Vous êtes sur la page 1sur 62

‫المركز الجهوي لمهن التربية والتكوين الدار البيضاء – سطات‬

‫الفرع االقليمي سطات‬

Examens corrigés du module RAB3


Section Physique-Chimie

Présentés Par : Pr. Ahmed Hader

1
Sujets d’examens

2
EXAMEN RAB3 2012-2013

EXERCICE I. LA LUMIÈRE : UNE ONDE

Le texte ci-dessous retrace succinctement l'évolution de quelques idées à propos


de la nature de la lumière.

Huyghens (1629-1695) donne à la lumière un caractère ondulatoire par analogie


à la propagation des ondes à la surface de l'eau et à la propagation du son.
Pour Huyghens, le caractère ondulatoire de la lumière est fondé sur les faits
suivants:
- « le son ne se propage pas dans une enceinte vide d'air tandis que la lumière se
propage dans cette même enceinte. La lumière consiste dans un mouvement de la
matière qui se trouve entre nous et le corps lumineux, matière qu'il nomme éther».
- « la lumière s'étend de toutes parts et, quand elle vient de différents endroits,
même de tout opposés , les ondes lumineuses se traversent l'une l'autre sans
s'empêcher  »
- « la propagation de la lumière depuis un objet lumineux ne saurait être  par le
transport d'une matière, qui depuis cet objet s'en vient jusqu'à nous ainsi qu'une
balle ou une flèche traverse l'air ».

Fresnel (1788-1827) s'attaque au problème des ombres et de la propagation


rectiligne de la lumière.
Avec des moyens rudimentaires, il découvre et il exploite le phénomène de
diffraction.
Il perce un petit trou dans une plaque de cuivre. Grâce à une lentille constituée par
une goutte de miel déposée sur le trou, il concentre les rayons solaires sur un fil
de fer.
Extraits d'articles parus dans l'ouvrage « Physique et Physiciens » et dans des
revues « Sciences et Vie ».
 de toutes parts = dans toutes les directions  sans s'empêcher = sans se
perturber
 de tout opposés = de sens opposés  ne saurait être = ne se fait
pas

1. QUESTIONS À PROPOS DU DOCUMENT ENCADRÉ


1.1. Texte concernant Huyghens
1.1.1. Quelle erreur commet Huyghens en comparant la propagation de la lumière

3
à celle des ondes mécaniques?
1.1.2. Citer deux propriétés générales des ondes que l'on peut retrouver dans le
texte de Huyghens.
1.2. Texte concernant Fresnel
1.2.1. Fresnel a utilisé les rayons solaires pour réaliser son expérience.
Une telle lumière est-elle monochromatique ou polychromatique?
1.2.2. Fresnel exploite le phénomène de diffraction de la lumière par un fil de fer.
Le diamètre du fil a-t-il une importance pour observer le phénomène de
diffraction? Si oui, indiquer quel doit être l'ordre de grandeur de ce diamètre.
2. DIFFRACTION
On réalise une expérience de diffraction à l'aide d'un laser émettant une lumière
monochromatique de longueur d'onde λ.
À quelques centimètres du laser, on place successivement des fils verticaux de
diamètres connus. On désigne par a le diamètre d'un fil
La figure de diffraction obtenue est observée sur un écran blanc situé à une
distance D = 1,60 m des fils. Pour chacun des fils, on mesure la largeur L de la
tache centrale.
À partir de ces mesures et des données, il est possible de calculer l'écart angulaire
θ du faisceau diffracté (voir figure 1 ci-après).

4
2.1. L'angle θ étant petit, θ étant exprimé en radian, on a la relation: tan θ ≈ θ.

Donner la relation entre L et D qui a permis de calculer θ pour chacun des fils.

2.2. Donner la relation liant θ, λ et a. Préciser les unités de θ, λ et a.

2.3. On trace la courbe θ =f(1/a). Celle-ci est donnée sur la figure 2 ci-dessus :

Montrer que la courbe obtenue est en accord avec l'expression de θ donnée à la


question 2.2.

2.4. Comment, à partir de la courbe précédente, pourrait-on déterminer la


longueur d'onde λ de la lumière monochromatique utilisée ?

2.5. En utilisant la figure 2, préciser parmi les valeurs de longueurs d'onde


proposées ci-dessous, quelle est celle de la lumière utilisée.

560cm ; 560mm ; 560 μm ; 560nm

3. DISPERSION

Un prisme est un milieu dispersif: convenablement éclairé, il décompose la


lumière du faisceau qu'il reçoit.

3.1. Quelle caractéristique d'une onde lumineuse monochromatique est


invariante quel que soit le milieu transparent traversé ?

3.2. Donner la définition de l'indice de réfraction n d'un milieu homogène


transparent, pour une radiation de fréquence donnée.

3.3. Rappeler la définition d'un milieu dispersif.

Pour un tel milieu, l'indice de réfraction dépend-il de la fréquence de la


radiation monochromatique qui le traverse?

3.4. À la traversée d'un prisme, lorsqu'une lumière monochromatique de


fréquence donnée passe de l'air (d'indice na = 1) à du verre (d'indice nv> 1),
les angles d'incidence (i1) et de réfraction (i2), sont liés par la relation de
5
Descartes-Snell: sin(i1) = nv sin(i2)
Expliquer succinctement, sans calcul, la phrase « Un prisme est un milieu
dispersif: convenablement éclairé, il décompose la lumière du faisceau qu'il
reçoit ».

Exercice II
Les toboggans des piscines permettent aux nageurs de glisser et de se plonger
dans l’eau. On modélise un toboggan par un chemin formé de d’un segment
rectiligne AB incliné avec un angle α par apport au plan horizontal, et d’un autre
segment circulaire BC. On modélise également le nageur par un corps S de centre
d’inertie G et de masse m (voir figure 1).

On donne AB=2,4m α=20° m=70Kg g=9.8 m.s -2

1- Etude du mouvement sur le segment AB

à t=0, le corps S part sans vitesse initiale du point A et glisse sans frottement le
long du segment AB. On étudie ce mouvement dans le repère R 1(A ,i ,j) considéré
comme repère Galiléen.

En appliquant la 2ème loi de Newton, déterminer :

6
1-1les cordonnés du vecteur accélération a dans le repère R 1
1-2VB la vitesse du corps S au point B
1-3L’intensité de la force R appliquée par le sol AB sur le corps S

Dans le reste de l’exercice, on étudie le mouvement de S dans le repère Galiléen


R(O, i, j)

2- Etude du mouvement dans l’air

Le corps S arrive au point C avec une vitesse horizontale de valeur V C=4.67m.s-


1
, et le quitte à un instant t0 considérée comme nouveau origine du temps.

En plus de son poids, le corps S est soumis à une force f1 horizontale due au
frottement d’un l’air artificiel.

1-2 Déterminer à un instant t, Vx la composante horizontale du vecteur vitesse en


fonction de m, Vc , f1, et t.

2-2 à l’instant tD=0,86s, le centre d’inertie du corps S arrive au point D située sur
la surface de l’eau où la composante Vx s’annule

2-2-1 déterminer la valeur de la force f1

2-2-2- déterminer l’altitude h du point C par rapport à la surface de l’eau.

7
EXAMEN RAB3 2013-2014

Exercice 1
Dans le cadre de ses entrainements, un skieur effectue des études concernant les
forces qui lui agissent pendant son glissement sur un chemin ABC

Données :

- Intensité de pesanteur g=9,8m.s-2


- AB plan incliné d’un angle α=20° par apport au plan horizontal passant par
le point B
- Largeur du lac d’eau CD=L=15m
- Masse totale du skieur et de ses accessoires est m=80Kg
- Sur le plan AB les frottements sont modélisés par une force constante f
- Distance CE=13m

1- Etude du mouvement sur le plan AB

à l’instant t=0, le skieur passe sans vitesse initiale du point A origine du repère
Galiléen R1(A,i1,j1), et glisse avec une accélération a. Le skieur passe au point B
avec la vitesse VB=20m/s

1-1 En appliquant la deuxième loi de Newton, donner l’expression du


coefficient de frottement k=tanφ, en fonction de a, g et α
1-2 à l’instant tB=10s, le skieur passe du point B. Calculer la valeur de k.
1-3 Montrer que R l’intensité de la force appliqué par le plan AB sur le skieur

s’écrit: R  mg cos  1  k 2 . Calculer ainsi la valeur de R

2- Etude du mouvement de saut


8
A l’instant t=0 nouveau origine du temps, le skieur quitte le point C avec une
vitesse VC dont son vecteur fait un angle α=20 avec le plan horizontal.

2-1 Etablir l’expression littéraire de la trajectoire du mouvement du skieur dans


le repère R(D,i, j).

2-2 Dans le cas où VC=16,27m/s, déterminer, dans le repère R, les cordonnés du


point S sommet de la trajectoire du skieur.

2-3 Quel condition en fonction de g et α que doit satisfaire la vitesse V C pour que
le skieur ne tombe pas dans le lac d’eau. En déduire la valeur minimale de la
vitesse VC

2-4 Dans le cas où le skieur tombe dans le lac d’eau au point E, déterminer, sans
utiliser le théorème de l’énergie cinétique, la valeur V E de la vitesse du skieur au
point E.

Exercice 2
Dans cet exercice on propose d’étudier les deux phénomènes de diffraction et de
dispersion des ondes lumineuses.

