Vous êtes sur la page 1sur 42

Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Chapitre 14 : Modélisation de
l’écoulement d’un fluide
Présentation 2

Place dans la progression 3


QCM numérique de révision (LLS.fr/PCTP363) 4

Activités 5
Activité d’exploration 1 : Ballon-sonde (p. 364) 5
Activité expérimentale 2 : Archimède dans la cuisine (p. 365) 7
Activité expérimentale 3 : Loi de Torricelli (p. 366) 10
Activité expérimentale 4 : Effet Venturi (p. 367) 12

Cours (p. 368-371) 13

Exercices 14
QCM (p. 372) 14
Pour s’échauffer (p. 373) 15
Pour commencer (p. 373-375) 16
Différenciation (p. 375) 23
Pour s'entraîner (p. 378-380) 25
Exercices Bac (p. 381-382) 33
Problème (p. 383) 40
Retour sur l’ouverture du chapitre (p. 383) 42

Document sous licence libre Creative Commons

1
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Présentation
Ce chapitre comporte deux parties indépendantes.
La première partie se penche sur la loi fondamentale de statique des fluides vue en classe de
première, et permet de calculer les force résultantes sur des surfaces, même très complexes,
grâce à la relation d’Archimède. Démontrée dans le cas où le fluide est à l’équilibre, elle est
vraie au-delà, et pourra être utilisée pour modéliser le mouvement de mobiles dans les fluides
(chute avec frottements, trajectoire ascendante d’un ballon, mouvement d’un sous-marin). Il
est à noter que toutes les phases condensées sont pour cette partie supposées
incompressibles, mais que la compressibilité des gaz peut facilement être prise en compte,
par la loi de Mariotte, ou par la loi des gaz parfaits, selon l’ordre dans lequel sont traités les
chapitres.
En pratique, il faut pour cette partie maîtriser l’explication qualitative : la poussée d’Archimède
est la résultante des forces de pression ; mais aussi savoir faire des bilans de forces, et bien
maîtriser les petits calculs à l’équilibre, en faisant bien attention aux signes lorsqu’on projette
la résultante des forces (heureusement, tous les problèmes sont à une unique dimension
d’espace).
La seconde partie du chapitre étudie le mouvement des fluides. Après avoir décrit
qualitativement le vocabulaire de la dynamique des fluides (notion de particule fluide, de ligne
de courant, et de débit volumique), on applique les lois de conservation du débit et de
conservation de l’énergie mécanique. Pour une particule fluide, les lois de la mécanique seront
très semblables aux lois usuelles de la mécanique. La relation de Bernoulli se substituera à
la loi de conservation de l’énergie mécanique. La pression est l’énergie potentielle volumique

associée aux forces de pression ( ). Il est à noter que cette relation n’est utile
en terminale que pour les écoulements unidimensionnels.

En pratique, la relation de Bernoulli sert de support à de nouveaux exercices de mécanique,


qui permettent de modéliser les situations où les fluides sont en mouvement, des écoulements
de fluides aux modélisations des forces sur des surfaces.

Le modèle du fluide parfait est finalement assez limité dans son utilisation, puisqu’il ne
s’applique qu’aux écoulements avec un grand nombre de Reynolds, pour lesquels on peut
négliger la viscosité, mais il ne s’applique pas aux écoulements turbulents, ce qui est souvent
le cas à haut nombre de Reynolds, dès qu’on s’approche d’une surface.

Ces notions sont déjà enseignées en terminale STL depuis longtemps, principalement en vue
de leurs applications en génie chimique et thermique. En prenant en compte les pertes de
charge dues à la viscosité, la relation de Bernoulli permet de bien modéliser les systèmes
industriels où le mouvement des fluides est essentiel.
Plus généralement, la relation de Bernoulli, mais surtout l’interprétation mésoscopique du
fluide servent d’introduction à l’étude de la dynamique des fluides, utilisée de la biologie à
l’aéronautique, en passant par l'astrophysique.
Dans le supérieur, ce qui va suivre la relation de Bernoulli, c’est la démonstration de l’équation
de Navier-Stokes pour les fluides Newtoniens incompressibles :

Document sous licence libre Creative Commons

2
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Elle permet de retrouver la relation de Bernoulli dans le cas où la viscosité est négligée,
mais également une étude beaucoup plus générale des mouvements complexes de fluides,
tourbillons, et des instabilités.

Ce qui a été enseigné en première :


● Échelles de description. Grandeurs macroscopiques de description d’un fluide au
repos : masse volumique, pression, température.
● Modèle de comportement d’un gaz : loi de Mariotte.
● Actions exercées par un fluide sur une surface : forces pressantes.
● Loi fondamentale de la statique des fluides.
● Expliquer qualitativement le lien entre les grandeurs macroscopiques de description
d'un fluide et le comportement microscopique des entités qui le constituent.
● Utiliser la loi de Mariotte. Tester la loi de Mariotte, par exemple en utilisant un dispositif
comportant un microcontrôleur.
● Exploiter la relation F = p · S pour déterminer la force pressante exercée par un fluide
sur une surface plane S soumise à la pression p.
● Dans le cas d’un fluide incompressible au repos, utiliser la relation fournie exprimant
la loi fondamentale de la statique des fluides : p2 - p1 = g · (z1 - z2). Tester la loi
fondamentale de la statique des fluides.

