Vous êtes sur la page 1sur 8

Résumé de l’œuvre

Aké, les années


d’enfance
Wole Soyinka

Voir la vidéo du résumé


https://www.prepa-up.com/ake
Salut !
Tous les ans, parmi les œuvres de Français-Philosophie en prépa
scientifique, il y a un pavé à lire. Et cette année, il s’agit d’Aké, les années
d’enfance de Wole Soyinka. Alors au niveau de la prononciation de
son nom, il parait que ça se dit « Volé Soyinka », voire même « Volé
Choyinka ».
Le livre fait environ 420 pages, et c’est parfois ennuyeux à lire pour ceux
qui n’aiment pas les descriptions à rallonge.

Présentation générale
Le nom de l’oeuvre est Contes, et il s’agit d’un recueil de contes, de nouvelles et
d’histoires écrits par Hans Christian Andersen, un écrivain danois qui a aussi écrit
des romans, poésies et pièces de théâtre.

Aké, les années d’enfance est une autobiographie écrite par l’auteur nigérian
Wole Soyinka. L’auteur raconte son enfance au Nigéria, et plus particulièrement
pendant les premières années de sa vie (de 1936 à 1946).

Il a grandi dans un territoire nommé Aké, qui est en réalité un quartier de la ville
d’Abeokuta. Au moment de l’écriture, l’auteur approche de la cinquantaine. La
difficulté avec ce livre, c’est que le récit semble souvent énigmatique.

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 2


En effet, les souvenirs de Soyinka font référence à la culture nigériane des années
1930. Donc le mieux est de commencer par quelques précisions historiques,
géographiques et culturelles pour mieux comprendre le livre.

Contexte historique
● De 1914 à 1960, le Nigeria est une colonie britannique. Le pays est donc
administré au niveau local par les autorités britanniques que l’on appelle
« District Officers ». Ils supervisent les autorités indigènes traditionnelles.
Ces dernières ont donc moins de pouvoir que les autorités britanniques, et
ça ne plaît pas à tout le monde.

D’ailleurs, lorsque Soyinka était enfant, il fut marqué par certains


membres de sa famille qui étaient à fond dans l’anticolonialisme. Autre
chose : comme le Nigeria était sous l’influence de la culture britannique,
Soyinka a aussi appris l’anglais, langue dans laquelle il a écrit son
autobiographie. Mais enfant, il parle plutôt le yorouba, et il faut peut-
être qu’on fasse un point là-dessus.

1914 1960

Contrôle

Autorités britanniques Autorités indigènes


(District Officer) (Alake / Roi)

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 3


● Le peuple yorouba est l’une des ethnies du Nigeria depuis plus de 1 000
ans. Il est divisé en plusieurs clans, dont le clan Egba, lui-même divisé en
plusieurs territoires. L’un de ces territoires se nomme Aké, et il est dirigé par
un roi que l’on appelle « Alake ».

Comme Wole Soyinka a grandi à Aké, il fait partie des Egba. Sa famille
paternelle, elle, habite à Isara, une ville proche d’Abeokuta. Ils font donc
partie d’un autre clan appelé Ijebu.

Peuple Igbos Yorouba ...

Clan Ijebu Egba ...

Territoires Aké ...

● Dernier point important, l’auteur fait souvent référence à des esprits et


des divinités, et c’est parfois difficile de comprendre de quoi il s’agit. En fait,
la religion yorouba se compose de nombreuses divinités appelées Orisa.
Parmi ces divinités, on peut citer Ifá (la déesse de la sagesse), ou encore
Ogun (le dieu de la guerre et du Fer). Parallèlement à cette mythologie, les
britanniques importent la chrétienté dans le sud du Nigeria.

Peu à peu, un clergé indigène s’est formé et la religion chrétienne


a pris place aux côtés des croyances traditionnelles des yorouba. Et
forcément, Wole Soyinka a été influencé par ce mélange quand il était
enfant, tout comme sa famille.

Croyances
Clergé indigène
traditionnelles

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 4


Structure de l’oeuvre
L’ouvrage est divisé en 15 chapitres où l’auteur évoque une multitude de souvenirs
et d’anecdotes qui ont marqué son esprit d’enfant. Alors il n’y a pas vraiment de
fil conducteur entre ces souvenirs et les différents chapitres.

Mais on peut dire que les évènements se suivent à peu près de manière
chronologique, et on voit le petit Wole grandir jusqu’à l’âge de onze ans.

Voici un petit récap des chapitres :


● Le chapitre 1 décrit son lieu de vie quand il était enfant, il évoque certaines
histoires fantastiques qu’on lui racontait quand il était tout petit, et présente
certains personnages importants.
● Le chapitre 2 évoque les premiers souvenirs d’école de l’auteur et son
premier ami, Osiki.
● Le chapitre 3 raconte l’épisode de la fanfare et le jour où Soyinka traversa
toute la ville d’Abeokuta à pied, seul à l’âge de quatre ans et demi.
● Le chapitre 4 montre que l’auteur avait déjà le goût de la discussion étant
petit.
● Le chapitre 5 raconte que Soyinka était un enfant très rêveur.
● Le chapitre 6 raconte une période de son enfance où il se rapprochait de
son père mais s’éloignait du reste de sa famille.
● Le chapitre 7 évoque deux souvenirs très marquants : la mort de sa petite
sœur Fosalade et le jour où il frappa son petit frère Dipo.
● Le chapitre 8 évoque le passage éphémère mais marquant de certaines
personnes dans sa vie.

