Vous êtes sur la page 1sur 92

UFR ESPACE ET CULTURE

Mémoire de master 1 Sciences Territoriales et


Environnement présentée par Chirine SLIMANI

Impacts sanitaires liés au benzène


Application aux riverains d'une station-service
station service

Sous la direction de :

Mme Sandra PEREZ

Maître de conférences à
l’Université de Nice.

Année Universitaire 2009/2010


1
Remerciements

L’élaboration de ce mémoire de Master 1 s’est effectuée sous la direction de


Madame Sandra Pérez que je remercie pour son aide indispensable et ses conseils
avisés, qui m’ont toujours éclairé dans les moments de doutes sur tous les plans.

Je tiens particulièrement à souligner la qualité remarquable de l’encadrement dont


j’ai bénéficié à tout point de vue durant ces quelque mois de travail.

J’adresse mes sincères remerciements à Monsieur Pierre Carrega pour avoir


accepté de faire partie de mon jury et pour s’être intéressé à ce travail.

Enfin, un merci respectueux à l’ensemble des enseignants du Master 1 Sciences


Territoriales et Environnement, pour avoir mis à notre disposition toutes leurs
connaissances et pour nous avoir enseigné les bases fondamentales d’un métier.

2
Résumé :
L’exposition au benzène est reconnue pour avoir des effets cancérigènes, le but de
ce mémoire est d’analyser le lien entre l'exposition environnementale potentielle au
benzène et l’apparition de symptômes leucémogènes chez les riverains d’une station
service.

La méthodologie suivie pour l’élaboration de cette étude est basée sur un


questionnaire soumis par voie téléphonique à 200 personnes habitant à proximité
de la station service Armées des Alpes à Nice, plus précisément dans un périmètre
de 30 m autour de la station. Les données recueillies ont été par la suite traitées à
l’aide d’un logiciel approprié : Modalisa.

Les résultats révèlent une association entre le temps de résidence à proximité d’une
station service et l’apparition de certains pré-symptômes de la leucémie comme les
maux de tête, les difficultés d’endormissement, les irritations, les essoufflements, et
les vertiges.

Cependant, les résultats sont à prendre avec une grande précaution étant donné les
incertitudes qui pèsent sur l’implication des vapeurs d’essence dans l’apparition de
symptômes apparentés aux leucémies et les possibles interférences avec d’autres
facteurs.

Abstract:
Exposure to Benzene is known to have carcinogenic effects, the purpose of this
paper is to analyze the relationship between potential environmental exposure to
benzene and the onset of leukemogenic symptoms among residents of a service
station.

The methodology for the preparation of this study is based on a questionnaire by


telephone to 200 persons living near the station Armées des Alpes in Nice,
specifically within a radius of 30 m around the station, data
were subsequently processed using appropriate software: Modalisa.

The results show an association between residence time near a gas station and the
occurrence of certain pre-leukemia symptoms such as headaches, sleep difficulties,
irritation, shortness of breath, and dizziness.
However, the results should be taken with great caution given the uncertainties
surrounding the involvement of gasoline vapors in the onset of symptoms related to
leukemia and possible interference with other factors.

3
Sommaire
Remerciements......................................................................................................................... 2

Résumé : ................................................................................................................................... 3

Abstract: .................................................................................................................................... 3

Introduction : ............................................................................................................................ 8

Chapitre I : Etat de l’art .......................................................................................................... 11

I. Législations et réglementations.................................................................................... 12

II. Définitions : ..................................................................................................................... 13

1. Définition de la pollution atmosphérique : ........................................................... 13

2. Structure et composition de l'atmosphère :......................................................... 14

3. Le transport des polluants dans l’atmosphère :.................................................. 15

4. Devenir des polluants dans l’atmosphère : ......................................................... 15

5. Circulation des polluants dans l’atmosphère : ................................................... 16

III. Les composés organiques volatils COV : ................................................................ 16

1. Définition : ................................................................................................................ 16

2. Origine : .................................................................................................................... 17

3. Les effets sur l’environnement : ............................................................................ 19

Formation de l’ozone : ....................................................................................................... 19

4. L’impact sur la santé humaine : ............................................................................ 20

Absorption ........................................................................................................................... 21

Distribution .......................................................................................................................... 21

Transformation métabolique ............................................................................................. 21

Elimination .......................................................................................................................... 21

Actions cancérogènes ....................................................................................................... 22

Actions mutagènes ............................................................................................................ 23

IV. Le benzène : ................................................................................................................. 24

1. Propriétés physico-chimiques ............................................................................... 24

4
2. Origine : .................................................................................................................... 24

3. Source :..................................................................................................................... 24

4. Utilisation : ............................................................................................................... 24

5. Les effets du benzène sur l’environnement :....................................................... 25

6. Les effets du benzène sur la santé humaine : ..................................................... 25

a. Le benzène dans l’organisme :.................................................................................. 25

b. Toxicologie aiguë du benzène :................................................................................. 25

c. Toxicité chronique benzène : .................................................................................... 26

d. Le benzolisme : ........................................................................................................... 29

e. Effets sur la reproduction et le développement : .................................................... 29

Chapitre II : Présentation de la zone d’étude ..................................................................... 30

I. Présentation de l’environnement général : ................................................................. 31

1. Contexte climatique : .............................................................................................. 31

2. La Topographie et l’occupation des sols : ........................................................... 34

3. Les densités de Population :.................................................................................. 34

Données démographiques : .............................................................................................. 35

II. Description de la zone d’étude : ................................................................................... 36

Chapitre III : Méthodologie .................................................................................................... 38

I. Indicateur du risque sanitaire : ..................................................................................... 39

II. Indicateur d’émission : ................................................................................................... 40

a. Les émissions de benzène dans la ville de Nice : ............................................... 40

b. Les Valeurs Toxiques de Référence VTR: ............................................................ 41

c. La récupération des COV : ..................................................................................... 42

III. Délimitation de la zone d’échantillonnage: .............................................................. 43

1. Echantillonnage : ..................................................................................................... 44

2. Le questionnaire :.................................................................................................... 44

3. Analyse statistique :................................................................................................ 49

5
Chapitre IV : Résultats et Discussion .................................................................................. 50

I. Détermination des tendances des réponses par un tri à plat : ................................ 52

II. Analyse des Tri croisés les plus pertinents : .............................................................. 55

1. Influence du temps d’habitation sur les symptômes :........................................ 55

b. Influence des matières dangereuses sur l’apparition de symptômes :............ 58

III. Les Analyses Factorielles de Correspendance :..................................................... 62

1. AFC 1 : matières dangereuses/maux de


tète/essoufflement/fatigue/symptômes. ....................................................................... 62

2. AFC 2 : Influence de l’aération sur l’apparition des maux de tète : .................. 63

3. AFC3: Age/temps de résidence /matières /maux de


tête /essoufflement /fatigue/symptômes ...................................................................... 64

4. AFC : Age/temps de
residence/aération /symptomes/voiture /tabagisme /matiéres : ............................... 65

IV. Conclusion : ................................................................................................................. 66

Conclusion générale :............................................................................................................ 67

Bibliographie : ........................................................................................................................ 68

Webographie : ........................................................................................................................ 72

Table des illustrations ........................................................................................................... 73

Table des tableaux ................................................................................................................. 75

Annexes ................................................................................................................................... 76

Acronymes .............................................................................................................................. 91

6
Introduction

C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas.

(Victor Hugo)

7
Introduction :
L’industrie a connu depuis deux siècles un accroissement important et très mal
maîtrisé. En effet, l'impact de l'action humaine sur la nature n'a cessé de s'accroître.
Sans cesser de s'adapter à des contraintes ou des atouts naturels, l'homme s'est
appliqué à exploiter, puis transformer la nature à son avantage.

Avant la révolution industrielle, l’air que les humains respiraient était très peu
chargé en molécules chimiques d’origine anthropiques, mais depuis la moitié du XXe
siècle des milliers de molécules chimiques ont été élaborées, puis mises en
circulation. A la fin du XXe siècle, la problématique de la pollution atmosphérique était
plutôt dominée par la persistance de la pollution automobile, en regard de la
diminution progressive des émanations industrielles (C. Elichegaray, 2008).

Les pollutions de l’air nombreuses et variées se produisent à des échelles de temps


et d’espace très variables. Elles concernent l’atmosphère, mais aussi les locaux où
nous vivons. Les effets des pollutions sont aussi très nombreux, puisque les
polluants modifient les propriétés du milieu atmosphérique (J. Fontan, 2003),
affectent la santé humaine, dégradent les bâtiments, se déposent sur les sols et la
végétation, modifient l’équilibre de la biosphère.

A côté des polluants classiquement mesurés, la recherche en matière de pollution


atmosphérique se doit de prendre aujourd’hui en compte des polluants jusque là peu
considérés, tels certains Composés Organiques Volatils (C. Elichegaray, 2008).

En raison de l’enjeu sanitaire que représente la qualité de l’air, nous nous sommes
intéressés à l’impact des COV émanant des stations services, plus particulièrement
au benzène, sur les personnes habitant à proximité de ces installations. L’objectif de
cette étude est donc de répondre aux questions suivantes :
- qu’entend-on exactement par COV ? Quelles sont les substances qui les
composent et leurs principales propriétés, ainsi que leurs sources d’émissions ?
- quelle est l’exposition de la population aux COV, que ce soit l’exposition de fond et
l’exposition à proximité des sources d’émissions, leurs effets supposés sue la santé
humaine ?
- comment évaluer les risques des COV principalement le benzène pour la santé
humaine ? Quels sont les principaux travaux relatifs à cette problématique ?
Y’a-t-il une relation entre l’exposition à une source de pollution au benzène et
l’apparition de leucémies chez des riverains de stations services dans la ville de
Nice?

Une étude réalisée en 1990 par Myron A. Mehlman du Département de Médecine


Communautaire et de l'Environnement de la Faculté du New Jersey portant sur les
propriétés dangereuses des produits issus du raffinage du pétrole(1): «la

(1) produits issus du raffinage du pétrole : essence, lubrifiant, bitume, gaz, huiles…etc 8
cancérogénicité des carburants (essence), cancérogènes tératogènes, mutagènes »
a montré que l'essence contient un certain nombre de produits chimiques toxiques
tels que le 1,3-butadiène, le benzène, le toluène, l'éthylbenzène, les xylènes, les
isoparaffines, et le methyltert-butyle. Des études épidémiologiques chez l'homme ont
permis de mettre en relation l’exposition de la population habitant à proximité de
stations services et l’émergence d’un certain nombre de pathologies comme des
leucémies, des cancers des tissus lymphatiques, du cerveau, du foie et d’autres
organes et tissus.

Les études sur les effets sanitaires résultant de très faibles niveaux de benzène, de
1,3-butadiène, et d'autres substances chimiques cancérigènes composantes de
l’essence, préconisent que toutes expositions à l'essence ou aux vapeurs d'essence
sont à éviter dans la mesure du possible.

Ainsi, en 2004 Jacqueline Clavel chercheuse à l’INSERM a démontré qu’habiter près


d’un garage ou d’une station-service multiplie par quatre le risque de développer une
leucémie chez les enfants de moins de 15 ans.

L'étude visait à comparer la situation d’enfants leucémiques de moins de 15 ans


avec celle d’enfants du même âge non atteints par la maladie, sur la base
d’interviews de leurs parents. Les entretiens ont été menés entre 1995 et 1999 dans
quatre hôpitaux français à Paris, Lille, Lyon et Nancy. Au total, les parents de 280
enfants leucémiques et 285 enfants non leucémiques ont répondu à un questionnaire
identique. (Etude publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine
vol 61).

Au cours de la même année une étude qui traitait des effets de la pollution par le
benzène sur la croissance fœtale a été réalisée par l’INSERM en association avec
des chercheurs de la faculté de Grenoble.

L’objectif de cette étude était d'évaluer la relation entre l'exposition personnelle de la


mère au benzène en suspension dans l'air pendant la grossesse et la croissance
fœtale.

Des femmes enceintes ont été recrutées dans deux maternités françaises en 2005-
2006. Un sous-échantillon de 271 femmes non-fumeuses portait sur elles un
échantillonneur d’air ambiant pendant une semaine au cours de la 27e semaine de
gestation, ce qui permet l'évaluation de l'exposition au benzène. La circonférence de
la tête du fœtus était mesurée par ultrasons au cours des deuxièmes et troisièmes
trimestres de la grossesse puis à la naissance.

L’exposition au benzène médian était de 1,8 µg/m3, cette exposition fut associée à
une diminution ajustée de 1,9 mm de circonférence de la tête évaluée au cours du
troisième trimestre, et de 1,5 mm de circonférence de la tête évaluée à la fin du
second trimestre de la grossesse. Cependant, il convient d’être prudent avec ces
résultats car l'exposition n’a été évaluée que pendant 1 semaine (INSERM 2009).

9
Les résultats d’une autre étude en 2009 suggèrent également le rôle de l'exposition à
faible niveau de benzène dans la leucémie aiguë de l'enfant (INSERM 2009).

Ce mémoire est composé de quatre parties. La première partie fait le point sur les
définitions de la pollution atmosphérique, du devenir des polluants dans
l’atmosphère, la définition des COV, leurs propriétés et leurs effets sur
l’environnement et sur la santé humaine, ainsi que les effets du benzène. La
deuxième partie recense les principales stations services de la ville de Nice, qui
représentent la plus importante source de rejet de benzène, ainsi que la délimitation
des zones d’habitation à proximité de cette source. Une troisième partie sera relative
au traitement d’un questionnaire qui a été soumis aux habitants de cette zone à
risque. Et enfin une dernière partie, ou seront exposés les résultats obtenus au
travers du questionnaire établi, et ainsi après analyse statistique, déterminer si il
existe un lien entre résider à proximité des stations services et les leucémies.

