Vous êtes sur la page 1sur 11

Tôles d’acier prélaquées

par Suzanne MATHIEU


Ingénieur de l’École nationale supérieure de chimie de Strasbourg (ENSCS)
ACCTiV’ Conseil

1. Produits prélaqués................................................................................... M 1 509 - 2


1.1 Aciers supports ............................................................................................ — 2
1.2 Technique de prélaquage ............................................................................ — 2
1.3 Systèmes de peinture.................................................................................. — 4
1.4 Caractéristiques des produits prélaqués ................................................... — 5
2. Mise en œuvre des tôles d’acier prélaquées .................................... — 5
2.1 Transport. Stockage. Manipulation. Découpe ........................................... — 5
2.2 Mise en forme .............................................................................................. — 6
2.3 Assemblage.................................................................................................. — 7
3. Avantages des tôles prélaquées .......................................................... — 8
4. Marché des tôles d’acier prélaquées .................................................. — 9
4.1 Bâtiment ....................................................................................................... — 9
4.2 Industrie générale et électroménager........................................................ — 10
5. Perspectives de la tôle d’acier prélaquée ......................................... — 11
Pour en savoir plus ........................................................................................... Doc. M 1 509

e concept de produit prélaqué, né aux USA vers 1937 pour la fabrication de


L stores vénitiens, s’est imposé dans le monde comme un produit fiable et
performant. La consommation mondiale a dépassé 12 millions de tonnes en
1999 avec un taux moyen de croissance annuelle d’environ 10 %, et la produc-
tion européenne a atteint 3,8 Mt en 1999.
Le domaine de prédilection de la tôle d’acier prélaquée, en Europe, reste
aujourd’hui encore le bâtiment, intérieur et extérieur (64 %). On note toutefois
un fort développement dans des marchés tels que l’électroménager (9 %), les
transports (4 %) et le mobilier métallique (2 %).
Pour répondre aux différents besoins exprimés par ces marchés, une gamme
de produits très diversifiée a été développée, permettant de répondre aux diffé-
rents aspects : esthétique, forme, tenue à la corrosion et aux UV, résistance
mécanique, à la rayure, facilité de mise en œuvre, recyclage, entretien et
rénovation.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 1 509 − 1
TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES _____________________________________________________________________________________________________________