Place dans la progression


Ce chapitre, qui fait suite aux traditionnels chapitres de mécanique (description, deuxième loi
de Newton, application aux mouvements des satellites) conclut cette partie en traitant plus
spécifiquement la poussée d’Archimède. La réelle nouveauté, sur laquelle le chapitre s’étend
largement, est l’utilisation de la relation de Bernoulli, faisant écho aux acquis de classe de
première spécialité.

Document sous licence libre Creative Commons

3
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

QCM numérique de révision (LLS.fr/PCTP363)

1. Microscopique au macroscopique

1. La masse volumique de l’eau ⍴eau vaut :


B. 1,00 kg·L-1.
2. L’ordre de grandeur de la masse volumique de l’air ⍴air vaut, dans les conditions standard :
C. 1,3 kg·m-3.
3. Dans 1 cm3 d’air, combien y a-t-il de molécules ?
C. 1019 molécules.

2. Pression et forces

1. Dans un fluide, la pression est due :


B. aux chocs des particules microscopiques.
2. La relation entre la pression p et la force F exercée sur une paroi de surface S est :
C.

3. Loi fondamentale de la statique des fluides

1. La loi fondamentale de la statique des fluides s’écrit :


B.
2. Cette loi ne s’applique que si :
A. le fluide est incompressible.
3. Sous la mer, à 30 m de profondeur, la pression est environ égale à :
B. 4 × 105 Pa.

4. Conservation de l’énergie

1. L’énergie cinétique Ec s’écrit :

B.
2. L’énergie d’un système peut être dissipée :
A. en présence de frottements.
3. Le théorème de l’énergie cinétique s’écrit :

B.

Document sous licence libre Creative Commons

4
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Activités

Activité d’exploration 1 : Ballon-sonde (p. 364)

Présentation
Le lancer de ballon stratosphérique peut se pratiquer avec une classe dès le collège. La
mécanique et les principes du vol de ballon sont simples. La modélisation présentée dans
cette activité est grossière, notamment pour la relation entre pression et diamètre du ballon.
Elle permet de réaliser les calculs de manière simple, et rend compte de la variation d’altitude
du ballon. Des ballons à surpression comme celui qui est modélisé sont utilisés dans des
mission de longue durée (https://www.csbf.nasa.gov/balloons.html).

Lien avec le programme


● Expliquer qualitativement l’origine de la poussée d’Archimède.
● Utiliser l’expression vectorielle de la poussée d’Archimède.

Réponses détaillées

1. La poussée d’Archimède sur le ballon s'exprime d’après le doc. 3, en remplaçant

par son expression donnée au doc. 2, et le volume initial :

2. La condition fournie dans l’énoncé permet d’établir :

AN : m

3. D’après la loi de Mariotte, à température constante :

Document sous licence libre Creative Commons

5
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

4. Le ballon éclate lorsque dmax = d avec dmax= 15 m. On résout donc :

AN : m = 50 km

Synthèse
Le lancement d’un ballon sonde doit suivre de nombreuses réglementations afin d’assurer
notamment la sécurité de l’espace aérien. Concernant les paramètres physiques, la masse
du ballon et la masse d’hélium emporté, ainsi que le diamètre maximal du ballon, vont
déterminer l’altitude maximale à laquelle il s'élèvera.
L’intérêt principal de lancer un ballon est de concevoir des expériences à réaliser : quelles
petites expériences peuvent être embarquées dans un petit budget de masse, et pourront
donner des résultats en haute altitude ? Mesurer la température, par exemple, permet de
remettre en question le modèle d’atmosphère isotherme utilisé ici.

Document sous licence libre Creative Commons

6
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Activité expérimentale 2 : Archimède dans la cuisine (p. 365)

Présentation
La poussée d’archimède permet de mesurer précisément des masses volumiques. La balance
hydrostatique, présentée ici (voir l’exercice corrigé : densité des alliages métalliques et
l’exercice 30) et découverte par Archimède. Cette activité nécessite de savoir faire proprement
des bilans de forces à l’équilibre, en ce sens, c’est une très bonne application pour les
compétences développées en mécanique.
La balance hydrostatique est très utilisée, que ce soit dans le secteur médical, en physique
des matériaux, en métallurgie. Pour les liquides, on utilise plutôt le densimètre.
Cette activité permet de revenir sur la différence masse/poids. Elle permet de réaliser une
mesure de masse volumique très précise, par pesée différentielle. Cette méthode est
employée (presque à l’identique) par les balances hydrostatiques de laboratoire.

