Vous êtes sur la page 1sur 6

CONTRAT DE TRAVAIL

A DUREE INDETERMINEE (CDI)

Entre les soussignés :

Le COLLEGE MODERNE PRIVE WATEZO de SAÏOUA, immatriculé au registre de commerce et


du crédit mobilier (RCCM) sous le numéro CI-DAL-2009 B.I 380, dont le siège social est établi à
Saïoua, adresse email : watezo2003@gmail.com, représenté par monsieur MONOBOLOU KOKO
APPOLINAIRE, gérant principal, Tél : 07 07 53 14 86 / 01 40 45 20 07 ; lequel fait élection de
domicile en son siège social situé à SAÏOUA.

Ci-après dénommé « l’Employeur »

D’une part ;

Et,

Nom : LAGAHI
Prénoms : ANOANE FRANCK ERIC
Sexe : MASCULIN
Date et lieu de naissance : 18 JUIN 1987 A ABIDJAN
Pièce d’identité CNI/ATT/PASS : CI000985343
Nationalité : IVOIRIENNE
Situation matrimoniale : CELIBATAIRE
Domicile : SAÏOUA
Contacts : 01 52 92 93 53 / 05 04 41 50 82

Ci-après dénommé « l’Employé »

D’autre part,

Tous les deux, ensemble désignés « les Parties » dans le présent contrat, il a été convenu librement
ce qui suit :

Page 1 sur 6
Article 1 - TEXTES REGISSANT LE PRESENT CONTRAT

Le présent contrat de travail a été conclu conformément aux dispositions de :

 La loi N°2015-532 du 20 juillet 2015 portant Code du Travail et les textes


réglementaires pris ou à prendre pour son application ;
 La Convention Collective de la Fédération Nationale des Etablissements
d’Enseignement Privé Laïc ;
 Le Règlement Intérieur régissant le Collège ;
 Les textes pris ou à prendre pour l’application des dispositions légales et
réglementaires régissant les relations de travail en Côte d’Ivoire.

Article 2 – DUREE DU CONTRAT

Le présent Contrat de Travail est un Contrat de Travail à Durée Indéterminée (CDI).

Il est donc conclu pour une période indéterminée et prend effet à compter du 1er octobre 2021.

Article 3 – CATEGORIE PROFESSIONNELLE

L’employé est classé à la 6ème catégorie, en qualité de professeur de 2ème cycle.

L’employé exercera sa fonction de professeur sous l’autorité directe du Directeur des Etudes du
collège ou de toute autre entité ou personne que celui-ci désignera.

Outre, la fonction d’Enseignant, l’employé pourra être appelé à exercer, en d’autres lieux, d’autres
fonctions supérieures ou au moins équivalentes à celle d’Enseignant.

Article 4 – ATTRIBUTIONS

En sa qualité d’enseignant de MATHEMATIQUES, l’employé sera appelé à exercer les tâches ci-
dessous et à rendre compte au Directeur des études ou de tout autre personne que celui-ci pourrait
désigner :

 Donner les enseignements avec méthode selon le chronogramme établi ;


 Faire des évaluations périodiques ;
 Remettre les notes et moyennes au Directeur des Etudes ;
 Remplir et signer les bulletins à chaque fin de trimestre et les remettre au
Directeur des Etudes.

Page 2 sur 6
Les tâches ci-dessus n’étant pas exhaustives, une fiche de poste, comprenant les tâches détaillées et
les objectifs à atteindre à court, moyen et long terme, sera adjointe au présent contrat de travail.

Article 5 – SUBORDINATION

Dans l’accomplissement de ses tâches liées à son activité professionnelle, l’employé doit se conformer
aux décisions et instructions du Collège représenté par son gérant ou de toute personne à qui celui-
ci aura délégué tout ou partie de son autorité.

Il est soumis en matière disciplinaire au respect du règlement intérieur du Collège ainsi que de
l’arrêté N°00111/MENET/CAB du 24 décembre 2014 portant code de conduite des
personnels relevant du Ministère de l’Education Nationale.

L’Employé devra respect et considération au Directeur des Etudes en tout ce qu’il lui commandera
dans la limite de son pouvoir et pour le bien du service.

Article 6 – REMUNERATION

En contrepartie du travail fait, l’employé percevra un salaire mensuel brut de 123 454 FCFA au plus
tard le 08 du mois suivant le mois effectué. Ce salaire, dont la composition sera constatée par un
bulletin de paie, comprend les éléments suivants :

• Salaire de Base : Cent trois mille quatre cent cinquante-quatre (103 454) FCFA
• Indemnité de Transport : Vingt mille (20 000) FCFA
• Prime d’ancienneté :

Conformément à l’arrêté N°2020-012/MEPS/CAB du 30 janvier 2020 portant revalorisation des primes


mensuelles de transport à tous les travailleurs du secteur privé, une prime de transport mensuelle
d’un montant minimum de 20.000 FCFA non imposable, sera allouée à l’employé. Le montant de cette
prime de transport évoluera en fonction des arrêtés que prendront les autorités compétentes.

Outre, les éléments sus-dessus, l’employé pourrait en raison de ses responsabilités, bénéficier
d’autres avantages matériels et indemnités spécifiques jugés nécessaires par la Direction du collège.

