Vous êtes sur la page 1sur 184

Introduction...............................................................................................................................

13
Partie I : Présentation du projet.................................................................................................14
I – Introduction :.......................................................................................................................15
II – Données sur le bloc A :.......................................................................................................15
III – Données sur le bloc B :.....................................................................................................18
Partie II : Présentation de l’organisme d’accueil......................................................................19
I – Introduction :.......................................................................................................................20
II - Fiche d’identité :.................................................................................................................20
III – Effectifs :...........................................................................................................................20
IV - Domaine d’activités :.........................................................................................................21
Partie III : Étude du bloc en béton armé...................................................................................22
I - La conception structurale :...................................................................................................23
1 - Introduction :................................................................................................................23
2 - Critères de choix :........................................................................................................23
3 - Le Processus général de la conception :.......................................................................24
4 - Les étapes de la conception :........................................................................................24
4.1 - Introduction :........................................................................................................24
4.2 - Traçage des axes :.................................................................................................25
4.3 - Implantation des poteaux :....................................................................................26
4.4 - Choix des planchers :............................................................................................27
4.5 - Choix des poutres :...............................................................................................28
4.6 - Choix des longrines :............................................................................................29
4.7 - Conception de l’infrastructure :............................................................................30
4.8 - Élaboration des plans de coffrage et nomination des éléments :.........................30
II - Hypothèses de calcul :........................................................................................................31
1 – Introduction :...............................................................................................................31
2 – Unités à utiliser :..........................................................................................................31
3 - Caractéristiques des matériaux :...................................................................................31
3.1 - Caractéristiques du béton.....................................................................................31
3.2 - Caractéristiques de l’acier :..................................................................................34
4 - Hypothèses de calcul :..................................................................................................35
4.1 - Dimensionnement et le ferraillage des éléments de la superstructure :................35

1
4.2 - Dimensionnement et le ferraillage des infrastructures :.......................................35
4.3 - Dimensionnement à l’ELU :.................................................................................35
4.4 - Vérification à l’ELS :...........................................................................................35
III - Évaluation des charges :....................................................................................................36
1 - Les charges permanentes :............................................................................................36
1.1 - Les charges surfaciques :......................................................................................36
1.2- Les charges linéaires :............................................................................................39
2 - Les charges d’exploitations :........................................................................................40
IV – Étude d’une nervure :........................................................................................................41
1 – Introduction :...............................................................................................................41
2 - Prédimensionnement :..................................................................................................41
3 – Calcul des chargements :.............................................................................................42
3.1 – Évaluation des charges :.......................................................................................42
3.2 - Charges linéaires :................................................................................................42
4 – Calcul des sollicitations :.............................................................................................43
4.1 – Méthode de calcul des moments fléchissant :......................................................43
4.2 – Application de la méthode de CAQUOT :...........................................................44
5 – Calcul du Ferraillage :.................................................................................................48
5.1– Aciers Longitudinaux :..........................................................................................48
5.2 – Aciers Transversaux :...........................................................................................51
V – Étude d’une poutre continue :............................................................................................53
1 – Introduction :...............................................................................................................53
2 – Prédimensionnement :.................................................................................................54
3 – Évaluation des charges :..............................................................................................54
4 – Détermination des sollicitations :................................................................................55
5 – Calcul des armatures longitudinales et vérification des contraintes :..........................64
6 - Calcul des armatures transversales :.............................................................................65
VI – Étude d’un poteau :...........................................................................................................66
1 – Introduction :...............................................................................................................66
2 - Évaluation des charges :...............................................................................................66
3 – Calcul des armatures :..................................................................................................68
3.1 - Armatures Longitudinales :..................................................................................68
3.2 - Armatures Transversales :.....................................................................................68
VII – Étude d’une semelle isolée sous poteau P33 :.................................................................70
2
1 – Introduction :...............................................................................................................70
2 – Évaluation des charges :..............................................................................................70
3 – Dimensionnement de la semelle :................................................................................70
4 – Dimensionnement du gros béton :...............................................................................71
5 – Calcul des armatures :..................................................................................................71
VIII – Étude d’une dalle pleine :...............................................................................................73
1 – Introduction :...............................................................................................................73
2 – Dimensionnent :...........................................................................................................73
3 – Evaluation des charges :..............................................................................................74
4 – Détermination des sollicitations :................................................................................74
4.1 – Calcul à L’E.L. U :...............................................................................................74
4.2 – Calcul à L’E.L. S :................................................................................................74
5 – Calcul des armatures :..................................................................................................75
5.1 - Armatures // à Ly :................................................................................................75
5.2 - Armatures // à Lx :................................................................................................77
5.3 - Aciers sur appuis :.................................................................................................78
5.4 – Récapitulation :....................................................................................................79
5.5 – Schéma de ferraillage :.........................................................................................79
IX – Étude d’un escalier :.........................................................................................................80
1 – Définition et terminologies..........................................................................................80
2 – Dimensionnement :......................................................................................................81
3 – Évaluation des charges :..............................................................................................81
3.1 - Charge sur paillasse :............................................................................................81
3.2 - Charge sur palier :.................................................................................................82
3.3 – Charges d’exploitation :.......................................................................................82
4 - Détermination des sollicitations :.................................................................................83
5 – Calcul des sections d’armatures :................................................................................83
5.1 – Ferraillage en travée :...........................................................................................83
5.2 – Ferraillage en appui :...........................................................................................85
6 – Plan de ferraillage :......................................................................................................86
Partie IV : Étude du bloc en charpente métallique...................................................................87
I - Introduction :........................................................................................................................88
II - Avantages et inconvénients :...............................................................................................88
1 - Avantages :...................................................................................................................88
3
2 - Inconvénients :.............................................................................................................89
III - Exigence du maître d’ouvrage :.........................................................................................89
1 – Généralités :.................................................................................................................89
2.1 - Résistance et rigidité :...........................................................................................89
2.2 - La stabilité :..........................................................................................................90
2.3 - L’esthétique :........................................................................................................90
2.4 - Économie :............................................................................................................90
IV - Conception et choix des éléments :...................................................................................90
1 - Définition du projet :....................................................................................................90
2 - Justification de choix de la structure :..........................................................................90
3 - Conception :.................................................................................................................91
3.1 - Les éléments porteurs :.........................................................................................91
2.2 - Les éléments secondaires :...................................................................................92
V - Les Hypothèses de calcul :..................................................................................................93
1 - Règlements utilisés :.....................................................................................................93
2 - Le site :.........................................................................................................................93
2.1 - Le sol :..................................................................................................................93
2.2 - Vent :.....................................................................................................................93
3 - Les caractéristiques mécaniques des matériaux de construction :...............................93
3.1 - Béton :...................................................................................................................93
3.2 - Acier pour la structure en charpente :...................................................................94
3.3 - Acier pour béton :.................................................................................................95
VI - Règles empiriques de prédimensionnement et unités :.....................................................95
1 – Règles empiriques de prédimensionnement et unités utilisés :...................................95
2 – Unités :.........................................................................................................................96
VII - Étude du Vent :.................................................................................................................97
1 - Introduction :................................................................................................................97
2 - Données du projet :......................................................................................................97
3 - Pression dynamique du vent :.......................................................................................98
3.1 - Pression dynamique de base q (10) :....................................................................98
3.2 - Coefficient du masque « Km » :............................................................................98
3.3 - Coefficient du site « Ks » :....................................................................................99
3.4 - Coefficient de la hauteur :....................................................................................99
3.5 - Coefficient de réduction ou de dimension δ :.......................................................99
4
3.6 - Majoration dynamique β :..................................................................................100
3.7 - Calcul du coefficient de pression résultante (C = Ce - Ci) :................................101
VIII – Étude d’une panne :......................................................................................................107
1 – Introduction :.............................................................................................................107
2 – Principe de fonctionnement :.....................................................................................107
3 – Évaluation des charges :............................................................................................108
3.1 - Charges permanentes :........................................................................................108
3.2 – Surcharges d’exploitations :...............................................................................108
3.3 – les surcharges climatiques :...............................................................................108
4 – Calcul des sollicitations :...........................................................................................108
5 – Condition de flèche :..................................................................................................109
6 – Condition de résistance :............................................................................................111
7 – Vérification des du cisaillement au niveau des appuis :............................................111
IX – Calcul des liernes :..........................................................................................................112
1 – Introduction :.............................................................................................................112
2 – Détermination des efforts internes :...........................................................................112
3 – Dimensionnement des liernes :..................................................................................114
X – Étude d’une solive :..........................................................................................................115
1 – Introduction :.............................................................................................................115
2 - Caractéristiques de solive :.........................................................................................115
3 – Évaluation des charges :............................................................................................115
3.1 – Charges permanentes :.......................................................................................115
3.2 – Surcharges d’exploitations :...............................................................................115
3.3 – Combinaisons de charges :.................................................................................115
4 - Pré dimensionnement de solive par la condition de la flèche :..................................116
5 - Vérification au diversement :.....................................................................................117
XI – Étude d’un poteau :.........................................................................................................121
1 – Introduction :.....................................................................................................................121
2 – Vérification de la section du poteau P14 :.................................................................121
Partie V : Calcul automatique.................................................................................................125
I – Introduction :.....................................................................................................................126
II - Calcul automatique sur arche ossature :............................................................................126
1 - Présentation de logiciel :............................................................................................126
3 - Principe et étapes de saisie :.......................................................................................126
5
4 - Caractéristiques principales du logiciel......................................................................127
5.1 – Nervure :............................................................................................................128
5.2 – Poutre A16 :.......................................................................................................129
5.3 – Poteau P33 :.......................................................................................................130
5 – Plans de ferraillage des éléments précédents :...........................................................130
II - Modélisation sur Robot Structural Analysis.....................................................................131
1 – Introduction :.............................................................................................................131
2 - Présentation du logiciel :............................................................................................131
3 – Vérification des éléments avec Robot :.....................................................................131
Partie VI : Métré.....................................................................................................................134
I – Introduction :.....................................................................................................................135
II – Métré du bloc A :..............................................................................................................135
1 – Métré des éléments de la fondation :.........................................................................135
2 – Métré Des éléments en élévation du RDC :..............................................................140
3 – Métré Des éléments en élévation du 1er étage :.........................................................142
4 – Métré Des éléments en élévation du 2ème étage :.......................................................144
5 – Métré Des éléments en élévation du 3ème étage :.......................................................145
6 – Récapitulation :..........................................................................................................146
III – Métré du bloc B :............................................................................................................147
Partie VII – Étude thermique..................................................................................................148
I – Introduction :.....................................................................................................................149
II – Les objectifs :...................................................................................................................149
III – Présentation du projet :...................................................................................................150
IV – les déperditions thermiques sans isolation :....................................................................151
1 – Calcul des coefficients de transmission des parois :..................................................151
2 - Calcul des déperditions thermiques et la puissance perdue par l’enveloppe :...........154
V – les déperditions thermiques sans isolation :.....................................................................156
1 – Calcul des coefficients de transmission des parois :..................................................156
2 - Calcul des déperditions thermiques et la puissance perdue par l’enveloppe :...........158
VI – Conclusion :....................................................................................................................159
Partie VIII – Chauffage et climatisation :...............................................................................160
I – Introduction :.....................................................................................................................161
II – Climatisation :..................................................................................................................161
1 – Introduction :.............................................................................................................161
6
2 – Critères de choix d’un climatiseur :...........................................................................161
3 – Puissance frigorifique sans isolation :.......................................................................161
3.1– Calcul des apports à travers les vitrages :...........................................................162
3.2– Calcul à travers les parois opaques :...................................................................163
4 – Puissance frigorifique avec isolation :.......................................................................164
4.1– Calcul des apports à travers les vitrages :...........................................................164
4.2 – Calcul à travers les parois opaques :..................................................................164
5 – Conclusion :...............................................................................................................165
II – chauffage :........................................................................................................................165
1 – Puissance de chauffage sans isolation :.....................................................................165
2 – Puissance de chauffage avec isolation :.....................................................................166
3 – Conclusion :...............................................................................................................167
III – Conclusion :....................................................................................................................168
Conclusion..............................................................................................................................169
Bibliographie...........................................................................................................................170

7
Liste des figures

Figure 1 : Perspective du projet................................................................................................15


Figure 2 : Façade principale......................................................................................................16
Figure 3 : Façade nord..............................................................................................................16
Figure 4 : Plan de masse...........................................................................................................17
Figure 5 : Plan 2ème étage...........................................................................................................17
Figure 6 : Long pan Bloc B.......................................................................................................18
Figure 7 : Logo de GC CONCEPT...........................................................................................20
Figure 8 : Effectifs humains......................................................................................................20
Figure 9 : Processus de la conception.......................................................................................24
Figure 10 : Traçage des axes.....................................................................................................25
Figure 11 : Implantation des poteaux........................................................................................27
Figure 12 : Détails d’un plancher en corps creux.....................................................................36
Figure 13 : Détails d’un plancher intermédiaire en corps creux...............................................37
Figure 14 : Détails d’un plancher intermédiaire en dalle pleine...............................................38
Figure 15 : Constituants d’une double cloison.........................................................................39
Figure 16 : Situation de la nervure............................................................................................41
Figure 17 : Diagramme enveloppe du moment fléchissant......................................................48
Figure 18 : Diagramme de l’effort tranchant............................................................................51
Figure 19 : Situation de la poutre..............................................................................................53
Figure 20 : schéma statique.......................................................................................................54
Figure 21 : Emplacement du poteau P33..................................................................................66
Figure 22 : Ferraillage Poteau 37..............................................................................................69
Figure 23 : Dimensions de la semelle isolée avec son gros béton............................................72
Figure 24 : Situation du panneau isolé......................................................................................73
Figure 25 : Ferraillage de la dalle pleine..................................................................................79
Figure 26 : Détails d’un escalier...............................................................................................80
Figure 27 : schéma simplifié de l’escalier étudié......................................................................81
Figure 28 : Schéma de calcul de l’escalier................................................................................83
Figure 29 : Plan de ferraillage de l’escalier..............................................................................86
Figure 30 : Désignation Symbolique........................................................................................94
Figure 31 : Dimensions du bâtiment.........................................................................................97
8
Figure 32 : Représentation de Ce et Ci...................................................................................105
Figure 33 : Représentation de Ce et Ci...................................................................................106
Figure 34 : Schéma représentant d’une panne........................................................................109
Figure 35 : schéma montrant le cheminement des efforts dans les liernes.............................112
Figure 36 : Situation du poteau étudié P14.............................................................................121
Figure 37 : Perspective du bloc A...........................................................................................128
Figure 38 : comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la nervure.............129
Figure 39 : Vue en 3D du bloc B............................................................................................132
Figure 40 : Résultats des éléments..........................................................................................133
Figure 41 : Schéma montrant les types et les sections des profilés utilisés............................133
Figure 42 : Plan 2ème étage.......................................................................................................150

9
Liste des tableaux :

Tableau 1: Pré dimensionnement d’une dalle nervurée............................................................28


Tableau 2: Pré dimensionnement d’une Dalle pleine................................................................28
Tableau 3: caractéristiques du béton.........................................................................................33
Tableau 4 : Les contraintes limites de calcul (Fed)...................................................................35
Tableau 5: Estimation des charges des planchers terrasses.......................................................37
Tableau 6: Estimation des charges des planchers intermédiaires.............................................38
Tableau 7: Estimation des charges linéaires des murs..............................................................39
Tableau 8: Charge d’acrotère....................................................................................................40
Tableau 9 : Charges d’exploitation pour les bâtiments de bureaux..........................................40
Tableau 10: Valeurs des moments fléchissant à l’ELU et l’ELS..............................................47
Tableau 11: Sections des armatures longitudinales...................................................................50
Tableau 12: Les coupes transversales des sections des nervures..............................................50
Tableau 13: Valeurs des efforts tranchants maximales au niveau des appuis...........................51
Tableau 14: Répartition de Caquot...........................................................................................53
Tableau 15: Moments maximaux dans les travées....................................................................63
Tableau 16: Sections des armatures longitudinales...................................................................64
Tableau 17 : Armatures transversaux........................................................................................65
Tableau 18: Descente de charges sur poteau P33.....................................................................67
Tableau 19 : Armatures et espacements pour le poteau P37.....................................................69
Tableau 20:Les moments de calcul pour une dalle pleine........................................................75
Tableau 21 : Armatures pour dalle pleine.................................................................................79
Tableau 22: Caractéristiques d’acier.........................................................................................94
Tableau 23: Prédimensionnement des éléments........................................................................95
Tableau 24:Unités utilisées.  .................................................................................................96
Tableau 25: Détermination de q (10) normale et extrême........................................................98
Tableau 26: Détermination du coefficient du site Ks................................................................99
Tableau 27:Détermination de β...............................................................................................101
Tableau 28: Tableau récapitulatif de Ce pour les parois verticales.........................................103
Tableau 29: Tableau récapitulatif de Ce pour les toitures.......................................................104
Tableau 30: Tableau récapitulatif de Ce..................................................................................104
Tableau 31: Tableau récapitulatif des valeurs de Ci................................................................105

10
Tableau 32: Actions unitaires sur quelques éléments de la structure......................................107
Tableau 33: Caractéristique de profilé IPE 120 :....................................................................110
Tableau 34 : Effort de traction dans chaque tronçon du lierne................................................114
Tableau 35: Caractéristique de profilé IPE 120 :....................................................................116
Tableau 36 : Efforts internes dans le poteau P33....................................................................121
Tableau 37 : comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la nervure...........128
Tableau 38 : Comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la poutre A16....130
Tableau 39 : Comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la poutre A16....130
Tableau 40 : Quantités estimatives pour les éléments de fondation.......................................139
Tableau 41 : Quantités de béton en élévation pour RDC........................................................141
Tableau 42 : Quantités de béton en élévation pour 1er étage...................................................143
Tableau 43 : Quantités de béton en élévation pour 2ème étage.................................................144
Tableau 44 : Quantités de béton en élévation pour 3ème étage.................................................146
Tableau 45 : Tableau récapitulatif des quantités.....................................................................146
Tableau 46 : Quantités d’aciers pour bloc B...........................................................................147
Tableau 47: Caractéristiques thermiques des parois sans isolation.........................................153
Tableau 48: Les caractéristiques thermiques des ouvrants.....................................................154
Tableau 49: Calcul des déperditions thermiques sans isolation..............................................155
Tableau 50: Les caractéristiques thermiques des ouvrants avec isolation..............................158
Tableau 51: Calcul des déperditions thermiques sans isolation..............................................159
Tableau 52: Calcul des déperditions à travers les parois........................................................166
Tableau 53: Calcul des déperditions à travers les parois........................................................167
Tableau 54 : Récapitulation des deux variantes......................................................................168

11
Introduction

Le stage de fin d’étude est le couronnement d’une formation théorique. Il permet


d’appliquer les connaissances acquises dans les différentes disciplines et les compléter par
d’autres compétences telle que la maitrise des logiciels de dessin et de calcul ainsi que l’étude
de quelques éléments de structure particuliers pour l’élaboration d’un projet réel d’ingénierie.

Dans ce contexte, nous sommes chargés d’étudier, concevoir et dimensionner une structure en
béton armé d’une administration (Bloc A) et une structure en charpente métallique d’un studio
d’enregistrement (Bloc B).
Ce projet se situe à la zone industrielle SIDI RZIG, Rue des usines, Commune de Megrine,
Gouvernorat de BEN AROUS.

Le problème posé est de concevoir une structure respectant les règles de l’art et de la
construction avec une bonne maîtrise des coûts.
Cette structure devrait répondre aux critères de fonctionnalité et d’intégration architecturale.
Pour pouvoir réaliser cette étude, nous avons eu comme données de base : les différents plans
d’architecture.
En effet, notre étude comporte les parties suivantes :
 Conception de tout le projet à savoir choisir les différents éléments de la structure en
tenant compte des contraintes architecturales, fonctionnelles, économiques et
esthétiques du projet.
 Calcul manuel de quelques éléments de la structure :
- Escalier, Poteau, semelle isolée, Poutre, Nervure et une Dalle pleine : (Bloc A).
- Panne, solive, Traverse et poteau : (Bloc B).
 Calcul automatique du projet en utilisant les logiciels : Robot structural Analysis et
Arche ossature afin de réaliser une comparaison entre le calcul manuel et le calcul
automatique.
 Calcul du métré.
 Calcul du bilan thermique.

Tout ce travail sera finalisé par la réalisation des plans de coffrage et seulement les plans de
ferraillage des éléments calculés nécessaires pour l’exécution du projet.

12
Partie I : Présentation du projet.

13
I – Introduction :
Le projet étudié est une administration en béton armé (Bloc A) composée d’un rez de
chaussée et 3 étages (R+3) et une structure en charpente métallique comportant une
mezzanine d’un studio d’enregistrement (Bloc B) au profit de Radio Zitouna FM.

Ce projet se situe à la zone industrielle SIDI RZIG, Rue des usines, Commune de Megrine,
Gouvernorat de BEN AROUS.

Une brève description architecturale et fonctionnelle du projet peut nous donner une idée sur
les différentes contraintes rencontrées lors de la conception structurale.

Figure 1 : Perspective du projet.

II – Données sur le bloc A :


Ce bloc s’étend sur une superficie totale couverte d’environ 445 m², il comprend au :

 Niveau RDC :

15 bureaux + accueil + réception + salle de prière + 2 patios + 4 S.E


 Surface couverte 426 m²

 Niveau 1er étage :

12 bureaux + studio + salle polyvalente + 2 patios + 4 S.E


 Surface couverte 445 m²

 Niveau 2ème étage :

14
9 bureaux + salle VIP + 2 S.E
 Surface couverte 445 m²

 Niveau 3ème étage :

Local technique pour ascenseur.


 Surface couverte 36.20 m²

En effet, tous les niveaux ont une hauteur de 3.50 m et la liaison entre d’entre les différents
étages est assurée par un escalier et un ascenseur.

Les figures suivantes montrent respectivement 2 façades, un Plan de masse et une vue en plan
du 2ème étage.

Figure 2 : Façade principale.

Figure 3 : Façade nord.

15
Figure 4 : Plan de masse.

Figure 5 : Plan 2ème étage.

16
III – Données sur le bloc B :
Ce bloc s’étend sur une superficie totale couverte d’environ 1200 m², il comprend au :

 Niveau RDC :

4 bureaux, 2 salles de régie, Local serveur, 3 studios son, Salle de maquillage, 2 salles d’eaux

Dépôt matériel et un restaurant.

