Vous êtes sur la page 1sur 184

ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


1
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SOMMAIRE

PAGES
PREMIERE PARTIE : AUDIT

I. INTRODUCTION 01 - 03

II. METHODE D’AUDIT 1-7

Présentation de la démarche générale 9 - 13


Prise de connaissance et orientation générale de la mission 13 - 33
Elaboration de l’approche de l’audit : contrôles internes et jugements 34 - 55
Exécution des contrôles 56 - 75

III. TECHNIQUES D’AUDIT

Techniques de description des systèmes 77 - 78


Confirmation directe 78 - 79
Observation physique 79 - 80
Dossiers et feuilles de travail 80 - 81
Sondage 81- 82

IV. QUESTIONNAIRES ET GUIDE

Guide d’évaluation des contrôles 84


Guide de contrôle des comptes 84 - 86
Questionnaire de fin de mission ( pour mémoire )

V. EXAMEN DES COMPTES ANNUELS ET TRAVAUX DE FIN DE MISSION

DEUXIEME PARTIE : COMMISSARIAT AUX COMPTES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


2
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
PREMIERE PARTIE :

AUDIT COMPTABLE ET FINANCIER

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


3
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
PREAMBULE

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


4
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
L’audit est l’examen auquel procède un professionnel compétent et indépendant
en vue d’exprimer une opinion motivée sur la régularité et la sincérité et l’image
fidèle que donnent les comptes annuels d’une entreprise.

L’auditeur qui exprime son opinion sur les comptes annuels d’une entreprise le
fait par référence à deux critères :

- Les principes comptables généralement admis lorsqu’il vérifie l’application qui en


est faite par les organes de direction de l’entreprise.

- Les normes d’audit généralement admises auxquelles il se réfère pour qualifier le


travail qu’il a effectué; ces normes se rapportent à un niveau de qualité qui serait
jugé acceptable par la majorité des " hommes de l’art". Elles permettent de
définir les buts à atteindre par la mise en œuvre des techniques.

a) Les principes comptables généralement admis

Il s’agit essentiellement des principes suivants :

- Spécialisation des exercices


- Continuité de l’exploitation
- Permanence des méthodes
- Coûts historiques
- Prudence
- Image fidèle

* La spécialisation des exercices suppose le rattachement des charges et des


produits à chaque exercice.
* Continuité de l’exploitation est une convention comptable selon laquelle, lors de
l’arrêté des comptes annuels :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


5
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
o L’entreprise est en activité
o Il n’existe aucun fait susceptible de l’empêcher de fonctionner dans un
avenir prévisible.

* La permanence des méthodes est une convention comptable selon laquelle les
comptes annuels sont établis au cours des périodes successives selon les mêmes
méthodes d’évaluation et de présentation.
* L’application du principe des coûts historiques signifie que les opérations sont
évaluées et comptabilisées à leur coût historique.
* La prudence est « l’appréciation raisonnable des faits afin d’éviter le risque de
transfert, sur l’avenir, d’incertitudes présentes susceptibles de grever le patrimoine
et les résultats de l’exercice » :
* L’image fidèle est un concept qui demeure associé à la régularité et la sincérité.

La régularité est la conformité aux règles et procédures en vigueur.

La sincérité est « l’application de bonne foi de ces règles et procédures en


fonction de la connaissance que les responsables des comptes doivent
normalement avoir de la réalité et de l’importance des opérations, évènements et
situations ».

b) Normes d’audit

L’essentiel des normes générales est exprimé de façon lapidaire dans la devise de
l’ordre des Experts Comptables et Commissaires aux comptes (OECCA) : Science –
Conscience – Indépendance.

Les normes générales portent essentiellement sur :


- La compétence
- L’indépendance
- La qualité du travail
- Le secret professionnel

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


6
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
COMPETENCE

L‘audit doit être effectué par une ou plusieurs personnes ayant reçu une formation
d’auditeur et jouissant, en cette qualité, de capacités professionnelles suffisantes.

INDEPENDANCE

Le cabinet ou l’auditeur doit être tout à fait indépendant financièrement ou à tout


autre point de vue dans ses relations d’affaires avec ses clients.

QUALITE DU TRAVAIL

Tout le soin nécessaire doit être apporté à l’accomplissement de la mission et à la


préparation du rapport.

SECRET PROFESSIONNEL

Le plus strict secret sur tout ce qui concerne les affaires des clients doit être gardé
par les associés et les collaborateurs.

Il est aussi très important que ne soit pas fait usage personnel d’informations
concernant un client obtenu durant l’exercice de la mission.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


7
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
I. INTRODUCTION

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


8
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
I. INTRODUCTION

DEFINITION DES OBJECTIFS DE L’AUDIT

L’audit est l’examen auquel procède un professionnel compétent et indépendant en


vue d’exprimer une opinion motivée sur la régularité et la sincérité et l’image fidèle des
comptes annuels d’une entreprise.

Les objectifs de l’auditeur peuvent légèrement varier. Néanmoins, il convient, avant


d’examiner la méthode et la technique à utiliser pour procéder à un audit, de rappeler
les critères qui permettent à l’auditeur de juger si les comptes qui lui sont soumis sont
sincères et réguliers.

L’auditeur doit, en effet, garder présent à l’esprit tout au long de sa mission que,
pour atteindre son objectif final, il soit s’assurer que les éléments qui constituent les
comptes annuels répondent aux critères regroupés comme suit :

- Exhaustivité
- Existence
- Propriété
- Evaluation
- Comptabilisation
- Information

Le critère d’exhaustivité signifie que :

- Toutes les opérations réalisées par l’entreprise sont reflétées dans les comptes
annuels (ce qui sous - entend que chacune d’entre elles est saisie, dès son
origine, sur un document qui permettra ultérieurement de la comptabiliser ; si ce
document initial n’existait pas, il serait impossible de contrôler l’exhaustivité des
enregistrements comptables ;
- Toutes les opérations de la période sont reflétées dans les comptes annuels.

L’exhaustivité couvre partiellement le critère d’évaluation dans la mesure où l’on


peut dire qu’un montant sous-évalué équivaut à la non-comptabilisation d’une partie
d’une opération.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


9
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Le critère d’existence signifie :

- Pour les éléments matériels (immobilisations, stocks..) une réalité physique,


- Pour les autres éléments (actifs, passifs, charges et produits), la traduction
d’opérations réelles de l’entreprise (par opposition à des opérations fictives).
- Seules des opérations de la période sont reflétées dans les comptes annuels.

L’existence couvre partiellement le critère d’évaluation dans la mesure où l’on


peut dire qu’un montant surévalué ne correspond pas à une opération réelle à
concurrence de la surévaluation.

- Le critère de propriété signifie que les actifs qui apparaissent au bilan de


l’entreprise lui appartiennent vraiment (à l’exception bien entendu du contrat de
crédit bail) ou correspondent à des droits réellement acquis.
- Bien qu’il puisse paraître antinomique de parler de propriété des dettes, ce
critère s’applique aussi aux passifs qui doivent correspondre à des obligations
effectives de l’entreprise à une date donnée.

Ce critère complète celui d’existence dans la mesure où l’on pourrait imaginer


que l’entreprise comptabilise, par exemple, des stocks qui existent physiquement, mais
qui ne lui appartiennent pas.

Le critère d’évaluation signifie que toutes les opérations comptabilisées sont


évaluées conformément aux principes comptables généralement admis (plus bas du
coût ou de la valeur nette réalisable, par exemple) appliqués de façon constante d’un
exercice à l’autre.

Le critère de comptabilisation signifie que les opérations sont correctement


totalisées, comptabilisées et centralisées conformément aux règles généralement
admises en la matière, appliquées de façon constante (imputations conformes aux
règles du plan comptable général, par exemple).

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


10
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Le critère d’information signifie que les comptes annuels, dans leur ensemble (bilan,
compte de résultats, annexes) présentent, dans le cadre d’une image fidèle, toutes les
informations :

- Requises par les textes,


- Nécessaires à leur compréhension.

Ces informations doivent être présentées conformément aux normes généralement


admises, appliquées de façon constante.

La connaissance approfondie de ces critères évitera à l’auditeur, le plus souvent, de


procéder à des travaux de contrôles inutiles dans la mesure où ils ne contribuent pas à
la construction de l’opinion finale.

Lorsqu’il émet une opinion finale sur les comptes annuels, l’auditeur court le risque
que l’un des critères précédemment définis ne soit pas (en totalité ou partiellement
rempli et qu’il en résulte une erreur significative non décelée).

Ce risque est dû, d’une part aux particularités de chaque entreprise, d’autre part à
l’auditeur lui-même.

La méthode qui guide l’auditeur est essentiellement fondée sur une bonne
adéquation des moyens mis en œuvre pour les contrôles aux risques encourus par
chaque dossier. Pour bien comprendre la méthode, il est donc important que chaque
auditeur comprenne les différents niveaux de risque qui existent dans une entreprise,
dans le cadre d’une mission d’audit.

A cet effet, on distingue :

- Le degré général de risque qui est dû, d’une part au secteur auquel appartient
l’entreprise (certains secteurs d’activité comportent des risques plus grands
inhérents à la nature de leur activité et / ou à la complexité de leurs opérations :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


11
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
D’autre part, à la situation générale de l’entreprise (la structure plus ou moins
étoffée, l’attitude générale de la Direction et du personnel face aux problèmes de
contrôle, les difficultés financières… sont autant d’éléments qui peuvent créer des
risques, plus ou moins grands, d’erreurs dans les comptes, car ils influent sur toutes
les opérations).

- Le risque potentiel propre à chaque circuit d’information financière en raison de


la nature, de la valeur et du volume des opérations qui y transitent. En effet, une
erreur de conception dans un système de traitement de l’information (omission
d’un point de contrôle important, par exemple) peut avoir une incidence sur
chacune des opérations qui transitent par ce système. Le risque cumulé
d’erreurs sera d’autant plus grand que les transactions individuelles sont
nombreuses et de valeur importante.

- Le risque réel qui est, en fait, la valeur finale des erreurs commises dans les
comptes de l’exercice. Ce risque peut être différent du précédent dans la mesure
où, même si un contrôle n’est pas effectué, toutes les opérations concernées ne
sont pas nécessairement erronées.

- Si les deux premiers types de risque n’évoluent qu’en cas de modification


importante de la nature et de l’organisation générale de l’entreprise, le dernier
est différent tous les ans. L’objectif de la méthode est de fournir à l’auditeur les
moyens d’évaluer le risque réel en mettant en œuvre des contrôles adaptés à
l’ampleur du risque général et des risques potentiels.

Outre les risques dûs au fait que l’audit n’est pas un contrôle de toutes les
opérations, les risques dûs à l’auditeur sont ceux, tout au long de sa mission, de
commettre des erreurs techniques, de jugement …

Ces risques sont limités par :


- L’utilisation d’une méthode rigoureuse,
- La formation qu’il reçoit et qu’il acquiert par ses recherches personnelles,
- Les règles de sécurité mises en place par le cabinet auquel appartient l’auditeur
(Supervision des dossiers, revue indépendante des rapports, etc….)
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
12
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Le risque final de l’audit est le résultat de la conjonction des deux facteurs, à
savoir lorsque ni les moyens mis en œuvre par l’entreprise, ni ceux mis en œuvre par
l’auditeur ne permettent de déceler les erreurs.

Toutes ces notions de risques doivent, par ailleurs, être pondérées, en fonction de
la valeur relative des erreurs qui peuvent en découler (seules les erreurs significatives
sont recherchées par l’auditeur), ou de l’impact qu’elles peuvent avoir sur les relations
avec l’entreprise (fraude).

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


13
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
ANNEXE

RESUME DES CRITERES AUXQUELS DOIVENT REPONDRE


LES ELEMENTS QUI CONSTITUENT LES COMPTES ANNUELS

EXHAUSIVITE

• Saisie des opérations dès l’origine


• Enregistrement de toutes les opérations
• Respect de la séparation des exercices.

EXISTENCE

• Existence physique
• Réalité des opérations
• Respect de la séparation des exercices.

PROPRIETE

• Actifs (droits)

 Existence d’actes, titres contrats…


 Identification des nantissements hypothèques ….

• Passifs (obligations)
 Dettes effectives de l’entreprise.

EVALUATION

• Plus bas du coût ou de la valeur nette réalisable


• Permanence des méthodes d’évaluation.

COMPTABILISATION

• Imputation
• Totalisation
• Centralisation
• Permanence des méthodes de comptabilisation.

INFORMATION

• Détail des comptes et notes suffisantes et conformité aux normes.


• Permanence des modes de présentation.
• Présentation d’une image fidèle de la situation patrimoniale de
l’entreprise.
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
14
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2– METHODE D’AUDIT

2.1 PRESENTATION DE LA DEMARCHE GENERALE

2.2 PRISE DE CONNAISSANCE ET ORIENTATION GENERALE DE LA MISSION

2.3 ELEBORATION DE L’APPROCHE DE L’AUDIT : CONTROLES INTERNES ET

JUGEMENTS.

2.4 EXECUTION DES CONTROLES.

2.5 TRAVAUX DE FIN DE MISSION

X X

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


15
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2– METHODE D’AUDIT

2.1 SCHEMA DE LA DEMARCHE GENERALE

La démarche générale décrite répond aux étapes suivantes :

2.1.1 ETAPES

Chacune des étapes qui figurent sur le schéma ci-après est détaillée mais il est
important de comprendre au départ comment elles s’articulent.

Dans l’étape de prise de connaissance et d’orientation générale, l’auditeur a pour


objectif de réunir toutes les informations générales sur l’entreprise lui permettant :

- De comprendre les éléments qui influent sur les chiffres à vérifier;


- D’évaluer le degré général de risque auquel il sera confronté;
- D’identifier les transactions significatives sur lesquelles il va faire porter ses
offres;
- De préparer le descriptif de mission

La phase d’élaboration de l’approche permet à l’auditeur, pour chaque type


d’informations significatives :

- De comprendre comment elles sont générées et de quelle manière elles


aboutissent dans les comptes;
- D’évaluer les risques potentiels propres à chaque traitement d’informations;
- De définir les moyens qu’il va mettre en œuvre pour exécuter les contrôles (plan
d’approche).

Selon la nature des opérations et d’évaluation préliminaire qu’il a faite des systèmes
de l’entreprise, l’auditeur peut décider :

- De s’appuyer sur les contrôles mis en place par l’entreprise en vérifiant qu’ils
fonctionnent,
- Et / ou de procéder, à une validation plus ou moins étendues des comptes,
- Et / ou de mettre en œuvre certains contrôles spécifiques en raison du caractère
occasionnel de certaines opérations.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


16
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Dans la phase d’exécution des contrôles, l’auditeur réalise les contrôles qu’il a
décidé d’effectuer. Ces contrôles peuvent être résumés comme suit :

- Vérifier le fonctionnement des contrôles manuels ou informatiques sur les quels il


souhaite s’appuyer (un contrôle qui ne fonctionne pas équivaut à une absence
de contrôle) ;
- Quantifier les erreurs potentielles qui résultent des risques qu’il a identifiés;
- Vérifier les comptes de l’exercice (la nature et l’étendue des travaux dépendent,
des conclusions des étapes précédentes);
- Quantifier les risques réels identifiés précédemment ;
- Confirmer ses conclusions par un examen d’ensemble des comptes annuels
(cohérence avec la balance générale, informations dans les annexes…).

Après avoir procédé à certains travaux de fin de mission qui lui permettent d’établir
une synthèse rigoureuse de ses conclusions, l’auditeur est en mesure d’émettre son
rapport.

2.1.2 ETALEMENT DANS LE TEMPS

Si l’on veut schématiser l’étalement dans le temps de ces étapes, on distingue


généralement :

- une phase préliminaire (dite Intérim dans le jargon des auditeurs) qui couvre la
prise de connaissance et l’orientation de la mission, l’élaboration de l’approche
de l’audit et la vérification du fonctionnement des contrôles mis en place par
l’entreprise.

Cette phase doit avoir lieu suffisamment tôt avant la date de clôture pour permettre
la mise en œuvre des opérations nécessaires à la correction de certaines
anomalies, mais pas trop tôt pour que les conclusions tirées puissent être valables
pour tout l’exercice ;

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


17
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SCHEMA DE LA DEMARCHE GENERALE

1. PRISE DE CONNAISSANCE ET
ORIENTATION GENERALE DE LA
MISSION
DESCRIPTIF DE
MISSION
2. ELABORATION DE L’APPROCHE DE
L’AUDIT
• CONTROLES INTERNES
• JUGEMENTS
PLAN
D’APPROCHE

3. EXECUTION DES CONTRÖLES

- FONCTIONNEMENT DES CONTROLES

- CONTROLE DES COMPTES

- EXAMEN DES COMPTES ANNUELS

4. TRAVAUX DE FIN DE MISSION

ET REDACTION DU RAPPORT

RAPPORT

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


18
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- une intervention ponctuelle pour certains travaux spécifiques de fin d’exercice
(inventaires, confirmations…) ;
- la phase de contrôle des comptes, à proprement parler (dite final dans le jargon
des auditeurs), qui se situe au début de l’exercice suivant la clôture, quand les
comptes annuels sont prêts.

Cette distinction n’est toutefois pas toujours respectée dans la mesure où, selon
les missions :

- certaines étapes se trouvent regroupées :


- les travaux de contrôles peuvent, au moins en partie être anticipés.

L’existence de systèmes informatisés (même très sophistiqués) ne change rien à


la démarche générale de l’audit telle que décrite. Seuls certains aspects techniques
sont modifiés.

L’auditeur non spécialisé doit néanmoins acquérir une formations informatique


suffisante pour :

- être en mesure de discuter l’orientation et l’approche de l’audit des systèmes


informatisés avec les spécialistes;
- définir clairement les informations et travaux qu’il souhaite obtenir des
informaticiens et les exploiter ;
- procéder à certains contrôles périphériques aux traitements informatisés en
fonction des particularités de ceux-ci.

2.1.3 « PETITES ENTREPRISES » ET SYSTEMES SIMPLES

L’approche d’audit décrite est applicable quelle que soit la taille de l’entreprise ou
la complexité des systèmes. Elle s’applique donc aux petites entreprises et aux
systèmes simples.

Cependant, en raison des caractéristiques de la petite entreprise, on retiendra


dans la démarche de l’auditeur :

1. L’importance de la phase de prise de connaissance et d’orientation générale


qui permet à l’auditeur d’avoir une connaissance suffisante de l’entreprise pour
s’assurer qu’il aura les moyens de contrôler les comptes qui lui seront soumis
et déterminer s’il n’existe pas de risques si importants (notamment en ce qui
concerne l’exhaustivité des enregistrements et l’honnêteté de la direction) que
la mission ne soit pas acceptable.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


19
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2. L’allègement de la documentation nécessaire pour réaliser la phase
d’élaboration de l’approche de l’audit (narratif au lieu de digramme de
circulation de documents, non utilisation des feuilles « analyses des contrôles »
et « incidence des risques identifiés »….).

3. L’existence de contrôles internes jugés très souvent inefficaces par l’auditeur,


en raison essentiellement de l’absence de séparation des tâches, ne lui
permettant pas de s’y appuyer pour limiter l’étendue des sondages sur les
comptes, mais qu’il doit néanmoins considérer pour déterminer la nature,
l’étendue et le calendrier des contrôles à effectuer.

4. L’importance, en valeur relative, de la phase de contrôle des comptes par


rapport à une entreprise structurée. En effet, il est essentiel de préciser que les
sondages sur les comptes doivent porter non seulement sur les soldes au bilan,
mais également sur les mouvements en capitaux et les opérations enregistrées
dans le compte de résultat (c’est la conséquence de la fréquente impossibilité
pour l’auditeur de s’appuyer sur le contrôle interne).

2.2 PRISE DE CONNAISSANCE ET ORIENTATION GENERALE DE LA MISSION

L’objectif principal de la phase de prise de connaissance et d’orientation générale


de la mission est d’identifier les particularités de l’entreprise afin d’adapter les travaux
aux risques spécifiques qu’elles supposent, et d’obtenir ainsi une meilleure efficacité.

Cette phase comprend les étapes suivantes :

- Préciser les raisons et objectifs de la mission ;


- Connaître l’activité de l’entreprise ;
- Connaître l’environnement du contrôle interne ;
- Comprendre le système comptable ;
- Identifier les domaines significatifs pour la mission.

Les conclusions de ces étapes sont synthétisées dans le descriptif de mission.

2.2.1 SCHEMA DE L’ ETAPE

Voir schéma page 18

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


20
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
S C H E M A

PRISE DE CONNAISSANCE ET ORIENTATION GENERALE


DE LA MISSION

DEFINITION DES RAISONS ET OBJECTIFS


DE LA MISSION

CONNAISSANCE DE L’ACTIVITE DE
L’ENTRRPRISE

FACTURES EXTERNES FACTURES INTERNES POLITIQUE GENERALE

CONNAISSANCE DE L’ENVIRONNEMENT
DU CONTROLE INTERNE

IDENTIFICATION DES DOMAINES


SIGNIFICATIFS POUR LA MISSION

DONNEES REPETITIVES DONNES NON REPETITIVES

J
U
G
E
M
E
N
T
S

DESCRIPTION DE MISSION

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


21
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.2.2 PRECISER LES RAISONS ET OBJECTIFS DE LA MISSION

L’objectif principal d’une mission d’audit est de formuler une opinion motivée sur les
comptes annuels. Il est toutefois important que l’auditeur comprenne les motivations
profondes de son client pour pouvoir préciser cet objectif général. Il est difficile d’établir la
liste exhaustive des types de missions qui peuvent être assignées à un auditeur ; on peut
toutefois illustrer leur diversité avec les exemples suivants ! :

- Une mission d’audit légal (commissariat aux comptes) exige que l’auditeur mette en
œuvre les procédures de contrôle nécessaires pour respecter ses obligations
spécifiques. Les aspects légaux doivent donc prendre une importance accrue par
rapport au programme normal d’audit contractuel.

- Dans le cadre d’une mission contractuelle, la nature et l’étendue des travaux pourront
être différentes si :

• l’opinion doit porter sur des comptes sociaux établis en accord avec les
principes comptables généralement admis ou sur des comptes retraités en
accord avec les principes internationaux, par exemple ;
• les comptes soumis au contrôle sont ceux d’une filiale dans le cadre d’une
consolidation, ou ceux d’une société de même taille, mais indépendante (le
seuil de signification ne sera pas le même)
• les comptes doivent servir à la détermination d’un prix de cession ou être
soumis pour approbation annuelle aux actionnaires…

- Certains clients attendent de l’auditeur qu’il examine plus particulièrement certains


domaines, même si ceux-ci n’ont pas d’incidence directe ou significative sur la
certification des comptes (respect de certaines instructions, aspects opérationnels…).
- Par contre, certaines missions ont des objectifs plus restreints qu’une certification de
l’ensemble des comptes annuels : respect des termes d’un contrat spécifique,
recherche de fraudes…

Une bonne compréhension des objectifs de la mission permet à l’auditeur de n’omettre


aucun aspect important dans ses programmes de travail, et de fournir au client un produit fini
(certificat, rapport sur le contrôle interne…) réellement adapté à ses besoins. L’efficacité de
la mission s’en trouve accrue. Cette compréhension est confirmée par une lettre de mission.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


22
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.2.3 CONNAITRE L’ACTIVITE DE L’ENTREPRISE

La connaissance de l’activité de l’entreprise est fondamentale pour l’auditeur car elle lui
permet :

- d’identifier les risques généraux inhérents à cette activité (par exemple, problème
d’évaluation de la provision pour risque, dans les entreprise de construction
immobilière);
- de comprendre les éléments de l’environnement qui influent sur l’information
financière ;
- de déterminer les implications financières des décisions prises par la Direction;
- de comprendre comment se forment le chiffre d’affaires et le résultat;
- d’identifier les opérations inhabituelles;
- d’adapter ses contrôles aux spécificités de l’entreprise.

Les éléments nécessaires à cette connaissance relèvent de trois natures différentes :

- les facteurs externes,


- les facteurs externes,
- la politique générale de l’entreprise.

2.2.3.1 FACTEURS EXTERNES

Les facteurs externes qui affectent l’activité du client sont :

- l’environnement économique international, national et régional;


- les particularités de l’industrie considérée :

• tendance du marché; type de clientèle; spécificités légales, fiscales ou


comptables; condition de l’offre et de la demande; statistiques financières;
durée de vie des produits. .. ;

- La place de l’entreprise dans cet environnement :

• rang par rapport à la concurrence, écarts par rapport aux statistiques


moyennes,….

Pour obtenir et tenir à jour cette connaissance, l’auditeur se réfère généralement à la


presse spécialisée et à la documentation des organisations professionnelles.

2.2.3.2 FACTEURS INTERNES

Il s’agit ici des facteurs propres à l’entreprise qui influent sur son activité :

- Capacité de production,
- Localisation,
- Conventions syndicales,
- Possibilités de financement,
- Obligations statutaires particulières,…

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


23
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
En fait, tous les éléments qui bien que propres à l’entreprise, s’imposent à la Direction et
peuvent limiter sa liberté d’action.