Page 3 sur 6
Article 7 – FRAIS DE MISSION

En cas de missions officielles effectuées par l’employé pour le compte de l’employeur, les frais
éventuels à engager sont à la charge exclusive dudit Etablissement. Ces frais sont payés avant le
début de la mission.

Lorsque, l’employé est astreint, du fait de ses obligations professionnelles, à un déplacement


entrainant pour lui des dépenses supplémentaires, les frais engagés lui sont remboursés dans les
conditions et selon les modalités prévues par les textes en vigueur notamment la justification sans
équivoque de l’engagement effectif de frais supplémentaires.

Article 8 – DROITS DU TRAVAILLEUR

8-1 Déclaration à la CNPS

L’employé sera déclaré à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) si ce n’est déjà fait. En
conséquence, le régime de retraite, les éventuels Accidents de Travail (AT) et Maladies
Professionnelles (MP) du travailleur seront traités par la CNPS selon les lois et règlements en vigueur.

8-2 Congés payés

L’employé aura droit aux congés payés après 12 mois de travail effectif dans les conditions définies
à l’article 25.1 et suivants du Code du Travail.

Cependant, par application de l’article 31 de la Convention Collective de la Fédération Nationale des


Etablissements d’Enseignement Privé Laïc, l’employé jouira de ses congés payés seulement pendant
les vacances scolaires.

Article 9 – OBLIGATIONS DE L’EMPLOYE

9-1 Exécution du contrat de travail

L’employé s’engage à s’acquitter, des tâches à lui confier par son employeur, avec fidélité, loyauté et
conscience professionnelle, et à se rendre en tout temps et en tout lieu auquel son employeur jugera
bon de l’envoyer, sous réserve de l’application des dispositions légales et réglementaires en vigueur
et des dispositions pertinentes du présent contrat de travail.

Page 4 sur 6
9-2 Clause de non concurrence et secrets professionnels

Dans le cadre de l’exécution du présent contrat de travail, l’employé doit la totalité de sa force de
travail à son employeur. En conséquence, et sauf autorisation écrite de l’employeur, l’employé, d’une
part, s’interdit d’exercer même en dehors de son temps de travail, toute activité à caractère
professionnel susceptible de concurrencer ou de nuire à la bonne exécution des services convenus et
d’autre part, de divulguer toutes informations sur l’employeur qu’il aurait reçues ou connues dans
l’exercice de ses fonctions.

Un non-respect de cette clause s’analysera en une rupture de ce présent contrat pouvant occasionner
la réclamation de dommages-intérêt pour le compte du collège.

9-3 Horaires de travail

L’employé exercera son activité selon les horaires de travail définis dans l’emploi du temps qui lui est
présenté par la Direction du collège.

Il devra strictement se conformer à cet emploi du temps sans qu’il soit possible de l’adapter à sa
convenance ou par quelques raisons que ce soient, sauf autorisation expresse de la Direction.

Ces horaires sont susceptibles de modification de la part de la Direction. Il pourra être demandé à
l’employé d’effectuer des heures supplémentaires qui seront rémunérées selon un accord préalable.

9-4 Discipline

Par le présent contrat de travail, l’employé s’engage au respect scrupuleux et intégral de la loi du
travail tel que défini par le Code du Travail de la République de Côte d’Ivoire, ainsi que les textes
subséquents pris ou à prendre pour son exécution. Il s’engage également au respect strict du
règlement intérieur de l’établissement.

En cas de manquement, il s’expose aux sanctions prévues par lesdits textes.

Article 10 – MALADIE OU ACCIDENT DE TRAVAIL

En cas d’arrêt de travail pour maladie ou suite à un accident du travail, l’Employé devra communiquer
à l’établissement son arrêt de travail dans un délai ne pouvant excéder 24 heures.

Au-delà de ce délai, l’employeur pourra considérer un abandon de poste susceptible d’entrainer des
sanctions disciplinaires ; voire une rupture du présent contrat pour motif légitime.

Page 5 sur 6
Article 11 – RESILIATION DU CONTRAT

Le présent Contrat de travail à Durée Indéterminée (CDI) peut être résilié à tout moment après
observation stricte des dispositions du Code du Travail en vigueur.

L’observation du préavis de rupture subordonne toute résiliation du présent contrat à la charge de la


partie qui en prend l’initiative.

Article 12 – DIFFERENDS NES DU CONTRAT

Les différends qui pourraient survenir à l’occasion de l’exécution du présent Contrat de travail à Durée
Indéterminée (CDI) seront, au préalable, réglés à l’amiable au sein du Collège conformément aux
usages et coutumes régissant les rapports entre employeurs et employés.

En cas de non conciliation, le différend sera réglé, conformément aux textes législatifs et
réglementaires ainsi que la Convention Collective de la Fédération Nationale des Etablissements
d’Enseignement Privé Laïc, devant l’Inspection du Travail et des Lois sociales du ressort, à défaut
devant le Tribunal du Travail compétent.

Fait à Saïoua, le 22 septembre 2021


En deux (2) exemplaires
Dont un est remis à l’employé après sa signature par les deux parties.

L’EMPLOYE POUR L’EMPLOYEUR

Précédé de la mention Le Gérant


« Lu et approuvé »

Page 6 sur 6