Vous êtes sur la page 1sur 99

2011

 
  Avril  

 
 
 

 
 
 
 

LA  DOUBLE  NATIONALITÉ  
 
   
 
Une  collection   de  documents  d  u  travail  du  Congrés  des  Haïtiens  pour  Fortifier  Haïti  pour    
avancer  la  mouvement  sur  la  double  nationalité,  les  articles  pertinents  de  la  constitution,  et  
les  recommandations  faites  à  la  49ème  Législature  sur  la  nationalité.  
 
presentée  par  :  
Le  Congrès  des  Haïtiens  pour  Fortifier  Haïti  et    
Le  Congrès  des  Haïtiens  pour  l’Engagement  Civique  
 

Haitian Congress to Fortify Haiti & Haitian Congress for Civic Engagement ♦ 1227
Dodge Avenue ♦ Evanston, IL 60202Tel: 847-475-5856 / Fax: 847-424-1049 ♦
contact@haitiancongress.org ♦ www.haitiancongress.org ♦ www.haitiancongresspac.org
-­‐TABLE  DES  MATIÈRES-­‐  
 
SECTION  I  -­‐  LE  TRAVAIL  DU  CONGRÈS  DES  HAÏTIENS  SUR  LA  DOUBLE  
NATIONALITÉ  
 
1. Les  points  importants  à  signaler  sur  la  double  nationalité              p.  3-­‐10  
2. L'histoire  du  Congrès  sur  la  double  nationalité              p.  11-­‐14  
3. Pétition  au  Parlement  Haïtien,  Nov  2005                p.  15-­‐18  
4. Proposition  de  loi  du  Congrès    des    Haïtiens,  Mai      2009            p.  19-­‐22  
5. Rapport  sur      notre    conférence,      Haïti      2009                p.  23-­‐30  
6. Exemples      des      lettres      d’invitation                  p.  31-­‐38  
7. Double    nationalité  à  travers  le  monde                p.  39-­‐44  
8. Questions  et      réponses      double      nationalité      2009              p.  45-­‐50  
9. Questions  et      réponses      double      nationalité      2010                        p.  51-­‐60  
10.  Appels  conférence,  Agenda  2010                  p.  61-­‐62  
 
SECTION  II  –  LÉGISLATION  
1. Articles  importants  sur  la  double  nationalité                p.  65-­‐86  
2. Recommandations  à  la  49ème  législature                  p.  87-­‐95  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
 
 

   
 
SECTION  I:  
 
LE  TRAVAIL  DU  CONGRÈS  DES  
HAÏTIENS  SUR  LA  DOUBLE  
NATIONALITÉ  
 
1. Les  points  importants  à  signaler  sur  la  double  nationalité  (p.  3-­‐10)  
2. L'histoire  du  Congrès  sur  la  double  nationalité  (p.  11-­‐14)  
3. Pétition  au  Parlement  Haïtien,  Nov  2005  (p.  15-­‐18)  
4. Proposition  de  loi  du  Congrès    des    Haïtiens,  Mai      2009  (p.  19-­‐22)  
5. Rapport  sur      notre    conférence,      Haïti      2009  (p.  23-­‐30)  
6. Exemples      des      lettres      d’invitation  (p.  31-­‐38)  
7. Double    nationalité  à  travers  le  monde  (p.  39-­‐44)  
8. Questions  et      réponses      double     nationalité      2009  (p.  45-­‐50)  
9. Questions  et      réponses      double      nationalité      2010  (p.  51-­‐60)  
1O.  Appels  conférence,  Agenda  2010  (p.  61-­‐62)  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
2
LES POINTS IMPORTANTS À SIGNALER
SUR LA DOUBLE NATIONALITÉ

QUESTIONS  et  RÉPONSES  


Q-1. Quand est-ce qu’un individu a une Double Nationalité?
R-2. Un individu a une Double Nationalité quand il est à la fois citoyen de deux pays.

Q-2. Y a t-il un nombre considérable de pays qui acceptent la Double Nationalité?


R-2. Oui, un grand nombre de pays à travers le monde ont opté pour la Double Nationalité. Et
ce nombre ne fait qu’augmenter.

Q-3. Un enfant peut-il avoir la Double Nationalité à la naissance?


R-3 Oui, si l’enfant a pris naissance dans un pays étranger qui accepte la Double Nationalité
aussi bien que le pays d’origine de ses parents.

Q-4. Quand une personne obtient la Nationalité d’un autre pays par voie de naturalisation, a-t-
elle aussitôt une Double Nationalité?
R-4. Cela dépend. Si les deux pays en question reconnaissent la Double Nationalité, la réponse
est oui; dans le cas contraire, non.

Q-5. Puisse quelqu’un qui a une Double Nationalité voyager avec deux (2) passeports?
R-5. Oui, quelqu’un qui a une Double Nationalité peut voyager avec deux(2) passeports.

Q-6. La Double Nationalité, est-ce un concept nouveau?


R-6. Non, c’est un principe de vieille date qui a tendance à devenir de plus en plus populaire.

Q-7. La Double Nationalité, présente-t-elle certains avantages?


R-7. Bien sur. En voici quelques uns: droit de propriété; facilité d’obtenir un emploi des deux
cotés; bénéficier des droits de pension, d’incapacité et de survivance si c’est offert par les
deux pays de citoyenneté; habilité de voyager avec deux (2) passeports;
être en mesure d’exercer ses droits civils et politiques.

Q-8. Existe t-il dans la déclaration de la 48ème Législature des changements concrets ou des
modifications aux Articles relatifs à la nationalité?s
R-8. Plusieurs Articles ont été modifiés, notamment Articles 11, et Article 12. D’autres
Articles ont été tout bonnement éliminés, tels que Articles 12.1, 12.2, 13, 14 et 15.
L’Article 11 se lit désormais comme suit: Possède la nationalité haïtienne de naissance
tout individu né d’un père haïtien ou d’une mère haïtienne qui eux mêmes n’avaient pas
répudié leur nationalité au moment de la naissance de l’enfant.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     3
2

Et l’Article 12 se lit désormais comme suit: Tout haitien est soumis à l’ensemble des
droits et obligations attachés à sa nationalité.

Aucun haitien ne peut, à l’endroit des autorités haitiennes, faire prévaloir sa nationalité
étrangère sur le territoire de la Republique d’Haiti.

Q-9. Qu’est-ce qui est à l’origine de la proposition d’amendement de la constitution declaree


par la 48eme Legislature?
R-9. D’apres l’Article 282 de la constitution de 1987, le Pouvoir Législatif, sur la proposition
de l’une des deux (2) chambres ou du Pouvoir Executif, a le droit de déclarer qu’il y a
lieu d’amender la constitution, avec motifs a l’appui.

En l’occurrence, le Pouvoir Executif avait forme une commission pour examiner la


constitution et determiner si un amendement se révélait nécessaire. La commission lui
avait remis son rapport le 10 juillet 2009. Apres avoir revise ce rapport, le 4 septembre
2009, l’Exécutif avait fait sa recommandation au Parlement afin de declarer qu’il y a lieu
d’amender la constitution. Et c’est ce qu’a fait la 48eme Législature.
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     4
ARTICLES  IMPORTANTS  SUR  LA  NATIONALITÉ  

TITRE II
DE LA NATIONALITÉ HAÏTIENNE
Article 10: Les règles relatives à la nationalité haïtienne sont déterminées par la loi.

Article 11: Possède la nationalité haïtienne d’origine, tout individu né d’un père haïtien ou
d’une mère haïtienne qui eux-mêmes sont nés Haïtiens et n’avaient jamais renoncé à
leur nationalité au moment de la naissance.

Article 12: La nationalité haïtienne peut être acquise par la naturalisation.

Article 12-1: Tout étranger après cinq (5) ans de résidence continue sur le territoire de la
République peut obtenir la nationalité haïtienne par naturalisation, en se conformant aux
règles établies par la loi.

Article 12-2: Les Haïtiens par naturalisation sont admis à exercer leur droit de vote, mais
ils doivent attendre cinq (5) ans après la date de leur naturalisation pour être éligibles ou
occuper des fonctions publiques autres que celles réservées par la constitution et par la
loi aux Haïtiens d’origine.

Article 13: La nationalité haïtienne se perd par:


1) La naturalisation acquise en pays étranger;
2) L’occupation d’un poste politique au service d’un gouvernement étranger;
3) La résidence continue à l’étranger pendant trois (3) ans d’un individu étranger naturalisé
haïtien, sans une autorisation régulièrement accordée par l’autorité compétente. Quiconque
perd ainsi la nationalité haïtienne, ne peut la recouvrer.

Article 14: L’Haïtien naturalisé étranger peut recouvrer sa nationalité haïtienne, en


remplissant toutes les conditions et formalités imposées à l’étranger par la loi.

Article 15: La double nationalité haïtienne et étrangère n’est admise en aucun cas.

TITRE IV
DES ETRANGERS
Article 55: Le droit de propriété immobilière est accordé à l’étranger résidant en Haïti pour les
besoins de sa demeure.

Article 55-1: Cependant, l’étranger résidant en Haïti ne peut être propriétaire de plus d’une
maison d’habitation dans un même arrondissement. Il ne peut en aucun cas se livrer au trafic de
location d’immeubles. Toutefois, les sociétés étrangères de promotion immobilières bénéficient
d’un statut spécial réglé par la loi.

Article 55-2: Le droit de propriété immobilière est également accordé à l’étranger résidant en
Haïti et aux sociétés étrangères pour les besoins de leurs entreprises agricoles, commerciales,

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     5
4

industrielles, religieuses, humanitaires ou d’enseignement, dans les limites et conditions


déterminées par la loi.

Article 55-3: Aucun étranger ne peut être propriétaire d’un immeuble borné par la frontière
terrestre haïtienne.

Article 55-4: Ce droit prend fin cinq (5) années après que l’étranger n’a cessé de résider dans le
pays ou qu’ont cessé les opérations de ces sociétés, conformément à la loi qui déterminent les
règlements à suivre pour la transmission et la liquidation des biens appartenant aux étrangers.

Article 55-5: Les contrevenants aux susdites dispositions ainsi que leurs complices seront punis
conformément à la loi.

Article 56: L’étranger peut être expulsé du territoire de la République lorsqu’il s’immisce dans la
vie politique du pays et dans les cas déterminés par la loi.

UNE RECOMMANDATION FAITE À LA 49ème LEGISLATURE SUR LA NATIONALITÉ

ARTICLE 11
Possède la Nationalité Haïtienne d’origine, tout individu né d’un père haïtien ou d’une mère
haïtien qui eux memes sont nés Haïtiens et n’avaient jamais renounce à leur nationalité au
moment de la naissance.

PROPOSITION  DE  LOI  CONCERNANT  LA  QUESTION  DE  LA  DOUBLE  NATIONALITÉ  
Mai  2009  
Présentée  au:   PARLEMENT  DE  LA  RÉPUBLIQUE  D’HAITÏ  
Par:       CONGRÈS  DES  HAITÏENS  POUR  FORTIFIER  HAITÏ  /    
CONGRÈS  DES  HAITÏENS  POUR  ENGAGEMENT  CIVIQUE  
 
Pour  ce  faire,  il  faut  la  suppression  des  Articles  13,  14,  et  18  et  la  réformulation  des  
Articles  11,  15,  91,  96,  135,  157,  200-­‐5  de  notre  constitution.  
 
Article  11:  Possède  la  nationalité  haitïenne,  tout  individu  né  d’un  père  haitïen  ou  d’une  
mère  haitïenne,  qu’importe  son  lieu  de  naissance.  
 
Article  15:  La  double  nationalité  haitïenne  et  étrangère  est  admise  en  Haitï.  Un  haitïen  
reste  et  demeure  haitïen.  
 
Article  15.1:  Tout  enfant  né  en  Haitï  de  parents  étrangers,  à  l’exception  des  enfants  des  
diplomates,  peut  à  sa  majorité  et  sur  demande  jouir  de  la  nationalité  haitïenne  
conjointement  avec  celle  (s)  de  ses  parents

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     6
 
PAYS DANS LESQUELS LA DOUBLE NATIONALITÉ EST ADMISE:
1. Afganistan 42. Royaume Uni
2. Antigua-et-Buta 43. La Grenade
3. Albanie 44. La Georgie
4. Arménie 45. Le Ghana
5. Angola 46. La Grèce
6. Argentina 47. Le Guatemala
7. Autriche 48. Le Honduras
8. Australie 49. La Croatie
9. Bosnie-Herzegovine 50. La Hongrie
10. Barbade 51. L’Irlande
11. Bangladesh 52. Israël
12. Belgique 53. Iran
13. Burkina Faso 54. Italie
14. Bulgarie 55. Jamaique
15. Bénin 56. Jordanie
16. Bolivie 57. Kirghizistan
17. Brésil 58. Cambodge
18. Bélarus 59. Saint-Kills-et-Nevis
19. Bélize 60. Corée du Sud
20. Canada 61. Liban
21. Congo 62. Sainte-Lucie
22. La République Centrale Africaine 63. Liechtenstein
23. La Suisse 64. Lituanie
24. Côte d’Ivoire 65. Luxembourg
25. Chili 66. Léttonie
26. Colombie 67. Le Maroc
27. Costa-Rica 68. La République de Moldova
28. Serbie-et Montenegro 69. Madagascar
29. Cap-Vert 70. L’ex-République Yougoslave
30. Chypré (Macédoine)
31. La République Tchèque 71. Le Mali
32. Allemagne 72. La Mongolie
33. Danemark 73. La Mauritanie
34. Dominique 74. Le Malte
35. La République Dominicaine 75. Maurice
36. Equateur 76. Les Maldives
37. Estonie 77. Le Mexique
38. Egypte 78. La Namibie
39. Erythree 79. Le Nigéria
40. Finlande 80. Les Pays-Bas
41. France 81. La Norvège

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     7
6

82. La Nouvelle Lelande 96. Le Togo


83. Le Péru 97. La Tunisie
84. Les Philippines 98. La Turquie
85. Le Pakistan 99. La Trinite-et-Tobago
86. La Pologne 100. Tuvalu
87. Le Portugal 101. Taiwan
88. Le Paraguay 102. Ukraine
89. La Roumanie 103. Etats-Unis d’Amérique
90. La Fédération de Russie 104. Uruguay
91. La Suède 105. Ouzbekistan
92. La Slovaquie 106. Saint-Vincent-et-les Grenadines
93. Le Sénégal 107. La Vietnam
94. El Salvador 108. Afrique du sud
95. La République Arabe Syrienne

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
8
7

PAYS DANS LESQUELS LA DOUBLE NATIONALITÉ EST ADMISE D’UNE


MANIERE SELECTIVE:
1. Azerbaidjan 37. La Thailande
2. Le Bhoutan 38. Le Tadjikistan
3. La Chine 39. Le Timor-Leste
4. Cuba 40. Le Turkmenistan
5. Algérie 41. Tanzanie
6. Espagne 42. Le Saint-Siège
7. Les Fidji (Vatican)
8. La Guinée 43. Le Vénézuela
9. La Guinée 44. Le Samoa
Equatoriale 45. Le Yemen
10. La Guinée-Bissau 46. Le Zimbabwé
11. Haïti
12. Indonésie
13. Iraq
14. Islande
15. Les Comores
16. Corée du Nord
17. Koweit
18. Kazakhstan
19. La République
Démocratique
Populaire Lao
20. Sri Lanka
21. La Libie
22. La Malaisie
23. Le Mozambique
24. Le Niger
25. Le Nicaragua
26. Le Panama
27. La Palestine
28. Les Seychelles
29. Le Soudan
30. Singapour
31. La Slovanie
32. Saint-Martin
33. La Somalie
34. Le Suriname
35. Sao Tome-et-
Principe
36. Le Tchad

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
9
8

PAYS DANS LESQUELS LA DOUBLE NATIONALITÉ N’EST PAS ADMISE:


1. Bahrein
2. Le Burundi
3. Le Brunei-Darussalam
4. Les Bahamas
5. Le Botswana
6. Le Congo
7. Le Cameroun
8. Djibouti
9. Ethiopie
10. Les Etats Fédères de Micronésie
11. Le Gabon
12. La Gambie
13. La Guyana
14. L’Inde
15. Le Japon
16. Le Kenya
17. Kiribati
18. Le Libéria
19. Le Lesotho
20. Monaco
21. Les Iles Marshall
22. Le Myanmar
23. Le Malawi
24. Le Népal
25. Nauru
26. Oman
27. La Papouasie-Nouvelle-Guinée
28. Palaos
29. Le Qatar
30. Le Rwanda
31. L’Arabie Saoudite
32. Les Iles Salomon
33. La Sierra Léone
34. Le Swaziland
35. Ouganda
36. Vanuatu
37. La Zambie

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
10
QUELLE EST L’HISTOIRE DU CONGRÈS DES HAÏTIENS
PARTICULIÈREMENT SUR LA QUESTION
DE LA DOUBLE CITOYENNETÉ/NATIONALITÉ?
Puisque le Congrès est en train de demander aux activistes de participer
dans ce processus, il est donc légitime de poser la question ci-dessus.
En effet, depuis l’année 2004 nous nous engageons dans la lutte pour fortifier
Haïtiens et Haïti. Pour cela, nous avons jugé nécessaire d’ouvrir cette discussion au
niveau à la fois national et international pour voir dans quelle mesure on pourrait
amender la constitution de 1987 afin d’accorder la double nationalité aux Haïtiens
qui ont adopté la citoyenneté d’autres nations simplement pour améliorer leurs
conditions de vie.
Après 12 mois de communs efforts, nous avons crée une organisation nommée
“Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti”. Nous avons redigé un document
stratégique pour guider notre travail. Notre mission est la suivante:

“Nous mobiliser en tant qu’Haïtiens de l’extérieur pour aider à développer Haïti; renforcer
et organiser nos ressources humaines et matérielles, nos enfants, amis et alliés d’Haïti pour
donner une contribution positive vers la création d’une Haïti stable, paisible et prospère oū
nous autres Haïtiens vivant à l’extérieur pourrons nous reintégrer dans la vie de notre
pays”

En outre, pour poursuivre la double citoyenneté / nationalité, le Congrès a entrepris


les étapes suivantes:

NOVEMBRE 2006:

En préparation de la visite d’une délégation de plusieurs parlementaires Haïtiens à


Chicago en novembre 2006, sous le ledearship du Sénateur Joseph Lambert,
Président d’alors du Parlement, le Congrès dirigeait une coalition d’activistes et
de gens bien imbus de la question à travers plusieurs sessions d’étude de notre
constitution de 1987, en général, de l’Article 11 et de l’Article 15, en particulier,
relatif à son interdiction à la double citoyenneté / nationalité. Compte était aussi
tenu de la croissante tendance internationale au sujet des nations accordant la
double citoyenneté / nationalité à leurs ressortissants; des conséquences actuelles
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

11
2

de la dépopulation; et de la désintégration des Haïtiens entre eux, etc…


Le Congrès et la coalition présentaient aux parlementaires une “Pétition” pour
l’amendement des Articles de la constitution de 1987 concernant la
question de la double nationalité. Cette présentation a eu lieu devant une foule
d’environ 500 invités.

DECEMBRE 2006:

Le Congrès établit un sous-comité pour promouvoir notre position, éduquer la


communauté haïtienne locale sur la notion de la double nationalité et en organiser
une conférence nationale. De même, le Congrès faisait circuler une “Pétition” dans
le but de collecter des signatures.

JANVIER-OCTOBRE 2007:

Le Congrès effectuait une série d’ateliers de travail sur la double citoyenneté auprès
des leaders religieux, des leaders des organisations locales, et du public en général,
du nord au sud de Chicago. A l’occasion de chaque rencontre, nous envoyons des
paquets d’invitation comprenant les Titres et Articles concernés de la constitution,
une Pétition pour l’amendement des Articles de la constitution de 1987 concernant
la question de la double nationalité, des copies d’Articles venant de plusieurs
publications de différentes nations sur la double citoyenneté, une Pétition pour
collecter des signatures, etc…

Aussi, des membres du Congrès se rendirent dans diverses radios locales pour
donner des entrevues et annoncer des rencontres. A chaque rencontre, Durant
l’année 2007 jusqu’à aujourd’hui, nous articulons notre position, nous distribuons
de la littérature et nous collectons des signatures.

17 NOVEMBRE 2007:
Le Congrès eut son premier évenement national et communautaire sur la double
nationalité en commémorant la Bataille de Vertières. Nous avons lancé une
invitation tant sur le plan national qu’international dans laquelle nous avons inclus
les Titres et Articles de la constitution, une Pétition qui a été soumise aux
parlementaires et une autre Pétition pour circulation afin d’obtenir des signatures.
Une délégation de douze (12) Sénateurs Haïtiens, avec en tête le Sénateur Lambert,
Président d’alors du Parlement, le Deputé Maxeau Balthazar, Questeur d’alors de la
Chambre basse, Maitre Gérard Gourgues et quelques journalistes venant directement
d’Haïti. Le Congrès a présenté un argument compréhensif pour amender notre
constitution de 1987 en faveur de la double nationalité.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

12
3

Cette délégation de parlementaires visitait aussi autres endroits tels que New York,
Boston, Florida, etc… pour soutenir ce message.
27-28 JUIN 2008:
Le Congrès lança un appel et organisa une conférence nationale pendant deux
jours sur la double nationalité, les vendredi 27 et samedi 28 juin 2008.
Le Congrès préparait un paquet d’invitation composé une fois de plus des Titres et

Articles relatifs de la constitution, d’une Pétition pour l’amendement des Articles de


la constitution de 1987 concernant la question de la double nationalité, des copies
d’articles de plusieurs publications de différentes nations sur l’issue de la double
nationalité, d’une Pétition pour circulation afin d’obtenir des signatures, etc…

En la circonstance, nous avons élargi le cadre des invités en invitant des personnes,
des organisations locales, la Presse Haïtienne, des organisations de New York, de
Florida, de Boston, de Montréal, de Toronto, d’Haïti, etc… Nous avons aussi invité
les Partis Politiques par l’intermédiare de leurs Directeurs Exécutifs. Un suivi a été
fait par le moyen téléphonique pour confirmer la réception des invitations.
De nombreux gens et organisations nous avaient honoré de leur présence. Outre les
membres du Congrès des Haïtiens, on comptait la présence de l’Economiste Harry
Fouché, Président du Consortium for Haïtian Empowerment (CHE), du docteur
Daniel Faustin, MD, officiel du SIMACT, Inc., du Comptable Frantz Bourget, de
l’organisation Récensement 2010, du professeur Joseph Alfred, de Haïtian
Community Relations, Inc., du docteur Bernier Laurédans,M.D, Président de la
Haïtian League, avocat Joseph (Makhandal) Champagne, Vice-Président et avocat
Emmanuel Coffy, President de la Haïtian Leadership Conference, Inc., Mecca Aka
Grimmo, poête, Haïtian-American / Rap Artist et autres. Deux des organisations
présentes étaient des Partis Politiques. En l’occurrence, la Fusion qui a été
représentée par son Président, Maître Victor Benoit, et l’Union, par son Président
Pasteur Chavannes Jeune. Parmi les autres gens qui étaient présents, deux d’entre
eux étaient des officiels Haïtiens, à savoir le Sénateur Roudolph Boulos et le Député
Maxeau Balthazar. Etaient aussi présents trois officiels du gouvernement américain,
la Député (U.S. Congresswoman) Jan Schakowsky de l’Ētat d’Illinois, Sénateur
Kwame Raoul et Assesseur (U.S. Alderman) Lionel Jean-Baptiste, Président du
Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti.
Une invitation a été envoyée à tous les Partis Politiques, à toutes les organiations
dont nous avions eu le contact et à toute la communauté Haïtienne en général.
Somme toute, la conférence a été une réussite. Le programme était compréhensif.
Le paquet distribué aux gens comprenait un questionnaire sur la double

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

13
4

nationalité, une Proposition de Loi pour amender la constitution, une demande de


participation dans un effort national et international pour organiser une
conférence internationale sur la double nationalité, une demande de participants
pour assister au développement d’une Proposition de Loi, etc…
Cette conférence nous a permis d’obtenir le consentement de certains des
participants pour nous aider non seulement à améliorer la Proposition de Loi
soumise par le Congrès, mais aussi à organiser la conférence internationale prévue
pour l’été 2009 en Haïti (les dates seront annoncées bientôt), et à mobiliser les
Haïtiens vivant à l’étranger pour renforcer le support pour amender la constitution de
1987 en faveur de la double nationalité.