2.2.3.3 POLITIQUE GENERALE

Les décisions et les actions de la Direction se traduisent directement sur les opérations et
les ressources de l’entreprise et doivent donc se refléter dans les comptes.
L’auditeur doit obtenir une connaissance suffisante de la politique générale en matière de :

- marketing,
- production,
- recherche,
- investissement,
- financement, ….

Pour lui permettre d’analyser efficacement les comptes (chiffres en contradiction avec les
options prises), de prévoir certains contrôles spécifiques (un changement fréquent de
catalogue pose nécessairement des problèmes de valorisation de stock, car il est
préjudiciable à la vente…)

L’auditeur doit développer, avec le personnel opérationnel et la Direction, des relations de


confiance qui lui permettront d’être informé, régulièrement et suffisamment tôt, de toute
décision de politique générale.

En résumé, cette connaissance de l’activité de l’entreprise permet à l’auditeur de


comprendre la signification des comptes annuels qui lui sont soumis, de poser les bonnes
questions et de pouvoir apprécier la qualité des réponses qui lui sont fournies. Outre
l’amélioration de la qualité de l’audit qui en résulte, cette connaissance permet d’apporter
une valeur ajoutée au client par l’entremise des recommandations pertinentes.

2.2.4 CONNAITRE L’ENVIRONNEMENT DU CONTROLE INTERNE

Il s’agit à ce stade, pour l’auditeur, de comprendre l’organisation générale de l’entreprise


en matière des saisies, enregistrements et contrôles des données financières afin de
déterminer :

- Les mécanismes généraux qui viennent renforcer la qualité des contrôles particuliers;

- L’état d’esprit manifesté par le personnel de l’entreprise (de la Direction au personnel

exécutant) face aux problèmes de contrôle.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


24
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.2.4.1 MECANISMES GENERAUX

Ces mécanismes sont des éléments de l’organisation générale de l’entreprise qui


contribuent à assurer le bon fonctionnement des contrôles au niveau des opérations
quotidiennes.

On peut citer :

- Organigrammes de l’entreprise et des services accompagnés de définition de


fonctions,
- Séparations de fonctions,
- Manuel des procédures comptables et administratives régulièrement mis à jour et
distribué,
- Plan comptable,
- Contrôle budgétaire (société, filiales),
- Service d’audit interne efficace,
- Documentaire claire et contrôlable,
- Sélection d’un personnel compétent,
- Définition de règles précises d’éthique professionnelle,
- Comité d’audit…

Dans une entreprise où les traitements de données sont informatisés, ces mécanismes
généraux de contrôle concernent :

- l’organisation et l’administration du service informatique (responsabilité, séparation de


fonctions, accès à la salle informatique…);
- les procédures de traitement (planning, accès à l’ordinateur, contrôle sur les
terminaux, protection de l’accès aux fichiers et aux programmes);
- le développement et la maintenance des systèmes.

2.2.4..2 ETAT D’ESPRIT

La direction et le personnel d’une entreprise peuvent être plus ou moins sensibilisés


aux phénomènes de contrôle. Cet aspect, très subjectif, permet néanmoins à l’auditeur
d’apprécier dans quelle mesure les contrôles prévus par les procédures risquent d’être
contournés : moins le personnel sera sensibilisé et plus l’auditeur devra être vigilant.

Pour apprécier la qualité de cet état d’esprit, l’auditeur examine les éléments suivants :

- La philosophie générale de l’entreprise (procédures écrites ou orales, attitude vis-à -


vis du fisc et des organes de contrôle…) ;
- Les réactions de la Direction face aux problèmes soulevés par les auditeurs internes
ou externes ;
- La pression mise sur le personnel pour respecter les prévisions (sanctions, bonus …) ;
- Les comparaisons entre le réel et le budget : fait-on essentiellement ressortir les
écarts ou en recherche-t-on les raisons ?
- L’auditeur recherche, en fait les éléments psychologiques qui peuvent pousser le
personnel à tourner ou à respecter les règles internes.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


25
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.2.4.2 INCIDENCE SUR L’AUDIT

L’existence d’un bon environnement ne garantit pas l’efficacité des contrôles du


traitement des données.

Toutefois, l’absence d’un environnement satisfaisant peut nuire à l’efficacité des


contrôles et, en conséquence, à la fiabilité des informations produites.

C’est pourquoi, outre l’évaluation préliminaire de l’environnement qui est faite dans la
phase de prise de connaissance générale de la mission, tous les membres de l’équipe
doivent garder cette notion présente à l’esprit pendant toute la mission et porter à l’attention
de l’associé et /ou du responsable de mission tout élément qui pourrait remettre en cause
l’évaluation initiale. Ces éléments doivent faire l’objet d’un complément au Descriptif de
mission et faire l’objet des mêmes approbations.

2.2.5 COMPRENDRE LE SYSTEME COMPTABLE

Avant d’avancer plus avant dans la définition de son plan de travail, l’auditeur doit
comprendre l’organisation générale du système comptable qui a une incidence sur
l’ensemble des opérations.

En particulier, l’auditeur examine :

- La conception du système
• manuel ou informatique ?
• centralisé ou décentralisé ?
• propre à l’entreprise ou sous-traité ?

- L’articulation du système comptable dans l’ensemble du système d’information de


l’entreprise :

• d’où proviennent les données saisies ?


• quelles sont les responsabilités d’ordre comptable qui sont déléguées à des
services opérationnels ?

- les données produites et leur utilisation :


• statistiques,
• rapports internes,

Cette compréhension générale du système comptable permet à l’auditeur de déterminer :

- la nécessité d’avoir recours à des spécialistes en informatique ;


- les systèmes qui doivent être analysés, c’est-à-dire ceux qui sont significatifs et ceux
qui sont utiles pour l’audit.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


26
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.2.6 IDENTIFIER LES DOMAINES SIGNIFICATIFS POUR LA MISSION

Après avoir identifié les raisons et objectifs de la mission, prix connaissance de l’activité de
l’entreprise et de son organisation générale, l’auditeur procède à une analyse critique des
informations recueillies afin d’identifier celles qui sont significatives pour sa mission et les
classer selon leur nature.

2.2.6.1 DOMAINES SIGNIFICATIFS

Les domaines significatifs pour la mission peuvent être classés en trois catégories :

- les comptes ou groupes de comptes significatifs :

Il s’agit des comptes ou groupes de comptes qui peuvent, par leur valeur et / ou leur
nature, receler ou créer des erreurs significatives dans les comptes;

- les erreurs qui, bien que non significatives en valeur pourraient nuire à l’image de
marque de l’auditeur ou à ses relations avec le client si elles n’étaient pas détectées;
- les obligations légales dont le respect doit être vérifié par l’auditeur.

A. Les comptes ou groupes de comptes significatifs

Cette phase repose essentiellement sur l’analyse comparative des comptes annuels
(contrôle indiciaire, détail par types d’informations….) et permet à l’auditeur de déterminer :

- les données sur lesquelles il va faire porter ses efforts


- les méthodes qu’il va utiliser pour contrôler ces données.

Les comptes ou groupes de comptes significatifs pour la mission sont ceux qui recèlent
ou créent des risques d’erreurs dans les comptes annuels.

Pour les déterminer, l’auditeur doit prendre en considération de nombreux éléments qui
sont tous intimement liés à la notion de risque analysée précédemment.

La valeur (ou importance relative)

Tous les comptes (ou groupes de comptes) qui représentent une part importante des
comptes annuels sont à priori significatifs car l’auditeur a besoin de s’assurer qu’ils sont
correctement évalués.
Cette valeur est généralement calculée par rapport à des chiffres de référence tels que :

• Total actif,
• Résultat,
• Situation nette,
• Chiffre d’affaires…

Par exemple : des stocks qui représentent 20% de l’actif sont à priori significatifs.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


27
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
La probabilité d’erreurs

Certains comptes dont le solde est, à première vue, peu significatif sont importants
pour l’auditeur car ils recèlent une plus grande probabilité d’erreurs que les autres.

Relèvent plus particulièrement de cette catégorie :

• les comptes par lesquels transitent un nombre important des données ou des
données de forte valeur individuelle (Ex : compte de travaux en cours dont le
solde est mineur à une date donnée);
• les comptes qui sont fortement affectés par un processus de jugement (Ex. :
provision pour garantie);
• les comptes qui font appel à des techniques comptables complexes (Ex. : la
valorisation des stocks dans une entreprise à cycle long de production);
• les comptes qui présentent des anomalies apparentes : en comparant les
comptes de l’exercice avec les comptes des années antérieures ou les
comptes de situations intermédiaires ou prévisionnelles, l’auditeur peut
identifier des variations anormales ou des éléments (caisses créditrices, par
exemple) qui laissent à penser que la probabilité d’erreurs est forte;
• quelques comptes qui par nature sont porteurs de risques (comptes d’attente
à régulariser, comptes affectés par un changement de législation en cours
d’exercice.

B. Les erreurs ayant un impact préjudiciable sur les relations avec l’entreprise

Certaines erreurs, non significatives en valeur, sont importantes pour l’auditeur parce que
leur non-détection pourrait nuire à l’image de marque du cabinet.

Il s’agit par exemple :

- du non respect, par une filiale, des règles de délégation de pouvoir édictées par le
groupe ;
- de l’accord d’une augmentation de rémunération ou d’une prime sans respecter les
règles édictées par la maison mère;
- de l’existence de conflits d’intérêts ou d’irrégularités ;
- des possibilités d’économie détectées lors des contrôles (impôts…).

L’auditeur doit être attentif à ces types de problèmes, sans pour autant y affecter un
temps disproportionné.

C. Obligations légales

L’auditeur considère comme significatifs les comptes qui sont soumis à des obligations
légales, en raison des risques que le non-respect de ces obligations pourrait faire courir à
l’entreprise ou aux dirigeants.
Il s’agit par exemple :

• du respect des règles fiscales et douanières,


• des règles du droit social,
• des conventions interdites,

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


28
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
• du capital minimal…

De plus, dans le cadre du commissariat aux comptes, ces aspects relèvent des
obligations spécifiques de contrôle.

Après avoir identifié les comptes significatifs pour la mission, l’auditeur analyse les
données qui alimentent ces comptes en fonction de leur nature.

On distingue trois types de données :

- les données répétitives,


- les données non répétitives,
- les données résultant de jugements.

L’approche de l’auditeur sera différente pour chacune de ces données dans la mesure où
elles recèlent généralement des risques de natures différentes.

2.2.6.2 DONNES REPETITIVES

Certaines informations contenues dans les comptes annuels résultent du traitement


régulier des données comptables de base (Ex. : le chiffre d’affaires résulte de
l’enregistrement des factures de ventes).

Ces données sont généralement caractérisées par leur nombre important et leur valeur
unitaire relativement réduite.
L’auditeur n’a pas la possibilité de vérifier toutes ces données il va donc chercher à
s’appuyer sur les contrôles mis en place par l’entreprise pour limiter ses travaux sur les
comptes.

Ces données peuvent également servir dans l’exercice de certains jugements.

2.2.6.3 DONNEES NON REPETITIVES

Les données non répétitives sont celles qui résultent :

- soit d’opérations cycliques, comme la détermination des quantités en stock par un


inventaire physique de fin d’exercice;
- soit d’opérations hors exploitation normale : fusion, réévaluation, contrat spécifique…

Le caractère ponctuel de ces opérations exige de l’auditeur qu’il :

- évalue à l’avance les principes et les procédures qui seront appliqués par l’entreprise ;
- planifie rigoureusement ses contrôles sur ces opérations.

2 .2.6.4 JUGEMENTS

Les jugements sont les nombreuses estimations, évaluations, choix et décisions aux quels
procède le personnel de l’entreprise lors de la préparation des comptes annuels
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
29
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
(Ex. évaluation des provisions pour risques et charges).

Ces jugements sont parfois purement subjectifs et ne sont généralement pas soumis, de la
part de l’entreprise, à des contrôles rigoureux. Pour vérifier les données comptables qui
résultent de ces jugements, l’auditeur distingue :

- les principes (exemple, les taux utilisés pour calculer la provision pour dépréciation
des comptes clients sont –ils réalistes ?) ;
- les données de bases utilisées (exemple, les taux ci-dessus sont-ils appliqués sur une
balance par ancienneté de créance correctement établie ?).

Les données utilisées sont souvent le résultat de traitements répétitifs. L’auditeur doit
s’assurer que ces traitements sont inclus dans ses travaux sur les données répétitives.

L’ensemble des éléments obtenus lors de cette prise de connaissance de l’entreprise va


permettre à l’auditeur de préparer le descriptif de mission et de planifier l’intervention.

2.2.7 DESCRIPTIF DE MISSION

L’objectif du descriptif de mission est double :

- Synthétiser et justifier les options majeurs prises pour l’approche de la mission ;


- Communiquer à l’ensemble de l’équipe les données essentielles de la mission qui
permettront à chacun de mieux comprendre les incidences du travail qui lui est confié.

2.2.7.1 PREPARATION ET APPROBATION

Ce document est préparé chaque année avant le début de toute exécution des contrôles
et quelle que soit la taille de la mission.

Le contenu du descriptif varie en fonction de chaque mission, mais tous les chapitres,
définis par l’annexe ci-jointe, doivent être considérés et leur absence justifiée.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


30
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Ce plan est soumis à l’approbation de l’associé qui prendra soin de s’assurer que son
contenu est conforme à la lettre de mission et d’identifier les éléments confidentiels qui ne
doivent pas être adressés au client si celui-ci demande une copie du descriptif.

Après approbation, le descriptif est distribué à tous les intervenants sur la mission (sans
oublier les spécialistes fiscaux, en informatique….)

Tout élément découvert ultérieurement et remettant en cause le contenu de ce


document doit faire l’objet d’une note complémentaire soumise aux mêmes règles
d’approbation.

Dans le cas particulier de l’audit des comptes de groupe effectué par des équipes ou des
bureaux différents, les responsables de l’audit des comptes de la société mère préparent un
descriptif couvrant l’audit de l’ensemble du groupe. Les responsables de chaque filiale
préparent un complément à ce descriptif en se concentrant sur les particularités de la filiale.

2.2.7.2 ASPECTS MATERIELS

De nombreux aspects du descriptif de mission sont en fait, la reprise d’éléments qui sont
détaillés dans le dossier permanent, ou ne sont pas sujets à des modifications d’année en
année.

L’auditeur qui le prépare doit donc mettre en œuvre tous les moyens qui évitent des
recopies inutiles :

- photocopie des feuilles de travail qui sont dans le dossier permanent ;


- machine de traitement de texte permettant de simples mises à jour ultérieures….

Dans tous les cas, les évolutions par rapport aux années antérieures doivent être
clairement mises en évidence.

Si le descriptif de mission peut paraître représenter un investissement en temps, il est


fondamental et, dans la majeure partie des cas, il ne demande, dès la deuxième année,
qu’un nombre limité de mises à jour.

2.2.7.3 CONTENU INDICATIF DU DESCRIPTIF DE MISSION

Présentation du client

- dénomination sociale (y compris la forme juridique),


- code client,
- organisation générale :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


31
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
• appartenance à un groupe,
• divisions,
• départements
• filiales et participations ;

- historique,
- actionnaires,
- description de l’activité et particularités,
- nom des principaux dirigeants et contacts,
- localisations (adresses, téléphones, télex…)

- date de clôture :
• comptes sociaux,
• comptes de groupe,

- Etendue de la mission

- commissariat aux comptes,


- audit contractuel,
- revue d’informations financières trimestrielles,
- limitation éventuelle des travaux
- etc,

En fait, tous les éléments permettant de définir le type de certificat à émettre.

- Généralités comptables

- Principes et méthodes comptables utilisés :

• pour les comptes sociaux,


• pour les comptes de groupe,
• retraitements à effectuer pour passer des uns aux autres,

- système comptable :

• centralisé / décentralisé,
• manuel / informatique,

- contrôle budgétaire et comptes intérimaires :


• présentation,
• fiabilité passée…
- Domaines sensibles

- Description des domaines sensibles et des difficultés comptables :

• rencontrés les années précédentes (éventuellement par les auditeurs


précédents),
• spécifiques de l’année en cours,

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


32
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- conséquences sur l’orientation de la mission,
- solutions proposées.

- Intervention de personnes extérieures au cabinet

- Co-auditeurs (co-commissaires aux comptes) :

• nom du cabinet et des responsables du dossier,


• coordonnées,
• étendue des travaux,
• accords pris pour la revue des dossiers

- conseillers (juridiques, fiscaux, experts-comptables…) :

• nom et coordonnées,
• types de travaux effectués,

- spécialistes :

• dans certains cas, il peut être nécessaire d’avoir recours à des experts pour la
mission

- Intervention des spécialistes internes


- fiscalités ou informaticiens :

• nature et étendue des travaux demandés,


• rapports ou notes internes à émettre,
• dates d’intervention et de remise de conclusions.

- Rapports à émettre
- Liste, nombres d’exemplaires,
- Distribution,
- Date d’émission.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


33
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
ANNEXE N°1 CHIFFRES SIGNIFICATIFS

- Comparatifs sur plusieurs exercices


- Comparaisons par rapport à la concurrence
- Comparaison par rapport au budget
- Objectif pour exercice
- Seuil de signification retenu
- Ratios
- Analyse par secteur

Il appartient à chaque responsable de mission de définir les chiffres à retenir, mais on peut
citer :

- Effectif
- Total bilan
- Situation nette
- Chiffres d’affaires
- Marge brute
- Résultat
- Fonds de roulement.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


34
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.3 ELABORATION DE L’APPROCHE DE L’AUDIT :
CONTROLES INTERNES ET JUGEMENTS

Après avoir prix connaissance de l’entreprise et sélectionné les données et jugements sur
lesquels il fera porter ses contrôles, l’auditeur va chercher à comprendre comment chacun de
ces éléments est généré par le système d’information de l’entreprise.

Cette recherche doit lui permettre d’identifier les risques d ‘erreurs inhérents à chaque circuit
d’information et d’adapter son programme de contrôle en conséquence.

2.3. SCHEMA DE L’ETAPE


Comme le montre le schéma ci-après, les phases de cette étape varient selon la nature des
données sélectionnées.

2.3.2 DONNES REPETITIVES


2.3.2.1 Rappel des objectifs

Comme nous l’avons vu précédemment, les données répétitives sont généralement


caractérisées par :
- leur nombre important,
- leur valeur individuelle relativement fiable par rapport au total des données contrôlées.

L’auditeur ne peut envisager de les contrôler toutes ; il va donc chercher à s’appuyer sur les
contrôles mis en place par l’entreprise pour assurer la fiabilité de son système de saisie et de
traitement de l’information.

Autrement dit, au lieu de vérifier une par une les opérations de l’entreprise pour s’assurer
quelles répondent bien aux critères, l’auditeur va chercher à prouver que les contrôles mis
en place par l’entreprise sont suffisamment rigoureux pour empêcher ou identifier (et
corriger) certains types d’anomalies. Seuls les types d’opérations pour lesquels les critères
ne sont pas remplis, ou pour lesquels l’auditeur ne compte pas faire de sondage sur les
contrôles de l’entreprise (pas assez probants), nécessitent pour l’auditeur des travaux
approfondis de vérification des comptes correspondants.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


35
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
ELABORATION DES L’APPROCHE D’AUDIT :
CONTROLES INTERNES ET JUGEMENTS

DESCRIPTION DE MISSION

Données Données non Jugements de


Répétitives Répétitives l’entreprise

ANALYSE DES
PRINCIPES ET
DONNEES UTILES

A partir des
DONNEES oui données non
COMPREHENSION DES
SYSTEMES répétitives ?
P
R
I
N
IDENTIFICATIONS DES
C
RISQUES POTENTIELS
I
APPRECIATION DES
P
RISQUES POTENTIELS
E
D’ERREURS
S

Oui Existe-t-il non


des
contrôles ?
Réponden
t-ils aux
objectifs

O
U
I
Utiles
pour
l’Audit

O
U
I

PLAN D’APPROCHE

Programme de Programme
Vérification du pour quantifier
Fonctionnement les erreurs
Des contrôles potentielles

APPROCHE DU PROGRAMME DE CONTROLE DES COMPTES

LIMITE ETENDU SPECIFIQUE

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


36
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
A titre d’exemple, un des objectifs de l’audit est de démontrer que toutes les ventes sont
facturées (exhaustivité du chiffre d’affaires) : si l’entreprise effectue un rapprochement
informatique des bons d’expédition et des factures et édite un listing des bons d’expédition
facturés, l’auditeur peut, après avoir vérifié que le rapprochement est correctement et
régulièrement effectué, se limiter à vérifier que les anomalies décelées par le rapprochement
est correctement et régulièrement effectué, se limiter à vérifier que les anomalies décelées
par le rapprochement ont été corrigées (provision pour factures à établir, par exemple). Si le
rapprochement n’est pas fait par l’entreprise, l’auditeur doit y procéder lui-même.

Il est donc important, avant d’aborder l’analyse et l’évaluation des systèmes détaillés, que
l’auditeur ait présent à l’esprit les critères que doivent remplir les éléments qui constituent
les comptes annuels et définisse comment les contrôles mis en place par l’entreprise
peuvent l’aider à s’assurer qu’ils les remplissent effectivement.

Les contrôles mis en place par l’entreprise concernent :

- la sécurité du traitement des données ;

- la protection des actifs sans lesquels il existerait des risques de pertes non enregistrées.
Cette protection peut être assurée, soit par des moyens physiques (cadenas, coffres…),
soit par des mesures de sauvegarde financière (relance des clients, contrôle des factures…);

- la séparation des fonctions dont l’absence nuit à l’efficacité des contrôles précédents.

Lors de l’évaluation de la qualité des contrôles mis en place par l’entreprise, l’auditeur doit
garder présent à l’esprit que cette qualité est fortement dépendante de l’affectation de la
responsabilité de chaque contrôle à des personnes ayant toute la capacité nécessaire pour
le réaliser :

Par exemple, l’autorisation d’une opération telle qu’un achat d’immobilisation ne doit
pas être donnée par la secrétaire de service achats. Cette autorisation n’aurait aucune
valeur réelle, car cette personne ne possède vraisemblablement pas les capacités
nécessaires à donner une telle autorisation.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


37
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Pour évaluer la qualité des contrôles mis en place par l’entreprise, l’auditeur formule les
objectifs qu’ils doivent remplir pour que les données traitées répondent effectivement aux
critères précédemment définis : exhaustivité, existence, propriété, évaluation,
comptabilisation et information.

Chacun des systèmes jugé significatif et produisant des données répétitives est ensuite
analysé comme suit :

A. Identification des sous-systèmes

Les différents types de données traitées par un système (Ex. : systèmes paie, sous
systèmes ouvriers et employés) sont identifiés et l’auditeur détermine autant de sous-
systèmes qu’il existe de circuits différents.
Cette étape est généralement partie intégrante de la prise de connaissance de l’entreprise
(domaines significatifs), mais peut être affinée avant la description.

B. Recherche des informations

L’auditeur identifie les documents et livres de chaque système et comprend le circuit suivi
par l’information depuis l’origine de l’opération jusqu’à sa centralisation au Grand Livre.

A titre d’exemple, un système de ventes inclut :

- La réception des commandes,


- L’expédition des marchandises,
- La facturation,
- La comptabilisation dans le journal des ventes et les comptes clients,
- La centralisation au Grand Livre.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


38
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
L’auditeur comprend comment chacune de ces étapes s’articule avec la
précédente afin de pouvoir ensuite s’assurer qu’il n’y a pas de rupture dans le
traitement de l’information (tant en nombre de données qu’en qualité).

La recherche d’informations sur les circuits de documents s’effectue, en règle


générale, par entretiens avec les membres du personnel susceptibles de bien connaître
le processus global.
Il est important, à ce stade, de ne pas se laisser entraîner dans une description
exhaustive de tous les détails des opérations : il ne faut retenir que ce qui est utile pour
comprendre le flux des opérations.
Il ne faut pas, néanmoins, omettre de prendre en considération :

- Les opérations extra-comptables qui peuvent être utiles pour l’audit,


- Les étapes des traitements informatisés.

C. Description des systèmes

Les informations recueillies précédemment doivent pouvoir servir à :


- identifier les étapes du circuit où des contrôles doivent être mis en place par
l’entreprise pour éviter ou détecter les erreurs significatives,
- préparer des programmes de contrôles adaptés,
- transmettre la connaissance du système aux auditeurs qui interviendront les
années suivantes.
Il est donc important qu’elles soient clairement documentées. Cette documentation
se fait à l’aide de :

- diagrammes de circulation de l’information qui permettent de réaliser :


• les documents qui interviennent dans le système ( y compris les comptes
généraux ou auxiliaires),
• le processus de traitement de l’information (y compris l’informatique).
- Narratifs complémentaires au diagramme ;
- Copies des documents utilisés ou créés par l’entreprise.
- Les techniques précises de documentation sont analysées ultérieurement.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


39
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.3.2.3 - Evaluation préliminaire des systèmes

L’objectif de cette étape est de déterminer :


- comment les objectifs de contrôle s’appliquent aux systèmes étudiés,
- comment les contrôles mis en place par l’entreprise permettent d’atteindre ces
objectifs,
- si l’information collectée sur le système est correcte,
- l’efficacité théorique des contrôles prévus et les risques inhérents aux systèmes
du fait de l’absence de contrôles qui répondent aux objectifs.