10
Chapitre I Etat de l’art

Chapitre I : Etat de l’art

11
Chapitre I Etat de l’art

I. Législations et réglementations
Directive n° 84/360/CEE du 28/06/84 relative à la lutte contre la pollution
atmosphérique en provenance des installations industrielles.

Directive n° 94/63/CEE du 20/12/94 relative à la lutte contre les émissions de


composés organiques volatils (COV) résultant du stockage de l'essence et de sa
distribution des terminaux aux stations-service

Directive n° 1999/13/CE du 11/03/99 relative à la réduction des émissions de


composés organiques volatils dues à l'utilisation de solvants organiques dans
certaines activités et installations

Directive européenne du 11 mars 1999

– Directive « solvants »

– Couvre 22 secteurs d’activités

Circulaire DPPR/SEI/PHL/MF du 11/06/99 concernant l'application de l'arrêté du 8


décembre 1995 relatif à la lutte contre les émissions de composés organiques
volatils résultant de la distribution de l'essence des terminaux aux stations-service

Décret n° 2001-349 du 18/04/01 relatif à la réduction des émissions de composés


organiques volatils liées au ravitaillement des véhicules dans les stations-service

Décret n° 2001-449 du 25/05/01 relatif aux plans de protection de l'atmosphère et


aux mesures pouvant être mises en œuvre pour réduire les émissions des sources
de pollution atmosphérique

Directive n° 2001/81/CE du 23/10/01 fixant des plafonds d’émission nationaux pour


certains polluants atmosphériques

Directive européenne du 23 octobre 2001

– Directive « PEN » sur les plafonds d’émissions nationaux

– Prévoit notamment une réduction de 40% des émissions globales de COV en


France entre 1999 et 2010(voir annexe : tableau 15)

Arrêté du 20/06/02 modifiant l'arrêté du 17 mai 2001 relatif à la réduction des


émissions de composés organiques volatils liées au ravitaillement en essence des
véhicules à moteur dans les stations-service d'un débit d'essence supérieur à 3 000
mètres cubes par an

Recommandation n° 2003/47/CE du 15/01/03 relative aux lignes directrices


destinées à aider les États membres à préparer leur schéma national de réduction
des émissions, conformément aux dispositions de la directive 2001/80/CE relative à
12
Chapitre I Etat de l’art

la limitation des émissions de certains polluants dans l'atmosphère. Arrêté du


31/10/07 adoptant le schéma national de réduction des émissions

Programme national de réduction adopté le 8 juillet 2003

Installations soumises à autorisation :

– Retranscription principalement dans l’arrêté ministériel du 02/02/98 (modifications


introduites par les arrêtés ministériels du 29/05/00 et du 02/05/02)

Installations soumises à déclaration :

– Retranscription ou en cours de retranscription dans des arrêtés-types

Arrêté de la 08/07/03 portante approbation du programme national de réduction des


émissions de polluants atmosphériques (SO2, NOx, COV et NH3)

Circulaire du 23/12/03 relative aux Installations classées. Schémas de maîtrise des


émissions de composés organiques volatils

Circulaire du 13/07/04 relative aux Installations classées. Stratégie de maîtrise et de


réduction des émissions atmosphériques toxiques pour la santé

Arrêté du 29/12/06 relatif au système national d'inventaires des émissions de


polluants atmosphériques

Décision n° 2007/205/CE du 22/03/07 établissant un modèle commun pour le


premier rapport des états membres sur la mise en œuvre de la directive 2004/42/CE
du Parlement européen et du Conseil relative à la réduction des émissions de
certains composés organiques volatils

Directive n° 2009/126/CE du 21/10/09 concernant la phase II de la récupération des


vapeurs d'essence, lors du ravitaillement en carburant des véhicules à moteur dans
les stations-service

Source :http://aida.ineris.fr

II. Définitions :
1. Définition de la pollution atmosphérique :
Définition selon la communauté européenne en 1967 :

« Il y a pollution de l’air lorsque la présence d’une substance étrangère ou une


variation importante dans la proportion de ses constituants est susceptible de
provoquer un effet nuisible compte tenu des connaissances scientifiques du moment,
ou de créer une gêne. »

13
Chapitre I Etat de l’art

Définition selon la loi française sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du


30/12/1996 :

« C’est l’introduction par l’homme, directement ou indirectement dans l’atmosphère et


les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à
mettre en danger la santé humaine , à nuire aux ressources biologiques et aux
écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens
matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives . »

Définition selon le décret d'application du 13/05/1974, loi du 2/08/1961 :

« Une émission polluante est une émission dans l'atmosphère de gaz ou de


particules solides ou liquides, corrosifs, toxiques ou odorants, de nature à
compromettre la santé publique ou la qualité de l'environnement, ou à nuire au
patrimoine agricole, forestier ou bâti ».

2. Structure et composition de l'atmosphère :


L’atmosphère sert de réservoir pour les substances naturelles ainsi que les
émissions qui découlent de l'activité humaine. Dans cet «entrepôt», se produisent
des actions et réactions physiques et chimiques, dont la plupart peuvent altérer nos
systèmes climatiques ou météorologiques.

Le tableau ci-dessous représente la composition actuelle de l’atmosphère près de la


surface.

Nom du gaz % présent


Azote (N2) 78 %
Oxygène (O2) 21 %
Argon (A) 0,93 %
Vapeur d'eau (H2O) 0-4%
Gaz carbonique (CO2) 0,033 %
Néon (Ne) 0,0018 %
Krypton (Kr) 0,000114 %
Hydrogène (H) 0,00005 %
Oxyde d'azote (N2O) 0,00005 %
Xénon (Xe) 0,0000087 %
Ozone (O3) 0 - 0,000001 %

Tableau 1. Composition actuelle de l'atmosphère près de la surface


Source : www.ffme.fr > fiches technique > météorologie > atmosphère

14
Chapitre I Etat de l’art

La figure suivante représente les couches de l’atmosphère, avec les altitudes et les
températures.

Figure 1. Les couches de l'atmosphère. Source : Atmopaca

3. Le transport des polluants dans l’atmosphère :


La dispersion atmosphérique est due à deux processus principaux : le transport et la
diffusion. Le transport correspond au déplacement du centre de gravité du nuage de
polluants entre deux instants. La dilution de ce nuage par mélange avec l’air ambiant
pendant le même temps, constitue le processus de diffusion. Ces deux processus
sont liés aux mouvements atmosphériques dans lesquels on distingue le vent moyen
et la turbulence. Ils sont aussi liés aux caractéristiques propres du gaz à sa sortie de
l’atmosphère (vitesse, température, densité) si celles-ci différent de celles de l’air
ambiant (P. Le Cloirec, 1998).

4. Devenir des polluants dans l’atmosphère :

a. Le temps moyen de résidence :


Si la diffusion des polluants dans l’atmosphère est généralement rapide, elle
s’effectue au contraire très lentement dans la stratosphère. Les mouvements
verticaux y atteignent tout au plus quelques cm.sec-1.

Le temps moyen de résidence correspond à la durée moyenne pendant laquelle une


particule ou une certaine concentration de substance à l’état gazeux introduite à une
altitude donné va y séjourner (JF.Ramade., 2007).

15
Chapitre I Etat de l’art

b. Modification physicochimique des polluants atmosphériques :


Quand une substance est libérée dans l’atmosphère, elle peut subir trois destinées
différentes : être transformée chimiquement sous une autre forme, en être éliminée,
ou y demeurer, contribuant à un phénomène général d’accumulation.

La grande majorité des polluants de l’air qui se déplacent à grande distance


subissent au cours de leur trajet atmosphérique l’action des divers mécanismes de
transformation et/ou de transfert vers les autres compartiments de la biosphère
(JF.Ramade, 2007).

5. Circulation des polluants dans l’atmosphère :

a. Circulation troposphérique :
On distingue dans la troposphère divers mouvements des masses d’air, ces derniers
sont constitués par des mouvements horizontaux, dénommés « vent » (en particulier
le jet Stream), et des mouvements verticaux ascendants ou descendants, parfois
liés à des phénomènes catabatiques, ou encore à de fortes perturbations
météorologiques. (JF.Ramade, 2007).

b. Circulation stratosphérique :
La dispersion verticale des polluants est très lente comparée aux mouvements dans
la troposphère. Cela est causé par la faible vitesse à laquelle se font les échanges
entre les couches d’air d’altitudes différentes (JF.Ramade, 2007).

III. Les composés organiques volatils COV :


1. Définition :
Les COV englobent un grand nombre de composés organiques gazeux que l’on
rencontre dans l’atmosphère, et dont les principaux sont les hydrocarbures
(C.Elichegaray, 2008).

Définition des COV selon leur propriété chimique :

Selon l’arrêté ministériel du 1er mai 1993, relatif aux Installations Classées pour la
Protection de l’Environnement (ICPE), est considéré comme COV tout composé qui,
à l’exclusion du méthane, contient du carbone et de l’hydrogène, lequel peut être
substitué par d’autres atomes comme les halogènes, l’oxygène, le souffre, l’azote, ou
le phosphore, à l’exception des oxydes de carbone et des carbonates (des
composés organiques contenant le groupe carbonate O = C (O-) 2.). Ces composés
se trouvent à l’état de gaz ou de vapeur dans les conditions normales de
température et de pression.

Une directive européenne ajoute à cette définition que tout produit organique ayant
une pression de vapeur supérieure à 10 hpa dans les conditions normales de

16
Chapitre I Etat de l’art

température et de pression est considéré comme un composé organique volatil (cité


par Le Cloirec, 1998).

A titre d’exemples, voici quelques COV bien connus :

• le butane,

• le propane,

• l’éthanol (alcool à 90°)

• l’acétone

• les solvants dans les peintures (toluène…)

• les solvants dans les essences (alcanes, benzène…)

2. Origine :
Les sources naturelles de COV représentent 90% des rejets. Les COV sont émis par
la végétation (pins) par exemple et certaines aires cultivées. D’après une étude
réalisée par un chercheur de la Faculté de Princeton (D .Purves), les émissions de
monoterpènes et d’isotérpènes ont augmenté de 17% aux Etats Unis, leurs
augmentations étant dues aux politiques de reforestation.
(www.journaldelenvironnement.net)

Sur le plan national, les émissions de COV, tous secteurs confondus (industrie,
transport, agriculture…), sont estimées à 1199 kt en 2007 (source CITEPA). Les
émissions de COV liées au secteur de l'industrie représentent environ 377 kt (
Ademe 2009).

Les COV entrent dans la composition des carburants, mais aussi de nombreux
produits courants: peintures, encres, colles, détachants, cosmétiques, solvants…
pour des usages ménagers, professionnels ou industriels (pour cette raison, leur
présence dans l’air intérieur peut être importante). Les secteurs d’activités les plus
fortement émetteurs de COV sont les transports routiers, l’industrie, et l’agriculture.
www.Bicyclair.fr

Les deux figures ci-dessous montrent respectivement l’émission des COV en Europe
et en France.

17
Chapitre I Etat de l’art

Figure 2. Emission des COV en Europe .Source : CITEPA


Les transports routiers et l’usage des solvants
solvant ainsi que la nature semblent être
ê les
principales sources de COV en Europe.

SOURCE D'EMISSION DES COV DANS


L'ATMOSPHERE EN FRANCE

7%
TRANSPORT
31% 46% NATURE
INDUSTRIE
TERTIAIRE DOMESTIQUE
16%

Figure 3. Source
ce d’émission des COV en France.
France Source : l’ADEME, 1997.
En ce qui concerne la France, le constat est le même que pour l’ensemble de
l’Europe. Le transport, l’industrie et la nature sont les sources les plus émettrices de
COV.

18
Chapitre I Etat de l’art

3. Les effets sur l’environnement :

a. La formation d’ozone (pics de pollution) :


Les COV peuvent réagir avec les oxydes d’azote (NOx) sous l’effet de la lumière
pour former de l’ozone (photo-oxydation). Ceci se produit souvent dans les villes très
polluées par le trafic routier, plus particulièrement l’été. Il y a alors pic de pollution à
l’ozone et dépassement des valeurs limites d’exposition.

L’ozone ainsi formé provoque maux de tête, troubles respiratoires, crises d’asthme et
allergies notamment chez les enfants et les personnes âgées, plus sensibles. Il
endommage les feuillages et les plantes, mais aussi les bâtiments.

De plus, l’ozone a également un impact négatif sur le réchauffement climatique


puisqu’il absorbe l’infrarouge et contribue donc à l’augmentation de l’effet de serre.