Données :

- Célérité de la lumière dans l’air c=3,00x108 m/s

Couleur du rayonnement lumineux Rouge (R) Violet (V)


Longueur d’onde dans l’air (μm) 0,768 0,434
Indice de réfraction dans le verre utilisé 1,51 1,52

1- Dispersion de la lumière

9
On focalise sur un point I d’un demi-cylindre de verre, un faisceau parallèle de
lumière blanche. Sur un écran placé devant le demi-cylindre, on observe le spectre
de la lumière blanche de sept couleur allant du rouge jusqu’au violet.

Figure1

1-1 Exprimer λR la longueur d’onde du rayonnement rouge dans le verre en


fonction de l’indice de réfraction nR du verre et de la longueur λ0R du même
rayonnement dans l’air

1-2 On modélise l’indice de réfraction n d’un milieu homogène et transparent pour


un rayonnement monochromatique de longueur d’onde λ0 dans l’air par la
B
relation : n  A  où A et B sont des constantes qui dépendent du milieu de
02
propagation. Calculer A et B du verre utilisé

2- Diffraction de la lumière

On réalise une expérience de diffraction à l’aide d’un rayonnement laser de


longueur d’onde λ dans l’air, issue sur une fente de taille a. A une distance D,
on place un écran (voire figure2). On mesure d la largeur de la tache centrale,
et ce pour différentes valeurs de la fente a. On trace la courbe d=f(1/a). Les
résultats correspondants sont tracés sur la courbe de la figure3

10
Figure2

2-1 quelle condition doit satisfaire le rapport a/λ pour qu’on réalise ce phénomène
de diffraction

2-2 déterminer l’expression de d en fonction de λ, D et a (on considère que l’angle


de diffraction θ est très petit)

2-3 déterminer la valeur de λ

11
EXAMEN RAB3 2014-2015

EXERCICE I (ondes mécaniques)

En médecine, l’échographie est un examen courant, indolore et non dangereux permettant l’observation
« directe » d’organes internes. La technique de l’échographie utilise des ondes ultrasonores produites
par une sonde jouant le rôle d’émetteur et de récepteur. Les fréquences utilisées dépendent des organes
ou des tissus biologiques à sonder (2 MHz à 15 MHz).

Pour obtenir une image par échographie on exploite entre autres, les propriétés suivantes des ondes
ultrasonores :

- la célérité et l’absorption de l’onde ultrasonore dépendent du milieu traversé

- lorsqu’elle change de milieu, une partie de l’onde incidente est réfléchie, l’autre est transmise
(elle continue son chemin). On dit qu’il y a réflexion partielle lorsqu’il y a changement de milieu aux
interfaces tissulaires.

Connaissant les temps de retour des échos, leurs amplitudes et leurs célérités, on en déduit des
informations sur la nature et l’épaisseur des tissus traversés. Un ordinateur compile toutes les
informations et fournit des images de synthèse des organes sondés.

L’objectif de cet exercice est, après l’étude de quelques propriétés des ondes ultrasonores, d’illustrer le
principe de l’échographie linéaire unidimensionnelle par la mesure de l’épaisseur d’un obstacle.

Les parties 1, 2 et 3 de cet exercice sont indépendantes.

1. Les ondes ultrasonores

1.1. Les ondes sonores et ultrasonores sont des ondes mécaniques.

Définir ce qu’on appelle une onde mécanique.

1.2. Les ondes ultrasonores sont des ondes longitudinales.

Donner la définition d’une onde longitudinale.

12
2. Vitesse de propagation et milieu de propagation

Un émetteur ultrasonore est relié à un générateur de salves. L’émetteur est le siège d’oscillations très
brèves. Le récepteur transforme l’onde ultrasonore reçue en signal électrique de même fréquence que
cette onde. L’émetteur et le récepteur, placés dans un même milieu, en regard l’un de l’autre et à une
distance donnée ℓ, sont reliés à un oscilloscope à mémoire. Les acquisitions sont transférées vers un
tableur grapheur scientifique.

Les graphes ci-dessous donnent le signal capté par le récepteur. L’origine des dates t = 0s est l’instant
de l’émission. Selon les milieux traversés on obtient les deux enregistrements figure1 et figure2 ci-
dessous.

u (V) Figure
Figure77
u (V) Signal reçu par le récepteur
dans l'eau

t =0 s

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 t (µs)
0

Figure 8 8
Figure
u (V) Signal reçu par le récepteur
Courbedans
obtenue
l'air dans l'air

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 t (µs)
0

13
2.1. Sans faire de calcul, expliquer à l’aide des graphiques dans quel milieu la propagation des ultrasons
est la plus rapide.

2.2. L’émetteur et le récepteur sont séparés par une distance ℓ = 20,0 cm.

Calculer la vitesse de propagation des ultrasons dans l’eau.

3. Comprendre le principe de l’échographie - Modélisation

Dans un récipient rempli d’eau, on place une plaque de Plexiglas d’épaisseur e. L’eau simule le corps
humain dont la composition est de 65 à 90 % d’eau (excepté pour les os et les dents). La plaque de
plexiglas simule un muscle dense.

Une sonde échographique constituée d’un émetteur et d’un récepteur est plongée dans l’eau. Les signaux
émis et reçus par la sonde sont très brefs. Sur les oscillogrammes, on représentera par un pic simple les
signaux nécessaires à l’exploitation. On choisit sur les oscillogrammes l’origine des dates à l’instant de
l’émission du signal.

Schéma de principe (figure3) :

air objet réflecteur

eau

sonde
A B R
S plaque
ondes de
Lame de
Plexiglas®
ultrasonores

d e

D
Figure 9

14
3.1. L’oscillogramme figure 4 est obtenu sans la plaque de Plexiglas. À l’instant t = 0s on visualise le
signal émis par la sonde. À l’instant tR , on visualise l’écho réfléchi sur l’objet réflecteur, on l’appellera
écho de référence.

La durée de balayage
de l’oscilloscope est

osc = 20 µs.div – 1 .

Figure 10

3.1.1. À l’aide de l’oscillogramme figure 4, déterminer la date tR.

3.1.2. Établir que l’expression de la date tR en fonction de la distance D et de la célérité v des


2.D
ultrasons dans l’eau est : tR 
v

3.2. L’oscillogramme figure 5 est obtenu avec la plaque de Plexiglas. tA et tB sont les dates auxquelles
la sonde détecte les ondes réfléchies par les faces de la plaque de Plexiglas.

Le nouvel écho de référence arrive à la date t’R.

La durée de balayage
de l’oscilloscope est

osc = 20 µs.div – 1.

Figure 11

15
3.2.1. Les ultrasons se propagent-ils plus vite dans l’eau ou dans le Plexiglas? Justifier en
comparant les résultats obtenus sur figures 4 et 5.

3.2.2. On appelle v’ la vitesse de propagation des ultrasons dans le Plexiglas.

a. Montrer que, la longueur L du trajet total aller-retour du signal dans l’eau uniquement est :

L  2 ( D  e)

b. À l’aide de la question 3.2.2.a, exprimer t’R en fonction de D, e, v et v’.

3.2.3. Donner l’expression de la date tA , date à laquelle la sonde reçoit l’écho dû à la réflexion
partielle au point A, en fonction de d et v.

3.2.4. Donner l’expression de la date tB , date à laquelle la sonde reçoit l’écho dû à la réflexion
partielle au point B, en fonction de d, e, v et v’.

3.3. Exploitation des résultats

2e 2e
À partir des expressions de tR et t’R on montre que tR  t 'R   (relation 1)
v v'

2e
À partir des expressions de t A et tB on montre que tB  t A  (relation 2)
v'

3.3.1. En utilisant les relations 1 et 2, montrer que l’épaisseur e de la plaque a pour expression :
v
e (tR  t 'R  tB  t A ) .
2

3.3.2. Connaissant les dates suivantes : t’R = 1,2  10 – 4 s ; tA = 6,2  10 – 5 s ;

tB = 7,2  10 – 5 s , calculer la valeur de l’épaisseur de la plaque en prenant

v = 1,43  10 3 m.s – 1

3.3.3. À partir de la relation 2, exprimer v’ en fonction de e, tA et tB puis calculer sa valeur. Ce


résultat est-il en accord avec la question 3.2.1. ?

16
3.4. Principe de l’échographie

On place dans la cuve remplie d’eau un objet en Plexiglas présentant quatre épaisseurs différentes (voir
la figure 6 ci-dessous ) simulant la forme d’un muscle.

air objet réflecteur

eau
ondes
Sonde
ultrasonores
sonde S
S

sens de
déplacement
de la sonde

Figure 6

3.4.1. Comment varie t’R au fur et à mesure que la sonde descend ? Justifier.

3.4.2. Comment varie l’écart tB – tA entre l’écho réfléchi à l’entrée de l’objet simulant le muscle
et l’écho réfléchi à sa sortie lorsque la sonde descend ? Justifier.

EXERCICE II (étude de mouvements rectiligne set planes)

Les toboggans des piscines permettent aux nageurs de glisser et de se plonger dans l’eau. On modélise
un toboggan par un chemin formé de d’un segment rectiligne AB incliné d’ un angle α par apport au
plan horizontal, et d’un autre segment circulaire BC. On modélise également le nageur par un corps S
de centre d’inertie G et de masse m (voir figure 1).

17
On donne AB=2,4m α=20° m=70Kg g=9.8 m.s-2

Figure1

1- Etude du mouvement sur le segment AB

à t=0, le corps S part sans vitesse initiale du point A et glisse sans frottement le long du segment AB.
On étudie ce mouvement dans le repère R1(A ,i ,j) considéré comme repère Galiléen.