A. Comment les objectifs de contrôles s’appliquent aux systèmes étudiés

A partir de son diagramme et de sa compréhension du système, l’auditeur


détermine, pour chaque étape de la procédure, comment les objectifs de contrôle
s’appliquent.

Autrement dit, pour chaque objectif, l’auditeur utilise le diagramme de circulation des
documents pour identifier les points du circuit où des erreurs pourraient être commises.
Il commence généralement par la fin du circuit (c’est-à-dire le Grand Livre qui doit faire
l’objet du contrôle final) et remonte jusqu’à l’origine.

B. Recherche des contrôles mis en place par l’entreprise

Après avoir identifié les points du circuit où des contrôles sont nécessaires pour
remplir les objectifs, l’auditeur recherche ceux (manuels ou informatisés qui ont été mis
en place par le client à ses fins.

Deux cas peuvent se produire :


- Soit l’auditeur dispose, dans les informations qu’il a obtenues lors de sa prise de
connaissance du système, des éléments pour répondre et il n’a pas besoin de
faire des recherche complémentaires ;
- Soit il ne dispose pas des éléments et il doit alors s’adresser au personnel de
l’entreprise (niveau hiérarchique suffisant pour avoir une vue d’ensemble du
système, mais aussi une connaissance pratique du travail effectué) pour

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


40
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Obtenir des compléments d’information. Cette démarche doit être entreprise pour
toutes les étapes pour lesquelles l’auditeur n’a pas, a priori, les éléments pour dire
qu’un contrôle peut être dû à une compréhension insuffisante du système.

Les contrôles ainsi identifiés sont résumés dans la colonne II de la feuille


« Analyse des contrôles » et détaillés dans des narratifs annexés au diagramme.

C. Confirmation de l’existence des contrôles

Lors de la première mission, l’auditeur qui analyse et décrit les systèmes court le
risque :

- soit d’avoir déformé certaines informations ;


- soit d’avoir obtenu des informations sur ce qui devrait être et non pas sur ce qui est.

Les années suivantes, il serait inefficace d’ignorer les descriptions faites les années
précédentes, mais des modifications peuvent avoir été apportées aux systèmes par
l’entreprise (en particulier, prise en considération des recommandations faites par les
auditeurs). L’auditeur doit donc s’assurer qu’il n’y a pas eu de changement et, sinon,
mettre à jour sa documentation.

Dans les deux cas, l’auditeur effectue un test de confirmation de l’existence des
procédures (test d’existence) c’est – à – dire que, pour chaque système décrit, il
sélectionne une opération représentative des différents types d’opérations qui sont
traitées et vérifie que les procédures décrites sur le diagramme sont le reflet de la
réalité et que des contrôles internes identifiés dans la feuille « analyse des contrôles »
existent effectivement.

Pour la réalisation matérielle de ce test, l’auditeur procède comme suit :

- en partent du Grand Livre, pour être sûr de sélectionner une opération qui a été
entièrement traitée, il remonte la description du système en prenant, à chaque
étape, une copie du document concerné (Ex. Grand Livre, journal des ventes,
facture, compte client, bordereau d’expédition, bon de commande).
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
41
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- Sur les copies de ces documents, l’auditeur identifie :
- La matérialisation des contrôles effectués :
- Les classements et services desquels les documents ont été extraits.

Les documents ainsi obtenus, référencés, sont classés en annexe du diagramme,


permettant :
- Une visualisation claire du système :
- La justification de la mise à jour du dossier permanent (le test de l’exercice
précédent est transféré dans le dossier de l’exercice auquel il comprend).

Si, au cours de son test, l’auditeur constate qu’un contrôle qu’il avait décrit n’est pas
exécuté (ou découvre un contrôle important qu’il n’avait pas identifié), il examine, tout
d’abord, les autres documents qui en sont au même stade de traitement pour s’assurer
qu’il n’est pas en présence d’une exception. Si cet examen confirme l’anomalie ou la
modification du système; tous les documents du dossier (diagramme, narratif, analyse
des contrôles…) sont mis à jour et le raisonnement décrit dans la suite du guide est
refait pour ce point particulier.

D. SEPARATION DES TACHES

Les tests d’existence étant réalisés, l’auditeur procède alors à l’évaluation des
contrôles manuels ou informatiques mis en place par l’entreprise. Mais avant de
procéder à cette évaluation il doit remplir, pour chaque système étudié, la grille de
séparation des tâches » afin, lors de son évaluation des contrôles de faciliter
l’identification de problèmes de séparation de tâches qui nuiraient à leur efficacité.

Les grilles de séparation des tâches telles qu’elles figurent dans le guide
d’évaluation des contrôles listent des opérations et des contrôles types pour un système
déterminé. Ces opérations et ces contrôles ne peuvent être représentatifs de ceux qui
peuvent exister en pratique. L’auditeur devra donc adapter et compléter ces grilles des
opérations et des contrôles faisant l’objet de son évaluation.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


42
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
E. EVALUATION DES CONTROLES

Lorsque l’auditeur identifie les contrôles mis en place par le client, il doit se poser
deux questions :
1. Ces contrôles permettent-ils d’atteindre les objectifs définis ?
2. Ces contrôles peuvent –ils lui être utiles ?
Pour juger de l’utilité des contrôles dans le cadre de sa mission, l’auditeur doit se
demander si :

- Ils méritent d’être vérifiés :


. Certains contrôles, par leur complexité, demandent à l’auditeur un temps et un volume
de travail disproportionnés par rapport à la garantie acquise par la vérification de leur
bon fonctionnement. L’auditeur doit, dans ce cas chercher s’il n’existe pas un autre
moyen plus efficace pour vérifier que l’objectif est atteint.
. Certains contrôles n’ont pas, par ailleurs, une force probante suffisante.

Par exemple, la seule existence du visa d’un employé sur un document n’est pas
nécessairement suffisante pour prouver qu’un contrôle a été effectué et bien effectué.
- Ils sont vérifiables : un contrôle non matérialisé ne peut pas être vérifié a
posteriori ;

F. CONSEQUENCE DE L’EVALUATION DES CONTROLES

Lors de l’évaluation des contrôles, l’auditeur peut aboutir à deux types de


conclusions.

1. Les contrôles existent, permettent d’atteindre les objectifs et sont utiles

Dans ce cas, l’auditeur va chercher à s’assurer qu’ils fonctionnent réellement et qu’il


peut donc les utiliser pour limiter ses travaux de validation des comptes (voir chap.24 –
Exécution des contrôles). Le programme de vérification est référencé dans la colonne
VI de l’Analyse des contrôles.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


43
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2. Les contrôles n’existent pas, ne permettent pas d’atteindre les objectifs, ou ne sont
utiles à l’audit.

Dans ce cas, il est clair que l’auditeur ne va pas chercher à vérifier leur
fonctionnement. Toutefois, avant de procéder à un contrôle approfondi des comptes
affectés, il doit évaluer l’incidence potentielle de cette « absence de contrôles ».

Pour procéder à cette évaluation, l’auditeur utilise la feuille « Incidence des


risques identifiés ».
Dans la première colonne de cette feuille, il doit indiquer clairement les raisons
du risque d’erreurs car la nature et l’étendue des tests à effectuer en dépendent
directement.

En effet, la nature et surtout l’étendue des tests à effectuer seront différents selon
que le « risque » sera dû à l’absence de contrôles internes ou à l’existence de contrôles
internes ne pouvant être rédigés comme suit :

a. La raison est l’absence de contrôle mis en place par l’entreprise.


Exemple : absence de contrôle pour s’assurer de la transmission exhaustive du service
facturation à la comptabilité des factures et avoirs pour enregistrement au journal des
ventes.
b. La raison est l’inefficacité d’un contrôle. Exemple : rapprochement de banque –
contrôle inefficace car effectué par la personne (M.X) qui tient les journaux de
trésorerie.
c. La raison est que le contrôle a été jugé inutile à l’audit.
Par exemple : absence de matérialisation du rapprochement effectué par la
comptabilité générale entre la balance des comptes individuels clients et le
Grand Livre.

Dans la deuxième colonne, il indique le libellé des comptes pouvant être affecté
par le risque d’erreurs.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


44
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Dans la troisième colonne, il indique l’impact potentiel du risque d’erreurs identifié
sur les comptes annuels faisant l’objet de la certification. Il ne faut pas dans cette
colonne répéter le risque d’erreurs mentionné dans la première colonne de la feuille
« Analyse des contrôles » mais bien l’impact sur les comptes annuels. La formulation
pourra être par exemple : « sous-évaluation des stocks et des en-cours ».

2.3.3 DONNES NON REPETITIVES


2.3.3.1 Rappel

Les données non répétitives sont celles qui résultent :

- soit d’opérations cycliques ;


- soit d’opération hors exploitation normale.
Le caractère ponctuel de ces opérations exige de l’auditeur qu’il :

. évalue à l’avance les principes et les procédures qui seront appliqués par l’entreprise;
. planifie rigoureusement ses contrôles sur ces opérations.

2.3.3.2 OPERATIONS CYCLIQUES

Les données financières qui sont le résultat d’opérations cycliques font


généralement l’objet de procédures spécifiques :

- il s’agit de l’inventaire physique de fin d’année, de l’évaluation annuelle des


stocks, du calcul de la provision pour hausse de prix…

Ces procédures, souvent moins formalisées que celles qui concernant les données
répétitives, n’étant appliquées que de façon sporadique (une fois par an ), sont
généralement moins bien assimilées par le personnel de l’entreprise et recèlent donc
plus de risques pour l’auditeur, d’autant qu’elles sont souvent à l’origine de données
significatives dans les comptes annuels.

Il est donc important que l’auditeur s’assure à l’avance de la fiabilité théorique de


ces procédures (compétence du personnel chargé de les appliquer, contrôles mis en
place pour détecter les erreurs…), en procédant de la même façon que pour les
données répétitives.
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
45
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
La vérification du fonctionnement de ces procédures devra être rigoureusement
planifiée dans la mesure où ces procédures sont généralement appliquées à une date
intermédiaire entre celle où il procède à l’évaluation du contrôle interne et celle où il
procède au contrôle des comptes.

Il faut rappeler, à ce stade, que ces procédures servent souvent à confirmer des
données répétitives (exemple, l’inventaire physique confirme l’inventaire permanent),
l’auditeur doit donc décider laquelle des deux procédures est la plus probante (dans
l’exemple précédent, c’est l’inventaire physique) et adapter son travail en conséquence.

Pour mieux comprendre la méthode à suivre pour la vérification de ce type


d’opération, l’auditeur se reportera au chapitre « Inventaire physique ».

2.3.3.3. OPERATIONS HORS EXPLOITATION NORMALE

L’activité d’une entreprise est périodiquement affectée par des opérations hors
exploitation normale et parfaitement ponctuelles : fusion, réévaluation.
Ces opérations sont généralement traitées hors du système normal, donc plus sujettes
à des erreurs.

L’auditeur décèle ce type d’opérations lors de son analyse préliminaire (revue des
comptes intermédiaires), mais il doit également développer des relations suffisantes
avec les responsables de l’entreprise afin d’être informé, de préférence à l’avance de ce
type d’opérations.

Dès qu’il les a décelées ou qu’il en est informé, l’auditeur doit obtenir toutes les
informations nécessaires pour :
- évaluer l’impact sur le comptes de l’exercice ;
- juger du bien-fondé de l’opération, si nécessaire ;
- déterminer ce qui, dans l’opération, relève de l’application d’une mécanique
comptable (Ex. : application systématique d’un indice réévaluation) et ce qui
relève du jugement de l’entreprise (choix de l’indice) ;
- évaluer les risques ;
- élaborer un programme de contrôles spécifiques.
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
46
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.3.4 JUGEMENTS
2.3.4.1 Rappel

Les jugements sont les nombreuses estimations, évaluations, choix et décisions


auxquels procède le personnel de l’entreprise lors de la préparation des comptes
annuels (Ex. : évaluation des provisions pour risques et charges).

Ces jugements affectent plus ou moins tous les types de données qui viennent
d’être examinés.

L’audit des jugements implique :


- une compréhension du processus ;
- une approche différente des principes et des données auxquels ils s’appliquent.

2.3.4.2 COMPREHENSION DU PROCESSUS


Les jugements exercés par les responsables de l’entreprise sont de nature différente :

1. Ceux qui relèvent essentiellement du choix de politique générale (choix des


principes comptables à suivre, d’informations à révéler dans les comptes
annuels…) ;
2. ceux qui sont appliqués pour évaluer certains comptes en particulier.

Pour vérifier le bien fondé des premiers, l’auditeur peut se référer aux normes de la
profession.

Pour les secondes, il est fondamental que l’auditeur comprenne :


- l’objectif du jugement :
Par exemple, évaluer la provision pour dépréciation des stocks à rotation lente;

Les éléments qui influent sur le chiffre final :

Dans l’exemple précédent, on peut citer la rotation actuelle des produits, mais aussi
les décisions qui peuvent modifier la rotation future (arrêt de fabrication, lancement
d’un produit concurrent….);
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
47
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- les hypothèses faites sur ces éléments :
à partir de quand un produit peut-il être considéré comme à rotation lente ? ce
produit peut-il quand même être vendu moyennant une décote ?
- la façon dont tous ces éléments sont pris en considération dans le raisonnement
suivi par l’entreprise ;
- les modalités pratiques d’application du raisonnement.

Au cours de cette phase d’analyse, l’auditeur distingue les éléments du processus


qui relèvent de données purement subjectives de celles qui relèvent de données
ponctuelles.

Evaluation des risques dus aux principes

L’auditeur cherche à identifier les étapes du raisonnement ou les options prises qui
pourraient avoir une incidence significative sur les chiffres auxquels il aboutit et
détermine si l’ensemble du raisonnement suivi permet d’obtenir une représentation
raisonnable des circonstances actuelles, des tendances connues et des informations
disponibles (Image fidèle).

Pour réaliser cette étape, l’auditeur prend en considération les éléments suivants :
- les bases des hypothèses :

l’auditeur considère les raisons du choix des hypothèses.


Est-ce que la sélection était purement subjective ou soutenue par d’autres informations
(par exemple, statistiques financières, historiques, industrielles) ? Est-ce que les
hypothèses représentent une interprétation raisonnable des données de base? Est- ce
que des sources d’information suffisantes et appropriées ont été prises en
considération?
- la possibilité d’hypothèses alternatives :
- l’auditeur considère si d’autres hypothèses auraient été plus appropriées et, dans
ce cas, comment les hypothèses alternatives auraient-elles influencé les
résultats du jugement.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


48
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Est-ce que le client a envisagé un ensemble d’hypothèses? Pourquoi les
hypothèses alternatives ont –elles été rejetées.

- la constance des hypothèses :


L’auditeur évalue si les hypothèses ont été appliquées de façon constante par
rapport aux années antérieures.

Dans quelle mesure les modifications d’hypothèses sont -elles justifiées par des
changements dans les données ou les circonstances ? Les critiques émises
précédemment ont –elles été prises en considération ?

- le degré de subjectivité
L’auditeur évalue le degré de subjectivité impliqué dans le « processus » de
jugement. Plus un jugement est subjectif, plus le risque pour l’auditeur est important.

Pour les jugements qui impliquent une part importante de subjectivité, l’auditeur qui
impliquent une part importante de subjectivité, l’auditeur examine avec une attention
particulière les pratiques que l’entreprise a mises en place pour augmenter la
probabilité que ces jugements soient raisonnablement précis.

- les pratiques du client pour augmenter le caractère raisonnable des jugements.


Alors que la sûreté des jugements ne peut être contrôlée de la même façon que la
précision des données, il existe des pratiques qu’un client peut adopter pour accroître le
caractère raisonnable des jugements. Les exemples des pratiques du client que
l’auditeur prend en considération quand il évalue la probabilité d’erreurs comprennent :

• La désignation de personnel compétent pour porter ces jugements.

Le personnel désigné est-il suffisamment expérimenté et bien informé pour porter les
jugements nécessaires ?
Les résultats de ces jugements ont-ils une incidence quelconque sur l’évaluation
personnelle ou la rémunération de la personne désignée ?

• La revue et l’approche
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
49
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Le jugement est-il sujet à revue à un niveau hiérarchique approprié ?
La revue est -elle complète ?

• La comparaison régulière avec les réalisations ultérieures.


Le client compare-t-il les résultats réels avec les résultats estimés et, si besoin est,
raffine-t-il le « processus de jugements » ?

• Les experts
Le client consulte-t-il des experts quand le jugement implique des domaines
hautement techniques ou spécialisés ?
• La justification des hypothèses

Le client exige-t-il que les bases des hypothèses fondamentales soient


documentées et justifiées en fonction de l’information disponible ?
• Les données appropriées

Le système comptable fournit-il des données utiles au développement des


hypothèses? Par exemple, le système du client fournit-il des données concernant les
consommations de stocks pouvant être exploitées en vue d’apprécier une obsolescence
éventuelle ?

• Les instructions pour interpréter les informations

La direction fournit-elle au personnel impliqué dans le « processus de jugement »


les instructions nécessaires à l’application des hypothèses ? Par exemple, les critères
d’identification de l’obsolescence potentielle (tels que consommations, quantités
d’articles en stock) sont-ils communiqués à la personne effectuant la revue détaillée des
stocks obsolètes ?
• Enfin, l’auditeur prend en considération les motivations de la direction et voit s’il
existe des possibilités pour la direction de porter des jugements déraisonnables.
Il apprécié également l’exactitude des jugements précédents du client. Dans la
mesure où les évaluations antérieures ont été confirmées par les résultats, on

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


50
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
peut considérer qu’ils constituent des éléments démontrant la fiabilité du
processus de jugement.

Evaluation des risques dus aux données utilisées

L’auditeur doit évaluer la fiabilité de toutes les données significatives utilisées par
l’entreprise :

1. pour augmenter le caractère raisonnable des jugements ;


2. ou lors du calcul final des chiffres.

En effet, quelle que soit la rigueur du raisonnement, si les données de base sont
erronées, les chiffres le seront aussi.
Citons deux exemples :

- la provision pour garantie est calculée par application du pourcentage des coûts
de garantie supportés sur les articles similaires vendus antérieurement. Si le
pourcentage est calculé en comparant les coûts de garantie de la période « n »
au chiffre d’affaires de la même période, il y a de fortes chances pour que ce
pourcentage soit faux ;
- la provision pour dépréciation de comptes clients est calculée par application de
pourcentage de dépréciation progressifs en fonction de l’antériorité des
créances. Les pourcentages sont considérés comme raisonnables par l’auditeur ,
mais la balance par antériorité de créances est erronée (les avoirs émis sont
considérés comme des créances courantes au lieu d’être imputés sur les
factures qu’ils annulent).

L’auditeur doit donc s’assurer que toutes les données qui ont une incidence
significative sont incluses dans les données répétitives qu’il a analysées précédemment
ou compléter l’étendue de ses travaux.
Les risques ainsi identifiés sont reportés sur une feuille « Incidence des risques
identifiés » et font l’objet de la même évaluation que les autres.
Ayant ainsi déterminé à l’avance les zones de risques inhérentes à chaque jugement,
l’auditeur peut :
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
51
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- discuter avec l’entreprise des mesures à prendre pour les limiter et
éventuellement corriger les erreurs de raisonnement ;
- bâtir sont programme de contrôle (sur les données et l’application des
hypothèses) qui sera plus ou moins étendu selon l’ampleur des risques ;
- programmer l’exécution de ces contrôles.

CONFIRMATION DES RISQUES AVEC LE CLIENT

A ce stade de la démarche, l’auditeur a évalué les risques potentiels d’erreurs


dans les comptes dus à l’absence ou à l’insuffisance de contrôles, ou aux processus de
jugement.

La nature et l’étendue de ces risques vont influer sur la nature, l’étendue et le


calendrier de ses contrôles. Il est donc essentiel que l’auditeur confirme la réalité de ces
risques avec le personnel responsable de l’entreprise. En effet, l’auditeur peut avoir
omis ou n’avoir pas été informé de l’existence de certains contrôles ou de données
complémentaires qui viendraient réduire les risques (données statistiques produites
par un service opérationnel, par exemple).

Cette confirmation est une sécurité qui peut éviter à l’auditeur de faire des travaux
inutiles. Les informations complémentaires obtenues doivent, bien sûr , faire l’objet de
la même analyse que les autres.

PLAN D’APPROCHE
Objectifs

Le plan d’approche est un document établi annuellement qui permet à l’auditeur de


synthétiser compte par compte (ou groupe de comptes par groupe de compotes) :
- les éléments qui influent sur la nature et l’étendue de ses travaux de contrôle des
comptes ;
- les techniques d’audit choisies pour vérifier que ces comptes remplissent bien
les critères définis à la page 8. (Le choix de ces techniques est influencé par le
fait que certaines d’entre elles permettent de vérifier plusieurs critères en même
temps et qu’il faut toujours opter pour celle qui est la plus efficace) ;
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
52
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- le lien entre les diverses étapes de la mission.

Ce document permet, par ailleurs, de planifier rigoureusement les travaux à effectuer


et de communiquer la stratégie générale des contrôles aux membres de l’équipe.

CONTENU

Il n’y a pas de contenu type d’un plan d’approche car l’étendue des informations qui
doivent y figurer dépend de la mission, du compte, de la complexité du contrôle…
Néanmoins, pour chaque compte ou groupe de comptes on doit au moins y trouver les
types d’informations décrites ci-après.

A. Caractéristiques du compte
- Valeur à la clôture de l’exercice précédent, dans les comptes intermédiaires, et /
ou prévue à la fin de l’exercice.
- Taille de la population et répartition
- Données et jugements qui influent sur le compte
- Expérience des années antérieures
- Evénement exceptionnel
- Nouveaux types d’opérations
- Changements de personnel ou de système intervenus ou prévus
- Liens avec d’autres comptes.

B. Appréciation du risque

Il s’agit, en fait, ici, de faire la synthèse des risques décrits sur la feuille « Incidence
des risques identifiés » et des risques généraux (environnement du contrôle interne,
par exemple).
L’auditeur prend soin de lister ces risques par ordre décroissant d’importance

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


53
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
C. Nature, étendue et calendrier des travaux à entreprendre

En règle générale, cette partie comprend :

- l’identification des contrôles mis en place par l’entreprise et sur lesquels


l’auditeur compte s’appuyer ;
- la nature et l’étendue des travaux à effectuer pour vérifier que ces contrôles
fonctionnent effectivement ;
- la façon dont ces contrôles seront utilisés en fin d’exercice pour valider les
comptes ;
- les grandes lignes du programme de contrôle des comptes ;
- les travaux nécessaires pour quantifier les risques identifiés et l’impact de ces
risques sur le programme de contrôle des comptes ;
- la nature et l’étendu des travaux à effectuer sur les données non répétitives.

Chacune de ces étapes est suivie de la date à laquelle ces travaux doivent être
effectués. Lors de la conception de cette approche, l’auditeur devra tenir compte des
inter-relations existant entre les diverses procédures et entre les comptes su les
quantités en stock à la fin de l’exercice sont par exemple, saisies par un inventaire
physique de fin d’exercice, il n’est pas nécessairement utile de prévoir des sondages
sur l’enregistrement des mouvements de stock sur le kardex.

Préparation et approbation

Chaque auditeur responsable d’une partie de la phase d’élaboration de l’approche


prépare un projet de plan d’approche pour les comptes qui le concernent.

L’ensemble de ces projets est revue par le responsable du dossier qui consulte
également les spécialistes fiscaux, en informatique…et qui formalise l’ensemble du
plan.
Le contenu du plan d’approche est discuté avec l’associé qui approuve formellement
le plan définitif.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


54
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
EXECUTION DES CONTROLES

2.4.1 SCHEMA DE L’ETAPE

Comme le montre le schéma N°4, page suivante, l’approche des contrôles varie
selon que l’on peut, ou non, s’appuyer sur les contrôles mis en place par l’entreprise.

2.4.2 VERIFICATION DU FONCTIONNEMENT DES CONTROLES

Lors de la phase d’élaboration de l’approche de la mission, l’auditeur a identifié les


contrôles mis en place par l’entreprise et sur lesquels il compte s’appuyer. Ces
contrôles sont ceux et uniquement ceux qui lui paraissent :

- permettre d’atteindre les objectifs de contrôle ;


- être utiles à sa mission.

Cette appréciation préliminaire, effectuée sur la base d’un descriptif du système, est
insuffisante : l’auditeur doit s’assurer, tous les ans même si les systèmes n’ont pas
changé, que ces contrôles sont correctement effectués tout au long de l’exercice.