Temps prévu
60 minutes

Lien avec le programme


● Mettre en œuvre un dispositif permettant de tester ou d’exploiter l’expression de la
poussée d’Archimède

Réponses détaillées

1. On réalise le bilan des forces sur l’œuf :

- le poids
- la tension du fil

- la poussée d’Archimède

Bilan sur le saladier seul :


- le poids

Document sous licence libre Creative Commons

7
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

- la réaction de la balance

Bilan sur le saladier avec œuf :


- le poids
- la réaction du support
- la tension du fil

2. D’après la première loi de Newton, on peut écrire :

La quantité recherchée est, avec :

On peut aussi écrire :

Ensuite, on écrit :

Document sous licence libre Creative Commons

8
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Avec la première équation, on obtient :

3. 4. 5. Résultats bientôt disponibles.

Synthèse
En utilisant une balance hydrostatique, on peut évaluer la masse volumique d’un objet à l’aide
du protocole suivant :
- peser l’objet seul ;
- peser le récipient rempli d’eau seul ;
- peser le récipient rempli d’eau avec l’objet suspendu dans l’eau ;
- utiliser la relation suivante pour calculer la masse volumique :

Document sous licence libre Creative Commons

9
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Activité expérimentale 3 : Loi de Torricelli (p. 366)

Présentation
Dans cette activité, on va utiliser des méthodes différentes pour mesurer la vitesse d’un
écoulement, et montrer la grande similarité entre la mécanique du point et la dynamique des
fluides.
Il est important que le trou dans la bouteille soit assez petit pour avoir un écoulement
quasiment stationnaire. La bouteille devrait se vider en quelques minutes.

Temps prévu
90 minutes

Lien avec le programme


● Exploiter la conservation du débit volumique pour déterminer la vitesse d’un fluide
incompressible.

Réponses détaillées

1. Tableau de valeurs bientôt disponible.

2. On note le volume de la bouteille : .


Pour calculer le débit, on sait que la variation du volume de la bouteille est opposée au volume
traversant le trou. Le débit étant par définition égal à :

En supposant S constant, on obtient :

La masse d’eau écoulée est liée au volume écoulé par la relation :

3. On mesure la taille du trou, au pied à coulisse ou avec une caméra, On utilise la relation :

4. Le fait qu’on trouve une parabole est remarquable et traduit les similarités entre dynamique
des fluides et mécanique du point. La trajectoire du jet est la même que celle qu’auraient eu
des billes de même vitesse initiale.

Document sous licence libre Creative Commons

10
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

On remarque une fragmentation du jet, qui est due à la tension de surface de l’eau. Cette
instabilité dite de Plateau permet d’expliquer le goutte à goutte du robinet.

Synthèse
La conservation du débit volumique permet de très importantes applications. On peut
notamment citer les jets d’eau pour lesquels, en contrôlant la section de sortie, on peut faire
varier la vitesse du fluide. Plus la section en sortie est petite, plus la vitesse en sortie est
importante.

Ressources supplémentaires et pistes d’exploitation


● Sur l’instabilité de Plateau :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Instabilit%C3%A9_de_Plateau-Rayleigh

Document sous licence libre Creative Commons

11
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Activité expérimentale 4 : Effet Venturi (p. 367)

Présentation
La trompe à eau est beaucoup utilisée en chimie pour réaliser des filtrations. On modélise son
fonctionnement à l’aide de l’effet Venturi, ce qui va permettre de comprendre comment le débit
est lié à la force d’aspiration. Il est à noter que la quantité qu’on cherche à mesurer est la
dépression de la pompe, en régime stationnaire, c’est-à-dire quand il n’y a pas d’aspiration
d’air. L’écoulement du liquide est stationnaire, et il n’y a pas d’écoulement d’air.

Temps prévu
60 minutes

Lien avec le programme


● Exploiter la relation de Bernoulli pour étudier l’écoulement d’un fluide permanent.
Tester expérimentalement la relation de Bernoulli.

Réponses détaillées

1. On écrit la relation de Bernoulli en considérant le fluide au niveau du rétrécissement interne

d’une part, et au niveau de la sortie d’autre part :


D’après la conservation du débit :

2. On peut utiliser une balance, avec un chronomètre, ou un chronomètre avec un récipient


de volume connu.

Synthèse
Synthèse bientôt disponible.

Document sous licence libre Creative Commons

12
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Cours (p. 368-371)


À l’échelle microscopique, toutes les particules constituant le fluide se déplacent selon des
directions et des vitesses diverses. En revanche, à l’échelle de la particule fluide, la direction
et la vitesse moyenne épousent la direction du tube de courant représenté en vert. Plus la
particule fluide est déformée, plus celle-ci possède une vitesse importante.

Document sous licence libre Creative Commons

13
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Exercices

QCM (p. 372)

1. Mouvement des fluides

1. Un écoulement incompressible est un écoulement dans lequel :


C. la masse volumique est constante et uniforme.
2. Un écoulement permanent est un écoulement pour lequel :
A. le vecteur vitesse en tout point est inchangé au cours du temps.
3. La conservation du débit volumique s’écrit :

C.

