Vous êtes sur la page 1sur 14

INTRODUCTION

Selon l'étude d'Ernst & Young intitulée : « Global FinTech Adoption Index 2019 », le niveau
d'utilisateurs profitant des services FinTech, exprimé en pourcentage de la population
numériquement active pour 27 pays sélectionnés en 2019, présentait le niveau de 64%. Il
convient de souligner que pour la Chine, ce chiffre s'élevait à 87%, la Grande-Bretagne 71%,
la Suisse 64% et les États-Unis 46% (Ernst & Young, 2019).

Comme le souligne Anderson (2015), les personnes de générations et de milieux


démographiques différents intègrent les nouvelles technologies dans leur vie à des rythmes
différents. Cet article se concentre uniquement sur la génération Y, également appelée
génération Y. Cette génération comprend les personnes nées entre 1980 et 1995. La
génération Y, ainsi que la génération Z (également connue sous le nom d'iGen et se référant
aux personnes nées dans les années 1996-2010 ), appartiennent aux générations qui génèrent
actuellement des changements très importants dans l'environnement des institutions
financières modernes (Swacha-Lech, 2019).

Comme en témoignent les résultats de la recherche menée par Capgemini & Efma (2016)
couvrant 6 régions du monde, les Millennials sont plus susceptibles que les autres générations
d'utiliser les services proposés par la FinTech. Par exemple, on peut indiquer qu'en Europe de
l'Ouest, l'adoption de la FinTech parmi les Millennials a atteint le niveau de 65,6%, alors que
pour les autres tranches d'âge, elle était de 53,2%. En Europe centrale, la différence entre
l'adoption de la FinTech parmi les membres de la génération Millennials et les générations
restantes était légèrement inférieure – 9,5% (les chiffres respectifs étaient de 72,6% contre
63,1%). Selon les résultats du rapport Ernst & Young (2017), l'indice d'adoption FinTech pour
la génération Millennials en termes mondiaux était de 48%, tandis qu'aux États-Unis, il était
de 59%. En Pologne, en 2019, ce ratio pour la génération Millennials était d'environ 75 %
(Kurek et al., 2020).

L'objectif de cet article est d'analyser et d'évaluer l'impact de certains déterminants sur
l'adoption de services FinTech innovants par les Millennials en Pologne. Afin d'étudier
comment les utilisateurs adoptent les services FinTech, les chercheurs se sont concentrés sur
différents ensembles de fonctionnalités. L'une des approches les plus fréquemment utilisées à
cette fin est l'application de l'approche dite TAM (Technology Acceptance Model) qui repose
sur les deux déterminants : l'utilité perçue et la facilité d'utilisation perçue (Davis, 1985,
1989). Ce mode de discussion est basé sur une perspective comportementale. Une autre
approche d'analyse de ce problème utilisée par les scientifiques est axée sur l'étude de l'impact
de diverses variables démographiques, sociales et économiques sur la volonté d'adopter les
services FinTech (Carlin et al., 2017 ; Das & Das, 2020 ; Li et al., 2020). D'autres solutions
encore proposées dans la littérature spécialisée abordent le problème analysé du point de vue
des risques perçus (Diana & Leon, 2020 ; Li et al., 2020 ; Ryu, 2018) ou des bénéfices (Diana
& Leon, 2020 ; Ryu, 2018) associés avec l'utilisation des services FinTech, qui sont
également liés à la finance comportementale. De nombreux scientifiques combinent les
variables sélectionnées parmi les approches discutées afin d'analyser les déterminants de
l'utilisation de services FinTech innovants dans un contexte plus étendu. De même, cet article
s'intéresse aux variables de nature démographique (sexe, âge), économique (revenu) et
comportementale (facteurs influençant les décisions sur le choix d'une institution financière
ainsi que les avantages perçus). Le catalogue d'avantages est décomposé en avantages :
concernant le canal d'accès à un service FinTech particulier, lié à une institution financière
spécifique, et les avantages résultant d'un service financier spécifique. La sélection d'un tel
catalogue de variables permet d'adopter une approche large de l'analyse de l'adoption des
FinTech par les Millennials en Pologne. Pour analyser et évaluer l'impact de certains
déterminants de l'adoption des FinTech, un modèle de régression logistique a été utilisé.