Seuil d’alerte moyenne sur 1 heure 360 µg/m3


Seuil de protection de la végétation moyenne sur 1 heure 200 µg/m3
Seuil d’information de la population moyenne sur 1 heure 180 µg/m3
Seuil de protection de la santé moyenne sur 8 heures 110 µg/m3
Seuil de protection de la végétation moyenne sur 1 journée 65 µg/m3

(Source : www.ozone.ch)

Formation de l’ozone :
- Le radical hydroxyle (OH) est formé à partir de l'ozone et de la vapeur d'eau sous
l'action du rayonnement solaire (hv) :

(1) O3 + hv —> O2 + O-

(O- : atome d'oxygène à l'état excité)

(2) O- + H2O —> 2 OH

- Les radicaux OH réagissent avec les COV (RH) :

(3) RH + OH —> R + H2O

(4) R + O2 —> RO2

(5) RO2 + NO —> RO + NO2

19
Chapitre I Etat de l’art

- Le dioxyde d'azote NO2 est ensuite photo dissocié à une longueur d'onde inférieure
à 400 nm (6) et l'atome d'oxygène O- réagit avec une molécule d'oxygène O2 pour
former l'ozone O3 (7). Le monoxyde d'azote NO réagit alors avec l'ozone pour
reformer du dioxyde d'azote (8).

(6) NO2 + hv —> NO + O-

(7) O- + O2 + M —> O3 +
M

(8) NO + O3 —> NO2 + O2

(Source : ADEME)

Le tableau suivant représente la classification des COV selon leur rôle dans la
production d’ozone. Nous constatons que les COV produisant le plus d’ozone sont
les suivants : les Alcènes, aromatiques, les alcanes > C6 (sauf diméthylpentane), les
aldéhydes (sauf benzaldéhyde), les COV naturels (isopropéne).

Tableau 2 .Classification des COV selon leur rôle dans la production d’ozone
(Source : AIRFOBEP, 2005).

4. L’impact sur la santé humaine :


Les COV représentent un réel problème en raison de l’augmentation de leur
utilisation en milieu industriel, mais aussi domestique. La règlementation en vue de
limiter leur teneur à l’émission, dans les sites industriels, et de façon plus générale
dans les locaux recevant du public, devient de plus en plus pressante. De plus, le
degré de toxicité non négligeable de certains COV a conduit à définir leur impact sur
la santé.

20
Chapitre I Etat de l’art

a. Le devenir des COV dans l’organisme :


Absorption
Du fait de la volatilité des COV et donc de leur large présence dans l’air, la principale
voie d’exposition aux COV est l’inhalation. Les voies digestive et cutanée demeurent
en général secondaires pour la population en général, elles concernent
essentiellement les ingestions accidentelles ou volontaires ou les contacts cutanés
prolongés en milieu industriel. Après inhalation, les substances sont partiellement ou
totalement absorbées au niveau des poumons (Observatoire régional de santé d’Ile-
de-France, 2007).

Les taux d’absorption sont variables d’un composé à l’autre, par exemple proches de
50 % pour le benzène et le toluène, compris entre 62 et 64 % pour les xylènes et
entre 49 et 64 % pour l’éthylbenzène (INERIS, 2005, 2006).

Distribution
Après absorption, les COV sont distribués via le sang à l’ensemble de l’organisme.
En fonction de leurs propriétés, ils vont se retrouver dans différents organes. De
nombreux COV sont lipophiles (benzène, toluène,…), c’est-à-dire que leurs
concentrations sont plus élevées dans les tissus graisseux, comme le tissu adipeux
et la moelle osseuse. Le toluène s’accumule dans les tissus adipeux, le cerveau, le
sang, le foie, le rein et la moelle osseuse. De même, il a été constaté la présence de
xylène dans le sang, mais aussi l’estomac, le foie, les reins, le cerveau, le myocarde
et les tissus adipeux (Observatoire régional de santé d’Ile-de-France 2007).

Transformation métabolique
Une transformation métabolique, notamment au niveau du foie, a en général lieu et
aboutit à la formation de métabolites, souvent hydrosolubles et qui pourront donc
être éliminés par voie urinaire.

Dans certains cas, les premières étapes du métabolisme peuvent former des dérivés
hautement toxiques pour l’homme. Ainsi, la toxicité du benzène s’expliquerait par la
formation d’intermédiaires radicalaires (dérivés époxybenzène, phénoxy,
semiquinones…) (INERIS, 2005) extrêmement réactifs et capables de se combiner
irréversiblement avec les protéines et acides nucléiques cellulaires (fonction –SH et –
NH2) ce qui peut altérer plusieurs fonctions ou bien conduire à la formation d’autres
métabolites comme le phénol qui serait responsable de la toxicité du benzène
(M.Vaubourdolle, 2007).

Elimination
Pour de nombreux COV, l’élimination se fait majoritairement sous forme de
métabolites dans les urines. Ils peuvent également être éliminés sous forme
inchangée dans l’air expiré et dans les urines.

21
Chapitre I Etat de l’art

Pour le benzène, il est éliminé dans les urines sous forme de phénol et de très
nombreux autres métabolites, mais aussi sous forme inchangée dans l’air expiré (10
à 50 %) et dans les urines (1 %), selon l’activité physique et l’importance du tissu
adipeux (Observatoire régional de santé d’Ile-de-France 2007).

b. Irritations des voies respiratoires, des yeux et de la peau


Les principaux effets d’une exposition aiguë aux COV sont l’irritation des yeux, du
nez, de la gorge ou de la peau. Ainsi, certains COV réactifs chimiquement peuvent
entraîner une irritation oculaire (C,Franck et al, 2003). De plus, des chercheurs ont
étudié les propriétés dose-réponse et les effets additifs de trois mélanges de
composés organiques volatils. La relation dose-réponse pour ces mélanges a montré
des augmentations de l'intensité de réponse lorsque la concentration est accrue.
(A.Hempel-Jorgensen et al, 1999).

Parmi les COV très irritants, on trouve le formaldéhyde. Une étude a observé une
irritation légère des yeux à partir de 1 ppm, et des voies respiratoires à partir de 2
ppm (J.Arts et al, 2006).

c. Troubles du système nerveux


Les COV sont reconnus pour être généralement toxiques pour le système nerveux
central. Les hydrocarbures aromatiques et les hydrocarbures halogènes, en
particulier, provoquent généralement un état d’excitation très proche de l’état
d’ivresse alcoolique, suivi d’une dépression du système nerveux. Ceux-ci peuvent
également engendrer des troubles de la parole et de la vision (R.Lauwerys, 2007).

D’autres COV comme les dichlorométhanes ou le chloroforme peuvent avoir des


effets anesthésiques, parfois narcotiques (J.Morchadi, 1994). Certains sujets en
contact avec des COV présentent des troubles de la mémoire, des problèmes
d’attention, de concentration et de confusion mentale. (D.Otto et al, 1992).

d. Actions cancérogènes et mutagènes des COV :


Actions cancérogènes
De nombreux COV sont généralement reconnus comme des composés
potentiellement cancérogènes. Parmi ceux-ci, nous trouvons le benzène, le toluène,
l’éthylebenzène, le xylène (BTEX), (SC.Foo, 1991). Le benzène évacué en partie
dans les urines est susceptible d’induire dans certaines circonstances notamment
des cancers de la vessie. Le benzène peut rentrer dans la composition des amines
aromatiques (amines liées à un ou plusieurs cycles aromatiques), ces dernières
provoquent les cancers urothéliales (tumeurs de l’urothélium qui est l’épithélium de la
vessie). Steineck a démontré en 1990 les Risques accrus de cancer urothélial à
Stockholm de 1985 à 1987, après l'exposition au benzène.

L’un des premiers effets reconnus a été une relation entre l’exposition à des vapeurs
de benzène et la leucémie (P.Le Cloirec, 1998).

22
Chapitre I Etat de l’art

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont connus pour être


cancérogènes. Même à de faibles concentrations, ils sont capables d’induire une
mutation. (P.Le Cloirec, 1998).

Actions mutagènes
Les hydrocarbonés insaturés (alcènes, oléfines…) inhalés subissent des
transformations qui les rendent très toxiques. Ainsi, par exemple, environ 5% de
l’éthylène inhalé se transforme en oxyde d’éthylène qui est à la fois cancérigène et
mutagène (K.Victorin, 1988).

Certains hydrocarbures halogènes aliphatiques (composé carboné acyclique ou


cyclique, saturé ou insaturé, à l'exclusion des composés aromatiques) ont également
à la fois des actions cancérigènes et mutagènes. Ainsi les dérivés chlorés de
l’éthylène, du butène et du butadiène absorbés donnent naissance à des dérivés
époxydes dont certains sont très réactionnels et peuvent se fixer sur l’ADN et
déterminer une action mutagène (R.Lauwery, 2007). Ils sont aussi tératogènes, c'est-
à-dire qu’ils agissent sur les cellules de l’œuf ou de l’embryon chez une femme
enceinte en induisant des malformations. Les conséquences de l’intoxication
chronique au benzène sont regroupées sous le terme benzénisme ou benzolisme.

Le tableau ci-dessous regroupe les effets sanitaires de certains COV.

Troubles Certaines COV responsables


Irritations cutanées hydrocarbures halogénés ou aromatiques

Irritation des yeux BTEX, dérivés benzéniques

Irritation des organes HAP


respiratoires

Troubles cardiaques toluène, chloroforme

Troubles digestifs benzène, toluène, hydrocarbures halogénés

Troubles rénaux, BTEX, hydrocarbures halogénés


hépatiques

Maux de tête la plupart des COV

Troubles du système HAP et halogénés, dichlorométhane, chloroforme,


nerveux toluène

Action cancérogène et benzène, alcènes, oléfines, hydrocarbures


mutagène halogénés, HAP

Tableau 3. Effets sanitaires de certains COV. Source : www.Bicyclair.fr

23
Chapitre I Etat de l’art

IV. Le benzène :
Le benzène est un solvant inflammable et toxique. Il a été classé cancérogène par
l'Union européenne. Son usage est donc strictement
réglementé. En France, il est interdit de commercialiser
des solvants contenant plus de 0,1% de benzène. Des
valeurs limites d'exposition professionnelle au benzène
sont définies dans le Code du travail. (VLEP sur 8 H: 3,25
mg/m3 d'air, 1 ppm.
Possibilité d'une pénétration cutanée importante INERIS).

1. Propriétés physico-chimiques :

La formule chimique du benzène est C6H6.


Liquide incolore, d’odeur aromatique perceptible à 12ppm.

Il entre en ébullition à 80,2°C à 760 mm de Hg ; il est assez volatil et peu soluble


dans l’eau, excellent solvant des graisses, du caoutchouc, des résines, cires,
pigments colorés et de nombreuses matières plastiques. Ses vapeurs sont
inflammables et forment avec l’air des mélanges explosifs à des concentrations
relativement peu élevées (www.stmt-tn.com).

2. Origine :
Le benzène est un des composants des mélanges complexes issus du craquage ou
du reformage catalytique d'hydrocarbures pétroliers.

La distillation de ces mélanges permet d'obtenir les composants pratiquement purs et


en particulier le benzène (INIRIS, 2005).

3. Source :
La présence de benzène dans l'environnement est naturelle (feux de forêts, activité
volcanique) ou anthropique.

L'automobile est en grande partie responsable de la pollution atmosphérique par le


benzène (gaz d'échappement, émanations lors du remplissage des réservoirs).
(LCSQA 2004).

4. Utilisation :
Le benzène est principalement utilisé pour produire de l'éthylbenzène servant à la
synthèse du styrène destiné à la fabrication de matières plastiques et d'élastomères.

Il est également utilisé pour produire: du phénol entrant dans la fabrication des
résines phénoliques et du nylon, de l'acétone employé comme solvant ou utilisé dans

24
Chapitre I Etat de l’art

l'industrie pharmaceutique, du cyclohexane destiné à la fabrication de résines, du


nitrobenzène servant à fabriquer l'aniline, des alkylbenzènes, de l'anhydride
maléique, des chlorobenzènes. (LCSQA 2004)

Comme sous-produit du pétrole, il entre naturellement dans la composition de


l'essence automobile.

5. Les effets du benzène sur l’environnement :


Le benzène, par sa grande toxicité, peut causer la mort ou la réduction du rythme de
croissance de la végétation. Il peut causer des dommages aux membranes des
feuilles dans diverses cultures agricoles. Les effets accrus peuvent être notés deux
ou quatre jours après que la faune ou la végétation ait été en contact avec ce
xénobiotique. Le benzène est également très toxique pour toute forme de vie
aquatique (Source : http://ville.montreal.qc.ca/).

Chez les organismes aquatiques, la grenouille léopard était l'espèce la plus sensible
qui a été identifiée lors des essais à long terme. La CL50 (concentration d’une
substance causant la mort de 50% d’une population) signalée était de 3,7 mg/L pour
des essais d'exposition continue de 9 jours des stades embryonnaires et larvaires.
La truite arc-en-ciel était l'espèce aquatique la plus sensible pour les essais de
toxicité aiguë, avec une CL50 - 96 h de 5,3 mg/L chez les juvéniles.

Des effets de toxicité aiguë ont également été signalés sur les invertébrés terrestres
et des plantes à des concentrations atmosphériques de benzène supérieures à
10 000 mg/m3.

La CL50 (inhalation) - 7 h chez les rats exposés au benzène était de 32 500 mg/m3.
La concentration observée causant des changements immunologiques chez les rats
de laboratoire était de 32 mg/m3.(www.sc-hc.gc.ca)

6. Les effets du benzène sur la santé humaine :


a. Le benzène dans l’organisme :
Le benzène est absorbé facilement par inhalation et ingestion et il est distribué
rapidement dans tout l'organisme, en particulier dans les tissus gras. La
métabolisation se fait principalement dans le foie et, à un degré moindre, dans la
moelle osseuse; elle produit des intermédiaires qui expliquent la toxicité du benzène.
(www.cchst.ca/)

Le benzène est éliminé tel quel, dans l'air expiré des poumons (50%) et sous forme
de métabolites, dans l'urine. (INERIS 2006).

b. Toxicologie aiguë du benzène :


L'exposition à plusieurs centaines de ppm agit sur le système nerveux central
entraînant notamment des états de somnolence, d'ébriété et des maux de tête ; des
expositions plus faibles mais prolongées peuvent altérer la mémoire et certaines
capacités psychiques (INERIS 2006).
25
Chapitre I Etat de l’art

L’exposition à 20 000 ppm (64 980 mg/m3) pendant 5 à 10 minutes est fatale
(H.W.Gerarde, 1960).