 Hauteur 3 m (car sous mezzanine) et ayant superficie de 340 m².

Un studio.

 Hauteur sous plafond de 7.50 m et une superficie de 870 m².

 Niveau mezzanine :

Studios news et une salle de séminaires.

 Hauteur sous plafond de 4.50 m et une surface de 340 m²

Figure 6 : Long pan Bloc B.

17
Partie II : Présentation de
l’organisme d’accueil

18
I – Introduction :
Le bureau d’étude de Mr. Rahali Raouf a été créé récemment par lui-même, qui est un

ingénieur conseil en béton armé et en charpente métallique agréé par le ministère de

l’équipement.

II - Fiche d’identité :
 Dénomination : Bureau d’étude et d’expertises « GC CONCEPT »
 Gérant : Mr. Rahali Raouf.
 Forme juridique : société à responsabilité limitée S.A.R.L.
 Date de création : 2013
 Siege social : Ezzahra
 Email : rahaliraouf@yahoo.fr
 Logo :

Figure 7 : Logo de GC CONCEPT.

III – Effectifs :

Figure 8 : Effectifs humains.

IV - Domaine d’activités :
 Conception et études des ouvrages en béton armé et charpente métallique.
 Dimensionnement et calcul des ouvrages (infrastructures et superstructure).
 Évaluation des biens immobiliers (valeurs neuves, valeurs usagées).
19
 Optimisation des structures.
 Analyse technico-économique des bâtiments.
 Maitrise d’œuvre d’ensemble industriel.
 Expertise des structures.
 Voiries et réseaux divers (VRD)
 Expertise technique : Suivi, contrôle et supervision des travaux.
 Géotechnique et fondation superficielle, semi profonde ou profonde.
 Gros œuvres et seconds œuvres.
 Étanchéités des ouvrages.

20
Partie III : Étude du bloc en béton
armé

21
I - La conception structurale :
1 - Introduction :
La conception d’un projet est la tâche la plus importante et extrêmement complexes consiste à
choisir le type de structure à adopter et résulte entre plusieurs facteurs :

 Techniques.
 Esthétiques.
 Économiques.
 Fonctionnelles.

Dont le concepteur doit trouver la meilleure solution de structure qui répond aux données
imposées par l’architecture.

2 - Critères de choix :
En effet, les principaux paramètres qui sont pris en compte sont :

 Le respect des normes concernant la portée des éléments porteurs horizontaux ainsi
que l’élancement des éléments verticaux.
 La vocation des locaux et leurs fonctionnalités.
 Les charges permanentes et surcharges d’exploitation.
 La technologie, le fonctionnement et l’exploitation de l’ouvrage.
 Le respect des plans de l’architecte.
 La fonctionnalité des locaux.
 Le coût de mise en œuvre.

Généralement, les solutions se différent d’un concepteur à un autre mais il doit réaliser un
compromis entre le maximum de ces contraintes, tout en respectant le principe de
minimisation du prix de revient.

Remarque :

Dans notre cas, la technique choisie est simple et acceptable puisque c’est un travail pour
comprendre la méthodologie, c’est pourquoi nous avons faire une réalisation économique et
rentable à savoir : la structure, poteau et poutre en béton armé vu sa facilité d'exécution sur le
chantier et surtout que les charges sont modérées, cloisonnement en brique, plancher nervurée
et dalle pleine.

22
Finalement, un projet est dit bien conçu lorsque la solution atteinte fait satisfaire tous les
intervenants.

3 - Le Processus général de la conception :


Par défaut d’une grande expérience, l’Ingénieur suivra un processus de conception constitué
par les différentes étapes suivantes :

Etablir

Proposition Analyser

Modifier

Figure 9 : Processus de la conception

- Etablir une proposition : proposer une première conception


- Analyser la proposition : vérifier les performances vis-à-vis des critères ou des
objectifs. Par exemple une proposition d’une structure doit vérifier les différents
critères suivants : critères de résistances, critères de rigidités, critères économiques,
- Modifier une proposition : si elle ne satisfait pas les critères. Pour faire les
modifications il faut intervenir sur plusieurs variables possibles. Si la solution reste
non satisfaisante ou on essaye de trouver une meilleure, alors on établit une nouvelle
proposition.

4 - Les étapes de la conception :


4.1 - Introduction :
Pour notre projet, nous avons opté pour le système poteaux- poutres qui est le plus adéquat
dans notre cas, pour sa facilité d’exécution ainsi que pour ses aspects de résistance et
d’économie. En effet, c’est le choix le plus répandu pour les cas des petites portées, ce qui
correspond bien à notre présente étude.
Ce choix étant décidé, il faut par la suite le concrétiser tout en respectant certains critères
fondamentaux, qui sont en étroite relation avec la fonctionnalité des espaces. L’emplacement
des poteaux ne doit en aucun cas gêner l’objet fonctionnel de l’architecture, leurs espacements
23
doivent être bien répartis, (placés dans des endroits où sont prévues des cloisons), donnant
ainsi lieu à avoir des poutres de portées moyennes n’encaissant pas de fortes sollicitations et
qui repartissent au mieux les efforts aux poteaux.
Il nous a été préférable de concevoir des poutres continues, l’hyperstatique réduit la grandeur
des sollicitations et par la suite engendre une économie des matériaux. La hauteur sous
plafond des différents niveaux est de 3.20 m.

4.2 - Traçage des axes :


Lors du traçage des axes :
 On doit suivre le plan architectural imposé.
 On doit différencier entre l’axe d’un poteau et celui d’un mur; L’axe du poteau est
obtenu en s’éloignant du côté intérieur du mur vers l’extérieur et en laissant 1,5cm
pour l’enduit intérieur et la moitié de la largeur de la poutre 11 cm, donc on doit
toujours décaler de 12.5cm.

Figure 10 : Traçage des axes.

4.3 - Implantation des poteaux :


C’est une étape décisive dans la conception de n’importe quel projet puisque à partir de cette
étape les autres éléments de la structure vont être réalisés. C’est pour cette raison qu’on a
passé un temps assez long à étudier les différentes circonstances pour bien placer les poteaux.

24
Pour des raisons de mise en œuvre de coffrage, on choisit des dimensions traditionnelles pour
tous les poteaux qui sont (22×22) cm². Dans notre structure, on a les murs extérieurs
d’épaisseur 35cm et de 25 cm donc, on n’aura pas de problèmes dans l’emplacement des
poteaux tandis que les murs intérieurs sont d’épaisseur 10 alors on doit bien déterminer leurs
emplacements pour avoir une cohérence avec l’aspect esthétique.

Pour notre projet :

Nous avons opté pour l’emplacement des poteaux suivant les critères suivants :

 Encastrer les poteaux aux angles et dans les cloisons en contrôlant la portée entre eux

pour éviter les retombées des poutres dans les locaux.


 Les poteaux sont implantés de manière qu’ils soient entièrement cachés dans les doubles

cloisons ou camouflés dans les coins des pièces (chambres, salle de bain et cuisine) et

au même temps superposé pour la partie commune des deux niveaux.


 Avoir une superposition entre les déférents niveaux.
 Les axes des poteaux doivent correspondre aux centres d’une section (22x22). Ensuite,

les sections définitives seront déterminées après l’élaboration de la descente des charges

réelles.
 Avoir un alignement des poteaux, pour avoir un alignement et une continuité des

poutres sans oublier le côté esthétique de l’ouvrage.


 Éviter l’utilisation des poteaux naissants mais les contraintes architecturales nous

obligent d’utiliser des poteaux implantés.

25
Figure 11 : Implantation des poteaux.

4.4 - Choix des planchers :


Le choix du type de plancher dépend de plusieurs facteurs, qui sont liées principalement à la :
 La destination du bâtiment
 Les contraintes architecturales.
 Les contraintes structurales (Chargements et prédimensionnements).
 Le coût de construction.

Pour notre structure, on va utiliser les dalles (16+5) et (19+6) à corps creux ainsi que des
dalles pleines pour des raisons techniques, structurales et architecturales.

On les poserait sous forme de panneaux de dalles qui transmettront leurs propres charges aux
poteaux et les charges supportées par les nervures.

Prédimensionnement :
 Plancher en corps creux :
 Pour calculer l’épaisseur de la dalle « e » on prend « e » compris entre : L/25 ≤ ℎ ≤ L/ 20
 Prenons e =L/22.5 (L : distance entre nus).

En effet, l’épaisseur est déterminée en fonction des portées de ces dalles de façon à éviter
les flèches excessives.

Portée l (en m) h 1 Choix du plancher


=
l 22.5 (En m)

26
4.00 0.18 N (16+5)
4.50 0.20 N (16+5)
4.725 0.21 N (16+5)
5 0.22 N (19+5)

Tableau 1: Pré dimensionnement d’une dalle nervurée.

 Dalle pleine :
 Calcul d’épaisseur de la dalle pleine « e » :

lx
  0.4
ly
- Dalles portant dans un seul sens ( ):
l
h0  x
20
: Pour un panneau isolé.
lx
h0 
25
: Pour une dalle continue.
  0.4
- Dalles portant dans les deux sens ( ):
l
h0  x
30
: Pour un panneau isolé.
lx
h0 
40
: Pour une dalle continue

α < 0,4 α ≥ 0,4

Panneau isolé Lx Lx
h0 ≥ h0 ≥
20 30

Panneau continu Lx Lx
h0 ≥ h0 ≥
25 40

Tableau 2: Pré dimensionnement d’une Dalle pleine.

4.5 - Choix des poutres :


Une fois les poteaux sont implantés, on les a reliés avec des poutres dont leur sens est choisi
de telle sorte d’obtenir des nervures portant dans le sens de la petite dimension du panneau du
27
plancher pour des raisons économique sans oublier d’éviter les retombées à l’intérieur de
locaux (de manière qu’elles soient entièrement cachées par les doubles cloisons ou
camouflées par les cloisons intérieures.)

Prédimensionnement :

L L L
 Hyperstatiques : ≤ h ≤ → soit h=
14 16 15

L L L
 Isostatique : ≤ h≤ → soit h=
10 12 12

Remarques :

 Utiliser au maximum des poutres continue plutôt que des poutres isostatiques car c’est
plus économique.
 Chaque poutre périphérique supportant une double cloison de 35cm de l’étage supérieur
doit avoir un nez de 9cm du côté extérieur du mur.

4.6 - Choix des longrines :


Les longrines sont des éléments en béton armé qui assurent la
liaison entre les pré-poteaux, et augmentent par conséquent la rigidité de
la structure. Ces éléments participent en fait à minimiser les risques de
tassements différentiels qui peuvent compromettre à la tenue des
éléments de la structure, des murs et des cloisons ; elles sont conçues
aussi pour raidir les poteaux en diminuant le risque de flambement.
Les longrines sont calculées tout en adoptant le même mode de calcul appliqué pour les

h L
poutres et en prenant comme hauteur h vérifiant ≥
l 22.5

On choisit une hauteur commune pour toutes les longrines pour avoir le même
coffrage, et la même hauteur des différents poteaux.

Les longrines reposent sur une couche de béton de propreté de 5 à 10 cm d’épaisseur.

Pour les longrines de grandes portées, on prévoit des appuis intermédiaires tels que
des dés ou des semelles isolées.

28
On emploie des appuis (dés) au niveau des croisements des longrines en absence de
semelles.

4.7 - Conception de l’infrastructure :


La détermination du type de la fondation est conditionnée par la capacité portante du
sol, la valeur des charges transmises et le tassement admissible.

L’examen des résultats fournis par le rapport géotechnique nous a permis d’envisager
des fondations superficielles sur des semelles isolées et filantes.

4.8 - Élaboration des plans de coffrage et nomination des éléments :


Poutres :

Elles sont repérées par des lettres majuscules A, B, D, E, F suivie d’un numéro et on indique
la section entre parenthèse. En précisant dans l’ordre suivant : La largeur et la hauteur totale
de la poutre en centimètre. Exemple : A1.1(22x30).

Raidisseur :

Ils sont repérés par la lettre majuscule R, suivie d’un numéro et on indique la section entre
parenthèse. En précisant dans l’ordre suivant : La largeur et la hauteur totale de la poutre en
centimètre.

Exemple : R1 (22x21).

Nervure :

Elles sont repérées par la lettre majuscule N avec Type de plancher.

Exemple : N1(16+5)

Longrine :

Elles sont repérées par la lettre majuscules L suivie d’un numéro et on indique la section entre
parenthèse.

Exemple : L1 (22x50).

Poteaux :

Ils sont repérés par la lettre majuscule P, suivie d’un numéro.

Exemple P1, P2 ...

29
Semelles :

Elles sont repérées par la lettre majuscule S. Exemple : S1 (0.70m x 0.70m)

II - Hypothèses de calcul :
1 – Introduction :
Avant d’entamer le calcul de la structure, il faut d’abord adopter les hypothèses à respecter le
long du calcul manuel ou par logiciel. Ces hypothèses concernent :

 Les différents règlements de calcul utilisé.


 Les caractéristiques mécaniques des matériaux.
 Les charges et les surcharges de calcul suivant la norme (NF P 06 -001).
 L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les
règles du béton armé aux états limites (B.A.E.L 91 modifié 99).

2 – Unités à utiliser :
Les unités du système international (SI)seront utilisées conformément à l’ISO 1000.

Pour les calculs, nous utiliserons :

 Forces et charges KN, KN/m, KN/m²


 Masse volumique Kg/m3
 Poids volumique KN/m3
 Contraintes et résistances N/mm², MN/m² ou MPa
 Moments fléchissant KN.m

3 - Caractéristiques des matériaux :


3.1 - Caractéristiques du béton :

Résistance à la compression du béton :

Le béton est défini par sa valeur de résistance à la compression a 28 jours d’âge noté fc28.

Dans ce projet on va adopter : f c28 = 22 Mpa

Elle est définie en tenant compte le dosage en ciment, la qualité des matériaux utilisés, la
qualité de contrôle sur chantier et les équipements de mise en œuvre disponibles.

 Dosage en ciment : 350 Kg/m3.


 Classe du ciment : CPA45.
 Pour l’infrastructure la probabilité de présence de sulfates dans la nappe impose
l’utilisation du ciment de haute résistance aux sulfates(HRS).

30
Résistance à la traction :

La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours est conventionnellement déterminée


f  0.6  0.06 f
t 28 c 28
par la relation suivante :
 ft28=0.6 + 0.06 × 22 = 1.92 Mpa

 Contrainte limite de compression du béton à l’ELU :

f c 28
fbu  0.85 0.85× 22
1.5 1 ×1.5
= =12.47���

Avec :
 � =� Puisque la durée probable d’application de la combinaison d’action est
supérieure à 24h (cas le plus courant)
 ��=�.� (Coefficient de sécurité de béton).

 Contrainte limite de compression du béton a l’ELS :

 bc  0.6 f c 28
= 13,20 MPa.

 Le module de déformation longitudinale instantanée :


E  11000 3 f
i c 28
= 30822.4 Mpa

 Le module de déformation différée :


Ev = 3700 3√ fc28 = 10367.54 Mpa

 Le coefficient d’équivalence :
Es
n = Eb =15

31
Et voici un tableau récapitulatif :

Formules Résultat

La résistance caractéristique à la ----- 22


compression à 28 jours (MPa).

La résistance caractéristique à la traction f  0.6  0.06 f 1.92


t 28 c 28
du béton à 28 jours (MPa).

Le module de déformation longitudinale E  11000 3 f 30822.4


instantanée du béton à 28 jours, pour les i c 28
charges dont la durée d’application est
inférieure à 24 heures (MPa)

La résistance de calcul de béton f c 28 12.47


fbu  0.85
(MPa). 1.5

La contrainte limite de compression du  bc  0.6 f c 28 13.20


béton (MPa).
Tableau 3: caractéristiques du béton

 Poids volumiques :
 Béton armé : �b = 25 KN/ m³
 Béton non armé : �b = 22 KN/ m³
 Le gros béton est dosé à 250 Kg/m3.

 Conditions de fissuration :
La fissuration est peu préjudiciable pour la superstructure, très préjudiciable pour la
fondation.

 Enrobage (e) :
 Eléments en élévation : e = 2.5 cm
 Eléments en fondation : e = 5 cm

3.2 - Caractéristiques de l’acier :


Aciers destinés aux armatures longitudinales :

Les armatures longitudinales sont des aciers a haute adhérence de nuance Fe E400, dont les
caractéristiques sont les suivants :
32
 La limite d’élasticité pour les barres haute adhérence FeE400 :

f c28 = 400 Mpa

 Le module d’élasticité :
5
Es = 2.10 Mpa

 La contrainte limite de calcul d’acier :

fe
f ed   347.82MPa
1.15
= 348 MPa.

s 
 Coefficient partiel de sécurité pour les aciers : 1.15
 Poids volumique :γ acier = 78,5KN/ m³
 Le coefficient de fissuration :Ƞ=1.6
 La longueur de scellement « ls » :

* Droite : ls = 40.
* Courbe : ls = 16Étant le diamètre de la barre d’acier.

 Le coefficient de scellement :

Aciers destinés aux armatures transversales :

Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance Fe E235 dont les
caractéristiques sont les suivantes :

 La limite d’élasticité pour les barres haute adhérence FeE235 :

f e = 235 Mpa

 La contrainte limite de calcul d’acier :


Fe 235
 Fed = γs = 1.5 = 204 MPa.

 Le coefficient de scellement :


 Coefficient de fissuration : Ƞ= 1.

33
Tableau 4 : Les contraintes limites de calcul (Fed).

4 - Hypothèses de calcul :
4.1 - Dimensionnement et le ferraillage des éléments de la superstructure :
 L’enrobage des armatures sera égal à 2.5 cm,
 La fissuration sera considérée peu préjudiciable (FPP).

4.2 - Dimensionnement et le ferraillage des infrastructures :


 L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm,
 La fissuration sera considérée très préjudiciable (FTP).

4.3 - Dimensionnement à l’ELU :


Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’ELU sont :

 Les coefficients de pondérations des charges permanentes et des charges


d’exploitations sont respectivement égaux à 1.35 et 1.5.
 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinales est égale à :
fe
f ed   347.82MPa
1.15

4.4 - Vérification à l’ELS :


Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :

- Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation


sont égaux à 1.
- La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

 bc  0.6 f c 28
= 0.6 x 22 =13.2 MPA

34
- La contrainte de traction des aciers longitudinaux n’est pas limitée :
 Dans le cas de fissuration préjudiciable :
 2 
 s  inf  f e , 110 f t 28 
 3 

 Dans le cas de fissuration très préjudiciable :


 1 
 s  inf  f e , 90 f t 28 
 2 

III - Évaluation des charges :


1 - Les charges permanentes :
1.1 - Les charges surfaciques :
 Planchers Terrasses :

Ces planchers se caractérisent par :

- Une forme de pente qui permet l’évacuation des eaux pluviales.


- Des couches d’étanchéité et de protection.
- Une faible charge d’exploitation étant donné que ces terrasses ne sont accessibles que
pour l’entretien.

Exemple : Les éléments constitutifs du plancher terrasse en corps creux sont mentionnés sur
la figure ci-dessous :

Figure 12 : Détails d’un plancher en corps creux

35
Produits Poids (daN/m²) Total
 Protection de l’étanchéité (2.5 55 daN/m² (daN/m²)

cm)
 Forme de pente (10 cm) 220 daN/m²
 Enduit sous plafond (1.5cm) 40 daN/m²
 Plancher en corps creux (16+5) 285 daN/m² 630 daN/m²
 Plancher en corps creux (19+6) 330 daN/m² 645 daN/m²
 Dalle pleine de 25 cm 625 daN/m² 940 daN/m²
 Dalle pleine de 30 cm 750 daN/m² 1065 da

N/m²
Tableau 5: Estimation des charges des planchers terrasses

 Planchers intermédiaires :

Exemple 1 : Les éléments constitutifs du plancher intermédiaire en corps creux sont


mentionnés sur la figure ci-dessous :

Figure 13 : Détails d’un plancher intermédiaire en corps creux.

Exemple 2 : Les éléments constitutifs du plancher intermédiaire en dalle pleine sont


mentionnés sur la figure ci-dessous :

36
Figure 14 : Détails d’un plancher intermédiaire en dalle pleine

Produits Poids (daN/m²) Total


 Carrelage (2200 daN/m3) (2.5 55 daN/m² (daN/m²)

cm)
 Mortier de pose (2.5 cm) 22 daN/m²
 Sable de pose (1500 daN/m3) 75 daN/m²

(5cm)
 Enduit sous plafond (1.5cm) 40 daN/m²
 Cloisons légères de 10cm 100daN/m²
 Plancher en corps creux (16+5) 285 daN/m² 577 daN/m²
 Plancher en corps creux (19+6) 330 daN/m² 622 daN/m²
 Dalle pleine de 25 cm 625 daN/m² 917 daN/m²
 Dalle pleine de 30 cm 750 daN/m² 1042 daN/m²

Tableau 6: Estimation des charges des planchers intermédiaires.

1.2- Les charges linéaires :


Nous avons estimé le poids de chaque type de mur sachant que :

 Poids de la maçonnerie : 900 daN/m3


 Poids d’enduit : 1800 daN/m3

37
Figure 15 : Constituants d’une double cloison

Poids d’1 mètre carré du mur Hauteur Poids d’1 mL du mur

(daN/m²) du mur (daN/m)

(m)
 Mur de 25 cm : 3.30 g = 742.50
G = (900 x 0.17) + (1800 x 0.04) = 225
daN/m²
 Mur de 35 cm : g = 1128.60
G = (900 x 0.30) + (1800 x 0.04) = 342
daN/m²
 Mur de 45 cm : g = 1277.10
G = (900 x 0.35) + (1800 x 0.04) = 387
daN/m²
 Mur de 55 cm : g = 1425.60
G = (900 x 0.30) + (1800 x 0.04) = 432
daN/m²

Tableau 7: Estimation des charges linéaires des murs.


Acrotère Poids
 Acrotère simple : 357 daN/m

(ép. = 20cm ; H=1m)


Tableau 8: Charge d’acrotère

2 - Les charges d’exploitations :

38
D’après la norme française NF P 06-001 :

Bâtiments de bureaux Valeur en daN/m²

Bureaux proprement dits 250

Bureaux paysagers 350

Circulations et escaliers 250

Halls de réception 250

Halls à guichet 400

Salles de projection et de conférence à nombre de 350


places limité (<50m²)
Cantines 250 à 350

Salles de réunion avec tables 350

Zone de dépôts 350

Salles d'ordinateurs et de reprographie 250 + équipement lourd

Tableau 9 : Charges d’exploitation pour les bâtiments de bureaux.