OCTOBRE 2008:
Des représentants du Congrès se sont rendus à New Jersey pour participer à une
conférence / convention patronée par la Haïtian League afin de présenter leurs
arguments aux représentants venant de divers coins des Etats-Unis et aux
représentants de l’Etat Haïtien, notamment le Président de la Chambre du Sénat, Mr.
Kelly Bastien, le chef de cabinet du Premier Ministre, etc.
Maintenant que nous avons commencé le processus d’organisation de la conférence
internationale qui se tiendra en Haïti cet été à Port-Au-prince, nous voudrions
demander à tous les Haïtiens dont cela intéresse de se joindre à nous lors de cette
journée. Nous avons lancé une série de rencontres via des appels téléphoniques
chaque samedi de 4:00 pm à 5:00 pm jusqu’à l’approche du grand évenement.
Nous réiterons notre appel à tous ceux qui sont d’accord pour qu’ensemble, nous
saisissions le moment pour soumettre une proposition de Loi à l’actuelle Législature
comme motif à l’appui pour l’influencer dès à présent à déclarer qu’il y a lieu
d’amender la constitution en faveur de la double nationalité.

2009 - 2011
En juillet 2009 nous avons tenu une conférence sur la double nationalité en Haïti à
l’hôtel Karibe Convention Center. Plusieurs personalites ont été presentées allant des
parlementaires aux professeurs de droit. Nous avons aussi rédigé une liste de
questions-reponses. En 2010 nous avons commencé à lancer à nouveau des appels
conference qui ont été discontinués du fait du tremblement de terre qui a ralenti les
activities politiques. Nous avons aussi élaboré une liste de questions-reponses. En
2011, nous avons repris les appels conférence dans le but de continuer le travail
d’information et de sensibilisation à l’approche de l’instauration de la 49ème
législature qui doit statuer sur les recommandations à l’ammendement de la
constitution faites par la 48ème législature à la 49ème législature.

14
 
PÉTITION  
POUR  L’AMENDEMENT  DES  DISPOSITIONS  DE  LA  CONSTITUTION  DE  1987  
CONCERNANT  LA  QUESTION  DE  LA  DOUBLE  NATIONALITÉ  
 
Présentée   au  :   PARLEMENT  DE  LA  RÉPUBLIQUE  D’HAÏTI  
  par:   CONGRÈS  HAÏTIEN  POUR  FORTIFIER  HAÏTI  (CHFH)  
      Chicago,  Illinois,  États-­‐Unis  d’Amérique  
 
*      *      *      *      *      *      *      *      *      *    
 
Novembre  2005  
 
Honorables  Sénateurs  et  Députés,  Chers  Sœurs  et  Frères  Parlementaires,  
 
La  double  nationalité  est  devenue  une  exigence  du  monde  actuel.  Plus  d’une  quarantaine  
d’États  ont  déjà  adopté  la  nationalité  multiple  (double  ou  plus)  ou  sont  sur  le  point  de  
l’adopter.  
 
Depuis  plusieurs  décennies,  la  situation  nationale  haïtienne  est  marquée  par  de  graves  
difficultés  politiques  et  socio-­‐économiques.  Cette  conjoncture  de  plus  en  plus  pénible  a  
poussé  les  Haïtiens  à  fuir  leur  pays  en  vagues  ininterrompues.  Ils  sont  réduits,  en  nombres  
considérables,  à  une  émigration  jamais  entreprise  de  gaieté  de  cœur.  
 
Les  Haïtiens  expatriés  ne  sont  partis  que  dans  le  but  d’obtenir  un  mieux-­‐être  non  
seulement  pour  eux-­‐mêmes,  mais  aussi  et  surtout  pour  ceux  d’entre  les  leurs  qui  sont  
restés  au  pays.  Ils  sont  partis,  pour  la  plupart,  dans  l’espoir  de  revenir  un  jour  vivre  dans  les  
bras  de  cette  alma  mater  qui  n’a  jamais  quitté  leurs  cœurs.  Leurs  rangs,  estimés  
aujourd’hui  à  quelque  deux  millions,  représentent  l’épine  dorsale  de  l’économie  haïtienne,  
et  aussi  une  réserve  colossale  de  ressources  humaines  pour  notre  pays  qui  en  a  tant  
besoin.  
 
On  n’ose  imaginer  ce  qu’il  serait  advenu  d’Haïti  sans  le  support  de  sa  diaspora,  un  support  
inconditionnellement  apporté,  année  après  année,  décennie  après  décennie.  
 

15
2

Avec  une  régularité  et  une  fidélité  jamais  prises  à  défaut,  les  Haïtiens  vivant  à  l’étranger  
envoient  annuellement  au  pays  natal  des  transferts  d’argent  avoisinant  le  milliard  de  
dollars  américains.  Ces  transferts  constituent  depuis  longtemps  la  principale  transfusion  
qui  maintient  en  vie  l’État  haïtien  affaibli  par  une  crise  extraordinaire.  Ces  transferts  sont  la  
preuve  irréfutable  de  la  solidarité  et  de  l’attachement  de  ces  Haïtiens  irrévocables  au  pays  
qui  les  a  vus  naître.  
 
Ainsi,  
 
1-­‐ considérant  l’importance  pour  Haïti  de  sa  diaspora,  tant  du  point  de  vue  
économique  que  de  celui  de  constituer  un  immense  réservoir  de  cadres  
professionnels  ;  
 
2-­‐ considérant  les  liens  indestructibles  et  imprescriptibles  qui  unissent  les  Haïtiens  
vivant  à  l’étranger  à  la  mère  patrie  ;  
 
3-­‐ considérant  le  fait  que  l’Haïtien,  quel  que  soit  l’endroit  où  il  se  trouve  sur  la  planète,  
exhibe  une  posture  qui  montre  qu’il  reste,  de  façon  viscérale,  un  Haïtien  à  part  
entière  ;  
 
4-­‐ considérant  qu’il  n’est  pas  efficace  pour  un  pays  ployant  sous  les  problèmes  comme  
le  nôtre  de  marginaliser  près  du  quart  de  sa  population  (deux  millions  de  citoyens  
expatriés  environ)  ;  
 
5-­‐ considérant  que  ce  quart  de  population  vivant  à  l’étranger,  parce  qu’il  détient  des  
ressources  supérieures  de  vingt  fois  environ  au  Produit  Intérieur  Brut  (PIB)  haïtien,  
peut  effectivement  aider  à  un  réel  décollage  du  pays  ;  
 
6-­‐ considérant  qu’il  convient  de  résoudre  une  contradiction  flagrante  contenue  dans  
les  articles  11  et  15  de  la  Constitution  de  1987,  à  savoir  :  
 
a. l’article  11  admet  le  principe  du  jus  sanguinis  (droit  du  sang)  en  
reconnaissant  la  nationalité  haïtienne  d’origine  à  tout  individu  né  d’un  père  
haïtien  ou  d’une  mère  haïtienne  qui  eux-­‐mêmes  sont  nés  Haïtiens  et  n’avaient  
jamais  renoncé  à  leur  nationalité  au  moment  de  la  naissance  ;  
b. cependant,  ledit  article  ne  statue  pas  quant  à  la  situation  d’un  enfant  dont  le  
père  ou  la  mère  serait  né  de  nationalité  haïtienne,  sans  jamais  y  avoir  
renoncé,  mais  qui  (l’enfant)  aurait  vu  le  jour  aux  États-­‐Unis  par  exemple,  un  
pays  où  prévaut  le  jus  solis  (droit  du  sol)  ;  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
16
3

c. un  tel  enfant,  né  Américain,  nait  d’emblée  Haïtien  également,  de  par  l’article  
11  ;  
d. dès  lors,  l’article  11  entérine  d’office  la  double  nationalité,  en  contradiction  
flagrante  de  l’article  15  qui  déclare  que  la  double  nationalité  et  étrangère  
n’est  admise  dans  aucun  cas  ;  
 
il  convient  d’amender  les  dispositions  de  la  Constitution  de  1987  concernant  la  question  de  
la  double  nationalité.  
 
CHFH  insiste  respectueusement  sur  le  fait  qu’il  ne  s’agira  pas  seulement  de  résoudre  la  
contradiction  expliquée  au  point  6  ci-­‐dessus.  Surtout,  il  faudra  rendre  justice  aux  deux  
millions  d’Haïtiens  émigrés  en  leur  redonnant  la  légitime  plénitude  de  leur  citoyenneté  
haïtienne  par  l’entérinement  définitif  de  la  double  nationalité.  
 
Et  ce  sera  justice.  
 
 
Pour  le  Congrès  Haïtien  Pour  Fortifier  Haïti,  
 
____________________________,  Président  
 
____________________________,  Vice-­‐Président  
 
____________________________,  Secrétaire  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
17
18
PROPOSITION  DE  LOI  CONCERNANT  LA  QUESTION  DE  LA  DOUBLE  NATIONALITÉ  
Mai  2009  
 
Présentée  au:   PARLEMENT  DE  LA  RÉPUBLIQUE  D’HAÏTI  
                             Par:     CONGRÈS  DES  HAÏTIENS  POUR  FORTIFIER  HAÏTI  /    
CONGRÈS  DES  HAÏTIENS  POUR  ENGAGEMENT  CIVIQUE  
 
LA  PROBLÉMATIQUE:  
Les  constituants  de  la  constitution  de  1987,  en  stipulant  à  l’article  15  :  «  la  double  
nationalité  haïtienne  et  étrangère  n’est  admise  en  aucun  cas  »,  ne  font  que  
révéler  les  inquiétudes  de  la  société  haïtienne.    Car,  bon  nombre  de  nos  
compatriotes,  pour  avoir  compris  les  méfaits  du  régime  des  Duvalier,  pensaient  
qu’il  fallait,  à  tort  ou  à  raison,  mettre  des  gardes  fous  à  travers  la  constitution  
pour  prévenir  le  pays  de  tout  absolutisme.    Dans  ce  souci  de  vouloir  trop  bien  
faire,  il  s’en  est  sorti,  à  notre  avis,  en  bien  des  endroits  de  la  constitution,  la  
confusion  qui  pèse  lourdement  sur  le  devenir  de  certains  citoyens  qui  restent  et  
demeurent  naturellement  et  culturellement  haïtiens.    Dans  ce  contexte,  la  
constitution  de  1987,  à  travers  ses  articles  10  à  15,  a  mis  au  rancart  des  fils  
authentiques  du  pays  en  leur  privant  de  la  nationalité  haïtienne.  
 
Un  bref  rappel  historique  démontre  que  la  grande  migration  haïtienne  a  
véritablement  commencé  vers  les  années  1960  avec  le  durcissement  du  régime  
de  Francois  Duvalier.    En  effet,  il  n’est  un  secret  pour  personne  que  Duvalier  était  
l’un  des  dictateurs  les  plus  féroces  d’Haïti.    Ce  tyran  impénitent  n’admettait  pas  
l’idée  contraire.    Combien  de  citoyens,  hommes,  femmes  et  enfants,  paysans  et  
paysannes,  intellectuels  et  professionnels  se  faisaient  massacrer  par  Duvalier?    
Des  milliers  ou  centaines  de  milliers?    Combien  de  nos  professionnels  ou  de  
petites  gens  avaient  quitté  le  pays  vers  d’autres  destinations  telles  que  
l’Amérique  du  Nord,  l’Europe  et  l’Afrique  pour  ne  pas  se  faire  aboyer  ou  tuer  par  
ce  régime?  
 
Pour  survivre  et  au  regard  de  la  dureté  des  réalites  des  pays  d’accueil,  la  plupart  
de  ces  expatriés  haïtiens  étaient  astreints  d’adopter  une  nouvelle  citoyenneté.    
Ce  faisant,  étaient-­‐ils  devenus  moins  patriotes  que  ceux  qui  restaient  dans  le  
pays?    Point  n’est  besoin  d’être  sociologue,  ethnologue,  économiste  ou  moraliste  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
19
2

pour  répondre  à  cette  question.    Car,  l’instinct  de  conservation  de  vie  est,  en  
somme,  naturel.    De  plus,  les  faits  historiques  sont  palpables.    Au  lendemain  du  
départ  des  Duvalier,  la  plupart  de  nos  compatriotes  de  la  Diaspora  se  ruaient  vers  
Haïti  pour  se  ressourcer.    Depuis,  ils  continuent  religieusement  à  le  faire.    En  
outre,  les  haïtiens  vivant  à  l’étranger  sont  très  solidaires  de  leur  pays.    N’est-­‐il  pas  
reporté  qu’ils  contribuent  annuellement  à  plus  d’un  milliard  de  dollars  d’aide  aux  
membres  de  leurs  familles  et  amis  restés  en  Haïti?  
 
PAR  CES  CAUSES  ET  MOTIFS:  
Vu  qu’un  grand  nombre  d’haïtiens  étaient  forcés  de  quitter  le  pays  et  d’accepter  
une  autre  nationalité;  
 
Vu  que  des  cadres  haïtiens  vivant  à  l’extérieur  sont  interéssés  à  participer  dans  la  
reconstruction  d’Haïti;  
 
Vu  que  de  nombreux  jeunes  haïtiens  nés  dans  un  pays  étranger  montrent  
irréfutablement  un  attachement  particulier  à  Haïti;  
 
Vu  que  la  question  de  la  double  nationalité  est  une  question  qui  soulève  
beaucoup  d’intérêts  et  qui  pose  également  des  problèmes  fondamentaux  pour  
les  haïtiens  expatriés  ou  encore  ceux-­‐la  qui  sont  nés  en  terre  étrangère;  
 
Vu  que  la  loi  mère  haïtienne  est  en  contradiction  avec  des  accords  et  conventions  
ayant  rapport  avec  la  nationalité  et  signés  antérieurement  par  Haïti;  
 
Vu  qu’il  est  de  l’intéret  d’Haïti  d’intégrer  tous  ses  enfants,  qu’ils  soient  nés  à  
l’intérieur  ou  à  l’extérieur  du  pays,  ou  qu’ils  aient  une  nationalité  étrangère,  dans  
son  processus  de  développement;  
 
Et,  en  raison  de  différents  facteurs  liés  à  la  mobilité  croissante  des  citoyens,  la  
multiplication  des  ménages  mixtes,  l’extension  de  la  diversité  culturelle,  il  s’avère  
nécéssaire  que  le  principe  de  la  double  nationalité  soit  admis  dans  notre  loi  mère.  
 
De  ce  qui  précède,  les  immigrants  haïtiens  ayant  adopté  une  nationalité  
étrangère  ont  demandé,  et  comme  de  fait,  demandent  aux  pouvoirs  détenteurs  
de  la  souveraineté  d’Haïti  que  leur  nationalité  haïtienne  soit  reconnue.    Ils  
insistent  et  réclament  de  l’État  haïtien  des  aménagements  appropriés  aux  lois  y  
relatives.    Ainsi,  proposent-­‐ils  une  revision  des  dispositions  de  la  constitution  de  
1987  traitant  de  la  question  de  la  nationalité.  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
20
3

 
PROPOSITION  DE  LOI:  
 
Pour  ce  faire,  il  faut  la  suppression  des  Articles  13,  14,  et  18  et  la  réformulation  
des  Articles  11,  15,  91,  96,  135,  157,  200-­‐5  de  notre  constitution.  
 
Article  11:  Possède  la  nationalité  haïtienne,  tout  individu  né  d’un  père  haïtien  ou  
d’une  mère  haïtienne,  qu’importe  son  lieu  de  naissance.  
 
Article  15:  La  double  nationalité  haïtienne  et  étrangère  est  admise  en  Haïti.    Un  
haïtien  reste  et  demeure  haïtien.  
 
Article  15.1:  Tout  enfant  né  en  Haïti  de  parents  étrangers,  à  l’exception  des    
enfants  des  diplomates,  peut  à  sa  majorité  et  sur  demande  jouir  de  la  nationalité  
haïtienne  conjointement  avec  celle  (s)  de  ses  parents.  
 
Article  91:  Pour  être  membre  de  la  Chambre  des  députés,  il  faut:    
 
1. être  haïtien  ou  haïtienne  d’origine;  
2. être  âgé  (e)  de  vingt-­‐cinq  ans  accomplis;  
3. jouir  de  ses  droits  civils  et  politiques  et  n’avoir  jamais  été  condamné  à  une  
peine  afflictive  ou  infamante  pour  un  crime  de  droit  commun;  
4. avoir  résidé  au  moins  deux  (2)  années  consécutives  précédant  la  date  des  
éléctions  dans  la  circonscription  électorale  à  représenter;  
5. être  propriétaire  d’un  immeuble  au  moins  dans  la  circonscription  ou  y  
exercer  une  profession  ou  une  industrie;  
6. avoir  reçu  décharge,  le  cas  échéant,  comme  gestionnaire  de  fonds  publics.  
 
Article  96:  Pour  être  élu  sénateur,  il  faut:  
 
1. être  haïtien  ou  haïtienne  d’origine;  
2. être  âgé  (e)  de  trente  (30)  ans  accomplis;  
3. jouir  de  ses  droits  civils  et  politiques  et  n’avoir  jamais  été  condamné  à  une  
peine  afflictive  et  infamante  pour  un  crime  de  droit  commun;  
4. avoir  résidé  dans  le  département  à  représenter  au  moins  quatre  (4)  
années  consécutives  précédant  la  date  des  élections;  
5. être  propriétaire  d’un  immeuble  au  moins  dans  le  département  ou  y  
exercer  une  profession  ou  une  industrie;  
6. avoir  obtenu  décharge,  le  cas  échéant,  comme  gestionnaire  de  fonds  
publics.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
21
4

 
Article  135:  Pour  être  Président  de  la  République  d’Haïti,  il  faut:  
 
1. être  haïtien  ou  haïtienne  d’origine;  
2. être  âgé  (e)  de  trente-­‐cinq  (35)  ans  accomplis  au  jour  des  élections;  
3. jouir  de  ses  droits  civils  et  politiques  et  n’avoir  jamais  été  condamné  à  une  
peine  afflictive  et  infamante  pour  crime  de  droit  commun;  
4. être  propriétaire  en  Haïti  d’un  immeuble  au  moins  et  avoir  dans  le  pays  
une  résidence  habituelle;  
5. résider  dans  le  pays  depuis  cinq  (5)  années  consécutives  avant  la  date  des  
élections;  
6. avoir  reçu  décharge  de  sa  gestion  si  on  a  été  comptable  des  deniers  
publics.  
 
Article  157:  Pour  être  nommé  Premier  Ministre,  il  faut:  
 
1. être  haïtien  ou  haïtienne  d’origine;  
2. être  âgé  (e)  de  trente  (30)  ans  accomplis;  
3. jouir  des  ses  droits  civils  et  politiques  et  n’avoir  jamais  été  condamné  à  
une  peine  afflictive  et  infamante  pour  crime  de  droit  commun;  
4. être  propriétaire  en  Haïti  ou  y  exercer  une  profession;  
5. résider  dans  le  pays  depuis  cinq  (5)  années  consécutives;  
6. avoir  reçu  décharge  de  sa  gestion  si  on  a  été  comptable  des  deniers  
publics.  
 
Article  200-­‐5:  Pour  être  membre  de  la  Cour  Supérieure  des  Comptes  et  du  
Contentieux  Administratif,  il  faut:  
 
1. être  haïtien  ou  haïtienne  d’origine;  
2. être  âgé  (e)  de  trente-­‐cinq  (35)  ans  accomplis;  
3. avoir  reçu  décharge  de  sa  gestion  lorsqu’on  a  été  comptable  des  deniers  
publics;  
4. être  licencié  en  droit  ou  être  comptable  agrée  ou  détenteur  d’un  diplome  
d’Études  Supérieures  d’Administration  Publique,  d’Économie  et  de  
Finances  publiques;  
5. avoir  une  expérience  de  (5)  années  dans  une  Administration  publique  ou  
privée;  
6. jouir  de  ses  droits  civils  et  politiques.      
 
Présentée:    Mai,  2009    

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
22
                   

 
CONGRÈS  DES  HAÏTIENS  POUR  FORTIFIER  HAÏTI  
et  
CONGRÈS  DES  HAÏTIENS  POUR  ENGAGEMENT  CIVIQUE  (PAC)  
 
Conférence  sur  la  Double  Nationalité  ♦  23  Juillet  2009  
Hôtel  Karibe  ♦  Juvénat  7,  Pétion-­‐Ville,  Haïti  
 
RAPPORT  SUR  CETTE  CONFÉRENCE  
Dans  sa  quête  d’obtenir  la  double  nationalité  pour  les  haïtiens  naturalisés,  le  
Congrès  des  Haïtiens  pour  Fortifier  Haïti  a  entrepris  un  long  périple  qui  l’a  amené  durant  
la  semaine  du  20  au  26  juillet  en  Haïti.  
Après  avoir  organisé  des  conférences  dans  plusieurs  États  de  l’Amérique  du  Nord,  
des  séminaires  de  formation,  d’appels  téléphoniques  etc.,  Le  Congrès  a  tenu  une  
conférence  débat  qui  a  eu  lieu  à  l’Hôtel  Karibe,  le  jeudi  23  juillet  dernier.      Conférence  à  
laquelle,  ont  participé  les  honorables  sénateurs  Joseph  Lambert,  Andris  Riché,  Edmonde  
Beauzile,  Gérard  Mathurin,  les  députés  Patrick  Domond,  Gasner  Douze.  Les  
organisations  haïtiennes  de  la  diaspora  avec  lesquelles  on  a  établi  une  coopération,  ont  
envoyé  leur  représentants  en  la  personne  de  Mr.  Jean-­‐Michel  Voltaire  et  Dr.  Berthie  
Labissière,  Alliance  des  Haïtiens  d’Outre  Mer,  du  Dr.  Daniel  Faustin,  Haïtian  American  
National  Alliance  (HANA),  du  Dr.  Joseph  Baptiste,  Organisation  Nationale  pour  
l’Avancement  des  Haïtiens  (NOAH),  de  Mme  Yanick  Martin,  The  Haïtian  League,  du  Dr.  
Jean-­‐Roosevelt  Clerismé,  Haitian  American  Leadership  Conférence  (HALEC),  et  du  Dr.  
Lhérisson  Domond,  Haiti  Tourism  Development.  
Toutes  ces  personnes  ont  pu  intervenir  ainsi  que  des  représentants  
d’organisations  qui  sont  en  Haïti  meme,  dont  Mr.  Branly  Ogé,  Société  Civile,  Maître  
Serge-­‐Henri  Vieux,  membre  du  groupe  de  travail  de  la  commission  présidentielle  sur  
l’amendement  de  la  constitution  de  1987,  Mlle  Evelyne  Sainvil,  Jeunesse  en  Marche  
(JMA),  Mr.  Baugène  Bien-­‐Aimé,  Organisation  Communautaire  pour  le  Développement  
Rural  (OCODER).  
L’évenement  a  débuté  avec  l’inscription  des  participants  qui  vont  des  
journalistes  aux  associations  de  jeunes.    
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
23
  2  