2. Poussée d’Archimède

1. La poussée d’Archimède correspond :


C. à l’opposé du poids du fluide déplacé.
2. La poussée d’Archimède exercée par un fluide sur un solide s’écrit :

B.
3. La poussée d’Archimède est une force :
C. verticale et orientée vers le haut.

3. Relation de Bernoulli et effet Venturi

1. Le débit volumique s’écrit :


B.
2. La loi de Bernoulli s’écrit, lorsque les altitudes de l’écoulement ne varient pas :

A.
3. Lorsqu’une canalisation horizontale, où un fluide s’écoule, s’élargit :
A. la pression augmente.
4. Lorsqu’une canalisation horizontale, où un fluide s’écoule, s’élargit :
B. la vitesse diminue

4. Jeopardy
a. Qu’est-ce qu’un écoulement incompressible ?
b. Qui est Archimède ?

Document sous licence libre Creative Commons

14
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Pour s’échauffer (p. 373)

5. Montgolfière

◆ Par définition de la poussée d’Archimède, la poussée sur la montgolfière, intégralement


dans l’air, s’exprime :

AN : N = 11 kN

6. Robinet

◆ Le débit s’exprime :

AN : m·s-1

Attention aux conversions d’unités !

7. Rivière de Bernoulli

1. Par conservation du débit volumique :

2.

3. La relation de Bernoulli s’exprime :

On peut donc écrire :

De même :

Document sous licence libre Creative Commons

15
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Pour commencer (p. 373-375)

Poussée d’Archimède

8. Iceberg sur Titan


➔ REA : Appliquer une formule

1. Les forces s’exerçant sur l’iceberg sont le poids , et la poussée d’Archimède


(en négligeant la poussée d’Archimède exercée par l’atmosphère).

2. D’après la première loi de Newton, l’iceberg étant immobile :

AN : N

3.

AN : m3

D’autre part :

AN : m3

On conclut :

AN : kg

9. Sous-marin
➔ REA : Appliquer une formule

1. Le volume du sous-marin assimilé à un cylindre de longueur l et de diamètre d est :

Document sous licence libre Creative Commons

16
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

2. Les forces s’exerçant sur le sous-marin sont :


- le poids
- la poussée d’Archimède

D’après la première loi de Newton, le sous-marin étant immobile :

AN : kg = 4 650 t

La densité est donc égale à :

AN :

La densité est sans unité. On a supposé que le sous marin est immergé dans de l’eau pure à
4 °C.

3. Le sous marin s’enfonce en remplaçant l’air de ses ballasts par de l’eau, dès que sa densité
est supérieure à 1. En négligeant la masse de l’air par rapport à la masse de l’eau qui le
remplace, la masse totale du sous-marin est égale à : .
Pour avoir une densité égale à 1, il faut donc :

AN : kg = 650 t

Ce qui correspond à 650 m3 d’eau.

Document sous licence libre Creative Commons

17
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

10. Balance hydrostatique


➔ REA : Appliquer une formule

◆ On réalise l’application numérique :

AN : kg·m-3

L’objet considéré à une masse volumique de l’ordre de deux fois celle de l’eau.

11. Ballon stratosphérique


➔ REA : Appliquer une formule

1. Les forces s’exerçant sur le ballon sont le poids et la poussée d’Archimède


.

2. On calcule :

AN : N

3. La masse du gaz contenu dans l’enveloppe est : .


La masse du ballon est alors la masse du gaz plus la masse de la nacelle :

Le poids vaut donc :

AN : N

La résultante des forces vaut alors :

AN : N

Cette force est orientée vers le haut.

4. Pour le ballon rempli de H2, la résultante des forces vaut :

AN : N
Cette force est orientée vers le haut.

Document sous licence libre Creative Commons

18
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

5. L’hydrogène est dangereux, car il peut s'enflammer lorsqu’il est mélangé à de l’air (exemple
de l’accident du dirigeable LZ 129 Hindenburg :
https://fr.wikipedia.org/wiki/LZ_129_Hindenburg) et que les proportions sont proches des
conditions d’embrasement.

12. Supertanker Seawise Giant


➔ REA : Appliquer une formule

1. On fait un bilan des forces sur le supertanker vide, à l’équilibre. Les forces en présence
sont le poids et la poussée d’Archimède. D’après la première loi de Newton en l’absence de
mouvement :

AN : kg

2. On ajoute une masse de pétrole supplémentaire . Le volume immergé est alors


:

En substituant Vi, on obtient :

AN : m

Débit volumique

13. Débits géophysiques


➔ REA : Utiliser un modèle

1. Le débit volumique correspond à : .


En faisant les conversions d’unités, on obtient S = 1011 m2 et v = 3,2 × 10-9 m·s-1.
AN : m3·s-1

2. De même S = 1,0 × 107 m2 et v = 22 m·s-1. Donc :

Document sous licence libre Creative Commons

19
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

AN : m3·s-1
Le débit volumique est beaucoup plus important pour l'événement géologique lent.