39
IV – Étude d’une nervure :
1 – Introduction :
Cette partie consiste à faire une étude en béton armée pour le dimensionnement d'une nervure
continue à 2 travées située au plancher haut RDC du Bloc A afin de déterminer les
sollicitations, les sections et le ferraillage des deux travées.

La figure suivante montre l’emplacement de la nervure étudiée dans le plan de coffrage :

Figure 16 : Situation de la nervure.

2 - Prédimensionnement :
La nervure est considérée comme une poutre hyperstatique sur appuis, de section en T,
soumise à une charge uniformément répartie décomposée en g et q.

 Pour la travée 1 :

La portée de la travée est : L = 4.30 - 0.22 = 4.08 m

L/ 22.5 = 408 /22.5 = 18.13 cm < 21 cm

 On utilise une nervure (16+5) =21 cm

Donc :

Les dimensions transversales sont :


- Largeur de la table de compression : b = 33 cm
40
- Hauteur de la table : h0 = 5 cm
- Hauteur de l’âme : h – h0 = 16 cm
- Largeur de l’âme : b0 = 7 cm.

 Pour la travée 2 :

La portée de la travée est : L = 5.20 - 0.22 = 4.98 m

L/ 22.5 = 408 /22.5 = 23.11 cm >21 cm

 On utilise une nervure (19+6) =25 cm

Donc :

Les dimensions transversales sont :


- Largeur de la table de compression : b = 33 cm
- Hauteur de la table : h0 = 6 cm
- Hauteur de l’âme : h – h0 = 19 cm
- Largeur de l’âme : b0 = 7 cm.

3 – Calcul des chargements :


3.1 – Évaluation des charges :
 Charge permanente : g = 5.77KN/m² pour un plancher (16+5).
 Charge permanente : g = 6.22KN/m² pour un plancher (19+6).
 Charge d’exploitation : q =1.5KN/m²

3.2 - Charges linéaires :


 Pour la travée 1 : N (16+5) :
 g = 5.77 kN/m2 x 0.33 m = 1.92 KN/m
 q= 1.5 kN/m2 x 0.33 m = 0.50KN/m
 Charge à ELS : P1ser = g + q = 2.42KN/m

41
 Charge à ELU : P1u = 1.35 g + 1.5 q = 3.342KN/m

 Pour la travée 2 : N (19+6) :


 g = 6.22 kN/m2 x 0.33 m = 2.073 KN/m
 q= 1.5 kN/m2 x 0.33 m = 0.50KN/m
 Charge à ELS : P2ser = g + q = 2.42KN/m
 Charge à ELU : P2u = 1.35 g + 1.5 q = 3.55KN/m

4 – Calcul des sollicitations :


4.1 – Méthode de calcul des moments fléchissant :
Validité de la méthode forfaitaire :

Plusieurs méthodes de calcul existent et adaptent la formule des trois moments au béton armé.
Les méthodes les plus courantes sont la méthode forfaitaire et la méthode d’Albert CAQUOT.

 Vérification des conditions :

 H1 : Q = 1.5KN/m² ≤ max {2G ;5KN/m²} : Condition vérifiée


4.98
 H2 :0.8≤li /li+1≤1.25 = 0.8≤ 4.08 ≤1.25 = 0.8≤ 1.22 ≤1.25 : Condition vérifiée

 H3 : Inertie constante : Condition non vérifiée


 H4 : Fissuration peu préjudiciable : Condition vérifiée.

Comme la 3ème condition n’est pas vérifiée, on appliquera la méthode de de Caquot.

42
4.2 – Application de la méthode de CAQUOT :
A – Calcul des sollicitations à L’ELU :

- 1er cas de chargement :

 Moments au niveau des appuis :


 M1=M3 =0 (appuis de rives)

−P 1× l 3+ P 2 ×l 3 3
−3.342 ×4.08 +3.55 × 4.98
3

 M2 = 8.5 × ( l 1+l2 ) = 8.5×( 4.08+4.98) = - 8.64 KN.m

- 2ème cas de chargement :

 Moments au niveau des appuis :

 M1= M3 = 0 (appuis de rives)

−P 1× l 3+1.35 g ×l 3 −3.342 ×4.08 3+1.35 × 2.073× 4.983


 M2 = 8.5 × ( l 1+l2 ) = 8.5×(4.08+4.98) = - 7.435

KN.m

 Moment dans la travée 1 :

 ( xl )+ M ( xl )
M (x)12=m(1)+ M 1 1− 2 = 4.995x-1.67x2

d M t 12
D’où : - =¿ V(x) = 3.34 x - 4.995= 0
dx

43
4.995
 x= = 1.495m
3.34

Finalement :

 V (0) = - 4.995 = - 5 KN
 V (1.495) = 0 KN
 V (4.08) = 8.632 KN
Et :

 M 12 (1.495) = 3.735 KN.m : Moment maximal dans la travée

1.

- 3ème cas de chargement :

 Moments au niveau des appuis :

 M1= M3 = 0 (appuis de rives)

−1.35 g× l 3+ P1 ×l 3 1.35 ×1.92 × 4.083+ 3.55× 4.983


 M2 = = ¿− = - 7. 979KN.m
8.5 × ( l 1+l2 ) 8.5×( 4.08+4.98)

 Moment dans la travée 1 :

 ( xl )+ M ( xl )
M (x)23=m(2) + M 2 1− 3 = 10.44x - 1.775x2 - 7.979

d M t 23
 D’où : - =¿ V(x) = -10.44 + 3.55 x = 0
dx

10.44
 x= = 2.94 m
3.55

Finalement :

44
 V (0) = - 10.44 KN
 V (2.94) = 0 KN
 V (4.98) = 7.239 KN
Et :

 M 23 (2.94) = 3.735 KN.m : Moment maximal dans la travée

2.
B – Calcul des sollicitations à L’ELS :

- 1er cas de chargement :

 Moments au niveau des appuis :


 M1= M3 = 0 (appuis de rives)

3 3 3 3
−P 1× l + P 2 ×l −2.42 ×4.08 + 2.573× 4.98
 M2 = 8.5 × ( l 1+l2 ) = 8.5×( 4.08+4.98) = - 6.26 KN.m

- 2ème cas de chargement :

 Moments au niveau des appuis :

 M1= M3 = 0 (appuis de rives)

−P 1× l 3+ g ×l 3 −2.42 ×4.08 3+ 2.073× 4.983


 M2 = 8.5 × (l 1+l2 ) = 8.5×( 4.08+4.98) = - 5.46 KN.m

 Moment dans la travée 1 :

 ( xl )+ M ( xl )
M (x)12=m(1)+ M 1 1− 2 = 3.60 x - 1.21 x2

45
d M t 12
D’où : - =¿ V(x) = 2.42 x –3.60= 0
dx

3.60
 x= = 1.487 m
2.42

Finalement :

M 12 (1.487) = 2.677 KN.m : Moment maximal dans la travée 1.

- 3ème cas de chargement :

 Moments au niveau des appuis :

 M1= M3 = 0 (appuis de rives)

−g ×l 3 + P 1×l 3 1.92 ×4.08 3+ 2.573× 4.983


 M2 = ¿−
8.5 × (l 1+l2 ) = 8.5×( 4.08+4.98) = - 5.819 KN.m

 Moment dans la travée 1 :

 ( xl )+ M ( xl )
M (x)23=m(2) + M 2 1− 3 = 7.575 x - 1.286 x2 – 5.819

d M t 23
 D’où : - =¿ V(x) =7.575 + 3.55 x = 0
dx

10.44
 x= = 2.94 m
3.55

Finalement :

M 23 (2.94) = 3.735 KN.m : Moment maximal dans la travée 2.

Et voilà le tableau récapitulatif :

46
Moment fléchissant ELS (KN.m) ELU (KN.m)

Sur appui : M2 -6.26 -8.64

Travée 1 : Mt1 2.677 3.735

Travée 2 : Mt2 5.335 7.37

Tableau 10: Valeurs des moments fléchissant à l’ELU et l’ELS

Figure 17 : Diagramme enveloppe du moment fléchissant.

5 – Calcul du Ferraillage :
La nervure sera armée par une seule file d’armatures (une barre inférieure tendue et une barre
supérieure de montage) entourées par des étriers.

5.1– Aciers Longitudinaux :


 Dans la travée 1 :
 Le moment équilibré par la table est :
Mtu=b×h0×fbu × (d- ℎ0/2) = 0.33×0.05×12.47× (0.175- 0.05/2) = 0.03086MN
 Mu=3.735 KN.m< Mtu= 30.86 KN.m, d’où :
« La section sera considérée comme rectangulaire (b = 33 cm et h= 21cm) »
 d =h-(e+1cm) = 21 -(2.5+1)=26.5cm
M ABu 3.3735× 10−3 lim ¿=0.391
 µ = =
bu
b .d ². ʄ bu 0.33 ×0.175² ×12.47 =0.029< µ¿

47
D’où : A’=0 ; On n’aura pas besoin d’armatures comprimées (A’ = 0) et la section d’armatures

tendues sera déterminée comme suit :

 α =1.25 × ( 1−√1−2 µbu ) =1.25× ( 1−√ 1−2 ×0.029 )=0.036

 β =1-0.4α=1-0.4×0.036 = 0.985
M ABu 3.735 ×10−3
 As= = =0.62 cm²
β . d . ʄ ed 0.977 × 0.175× 348

 A s �� � =0.23.� .�. � � � /� � =0.23×0.33×0.175×1.92/400=0.64� �² > A s =0.62 cm²

calculée
On adopte : 1 HA12 dont A s =1.131 cm²

 Vérification du béton à l’ELS :

Il faut que : σ bc < σ bc


´

 σ´bc =0.6 × 22=13.2 MPa

 y=−D+ √ D ²+ E

Avec :

15 15
 D= ∗A= ∗1.131∗10−4 =0.0051
b 0.33
30 30 −4
 E= ( A∗d ) = ∗( 1.131∗10 ∗0.175 ) =0.0018
b 0.33

Donc : y=−D+ √ D2+ E=−0.0051+ √ 0.00512+ 0.0018=0.0 37 m = 3.7 cm

b y3 2 2
 I= +15 A ( d− y ) +15 A ' ( y−d ' )
3

3
0.33∗0.037 2
I= +15∗1.131∗10−4∗( 0.175−0.037 ) =0.378.10−4 m4
3

M ser 2.29∗10−3
 K= = =¿ 70.55
I 3.78∗10
−5

48
 Finalementnt : σ bc =K . y=70.55 ×0.037 = 2.61 Mpa <

σ´bc =0.6 × 22=13.2 MPa

« Contrainte dans le béton est Vérifiée »

Remarque, on fera le même calcul dans la travée 2 et au niveau d’appui, voilà pourquoi on va
faire un tableau récapitulatif :

Travée 1 Travée 2 Appui

Moment (KN.m) 3.735 7.37 -8.64

µ bu 0.029 0.038 0.068

lim ¿ Vérifié Vérifié Vérifié


µ bu< µ¿ =0.391
α 0.036 0.038 0.088

β 0.985 0.980 0.964

As (cm²) 0.62 1.005 1.471

A smin (cm²) 0.64 0.78 0.64

Choix d’acier 1 HA 12 1 HA 14 1 HA 14

Section Réelle (cm²) 1.131 1.539 1.539

σ bc 2.61 3.20 13.03

Vérification des Vérifié Vérifié Vérifié

contraintes σ bc <

σ´bc =13.20 Mpa

Tableau 11: Sections des armatures longitudinales.

49
Travée 1 Appui Travée 2

Tableau 12: Les coupes transversales des sections des nervures.

5.2 – Aciers Transversaux :


Les valeurs des efforts tranchants au niveau des appuis seront comme suit :

Appui A gauche A droite

1 --- -5

2 8.632 -10.44

3 7.239 ---

Tableau 13: Valeurs des efforts tranchants maximales au niveau des appuis.

Figure 18 : Diagramme de l’effort tranchant.


50
Nous avons appliqué la répartition de Caquot :

 Appui 1 à droite :
Vérification du béton de l’âme :

Contrainte tangente conventionnelle :

−3
Vu 5 ×10
τu= = =0.398 Mpa
b 0∗d 0.07 ×0.215

Contrainte tangente limite (On a : FPP + Armatures droites) :

τ ' u < Min [0.2 fc28/1.5 ; 5 MPa] = 2.93 Mpa

On a : τ u < τ ' u Donc le béton de l’âme est suffisant.

Diamètre et section des armatures transversales :

h b0
Φt =min { ϕ t ;
35 ; 10 } = 0.6 cm = 6 mm

 Soit Фt= 6 mm

A t =n∗A Φt =2∗ϕ 6 = 0.56 cm²

Espacement des armatures :


 1èrecondition (de non fragilité) :

At∗fe 2∗At∗fe 0.56∗235 2∗0.56∗235


St1 ≤ min { 0.4∗b 0 ; τ u∗b 0 } = min { 0.4∗7 ; 0.398∗7 } =min

{ 47 ; 94.47} = 47cm > 40 cm

On prend : St1 = 40 cm

 2èmecondition (Constructive) :

St2 ≤ min {0.9d; 40cm} = 15.75 cm


51
On prend : St2 = 14 cm

 3èmecondition (de résistance) :

At∗( sin ∝+ cos ∝ )∗fe


St 3 ≤ 0.9 = -82.65 cm
b∗(τ u−0.3 . K . ftj)γ s

Finalement :

St0 = min { St 1 ; St 2 ; St3 } = min { 40 ; 14 ; 0 } = 14 cm

Remarque, on fera le même calcul dans les autres appuis, voilà pourquoi on va faire un
tableau récapitulatif :

52
Vu (KN) τ u (Mpa) St1 (cm) St2 (cm) St3(cm) St0 (cm)

Appui 1à -5 0.408 40 14 -82 14


droite

Appui 2 à 8.632 0.704 40 12 13 12


gauche
Appui 2 à -10.44 0.852 40 16 118 16
droite
Appui 3 à 7.239 0.480 40 16 -65 16
gauche

Tableau 14: Répartition de Caquot.

V – Étude d’une poutre continue :


1 – Introduction :
L’objectif de cette partie est l’étude en béton armée pour le dimensionnement d'une poutre
(A16) à trois travées situées au niveau du plancher haut RDC du bloc A et qui est soumise à
chargement réparti, afin de déterminer les sollicitations, les sections et le ferraillage des trois
travées et des deux appuis.

53
La figure suivante représente l'emplacement de la poutre étudiée dans le plan de coffrage.

Figure 19 : Situation de la poutre.


2 – Prédimensionnement :
La portée de la travée 1 est : L = 3.63 m
L L
< h<
16 12 Donc : 0.22 m < h < 0.30 m soit h = 30 cm

Remarque : Nous allons prendre une inertie constante pour toutes les des travées
(22x30)

Figure 20 : schéma statique.

3 – Évaluation des charges :


 Charges surfaciques

54
2
 G ( 19+ 6 )=6.22 KN /m

 G ( 16+ 5 )=5.77 KN /m 2
2
 Q=2.5 KN /m

 Charges linéaires :

L L 4.98
 Pservice =( G( 19+6) +Q ) × + ( G(16 +5) +Q ) × 2 + ( b× h × γ b ) =( 6.22+2.5 ) × 2 +
2

4.08
( 5.77+2.5 ) × + ( 0.22 ×0.3 ×25 )
2

Pservice =40 . 23 KN / m

L
 Pultime=( 1.35× G(19+6 )+ 1.5× Q ) × +
2

L
( 1.35 ×G(16 +5) +1.5 ×Q ) × 2 +1.35 ( b × h × γ b )

4.98
¿ ( 1.35× 6.22+1.5× 2.5 ) × +
2

4.08
( 1.35× 5.77+1.5 ×2.5 ) × +1.35 × ( 0.22 ×0.3 × 25 )
2

Pultime=56.01 KN /m

55
4 – Détermination des sollicitations :
On va utiliser le théorème des trois moments :

1er cas de chargement : Travées 1et 2

 Calcul de M2 max :

d g
L1 M 1+ 2∗( L1+ L 2 ) M 2 + L 2 M 3=6 EI (W 2 −W 2 )

2(l1+l2) M 2 = 6 EI (W d2 +W g2 )

Avec :

−Pu l 32
 W dB =
24 EI
3
P u l1
 W gB =
24 EI

2(l1+l2) M 2 = 6 EI (W d2 −W g2 )

3 3
−Pu l 2 Pu l 1
M2 −
(l1+l2) = 24 EI 24 EI )
3 EI ¿

3 3
−Pu l 2 Pu l 1
M2 −
(l1+l2) = 24 EI 24 EI )
3 EI ¿

Pu l 32 Pu l 31
−1
M2= L 1+ L2 ×
8 ( +
8 )
56.01 ×3.033 56.01 ×1.383
−1
M2= 1.38+ 3.03 × (8
+
8 )
M2= - 48.33 KN.m : Moment sur appui maximal

56
 Calcul de moment en travée A16.1 :

M (x) =m(1) + M 1 1−( xl )+ M ( xl )


2

M 1=0

M (x) =3.62 x−28.005 x 2

 d M (x) =0

 d M ( x )=56.01 x−3.62

3.62
 x=
56.01

 x=0.064 m

 M (0.064) =3.62×0.064-28.005×0.0642

= 0.11 KN.m
 Calcul de moment en travée A16.2 :

M (x) =m(2) + M 2 1−( xl )+ M ( xl )


3

M 3=0

M (x) =¿ 100.8x-28.005x2-48.33

 - d M (x) =0

 −d M ( x )=¿ 58.01x-100.8

100.8
 x=
58.01

 x=1.73 m

 M (1.73) =100.8×1.73-28.005×1.732-48.33

57
= 42.23 k
2eme cas de chargement : Travées 1 et 2 :

 Calcul de M2 :

1.35 Gl 32 Pu l 31
−1
M2= L 1+ L2 × (
8
+
8 )
3 3
−1
M2= 1.38+ 3.03 × (
38.45 × 3.03 56.01× 1.38
8
+
8 )
M2= -34.5 KN.m : Moment sur appui

 Calcul de moment maximal en travée A16.1 :

( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(1) + M 1 1− 2

M 1=0

M (x) =¿ 13.64 x-28.005 x2

 −d M (x)=0

 −d M ( x )=−13.64+56.01 x=0

13.64
 x=
56.01

 x=0.24 m

 M (0.24 ) =13.64×0.24-28.001×0.242

=1.66 KN.m : Moment de travée A16.1 maximal

58
 Calcul de moment en travée A16.2 :

( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(2) + M 2 1− 3

M 3=0

M (x) =¿ 69.487x-19.225x2-34.5

 −d M (x)=0

 - d M ( x )=¿ 38.45x-69.487=0

69.487
 x=
38.45

 x=1.80 m

M (1.80) =69.487×1.8-19.225×1.82-34.5

= 28.781 KN.m : Moment de travée A16.2

59
3eme cas de chargement : Travées 1 et 2 :

 Calcul de M2 :

Pu l 32 Pu l 31
−1
M2= L 1+ L2 ×
8( +
8 )
3 3
−1
M2= 1.38+ 3.03 × (
56.01 ×3.03 38.45 × 1.38
8
+
8 )
M2= -47.02 KN.m : Moment sur appui
 Calcul de moment en travée A16.1 :

( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(1) + M 1 1− 2

M 1=0

M (x) =¿ -7.542 x-19.225x2

 d M (x) =0

 −d M ( x )=38.45 x+ 7.542=0

−7.542
 x=
38.45

 x=−0.19 m

 M (−0.19) = -7.542×-0.19-19.225 ×-0.192

=0.743 KN.m : Moment de travée A16.1


 Calcul de moment maximal en travée A16.2 :

60
M (x) =m(2) + M 2 1− ( xl )+ M ( xl )
3

M 3=0

M (x) =¿ 100.373x-28.005x2-47.02

 −d M (x)=0

 −d M ( x )=¿ 56.005x-100.373=0

100.373
 x=
56.005

 x=1.79 m

 M (2.18) =100.373×1.79-28.005×1.792-47.02

= 42.92 KN.m : Moment maximal de la travée A16.2

4eme cas : Travées 2 et 3 :

 Calcul de M3 :

L2 M 2+ 2∗( L 2+ L3 ) M 3+ L3 M 4 =6 EI (W d3−W g3 )

2(l2+l3) M 3 = 6 EI (W d3 +W g3 )

Avec :

d −Pu l 33
 W B = 24 EI

61
3
P u l2
 W gB =
24 EI

2(l2+l3) M 3 = 6 EI (W d2 −W g2 )

3 3
−Pu l 2 Pu l 1
M3 −
(l2+l3) = 24 EI 24 EI )
3 EI ¿

3 3
−Pu l 2 Pu l 1
M3 −
(l2+l3) = 24 EI 24 EI )
3 EI ¿

Pu l 33 Pu l32
−1
M3= L 2+ L3 ×
8
+ (
8 )
3 3
−1
M3= 3.03+ 3.63 × 8 (
56.01 ×3.63 56.01 ×3.03
+
8 )
M3= - 69.12 KN.m : Moment sur appui
 Calcul de moment en travée A16.2 :

M (x) =m(2) + M 2 1− ( xl )+ M ( xl ) 3

M 2=0

M (x) =62.04 x−28.005 x 2

 −d M (x)=0

 - d M ( x )=56.01 x−62.04

62.04
 x=
56.01

 x=1.10 m

 M (1.10) =62.04×1.1-28.005×1.12

62
= 34.364 KN.m
 Calcul de moment en travée A16.3 :

( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(3) + M 3 1− 4

M 4=0

M (x) =¿ 120.698x-28.005x2-69.12

 - d M (x) =0

 −d M ( x )=¿ 56.01x-120.698

120.698
 x=
56.01

 x=2.15 m

 M (2.15) =120.698×2.15-28.005×2.152-69.12

= 60.93 KN.m
5eme cas de chargement : Travées 2 et 3 :

 Calcul de M3 :

1.35 G l 32 Pu l 31
−1
M3= L 3+ L 2 × 8 ( +
8 )
38.45 × 3.633 56.01× 3.033
−1
M3= 3.03+ 3.63 × 8 ( +
8 )
M3= -63.76 KN.m : Moment sur appui
 Calcul de moment maximal en travée A16.2

63
( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(2) + M 2 1− 3

M 2=0

M (x) =¿ 84.85x-28.005x2-21.043x

 −d M (x)=0

 −d M ( x )=−63.807+56.01 x

63.807
 x=
56.01

 x=1.139 m

 M ( 1.139) =63.807×1.139-28.001×1.1392

=36.34 KN .m : Moment de travée A16.2

 Calcul de moment en A16.3 :

( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(3) + M 3 1− 4

M 4=0

M (x) =¿ 87.34x-19.225x2-63.76

 −d M (x)=0

 - d M ( x )=¿ -87.34+38.45=0

87.34
 x=
38.45

 x=2.27 m

M (2.27 ) =87.34×2.27-19.225×2.272-63.76

64
=35.43 KN.m : Moment de travée A16.3

6eme cas de chargement : Travées 2 et 3 :

 Calcul de M3 :

Pu l 32 Pu l31
−1
(
M3= L 2+ L3 × 8 + 8 )
56.01 ×3.633 38.45 × 3.033
−1
M3= 3.03+ 3.63 × (8
+
8 )
M3= -70.36 KN.m : Moment sur appui
 Calcul de moment en travée A16.2 :

( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(2) + M 2 1− 3

M 2=0

M (x) =¿ 46.559x-19.225x2

 d M (x) =0

 −d M ( x )=38.45 x−46.559=0

46.559
 x=
38.45

 x=1.21 m

 M (1.21) = 46.559×1.21-19.225×1.212

=28.169 KN.m : Moment de travée A16.2


 Calcul de moment maximal en travée A16.3:
65
( xl )+ M ( xl )
M (x) =m(2) + M 3 1− 4

M 4=0

M (x) =¿ 121.041x-28.005x2-70.63

 −d M (x)=0

 −d M ( x )=¿ -121.041+56.01x=0

121.041
 x=
56.01

 x=2.16 m

 M (2.16 ) =121.041×2.16-28.005×2.162-70.36

= 60.423 KN.m : Moment maximal en travée A16.3


Remarque :
Le calcul à l’ELS se fait de la même manière.
Tableau récapitulatif :

Moment maximal (KN.m) Moment maximal


A l’ELU (KN.m)
A l’ELS
Travée 1 1.66 -1.42

Travée 2 42.92 30.41

Travée 3 60.423 40.75

Appui 2 -48.33 -34.71

Appui 3 -70.63 -57.12

Tableau 15: Moments maximaux dans les travées.