■ Galfan®
1. Produits prélaqués Le Galfan® est une tôle revêtue d’un alliage Zn-Al comportant 5 %
d’aluminium et quelques ppm de terres rares (La, Ce) [1]. Cette com-
La tôle d’acier prélaquée est constituée par deux éléments de position lui confère une structure de type eutectique lamellaire avec
base : localement des cristaux primaires d’une phase riche en zinc. Grâce
à cette structure et à son absence de phase intermétallique, ce revê-
— le métal support ; tement présente une excellente formabilité, une adhérence élevée et
— le système de peinture. un coefficient de frottement bas.
La surface du Galfan® présente un léger relief en forme de
« dents » qui correspond à des joints triples de solidification. Leur
1.1 Aciers supports profondeur dépend des conditions de refroidissement du revête-
ment. Cet aspect « peau d’orange » peut subsister après prélaquage
et en limiter l’application à des pièces dont l’aspect n’est pas exi-
Le métal de base est choisi en fonction des critères suivants : geant.
— la mise en œuvre : pliage, profilage, emboutissage... ; Les épaisseurs de revêtement sont usuellement de 7 à 23 µm/face.
— l’exposition : intérieur, extérieur, milieu agressif, humidité... ; ■ Galvalume® ou Aluzinc®
— la fonctionnalité : nécessité de caractéristiques mécaniques
Le Galvalume® est une tôle revêtue d’un alliage Zn-55 %Al-
précises, de non-vieillissement, de résistance à la fatigue, de résis-
1,5 %Si [1]. Le revêtement présente une structure biphasée et une
tance aux hautes ou basses températures.
couche d’alliage interfacial homogène assez importante (2 à 3 µm).
De nombreuses possibilités sont offertes : l’acier laminé à froid Ce produit a été développé pour sa résistance à la corrosion à l’état
nu, l’acier galvanisé en continu, l’acier électrozingué, le Galfan®, le nu qui est très élevée.
Galvalume® ou Aluzinc®, en fonction des contraintes d’utilisation Son aspect de surface est lisse, avec un fleurage régulier, et sa for-
du prélaqué. mabilité est bonne, avec fissuration de l’alliage interfacial mais, en
■ Acier laminé à froid général, non débouchante.
L’ensemble des tôles de qualités DC01 à DC06 couvertes par la ■ Acier électrozingué
norme EN 10130 (cf. [Doc. M 1 509]), sont susceptibles d’être préla- La tôle électrozinguée est constituée d’une couche de zinc de
quées. Ces qualités permettent des transformations allant du pliage grande pureté électrodéposée sur une ou deux faces de la tôle
simple (DC01) à l’emboutissage très profond (DC06). d’acier laminée à froid nu [2]. Le dépôt de zinc est d’une très grande
Ce support est réservé au milieu sec, pour des applications telles régularité d’épaisseur. La qualité de surface permet de satisfaire aux
que fabrication de convecteurs électriques, de rayonnages métalli- exigences élevées en matière d’aspect peinture.
ques ou de luminaires. En présence d’humidité, il y a risque d’oxy- Les épaisseurs de zinc électrodéposées vont habituellement de
dation des tranches et des rayons de pliage. 2,5 à 7,5 et 10 µm par face.
■ Acier galvanisé
● Le produit
Le revêtement par le zinc en continu assure une double 1.2 Technique de prélaquage
protection :
— physico-chimique : par l’effet isolant des sels de zinc formés ; L’application de revêtements organiques en continu sur les bobi-
— électrochimique : par la protection cathodique de l’acier par le nes d’acier (nues ou revêtues) permet de réaliser soit des « aciers
zinc. prépeints » n’ayant reçu qu’une couche de primaire et destinés à
Les revêtements de zinc couramment appliqués pour la tôle recevoir une finition ultérieure après mise en forme, soit des « aciers
galvanisée en continu destinée au prélaquage varient de 100 à prélaqués » prêts à l’emploi, ayant reçu en outre une couche de fini-
275 g/m2 : en intérieur, le revêtement pourra varier de 100 à tion ou d’aspect (figure 1).
225 g/m2 et en extérieur de 200 (en Italie) à 275 g/m2 (en Allemagne, Les aciers prépeints ou prélaqués sont naturellement protégés
Grande-Bretagne, Suède). sur les 2 faces vis-à-vis de la corrosion. Cette protection joue un rôle
Comme pour l’acier laminé à froid nu, il existe plusieurs qualités indispensable pour garantir les performances esthétiques apportées
d’acier galvanisé selon les normes EN 10142 (4 classes pour les par le prélaquage.
domaines allant du pliage à l’emboutissage), EN 10147 qui définit La technologie moderne du prélaquage des aciers, qui s’est qua-
6 qualités de tôle galvanisée de construction destinées principale- siment uniformisée au niveau mondial, comprend essentiellement
ment au profilage d’éléments de bardage et de couverture et 3 phases :
EN 10268 pour les aciers à haute limite d’élasticité. — la préparation et le traitement de surface ;
● Sa fabrication — l’application au rouleau de la peinture, effectuée simultané-
La tôle galvanisée destinée au prélaquage est réalisée sur des ment sur les 2 faces de la bobine ;
lignes continues [1] utilisant le procédé Sendzimir, dont le principe — l’évaporation des solvants, et la cuisson « flash » nécessaire à
est le suivant : l’acier brut de laminage à froid (non recuit) est la polymérisation de la peinture.
dégraissé, désoxydé, recuit sous atmosphère protectrice et
immergé dans un bain de zinc fondu pendant quelques secondes (la
vitesse des lignes de galvanisation étant de l’ordre de 100 m/min) ; 1.2.1 Traitement de surface
l’épaisseur de zinc est réglée en sortie du creuset par des buses
(soufflage d’air ou d’azote) et, après refroidissement, le métal est Cette section, primordiale pour la qualité finale du produit, com-
skin passé pour permettre l’obtention de la rugosité souhaitée. prend en général :
Ce procédé permet d’obtenir un revêtement de zinc adhérent et 1) un dégraissage alcalin [3] qui a pour but d’enlever toute trace
déformable. Les épaisseurs de zinc réalisables sur les lignes Sendzi- de revêtement organique, de particules métalliques et de poussières
mir vont de 7 µm/face (Z 100) à 45 µm/face (Z 630). de la surface, et de provoquer une légère attaque du métal de façon

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 1 509 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
____________________________________________________________________________________________________________ TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES

Accumulateur Phosphatation Accumulateur


d'entrée ou chromatation de sortie
Rinçage Colaminage
Dégraissage Rinçages chromique Enducteur de film
Sécheur finition B

Poste
d'inspection

Dérouleur film
plastique

2 dérouleuses 2 agrafeuses Enducteur Étuves Maintien Refroidissement 1 enrouleuse