En appliquant la 2ème loi de Newton, déterminer :

1-4 les cordonnés du vecteur accélération a dans le repère R1


1-5 VB la vitesse du corps S au point B
1-6 L’intensité de la force R appliquée par le sol AB sur le corps S

Dans le reste de l’exercice, on étudie le mouvement de S dans le repère Galiléen R(O, i, j)

2- Etude du mouvement dans l’air

Le corps S arrive au point C avec une vitesse horizontale de valeur VC=4.67m.s-1, et le quitte à un instant
t0 considérée comme nouveau origine du temps.

En plus de son poids, le corps S est soumis à une force f 1 horizontale due au frottement d’un air artificiel.

2-1 Déterminer à un instant t, Vx la composante horizontale du vecteur vitesse en fonction de m, Vc , f1,


et t.

18
2-2 à l’instant tD=0,86s, le centre d’inertie du corps S arrive au point D située sur la surface de l’eau où
la composante Vx s’annule

2-2-1 déterminer la valeur de la force f 1

2-2-2- déterminer l’altitude h du point C par rapport à la surface de l’eau.

19
EXAMEN RAB3 2015-2016

Exercice 1: mouvement plan


Parmi les règles adaptées dans le sport de « Tennis hommes individuel », c’est d’être pratiqué
par deux joueurs, un est situé dans une zone A et l’autre dans une zone B. ces deux zones sont
séparées par un filet. Chaque joueur désire mettre la balle dans la zone de son adversaire. On
note par L La longueur de chaque zone. On étudie le mouvement de G centre d’inertie de la
 
balle de Tennis dans le repère Galiléen R( O,i ,k ) .

Le joueur de la zone A essaie de mettre la balle au dessus de son adversaire situé à une distance
d du filet dans la zone B. Pour ce faire, il lance la balle à un instant initial t0  0 à partir du

point O avec un vecteur vitesse initial V0 incliné par un angle  par apport à l’axe horizontale.
Le point O est situé à une distance D du filet et è une altitude h du sol de la terre (voir figure ci
dessous). On néglige tous types de frottements, et on prend g  9.8ms 2

Données: d  1m D  13m h  0.7 m L  12m V0  13ms 1   45

1- Dire si on peut considérer le mouvement de la balle en chute libre? justifier votre


réponse
2- Etablir l’expression littérale de l’équation de la trajectoire z=f(x) de la balle dans le
repère R.
3- En déduire les coordonnées du point S sommet de la trajectoire de la balle.
4- Sachant que le joueur de la zone B prend sa raquette dans une position verticale, et que
l’extrémité de cette raquette est située à une altitude H  3m du sol de la terre. Le joueur
arrête-il la balle dans ce cas?
5- Montrer que la balle tombe sur la zone B.
6- Déterminer les coordonnées du vecteur vitesse du point G au moment ou la balle tombe
sur le sol de la terre. En déduire la direction que fait ce vecteur vitesse avec l’axe
horizontale.
7- Trouver pour   45 , les deux valeurs limites de V0 pour que la balle tombe dans la
zone B et au dessus du joueur adversaire situé dans la même position de la question 4.

20
Exercice2 : pendule élastique

On considère un corps solide S de masse m  200g susceptible de glisser sans frottement


sur un plan incliné par rapport au plan horizontal. On lie le corps S à un ressort de masse
négligeable de raideur k. l’autre extrémité du ressort est fixée sur un support fixe (voir
figure ci-dessous).

1- à l’équilibre, la position du centre d’inertie du corps S coïncide avec le point O



origine du repère R( O ,i ) . Etablir en fonction de α, g, k et m, l’expression de l0

l’élongation du ressort à l’état d’équilibre de ce système.


2- On écarte le corps S de sa position d’équilibre par une distance Xm vers les abscisses
positifs, et on le lâche sans vitesse initiale. Ainsi le système oscille autour de sa

position d’équilibre O. on note par x la position du corps S dans le repère R( O ,i )

21
2-1 En appliquant la deuxième loi de Newton, établir l’équation différentielle du mouvement
de ce système.

2-2 En déduire la nature de mouvement du système, ainsi que l’expression de sa période propre
T0

3- La courbe ci-dessous représente la variation temporelle de la vitesse du corps S

3-1 Donner la valeur de la période propre T0

3-2 Donner l’expression numérique de la vitesse instantanée v(t)

3-3 En déduire l’expression numérique de l’équation du mouvement x(t)

3- On considère que l’énergie potentielle élastique est nulle Epe=0 dans le cas où le
ressort est à vide (indéformable), et on prend le plan horizontal passant le point
d’équilibre G comme cas référentiel de l’énergie potentiel de pesanteur Epp=0

4-1 Montrer que l’expression de l’énergie potentielle Ep du système (ressort- corps S) peut
1
s’écrire sous la forme: E p  k ( x 2  l02 )
2

4-2 En utilisant l’expression de l’énergie mécanique, retrouver l’équation différentielle du


mouvement du système (ressort- corps S)

4-3 En déduire que l’expression de l’énergie mécanique peut s’écrire sous la forme
1
Em  k ( X m2  l02 )
2

4-4 Déterminer les positions pour lesquels Ec=Ep

Exercice 3: la houle et l’entrée d’un port

22
On modélise l’entrée d'un port comme sur le schéma ci-contre. Le port est séparé de la mer par
deux digues. Une ouverture de largeur l =25 m permet aux bateaux d'y accéder.

La houle est assimilée à une onde mécanique progressive rectiligne et périodique arrivant de
l'ouest vers le port. Elle soulève de façon périodique le petit bateau situé au large de l'entrée du
port. La célérité v d'une onde à la surface de l'eau dépend entre autres, de la profondeur:
 quand la profondeur de l'eau est très supérieure à la longueur d'onde λ, on a:

g
v
2
 quand la profondeur est faible devant la longueur d'onde, on a: v  gh

Donnée: dans ces relations, g, est la valeur du champ de pesanteur et a pour valeur: 9,8N.kg-1

 En mer

1- Le petit bateau de pêche est en mer au large du port. La profondeur de l'eau à cet endroit
est h = 800m. La longueur d'onde de la houle est λ = 50m.
1-1 La houle est-elle une onde mécanique transversale ou longitudinale? Justifier la réponse.
1-2 Calculer la célérité de cette houle.

g
1-3Justifier, par analyse dimensionnelle que l'expression v  est bien homogène à une
2
célérité
1-4 Calculer la fréquence f du mouvement vertical du bateau.
1-5 Exprimer littéralement en fonction de f, la célérité v de la houle
 dans le cas où la profondeur est faible devant λ
 dans le cas où la profondeur est grande devant λ
1-6 Dans quel cas le milieu est-il dispersif ? Dans ce cas comment varie la célérité si la
fréquence double, si au contraire elle est divisée par deux.

23
 Près de la côte

2- Près de la plage, la profondeur est faible devant la longueur d’onde de la houle.


2-1 On considère la vague représentée ci-contre. Donner l’expression de la célérité de cette
vague au point A et celle au point B. En quel point la célérité est-elle la plus grande ?

2-2 En déduire que cette vague se déforme et représenter sur un schéma simple, l’allure de la
vague « quelques instants plus tard ».

 A l’entrée du port

3- A l’entrée du port, la profondeur est h = 2,4m et on observe un phénomène de diffraction


3-1 Donner un ordre de grandeur de la longueur d’onde d’une houle qui serait diffractée par
l’ouverture entre les digues.
3-2 Calculer, en justifiant, la célérité de cette onde.
3-3 Sur un schéma simplifié, représenter, en vue de dessus, l’entrée du port, la houle incidente
et l’onde diffractée, en justifiant la forme des ondes.

24
EXAMEN RAB3 2015-2016 (session de rattrapage)

Exercice1
Une perturbation à la surface de l'eau entraîne une onde mécanique se déplaçant à une certaine
vitesse. Cet exercice vise à étudier la propagation d’une onde mécanique sinusoïdale à la surface
de l’eau.

1- Une plaque verticale (p), reliée à une fréquence de vibration de N= 50Hz, produit des ondes
linéaires à la surface de l’eau d’un bassin à vagues, qui se propage sans réflexion, la figure 1
représente l’apparence de la surface de l’eau à un moment donné, où d=15mm.

1.1-Déterminez à l'aide de la figure 1 la valeur de la longueur d'onde.

1.2-Déduire La valeur de v la vitesse de propagation de l’onde à la surface de l'eau.

1.3-On considère le point M du milieu de propagation (Fig. 1), calculer la valeur du retard
temporaire de M pour la source S.

1.4-on multiplie la fréquence du vibrateur à la longueur d’onde (N’=2N), calculez la valeur de


propagation de l'onde à la surface de l'eau.

L'eau est-elle un milieu dispersif dans ce cas, expliquez votre réponse.

2- On met la fréquence de vibration a la valeur N=50Hz, et on ajoute dans le cuve à ondes deux
plaques horizontales qui contiennent une ouverture de largeur a (Fig. 2).

Représenter en expliquant votre réponse l’aspect de la surface de l’eau après le passage de


l’ouverture dans les deux cas : a=4mm et a=10mm.