66
Vu (KN)

Appui 1à droite -13.64

Appui 2 à gauche 76.08


Appui 2 à droite -100.373
Appui 3 à gauche 69.32

Appui 3 à droite -121.04

Appui 4 à gauche 82.27

5 – Calcul des armatures longitudinales et vérification des contraintes :


Remarque le calcul du ferraillage se fait comme le chapitre précédent :

Travée Travée 2 Travée 3 Appui 2 Appui 3


1
Mu (KN.m) 1.66 42.92 60.423 -48.33 -70.63

M ser -1.42 30.41 40.75 -34.71 -57.12


(KN.m)
d(cm) 0.265 0.265 0.265 0.265 0.265

α 0.010 0.410 0.404 0.366 0.602

β 0.996 0.836 0.838 0.853 0.759

� Théorique 0.18 5.56 7.269 6.14 10.09


(cm2)

A smin (cm 0.69 0.69 0.69 0.69 0.69

²)
A réel 2.035 6.97 8.011 6.97 10.65
(cm2)
Choix 3HA10 3HA14+3HA1 3HA14+3HA12 3HA14+3HA1 3HA16+3HA14
d’acier 0 0

67
Section 1.57 8.011 8.011 6.97 10.65
Réelle (cm²)
σ bc ( MPa) 1.30 9.61 12.90 12.42 16.49

Vérification
Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié Non vérifié
σ bc <

σ´bc

=13.20 Mpa
Tableau 16: Sections des armatures longitudinales.

6 - Calcul des armatures transversales :


Le calcul des armatures transversales se fait comme celui de la nervure.

Vu (KN) τ u (Mpa) St1 (cm) St2 (cm) St3(cm) St0 (cm)

Appui 1à -13.64 0.334 30 20 -27 20


droite

Appui 2 à 76.08 1.305 18 20 12 12


gauche
Appui 2 à -100.373 1.722 13 20 8 8
droite
Appui 3 à 69.32 1.19 20 20 14 14
gauche

Appui 3 à -121.04 2.076 11 20 6 6


droite

Appui 4 à 82.27 1.411 16 20 11 11


gauche

Tableau 17 : Armatures transversaux.

68
69
VI – Étude d’un poteau :
1 – Introduction :
La descente de charges a pour objectif d’étudier le transfert des charges dans la structure. Elle
consiste à déterminer la répartition et le cheminement des efforts sur l’ensemble des éléments
porteurs de la structure depuis le plancher terrasse jusqu’aux fondations.

Dans cette partie On se propose d’étudier la descente de charges du poteau P33 au niveau du
1er étage et du RDC tous les étages tout en explicitant les différentes étapes de calcul.

La figure suivante montre l’emplacement du poteau au niveau du plan de coffrage.

Figure 21 : Emplacement du poteau P33.

Le principe de la DDC

Le poteau supporte trois types de charges :

 Les charges surfaciques permanentes et d’exploitations provenant du plancher.


 Les charges linéaires provenant des poutres, des raidisseurs...
 Poids propre du poteau étudié.

2 - Évaluation des charges :


 Rappel : Les charges surfaciques appliquées /m² de surface des différents planchers sont
 G (16+5) = 5.77 KN/m2
70
 G (19+6) = 6.22 KN/m2
 Q = 2.5 KN/m2

Les surfaces des planches sont les mêmes dans les deux niveaux :

 S (16+5) = 5.797 m2
 S (19+6) = 8.619 m2
 �se�= S (16+5) (� (16+5) +�) + � (19+6) (� (19+6) +�)

= 5.797× (5.77+2.5) + 8.619× (6.22+2.5) = 123.10 KN

 �ultime= S (16+5) (1.35� (16+5) +1.5�) + � (19+6) (1.35� (19+6) +1.5�)

= 5.797× (1.35× 5.77+1.5×2.5) + 8.619× (1.35×6.22+1.5×2.5)


= 171.6KN

 Plin = (2.58/2×0.22×0.3×25) +(2.83/2×0.22×0.3×25) +(0.22×0.21×25×4.08/2)

= 6.82KN

 Ppot = a*b*H* γ béton = 0.22*0.22*3.5*25 = 4.235 KN

Finalement :
 Nser= Pser + Plin + Ppot
 Nu=Pu+1.35(Plin + Ppot)

S(m²) G(KN/m²) Q(KN/m² Pser Pu Plin Ppot Nser Nu


) (KN) (KN (KN (KN (KN) (KN)
) ) )
Planche Plancher Plancher Plancher Plancher 123.10 171.6 6.82 --- 129.22 180.81
r HT 1er 19+6 16+5 19+6 16+5 2.5
étage
8.619 5.797 6.22 5.77

Plancher Plancher Plancher Plancher Plancher 4.235 134.155 186.52


haut 19+6 16+5 19+6 16+5 2.5 123.10 171.6 6.82
RDC 8.619 5.797 6.22 5.77 263.375 367.33

Tableau 18: Descente de charges sur poteau P33.

71
3 – Calcul des armatures :
3.1 - Armatures Longitudinales :
 lf
 = i min =2 √ 3
lf
a avec l f =l 0=3.5 m

3.5
λ=2 √ 3 =55.11˃ 50
0.22
2
55.11
 β=0.85 × ❑ =0.85 × =1.721
1500 1500
 k=1
 ϴ =1

 B r=( 0.22−0.02 )2=0.04 m²


ϴ∗Br∗f bu 1∗0.04∗12.46
 N b= = =0.554 MN
0.9 0.9
K∗β∗N u−N b 1.721∗1∗180.81∗10−3 −0.554
 A= = =−0.00082<0
0.85∗f ed 0.85∗348

{
4 cm² /ml=4∗( 0.22∗4 )=3.52 cm²
A min =max 0.2∗A 0.2∗22² A min = 3.52 cm²
 = =0.968 cm² ; On a:
100 100

On adopte : 4 HA12 dont A s =4.52 cm ²

3.2 - Armatures Transversales :

{ {
1 1
Φt = 3 ×Φ l Φ = 3 ×12=4 mm

≤12 mm t ≤ 12 mm

 Φt =6mm  Φ6

 Zone de recouvrement :

 l r=0.6∗l s Avec l s=40∗ф

 l r=0.6∗40∗12=288 mm →l r =30 cm

St=30/3=10 cm

72
 Zone courante :

S t ≤ min {a+ 1040cm=32


cm
cm
→ S =32 cm
t

Nous avons faire le même travail pour le poteau du RDC, et voici un tableau récapitulatif :

Etage Section Nu  β A(cm2) A (cm2) Espacement


St (cm)
Etage 1 22x22 180.81 55.11 1.721 A<0 (4HA12) 32
A s =¿ 4.

52
PH haut 22x22 263.375 55.11 1.721 2.488 (4HA12) 32
RDC A s =¿ 4.

52

Tableau 19 : Armatures et espacements pour le poteau P37.

Figure 22 : Ferraillage Poteau 37.

73
VII – Étude d’une semelle isolée sous poteau P33 :
1 – Introduction :
La fondation est l’élément essentiel d'une construction. C’est elle qui assure la stabilité du
bâtiment mais aussi la pérennité de la superstructure.

Il existe deux grandes techniques de fondations : les fondations superficielles et les fondations
profondes, Le choix dépend de la nature du sol, et de l’importance des charges. Pour notre
projet, et selon la campagne géotechnique le sol est de qualité moyenne σ sol = 2Bar.

La semelle calculée manuellement est celle sous le poteau P37, dont on a calculé la descente
des charges et dont la section est (22x22).

2 – Évaluation des charges :


D’après le tableau de descente des charges, la semelle est soumise aux efforts suivants :

N u = 374.68 KN et N ser = 339.60 KN

3 – Dimensionnement de la semelle :
Les côtés A et B :

Dans le cas général, on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit

a A
homothétique au poteau : b = B

√a∗N ' ser √0.22∗339.6∗10−3


 A≥ b∗σ GB = 0.22∗0.6 = 0.752 m « Soit A = 0.80 m »

√b∗N ' ser √0.22∗339.6∗10−3


 B≥ a∗σ GB = 0.22∗0.6 = 0.752 m « Soit B = 0.80 m »

Hauteur de la semelle :

B-b/4 ≤ da et db≤ A-a

14.5 cm ≤ da et db ≤ 58 cm

74
On fixe da = 19 cm  d b=d a + 1cm = 0.19 + 0.01  soit d b = 20cm

 h = d b + e = 20 + 5 = 25 cm ;

 Soit « h = 25cm »

Finalement : S (0.80m x 0.80m x 0. 25m)

4 – Dimensionnement du gros béton :


On a :

 N ' ser = 339.6KN

 Le poids propre de la semelle = (0.82×0.25×25) = 4 KN

N } rsub {ser} N ' ser Ps = 339.6+4 = 343.60 KN


 ¿ = +

N } rsub {ser}}} over {B* {σ} rsub {sol}}


A∗¿ √0.8∗343.6∗10−3
A’=B’ ≥ √¿ = 0.8 x 0.2 = 1.31 m
¿

« Soit A’ = B’=1.40 m »

( B' −B)
H ≥ max {1m ; 3 * 4 }

(1.4−0.80)
H ≥ max {1m ; 3* 4 }

H ≥0.45 m

« Soit H = 1 m »

Finalement :

GB (1.40m x 1.40m x 0. 25m)

Vérification de gros béton :

Pu = Nu + P semelle + Psol =374.68+1.35 × [(0.82×0.25×25) +(1.42×25×1)] = 446.23 KN


75
σ = Pu/ (A×B) = Pu/ A2= 446.23×10-3/1.42= 0.227 Mpa < σ adm=0.2×1.35=0.27 Mpa

5 – Calcul des armatures :


 Nu =374.68 KN
Nu ( A' -a ) 374.68 × ( 0,80-0,22 ) ×10 -3
 AA=AB = 8 ×da×fed = 8×0,19×348 = 4,10 c m 2

Choix : « 4HA12 par mètre linéaire »

Ancrages des barres :

Ø fe
 Ls= 4 x ζs

(Avec : ζs=0.6∗²∗f tj =0.6∗1.5²∗1.92=2.59 MPa )

1.2 400
 Ls = x = 46.33 cm
4 2.59
A 80
 Ls > = = 20 cm
4 4

 Toutes les barres doivent être prolongées aux extrémités + Ancrages courbes.

Figure 23 : Dimensions de la semelle isolée avec son gros béton.

76
VIII – Étude d’une dalle pleine :
1 – Introduction :
Cette partie consiste à étudier un panneau isolé d'une dalle pleine situé au niveau du plancher
haut 2ème étage du bloc A.

Figure 24 : Situation du panneau isolé.

2 – Dimensionnent :
 ��= 7.73m
 ��= 8.48m
 α = ��/�� = 7.73/8.48= 0.911 > 0.40 : donc la dalle porte dans les deux sens.

Détermination de l’épaisseur ‘ e’ :

Pour un panneau isolé et qui porte dans les deux sens :

h0 ≥ /30 = 7.73/30 = 25.76 cm

« Soit h0= 30 cm »

77
Calculs µx µy

ELU 1 α 3(1.9−0.9) = 0.816


µx = 8(1+2.4 α 3) = 0.044

ELS 1 3 2
1+ (1−α)
µx = 3
8(1+2 α ) = 0.049 2 ] = 0.839
α2 ¿

3 – Evaluation des charges :


 La charge permanente : G=10.56 KN /m²
 La charge d’exploitation : Q=1.5KN/m2
 À l’ELU : Pu=1.35∗G+1.5∗Q=16.63 KN /m ²
 À l’ELS : Pser =G+Q=12.15 KN /m²

4 – Détermination des sollicitations :


4.1 – Calcul à L’E.L. U :
Moments au centre d’une dalle rectangulaire isostatique associée de largeur 1m.

 � ��= μ�. P. ��²


 ���=μy * ���

Les formules des moments à prendre en compte en travées sont :

 M tx=0.75∗Mox

 M ty=0.75∗Moy

Les moments au niveau des appuis :

 M x appui=−0.5∗M x tr

 M y appui=−0.5∗M y tr

4.2 – Calcul à L’E.L. S :


Le calcul à l’ELS se fait de la même manière.

Remarque :

Toutes les valeurs des moments sont illustrées dans le tableau suivant :
78
E.L.U E.L.S

� �� 44.12 32.23

� �� 36 26.30

M tx 33.09 24.17

M tx 27 19.72

M appui x / y . -22.06 -16.115

Tableau 20:Les moments de calcul pour une dalle pleine.

5 – Calcul des armatures :

5.1 - Armatures // à Ly :

Le calcul se fait comme si nous avons une section rectangulaire de largeur 1m (b=1m).

 d =h-(e+1cm) = 21 -(2.5+1)=26.5cm
M ABu 27 × 10−3 lim ¿=0.391
 µ bu= = =0.038 <
b .d ². ʄ bu 1× 0.265² ×12.47 µ¿

D’où : A’=0 ; On n’aura pas besoin d’armatures comprimées (A’ = 0) et la section d’armatures

tendues sera déterminée comme suit :

 α =1.25 × ( 1−√1−2 µbu ) =1.25× ( 1−√ 1−2 ×0.038 )=0.048

 β =1-0.4 α =1-0.4×0.047 = 0.985


M ABu 27 ×10
−3

 A sy = = =2.97 cm ² /mL
β . d . ʄ ed 0.985× 0.265 ×348

 Avec :
79
 Ay min = 8 * h0 = 0.30 * 8 = 2.40 cm²/mL < A s =2.97 cm ² /mL : Vérifié
On adopte pour As // Lx : « 4 HA12/ml : dont A sy =4.524 cm ² »

 Vérification de l’espacement :

S ty ≤ Min (4 * h0; 45 cm) = (4*30; 45) = 45cm

Nous avons : S ty = 25 cm < 45 cm : c’est vérifié.

 Vérification à l’ELS :

σ bc < σ´bc

σ´bc =0.6 × 22=13.2 MPa

y=−D+ √ D ²+ E

15 15
D= ∗A= ∗4.524∗10−4
b 1

D=0.00678

30 30
E= ( A∗d ) = ∗( 4.524∗10−4∗0.265 )
b 1

E=0.0036

y=−D+ √ D2+ E=−0.00678+ √ 0.006782 +0.0036=0.053

y=0.053 m

b y3 2 2
I= +15 A ( d− y ) +15 A ' ( y−d ' )
3

80
3
1∗0.053 2
I= + 15∗4.524∗10−4∗( 0.265−0.053 ) =3.54 . 10−4 m4
3

M ser 19.72∗10−3
K= = =¿ 55.7
I 3.54∗10−4

σ bc =K . y=55.7∗0.053

σ bc =2.9 MPa

Contrainte Vérifiée.

5.2 - Armatures // à Lx :

Le calcul se fait comme si nous avons une section rectangulaire de largeur 1m (b=1m).

 d =h-(e+1cm) = 21 -(2.5+1)=26.5cm
M ABu 33.09 × 10
−3
lim ¿=0.391
 µ bu= = =0.037<
b .d ². ʄ bu 1× 0.265² ×12.47 µ¿

D’où : A’=0 ; On n’aura pas besoin d’armatures comprimées (A’ = 0) et la section d’armatures

tendues sera déterminée comme suit :

 α =1.25 × ( 1−√1−2 µbu ) =1.25× ( 1−√ 1−2 ×0.037 )=0.047

 β =1-0.4 α =1-0.4×0.047 = 0.981


M ABu 33.09× 10
−3

 A sx = = =3.657 cm ² /mL
β . d . ʄ ed 0.981× 0.265× 348

 Ax min = (3* α ¿ /2 * Ax min = (3*0.911) /2*2.40 = 3.80 cm²/mL < A s =2.97 cm ² /mL :

Non vérifié donc nous allons prendre A sx =¿ Ax min = 3.80 cm²/mL

On adopte pour As // Lx : « 5 HA12/ml : dont A sx =5.655 cm ² »

81
 Vérification de l’espacement :

S ty ≤ Min (3 * h0 ; 45 cm) = (3*30; 45) = 45cm

Nous avons : S tx = 20 cm < 45 cm : c’est vérifié.

 Vérification à l’ELS :
σ bc < σ´bc
σ´bc =0.6 × 22=13.2 MPa

y=−D+ √ D ²+ E
15 15 −4
D= ∗A= ∗5.655∗10
b 1
D=0.00848
30 30
E= ( A∗d ) = ∗( 5.655∗10−4∗0.265 )
b 1
E=0.00449

y=−D+ √ D2+ E=−0.00848+ √ 0.008482 +0.00449=0.059


y=0.059 m
3
by 2 2
I= +15 A ( d− y ) +15 A ' ( y−d ' )
3
1∗0.0593 2
I= + 15∗5.655∗10−4∗( 0.265−0.059 ) =4.28 . 10−4 m4
3
M ser 24.17∗10−3
K= = =56.47
I 4.28∗10
−4

σ bc =K . y=56.47∗0.059
σ bc =3.33 MPa

5.3 - Aciers sur appuis :


Le calcul se fait de la même façon. D’où :

 A appui= 2.42 cm2 /ml « soit 10 HA10 dont As = 3.142 cm² »


 σ bc =2.81 Mpa < ¿ σ´bc =0.6 × 22=13.2 Mpa : Contrainte Vérifiée.

82
5.4 – Récapitulation :
Section réelle Choix d’aciers Section d’acier Espacement
nécessaire (en (Nombre de (en cm²) (en cm)
cm²) barres HA)
Aciers // Lx 3.657 5 HA12 5.655 20

Aciers // Ly 2.97 4 HA12 4.524 25

Aciers sur appui 2.42 4 HA10 3.142 25

Tableau 21 : Armatures pour dalle pleine.

5.5 – Schéma de ferraillage :

Figure 25 : Ferraillage de la dalle pleine.

83
IX – Étude d’un escalier :
1 – Définition et terminologies :

Les escaliers constituent un ouvrage de circulation verticale compose d’une série de marches
de même hauteur permettant de monter ou de descendre d’un niveau de plancher a un autre.
Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants :

 Marche partie horizontale.


 Contre marche la partie verticale
 Emmarchement longueur utile de chaque marche
 Paillasse supporter les marches et contre marche
 Volée constituée par un ensemble de marches de palier a palier
 h : hauteur de la contre marche variant 0.14 à 0.18m
 g : largeur de la marche variant de 0.25 a 0.32 m
h
g
 α : Inclinaison de la volée
(¿)
α =tan−1 ¿
 H : hauteur de la volée égale à la hauteur libre sous plafond +
 L : longueur projetée de la volée.
 e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier)

Figure 26 : Détails d’un escalier.

84
Les armatures sont constituées par :

 Les aciers porteurs longitudinaux.


 Les aciers de réparation transversaux.

La paillasse se comporte comme une dalle inclinée.

Les aciers doivent être disposés de telle façon à éviter la poussée au vide du béton.

La méthode de calcul de calcul seront détaillés comme suit :

Figure 27 : schéma simplifié de l’escalier étudié.

2 – Dimensionnement :
 Nombre de Marche : n=5
H 1.02
 h = 6 = 6 =0.17 m

 g= 30 cm

 α =arctg ( hg )=arctg ( 1730 )=29.538°


3 – Évaluation des charges :
3.1 - Charge sur paillasse :
Les charges à considérer sont :

 Marche (marbre de 3 cm) :


0.03×1×2800 = 84 daN/m
 Contre marche (marbre de 1.5 cm) :

85
0.015×1×2800 = 42 daN/m
 Béton banché :
( 0.17−0.03 ) ×(0.3−0.015)
×1 ×2200=146.3 daN / m
2× 0.3
 Enduit (1.5 cm) :
0.015
× 1× 1800=31.03 daN /m
cos 29.54
 Poids garde-corps :
50 daN/m
 Chape en béton (17cm) :
0.17
cos 29.54 = 498.5 daN/m

 Poids paillasse : G1 = 841.33 daN/m

3.2 - Charge sur palier :


Revêtement (Marbre 3 cm) :

0.03×1×2800 = 84 DaN/m

Chape en béton (18.5m) :

0.185×1×2500= 462.5 DaN/m

Mortier de pose (2 cm) :

0.02×1×2200= 44DaN/m

Enduit (1.5 cm) :

0.015×1×2200 =33DaN/m

Garde-corps :

50 DaN/m

 Poids palier : G2 = 673.5 DaN/m

3.3 – Charges d’exploitation :


 Q = 400 daN/m²

86
4 - Détermination des sollicitations :

Figure 28 : Schéma de calcul de l’escalier.