Les résultats de recherche présentés dans l'article sont destinés à contribuer à la


compréhension de la problématique FinTech du point de vue des clients, tandis que la
majorité des publications sur les FinTech se concentrent sur les aspects d'approvisionnement.
L'analyse du taux d'adoption des innovations est une question qui a été considérée par de
nombreux chercheurs, en tenant compte de divers déterminants. La FinTech est un
phénomène relativement nouveau sur le marché financier, il existe donc toujours un besoin de
recherche qui approfondit le problème de l'adoption de la FinTech. Cet article comble
également une lacune dans le domaine de la recherche approfondie sur l'adoption des services
FinTech à travers les générations. En effet, peu de recherches se concentrent sur l'analyse des
grands déterminants de l'adoption des FinTech par les Millennials (cf. Carlin et al., 2017).
Cependant, cette génération est aujourd'hui une partie dominante de la clientèle des
institutions financières, l'identification de leurs besoins apparaît donc cruciale du point de vue
de ces institutions.
1. CONTEXTE THÉORIQUE

1.1 L'essence de la FinTech

La littérature mondiale n'offre pas une approche uniforme du concept FinTech. L'étymologie
de ce terme est dérivée des mots « finance » (services financiers) et « technologie »
(technologie de l'information) (Gimpel et al., 2018). Les définitions les plus générales, en se
concentrant sur ces deux éléments distinctifs, présentent les FinTech comme des produits ou
des services dans des sociétés de services financiers qui ont été créés sur des technologies de
services hautement innovantes et perturbatrices (Parlement européen, 2017 ; Lee & Teo, 2015
; OCDE, 2018). De plus, de nombreux auteurs adoptent l'approche qui met l'accent sur la
capacité des FinTech à générer des bénéfices supplémentaires. Dans ce cas, la FinTech est
considérée comme un catalyseur technologique pour offrir une meilleure expérience
utilisateur et améliorer la compétitivité dans la finance (Tang et al., 2020). L'exemple d'une
telle définition de la FinTech est présenté dans les définitions suivantes :

◾ Les FinTech font référence à l'utilisation des technologies de l'information émergentes, y


compris les mégadonnées, le cloud computing et les technologies mobiles, pour améliorer la
qualité des services et l'efficacité de la gestion, et élargir le domaine des services financiers
(Hu et al., 2019) ;

◾ l'innovation technologique dans les services financiers qui pourrait entraîner de nouveaux
modèles commerciaux, applications, processus ou produits avec un effet matériel associé sur
la fourniture de services financiers (Financial Stability Board, 2019) ;

◾ les avancées technologiques qui ont le potentiel de transformer la fourniture de services


financiers en stimulant le développement de nouveaux modèles commerciaux, applications,
processus et produits (Fonds monétaire international, 2018) ;

◾ l'innovation et la rupture technologique des services financiers par les entreprises non
financières, avec l'aide de FinTech, les clients peuvent participer à une variété de services
d'environnement mobile - par ex. paiement en ligne, transfert de fonds, demande de prêt,
achat de polices d'assurance, gestion d'actifs organisationnels et gestion, investissement
boursier, paiement mobile, InsureTech, prêt P2P, financement participatif, crypto-monnaie
(Ryu, 2018).

1.2 Modèles d'acceptation de la technologie


En 1980, Ajzen et Fishbein (1980) ont proposé la Théorie de l'Action Raisonnée (TRA) pour
étudier les éléments affectant la conduite d'un individu lorsqu'il adopte des technologies
spécifiques. Suivant cette approche, les auteurs suggèrent que l'intention comportementale
d'un individu est une combinaison de son attitude envers le comportement et de facteurs
normatifs subjectifs (Stewart & Jürjens, 2018). En se basant sur la TRA, Davis (1985) a
proposé le modèle d'acceptation de la technologie (TAM), qui est l'une des approches les plus
répandues pour analyser l'adoption de nouvelles technologies. Deux déterminants cruciaux,
qui sont utilisés dans le modèle TAM sont : l'utilité perçue - le degré auquel une personne
pense que l'utilisation d'un système particulier améliorerait ses performances au travail et la
facilité d'utilisation perçue - le degré auquel une personne pense que l'utilisation un système
particulier serait sans effort (Davis, 1985, 1989). Des recherches sur l'impact de ces deux
déterminants sur l'adoption de nouvelles technologies dans le secteur bancaire ont été menées
par Montazemi et Qahri-Saremi (2015) et Szopiński (2016). Parmi les scientifiques utilisant le
TAM pour la recherche sur les FinTech, on peut citer Huei et al. (2018) et Nangin et al.
(2020). Au cours d'études ultérieures, le modèle a été étendu avec des variables
supplémentaires. Il a également été introduit : TAM 2 (Venkatesh & Davis, 2000) et TAM 3
(Venkatesh & Bella, 2008).