Exercice 2

Les vibrations sismiques se produisent dans toutes les directions et peuvent être enregistrées
par un appareil appelé sismographe. Le vibrateur enregistre sa fonction selon le principe de
l’oscillateur (corps plein pulsé), qui peut être en position horizontale ou verticale. Nous sommes
fixés avec un ressort, ses rouleaux ne sont pas reliés, sa masse est négligée et sa dureté est un
objet solide, le centre de ses parois et sa masse. Le corps glisse à un niveau horizontal. Pour
étudier le mouvement du centre des demeures, nous sélectionnons un enseignant lorsque
l'équilibre est inexistant (Figure1).

25
1-Etudie du mouvement du système oscillant en cas de frottements négligeables

Le corps est éloigné horizontalement de sa position d’équilibre dans le sens positif par la
distance 𝑥𝑚 = 4𝑐𝑚 et libéré sans vitesse initiale à l’instant t=0s.

1.1-Par l'application de la deuxième loi de Newton, trouver l'équation différentielle satisfaite


par l’abscisse x.

1.2-Calculez la raideur K du ressort en notant que la période propre d’oscillation du système


est T0=0.6s

1.3-Donner l'équation temporelle du mouvement.

1.4-Identifiez la direction et l'intensité de la force de rappel appliquée par le ressort sur le corps
à l’ instant𝑡1 = 0.3𝑠

2-Etude énergétique du système oscillant.

Nous choisissons le cas où le ressort n’est pas déformé comme référence de l'énergie potentiel
élastique, et le niveau horizontal qui comprend le plan parallèle à l’axe du ressort comme état
référentiel de l’énergie potentielle de pesanteur. À l'origine des dates, nous considérons que le
centre d’inertie du corps est +Xm.

La figure 2 montre les variations temporelles de l’énergie cinétique, l'énergie potentiel


élastique 𝐸𝑝𝑒 et de l’énergie mécanique Em du système oscillant.

26
2.1-Identifiez, en justifiant à votre réponse, les courbes qui représentent 𝐸𝑝𝑒 et 𝐸𝑚

2.2-Expliquer la diminution de l'énergie mécanique.

2.3-Trouver la valeur du travail appliquée par le ressort sur le corps entre les deux moments
t0=0 et t1=0.3s

27
EXAMEN RAB3 2017-2018

Exercice1 (questions de cours de propagation des ondes)

1-Donner une définition de l’onde mécanique progressive.

2-Donner deux exemples d’ondes mécaniques transversales.

3- Donner l’intervalle approximatif des longueurs d’ondes  dans le vide du domaine visible

4-Répondre par « Vrai » ou « Faux » aux propositions suivantes sans donner aucune justification

a- l’onde mécanique diffractée a la même longueur d’onde que celle incidente


b- l’onde ultrasonore ne peut pas subir le phénomène de diffraction
c- Pour une lumière monochromatique de longueur d’onde dans le vide   600nm , et
pour une fente de taille a  0.5m , on ne peut pas observer le phénomène de diffraction.
d- Un milieu est considéré dispersif pour une onde mécanique si la célérité de cette onde
dépond de sa longueur d’onde.
e- La taille de la tache centrale des franges observées lors du phénomène de diffraction est
inversement proportionnelle à la longueur d’onde de la lumière incidente.

Exercice2 (mouvement plan)

Cet exercice a pour objectif, l’étude du mouvement d’un ballon dans le champ de pesanteur uniforme.
Pendant un match de foot ball, un joueur a tiré un coup franc direct du point O pour marquer le but, sans
que le ballon touche pendant son parcours le mur constitué de quelques joueurs de l’équipe adverse. Le
point O se trouve à la distance L de la ligne du but et de la distance D du mur dont la hauteur maximale
est hm (Figure ci-dessous).

Données: - On néglige l’action de l’air et les dimensions du ballon devant toutes les distances

- On prend l’intensité de la pesanteur : g = 10 m.s -2 ; L = 20 m ; hm = 2,2 m ; D = 9,2 m.


A l’instant t = 0, le joueur a envoyé le ballon du point O avec une vitesse initiale V0 formant l’angle α

= 32° avec l’horizontale et de norme V0 = 16 m.s-1. On étudie le mouvement du ballon dans un


référentielle terrestre orthonormé R(O, i , j ) supposé galiléen.

28
1- En appliquant la deuxième loi de Newton, établir les deux équations horaires x(t) et y(t)
du mouvement du ballon.
2- En déduire l’équation de la trajectoire du mouvement du ballon dans le repère R.
3- Vérifier que le ballon passe au dessus du mur.
4- Déterminer les cordonnées du point S sommet de la trajectoire du ballon.
5- Déterminer la valeur de la vitesse V du ballon au moment de son entrée dans les bois.

Les bois
Le mur

α hm
O x
D

L
Exercice3 (Pendule élastique)

L’objectif de cet exercice est l’étude d’un oscillateur mécanique constitué d’un ressort à spire non
jointive, de masse négligeable et de constante de raideur K=20 N.m-1, et un solide S de masse
m=200 mg. On néglige les frottements et on prend g=9,81m.s -2.

1- Oscillations libres non amorties


On repère la position du solide S par l’abscisse x sur l’axe verticale (O, i ) orienté vers le bas (figure
ci-dessous). L’origine de l’axe est confondue avec G0 position du centre d’inertie G à l’équilibre.
A l’instant t=0, on lance le solide avec une vitesse initiale v0=0.50m.s-1 vers le bas

1-1 Trouver l’allongement le du ressort à l’équilibre.

1-2 Etablir l’équation différentielle vérifiée par l’abscisse x au cours du temps. En déduire la nature
du mouvement de l’oscillateur.

2
1-3 La solution de l’équation différentielle précédente s’écrit sous la forme: x(t )  X m cos( t  )
T0
. Déterminer les valeurs des constantes T0,  et Xm

2- Energie de l’oscillateur

29
Les états de référence de l’énergie:

 Epp=0 dans le plan horizontal contenant G0


 Epe=0 quand le ressort n’est pas déformé.

2-1 Trouver l’expression de l’énergie potentielle de l’oscillateur en fonction de K, le , x, g et m.

2-2 Trouver, à partir de l’énergie mécanique, l’expression de la vitesse du centre d’inertie G au passage
par la position de l’équilibre dans le sens positif en fonction de K , Xm et m.

30
EXAMEN RAB3 2018-2019

EXERCICE1 (5pts)

1-Donner une définition de la longueur d’onde λ


2-Quelle différence existe-t-il entre l’onde mécanique et l’onde lumineuse ?
3- Donner la condition de diffraction d’une onde mécanique périodique de longueur d’onde λ
par une fente de largeur a.
4-Répondre par « Vrai » ou « Faux » aux propositions suivantes sans donner aucune
justification
f- l’onde mécanique diffractée a la même célérité que celle incidente
g- un milieu est considéré dispersif si la célérité de l’onde qui se propage dans ce milieu
dépond de sa longueur d’onde.
h- L’air est milieu dispersif pour les ondes sonores.
i- La taille de la tache centrale des franges observées lors du phénomène de diffraction de
la lumière augmente si la largeur de la fente diminue.

EXERCICE2 (8pts)
Pour étudier le mouvement d’un skieur lors d’un entrainement on modélise la piste comme étant
constituée de trois parties :
Une partie AB sous forme d’un arc de cercle de rayon r = 1,25 m et de centre I.
Une partie CD rectiligne (CD=L=5,0m), inclinée par rapport à l’horizontale d’un angle
α = 30°et dénivelée par rapport au niveau du point B par la distance BC= 1 m
Une partie DE rectiligne horizontale

Le skieur et ses accessoires de masse m = 80 kg part de A sans vitesse initiale et arrive en B


avec une vitesse de vecteur ⃗⃗⃗⃗
VB = 5. i la valeur de la vitesse est en (m.s -1)

31
1- Mouvement du skieur sur la piste AB

1- En appliquant la deuxième loi de Newton.


1-1 Déterminer l’expression de l’intensité R de la force exercée par la piste sur le skieur en un
point M du parcourt en fonction de g; r; m; θ ; et VM vitesse du skieur au point M
1-2 Calculer en B la valeur de R
1-3 déterminer en B la valeur de l’accélération a du skieur.
2- Le chute libre du skieur

A une date prise comme origine (t = 0), le skieur quitte B à la vitesse ⃗⃗⃗⃗
VB pour arriver en un
point P.
On considère que le chute du skieur est libre et que le repère (O; i ; j )est orthonormé.
2-1 déterminer les expressions des deux équations horaires 𝑥(t) et y(t).
2-2 En déduire l’expression de la trajectoire du skieur dans le repère (O; i ; j )
2-3 Au point N de la partie CD tel que CN =3m, se trouve un arbre (arbuste) de hauteur (h=1m).
Montrer que cet arbre ne peut pas entraver le mouvement du skieur.
2-4 déterminer la distance d= CP qui sépare le point C du point d’arrivé P
2-5 En déduire la durée de la chute du skieur
2-6 déterminer l’expression puis la valeur de la vitesse minimale VB(min) que doit avoir le skieur
au point B pour atteindre la partie horizontale DE
EXERCICE3 (7pts)
Cet exercice a pour but de comparer le mouvement de chute verticale de deux balles et de
déterminer un coefficient aérodynamique Cx caractérisant une balle de tennis.
Le Cx est un coefficient aérodynamique ; un nombre sans dimension lié à la distribution de
pression et au frottement que subit un objet mobile dans un fluide.
On considère une balle de tennis notée (b1) de masse m1= 58,0g et de rayon r1=3,35.10-2 m et
de volume V0 et une autre balle notée (b2) de même rayon que la première mais de masse m2
(m2˃m1)
On lâche d’une hauteur H=50 m à t = 0, sans vitesse initiale, les deux balles et on filme leurs
mouvements.
4
Données : le volume d’une sphère V = 3 πr 3 et g = 10 m. s2 .

