Vous êtes sur la page 1sur 7

EL30 - TRANSFORMATEUR Monophasé

I – EXPÉRIENCE FONDAMENTALE.

u1~

Bobine 1 Bobine 2

Observations …

> Bien qu'il n'existe aucune liaison électrique entre les deux bobines,
une tension alternative de même période apparaît aux bornes de la bobine 2.

> Un noyau ferromagnétique augmente fortement cette tension.

Interprétation …

La bobine 1 créé un champ magnétique variable.

Le flux variable ainsi créé est embrassé par la bobine 2.

D'après la Loi de FARADAY, une f.e.m. induite apparaît aux bornes de la


bobine 2.
Cette f.e.m induite est d'allure alternative et de même fréquence.

Le noyau ferromagnétique canalise le flux magnétique et augmente la f.e.m.

On a ainsi réalisé un TRANSFORMATEUR DE TENSION MONOPHASÉ .

II – SCHÉMAS.

Schéma de Principe Schéma Normalisé


I1 I2
Intensité Primaire : I1 I2 : Intensité Secondaire

U1 U2

Tension U2 : Tension
Primaire : U1 Secondaire

PRIMAIRE SECONDAIRE
CIRCUIT MAGNÉTIQUE

1
III – ÉTUDE à VIDE.
On utilise un transformateur pédagogique : circuit magnétique démontable,
bobine interchangeables et une source alternative réglable.

f.e.m. E2
U1
V1 V2 ou
~
Tension secondaire à vide : U20

Bobine Primaire Bobine Secondaire


N1 spires N2 spires

N2 U20
N1 N2 U1 U20
N1 U1
1000 500

1000 500

Mesures 1000 500

500 500

500 1000

250 1000

On constate que la tension obtenue aux bornes du secondaire dépend…

> de la tension d'alimentation du primaire.

> du nombre de spires au primaire et au secondaire.

RAPPORT DE TRANSFORMATION A VIDE

Le rapport de transformation à vide, Trois cas à envisager…


m0, est donné par …
m0 < 1 ⇒ Transformateur ABAISSEUR

m0 = N2 = U20 m0 > 1 ⇒ Transformateur ÉLÉVATEUR


N1 U1 m0 = 1 ⇒ U20 = U1
Transformateur d'ISOLEMENT

>> Un transformateur abaisseur de tension comporte deux enroulements de 80 et 750


spires. Déterminer N1, N2, m0 et U20 sachant que U1=220V.

2
COURANT PRIMAIRE (I10) & PUISSANCE ABSORBÉE (P10) A VIDE

Le comportement à vide du primaire d'un transformateur industriel est


pratiquement celui d'une inductance pure.

I10
R1 est très faible devant l'impédance Z1.
A W → →
I10 est pratiquement en retard de π sur U1.
2
U1 cosφ0 ≈ 0

A vide, le courant I10 absorbé est faible.

Pertes Fer PF Bilan des Puissances


Puissance P10
absorbée à vide (Pertes magnétiques dues
à l'hystérésis et aux P10 = PJv + Pf
courants de Foucault)
Pertes Joule PJv soit
(pertes cuivre) P10 = r1I ² + Pf
10

Remarque … La faiblesse des valeurs de r1 et I10 rend r1I10² négligeable devant Pf.

On connaît les "pertes fer" d'un transformateur en mesurant la puissance absorbée


au primaire à vide. Pf ≈ P10
On admettra que les "pertes fer" sont constantes dès lors que U1 est constante.

Courbe de magnétisation du circuit magnétique

On effectue, à vide, le I1
relevé de la
caractéristique U2 = f(I1).
A

La tension primaire est


U alternostat V V U2
rendue variable à l'aide
d'un alternostat
monophasé.
U2 (V)

3
La caractéristique U2 = f(I1)
comporte une partie linéaire
puis apparaît le coude de
saturation magnétique.

I1 (mA)
IV – ÉTUDE en CHARGE.
EXPÉRIENCE
I1
I2
On dispose des informations… A A
S=…………VA – U1N=…………V – U2N=…………V

Charge
U2
On en tire… ~ U1 V V
I1N= S = I2N= S =
U1N U2N

Circuit d'alimentation Circuit de charge

On souhaite comparer la valeur de U2 en fonctionnement nominal (U2N) avec la


valeur à vide (U20). On maintiendra U1N constante.