Pour étudier comment les utilisateurs adoptent les services FinTech, Hu et al. (2019)
proposent une TAM améliorée qui inclut : l'innovation des utilisateurs, le soutien du
gouvernement, l'image de marque et le risque perçu comme déterminants de la confiance. Ils
ont prouvé que la confiance des utilisateurs dans les services FinTech a une influence très
significative sur les attitudes d'adoption, alors que la facilité d'utilisation perçue et le risque
perçu ne l'affectent pas. Nangin et al. (2020) ont constaté que la facilité d'utilisation perçue
avait un effet positif sur la confiance des clients.

Le modèle TAM est également devenu la base du développement par Venkatesh et al. (2003),
la théorie unifiée de l'acceptation et de l'utilisation de la technologie (UTAUT). Le modèle
UTAUT est basé sur quatre concepts clés : l'espérance de performance, l'espérance d'effort,
l'influence sociale et les conditions facilitantes. Comme Venkatesh et al. (2012) soulignent
que ces concepts clés sont théorisés pour influencer l'intention comportementale d'utiliser la
technologie, tandis que l'intention comportementale et les conditions facilitantes affectent
l'utilisation de la technologie. Les auteurs du modèle définissent l'influence sociale comme «
la mesure dans laquelle les consommateurs perçoivent que d'autres personnes importantes
(par exemple, la famille et les amis) pensent qu'ils devraient utiliser une technologie
particulière ». De nombreux auteurs ont confirmé le rôle clé de l'influence de l'environnement
social environnant sur l'intention des clients d'adopter de nouvelles technologies en finance
(Alalwan et al., 2017 ; Kim et al., 2016 ; Martins et al., 2014 ; Yu, 2012) . La recherche sur
l'influence de l'opinion des amis ou des proches sur l'utilisation des FinTech pour faire des
dons, menée par Niswah et al. (2019) ont prouvé que ce facteur a un effet positif sur
l'intention d'utiliser ces institutions. Il convient de souligner qu'à l'ère du numérique, non
seulement les opinions exprimées en contact direct, mais aussi celles exprimées via Internet,
ont un impact significatif sur l'élaboration des décisions financières. Comme Niswah et al.
(2019) indiquent qu'aujourd'hui, nous pouvons publier du contenu sur Internet, utiliser les
médias sociaux et l'opinion publique peut influencer notre opinion et notre décision de faire
quelque chose.

La fidélité des clients est un autre déterminant qui influence l'adoption des FinTech.
L'habitude est l'un des facteurs importants qui influencent la fidélité des clients. Les
chercheurs qui ont confirmé que l'habitude affecte positivement la fidélité des clients des
institutions financières incluent Lin et Wang (2006) et Yee et Faziharudean (2010). Le
comportement habituel se résume à la poursuite du même type de comportement et n'est pas
basé sur un processus de prise de décision réfléchi et rationnel, mais est guidé par des
processus cognitifs automatisés (Yee & Faziharudean, 2010). La plupart des comportements
habituels surviennent et se déroulent efficacement, sans effort et inconsciemment (Aarts et al.,
1998).

1.3 Risques et avantages perçus

Un autre facteur déterminant l'adoption de nouvelles technologies est le niveau de risque


