Vous êtes sur la page 1sur 64

L3Pro - LPG2 - Méthodes sismiques

Clara Lévy, Anne Sieminski

UJF - OSUG - LGIT

clara.levy@obs.ujf-grenoble.fr
anne.sieminski@obs.ujf-grenoble.fr

1/64
Introduction

Sismique réfraction : vue de


l’acquisition à l’interprétation,
temps des premières arrivées

Pour les autres ondes,


d’autres méthodes sismiques
I Sismique réflexion
I Tomographie
I Ondes de surface
I Rapport H/V

Beaucoup plus de traitement !

2/64
Sismique réflexion

Outil puissant (images de type échographie ou GPR, corrélation


directe avec géologie)

3/64
Sismique réflexion

Coupes sismiques 2D → Modèle 3D

Ondes réfléchies sur les discontinuités sismiques (réflecteurs)


4/64
Une grosse industrie

90% des dépenses en géophysique


Prospection et suivi des
gisements d’hydrocarbures
Du matériel spécialisé, des
protocoles de traitement
(informatique) bien établis, une
recherche active
Grande échelle : capteurs &
sources, région et profondeur
(z > 100 m → 10 km ?)

5/64
Ondes réflechies

Ondes réfléchies une fois sur une interface horizontale

Temps de trajet
r
2h  x 2
t(x) = 1+
v 2h

Hyperbole (6= ondes directe et conique, + aplatie pour v ↑)

6/64
Ondes réflechies

On exploite
I Temps de trajet → Géométrie
I Amplitude → Impédance I = ρv
Fort contraste en I → Forte amplitude de la réflexion
Coefficient de réflexion (Ar = RAi )

I2 − I1
R=
I2 + I1
⇒ Il est possible de détecter une interface même si faible
contraste en v ou si v0 > v1 (ex. poches de gaz)

7/64
Construction d’une coupe sismique

Les étapes nécessaires


1. Acquisition
2. Construction du bloc sismique
3. Rassemblement des traces par point milieu commun
4. Correction dynamique et addition des traces
5. Migration

8/64
Acquisition
A grande échelle : km de géophones, sources actives puissantes
(explosifs, vibroseis), personnel

+ contenu fréquentiel

9/64
Acquisition

Une géométrie favorisant les


ondes réfléchies
I Courts offsets (distance SR)
(dépend du milieu)
I Réseaux de capteurs
(filtrage vitesse apparente)
I Dispositif mouvant (vaste
région explorée)

10/64
Sismique marine

11/64
Bloc sismique

Ex. Mer du Nord :


50000 tirs +
4000 récepteurs +
νe = 1000Hz
(νmax ?)= 6 To de données

3D : source, récepteur,
temps ou offset, cmp,
temps

Les traitements du bloc


visent à faire ressortir les
ondes réfléchies

12/64
Rassemblement Point Milieu Commun

Des couples SR partagent


le même CMP (Common
Mid-Point)
Notion capitale
Pour un réflecteur plan,
même CMP = même
point de réflexion (CDP)
Différents offsets → ?

13/64
Correction dynamique

La juxtaposition des traces à


même CMP et différents offsets
donne des hyperboles
r
2h  x 2
t(x) = 1+
v 2h
On appelle Normal MoveOut
(NMO)

x2
t(x)−t0 ' pour x/h << 1
2v 2 t0
On corrige du NMO (pour v
donnée) et on somme (stack)
= base du traitement sismique

14/64
Correction dynamique
Correction NMO + Stack → Une réfléchie claire
(signal cohérent sur l’hyperbole, signal à offset nul)

15/64
Analyse de vitesse
Comment trouver v ?
I Forage, sismique réfraction
I Analyse de vitesse (vrms si plusieurs couches, milieu 1D)
I Tomographie sismique (variations latérales)

16/64
Migration

Après correction dynamique et stack (traces à offset nul)

Des anomalies (hyperboles, bowties, faux pendage) parce que les


réflecteurs ne sont pas toujours horizontaux

17/64
Migration

Hyp. : les réfléchies à offset nul


sont issues d’un point diffractant
(6= rais sismiques)
⇒ Réflecteur = points diffractant

La migration renverse les effets


de la diffraction

18/64
Migration

Avant migration

Conversion temps → profondeur (avec v de l’analyse de vitesse)

19/64
Migration

Après migration

Conversion temps → profondeur (avec v de l’analyse de vitesse)

20/64
Construction d’une coupe sismique

Les étapes nécessaires


1. Acquisition
2. Construction du bloc sismique
3. Rassemblement des traces par point milieu commun
4. Correction dynamique et addition des traces
5. Migration

En plus, avant traitement : nettoyage des traces (mute), effet de la


proche surface (static time correction), correction de la source
(déconvolution), ...

