Vous êtes sur la page 1sur 18

Projet pour le développement d'un centre

d'accueil pour les enfants vulnérables en bas


âge de Porto-Novo (Bénin)

1
Wilfried AGAÏ
Action Plus sida Santé

I. Résumé

2
II. Pertinence du projet
II.1 Pertinence par rapport aux contraintes et besoins particuliers du Bénin
II.1.1 Contexte social du Bénin
La consolidation de la croissance et les objectifs des divers programmes de rétablissement des
grands équilibres macro-économiques n'ont amélioré que sensiblement la situation des Béninois.
Un tiers de la population vit dans la pauvreté, même si ce chiffre est à relativiser au regard de la
situation générale de la zone. Dans son « Rapport  sur la situation de la  pauvreté dans les pays de
l’UEMOA » en 2012, la BCEAO (Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) estime que
l’incidence de la pauvreté au Bénin est la plus faible de tous les pays de la zone UEMO (Union
économique et monétaires des Etats d’Afrique de l’Ouest). Ce rapport qui s’appuie sur les dernières
statistiques fournies par les Etats, les rapports de la CEDEAO, de l’UEMOA et  de la Banque
Mondiale, indique que le taux des personnes vivant en-dessous du seuil de la pauvreté est de
35,2% au Bénin, représentant le taux le plus faible de tous les pays formant l’UEMOA.
Cependant, selon le rapport annuel sur les Perspectives économiques en Afrique 2012,
l’Indice composite de développement humain (IDH) en 2011, s’établit à 0.427 au Bénin. Il reste
inférieur au niveau moyen de 0.463 atteint en Afrique subsaharienne. Le Bénin a perdu quatre
places dans l’IDH par rapport à 2010, en se classant au 167e rang sur une liste de 187 pays. Le
niveau de développement humain avec la mise en œuvre des stratégies précédentes de réduction
de la pauvreté demeure faible, malgré l’amélioration des soins et des services sociaux de base.
Le taux d'accroissement du revenu annuel moyen reste faible et la précarité de l'emploi
importante. Le chômage des jeunes reste inquiétant, d’après l’enquête de 2012 sur la transition de
l’école vers la vie active (ETVA) il est estimé à plus de 14% chez les 15-29 ans. L’inactivité et le sous-
emploi s’avèrent deux fois plus élevés chez les jeunes que chez les adultes, en raison de la faiblesse
de l’offre d’emploi, de la réticence des employeurs à recruter de nouveaux venus sur le marché du
travail et de l’inadéquation entre la formation et l’emploi. Plusieurs programmes ont été initiés
depuis 2006 pour lutter contre le chômage des jeunes. Leurs résultats paraissent mitigés, en raison
du manque de moyens des structures en charge de l’emploi et du manque d’informations fiables
sur la situation de l’emploi des jeunes. L’emploi en général et celui des jeunes en particulier
représentent l’un des principaux objectifs transversaux de la stratégie de croissance pour la
réduction de la pauvreté (SCRP).
De plus, le VIH/SIDA reste la première Infection Sexuellement transmissible (IST) et la

3
seconde maladie infectieuse du pays derrière le paludisme. Malgré l’appartenance du Bénin aux
pays à faible prévalence l’épidémie y est généralisée. Les résultats de l’Enquête démographique et
de Santé du Bénin 2011-2012  montrent qu’au niveau national la prévalence tous sexes confondus
s’établit à 1,2 % chez les personnes de 15-49 ans. Les femmes, avec une prévalence de 1,4 %, sont
plus infectées que les hommes de 15-49 ans (1%).

II.1.2 Problèmes rencontrés

Les enfants ayant perdu leurs parents du VIH/SIDA sont les victimes les plus méconnues de
l’épidémie. Malgré les difficultés rencontrées pour faire des projections, l’ONUSIDA et l’UNICEF
estiment que la société béninoise comptait environ 50 000 orphelins en 2011 (enfants de 0 à 18
ans ayant perdu un ou deux parents pour cause de SIDA). Si la perte de proches se répercute
différemment selon les familles, les communautés et les sociétés, il est certain que la perte d’un
parent est un événement majeur pour un enfant, augmentant de fait sa vulnérabilité matérielle,
sanitaire et psychologique.
Au Bénin, les familles doivent s'acquitter de frais de scolarité pour que leurs enfants
puissent aller à l'école. Cependant, face à la difficulté de certaines familles de pouvoir réunir la
somme due en raison de revenus très bas ou de perte d'un des deux parents à cause du VIH, des
enfants en âge d'aller à l'ecole maternelle se retrouve bien souvent dans les rues.