14. Circulation du sang


➔ REA : Appliquer une formule

1. Par conservation du débit volumique, l’écoulement moyen étant stationnaire et


incompressible :

AN : m2 = 2 000 mm2

2. De même :

AN : m·s-1

15. Trompette
➔ REA : Appliquer une formule

◆ Dans l’embouchure du pavillon :

AN : m·s-1

Dans le pavillon :

Document sous licence libre Creative Commons

20
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

AN : m·s-1

Loi de Bernoulli

16. Loi de Torricelli


➔ REA : Appliquer une formule

1. La relation de Bernoulli s’écrit :

2. Par conservation du débit volumique, on peut écrire :

3. On peut donc conclure :

17. Château d’eau


➔ APP : Faire des prévisions à l’aide d’un modèle

◆ La relation de Bernoulli entre deux points, l’un à la surface de l’eau dans le château d’eau,
et l’autre à la sortie du robinet, s’écrit :

En considérant vh = 0 m·s-1. On conclut donc :

AN : m·s-1

Document sous licence libre Creative Commons

21
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

On retrouve une relation comparable au cas d’un lâcher d’objet en chute libre.

18. Cavitation dans un tuyau


➔ REA : Appliquer une formule

1. La hauteur étant constante, la relation de Bernoulli va s’écrire directement avec la relation


de Venturi. On le démontre :

La relation de conservation du débit s’écrit :

Par substitution, on obtient :

2. La pression p1 s’annule lorsque :

Remarque : Cette annulation de pression n’est pas seulement une curiosité théorique. Elle
arrive en pratique, et peut causer de grands dommages. Dans les vaisseaux capillaires des
plongeurs qui remontent trop rapidement, les bulles n’apparaissent pas lorsque Pa,
mais lorsque la pression devient inférieure à la pression partielle de solubilité du gaz.

Document sous licence libre Creative Commons

22
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Différenciation (p. 375)

19. Bulle de savon


➔ REA : Appliquer une formule

1. On exprime la masse d’eau :

Puis, la masse d’air :

Le poids s’écrit donc :

AN :
N

2. La poussée d’Archimède vaut :

AN : N

3. La résultante des forces est vers le bas, la bulle tombe.

20. Bulle à l’équilibre


➔ REA : Appliquer une formule

1. La valeur du poids s’écrit :

La poussée d’Archimède a pour valeur :

2. Il y a équilibre quand : .
En projetant sur l’axe vertical :

Document sous licence libre Creative Commons

23
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

AN : = 30 %

21. Bulle qui monte


➔ RAI/ANA : Construire un raisonnement

1. On exprime la masse volumique de l’air :


D’après la loi de Mariotte :

2. L’équilibre est atteint pour : .


Soit, en supposant que la bulle ne change pas de volume :

Donc à l’équilibre, on obtient les deux équations suivantes :

On substitue pour aboutir à :

AN : km

Document sous licence libre Creative Commons

24
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Pour s'entraîner (p. 378-380)

22. Couronne de Hiéron


➔ APP : Maîtriser le vocabulaire

1. La couronne émergée est soumise à son poids et à la tension de la balance. La masse de


la couronne correspond donc à m1.
La couronne immergée dans l’eau est soumise à son poids , à la poussée
d’Archimède et à la force de tension de la balance .

La balance étant équilibrée : .

2. La couronne est à l’équilibre : .


On peut donc écrire :

AN :

3. De la même manière, on trouve que la densité de l’or est 19.

4. Par une recherche rapide sur Internet, on peut trouver sur Wikipedia que dAg = 10,5. Cette
densité est inférieure à celle de l’or.

5. La couronne est probablement réalisée dans un alliage or-argent, ce qui explique la


différence observée entre la densité de la couronne et la densité de l’or. Le joailler a sans
doute conservé de l’or pour lui, qu’il a remplacé par une masse équivalente d’argent, moins
onéreux.

23. Rebond post-glaciaire


➔ RAI/ANA : Construire un raisonnement

1. On modélise la croûte comme un iceberg flottant sur le manteau liquide. Il est important de
se souvenir que, bien que le manteau soit solide, il est légitime de le considérer liquide sur
des durées très longues. Considérons un cylindre de manteau de hauteur h et de section S.
En équilibrant le poids du manteau avec la poussée d’Archimède

, on trouve :

Document sous licence libre Creative Commons

25
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

AN : m = 6,1 km

2. Le poids est modifié et correspond dès lors à .


On trouve alors :

AN : m = 5 km

24. Masse volumique du bois


➔ RAI/ANA : Élaborer un protocole

1. Une balance ne peut mesurer que des objets dont le volume est totalement immergé. Le
bois étant moins dense que l’eau, il flotte, ce qui ne permet pas une mesure de masse.

2. On peut soit lester l’objet avec un objet dense de masse et de densité connue (et en tenir
compte par la suite dans le calcul), soit utiliser une balance hydrostatique, qui maintient l’objet
sous l’eau (avec une grille éventuellement), soit changer de fluide. Pourquoi ne pas utiliser un
liquide moins dense, comme de l’huile, ou de l’éthanol ?