Calcul du moment fléchissant :

 En travée :

M u =1.35[ G 2∗l 2 ( a² Q ×l 2
− G 2−G 1 × ¿+1.5 ×
)
8 2 8

2 2
841.83∗4.19 ( 1.5² 400× 4.19
=1.35[ − 841.83−673.5 ) × ¿+1.5 ×
8 2 8

=7505.17 daN.m

 En appui :

Mapp = 0.15×Mu=0.15×7505.17=1125.78 daN.m

Calcul de l’effort tranchant :

G 1 ×l Q ×l
Vu= (G2-G1) a+ 2 + 2

673.5 × 4.19 400 ×4.19


Vu= (841.83-673.5) ×1.5×1.35+( ¿ 1.35 +( )1.5
2 2

=3825.46 daN

87
5 – Calcul des sections d’armatures :
5.1 – Ferraillage en travée :
Mu 75.05∗10
−3
μbu =
 b d 2 f bu = ¿ 1∗(0.153)2∗12.47 =0.26

lim ¿=0.391
 μbu=0.26< μ ¿ → A 'sc =0

1 1
(¿ −2 μ bu ) (¿−2× 0.26)
 1− √ ¿ = 1− √ ¿=0.38
α =1.25∗¿ 1.25∗¿
 β = 1 - 0.4α = 0.848
Mu 75.05∗10−3
A st = ¿
 β∗d∗f ed = 0.848∗0.153∗348 =16.62 cm² /m

0.23∗b∗d∗f t 28 0.23∗1∗0.153∗1.92
Avec : A min = = =1.69 cm ²/m
fe 400

 A st > A min Donc : A = 16.62 cm²/ml « Soit 6HA20 = 18.85 cm²/m »

 Acier de répartition :

Ar = A/4 = 18.85/4 = 4.71 cm²/m

« Soit 5HA12 /ml »

Vérification des contraintes limite de compression dans le béton a l’ELS :

15
D= ( A+ A ' )= 15 ( 18.85× 10−4 ) = 0.028
b 1

30 30
E= ( Ad+ A ' d ) = ( 18.58 x 10−4 x 0.153 ) = 0.0086
b 1

y=−D+ √ D2+ E=−0.028+ √ 0.0282 +0.0086 = 0.068 m

88
3
by 2 2
I= +15 A ( d− y ) +15 A ' ( y−d ' )
3

1∗0.0683
= + 15∗18.85∗10−4∗(0.153−0.068)² = 3.09 .10 m
−4 4
3

M 51.7 × 10−3
K= ser = = 167.31
I 3.09 . ×10−4

σ bc =K . y=167.31 x 0.068 = 11.37 MPa < σ´bc =0.6 f c 28=13.2 MPa

 Contrainte vérifiée.

89
5.2 – Ferraillage en appui :
 Mu=1125.78 da N.m =11.26 KN.m
Mu 11.26∗10−3
μbu= 2 ¿
 b d f bu = 1∗(0.207)2∗12.47 =0.021 avec d= 0.9 × 0.23 = 0.207 m

lim ¿=0.391
 μbu=0.021< μ¿ → A 'sc =0

1 1
(¿−2 μ bu) (¿−2× 0.021)
 1− √ ¿ = 1−√ ¿=0.026
α =1.25∗¿ 1.25∗¿
 β = 1 - 0.4α = 0.989
Mu 11.26∗10−3
A st = ¿
 β∗d∗f ed = 0.989∗0.207∗348 =1.58 cm² /m < Amin=1.69 cm2

0.23∗b∗d∗f t 28 0.23∗1∗0.207∗1.92
Avec : A min = = =1.69 cm ²/ m
fe 400

 A st < A min Donc : A = 1.69 cm²/m « Soit 4HA10/m = 3.14cm²/m »

 Acier de répartition :

Ar = A/4 = 3.14/4 =0.785 cm²/m

« Soit 4HA10 /m »

Vérification des contraintes limite de compression dans le béton a l’ELS :

15
D= ( A+ A ' )= 15 ( 3.14 ×10−4 ) = 0.0047
b 1

30 30
E= ( Ad+ A ' d ) = ( 3.14 x 10−4 x 0.207 ) = 0.002
b 1

y=−D+ √ D2+ E=−0.0047+ √0.0047 2+ 0.002 = 0.06 m

b y3 2 2
I= +15 A ( d− y ) +15 A ' ( y−d ' )
3
90
3
1∗0.06
= +15∗3.14∗10−4∗(0.207−0.06)² −4 4
= 1.73 ×10 m
3

M 7.75× 10−3
K= ser = = 44.79
I 1.73 ×10−4

σ bc =K . y=44.79 x 0.06 = 2.68 MPa < σ´bc =0.6 f c 28 =13.2 MPa

 Contrainte vérifiée.

Vérification au cisaillement :

Il faut que :

Vu 0.07 fc 28 0.07 ×22


 σu = < = =1.026 Mpa
b× d 1.5 1.5
−3
38.26 × 10
  σ u =¿ = 1 ×0.207 = 0.18<1.026 Mpa :

« Contrainte vérifiée. »

91
6 – Plan de ferraillage :

Figure 29 : Plan de ferraillage de l’escalier.

92
Partie IV : Étude du bloc en
charpente métallique

93
I - Introduction :
Grâce à ses avantages, la construction à ossatures métalliques est devenue l’un des modes de
construction les plus répandus dans le monde, en particulier pour les grands projets industriels
et commerciaux.

Parmi ces avantages, on trouve la facilité de la réalisation qu’il offre, ainsi que les délais
d’exécution qui sont sensiblement moindres par rapport au béton armé, de plus elle permet de
franchir de grandes portées de fait de la grande résistance de l’acier à la traction.

D’autre coté le béton armé est une technique très bien maîtrisée, que ce soit au niveau du
calcul ou au niveau de l’exécution du fait du grand nombre d’ouvrages réalisés selon cette
technique dans notre pays. Il est vrai qu’un ouvrage réalisé en béton nécessite plus de temps
pour sa réalisation comparé à la charpente métallique. Mais le coût de l’acier est bien plus
onéreux que celui du béton. Une tendance naturelle consiste donc à privilégier le béton
pourrait donc s’opérer. Cependant, suivant la structure, le site de construction et l’utilisation
prévue du bâtiment, le choix est loin d’être une évidence sans une étude préalable.

En effet, nous avons choisis pour notre étude de traiter une structure en charpente métallique
avec portiques en profilés à âmes pleines.

II - Avantages et inconvénients :
1 - Avantages :
 Légèreté : L’acier permet de réaliser des ossatures beaucoup plus légères que le B.A
malgré qu’ils vérifient les mêmes conditions de stabilité.

 Transformation facile.

 Démontrabilité :

- Exécution des bâtiments entièrement démontables.

- Dans les cas de destruction partielle (séisme, incendie, …) il est possible de


récupérer les parties qui restent intactes.

 Souplesse : L’acier est par nature élastique, il se prête mieux que le B.A aux légers
mouvements du sol.

94
 Préparation et montage :
- La préparation se fait à l’atelier (à l’abri des intempéries).

- Chantier légèrement encombré.

- Pas de coffrage complet

2 - Inconvénients :
 Résistance à la compression moindre que le béton.

 Susceptibilité aux phénomènes d’instabilité élastique, en raison de la minceur des


profils.

 Mauvaise tenue au feu, exigeant des mesures de protection onéreuses.

 Nécessité d’entretien régulier des revêtements protecteurs contre la corrosion pour


assurer la pérennité de l’ouvrage.

III - Exigence du maître d’ouvrage :


1 – Généralités :
La conception de la structure porteuse d’un bâtiment est basée sur son utilisation soit ses
caractéristiques de résistance et de déformabilité. Les critères de la conception d’un projet en
charpente métallique sont liés :

- A l’aptitude au service du bâtiment : fonctionnement, confort.

- A la sécurité structurale de la charpente : capacité portante, résistance au feu.

- A l’économie de la construction et à l’impact sur l’environnement.

2 - Exigences du maître d’ouvrage :

2.1 - Résistance et rigidité :


Sous un système de charge donné, les contraintes dans tous les éléments ne doivent pas
dépasser les contraintes permises par les règlements relatifs au matériau utilisé. Ainsi, la
construction doit supporter les sollicitations extrêmes qui lui sont appliquées sans atteindre la
ruine, cette dernière peut être l’écroulement ou simplement une déformation trop grande.

95
2.2 - La stabilité :
La structure doit aussi conserver sa stabilité sous l’effet des charges et assurer la capacité de
fonctionnement de la structure en rapport avec sa destination.

En effet, la stabilité doit être assurée pour toute la structure et aussi individuellement pour
tous les éléments de la structure. Dans ce cas on distingue les problèmes suivants :

-L’équilibre général de la structure doit être assuré.

-Les phénomènes d’instabilité (flambement, déversement)

2.3 - L’esthétique :
L’ouvrage doit être en harmonie avec son environnement tout en assurant un certain degré
d’esthétique.

2.4 - Économie :
La construction doit remplir les fonctions mentionnées précédemment tout en restant le plus
économique possible.

En fait, les éléments suivants sont la base de la détermination du cout global du projet :
l’étude, les matériaux structuraux, les moyens d’assemblage, les frais de transport, le délai
d’exécution et l’entretien, etc.

IV - Conception et choix des éléments :


1 - Définition du projet :
Ce bâtiment désigne un studio d’enregistrement et s’étend sur une superficie totale couverte
d’environ 1200 m² (50m x 24m) et une hauteur égale à 9.20 m.

2 - Justification de choix de la structure :


Le choix de la forme du cadre dépend des critères de conception, de la portée, du système
statique retenu, du mode de construction, etc.

96
Dans ce projet, les portiques sont à âme pleine et à inertie constante avec renforts dans les
zones les plus sollicitées. Ce type de portiques présente les avantages suivants :

- D’être moins onéreux, sauf pour des grandes portées

- D’être moins encombrants.

- D’être plus esthétique

- D’être plus simple : assemblage simple par platines et boulons, entretien et peinture
moindres

3 - Conception :
3.1 - Les éléments porteurs :
 Les poteaux :

Leur fonction est de transmettre les charges de la couverture aux fondations. Ils travaillent en
compression mais éventuellement en flexion composée. Ils doivent donc présenter une raideur
transversale pour procurer la résistance au flambement et pour reprendre l’effort du vent.

 Les traverses :
Leur fonction principale est de transmettre aux poteaux les actions agissant sur la toiture ainsi
que les forces horizontales dues au vent en cas de nœuds traverse-poteau rigides.

La portée des traverses est égale à 12 m. Nous avons choisi de les réaliser avec des profilés
laminés en IPE.

 Les pieds de poteaux :


Ils constituent la zone de transition entre l’ossature métallique et les fondations en béton armé.
Ils sont soit articulés, soit encastrés.

Nous avons opté pour une liaison d’encastrement au pied de poteaux dans le plan du portique.
En effet, une liaison d’encastrement interdit tout mouvement de translation ou de rotation
dans le plan de portique au point d’appui et est capable de reprendre un important moment de
flexion en plus des efforts verticaux et horizontaux.

97
 Le contreventement :

Ce sont des dispositifs conçus pour reprendre les efforts du vent ainsi que toute charge
horizontale et les transmettre aux fondations.

Un système de contreventement comporte des poutres au vent (poutres de compression)


disposées en toitures et des palés de stabilité placés sur le long pont et à l’intérieur de la
structure.

Les poutres au vent assurent d’une part le contreventement de la toiture dans le sens
transversal, et d’autre part elles reprennent l’effort du vent agissant sur le pignon et les
cheminent, à l’aide des montants et des diagonales, vers les pannes sablières et les pannes
faîtières. Les palés de stabilités se chargent de transférer les efforts jusqu’aux fondations, leur
rôle principal est d’assurer le contreventement longitudinal.

2.2 - Les éléments secondaires :


 Les pannes :

Les pannes ont pour fonction d’assurer le transfert des actions appliquées à la couverture d’un
bâtiment à sa structure principale.

Dans notre projet les pannes, de portée 6 m, sont des profilés en double té IPE. On prend 7
pannes de chaque versant, l’entraxe est donc égale à 1.93

La liaison panne-structure principale peut être réalisée par :

 Boulonnage direct de la semelle inférieure de la panne sur la


semelle supérieure de la traverse.
 Échantignolle, dans le cas de toiture inclinée pour éviter le
glissement et le basculement des pannes à la pose.

Les sollicitations parallèles et perpendiculaires provoquent la flexion gauche des pannes,


surtout pour les profilés IPE, pour éviter ce genre de sollicitations il est possible de disposer
des liernes situés dans le plan de la toiture et perpendiculaires aux pannes. Ces liernes
constituent pour les pannes des appuis latéraux intermédiaires et transmettent les efforts
parallèles aux plans de la toiture jusqu’au sommet des traverses.

 Les potelets:

98
Ils doivent supporter les charges dues au vent et les charges transmises par les façades.

Dans notre projet, on dispose de trois potelets sur chaque pignon, on aura donc un espacement
de 6 m. Les potelets sont isostatiques, donc ils sont articulés en pieds et sur les traverses.

 Assemblage :

Un assemblage est un dispositif qui permet de réunir et de solidariser plusieurs pièces entre
elles, en assurant la transmission et la répartition correcte des diverses sollicitations.

Les principaux types d’assemblages sont :


 Boulonnage : On distingue les boulons ordinaires et les boulons
haute résistance.
 Soudure : Elle permet de reconstituer une continuité de la matière
aussi parfaite que possible.

Dans notre cas, nous allons utiliser des boulons HR vue l’importance des efforts (type de
boulons recommandé par le règlement parasismique RPS 2000).

V - Les Hypothèses de calcul :


1 - Règlements utilisés :
Pour le dimensionnement de la charpente métallique, nous utiliserons :

- les règles EUROCODE : Pour le calcul de la structure métallique.

- NV65 carte du vent Tunisie : Pour le calcul au vent.

2 - Le site :
2.1 - Le sol :
La portance du sol déterminée par les études géotechniques est de 2 bars. On considère que le bon
sol est à une profondeur de 1 m

2.2 - Vent :
La ville de Megrine se situe dans la région II, d’après (Annexe 1 – Partie II).

Le site du projet est un site « exposé ».

3 - Les caractéristiques mécaniques des matériaux de construction :


3.1 - Béton :
(Voir Chapitre II, Partie II, Paragraphe 3).

99
3.2 - Acier pour la structure en charpente :
Nuance d’acier utilisé : S235 (E24), avec

Figure 30 : Désignation Symbolique.

Avec :

Tableau 22: Caractéristiques d’acier.

100
3.3 - Acier pour béton :
- Les armatures seront HA de nuance Fe 400
- Cas de fissurations : Très préjudiciable F.T.P (pour le calcul des armatures des fondations).

VI - Règles empiriques de prédimensionnement et unités :


1 – Règles empiriques de prédimensionnement et unités utilisés :
Les règles ci-dessous servent au prédimensionnement des éléments porteurs
principaux des charpentes métalliques de halles et bâtiments. Elles donnent,
pour les éléments fléchis, la hauteur h de la section transversale en fonction de
sa portée L.

Tableau 23: Prédimensionnement des éléments.

101
2 – Unités :
On utilise généralement les unités utilisées dans la pratique.

Nous assimilerons le déc-anewtons au kilogramme (1dan = 1kg), alors qu’en toute rigueur
1dan = 1.02kg (l’erreur commise est négligeable de 2%) Le tableau ci-après donne les
équivalences entre unités pratiques et théoriques.

Tableau 24:Unités utilisées.  

102
VII - Étude du Vent :
1 - Introduction :
Les structures métalliques sont relativement légères par rapports aux structures en béton, d’où
la nécessité de la prise en compte des effets du vent, et pour cela on suit les règles du NV65
afin de déterminer les efforts dues à ce phénomène naturel.

On admet alors que le vent a une direction d’ensemble moyenne horizontale.

2 - Données du projet :
 La hauteur du bâtiment : H= 9.20 m
 La dimension du bâtiment selon le long pan : a = 50 m
 La dimension selon le pignon : b = 24 m
 La flèche de la toiture : f = 1.20 m
 Pente de la toiture : P = 10%
 L’angle entre le plan de la toiture et le plan horizontal : α = 5.71 °
 Région II.
 Site : Exposé.
 Dans notre cas les portes peuvent s’ouvrir à 5%, donc μ≤5%, ce qui
nous mène au cas des constructions fermées.

Figure 31 : Dimensions du bâtiment.

3 - Pression dynamique du vent :


L’action du vent sur les constructions métalliques peut engendrer des efforts importants et non
négligeables. Ces actions du vent sont calculées à partir de valeurs de référence de vitesse ou
de la pression dynamique.

103
Elles dépendent de :

- La vitesse du vent ;
- La catégorie de la construction et ses proportions d’ensemble ;
- L’emplacement de l’élément considéré dans la construction et son
orientation par rapport au vent ;
- Les dimensions de l’élément ;

Selon les règles NV65, la pression élémentaire s’exerçant sur l’une des faces est donnée par :

Pr= q(H) = q(10).Ks.Kh.Km.δ.β.[Ce-Ci]

Les coefficients de la formule sont définis comme suit :

3.1 - Pression dynamique de base q (10) :


C’est la pression dynamique de base qui s’exerce à une hauteur de 10 m au-dessus du sol,
pour un site normal sans effet de masque sur un élément dont la plus grande des dimensions
est égale à 0,50 m.

En effet, La pression est divisée en trois régions (Annexe 1 – Partie II).

La structure étudiée est située dans la zone de Megrine classée dans la région II, ce qui donne :

Région II

Pression dynamique de base normale : q Pression dynamique de base


extrême :q (10)E
(10)N
70 daN/m² 122.50 daN/m²

Tableau 25: Détermination de q (10) normale et extrême

3.2 - Coefficient du masque « Km » :


Il y a effet de masque lorsque la construction envisagée est masquée et protégée par d’autres
constructions ayant une grande probabilité de durée.

Pour notre cas, le bâtiment est considéré comme isolé (ou non abrité) donc : Km = 1

104
3.3 - Coefficient du site « Ks » :
Pour tenir compte du site d’implantation de la construction, on multiplie la pression
dynamique de base par un coefficient Ks, le tableau suivant indique les valeurs
correspondantes pour chaque région et pour chaque site :

Tableau 26: Détermination du coefficient du site Ks

Notre projet se situe dans un site exposé, dans une région II.

On prend alors Ks = 1.30

3.4 - Coefficient de la hauteur :


Pour H compris entre 0 et 500 m, le rapport entre q(H) et q(10) est défini
par la formule :

q(H) = kh.q(H)

Avec :

H +18
Kh = 2.5 H +60

Pour notre cas H = 9.20 m. alors Kh = 0982

 On prend Kh = 1 : car il s’agit d’une une construction en bordure immédiate du


Littoral (à côté de la mer).

3.5 - Coefficient de réduction ou de dimension δ :


L’action du vent s’exerçant sur une paroi n’est pas uniforme en raison des
tourbillons locaux (plus faible plus la surface est grande). On tient pour
cette raison compte de ce phénomène par l’utilisation du coefficient δ, dit
coefficient de réduction des pressions dynamiques.

105
« δ » est le coefficient de dimension qui réduit la valeur de la pression en
fonction de la plus grande dimension de la surface de la paroi intéressant
l’élément de structure à dimensionner.

On obtient ce coefficient à l’aide de l’abaque (Annexe 2 – Partie I).

Puisque : H = 9.20 m < 30m :

Donc

 Pour les pannes, la plus grande dimension est 6 m: δ panne=0,86

 Pour les poteaux la plus grande dimension est 8 m: δ poteau=0,84

 Pour les traverses la plus grande dimension est 12 m: δ Traverse=0,82

3.6 - Majoration dynamique β :


Aux effets statiques précédemment définis s'ajoutent des effets dynamiques qui dépendent des
caractéristiques mécaniques et aérodynamiques de la construction. Ces actions dynamiques
dépendent entre autres de la fréquence propre fondamentale de vibration de la construction et
sont caractérisées par le coefficient de majoration β (pour les actions parallèles à la direction
du vent).

Ce coefficient se calcul grâce à la formule suivante :

 β = θ (1+ζ. τ ) en vent normal.


θ
 β = (0.5+ 2 ).θ.(1+ζ. τ ) en vent extrême.

 Coefficient de pulsation τ :

(Voir annexe 3 – Partie II)

Pour une hauteur de 9.20 ce coefficient vaut 0.360

 Coefficient de réponse ζ :

106
Ce coefficient dépend de la période du mode fondamental de vibration de la structure, et il est
donné par l’abaque suivant :

La période correspondante au mode fondamental de la structure est estimée dans le cas des
ossatures métallique par :

√H
T = 0.1 L

Avec : H =9.20 m et L = 50 m
Donc : T = 0.006
(D’après l’annexe 4 – Partie II).

ζ = 0.10

 Coefficient θ :

Le coefficient θ dépend du type de la construction, dans notre cas il s’agit d’une construction
prismatique à base polygonale régulière donc :θ = 1

 Finalement :

τ ζ θ β
V.Norm V.Ext
V. Perpendiculaire au 0.36 0.10 1 1.003 1.003
pignon
V. Perpendiculaire au 0.36 0.10 1.003 1.003
long pan

Tableau 27:Détermination de β.

 On va prendre toutes les valeurs de β égales à 1

3.7 - Calcul du coefficient de pression résultante (C = Ce - Ci) :


Pour une direction donnée du vent les faces de la construction situées à
côté du vent sont dites faces au vent, les autres sont dites faces sous
vent.

107
A – Rapport des dimensions :

h 9.2
 λa = = =¿ 0.196
a 50
h 9.2
 λb = = =¿ 0.383
b 24

B – Coefficientγ0 :

« γ0 » : dépend des caractéristiques dimensionnelles du bâtiment déterminées en fonction de


λa et λb.

