Vous êtes sur la page 1sur 23

Formes bilinéaires et formes quadratiques

Nadia Boudi

Université Mohammed V -Faculté des Sciences

22 Avril 2021

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Orthogonalité.

Dans tout ce paragraphe, q ∈ Q(E ) et f est sa forme polaire.


Définition
(1) Soient x, y ∈ E . On dit que x et y sont orthogonaux et on
note x ⊥ y si f (x, y ) = 0.
(2) Soit B1 = {x1 , . . . , xr } ⊂ E . On dit que B1 est orthogonale si
xi ⊥ xj pour tous i 6= j. On dit que B1 est orthonormale si
f (xi , xj ) = δij pour tous i, j.
(3) Soit x ∈ E . On dit que x est isotrope si q(x) = 0. L’ensemble
des éléments isotropes pour q est noté C(q).

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Exemples.
E = R2 .

f : E × E → R, ((x1 , x2 ), (y1 , y2 )) 7→ x1 y1 − x2 y2 .

Vérifions que f ∈ S2 (E ). On a, f est bilinéaire et

f ((y1 , y2 ), (x1 , x2 )) = y1 x1 − y2 x2 = f ((x1 , x2 ), (y1 , y2 )).

Donc f ∈ S2 (E ). Soit q la forme quadratique associée. On a

f ((1, 2), (2, 1)) = 0 ⇒ (1, 2) ⊥ (2, 1).

q(1, 1) = 0 ⇒ (1, 1) ∈ C(q).


q(1, 2) = −3, donc {(1, 2), (2, 1)} est une famille orthogonale qui
n’est pas orthonormale.
Observons aussi que {(1, 1), (2, 2), (3, 3)} est une famille
orthogonale, liée, formée de vecteurs isotropes.
Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques
Lemme
Soit B1 = {x1 , . . . , xr } une famille orthogonale de E telle que
B1 ∩ C(q) = ∅. Alors B1 est libre. En particulier, toute famille
orthonormale est libre.
P
Preuve. Soient
P α1 , . . . , αr ∈ K tel que i αi xi = 0. Alors pour
tout j, f ( αi xi , xj ) = αj q(xj ) = 0. Puisque q(xj ) 6= 0, on déduit
que αj = 0.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Définition
Soient A, B ⊂ E .
(1) On dit que A et B sont orthogonales et on note A ⊥ B si
f (x, y ) = 0 pour tous x ∈ A, y ∈ B.
(2) L’orthogonal de A est l’ensemble noté A⊥ , défini par

A⊥ = {y ∈ E : f (x, y ) = 0 pour tout x ∈ A}

(3) Le noyau de q (ou de f ) est l’ensemble E ⊥ , on le note aussi


par N (q) (ou N (f )).
(4) On dit que q (ou f ) est non dégénérée si N (q) = {0}. Sinon,
on dit que q (ou f ) est dégénérée.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Exemple.

E = C2 . Soit f : E × E → C définie par

f ((x1 , x2 ), (y1 , y2 )) = x2 y2 .

Alors f ∈ S2 (E ). Observons que (1, 0) ∈ N (f ) et que


{(0, 1)}⊥ = Vec{(1, 0)}.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Proposition
(1) Soient A et B deux parties de E avec A ⊂ B. Alors B ⊥ ⊂ A⊥ .
(2) Soit A ⊂ E . Alors A⊥ est un sous espace vectoriel de E ,
A⊥ = (VecA)⊥ et A ⊂ A⊥⊥ .
(3) N (q) ⊂ C(q).

Preuve. (1) Soit x ∈ B ⊥ . Alors pour tout y ∈ B, f (x, y ) = 0. Or,


A ⊂ B donc x ∈ A⊥ .
(2) 0 ∈ A⊥ . Soient maintenant x, y ∈ A⊥ et α, β ∈ K. Alors pour
tout z ∈ A, on a

f (αx + βy , z) = αf (x, z) + βf (y , z) = 0

Donc αx + βy ∈ A⊥ . Ainsi A⊥ est un sous espace vectoriel de E .

