Vous êtes sur la page 1sur 62

Q.C.

M et Exercices corriges : premiere partie

l'entreprise et son environnement

Evaluation des connaissances :

L'ENTREPRISE DANS L'ENVIRONNEMENT

Q.C.M 1

1- L'entreprise est:

1)Une personne morale

2)Une personne physique

3)Un agent économique

4)Un être économique

5)Un centre de Décision

6)Un lieu d'épanouissement humain

7)Un centre de consommation

2- Parmi les Réponses suivantes, lesquelles sont fausses:

1)L'entreprise est un agent économique dont la fonction principale est la production des
biens et services
2)L'entreprise est un agent économique qui contribue à la répartition des richesses dans
la société;
3)L'entreprise est un signe de richesse personnelle
4)L'entreprise est un lieu de confrontation sociale
5)L'entreprise réussit uniquement grâce à la compétence et au dynamisme de son patron
3- Quels sont les principaux objectifs économiques de l'entreprise ?
1) Augmenter la rentabilité;
2) Agrandir les parts de marché;
3) Réaliser le Profit;
4) Assurer l'épanouissement humain;
5) Permettre de réguler les activités non polluantes.

4- Parmi les produits suivants, lesquels sont des produits d'équipement ?

1)Le lait;
2)La voiture Personnelle;
3)Camion de transport routier;
4)Machine à coudre;

5- Parmi les produits suivants, lesquels sont des produits de consommation


durable ?

1) Réfrigérateur;
2) Avion;
3) Biscuit;
4) Téléphone portable;
5) Boisson Fraîche.

6- Qu'est ce qu'on entend par classification économique des entreprises ?

1) Classer les entreprises par sources de leur capital;


2) Classer les entreprises par origines de leurs propriétaires;
3) Classer les entreprises par secteurs et branches d'activités;
4) Classer les entreprises selon la taille de leurs effectifs;
5) Classer les entreprises selon leurs pertes en capital.
7- Associer à chacune des entreprises suivantes, le secteur économique auquel elles
appartiennent:

1) Vache qui rit


2) allumaroc
3) Office national des chemins de Fer
4) SOGETA et SODEA
5) Banque Populaire
6) Coca Cola

8- Cochez les réponses fausses:

1) La micro-entreprise compte moins de 10 salariés;


2) La micro entreprise compte plus de 10 salariés;
3) L'entreprise Multinationale fabrique et commercialise dans le monde entier;
4) La grande entreprise compte 200 salariés et plus.

9- La société anonyme (SA) est:

1) Une entreprise qui n'a pas d'adresse fixe;


2) Une société de capitaux dont les actions se vendent en bourse;
3) Une entreprise ou les propriétaires ont une responsabilité limitée à hauteur de leur
contribution au capital;
4) Une entreprise qui appartienne à l'État.

10- On devient entrepreneur grâce aux conditions subjectives ou/et Objectives.


Associer aux conditions suivantes le termes : Subjective ou Objective.

1) Héritage Familiale
2) Opportunité économique
3) Connaissance particulière
4) Incitations fiscales ou subventions publiques
5) Caractère Personnel particulier
6) Désir de pouvoir

1- Pour créer son entreprise, il faut la situer sur le marché et sur le secteur.
Marquez ce qui appartient au Marché et ce qui appartient au Secteur:

1) Les partenaires
2) Les consommateurs
3) Les fournisseurs
4) Les concurrents

-1- La structure d’entreprise veut dire organigramme d’entreprise :

1) Vrai
2) faut
3) autre à préciser

2-cochez le ou les intrus parmi les structures d’entreprises suivantes :

1) Anarchique;
2) Hiérarchique ;
3) Fonctionnelle ;
4) Décisionnelle ;
5) Matricielle ;
6) Concessionnaire.
3-Les structures traditionnelles se caractérisent par :

1) Flexibilité ;
2) Rigidité ;
3) Chevauchement des tâches ;
4) Forme pyramidale ;
5) Participation démocratique à la prise de décision ;
6) Grande exigence en personnel ;
7) Difficulté de communiquer entre les niveaux ; Cloisonnement de postes de travail.

4-Dans la structure inversée ce sont les ouvriers et les employés qui commandante
l’entreprise :

1) Vrai
2) Faux

5-Les structures modernes se caractérisent par :

1) Flexibilité ;
2) Rigidité ;
3) Chevauchement des tâches ;
4) Organisation horizontale;
5) Gestion par objectif;
6) Forte rotation entre des postes;
7) Difficulté de communiquer entre les niveaux ; cloisonnement de postes de travail.

6-Prendre une décision dans l’entreprise, c’est :

1) Manifester un pouvoir et une autorité ;


2)Choisir la bonne solution pour réduire l’incertitude ;
3) Être sous tutelle ;
4)Chercher à changer la situation actuelle par une autre désirée

7- En fonction de quoi peut-on classer les décisions ?