D’après l’abaque (Annexe 5 – Partie II).

 Vent perpendiculaire à la petite surface Sb :

On a : λb = 0.383 < 1 : Donc est donné est donné par le quadrant inférieur droit en fonction de

λa.

 On a : λa = 0.196 alors : γ0 = 0.94

 Vent perpendiculaire à la grande surface Sb :

On a : λa = 0.196 < 0.5 : Donc est donné est donné par le quadrant inférieur gauche en

fonction de λb.

 On a : λb = 0.383 alors : γ0 = 0.85

C – détermination des actions extérieures « Ce » article 2,131 NV65 :

108
 Parois verticales : vent normal :
 Ce = + 0.80 Au vent.
 Ce = - (1.3γ0 - 0.80) Sous le vent.

Vent Face Coefficient Ce


Perpendiculaire au Au vent + 0.8
long pan Sous le vent - 0.305

Perpendiculaire au Au vent + 0.8


pignon Sous le vent - 0.422

Tableau 28: Tableau récapitulatif de Ce pour les parois verticales.

 Parois inclinées (versants de la toiture) : vent normal :

Les coefficients Ce pour les toitures sont directement lus dans l’abaque
suivant, en fonction du coefficient γ0 et de l’angle d’inclinaison de la
toiture α :

 Vent normal aux génératrices (ou normal au long pan) :

Donc la valeur de « Ce » est donnée par le diagramme ci-après (Norme NV 65) en fonction de
l’angle α d’inclinaison des versants de la toiture par rapport à l’horizontale :

h
On a : α = 5.71° ; f = 1.92m < 2 =4.60 m

Les coefficients Ce pour les toitures sont directement lus dans l’abaque (Annexe 6 - Partie II),
en fonction du coefficient γ0 et de l’angle d’inclinaison de la toiture α :

Donc :

- Versant face au vent : Ce = - 0.40


- Versant sous le vent : Ce = - 032

 Vent parallèle aux génératrices (ou normal au pignon) :

La valeur de « Ce » est donnée par le même diagramme pour une inclinaison nulle α=0.

Donc : Ce = - 0.28

109
Vent γ0 Face α Coefficient Ce

Perpendiculaire au 0.85 Au vent 5.71° - 0.40


long pan
Sous 5.71° - 0.32
vent
Perpendiculaire au 0.94 - 0° - 0.28
pignon

Tableau 29: Tableau récapitulatif de Ce pour les toitures.

On récapitule ces résultats dans le tableau suivant :

Cas du vent Ce Faces Ce Toiture

Vent normal au long Face au vent + 0.8 - 0.40


pan Face sous le vent - 0.305 - 0.32

Vent normal au Pignon Face au vent + 0.8 - 0.28

Face sous le vent - 0.422 - 0.28

Tableau 30: Tableau récapitulatif de Ce

D – détermination des actions intérieures « Ci » article 2,141 NV65 :

Ce coefficient est déterminé en fonction de la perméabilité μ des parois et


la direction du vent.

Dans notre cas les portes peuvent s’ouvrir à 5%, donc μ≤5%, ce qui nous
mène au cas des constructions fermées.

Comme précédemment on va distinguer les 2 directions du vent (face au


pignon, face au long pan), et dans chaque cas de figure on traitera le cas
de surpression et de dépression :

 Pour une surpression : Ci = 0.6(1.8 – 1.3 γ0)


 Pour une dépression : Ci = - 0.6(-1.3 γ0– 0.8)

Remarque :

Lorsque la valeur de Ci est comprise entre -0,2 et 0, on prend -0,2, et lorsqu’elle est comprise
entre 0 et +0,15 on prend +0,15.

110
Le tableau suivant récapitule les résultats obtenus :

Vent γ0 Surpression/dépressio Coefficient Ci


n
Perpendiculaire au 0.94 S +0.417
long pan D -0.200

Perpendiculaire au 0.85 S +0.347


pignon
D -0.253

Tableau 31: Tableau récapitulatif des valeurs de Ci.

Ce schéma illustre les résultats trouvés :

111
Figure 32 : Représentation de Ce et Ci.

E – détermination des actions résultantes « Cr = Ce - Ci » article 2,153 NV65 :

Remarque :

D’après la règle 2,153 de la norme NV 65, lorsque les actions résultantes sont comprises entre
-0,30 et 0, on prend -0,30, et lorsqu’elles sont comprises entre 0 et +0,30, on prend +0,30.

Le schéma suivant résume les différentes valeurs trouvées des actions résultantes :

112
Figure 33 : Représentation de Ce et Ci

F - Conclusion :

Les résultats précédents nous mènent à déterminer les valeurs maximales des actions unitaires
du vent sur les parois (vent normale, vent extrême).

Comme : Pr = q(10).Ks.Kh.Km.δ.β.[Ce-Ci]

113
Nous avons calculé les actions unitaires maximales des vents normaux sur
ls parois.

q(10) Ks Kh Km δ β [Ce-Ci] Pr
(daN/m²) (daN/m²)
Panne 70 1.30 1 1 0.86 1 -0.747 - 58.46

Poteau 0.84 1 + 1.053 + 80.49


Traverse 0.82 1 -0.747 - 55.74

Tableau 32: Actions unitaires sur quelques éléments de la structure.

VIII – Étude d’une panne :


1 – Introduction :
Les pannes sont destinées à supporter la couverture et à transmettre aux cadres les charges
agissant sur la toiture. Elles sont disposées parallèlement à la ligne de faîtage. Elles sont en
général disposées à entraxes constants.

Dans notre projet :

 Entraxe : e =1,93m.
 Longueur : L = 6 m²
 α= 5.71
 P=10 % = tgα

2 – Principe de fonctionnement :
Les pannes fonctionnent en flexion déviée (ou biaxiale) car elles sont posées inclinées d’un
angle α, qui est égale à la pente des versants de la toiture. Elles sont en effet soumises à :

 Une charge verticale : le poids propre de la panne et de la couverture, cette charge est
décomposée en une composante « f » parallèle à l’âme de la panne et une autre
composante « t » parallèle aux semelles.
 Une charge oblique w : due au vent (pression) et parallèle à l’âme de la panne.

Les pannes sont dimensionnées par le calcul pour satisfaire simultanément :

 Aux conditions de résistance.


 Aux conditions de flèche.
 Aux conditions de l’effort tranchant.

114
3 – Évaluation des charges :
3.1 - Charges permanentes :
Elles comprennent le poids propre de la panne, de la couverture et du sous plafond suspendu.

Dans notre cas, on a :

 Poids propres de la panne étant estimé à 6 daN/m2


 Poids Couverture (Panneau sandwich de 60 mm) : 11.30 daN/m2
 Sous plafond suspendu : 4 daN/m2
 GTotale = 6 + 11.30 + 4 = 21.30 daN/m2

3.2 – Surcharges d’exploitations :


Remarque :

Nous avons éliminé les surcharges d’entretien et nous avons pris compte seulement les
poussières.

 Pois Poussières : Q= 20 daN/m².

3.3 – les surcharges climatiques :


On tient compte de l’effet du vent sur la structure. La pression du vent normal la plus défavorable
est :

W = - 58.46 daN/m²

4 – Calcul des sollicitations :


Selon l’Eurocode, la combinaison de charge qui nous a conduit à une valeur maximale est :

P+1.35G+1.5 Q=1 .35 ×21.30+1.5 ×20=58.755 daN/m2

La charge linéique maximale sur les pannes, compte tenu de la continuité des bacs acier de la
couverture, est :

n=1.25∗e∗P=1.25∗1.93∗58.755=141.75 daN/ml

La décomposition de n selon les deux axes « YY » et « ZZ » conduit à :


115
Figure 34 : Schéma représentant d’une panne.

 f =n∗cos α

 t=n∗sin α

On a α =5.71°

D’où :

 f =141.75 ×cos 5.71 ° = 141.05 daN/ml

 t=141.75× sin 5.71° = 14.10 daN/ml

Calcul des moments :

Les pannes sont isostatiques et chargées uniformément, donc les moments maximaux sont donnés
par les formules suivantes :

2 2
f × l 141.05 ×6
My= = =634.725 daN . m
8 8

t ×l 2 14.10× 62
Mz= = =63.45 daN . m
8 8

5 – Condition de flèche :
On va faire un pré dimensionnement de la panne d’après la condition de flèche :

116
La vérification de la flèche se fait à l’E.L. S et selon la même formule que pour le règlement
CM 66 :

5. P .l 4 l 600
f= < =
384. E . I 200 200 = 3 cm

Sachant que suivant l’axe YY :

P = ( G+Q )∗e∗1.25∗Cosα =( 21.3+20 )∗1.93∗1.25∗cos 5.71 °=99.14 daN /m

Donc :

5 ×99.14 × 6004
Iy ≥ 6 = 265.55 cm4
384 × 2.1× 10 × 3

 On opte pour un IPE 120 de classe 1, autorisant la plastification de l’acier qui vérifie
largement les conditions précédentes et dont les caractéristiques sont les suivantes :

Poids Section Dimension Caractéristique


Désignatio
n Kg/m cm² h b tf tw Iy Iz Wply Wplz iy iz
(mm (mm (mm (mm (cm4 (cm4) (cm3 (cm3) (cm (cm
) ) ) ) ) ) ) )

IPE120 10.4 13.2 120 64 6.3 4.4 318 27.7 53 8.65 4.9 1.45

Tableau 33: Caractéristique de profilé IPE 120 :

Nouvelle estimation de charge :

 Poids propres de la panne =10.40 daN/m


 Poids Couverture (Panneau sandwich de 60 mm) : 11.30 daN/m2
 Sous plafond suspendu : 4 daN/m2
 Pois Poussières : Q= 20 daN/m².

P = 1.35G+1.5 Q=1 .35 ¿ ( 11.3∗1.93∗4∗1.93+10.4 ) +1.5∗20∗1.93=111.8 daN/m2

117
Calcul des sollicitations :

 n=1.25∗111.8=139.75 daN/ml

Donc :

 f =n∗cos α = 139.06 daN/ml


 t=n∗sin α = 13.90 daN/ml

f × l 2 139.06 ×6 2
My= = =625.77 daN . m daN .m
8 8

t ×l 2 13.90× 62
Mz= = =62.55 daN . m
8 8

6 – Condition de résistance :
Nous devons vérifier :

My α Mz β
( ) +( ) <1
Mply Mplz

Avec : (α= 2 et β =1) ; ( Wply = 53 cm3) et ( Wply = 8.65 cm3)

Les moments plastiques suivant chaque axe sont :

Wply ×fy 53 × 2350


 Mply= = =124550 daN.cm=1245.5 daN.m
γM 0 1
Wplz × fy 8.65× 2350
 Mplz= = =20327.5 daN.cm =203.275 daN.m
γM 0 1

Finalement :

2 1
625.77 62.55
( ) +( ) =0.57>1
1245.5 203.275

 IPE 120 vérifiée.

118
7 – Vérification des du cisaillement au niveau des appuis :
Nous devons vérifier les conditions suivantes :

Avy∗fy
Vy<Vply= 058 . γM 0

Vz<Vplz

Pour un IPE 120 :

 Avy = A-2 × b × tf+ (tw+2r) ×tf = 13.2-2×6.4×0.63+( 0.44+2×0.7) × 0.63 = 6.29 cm2

Donc :

Vply=0.53∗2350∗6.29=8573.27 daN

f ∗l
Vy = =471.18 daN < Vply= 8573.27daN
2

t∗l
Vz = 2 = 41.70 daN<Vplz

IX – Calcul des liernes :


1 – Introduction :
Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Elles sont généralement formées de
barres rondes ou de petites cornières. Elles sont reliées entre elle au niveau du faîtage. Leur
rôle principal est d’éviter la déformation latérale des pannes.

119
Figure 35 : schéma montrant le cheminement des efforts dans les liernes.

2 – Détermination des efforts internes :


 L’effort de traction dans le 1er tronçon du lierne provenant de la panne sablière est:

t l
T 1=1.25 × ×
2 2

Avec :

t=141,75× sin 5.71° =14,10 daN /m

L = longueur de la panne.

Donc :

t l 14.1 6
- T1 = 1.25× 2 × 2 =1.25× 2 × 2 = 26.44 daN

 L’effort de traction dans le tronçon n du lierne est donné par la formule :

120
Effort dans le tronçon L2 :

l 6
- ( )
T2 = 1.25× t × 2 +T 1=1.25 × 14.1× 2 +26.44=79.32 daN

Effort dans le tronçon L3 :

l 6
- ( )
T3 = 1.25× t × 2 +T 2=1.25× 14.1× 2 +79.32=132.195 daN

Effort dans le tronçon L4 :

l 6
- ( )
T4 = 1.25× t × 2 +T 2=1.25× 14.1× 2 +132.195=185.07 daN

Effort dans le tronçon L5 :

l 6
- ( )
T5 = 1.25× t × 2 +T 2=1.25× 14.1× 2 +185.07=238.32 daN

 L’effort de traction dans la bretelle est donné, d’après la figure ci-dessus, par la formule :
T5
- T6 = 2 × sin β

1.93
Avec : β=tan−1( ) = 32.75°
3

T5 238.32
- T6 = 2 × sin β = 2 × sin32.75 ° = 220.27 daN

Le tableau suivant indique les efforts traction dans les 9 tronçons du lierne :
Tronçon Effort (daN)

Tronçon 1 26.44

Tronçon 2 79.32

121
Tronçon 3 132.195

Tronçon 4 185.07

Tronçon 5 238.32

Tronçon 6 220.27

Tableau 34 : Effort de traction dans chaque tronçon du lierne.

3 – Dimensionnement des liernes :


On a un effort maximal étant 238.32 daN, le système doit être d’une section :

238.32 2
A= =10.14 mm
23.5

 Soit des barres rondes de Ø8 mm.

Le système de lierne doit ainsi avoir un diamètre ϕ tel que :

π ×∅2 × fy
- Tmax<
4

- √
∅≥ (
4 ×238.32
23.5 × π
)

- ∅≥ 3.59 mm

Finalement : On adopte des barres rondes de ∅=8 mm (A=50.26 mm²)

122
X – Étude d’une solive :
1 – Introduction :
Les solives sont les éléments porteurs principaux constituant l’ossature horizontale leur
fonctionnement principale est de supporter les charges qui sont transmises par les dalles. Les
solives se font généralement en poutrelles IPE ou IPN leur espacement est généralement
compris entre 0.70 m et 1.50 m.

24
Donc on a choisi un espacement de =¿ 1.2 m de tel sorte que l’intervalle soit régulier.
20

2 - Caractéristiques de solive :
- La longueur de la poutre est de : 6 m
- Distance entre axe : 1.20 m
- L’inclinaison de plancher : α =0 °

3 – Évaluation des charges :


3.1 – Charges permanentes :
Elles comprennent le poids propre de la solive, et du platelage.

Dans notre cas, on a :

 Poids propres de la solive étant estimé à 12 daN/m2


 Poids du platelage : 300 daN/m2
 GTotale = 300 + 12 = 312 daN/m2

3.2 – Surcharges d’exploitations :


Les charges adoptées pour les salles de séminaires

 Q= 400 daN/m².

3.3 – Combinaisons de charges :


 A L’ELU :

1.35G+1.5 Q=1.35×(300+12)+1.5 ×400=1021.2 daN /m ²

D’où

123
P=1021.2 ×1.2=1225.44 daN /m

 A L’ELS :

P=(G+Q)× e=(300+ 400) ×1.2=854.4 daN /ml

4 - Pré dimensionnement de solive par la condition de la flèche :


5 Pl 4 l 600
f= < = 250 = 2.40 cm
384 EI 250

5 × P × l4 5 × 854.40× 10−2 × 6004


Iy ≥ 384 × E× 2.4 = 384 × 2.1× 106 ×2.4 = 2860.71 cm3

 On adopteun IPE 120 de classe 1, autorisant la plastification de l’acier qui vérifie


largement les conditions précédentes et dont les caractéristiques sont les suivantes :

Poids Sectio Dimension Caractéristique


Désignati n
on
Kg/m cm² h b tf tw Iy Iz Wply Wplz iy iz
(mm (m (m (mm) (cm4 (cm4 (cm3) (cm3) (cm (cm)
) m) m) ) ) )
IPE 240 30.7 39.1 240 120 9.8 6.2 389 284 324 47.3 9.97 2.69
2

Tableau 35: Caractéristique de profilé IPE 120 :

Nouvelle estimation des charges :

A l’ELU :

P = ( 1.35G+1.5 Q ¿∗e=1.35∗(300 × 1.2+ 30.7 ) +1.5∗400 ×1.2=¿ 1247.45 daN/m²

Moment maximal :

124
2 2
P ×l 1247.45× 6
M ¿ = =5613.53 daN .m
8 8

5 - Vérification au diversement :
fy
Mf ≤ Ӽ ¿ × β w ×W ply ×
γM 1

Nous devons vérifier si :

ƛ¿
ƛ¿ = = ≤ 0.4 Sinon on a un risque de diversement.
ƛ1

Sachant que :

235 0.5
 ƛ1=93.3× ε =93.3 ×[ ] =93.3× 1=93.3
fy
L
ƛ¿ =

√4 1
iz× √ c 1× 1+ ×(
l× tf 2
20 iz ×h
)

Avec :
- C1=1.13 car la solive est articulée - articulée ( Facteur dépendant des conditions de
charge et d’encastrement, donné par les tableaux annexe F, à l’Eurocode $F1)
- tf = 0.98 cm
- l= 6m
- iz = 2.69 cm
- h=24 cm

Donc :
600
ƛ¿ =
 2.69× √ 1.13 × 1+

4 1
20
×(
600× 0.98 2
2.69 × 24
) = 139.30

139.30
 ƛ¿ =
93.9 = 1.483 > 0.4 il y a un risque de diversement .

 ∅¿ =0.5× ( 1+α ¿ × ( ƛ ¿−0.2 )+ ƛ¿2 )

∅¿ =0.5× ( 1+0.21 × ( 1.483−0.2 )+ 1.4832 )


∅¿ =1.743

125
1 1
 Ӽ¿ =
∅¿ + √ ∅ ¿2−ƛ ¿2 = 1.734 + √ 1.7342−1.4832 =0.379 < 1

 Moment ultime de diversement

fy 2350
M= Ӽ ¿ × β w ×W ply × γM 1 = 0.379 ×1 ×324 × 1

M= 2885.706 daN.m

Conclusion :
Mf =5613.53daN . m>2885.706 daN . m

 Solive n’est pas stable au diversement.

Solution :

On prend M = Mf

D’où :

fy
 M= Ӽ ¿ × β w ×W ply × γM 1 =

M ×γM 1 5613.53× 1
W ply = = =630.27 cm3
 Ӽ ¿ × β w × fy 0.379× 1× 2350

3
On adopte IPE 330 dont : W ply =713 cm

Poids Section Dimension Caractéristique

Désignation
Kg/m cm2 h b tf tw Iy Iz Wply Wplz iy iz
(mm) (mm) (mm) (mm) (cm4) (cm4) (Cm3) (Cm3) (cm) (cm

IPE 330 49.1 62.6 330 160 11.5 7.5 11700 788 713 98.50 13.7 3.5
126
0

127
La nouvelle estimation de charge :
A l’ELU :

P = 1.35 ( G× e+ P poutrelle ) +1.5 Q× e=1.35 × ( 300 ×1.2+ 49.1 )+ 1.5.400 . 1.2=¿

¿ 1272.28 daN /ml

Moment maximal :
P ×l 2 1272.28 × 62
Mf = = =5725.26 daN .m
8 8

Vérification au diversement :

fy
Mf ≤ Ӽ ¿ × β w ×W ply ×
γM 1

On doit vérifier si :

ƛ¿
 ƛ¿ = = ≤ 0.4 Sinon on a un risque de diversement.
ƛ1

235 0.5
 ƛ1=93.3× ε =93.3 ×[ ] =93.3× 1=93.3
fy
L
ƛ¿ =


4
iz× √ c 1× 1+
1
×(
l× tf 2
20 iz ×h
)

Avec :

C1=1.13 ; tf = 1.15 cm ; l= 6m ; iz = 3.55 cm ; h=33 cm

600
ƛ¿ =
 3.55× √ 1.13 × 1+

4 1
20
×(
600× 1.15 2
3.55 × 33
) = 123.64

Donc :

128
123.64
 ƛ¿ =
93.9 = 1.32 > 0.4 il y a un risque de diversement .

∅¿ =0.5× ( 1+α ¿ × ( ƛ ¿−0.2 )+ ƛ¿2 )

∅¿ =0.5× ( 1+0.21 × ( 1.32−0.2 )+1.322 )


∅¿ =1.488
1 1
 Ӽ¿ =
∅¿ + √ ∅ ¿2−ƛ ¿2 = 1.488+ √ 1.4882 −1.322 =0.459 < 1

Moment ultime de diversement :


fy 2350
 M= Ӽ ¿ × β w ×W ply × γM 1 = 0.459 ×1 ×713 × 1 =7690.774 daN.m

 Mf =5725.26 daN . m< M =7690.774 daN . m

 Solive est vérifiée.

129
XI – Étude d’un poteau :

1 – Introduction :
En général les éléments porteurs verticaux des ossatures de bâtiment sont
soumis à la compression, avec éventuellement de la flexion selon le
système statique adapté. Ils sont alors appelés poteaux. Les détails de
construction qui s’y rapportent, qu’il s’agisse du choix de la section ou des
assemblages, sont fortement liés au type d’effort à transmettre. Certains
éléments porteurs verticaux transmettent essentiellement un effort de
traction Les profilés laminés en I ou en H sont les plus utilisés comme
poteaux de charpente métallique.

2 – Vérification de la section du poteau P14 :


Le poteau étudié est le suivant : :

Figure 36 : Situation du poteau étudié P14.