1 cisaille double finition A + enrouleur
à courroies

Figure 1 – Schéma d’une ligne de prélaquage

à éliminer les oxydes superficiels et augmenter la microrugosité de


surface. Dégraissage Rinçage Rinçage Séchage
Le dégraissage est en général effectué au jet, à une température 10 s 1s 2s 5s
comprise entre 55 et 75 ˚C avec une pression d’aspersion de l’ordre
de 2 bar. Les dégraissants sont composés d’une base associée à des
tensioactifs et à un détergent ;
2) des rinçages afin d’éliminer les savons formés, les salissures Rinçage Conversion Rinçage
décollées, les résidus de solutions traitantes et de présenter à la sec- 2s 7s chromique
2s
tion suivante une surface propre et réactive ;
a au trempé
3) le traitement de conversion qui est adapté à la surface à traiter
(tôle laminée à froid, tôle galvanisée, revêtue d’alliage Zn-Al ou Zn-
Fe, électrozinguée). Ce traitement, qui doit être effectué immédiate- Enduction
Dégraissage rouleau Séchage
ment après le dernier rinçage, assure l’adhérence du revêtement 10 s Séchage 100/150 °C
organique en créant des sites d’ancrage et contribue à la résistance
à la corrosion du matériau prélaqué en jouant le rôle de barrière vis-
à-vis des espèces qui diffusent à travers la peinture. Cette couche ne
doit pas être trop épaisse (0,3 à 3 µm) afin d’éviter les phénomènes
Rinçage Solution
de fissuration lors de la mise en forme du produit prélaqué. 2s chromique
Il existe deux grands procédés de traitements de conversion [4],
schématisés sur la figure 2 : b par enduction
— les traitements au trempé ;
— les traitements par enduction au rouleau ; Figure 2 – Schéma des procédés au trempé et par enduction
qui sont utilisés en fonction du métal support et des propriétés de
corrosion, d’adhérence et de flexibilité souhaitées.
Il existe quatre types de traitement de conversion au trempé : Le tableau 1 présente les propriétés comparatives des différents
traitements de conversion au trempé.
— la chromatation (5 à 20 mg Cr/m2) ; (0)

— l’oxydation alcaline (5 à 10 mg Co/m2) ; Tableau 1 – Comparaison des propriétés des différents


— la phosphatation amorphe (0,2 à 0,5 g de phosphate/m2) ; traitements de surface au trempé (1)
— la phosphatation cristalline (1 à 2 g de phosphate/m2).
Résistance
Pour l’oxydation alcaline, la couche très fine est difficile à mesurer ; Propriétés Adhérence Flexibilité
à la corrosion
on dose alors uniquement le cobalt contenu dans la couche, qui est
représentatif de la qualité du revêtement. Phosphatation − + +++
Le traitement par enduction au rouleau dit « roll-coat » ne amorphe [5]
nécessite aucun postrinçage et présente les avantages suivants : Oxydation alcaline [6] + +++ +++
— absence de rejets ;
Chromatation au ++ ++ +
— absence de vapeurs toxiques ; trempé [4]
— rapidité ;
— compacité de la ligne. Phosphatation +++ − −
cristalline [5]
En revanche, le contrôle de l’épaisseur humide doit être rigou-
reux. La masse de chrome déposée par cette méthode est comprise (1) − mauvaise ; + médiocre ; ++ bon ; +++ très bon.
entre 40 et 70 mg/m2 ;
Nota : l’épaisseur humide correspond à l’épaisseur appliquée par le rouleau alors que
l’épaisseur sèche correspond à l’épaisseur du film après évaporation des solvants (c’est
l’épaisseur que le client peut mesurer éventuellement). 1.2.2 Application de la peinture
4) le rinçage passivant effectué en solution aqueuse acide conte-
nant du chrome hexavalent (Cr VI) et dont l’effet est cicatrisant : il L’application des peintures [7] est souvent réalisée en 2 couches :
provoque la précipitation de sels insolubles qui colmatent les zones — primaire de 4 à 8 µm qui permet l’adhérence de la couche de
mal couvertes lors de l’étape de conversion. finition et améliore la tenue à la corrosion ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 1 509 − 3
TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES _____________________________________________________________________________________________________________

— finition de 15 à 200 µm secs qui apporte la couleur, le brillant,


l’aspect, la résistance aux agents chimiques et aux ultraviolets (UV).
L’application de la peinture simultanément sur les 2 faces est réa-
lisée à partir de vernisseuses à 2 ou 3 rouleaux. Le dépôt de la pein-
ture au défilé sur la bande s’effectue en mode « reverse » : le A
A/L
transfert de la peinture est obtenu par friction à contresens entre la L
bande défilant sur un rouleau rigide et un rouleau applicateur P P
constitué d’un élastomère déformable. La configuration à 2 ou
3 rouleaux est choisie en fonction de l’épaisseur de revêtement à
appliquer et de la précision recherchée. Dans la configuration à 2 rouleaux 3 rouleaux
2 rouleaux, il n’existe qu’un seul entrefer de réglage pour ajuster
P rouleau preneur
l’épaisseur de peinture alors qu’avec 3 rouleaux on dispose d’un
entrefer supplémentaire pour régler cette épaisseur (figure 3). L rouleau lisseur
L’épaisseur de peinture est fonction de la rhéologie du produit et des A rouleau applicateur
vitesses relatives des rouleaux et de la bande.
Le changement rapide de couleur est réalisable « à la volée ». Sui- Figure 3 – Configuration d’application de la peinture
vant le programme des lignes, 2 000 à 3 000 changements de pro-
duits (couleur, résine...) sont possibles pour une production de
100 kt/an. Les pertes de peinture sont faibles et ne dépassent pas 1
à 2 %.
Film PET
Finition
1.2.3 Cuisson des revêtements Primaire
Traitement de conversion
L’évaporation des solvants, la fusion ou la polymérisation de la
Revêtement métallique
résine sont réalisées dans des fours à convection dans des temps
variant de 15 à 45 s. La température de bande atteint 180 à 240 ˚C. Acier
Ces fours sont couplés à des incinérateurs de solvants qui permet- Revêtement métallique
tent la destruction à 750/800 ˚C des composés organiques volatils
avant évacuation à l’atmosphère. L’efficacité de ces fours est supé- Traitement de conversion
rieure à 98 %. Envers de bande
Un contrôle permanent de la concentration en solvant dans le
four permet de prévenir tout risque d’explosion. Figure 4 – Coupe schématique d’un prélaqué colaminé PET

