Vous êtes sur la page 1sur 3

ITBM-RBM 26 (2005) 2–4

http://france.elsevier.com/direct/RBMRET/

Etat de l’art

Physiologie respiratoire
Mécanique de la respiration et équation du mouvement respiratoire
Physiology of the respiratory system: Mechanics of the respiratory
system and equation of the respiratory movement
S. Sabry a,b, A. Holzer a, A.T. Dinh-Xuan a,*
a
Service de physiologie–explorations fonctionnelles, hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75679 Paris cedex 14, France
b
Laboratoire de physiologie respiratoire, faculté de médecine et de pharmacie, Casablanca, Maroc

Reçu le 2 septembre 2004 ; reçu en forme révisée le 21 octobre 2004 ; accepté le 23 novembre 2004
Disponible sur internet le 19 décembre 2004

1. Introduction nier est non seulement indispensable pour mieux compren-


dre les processus réglant la ventilation du sujet sain, elle
La respiration est le processus physiologique qui permet permet de plus une approche rationnelle de l’utilisation des
les échanges gazeux entre l’air ambiant et l’organisme en diverses formes d’assistance ventilatoire chez des malades
apportant de l’oxygène (O2) de l’air inspiré à l’organisme et en défaillance respiratoire.
en débarrassant l’organisme du gaz carbonique (CO2) éli-
miné dans l’air expiré. L’évolution ayant conféré à l’orga-
nisme humain son caractère aérobie strict, tout processus per- 2. Système mécanique ventilatoire
turbant à long terme les échanges gazeux entraînera
obligatoirement des maladies dont le pronostic est étroite- La ventilation est assurée par un ensemble de structures
ment lié à la sévérité de l’hypoxémie et/ou de l’hypercapnie anatomiques appelé système mécanique ventilatoire (Fig. 1).
résultante. De plus, une altération importante des échanges Ces structures sont schématiquement divisées en deux ensem-
gazeux peut rapidement être fatale, pour peu que celle-ci bles : un système ventilatoire actif, constitué des musclesres-
affecte massivement des unités respiratoires des poumons piratoires2, et un système ventilatoire passif constitué par (a)
atteints. les voies aériennes, (b) le poumon et (c) la cage thoracique
Trois processus participent de façon coordonnée et indis- délimitée par le gril costal et le diaphragme (paroi thoracoab-
sociable aux échanges gazeux : la ventilation, la diffusion et dominale).
la perfusion pulmonaire. La ventilation permet le renouvel- Lorsque des pressions (exprimées en cmH2O, mmHg ou
lement des gaz respiratoires entre l’air ambiant et les alvéo- en hPa)3 générées par les muscles respiratoires du système
les où se trouve l’interface alvéolocapillaire, barrière histo- mécanique actif sont appliquées sur les poumons et la paroi
logique1 à travers laquelle s’effectue la diffusion des gaz entre thoracoabdominale du système mécanique passif, on observe
le milieu aérien et le milieu sanguin. La perfusion pulmo- une déformation de la paroi thoracique à l’origine des varia-
naire est l’homologue circulatoire de la ventilation qui per- tions des volumes d’air (exprimés en litre) qui y sont conte-
met d’amener l’O2 des capillaires alvéolaires vers les tissus nus.4
pour l’oxygénation tissulaire et le CO2 des tissus vers les La structure histologique du poumon comporte deux élé-
alvéoles pour y être éliminé. ments qui, en s’opposant à l’expansion pulmonaire lors de
L’ensemble des structures qui assurent la ventilation cons-
titue le système mécanique ventilatoire. L’étude de ce der- 2
Dans le cas de la ventilation mécanique, le muscle respiratoire, défaillant,
est remplacé par le ventilateur.
3
* Auteur correspondant. Rappelons la correspondance entre les différentes unités de pression, avec
Adresse e-mail : anh-tuan.dinh-xuan@cch.ap-hop-paris.fr 1 mmHg = 1 Torr = 1,35 cmH2O ; 1 atmosphère = 1 bar = 105 Pascal (Pa) ;
(A.T. Dinh-Xuan). et 1 kPa = 10,19 cmH2O = 7,5 mmHg (Torr).
1 4
Perméable à certains gaz (dont l’O2 et le CO2) mais pas à d’autres La vitesse avec laquelle s’effectuent les variations des volumes d’air déter-
(hélium). mine le débit ventilatoire (exprimé en litre/seconde ou litre/minute).