la masse volumique de l’air ρ = 1,3 kg. m−3


1- Etude du mouvement de la balle (b2)

Sachant que la balle ne subit que l’action de son poids


1-1 déterminer l’équation différentielle vérifiée par la vitesse v2 de la balle b2.
1-2 déterminer la distance d2 parcourue par la balle à l’instant t = 2 s

32
2- détermination du coefficient Cx de la balle (b1)

Au cours de son mouvement la balle de tennis est soumise à :

 son poids ⃗⃗⃗


P1
π
 la force de frottement fluide f = − Cx ρr 2 v

2

ρ la masse volumique de l’air – v vitesse de la balle


 l’effet de la poussée d’Archimède est négligeable
dv v
2-1 Montrer que = g (1 − α) en précisant l’expression de α
dt

2-2 déterminer l’expression de la vitesse limite vℓ de la balle (b1) en fonction des paramètres
de l’exercice.
2-3 Le traitement du fichier vidéo a permis de tracer les deux courbes représentatives

a) déterminer le temps caractéristique du mouvement de la balle


b) évaluer le Cx de la balle b1.
3- Comparaison des mouvements des deux balles
a) Déterminer à l’instant t = 2 s la distance d qui sépare les deux balles

Interpréter ce résultat en précisant par une expression littér

33
Corrections d’examens

34
Correction de l’examen RAB3 2012-2013

Exercice1

1.1. Texte concernant Huygens

1.1.1. Les ondes mécaniques nécessitent un milieu matériel (solide, liquide ou gaz) pour se propager
tandis que les ondes lumineuses peuvent se propager en l’absence de matière c’est-à-dire dans le vide.
Le concept “d’éther” est inutile.

1.1.2. “La lumière s’étend de toutes parts” : On retrouve l’idée qu’une onde se propage dans toutes
les directions qui lui sont offertes.

“Les ondes lumineuses se traversent l’une l’autre sans s’empêcher” : On retrouve l’idée que deux
ondes peuvent se croiser sans se perturber.

" la propagation de la lumière depuis un objet lumineux ne saurait être4 par le transport d'une matière"
: On retrouve l’idée qu’une onde réalise un transport d’énergie sans transport de matière.

1.2. Texte concernant Fresnel

1.2.1. La lumière blanche du Soleil est polychromatique. Elle est constituée d'une infinité de radiations
de fréquences différentes.

1.2 2. Le diamètre du fil joue un rôle sur le phénomène de diffraction, en effet plus le diamètre du fil est
petit et plus le phénomène de diffraction est marqué.

Ordre de grandeur du diamètre du fil: il doit se rapprocher le plus possible de l'ordre de grandeur de la
longueur d'onde de la lumière ( Fresnel utilise de la lumière visible dont 400    800 nm ).

Remarque: Ne pas dire que  doit être inférieure ou égale au diamètre du fil. Alors comment expliquer
1
que dans l'expérience présentée ensuite, il y a bien diffraction pour 𝑎
= 1,0.104𝑚 1 ,

soit a = 1,0.102m alors que 𝜆 = 560 nm = 0,560 µm.

2. Diffraction

𝐿 L
2.1. D’après la figure 1 :tan 𝜃 = 2𝐷 comme  est petit, on atan 𝜃 = 𝜃 soitθ = 2D

35
2.2. On a θ = λa avec  en radian ;  et a en mètre.

2.3. La courbe  = f(1/a) est une droite passant par l’origine, or l’expression précédente montre que 
et 1/a sont proportionnels (coefficient directeur ). La figure 2 est en accord avec la relation. .

2.4. Le coefficient directeur de la droite représentative de  = f(1/a) est égal à la longueur d’onde .

2.5. A l’aide de la figure 2, on peut calculer le coefficient directeur de la droite :

1
soit le point ( = 3,5.104 m1 ;  = 2,0.102 rad)
a

1
=.a  = 2,0.102 = 5,7.107 m donc la valeur à retenir est  = 560 nm
3,5.104

3. Dispersion :

3.1. La fréquence d’une onde lumineuse ne dépend pas du milieu de propagation.

3.2. L’indice optique n d’un milieu transparent est le quotient de la célérité c (3,00. 10 8 m/s) de la
lumière dans le vide et de la célérité v de la lumière dans ce milieu : n = c / v

3.3. Un milieu est dit dispersif si la célérité des ondes qui le traverse dépend de leur fréquence. Comme
n dépend de v et que, dans un milieu dispersif, v dépend de la fréquence alors on en conclut que
l’indice n d’un milieu dispersif dépend de la fréquence.

3.4. Pour un même angle d’incidence i 1, l’angle de réfraction i2 sera différent pour deux ondes
lumineuses monochromatiques de célérités différentes (c’est à dire de fréquences différentes, c’est à
dire de couleurs différentes). Les différentes composantes d’une lumière polychromatique seront donc
déviées différemment lors de la traversée d’un prisme qui décompose ainsi la lumière
polychromatique.

Exercice2

3- Etude du mouvement sur le segment AB


1.1. les cordonnés du vecteur accélération ⃗⃗⃗⃗
𝑎𝐺 dans le repère R1 est :

 système étudié : [𝑐𝑜𝑟𝑝𝑠 (𝑆)]

36
 Bilan des forces
𝑃⃗ : Poids du corps (S)
𝑅⃗ : Force exercée par le plan incliné

On considère (A ,𝑖 , 𝑗⃗ ) lié à un référentiel terrestre est considéré comme galiléen, on


applique la
deuxième loi de Newton : ∑𝐹⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑥𝑡 = 𝑚𝑎⃗⃗⃗⃗𝐺

On a: 𝑃⃗ = 𝑚. 𝑔. sin 𝛼 𝑖⃗⃗1 − 𝑚. 𝑔. cos 𝛼 𝑗1


- Les frottements sont négligeables donc : 𝑅⃗ = 𝑅⃗𝐽1
𝑚. 𝑔. sin 𝛼 𝑖1 + (𝑅 − 𝑚. 𝑔. cos 𝛼 )𝑗1 = 𝑚. 𝑎
Projection sur l’axe Ax1 : 𝑚. 𝑔. sin(𝛼) + 0 = 𝑎𝑥 donc
𝑑𝑣𝑥
𝑎𝑥 = = 𝑔. sin 𝛼 ; A.N 𝑎𝑥 = 9.8 × sin(20°) = 2.35 𝑚. 𝑠 −2
𝑑𝑡
𝑒𝑡comme l’étude du mouvement de G est suivant l’axe Ax1 donc la projection sur
𝑑𝑣𝑦
l’axe Ay1 donne 𝑎𝑦 = =0
𝑑𝑡
1.1 VB la vitesse du corps S au point B
𝑑𝑣𝑥
On a 𝑎𝑥 = = 𝑔. sin 𝛼
𝑑𝑡

et par intégration on trouve 𝑣𝑥 (𝑡) = 𝑔 sin(𝛼)(𝑡) + (𝑣𝑥0 )


et d’après les condition initiales on a :
𝑑𝑥
(𝑣𝑥0 ) = 0 , alors = 𝑣𝑥 (𝑡) = 𝑔 sin(𝛼) . 𝑡
𝑑𝑡

(1) 𝑉 = 𝑔. sin(𝛼) . 𝑡

et par intégration 2è𝑚𝑒 fois

1
On a 𝑥(𝑡) = 𝑔. sin(𝛼) 𝑡 2 (2)
2

On elimine t entre (1) et (2), donc l’expression de V est : 𝑉 = √2. 𝑥. 𝑔. sin(𝛼)


-lorsque (S) passe par le point B ;
𝑥𝐵 = 𝐴𝐵d’où 𝑉𝐵 = √2. 𝐴𝐵. 𝑔. sin(𝛼)

A.N : 𝑉𝐵 = √2 × 2.4 × 9.8 × sin(20°)


𝑉𝐵 = 4. 𝑚. 𝑠 −1
1-7 L’intensité de la force R appliquée par le sol AB sur le corps S
Par projection de l’équation vectorielle sur l’axe Ay1 :
𝑃𝑦 + 𝑅𝑦 = 𝑚. 𝑎𝑦

37
c.à.d. −𝑚. 𝑔. cos(𝛼 ) + 𝑅 = 0 A.N: R=645N
4- Etude du mouvement dans l’air
2.1. Déterminer à un instant t, Vx la composante horizontale du vecteur vitesse en
fonction de m, Vc , f1, et t.
- Système étudié : [𝑐𝑜𝑟𝑝𝑠 (𝑆)]
- Bilan des forces
𝑃⃗ : Poids du corps (S)
⃗⃗⃗
𝑓1 : Force de frottement de l’air
On applique le PFD :