Les  intervenants  se  sont  exprimés  à  l’unanimité  en  faveur  de  la  double  nationalité.  
Le  sénateur  Lambert  dans  un  brilliant  exposé  a  laissé  entendre  si  c’était  seulement  la  
question  de  la  double  nationalité  pour  accomplir  le  processus  d’amendement,  ce  
serait  déjà  fait.  Le    programme  a  été  introduit  par  une  prière  suivie  d’une  strophe  de  
l’hymne  à  la  Dessalinienne  par  la  chanteuse  Ti  Fane.  
Ce  programme  a  été  constitué  de  quatre  panels  ;  suivi  des  panélistes  suivants.    
• Le  Ministre  Charles  Manigat,  Ministre  des  Haïtiens  Vivant    à  l’Étranger.    
Dans  son  intervention,  il  s’est  exprimer  ainsi:  il  est  tout  à  fait  normal,  et  c’est  
un  droit  pour  les  haïtiens  vivant  a  l’étranger  d’adopter    la    double  nationalité  
afin  d’établir    une  relation  étroite    entre  ceux  qui  sont  de  l’extérieur  et  de  
l’intérieur  pour  le  bien  être  de  ce  pays.  
• Quant  au  Maître  Lionel  Jean  Baptiste  président  du  Congrès  des  Haïtiens,  il  a  
souligné  qu’il  est  important  d’être  mobilisé  pour  aider  Haïti  à  marcher  sur  la  
voie  du  progrès.  Parce  que    nos  intérêts  sont  communs,  pour  lui  la  priorité  
c’est    l’action    civique,  avec  l’intégration  de  la  double  nationalité.  
• Selon  le  vice  Président  du  Sénat  l’Honorable  Andrice  Riché,  il  a  parlé  de  son  
expérience  en  Haïti  quand  il  a  été  arrêté  par  le  régime  de  Duvalier  pour  avoir  
emmené  des  gens  à  la  Gonâve  pour  travailler  dans  la  zone  afin  d’effectuer  
des  changements,  dans  l’économie.  Il  a  passé  deux  ans  à  Fort  Dimanche.  Il  a  
aussi  parlé  de  ses  expériences  á  l’étranger  (USA,  Canada),  mais  il  croit  que  
l’heure  est  arrivée  de  changer  la  situation  politico-­‐sociale  des  haïtiens  et  être  
très  sensible  à  ce  problème  au  niveau  du  parlement.  Cependant,  ce  problème  
ne  devrait  pas  poser  sur  la  double  nationalité  seulement,  car  on  ne  peut  pas  
se  contenter  de  dire  que  nous  les  membres  de  la  diaspora,  nous  
représentons  l’épine  dorsale  de  l’économie  du  pays  quand  on  envoie  des  
transferts  à  nos  familles  Haïtiennes,  pour  lui  c’est  un  devoir  divin.      
• Selon  Honorable  Sénateur  Joseph  Lambert,  les  haïtiens  vivant  á  l’étranger  
sont  exclus,  c’est  une  forme  d’injustice  pour  cela  il  faut  laisser  une  porte  
ouverte  à  leur  intégration,  en  passant  par  les  deux  chambres  du  parlement.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
24
  3  

• Quant  à  l’Honorable  Sénatrice  Edmonde    S.  Beauzile,  elle  donne  son  


approbation  à  cette  démarche    pour  la  double  nationalité  mais  de  manière  
limitée  tout  en  montrant  les  enjeux  graves  que  cela  peut  représenter  pour  la  
République    d’Haïti  tant  sur  le  plan  social,  économique  culturel  et  politique,  
mais  elle  attend  toujours  une  grande  contribution  de  la  diaspora.  Elle  a  aussi  
opiné  sur  la  question  de  la  double  nationalité  en  ce  qui  concerne  les  positions  
politiques  de  premier  ministre  et  de  président.  Selon  Sénateur  Beauzile,  elle  
n’acceptera  pas  que  quelqu’un  qui  a  été  naturalisé  occupe  aucune  de  ces  
deux  positions.  Elle  a  donné  l’exemple  de  Michaëlle  Jean  qui  avait  renonçée  à  
sa  nationalité  française  pour  pouvoir  être  assise  comme  gouverneure  
générale  du  Canada.    
• Maître  Serge  Henri  Vieux,  le  représentant  de  la  commission  présidentielle  sur  
l’amendement  de  la  constitution  a  présenté  le  bilan  du  travail  de  cette  dite  
commission,  par  rapport  au  problème  de  la  double  nationalité,  de  la  
possibilité  d’avoir  une  force  publique;  de  la  loi  du  sol  etc.  Tout  ce  ci  a  été  
réalisé  en  recueillant  les  opinions  des  différents  secteurs  du  pays  et  de  
certaines  régions  de  la  diaspora.    Maître  Serge  Henri-­‐Vieux  a  laissé  savoir  que  
le  Congrès  des  Haïtiens  ne  doit  pas  adopter  une  attitude  de  «  tout  ou  rien  »  
sur  la  question  de  la  double  nationalité.    
• Le  représentant  de  l’initiative  de  la  Société  civile    (ISC),  Mr  Branly  Ogé,  se  
croit    être    disponible  pour  apporter  tout  son  support  aux  haïtiens  vivant    à  
l’étranger  dans  l’objectif  d’accueillir  toutes  les  informations  possibles  et  
palpables.  Il  pense  que  le  transfert  d’argent  d’un  individu  à  ses  parents  en  
Haïti  ne  lui  donne  pas  droit  automatiquement  à  la  double  nationalité,  car  
pour  Mr.  Ogé,  il  n’a  jamais  reçu  un  sous  de  la  diaspora  depuis  son  retour  dans  
le  pays.    
• Selon    la  représentante  de  la  jeunesse  haïtienne  Mlle  Evelyne  Sainvil,  la  porte  
parole  de  la  Jeunesse  en  Marche  pour  l’Avenir  (J.M.A),  l’exclusion  de  la  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
25
  4  

jeunesse  et  de  la  diaspora  au  sein  même  de  leur  pays  constitue  un  handicap  
au  développement  du  pays.  A  son  avis,  nos  frères  et  sœurs  qui  vivent  à  
l’extérieur  doivent  jouir  leur  droit  civique  et  politique  dans  leur  patrie.  Les  
membres  de  la  (JMA)    sont  tous  prêts  à  apporter  leur  contribution  dans  cette  
démarche  sous  quelque  forme  que  ce  soit.  Cependant,  il  faut  qu’il  y  ait  une  
participation  active  de  la  jeunesse  haïtienne  dans  le  développement  du  pays  
afin  d’éviter  ce  système  d’exclusif  qui  fait  l’affaire  depuis  longtemps  d’un  
petit  groupe.  Car  les  jeunes  Haïtiens  sont  victimes  de  tous  les  maux  de  la  
société.  Mlle  Evelyne  Sainvil  nous  a  fait  une  annecdote  sur  son  vécu  à  la  
faculté  de  droit  des  Gonaives.  Au  sein  de    cette  faculté  il  n’  ya  pas  vraiment  
un  lieu  convenable  pour  accueillir  les  étudiants.  Filles  et  garçons  sont  
entassés  dans  un  même  endroit.  Tout  cela  explique  un  manque  de  respect  
pour  ceux  et  celles  qui  étudient  en  Haïti.  
• Le  responsable  de  l’OCODER  (Organisation  Communautaire  pour  le  
Développement  Rural)  Mr  Baugène  Bien-­‐Aimé,  est  prêt    à  porter  sa  
contribution  dans  cette  démarche  tout  en  cherchant  à  mobiliser  la  masse  
paysanne.  Dans  son  propos,  il  suggère  à  ce  que  les  dirigeants  politiques  de  ce  
pays,  n’interviennent  pas  dès  le    début  du  programme  pour  qu’ils  aient  
l’opportunité  de  répondre  aux  différentes  interrogations  de  l’assemblée,  
notamment  les  organisations  de  base  du  pays.    
• Dr  Lhérison    Domond  représentant  de  Haïti  Tourism  Development,  a    
intervenu  sur  l’impact  de  la  double  nationalité  sur  l’industrie  du  tourisme.    
D’après  lui,  le  tourisme  constitue  une  des  forces  motrices  pour  le  
développement  durable  du  pays.  Maître  Jean  Michel  Voltaire  pour  sa  part  a  
déclaré  que  la  double  nationalité  est  une  grande  ouverture  au  
développement  du  pays.  Il  faut  que  les  haïtiens  vivant  de  l’extérieur  
reprennent  leur  droit  civique  qu’ils  avaientacquis  de  leurs  ancêtres.  Nous  
devons  prendre    le  passé  comme  modèle  pour  reconstruire  le  pays,  car  nos  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
26
  5  

ancêtres  ont  beaucoup  travaillé  pour  nous  donner  cette  portion  de  terre,  
c’est  une  nécessité  de  la  soigner.  Pour  lui  tous  les  Haïtiens  sont  les  fils  et  filles  
d’une  seule  nation.  Nos  dirigeants  Haïtiens  ne  doivent  pas  nous  considérer  
comme  étant    des  étrangers  dans  notre  patrie.  Selon  ces  dirigeants  là,  un  
Haïtien  qui  est  de  passage  en  Haïti  ne  doit  pas  rester  plus  de  trois  mois,  et  il  a  
le  droit  seulement  à  une  seule  propriété.  
• M.  Alix  Claude,  membre    du  Congrès  des  Haïtiens,  a  mis  l’accent  sur  la  
conscientisation  de  tout  un  chacun  sur  la  question  de  la  double  nationalité.  
Ce  qui  n’est  pas  encore  admis  par  la  constitution  haïtienne  de  1987.    Pour  
certains,  malgré  qu’il  y  ait  une  forme  d’exclusion  des  haïtiens  de  la  Diaspora,  
ils    restent  toujours  et  demeurent  des  Haïtiens  à  part  entière.    Pour  lui,  les  
diasposiens  ne  sont  pas  des  étrangers  dans  leur  propre  patrie.  Il  a  pu  établir  
la  différence  entre  la  loi  du  sol  et  la  loi  du  sang.  Pour  lui,  la  loi  du  sang  c’est  le  
fait  d’être  nés  d’un  père  et/ou  d’une  mère  Haïtienne  et  la  loi  du  sol,  c’est  le  
fait  d’être  né  sur  le  sol  où  avait  pris  naissance  le  père  et/ou    la  mère.  
Cependant,  les  Haïtiens  d  ‘origine  sont  ceux  qui  sont  nés  sur  une  terre  
étrangère  soit  d’un  père  Haïtien  ou  d’une  mère  Haïtienne.  
• Le  professeur  Max  G  Joseph,  vice-­‐président  du  Congrès,  sur  cette  même  
lignée,  avance  que  les  Haïtiens  devraient  -­‐être  fière  d’accepter  la  nationalité  
de  leurs  pays.  En  effet,    il  était  contraint  à  bénéficier  certains  avantages,  il  a  
mentionné  que  la  majorité  des  pays  sur  cette  planète  accepte  la  double  
nationalité.  C’est  pourquoi  de  nos  jours,  beaucoup  de  pays  font  la  promotion  
pour  les  multi  nationalités.    Même  aux  Etats-­‐Unis,  beaucoup  de  personnalités  
tant  dans  le  monde  des  affaires  que  dans  le  monde  du  show  business  
cherchent  à  acquérir  une  nationalité  étrangère.  Par  exemple,  l’acteur  
américain  Isaiah  Washington  avait  sollicité  du  gouvernement  de  Sierra  Léone  
la  nationalité  Sierra  Léonnaise.    

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
27
  6  

• Dr.  Daniel  Faustin  Président,  Haitian  American  National  Alliance  (HANA),  a  


intervenu  sur  l’organisation  des  haïtiens  de  la  diaspora  en  une  force  pouvant  
influencer  les  décisions  politiques  et  économiques  du  gouvernement  
Américain  en  faveur  d’Haïti.  Son  propos  se  porte  sur  le  squelette  de  l’HANA,  
son  objectif,  sa  mission,  son  apport  aux  Congrès  des  Haïtiens,  qui  travaille  en  
étroite  collaboration  avec  les  autres  organisations  de  la  diaspora.  Il  a  mis  
l’accent  sur  la  nécessité  de  se  regrouper  en  vue  d’une  finalité  concrète  celle  
d’avoir  la  nationalité  haïtienne  pour  qu’Haïti  puisse  marcher  sur  la  voie  du  
développement.  Ainsi,  Dr.  Faustin  a  recensé  plus  203  organisations    de  la  
diaspora  haïtienne  qui  ont  un  seul  objectif    pour    que  tous  les  Haïtiens  de  
l’extérieur  puissent  un  jour  devenir  des  citoyens  à  part  entière  dans  leur  pays  
d’origine.  Ce  qui  compte  c’est  de  trouver  un  moyen  pour  que  les  Haïtiens  
vivant  à  l’extérieur  puissent  jouir  leur  droit  civique  et  politique  au  même  titre  
de  ceux  qui  sont  à  l’intérieur.  
• Madame  Yanick  Martin,  représentante  The  Haitian  League,  travaillant  depuis  
quatre  ans  dans  le  pays  a  intervenu  sur  l’impact  de  la  double  nationalité,  sur  
la  réunification  de  la  diaspora  de  tous  les  continents  pour  servir  Haïti.  Son  
organisation  effectue  des  travaux  tant  dans  le  domaine  de  l’éducation,  de  la    
santé,  de  l’agriculture  et  de  la  culture.  Sa  mission  c’est  de  voir  comment  
intégrer  les  haïtiens  d’origine  dans  leur  propre  culture  nationale.  On  a  pu  
constater  qu’on  a  souvent  tendance  à  projeter  à  l’extérieur  une  mauvaise  
image  de  notre  chère  Haïti.  Ce  qui  constitue  un  blocage  pour  nos  
ressortissants  haïtiens  de  venir  visiter  le  pays.  Voilà  pourquoi,  elle  a  pu  faire  
venir  des  jeunes  haïtiens  de  la  diaspora,  afin  qu’ils  puissent  voir  de  leurs  
propres  yeux.  Car,  pour  elle  c’est  une  obligation  pour  que  les  jeunes  de  la  
diaspora  se  joigneent  àleurs  frères  et  sœurs  en  Haïti  pour  construire  le  pays.  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
28
  7  

• Le  président    de  l’Organisation  Nationale  pour  l’Avancement  des  Haïtiens  


NAOH,  en  l’occurrence  Dr  Joseph  Baptiste  a  parlé  sur  la  crainte  de  perdre  la  
nationalité  haïtienne  par  l’interdiction  de  la  double  nationalité.  Ce  qui  
affaiblit  la  force  politique  de  la  diaspora  dans  les  pays  d’accueil.  Il  a  aussi  
présenté  l’organigramme  de  NAHO,  ses  différents  travaux  effectués  tant  dans  
le  domaine  social,  politique  qu’économique.  NAHO  porte  toujours  son  
support  à  nos  compatriotes  de  la  diaspora  qui  sont  parfois  en  difficultés  et  à  
nos  frères  et  sœurs  qui  croupissent  dans  la  misère.  Elle  porte  dans  son  cœur  
la  situation  précaire  du  peuple  Haïtien.  
• En  claire,  cette  journée  organisée  par  le  Congrès  des  Haïtiens  pour  Fortifier  
Haïti  a  été  très    fructueuse  pour  chacun  des  participants.    Les  intervenants  
ont  abordé  le  problème  dans  un  même  sens.  On  a  pu  remarquer  qu’  ils    ont    
opté    pour  une  nouvelle  Haïti  à  l’intégration  totale    de  toutes  les  couches  
sociales  du  pays,  mais  aussi  avec  nos  compatriotes    qui  sont  à  l’extérieur.    
Dans  ce    cas,  il  faut    que  la    chambre  des  Députés    et    celle    du  Sénat  se  
mettent  d’accord    pour  octroyer  ce    droit  à  nos    frères  et    sœurs  qui  sont  de  
l’extérieur  sur  cette  question  qu’est  la  double  nationalité.  
♦  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
29
30
 
 
 
 
 
 
 
-­‐Exemples  des  lettres  d’invitation-­‐  
Dans  nos  démarches  pour  obtenir  la  double  nationalité,  nous  avons  envoyé  
des  centaines  de  lettres  aux  différents  protagonistes.  Nous  soumettons  à  
votre  attention  quelques  lettres  en  exemple.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
31
32
Ce 30 juin 2009

Madame Myrlande Manigat


Parti RDNP
Port-Au-Prince, Haiti
Executive Committee:

Chairperson
Lionel Jean-Baptiste, Esq. Madame,
Alderman
Dès le début de nos démarches pour faire avancer notre combat pour la double
Vice-Chairman
nationalité, nous vous avons contacté pour obtenir votre support. C’était dans
Max Joseph Gustave
Professor ce sens que nous vous avions invité à notre conférence tenue à Chicago en juin
2008. Les partis politiques qui avaient répondu à notre invitation faisaient
Executive Secretary preuve d’une grande solidarité avec les compatriotes de la diaspora. Nous les
Djougine Desrosiers remercions de leur participation. Après les différentes activités entreprises
Poli.Sci/French
depuis lors: dialogue aux moyens d’appels téléphoniques, ateliers de formation
Treasurer pour les organisations communautaires haïtiennes, entrevues à la radio, le
Aline Lauture (Emeritus) Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti entend continuer cette entreprise
Marketing avant la proposition d’amendement par la 48ème legislature. Par conséquent, il
voudrait vous inviter une prochaine fois à la conférence sur la double
Vice-Treasurer
nationalité qu’il tient à l’hôtel Karibe Center, de 8:00 h am à 4:00 h pm, le 23
Ketelie Acacia
juillet 2009.

Board Members: Nous comptons sur votre présence pour manifester votre solidarité patriotique.
Jean Boisson (Emeritus)
Mannès Chéréstal (Emeritus)
Alix Claude
Viola D’Haiti Sincèrement,
Immacula Dieudonné
Mica Dory
Frantz Jacques
Aisha Jean-Baptiste (Emeritus)
Lionel Jean-Baptiste
Président du Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti

cc: La direction

Congrès des Haïtiens pour Fortifer Haiti


1227 Dodge Avenue ♦ Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 ♦ Fax: 847-424-1049
e-mail: contact@haitiancongress.org
www.haitiancongresspac.org ♦ www.haitiancongress.com
33
Ce 20 juin 2009

Sénateur Joseph Lambert


Sénat de la République d’Haïti
11, Ave Marie Jeanne, Cité de l’Exposition
Executive Committee: Port-au-Prince, Haïti
Chairperson
Lionel Jean Baptiste, Esq. Honorable Sénateur:
Alderman

Vice-Chairman
L’acquisition de la double nationalité a fait durant ces derniers mois l’objet d’une
Max Gustave Joseph grande préoccupation pour les haïtiens de la diaspora. Nous avons la certitude de
Professor ce que nous avons avancé grâce au dialogue établi chaque samedi aux moyens
Executive Secretary d’appels téléphoniques. Dès le début, vous étiez monsieur l’honorable sénateur
Djougine Desrosiers associé à nos demarches dans notre quête pour doter à nos compatriotes de
B.A. PoliSci & French
l’extérieur qui sont naturalisés la double nationalité. Votre participation à la
Treasurer délégation parlementaire à Chicago en est la preuve. Puisqu’on s’achemine vers
Aline Lauture (Emeritus) l’étape ultime du processus, il est encore plus impérieux qu’on continue à nous
Marketing & PR
souder les coudes pour qu’on puisse être victorieux. C’est dans cet ordre d’idées
Vice-Treasurer que le Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haiti vous invite à une conférence sur la
Ketelie Acacia
Human Resource double nationalité qui aura lieu le 23 juillet de 8:00h am à 4:00h pm à l’hôtel
Karibe, Juvénat 7, Pétion-Ville, Haïti.
Board Members:
Jean Boisson (Emeritus)
Mannès Chéréstal (Emeritus) Nous comptons sur votre présence pour en réhausser l’éclat. Veuillez agréer
Alix Claude l’honorable sénateur nos salutations distinguées.
Viola D’Haiti
Immacula Dieudonné
Mica Dory
Frantz Jacques
Aisha Jean-Baptiste (Emeritus)
Lionel Jean-Baptiste
Président du Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti

cc: La direction

Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti


1227 Dodge Avenue Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 ♦ Fax: 847-424-1049
E-mail: contact@haitiancongress.org
www.haitiancongress.org ♦ www.haitiancongresspac.org
34
Chicago, Ce 30 juin 2009

Joseph J. Jasmin
Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé des Relations avec le
Parlement Rue François #5 - Delmas 48
Executive Committee: Delmas, HAITI
Chairperson
Lionel Jean Baptiste, Esq.
Alderman Excellence,
Vice-Chairman
Max Gustave Joseph Ces derniers mois, la question de la double nationalité élève une effervescence au
Professor niveau de la diaspora. Le Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti par ses différentes
Executive Secretary activités en quelque sorte porte nos compatriotes à s’intéresser davantage sur
Djougine Desrosiers l’acquisition de la double nationalité. Celle-ci constitue l’une des conditions
B.A. PoliSci & French
importantes qui contribuerait au développement du pays. Ainsi, nous entendons
Treasurer organiser une conférence sur la double nationalité avant que l’actuelle législature se
Aline Lauture (Emeritus) prononce sur la proposition d’amendements.
Marketing & PR

Vice-Treasurer Nous aimerions vous inviter ainsi que les personnels de votre ministère à cet
Ketelie Acacia
Human Resource
évènement qui aura lieu le 23 juillet à l’hôtel Karibe situé au Juvénat 7, Pétion-Ville,
Haïti de 8:00h am à 4:00h pm.
Board Members:
Jean Boisson (Emeritus)
Mannès Chéréstal (Emeritus)
Veuillez agréer, monsieur le ministre, l’expression de nos salutations distinguées.
Alix Claude
Viola D’Haiti
Immacula Dieudonné
Mica Dory
Frantz Jacques Lionel Jean-Baptiste
Aisha Jean-Baptiste (Emeritus) Président du Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti

Congrès  des  Haïtiens  pour  Fortifier  Haiti  


1227 Dodge Avenue Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 ♦ Fax: 847-424-1049
E-mail: contact@haitiancongress.org
www.haitiancongress.org ♦ www.haitiancongresspac.org
35
Ce 30 juin 2009

Honorable Eddy Jean Pierre


Palais Législatif
Cité de l'Exposition
Port-au-Prince, HAITI

Executive Committee: Monsieur,


Chairperson
Lionel Jean Baptiste, Esq. La question de la double nationalité constitue un sujet brûlant tant dans la diaspora
Alderman qu’en Haiti. Le Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti dont sa mission est de
contribuer au développement du pays s’engage à promouvoir la nécessité pour les
Vice-Chairman
Max Gustave Joseph haïtiens naturalisés de recouvrer la nationalité haïtienne qui leur a été soustraite via
Professor notamment l’article 15 de la constitution de1987. Ainsi, le comité pour l’engagement
Executive Secretary civique a entrepris des activités multiformes pour y parvenir. Depuis la fin du mois de
Djougine Desrosiers mars nous avons institué un dialogue avec les compatriotes vivant à l’étranger par le
B.A. PoliSci & French biais des appels téléphoniques. Ceci est fait dans le but de donner à tous les haïtiens de
Treasurer l’extérieur l’opportunité de placer leurs mots pour la rédaction d’une proposition de loi à
Aline Lauture (Emeritus) soumettre au parlement et à l’exécutif.
Marketing & PR

Vice-Treasurer Le Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti entretient des relations avec le parlement
Ketelie Acacia qui dure déjà depuis trois ans. En effet, sous le leadership du sénateur Joseph Lambert
Human Resource
une délégation nous avait visité et à laquelle nous avions remis une pétition qui étalait
Board Members: nos doléances, en particulier par rapport aux articles 11 et 15 de la constitution. A cette
Jean Boisson (Emeritus) présentation participaient environ cinq cent personnes.
Mannès Chéréstal (Emeritus)
Alix Claude
Viola D’Haiti Le Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti avait aussi formé un sous-comité pour
Immacula Dieudonné éduquer la communauté haïtienne de la diaspora sur l’issue de la double nationalité. Des
Mica Dory
Frantz Jacques ateliers de formation ont été organisés pour des leaders religieux, des leaders des
Aisha Jean-Baptiste (Emeritus) organisations locales et pour le public en général. Nous avions aussi fait de notre
possible pour distribuer des paquets comportant les articles de la constitution relatifs à la
nationalité haïtienne, la pétition pour la collecte des noms, les articles de journaux et de
revues traitant de la question de la double nationalité.

Des membres du Congrès avaient prononcé des conférences dans plusieurs états de
l’amérique du Nord. Ils avaient aussi profité pour accorder des entrevues aux différentes
chaînes de radio.