1.2.4 Application de films Les principales familles de peintures [7] utilisées sur ligne de pré-
laquage sont :
■ Permanents
— les plastisols, polychlorure de vinyle ou PVC, qui sont des
Un équipement de colaminage assurant le déroulement et le col-
peintures à haut extrait sec se prêtant bien à la réalisation de films
lage de films PVC, acrylique, PET... est souvent installé en sortie du
four de cuisson de la finition, avant refroidissement à l’eau. L’épais- épais sans défaut (100 à 200 µm). Ces produits présentent une excel-
seur de ces films est comprise entre 15 et 30 µm pour le PET et 100 lente protection contre la corrosion, une flexibilité remarquable et
et 200 µm pour le PVC. une excellente résistance aux chocs ;
Le film de PET est d’une grande souplesse ; il adhère à la tôle — le polyfluorure de vinylidène ou PVDF, seul ou en association
grâce à un copolymère adhésif de 2 µm d’épaisseur. Il peut être avec une résine acrylique, qui, compte tenu de son faible extrait sec,
imprimé ou métallisé sur son envers, c’est-à-dire sur la face en ne peut pas être appliqué sur une épaisseur supérieure à 25 µm par
contact avec la tôle prélaquée. Uni ou imprimé, mat ou brillant, le passage sur ligne. Une épaisseur supérieure nécessitera donc
PET assure une excellente tenue mécanique. Antitache, il tolère les 2 passages successifs sur la ligne (PVDF 3 ou 4 couches). Ces pro-
agents lavants corrosifs et résiste aux jets les plus puissants duits offrent une excellente résistance chimique ;
(figure 4).
— les systèmes époxydiques, qui sont uniquement utilisés pour
■ Temporaires les primaires et les envers de bande, en raison en particulier de leur
Ces films adhésifs ou thermocollés sont appliqués sur demande mauvaise résistance photochimique et de leur médiocre flexibilité ;
pour protéger temporairement le produit lors de son transport et de
sa mise en forme. Ils sont retirés lors de la finition ou de la mise en — les systèmes polyester/mélamine qui présentent un excellent
place du produit chez l’utilisateur (par exemple, lors de la mise en rapport performance/prix. Ils constituent la base des polyesters
place des rayonnages de vitrines réfrigérantes en grande surface). standards avec une flexibilité de 1T/2T (méthode ECCA T-20 cf. [Doc.
M 1 509]) (figure 5) ;
— les systèmes polyester/polyuréthane, non polluants, offrent
1.3 Systèmes de peinture des possibilités encore plus larges, mais à un prix sensiblement plus
élevé. Une flexibilité 1T, voire 0,5T est réalisable et leur application
sur primaire de même famille est particulièrement performante.
Les peintures pour prélaquage doivent présenter, outre les carac-
téristiques spécifiques à l’application au rouleau et à la formation du Une comparaison du comportement aux UV de ces différents sys-
film à haute vitesse, une excellente souplesse adaptée aux exigen- tèmes de peinture est présentée figure 6. On notera l’excellent
ces du postformage. comportement des PVDF et des polyesters à très haute durabilité.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 1 509 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
____________________________________________________________________________________________________________ TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES

revêtue d’un film de protection temporaire de 50 à 180 µm, adhésif


ou thermocollé, lorsque les installations de formage ne sont pas
conçues pour utiliser du prélaqué [8]. Ce film est enlevé après for-
mage et montage.
L’emballage des produits est adapté :
— au mode de transport ;
— aux moyens de manutention du client ;
— à la destination géographique ;
— à l’utilisation finale.
Un bon processus de mise en œuvre, pour la tôle prélaquée, est
un processus qui lui conserve l’ensemble de ses caractéristiques
0T 0,5T 1T 1,5T 2T dont l’aspect. Pour respecter cette exigence, quelques principes de
base, présentés dans les paragraphes suivants, sont à appliquer.
Figure 5 – Définition de l’aptitude au pliage selon ECCA – T 20