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∑𝐹 𝑒𝑥𝑡 = 𝑚𝑎
⃗⃗⃗⃗𝐺

𝑃⃗ + 𝑓 = 𝑚𝑎
⃗⃗⃗⃗𝐺
Projection sur l’axe x :
𝑃𝑥 − 𝑓𝑥 = 𝑚𝑎𝑥
0 − 𝑓𝑥 = 𝑚𝑎𝑥
𝑑𝑣𝑥
−𝑓𝑥 = 𝑚
𝑑𝑡
𝑑𝑣𝑥 𝑓𝑥
= = 𝑐𝑡𝑒
𝑑𝑡 𝑚
𝑓𝑥
𝑣𝑥 = 𝑡 + 𝐶1
𝑚
𝐶1 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 à 𝑑é𝑡𝑒𝑟𝑚𝑖𝑛𝑒𝑟
𝑣𝑥 (𝑡 = 0) = 𝐶1 = 𝑣𝑐
−𝑓
𝑣𝑥 (𝑡) = 𝑡 + 𝑣𝑐
𝑚

à l’instant tD=0,86s, le centre d’inertie du corps S arrive au point D située sur la surface de l’eau où la
composante Vx s’annule

2-2-1 la valeur de la force f1 est :

−𝑓
Au point D 𝑣𝑥 (𝑡𝐷 ) = 0 c.à.d 0 = 𝑚
𝑡𝐷 + 𝑣𝑐

𝑣𝑐
𝑓= 𝑚
𝑡𝐷

70 × 4.67
𝑓= = 380𝑁
0.86

38
2-2-2- l’altitude h du point C par rapport à la surface de l’eau est :

Projection sur l’axe y :


𝑃𝑦 + 𝑓𝑦 = 𝑚𝑎𝑦
𝑑𝑣𝑦
−𝑚𝑔 + 0 = 𝑚
𝑑𝑡
𝑑𝑣𝑦
= −𝑔 → 𝑣𝑦 = −𝑔𝑡 + 𝑐𝑡𝑒
𝑑𝑡
et d’après les condition initiales on a :
𝑣𝑦 (𝑡 = 0) = 0 =cte
1
𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑦 = − 𝑔𝑡 2 + 𝑦0
2
y(t=0)=y0=h
1
𝑦 = − 𝑔𝑡 2 + ℎ
2
Au point D on a : y(tD)=0

1
− 𝑔𝑡𝐷 2 + ℎ = 0
2

1
ℎ = 𝑔𝑡𝐷 2 = 0.5 ∗ 9.8 ∗ 0.86 ∗ 0.86 = 3.62 𝑚
2

39
Correction de l’examen RAB3 2013-2014
Exercice 1

1- Etude du mouvement sur le plan AB


1.1-

* Ensembles étudies : {skieur}

* Les forces appliquées sur le skieur est : le poids ⃗P ; les frottements : 𝑓

* référentiel : repère Galiléen R1(A, i1, j1).

⃗ ext = ma⃗ d’où


* Selon la 2émé loi de newton on a : ∑F ⃗P + 𝑓 = ma⃗ ( 1)

- La projection sur l'axe ⃗⃗⃗⃗⃗


ox ′ : Px + fx = ma et P sinα - f sinφ = max

mg sinα – f sinφ = max ( 2)

- La projection sur l'axe ⃗⃗⃗⃗⃗⃗


oy ′ : Py + fy = 0 et -mg cosα + f cosφ = 0 (3)

mg cosα
Donc: f= cosφ

On remplace l'expression de f dans (2) et on trouve :

mg cosα cosα.sinφ
mg sinα –( ) sinφ = max d’où : g ( sinα - )=a
cosφ cosφ

gsinα−a a
g sinα – gk cosα = a donc : k= tanφ = = tan α - g cosα
g cosα

dv Δv VB −VA VB
1.2- On a : 𝑎 = = alors: a= =
dt Δt tB −tA tB

V
( B ) (
20
)
tB
Donc: k = tan α − g cosα et par AN : 𝑘 = tan(20) − 9,8cos(20) = 0,147
10

1.3- R l’intensité de la force appliqué par le plan AB sur le skieur

R = f = √fx2 + fy2

40
mg cosα mg cosα
R = √(fcosφ)2 + (fsinφ)2 = √( cosφ)2 + ( sinφ)2
cosφ cosφ

cosφ sinφ
R = mg cosα √(cosφ)2 + (cosφ)2 = mg cosα √1 + 𝑘 2

AN : R= 80. 9,8 cos (20) √1 + (0,147)2 alors : R= 744.52 N

2- Etude du mouvement de saut

2.1- le skieur soumis seulement à son poids

Donc : d'après la 2émé loi de newton on trouve :

⃗P = 𝑚a⃗ d’où 𝑚g⃗ = 𝑚a⃗ ; alors: g⃗ = a⃗

- La projection sur ox
⃗⃗⃗⃗ ax = 0 Vx = C2 = VCx

Donc :

-La projection sur oy


⃗⃗⃗⃗ ay = -g Vy = -gt + C1 = -gt + VCy

Vx = VCx cosα par intégration x(t) = VC cosαt + C'1

Vy = -gt + VCy sinα par intégration y(t) = -1/2gt2 + VC sinαt + C'2

à t=0 ; au point C on a (y0=0 ; x0= -L)

Donc : x(t) = VC cosαt – L

y(t) = (-1/2)gt2 + VC sinαt

x+𝐿
et après la relation : x(t) = VC cosαt-L on trouve : t =
cosα Vc

x+L x+L
On remplace t dans y(t) on trouve : y(t)=(-1/2)g(cosα V )2 + 𝑠𝑖𝑛𝛼 ( cosα )
c

g
Alors: y(x) = (-1/2) ((cosα V 2 ) (𝑥 + 𝐿)2 + 𝑡𝑎𝑛𝛼 . (x+L)
c)

41
2.2- le sommet atteint lorsque Vy(ts) = 0 ce qui implique que :

sinα Vc
Vy(ts)= -gts + VC sinα = 0 d’où ts = g

On remplace dans y(t) et x(t) on trouve :

sinα Vc 2 sinα Vc (sinα Vc )2


ys=-(1/2) g( ) + Vc sin α ( ) alors : ys =
g g 2g

𝑠𝑖𝑛𝛼 𝑉𝑐 ( Vc )2𝑐𝑜𝑠𝛼 sin 𝛼 ( Vc )2sin 2𝛼


xs= Vc 𝑐𝑜𝑠𝛼 . ( )- L; d’où : xs = −𝐿= −𝐿
𝑔 2g 2g

(16,27 sin(20))2
AN: ys= = 1.58m
2. 9,8

(16.27)2 .sin(2. 20)


xs = − 15 = −6,32𝑚
2. 9,8

2.3- on a la portée est l'abscice xp du point p dont l'ordonnée est yp est nulle

- au point du sol :
−g
yp= (xP + L)2 + tan α( xp + L) = 0;
2V2c .cos2 𝛼

g
d’où : 2V2 .cos2 𝛼 ( xp + L) = tan α ; ainsi que :
c

𝑡𝑎𝑛𝛼 .2V2c cos2 𝛼 𝑠𝑖𝑛𝛼 .2V2c cos2 𝛼 𝑠𝑖𝑛𝛼 .2V2c .cos𝛼


xp= −𝐿 = −𝐿= −𝐿
g cosα g g

sin(2𝛼 ).V2c
donc : xp= −𝐿
g

 Pour que le skieur ne tombe pas dans le sol il faut que xp ≥ 0

sin(2𝛼 ).V2c 15g


xp= − 𝐿 ≥ 0 ainsi VC ≥ ( )½
g sin (2𝛼 )

15g
 Pour la valeur minimale de la vitesse Vc, c.-à-d. : VC = ( )½
sin(2𝛼 )

15. 9,8
Donc : VCmin = ( )½ = 15.12𝑚/𝑠
sin(2.20 )

2.4- soit VE de la vitesse du skieur au point E, on a :

sin(2𝛼 ).V2E g .(XE+L) g .(XE+L)


xE = −𝐿; d’où: V2E = ; alors VE = ( )½
g sin(2𝛼 ) sin(2𝛼 )

9,8 . (−2+15)
AN : VE = ( )½ = 14.07 𝑚/𝑠
sin(2.20 )

42
Exercice 2

1/Dispersion de lalumière

c λ0R ⋅f
On sait que l’indice de réfraction est donné par nR = V =
R λR ⋅f

Avec f est la fréquence de l’onde lumineuse qui ne dépond pas du milieu de propagation

λ λ0R
D’où : nR = λ 0 ainsi λR =
R nR

B
1.1- Pour calculer A et B, on a n  A  ; et d'après les deux relation
02

B B
nR = A + et nV = A + 2 on trouve :
R
2
V

n2 n2v nR −nv
nR – nV = 𝐵( λ2R − ) alors: B= n2
0R λ2ov R − nv
2
λ2
0R λ 2
0v

AN : B = 1,19 ×10-3 μm2 = 1.19×10-15 m2

Si on remplace la valeur de B dans l’expression de nR , on trouve que :

B
A= nR -
 2R

AN : A = 1.505

2/ Diffraction de la lomière

2.1- pour obtient la diffraction de la lumière on :

𝑎
a≤𝜆 ainsi ≤1
𝜆

d
2.2- D’après la figure (2), on a ∶ tanθ = 2D

d
Pour des petites valeurs de θ, on a : tanθ ≈ θ , Ainsi : θ =
2D

λ λ d 2D.λ
Or θ = a , on déduit que = 2D et finalement d=
a a

43
1 1
2.3- D’après la figure (3), la distance d varie linéairement avec selon la fonction d = 𝑘 . a
a

avec :

Δd (2−0)×10−3
k= 1 = (0.9−0)×103 = 2.22 × 10−6 𝑚2
Δ( )
a

1
Or d’après la question précédente, on a d = 2D. λ a

Ainsi, par identification on trouve que : k = 2D. λ

Donc :

k 2,22×10−6
λ= = = 740 𝑛𝑚
2D 2×1.5

44
Correction de l’examen RAB3 2014-2015

Exercice1

1-les ondes ultrasonores :

1-2-Définition d'une mécanique :

Une onde mécanique progressive est le phénomène de propagation d'une perturbation dans un
milieu matériel, sans transport de matière mais avec transport d'énergie.

