Vous êtes sur la page 1sur 8

Les composites bois-ciment ont été largement utilisés pour la construction de bâtiments dans de

nombreux pays. Cependant, l'incompatibilité bois-ciment limite la fabrication de ce matériau pour


certaines espèces de bois en raison des extractibles du bois qui inhibent la prise et l'hydratation.

certaines essences de bois, car les matières extractibles du bois inhibent la prise et l'hydratation du
ciment.

Cet article traite de la cause de l'incompatibilité entre le bois et le ciment ; il étudie les facteurs
d'influence de la compatibilité bois-ciment, y compris les facteurs d'influence du ciment.

facteurs d'influence de la compatibilité bois-ciment, notamment le type d'essence, l'emplacement, la


partie de l'arbre, la saison de la coupe du bois, le rapport bois/ciment, les conditions de stockage, le
type de ciment, etc.

De stockage, le type de ciment, etc. ; il a examiné l'état actuel de la recherche sur les méthodes
d'évaluation de la compatibilité bois-ciment et la méthode d'amélioration de la compatibilité bois-
ciment.

bois-ciment et de la méthode d'amélioration de la compatibilité bois-ciment, impliquant le


traitement préalable du bois, l'ajout de ciment de cure, etc.

traitement du bois, l'ajout d'accélérateurs de durcissement du ciment et l'injection de CO2

Les composites bois-ciment sont largement utilisés dans de nombreux pays pour des applications
intérieures et extérieures en raison de leurs propriétés de résistance pour les matériaux de
construction (bardage, toiture, etc.).

en raison de leurs propriétés de résistance pour les matériaux de construction (par exemple,
bardage, couverture,

revêtement, toiture, bardage, clôture et sous-plancher) et pour leurs propriétés acoustiques, comme
dans les écrans acoustiques des autoroutes (Moslemi 1999).

(Moslemi 1999). Le principal problème pour la production de composites bois-ciment est


l'incompatibilité entre le ciment et le bois.

entre le ciment et le bois, car certains produits chimiques solubles du bois entravent ou arrêtent
l'hydratation du ciment lorsqu'ils sont utilisés dans la fabrication de composites bois-ciment.

l'hydratation du ciment lorsqu'ils sont attaqués par l'environnement alcalin et se diffusent dans la
pâte de ciment.

la pâte de ciment, ce qui entraîne une résistance mécanique plus faible des composites bois-ciment
par rapport au ciment pur (Zhang, 2004).

par rapport au ciment pur (Zhengtian et Moslemi 1986 ; Thomas et Birchall 1983). Les composants
inhibiteurs typiques de

composants inhibiteurs du durcissement du ciment connus jusqu'à présent sont divisés en deux
groupes. Le premier

L'un est composé d'hydrates de carbone de type saccharose pour le hêtre et arabinogalactane pour
le mélèze et l'autre de composés phénoliques de type catéchine.
composés phénoliques avec une unité catécholique d'acide plicatique chez le cèdre rouge occidental,
de teracacidine chez Acacia

mangium, et la séquirine C dans le sugi (Yasuda et al. 2002).

L'incompatibilité bois-ciment peut limiter l'application pratique des espèces de bois dans les
composites bois-ciment.

ciment. Il a été constaté que la compatibilité bois-ciment varie au sein de différentes espèces de bois.
espèces de bois. Par conséquent, le niveau de compatibilité doit être évalué pour déterminer si le
bois convient à la production de composites bois-ciment.

bois est adapté à la production de composites bois-ciment. A l'heure actuelle, certaines méthodes
d'évaluation

ont été mises au point pour classer le bois de diverses espèces en fonction de sa compatibilité avec le
ciment.

en fonction de la chaleur ou de la température d'hydratation, de la résistance, de la conductivité


électrique et de la morphologie.

Afin d'améliorer l'adéquation de certaines espèces de bois pour la fabrication de panneaux


composites bois-ciment, il est courant d'ajouter de l'eau et du ciment dans le bois.

bois-ciment, il est courant d'ajouter des produits chimiques inorganiques, connus sous le nom
d'accélérateurs, afin d'accélérer le durcissement du ciment ou d'utiliser un prétraitement.

le durcissement du ciment ou d'utiliser des prétraitements tels que l'extraction aqueuse pour
éliminer les substances inhibitrices du bois.

du bois.