Congrès  des  Haitiens  pour  Fortifier  Haiti  


1227 Dodge Avenue Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 ♦ Fax: 847-424-1049
E-mail: contact@haitiancongress.org
www.haitiancongresspac.org ♦ www.haitiancongress.org
36
Dans le but de raffermir nos liens avec le parlement haïtien et d’accentuer notre position,
nous avions invité à nouveau en novembre 2007, à l’occasion de la Bataille de Vertières,
une délégation de douze sénateurs, dont le président du sénat à l’époque, l’honorable
Joseph Lambert, l’éminent député Maxeau Balthazar et Maitre Gérard Gourgue.
Toujours sur ce même élan le Congrès avait organisé une conférence au cours de
laquelle participaient des organisations locales, la presse communautaire, des
organisations haïtiennes de la diaspora ainsi que des partis politiques, la député
(Congresswoman) Jan Schakowsky et le sénateur de l’état d’Illinois étaient du nombre.

Le Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti étend ses activités dans le domaine de
l’environnement dans lequel il travaille en partenariat avec tous ceux en Haiti qui
priorisent la production alimentaire. Dans le domaine de la reforestation et de l’énergie,
nous nous évertuons à trouver des ressources pour soutenir les projets écologiques.
Nous nous occupons aussi de la dette contractée par l’état haïtien et qui constitue un
lourd fardeau qui, si on ne se débarasse pas de lui renverra aux calendes grecques tout
effort de développement.

Pour le moment, notre organisation se tourne entièrement vers la possibilité pour les
haïtiens d’acquérir la double nationalité parce que nous avons un échéancier qui nous
guette, à savoir la proposition d’amendement de la constitution à la fin de cette
législature. C’est dans ce cadre que nous vous invitons à participer à notre conférence du
23 juillet sur la double nationalité qui aura lieu à l’hôtel Karibe Center de 8:00h am à
4:00h pm, situé à Juvénat 7, Pétion-Ville. A cette occasion nous serions heureux de vous
compter parmi nous.

Veuillez trouver ci-inclus les suivants: a) pétition pour l’amendement des dispositions
de la constitution de 1987 que nous avions soumis à une délégation des élus haïtiens en
2006 durant une tournée à Chicago; b) notre proposition de loi pour amender la
constitution de 1987 en ce qui concerne la double nationalité; c) l’histoire de travail du
Congrès sur la question de la double nationalité; d) questions et réponses que nous
avons formulées pour éduquer les haïtiens à ce sujet.

Espérant que votre auguste personne répondra à l’appel. Veuillez agréer monsieur le
député, nos salutations distinguées.

Lionel Jean-Baptiste
Président du Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti

Congrès  des  Haitiens  pour  Fortifier  Haiti  


1227 Dodge Avenue Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 ♦ Fax: 847-424-1049
E-mail: contact@haitiancongress.org
www.haitiancongresspac.org ♦ www.haitiancongress.org
37
Ce 1er juillet 2009

Mr. Reynold Coriolan


Télévision Nationale
Delmas 33
Executive Committee:
Port-au-Prince, Haïti

Chairperson Monsieur Coriolan,


Lionel Jean Baptiste, Esq.
Alderman
Nous soutenons grandement le travail que vous, journalistes faites quotidiennement.
Vice-Chairman Dans ce siècle de l'information, personne ne peut se passer de votre service. Dans vos
Max Gustave Joseph
Professor efforts d'accompagnement de la démocratie en Haïti, vous avez certainement touché à
tous les points. Ce lui se rapportant au développement du pays représente une constante
Executive Secretary
Djougine Desrosiers dans vos medias. Vous ne ratez pas une occasion pour étaler sur votre écran toutes les
B.A. PoliSci & French activités allant dans ce sens.
Treasurer
Aline Lauture (Emeritus) Ainsi, nous comptons sur vous pour participer à la conférence sur la Double Nationalité
Marketing & PR organisée par le Congrès des Haitiens pour Fortifier Haiti. Nous savons sans l'ombre
Vice-Treasurer
d'un doute que ce sujet ne vous laissera pas indifférent, car c'est l'un des facteurs qui
Ketelie Acacia pourrait contribuer à l'avancement du pays. Cet évenement aura lieu a l'hôtel Karibe le
Human Resource 23juillet de 8:00 h am à 4:00h pm.
Board Members:
Jean Boisson (Emeritus) Puissiez-vous accepter nos salutations. Veuillez agréer, monsieur, l'expression de nos
Mannès Chéréstal (Emeritus) meilleurs sentiments
Alix Claude
Viola D’Haiti
Immacula Dieudonné
Mica Dory
Frantz Jacques
Aisha Jean-Baptiste (Emeritus) Lionel Jean-Baptiste
Président

Congrès  des  Haitiens  pour  Fortifier  Haiti  


1227 Dodge Avenue Evanston, IL 60201
Tel: 847-475-5856 ♦ Fax: 847-424-1049
E-mail: contact@haitiancongress.org
www.haitiancongresspac.com ♦ www.haitiancongress.org
38
DOUBLE NATIONALITÉ À TRAVERS LE MONDE

Dans le but de déterminer le niveau de popularité du principe de la Double Nationalité à


l’échelle mondiale, nous avons fait une étude utilisant une liste de 192 pays qui existent
dans le monde. Cette liste peut ne pas être exhaustive. Neanmoins, nous sommes
persuadés qu’elle represénte les pays indépendants du monde dans leur quasi totalité.

En voice les résultats obtenus:

1. OUI

108 pays dans le monde admettent la Double Nationalité


Soit 57%

2. NON / OUI

47 pays dans le monde admettent la Double Nationalité “d’une manière selective.”


Soit 24%

Ces pays accordent la Double Nationalité à certaines gens quand cela leur convient. Par
exemple, ils n’ont aucun problème à se laisser représenter dans des compétitions
internationales par des athlètes nés en terre étrangère d’au moins d’un de leurs
descendants.

A NOTER QUE HAÏTI FAIT PARTI DE CE GROUPE.

3. NON:

37 pays dans le monde n’admettent pas la Double Nationalité


Soit 19%

Toutefois, des ressortissants de certains de ces pays qui vivent à l’extérieur sont aussi en
train de mener une campagne afin d’obtenir ce droit. Nous pouvons citer des originaires
du Maroc, du Mozambique, etc. Les détails suivants sont inclus à titre de reference:

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     39
2

PAYS DANS LESQUELS LA DOUBLE NATIONALITÉ EST ADMISE:


1. Afganistan 43. La Grenade
2. Antigua-et-Buta 44. La Georgie
3. Albanie 45. Le Ghana
4. Arménie 46. La Grèce
5. Angola 47. Le Guatemala
6. Argentina 48. Le Honduras
7. Autriche 49. La Croatie
8. Australie 50. La Hongrie
9. Bosnie-Herzegovine 51. L’Irlande
10. Barbade 52. Israël
11. Bangladesh 53. Iran
12. Belgique 54. Italie
13. Burkina Faso 55. Jamaique
14. Bulgarie 56. Jordanie
15. Bénin 57. Kirghizistan
16. Bolivie 58. Cambodge
17. Brésil 59. Saint-Kills-et-Nevis
18. Bélarus 60. Corée du Sud
19. Bélize 61. Liban
20. Canada 62. Sainte-Lucie
21. Congo 63. Liechtenstein
22. La République Centrale Africaine 64. Lituanie
23. La Suisse 65. Luxembourg
24. Côte d’Ivoire 66. Léttonie
25. Chili 67. Le Maroc
26. Colombie 68. La République de Moldova
27. Costa-Rica 69. Madagascar
28. Serbie-et Montenegro 70. L’ex-République Yougoslave
29. Cap-Vert (Macédoine)
30. Chypré 71. Le Mali
31. La République Tchèque 72. La Mongolie
32. Allemagne 73. La Mauritanie
33. Danemark 74. Le Malte
34. Dominique 75. Maurice
35. La République Dominicaine 76. Les Maldives
36. Equateur 77. Le Mexique
37. Estonie 78. La Namibie
38. Egypte 79. Le Nigéria
39. Erythree 80. Les Pays-Bas
40. Finlande 81. La Norvège
41. France 82. La Nouvelle Lelande
42. Royaume Uni 83. Le Péru

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org     40
3

84. Les Philippines 97. La Tunisie


85. Le Pakistan 98. La Turquie
86. La Pologne 99. La Trinite-et-Tobago
87. Le Portugal 100. Tuvalu
88. Le Paraguay 101. Taiwan
89. La Roumanie 102. Ukraine
90. La Fédération de Russie 103. Etats-Unis d’Amérique
91. La Suède 104. Uruguay
92. La Slovaquie 105. Ouzbekistan
93. Le Sénégal 106. Saint-Vincent-et-les Grenadines
94. El Salvador 107. La Vietnam
95. La République Arabe Syrienne 108. Afrique du sud
96. Le Togo

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
41
4

PAYS DANS LESQUELS LA DOUBLE NATIONALITÉ EST ADMISE D’UNE


MANIERE SELECTIVE:
1. Azerbaidjan 37. La Thailande
2. Le Bhoutan 38. Le Tadjikistan
3. La Chine 39. Le Timor-Leste
4. Cuba 40. Le Turkmenistan
5. Algérie 41. Tanzanie
6. Espagne 42. Le Saint-Siège
7. Les Fidji (Vatican)
8. La Guinée 43. Le Vénézuela
9. La Guinée 44. Le Samoa
Equatoriale 45. Le Yemen
10. La Guinée-Bissau 46. Le Zimbabwé
11. Haïti
12. Indonésie
13. Iraq
14. Islande
15. Les Comores
16. Corée du Nord
17. Koweit
18. Kazakhstan
19. La République
Démocratique
Populaire Lao
20. Sri Lanka
21. La Libie
22. La Malaisie
23. Le Mozambique
24. Le Niger
25. Le Nicaragua
26. Le Panama
27. La Palestine
28. Les Seychelles
29. Le Soudan
30. Singapour
31. La Slovanie
32. Saint-Martin
33. La Somalie
34. Le Suriname
35. Sao Tome-et-
Principe
36. Le Tchad

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
42
5

PAYS DANS LESQUELS LA DOUBLE NATIONALITÉ N’EST PAS ADMISE:


1. Bahrein
2. Le Burundi
3. Le Brunei-Darussalam
4. Les Bahamas
5. Le Botswana
6. Le Congo
7. Le Cameroun
8. Djibouti
9. Ethiopie
10. Les Etats Fédères de Micronésie
11. Le Gabon
12. La Gambie
13. La Guyana
14. L’Inde
15. Le Japon
16. Le Kenya
17. Kiribati
18. Le Libéria
19. Le Lesotho
20. Monaco
21. Les Iles Marshall
22. Le Myanmar
23. Le Malawi
24. Le Népal
25. Nauru
26. Oman
27. La Papouasie-Nouvelle-Guinée
28. Palaos
29. Le Qatar
30. Le Rwanda
31. L’Arabie Saoudite
32. Les Iles Salomon
33. La Sierra Léone
34. Le Swaziland
35. Ouganda
36. Vanuatu
37. La Zambie

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
43
44
DOUBLE  NATIONALITÉ  ♦  AMENDEMENT  DE  LA  CONSTITUTION  
QUESTIONS  et  RÉPONSES  
Publié  en  2009  

Q-­‐1.   Quand  est-­‐ce  qu’un  individu  a  une  Double  Nationalité?  


R-­‐2.   Un  individu  a  une  Double  Nationalité  quand  il  est  à  la  fois  citoyen  de  deux  pays.  
 
Q-­‐2.   Y  a  t-­‐il  un  nombre  considérable  de  pays  qui  acceptent  la  Double  Nationalité?  
R-­‐2.   Oui,  un  grand  nombre  de  pays  à  travers  le  monde  ont  opté  pour  la  Double  Nationalité.    
Et  ce  nombre  ne  fait  qu’augmenter.  
 
Q-­‐3.   Un  enfant  peut-­‐il  avoir  la  Double  Nationalité  à  la  naissance?  
R-­‐3   Oui,  si  l’enfant  a  pris  naissance  dans  un  pays  étranger  qui  accepte  la  Double  Nationalité  
aussi  bien  que  le  pays  d’origine  de  ses  parents.  
 
Q-­‐4.   Quand  une  personne  obtient  la  Nationalité  d’un  autre  pays  par  voie  de  naturalisation,  
a-­‐t-­‐elle  aussitôt  une  Double  Nationalité?  
R-­‐4.   Cela  dépend.    Si  les  deux  pays  en  question  reconnaissent  la  Double  Nationalité,  la  
réponse  est  oui;  dans  le  cas  contraire,  non.  
 
Q-­‐5.   Puisse  quelqu’un  qui  a  une  Double  Nationalité  voyager  avec  deux  (2)  passeports?  
R-­‐5.   Oui,  quelqu’un  qui  a  une  Double  Nationalité  peut  voyager  avec  deux(2)  passeports.  
 
Q-­‐6.   La  Double  Nationalité,  est-­‐ce  un  concept  nouveau?  
R-­‐6.   Non,  c’est  un  principe  de  vieille  date  qui  a  tendance  à  devenir  de  plus  en  plus  
populaire.  
 
Q-­‐7.   La  Double  Nationalité,  présente-­‐t-­‐elle  certains  avantages?  
R-­‐7.   Bien  sur.    En  voici  quelques  uns:  
a) droit  de  propriété;  
b) facilité  d’obtenir  un  emploi  des  deux  cotés;  
c) bénéficier  des  droits  de  pension,  d’incapacité  et  de  survivance  si  c’est  offert  par  les  
deux  pays  de  citoyenneté;  
d) habilité  de  voyager  avec  deux  (2)  passeports;  
e) être  en  mesure  d’exercer  ses  droits  civils  et  politiques.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagment  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
45
2

 
Q-­‐8.  
Y-­‐a-­‐t-­‐il  aussi  des  désavantages  pour  quelqu’un  qui  a  une  Double  Nationalité?  
R-­‐8.  
Oui.  Par  exemple:  
a) possibilité  de  payer  une  double  taxation;  
b) obligation  de  faire  son  service  militaire  si  c’est  une  condition  requise  par  les  deux  (2)  
pays;  
c) inhabilité  de  se  rendre  dans  l’autre  pays  de  citoyenneté  si  les  deux  pays  sont  en  guerre  
ou  discontinuent  leurs  relations  diplomatiques.  

 
Q-­‐9.   Puisse  un  individu  avoir  plusieurs  Nationalités?  
R-­‐9.   Le  nombre  de  Nationalités  qu’un  individu  peut  avoir  n’est  pas  limité,  toutes  les  fois  que  
c’est  permis  par  les  différents  pays  concernés.  
 
10-­‐Q.   Quel  genre  de  sentiment  quelqu’un  qui  a  une  Double  Nationalité  pourrait  avoir?  
10-­‐R.   Quelqu’un  qui  a  une  Double  Nationalité  a  un  plus  fort  sentiment  d’appartenance  
au  pays,  contrairement  à  un  individu  qui  perd  sa  Nationalité  d’origine  au  moment  
d’acquérir  une  Nationalité  étrangère.  
 
Q-­‐11.   Quand  quelqu’un  acquiert  une  Nationalité  étrangère  via  naturalisation,  est-­‐ce  
d’ordinaire  avec  l’intention  d’abandonner  sa  Nationalité  d’origine?  
R-­‐11.   Point  du  tout.    D’ordinaire,  un  individu  obtient  une  Nationalité  étrangère  dans  le  but  de  
bénéficier  certains  avantages  socio-­‐économiques  et  autres,  et  participer  dans  la  vie  
locale  du  pays  d’accueil,  tout  en  restant  dans  l’âme  attaché  à  son  pays  d’origine.  
 
Q-­‐12.   Un  pays,  a-­‐t-­‐il  quelque  chose  à  perdre  ou  à  gagner  en  accordant  la  Double  Nationalite?  
R-­‐12.   En  accordant  la  Double  Nationalité,  un  pays  n’à  rien  a  perdre  mais  tout  à  gagner.  Car  
en  gardant  leur  citoyenneté  d‘origine,  les  individus  conservent  de  plus  forts  liens  
d’appartenance  qui  les  retiennent  fidèles  au  pays.    Ainsi,  sans  arrière  pensée,  ils  
participeraient  volontiers  à  la  vie  nationale  du  pays.  
 
Q-­‐13.   Pensez-­‐vous  que  les  Haïtiens  vivant  en  Haiti  seront  en  faveur  de  la  Double  
Nationalité?  
R-­‐13.   Il  est  possible  que  la  majorité  d’entre  eux  l’accueillera  à  bras  ouverts  tandis  que  
d’autres  seront  contre  en  pensant  que  leurs  intérêts  pourraient  être  en  jeu.    Il  sera  
nécessaire  de  les  mieux  informer  des  bénéfices  de  reintégrer  leurs  frères  et  soeurs  
vivant  dans  la  Diaspora.  
 
Q-­‐14.   Est-­‐ce  qu’on  doit  être  Haïtien  pour  pouvoir  aider  Haïti?  
R-­‐14.   Loin  de  la.    Cependant,  un  étranger  est  limité  en  ce  qui  a  trait  à  ce  qu’il  peut  faire  pour  
vous.    De  toute  façon,  la  responsabilité  de  prendre  soin  de  vos  affaires  reste  toujours  la  
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

46
3

vôtre.  Un  grand  nombre  d’Haïtiens  ont  adopté  une  nouvelle  nationalité  pour  diverses  
raisons.    A  cause  de  cela  ils  sont  exclus  par  la  Constitution.  Donc  ils  sont  devenus  des  
étrangers.    De  ce  fait,  pratiquement  leur  champ  d’action  est  limité  quant  à  leur  
participation  à  la  vie  nationale  du  pays.  D’oū  la  nécessité  d’amender  la  Constitution  
1987  pour  leur  restituer  leurs  pleins  droits.  
 
Q-­‐15.   Certains  gens  qui  vivent  en  Haiti  et  qui  pourraient  être  contre  la  Double  Nationalité  
peuvent  prétendre  ne  pas  comprendre  pourquoi  les  Haïtiens  de  l’extérieur  ont  laissé  le  
pays;  acquis  la  Nationalité  d’un  autre  pays,  et  maintenant  veulent  regagner  leur  
citoyenneté  haitïenne.    En  outre,  elles  pourraient  même  les  accuser  de  prétendre  avoir  
des  solutions  aux  problèmes  d’Haiti  du  fait  qu’ils  ont  eu  la  chance  d’évoluer  dans  un  
pays  plus  avancé.  Est-­‐ce  légitime  cette  façon  de  voir  ces  Haïtiens?  
R-­‐15.   Il  n’y  a  pas  de  doute  que  presque  tous  les  haïtiens  qui  ont  laissé  le  pays  l’ont  fait  
principalement  à  la  recherche  de  meilleures  opportunités  économiques.    Et  même  
quand  ils  arrivent  à  acquérir  une  autre  Nationalité,  jamais  ils  oublient  leurs  racines.  Ils  
demeurent  haïtiens  dans  le  coeur,  dans  l’esprit  et  dans  l’âme.    En  restant  Haïtiens,  ils  
conservent  de  très  forts  liens  d’appartenance  qui  les  maintiennent  fidèles  à  leur  pays  
d’origine.    Ce  qui  explique  clairement  leur  vif  désir  d’aider  à  sortir  le  pays  de  son  
cauchemar.  
 
Donc,  il  ne  serait  pas  légitime  de  déclarer  qu’ils  se  considèrent  comme  une  sorte  
d’arithmétique  corrigée  ayant  les  solutions  aux  problèmes  du  pays  par  le  simple  fait  
qu’ils  ont  évolué  dans  un  autre  pays  plus  avancé.  Vu  l’état  actuel  du  pays,  il  est  
essentiel  que  tout  Haïtien  d’origine  puisse  participer  à  la  vie  nationale  du  pays  en  tant  
que  citoyens  à  part  entière.    (Sé  la  kod  lombrit  yo  antéré).  
 
Q-­‐16.   Quel  est  le  but  principal  de  la  lutte  pour  la  Double  Nationalité?  
R-­‐16.   Un  grand  nombre  d’haïtiens  ont  laisse  Haiti  particulièrement  à  la  recherche  de  
meilleures  opportunités  économiques.    Par  la  suite,  ils  deviennent  citoyens  du  pays  
d’accueil  pour  pouvoir  mieux  s’intégrer  dans  la  vie  locale.  A  cause  de  cela,  l’Article  15  
de  la  constitution  de  1987  leur  enlève  leur  citoyenneté  haïtienne.    En  conséquence,  ils  
ont  perdu  leurs  droits  civils  et  politiques.    Donc,  nous  sommes  en  train  de  mener  la  
lutte  dans  le  but  de  les  aider  à  regagner  ces  droits  inaliénables  
 
Q-­‐17.   Quelles  sont  les  conditions  requises  pour  être  Haïtien  de  naissance?  
R-­‐17.   D’après  l’Article  11  de  la  constitution  de  1987,  tout  individu  né  d’un  père  haïtien  ou  
d’une  mère  haïtienne  qui  eux-­‐mêmes  sont  nés  haïtiens  et  n’avaient  jamais  renoncé  a  
leur  Nationalité  au  moment  de  la  naissance,  possède  la  Nationalité  haïtienne  d’origine.  
 
A  noter  que  dans  cet  article  on  a  omis  le  lieu  de  naissance  de  l’individu.    Ce  n’était  pas  
par  hasard.    C’est  justement  pour  créer  une  ambiguité  au  sujet  des  individus  nés  à    

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

47
4

l’étranger.  Par  exemple,  si  l’individu  est  né  en  dehors  des  limites  d’Haiti,  d’un  père  
Haïtien  ou  d’une  mère  Haïtienne,  il  devrait  être  Haitien  d’origine  en  dépit  du  fait  qu’il  
n’a  pas  vu  le  jour  sur  le  sol  haïtien  (jus  sanginis).  Tel  n’est  pas  le  cas  ici.  
 
Ironiquement,  ce  même  Article  11  de  la  constitution  de  1983  avait  envisagé  ce  scénario  
en  déclarant  que  tout  individu  né  à  l’étranger  d’un  père  et  d’une  mère  haïtiens  est  
haïtien  d’origine.  
 
Q-­‐18.   Puisse  un  étranger  acquérir  la  Nationalité  haïtienne  par  la  naturalisation?  
R-­‐18.   Oui.    Tout  étranger  après  cinq  (5)  ans  de  résidence  continue  dans  le  pays  peut  obtenir  
la  Nationalité  haïtienne  par  la  naturalisation,  en  se  conformant  aux  règles  établies  par  
la  loi  (Article  12).  
 
Q-­‐19.   Est-­‐ce  qu’un  haïtien  naturalisé  en  pays  étranger  peut  recouvrer  sa  Nationalité  
haïtienne?  
QR-­‐19.  Oui,  s’il  remplit  toutes  les  conditions  et  formalités  imposées  à  l’étranger  par  la  loi.  C’est  
l’Article  14  de  la  constitution  qui  le  dit.    Notez  que  cet  article  parle  des  conditions  et  
formalités  imposées  à  l’étranger  par  la  loi.    C’est  dire  que  l’haïtien  naturalisé  en  pays  
étranger,  même  s’il  recouvre  sa  Nationalité  haïtienne,  ne  sera  jamais  plus  considéré  
comme  un  haïtien  natif  natal.    En  d’autres  termes,  il  sera  sujet  aux  mêmes  règlements  
qu’un  étranger  devenu  haïtien  par  naturalisation.  Il  n’est  donc  plus  un  haïtien  à  part  
entière.  Pour  être  plus  précis,  il  sera  limité  dans  ses  droits.    Par  exemple,  il  perdra  sa  
Nationalité  haïtienne  s’il  laisse  le  pays  et  établit  une  résidence  continue  à  l’étranger  
pendant  trois  (3)  ans  sans  une  autorisation  régulièrement  accordée  par  l’autorité  
compétente.    En  la  perdant  ainsi,  il  ne  pourra  plus  la  recouvrer  (Article  13,  55.1,  56).  
 