L’inhalation de 50 à 100 ppm (162 à 325 mg/m3) pendant 30 minutes entraîne


fatigue et maux de tête ; 250 à 500 ppm (812 à 1 625 mg/m3) sont responsables de
vertiges, céphalées, sensations de malaise et nausées (G.Hathaway et al, 2004).

Par voix orale, la dose létale se situe entre 50 et 500 mg/kg (R.Gosselin et al. 1984).

c. Toxicité chronique benzène :


Métabolisme du benzène :

Figure 4. Métabolisme du benzène Source : INRS 2007

26
Chapitre I Etat de l’art

Formation de l’epoxybenzéne :

Au niveau hépatique et médullaire

Catalysée par le système du

Cytochrome P405

Benzène époxybenzéne

Formation des métabolites responsables des effets toxiques :

Attaque des macromolécules cellulaires, les protéines (fonction –SH) et acides


nucléiques (fonction –NH2)=Anémie aplasique.

Voie 1 :

Époxybenzène
Benzène

REARENGEMENT

Cytochrome P450 Cytochrome P450

Hydroquinone catéchol
Phénol

Myélopéroxydase Cytochrome P450

1,2, 4- trihydroxybenzène
Benzoquinone

Voie 2 :

Conjugaison au glutathion

Benzène Epoxybenzè
ne

Conjugaison au
Glutathion

27

Acide S-
phénylmercapturique
Chapitre I Etat de l’art

Voie 3 :

Ouverture du cycle

Benzène époxybenzène

+H2O

Dehydrodiol benzène

Acide trans, trans-muconique (chaine ouverte)

La figure suivante synthétise les voies métaboliques du benzène.

Figure 5. Métabolisme du Benzène


28
Chapitre I Etat de l’art

d. Le benzolisme :
L’atteinte de la moelle osseuse peut revêtir des aspects très variés en raison des
facteurs de susceptibilité de chaque individu. Le temps de latence entre l’exposition
au benzène et l’apparition des premiers symptômes peut également varier de
quelques mois à plusieurs années (Le Cloirec, 1998).

La forme aggravée du benzolisme consiste en une aplasie de la moelle osseuse,


c’est à dire une absence de multiplication de ses cellules par disparition des cellules
souches. Or, la moelle épinière est, avec les ganglions lymphatiques et la rate, un
des principaux organes hématopoïétiques. L’aplasie entraine donc progressivement
une réduction du taux des plaquettes, des globules blancs polynucléaires, puis des
hématies. Il s’en suit une baisse du taux d’hémoglobine qui peut conduire à une
anémie grave, à des infections secondaires et à des hémorragies. Les symptômes
généraux observables sont des maux de tète, vertiges, fatigue, anorexie et irritabilité
(Le Cloirec, 1998).

L'effet leucémogène du benzène a été démontré par plusieurs études


épidémiologiques dans les industries de la chaussure, du caoutchouc, dans
l'industrie chimique et les raffineries (C Nisse, P Fenaux, 1997).

Le lien formel avec l’exposition au benzène n’est prouvé que pour les seules
leucémies aiguës myéloblastiques ; La relation est moins évidente pour les
lymphomes et myélomes multiples.
Les leucémies surviennent souvent des années après la fin de l’exposition (Le
Cloirec, 1998).

Des patients souffrant de benzolisme ont présenté des aberrations chromosomiques


dans les lymphocytes ainsi que dans les cellules de la moelle osseuse pour de forts
niveaux d'exposition (au delà de 10 ppm = 32 mg /m3) ( SMITH,MT , 1996).

e. Effets sur la reproduction et le développement :


Le benzène passe la barrière placentaire et est retrouvé dans la moelle osseuse du
fœtus à des niveaux supérieurs ou égaux à ceux mesurés chez la mère exposée par
inhalation (R. Ciranni et al 1988).

29
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

Chapitre II : Présentation
de la zone d’étude

30
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

I. Présentation de l’environnement général :


L’image satellite ci-dessous montre la localisation géographique de la ville de Nice.

Figure 6. Image satellite de la ville de Nice

1. Contexte climatique :
La ville de Nice s’étale sur 7192 hectares, elle appartient à la région Provence alpes
côte d’azur, qui est caractérisée par un climat méditerranéen. Ville ouverte sur la
mer, Nice bénéficie cependant d’un microclimat qui lui est propre.

La clémence des hivers et la chaleur modérée des étés la caractérisent. Ses collines
et les montagnes environnantes la protègent des vents.
L’ensoleillement est de 2921 heures par an. Les pluies, tombant souvent sous la
forme de violents orages, se concentrent en automne et au printemps. La valeur
annuelle du cumul des précipitations est de 843.1 mm. (Données 2009, voir figures
7, 8 et 9)
La température moyenne annuelle est de 15°. La mer joue le rôle d’amortisseur
thermique à l’égard des brusques variations de température, et définit ainsi, un climat
méditerranéen, cependant le relief élevé de l’arrière pays génère des conditions
froides de type alpin (http://www.infoclimat.fr/climatologie).

31
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

Les figures ci-dessous résument la situation climatique de l’année 2009 de la ville de


Nice.

Figure 7. Moyenne mensuelle d’ensoleillement quotidien. Source: météo


France.

32
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

Figure 8. Moyenne mensuelle des précipitations. Source : météo France

Figure 9. Moyenne mensuelle des températures. Source : météo France

33
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

2. La Topographie et l’occupation des sols :


La topographie est très hétérogène. Seulement 10 % de la surface du territoire est
plane, le reste est vallonné voire montagneux. L’altitude varie du niveau zéro de la
mer à 1 500 m d’altitude (Roca Sera : 1 504 m). Deux vallées irriguent la zone, les
vallées du Var et du Paillon (source :Atmopaca).
Les zones naturelles représentent 49 % de la surface communale.
Les zones urbaines ou à urbaniser représentent 51 % de la surface communale.
(Source :www .nice.fr)

.
Figure 10.Carte d’occupation des sols de la ville de Nice .Source : Atmopaca
2000

3. Les densités de Population :


Avec 348 721 habitants en 2007, la ville de Nice est classée cinquième commune de
France en termes de population (après Paris, Marseille, Lyon et Toulouse). Son
agglomération est également la cinquième de France et regroupe 940 018 habitants
(2006).
Elle est située au cœur d'une aire urbaine de 991 903 habitants (2006) (Source :
www.nice.fr).

Population 2007 Superficie (km2) Densité (hab/km2)

348 721 4 771 73,09

34
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

La carte si dessous montre les densités de population de la ville de Nice. Nous


observons que le centre ville, et le quartier du port sont les plus denses avec 150 à
500 habt/Km2. En deuxième position, les quartiers Est, Ouest et Nord avec 50à150
habt/Km2, puis le Mont Boron et le Nord-est avec 20 à 50 personnes/ Km2. Le reste
du territoire à une densité de 0à5 habitants /Km2.

Figure 11 .Carte de la densité de population de la ville de Nice en hab/Km2.


Source : Atmopaca, donnée 2009
Données démographiques :
Le tableau ci-dessous nous renseigne sur la population niçoise et le pourcentage
des classes d’âge qui la composent.

Population 0-14 ans Population 15-64 ans Population ≥ 65ans


(% population totale) (% population totale) (% population totale)

49 268 soit 14.53% 212 428 soit 61.85% 81 427 soit 23.73%

35
Chapitre II Présentation de la zone d’étude

II. Description de la zone d’étude :


Notre zone d’étude représente les zones d’habitations au tour des stations services.
Afin d’effectuer notre prospection, nous avons choisi de prendre une station service
représentative du danger, elle a été choisie en fonction de sa proximité des
habitations, de l’éloignement des axes routiers ainsi que de son importance estimée
en volume. Il existe 2 catégories de stations-service, classées selon leurs débits
annuels d’essence :
-Station service avec un débit supérieur à 3000m3 par an d’essence.

-Station service avec un débit supérieure à 500m3 par an d’essence et inferieur à


3000m3.

La carte ci-dessous nous montre la répartition géographique des stations service


dans la ville de Nice.

Figure 12 .Carte des stations services les plus importantes de la ville de Nice

36
Chapitre III Méthodologie

Carte 13. Carte des stations service de Nice en fonction du débit annuel.

37
Chapitre III Méthodologie

Chapitre III : Méthodologie

38
Chapitre III Méthodologie

L’évaluation de l’exposition à la pollution au benzène fondée sur les seules mesures


des concentrations moyennes sous-estime la charge attribuable aux concentrations
élevées au voisinage des sources.
Nous pouvons raisonnablement penser que les effets sanitaires sont autocorrélés
avec la proximité des sources d’émission du benzène.

I. Indicateur du risque sanitaire :


Un premier indicateur de risques est la présence de sites pollués ou de source de
pollution.
Le nombre de sites fourni une meilleure mesure de la concentration des risques, bien
qu’un simple comptage puisse dissimuler de grandes variations des risques réels et
potentiels (L. Laurian, 2008). En effet, les sites pollués peuvent affecter les
populations à des degrés divers. Un site proche de zones d’habitation aura un impact
plus grand que s’il était en zone périe urbaine. L’activité et l’importance du site ainsi
que les polluants qu’il produit peuvent déterminer l’importance de l’impact sanitaire.
Le comptage de sites doit donc être interprété plus comme une approximation de la
concentration industrielle que comme une mesure des risques. (L. Laurian 2008)

Dans la ville de Nice, plus de 40 stations service sont recensées, la majorité d’entre
elles sont urbaines ou péri urbaines, et donc très proches des habitations, ce qui
accentue leurs effets, qu’ils soient sanitaires ou environnementaux.

Carte 14. Carte des stations service en fonction de leurs proximités des
habitations (proche si <10m)

39
Chapitre III Méthodologie

II. Indicateur d’émission :


a. Les émissions de benzène dans la ville de Nice :
La carte ci-dessus a été réalisée par Atmopaca dans le cadre d’un bilan annuel des
polluants dans la ville de Nice.
Les concentrations en benzène sont plus importantes en hiver, en raison d’une
stabilité atmosphérique plus marquée. Les concentrations été/hiver varient de 1 à 5,5
ug/m3, avec une moyenne annuelle de 1,9 ug/m3. En juin, période estivale, la
moyenne baisse : 1,1 ug/m3, avec une série de valeurs s’échelonnant de 0,5 à
3,1ug/m3. (Atmopaca 2010)

Figure 15. Estimations des émissions annuelles moyennes de benzène.


Source : Atmopaca
Pour la ville de Nice il n’y a pas de données relatives aux émissions des stations
service, cependant nous pouvons nous référer à une étude réalisée en 2005 à la
demande du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable. Cette étude a été
publiée par l’Union Française des Industries Pétrolières, elle concerne le benzène
mesuré en périphérie des stations service, sur un transect Paris-Strasbourg.

40
Chapitre III Méthodologie

Les résultats de cette étude sont résumés dans les tableaux suivants :

Station urbaine :

Concentrations
en Limites de
Bruit de fond Pompes
benzène Propriété
µg/m3
Moy :2.3 Moy :2.8 Moy :10.7
Stations
Mini : 1.2 Mini : 1.3 Mini : 3.0
urbaines
Maxi : 3.9 Maxi : 4.7 Maxi : 20.8

Station sous immeuble :

Concentrations
en Limites de
Bruit de fond Pompes
benzène Propriété
µg/m3
Moy :6.1 Moy :8.2 Moy :31.3
Stations sous
Mini : 2.3 Mini : 2.0 Mini : 10.0
immeuble
Maxi : 23.1 Maxi : 30.8 Maxi : 85.7

Les valeurs mesurées en limite de propriété traduisent le niveau de concentration


maximum au quel peut être soumis le voisinage de la station-service.
Ces valeurs sont donc représentatives de l'impact maximum de la station service sur
son proche environnement.

b. Les Valeurs Toxiques de Référence VTR:

Normes concernant le benzène en milieu extérieur :

Décret n°2002-213 du 15 février 2002 portant transp osition des Directives


1999/30/CE du conseil du 22 avril 1999 et 2000/69/CE du Parlement européen et du
Conseil du 16 novembre 2000 et modifiant le décret n°98-360 du 6 mai 1998.

Norme Moyenne
annuelle Valeurs
2 µg/m3
Objectif de qualité

Valeur limite pour la 5 µg/m3


protection de la santé

41
Chapitre III Méthodologie

Norme Moyenne annuelle humaine depuis 2001 :


Les valeurs limites pour la protection de la santé ont été revues à la baisse depuis
2001, actuellement sa valeur est de 5ug/m 3.

Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Valeur
limite en 10 10 10 10 10 9 8 7 6 5
µg/m3

c. La récupération des COV :

D’après la Directive 94/63/CE du Parlement européen et du Conseil, du 20


décembre 1994, relative à la lutte contre les émissions de Composés Organiques
Volatils (COV) résultant du stockage de l'essence et de sa distribution des terminaux
aux stations-service, les cuves des stations-service d’un débit annuel de plus de 500
m3/an sont équipées de systèmes de récupération de COV de façon à ne plus laisser
échapper de COV dans l’atmosphère au moment de l’approvisionnement de la
station service (STAGE I).

