Vous êtes sur la page 1sur 22

I.

REMERCIEMENTS

Nous tenons à remercier les autorités décanales particulièrement le Doyen de


la FAST Mr ABDOULAYE ALASSANE pour tous les efforts inlassables qu’il a
consenti dans la recherche de nos stages.

Nos remerciements vont également a l’égard de notre coordonnateur Mr


AHMED LIBORE qui n’a ménagé aucun effort pour le bon déroulement des
stages.

Enfin nous remercions le PDG et l’ensemble des personnels de la CNPC NIGER


qui ont de près ou de loin contribué à la réussite de nos stages.

II. INTRODUCTION GENERALE

L’UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI DE NIAMEY s’est engagée depuis 2009 tout


comme les autres universités et écoles à former des cadres scientifiques
techniques et professionnels dans le domaine du pétrole. Ainsi l’enseignement
professionnels s’accompagne toujours par des stages de fin de cycle, c’est dans
cette optique que nous avons été amené à faire des stages au mois d’aout 2012
dans la région de Diffa plus précisément dans le bloc d’Agadem, détenu par la
CNPC NIGER depuis 2008.

A coté de cette compagnie travaillent des sociétés sous traitantes sur plusieurs


volets dont entre autres :

 CHINA NATIONAL LOGGING COMPANY (C.N.L.C)


 BUREAU OF GEOPHYSIC PROSPECTION (B.G.P)
 GREAT WELL DRILLING COMPANY (G.W.D.C)

C’est dans ces trios sous-traitants que nous avons effectué notre stage pendant
un mois. Comme l’exige la chaine pétrolière, nous allons commencer notre
rapport par la prospection particulièrement la sismique réflexion 2D.

La deuxième et dernière partie de notre rapport concernera les opérations de


forage pétrolier plus précisément forage de développement ou d’exploitation.

Comment se fait la sismique réflexion 2D ?

Comment s’effectue les différentes opérations d’un forage pétrolier ?


Nous nous limiterons à la prospection et aux opérations de forage.

III. PRESENTATION DU BLOC D’AGADEM


1. SITUATION GEOGRAPHIQUE
Le bloc d’Agadem se trouve dans la partie EST du NIGER plus précisément
dans la région de DIFFA au sud des blocs Ténéré et Bilma. Il à une
superficie de 27715 km2 dont il faut noter qu’il a été subdivisé tout
récemment en plusieurs autres sous blocs tels que Dibeilla1, Dibeilla2,
Manga1, 2, 3,  etc.

CARTE DU BLOC D’AGADEM


3 .GEOLOGIE DU BLOC

Le bloc d’Agadem se trouve dans le bassin sédimentaire de TERMIT que le


Niger partage avec plusieurs pays voisins tels que le Tchad le Nigeria.

Il ya cinq principales formations géologiques qui caractérisent ce bassin


sédimentaire :

 Formations récentes (âge miocene_quaternaire), cette formation est


constituée par des sables grossiers inconsolider qui s’interpose un peu
avec de l’argile (mole) et du gravier de 2 à 4mm. Le sable est constitue en
majeur parti du quartz et du feldspath l’épaisseur de cette formation
peut atteindre jusqu'à 840m de profondeur et c’est elle qui contienne la
majorité des nappes aquifères.
 La deuxième et toxémie formation ont pour âge oligocène elles sont
constituées d’argiles feuilletées avec une légère différence sur la
troisième formation due à la charge des formations précédentes qu’elle
supporte. Ces argiles feuilletées imperméables constituent les roches
couvertures du bloc.
 La quatrième formation a pour âge oligocène, elle est constitue par des
roches a fortes porosités et perméabilités telles que les grés, le calcaire,
constituant les roches réservoirs.
 La cinquième formation, du même âge que la quatrième mais dont la
composition principale est du sable grossier. Mais il faut noter que cette
formation appelée communément MADAMA à Agadem est une
indication importante au cours du forage car elle s’interpose entre la
roche mère et la roche réservoir d’où une fois atteinte le géologue
analyse la migration dont deux cas sont possibles :
Si la migration est récente on continue le forage dans le but d’atteindre
la roche mère et si la migration est ancienne la formation est arrêtée.
IV .PROSPECTION PETROLIERE (SISMIQUE REFLEXION)

La sismique réflexion sert à explorer le sous-sol en profondeur.