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Suite de la preuve

D’après (1), on a Vec(A)⊥ ⊂ A⊥ . Montrons l’égalité. Fixons


x ∈A ⊥
P et soit y ∈ Vec(A). Alors il existe y1 , . . . , yn ∈ A tel que
y = i αi yi , où les αi sont des scalaires. Donc f (x, y ) = 0. Ainsi,
x ∈ Vec(A)⊥ .
Enfin, pour tous x ∈ A et y ∈ A⊥ , on a f (x, y ) = 0, donc
x ∈ A⊥⊥ .
(3) Evident.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Théorème
Supposons que dim E < ∞ et soit B une base de E .
(1) Soit x ∈ E et soit X le vecteur colonne qui représente x dans
la base B. Alors x ∈ N (q) si, et seulement si M(q, B)X = 0.
(2) rg q + dim N (q) = dim E.
(3) q est non degénérée si et seulement si rg q = dim E. Ceci est
équivalent à ∆B (q) 6= 0.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Preuve.

(1) Soit x ∈ E . Supposons que x ∈ N (q). Alors pour tout y ∈ E


on a f (x, y ) = 0. Donc pour tout vecteur colonne Y ∈ Mn,1 (K),
on a Y t M(f , B)X = 0. En considérant en particulier les vecteurs
colonnes Y associés à la base canonique de Kn , on déduit que
M(f , B)X = 0. La réciproque est évidente.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Suite de la preuve.

(2) Désignons par Γf l’application définie par

Γf : E → E ∗ , x 7→ f (x, .).

Vérifions que Γf est linéaire. Soient x, y ∈ E et α, β ∈ K. Alors


pour tout z ∈ E , on a

Γf (αx + βy )(z) = f (αx + βy , z)


= αf (x, z) + βf (y , z)
= [αΓf (x) + βΓf (y )](z)

D’où Γf (αx + βy ) = αΓf (x) + βΓf (y ) et Γf est linéaire.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Soit x ∈ E . Alors

x ∈ Ker Γf ⇔ f(x, y) = 0, ∀ y ∈ E

Donc Ker Γf = N (f).


Rappelons que pour tout h ∈ E ∗ , h = ni=1 h(ei )ei∗ . Donc
P

n
X n
X
Γf (ej ) = (Γf (ej ))(ei )ei∗ = f (ei , ej )ei∗
i=1 i=1

Ainsi, la colonne j de M(Γf , B, B ∗ ) est


 
f (e1 , ej )
..
,
 
 .
f (en , ej )

elle coincide avec la colonne j de M(f , B). Par suite, on a l’égalité

M(Γf , B, B ∗ ) = M(f , B).

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Comme M(Γf , B, B ∗ ) = M(f , B), alors rg q = rg Γf . D’autre part,
N (f ) = Ker Γf donc ils ont la même dimension. Appliquons le
théorème du rang à Γf , on obtient rg Γf + dim KerΓf = dim E et
on déduit l’égalité

rg q + dim N (q) = dim E.

N.B: Voir dans le document basique du cours une preuve directe,


qui n’utilise pas le chapitre 1.
(3) Evidente.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Si a ∈ E , nous utiliserons souvent la notation a⊥ au lieu de {a}⊥ .
Théorème
/ N (q). Alors a⊥ est un
Supposons que dim E < ∞ et soit a ∈
hyperplan de E .

Preuve.
Comme a 6∈ N (q), alors il existe y ∈ E tel que f (a, y ) 6= 0.
Considérons l’application

f (a, .) : E → K, x 7→ f (a, x), (f (a, .) = Γf (a)).

Alors f (a, .) ∈ E ∗ et f (a, .) 6= 0. D’après le chapitre 1, Kerf (a, .)


est un hyperplan de E .

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Existence d’une base orthogonale

Théorème
Supposons que dim E < ∞. Alors il existe une base orthogonale
dans E (pour q).

Preuve.
Raisonnons par récurrence sur la dimension n de E . Si n = 1, alors
tout élément non nul de E forme une base orthogonale. Supposons
que le théorème est vrai pour dim E = k, k ≤ n − 1.
Pour dim E = n. Si q = 0, alors f = 0 et toute base de E est
orthogonale. Supposons que q 6= 0. Donc rg q ≥ 1 et
dim N (q) ≤ n − 1. Choisissons e1 ∈ E avec e1 6∈ C(q). Alors e1⊥
est un hyperplan de E (d’après le résultat précédent). Posons
q 0 = q |e ⊥ . Appliquons l’hypothèse de récurrence donc à q 0 et à
1
e1⊥ . Il existe une base orthogonale B 0 de e1⊥ . Or e1 6∈ e1⊥ car
e1 6∈ C(q). Donc B 0 ∪ {e1 } est une base orthogonale de E .