2.1 Transport. Stockage. Manipulation.


1.4 Caractéristiques des produits
Découpe
prélaqués
■ Le transport doit être effectué dans des conditions qui préservent
Différentes normes françaises et européennes concernent le pré- les produits de l’humidité, de la condensation, des chocs et des frot-
laqué (cf. [Doc. M 1 509]). tements.
En complément de ces normes, la profession du prélaquage (sidé-
rurgistes, prélaqueurs, fournisseurs de traitement de surface, four- ■ Le stockage idéal se fait dans un local aéré et tempéré. Pour avoir
nisseurs de peinture et d’équipements, distributeurs d’acier) une peinture souple et déformable, il est nécessaire de travailler à
regroupés en association européenne : l’ECCA (European Coil Coa- une température supérieure à la température de transition vitreuse
ting Association), a étudié et édité des normes de caractérisation (Tg). C’est généralement le cas quand on travaille à température
ECCA T1 à T23 (cf. liste en [Doc. M 1 509]) qui sont, pour une grande ambiante, proche de 20 ˚C. Si le stockage est effectué à basse tem-
part, en cours de normalisation ISO. Ces normes permettent de pérature, un maintien de 24 h à 20 ˚C environ est nécessaire avant
contrôler les principales propriétés d’usage des tôles prélaquées. toute transformation.
La liaison entre le cahier des charges fonctionnel de l’utilisateur et ■ La manipulation devra être faite avec soin, comme pour un pro-
l’ensemble des caractéristiques des différents produits permet duit fini. L’équipement de manutention doit être propre et les surfa-
d’offrir le ou les produits adaptés au besoin. ces en contact avec la tôle doivent être lisses et sans aspérités afin
de ne pas endommager la surface du métal.
Le port de gants très propres est conseillé.

2. Mise en œuvre des tôles ■ Pour toute opération de cisaillage, de découpe ou de refendage,
on veillera à la propreté de l’équipement. L’état des couteaux et des
d’acier prélaquées lames sera vérifié pour minimiser toutes les bavures. Les lames doi-
vent être soigneusement affûtées et réglées, sinon elles peuvent
laisser des filaments de peinture sur la bavure de découpe qui vont
La tôle prélaquée est un matériau de haute technicité, fabriqué et polluer les outils de formage. Prévoir un jeu de 5 % de l’épaisseur du
contrôlé en usine. Livrée en bobines ou en feuilles, elle peut être métal entre les lames ou entre matrice et poinçon.

Polyester très
haute durabilité
100 10 100 10 100 10
Rétention du brillant (%)

∆E (Cielab)

Rétention du brillant (%)

∆E (Cielab)

Rétention du brillant (%)

∆E (Cielab)

80 8 80 8 80 8

60 6 60 6 60 6
Polyester standard
40 4 40 4 40 4

20 2 20 2 20 2

0 0 0 0 0 0
0 500 1 000 1 500 2 000 0 500 1 000 1 500 2 000 0 500 1 000 1 500 2 000
Durée d'exposition (h) Durée d'exposition (h) Durée d'exposition (h)
a plastisols (PVC) b polyesters c PVDF
brillant (%) ∆E
∆E grandeur qui exprime la variation de teinte mesurée avec un spectrophotomètre utilisant la méthode Cielab selon la norme NF X 08-012.
Le test QUV A est un test de vieillissement de la peinture aux ultraviolets de classe A. La norme ECCA T 10 donne des informations sur ces tests

Figure 6 – Comportement des systèmes de peintures au test QUV A

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 1 509 − 5
TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES _____________________________________________________________________________________________________________

1 2 3 4 5 6

Figure 8 – Sortie de profileuse

les déformations successives permettant de passer de la bande


plate à la section recherchée. Ce dessin s’appelle « la fleur ou
l’étoile ». Un nombre important de paramètres influe sur la
détermination de cette fleur. La figure 7 présente un jeu d’outillage
et la fleur de profilage correspondante, et la figure 8 un exemple de
tôle en sortie de ligne de profilage.
Cette technique permet de réaliser des supports d’étanchéité, des
couvertures sèches, du bardage simple ou double peau, des plan-
5 6 chers collaborants, des faux plafonds... ainsi que des panneaux
4
3 moussés composés de 2 parois en acier profilé entourant une
2
mousse de polyuréthane expansé.