II.2 Groupes cibles et bénéficiaires finaux du projet


II.2.1 Description des bénéficiaires

Le groupe cible de ce projet est un nombre restreint d'enfants, 16, de 3 à 7 ans. Ce sont des
enfants de la ville de Porto-Novo, dont les familles ne peuvent pas payer les frais de scolarité pour
qu'ils aient accès à l'éducation. Pour l'ensemble de ces enfants, s'ils ne sont pas sur la structure, ils
seront dans la rue.
Les bénéficiaires finaux de ce projet sont d'une part les familles de ces enfants, ils peuvent
aller travailler sans se soucier de leurs enfants en bas âge. Ils ont une charge de stress en moins.
D'autre part, ces enfants vont développer sur la structure leurs connaissances en français par
l'apprentissage des rudiments de la langue, il vont développer leur motricité et leur reflexion tout
au long de l'année. Cela, leur permettra à leur arrivée à l'école primaire de ne pas être en retard

4
sur leur camarade ayant pu aller en maternelle.

II.2.2 Besoins et contraintes des bénéficiaires

Les enfants en bas âge ont besoin d'affection, d'encadrement et d'apprendre les bases de la
socialisation. La tranche d'âge visée est une période charnière de l'enfance, surnommée par
certains "l'adolenscence de l'enfance". Période très importante, les institutions se doivent de
répondre présents lorsque cette dernière est mise à rude épreuve. Le français, langue officelle, est
la langue utilisée pour l'apprentissage à l'école, c'est pourquoi à leur entrée en primaire, les
enfants doivent en maitriser les rudiments pour ne pas être perdu dans leur scolarité.
Pour les familles de ces enfants, leur principal objectif est de travailler pour pouvoir
subvenir aux besoins de leur enfants à la hauteur de leurs moyens, souvent très faibles. En
l'absence de srtucture d'accueil, les familles doivent en plus de travailler, surveiller leurs enfants. Et
si ce n'est pas possibles, les enfants se retrouvent dans la rue. Cela créé une charge de stress
particulièrement importante pour les familles.

II.2.3 Pertinence de la proposition

Ce projet va permettre aux familles de se décharger de la préoccupation de leurs enfants en


bas âges pendant qu'ils travaillent. N'ayant que peu de moyens, tous les enfants touchés par ce
projet viennent de familles ne pouvant les inscrires à l'école, l'équilibre entre ces familles et celles
plus aisées peut être légèrement rétabli.
Pour les enfants, cela leur permet de développer leurs capacités motrices et intellectuelles
au même titre qu'un enfant venant d'une famille plus aisée. Il bénéficiera d'un encadrement
mixte : un salarié local et un ou deux volontaires français pour permettre le développement de la
langue française avec un appui dans la langue locale, le goun.

II.3 Eléments ayant une valeur ajoutée

La société béninoise est en pleine mutation : promotion de la liberté sexuelle,


bannissement des chatiments corporels, égalité des chances et égalité des droits entre hommes et
femmes font leur apparition. C’est pourquoi, dans ce projet, les encadrants enseigneront aux

5
enfants le respect fondamental et universel qui est dut à chaque être humain, homme et femme.
Ils mettront en place une nouvelle pédagogie basée sur la sanction et non sur le chatiment
corporel. Le choix de cette approche est fondé d’une part sur les habitudes culturelles des
volontaires pour qui le chatiment corporel est inenvisageable, mais également sur la volonté des
membres de l’association de promouvoir cette nouvelle pédagogie essentielle à la réussite de ce
projet.