La nature et l’étendue des travaux à effectuer pour vérifier le fonctionnement des


contrôles dépend essentiellement :

- Du contrôle lui-même (chaque entreprise utilise des moyens qui lui sont propres
pour assurer le fonctionnement de son système d’information financière) ;

- De l’objectif de l’auditeur (celui-ci dépend de la confiance que l’auditeur souhaite


accorder au contrôle mis en place par l’entreprise et du type de risque qu’il entend
contrôler).

Il n’est donc pas possible d’établir un programme type de vérification du


fonctionnement des contrôles. Les développements qui suivent ont pour objet d’aider
dans le choix des techniques de vérification et la détermination de l’étendue des
sondages.
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
55
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
L’EXECUTION DES CONTROLES

Données pour lesquelles Données pour lesquelles


on souhaite s’appuyer on ne souhaite pas Jugements de
sur les contrôles mis en s’appuyer sur les contrôles l’entreprise
place par l’entreprise mis en place par
l’entreprise

PLAN D’APPROCHE

Programme de Programme pour


Vérification du quantifier les
Fonctionnement erreurs
Des contrôles potentielles

APPROCHE DU PROGRAMME DE CONTROLE DES COMPTES

LIMITE ETENDU SPECIFIQUE

VERIFICATION DU
FONCTIONNEMENT
DES CONTROLES

Non
Révision du
POSITIVE ? plan
d’approche

o
u QUANTIFIER LES ERREURS
i POTENTIELLES

LIMITE ETENDU SPECIFIQUE

ARRETE DES PROGRA MMES DE CONTROLE DES COMPES

REALISATION DU CONTROLE DES COMPTES

CONCLUSION

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


56
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.4.2.1 Nature des contrôles

On classe généralement les contrôles mis en place par les entreprises en deux
catégories :

- Les contrôles de prévention, c’est-à-dire ceux qui doivent empêcher les erreurs
de se produire dans le traitement normal des opérations;
- Les contrôles de détection, c’est-à-dire ceux qui doivent permettre d’identifier et
de corriger les erreurs qui se seraient produites malgré les contrôles de
prévention.

Pour illustrer ces deux notions, on peut prendre les exemples suivants :
Un employé de l’entreprise est chargé de rapprocher les factures avec les bons de
commande et les bons de réception et matérialisé ce contrôle par apposition de son
visa sur chaque facture (contrôle de prévention pour éviter la comptabilisation de
factures erronées).

Un listing des bons de livraisons non facturés est édité par l’ordinateur, examiné et
annoté régulièrement par le chef comptable (contrôle de détection). Dans ce cas,
l’auditeur vérifie que le listing produit est exact, s’assure que le chef comptable annote
effectivement le listing et que ses commentaires sont justifiés.
Ces deux types de contrôle n’ont pas, pour l’auditeur, la même force probante.

En effet :
- Chaque contrôle de prévention couvre une opération individuelle, alors que les
contrôles de détection couvrent un ensemble d’opérations (si, pour s‘assurer
qu’un objectif est atteint, l’auditeur ne pouvait se fier à un contrôle de détection).

2.4.2.2. NATURE DES SONDAGES


Les sondages ont, pour objectif, de s ‘assurer que les contrôles ont fonctionné
pendant toute la période, sur toutes les données et que les erreurs détectées ont été
corrigées.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


57
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
La nature de ces sondages, dits « sondages sur les contrôles internes » effectués
est principalement fonction du système lui-même :

Pour vérifier que toutes les expéditions sont facturées, une entreprise peut, par
exemple, éditer un listing informatique de rapprochement entre les numéros des
bons d’expéditions et des factures correspondantes ou utiliser un classement des
bons d’expédition en attente de facturation. Outre la différence de caractère
probant entre les deux procédures, la nature des sondages effectués par
l’auditeur sera adaptée à chacune d’elles.

On peut toutefois classer les types de sondages sur les contrôles internes que peut
réaliser l’auditeur selon leur nature et déterminer à quels objectifs ils peuvent
correspondre.

On distingue généralement :

- l’enquête qui consiste à demander aux personnes chargées de faire les contrôles
comment elles procèdent. Si ce type de contrôle peut s’appliquer partout, il n’a
qu’une force probante excessivement limitée.
- L’observation qui consiste à regarder la réalisation matérielle d’un contrôle . Si ce
type de contrôle est bien adapté à la vérification de l’existence physique de
certains moyens de protection. (Ex. / coffre –fort, grilles de protection des zones
de stockage…), il est peu probant pour démontrer qu’un contrôle est
régulièrement et correctement effectué. En effet, la seule présence de l’auditeur
pousse généralement le personnel à apporter un soin particulier à son travail.
- L’examen de l’évidence du contrôle qui consiste à s’assurer que l’élément qui
matérialise la réalisation du contrôle (Ex. : signature ou état de contrôle) existe
effectivement. Si cet élément ne peut exister que si le contrôle a été effectué
(Ex. : rapprochement de banque) sa seule présence est probante.

Par contre, si la réalisation du contrôle n’entraîne pas la création d’un document


particulier (Ex. : apposition d’une signature), la présence de l’élément qui matérialise le
contrôle ne sera pas suffisante pour prouver à l’auditeur que le contrôle a été effectué. Il
n’est qu’un élément de présomption qui doit être considéré en fonction de
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
58
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
l’environnement du contrôle interne et des autres éléments probants obtenus. Ce type
de sondage ne doit toutefois pas être négligé, car il présente l’avantage de la rapidité et
de facilité d’exécution et permet de confirmer les autres.

- La répétition des contrôles qui consiste à refaire le travail exécuté par le


personnel de l’entreprise pour vérifier que l’on arrive au même résultat. Cette
technique est de loin la plus probante, mais aussi la plus onéreuse.

Il convient également de préciser que, selon la nature du contrôle auquel elle est
appliquée, cette technique ne prouve pas la même chose :

Si, en refaisant un rapprochement de banque, l’auditeur aboutit au même résultat


que l’employé de l’entreprise, il aura démontré que le contrôle est correctement
effectué ;
Par contre, si en refaisant les calcules d’une facture, l’auditeur ne trouve pas
d’erreurs, il aura démontré que cette facture est correctement calculée, mais pas
nécessairement que le calcul avait effectivement été vérifié par la personne qui
avait approuvé la facture (la présence d’une erreur prouverait, quant à elle, que
le contrôle n’avait pas été effectué).

Lors de la préparation de son programme de contrôle, l’auditeur doit donc utiliser


avec discernement ces différentes techniques en fonction de ce qu’il cherche à
prouver.

2.4.2.3 REDACTION DU PROGRAMME

Le programme de travail est rédigé selon le modèle de la page suivante.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


59
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
HND
OBJET : PROGRAMME DE REFERENCE :

Client SYSTEME OU COMPTES FOLIO :


Exercice
Fait/PAR DATE : FAIT

REFERENCE DESCRIPTION DES CONTROLES A EFFECTUER ECHANTILLON REF. FEUILLES DE REF. FEUILLES TRAVAUX
(Nombre étalement dans le temps, mode de TRAVAIL EXPLICATIVES COMPLEMENTAIRES POUR PAR LE
sélection) DETAILLEES DES PROBLEMES QUANTIFIER LES ERREURS
RENCONTRES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


60
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Les étapes sont numérotées (Col. 1) pour permettre les inter- références avec
« l’analyse des contrôles » et l’Incidence des risques identifiés

Chaque étape est détaillée (col.2) de façon à permettre une délégation des sondages
aux auditeurs les moins expérimentés et une utilisation aisée les années suivantes si le
système ne change pas.

Enfin, ce programme est revu par le responsable de la mission avant que les sondages
ne soient effectués.

2.4.2.4 Réalisation des sondages

Pour la réalisation des sondages sur les contrôles internes, l’auditeur peut utiliser les
méthodes empiriques ou les Méthodes statistiques. Il appartient, toutefois, à celui qui
rédige le programme de fixer l’étendue des sondages à effectuer et les périodes qui
doivent êtres couvertes (col.3).

Le choix de la technique de sondage dépend, essentiellement, du degré de confiance


que l’auditeur veut obtenir dans les résultats de ses sondages.

Il faut, toutefois rappeler que pour la vérification du fonctionnement des contrôles :

- la valeur unitaire des transactions vérifiées n’a d’importance que si elle implique
un contrôle particulier : par exemple, le fonctionnement d’un contrôle sur une
facture de 100F est aussi probant que sur une facture de 10 000 F;
- le sondage doit généralement prouver que le contrôle a fonctionné sur toute
l’année, donc l’échantillon ne doit pas être sélectionné sur une période limitée.

L’auditeur à qui est déléguée la réalisation de ces sondages, documente ses travaux
sur des feuilles de travail et il date, signe et référence (col. 4,5 et 6) le programme
pour justifier du travail effectué et faciliter la supervision.

Les conclusions détaillées sur les feuilles de travail sont synthétisées dans la
colonne « 5 » du programme.
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
61
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
2.4.2.5 CONCLUSIONS DES SONDAGES

L’auditeur peut se trouver confronté aux situations suivantes :

1. Le sondage ne relève aucune anomalie :


Les conclusions de l’évaluation préliminaire sont confirmées et l’auditeur
peut préparer son programme de contrôle des comptes détaillé selon les
grandes lignes qu’il avait fixées dans le plan d’approche

2. Le sondage relève des anomalies :


L’auditeur se retrouve alors au même stade que pour les contrôles inexistants ou
inutiles pour sa mission. Il doit donc évaluer l’incidence des défaillances et modifier son
plan d’approche des comptes concernés.
Les modifications du plan d’approche doivent faire l’objet d’un document formel
soumis aux mêmes règles d’approbation que le plan initial.

2.4.2.6 RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE

Pendant les phases précédentes de sa mission, l’auditeur constate des problèmes


qui ont une incidence directe sur sa mission et ou peuvent contribuer à améliorer
l’efficacité de l’entreprise.

Il est important que ces constatations soient :


- discutées avec les responsables de la société ;
- confirmées par écrit, dans un rapport sur le contrôle interne.

La qualité de ce rapport est très importante car elle a un impact direct sur l’image
du cabinet. Pour le contenu et la forme de ce type de rapport, l’auditeur se reportera au
Manuel des normes d’audit.

Le rapport sur le contrôle interne doit être, de préférence, envoyé suffisamment tôt
avant la fin de l’année pour permettre au client d’engager une action corrective qui
pourra changer le travail de l’auditeur au moment de l’audit final des comptes;

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


62
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Certaines circonstances amènent parfois l’auditeur à envoyer un rapport sur le
contrôle interne après l’audit des comptes. L’objectif du rapport reste le même, mais
l’auditeur ne pourra escompter une intervention du client que pour les prochains
exercices.

Par contre, l’auditeur pourra compléter ses constatations préliminaires par leurs
incidences réelles sur les comptes de l’exercice, et éventuellement, y ajouter les
problèmes nouveaux décelés lors du contrôle final des comptes.

2.4.3 QUANTIFICATION DES ERREURS POTENTIELLES

L’auditeur à précédemment identifié :


- les objectifs de contrôle pour lesquels les contrôles mis en place par l’entreprise
sont soit inexistants, soit insuffisants, soit sans utilité pour l’auditeur ;
- les contrôles sur lesquels il comptait s’appuyer, mais dont le fonctionnement
s’est avéré défaillant.

Il doit donc à partir du plan d’approche et du résultat des sondages sur les contrôles,
préparer un programme lui permettant de quantifier les effets des erreurs potentielles.

L’objectif de ce programme de travail est de définir la nature et l’étendue réelle des


travaux de contrôle des comptes qui seront nécessaires pour déceler les anomalies qui
résultent de ces zones de risques et évaluer leur incidence sur l’opinion d’audit.
Le programme et les sondages doivent être documentés au même titre que pour la
vérification du fonctionnement des contrôles.
Après la réalisation effective des travaux, l’auditeur doit confronter ses conclusions avec
celles qui avaient été tirées dans le plan d’approche et, si nécessaire, procéder à une
modification de ce dernier.

Ces travaux peuvent se réaliser en deux étapes :

- lors de l’intervention intérimaire, l’auditeur peut quantifier les erreurs commises


dans les derniers comptes disponibles de l’entreprise, cette étape permet déjà
d’avoir une bonne évaluation du risque total sur l’exercice

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


63
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- lors du contrôle des comptes (pour toute l’année ou pour les mois écoulés depuis
l’intervention précédente).

2 .4.4 CONTROLE DES COMPTES

L’auditeur dispose, à ce stade, de tous les éléments nécessaires à la préparation (ou


finalisation de son programme de contrôle des comptes.

2.4.4.1 Programme
A. Généralité
Le programme détaillé du contrôle des comptes est rédigé à partir du plan
d’approche et de la feuille « Incidence des risques identifiés », à l’aide du guide de
contrôle des comptes, et de toutes les informations obtenues, à ce stade, par l’auditeur.

La rédaction du programme se fait selon le modèle ci-joint.


L’auditeur doit prendre garde à :
- S’exprimer clairement :
La délégation des tâches en sera facilitée.
- Classer les contrôles dans un ordre logique :
L’efficacité des contrôles en sera améliorée.
- regrouper les contrôles non pas dans l’ordre du plan comptable, mais en fonction
des inter-relations qui existent entre les comptes.

Par exemple, le programme de vérification des emprunts doit couvrir en même


temps le long terme, le court terme, les intérêts passés en charges, payés d’avance et
restant à payer.
- prévoir, avant tout contrôle de détail, une analyse critique des chiffres pour
s’assurer qu’aucun élément n’est intervenu pouvant remettre en cause les
conclusions des phases précédentes de la mission.

B. Nature et étendue des contrôles de l’auditeur

L’auditeur doit obtenir les éléments de preuve suffisants en qualité et en quantité pour
formuler son opinion sur les comptes annuels.
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
64
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Pour atteindre cet objectif, l’auditeur dispose des techniques suivantes, par ordre
décroissant de force probante :
- l’observation physique ;
- la confirmation directe ;
- l’examen des documents reçus par l’entreprise ;
- l’examen des documents crées par l’entreprise ;
- les contrôles arithmétiques ;
- les analyses, estimations, rapprochements et recoupements entre les
informations obtenues et les documents examinés ;
- les comparaisons avec des données antérieures, postérieures et prévisionnelles
ou avec des données d’entreprises similaires ;
- les informations verbales obtenues des dirigeants et employés de l’entreprise.
L’auditeur doit choisir celles qui lui apportent la valeur suffisante dans les meilleures
conditions de temps.

Son choix, quant à la nature des contrôles qu’il va effectuer dépend :

- des caractéristiques des comptes ;


- de l’appréciation des risques ;
et doit lui permettre :

• soit de confirmer qu’il n’y a pas d’erreurs dans les comptes,


• soit d’évaluer l’incidence réelle des erreurs sur les comptes.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


65
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
FEUILLE DE TRAVAIL

PROGRAMME DE CONTROLE DES COMPTES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


66
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Client OBJET : PROGRAMME DE REFERENCE :

SYSTEME OU COMPTES FOLIO :


Exercice
Fait/PAR DATE : FAIT

REFERENCE DESCRIPTION DES CONTROLES A EFFECTUER ECHANTILLON REF. FEUILLES REF. FEUILLES TRAVAUX
(Nombre étalement dans le temps, DE TRAVAIL EXPLICATIVES COMPLEMENTAIRES PAR LE
mode de sélection) DETAILLEES DES POUR QUANTIFIER LES
PROBLEMES ERREURS
RENCONTRES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


67
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Si l’auditeur est satisfait de l’efficacité des contrôles dont il a vérifié le
fonctionnement, il limite l’étendue de ses travaux de contrôle des comptes concernés,
sans omettre de s’assurer que les anomalies mises en évidence par les contrôles
effectués par le personnel de l’entreprise ont bien été corrigées.

Dans le cas d’une entreprise qui tient un registre de rapprochement entre les
bordereaux d’expédition et les factures, en supposant que l’auditeur ait démontré que le
registre est bien tenu, pour vérifier que la séparation des exercices a été correctement
réalisée, il peut se limiter à :

• Vérifier que la dernière expédition de l’exercice a bien mouvementé les stocks et


fait l’objet d’une facture sur l’exercice,

• Vérifier que tous les bordereaux pour lesquels, d’après le registre, aucune
facture n’a été émise sur l’exercice, ont bien fait l’objet d’une provision pour
facture à établir.

Si l’auditeur n’est pas satisfait de la fiabilité des contrôles, trois cas peuvent se
produire :
- Le risque d’erreur peut être corrigé par l’entreprise avant la fin de l’exercice,
l’auditeur doit alors convaincre son client de prendre les mesures qui s’imposent
et s’assurer de l’efficacité de ces mesures.

L’entreprise prévoyait de relever les quantités en stock à la fin de l’exercice d’après


l’inventaire permanent contrôlé par des inventaires tournants.

L’inventaire permanent ne s’avère pas fiable, l’auditeur doit obtenir du client qu’il
procède à un inventaire physique de fin d’exercice et y assister.

- Seul un travail plus étendu de l’auditeur peut permettre de cerner l’incidence


réelle du risque.

L’auditeur a constaté que l’entreprise saisit mal ses litiges avec les clients ; il peut
prévoir, par exemple :
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
68
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
• D’augmenter le nombre des demandes de confirmation directe qu’il va envoyer
et procéder à cette demande à la fin de l’exercice et non pas à une date
antérieure;
• Etendre ses travaux sur la balance par ancienneté de créances…

- L’auditeur est dans l’impossibilité de cerner l’incidence réelle de l’anomalie et de


la faire corriger.

L’inventaire physique ne s’est pas déroulé dans de bonnes conditions et des doutes
importants pèsent sur les quantités; l’entreprise n’ayant pas de système d’inventaire
permanent, l’auditeur est dans l’impossibilité d’évaluer les erreurs.

Il sait, et peut en informer son client à l’avance, qu’il ne sera pas en mesure de
certifier les comptes sans réserve.

En ce qui concerne les jugements et les opérations hors exploitation normale,


l’auditeur a précédemment examiné les principes utilisés et les données auxquelles ils
s’appliquent, son programme de contrôle des comptes consistera à vérifier que
l’application s’est bien déroulée.

Le programme détaillé est approuvé par le responsable de la mission

2.4.4.2 Réalisation des sondages

L’objectif des sondages sur les comptes est de vérifier qu’aucune erreur significative
n’existe dans les comptes de l’exercice. L’étendue de ces sondages dépend de la
confiance que l’auditeur a obtenue dans les contrôles mis en place par l’entreprise et
des risques qu’il a identifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


69
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
A. Choix de l’échantillon

Pour choisir l’échantillon sur lequel il va exécuter ses contrôles, l’auditeur :

1. Identifie tout d’abord si des éléments de la population, par leur nature ou


leur valeur, exigent un contrôle spécifique (éléments clefs).

Par exemple : dans une balance clients, trois soldes représentent 40% du
compte ; ils seront vérifiés systématiquement ; les soldes créditeurs
doivent également être contrôlés.
2. Décide de l’étendue des sondages qu’il doit effectuer sur le reste de la
population.

Pour cette dernière étape, l’auditeur peut procéder de façon :


- empirique
- ou statistique

Quel que soit le mode de sélection utilisé, l’échantillon choisi doit être contrôlé
intégralement pour que les résultats obtenus puissent répondre aux objectifs définis
précédemment.

B. Matérialisation des sondages effectués

Comme pour tous les autres travaux effectués au cours de la mission, les sondages
sur les comptes sont documentés sur des feuilles de travail (Voir chap.34) qui sont
classées dans le dossier de l’exercice.

2.4.4.3 Conclusions des sondages

Si au cours de ses sondages sur les comptes, l’auditeur ne constate aucune


anomalie, il pourra conclure que son objectif est rempli et que les comptes sont
corrects.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


70
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Si, par contre, l’auditeur constate, dans son échantillon, des anomalies, il doit tout
d’abord s’interroger sur la nature de ces anomalies :
- purement isolées
- ou révélatrice d’une rupture importante du système qui n’avait pas été décelé
précédemment.

Il évalue ensuite l’incidence de l’anomalie sur le l’ensemble du / ou des comptes


concernés.

Chaque auditeur récapitule l’incidence des différentes anomalies qu’il a constatées


sur un sommaire des ajustements proposés, le chef de mission dissociant ceux que le
client accepte de passer dans ses comptes définitifs et ceux qui devront être pris en
compte lors de la discussion finale des conclusions.

2.4.5 EXAMEN DES COMPTES ANNUELS


Après le contrôle des comptes, l’auditeur a acquis la conviction (avec
éventuellement des réserves) que le Grand Livre est correct.

Il lui faut, à ce stade, s’assurer que les comptes annuels dans leur ensemble :
- reflètent bien les comptes qu’il a vérifiés (regroupements de comptes …..);
- sont cohérents ;
- tiennent comptes des modifications demandées au cours de l’audit.

Les comptes annuels font donc l’objet d’un examen global et sont référencés au
dossier d’audit.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


71
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Programme Annuel de Contrôle des
Comptes (à titre indicatif)

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


72
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Sommaire :

A. Compte de résultat

B. Immobilisations incorporelles

C. Immobilisations corporelles

D. Titres de participation et autres immobilisations financières

E. Les stocks

F. Ventes clients

G. Autres créances et dettes et impôts et taxes

H. Paie personnel

I. Trésorerie

J. Emprunts et assimilés

K. Capitaux propres et provisions

L. Achats fournisseurs

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


73
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION A : COMPTE DE RESULTAT

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


74
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CB
COMPTES
Folio : 1 / 2

Exercice : Compte de Collaborateur : Date :


résultat

Objectifs du contrôle des comptes :

A. L’objectif est de s’assurer que le compte de résultat reflète bien l’activité de l’entreprise
pendant l’exercice considéré.

Généralités :

L’auditeur devra commencer le contrôle des comptes par une revue analytique du compte de
résultat et des principaux ratios de l’entreprise. Cette revue lui permettra d’identifier les
variations anormales qui pourraient remettre en cause les conclusions de l’analyse du contrôle
interne et/ou justifier la modification du programme de contrôle des comptes.

Cette analyse sera plus ou moins développée selon la complexité de l’entreprise.

Il conviendra d’obtenir l’explication auprès de la direction de l’entreprise de ces évolutions et de


juger si les explications de la direction sont raisonnables, en conséquence, mettre au point un
programme de contrôle des comptes.

Les moyens de vérification pour les revenues et les charges ayant leur origine dans les opérations
de vente, d’achat, de paie, d’investissement, de trésorerie, …seront mentionnés dans les sections
correspondantes du bilan. Seuls figurent dans cette section les comptes auxquels il convient de
porter une attention particulière.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


75
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CB
COMPTES
Folio : 2 / 2

Exercice : Compte de Collaborateur : Date :


résultat

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

CHARGES EXCEPTIONNELLES :

1. Obtenir l’explication des montants


significatifs.

2. S’assurer que les éléments justifiant ces


charges ne nécessitent pas de provisions
complémentaires.

SUBVENTIONS D’EXPLOITATION :

3. Vérifier le bien-fondé de la constatation du


profit (clause suspensive).

PRODUITS EXCEPTIONNELS :

4. Obtenir des explications pour tout élément


significatif. Vérifier le bien-fondé de la
constatation du profit.

AUTRES CONTROLES :

5. Passer en revue les comptes de l’entreprise


et déterminer la nécessité de travaux en
fonction de ses particularités.

6. Vérifier les informations de l’annexe


relative au compte de résultat.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


76
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION B : IMMOBILISATIONS
INCORPORELLES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


77
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CC
COMPTES
Folio : 1 / 2
Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :
incorporelles

Cette rubrique concerne non seulement les immobilisations corporelles, mais aussi les non-
valeurs

• Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que tous les frais engagés par la société et répondant aux définitions des postes
listés ci-dessous sont inscrites à l’actif de façon constante et conformément aux principes
comptables généralement admis.

B. S’assurer que l’amortissement des éléments susceptibles d’être amortis est calculé de
façon constante.

C. S’assurer qu’il n’existe aucune perte latente par rapport aux valeurs nettes comptables
des immobilisations incorporelles.

D. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les comptes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. Immobilisations
II. Dotations / Cessions
III. Provisions
IV. Charges
V. Autres (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


78
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CC
COMPTES Folio : 2 / 2
Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :
incorporelles

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
1. Obtenir le détail des dépenses passées en
immobilisations en non valeur.

2. Obtenir le tableau des mouvements (Brut,


Amort. et prov.) des immobilisations
incorporelles et des non valeurs.

3. Prendre en considération l’étendue et les


résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer
les travaux à faire et leurs dates de réalisation.

4. S’assurer par un examen du tableau des


mouvements qu’aucune variation anormale ne
peut remettre en cause les résultats du contrôle
interne.

5. Vérifier les mouvements de l’exercice avec les


justificatifs et s’assurer que tous les droits de
mutation ont été payés.

6. Passer en revue les comptes de charges et


s’assurer qu’aucun élément qui aurait dû être
comptabilisé en immobilisation incorporelle,
n’a été passé en charge.

7. Vérifier que les amortissements sont passés


selon les règles propres à chaque catégorie
(non valeurs, brevets…).

8. Vérifier que toutes les redevances reçues sur


brevets, licences…ont été comptabilisées en
profits sur la bonne période.