à vide U1N = I10 = I20 = U20 = m0 =

à charge S1N =
U1N = I1N = I2N = U2N = mN =
nominale S2N =

Observation … En fonctionnement nominal, on constate …

> une chute de tension au secondaire.

> une baisse du rapport de transformation.

> une légère différence entre les puissances apparentes : S2N<S1N.

Interprétation …

On appelle CHUTE DE TENSION AU SECONDAIRE et on note ΔU la quantité ΔU=U20-U2N

On appelle CHUTE DE TENSION RELATIVE au secondaire la quantité … ΔU =


U20−U2N…
U20 U20

On admettra l'existence de deux modèles de transformateurs …

Le transformateur RÉEL Le transformateur PARFAIT

4
S1 = S2
ΔU ≠ 0 S1 > S2 ΔU=0
P1 = P2
Q1 > Q2 η = P2 = P2 < 1 m = U2 = N2 = I1
P1 > P2 P1 P2+Pertes η = 1
Q1 = Q2 U1 N1 I2
m < m0 cosφ1 = cosφ2

NB: le rendement est de l'ordre de 90% pour les petits transformateurs et dépasse
99% pour les plus gros.

Application …

Un transformateur monophasé, considéré comme parfait, a les caractéristiques


suivantes : 220/24V ; 100VA.
Calculer le rapport de transformation "m" et les courant nominaux "I1N" et "I2N".

V – Bilan de Puissances-Rendement .

P2 = U2×I2×cosφ2

P1 = U1×I1×cosφ1 Puissance
disponible
au secondaire
Puissance
absorbée
au primaire Pertes Fer : Pfer ≈ P10

Pertes Cuivre
Pcu = r1I1²+r2I2²

La puissance P2 disponible au secondaire a pour expression : P2 = P1 – Pfer - Pcu


On peut en tirer P1 = P2 + Pfer + PCu

P2 P2
Le rendement du transformateur est donné par les formules : η = =
P1 P2+Pfer+Pcu

Remarques …

> L'enroulement primaire est un récepteur inductif.


La puissance P1 doit être mesurée au Wattmètre.

> L'enroulement secondaire fonctionne en générateur.


Si la charge au secondaire est purement résistante, P2 = U2 × I2 car cosφ2= 1 .
Dans ce cas, un ampèremètre et un voltmètre suffisent à mesurer P2.

5
P2
MÉTHODE DIRECTE de mesure du rendement > ηdir = .
P1

I1
I2
A W A
U1 Charge U2×I2
~ V V U2 purement ηdir =
résistante P1

P2
MÉTHODE INDIRECTE de mesure du rendement > ηsep = .
P2+Pfer+Pcu
Cette méthode est plus longue à mettre en œuvre mais se révèle plus précise que
la méthode directe. On l'appelle également méthode des pertes séparées.

> Mesure des "pertes fer" Pfer. I10


Essai à vide,
A W
en alternatif, sous U1N.
U1N
Pfer ≈ P10
car r1I10² sont négligeables.

> Mesure des "Pertes cuivre" Pcu I1cc≈I1N


I2cc=I2N
A W
Essai en court-circuit,
I2N. U1cc<<U1N
en alternatif, sous
A
Comme Pfer=k×U1² et U1cc très faible,
cet essai rend les Pfer négligeables.

Pcu ≈ P1cc
L'essai en court-circuit ne permet que de mesurer Pcu à intensité(s) nominale(s).

En mesures et essais, pour relever ηsep=f(I2) par exemple, on déterminera les


"pertes cuivre" en calculant Pcu = r1×I1²+r2×I2² .
Il aura donc été préalablement nécessaire de mesurer r1 et r2, en courant
continu, à l'aide la méthode Voltampèremétrique.

> Schéma.
I1
I2
A A
6
U1 Charge
7