Schéma 16. Schéma du Récupérateur de vapeur d’essence STAGE I.


Source : www.drire.gouv.fr/ile-de-france

D’après la Directive 2009/126/CE du Parlement européen et du Conseil du 21


octobre 2009 concernant la phase II de la récupération des vapeurs d’essence, lors
du ravitaillement en carburant des véhicules à moteur dans les stations-service.
Les stations-service dont le débit est supérieur à 3000 m3/an doivent être équipées
de Systèmes Actifs de Récupération des Vapeurs (STAGE II) afin de réduire d'au
moins 80 % les émissions fugitives de COV provenant des pompes.

42
Chapitre III Méthodologie

Schéma 17.Schéma du Récupérateur de vapeur d’essence STAGE II.


Source : www.drire.gouv.fr/ile-de-france

III. Délimitation de la zone d’échantillonnage:

L’échantillonnage a été effectué au voisinage de la station Armée des Alpes, retenue


en raison de sa proximité des habitations (voir photo ci dessous) et en fonction de
son éloignement des grands axes routier (pour éviter des erreurs de jugement), de
plus c’est une station service d’un débit supérieur à 3000m 3 d’essence.

Photo 18. Photographie de la station Armée des Alpes.

43
Chapitre III Méthodologie

1. Echantillonnage :
L’échantillonnage concerne une zone d’impact de 30m en limite de propriété.

Photo 19. Photographie aérienne de la zone d’échantillonnage des 30m

2. Le questionnaire :
Un questionnaire a été soumis à une cohorte de 200 personnes, il comporte des
questions bien ciblées qui peuvent nous éclairer sur la situation sanitaire individuelle.

-Enquête de Terrain-

Question 1 :
-Sexe : Homme Femme

Question 2 :
-Age : 20-30 30-40 40-50 50-60 60-70 >70

44
Chapitre III Méthodologie

Question3 :
-Depuis combien de temps habitez-vous ici ? <2 ans 3-5ans 5-10 ans 10-20ans >20

Question 4 :
-Ou habitiez-vous avant ?.....................................................................................................................................

………………………………………………………………………………………………………………………………….

Question 5 :
-Avez-vous un balcon ? oui non

o -Si oui l’utilisez-vous souvent ? oui occasionnellement non

o -Si oui l’utilisez-vous pour : manger dehors étendre le linge lire/vous reposer

autre…………………………………………………………………………………………………………......

Question 6 :
-Aérez-vous votre logement quotidiennement ? oui non

o -Si oui combien de temps ? 10 mn 20mn 30 mn 1h


>1h

autre…………………………………………………………………………………………………………......

Question 7 :
-Avez-vous souvent des maux de tête ? oui non

o -Si oui estimation de leur fréquence : 1 fois/mois 1 fois/semaine

45
Chapitre III Méthodologie

plusieurs fois/semaine quotidiennement

autre …………………………………………………………………………………………………………….

o -Si oui, vous les attribuez à quoi ?…………………………………………………………………………………….


……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………

Question 8 :
-Etes-vous souvent fatigué(e) ? oui un peu non

o -Si oui vous l’attribuez à quoi ?


……………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………………………
………………………………………………………………………………….......................................................................................
........................................................................................

Question 9 :
-Fumez-vous ? oui non

o Si oui combien de cigarettes par jour : 1-5 5-10 10-20 >20

o Si oui depuis combien de temps : 0-5 ans 5-10 ans 10-20 ans >20 ans

Question 10 :
-Etes-vous essoufflé(e) lorsque vous faites un effort ? oui un peu non

Question 11 :

46
Chapitre III Méthodologie

-Estimez-vous vous nourrir convenablement ? oui non

Question 12 :
-Avez-vous une voiture ? oui non

o Si oui l’utilisez vous ? rarement fréquemment très souvent

Question 13 :
-Estimez-vous être exposé(e) à des matières dangereuses pour votre santé (expliquer là ce que l’on entend par
matières dangereuses) ?

oui non

o -Si oui dans quel cadre ? domicile professionnel

o -Si oui lesquelles ?....................................................................................................................................


Question 14 :
-Quelle profession exercez-vous ?................................................................................................................

Question 15 :
-Depuis combien de temps exercez-vous cette profession ? <2 ans 5-10 ans

10-20 ans >20 ans

Question 16 :
-Quelle profession avez-vous le plus longtemps exercé ?...............................................................................

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………..

-Combien de temps ? : …………………………………………………………………………………………………….

47
Chapitre III Méthodologie

Question 17 :
Sur une échelle de 1 à 10 représentant votre état de Santé (1 pour une mauvaise Santé et 10 pour une très bonne
Santé) quelle note vous donnez vous ?

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

o -Si <6 pourquoi ?...........................................................................................................................................


………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………….............................

Question 18 :
-Avez-vous ? : irritations nez/gorge/cutanée vertiges

difficultés d’endormissement pertes de Mémoire

Dans le cas où les personnes parlent de cancer ou de leucémie est ce que ce sont des pathologies que l’on
retrouve chez leurs ascendants et/ou descendants (génétique), de quelle pathologie il s’agit
exactement ?..................................................................................................................

Père Mère Enfant Autre membre de la famille ……………..

Notes :
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………

48
Chapitre III Méthodologie

3. Analyse statistique :

Le traitement des données recueillies par l’enquête a été fait sous le logiciel
MODALISA.

Pour l’analyse statistique de notre étude, nous nous sommes basés sur les outils de
calculs bio-statistiques qui permettent l'évaluation du risque sanitaire.

Test du khi2 :

C’est un test de liaison permettant de vérifier s'il existe une relation entre le risque
d'exposition et les symptômes.

Khi2 calculé<Khi2 table : Liaison statistiquement significative entre les symptômes et


le risque d'exposition et il y a moins de 5 chances sur 100 que la distribution résulte
de hasard, c'est-à-dire alpha (ou la probabilité pour X²) est égale ou inférieur à 0,05
pour un nombre de degrés de liberté (ddl).

X² = [(A*D - B*C)²*T] / [(A+B)*(C+D)*(A+C)*(B+D) avec T = A+B+C+D

Analyse Factorielle des Correspondances AFC :

Technique d’analyse statistique principalement descriptive, permet de décrire la


dépendance ou la correspondance entre plusieurs ensembles de caractères, y
compris sur des tableaux de contingence.

49
Chapitre IV Résultats et Discussion

Chapitre IV : Résultats et
Discussion

50
Chapitre IV Résultats et discussion

Le questionnaire réalisé pour ce mémoire nous permet d’évaluer si la population


avoisinant des stations service, souffre de symptômes relatifs à une exposition au
benzène. Les questions ont été groupées comme suit :

-Des questions relatives au sexe et à l’âge, nous permettent d’identifier les classes
de populations potentiellement exposées au benzène.

-Le temps de résidence, nous permet de connaitre la durée de l’exposition.

-Des questions relatives à la qualité de vie et à l’environnement des riverains à


savoir, le temps d’aération du logement, l’utilisation de la voiture, le tabac, la
profession exercée et l’hygiène alimentaire. Cette catégorie de questions va nous
permettre d’écarter des symptômes qui seraient relatifs à l’hygiène de vie et non à
une exposition directe au benzène.

D’autres questions plus directes ont été posées aux personnes de la cohorte. Elles
portent sur leur état de santé général qui peut toujours avoir un lien avec le benzène
comme la fatigue, les maux de tête, les essoufflements, et les irritations, et les
anémies. Ces symptômes peuvent être considérés comme les précurseurs les plus
connus des maladies leucémiques.

Par l’intermédiaire du questionnaire, il est possible de soulever plusieurs hypothèses


et de déterminer, au travers d’analyses statistiques si la résidence à proximité d’une
station service pourrait avoir un lien avec l’apparition de symptômes leucémogènes.

La première interrogation est de savoir si le temps de résidence est un facteur


déterminant dans l’apparition de symptômes dus à une exposition au benzène.

Nous avons utilisé des méthodes statistiques qui nous ont permis d’analyser les
réponses, mais aussi de visualiser les possibles corrélations entre différentes
questions.

En premier lieu, nous avons effectué un tri à plat, afin de connaitre les tendances
des réponses et les pourcentages, et donc avoir un premier aperçu des résultats.
Puis, à travers cette première lecture, nous avons pu réaliser des tris croisés entre
différentes questions qui nous paressaient pertinentes et pouvant donner lieu à une
première association.

Enfin, nous avons effectué des AFC (Analyse Factorielle des Correspondances)
entre plusieurs variables (questions), afin de mettre en évidence des groupes
homogènes, ayant des points communs.

51
Chapitre IV Résultats et discussion

I. Détermination des tendances des réponses par un


tri à plat :
Sexe :

Effectifs Fréquence
Homme 76 38,0%
Femme 124 62,0%
Total 200

Les femmes représentent 62% de la population interrogée. Ceci étant du à leur


réceptivité à répondre à ce questionnaire.

Age :
Effectifs Fréquence
20-30 32 16,0%
30-40 14 7,0%
40-50 42 21,0%
50-60 39 19,5%
60-70 14 7,0%
>70 59 29,5%
Total 200

Concernant les classes d’âge de la cohorte interrogée. Nous observons une


surreprésentation des plus de 70 ans typique de la région.
Temps habitation :
Effectifs Fréquence
<2 ans 13 6,5%
3-5 26 13,0%
5-10 ans 33 16,5%
10-20 ans 16 8,0%
>20 ans 112 56,0%
Total 200

On voit d’après le tableau ci-dessous, que 56% des personnes interrogées vivent
dans leurs habitations depuis plus de 20ans. Cette donnée joue un rôle important
dans l’évaluation de l’exposition.
Maux de tête :

Effectifs Fréquence
Oui 52 26,0%
Non 148 74,0%
Total 200

En ce qui concerne les maux de tète, sur les 200 personnes interrogées, 26% se
disent souffrir de maux de tête. Il reste à en déterminer les causes.

52
Chapitre IV Résultats et discussion

Fatigue :

Effectifs Fréquence
Non réponse 1 0,5%
oui 52 26,0%
Un peu 80 40,0%
non 67 33,5%
Total 200

Concernant la fatigue, 66% des personnes interrogées se disent fatiguées (oui et un


peu).

Fumer :

Effectifs Fréquence
oui 58 29,0%
non 142 71,0%
Total 200

Pour le tabagisme, 29% de la population interrogée fume quotidiennement. Ce


facteur peut avoir les mêmes caractéristiques symptomatiques que les leucémies
(essoufflement, maux de tête….etc), il pourrait donc fausser notre analyse.

Utilisation de la voiture :
Effectifs Fréquence
Non réponse 111 55,5%
Rarement 15 7,5%
Fréquemment 10 5,0%
très souvent 64 32,0%
Total 200

32%des personnes interrogées possédant une voiture l'utilisent très souvent.


L'utilisation du véhicule augmente le contact avec le benzène, car les personnes y
sont exposées dans l'habitacle de leurs véhicules. Mais elles sont aussi exposées au
gaz d'échappement d'autres véhicules qui sont source de benzène.

Matières dangereuses :
Effectifs Fréquence
Non réponse 157 78,5%
Essence 12 6,0%
Pollution 16 8,0%
gaz d'échappement 4 2,0%
produits chimiques 4 2,0%
co2 1 0,5%
Peintures 2 1,0%
produits btp 3 1,5%
Poussière-bois 1 0,5%
Total 200

53
Chapitre IV Résultats et discussion

8% des personnes interrogées nous ont affirmé être exposées à des matières
dangereuses pour leur santé. Elles ont identifié la pollution comme matière
dangereuses, sans toutefois préciser un polluant particulier. Cependant 6% des
personnes interrogées ont clairement identifié l’essence comme matière dangereuse
pour leur santé.

Santé 1-10
Effectifs Fréquence
1 1 0,5%
2 1 0,5%
3 1 0,5%
4 3 1,5%
5 31 15,5%
6 18 9,0%
7 90 45,0%
8 36 18,0%
9 15 7,5%
10 4 2,0%
Total 200

45% des individus se disent avoir une santé satisfaisante (>7/10), tandis qu’ils sont
tout de même prés de 24.5% à considérer que leur état de santé est moyen (entre
6/10 et 5/10).

Symptômes
Effectifs Fréquence
Non réponse 116
irritation nez 2 2,3%
irritation gorge 15 17,4%
irritation cutanée 3 3,5%
vertiges 17 19,8%
difficultés
38 44,2%
d'endormissement
perte de mémoire 11 12,8%
Total / réponses 86

Les symptômes évoqués le plus fréquemment sont la difficulté d’endormissement,


les vertiges et la perte de mémoire.
Essoufflement
Effectifs Fréquence
Oui 31 15,5%
un peu 103 51,5%
Non 66 33,0%
Total 200

Plus de 67% des personnes interrogées se disent essoufflées quand elles font un
effort. Les personnes interrogées attribuent souvent cela à l’âge. Cependant, il serait
intéressant de croiser cette question pour en déterminer la cause véritable.

54
Chapitre IV Résultats et discussion

II. Analyse des Tri croisés les plus pertinents :


Cette analyse nous permet de croiser deux questions pertinentes, et ainsi déterminer
s’il existe un rapport de cause à effet entre elles. Elle peut être complétée par un test
du X2, afin de voir s’il existe une relation entre les deux variables choisies.

