Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre V-Le marché

La question de la régulation économique est en fait de chercher à


comprendre comment les agents économiques organisent leur activité
et en quoi les interactions entre ces agents interagissent sur le
fonctionnement de l’économie. Les économies développées sont des
économies de marché. Les agents économiques évoluent dans un
contexte particulier qu’est le marché.

Qu’est-ce que le marché?

Le marché n’est pas naturel c’est une construction. Où le marché


existe-t-il? Où doit-il s’étendre? Où ne peut-il pas s’étendre?

Le marché est une construction

Marché : lieu (réel ou fictif) où la demande et l’offre se rencontrent, ce qui


donne naissance à des flux d’échanges.

Les échanges peuvent être ou non monétaires.

Offre : quantité qu’on est prêt à vendre en fonction du prix

Demande : quantité qu’on est prêt à acheter en fonction du prix

Sur le marché, si le prix augmente, l'offre a tendance à augmenter. Si le prix


augmente, la demande a tendance à diminuer.

Pour définir un marché on peut utiliser ces termes: Concurrence,


équilibre, offre, demande, échanges, prix, quantité.

1
Qu’est-ce qu’un marché ?
Le terme "marché", selon le contexte, est employé dans des sens différents, dont voici
les principaux :


lieu géographiquement situé de rencontre physique entre offreurs et demandeurs.

Par exemple : "aller au marché" pour y "faire des courses" ; à Paris : le marché aux fleurs, près de
la Seine, le "marché aux tissus", place St-Pierre, le "marché aux puces", porte de St-Ouen...


lieu abstrait de confrontation des offres et des demandes pour une marchandise ou un
produit particuliers - par exemple : le "marché des métaux", le "marché du pétrole brut", le
"marché mondial des capitaux", même s’il existe des lieux où se rassemblent des négociants
(salles de marché, place financières, place de négociation - Londres pour les métaux -
Chicago pour le blé, Monaco et Rotterdam pour le pétrole...) ;


lieu abstrait de confrontation des offres et des demandes pour l’ensemble des
marchandises - par exemple : lorsqu’on invoque une insuffisance de la demande globale,
ou, au contraire, une inflation par la demande, on parle de "déséquilibre du marché" (par
opposition à l’équilibre général : égalité entre l’offre et la demande sur tous les marchés,
simultanément) ;


- mécanisme d’ajustement et de détermination réciproque des prix et des quantités
(offertes et demandées) : c’est la loi de l’offre et de la demande, appelée "loi du marché" ;


- mécanisme global de régulation économique et sociale : la stabilité consiste en un retour
automatique à l’équilibre ; le marché est dit "autorégulateur" : tout déséquilibre entraîne une
variation des prix qui ramène, comme une force de rappel, à l’équilibre général ;


- sous-système économique délimité au sein de la société (correspondant à la sphère des
phénomènes économiques, distincte par exemple du politique ou du religieux) : économie
fondée sur la propriété privée des biens, la liberté des échanges, la libre détermination des
prix par la loi du marché, et sur le calcul économique (calcul d’optimisation, coût/ avantage,
des différents agents) ;
- système économique et social global, la société de marché, fondée sur l’échange
marchand généralisé, où tout devient marchandise, appropriable et négociable, et

2
entièrement ; régulée par la loi du marché ;


- système économique et social historique, l’économie de marché "réellement observable",
c’est-à-dire le capitalisme, sous ses diverses variantes. historiques nationales (capitalisme
anglo-saxon, asiatique, rhénan, etc.), plus ou moins conformes aux modèles théoriques ou
utopiques précédents ; car chaque nation dégage son propre compromis entre, d’une part, la
logique d’un capitalisme évoluant vers la marchandisation croissante des rapports sociaux et
la concentration du pouvoir économique et, d’autre part, celle de la démocratie (respect des
droits, y compris économiques et sociaux, volonté générale et marche vers l’égalité).

La diversité des images que l’on peut associer au mot marché confirme ce qui précède :

Marché africain : il n’y a pas d’affichage des prix,


ceux-ci sont fixés après un long "marchandage" et
ils vont varier d’un client à un autre. Le marché
est un lieu d’échange pour des produits mais aussi
un lieu de rencontre et d’information. On trouve
des installations fixes avec des "marchands" et
des installations ponctuelles pour des producteurs
vendant directement leurs produits.

Marché citadin aujourd’hui : les prix sont


affichés mais ils changent au fur et à mesure que
la marchandise est vendue, les produits qui ne
peuvent être stockés sont bradés en fin de
marché. Il y a des installations fixes mais il y a
aussi des producteurs qui viennent vendre leurs
produits directement bruts ou préparés.

Super ou hyper marché : en France, plus de 70 %


des fruits et légumes sont commercialisés dans
des grandes surfaces. Les prix sont affichés, les
quantités sont considérables et la présentation est
organisée pour faciliter la vente.

Grands magasins : les prix sont affichés mais cette information est voilée par une présentation créant
une atmosphère de luxe. L’ambiance doit donner au client le sentiment qu’il est "privilégié", son
achat sera une forme de distinction sociale sur le modèle de ce qui se passe dans les véritables
"boutiques" de luxe où les prix ne sont pas affichés (« les prix ne comptent pas »)...

3
I -La demande du marché

La demande des consommateurs (ou des acheteurs), soit la quantité totale de


produits qu’ils sont prêts à acheter, est une fonction décroissante du prix car elle
augmente lorsque le prix diminue et elle diminue lorsque le prix augmente (c’est
ce qu’on appelle la « loi de la demande»). La demande dépend essentiellement
du prix mais d’autres variables peuvent l’influencer comme le revenu, les goûts
des consommateurs, ou les prévisions qu’ils peuvent faire.

