nous) est 
la
affecter notre capacité à rester concentré et à adopter une approche disciplinée et cohérente à l'égard de 
nos opérations.
LES SAUVEGARDES
Pour fonctionner efficacement dans l'environnement commercial, nous avons besoin de règles et de 
limites pour guider notre comportement.
C’est un simple fait d’échanger que le potentiel existe de nous causer des dommages énormes ­ des 
dommages qui
peut être hors de proportion avec ce que nous pouvons penser est possible. Il existe de nombreux types 
de métiers dans
dont le risque de perte est illimité.
Pour éviter la possibilité de nous exposer à des dommages, nous devons créer une structure interne
la forme de discipline mentale spécialisée et une perspective qui guide notre comportement afin que nous
ayons toujours
agir dans notre meilleur intérêt. Cette structure doit exister en chacun de nous car, contrairement à la 
société, le
le marché ne le fournit pas. Les marchés fournissent une structure sous la forme de comportements qui 
indiquent
quand une opportunité d'achat ou de vente existe. Mais c'est là que la structure se termine ­ avec une 
simple indication.
Sinon, du point de vue de chaque individu, il n'y a pas de règles formalisées pour guider votre 
comportement.
Il n’ya même pas de débuts, de milieux ou de fins comme il en existe dans pratiquement toutes les autres 
activités
participe à.
C'est une distinction extrêmement importante avec des implications psychologiques profondes. Le 
marché est comme
un flux qui est en mouvement constant. Il ne commence pas, ne s’arrête pas et n’attend pas. Même quand
les marchés sont fermés,
les prix sont toujours en mouvement. Il n’existe aucune règle selon laquelle le prix d’ouverture un jour 
donné doit être identique à celui du
cours de clôture la veille. Rien dans la société ne nous prépare correctement à fonctionner efficacement
un tel environnement "sans frontières". Même les jeux de hasard ont des structures intégrées qui les 
rendent
très différent du commerce, et beaucoup moins dangereux. Par exemple, si nous décidons de jouer au 
blackjack, le
La première chose à faire est de décider combien nous allons miser ou risquer. C'est un choix que nous 
sommes
forcé de faire par les règles du jeu. Si nous ne faisons pas le choix, nous ne jouons pas.
En trading, personne (sauf vous­même) ne va vous forcer à décider à l'avance de votre risque. En réalité,
ce que nous avons est un environnement sans limites, où pratiquement tout peut arriver à tout moment et 
seulement
les gagnants cohérents définissent leur risque avant de passer à un échange. Pour tous les autres, définir 
le
risque à l’avance vous obligerait à faire face au fait que chaque métier a un résultat probable, c’est­à­dire
que cela pourrait être un perdant. Les perdants constants font presque tout pour éviter d’accepter la 
réalité qu’aucun
Peu importe la qualité d'un commerce, il pourrait perdre. Sans la présence d’une structure externe forçant
le
type de commerçant de penser le contraire, il est sujet à un grand nombre de justifications, de 
rationalisations et
le genre de logique déformée qui lui permettra de se lancer dans un métier convaincant qu’il ne peut pas 
perdre, ce qui
rend la détermination du risque à l'avance non pertinente.
Tous les jeux de hasard ont des débuts, des milieux et des fins spécifiés, basés sur une séquence 
d'événements

Page 32
qui déterminent le résultat du match. Une fois que vous décidez de participer, vous ne pouvez plus 
changer
votre esprit, vous êtes dans la durée. Ce n'est pas vrai du trading. Dans le commerce, les prix sont en 
constante
mouvement, rien ne commence tant que vous ne le décidez pas, il dure aussi longtemps que vous le 
souhaitez et il ne finit pas avant
vous voulez que ce soit fini. Indépendamment de ce que vous avez prévu ou voulu faire, un nombre 
quelconque de
des facteurs psychologiques peuvent entrer en jeu, vous distraire, changer d’avis, devenir
effrayé ou trop confiant: en d’autres termes, vous obliger à vous comporter de manière erratique et 
imprévue.
Parce que les jeux de hasard ont une fin formelle, ils obligent le participant à être un perdant actif. Si 
vous êtes
sur une série de défaites, vous ne pouvez pas continuer à perdre sans prendre une décision consciente de 
le faire. La fin de
chaque jeu provoque le début d’un nouveau jeu, et vous devez soumettre activement plus de vos actifs à
risque supplémentaire en tendant la main dans votre portefeuille ou en poussant des jetons au centre de la
table.
Le commerce n'a pas de fin officielle. Le marché ne vous sortira pas d'un commerce. Sauf si vous avez le
structure mentale appropriée pour mettre fin à un commerce d’une manière qui est toujours dans votre 
intérêt, vous pouvez
devenir un perdant passif. Cela signifie que, une fois que vous êtes dans un commerce perdant, vous ne 
devez rien faire pour
continue à perdre. Tu n'as même pas à regarder. Vous pouvez simplement ignorer la situation et le 
marché
prenez tout ce que vous possédez et plus encore.
L'une des nombreuses contradictions du trading est qu'il offre à la fois un cadeau et une malédiction. Le 
cadeau est
que, peut­être pour la première fois de notre vie, nous contrôlons totalement tout ce que nous faisons. La 
malédiction est
qu'il n'y a pas de règles ou de limites externes pour guider ou structurer notre comportement. L'illimité
Les caractéristiques de l’environnement commercial exigent que nous agissions avec un certain degré de 
retenue et d’autosuffisance.
contrôle, au moins si nous voulons créer une mesure de succès cohérent. La structure dont nous avons 
besoin
guider notre comportement doit provenir de votre esprit, en tant qu’acte conscient de libre volonté. C’est 
là que les nombreux
les problèmes commencent.
PROBLÈME: la volonté de créer des règles
Je n'ai pas encore rencontré de personne intéressée par le trading qui n'ait pas résisté à l'idée de créer un 
ensemble de
règles. La résistance n'est pas toujours manifeste. Bien au contraire, c'est généralement très subtil. Nous 
sommes d'accord sur celui
Cette règle a du sens, mais nous n’avons vraiment aucune intention de faire ce qui est suggéré. Ce
la résistance peut être intense et elle a une source logique.
La plupart de la structure dans nos esprits nous a été donnée à la suite de notre éducation sociale et basée 
sur
choix faits par d'autres personnes. En d'autres termes, il a été instillé dans nos esprits, mais ne provient 
pas de notre
esprits. C'est une distinction très importante. Dans le processus de structuration, beaucoup de nos 
ressources naturelles
impulsions pour se déplacer, exprimer, et en apprendre davantage sur la nature de notre existence par 
notre propre directe
l'expérience a été refusée. Nombre de ces impulsions refusées n’ont jamais été réconciliées et existent 
toujours à l’intérieur de
nous comme frustration, colère, déception, culpabilité ou même haine. L'accumulation de ces négatifs
les sentiments agissent comme une force dans notre environnement mental, nous obligeant à résister à 
tout ce qui nous empêche de
la liberté de faire et d'être ce que nous voulons, quand nous voulons.

Page 33
En d’autres termes, la raison même pour laquelle nous sommes attirés par le commerce, à savoir la 
liberté illimitée de
expression créative ­ est la même raison pour laquelle nous ressentons une résistance naturelle à la 
création de types de règles et
limites qui peuvent guider de manière appropriée notre comportement. C'est comme si on avait trouvé 
une utopie dans laquelle il y a
liberté totale, puis quelqu'un nous tape sur l'épaule et dit: "Hé, vous devez créer des règles,
Et non seulement cela, vous devez aussi avoir la discipline pour les respecter. "
Le besoin de règles peut sembler parfaitement logique, mais il peut être difficile de générer la motivation
pour créer
ces règles lorsque nous essayons de nous en libérer la plupart de nos vies. Cela prend généralement 
beaucoup
de souffrance pour détruire la source de notre résistance à établir et à respecter un marché
régime organisé, cohérent et reflétant des règles de gestion prudente. Maintenant, je ne suis pas
ce qui implique que vous devez concilier toutes vos frustrations et déceptions passées pour devenir un
commerçant réussi, parce que ce n'est pas le cas. Et vous n'avez certainement pas à souffrir.
J'ai travaillé avec de nombreux traders qui ont atteint leurs objectifs de cohérence et qui ne l'ont pas 
encore fait.
rien pour réconcilier leur arriéré d'impulsions refusées. Cependant, je veux dire que vous ne pouvez pas 
prendre pour
accordé combien d’efforts et de concentration vous devrez peut­être mettre à construire le type de 
structure mentale qui
compense l’effet négatif que des impulsions refusées peuvent avoir sur votre capacité à établir les 
compétences
assurera votre succès en tant que commerçant.
PROBLÈME: Omission de responsabilité
Le trading peut être caractérisé comme un choix personnel pur et sans lourdeur avec un résultat 
immédiat.
Rappelez­vous, rien ne se passe jusqu'à ce que nous décidions de commencer; ça dure aussi longtemps 
qu'on veut; et ça ne finit pas avant
nous décidons d'arrêter. Tous ces débuts, milieux et fins sont le résultat de notre interprétation de
les informations disponibles et comment nous choisissons d'agir sur notre interprétation. Maintenant, 
nous pouvons vouloir le
la liberté de faire des choix, mais cela ne signifie pas que nous sommes prêts et disposés à accepter la 
responsabilité
pour les résultats. Les commerçants qui ne sont pas prêts à accepter la responsabilité des résultats de 
leurs
interprétations et actions vont se retrouver dans un dilemme: comment participer à une activité
qui permet une totale liberté de choix tout en évitant de prendre des responsabilités si le résultat
de ses choix sont inattendus et pas à son goût?
La dure réalité du trading est que, si vous voulez créer de la cohérence, vous devez partir du principe
peu importe le résultat, vous êtes entièrement responsable. C'est un niveau de responsabilité peu
les gens ont aspiré avant de décider de devenir des commerçants. Le moyen d'éviter la responsabilité est 
d'adopter
un style de négociation qui est, à toutes fins utiles, aléatoire. Je définis le trading aléatoire comme mal 
planifié
métiers ou métiers qui ne sont pas planifiés du tout. C’est une approche non organisée qui prend en 
compte une
ensemble illimité de variables de marché, qui ne vous permettent pas de savoir ce qui fonctionne de 
manière cohérente
et ce qui ne l'est pas.
Le hasard est une liberté non structurée sans responsabilité.
Lorsque nous négocions sans plans bien définis et avec un ensemble illimité de variables, il est très facile
de prendre

Page 34
crédit pour les métiers qui nous plaisent (car il y avait "une" méthode présente). Au même
temps, il est très facile d'éviter de prendre la responsabilité des métiers qui ne se sont pas révélés comme 
nous le souhaitions
(car il y a toujours une variable que nous ne connaissions pas et que nous ne pouvions donc pas prendre 
en
considération préalable). Si le comportement des marchés était vraiment aléatoire, alors il serait difficile 
sinon
impossible de créer de la cohérence. S'il est impossible d'être cohérent, alors nous n'avons vraiment pas à
prendre
responsabilité. Le problème avec cette logique est que notre expérience directe des marchés nous dit
quelque chose de différent. Les mêmes comportements se présentent encore et encore. Même si
le résultat de chaque modèle individuel est aléatoire, le résultat d'une série de modèles est cohérent
(statistiquement fiable). C’est un paradoxe, mais qui se résout facilement avec une discipline, une 
organisation,
et approche cohérente.
J'ai travaillé avec d'innombrables traders qui consacraient des heures à l'analyse du marché et à la 
planification des transactions.
pour le lendemain Ensuite, au lieu de mettre en place les métiers qu'ils avaient planifiés, ils ont fait autre 
chose. Les métiers
ils portaient généralement des idées d'amis ou des conseils de courtiers. Je n'ai probablement pas à te dire
que les métiers qu'ils avaient initialement planifiés, mais sur lesquels ils n'avaient pas agi, étaient 
généralement les grands gagnants de la journée.
C’est un exemple classique de la manière dont nous devenons susceptibles de faire du trading aléatoire et
non structuré
vouloir éviter la responsabilité. Lorsque nous agissons sur nos propres idées, nous mettons nos capacités 
créatrices en jeu
et nous obtenons un retour instantané sur le fonctionnement de nos idées. Il est très difficile de 
rationaliser loin de
résultats insatisfaisants. D'autre part, lorsque nous entrons dans un commerce aléatoire non planifié, il est
beaucoup plus facile
déplacer la responsabilité en accusant l'ami ou le courtier pour leurs mauvaises idées.
Il y a autre chose dans la nature du trading qui permet d’échapper facilement à la responsabilité qui
créer une structure favorisant les échanges aléatoires: c’est le fait que tout commerce a le potentiel
être un gagnant, même un grand gagnant. Ce grand commerce gagnant peut venir de votre chemin si 
vous êtes un grand
analyste ou un moche; que vous en preniez ou non la responsabilité. Il faut des efforts pour créer le genre
de
approche disciplinée qui est nécessaire pour devenir un gagnant cohérent. Mais, comme vous pouvez le 
voir, c'est très facile
d'éviter ce genre de travail mental en faveur de la négociation avec une approche aléatoire et 
indisciplinée.
PROBLÈME: Dépendance aux récompenses aléatoires
Plusieurs études ont été réalisées sur les effets psychologiques des récompenses aléatoires sur les 
singes. Pour
Par exemple, si vous apprenez à un singe à exécuter une tâche et que vous le récompensez 
systématiquement chaque fois que la tâche est terminée, le
Le singe apprend rapidement à associer un résultat spécifique aux efforts déployés. Si vous arrêtez de le 
récompenser pour
faire la tâche, dans un très court laps de temps le singe cessera tout simplement de faire la tâche. Ça ne 
va pas
gaspille son énergie à faire quelque chose pour lequel il a maintenant appris qu'il ne sera pas 
récompensé. Cependant, le
La réponse du singe d'être coupé de la récompense est très différente si vous partez purement aléatoire
calendrier, au lieu d'un cohérent. Lorsque vous arrêtez d'offrir la récompense, il n'y a aucun moyen que le
singe
peut savoir qu'il ne sera plus jamais récompensé pour cette tâche. Chaque fois, il a été récompensé dans 
le
passé, la récompense a été une surprise. En conséquence, du point de vue du singe, il n'y a aucune raison 
d'arrêter

Page 35
faire la tâche. Le singe continue à faire la tâche, même sans être récompensé pour le faire. Certains
continuera indéfiniment.
Je ne sais pas pourquoi nous sommes susceptibles de devenir accro à des récompenses aléatoires. Si je 
devais deviner, je le ferais
dire qu'il a probablement quelque chose à voir avec les produits chimiques induisant l'euphorie qui sont 
libérés dans notre
cerveaux lorsque nous éprouvons une surprise inattendue et agréable. Si une récompense est aléatoire, on
ne sait jamais
sûr que si et quand nous pourrions le recevoir, dépensant ainsi de l'énergie et des ressources dans l'espoir 
de vivre
Ce merveilleux sentiment de surprise n'est pas difficile à nouveau. En fait, pour beaucoup de gens, cela 
peut devenir très addictif.
D'autre part, lorsque nous attendons un résultat particulier et qu'il ne se produit pas, nous sommes déçus
et se sentir mal. Si nous le faisons à nouveau et obtenons le même résultat décevant, il est peu probable 
que nous restions
Faire quelque chose que nous savons nous causera une douleur émotionnelle.
Le problème avec toute dépendance est que cela nous laisse dans un état de "sans choix". À n'importe 
quel degré
la dépendance domine notre état d'esprit, au même degré notre attention et nos efforts seront orientés
vers la réalisation de l'objet de cette dépendance. Autres possibilités à réaliser à tout moment
d’autres besoins (comme le besoin de se faire confiance et de ne pas exposer trop d’actifs au risque) sont 
soit
ignoré ou rejeté. Nous nous sentons impuissants à agir autrement que pour satisfaire la dépendance. Un
La dépendance aux récompenses aléatoires est particulièrement gênante pour les traders, car c’est une 
autre source de
résistance à créer le type de structure mentale qui produit de la cohérence.
PROBLÈME: Contrôle externe versus contrôle interne
Notre éducation nous a programmés pour fonctionner dans un environnement social, ce qui signifie que 
nous avons acquis
certaines stratégies de réflexion pour satisfaire nos besoins, désirs et désirs qui sont orientés vers le social
interaction. Non seulement avons­nous appris à dépendre les uns des autres pour satisfaire nos besoins, 
nos désirs et nos désirs
ne peut pas remplir complètement par nous­mêmes, mais dans le processus, nous avons acquis beaucoup 
de contrôle basé sur la société
et manipulant des techniques pour assurer que les autres se comportent de manière compatible avec
ce que nous voulons.
Les marchés peuvent sembler être une entreprise sociale car il y a tellement de gens impliqués, mais ils 
sont
ne pas. Si, dans la société moderne, nous avons appris à dépendre les uns des autres pour satisfaire nos 
besoins essentiels,
l’environnement de marché (même s’il existe au sein de la société moderne) peut être qualifié de
désert psychologique, où il est vraiment chaque homme ou femme pour lui­même. Non seulement 
pouvons­nous
dépend pas du marché pour faire quoi que ce soit pour nous, mais il est extrêmement difficile, voire 
impossible, de
manipuler ou contrôler tout ce que le marché fait. Maintenant, si nous sommes devenus efficaces pour 
remplir notre
besoins, désirs et désirs en apprenant à contrôler et à manipuler notre environnement, mais tout à coup 
trouver
nous­mêmes, en tant que négociants, dans un environnement qui ne sait pas, ne se soucie pas ou ne réagit
à rien qui soit
important pour nous, où cela nous laisse­t­il? Vous avez raison si vous avez dit la crique proverbiale sans
pagayer.
L’une des principales raisons pour lesquelles tant de gens qui ont réussi a échoué lamentablement au 
trading est que leur

Page 36
le succès est en partie attribuable à leur capacité supérieure à manipuler et à contrôler l'environnement 
social,
pour répondre à ce qu'ils veulent. Dans une certaine mesure, nous avons tous appris ou développé des 
techniques pour
l'environnement externe est conforme à notre environnement mental (intérieur). Le problème est 
qu'aucun des
ces techniques fonctionnent avec le marché. Le marché ne réagit pas au contrôle et à la manipulation 
(sauf
vous êtes un très gros commerçant). Cependant, nous pouvons contrôler notre perception et notre 
interprétation du marché.
informations, ainsi que notre propre comportement. Au lieu de contrôler notre environnement afin qu'ils 
se conforment à
notre idée de la façon dont les choses devraient être, nous pouvons apprendre à nous contrôler. Ensuite, 
nous pouvons percevoir
informations du point de vue le plus objectif possible et structurer notre environnement mental de 
manière à
nous nous comportons toujours d'une manière qui est dans notre meilleur intérêt.

Page 37
CHAPITRE 3
PRENDRE LA RESPONSABILITÉ
Bien que les mots "prendre des responsabilités" semblent simples, le concept n’est ni facile à comprendre
ni facile à comprendre.
mettre en pratique dans votre trading. Nous avons tous entendu les mots et avons été confrontés à la 
nécessité de
assumer la responsabilité tant de fois dans notre vie qu'il est facile de prendre pour acquis que nous 
savons exactement
ce que la phrase signifie.
Prendre des responsabilités dans votre trading et apprendre les principes de succès appropriés sont 
inextricablement
connecté. Vous devez comprendre, avec chaque fibre de votre être, la manière dont vous êtes et êtes
pas responsable de votre succès en tant que commerçant. C’est alors seulement que vous pourrez prendre
les caractéristiques qui
vous permettent de rejoindre le groupe de traders sélectionnés qui ont toujours du succès sur les marchés.
À la fin du chapitre 1, j'ai introduit l'idée d'entrer dans une projection future de vous­même. En d'autre
mots, le commerçant toujours réussi que vous voulez devenir n'existe pas encore. Vous devez créer un
nouvelle version de vous­même, tout comme un sculpteur crée un modèle.
FAÇONNER VOTRE ENVIRONNEMENT MENTAL
Les outils que vous utiliserez pour créer cette nouvelle version de vous­même sont votre volonté et votre 
désir d'apprendre,
alimenté par votre passion pour réussir. Si la volonté et le désir d'apprendre sont vos principaux outils,
alors quel est ton médium? Un artiste qui crée une sculpture peut choisir de travailler dans plusieurs
médium (argile, marbre ou métal, par exemple), mais si vous souhaitez créer une nouvelle version de 
votre
personnalité qui s’exprime en tant que commerçant de succès constant, vous n’avez que vos croyances et
attitudes. Le support de votre projet artistique sera votre environnement mental, où, avec votre
désir d'apprendre, vous pouvez restructurer et installer les croyances et les attitudes nécessaires pour 
atteindre
votre but ultime.
Je suppose que votre objectif ultime est la cohérence. Si vous êtes comme la plupart des commerçants, 
vous ne réalisez pas le maximum
potentiel des opportunités qui s'offrent à vous. Réaliser de plus en plus de ce potentiel, le rendre
de plus en plus d'une réalité dans votre vie, votre objectif principal doit être d'apprendre à penser comme 
un
commerçant toujours avec succès. N'oubliez pas que les meilleurs traders pensent de différentes 
manières. Ils ont
acquis une structure mentale leur permettant d’échanger sans crainte tout en les maintenant
de devenir imprudent et commettre des erreurs fondées sur la peur. Cet état d'esprit a un certain nombre 
de composants,
mais l’essentiel est que les traders prospères ont pratiquement éliminé les effets de la peur et
l'insouciance de leur commerce.
Ces deux caractéristiques fondamentales leur permettent d’obtenir des résultats cohérents.
Lorsque vous aurez acquis cet état d'esprit, vous pourrez également négocier sans crainte. Vous ne serez 
plus
Page 38
susceptible à la multitude d'erreurs fondées sur la peur qui viennent de la rationalisation, de la distorsion 
inconsciemment
informations, hésiter, sauter le pistolet ou espérer. Une fois que la peur est partie, il n'y aura plus aucune 
raison
faire ces erreurs et, par conséquent, elles vont pratiquement disparaître de votre trading.
Cependant, éliminer la peur n'est que la moitié de l'équation. L'autre moitié est la nécessité de développer
la retenue.
Les excellents commerçants ont appris qu’il est essentiel de disposer d’une discipline interne ou d’un 
mécanisme mental
contrecarrer les effets négatifs de l'euphorie ou de l'excès de confiance qui découle d'une série de 
victoires
métiers. Pour un commerçant, gagner est extrêmement dangereux si vous n’avez pas appris à surveiller et
à contrôler
toi même.
Si nous partons du principe que pour créer une cohérence, les traders doivent concentrer leurs efforts sur 
le développement d'une
état d'esprit du commerçant, alors il est facile de voir pourquoi tant de commerçants ne réussissent 
pas. Au lieu d'apprendre à penser
À l'instar des commerçants, ils réfléchissent à la manière dont ils peuvent gagner plus d'argent en se 
renseignant sur les marchés. C'est presque
impossible de ne pas tomber dans ce piège. Il existe un certain nombre de facteurs psychologiques qui 
rendent très facile
présumer que c’est ce que vous ne savez pas sur les marchés qui est à l’origine de vos pertes et de votre 
manque de cohérence.
résultats.
Cependant, ce n'est tout simplement pas le cas. La cohérence que vous recherchez est dans votre esprit, 
pas sur les marchés. Ses
attitudes et les croyances à propos de se tromper, perdre de l'argent, et la tendance à devenir imprudent, 
quand
vous vous sentez bien et êtes à l'origine de la plupart des pertes, et non des connaissances techniques ou 
commerciales.
Par exemple, si vous pouviez choisir l’un des deux traders suivants pour gérer votre argent, lequel
choisirais­tu? Le premier commerçant utilise une technique de négociation simple, voire même 
médiocre, mais possède
une mentalité qui ne soit pas susceptible de déformer inconsciemment les informations du marché, 
d'hésiter,
rationaliser, espérer ou sauter le revolver. Le deuxième opérateur est un analyste phénoménal, mais est 
toujours
opérant sur les peurs typiques qui le rendent susceptible de toutes les maladies psychologiques que le
autre commerçant est libre de. Le bon choix devrait être évident. Le premier commerçant va faire 
beaucoup mieux
résultats avec votre argent.
L’attitude produit globalement de meilleurs résultats que l’analyse ou la technique. Bien sûr, la situation 
idéale est de
vous avez les deux, mais vous n'avez vraiment pas besoin des deux, parce que si vous avez la bonne 
attitude ­ la bonne mentalité ­
alors tout le reste du trading sera relativement facile, voire simple, et certainement beaucoup plus 
amusant. je
sachez que, pour certains d’entre vous, cela peut être difficile à croire, voire pénible, surtout si vous avez 
été
luttant pendant des années pour apprendre tout ce que vous pouvez sur le marché.
Il est intéressant de noter que la plupart des traders sont plus proches de la manière dont ils doivent 
penser au début de leurs transactions qu’au début.
n'importe quel autre moment de leur carrière. Beaucoup de gens commencent à trader avec un concept 
très irréaliste du
dangers inhérents impliqués. Cela est particulièrement vrai si leur premier échange est gagnant. Puis ils 
entrent dans le
deuxième commerce avec peu ou pas de peur. Si ce commerce est gagnant, ils entrent dans le prochain 
commerce avec encore moins
préoccupation pour ce qui serait autrement la possibilité inacceptable d'une perte. Chaque victoire 
ultérieure
les convainc qu'il n'y a rien à craindre et que le trading est le moyen le plus simple de gagner de l'argent.
Ce manque de peur se traduit par un état d'esprit insouciant, semblable à l'état d'esprit de nombreux 
grands athlètes
décrire comme une "zone". Si vous avez déjà eu l'occasion de faire l'expérience de la zone dans un sport, 
alors vous

Page 39
Sachez que c’est un état d’esprit dans lequel il n’ya absolument aucune peur et où vous agissez et 
réagissez instinctivement. Vous
ne pesez pas les solutions de rechange, ne considérez pas les conséquences et ne réfléchissez pas vous­
même. Vous êtes dans le moment
et "juste le faire." Quoi que vous fassiez s'avère être exactement ce qui devait être fait.
La plupart des athlètes n'atteignent jamais ce niveau de jeu, car ils ne dépassent jamais la peur de se 
tromper.
Les athlètes qui parviennent à un point où ils ne craignent absolument pas les conséquences d’une faille
généralement, et assez spontanément, entrez dans "la zone". À propos, une zone psychologique n'est pas 
un
condition que vous pouvez vous­même, la façon dont vous pouvez vous­même devenir un exploit 
d'endurance. C'est un état
de l'esprit dans lequel vous vous trouvez qui est intrinsèquement créatif, et généralement si vous 
commencez à penser à votre
actions à un niveau rationnel ou conscient, vous en sortez.
Même si vous ne pouvez pas forcer ou vouloir vous forcer dans une zone, vous pouvez configurer le type
de conditions mentales
qui sont les plus propices à la découverte de "la zone" en développant une attitude gagnante. Je définis
une attitude gagnante positive car vous attendez un résultat positif de vos efforts, avec une acceptation 
qui
quels que soient les résultats que vous obtenez sont le reflet parfait de votre niveau de développement et 
de ce que vous devez
apprendre à faire mieux. C’est ce que les grands athlètes ont: une attitude gagnante qui leur permet de 
facilement
aller au­delà de leurs erreurs et garder eoine.
D'autres s'enlisent dans l'autocritique négative, les regrets et l'auto­égoïsme. Peu de gens développent 
jamais un
attitude gagnante positive. La curieuse anomalie du trading est que, si vous commencez par un trade 
gagnant, vous
expérimentera automatiquement le genre d’esprit insouciant qui est un sous­produit d’une attitude 
gagnante,
sans avoir développé l'attitude elle­même. Je sais que cela peut paraître un peu déroutant, mais il a 
quelques
de profondes implications.
Si quelques métiers gagnants peuvent vous faire entrer dans le genre d’état d’esprit insouciant qui est 
essentiel
composante de votre succès, mais n’est pas fondée sur les attitudes appropriées, alors ce que vous avez 
est un
prescription pour un malentendu extrême sur la nature des transactions qui aboutit inévitablement à la 
fois
désastre émotionnel et financier. Faire quelques métiers gagnants (ou plus) ne veut pas dire que vous 
avez
devenir un commerçant, mais c’est ce que je ressens, car cela nous amène à un état d’esprit que seul le 
plus
personnes accomplies expérience sur une base cohérente. Le fait est que vous n’avez pas besoin du 
moindre soupçon de
compétences pour mettre sur un métier gagnant, et s'il est possible de mettre sur un commerce gagnant 
sans le moindre bit
de compétences, il est certainement possible de mettre un autre et un autre. Je connais plusieurs 
personnes qui ont commencé leur
carrières commerciales avec des chaînes assez importantes de métiers gagnants.
Lorsque vous vous sentez confiant et sans peur ni inquiétude, il n’est pas difficile de mettre un
chaîne de métiers gagnants, car il est facile d'entrer dans un flux, une sorte de rythme naturel, où ce que 
vous
le besoin de faire semble évident ou va de soi. C'est presque comme si le marché vous hurlait quand 
acheter et
quand vendre, et vous avez besoin de très peu de sophistication analytique. Et bien sûr, parce que
vous ne craignez rien, vous pouvez exécuter vos transactions sans argument interne ni conflit.
Ce que je veux dire, c’est que le fait de gagner dans une entreprise dépend principalement de son 
attitude. Beaucoup de gens
sont certainement conscients de cela, mais en même temps, la plupart des gens ne comprennent pas la 
partie importante
l'attitude joue dans leurs résultats. Dans la plupart des sports ou d’autres activités de compétition, les 
participants doivent développer

Page 40
compétences physiques ainsi que des compétences mentales sous la forme de stratégies. Si les 
adversaires ne sont pas à égalité
le département des compétences, celui avec des compétences supérieures gagne généralement ("mais pas
toujours). Quand un outsider
bat un adversaire supérieur, quel est le facteur déterminant? Quand deux adversaires sont à égalité,
quel est le facteur qui fait pencher la balance d'une manière ou d'une autre? Dans les deux cas, la réponse
est l'attitude.
Ce qui rend le commerce aussi fascinant et difficile à apprendre, c’est que vous n’avez vraiment pas 
besoin
beaucoup de compétences; vous avez juste besoin d'une véritable attitude gagnante. Expérimenter 
quelques métiers gagnants ou plus peut
vous faire sentir comme un gagnant, et ce sentiment est ce qui soutient la série de victoires. C'est 
pourquoi c'est
Il est possible pour un opérateur novice d’exercer une série d’activités gagnantes, alors que bon nombre 
des meilleurs
les analystes de marché donneraient leur arme droite pour une série de métiers gagnants. Les analystes 
ont les compétences,
mais ils n'ont pas l'attitude gagnante.
Ils agissent par peur. Le commerçant novice ressent le sentiment d’une attitude gagnante parce que
il n'a pas peur. Mais cela ne signifie pas qu'il a une attitude gagnante. cela signifie seulement qu'il n'a pas
connu
la douleur de ses activités commerciales pour lui faire peur. Finalement, notre commerçant novice subira 
une perte
et se tromper, peu importe à quel point il se sent positif. Perdre et se tromper sont inévitables
les réalités du commerce. L’attitude la plus positive imaginable associée aux meilleures compétences 
analytiques ne peut
empêcher un commerçant de connaître éventuellement un métier perdant. Les marchés sont trop 
erratiques et là
Il y a trop de variables à prendre en compte pour qu'un commerçant ait raison à chaque fois.
Que se passe­t­il quand le commerçant novice perd finalement? Quel effet cela aura­t­il sur son état 
d'insouciance?
esprit? Les réponses dépendront de ses attentes pour le métier et de la manière dont il interprète le
expérience. Et la façon dont il interprète l'expérience est fonction de ses croyances et de ses attitudes.
Et s’il est convaincu qu’il n’ya aucun moyen d’éviter une perte, parce que perdre est un fardeau
conséquence naturelle de la négociation ­ pas différent, par exemple, d'un restaurateur encourant la 
dépense
d'avoir à acheter de la nourriture? De plus, supposons qu’il ait complètement accepté le risque, c’est­à­
dire qu’il
a pris en compte et pris en compte toutes les possibilités qui seraient autrement inacceptables dans le
comportement du marché, à la fois financièrement et émotionnellement.
Avec ces croyances et attentes, il est peu probable qu’il subisse une détérioration de son
attitude, et irait simplement au prochain commerce. À propos, c’est un exemple d’un ensemble idéal de
croyances et attitudes commerciales.
Supposons maintenant qu'il n'a pas complètement accepté le risque. Et si ses attentes ne prenaient pas en
compte­t­il d'un comportement du marché autre que ce qu'il voulait? Dans cette perspective mentale, si le
marché
ne fait pas ce qu'il veut, il va ressentir de la douleur ­ une douleur émotionnelle.
Les attentes sont nos représentations mentales de la façon dont un moment futur de l’environnement va 
se
regarder, entendre, sentir, sentir ou goûter. Dépendant de la quantité d’énergie derrière les attentes, il 
peut être
mal beaucoup quand il n'est pas rempli. Parmi les deux perspectives différentes que je viens de décrire, 
laquelle est susceptible de
être tenu par notre commerçant novice? Ce dernier, bien sûr. Seuls les meilleurs négociants ont acquis la
perspective décrite dans le premier scénario. Et, comme je l’ai indiqué au chapitre 1, à moins que ces 
meilleurs
Les commerçants ont grandi au sein de familles de commerçants prospères ou avaient des super 
commerçants pour mentors (le cas échéant).

Page 41
des attitudes vis­à­vis du risque et de la perte leur ont été inculquées dès le début de leur carrière),
chacun d’entre eux a eu l’expérience commune de perdre une ou plusieurs fortunes avant de réaliser à 
quel point
ils avaient besoin de penser pour réussir constamment.
C’est un changement fondamental d’attitude qui explique leur succès, et non une brillante réalisation à 
propos de
le marché, comme la plupart des gens supposent à tort. Cette hypothèse erronée prévaut chez les 
commerçants
tout simplement parce que très peu d’entre eux comprennent vraiment, aux niveaux les plus profonds, à 
quel point un composant est critique
l'attitude est dans la détermination de son succès.
Nous pouvons supposer en toute sécurité qu'après une perte, notre commerçant novice sera dans un état 
de douleur émotionnelle. Comme un
Résultat, son trading prendra une toute nouvelle qualité. Il va définitivement perdre cet état d'esprit 
insouciant, mais
plus important encore, il aura le sentiment que le marché lui a fait cela: le marché lui a fait ressentir la 
douleur qu’il ressentait.
est en train d'expérimenter; le marché a enlevé son sentiment de victoire en le soumettant à une perte.
Remarquez comment notre opérateur blâme les marchés pour avoir perdu ou ce qu'il n'a pas 
eu. Remarquez aussi, comme c'est naturel
c'est ressentir comme il le fait. Pensez à combien de fois dans notre vie, surtout lorsque nous étions 
enfants, nous étions
faire quelque chose qui nous plait vraiment, comme jouer avec un jouet ou avec nos amis, et quelqu'un 
avec plus
le pouvoir et l'autorité nous ont forcés à arrêter ce que nous faisions et à faire quelque chose que nous ne 
voulions pas faire. Tout
d’entre nous ont perdu des objets, s’ils nous ont enlevé des objets, s’est vu refuser ce que nous voulions 
ou croyions nous.
mérité, été empêché de continuer une activité dont nous étions au milieu ou bloqué de
poursuivre une idée qui nous passionnait. Le fait est que dans beaucoup de ces situations, nous n’avons 
pas
besoin de prendre la responsabilité personnelle de ce qui nous est arrivé ou de la douleur que nous avons 
vécue, car nous
étaient impuissants à faire quoi que ce soit à ce sujet.
Nous n'avons pas choisi d'être forcés de sortir d'un état de joie et de bonheur, dans un état de douleur 
émotionnelle. le
la décision était hors de nos mains, contre notre volonté, et généralement assez brusque. Même si nous 
pouvons avoir
on nous a dit que nous étions responsables de ce qui nous arrivait, il se peut que nous ne l'ayons pas cru 
ou
compris ce que cela voulait dire. Ce qui est tangible, et auquel nous pouvons le plus facilement nous 
rapporter, c’est que nous étions
avoir du plaisir, et quelqu'un ou quelque chose nous a sorti de ce plaisir et dans la douleur. Ce n'était pas 
notre choix. le
cause de notre douleur nous est venu de l'extérieur; donc, quelle que soit la force qui a agi sur nous en ce 
moment
était à blâmer. Nous avons appris que le sentiment de bien­être peut être immédiatement remplacé par le 
sentiment de mal être
pas de faute de notre part; nous avons également appris la trahison. Nous nous sommes sentis trahis 
parce que beaucoup de ces situations
complètement inattendus ou imprévus, ce qui signifie que nous n'étions pas préparés à la façon dont 
certaines personnes
nos vies avaient le potentiel de se comporter. Si leur comportement nous a fait basculer dans un état de 
douleur émotionnelle,
alors nous nous serions naturellement sentis trahis.
En note de bas de page, j'estime qu'il est important de dire que beaucoup de nos expériences passées et 
émotionnellement douloureuses ont été vécues.
le résultat de parents, enseignants et amis bien intentionnés, dont beaucoup ne faisaient que ce qu'ils
K / ^ lie »i7QH de fho fimo ix7oc Vv ^ ct fcir nc Trip nn <; t pyamrtle est un enfant qui joue avec un 
jouet
intrinsèquement dangereux. Enlevez le jouet et l'enfant pleurera pour exprimer sa douleur émotionnelle.
expérience, et, si nous avons affaire à un enfant très jeune ou immature, il est fort probable qu'il ne
Écoutez tout ce que nous pouvons dire de raisonnable sur les raisons pour lesquelles il ne peut pas jouer 
avec ce jouet.

Page 42
Mais, en même temps, beaucoup de gens naissent de parents immatures et déraisonnables, ou rencontrent
enseignants, entraîneurs et employés perturbés émotionnellement qui infligent inconsciemment ou 
intentionnellement
leurs problèmes personnels sur quiconque ils perçoivent comme ayant moins de pouvoir. Ce qui est 
encore pire est beaucoup de
les personnes qui ont tendance à victimiser les autres sont également assez intelligentes pour le faire de 
manière à
fait croire à leurs victimes qu’elles ont causé leur propre douleur. En tout cas, que nos expériences 
douloureuses
sont le résultat d'un acte d'amour ou intentionnellement infligé est quelque chose que chacun de nous 
devra déterminer
pour nous­mêmes. En fin de compte, en tant qu'adultes, lorsque nous entrons dans un mode de 
négociation, nous ne réalisons pas à quel point
il est naturel d’associer le passage instantané de la joie à la douleur que nous avons vécu si souvent
les enfants avec le même passage instantané de la joie à la douleur qui se produit lorsque nous 
échangeons. Les implications
sont que si nous n'avons pas appris à accepter les risques inhérents au commerce et ne savons pas 
comment garder
pour faire ces liens naturels entre notre passé et le présent, nous finirons par blâmer la
marché pour nos résultats au lieu d’en assumer la responsabilité.
Même si la plupart des commerçants se considèrent comme des adultes responsables, seuls les meilleurs 
commerçants
ont atteint un point où ils peuvent et acceptent pleinement la responsabilité du résultat de toute
commerce particulier. Chacun à un degré ou à un autre assume qu'il assume ses responsabilités; mais le
la réalité est qu'ils veulent que le marché le fasse pour eux. Le commerçant typique veut que le marché 
remplisse sa
attentes, ses espoirs et ses rêves.
La société peut fonctionner de cette façon, mais les marchés ne le font certainement pas. Dans la société, 
on peut s'attendre à ce que d'autres personnes
se comporter de manière raisonnable et responsable. Quand ils ne le font pas, et si nous souffrons en 
conséquence, la société fait
les remèdes disponibles pour rectifier le déséquilibre et nous rétablir. Le marché, en revanche,
n'a aucune responsabilité de nous donner quoi que ce soit ou faire quelque chose qui pourrait nous être 
bénéfique. Cela peut ne pas être le chemin
les marchés sont annoncés et certainement pas l'impression qu'ils veulent projeter, mais la réalité est, 
chaque
le commerçant qui participe aux marchés le fait à son avantage. La seule façon dont un commerçant peut 
bénéficier
est si un autre commerçant perd, que la perte soit en dollars réels comme dans un commerce à terme, ou 
perdue
opportunité que dans un commerce boursier. Lorsque vous effectuez un échange, vous devez gagner de 
l'argent. Chaque
Un autre commerçant dans le monde qui exerce un métier le fait pour la même raison. Quand vous 
regardez votre
relation avec le marché de ce point de vue, vous pourriez dire que votre but est d'extraire de l'argent
des marchés, mais, dans le même esprit, le seul but du marché est d'extraire de l'argent ou des 
opportunités
de toi.
Si le marché est un groupe de personnes interagissant pour extraire de l’argent les unes des autres, quelle 
est la
la responsabilité du marché envers chaque opérateur? Il n'a pas d'autre responsabilité que de suivre les 
règles
établi pour faciliter cette activité. Le fait est que, si vous vous êtes déjà retrouvé à blâmer le
marché ou le sentiment trahi, alors vous n'avez pas suffisamment pris en compte les implications de ce 
qu'il
signifie jouer à un jeu à somme nulle. Tout degré de blâme signifie que vous n’avez pas accepté la réalité
que
le marché ne vous doit rien, peu importe ce que vous voulez ou pensez, ni les efforts que vous avez 
déployés
votre trading.
Sur le marché, les valeurs sociales typiques de l'échange ne jouent pas. Si vous ne comprenez pas cela et

Page 43
trouver un moyen de concilier les différences entre les normes sociales avec lesquelles vous avez grandi 
et la façon dont le
marché, vous continuerez à projeter vos espoirs, vos rêves et vos désirs sur le marché en croyant
ça va faire quelque chose pour vous. Quand ce n'est pas le cas, vous vous sentirez en colère, frustré, 
émotionnellement bouleversé,
et trahi.
Prendre la responsabilité signifie reconnaître et accepter, au plus profond de votre identité, que
vous, et non le marché, êtes entièrement responsable de votre succès ou de votre échec en tant que 
commerçant. Certes, le
le but du marché est de vous séparer de votre argent; mais dans le processus, il fournit également
vous avec un flot infini d’occasions pour vous de prendre de l’argent. Quand les prix bougent, ça
mouvement représente les actions collectives de chacun narticioating à ce moment. Le marché aussi
génère des informations sur lui­même et rend extrêmement facile l’entrée et la sortie de métiers (en 
fonction
bien sûr, sur le nombre de participants).
Du point de vue des particuliers, des mouvements de prix, des informations et la possibilité d'entrer et de 
sortir des métiers
représentent des occasions de voir quelque chose et d’agir sur ce que vous percevez. A chaque instant le
les marchés sont ouverts, vous avez la possibilité d’entrer une position, d’alléger une position, d’ajouter 
une position,
ou sortir d'une position. Ce sont toutes des occasions de s’enrichir en prenant des bénéfices ou, au moins,
en coupant
vos pertes. Permettez­moi de poser une question. Vous sentez­vous responsable de la réalisation de 
certains autres commerçants
attentes, espoirs, rêves et désirs? Bien sûr que non. Cela semble absurde de demander même. cependant,
si vous vous retrouvez un jour à blâmer le marché et à vous sentir trahi, c’est essentiellement ce que vous
êtes
Faire. Vous vous attendez à ce que les actions collectives de tous les acteurs du marché fassent le
acte de marché d'une manière qui vous donne ce que vous voulez. Vous devez apprendre par vous­même
comment obtenir ce que vous
vouloir sortir des marchés. La première étape majeure de ce processus d’apprentissage prend une forme 
complète et absolue.
responsabilité.
Prendre des responsabilités signifie croire que tous vos résultats sont générés par vous­même; que vos 
résultats sont
en fonction de vos interprétations des informations de marché, des décisions que vous prenez et des 
actions que vous prenez
Par conséquent. Prendre n'importe quoi de moins qu'une responsabilité complète crée deux obstacles 
psychologiques majeurs
cela bloquera votre succès.
Tout d'abord, vous établirez une relation contradictoire avec le marché qui vous sortira de la constante
flux d'opportunités. Deuxièmement, vous allez vous tromper en vous faisant croire que vos problèmes 
commerciaux
l’absence de succès peut être corrigée par une analyse de marché.
Considérons le premier obstacle. Lorsque vous projetez un degré de responsabilité sur le marché pour
en vous donnant de l’argent ou en réduisant vos pertes, le marché peut trop facilement assumer la qualité 
d’un
adversaire ou ennemi. Perdre (quand vous vous attendez à ce que le marché fasse quelque chose de 
différent de ce qu'il a fait)
vous entraînera dans les mêmes sentiments de douleur, de colère, de ressentiment et d’impuissance que 
nous tous
senti quand quelqu'un nous prenait quelque chose, ne nous donnait pas ce que nous voulions ou ne nous 
laissait pas faire
ce que nous voulions
Personne n'aime se sentir nié, surtout si nous croyons qu'obtenir ce que nous voulons nous rendra 
heureux. Dans
chacune de ces situations, quelque chose ou quelqu'un de l'extérieur nous a empêché de nous exprimer

Page 44
d'une manière particulière. En d'autres termes, une force extérieure agissait contre la force intérieure de 
notre
désirs et attentes. En conséquence, il est naturel d’attribuer au marché le pouvoir d’une force extérieure
qui donne ou enlève. Mais considérons le fait que le marché présente ses informations d’un point de vue
perspective neutre. Cela signifie que le marché ne sait pas ce que vous voulez ou ce que vous attendez, et
il s'en fiche,
à moins, bien sûr, que vous négociez le type de position pouvant avoir un impact majeur sur les 
prix. Autrement,
chaque moment, chaque offre et chaque offre vous donne la possibilité de faire quelque chose. Vous 
pouvez mettre un
commerce, prendre des bénéfices, ou enlever un perdant. C’est également vrai pour ceux d’entre vous 
qui sont commerçants et qui sont
connu personnellement par d’autres traders de marché, qui peuvent également connaître votre position et,
à votre détriment,
profiter à dessein de cette connaissance. Cela signifie simplement que vous devez être plus rapide et plus
concentré,
ou prenez en compte toutes les limitations que vous avez dans ces domaines et négociez en conséquence.
Du point de vue du marché, chaque moment est neutre. à vous, observateur, chaque instant et chaque 
prix
le changement peut avoir un sens. Mais où ces sens existent­ils? Les significations sont basées sur ce que
vous avez
appris, et existent dans votre esprit, pas sur le marché. Le marché n'attache ni ne veut interpréter
l’information qu’elle génère sur elle­même (bien qu’il y ait toujours des personnes qui proposeront une
interprétation si vous êtes prêt à écouter). En outre, le marché ne sait pas comment vous définissez un
opportunité ou une perte. Le marché ne sait pas si vous le percevez comme un flot ininterrompu de
possibilités d'entrer et de sortir des transactions pour les profits et les pertes à tout moment, ou si
vous le percevez comme un monstre gourmand, prêt et disposé à tout moment à dévorer votre argent.
Si vous percevez le flot infini d’occasions d’entrer et de sortir des métiers sans autocritique et
regrettez, vous serez alors dans le meilleur état d'esprit pour agir dans votre propre intérêt et apprendre 
de votre
expériences. D'autre part, si ce que vous percevez dans les informations de marché est douloureux d'une 
manière ou d'une autre,
alors vous essayerez naturellement d’éviter cette douleur en bloquant consciemment ou inconsciemment 
cette
informations de votre conscience. En bloquant cette information, vous couperez systématiquement
offrez­vous de nombreuses occasions de vous enrichir. En d'autres termes, vous vous êtes coupé
De plus, vous aurez l’impression que le marché est contre vous, mais seulement si vous vous attendez à 
ce que
faire quelque chose pour vous, ou si vous croyez que cela vous doit quelque chose. Si quelqu'un ou 
quelque chose est
contre vous et vous fait souffrir, comment allez­vous réagir? Vous vous sentirez obligé de se battre, mais
contre quoi vous battez­vous exactement Le marché ne vous combat certainement pas. Oui, le marché 
veut votre
argent, mais il vous donne également la possibilité de prendre autant que vous le pouvez. Bien qu'il 
puisse sembler
comme si vous luttiez contre le marché, ou qu'il se bat contre vous, la réalité est que vous combattez 
simplement le négatif
conséquences de ne pas accepter complètement que le marché ne vous doit rien; et que vous devez 
prendre
profiter des possibilités qu’il offre à soi­même, à 100% et non à un degré de moins.
La façon de tirer le meilleur parti possible d’une situation dans laquelle on vous propose une offre 
illimitée
La possibilité de faire quelque chose pour soi­même, c'est entrer dans le flot. Le marché a un flux. Il est
souvent irrégulier, en particulier dans les délais plus courts, mais il affiche des motifs symétriques qui se 
répètent
eux­mêmes encore et encore. De toute évidence, c'est une contradiction que de couler avec quelque 
chose que vous êtes contre.
Si vous voulez commencer à ressentir l’évolution du marché, votre esprit doit être relativement à l’abri 
de la peur, de la colère,

Page 45
regret, trahison, désespoir et déception.
Vous n'aurez aucune raison de faire l'expérience de ces émotions négatives lorsque vous assumez une 
position absolue.
responsabilité. Plus tôt, j'ai dit que lorsque vous ne prenez pas la responsabilité, l'un des principaux 
problèmes psychologiques
Les obstacles qui peuvent bloquer votre succès est que vous allez vous tromper en vous faisant croire que
votre
les problèmes et le manque de cohérence peuvent être corrigés par une analyse du marché. Pour illustrer 
ce point,
revenir à notre commerçant novice qui a commencé avec un état d'esprit insouciant jusqu'à ce qu'il ait 
connu sa première
perte. Après avoir gagné avec une telle aisance et sans effort, le passage brutal à la douleur émotionnelle 
peut être assez difficile.
choquant ­ pas assez choquant, cependant, pour arrêter le trading. En outre, dans son esprit, la situation 
n'était pas la sienne
faute quand même; le marché le lui a fait. Au lieu d'arrêter de fumer, le grand sentiment qu'il a ressenti 
quand
il était en train de gagner sera frais dans son esprit et lui inspirera un sentiment de détermination à 
continuer
commerce.
Seulement maintenant, il va être plus intelligent à ce sujet. Il va faire des efforts et apprendre tout ce qu'il
peut sur les marchés. Il est parfaitement logique de penser que s’il peut gagner sans rien savoir, il sera
capable de nettoyer quand il sait quelque chose. Mais il y a un gros problème ici que très peu, voire 
aucun,
les commerçants ne seront conscients que longtemps après que le mal soit fait. En savoir plus sur les 
marchés est
bien et ne pose pas de problème en soi. C'est la raison sous­jacente d'apprendre sur le marché qui
finira par se révéler sa perte.
Comme je l'ai dit il y a un instant, le passage soudain de la joie à la douleur crée généralement un choc 
psychologique.
Très peu de gens apprennent à réconcilier de manière saine ces expériences.
Les techniques sont disponibles, mais elles ne sont pas largement connues. La réponse typique chez la 
plupart des gens, en particulier
dans le type de personne attirée par le commerce, est la vengeance. Pour les traders, le seul moyen 
d’extraire cette revanche est de
pour conquérir le marché, et la seule façon de conquérir le marché est grâce à la connaissance du marché,
ou alors ils
pense. En d’autres termes, la raison sous­jacente pour laquelle le négociant débutant apprend à connaître 
le marché est la suivante:
surmonter le marché, pour prouver quelque chose à lui et lui­même, et le plus important, pour empêcher 
le marché
de le blesser à nouveau. Il n’apprend pas le marché simplement comme un moyen de se donner 
systématiquement
moyen de gagner, mais plutôt comme moyen d’éviter la douleur ou de prouver quelque chose qui n’a 
absolument rien
à voir avec le marché dans une perspective objective. Il ne s'en rend pas compte, mais dès qu'il
fait l'hypothèse que connaître quelque chose sur le marché peut l'empêcher de faire l'expérience
ou peut aider à satisfaire son désir de vengeance ou à prouver quelque chose, il a scellé son destin pour 
devenir un
perdant.
En réalité, il a créé un dilemme irréconciliable.
Il apprend à reconnaître et à comprendre les comportements collectifs du marché, et c’est
bien. Ça fait même du bien. Il est inspiré car il suppose qu’il apprend à connaître le marché afin de
devenir un gagnant. En conséquence, il s’engage généralement dans une quête de connaissances, 
apprenant les tendances,
modèles de graphiques, support et résistance, chandeliers, profils de marché, graphiques ponctuels et 
linéaires, vagues d'Elliott,
Retracements de Fibonacci, oscillateurs, force relative, stochastiques et de nombreux autres outils 
techniques
nombreux à mentionner.

