Vous êtes sur la page 1sur 2

Session mars 2011 – jeudi matin 17.03.11 4. Développements DSSI:

P2.136 concernant les prestations de la police cantonale

Monsieur le président, madame et messieurs les conseillers d’état, chers collègues.

Pour les tâches relevant de la compétence des communes, une inégalité existe entre celles qui disposent d'une police municipale et celles qui en sont dépourvues. Le recours aux services de la police cantonale devra faire l'objet d'une facturation systématique sur la base de l'arrêté du 17 avril 1991 fixant les frais et les émoluments pour les interventions de police; les requérants seront informés préalablement du coût de la prestation sollicitée.

Cette conclusion n'est pas la mienne mais bien celle du message du Conseil d'Etat du 26 janvier 1994 accompagnant le projet de modification de la loi sur la police cantonale.

Nos prédécesseurs ont travaillé à la modification de notre loi sur la police cantonale du 20 janvier 1953 entre mars 1994 pour la 1ère lecture et novembre 1995 pour la 2ème. Une des modifications majeures portait sur les articles 16 et 16bis concernant les tâches et prestations des communes.

Selon ces articles, en vigueur actuellement, la police locale incombe aux communes qui peuvent mettre en place une police communale ou intercommunale. Si les circonstances le justifient et contre rétribution, la police cantonale peut s'acquitter de certaines tâches de police locale que la commune n'est pas en mesure d'accomplir. La 2ème partie de l'article 16bis détaille même les tarifs horaires et les indemnités kilométriques, valables également pour les prestations fournies par les communes au canton.

Le cadre légal est très clair.

Par contre, la réponse, lors de l'heure des questions du mois de novembre 2010 et lors du traitement du postulat du groupe PLR par Yves Fournier il y a 2 jours, par madame la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten, n'est pas claire et peut surprendre.

On a appris que l'article 16bis n'est que rarement appliqué, sous prétexte de réciprocité entre communes et canton.

Quelle réciprocité avec les communes n'ayant pas de police ? Peut-être aurons-nous une explication plus claire au moment du traitement.

Quoi qu'il en soit, l'application de ces articles n'est pas effective et maintient des inégalités entre les communes ayant une police locale et les autres, déjà dénoncées lors de la révision de la loi sur la police cantonale.

Cette adaptation de la loi avait aussi pour but de libérer la police cantonale de certaines tâches qui revenaient déjà aux communes, mais dont le cadre légal était encore flou.

PDCB/Pascal Dubosson/17.03.11

La loi est maintenant claire. Pour info, elle avait était adoptée en 2 lectures sans opposition, avec quelques abstentions et un souci pour certains de voir les communes ne pas avoir les moyens de payer les frais de police cantonale. Sans commentaire.

Selon le groupe PDC du Bas, rien n'empêche donc la police cantonale et le DSSI d'appliquer cette loi qui ne doit surtout pas faire exception. La loi est la loi !

Merci de votre attention

PDCB/Pascal Dubosson/17.03.11