Vous êtes sur la page 1sur 3

Systèmes constitutionnels comparés

Séance 1 :

Un système constitutionnel est un concept complexe car il englobe plusieurs


règles d’organisation et de fonctionnement des différents acteurs de la scène
politique. Sa nature est déterminée par la combinaison de ces différents éléments
qui permettent également de le classer. Il est le produit de l’environnement socio-
historique dans lequel il est né et dans lequel i se développe.

Des similitudes voire des parentés apparaissent entre certains systèmes


constitutionnels. Ces similitudes sont le résultat des proximités idéologiques est
socio-cultuturelles auxquelles ils se réfèrent . On parle ainsi des systèmes libéraux
ou des systèmes autoritaires. Ces classifications changent selon les manuels et
selon les idéologies en place.

La notion du système constitutionnel peut être définie comme la conséquence


des agissements des différentes forces politiques. C’est la mise en pratique des
différents concepts fondamentaux étudiés en droit constitutionnel. Comme il y a
plusieurs combinaisons possible, on est en mesure de parler de plusieurs systèmes
constitutionnels.

Dans ce cours on retiendra une classification qui met l’accent sur le critère de
la liberté. Les systèmes constitutionnels seront ainsi classés selon le degré de liberté
octroyé aux citoyens en leur sein. On distinguera entre deux catégories : Les
systèmes pluralistes libéraux et les systèmes autoritaires.

1 : Les systèmes pluralistes libéraux.

Comme leur nom l’indique, ce sont des systèmes qui impliquent la


pluralité des opinions, des courants et des partis politiques ainsi que la libre
compétition entre ces partis pour l’exercice du pouvoir. Selon l’expression de Ph.
Ardant « se sont des systèmes qui s’efforcent de réaliser la démocratie libérale».

D’une manière générale on peut les définir comme les systèmes qui
satisfont aux quatre conditions suivantes :

- Sur le plan idéologique, ils croient dans l’idéal démocratique et attachent


beaucoup d’importance à sa mise en pratique sous sa forme majoritaire. Ils
considèrent la philosophie des lumières comme une source d’inspiration et de
légitimité.

- Sur le plan économique, ces systèmes croient dans l’initiative individuelle et


pratiquent une politique économique qui tient compte de l’esprit libéral. Cela n'exclut
pas l’intervention de l’Etat, de temps en temps, pour réguler l’activité économique.

- Sur le plan politique, ils affirment l’existence des libertés individuelles et


collectives sans lesquelles il ne peut y avoir de pluralisme. Ils respectent le droit de
l’opposition et lui assurent les conditions favorables pour remplir sa mission.

- Sur le plan institutionnel, ces systèmes aménagent le pouvoir de telle sorte


que son exercice demeure modéré. A cette fin, ils s’efforcent de réaliser un double
équilibre entre l’autorité et la liberté et organisent les rapports entre les organes
chargés d’élaborer et de conduire une politique et les organes délibérants chargés
de les contrôler.

En combinant ces quatre points avec le principe de la séparation des pouvoirs,


on peut procéder à des classifications à l’intérieur même de cette famille. Etant l’un
des instruments d’analyse-clés du droit constitutionnel, la séparation des pouvoirs se
trouve à l’origine de différentes interprétations. On classe ainsi les systèmes selon le
degré de séparation ou de collaboration qui s’établit entre le pouvoir exécutif et le
pouvoir législatif. Ils en sort trois grandes catégories :

- Une première catégorie de systèmes ou l’exécutif est responsable devant le


parlement c‘est-à-dire qu’il doit avoir sa confiance sans pour autant lui être
entièrement soumis : c’est le régime parlementaire.
- une deuxième catégorie ou l’exécutif est indépendant des assemblées. Il
définit librement sa politique et ne peut être démis par elles : c’est le régime
présidentiel.
- une troisième catégorie qui combine entre certains éléments empruntés au
système parlementaire et d’autres empruntés au système présidentiel: système
mixte

2 : Les systèmes autoritaires:


Ces systèmes constitutionnels accordent plus d’importance à la notion de
sécurité au détriment de la liberté. Ils visent l’établissement d’une société sure où
l’Etat jouit d’une place centrale. Pour cela l’individu doit s’effacer au profit de la
collectivité dont l’Etat constitue l’incarnation politique. Ce sont des systèmes qui se
caractérisent par les pratiques suivantes:

- Sur le plan idéologique, ils croient dans l’unicité de la pensée et attache


beaucoup d’importance à l’uniformité idéologique ou religieuse. Une seule idéologie
ou une seule religion. Ces systèmes peuvent être d’obédience idéologique tels les
systèmes marxistes-léninistes ( ex URSS et pays satellites) ou fascistes ou
d’obédience théocratique tels les systèmes iranien ou taliban.

- Sur le plan économique, ces systèmes croient dans l’économie


collectiviste.Tout appartient à la collectivité donc à l’Etat. celui-ci joue un rôle central
dans l’économie où il n’ y a pas de place pour l’initiative individuelle. Ici tout est
public et l’Etat domine tout.

- Sur le plan politique, ces systèmes consacrent la domination de l’Etat comme


acteur unique et central de la scène politique. L’autorité de l’Etat garant des droits et
libertés publiques priment sur les libertés individuelles. Seul compte l’intérêt de la
collectivité incarné par l’Etat. Ces systèmes ne reconnaissent pas de droit à
l’opposition.

- Sur le plan institutionnel, ces systèmes ne reconnaissent pas la séparation


des pouvoirs. Pour eux le pouvoir doit être entre les mains d’une seule instance forte
pour remplir ses missions. La séparation des pouvoirs fragilise et le pouvoir et le
rend inefficace en le dispersant.

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES GENERALES:


Philippe Ardant, Droit constitutionnel et institutions politiques, Paris LGDJ,
Georges Burdeau, Francis Hamon, Michel Troper, Droit constitutionnel , Paris LGDJ
Jacques Cadart, institutions politiques et droit constitutionnel, Paris PUF,
Charles Cadoux, Droit constitutionnel et institutions politiques, La brèche,
Bernard Chantebout, Droit constitutionnel et science politique, Paris A. Colin
Maurice Duverger, Institutions politiques et droit constitutionnel, Paris PUF
Jean Gicquel, Droit constitutionnel et institutions politiques Paris Monchrestien,
Dominique Turpin, Droit constitutionnel,Paris, PUF,
Pierre Pactet, Institutions politiques et droit constitutionnel , Paris, A. Colin
Dominique Rousseau, Droit du conteutieux constitutionnel,Paris,Monchrestien
Jamal Hattabi, Droit constitutionnel et institutions politiques,
Jamal Hattabi, Les constitutions du Royaume du Maroc, Casablanca, Les éditions
maghrébines,
Abdeltif Mennouni, institutions politiques et droit constitutionnel, Toubkal
Omar Bendourou, Droit constitutionnel et institutions politiques, Rabat, Dar essalam

Vous aimerez peut-être aussi