Vous êtes sur la page 1sur 25

Applications transposées

Formes bilinéaires

Fin du chapitre 1 et début du chapitre 2

Nadia Boudi

Université Mohammed V -Faculté des Sciences

8 Avril 2021

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Théorème
Supposons que E est de dimension finie et soient F un sous espace
vectoriel de E et G un sous espace vectoriel de E ∗ . Alors
(i) dim F + dim F ⊥ = dim E et F ⊥◦ = F .
(ii) dim G + dim G ◦ = dim E et G ◦⊥ = G .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Preuve.

(i) Soit B 0 = {e1 , . . . , er } une base de F . Complétons B 0 en une


base B = {e1 , . . . , en } de E . Montrons que

F ⊥ = Vec {er∗+1 , . . . , en∗ }.

Il est clair que {er∗+1 , . . . , en∗ } ⊂ F ⊥ . Donc comme F ⊥ est un sous


espace
P vectoriel de E ∗ , Vec {er∗+1 , . . . , en∗ } ⊂ F ⊥ . Soit maintenant
f = αj ej∗ ∈ F ⊥ . Alors
n
X
[hf , ei i = 0 = αi , ∀ 1 ≤ i ≤ r ] ⇒ f = αj ej∗
j=r +1

D’où l’égalité. Donc dim F + dim F ⊥ = dim E .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Suite de la preuve.

D’autre part, d’après la proposition précédente,


F ⊥◦ = {er∗+1 , . . . , en∗ }◦ . On répète le même argument que
ci-dessus pour montrer la seconde P égalité. Il⊥◦est clair que
∗ ∗ ◦
F ⊂ {er +1 , . . . , en } . Et si x = αj ej ∈ F , alors
r
X
hei∗ , xi = 0 = αi , ∀ r + 1 ≤ i ≤ n ⇒ x = αj ej .
j=1

D’où F ⊥◦ = F .
(ii) La preuve est analogue en utilisant le fait que la base antéduale
d’une base de E ∗ existe toujours.

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Définition
Soit H un sous espace vectoriel de E . On dit que H est un
hyperplan de E si dim(E /H) = 1.

Rappelons que si H est un sous espace vectoriel de E , la


codimension de H est codimH = dim(E /H). Plus précisément, si
F est un sous espace vectoriel de E supplémentaire à H, alors
codimH = dim F .
Théorème
Soit H un sous espace vectoriel de E . Alors H est un hyperplan de
E si, et seulement si il existe f ∈ E ∗ tel que f 6= 0 et Kerf = H.

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Preuve.

Supposons que H est un hyperplan et soit x ∈ E tel que x 6∈ H.


Alors H ⊕ K x = E . Soit f définie sur E par f (u + λx) = λ pour
tous u ∈ H et λ ∈ K. Alors f ∈ E ∗ et Kerf = H.
Réciproquement, si f ∈ E ∗ et f 6= 0. Soit x ∈ E tel que f (x) 6= 0.
Alors pour tout y ∈ E , Il existe α ∈ K tel que f (y ) = αf (x). Donc
y − αx ∈ Kerf . Par suite, E = K x + Kerf . Vérifions que
ker f ∩ K x = {0}. Soit α un scalaire non nul. Alors comme
f (x) 6= 0, on a f (αx) 6= 0. D’où, αx 6∈ ker f . Donc on a la somme
directe ker f ⊕ K x = E . Par suite, ker f est un hyperplan de E .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Théorème
Supposons que E est de dimension finie n et soit F ⊆ E . Alors F
est un sous espace vectoriel de E de dimension n − r si, et
seulement si il existe {f1 , . . . , fr } ⊆ E ∗ linéairement indépendente
tel que F = ∩ri=1 Kerfi .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Preuve.

Supposons qu’il existe B1 = {f1 , . . . , fr } ⊆ E ∗ , libre tel que


F = ∩ri=1 Kerfi . Complétons B1 en une base B 0 = {f1 , . . . , fn } de
E ∗ et soit B = {e1 , . . . , en } la base antéduale de B 0 . Alors

{er +1 , . . . , en } ⊂ F ⇒ Vec {er +1 , . . . , en } ⊂ F .

