Vous êtes sur la page 1sur 4

USTHB 2017-2018 Semestre 1 Équations di¤érentielles

Faculté de Mathématiques 3eme année LAC

Examen …nal - 17 janvier 2018. Durée : 1 heure et 30 minutes

Nom et Prénom :...........................................................................................................................................................

Matricule :............................................................................................................................................................................. 20
Exercice 1 (6 pts.) : Résoudre les équations di¤érentielles suivantes puis déterminer l’unique fonction

solution véri…ant les conditions initiales données.

a) ty 0 = y + tr ; ; ; r 2 R; y (1) = 0:

b) y 00 2y 0 + (1 + 2
) y = (1 + 4 2
) cos ( t) ; 2 R , y (0) = 1; y 0 (0) = 0.

Réponse.

a) L’équation di¤érentielle ty 0 = y + tr , est linéaire d’ordre 1, à coe¢ cients non constants, avec second

membre. L’équation homogène associée est ty 0 y = 0. La fonction nulle est une solution. Les
y0 dy
autres s’obtiennent en écrivant y
= t
ou y
= t dt et en prenant une primitive de chaque membre ;

on obtient Log jy (t)j = Log jtj + K, avec K 2 R, ou bien y = Ct ; C 2 R.

On peut utiliser la méthode de variation de la constante, c’est-à-dire, on cherche la solution générale

sous la forme y = C (t) t . Il vient t (C 0 (t) t + C (t) t 1


) = C (t) t + tr , et donc

C 0 (t) = tr 1
, ce qui permet, en intégrant de trouver

C (t) = tr si r 6= et C (t) = Log jtj si r = :


r

La solution générale de l’équation ty 0 = y + tr est donc

y= r
tr + t si r 6= et y = tr ( + Log jtj) si r = avec 2 R:

Maintenant, si l’on cherche une solution véri…ant y (1) = 0, on doit avoir

= r
si r 6= et = 0 si r = :

L’unique solution qui véri…e y (1) = 0 est donc

y= r
(tr t ) si r 6= et y = tr Log jtj si r = :

b) L’équation di¤érentielle en question, est linéaire d’ordre 2, à coe¢ cients constants, avec second

membre. L’équation homogène associée est y 00 2y 0 + (1 + 2


) y = 0. Son équation caractéristique

est r2 2r + 1 + 2
= 0 qui admet pour discriminant 4 2
dont les racines sont 2i . Les solutions

de l’équation caractéristique sont donc 1 i et les solutions de l’équation homogène sont donc

y (t) = et ( cos ( t) + sin ( t)) avec ; 2 R:


1/4
Cherchons maintenant une solution particulière sous la forme yp (t) = a cos ( t) + b sin ( t). On a

yp0 (t) = a sin ( t) + b cos ( t) ; yp00 (t) = a 2


cos ( t) b 2
sin ( t) :

Alors
yp00 2yp0 + 1 + 2
yp = (a 2b ) cos ( t) + (b + 2a ) sin ( t) :

Par identi…cation, on cherche a et b satisfaisant le système


8
>
< a 2b = 1 + 4 2
:
>
: b + 2a = 0

La résolution de ce système donne a = 1 et b = 2 . Les solutions de l’équation non homogène sont

donc
y (t) = et ( cos ( t) + sin ( t)) + cos ( t) 2 sin ( t) ; ; 2 R:

La condition y (0) = 1 donne = 0, tandis que la condition y 0 (0) = 0 donne = 2 . L’unique

solution véri…ant y (0) = 1 et y 0 (0) = 0 est donc

y (t) = 2 et 1 sin ( t) + cos ( t) :

Exercice 2 (5 pts.) : a) Résoudre l’équation di¤érentielle : (E1 ) : y 00 y 0 + y = 0.


1
b) On veut déterminer les fonctions u : R+ ! R dérivables telles que : (E2 ) : u0 (t) = u t
.

i) Pour u une solution de (E2 ), on pose g (s) = u (es ), montrer que g est solution de (E1 ).

ii) Trouver toutes les fonctions u véri…ant (E2 ).

Noter que la solution générale de (E2 ) dépend d’un seul paramètre.


Réponse.

a) L’équation caractéristique de cette équation di¤érentielle homogène du second ordre à coe¢ cients
p p
1 3 1 3
constants est r2 r + 1 = 0, et ses racines sont 2
i 2
et 2
+i 2
. Les solutions de cette équation

sont donc
t
p p
3 3
y (t) = e 2 cos 2
t + sin 2
t avec ; 2 R:

b) i) Supposons que u est une solution de (E2 ). On a la fonction s 7! es est dérivable sur R et à valeurs

dans R+ ; et la fonction u est dérivable sur R+ donc la fonction s 7! g (s) = u (es ) est dérivable sur

R.
1
Pour tout s 2 R; g 0 (s) = es u0 (es ) et comme u0 (t) = u t
on a g 0 (s) = es u (e s ). On en déduit que

g 0 est dérivable et g 00 (s) = es u (e s ) + es (e s u0 (e s )) ou encore g 00 (s) = es u (e s ) + u (es ). On véri…e

bien que pour tout s 2 R; g 00 (t) g 0 (t) + g (t) = 0. On en déduit que si u est une solution de (E2 ),

alors s 7! g (s) = u (es ) est solution de (E1 ).

