Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

l’influence de ma famille politique s’éroder », avance


Arnaud Danjean, un autre eurodéputé LR, élu sans
Après le départ de Merkel, la droite
discontinuer depuis 2009.
européenne « déboussolée »
PAR LUDOVIC LAMANT
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 13 OCTOBRE 2021

Après le départ forcé de Viktor Orbán en mars, le


retrait d’Angela Merkel laisse la droite européenne
sans leader naturel, ni stratégie évidente. Des
eurodéputés exhortent le PPE, le parti de la démocratie
chrétienne en Europe, à « se ressaisir ». Berlin, le 9 septembre 2021. Angela Merkel à côté de Manfred Weber, après son discours
devant des eurodéputés PPE © Michael Kappeler / dpa Picture-Alliance via AFP.
Strasbourg.– Les législatives allemandes du 26
septembre ont attesté, sinon d’un rebond structurel, Dans l’Euro-Parlement, les chiffres des derniers
en tout cas du retour de forme des sociaux- mandats confirment la dynamique à la baisse du PPE,
démocrates. Pour la première fois depuis 1998, le autrefois tout-puissant: 268 élus aux européennes de
SPD est arrivé devant les chrétiens-démocrates de la 2004, encore 265 en 2009, puis 221 en 2014, et enfin
CDU-CSU. Sous pression, le candidat conservateur, 182 au dernier scrutin, en 2019. Le groupe du PPE
Armin Laschet, s’est dit prêt, jeudi dernier, à reste le plus fourni dans l’hémicycle, mais le départ du
quitter la présidence de la CDU. Son échec est Fidesz d’Orbán a encore réduit son poids (178 élus). «
manifeste, la CDU-CSU ne recueillant que 11,2 C’est le jour où l’on va passer deuxième [derrière les
millions de voix, contre 15,3 millions en 2017, pour la sociaux-démocrates] que cela va vraiment bouger »,
dernière candidature d’Angela Merkel. Même la CSU pronostique un conseiller du groupe.
bavaroise perd du terrain (en retrait de sept points, Du côté du Conseil européen, l’institution qui porte la
d’un scrutin à l’autre). voix des États à Bruxelles, le constat est encore plus
Au Parlement européen, les élus du Parti populaire rude. Alors que l'option d’un chancelier conservateur
européen (PPE), premier groupe de l’hémicycle par à Berlin semble désormais peu probable, le PPE
le nombre d’élus, ont suivi de près ce repli de l’un ne sera plus représenté que par huit États sur 27,
des poids lourds de leur camp. Il intervient à un dont la Grèce de Kyriakos Mitsotakis ou l’Autriche
moment particulier, alors que cette famille politique, dirigée jusqu'à peu par Sebastian Kurz. Ces huit
déjà bousculée par le départ forcé du Hongrois dirigeants gouvernent dans des pays représentant à
Viktor Orbán en mars, est sur le point de perdre peine 12% de la population de l’UE (contre 36%
celle qui fut son leader naturel pendant 16 ans, Angela pour les sociaux-démocrates, dans l’hypothèse où Olaf
Merkel. Scholz succèderait à Merkel, à Berlin).

« Cette situation doit être prise au sérieux. Nous Avec des intensités diverses selon les pays, la
traversons un moment de remise en question », démocratie chrétienne– ou la « droite républicaine »
reconnaît François-Xavier Bellamy, à la tête de en France–est prise en tenailles entre des extrêmes
la délégation Les Républicains (LR) au Parlement droites de plus en plus bruyantes et des forces libérales
européen, exhortant la formation à « se ressaisir qui lorgnent aussi vers l’électorat de droite– à l’instar
». « Cela m'inquiète, je ne me réjouis pas de voir de La République en marche en France. Pendant des
années, l'influence indiscutable de Merkel sur la scène
européenne a masqué le rétrécissement de la base
électorale de la démocratie chrétienne.