1-SURVEY OU TOPOGRAPHIE
Le travail de Survey a pour but de matérialiser les lignes sismiques
tracées par satellite par la CNPC elle-même .Les lignes sismiques sont
faites par deux lignes, une ligne faite par des drapeaux bleus placés à
chaque 25m et une ligne tracée par des drapeaux rouges placées eux à
chaque 50m. Tous les drapeaux sont numérotés et chacun d’eux a sa
propre coordonnée géographique. Les drapeaux bleus sont les points du
placé des géophones tandis que les rouges sont les points de tir des
camions vibreurs. On peut voir par satellite à partir de la base chaque
drapeau.

2. RECORDING
Le recording ou enregistrement des données sismiques est essentiellement
constitué des opérations suivantes : le placé des géophones, provocation des
ondes sismiques dans le sol, l’enregistrement proprement dit et enfin le
ramassage des géophones.

a. MISE EN PLACE DES GEOPHONES


Les géophones sont placés au niveau des drapeaux bleus. A chaque
drapeau bleu on place dans le sol deux douzaines de géophones. Les
deux douzaines sont reliées entre eux et seront reliées encore à un fil
conduisant du courant électrique.
b. Provocation des ondes sismiques
Les ondes sismiques sont provoquées par des gros et puissants camions
vibreurs qui peuvent effondrer des puits se trouvant à coté de leur point de tir.
Les camions vibreurs vibrent à chaque 50m donc à chaque drapeau rouge. Les
camions exécutent chaque jour une distance d’au moins 12Km.

C .Enregistrement des données sismiques


L’enregistrement se fait dans un camion appelé ‘’white house’’ équipé par
des ordinateurs d’observation, de contrôle ou de commande des camions
vibreurs, des imprimantes ; des disques durs, etc.
A chaque point on enregistre la propagation des ondes dans le sol sur un
disque dur puis on fait sortir un cliché (dont l’axe horizontal représente
les abscisses géographiques des point de sub-surface et l’axe vertical
représente le temps d’écoute) à chaque 10 tirs pour précaution en cas de
vol ou de perte du disque dur. L’enregistrement d’un tir se fait en six
secondes. Le ramassage des géophones se fait minutieusement afin de ne
pas les enrouler ou mélanger pour qu’ils puissent être réutilisés
facilement.
3- Contrôle de la qualité des données (QC)
Au QC on contrôle le travail fait à recording et on procède à un
prétraitement des données sismiques à savoir : élimination des mauvais
échos, corrélation, analyse des vitesses, filtration, etc. ……
La manière dont on fait le prétraitement nous a pas été expliquée car
presque toutes questions ont été répondues par  C’EST UN SECRET
comme excuse, la même année un étudiant a vendu des informations à
une autre société.
4- UP HOLE
Une fois qu’on découvre une structure du sous-sol répondant à un piège à
pétrole et que tous les résultats donnent la présence d’hydrocarbure, on
attaque cette dernière étape qui effectue un forage de 110m de
profondeur (on introduit 10 tiges de 11m de long chacune,
soit 11m x 10= 11Om).
Son but est de déterminer les formations géologiques à cette profondeur
et les couches attendues pour espérer des pièges et ainsi pour déterminer
les croquis des matières organiques et fossiles

5- PRINCIPE DE LA SISMIQUE 2D
1) A partir des camions vibreurs, on émet des ondes dans le sol.

2) Ces vibrations se propagent dans toutes les directions. 

3) Dès lors qu’elles rencontrent une couche géologique, une partie des ondes
se réfléchissent et repartent vers la surface.

 Une autre partie d’entre elles se réfracte, continuant à aller plus


profondément, jusqu’à rencontrer une seconde couche géologique. Le
processus se répète ainsi de suite.