Ainsi en général, plus le revenu est élevé, plus la quantité demandée pour chaque
niveau de prix sera grande.

II- L'offre du marché

L’offre des producteurs (ou des vendeurs) correspond à ce que les entreprises
sont disposées à produire et à vendre, et dépend principalement du prix de
vente. L’offre est généralement une fonction croissante du prix, ce qui implique
qu’elle augmente lorsque le prix augmente et elle diminue lorsque le prix
diminue (c’est ce qu’on appelle la « loi de l’offre»). L’offre dépend
essentiellement des coûts de production (notamment les coûts des facteurs de
production) et du progrès technique. Ainsi plus les techniques de production
sont efficaces, plus la quantité offerte pour chaque niveau de prix sera grande.

III- Comment se détermine le prix d'équilibre du marché?


Le marché est le lieu où se rencontrent l’offre et la demande. La variation des

4
prix permet d’égaliser la quantité de produits demandés et la quantité de
produits offerts. S’il fonctionne parfaitement, le marché doit déterminer
automatiquement une quantité d’équilibre et un prix d’équilibre, qui se trouvent
à l’intersection de la droite de demande et de la droite d’offre. Le prix
d’équilibre est censé satisfaire à la fois les acheteurs et les vendeurs.

-Si le prix est trop élevé, de telle sorte que l’offre est supérieure à la demande, la
concurrence va pousser à la baisse des prix : en effet, les producteurs en
compétition pour écouler leur production vont diminuer leurs prix.

-Si inversement les prix sont à un niveau trop bas, de telle sorte que la demande
est supérieure à l’offre, les vendeurs vont augmenter leurs prix et le nombre
d’acheteurs va diminuer jusqu’à ce que la demande soit de nouveau égale à
l’offre.

Le prix de chaque produit résulte donc de la confrontation entre l’offre et la


demande de ce produit. Toutes variations de la demande ou de l’offre pour
diverses raisons sont susceptibles de modifier son prix (hausse du nombre de
consommateurs du côté de la demande, baisse du prix des facteurs de
production du côté de l’offre, etc.).

-Une augmentation de la demande tend à faire augmenter le prix ; une


diminution tend à le faire baisser.

-Une augmentation de l’offre tend à faire baisser le prix ; une diminution tend à
le faire augmenter.
Ce mécanisme appelé la „loi de l'offre et de la demande“ permet la
détermination d'un prix auquel offre et demande sont égalers. On dit que le
marché est à l'équilibre.

Si pour une raison ou pour une autre, ces ajustements ne peuvent avoir lieu,le
marché sera en déséquilibre : c'est ce que l'on observe sur les marchés où les
prix sont autoritairement et arbitrairement fixés.

Document 1- Les acheteurs et les vendeurs se rencontrent sur un marché

Lorsqu’il y a une sécheresse dans le Sud de l’Europe, le prix de l’huile d’olive


augmente dans les supermarchés partout en Europe. Lorsque les Jeux
5
Olympiques se sont tenus en Grèce en 2004, les prix des chambres d’hôtel à
Athènes ont flambé. Lorsqu’une guerre éclate au Moyen-Orient, le prix du
pétrole augmente en Europe et le prix d’une Mercédès d’occasion baisse. Qu’est-
ce que ces évènements ont en commun ? Ils relèvent tous l’action de l’offre et de
la demande. L’offre et la demande sont deux mots que les économistes utilisent
très souvent et pour de bonnes raisons. L’offre et la demande sont des forces qui
animent les économies de marché. Elles déterminent la quantité produite de
chaque bien et le prix auquel il sera vendu. Si vous voulez savoir comment
n’importe quel évènement ou n’importe quelle politique affecte l’économie, vous
devez d’abord penser à la manière dont il (elle) influencera l’offre et la demande
(…) Les termes offre et demande font référence au comportement des individus
en interaction au sein des marchés. Un marché est défini comme un groupe
d’acteurs ou de vendeurs d’un bien ou d’un service particulier. Le groupe des
acheteurs détermine la demande pour le produit et le groupe des vendeurs
détermine l’offre de produit.
Gregory N. Mankiw, Mark P. Taylor, Principes de l’économie, de boek, 2010.

Document 2 - La demande sur le marché

La quantité demandée d’un bien est la quantité de ce bien que les acheteurs
souhaitent et sont capables d’acheter. Comme nous pourrons le voir, de
nombreuses choses déterminent la quantité demandée d’un bien, mais lorsqu’on
analyse le fonctionnement des marchés, un déterminant joue un rôle central, le
prix du bien. Si le prix des glaces augmentait jusqu’à 20 euros par boule vous
achèteriez moins de crème glacée. Vous pourriez acheter une sucette glacée à la
place. Si le prix de la glace tombait à 0,20 euro par boule, vous en achèteriez
plus. Comme la quantité demandée diminue lorsque le prix augmente et comme
elle augmente lorsque le prix diminue, nous disons que la quantité demandée est
négativement reliée au prix. Cette relation entre la quantité demandée et le prix
est vraie pour la plupart des biens dans l’économie et elle s’applique si
largement que les économistes l’appellent la loi de la demande : toutes choses
égales par ailleurs, quand le prix d’un bien augmente, la quantité demandée du
bien diminue et quand le prix diminue, la quantité demandée augmente.
Gregory N. Mankiw, Mark P. Taylor, Principes de l’économie, de boek, 2010

Vous aimerez peut-être aussi