1. Influence du temps d’habitation sur les symptômes :


Symptômes / Temps d’habitation
A travers ce tri croisé, nous allons déterminer si le temps d’habitation influe sur
l’apparition de symptômes leucémogènes. Le tableau ci-dessous nous indique que
les personnes dont le temps de résidence est supérieur à 20 ans ont plus de
symptômes comparées au reste de la population. Cependant, l’utilisation d’un test du
Khi2 serait inexploitable car l’effectif de chaque classe est inferieur à 5.

<2 ans 3-5 5-10 ans 10-20 ans >20 ans Total
irritation nez 1 1 2
irritation gorge 1 9 3 2 15
irritation cutanée 1 2 3
vertiges 1 1 1 14 17
difficultés
4 7 3 24 38
d'endormissement
perte de mémoire 11 11
Total 1 7 17 7 54 86

Tableau 4. Tableau du tri croisé Symptômes /temps d’habitation

Figure 20. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/symptômes

55
Chapitre IV Résultats et discussion

L’histogramme ci-dessous, montre que plus de 55% des personnes résidant depuis
plus de 20ans dans leur habitation se disent souffrir de symptômes qui seraient selon
eux attribuables au benzène, 9% se plaignent de perte de mémoire, 21% souffrent
de difficultés d’endormissement, et 12% de vertiges.

Temps habitation/maux de tête


Khi2=1,27 ddl=4 p=0,868 (Val. théoriques < 5 = 2)

Oui Non Total


<2 ans 4 9 13
3-5 7 19 26
5-10 ans 9 24 33
10-20 ans 2 14 16
>20 ans 30 82 112
Total 52 148 200
Tableau 5. Tableau du tri croisé maux tète /temps d’habitation

Figure 21. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/maux de tète


Pour le tri croisé temps d’habitation/maux de tête, nous remarquons que les
personnes qui habitent à leur domicile depuis plus de 20ans, ont plus fréquemment
des maux de tête. Soit sur un total de 52 personnes ayant des maux de tète, 58%
habitent depuis plus de 20ans à leur domicile.

Le test du Khi2 a une valeur significative de 1,27 pour une ddl de 4 et nous permet
donc d’affirmer qu’il y a bien un lien entre le temps de résidence et l’apparition de
maux de tête (variable dépendantes).

56
Chapitre IV Résultats et discussion

Essoufflement /Temps habitation

<2 ans 3-5 5-10 ans 10-20 ans >20 ans Total
Oui 1 5 8 2 15 31
un peu 3 8 13 10 69 103
Non 9 13 12 4 28 66
Total 13 26 33 16 112 200

Tableau 6. Tableau du tri croisé essoufflement /temps d’habitation

Figure 22. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/essoufflement


75% des personnes qui vivent depuis plus de 20ans dans leurs habitations se disent
souffrir d’essoufflement, cela pourrait être du à leur âge avancé ou bien à l’exposition
au benzène.

Cependant le test du khi2 montre bien qu’ il n y a pas de lien significatif entre
l’essoufflement et le temps de residence. Ce sont donc des variables
independantes.

. Temps habitation / Fatigue

Khi2=10,2 ddl=8 p=0,25 (Val. théoriques < 5 = 3)

Oui Un peu Non Total


<2 ans 4 4 6 14
3-5 6 9 11 26
5-10 ans 13 9 11 33
10-20 ans 1 8 7 16
>20 ans 28 51 32 111
Total 52 80 67 200

57
Chapitre IV Résultats et discussion

Tableau 7. Tableau du tri croisé fatigue /temps d’habitation

Figure 23. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/fatigue

On remarque sur le tri croisé, temps d’habitation/fatigue, que les personnes résidant
depuis plus de 20ans dans leurs habitations se plaignent plus de la fatigue. Ceci
pourrait être du à l’âge, au travail ou bien à une exposition au benzène.

La valeur de Khi2 montre bien que les deux variables sont dépendantes et qu’elles
sont étroitement liées.

b. Influence des matières dangereuses sur l’apparition de


symptômes :
Matières/essoufflement

oui un peu Non Total


Essence 3 7 2 12
Pollution 3 11 2 16
gaz d'échappement 3 1 4
produits chimiques 1 2 1 4
CO2 1 1
Peintures 1 1 2
produits BTP 3 3
Poussière-bois 1 1
Total 9 26 8 43

Tableau 8. Tableau du tri croisé matières dangereuses /essoufflement

58
Chapitre IV Résultats et discussion

Figure 24. Histogramme du tri croisé matières dangereuses/essoufflement


Concernant le tri croisé matières/essoufflement, nous observons que plus de 80%
des personnes qui ont identifié l’essence et la pollution comme matières
dangereuses, se disent essoufflées.

Cependant un test du Khi2 ne peut pas être utilisé pour conforter nos observations
(effectif inferieur à 5).

Matières dangereuses/Symptômes

Non irritation irritation irritation difficultés perte de


vertiges Total
réponse nez gorge cutanée d'endormissement mémoire
Non réponse 94 1 10 1 15 29 9 159
Essence 3 2 1 6 12
Pollution 10 1 2 1 2 16
gaz
2 1 1 4
d'échappement
produits
4 4
chimiques
CO2 1 1
Peintures 1 1 2
produits BTP 1 1 1 3
poussières bois 1 1
*
Total 116 2 15 3 17 38 11 202
* : la valeur 202 indique que deux personnes de la cohorte souffrent de deux symptômes différents.

Tableau 9. Tableau du tri croisé Symptômes/matières dangereuses

59
Chapitre IV Résultats et discussion

Figure 25. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/symptômes

On remarque pour le tri croisé matières dangereuses/symptômes, que l’essence


serait associée à des difficultés d’endormissement ainsi qu’à des irritations de la
gorge. En ce qui concerne la pollution au sens large, elle serait quand à elle
associée aux vertiges et aux pertes de mémoire. Un test de khi2 ne peut être utilisé
(effectif <5).

Matières dangereuses/maux de tête

Oui Non Total


Essence 8 4 12
Pollution 4 12 16
gaz d'échappement 4 4
produits chimiques 1 3 4
CO2 1 1
Peintures 2 2
produits BTP 1 2 3
poussières bois 1 1
Total 14 29 43

Tableau 10. Tableau du tri croisé matières dangereuses/maux de tète

60
Chapitre IV Résultats et discussion

Figure 26. Histogramme du tri croisé matières dangereuses/maux de tète

Sur les 12 personnes déclarant l’essence comme matière dangereuse, 8 se plaignent


de maux de tête Soit 66%. Le test du khi 2 est non utilisable (effectif <5).

Santé/Matières dangereuses

gaz produits produits poussières


essence Pollution CO2 peintures Total
d'échappement chimiques BTP bois
Accident 1 1
AVC
Poumon
Cœur
Behçet
Asthme 3 3
Allergie 1 1
Cancer du sein
Cancer du colon
Hypertension
Articulation-
2 2
fracture
Insuffisance
1 1
respiratoire
Dos
Opération 1 1
Rein
Total 4 4 1 9

Tableau 11. Tableau du tri croisé matières dangereuses /santé

D’après le tableau ci-dessus, on remarque que 4 personnes ayant identifié l’essence


comme matière dangereuse, souffrent d’asthme ou d’allergie, mais cet effectif ne

61
Chapitre IV Résultats et discussion

nous permet pas d’attribuer directement ces pathologies à une exposition au


benzène.

III. Les Analyses Factorielles de Correspendance :


Les AFC permettent de confirmer les observations du tri croisé, en réunissant
plusieurs questions qui nous semblent pertinentes, et d’observer le regroupement
des individus le long des axes factoriels.

1. AFC 1 : matières dangereuses/maux de


tète/essoufflement/fatigue/symptômes.

Figure 27. AFC 1 : matières dangereuses/maux de


tète/essoufflement /fatigue/symptômes.

62
Chapitre IV Résultats et discussion

Cette AFC montre qu’un premier groupe se distingue dans lequel l’essence est
associé à la fatigue, aux essoufflements, à la difficulté d’endormissement, et aux
irritations. Cela montre bien que l’essence serait responsable de ces symptômes.
Tandis que pour un deuxième groupe la pollution en général est liée à des
essoufflements et à la fatigue, mais à un niveau moindre que celui de l’essence.

2. AFC 2 : Influence de l’aération sur l’apparition des maux de tète :

Maux de tête/Temps aération


Khi2=6,48 ddl=4 p=0,164 (Val. théoriques < 5 = 2)

10mn 20mn 30mn 1h >1h Total


Oui 7 4 11 5 26 52
Non 10 5 18 17 97 147
Total 17 9 29 22 123 200

Le test du Khi2 montre que les deux variables: temps d’aération et maux de tête,
sont étroitement liées.

Figure 28. AFC 2 : Influence de l’aération sur l’apparition des maux de tète

63
Chapitre IV Résultats et discussion

L’AFC si dessus montre bien qu’un temps d’aération inferieurs à une heure
provoque des maux de tète et donc on peut dire que les maux de tète auraient été
provoqués par un temps d’aération insuffisant et par une exposition au benzène.

3. AFC3: Age/temps de résidence /matières /maux de


tête /essoufflement /fatigue/symptômes

Figure 29. AFC3: Age/temps de résidence /matières /maux de


tête /essoufflement /fatigue/symptômes

Nous observons que les personnes de 60 à 70 ans et plus, résidant depuis plus de
20ans dans leur habitation, se disent souffrir de vertiges et de pertes de mémoire.
Cependant, cela pourrait être du à leur âge avancé plus qu’à une exposition au
benzène. Les personnes âgées de 50 à 60 ans identifient l’essence et les gaz
d’échappement comme matières dangereuses et se disent souffrir de difficultés
d’endormissement et d’essoufflements.

64
Chapitre IV Résultats et discussion

4. AFC : Age/temps de
residence/aération /symptomes/voiture /tabagisme /matiéres :

Figure 30. AFC : Age/temps de


residence/aération /symptomes/voiture /tabagisme /matiéres

Dans cette AFC nous avons tenté de déterminer si le tabagisme et l’utilisation


fréquente de la voiture avaient une influence sur l’apparition de certains symptômes.
Nous observons clairement que l’utilisation de la voiture, le tabagisme, ainsi que le
manque d’aération pourraient conduire à des maux de tête chez les personnes
âgées de 20 à 40ans.

Les personnes âgées de 40 à 50 ans quant à elles, sont plus exposées à des
matières dangereuses telles que, l’essence, les produits BTP et la pollution en
général, et souffrent d’asthme et d’allergie, ainsi que de maux de tête et de difficultés
d’endormissement. Nous pouvons donc dire que le tabac et l’utilisation de la voiture
ne seraient pas la cause de l’apparition des symptômes pour cette classe d’âge,
mais plutôt les matières auxquelles elles seraient exposées.

65
Chapitre IV Résultats et discussion

IV. Conclusion :
Le traitement statistique des données nous à montré que le temps d’habitation aurait
une influence certaine sur l’apparition de symptômes liés à une exposition prolongée
au benzène, et que certains symptômes pourraient être directement liés à une
exposition aux vapeurs d’essence. Cependant, il faut rester prudent avec les
résultats obtenus car des doutes subsistent concernant l’implication d’une exposition
au benzène, car la qualité de vie des personnes interrogées peut aussi constituer un
facteur d’apparition de symptômes (temps d’aération de l’habitation, l’alimentation,
l’utilisation du véhicule et le tabagisme), et donc il serait nécessaire d’étendre l’étude
sur toutes les stations service de Nice et avec un échantillon beaucoup plus
important.

66
Conclusion générale :

Les Composés Organiques Volatils, ou COV, font partie des principaux polluants
atmosphériques. Ils sont souvent évoqués dans le cadre de la surveillance de la
pollution atmosphérique, de même que les oxydes d’azote, le dioxyde de soufre ou
encore l’ozone. Le benzène fait partie des COV les plus connus.

Les effets nocifs directs et indirects, tant sur la santé que sur l’environnement sont
largement décrits dans la littérature, et l’exposition au benzène à souvent été
associée à des cas de leucémies. Les émissions sont dès lors contrôlées de plus en
plus sévèrement, et compte tenu de l’enjeu sanitaire qu’impliquerait une exposition
au benzène, il nous est paru essentiel de faire le point sur l’état sanitaire des
personnes habitants à proximité d’une station service. Les résultats ont montré une
association entre le temps de résidence à proximité d’une station service et
l’apparition de certains symptômes comme les maux de tête, les allergies, la fatigue,
les difficultés d’endormissement chez les riverains.
Ces résultats pourraient être dus au hasard ou à d’autres facteurs (âge, qualité de
vie) c’est pour cela qu’il faut les prendre avec la plus grande prudence, afin d’éviter
au maximum d’émettre des affirmations inexactes sur les causes de certains
symptômes. Etant donnée la difficulté de traitement de ces données, il serait
judicieux d’extrapoler cette étude sur d’autre stations-service, et avec un échantillon
plus important, permettant d’effectuer des analyses statistiques plus représentatives
de l’exposition réelle.

67
Bibliographie :

AFSSE. Impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine. Rapports 1 et 2. Juin


2004, 72p.

ARTS, J. H. E., HEER, C., RENNEN, M. A. J. Inhaled formaldehyde: evaluation of


sensory irritation in relation to carcinogenicity. Regul Toxicol Pharmacol. 2006, n°2,
pp144-60.