9. En cas de cession en cours d’exercice, vérifier


le calcul des plus ou moins values et leur
traitement fiscal.

10. Vérifier que les informations qui figurent dans


l’annexe sont complètes et conformes aux
chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


79
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION C : IMMOBILISATIONS
CORPORELLES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


80
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CD
COMPTES
Folio : 1 / 6
Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :
corporelles

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les montants inscrits aux postes d’immobilisations reflètent l’intégralité :

- des biens dont l’entreprise est propriétaire et qu’elle utilise ;

- des coûts encourus pour l’acquisition ou la création de ces biens.

B. S’assurer que les montants figurant en dotation aux amortissements et en amortissements


cumulés reflètent l’intégralité des amortissements calculés conformément aux principes
comptables généralement admis, appliqués de façon constante.

C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. Immobilisations
II. Dotations / Cessions
III. Locations, leasings, LOA
IV. Autres (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


81
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CD
COMPTES
Folio : 2 / 6

Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :


corporelles

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Obtenir le tableau des mouvements


d’immobilisations (valeurs brutes et
amortissements)

2. Prendre en considération les résultats de


l’évaluation du contrôle interne pour
déterminer l’étendue et les dates
d’intervention.

3. S’assurer qu’aucune variation significative


ne remet en cause des résultats cités en 2.

Contrôle de l’existence :

4. Si la société procède à un inventaire


physique :

a) - Examiner les procédures


b) - Assister à la prise d’inventaire
c) - Vérifier que le fichier et les comptes sont
mis à jour
d) - Obtenir l’explication pour tout écart
important

5. Si des immob. Importantes sont détenues


par des tiers, appliquer la procédure de la
confirmation directe.

6. Vérifier l’existence physique des actifs


importants.

Contrôle de la propriété :

7. Vérifier les titres de propriété de la société


en ce qui concerne les terrains et les
immeubles et s’assurer qu’ils sont oui ou
non hypothéqués.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


82
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CD
COMPTES
Folio : 3 / 6

Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :


corporelles

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Contrôle de la validité :

a) Général :

8. Rapprocher les soldes d’ouverture (valeur


brute et amortissements) avec les comptes
de l’exercice précédant.

9. S’assurer que les soldes au fichier des


immobilisations correspondent aux totaux
inscrits au grand livre.

10. Tester l’exactitude des calculs


arithmétiques du fichier des
immobilisations.

11. Vérifier l’exactitude des totaux du tableau


des mouvements (brut et amortissements).

b) Acquisitions :

12. Vérifier les principales acquisitions de


l’exercice physiquement et avec les
contrats, procès verbaux du conseil
d’administration et justificatifs
(commandes, factures, paiements)

13. S’assurer, concernant les acquisitions, que


les frais de transports, droits de douanes,
frais d’installation et de montage, TVA
non récupérable sont immobilisés.

14. S’assurer, que les autres frais d’acquisition


ne sont pas immobilisés

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


83
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CD
COMPTES
Folio : 4 / 6
Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :
corporelles

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

15. S’assurer du paiement des droits de


mutation.

16. S’assurer que la TVA n’a pas été récupérée


indûment sur des biens exclus du droit à
déduction.

17. Vérifier que l’entreprise n’a pas passé en


charges des éléments constitutifs du prix
de revient des immobilisations (honoraires
d’architecte, aménagement de terrains,
installations des machines, taxe
d’équipement, …)

18. Rechercher les dépenses dont l’importance


et la nature leur confèrent le caractère
d’immobilisations (grosses réparations, …)
et inversement s’assurer qu’aucune charge
n’a été immobilisée.

19. Si les immobilisations sont produites par


l’entreprise, s’assurer que les coûts
imputés sont corrects.

c) Cessions :

20. Vérifier les principales cessions


(destructions) de l’exercice avec les
documents justificatifs

21. Vérifier que les amortissements et la valeur


brute ont été sortis des comptes et du
fichier

22. S’assurer que les plus ou moins values sont


correctement comptabilisées

23. Vérifier le reversement de la TVA (s’il y a


lieu)

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


84
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CD
COMPTES
Folio : 5 / 6

Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :


corporelles

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

d) Amortissements :

24. Déterminer si la base d’évaluation et les


taux utilisés pour l’amortissement sont
appropriés

25. Vérifier que les taux et le mode utilisé sont


identiques à ceux de l’exercice précédant.
Sinon évaluer l’impact sur le résultat.

26. Vérifier que la charge d’amortissement est


correctement calculée et enregistrée.
Notamment :

27. Application du prorata temporis


Concordance entre la charge te le montant
passé au bilan

28. S’assurer du respect des limites fiscales


concernant les véhicules de tourisme.

29. Vérifier le respect des règles en matière de


la comptabilisation des amortissements
linéaires minimums

e) Soldes de fin d’exercice :

30. S’assurer que le compte « immobilisation


en cours » ne contient pas des
immobilisations déjà en service.

31. Rapprocher les montants immobilisés de


ceux portés sur les déclarations de taxe
professionnelles

32. Si certaines immobilisations ne sont plus


utilisées vérifier que leur valeur nette
n’excède pas la valeur probable de
réalisation.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


85
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CD
COMPTES
Folio : 6 /6

Exercice : Immobilisations Collaborateur : Date :


corporelles

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

f) Réévaluation :

33. Lorsque les immobilisations ont été


réévaluées, s’assurer que leur valeur
d’utilité ne s’est pas dépréciée

34. S’assurer qu’aucun élément ne permet de


penser que la valeur des immobilisations a
pu se déprécier

35. Si des terrains ou les constructions ne sont


plus utiles à la réalisation de l’objet social,
la valeur de marché, frais de vente déduits,
reste t-elle au moins égale à la valeur
réévaluée ?

36. Les amortissements ont-ils bien été


calculés à la valeur réévaluée ?

37. Vérifier les mouvements des écarts de


réévaluation.

g) Autres produits et charges :

38. Si des immobilisations sont données en


location, vérifié, avec les contrats, que tous
les loyers de l’exercice ont été enregistrés

Informations complémentaires et hors


e) bilan :

Se rapporter au programme de vérification


39. des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les immobilisations.

Vérifier que les informations qui figurent


40. dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


86
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION D : TITRES DE
PARTICIPATION ET AUTRES
IMMOBILISATIONS FINANCIERES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


87
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 1 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les montants inscrits en titres de participation, en titres de placement et en


comptes courants reflètent l’ensemble des titres appartenant à la société, valorisés en
accord avec les principes comptables applicables à chacun de ces actifs ;

B. S’assurer que les montants inscrits au compte de résultats représentent bien l’intégralité
des produits, gains ou pertes imputables à l’exercice et correspondent à des transactions
effectuées à des conditions normales ;

C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. Immobilisations
II. Dotations / Cessions
III. Provisions
IV. Charges
V. Autres (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


88
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 2 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Obtenir le tableau des mouvements de


titres (en nombre, valeur brute, valeur
nette) pour chacune des catégories ainsi
que le détail des comptes courants.

2. Prendre en compte les résultats de


l’évaluation du contrôle interne.

3. S’assurer par examen du tableau des


mouvements qu’aucune variation anormale
n’est intervenue depuis l’évaluation du
contrôle interne.

Contrôle de l’existence et de la propriété :

4. a) Vérifier l’existence physique des titres,


ou procéder à des confirmations
directes. Pour les participations non
matérialisées par des titres prendre
connaissance des documents sociaux et
obtenir les extraits certifiés par les
dirigeants ;
b) En faisant ce contrôle, s’assurer que les
titres sont au nom de la société et ne
portent aucune mention d’aliénation.

5. Pour les achats, vérifier la note de débit de


l’agent de change ou de la banque, le
paiement et les écritures comptables.

Contrôle de la validité :

a) Général :

6. Rapprocher les soldes d’ouverture (nombre


de titres, valeur brute, provision pour
dépréciation) avec les comptes de
l’exercice précédent.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


89
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 3 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

7. Rapprocher les soldes de fin d’exercice


avec le grand-livre (titres et comptes
courants).

8. Vérifier l’exactitude des totaux du tableau


de mouvements des titres, et des analyses
de soldes des comptes courants.

9. Vérifier que la classification est conforme


au plan comptable.

c) les comptes courants :

10. Obtenir le détail des opérations passées en


comptes courants par nature et :
a) - Analyser les opérations et obtenir les
soldes appropriés.
b) - Comparer les marges avec celles relatives
à des opérations similaires effectuées par
des tiers.
c) - Considérer le problème des conventions
réglementées.

11. S’assurer que tous les rapprochements des


comptes ont été effectués et que les
écritures de rapprochement ont été
correctement comptabilisées. Vérifier en
particulier :
- Les OD de fin d’exercice
- Les transferts de fonds entre l’entreprise
et ses sociétés apparentées à la fin de
l’exercice et au début de l’exercice suivant.

12. Analyser les soldes de façon à s’assurer


qu’ils sont bien fondés et correctement
classés.

13. Obtenir les confirmations directes de tous


les soldes débiteurs et créditeurs.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


90
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 4 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
14. En cas de relations avec des filiales
étrangères ou des sociétés dépendantes
sises à l’étranger, contrôler le taux des
rémunérations des prestations de service et,
d’une manière générale, le montant des
prix de transfert.

15. Contrôle identique à opérer en ce qui


concerne les relations commerciales entre
sociétés du groupe implantées sur le
territoire national (être très attentif lorsque
certaines sociétés sont en déficit fiscal et
d’autres en position bénéficiaire)

Contrôle de l’évaluation :

16. Vérifier la valeur d’origine d’achat ou


d’apport des titres par l’examen des notes
de débit des agents de change ou de la
banque, les rapports des commissaires aux
apports et tout autre justificatif : s’assurer
que les frais accessoires ne sont pas
compris dans cette valeur.

17. Se renseigner sur les critères retenus pour


l’évaluation des titres et des comptes
courants à la clôture des exercices ; estimer
la valeur mathématique, examiner les cours
de la bourse du dernier mois, ainsi que les
cours dans la période postérieure.

18. S’assurer que l’évaluation :

a) n’a pas été faite titre par titre, mais par


catégorie de titres de même nature, chaque
catégorie groupant les titres émis par une
même société et conférant les mêmes
droits à leurs détenteurs.
b) Tient compte des comptes courants.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


91
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 5 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

19. Apprécier la justification des provisions


pour dépréciation constituées :

- Si cette provision a été constituée par


rapport à la valeur mathématique des titres
s’assurer que cette valeur a été corrigée,
s’il y a lieu, pour tenir compte des sur et
sous-évaluations des actifs ou passifs des
actifs de la société émettrice des titres.

- Si la provision a été constituée au cours


de la bourse, s’assurer que les titres font
l’objet d’un marché significatif, et qu’il n y
a pas eu de variations anormales du cours
en fin d’exercice.

20. Si la valeur mathématique ou le cours


moyen boursier font apparaître une
diminution et que la provision n’a pas été
constituée en raison d’une valeur estimée
(valeur éventuelle de négociation) :
- Examiner la prudence de cette valeur
estimée ;

S’assurer que les plus values basées sur le


cours moyen de la bourse du dernier mois
21. ou sur la valeur probable de négociation
n’ont pas été constatées au bilan.

Si la baisse anormale de certains titres est


apparue comme momentanée, et si, en
22. conséquence, la société n’a pas
provisionné tout ou partie des moins-
values constatés sur ces titres, ni constitué
de provisions pour risques, examiner les
critères utilisés pour justifier ce caractère
momentané et évaluer leur fiabilité.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


92
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 6 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
23. S’assurer du respect des règles
particulières aux amortissements prévues
par des législations spéciales.

24. Rechercher les titres relatifs à des sociétés


ou groupements dont les membres
encourent une responsabilité non limitées à
la mise en capital. Apprécier s’il y a lieu de
constituer une provision pour risque.

25. Vérifier que les montants à payer ou à


recevoir en devises étrangères ont été
convertis au taux approprié et respectent
les règles de contrôle de changes.

26. Si des titres ont été vendus après la clôture


de l’exercice, comparer le prix de cession à
la valeur nette dans les livres à la clôture.

REEVALUATION :

27. S’assurer que la valeur des titres réévalués


ne s’est pas dépréciée.

28. Vérifier que la méthode utilisée par


l’entreprise pour déterminer la valeur
d’inventaire des titres est basée sur les
mêmes critères que ceux utilisés pour la
réévaluation.

29. Est-ce que ces critères sont toujours


appréciés ?

30. Existe-t-il des éléments qui permettent de


penser que la valeur d’utilité des titres a pu
se déprécier :
- Transactions récentes sur les titres à un
prix inférieur ;
- Cession ayant dégagé des moins values
comptables ;
- Changement d’activité de la filiale.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


93
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 7 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Contrôle des revenus et des gains ou


pertes sur les transactions :

31. S’assurer que les revenus inscrits aux états


financiers se rattachent à l’exercice :
rapprocher ces revenus des dividendes
déclarés par la société émettrice des titres.

32. Vérifier l’encaissement des titres.

33. Pour les cessions, vérifier l’encaissement


du prix de vente, les calculs des plus ou
moins-values, la réintégration des
provisions antérieurement constituées,
ainsi que les écritures comptables de sortie.

35. Rapprocher les montants figurant au


compte de résultat :
a) Du grand livre ;
b) Des montants figurant sur le tableau
des mouvements de titres.

36. Rapprocher les dotations et reprises de


provisions pour dépréciation des comptes
courants avec les mouvements au bilan.

37. Rechercher les opérations intragroupes


passées dans le compte de résultat et qui
n’auraient pas été identifiées.

Contrôle du respect des règles relatives


aux filiales et participations :

38. Relever les participations nouvelles dont il


doit être fait mention dans les rapports du
conseil d’administration ou du directoire.
A cet effet, procéder à un contrôle du
compte « titres de participation » ainsi que
du compte « titres de placements » pour
détecter les confusions.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


94
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CE
COMPTES
Folio : 8 / 8

Exercice : Titres de Collaborateur : Date :


participation

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

39. Vérifier les règles légales relatives aux


seuils de participation. Vérifier, en cas de
dépassement, si un avis a été donné à la
société en cause.

40. S’assurer des participations croisées


directes ou indirectes.

41. Vérifier qu’en cas de participation


réciproque interdite par la loi, la
régularisation de la situation a été opérée
dans les délais prévus par la loi.

42. En cas de participations croisées, évaluer


les conséquences :
- sur le plan légal ;
- sur la sincérité et la régularité des états
financiers.

Informations financières :

43. Vérifier les éléments concernant les postes


ci-dessus qui figurent dans l’annexe.

44. Considérer les engagements fermes d’achat


ou de vente de titres qui devraient être
mentionnés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


95
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
1. Comparer les soldes figurant au bilan avec les
montants de l’exercice précédant : obtenir
l’explication de la variation.
2. Pointer les montants inscrits au bilan avec les
comptes du grand-livre.
3. Lorsqu’il existe es balances nominatives, les
pointer avec les comptes individuels et vérifier le
solde avec le compte collectif.
4. Obtenir des confirmations directes pour les soldes
importants.
5. Analyser les soldes et vérifier les justificatifs.

6. Vérifier les encaissements après la clôture.

7. Vérifier que les dépôts de garanties et


cautionnements correspondent toujours à un
service rendu.

8. S’assurer que les montants sont correctement


répartis entre long et court terme.

9. Vérifier les montants passés en charges et en


produits en fonction des contrats.

10. Obtenir les détails des mouvements des


provisions :
- Pointer les soldes d’ouverture avec les
comptes de l’exercice précédant ;
- Examiner les justificatifs des mouvements de
l’exercice ;
- Juger du solde à la fin de l’exercice ;
- Vérifier les critères fiscaux utilisés pour la
déductibilité.

Informations complémentaires (hors bilan)

11. Se reporter au programme de vérification des


engagements hors bilan et faire les travaux
concernant les immobilisations.

12. Vérifier que les informations qui figurent dans


l’ETIC sont complètes et conformes aux chiffres
précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


96
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION E : LES STOCKS

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


97
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 1 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les montants inscrits dans les comptes annuels représentent tous les
produits physiquement identifiables qui appartiennent à l’entreprise ;

B. S’assurer que ces produits sont évalués au plus bas du prix de revient ou de la valeur
réalisable ;

C. S’assurer que les différences constatées entre l’inventaire permanent d’une part et
l’inventaire physique d’autre part, ont été expliquées, portées à l’attention de la Direction,
et ajustées dans les comptes du grand-livre, dans l’inventaire permanent, et sur les fiches
de stock ;

D. A la fin des contrôles porter un jugement sur les postes principaux suivant :

COMPTES CONCERNES :
I. Stocks
II. Charges / Produits
III. Autres (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


98
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 2 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Obtenir le tableau récapitulatif des stocks


et l’analyse des mouvements de provision
par rapport à l’exercice précédent.

2. Prendre en considération l’étendue et les


résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne.

3. Examiner les variations de stocks d’un


exercice à l’autre et l’évolution des
principaux ratios afin de s’assurer
qu’aucune variation anormale n’est
intervenue depuis les travaux effectués sur
le contrôle interne qui pourrait remettre en
cause les conclusions.

Vérification des quantités :

4. a) Assister à l’inventaire physique


périodique et vérifier que les procédures
(telles qu’évaluées avec le questionnaire
spécifique) sont correctement appliquées.
b) Rapprocher les informations relevées
lors de l’inventaire de l’état final des
stocks (sondages, exhaustivité de la
récapitulation,…)
c) Si les quantités finales par produits
résultent de la centralisation de plusieurs
zones de comptages, vérifier les additions.

5. Au cas où les inventaires physiques ont


lieu à une date antérieure à celle du bilan :
a) Pointer les montants du grand-livre à la
date de l’inventaire avec les états
récapitulatifs valorisés des stocks à
cette date.
b) Rapprocher les montants inscrits en
entrées et sorties de stocks au grand-
livre avec les achats, productions et
ventes.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


99
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 3 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

6. En cas d’inventaires tournants :


a) Vérifier que le programme des
comptages a bien couvert tous les stocks au
moins une fois dans l’année.
b) Assister à certains comptages pour
vérifier que les procédures son
correctement appliquées.
c) Vérifier la récapitulation, le
dépouillement des sondages effectués et la
prise en compte des écarts.
d) Récapituler les écarts sur l’année et
s’assurer qu’ils ne sont pas significatifs.

7. Pour les stocks détenus par des tiers ou


pour des tiers : appliquer la procédure de
confirmation directe ou assister aux prises
d’inventaire physique.

8. Pour les marchandises en transit, vérifier


avec les documents d’expédition, factures
de douane, etc. vérifier la réception par la
suite.

9. Pour les travaux en cours, vérifier le stade


d’avancement avec les documents
permettant de suivre la production
(l’existence physique de ces travaux doit
être vérifiée en même temps que le reste du
stock).

Séparation des exercices :

10. En liaison avec le contrôle des postes


clients et fournisseurs, ventes et achats
vérifier que :
a) Les dernières réceptions de l’exercice
b) Les dernières expéditions
c) Les transferts entre ateliers ou avec les
sous-traitants
d) Les autres mouvements ont été
correctement pris en compte.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


100
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 4 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

11. Pour les mêmes données, vérifier que les


premiers mouvements de l’exercice suivant
n’ont pas été enregistrés sur l’exercice en
cours.

12. Vérifier que les frais de transport relatifs à


ces mouvements (10) ont correctement été
enregistrés sur l’exercice.

Valorisation :

13. Pour les matières et marchandises vérifier


avec les factures que les prix de revient
utilisé (calculé selon CMUP ou FIFO)
incluent bien les frais de transport,
douane...

14. Pour les produits :


a) Vérifier que les coûts imputés à la
production de l’année correspondent aux
charges comptabilisées (hors effet de sous
activité).
b) Si les produits sont valorisés au prix de
revient réel par produit, vérifier les clés de
répartition utilisées et refaire le calcul de
certains prix de revient.
c) Si les produits sont valorisés à partir de
prix standard, analyser les écarts constatés
et leur réincorporation. S’assurer utilisée
aboutit à une évaluation des stocks au coût
réel de production.

15. Considérer s’il y a eu un changement dans


la méthode de valorisation, ou dans la
méthode de calcul de la provision pour
dépréciation. S’il y a eu un changement,
calculer l’effet de ce changement sur :
- Le résultat de l’exercice,
- Le montant des stocks inscrits au bilan.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


101
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 5 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

16. Comparer les stocks aux coûts de


marchandises vendues pour les principales
catégories de stocks (déterminer le « nombre
de jours de vente en stock »). expliquer les
variations par rapport aux périodes
précédentes et par rapport à la politique de la
société.

17. Comparer le prix de revient des principales


catégories de stocks avec leur prix de revient
à la fin de l’exercice précédent. Expliquer les
variations.

18. Vérifier les calculs et les additions des états


des stocks : s’assurer que les montants sont
raisonnables.

Dépréciation :

19. S’assurer que la provision pour dépréciation


des stocks en mauvais état, invendable ou à
rotation lente est suffisante par :
- Comparaison des quantités en stock avec
les quantités de vente budgétées pour
l’exercice suivant, ou, si le budget n’est pas
fait en quantités, avec les quantités vendues
pendant l’exercice ;
- Discussion avec le service commercial
concernant l’évolution des ventes et les
commandes ;
- Discussion avec les services techniques et
de production concernant les changements
technologiques pouvant affecter les produits
fabriqués ;
- Consultation des procès-verbaux du conseil
d’administration pour les développements
économiques pouvant affecter l’entreprise.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


102
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 6 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

20. Vérifier que les stocks ne sont pas


valorisés au-dessus de leur valeur de
réalisation :
a) Matières : comparer avec le prix de
remplacement
b) En cours : comparer avec le prix de vente
prévisionnel moins coût de transformation.
c) Produits finis : comparer avec le prix de
vente prévisionnel ou réel de l’exercice
suivant.

21. Vérifier la distinction, effectuée par


l’entreprise, entre la provision déductible
et non déductible fiscalement.

Enregistrement comptable :

22. Vérifier le montant des stocks d’ouverture


avec les comptes de l’exercice précédent.

23. Pointer le montant des stocks, d’après


l’état récapitulatif, avec la balance générale
et les comptes annuels.

Autres contrôles :

24. Se renseigner pour savoir s’il y a des


nantissements ou d’autres engagements sur
les stocks.

25. S’assurer que la couverture d’assurance sur


les stocks est suffisante.

26. S’assurer que les stocks en provenance des


sociétés de groupe n’ont pas été achetés et
valorisés aux prix différents de ceux en
vigueur sur le marché. (conventions
réglementées).

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


103
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CF
COMPTES
Folio : 7 / 7

Exercice : Stocks Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Informations complémentaires et hors


bilan :

27. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les stocks.

28. Vérifier l’information relative aux clauses


de réserve de propriété.

29. Vérifier que les informations qui figurent


dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


104
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION F : VENTES – CLIENTS

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


105
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CG
COMPTES
Folio : 1 / 6

Exercice : Ventes - Clients Collaborateur : Date :

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les produits et charges inscrits au CPC et provenant des opérations de
ventes résultent uniquement de l’enregistrement intégral des transactions réalisées dans
l’exercice comptable considéré.

B. S’assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations de ventes
sont correctement évalués et bien classifiés.

C. A la fin des contrôles porter un jugement sur les postes principaux suivant :

COMPTES CONCERNES :

I. CLIENTS ET
RATTACHES
II. PRODUITS
D’EXPLOITATION

III. AUTRES (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


106
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CG
COMPTES
Folio : 2 / 6

Exercice : Ventes - Clients Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Prendre en considération les travaux de


contrôle interne.

2. Procéder à une analyse des ratios


significatifs (à déterminer pour chaque
société) et des variations par rapport à
l’exercice précédent afin d’identifier les
anomalies apparentes qui pourraient
remettre en cause les travaux du §
précédent.

3. Appliquer la procédure de confirmation


directe. Si cette technique est appliquée
avant la date d’arrêté des comptes elle doit
être suivie par :
a) Une revue globale du compte collectif
clients et notamment les débits (rapprocher
au journal des ventes) et les crédits
(rapprocher aux journaux de trésorerie).
b) Justifier les nouveaux soldes importants
apparus entre la date de confirmation et
celle de clôture.
c) Justifier les créances importantes soldées
depuis la date de vérification.

4. Lorsque la procédure de confirmation ne


peut pas être appliquée (ou donne des
résultats insuffisants) :
a) Vérifier que les soldes individuels sont
correctement analysés ;
b) Vérifier les paiements ultérieurs crédités
sur ces comptes avec les vis bancaires ;
c) Pour les montants qui n’ont pas encore été
payés depuis la date d’arrêtés, examiner
tout document pouvant justifier le montant
inclus dans le solde.

5. Vérifier les additions de la balance clients

6. Vérifier le rapprochement de la balance


clients avec le compte collectif.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


107
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CG
COMPTES
Folio : 3 / 6

Exercice : Ventes - Clients Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

7. Pointer la balance client avec les comptes


individuels.

8. S’assurer que les clients créditeurs figurent


au passif du bilan.

9. S’assurer que les soldes qui ne sont pas


recouvrables avant 12 mois sont isolés.