1 ■ Pliage
Le pliage joue un rôle essentiel dans la transformation de la tôle
prélaquée. Cette transformation s’effectue en général avec la même
Figure 7 – Principe du profilage facilité que dans le cas du métal nu.
L’aptitude au pliage des différents revêtements étant contrôlée par
l’essai ECCA T7 (cf. [Doc. M 1 509]), il est donc nécessaire pour l’uti-
Les flans ne doivent jamais pouvoir tomber les uns sur les autres, lisateur et le prélaqueur de bien définir le cahier des charges afin
mais glisser légèrement en pente douce ou avoir une chute amortie d’optimiser la nature du revêtement et ses différentes propriétés.
par un coussin d’air de façon à être empilés délicatement.
Comme pour le profilage, un chauffage de la tôle permet d’éviter
Les techniques de découpe au jet d’eau et par laser sont bien la fissuration lors du pliage de revêtements présentant une sou-
adaptées à la tôle prélaquée. plesse insuffisante. L’utilisation d’un film pelable de 50 à 150 µm
pour la protection de la peinture convient généralement. Il peut être
laissé sur la pièce et enlevé postérieurement.
2.2 Mise en forme ■ Emboutissage
La tôle prélaquée peut être emboutie sans apport de lubrifiant
Les aciers prélaqués se prêtent particulièrement bien au pliage, (sauf embouti très sévère). Les recommandations adaptées sont :
au profilage et à l’emboutissage, grâce à la flexibilité de leurs revê- outils lisses et propres ou, mieux, polis et chromés. La lubrification
tements organiques. Toutefois, on limitera les risques d’altération par une huile soluble ou évanescente, pour éviter le dégraissage, est
des matériaux par des mesures adaptées. Un chauffage de la tôle une solution d’appoint. Le jeu d’outils doit être au moins égal à
prélaquée avant formage jusque vers 60 ˚C permet d’éviter la fissu- l’épaisseur de tôle + 5 %, et un emboutissage sur presse hydrauli-
ration en augmentant la déformabilité de la peinture. Cette méthode que est recommandé.
est employée avec succès pour le profilage destiné au bâtiment,
ainsi que sur des lignes continues de fabrication de réfrigérateurs ■ Équipements industriels
ou de lave-linge.
De nombreux fournisseurs d’équipements spécialisés dans la
À noter que, plus la pigmentation de la peinture est forte, moins mise en œuvre des tôles prélaquées et, en général, de surfaces fra-
celle-ci est déformable. giles réalisent des outils ou des installations complètes permettant
la fabrication de produits finis en associant déroulage, découpage,
■ Profilage
poinçonnage, emboutissage, profilage et/ou pliage, assemblage.
Le profilage est un mode de transformation qui consiste à partir Les figures 9 et 10 montrent quelques réalisations industrielles.
d’une surface plane pour aboutir à une surface nervurée. Cette mise
en forme nécessite de nombreuses déformations, successives et Ces lignes sont en général très flexibles ; elles permettent, avec
progressives (en général 12 à 30) pour préserver les qualités des des changements rapides d’outils ou de programmation, de réaliser
revêtements métalliques et organiques pendant toute l’opération. plusieurs modèles sur la même installation.
Pour créer un nouveau profil, il faut déterminer tout d’abord le L’emploi de tôle prélaquée permet la réalisation rapide de pro-
nombre de passes nécessaires à l’obtention de celui-ci, c’est-à-dire duits finis, en flux tendu, sans stock intermédiaire.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 1 509 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
____________________________________________________________________________________________________________ TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES

Figure 9 – Ligne de fabrication d’habillages de lave-linge (doc. Dimeco)

Figure 10 – Ligne de fabrication de façade de lave-linge (doc. SMOM) a assemblage par sertissage simple et double

2.3 Assemblage

L’assemblage des tôles prélaquées est réalisé en général par voie


mécanique, par collage et, dans des cas très particuliers, par sou-
dage.
■ Assemblage mécanique
Parmi ces techniques on peut citer l’agrafage, le sertissage
(figure 11 a), le boulonnage, le vissage (figure 11 b), le rivetage
(figure 11 c) et le clinchage (figure 11 d ). b assemblage par vis autotaraudeuse cachée
Compte tenu des principaux avantages de la technique de
clinchage :
— pas de chauffage de la zone à assembler ;
— pas de dégagement de fumée ni d’étincelles ;
— pas besoin de beaucoup d’intensité de courant ;
— pas d’apport de matière, de vis ou de rivet pour réaliser c assemblage simple par rivet
l’assemblage ;
— pas de détérioration de la surface de la tôle ;
— pas de pollution ;
— pas de préparation spéciale de la surface ; Poinçon
— assemblage possible de tôles de différentes épaisseurs ;
— assemblage sans problème de tôles de qualités différentes ; Tôles à assembler
— empilage multiple possible ;
Point de clinchage
— contrôle simple, non destructif ;
— cadences élevées ; Matrice
— gain en investissement jusqu’à 55 % ;
— gain en frais courant jusqu’à 25 % ; d vue en coupe du point rond clinché (développé par la société Tox)
cette technique est de plus en plus employée lors de l’utilisation des
tôles prélaquées. Figure 11 – Assemblage mécanique de tôles prélaquées

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 1 509 − 7
TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES _____________________________________________________________________________________________________________

■ Collage
Les procédés
Cette technique, de plus en plus utilisée dans l’industrie, est bien
adaptée à la tôle prélaquée. Comme pour tous les matériaux, la
Contact Percussion
conception des joints doit être adaptée à la surface à coller, à la colle Le goujon est pressé Le goujon est maintenu
choisie et au mode de sollicitation. Les principaux avantages de contre la pièce au-dessus de la pièce
cette technique sont :
— l’esthétique (surface lisse et joints pratiquement invisibles) ;
— la distribution uniforme des charges ; F
— l’accroissement de la résistance à la fatigue ;
F
— la possibilité d’assemblage de matériaux différents ;
— pas de dégradation de la tenue à la corrosion ;
— le scellage complet du joint.
■ Soudage
La batterie de condensateurs est connectée entre le goujon et la pièce
La présence d’un film de peinture, en général non conducteur, ne
permet pas la soudure par point traditionnelle. Il existe toutefois
quelques primaires soudables qui ont été particulièrement déve-
loppés pour l’industrie automobile.
Pour les tôles prélaquées revêtues sur une face, la technique de Le goujon percute
la pièce
soudage par bossage permet de réaliser des assemblages esthéti-
ques et performants. Pour les assemblages bord à bord, il est possi-
ble d’utiliser le soudage laser.
Pour la fixation de goujons (éléments filetés sur lesquels il est La pointe calibrée explose et amorce la fusion du goujon
possible de se fixer mécaniquement), nécessaire dans tous les sec- et de la pièce au droit du goujon
teurs d’activités industriels tels que mobilier métallique, bâtiment,
chauffage, ventilation..., la technique de soudage par décharge de
condensateur avec apport d’un gaz de protection inerte (figure 12)
permet le soudage sans détérioration du revêtement de la face
opposée.