Q-­‐20.   Un  étranger,  peut-­‐il  être  propriétaire  de  biens  immobiliers  en  Haiti?  
R-­‐20.   Oui.    D’après  l’Article  55  de  la  constitution,  le  droit  de  propriété  immobilière  est  
accordé  à  l’étranger  résidant  en  Haiti  pour  les  besoins  de  sa  demeure.  Ainsi,  il  ne  peut  
en  aucun  cas  se  livrer  au  trafic  de  location  d’immeubles.    Il  ne  peut  non  plus  être  
propriétaire  d’un  immeuble  borne  par  la  fontière  terrestre  haïtienne.  
 
Finalement,  ce  droit  prend  fin  cinq  (5)  années  après  que  l’étranger  n’a  cessé  de  résider  
dans  le  pays.  
 
Q-­‐21.   Que  doit-­‐on  faire  pour  accorder  la  Double  Nationalité  aux  haïtiens  naturalisés  ou  nés  
en  pays  étrangers?  
R-­‐21.   On  doit  simplement  amender  la  constitution.  
 
Q-­‐22.   Peut-­‐on  aussi  faire  un  référendum  pour  modifier  la  constitution  en  ce  sens?  
R-­‐22.   Non,  ceci  est  formellement  interdit.  
 
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

48
5

 
Q-­‐23.   Enfin,  comment  donc  amender  la  constitution?  
R-­‐23.   Le  Pouvoir  Legislatif,  sur  la  proposition  de  l’une  des  deux  chambres  ou  du  Pouvoir  
Executif,  a  le  droit  de  déclarer  qu’il  ya  lieu  d’amender  la  constitution,  avec  motifs  à  
l’appui.  Cette  déclaration  doit  réunir  l’adhésion  des  deux  tiers  (2/3)  de  chacune  des  
deux  Chambres.  Elle  ne  peut  être  faite  qu’au  cours  de  la  dernière  session  ordinaire  
d’une  législature  et  est  publiée  immédiatement  sur  tout  l’étendu  du  territoire.    A  la  
première  session  de  la  législature  suivante,  les  chambres  se  réunissent  en  Assemblée  
Nationale  et  statuent  sur  l’amendement  proposé  L’Assemblé  Nationale  ne  peut  siéger,  
ni  délibérer  sur  l’amendement  si  les  2/3  au  moins  des  membres  de  chacune  des  deux  
chambres  ne  sont  présents  (Articles  282,283,284).  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

49
50
DOUBLE  NATIONALITÉ  ♦  AMENDEMENT  DE  LA  CONSTITUTION  
QUESTIONS  et  RÉPONSES  
Publié  en  2010  
 
Q-­‐1.   Que  représente  d’une  part,  pour  nous,  les  Haïtiens  vivant  à  l’extérieur,  et  d’autre  
part,  pour  les  Haïtiens  en  général  la  recommendation  faite  par  la  48ème  Législature  
à  la  49ème  au  cours  de  sa  dernière  session  ordinaire  le  14  septembre  2009?  
 
R-­‐1.   Cette  recommendation  représente  pour  tous  les  Haïtiens  un  pas  dans  la  bonne  
direction  et  prouve  que  nos  parlementaires  sont  conscients  qu’il  faut  que  ça  change  
pour  le  plus  grand  bien  du  plus  grand  nombre.    Dans  le  cas  contraire,  on  allait  devoir  
attendre  jusqu’à  la  fin  du  mandat  de  la  49ème  Législature,  soit  l’année  2014,  pour  
essayer  d’être  là  où  nous  sommes  aujourd’hui.  
 
R-­‐2.   D’après  l’Article  282  de  la  constitution  de  1987,  l’amendement  doit  se  faire  en  deux  
étapes.    Dans    un  premier  temps,  l’actuelle  Législature,  sur  la  proposition  du  Pouvoir  
Executif  ou  de  l’une  des  deux  (2)  chambres,  a  le  droit  de  déclarer,  avec  motifs  à  
l’appui,  qu’il  y  a  lieu  d’amender  la  constitution  et    d’en  faire  la  recommendation  à  la  
prochaine  Législature  qui,  a  son  tour,  délibéré  et  vote  l’amendement  propose  dès  
son  entrée  de  jeu.  
 
Q-­‐3.   Le  mandat  de  la  48ème  Législature  ayant  pris  fin,  d’ordinaire,  quand  est-­‐ce  qu’on  
doit  procéder  aux  prochaines  éléctions  législatives?  
 
R-­‐3.   Les  prochaines  éléctions  législatives  devraient  avoir  lieu  au  cours  de  la  dernière  
semaine  du  mois  de  novembre.    Mais,  selon  toute  apparence,  elles  seront  tardives,  
compte  tenu  de  la  nécessité  d’établir  un  Conseil  Electoral  Permanent.  
 
Q-­‐4.   Quand  est-­‐ce  que  les  nouveaux  parlementaires  doivent  entrer  en  fonction?  
 
R-­‐4.   Les  nouveaux  parlementaires  devraient  entrer  en  fonction  au  cours  de  la  2ème  
semaine  du  mois  de  janvier.    
 
Q-­‐5.   Etant  donné  que  la  49ème  Législature  aura  pour  mission,  entre  autre,  d’amender  la  
constitution,  quel  est  l’interval  de  temps  qu’il  lui  faudra  pour  accomplir  cette  tâche?  
 

Haïtian  Congress  to  Fortify  Haïti  &  Haïtian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haïtiancongress.org  ♦  www.haïtiancongress.org  ♦  www.haïtiancongresspac.org    
51
2

R-­‐5.   D’après  l’Article  283  de  la  constitution,  à  la  premiere  Session  de  la  49ème  
Législature,  les  deux  (2)  chambres  se  réunissent  en  Assemblée  Nationale  et  statuent  
sur  l’amendement  propose.      
 
  L’Article  284  stipule  que  l’Assemblée  Nationale  ne  peut  siéger,  ni  délibérer  sur  
l’amendement  si  les  deux  tiers  (2/3)  au  moins  des  Membres  de  chacune  des  deux  (2)  
chambres  ne  sont  présents.  
 
Et  l’Article  284.1  déclare  qu’aucune  décision  de  l’Assemblée  Nationale  ne  peut  être  
adoptée  qu’à  la  majorité  des  deux  tiers  (2/3)  des  suffrages  exprimés.  
 
Q-­‐6.   Une  fois  la  constitution  amendée,  quand  est-­‐ce  que  la  nouvelle  loi  entre  en  vigueur?  
 
R-­‐6.   L’Article  284.2  de  la  constitution  est  clair  là-­‐dessus:  L’amendement  obtenu  ne  peut  
entrer  en  vigueur  qu’après  l’installation  du  prochain  Président  élu.    En  aucun  cas,  le  
Président  sous  le  gouvernement  de  qui  l’amemdement  a  eu  lieu  ne  peut  bénéficier  
des  avantages  qui  en  découlent.  
 
Ceci  dit,  à  supposer  que  l’amemdement  se  fasse  en  janvier  2010,  on  devra  attendre  
jusqu’au  7  février  2011,  après  l’installation  du  prochain  Président  élu,  pour  le  mettre  
en  application.  
 
Q-­‐7.   Que  pensez-­‐vous  du  processus  mis  en  place  pour  l’amendement  de  la  constitution?  
 
R-­‐7.   D’une  part,  ce  processus  est  en  quelque  sorte  trop  lent.    A  notre  humble  avis,  
l’actuelle  Législature    devrait  pouvoir  amender  la  constitution  au  cours  de  sa  dernière  
session  ordinaire.    On  pourrait,  toutefois,  appliquer  la  même  formule  à  savoir  que  la  
nouvelle  loi  entre  en  vigueur  après  l’installation  du  prochain  Président  élu.  
 
En  outre,  il  y  a  aussi  un  facteur  de  risque  dans  ce  processus.    Il  n  y  a  aucune  garantie  
que  les  nouveaux  parlementaires  vont  nécessairement  voter  dans  le  même  sens  que  
leurs  predecesseurs.  
 
Ensuite,  si  les  élections  n’ont  pas  lieu,  la  chambre  peut  être  déclarée  caduque.    Dans  
ce  cas-­‐la,  plus  d’amendement  possible.  
 
Q-­‐8.   Existe  t-­‐il  dans  la  déclaration  de  la  48ème  Législature  des  changements  concrets  ou  
des  modifications  aux  Articles  relatifs  à  la  nationalité?  
 
R-­‐8.   Plusieurs  Articles  ont  été  modifiés,  notamment  Articles  11,  et  Article  12.  D’autres  
Articles  ont  été  tout  bonnement  éliminés,  tels  que  Articles  12.1,  12.2,  13,  14  et  15.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
52
3

L’Article  11  se  lit  désormais  comme  suit:    Possède  la  nationalité  haïtienne  de  
naissance  tout  individu  né  d’un  père  haïtien  ou  d’une  mère  haïtienne  qui  eux  mêmes  
n’avaient  pas  répudié  leur  nationalité  au  moment  de  la  naissance  de  l’enfant.  
 
Et  l’Article  12  se  lit  désormais  comme  suit:  Tout  haïtien  est  soumis  à  l’ensemble  des  
droits  et  obligations  attachés  à  sa  nationalité.  
 
Aucun  haïtien  ne  peut,  à  l’endroit  des  autorités  haïtiennes,  faire  prévaloir  sa  
nationalité  étrangère  sur  le  territoire  de  la  Republique  d’Haïti.  
 
Q-­‐9.   Qu’est-­‐ce  qui  est  à  l’origine  de  la  proposition  d’amendement  de  la  constitution  
déclaree  par  la  48ème  Législature?  
 
R-­‐9.   D’apres  l’Article  282  de  la  constitution  de  1987,  le  Pouvoir  Législatif,  sur  la  
proposition  de  l’une  des  deux  (2)  chambres  ou  du  Pouvoir  Executif,  a  le  droit  de  
déclarer  qu’il  y  a  lieu  d’amender  la  constitution,  avec  motifs  à  l’appui.  
 
En  l’occurrence,  le  Pouvoir  Exécutif  avait  formé  une  commission  pour  examiner  la  
constitution  et  determiner  si  un  amendement  se  révélait  nécessaire.    La  commission  
lui  avait  remis  son  rapport  le  10  juillet  2009.    Apres  avoir  revise  ce  rapport,  le  4  
septembre  2009,  l’Exécutif  avait  fait  sa  recommandation  au  Parlement  afin  de  
déclarer  qu’il  y  a  lieu  d’amender  la  constitution.    Et  c’est  ce  qu’a  fait  la  48ème  
Législature.  
 
Q-­‐10.   Quelle  est  la  différence  entre  “Haïtien  d’origine”  et  “Haïtien  de  naissance”?  
 
R-­‐10.   Selon  la  constitution  de  1987,  pour  jouir  de  la  qualite  d’Haïtien  d’origine,  les  3  
conditions  suivantes  doivent  être  reunies:  
 
a. etre  né  d’un  père  haïtien  ou  d’une  mère  haïtienne;  
b. eux-­‐mêmes  doivent  être  nés  haïtiens;  
c. et  n’avoir  jamais  renoncé  à  leur  nationalité.  
 
Ainsi,  la  constitution  de  1987  fait  de  la  filiation  biologique  l’unique  critère  
d’attribution  de  la  nationalité  haïtienne  d’origine  dont  la  remontée  à  plusieurs  
generations  pourrait  impliquer  un  jus  sanguinis  enraciné.    En  fait,  combien  d’haïtiens  
sont  susceptibles  d’etablir  un  lien  de  filiation  sur  plusieurs  generations?  
 
Compte  tenu  des  conséquences  fâcheuses  qui  s’y  rattachent,  la  commission  
présidentielle  a  jugé  necessaire  de  simplifier  les  choses  en  substituant  “Haïtien  
d’origine”  par  “Haïtien  de  naissance”.  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
53
4

Desormais,  pour  qu’un  individu  possède  la  nationalité  haïtienne  de  naissance,  il  
suffit  qu’il  soit  né  d’un  pere  haïtien  ou  d’une  mere  haïtienne  qui  eux-­‐mêmes  
n’avaient  pas  repudié  leur  nationalité  au  moment  de  la  naissance  de  l’enfant.  
 
Q-­‐11.   Certaines  gens  disent  “double  citoyenneté”;  d’autres  emploient  “double  
nationalité”;  y  a  t-­‐il  une  grande  différence  entre  ces  deux  termes?  
 
R-­‐11.    D’apres  l’Article  16  de  la  constitution,  la  réunion  des  droits  civils  et  politiques  
constitue  la  qualité  du  citoyen.    Ainsi,  lorsqu’un  Etat  attribue  la  nationalité  à  un  
individu,  soit  à  la  naissance  ou  par  naturalisation,  il  en  fait  un  citoyen  qui,  des  lors,  
en  cette  qualité,  jouit  des  droits  ci-­‐dessus  mentionnés.      
 
La  difference  simplement  réside  entre  le  national  à  la  naissance  et  le  national  par  
adoption  ou  naturalisation:  
 
Le  national  à  la  naissance  est  un  “natif-­‐natal”.  Il  jouit  de  ses  droits  civils  et  poliques  à  
part  entière.    Tandis  que  le  national  par  adoption  ou  naturalisation  a  des  droits  
limités.  
 
Toutefois,  que  l’on  dise  “double  citoyenneté”  ou  “double  nationalité”,  d’ordinaire,  
c’est  comme  ci  cela  revenait  au  même.  
 
Q-­‐12.   Y  a  t-­‐il  une  difference  entre  “Renoncer”  et  “Repudier”?  
 
R-­‐12.   Deux  mots  sont  synonymes  lorsqu’ils  ont  à  peu  près  la  même  signification.    Notez-­‐  
bien,  “à  peu  pres”,  c’est-­‐à-­‐dire  ils  ne  signifient  pas  exactement  la  même  chose.    Tout  
depend  du  contexte  dans  lequel  ils  sont  utilises.  
 
En  ce  qui  nous  concerne  ici,  à  première  vue,  renoncer  et  répudier  semblent  signifier  
à  peu  près  la  même  chose.    Mais,  en  fait,  renoncer  veut  dire  refuser,  decliner  tandis  
que  repudier  veut  dire  abandonner.    Sur  ce,  la  renonciation  n’est  qu’un  refus  tandis  
que  la  répudiation  est  un  abandon.    Par  conséquent,  le  terme  répudier  est  plus  fort  
que  celui  de  renoncer.  
 
Q-­‐13.   Quand  est-­‐ce  qu’un  haïtien  repudie  sa  nationalité  haïtienne?  
 
R-­‐13.   Un  haïtien  repudie  sa  nationalité  haïtienne  quand  il  fait  une  déclaration  officielle  
devant  un  tribunal  haïtien,  conformément  à  la  loi.  
 
Q-­‐14.   Un  haïtien  qui  a  une  double  nationalité,  peut-­‐il  faire  prévaloir  sa  nationalité  
étrangère  en  Haïti?  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
54
5

R-­‐14.   D’apres  le  Droit  International,  lorsqu’un  individu  est  binational  ou  multinational,  
qu’il  possède  ainsi  deux  ou  plusieurs  nationalités,  tout  autant  qu’il  se  trouve  sur  le  
territoire  de  l’un  des  Etats  qui  lui  ont  attribue  la  nationalité,  toutes  les  lois  en  vigueur  
de  cet  Etat  lui  sont  applicables.    En  aucun  cas,  il  ne  peut  opposer  son  autre  
nationalité  pour  se  derober  aux  lois  de  lEtat  dont  il  est  le  citoyen.    Autrement  dit,  un  
citoyen  haïtien,  en  Haïti,  est  soumis  exclusivement  à  la  loi  haïtienne.    Donc,  il  ne  
peut,  à  l’endroit  des  autorites  haïtiennes,  faire  prévaloir  sa  nationalité  étrangère  sur  
le  territoire  de  la  Republique  d  Haïti.  
 
Q-­‐15.   Lorsqu’un  haïtien  acquiert  une  nationalité  étrangère,  perd-­‐  t-­‐il  automatiquement  sa  
nationalité  haïtienne?  
 
R-­‐14.   En  acquérant  une  nationalité  étrangère,  l’haïtien  ne  perd  pas  sa  nationalité  
haïtienne.  Car,  la  nationalité  qui  lui  est  octroyée  par  l’autre  Etat  n’emporte  de  sa  
part  aucune  répudiation  de  la  nationalité  haïtienne.    Pour  qu’il  répudie  sa  nationalité  
haïtienne,  il  faudrait  qu’il  fasse  une  déclaration  officielle  devant  un  tribunal  haïtien,  
conformément  à  la  loi.  
 
Q-­‐16.   Qu’entend-­‐on  par  “nationalité”?  
 
R-­‐16.   La  nationalité,  d’un  point  de  vue  juridique,  est,  avant  tout,  le  rattachement  d’un  
individu  à  un  Etat.  En  d’autres  termes,  la  nationalité  est  le  fait  d’appartenir  à  une  
nation  particulière,  soit  à  la  naissance  ou  par  naturalisation.  Ce  qui  veut  dire  que  la  
nationalité  est  la  condition  primordiale  d’exercice  de  ses  droits  civils  et  politiques.  
 
Q-­‐17.     Qu’entend-­‐on  par  “citoyennete”?  
 
R-­‐17.   La  citoyennete  peut  être  definie  comme  étant  le  fait  par  un  individu  d’être  pourvu  
des  droits  et  des  devoirs  d’un  citoyen;  un  citoyen  étant  un  membre  natif-­‐natal  ou  
naturalisé  d’un  Etat  ou  d’une  nation  qui  doit  allégeance  à  son  gouvernement  et  qui  a  
aussi  droit  à  sa  protection.  
 
Q-­‐18.   Quels  sont  les  avantages,  s’il  y  en  a,  qu’un  pays  peut  bénéficier  de  la  double  
nationalité?  
 
R-­‐18.   Un  pays  n’a  rien  a  perdre  mais  tout  a  gagner  de  la  double  nationalité.    Car,  sur  le  
plan  démographique,  économique  et  culturel,  la  réintégration  de  sa  diaspora  dans  
les  affaires  du  pays  peut  représenter  un  puissant  moteur  à  son  développement.  A  
cet  effet,  nous  pouvons  répéter  Dr  Bernard  Gousse  qui  disait:  
 
“La  situation  économique  d’Haïti  est  la  pire  de  la  région  et  tous  les  indicateurs  
de  développement  le  placent  en  queue  de  peloton  des  pays  de  la  planète.    Nos  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
55
6

carences  en  matière  de  ressources  humaines  sont  criantes  dans  tous  les  
domaines.    Nous  manquons  de  professeurs  a  l’Université.    Or  le  professeur  de  
l’Université  d’Etat  appartenant  à  la  fonction  publique  se  doit  d’être  haïtien.    
Le  secteur  de  la  santé  publique  manqué  de  medecins.    Parmi  nos  congénères  
de  l’étrangèr,  beaucoup  détiennent  des  diplomes  élevés  et  ont  accumulé  des  
experiences  professionnelles  exceptionnelles.  Pullulent  parmi  eux  sans  doute  
les  scientifiques  et  les  professionnels  dont  nous  avons  besoin  en  foresterie,  
aquaculture,  horticulture,  administration  des  hopitaux,  urbanisme  etc”  
 
Ceci  est  l’une  des  raisons  pour  lesquelles  la  majorité  des  pays  qui  existent  à  travers  
le  monde  embrasse  le  principe  de  la  double  nationalité.    Les  dirigeants  de  ces  Etats  
réalisent  que  l’inclusion  de  leurs  ressortissants  vivant  à  l’étrangèr  dans  la  vie  
nationale  de  leurs  pays  constitue  l’un  des  facteurs  essentiels  à  leur  développement.  
Ainsi,  sans  arrière-­‐pensée,  ils  sacrifient  volontiers  des  interets  personnels  au  profit  
du  bien  être  collectif.  
 
Q-­‐19.   La  double  nationalité,  peut-­‐elle  aussi  constituer  un  obstacle  pour  un  pays?  
 
R-­‐19.   La  double  nationalité  est  un  principe  qui  devient  de  plus  en  plus  en  vogue  dans  le  
monde.  A  telle  enseigne,  des  pays  comme  le  Mali,  le  Senegal,  le  Bresil,  les  Philippines  
etc…vont  jusqu’à  encourager  leurs  ressortissants  à  aller  dans  d’autres  pays  dans  le  
but  d’acquérir  des  connaissances  et  faire  des  expériences.    Ils  s’en  foutent  pas  mal  
de  ce  que  certains  d’entre  eux  adoptent  la  nationalité  du  pays  d’accueil  afin  de  
pouvoir  mieux  s’y  intégrer.    Puis,  ces  gens-­‐la  sont  libres  de  rentrer  chez  eux  quand  
bon  leur  semble,  à  titre  de  citoyens  à  part  entière  pour  servir  leurs  pays.  
 
Le  monde  se  modernise  et  se  globalise  à  chaque  instant.    Il  est  donc  impératif    
d’évoluer  avec  le  temps.    On  ne  peut  plus  continuer  à  se  replier  sur  soi-­‐même.    Il  faut  
s’ouvrir  au  monde  exterieur.    Sinon,  on  court  le  risque  d’etre  en  retard  de  phase.    
C’est  l’exigence  de  l’heure.      
 
Brièvement,  en  aucun  cas,  la  double  nationalité  ne  peut  constituer  un  obstacle  pour  
un  pays.    Pour  preuve,  la  majorité  des  pays  du  monde  accepte  ce  principe.    Les  deux  
derniers  pays  pour  lesquels  la  double  nationalité  est  enfin  devenue  une  réalité  sont  
la  Belgique  et  le  Luxembourg,  simultanément  le  15  octobre  2008.  
 
Nous  espérons  que  bientôt  Haïti  augmentera  la  liste  des  pays  favorables  à  la  double  
nationalité.    Car,  elle  n’a  rien  à  perdre  mais  tout  à  gagner.  
 
Q-­‐20.   Que  signifient  le  “jus  sanguinis”  et  le  “jus  soli?  
R-­‐20.   Le  jus  sanguinis  ou  le  droit  du  sang  se  produit  lorsqu’un  parent  transmet  sa  
nationalité  à  son  enfant,  tandis  que  le  jus  soli  ou  le  droit  du  sol  est  applicable  quand  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
56
7

quelqu’un  naït  sur  un  territoire  determiné.  Par  exemple,  si  un  francais  ou  une  
francaise  s’établie  au  Canada  et  y  donne  naissance  a  un  enfant,  cet  enfant  a  une  
double  nationalité  à  la  naissance.    Il  est  à  la  fois  francais  et  canadien.    Il  est  francais  
parce  qu’il  a  le  sang  de  son  pere  ou  de  sa  mère  qui  coule  dans  ses  veines.    C’est  ce  
qu’on  appelle  le  jus  sanguinis  ou  le  droit  du  sang.    Et  il  est  canadien  parce  qu’il  a  vu  
le  jour  sur  le  territoire  canadien.    C’est  ce  qu’on  appelle  le  jus  soli  ou  le  droit  du  sol.  
 
Q-­‐21.   Un  individu,  peut-­‐il  avoir  deux  ou  plusieurs  nationalités?  
 
R-­‐21.   Si  l’on  fait  une  analyse  approfondie  de  ce  qui  se  passe  actuellement  dans  le  monde,  
on  remarquera  qu’il  y  a  une  mobilité  sociale  et  professionnelle  qui  s’effectue  
globalement.    Les  hommes  circulent  et  s’établissent  partout  dans  le  monde.    Ils  
partagent  des  produits  et  des  idées  et  les  pays  font  des  échanges  entre  eux.    Le  
monde  évolue  très  rapidement  ou  tout  devient  de  plus  en  plus  moderne.  L’homme  a  
tendance  à  devenir  plus  que  jamais  un  citoyen  mondial.    Compte  tenu  de  ce  
phénoène  incontournable,  les  Etats,  voulant  conserver  toutes  leurs  ressources  
humaines,  réalisent  la  nécessité  de  permettre  à  leurs  ressortissants  d’adopter  une  
nationalité  étrangère  tout  en  conservant  la  leur.    Ce  qui  donc  permet  à  un  individu  
d’être  un  binational  ou  un  multinational.  
 
Q-­‐22.   Pourquoi  luttons-­‐nous  pour  le  droit  à  la  double  nationalité?  
 