1) La portée ;
2) Le risque ;
3) L’échelle ;
4) Le rythme ;
5) L’organisation de l’entreprise ;
6) L’importance du décideur dans la hiérarchie de l’entreprise.

8-Pour décider dans une entreprise, il faut prendre en considération :

1) L’environnement économique ;
2) L’organisation de l’entreprise ;
3) La psychologie des salariés ;
4) Le niveau institutionnel ;
5) Le niveau opérationnel ;
6) Le cadre juridique et institutionnel.

9-Parmi les affirmations suivantes, laquelle ou lesquelles sont justes ?

1) La décision certaine est prise par le directeur qui connaît mieux l’environnement
de son entreprise;
2) La décision certaine est très souvent répétitive ;
3) La décision aléatoire a une certaine chance de réussir ;
4) La décision incertaine concerne souvent des décisions stratégique ;
5) Ce sont les directeurs fonctionnels qui prennent les décisions tactiques ou
administratives ;
6) La décision stratégique concerne le long terme.
10-Que permettent la décentralisation et la délégation du pouvoir de décision dans
l’entreprise ?

1) Une meilleure motivation du personnel ;


2) Une meilleure compréhension des problèmes ;
3) Un meilleur contrôle de l’inefficacité et de l’absentéisme ;
4) Une meilleure coordination entre les services ;
5) Un meilleur exercice d’autorité ;

11-Que signifie la DPPO :

1) Direction participative préservatif des Objectifs ;


2) Direction Par Participation aux Objectifs ;
3) Direction participative Par Objectifs ;
4) Direction participant Par Objectifs.

12-Parmi les sources d’information interne dans l’entreprise, pour prendre une
décision,
on trouve :

1) Les sites internet ;


2) Les commandes de clients ;
3) Les documents comptables ;
4) Les journaux et magazines ;
5) les rapports de vendeurs.

13-Pour prendre une décision dans l’entreprise, il faut être renseigné des
événements :
1) Politiques ;
2) Familiales ;
3) Religieuses ;
4) Sociales ;

5) Météorologique

14- La vision traditionnelle de la prise de décision donne plus de démocratie et


intègre mieux le personnel de l’entreprise à la prise de décision :

1) Vrai ;
2) Faux ;

 Q.C.M 2

présentation

1. Comment définir l'entreprise ?

a) c'est une communauté humaine

b) c'est une fonction sociale essentielle

c) l'entreprise mobilise et rémunère du travail et du capital

d) c'est une unité permettant de créer des marchés de distribution

2. Quels sont les principaux objectifs économiques de l'entreprise ?

a) rentabilité
b) conquête de marchés

c) profit

d) assurer l'épanouissement humain

e) permettre de réguler les activités non polluantes

3. Quels sont les objectifs non économiques de l'entreprise ?

a) assurer un service public (électricité, transport ferroviaire...)

b) avoir une certaine productivité

c) se soucier des préoccupations sociales (procurer un emploi, assurer un revenu,


permettre l'insertion sociale par le travail...)

d) s'assurer un monopole sur un marché

4. Qu'est-ce que la production ?

a) la transformation de ressources conduisant à la création de biens et services

b) la combinaison du travail, du capital technique et des consommations intermédiaires

c) la condition préalable à toute activité de l'entreprise

d) une étape pour la réalisation des objectifs sociaux de l'entreprise

5. Quels sont les rôles économiques de l'entreprise ?

a) c'est une unité de production


b) c'est une unité de répartition

c) c'est une forme de consommation intermédiaire

d) c'est une entité sociale

6. Quelles sont les charges couvertes par la valeur ajoutée ?

a) impôts et taxes

b) amortissement du matériel

c) frais financiers (intérêts d'emprunts...)

d) répartition du profit

7. Quels sont les rôles sociaux de l'entreprise ?

a) c'est une entité sociétale

b) c'est un groupement humain (lieu d'épanouissement ou de frustration)

c) c'est un centre de décision qui fixe des objectifs et définit les moyens à mettre en
oeuvre pour les atteindre

d) c'est une cellule de base de la vie en société, une entité sociale

e) c'est un pôle d'échange d'informations entre les partenaires (clients/fournisseurs,


Etat/collectivités locales...)

 
environnement

1. Quels sont les composantes de l'environnement de l'entreprise ?

a) environnement technologique

b) environnement juridique et réglementaire

c) environnement micro économique

d) environnement judiciaire

2. Font partie de l'environnement social de l'entreprise :

a) La réglementation du travail

b) Les syndicats

c) La société toute entière

d) Les partis politiques

3. Parmi les propositions suivantes, laquelle ou lesquelles représente(nt) des


contraintes pour l'entreprise ?

a) saturation d'un marché sur lequel l'entreprise est positionnée

b) changement de nature de la demande qui est adressée à l'entreprise

c) réglementation des prix

d) l'ensemble des agents économiques

e) l'ensemble des relations avec l'environnement immédiat de l'entreprise


 

4. Parmi les propositions suivantes, laquelle ou lesquelles représente(nt) des


opportunités (marchés nouveaux, possibilité de croissance ou de reconversion...)
pour l'entreprise ?

a) augmentation du pouvoir d'achat des ménages

b) mesures fiscales (exonérations, zones franches...)

c) fermeture des frontières

d) arrivée à saturation d'un marché sur lequel l'entreprise est positionnée

e) nouvelles industries  issues du respect de l'environnement naturel (exemple :


recyclage...)