4) En plaçant des récepteurs très sensibles : les géophones, à distance de


l’émetteur, on récupère et on enregistre donc toute une série complexe
d’ondes : les premières à arriver sont celles qui se sont déplacées en surface,
puis viennent celles qui se sont réfléchies sur la première couche géologique,
puis celles réfléchies sur la suivante, et ainsi de suite. On mesure de la sorte
le temps qu’a mis une onde réfléchie sur une couche géologique pour se
déplacer de l’émetteur au récepteur.

En déplaçant émetteur et récepteurs de nombreuses fois, on parvient à


construire une image en temps et à deux dimensions (2D) du sous-sol et
des couches géologiques.

5) On émet ensuite des hypothèses sur les vitesses de propagation des ondes
dans les différentes couches, ce qui permet de construire une image en
profondeur, celle qui intéresse le plus les géologues et les foreurs. A partir de
cette image, on réalise ensuite une coupe géologique plus parlante. En
utilisant toute la série de ces images 2D en temps et en profondeur, on dresse
des cartes du sous-sol.

V .FORAGE PETOLIER DE DEVELOPPEMENT

Un forage de développement est l’ensemble des opérations de foration, de


complétions et de raccordement effectuées dans le but d’extraire des hydrocarbures.

Dans un site de forage pétrolier on trouve les camps de logement des personnels, un
forage hydraulique, le Rig proprement dit, des girouettes d’indications de la direction
du vent et des groupes électrogènes, les différents bureaux d’étude, etc.

Le trou de forage est le seul contact entre le gisement et la surface terrestre. Avant
de s’installer sur le site, le chef ingénieur appelé RIG Manager dispose du
programme des travaux à mener. En effet ce programme appelé «Drilling Program »
contient : la profondeur totale du puits, type et profondeur du tubage, les trépans à
utiliser, les caractéristiques de la boue, le cout et la durée du forage, etc.

TREPANS

1. BOUE DE FORAGE

La boue de forage est un fluide, constitué généralement d’eau, d’argile et d’autres


produits chimique. Elle est utilisée principalement pour faire remonter les déblais.
En outre il existe d’autres types de boue notamment la boue a base d’huile, boue à
air, boue moussante, etc. Notons que la boue de forage est aussi appelée ‘’mud’’.

a. DISPOSITIFS

Installé sur environ 6Om2, le circuit a boue occupe la plus grande espace parmi les
équipements d’un rig de forage .Ainsi ils se composent :

 Deux tanks d’eau de 50 m3 chacun ;


 Deux tanks de préparation de la boue de forage de 50 m3 chacun ;
 Deux tanks de 70 m3 chacun appelés suction tanks,  alimentant les
pompes à boue;
 Deux turbopompes à boue ;
 Le conduit : conduit de refoulement des pompes, flexible, pipes et un
tuyau de la sortie du trou au trip tank ;
 Un tank pour recueillir la boue sortant du trou de forage appelé trip
tank ;
 Des appareils de mesure de la température, la conductivité et le poids
du mud sortant du trou; un détecteur de gaz ;
 Trois tamis vibrants ou shale sokor sur le trip tank pour séparer du mud
les déblais de grande dimension;
 Un 2e tank de traitement du mud ou sittling tank;
 Un «desander » sur le sittling tank pour tamiser et éliminer du mud le
sable et le silt ;
 Un centrifugeur sur le sittling tank, pour éliminer les plus petites
particules du mud ;
 Plusieurs agitateurs et des détecteurs du niveau de la boue ;
 Un circuit d’eau fermé connecté à tous les tanks ;