D’autre part,

X n
X
x= αj ej ∈ F ⇒ αj = 0, ∀ 1 ≤ j ≤ r ⇒ x = αj e j .
j=r +1

D’où, F = Vec {er +1 , . . . , en } et dim F = n − r .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Suite de la preuve.

Réciproquement, supposons que F est un sous espace vectoriel de


E de dimension n − r et soit B1 = {e1 , . . . , en−r } une base de F .
Complétons B1 en une base B = {e1 , . . . , en } de E . Alors comme
ci-dessus, on vérifie que F = ∩ni=n−r +1 Kerei∗ .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Théorème
Supposons que dim E < ∞ et soient A1 et A2 deux sous espaces
vectoriels de E et C1 et C2 deux sous espaces vectoriels de E ∗ .
Alors J(C1◦ ) = C1⊥ ,

(A1 + A2 )⊥ = A⊥ ⊥ ⊥ ⊥ ⊥
1 ∩ A2 , (A1 ∩ A2 ) = A1 + A2

(C1 + C2 )◦ = C1◦ ∩ C2◦ , (C1 ∩ C2 )◦ = C1◦ + C2◦

Preuve.
TD.

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Dans toute cette section, F est un espace vectoriel sur K.


Définition
Soit ϕ : E → F une application linéaire. La transposée de ϕ est
l’application définie par
t
ϕ : F ∗ → E ∗, g 7→ g ◦ ϕ

Proposition
L’application t ϕ est bien définie, elle est linéaire et
Ker(t ϕ) = (Im ϕ)⊥ . De plus, si dim E < ∞ alors
rang (ϕ) = rang (t ϕ) et Im t ϕ = (Kerϕ)⊥ .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Preuve

L’application t ϕ est bien définie: En effet, il suffit de vérifier que


pour chaque g ∈ F ∗ , g ◦ ϕ ∈ E ∗ . On a bien

g ◦ϕ:

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Preuve

L’application t ϕ est bien définie: En effet, il suffit de vérifier que


pour chaque g ∈ F ∗ , g ◦ ϕ ∈ E ∗ . On a bien

g ◦ ϕ : E → K,

et g ◦ ϕ est linéaire comme composée de deux applications


linéaires, donc t ϕ(g ) ∈ E ∗ .
Vérifions que t ϕ est linéaire. Pour tous f , g ∈ F ∗ et α, β ∈ K, on a
t
ϕ(αf + βg ) = (αf + βg ) ◦ (ϕ) = αf ◦ ϕ + βg ◦ ϕ

D’où, t ϕ(αf + βg ) = αt ϕ(f ) + β t ϕ(g ).

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

D’autre part,

g ∈ Ker(t ϕ) ⇔ g ◦ϕ=0
⇔ [hg , ϕ(x)i = 0 ∀ x ∈ E ]
⇔ g ∈ (Im ϕ)⊥

D’où l’égalité Ker(t ϕ) = (Im ϕ)⊥ .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Suite de la preuve.

Supposons maintenant que dim E < ∞. Alors

dim ker(t ϕ) + rang (t ϕ) = dim F ∗ = dim Im ϕ + dim(Im ϕ)⊥

Or, Ker(t ϕ) = (Im ϕ)⊥ , donc rang (ϕ) = rang (t ϕ).


Enfin, remarquons que pour tout g ∈ F ∗ ,

hg ◦ ϕ, xi = 0, x ∈ ker ϕ.

Donc g ◦ ϕ ∈ ker ϕ⊥ , autrement dit, Im t ϕ ⊆ (Kerϕ)⊥ . De plus,

dim(ker ϕ)⊥ = dim E − dim ker ϕ = rang ϕ = rang t ϕ.