10. Passer en revue les balances et analyses de


comptes de la société pour :
a) Identifier les comptes dont les libellés sont
imprécis (ou inexistants) ou toute autre
anomalie apparente ;
b) Obtenir les explications nécessaires
(insister particulièrement sur les O.D).
c) Pointer l’ensemble des comptes concernés
avec le grand-livre.

Séparation des exercices :

(Ces travaux peuvent être faits avec la


vérification des stocks)

11. examiner la ventilation du chiffre


d’affaires par mois et identifier les
variations anormales (ex : accélération
brutale et non justifiée es ventes de fin
d’exercice).

12. Vérifier que les dernières livraisons de


l’exercice sont sorties es stocks et facturées
(ou ont fait l’objet d’écritures de
régularisation).

13. Vérifier que les premières livraisons de


l’exercice suivant n’ont fait l’objet ni de
sorties de stocks, ni de facturation
anticipée.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


108
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CG
COMPTES
Folio : 4 / 6

Exercice : Ventes - Clients Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

14. Procéder de même pour avec les retours de


marchandises.

15. Si la société tient un état de rapprochement


entre les livraisons et les facturations,
vérifié que les éléments qui apparaissent en
écart ont bien fait l’objet d’écritures de
régularisation.

16. Vérifier que les dernières factures de


l’exercice ont bien fait l’objet d’une sortie
de stock sur l’exercice.

17. Vérifier que les premières factures de


l’exercice suivant correspondent à des
sorties de stocks postérieurs à la date de
clôture des comptes.

18. Procéder de même avec les avoirs. Passer


systématiquement en revue les avoirs émis
après la clôture de l’exercice et obtenir des
explications pour les éléments significatifs.

19 Si la société a une politique de ristournes


annuelles, vérifié que toutes les ristournes
relatives au chiffre d’affaire de l’exercice
ont été comptabilisées.

20. Vérifier que les autres charges calculées en


fonction du chiffre d’affaires ont été
comptabilisées.

Évaluation des créances :

21. Vérifier que les créances exprimées en


devises ont été correctement
comptabilisées.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


109
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CG
COMPTES
Folio : 5 / 6

Exercice : Ventes - Clients Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

22. Pour les créances déjà identifiées comme


douteuses par l’entreprise :
a) Obtenir l’analyse de la variation de la
provision d’un exercice à l’autre ;
b) Réconcilier ces mouvements avec les
mouvements passés au compte de résultat ;
c) Examiner le bien-fondé des provisions
constituées en fonction de la politique de la
société, du dossier…

23. Pour les autres clients :


a) Obtenir la balance par ancienneté des
créances ;
b) Examiner le dossier des créances
anciennes pour lesquelles aucune provision
n’a été constituée et juger du bien-fondé de
cette absence de provision.
c) Passer en revue les relevés bancaires de
l’exercice suivant et obtenir des
explications pour tout impayé significatif.
d) Analyser les reports d’échéances.

24. Vérifier l’utilisation des provisions


antérieurement constituées.

25. Vérifier l’annulation des provisions


antérieurement constituées à raison des
créances douteuses encaissées.

(il est important de tenir compte des


particularités de la clientèle pour évaluer
les risques. Ex : administration)

26. Vérifier le bien-fondé de la déductibilité


fiscale (ou non) de la provision pour
créances douteuses.

27. Vérifier que la restitution de la TVA sur


créances annulées ou impayées s’est bien
accompagnée de la rectification préalable
des factures initiales.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


110
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CG
COMPTES
Folio : 6 / 6

Exercice : Ventes - Clients Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
Effets à recevoir :
28. Effectuer un examen physique à la date de
clôture.
29. Rapprocher les effets remis à l’escompte
avec les confirmations bancaires.
30. Rapprocher le montant de l’échéancier
avec le grand-livre et s’assurer qu’il n’y a
pas d’échéances anormales.

31. Évaluer s’il y a lieu de faire une provision


pour les risques d’effets impayés ou frais
d’escompte et d’encaissement.

Autres procédures de vérification :


32. Vérifier les additions du journal de vente.
33. Vérifier les additions des colonnes de
ventilation du journal des ventes.
34. Vérifier le report folio par folio au journal
des ventes.
35. Vérifier le bien-fondé des avances reçues
sur commandes en cours.

36. Vérifier que les taxes acquittées et relatives


aux acomptes reçues sur les commandes en
cours ont été isolées.

Informations complémentaires et hors bilan :

37. Se reporter au programme de vérifications


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les clients.
38. Vérifier que les informations qui figurent
dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés ; en
particulier vérifier l’information relative
aux clauses de réserve de propriété.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


111
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION G : AUTRES CREANCES ET
DETTES – IMPOTS ET TAXES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


112
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CH
COMPTES
Folio : 1 / 3

Exercice : Autres créances Collaborateur : Date :


et dettes

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les soldes figurant à l’actif du bilan concernent des montants à recevoir
entièrement recouvrables ;

B. S’assurer que toutes les dettes diverses de l’entreprise sont comptabilisées ou


provisionnées ;

C. S’assurer que tous les produits ou charges divers de gestion sont comptabilisés ;

D. A la fin des contrôles, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. 45
II. 462 à 468, 47
III. (à préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


113
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CH
COMPTES
Folio : 2 / 3
Exercice : Autres créances Collaborateur : Date :
et dettes

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Tous comptes :

1. Comparer les soldes figurant au bilan et au


compte de résultats avec les montants de
l’exercice précédent : lorsque les postes
concernés sont peu importants,
l’explication des variations peut être
suffisante pour atteindre l’objectif
recherché.

2. Pointer les montants inscrits au bilan avec


les comptes du grand-livre.

3. Lorsqu’il existe des balances nominatives,


les pointer avec les comptes individuels et
vérifier le solde avec le compte collectif.

4. Obtenir des confirmations directes pour les


soldes importants.

5. Analyser les soldes et vérifier les


documents justificatifs.

6. Vérifier les encaissements après la date de


clôture.

7. S’assurer que les montants sont


correctement répartis entre le long et le
court terme.

Débiteurs divers :

8. Obtenir le détail des mouvements des


provisions pour dépréciation et :
a) Pointer les soldes d’ouverture avec les
comptes de l’exercice précédent ;
b) Examiner les justifications des
mouvements de l’exercice ;
c) Juger du solde à la fin de l’exercice ;
d) Vérifier les critères fiscaux utilisés pour
la déductibilité.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


114
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CH
COMPTES
Folio : 3 / 3

Exercice : Autres créances Collaborateur : Date :


et dettes

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Charges à répartir :

9. Vérifier le bien-fondé de la période


d’imputation.

10. Comptes d’attente ou transitoires :

11. Vérifier que les comptes d’attente sont


soldés en fin d’exercice.

12. Vérifier le montant des différences de


conversion.

Comptes de charges à payer :

13. Passer en revue les factures reçues et/ou


montants payés au début de l’exercice
suivant (ou utiliser tout autre moyen
approprié à l’entreprise) pour vérifier
qu’aucune charge significative n’a été
omise.

Informations complémentaires et hors


bilan :

14. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bila et faire les
travaux concernant les débiteurs et
créditeurs divers.

15. Vérifier que les informations qui figurent


dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


115
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CH
COMPTES
Folio : 1 / 3

Exercice : Impôt et taxes Collaborateur : Date :

Objectifs de contrôle des comptes :

A. S’assurer que les montants d’impôts et taxes figurants au bilan et aux comptes de résultat
sont correctement calculés et comptabilisés.

B. S’assurer que les comptes annuels de l’entreprise ne dissimulent pas un risque fiscal
important. Le chiffrer éventuellement.

C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les comptes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. Créances et dettes fiscales
II. Charges
III. Autres (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


116
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CH
COMPTES
Folio : 2 / 3

Exercice : Impôt et taxes Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Tous comptes :

1. Comparer les montants au bilan et au CPC


avec l’exercice précédent. Expliquer les
variations importantes.

2. Pointer les soldes avec le grand-livre.

TVA :

3. Obtenir et vérifier l’état de rapprochement


entre les déclarations et la comptabilité.

4. Vérifier les montants du bilan avec les


déclarations et les journaux.

5. Juger de la nécessité (en fonction des


travaux sur le contrôle interne)
d’approfondir les sondages sur la
récupération de la TVA. (bien-fondé,
décalage,…)

Impôts et taxes sur rémunérations :

6. Vérifier les montants passés en charges


avec les bases.

7. Vérifier le paiement des acomptes et les


soldes restant à payer.

8. Vérifier que les déclarations sont déposées


dans les règles de forme et de délais.

Autres impôts et taxes :

9. Vérifier les montants passés en charge et


s’assurer que tous les impôts sont
correctement provisionnés.

10. Même procédure qu’en 7 et 8.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


117
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CH
COMPTES
Folio : 3 / 3

Exercice : Impôt et taxes Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Impôts sur les sociétés :

11. Vérifier la liquidation de l’impôt de


l’exercice précédent et le paiement des
acomptes.

12. Vérifier le calcul de l’impôt de l’exercice


(sans oublier les impôts de l’exercice
précédent dont le paiement a été étalé et
l’utilisation des moins-values reportées).

13. Vérifier le respect des règles de forme


quant à l’établissement de la déclaration
fiscale.

Risques :

14. Suivant la situation de l’entreprise, juger


de l’opportunité de demander l’avis d’un
spécialiste fiscal sur les risques encourus.

15. Obtenir les conclusions (ou projets) de tout


contrôle en cours à la fin de l’exercice.

Informations complémentaires et hors


bilan :

16. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les impôts.

17. Vérifier que les informations qui figurent


dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


118
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION H : PAIE – PERSONNEL

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


119
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CI
COMPTES
Folio : 1 / 4

Exercice : Paie - Personnel Collaborateur : Date :

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les charges et les produits inscrits au CPC et ayant pour origine les droits et
les obligations de l’entreprise vis-à-vis de son personnel, résultent uniquement de
l’enregistrement intégral des transactions réalisées dans l’exercice comptable réalisé.

B. S’assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des transactions avec le
personnel sont correctement évalués et bien classifiés.

C. A la fin des contrôles, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. Créances et dettes
sociales
II. Charges
III. Autres (préciser)

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


120
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CI
COMPTES
Folio : 2 / 4

Exercice : Paie - Personnel Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Prendre en considération les résultats et


l’étendue des travaux d’évaluation de
contrôle interne.

2. Obtenir le détail des comptes de charges et


de tiers concernés et :

a) Expliquer les variations par rapport à


l’exercice précédent ;

b) S’assurer qu’aucune variation anormale ne


pourrait remettre en cause les résultats de
l’analyse du contrôle interne.

3. Etudier l’évolution des montants mois par


mois, ainsi que les écarts par rapport aux
prévisions, et en expliquer les causes.

4. Pointer les montants des journaux de paie


aux déclarations annuelles.

5. Pointer les montants au grand-livre avec


les journaux de paie (rémunérations dues,
retenues sécurité sociale ou autre,
acomptes, etc.)

6. Comparer les montants au grand-livre avec


les règlements ultérieurs.

7. a) Rapprocher le montant des salaires et


des avantages en nature avec DAS 1 ;
b) Rapprocher les honoraires,
commissions,…avec DAS 2.

8. Réconcilier le montant des charges sociales


comptabilisées avec les bases.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


121
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CI
COMPTES
Folio : 3 / 4

Exercice : Paie - Personnel Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

9. Pour les calculs des primes de fin d’année,


des primes de bilan, les congés payés, la
participation etc. :

a) S’assurer que les bases n’ont pas changé


depuis le dernier audit, et que le dossier est
à jour ;

b) Vérifier les données variables avec les


documents de base (catégorie
professionnelle, niveau hiérarchique, heures
de présence, etc.)

c) Vérifier les calculs.

10. Vérifier l’assiette des commissions


représentants, l’application correcte des taux
et des calculs.

11. Vérifier la conformité des rémunérations


des gérants, administrateurs, P.D.G, avec les
décisions du conseil ou de l’assemblée.

12. Demander aux avocats et conseillers


juridiques de l’entreprise s’il y a des litiges
avec des employés. Obtenir une réponse
écrite.

13. Au cas où il y a des procès ou litiges,


examiné avec un responsable le bien-fondé
des provisions constituées.

14 Effectuer un examen des paiements


effectués au personnel dans l’exercice
suivant pour s’assurer que rien n’a été
oublié dans l’exercice faisant l’objet du
contrôle.

15. Contrôler les justificatifs, les bases et les


calculs des rémunérations du personnel
extérieur à l’entreprise.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


122
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CI
COMPTES
Folio : 4 / 4

Exercice : Paie - Personnel Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

16. Appliquer la procédure de confirmation


directe des prêts, acomptes ou avances au
personnel.

17. Pointer tous les montants inscrits au bila et


au CPC avec le grand-livre et les journaux
de paie.

Informations complémentaires et hors


bilan :

18. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les impôts.

19. Vérifier que les informations qui figurent


dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


123
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION I : TRESORERIE

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


124
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CJ
COMPTES
Folio : 1 / 5

Exercice : Trésorerie Collaborateur : Date :

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que la situation de la trésorerie de l’entreprise à la clôture de l’exercice est


reflétée de façon exacte par les montants inscrits au bilan.

B. S’assurer que les frais et les produits concernant les opérations de trésorerie inscrits au
compte de résultat reflètent bien l’intégralité des frais et produits pour l’exercice
considéré

C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. DISPONIBILITES

II. AUTRES (préciser)


SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


125
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CJ
COMPTES
Folio : 2 / 5

Exercice : Trésorerie Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Prendre en considération l’étendue et les


résultats des travaux effectués au niveau de
l’analyse du contrôle interne.

2. Obtenir le détail des comptes concernés et :


a) Expliquer les variations par rapport à
l’exercice précédent ;
b) S’assurer qu’aucune variation anormale
ne pourrait remettre en cause les résultats
du contrôle interne.

3. Appliquer la procédure de confirmation


directe pour les soldes, découverts et prêts
bancaires, ainsi que pour les conditions qui y
sont attachés. Obtenir également
confirmation des signataires autorisés, des
intérêts ou autres frais concernant l’exercice
et non encore débités.

Banques et caisses :

4. S’assurer que les informations reçues


directement des banques sont conformes aux
écritures passées dans les livres comptables.

5. Vérifier les rapprochements bancaires établis


par l’entreprise : pointer les montants en
rapprochements (recettes et dépenses) avec
les relevés bancaires du début du nouvel
exercice et les journaux du dernier mois.
S’assurer que les délais entre les dates des
écritures comptables et les dates d’écriture
sur les relevés bancaire sont raisonnables en
ce qui concerne les recettes.

6. Pour les écritures passées par la banque et


non par la société, vérifier qu’elles ont faits
l’objet de provisions.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


126
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CJ
COMPTES
Folio : 3 / 5

Exercice : Trésorerie Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

7. S’assurer que les soldes bancaires


débiteurs ne comprennent pas les montants
bloqués et à l’inverse, que les soldes
créditeurs ne comprennent pas des
montants remboursables pour la partie à
plus d’un an.

8. S’assurer que les transferts de fonds


effectués entre les comptes bancaires à la
fin de l’exercice ont été comptabilisés
correctement et que les délais de transfert
sont raisonnables (vérifier dates et
montants des débits et crédits concernant
les transferts pour les 15 derniers jours de
l’exercice et les 15 premiers jours de
l’exercice suivant, rapprocher les journaux
des relevés).

9. Revoir les recettes d’importance


exceptionnelle à la fin de l’exercice et
s’assurer qu’elles n’ont pas été faites dans
le but de donner une impression
d’amélioration de la situation de trésorerie
(par exemple : un effet à recevoir
comptabilisé à la fin de l’exercice pour
solder ou diminuer un compte de débiteurs
divers). L’effet ne sera pas porté à
l’encaissement mais annulé dans la période
suivante.

10. Revoir les dépenses d’importance


exceptionnelle au début de l’exercice
suivant pour s’assurer qu’elles ne sont pas
la « contrepartie » de facilités reçues à la
fin de l’exercice pour pouvoir donner une
présentation améliorée de la situation de
trésorerie.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


127
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CJ
COMPTES
Folio : 4 / 5

Exercice : Trésorerie Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

11. Faire un comptage des espèces en caisse à la


date de clôture de l’exercice. Si ceci a été
fait à une date antérieure, revoir le journal
de caisse pour la période jusqu’à la clôture
de l’exercice, et s’assurer que le solde au
bilan est correct.

Chèques et coupons à encaisser :

12. Vérifier l’encaissement au début du nouvel


exercice. S’assurer que les délais
d’encaissement sont raisonnables.

Comptes de régies d’avances et accréditifs :

Obtenir la confirmation directe des


13. banquiers et des personnes au nom
desquelles ces comptes sont ouverts quant à
la propriété de ces fonds, et les conditions
dans lesquelles elles sont utilisables.

Virements internes :

S’assurer que ces comptes sont soldés à la


fin de l’exercice.
14.
Autres :

Pointer les montants inscrits au bilan et au


CPC avec le grand-livre.
15.
Pointer les comptes du grand-livre avec les
journaux bancaires et avec les journaux des
16. caisses.

S’assurer que la partie aux comptes de


différences de change (gains ou pertes)
17. provenant des évaluations en fin d’année
des actifs et passifs libellées en monnaie
étrangère est correctement calculée.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


128
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CJ
COMPTES
Folio : 5 / 5

Exercice : Trésorerie Collaborateur : Date :

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Informations complémentaires et hors


bilan :

18. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant la trésorerie.

19. Vérifier que les informations qui figurent


dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


129
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION J : EMPRUNTS ET
ASSIMILES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


130
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CK
COMPTES
Folio : 1 / 3

Exercice : Emprunts et Collaborateur : Date :


assimilés

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les montants inscrits au bilan sont correctement évalués et bien classifiés,
et qu’ils reflètent l’intégralité des emprunts et dettes ;
B. S’assurer que les montants inscrits au compte de résultat reflètent bien l’intégralité des
charges ou produits pour l’année ;
C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :

I. DETTES
FINANCIERES
II. AUTRES (préciser)
SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


131
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CK
COMPTES
Folio : 2 / 3

Exercice : Emprunts et Collaborateur : Date :


assimilés

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Obtenir le tableau de mouvement des


emprunts par rapport à l’exercice précédent.

2. Procéder à une confirmation directe auprès


des organismes prêteurs.

3. Pointer les chiffres d’ouverture avec les


comptes de l’exercice précédent.

4. Pointer les montants inscrits au bilan et au


compte de résultat avec le grand-livre.

5. Vérifier chaque emprunt avec le tableau et


les annuités de remboursement. Comparer
avec les écritures de l’année et avec les
soldes en fin d’exercice.

6. Vérifier la ventilation long terme, court


terme.

7. Pour les sommes encaissées ou remboursées


pendant l’exercice, vérifier avec :
- Les procès verbaux de l’assemblée
générale et les contrats;
- Les relevés bancaires et avis de débit ou
crédit ;
- Le calcul des intérêts
- Le calcul des primes d’émission et de
remboursement.

8. Noter les garanties données.

9. Si l’emprunt est indexé, s’assurer que


l’indexation a été faite en conformité avec le
contrat : vérifier les calculs.

10. Si l’emprunt est en monnaie étrangère,


s’assurer qu’il a été comptabilisé au taux
historique et, si nécessaire, qu’une provision
a été comptabilisée pour tenir compte du
cours à la date de clôture.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


132
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CK
COMPTES
Folio : 3 / 3
Exercice : Emprunts et Collaborateur : Date :
assimilés

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
10. S’assurer que les retenues à la source sur
les intérêts courus de l’exercice ont été
versées à l’Etat ou inscrites au passif du
bilan.
11. En cas d’émission d’obligations, s’assurer
conformément à la loi que :
a) La société a bien deux années d’existence ;
b) Deux bilans ont été régulièrement
c) Approuvés par les actionnaires ;
d) Le capital est intégralement libéré ;
e) L’émission a été décidée par les
actionnaires en assemblée générale ;
f) Les conditions d’émission fixées par les
actionnaires ont été respectées (échéances,
primes, garanties, etc.)
12. S’il existe des obligations convertibles,
s’assurer que la société n’a pas au cours de
l’exercice :
- Amortie ou réduit son capital
- Modifié la répartition des bénéfices
13. Comparer le montant des intérêts pour
l’exercice avec celui de l’exercice
précédent : expliquer toute variation.
Vérifier le montant passé en charges avec
les taux des emprunts et les capitaux.
14. Vérifier le paiement des coupons :
s’assurer que la retenue à la source a été
régulièrement opérée.
Informations complémentaires et hors
bilan :
15. Se reporter au programme de vérification
des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les emprunts.
16. Vérifier que les informations qui figurent
dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


133
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SECTION K : CAPITAUX PROPRES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


134
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CL
COMPTES
Folio : 1 / 6

Exercice : Capitaux propres Collaborateur : Date :


et provisions

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les comptes annuels présentent :

- Le capital, les réserves, les subventions et les provisions réglementées, ainsi que
l’affectation des résultats, conformément aux règles et principes généralement
admis.

- Toutes les informations nécessaires à une appréciation juste de la situation de la


société.

B. S’assurer que la loi sur les sociétés et les statuts ont été respectés.

C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. Capital/Réserves/Report
II. Résultat
III. Subventions
IV. Provisions réglementées

SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


135
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CL
COMPTES
Folio : 2 / 6

Exercice : Capitaux propres Collaborateur : Date :


et provisions

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Obtenir le tableau de mouvement des


postes concernés par rapport à l’exercice
précédent.

2. Rapprocher les soldes d’ouverture avec les


comptes de l’exercice précédent.

3. Pointer les soldes de clôture avec le grand-


livre.

4. Vérifier les additions du tableau.

5. Vérifier si l’actif net n’est pas devenu


inférieur à la moitié du capital, sans oublier
d’examiner la nature des frais
d’établissement.

Capital – Primes :

6. Vérifier la répartition du capital par


catégorie d’actions avec les statuts et la
réglementation. Noter les conditions et
droits attachés.

7. Comparer le nombre total des actions en


circulation avec les registres des
actionnaires. Contrôler les certificats non
utilisés.

8. Vérifie les écritures comptables, s’il y a


lieu, concernant :
a) La constitution de la société ;
b) Les augmentations, les appels, les
libérations et les réductions de capital ;
c) Les conversions des parts bénéficiaires ou
des obligations en actions ;
d) Les fusions, scissions et apports partiels
d’actifs ;
e) Les transformations de la forme juridique
de la société.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


136
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CL
COMPTES
Folio : 43 / 6

Exercice : Capitaux propres Collaborateur : Date :


et provisions

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

9. Comparer les écritures comptables avec les


décisions prises par le conseil
d’administration et par l’assemblée
générale des actionnaires.

10. Vérifier le respect des formalités légales.

11. Pour les augmentations de capital par


compensation des créances, vérifier
l’origine et la réalité de la créance et la
régularité des opérations figurant au
compte.

12. Vérifier le paiement des droits d’apports


ou d’augmentation de capital.

13. S’assurer que le capital est intégralement


souscrit.

14. Contrôler que les minima légaux ont été


respectés en ce qui concerne :
a) Le montant total du capital
b) Le montant minimal des actions ou des
pars sociales
c) Le nombre des actionnaires ou des associés

15. S’assurer que tous les administrateurs ou


membres du conseil de surveillance sont
titulaires en pleine propriété du nombre des
actions de garantie requises.

16. En cas de renonciation au droit préférentiel


de souscription, s’assurer que les éléments
de calcul retenus par la société sont
sincères et exacts ; apprécier le prix
d’émission et s’assurer de la régularité de
l’assemblée.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


137
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

17. S’assurer que l’égalité entre les


actionnaires a été respectée.

Ecarts de réévaluation :

N.B : Utiliser les travaux déjà effectués sur les


immobilisations corporelles, incorporelles et
sur les titres.

18. Vérifier les mouvements sur les postes


d’écarts de réévaluation :

19. S’assurer que les mouvements sur le poste


« écarts de réévaluation » résulte
uniquement :
a) D’un transfert au capital
b) D’une cession d’actif non amortissable
ayant fait l’objet d’une réévaluation

20. Vérifier les diminutions de valeur


constatées sur des biens réévalués a donné
lieu à la comptabilisation d’une provision
pour dépréciation imputée sur les postes
des écarts.

Réserves :

21. Vérifier les écritures comptables et


s’assurer que les prélèvements sur les
réserves ont été approuvés par les
actionnaires réunis en assemblée générale.

22. S’assurer de la conformité de l’affectation


des résultats avec les règles légales et les
obligations statutaires.
Contrôler le respect des règles fiscales
propres à chacune des réserves.

23. S’assurer qu’il n y a pas d’utilisation


irrégulière des réserves (par exemple :
prélèvement pour constituer des
provisions)

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


138
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CL
COMPTES
Folio : 5 / 6

Exercice : Capitaux propres Collaborateur : Date :


et provisions

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Report à nouveau :

24. S’assurer que l’affectation des résultats a


été approuvée par les actionnaires réunis
en assemblée générale.