b. PREPARATION DE LA BOUE

 Les produits utilisés


 Bentonite pour alourdir l’eau ;
 PAC –R pour augmenter la viscosité de la boue de forage ;
 Soda ASH pour traiter les ions Ca2+ ;
 Caustique Soda pour augmenter le PH et traiter les ions Mg2+ ;
 Walnut Fine(F), Medium(M), coarse (C) en cas de perte de boue
pour boucher les pores ou fissures responsables de cette perte.
 Mode opératoire
On dispose de deux tanks d’eau superposés avec un système de
pompes et de vannes très praticable permettant d’injecter l’eau
dans les tanks où que besoin se fait sentir.
La boue de forage est essentiellement constituée de l’eau, de la
bentonite, du SODA ASH, PAC-R, Walnut fine et la caustique
SODA. L’eau constitue le solvant et la bentonite un alourdissant
visqueux. On verse d’abord une certaine quantité d’eau dans les
tanks. A l’aide d’un engin, la bentonite est versée dans un
entonnoir relié au circuit à boue. En mettant les pompes en
marche, l’eau soutire et solubilise lentement la bentonite. Cette
dernière constitue 7 à 8% du mélange. Tous les tanks à boue sont
couverts par des grilles de mailles rectangulaires. Le Soda ASH est
ainsi directement verser dans les tanks à boue pour traiter les ions
Ca2+. Le PAC-R et La caustique Soda sont injectés à partir de
l’entonnoir avec de l’eau respectivement pour augmenter la
viscosité puis éliminer les ions Mg2+ et augmenter le PH. Pour une
tonne de bentonite on utilise 40Kg Soda ASH. Pour 100m 3 d’eau on
a 50kg de costic soda.
Le Walnut est utilisé en cas de perte de boue pour boucher les
pores ou les fissures qui sont à l’ origine. La densité doit être
comprise entre 1 à 1,2 g/cm3 et la viscosité de 55 à 60 seconde
avec l’entonnoir Marsh. Le PH accepté est environ 8. Tout ce
mélange s’effectue à l’aide des grands agitateurs puissants (50 à
61r/mn).
Il faut signaler que la boue est préparée puis laissée pendant 24H
avant d’être utilisée. En outre les caractéristiques de la boue sont
déterminées en fonction de la nature des formations qui seront
traversées.

C.FONCTIONNEMENT DU CIRCUIT A BOUE

A Agadem sur la plus part des rig de forages on rencontre 6 tanks à boue plus
deux géantes turbopompes d’aspiration et de refoulement de la boue.
La boue de forage suit un cycle fermé lors des opérations dont le chemin est
comme suit.

La préparation se fait dans le bassin n°4 avec l’eau et autres produits


chimiques nécessaires, ensuite elle passe respectivement dans les bassins n o 5
et no 6 où les agitateurs font le mixage de tous les produits.

C’est dans le bassin no 6 que les pompes vont aspirer la boue et la refouler à
travers le flexible d’injection dans le trou des trains de tiges avec une pression
assez élevée. La boue qui rentre sous pression remonte à travers l’espace
annulaire où elle va grâce a sa viscosité prendre les déblais pour les amener au
jour vers les tamis vibrant ou shales shakers. Apres avoir été criblée par les
tamis, la boue passe par une chaine des dessableurs et des dessilters avant de
rentrer dans les tanks no 1,2 et 3 où elle sera nettoyée et enfin elle sera
renvoyée à son point de départ le bassin no 4 et puis elle reprend son chemin.

TANKS ABOUE

d. ROLE DU BOUE DE FORAGE

La boue de forage constitue le cerveau des opérations du forage grâce aux


multiples fonctions qu’elle assure. Si la boue de départ échoue, l’échec du
forage est annoncée .On peut citer entre autre les rôles suivants :

 Réduction des déblais autour du bit en les remontant au jour ;


 Protection des parois du puits contre l’éboulement et empêche la venue
des fluides de formations en exerçant une contre pression ;
 Refroidir, lubrifier l’outil de forage et supporter les tiges en équilibre ;
 Contrôler la corrosion, faciliter la cimentation et autres travaux de
complétion ;
 Protection des formations productrices et transmission des puissances
aux moteurs du fond, etc.

2 .LES TRAVAUX MECANIQUES DE FORAGE


a. PRESENTATION DU RIG

RIG DE FORAGE

b. ROLES ET FONCTIONNEMENT DES DIFFERENTES COMPOSANTES

Le rig est composé de huit parties essentielles :

 、Système de levage

Composition:Le système de levage est principalement


composé du derrick, du bloc de couronne, du bloc de voyage, du crochet rotatif, du
câble d’acier et du treuil, etc.
Fonction:Descendre les outils de forage, descendre les tubes
de protection et contrôler l’entrée des forets, etc.