Page 46
Curieusement, même si ses connaissances ont augmenté, il constate maintenant qu'il a développé des 
problèmes
exécuter ses métiers. Il hésite, deuxième devine lui­même, ou ne fait pas du tout commerce, malgré
n'importe quel nombre de signaux clairs pour le faire. Tout est frustrant, voire exaspérant, car ce qui est 
arrivé
n'a pas de sens. Il a fait ce qu'il était censé faire ­ il a appris ­ pour constater que plus il
appris, moins il en a profité. Il ne croirait jamais avoir fait quelque chose de mal en se consacrant
lui­même à apprendre; il l'a simplement fait pour les mauvaises raisons.
Il ne pourra pas négocier efficacement s'il tente de prouver quelque chose ou quelque chose de ce 
genre. Si
vous devez gagner, si vous devez avoir raison, si vous ne pouvez pas perdre ou ne pouvez pas vous 
tromper, vous vous ferez perdre
définir et percevoir les catégories d'informations de marché comme douloureuses. En d'autres termes, 
vous verrez comme
douloureuse toute information générée par le marché et contraire à ce qui vous rendra heureux.
Le dilemme est que nos esprits sont câblés pour éviter la douleur physique et émotionnelle et
les marchés ne compenseront pas les effets négatifs de nos mécanismes de prévention de la douleur sur 
notre
commerce. Tout le monde comprend la nature d’éviter la douleur physique. Placez accidentellement 
votre main sur un
brûleur chaud et votre main s’éloigne automatiquement de la chaleur; c'est une réaction instinctive.
Cependant, lorsqu'il s'agit d'éviter la douleur émotionnelle et les conséquences négatives qu'elle 
engendre,
En particulier pour les commerçants, très peu de gens comprennent la dynamique. C'est absolument 
essentiel à votre
développement que vous comprenez ces effets négatifs et apprenez à prendre le contrôle de votre 
conscience
manière qui vous aide à atteindre vos objectifs.
Notre esprit dispose d’un certain nombre de moyens pour nous protéger des informations que nous avons
appris à percevoir comme
douloureux. Par exemple, à un niveau conscient, nous pouvons rationaliser, justifier ou plaider en faveur 
du maintien dans
perdre du commerce. Pour ce faire, nous appelons généralement nos copains commerciaux, parlons à 
notre
courtier, ou regardez les indicateurs que nous n'utilisons jamais, le tout dans le but exprès de rassembler 
des
informations afin de nier la validité des informations douloureuses. À un niveau subconscient, nos esprits
va automatiquement modifier, déformer ou exclure spécifiquement des informations de notre 
conscience. Dans
En d'autres termes, nous ne savons pas à un niveau conscient que nos mécanismes d'évitement de la 
douleur sont soit
exclure ou modifier les informations offertes par le marché.
Considérez l'expérience d'être dans un commerce en perte de vitesse alors que le marché enregistre des 
hauts toujours plus élevés
et des bas plus hauts ou des hauts plus bas et des bas plus bas contre votre position, alors que vous 
refusez de reconnaître
vous êtes dans un métier perdant parce que vous avez concentré toute votre attention sur les tics qui vont 
en votre faveur.
En moyenne, vous ne recevez qu'un tic sur cinq ou cinq dans votre direction; mais ce n'est pas grave
parce que chaque fois que vous en avez un, vous êtes convaincu que le marché s’est inversé et qu’il est 
en train de revenir. Au lieu
le marché continue à aller contre vous. À un moment donné, la valeur en dollars de la perte devient si 
grande qu’elle
ne peut pas être refusé et vous quittez finalement le commerce. La première réaction que les 
commerçants ont universellement quand
regarder en arrière à un tel commerce est, "Pourquoi n'ai­je pas simplement pris ma perte et inverser?"
L’opportunité d’opérer un échange dans la direction opposée a été facilement reconnue une fois
rien en jeu. Mais nous avons été aveuglés à cette occasion pendant que nous étions dans le commerce, 
car à cette
temps, les informations indiquant qu'il s'agissait d'une opportunité étaient définies comme douloureuses; 
nous l'avons donc bloquée de notre point de vue.

Page 47
conscience.
Lorsque notre trader hypothétique a commencé à trader, il s’amusait; il était dans un état d'insouciance
esprit; il n'avait pas d'agenda personnel et rien à prouver. Tant qu'il gagnait, il mettait ses métiers
dans une perspective "Voyons ce qui va se passer". Plus il gagnait, moins il considérait la
possibilité de perdre jamais. Quand il a finalement perdu, il était probablement dans un état d'esprit où il 
a le moins
Je m'y attendais. Au lieu de supposer que la cause de sa douleur était son attente erronée quant à ce que 
le
marché était censé faire ou ne pas faire, il a blâmé le marché et a résolu qu'en gagnant le marché
savoir, il pourrait empêcher de telles expériences de se reproduire. En d'autres termes, il a fait un 
changement dramatique
dans sa perspective d'insouciance à prévenir la douleur en évitant les pertes.
Le problème est qu'il est impossible de prévenir la douleur en évitant les pertes. Le marché génère des 
comportements
les motifs et les motifs se répètent, mais pas à chaque fois. Encore une fois, il n'y a aucun moyen possible
de
éviter de perdre ou de se tromper. Notre commerçant ne sentira pas ces réalités commerciales, car il est 
entraîné
en avant par deux forces convaincantes: (1) il veut désespérément ce sentiment de gagner, et (2) il est
extrêmement enthousiaste à l’égard de toute la connaissance du marché qu’il acquiert. Ce qu'il ne réalise 
pas, c'est
que, malgré son enthousiasme, quand il est passé d'un état d'esprit insouciant à un mode préventif et évité
de penser, il est passé d'une attitude positive à une attitude négative.
Il ne se concentre plus uniquement sur la victoire, mais plutôt sur la manière d'éviter la douleur en 
empêchant le marché
de le blesser à nouveau. Ce genre de perspective négative n’est pas différent du joueur de tennis ou de
golfeur qui est concentré sur essayer de ne pas faire d'erreur, plus il essaye de ne pas faire d'erreur, le
plus d'erreurs qu'il fait. Cependant, ce mode de pensée est beaucoup plus facile à reconnaître dans le 
sport car
Il existe un lien plus discernable entre son objectif et ses résultats. Avec le trading, le
connexion peut être obscurcie et plus difficile à reconnaître en raison des sentiments positifs ressentis
résultant de la découverte de nouvelles relations dans les données et le comportement du marché.
Comme il se sent bien, il n’ya aucune raison de penser que quelque chose ne va pas, sauf que le degré de
son objectif est d’éviter la douleur est le même degré avec lequel il créera la même chose.
expériences qu'il essaie d'éviter. En d'autres termes, plus il doit gagner et ne pas perdre, moins il tolère
il aura pour toute information qui pourrait indiquer qu'il n'obtient pas ce qu'il veut. Le mor
informations qu'il a le potentiel de bloquer, moins il sera capable de percevoir une opportunité d'agir
dans ses propres intérêts.
En apprendre davantage sur les marchés uniquement pour éviter la douleur compliquera ses problèmes, 
car le
plus il apprendra, plus il attendra naturellement des marchés, ce qui le rendra d'autant plus pénible que
les marchés ne font pas leur part. Il a involontairement créé un cercle vicieux où plus il apprend, plus
plus affaibli, il devient; plus il est affaibli, plus il se sent obligé d'apprendre.
Le cycle se poursuivra jusqu’à ce qu’il quitte le négoce avec dégoût ou reconnaisse que la cause 
fondamentale de son
les problèmes commerciaux est son point de vue, pas son manque de connaissance du marché.

Page 48
GAGNANTS, PERDANTS, BOOMERS ET BUSTERS
Il faut un certain temps avant que la plupart des commerçants jettent l'éponge ou découvrent la véritable 
source de leur
Succès. Dans l’intervalle, certains traders arrivent à maîtriser suffisamment le trading pour entrer dans ce
qui est
communément appelé le "cycle d'expansion et de ralentissement".
Contrairement à ce que certains d’entre vous ont pu déduire de l’exemple du commerçant novice, ce 
n’est pas tout le monde
a une attitude intrinsèquement négative et est donc condamné à perdre de façon constante. Oui, c’est vrai
que certains
les traders perdent constamment, souvent jusqu'à perdre tout ou cesser de négocier parce qu'ils ne 
supportent plus
plus de douleur émotionnelle. Cependant, il existe également de nombreux commerçants qui sont des 
étudiants tenaces du
marché et avoir une attitude suffisamment gagnante à l’échange pour que, malgré les nombreuses
difficultés, ils finissent par apprendre à gagner de l'argent. Mais, et je tiens à le souligner, ils apprennent
Comment gagner de l'argent seulement sur une base limitée? ils n'ont pas encore appris comment contrer 
le négatif
effets de l'euphorie ou comment compenser le potentiel d'auto­sabotage.
L’euphorie et l’auto­sabotage sont deux forces psychologiques puissantes qui auront une influence 
extrêmement négative.
effet sur vos résultats. Mais ce ne sont pas des forces avec lesquelles vous devez vous préoccuper avant 
de commencer.
gagner, ou commencer à gagner sur une base constante, et c'est un gros problème. Quand vous gagnez, 
vous êtes
moins susceptibles de vous préoccuper de tout ce qui pourrait être un problème potentiel, en particulier 
quelque chose
c'est aussi bon que l'euphorie. L’une des principales caractéristiques de l’euphorie est qu’elle crée un 
sentiment de
confiance suprême où la possibilité de tout ce qui ne va pas est pratiquement inconcevable.
Inversement, les erreurs résultant de l'auto­sabotage trouvent leur origine dans un certain nombre de 
conflits que les commerçants
avoir à propos de mériter de l'argent ou méritant de gagner. C'est quand tu gagnes que tu es le plus
susceptible de se tromper, se renverser, prendre une position trop grande, enfreindre ses règles, ou
fonctionne généralement comme si aucune limite prudente sur votre comportement n'est 
nécessaire. Vous pouvez même aller à
l'extrême de penser que vous êtes le marché. Cependant, le marché est rarement d’accord, et quand il est 
en désaccord,
tu vas être blessé. La perte et la douleur émotionnelle sont généralement importantes. Vous ferez 
l'expérience d'un boom,
suivi du buste inévitable.
Si je devais classer les traders en fonction du type de résultats qu'ils obtiennent, je les classerais dans 
trois grands
catégories. Le groupe le plus petit, probablement moins de 10% des commerçants actifs, est le même
gagnants. La courbe des capitaux propres est en augmentation constante et les retraits sont relativement 
mineurs. Les tirages
ils font l'expérience du type de pertes normales que toute méthode ou système de négociation encourt.
Non seulement ont­ils appris à gagner de l'argent, mais ils ne sont plus susceptibles au psychologique
les forces qui causent le cycle boomand­bust.
Le groupe suivant, composé de 30 à 40% des commerçants actifs, perdent systématiquement.
Leurs courbes d'équité sont des images en miroir des courbes des gagnants cohérents, mais dans la 
direction opposée ...
beaucoup de métiers perdants avec un gagnant occasionnel. Peu importe depuis combien de temps ils 
négocient, il y a
beaucoup à ce sujet qu'ils n'ont pas appris. Ils ont soit des illusions sur la nature du commerce ou sont
dépendants d’une manière qui les rend virtuellement impossibles à gagner.

Page 49
Le groupe le plus important, les 40 à 50% restants des commerçants actifs, sont les "boomers".
Ils ont appris à gagner de l’argent, mais ils n’ont pas appris le corps entier de leurs compétences 
commerciales.
qui doivent être maîtrisés afin de garder l'argent qu'ils gagnent. En conséquence, leurs courbes d’équité
ressemblent généralement à des tours de montagnes russes, avec un bel assentiment dans une descente 
abrupte, puis un autre agréable,
assentiment constant dans une autre descente abrupte. Le cycle des montagnes russes se poursuit encore 
et encore.
J'ai travaillé avec de nombreux traders expérimentés qui ont mis en place d'incroyables séries de 
victoires,
parfois passer des mois sans perdre un jour; avoir quinze ou vingt métiers gagnants d'affilée n'est pas
inhabituel pour eux. Mais pour les boomers et les busters, ces stries se terminent toujours de la même 
manière ­ en pertes énormes
qui sont le résultat soit de l'euphorie ou de l'auto­sabotage.
Si les pertes résultent de l’euphorie, peu importe la forme que prend la série ­ un certain nombre de
victoires consécutives, une courbe d’équité en hausse constante, ou même une transaction gagnante. Tout
le monde semble avoir un
seuil différent pour le moment où la confiance en soi ou l'euphorie commence à s'emparer du processus 
de réflexion.
Cependant, au moment où l'euphorie s'installe, le commerçant est en grande difficulté. Dans un état de 
confiance excessive ou
euphorie, vous ne pouvez percevoir aucun risque, car l’euphorie vous fait croire que rien ne peut
se tromper. Si rien ne peut aller mal, il n'y a pas besoin de règles ou de limites pour régir votre 
comportement. Alors
mettre sur une position plus grande que d'habitude est non seulement attrayante, mais convaincante.
Cependant, dès que vous mettez la position plus grande que d'habitude, vous êtes en danger. Plus le
plus l'impact financier que de petites fluctuations de prix auront sur vos capitaux propres est 
important. Combiner
l’impact plus long que normal d’un changement de position contre votre position avec la ferme 
conviction que le marché
faites exactement ce que vous attendez, et vous avez une situation dans laquelle un tic dans la direction 
opposée de votre
le commerce peut vous amener à entrer dans un état de "gel mental" et à être immobilisé.
Lorsque vous vous en sortirez enfin, vous serez étourdi, désillusionné et trahi, et vous
Je me demande comment une telle chose aurait pu se produire. En fait, vous avez été trahi par votre 
propre
émotions. Cependant, si vous ne connaissez pas ou ne comprenez pas la dynamique sous­jacente que je 
viens de
décrit, vous aurez pas d'autre choix que de blâmer le marché. Si vous pensez que le marché a fait cela à
Vous vous sentirez alors obligé d'en apprendre davantage sur le marché afin de vous protéger. Le plus
vous apprenez, plus vous aurez naturellement confiance en votre capacité à gagner. Comme votre 
confiance
plus vous avez de chances de dépasser le seuil de l’euphorie et de démarrer le cycle
encore une fois.
Les pertes résultant de l'auto­sabotage peuvent être tout aussi dommageables, mais elles sont 
généralement de nature plus subtile.
Faire des erreurs comme mettre en vente pour un achat ou vice versa, ou se laisser aller à quelque 
distraction
L’activité au moment le plus inopportun est un exemple typique de la façon dont les traders s’assurent de
ne pas gagner.
Pourquoi quelqu'un ne voudrait­il pas gagner? Ce n'est vraiment pas une question de ce que quelqu'un 
veut, parce que je
croire que tous les commerçants veulent gagner. Pourtant, il y a souvent des conflits pour 
gagner. Parfois, ces
les conflits sont si puissants que notre comportement est en conflit direct avec ce que nous 
voulons. Celles­ci
les conflits peuvent provenir d'une éducation religieuse, d'une éthique du travail ou de certains types de 
traumatismes de l'enfance. Si
ces conflits existent, cela signifie que votre environnement mental n'est pas complètement aligné avec 
vos objectifs.

Page 50
En d'autres termes, toutes les parties de vous ne plaideraient pas pour le même résultat. Par conséquent, 
vous ne pouvez pas supposer que
vous avez la capacité de vous donner une quantité illimitée d'argent simplement parce que vous avez 
appris
comment commercer et l'argent est là pour la prise.
Un courtier en contrats à terme chez l’une des principales firmes de courtage a déclaré un jour que, 
s’agissant de sa
clients, il vit avec la devise que tous les commerçants de produits de base sont des terminaux, et il est de 
son devoir de les garder
heureux jusqu'à ce qu'ils soient partis. Il a dit cela facétieusement, mais sa déclaration est très 
véridique. Évidemment,
si vous perdez plus d'argent que vous n'en gagnez, vous ne pourrez pas survivre. Quoi de moins évident, 
et l'un des
Les mystères de la réussite, est que si vous gagnez, vous pouvez toujours être en phase terminale; c'est­à­
dire si vous gagnez et que vous
n'avez pas appris à créer un équilibre sain entre confiance et retenue, ou si vous n'avez pas encore
appris à reconnaître et à compenser tout potentiel d'autodestruction que vous avez, vous allez tôt ou
plus tard perdre.
Si vous faites partie du cycle des hauts et des bas, réfléchissez à ceci: Si vous pouviez rétablir tous les 
échanges perdants
c'était le résultat d'une erreur ou d'une imprudence, combien d'argent auriez­vous maintenant? Sur la base
de ces
résultats recalculés, à quoi ressemblerait votre courbe d’équité? Je suis sûr que beaucoup d'entre vous 
tomberaient dans le
catégorie de gagnants cohérents. Maintenant, réfléchissez à la façon dont vous avez réagi à vos pertes 
quand ils
eu lieu. En avez­vous assumé la pleine responsabilité? Avez­vous essayé d'identifier comment vous 
pourriez
changer votre perspective, votre attitude ou votre comportement? Ou avez­vous regardé le marché et 
demandé ce que vous
pourrait en apprendre davantage pour empêcher qu'une telle chose ne se reproduise? De toute évidence, 
le marché n'a rien
votre potentiel d’insouciance, cela n’a rien à voir avec les erreurs que vous faites en tant que
résultat d'un conflit interne au sujet de mériter de l'argent.
L’un des concepts les plus difficiles à assimiler efficacement par les traders est probablement que le 
marché ne
créer votre attitude ou votre état d'esprit; il agit simplement comme un miroir reflétant ce qui est à 
l’intérieur de vous. Si
vous êtes confiant, ce n'est pas parce que le marché vous fait ressentir cela; c'est parce que vos croyances
et
les attitudes sont alignées de manière à vous permettre de progresser dans une expérience, d'assumer la 
responsabilité de
le résultat, et extraire la perspicacité qui a été rendue disponible. Vous maintenez votre état de confiance
l'esprit simplement parce que vous apprenez constamment. À l'inverse, si vous êtes inquiet et effrayé, 
c'est parce que
vous pensez, dans une certaine mesure, que le marché crée vos résultats, et non l'inverse.
En fin de compte, le fait de ne pas assumer ses responsabilités a pour conséquence pire de vous maintenir
dans un cycle de douleur et
insatisfaction. Pensez­y un instant. Si vous n'êtes pas responsable de vos résultats, alors vous pouvez
Supposons que vous n’ayez rien à apprendre et que vous puissiez rester exactement tel que vous êtes.
Tu ne grandiras pas et tu ne changeras pas. En conséquence, vous percevrez les événements exactement 
de la même manière,
et donc leur répondre de la même manière, et obtenir les mêmes résultats insatisfaisants. Ou, vous 
pourriez
Supposons également que la solution à vos problèmes consiste à acquérir une meilleure connaissance du 
marché. Il est toujours vertueux de
apprendre, mais dans ce cas, si vous ne prenez pas la responsabilité de vos attitudes et de votre 
perspective, alors je suis
learninc * snmpfhinff valuaVilp fnr wrnnrr qui vous fera utiliser ce que vous avez appris dans
des moyens inappropriés. Sans vous en rendre compte, vous utiliserez vos connaissances pour éviter la 
responsabilité de
prendre des risques. Au cours du processus, vous créez les objets que vous essayez d'éviter, tout en vous 
maintenant

Page 51
un cycle de douleur et d'insatisfaction. Cependant, il y a un avantage tangible à tirer de blâmer
le marché pour ce que vous vouliez et n'avez pas obtenu.
Vous pouvez temporairement vous protéger de votre propre autocritique sévère. Je dis "temporairement" 
parce que
lorsque vous changez de responsabilité, vous vous coupez de tout ce que vous aviez besoin d'apprendre 
du
expérience. Rappelez­vous notre définition d’une attitude gagnante: une attente positive de vos efforts 
avec
une acceptation que tous les résultats que vous obtenez sont le reflet parfait de votre niveau de 
développement et
ce que vous devez apprendre à faire mieux. Si vous déplacez le blâme afin de bloquer les sentiments 
douloureux que
résultat de vous battre, tout ce que vous avez fait est de mettre un pansement infecté sur la plaie. Tu peux
pense que vous avez résolu le problème, mais le problème ne fera que resurgir plus tard, pire qu'avant.
Il doit le faire, tout simplement parce que vous n’avez rien appris qui vous amène à faire du pays
interprétations qui se traduiraient par une expérience plus satisfaisante.
Vous êtes­vous déjà demandé pourquoi il est souvent plus pénible de laisser de l'argent sur la table que 
de perdre? Quand
nous perdons, il existe de nombreuses façons de rejeter la responsabilité sur le marché sans accepter
responsabilité. Mais lorsque nous laissons de l'argent sur la table, nous ne pouvons pas blâmer le 
marché. Le marché n'a pas fait
rien mais nous donner exactement ce que nous voulions, mais pour une raison quelconque, nous n'étions 
pas capables d'agir sur
l'opportunité de manière appropriée. En d'autres termes, il n'y a aucun moyen de rationaliser la 
douleur. Tu n'es pas
responsable de ce que le marché fait ou ne fait pas, mais vous êtes responsable de tout ce qui reste
résultats de vos activités commerciales. Vous êtes responsable de ce que vous avez appris, ainsi que de
tout ce que vous n'avez pas encore appris et qui attend d'être découvert par vous. Le chemin le plus 
efficace pour
découvrir ce dont vous avez besoin pour réussir consiste à développer une attitude gagnante, car c’est 
une
Dersoective créatif. Non seulement fait un winnin? attitude sur ce que vous devez apprendre; ça aussi
produit la terre d'esprit qui est le plus propice à la découverte de quelque chose que personne d'autre n'a
expérimenté. Développer une attitude gagnante est la clé de votre succès. Le problème pour beaucoup de
commerçants est
soit qu’ils pensent en avoir déjà un, quand ils ne le font pas, soit ils s’attendent à ce que le marché 
développe le
attitude pour eux en leur donnant des métiers gagnants. Vous êtes responsable de développer votre 
propre gagnant
attitude. Le marché ne va pas le faire pour vous, et, je veux être aussi catégorique que possible, aucune 
somme de
L'analyse du marché compensera le développement d'une attitude gagnante s'il vous en manque une.
Comprendre les marchés vous donnera l’avantage nécessaire pour créer des métiers gagnants, mais votre
Edge ne fera pas de vous un gagnant constant si vous n’avez pas une attitude gagnante. Certainement on 
pourrait
soutiennent que certains commerçants perdent parce qu’ils ne comprennent pas suffisamment les 
marchés et qu’ils
généralement choisir les mauvais métiers. Aussi raisonnable que cela puisse paraître, j’ai appris par 
expérience que les traders
avec des attitudes perdantes, choisissez les mauvais métiers, peu importe ce qu'ils savent sur les 
marchés. Dans
dans tous les cas, le résultat est le même: ils perdent.
En revanche, les traders aux attitudes gagnantes qui ne savent pratiquement rien des marchés peuvent
choisir les gagnants; et s’ils en savent beaucoup sur les marchés, ils peuvent choisir encore plus de 
gagnants. Si tu veux
pour changer votre expérience des marchés de peur à confiance, si vous souhaitez modifier vos résultats
d’une courbe d’équité erratique à une courbe en augmentation constante, la première étape consiste à 
assumer la responsabilité et

Page 52
cessez de vous attendre à ce que le marché vous donne quelque chose ou fasse quelque chose pour 
vous. Si vous résolvez de ce point
En attendant de tout faire vous­même, le marché ne peut plus être votre adversaire. Si vous arrêtez de 
vous battre
marché, ce qui signifie en fait que vous cessez de vous battre, vous serez étonné de la rapidité avec 
laquelle vous allez
reconnaissez exactement ce que vous devez apprendre et à quelle vitesse vous l'apprendrez. Prendre la 
responsabilité est
la pierre angulaire d'une attitude gagnante. CH
APTER
CHAPITRE 4
4 CONSISTANCE: UN ÉTAT D'ESPRIT
J'espère qu'après avoir lu les trois premiers chapitres, vous obtenez l'idée que, simplement parce que 
vous agissez
dans la capacité d'un commerçant, ne signifie pas que vous avez appris les moyens appropriés de penser 
à ce que
tu fais. Comme je l'ai déjà souligné à plusieurs reprises, ce qui distingue les meilleurs traders de tous les 
autres est
pas ce qu'ils font ou quand ils le font, mais plutôt comment ils pensent à ce qu'ils font et comment ils le 
font
penser quand ils doivent. Si votre objectif est d’échanger comme un professionnel et d’être un gagnant 
constant, alors vous
doit partir du principe que les solutions sont dans votre esprit et non sur le marché. La cohérence est un
état d'esprit diat repose essentiellement sur certaines stratégies de réflexion fondamentales propres au 
négoce.
Expérimenter quelques métiers gagnants ou plus peut convaincre presque tout le monde que le trading 
est facile. Rappel
vos propres expériences; repensez à ces métiers qui ont apporté un flot d'argent affluer dans votre
compte lorsque vous avez simplement pris une simple décision d’achat ou de vente.
Maintenant, combinez le sentiment extrêmement positif que vous obtenez de gagner et d’obtenir de 
l’argent sans effort,
et il est presque impossible de ne pas conclure que gagner de l'argent en tant que commerçant est 
facile. Mais si c'est le cas,
si le trading est si facile, alors pourquoi est­il si difficile à maîtriser? Pourquoi tant de commerçants sont­
ils à bout,
aux prises avec la contradiction évidente? S'il est vrai que le trading est facile ­ et les traders le savent 
bien,
parce qu'ils ont eu l'expérience directe de la facilité et du sans effort ­ alors comment peut­il aussi l'être
possible qu'ils ne peuvent pas faire ce qu'ils ont appris sur les marchés travaillent pour eux encore et 
encore
encore? En d'autres termes, comment pouvons­nous expliquer la contradiction entre ce que nous croyons 
du trading
et nos résultats commerciaux réels au fil du temps?
PENSEZ AU TRADING
Les réponses sont toutes dans la façon dont vous en pensez. L’ironie est que le trading peut être aussi 
amusant et
sans effort, comme votre expérience l'a parfois été; mais l'expérience de ces qualités est toujours
fonction de votre perspective, de vos croyances, de vos attitudes ou de votre état d'esprit.
Choisissez le terme avec lequel vous êtes le plus à l'aise; ils se réfèrent tous à la même chose: Gagner et
la cohérence sont des états d'esprit de la même manière que le bonheur, s'amuser et la satisfaction sont 
des états de
Page 53
esprit. Votre état d'esprit est un sous­produit de vos croyances et de vos attitudes. Vous pouvez essayer 
de créer de la cohérence
sans avoir les croyances et les attitudes appropriées, mais vos résultats ne seront pas différents que si 
vous
tiy être heureux quand vous ne vous amusez pas. Lorsque vous ne vous amusez pas, il peut être très 
difficile de
changez de perspective pour devenir soudainement un moment de plaisir. Bien sûr, le
les circonstances de votre situation pourraient changer soudainement de manière à vous faire ressentir de 
la joie. Mais
alors votre état d'esprit serait le résultat d'un changement externe des conditions, pas d'un résultat interne
changez d'attitude. Si vous dépendez de conditions et de circonstances extérieures pour vous rendre 
heureux
vous vous amusez toujours), alors il est extrêmement improbable que vous fassiez l'expérience du 
bonheur
sur une base cohérente.
Cependant, vous pouvez augmenter considérablement vos chances d'être heureux en développant des 
attitudes amusantes
et, plus spécifiquement, en travaillant à la neutralisation des croyances et des attitudes qui vous 
empêchent de
s'amuser ou s'amuser. Créer un succès constant en tant que commerçant fonctionne de la même 
manière. Vous ne pouvez pas
comptez sur le marché pour votre succès constant, pas plus que vous ne pouvez compter sur l'extérieur
monde pour vous rendre toujours heureux. Les gens qui sont vraiment heureux ne doivent rien faire pour
Soyez heureux.
Ce sont des gens heureux qui font des choses. Les commerçants qui réussissent constamment sont 
cohérents en tant que
expression naturelle de qui ils sont. Ils n'ont pas à essayer d'être cohérents; ils sont compatibles. Ce
Cela peut sembler une distinction abstraite, mais il est extrêmement important que vous compreniez la 
différence.
Être cohérent n’est pas quelque chose que vous pouvez essayer d’être, car le simple fait d’essayer 
annulera votre vie.
intentionnellement en vous retirant mentalement du flot d'opportunités, ce qui diminue les chances de 
gagner et
plus probablement vous perdrez. Vos meilleurs métiers étaient faciles et sans effort. Vous n'avez pas eu à
essayer de
rendez­les faciles; ils étaient faciles. Il n'y avait pas de lutte. Vous avez vu exactement ce que vous aviez 
besoin de voir et
vous avez agi sur ce que vous avez vu. Vous étiez dans le moment, une partie du flux 
d'opportunités. Quand tu es dans
le flux, vous ne devez pas essayer, parce que tout ce que vous savez sur le marché est à votre disposition.
Rien n’est bloqué ou caché à votre conscience, et vos actions semblent sans effort parce que
il n'y a pas de lutte ou de résistance. D'autre part, le fait d'essayer indique qu'il existe un certain degré de
résistance ou lutte. Sinon, vous le feriez simplement sans avoir à essayer de le faire. Ça aussi
indique que vous essayez d'obtenir ce que vous voulez du marché. Bien qu'il semble naturel de penser 
cela
Ainsi, c'est une perspective semée d'embûches.
Les meilleurs traders restent dans le flot parce qu'ils n'essayent pas d'obtenir quoi que ce soit du 
marché; ils simplement
se rendre disponibles pour qu'ils puissent profiter de tout ce que le marché offre à un moment donné
moment. Il y a une énorme différence entre les deux perspectives.
Au chapitre 3, j'ai brièvement illustré comment notre esprit est câblé pour éviter la douleur physique et 
émotionnelle. Si
vous négociez en essayant d'obtenir ce que vous voulez ou ce que vous attendez des marchés,
que se passe­t­il lorsque le marché ne se comporte pas de manière à répondre à vos attentes? Votre 
mental
mécanismes de défense entrent en jeu pour compenser la différence entre ce que vous voulez et ce que 
vous êtes
ne pas obtenir, de sorte que vous ne ressentez aucune douleur émotionnelle.

Page 54
Notre esprit est conçu pour bloquer automatiquement les informations menaçantes ou pour trouver un 
moyen de les dissimuler.
informations, afin de nous protéger du malaise émotionnel que nous ressentons naturellement lorsque 
nous ne recevons pas
ce que nous voulons. Vous ne le réaliserez pas dans l'instant, mais vous choisirez des informations qui 
sont
en accord avec vos attentes, afin que vous puissiez maintenir un état d’esprit sans douleur.
Cependant, en essayant de maintenir un état d’esprit sans douleur, vous vous sortez également de
l’opportunité coule et entre dans le royaume du "pourrait avoir", du "devrait avoir", du "aurait", et
le "si seulement." Tout ce que vous auriez pu, auriez ou auriez reconnu dans l'instant
est apparu invisible, alors tout devient douloureusement évident après le fait, après que l’opportunité est 
partie depuis longtemps.
Pour être cohérent, vous devez apprendre à penser au trading de manière à ne plus être
susceptibles aux processus mentaux conscients ou subconscients qui vous font obscurcir, bloquer ou 
prendre et
choisissez des informations en fonction de ce qui vous rendra heureux, donnez ce que vous voulez ou 
évitez la douleur.
La menace de la douleur génère la peur, et la peur est à l'origine de 95% des erreurs que vous êtes 
susceptible de commettre.
faire. Certes, vous ne pouvez pas être cohérent ou faire l'expérience du flux si vous faites constamment 
des erreurs, et
vous ferez des erreurs tant que vous craignez que ce que vous voulez ou ce que vous attendez ne se 
produise pas.
En outre, tout ce que vous tenterez de faire en tant que commerçant sera un combat et il semblera que 
vous êtes
lutter contre le marché ou que le marché est contre vous personnellement. Mais, la réalité est que tout est
prenant place dans votre esprit. Le marché ne perçoit pas les informations qu'il met à disposition. tu fais.
S'il y a une lutte, c'est vous qui luttez contre votre propre télévision ^^ oT * n 11 T­acic ^ onoo / "> r ^ T­
iTlir »lc anri r ^ avc
Maintenant, vous vous demandez peut­être comment puis­je penser au commerce de manière à ne plus 
avoir peur
et, par conséquent, ne sont plus susceptibles aux processus mentaux qui me font bloquer, obscurcir ou 
choisir
et choisir l'information? La réponse est: Apprenez à accepter le risque.
VRAIMENT COMPRENDRE LES RISQUES
Outre les nombreuses questions relatives à la responsabilité dont nous avons parlé au chapitre 3, il n’ya 
pas
tout ce qui concerne le commerce est plus essentiel à votre succès et plus incompris que le
concept d'acceptation du risque. Comme je l'ai mentionné dans le premier chapitre, la plupart des 
commerçants supposent à tort que
parce qu’ils sont engagés dans l’activité risquée consistant à mettre sur pied et à retirer des métiers, ils 
sont
acceptant également ce risque. Je vais répéter que cette hypothèse ne pouvait être plus éloignée de la 
vérité.
Accepter le risque signifie accepter les conséquences de vos transactions sans gêne émotionnelle ou
peur. Cela signifie que vous devez apprendre à penser au trading et à votre relation avec les marchés.
de telle sorte que la possibilité de se tromper, de perdre, d'omettre ou de laisser de l'argent sur la table
ne provoque pas vos mécanismes de défense mentale à entrer et vous sortir du flux d'opportunités. Il
ne vous fait aucun bien de prendre le risque de faire un commerce si vous avez peur des conséquences,
parce que vos peurs vont agir sur votre perception de l’information et votre comportement de manière à
vous amène à créer l'expérience même que vous craignez le plus, celle que vous essayez d'éviter. J'offre

Page 55
vous une stratégie de réflexion spécifique composée d'un ensemble de croyances qui vous permettra de 
rester concentré, dans le moment,
et dans le flux. Dans cette perspective, vous ne chercherez pas à obtenir quoi que ce soit du marché ou à
éviter tout. Vous laisserez plutôt le marché se développer et vous vous rendrez disponible pour prendre
avantage de toutes les situations que vous définissez comme des opportunités. Quand vous vous rendez 
disponible pour
profitez d’une opportunité, vous n’imposez aucune limite ni aucune attente au marché
comportement. Vous êtes satisfait de laisser le marché faire ce qu'il va faire.
Cependant, en faisant quelque chose, le marché créera certaines conditions que vous définissez et
percevoir comme des opportunités. Vous exploitez ces opportunités au mieux de vos capacités, mais 
votre état de
l'esprit n'est pas dépendant du comportement du marché ni influencé par celui­ci. Si vous pouvez 
apprendre à créer un état de
esprit qui n'est pas affecté par le comportement du marché, la lutte cessera d'exister. Quand l'interne
la lutte se termine, tout devient facile. À ce stade, vous pouvez tirer pleinement parti de toutes vos 
compétences,
analytique ou autre, pour éventuellement réaliser votre potentiel en tant que commerçant. Voici le 
défi! Comment
vous acceptez les risques du commerce sans gêne émotionnelle ni peur, alors qu'au moment où vous
percevoir le risque, vous ressentez simultanément une gêne et une peur? En d'autres termes, comment 
restez­vous
confiant et sans douleur quand vous êtes absolument certain que vous pouvez avoir tort, perdre de 
l'argent, manquer
out, ou laisser de l'argent sur la table?
Comme vous pouvez le constater, votre peur et votre malaise sont parfaitement justifiés et 
rationnels. Chacun de ces
les possibilités deviennent réelles au moment où vous envisagez d'interagir avec le marché. Cependant, 
comme vrai
comme toutes ces possibilités le sont pour chaque opérateur, ce qui n’est pas vrai ou identique pour 
chaque opérateur
signifie se tromper, perdre, rater ou laisser de l'argent sur la table. Tout le monde ne partage pas les 
mêmes croyances
et les attitudes à propos de ces possibilités et, par conséquent, nous ne partageons pas les mêmes 
sensibilités émotionnelles. Dans
En d'autres termes, tout le monde n'a pas peur des mêmes choses.
Cela peut sembler évident, mais je vous assure que ce n’est pas le cas. Lorsque nous avons peur, le 
malaise émotionnel que nous ressentons
dans le moment est si réel qu'il est hors de question, et il est naturel de supposer que tout le monde 
partage notre
réalité. Je vais vous donner un exemple parfait de ce dont je parle. J'ai récemment travaillé avec un 
commerçant,
qui était mortellement peur des serpents. En ce qui le concerne, il a toujours eu peur des serpents
parce qu'il ne pouvait pas se souvenir d'une époque où il ne l'était pas. Maintenant, il est marié et a une 
fille de trois ans.
Un soir, alors que sa femme était en dehors de la ville, sa fille et lui ont été invités chez un ami pour
dîner. À l'insu de mon client, l'enfant de ses amis avait un serpent domestique.
Quand l’enfant d’amis a sorti le serpent pour que tout le monde puisse le voir, mon client a paniqué et 
pratiquement
sauta de l’autre côté de la pièce pour s’éloigner le plus possible du serpent. Sa fille, sur le
D'autre part, était complètement fasciné par le serpent et ne le laissait pas tranquille. Quand il a raconté 
cela
histoire à moi, il a dit qu'il était non seulement choqué par la confrontation inattendue avec le serpent, 
mais
qu'il était tout aussi choqué par la réaction de sa fille. Elle n'avait pas peur et il supposa qu'elle le ferait.
être. Je lui ai expliqué que sa peur était si intense et son attachement à sa fille si grand que cela
lui était inconcevable que sa fille ne partagerait pas automatiquement sa réalité sur les serpents. Mais
puis, soulignai­je, elle n'aurait vraiment pas pu partager son expérience, à moins qu'il ne

Page 56
lui a spécifiquement appris à avoir peur des serpents ou elle a vécu sa propre et douloureuse expérience 
effrayante.
Autrement, sans rien de contraire dans son système mental, la réaction la plus probable à sa première
La rencontre avec un serpent vivant serait une fascination pure et pure.
Tout comme mon client a supposé que sa fille aurait peur des serpents, la plupart des commerçants 
supposent le meilleur
les commerçants, comme eux­mêmes, ont également peur de se tromper, de perdre, d’omettre et de 
laisser de l’argent sur le marché.
table. Ils supposent que les meilleurs traders neutralisent en quelque sorte leurs craintes avec un montant 
démesuré de
courage, nerfs d'acier et maîtrise de soi.
Comme beaucoup d'autres choses à propos du trading, ce qui semble logique, ce n'est tout simplement 
pas le cas. Certainement, n'importe qui
ou toutes ces caractéristiques peuvent être présentes chez n’importe quel grand négociant. Mais ce qui 
n’est pas vrai, c’est que ces
les caractéristiques jouent un rôle dans leurs performances supérieures. Besoin de courage, de nerfs 
d'acier ou de soi­même
contrôle impliquerait un conflit interne dans lequel une force est utilisée pour contrecarrer les effets de
un autre. Tout degré de lutte, d’essai ou de peur associé au trading vous fera sortir du moment présent
et coulent et, par conséquent, diminuent vos résultats. C’est là que les traders professionnels se séparent 
vraiment
eux­mêmes de la foule. Quand vous acceptez le risque comme le font les pros, vous ne percevez rien
que le marché peut faire en tant que menace. Si rien ne menace, il n'y a rien à craindre. Si vous n'êtes pas
peur, tu n'as pas besoin de courage. Si vous n'êtes pas stressé, pourquoi auriez­vous besoin de nerfs 
d'acier? Et si
vous n'avez pas peur de votre potentiel pour devenir imprudent, parce que vous avez la surveillance 
appropriée
mécanismes en place, alors vous n'avez pas besoin de maîtrise de soi.
Alors que vous réfléchissez aux implications de ce que je dis, je veux que vous gardiez quelque chose à 
l’esprit: Très
peu de gens qui entrent dans le commerce commencent avec les croyances et les attitudes appropriées 
concernant la responsabilité
et le risque. Il y en a qui le font mais c'est rare. Tout le monde passe par le même cycle que j'ai décrit 
dans
l'exemple du commerçant novice: nous partons sans soucis, puis nous avons peur et nos peurs 
continuellement
diminuer notre potentiel. Les commerçants qui traversent le cycle et le font finalement sont ceux
qui finissent par apprendre à cesser d’éviter et à commencer à assumer la responsabilité et le risque.
La plupart de ceux qui réussissent à briser le cycle ne font pas le changement de pensée jusqu'à ce qu'ils 
aient
tellement souffert de pertes importantes que cela a pour effet positif de dépouiller leurs
illusions sur la nature du trading. En ce qui concerne votre développement, le comment de leur 
transformation
n’est pas si important que cela, car dans la plupart des cas cela s’est passé par inadvertance En d'autres 
termes, ils n'étaient pas
complètement conscient des changements qui se produisaient dans leur environnement mental jusqu'à ce 
qu'ils
expérimenté les effets positifs de leur nouvelle perspective sur la manière dont ils interagissaient avec le
marché. C’est pourquoi très peu de grands traders peuvent vraiment expliquer ce qui explique leur 
succès, sauf à
parlez dans des axiomes du type «réduisez vos pertes» et «allez avec le courant».
Ce qui est important, c’est que vous compreniez qu’il est tout à fait possible de penser comme les 
professionnels
et de trader sans crainte, même si votre expérience directe en tant que commerçant plaiderait autrement.
Page 57
ALIGNER VOTRE ENVIRONNEMENT MENTAL
Maintenant, nous allons commencer à cibler exactement comment vous pouvez aligner votre 
environnement mental afin de
accepter le risque et fonctionner comme un commerçant professionnel. La plupart de ce que j'ai discuté 
jusqu'à présent était
conçu pour vous préparer à faire le vrai travail. Je vais vous apprendre une stratégie de réflexion qui a, à 
sa
base, une ferme conviction dans les probabilités et les bords.
Avec cette nouvelle stratégie de réflexion, vous apprendrez à créer une nouvelle relation avec le marché, 
une relation qui
dissocie votre trading de ce que cela signifie généralement d’avoir tort ou de perdre, et cela vous 
empêche
de percevoir quoi que ce soit sur le marché comme une menace. Lorsque la menace de douleur disparaît, 
la peur disparaît
disparaissent en conséquence, de même que les erreurs basées sur la peur auxquelles vous êtes 
susceptible. Vous serez laissé avec
l'esprit qui est libre de voir ce qui est disponible et d'agir sur ce que vous voyez. Se rendre à cette 
insouciante, sans peur
L’état d’esprit, en dépit d’être brûlé maintes et maintes fois, demandera du travail, mais ça ne va pas être
si difficile que vous pouvez penser. En fait, lorsque vous aurez fini de lire ce livre, la plupart d’entre 
vous seront
Je suis étonné de voir à quel point les solutions à vos problèmes sont simples. À bien des égards, un état 
d'esprit ou
la perspective est comme un code logiciel.
Vous pouvez avoir plusieurs milliers de lignes de code parfaitement écrit, avec une seule ligne 
imparfaite, et dans cette
une ligne imparfaite, il ne peut y avoir qu'un seul caractère hors de propos. En fonction du but de la
logiciel et où cette faille est en relation avec tout le reste, ce caractère égaré pourrait ruiner
la performance d'un système par ailleurs parfaitement écrit. Vous voyez, la solution était simple: réparer 
le
personnage égaré, et tout se passe bien. Cependant, trouver l'erreur ou même le savoir
existe en premier lieu peut prendre une expertise considérable.
Pour ce qui est de la mentalité de négociation idéale, chacun se trouve à une certaine distance 
psychologique. Dans
Autrement dit, pratiquement tout le monde commence avec un code logiciel défectueux. J'utilise des 
termes comme des clics ou des degrés
pour indiquer une distance psychologique, mais ces termes n'impliquent pas une distance 
spécifique. Donc, par exemple,
beaucoup d’entre vous constateront que vous n’êtes qu’à un clic de perspective de l’esprit idéal.
ensemble. Ce clic pourrait représenter une ou deux hypothèses erronées ou mal placées au sujet de la
nature du commerce. En réfléchissant à certaines des idées présentées dans ce livre, votre perspective 
peut
décalage.
Pour utiliser l’analogie du code logiciel, ce décalage équivaudrait à trouver la mauvaise ligne dans votre
système mental et le remplacer par quelque chose qui fonctionne correctement. Les gens décrivent 
normalement ce genre
de changement mental interne comme une expérience "ah, ah", ou le moment où la lumière 
s'allume. Tout le monde a
eu ce genre d’expériences, et certaines qualités communes y sont associées. Premièrement, nous
généralement se sentir différent. Le monde semble même différent, comme s'il avait soudainement 
changé. En règle générale, nous
pourrait dire au moment de la percée quelque chose comme: "Pourquoi ne m'as­tu pas dit cela 
avant?" ou,
"C'était juste devant moi tout le temps, mais je ne l'ai tout simplement pas vu" ou, "C'est si simple; 
pourquoi ne pouvais­je pas voir
il?"
Un autre phénomène intéressant de l'expérience "ah, ha", est que parfois, dans les moments,

Page 58
bien que le temps puisse varier, nous pensons que cette nouvelle partie de notre identité a toujours fait 
partie
de qui nous sommes. Il devient alors difficile de croire que nous étions comme avant.
l'expérience. En bref, vous êtes peut­être déjà au courant de la majeure partie de ce que vous devez 
savoir pour
être un commerçant toujours avec succès. Mais être conscient de quelque chose ne le rend pas 
automatiquement
partie fonctionnelle de qui vous êtes. La prise de conscience n'est pas nécessairement une 
conviction. Vous ne pouvez pas supposer que l'apprentissage
accepter quelque chose de nouveau revient à le croire à un niveau où il est possible d’agir en 
conséquence.
Prenons l'exemple de mon client qui a peur des serpents. Il est certainement conscient que tous les 
serpents ne sont pas
dangereux, et d'apprendre à faire la distinction entre ceux qui sont dangereux et les
ceux qui ne le sont pas ne seraient pas difficiles.
Apprendre à faire ces distinctions le fera­t­il soudainement ne pas avoir peur des "non­dangereux
serpents "? Pouvons­nous supposer que sa conscience tombera à un niveau de son environnement mental 

il peut maintenant interagir avec les serpents sans crainte ni immobilité? Non, nous ne pouvons pas faire 
cette hypothèse. Le sien
conscience que certains serpents ne sont pas dangereux et que sa peur des serpents peut exister côte à 
côte dans son esprit
environnement, comme une contradiction entre eux. Vous pouvez le confronter avec un serpent et il 
pourrait
reconnaissez volontiers qu'il sait que le serpent n'est pas dangereux et ne lui ferait pas de mal; mais en 
même temps
temps, il aurait toujours beaucoup de mal à toucher le serpent, même s’il le voulait. Est­ce que ça veut 
dire
qu'il est condamné à avoir peur des serpents pour le reste de sa vie? Seulement s'il veut être. C'est 
vraiment un
question de volonté.
Il est certes possible de neutraliser sa peur, mais il devra y travailler et à tout faire.
nécessite une motivation suffisante. Beaucoup d’entre nous ont ce que nous savons être des peurs 
irrationnelles et choisissent simplement
vivre avec la contradiction parce que nous ne voulons pas passer par le travail émotionnel nécessaire
surmonter la peur. Dans cet exemple, la contradiction est évidente. Cependant, au cours de mes 
nombreuses années de
En travaillant avec des commerçants, j’ai découvert plusieurs contradictions et conflits typiques autour 
du
problèmes de risque et de responsabilité, où le maintien de deux ou plusieurs croyances contradictoires 
peut facilement annuler
vos intentions positives, peu importe votre motivation à réussir.
Le problème est qu'aucune de ces contradictions n'est vraiment évidente, du moins pas à première vue.
Les croyances contradictoires, cependant, ne sont pas les seuls problèmes. Qu'en est­il des affirmations 
du type "Je prends des risques"
que les traders supposent généralement sont tombés au niveau fonctionnel d'une croyance alors qu'en 
réalité, le
la dynamique sous­jacente de leur perception du marché indique qu'ils font tout leur possible
pour éviter les risques. Des croyances contradictoires et une conscience non fonctionnelle représentent 
un logiciel mental imparfait
code; code qui détruit votre capacité à rester concentré et à atteindre vos objectifs; code qui le rend
semble que vous ayez simultanément un pied sur l'accélérateur et l'autre sur le frein; code qui
donne à apprendre comment échanger une qualité mystérieuse qui sera difficile de façon amusante au 
début, mais
se transforme généralement en exaspération pure et pure. Quand j'étais au collège à la fin des années 
1960, un de mes
films préférés était Cool Hand Luke, avec Paul Newman. C'était un film très populaire à l'époque, alors
Je suis sûr que certains d'entre vous l'ont vu à la télévision tard dans la nuit.
Luke appartenait à une chaîne de la Géorgie. Après s’être échappé et s’être fait prendre pour la deuxième
fois, le gardien

Page 59
et les gardes étaient déterminés à ne pas laisser Luke se moquer d'eux une troisième fois. Alors tout en le 
forçant à faire
une quantité démesurée de travail sans repos et lui donnant des passages à tabac intermittents, ils ont 
continué à demander,
"Avez­vous bien compris, Luke?" Finalement, après des souffrances considérables, Luke a finalement dit
les chefs de prison qu'il avait son esprit juste. Ils ont dit que s'il ne le faisait pas, et essayaient de 
s'échapper à nouveau, ils auraient
tuez­le à coup sûr. Bien sûr, Luke a tenté une autre évasion, et fidèle à leur parole, les gardes ont tué
lui. Comme Luke, de nombreux commerçants, qu’ils s’en rendent compte ou non, essaient de le faire à 
leur façon en battant
le marché; en conséquence, ils sont tués financièrement et émotionnellement. Il y a plus facile, 
infiniment plus
solutions satisfaisantes pour obtenir ce que vous voulez du marché, mais vous devez d’abord être prêt à 
"obtenir votre
l'esprit est juste. " CHAPITRE 5
CHAPITRE 5
LA DYNAMIQUE DE LA PERCEPTION
L’un des principaux objectifs de ce livre est de vous apprendre à éliminer le risque de douleur du 
marché.
information. Le marché ne génère pas d'informations heureuses ou douloureuses. Du point de vue des 
marchés,
c'est tout simplement de l'information. Il peut sembler que le marché vous fait ressentir ce que vous 
ressentez à tout moment.
moment donné, mais ce n'est pas le cas. C'est votre propre cadre mental qui détermine la façon dont vous
percevoir les informations, comment vous vous sentez et, par conséquent, si vous êtes ou non dans le 
groupe le plus propice
état d'esprit d'entrer spontanément dans le flux et de tirer profit de tout ce que le marché offre.
Les professionnels ne perçoivent rien des marchés comme étant douloureux; par conséquent, aucune 
menace n'existe pour eux.
S'il n'y a pas de menace, il n'y a rien contre lequel se défendre. En conséquence, il n'y a aucune raison 
pour leur
mécanismes de défense conscients ou subconscients à actionner. C'est pourquoi les professionnels 
peuvent voir et faire
des choses qui mystifient tout le monde. Ils sont dans le flux, car ils perçoivent un flot infini de
opportunités, et quand ils ne sont pas dans le flux, le meilleur des meilleurs peut reconnaître ce fait et
puis compenser en réduisant ou en ne négociant pas du tout.
Si votre objectif est de pouvoir négocier comme les professionnels, vous devez être en mesure de voir le 
marché d’un point de vue financier.
perspective objective, sans distorsion. Vous devez pouvoir agir sans résistance ni hésitation, mais
suffisamment de retenue positive pour contrecarrer les effets négatifs de la confiance excessive ou
euphorie. Essentiellement, votre objectif est de pouvoir créer un état d’esprit unique, une mentalité de 
négociant.
Une fois que vous avez accompli cela, tout ce qui concerne votre succès en tant que commerçant sera 
mis en place. À
vous aider à atteindre cet objectif, je vais vous donner un moyen de redéfinir votre relation au marché
informations afin qu'il y ait peu de potentiel, voire aucun, pour le percevoir comme une menace.
Par "redéfinir", j'entends changer de perspective et opérer à partir d'un cadre mental qui garde
vous vous êtes concentré sur les opportunités disponibles au lieu de vous entraîner dans la douleur 
émotionnelle.