perçu par le consommateur. Comme le souligne Tang et al. (2020), la théorie du risque perçu
est utilisée pour comprendre le comportement des consommateurs. L'étude menée par Solarz
et Swacha-Lech (2019) montre que l'aversion au risque est un facteur qui affecte
significativement les décisions financières. Des recherches menées par de nombreux auteurs
(Liébana-Cabanillas et al., 2014 ; Wu & Wang, 2005) prouvent que le risque perçu est un
frein à l'adoption d'une nouvelle technologie. Le risque perçu est également un déterminant
important dans le contexte de l'adoption des services FinTech. Wu et Wang (2005) ont trouvé
une relation significative entre le risque perçu et l'intention d'utiliser les paiements mobiles. Li
et al. (2020) ont confirmé que la probabilité d'utiliser les paiements mobiles augmentera avec
la tolérance au risque. Une recherche intéressante, examinant l'impact d'un risque perçu
largement compris sur l'intention d'utiliser la FinTech, a été réalisée par Ryu (2018). L'auteur
a étudié quatre dimensions principales du risque perçu : les risques financiers, juridiques,
sécuritaires et opérationnels. Ryu a prouvé que le risque perçu affecte négativement l'adoption
de la FinTech, tandis que le risque juridique a le plus grand impact négatif. Tang et al. (2020)
ont mené des études similaires et ont constaté que les risques financiers, juridiques et
opérationnels ont un impact négatif significatif sur l'intention d'utiliser les FinTech. Peu
d'auteurs considèrent le risque perçu avec le bénéfice perçu (Diana & Leon, 2020 ; Ryu,
2018). Hu et al. (2019) ont noté que la FinTech fait référence à l'utilisation de nouvelles
technologies - y compris les mégadonnées, le cloud computing et les technologies mobiles -
pour améliorer la qualité des services et l'efficacité de la gestion, et pour étendre le domaine
des services financiers. Dans ce contexte, la FinTech peut être considérée comme un moyen
d'offrir une meilleure expérience utilisateur et d'améliorer la compétitivité financière (Tang et
al., 2020). Du point de vue des consommateurs, les avantages apportés par les FinTech leur
permettent de gagner un environnement d'amplification et de transparence, de réduire les
dépenses, d'éliminer les intermédiaires, ainsi que de rendre l'information financière plus
accessible (Zavolokina et al., 2016). Ryu (2018) distingue trois dimensions majeures des
avantages perçus : les avantages économiques, la commodité et le processus de transaction.
L'auteur a défini les avantages perçus comme « une perception par les clients du potentiel que
l'adoption des FinTech entraînera un résultat positif ». Les résultats de cette étude montrent
que le bénéfice perçu affecte positivement l'adoption des FinTech.

Comme Lee et Teo (2015) l'ont souligné, les avantages économiques sont le groupe
d'avantages associé aux FinTech le mieux étudié. Grâce aux technologies modernes, les
FinTech peuvent réduire les coûts de transaction et d'investissement par rapport aux services
financiers traditionnels, permettant aux clients des FinTechs d'obtenir des avantages
économiques. Carlin et al. (2017) ont prouvé que l'adoption des FinTech réduit les paiements
de frais financiers et les pénalités. Ils ont examiné cette question à travers le prisme des
générations individuelles et ont prouvé que seuls les Millennials et les membres de la
génération X encourent moins de frais financiers et de pénalités.

Compte tenu des avantages offerts par la FinTech, Ryu (2018) a également distingué la
commodité. Sur la base des résultats développés par Lee et Teo (2015), l'auteur a supposé que
la commodité est motivée par la portabilité et l'accessibilité immédiate, et fait référence à la
flexibilité dans le temps et l'emplacement. Il a prouvé que la commodité a l'effet positif le plus
important sur l'adoption des FinTech. La dernière dimension des avantages introduits par Ryu
- le processus de transaction - fait référence aux avantages liés aux transactions de l'utilisation
des FinTech pour leurs transactions financières (par exemple, l'achat, le transfert d'argent, le
prêt et l'investissement). Les transactions transparentes, caractéristique de la FinTech,
permettent aux clients d'améliorer la vitesse des transactions ainsi que d'augmenter leur
efficacité. Les résultats d'une étude mondiale de 500 seniors de la banque et de l'assurance
menée par Cognizant et al. (2016) ont permis aux auteurs d'identifier des défis cruciaux. La
plupart des indications ont été obtenues en conséquence : IoT – passer du prix à la valeur,
vêtements – paiements en déplacement et intégration omnicanale complète.

Compte tenu des déterminants influençant le niveau d'adoption des FinTech, les avantages
liés à une institution financière donnée doivent également être pris en compte. Parmi ce
groupe, il convient d'indiquer : l'intégralité des services financiers ainsi que la sécurité offerte
par les technologies modernes. Alors que les banques combinent de nombreuses activités
différentes et ont une échelle et un champ d'activité étendus, les entreprises FinTech ont des
modèles commerciaux plus spécialisés forçant une désagrégation de la chaîne de valeur (Boot,
2017). En Pologne, la grande majorité des banques sont des banques universelles, offrant une
large gamme de services, tandis que les FinTech opérant sur le marché se concentrent
uniquement sur un domaine d'activité sélectionné (par exemple, uniquement les paiements
mobiles).