Cet article a passé en revue l'état actuel de la recherche sur la compatibilité bois-ciment,

y compris la cause et l'amélioration de l'incompatibilité entre le bois et le ciment, les facteurs


d'influence et les méthodes d'évaluation de la compatibilité bois-ciment.

facteurs d'influence et les méthodes d'évaluation de la compatibilité bois-ciment

Les facteurs d’influence de la compatibilité bois-ciment La compatibilité bois-ciment est affectée par
plusieurs facteurs tels que le type d’essence, le type de ciment, la partie de l’arbre, la saison de la
coupe du bois, le rapport bois/ciment, les conditions de stockage, etc. et ainsi de suite (Karade et
Aggarwal 2005). En général, une plus faible quantité d’extractibles inhibiteurs diffusés dans la pâte
de ciment est bénéfique pour le bois. La pâte de ciment est bénéfique pour la compatibilité bois-
ciment.

Espèces de bois Les différentes espèces de bois contiennent différents types et quantités
d’extractibles de bois.

Ont des effets différents sur l’hydratation du ciment, certains empêchant complètement la prise du
ciment. Sur le site

En général, les bois durs sont moins compatibles que les bois tendres en raison de la présence d’une
grande quantité de xylane soluble. Grande quantité de xylane soluble dans les bois durs
(Weatherwax et Tarkow 1964). La compatibilité
Des espèces de bois cultivées dans différentes régions a également été évaluée par des chercheurs
du monde entier.

Oyagade (1994) a évalué la compatibilité de 8 bois tropicaux avec le ciment.

Parmi ces espèces, le danta s’est révélé être le moins inhibiteur, tandis que le gmelina était le plus
puissant dans son effet sur la prise du ciment. Effet sur la prise du ciment. Fan et al. (2012) ont
également étudié la compatibilité et l’hydratation de l’OPC avec 15 bois tropicaux disponibles dans le
commerce. OPC avec 15 espèces de bois tropicaux disponibles dans le commerce. Les résultats ont
montré que l’ordre de classement général de la compatibilité bois-ciment à une teneur en bois de 5
% en poids était le suivant : mouvingui

 Nkanang> ngollon > sapel > tali > padouk > bibolo > ayous > eyong > frake > bête > bilinga >

Doussie > iroko >moabi. Hofstrand et al. (1984) ont calculé les indices d’inhibition pour 9 espèces de
résineux et 12 espèces de feuillus et ont constaté que le pin tordu a un niveau d’adéquation élevé.
Semple et al. (2000) ont testé les huit espèces tempérées d’Eucalyptus cultivées sur deux sites du
sud-est de l’Australie et ont observé que la compatibilité était significativement affectée par l’espèce,
et que E.

Badgensis et E. smithii présentaient la compatibilité la plus élevée. Quelle que soit la méthode
d’évaluation,

Le pin de Murray est l’essence de bois nord-américaine la plus compatible avec le ciment (Defo et al.
2004). Ciment (Defo et al. 2004). Wei et al (2000) ont étudié l’effet de 38 espèces de bois
principalement cultivées en Chine sur la réaction exothermique du ciment. En Chine sur la réaction
exothermique du CPO et ont divisé ces espèces en deux groupes. Les 24 espèces Les 24 espèces
incluses dans le premier groupe ont montré une influence modératrice sur la réaction d’hydratation
du ciment et les 14 autres espèces ont inhibé la réaction exothermique.

Ciment et les 14 autres espèces ont complètement inhibé l’hydratation du ciment.

Amélioration de la compatibilité entre le bois et le ciment

Afin d'améliorer la compatibilité entre le bois et le ciment, plusieurs méthodes sont

méthodes, notamment le prétraitement du bois, l'ajout d'accélérateurs de prise du ciment et


l'injection de CO2.

gaz CO2. L'élimination de l'inhibition du durcissement du ciment par ces méthodes peut être
attribuée à

soit à la réduction de la quantité de substances inhibitrices diffusées dans la pâte de ciment, soit à
l'accélération de la

l'hydratation du ciment par une force externe pour contrecarrer l'effet retardateur de l'ajout de bois.