Page 60
DÉBOGAGE DE VOTRE LOGICIEL MENTAL
En d'autres termes, nous voulons éliminer les bugs de notre code de logiciel mental et bien penser. Faire
cela nécessitera effectivement une compréhension de la nature de l'énergie mentale et de la façon dont 
vous pouvez l'utiliser.
énergie pour changer une perspective qui génère une réponse émotionnelle négative non souhaitée au 
marché
information. Il y a beaucoup à apprendre, mais je pense que vous serez étonné de voir comment de 
simples changements peuvent
faire une énorme différence dans vos résultats commerciaux. Le processus de négociation commence par
percevoir un
opportunité. Sans la perception d'une opportunité, nous n'aurions aucune raison de négocier. Donc je le 
pense
est approprié que nous commençons notre examen de l’énergie mentale en décomposant le processus de
la perception.
Quelles sont les dynamiques sous­jacentes de la perception? Quels facteurs déterminent notre perception 
de l'information
ou ce que nous percevons par rapport à ce qui est disponible? Comment la perception est­elle liée à ce 
que nous
l'expérience à un moment donné? Probablement le moyen le plus simple de comprendre la dynamique de
la perception
et répondre à ces questions, c’est penser à tout (et à l’action des forces qui génèrent
des informations sur les propriétés, les caractéristiques et les traits qui les rendent uniques.
Tout ce qui existe en dehors de notre corps ­ toutes les plantes et toutes les catégories de la vie; tous 
planétaires
des phénomènes sous forme de conditions météorologiques, de tremblements de terre et d'éruptions 
volcaniques; tous actifs et inertes
matière physique; et tous les phénomènes non corporels tels que la lumière, les ondes sonores, les micro­
ondes et
rayonnement ­ génère des informations sur la nature de son existence. Cette information a le potentiel de
agir comme une force sur l'un de nos cinq sens physiques. Avant d'aller plus loin, notez que j'utilise le 
verbe
"générer" de manière globale, impliquant que tout se trouve dans un état d'expression actif, y compris
objets inanimés.
Pour illustrer pourquoi je fais cela, regardons quelque chose d'aussi simple qu'un rocher. C'est un objet 
inanimé,
composé d'atomes uniques et de molécules s'exprimant comme une roche. Je peux utiliser le verbe actif
"exprimer" parce que les atomes et les molécules qui composent la roche sont constamment en 
mouvement. Alors, même
bien que la roche ne semble pas active sauf dans le sens le plus abstrait, elle a des caractéristiques et
propriétés qui agissent comme des forces sur nos sens, nous obligeant à faire l'expérience et à faire des 
distinctions à propos de
la nature de son existence. Par exemple, une roche a une texture, et cette texture agit comme une force 
sur notre sens
du toucher si nous passons nos doigts sur la surface du rocher.
Une roche a une forme et une couleur qui agissent comme une force sur notre vision; le rocher prend de 
la place qu'aucun autre
objet peut occuper, de sorte que nous le voyons à la place d'un espace vide ou d'un autre objet. Un rocher
peut aussi
avoir une odeur qui agit comme une force sur notre sens de l'odorat, ou un goût qui ressemble à quelque 
chose, bien que je ne l'aie pas léché
des roches ces derniers temps pour le savoir. Lorsque nous rencontrons quelque chose dans 
l'environnement qui exprime sa
propriétés et caractéristiques, un échange d'énergie a lieu. Energie de l'extérieur, sous la forme
de tout ce qui s’exprime, est transformé par notre système nerveux en impulsions électriques et
est ensuite stocké dans notre environnement mental intérieur. Pour être plus précis, tout ce que nous 
voyons,
entendre, goûter, sentir ou ressentir par nos sens se transforme en impulsions électriques de

Page 61
l’énergie et stockés dans notre environnement mental en tant que mémoire et / ou dis­ Je pense que tout 
cela est assez autonome.
évident pour la plupart des gens, mais il y a des implications profondes ici qui ne vont pas de soi, et nous
généralement les prendre complètement pour acquis.
Tout d'abord, il existe une relation de cause à effet qui existe entre nous et tout ce qui existe
existe dans l'environnement externe. En conséquence, nos rencontres avec des forces extérieures créent 
ce que je suis
va appeler "structures énergétiques" dans notre esprit. Les souvenirs, les distinctions et, finalement, les
les croyances que nous acquérons tout au long de notre vie existent dans notre environnement mental 
sous forme de
énergie. L'énergie structurée est un concept abstrait. Vous vous demandez peut­être: "Comment l'énergie 
prend­elle
forme ou forme? "Avant de répondre à cette question, une question encore plus fondamentale doit être
adressé.
Comment savons­nous que les souvenirs, les distinctions et les croyances existent sous forme d'énergie?
Je ne sais pas si cela a été scientifiquement prouvé ou complètement accepté par la communauté 
scientifique, mais
demandez­vous sous quelle autre forme ces composantes mentales pourraient exister? Voici ce que nous 
savons avec certitude:
Tout ce qui est composé d'atomes et de molécules prend de la place et peut donc être observé. Si
souvenirs, distinctions et croyances existaient sous une forme physique, nous devrions alors pouvoir 
observer
leur. À ma connaissance, aucune observation de ce type n'a été faite.
La communauté scientifique a disséqué le tissu cérébral (vivant et mort) et l’a examiné au niveau de
l'atome individuel, cartographié diverses régions du cerveau en termes de leurs fonctions, mais personne,
pour le moment,
a observé un souvenir, une distinction ou une croyance dans sa forme naturelle. Par "sous sa forme 
naturelle", je veux dire que
bien qu'un scientifique puisse observer les cellules cérébrales individuelles contenant certains souvenirs, 
il ne peut pas
vivez ces souvenirs de première main. Il ne peut les expérimenter que si la personne à qui le
les souvenirs appartiennent est en vie et choisit de les exprimer d'une certaine manière. Si des souvenirs, 
des distinctions et
les croyances n'existent pas en tant que matière physique, alors il n'y a vraiment aucune autre façon pour 
elles d'exister, sauf
comme une forme d'énergie. Si tel est le cas, cette énergie peut­elle prendre une forme spécifique? Peut­
il être
structuré de manière à refléter les forces externes qui l'ont fait naître? Plus
absolument! Y a­t­il quelque chose dans l’environnement analogue à une forme d’énergie?
Les pensées sont de l'énergie. Parce que vous pensez dans une langue, vos pensées sont structurées par 
les limitations
et les règles qui régissent la langue particulière dans laquelle vous pensez. Quand vous exprimez ces 
pensées
à haute voix, vous créez des ondes sonores, qui sont une forme d'énergie. Les ondes sonores créées par 
l'interaction
de vos cordes vocales et de votre langue sont structurés par le contenu de votre message. Les micro­
ondes sont de l'énergie.
De nombreux appels téléphoniques sont relayés par micro­ondes, ce qui signifie que l’énergie des micro­
ondes doit être
structurée de manière à refléter le message qu'elle véhicule.
La lumière laser est de l'énergie, et si vous avez déjà assisté à une démonstration d'un spectacle de 
lumière laser, ou d'un art au laser,
ce que vous avez vu, c’est de l’énergie pure qui prend une forme qui reflète les désirs créatifs des 
artistes. Tous
Ce sont de bons exemples de la manière dont l’énergie peut prendre forme, se former et se 
structurer. Bien sûr, il y a beaucoup
plus, mais il y a un autre exemple qui illustre le point de la manière la plus graphique. Au plus
niveau fondamental, quels sont les rêves? Je ne vous demande pas ce que signifient les rêves ou ce que 
vous pensez de leur

Page 62
le but est, mais plutôt, quels sont­ils? Quelles sont leurs propriétés? Si nous supposons que les rêves ont 
lieu
dans les limites de nos crânes, alors ils ne peuvent pas être composés d'atomes et de molécules, car il
ne serait pas assez d'espace pour tout ce qui existe et a lieu dans nos rêves. Rêver
les expériences semblent avoir les mêmes proportions et dimensions que les choses que nous percevons 
quand nous sommes
éveillé et expérimenter la vie à travers nos cinq sens.
Cela ne serait possible que si les rêves étaient une forme d’énergie structurée, car l’énergie peut
prendre n'importe quelle taille ou dimension, mais, ce faisant, ne prend pas réellement de 
place. Maintenant, si ça n'a pas
Vous vous êtes déjà rendu compte qu'il y a quelque chose de vraiment profond. Si les souvenirs, les 
distinctions,
et les croyances que nous avons acquises à la suite de nos rencontres avec l’environnement externe 
représentent ce que
nous avons appris à propos de cet environnement et de son fonctionnement; et si ces souvenirs, 
distinctions et croyances
exister dans notre environnement mental sous forme d'énergie; et si l'énergie ne prend pas de place; alors
il pourrait aussi
être dit que nous avons une capacité d'apprentissage illimitée.
Eh bien, non seulement je pense que cela pourrait être dit, je le dis. Considérez le développement de 
l'homme
conscience et ce qu’il faut savoir pour fonctionner efficacement par rapport à il ya tout juste 100 ans. Il y
a
absolument rien pour indiquer que nous n'avons pas une capacité d'apprentissage illimitée. La différence 
entre
ce que nous savons maintenant et ce que nous pouvons faire à la suite de cette prise de conscience élargie
serait un désastre
l'esprit de quiconque vit il y a 100 ans.
PERCEPTION ET APPRENTISSAGE
Cependant, nous devons faire attention à ne pas assimiler la capacité de stockage à la capacité 
d'apprentissage. L'apprentissage et
prendre conscience de ce qui peut être appris n'est pas seulement une fonction de la capacité de 
stockage. Si c'était,
alors qu'est­ce qui nous empêcherait de tout savoir? Et si nous savions tout, alors ce qui s'arrêterait
nous de percevoir toutes les caractéristiques, propriétés ou caractéristiques possibles de tout ce qui 
s’exprime
à un moment donné? Qu'est­ce qui nous arrête maintenant? Ces questions vont au coeur même de la 
raison pour laquelle vous devez
comprendre que les composantes mentales telles que les souvenirs, les distinctions et les croyances 
existent en tant qu’énergie. N'importe quoi
c'est­à­dire que l'énergie a le potentiel d'agir en tant que force exprimant sa forme, et c'est exactement ce 
que notre
les souvenirs, les distinctions et les croyances font.
Ils agissent comme une force sur nos sens de l’intérieur, exprimant leur forme et leur contenu et, ce 
faisant,
Pour ce faire, ils ont un effet profondément limitant sur les informations que nous percevons dans une 
situation donnée.
moment, en exploitant une grande partie des informations disponibles du point de vue de 
l'environnement, et
possibilités inhérentes à cette information, littéralement invisible.
Je dis ici que, à un moment donné, l'environnement génère une énorme quantité de
informations sur ses propriétés, caractéristiques et traits. Une partie de cette information est au­delà de la
gamme physiologique de nos sens. Par exemple, nos yeux ne peuvent pas voir toutes les longueurs 
d'onde de la lumière, ni
nos oreilles entendent toutes les fréquences de sons produits par l’environnement, il existe donc une 
gamme de
des informations qui dépassent les capacités physiologiques de nos sens. Qu'en est­il du reste de la

Page 63
informations que l'environnement génère sur lui­même? Est­ce que nous voyons, entendons, goûtons, 
sentons ou ressentons
nos sens chaque distinction possible, trait, et être caractéristique sens? Absolument pas! L'énergie
qui est à l'intérieur de nous limitera catégoriquement et bloquera notre conscience d'une grande partie de 
cette information par
travailler à travers les mêmes mécanismes sensoriels que l'environnement externe 
fonctionne. Maintenant, si vous
Prenez un moment et réfléchissez­y, une partie de ce que je viens de dire devrait aller de soi. Par 
exemple, il
existe de nombreuses façons par lesquelles l'environnement externe peut s'exprimer que nous ne 
percevons pas simplement
parce que nous n'avons pas encore appris à leur sujet.
C'est facile à illustrer. Repensez à la première fois que vous avez consulté un tableau de prix. Qu'as­tu
voir? Qu'avez­vous perçu exactement? Sans aucune exposition précédente, je suis sûr que, comme tout le
monde, vous avez vu
un tas de lignes qui n'avaient pas de sens. Maintenant, si vous êtes comme la plupart des commerçants, 
quand vous regardez un tableau de prix
vous voyez des caractéristiques, des traits et des comportements qui représentent les actions collectives 
de tous les
les commerçants qui ont participé à ces métiers particuliers. Initialement, la carte représentait 
indifférenciée
information. Les informations indifférenciées créent généralement un état de confusion et c’est 
probablement ce que
vous avez vécu lorsque vous avez rencontré un graphique.
Cependant, peu à peu, vous avez appris à faire des distinctions sur ces informations, telles que les 
tendances et les tendances.
lignes, consolidations, support et résistance, retracements ou relations significatives entre volume,
et intérêt ouvert et action des prix, pour n'en nommer que quelques­uns. Vous avez appris que chacune 
de ces distinctions dans le
Le comportement du marché représentait une opportunité de satisfaire certains besoins, objectifs ou 
désirs personnels. Chaque
la distinction a maintenant une signification et un degré relatif d’importance ou d’importance qui y est 
attaché.
Maintenant, je veux que vous utilisiez votre imagination et prétendez que je viens de vous présenter le 
tout premier tableau des prix
vous avez déjà vu. Y aurait­il une différence entre ce que vous voyez maintenant et ce que vous avez vu 
alors?
Absolument. Au lieu d'un tas de lignes indifférenciées, vous verriez tout ce que vous avez appris sur
ces lignes entre hier et aujourd'hui. En d'autres termes, vous verriez toutes les distinctions que vous avez 
appris à
faire, ainsi que toutes les opportunités que ces distinctions représentent.
Pourtant, tout ce que vous pouvez voir en regardant ce tableau existait maintenant, et, de plus, était 
disponible
être perçu. Quelle est la différence? L'énergie structurée qui est à l'intérieur de vous maintenant ­ la 
connaissance
vous avez gagné ­ agit comme une force sur vos yeux, vous obligeant à reconnaître les diverses 
distinctions que
vous avez appris à propos de. Puisque cette énergie n’était pas là la première fois que vous avez regardé 
le graphique, tous les
les opportunités que vous voyez maintenant étaient là, mais en même temps invisibles pour vous. En 
outre, à moins que
vous avez appris à faire toutes les distinctions possibles sur la base de toutes les relations possibles entre 
le
Dans ce graphique, ce que vous n'avez pas encore appris est toujours invisible. La plupart d’entre nous 
n’ont aucune notion du
dans quelle mesure nous sommes continuellement entourés par les opportunités invisibles inhérentes à 
l'information
nous sommes exposés à.
Le plus souvent, nous n’apprenons jamais ces opportunités et, par conséquent, elles restent invisibles.
Le problème, bien sûr, est que, sauf si nous nous trouvons dans une situation totalement nouvelle ou 
unique ou si nous opérons
Dans une attitude d'ouverture sincère, nous ne percevrons pas quelque chose que nous n'avons pas encore
appris.
Pour apprendre quelque chose, nous devons pouvoir en faire l’expérience. Donc, ce que nous avons ici 
est un

Page 64
boucle fermée qui nous empêche d'apprendre. Des boucles fermées perceptuelles existent en chacun de 
nous, car elles sont
fonctions naturelles de la façon dont l'énergie mentale s'exprime sur nos sens. Eveiyone a entendu le
expression, "Les gens voient ce qu'ils veulent voir."
Je dirais les choses un peu différemment: les gens voient ce qu'ils ont appris à voir et tout le reste est 
invisible
jusqu’à ce qu’ils apprennent à neutraliser l’énergie qui les empêche de prendre conscience de tout ce qui 
n’est pas appris et
en attente d'être découvert. Pour illustrer ce concept et le rendre encore plus clair, je vais vous donner
un autre exemple, celui qui montre comment l’énergie mentale peut influer sur notre perception et notre 
expérience.
l'environnement de manière à inverser la relation de cause à effet. Regardons un très
première rencontre d'un jeune enfant avec un chien. Parce que c'est une première expérience, le mental 
de l'enfant
l'environnement est une ardoise, pour ainsi dire, en ce qui concerne les chiens. Il n'aura aucun souvenir et
certainement pas de distinctions sur la nature d'un chien. Par conséquent, jusqu'au moment de sa 
première rencontre, de
la perspective de l'enfant, les chiens n'existent pas. Bien sûr, du point de vue de l'environnement, les 
chiens existent
et ils ont le potentiel d'agir comme une force sur les sens de l'enfant pour créer une expérience. En d'autre
mots, les chiens qui expriment leur nature peuvent agir comme une cause pour produire un effet dans le 
mental de l'enfant
environnement. Quel type d'effet les chiens sont­ils capables de produire? Eh bien, les chiens ont une 
gamme de
expression. Par gamme d’expression, je veux dire que les chiens peuvent se comporter de différentes 
manières envers les humains.
Ils peuvent être amicaux, aimants, protecteurs et amusants; ou ils peuvent être hostiles, méchants et
dangereux ­ pour ne citer que quelques­uns des nombreux comportements dont ils sont capables. Tous 
ces traits peuvent être
observé, expérimenté et appris. Quand l'enfant voit le chien pour la première fois, il y a
absolument rien dans son environnement mental pour lui dire à quoi il a affaire. Inconnu, inconnu,
et des informations environnementales non classifiées peuvent générer un sentiment de curiosité ­ 
lorsque nous voulons trouver
en savoir plus sur ce que nous vivons ­ ou cela peut générer un état de confusion qui peut facilement se 
transformer
craindre si nous ne pouvons pas placer les informations dans une organisation compréhensible ou 
significative
cadre ou contexte. Dans notre exemple, la curiosité de l’enfant s’installe et il se précipite vers le chien 
pour
obtenir plus d'expérience sensorielle.
Remarquez comment les enfants sont littéralement obligés de se plonger dans une situation qu'ils 
ignorent
sur. Cependant, dans cet exemple, les forces environnementales présentes ne réagissent pas 
favorablement à la
avances. Le chien qui intéresse l’enfant est intrinsèquement méchant ou passe une mauvaise 
journée. Dans tout les cas,
dès que l'enfant approche suffisamment, le chien le mord. L'attaque est si grave que le chien doit être
arraché l'enfant. Ce genre d’expérience malheureuse n’est certes pas typique, mais ce n’est pas que
rare non plus. Je l’ai choisi pour deux raisons: premièrement, la plupart des gens peuvent s’y rapporter 
d’une manière ou d’une autre
leur propre expérience directe ou à travers l'expérience de quelqu'un qu'ils connaissent. Deuxièmement, 
comme nous analysons
la dynamique sous­jacente de cette expérience d'un point de vue énergétique, nous allons en apprendre 
davantage sur
1) comment nos esprits sont conçus pour penser,
2) l'information de processus,
3) comment ces processus affectent ce que nous vivons et
4) notre capacité à reconnaître de nouvelles possibilités.

Page 65
Je sais que cela peut sembler être une source d'inspiration pour un exemple, mais les principes en jeu 
s'appliquent à
la dynamique sous pratiquement tout apprentissage. En raison d'être physiquement et émotionnellement
traumatisé, le petit garçon dans notre exemple a maintenant une mémoire et une distinction sur la façon 
dont les chiens
peut s'exprimer.
Si la capacité des garçons à se souvenir de ses expériences est normale, il peut stocker cet incident de 
manière à
représente tous les sens sur lesquels l'expérience a eu un impact: par exemple, l'attaque peut être stockée 
comme
des images mentales basées sur ce qu'il a vu, ainsi que des sons mentaux représentant ce qu'il a entendu, 
etc.
Les mémoires représentant les trois autres sens fonctionneront de la même manière.
Cependant, le type de données sensorielles dans sa mémoire n’est pas aussi important que le type 
d’énergie que le sensoriel utilise.
les données représentent. Nous avons essentiellement deux types d’énergie mentale: une énergie chargée 
positivement, que nous
appelez amour, confiance, bonheur, joie, satisfaction, enthousiasme et enthousiasme, pour en nommer 
quelques­uns
façons agréables que nous pouvons ressentir; et une énergie chargée négativement, représentant la peur, 
la terreur, le mécontentement,
trahison, regret, colère, confusion, anxiété, stress et frustration, représentant tous ce qui est commun
appelé douleur émotionnelle. Parce que la première expérience du garçon avec un chien a été 
extrêmement douloureuse, nous
peut supposer que quels que soient ses sens affectés, tous ses souvenirs de cette expérience seront
dans une sensation douloureuse et désagréable, une énergie négative.
Maintenant, quel effet cette énergie mentale chargée négativement aura­t­elle sur sa perception et son 
comportement si et
quand il rencontre un autre chien? La réponse est si évidente qu'il peut sembler ridicule même de 
demander, mais
les implications sous­jacentes ne sont pas évidentes, alors supportez­moi. Clairement, le moment où il 
entre
contact avec un autre chien, il éprouvera de la peur. Notez que j’ai utilisé le mot "autre" pour décrire le
chien suivant avec lequel il a des contacts. Ce que je veux souligner, c’est que n’importe quel chien peut 
faire sentir le garçon
la peur, pas seulement celle qui l'a réellement attaqué. Cela ne fera pas une petite différence si le 
prochain chien il
entre en contact avec est le chien le plus sympathique au monde, celui dont la nature n’est que 
d’exprimer
enjouement et amour. L’enfant aura toujours peur et, de plus, sa peur pourrait rapidement se transformer 
en
terreur incontrôlée, surtout si le deuxième chien (voir un enfant et vouloir jouer) tente de
approchez­vous de lui. Chacun de nous a à un moment ou un autre été témoin d'une situation dans 
laquelle quelqu'un était
éprouver de la peur, alors que de notre point de vue, il n’y avait pas le moindre danger ou menace. Bien 
que nous
peut­être pas dit, nous avons probablement pensé à nous­mêmes que cette personne était irrationnelle.
PERCEPTION ET RISQUE
Si nous avons essayé de montrer pourquoi il n’était pas nécessaire d’avoir peur, nous avons 
probablement constaté que nos mots avaient peu,
le cas échéant, impact. Nous pourrions facilement penser la même chose à propos du garçon dans notre 
exemple, qu'il est juste
irrationnel, car il est clair de notre point de vue qu'il existe d'autres possibilités que celle que son esprit a
concentré sur. Mais sa crainte est­elle moins rationnelle que, disons, votre crainte (ou votre hésitation) de
mettre le
prochain commerce, quand votre dernier commerce était un perdant?
En utilisant la même logique, un commerçant de haut niveau dirait que votre peur est irrationnelle parce 
que ce "moment présent"

Page 66
l’opportunité n’a absolument rien à voir avec votre dernier échange. Chaque métier est simplement un 
avantage avec un
résultat probable et statistiquement indépendant de tout autre métier. Si vous croyez le contraire, alors je
peut voir pourquoi tu as peur; mais je peux vous assurer que vos peurs sont complètement 
infondées. Comme tu peux
Vous voyez, la perception du risque d’une personne peut facilement être perçue comme une pensée 
irrationnelle par une autre. Le risque est
relative, mais pour la personne qui le perçoit dans le moment, cela semble absolu et au­delà de la 
question.
Lorsque l'enfant rencontra son premier chien, il bouillonnait d'excitation et de curiosité. Qu'Est­ce que 
c'est
sur la façon dont notre esprit pense et traite l’information qui pourrait automatiquement faire basculer le 
garçon dans un état
de peur la prochaine fois qu'il rencontre un chien, même si c'est des mois ou des années plus tard? Si 
nous regardons la peur en tant que
mécanisme naturel nous avertissant de conditions menaçantes, alors qu'en est­il de la façon dont notre 
esprit
fonction qui dirait automatiquement au garçon que la prochaine rencontre avec un chien est quelque 
chose à être
avoir peur de? Qu'est­il arrivé à la curiosité naturelle du garçon? Il y a sûrement plus à apprendre sur
la nature des chiens que cette expérience lui a appris, en particulier à la lumière du fait que nos esprits
semblent avoir une capacité d'apprentissage illimitée. Et pourquoi serait­il virtuellement impossible de 
parler le
garçon hors de sa peur?
LE POUVOIR DE L'ASSOCIATION
Aussi complexes que ces questions puissent paraître à première vue, on peut y répondre assez 
facilement. je suis
que beaucoup d’entre vous connaissent déjà la réponse: nos esprits ont une caractéristique de conception 
inhérente qui
nous oblige à associer et relier tout ce qui existe dans l'environnement externe et qui a une qualité 
similaire,
caractéristiques, propriétés ou traits à tout ce qui existe déjà dans notre environnement mental en tant que
mémoire ou distinction. En d'autres termes, dans l'exemple où l'enfant a peur des chiens, le deuxième 
chien
ou tout autre chien qu'il rencontre par la suite, ne doit pas nécessairement être le chien qui a attaqué pour 
qu'il
éprouver de la douleur émotionnelle.
Il doit juste y avoir assez d’une ressemblance ou d’une similitude pour que son esprit établisse un lien 
entre le
deux. Cette tendance naturelle de notre esprit à associer est une fonction mentale inconsciente qui se 
produit
automatiquement Ce n'est pas une chose à laquelle nous devons penser ou prendre une décision. Un 
inconscient
la fonction mentale serait analogue à une fonction physique involontaire telle que le battement de 
coeur. Comme nous
ne pas avoir à penser consciemment au processus de faire battre notre cœur, nous n'avons pas à penser
de relier les expériences et nos sentiments à leur sujet. C’est simplement une fonction naturelle de la 
façon dont notre
l'esprit traite l'information, et, comme un battement de coeur, c'est une fonction qui a un effet profond sur
le chemin
nous faisons l'expérience de nos vies.
J'aimerais que vous essayiez de visualiser le flux d'énergie bidirectionnel qui inverse la cause et l'effet
relation qui rendra difficile (voire impossible) la perception par le garçon de toute autre possibilité
que celui qui est dans son esprit. Pour vous aider, je vais décomposer ce processus en ses plus petites 
parties,
et parcourez pas à pas ce qui se passe, tout cela peut sembler un peu abstrait, mais comprendre cela
Le processus joue un rôle important dans la libération de votre potentiel pour atteindre un succès 
constant en tant que grand commerçant. Premier,

Page 67
allons droit au but. Il y a de l'énergie structurée à l'extérieur du garçon et structurée
l'énergie à l'intérieur du garçon. L'énergie extérieure est chargée positivement sous la forme d'un chien 
amical
qui veut s’exprimer en jouant.
L’énergie intérieure est une mémoire chargée négativement sous forme d’images et de sons mentaux qui
représente la première expérience du garçon avec un chien. L'énergie intérieure et extérieure a la même
potentiel pour se faire sentir sur les sens du garçon et, par conséquent, créer deux types de
situations pour lui faire l'expérience. L’énergie extérieure a le potentiel d’agir comme une force pour le 
garçon dans un
façon qu'il pourrait trouver très agréable. Ce chien particulier exprime des caractéristiques de 
comportement comme
enjouement, convivialité et même amour. Mais gardez à l’esprit que ce sont des caractéristiques que 
l’enfant
n'a toujours pas connu chez un chien, donc de son point de vue ils n'existent pas. Comme dans le tableau 
des prix
exemple que j'ai présenté plus tôt, l'enfant ne pourra pas percevoir ce qu'il n'a pas encore appris, à moins 
que
il est dans un état d'esprit propice à l'apprentissage.
L'énergie intérieure a aussi du potentiel et attend, pour ainsi dire, de s'exprimer. Mais il va agir sur
les yeux et les oreilles du garçon d'une manière qui le fait se sentir menacé. Cela créera à son tour un
expérience de douleur émotionnelle, de peur et peut­être même de terreur. De la façon dont j'ai mis cela 
en place, cela peut sembler
comme si le garçon avait le choix entre s'amuser ou éprouver de la peur, mais ce n'est vraiment pas le 
cas,
du moins pas dans l'instant. Des deux possibilités qui existent dans cette situation, il va sans doute
vivez la douleur et la peur au lieu de vous amuser. Cela est vrai pour plusieurs raisons. Tout d'abord, 
comme je l'ai déjà
indiqué, nos esprits sont câblés pour associer et lier automatiquement et instantanément des informations 
qui
a des caractéristiques, propriétés et traits similaires. Quoi de dehors de l'enfant sous la forme d'un chien, 
regarde
et sonne semblable à celui qui est dans son esprit. Cependant, le degré de similitude nécessaire pour
son esprit pour relier les deux est une variable inconnue, ce qui signifie
Je ne connais pas le mécanisme mental qui détermine le degré de similarité requis pour
nos esprits d'associer et de lier deux ou plusieurs séries d'informations. Puisque tout le monde a l'esprit 
dans un
de manière similaire, mais, en même temps, est unique, je suppose qu’il existe une plage de tolérance 
pour la similarité
ou dissimilarité et chacun de nous a une capacité unique quelque part dans la gamme. Voici ce que nous 
faisons
Sachez: lorsque ce chien suivant entre en contact avec les yeux ou les oreilles du garçon, s'il y a 
suffisamment de similitudes
entre l'apparence ou les sons et le chien qui est inscrit dans sa mémoire, son esprit sera
connecter automatiquement les deux.
Cette connexion, à son tour, provoquera la libération de l'énergie chargée négativement dans sa mémoire
dans tout son corps, le rendant envahi par un sentiment très inconfortable d'appréhension ou 
d'appréhension
la terreur. Le degré d’inconfort ou de douleur émotionnelle qu’il ressent sera équivalent au degré
traumatisme qu’il a subi lors de sa première rencontre avec un chien. Qu'est­ce qui se passe ensuite, c'est 
quoi
les psychologues appellent une projection. Je vais me référer simplement comme une autre association 
instantanée qui
fait la réalité de la situation du point de vue du garçon ressemble à l'absolu, incontestable
vérité. Le corps du garçon est maintenant rempli d'énergie chargée négativement.
En même temps, il est en contact sensoriel avec le chien. Ensuite, son esprit associe tout ce qui est 
sensoriel

Page 68
informations que ses yeux ou ses oreilles perçoivent avec l'énergie douloureuse qu'il éprouve à l'intérieur
de lui­même, qui
cela donne l'impression que la source de sa douleur et de sa peur est le chien qu'il voit ou entend à ce 
moment­là.
Les psychologues appellent la dynamique de ce que je viens de décrire une projection parce que, dans un
sens, le garçon est
projetant la douleur qu'il ressent dans l'instant présent sur le chien. Cette énergie douloureuse devient 
alors
reflétée vers lui, de sorte qu’il perçoive un chien menaçant, douloureux et dangereux. Ce
processus rend le deuxième chien identique en caractère, propriétés et traits à celui qui est dans le garçon
mémoire, même si les informations que le deuxième chien génère sur son comportement ne sont pas
identique, voire similaire, au comportement du chien qui a réellement attaqué le garçon.
Depuis les deux chiens, celui dans l'esprit du garçon et celui en dehors de l'esprit du garçon, ressentent 
exactement la
De même, il est extrêmement improbable que le garçon puisse faire n'importe quel type de distinction 
dans le deuxième chien.
comportement qui lui donnerait à penser qu’il est différent de celui qu’il a en tête. Donc, au lieu de
percevoir cette prochaine rencontre avec un chien comme une occasion de vivre quelque chose de 
nouveau sur le
nature des chiens, il perçoit un chien menaçant et dangereux. Maintenant, si vous y réfléchissez un 
instant,
en quoi ce processus indiquerait­il au garçon que son expérience de la situation n’était pas
l'absolue vérité incontestable? Certes, la douleur et la peur qu'il ressentait dans son corps étaient la
vérité absolue. Mais qu'en est­il des possibilités qu'il a perçues? Étaient­ils vrais? De notre
perspective, ils n'étaient pas.
Cependant, du point de vue du garçon, comment pourraient­ils être autre chose que la réalité réelle de la 
situation?
Quelles alternatives avait­il? Premièrement, il ne peut percevoir des possibilités qu'il n'a pas encore 
apprises. Et
il est extrêmement difficile d’apprendre quoi que ce soit de nouveau si vous avez peur, car, comme vous 
le savez déjà bien, craignez
est une forme d'énergie très débilitante. Cela nous oblige à nous retirer, à nous préparer à nous protéger, 
à courir,
et pour limiter notre attention ­ tout cela rend très difficile, voire impossible, d'ouvrir
nous­mêmes d'une manière qui nous permet d'apprendre quelque chose de nouveau. Deuxièmement, 
comme je l’ai déjà indiqué, dans la mesure où
Le garçon est concerné, le chien est la source de sa douleur et, dans un sens, cela est vrai.
Le deuxième chien l’a amené à puiser dans la douleur qu’il ressentait déjà, mais ce n’était pas le cas.
source de cette douleur. Ce fut un chien chargé positivement qui a été connecté à négativement du garçon
énergie chargée par un processus mental automatique, involontaire, fonctionnant à une vitesse supérieure
à celle nécessaire
cligner des yeux (un processus que le garçon n'a absolument aucune conscience). Donc, en ce qui le 
concerne,
pourquoi aurait­il peur si ce qu'il percevait chez le chien n'était pas la vérité absolue? Comme vous 
pouvez le voir,
cela ne changerait rien à la façon dont le chien agissait ou à ce que quelqu'un pourrait dire le contraire
pourquoi le garçon ne devrait pas avoir peur, car il percevra toutes les informations dont le chien dispose
générer sur lui­même (quel que soit son niveau positif) d'un point de vue négatif. Il n'aura pas le
la moindre idée que son expérience de douleur, de peur et de terreur était complètement auto­générée.
Maintenant, s’il est possible au garçon de générer lui­même sa propre douleur et sa terreur et, en même 
temps, d’être fermement
convaincu que son expérience négative venait de l'environnement, est­il également possible pour les 
traders
de générer eux­mêmes leurs propres expériences de peur et de souffrance émotionnelle lorsqu'ils 
interagissent avec le marché
informations et être profondément convaincus que leur douleur et leur peur étaient complètement 
justifiées par le

Page 69
conditions? La dynamique psychologique soulignée fonctionne exactement de la même manière. Un de 
tes
En tant que commerçant, l’un des objectifs de base est de percevoir les opportunités disponibles et non la
menace de la douleur. Apprendre
comment rester concentré sur les opportunités, vous devez connaître et comprendre en termes non 
équivoques les
source de la menace. Ce n'est pas le marché.
Le marché génère des informations sur son potentiel d'évolution neutre. Au même
temps, il vous offre (à l’observateur) un flot incessant d’occasions de faire quelque chose pour vous.
propre nom. Si ce que vous percevez à un moment donné vous fait peur, demandez­vous ceci
question: l’information est­elle intrinsèquement menaçante ou ressentez­vous simplement l’effet de votre
son propre état d'esprit vous est­il renvoyé (comme dans l'illustration ci­dessus)? Je sais que c'est un 
concept difficile
d'accepter, alors je vais vous donner un autre exemple pour illustrer ce point. Mettons en place un 
scénario, où votre dernier
deux ou trois métiers étaient des perdants.
Vous surveillez le marché et les variables que vous utilisez pour indiquer qu’une opportunité existe sont 
maintenant
présent. Au lieu d'exécuter le commerce immédiatement, vous hésitez. Le commerce se sent très risqué, 
si risqué, dans
En fait, vous commencez à vous demander s'il s'agit "vraiment" d'un signal. En conséquence, vous 
commencez à rassembler
informations permettant de comprendre pourquoi ce commerce ne fonctionnera probablement pas. Ce 
sont des informations que vous ne voudriez pas normalement
considérez ou faites attention, et ce n’est certainement pas une information qui fait partie de votre 
méthodologie de trading.
En attendant, le marché bouge. Malheureusement, il s'éloigne de votre entrée d'origine
point, le point auquel vous seriez entré dans le commerce si vous n'aviez pas hésité. Maintenant tu es
en conflit, parce que vous voulez toujours entrer; L'idée de rater un métier gagnant est pénible. Au
En même temps, lorsque le marché s'éloigne de votre point d'entrée, la valeur en dollars du risque lié à la
participation
augmente. Le bras de fer à l'intérieur de votre esprit s'intensifie.
Vous ne voulez pas passer à côté, mais vous ne voulez pas non plus être whipsawed. Au final, vous ne 
faites rien,
parce que vous êtes paralysé par le conflit. Vous justifiez votre état d'immobilité en vous disant que
il est tout simplement trop risqué de chasser le marché pendant que vous agonisez chaque fois que le 
marché évolue
direction de ce qui aurait été un bon métier gagnant. Si ce scénario vous semble familier, je veux que 
vous
demandez­vous si, au moment où vous avez hésité, perceviez­vous ce que le marché fabriquait
disponible, ou percevant ce qui était dans votre esprit reflété en arrière à vous? Le marché vous a donné 
un signal.
Mais vous n'avez pas perçu le signal d'un point de vue objectif ou positif. Vous ne l'avez pas vu comme 
un
possibilité de ressentir le sentiment positif que vous obtiendriez de gagner ou de gagner de l'argent, mais 
c'est
exactement ce que le marché mettait à votre disposition.
Pensez­y un instant: si je change le scénario pour que vos deux ou trois derniers trades soient
gagnants au lieu de perdants, auriez­vous perçu le signal différemment? Auriez­vous
perçu plus comme une opportunité de gagner que dans le premier scénario? Si tu venais
trois gagnants de suite, auriez­vous hésité à mettre ce commerce sur? Très improbable! En fait, si vous 
êtes
comme la plupart des commerçants, vous auriez probablement été très attentif à charger
(mise sur une position beaucoup plus grande que votre taille normale). Dans chaque situation, le marché 
a généré la
même signal. Mais votre état d’esprit était négatif et fondé sur la peur dans le premier scénario, ce qui a 
causé
Page 70
de vous concentrer sur la possibilité d’un échec, ce qui vous a amené à hésiter. Dans le second scénario,
vous avez à peine perçu le moindre risque. Vous avez peut­être même pensé que le marché faisait rêver
vrai.
Cela, à son tour, faciliterait, voire imposerait un excès financier de votre part. Si tu peux
accepter le fait que le marché ne génère pas d'informations chargées de manière positive ou négative en 
tant que
caractéristique inhérente à la façon dont elle s’exprime, alors la seule autre manière dont l’information 
peut prendre une
charge positive ou négative est dans votre esprit, et cela est fonction de la façon dont l'information est
traité. En d’autres termes, le marché ne vous oblige pas à vous concentrer sur l’échec et la souffrance, ni 
sur le gain et la victoire.
plaisir. Ce qui fait que l'information prend une qualité positive ou négative est le même inconscient
processus mental qui a amené le garçon à percevoir le deuxième chien comme menaçant et dangereux, 
lorsque tous
le chien offrait était enjouement et amitié.
Nos esprits associent constamment ce qui est en dehors de nous (information) à quelque chose qui est 
déjà dans notre
l'esprit (ce que nous savons), ce qui donne l'impression que les circonstances extérieures et la mémoire, 
la distinction, ou
croyance que ces circonstances sont associées sont exactement les mêmes. Par conséquent, dans le 
premier scénario, si
vous veniez de deux ou trois métiers perdants, le prochain signal que le marché vous donne qu'un
l’occasion était présente, vous vous sentirez trop risqué. Votre esprit lie automatiquement et 
inconsciemment
le "moment présent" avec vos expériences commerciales les plus récentes. Le lien vous met dans la 
douleur de perdre,
créer un état d'esprit effrayant et vous faire percevoir les informations auxquelles vous êtes exposé dans 
ce
moment d'une perspective négative. Il semble que le marché exprime des informations menaçantes,
alors, bien sûr, votre hésitation est justifiée. Dans le deuxième scénario, le même processus vous amène à
percevoir la situation d’un point de vue trop positif, parce que vous venez de gagner trois fois
une rangée.
L’association entre le "moment présent" et l’exaltation des trois derniers métiers crée une
état d'esprit positif ou euphorique, donnant l'impression que le marché vous offre une solution sans 
risque
opportunité. Bien sûr, cela justifie de vous engager de nouveau. Au chapitre 1, j’ai dit que beaucoup de
les schémas mentaux qui amènent les traders à perdre et à commettre des erreurs sont tellement évidents 
et profondément enracinés que
il ne nous viendrait jamais à penser que la raison pour laquelle nous ne réussissons pas systématiquement
est à cause de la
pense. Comprendre, prendre conscience, puis apprendre à contourner l'esprit
la propension naturelle à s'associer est une partie importante de la réalisation de cette 
cohérence. Développer et maintenir un
état d’esprit qui perçoit les opportunités du marché, sans menace de douleur ni de perte
problèmes causés par une confiance excessive, vous devrez prendre le contrôle de l'association
processus. CHAPITRE 6

Page 71
CHAPITRE 6
LA PERSPECTIVE DU MARCHÉ
Pour l’essentiel, la perception typique du risque par les traders dans une situation de trading donnée est 
fonction de la
le résultat de ses deux ou trois derniers métiers (selon les individus). Les meilleurs traders, sur
d’autre part, ne sont pas affectés (ni négativement, ni trop positivement) par les résultats de leur dernier 
ou
même leurs derniers plusieurs métiers. Ainsi, leur perception du risque d’une situation commerciale 
donnée n’est pas
affecté par cette variable personnelle, psychologique. Il y a un énorme fossé psychologique ici qui 
pourrait conduire
de croire que les meilleurs traders ont dans leur esprit des qualités de conception inhérentes qui 
expliquent cette
écart, mais je peux vous assurer que ce n’est pas le cas. Chaque commerçant avec qui j'ai travaillé au 
cours des 18 dernières années a
a dû apprendre à entraîner son esprit pour rester correctement concentré dans le «flux d'opportunités du 
moment présent». Ce
est un problème universel, et doit faire les deux avec la façon dont notre esprit est câblé et notre social 
commun
éducation (ce qui signifie que ce problème commercial particulier n’est pas propre à une personne).
D’autres facteurs liés à l’estime de soi peuvent également faire obstacle à votre succès constant,
mais ce que nous allons discuter maintenant est la pierre angulaire la plus importante et la plus 
fondamentale de votre
succès en tant que commerçant.
LE PRINCIPE "INCERTITUDE"
S'il existe un secret à la nature du trading, c'est bien cela: Au cœur même de nos capacités 1)
pour trader sans crainte ni excès de confiance, 2) percevoir ce que le marché offre de son point de vue, 3)
rester complètement concentré dans le «flux d'opportunité du moment présent» et 4) entrer spontanément
dans la «zone»
c'est une croyance forte et quasi inébranlable dans un résultat incertain avec un avantage en votre 
faveur. Le meilleur
les commerçants ont évolué au point où ils croient, sans un soupçon de doute ni un conflit interne, que
"tout peut arriver."
Ils ne soupçonnent pas que rien ne peut arriver ni ne s'en donnent à coeur joie. Leur croyance en
l'incertitude est si puissante qu'elle empêche réellement leurs esprits d'associer le "moment présent"
situation et les circonstances avec les résultats de leurs métiers les plus récents. En empêchant cette 
association,
ils sont capables de garder leur esprit libre d'attentes irréalistes et rigides sur la façon dont le marché va
s'exprimer. Au lieu de générer le genre d'attentes irréalistes qui résultent le plus souvent
souffrances émotionnelles et financières, ils ont appris à "se rendre disponibles" pour prendre
tirer parti des opportunités offertes par le marché à tout moment. "Se faire
disponible "est une perspective à partir de laquelle vous comprenez que le cadre à partir duquel vous êtes
percevoir l'information est limité par rapport à ce qui est offert.