Sous l'action du ressort, les deux parties en fusion superficielle


3. Avantages des tôles sont pressées l'une contre l'autre
La soudure est achevée en 3 ms
prélaquées
Figure 12 – Principe et cycle de soudage des modes contact
et percussion par décharge de condensateurs (doc. Soudage Innovation)
L’emploi de tôles prélaquées en remplacement de tôles post-
laquées offre des avantages :
— économiques ; — la diminution des frais d’entretien des ateliers et des équipe-
— techniques ; ments liés à l’application de la peinture ;
— environnementaux ; — l’accès possible à des aides publiques (Puma, agences de Bas-
— de production ; sin...).
— commerciaux ; Les sociétés productrices d’acier prélaqué disposent de logiciels
qui permettent de convaincre les décideurs de l’entreprise de calcul qui démontrent, en général, clairement l’intérêt économi-
lorsqu’une étude comparative détaillée est effectuée. que des tôles prélaquées.
Nota : Puma est une aide du ministère de l’Industrie destinée aux PME-PMI pour les
■ Avantages économiques aider à utiliser des matériaux nouveaux.
Bien que le prix d’achat de la tôle prélaquée soit nettement supé- ■ Avantages techniques
rieur à celui de la tôle nue ou galvanisée, le prix de revient du pro-
duit fini est généralement sensiblement inférieur (10 à 15 %) pour la L’application en continu sur produit des films de peinture assure
tôle prélaquée. Les éléments qui permettent ces gains sont : des propriétés régulières, une finition de surface uniforme, repro-
ductible et garantie par le producteur. Cette régularité autorise
— la libération de centaines de mètres carrés d’ateliers (moins de
l’emploi de la même tôle dans différents sites de production sans
stockage intermédiaire, espace libéré par la suppression éventuelle
crainte de dérive de qualité de produit (aspect, couleur, texture...).
de l’atelier de peinture, moins de stockage de produits
chimiques...) ; La tôle prélaquée permet d’accéder à des aspects de surface diffi-
— la consommation d’énergie diminuée (diminution ou suppres- ciles à réaliser en postlaquage. La grande diversité de couleurs, de
sion des chauffages de bains de dégraissage, des fours de cuisson textures et d’aspects donne lieu à la réalisation d’objets difficiles à
de peinture et des halles de traitements de surface) ; produire par postlaquage.
— la consommation d’eau réduite sensiblement par la diminu- ■ Avantages environnementaux
tion/suppression des bains de traitements de surface et des
rinçages ; Le fait de diminuer ou de supprimer les ateliers de traitements de
— la diminution ou la suppression des taxes liées au traitement surface et de peinture apporte les avantages suivants :
des rejets ; — environnement plus sain des ateliers ;
— la réduction sensible du montant de la taxe professionnelle ; — rejets simplifiés du fait de l’absence de résidus de peinture et
— la réduction sensible des assurances incendie, compte tenu de de résidus de produits chimiques toxiques ;
la suppression partielle ou totale de l’utilisation de produits — réduction ou suppression de manipulation de produits chimi-
inflammables ; ques dangereux ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 1 509 − 8 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
____________________________________________________________________________________________________________ TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES

— réduction ou élimination de solvants dans les ateliers et dans


les rejets ;
— accès plus facile à la certification ISO 14000.
■ Avantages pour la production
Avec l’emploi de produits et d’équipements bien adaptés, les
délais de livraison sont considérablement raccourcis. Les industriels
peuvent se concentrer sur le design et le système de production
sans souci avec le postlaquage ; les appareils sont mieux finis. On
peut procéder à la mise à disposition d’espace disponible pour de
nouvelles applications sans investissements dans de nouveaux
locaux.
Une aide à la mise en œuvre des tôles prélaquées est apportée par
l’ensemble des producteurs.
■ Avantages commerciaux
• La souplesse engendrée par l’emploi de la tôle prélaquée permet
de mieux prendre en compte les besoins des clients finaux.
• La possibilité d’élargissement de la gamme par de nouveaux
aspects améliore l’offre commerciale.
• Les gains réalisés par le passage à la tôle prélaquée permettent
plus de souplesse en matière de prix de vente.