III. Description du projet


III.1 Description
III.1.1 Résultats spécifiques attendus

Les enfants visés par ce projet n'ont aucune connaissance en français. Le résultat principal
attendu est une compréhension des consignes de base en français telles que "Silence", "C'est
bien/pas bien", "Parle", "Bon appétit" etc... La numération jusqu'à dix est aussi attendu en français
et une maîtrise de quelques structures française à l'oral.
L'assimilation des règles de vie en société est aussi attendu. Cet apprentissage se fera à
travers les routines mis en place pour le groupe auxquelles chaque enfant devra se plier tel que le
temps calme ou encore le repas.
Un développement de la motricité spécifique à leur âge à travers divers activités physiques
sera fait, notamment tout ce qui est développement psychomoteur basique tel que la latéralisation
ou bien l'équilibre.

III.1.2 Cohérence du projet

L'accueil des enfants se fera chaque matin du Lundi au Vendredi. L'équipe devra proposer
des activités cohérentes basées sur le développement moteur et intellectuel de l'enfant. Pour ce
faire, les différentes activités seront proposées à un rythme régulier pour installer une certaine
routine, essentielle pour le bien-être de l'enfant.
Parmi ces activités, nous pouvons dégager 3 axes de travail : développement moteur,
développement intellectuel et apprentissage du français.

Pour le développement moteur, les activités sont basés dans un premier temps sur la

6
motricité globale telle que le sport peut le permettre, les parcours motricité, les étirements. Seront
proposés aussi, des jeux collectifs comme le jeu du facteur, la chaise musical, 1,2,3 soleil.

Dans un deuxième temps, sera développée la motricité fine et le développement


intellectuel à travers des activités créatives telles que le coloriage, le découpage ou encore le
collage. Ces activités développe chez l'enfant la dextérité, la perception des distances, des lignes et
des couleurs.
Grâce à un ordinateur, laissé par une volontaire, une activité découverte musicale, chant
pourra être organisée. Une découverte du cinéma d'animation pourra être aussi organisée grâce à
la base de données en dessins animés de l'ordinateur, pouvant être mis à jour par les futurs
volontaires. Ces différentes activités permettent aussi un travail important autour de l'imagination
de l'enfant.

Le dernier axe sur lequel nous travaillerons est l'apprentissage du français. Pour cela, la
collaboration du salarié, du service civique et si possible, du volontaire est très important. La
découverte du langage se fera à travers des grands thèmes tels que les nombres, les animaux, la
famille. Les formules de politesse seront aussi au programme.

Le rythme sur lequel l'activité se mettra en place sera décidé par l'équipe d'encadrement et
par l'équipe de coordination. Chaque thème sera abordé sur une certaine durée, appelée
séquence, pour permettre à l'enfant la pleine assimilation de toutes les facettes de ce thème. Les
nouvelles notions devront être découvertes en début de semaine et consolidées jusquà la fin de la
semaine.
De plus, si des difficultés sont rencontrées sur l'apprentissage d'une notion, la flexibilité de
la durée des séquences permettra aux enseignants d'approfondir davantage pour permettre une
meilleure assimilation.

III.2 Méthodologie
III.2.1 Méthode de mise en oeuvre

Les enfants qui seront suivis dans ce projet sont au nombre de 16. L'accueil se fera 5 jours
par semaine, du Lundi au Vendredi pendant la matinée : de 9h à 12h30. De 9h à 9h30, les