La caractéristique cruciale de FinTech est de fournir des solutions axées sur la technologie
dans le domaine de la finance. De nombreuses technologies modernes augmentent le
sentiment de sécurité du point de vue des clients FinTech. Ces solutions incluent, entre
autres : l'infrastructure de cloud public ; Intelligence artificielle (IA) – informatique cognitive
et apprentissage automatique (assistants virtuels, Robo-Advisory, par exemple dans la gestion
de fortune) ; technologie du grand livre distribué (DLT), par ex. blockchain, biométrie et
systèmes de gestion des identités ; par exemple. veine du doigt ou selfie pay (Swacha-Lech,
2019).

1.4 Facteurs démographiques et économiques

Le prochain groupe de facteurs qui déterminent la propension à utiliser les nouvelles


technologies sont les facteurs démographiques. De nombreux chercheurs soulignent que l'âge
est essentiel à l'adoption de la technologie et est négativement lié à l'acceptation de la
technologie (Anderson, 2015 ; Flavián et al., 2006 ; Liébana-Cabanillas et al., 2014). Des
relations similaires sont prouvées par les résultats de la recherche menée par des auteurs
étudiant la relation entre l'âge et l'adoption de la FinTech. Das et Das (2020) ont indiqué que
66,6 et 62,3% des personnes appartenant au groupe d'âge 18-28 ans et 29-39 ans sont des
utilisateurs réguliers des services FinTech, alors que dans la catégorie d'âge au-dessus de 50
ans, il n'y en avait que 26,9%. De même, Li et al. (2020) ont constaté que les jeunes
consommateurs sont plus susceptibles d'adopter les paiements mobiles que les consommateurs
plus âgés – la probabilité prédite d'utiliser les paiements mobiles pour un adulte de 20 ans est
presque 10 fois supérieure à celle d'un adulte de 75 ans. Le sexe est un autre déterminant
démographique qui influence l'acceptation des nouvelles technologies. Les résultats de la
recherche montrent que les hommes sont plus susceptibles que les femmes d'adopter une
nouvelle technologie (Das & Das, 2020 ; Flavián et al., 2006 ; Li et al., 2020 ; Morris et al.,
2005). Une recherche intéressante sur l'âge a également été menée par Carlin et al. (2017).
Les auteurs ont examiné les différences entre les sexes dans l'adoption de la technologie en
analysant un contexte plus large, c'est-à-dire en étudiant la réponse à la question suivante :
comment un meilleur accès à l'information financière via les nouvelles technologies modifie
l'utilisation du crédit à la consommation et affecte la santé financière. Les résultats de la
recherche menée montrent que les hommes ont tendance à adopter les nouvelles technologies
et à accéder aux informations à un taux plus élevé, mais l'impact économique de l'accès est
plus important pour les femmes - chaque connexion ajoutée dans une application pour
smartphone réduit les frais bancaires de 238,1 couronnes (1,98 $) pour les femmes et de 195,2
couronnes (1,63 $) pour les hommes.

Beaucoup moins d'études confirment le lien entre la propension à adopter l'innovation et


l'éducation. La recherche menée par Rogers (2010), dans le contexte de l'adoption de la
technologie, montre que les early adopters peuvent adopter une innovation en raison du
niveau d'éducation supérieur. Cette relation a également été analysée par Szopiński (2016),
qui a prouvé que le niveau d'éducation des répondants influence positivement l'utilisation de
la banque en ligne. Les recherches menées par Li et al. (2020) ont partiellement soutenu
l'hypothèse selon laquelle la probabilité d'utiliser les paiements mobiles augmentera avec le
niveau d'éducation. Les auteurs ont prouvé que les répondants ayant un diplôme post-
baccalauréat avaient un taux prédit plus élevé que ceux ayant un diplôme d'études secondaires
ou inférieur (27 % contre 22 %), bien qu'il n'y ait pas eu d'augmentations monotones de la
probabilité d'utilisation avec l'éducation. Une corrélation positive entre le niveau d'éducation
et l'adoption des services FinTech a également été confirmée dans les recherches menées par
Das et Das (2020).
De même, seules quelques études menées prouvent l'impact du niveau de revenu sur
l'acceptation des innovations technologiques. Les recherches relatives à l'impact des revenus
sur l'utilisation des services bancaires en ligne menées par Flavián et al. (2006) montre que ce
facteur a un impact significatif sur le niveau d'adoption des services bancaires en ligne (une
personne avec un revenu annuel de plus de 36 000 euros était plus susceptible d'effectuer des
transactions sur Internet qu'une personne avec un revenu compris entre 24 000 et 36 000 euros
par an). Du fait que le coût perçu est une barrière significative affectant le niveau
d'acceptation des paiements mobiles (Mallat, 2007 ; Wu & Wang, 2005), il semble correct de
supposer que le revenu gagné est le déterminant de l'utilisation de paiements mobiles
innovants. Cependant, les résultats des recherches empiriques menées dans ce contexte par Li
et al. (2020) ne soutiennent que partiellement l'hypothèse des auteurs selon laquelle la
probabilité d'utiliser les paiements mobiles augmentera avec le revenu, car il n'y a pas eu
d'augmentations monotones de la probabilité. Das et Das (2020) ont prouvé que l'adoption des
services FinTech dépend des revenus des clients. Les résultats de recherche présentés dans
cette partie de l'article sont devenus la base de la formulation d'hypothèses de recherche.

2. MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE

La recherche a été menée à l'aide de la méthode CAWI en décembre 2019 par l'agence SW
Research sur un échantillon représentatif de la génération Y polonaise âgée de 25 à 40 ans à
cette époque. L'échantillon de recherche a été sélectionné de manière aléatoire et par quota
(Blair & Blair, 2015 ; Park & Lee, 2006 ; Sirken, 2002). La structure de l'échantillon a été
corrigée à l'aide d'un poids analytique, afin qu'elle corresponde à la structure des Millennials
en Pologne en termes de caractéristiques clés liées au sujet de l'étude. Le processus de
construction des poids a pris en compte des variables sociodémographiques telles que le sexe,
l'âge, le niveau d'éducation et la taille de la ville de résidence. Le taux de réponse était au
niveau de 98,6 %. 1 236 questionnaires correctement remplis ont été acceptés pour une
analyse plus approfondie. L'unité d'analyse dans notre recherche est un individu qui utilise des
services FinTech innovants appartenant à la génération Millennials.

Dans les recherches sur l'analyse de l'impact de divers déterminants sur le niveau d'adoption
de technologies innovantes, les méthodes les plus couramment utilisées sont la modélisation
par régression et la modélisation par équation structurelle. Dans cet article, un modèle de
régression logistique est utilisé.
L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est la variable dépendante, où 1 a
été attribué aux Millennials qui ont utilisé la FinTech et 0 à ceux qui ne l'ont pas fait. La
variable dépendante est donc une variable dichotomique. La régression logistique est un
modèle statistique qui utilise une fonction logistique pour modéliser une variable dépendante
binaire, ce qui la rend idéale pour analyser les résultats de la recherche que nous avons
conçue. Les résultats de la recherche menée indiquent que 74,76% de la population interrogée
a utilisé l'offre FinTech au moins une fois, ainsi 25,24% des répondants ne l'ont pas encore
fait.

Le tableau 1 décrit l'échantillon de recherche en tenant compte du sexe, de l'âge, du niveau


d'éducation et du revenu personnel.

Compte tenu des conclusions du contexte théorique, présentées au point précédent de l'article,
nous proposons treize hypothèses de recherche. La figure 1 présente le cadre analytique du
modèle de recherche.

Les trois premières hypothèses sont liées aux déterminants qui ont été attribués au groupe de
facteurs influençant les décisions de choix d'une institution financière. En accord avec le
constat que l'environnement social joue un rôle clé pour l'adoption des nouvelles technologies
en finance (Alalwan et al., 2017 ; Kim et al., 2016 ; Martins et al., 2014 ; Niswah et al., 2019 ;
Yu, 2012), nous proposons les hypothèses suivantes :

H1 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est plus probable pour les
Millennials qui prennent des décisions concernant le choix d'une institution financière en
fonction des opinions directes de parents et d'amis, par rapport à ceux qui considèrent que ces
opinions ne sont pas pertinentes.

H2 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est plus probable pour les
Millennials qui prennent des décisions concernant le choix d'une institution financière en
fonction des opinions sur une institution financière dans les médias sociaux, par rapport à
ceux qui ne le font pas.

Dans cet article, l'engagement du client auprès d'un établissement financier s'entend comme
l'utilisation de plusieurs services d'un même établissement, guidés par l'habitude. Comme Lin
et Wang (2006) et Yee et Faziharudean (2010) l'ont prouvé, l'habitude affecte positivement la
fidélité des clients des institutions financières. Une habitude bien ancrée fait que les gens ont
tendance à ignorer les informations externes ou la stratégie rationnelle (Lin & Wang, 2006).
Le H3 proposé repose sur l'hypothèse que les clients fidèles aux institutions financières
traditionnelles utilisent moins fréquemment les FinTech :

H3 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est moins probable pour les
Millennials qui prennent des décisions concernant le choix d'une institution financière en
fonction de leur engagement envers le fournisseur de services existant, par rapport à ceux qui
ne le font pas.