Les efforts internes dans le poteau considéré, sont donnés dans le tableau
suivant :

My(daN.m) Mz(daN.m) N(daN)

6315.48 34 4193.53

130
Tableau 36 : Efforts internes dans le poteau P33

131
Comme le poteau est articulé-encastré, la longueur de flambement du
poteau est égale à 70% de la longueur initiale soit :

(Avec L0 =8m)

 lf y =lf z = 0.7 ×l 0=5.6 m

Puisque nous avons adopté un IPE330, alors :

Poids Section Dimension Caractéristique

Désignation
Kg/m cm2 h b tf tw Iy Iz Wply Wplz iy iz
(mm) (mm) (mm) (mm) (cm4) (cm4) (Cm3) (Cm3) (cm) (cm)
IPE330 49.1 62.6 330 160 11.5 7.5 1177 788 713 98.5 13.5 3.55
0

iy=13.5 cm; iz=3.55 cm


Comme : ¿ )

lf y 560
ƛy
ƛy = iy = 13.5 = 0.44
ƛ1 ¿
93.3 ε 93.3

lf z 560
ƛz
ƛz = iz = 3.55 = 1.69
ƛ1 ¿
93.3 ε 93.3

235
�=( fy =1
¿ ¿0.5

Nous avons :

ƛy =¿ 0.44 > 0.2

132
ƛz =¿ 1.69 > 0.2

 Risque de flambement avec flexion.

133
Dans le plan Y- Y Dans le plan Z- Z

ƛy =¿ 0.44 > 0.2 ƛz =¿ 1.69 > 0.2

 h/b < 1.2 et tf < 100 mm h/b < 1.2 et tf < 100 mm

Utilisation de la colonne « a » Utilisation de la colonne « b »

 Ӽ= 0.9414  Ӽ= 0.28108

 le poteau est sollicité simultanement en flexion et en


compression :
il s’agit d’une section de classe 1 d’où :
N Ky × My Kz × Mz
+ +
Ӽ min × Npl Mply Mplz <1
γM 1 γM 1 γM 1

Avec :
 Npl=A × fy
 Mpl y / z=Wpl y/ z × fy

Npl ( daN) Mply(daN.m) Mplz(daN.m)


149997 16755 2315

N × μy /z
K y / z=1−
Ӽ y/ z × A × fy

Wpl y / z−Wel y / z
μ y / z = ƛ y / z × ( 2 βM y/ z −4 ) +( )
Wel y / z

βM y/ z =1.7−0.8× Ӽ y/ z

βM y μy Ky βM z μz Kz

134
0.946 0 1 1.47 0 1

41.93 1× 63.155 1× 0.34


+ +
0.281 ×1471 167.55 23.15 = 0.54 < 1
1.1 1.1 1.1

Finalement : la section du poteau P14 est vérifié

135
Partie V : Calcul automatique.

136
I – Introduction :
Dans ce chapitre nous intéressons à l’étape du projet consacré à l’insertion de bâtiment dans
les logiciels de calcul des structures afin de dimensionner et déterminer les solutions à adopter
quel que soit en béton ou en charpente métallique.

II - Calcul automatique sur arche ossature :


1 - Présentation de logiciel :
Arche est un logiciel de calcul des structures de bâtiment qui permet le calcul de la descente
de charges ainsi que le dimensionnement, et par la suite la détermination de ferraillage des
différents éléments porteurs.
Le logiciel est composé de plusieurs modules :
 Le module ossature qui est dédié au calcul de descentes de charges.
 Les différents modules de ferraillage : poteau-poutre-semelle-dalle…
Ces différents modules sont liés, et des opérations d’exportation entre modules sont possibles.

3 - Principe et étapes de saisie :


Après avoir terminé la phase de conception en utilisant le logiciel AUTOCAD, on a exporté
notre structure vers Arche ossature tout en suivant les étapes suivantes :
 On prépare les plans de coffrage de chaque étage qui regroupent les axes des poutres, des
poteaux et de voiles de la structure dans des fichiers séparés.
 On les enregistre sous forme de fichier dxf.
 On exporte chaque fichier vers « Arche Ossature ».
 Après avoir terminé l’exportation on doit définir les types des éléments de la structure
dans le catalogue des matériaux.
 L’étape suivante consiste à charger les planchers, c'est-à-dire définir la valeur de la charge
d’exploitation et la charge permanente pour chaque local et plus précisément :
 On définit les planchers en désignant les limites de chacun et le sens de portée.

 La vérification des toutes les options prises par le logiciel est indispensable à ce stade
(fc28, Fe, poids volumique du béton).
 Avant de lancer la procédure de modélisation, il est nécessaire de s’assurer de la
validité et de la cohérence de notre modèle :

137
 Activation de l’option (modifier-fusionner) : le programme va nettoyer la structure en
supprimant les éléments confondus.
 Activation de l’option (analyser-vérifier) : le programme va préparer le modèle en vue
de calcul.
 Activation de l’option (analyser-modéliser) : le programme va préparer un premier
résultat de la descente de charge.
 Activation de l’option (analyser-calculer) le programme va lancer le calcul de la
structure.
La dernière étape gérée par ce logiciel est la création de la documentation pour la structure
calculée et dimensionnée ; nous offre une note de calcul trop détaillée, un métré complet
du bâtiment et les différents plans de ferraillage de différents éléments.

4 - Caractéristiques principales du logiciel


Les caractéristiques principales du logiciel ARCHE sont les suivantes :
 Les hypothèses utilisées pour le calcul automatique est la même existante dans la

partie calcul manuel.


 Possibilité de présentation graphique de la structure étudiée et de représentation à

l’écran des différents types de résultats de calcul (efforts internes, déplacements,

travail simultané en plusieurs fenêtres ouvertes etc.).


 Possibilité d’affecter le type de barres lors de la définition du modèle de la structure

(très utile pour accélérer le dimensionnement).


 Possibilité de composer librement les impressions (notes de calcul, composition de

l’impression, copie des objets vers d’autres logiciels).

138
Figure 37 : Perspective du bloc A.

5 – Comparaison entre le calcul manuel et le calcul automatique :


5.1 – Nervure :
Moment fléchissant à l’ELU Section d’acier
(KN.m) (cm²)

Calcul Calcul Écart Calcul Calcul Écart


manuel automatique manuel automatique

Appui -8.64 -6 30 % 1.539 1.571 2%

Travée 1 3.735 4 6% 1.131 1.571 28%

Travée 2 7.37 10 26 % 1.539 1.571 2%

Tableau 37 : comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la nervure.

139
Effort tranchant à l’ELU (KN)

Calcul manuel Calcul Écart


automatique

A gauche 5 5.3 5.6 %


Travée 1
A droite - 8.632 -8 7.3%

A gauche 10.44 11 5%
Travée 2
A droite -7.239 -8.2 11%

Figure 38 : comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la nervure.

5.2 – Poutre A16 :


Moment fléchissant à l’ELU Section d’acier
(KN.m) (cm²)
Calcul Calcul Écart Calcul Calcul Écart
manuel automatique manuel automatique
Travée 1 1.66 0.94 43% 2.356 2.356 0%

Appui 1 -48.33 -30 32 % 6.97 4.618 33%

Travée 2 42.92 47 8.5% 8.011 8.011 0%

Appui 2 -70.63 -62 13 % 10.56 9.236 12%

Travée 3 60.423 72 16% 8.011 9.236 15%

140
Effort tranchant à l’ELU (KN)

Calcul manuel Calcul Écart


automatique
A gauche 13 30 56%
Travée 1
A droite -76.08 -62 18%

A gauche 100.373 96 4%
Travée 3
A droite -69.32 117 40%

A gauche 121.04 122 0.1%


Travée 3
A droite -82.27 91 9.5%

Tableau 38 : Comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la poutre A16.

5.3 – Poteau P33 :


ELU (KN) ELS (KN) Choix d’acier

Poteau
P33 Calcul Calcul Écart Calcul Calcul Écart Calcul Calcul
manuel automatiqu manuel automatiqu manuel automatiqu
e e e
Etage 1 180.81 167.25 7.4% 129.92 117 10% 4HA12

RDC 367.33 327.60 10.8% 263.375 235 10% 4HA12

Tableau 39 : Comparaison entre calcul automatique et manuel d’aciers de la poutre A16.

5 – Plans de ferraillage des éléments précédents :


Les résultats des éléments de la structure aboutis par le logiciel ARCHE sont affichés en
annexe (Partie I – Béton Armé) de ce présent rapport.

141
III - Modélisation sur Robot Structural Analysis
1 – Introduction :
La modélisation permet la transition de l’étape de conception à l’étape de dimensionnement.
Elle consiste à établir un modèle qui produit au mieux le comportement réel de la structure.
Ce modèle sera analysé par une approche dynamique qui permet la détermination des modes
propres de vibrations et des efforts engendrés par l’action sismiques.

2 - Présentation du logiciel :
Pour effectuer l’analyse modale, la structure a été modélisée à l’aide du logiciel Robot,
d’après les hypothèses de calcul et les plans d’architectures.
Le système Robot est un logiciel CAO/DAO destiné à modéliser, analyser et dimensionner les
différents types de structures. Robot permet de modéliser les structures, les calculer, vérifier
les résultats obtenus, dimensionner les éléments spécifiques de la structure ; la dernière étape
gérée par Robot est la création de la documentation pour la structure calculée et
dimensionnée.
Ce logiciel est basé sur la méthode des éléments finis, possède plusieurs caractéristiques :
 Il donne plusieurs possibilités de création du modèle.
 Il calcule automatiquement le centre de gravité et le centre d’inertie de chaque niveau
ainsi que le poids total de la structure.
 Il contient une instruction qui détermine les erreurs et spécifie leur position.
 Il permet un affichage des résultats sous forme de tableaux et graphiques bien
détaillés.

3 – Vérification des éléments avec Robot :

La vérification par le logiciel ROBOT est faite en considérant 11 familles de pièces :

 Famille 1 : comportant les poteaux de rives hors mezzanine :


 Famille 2 : constituée par les traverses.
 Famille 3 : constituée par les pannes
 Famille 4 : constituée par poteaux pignons.
 Famille 5 : constituée par les contreventements long pan.
 Famille 6 : constituée par les contreventements de la toiture

142
 Famille 7 : constituée par les poutres de compressions.
 Famille 8 : constituée par les poteaux de rives mezzanine :
 Famille 9 : constituée par les poteaux milieu mezzanine.
 Famille 10 : constituée par les poutres maitresses.
 Famille 11 : constituée par les solives.

Figure 39 : Vue en 3D du bloc B.

143
Finalement, le calcul a abouti :

Figure 40 : Résultats des éléments.

Figure 41 : Schéma montrant les types et les sections des profilés utilisés.

144
Partie VI : Métré.

145
I – Introduction :
Dans ce stage de fin d’études, on s’est proposé de réaliser le métré des différents étages du
bloc A et le métré du bloc B en charpente métallique.

Les dimensions des différents éléments de la structure pris en considération sont déterminées
par : Arche et Robot.

II – Métré du bloc A :
1 – Métré des éléments de la fondation :

Réf Désignat Nb Dimensions (m) Volume (m3)


ion des
ouvrage
s
Large Longue Haute Aux Partiel Définit
ur ur ur if
I Fouille :

I-1 Fouilles
en puit
pour
semelles
S1 13 1.20 1.20 1.30 24.3
36

S2 10 1.50 1.50 1.30 29.2


50

S3 5 1.70 1.70 1.30 18.7


85

146
S4 9 2.00 2.00 1.30 46.8
00

S5 1 2.30 2.30 1.30 6.87


7

S6 1 3.45 3.45 1.30 15.4


73

DEE 2 0.8 0.8 1.30 1.66


4

Total 143.1
fouille 85
en puit
I-2 Fouilles
en
rigole pou
r
longrines
:
Longrines 0.32 168.95 0.25 15.00
de 0
dimensions
(22x50)
Total 158.1
Fouilles 85

II - Béton non
armé :

II - Gros

1 béton

147
GB1 13 1.20 1.20 1.00 18.7
2

GB2 10 1.50 1.50 1.00 22.5


0

GB3 5 1.70 1.70 1.00 14.4


5

GB4 9 2.00 2.00 1.00 36.0


0

GB5 1 2.30 2.30 1.00 5.29

GB6 1 3.45 3.45 1.00 11.9


03

GB DEE 2 0.80 0.80 2.00 2.56

Total 112.0
gros 0
béton
II - 2 Béton de
propreté

Total béton 0.32 168.95 0.05 3.00


de propreté

Total 115.0
Béton 0
non
148
armé

III - Béton
armé

Béton
III - pour
1 semelles
S1 13 0.70 0.70 0.25 1.59
3

S2 10 0.80 0.80 0.25 1.60

S3 5 0.90 0.90 0.25 1.01


3

S4 9 1.10 1.10 0.35 3.81


2

S5 1 1.20 1.20 0.35 0.50


4

S6 1 2.65 2.65 0.35 2.46


0

DEE 2 0.50 0.50 0.20 0.1

Total 11.10
bêton 0
pour

149
semelles

Béton
III - pour les
2 pré-
poteaux
P.P (22x22) 15 0.22 0.22 0.40 0.29
0

P.P(22x30) 10 0.22 0.30 0.40 0.26


4

P.P(22x35) 5 0.22 0.35 0.40 0.15


4

P.P(30x30) 10 0.30 0.30 0.40 0.36


0

Total 1.068
bêton
pour
pré-
poteaux
III - Béton
3 pour les
longrines
Totale 0.22 168.95 0.50 18.58
bêton pour 5
les
longrines

150
III - Béton
4 pour voile

Total bêton 0.22 8.6 1.60 3.027


voile

Total 35
Béton
armé
Tableau 40 : Quantités estimatives pour les éléments de fondation.

Avec :

 Surface totale de la chape :


« 363 m² »

2 – Métré Des éléments en élévation du RDC :


Ré Désignat Nb Dimensions (m) Volume (m3)
f ion des
ouvrages Large Longue Haute Aux Partie Définiti
ur ur ur l f
I B.A en
élévation
I- Béton
1 pour
Poteaux
Poteau 24 0.22 0.22 3.5 4.06
(22x22) 6
Poteau 7 0.30 0.30 3.5 2.20
(30x30) 5
Poteau 12 0.22 0.30 3.5 2.77
(0.22x0.30) 2
Poteau 5 0.22 0.35 3.5 1.34
(0.22x0.35) 8

151
Total 10.6
béton 38
pour
poteaux
I- Béton

2 pour
raidisseur
R1 0.22 9.76 0.21 0.45
1
R2 0.22 25.48 0.21 1.17
7
R3 0.22 8.29 0.21 0.38
2
R4 0.22 15.24 0.25 0.83
8
R5 0.22 25.09 0.25 1.38
0
R6 0.22 5.23 0.25 0.28
8
Total 4.51
béton 6
pour
raidisseur
s
I– Béton
3 pour
Poutres
Totale 8.829
béton
pour
poutres
Totale 23.98
béton en 3
élévatio
n.
152
Tableau 41 : Quantités de béton en élévation pour RDC.

Avec :

 Totale surface plancher (16+5) :


S= 173 m2
 Totale surface plancher (19+6) :
S= 127.27 m2

153
3 – Métré Des éléments en élévation du 1er étage :
Réf Désignat Nb Dimensions (m) Volume (m3)
ion des
ouvrages
Large Longue Haute Aux Partiel Définiti
ur ur ur f
I B.A en
élévation
I- Béton
1 pour
Poteaux
Poteau 38 0.22 0.22 3.5 6.44
(22x22) 0
Poteau 1 0.22 0.32 3.5 0.24
(22x32) 6
Poteau 1 0.30 0.30 3.5 0.31
(30x30) 5
Poteau 2 0.22 0.30 3.5 0.46
(22x30) 2
Total 7.463
béton pour
poteaux
I- Béton

2 pour
raidisseur
R1 0.22 8.09 0.21 0.37
4
R2 0.22 29.39 0.21 1.35
8
R3 0.22 3.73 0.21 0.17
2
R4 0.22 5.13 0.25 0.28
2

154
R5 0.22 20.07 0.25 1.10
4
R6 0.22 5.23 0.25 0.28
8
Total 3.578
béton pour
raidisseurs
I– Béton
3 pour
Poutres
Total 9.834
béton pour
poutres
Total 20.87
béton en 5
élévation
.
Tableau 42 : Quantités de béton en élévation pour 1er étage.

Avec :

 Totale surface plancher (16+5) :


S= 103.12 m2
 Totale surface plancher (19+6) :
S= 123.39 m2
 Totale surface plancher dalle pleine d’épaisseur 25 cm :
S= 97.65 m2

155
4 – Métré Des éléments en élévation du 2ème étage :
Ré Désignat Nb Dimensions (m) Volume (m3)
f ion des
Large Longue Haute Aux Partie Définiti
ouvrages
ur ur ur l f
I B.A en
élévation
I- Béton
1 pour
Poteaux
Poteau 46 0.22 0.22 3.5
(22x22)
Total 7.79
béton 2
pour
poteaux
I- Béton

2 pour
raidisseur
R1 0.22 5.23 0.25 0.28
8
R2 0.22 3.31 0.21 0.24
4
R4 0.22 1.43 0.25 0.15
7
R5 0.22 11.64 0.25 0.64
2
R6 0.22 5.23 0.25 0.29
0
Total 1.62
béton 1
pour
raidisseur
s
I– Béton

156
3 pour
Poutres
Total 10.9
béton 5
pour
poutres
Total 20.34
béton en 5
élévatio
n.
Tableau 43 : Quantités de béton en élévation pour 2ème étage.
Avec :
 Total surface plancher (16+5) :
S= 9.355 m2
 Totale surface plancher (19+6) :
S= 179.8 m2
 Totale surface plancher dalle pleine d’épaisseur 25 cm :
S= 98.80 m2
 Totale surface plancher dalle pleine d’épaisseur 30 cm :
S= 65.55 m2

5 – Métré Des éléments en élévation du 3ème étage :


Ré Désignat Nb Dimensions (m) Volume (m3)
f ion des
Large Longue Haute Aux Partie Définiti
ouvrages
ur ur ur l f
I B.A en
élévation
I- Béton
1 pour
Poteaux
Poteau 6 0.22 0.22 3.5
(22x22)
Total 1.02
béton

157
pour
poteaux
I- Béton

2 pour
raidisseur
R1 0.22 4.08 0.21 0.18
9
R1 0.22 4.08 0.21 0.18
9
R2 0.22 4.08 0.21 0.18
9
Total 0567
béton
pour
raidisseur
s
I– Béton
3 pour
Poutres
Total 0.80
béton 4
pour
poutres
Total 2.391
béton en
élévation
.
Tableau 44 : Quantités de béton en élévation pour 3ème étage.

 Plancher (16+5) :
S= 30.1 m2

6 – Récapitulation :

158
Article Volume (m3) Surface (m²)
Fouilles - 158.185

Chape 12 cm - 363

Béton non armé 112 -

Béton Armé en 35 -
fondation
Béton armé en 94.654 -
élévation
Plancher nervuré - 315.575
(16+5)
Plancher nervuré - 430.46
(19+6)
Dalle pleine 25 cm - 196.45

Dalle pleine 30 cm - 65.55

Tableau 45 : Tableau récapitulatif des quantités.

159
III – Métré du bloc B :
D’après les résultats obtenus par robot structural Analysis :

Tableau 46 : Quantités d’aciers pour bloc B.

Remarque :
Nous avons préparé un bordereau contenant les descriptions et les quantités des ouvrages tout
en laissant l’estimation des prix pour l’entrepreneur.

(Voir Annexe)

160
161
Partie VII – Étude thermique

162
I – Introduction :
Lorsque on souhaite construire un bâtiment, il est souvent difficile de choisir les différentes
solutions pour assurer un certain confort dans ce local, c’est pour ça qu’une étude thermique
doit être respecté et faite pour toutes les constructions neuves.

En effet, une étude thermique est une analyse du niveau de performance énergétique d’une
construction, donc le but est de déterminer les potentielles consommations d’énergie du futur
bâtiment selon les matériaux et les équipements choisis.

 Dans les climats tempérés et froids, la plus grande part de l'énergie utilisée par un
bâtiment sert au chauffage. Le flux de chaleur généré dans le système de chauffage
aboutit inévitablement l'extérieur par différentes voies plus ou moins directes.
 Dans les climats plus chauds, il peut être nécessaire et en tous cas confortable
d'abaisser la température intérieure des bâtiments. Ce refroidissement peut être aussi
être un grand consommateur d'énergie.

En effet, nous allons faire cette étude sur seulement le 2ème étage de l’administration qui est en
béton armé à partir du plan d’architecture permettant d’avoir une idée précise sur la
configuration des parois, des surfaces, ainsi que la détermination de l’énergie ou la puissance
perdue par cet ensemble.

II – Les objectifs :
Une construction confortable, de point de vue thermique est une construction qui permet
d’assurer de protection de ses occupants contre les agressions climatique. Pour cela il faut
limiter le transfert thermique ou de chaleur entre l’extérieur et l’intérieur.

Le but de cette étude est de :

1. Calculer les déperditions par transmission à travers les parois et par renouvellement
d’air.
2. Déterminer l’énergie ou la puissance perdue par cet ensemble.
3. Proposer une solution d’isolation pour minimiser les déperditions thermiques.

163
III – Présentation du projet :
Le plan d’architecture ci-dessous représente le niveau haut 2éme étage d’un bâtiment à usage
bureautique.

Ce niveau repose sur un autre local et sa partie supérieure donne sur l’extérieur.

En effet, ce bâtiment est situé dans la région de Tunis (Megrine).

Figure 42 : Plan 2ème étage.

