Vous êtes sur la page 1sur 5

CHAPITRE 1 CALCUL DES CONTRAINTES DANS LE CAS

DE FLEXION DÉVIÉE

1.1 Introduction

On rappelle qu’une poutre est soumise à une flexion plane simple si :


 sa géométrie possède un plan de symétrie O, x, y ; 
 les forces extérieures auxquelles elle est soumise sont dans ce plan ou disposées
symétriquement par rapport à ce plan;

 Les efforts intérieurs se réduisent à l’effort tranchant T et au moment fléchissant à Mf.

Dans ce chapitre nous allons aborder l’étude des poutres dans le cas des poutres symétriques
non chargées dans leur plan de symétrie.

Définition : La flexion déviée ou flexion gauche est un mode de flexion tel que le plan du
moment fléchissant ne coïncide pas avec un des axes centraux principaux d’inertie de la
section droite (Figure 1.1) .

Figure 1.1 : Flexion déviée

Dr. YAYA Kamel, Faculté de Technologie, Département de Génie Mécanique, Université A. Mira de Bejaia
1.2 Etude de la flexion déviée

1.2.1 Calcul des contraintes en flexion déviée

L’étude de la flexion déviée revient à décomposer les sollicitations en deux flexions planes
suivant les plans principaux. Dès lors, la résolution est équivalente à “2 fois” ce qui à été fait
en flexion simple (figure 1.2).

La superposition est appliquée pour déterminer les contraintes dans le cas le plus général due
la flexion asymétrique.

Figure 1.2

Si on néglige les effets de l’effort tranchant T, la contrainte en un point A, de coordonnées


(yA, zA), dans le système d’axes (G, y, z), est la somme (algébrique ou vectorielle) des
contraintes dues à chacune des flexions simples Mfy et Mfz. Soit :

M fy M fz
A   zA   yA
Iy Iz

Avec :

yA et zA sont les coordonnées de A dans (G, y, z)

Iy et Iyz, sont les moments d’inertie principaux de la section droite de la poutre suivant y et z,

Dr. YAYA Kamel, Faculté de Technologie, Département de Génie Mécanique, Université A. Mira de Bejaia
Mfy et Mfz sont les moments fléchissant par rapport aux axes y et z qui sont les composantes du
moment fléchissant résultant.

Ce résultat est établi directement en considérant la flexion déviée comme la somme de


deux flexions dirigées suivant les axes centraux d’inertie et en appliquant le principe de
superposition, où :

M fy  M f sin 
M fz  M f cos 
M f  M 2fy  M 2fz

où Mf est le moment résultant appliqué au plan incliné suivant un angle  par rapport au plan
principal d’inertie yz de la poutre (Figure 1.3).

Figure 1.3

L’expression de la contrainte en n’importe quel point de la section, en fonction du moment


résultant Mf, peut alors s’écrire:

 sin  cos  
 Mf  z  y 

 Iy Iz 

Dr. YAYA Kamel, Faculté de Technologie, Département de Génie Mécanique, Université A. Mira de Bejaia
Remarque
On voit sur la figure 1.4 (yA > 0 ; zA >0 ; Mfy >0 ; Mfz >0 ) que Mfy engendre des contraintes
positives en A (contraintes de traction), alors que Mfz donne des contraintes négatives
(contraintes de compression), ce qui explique le signe moins de la formule.

Figure 1.5

On peut alors en déduire la condition de résistance, qui s’écrit :

 sin  cos  
 max  M f max   zmax   ymax   Rpe
 Iy Iz 
 

Rpe: résistance pratique à l’extension.

1.2.2 Axe neutre en flexion déviée

L’axe neutre est l’ensemble des points pour les quels la contrainte σ est nulle. Le long de
l’axe neutre, on aura (Figure 1.6):

M fy M fz
 z y0
Iy Iz
y  I z   M fy   Iz   M f  sin    Iz 
              tan 
z  I y   M fz   Iy   M f  cos    Iy 

En appelant  étant l’angle formé par l’axe neutre avec l’axe z, on aura :

Dr. YAYA Kamel, Faculté de Technologie, Département de Génie Mécanique, Université A. Mira de Bejaia
y  Iz 
tan     tan 
z  I y 

Figure 1.6

Dr. YAYA Kamel, Faculté de Technologie, Département de Génie Mécanique, Université A. Mira de Bejaia

Vous aimerez peut-être aussi