Page 72
Notre esprit ne perçoit pas automatiquement toutes les opportunités qui se présentent à un moment 
donné.
(L’illustration "Le garçon et le chien" du chapitre 5 est un exemple parfait de la façon dont nos propres
versions de la vérité nous sont renvoyées.) Ce même pays de cécité perceptuelle se produit tous les jours.
temps dans le commerce. Nous ne pouvons pas percevoir le potentiel du marché pour continuer à évoluer
dans une direction qui
déjà contre notre position si, par exemple, nous agissons par peur de nous tromper. La peur de
admettre que nous avons tort nous amène à accorder une importance démesurée à une information qui
nous dit que nous avons raison. Cela se produit même s'il existe de nombreuses informations indiquant 
que le marché a
en fait, une tendance opposée à notre position.
Un marché en tendance est une distinction sur le comportement du marché que nous pouvons 
normalement percevoir, mais cela
la distinction peut facilement devenir invisible si nous agissons par peur. La tendance et la possibilité de
le commerce dans le sens de cette tendance ne devient visible que lorsque nous sommes sortis du 
commerce. En plus, il y a
sont des opportunités qui sont invisibles pour nous parce que nous n'avons pas appris à faire les 
distinctions qui seraient
permettez­nous de les percevoir. Rappelez­vous notre discussion au chapitre 5 du premier tableau de prix
que vous avez jamais examiné.
Ce que nous n'avons pas encore appris est invisible pour nous et reste invisible jusqu'à ce que notre esprit
soit ouvert à un
échange d'énergie. Une perspective à partir de laquelle vous vous rendez disponible prend en compte
le connu et l’inconnu: par exemple, vous avez construit un cadre mental qui vous permet de
reconnaître un ensemble de variables dans le comportement des marchés indiquant le moment opportun 
pour acheter ou vendre
présent. Ceci est votre avantage et quelque chose que vous savez.
Cependant, vous ne savez pas exactement comment se déroulera le modèle identifié par vos 
variables. Avec le
perspective de se rendre disponible, vous savez que votre avantage place les chances de succès dans 
votre
faveur, mais en même temps, vous acceptez complètement le fait que vous ne connaissez pas le résultat 
de
commerce particulier. En vous rendant disponible, vous vous ouvrez consciemment pour découvrir ce 
qui
arriver ensuite; au lieu de céder la place à un processus mental automatique qui vous fait penser déjà
savoir. Adopter cette perspective laisse votre esprit libre de toute résistance interne qui peut vous 
empêcher de
percevoir quelle que soit l’opportunité offerte par le marché de son point de vue (sa vérité). Votre
l'esprit est ouvert pour un échange d'énergie. Vous pouvez non seulement apprendre quelque chose sur le
marché que vous
Je ne le savais pas auparavant, mais vous avez également mis en place l'état mental le plus propice pour 
entrer dans "la zone".
L'essence de ce que signifie être dans la "zone" est que votre esprit et le marché sont en phase. Comme 
un
vous sentez ce que le marché est sur le point de faire comme s’il n’y avait pas de séparation entre vous et
le
conscience collective de tous les autres participants au marché. La zone est un espace mental où
vous faites plus que simplement lire l'esprit collectif, vous êtes également en parfaite harmonie avec 
lui. Si
cela vous semble un peu étrange, demandez­vous comment un troupeau d’oiseaux ou un banc de 
poissons peuvent
changer de direction simultanément. Il doit y avoir un moyen de les lier les uns aux autres. Si c'est
que les gens deviennent liés de la même manière, il y aura des moments où les informations provenant de
ceux avec qui nous sommes liés peuvent et vont saigner à travers notre conscience.
Les commerçants qui ont expérimenté le fait d’être exploités dans la conscience collective du marché 
peuvent
anticiper un changement de direction comme un oiseau au milieu d'un troupeau ou un poisson au milieu 
d'une école

Page 73
tournera au moment précis où tous les autres se tournent. Cependant, la mise en place du genre de mental
conditions les plus propices à l'expérience de cette synchronicité apparemment magique entre vous et le
le marché n'est pas une tâche facile. Il y a deux obstacles mentaux à surmonter.
Le premier est le sujet de ce chapitre: apprendre à garder son esprit concentré dans le moment présent.
flux d'opportunités. "Pour faire l'expérience de la synchronicité, votre esprit doit être ouvert à la vérité du
marché,
de sa perspective. Le deuxième obstacle concerne la division du travail entre les deux moitiés de
notre cerveau. Le côté gauche de notre cerveau est spécialisé dans la pensée rationnelle, basée sur ce que 
nous savons déjà.
Le côté droit est spécialisé dans la pensée créatrice. Il est capable de puiser dans une inspiration, une 
intuition, un
intuition, ou un sentiment de savoir qui ne peut généralement pas être expliqué à un niveau rationnel. Ça 
ne s'explique pas
parce que si l’information est vraiment créative par nature, c’est quelque chose que nous ne saurions pas 
à la
niveau rationnel. Par définition, la vraie créativité produit quelque chose qui n'existait pas auparavant. Il 
y a
un conflit inhérent entre ces deux modes de pensée, que la partie logique, logique, sera presque
gagne toujours, à moins que nous ne prenions des mesures spécifiques pour entraîner notre esprit à 
accepter et à faire confiance à des informations créatives.
Sans cette formation, nous aurons généralement beaucoup de difficulté à agir sur nos intuitions, nos 
impulsions intuitives,
inspirations ou sens du savoir.
Agir de manière appropriée sur n'importe quoi requiert de la conviction et de la clarté de l’intention, ce 
qui garde notre esprit et notre
les sens se concentrent sur le but recherché. Si la source de nos actions est de nature créative, et notre 
raison
l'esprit n'a pas été correctement formé pour faire confiance à cette source, puis à un moment donné dans 
le processus d'agir sur cette
informations, notre cerveau rationnel inondera notre conscience de pensées contradictoires et 
contradictoires.
Bien sûr, toutes ces pensées seront saines et raisonnables, car elles viendront
de ce que nous savons déjà à un niveau rationnel, mais ils auront pour effet de nous faire basculer de "la
zone "ou tout autre état d'esprit créatif. Peu de choses dans la vie sont aussi frustrantes que de reconnaître
les possibilités évidentes d'une intuition, d'une intuition ou d'une idée inspirée, et ne pas en profiter
potentiel parce que nous en avons parlé. Je réalise que ce que je viens de dire est encore beaucoup trop 
abstrait
à mettre en œuvre sur une base pratique. Donc, je vais vous expliquer pas à pas ce que signifie être
complètement concentré dans le "flux d'opportunité maintenant moment."
Mon objectif est qu’au moment où vous lirez ce chapitre et le chapitre 7, vous comprendrez sans 
problème.
soupçon de doute sur la raison pour laquelle votre ultime succès en tant que commerçant ne peut être 
réalisé tant que vous n’avez pas développé un esprit résolu,
croyance inébranlable en incertitude. La première étape sur la route pour obtenir votre esprit et le marché
en
sync consiste à comprendre et à accepter complètement les réalités psychologiques du trading. Cette 
étape est où
la plupart des frustrations, déceptions et mystères associés au trading commencent.
Très peu de gens qui décident d’échanger prennent le temps ou s’efforcent de réfléchir à ce que cela 
implique.
signifie être un commerçant. La plupart des gens qui se lancent dans le trading pensent qu'être un trader 
est synonyme de
être un bon analyste de marché. Comme je l'ai mentionné, cela ne pourrait être plus éloigné de la 
vérité. Bon marché
L’analyse peut certes contribuer et contribuer à la réussite, mais elle ne mérite pas.
l'attention et l'importance que la plupart des commerçants y attachent à tort. Sous les comportements du 
marché
Il est si facile de se concentrer sur certaines caractéristiques psychologiques uniques. C'est la nature

Page 74
de ces caractéristiques psychologiques qui détermine la manière dont il faut "être" pour pouvoir
efficacement dans l'environnement du marché.
Fonctionnant efficacement dans un environnement présentant des qualités, des traits ou des 
caractéristiques différents
à partir de ce que nous sommes habitués nécessite des ajustements ou des changements dans la façon 
dont nous pensons normalement
au sujet de choses. Par exemple, si vous vous rendez dans un lieu exotique avec certains objectifs ou 
objectifs à
Pour ce faire, la première chose à faire est de vous familiariser avec les traditions et les coutumes locales.
Ce faisant, vous pourrez vous informer sur les différentes façons dont vous auriez à vous adapter afin de
fonctionner avec succès dans cet environnement. Les commerçants ignorent souvent le fait qu’ils 
peuvent avoir à
s’adapter pour devenir des commerçants toujours performants. Il y a deux raisons à cela.
La première est que vous n'avez absolument besoin d'aucune compétence pour exercer un métier 
gagnant. Pour la plupart des commerçants, il
prend habituellement des années de douleur et de souffrance avant de comprendre ou d’admettre enfin à 
lui­même que
être cohérent ne se résume pas à la possibilité de choisir un gagnant occasionnel. La deuxième raison est 
que
vous n'avez pas besoin de voyager pour commercer. Tout ce dont vous avez besoin est un accès à un 
téléphone. Tu n'es même pas obligé
sortez du lit le matin. Même les commerçants qui négocient normalement depuis un bureau n'ont pas 
besoin d'être dans la
bureau pour mettre ou enlever leurs métiers. Parce que nous pouvons accéder et interagir avec le marché 
à partir de
environnements familiers avec lesquels nous sommes intimement familiers, il semble que le commerce 
ne nécessite aucune
adaptations spéciales dans notre façon de penser.
Dans une certaine mesure, vous connaissez probablement déjà de nombreuses vérités fondamentales 
(psychologie
caractéristiques) sur la nature du négoce. Mais avoir une conscience ou une compréhension de certains
principe, intuition ou concept n’est pas nécessairement synonyme d’acceptation et de conviction. Quand 
quelque chose a
été vraiment accepté, il n’est en conflit avec aucune autre composante de notre environnement 
mental. quand nous
croyons en quelque chose, nous agissons à partir de cette croyance comme une fonction naturelle de qui 
nous sommes, sans lutte
ou un effort supplémentaire. Quel que soit le degré, il existe un conflit avec toute autre composante de 
notre mental
environnement, dans la même mesure, il y a un manque d'acceptation. Il n’est donc pas difficile de 
comprendre
pourquoi si peu de gens le font en tant que commerçants.
Ils ne font tout simplement pas le travail mental nécessaire pour réconcilier les nombreux conflits qui 
existent entre
ce qu’ils ont déjà appris et ce qu’ils croient, et comment cet apprentissage contredit et constitue une 
source de
résistance à la mise en œuvre des différents principes de négociation réussie. Entrer et prendre
avantage du genre d’états d’esprit fluides et idéaux pour le commerce exige que ceux­ci
les conflits soient complètement résolus.

Page 75
LES MARCHÉS LES PLUS CARACTÉRISTIQUES FONDAMENTALES
(IL PEUT S'EXPRIMER DANS UNE COMBINAISON DE MANIÈRES PRESQUE INFINIE)
Le marché peut faire pratiquement n'importe quoi à tout moment. Cela semble assez évident, surtout 
pour quiconque
qui a connu un marché qui a affiché des fluctuations de prix irrégulières et volatiles. Le problème est que
nous avons tous tendance à prendre cette caractéristique pour acquise, de manière à nous amener à
la plupart des erreurs de négociation fondamentales, encore et encore. Le fait est que si les commerçants 
croyaient vraiment que
tout pouvait arriver à tout moment, il y aurait beaucoup moins de perdants et plus cohérent
gagnants. Comment savons­nous que pratiquement tout peut arriver? Ce fait est facile à établir. Nous 
tous
disséquer le marché en ses composants et examiner leur fonctionnement. Le plus
Les négociants sont un élément fondamental de tout marché. Les commerçants individuels agissent 
comme une force sur les prix, faisant
ils se déplacent soit en augmentant leur prix, soit en l’offrant à un prix inférieur.
Pourquoi les traders font­ils une offre supérieure ou inférieure? Pour répondre à cette question, nous 
devons établir le
raisons pour lesquelles les gens commercent. La motivation d’une personne à échanger repose sur de 
nombreuses raisons
dans un marché donné. Cependant, aux fins de cette illustration, nous n’avons pas besoin de connaître 
toutes les
raisons sous­jacentes qui obligent un commerçant individuel à agir car, finalement, elles se résument 
toutes à un
raison et un but: gagner de l'argent. Nous le savons car il n’ya que deux choses qu’un commerçant peut
faire (acheter et vendre) et il n’ya que deux résultats possibles pour chaque transaction (profit ou 
perte). Donc, je
pense que nous pouvons sans risque supposer que quelles que soient les raisons pour lesquelles nous 
négocions, le résultat final est que tout le monde
cherche le même résultat: des bénéfices. Et il n'y a que deux façons de créer ces profits: soit
acheter bas et vendre haut, ou vendre haut et acheter bas. Si nous supposons que tout le monde veut 
gagner de l'argent, alors
Il n’ya qu’une raison pour laquelle tout commerçant souhaite proposer un prix jusqu’au niveau 
immédiatement supérieur: parce qu’il
croit qu'il peut vendre ce qu'il achète à un prix plus élevé à un moment donné dans l'avenir.
La même chose est vraie pour le commerçant qui est prêt à vendre quelque chose à un prix inférieur au 
dernier post affiché.
prix (offre un marché inférieur). Il le fait parce qu'il croit pouvoir racheter tout ce qu'il vend à un
prix plus bas à un moment donné dans le futur. Si on regarde le comportement du marché en fonction du 
prix
mouvement, et si le mouvement des prix est une fonction des opérateurs qui sont disposés à augmenter 
leurs prix ou à leur offrir
plus bas, on peut dire que tout mouvement de prix (comportement du marché) est fonction de ce que 
pensent les traders
à propos du futur. Pour être plus précis, tout mouvement de prix est fonction de ce que chaque opérateur
croire à ce qui est haut et ce qui est bas. La dynamique sous­jacente du comportement du marché est 
assez
simple. Il n’existe que trois forces principales sur un marché: les commerçants qui pensent que le prix est
bas, les commerçants qui
croire que le prix est élevé et que les commerçants qui observent et attendent de se décider
si le prix est bas ou élevé. Techniquement, le troisième groupe constitue une force potentielle. Les 
raisons
qui soutiennent toute croyance donnée par les commerçants que quelque chose est haut ou bas sont 
généralement sans importance, parce que la plupart
les personnes qui négocient agissent de manière indisciplinée, inorganisée, aléatoire et aléatoire. Alors, 
leur
des raisons qui n’aideraient pas forcément quiconque à mieux comprendre ce qui se passe. Mais,
comprendre ce qui se passe n’est pas si difficile, si vous vous rappelez que tout mouvement de prix ou 
toute absence de

Page 76
le mouvement est fonction de l'équilibre ou du déséquilibre relatif entre deux forces premières: les 
commerçants qui
croire que le prix augmente, et les commerçants qui croient que le prix diminue.
S'il y a un équilibre entre les deux groupes, les prix vont stagner, car chaque partie absorbera la force
des actions de l'autre côté. En cas de déséquilibre, les prix évolueront dans la direction de la plus grande
la force, ou les commerçants qui ont les convictions les plus fortes dans leurs croyances sur dans quelle 
direction le prix
en train d'aller. Maintenant, je veux que vous vous demandiez, ce qui va empêcher pratiquement tout ce 
qui se passe à
à tout moment, autre que les limites imposées par l’échange sur le mouvement des prix. Il n'y a rien pour 
arrêter le prix de
un problème de monter aussi haut ou bas que tout ce qu'un trader dans le monde croit est possible ­ si, de
Bien sûr, le commerçant est prêt à agir sur cette croyance. Donc, la gamme de comportement du marché 
dans son collectif
forme est limitée seulement par les croyances les plus extrêmes sur ce qui est haut et ce qui est bas 
détenu par tout donné
individu participant à ce marché. Je pense que les implications sont évidentes:
Il peut y avoir une extrême diversité de croyances présentes sur un marché donné à un moment donné, 
rendant
pratiquement tout ce qui est possible. Quand on regarde le marché de ce point de vue, il est facile de voir 
que
tout commerçant potentiel désireux d'exprimer sa conviction quant à l'avenir devient une variable de 
marché.
Sur un plan plus personnel, cela signifie qu’il n’ya qu’un seul autre opérateur, partout dans le monde, à
nier le potentiel positif de votre commerce. En d'autres termes, il suffit d'un seul autre opérateur pour 
annuler
ce que vous pensez de ce qui est haut ou de ce qui est bas. C'est tout, un seul! Voici un exemple pour 
illustrer
ce point. Il y a plusieurs années, un commerçant est venu me chercher de l'aide. C'était un excellent 
analyste de marché. En réalité,
il était l'un des meilleurs que j'ai jamais rencontré. Mais après des années de frustration au cours 
desquelles il a perdu tout son argent
et beaucoup d'argent des autres, il était enfin prêt à admettre qu'en tant que commerçant, il laissait 
beaucoup à être
voulu. Après lui avoir parlé pendant un moment, j’ai déterminé qu’un certain nombre d’obstacles 
psychologiques graves
l'empêchaient de réussir.
L’un des obstacles les plus gênants était qu’il était un je­sais­tout et extrêmement arrogant, ce qui en 
faisait
impossible pour lui d’atteindre le degré de flexibilité mentale nécessaire pour commercer 
efficacement. Ça n'a pas
Peu importe à quel point il était un analyste. Quand il est venu vers moi, il était tellement désespéré 
d’argent et d’aide pour
il était prêt à envisager n'importe quoi. La première suggestion que j'ai faite était qu'au lieu de chercher 
un autre
investisseur à soutenir ce qui serait finalement une autre tentative infructueuse de négociation, il serait 
mieux
prendre un travail, faire quelque chose pour laquelle il était vraiment bon. Il pourrait toucher un revenu 
stable tout en travaillant
à travers ses problèmes, et en même temps fournir à quelqu'un un service valable. Il a pris mon
conseils et trouvé rapidement un poste d’analyste technique auprès d’une maison de courtage assez 
importante et
Entreprise de clearing à Chicago.
Le président du conseil d'administration de la société de courtage était un négociant de longue date avec 
près de 40 ans
d’expérience dans les fosses à grains du Chicago Board of Trade. Il n'en savait pas beaucoup sur la 
technique
analyse, car il n'a jamais eu besoin de gagner de l'argent sur le sol. Mais il n'a plus échangé sur le sol
et a trouvé la transition à la négociation d'un écran difficile et quelque peu mystérieuse. Alors il a 
demandé au
L’analyste technique vedette récemment acquis par la société l’a accompagné pendant la journée de 
négociation et lui a enseigné
négoce technique. Le nouvel employé a sauté sur l’occasion de montrer ses capacités à un tel

Page 77
trader expérimenté et prospère. L’analyste utilisait une méthode appelée «point et ligne», développée par
par Charlie Drummond. (Entre autres choses, le point et la ligne peuvent définir avec précision le support
et
résistance.) Un jour, alors qu'ils surveillaient ensemble le marché du soja, l'analyste avait
principaux points de support et de résistance projetés et le marché s’est avéré être un échange entre ces 
deux
points.
Alors que l’analyste technique expliquait au président l’importance de ces deux points, il a déclaré:
En termes très absolus, presque absolus, si le marché monte en résistance, il va s’arrêter et se renverser;
et si le marché baisse pour soutenir, il va également arrêter et inverser. Puis il a expliqué que si le
marché atteignait le niveau de prix calculé comme support, ses calculs indiquaient que cela
soyez le bas de la journée. Comme ils étaient assis là, le marché aux haricots tendait à baisser lentement 
vers le prix que
analyste dit serait le support, ou faible, de la journée. Quand il y parvint enfin, le président regarda
à l'analyste et dit: "C'est là que le marché est censé s'arrêter et aller plus haut, non?"
L'analyste a répondu: "Absolument! C'est le plus bas de la journée." "C'est n'importe quoi!" le président
rétorqua. "Regarde ça." Il décrocha le téléphone et appela l'un des employés chargés des commandes de 
soja.
fosse et dit: «Vendez deux millions de haricots (boisseaux) au marché." Dans les trente secondes après 
avoir placé le
ordre, le marché du soja a chuté de dix cents le boisseau. Le président se tourna pour regarder l'horreur
expression sur le visage des analystes. Calmement, il demanda: "Maintenant, où avez­vous dit que le 
marché allait
Arrêtez? Si je peux faire ça, tout le monde peut le faire. "
Le fait est que, de notre point de vue individuel en tant qu’observateurs du marché, tout peut arriver,
et il ne faut qu'un seul commerçant pour le faire. C’est la dure et froide réalité du trading que seuls les 
meilleurs
les commerçants ont adopté et accepté sans conflit interne. Comment je sais ça? Parce que seul le
Les meilleurs traders prédéfinissent systématiquement leurs risques avant d'entrer dans un trade. Seuls 
les meilleurs commerçants coupent leurs
pertes sans réserve ni hésitation lorsque le marché leur dit que le commerce ne fonctionne pas. Et 
seulement
les meilleurs traders ont un régime organisé, systématique et de gestion de la monnaie pour prendre des 
bénéfices lorsque le
marché va dans le sens de leur commerce. Ne pas prédéfinir votre risque, ne pas réduire vos pertes, ou 
pas
prendre systématiquement des bénéfices sont trois des échanges les plus courants ­ et généralement les 
plus coûteux ­
les erreurs que vous pouvez faire. Seuls les meilleurs traders ont éliminé ces erreurs de leur trading. Chez
certains
point dans leur carrière, ils ont appris à croire, sans aucun doute, que tout peut arriver, et à
toujours rendre compte de ce qu'ils ne savent pas, de l'inattendu. Rappelez­vous qu'il n'y a que deux 
forces
qui font bouger les prix: les commerçants qui croient que les marchés montent, et les commerçants qui 
croient
les marchés sont en baisse. À tout moment, on peut voir qui a la conviction la plus forte en
observer où le marché est maintenant par rapport à où il était à un moment précédent. Si un 
reconnaissable
modèle est présent, ce modèle peut se répéter, nous donnant une indication de la direction que prend le 
marché.
C'est notre avantage, nous le savons. Mais il y a aussi beaucoup de choses que nous ne savons pas et ne 
saurons jamais
sauf si nous apprenons à lire dans les pensées. Par exemple, savons­nous combien de commerçants 
peuvent être assis sur le
en marge et sur le point d'entrer sur le marché? Savons­nous combien d'entre eux veulent acheter et 
combien
veulent vendre ou combien d'actions ils sont disposés à acheter ou à vendre? Qu'en est­il des 
commerçants dont

Page 78
la participation est déjà reflétée dans le prix actuel? À un moment donné, combien d'entre eux sont
sur le point de changer d'avis et de quitter leurs positions?
S'ils le font, combien de temps vont­ils rester en dehors du marché? Et si et quand ils reviennent dans le
marché, dans quelle direction vont­ils voter? Ce sont la constante, sans fin, inconnue,
des variables cachées qui fonctionnent toujours sur tous les marchés ­ toujours] Les meilleurs traders 
n'essayent pas de se cacher
de ces variables inconnues en prétendant qu'ils n'existent pas, ils n'essayent pas non plus d'intellectualiser
ou
les rationaliser au moyen d'analyses de marché. Bien au contraire, les meilleurs traders prennent ces 
variables
en compte, en les intégrant à chaque élément de leurs régimes commerciaux. Pour le commerçant 
typique, juste
l'inverse est vrai. Il négocie avec la perspective que ce qu'il ne peut pas voir, entendre ou ressentir ne doit
pas exister.
Quelle autre explication pourrait expliquer son comportement? S'il croyait vraiment en l'existence de 
tous les
variables cachées qui ont le potentiel d'agir sur les prix à un moment donné, alors il aurait également
croire que chaque commerce a un résultat incertain. Et si chaque commerce a vraiment un résultat 
incertain,
alors comment pourrait­il jamais justifier ou parler de ne pas prédéfinir son risque, réduire ses pertes, ou 
avoir
un moyen systématique de prendre des bénéfices? Compte tenu des circonstances, ne pas adhérer à ces 
trois principes fondamentaux
principes équivaut à commettre un suicide financier et émotionnel. Depuis la plupart des commerçants ne
adhérer à ces principes, devons­nous présumer que leur véritable motivation sous­jacente au trading est 
de
se détruire? C'est certainement possible, mais je pense que le pourcentage de commerçants qui soit 
consciemment
ou inconsciemment vouloir se débarrasser de leur argent ou se faire mal d'une manière ou d'une autre est 
extrêmement
petit. Donc, si le suicide financier n’est pas la raison prédominante, alors qu'est­ce qui pourrait empêcher 
quelqu'un de le faire?
quelque chose qui autrement aurait un sens absolu, parfait? La réponse est assez simple: le typique
le commerçant ne prédéfinit pas son risque, ne réduit ses pertes ni ne prend systématiquement de profit, 
car le commerçant typique
ne croit pas que ce soit nécessaire. La seule raison pour laquelle il penserait que ce n'est pas nécessaire, 
c'est qu'il
croit qu'il sait déjà ce qui va se passer ensuite, en fonction de ce qu'il perçoit comme se passe dans 
n'importe quel
étant donné "maintenant le moment."
S'il le sait déjà, il n'y a vraiment aucune raison d'adhérer à ces principes. Croire, assumer ou
pensant que "il sait" sera la cause de presque toutes les erreurs de trading qu’il a le potentiel de 
commettre
(à l'exception de ces erreurs qui résultent de ne pas croire qu'il mérite l'argent). Notre
les croyances sur ce qui est vrai et réel sont des forces intérieures très puissantes.
Ils contrôlent tous les aspects de notre interaction avec les marchés, de nos perceptions, interprétations,
décisions, actions et attentes, à nos sentiments sur les résultats. C'est extrêmement difficile d'agir dans un
manière qui contredit ce que nous croyons être vrai. Dans certains cas, en fonction de la force de la 
croyance,
il peut être presque impossible de faire quelque chose qui porte atteinte à l'intégrité d'une 
croyance. Qu'est­ce que le commerçant typique
ne se rend pas compte est qu'il a besoin d'un mécanisme interne, sous la forme de certaines croyances 
puissantes, que pratiquement
l'oblige à percevoir le marché dans une perspective toujours en expansion, de plus en plus
plus de clarté, et le contraint toujours à agir de manière appropriée, compte tenu de la psychologie
conditions et la nature du mouvement des prix. La croyance commerciale la plus efficace et fonctionnelle
qu'il
peut acquérir est "tout peut arriver." Outre le fait que ce soit la vérité, il agira comme un solide

Page 79
base pour construire toutes les autres croyances et l'attitude qu'il a besoin pour être un commerçant 
prospère. Sans pour autant
cette conviction, son esprit le fera automatiquement, et généralement sans sa conscience,
éviter, bloquer ou rationaliser toute information indiquant que le marché peut faire quelque chose qu'il 
n'a pas
accepté que possible.
S'il croit que tout est possible, il n'a rien à éviter pour son esprit. Parce que rien
comprend tout, cette conviction agira comme une force expansive sur sa perception du marché qui sera
lui permettre de percevoir des informations qui auraient autrement été invisibles pour lui. En substance, 
il va
se rendre disponible (ouvrir son esprit) pour percevoir davantage les possibilités qui existent à partir du
perspective des marchés. Plus important encore, en faisant croire que tout peut arriver, il sera
entrainant son esprit à penser avec probabilités. C’est de loin le plus essentiel et le plus difficile des
principe à comprendre et à intégrer efficacement dans leur système mental. CHAPITRE 7
CHAPITRE 7
LE POINT DU TRADER: PENSER AUX PROBABILITÉS
Exactement ce que signifie penser avec des probabilités et pourquoi est­il si essentiel à la réussite 
constante
en tant que commerçant? Si vous prenez un moment et analysez la dernière phrase, vous remarquerez 
que j'ai fait la cohérence
une fonction de probabilités. Cela ressemble à une contradiction: comment une personne peut­elle 
produire des résultats cohérents?
à partir d'un événement dont l'issue probabiliste est incertaine? Pour répondre à cette question, il suffit de
regardez l'industrie du jeu. Les entreprises dépensent des sommes considérables, en centaines de 
millions,
sinon des milliards de dollars, sur des hôtels élaborés pour attirer les gens dans leurs casinos.
Si vous avez été à Las Vegas, vous savez exactement de quoi je parle. Les sociétés de jeu sont juste
comme d’autres sociétés, en ce sens qu’elles doivent justifier la manière dont elles allouent leurs actifs à 
un conseil d’administration.
et finalement à leurs actionnaires. Comment supposez­vous qu'ils justifient de dépenser de grosses 
sommes d'argent pour
hôtels et casinos élaborés, dont la fonction principale est de générer des revenus à partir d’un événement 
ayant un
résultat purement aléatoire?
PARADOXE DES PROBABILITES: RESULTAT ALTERNATIF, RESULTATS CONSTANTS
Voici un paradoxe intéressant. Les casinos font des bénéfices constants jour après jour et année après 
année,
faciliter un événement qui a un résultat purement aléatoire. Dans le même temps, la plupart des 
commerçants estiment que le
l'issue du comportement du marché n'est pas aléatoire, mais n'arrive pas à produire des bénéfices 
constants. Ne devrait pas
un résultat cohérent et non aléatoire produit des résultats cohérents, et un résultat aléatoire produit des 
résultats aléatoires,
résultats incohérents? Que les propriétaires de casino, les joueurs expérimentés et les meilleurs traders 
comprennent que
le commerçant typique trouve difficile à comprendre est: même si les résultats probables peuvent 
produire cohérente

Page 80
résultats, si vous pouvez obtenir les cotes en votre faveur et que la taille de l’échantillon est 
suffisamment grande. Les meilleurs traders
traiter le trading comme un jeu de chiffres, similaire à la façon dont les casinos et les joueurs 
professionnels
approche de jeu. Pour illustrer notre propos, examinons le jeu de blackjack. Au blackjack, les casinos ont
environ un avantage de 4,5% sur le joueur, en fonction des règles qu’ils exigent que les joueurs adhèrent.
Cela signifie que, sur une taille d'échantillon suffisante (nombre de mains jouées), le casino générera
des bénéfices nets de quatre cents et demi sur chaque dollar misé sur le jeu. Cette moyenne de quatre ans 
et demi
Cents prend en compte tous les joueurs qui ont quitté grand vainqueur (y compris toutes les séries 
gagnantes),
tous les joueurs qui sont partis gros perdants, et tout le monde entre les deux. En fin de journée, semaine,
mois ou année, le casino finit toujours avec environ 4,5% du montant total misé.
Ces 4,5% pourraient ne pas sembler beaucoup, mais mettons les choses en perspective. Supposons un 
total de 100 $
millions de dollars sont pariés collectivement à toutes les tables de blackjack d'un casino au cours d'une 
année. le
Le casino rapportera 4,5 millions de dollars. Ce que les propriétaires de casino et les joueurs 
professionnels comprennent de la
La nature des probabilités est que chaque main jouée est statistiquement indépendante des autres.
main. Cela signifie que chaque main est un événement unique, dont le résultat est aléatoire par rapport à
la dernière main jouée ou la main suivante jouée. Si vous vous concentrez sur chaque main 
individuellement, il y aura un
distribution aléatoire et imprévisible entre gagner et perdre des mains. Mais sur une base collective, juste
l'inverse est vrai. Si un nombre de mains suffisant est joué, des schémas apparaissent qui produisent un 
effet
résultat cohérent, prévisible et statistiquement fiable.
Voici ce qui rend la réflexion sur les probabilités si difficile. Il faut deux couches de croyances que sur le
surface semblent se contredire. Nous appellerons la première couche le niveau micro. A ce niveau, vous 
avez
croire en l'incertitude et l'imprévisibilité de chaque main. Tu connais la vérité
incertitude, car il existe toujours un certain nombre de variables inconnues qui affectent la cohérence de 
la
pont dont chaque nouvelle main est tirée. Par exemple, vous ne pouvez pas savoir à l'avance comment 
l'un des autres
les participants décideront de jouer leurs mains, car ils peuvent prendre ou refuser des cartes 
supplémentaires. Tout
les variables agissant sur la cohérence du pont qui ne peuvent pas être contrôlées ou connues à l’avance 
feront
l’issue de chaque main incertaine et aléatoire (statistiquement indépendante) dans
relation à toute autre main. La deuxième couche est le niveau macro. A ce niveau, il faut croire
que le résultat sur une série de mains jouées est relativement certain et prévisible. Le degré de
la certitude est basée sur les variables fixes ou constantes connues à l'avance et spécifiquement
conçu pour donner un avantage (bord) d'un côté ou de l'autre.
Les variables constantes auxquelles je fais référence sont les règles du jeu. Donc, même si vous ne 
pouvez ou ne pouvez pas
connaître à l'avance (sauf si vous êtes psychique) la séquence des gains aux pertes, vous pouvez être 
relativement certain
que si suffisamment de mains sont jouées, celui qui a le bord aura plus de victoires que de pertes. le
Le degré de certitude dépend de la qualité du bord. C'est la capacité de croire en la
l'imprévisibilité du jeu au niveau micro et croient en même temps à la prévisibilité de la
jeu au niveau macro qui rend le casino et le joueur professionnel efficaces et réussis à
ce qu'ils font. Leur croyance dans le caractère unique de chaque main les empêche de s’engager dans 
l’inutile

Page 81
essayer de prédire le résultat de chaque main. Ils ont appris et complètement
accepté le fait qu'ils ne savent pas ce qui va se passer ensuite. Plus important encore, ils n'ont pas besoin 
de
savoir afin de gagner de l'argent régulièrement.
Parce qu'ils ne doivent pas savoir ce qui va se passer ensuite, ils ne donnent aucune importance 
particulière,
émotionnel ou non, sur chaque main individuelle, rotation de la roue ou lancer des dés. En d'autres 
termes,
ils ne sont pas encombrés par des attentes irréalistes quant à ce qui va se passer, pas plus que leur ego
impliqués d'une manière qui les oblige à avoir raison. En conséquence, il est plus facile de rester 
concentré sur le maintien
les chances en leur faveur et l'exécution sans faille, ce qui les rend à leur tour moins susceptibles de faire
erreurs coûteuses.
Ils restent détendus parce qu’ils sont engagés et prêts à laisser jouer les probabilités (leurs limites)
eux­mêmes, tout en sachant que si leurs bords sont assez bons et les tailles d’échantillons sont grandes
assez, ils sortiront gagnants nets. Les meilleurs traders utilisent la même stratégie de réflexion que le 
casino
et joueur professionnel. Non seulement cela fonctionne à leur avantage, mais la dynamique sous­jacente
soutenir le besoin d’une telle stratégie est exactement le même dans le trading que dans le jeu.
Une simple comparaison entre les deux le démontrera clairement. Tout d'abord, le commerçant, le 
joueur,
et le casino traitent tous à la fois de variables connues et inconnues qui affectent le résultat de chaque
événement de commerce ou de jeu. Dans le jeu, les variables connues sont les règles du jeu. Dans le 
commerce, le
Les variables connues (du point de vue de chaque opérateur) sont les résultats de leur analyse de marché.
L’analyse du marché révèle des comportements dans les actions collectives de toutes les personnes 
participant à un marché.
Nous savons que les individus agiront de la même manière dans des situations et circonstances similaires
encore une fois, produisant des modèles de comportement observables. De même, des groupes 
d'individus
interagissant les uns avec les autres, jour après jour, semaine après semaine, produisent également des 
comportements qui se répètent
se. Ces modèles de comportement collectifs peuvent être découverts et sous­pnii <= ­ nflv identifiés par 
bv
outils analytiques tels que lignes de tendance, moyennes mobiles, oscillateurs ou retracements, pour ne 
nommer que ceux­ci.
quelques­uns des milliers qui sont disponibles pour tout commerçant. Chaque outil analytique utilise un 
ensemble de critères pour définir
les limites de chaque modèle de comportement identifié. L'ensemble de critères et les limites identifiées 
sont
les variables de marché connues du commerçant.
Ils indiquent aux différents opérateurs quelles sont les règles du jeu pour le casino et les joueurs. Par ceci
je
moyens analytiques du trader sont les variables connues qui mettent les chances de succès (le bord) pour
tout commerce donné en faveur du commerçant, de la même manière que les règles du jeu mettent les 
chances de succès
en faveur du casino. Deuxièmement, nous savons que dans le jeu, un nombre de variables inconnues agit 
sur le
résultat de chaque match. Au blackjack, les inconnus sont le brassage du jeu et la façon dont les joueurs
choisir de jouer leurs mains. Au craps, c'est comme ça que sont lancés les dés. Et à la roulette, c'est le 
montant de
force appliquée pour faire tourner la roue. Toutes ces variables inconnues agissent comme des forces sur 
le résultat de chaque
événement individuel, de manière à ce que chaque événement soit statistiquement indépendant de tout 
autre individu
événement, créant ainsi une distribution aléatoire entre les victoires et les défaites. Le commerce 
implique également un nombre
de variables inconnues qui agissent sur le résultat d'un comportement donné qu'un commerçant peut 
identifier

Page 82
et utiliser comme son bord. Dans le trading, les variables inconnues concernent tous les autres traders 
susceptibles de
venir sur le marché pour mettre ou enlever un commerce.
Chaque métier contribue à la position du marché à un moment donné, ce qui signifie que chaque 
opérateur,
agir en croyant ce qui est haut et ce qui est bas contribue au modèle de comportement collectif qui
est affiché à ce moment. S'il y a un motif reconnaissable, et si les variables utilisées pour le définir
modèle se conforme à la définition d'un opérateur particulier d'un bord, alors nous pouvons dire que le 
marché offre
le commerçant une opportunité d’acheter bas ou de vendre haut, selon la définition du trader. Supposons 
que le commerçant
saisit l'occasion de profiter de son avantage et met sur un commerce. Quels facteurs vont déterminer
si le marché se déploie dans le sens de son avantage ou contre lui? La réponse est: le comportement de
d'autres commerçants!
Au moment où il met un commerce, et tant qu'il choisit de rester dans ce commerce, les autres 
commerçants
participer à ce marché. Ils agiront en fonction de leurs convictions sur ce qui est haut et ce qui est bas.
À un moment donné, un certain pourcentage d’autres commerçants contribuera à un résultat favorable à 
notre
les commerçants bord, et la participation d'un certain pourcentage de commerçants annulera son 
avantage. Il n'y a aucun moyen de
savoir à l'avance comment chacun se comportera et comment son comportement affectera son métier,
l'issue du commerce est incertaine.
Le fait est que le résultat de chaque commerce (légal) que chacun décide de faire est affecté d’une 
manière ou d’une autre par
le comportement ultérieur d’autres négociants participant à ce marché, rendant le résultat de toutes les 
transactions
incertain. Comme tous les métiers ont un résultat incertain, alors, comme pour les jeux de hasard, chaque
commerce doit être
statistiquement indépendant du prochain commerce, du dernier commerce ou de tout commerce futur, 
même si le
Le commerçant peut utiliser le même ensemble de variables connues pour identifier son avantage pour 
chaque transaction. En outre, si le
résultat de chaque commerce individuel est statistiquement indépendant de tout autre commerce, il doit 
également y avoir une
répartition aléatoire entre les gains et les pertes dans une chaîne ou un ensemble de transactions donné, 
même si la cote
de succès pour chaque commerce individuel peut être en faveur des commerçants.
Troisièmement, les propriétaires de casino n'essayent pas de prédire ou de connaître à l'avance le résultat 
de chaque événement.
Outre le fait qu’il serait extrêmement difficile, étant donné toutes les variables inconnues opérant dans
chaque jeu, il n'est pas nécessaire de créer des résultats cohérents. Les opérateurs de casino ont appris 
que tout ce qu'ils
garder la chance en leur faveur et disposer d’un échantillon suffisamment important d’événements pour 
que leur
les bords ont amplement l'occasion de travailler.
TRADING DANS LE MOMENT
Les négociants qui ont appris à penser de manière probable approchent les marchés de la même manière
la perspective. Au niveau micro, ils croient que chaque métier ou avantage est unique. Ce qu'ils 
comprennent
sur la nature de la négociation est qu’à tout moment, le marché peut être exactement le même sur un 
marché
graphique comme il l'a fait à un moment précédent; et les mesures géométriques et mathématiques
les calculs utilisés pour déterminer chaque arête peuvent être exactement les mêmes d'une arête à 
l'autre; mais le

Page 83
La cohérence réelle du marché lui­même d'un moment à l'autre n'est jamais la même.
Pour qu'un motif particulier soit exactement le même qu'il l'était à un moment précédent, il faudrait
que chaque commerçant qui a participé à ce moment précédent soit présent. De plus, chacun d'entre eux
devraient également interagir les uns avec les autres de la même manière sur une certaine période pour
produire exactement le même résultat, quel que soit le motif observé. Les chances que cela se produise
sont inexistants. Il est extrêmement important que vous compreniez ce phénomène car le
les implications psychologiques pour votre trading ne pourraient pas être plus importantes.
Nous pouvons utiliser tous les outils pour analyser le comportement du marché et trouver les modèles 
qui représentent le
meilleurs bords, et d’un point de vue analytique, ces modèles peuvent sembler être exactement les 
mêmes dans
respectons tous les deux, mathématiquement et visuellement. Mais, si la cohérence du groupe de 
commerçants qui sont
créer le motif "maintenant" est différent même par une personne du groupe qui a créé le motif dans le
passé, le résultat du modèle actuel peut être différent du modèle précédent. (Le
L’exemple de l’analyste et du président illustre assez bien ce point.) Il ne faut qu’un seul opérateur,
quelque part dans le monde, avec une conviction différente quant à l'avenir pour changer le résultat de 
tout
modèle de marché et nier le bord que ce modèle représente. La caractéristique la plus fondamentale de la
Le comportement du marché est que chaque situation du marché "maintenant", chaque comportement du 
"maintenant",
et chaque bord "maintenant" est toujours un événement unique avec son propre résultat, indépendant de 
tout
autres. L’unicité implique que tout peut arriver, soit ce que nous savons (attendre ou anticiper), soit
ce que nous ne savons pas (ou ne pouvons pas savoir, sauf si nous avions des capacités de perception 
extraordinaires). Un flux constant
des variables connues et inconnues crée un environnement probabiliste où nous ne savons pas pour
certain de ce qui va arriver ensuite.
Cette dernière déclaration peut sembler assez logique, voire évidente, mais il y a un énorme problème ici
tout sauf logique ou sûr de soi. Être conscient de l'incertitude et comprendre la nature de
les probabilités ne correspondent pas à une capacité à fonctionner réellement efficacement d’un point de 
vue probabiliste.
la perspective. Penser aux probabilités peut être difficile à maîtriser, car nos esprits ne sont pas 
naturellement
traiter les informations de cette manière. Bien au contraire, notre esprit nous fait percevoir ce que nous 
savons,
et ce que nous savons fait partie de notre passé, alors que sur le marché, chaque moment est nouveau et 
unique, même
bien qu'il puisse y avoir des similitudes avec quelque chose qui s'est passé dans le passé. Cela signifie 
que si nous ne formons pas
nos esprits à percevoir le caractère unique de chaque instant, ce caractère unique sera automatiquement 
filtré
hors de notre perception. Nous ne percevrons que ce que nous savons, moins toute information bloquée 
par
nos peurs; tout le reste restera invisible.
L’essentiel est qu’il existe un certain degré de sophistication dans la réflexion sur les probabilités, ce qui 
peut
obliger certaines personnes à déployer des efforts considérables pour s’intégrer à leur système mental en 
tant que
stratégie de réflexion. La plupart des commerçants ne comprennent pas tout cela. en conséquence, ils 
supposent à tort qu'ils sont
penser en probabilités, car ils ont un certain degré de compréhension des concepts. J'ai travaillé
avec des centaines de commerçants qui ont supposé à tort qu'ils pensaient en probabilités, mais ne l'ont 
pas fait. Voici un
exemple d'un commerçant, j'ai travaillé avec qui je vais appeler Bob. Bob est un conseiller commercial 
certifié (CTA) qui

Page 84
gère environ 50 millions de dollars en investissements. Il est dans l'entreprise depuis presque 30 ans. Il
est venu à l'un de mes ateliers parce qu'il n'a jamais été capable de produire plus de 12 à 18%
rendement annuel des comptes qu’il a gérés.
C’était un retour adéquat, mais Bob était extrêmement insatisfait, car ses capacités analytiques
suggéré qu'il devrait atteindre un rendement annuel de 150 à 200 pour cent. Je décrirais Bob comme
être bien versé dans la nature des probabilités. En d'autres termes, il comprenait les concepts, mais il
ne fonctionnait pas d'un point de vue probabiliste. Peu de temps après avoir assisté à l'atelier, il a appelé 
pour demander
moi pour quelques conseils. Voici l'entrée de mon journal écrite immédiatement après ce téléphone
conversation.
9­28­95: Bob a appelé pour un problème. Il a mis sur le ventre et mis son marché sur le marché. Le 
marché
échangé environ un tiers du chemin jusqu'à son arrêt puis est retourné à son point d'entrée, où il a décidé 
de
renflouement hors du commerce. Presque immédiatement après son départ, le ventre a enregistré 500 
points dans la direction de
ce commerce, mais bien sûr, il était hors du marché. Il n'a pas compris ce qui se passait. Premièrement je
lui demanda ce qui était à risque. Il n'a pas compris la question. Il a supposé qu'il avait accepté le
risque parce qu'il a mis un arrêt. J'ai répondu que le fait qu'il ait mis un terme à l'arrêt ne signifiait pas 
qu'il avait
vraiment accepté le risque du commerce. Beaucoup de choses peuvent être à risque: perdre de l'argent, 
être
faux, ne pas être parfait, etc., en fonction de la motivation sous­jacente à la négociation. J'ai fait 
remarquer que
les croyances d'une personne sont toujours révélées par ses actions.
On peut supposer qu’il était convaincu que pour être un commerçant discipliné, il fallait définir la
risque et mettre un arrêt dans. Et il l'a fait. Mais une personne peut faire une pause et en même temps ne 
pas croire
qu'il va être arrêté ou que le commerce fonctionnera jamais contre lui, d'ailleurs. Par le
Selon sa description de la situation, il me semblait que c’était exactement ce qui lui était arrivé. Quand il
mis sur le commerce, il ne croyait pas qu'il serait arrêté. Il ne croyait pas non plus que le marché 
s'échangerait
contre lui. En fait, il était si catégorique à ce sujet que, lorsque le marché est revenu à son point d'entrée,
il est sorti du commerce pour punir le marché avec une attitude "je vais vous montrer" pour aller même 
contre lui
par un tic. Après lui avoir fait remarquer cela, il a dit que c’était exactement l’attitude qu’il avait quand il
a pris son envol
l'échange. Il a dit qu'il attendait ce commerce en particulier depuis des semaines et que le marché
enfin arrivé à ce point, il a pensé que ce serait immédiatement inverser.
J'ai répondu en lui rappelant de regarder l'expérience comme indiquant simplement la voie à quelque 
chose qui
il a besoin d'apprendre. Une condition préalable à la réflexion sur les probabilités est que vous acceptiez 
le risque, car si vous
non, vous ne voudrez pas faire face aux possibilités que vous n'avez pas acceptées, si et quand elles le 
présentent
se. Lorsque vous avez entraîné votre esprit à penser aux probabilités, cela signifie que vous avez 
pleinement accepté
toutes les possibilités (sans résistance interne ni conflit) et vous faites toujours quelque chose pour 
prendre le
forces inconnues en compte. Thinkine de cette façon est pratiquement impossible sans avoir fait le 
mental
travail nécessaire pour "lâcher prise" de la nécessité de savoir ce qui va se passer ensuite ou de la 
nécessité
chaque commerce. En fait, le degré auquel vous pensez savoir, supposez savoir, ou avez besoin de 
quelque manière que ce soit
savoir ce qui va se passer ensuite, est égal au degré d'échec de votre activité en tant que commerçant. Les
commerçants

Page 85
qui ont appris à penser selon les probabilités sont confiants dans leur réussite globale, car ils s'engagent
eux­mêmes à prendre chaque métier qui se conforme à leur définition d'un bord.
Ils ne tentent pas de choisir les bords qu'ils pensent, supposent ou croient qu'ils vont fonctionner et
agir sur ceux­ci; ils n'évitent pas non plus les limites que, pour une raison quelconque, ils pensent, 
supposent ou croient qu'ils ne le sont pas
Aller au travail. S'ils faisaient l'une ou l'autre de ces choses, ils contrediraient leur conviction que le 
"maintenant"
situation est toujours unique, créant une distribution aléatoire entre les victoires et les pertes de tous les 
temps.
chaîne de bords donnée. Ils ont appris, généralement douloureusement, qu'ils ne savaient pas à l'avance
quels bords vont travailler et lesquels ne le sont pas. Ils ont cessé d'essayer de prédire les résultats.
Ils ont constaté qu'en prenant chaque avantage, ils augmentaient d'autant la taille de leur échantillon,
qui à son tour donne tout avantage qu'ils utilisent largement l'occasion de se jouer en leur faveur, tout 
comme
les casinos. D’un autre côté, pourquoi pensez­vous que les traders qui échouent sont obsédés par le 
marché?
une analyse.
Ils ont soif du sentiment de certitude que l'analyse semble leur donner. Bien que peu de gens l'admettent, 
le
La vérité est que le commerçant typique veut avoir raison sur tous les métiers. Il essaie désespérément de
créer
certitude là où ça n'existe pas. L'ironie est que s'il acceptait complètement le fait que la certitude
n'existe pas, il créerait la certitude à laquelle il aspire: il serait absolument certain que cette certitude
n'existe pas. Lorsque vous obtenez l'acceptation complète de l'incertitude de chaque bord et de la
l'unicité de chaque moment, votre frustration avec le commerce prendra fin. De plus, vous ne serez plus
susceptible de commettre toutes les erreurs de trading typiques qui compromettent votre potentiel d’être 
cohérent et
Détruisez votre confiance en vous. Par exemple, ne pas minimiser le risque avant que le réacteur ne 
pénètre dans un récipient
hv loin rhp la plus commune de toutes les erreurs de négociation, et commence tout le processus de 
négociation à partir d'un
perspective inappropriée. Compte tenu du fait que tout peut arriver, cela n’aurait­il pas un sens parfait
pour décider avant d'exécuter une transaction ce que le marché a à regarder, à entendre ou à ressentir 
pour vous dire votre avantage
ne fonctionne pas? Alors, pourquoi le commerçant typique ne décide­t­il pas de le faire ou de le faire à 
chaque fois?
Je vous ai déjà donné la réponse dans le dernier chapitre, mais il y a plus que cela et il y a aussi des
logique délicate impliqué, mais la réponse est simple. Le commerçant typique ne prédéfinira pas le 
risque d'obtenir
dans un commerce parce qu'il ne croit pas que ce soit nécessaire. La seule façon dont il pouvait croire "ce
n'est pas nécessaire"
est s'il croit savoir ce qui va se passer ensuite. La raison pour laquelle il croit savoir ce qui se passe
Ce qui se produira ensuite, c’est parce qu’il n’entrera pas dans un métier tant qu’il n’aura pas la 
conviction qu’il a raison. À ce point
où il est convaincu que le commerce sera un gagnant, il n'est plus nécessaire de définir le risque (parce 
que si
il a raison, il n'y a pas de risque). Les commerçants typiques passent l’exercice de se convaincre que
ils ont raison avant de se lancer dans un commerce, car l'alternative (se tromper) est tout simplement 
inacceptable.
Rappelez­vous que nos esprits sont câblés pour s'associer.
Par conséquent, se tromper dans un commerce donné peut potentiellement être associé à tout (ou à tous)
expérience dans la vie d'un commerçant où il s'est trompé. L'implication est que n'importe quel 
commerce peut facilement le toucher
dans la douleur accumulée de chaque fois, il a eu tort dans sa vie. Compte tenu de l'énorme arriéré de
Energie non résolue et négative entourant ce que signifie être mal qui existe chez la plupart des gens, il 
est facile