164
IV – les déperditions thermiques sans isolation :
1 – Calcul des coefficients de transmission des parois :
Pour les parois composées de plusieurs couches de matériaux homogènes ou hétérogènes, le
coefficient U est donné par la formule suivante :

Les coefficients de transmissions des éléments constitutifs du bâtiment sont donnés par les
tableaux suivants :

e λ r Ʃr 1 U
hi +
Parois Couches (cm) (w/m° (m²°C/w (m²°C/w (w/m²°C
C) ) ) )
1
he

(m²°C/w
)
Mortier bâtard 1.5 1.15 0.013 0.905 0.17 0.930
Brique de 10 0.2
8 trous
Double
Lame d’air 6 0.16 0.375
cloison de Brique de 15 0.3
35cm 12trous
Mortier de 2.5 1.4 0.017
ciment
Double Mortier bâtard 1.5 1.15 0.013 1.145 0.17 0.760
Brique de 20 0.370
cloison de
12trous
50cm
Lame d’air 6 0.16 0.375
Brique de 20 0.370
12trous
Mortier de 2.5 1.4 0.017
ciment
Plancher Enduit sous 1.5 1.15 0.013 0.262 0.14 2.490
haut en plafond
165
corps creux Entrevous à 16 0.17
(16+5) 15trous
Chape 5
Forme de pente 10 1.75 0.057
Etanchéité 0.5 0.23 0.022
multicouches
Plancher Entrevous 19 0.17 0.302 0.14 2.626
Chape 6
haut à
Enduit sous 1.5 1.15 0.013
corps creux
plafond
(19+6) Forme de pente 10 1.75 0.057
Etanchéité 0.5 0.23 0.022
multicouches
Planche Dalle pleine de 25 2.3 0.108 0.200 0.14 2.940
Haut en 25 cm
Enduit sous 1.5 1.15 0.013
dalle pleine
plafond
25 cm
Forme de pente 10 1.75 0.057
Etanchéité 0.5 0.23 0.108
multicouches
Plancher Dalle pleine de 30 2.3 0.13 0.222 0.14 2.762
Haut en 30cm
Enduit sous 1.5 1.15 0.013
dalle pleine
plafond
30 cm
Forme de pente 10 1.75 0.057
Etanchéité 0.5 0.23 0.022
multicouches
Plancher Carrelage 2 0.02 0.258 0.34 1.672
Entrevous à 16 0.027
bas à corps
15trous
creux
Chape 5
(16+5) Mortier de 2 1.40 0.014
ciment
Lit de sable 3 1.1 0.027
Mortier de 2 1.40 0.014
ciment
Enduit sous 1.5 1.15 0.013
plafond
Plancher Carrelage 2 0.02 0.298 0.34 1.567
Entrevous 19 0.021
bas à corps
Chape 6
creux Mortier de 2 1.40 0.014

166
(19+6) ciment
Lit de sable 3 1.1 0.027
Mortier de 2 1.40 0.014
ciment
Enduit sous 1.5 1.15 0.013
plafond
Plancher Carrelage 2 0.02
Dalle pleine de 25 2.3 0.108
Bas en
25 cm
dalle pleine
Mortier de 2 1.40 0.014
25 cm 0.196 0.34 1.865
ciment
Lit de sable 3 1.1 0.027
Mortier de 2 1.40 0.014
ciment
Enduit sous 1.5 1.15 0.013
plafond
Tableau 47: Caractéristiques thermiques des parois sans isolation.

167
Eléments Description Nombre Dimensions Surface U (w/m²°C)
(m x m) (m2)

Fenêtre F2 Menuiserie en 4 1.6 x 1.2 1.92 3.65


Fenêtre F4 aluminium ; 1 1.5 x 1.2 1.8 3.65
Fenêtre F5 Coulissantes avec 1 0.6 x 1.2 0.72 3.65
simple vitrage
Fenêtre F6 4 0.6 x 1.7 1.02 3.65
avec perméabilité
Fenêtre F7 4 0.6 x 0.6 0.36 3.65
faible
Baie Vitrée 1 1 6.1 x 3.2 19.52 2.6
BV2 2 2.9 x 3.2 9.28 2.6
BV3 1 1 x 3.2 3.2 2.6
BV4 Menuiserie en 1 0.5 x 2.2 1.1 2.6
BV5 aluminium ; 1 2x3 6 2.6
BV6 1 1.2 x 3.2 3.84 2.6
BV7 vitrage double 1 0.7 x 3.2 2.24 2.6
BV8 (e=10mm) 4 1.6 x 2.5 4 2.6

Tableau 48: Les caractéristiques thermiques des ouvrants.


(Voir Annexe 1 – Partie III)

2 - Calcul des déperditions thermiques et la puissance perdue par l’enveloppe :


Dans cette partie on va faire le calcul pour seulement pour une saison froide,
sachant que :

 Tᵢ = 25 °C (température intérieure)
 Tₑ = 10 °C (température extérieur)
 Tn = 15 °C (température du local adjacent)

D’où le coefficient de réduction de température « τ » est :

Ti−T n
Ti−Tₑ

 Et que ce local est équipé d’un système de ventilation permettant de


renouveler l’air intérieur deux fois (N=2).

Eléments Surface U τ Ds = Vh G
(m²) (w/m²°C (τ.u.A) Dᵨ=1.1 (m³) (w/m³°C
) Ds )
168
Mur de 35cm 169.38 0.930 1 157.17

Mur de 50cm 49.16 0.760 1 37.36

Plancher haut 29.7 2.49 1 73.95


(16+5)

Plancher haut 188.6 2.262 1 426.61


(19+6)

Plancher haut 100.31 2.94 1 294.91


dalle pleine 25
cm
Plancher haut 65.55 2.762 1 181.05 2011.856 1229.13 2 .31
dalle pleine 30
cm
Fenêtres 15.47 3.65 1 57.45
Baies vitrées 70.46 2.6 1 183.2
Plancher bas 121.914 1.672 0.7 142.69
(16+5)
Plancher bas 130.93 1.567 0.74 143.62
(19+6)
Plancher bas 100.31 1.865 0.7 130.95
en dalle pleine
de 25 cm

ƩDs 1828.96

Déperdition par renouvellement d’air : Tᵢ-Tₑ= 15°C


Dr = 0.34 x N x Vh = 0.34x2x1229.31=835.93 (w/m²°C)

Puissance perdue par l’enveloppe (Hiver) :


P=G.V.(Tᵢ-Tₑ) = 42.595 KW

Tableau 49: Calcul des déperditions thermiques sans isolation.

169
Remarque :
Dans le paragraphe suivant, on va essayer d’améliorer l’isolation des parois et des ouvrants.
Voilà pourquoi il est très important de faire des choix stratégiques pour le type de matériau
isolant que l’on emploie dans ces parois. Il s’agit d’une question de confort et du gain
remarquable de l’énergie.

V – les déperditions thermiques sans isolation :


1 – Calcul des coefficients de transmission des parois :

e λ r Ʃr 1 U (w/m²°C)
(cm) (w/m°C) (m²°C/w) (m²°C/w) hi +
Parois Couches

1
he

(m²°C/w)
Mortier bâtard 1.5 1.15 0.013
Brique de 10 0.2
8 trous
Double
Polystyrène 6 0.04 1.5
cloison de 2.03 0.17 0.45
expansé
35cm Brique de 12trous 15 0.3
Mortier de ciment 2.5 1.4 0.017
Mortier bâtard 1.5 1.15 0.013
Brique de 12trous 20 0.370
Double
Polystyrène 6 0.04 1.5
cloison de 2.27 0.17 0.409
expansé
50cm Brique de 12trous 20 0.370
Mortier de ciment 2.5 1.4 0.017
Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013
Entrevous à 15trous 16 0.17
Chape 5
Plancher Forme de pente 10 1.75 0.057
haut à Polystyrène extrudé 5 0.036 1.38
Etanchéité 0.5 0.23 0.022
corps creux
multicouches
(16+5) 1.642 0.14 0.561

Plancher Entrevous 19 0.17


Chape 6
haut à
Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013
corps creux Forme de pente 10 1.75 0.057 1.642 0.14 0.548
(19+6) Polystyrène extrudé 5 0.036 1.38
Etanchéité 0.5 0.23 0.022
multicouches
170
Dalle pleine de 25 25 2.3 0.108
cm
Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013
Planche
Haut en Polystyrène extrudé 5 0.036 1.38
Forme de pente 10 1.75 0.057
dalle pleine 1.682 0.14 0.581
Etanchéité 0.5 0.23 0.108
25 cm
multicouches
Dalle pleine de 30 2.3 0.13
30cm
Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013
Plancher
Haut en Polystyrène extrudé 5 0.036 1.38
Forme de pente 10 1.75 0.057
dalle pleine 1.602 0.14 0.574
Etanchéité 0.5 0.23 0.022
30 cm
multicouches
Carrelage 2 0.02
Entrevous à 15trous 16 0.027
Chape 5
Plancher Mortier de ciment 2 1.40 0.014
bas en Lit de sable 3 1.1 0.027
Mortier de ciment 2 1.40 0.014
corps creux Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013 0.258 0.34 1.672
(16+5)
Plancher Carrelage 2 0.02 0.298 0.34 1.567
Entrevous 19 0.021
bas en
Chape 6
corps creux Mortier de ciment 2 1.40 0.014
(19+6) Lit de sable 3 1.1 0.027
Mortier de ciment 2 1.40 0.014
Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013

Carrelage 2 0.02
Dalle pleine de 25 25 2.3 0.108
Plancher
cm
Bas en dalle
Mortier de ciment 2 1.40 0.014
pleine 25 Lit de sable 3 1.1 0.027
cm Mortier de ciment 2 1.40 0.014
Enduit sous plafond 1.5 1.15 0.013
0.196 0.34 1.865

Eléments Description Nombre Dimensions Surface U (w/m²°C)


(m x m) (m2)

Fenêtre F2 Menuiserie en 4 1.6 x 1.2 1.92 2.8


Fenêtre F4 aluminium ; 1 1.5 x 1.2 1.8 2.8
Fenêtre F5 Coulissantes avec 1 0.6 x 1.2 0.72 2.8
simple vitrage
Fenêtre F6 4 0.6 x 1.7 1.02 2.8
(e=6mm) et de
Fenêtre F7 4 0.6 x 0.6 0.36 2.8
perméabilité faible

171
Baie Vitrée 1 1 6.1 x 3.2 19.52 2.6
BV2 2 2.9 x 3.2 9.28 2.6
BV3 1 1 x 3.2 3.2 2.6
BV4 Menuiserie en 1 0.5 x 2.2 1.1 2.6
BV5 aluminium ; 1 2x3 6 2.6
BV6 1 1.2 x 3.2 3.84 2.6
BV7 vitrage double 1 0.7 x 3.2 2.24 2.6
BV8 (e=10mm) 4 1.6 x 2.5 4 2.6

Tableau 50: Les caractéristiques thermiques des ouvrants avec isolation.

2 - Calcul des déperditions thermiques et la puissance perdue par l’enveloppe :

Eléments Surface U τ Ds = Vh G
(m²) (w/m²°C (τ.u.A) Dᵨ=1.1 (m³) (w/m³°C
) Ds )
Mur de 35cm 169.38 0.450 1 76.22
Mur de 50cm 49.16 0.409 1 20.11
Plancher haut
29.7 0.561 1 16.67
(16+5)
Plancher haut
188.6 0.548 1 103.35
(19+6)
Plancher haut
dalle pleine 25 100.31 0.581 1 58.28
cm
Plancher haut
1052.47 1229.13 1.536
dalle pleine 30 65.55 0.574 1 37.63
cm
Fenêtres 15.47 2.8 1 44.07
Baies vitrées 70.46 2.6 1 183.2
Plancher bas
121.914 1.672 0.7 142.69
(16+5)
Plancher bas
130.93 1.567 0.74 143.62
(19+6)
Plancher bas
dalle pleine de 100.31 1.865 0.7 130.95
25 cm
ƩDs 956.76

172
Déperdition par renouvellement d’air : Tᵢ-Tₑ= 15°C
Dr = 0.34 x N x Vh = 0.34x2x1229.31=835.93 (w/m²°C)
Puissance perdue par l’enveloppe (hiver) :
P=G.V.(Tᵢ-Tₑ) = 28.323 KW

Tableau 51: Calcul des déperditions thermiques sans isolation.

VI – Conclusion :
42.595−28.323
Gain (%) = 42.595 = 33.50 %

On constate que nous avons pu avoir un gain d’énergie remarquable.

Donc, notre choix était gagnant.

173
Partie VIII – Chauffage et
climatisation :

174
I – Introduction :
L'isolation d'un bâtiment permet de diminuer les échanges de chaleur entre l'intérieur du
bâtiment et l'environnement extérieur, et ainsi diminuer les besoins de chauffage et, le cas
échéant, de climatisation. Cette isolation doit être pensée en fonction des contraintes
climatiques du lieu où se situe le bâtiment. L'isolation thermique est le principe de base de la
maison passive. Elle emprisonne la chaleur à l'intérieur en hiver et garde la maison fraîche en
été.

En effet, nous allons faire l’étude de chauffage et climatisation sur le même étage.

II – Climatisation :
1 – Introduction :
La climatisation est la technique qui consiste à modifier, à contrôler et à régler les conditions
climatiques d’un local, presque essentiellement à des fins de confort ou pour des raisons
techniques dans des lieux spécifiques comme les laboratoires médicaux ou les blocs
opératoires. En dehors de ces lieux, la climatisation est donc principalement utilisée pour
apporter de la fraîcheur dans une pièce où la température est trop élevée.

2 – Critères de choix d’un climatiseur :


 La puissance du climatiseur.
 La classe énergétique du climatiseur.
 Le rendement du climatiseur à froid.
 Le niveau sonore du climatiseur.
 Le débit de l’air de climatiseur.

3 – Puissance frigorifique sans isolation :


La puissance frigorifique se calcule par la formule suivante :

Pf ≥Av+Ap+Ag

Sachant que : Ag= 15 w/m²

Remarque :

Les caractéristiques des parois sont prises à partir du calcul fait dans le chapitre précédent.

175
3.1– Calcul des apports à travers les vitrages :

Remarque : Le calcul sera rapporté à la date « 21 juin à 9h »

Date et heure φ(w/m2) Sv(m2) α Pv(W)


Orientation
Est 21 juin à 9h 462 35.90 0.99 16419.942

Ouest 21 juin à 17h 526 3.84 0.99 1999.641

Nord 21 juin à 18h 137 25.96 0.99 3520.955

Sud 21 sep à 13h 520 16.56 0.99 8525.088

Avt= 30465.62

Orientation Date et heure φ(w/m2) Sv(m2) α Pv(W)

Est 462 35.90 0.99 16419.942

Ouest 75 3.84 0.99 285.12


21 juin à 9h
Nord 76 25.96 0.99 1953.23

Sud 108 16.56 0.99 1770.595

Avt= 20428.89

176
3.2– Calcul à travers les parois opaques :
Désignation Date Orientation U(W/m2 ℃) Sp (m²) Δϴev α Ap (W)

Mur 35 Est Est 0.930 36.74 15.5 0.7 370.72

Mur 35 Ouest 0.930 67.84 -0.6 0.7 -26.5


Ouest
Mur 35 Nord Nord 0.930 38.68 -0.4 0.7 -10.07

Mur 35 sud Sud 0.930 34.64 1.9 0.7 42.84


21 Juin à
Plancher - 2.49 29.70 4.1 2 606.414
9h
haut (16+5)
Plancher - 2.262 188.60 4.1 2 3498.228
haut (19+6)
Plancher - 2.940 100.31 4.1 2 2418.27
haut Dalle
plein 25 cm
Plancher - 2.762 65.55 4.1 2 1484.60
haut Dalle
pleine 30 cm
APT= 8384.50

On a :

 Avt= 20428.89 w
 APT= 8384.50 w
Ag = 15 * 384.16 = 5762.40 w

Finalement:

Pf≥ Av + Ap +Ag = 34575.80 w = 34575.80 * 3.4 = 117557.72BTU/h

On adopte : Multi split air/air cassettes avec éventuellement un mini réseau des gaines.

4 – Puissance frigorifique avec isolation :


4.1– Calcul des apports à travers les vitrages :
Voir Annexe :

Remarque : Le calcul sera rapporté à la date « 21 juin à 9h »


177
Orientation Date et heure φ(w/m2) Sv(m2) α Pv(W)

Est 462 35.90 0.87 14429.65

Ouest 75 3.84 0.87 250.56


21 juin à 9h
Nord 76 25.96 0.87 1953.23

Sud 108 16.56 0.87 1555.98

Avt= 17952.66

4.2 – Calcul à travers les parois opaques :


Désignation Date Orientation U(W/m2 ℃) Sp (m²) Δ ϴev α Ap (W)

Mur 35 Est Est 0.450 36.74 15.5 0.7 179.383


Mur 35 Ouest 0.450 67.84 -0.6 0.7 -12.82
Ouest
Mur 35 Nord 0.450 38.68 -0.4 0.7 -4.87
Nord
Mur 35 sud Sud 0.450 34.64 1.9 0.7 20.73
21 Juin
Plancher à 9h - 0.561 29.70 4.1 0.6 40.99
haut (16+5)
Plancher - 0.548 188.60 4.1 0.6 254.25
haut (19+6)
Plancher - 0.581 100.31 4.1 0.6 143.37
haut Dalle
plein 25 cm
Plancher - 0.574 65.55 4.1 0.6 92.56
haut Dalle
pleine 30
cm
APT= 713.60

On a :

 Avt= 17952.66 w
 APT= 713.60 w
Ag = 15 * 384.16 = 5762.40 w

178
Finalement:

Pf ≥Av + Ap +Ag = 24428.65 w = 24428.65 * 3.4 = 83057.41 BTU/h

On adopte : Multi split air/air cassettes avec éventuellement un mini réseau des gaines.

5 – Conclusion :
345575.80−24428.65
Gain (%) = 34575.80 * 100 = 29.87 % Presque 30 %

II – chauffage :

1 – Puissance de chauffage sans isolation :

La puissance du chauffage se calcule par la formule suivante :

D ch ≥ Dp + Dr – Ag

L’étude de bilan calorifique consiste à calculer :

 DP =U*S*I*ΔT : déperdition à travers les parois.


 Coefficient surfacique (U)
 Surface de parois exposer à l’extérieur (S)
 Coefficient d’orientation (I) donné par le tableau.
 Changement de température (ΔT)
 Dr =0.3 * V * ΔT : déperdition par renouvellement d’air
 Apports gratuits : 15 w /m².

Désignation U (w/m². °c) S (m²) I ΔT (°c) Dp(W)

Mur 35 (Est) 0,930 36,74 1,10 563,78


Fenêtres (Est) 3,65 35,90 1,10 2162,08
Mur35 (Ouest) 0,930 67,84 1,05 993,69
Fenêtres (Ouest) 3,65 3,84 1 ,05 220,75
Mur35(Nord) 0,930 38,68 1,25 674,50

Fenêtres (Nord) 3,65 25,96 1,25 1776,64


15 °C
Mur35 (Sud) 0,930 34,64 1 483,23

179
Fenêtres (Sud) 3,65 16,56 1 906,66

Plancher haut 2,490 29,70 1 1109,30


(16+5)

Plancher haut 2,262 188,60 1 6399,20


(19+6)
Plancher haut 2,940 100,31 1 4423,67
Dalle plein 25 cm
Plancher haut 2,762 65,55 1 2715,74
Dalle plein 30 cm
DPT = 22429.18

Tableau 52: Calcul des déperditions à travers les parois.


Avec :

 Dr=0,3. V. ΔT =0,3×1229,31×15 = 5531,895 W


Ag = 15 * 384.16 = 5762.40 w

Finalement :

D ch≥Dp+Dr – Ag = 22198.675 W

2 – Puissance de chauffage avec isolation :


La puissance du chauffage se calcule par la formule suivante :

Dch≥Dp+Dr – Ag

Désignation U (w/m². °c) S (m²) I ΔT (°c) Dp(W)


Mur 35 (Est) 0,450 36,74 1,10 563,78
Fenêtres (Est) 2,8 35,90 1,10 2162,08
Mur35 (Ouest) 0,450 67,84 1,05 993,69
Fenêtres (Ouest) 2,8 3,84 1 ,05 220,75

Mur35(Nord) 0,450 38,68 1,25 674,50

Fenêtres (Nord) 2,8 25,96 1,25 1776,64


Mur35 (Sud) 0,450 34,64 1 483,23
15 °C
Fenêtres (Sud) 2,8 16,56 1 906,66

180
Plancher haut 0,561 29,70 1 1109,30
(16+5)
Plancher haut 0,548 188,60 1 6399,20
(19+6)
Plancher haut 0,581 100,31 1 4423,67
Dalle plein 25 cm
Plancher haut 0,574 65,55 1 2715,74
Dalle plein 30 cm
DPT =8438.96

Tableau 53: Calcul des déperditions à travers les parois.

Avec :

 Dr=0,3. V. ΔT =0,3×1229,31×15 = 5531,895 W


Ag = 15 * 384.16 = 5762.40 w

Finalement :

D ch≥Dp+Dr – Ag = 8208.46 W

3 – Conclusion :
22198.675−8208.46
Gain (%) = 22198.675 * 100 = 63.02 %

Puissance de Nombre Puissance du Puissance de la


chauffage d’élémentsde128 radiateur : chaudière :
D ch W P rad= Eléments * 128 1.30 * P rad
w
Sans Isolation : 174 174 * 128 = 22272 10816
22198.675 W

Avec Isolation : 65 65 * 128 = 8320 28953.60


8208.46 W

Tableau 54 : Récapitulation des deux variantes.

181
III – Conclusion :
Le recourt à l’isolation demeure une solution très bénéfique puisqu’elle permet de réduire les
pertes de chaleur et minimise les besoins en énergie (chauffage et climatisation) et réduit à la
fois : la facture, la consommation et la pollution.

182
Conclusion

Ce projet d’étude nous a été profitable sur le plan théorique et sur le plan pratique du fait qui
nous a donnée l’opportunité de découvrir des difficultés dans le cadre d’étude de certain
élément et leur ferraillage adéquat en dégageant les solutions optimales.

La variété des éléments nous a permis de prendre en charge les problèmes rencontrer que ce
soit dans la phase de conception ou d’étude et leur résolution en s’appuyant sur des outils
informatiques à savoir ARCHE, AUTOCAD, ROBOT qui deviennent immanquables pour le
technicien en génie civil.

Lors de sa mise au point, nous avons tenu compte non seulement des critères de résistance
mais aussi du comportement a l’état de service en assurant les paramètres fondamentaux :

La sécurité.

La durabilité du bâtiment.

La faciliter et la rapidité d’exécution.

L’esthétique et le coût.

Nous sommes conscients maintenant que ce projet est une expérience capitale dans notre
formation en génie civil et un bon départ à la vie professionnelle.

183
Bibliographie
Afin de réussir notre projet de fin d’étude et résoudre les problèmes rencontrés on a eu recourt
à plusieurs documents qui sont :

Règlements :

 NV65 : carte du vent Tunisie.


 Eurocode 3.
 BAEL 91 modifié 99.

Références :
 Calcul des structures métalliques selon l’Eurocode 3 – Jean Morel
 Pratique du B.A.E.L 91. Editions EYROLLES : Jean Perchat – Jean Roux.
 Maîtrise du B.A.E.L 91 : Jean Perchat – Jean Roux.
 Conception et calcul des structures de bâtiment éditions 1998 : Henry Thonier.
 Guide de calcul - Béton Armé BAEL 91 modifié 99.
 Mémotech structures métalliques, Claude Hazard& Frédy Lelong& Bruno Quinzain

184

Vous aimerez peut-être aussi