25. Comprendre les attendus Vélocimètre Venturi


➔ APP : Extraire l’information utile

1. D’après la loi fondamentale de l’hydrostatique : .


L’axe vertical est orienté vers le bas et . Ainsi : .

2. D’après la conservation du débit volumique : .


D’après la relation de Bernoulli, la hauteur moyenne étant inchangée ( ):

Document sous licence libre Creative Commons

26
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

3. On trouve sur Internet la masse volumique de l’air kg·m-3 et la masse volumique


du mercure kg·m-3 :

AN : m·s-1

26. Torrents et fleuves


➔ VAL : Analyser des résultats

1. La loi de conservation du débit volumique permet d’établir :

2. D'après la loi de Bernoulli, on peut écrire, pour la surface du fluide :

Ainsi :

3. On en déduit :
On obtient également : , ce qui est cohérent.

4. Pour une valeur de débit volumique donnée, on voit sur la courbe représentative de la
fonction qu'il y a deux valeurs de qui sont solutions, sauf pour , où les deux
solutions sont confondues. Il est à noter que , car d'après la relation de Bernoulli :
.

5. On remarque qu'il existe deux possibilités pour un débit donné :


- petit Z donc grand v et petite hauteur d'eau (ce qui correspond à un torrent) ;
- grand Z donc petit v et grande hauteur d'eau (ce qui correspond plutôt à une rivière
calme).

Document sous licence libre Creative Commons

27
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

27. Copie d’élève à commenter

1. Pas d’erreur.

2. La relation de la statique des fluides est erronée ici. Il s’agit en réalité de :

Cette relation conduit à établir que :

AN : Pa = 4,4 bar
On constate donc qu’une erreur d’unité a été faite par l’élève. Il est nécessaire ici de convertir
la masse volumique de l’eau en kg·m -3.

3. Si toute la première partie de la démonstration est effectivement juste, il s’avère que la


dernière étape doit aboutir à :

28. Clepsydre antique


➔ RAI/ANA : Construire un raisonnement

1. Le débit volumique s'écrit :

Comme le volume du cylindre est , et que S est constante, on peut écrire :

2. Pour un écoulement stationnaire, on peut écrire la pression comme étant égale à la pression
atmosphérique au niveau de la surface libre comme au niveau de la sortie :

Donc, en ajoutant la conservation du débit volumique : , on obtient :

Document sous licence libre Creative Commons

28
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

3. On admet que la solution est de la forme : .


D’après les conditions initiales, on peut établir que . On obtient l’équation
différentielle suivante :

En s’intéressant à l’instant initial t = 0 s :

La seule solution possible est la solution pour laquelle a est négatif (car le niveau d’eau
diminue dans la clepsydre) :

Le temps de vidange est le temps au bout duquel h = 0 m soit :

4.

5.
En intégrant : .
À l’instant où la clepsydre se vide totalement :

Document sous licence libre Creative Commons

29
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

29. Jet d’eau à Genève


➔ REA : Utiliser un modèle

1. Le jet d'eau étant libre, en bas et en haut, la pression est égale à la pression extérieure .
On peut écrire :

AN : m·s-1

2. La puissance délivrée par la pompe sert à donner de l'énergie cinétique au fluide


initialement au repos. En considérant l'énergie cinétique pour un volume d’eau :

Le débit volumique étant donné (c'est le volume qui traverse la pompe par unité de temps,
c’est-à-dire en une seconde), la puissance est la quantité d'énergie délivrée par unité de
temps. On peut donc écrire :

AN : W

Document sous licence libre Creative Commons

30
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

30. Balance hydrostatique


➔ APP : Extraire l’information utile

Bilan des forces sur la boule immergée dans l’eau :


- le poids de la boule noté ;
- la tension du filin (on considère ici qu’elle correspond exactement à la masse de poids
placés sur E), notée (première mesure), puis (seconde mesure) ;
- la poussée d’Archimède notée (première mesure) puis (seconde mesure).

À l’équilibre (première mesure) :

En projetant sur l’axe vertical, orienté vers le haut :

Document sous licence libre Creative Commons

31
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Pour le second équilibre, après avoir changé de liquide immergeant la boule G et rajouté (ou
substitué) un certain nombre de poids sur la balance en E :

En projetant sur l’axe vertical, orienté vers le haut :

En utilisant les deux expressions issues des deux équilibres, on peut donc exprimer la densité
du liquide utilisé (rapport de sa masse volumique avec celle de l’eau) :

Connaissant donc les deux masses suspendues sur E ( et ), ainsi que celle de la boule
G, notée , on peut donc réaliser une mesure de densité d’un liquide.