7
volontaires et le salarié accueilleront les enfants durant un temps de jeu libre. Le matériel (jeux,
peluches,...) est laissé à disposition des enfants durant cette période.
De 9h30 à 11h15, une période d'apprentissage sera mise en place sur plusieurs activités :
les enfants seront séparés en groupes pour permettre une meilleure assimilation et tourneront sur
ces activités, 2 ou 3 selon le nombre de volontaires et la place requise. Le salarié sera placé en
animateur volant pour venir en aide aux volontaires en cas de besoins de traduction.
De 11h15 à 12h, un repas est prévu. Sachant, que les enfants ne sont pas forcément bien
nourris chez eux, à l'insu de leur famille bien souvent, un repas est donc prévu pour leur apporter
le minimum d'énergie requis à cet âge.
De 12h à 12h30, un temps calme est prévu sous forme de sieste pour certains et activités
calmes pour les autres. Ce temps calme est nécessaire pour faire redescendre l'énervement
accumulé tout au long de la matinée par les enfants et qu'ils rentrent chez eux en bonne forme.
Au moins une fois par semaine, une activité physique à l'extérieur de la structure est
prévue : jeux individuelles ou jeux par équipe. Le terrain proposé est la cour de l'école primaire se
situant dans la rue en face du siège de l'ONG.
C'est sous cette forme que le planning du projet à été mis en place car la plannification des
activités est généralement fait de la sorte en école maternelle et en centre aéré afin d’être adaptée
au rythme des enfants de cette tranche d'âge.
III.2.2 Procédure de suivi et d'évaluation

Un bilan hebdomadaire pour chaque enfant sera réalisé et confronté au bilan précédent
pour noter d'éventuelles améliorations. Cela permettra un meilleur suivi pour la méthode utilisée
pour savoir si elle fonctionne ou si on doit en changer le fonctionnement. Pour un public de cet
âge, la flexibilité est primordiale.
Chaque semaine, une réunion est organisée pour le suivi des différents projets. Le bilan des
activités de la semaine devra être fait avec les problèmes rencontrés avec les enfants suivis. Le
responsable de la structure devra chaque mois (ou trimestre) produire un compt-rendu aux
différents financeurs du projet.

III.2.3 Rôles des différents partenaires

Dans ce projet, le rôle de la famille est très important. Elle doit participer dans ce projet en

8
soutenant l'équipe encadrante pour lui donner un réel poids auprès des enfants. De plus, elle doit
faire preuve de compréhension vis-à-vis des orientations prises pour l'encadrement et la
pédagogie utilisée lors de l'accueil de leurs enfants.
Une aide sera demandée en ce qui concerne les sorties hebdomadaires. Les différentes
directions des lieux choisis seront sollicitées pour accueillir l'équipe et les enfants dans leur espace
et leur permettront de l'utiliser à leur guise pendant le temps convenu entre la direction et
l'équipe.
Chaque jour, l'équipe encadrante fera appelle à une cuisinière indépendante pour la
préparation du repas. Elle devra faire en sorte de toujours avoir la nourriture nécessaire pour
pouvoir alimenter convenablement les enfants.

III.2.4 Structure organisationelle et équipe proposée

Action Plus Sida Santé (APSS), Organisation Non Gouvernementale implantée depuis 1999 à
Porto Novo, la capitale béninoise, mène un programme de lutte contre le Sida en Afrique sub-
saharienne. En plus de développer de nombreuses actions de soutien aux malades, l'un des volets
de son action est lié à la prévention, plus particulièrement des jeunes. Depuis près de 15 ans, APSS
œuvre pour soutenir, informer et accompagner les familles touchées par l’épidémie du SIDA
encore très meurtrière au Bénin et se trouvant dès lors en situation de grande précarité. Forte de
son expérience, APSS a renforcé son programme d’accompagnement des Orphelins et Enfants
Vulnérables (OEV) dont l’avenir est menacé en proposant un accompagnement plus complet
(soutien matériel, soutien scolaire et suivi individuel de la scolarité).
Depuis sa création, l’organisation mène de nombreuses actions visant d’une part à soutenir
les familles vulnérables et d’autre part à limiter l’expansion de ces épidémies. Pour cela, APSS a
proposé des services d’information et de sensibilisation en particulier pour le VIH (information sur
les modes de transmission, prévention sur les conduites à risques, mise en place d’un lieu de
dépistage anonyme et gratuit). Depuis quelques années, l’association réoriente ses activités vers
l’accompagnement des publics les plus fragilisés par le fléau des maladies transmissibles : les
enfants orphelins. En ce sens, le solide partenariat avec l’association française Orphelins du Sida
International a permis de renforcer et de pérenniser les actions en faveur des enfants et
adolescents touchés par la perte de l’un ou de ses deux parents. Trois programmes sont
actuellement poursuivis par APSS et soutenus par la présence continue de volontaires français qui