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

« Le vrai séisme n’est pas le départ d’Orbán mais à la droite du PPE. Cela paraîtrait scandaleux,
celui de Merkel, insiste Arnaud Danjean. C’est elle mais cela s’est avéré être un puissant facteur de
qui tenait le PPE. D’une certaine façon, les autres développement.»
pays intégraient la contrainte: Merkel disait la messe Jusqu’au divorce avec Orbán en mars dernier, la
à Berlin.» Président emblématique du PPE de 2013 délégation LR plaidait ainsi pour conserver le Fidesz
à 2019, le Français Joseph Daul, né à Strasbourg, au PPE. «Le grand paradoxe de l’exclusion des
servait avant tout de trait d’union entre le parti et la Hongrois, c’est qu’au moment où elle était prononcée,
chancelière, dont il était un très proche . elle se trouvait démentie par les faits, poursuit
« Angela Merkel, par son autorité naturelle au Bellamy, qui regrette toujours le départ des Hongrois,
Conseil, cachait la décrépitude du PPE, juge Philippe provoqué par Weber. La fracture qui s’était ouverte
Lamberts, un eurodéputé belge à la tête du groupe des en 2015 sur la question migratoire, avec Angela
Verts. Angela Merkel partie, la CDU-CSU n’a plus Merkel qui décide d’accueillir des réfugiés et Orbán
de programme. Et cela vaut aussi pour les chrétiens- qui s’y refuse, n’a plus lieu. Tout le monde parle à
démocrates en Europe: on ne sait pas où ils vont, et ils présent comme Orbán sur les questions migratoires.
ne le savent pas eux-mêmes.» La Commission a définitivement écarté l’idée d’une
Et l’écologiste de poursuivre: « On a dit de la social- relocation obligatoire de migrants et plaide pour
démocratie, à juste titre, qu’elle était déboussolée, renforcer Frontex. Même Emmanuel Macron, quand
depuis la Troisième voie de Tony Blair et son il intervient sur l’Afghanistan à la télévision, dit
ralliement à la pensée unique néolibérale. Mais le exactement ce qu’Orbán disait en 2015.»
PPE, lui aussi, est perdu. Les deux grandes familles L’affaiblissement du PPE renforce aussi la fracture
politiques qui ont structuré le paysage européen ont entre l’Est et l’Ouest, et risque encore de compliquer
aujourd’hui perdu leur boussole.» la définition d’un cap. En Espagne, au Portugal ou en
Le PPE post-Merkel va-t-il occuper l’espace d’un France, et sans doute bientôt en Allemagne, les droites
centre-droit pro-européen et proche du monde de traditionnelles sont reléguées dans l’opposition. En
l’entreprise, ou courir après l’extrême droite, sur Italie, elles soutiennent un gouvernement ultra-large
l’immigration ou la souveraineté nationale? La emmené par le « technocrate » Mario Draghi. À
stratégie n’est pas arrêtée et le congrès du PPE l’inverse, le PPE continue de faire le plein à l’Est,
prévu en novembre à Rotterdam ne tranchera pas. notamment dans certains pays entrés dans l’UE après
Pendant un temps, Manfred Weber, patron du groupe l’élargissement de 2004.
parlementaire PPE, a plaidé pour servir du « go Arnaud Danjean relativise la nouveauté de cette
between » entre ces deux forces, avant de prendre situation, convaincu que même lorsque le PP
ses distances plus nettement, à partir de 2018, avec gouvernait à Madrid et l’UMP à Paris, « le centre
la Hongrie d’Orbán. Mais Weber n’a pas la même de gravité du PPE était déjà à l’Est ». « Merkel
autorité que Merkel et les tiraillements internes sont était de toute façon très attirée par l’Est », avance-
nombreux. t-il. Et d’insister: « Le PPE a été la force politique
« Le PPE a longtemps servi la dynamique européenne, qui a le mieux intégré, et le plus vite, les pays
en partant d’un principe qui passerait pour un tabou d’Europe centrale et orientale, même avant 2004. [Le
absolu aujourd'hui,assure François-Xavier Bellamy. chancelier allemand Helmut] Kohl a toujours soutenu
Quand Klaus Welle était secrétaire général du PPE, la dissidence à l’Est, et fut le plus prompt à récupérer
et Wilfried Martens son président [un Allemand et des dissidents lituaniens ou hongrois.»
un Belge flamand, dans les années 1990-2000– ndlr], Cette ère de remise en question à droite intervient à
leur doctrine consistait à dire: ne rien laisser exister l’approche de la mi-mandat au Parlement européen–
période qui coïncide traditionnellement avec un jeu

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

complexe de chaises musicales. À la tête du groupe Commission avec Ursula von der Leyen, mais aussi
PPE au Parlement, Weber a été réélu, ce mercredi celle du Parlement– deux des principales institutions
matin, par ses collègues. de l’UE–, tandis que les craintes d’une « Europe
Mais la surprise est ailleurs: alors que la présidence allemande » restent vives. L’élection d’un nouveau
de l’hémicycle, aujourd’hui occupée par les sociaux- président du Parlement aura aussi valeur de test,
démocrates, est censée revenir au PPE à partir de pour voir si les élus situés à la droite du PPE au
janvier, en vertu d’un accord conclu entre les deux Parlement–non-inscrits du Fidesz, par exemple, ou
formations en début de mandat, et semblait donc membres d’ID, le groupe du RN français et de la
promise à Weber, ce dernier, finalement, ne sera Ligue italienne– parviennent à s’entendre pour porter
pas candidat. Le Bavarois espère récupérer, à partir un même candidat.
d’avril 2022, la présidence du parti PPE, aujourd’hui Au-delà du cas Weber, le PPE devra trouver de
occupée– sans panache excessif–par le Polonais nouvelles incarnations. Après la démission samedi
Donald Tusk. de l'Autrichien Kurz, le Grec Mitsotakis ou encore le
En coulisses, on explique que Weber a anticipé CroateAndrej Plenkovi#, en poste depuis 2016, sont
un blocage lors du vote, persuadé qu’une majorité parfois cités. Mais aucun de ceux-là ne semble en
d’eurodéputés auraient tiqué à l’idée de donner à mesure, à court terme, de faire oublier l’aura d'Angela
la CDU-CSU non seulement la présidence de la Merkel sur les électorats de droite.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3