1297-9562/$ - see front matter © 2004 Elsevier SAS. Tous droits réservés.
doi:10.1016/j.rbmret.2004.11.019
S. Sabry et al. / ITBM-RBM 26 (2005) 2–4 3

4. Détermination des pressions respiratoires

La connaissance des variations des volumes (DV) est habi-


tuellement aisée en pratique. La détermination des pressions
et le calcul des différences de pression (DP) peut varier selon
le site de mesure, chaque pression étant exprimée par rapport
à la pression barométrique (PB) ou pression atmosphérique
(Patm) (qui sert de pression de référence) (Fig. 1).
• La pression des voies aériennes (Pva)6.
• La pression alvéolaire (Palv) ; elle n’est pas mesurable
directement, sauf lorsqu’elle s’équilibre avec (en deve-
nant égale à) la pression des voies aériennes comme lors
Fig. 1. Système mécanique ventilatoire et différences de pressions mesura- d’une épreuve d’occlusion.
bles (selon un modèle de poumon monoalvéolaire). • La pression pleurale (Ppl) ; normalement inférieure à la
Le système mécanique ventilatoire actif comprend les muscles respiratoires
pression barométrique, la Ppl peut être estimée par la pres-
(non représentés) et le diaphragme. Le système mécanique ventilatoire pas-
sif comprend les voies aériennes, le poumon, et la paroi thoracoabdominale. sion œsophagienne (Pœso) dont les variations (DPœso) sont
P B : pression barométrique = pression de référence ~ 0 ; P va : identiques à celles de la pression pleurale (DPpl) lors du
pression des voies aériennes ; Palv : pression alvéolaire ; Ppl : pression pleu- cycle ventilatoire.
rale Pmusc : pression musculaire (principalement développée par le • La pression musculaire (Pmusc) développée par les mus-
diaphragme) ; Ptp : pression transpulmonaire = Palv – Ppl ; Ptt : pression
cles respiratoires (principalement le diaphragme mais aussi
transthoracique = P pl – P B ~ P pl ; P ttp : pression trans-thoraco-
pulmonaire = Ptt + Ptp. les muscles respiratoires accessoires), elle représente le
travail musculaire respiratoire fait par le patient.
l’inspiration, sont d’autant de facteurs d’aide à l’expiration. Les différences de pression (DP) générées à partir des pres-
Ces deux éléments sont les structures élastiques pulmonaires sions ci-dessus et applicables au système ventilatoire sont
d’une part et, d’autre part, l’interface air-liquide des bron- (Fig. 1) :
chioles distales et des alvéoles [1]. Du fait de la variabilité du • la pression dynamique permettant la mobilisation des gaz
diamètre interne des voies aériennes5, les voies aériennes entre les voies aériennes et les alvéoles, représentée par la
conduisant les gaz inspirés ou expirés représentent l’élément différence Pva − Palv.
résistif du système ventilatoire (structure résistante), alors que • la pression transpulmonaire statique (Ptp) qui permet de
le poumon et la paroi thoracoabdominale sont essentielle- distendre les poumons, représentée par la différence
ment réglés par des propriétés élastiques (structures distensi- Palv − Ppl. Palv peut être assimilée à Pva, de même, Ppl est
bles). assimilable à Pœso, la relation précédente devient : Ptp =
Palv − Ppl ≈ Pva − Pœso.
• la pression transthoracique (Ptt) qui règle le volume de la
3. Notions de résistance et de compliance respiratoires paroi thoracoabdominale chez un patient sans activité mus-
culaire, elle est égale à la différence Ppl − PB (≈ Ppl puisque
Dans les structures résistantes (cas des voies aériennes), il PB ≈ 07).
existe une relation proportionnelle entre la variation de pres- • la pression transthoracopulmonaire (Pttp) représente la
sion appliquée et le débit obtenu, répondant à l’équation : pression de l’ensemble constituée pat les voies aériennes,
R = DP ⁄ V
r le poumon et la paroi thoracique. Elle est égale à la diffé-
rence entre la pression alvéolaire et la pression barométri-
où R est la résistance, que 共 Palv − PB 兲 (≈ Palv puisque PB ≈ 0). En remplaçant Ptp
DP : la différence de pression appliquée à la structure et par Palv − Ppl et Ptt par Ppl on peut écrire la relation Pttp =
V
r le débit d’air s’écoulant à travers la structure. Ptp + Ptt. La somme algébrique des pressions transpulmo-
Dans les structures distensibles (cas du poumon et de la naires (Ptp) et transthoraciques (Ptt) détermine la pression
paroi thoracoabdominale), il existe une relation proportion- du système respiratoire total (Prs).
nelle entre la variation de pression appliquée et le change-
ment de volume obtenu, selon l’équation :
5. Équation du mouvement du système ventilatoire
C = DV ⁄ DP

où C est la compliance statique Comme son nom l’indique, cette équation permet d’appré-
hender les facteurs mis en jeu lors des mouvements respira-
DV : la variation de volume et
DP : la différence de pression appliquée à la structure.
6
Chez le patient ventilé, cette pression est indiquée par le ventilateur.
7
Ceci est une approximation, car la pression barométrique n’est pas nulle,
5
Ce phénomène est encore communément appelé bronchomotricité. elle sert ici de pression de référence.
4 S. Sabry et al. / ITBM-RBM 26 (2005) 2–4