R-­‐22.   Au  fil  des  années,  un  nombre  d’haïtiens  étaient  obligés  de  quitter  le  pays  pour  se  
rendre  ailleurs,  principalement  à  la  recherche  de  meilleures  opportunités  socio-­‐
économiques.    Des  circonstances  particulières  ont  poussé  beaucoup  d’entre  eux  à  
adopter  une  nationalité  étrangère  dans  le  but  de  pouvoir  mieux  s’intégrer  dans  la  vie  
locale  du  pays  d’accueil.    En  conséquence,  d’aprés  l’Article  15  de  la  constitution  du  
29  mars  1987,  cet  acte  leur  a  enlevé  la  nationalité  haïtienne.  
 
Nous  avons  jugé  que  l’exclusion  de  ces  haïtiens  par  cet  Article  de  la  constitution  
représente  une  injustice  intolérable.    Non  seulement  cet  Article  est  tout-­‐à-­‐fait  
incohérent  aux  autres  dispositions  relatives  à  la  nationalité,  mais  aussi  ,  sur  la  base  
de  l’Article  11  de  cette  même  constitution,  celui  qui  est  né  haïtien,  reste  et  demeure  
haïtien,  puisqu’aucune  disposition  de  la  constitution  ne  prévoit  que  la  double  
nationalité  soit  un  acte  de  déchéance  ou  de  perte  de  nationalité.    Pour  perdre  sa  
nationalité  haïtienne,  l’individu  doit  faire  une  déclaration  officielle  devant  un  
tribunal  haïtien,  conformément  a  la  loi.  
 
Sur  ce,  nous  applaudissons  la  Pouvoir  Exécutif  pour  avoir  pris  la  décision  de  
recommander  au  Pouvoir  Législatif  la  nécessité  de  proposer  l’amendement  de  la  
constitution.    Et  nous  félicitons  nos  parlementaires  de  la  48ème  Législature  pour  
avoir  eu  le  courage  de  déclarer,  avec  motifs  à  l’appui,  qu’il  y  a  lieu  d’amender  la  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
57
8

constitution.    Bientôt,  ce  sera  le  tour  de  la  49ème  Législature  de  délibérer  sur  
l’amendement  proposé.    Nous  espérons  que  les  nouveaux  parlementaires  voteront  
dans  le  même  sens  que  leurs  prédécesseurs,  c’est-­‐à-­‐dire  en  faveur  de  la  double  
nationalité.    Ce  sera  un  acte  magnanime  et  patriotique  qui  s’inscrira  pour  jamais  
dans  les  anales  de  notre  histoire  en  tant  que  peuple.    Car,  nous  croyons  fermêment  
que  la  réunification  des  haïtiens  de  l’extérieur  avec  ceux  de  l’intérieur  constitue  
l’une  des  conditions  sine  qua  non  pour  qu’Haïti  puisse  connaitre  un  réel  décolage  
vers  le  développement.  
 
Voilà  pourquoi  nous  luttons  pour  le  droit  à  la  double  nationalité.  
 
Q-­‐23.   Faut-­‐il  être  haïtien  pour  aider  Haïti?  
 
R-­‐23.   Il  existe  une  conception  tout-­‐à-­‐fait  erronee  chez  la  plupart  de  nos  frères  et  soeurs.  
Pour  eux,  quand  nous  disons  qu’il  faut  reintégrer  les  haïtiens  vivant  à  l’extérieur  
dans  la  vie  nationale  du  pays,  ils  n’hésitent  pas  à  accoucher  qu’on  n’a  pas  besoin  
d’être  haïtien  pour  aider  Haïti.      
 
Bien  sûr  qu’un  étrangèr  peut  aider  Haïti.    Cependant,  il  faut  se  rappeler  que  l’aide  
étrangère  n’est  pas  une  cure;  c’est  un  palliatif.  Le  problème  d’Haïti  est  un  problème  
haïtien.    Après  tout,  il  revient  à  nous  autres,  haïtiens,  d’en  trouver  une  solution  
durable.  Et  l’un  des  facteurs  indispensables  a  cette  solution  est  la  réunion  de  la  
grande  famille  haïtienne  pour  former  un  faisceau  afin  qu’ensemble  nous  arrivions  
enfin  à  enlever  ce  “PICHON”  qui,  pendant  longtemps,  demeure  suspendu  sur  la  tête  
de  notre  chère  Haïti.    
 
Q-­‐24.   Est-­‐ce  vrai  qu’une  grande  partie  des  ressources  humaines  d’Haïti,  en  termes  de  
connaissance  et  d’experience,  reside  à  l’extérieur?  
 
R-­‐24.   Indubitablement,  une  grande  partie  de  la  matière  grise  d’Haïti  se  trouve  à  
l’extérieur.    Cette  fuite  des  cerveaux  commença  dans  les  annees  60,  lorsqu’un  
groupe  de  professionnels  laissait  le  pays  pour  aller  mettre  leur  connaissance  au  
service  du  Congo,  de  l’Afrique,  du  Canada,  des  Etats-­‐Unis,  de  la  France  etc…  
 
Puis,  dans  les  annees  70,  un  autre  groupe  de  gens  est  parti  en  grand  nombre.    Ce  
furent  cette  fois-­‐ci  des  paysans  et  des  proletaires  urbains.    Ils  ont  laissé  le  pays  par  
tous  les  moyens  possibles.    Soit  par  avion,  ou  par  bateau,  ou  par  terre  en  tranversant  
la  frontière  pour  aller  couper  de  la  canne-­‐à-­‐sucre  en  Republique  Dominicaine.    
C’etait  comme  un  sauve-­‐qui-­‐peut.  
 
Et  dans  les  années  80  à  nos  jours,  Haïti  a  recu  le  coup  de  grâce.    Nous  assistons  au  
départ  massif  des  cadres  et  des  familles  des  classes  moyennes.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
58
9

 
Ainsi,  Haïti,  malgré  son  état  execrable  de  sous-­‐développement,  a  forme  des  têtes  
pour  des  pays  développés.    Aujourd’hui,  nous,  les  haïtiens  vivant  à  l’étrangèr,  
conscients  de  la  dégradation  de  notre  alma  mater,  voudrions  provoquer  à  peu  près  
le  même  genre  de  phénomène  pour  essayer  de  sauver  ce  qui  peut  être  sauve.    Mais  
cette  fois-­‐ci,  en  sens  inverse.    C’est-­‐à-­‐dire,  inviter  tous  les  cadres  et  les  
professionnels  qu’Haïti  avait  perdus  à  rentrer  au  bercail  pour  aider  à  reboiser,  
construire,  developpér  le  pays  et  éduquer  notre  peuple.    Pour  que  cela  soit  rendu  
possible,  il  faut  qu’il  y  ait  une  prise  de  conscience  nationale  d’urgence.    Et  c’est  cette  
prise  de  conscience  qui  nous  amènera  à  la  réunification  de  la  grande  famille  
haïtienne.    D’ou  la  nécessité  d’accepter  le  principe  de  la  double  nationalité  comme  
une  réalité  pour  tous  les  haïtiens.    
 
Q-­‐25.   Pourquoi  après  plus  de  200  ans  d’indépendance  Haïti  est  considéré  comme  l’un  des  
pays  les  plus  pauvres  de  l’hémisphère?  
 
R-­‐25.     Haïti  a  obtenu  son  indépendance  le  1er  janvier  1804.    C’est  la  première  République  
noire  indépendante  du  monde.    A  ce  moment-­‐là,  l’esclavage  faisait  la  pluie  et  le  beau  
temps  dans  plusieurs  autres  parties  du  monde.    Les  grandes  puissances  ne  voyaient  
pas  cet  acte  d’un  bel  oeil.    Pour  elles,  cela  représentait  un  très  mauvais  exemple.    
Elles  ne  cachèrent  pas  leur  mécontentement.  Elles  craignent  que  les  esclaves  de  
l’extérieur  ne  suivent  pas  nos  empreintes  et  se  révoltent.    Car,  ces  esclaves  
représentaient  le  poumon  de  leur  fortune.    Pour  cela,  elles  décidèrent  de  nous  
infliger  une  punition.  Non  seulement  elles  n’avaient  pas  reconnu  notre  
indépendance  mais  encore,  pendant  longtemps,  elles  établirent  un  embargo  sur  le  
pays.    Ainsi,  elles  nous  avaient  laissés  pour  cuire  dans  nos  propres  jus.  
 
Toutefois,  cela  ne  nous  aurait  pas  tellement  ébranlés  si  nous  avions  eu  entre  nous  ce  
qu’on  appelle  “la  solidarité”.    Au  contraire,  Durant  toute  notre  vie  en  tant  que  
peuple,  nous  avons  choisi  de  pratiquer  plutôt  ce  qu’on  appelle  “chacun  pour  soi  et  
Dieu  pour  tous”.  C’est  ce  manque  de  solidarité  qui  a  plongé  le  pays  dans  la  situation  
lamentable  qu’elle  se  trouve  aujourd’hui.    En  conséquence,  bon  nombre  de  gens  de  
tout  acabi  ont  laissé  le  pays  à  la  recherche  d’un  mieux  être  ailleurs.    Ils  se  sont  
eparpillés  un  peu  partout  dans  le  monde.    Cela  a  inévitablement  crée  un  trou  vide  
dans  le  pays.    Faute  de  ressources  humaines  et  de  moyens  financiers,  cette  lacune  a  
atrophié  le  pays.    Comme  résultat,  pendant  que  les  autres  pays  vont  de  l’avant,  Haïti  
de  son  côté  marche  à  reculon,  ou  plutôt,  fait  une  demie  tour;  “li  kasse  tet  tounen”.  
 
Voilà  en  gros  pourquoi,  après  plus  de  200  ans  d’indépendance,  Haïti  est  l’un  des  pays  
les  plus  pauvres  de  l’hémisphère.  

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
59
60
LE CONGRÈS DES HAÏTIENS POUR FORTIFIER HAÏTI
cordialement invite le public en général
à joindre son dialogue ouvert sur la Double Nationalité
par rencontres téléphoniques chaque samedi
de 4:00pm à 5:00pm, heure centrale (Chicago),
à partir du 4 Septembre 2010 jusqu’au 27 Novembre 2010.
Pour y participer, faites le numéro: (641) 715-3625 / Code: 335776#

AGENDA
11 Sept 2010:
• Bienvenue / But de ces rencontres téléphoniques
• Présentation du CHFH et Sommaire de son travail sur la Double Nationalité
• Résultat Partiel: Recommandations de la 48ème Legislature à la 49ème au cours de sa
derniere session ordinaire le 14 Sept 2009
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

18 Sept 2010:
• -Bienvenue
• -Double Nationalité: Définition
• -Comment acquerir la Double Nationalité
• -La position de la constitution de 1987 par rapport à la Double
• Nationalité (Articles 11, 13, 15 etc…)
• -Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions
25 Sept 2010:

• Bienvenue
• L’adoption d’une nationalité étrangère par un individu devrait-elle affecter ses droits civils et
politiques?
• Un haïtien perd t-il sa nationalité d’origine en adoptant une nationalité étrangère?
• Quand est-ce qu’un individu renonce à sa nationalité d’origine?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

2 Oct 2010:
• Bienvenue
• Un individu peut-il avoir deux ou plusieurs citoyennetes?
• Quel est le but de notre lutte pour le droit à la Double Nationalité?
• Quels sont les potentiels obstacles qu’on peut anticiper en menant la lutte pour la Double
Nationalité?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

9 Oct 2010:
• Bienvenue
• Existe-t-il une différence entre Double Nationalité et Double Citoyenneté?
• Puisse un enfant avoir une Double Citoyenneté à la naissance?
• Quelles sont les conditions requises pour être Haïtien à la naissance (Article 11)?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

16 Oct 2010:
• Bienvenue
• Quelle est votre opinion à propos de l’Article 15 de la constitution de 1987?

• Faut-il être Haïtien pour aider Haïti?

Haitian Congress to Fortify Haiti & Haitian Congress for Civic Engagement ♦ 1227 Dodge Avenue ♦ Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 / Fax: 847-424-1049 ♦ contact@haitiancongress.org ♦ www.haitiancongress.org ♦ www.haitiancongresspac.org

61
2

• Importance de la Double Nationalité dans le développement du pays (Modernisation /


Globalisation)
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

23 Oct 2010:
• Bienvenue
• Peut-on acquérir la nationalité haïtienne par naturalisation?
• Puisse un Haïtien naturalise recouvrer sa nationalité haïtienne?
• Un étrangèr peut-il etre propriétaire immobilier en Haïti?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

30 Oct 2010:
• Bienvenue
• A quel niveau le principe de la Double Nationalité est reconnu à travers le monde?
• A quelles fins utiles bon nombre de pays dans le monde choisissent d’octroyer le droit à la
Double Nationalité à leurs ressortissants?
• Comment Haïti arriva-t-elle a perdre la majorite de ses resources humaines, et quel apport la
reintegration des Haïtiens naturalises et l’intégration des Haïtiens nés à l’étrangèr auront dans
l’avancement de Haïti?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

6 Nov 2010:
• Bienvenue
• Que doit-on faire pour accorder la Double Nationalité aux Haïtiens qui sont naturalises ou
nés à l’étrangèr?
• Qu’est-ce qu’un amendement?
• Peut-on amender la constitution par voie de Reférendum ou par Décret?
• Existe-t-il un processus pour amender la constitution?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

13 Nov 2010:
• Bienvenue
• Qu’est-ce qui est à l’origine de la proposition d’amendement de la Constitution introduite par
la 48ème Legislature?
• La déclaration de la 48ème Legislature contient-elle des changements concrets ou des
modifications aux Articles relatifs à la nationalité?
• Que représente, en terme de timing, la recommandation faite par la 48ème Législature à la
49ème au cours de sa derniere session ordinaire le 14 septembre 2009?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

20 Nov 2010:
• Bienvenue
• Quelle est la différence entre “Haïtien d’origine” et “Haïtien de naissance”?
• Quand est-ce qu’un Haïtien repudié sa nationalité haïtienne?
• Y a-t-il une differencé entre “Renoncer” et “Repudier” ?
• Puisse un Haïtien qui a une Double Nationalité faire prévaloir sa nationalité étrangère sur le
territoire de la République d’Haïti?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions

27 Nov 2010:
• Bienvenue
• Quand est-ce que la 49ème Legislature entrera en fonction?
• Etant donné que la 49ème Legislature aura pour mission, entre autre, d’amender la
constitution, à quel moment précis lui faudra t-elle accomplir cette tâche?
• Une fois la constitution amendée, quand est-ce que la nouvelle loi entrera en vigueur?
• Dialogue ouvert: Questions / Commentaires / Suggestions
• Conclusion / Remerciements

Haitian Congress to Fortify Haiti & Haitian Congress for Civic Engagement ♦ 1227 Dodge Avenue ♦ Evanston, IL 60202
Tel: 847-475-5856 / Fax: 847-424-1049 ♦ contact@haitiancongress.org ♦ www.haitiancongress.org ♦ www.haitiancongresspac.org

62
 
 

   
 
 
SECTION  II:  
 
LEGISLATION  
 
1. Articles  Importants  sur  la  
Double  Nationalité  (p.  65-­‐86)  
2. Recommandations  à  la  
49ème  Législature  (p.  87-­‐95)  
 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    
64
   

 
 

 
CONSTITUTION DE LA REPUBLIQUE D’HAITÏ,
29 Mars 1987

ARTICLES IMPORTANT SUR LA
DOUBLE NATIONALITÉ

PRÉAMBULE    
TITRE II - DE LA NATIONALITÉ HAÏTIENNE   2  

TITRE III - DU CITOYEN DES DROITS ET DEVOIRS


FONDAMENTAUX   3  

TITRE IV - DES ÉTRANGERS   11  

TITRE V - CHAPITRE II - DU POUVOIR LÉGISLATIF   12  

TITRE XIII - AMENDEMENTS À LA CONSTITUTION   20  


 

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

65
   

PRÉAMBULE
 
Le peuple haïtien proclame la présente constitution:
1.- Pour garantir ses droits inaliénables et imprescriptibles à la vie, à la liberté et la
poursuite du bonheur; conformément à son acte d’indépendance de 1804 et à la déclaration
universelle des droits de l’homme de 1948.

2.- Pour constituer une nation haïtienne socialement juste, économiquement libre, et
politiquement indépendante.

3.- Pour rétablir un État stable et fort, capable de protéger les valeurs, les traditions, la
souveraineté, l’indépendance et la vision nationale.

4.- Pour implanter la démocratie qui implique le pluralisme idéologique et l’alternance


politique et affirmer les droits inaliénables du peuple haïtien.

5. - Pour fortifier l’unité nationale, en éliminant toutes discriminations entre les


populations des villes et des campagnes, par l’acceptation de la communauté de langues et
de culture, et par la reconnaissance du droit au progrès, à l’information, à l’éducation, à la
santé, au travail et au loisir pour tous les citoyens.

6.- Pour assurer la séparation, et la répartition harmonieuse des pouvoirs de l’État au


service des intérêts fondamentaux et prioritaires de la nation.

7. - Pour instaurer un régime gouvernemental basé sur les libertés fondamentales et le


respect des droits humains, la paix sociale, l’équité économique, la concertation et la
participation de toute la population aux grandes décisions engageant la vie nationale, par
une décentralisation effective.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

66
 
2  

TITRE II
DE LA NATIONALITÉ HAÏTIENNE
Article 10: Les règles relatives à la nationalité haïtienne sont déterminées par la loi.

Article 11: Possède la nationalité haïtienne d’origine, tout individu né d’un père haïtien ou
d’une mère haïtienne qui eux-mêmes sont nés Haïtiens et n’avaient jamais renoncé à leur
nationalité au moment de la naissance.

Article 12: La nationalité haïtienne peut être acquise par la naturalisation.

Article 12-1: Tout étranger après cinq (5) ans de résidence continue sur le territoire de la
République peut obtenir la nationalité haïtienne par naturalisation, en se conformant aux
règles établies par la loi.

Article 12-2: Les Haïtiens par naturalisation sont admis à exercer leur droit de vote, mais ils
doivent attendre cinq (5) ans après la date de leur naturalisation pour être éligibles ou
occuper des fonctions publiques autres que celles réservées par la constitution et par la loi
aux Haïtiens d’origine.

Article 13: La nationalité haïtienne se perd par:


1) La naturalisation acquise en pays étranger;
2) L’occupation d’un poste politique au service d’un gouvernement étranger;
3) La résidence continue à l’étranger pendant trois (3) ans d’un individu étranger naturalisé
haïtien, sans une autorisation régulièrement accordée par l’autorité compétente. Quiconque
perd ainsi la nationalité haïtienne, ne peut la recouvrer.

Article 14: L’Haïtien naturalisé étranger peut recouvrer sa nationalité haïtienne, en


remplissant toutes les conditions et formalités imposées à l’étranger par la loi.

Article 15: La double nationalité haïtienne et étrangère n’est admise en aucun cas.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

67
 
3  

TITRE III DU CITOYEN


DES DROITS ET DEVOIRS FONDAMENTAUX
 
CHAPITRE 1
DE LA QUALITÉ DE CITOYEN
Article 16: La réunion des droits civils et politiques constitue la qualité de citoyen.

Article 16-1: La jouissance, l’exercice, la suspension et la perte de ces droits sont


réglés par la loi.

Article 16-2: L’âge de la majorité est fixé à dix-huit (18) ans.

Article 17: Les Haïtiens, sans distinction de sexe et d’État civil, âgés de dix-huit (18) ans
accomplis, peuvent exercer leurs droits civils et politiques, s’ils réunissent les autres
conditions prévues par la constitution et par la loi.

Article 18: Les Haïtiens sont égaux devant la loi, sous la réserve des avantages
conférés aux Haïtiens d’origine qui n’ont jamais renoncé à leur nationalité.

CHAPITRE 2
DES DROITS FONDAMENTAUX

SECTION A
DROIT À LA VIE ET À LA SANTÉ
Article 19: L’État a l’impérieuse obligation de garantir le droit à la vie, à la santé, au respect
de la personne humaine, à tous les citoyens sans distinction, conformément à la
déclaration universelle des droits de l’homme.

Article 20: La peine de mort est abolie en toute matière.

Article 21: La crime de haute trahison consiste à porter les armes dans une armée
étrangère contre la République, à servir une nation étrangère en conflit avec la République,
dans le fait par tout fonctionnaire de voler les biens de l’État confiés à sa gestion ou toute
violation de la constitution par ceux chargés de la faire respecter.

Article 21-1: Le crime de haute trahison est puni de la peine des travaux forcés à
perpétuité sans commutation de peine.

Article 22: L’État reconnaît le droit de tout citoyen à un logement décent, à l’éducation,
à l’alimentation et à la sécurité sociale.

Article 23: L’État est astreint à l’obligation d’assurer à tous les citoyens, dans toutes les
collectivités territoriales, les moyens appropriés pour garantir la protection, le maintien et le
rétablissement de leur santé par la création d’hôpitaux, de centres de santé et de
dispensaires.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

68
 
4  

SECTION B
DE LA LIBERTÉ INDIVIDUELLE
Article 24: La liberté individuelle est garantie et protégée par l’État.

Article 24-1: Nul ne peut être poursuivi, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la
loi et selon les formes qu’elle prescrit.

Article 24-2: L’arrestation et la détention, sauf en cas de flagrant délit, n’auront lieu que
sur un mandat écrit d’un fonctionnaire légalement compétent.

Article 24-3: Pour que ce mandat puisse être exécuté, il faut:


1) Qu’il exprime formellement, en créole et en français, le ou les motifs de l’arrestation ou
de la détention, et la disposition de loi qui punit le fait imputé;
2) Qu’il soit notifié et qu’il en soit laissé copie au moment de l’exécution à la personne
prévenue;
3) Qu’il soit notifié au prévenu de son droit de se faire assister d’un avocat à toutes les
phases de l’instruction de l’affaire jusqu’au jugement définitif;
4) Sauf en cas de flagrant délit, aucune arrestation sur mandat, aucune perquisition ne peut
avoir lieu entre six (6) heures du soir et six (6) heures du matin;
5) La responsabilité est personnelle. Nul ne peut être arrêté à la place d’un autre.

Article 25: Toute rigueur ou contrainte qui n’est pas nécessaire pour appréhender une
personne ou la maintenir en détention, toute pression morale ou brutalité physique,
notamment pendant l’interrogation, sont interdites.

Article 25-1: Nul ne peut être interrogé en l’absence de son avocat ou d’un témoin de son
choix.

Article 26: Nul ne peut être maintenu en détention s’il n’a comparu dans les quarante- huit
(48) heures qui suivent son arrestation par-devant un juge appelé à statuer sur la légalité de
l’arrestation, et si ce juge n’a confirmé la détention par décision motivée.

Article 26- 1: En cas de contravention, l’inculpé est déféré par-devant le juge de paix qui
statue définitivement.
En cas de délit ou de crime, le prévenu peut, sans permission préalable et sur simple
mémoire, se pourvoir par-devant le Doyen du Tribunal de Première Instance du ressort qui,
sur les conclusions du ministère public, statue à l’extraordinaire, audience tenante, sans
remise ni tour de rôle, toutes affaires cessantes, sur la légalité de l’arrestation et de la
détention.

Article 26-2: Si l’arrestation est jugée illégale, le juge ordonne la libération immédiate du
prévenu et cette décision est exécutoire sur minute nonobstant appel, pourvoi en Cassation
ou défense d’exécuter.

Article 27: Toutes violations des dispositions relatives à la liberté individuelle sont des actes
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

69
 
5  

arbitraires. Les personnes lésées peuvent, sans autorisation préalable, se référer aux
tribunaux compétents pour poursuivre les auteurs et les exécuteurs de ces actes arbitraires,
quelles que soient leurs qualités et à quelque corps qu’ils appartiennent.

Article 27-1: Les fonctionnaires et les employés de l’État sont directement responsables
selon les lois pénales, civiles et administratives des actes accomplis en violations de droits.
Dans ce cas, la responsabilité s’étend aussi à l’État.
 

SECTION C
DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

Article 28: Tout Haïtien a le droit d’exprimer librement ses opinions, en toute matière par la
voie qu’il choisit.