ATKINS,P.W.,JONES,L.,POUSSE,A. Chimie : Molécules, matière, métamorphoses.


Ed.De Boeck. 1998, 1056 p.

ATMOPACA. Nice: Campagne de mesures : Validation de l'emplacement pour


l'implantation d'une station de mesures de particules fines (Jardin Moreno).
2005, 33p.

ATMOPACA. Nice: Evaluation de la qualité de l'air sur la zone du port de Nice.


2005, 42p.

AUCLERC,MF.,AUVRIGNON,A.,BARUCHEL,A.,CLAVEL,J.,HE´MON,D.,KEBAILI,
K.,LAMBILLIOTTE,A.,LEVERGER,G.,SOMMELET,D.,STEFFEN,C.,VILMER,E.
Acute childhood leukaemia and environmental exposure to potential sources of
benzene and other hydrocarbons; a case-control study. Occup Environ Med . 2004,
Vol 6, pp773–778.

AUSSEL,L., BOHET ,A., GOUA,V.,SACCO,P.,SLAMA,R.,THIEBAUGEORGES,O


et al. Maternal Personal Exposure to Airborne Benzene and Intrauterine Growth.
Environ Health Perspect. 2009, Vol 117, pp1313-1321.

BARALE,R.,CIRANNI,R .,LOPRIENO ,N.,MARRAZZINI,N. Benzene and the


genotoxicity of its metabolites : Transplacental activity in mouse fetuses and in their
dams. Mutat Res. 1988, Vol 208, p7.

BARBONE,F., BIGGERI,A.,BOVENZI,M.,LAGAZIO,C.,STANTA,S..Air Pollution and


Lung Cancer in Trieste, Italy: Spatial Analysis of Risk as a Function of Distance from
.Environnemental Health Perspectives. 1996, Vol104, n°7, pp 750–754.

BARBONE,F.,BIGGERI, A.,BOVENZI, M.,LAGAZIO,C., STANTA,G. Air pollution


and lung cancer in Trieste, Italy:spatial analysis of risk as a function of distance from
sources. Environ. Health Perspect. 1996, vol 104, pp 750-754.

BELL G, M., CORDINGLEY, N., LEWIS, S. J.,PEARLMAN,E. D.,RUSHTON L.


Retrospective estimation of exposure to benzene in a leukaemia case-control study
of petroleum marketing and distribution workers in the United Kingdom .Occupational
and environmental medicine. 1997, vol. 54, no3, pp 167-175.

68
BLIEFERT,C.,PERRAUD,R .Chimie de l'environnement : Air, eau, sols,
déchets .Edition De Boeck. 2001, 477p.

BOTTA,A .,VIALA,A. Toxicologie. Lavoisier, 2eme édition.2009, 1057 p.

Commission économique pour l'Europe. Stratégies et politiques visant à réduire la


pollution atmosphérique. Examen 2006, 79p.

CAIN, W.S.,COMETTO-MUNIZ,J.E.,HUDNELL, HK. Human chemosensory


responses to mixtures of volatile organic compounds: odor, nasal pungency, and eye
irritation. Perception & Psychophysics.1997, Vol 59, pp 665-674.

CHMIELIEWSKI,C., MACE,T. Pollution atmosphérique, de l’agglomération


parisienne. LCSQA. 2004, 23p.

CICOLELLA, A.,GONZALEZ-FLESCA,N.,VARDOULAKIS,S. BTX Concentrations


Near a Stage II Implemented Petrol Station. ESPR. 2002, Vol 9, pp 169-174.

CIRANNI, R., BARALE, R., MARRAZZINI, A. & LOPRIENO, N. Benzene and the
genotoxicity of its metabolites. I. Transplacental activity in mouse fetuses and in their
dams. Mutat. Res. 1988, 208, pp 61–67

CUTTER ,S., DOW, K., HODGSON, M.E., 2001. Subsidized inequities: The spatial
patterning of environmental risks and federally assisted housing, Urban Geography,
Vol 22, p. 29-53.

DDASS / DRASS Aquitaine .les effets de la pollution atmosphérique sur la santé.


2008, 5p.

DOUMONT,D.,LIBION,F .Impact sur la santé des différents polluants :quels effets à


court, moyen et long terme. dossiers techniques. 2006, 46p.

ELICHEGARAY, C. La pollution de l’air.2008. Edition DUNOD, 211p.

FONTAINE, J. Les pollutions de l’air les connaitre pour les combattre. Edition
VUIBERT, 2004, 211p.

FOO, SC. Benzene pollution from gasoline usage. Sci Total Environ. 1991, Vol103,
pp19-26.

FRANCK, C., PETERSEN, L., SKOV, P., WOLKOFF, P. Eye irritation and
environmental factors in the office environment--hypotheses, causes and a
physiological model. Scand J Work Environ Health. 2003, n°6, pp 411-30.

FROOM, P., GOREN,A., PARDO, A ,. PERETZ C. Exposure to benzene in fuel


distribution installations: Monitoring and prevention. Archives of environmental health.
2000, Vol 55, no6, pp 439-446.

69
GERARDE,H.W. Toxicology and biochemistry of aromatic hydrocarbons. Edition
Elsevier Science Publishers,1960, 329p.

GERHARDSSON, M.,HOGSTEDT ,C.,NORELL,S.,PLATO,N., STEINECK, G.


Increased risk of urothelial cancer in Stockholm during 1985-87 after exposure to
benzene and exhausts Int J Cancer. 1999, Vol 15, p7.

GLORIA J. HATHAWAY, NICK H. PROCTOR. Chemical Hazards of the Workplace,


5th Edition, Hardcover, 2004, 800p.

GOSSELIN, R.E., HODGE, H.C., SMITH, R.P. Clinical Toxicology of Commercial.


Health Perspect . 1989, Vol 82, pp189–91.

GUOR-CHENG,F,.JHY-CHERNG,C.,KUAN-FOO,C ,.YUH-SHEN,W .Atmospheric


polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs) in asia : A review from 1999 to 2004
.Environmental pollution . 2006, Vol 142, no3, pp 388-396.

HEMPEL-JORGENSEN, A. HUDNELL, K.H., KJAERGAARD, S. K., MOLHAVE, L.


Sensory eye irritation in humans exposed to mixtures of volatile organic compounds.
Arch Environ Health. 1999, n°6, pp416-24.

HUDNELL, HK.,HOUSE, D.E.,OTTO, D.A.,MOLHAVE,L. Exposure of humans to a


volatile organic mixture. II. Sensory. Archiv. Environ. Health.1992, Vol 47, pp31-38.

INERIS. Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances


chimiques -Benzène. 2006, 74 p.

INRS. Fiche toxicologique du benzène. 2007, 5p.

INVS. Evaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine


agglomérations de Cannes et de Nice impact à court et long terme.2002, 49p.

Laboratoire ASCAL-ATEST. Etude sur la concentration de benzène mesurée en


limite de propriété des stations-service. Réalisé à la demande du Ministère de
l’Ecologie et du Développement Durable. 2006.

LAURIAN, L. La distribution des risques environnementaux : méthodes d’analyse et


données françaises. Etudes Démographiques | Population. 2008, Vol 63, pp 711-
729.

LAUWERYS, R. Toxicologie industrielle et intoxications professionnelles. Edition


MASSON, 2007, 1252p.

LE CLOIREC, P. Les composés organiques volatils dans l’environnement.1998,


Edition Lavoisier, 737p.

70
MARTINAGE, G. Installations classées pour la protection de l’environnement
(ICPE) : Dossier de déclaration. 2009, 10p.

MASCLET, P. Pollution atmosphérique. Edition ellipses, 2005, 213P.

MORCHADI, J. Transfert des COV en système biotique et abiotique : Applications au


lavage de l'air chargé de solvants. In Grenoble / Ales: Institut Polytechnique de
Grenoble. 1994.

NDIAYE, B. Faisabilité d’une étude d’impact Sanitaire de la pollution atmosphérique


sur la zone de Calais de 2000 à 2001 .Cellule Interrégionale d’Épidémiologie
Nord/Picardie. 2001, 15p.

NISSE, C., FENAUX, P. Epidémiologie et facteurs étiologiques des syndromes


myélodysplasiques. Hématologie. 1997, Vol 3, n° 5, pp 431-8.

Observatoire régional de la santé en île de France. Les composés organiques


volatils (COV).2007, 127p.

OTTO, D.,et all. Methodological issues in human exposure studies of low level
solvent mixtures. Applied Psychology: An International Review. 1992, Vol 4, pp239-
245.

RAMADE,F. Dictionnaire encyclopédique de l’écologie et des sciences de


l’environnement. Edition DUNOD (2e), 2002, 1074p.

RAMADE,F. Introduction à l'écotoxicologie. Edition Tec et Doc, 2007, 618p.

REVUE EXTRAPOLE.N°29. SEPTEMBRE 2006, 52p.

RINSKY, RA. Benzene and leukemia: an epidemiologic risk assessment.


EnvironHealth Perspect. 1989 July, Vol 82, pp 189–191.

Séminaire Evaluation de l’impact des installations classées sur la santé des


populations. 2002, 76p.

SMITH, M. T. The mechanism of benzene-induced leukemia: a hypothesis and


speculations on the causes of leukemia. Environ Health Perspect 104 Suppl 6,
pp1219-25., 1996.

VAUBOURDOLLE,M. Toxicologie, sciences mathématiques, physiques et


chimiques. Edition Groupe Liaisons, 2007, 3eme, 1037 pages.

VICTORIN,K., STÅLBERG,M. A method for studying the mutagenicity of some


gaseous compounds in Salmonella typhimurium. Environ mol Mutag. 1988, Vol 11,
pp 65-79.

71
Webographie :

http://airnet.iras.uu.nl/. (Consulté en mars 2010)


http://aje.oxfordjournals.org/(Consulté en mars 2010)
http://ile-de-france.sante.gouv.fr.(Consulté en mars 2010)
http://oem.bmj.com/content/61/9.toc.(Consulté en mars 2010)
http://oem.bmj.com/search.(Consulté en mars 2010)
http://www.alyabbara.com/utilitaires/statistiques.(Consulté en Avril 2010)
http://www.citepa.org/emissions/index.htm http://www.ecologie.gouv.fr.(Consulté en
Avril 2010)

http://www.environmentalhealthnews.org/.(Consulté en Avril 2010)

http://www.john-libbey-eurotext.fr.(Consulté en Avril 2010)


http://www.ncbi.nlm.nih.gov/.(Consulté en Avril 2010)

http://www.sante.gouv.fr/.(Consulté en Avril 2010)


www.actu environnement.fr.(Consulté en Avril 2010)
www.Bicyclair.fr.(Consulté en Avril 2010)
www.universalis.fr.(Consulté en Avril 2010)
www.inrs.fr.(Consulté en Avril 2010)
www.afsse.fr.(Consulté en Avril 2010)
www.directIndustry.com.(Consulté en Avril 2010)

www.drire.gouv.fr/ile-de-france.(Consulté en Mai 2010)


www.iniris.fr.(Consulté en Mai 2010)
www.ozone.ch.(Consulté en Mai 2010)
www.sante.gouv.fr.(Consulté en Mai 2010)
www.stmt-tn.com.(Consulté en Mai 2010)

www.techniquedelingenieur.fr.(Consulté en Mai 2010)

72
Table des illustrations

Figure 1. Les couches de l'atmosphère. Source : Atmopaca ........................................... 15


Figure 2. Emission des COV en Europe .Source : CITEPA ............................................... 18
Figure 3. Source d’émission des COV en France. Source : l’ADEME, 1997. .................. 18
Figure 4. Métabolisme du benzène Source : INRS 2007................................................... 26
Figure 5. Métabolisme du Benzène ...................................................................................... 28
Figure 6. Image satellite de la ville de Nice ......................................................................... 31
Figure 7. Moyenne mensuelle d’ensoleillement quotidien. Source: météo France. ...... 32
Figure 8. Moyenne mensuelle des précipitations. Source : météo France ..................... 33
Figure 9. Moyenne mensuelle des températures. Source : météo France...................... 33
Figure 10.Carte d’occupation des sols de la ville de Nice .Source : Atmopaca 2000 ... 34
Figure 11 .Carte de la densité de population de la ville de Nice en hab/Km2. Source :
Atmopaca, donnée 2009 ........................................................................................................ 35
Figure 12 .Carte des stations services les plus importantes de la ville de Nice ............ 36
Carte 13. Carte des stations service de Nice en fonction du débit annuel. .................... 37
Carte 14. Carte des stations service en fonction de leurs proximités des habitations
(proche si <10m) ..................................................................................................................... 39
Figure 15. Estimations des émissions annuelles moyennes de benzène. Source :
Atmopaca ................................................................................................................................ 40
Schéma 16. Schéma du Récupérateur de vapeur d’essence STAGE I. ........................... 42
Schéma 17.Schéma du Récupérateur de vapeur d’essence STAGE II. ........................... 43
Photo 18. Photographie de la station Armée des Alpes.................................................... 43
Photo 19. Photographie aérienne de la zone d’échantillonnage des 30m ...................... 44
Figure 20. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/symptômes ........................... 55
Figure 21. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/maux de tète ........................ 56
Figure 22. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/essoufflement...................... 57
Figure 23. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/fatigue ................................... 58
Figure 24. Histogramme du tri croisé matières dangereuses/essoufflement................. 59
Figure 25. Histogramme du tri croisé temps d’habitation/symptômes .......................... 60
Figure 26. Histogramme du tri croisé matières dangereuses/maux de tète .................. 61
Figure 27. AFC 1 : matières dangereuses/maux de
tète/essoufflement /fatigue/symptômes. ............................................................................. 62
Figure 28. AFC 2 : Influence de l’aération sur l’apparition des maux de tète ................. 63
Figure 29. AFC3: Age/temps de résidence /matières /maux de
tête /essoufflement /fatigue/symptômes ............................................................................. 64
Figure 30. AFC : Age/temps de
residence/aération /symptomes/voiture /tabagisme /matiéres......................................... 65
Figure 31 . Les facteurs influençant l’exposition personnelle à la pollution de l’air dans
un environnement urbain (D. DOUMONT, F. LIBION 2006) .............................................. 77
Figure 33. Carte des émissions quadrillées pour les COVNM en 2005 à 50 km
résolutions. Source : EMEP/CSM-O. .................................................................................... 83
Figure 34. Evolution des émissions de composés organiques volatiles dans le champ
géographique de l’EMEP (1990-2005 et 2010). Source : EMEP/CSM-O. .......................... 83