Page 86
pour voir pourquoi chaque métier peut littéralement prendre la signification d'une situation de vie ou de 
mort. Donc pour
l’opérateur type, déterminer ce que le marché devrait ressembler, avoir l’air ou envie de lui dire qu’un
le commerce ne fonctionne pas créerait un dilemme irréconciliable. D'un côté, il veut désespérément 
gagner
et la seule façon de le faire est de participer, mais la seule façon de participer est s’il est sûr que le
le commerce va gagner. D’autre part, s’il définit son risque, il recueille volontairement des preuves qui 
pourraient
nier quelque chose dont il s'est déjà convaincu.
Il va contredire le processus décisionnel qu’il a suivi pour se convaincre que le
le commerce fonctionnera. S'il s'exposait à des informations contradictoires, cela créerait sûrement un 
certain degré de
doute sur la viabilité du commerce. S'il se permet de douter, il est très peu probable qu'il le fasse
participer. S'il ne met pas le commerce sur et qu'il s'avère être un gagnant, il sera dans une agonie 
extrême.
Pour certaines personnes, rien ne fait plus mal qu'une opportunité reconnue mais manquée à cause du 
doute de soi.
Pour le commerçant typique, le seul moyen de sortir de ce dilemme psychologique est d’ignorer le risque
et de rester
convaincu que le commerce est juste. Si cela vous semble familier, considérez ceci: Lorsque vous êtes 
convaincant
vous­même que vous avez raison, ce que vous vous dites est: "Je sais qui est dans ce marché et qui est
sur le point d'entrer sur ce marché. Je sais ce qu'ils pensent de ce qui est haut ou de ce qui est bas.
De plus, je connais la capacité de chaque individu à agir sur ces convictions (le degré de clarté ou de
manque de conflit intérieur) et avec cette connaissance, je suis capable de déterminer comment les 
actions de chacun des
ces individus affecteront le mouvement des prix sous sa forme collective une seconde, une minute, une 
heure, un jour ou
dans une semaine. "
En regardant le processus de vous convaincre que vous avez raison de cette perspective, il semble un peu
absurde, n'est­ce pas? Pour les traders qui ont appris à penser de manière probable, il n’ya pas de 
dilemme.
La définition préalable du risque ne pose pas de problème à ces opérateurs, car ils ne négocient pas de 
droit ou
mauvaise perspective. Ils ont appris que le trading n’a rien à voir avec le fait d’avoir raison ou
mal sur n'importe quel commerce individuel. En conséquence, ils ne perçoivent pas les risques de la 
négociation de la même manière que le
commerçant typique fait. N'importe lequel des meilleurs traders (les penseurs de la probabilité) pourrait 
avoir tout autant négatif
l'énergie entourant ce que signifie se tromper en tant que commerçant typique.
Mais tant qu’ils définissent légitimement le trading comme un jeu de probabilité, leurs réponses 
émotionnelles au
Les résultats de tout commerce particulier sont équivalents à ce que le commerçant typique ressentirait 
s'il
pièce de monnaie, les têtes d’appel, et en voyant la pièce monter la queue. Un mauvais appel, mais pour 
la plupart des gens se trompent
sur le fait de prédire le lancer d’une pièce ne les attirerait pas dans la douleur accumulée chaque fois que
leur vie, ils avaient eu tort. Pourquoi? La plupart des gens savent que le tirage au sort est aléatoire. Si
vous pensez que le résultat est aléatoire, vous vous attendez naturellement à un résultat aléatoire. Le 
hasard implique
au moins un certain degré d'incertitude. Alors, quand on croit à un résultat aléatoire, il y a une implicite
l'acceptation que nous ne savons pas ce que ce sera le résultat. Lorsque nous acceptons à l'avance un 
événement qui
nous ne savons pas comment cela va se passer, cette acceptation a pour effet de garder nos attentes 
neutres
et ouverte. Nous en arrivons maintenant au cœur de ce qui fait mal au commerçant typique. Tout
attente du comportement des marchés spécifique, bien défini ou rigide ­ au lieu d’être neutre

Page 87
et ouverte ­ est irréaliste et potentiellement dommageable. Je définis une attente irréaliste comme une 
attente
ne correspond pas aux possibilités offertes par le marché. Si chaque moment dans
le marché est unique, et tout est possible, alors toute attente qui ne reflète pas ces
les caractéristiques sans limites sont irréalistes.
GESTION DES ATTENTES
Le fait d’avoir des attentes irréalistes peut avoir des effets néfastes sur la façon dont nous affectons notre
percevoir l'information. Les attentes sont des représentations mentales de ce à quoi ressemblera un futur 
moment,
sons, goûts, odeurs ou sensations. Les attentes proviennent de ce que nous savons. Cela a du sens, car 
nous
ne peut pas espérer quelque chose que nous n'avons aucune connaissance ou conscience. Ce que nous 
savons est synonyme
avec ce que nous avons appris à croire sur la manière dont l’environnement externe peut exprimer
lui­même. Ce que nous croyons est notre propre version personnelle de la vérité. Lorsque nous attendons
quelque chose, nous sommes
projeter dans le futur ce que nous croyons être vrai.
Nous attendons l’environnement extérieur dans une minute, une heure, un jour, une semaine ou un mois
la façon dont nous l'avons représenté dans nos esprits. Nous devons faire attention à ce que nous 
projetons dans le
avenir, car rien d’autre n’a le potentiel de créer plus de malheur et de souffrance émotionnelle qu’un
attente non comblée. Comment vous sentez­vous quand les choses se passent exactement comme vous 
vous y attendez? le
la réponse est généralement merveilleuse (incluant des sentiments comme le bonheur, la joie, la 
satisfaction et un plus grand sens)
de bien­être), à moins, bien sûr, que vous attendiez quelque chose d’horrible et que cela se manifeste.
Inversement, comment vous sentez­vous lorsque vos attentes ne sont pas satisfaites? La réponse 
universelle est
douleur émotionnelle.
Tout le monde éprouve un certain degré de colère, de ressentiment, de désespoir, de regret, de déception,
insatisfaction, ou trahison lorsque l'environnement ne s'avère pas être exactement comme nous 
l'espérions
(à moins bien sûr que nous soyons complètement surpris par quelque chose de bien meilleur que ce que 
nous avions imaginé). Voici
où nous rencontrons des problèmes. Parce que nos attentes proviennent de ce que nous savons, lorsque 
nous décidons ou
croyons que nous savons quelque chose, nous nous attendons naturellement à avoir raison. À ce stade, 
nous ne sommes plus dans un
état d'esprit neutre ou ouvert, et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi. Si nous allons nous sentir 
bien si le
marché fait ce que nous nous attendons à faire, ou se sent horrible si ce n'est pas, alors nous ne sommes 
pas exactement neutre ou ouvert­
d'esprit. Bien au contraire, la force de la croyance derrière l’attente nous fera percevoir
informations sur le marché d'une manière qui confirme nos attentes (nous aimons naturellement nous 
sentir bien); et notre
Les mécanismes d'évitement de la douleur nous protégeront des informations qui ne confirment pas ce 
que nous attendons (à
nous empêche de nous sentir mal).
Comme je l'ai déjà indiqué, notre esprit est conçu pour nous aider à éviter la douleur, tant physique 
qu'émotionnelle.
Ces mécanismes d'évitement de la douleur existent aux niveaux conscient et subconscient. Par exemple, 
si un
objet vient vers votre tête, vous réagissez instinctivement pour vous écarter du chemin. Canard ne fait 
pas
nécessite un processus de prise de décision conscient. D'autre part, si vous voyez clairement l'objet et 
avez

Page 88
le temps d’envisager les alternatives, vous pouvez décider d’attraper l’objet, de l’abattre avec votre main 
ou
canard. Ce sont des exemples de la façon dont nous nous protégeons de la douleur physique. Se protéger 
de
douleur émotionnelle ou mentale fonctionne de la même manière, sauf que nous nous protégeons 
maintenant contre
information. Par exemple, le marché exprime des informations sur lui­même et sur son potentiel 
d'évolution dans
direction particulière. S'il y a une différence entre ce que nous voulons ou attendons et ce que le marché 
est
offrant ou mettant à disposition, alors nos mécanismes anti­douleur interviennent pour compenser la
différences. Comme pour la douleur physique, ces mécanismes agissent à la fois sur le conscient et le 
subconscient.
niveaux.
Pour nous protéger des informations pénibles au niveau conscient, nous rationalisons, justifions, faisons
excuses, collecter volontairement des informations qui neutraliseront l’importance des informations 
contradictoires,
se mettre en colère (pour conjurer les informations contradictoires), ou tout simplement se mentir à nous­
mêmes. À l'inconscient
niveau, le processus d’évitement de la douleur est beaucoup plus subtil et mystérieux. A ce niveau, nos 
esprits peuvent
bloquer notre capacité à voir d’autres solutions, même si, dans d’autres circonstances, nous pourrions
les percevoir. Maintenant, parce qu'ils sont en conflit avec ce que nous voulons ou attendons, notre 
évitement de la douleur
des mécanismes peuvent les faire disparaître (comme s'ils n'existaient pas). Pour illustrer ce phénomène, 
le meilleur
Par exemple, je vous en ai déjà donné un exemple: nous sommes dans un commerce où le marché évolue
contre nous. Dans
En fait, le marché a mis en place une tendance opposée à ce que nous souhaitons ou 
attendons. Ordinairement,
nous n’aurions aucun problème à identifier ou à percevoir ce modèle s’il n’y avait pas le fait que le 
marché
se déplaçait contre notre position. Mais le motif perd sa signification (devient invisible) parce que nous
trouve cela trop pénible à reconnaître.
Pour éviter la douleur, nous limitons notre champ d’attention et nous concentrons sur les informations 
qui nous tiennent à l’écart.
la douleur, peu importe sa gravité ou sa minutie. Entre­temps, les informations indiquant clairement
la présence d'une tendance et la possibilité de négocier dans le sens de cette tendance deviennent 
invisibles. le
La tendance ne disparaît pas de la réalité physique, mais notre capacité à la percevoir disparaît. Notre 
évitement de la douleur
des mécanismes bloquent notre capacité à définir et à interpréter les tendances du marché. La tendance 
va
restons invisibles jusqu’à ce que le marché change en notre faveur ou que nous soyons obligés de quitter 
le commerce parce que
la pression de perdre trop d'argent devient insupportable. Ce n'est que lorsque nous sommes soit hors du 
commerce
ou hors de danger que la tendance devient apparente, ainsi que toutes les possibilités de gagner de 
l'argent par
commerce dans le
Toutes les distinctions qui seraient autrement perceptibles deviennent parfaitement claires, après le fait, 
lorsque
il n'y a plus rien pour notre esprit de nous protéger. Nous avons tous le potentiel de nous engager dans
mécanismes de protection anti­douleur, car ce sont des fonctions naturelles du fonctionnement de notre 
esprit.
Il peut arriver que nous nous protégions des informations susceptibles d’apporter
des blessures ou des traumatismes émotionnels profonds que nous ne sommes tout simplement pas prêts 
à affronter, ou n'avons pas la
compétences ou ressources appropriées à gérer. Dans ces cas, nos mécanismes naturels nous servent 
bien.
Mais le plus souvent, nos mécanismes d’évitement de la douleur nous protègent simplement des 
informations qui
indiquer que nos attentes ne correspondent pas à ce qui est disponible dans les environnements

Page 89
la perspective. C’est là que nos mécanismes d’évitement de la douleur nous rendent un mauvais service, 
en particulier en tant que négociants. À
Pour comprendre ce concept, demandez­vous ce qui menace vraiment les informations de marché. Est­ce
menaçant parce que le marché exprime en réalité des informations facturées négativement comme 
inhérentes
caractéristique de la façon dont il existe?
Cela peut sembler être ainsi, mais au niveau le plus fondamental, ce que le marché nous donne à 
percevoir sont:
l'upique et le down­tics ou les barres hautes et basses. Ces tics haut et bas forment des motifs qui 
représentent
bords. Maintenant, est­ce que l'un de ces tics ou les motifs qu'ils forment sont chargés 
négativement? Encore une fois, cela peut certainement
semblent de cette façon, mais du point de vue du marché, les informations sont neutres. Chaque up­tic, 
down­tic ou
le motif n'est que de l'information, nous indiquant la position du marché. Si l'une de ces informations 
avait un effet négatif
facturer comme une caractéristique inhérente de la façon dont il existe, alors tout le monde ne serait­il 
pas exposé
éprouver de la douleur émotionnelle? Par exemple, si vous et moi sommes tous deux frappés à la tête 
avec un objet solide, il
ne serait probablement pas beaucoup de différence dans la façon dont nous nous sentirions. Nous aurions
tous les deux mal. Toute partie de notre
les corps qui entrent en contact avec un objet solide avec un certain degré de force entraîneront
système nerveux normal à ressentir de la douleur.
Nous partageons l'expérience parce que nos corps sont construits de la même manière. La douleur est un
réponse physiologique automatique à l'impact avec un objet tangible. Informations sous forme de mots
ou des gestes exprimés par l’environnement, ou des tics hauts et bas exprimés par le marché, peuvent 
être aussi
douloureux comme étant frappé avec un objet solide; mais il y a une différence importante entre 
l'information et
objets. L'information n'est pas tangible. L'information ne consiste pas en atomes et en molécules. À 
découvrir
les effets potentiels de l'information, qu'elle soit négative ou positive, nécessitent une interprétation. le
les interprétations que nous faisons sont des fonctions de nos cadres mentaux uniques. Le cadre mental 
de chacun
est unique pour deux raisons fondamentales.
Premièrement, nous sommes tous nés avec des comportements et des caractéristiques de personnalité 
génétiquement codés.
qui font que nous avons des besoins différents les uns des autres. Comment positivement ou 
négativement et à quoi
degré auquel l’environnement répond à ces besoins crée des expériences uniques pour chaque 
individu. Seconde,
tout le monde est exposé à une variété de forces environnementales. Certaines de ces forces sont 
similaires à une
individu à l’autre, mais aucun n’est exactement pareil. Si vous considérez le nombre de possibles
combinaisons de caractéristiques de personnalité génétiquement codées avec lesquelles nous pouvons 
naître, en relation avec la
variété presque infinie de forces environnementales que nous pouvons rencontrer tout au long de notre 
vie, qui
contribuer à la construction de notre cadre mental, alors il n'est pas difficile de voir pourquoi il n'y a pas
cadre mental universel commun à tous.
Contrairement à nos corps, qui ont une structure moléculaire commune qui fait l'expérience de la douleur
physique, il existe
pas d’esprit universel pour nous assurer que nous partagerons les effets négatifs ou positifs potentiels de
informations de la même manière. Par exemple, quelqu'un pourrait vous projeter des insultes dans 
l'intention de
vous faire ressentir une douleur émotionnelle. Du point de vue de l'environnement, cela est chargé 
négativement
information. Ferez­vous l'expérience des effets négatifs souhaités? Pas nécessairement! Tu dois pouvoir
interpréter les informations comme négatives pour les ressentir comme négatives. Et si cette personne 
vous insulte en

Page 90
une langue que vous ne comprenez pas ou utilise des mots dont vous ne connaissez pas la 
signification? Souhaitez­vous sentir le
douleur prévue? Pas avant que vous ayez construit un cadre pour définir et comprendre les mots dans un 
contexte péjoratif.
façon. Même dans ce cas, nous ne pouvons pas supposer que ce que vous penseriez correspondre à 
l'intention derrière l'insulte.
Vous pourriez avoir un cadre pour percevoir l'intention négative, mais au lieu de ressentir de la douleur, 
vous pourriez
expérimentez un type de plaisir pervers. J'ai rencontré beaucoup de gens qui, simplement pour leurs 
propres
amusement, comme pour amener les gens en colère avec des émotions négatives.
S'ils se sentent insultés au cours du processus, cela crée un sentiment de joie, car ils savent comment
ils ont réussi. Une personne exprimant un véritable amour projette des informations chargées 
positivement
dans l'environnement. Disons que l’intention derrière l’expression de ces sentiments positifs est de 
transmettre
affection, affection et amitié. Existe­t­il des assurances que la ou les personnes concernées
des informations chargées positivement sont projetées vers va interpréter et l'expérience comme 
tel? Non,
il n'y en a pas. Une personne qui a une très faible estime de soi ou qui a vécu beaucoup de
souffrance et déception dans les relations, interprétera souvent de manière erronée une expression de
autre chose. Dans le cas d'une personne ayant une faible estime de soi, si elle ne croit pas qu'il mérite 
d'être
aimé de cette manière, il aura du mal, voire l'impossibilité, à interpréter ce qu'on lui propose
authentique ou réel. Dans le second cas, où l’on accumule un arriéré important de souffrance et de 
déception dans
relations, une personne pourrait facilement en venir à croire qu'une véritable expression de l'amour est 
extrêmement rare,
sinon inexistant, et interpréterait probablement la situation soit comme quelqu'un voulant quelque chose 
ou
essayant de profiter de lui d'une certaine manière.
Je suis sûr que je ne suis pas obligé de continuer, d'observer des exemples de toutes les façons possibles 
de
mal interpréter ce que quelqu'un essaie de nous communiquer ou comment ce que nous exprimons à 
quelqu'un peut être
mal interprété et expérimenté de manière complètement involontaire par nous. Le point que je fais est 
que
chaque personne définira, interprétera et, par conséquent, expérimentera toutes les informations qui lui 
sont exposées
à sa manière unique. Il n'y a pas de moyen standardisé de faire l'expérience de l'environnement.
offre ­ que ce soit des informations positives, neutres ou négatives ­ tout simplement parce qu'il n'y a pas
cadre mental normalisé dans lequel percevoir l'information. Considérez que, en tant que commerçants, le 
marché
nous offre quelque chose à percevoir à chaque instant. Dans un sens, on pourrait dire que le marché est
communiquer avec nous.
Si nous partons du principe que le marché ne génère pas d’informations facturées négativement en tant 
que
caractéristique inhérente à son existence, nous pouvons alors poser et répondre à la question «Quelles 
sont les causes
informations à prendre sur une qualité négative? "En d'autres termes, d'où vient exactement la menace de
la douleur
de? Si cela ne vient pas du marché, alors cela doit venir de la façon dont nous définissons et interprétons
les informations disponibles. Définir et interpréter l’information dépend de ce que nous supposons être
savoir ou ce que nous croyons être vrai. Si ce que nous savons ou croyons est en fait vrai ­ et nous ne le 
ferions pas
croyez­le si ce n’est pas le cas, puis, lorsque nous projeterons nos convictions dans un moment futur en 
tant que
attente, nous nous attendons naturellement à avoir raison. Lorsque nous nous attendons à avoir raison, 
toute information qui ne fonctionne pas
confirmer que notre version de la vérité devient automatiquement menaçante. Toute information qui a le

Page 91
le potentiel de menace peut également être bloqué, déformé ou avoir une signification moindre
par nos mécanismes d'évitement de la douleur.
C'est cette caractéristique particulière du fonctionnement de notre esprit qui peut vraiment nous rendre 
un mauvais service. Comme
commerçants, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser nos mécanismes de prévention de la 
douleur nous couper de ce que le marché est
nous communiquant sur ce qui est disponible pour la prochaine occasion d'entrer, de sortir, d'ajouter
soustraire à une position, simplement parce que c'est faire quelque chose que nous ne voulons pas ou 
attendons. Pour
Par exemple, lorsque vous regardez un marché (un marché que vous échangez rarement) sans intention 
de le faire
quoi que ce soit, faire l’un quelconque des tics de haut en bas vous fait ressentir de la colère, être déçu, 
frustré, désillusionné,
ou trahi de quelque façon? Non! La raison en est qu'il n'y a rien en jeu. Vous observez simplement
des informations qui vous indiquent où se trouve le marché à ce moment­là. Si le tics monte et descend 
que vous êtes
regarder la forme dans une sorte de comportement que vous avez appris à identifier, ne vous 
reconnaissez pas facilement
et reconnaître le modèle? Oui, pour la même raison: il n'y a rien en jeu.
Il n'y a rien en jeu parce qu'il n'y a aucune attente. Vous n'avez pas projeté ce que vous croyez,
supposez, ou pensez savoir sur ce marché dans un moment futur. En conséquence, il n'y a rien à
avoir raison ou tort à propos, de sorte que l'information n'a pas le potentiel d'assumer une menace ou
qualité chargée négativement. Sans attente particulière, vous n’avez défini aucune limite quant à la
le marché peut s'exprimer. Sans frontières mentales, vous vous rendrez disponible pour
percevoir tout ce que vous avez appris sur la nature des mouvements du marché.
Rien ne permet à vos mécanismes d’évitement de la douleur d’exclure, de déformer ou de diminuer votre
sensibilisation afin de vous protéger. Dans mes ateliers, je demande toujours aux participants de résoudre
les problèmes suivants.
paradoxe commercial primaire: de quelle manière un commerçant doit­il apprendre à être rigide et 
flexible
en même temps? La réponse est la suivante: nous devons être rigides dans nos règles et flexibles dans 
nos attentes. Nous devons le faire
être rigides dans nos règles afin d’obtenir un sentiment de confiance en soi qui puisse, et nous protégera 
toujours, dans un environnement
environnement qui a peu ou pas de frontières. Nous devons faire preuve de souplesse dans nos attentes 
afin de pouvoir
percevoir, avec le plus grand degré de clarté et d'objectivité, ce que le marché nous communique
de sa perspective. À ce stade, il va sans dire que le commerçant typique ne fait que le
en face de lui: il est flexible dans ses règles et rigide dans ses attentes. Fait intéressant, le plus rigide
l’attente, plus il doit plier, violer ou enfreindre ses règles afin de satisfaire ses besoins.
réticence à abandonner ce qu'il veut au profit de l'offre du marché.
ÉLIMINER LE RISQUE ÉMOTIONNEL
Pour éliminer le risque émotionnel lié au trading, vous devez neutraliser vos attentes quant à ce que le
marché fera ou ne fera pas à un moment donné ou dans une situation donnée. Vous pouvez le faire en 
étant
prêt à penser du point de vue des marchés. Rappelez­vous, le marché communique toujours dans
probabilités. Au niveau collectif, votre avantage peut paraître parfait à tous égards; mais chez l'individu
niveau, chaque opérateur qui a le potentiel d’agir en tant que facteur de mouvement des prix peut annuler
les effets positifs.

Page 92
résultat de cet avantage. Pour penser selon les probabilités, vous devez créer un cadre mental ou une 
mentalité qui
est conforme aux principes sous­jacents d'un environnement probabiliste. Un état d'esprit probabiliste
se rapportant au commerce consiste en cinq vérités fondamentales.
1. Tout peut arriver.
2. Vous n'avez pas besoin de savoir ce qui va se passer pour gagner de l'argent.
3. Il existe une répartition aléatoire entre les gains et les pertes pour tout ensemble de variables 
définissant un
bord.
4. Une arête n’est rien de plus qu’une indication d’une probabilité plus élevée qu’une chose se produise
un autre.
5. Chaque moment sur le marché est unique.
N'oubliez pas que votre potentiel d'éprouver une douleur émotionnelle provient de la façon dont vous 
définissez et
interpréter les informations auxquelles vous êtes exposé. Lorsque vous adopterez ces cinq vérités, vos 
attentes deviendront
toujours être en phase avec les réalités psychologiques de l'environnement du marché. Avec le approprié
attentes, vous éliminerez votre potentiel à définir et à interpréter les informations de marché comme
douloureux ou menaçant, et vous neutralisez ainsi efficacement le risque émotionnel du trading. L'idée 
est
pour créer un état d'esprit insouciant qui accepte complètement le fait qu'il y a toujours des forces 
inconnues
opérant sur le marché. Lorsque vous faites de ces vérités une partie pleinement fonctionnelle de votre 
système de croyance, le
une partie rationnelle de votre esprit défendra ces vérités de la même manière qu'elle défend toute autre 
croyance que vous croyez
sur la nature du commerce.
Cela signifie que, du moins au niveau rationnel, votre esprit se défendra automatiquement contre l'idée 
ou
hypothèse que vous pouvez savoir avec certitude ce qui se passera ensuite. C’est une contradiction de 
croire que chaque
le commerce est un événement unique avec un résultat incertain et aléatoire par rapport à tout autre 
commerce effectué
autrefois; et en même temps de croire que vous savez avec certitude ce qui va arriver et d’attendre d’être
droite. Si vous croyez vraiment en un résultat incertain, vous devez également vous attendre à ce que 
pratiquement tout
ça peut arriver. Sinon, au moment où vous laissez votre esprit s'accrocher à la notion que 
vous connaissez, vous vous arrêtez
en prenant en compte toutes les variables inconnues. Votre esprit ne vous laissera pas l'avoir dans les 
deux sens. Si
vous croyez savoir quelque chose, le moment n’est plus unique.
Si le moment n'est pas unique, alors tout est connu ou connaissable; c'est­à­dire qu'il n'y a rien à ne pas 
savoir.
Cependant, au moment où vous arrêtez de prendre en compte ce que vous ne savez pas ou ne pouvez pas 
savoir à propos de la situation au lieu de
être disponible pour percevoir ce que le marché est d' offrir, vous vous rendre sensible à tous les
erreurs de trading typiques. Par exemple, si vous croyiez vraiment en un résultat incertain, auriez­vous 
jamais
songez à exercer un métier sans définir votre risque à l'avance? Souhaitez­vous jamais hésiter à couper 
un
perte, si vous croyiez vraiment que vous ne saviez pas? Qu'en est­il des erreurs commerciales comme 
sauter le fusil? Comment
pourriez­vous anticiper un signal qui ne s'est pas encore manifesté sur le marché, si vous n'étiez pas 
convaincu
que tu allais manquer? Pourquoi voudriez­vous laisser un métier gagnant se transformer en perdant ou ne
pas avoir

Page 93
une façon systématique de prendre des bénéfices, si vous n'étiez pas convaincu que le marché allait votre
chemin
indéfiniment? Pourquoi hésiteriez­vous à prendre un métier ou à ne pas le mettre du tout, à moins d'être 
convaincu
que c’était un perdant quand le marché était à votre point de départ? Pourquoi voudriez­vous casser votre
argent
règles de gestion en négociant une position trop grande par rapport à votre équité ou votre tolérance 
émotionnelle à
maintenir une perte, si vous n'étiez pas certain d'avoir une chose sûre? Enfin, si vous croyiez vraiment en
un
répartition aléatoire entre victoires et défaites, pourriez­vous jamais vous sentir trahi par le marché? Si 
vous
retourné une pièce et deviné juste, vous ne vous attendriez pas nécessairement à avoir raison sur le 
prochain retournement simplement
parce que tu avais raison le dernier.
Vous ne vous attendriez pas non plus à vous tromper au prochain retournement si vous vous trompiez au 
dernier. Parce que tu crois
dans une distribution aléatoire entre la séquence des têtes et des queues, vos attentes seraient 
parfaitement
alignés sur la réalité de la situation. Vous voudriez certainement avoir raison, et si vous étiez cela
serait bien, mais si vous aviez tort, vous ne vous sentiriez pas trahi par le retournement, car vous savez
et accepter qu’il existe au travail des variables inconnues qui affectent le résultat. Inconnu signifie "pas
Quelque chose que votre processus de pensée rationnelle peut prendre en considération avant le Hi­r "? 
jXCi> v'L
J'accepte que tu ne sais pas. En conséquence, il y a peu de potentiel, voire aucun, pour faire l'expérience 
du genre de
douleur émotionnelle qui monte lorsque vous vous sentez trahi. En tant que commerçant, quand vous 
attendez un hasard
résultat, vous serez toujours au moins un peu surpris de tout ce que le marché fait ­ même s’il est 
conforme
exactement à votre définition d'un avantage et vous vous retrouvez avec un métier gagnant. Cependant 
attendre un
résultat aléatoire ne signifie pas que vous ne pouvez pas utiliser votre raisonnement complet et vos 
capacités analytiques pour projeter
un résultat, ou que vous ne pouvez pas deviner ce qui va arriver, ou avez une intuition ou un sentiment à 
ce sujet,
parce que vous pouvez. De plus, vous pouvez avoir raison dans chaque cas.
Vous ne pouvez pas vous attendre à avoir raison. Et si vous avez raison, vous ne pouvez pas vous 
attendre à ce que vous fassiez cela.
travaillé la dernière fois fonctionnera à nouveau la prochaine fois, même si la situation peut ressembler, 
sonner ou se sentir
exactement le même. Tout ce que vous percevez "maintenant" sur le marché ne sera jamais exactement 
le même
comme une expérience antérieure qui existe dans votre environnement mental. Mais cela ne signifie pas 
que votre
l'esprit (en tant que caractéristique naturelle de son fonctionnement) n'essaiera pas de rendre les deux 
identiques. Il y aura
être des similitudes entre le "moment présent" et quelque chose que vous connaissez du passé, mais ceux
les similitudes ne vous donnent que des éléments de travail en mettant les chances de succès en votre 
faveur. Si vous
approche commerciale du point de vue que vous ne savez pas ce qui va se passer ensuite, vous allez 
contourner
l'inclination naturelle de votre esprit à rendre le "moment présent" identique à une expérience antérieure.
Aussi peu naturel que cela puisse paraître, vous ne pouvez pas laisser une expérience antérieure (négative
ou extrêmement
positif) dicte votre état d’esprit. Si vous le faites, il sera très difficile, voire impossible, de percevoir
ce que le marché communique de son point de vue. Quand j'exerce un métier, tout ce que j'attends, c'est 
que
quelque chose va arriver. Même si je pense que mon avantage est bon, je n’attends rien de plus que pour 
le
marché à se déplacer ou à s'exprimer d'une certaine manière. Cependant, il y a des choses que je connais 
pour
sûr. Je sais que, compte tenu du comportement passé des marchés, les chances de le voir évoluer dans le 
sens de mon métier
sont bonnes ou acceptables, du moins en ce qui concerne le montant que je suis prêt à dépenser pour 
savoir si c'est le cas. je

Page 94
Je sais aussi, avant de me lancer dans un commerce, à quel point je suis prêt à laisser le marché bouger 
contre mon compte.
position. Il y a toujours un point où les chances de succès sont grandement diminuées par rapport aux
potentiel de profit. À ce stade, il ne vaut plus la peine de dépenser plus d’argent pour savoir si le 
commerce se poursuit
travailler. Si le marché atteint ce point, je sais sans aucun doute, hésitation ou conflit interne que je
va sortir du commerce.
La perte ne crée aucun dommage émotionnel, car je n'interprète pas l'expérience négativement. À
moi, les pertes sont simplement le coût des affaires ou la somme que je dois dépenser pour gagner
moi­même disponible pour les métiers gagnants. Si, au contraire, le commerce s'avère gagnant, dans la 
plupart des cas,
cas, je sais avec certitude à quel point je vais prendre mes bénéfices. (Si je ne suis pas sûr, je vais 
certainement
Ayez une très bonne idée.) Les meilleurs traders sont dans le "maintenant" car il n'y a pas de stress. Il n'y
a pas
stress parce qu’il n’ya rien de plus en danger que le montant qu’ils sont disposés à dépenser pour un
Commerce. Ils ne cherchent pas à avoir raison ou à éviter d’avoir tort; ils n'essayent pas non plus de 
prouver
n'importe quoi. Si et quand le marché leur dit que leurs bords ne fonctionnent pas ou qu'il est temps de 
prendre
profits, leurs esprits ne font rien pour bloquer cette information. Ils acceptent complètement ce que le 
marché est
offrant, et ils attendent le bord suivant. TYPE
TER 8
CHAPITRE 8
TRAVAILLER AVEC VOS CROYANCES
Maintenant, la tâche qui vous incombe est d’intégrer correctement les cinq vérités fondamentales 
présentées au chapitre 7 dans
votre environnement mental à un niveau fonctionnel. Pour vous aider à le faire, nous examinerons de 
manière approfondie
croyances ­ leur nature, leurs propriétés et leurs caractéristiques. Cependant, avant de le faire, je vais 
passer en revue et
organiser les principaux concepts présentés jusqu'ici dans un cadre beaucoup plus clair et plus 
pratique. Quoi
vous apprendrez de cela et les deux prochains chapitres formeront la base pour tout comprendre
vous devez faire pour atteindre vos objectifs en tant que commerçant.
DEFINIR LE PROBLEME
Au niveau le plus fondamental, le marché est simplement une série de tics ascendants et descendants qui 
forment des modèles.
L'analyse technique définit ces modèles comme des arêtes. Tout motif particulier défini comme une arête
est simplement
une indication qu'il existe une probabilité plus élevée que le marché évolue dans un sens par rapport à 
l'autre.
Cependant, il existe un paradoxe mental majeur dans la mesure où un modèle implique une cohérence, 
ou du moins une
résultat cohérent. Mais la réalité est que chaque modèle est un événement unique. Ils peuvent regarder 
(ou mesurer)
exactement la même chose d’une occurrence à l’autre, mais les similitudes ne sont que superficielles. le
Les traders sont la force sous­jacente de chaque modèle, et les traders qui contribuent à la formation d’un

Page 95
les modèles sont toujours différents des commerçants qui contribuent au prochain; donc le résultat de 
chaque motif
est aléatoire par rapport à l'autre.
Nos esprits ont une caractéristique de conception inhérente (le mécanisme d’association) qui permet de
paradoxe difficile à gérer. Maintenant, ces arêtes, ou les motifs qu’elles représentent, défilent à chaque 
instant
cadre, faisant du marché un flot incessant d'opportunités pour entrer, sortir (rayer un commerce),
prendre des profits, réduire les pertes, ajouter ou diminuer une position. En d'autres termes, du marché
perspective, chaque moment offre à chacun de nous, commerçants, l’occasion de faire quelque chose sur 
notre
propre nom.
DÉFINITION DES TERMES
Ce qui nous empêche de percevoir chaque "moment présent" comme une occasion de faire quelque 
chose pour nous­mêmes
ou d'agir de manière appropriée même quand nous le faisons? Nos peurs! Quelle est la source de nos 
peurs? Nous savons que ce n'est pas
le marché, car du point de vue du marché, les tics et les modèles qu’ils créent sont
ni chargé positivement ni négativement.
En conséquence, les tics hauts et bas ne sont pas en mesure de nous faire entrer dans une situation 
particulière.
état d'esprit (négatif ou positif), perdre notre objectivité, faire des erreurs ou nous sortir de l'occasion
couler. Si ce n’est pas le marché qui nous fait éprouver un état d’esprit chargé négativement, alors quoi?
est la cause? La façon dont nous définissons et interprétons les informations que nous percevons. Si c'est 
le cas, alors
qu'est­ce qui détermine ce que nous percevons et comment nous définissons et interprétons ces 
informations? Ce que nous croyons
ou ce que nous supposons être vrai. Nos croyances travaillant en collaboration avec l’association et
les mécanismes d'évitement agissent comme une force sur nos cinq sens, nous faisant percevoir, définir 
et interpréter
informations sur les marchés d’une manière qui soit conforme à nos attentes. Ce que nous attendons est 
synonyme
avec ce que nous croyons ou supposons être vrai. Les attentes sont des croyances projetées dans un 
moment futur.
Chaque instant du point de vue du marché est unique. mais si les informations générées par le
marché est similaire en qualité, propriétés ou caractéristique à quelque chose qui est déjà dans nos 
esprits, le
deux ensembles d'informations (extérieur et intérieur) deviennent automatiquement liés. Lorsque cette 
connexion est
fait, il déclenche un état d’esprit (confiance, euphorie, peur, terreur, déception, regret, trahison,
etc.) qui correspond à une croyance, à une hypothèse ou à un souvenir quelconque des informations 
extérieures.
Cela donne l' impression que ce qui est à l'extérieur est exactement le même que ce qui est déjà à 
l'intérieur de nous. C'est notre
état d'esprit qui fait paraître la vérité de tout ce que nous percevons en dehors de nous (sur le marché)
question incontestable et incontestable.
Notre état d'esprit est toujours la vérité absolue. Si je suis confiant, alors je le suis. Si j'ai peur,
alors j'ai peur. Nous ne pouvons pas contester la qualité de l’énergie qui traverse notre esprit et notre 
corps à tout moment.
moment donné. Et parce que je sais comme un fait incontestable ce que je ressens, on pourrait dire que je
sais aussi
la vérité de ce que je perçois en dehors de moi au même moment. Le problème est que ce que nous 
ressentons est
toujours la vérité absolue, mais les croyances qui ont déclenché notre état d'esprit ou de sentiment peut 
être ou ne pas être

Page 96
vrai par rapport aux possibilités qui existent sur le marché à un moment donné. Rappelons l'exemple de 
la
garçon et le chien.
Le garçon "savait" pour un fait absolu que chaque chien qu'il rencontrait après le premier menaçait,
à cause de la façon dont il se sentait quand on est entré dans son champ de conscience. Ces autres chiens 
n'ont pas causé
sa peur sa mémoire chargée négativement, travaillant de concert avec l'association, et ses peines
mécanisme d'évitement a provoqué sa peur. Il a expérimenté sa propre version de la vérité, bien que cela
ne correspond pas aux possibilités qui existaient du point de vue de l'environnement. Sa croyance à 
propos de
la nature des chiens était limitée par rapport aux caractéristiques et traits possibles exprimés par les 
chiens. Encore
l'état d'esprit, il a connu chaque fois qu'il a rencontré un chien lui a fait croire qu'il
"savait" exactement à quoi s'attendre d'eux.
Ce même processus nous porte à croire que nous "savons" exactement ce à quoi nous attendre du 
marché, lorsque
la réalité est qu'il y a toujours des forces inconnues opérant à chaque instant. Le problème, c’est qu’au 
moment où nous
pensons que nous "savons" à quoi s'attendre, nous arrêtons simultanément de prendre toutes les forces 
inconnues et mourons divers
possibilités créées par ces forces en considération. Les forces inconnues sont d'autres commerçants en 
attente de
entrer ou sortir des métiers, en fonction de leurs croyances sur l'avenir. En d'autres termes, nous ne 
pouvons vraiment pas savoir exactement
à quoi s'attendre du marché, jusqu'à ce que nous puissions lire dans les pensées de tous les commerçants 
qui ont le potentiel de
agir comme une force sur le mouvement des prix. Pas une possibilité très probable. En tant que 
commerçants, nous ne pouvons pas nous permettre de céder
nous­mêmes sous n'importe quelle forme de "je sais à quoi s'attendre du marché". Nous pouvons "savoir"
exactement ce qu'est un
l’apparence, les sons ou les sensations, et nous pouvons "savoir" exactement combien nous devons 
risquer de savoir si
cet avantage va marcher.
Nous pouvons "savoir" que nous avons un plan spécifique quant à la façon dont nous allons prendre des 
bénéfices si un échange fonctionne. Mais
c'est tout! Si ce que nous pensons savoir commence à s’étendre à ce que le marché va faire, nous avons 
des problèmes.
Et tout ce qui est nécessaire pour nous placer dans une charge négative, "je sais à quoi s'attendre du 
marché"
L’état d’esprit permet à une croyance, à une mémoire ou à une attitude de nous faire interpréter les tics 
ou tout
l'information sur le marché est tout sauf une occasion de faire quelque chose en notre propre nom.
Quels sont les objectifs? En fin de compte, bien sûr, gagner de l'argent est l'objectif de tous. Mais si le 
commerce
n'était qu'une question de gagner de l'argent, la lecture de ce livre ne serait pas nécessaire. Gagner
un métier ou même une série de métiers gagnants ne requiert aucune compétence. D'autre part, créer
des résultats cohérents et pouvoir conserver ce que nous avons créé nécessite des compétences. Faire de 
l'argent
est systématiquement un sous­produit de l'acquisition et de la maîtrise de certaines compétences 
mentales. Le degré auquel vous
comprendre que c’est le même degré auquel vous cesserez de vous concentrer sur l’argent et que vous 
vous concentrerez plutôt sur
comment vous pouvez utiliser votre trading comme un outil pour maîtriser ces compétences.
Quelles sont les compétences? La cohérence est le résultat d’un état d’esprit objectif et insouciant, où 
nous sommes
nous rendre disponibles pour percevoir et agir sur tout ce que le marché nous offre (de ses
perspective) dans un "moment présent" donné.
Qu'est­ce qu'un état d'esprit insouciant? Insouciance signifie confiant, mais pas euphorique. Quand tu
es dans un
état d’esprit insouciant, vous ne ressentirez aucune peur, hésitation ou contrainte de faire quoi que ce 
soit, car

Page 97
vous avez effectivement éliminé le potentiel de définition et d'interprétation des informations de marché 
comme étant une menace. À
supprimer le sentiment de menace, vous devez accepter le risque complètement. Quand vous avez 
accepté le risque,
vous serez en paix avec n'importe quel résultat. Pour être en paix avec tout résultat, vous devez tout 
réconcilier
dans votre environnement mental qui entre en conflit avec les cinq vérités fondamentales du 
marché. C'est quoi
De plus, vous devez également intégrer ces vérités dans votre système mental en tant que croyances 
fondamentales.
Qu'est­ce que l'objectivité? L'objectivité est un état d'esprit où vous avez un accès conscient à tout
vous avez appris sur la nature du mouvement du marché. En d'autres termes, rien n'est bloqué ou
altéré par vos mécanismes anti­douleur.
Qu'est­ce que cela signifie de se rendre disponible? Se rendre disponible signifie échanger à partir du
perspective que vous n'avez rien à prouver. Vous n'essayez pas de gagner ou d'éviter de perdre. Vous 
n'êtes pas
essayer de récupérer votre argent ou de vous venger du marché. En d'autres termes, vous venez sur le 
marché
sans ordre du jour autre que de le laisser se dérouler comme bon lui semble et d'être dans le meilleur état 
d'esprit
de reconnaître et de tirer parti des possibilités qu’il vous offre.
Qu'est­ce que le "moment présent"? Négocier le "moment présent" signifie qu'il n'y a pas de potentiel 
pour
associer une opportunité d'entrer, de sortir, d'ajouter aussi ou de nuire à un métier avec une expérience 
passée
cela existe déjà dans votre environnement mental.
COMMENT LES VÉRITÉS FONDAMENTALES PAR RAPPORT AUX COMPÉTENCES
1. Tout peut arriver. Pourquoi? Parce qu'il y a toujours des forces inconnues opérant sur tous les 
marchés au
chaque moment, il suffit d’un seul commerçant quelque part dans le monde pour nier le résultat positif 
de votre
bord. C'est tout: un seul. Peu importe le temps, les efforts ou l’argent que vous avez investi dans votre
analyse, du point de vue du marché, il n’ya pas d’exception à cette vérité. Toutes les exceptions qui 
peuvent
exister dans votre esprit sera une source de conflit et pourrait vous amener à percevoir des informations 
sur le marché
comme menaçant.
2. Vous n'avez pas besoin de savoir ce qui va se passer pour gagner de l'argent. Pourquoi? Parce que
il existe une distribution aléatoire entre les gains et les pertes pour tout ensemble donné de variables qui 
définissent un
bord. (Voir numéro 3.) En d’autres termes, en fonction des performances passées de votre bord, vous 
pouvez savoir que
sur les 20 prochains métiers, 12 seront gagnants et 8 seront perdants. Ce que vous ne savez pas, c'est la 
séquence
de gains et de pertes ou combien d’argent le marché rendra disponible sur les transactions gagnantes.
Cette vérité fait du trading un jeu de probabilité ou de nombre.
Lorsque vous croyez vraiment que le trading est simplement un jeu de probabilité, des concepts tels que 
"bien et mal" ou "gagner"
et perdre n'ont plus la même signification. En conséquence, vos attentes seront en harmonie avec
les possibilités. Gardez à l’esprit que rien n’a plus le potentiel de causer une discorde émotionnelle que 
notre
attentes non satisfaites. La douleur émotionnelle est la réponse universelle lorsque le monde extérieur 
exprime
lui­même d’une manière qui ne reflète pas ce que nous attendons ou croyons être vrai. En conséquence, 
tout marché
les informations qui ne confirment pas nos attentes sont automatiquement définies et interprétées comme

Page 98
menaçant. Cette interprétation nous amène à adopter un état d’esprit défensif, chargé négativement, où
nous finissons par créer l'expérience même que nous essayons d'éviter. L'information sur le marché ne 
fait que menacer
si vous vous attendez à ce que le marché fasse quelque chose pour vous.
Sinon, si vous ne vous attendez pas à ce que le marché vous rétablisse, vous n’avez aucune raison de 
craindre d’être
faux. Si vous ne vous attendez pas à ce que le marché vous rende gagnant, vous n'avez aucune raison de 
craindre de perdre.
Si vous ne vous attendez pas à ce que le marché continue indéfiniment dans votre direction, il n’ya 
aucune raison de partir.
l'argent sur la table. Enfin, si vous ne vous attendez pas à pouvoir tirer parti de toutes les opportunités 
simplement
parce que vous l'avez perçu et qu'il s'est présenté, vous n'avez aucune raison de craindre de passer à 
côté. Sur le
D'autre part, si vous croyez que tout ce que vous avez besoin de savoir, c'est:
1. les chances sont en votre faveur avant de vous échanger;
2. combien cela va­t­il coûter pour savoir si le commerce va fonctionner;
3. vous n'avez pas besoin de savoir ce qui va se passer pour gagner de l'argent sur ce commerce; et
4. tout peut arriver;
Alors comment le marché peut­il se tromper? Quelles informations le marché pourrait­il générer sur lui­
même?
cela ferait entrer vos mécanismes d'évitement de la douleur de manière à exclure ces informations de
votre conscience? Aucune que je puisse penser.
Si vous croyez que quelque chose peut arriver et que vous n'avez pas besoin de savoir ce qui va se passer
ensuite
pour gagner de l'argent, vous aurez toujours raison. Vos attentes seront toujours en harmonie avec le
les conditions telles qu'elles existent du point de vue du marché, neutralisant efficacement votre potentiel
de
éprouver de la douleur émotionnelle. De même, comment un commerce en perte ou même une série de 
perdants ont­ils pu
l’effet négatif typique, si vous croyez vraiment que le trading est un jeu de probabilité ou de nombre? Si 
ton
bord met les chances en votre faveur, alors chaque défaite vous rapproche d'autant plus de la 
victoire. Quand tu as vraiment
Croyez­le, votre réaction à un commerce en perte de confiance ne revêtira plus une qualité émotionnelle 
négative.
3. Il existe une répartition aléatoire entre les gains et les pertes pour tout ensemble de variables 
définissant
un bord.
Si chaque défaite vous rapproche beaucoup d’une victoire, vous vous réjouirez de la prochaine 
occurrence de
votre avantage, prêt et attend pour sauter dans sans la moindre réserve ou hésitation. De l'autre
Par contre, si vous croyez toujours que le trading consiste à analyser ou à avoir raison, alors après une 
perte, vous
anticipez l'apparition de votre prochain bord avec inquiétude, en vous demandant si ça va marcher. En ce
tour, vous fera commencer à recueillir des preuves pour ou contre le commerce. Vous allez rassembler 
des preuves pour le
négociez si votre peur de rater est plus grande que votre crainte de perdre. Et vous rassemblerez des 
informations
contre le commerce si votre peur de perdre est supérieure à votre peur de manquer. Dans les deux cas, 
vous allez
ne pas être dans l'état d'esprit le plus propice pour produire des résultats cohérents.
4. Une arête n’est rien de plus qu’une indication d’une probabilité plus élevée qu’une chose se 
produise
un autre.
Pour créer une cohérence, vous devez accepter complètement que le trading ne consiste pas à espérer, se 
demander ou
rassembler des preuves dans un sens ou dans l’autre pour déterminer si le prochain commerce 
fonctionnera. Le seul

Page 99
La preuve que vous devez rassembler est de savoir si les variables que vous utilisez pour définir un bord 
sont présentes à un moment donné.
moment. Lorsque vous utilisez des "autres" informations, en dehors des paramètres de votre bord pour 
décider si vous
prendra le commerce, vous ajoutez des variables aléatoires à votre régime commercial.
L'ajout de variables aléatoires rend extrêmement difficile, voire impossible, la détermination de ce qui 
fonctionne et
ce qui ne Si vous n'êtes jamais certain de la viabilité de votre avantage, vous ne serez pas trop confiant
il. Quel que soit le degré de manque de confiance en vous, vous éprouverez de la peur. L'ironie est, vous 
aurez peur de
résultats aléatoires et incohérents, sans réaliser que votre approche aléatoire et incohérente crée
exactement ce dont vous avez peur. D'autre part, si vous croyez qu'un bord est simplement un plus élevé
probabilité d'une chose se passe sur une autre, et il y a une distribution aléatoire entre les victoires et
pertes pour un ensemble donné de variables qui définissent une arête, pourquoi collecteriez­vous des 
"autres" preuves pour ou
contre un commerce? Pour un commerçant opérant hors de ces deux convictions, rassembler des "autres"
preuves ne serait pas
ne veut rien dire.
Ou laissez­moi le dire de cette façon: Rassembler "d'autres" preuves a autant de sens que d'essayer de 
déterminer
si le prochain coup d'une pièce sera des têtes, après que les dix derniers coups soient venus 
queues. Indépendamment de quoi
preuves que vous trouvez pour soutenir les têtes à venir, il y a encore une chance de 50 pour cent que le 
prochain retournement sera
monter les queues. Dans le même ordre d'idées, peu importe le nombre de preuves que vous réunissez 
pour justifier votre rôle ou non
agissant sur un commerce, il ne faut toujours qu'un commerçant quelque part dans le monde pour nier la 
validité de
pas tous, de votre témoignage. Le point est pourquoi déranger! Si le marché vous offre un avantage 
légitime,
déterminer le risque et prendre le commerce.
5. Chaque moment sur le marché est unique.
Prenez un moment pour réfléchir au concept de l'unicité. "Unique" signifie ne ressemble à rien d'autre 
que
existe ou a jamais existé. Même si nous comprenons le concept d’unicité, notre esprit n’a pas
traiter très bien sur le plan pratique. Comme nous en avons déjà discuté, nos esprits sont câblés pour
associer automatiquement (sans prise de conscience) à l'environnement extérieur tout ce qui est
semblable à tout ce qui est déjà à l'intérieur de nous sous la forme d'un souvenir, d'une croyance ou d'une
attitude. Cela crée
une contradiction inhérente entre la façon dont nous pensons naturellement au monde et la façon dont le 
monde
existe. Aucun moment dans l'environnement externe ne se reproduira jamais exactement. Faire cela,
chaque atome ou chaque molécule devrait être dans la même position qu’ils étaient dans une précédente
moment.
Pas une possibilité très probable. Cependant, en nous basant sur la façon dont notre esprit est conçu pour 
traiter l’information, nous
le "moment présent" dans l'environnement sera exactement le même que certains précédents
moment comme il existe dans notre esprit. Si chaque instant ne ressemble à aucun autre, alors il n'y a 
rien au niveau
de votre expérience rationnelle qui peut vous dire avec certitude que vous "savez" ce qui se passera 
ensuite. Donc je vais
répétez, pourquoi essayer de savoir?! Lorsque vous essayez de savoir, vous essayez essentiellement 
d’avoir raison. je
Je ne veux pas dire ici que vous ne pouvez pas prédire ce que le marché fera ensuite et que vous avez 
raison, car vous
très certainement peut. C'est en essayant que vous rencontrez tous les problèmes. Si vous croyez que 
vous
correctement prédite le marché une fois, vous allez naturellement essayer de le faire à nouveau.