Article 28-1: Le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi. Cet
exercice ne peut être soumis à aucune autorisation, ni censure, sauf en cas de guerre.

Article 28-2: Le journaliste ne peut être forcé de révéler ses sources. Il a toutefois pour
devoir de vérifier l’authenticité et l’exactitude des informations. Il est également tenu de
respecter l’éthique professionnelle.

Article 28-3: Tout délit de presse ainsi que les abus du droit d’expression relèvent du
Code Pénal.

Article 29: Le droit de pétition est reconnu. Il est exercé personnellement par un ou
plusieurs citoyens, mais jamais au nom d’un Corps.

Article 29-1: Toute pétition adressée au Pouvoir Législatif doit donner lieu à la
procédure réglementaire permettant de statuer sur son objet.
 
 

SECTION D
DE LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE

Article 30: Toutes les religions et tous les cultes sont libres. Toute personne a le droit de
professer sa religion et son culte, pourvu que l’exercice de ce droit ne trouble pas l’ordre et la
paix publics.

Article 30-1: Nul ne peut être contraint à faire partie d’une association ou à suivre un
enseignement religieux contraire à ses convictions.

Article 30- 2: La loi établit les conditions de reconnaissance et de fonctionnement des


religions et des cultes.
 
SECTION E
DE LA LIBERTÉ DE RÉUNION
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

70
 
6  

ET D’ASSOCIATION
Article 31: La liberté d’association et de réunion sans armes à des fins politiques,

économiques, sociales, culturelles ou à toutes autres fins pacifiques, est garantie.

Article 31-1: Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du


suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les
principes de la souveraineté nationale et de la démocratie. La loi détermine les conditions de
reconnaissance et de fonctionnement, les avantages et privilèges qui leur sont réservés.

Article 31-2: Les réunions sur la voie publique sont sujettes à notification préalable aux
autorités de police.

Article 31-3: Nul ne peut être contraint de s’affilier à une association quel qu’en soit le
caractère.
 
SECTION F
DE L’EDUCATION ET DE L’ENSEIGNEMENT
 
 
Article 32: L’État garantit le droit à l’éducation. Il veille à la formation physique,
intellectuelle, morale, professionnelle, sociale et civique de la population.

Article: 32-1 : L’éducation est une charge de l’État et des collectivités territoriales. Ils
doivent mettre l’école gratuitement à la portée de tous, veiller au niveau de formation des
enseignants des secteurs publics et privés.

Article 32-2: La première charge de l’État et des collectivités territoriales est la scolarisation
massive, seule capable de permettre le développement du pays. L’État encourage et facilite
l’initiative privée en ce domaine.

Article 32-3: L’enseignement primaire est obligatoire sous peine de sanctions à déterminer
par la loi. Les fournitures classiques et le matériel didactique seront mis gratuitement par
l’État à la disposition des élèves au niveau de l’enseignement primaire.

Article 32-4: L’enseignement agricole, professionnel, coopératif et technique est une


responsabilité primordial de l’État et des Communes.

Article 32-5: La formation préscolaire et maternelle ainsi que l’enseignement non


formel sont encouragés.

Article 32-6: L’accès aux études supérieures est ouvert en pleine égalité à tous, uniquement
en fonction du mérite.

Article 32-7: L’État doit veiller à ce que chaque collectivité territoriale, section communale,
commune, département, soit doté d’établissements d’enseignement indispensables, adaptés
aux besoins de son développement, sans toutefois porter prejudice à la priorité de
l’enseignement agricole, professionnel, coopératif et technique qui doit être largement
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

71
 
7  

diffusé.

Article 32- 8: L’État garantit aux handicapés et aux surdoués des moyens pour assurer leur
autonomie, leur éducation, leur indépendance.

Article 32-9: L’État et les collectivités territoriales ont pour devoir de prendre toutes les
dispositions nécessaires en vue d’intensifier la campagne d’alphabétisation des masses. Ils
encouragent toutes initiatives privées tendant à cette fin.

Article 32-10: L’enseignant a droit à un salaire de base équitable.

Article 33: L’enseignement est libre à tous les degrés. Cette liberté s’exerce sous le contrôle
de l’État.

Article 34: Hormis les cas de flagrant délit, l’enceinte des établissements
d’enseignement est inviolable. Aucune force de l’ordre ne peut pénétrer qu’en accord avec la
direction desdits établissements.

Article 34-1: Cette disposition ne s’applique pas quand un établissement scolaire est utilisé à
d’autres fins.
 
 
SECTION G
DE LA LIBERTÉ DU TRAVAIL

Article 35: La liberté de travail est garantie. Tout citoyen a pour obligation de se consacrer à
un travail de son choix en vue de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, de coopérer
avec l’État à l’établissement d’un système de sécurité sociale.

Article 35-1: Tout employé d’une institution privée ou publique a droit à un juste
salaire, au repos, au congé annuel payé et au bonus.

Article 35-2: L’État garantit au travailleur, l’égalité des conditions de travail et de


salaire quel que soit son sexe, ses croyances, ses opinions et son statut matrimonial.

Article 35- 3: La liberté syndicale est garantie. Tout travailleur des secteurs privés et publics
peut adhérer au syndicat de ses activités professionnelles pour la défense exclusivement de
ses intérêts de travail.

Article 35- 4: Le syndicat est essentiellement apolitique, à but non lucratif et non
confessionnel. Nul ne peut être contraint d’y adhérer.

Article 35- 5: Le droit de grève est reconnu dans les limites déterminées par la loi.

Article 35- 6: La loi fixe la limite d’âge pour le travail salarié. Des lois spéciales réglementent
le travail des enfants mineurs et des gens de maison.
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

72
 
8  

 
SECTION H
DE LA PROPRIÉTÉ
Article 36: La propriété privée est reconnue et garantie. La loi en détermine les modalités
d’acquisition, de jouissance, ainsi que les limites.

Article 36-1: L’expropriation pour cause d’utilité publique peut avoir lieu, moyennant le
paiement ou la consignation ordonnée par Justice aux ordres de qui de droit, d’une juste et
préalable indemnité fixée à dire d’expert.
Si le projet initial est abandonné, l’expropriation est annulée, et l’immeuble ne pouvant
être l’objet d’aucune spéculation, doit être restitué à son propriétaire originaire, sans aucun
remboursement pour le petit propriétaire. La mesure d’expropriation est effective à partir de
la mise en œuvre du projet.

Article 36-2: La nationalisation et la confiscation des biens, meubles et immeubles, pour


causes politiques, sont interdites.
Nul ne peut être privé de son droit légitime de propriété qu’en vertu d’un jugement
rendu par un tribunal de droit commun passé en force de chose souverainement jugée, sauf
dans le cadre d’une réforme agraire.

Article 36-3: La propriété entraîne également des obligations. Il n’en peut être fait un usage
contraire à l’intérêt général.

Article 36- 4: Le propriétaire foncier doit cultiver, exploiter le sol et le protéger, notamment
contre l’érosion. La sanction de cette obligation est prévue par la loi.

Article 36- 5: Le droit de propriété ne s’étend pas au littoral, aux sources, rivières,
cours d’eau, mines et carrières. Ils font partie du domaine public de l’État.

Article 36- 6: La loi fixe des règles qui conditionnent la liberté de prospection et le droit
d’exploiter les mines et carrières du sous-sol, en assurant au propriétaire de la surface, aux
concessionnaires et à l’État haïtien, une participation équitable au profit que procure la mise
en valeur de ces ressources naturelles.

Article 37: La loi fixe les conditions de morcellement et de remembrement de la terre en


fonction du plan d’aménagement du territoire et du bien-être des communautés concernées,
dans le cadre d’une réforme agraire.

Article 38: La propriété scientifique, littéraire et artistique est protégée par la loi.

Article 39: Les habitants des sections communales ont un droit de préemption pour
l’exploitation des terres du domaine privé de l’État situées dans leur localité.
 
SECTION I
DROIT À L’INFORMATION
Article 40: Obligation est faite à l’État de donner publicité par voie de presse parlée,
écrite et télévisée, en langues créole et française, aux lois, arrêtés, décrets, accords
internationaux, traités, conventions, à tout ce qui touche la vie nationale, exception faite
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

73
 
9  

pour les informations relevant de la sécurité nationale.


 

SECTION J DROIT À
LA SÉCURITÉ
Article 41: Aucun individu de nationalité haïtienne ne peut être déporté ou forcé de laisser le
territoire national, pour quelque motif que ce soit. Nul ne peut être privé pour des motifs
politiques de sa capacité juridique et de sa nationalité.

Article 41-1: Aucun Haïtien n’a besoin de visa pour laisser le pays ou pour y revenir.

Article 42: Aucun citoyen civil ou militaire ne peut être distrait des juges que la constitution
et les lois lui assignent.

Article 42-1: Le militaire accusé de crime de haute trahison envers la Patrie est
passible du tribunal de droit commun.

Article 42-2: La Justice militaire n’a juridiction que:


a) Dans les cas de violation des règlements du manuel de Justice militaire par des militaires;
b) Dans les cas de conflits entre les membres des forces armées;
c) En cas de guerre.

Article 42-3: Les cas de conflits entre civils et militaires, les abus, violences et crimes
perpétrés contre un civil par un militaire dans l’exercice de ses fonctions relèvent des
tribunaux de droit commun.

Article 43: Aucune visite domiciliaire, aucune saisie de papier ne peut avoir lieu qu’en vertu
de la loi et dans les formes qu’elle prescrit.

Article 44: Les détenus provisoires attendant d’être jugés doivent être séparés de ceux qui
purgent une peine.

Article 44-1: Le régime des prisons doit répondre aux normes attachées au respect de la
dignité humaine selon la loi sur la matière.

Article 45: Nulle peine ne peut être établie que par la loi, ni appliquée que dans les cas que
celle-ci détermine.

Article 46: Nul ne peut être obligé, en matière criminelle, correctionnelle ou de simple police,
à témoigner contre lui-même ou ses parents jusqu’au quatrième degré de consanguinité ou
deuxième degré d’alliance.

Article 47: Nul ne peut être contraint de prêter serment que dans les cas et dans les formes
prévus par la loi.
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

74
 
10  

Article 48: L’État veillera à ce qu’une caisse de pension civile de retraite soit établie dans
les secteurs privés et publics. Elle sera alimentée par les contributions des employeurs et
employés suivant les critères et modalités établis par la loi. L’allocation de la pension est un
droit et non une faveur.

Article 49: La liberté, le secret de la correspondance et de toutes les autres formes de


communication sont inviolables. Leur limitation ne peut se produire que par un acte motivé de
l’autorité judiciaire, selon les garanties fixées par la loi.

Article 50: Dans le cadre de la constitution et de la loi, le jury est établi en matière criminelle
pour les crimes de sang et en matière de délits politiques.

Article 51: La loi ne peut avoir d’effet rétroactif, sauf en matière pénale quand elle est
favorable à l’accusé.
 
CHAPITRE III
DES DEVOIRS DU CITOYEN

Article 52: A la qualité du citoyen se rattache le devoir civique. Tout droit est contrebalancé
par le devoir correspondant.

Article 52-1: Le devoir civique est l’ensemble des obligations du citoyen dans l’ordre moral,
politique, social et économique vis-à-vis de l’État et de la Patrie. Ces obligations sont:
a) Respecter la constitution et l’emblème national;
b) Respecter les lois;
c) Voter aux élections sans contrainte;
d) Payer ses taxes;
e) Servir de juré;
f) Défendre le pays en cas de guerre;
g) S’instruire et se perfectionner;
h) Respecter et protéger l’environnement;
i) Respecter scrupuleusement les deniers et biens de l’État;
j) Respecter le bien d’autrui;
k) Œuvrer pour le maintien de la paix;
l) Fournir assistance aux personnes en danger, m)
Respecter les droits et la liberté d’autrui.

Article 52-2: La dérogation à ces prescriptions est sanctionnée par la loi.

Article 52-3: Il est établi un Service civique mixte obligatoire dont les conditions de
fonctionnement sont établies par la loi.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

75
 
11  

TITRE IV
DES ETRANGERS
Article 53: Les conditions d’admission et de séjour des étrangers dans le pays sont
établies par la loi.

Article 54: Les étrangers qui se trouvent sur le territoire de la République bénéficient de la
même protection que celle qui est accordée aux Haïtiens, conformément à la loi.

Article 54-1: L’étranger jouit des droits civils, des droits économiques et sociaux, sous la
réserve des dispositions légales relatives au droit de propriété immobilière, à l’exercice des
professions, au commerce de gros, à la représentation commerciale et aux opérations
d’importation et d’exportation.

Article 55: Le droit de propriété immobilière est accordé à l’étranger résidant en Haïti pour
les besoins de sa demeure.

Article 55-1: Cependant, l’étranger résidant en Haïti ne peut être propriétaire de plus d’une
maison d’habitation dans un même arrondissement. Il ne peut en aucun cas se livrer au trafic
de location d’immeubles. Toutefois, les sociétés étrangères de promotion immobilières
bénéficient d’un statut spécial réglé par la loi.

Article 55-2: Le droit de propriété immobilière est également accordé à l’étranger résidant
en Haïti et aux sociétés étrangères pour les besoins de leurs entreprises agricoles,
commerciales, industrielles, religieuses, humanitaires ou d’enseignement, dans les limites et
conditions déterminées par la loi.

Article 55-3: Aucun étranger ne peut être propriétaire d’un immeuble borné par la frontière
terrestre haïtienne.

Article 55-4: Ce droit prend fin cinq (5) années après que l’étranger n’a cessé de
résider dans le pays ou qu’ont cessé les opérations de ces sociétés, conformément à la loi
qui déterminent les règlements à suivre pour la transmission et la liquidation des biens
appartenant aux étrangers.

Article 55-5: Les contrevenants aux susdites dispositions ainsi que leurs complices seront
punis conformément à la loi.

Article 56: L’étranger peut être expulsé du territoire de la République lorsqu’il


s’immisce dans la vie politique du pays et dans les cas déterminés par la loi.

Article 57: Le droit d’asile est reconnu aux réfugiés politiques.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

76
 
12  

TITRE V
CHAPITRE II
DU POUVOIR LÉGISLATIF
Article 88: Le pouvoir législatif s’exerce par deux (2) chambres représentatives. Une
(1) Chambre des Députés et un (1) Sénat qui forment le Corps Législatif ou Parlement.

SECTION A
DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS
Article 89: La chambre des députés est un corps composé de membres élus au suffrage
direct par les citoyens et chargé d’exercer au nom de ceux-ci et de concert avec le sénat
les attributions du pouvoir législatif.

Article 90: Chaque collectivité municipale constitue une circonscription électorale et élit
un (1) député.
La loi fixe le nombre de députés au niveau des grandes agglomérations sans que ce
nombre n’excède trois (3).
En attendant l’application des alinéas précédents, le nombre de députés ne peut être
inférieur à soixante-dix (70).

Article 90-1 Le député est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés dans les
assemblées primaires, selon les conditions et le mode prescrits par la loi électorale.

Article 91: Pour être membre de la chambre des députés, il faut:


1) Etre Haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité;
2) Etre âgé de vingt-cinq (25) ans accomplis;
3) Jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine
afflictive et infamante pour un crime de droit commun;
4) Avoir résidé au moins deux (2) années consécutives précédant la date des élections
dans la circonscription électorale à représenter,
5) Etre propriétaire d’un immeuble au moins dans la circonscription ou y exercer une
profession ou une industrie;
6) Avoir reçu décharge, le cas échéant, comme gestionnaire de fonds publics.

Article 92: Les députés sont élus pour quatre (4) ans et sont indéfiniment rééligibles.
Article 92-1: Ils entrent en fonction le deuxième lundi de janvier et siègent en deux (2)
sessions annuelles. La durée de leur mandat forme une législature.

Article 92-2: La première session va du deuxième lundi de janvier au deuxième lundi


de mai. La seconde, du deuxième lundi du mois de juin au deuxième lundi de septembre.

Article 92-3: Le renouvellement de la chambre des députés se fait intégralement tous


les quatre (4) ans.

Article 93: La chambre des députés, outre les attributions qui lui sont dévolues par la
constitution en tant que branche du pouvoir législatif, a le privilège de mettre en
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

77
 
13  

accusation le chef de l’État, le premier ministre, les ministres, les secrétaires d’État par
devant la haute Cour de Justice, par une majorité des 2/3 de ses membres. Les autres
attributions de la chambre des députés lui sont assignées par la constitution et par la loi.

SECTION B
DU SÉNAT
Article 94: Le Sénat est un corps composé de membres élus au suffrage direct par les
citoyens et chargé d’exercer en leur nom, de concert avec la chambre des députés, les
attributions du pouvoir législatif.

Article 94- 1: Le nombre des sénateurs est fixé à trois (3) sénateurs par département.

Article 94-2: Le Sénateur de la République est élu au suffrage universel à la majorité


absolue dans les assemblées primaires tenues dans les départements géographiques,
selon les conditions prescrites par la loi électorale.

Article 95: Les sénateurs sont élus pour six (6) ans et sont indéfiniment rééligibles.

Article 95-1: Le sénat siège en permanence.

Article 95-2: Le sénat peut cependant s’ajourner, excepté durant la session législative.
Lorsqu’il s’ajourne, il laisse un comité permanent chargé d’expédier les affaires
courantes. Ce comité ne peut prendre aucun arrêté, sauf pour la convocation du sénat.  
Dans les cas d’urgence, l’exécutif peut également convoquer le sénat avant la fin de
l’ajournement.

Article 95-3: Le renouvellement du sénat se fait par tiers (1/3) tous les deux (2) ans.

Article 96: Pour être élu sénateur, il faut;


1) Etre Haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité;
2) Etre âgé de trente (30) ans accomplis;
3) Jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine
afflictive et infamante pour un crime de droit commun.
4) Avoir résidé dans le département à représenter au moins quatre (4) années
consécutives précédant la date des élections;
5) Etre propriétaire d’un immeuble au moins dans le département ou y exercer une
profession ou une industrie;
6) Avoir obtenu décharge, le cas échéant, comme gestionnaire de fonds publics.

Article 97: En addition aux responsabilités qui lui sont inhérentes en tant que branche
du pouvoir législatif, le sénat exerce les attributions suivantes;
1) Proposer à l’exécutif la liste des juges de la Cour de Cassation selon les prescriptions
de la constitution;
2) S’ériger en Haute Cour de Justice;
3) Exercer toutes autres attributions qui lui sont assignées par la présente constitution
et par la loi.
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

78
 
14  

 
SECTION C
DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE
Article 98: La réunion en une seule assemblée des deux (2) branches du pouvoir
législatif constitue l’assemblée nationale.

Article 98-1: L’assemblée nationale se réunit pour l’ouverture et la clôture de chaque


session et dans tous les autres cas prévus par la constitution.

Article 98-2: Les pouvoirs de l’assemblée nationale sont limités et ne peuvent s’étendre
à d’autres objets que ceux qui lui sont spécialement conférés par la constitution.

Article 98-3: Les attributions de l’assemblée nationale sont:


1) De recevoir le serment constitutionnel du Président de la République;
2) De ratifier toute décision, de déclarer la guerre quand toutes les tentatives de
conciliation ont échoué;
3) D’approuver ou de rejeter les traités et conventions internationaux;
4) D’amender la constitution selon la procédure qui y est indiquée;
5) De ratifier la décision de l’exécutif, de déplacer le siège du gouvernement dans les
cas déterminés par l’article premier de la présente constitution;
6) De statuer sur l’opportunité de l’État de siège, d’arrêter avec l’exécutif les garanties
constitutionnelles à suspendre, et de se prononcer sur toute demande de renouvellement
de cette mesure;
7) De concourir à la formation du conseil électoral permanent conformément à l’article
192 de la constitution;
8) De recevoir à l’ouverture de chaque session, le bilan des activités du gouvernement.

Article 99: L’assemblée nationale est présidée par le Président du sénat, assisté du
Président de la chambre des députés en qualité de vice-Président. Les secrétaires du
sénat et ceux de la chambre des députés sont les secrétaires de l’assemblée nationale.

Article 99-1: En cas d’empêchement du Président du sénat, l’assemblée nationale est


présidée par le Président de la chambre des députés, le vice-Président de l’assemblée
nationale.

Article 99-2: En cas d’empêchement des deux (2) Présidents, les deux (2) vice-
Présidents y suppléent respectivement.

Article 100: Les séances de l’assemblée nationale sont publiques. Néanmoins, elles
peuvent avoir lieu à huis clos sur la demande de cinq (5) membres et il sera ensuite
decide à la majorité absolue si la séance doit être reprise en public.

Article 101: En cas d’urgence, lorsque le corps législatif n’est pas en session, le pouvoir
exécutif peut convoquer l’assemblée nationale à l’extraordinaire.

Article 102: L’assemblée nationale ne peut siéger ou prendre des décisions et des
Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

79
 
15  

résolutions sans la présence en son sein de la majorité de chacune des deux (2)
chambres.

Article 103: Le corps législatif a son siège à Port-au-Prince. Néanmoins, suivant les
circonstances, ce siège peut être transféré ailleurs au même lieu et en même temps
que celui du pouvoir exécutif.
 
SECTION D
DE L’EXERCICE DU POUVOIR LÉGISLATIF

Article 104: La session du corps législatif prend date dès l’ouverture des deux (2)
chambres en assemblée nationale.

Article 105: Dans l’intervalle des sessions ordinaires et en cas d’urgence, le Président
de la République peut convoquer le corps législatif en session extraordinaire.

Article 106: Le chef du pouvoir exécutif rend compte de cette mesure par un message.

Article 107: Dans le cas de convocation à l’extraordinaire du corps législatif, il ne peut


décider sur aucun objet étranger au motif de la convocation.

Article 107-1: Cependant, tout sénateur ou député, peut entretenir l’assemblée à


laquelle il appartient de questions d’intérêt général.

Article 108: Chaque chambre vérifie et valide les pouvoirs de ses membres et juge
souverainement les contestations qui s’élèvent à ce sujet.

Article 109: Les membres de chaque chambre prêtent le serment suivant: “Je jure de
m’acquitter de ma tâche, de maintenir et de sauvegarder les droits du peuple et d’être
fidèle à la constitution”.

Article 110: Les séances des deux (2) chambres sont publiques. Chaque chambre peut
travailler à huis clos sur la demande de cinq (5) membres et décider ensuite à la majorité
si la séance doit être reprise en public.

Article 111: Le pouvoir législatif fait des lois sur tous les objets d’intérêt public.

Article 111-1: L’initiative en appartient à chacune des deux (2) chambres ainsi qu’au
pouvoir exécutif.

Article 111-2: Toutefois, l’initiative de la loi budgétaire, des lois concernant l’assiette,
la quantité et le mode de perception des impôts et contributions, de celles ayant pour
objet de créer les recettes ou d’augmenter les recettes et les dépenses de l’État est du
ressort du pouvoir exécutif. Les projets présentés à cet égard doivent être votés d’ abord
par la chambre des députés.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

80
 
16  

Article 111-3: En cas de désaccord entre les deux (2) chambres relativement aux lois
mentionnées dans le précédent paragraphe, chaque chambre nomme au scrutin de liste
et en nombre égal une commission parlementaire qui résout en dernier ressort le
désaccord.

Article 111-4: Si le désaccord se produit à l’occasion de toute autre loi, celle-ci sera
ajournée jusqu’à la session suivante. Si, à cette session et même en cas de
renouvellement des chambres, la loi étant présentée à nouveau, une entente ne se
réalise pas, chaque chambre nomme au scrutin de liste et en nombre égal, une
commission parlementaire chargée d’arrêter le texte définitif qui sera soumis aux deux
(2) assemblées, à commencer par celle qui avait primitivement voté la loi. Et si ces
nouvelles délibérations ne donnent aucun résultat, le projet ou la proposition de loi sera
retiré.

Article 111-5: En cas de désaccord entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif, la


commission de conciliation prévue à l’article 206 ci-après, est saisie du différend sur
demande de l’une des parties.

Article 111-6: Si la commission échoue dans sa mission, elle dresse un procès-verbal


de non conciliation qu’elle transmet aux deux (2) hautes parties et en donne avis à la
Cour de Cassation.