1-1-Définition d'une onde longitudinale :

Une onde longitudinale est un type d'onde pour lequel la déformation du milieu se fait dans la
même direction de la propagation de l’onde.

2-vitesse de propagation et milieu de propagation :

2-1- D'après les graphes on remarque que le signal reçu par le récepteur dans l'air est en retard par
rapport au signal reçu par le récepteur dans l'eau donc la propagation des ultrasons est la plus rapide
dans l'eau que dans l'air.

2-2-la vitesse de propagation des ultrasons dans l'eau :

𝑑 𝑙
𝑜𝑛 𝑎 ∶ 𝑉 = =
𝛥𝑡 𝛥𝑡

𝐴. 𝑁 ∶ 𝑙 = 20𝑐𝑚 = 0.2𝑚

Δ𝑡 = 140𝜇𝑠 = 140 ∗ 10−6 𝑠

0.2
𝑉= = 1428𝑚 ∗ 𝑠 −1
140 ∗ 10−6

45
3-1-sans plaque de plexiglas.

3-1-1-d'après l'oscillogramme

𝑜𝑛 𝑎 ∶ 𝑡𝑅 = 20𝜇𝑠 ∗ 7 = 140𝜇𝑠 = 140 ∗ 10−6 𝑠

3-1-2-l'expression de 𝑡𝑅 en fonction de V et D:

2𝐷 2𝐷
𝑉= = ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑡0 = 0
𝑡𝑅 − 𝑡0 𝑡𝑅

2𝐷
𝑡𝑅 =
𝑉

3-2-avec la plaque de plexiglas :

3-2-1-d'après l'oscillogramme.

𝑡𝑅 = 20𝜇𝑠 ∗ 7 = 140𝜇𝑠

𝑡′𝑅 = 20𝜇𝑠 ∗ 6 = 120𝜇𝑠

𝑡′𝑅 ≺ 𝑡𝑅

Donc les ultrasons se propagent plus vite dans le plexiglas que dans l'eau.

3-2-2-

a- soit la longueur du trajet total aller-retour du signal dans l'eau uniquement

𝐿 = 2𝐷 − 2𝑒 = 2(𝐷 − 𝑒)

46
b-expression de t'(R) en fonction de D,e,V,V'

*durée du parcours dans l'eau uniquement à la vitesse V:

𝐿 2(𝐷 − 𝑒)
𝑡′′𝑅 = =
𝑉 𝑉

*durée du parcours dans le plexiglas uniquement est

2𝑒
𝑡′′𝑅 =
𝑉′

*durée total du parcours est :

2(𝐷 − 𝑒) 2𝑒
𝑡′ = 𝑡′′𝑅 + 𝑡′′′𝑅 = +
𝑉 𝑉′

3-2-3-L'expression de 𝑡𝐴 en fonction de d et V

On a

2𝑑 2𝑑
𝑉= 𝐷𝑜𝑛𝑐 𝑡𝐴 =
𝑡𝐴 𝑉

3-2-4-l'expression de 𝑡𝐵 en fonction de d,e,V,V'

On a : t B = tA + t’’R
47
Donc

2𝑑 2𝑒
𝑡𝐵 = +
𝑡𝐴 𝑉′

3-3-Exploitation des résultats :

2𝐷 2(𝐷 − 𝑒) 2𝑒
𝑜𝑛 𝑎 ∶ 𝑡𝑅 − 𝑡 ′ 𝑅 = + −
𝑉 𝑉 𝑉′

2𝑒 2𝑒
𝑡𝑅 − 𝑡 ′ 𝑅 = − (𝑟𝑒𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 1)
𝑉 𝑉′

De même :

2𝑑 2𝑒 2𝑑
𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 = + −
𝑉 𝑉 𝑉

2𝑒
𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 = (𝑟𝑒𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 2)
𝑉′

3-3-1-l'expression de l'épaisseur e de la plaque :

2𝑒 2𝑒 2𝑒 2𝑒
𝑜𝑛 𝑎 ∶ (𝑡𝐵 − 𝑡 ′ 𝑅 ) + (𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 ) = − + =
𝑉 𝑉 𝑉′ 𝑉

𝑉
𝐷𝑜𝑛𝑐: 𝑒 = (𝑡 − 𝑡 ′ 𝑅 + 𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 )
2 𝑅

3-3-2- calculer la valeur de l’épaisseur de la plaque en prenant

48
𝐴. 𝑁: 𝑡′𝑅 = 1.2 ∗ 10−4 𝑠 ; 𝑡𝐴 = 6.2 ∗ 10−5 𝑠

𝑡𝐵 = 7.2 ∗ 10−5 𝑠 ; 𝑉 = 1.43 ∗ 103 𝑚/𝑠

𝑡𝑅 = 1.4 ∗ 10−4 𝑠

𝑒 = 0.02145𝑚 = 21.45𝑚𝑚

3-3-3-d'après la relation 2 :

2𝑒 2 ∗ 0.02145
𝑉′ = = = 4290 𝑚/𝑠
𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 (7.2 − 6.2) ∗ 10−5

Donc

𝑉 ′ = 4290 𝑚/𝑠

Et

𝑉 = 1430 m/s

𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑉 ≺ 𝑉′

Ceci est en accord avec la question 3.2.1

3-4-principe de l'échographe :

3-4-1-

2𝑒 2𝑒 1 1
𝑜𝑛 𝑎 ∶ 𝑡𝑅 − 𝑡′𝑅 = − ′ = 2𝑒( − ′ )
𝑉 𝑉 𝑉 𝑉

1 1
𝑡′𝑅 = 𝑡𝑅 − 2𝑒( − ′ )
𝑉 𝑉

49
Comme𝑡𝑅 .V et V' sont des constantes, on remarque que si l'épaisseur e augmente 𝑡′𝑅 est
diminue et inversement donc si le sonde descend, l'épaisseur augmente et par suite 𝑡′𝑅 est diminue

3.4.2-

2𝑒
𝑜𝑛 𝑎 ∶ 𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 =
𝑉′

Comme V' est constante, on remarque que l'écart 𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 est proportionnel à l'épaisseur e, donc
augmente, et par suite l'écart 𝑡𝐵 − 𝑡𝐴 augmente

Exercice2

1-Etude du mouvement sur le segment AB

1-1-Les coordonnées de vecteur accélération a dans le repère R1

*Au cours du mouvement de (S) sur le segment AB, (S) est soumis à :

 𝑃⃗ ∶ 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 de (s)
 𝑅⃗: 𝑟é𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑝𝑙𝑎𝑛 𝐴𝐵

D’après la 2éme loi de newton on a :

∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑒𝑥𝑡 = 𝑚. 𝑎𝐺

50
𝑅⃗ + 𝑃⃗ = 𝑚. ⃗⃗⃗⃗
𝑎𝐺 (1)

*Projetons la relation (1) sur l’axe (Ax) on trouve :

𝑃𝑥 + 𝑅𝑥 = 𝑚𝑎𝐺𝑥

0 + 𝑚. 𝑔. sin(𝛼 ) = 𝑚. 𝑎𝐺𝑥

𝑎𝐺𝑥 = 𝑔. sin(𝛼)

𝑎 = 3,35 𝑚. 𝑠 −1
{ 𝐺𝑥
𝑎𝐺𝑦 = 0

*Projetons la relation (1) sur l’axe (Ay) on trouve :

𝑅 − 𝑚. 𝑔. cos(𝛼 ) = 0

𝑅 = 𝑚. 𝑔. cos(𝛼 )

𝑅 = 644,63𝑁

1-2-La vitesse du corps S au point B:

𝑜𝑛𝑎 ∶ 𝑉𝐵 2 − 𝑉𝐴 2 = 2. 𝑎. 𝐴𝐵

Or : 𝑉𝐴 = 0  𝑉𝐵 2 = 2. 𝑎. 𝐴𝐵

𝑉𝐵 = √2. 𝑎𝐴𝐵

𝐴𝑁: 𝑉𝐵 = √2 × 3,35 × 2,4

𝑉𝐵 = 4 𝑚/𝑠

2-Etude du mouvement dans l’air

2-1-Détermination de V en fonction de mx, Vl, f1, t

51
*Au cours du mouvement de (S) sur l’air, (S) est soumis à :

 𝑃⃗ ∶ 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 de (s)
 ⃗⃗⃗
𝑓1 : 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑎𝑖𝑟 𝑎𝑟𝑡𝑖𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑙

D’après la 2éme loi de newton on a :

∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑒𝑥𝑡 = 𝑚. 𝑎𝐺

⃗⃗⃗
𝑓1 + 𝑃⃗ = 𝑚. ⃗⃗⃗⃗
𝑎𝐺 (1)

Projetons la relation (1) sur l’axe (Ox) on trouve :

𝑑𝑣𝑥
0 − 𝑓1 = 𝑚
𝑑𝑡

𝑑𝑣𝑥
𝑓1 = −𝑚
𝑑𝑡

𝑓1
∫ 𝑑𝑉𝑥 = ∫ − 𝑑𝑡
𝑚

Si t=0 : Vx=Vc= cte, Alors :