Page 100
En conséquence, votre esprit commencera automatiquement à analyser le marché pour le même motif, 
les mêmes circonstances,
ou une situation qui existait la dernière fois que vous avez correctement prédit son mouvement. Quand 
vous le trouvez, votre état
d’esprit donnera l’impression que tout est comme si c'était la dernière fois. Le problème est que, de
du point de vue du marché, ce n'est pas la même chose. En conséquence, vous vous préparez à la 
déception.
Ce qui distingue les meilleurs commerçants de tous les autres, c’est qu’ils ont formé leur esprit à croire 
en la
unique de chaque moment (bien que cette formation prenne généralement la forme de la perte de 
plusieurs fortunes
avant de "vraiment" croire au concept d'unicité). Cette croyance agit comme une force antagoniste,
neutraliser le mécanisme d'association automatique. Quand vous croyez vraiment que chaque moment est
unique,
alors par définition il n'y a rien dans votre esprit pour que le mécanisme d'association relie ce moment
à. Cette conviction agit comme une force interne qui vous oblige à dissocier le moment présent du 
marché.
à partir de n'importe quel moment passé dans votre environnement mental. Plus votre croyance en la
l'unicité de chaque moment, plus votre potentiel d'association est faible. Plus votre potentiel est faible
associé, plus votre esprit sera ouvert à percevoir ce que le marché vous offre de ses
la perspective.
VERS LA "ZONE"
Lorsque vous acceptez complètement les réalités psychologiques du marché, vous acceptez également
les risques du trading. Lorsque vous acceptez les risques liés aux transactions, vous éliminez le potentiel 
de définition du marché.
informations de manière douloureuse. Lorsque vous arrêtez de définir et d'interpréter les informations de 
marché de manière douloureuse
façons, il n'y a rien à éviter pour votre esprit, rien à protéger.
Lorsqu'il n'y a rien à protéger, vous aurez accès à tout ce que vous savez sur la nature des
mouvement du marché. Rien ne sera bloqué, ce qui signifie que vous percevrez toutes les possibilités que
vous avez.
ont appris à propos (objectivement), et puisque votre esprit est ouvert à un véritable échange d'énergie, 
vous
commencez tout naturellement à découvrir d’autres possibilités (arêtes) que vous ne pouviez pas 
percevoir auparavant. Pour votre
l'esprit d'être ouvert à un véritable échange d'énergie, vous ne pouvez pas être en état de savoir ou de 
croire que vous
sais déjà ce qui va se passer ensuite. Quand vous êtes en paix avec ne pas savoir ce qui va se passer
arriver ensuite, vous pouvez interagir avec le marché dans une perspective où vous vous ferez
disponible pour laisser le marché vous dire, de son point de vue, ce qui est susceptible de se passer 
ensuite. À ce moment,
vous serez dans le meilleur état d'esprit pour entrer spontanément dans "la zone", où vous êtes branché 
sur le
"maintenant moment opportun flux." CHAPITRE 9

Page 101
CHAPITRE 9
LA NATURE DES CROYANCES
À ce stade, si vous pouvez ressentir les avantages de l’adoption des cinq vérités fondamentales sur le 
trading, alors
la tâche consiste à apprendre à bien intégrer ces vérités dans votre système mental en tant que croyances 
fondamentales
ne sont en conflit avec aucune autre croyance que vous pourriez avoir. À première vue, cela peut sembler
décourageant.
tâche et dans d’autres circonstances, je serais d’accord avec vous, mais ce ne sera pas, car au chapitre 11,
je vais
vous donner un simple exercice commercial spécifiquement conçu pour installer correctement ces vérités
comme croyances à un
niveau fonctionnel.
Un niveau fonctionnel est un niveau dans lequel vous vous trouvez tout naturellement en train de 
fonctionner dans un état d'insouciance.
l'esprit, percevant exactement ce que vous devez faire et le faire sans hésitation ni conflit interne.
Cependant, j'ai un mot de prudence pour ceux d'entre vous qui ont déjà examiné l'exercice. Sur le
En apparence, l’exercice de négociation est si simple que vous pourriez être tenté de le faire maintenant, 
avant de commencer.
bien comprendre les implications de ce que vous faites. Je vous suggère fortement de reconsidérer.
Le processus d’apprentissage de l’installation de nouveaux logiciels fait l’objet de dynamiques subtiles 
mais profondes.
croyances et changer les croyances existantes qui sont en conflit avec les nouvelles. Comprendre le 
trading
l'exercice lui­même est facile. Comprendre comment utiliser cet exercice pour changer vos croyances est 
une autre affaire.
entièrement. Si vous faites l’exercice sans comprendre les concepts présentés dans ce chapitre et les
Ensuite, vous n'atteindrez pas les résultats souhaités. Il est également important de ne pas prendre pour 
acquis la
effort mental que vous devrez peut­être déployer pour entraîner votre esprit à accepter pleinement ces 
principes de
succès, peu importe à quel point vous les comprenez. Rappelez­vous Bob, le CTA qui croyait
bien compris le concept de probabilités, mais n’avait pas la capacité de fonctionner à partir d’un
perspective probabiliste. Beaucoup de gens font l’erreur de supposer qu’une fois qu’ils ont compris
quelque chose, la perspicacité inhérente à leur nouvelle compréhension devient automatiquement une 
partie fonctionnelle de
leur identité.
La plupart du temps, comprendre un concept n’est que la première étape du processus d’intégration de ce
concept
à un niveau fonctionnel. Cela est particulièrement vrai des concepts qui traitent de la probabilité de 
perdre du poids. Notre
les esprits ne sont pas naturellement conçus pour être "objectifs" ou pour rester dans le "moment 
présent". Cela signifie que nous devons
entraînent activement nos esprits à penser à partir de ces perspectives. En plus de la formation, il peut y 
avoir
être un nombre de croyances contradictoires à travailler. Des croyances contradictoires auront pour effet 
de
saboter vos meilleures intentions d’opérer à partir d’un état d’esprit objectif ou de faire l'expérience du 
"maintenant"
moment opportun flux. "Par exemple, disons que vous avez passé des années à apprendre à lire les 
marchés,
ou dépensé de grosses sommes d’argent pour développer ou acheter des systèmes techniques, afin que 
vous puissiez savoir
allait se passer ensuite.

Page 102
Maintenant, vous en venez à comprendre que vous n'avez pas à savoir ce qui va se passer ensuite, et que
même essayer de savoir vous empêchera d'être objectif ou de rester dans le moment présent. Ce que nous
avoir un conflit direct entre votre ancienne conviction que vous devez savoir ce qui se passera ensuite 
pour être
réussi et votre nouvelle compréhension que vous n'avez pas besoin de savoir. Maintenant, votre nouvelle 
compréhension
neutraliser soudainement tout le temps, l’argent et l’énergie dépensés pour renforcer la conviction que 
vous "avez besoin
savoir "? Je souhaiterais que ce soit aussi simple. Et peut­être pour quelques chanceux. Si vous vous en 
souvenez au chapitre 4
quand j'ai parlé de la distance psychologique par rapport au code logiciel, j'ai dit que certains 
commerçants
peut­être déjà si proche de ces nouvelles perspectives que tout ce dont ils ont besoin est de réunir 
quelques­unes des
pièces manquantes pour créer une expérience hallucinante, "ah, ah". Cependant, basé sur mon expérience
de
En travaillant avec plus de mille commerçants, je peux dire que la plupart ne sont pas du tout proches de 
ces perspectives.
Pour ceux d’entre vous qui ne le sont pas, cela peut prendre un travail mental considérable (sur un temps 
considérable
temps nécessaire) pour bien intégrer vos nouvelles connaissances sur le trading dans votre mental
environnement.
La bonne nouvelle est qu’en fin de compte, l’exercice que je présente au chapitre 11 installe les cinq 
principes fondamentaux.
vérités et résoudre nombre des conflits potentiels, mais seulement si vous savez exactement ce que vous 
faites et
pourquoi tu le fais C’est le sujet de ce chapitre et du prochain.
LES ORIGINES D'UNE CROYANCE
Que pouvons­nous apprendre sur la nature des croyances et comment pouvons­nous utiliser ces 
connaissances pour créer un état d'esprit
cela favorise notre désir d'être un commerçant toujours couronné de succès? Ce sont les deux questions 
que je vais aborder
concentrez­vous sur la réponse dans ce chapitre. Premièrement, regardons l’origine de nos 
croyances. Comme vous vous rappelez,
les souvenirs, les distinctions et les croyances existent sous la forme d'énergie, en particulier d'énergie 
structurée.
Un peu plus tôt, j'ai regroupé ces trois composantes mentales pour illustrer:
1. que les souvenirs, les distinctions et les croyances n'existent pas en tant que matière physique;
2. que la relation de cause à effet qui existe entre nous et l'environnement externe
apporte ces composants à l'existence; et
3. comment la relation de cause à effet s'inverse afin que nous puissions percevoir dans l'environnement 
externe
ce que nous avons appris
Pour aller aux origines de nos croyances, nous allons devoir dégrouper ces composants pour illustrer la
différence entre un souvenir et une croyance. La meilleure façon de faire est de s’imaginer dans l’esprit
d'un nourrisson. Je penserais qu’au tout début de la vie d’un enfant, les souvenirs de ses expériences
existerait dans leur forme la plus pure. J'entends par là que les souvenirs de ce qu'il a vu, entendu, senti,
touché ou goûté existent dans son esprit sous forme d’informations sensorielles pures qui ne sont ni 
organisées ni rattachées à un événement.
mots ou concepts spécifiques. Par conséquent, je vais définir une mémoire pure en tant qu'information 
sensorielle

Page 103
stocké dans sa forme originale. Une croyance, en revanche, est un concept de la nature de la manière 
dont le
environnement externe s’exprime.
Un concept combine des informations purement sensorielles avec un système de symboles appelé 
langage. Par exemple,
la plupart des nourrissons gardent un souvenir pur de la sensation d'être nourri avec amour par un parent, 
mais ce n'est pas avant
On enseigne au nourrisson à lier ou à associer certains mots aux informations sensorielles pures stockées 
dans son ordinateur.
la mémoire qu'il va former un concept sur ce que l'on ressent d'être nourri avec amour. La phrase "la vie 
est
merveilleux "est un concept. En eux­mêmes, les mots constituent une collection insignifiante de
symboles. Mais si un enfant est soit enseigné ou décide de relier ces mots à son chargé positivement
les sentiments d'être nourris, alors les lettres ne sont plus une collection de symboles abstraits et les mots
ne sont plus une phrase abstraite. "La vie est merveilleuse" devient une distinction définitive de la nature
de l'existence ou la façon dont le monde fonctionne. De même, si l'enfant ne reçoit pas assez de soins,
par rapport à ses besoins, il pouvait tout aussi bien associer ses sentiments de douleur émotionnelle à un 
concept tel que "Life
n'est pas juste "ou" Le monde est un endroit terrible. "En tout cas, lorsque l'énergie positive ou négative 
de notre
souvenirs ou expériences deviennent liés à un ensemble de mots que nous appelons un concept, le 
concept devient
sous tension et, en conséquence, se transforme en une conviction de la nature de la réalité. Si vous 
considérez cela
concepts sont structurés par le cadre d’une langue et dynamisés par nos expériences, il devient
comprendre pourquoi je me réfère aux croyances en tant qu '"énergie structurée".
Quand une croyance existe, que fait­elle? Quelle est sa fonction? À certains égards, il semble
ridicule de poser ces questions. Après tout, nous avons tous des croyances. Nous exprimons 
constamment nos croyances
à la fois verbalement et à travers nos actions. De plus, nous interagissons constamment avec d'autres 
peuples
croyances comme ils les expriment. Pourtant, si je demande, "Qu'est­ce qu'une croyance fait 
exactement?" les chances sont votre esprit
aller en blanc. D'autre part, si je devais poser des questions sur les fonctions de vos yeux, oreilles, nez ou
dents, vous
n'aurait aucun problème à répondre. Puisque les croyances sont des éléments si importants de notre 
composition
(en termes d’impact sur la qualité de nos vies), c’est certainement l’une des grandes ironies de la vie qui
ils sont aussi les moins pensé et compris. Ce que je veux dire par "le moins pensé" est, si nous
avoir un problème avec l’une de nos parties du corps, nous concentrons naturellement notre attention sur 
cette partie et y réfléchissons.
ce que nous devons faire pour résoudre le problème.
Cependant, il ne nous semble pas nécessairement que les problèmes que nous pourrions avoir avec la 
qualité de nos
vie (par exemple, manque de bonheur, sentiment d’insatisfaction ou manque de réussite dans certains 
domaines)
enraciné dans nos croyances. Ce manque de considération est un phénomène universel. L'un des plus 
importants
Les caractéristiques des croyances sont qu’elles font que ce que nous vivons est une évidence et 
incontestable.
En fait, sans votre désir intense de connaître un succès constant en tant que commerçant, il est peu 
probable que vous
serait plonger dans ce sujet du tout. Habituellement, il faut des années de frustration extrême avant que 
les gens ne commencent
examiner leurs croyances comme source de leurs difficultés. Cependant, même si les croyances sont 
complexes
Une partie de notre identité, vous n'avez pas à prendre ce processus d'analyse de soi si 
personnellement. Considérez le fait
qu'aucun de nous n'est né avec aucune de nos croyances. Ils ont tous été acquis de différentes manières.
La plupart des croyances qui ont le plus profond impact sur nos vies n’ont même pas été acquises par 
nous en tant que

Page 104
acte de libre volonté. Ils ont été inculqués par d'autres personnes.
Et ce ne sera probablement pas une surprise pour quiconque ayant généralement les croyances qui nous 
causent le plus
Les difficultés sont celles qui ont été acquises d’autres personnes sans notre consentement conscient. Je 
veux dire par là
croyances que nous avons acquises quand nous étions trop jeunes et mal informés pour réaliser les 
implications négatives
de ce qu'on nous enseignait. Peu importe la source de nos croyances, une fois qu'elles sont nées
ils fonctionnent tous fondamentalement de la même manière. Les croyances ont certaines manières 
caractéristiques de les faire
leurs emplois, pas à la différence des différentes parties de notre corps.
Par exemple, si vous comparez mes yeux et vos yeux, ou mes mains et vos mains, ou mon sang rouge
cellules et vos globules rouges, nous pouvons voir qu'ils ne sont pas exactement les mêmes, mais ils ont
caractéristiques communes qui les font fonctionner de manière similaire. De même, une conviction que
"La vie est merveilleuse" remplira sa fonction de la même manière que la conviction que "la vie est 
affreuse". le
les croyances elles­mêmes sont différentes et l’effet de chacune sur la qualité de vie du titulaire sera
très différentes, mais les deux croyances fonctionneront exactement de la même manière.
LES CROYANCES ET LEUR IMPACT SUR NOTRE VIE
Au sens le plus large, nos croyances façonnent la manière dont nous vivons nos vies. Comme je l'ai déjà 
dit, nous sommes
pas né avec aucune de nos croyances. Ils sont acquis et, à mesure qu'ils s'accumulent, nous vivons nos 
vies d'une manière
cela reflète ce que nous avons appris à croire. Considérez à quel point votre vie serait différente si vous 
aviez
être né dans une culture, une religion ou un système politique qui a très peu, sinon rien, en commun avec
celui dans lequel vous êtes né. C'est peut­être difficile à imaginer, mais ce que vous auriez appris à croire
sur la nature de la vie et le fonctionnement du monde peuvent ne pas ressembler de loin à ce que vous 
avez actuellement.
croyez. Pourtant, vous croiriez ces autres croyances avec le même degré de certitude que votre situation 
actuelle.
croyances.
Comment les croyances façonnent nos vies
1. Ils gèrent notre perception et notre interprétation de l'information environnementale de manière à
conforme à ce que nous croyons.
2. Ils créent nos attentes. N'oubliez pas qu'une attente est une croyance projetée dans un avenir
moment. Puisque nous ne pouvons pas nous attendre à quelque chose que nous ne connaissons pas, nous 
pourrions aussi dire qu'une attente
est ce que nous savons projeté dans un moment futur.
3. Tout ce que nous décidons de faire ou toute expression extérieure de comportement sera compatible 
avec ce que nous
croyez.
4. Enfin, nos croyances déterminent ce que nous pensons des résultats de nos actions.
Il n’ya pas grand chose dans notre façon de fonctionner dans laquelle les croyances ne jouent pas un rôle 
majeur. Donc, ce que je vais faire

Page 105
Ce qu’il faut faire maintenant est de vous donner un exemple que j’ai utilisé dans mon premier livre, The
Disciplined Trader, pour illustrer les
diverses fonctions d'une croyance. Au printemps 1987, je regardais une télévision produite localement
programme appelé "Gotcha Chicago." Il était à propos de certaines célébrités locales qui ont joué des 
blagues pratiques sur
un autre. Dans un segment du programme, la chaîne de télévision a engagé un homme pour se tenir sur le
trottoir le long
Michigan Avenue tenant une pancarte indiquant "Argent gratuit. Aujourd'hui uniquement". (Pour ceux 
d'entre vous qui ne sont pas
familier avec Chicago, Michigan Avenue abrite de nombreux grands magasins exclusifs à la mode et
boutiques). La chaîne de télévision a donné à l'homme une somme considérable d'argent, avec des 
instructions pour donner
de l'argent à ceux qui le demandent.
Maintenant, quand on considère que Michigan Avenue est l’un des quartiers les plus fréquentés de la 
ville, et si l’on suppose
que la plupart des gens qui ont croisé l'homme de la rue pouvaient lire le panneau, combien de personnes
vous pensez avoir accepté son offre et demandé de l'argent? De toutes les personnes qui ont marché par 
et
lis le panneau, une seule personne s’arrêta et dit: "Génial! Puis­je avoir un quart pour acheter un transfert
en bus?"
Sinon, personne ne s’approcherait de l’homme. Finalement, l'homme est devenu frustré parce que les 
gens
ne réagissaient pas comme il s'y attendait. Il a commencé à crier: "Voulez­vous de l'argent? S'il vous 
plaît
prendre mon argent; Je ne peux pas le donner assez vite. "Tout le monde continuait à marcher autour de 
lui comme s'il ne l'avait pas fait.
exister. En fait, j'ai remarqué que plusieurs personnes se sont mises en quatre pour l'éviter.
Alors qu’un homme en costume et portant une mallette s’approchait, il s’approcha de lui et dit:
tu aimes de l'argent? "L'homme répondit:" Pas aujourd'hui. "Vraiment frustré maintenant, il a riposté," 
Comment
combien de jours cela arrive­t­il? Souhaitez­vous s'il vous plaît prendre ceci? "Comme il a essayé de 
donner à l'homme un peu d'argent. Le
l'homme répondit par un «non» laconique et continua. Que se passait­il ici? Pourquoi personne ne
(sauf pour la personne qui avait besoin d'un transfert en bus) demander de l'argent? Si nous supposons 
que la plupart ou la totalité de
les passants pouvaient lire le panneau, mais ne faisaient toujours aucun effort pour obtenir l'argent, alors 
un possible
L’explication de leur comportement est qu’ils ne se préoccupaient tout simplement pas de l’argent.
C’est extrêmement improbable, cependant, compte tenu de la part de notre vie consacrée à la poursuite 
de
argent. Si nous convenons que les gens peuvent lire le panneau et que l’argent est très important pour la 
plupart d’entre nous,
qu'est­ce qui aurait pu empêcher ces gens de s'aider eux­mêmes? L'environnement faisait
disponible une expérience que la plupart des gens aimeraient avoir: quelqu'un leur donnant de l'argent 
sans
cordes attachées. Pourtant, tout le monde passait, oublieux de ce qui les attendait. Ils ne doivent pas avoir
été capable de percevoir ce qui était disponible. C’est difficile à imaginer, car le panneau indique 
clairement "Gratuit
argent. Aujourd'hui seulement. "Cependant, il n'est pas difficile d'imaginer si l'on considère que la 
plupart des gens ont une conviction
(Un concept énergique sur la façon dont le monde fonctionne) selon lequel "L'argent gratuit n'existe 
pas". Si l'argent gratuit vraiment
n'existe pas, alors comment peut­on concilier la contradiction évidente entre cette croyance et la
signe disant que c'est le cas? C'est facile, il suffit de décider que l'homme avec le signe est fou; quoi 
d'autre pourrait compter
pour un comportement aussi bizarre si, en réalité, l'argent gratuit n'existe pas? Le processus de 
raisonnement qui pourrait
compenser la contradiction pourrait aller quelque chose comme ceci: "Tout le monde sait obtenir de 
l'argent avec
aucune condition attachée ne se produit rarement.
Certainement pas d'un étranger dans l'une des rues les plus fréquentées de la ville. En fait, si l'homme 
était vraiment

Page 106
donner de l'argent, il serait déjà assailli. Il pourrait même mettre sa vie en danger. Il doit être
fou. Je ferais mieux de prendre un large chemin autour de lui; qui sait ce qu'il pourrait faire? "Notez que 
chaque
composante du processus de pensée décrit est compatible avec la conviction que l’argent gratuit n’existe 
pas.
1. Les mots "argent libre" n'ont été ni perçus ni interprétés comme ils étaient destinés au début du
la perspective de l’environnement.
2. Décider que la personne avec le signe doit être fou crée une attente de danger, ou au moins une
perception que la prudence était justifiée.
3. Modifier délibérément son chemin pour éviter la personne avec le signe est une action qui est 
compatible avec
l'attente du danger.
4. Que pensait chaque personne du résultat?
C'est difficile à dire sans connaître chaque personne individuellement, mais une bonne généralisation 
serait
qu'ils se sentaient soulagés d'avoir réussi à éviter une rencontre avec une personne folle. Le sentiment de
le soulagement résultant de l’évitement d’une confrontation est un état d’esprit. Rappelez­vous que ce 
que nous ressentons
degré relatif d’énergie chargée positivement ou négativement traversant notre corps et notre esprit) est
toujours la vérité absolue.
Mais les croyances qui suscitent un état d'esprit particulier peuvent ne pas être la vérité à l'égard de la
possibilités offertes du point de vue de l'environnement. Le soulagement de la confrontation n'était pas le
seul
résultat possible dans cette situation. Imaginez à quel point l'expérience serait différente s'ils croyaient 
que
"l'argent gratuit existe." Le processus décrit ci­dessus serait le même, sauf que cela ferait croire
que "l’argent libre existe" semble aller de soi et est indiscutable, tout comme il a laissé croire que "libre
l'argent n'existe pas ", semble aller de soi et au­delà de tout doute. Un exemple parfait serait celui
personne qui a dit "super, puis­je avoir un quart pour un transfert en bus." Quand j'ai vu cela, j'avais 
quelqu'un pour
un quart. Un panhandler est quelqu'un qui croit fermement en l'existence de l'argent gratuit. Donc,
sa perception et son interprétation du signe correspondaient exactement à l'intention de la chaîne de 
télévision.
Ses attentes et son comportement étaient compatibles avec sa conviction que l’argent gratuit existe. Et 
comment pourrait­il
se sentir sur les résultats? Il a eu son quart, alors je suppose qu'il ressentait un sentiment de 
satisfaction. Bien sûr,
ce qu'il ne savait pas, c'est qu'il aurait pu en avoir beaucoup plus. Il y a un autre résultat possible pour 
notre
scénario. Regardons un exemple hypothétique de quelqu'un qui croit que "l'argent gratuit n'existe pas"
mais qui adopte une approche "hypothétique" de la situation. En d'autres termes, certaines personnes 
peuvent être si intriguées et
curieux de savoir s’ils décident de suspendre temporairement leur conviction que "l’argent gratuit
n'existe pas. "Cette suspension temporaire leur permet d'agir en dehors des limites créées par une 
croyance,
afin de voir ce qui se passe.
Donc, au lieu d'ignorer l'homme avec le signe, ce qui serait le premier de notre personne hypothétique
inclination, il marche vers lui et dit: "Donnez­moi dix dollars." L’homme tire promptement dix dollars
sort de sa poche et le lui donne. Qu'est­ce qui se passe maintenant? Comment se sent­il après avoir vécu
quelque chose d'inattendu qui a complètement contredit sa croyance? Pour la plupart des gens, la 
conviction que libre
l'argent n'existe pas est acquis par des circonstances désagréables, pour le dire gentiment. Le plus 
commun

Page 107
On dit qu'on ne peut pas avoir quelque chose parce que c'est trop cher.
Combien de fois l'enfant typique entend­il: "Qui pensez­vous être de toute façon? L'argent ne pousse pas
sur les arbres, vous savez. "En d'autres termes, il est probablement une croyance chargée négativement. 
Ainsi, l'expérience de
avoir de l’argent remis sans aucune condition et sans aucun commentaire négatif serait probablement
créer un état d'esprit de pure exaltation. En fait, la plupart des gens seraient si heureux de se sentir 
obligés
partager ce bonheur et cette nouvelle découverte avec tous ceux qu’ils connaissaient. Je peux l'imaginer 
revenir
à son bureau ou à la maison, et au moment où il rencontre quelqu'un qu'il connaît, les premiers mots de
sa bouche sera "Vous ne croirez pas ce qui m'est arrivé aujourd'hui", et même s'il désespérément
veut que ceux qu'il rencontre croient son histoire, probablement pas. Pourquoi? Parce que leur conviction
que libre
l'argent n'existe pas, ils vont interpréter son histoire d'une manière qui en annule la validité.
Pour prendre cet exemple un peu plus loin, imaginez ce qui arriverait à l’état d’esprit de cette personne si
lui vint qu’il aurait pu demander plus d’argent. Il est dans un état d'exaltation pure. Cependant, le
Au moment où la pensée lui vient à l’esprit ou bien à une personne à qui il raconte son histoire, il 
propose
aurait pu demander beaucoup plus d’argent, son état d’esprit passera immédiatement à un ordre chargé 
négativement.
état de regret ou de désespoir. Pourquoi? Il a puisé dans une croyance chargée négativement sur ce que 
signifie rater
sur quelque chose ou pas assez. En conséquence, au lieu d'être heureux de ce qu'il a eu, il va
déplorer ce qu'il aurait pu avoir mais qu'il n'a pas eu.
CROYANCES VS. LA VÉRITÉ
Dans ces trois exemples (y compris celui hypothétique), chacun a vécu sa propre expérience
version unique de la situation. Si on le lui demandait, chaque personne décrirait ce qu'elle a vécu de
leur perspective, comme si c’était la seule version vraie et valable de la réalité de la situation. le
la contradiction entre ces trois versions de la vérité me suggère un problème philosophique plus vaste 
que
doit être résolu. Si les croyances limitent notre conscience de l'information générée par le physique
environnement, de sorte que ce que nous percevons est compatible avec tout ce que nous croyons, alors 
comment savons­nous
Qu'est­ce que la vérité? Pour répondre à cette question, nous devons considérer quatre idées:
1. L’environnement peut s’exprimer de manière infinie. Lorsque vous combinez tous les
forces de la nature interagissant avec tout ce qui est créé par l'homme, ajoutez à cela les forces générées 
par
toutes les façons possibles pour les gens de s’exprimer, le résultat est un certain nombre de versions 
possibles de
une réalité qui submergerait même les plus sensibles.
2. Jusqu'à ce que nous ayons acquis la capacité de percevoir toutes les manières possibles par lesquelles 
l'environnement peut
s’exprimer, nos convictions représenteront toujours une version limitée de ce qui est possible à partir du
la perspective de l’environnement, en faisant de nos convictions une déclaration sur la réalité, mais pas 
nécessairement une définition définitive.
déclaration de la réalité.
3. Si vous vous trouvez en désaccord avec la deuxième déclaration, alors considérez que si nos croyances
étaient un
vrai, reflet exact à 100% de la réalité physique, nos attentes seraient toujours

Page 108
rempli. Si nos attentes étaient toujours satisfaites, nous serions dans un état de satisfaction perpétuelle.
Comment pourrions­nous nous sentir autrement qu'heureux, joyeux, exalté et avec un sentiment complet 
de bien­être si physique
la réalité se présentait toujours exactement comme on s'y attendait?
4. Si vous pouvez accepter la troisième déclaration comme étant valide, le corollaire est également 
vrai. Si nous ne sommes pas
éprouver de la satisfaction, nous devons alors agir à partir d'une croyance ou de convictions qui ne 
fonctionnent pas très bien
par rapport aux conditions environnementales. En prenant ces quatre idées en considération, je peux 
maintenant
répondez à la question: "Quelle est la vérité?" La réponse est, tout ce qui fonctionne. Si les croyances 
imposent des limites
sur ce que nous percevons comme possible, et l’environnement peut s’exprimer dans une combinaison 
infinie de
façons, alors les croyances ne peuvent être vraies que par rapport à ce que nous essayons d'accomplir à 
un moment donné.
moment. En d’autres termes, le degré relatif de vérité inhérent à nos croyances peut être mesuré par la 
manière dont
utiles ils sont. Chacun de nous a des forces générées en interne (curiosité, besoins, désirs, désirs, 
objectifs et
aspirations) qui nous obligent ou nous motivent à interagir avec l'environnement physique. L'ensemble 
particulier de
mesures que nous prenons pour remplir l’objet de notre curiosité, besoins, désirs, désirs, objectifs ou 
aspirations est un
fonction de ce que nous croyons être vrai dans une circonstance ou une situation donnée. Cette vérité, 
quelle qu'elle soit,
déterminera:
1. les possibilités que nous percevons par rapport à ce qui est disponible du point de vue de 
l'environnement,
2. comment nous interprétons ce que nous percevons
3. les décisions que nous prenons,
4. nos attentes du résultat,
5. l'action que nous entreprenons, et
6. ce que nous pensons des résultats de nos efforts.
À tout moment, si nous nous trouvons dans un état de satisfaction, de bonheur ou de bien­être en relation
à ce que nous essayons d'accomplir, nous pouvons dire que notre vérité (c'est­à­dire quelles que soient 
nos croyances)
fonctionnent depuis) sont utiles car le processus, comme indiqué ci­dessus, a fonctionné. Ce que nous 
avons perçu était
non seulement conforme à notre objectif, mais également à ce qui était disponible dans le
la perspective de l'environnement. Notre interprétation des informations perçues a abouti à une décision,
des attentes et une action en harmonie avec la situation et les circonstances environnementales. Là
Il n’existait aucune résistance ou force de neutralisation offerte par l’environnement (ou dans notre 
propre esprit) qui
diminuer le résultat que nous essayions d'atteindre. En conséquence, nous nous trouvons dans un état de 
satisfaction,
le bonheur et le bien­être.
D'autre part, si nous nous trouvons dans un état d'insatisfaction, de déception, de frustration,
confusion, le désespoir, le regret ou le désespoir, on peut dire que par rapport à la situation 
environnementale et
circonstances, les croyances sur lesquelles nous nous basons ne fonctionnent pas bien ou pas du tout et 
ne sont donc pas utiles.
En termes simples, la vérité est fonction de tout ce qui fonctionne par rapport à ce que nous essayons 
d'accomplir à
un moment donné. CHAPITRE

Page 109
CHAPITRE 10
L'IMPACT DES CROYANCES SUR LE TRADING
Si l’environnement externe peut s’exprimer de manière infinie, il n’ya vraiment pas de solution.
limite au nombre et aux types de croyances pouvant être acquises sur la nature de notre existence. Cette
est une manière élaborée de dire qu’il ya beaucoup à apprendre. Pourtant, pour faire un général
observation sur la nature de l'humanité, je dirais que nous ne vivons certainement pas notre vie d'une 
manière
cela concorde avec cette affirmation. S'il est vrai qu'il est possible de croire à presque tout, alors 
pourquoi
sommes­nous toujours en train de nous disputer et de nous battre? Pourquoi ne pouvons­nous pas tous 
exprimer notre
vit d'une manière qui reflète ce que nous avons appris à croire? Il doit y avoir quelque chose derrière 
notre
tentative incessante de convaincre les autres de la validité de nos croyances et de nier la validité de la 
leur.
Considérez que chaque conflit, du plus petit au plus grand, du moins grave au plus grave,
qu’il s’agisse d’individus, de cultures, de sociétés ou de nations, est toujours le résultat de croyances 
contradictoires.
Quelles caractéristiques de nos croyances nous rendent intolérants aux croyances divergentes?
Dans certains cas, nous sommes si intolérants que nous sommes prêts à nous tuer pour faire passer notre 
message. ma
la théorie personnelle est que les croyances ne sont pas seulement une énergie structurée, mais aussi une 
énergie qui semble être
conscient, au moins dans la mesure d'avoir un certain degré de conscience.
Sinon, comment pouvons­nous expliquer notre capacité à reconnaître de l'extérieur ce qui est à 
l'intérieur? Comment
saurions­nous que nos attentes sont satisfaites? Comment saurions­nous qu'ils ne le sont pas? Comment
saurions­nous que nous sommes confrontés à des informations ou à des circonstances qui contredisent ce
que nous
croyez? La seule explication que j'ai est que chaque conviction individuelle doit avoir une qualité de
la conscience ou la conscience de soi qui le fait fonctionner comme il le fait.
L'idée d'une énergie qui a un certain degré de conscience peut être difficile à accepter pour beaucoup 
d'entre vous. Mais
il y a plusieurs observations que nous pouvons faire à propos de nos natures individuelle et collective qui
soutiennent la mort
possibilité. Tout d'abord, tout le monde veut être cru. Peu importe la croyance. l'expérience de
être cru fait du bien. Je pense que ces sentiments positifs sont universels, ce qui signifie qu'ils 
s'appliquent à
toutes les personnes. Inversement, personne n'aime être incrédule. ça ne se sent pas bien. Si je disais: "Je 
ne crois pas
vous ", le sentiment négatif qui résonnerait dans tout votre corps et votre esprit est également universel. 
Par la
De même, aucun de nous n'aime voir ses croyances remises en question. Le défi ressemble à une attaque.
Tout le monde, indépendamment de la croyance, semble répondre de la même manière: la réponse 
typique est de discuter,
nous défendre (nos croyances) et, selon la situation, riposter. Lors de l'expression
nous­mêmes, nous semblons aimer être écoutés. Si nous sentons que notre public ne fait pas attention, 
comment ça se passe?
ressentir? Pas bon! Encore une fois, je pense que cette réponse est universelle.
À l'inverse, pourquoi est­il si difficile d'être un bon auditeur? Parce que pour bien écouter, nous avons en
fait
écouter, sans penser à la façon dont nous allons nous exprimer le moment où nous pouvons soit

Page 110
interrompre poliment ou brutalement la personne qui parle. Quelle est la force convaincante derrière 
notre incapacité
écouter sans attendre pour interrompre? N'aimons­nous pas être avec des personnes partageant les 
mêmes convictions, car
se sent à l'aise et en sécurité? Ne nous évitons pas les gens avec des croyances différentes ou 
contradictoires, parce que cela
se sent mal à l'aise ou même menaçant? L'implication finale est, le moment où nous acquérons une
croyance, elle semble mener une vie propre, nous obligeant à reconnaître et à être attirés par sa 
ressemblance et
repoussé par tout ce qui est opposé ou contradictoire.
Compte tenu du grand nombre de croyances divergentes qui existent, si ces sentiments d’attraction ou de 
confort
et étant repoussé ou menacé sont universels, alors chaque croyance doit en quelque sorte être conscient 
de son
existence, et cette énergie consciente et structurée doit se comporter de manière caractéristique qui est 
commune à
nous tous.
LES CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES D'UNE CROYANCE
Vous devez comprendre trois caractéristiques de base pour installer efficacement les cinq
vérités fondamentales sur le trading au niveau fonctionnel dans votre environnement mental:
1. Les croyances semblent mener une vie propre et, par conséquent, résister à toute force qui modifierait 
leur
forme actuelle.
2. Toutes les croyances actives exigent l'expression.
3. Les croyances continuent de fonctionner, que nous soyons ou non conscients de leur existence
notre environnement mental.
1. Les croyances résistent à toute force qui modifierait leur forme actuelle. Nous ne pouvons pas 
comprendre le sous­jacent
dynamique de la façon dont les croyances maintiennent leur intégrité structurelle, mais on peut observer 
qu'elles le font, même
face à une pression ou une force extrême. Tout au long de l'histoire humaine, il existe de nombreux 
exemples de
des gens dont la conviction en une cause ou un problème était si puissant qu'ils ont choisi de supporter 
l'indignité,
la torture, et la mort plutôt que de s'exprimer d'une manière qui a violé leurs croyances. C'est 
certainement
une démonstration de la puissance des croyances et de la mesure dans laquelle elles peuvent résister à 
toute
tenter d'être altéré ou violé de la moindre manière.
Les croyances semblent être composées d'un type d'énergie ou de force qui résiste naturellement à toute 
autre force qui
les ferait exister sous une forme autre que leur forme actuelle. Est­ce que cela signifie que thev ne peut 
pas
être modifié? Absolument pas! Cela signifie simplement que nous devons comprendre comment 
travailler avec eux. Croyances
peut être modifié, mais pas de la façon dont la plupart des gens peuvent penser. Je crois qu'une fois une 
croyance a été
formé, il ne peut pas être détruit. En d’autres termes, nous ne pouvons rien faire qui puisse causer une ou
plus de nos croyances à cesser d’exister ou à s’évaporer comme si elles n’avaient jamais existé. Cette 
affirmation est
fondée dans une loi fondamentale de la physique. Selon Albert Einstein et d’autres scientifiques
communauté, l’énergie ne peut être ni créée ni détruite; il ne peut être que transformé.

Page 111
Si les croyances sont de l’énergie ­ une énergie structurée, consciente et consciente de son existence ­ 
alors
principe de la physique peut être appliqué aux croyances, ce qui signifie, si nous essayons de les 
éradiquer, ça ne va pas
travail. Si vous saviez que quelqu'un ou quelque chose essayait de vous détruire, comment réagiriez­
vous? Vous
se défendrait, se défendrait et deviendrait peut­être encore plus fort que vous ne l'étiez avant vous
connaissait la menace. Chaque croyance individuelle est une composante de ce que nous considérons être
notre identité.
N’est­il pas raisonnable de s’attendre à ce que chaque croyance, si elle était menacée, réagisse de 
manière à
était compatible avec la façon dont toutes les parties répondent collectivement? Le même principe 
s’applique si nous devons
agir comme si une croyance particulièrement gênante n'existe pas. Si vous vous êtes réveillé un matin et 
tout le monde
vous saviez que vous ignoriez et agissiez comme si vous n'existiez pas, comment réagiriez­vous? Ce ne 
serait probablement pas
être longtemps avant que vous avez attrapé quelqu'un et eu droit dans leur visage pour essayer de les 
forcer à reconnaître
vous. Encore une fois, si on l'ignore délibérément, chaque croyance individuelle agira de la même 
manière. Il va trouver un
moyen de forcer sa présence dans notre processus de pensée conscient ou un comportement. Le plus 
facile et le plus
moyen efficace de travailler avec nos croyances est de les rendre doucement inactifs ou non fonctionnels 
en les dessinant.
l'énergie hors d'eux. J'appelle ce processus de désactivation. Après la désactivation, la structure originale 
de
la croyance reste intacte, donc techniquement, elle n'a pas changé. La différence est que la croyance n'est
plus
a de l'énergie. Sans énergie, il n'a pas le potentiel d'agir comme une force sur notre perception de
informations ou sur notre comportement. Voici une illustration personnelle:
Quand j'étais jeune, on m'avait appris à croire au père Noël et à la fée des dents. Dans mon mental
système, ces deux exemples sont des exemples parfaits de ce que sont maintenant des croyances 
inactives et non fonctionnelles.
Cependant, même s'ils sont inactifs, ils existent toujours dans mon système mental, seulement 
maintenant
exister en tant que concepts sans énergie. Si vous vous souvenez du chapitre précédent, j’ai défini les 
croyances comme
combinaison d'expérience sensorielle et de mots formant un concept énergique. L'énergie peut être
tiré du concept, mais le concept lui­même reste intact, dans sa forme originale. cependant,
sans énergie, c'est non! T.gCI h­15 e? aucun? ptial pour agir sur ma perception de l'inforlYiation ou sur 
mon
comportement. Donc, alors que je suis assis ici en train de taper sur mon ordinateur, si quelqu'un 
s'approchait de moi et disait que
Le père Noël était à la porte, comment pensez­vous que je pourrais définir et interpréter cette 
information? je
le traiterait comme étant hors de propos ou une blague, bien sûr. Cependant, si j'avais cinq ans et mon
mère m'a dit que le père Noël était à la porte, ses mots m'auraient instantanément frappé
dans un énorme réservoir d'énergie chargée positivement qui m'aurait obligé à sauter et courir
à la porte d'entrée aussi vite que possible.
Rien n'aurait pu m'arrêter. J'aurais surmonté n'importe quel obstacle sur mon chemin. Chez certains
En fait, mes parents m'ont dit que le père Noël n'existait pas. Bien sûr, ma première réaction a été 
l'incrédulité. Je n'ai pas
crois­les, je ne voulais pas non plus les croire. Finalement, ils m'ont convaincu. Cependant, le processus
de me convaincre n'a pas détruit ma croyance au Père Noël et ne l'a plus supprimée; c'est juste
pris toute l'énergie de la croyance. La croyance a été transformée en un non­fonctionnel, inactif
concept sur la façon dont le monde fonctionne. Je ne sais pas où est passée toute cette énergie, mais je 
sais que certains
de celui­ci a été transféré à une conviction que le père Noël n'existe pas.

Page 112
Maintenant, j'ai deux distinctions contradictoires sur la nature du monde qui existent dans mon esprit
système: un, le père Noël existe; deuxièmement, le père Noël n'existe pas. La différence entre eux est 
dans la quantité de
l'énergie qu'ils contiennent. Le premier n'a pratiquement aucune énergie; le second a de l'énergie. Donc 
d'un fonctionnel
perspective, il n'y a pas de contradiction ou de conflit. Je propose que, s'il est possible de rendre une 
conviction
inactif, alors il est possible de désactiver toute croyance, malgré le fait que toutes les croyances semblent 
résister à toute
force qui modifierait leur forme actuelle. Le secret pour changer efficacement nos croyances est dans
comprendre et, par conséquent, croire que nous ne changeons pas vraiment nos croyances; nous sommes 
simplement
transférer l'énergie d'un concept à un autre, un concept que nous trouvons plus utile pour nous aider
pour satisfaire nos désirs ou atteindre nos objectifs.
2. Toutes les croyances actives exigent l'expression. Les croyances se répartissent en deux catégories de 
base: actif et inactif. le
la distinction entre les deux est simple. Les croyances actives sont énergisées; ils ont assez d'énergie pour
agir
comme une force sur notre perception de l'information et sur notre comportement. Une croyance inactive
n’est que la
contraire. C’est une conviction qui, pour un certain nombre de raisons, n’a plus d’énergie ou a si peu 
d’énergie
qu'il n'est plus capable d'agir comme une force sur la façon dont nous percevons l'information ou la façon
dont nous exprimons
nous­mêmes. Quand je dis que toutes les croyances actives exigent une expression, je ne veux pas dire 
que chaque
la croyance en notre environnement mental exige de s'exprimer simultanément. Par exemple, si je
vous demander de penser à ce qui ne va pas dans le monde d’aujourd’hui, le mot "faux" vous apporterait
des idées sur la nature du monde qui reflètent ce que vous croyez être troublant ou dérangeant.
À moins, bien sûr, que l’état du monde ne soit troublé. Le point est, si
il y a quelque chose que vous croyez faux, vous ne pensiez pas nécessairement à ces idées
avant que je pose la question; mais au moment où je l’ai fait, vos convictions à l’égard de ces questions 
sont immédiatement passées à
l'avant­garde de votre processus de pensée consciente. En effet, ils ont demandé à être entendus. je dis ça
les croyances "exigent" d'être exprimées, car une fois que quelque chose nous pousse à puiser dans nos 
croyances, il semble que
comme si nous ne pouvions pas arrêter le flot d'énergie libéré. Ceci est particulièrement vrai pour les 
personnes sensibles sur le plan émotionnel.
questions ou croyances qui nous passionne particulièrement. Vous pourriez demander: "Pourquoi 
voudrais­je tenir
retour exprimant mes convictions? "Il pourrait y avoir plusieurs raisons. Envisagez un scénario dans 
lequel vous êtes
cette personne dit quelque chose avec lequel vous êtes totalement en désaccord, voire que vous trouvez 
complètement absurde. Volonté
vous exprimez votre vérité ou retenez­vous? Cela dépendra de vos croyances sur ce qui est approprié
Dans une telle situation. Si vos croyances dictent qu'il serait inapproprié de parler, et ces croyances
avoir plus d'énergie que ceux qui sont contredits, alors vous allez probablement retenir et non
discuter ouvertement.
Vous pouvez regarder cette personne (le patron) et hocher la tête en signe d’accord. Mais est votre
l'esprit d'accord? Plus précisément, votre esprit est­il silencieux? Absolument pas! Votre position sur le
les problèmes présentés contrent efficacement chaque point soulevé par le patron. En d'autres termes, 
votre
les croyances exigent toujours une expression, mais elles ne sont pas exprimées à l’extérieur (dans le
l’environnement) parce que d’autres croyances agissent comme un contrepoids; Obliger. Cependant OO 
'ils vont
bientôt trouver un moyen de sortir, ne sont­ils pas? Dès que vous serez sorti de la situation, vous aurez 
probablement

Page 113
trouver un moyen de "décharger", ou même de vomir votre côté de l'argument. Vous allez probablement 
décrire
ce que vous avez dû endurer à qui que ce soit, selon vous, vous prêtera une oreille attentive. Ceci est un 
exemple de comment
nos convictions exigent d'être exprimées lorsqu'elles sont en conflit avec l'environnement extérieur. Mais
que se passe­t­il quand une ou plusieurs de nos croyances sont en conflit avec nos intentions, nos 
objectifs, nos rêves, nos désirs,
ou des envies? Les implications d'un tel conflit peuvent avoir de profondes répercussions sur nos 
échanges. Comme nous
déjà appris, les croyances créent des distinctions dans la manière dont l’environnement externe peut 
s’exprimer.
Les distinctions, par définition, sont des limites.
La conscience humaine, en revanche, semble être plus grande que la somme totale de tout ce que nous
ont appris à croire. Cette qualité "plus grande que" de la conscience humaine nous donne la capacité de
Pensez dans n'importe quelle direction que vous choisissez, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur des 
limites imposées par nos croyances.
Penser au­delà des limites de nos croyances est communément appelé pensée créative.
Lorsque nous choisissons délibérément de remettre en question une croyance (question ce que nous 
savons), et désirons sincèrement un
réponse, nous mettons notre esprit à disposition pour recevoir une "idée brillante", une "inspiration" ou 
une "solution" au
question à portée de main. La créativité, par définition, produit quelque chose que nous n’avons pas 
voulu (par définition,
automatiquement) recevoir des idées ou des pensées qui sont en dehors de tout ce qui existe déjà dans 
notre
esprit rationnel en tant que croyance ou mémoire.
Pour autant que je sache, il n’existe pas de consensus parmi les artistes, les inventeurs, les religieux ou 
les scientifiques.
communautés pour savoir exactement d'où proviennent les informations générées de manière 
créative. Cependant, ce que je fais
Nous savons que la créativité semble être illimitée et sans limites. S'il y a des limites sur le
façons de penser, nous ne les avons certainement pas encore trouvées. Considérez le rythme effarant 
auquel
la technologie s'est développée au cours des 50 dernières années seulement. Chaque invention ou 
développement dans le
L’évolution de l’humanité est née dans l’esprit des gens prêts à penser en dehors de la
frontières dictées par ce qu’ils avaient appris à croire. Si nous avons tous la capacité inhérente de penser
de manière créative (et je crois que nous le faisons), nous avons également le potentiel de rencontrer ce 
que j’appelle un
"expérience créative." Je définis une expérience créative comme l'expérience de tout ce qui est nouveau 
ou extérieur
les limites imposées par nos croyances. Cela pourrait être un nouveau spectacle — quelque chose que 
nous n'avons jamais vu auparavant,
mais du point de vue de l'environnement était toujours là.
Ou nous pourrions expérimenter un nouveau son, une odeur, un goût ou un contact. Expériences 
créatives, comme créatives
pensées, inspirations, intuitions et idées brillantes, peuvent survenir par surprise ou être le résultat de 
notre
direction consciente. Dans les deux cas, lorsque nous les éprouvons, nous pouvons être confrontés à un 
problème majeur.
dilemme psychologique. Un événement créatif, que ce soit sous la forme d’une pensée ou d’une 
expérience,
peut nous attirer ou désirer quelque chose en conflit direct avec un ou plusieurs de nos
croyances. Pour illustrer ce propos, revenons à l'exemple du garçon et du chien. Rappelons que le garçon
a
eu plusieurs expériences douloureuses avec des chiens. La première expérience était réelle de 
l'environnement
la perspective. Les autres, cependant, étaient le résultat de la façon dont son esprit traitait les 
informations (basé sur
le fonctionnement des mécanismes d'association et de réduction de la douleur). Le résultat final est qu'il
il a peur chaque fois qu’il rencontre un chien. Supposons que le garçon était un bambin quand il