Prétraitement du bois

L'extraction aqueuse est une méthode efficace pour éliminer les composés solubles délétères avant
le mélange du bois avec le ciment.

avant que le bois ne soit mélangé au ciment. L'eau froide ou chaude et la solution de NaOH sont les
plus utilisées. Dans de nombreuses
Dans de nombreuses recherches (Sutigno 2000 ; Ma et Wang 2012 ; Ye et al. 2002), le traitement du
bois incompatible avec de l'eau froide s'est avéré moins efficace qu'avec de l'eau chaude et le
traitement avec une solution de NaOH a été le plus efficace.

solution de NaOH était le plus efficace. Le bambou a un fort effet inhibiteur sur la prise du ciment,

ce qui le rend impropre à la fabrication de composites bois-ciment, alors qu'après une extraction
aqueuse

l'incompatibilité diminue fortement (Sulastiningsih et al. 2000). Fan et al. (2012) ont constaté que

compatibilité était significativement améliorée par l'extraction préalable du bois, l'ordre général
d'efficacité des traitements étant le CaO.

d'efficacité des traitements étant Ca(OH)2 > MeOH > H2O > CaCl2, bien que cela dépende de l'espèce
de bois.

de l'espèce de bois. En outre, il a été constaté que le traitement au cuivre-chrome-arséniate (CCA)

augmente plus efficacement la compatibilité bois-ciment que l'extraction à l'eau chaude.

de l'extraction à l'eau chaude, ce qui résulte de la réduction importante des teneurs en eau
extractive et de la modification des sucres disponibles

après que le bois ait été traité par le produit de préservation CCA. Cependant, il y avait de petites
quantités de chrornium

lixiviées, et l'ajout de FeSO4 et de fumée de silice pouvait réduire la lixiviation du chrome et de

Cr6+ dans certains cas (Qi 2001).

Le revêtement de la surface du bois peut isoler le bois de la pâte de ciment et améliorer la résistance
aux attaques des alcalis ou de l'eau.

résistance aux attaques des alcalis ou de l'eau, ce qui améliore la compatibilité entre le bois et le
ciment.

Hou et Zhu (2010) ont modifié la surface de la paille de riz avec des émulsions de polymères et ont
constaté que

le traitement filmogène pouvait favoriser l'hydratation du mélange ciment-paille, et ainsi

augmenter la résistance mécanique de la pâte de ciment durcie par rapport à la paille de riz originale.

paille de riz originale. Dans une autre recherche (Han et al. 2009), la surface de la coque de riz a été
traitée avec de la

méthacrylate de carboxyméthylcellulose (CMC-g-PMMA) et la compatibilité entre la coque de riz


traitée et le ciment a été améliorée.

La compatibilité entre la coque de riz traitée et le ciment a été améliorée grâce à l'effet de
scellement de la CMC-g-PMMA sur les produits chimiques inhibiteurs du bois.

les produits chimiques inhibiteurs du bois. Monreal et al. (2011) ont traité la pulpe de betterave avec
de l'huile de lin.
s'est recouverte avec succès sur la surface de la pulpe de betterave, ce qui a entraîné une meilleure
résistance à l'eau au fil du temps.

Le trempage dans le Na2SiO3 peut soit éliminer une partie des substances inhibitrices du bois, soit
empêcher l'action entre les substances inhibitrices et le bois.

l'action entre les substances inhibitrices et le ciment en formant une couche à la surface du bois.

Cependant, l'amélioration des propriétés mécaniques ainsi que la migration de l'épaisseur par
l'utilisation de Na2SiO3 est difficile à évaluer.

de Na2SiO3 est faible par rapport à l'extraction à l'eau ou au NaOH (Kavvouras 1987).

Olorunnisola et Adefisan (2008) ont constaté que l'épluchage avait un effet négatif sur le temps de
prise de l'espèce Calamus, mais qu'il n'avait pas d'effet négatif sur le temps de prise.

de l'espèce Calamus mais améliorait celui de l'espèce Lacosperma. Des quantités plus élevées de

extractibles (alcaloïdes, terpènes et saponines) dans l'espèce Lacosperma non pelée ont pu entraîner
un temps de prise plus élevé que dans l'espèce pelée.

temps de prise plus élevé que dans le composite Lacosperma pelé - ciment. Cette observation
suggère à nouveau

suggère que les inhibiteurs de ciment sont concentrés à la périphérie chez les espèces de
Lacosperma.