toires [2]. Pendant l’inspiration, la pression développée par Pva = P0+ 共 DV ⁄ C 兲+ 共 R · V


r兲
l’action des muscles respiratoires (Pmusc) est utilisée pour éti-
rer les structures distensibles du poumon et de la cage thora- Lorsque les mouvements respiratoires sont assurés par la
cique (qui emmagasinent l’énergie mécanique sous forme ventilation mécanique, DV correspond au volume courant
d’énergie élastique potentielle). La pression nécessaire pour (VT) ; Vr correspond au débit d’insufflation, lui-même relié
distendre ces structures dépend des variations de volume (DV) au volume courant (VT) par la relation V r = VT⁄Ti (où Ti cor-
et de la compliance statique thoracopulmonaire (C) (voir respond au temps d’insufflation). Ainsi, en ventilation méca-
ci-dessus). La même pression (Pmusc) sera également utilisée nique contrôlée stricte (sans intervention des muscles respi-
pour vaincre la résistance qu’oppose les tissus à l’écoule- ratoires du patient, Pmusc = 0), l’équation du mouvement du
ment gazeux dans les voies aériennes (voir ci-dessus). La pres- système respiratoire s’écrit :
sion nécessaire pour surmonter cette composante résistive est
Pva = P0+共 VT ⁄ C 兲+共 R · VT ⁄ Ti 兲
proportionnelle à la résistance (R) et au débit d’air 共 V r 兲.
Ainsi, la pression musculaire (Pmusc) appliquée au système En ventilation assistée, la pression musculaire (Pmusc)
mécanique ventilatoire doit faire face à deux sortes d’oppo- s’ajoute à la pression du ventilateur pour mobiliser l’ensem-
sitions : (a) une opposition statique (Pélastique) proportion- ble du système respiratoire. L’équation du mouvement devient
nelle à la variation de volume du thorax (DV) et inversement alors :
proportionnelle à la compliance thoracopulmonaire (C) selon
la relation Pélastique = DV⁄C; et (b) une opposition dynamique Pva + Pmusc = P0 + Pélastique + Présistive
liée aux résistances frictionnelles (R) au déplacement de l’air ou :
dans les voies aériennes 共 V r 兲. selon la relation Présistive =
R ·Vr. Pva=共 P0 + Pélastique + Présistive 兲 −Pmusc
L’équation du mouvement du système respiratoire permet
de déterminer la pression nécessaire pour mobiliser l’ensem- 6. Conclusion
ble du système respiratoire [2]. En ventilation spontanée (chez
le sujet sain), cette pression correspond à la pression du sys- Le système respiratoire passif est une structure élastique
tème respiratoire total (Prs) qui est la somme algébrique des dont la mobilisation nécessite l’application des forces (mus-
pressions transpulmonaire (Ptp) et transthoraciques (Ptt). En culaires du patient ou mécanique du respirateur). La ventila-
ventilation mécanique, cette pression correspond à la pres- tion mécanique, dont le but est de suppléer partiellement ou
sion demandée au ventilateur pour mobiliser l’ensemble du totalement la ventilation du patient en défaillance respira-
système respiratoire du patient. toire, repose sur la maîtrise de tous les paramètres ventilatoi-
En mode ventilation mécanique contrôlée, la pression dans res et d’une parfaite connaissance de l’équation du mouve-
les voies aériennes (Pva) correspond à la pression requise au ment respiratoire [3].
ventilateur pour mobiliser l’ensemble du système respira-
toire du malade ventilé. Elle correspond à la pression néces-
saire pour vaincre la pression alvéolaire de départ (P0), ainsi Références
que les deux pressions d’oppositions statiques et dynami-
[1] West J. In: Respiratory physiology – the essentials. 4th edition.
ques définies plus haut, selon l’équation suivante : Baltimore: Williams and Wilkins; 1990 185 pp.
Pva = P0 + Pélastique + Présistive [2] Rodarte JR, Rehder K. Dynamics of respiration. In: Macklem PT,
Mead J, editors. Handbook of Physiology. Section 3: The Respiratory
System, Volume 3: Mechanics of Breathing, part 1. Bethesda: Ameri-
ou en exprimant les Pélastique et Présistive en fonction des varia- can Physiological Society; 1986. p. 131–44.
tions de volume (DV), de la compliance thoracopulmonaire [3] ATS/ERS Statement on respiratory muscle testing. Am J Respir Crit
(C), de la résistance (R) et du débit d’air 共 V r兲: Care Med 2002;166:518–624.

Vous aimerez peut-être aussi