Page 114
a eu sa première expérience chargée négativement.
Lorsqu'il grandira et commencera à associer des mots et des concepts spécifiques à ses souvenirs, il 
formera
une croyance sur la nature des chiens. Il serait raisonnable de supposer qu'il a adopté une conviction
quelque chose comme: "Tous les chiens sont dangereux." Avec l'utilisation du mot "tous", la conviction 
du garçon est
structuré de manière à éviter tous les chiens. Il n'a aucune raison de mettre en doute cette croyance,
parce que chaque expérience a confirmé et renforcé sa validité. Cependant, lui (et tous les autres)
sur la planète) est susceptible d’une expérience créative. Dans des circonstances normales, le garçon fera
tout ce qui est possible pour s'assurer qu'il ne rencontre pas de chien. Mais si quelque chose d'inattendu
et involontaire se produit? Supposons que le garçon marche avec ses parents et qu’en conséquence, il se 
sente en sécurité et
protégé. Maintenant, supposons que ses parents et lui viennent dans un coin aveugle et ne peuvent pas 
voir ce qui se trouve sur le
autre côté. Ils rencontrent une scène dans laquelle plusieurs enfants du même âge que le garçon sont
jouer avec des chiens et, de plus, ils s'amusent évidemment beaucoup. C'est un
expérience créative. Le garçon est confronté à des informations incontestables selon lesquelles il croit en
la nature des chiens n'est pas vraie. Qu'est­ce qui se passe maintenant? Tout d'abord, l'expérience n'était 
pas chez le garçon conscient
direction. Il n'a pas pris la décision de s'exposer volontairement à des informations qui contredisent
ce qu'il croyait être vrai. Nous pourrions appeler cela une expérience créative par inadvertance, car le
environnement extérieur l’a obligé à faire face à d’autres possibilités qu’il ne croyait pas exister.
Deuxièmement, le fait de voir d’autres enfants jouer avec des chiens sans se faire mal va lui causer des 
ennuis.
l'esprit dans un état de confusion.
Après que la confusion se soit dissipée, il commence à accepter la possibilité que tous les chiens ne 
soient pas
dangereux, plusieurs scénarios sont possibles. Voir d'autres enfants de son âge (avec qui il pourrait
avoir un si bon moment à jouer avec les chiens pourrait amener le garçon à décider qu’il
veut être comme les autres enfants et s'amuser avec les chiens aussi. Si tel est le cas, cette inadvertance
rencontre créatrice l’a amené à s’exprimer d’une manière qu’il avait autrefois
ne croyais pas était possible (interagir avec des chiens). En fait, la notion était si impossible qu'elle
ne l'aurait même pas pensé à le considérer. Maintenant, non seulement il le considère, mais il le 
désire. Volonté
peut­il s'exprimer de manière compatible avec son désir? La réponse à cette question
est une question de dynamique énergétique.
Il y a deux forces dans le garçon qui sont en conflit direct les unes avec les autres, en compétition pour
expression: sa conviction que "tous les chiens sont dangereux" et son désir de s'amuser et d'être comme 
les autres
les enfants. Ce qu’il fera la prochaine fois qu’il rencontrera un chien sera déterminé par ce qui a plus
énergie: sa croyance ou son désir. Compte tenu de l'intensité de l'énergie dans sa conviction que "tous les
chiens sont
dangereux ", on peut raisonnablement supposer que sa conviction aura beaucoup plus d'énergie que son 
désir. Si
C’est le cas, alors il va trouver sa prochaine rencontre avec un chien très frustrant. Même s'il peut
vouloir toucher ou caresser le chien, il s'apercevra qu'il ne peut interagir avec lui d'aucune façon. Le mot 
"tous" dans son
la croyance agira comme une force paralysante, l'empêchant de réaliser son désir.
Il sait peut­être que le chien qu’il veut caresser n’est pas dangereux et ne lui fera pas de mal;

Page 115
mais il ne pourra pas le caresser tant que la balance des énergies ne sera pas favorable à son désir. Si le 
garçon
veut vraiment interagir avec les chiens, il devra vaincre sa peur. Cela signifie qu'il va
désactiver sa conviction que tous les chiens sont dangereux afin qu'il puisse correctement installer une 
conviction à propos de
chiens qui est plus compatible avec son désir. Nous savons que les chiens peuvent s’exprimer de manière
très large.
gamme de façons, d'aimer et doux à méchant et méchant. Cependant, très peu de chiens sur un 
pourcentage
base tombent dans la moyenne et méchant catégorie. Une bonne croyance à adopter par le garçon serait 
donc
quelque chose comme: "La plupart des chiens sont amicaux, mais certains peuvent être méchants et 
méchants."
Cette conviction lui permettrait d’apprendre à reconnaître les caractéristiques et les schémas 
comportementaux
lui avec quels chiens il peut jouer et lesquels éviter. Cependant, le problème plus vaste est de savoir 
comment le
garçon désactive le "tout" en croyant que "tous les chiens sont dangereux" pour pouvoir vaincre sa peur?
Rappelez­vous que toutes les croyances résistent naturellement à toute force qui modifierait leur forme 
actuelle, mais
indiqué ci­dessus, l’approche appropriée n’est pas d’essayer de modifier la croyance, mais plutôt d’en 
tirer les
l'énergie hors de lui et canaliser cette énergie dans une autre conviction qui convient mieux à nos 
objectifs. À
désactiver le concept que le mot "tous" représente, le garçon devra créer une charge positive
expérience avec un chien; à un moment donné, il devra surmonter sa peur et en toucher une. Ce faisant
pourrait nécessiter beaucoup d'efforts de la part du garçon pendant un temps considérable.
Au début du processus, sa nouvelle réalisation sur les chiens pourrait être assez forte pour lui permettre 
d’être
en présence d'un chien, à distance, et ne pas fuir. Cependant, chaque rencontre avec un chien, même
à distance, cela ne donne pas un résultat négatif attirera de plus en plus de négatifs
énergie hors de sa conviction que "tous les chiens sont dangereux." Finalement, chaque nouvelle 
expérience positive sera
lui permettre de combler l’écart entre lui et un chien, petit à petit, au point qu’il puisse réellement
touchez un. Du point de vue de la dynamique énergétique, il pourra toucher un chien lorsque son désir de
faire est au moins un degré d'intensité supérieure à sa conviction que tous les chiens sont dangereux.
Dès qu’il touchera effectivement un chien, cela aura pour effet d’attirer la plupart des
l'énergie négative hors du "tout" concept et le transférer à une conviction qui reflète sa nouvelle 
expérience.
Bien que ce ne soit probablement pas courant, il y a des gens qui, pour diverses raisons, sont motivés
assez pour se soumettre volontairement au processus décrit ci­dessus. Cependant, ils ne peuvent pas être
consciemment conscient de la dynamique impliquée. Les gens qui vivent une peur de cet enfance
la magnitude le font habituellement un peu au hasard au fil des années, sans savoir avec certitude
exactement comment ils l'ont fait (à moins qu'ils cherchent et obtiennent l'aide d'un professionnel 
compétent). Plus tard, à l'âge adulte, si
on leur demande ou s’ils rencontrent une situation qui leur rappelle leur passé (par exemple,
exemple, en observant un enfant terrifié par les chiens), ils caractérisent généralement le processus qu’ils
passé comme "Je me souviens quand j'avais peur des chiens, mais j'en ai grandi." Le résultat final de la
Le premier scénario était que le garçon surmonte sa peur en désactivant sa croyance limitative 
concernant la
nature des chiens. Cela lui a permis de s’exprimer d’une manière qu’il trouve agréable et que
autrement aurait été impossible. Le deuxième scénario qui pourrait résulter de l'enfant
expérience créative par inadvertance avec des chiens est qu’il n’est pas attiré par la possibilité de jouer 
avec un

Page 116
chien. En d'autres termes, il se moquait bien d'être comme les autres enfants ou d'interagir avec
chiens. Dans ce cas, sa conviction que tous les chiens sont dangereux et sa nouvelle réalisation que tous 
les chiens ne sont pas
dangereux existera dans son environnement mental en tant que concepts contradictoires.
C’est un exemple de ce que j’appelle une contradiction active, lorsque deux croyances actives sont en 
conflit direct.
conflit les uns avec les autres, tous deux exigeant expression. Dans cet exemple, la première croyance 
existe à un noyau
niveau dans l'environnement mental du garçon, avec beaucoup d'énergie chargée négativement. La 
deuxième
la croyance est à un niveau plus superficiel et a très peu d'énergie chargée positivement. La dynamique 
de
cette situation est intéressante et extrêmement importante. Nous avons déclaré que les croyances 
contrôlent notre
perception de l'information. Dans des circonstances normales, le garçon aurait été perceptuellement
aveuglé sur la possibilité d'interagir avec les chiens, mais l'expérience de voir d'autres enfants
jouer avec eux a créé dans son environnement mental un concept chargé positivement que les chiens ne 
sont pas
tout dangereux; certains peuvent être amicaux. Cependant, il n'a rien fait pour désactiver le "tout" dans 
son
croyance que "tous les chiens sont dangereux" et, autant que je sache, les croyances n'ont aucune 
capacité à se désactiver
se.
En conséquence, les croyances existent dans notre environnement mental du moment où elles sont nées 
au moment de leur naissance.
nous mourons, à moins de prendre consciemment des mesures pour les désactiver. Cependant, dans ce 
scénario, le garçon a
aucun désir et par conséquent aucune motivation pour surmonter sa peur. Par conséquent, le garçon est 
laissé avec un
contradiction active où sa conviction minimale que tous les chiens ne sont pas dangereux lui donne
la capacité de percevoir la possibilité de jouer avec un chien, mais sa conviction puissamment chargée 
que tous
les chiens sont dangereux lui font encore peur à chaque fois qu'il rencontre un chien
(peut­être pas assez de peur pour le faire courir dans la terreur, car une partie de cette peur sera 
compensée par la
autre croyance, mais il y aura certainement assez de peur pour causer beaucoup de malaise).
La capacité à "voir" et par conséquent à savoir qu'une situation n'est pas dangereuse, mais en même 
temps
nous retrouvons immobilisés par la peur, peut être assez déroutant si nous ne comprenons pas que ce que 
nous
découvrir à la suite d'une réflexion créative ou à partir d'une expérience créative involontaire
n'a pas nécessairement assez d'énergie pour devenir une force dominante dans notre environnement 
mental. Dans
En d’autres termes, notre nouvelle prise de conscience ou découverte pourrait très bien avoir assez 
d’énergie pour agir en tant que
crédible sur notre perception de l’information, nous amenant ainsi à percevoir des possibilités qui
serait autrement invisible; mais il pourrait ne pas avoir assez d'énergie pour agir comme une force 
crédible sur notre
comportement. En faisant cette déclaration, je pars de l’hypothèse selon laquelle il faut plus d’énergie 
pour
agir ou s'exprimer que la quantité d'énergie nécessaire pour observer quelque chose.
D'autre part, de nouvelles prises de conscience et découvertes deviennent instantanément et sans effort 
dominantes
forces s'il n'y a rien à l'intérieur de nous qui est en conflit avec eux. Mais s'il y a des croyances 
contradictoires et
nous ne sommes pas disposés à désactiver les forces en conflit (en déployant des efforts), surtout si elles 
sont
chargé négativement, puis agir sur ce que nous avons découvert sera une lutte à tout le moins, et
peut­être tout simplement impossible. Ce que je viens de décrire est le dilemme psychologique que
pratiquement tous les commerçants doivent résoudre. Disons que vous maîtrisez parfaitement la nature 
des probabilités

Page 117
et, par conséquent, vous "savez" que le prochain commerce est simplement un autre commerce dans une 
série de métiers qui a un
issue probable. Pourtant, vous constatez que vous avez toujours peur de faire cette prochaine transaction 
ou que vous êtes toujours susceptible.
à plusieurs des erreurs de trading basées sur la peur dont nous avons parlé dans les chapitres 
précédents. Rappelez­vous que le
La cause sous­jacente de la peur est la possibilité de définir et d’interpréter les informations de marché 
comme une menace.
Quelle est la source de notre potentiel pour interpréter les informations de marché comme une 
menace? Nos attentes!
Lorsque le marché génère des informations qui ne sont pas conformes à nos attentes, le haut et le bas
les tics semblent prendre une qualité menaçante (devenir chargés négativement). Par conséquent, nous
faites l'expérience de la peur, du stress et de l'anxiété. Quelle est la source sous­jacente de nos 
attentes? Nos croyances
À la lumière de ce que vous comprenez maintenant sur la nature des croyances, si vous vivez encore
états d'esprit négatifs lorsque vous négociez, vous pouvez supposer qu'il y a un conflit entre ce que vous 
"savez"
sur les résultats probables et un certain nombre d'autres croyances dans votre environnement mental qui 
sont
argumenter (exiger une expression) pour autre chose. Gardez à l’esprit que toutes les croyances actives 
exigent
expression, même si nous ne le voulons pas. Pour penser selon les probabilités, il faut croire que chaque
moment sur le marché est unique, ou plus précisément, chaque bord a un résultat unique. Quand
vous croyez à un niveau fonctionnel que chaque bord a un résultat unique (c’est­à­dire qu’il est 
dominant)
croyance sans aucune autre croyance plaidant pour quelque chose de différent), vous ferez l'expérience 
d'un état d'esprit
cela vous libère de la peur, du stress et de l’anxiété lorsque vous négociez. Cela ne peut vraiment pas 
fonctionner autrement. Un unique
le résultat n’est pas quelque chose que nous avons déjà expérimenté, donc ce n’est pas quelque chose que
nous pouvons déjà
savoir. S'il était connu, il ne pourrait pas être défini comme unique.
Quand vous croyez que vous ne savez pas ce qui va se passer ensuite, qu'attendez­vous exactement?
du marché? Si vous dites "je ne sais pas", vous avez absolument raison. Si tu crois que quelque chose
va se passer et que vous n'avez pas besoin de savoir exactement ce que quelque chose est de faire de 
l'argent, alors
Où est le potentiel de définition et d'interprétation des informations de marché comme étant menaçantes 
et douloureuses? Si vous
dit "Il n'y en a pas", vous avez encore raison. Voici un autre exemple de la façon dont les croyances
demande d'expression. Regardons une situation où la première rencontre d'un enfant avec un chien était 
très
expérience positive. En conséquence, il n’a absolument aucun problème à interagir avec les chiens (tous 
les chiens
cette question), car il n'a pas rencontré un qui est hostile. Par conséquent, il n’a aucun concept (un
croyance sous tension) qu’un chien peut infliger un dommage ou le faire souffrir.
En apprenant à associer des mots à ses souvenirs, il va probablement acquérir une conviction de ce 
genre.
de "tous les chiens sont amicaux et amusants." Par conséquent, chaque fois qu'un chien entre dans son 
champ de conscience, ce
la croyance exigera l'expression. Du point de vue de quelqu'un qui fait avec un do?, Il semblera que
cet enfant a une attitude d'abandon téméraire.
Si vous essayez de convaincre l'enfant qu'il va se faire piquer un jour s'il ne fait pas preuve de prudence, 
son
sa conviction l'amènera à ne pas tenir compte de vos conseils ou à ne pas en tenir compte. Sa réponse 
serait
quelque chose comme "No way!" ou "Cela ne peut pas m'arriver." Disons qu'à un moment de sa vie, il
approche un chien inconnu qui veut être laissé seul. Le chien grogne. L'avertissement ira
ignoré et le chien attaque le garçon. Du point de vue du système de croyance du garçon, il vient d'avoir

Page 118
une expérience créative. Quel effet cette expérience aura­t­elle sur sa conviction que "tous les chiens sont
amicaux"?
Aura­t­il maintenant peur de tous les chiens comme l'enfant dans le premier exemple?
Malheureusement, les réponses à ces questions ne sont pas coupées à blanc, car il peut y avoir d’autres
les croyances, exigeant également l'expression, qui n'ont rien à voir avec les chiens qui viennent
en jeu dans une situation comme celle­ci. Par exemple, que se passe­t­il si cet enfant a une conviction 
très développée en
trahison (il pense avoir été trahi par des personnes très importantes dans des situations très importantes
situations qui lui ont fait ressentir une douleur émotionnelle intense). S'il associe l'attaque de
ce chien comme une "trahison" par les chiens en général (essentiellement une trahison de sa croyance en 
les chiens),
pourrait facilement se trouver peur de tous les chiens.
Toute l’énergie positive contenue dans sa croyance initiale pourrait instantanément être transformée en
énergie chargée négativement. Le garçon pourrait justifier ce changement par une rationalisation du type 
"Si un chien peut
trahissez­moi, alors tout chien peut le faire. "Cependant, je pense que c'est un cas extrême et très 
improbable.
Ce qui est plus probable est que le mot "tous" dans sa croyance initiale sera instantanément désactivé et 
que
l'énergie sera transférée à une nouvelle croyance qui reflète mieux la vraie nature des chiens. Cette 
nouvelle
l'expérience a provoqué un changement d'énergie qui l'a forcé à apprendre quelque chose sur la nature 
des chiens
il a autrement refusé de considérer possible.
Sa croyance en la gentillesse des chiens reste intacte. Il va toujours jouer avec les chiens, mais il va 
maintenant
faire preuve de discrétion en cherchant consciemment des signes de convivialité ou d’amitié. je pense
qu’une vérité fondamentale sur la nature de notre existence est chaque moment du marché, ainsi que
dans la vie evervdav, a des éléments de ce que nous savons (similitudes) et des éléments que nous ne 
faisons pas ou ne pouvons pas
savoir parce que nous ne l'avons pas encore expérimenté. Jusqu'à ce que nous entraînions activement nos 
esprits à s'attendre à une expérience unique
résultat, nous continuerons à vivre uniquement ce que nous savons; tout le reste (autres informations et
possibilités qui ne correspondent pas à ce que nous savons et attendons) nous passeront inaperçus,
escompté, déformé, carrément refusé ou attaqué. Quand vous croyez vraiment que vous n'avez pas 
besoin de
savoir, vous allez penser aux probabilités (la perspective du marché) et vous n’aurez aucune raison de
bloquer, escompter, déformer, nier ou attaquer tout ce que le marché offre sur son potentiel d’installation
toute direction particulière. Si vous n’éprouvez pas la qualité de la liberté mentale impliquée dans cette
déclaration, et si vous le souhaitez, vous devez jouer un rôle actif dans la formation de votre esprit
croire en la singularité de chaque moment, et vous devez désactiver toute autre croyance qui plaide en 
faveur de
quelque chose de différent. Ce processus n'est pas différent de celui qu'a suivi le garçon dans le premier 
scénario
à travers, il ne va pas arriver par lui­même. Il voulait interagir avec les chiens sans crainte, mais faire
il a donc dû créer une nouvelle croyance et désactiver les opposants. C’est le secret pour réussir
succès constant en tant que commerçant.
3. Les croyances continuent de fonctionner, que nous soyons ou non conscients de leur existence dans
notre
environnement mental. En d'autres termes, nous n'avons pas à nous souvenir activement ni à avoir un 
accès conscient
à une croyance particulière pour que cette croyance agisse comme une force sur notre perception de 
l'information ou sur notre

Page 119
comportement. Je sais qu’il est difficile de "croire" que quelque chose dont nous ne pouvons même pas 
nous souvenir peut toujours avoir un
impact sur nos vies. Mais quand on y pense, une grande partie de ce que nous apprenons tout au long de 
notre vie est
stockés à un niveau inconscient ou subconscient. Si je vous ai demandé de vous rappeler chaque 
compétence spécifique que vous avez
a dû apprendre pour pouvoir conduire une voiture avec confiance, il y a de fortes chances que vous ne 
vous en souveniez pas
les choses sur lesquelles vous deviez vous concentrer pendant que vous étiez en train d'apprendre. le
première fois que j’ai eu l’occasion d’enseigner à un adolescent à conduire, j’étais absolument stupéfait 
de voir comment
il y avait beaucoup à apprendre, combien du processus que je prenais pour acquis et auquel je ne pensais 
plus au tout
un niveau conscient. Le meilleur exemple qui illustre cette caractéristique est probablement celui des 
personnes qui conduisent
sous l'influence de l'alcool. Quel que soit le jour ou la nuit, il y a probablement des milliers de personnes
qui ont tellement bu qu’ils ne savent pas qu’ils n’ont pas conscience de la façon dont ils prennent
ils ont conduit du point A au point B. Il est difficile d’imaginer comment cela est possible, à moins que
considérer que les aptitudes à la conduite et la confiance en sa capacité à conduire fonctionnent 
automatiquement
niveau plus profond que la conscience éveillée. Certainement, un certain pourcentage de ces conducteurs 
ivres
accidents, mais lorsque vous comparez le taux d'accidents avec le nombre estimé de personnes 
conduisant
sous l'influence de l'alcool, il est remarquable qu'il n'y ait pas beaucoup plus d'accidents. En réalité,
un conducteur ivre est probablement le plus susceptible de causer un accident quand il s’endort ou 
quelque chose comme ça
nécessite une décision consciente et une réaction rapide. En d'autres termes, les conditions de conduite 
sont telles que
exploiter ses compétences subconscientes ne suffit pas.
AUTO­EVALUATION ET TRADING
La manière dont cette caractéristique s’applique à nos échanges est également assez 
profonde. L'environnement commercial nous offre
une arène d'opportunités illimitées pour accumuler des richesses. Mais juste parce que l'argent est 
disponible et
nous pouvons percevoir la possibilité de l'obtenir, cela ne signifie pas nécessairement que nous (en tant 
qu'individus) avons
un sens illimité de l'auto­évaluation. En d'autres termes, il pourrait y avoir un énorme fossé entre 
combien
l'argent que nous désirons pour nous­mêmes, combien nous percevons est disponible et combien nous 
croyons réellement
nous valons ou méritons. Tout le monde a le sens de l'auto­évaluation. La façon la plus simple de décrire 
ce sens
est d’énumérer toutes les croyances actives, conscientes et subconscientes, susceptibles de plaider en 
faveur de
ou contre l’accumulation ou la réalisation de plus en plus de succès et de prospérité. Alors correspondre
l'énergie des croyances chargées positivement contre l'énergie des croyances chargées négativement. Si
vous avez une énergie plus positivement chargée plaidant pour le succès et la prospérité qu'une charge 
négative
l’énergie leur faisant valoir, alors vous avez un sens positif de l’auto­évaluation. Sinon, vous avez un
sentiment négatif d'auto­évaluation. La dynamique de la façon dont ces croyances interagissent les unes 
avec les autres n’est pas
presque aussi simple que je le fais sonner. En fait, cela peut être si complexe que cela pourrait prendre 
des années de
travail mental sophistiqué à organiser et à trier. Ce que vous devez savoir, c'est qu'il est presque
impossible de grandir dans n’importe quel environnement social et d’acquérir des croyances chargées 
négativement qui
contesterait le succès ou accumulerait des sommes considérables.

Page 120
La plupart de ces croyances auto­sabotantes ont longtemps été oubliées et opèrent à un niveau 
subconscient, mais
le fait que nous les ayons oubliées ne signifie pas qu'elles ont été désactivées. Comment acquérons­nous
croyances auto­sabotantes? Malheureusement, c'est extrêmement facile. Le moyen le plus courant est 
probablement quand un
l'enfant participe à une activité qu'un parent ou un enseignant ne veut pas qu'il fasse et l'enfant 
accidentellement
se blesse. De nombreux parents, pour faire passer leur message à l'enfant, réagiront à une situation 
comme celle­ci.
en disant: "Cela (quelle que soit la douleur que vous ressentez) ne vous serait pas arrivé si vous ne l'aviez
pas
le mérite, "ou" Vous m'avez désobéi et regardez ce qui s'est passé, Dieu vous a puni. "Le problème avec
faire ou entendre des déclarations comme celle­ci est qu'il existe un potentiel pour l'enfant d'associer 
chaque futur
lésion avec ces mêmes déclarations et, par la suite, la conviction qu'il doit être une personne indigne,
indignes de succès, de bonheur ou d’amour. Tout ce dont nous nous sentons coupables peut avoir un 
effet négatif sur
notre sens de l'estime de soi.
La culpabilité est généralement associée au fait d’être une mauvaise personne et la plupart des gens 
croient que les mauvaises personnes devraient être
puni, certainement pas récompensé. Certaines religions enseignent aux enfants qu'avoir beaucoup 
d'argent n'est pas pieux
ou spirituel. Certaines personnes croient que gagner de l’argent à certains égards est une erreur, même si 
cela peut être difficile.
parfaitement légal et moral du point de vue de la société. Encore une fois, vous ne pouvez pas avoir un 
souvenir speoifir de
apprendre quelque chose qui pourrait nuire au succès que vous percevez comme possible, mais cela ne 
signifie pas
que ce que vous avez appris n'a plus d'effet. La façon dont ces croyances auto­sabotantes subconscientes
se manifester dans nos échanges se présente généralement sous la forme de défaillances de focus ou de 
concentration, résultant
dans un certain nombre d'erreurs de négociation, comme mettre dans un achat pour une vente ou vice 
versa, ou vous permettant de
céder à des pensées distrayantes qui vous obligent à quitter l’écran, seulement pour savoir quand vous 
reviendrez
vous avez manqué le grand commerce du jour.
J'ai travaillé avec de nombreux traders qui ont atteint divers niveaux de succès, mais je me suis aperçu 
qu'ils
ne pouvait pas franchir certains seuils pour acquérir des fonds propres. Ils ont découvert un invisible 
mais très réel
barrière semblable au plafond de verre proverbial que beaucoup de femmes cadres connaissent dans 
l'entreprise
monde. Chaque fois que ces traders ont franchi la barrière, ils ont connu une baisse importante, 
indépendamment de
les conditions du marché. Cependant, lorsqu'on leur a demandé ce qui s'était passé, ils ont généralement 
blâmé leur soudaine
malchance sur ce point ­ la chance ou les aléas du marché. Fait intéressant, ils ont généralement créé un
courbe des actions en constante augmentation, parfois sur une période de plusieurs mois, et la baisse 
significative
toujours eu lieu au même endroit dans leur courbe d’équité.
Je décris ce phénomène psychologique comme étant dans une "zone négative". Aussi magiquement que 
l'argent peut
dans le compte d’un trader quand il est "dans la zone", il peut tout aussi bien s’écouler s’il est dans un 
état négatif
zone où des questions d’auto­évaluation non résolues agissent mystérieusement sur sa perception de 
l’information et
comportement. Je ne veux pas dire ici que vous devez désactiver toute croyance qui plaiderait contre
votre sens positif de plus en plus grand de l'auto­évaluation, parce que vous ne le faites pas. Mais vous 
devez être conscient de la
présence de telles croyances, et prendre des mesures spécifiques dans votre régime commercial pour 
compenser leur départ
s'exprimer. CHAPITRE

Page 121
CHAPITRE 11
Penser comme un commerçant
Si vous me demandiez de résumer le trading dans sa forme la plus simple, je dirais que c'est une 
reconnaissance de modèle
jeu de nombres. Nous utilisons l’analyse du marché pour identifier les modèles, définir le risque et 
déterminer quand
prendre des bénéfices. Le commerce fonctionne ou ne fonctionne pas. En tout cas, nous mourrons au 
prochain commerce. C'est si simple,
mais ce n'est certainement pas facile. En fait, le trading est probablement la chose la plus difficile que 
vous puissiez essayer d’être
réussi à. Ce n'est pas parce que cela nécessite de l'intellect; bien au contraire! Mais parce que plus on 
pense
vous savez, moins vous réussirez.
Le trading est difficile car vous devez opérer dans un état de ne pas avoir à savoir, même si votre analyse
peut parfois s'avérer être "parfaitement" correct. Pour fonctionner dans un état de ne pas avoir à savoir, 
vous devez
gérer correctement vos attentes. Pour gérer correctement vos attentes, vous devez réaligner votre
environnement mental afin que vous croyiez sans l'ombre d'un doute dans les cinq vérités 
fondamentales. Dans
Dans ce chapitre, je vais vous présenter un exercice de négociation intégrant ces vérités sur le marché.
à un niveau fonctionnel dans votre environnement mental. Dans le processus, je vais vous guider à 
travers les trois étapes de
développement d'un commerçant.
La première étape est l' étape mécanique . Dans cette étape, vous:
1. Construisez la confiance en soi nécessaire pour fonctionner dans un environnement illimité.
2. Apprenez à exécuter parfaitement un système commercial.
3. Entraînez votre esprit à penser avec des probabilités (les cinq vérités fondamentales).
4. Créez une confiance forte et inébranlable en votre cohérence en tant que commerçant.
Une fois que vous avez terminé cette première étape, vous pouvez alors passer à l’ étape subjective du 
trading. Dans
À ce stade, vous utilisez tout ce que vous avez appris sur la nature du mouvement du marché.
peu importe ce que vous voulez faire. Il y a beaucoup de liberté dans cette étape, vous devrez donc 
apprendre à
surveillez votre susceptibilité à commettre le type d’erreurs de négociation qui résultent de toute auto­
résolution non résolue.
les questions d’évaluation auxquelles j'ai fait référence dans le dernier chapitre. La troisième étape est 
l' étape intuitive . Trading intuitivement
est le stade de développement le plus avancé. C’est l’équivalent commercial de gagner une ceinture noire
dans le
arts martiaux.
La différence est que vous ne pouvez pas essayer d'être intuitif, car l'intuition est spontanée. Ça ne vient 
pas
de ce que nous savons à un niveau rationnel. La partie rationnelle de notre esprit semble être 
intrinsèquement méfiante
d'informations reçues d'une source qu'il ne comprend pas. Sentant que quelque chose est sur le point de
arriver est une forme de savoir qui est très différent de tout ce que nous savons rationnellement. J'ai 
travaillé avec
de nombreux traders qui avaient souvent un sens intuitif très fort de ce qui allait se passer ensuite, 
seulement

Page 122
être confronté à la partie rationnelle d’eux­mêmes qui invoque systématiquement, plaide pour un autre
action. Bien sûr, s’ils avaient suivi leur intuition, ils auraient vécu une expérience très satisfaisante.
résultat. Au lieu de cela, ce qu’ils ont fini par être généralement très insatisfaisant, surtout quand on les 
compare
avec ce qu'ils ont autrement perçu comme possible. Le seul moyen que je connaisse de ça est d'essayer 
d'être intuitif
est de travailler à la mise en place d'un état d'esprit plus propice à recevoir et à agir sur votre intuitive
impulsions.
LE STADE MECANIQUE
La phase mécanique du trading est spécifiquement conçue pour développer le type de compétences 
commerciales (confiance,
confiance, et de penser dans les probabilités) qui vous obligera pratiquement à créer des résultats 
cohérents. je
définir des résultats cohérents comme une courbe d’équité en hausse constante ne comportant que des 
tirages mineurs
conséquence naturelle des bords qui ne fonctionnait pas. Autre que de trouver un modèle qui met les 
chances d'un
gagner des échanges en votre faveur, la réalisation d’une courbe des capitaux en constante augmentation 
est une fonction de
éliminer toute susceptibilité que vous pourriez avoir à faire le genre de peur, euphorique ou auto­
évaluation
erreurs de trading basées, j'ai décrit tout au long de ce livre. Éliminer les erreurs et élargir votre
le sens de l’autoévaluation nécessitera l’acquisition de compétences qui sont toutes de nature 
psychologique.
Les compétences sont psychologiques parce que chacune, dans sa forme la plus pure, est simplement une
croyance. Rappelez­vous que le
nos croyances déterminent notre état d’esprit et façonnent nos expériences de manière à
renforçons constamment ce que nous croyons déjà être vrai. Quelle est la véracité d'une croyance (par 
rapport à la
conditions environnementales) peuvent être déterminées par la qualité de nos services; c'est­à­dire 
jusqu'à quel point
nous aide à atteindre nos objectifs.
Si votre objectif principal en tant que commerçant est de produire des résultats cohérents, vous devez 
alors créer une conviction
concept énergique qui résiste au changement et demande à être exprimé): "Je suis un succès constant
trader " agira comme une source d'énergie primordiale qui gérera vos perceptions, interprétations,
les attentes et les actions d’une manière qui satisfasse la croyance et, par conséquent, l’objectif. Créer un
La conviction dominante selon laquelle "je suis un commerçant qui réussit continuellement" exige le 
respect de plusieurs principes de
succès constant. Certains de ces principes seront sans aucun doute en conflit direct avec certains des
croyances que vous avez déjà acquis sur le commerce. Si tel est le cas, alors ce que vous avez est un 
classique
exemple de croyances en conflit direct avec le désir.
La dynamique énergétique n’est pas différente de celle du garçon qui voulait être comme les autres
les enfants qui n'avaient pas peur de jouer avec les chiens. Il désirait s'exprimer de manière à trouver, à
au moins au début, pratiquement impossible. Pour satisfaire son désir, il a dû s'engager dans un processus
actif de
transformation. Sa technique était simple: il faisait de son mieux pour rester concentré sur ce qu'il était.
essayant d’accomplir et, peu à peu, il désactive la croyance contradictoire et renforce la
croyance qui était conforme à son désir.
À un moment donné, si tel est votre désir, vous devrez alors vous transformer en processus de 
transformation.

Page 123
dans un gagnant cohérent. En matière de transformation personnelle, les ingrédients les plus importants 
sont:
votre volonté de changer, la clarté de votre intention et la force de votre désir. En fin de compte, pour
Pour que ce processus fonctionne, vous devez choisir la cohérence avant toute autre raison ou 
justification que vous avez invoquée.
commerce. Si tous ces ingrédients sont suffisamment présents, alors quels que soient les obstacles 
internes rencontrés
trouvez­vous contre, ce que vous désirez l'emportera finalement.
Observez­vous
La première étape du processus de création de cohérence consiste à commencer à noter ce que vous 
pensez, à dire, et
Faire. Pourquoi? Parce que tout ce que nous pensons, disons ou faisons en tant que commerçant 
contribue à, et par conséquent,
renforce certaines croyances dans notre système mental. Parce que le processus de cohérence est
de nature psychologique, il ne devrait pas être surprenant que vous deviez commencer à faire attention à 
votre
divers processus psychologiques. L’idée est finalement d’apprendre à devenir un observateur objectif de
vos propres pensées, paroles et actes. Votre première ligne de défense contre une erreur de trading est de:
attrapez­vous y penser. Bien sûr, la dernière ligne de défense consiste à vous prendre en flagrant délit. Si 
vous
ne vous engagez pas à devenir un observateur de ces processus, vos réalisations viendront toujours
après l'expérience, généralement lorsque vous êtes dans un état de profond regret et de frustration.
S'observer objectivement implique de le faire sans juger de soi. Cela pourrait ne pas être si
facile pour certains d’entre vous, compte tenu du traitement sévère et critique que vous avez pu recevoir 
de
d'autres personnes tout au long de votre vie. En conséquence, on apprend rapidement à associer toute 
erreur à
douleur émotionnelle. Personne n'aime être dans un état de douleur émotionnelle, nous évitons donc 
généralement de reconnaître
ce que nous avons appris à définir comme une erreur aussi longtemps que possible.
Ne pas affronter les erreurs dans notre vie quotidienne n'a généralement pas les mêmes conséquences 
désastreuses
cela peut arriver si nous évitons de confronter nos erreurs en tant que traders. Par exemple, quand je 
travaille avec sol
commerçants, l’analogie que j’utilise pour illustrer la précarité de leur situation est de leur demander 
d’imaginer
eux­mêmes traversant un pont sur le Grand Canyon. La largeur du pont est directement liée
au nombre de contrats qu'ils échangent. Ainsi, par exemple, pour un opérateur contractuel unique, le pont
est très large,
dire 20 pieds. Un pont de 20 pieds de large vous permet une grande tolérance à l'erreur, vous n'avez donc
pas besoin d'être
excessivement prudent ou concentré sur chaque étape que vous faites. Pourtant, si vous tombez sur une 
chute et trébuchez
le bord, la chute au fond du canyon est un mile.
Je ne sais pas combien de personnes traverseraient un pont étroit sans garde­corps, où le
le sol est à un kilomètre et demi, mais je suppose qu’il en reste relativement peu. De même, peu de gens 
vont prendre le genre de risques
associé à la négociation sur le plancher des marchés à terme. Il est certain qu'un commerçant de plancher 
sous contrat peut
fait beaucoup de dégâts à lui­même, pas à la différence de tomber d'un pont haut mile. Mais un 
commerçant à contrat unique
peut également se tolérer largement pour des erreurs, des erreurs de calcul ou des mouvements de 
marché particulièrement violents
où il pourrait se trouver du mauvais côté. De l’autre côté, l’un des plus gros traders de sol que j’ai
jamais travaillé avec des transactions pour son propre compte avec une position moyenne de 500 contrats
à terme sur obligations du Trésor à un

Page 124
temps. Il place souvent plus de mille contrats.
Une position de 1 000 contrats d’obligations se monte à 31 500 dollars par tic (la plus petite variation de 
prix différentielle
qu'un contrat de cautionnement peut faire). Bien entendu, les contrats à terme sur obligations peuvent 
être très volatils et peuvent négocier plusieurs
tics dans les deux sens en quelques secondes. Au fur et à mesure que la taille de la position d’un 
commerçant augmente, la largeur de
notre pont sur le Grand Canyon se rétrécit. Dans le cas du grand négociant en obligations, le pont a
rétréci à la taille d'un mince fil. De toute évidence, il doit être extrêmement bien équilibré et très 
concentré
à chaque pas qu'il fait. Le moindre faux pas ou coup de vent pourrait le faire tomber du fil.
Prochain arrêt, un mile en bas. Maintenant, quand il est dans la fosse commerciale, ce petit faux pas ou 
cette légère rafale de vent est
l'équivalent d'une pensée distrayante. C'est tout, juste une pensée ou n'importe quoi d'autre où il permet
lui­même à perdre sa concentration, même pour une seconde ou deux. En ce moment de distraction, il 
pourrait manquer son dernier
occasion favorable de liquider sa position.
Le prochain niveau de prix avec suffisamment de volume pour le sortir de son commerce pourrait être 
éloigné de plusieurs tics, soit
créant une perte énorme ou l'obligeant à remettre un marché gagnant substantiel sur le marché. Si 
produisant
résultats cohérents est une fonction d'éliminer les erreurs, alors c'est un euphémisme de dire que vous 
allez
rencontrez de grandes difficultés pour atteindre votre objectif si vous ne pouvez pas reconnaître une 
erreur. Évidemment,
C'est quelque chose que très peu de gens peuvent faire, et cela explique pourquoi il y a si peu de 
gagnants cohérents.
En fait, la tendance à ne pas reconnaître une erreur est si omniprésente dans l’humanité qu’elle pourrait
supposer qu’il s’agit d’une caractéristique inhérente de la nature humaine. Je ne crois pas que ce soit le 
cas, ni
est­ce que je crois que nous sommes nés avec la capacité de nous moquer ou de nous moquer de nous 
pour avoir commis une erreur,
erreur de calcul ou erreur. Faire des erreurs est une fonction naturelle de la vie et continuera de l’être 
jusqu’à ce que nous
atteindre un point où:
1. toutes nos croyances sont en harmonie absolue avec nos désirs, et
2. toutes nos croyances sont structurées de manière à ce qu'elles soient totalement compatibles avec ce 
qui fonctionne de
la perspective de l'environnement.
De toute évidence, si nos croyances ne sont pas compatibles avec ce qui fonctionne du point de vue des 
environnements, la
le potentiel d'erreur est élevé, voire inévitable. Nous ne pourrons pas percevoir le approprié
ensemble d'étapes à notre objectif. Pire encore, nous ne pourrons pas percevoir que ce que nous voulons 
peut ne pas être
disponible, ou disponible dans la quantité que nous désirons ou au moment où nous le voulons.
D'autre part, les erreurs résultant de croyances contraires à nos objectifs ne sont pas
toujours apparent ou évident. Nous savons qu'ils vont agir en tant que forces opposées, exprimant leurs 
versions du
la vérité sur notre conscience, et ils peuvent le faire de nombreuses façons.
Le plus difficile à détecter est une pensée distrayante qui provoque une interruption momentanée de la 
mise au point ou
concentration. En surface, cela peut ne pas sembler significatif. Mais, comme dans l'analogie du pont sur
le canyon, quand il y a beaucoup en jeu, même une capacité légèrement réduite de rester concentré peut 
entraîner
une erreur de proportions désastreuses. Ce principe s’applique qu’il s’agisse de commerce, d’événements
sportifs ou de
programmation informatique. Lorsque notre intention est claire et non diminuée par toute énergie 
opposée, alors notre

Page 125
la capacité de rester concentré est plus grande et plus il est probable que nous atteindrons notre objectif.
Auparavant, j’ai défini une attitude gagnante comme une attente positive de nos efforts, avec 
l’acceptation que
quels que soient les résultats que nous obtenons reflétons parfaitement notre niveau de développement et 
ce que nous devons
apprendre à faire mieux. Ce qui sépare les athlètes et les artistes «toujours géniaux» de tous les autres est
leur manque évident de peur de se tromper. La raison pour laquelle ils n'ont pas peur, c'est qu'ils n'ont 
pas de
raison de penser moins d'eux­mêmes quand ils font une erreur, ce qui signifie qu'ils ne disposent pas d'un
réservoir de
énergie chargée négativement attendant de bien monter et de sauter dans leur processus de pensée 
consciente comme un lion
attendre le bon moment pour sauter sur sa proie prévue. Ce qui explique cette inhabituelle
capacité à dépasser rapidement leurs erreurs sans se critiquer?
Une explication peut être qu’ils ont grandi avec des parents, des enseignants et des entraîneurs 
extrêmement inhabituels, qui
par leurs paroles et leurs exemples, leur ont appris à corriger leurs erreurs de calcul et leurs erreurs avec 
un amour sincère,
affection et acceptation. Je dis "extrêmement inhabituel" parce que beaucoup d'entre nous ont grandi 
avec tout le contraire
expérience. On nous a appris à corriger nos erreurs ou nos erreurs de calcul avec colère, impatience et
manque distinct d'acceptation. Est­il possible que, pour les grands athlètes, leurs expériences positives 
passées avec
le respect des erreurs les a amenés à croire que ces erreurs indiquaient simplement le chemin où ils
doivent­ils concentrer leurs efforts pour se développer et s’améliorer? Avec une telle croyance, il n'y a 
aucune source de
énergie chargée négativement et, par conséquent, aucune source de pensées auto­dénigrantes.
Cependant, le reste d’entre nous, qui avons grandi et qui ont vécu une pléthore de réactions négatives à 
nos actions,
naturellement acquérir des croyances sur les erreurs: "Les erreurs doivent être évitées à tout prix", "Il 
doit y avoir
quelque chose qui ne va pas avec moi si je fais une erreur, "" je dois être un foutu ", ou" je dois être une 
mauvaise personne si je
se tromper. "Rappelez­vous que chaque pensée, chaque mot et chaque acte renforcent la conviction que 
nous avons à propos de
nous­mêmes. Si, par une autocritique négative répétée, nous acquérons la conviction que nous sommes 
des "merdiques", cette croyance
trouvera un moyen de s’exprimer dans nos pensées, nous rendant distraits et bousillant; sur
nos mots, nous obligeant à dire des choses sur nous­mêmes ou sur les autres (si nous remarquons la 
même chose
caractéristiques en eux) qui reflètent notre croyance; et sur nos actions, nous obligeant à se comporter de 
manière qui sont
s'auto­saboter ouvertement. Si vous voulez devenir un gagnant constant, les erreurs ne peuvent pas 
exister de la sorte
de contexte chargé négativement dans lequel ils sont détenus par la plupart des gens.
Vous devez être capable de vous surveiller dans une certaine mesure, et ce sera difficile à faire si vous 
avez le
possibilité d'éprouver une douleur émotionnelle si et quand vous vous trouvez en train de commettre une 
erreur.
Si ce potentiel existe, vous avez deux choix:
1. Vous pouvez travailler à acquérir un nouvel ensemble de croyances chargées positivement sur ce que 
signifie faire un
erreur, ainsi que la désactivation de toute croyance chargée négativement qui pourrait argumenter 
autrement ou causer
vous pensez moins de vous pour faire une erreur.
2. Si vous estimez que ce premier choix n'est pas souhaitable, vous pouvez compenser le risque d'erreur 
possible par
comment vous configurez votre régime commercial.

Page 126
Cela signifie que si vous voulez trader sans vous surveiller vous­même, mais en même temps, vous 
désirez
des résultats cohérents, puis le négoce exclusivement à partir du stade mécanique résoudra le dilemme.
Sinon, apprendre à vous surveiller est un processus relativement simple une fois que vous vous êtes 
débarrassé de
d'énergie chargée négativement associée à des erreurs. En fait, c'est facile. Tout ce que vous avez à faire 
est de décider
pourquoi vous voulez surveiller vous­même, ce qui signifie que vous devez d'abord avoir un objectif 
clair en tête. Quand
votre but est clair, commencez simplement par attirer votre attention sur ce que vous pensez, dites ou 
faites.
Si et quand vous remarquez que vous n'êtes pas concentré sur votre objectif ou sur les étapes 
incrémentielles pour
atteindre votre objectif, choisissez de rediriger vos pensées, vos paroles ou vos actions d’une manière qui
compatible avec ce que vous essayez d'accomplir. Continuez à rediriger aussi souvent que nécessaire. Le 
plus
volontairement, vous vous engagez dans ce processus, surtout si vous pouvez le faire avec un certain 
degré de conviction, le
plus vite, vous créerez un cadre mental libre de fonctionner de manière compatible avec votre
objectifs, sans aucune résistance de croyances contradictoires.
LE ROLE DE L’AUTO­DISCIPLINE
J'appelle le processus que je viens de décrire l'autodiscipline. Je définis la discipline personnelle comme 
une technique mentale
réorienter (du mieux que nous pouvons) notre centre d’attention sur l’objet de notre but ou de notre désir,
le désir est en conflit avec une autre composante (croyance) de notre environnement mental. La première
chose que vous
devrait remarquer à propos de cette définition est que l'autodiscipline est une technique pour créer un 
nouveau mental
cadre. Ce n'est pas un trait de personnalité; les gens ne sont pas nés avec l'autodiscipline. En fait, quand 
vous
Considérez comment je le définis, être né avec la discipline n'est même pas possible. Cependant, comme 
technique à
utilisé dans le processus de transformation personnelle, n'importe qui peut choisir de faire preuve de 
discipline personnelle. Voici un
exemple de ma vie qui illustre la dynamique sous­jacente de la façon dont cette technique fonctionne. En
1978 je
décidé que je voulais devenir coureur.
Je ne me souviens pas exactement de ma motivation sous­jacente, sauf que j'avais déjà passé la
huit ans dans un style de vie très inactif. Je ne participais à aucun sport ou passe­temps, à moins que vous
appeliez
regarder la télévision un passe­temps. Auparavant, à la fois au lycée et au moins une partie du collège, 
j'étais très
actif dans les sports, en particulier le hockey sur glace. Cependant, en sortant du collège, ma vie se 
déroulait dans le
manière très différente de ce à quoi je m'attendais. Ce n’était pas à mon goût, mais à l’époque je me 
sentais
impuissant à faire quoi que ce soit à ce sujet. Cela a conduit à une période d'inactivité, ce qui est une 
bonne façon de dire que je
était sévèrement déprimé. Encore une fois, je ne suis pas sûr de ce qui m'a poussé à vouloir devenir un 
coureur
(Peut­être que j'ai vu un programme télévisé qui a suscité mon intérêt).
Je me souviens cependant que la motivation était très forte. Alors je suis sorti et je me suis acheté
chaussures de course, mettez­les et sortez pour courir. La première chose que j'ai découverte, c'est que je 
ne pouvais pas le faire. je
n'a pas eu l'endurance physique nécessaire pour courir plus de cinquante ou soixante mètres. C'était très 
surprenant. Je n'ai pas
n’aurais jamais cru que j’étais si hors de moi que je ne pouvais pas courir même cent
verges. Cette prise de conscience a été si décourageante que je n’ai plus essayé de courir deux ou trois 
semaines plus tard.
Page 127
La prochaine fois, je ne pouvais toujours pas courir plus de cinquante ou soixante mètres. J'ai réessayé le 
lendemain avec, de
Bien sûr, le même résultat.
Je suis devenu tellement découragé par ma détérioration de ma condition physique que je ne me suis pas 
encore présenté à la course.
quatre mois. Maintenant, c'est le printemps 1979. Je suis encore une fois déterminé à devenir un coureur, 
mais, à la
même temps, très frustré par mon manque de progrès. Alors que je contemplais mon dilemme, cela s’est 
produit
pour moi, l'un de mes problèmes était que je n'avais pas d'objectif à atteindre. Dire que je voulais être
un coureur était super, mais qu'est­ce que cela voulait dire? Je ne savais vraiment pas; c'était trop vague 
et abstrait. j'ai dû
avoir quelque chose de plus tangible à travailler.
J'ai donc décidé que je voulais pouvoir courir cinq milles d'ici la fin de l'été. Cinq miles semblait
insurmontable à l’époque, mais le fait de penser que je pourrais le faire a généré beaucoup 
d’enthousiasme. Ce
le niveau d'enthousiasme accru m'a donné suffisamment d'élan pour courir quatre fois cette semaine. À la
fin de cette
première semaine, j’étais vraiment surprise de découvrir que même un peu d’exercice améliorait mon 
endurance et
capacité à courir un peu plus loin à chaque fois. Cela a créé encore plus d’enthousiasme et j’ai acheté un
chronomètre et livre blanc à utiliser comme journal intime. J'ai mis en place un parcours de trois 
kilomètres et jalonné
chaque quart de mille. Dans le journal, j’ai entré la date, ma distance, mon temps et comment je me 
sentais physiquement.
temps j'ai couru. Maintenant, je pensais que j'étais bien sur le chemin des cinq miles, jusqu'à ce que je 
couru littéralement dans mon prochain jeu de
problèmes.
Les plus importantes étaient les pensées contradictoires et distrayantes qui inondaient ma conscience 
chaque fois que je
décidé que je voulais sortir et courir. J'ai été surpris par le nombre (et l'intensité) des raisons pour 
lesquelles j'ai trouvé
pour ne pas le faire: "Il fait chaud [ou] froid dehors", "On dirait qu'il va pleuvoir", "Je suis encore un peu 
fatigué de
la dernière fois que j'ai couru (même si c'était il y a trois jours), "" Personne d'autre que je connais ne le 
fait, "ou le plus
répandu, "je vais aller dès que cette émission de télévision est terminée" (bien sûr, je ne suis jamais 
allé). Je n'en connaissais pas d'autre
façon de faire face à cette énergie mentale conflictuelle, sauf pour réorienter mon attention consciente sur
ce que j'étais
essayant d'accomplir. Je voulais vraiment faire cinq miles d'ici la fin de l'été. Je l'ai trouvé
Parfois, mon désir était plus fort que le conflit. En conséquence, j'ai réussi à mettre mes chaussures de 
course,
réellement sortir et commencer à courir. Cependant, plus souvent qu'autrement, mon conflit et distraire
les pensées m'ont fait rester sur place. En fait, au début, j’estime que les deux tiers du temps que j’ai
était incapable de dépasser l'énergie conflictuelle.
Le problème suivant que j’ai rencontré était que lorsque j’ai commencé à approcher le point où j’ai pu 
courir
un kilomètre, j'étais tellement ravie que je me suis dit que j'allais avoir besoin d'un
mécanisme pour me rendre à cinq miles. Je me suis dit qu'une fois arrivé au point où je pouvais courir 
deux ou
peut­être trois milles, je serais tellement ravi que je ne ressentirais aucun besoin de
remplir mon objectif de cinq milles. Alors je me suis fait une règle. Vous pourriez appeler cela la règle 
des cinq milles. "Si je
réussi à mettre mes chaussures de sport et à sortir malgré toutes les pensées contradictoires qui 
essayaient de
ne me parlez pas, je me suis engagé à courir au moins un pas plus loin que la dernière fois que j'ai couru. 
"C'était
certainement bien si je courais plus d’un pas plus loin, mais ça ne pouvait pas être moins d’un pas, peu 
importe
quoi. En fin de compte, je n’ai jamais enfreint cette règle et à la fin de l’été, j’ai atteint cinq milles.