9
assurent l’activité associative au quotidien : animation du jardin d’enfants, accompagnement à la
scolarité (soutien scolaire et échanges culturels), sorties extrascolaires pour favoriser l’accès à la
culture locale et formation aux métiers du web pour les plus âgés. De plus, le programme de
parrainage permet à une cinquante d’enfants de poursuivre leurs études dans des conditions
matérielles satisfaisantes.
Le siège d’APSS est situé à Porto-Novo. Les deux coordonnateurs Wilfried Agai et Chantal
Houssou se partagent la charge de la gestion des projets de l’association, de l’accueil et du bon
déroulement des missions des volontaires. Les activités quotidiennes sont animées par les
volontaires français en missions courtes (de 1 à 3mois) ou bénéficiant du dispositif du Service
Civique International pour des missions de 6 à 12mois.
Depuis 2012, APSS fonctionne en partenariat avec l’association française
Orphelins Sida International, dont le siège se situe à Paris. La collaboration avec OSI
favorise le parrainage des enfants et l’accueil de volontaires français sur le terrain.
Pour ce projet, un salarié béninois est requis pour faciliter l'assimilation du français par les
enfants et faciliter la compréhension entre les volontaires et les enfants. Ce salarié devra, bien sûr,
être à l'écoute des différentes demandes des volontaires mais aussi être moteur dans ce projet.
Son expérience auprès de la petite enfance sera un élément crucial.
De plus, un service civique, ayant les compétence requise pour l'encadrement des enfants en
bas âge, au minimum sera requis pour permettre à ce projet de voir le jour. La possibilité d'avoir un
deuxième volontaire serait une valeur ajoutée au projet car il permettrait d'améliorer
l'encadrement et l'efficacité l'équipe mise en place pour ce projet.
L'équipe coordinatrice s'engagera à être à l'écoute des différents volontaires et du salarié sur
ce projet pour améliorer les conditions d'encadrement si cela est nécessaire et faire le suivi du
projet auprès des différents partenaires financeurs.

III.2.5 Principaux moyens proposés pour la mise en oeuvre

L'association s'engage à recevoir les enfants sur la structure, dans la salle prévue à cet effet.
Un réaménagement de cette salle doit être fait car pour le moment elle n'est pas forcément
optimisée pour accueillir un public d'enfants de 3-5 ans. Des armoires remplies de livres sur la
prévention du VIH/sida avec portes en verre devraient être transférées ailleurs dans la structure.
Un tableau serait le bienvenu et un ordinateur, laissé par une volontaire, sera mis à disposition

10
pour avoir une base de données conséquente en contines et films pour enfants pouvant être mis à
jour par les futurs volontaires.
Lors des sorties sportives ou de découvertes, l'ONG préviendra les parents et mettra à
disposition des moyens humains pour encadrer ces sorties en plus de l'équipe d'encadrement
habituelle.
APSS mettra à disposition les jeux d'apprentissage, de société et exercices d'apprentissage
d'écriture qu'elle possède. Les volontaires pourront apporter le matériel qu'ils jugent nécessaires
pour enseigner selon leur méthode.
Pour les repas, un budget de 2000 Frcs CFA/jour sera mis en place pour tous les enfants.
Cela leur permettra de manger de la nourriture riche avec de la viande ou du poisson et en
accompagnement du riz.

III.3 Durée et plan d'action indicatif


III.3.1 Durée du projet

Ce projet se déroulera sur un an, si possible au début du mois de Janvier 2014 pour éviter
toutes interruptions avec l'action menée par des volontaires jusqu'à la fin du mois de Décembre.
Ce projet est bien sûr renouvelable les années suivantes selon le besoin noté par les
coordonnateurs auprès du public visé.