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Proposition

Supposons que dim E < ∞ et soit B une base de E .


(1) M(q, B) est diagonale si et seulement si B est orthogonale.
(2) M(q, B) = In si et seulement si B est orthonormale.

Preuve.
Remarquons que M(q, B) est diagonale si et seulement si
f (ei , ej ) = 0 pour i 6= j, et M(q, B) = In si et seulement si
f (ei , ej ) = δij .

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Théorème
Supposons que dim E < ∞. Alors il existe une base B de E pour
laquelle M(q, B) est diagonale. Ecrivons P
B = {e1P , . . . , en }, alors pour tout x = xi ei ∈ E , on a
q(x) = i λi xi2 où M(q, B) = diag(λ1 , . . . , λn ).

Preuve.
On sait que E admet une base orthogonale B. Alors M(f , B) est
diagonale. Le reste est évident.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Exemple

Posons E = R2 . Soit B = {e1 , e2 } la base canonique de R2 .


Posons q(x1 , x2 ) = x12 + x22 − 2x1 x2 pour tous x1 , x2 ∈ R. Alors
q ∈ Q(E ) et  
1 −1
M(q, B) = ,
−1 1
en particulier, f (e1 , e2 ) = −1. Trouvons α ∈ R tel que
f (e1 , e2 + αe1 ) = 0. Alors

f (e1 , e2 + αe1 ) = 0 ⇔ f (e1 , e2 ) + αf (e1 , e1 ) = 0

Donc α = 1. Donc B 0 = {e1 , e1 + e2 } est une base orthogonale de


E.  
0 1 0
M(f , B ) = ,
0 0
Observons que e1 + e2 ∈ N (q).

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Définition
Soit H un sous espace vectoriel de E avec H 6= {0}.
(1) On dit que H est isotrope si H ∩ H ⊥ 6= {0}.
(2) On dit que H est totalement isotrope si pour tout x ∈ H,
q(x) = 0.

Remarque. Si H est un sous espace vectoriel totalement isotrope,


alors H ⊂ H ⊥ .

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Exemple. Reprenons l’exemple précédent E = R2 et
q(x1 , x2 ) = x12 + x22 − 2x1 x2 pour tous x1 , x2 ∈ R. Alors
Vec{(1, 1)} est un sous espace vectoriel isotrope de R2 .
Remarque. Plus généralement, si x est un vecteur isotrope, alors
Vec{x} est isotrope.
Théorème
Supposons que dim E < ∞ et soit H un sous espace vectoriel de
E . Les assertions suivantes sont équivalentes:
(1) q |H est non dégénérée.
(2)H ∩ H ⊥ = {0}.
(3) H ⊕ H ⊥ = E .

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Preuve

(1) ⇒ (2): Supposons que (1) est vérifiée. Soit y ∈ H ∩ H ⊥ . Alors


pour tout x ∈ H, f(x,y)=0 donc y = 0.
(2) ⇒ (3): Soit {u1 , . . . , ur } une base orthogonale de H pour q |H .
Supposons
P qu’il existe i tel que q(ui ) = 0. Alors pour tout
x = j αj uj ∈ H, on a
X
f (x, ui ) = αj f (uj , ui ) = αi q(ui ) = 0

Donc ui ∈ H ⊥ ∩ H, ce qui est absurde. Donc pour tout i,


q(ui ) 6= 0.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Posons αi = q(ui ). Soit x ∈ E , posons βi = f (x, ui ). Alors
r
X r
X
f (x − βi αi−1 ui , uj ) = f (x, uj ) − βi αi−1 f (ui , uj )
i=1 i=1

Donc
r
X
f (x − βi αi−1 ui , uj ) = f (x, uj ) − βj αj−1 q(uj ) = 0
i=1

Posons x 0 = ri=1 βi αi−1 ui , alors x 0 ∈ H, x − x 0 ∈ H ⊥ et


P
x = x 0 + x − x 0 . Ainsi, E = H + H ⊥ . Or H ∩ H ⊥ = {0}. Donc
E = H ⊕ H ⊥.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques


Pour (3) ⇒ (1): Posons q 0 = q |H . Comme H ∩ H ⊥ = {0}, alors
N (q 0 ) = {0}.

Nadia Boudi Formes bilinéaires et formes quadratiques

Vous aimerez peut-être aussi