25. Vérifier le paiement des dividendes et le


paiement des retenues à la source et des
conventions internationales lorsque les
intérêts sont versés à des non résidents.

Subventions :

26. Vérifier les subventions reçues avec les


décisions d’attribution et titres de
paiement.

27. S’assurer du respect des obligations mises


à la charge des entreprises en contrepartie.

28. Vérifier la comptabilisation des


subventions reçues et à recevoir.

29. Vérifier la comptabilisation de la fraction


des subventions créditées au compte de
résultat.

30. Rechercher si des immobilisations acquises


au moyen de subventions ont été cédées
pendant le temps où la subvention n’est pas
définitivement acquise, et examiner les
conséquences au niveau de la subvention et
du calcul de la plus-value ou la moins-
value.

31. Rechercher les subventions d’équipement


accordées par une entreprise à une autre ;
vérifier les obligations légales et les
conditions d’imposition.

32. S’assurer du respect des règles fiscales.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


139
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CL
COMPTES
Folio : 6 / 6

Exercice : Capitaux propres Collaborateur : Date :


et provisions

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

Provisions réglementées :

33. S’assurer que les conditions pour la


constitution de la provision sont remplies.
Vérifier les calculs.
34. S’assurer que les réintégrations dans le
bénéfice imposable sont effectuées suivant
les règles fiscales.
35. Calculer la situation fiscale latente de ces
réserves.

Informations complémentaires et hors


bilan :
36. Se reporter au programme de vérification
des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les capitaux.
37. Vérifier que les informations qui figurent
dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


140
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Obtenir le tableau des mouvements des


provisions par rapport à l’exercice
précédent (dotation, utilisation,
reprises…).

2. Pointer les montants à l’ouverture avec les


comptes de l’exercice précédent.

3. Obtenir tous les justificatifs des


mouvements enregistrés dans l’exercice.

4. Vérifier l’évaluation des risques


provisionnés à la fin de l’exercice.

5. S’assurer que tous les risques encourus


font l’objet de provisions :
a) Garanties et pertes sur marchés
b) Litiges (à référencer avec les confirmations
des avocats et conseillers juridiques)
c) Revue des procès-verbaux

6. Vérifier les critères retenus pour la


déductibilité fiscale de ces provisions.

7. Pointer les chiffres qui figurent au bilan et


au compte de résultats avec le grand-livre.

Informations complémentaires et hors


bilan :

8. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les provisions.

9. Vérifier que les informations qui figurent


dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


141
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
SETION L : ACHATS – FOURNISSEURS

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


142
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CN
COMPTES
Folio : 1 / 5

Exercice : Achats - Collaborateur : Date :


Fournisseurs

Objectifs du contrôle des comptes :

A. S’assurer que les charges et les produits inscrits au compte de résultat et provenant des
opérations d’achats, résultent uniquement de l’enregistrement intégral des transactions
réalisées dans l’exercice comptable considéré.

B. S’assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations d’achat
sont correctement évalués et bien classifiés.

C. A la fin des contrôles, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

COMPTES CONCERNES :
I. DISPONIBILITES
II. DETTES
FINANCIERES
III. AUTRES (préciser)
SEUIL DE SIGNIFICATION :

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


143
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CN
COMPTES
Folio : 2 / 5

Exercice : Achats - Collaborateur : Date :


Fournisseurs

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

1. Prendre en considération l’étendue et les


résultats de l’analyse du contrôle interne.

2. Procéder à une analyse des ratios


significatifs (à déterminer pour chaque
société) et des variations par rapport à
l’exercice précédent pour apprécier si des
anomalies apparentes pourraient remettre
en cause les conclusions du § précédent.

3. Appliquer la procédure de confirmation


directe, (voir programme détaillé). Si cette
procédure est appliquée avant la date
d’arrêté des comptes (pas plus de trois
mois) elle doit être suivie par :

a) Une revue globale du compte collectif


fournisseurs et notamment des débits
(rapprocher au journal de trésorerie) et
crédits (rapprocher du journal des achats).
b) Justification des nouveaux soldes
importants apparus entre la date de
vérification et la date de clôture.
c) Justification des dettes importantes soldées
depuis la date de vérification.

d) Vérifier les écritures anormales.

4. Lorsque la procédure de confirmation


directe ne peut pas être appliquée (ou
donne des résultats insuffisants) :
a) Vérifier que les soldes individuels sont
correctement analysés
b) Pour les soldes principaux, rapprocher les
soldes des relevés reçus ou de tout élément
justificatif ou de tout autre élément
justificatif (factures, bons de livraison…).

N.B la procédure doit aussi couvrir les


effets à payer.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


144
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CN
COMPTES
Folio : 3 / 5

Exercice : Achats - Collaborateur : Date :


Fournisseurs

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

5. Vérifier le rapprochement de la balance


avec le compte collectif.

6. Vérifier les additions de la balance


fournisseurs.

7. Pointer la balance avec les comptes


individuels.

8. S’assurer que les fournisseurs débiteurs


figurent à l’actif du bilan.

9. S’assurer que les soldes qui ne sont pas


recouvrables avant 12 mois sont isolés.

10. Passer en revue les balances et analyses de


comptes de la société pour :
a) Identifier les comptes dont les libellés sont
imprécis (ou inexistants) ou tout autre
anomalie.
b) Obtenir les explications nécessaires
(insister particulièrement sur les O.D).
Pointer l’ensemble des comptes concernés
avec le grand-livre.

Séparation des exercices :

(Le volume des sondages dépendra du


degré de confiance dans les procédures du
client. Une partie doit être faite en liaison
avec les vérifications du stock).

Achats :

11. Vérifier que :


a) Les derniers bons de réception de
l’exercice ont donné lieu à l’enregistrement
de factures ou de provisions.
b) Les derniers bons de retour de l’exercice
ont donné lieu à l’enregistrement d’avoirs
ou de provisions pour avoirs à recevoir

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


145
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CN
COMPTES
Folio : 4 / 5

Exercice : Achats - Collaborateur : Date :


Fournisseurs

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :

12. Les dernières factures et les derniers avoirs


comptabilisés correspondent à des
mouvements de l’exercice.

13. Si la société tient un état de rapprochement


entre les réceptions (retours) et les
facturations (avoirs), vérifié que les
éléments qui apparaissent en écart ont bien
fait faits l’objet d’écritures de
régularisation.

14. Si certains fournisseurs ont une politique


de ristournes annuelle, vérifié que toutes
relatives aux achats de l’exercice ont été
comptabilisées.

Charges récurrentes (loyers, assurances…) :

15. Vérifier dans les comptes de charges que


toutes les charges de l’exercice ont été
comptabilisées.

Charges non récurrentes :

16. Examiner l’ensemble des comptes de


charges, en analysant les factures reçues et
les règlements effectués au début de
l’exercice suivant, s’assurer qu’il n y pas
eu d’omissions dans l’exercice considéré.

17. Comparer les montants passés en charges


avec les budgets et expliquer les écarts
significatifs.

18. Si d’autres charges (ou produits liés aux


charges) apparaissent dans les comptes de
régularisation que celles vérifiées aux
points précédents, obtenir les justificatifs.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


146
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Clients : PROGRAMME DE CONTROLE DES Code : CN
COMPTES
Folio : 5 / 5

Exercice : Achats - Collaborateur : Date :


Fournisseurs

Réf. Nature des travaux à faire Étendue des sondages Réf. Fait par :
FT Le :
Evaluation des créances et présentation :
19. S’assurer que les dettes en devises sont
converties au taux de clôture.
20. Vérifier que les dettes dont l’échéance est à
plus d’un an sont montrées séparément.
21. Vérifier la ventilation des fournisseurs
entre fournisseurs normaux et fournisseurs
d’immobilisation.
Autres contrôles :
22. Pour les différents comptes concernés,
pointer les soldes avec les comptes
auxiliaires, la balance générale, le bilan.

23. Pointer le grand-livre avec le journal des


achats.

24. Vérifier le report des factures et avoirs


fournisseurs au journal des achats.
25. Vérifier le report des factures et avoirs
fournisseurs dans les comptes de
contrepartie.
26. Vérifier les additions du journal des achats.

27. Vérifier les additions des colonnes de


ventilation du journal d’achats.

Informations complémentaires et hors


bilan :

28. Se reporter au programme de vérification


des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les achats.
29. Vérifier que les informations qui figurent
dans l’annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés et en
particulier en ce qui concerne les clauses
de réserve de propriété.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


147
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
III. TECHNIQUES D’AUDIT

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


148
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
IIII. TECHNIQUES D’AUDIT

3.1 TECHNIQUES DE DESCRIPTION DES SYSTEMES


Pour procéder à cette description, l’auditeur peut avoir recours :
- aux diagrammes de circulation ;
- aux narratifs ;
- aux annexes du diagramme de circulation.

- L’objectif principal du diagramme est de visualiser :


• le circuit suivi par une information financière de son origine à sa comptabilisation
en passant par les différentes étapes de traitement auxquelles elle est soumise ;
• les supports (documents et registres comptables) qui sont générés au cours de
ce circuit et leur utilité.
Lorsque le diagramme est établi, l’auditeur l’utilise pour identifier les étapes de la
procédure où il est nécessaire que des contrôles soient mis en place pour que les
objectifs soient remplis.

- Les narratifs
Certaines étapes de la description des systèmes ne peuvent que très difficilement
être réalisées par l’utilisation des diagrammes.
Lorsqu’il prépare des narratifs, l’auditeur doit être conscient que ces narratifs,
comme les autres feuilles de travail, doivent pouvoir être compris et exploités par tout le
monde.
Sont, par conséquent, à proscrire :
• L’utilisation d’abréviations personnelles ;
• Les brouillons télégraphiques réalisés pendant les entretiens avec le personnel
de l’entreprise ;
• Les narratifs littéraires sans structure.

- Les Annexes
Pour illustrer les descriptions du système, on joint, en annexe aux diagrammes et
aux narratifs, des copies des divers documents utilisés.
Le meilleur exemple de cette technique est le test d’existence.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


149
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
3.2. CONFIRMATION DIRECTE

La confirmation directe fournit à l’auditeur des preuves externes, peu sujettes à


détournement dans la mesure où l’auditeur est en relation directe avec les tiers.
Les exemples typiques qui suivent illustreront la portée générale de cette technique :

- Immeubles et terrains
• Situations hypothécaire
• Extrait de la matrice cadastrale

- créances et dettes
• soldes en comptes courants (clients, fournisseurs, débiteurs et créditeurs
divers) ;
• Prêts et emprunts (principal, taux d’intérêt, garanties reçues et données) ;
• Courtiers et compagnies d’assurances.

La connaissance acquise de l’entreprise au cours des phases d’orientation


générale et l’élaboration de l’approche permet à l’auditeur de sélectionner les
catégories de tiers pour lesquelles il est souhaitable d’appliquer la procédure de
confirmation directe.
Sauf cas exceptionnel, il n’est pas envisageable de demander une confirmation
directe à tous les tiers de chaque catégorie.
Le réviseur doit donc procéder par sondage
Il existe 3 Types de demandes de confirmation :
• La confirmation positive ;
• La confirmation négative ;
• La confirmation ouverte.
Il est essentiel d’obtenir l’accord d’un responsable de l’entreprise car :
• La demande émane de la société ;
• L’auditeur, dans sa sélection, peut avoir inclus des tiers qui mettraient
l’entreprise en difficultés s’ils recevaient la demande de confirmation en l’état.
L’envoi des demandes doit êtres fait par l’auditeur (seule condition lui permettant de
s’assurer que toutes les lettres sont expédiées).

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


150
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
On procède après réception des réponses aux demandes de confirmation, à un
dépouillement des réponses. Lorsque les travaux de dépouillement sont terminés, il
convient de synthétiser les résultats afin de pouvoir tirer une conclusion.

3.3. OBSERVATION PHYSIQUE

L’observation physique est la technique la plus probante utilisée par l’auditeur pour
confirmer l’existence d’un actif.

Cette technique peut s’appliquer notamment :


• Aux stocks ;
• Aux immobilisations corporelles ;
• Aux tiers de participation et de placement ;
• Aux effets,
• Aux espèces en caisse….

Ainsi, par exemple l’objectif de l’auditeur est de s’assurer que la prise d’inventaire
est faite correctement et que les quantités inventoriées à la date donnée le sont de
manière sincère.

Les différentes étapes de l’intervention de l’auditeur se situent , avant, pendant et


après la prise d’inventaire.

• Avant la prise d’inventaire, lors de sa prise de connaissance l’auditeur recueille


les informations relatives à :
• La valeur et la nature des différentes catégories de stocks ;
• Pendant la prise d’inventaire, l’auditeur doit assister à la prise d’inventaire pour
s’assurer que les procédures sont correctement appliquées. Si l’inventaire se
déroule sur plusieurs jours et que l’auditeur a décidé de ne pas assister à
l’intégralité, il doit être présent au minimum au début et à la fin des travaux.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


151
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
• Après l’inventaire, l’auditeur doit s’assurer que les résultats du comptage ont été
correctement utilisés pour établir l’état des stocks servant de base à la
valorisation.

Certaines entreprises, au lieu de procéder à un inventaire complet de fin d’exercice, ont


recours aux inventaires tournants ou à un inventaire à une date antérieure à la clôture.
Pour l’auditeur, ces procédures sont acceptables si :

a) le système de saisie permanente des mouvements de stocks est fiable ;


b) les procédures de comptage sont organisées selon les mêmes critères que ceux
qui ont été examinés précédemment,
c) tous les stocks sont comptés au moins une fois dans l’année en cas d’inventaires
tournants.

3.4. DOSSIERS ET FEUILLES DE TRAVAIL

Tous les travaux réalisés pendant l’audit doivent être documentés pour :
• Justifier des diligences effectuées et l’opinion exprimée ;
• Permettre la supervision du travail et la transmission de l’information pendant la
mission et pendant les missions suivantes.
La documentation (ou feuilles de travail) doit donc respecter certaines critères et
être classée dans des dossiers.
Chaque feuille de travail, que ce soit une copie des documents du client ou une
analyse de l’auditeur, doit remplir certaines conditions de forme, qui sont :
• Identification
• Clarté
• Conclusion
• Référenciation

Il existe deux types de feuilles de travail :


• Les feuilles standard à utilisation multiple qui existent en petit et grand format ;

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


152
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
• Les feuilles spécialisées qui sont données à titre d’exemple pour éviter aux
auditeurs de perdre du temps à concevoir des cadres de présentation pour des
travaux répétitifs :

Les feuilles de travail sont classées dans des dossiers qui sont de deux natures
différentes :
• Le dossiers permanent ;
• Le dossier de l’exercice.

Le plan de ces dossiers est le même pour toutes les missions du cabinet.

3.5. SONDAGES
La réalisation d’un sondage comporte sept (7) étapes, quelle que soit la démarche
adoptée :

1. détermination de l’objectif du sondage ;


2. identification de la population ;
3. définition des caractéristiques à examiner ;
4. détermination de la taille de l’échantillon ;
5. sélection de l’échantillon ;
6. examen de l’échantillon ;
7. évaluation des résultats.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


153
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Il y a, pour un sondage d’audit , trois possibilités de sélectionner un échantillon :

• la sélection des éléments de forte valeur ;


• la sélection des éléments clés;
• la sélection représentative.

L’objectif spécifiques d’un sondage peut être la détection ou l’estimation d’une erreur
(ou d’un taux d’anomalie). Le choix de l’objectif résultera de l’analyse de l’efficacité des
contrôles, des résultats des revues analytiques et de l’importance des erreurs trouvées
dans le passé.

La détection est normalement l’approche suivie si on pense que la population est


quasiment sans erreur et que l’on veut confirmer cette hypothèse. Quand un sondage
conçu selon cette approche ne révèle pas d’erreurs, et sous réserve que l’intervalle de
confiance soit acceptable, l’hypothèse d’absence d’erreur significative pourra être
confirmée.

Dans le cas où des erreurs sont découvertes, il devient nécessaire de les projeter
sur l’ensemble de la population pour en mesurer l’impact. Dans un cadre statistique,
cette projection doit se faire avec un niveau de confiance de 90% au moins.

X X

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


154
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
IV. QUESTIONNAIRES ET GUIDES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


155
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
IV. QUESTIONNAIRES ET GUIDES D’AUDIT

Compte tenu du volume honoraire relativement faible imparti à ce cours, nous ne


disposons pas suffisamment de temps pour passer en revue l’ensemble des
questionnaires et guides de contrôle interne et de contrôle des comptes. Nous
renvoyons par conséquent les étudiants aux ouvrages existants sur le marché.
On peut citer entre autre :

- Audit financier (les outils de l’audit : Guides Questionnaires et feuilles de Travail,


par ATH édité par CLET)
- Encyclopédie des contrôles des comptes. Editée par CNCC éditeur 6, rue de
l’Amiral- de – Coligny – 75001 Paris

Ces guides doivent être utilisés pour la préparation des programmes de contrôle des
comptes qui sont établis après la rédaction du plan d’approche et après la réalisation
des sondages sur les contrôles internes.

Compte tenu des particularités de chaque mission et de chaque client, il est exclu
que ces guides puissent être considérés comme un programme type de contrôle
constituant une règle à suivre ou même un objectif à atteindre.

Il s’agit d’un outil de travail servant à l’élaboration des programmes de contrôle des
comptes annuels.

Contenu du guide
- Compte de résultat
• Existence
• Exhaustivité
• Evaluation et comptabilisation
• Information
• Principaux comptes concernés
• Phases de contrôle
• Procédures de contrôle.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


156
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- Immobilisations incorporelles
- Immobilisations corporelles
- Immobilisations financières
- Stocks et encours
- Créances d’exploitation
- Disponibilités
- Autres actifs circulant (créance diverses et valeurs mobilières de placement)
- Comptes de régularisation Actif
- Capitaux propres
- Provisions pour risques et charges
- Dettes financières
- Dettes d’exploitation
- Autres dettes (dette fiscales et sociales, sur immobilisations et autres dettes).
- Produits constatés d’avance
- Ecarts de conversion actifs et passifs
- Engagements hors bilan et passif éventuels

X X

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


157
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
I. FEUILLES DE TRAVAIL

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


158
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
V. EXAMEN DES COMPTES ANNUELS ET TRAVAUX DE FIN DE MISSION

Les diverses étapes de la vérification permettent de tirer un certain nombre de


conclusions sur des comptes et des opérations, et non sur les comptes annuels pris
dans leur ensemble (car les comptes annuels comprennent le bilan, le compte de
résultat et une annexe qui forment un tout indissociable)

L’examen d’ensemble des comptes annuels a pour objet de vérifier :


- Que le bilan, le compte de résultat et l’annexe :

• sont cohérents, compte tenu de la connaissance générale de l’entreprise, de son


secteur d’activité et du contexte économique,
• concordent avec les données de la comptabilité,
• sont présents selon les principes comptables et la réglementation en vigueur,
• tienne compte des événements postérieurs à la date de clôture ;

- Qu’en particulier, l’annexe respecte les dispositions légales et réglementaires et


qu’elle « comporte toutes les informations d’importance significative sur la
situation patrimoniale, financière et sur le résultat de l’entreprise ».

Parmi les procédés d’analyse qui peuvent être appliqués, on peut citer l’examen
analytique et notamment :

L’établissement des ratios habituels d’analyse financière et leur comparaison avec


ceux avant d’effectuer une synthèse de ces travaux et formuler son opinion sur les
comptes annuels, l’Auditeur procède à certain travaux « appelés travaux de fin de
mission » qui doivent lui permettre d’obtenir l’assurance qu’il a obtenu toutes les
informations nécessaires.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


159
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Les travaux de fin de mission peuvent comporter les domaines suivants :

Recherche des événements postérieurs

Travaux Questionnaire de fin de mission


de Fin
de mission

Lettre d’affirmation

Synthèse de la mission

Rédaction du rapport

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


160
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Exemple de lettre d’affirmation

(Papier à en –entête de l’entité)

(A l’attention de l’auditeur ) (Date)

Cette lettre d’affirmation s’inscrit dans le cadre de votre audit des états financiers de la
société ABC pour l’exercice clos le 31 décembre 19X1 visant à exprimer une opinion
sur l’image fidèle que donnent les états financiers (la présentation sincère, dans tous
leurs aspects significatifs), de la situation financière de la société ABC au 31 décembre
19X1, ainsi que du résultat de ses opérations et des mouvements de trésorerie pour
l’exercice clos à cette date, conformément à… (indiquer le référentiel comptable
identifié)

¹ Nous sommes responsables de l’établissement et de la présentation des états


financiers, conformément à (indiquer le référentiel comptable identifié).

Nous vous confirmons, au mieux de nos connaissances et en toute bonne foi, les
déclarations suivantes :

Indiquer ici les déclarations concernant l’entité. Elles peuvent attester des éléments
suivants :

• Nous n’avons connaissance d’aucune irrégularité concernant la direction ou les


employés qui jouent un rôle important dans la définition et le fonctionnement des
systèmes comptables et de contrôle interne et susceptibles d’avoir une incidence
significative sur les états financiers.

• Nous vous avons présenté tous les livres comptables, toute la documentation
afférente et tous les procès-verbaux des assemblées d’actionnaires et du conseil
d’administration ( en l’occurrence ceux qui se sont tenus le 15 mars 19X1 et le
30 septembre 19X1).

• Nous confirmons l’exhaustivité des informations fournies concernant les parties


liées.

• Nous confirmons que les états financiers ne contiennent pas d’anomalies


significatives, y compris des omissions.

• Notre société s’est conformée à toutes les dispositions des accords contractuels
dont le non respect pourrait avoir une incidence significative sur les états
financiers. Nous n’avons connaissance d’aucune violation des exigences des
autorités de contrôle susceptible d’avoir un effet significatif sur les états
financiers.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


161
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
• Les éléments suivants ont été correctement enregistrés et, le cas échéant, une
information appropriée a été donnée dans les notes annexes aux états
financiers :

a) identité des parties liées, soldes et opérations entre parties liées.


b) pertes dues aux engagements de vente et d’achat.
c) accords et options de rachat d’actifs vendus précédemment.
d) actifs donnés en garantie.

• Nous n’avons aucun projet ou intention susceptible d’altérer de manière


significative la valeur comptable ou la classification des actifs et des passifs
reflétée dans les états financiers.

• Nous n’avons aucun plan visant à abandonner des lignes de produits ou


d’autres plans ou intentions qui auraient pour résultat d’aboutir à un stock
excédentaire ou obsolète et aucun stock n’est comptabilisé à un montant
supérieur à sa valeur nette de réalisation.

• La société est propriétaire de tous ses actifs et aucun n’a été nanti ou
hypothéqué ou fait l’objet de sûretés ou de servitudes, à l’exception de ceux
mentionnés dans la note X aux états financiers.

• Nous avons enregistré tous les passifs et les engagements ou en avons donné
une information en notes annexes, selon le cas, et nous avons indiqué dans la
note X aux états financiers toutes les garanties accordées aux tiers.

• A l’exception de … décrit dans la note X aux états financiers, aucun événement


postérieur à la clôture ne s’est produit nécessitant une rectification des états
financiers ou une information dans les notes annexes auxdits états.

• Litiges avec la société XYZ a été réglé pour un montant total de XXX provisionné
dans les états financiers. Aucune autre réclamation concernant un contentieux
potentiel n’a été déposée ou n’est actuellement anticipée.

• Il n’existe pas d’accord formel ou informel de compensation avec l’un quelconque


de nos comptes de trésorerie ou de portefeuille. A l’exception des accords
décrits dans la note X aux états financiers, nous n’avons aucune autre ligne de
crédit autorisée.

• Les options et accords de rachat de nos propres actions ainsi que de capital
réservé pour des options, des bons de souscription d’actions, des conversions
ou autres exigences ont été correctement enregistrés ou mentionnés dans les
notes annexes aux états financiers.

(Président Directeur général)

(Directeur Financier)

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


162
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
VI. RAPPORT D’AUDIT

6.1 Normes de rapports.

A l’issue de ses travaux, l’Auditeur doit produire un rapport appelé « Rapport


d’Audit » pour rendre compte des résultats et conclusions auxquels il est parvenu.

En général, l’Auditeur adresse deux types de rapports : un rapport de


recommandations appelé dans le jargon des Auditeurs «lettre de contrôle interne » ou
encore « lettre de recommandations» et un rapport d’opinion.

Le rapport de recommandations comporte les recommandations de l’auditeur visant


à améliorer le système, les procédures et le contrôle interne de l’entreprise.

Le contenu et la forme de ce rapport ne font pas l’objet d’une réglementation


particulière.

Le rapport d’opinion comprend l’opinion de l’auditeur sur la régularité et la sincérité


des comptes. Contrairement au rapport de recommandations, le rapport d’opinion est
régi par la norme ISAs 700.