 、Système de rotation

Composition:

La table de rotation et les robinets, les tiges carrés et les forets, etc., quelques fois
on utilise aussi les outils de forage de puissance au fond de puits.

Fonction:

Tourner les outils de forage dans le but d’écraser les roches ou bien traiter les cas
complexes au fond du puits.

 、Système de circulation

Composition:

La pompe de forage, l’équipement de surface, la cruche de purification de boue,


l’équipement de coordination de boue, etc.

* Le robinet et la tige carrée sont à la fois l’équipement du


système de circulation et celui de rotation.

Fonction:Utiliser le fluide de rinçage à liquider les roches déjà


écrasées au fond du puits, assurer le forage continuel, etc.

 、Equipement de puissance

Composition:le moteur diesel、la machine réceptrice (moteur à courant


alternatif ou moteur à courant continu)

Fonction:le treuil d’entraînement, la table de rotation, la pompe


de forage, etc.

 、Système de transmission

Composition:

Il comprend le mécanisme de ralentissement, de parallèle, de marche arrière, de


changement de vitesse, etc. Parfois, sur la base de l’entraînement mécanique, il
demande en même temps les équipements de la transmission de liquide, la
transmission hydraulique et la transmission électrique (embrayage
électromagnétique), etc.

Fonction:

Transmettre et distribuer l’énergie du moteur à chaque appareil de travail 。

 、Système de contrôle

Composition:

Équipement de contrôle mécanique, hydraulique, pneumatique ou électrique, ainsi


que le pupitre de commande collective et le recording d’observation, etc. La
commande des équipements de forage avancés fait usage du contrôle par
l’ordinateur.

Fonction:

Commander chaque système à travailler en harmonie.

 、Soubassement

Composition:

Il comprend le soubassement du plancher de manœuvre, le soubassement de la


salle technique et le soubassement de la pompe de forage, etc.

Fonction:

Assurer qu’il y a un certain espace et une distance entre l’équipement et le sol,


établir un fondement solide pour le montage et la fixation de l’équipement.

 、Dispositif auxiliaire

Composition:

En général, il y a le dispositif de compression d’air, le dispositif de forage de trou de


souris, le mécanisme d’anti-projection, le dispositif de production de l’électricité
auxiliaire(à la disposition de l’installation du mécanisme, du compresseur, et
l’électricité pour l’illumination), les apparaux de levage auxiliaire, les cabines mobiles(
le dépôt de matériaux, l’agent de traitement, les cabines de permanence), dans les
régions froides, il faut équiper de plus les dispositifs de préservation de la chaleur (la
chaudière) lors du forage, etc.

Fonction:Assurer le bon fonctionnement de tous les dispositifs.。


3. CASING (TUBAGE)

On appelle casing, l’opération qui consiste à introduire dans le trou de forages des
tubes en acier vissées les unes aux autres de la surface jusqu’au fond du puits.

a. ROLES
 Sert un canal durable et étanche pour le transfert des fluides
 Assurer la sécurité et l’isolement des couches sous pressions
 Raffermir les parois du trou constituées par des roches à stabilité
insuffisantes
b. LES DIFFERENTS TYPES DE TUBAGE

Généralement ce sont les conditions du puits qui déterminent les paramètres


de résistances du tubage. Dans la pratique on rencontre cinq types de tubage:

 Tubes guides: placées de 0 à 75 m de profondeur et de 16 à 36’’ (inch) de


diamètre
 Tubage de surface: jusqu'à 400m au moins de profondeur avec un
diamètre de 133/8 a 20’’
 Tubage intermédiaire : diamètre inferieur a celui du tubage de surface
 Tubage perdu : on l’utilise dans le cas des puits profonds
 Tubage de production : installé sur toute la profondeur du puits, il a le plus
petit diamètre.
c. MISE EN PLACE

En fonction de la profondeur et du diamètre du puits, un nombre déterminé de tubes


sont vissés les uns sur les autres en même qu’ils sont introduits dans le trou jusqu'à
la profondeur finale. On peut citer quelques outils utilisés : les sabots, les anneaux
de retour, les centreuses, les gratteurs, etc.…

L’exemple du tubage de Goumeri 15 : puits de développement.