𝑓1
𝑉𝑥 = − 𝑡 + 𝑉𝑐
𝑚

2-2

2-2-1-Détermination de la valeur de f1

Si t=tD, VX=0, donc :

𝑓1
0=− 𝑡 + 𝑉𝑐
𝑚

52
𝑉𝐶
𝑓1 = 𝑚
𝑡𝑑

70 × 4,67
𝑓1 =
0,86

𝑓1 = 380𝑁

2-2-2-Détermination de l’altitude h du point C:

*Projetons la relation (1) sur l’axe (OY) on trouve :

𝑃𝑦 + 𝑓1𝑦 = 𝑚𝑎𝐺𝑦

0 − 𝑚. 𝑔 = 𝑚. 𝑎𝐺𝑦

𝑎𝐺𝑦 = −𝑔

−1 2
𝑦= 𝑔𝑡 + 𝑉𝐺𝑦 . 𝑡 + 𝑦0
2

−1
𝑦𝐷 = 𝑔𝑡𝐷 2 + ℎ = 0
2

−1
𝑔𝑡𝐷 2 = ℎ
2

ℎ = 0,5 × 9,8 × 0,862

𝐴𝑁:

ℎ = 3,62𝑚

53
Correction de l’examen RAB3 2015-2016 (session de rattrapage)

Exercice1

1-1 La longueur d’onde :


𝐝 𝟏𝟓
On a d=3λ donc λ= 3 = 𝟑
= 5mm

1-2 Vitesse de propagation de l’onde :

𝛌
V= 𝐓=λ × N= 5 × 50 × 10−3 = 0,25m/s

𝐒𝐌 𝟒𝛌 𝟒×𝟓×𝟏𝟎−𝟑
1-3 on a T= 𝐕 = = =0, 08s
𝐕 𝟎,𝟐𝟓

1-4 V’ = λ’× N ′ = 3 × 10−3 × 100

V’= 0,3𝑚/𝑠
Le milieu est dispersif, car la vitesse a changé avec la

2- la condition de la diffraction est a ≤ λ

Dans le cas a=4mm dans le cas a=8mm

Exercice2

1-1 Les forces appliques sont :

→ : Le poids
𝐩

→ : La tension du ressort exercée par le ressort sur le solide, c’est une force de rappel.
𝐅

→ : La force exercée par le support sur le solide


𝐑

Par application du PFD :

54
∑ Fext = m→
aG

On Project sur (OX)


0+0-F = mẍ
Kx = mẍ
mẍ +Kx = 0
L’équation différentielle du mouvement d’un solide, en l’absence de frottement, est:

𝑲
𝒙̈+𝒎x = 0

1-2 L’équation différentielle est de la forme

ẍ +ω0 2 x = 0
k
Avecω0 2 = m

k
Ou bien ω0 = √m(en rad/s)

2π k
ω0 = T = √m
0

k 4π2
T0 = 2π√m → K=T 2 m AN 𝐾 =10 N/m
0

1-3 Equation horaire ou la solution de l'équation différentielle:



X(t) =Xm cos( T t + φ)
0


X(t) =4× 10−2 cos( T t + φ)
0

Xm : Amplitude ou élongation maximale


ω0 : Pulsation (rad/s)
T0 : La période (s)
φ: Phase à l’origine des temps t=0

À la date t=0, nous avons : x(0) =Xm cos (φ0 )

À t=0, on a X0 = 0 donc cos (φ0 ) = 1

55
φ = cos −1 (1) = 0

10𝜋
X(t) = 4× 10−2 cos( 𝑡)
Donc 3


1-4 À la date t=0,3, nous avons X(t) = 4× 10−2 cos( 0,6 × 0,3)

X(t) = 4× 10−2 𝐜𝐨𝐬 𝛑

X(t) = 4× 10−2 ( m)

Or, on sait que →= K x→


F i

Et puisque x< 0 donc Tapez une équation ici.

→ et → ont le même sens


F i

F= - k x= -10 N/m × (−4 × 10−2 m)

F= 0.4N

2) Etude énergétique :
2-1 On sait que l’énergie potentielle élastique s’écrit sous la forme :
1
EPe = 2k x 2

à t = 0, on a x = xmax
1
EPe = 2k ( xmax ) 2
1
EPe = × 10 × (4 × 10−2 )2
2

𝐸𝑃𝑒 =0,008J

Donc la courbe 1 correspond a EPe


Et à t = 0 → v = 0. Donc Ec =0
La courbe 2 correspond a Ec

𝐸𝑚 =𝐸𝑐 + 𝐸𝑃𝑒
56
Donc la courbe 3 → Em
2-2 l’énergie mécanique décroit à cause du frottement
2-3 Le travail de la force de rappel entre t 0 et t1 est :
w(→) = -∆EP
F
1
w(→) =2 (x0 2 − x3 2 )
F

On a x0 2 = xm = 4× 10−2 m
1
On sait queEP 3 =2 k x3 2

Et d’après la courbe a t=0,3 S

𝐸 𝑃3 =0,004 J
2E 0,004
x3 2 = kP 3 =2 10

𝑥3 2 =8 × 10−4 m

Donc
1
w(→) =2 (x0 2 − x3 2 )
F
1
w(→)= 2 (16× 10−4 − 8 × 10−4 )
F

w(→)= 4× 10−3 J
𝐹

57
Correction de l’examen RAB3 2015-2016 (session de rattrapage)
Exercice1

1-2 La longueur d’onde :


𝐝 𝟏𝟓
On a d=3λ donc λ= = = 5mm
3 𝟑

1-2 Vitesse de propagation de l’onde :

𝛌
V= 𝐓=λ × N= 5 × 50 × 10−3 = 0,25m/s

𝐒𝐌 𝟒𝛌 𝟒×𝟓×𝟏𝟎−𝟑
1-3 on a T= 𝐕 = = =0, 08s
𝐕 𝟎,𝟐𝟓

1-4 V’ = λ’× N ′ = 3 × 10−3 × 100

V’= 0,3𝑚/𝑠
Le milieu est dispersif, car la vitesse a changé avec la

2- la condition de la diffraction est a ≤ λ

Dans le cas a=4mm dans le cas a=8mm

Exercice2

1-1 Les forces appliques sont :

→ : Le poids
𝐩

→ : La tension du ressort exercée par le ressort sur le solide, c’est une force de rappel.
𝐅

→ : La force exercée par le support sur le solide


𝐑

Par application du PFD :

∑ Fext = m→
aG

58
On Project sur (OX)
0+0-F = mẍ
Kx = mẍ
mẍ +Kx = 0
L’équation différentielle du mouvement d’un solide, en l’absence de frottement, est:

𝑲
𝒙̈+𝒎x = 0

1-2 L’équation différentielle est de la forme

ẍ +ω0 2 x = 0
k
Avecω0 2 = m

k
Ou bien ω0 = √m(en rad/s)

2π k
ω0 = T = √m
0

k 4π2
T0 = 2π√m → K=T 2 m AN 𝐾 =10 N/m
0

1-3 Equation horaire ou la solution de l'équation différentielle:



X(t) =Xm cos( T t + φ)
0


X(t) =4× 10−2 cos( T t + φ)
0

Xm : Amplitude ou élongation maximale


ω0 : Pulsation (rad/s)
T0 : La période (s)
φ: Phase à l’origine des temps t=0

À la date t=0, nous avons : x(0) =Xm cos (φ0 )

À t=0, on a X0 = 0 donc cos (φ0 ) = 1

φ = cos −1 (1) = 0

10𝜋
X(t) = 4× 10−2 cos( 𝑡)
3
59
Donc


1-4 À la date t=0,3, nous avons X(t) = 4× 10−2 cos( 0,6 × 0,3)

X(t) = 4× 10−2 𝐜𝐨𝐬 𝛑

X(t) = 4× 10−2 ( m)

Or, on sait que →= K x→


F i

Et puisque x< 0 donc Tapez une équation ici.

→ et → ont le même sens


F i

F= - k x= -10 N/m × (−4 × 10−2 m)

F= 0.4N

2) Etude énergétique :
2-1 On sait que l’énergie potentielle élastique s’écrit sous la forme :
1
EPe = 2k x 2

à t = 0, on a x = xmax
1
EPe = 2k ( xmax ) 2
1
EPe = × 10 × (4 × 10−2 )2
2

𝐸𝑃𝑒 =0,008J

Donc la courbe 1 correspond a EPe


Et à t = 0 → v = 0. Donc Ec =0
La courbe 2 correspond a Ec

𝐸𝑚 =𝐸𝑐 + 𝐸𝑃𝑒

Donc la courbe 3 → Em

60
2-2 l’énergie mécanique décroit à cause du frottement
2-3 Le travail de la force de rappel entre t 0 et t1 est :
w(→) = -∆EP
F
1
w(→) =2 (x0 2 − x3 2 )
F

On a x0 2 = xm = 4× 10−2 m
1
On sait queEP 3 = k x3 2
2

Et d’après la courbe a t=0,3 S

𝐸𝑃 3 =0,004 J
2E 0,004
x3 2 = kP 3 =2 10

𝑥3 2 =8 × 10−4 m

Donc
1
w(→) =2 (x0 2 − x3 2 )
F
1
w(→)= 2 (16× 10−4 − 8 × 10−4 )
F

w(→)= 4× 10−3 J
𝐹

61
62

Vous aimerez peut-être aussi