Article 111-7: Dans la huitaine de la réception de ce procès-verbal, la Cour de


Cassation se saisit d’office du différend. La cour statue en sections réunies, toutes
affaires cessantes. La décision est finale et s’impose aux hautes parties.
Si entre temps, une entente survient entre les hautes parties, les termes de l’entente
arrêteront d’office la procédure en cours.

Article 111-8: En aucun cas, la Chambre des Députés ou le Sénat ne peut être dissous
ou ajourné, ni le mandat de leurs membres prorogé.

Article 112: Chaque chambre au terme de ses règlements nomme son personnel, elle
fixe sa discipline et détermine le mode suivant lequel elle exerce ses attributions.

Article 112-1: Chaque chambre peut appliquer à ses membres pour conduite
répréhensible, par décision prise à la majorité des 2/3, des peines disciplinaires sauf celle
de la radiation.

Article 113: Sera déchu de sa qualité de député ou de sénateur, tout membre du corps
législatif qui, pendant la durée de son mandat, aura été frappé d’une condamnation
prononcée par un tribunal de droit commun qui a acquis autorité de chose jugée et
entraîne l’inéligibilité.

Article 114: Les membres du corps législatif sont inviolables du jour de leur prestation
de serment jusqu’à l’expiration de leur mandat, sous réserve des dispositions de
l’article 115 ci-après.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

81
 
17  

Article 114-1: Ils ne peuvent être en aucun temps poursuivis et attaqués pour les
opinions et votes émis par eux dans l’exercice de leur fonction.

Article 114-2: Aucune contrainte par corps ne peut être exécutée contre un membre du
corps législatif pendant la durée de son mandat.

Article 115: Nul membre du corps législatif ne peut durant son mandat, être arrêté en
matière criminelle, correctionnelle ou de police pour délit de droit commun si ce n’est
avec l’autorisation de la chambre à laquelle il appartient, sauf en cas de flagrant délit
pour faits emportant une peine afflictive et infamante. Il en est alors référé à la chambre
des députés ou au sénat sans délai si le corps législatif est en session, dans le
cas contraire, à l’ouverture de la prochaine session ordinaire ou extraordinaire.

Article 116: Aucune des deux (2) chambres ne peut siéger, ni prendre une résolution
sans la présence de la majorité, de ses membres.

Article 117: Tous les actes du corps législatif doivent être pris à la majorité des
membres présents, excepté s’il en est autrement prévu par la présente constitution.

Article 118: Chaque chambre a le droit d’enquêter sur les questions dont elle est saisie.

Article 119: Tout projet de loi doit être voté article par article.

Article 120: Chaque chambre a le droit d’amender et de diviser les articles et


amendements proposés. Les amendements votés par une chambre ne peuvent faire
partie d’un projet de loi qu’après avoir été votés par l’autre chambre dans la même
forme et en termes identiques. Aucun projet de loi ne devient loi qu’après avoir été voté
dans la même forme par les deux (2) chambres.

Article 120-1: Tout projet peut être retiré de la discussion tant qu’il n’a pas été
définitivement voté.

Article 121: Toute loi votée par le corps législatif est immédiatement adressée au
Président de la République qui, avant de la promulguer, a le droit d’y faire des objections
en tout ou en partie.

Article 121-1: Dans ce cas, le Président de la République renvoie la loi avec ses
objections à la chambre où elle a été, primitivement votée. Si la loi est amendée par
cette chambre, elle est renvoyée à l’autre chambre avec les objections.

Article 121-2: Si la loi ainsi amendée est votée par la seconde chambre, elle sera
adressée de nouveau au Président de la République pour être promulguée.

Article 121-3: Si les objections sont rejetées par la chambre qui a primitivement vote
la loi, elle est renvoyée à l’autre chambre avec les objections.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

82
 
18  

Article 121-4: Si la seconde chambre vote également le rejet, la loi est renvoyée au
Président de la République qui est dans l’obligation de la promulguer.

Article 121-5: Le rejet des objections est voté par l’une et l’autre chambre à la
majorité prévue par l’article 117. Dans ce cas, les votes de chaque chambre seront émis
au scrutin secret.

Article 121-6: Si dans l’une et l’autre chambre, la majorité prévue à l’alinéa précédent
n’est pas obtenue pour le rejet, les objections sont acceptées.

Article 122: Le droit d’objection doit être exercé dans un délai de huit (8) jours francs à
partir de la date de la réception de la loi par le Président de la République.

Article 123: Si dans les délais prescrits, le Président de la République ne fait aucune
objection, la loi doit être promulguée à moins que la session du corps législatif n’ait pris
fin avant l’expiration des délais, dans ce cas, la loi demeure ajournée. La loi ainsi
ajournée est, à l’ouverture de la session suivante, adressée au Président de la
République pour l’exercice de son droit d’objection.

Article 124: Un projet de loi rejeté par l’une des deux (2) chambres ne peut être
présenté de nouveau dans la même session.

Article 125: Les lois et autres actes du corps législatif et de l’assemblée nationale
seront rendus exécutoires par leur promulgation et leur publication au Journal Officiel de
la République.

Article 125-1: Ils sont numérotés, insérés dans le bulletin imprimé et numéroté ayant
pour titre “Bulletin des Lois et Actes.”

Article 126: La loi prend date du jour de son adoption définitive par les deux (2)
chambres.

Article 127: Nul ne peut en personne présenter des pétitions à la tribune du corps
législatif.

Article 128: L’interprétation des lois par voie d’autorité, n’appartient qu’au pouvoir
législatif, elle est donnée dans la forme d’une loi.

Article 129: Chaque membre du corps législatif reçoit une indemnité mensuelle à partir
de sa prestation de serment.

Article 129-1: La fonction de membre du corps législatif est incompatible avec toute
fonction rétribuée par l’État, sauf celle d’enseignant.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

83
 
19  

Article 129-2: Le droit de questionner et d’interpeller un membre du gouvernement ou


le gouvernement tout entier sur les faits et actes de l’administration est reconnu à tout
membre des deux (2) chambres.
Article 129-3: La demande d’interpellation doit être appuyée par cinq (5) membres du
corps intéressé. Elle aboutit à un vote de confiance ou de censure pris à la majorité de ce
corps.

Article 129-4: Lorsque la demande d’interpellation aboutit à un vote de censure sur


une question se rapportant au programme ou à une déclaration de politique générale du
gouvernement, le premier ministre doit remettre au Président de la République, la
démission de son gouvernement.

Article 129-5: Le Président doit accepter cette démission et nommer un nouveau


premier ministre, conformément aux dispositions de la constitution.

Article 129-6: Le corps législatif ne peut prendre plus d’un vote de censure par an sur
une question se rapportant au programme ou à une déclaration de politique générale du
gouvernement.

Article 130: En cas de mort, de démission, de déchéance, d’interdiction judiciaire ou


d’acceptation d’une fonction incompatible avec celle de membre du corps législatif, il est
pourvu au remplacement du député ou du sénateur dans sa circonscription électorale
pour le temps seulement qui reste à courir par une élection partielle sur convocation de
l’assemblée primaire électorale faite par le conseil électoral permanent dans le mois
même de la vacance.

Article 130-1: L’élection a lieu dans une période de trente (30) jours après la
convocation de l’assemblée primaire, conformément à la constitution.

Article 130-2: Il en est de même à défaut d’élection ou en cas de nullité des élections
prononcées par le conseil électoral permanent dans une ou plusieurs circonscriptions.

Article 130-3: Cependant, si la vacance se produit au cours de la dernière session


ordinaire de la législature ou après la session, il n’y pas lieu à l’élection partielle.

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

84
 
20  

TITRE XIII
AMENDEMENTS À LA CONSTITUTION

Article 282: Le pouvoir législatif sur la proposition de l’une des deux (2) chambres ou
du pouvoir exécutif, a le droit de déclarer qu’il y a lieu d’amender la constitution,
avec motifs à l’appui.

Article 282-1: Cette déclaration doit réunir l’adhésion des deux tiers (2/3) de chacune
des deux chambres. Elle ne peut être faite qu’au cours de la dernière session
ordinaire d’une législature et est publiée immédiatement sur toute l’étendue du territoire.

Article 283: A la première session de la législature suivante, les chambres se


réunissent en assemblée nationale et statuent sur l’amendement proposé.

Article 284: L’assemblée nationale ne peut siéger, ni délibérer sur l’amendement, si


les deux tiers (2/3) au moins des membres de chacune des deux (2) chambres
ne sont présents.

Article 284-1: Aucune décision de l’assemblée nationale ne peut être adoptée qu’à la
majorité des deux (2/3) tiers des suffrages exprimés.

Article 284-2: L’amendement obtenu ne peut entrer en vigueur qu’après l’installation


du prochain Président élu. En aucun cas, le Président sous le gouvernement de qui
l’amendement a eu lieu ne peut bénéficier des avantages qui en découlent.

Article 284-3: Toute consultation populaire tendant à modifier la constitution par voie
de référendum est formellement interdite.

Article 284-4: Aucun amendement à la constitution ne doit porter atteinte au caractère


démocratique et républicain de l’État

Haitian  Congress  to  Fortify  Haiti  &  Haitian  Congress  for  Civic  Engagement  ♦  1227  Dodge  Avenue  ♦  Evanston,  IL  60202  
Tel:  847-­‐475-­‐5856  /  Fax:  847-­‐424-­‐1049  ♦  contact@haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongress.org  ♦  www.haitiancongresspac.org    

85
86
COMMISSION
PRÉSIDENTIELLE
GROUPE DE TRAVAIL SUR LA CONSTITUTION DE
1987

RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

M. RENÉ PRÉVAL

PORT-AU- PRINCE, 10 JUILLET 2009

87
IV - PROBLEMES SPECIAUX

TITRE II

DE LA NATIONALITÉ HAÏTENNE

1 - La Nationalité -Considérations générales

Traitée au Titre II, la question de la nationalité haïtienne fait l‟objet


de huit dispositions constitutionnelles (articles 10 à 15). Mais, en raison des
droits civils et, en particulier, politiques, reconnus à ceux qui possèdent
cette nationalité, elle touche à nombre d‟articles de la Constitution de 1987
qui font de la nationalité une condition d‟exercice de ces droits. Ce sont
ainsi plus d‟une vingtaine d‟articles qui se rapportent à la question de la
nationalité.

D‟emblée, il faut rappeler que la nationalité, d‟un point de vue


juridique, est, avant tout, le rattachement d‟un individu à un État. Lorsque
celui-ci attribue la nationalité à un individu, il en fait un citoyen qui, dès
lors, en cette qualité, jouit de droits, notamment, politiques1. Seul le citoyen,
par opposition à l‟étranger, en se prévalant de sa nationalité et des droits y
attachés, peut participer à la vie politique, en briguant des fonctions
électives à l‟échelon local ou national ou en postulant à des fonctions
importantes dans l‟État. La nationalité constituant le premier critère
d‟éligibilité pour accéder à certaines fonctions électives dont les plus
importantes sont réservées aux seuls « haïtiens d‟origine », n‟ayant jamais
renoncé à leur nationalité. Ce sont là des règles quasi universelles et
inscrites dans toutes les constitutions haïtiennes y compris celle de 1987.

Les constituants de 1987 ont adopté, sur la question de la nationalité,


une position rigide ; ils ont enfermé le concept de nationalité dans des règles

1
Article 16 de la Constitution.

114

88
restrictives, non seulement en rendant son attribution difficile mais en
prohibant formellement tout cumul de nationalité. Ils ont fait de la
nationalité haïtienne une nationalité exigeante, quant à ses conditions, et
exclusive par le non cumul de nationalité.

Une nationalité exigeante, inquisitoire au regard des ses conditions


d’attribution

L‟article 11 de la Constitution de 1987 dispose : « Possède la


nationalité haïtienne d’origine tout individu né d’un père haïtien ou d’une
mère haïtienne qui eux-mêmes sont nés haïtiens et n’avaient jamais renoncé à
leur nationalité au moment de la naissance ». Tout d‟abord, on notera que,
dans la Constitution de 1987, le concept de « nationalité haïtienne
d’origine » introduit dans toutes les Constitutions depuis 1935 - à
l‟exception de celle de 1950 - est maintenu. Cette notion permet de
distinguer l‟haïtien d‟origine de l‟haïtien par naturalisation ou né de
parents naturalisés haïtiens.

A l‟analyse, il s‟avère que, pour jouir de la qualité d‟haïtien


d‟origine, l‟article 11 requiert la réunion de trois (3) conditions :

1. être né d‟un père haïtien ou d‟une mère haïtienne ;


2. eux-mêmes doivent être nés haïtiens ;
3. et n‟avoir jamais renoncé à leur nationalité.

A l‟instar des constitutions antérieures, celle de 1987 fait, de la


filiation biologique, du « jus sanguinis », l‟unique critère d‟attribution de la
nationalité haïtienne d‟origine. Depuis 1935, pour octroyer la nationalité
haïtienne d‟origine à un nouveau né, les constituants imposent que ses
auteurs soient nés haïtiens. Cette nouvelle condition de l‟attribution de la
nationalité haïtienne d‟origine implique que la qualité d‟Haïtien ait une
« épaisseur dans le temps », qu‟elle remonte à trois générations. En somme,
la nationalité haïtienne d‟origine nécessite un jus sanguinis enraciné. Ce

115

89
critère de jus sanguinis, dont l‟établissement est inquisitoire et à la charge
de l‟individu, constitue donc la pierre angulaire de l‟attribution de la
nationalité haïtienne d‟origine.

La dernière condition, pour être haïtien d‟origine repose sur un


critère de volonté continue, d‟immutabilité. La périphrase « n’avoir jamais
renoncé à leur nationalité » rappelle que les auteurs de l‟enfant doivent
n‟avoir jamais répudié la nationalité haïtienne, ne l‟avoir point reniée. La
Constitution ne tolère, à juste titre, aucun acte volontaire d‟abandon de la
nationalité ; positivement, la nationalité doit avoir été conservée. L‟exégèse
de la Constitution confine à une sorte de « devoir de fidélité » envers la
nationalité attribuée à la naissance.

Faire du « jus sanguinis » le critère fondamental d‟octroi de la


nationalité d‟origine n‟est point singulier car c‟est, non seulement, un
critère traditionnel d‟attribution de la nationalité haïtienne mais aussi un
critère universel pour nombre d‟États appartenant à la famille romano
germanique. Toutefois, on peut déplorer que le critère du jus soli (Droit du
sol), c‟est-à-dire, le fait de naître sur le territoire haïtien, quoiqu‟inscrit
dans les Constitutions du 19ème siècle n‟ait pas été pris en compte par la
Constitution de 1987 alors que le « monde s’ouvre ». Pourtant il n‟est pas
inconcevable de poser comme règle que des enfants nés, sur le sol haïtien, de
parents étrangers, après deux (2) générations consécutives, puissent, de
plein droit, jouir de la nationalité haïtienne. On pourrait ainsi songer à
introduire dans notre Constitution « le jus soli ». Certes, ce point ne suscite
pas de débat, l‟on pourrait se cantonner au jus sanguinis… Cependant, il
serait opportun, au regard de la mondialisation, moyennant certaines
conditions, d‟introduire le jus soli.

En revanche, lorsque la Constitution de 1987 subordonne


l‟attribution de la nationalité haïtienne d‟origine à une personne, à la
preuve que ses grands parents étaient, également haïtiens, il y a fort à
redire. Dans un pays où la rédaction des actes de l‟état civil, leur

116

90
conservation, constituent, en soi, un problème national, l‟attribution de la
nationalité haïtienne par l‟établissement de la filiation remontant à deux, a
fortiori, trois générations, est une obligation inadaptée, au regard des
structures actuelles défaillantes des Archives Nationales alors même que
l‟acte de naissance ne fait pas mention de la nationalité. Une telle condition
peut paralyser, voire, rendre impossible l‟attribution de la nationalité
haïtienne à un individu.

Telle que comprise et mise en œuvre, en Haïti, cette condition de


preuve de filiation sur plusieurs générations pour attribuer la nationalité
haïtienne engendre des tracasseries inutiles. Dans un passé récent, des
exemples illustrent ces propos. Au-delà des inconvénients administratifs,
cette condition, dans certains cas, s‟avère être impossible.

Dans un pays où les enfants abandonnés sont légion et augmentent, il


est impensable de maintenir ce critère « Haïtien d‟origine » en l‟état. S‟il
fallait s‟en tenir au seul critère d‟Haïtien d‟origine sur la base du « jus
sanguinis cumulé » ces enfants sans lien de filiation risqueraient de former
une cohorte d‟apatrides, ce qui est contraire à la Déclaration Universelle
des Droits de l‟Homme et aux Traités ratifiés par Haïti. Du reste, combien
d‟haïtiens sont susceptibles d‟établir un lien de filiation sur autant de
générations ?

Pour les raisons susmentionnées et les conséquences fâcheuses qui s‟y


rattachent, il ne serait pas souhaitable que cette disposition demeure dans la
Constitution.

Enfin, s‟agissant de l‟obligation de garder sa nationalité, de n‟ « y


avoir jamais renoncé… au moment de la naissance », cette exigence, au fond,
est justifiée car lorsqu‟un individu répudie sa nationalité, il accomplit un
acte solennel, volontaire de rupture avec l‟État qui lui avait attribué la
nationalité. Cependant, dans la forme, le terme « renoncé » employé depuis
fort longtemps (de façon répétée) dans les constitutions haïtiennes, doit être

117

91
corrigé, pour être impropre. Contrairement au sens qu‟on lui prête, la
renonciation, en matière de nationalité, n‟est pas un acte abdicatif, un
abandon ; c‟est plutôt un refus. C‟est le fait pour une personne « de décliner
la possibilité que lui offrait la loi d’acquérir une nationalité qu’elle ne
possédait pas ». Il importe donc de revenir à une terminologie exacte, celle
de répudiation, qui est l‟acte d‟abandonner la nationalité attribuée par un
État.

Aussi, au fond, d‟une part, l‟article 11 de la Constitution mérite


d‟être retouché pour rendre plus aisée l‟attribution de la nationalité en
assouplissant la notion « d‟Haïtien d‟origine » et, d‟autre part, dans la
forme, il devrait être reformulé pour lever toutes les ambiguïtés2 et se
débarrasser de toutes les scories.

L‟article 11 de la Constitution, par les conditions posées, rend


l‟attribution de la nationalité haïtienne exigeante, inquisitoire. L‟article 15,
une innovation dans l‟histoire constitutionnelle de ce pays, fait de la
nationalité haïtienne, une nationalité exclusive. Son libellé « la double
nationalité haïtienne et étrangère n’est admise en aucun cas » suscite
plusieurs remarques.

Une nationalité exclusive

Le dilemme de la question de la « double nationalité » puise sa source


de toujours dans le pouvoir souverain reconnu à chaque État de
déterminer, selon ses critères et ses besoins, qui sont ses nationaux, ses
ressortissants. Aujourd‟hui, les phénomènes migratoires importants, la

2
Dans la phrase “n’avoir jamais renoncé à sa nationalité… au moment de la naissance », Mme
Manigat note « la structure séquentielle de la phrase jette un doute sur l’identité des personnes… mais
au moment de la naissance de qui ? La leur ? Ce qui serait une aberration, celle de leur enfant ? »
(Voir, Droit Constitutionnel, p.347).

118

92
fréquence des couples mixtes ont contribué à la multiplication de ce que,
techniquement, on dénomme « le cumul de nationalité » qui engendre les
conflits de nationalité. Pour les raisons susmentionnées, on rencontre de
plus en plus des individus dotés de deux (2) ou plusieurs nationalités ; ainsi,
une personne peut présenter certains liens avec un État, sur la base du « jus
soli » tout en ayant simultanément, un rattachement avec un autre État eu
égard au « au jus sanguinis ». Tel est le cas de nombre d‟haïtiens nés aux
Etats-Unis mais dont les auteurs sont nés haïtiens.

Juridiquement, il faut revenir d‟abord à un principe clair, consacré


par le Droit international. Lorsqu‟un individu est binational
(multinational), qu‟il possède ainsi deux (2) ou plusieurs nationalités, tout
autant qu‟il se trouve sur le territoire de l‟un des Etats qui lui a attribué la
nationalité, toutes les lois en vigueur de cet Etat lui sont applicables. En
aucun cas, il ne peut opposer « son autre nationalité » pour se dérober aux
lois de l‟État dont il est le citoyen. Autrement dit, un citoyen haïtien, en
Haïti, est soumis exclusivement à la loi haïtienne.

Par ailleurs, s‟agissant de nombre d‟haïtiens binationaux, la


nationalité qui leur est octroyée par d‟autres Etats n‟emportent de leur part
aucune répudiation de la nationalité haïtienne. Aussi, sur la base de l‟article
11 de la Constitution de 1987 ces haïtiens de naissance le demeurent,
puisque aucune disposition de la Constitution ne prévoit que la « double
nationalité » soit un cas de déchéance ou de perte de nationalité. Il s‟ensuit
une antinomie entre l‟article 15 de la Constitution qui aurait pour effet de
priver le binational de sa nationalité haïtienne, alors que les autres
dispositions de cette Constitution la lui reconnaissent. L‟incohérence
existant entre l‟article 15 et les autres dispositions relatives à la nationalité,
articles 11 à 14, invitent à l‟abrogation de l‟article 15.

Enfin, sur un autre plan, l‟attribution de la nationalité par un Etat


s‟appuyant sur ses besoins on ne saurait méconnaitre le poids
démographique, économique et culturel des haïtiens vivants à l‟étranger. Ils

119

93
représentent, pour l‟heure, par l‟injection de transferts qu‟ils font un
puissant moteur de l‟économie haïtienne. Au demeurant, ceux qui en
bénéficient le plus ce sont les petites bourses. L‟intolérance et l‟ostracisme
que charrie la double nationalité dans ses effets sont inopportuns. Le rejet
de ce « pays en dehors » prive l‟Etat Haïtien dans tous les domaines de
ressources humaines importantes. Pourquoi dans l‟intérêt bien compris de
l‟Etat haïtien il faut bannir cette politique d‟exclusion au profit d‟une autre
inclusive. Les réalités haïtiennes et l‟évolution globalisante du monde
militent en faveur d‟une ouverture et de l‟abrogation de l‟article 15 de la
Constitution.

Recommandations :

ARTICLE 11:
Possède la Nationalité Haïtienne d'origine, tout individu né d'un père
haïtien ou d'une mère haïtienne qui eux-mêmes sont nés Haïtiens et
n'avaient jamais renoncé à leur nationalité au moment de la naissance.

Proposition de reformulation :

1.

Possède la Nationalité Haïtienne de naissance, tout individu né d’un


père haïtien ou d’une mère haïtienne qui eux-mêmes n’avaient pas
répudié leur nationalité au moment de la naissance de l’enfant.

Introduire le « jus soli », de plein droit, sous certaines conditions (après une
génération).

120

94
2. Les articles 12 à 14 traitant de l’acquisition et de la perte de la
nationalité relèvent du domaine de la loi. Il faut donc les éliminer de
la Constitution.

3. Il faut abroger l’article 15 pour les raisons susmentionnées. Notons


qu’Haïti et la République Démocratique du Congo sont les seuls pays à
prohiber de façon aussi formelle et péremptoire la double nationalité.

TITRE III
DU CITOYEN - DES DROITS ET DEVOIRS
FONDAMENTAUX

1 - De la qualité de citoyen - Considérations générales

Ces droits et devoirs du citoyen sont énoncés au Titre III de la Constitution


de 1987 – articles 16 à 52-3 - soit 87 articles si l‟on tient compte des
paragraphes.

Dans l‟ensemble, ce titre ne fait pas problème. Il énumère les Droits et


Devoirs des Citoyens en mettant l‟accent sur leurs droits, en particuliers,
sur ceux qualifiés aujourd‟hui de droits de seconde génération : droit à
l‟éducation – article 14, droit à la santé articles 19 et 23, droit au logement
article 22, droit à la sécurité article 41.

Un éventail de libertés individuelles – Liberté d‟association – liberté de


conscience – liberté d‟expression – tout en n‟étant pas une nouveauté dans

121

95