Tubages Tubage 1 Tubage 2 Tubage 3


Profondeur (m) 30 756 Plus 2720
Diamètre du trou (mm) 609,6 374,7 250,8

Diamètre du tubage 588 273 177


(mm)
CASING DE PRODUCTON

4. LA CIMENTATION

Par définition la cimentation dans un forage pétrolier est l’opération qui consiste à
injecter du ciment sous pression dans le trou de casing pour remonter dans
l’espace annulaire, la où il remonte et constitue un moyen d’adhésion entre le
tubage et la formation. La composition de la pate de ciment est essentiellement de
l’eau des produits accélérateurs ou retardateurs de sa consolidation ainsi que
d’autres produits accessoires.

Les rôles de la cimentation sont :


 Protection des réservoirs
 Apporter un soutien au tubage
 Protéger le tubage contre la rouille
 Boucher les zones à troubles ou instables
 Protéger les parois du puits en cas d’éboulement

a. Matériels utilisés
 Pompe à ciment ;
 Compresseur ;
 3 silos : réservoirs de ciment a sec de 36t chacun ;
 3 Tanks d’eau : solution chimique ;
 Une pompe a eau.
BACS DE CIMENTATION OU SILOS

b. Préparation et pompage du ciment

Apres avoir rempli les trois silos de ciment et les tanks de solution chimique, on
effectue les connections nécessaires entre les tanks, les silos et la pompe a
ciment. La pompe à ciment est associée au mélangeur du ciment et de l’eau.
Ainsi le ciment est en même temps mélangé et envoyé sous pression à
l’intérieur du tubage pour remonter par l’espace annulaire jusqu'en surface.
Une fois la cimentation terminée, on observe un certain temps pour faire
sécher consolider le ciment après quoi le forage redémarre.
5. LA CABINE D’ETUDE GEOLOGIQUE

a. DATA ENGINIER (traitements des données)

La gestion des données est une opération très importante car elle
permet de suivre en temps réel l’évolution des paramètres du forage et
la communication entre les personnels. On utilise un système de gestion
de données appelé SDL. Ce système prend en compte plusieurs
paramètres dont entre autres :
 La profondeur du trou
 La profondeur du trépan
 La profondeur des déblais sortis
 Le poids sur le trépan
 La contrainte sur la formation
 Le pois sur le Hookload
 La rotation par minutes (RPM)

Il intervient dans le système de détection des gaz:

 Blow out qui est la remontée subite des gaz des formations qui peuvent
s’enflammer au contact de l’oxygène atmosphérique;
 Détection des gaz (CO2 et H2S ) avec des appareils qu’on appeler sensos
(capteurs) qui sont de deux types analogique et numérique.
 Le gaz naturel organique tels que les alcanes à chaines linéaires (C 1, C2, C3)
et les alcanes à chaines ramifiées ( nc4, nC5, iC4 ,…)

Leurs systèmes de détection consistent à utiliser plusieurs appareils :

 un dégazer qui mixe la boue et aspire les gaz contenus dans cette
dernière
 un filtre a cacl2 qui reçoit le gaz a travers le gaz line et lui perdre tous
les atomes sauf les atomes de carbone. Il se forme alors du ncac 2 qui
passe dans des solutions telles que NaOH, NaCN permettant de
séparer le Ca du C2
 en fin les atomes de carbone entrent dans le chromatographe ou se
trouvent des capteurs spéciaux qui indiquent la nature du carbone
(organique ou minérale) et son indice.

b. ROLE DU GEOLOGUE

Pendant que la boue remonte un ouvrier appelé sample catcher effectue


régulièrement des prélèvements d’échantillons des déblais à des intervalles de
profondeurs régulier sous les consignes de l’ingénieur géologue. L’ouvrier lave
l’échantillon et amène aux géologues une petite partie qui subira une série de
description et d’analyse :

b. Description macroscopique : la couleur, la nature des roches, la dureté,


etc.…
c. Microscopique : la taille des grains, la composition minéralogique, etc.…
d. Lorsqu’on atteint les formations riches en carbones on fait des analyses
de fluorescence des échantillons avec une lumière ultraviolette. On
utilise le CCl4 qui est un extractant du pétrole et l’acide chlorudrique.
S’ils contiennent des hydrocarbures alors on observe une lumière jaune.