21/64
Tomographie sismique

Les sismiques réflexion et réfraction imagent les discontinuités


sismiques, mais la vitesse sismique peut naturellement varier
continûment
Si la vitesse varie latéralement l’analyse de vitesse ne donne pas de
bons résultats
⇒ Tomographie sismique

22/64
Tomographie sismique

Principe : retard/avance des ondes, chemin suivi, peu de déviation,


des milliers de trajets

Tomographie médicale = scanner

23/64
Tomographie sismique

Cross-borehole tomography : on image la zone entre les deux puits


avec tous les trajets

24/64
Tomographie sismique

On découpe la zone cible en


blocs j et on écrit ti le temps
pour chaque trajet
x11 x12
S1R1 : t1 = +
v1 v2
x23 x22
S1R2 : t2 = +
v3 v2
etc...

Construction de l’image =
résolution du système d’équations
(pas le même nombre d’équations
et d’inconnues, moindres carrés)

25/64
Tomographie sismique
Echelle locale : donne les vitesses
pour la correction dynamique et
la migration, images floues à
préciser par la sismique réflexion
Echelle régionale : image de la
croûte, des volcans
Echelle globale : convection dans
le manteau (T ↑,v ↓)

26/64
Onde de surface

On a vu l’importance de vS pour déterminer l’état d’un sol


Ex. : Identification des sols pour l’estimation de l’aléa sismique

27/64
Onde de surface

Mais comment imager vS ?


I Forage ? Oui mais cher et ponctuel
I Sismique réflexion ? vP le plus souvent
I Tomographie ? vP le plus souvent
I Sismique réfraction ? Possible mais pas facile
I Méthodes en ondes de surface !

28/64
Observation
Le “ground roll”

en fin de signal, grande amplitude, interactions P et S à la surface,


propagation et piégeage le long de la surface
29/64
Observation

30/64
Caractéristiques

Arrivées après les ondes S → vsurface = c < vS



Grande amplitude loin de la source → Atténuation en 1/ x
(6= 1/x)
Deux ondes de surface
I Love (transverse, SH)
I Rayleigh (vertical et radial, P+SV)

Des ondes dispersives : leur vitesse dépend de la fréquence ν

31/64
Polarisation

32/64
Dispersion
Les ondes de surface ont une propagation 2D (6= 3D, rai sismique)
Le déplacement décroı̂t en profondeur et zmax ' λ/3
L’onde de surface voit la Terre sur une profondeur zmax ' λ/3

⇒ Avec une onde λ, on sonde le sol sur une profondeur λ/3


33/64
Dispersion
On a de plus c = f [vS (z = 0), ..., vS (z = zmax )]
→ La vitesse c dépend de zmax et donc de λ
(c ↑, λ ↑ car vS ↑ avec z ↑)

⇒ A partir de c(λ), on image vS (z) sous un trajet (outil puissant)


34/64
Dispersion

Courbe de dispersion c(ν)

35/64
Modes harmoniques

A ν donnée, il peut exister


plusieurs ondes de surface de
vitesse cn
→ Les modes harmoniques
(c0 < cn = mode fondamental,
en nombre limité)
Les modes harmoniques voient la
Terre plus profondément
Le mode fondamental domine le
plus souvent (source en surface)
Courbe de dispersion c(ν)

36/64
Imagerie

Plusieurs étapes
1. Acquisition
2. Mesure de la courbe de dispersion
3. Inversion de la dispersion en vS (z)
4. Construction de modèle vS (x, y , z) (' tomographie)

37/64
Mesure de la dispersion

Dispositif le plus simple : une


source active alignée avec deux
capteurs à la surface (verticaux)
→ Quelle onde enregistre-t-on ?

On ne peut pas simplement


mesurer c(ν) par le temps
d’arrivée de l’onde
→ Analyse spectrale des deux
signaux (TF)

38/64
Mesure de la dispersion

Dispositif le plus simple : une


source active alignée avec deux
capteurs à la surface (verticaux)
→ Quelle onde enregistre-t-on ?

On ne peut pas simplement


mesurer c(ν) par le temps
d’arrivée de l’onde
→ Analyse spectrale des signaux

39/64
Mesure de la dispersion
Rappel :
TF [s(t)] = S(ν) = |S(ν)|e iφ(ν)

2πν
Phase φ(ν) = x + φs (ν)
c(ν)

avec x distance parcourue et


φs (ν) terme de source inconnu !
⇒ On calcule la différence entre
les spectres de phase
2πν
φ1 (ν) − φ2 (ν) = (x1 − x2 )
c(ν)

↔ Spectral Analysis of Surface Waves (SASW)

40/64
Mesure de la dispersion
Différentes géométries d’acquisition

On déplace le dispositif pour les variations latérales de vS (z)


41/64
Mesure de la dispersion

Autre dispositif : Multichannel Analysis of Surface Waves (MASW)

Différentes géométries possibles (en profil, en cercle)

42/64
Mesure de la dispersion
Mesure la dispersion par transformée f-k (double TF) ou slant-stack
→ Energie en ν et en c à travers le réseau

→ La courbe de dispersion est le maximum d’énergie


Mode harmoniques analysables (6= SASW)
43/64
Inversion de la dispersion
On cherche le modèle vS (z) qui explique le mieux c(ν)
(développement de c(ν) = f [vS (z)], nombre de couches fixe)