Document sous licence libre Creative Commons

32
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Exercices Bac (p. 381-382)

31. Comprendre les attendus Montgolfière à surpression nulle


➔ REA : Appliquer une formule
➔ APP : Faire des prévisions à l’aide d’un modèle

1. D'après la loi des gaz parfaits : .


Or, on sait également que la quantité de matière et la masse d’un échantillon sont liés par la
relation :

On peut donc écrire :

Avec m1 = 100 kg de gaz, le volume occupé par le ballon rempli d'hélium est :

Le volume initial est donc :

AN : m3

2. La poussée d'Archimède, en négligeant le volume de l'enveloppe et de la nacelle

d'équipement, vaut : .

Le poids vaut quant à lui :


La résultante des forces au décollage vaut :

AN :

kN
La résultante des forces est orientée vers le haut, le ballon décolle donc.

3. D'après ce qui précède, on obtient simplement :

Document sous licence libre Creative Commons

33
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Toutefois le volume maximal est .

4. Lorsque , la masse d'hélium vaut simplement :

Le ballon est à l'équilibre lorsque la masse du fluide déplacée est égale à la masse totale de
l'aéronef, soit :

AN : km

Ressources complémentaires :
● Un ouvrage de référence sur les ballons scientifiques : N. Yajima, Ed., Scientific
ballooning: technology and applications of exploration balloons floating in the
stratosphere and the atmospheres of other planets, New York: Springer, 2009.

Des pistes d'extension :


● On peut s'intéresser à la variation des cycles jour/nuit qui vont faire descendre le ballon
et à la perte d'Hélium qui en résulte.

32. Consommation d’un porte-conteneurs


➔ RAI/MOD : Utiliser avec rigueur le modèle de l’énergie
➔ RAI/ANA : Construire un raisonnement

1. À l'équilibre, la masse de fluide déplacée est égale à la masse du bateau.

AN : kg

2. En charge, en appelant la masse de conteneurs :

AN : kg

3. Les forces qui s'exercent sur le bateau sont la poussée d'Archimède , le poids , la
traînée et la force de poussée de l'hélice .

Document sous licence libre Creative Commons

34
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Les deux premières forces sont verticales, tandis que les deux autres sont colinéaires à la
vitesse du bateau. En supposant que le bateau se déplace à vitesse constante , le travail du
moteur sur une distance sera égal à l'énergie dissipée par la force de frottement.
Par définition du travail, la force de frottement étant colinéaire au déplacement :

La puissance correspond à une énergie par unité de temps, on peut simplifier en considérant
que :

4. Pour parcourir une distance , en consommant un fioul lourd de pouvoir calorifique K = 50


MJ·kg-1, il faut consommer une masse :

AN : kg

AN : kg

5. De même :

AN : kg

AN : kg

6. Le taux d'économie réalisé entre les deux vitesses est :

AN : = 27 %

Ressources complémentaires :
● Basic Principles of Ship Propulsion, Man Energy Solutions, 2018.
● https://www.usinenouvelle.com/article/la-lente-croisiere-d-un-porte-
conteneurs.N159304

Document sous licence libre Creative Commons

35
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

33. Vol du Cessna


➔ APP : Faire un schéma
➔ APP : Extraire l’information utile

1. Pour déterminer la vitesse du fluide, on remarque que les lignes de courant se rapprochent
lorsqu'elles passent au dessus de l'aile et s’éloignent en passant par dessous. On mesure 18
lignes de courant pour 5,2 cm sur la figure, soit un écartement (susceptible de changer à

l'impression) de cm entre deux lignes. Sous l'aile, les lignes sont espacées
de cm, et au dessus de l'aile de cm.

En multipliant par l'échelle (susceptible de changer à l'impression). On trouve :

AN : cm

De même, on trouve cm.

Par conservation du débit, on peut écrire :

Dans cette relation, et sont les vitesses au-dessus de l'aile et sous l'aile, respectivement.

Ainsi :

AN : km·h-1

AN : km·h-1

Les vitesses restant petites devant la vitesse du son, on peut utiliser la relation de Bernoulli.
Il est à noter que ce n'est pas le cas avec un avion de ligne pour lequel .

2. D'après la relation de Bernoulli :

On a négligé la variation d'altitude (cela revient à négliger la variation hydrostatique de


pression dans l'atmosphère ; on peut vérifier que le résultat final reste quasiment inchangé).

En substituant la relation obtenue à partir de la conservation du débit : , on obtient


:

Les pressions sont égales à :

Document sous licence libre Creative Commons

36
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Ainsi :

AN : Pa

3. La surface de l'aile est d'environ : .


Sur le schéma, l vaut environ 4,7 cm, soit :

AN : m
La résultante des forces de pression sur l'aile a pour valeur :

AN : N
Il est à noter que cette force est plutôt surestimée, vu qu'on a supposé les vitesses et pressions
uniformes sur toute l'aile.

4. En supposant que l'allure des lignes de courant autour de l'aile reste identique, le décollage
étant possible dès que la force de portance est opposée au poids, on peut écrire :

m·s-1 = 20 km·h-1
La vitesse de décollage est sous-estimée. On peut légitimement penser qu'au décollage, le
profil de l'écoulement est modifié. Les valeurs numériques dépendent également beaucoup
de la lecture graphique, par nature imprécise.