2/4
ii) La question précédente montre que si u est une solution de (E2 ), alors il existe et tels que pour

tout s 2 R,
s
p p
g (s) = u (es ) = e 2 cos 2
3
s + sin 2
3
s :

On a alors pour tout t 0,


p p
3
p
3
u (t) = t cos 2
Log t + sin 2
Log t :

Il nous reste à chercher parmi ces dernières fonctions, celles qui sont solutions de (E2 ).
p p p
Soit et deux réels et u (t) = t cos 23 Log t + sin 23 Log t . La fonction u est dérivable

sur R+ et pour tout t > 0, on a


p p p p p p
3
p
u0 (t) = 1
p
2 t
cos 2
3
Log t + sin 2
3
Log t + t 2t
3
sin 2
3
Log t + 2t
cos 2
3
Log t :

Après simpli…cation,
p p p p
+p 3 p 3
u0 (t) = 2 t
cos 2
3
Log t + 2 t
sin 2
3
Log t :

D’autre part,
1 p p
3 3
u = p
t
cos 2
Log t p
t
sin 2
Log t :
t
Par identi…cation,
p p
+ 3=2 et 3= 2 :
p
Ce qui est équivalent à = 3.

En conclusion, toutes les fonctions u véri…ant (E2 ) sont


p p p
3
p
3
u (t) = t 3 cos 2
Log t + sin 2
Log t ; 2 R:

Exercice 3 (5 pts.) : On cherche à déterminer les fonctions y dérivables sur R+ telles que y (0) > 0 et

véri…ant l’équation di¤érentielle de Bernoulli : y 0 = 3y 2 2y.

On suppose l’existence d’une fonction y solution, et on dé…nit sur R+ la fonction g par : g (t) = y (t) e2t .

a) Calculer la dérivée de la fonction g, et montrer que g est croissante sur R+ .

b) En déduire que, pour tout t 2 R+ , y (t) > 0.


1
c) On pose alors u = . Montrer que u véri…e une équation di¤érentielle linéaire d’ordre 1.
y
d) Lorsque t 2 R+ , exprimer u (t), puis y (t) en fonction de t et de y (0).
2
e) En déduire que y (0) 3
.

Réponse.

a) La fonction y est dérivable sur R+ donc g l’est aussi et pour tout t > 0 on a

g 0 (t) = y 0 (t) e2t + 2y (t) e2t ;


3/4
et comme y 0 = 3y 2 2y, il vient, pour tout t > 0,
g 0 (t) = 3y (t)2 e2t :

Donc g est dérivable sur R+ , et pour tout t > 0, g 0 (t) > 0 et ainsi g est croissante sur R+ .

b) On a g (0) = y (0) e2 0
= y (0) > 0 et comme on sait de plus que g est croissante on en déduit que

pour tout t > 0, g (t) g (0) > 0. Et comme on a pour tout t > 0, g (t) = y (t) e2t alors pour tout

t 2 R+ , y (t) > 0.
y0
c) La fonction y est dérivable et ne s’annule pas sur R+ donc u est dérivable sur R+ et u0 = .
y2
Comme y 0 = 3y 2 2y, il vient pour tout t 2 R+ ,
3y 2 + 2y 2
u0 = = = 3 + 2u: 3+
y2 y
3 1
d) La solution générale de l’équation précédente est u (t) = + e2t ; 2 R. Or u (0) = donc pour
2 y (0)
tout t 2 R+ ,
3 1 3 2t 1 1
u (t) = + y(0) 2
e et y (t) = = :
2 u (t) 3 1 3
+ y(0) 2 e 2t
2
1 3
e) La fonction y est dé…nie sur R+ donc y(0) 2
0, sinon le dénominateur s’annule sur R+ .
2
Il vient alors y (0) 3
: 8
<
y 0 = jyja
Exercice 4 (4 pts.) : Soit a 2 ]0; 1[. On considère le problème de Cauchy (P1 ) : :
: y (0) = 0
a) Véri…er que la fonction y dé…nie sur R8par 1
< 1 a
((1 a) t) si t 0
y (t) =
: 0 si t < 0
est solution du problème de Cauchy (P1 ).

b) Conclure.
Réponse.
1
a) Si a 2 ]0; 1[, alors 1 a
> 1. On a donc pour t = 0,
1
1 a
y (t) y (0) ((1 a) t) 0 y (t) y (0) 0 0
lim+ = lim+ = 0 et lim = lim = 0:
t!0 t 0 t!0 t 0 t!0 t 0 t!0 t 0
La fonction y est donc dérivable sur
8 R et on a
a
>
> ((1 a) t)
1 a
si t > 0
>
>
<
0
y (t) = 0 si t = 0 = jy (t)ja :
>
>
>
>
: 0 si t < 0
8 1
< 1 a
((1 a) t) si t 0
Il vient que y (t) = est solution du problème de Cauchy (P1 ) :
: 0 si t < 0
b) On remarque que la fonction identiquement nulle y 0 est une autre solution de notre problème.

Non unicité de la solution vient du fait que la fonction f (t; y) = jyja n’est pas localement lipschitzi-

enne au voisinage de y = 0.
4/4