Bon accord avec les modèles vS (z) issus de forage mais modèle
“lissé” (bonne méthode pour la vS,30 )
Plusieurs modèles vS (z) peuvent expliquer c(ν) (non-unicité) 44/64
Tomographie

Le modèle vS (z) issue de l’inversion de la dispersion est le modèle


moyen sur le profil
On peut combiner des vS (z) pour différents trajets → On construit
des modèles 2D vS (x, z) ou 3D vS (x, y , z) (tomographie)

45/64
Tomographie

46/64
Imagerie en onde de surface en résumé

1. Acquisition 2. Mesure de la dispersion

3. Inversion de la 4. Tomographie
dispersion en vS (z)

www.masw.com
47/64
Acquisition

www.masw.com

48/64
Imagerie passive
On peut aussi extraire les ondes de surface du bruit de fond

On image le sol à plus grande profondeur car le bruit est plus BF

Plusieurs sources, plusieurs profondeurs, plusieurs résolutions 49/64


Acquisition

www.masw.com

50/64
Acquisition

Pour bien échantillonner spatialement le champ d’onde (Shannon)

λmin
∆x ≤
2

Pour limiter les effets de champ proche (formation de belles ondes


de surface)
λmax
x1 >
2

51/64
Rapport H/V

Principe :
1. Enregistrement du bruit de
fond sur trois composantes
2. TF des signaux vertical (V)
et horizontaux (H)
(amplitude)
3. Rapport H/V

⇒ Extraction de la fréquence de
résonance du site
vS
ν0 =
4h

52/64
Fréquence de résonance
Effets de site : amplification et allongement des mouvements du
sol (bassin sédimentaire 6= rocher)

53/64
Fréquence de résonance

Une des causes des effets de


site : piégeage des ondes SH dans
le bassin (vS très faible) avec
interférence constructive à
ν0 = vS /(4h)
⇒ Pic du mvt horizontal à ν0

54/64
Fréquence de résonance

Pourquoi mesurer la fréquence de résonance ν0 ?


I Détecter la présence d’effet de site
I Connaı̂tre la fréquence qui est amplifiée

→ Eviter de construire des bâtiments avec cette fréquence propre !

55/64
Intérêt du H/V

Pourquoi faire du H/V ?


I Connaı̂tre la fréquence de résonance (sans séisme)
I Microzonage (identification des sites de même réponse
sismique)
I Imagerie : ν0 + vS → h, ν0 + h → vS

Méthode d’application facile, rapide, peu chère, et possible en zone


urbaine
Pourquoi retrouve-t-on la fréquence de résonance en mesurant le
bruit de fond ?

56/64
Intérêt du H/V
vS
Exemple de H/V comme méthode d’imagerie (h = 2ν0 )

57/64
Bruit de fond

Définition : mouvement du sol lorsqu’il n’y a pas de séisme


Le bruit HF (ν > 1Hz) est d’origine anthropique
Le bruit BF (ν < 1Hz) est due au couplage océan-atmosphère et
Terre solide (vagues), essentiellement composé d’ondes de surface
⇒ Hbruit = HRayleigh + HLove Vbruit = VRayleigh + VLove
On observe
I HRayleigh (ν0 ) > VRayleigh (ν0 ) ' 0
I VLove = 0

⇒ Hbruit (ν0 ) > Vbruit (ν0 ) ' 0

58/64
Acquisition
Capteur : Sismomètre trois composantes (positionnement au sol)
Comment le choisir ? Réponse instrumentale adaptée au terrain
(ex. grenoblois : Lennartz à 5 s, réponse instrumentale bonne entre
0.2 Hz et 50 Hz)
Numérisaristion, enregistrement : le CityShark de l’IRD
Adapter le gain au bruit ambiant

59/64
Acquisition

Quelques recommandations
I Capteur dans un trou
(couplage, vent)
I Eviter la pluie, le vent
(herbes)
I A plus de 10 m des sources
de bruit
I Eviter les structures en
sous-sol
I Temps d’écoute > 20 min

Pour en savoir plus : Projet européen SESAME


http ://sesame-fp5.obs.ujf-grenoble.fr/SES Reports.htm
60/64
Conditions expérimentales
Pour de bons résultats, il faut une structure tabulaire (1D) avec un
fort contraste à la base de la couche amplifiante (sédiment-rocher)

61/64
Traitement

D’après SESAME
1. Sélection de n fenêtres
stationnaires
2. TF des n fenêtres
(V, H1 et H2 )
3. Lissage
4. Moyennes horizontales
5. Calcul des n H/V
6. Moyenne des H/V

62/64
Logiciel

Logiciel libre de traitement de données sismiques


I Sismique réfraction
I Ondes de surface
I Rapport H/V

www.geopsy.org
Formations possibles

63/64
Bilan des méthodes sismiques ?

64/64

Vous aimerez peut-être aussi