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 5


● Le chapitre 9 évoque des souvenirs d’Isara, ville natale du père de Soyinka,
où vivaient notamment ses grands-parents.
● Le chapitre 10 montre comment le quartier d’Aké a évolué depuis son
enfance.
● Le chapitre 11 raconte une période où son père était malade.
● Le chapitre 12 raconte sa première année au lycée d’Abeokuta.
● Le chapitre 13, 14 et 15 raconte la naissance et l’essor du soulèvement
des femmes d’Abeokuta contre l’oppression que subissaient les femmes
pauvres. Wole SOyinka raconte aussi sa tentative ratée aux examens
d’entrée du Lycée National d’Ibadan.
Et bonne nouvelle, seuls les livres I et II sont au programme de cette année, ce
qui correspond aux enfants de 0 à 12 ans.

Résumé Express

Portrait du petit Wole


Wole vit au sein de la mission (lieu d’implantation des missionnaires) anglicane
d’Aké, avec Ayo, son père directeur de l’école, Eniola, sa mère commerçante, et
ses nombreux frères, sœurs et cousins. Il a l’esprit vif, aime les livres et entre tôt

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 6


à l’école. Curieux et observateur, souvent perplexe à l’égard du comportement
des adultes qu’il juge irrationnels, il a l’habitude de fatiguer son entourage de
ses trop nombreuses questions. Il se perd aussi fréquemment dans ses rêveries,
ce qui lui joue des tours.

L’enfant grandit en découvrant le


monde
Wole découvre le monde qui l’entoure. Il nous emmène ainsi de la mission d’Aké
(avec ses écoles, ses pierres, ses arbres fruitiers et la forêt peuplée d’esprits qui la
borde) aux différents quartiers d’Abeokuta (avec ses nombreuses marchandes
d’aliments exotiques dont il raffole), jusqu’à Isara (la ville de ses mystiques
ancêtres paternels) et Ibadan (où il intégrera le Lycée National). Wole décrit avec
précision ses impressions : les bruits, les odeurs, les gestes, les comportements…

Ainsi, nous suivons Wole au travers de ses aventures qui marquent autant
d’étapes cruciales de sa maturation : ses premières blessures, sa traversée de
la ville à l’âge de quatre ans, la mort de sa petite sœur, l’épreuve de la scarifica-
tion rituelle, pour terminer par son rôle de messager au sein du soulèvement des
femmes d’Abeokuta.

L’influence de l’entourage
Soyinka raconte la vie de la demeure familiale, animée par les nombreux visi-
teurs de son père, les chamailleries entre frères et sœurs ponctuées des châti-
ments de sa mère, le passage des « cousins » et autres « vagabonds » recueillis
par ses parents. Il nous raconte aussi la vie du quartier, rythmée par les mar-
chés, les jeux des enfants, les cérémonies à l’église, les défilés traditionnels en
tous genres.

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 7


De ces années d’enfance se dégagent des figures emblématiques :
● Sa mère surnommée Chrétienne Sauvage (son vrai prénom est Eniola) :
elle est animée d’une foi et d’une discipline inébranlables qu’elle transmet
tant par sa tendresse que par sa sévérité.
● Son père surnommé Essay (son vrai prénom est Ayo) : rigoureux et aimant,
il lui a transmis le goût des livres et de la discussion.
● Son grand-père surnommé Père (attention de ne pas le confondre avec
son vrai père) : gardien du mystère des traditions, symbole de la force et de
la rudesse du peuple yorouba, mais aussi protecteur affectueux.
● Tinu : sa sœur la plus proche, sa complice et sa protégée.
● Dipo : son petit frère à l’énergie débordante.
● Daodu : son oncle de la famille Ransome-Kuti, proviseur du lycée d’Abeokuta
et notable très estimé de la ville.
● Beere : la femme de Daodu, cuisinière hors pair et meneuse du soulèvement
des femmes d’Abeokuta.
● Mme B. : la corpulente femme du libraire qui déborde d’amour pour tous
les enfants du quartier.
● Et bien d’autres encore à découvrir au fil des pages.

Parmi ces personnes, ces lieux et ces événements, Wole nous partage ses
pensées sur l’éducation, la religion, l’amitié, la famille, ou encore le mystère
des traditions et de la modernité. Ainsi, nous observons la construction de sa
conscience (c’est-à-dire sa connaissance de lui-même, de sa personnalité, de
ses actes et de ses liens avec le monde extérieur).

Résumé par chapitre


Pour connaitre l’oeuvre en profondeur,
retrouve le résumé par chapitre dans le
livre Résumés Faciles.
https://www.prepa-up.com/resumes-faciles-2022/

Aké, les années d’enfance - Wole Soyinka 8