D’où l’égalité Im t ϕ = (Kerϕ)⊥ .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Théorème
Supposons que E et F sont de dimensions finies et soit ϕ : E → F
une application linéaire. Soient B une base de E et B 0 une base de
0
F . Alors la matrice de t ϕ dans les bases B ∗ et B ∗ est
0
M(t ϕ, B ∗ , B ∗ ) = (M(ϕ, B, B 0 ))t

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Preuve
Soient {e1 , . . . , en } une base de E et {u1 , . . . , um } une base de F .
Ecrivons M(ϕ, B, B 0 ) = (aij )ij , alors
X
ϕ(ej ) = aij ui
i
X
t
ϕ(uk∗ ) = uk∗ ◦ ϕ et uk∗ ◦ ϕ(el ) = uk∗ ( ail u) = akl
i

Donc uk∗ ◦ ϕ = akl el∗ , par suite


P
l
X
t
ϕ(uj∗ ) = aji ei∗
i

D’où l’égalité
0
M(t ϕ, B ∗ , B ∗ ) = (M(ϕ, B, B 0 ))t

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

A vous maintenant

Exemple. Soit l’application

f : R3 → R2 , (x, y , z) 7→ (x − y , x + 2z)

Alors la matrice de f dans les bases canoniques de R3 et R2 est

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

A vous maintenant

Exemple. Soit l’application

f : R3 → R2 , (x, y , z) 7→ (x − y , x + 2z)

Alors la matrice de f dans les bases canoniques de R3 et R2 est


 
1 −1 0
M=
1 0 2

Donc la matrice de t f dans les bases duales est

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

A vous maintenant

Exemple. Soit l’application

f : R3 → R2 , (x, y , z) 7→ (x − y , x + 2z)

Alors la matrice de f dans les bases canoniques de R3 et R2 est


 
1 −1 0
M=
1 0 2

Donc la matrice de t f dans les bases duales est


 
1 1
t
M = −1  0
0 2

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Corollary
Supposons que dim E < ∞ et soient B1 et B2 deux bases de E .
Désignons par P = PB1 B2 la matrice de passage de B1 à B2 . Alors
la matrice de passage de B1∗ à B2∗ est PB1∗ B2∗ = (P t )−1 .

Preuve. Rappelons que P correspond à la matrice de l’identité

id : (E , B2 ) → (E , B1 ), P = M(id, B2 , B1 ).

Donc on applique le théorème précédent à l’application identité et


on obtient
t
id : (E ∗ , B1∗ ) → (E ∗ , B2∗ ), PB2∗ B1∗ = M(id, B1∗ , B2∗ ) = P t .

D’où, PB1∗ B2∗ = (P t )−1 .

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Proposition
Soit G un espace vectoriel sur K et soient ϕ ∈ L(E , F ) et
ψ ∈ L(F , G ). Alors t (ψ ◦ ϕ) =t ϕ ◦t ψ. De plus, si ϕ est un
isomorphisme, alors t ϕ−1 = (t ϕ)−1 .

Preuve.
Exercice.

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Ch 2: Formes bilinéaires et formes quadratiques

Dans tout ce chapitre, K est un corps commutatif et E est un


espace vectoriel sur K.
Definition
Une forme bilinéaire sur E est une application
f : E × E → K qui est linéaire pour chaque variable, c’est à dire
pour tous x, y , z ∈ E et α ∈ K, on a

f (x + y , z) = f (x, z) + f (y , z), f (x, y + z) = f (x, y ) + f (x, z)

f (αx, y ) = f (x, αy ) = αf (x, y )


L’ensemble des applications bilinéaires définies sur E sera noté
L2 (E ).

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires


Applications transposées
Formes bilinéaires

Exemples.
1) Les applications suivantes sont des formes bilinéaires:

f : R × R → R, (x, y ) 7→ xy , K = R

Mn (K) × Mn (K) → K, (A, B) 7→ tr(AB)


Mn (K) × Mn (K) → K, (A, B) 7→ tr(A) tr(B)
2) Les applications suivantes ne sont pas des formes bilinéaires:

f : R × R → R, (x, y ) 7→ xy + 2y ; K = R

En effet, considérons par exemple x 7→ f (x, 1) = x + 2, elle n’est


pas linéaire.

f : R × R → R, (x, y ) 7→ xy 2 K = R

En effet, considérons l’application y 7→ f (3, y ) = 3y 2 , elle n’est pas


linéaire.
Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires
Applications transposées
Formes bilinéaires

3) Plus généralement, considérons l’exemple suivant de forme


bilinéaire sur E . Soient h1 , h2 deux éléments fixés dans E ∗ ,
l’application

h : E × E → K, (x, y ) 7→ h1 (x) h2 (y )

est une forme bilinéaire.

Nadia Boudi Dualité et formes bilinéaires