III.3.2 Plan d'action

11
12
III.4 Durabilité du projet
III.4.1 Impact attendu

Comme dans tous les centres d'accueil, et plus particulièrement pour les enfants en bas
âge, des résultats spécifiques sont atendus. Avant tout, le bien-être de l'enfant est recherché par
l'association et l'équipe encandrante.
Dans un second temps, le dévelopement moteur et intellectuel de l'enfant est attendu.
Pour que ces deux objectifs soit remplis, la participation des partenaires financier doit se faire
grâce à une coopération des plus efficaces. Ce développement est essentiel pour la suite des
études de l'enfant : à son entrée en primaire, il est fondamental qu'il soit capable de comprendre
son professeur ainsi que les leçons contenues dans ses manuels. La maîtrise du français est
essentielle : une étude menée par l'UNESCO montre que l'abandon de l'école est la conséquence
de l'analphabétisme des enfants. Dans l'Afrique francophone, plus de la moitié des élèves ont les
plus faibles niveaux de performance en français (étude PASEC 2009).
Le projet mené par APSS vise donc à sensibiliser les jeunes enfants au français avant leur
entrée au primaire pour leur donner une chance de poursuivre le plus loin possible leurs études en
fonction de leur capacités.

III.4.2 Plan de diffusion

Aucun plan de diffusion n'est prévu pour le moment, si ce n'est la pérennisation de l'action
sur les années à venir avec son renouvellement chaque année.

III.4.3 Risques et plan d'urgence

Le risque majeur de ce projet est la dépendance des familles vis-à-vis d'APSS. Ces familles
n'ont que très peu de moyens et les enfants qui ont été sélectionnés pour ce projet ont toutes les
chances de se retrouver suivi plus tard dans le projet de soutien scolaire. Cela pose le problème de
la dépendance de ces enfants auprès de la structure mais aussi des familles. Si la structure devient
un organe essentiel de la survie de ces familles, une défiance vis-à-vis de l'Etat risque de s'installer
ce qui, lors du développement d'un pays, est véritablement problématique.
Cependant, la multiplication de projets de la sorte peut entraîner une réflexion sur les

13
faiblesses du système proposé et peut donc les améliorer. D'après le dossier Opportunités
perdues : impact du redoublement et du départ prématuré de l'école de l'institut de statistique de
l'UNESCO, on peut constater une légère amélioration du taux de redoublement (23% en 1999 à
14% en 2009 au Bénin). Ces chiffres ne tiennent malheureusement pas compte du taux de
scolarisation. La scolarité au Bénin est obligatoire et seulement 80% des filles sont scolarisée, 93%
des garçons. L'exclusion du système scolaire concerne la couche de la population la plus pauvre.

III.4.4 Conditions et hypothèses préalables pendant et après la mise en oeuvre

Une nette amélioration des enfants sur plusieurs plans a été notée lors des précédentes
sessions de ce projet.
Certains enfants se sont ouverts aux autres, ce qui démontre une avancée sur le plan social.
D'autres ont fait preuve de véritables capacités en graphisme et en écriture, du fait de leur âge, et
vont donc faire l'objet d'un soutien plus particulier car nécessaire à leur bon développement. Une
assimilation du français, grâce aux cours donnés, a été notée.

III.4.5 durabilité

Le projet mené par APSS n'est établi que sur une année scolaire à cause de l'importante
dépendance vis-à-vis du public concerné. La possible entrée dans le système éducatif peut rendre
l'effectif changeant et l'association doit restée pertinente dans son projet à destination des
bénéficiaires.
Cependant, il sera renouvelé chaque année en tenant compte des spécificités du public
qu'elle aura à encadrer lors de ce créneau. Un suivi sera fait pour les différents organes de
financements par le coordonnateur de projet et leur sera transmis chaque mois pour suivre
l'évolution du projet. La mise à jour, chaque année, du projet permettra aux différents financeurs
de se positionner pour un éventuel renouvellement du partenariat.
L'apparition d'un salarié ayant les compétences requises permettra le maintien du projet
pendant les période de flottement entre les venues des différents volontaires : effectivement, pour
l'instant le projet est vulnérable à la présence ou non de volontaire désirant s'occuper de l'accueil
de ces enfants. Ce projet est resté inerte pendant presque 6 mois et l'embauche d'un salarié
permettra de ne pas se retrouvé dans une telle situation.

14
III.5 Cadre logique

15
III.6 Budget

16
17
18

Vous aimerez peut-être aussi