73
Figure 35. Evolution des moyennes annuelles en Benzène en site urbain de 2000 à
2007. Source : ADEME ........................................................................................................... 85
Figure 36.Tendance pour le benzène pour la ville de Nice Pellos. Source Atmopaca . 85
Figure 37 . Les valeurs annuelles de benzène dans les Alpes maritime dans les sites
urbains (2009). Source : Atmopaca...................................................................................... 86
Figure 38. Les valeurs annuelles de benzène dans les Alpes maritime dans les sites
trafic (2009). Source : Atmopaca .......................................................................................... 86

74
Table des tableaux

Tableau 1. Composition actuelle de l'atmosphère près de la surface ............................. 14


Tableau 2 .Classification des COV selon leur rôle dans la production d’ozone (Source :
AIRFOBEP, 2005).................................................................................................................... 20
Tableau 3. Effets sanitaires de certains COV. Source : www.Bicyclair.fr ....................... 23
Tableau 4. Tableau du tri croisé Symptômes /temps d’habitation.................................. 55
Tableau 5. Tableau du tri croisé maux tète /temps d’habitation ...................................... 56
Tableau 6. Tableau du tri croisé essoufflement /temps d’habitation............................... 57
Tableau 7. Tableau du tri croisé fatigue /temps d’habitation ........................................... 58
Tableau 8. Tableau du tri croisé matières dangereuses /essoufflement ........................ 58
Tableau 9. Tableau du tri croisé Symptômes/matières dangereuses.............................. 59
Tableau 10. Tableau du tri croisé matières dangereuses/maux de tète ......................... 60
Tableau 11. Tableau du tri croisé matières dangereuses /santé ...................................... 61
Tableau 12. Emission de COV en France en 2000 par région et selon les secteurs
d’activités. ............................................................................................................................... 77
Tableau 13. Fiche toxicologique des COV. Source INERIS et INRS. ............................... 78
Tableau 14. Liste des composés organiques volatils (COV). ........................................... 79
Tableau 15. Réduction en pourcentage de NH3, COVMN, NOx, SO2 (1990-2005) par
rapport aux valeurs de 1990 pour les parties au Protocol de Göteborg, les signataires
et les non-Signataires du Protocol (au 23 Avril 2007).Source : EMEP ............................ 84
Tableau 16. Données brutes du questionnaire ................................................................... 90

75
Annexes

76
Figure 31 . Les facteurs influençant l’exposition personnelle à la pollution de
l’air dans un environnement urbain (D. DOUMONT, F. LIBION 2006)

Tableau 12. Emission de COV en France en 2000 par région et selon les
secteurs d’activités.

77
Tableau 13. Fiche toxicologique des COV. Source INERIS et INRS.

78
Tableau 14. Liste des composés organiques volatils (COV).

Composé Famille
1,1,1-Trichloroéthane Hydrocarbures halogénés
1,1,2,2- Hydrocarbures halogénés
Tétrachloroéthane
1,1,2-Trichloroéthane Hydrocarbures halogénés
1,1-Dichloroéthane Hydrocarbures halogénés
1,1-Dichloroéthylène Hydrocarbures halogénés
1,2,3- Hydrocarbures aromatiques
Triméthylbenzène monocycliques
1,2,4-Trichlorobenzène Hydrocarbures halogénés
1,2,4- Hydrocarbures aromatiques
Triméthylbenzène monocycliques
1,2-Dichlorobenzène Hydrocarbures halogénés
1,2-Dichloroéthane Hydrocarbures halogénés
1,2-Dichloropropane Hydrocarbures halogénés
1,2-Diéthylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
1,3,5- Hydrocarbures aromatiques
Triméthylbenzène monocycliques
1,3-Butadiène Alcènes et alcynes
1,3-Dichlorobenzène Hydrocarbures halogénés
1,3-Diéthylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
1,4-Dichlorobenzène Hydrocarbures halogénés
1,4-Dichlorobutane Hydrocarbures halogénés
1,4-Diéthylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
1-Butène/Isobutène Alcènes et alcynes
1-Butyne Alcènes et alcynes
1-Decène Alcènes et alcynes
1-Heptène Alcènes et alcynes
1-Hexène Alcènes et alcynes
1-Méthylcyclohexène Alcènes et alcynes
1-méthylcyclopentène Alcènes et alcynes
1-Nonène Alcènes et alcynes
1-Octène Alcènes et alcynes
1-Pentène Alcènes et alcynes
1-Propyne Alcènes et alcynes
2,2,3-Triméthylbutane Alcanes
2,2,4-Triméthylpentane Alcanes
2,2,5-Triméthylhexane Alcanes
2,2-Diméthylbutane Alcanes
2,2-Diméthylhexane Alcanes
2,2-Diméthylpentane Alcanes
2,2-Diméthylpropane Alcanes
2,3,4-Triméthylpentane Alcanes
2,3-Diméthylbutane Alcanes
2,3-Diméthylpentane Alcanes

79
2,4-Diméthylhexane Alcanes
2,4-Diméthylpentane Alcanes
2,5-Diméthylheptane Alcanes
2,5-Diméthylhexane Alcanes
2-Éthyl-1-Butène Alcènes et alcynes
2-Éthyltoluène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
2-Méthyl-1-butène Alcènes et alcynes
2-Méthyl-1-pentène Alcènes et alcynes
2-Méthyl-2-butène Alcènes et alcynes
2-Méthyl-2-pentène Alcènes et alcynes
2-Méthylheptane Alcanes
2-Méthylhexane Alcanes
2-Méthylpentane Alcanes
2-Pentanal Aldéhydes et cétones
3,6-Diméthyloctan Alcanes
3-Éthyltoluène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
3-Méhylhexane Alcanes
3-Méthyl-1-pentène Alcènes et alcynes
3-Méthylheptane Alcanes
3-Méthyloctane Alcanes
3-Méthylpentane Alcanes
4-Éthyltoluène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
4-Méthyl-1-pentène Alcènes et alcynes
4-Méthylheptane Alcanes
4-Méthyloctane Alcanes
Acétaldehyde Aldéhydes et cétones
Acétone Aldéhydes et cétones
Acétylène Alcènes et alcynes
Acroléine Aldéhydes et cétones
Benzaldéhyde Aldéhydes et cétones
Benzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Bromodichlorométhane Hydrocarbures halogénés
Bromoforme Hydrocarbures halogénés
Bromométhane Hydrocarbures halogénés
Bromotrichlorométhane Hydrocarbures halogénés
Butane Alcanes
Carbontétrachloride Hydrocarbures halogénés
Chlorobenzène Hydrocarbures halogénés
Chloroéthane Hydrocarbures halogénés
Chloroforme Hydrocarbures halogénés
Chlorométhane Hydrocarbures halogénés
Chlorure de vinyle Hydrocarbures halogénés
cis-1,2- Hydrocarbures halogénés
Dichloroéthylène
cis-1,2- Alcanes

80
Diméthylcyclohexane
cis-1,3- Hydrocarbures halogénés
Dichloropropène
cis-1,3- Alcanes
Diméthylcyclohexane
cis-2-Butène Alcènes et alcynes
cis-2-Heptène Alcènes et alcynes
cis-2-Hexène Alcènes et alcynes
cis-2-Octène Alcènes et alcynes
cis-2-Pentène Alcènes et alcynes
cis-3-Heptène Alcènes et alcynes
cis-3-Méthyl-2-pentène Alcènes et alcynes
cis-4-Méthyl-2-pentène Alcènes et alcynes
Crotonaldéhyde Aldéhydes et cétones
Cyclohexane Alcanes
Cyclohexène Alcènes et alcynes
Cyclopentane Alcanes
Cyclopentène Alcènes et alcynes
Décane Alcanes
Dibromochlorométhane Hydrocarbures halogénés
Dibromométhane Hydrocarbures halogénés
Dichlorométhane Hydrocarbures halogénés
Dodécane Alcanes
EDB Hydrocarbures halogénés
Éthane Alcanes
Éthylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Éthylbromide Hydrocarbures halogénés
Éthylène Alcènes et alcynes
Formaldéhyde Aldéhydes et cétones
Fréon11 Hydrocarbures halogénés
Fréon114 Hydrocarbures halogénés
Fréon12 Hydrocarbures halogénés
Fréon22 Hydrocarbures halogénés
Heptane Alcanes
Hexachlorobutadiène Hydrocarbures halogénés
Hexane Alcanes
Hexylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Indane Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
iso-Butylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
iso-Propylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Isobutane Alcanes
Isopentane Alcanes
Isoprène Alcènes et alcynes
m and p-Xylène Hydrocarbures aromatiques

81
monocycliques
m-Tolualdéhyde Aldéhydes et cétones
MEK Aldéhydes et cétones
Méthylcyclohexane Alcanes
Méthylcyclopentane Alcanes
MIBK Aldéhydes et cétones
n-Butylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
n-Propylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Naphthalène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Nonane Alcanes
o-Tolualdéhyde Aldéhydes et cétones
o-Xylène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Octane Alcanes
p-Cymène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
p-Tolualdéhyde Aldéhydes et cétones
Pentane Alcanes
Propane Alcanes
Propionaldéhyde Aldéhydes et cétones
Propylène Alcènes et alcynes
sec-Butylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Styrène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
tert-Butylbenzène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
Tétrachloroéthylène Hydrocarbures halogénés
Toluène Hydrocarbures aromatiques
monocycliques
trans-1,2- Hydrocarbures halogénés
Dichloroéthylène
trans-1,2- Alcanes
Diméthylcyclohexane
trans-1,3- Hydrocarbures halogénés
Dichloropropène
trans-1,3- Alcanes
Diméthylcyclohexane
trans-1,4- Alcanes
Diméthylcyclohexane
trans-2-Butène Alcènes et alcynes
trans-2-Heptène Alcènes et alcynes
trans-2-Hexène Alcènes et alcynes
trans-2-Octène Alcènes et alcynes
trans-2-Pentène Alcènes et alcynes
trans-3-Heptène Alcènes et alcynes

82
Figure 32. Carte des émissions quadrillées pour les COVNM en 2005 à 50 km
résolutions. Source : EMEP/CSM-O.

Figure 33. Evolution des émissions de composés organiques volatiles dans le


champ géographique de l’EMEP (1990-2005 et 2010). Source : EMEP/CSM-O.

83
Tableau 15. Réduction en pourcentage de NH3, COVMN, NOx, SO2 (1990-2005)
par rapport aux valeurs de 1990 pour les parties au Protocol de Göteborg, les
signataires et les non-Signataires du Protocol (au 23 Avril 2007).Source : EMEP

84
Figure 34. Evolution des moyennes annuelles en Benzène en site urbain de
2000 à 2007. Source : ADEME

Figure 35.Tendance pour le benzène pour la ville de Nice Pellos. Source


Atmopaca .
85
Figure 36 . Les valeurs annuelles de benzène dans les Alpes maritime dans les
sites urbains (2009). Source : Atmopaca.

Figure 37. Les valeurs annuelles de benzène dans les Alpes maritime dans les
sites trafic (2009). Source : Atmopaca

86
87
88
89
Tableau 16. Données brutes du questionnaire

90
Acronymes

91
ADEME Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie

AFSSET Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail

AIRFOBEP La qualité de l'air en région paca : ouest des bouches du Rhône et étang

de Berre.

AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l'Air en Ile-de-France

ARENE Agence Régionale de l’Energie et de l’Environnement

ATSDR Agency for Toxic Substances and Disease Registry

BTEX Benzène, Toluène, Ethylbenzène, Xylène

CIRC Centre International de Recherche sur le Cancer

CITEPA Centre Interprofessionnel Technique d’Etudes de la Pollution

Atmosphérique

CL50 Concentration de substance causant la mort de 50 % d'une population

COV Composé Organique Volatil

COVNM Composé Organique Volatil Non Méthanique

DRIRE Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement

EMEP le programme concerté de surveillance continue et l’évaluation du transport à

longue distance des polluants atmosphériques en Europe.( Environmental

Monitoring, Evaluation, and Protection).

ICPE Installations Classées pour la Protection de l’Environnement

INERIS Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques

INRS Institut national de la recherche scientifique

INSERM Institue National de la Santé et de la Recherche Médicale

VLEP Valeurs limites d'exposition professionnelle

92

Vous aimerez peut-être aussi