Selon cette norme, le rapport d’audit comprend les éléments essentiels suivants,
généralement présentés ainsi :

a) un intitulé
b) le destinataire
c) un paragraphe de présentation ou d’introduction

1) identification des états financiers objet de l’Audit


2) rappel des responsabilités respectives de la direction de l’entité et de
l’auditeur.
d) un paragraphe portant sur l’étendue de l’audit (décrivant la nature d’un audit).
1) références au ISAs ou aux normes ou pratiques nationales applicables,
2) description des diligences mises en œuvre par l’auditeur,
e) un paragraphe d’opinion exprimant comprenant

1) l’identification du référentiel comptable utilisé pour l’établissement des


états financiers (avec la mention du pays d’origine de ce référentiel
lorsque celui-ci n’est pas le référentiel de l’IASC) etc.
2) l’opinion de l’Auditeur sur les états financiers

f) la date du rapport
g) l’adresse de l’Auditeur
h) la signature de l’Auditeur.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


163
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
6.2. Différents types d’opinions

Il existe trois types d’opinions ou quatre selon que l’on adopte une démarche
Française ou Anglo - saxone :

6.2.1 Rapport d’Audit

- la certification pure et simple

Une opinion sans réserve doit être exprimée lorsque l’auditeur estime que les états
financiers donnent une image fidèle (présentent sincèrement, dans tous leurs aspects
significatifs) conformément au référentiel comptable identifié.

Exemple : A notre avis, les états financiers donnent une image fidèle (ou
« présentent sincèrement, dans tous les aspects significatifs ») de la
situation financière de la société au 31 Décembre 200X, ainsi que du résultat
de ses opérations et des mouvements de trésoreries pour l’exercice clos à
cette date, conformément aux normes comptables internationale de l’IASC
(ou ……)

6.2.2 Rapport modifié

Un rapport d’audit est dit « modifié » dans les cas suivants :

* Questions n’ayant pas une incidence sur l’opinion de l’Auditeur.


- L’auditeur crée un paragraphe d’observation juste après l’opinion :

Exemple : Sans remettre en cause l’opinion exprimée ci-dessus, nous estimons


utile d’attirer votre attention sur la note X des états financiers………

* Question ayant une incidence sur l’opinion de l’Auditeur


- Opinion avec réserve

Une opinion avec réserve doit être exprimée lorsque l’auditeur estime ne pas
pouvoir donner une opinion sans réserve, et que cette réserve, portant sur un
désaccord avec la direction ou une limitation de l’étendue des travaux d’audit, n’est
pas d’une importance telle ou ne concerne pas un nombre important de rubriques,
qu’elle entraînerait une opinion défavorable. Une opinion avec réserve est traduite
par le terme « sous réserve » de l’effet des questions sur lesquelles porte la réserve.

Exemple : A notre avis sous réserve de l’incidence sur les états financiers de la
question exposée ci-avant, ces derniers donnent une image fidèle…….
(le reste de la formulation est identique à celle de l’opinion pure et simple).
PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO
164
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- impossibilité d’exprimer une opinion

Une impossibilité d’exprimer une opinion doit être formulée par l’auditeur lorsque la
conséquence possible d’une restriction de l’étendue des travaux d’audit est si
importante ou concerne un nombre important de rubriques que l’auditeur n’est pas
parvenu à obtenir d’éléments probants suffisants et adéquats pour pouvoir se
prononcer sur les états financiers.

Exemple : En raison de l’importance des questions exposées ci-avant, nous ne


sommes pas en mesure d’exprimer une opinion sur les états financiers.

- Opinion défavorable

Une opinion défavorable doit être exprimée par l’Auditeur lorsque le désaccord est
si important ou concerne un nombre important de rubriques que l’Auditeur estime
qu’une réserve ne suffirait pas à qualifier la nature incomplète ou trompeuse des états
financiers.

Exemple : A notre avis, en raison de l’incidence des questions exposées ci-avant, les
états financiers ne donnent pas une image fidèle (ou ne présentent pas
sincèrement) de la situation financière de la société au 31 Décembre 19XX.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


165
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Exemple de Rapport d’Audit

Destinataire

Nous avons audité le bilan ci-joint de la société ABC au 31 Décembre 200X,


ainsi que le compte de résultat et l’état des mouvements de trésoreries pour l’exercice
clos à cette date. Ces états financiers relèvent de la responsabilité de la direction de la
société.
Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur ces états financiers sur
la base de notre Audit.

Nous avons effectué notre audit selon les normes Internationales d’Audit (ou les
normes ou pratiques nationales applicables). Ces normes requièrent que l’Audit soit
planifié et réalisé en vue d’obtenir l’assurance raisonnable que les états financiers ne
comportent pas d’anomalies significatives. Un Audit consiste à examiner, par
sondages, les éléments justifiants les données contenues dans les états financiers. Un
Audit consiste également à apprécier les principes comptables suivis et les estimations
significatives retenues par la direction, ainsi que la présentation des états financiers pris
dans leur ensemble. Nous estimons que notre Audit constitue une base raisonnable à
l’expression de notre opinion.

A notre avis, les états financiers donnent une image fidèle (ou « présentent
sincèrement, dans tous les aspects significatifs ») de la situation financière de la société
au 31 Décembre 200X, ainsi que du résultat de ses opérations et des mouvements de
trésorerie pour l’exercice clos à cette date, conformément aux normes comptables
internationales de ……………..

date du rapport
l’adresse de l’Auditeur et signature.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


166
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
DEUXIEME PARTIE :

COURS DE COMMISSARIAT AUX COMPTES

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


167
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
PREAMBULE

Le Commissariat aux comptes étant un Audit légal, la démarche est donc identique à
celle de l’Audit financier que nous avons passé en revue dans le cours qui lui était
consacré.

Il sera donc redondant de revenir sur cette démarche dans ce cours.

Nous nous attelons dans ce cours à présenter les particularités de la mission de


Commissariat aux comptes.

Définition

Le Commissariat aux comptes peut être défini comme un mandat légal donné a un
professionnel compétent et indépendant appelé « Commissaire aux comptes » en vue,
à l’exclusion de toute immixtion dans la gestion, de vérifier permanament les valeurs et
les documents comptables de la société et de contrôler la conformité de sa comptabilité
aux règles en vigueur.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


168
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
I. Démarche Général

Voir démarche d’Audit

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


169
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
II. MISSION DU COMMAISSAIRE AUX COMPTES

2.1. Obligations du Commissaire aux comptes

2.1.1 Le Commissaire aux comptes certifie que les états financiers de synthèse sont
réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de
l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la
société à la fin de cet exercice.

Dans son rapport à l’Assemblée Générale Ordinaire, le Commissaire aux


comptes déclare :

- soit certifier la régularité et la sincérité des états financiers de synthèse,


- soit assortir sa certification de réserves ou la refuser en précisant les motifs de
Ces réserves ou de ce refus.

2.1.2 Le Commissaire aux comptes à pour mission permanente, à l’exclusion de toute


L’exclusion de toute immixtion dans la gestion, de vérifier les valeurs et les
documents comptables de la société et de contrôler la conformité de sa
comptabilité aux règles en vigueur.

2.2.3 Le Commissaire aux comptes vérifie la sincérité et la concordance avec les états
financiers de synthèse, des informations données dans le rapport de gestion du
Conseil d’Administration ou de l’Administrateur Général, selon le cas, et dans les
documents sur la situation financière et les états financiers de synthèse de la
société adressés aux actionnaires. Il fait état de ces observations dans son
rapport à l’Assemblée Générale annuelle.

2.1.4 Le Commissaire aux comptes s’assure enfin que l’égalité entre les associés est
respectée, notamment que toutes les actions d’une même catégorie bénéficient
des mêmes droits.

2.1.5 Le Commissaire aux comptes dresse un rapport dans lequel il porte à la


Connaissance du Conseil d’Administration ou de l’Administrateur Général :

1 : Les contrôles et vérifications auxquels il a procédé et les différents sondages


auxquels il s’est livré ainsi que leurs résultats;

2 : Les postes du bilan et des autres documents comptables auxquels des modifications

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


170
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
lui paraissent devoir être apportées, en faisant toutes les observations utiles sur les
méthodes d’évaluation utilisées pour l’établissement de ces documents;

3 : Les irrégularités et les inexactitudes qu’il aurait découvertes;

4 : Les conclusions auxquelles conduisent les observations et rectifications ci-dessus


sur les résultats de l’exercice comparés à ceux du dernier exercice. Ce rapport est
mis à la disposition du Président du Conseil d’Administration ou de l’Administrateur
Général avant la réunion du Conseil d’Administration ou de la décision de
l’Administrateur Général qui arrête les comptes de l’exercice.

2.1.6 Le Commissaire aux comptes signale, à la plus prochaine Assemblée Générale,


les irrégularité et les inexactitudes relevées par lui au cours de
l’accomplissement de sa mission.

En outre, il révèle au ministère public les faits délictueux dont il a eu


connaissance dans l’exercice de sa mission, sans que sa responsabilité puisse
être engagée par cette révélation.

L’inobservation de ces dispositions fait couvrir au commissaire des sanctions


pénales.

2.1.7 Le Commissaire aux comptes, ainsi que ses collaborateurs sont astreints au
secret professionnel pour les faits, actes et renseignements dont ils ont pu avoir
connaissance en raison de leurs fonctions sous réserve des dispositions
précédentes.

2.2 Droits du Commissaire aux comptes

Le Commissaire aux comptes dispose d’un certains nombre de droits, nous


énumérons ici ceux qui nous paraissent plus importants.

2.2.1 Droit d’investigation

A toute époque de l’année, le commissaire aux comptes opère toute vérification et


tous contrôles qu’il juge opportuns et peut se faire communiquer, sur place, toutes
pièces qu’il estime utiles à l’exercice de sa mission et notamment tous contrats, livres,
documents comptables et registres de procès verbaux.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


171
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Pour l’accomplissement de ces contrôles et vérifications, le Commissaire aux
comptes peut, sous sa responsabilité se faire assister ou représenter par tels experts
ou collaborateurs de son choix, qu’il fait connaître nommément à la société. Ceux –ci
ont les mêmes droits d’investigation que ceux du Commissaire aux comptes.

Les investigations peuvent être faites tant auprès de la société que des sociétés
mères ou filiales.

2.2.2 Droit à l’Assemblée Générale Ordinaire

Le Commissaire aux comptes est obligatoirement convoqué à toutes les


assemblées d’actionnaires, au plus tard lors de la convocation des actionnaires eux-
mêmes, par lettre au porteur contre récépissé ou par lettre recommandée avec
demande d’avis de réception. Les mêmes obligations s’appliquent en cas de réunion,
selon le cas, du Conseil d’Administration ou de l’Administrateur Général qui arrête les
comptes de l’exercice, ainsi que le cas échéant, à toute autre réunion du Conseil ou de
l’Administrateur Général.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


172
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
III. Autres vérifications à effectuer par le Commissariat aux comptes

3.1 . Conventions réglementées

- Les dirigeants sociaux n’avisant pas le Commissaire aux comptes des


conventions conclues de façon spontanée et systématique contrairement aux
dispositions légales, celui-ci doit demander par écrit que l’on lui fasse le point
des éventuelles conventions conclues/exécutées au cours de l’exercice.

- Exploiter les informations recueillies au cours de l’audit pour identifier des


opérations rentrant dans le cadre des conventions réglementées ou interdites.
Pour ce faire, examiner les transactions avec les administrateurs, directeurs
généraux ou directeurs généraux adjoints ainsi que les sociétés dans lesquelles
ceux-ci exerceraient des fonctions ou auraient des intérêts.

- Vérifier le respect des dispositions en matière de conventions réglementées


(règles d’autorisation préalable) ou interdites.

- Vérifier la nature, l’objet et les modalités des conventions.

- Ne pas oublier de considérer les rémunérations exceptionnelles allouées aux


Administrateurs en application de l’article 432 (cas des SA avec Conseil
d’Administration) de l’acte uniforme au titre des conventions réglementées.

3.2 Spécificités de la rémunération de l’administrateur général dans le cas des SA


qui en disposent

- Sa rémunération fait l’objet de dispositions strictes dont il convient de vérifier le


respect (Art.499 à 501 de l’acte uniforme)

3.3. Egalité entre actionnaires

Le CAC doit s’assurer que l’égalité entre actionnaire est respectée (Art 714 de
l’acte uniforme). A mon avis, les violations éventuelles devraient faire l’objet d’un
rapport à l’Assemblée Générale Ordinaire et de révélation au ministère public.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


173
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
IV. Vérifications et informations spécifiques

- Vérifier la conformité du rapport de gestion avec les dispositions des articles 71


du règlement relatif au droit comptable du SYSCOA et 138 de l’acte uniforme de
l’OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du G.I.E,

- Vérifier la concordance des informations financières (communiquées aux


actionnaires aux travers du rapport de gestion ou de tout autre document) avec
les états financiers audités,

- Vérifier la conformité du projet d’affectation du résultat de l’exercice avec les


dispositions légales en vigueur.

V. Rapport du Commissaire aux comptes

Le Commissaire aux comptes tout comme l’Auditeur doit, à l’issue de ses travaux
émettre un rapport appelé « rapport de commissaire aux comptes ». Il peut s’il le
désire émettre une lettre de recommandation.
Cette option est vivement conseillée, car elle permet au Commissaire aux comptes
d’apporter une valeur ajoutée à l’entreprise et par conséquent de se valoriser lui-même.

Le rapport du Commissaire aux comptes est de deux ordres :

- Rapport adressé à l’Assemblée Générale annuelle,


- Rapport adressé au Conseil d’Administration ou à l’Administrateur Général

5.1 Rapport adressé à l’Assemblée Générale

Le rapport adressé à l’Assemblée Générale comporte deux parties à savoir, un


rapport général et un rapport spécial.

5.1.1 Rapport Général

Dans son rapport général à l’Assemblée Générale ordinaire, le Commissaire aux


comptes fait part de l’accomplissement de la mission qui lui est dévolue. Ainsi :

- Il certifie que les états financiers de synthèse sont réguliers et sincères et


donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi
que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet
exercice.

- Il vérifie les valeurs et les documents comptables de la société et contrôle la


conformité de la comptabilité de la société aux règles en vigueur.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


174
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
- Il vérifie la sincérité et la concordance avec les états financiers de synthèse des
informations données dans le rapport de gestion du Conseil d’Administration ou
de l’Administrateur Général, selon le cas, et dans les documents sur la situation
financière et les états financiers de synthèse de la société adressés aux
actionnaires et fait état de ces observations dans son rapport à l’Assemblée
Générale;

- Il signale à l’Assemblée Générale les irrégularités et les inexactitudes relevées


par lui au cours de l’accomplissement de sa mission.

5.1.2 Rapport spécial du Commissaire aux comptes

Le Commissaire aux comptes fournit un rapport spécial sur :

- Les conventions réglementées


- Les rémunérations versées aux cinq ou dirigeants sociaux et salariés les mieux
rémunérés de la société.

5.2 Rapport du Commissaire aux comptes aux Conseil d’Administration


ou à l’Administrateur Général

Le Commissaire aux comptes adresse aux Conseil d’Administration ou à


l’Administrateur Général deux types de rapports à savoir un rapport général et un
rapport spécial. Le contenu du rapport spécial est identique à celui du rapport spécial
adressé à l’Assemblée Générale. Par contre dans son rapport général adressé aux
dirigeants suscités, le Commissaire aux comptes porte à leur connaissance.

1. Les contrôles et vérifications auxquels il a procédé et les différents sondages


effectués ainsi que leurs résultats;
2. Les postes du bilan et des autres documents comptables auxquels des
modifications lui paraissent devoir êtres portées, en faisant toutes les
observations utiles sur les méthodes d’évaluation utilisées pour l’établissement
de ces documents ;
3. Les irrégularités et les inexactitudes qu’il aurait découvertes ;

4. les conclusions auxquelles conduisent les observations et rectifications précitées


sur les résultats de l’exercice comparés à ceux du dernier exercice.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


175
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
MODELE DE RAPPORT

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


176
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
V. MODELE DE RAPPORT SPECIAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES
SUR LES CONVENTIONS REGLEMENTEES

Aux actionnaires (SA ) / Aux Associés (SARL


(Nom et adresse du client)

Mesdames et Messieurs,

 Cas d’absence de convention


En application de l’article 350/440/503 de l’acte uniforme de l’OHADA relatif au
droit des sociétés commerciales et du G.I.E, nous vous informons que le
Président de votre société ne nous a donné avis d’aucune convention visée par
l’acte uniforme.

 Existence de conventions pour lesquelles le CAC a été avisé.


En application de l’article 350/440/503 de l’acte uniforme de l’OHADA relatif au
droit des sociétés commerciales et du G.I.E, nous portons à votre connaissance
les conventions ci-dessous dont nous avons été avisés par votre Président.

1. Convention(s) conclue(s) au cours de l’exercice

Pour chacune des conventions, fournir les informations suivantes :

- Nom du / des dirigeants (s) intéressé (s)


- Nature et objet
- Modalités
- Date d’autorisation

Ou bien

Votre Président ne nous a donné avis d’aucune convention nouvelle conclue au


cours de l’exercice.

2. Convention(s) conclue(s) au cours l’exercice antérieur et dont l’exécution s’est


Poursuivie durant l’exercice

Pour chacune des conventions, fournir les mêmes informations que précédemment.

 Cas de conventions non soumises à l’autorisation préalable du conseil


d’administration.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


177
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Nous portons à votre connaissance les conventions suivantes exécutées au
cours de l’exercice et qui n’ont pas été préalablement autorisées par le Conseil
d’Administration.

Fournir les mêmes informations que précédemment par chacune des


conventions.

 Cas de conventions interdites

Nous portons à votre connaissance les conventions interdites aux termes de l’article
356/450/507 de l’acte uniforme de l’OHADA relatif au droit des sociétés
commerciales et du G.I.E, conclue(s) au cours de l’exercice / D’exercices antérieurs
et dont l’exécution s’est poursuivie :

- Nom du / des dirigeants (s) intéressé (s)


- Nature et objet
- Modalités

Ouagadougou, le …………………….……………

Signature du commissaire aux comptes

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


178
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
VI. MODELE DE RAPPORT DE CERTFICATION DES REMUNERATIONS VERSEES
AUX CINQ OU DIX PERSONNES LES MIEUX REMUNEREES DE LA SOCIETE

Aux actionnaires
(Nom et adresse de la société)

Mesdames et Messieurs,

En application de l’article 525 de l’acte uniforme de l’OHADA relatif au droit des


société commerciales et du G.I.E, nous certifions que le montant global des
rémunérations versées aux (cinq ou dix) personnes les mieux rémunérées de la société
au cours de l’exercice clos le 31 décembre …. S’est élevé à ….

Ouagadougou, le …………………….……

Signature du commissaire aux comptes

NB : y compris les avantages en nature.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


179
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
VII. MODELE DE RAPPORT GENERAL DU CAC AU CONSEIL
D’ADMINISTRATION OU A L’ADMINISTRATEUR GENERAL

Aux Administrateurs
(Nom et adresse du client)

Mesdames et Messieurs,

En application de l’article 715 de l’acte uniforme de l’OHADA relatif au droit des


sociétés commerciales et du G.I.E, nous vous présentons notre rapport consécutif à la
mission d’examen des états financiers provisoires de (Nom de la société) pour
l’exercice clos le 31 décembre …. Pour les besoins d’arrêté des comptes.

Ces états financiers provisoires ont été préparés par la direction générale de votre
société et font apparaître des capitaux propres s’élevant à …. Incluant un bénéfice
net/une perte nette de ….

Notre responsabilité consiste à exprimer une opinion sur les états financiers de la
société sur la base de notre audit.

Nos diligences ont été effectuées en accord avec les normes de la profession
applicables au Burkina Faso (à l’exception des limitations énumérés aux
paragraphes….à ….. ci-dessous). A l’issue de nos travaux, nous avons identifié des
anomalies significatives (qui ont fait l’objet de correction dans les états financiers
provisoires présentés par la direction générale) qui sont soumises à votre appréciation.

Limitation à l’étendue de nos travaux

Anomalies découvertes (et propositions de correction)

Opinion sur les états financiers provisoires

Les conclusions de nos travaux nous conduisent à certifier les états


financiers/certifier les états financiers avec les réserves liées aux situations décrites aux
paragraphes …à…..ci-dessus/à refuser de certifier les états financiers tels que
présentés.
Ouagadougou, le………………………………………..

Signature du CAC

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


180
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
VIII. RAPPORT GENERAL DU (DES) COMMISSAIRE(S) AUX COMPTES
SUR LES COMPTES ANNUELS (RAPPORT ADRESSE A

Aux Actionnaires / Associés


Société, Siège social

Mesdames, Messieurs,

En exécution de la mission qui nous a été confiée par …. (mention de l’organe


compétent), nous vous présentons notre rapport relatif à l’exercice clos le …..(/)
sur :

- Le contrôle des comptes annuels de la société X ….., tels qu’ils sont joints au
présent rapport (2),
- Les vérifications spécifiques et les informations prévues par la loi.

Les comptes annuels ont été arrêtés par …… (Mention de l’organe compétent). Il
nous appartient, sur la base de notre audit, d’exprimer une opinion sur ces comptes.

1. Opinion sur les comptes annuels

Nous avons effectué notre audit selon les normes de la profession ; ces normes
requièrent la mise en œuvre de diligences permettant d’obtenir l’assurance
raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d’anomalies significatives.
Un audit consiste à examiner, par sondage, les éléments probants justifiant les
données contenues dans ces comptes. Il consiste également à apprécier les
principes comptables suivis et les estimations significatives retenues pour l’arrêté
des comptes et à apprécier leur présentation d’ensemble. Nous estimons que nos
contrôles fournissent une base raisonnable à l’opinion exprimée ci-après…

Nous certifions que les comptes annuels sont réguliers et sincères et donnent une
image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation
financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice.

2. Vérification et informations spécifiques

Nous avons également procédé, conformément aux normes de la profession aux


vérifications spécifiques prévues par la loi.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


181
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
Nous n’avons pas d’observation à formuler sur la sincérité et la concordance avec
les comptes annuels des informations données dans le rapport de gestion du Conseil
d’Administration/directoire/gérant et dans les documents adressés aux Actionnaires/
Associés sur la situation financière et les comptes annuels.

Le cas échéant*

En application de la loi, nous nous sommes assurés que les diverses informations
relatives aux prises de participation et de contrôles (3) (4) vous ont été communiquées
dans le rapport de gestion.

Ouagadougou, le …………………………………..

Signature

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


182
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
FRAUDE ET ERREUR

1. Lors de la planification et de la réalisation de l’audit, l’auditeur doit prendre en


compte le risque d’anomalies significatives dans les états financiers provenant
d’une fraude ou d’une erreur.

2. Il faut entendre par fraude un acte volontaire qui aboutit à des états financiers
erronés.

3. Sont considérés comme une fraude :

- La manipulation, la falsification ou l’altération de la comptabilité ou de


documents.
- Le détournement d’actifs.
- La suppression ou l’omission de l’incidence de certaines opérations dans la
comptabilité ou les documents
- L’enregistrement d’opérations sans fondement.
- L’application incorrecte de politique d’arrêté des comptes.

4. L’erreur correspond à une inexactitude involontaire contenue dans les états


financiers, telle que :

- Une erreur mathématique ou d’écriture dans les documents et les données


comptables.
- L’omission ou l’interprétation incorrecte de faits.
- L’application incorrecte de politiques d’arrêté des comptes.

5. L’auditeur n’est pas et ne peut être tenu pour responsable de la prévention des
fraudes et des erreurs. La conduite d’un audit annuel peut toutefois être
considérée comme un moyen dissuasif.

Lors de la planification de l’audit, l’Auditeur doit évaluer le risque qu’une fraude


ou qu’une erreur conduisent à des anomalies significatives dans les états
financiers et doit interroger la direction sur toute fraude ou erreur significative qui
aurait été détectée.

6. Dans l’hypothèse ou l’Auditeur estime que le risque de fraude ou d’erreur existe


et que la fraude ou l’erreur pourrait avoir un impact significatif sur les états

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


183
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63
financiers, il doit mettre en œuvre des procédures modifiées ou supplémentaires
jugées nécessaires.

Les résultats des investigations doivent être promptement communiqués à la


direction.

7. Si l’Auditeur conclut que la fraude ou l’erreur a des conséquences significatives


sur les états financiers et qu’elle n’a pas été correctement prise en compte ou
corrigée dans ceux-ci, l’auditeur doit exprimer une opinion avec réserve ou une
opinion défavorable.

Si l’entité ne permet pas l’Auditeur de réunir suffisamment d’éléments probants pour


évaluer si une fraude ou une erreur pouvant avoir un effet significatif sur les états
financiers s’est produite ou a de fortes chances de s’être produite, l’Auditeur doit
exprimer une opinion avec réserve ou conclure à l’impossibilité d’exprimer une opinion.

Si l’Auditeur n’est pas à même de déterminer si une fraude ou une erreur s’est
produite du fait des limites imposées par les circonstances et non par l’entité, l’Auditeur
doit en tirer les conséquences dans son rapport.

PREPARE ET PRESENTE PAR MR. SALAM SAWADOGO


184
EXPERT COMPTABLE ASSOCIE GERANT DE FIDEREC INTERNATIONALE
08 BP 11095 OUAGADOUGOU 08 BF TEL : (00226) 50 43 14 63