Page 128
Mais alors, quelque chose de vraiment intéressant et complètement imprévu s’est passé avant que je n’y 
arrive. Comme je
se rapprochait de la réalisation de mon objectif de cinq milles, petit à petit, les pensées contradictoires 
commencèrent à se dissiper.
Finalement, ils n'existaient pas du tout. À ce moment­là, j'ai découvert que si je voulais courir, j'étais tout
à fait libre de
faites­le sans aucune résistance mentale, conflit ou pensées contradictoires. Étant donné le combat qu’il 
avait été,
J'étais émerveillé (c'est le moins qu'on puisse dire). Le résultat: je me suis présenté très régulièrement 
pour les 16 prochains mois.
années. Pour ceux d’entre vous qui pourraient être intéressés, je ne cours plus autant parce qu’il ya cinq 
ans,
a décidé de recommencer à jouer au hockey sur glace.
Le hockey est un sport extrêmement intense. Parfois, je joue jusqu'à quatre fois par semaine. Considérant
mon âge (au­dessus de \ j) et le niveau d’effort requis par le sport, il me faut généralement un jour ou 
deux pour
récupérer, ce qui ne laisse plus beaucoup de place pour courir. Maintenant, si vous prenez ces 
expériences et
placez­les dans le contexte de ce que nous comprenons maintenant de la nature des croyances, il existe 
un certain nombre de
observations que nous pouvons faire:
1. Initialement, mon désir de courir était sans fondement dans mon système mental. En d'autres termes,
il n’existait aucune autre source d’énergie (concept énergique exigeant une expression) compatible avec 
ma
envie.
2. Je devais réellement faire quelque chose pour créer ce soutien. Pour créer la conviction que "je suis un 
coureur" requis
que je crée une série d'expériences compatibles avec la nouvelle croyance. Rappelez­vous que tout ce 
que nous pensons,
dire, ou fait contribue l'énergie à une certaine croyance en notre système mental. Chaque fois que j'ai 
vécu une
pensée contradictoire et a pu se recentrer avec succès sur mon objectif avec suffisamment de conviction 
pour
moi dans mes chaussures de course et à la porte, j’ai ajouté de l’énergie à la conviction que "je suis un 
coureur". Et juste
aussi important que par inadvertance, j'ai retiré de l'énergie de toutes les croyances qui plaideraient 
autrement. je dis
par inadvertance, car il existe diverses techniques spécifiquement conçues pour identifier et désactiver
croyances contradictoires, mais à cette époque de ma vie, je ne comprenais pas la dynamique sous­
jacente de la
processus de transformation que je traversais. Donc, il ne m'est pas venu à l'esprit de profiter de
ces techniques.
3. Maintenant, je peux s’exprimer sans effort (d’un point de vue mental) en coureur, parce que "je suis un
coureur. "Ce concept dynamisé est maintenant une partie fonctionnelle de mon identité. Quand j'ai 
commencé, je
arrivé à avoir un certain nombre de croyances contradictoires sur la course. En conséquence, j'avais 
besoin de la technique de
l'autodiscipline à bfCCITic One. Maintenant, je n'ai plus besoin d'autodiscipline parce que "bHn" a. rj ^ 
iicr "'c" qui je L ­
~ o am. "Lorsque nos bfeliers sont complètement alignés sur nos objectifs ou nos désirs, il n’ya aucune 
source de
énergie conflictuelle. S'il n'y a pas de source d'énergie conflictuelle, alors il n'y a pas de source de 
distraction
pensées, excuses, rationalisations, justifications ou erreurs (conscientes ou inconscientes).
4. Les croyances peuvent être changées, et s’il est possible de changer une croyance, alors il est possible 
de changer
croyance, si vous comprenez que vous ne les changez pas vraiment, mais que vous ne faites que 
transférer de l'énergie d'un
concept à l'autre. (La forme de la croyance visée par le changement reste intacte.) Par conséquent, deux
des croyances complètement contradictoires peuvent exister côte à côte dans votre système mental. Mais 
si vous avez dessiné le

Page 129
l'énergie d'une croyance et complètement énergisé l'autre, aucune contradiction n'existe d'un fonctionnel
la perspective; seulement la conviction que l’énergie aura la capacité d’agir en tant que force sur votre 
état de
l'esprit, sur votre perception et l'interprétation de l'information, et votre comportement. Maintenant, le 
seul but
de négocier mécaniquement est de vous transformer en un commerçant toujours avec succès. S'il y a 
quelque chose
dans votre environnement mental qui est en conflit avec les principes de la création de la conviction 
que "je suis un
trader avec succès ", vous devrez alors utiliser la technique de l'autodiscipline pour
Intégrez ces principes en tant que partie dominante et fonctionnelle de votre identité. Une fois que les 
principes deviennent
"qui vous êtes", vous n'aurez plus besoin de discipline personnelle, car le processus "d'être cohérent" sera
devenir sans effort. Rappelez­vous que la cohérence n’est pas la même chose que la capacité d’exercer 
un métier gagnant,
ou même une chaîne de métiers gagnants d'ailleurs, car mettre sur un métier gagnant nécessite
absolument aucune compétence. Tout ce que vous avez à faire est de deviner correctement, ce qui n’est 
pas différent de deviner le
résultat d'un tirage au sort, alors que la cohérence est un état d'esprit qui, une fois atteint, ne vous 
permettra plus
"être" de toute autre manière. Vous n'aurez pas à essayer d'être cohérent, car ce sera une fonction 
naturelle de votre
identité. En fait, si vous devez essayer, c'est une indication que vous n'avez pas complètement intégré le
les principes du succès constant en tant que croyances dominantes et non combattues. Par exemple, 
prédéfinir votre risque est
une étape dans le processus de "être cohérent". Si un effort particulier est nécessaire pour prédéfinir votre
risque, si vous
devez vous rappeler consciemment de le faire, si vous rencontrez des pensées contradictoires (en 
substance,
essayer de vous dissuader de le faire), ou si vous vous retrouvez dans un métier où vous n’avez pas 
prédéfini votre
risque, alors ce principe n'est pas une partie dominante, fonctionne de votre identité. Ce n'est pas "qui 
vous êtes". Si ça
étaient, il ne vous serait même pas venu à l'esprit de ne pas prédéfinir votre risque. Si et quand toutes les 
sources de conflit
ont été désactivés, vous ne pouvez plus "être" autrement. Ce qui était autrefois un
la lutte deviendra pratiquement sans effort. À ce stade, il peut sembler à d’autres personnes que vous êtes
tellement
disciplinés (parce que vous pouvez faire quelque chose qu’ils trouvent difficile, voire impossible), mais 
la réalité est que
vous n'êtes pas du tout discipliné; vous travaillez simplement à partir d'un ensemble de croyances 
différentes qui obligent
vous devez vous comporter de manière conforme à vos désirs, objectifs ou objectifs.
CRÉER UNE CONVICTION DANS LA COHÉRENCE
Créer l’idée que «je suis un gagnant régulier» est l’objectif principal, mais comme mon intention
devenir un coureur, il est trop large et abstrait à mettre en œuvre sans le décomposer en une étape à la 
fois
processus. Donc, ce que je vais faire est de briser cette croyance en ses plus petites parties définissables 
et ensuite donner
vous un plan pour intégrer chaque partie en tant que croyance dominante. Les sous­croyances suivantes 
sont le bâtiment
Penser comme un commerçant 185 blocs qui constituent la structure sous­jacente de ce que signifie "être 
un
gagnant cohérent. "

Page 130
JE SUIS UN GAGNANT CONSISTANT PARCE QUE:
1. J'identifie objectivement mes arêtes.
2. Je prédéfinis le risque de chaque commerce.
3. J'accepte complètement les risques ou je suis prêt à abandonner le commerce.
4. J'agis sur les bords sans réserve ni hésitation.
5. Je me paie comme le marché me donne de l'argent.
6. Je surveille continuellement ma susceptibilité à faire des erreurs.
7. Je comprends la nécessité absolue de ces principes de succès constant et, par conséquent, je
ne jamais les violer.
Ces croyances sont les sept principes de cohérence. Pour intégrer ces principes dans votre mental
système à un niveau fonctionnel nécessite la création intentionnelle d’une série d’expériences cohérentes
avec eux. Ce n'est pas différent du garçon qui voulait jouer avec les chiens ou de mon désir d'être un 
coureur.
Avant de pouvoir jouer avec un chien, le garçon devait d'abord faire plusieurs tentatives pour s'en 
approcher.
Finalement, à mesure que l’équilibre énergétique de son système mental se modifiait, il pouvait jouer 
avec des chiens sans aucune contrainte.
résistance interne. Pour devenir coureur, je devais créer l'expérience de courir malgré tout
à l'intérieur de moi qui a soutenu le contraire. Finalement, à mesure que l’énergie changeait de plus en 
plus en faveur de cette nouvelle
définition de moi­même, la course à pied est devenue une expression naturelle de mon identité.
De toute évidence, ce que nous essayons d'accomplir ici est bien plus complexe que de devenir coureur 
ou caresser
un chien, mais la dynamique sous­jacente du processus est identique. Nous allons commencer avec un 
objectif spécifique.
Le premier principe de cohérence est la conviction "j'identifie objectivement mes arêtes". Le mot clé ici 
est
objectivement. Être objectif signifie qu'il n'y a pas de potentiel pour définir, interpréter et donc percevoir
informations sur le marché sous un angle douloureux ou euphorique.
Pour être objectif, vous devez agir en vous fondant sur des convictions qui gardent vos attentes neutres et
en tout temps.
prendre en compte les forces inconnues. Rappelez­vous, vous devez former votre esprit spécifiquement 
pour être
objectif et de rester concentré sur le «flux d’opportunités du moment présent». Nos esprits ne sont pas 
naturellement câblés
de penser de cette façon, donc pour être un observateur objectif, vous devez apprendre à penser du 
marché
la perspective. Du point de vue du marché, il existe toujours des forces inconnues (traders) qui attendent 
pour agir
mouvement des prix. Par conséquent, du point de vue du marché, "chaque moment est vraiment unique", 
même
bien que le moment puisse avoir l’air, sembler ou être exactement le même qu’un moment mémorisé 
dans votre
banque de mémoire.
Dès que vous décidez ou supposez que vous savez ce qui va se passer ensuite, vous allez 
automatiquement
attendez­vous à avoir raison. Cependant, ce que vous savez, du moins au niveau rationnel de la pensée, 
ne peut que prendre en compte
considérez votre passé unique, qui peut ne pas avoir de relation avec ce qui se passe réellement
du point de vue des marchés. À ce stade, toute information sur le marché qui ne correspond pas à votre
l’attente a le potentiel d’être définie et interprétée comme douloureuse. Pour éviter de ressentir la 
douleur,

Page 131
votre esprit compensera automatiquement, en évitant la douleur à la fois consciente et subconsciente
mécanismes, pour toute différence entre ce que vous attendez et ce que le marché offre. Ce que vous
l'expérience sera communément appelé une "illusion". Dans un état d'illusion, vous n'êtes ni objectif
ni connecté au "flux d'opportunité maintenant moment."
Au lieu de cela, vous devenez susceptible de commettre toutes les erreurs de trading typiques (hésiter, 
sauter le
arme à feu, ne prédéfinissant pas votre risque, définissant votre risque mais refusant de prendre la perte 
et laissant le commerce tourner
dans un plus grand perdant, sortir d'un commerce gagnant trop tôt, ne retirant aucun profit d'un gagnant
commerce, permettant à un commerce gagnant de se transformer en perdant, rapprochant un arrêt de 
votre point d’entrée,
et regarder le marché de retour en votre faveur, ou la position trop grand commerce par rapport à
votre équité). Les cinq vérités fondamentales sur le marché garderont vos attentes neutres, concentrées
votre esprit dans le «courant d’opportunité du moment présent» (en dissociant le moment présent de 
votre
passé) et, par conséquent, éliminer votre potentiel de commettre ces erreurs. Quand vous arrêtez de faire 
du trading
erreurs, vous allez commencer à vous faire confiance. Au fur et à mesure que votre confiance en vous 
augmente, votre sens de
confiance en soi. Plus votre confiance en vous sera grande, plus il sera facile d’exécuter vos transactions 
(agissez sur votre
bords sans réserve ni hésitation).
Les cinq vérités créeront également un état d'esprit dans lequel vous accepterez réellement les risques du 
trading.
Lorsque vous acceptez réellement les risques, vous serez en paix avec tout résultat. Quand tu es en paix
quel que soit le résultat, vous ferez l'expérience d'un état d'esprit objectif et sans soucis, où vous vous 
ferez vous­même
disponible pour percevoir et agir sur tout ce que le marché vous offre (de son point de vue) à tout 
moment
étant donné "maintenant le moment." Le premier objectif est d’intégrer, en tant que croyance dominante, 
"j’identifie
"Le défi est maintenant, comment vous y rendre? Comment vous transformez­vous en une personne qui
peut toujours penser dans la perspective du marché? Le processus de transformation commence par votre
désir
et votre volonté de vous recentrer sur l'objet de votre désir (autodiscipline). Le désir est une force. Cela 
fait
ne devez pas coïncider ni être d’accord avec tout ce que vous croyez être vrai à propos de la nature des
commerce.
Une volonté claire visant directement un objectif spécifique est un outil très puissant. Vous pouvez 
utiliser la force de
votre désir de créer une toute nouvelle version ou dimension de votre identité; déplacer l'énergie entre 
deux ou
des concepts plus contradictoires; ou changer le contexte ou la polarité de vos souvenirs de négatif à
positif. Je suis sûr que vous connaissez le dicton "Décide­toi." L'implication de "faire
dans nos esprits "est que nous décidons exactement ce que nous désirons avec autant de clarté 
(absolument aucune
doutes) et avec tant de conviction que littéralement rien ne nous fait obstacle, que ce soit en interne ou
à l'extérieur. S'il y a assez de force derrière notre détermination, il est possible de vivre un changement 
majeur dans notre
structure mentale pratiquement instantanément.
La désactivation des conflits internes n’est pas une fonction du temps; c'est un désir centré sur la fonction
(même s'il peut
prendre beaucoup de temps pour arriver au point où nous nous décidons vraiment). Autrement,
En l’absence d’extrême clarté et de conviction, la technique de l’autodiscipline fera au fil du temps le
travail assez bien (si, bien sûr, vous êtes prêt à l'utiliser). Pour y arriver, il faut "se décider"

Page 132
avec autant de conviction et de clarté que possible que, plus que tout, vous souhaitez la cohérence
(l'état d'esprit de confiance, de confiance et d'objectivité) de votre trading. Ceci est nécessaire car si
vous êtes comme la plupart des commerçants, vous allez devoir affronter des forces conflictuelles très 
redoutables. Pour
Par exemple, si vous avez échangé pour vous élever de l'euphorie d'attraper un grand coup, pour 
impressionner votre
famille et amis, être un héros, satisfaire une dépendance à des récompenses aléatoires, avoir raison sur 
votre
prédictions, ou pour toute autre raison qui n’a rien à voir avec la cohérence, alors vous trouverez le
la force de ces autres motivations agira non seulement comme un obstacle à l'exercice commercial que je
suis sur le point
pour vous donner très difficile, mais il pourrait très bien être assez fort même pour vous empêcher de 
faire la
exercice du tout. Rappelez­vous le garçon qui n'a pas envie d'être comme les autres enfants et interagir 
avec
chiens? En substance, il a décidé de vivre avec la contradiction active entre ses accusés minimaux
conviction positive que tous les chiens ne sont pas dangereux et son noyau, conviction négative chargée 
que tous les chiens sont
dangereux. Il avait la capacité de percevoir des chiens amis, mais en même temps, il a trouvé impossible 
de
interagir avec eux. À moins qu'il ne veuille le changer, le déséquilibre énergétique entre ces deux 
croyances
restera exactement comme il est pour toute sa vie.
Pour commencer même ce processus, vous devez vouloir la cohérence au point de vouloir abandonner
toutes les autres raisons, motivations ou ordres du jour que vous avez pour le commerce qui ne sont pas 
compatibles avec la
processus d'intégration des croyances qui créent la cohérence. Un désir clair et intense est un absolu
condition préalable si vous voulez que ce processus fonctionne pour vous.
EXERCICE: APPRENDRE AU COMMERCE ET À LA POINTE, COMME UN CASINO '
Le but de cet exercice est de vous convaincre que le trading n’est qu’un simple jeu de probabilités.
(chiffres), pas très différent de tirer sur la poignée d'une machine à sous. Au niveau micro, le
les résultats aux bords individuels sont des occurrences indépendantes et aléatoires les unes par rapport 
aux autres.
Au niveau macro, les résultats d'une série d'opérations produiront des résultats cohérents. De
perspective des probabilités, cela signifie que, au lieu d’être la personne jouant à la machine à sous, en 
tant que
commerçant, vous pouvez être le casino si:
1. vous avez un avantage qui met véritablement les chances de succès en votre faveur;
2. vous pouvez penser à négocier de la manière appropriée (les cinq vérités fondamentales); et
3. vous pouvez faire tout ce que vous devez faire au cours d'une série d'opérations. Ensuite, comme les 
casinos, vous serez propriétaire du
jeu et être un gagnant cohérent.

Page 133
MISE EN PLACE DE L'EXERCICE
Choisissez un marché.
Choisissez un stock activement négocié ou un contrat à terme à négocier. Peu importe ce que c'est, tant 
que c'est
et vous pouvez vous permettre les exigences de marge pour négocier au moins trois cents actions ou trois
contrats à terme par métier.
Choisissez un ensemble de variables de marché qui définissent un avantage. Cela peut être n'importe 
quel système commercial que vous voulez. le
système commercial ou la méthodologie que vous choisissez peut être mathématique, mécanique ou 
visuel (basé sur
modèles dans les tableaux de prix). Peu importe que vous conceviez personnellement le système ou que 
vous l’achetiez auprès de
quelqu'un d'autre, vous n'avez pas besoin de prendre trop de temps ou d'être trop difficile pour trouver ou
développer le meilleur ou
bon système. Cet exercice ne concerne pas le développement de système et ne constitue pas un test de 
vos analyses.
capacités. En fait, les variables que vous choisissez peuvent même être considérées comme médiocres 
par la plupart des standards des traders,
parce que ce que vous allez apprendre en faisant cet exercice ne dépend pas de savoir si vous
réellement gagner de l'argent.
Si vous considérez cet exercice comme une dépense éducative, cela réduira le temps et les efforts 
nécessaires
vous pourriez sinon consacrer des efforts à la recherche des avantages les plus rentables. Pour ceux 
d'entre vous qui pourraient être
Je me demandais si je ne ferais aucune recommandation précise sur le système ou les variables
devrait utiliser, car je suppose que la plupart des gens qui lisent ce livre sont déjà bien scolarisés
analyse technique. Si vous avez besoin d’une aide supplémentaire, des centaines de livres sont 
disponibles sur le sujet,
ainsi que les vendeurs de systèmes qui sont plus que disposés à vous vendre leurs idées. Cependant, si 
vous avez fait un
tentative réelle de le faire vous­même, mais vous rencontrez toujours des problèmes pour choisir un 
système, vous pouvez contacter
moi à markdouglas.com ou tradinginthezone.com et je vais faire quelques recommandations. Peu 
importe
Le système que vous choisissez d'utiliser doit être conforme aux spécifications suivantes.
Entrée commerciale. Les variables que vous utilisez pour définir votre bord doivent être absolument 
précises. Le système a
être conçu de telle sorte qu'il ne vous oblige pas à prendre des décisions subjectives ou des jugements sur
si votre bord est présent. Si le marché est aligné de manière à respecter les variables rigides de
votre système, alors vous avez un commerce; sinon, vous n'avez pas de métier. Période! Aucun autre 
étranger ou
des facteurs aléatoires peuvent entrer dans l'équation.
Sortie Stop­Loss. Les mêmes conditions s'appliquent pour sortir d'un métier qui ne fonctionne pas. Votre
La méthodologie doit vous dire exactement combien vous devez risquer pour savoir si le commerce va 
fonctionner.
Il y a toujours un moment optimal où la possibilité qu'un métier ne fonctionne pas est tellement réduite,
en particulier en relation avec le potentiel de profit, que vous feriez mieux de prendre votre perte et 
obtenir votre
l'esprit clair pour agir sur le bord suivant. Laissons la structure du marché déterminer où se situe ce point 
optimal,
plutôt que d'utiliser un montant en dollars arbitraire que vous êtes prêt à risquer sur un commerce. Dans 
tout les cas,
Quel que soit le système que vous choisissiez, il doit être absolument exact, ne nécessitant aucune prise 
de décision subjective.

Page 134
Encore une fois, aucune variable étrangère ou aléatoire ne peut entrer dans l'équation.
Plage de temps. Votre méthodologie de trading peut être dans n’importe quel laps de temps qui vous 
convient, mais toutes vos entrées et
les signaux de sortie doivent être DUSCCi Salut cne même temps. Par exemple, si vous utilisez des 
variables qui identifient
un modèle particulier de support et de résistance sur un diagramme à barres de 30 minutes, puis votre 
objectif de risque et de profit
les calculs doivent également être déterminés dans un délai de 30 minutes. Cependant, la négociation 
dans un laps de temps
ne vous empêche pas d’utiliser d’autres calendriers comme filtres. Par exemple, vous pourriez avoir 
comme filtre une
règle qui stipule que vous n’accepterez que des transactions allant dans le sens de la tendance majeure. Il 
y a un
vieux axiome commercial que "la tendance est votre ami." Cela signifie que vous avez une plus grande 
probabilité de succès
lorsque vous négociez dans le sens d'une tendance majeure, s'il en existe une. En fait, le commerce le 
moins risqué, avec le
probabilité de succès la plus élevée, se produit lorsque vous achetez des creux (support) dans un marché 
à la hausse ou
ventes de rallyes (résistance) sur un marché en baisse. Pour illustrer le fonctionnement de cette règle, 
supposons que
vous avez choisi un moyen précis d'identifier les modèles de soutien et de résistance en 30 minutes
comme votre avantage. La règle est que vous n'accepterez que des transactions dans le sens d'une 
tendance majeure. UNE
Le marché en tendance est défini comme une série de hauts et de bas plus élevés pour un marché en 
hausse et un
série de hauts et de bas bas pour un marché en baisse. Plus le laps de temps est long, plus
significative de la tendance, de sorte qu'un marché à tendance sur un graphique à barres quotidien est 
plus significatif qu'un tendance
marché sur un graphique à barres de 30 minutes. Par conséquent, la tendance sur le graphique à barres 
quotidien aurait priorité sur
la tendance sur le graphique à barres de 30 minutes et serait considéré comme la tendance majeure.
Pour déterminer la direction de la tendance majeure, examinez ce qui se passe sur un graphique à barres 
quotidien. Si la
la tendance est à la hausse sur le quotidien, vous ne chercherez qu’une vente ou un retracement vers ce 
que votre avantage
définit comme support sur le graphique de 30 minutes. C'est là que vous deviendrez acheteur. D'autre 
part, si
la tendance est à la baisse sur le quotidien, vous ne chercherez qu'un rallye à la hauteur de ce que votre 
bord définit comme un
niveau de résistance pour être un vendeur sur le graphique de 30 minutes. Votre objectif est de 
déterminer, dans un
tendance du marché, à quel point il peut rebondir sur une base intraday et ne pas toujours violer la 
symétrie de la
tendance plus longue. Dans un marché à la hausse, votre objectif est de déterminer dans quelle mesure il 
peut vendre sur un marché
intraday sans violer la symétrie de la tendance à long terme. Il y a généralement très peu de risque
associés à ces points de support et de résistance intra­journaliers, car vous n'avez pas à laisser le marché
allez très loin au­delà d'eux pour vous dire que le commerce ne fonctionne pas.
Prendre des bénéfices. Croyez­le ou non, de toutes les compétences nécessaires pour réussir de manière 
constante
commerçant, apprendre à prendre des bénéfices est probablement le plus difficile à maîtriser. Une 
multitude de personnels, souvent
des facteurs psychologiques très complexes, ainsi que l’efficacité de l’analyse de marché, entrent en jeu
l'équation. Malheureusement, résoudre cette matrice complexe de problèmes va bien au­delà de la portée 
de
ce livre. Je le signale afin que ceux d’entre vous qui pourraient être enclins à se battre pour avoir quitté
l'argent sur la table peut vous détendre et vous donner une pause. Même après avoir acquis tous les autres
compétences, il faudra peut­être très longtemps avant que celui­ci ne se manifeste. Ne désespérez pas. Il 
y a un moyen de

Page 135
mettre en place un régime à but lucratif qui réponde au moins à l’objectif du cinquième principe de 
cohérence ("I
me payer comme le marché me donne de l’argent ").
Si vous voulez vous faire croire que vous êtes un gagnant constant, alors vous devrez
créer des expériences qui correspondent à cette croyance. Parce que l'objet de la croyance est en train de 
gagner
de manière cohérente, la manière dont vous prenez des bénéfices dans un commerce gagnant est d’une 
importance primordiale. C'est la seule partie
de l'exercice dans lequel vous aurez un certain degré de discrétion sur ce que vous faites. Le sous­jacent
La prémisse est que, dans un commerce gagnant, vous ne savez jamais jusqu'où le marché ira dans votre 
direction.
Les marchés vont rarement directement vers le haut ou vers le bas. (La plupart des actions Internet du 
NASDAQ à l’automne
1999 constituaient une exception évidente à cette affirmation.) En règle générale, les marchés remontent 
puis retracent quelques
partie du mouvement ascendant; ou descendre et revenir ensuite sur une partie du mouvement 
descendant. Celles­ci
les relations proportionnelles peuvent rendre très difficile le maintien d'un métier gagnant. Tu devrais 
être un
analyste extrêmement sophistiqué et objectif pour faire la distinction entre un retracement normal,
lorsque le marché a encore le potentiel d'évoluer dans la direction initiale de votre transaction, et un 
retracement
ce n'est pas normal, lorsque le potentiel de tout mouvement dans la direction d'origine de votre 
commerce est
grandement diminué, sinon inexistant.
Si vous ne savez jamais jusqu'où le marché ira dans votre direction, alors quand et comment allez­vous
bénéfices? La question de savoir quand est fonction de votre capacité à lire le marché et à choisir le plus 
probable
des taches pour que ça s'arrête. En l’absence de capacité à le faire de manière objective, la meilleure 
ligne de conduite d’un
perspective psychologique est de diviser votre position en tiers (ou quarts), et de l’étendre
lorsque le marché évolue en votre faveur. Si vous négociez des contrats à terme, cela signifie votre 
minimum
position pour un métier est au moins trois (ou quatre) contrats. Pour les actions, la position minimum est 
un nombre quelconque
des actions qui est divisible par trois (ou quatre), de sorte que vous ne vous retrouvez pas avec un ordre 
de lot impair. Voici la façon dont je
escalader une position gagnante. Quand j'ai commencé à trader, surtout au cours des trois premières 
années (1979)
jusqu'en 1981), j’analysais minutieusement et régulièrement les résultats de mes activités de trading. Un 
de
Ce que j’ai découvert c’est que j’ai rarement été empêché d’échanger une perte, sans que le marché aille 
au préalable
au moins un peu dans ma direction. En moyenne, seulement un métier sur dix était une transaction 
immédiate.
perdant qui n'est jamais allé dans ma direction. Sur les 25 à 30% restants des métiers qui ont été
En fin de compte perdants, le marché me suivait généralement par trois ou quatre tics avant de réviser et
m'arrêter. J'ai calculé que si j'avais l'habitude de prendre au moins un tiers de ma position initiale
off chaque fois que le marché m'a donné ces trois ou quatre tics, à la fin de l'année l'accumulation
les gains contribueraient grandement à payer mes dépenses. J'avais raison. À ce jour, j'ai toujours, sans
réserve ou d'hésitation, décoller une partie d'une position gagnante chaque fois que le marché me donne 
un peu
prendre.
Combien cela pourrait être dépend du marché; ce sera un montant différent dans chaque cas. Pour
Par exemple, dans les contrats à terme sur obligations du Trésor, je retire un tiers de ma position lorsque 
je reçois quatre tics. Dans le S & P
à terme, j'en retire un tiers pour un profit d'un demi et deux à deux points. Dans un commerce obligataire,
je ne fais généralement pas
risque plus de six tics pour savoir si le commerce va fonctionner. Utiliser un commerce à trois contrats 
comme

Page 136
Par exemple, voici comment cela fonctionne: si je me trouve dans une position et que le marché se met 
immédiatement contre moi
sans me donner au moins quatre tics en premier, je suis arrêté du commerce pour une perte de 18 tic, 
mais comme je
indiqué, cela n'arrive pas souvent. Plus probablement, le commerce va en ma faveur par une petite 
quantité
avant de devenir un perdant. Si au moins quatre tics me sont favorables, je prends ces quatre tics sur un
Contrat. Ce que j’ai fait, c’est réduire mon risque total sur les deux autres contrats de 10 tics. Si le 
marché
puis me retient des deux derniers contrats, la perte nette sur le commerce n’est que de 8 tics. Si je ne me 
fais pas arrêter
sur les deux derniers contrats et le marché évolue dans ma direction, je prends le tiers suivant de la 
position
à un objectif de profit prédéterminé.
Ceci est basé sur un support à long terme ou une résistance, ou sur le test d'un précédent significatif
haut ou bas. Lorsque je prends des bénéfices sur le deuxième tiers, je déplace également le stop­loss à 
mon entrée initiale
point. Maintenant, j'ai un bénéfice net sur le commerce, peu importe ce qu'il advient du dernier tiers de la
position.
En d'autres termes, j'ai maintenant une "opportunité sans risque". Je ne saurais trop insister ni l'éditeur
rendre les mots sur cette page assez gros pour souligner combien il est important pour vous de faire 
l'expérience de
"opportunité sans risque." Lorsque vous créez une situation dans laquelle il existe "une opportunité sans 
risque", il n'y a pas
moyen de perdre à moins que quelque chose d'extrêmement inhabituel ne se produise, comme une limite 
vers le haut ou vers le bas
votre arrêt. Si, dans des circonstances normales, il n’ya aucun moyen de perdre, vous expérimentez ce 
que cela signifie vraiment.
se sent comme dans un commerce avec un état d'esprit détendu et insouciant. Pour illustrer ce point, 
imaginez que vous
sont dans un métier gagnant; le marché a fait un pas assez important dans votre direction, mais vous 
n'avez pas pris
tout bénéfice parce que vous pensiez que cela allait encore plus loin.
Cependant, au lieu d’aller plus loin, le marché se négocie jusqu’à très proche de votre position initiale.
point d'accès. Vous paniquez et, en conséquence, vous liquidez le commerce, parce que vous ne voulez 
pas laisser ce qui était autrefois
un commerce gagnant se transforme en perdant. Mais dès que vous êtes sorti, le marché rebondit dans ce 
que
aurait été un métier gagnant. Si vous aviez bloqué des profits en vous développant, en vous mettant dans 
une
situation d’opportunité sans risque, il est très peu probable que vous ayez paniqué ou ressenti du stress 
ou
anxiété pour cette question. Il me reste encore un tiers de ma position. Et maintenant? Je cherche le plus 
probable
place pour le marché pour arrêter. C'est habituellement un haut ou un bas significatif sur une période plus
longue. Je place mon
afin de liquider juste en dessous de cet endroit dans une position longue ou juste au­dessus de cet endroit 
en position courte. je
passer mes commandes juste au­dessus ou juste en dessous parce que je ne me soucie pas de presser le 
dernier tic de la
Commerce. Au fil des ans, j'ai constaté que le fait d'essayer de faire cela ne valait tout simplement pas la 
peine. Un autre facteur que vous devez
prendre en considération est votre rapport risque / récompense. Le ratio risque / récompense est la valeur 
en dollars de la manière dont
vous devez prendre beaucoup de risques par rapport au potentiel de profit. Idéalement, votre ratio 
risque / récompense devrait être à
moins 3: 1, ce qui signifie que vous ne risquez qu'un dollar pour trois dollars de potentiel de profit. Si ton
et la façon dont vous évoluez dans vos transactions vous donnent un ratio risque / récompense de 3: 1, 
votre transaction gagnante
le pourcentage peut être inférieur à 50% et vous gagnerez toujours de l’argent de manière constante. Un 
risque 3: 1 à récompenser
le ratio est idéal. Cependant, pour les besoins de cet exercice, peu importe ce que c'est, peu importe
avec quelle efficacité vous évoluez, tant que vous le faites. Faites de votre mieux pour vous payer à un 
prix raisonnable
niveaux de profit lorsque le marché met l'argent à disposition. Chaque partie d'un métier que vous 
décollez en tant que

Page 137
gagnant contribuera à votre conviction que vous êtes un gagnant cohérent. Tous les chiffres finiront par
mieux s'aligner à mesure que votre confiance en votre capacité à être cohérent devient plus forte.
Trading en tailles d'échantillons. Le commerçant typique vit ou meurt pratiquement (émotionnellement)
des résultats de la
commerce le plus récent. Si c'était un gagnant, il ira volontiers au prochain échange; si ce n'était pas le 
cas, il va commencer à poser des questions
la viabilité de son bord. Pour savoir quelles variables fonctionnent, comment elles fonctionnent et ce qui 
ne fonctionne pas,
nous avons besoin d'une approche systématique, qui ne prend pas en compte les variables aléatoires. Ce
signifie que nous devons élargir notre définition du succès ou de l'échec à partir du commerce limité,
perspective du commerçant typique à une taille d’échantillon de 20 métiers ou plus. Tout bord que vous 
décidez sera
sur la base d’un nombre limité de variables de marché ou de relations entre ces variables
mesurer le potentiel du marché à la hausse ou à la baisse. Du point de vue du marché, chaque opérateur
qui a le potentiel de créer ou de retirer un commerce peut agir comme une force sur le mouvement des 
prix et est,
donc, une variable de marché. Aucun système de bord ou technique ne peut prendre en compte chaque 
commerçant et
ses raisons pour mettre ou enlever un métier. En conséquence, tout ensemble de variables de marché 
définissant une
Edge est comme un instantané de quelque chose de très fluide, capturant seulement une partie limitée de 
toutes les possibilités.
Lorsque vous appliquez un ensemble de variables au marché, elles peuvent très bien fonctionner sur une 
longue période
de temps, mais après un certain temps, vous pouvez constater que leur efficacité diminue. C'est parce que
le
la dynamique sous­jacente de l’interaction entre tous les acteurs (le marché) est en train de 
changer. Nouveau
les négociants viennent sur le marché avec leurs propres idées uniques sur ce qui est élevé et ce qui est 
faible, et d'autres
les commerçants partent.
Petit à petit, ces changements affectent la dynamique sous­jacente du mouvement du marché. Pas de 
cliché
(ensemble rigide de variables) peut prendre en compte ces changements subtils. Vous pouvez compenser 
ces
changements subtils dans la dynamique sous­jacente du mouvement du marché et toujours maintenir une
cohérence
approche en négociant des tailles d’échantillons. La taille de votre échantillon doit être suffisamment 
grande pour donner à vos variables une
test juste et adéquat, mais en même temps assez petit pour que si leur efficacité diminue, vous
peut le détecter avant de perdre une somme démesurée. J'ai trouvé qu'une taille d'échantillon d'au moins
20 métiers remplissent ces deux conditions.
Essai. Une fois que vous avez choisi un ensemble de variables conforme à ces spécifications, vous devez
tester
eux de voir à quel point ils travaillent. Si vous avez le logiciel approprié pour le faire, vous êtes 
probablement
déjà familiarisé avec les procédures. Si vous n'avez pas de logiciel de test, vous pouvez soit transférer le 
test
vos variables ou embaucher un service de test pour le faire pour vous. Si vous avez besoin d'une 
recommandation pour un test
service, contactez­moi à markdouglas.com ou tradinginthezone.com pour une référence. Dans tous les 
cas, restez en
l’objet de l’exercice est d’utiliser le négoce comme un moyen d’apprendre à penser de manière objective
perspective du marché), comme si vous étiez un exploitant de casino. À l’heure actuelle, la performance 
finale de
votre système n'est pas très important, mais il est important que vous ayez une bonne idée de ce à quoi 
vous pouvez vous attendre
en termes de ratio victoire / perte (nombre de transactions gagnantes par rapport au nombre de 
transactions perdantes)

Page 138
pour la taille de votre échantillon).
Accepter le risque. Une exigence de cet exercice est que vous sachiez d'avance exactement quels sont 
vos risques
correspond à chaque transaction dans la taille de votre échantillon de 20 transactions. Comme vous le 
savez maintenant, connaître le risque et accepter les
le risque sont deux choses différentes. Je veux que vous soyez aussi à l'aise que possible avec la valeur 
en dollars du
risque que vous prenez dans cet exercice. Parce que l’exercice nécessite que vous utilisiez une taille 
d’échantillon de 20 métiers, le
Le risque potentiel est que vous perdiez sur chacun des 20 métiers. C'est évidemment le pire des 
scénarios. C'est comme
probablement un événement que vous gagnerez sur tous les 20 métiers, ce qui signifie que ce n'est pas 
très probable. Néanmoins,
c'est une possibilité. Par conséquent, vous devez configurer l’exercice de manière à pouvoir accepter le 
risque.
(en dollars) de perdre sur les 20 métiers.
Par exemple, si vous négociez des futures sur S & P, votre avantage peut vous obliger à risquer trois 
points complets par
contrat pour savoir si le commerce va travailler. Puisque l'exercice exige que vous négociez un minimum
sur trois contrats par transaction, la valeur totale en dollars du risque par transaction est de 2 250 USD, si
vous utilisez de gros contrats.
La valeur en dollars accumulée du risque si vous perdez sur chacun des 20 métiers est de 45 000 $.
à l'aise de risquer 45 000 $ sur cet exercice.
Si vous n’êtes pas à l’aise, vous pouvez réduire la valeur en dollars du risque en négociant des contrats 
de S & P mini (E­
Mini). Ils représentent un cinquième de la valeur des gros contrats, de sorte que la valeur totale en dollars
du risque par transaction
passe à 450 $ et le risque accumulé pour les 20 transactions est de 9 000 $. Vous pouvez faire la même 
chose si
vous négociez des actions: continuez à réduire le nombre d'actions par transaction jusqu'à atteindre un 
point
où vous êtes à l'aise avec le risque total accumulé pour l'ensemble des 20 transactions. Ce que je ne veux 
pas que tu fasses
changez vos paramètres de risque établis pour satisfaire vos niveaux de confort.
Si, sur la base de vos recherches, vous avez déterminé qu’un risque en trois points dans le S & Ps est 
l’optimum
vous devez laisser le marché s'échanger contre votre avantage pour vous dire que cela ne vaut pas la 
peine de rester dans la position,
puis laissez­le à trois points. Ne modifiez cette variable que si elle est justifiée par une analyse technique
la perspective. Si vous avez tout fait pour réduire la taille de votre position et constatez que vous ne l'êtes
toujours pas
à l'aise avec la valeur monétaire accumulée de perdre sur tous les 20 métiers, alors je vous suggère de 
faire la
exercice avec un service de courtage simulé. Avec un service de courtage simulé, tout sur la
Le processus de création et de suppression de transactions, y compris les remplissages et les relevés de 
courtage, est exactement le même.
comme dans une société de courtage réelle, sauf que les transactions ne sont pas réellement entrées sur le
marché. Comme un
Résultat, vous n'avez pas d'argent en danger. Un service de courtage simulé est un excellent outil pour
pratique avec en temps réel, dans des conditions de marché réelles; c’est aussi un excellent outil pour 
tester en avant une
système commercial. Il y en a peut­être d'autres, mais le seul service de cette nature que je connaisse est
Auditrack.com.
Faire l'exercice. Lorsque vous avez un ensemble de variables conforme aux spécifications décrites,
vous savez exactement ce que chaque transaction va coûter pour savoir si ça va marcher, vous avez un 
plan pour
prendre des bénéfices, et vous savez ce que vous pouvez attendre comme un ratio gagnant­perdant pour 
la taille de votre échantillon, alors vous êtes

Page 139
prêt à commencer l'exercice. Les règles sont simples: négociez votre système exactement comme vous 
l'avez conçu.
Cela signifie que vous devez vous engager à échanger au moins les 20 prochaines occurrences de votre 
avantage ­ et non
juste le prochain métier ou les prochains métiers, mais tous les 20, peu importe quoi. Vous ne pouvez pas
dévier, utiliser ou être
influencé par d’autres facteurs externes, ou modifiez les variables qui définissent votre bord jusqu’à ce 
que
complété un échantillon complet. En mettant en place l’exercice avec des variables rigides qui 
définissent votre arête,
cotes relativement fixes et un engagement à accepter chaque transaction de la taille de votre échantillon, 
vous avez créé un
régime commercial qui duplique le fonctionnement d’un casino.
Pourquoi les casinos gagnent­ils régulièrement de l'argent sur un événement qui a un résultat 
aléatoire? Parce qu'ils savent
que sur une série d'événements, les chances sont en leur faveur. Ils savent aussi que pour se rendre 
compte des avantages du
cotes favorables, ils doivent participer à tous les événements. Ils ne peuvent pas s'engager dans un 
processus de cueillette et
choisir quelle main de blackjack, de rotation de la roue de roulette ou de lancer de dés ils vont
participer, en essayant de prédire à l'avance le résultat de chacun de ces événements individuels. Si vous
crois aux cinq vérités fondamentales et tu crois que le trading n’est qu’un jeu de probabilité, pas grand 
chose
différent de tirer la poignée d'une machine à sous, alors vous constaterez que cet exercice sera
sans effort ­ sans effort parce que votre désir de poursuivre avec votre engagement de prendre tous les 
métiers
dans la taille de votre échantillon et votre conviction dans la nature probabiliste du trading seront en 
parfaite harmonie.
En conséquence, il n'y aura pas de peur, de résistance ou de pensées distrayantes. Qu'est­ce qui pourrait 
t'empêcher de faire
exactement ce que vous devez faire, quand vous devez le faire, sans réserve ni hésitation? Rien!
D'autre part, si cela ne vous est pas déjà arrivé, cet exercice va créer un conflit
collision entre votre désir de penser objectivement dans les probabilités et toutes les forces à l'intérieur 
de vous qui sont
en conflit avec ce désir. La quantité de difficulté que vous aurez à faire cet exercice sera en directe
proportionnellement au degré d'existence de ces conflits. À un degré ou à un autre, vous ferez 
l'expérience
l'exact opposé de ce que j'ai décrit dans le paragraphe précédent. Ne soyez pas surpris si vous trouvez 
votre
Les deux premières tentatives de cet exercice sont pratiquement impossibles. Comment devriez­vous 
gérer ces
conflits? Surveillez­vous et utilisez la technique de l'autodiscipline pour vous recentrer sur votre 
objectif. Écrire
les cinq vérités fondamentales et les sept principes de cohérence, et les garde devant vous
à tout moment lorsque vous négociez.
Répétez­les fréquemment, avec conviction. Chaque fois que vous remarquez que vous pensez,
en disant, ou en faisant quelque chose qui est incompatible avec ces vérités ou ces principes, 
reconnaissez le conflit.
N'essayez pas de nier l'existence de forces en conflit. Ce sont simplement des parties de votre psyché qui 
sont
(compréhensible) plaidant pour leurs versions de la vérité. Lorsque cela se produit, recentrez­vous sur ce 
que
vous essayez d'accomplir. Si votre but est de penser objectivement, interrompez le processus 
d’association
vous pouvez rester dans le "flux d'opportunité maintenant moment"); évitez de vous tromper, de perdre
d’argent et de laisser de l’argent sur la table (pour que vous puissiez cesser de commettre des erreurs et 
commencer à faire confiance à
vous saurez exactement ce que vous devez faire. Suivez au mieux les règles de votre régime commercial
vous pouvez. Faire exactement ce que vos règles exigent tout en vous concentrant sur les cinq vérités 
fondamentales
éventuellement résoudre tous vos conflits sur la vraie nature du commerce. Chaque fois que vous faites 
réellement

Page 140
quelque chose qui confirme l’une des cinq vérités fondamentales, vous tirerez l’énergie de la
croyances contradictoires et ajouter de l'énergie à une croyance en probabilités et en votre capacité à 
produire
résultats cohérents. Finalement, vos nouvelles croyances deviendront si puissantes qu’elles ne prendront 
plus conscience de rien.
Efforcez­vous de penser et d’agir de manière à correspondre à vos objectifs.
Vous saurez avec certitude que penser avec des probabilités fait partie intégrante de votre identité 
lorsque vous
sera capable de passer par une taille d'échantillon d'au moins 20 métiers ou plus sans aucune difficulté,
la résistance, ou des pensées contradictoires vous empêchant de faire exactement ce que votre système 
mécanique
appels pour. Alors, et seulement alors, serez­vous prêt à entrer dans le subjectif ou intuitif plus avancé
étapes de la négociation.
Une note finale
Essayez de ne pas préjuger du temps qu'il vous faudra avant de pouvoir traiter au moins une taille 
d'échantillon de métiers,
suivre votre plan sans déviation, pensées distrayantes ou hésitation à agir. Cela prendra aussi longtemps 
que ça
prend. Si vous vouliez être un golfeur professionnel, il ne serait pas inhabituel de vous consacrer à 
frapper
10 000 balles de golf ou plus jusqu'à ce que la combinaison précise des mouvements de votre élan soit 
tellement enracinée
dans votre mémoire musculaire que vous n’aviez plus à y penser consciemment. Quand tu es dehors
frapper ces balles de golf, vous ne jouez pas un jeu réel contre quelqu'un ou gagner le grand
tournoi. Vous le faites parce que vous pensez que l'acquisition de compétences et la pratique vous 
aideront à gagner.
Apprendre à être un gagnant cohérent en tant que commerçant n'est pas différent. Je vous souhaite une 
grande prospérité.
dites "bonne chance", mais vous n'aurez vraiment pas besoin de chance si vous travaillez à acquérir les 
compétences appropriées.
ENQUÊTE SUR L'ATTITUDE
1. Pour gagner de l'argent en tant que commerçant, vous devez savoir ce que le marché va faire ensuite.
D 'accord en désaccord
2. Parfois, je me trouve à penser qu'il doit y avoir un moyen de commercer sans avoir à subir de perte.
D 'accord en désaccord
3. Gagner de l'argent en tant que commerçant est avant tout une fonction d'analyse.
D 'accord en désaccord
4. Les pertes sont une composante inévitable du trading.
D 'accord en désaccord

Page 141
5. Mon risque est toujours défini avant que j'entre dans un commerce.
D 'accord en désaccord
6. Dans mon esprit, il y a toujours un coût associé à la découverte de ce que le marché peut faire ensuite.
D 'accord en désaccord
7. Je ne prendrais même pas la peine de faire le prochain échange si je n'étais pas sûr que ce serait un 
gagnant.
D 'accord en désaccord
8. Plus un trader en saura sur les marchés et sur leur comportement, plus il lui sera facile de
exécuter ses métiers.
D 'accord en désaccord
9. Ma méthodologie me dit exactement dans quelles conditions de marché entrer ou sortir d'un trade.
D 'accord en désaccord
10. Même si j'ai un signal clair pour inverser ma position, je trouve cela extrêmement difficile à faire.
D 'accord en désaccord
11. J'ai connu des périodes de succès soutenus, généralement suivies de retraits assez drastiques
dans mon équité.
D 'accord en désaccord
12. Quand j'ai commencé à négocier, je décrivais ma méthodologie de négociation comme étant 
aléatoire.
succès entre beaucoup de douleur.
D 'accord en désaccord
13. J'ai souvent le sentiment que les marchés sont contre moi personnellement.
D 'accord en désaccord
14. Même si je peux essayer de "lâcher prise", il m'est très difficile de me passer des blessures 
émotionnelles.
D 'accord en désaccord
15. J’ai une philosophie de gestion monétaire fondée sur le principe de toujours prendre des
argent hors du marché quand le marché le rend disponible.
D 'accord en désaccord

Page 142
16. Le métier de commerçant consiste à identifier des tendances dans le comportement des marchés qui 
représentent une opportunité, puis
déterminer le risque de savoir si ces schémas se reproduiront comme ils l’ont fait par le passé.
D 'accord en désaccord
17. Parfois, je ne peux pas m'empêcher de penser que je suis victime du marché.
D 'accord en désaccord
18. Lorsque j'échange, j'essaie généralement de rester concentré sur une période donnée. D 'accord en 
désaccord
19. Les échanges commerciaux requièrent un degré de flexibilité mentale bien au­delà de la portée de la 
plupart des gens.
D 'accord en désaccord
20. Il y a des moments où je peux vraiment sentir le flot du marché; cependant, j'ai souvent de la 
difficulté
agir sur ces sentiments.
D 'accord en désaccord
21. Il arrive souvent que j’exerce un métier rentable et que je sache que le déménagement est 
pratiquement terminé, mais je
ne prend toujours pas mes bénéfices.
D 'accord en désaccord
22. Peu importe combien d’argent je gagne dans un métier, je suis rarement satisfait et j’ai le sentiment 
que j’aurais pu
fait plus.
D 'accord en désaccord
23. Quand j’exerce un métier, j’ai le sentiment d’avoir une attitude positive. Je prévois tout l'argent que 
je pourrais gagner
du commerce de manière positive.
D 'accord en désaccord
24. L’élément le plus important dans la capacité d’un commerçant à accumuler de l’argent au fil du 
temps est le
croyance en sa propre cohérence.
D 'accord en désaccord
25. Si vous souhaitiez pouvoir acquérir instantanément une compétence de trading, quelle compétence 
serait:
tu choisis?
26. Je passe souvent des nuits blanches à m'inquiéter du marché.
D 'accord en désaccord

Page 143
27. Vous êtes­vous déjà senti obligé de faire un échange parce que vous craigniez de manquer?
Oui Non
28. Bien que cela ne se produise pas très souvent, j'aime beaucoup que mes métiers soient 
parfaits. Quand je fais un parfait
appeler ça fait tellement bien que ça compense toutes les fois que je ne le fais pas.
D 'accord en désaccord
29. Ne vous est­il jamais arrivé de planifier des opérations que vous n'exécutez jamais et d'exécuter des 
opérations que vous n'exécutez jamais?
prévu?
Oui Non
30. En quelques phrases, expliquez pourquoi la plupart des commerçants ne gagnent pas d’argent ou ne 
sont pas en mesure de conserver quoi que ce soit.
ils font.

Vous aimerez peut-être aussi