D'autres hypothèses portent sur les avantages offerts par les FinTech. Comme l'a prouvé Ryu
(2018), les avantages perçus affectent positivement l'adoption des FinTech. Dans cet article,
nous avons créé trois groupes d'avantages (Fig. 1). Les avantages pour les clients liés à un
service financier spécifique incluent : la modernité des solutions appliquées et les faibles
coûts des services offerts (Carlin et al., 2017 ; Lee & Teo, 2015). Sur la base des questions (en
utilisant l'échelle de Likert en 4 points) incluses dans le questionnaire, nous avons obtenu des
informations sur l'importance de ces deux caractéristiques pour les répondants prenant la
décision d'utiliser les services d'une institution financière donnée. Nous proposons donc les
hypothèses suivantes :

H4 : La probabilité d'utiliser les services innovants proposés par les FinTech va diminuer avec
le déclin de l'importance de la modernité des solutions appliquées pour les Millennials.

H5 : La probabilité d'utiliser les services innovants proposés par les FinTech diminuera
parallèlement à la baisse de l'importance des faibles coûts des services proposés pour les
Millennials.

En tenant compte des résultats de l'étude menée par Ryu (2018) selon laquelle la commodité a
l'effet positif le plus important sur l'adoption des FinTech, nous avons distingué un groupe
d'avantages pour le client liés au canal d'accès offert. En accord avec l'hypothèse que les
personnes ouvertes à diverses innovations technologiques sont plus susceptibles d'utiliser les
innovations en finance, nous proposons les hypothèses suivantes :

H6 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est plus probable pour les
Millennials pour qui la possibilité d'utiliser un smartphone est importante, par rapport à ceux
pour qui la possibilité d'utiliser ce type de technologie n'est pas importante.
H7 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est plus probable pour les
Millennials pour qui la possibilité d'utiliser une smartwatch est importante, par rapport à ceux
pour qui la possibilité d'utiliser ce type de technologie n'est pas importante.

Les deux avantages distingués sont en fait objectifs (une institution financière a la possibilité
d'utiliser l'accès à un service donné via smartphone/smartwatch ou non), donc le sentiment
subjectif du répondant lié à l'importance d'un avantage donné pour son choix concernant
l'utilisation des FinTech a été analysée.

Le dernier groupe d'avantages distinctifs est celui des avantages liés à une institution
financière donnée. Sur la base des recherches menées par Boot (2017) et Swacha-Lech (2019)
concernant la spécificité du fonctionnement des FinTech et des technologies utilisées par
celles-ci, nous proposons les hypothèses suivantes :

H8 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est plus probable pour les
Millennials pour qui l'exhaustivité des services financiers n'est pas importante, par rapport à
ceux pour qui cet avantage est important.

H9 : L'utilisation des services innovants proposés par la FinTech est plus probable pour les
Millennials pour qui la sécurité offerte par les technologies modernes est importante, par
rapport à ceux pour qui cet avantage n'est pas important.

Le dernier groupe de déterminants influençant l'adoption de la FinTech par les Millennials


dans la figure 1 sont des facteurs démographiques et économiques. Les enquêtes menées par
les chercheurs indiquent clairement que l'âge est très important pour l'adoption de la
technologie et est négativement lié à l'acceptation de la technologie (Anderson, 2015 ; Das &
Das, 2020 ; Flavián et al., 2006 ; Li et al., 2020 ; Liébana -Cabanillas et al., 2014). Par
conséquent, nous suggérons l'hypothèse suivante : H10 : La probabilité d'utiliser les services
innovants offerts par les FinTech diminuera avec l'âge.

De même, les études liées au genre indiquent sans équivoque que les hommes sont plus
susceptibles d'adopter une nouvelle technologie que les femmes (Carlin et al., 2017 ; Das &
Das 2020 ; Flavián et al., 2006 ; Li et al., 2020 ; Morris et al. ., 2005). Compte tenu de ces
observations, nous proposons H11 :

H11 : Les hommes sont plus susceptibles que les femmes d'utiliser les services innovants
proposés par les FinTech.
H12 s'appuie sur les résultats de recherches confirmant l'existence d'une corrélation positive
entre le niveau d'éducation et la propension à adopter de nouvelles technologies. Parmi les
chercheurs qui ont prouvé cette régularité, il convient d'indiquer : Rogers (2010), Szopiński
(2016) ainsi que Das et Das (2020).