Ajout d'accélérateurs de prise du ciment

L'ajout de certains produits chimiques qui agissent comme accélérateurs de durcissement du ciment
a généralement pour effet d'améliorer la compatibilité des composites bois-ciment. d'améliorer la
compatibilité d'un composite bois-ciment, et cet ajout peut également être effectué après une
extraction du matériau de base pour améliorer encore la prise du ciment (Jorge et al. 2004). après
une extraction de la composition pour améliorer encore la prise du ciment (Jorge et al. 2004).

Un certain nombre de sels métalliques, tels que CaCl2, FeCl3 et Al2(SO4)3, peuvent être utilisés pour
accélérer la prise du ciment. accélérer la prise du ciment, et le CaCl2 à faible coût, en particulier, a
été utilisé avec succès pour améliorer les propriétés de résistance des composites bois-ciment.

propriétés de résistance des composites bois-ciment (Ma et Wang 2012 ; Defo et al. 2004). Le site
L'effet accélérateur de l'addition de 137 composés inorganiques sur l'hydratation du ciment mélangé
avec de l'Acacia

mangium qui comprenait des chlorures, des sulfates, des nitrates, des acétates, des oxydes, des
carbonates et des fluorures

des cations Al, Ba, Ca, Co, Cr, Cu, Fe, K, Li, Mg, Mn,Na, Ni, Pb, Sr et Zn ont été étudiés. Les résultats
ont montré que les composés ayant la capacité d'accélérer fortement l'hydratation du ciment et de
former des chélates insolubles avec les cations inhibiteurs.

et de former des chélates insolubles avec les tannins inhibiteurs du bois de cœur, étaient les plus
efficaces pour réduire l'effet inhibiteur de l'A. manchot. l'effet inhibiteur du bois de cœur d'A.
mangium sur l'hydratation du ciment. La plupart des composés étaient chlorures et des nitrates,
notamment SnCl4, AlCl3, (NH4)2 Ce(NO3)6 et FeCl3 (Matoski et al.
2013). Dans certains cas, la combinaison d'accélérateurs chimiques peut avoir un meilleur effet
d'amélioration, Par exemple, il a été constaté que l'utilisation combinée de Na2SiO3 et de CaCl2
conférait une meilleure résistance au

paille de riz-ciment que les additifs chimiques utilisés séparément (Fernandez et Taja-on 2000).

Certains additifs minéraux ajoutés à un mélange de ciment et de bois améliorent sa qualité.

Selon Sellevold et Nilsen (1987), la fumée de silice est l'un des additifs les plus prometteurs pour
l'industrie du bois et du ciment.

ciment est la fumée de silice. La croissance rapide de l'utilisation de la fumée de silice dans les
matériaux à base de ciment est attribuée à ses effets bénéfiques sur la santé.

matériaux à base de ciment est attribuée à ses effets bénéfiques sur les propriétés physiques et
mécaniques des

comme l'augmentation de la résistance et la diminution de la perméabilité. Le remplacement du

ciment par 10 % de fumée de silice élimine l'effet inhibiteur du bois sur la prise du ciment (Del

et al. 2007). L'ajout d'opoca aux mélanges de ciment diminue l'effet retardateur nocif des extraits de
bois.

extractibles du bois. Parce que la surface spécifique de l'opoca est beaucoup plus grande que celle du
ciment et que la capacité de sorption est plus élevée, l'adsorption de l'opoca est plus importante.

et la capacité de sorption est plus élevée, l'adsorption des matériaux ligneux solubles dans l'eau se
fait d'abord sur

la surface de l'opoca et la concentration des extraits diminue (Vaickelionis and Vaickelioniene

2006). Alpar et al. (2012) ont ajouté de nouveaux additifs, les nano particules de montmorillonite et
le poly

(chlorure de diallyldiméthylammonium) (PDDA), pour améliorer la compatibilité bois-ciment et

les résultats ont montré que la combinaison de l'additif montmorillonite-PDDA donnait de meilleurs
résultats de

résistance des composites bois polaire - ciment que le MgCl2. L'ajout de cendres volantes a été
observé pour

améliorer les propriétés mécaniques des composites paille de riz-CM (Liu et al. 2010).