5. L'altitude maximale est atteinte lorsque la portance est opposée au poids, comme
précédemment, mais c'est cette fois c’est qui varie.

Document sous licence libre Creative Commons

37
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

AN :
km
Cette valeur est encore trop élevée.

6. L'air ne pouvant entrer infiniment dans le tube, en régime stationnaire, m·s-1.

7. D’après la relation de Bernoulli :

8. En effectuant une même lecture de la pression :

Les tubes de Pitot sont équipés d'une prise pour la mesure de pression ambiante en plus de
la mesure différentielle de pression.

34. Atmosphère isotherme


➔ RAI/ANA : Construire un raisonnement
➔ REA/MATH : Résoudre une équation différentielle

1. D'après la loi des gaz parfaits : .

Or, et .
On peut donc écrire :

Ici, le coefficient est égal à :

2. Les forces qui s'exercent sur le cylindre sont son poids, la force de pression sur le bas et
sur le haut du cylindre et la force de pression sur les côtés du cylindre (dont la résultante est
nulle).
Le poids s’exprime :

La valeur de la force de pression sur le bas du cylindre s'écrit : .


Et la force sur le haut du cylindre est : .
D'après la première loi de Newton, la somme des forces vaut zéro, puisque l'atmosphère est
à l'équilibre.
On peut donc écrire :

Document sous licence libre Creative Commons

38
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Le coefficient est donc égal à :

C'est une équation différentielle du premier ordre dont la solution s’écrit :

Document sous licence libre Creative Commons

39
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Problème (p. 383)

35. Cavitation sur hélice


➔ COM : Rédiger correctement une résolution d’exercice
➔ APP : Extraire l’information utile

◆ Pour qu'il y ait cavitation, il faut que la pression soit égale ou inférieure à la pression
d'équilibre liquide-gaz à la température de l'eau. En considérant la température de l'eau égale
à 10 °C, on lit sur le doc. 2 une pression d'équilibre de 1 kPa.

La pression sur la pale de l'hélice est reliée à sa vitesse. Sur la pale de l'hélice, on peut écrire
la relation de Bernoulli en prenant comme point de référence la surface de l'eau :

La profondeur h du sommet de la pale est de - 7 m.

La vitesse de la pale est la vitesse du bord externe de la pale (on voit sur le doc. 4 que la
cavitation se produit sur le bord externe, où la vitesse est la plus grande). Elle est liée à la
vitesse de rotation par la relation :

La distance parcourue par un point à la surface de l’hélice dépend du rayon de la trajectoire


circulaire décrite et du nombre de tours effectués pendant une durée :

Si on introduit la grandeur correspondant au nombre de tours par seconde, cela se traduit


par :

La vitesse a donc la forme :

La vitesse de rotation est liée à la force de propulsion du navire par la formule du doc. 1 :

Lorsque le navire avance à vitesse constante, les forces qui s'exercent sur lui sont à l'équilibre
(première loi de Newton) : .

La vitesse v du navire est reliée à la force de traînée par la relation du doc. 1 :

On combine l’ensemble de ces informations pour obtenir une relation entre la pression p sur
la pale et la vitesse v du navire. On écrit d'abord :

Document sous licence libre Creative Commons

40
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

La vitesse de la pale est donc égale à :

En reprenant la relation de Bernoulli, on obtient :

AN :
m·s-1 = 40 km·h-1

Le résultat correspond à la vitesse de croisière grand navire (voir ex 32.)

Document sous licence libre Creative Commons

41
Livre du professeur - PC Terminale - Chapitre 14 : Modélisation de l’écoulement d’un fluide

Retour sur l’ouverture du chapitre (p. 383)

36. Paradoxe de d’Alembert


➔ VAL : Faire preuve d’esprit critique
➔ APP : Formuler des hypothèses

◆ Par la lecture des articles, on remarque que, pour un écoulement stationnaire de fluide
parfait, la portance est nulle. On sait pourtant que les avions peuvent voler.
Il faut remettre en question les hypothèses faites dans le chapitre, et notamment la notion de
fluide parfait. L'existence de la viscosité du fluide, même très faible, permet de retrouver une
portance non nulle en fonction du profil de l'aile.
Une autre hypothèse que l'on peut remettre en question est l'hypothèse d'écoulement
irrotationnel (c'est-à-dire sans tourbillons). On remarque en effet que le passage d'un avion
crée un tourbillon au bout de l'aile. On peut montrer qu'en l'absence de tourbillon, la portance
est nulle. Ce tourbillon est bien essentiel au vol de l'avion.

Sitographie :
● https://secretofflight.wordpress.com/dalemberts-paradox-2/
● https://en.wikipedia.org/wiki/D\% 27Alembert\% 27s\_ paradox
● https://sciencetonnante.wordpress.com/2016/09/25/comment-un-avion-vole-t-il/
● https://wattsupscience.wordpress.com/2016/03/06/le-paradoxe-de-dalembert/

Document sous licence libre Creative Commons

42