4. Marché des tôles d’acier


prélaquées
L’offre très diversifiée et le développement de nouveaux produits
permettent la réalisation de produits variés, parfois très complexes, Figure 13 – Tricelec, Halluin (59) [Architecte Urba Linea (SARL),
esthétiques et durables. photothèque Agence de Com’ Usinor]
Le marché mondial de la tôle prélaquée représente plus de
12 millions de tonnes d’acier (cf. [Doc. M 1 509]). On notera une part
importante du bâtiment et un développement notable de l’électro- leurs réalisations (figure 13) et permettre l’utilisation de l’acier pré-
ménager. laqué dans de nouveaux secteurs tels que le tertiaire (figure 14), les
universités (figure 15), les immeubles d’habitation (figure 16).
Outre ces applications dans l’habillage des bâtiments, l’acier pré-
4.1 Bâtiment laqué est également utilisé pour réaliser des portes de garage et de
maisons, des planchers collaborants, des toitures, des sous-pla-
fonds (figure 17), des gouttières, des volets roulants...
Après une première période de développement dans le domaine Pour répondre aux besoins des architectes et designers, les déve-
des bâtiments industriels (1960-1980), en particulier en façade des loppements récents ont permis de mettre sur le marché des pan-
installations, et grâce au développement de nouvelles gammes de neaux à fonctionnalités variées telles que insonorisation, isolation
profils, de nouveaux coloris, de panneaux sandwichs, les applica- thermique, rigidité accrue, planéité... associés à une palette
tions se diversifient. Les architectes peuvent ainsi personnaliser d’aspects de surface et de teintes spécifiques.

Figure 14 – Hôtel du département des Bouches-du-Rhône [Architecte William Alsop / 1994. Photothèque Agence de Com’ Usinor]

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 1 509 − 9
TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES _____________________________________________________________________________________________________________

Figure 15 – IUT St-JÉROME (13) [Architectes CCD Architecture


(G. Cerrito, X. Chabrol, R. Daniel). Photographes Favret, Manez.
Photothèque Agence de Com’ Usinor]

4.2 Industrie générale et électroménager

Dans l’industrie, de nombreux marchés sont devenus utilisateurs


d’acier prélaqué profitant de ses nombreux avantages. Parmi ceux-
ci on peut citer l’électroménager, le chauffage-ventilation, le lumi-
naire, les fûtiers, les fabricants de chambres froides et de mobilier
métallique, la bureautique, l’électronique...
■ Dans le domaine du chauffage-ventilation, de nombreuses appli- Figure 16 – Immeubles rue Marcel-Dassault
cations sont réalisées telles que convecteurs, chaudières et chauffe- (Boulogne-Billancourt-92) [Architectes E. Dubosc,
eau (figure 18), équipements de climatisation... M. Landowski, ph : / DR. Photothèque Agence de Com’ Usinor]

■ Dans le domaine du mobilier métallique, les applications sont


également nombreuses : tablettes d’armoires métalliques, tablettes
de rayonnage de grandes surfaces, tiroirs, poubelles de bureau ■ Dans le domaine de la bureautique et de l’électronique sont réa-
(figure 19), rails de placards, boîtes aux lettres, conteneurs de col- lisés des habillages d’ordinateurs, des capotages de magnétos-
lecte de vêtements (figure 19). copes..., des boîtiers (figure 20).

Figure 17 – Ligne de fabrication de sous-plafonds (doc. Dimeco)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 1 509 − 10 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
____________________________________________________________________________________________________________ TÔLES D’ACIER PRÉLAQUÉES

a vue de côté

a chaudière Monet b chaudière murale c chauffe-eau Opalis 11


(doc. Auer) Nectra Top (doc. (doc. Saunier-Duval)
Chaffoteaux et
Maury)

Figure 18 – Exemples d’applications de la tôle d’acier prélaquée


dans le domaine du chauffage

b vue de dessus

Figure 20 – Boîtier de décodeur (réalisation Adecam Industrie (44)


pour un leader mondial de la communication)

Figure 19 – Conteneur et poubelle de bureau (réalisation Dechefer)

■ Dans le domaine de la fabrication des chambres froides, on


assiste au développement de prélaqué revêtu de PET en remplace-
ment du prélaqué traditionnel.
Figure 21 – Luminaires en acier prélaqué (photo Philips)
■ L’usage des tôles d’acier prélaquées est généralisé dans le
domaine du luminaire (figure 21) et se généralise rapidement dans
l’électroménager (cf. figures 9 et 10). sion, finition donnant la teinte et complétant l’anticorrosion, film
PET apportant inertie chimique et résistance à la rayure), aux nou-
veaux produits (envers de bande pour collage structural, tôles
préencollées pour assemblage avec d’autres matériaux, films PET
5. Perspectives de la tôle métallisés, brillants unis ou décorés pour électroménager, mats
pour chambre froide, panneaux composites...), aux nouvelles
d’acier prélaquée méthodes d’application des résines, le marché de ces tôles s’élargit
rapidement aux domaines les plus variés tels que :
— architecture ;
Le prélaqué est un matériau d’une grande noblesse, qui ouvre de — industrie ;
nombreuses perspectives à tous les créateurs à la recherche de nou- — électroménager...
veaux concepts et de design innovant. Le développement de nouvelles applications est favorisé par une
Grâce au développement de techniques adaptées à la mise en meilleure connaissance des produits et de leurs possibilités, une
œuvre, de supports aptes à la déformation, à des produits multicou- collaboration étroite entre fournisseur de produit, fournisseur
ches permettant une séparation des fonctions (primaire anticorro- d’équipements, concepteurs, responsables marketing et fabricants.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 1 509 − 11