H12 : La probabilité d'utiliser les services innovants proposés par les FinTech augmentera
avec le niveau d'éducation.

De nombreuses études confirment l'influence significative du revenu sur l'utilisation de


technologies innovantes, entre autres Flavián et al. (2006), Mallat (2007), Wu et Wang
(2005). Sur la base des résultats des recherches menées par Das et Das (2020) pour les
FinTech, nous adoptons dans cet article l'hypothèse suivante :

H13 : La probabilité d'utiliser les services innovants proposés par les FinTech augmente avec
le revenu net mensuel.

Un modèle de régression logistique a été utilisé pour analyser les effets des variables
présentées dans la figure 1 sur la variable dépendante.

3. RÉSULTATS

CONCLUSION

Conclusion

Récemment, des changements importants dans l'environnement des institutions financières


ont été générés à la fois par de nouvelles technologies de plus en plus sophistiquées et par
l'évolution des attentes suscitées par les nouvelles générations de clients. Dans cet article,
nous avons fait une revue complète des déterminants de l'utilisation des services innovants
proposés par les FinTech. Notre recherche repose sur une combinaison de facteurs de nature
comportementale, sociale, économique et démographique. Les recherches menées expliquent
et prédisent l'adoption des services FinTech par les Millennials en Pologne.

Avec l'émergence des FinTech sur le marché financier, de plus en plus d'études contenant des
analyses liées au fonctionnement de ces entités ont commencé à apparaître dans la littérature,
la plupart des articles présentant cette question du côté de l'offre. Ensuite, des analyses du
côté de la demande ont commencé à apparaître. Notre article s'inscrit dans cette seconde
approche plus récente. La caractéristique de cet article est également l'accent mis sur une
seule génération. Les Millennials est la génération qui couvre les années 1980 à 1995, et crée
ainsi actuellement une vague de clients de grande importance pour les institutions financières.

Les résultats des recherches menées dans cet article fournissent des informations sur l'impact
des déterminants larges sur l'adoption des FinTech, permettant ainsi de déterminer les
caractéristiques des Millennials les plus ouverts à l'utilisation de services FinTech innovants.
Ces résultats peuvent donc être extrêmement importants pour les gestionnaires d'institutions
financières. Les millennials les plus ouverts aux services FinTech en Pologne sont les jeunes
hommes avec un revenu net élevé et très élevé et qui ne sont pas motivés par les faibles coûts
des services financiers. Ils apprécient les nouveautés technologiques, y compris la possibilité
d'utiliser une montre connectée, et lorsqu'ils décident du choix d'une institution financière, ils
ne se soucient pas des opinions directes de leurs proches et amis, mais prennent en compte les
opinions des médias sociaux.

Ces résultats apportent donc des informations utilisables pour des activités visant à fidéliser la
clientèle des FinTech et permettent d'ajuster l'offre aux attentes de ce groupe. D'autre part,
notre recherche montre quel groupe Millennials n'utilise pas encore la FinTech, ce qui permet
d'identifier les raisons de telles décisions. Sur cette base, les gestionnaires d'institutions
financières individuelles peuvent prendre des mesures pour élargir leur clientèle. Nous avons
trouvé des indications sérieuses qu'en Pologne, le marché examiné se développera
dynamiquement dans un proche avenir. Parmi les 312 Millennials qui n'ont pas encore utilisé
les FinTech : 97 répondants ont l'intention d'utiliser les services FinTech dans les six mois, et
131 répondants ont déclaré leur intention de les utiliser à l'avenir.

Les limites incluent la qualité des coefficients d'ajustement du modèle. Une valeur plus élevée
garantirait un niveau plus élevé d'ajustement du modèle. Notre recherche révèle un large
éventail de variables, mais ne couvre pas le risque perçu, qui est également un déterminant
important de l'adoption des FinTech. L'inclusion du risque perçu dans l'analyse offrirait
l'occasion de confronter le bénéfice perçu et le risque perçu. Il semble qu'il serait intéressant
d'élargir le groupe de répondants et de mener des recherches également pour la plus jeune
génération, la génération Z. Les membres de cette génération, entrant dans la vie adulte,
deviendront de plus en plus clients des institutions financières.

Vous aimerez peut-être aussi