Injection de CO2

L'utilisation de CO2 gazeux ou supercritique est une autre méthode prometteuse pour accélérer la
prise du ciment mélangé au bois et améliorer la compatibilité bois-ciment.

améliorer la compatibilité bois-ciment est l'utilisation de CO2 gazeux ou supercritique. Le CO2 est

neutralisé par le silicate de calcium du ciment, ce qui donne du carbonate de calcium hautement
insoluble. La réaction de carbonatation de

réaction de carbonatation est confirmée comme étant un processus contrôlé par diffusion. Elle se
produit très rapidement dans
les deux premières minutes de la réaction. Après cela, sa vitesse diminue considérablement, en
raison de la difficulté croissante à transporter les réactifs vers la réaction.

difficulté croissante du transport des réactifs vers les sites de réaction (Qi et al. 2010). Une
carbonisation rapide pourrait

accélérer la formation des produits d'hydratation (par exemple, le carbonate de calcium et le silicate
de calcium) et

l'analyse par microscopie électronique à balayage (MEB) a montré que l'interaction des silicates de
calcium

dans le ciment avec le dioxyde de carbone a entraîné un durcissement rapide du mélange bois-
ciment-eau (Hermawan 2002).

(Hermawan 2002). Qi et al. (2006) ont constaté que le développement significatif de la résistance des
composites bois-ciment

bois-ciment contenant 14 ou 20 % de fibres se produisait après 1 à 3 minutes d'injection de CO2, ce


qui permettrait de retirer les composites de l'eau.

permettre aux composites d'être retirés de la presse en quelques minutes plutôt qu'après plusieurs
heures,

ce qui est courant lorsque les composites durcissent par les processus normaux d'hydratation.
Soroushian et al.

(2003) ont observé qu'une concentration plus faible de CO2 (25 %) donnait des caractéristiques de
performance immédiate en flexion qui étaient généralement comparables à celles obtenues par les
composites.

qui étaient généralement comparables à celles obtenues avec une concentration de CO2 de 100 %.

Ils ont émis l'hypothèse que la vitesse excessive des réactions et la production rapide de chaleur
associées à une concentration de CO2 de

100 % de concentration de CO2, ce qui pourrait compromettre les gains associés à la plus grande
étendue des réactions à des concentrations de CO2 plus élevées.

des réactions à des concentrations de CO2 plus élevées.

La technique du fluide supercritique (SCF) pourrait permettre une pénétration plus rapide et une
distribution uniforme du CO2, ce qui entraînerait un durcissement plus rapide.

distribution uniforme du CO2, ce qui entraîne un durcissement plus rapide du ciment, et donc des
propriétés de résistance du panneau.

(Hermawan et al. 2000). Les propriétés optimales des panneaux de bois-ciment durcis au CO2
supercritique pourraient être atteintes plus tôt que celles des panneaux durcis au ciment.

supercritique ont pu être atteintes plus tôt que celles des planches traitées au CO2 gazeux
(Hermawan et al. 2001).

Cependant, il a été considéré que le traitement au CO2 supercritique sur une période plus longue
conduisait à
dégradation des panneaux de particules liés au ciment (Maail et al. 2011).

Soroushian et al. (2004) ont mis au point un procédé de traitement au CO2 de panneaux de
particules liés au ciment avec des résidus agricoles.

résidus agricoles. Le processus de durcissement impliquait principalement l'application alternée de


vide et de

CO2 sur le dessus ou le dessous des planches pressées à une épaisseur de 10 mm avant le
durcissement. Les chercheurs ont également

constaté que les panneaux de bois-ciment soumis à ce processus de durcissement au CO2


présentaient une résistance à la flexion et une rigidité supérieures, ainsi qu'une meilleure longévité
et une meilleure résistance aux intempéries, car la présence de carbonate de calcium

réduit la porosité capillaire du mélange bois-ciment et améliore les interfaces de la matrice de fibres
de bois (Soroushian et al.).

(Soroushian et al. 2012 ; 2013).

Vous aimerez peut-être aussi