En fin toutes ces informations seront intégrées dans un logiciel appelé log plot
pour obtenir un master log.

C. DIGRAPHIE INSTANTANNEES

Elles constituent l’ensemble des mesures des paramètres effectues au cours


du forage. Ce sont entre autres les masters log, les paramètres mécaniques du
forage (poids sur le trépan, la vitesse d’avancement, la profondeur du trou, etc.
…), les paramètres de la boue (la température de la boue entrante et sortante,
le débit d’injection de la boue, le volume de boue dans les bassins, etc. …)

6. DIAGRAPHIES DIFFEREES

Cette opération est nécessaires car elle permet de confirmer ou d’infirmer


toutes les informations collectées lors des diagraphies instantanées et elles
sont effectuées pendant que le forage est arrêté ou terminé.

Il existe trois types de diagraphies différées :

 Diagraphie a l’usage des ingénieurs géologue


 Diagraphies à l’usage du foreur
 Diagraphies utilisées par les producteurs

Quelques méthodes utilisées dans le bloc d’Agadem :

 Slam qui est un scannage des formations a l’aide des rayons gamma
pour obtenir la résistivité des formations
 Side wall core c’est un prélèvement de l’échantillon du réservoir
VEHICULE DE DIAGRAPHIE DIFFEREE

7. LE SYSTEME D’ENERGIE

Ce sont les moteurs diésels qui sont utilisés à Agadem car ils offrent le
maximum de flexibilité de distribution sur les appareils de forage, quelques
soient leurs puissances. Ces moteurs travaillent en parallèle grâce à leur
interconnexion par un système de chaine et d’embrayage appelé « courpund ».
Ils sont le plus souvent groupés dont l’un au repos sur les d’Agadem.

8. LES OBTURATEURS

Comme leurs noms l’indiquent, les obturateurs ont pour fonctions :

 D’assurer la fermeture du puits dans le cas où on rencontre une


formation contenant un fluide de pression supérieure à celle de la boue
de forage, même après le forage ;
 De permettre la circulation pour reconditionner la boue. Etc.
Il existe des obturateurs à mâchoires, à membrane ou annulaire,
d’alésage, rotatifs.
VI. CONCLUSION-RECOMMANDATIONS

Ainsi en venant au bout de notre rapport, nous pouvons en tirer plusieurs


leçons. La sismique réflexion est une méthode d’exploration pétrolière très
répandue pour son efficacité et sa précision sur les informations recherchées.
L’exploration pétrolière constitue la première étape de la chaine pétrolière qui
se présente comme suit : Exploration-Forage-Production-Raffinage-Transport-
Stockage-Distribution.

Ainsi, en parcourant les opérations de forage des puits pétroliers de


développement, nous comprenons aisément que cette étape est primordiale
pour la suite des opérations de développement car étant le seul contact établi
entre l’exploitant et le gisement. La chronologie et l’ordonnancement des
opérations doivent être rigoureusement respectés par l’ensemble des
personnels travaillant dans le domaine, gage d’une dynamique de travail
d’équipe. La cabine géologique et celle de traitement des données sont au
centre de toutes les opérations de forage au sens qu’elles coordonnent et
surveillent les travaux du RIG.

Pour le bon déroulement du stage de fin de cycle de la License MINES ET


PETROLE, nous demandons aux autorités décanales :

De préciser des thèmes de stage dans les demandes adressées aux


sociétés industrielles concernées ;
De négocier avec les sociétés pour trouver des guides stagiaires sur le
terrain, si possible des encadreurs ;
De programmer tous les étudiants concernés pendant les grandes
vacances (Juillet-Aout) pour juguler le retard acquis dans les années
académiques ;
De nous chercher des stages dans la raffinerie de Zinder (SORAZ), au
niveau de CPF et FPF à Agadem.

Vous aimerez peut-être aussi