5. Quels sont les axes principaux permettant la surveillance de l'environnement ?

a) la presse

b) la propriété industrielle (INPI, brevets...)

c) les médias grand public (TV, radio...)

d) publicité comparative

6. Quels sont les objectifs de la surveillance de l'environnement ?

a) déceler les changements au niveau de l'environnement

b) être capable d'anticiper l'évolution

c) trouver les solutions optimales


d) maintenir le cycle de vie de l'entreprise

7. Parmi les affirmations suivantes, laquelle ou lesquelles est (sont) juste(s) ?

a) l'entreprise s'organise et s'adapte en fonction de son environnement

b) il n'existe pas de modèle d'organisation de l'entreprise idéal

c) l'entreprise est un organisme vivant, elle a un cycle de vie propre

d) le cycle de vie de l'entreprise ne peut pas se terminer, il est sans fin

e) l'ancienneté de l'entreprise signifie que celle-ci est proche de la "mort"

8. La flexibilité d'une entreprise désigne sa capacité à :

a) Avoir une forte rentabilité           

b) changer de clients

c) Embaucher moins de salariés      

d) s'adapter à son environnement

 EXERCICE DU POUVOIR

1. Quels niveaux de décision existent réellement ?

a) stratégique

b) relationnel
c) tactique

d) exécution

2. Si le pouvoir de décision est réparti dans l'entreprise (ou l'organisation), il s'agit


de :

a) centralisation

b) déconcentration

c) décentralisation

d) gestion par exception

3. Parmi les propositions suivantes, laquelle ou lesquelles font partie des étapes du
processus de décision ?

a) compréhension du problème

b) choix du système d'information adapté

c) choix des solutions pour résoudre le problème

d) formation du personnel aux nouvelles procédures de travail

4. Comment caractériser les décisions dans l'entreprise ?

a) elles sont souvent complexes

b) elles font intervenir de nombreux acteurs (chefs de services, directeurs,


encadrement...)
c) elles n'ont aucun coût

d) elles sont souvent prises de façon définitive

5. Que doit prendre en compte la prise de décision ?

a) de l'environnement de l'entreprise

b) de l'organisation de l'entreprise

c) du caractère urgent ou non du problème à résoudre

d) du niveau institutionnel

e) du niveau opérationnel

6. En fonction de quoi peut-on classer les décisions ?

a) de l'échéance envisagée et de l'impact de la décision

b) du niveau hiérarchique des décideurs

c) de la routine

d) des habitudes de travail

e) de l'organisation de l'entreprise

7. Parmi les propositions suivantes, laquelle ou lesquelles correspondent à un style


de direction et à un mode d'exercice du pouvoir ?

a) pouvoir bureaucratique
b) pouvoir technocratique

c) pouvoir rationnel

d) pouvoir interpersonnel

e) pouvoir charismatique

8. A quel type d'entreprise ou d'organisation le pouvoir coopératif est-il le plus


adapté ?

a) associations

b) grande entreprise

c) administration

d) établissement scolaire

e) collectivité locale

9. Parmi les affirmations suivantes, laquelle ou lesquelles sont justes ?

a) chaque mode d'exercice du pouvoir est parfait

b) les modes d'exercice du pouvoir changent au cours du développement de l'entreprise

c) le style de direction dépend des personnalités des dirigeants

d) un seul mode d'exercice du pouvoir s'exerce dans l'ensemble de l'entreprise

10. Quelles formes de décentralisation existent dans l'entreprise ?


a) décentralisation horizontale

b) délégation

c) participation

d) décentralisation opérationnelle

e) management participatif

11. Que permettent la décentralisation du pouvoir de décision et la délégation de


pouvoir ?

a) meilleure motivation du personnel qui acquiert une capacité de décision

b) meilleure efficacité des décisions plus proche du "terrain"

c) meilleure coordination des décisions

d) meilleure circulation de l'information

12. Quels peuvent être les obstacles à la prise de décision ?

a) informations trop brèves

b) précipitation dans le choix des solutions

c) endettement de l'entreprise faible

d) ressources matérielles importantes et disponibles

e) conjoncture économique favorable


STRUCTURES DES ENTREPRISES :

1. Cherchez le ou les intrus parmi les structures d'entreprises suivantes :

a) hiérarchique

b) fonctionnelle

c) décisionnelle

d) matricielle

e) conglomérale

2. La structure de l'entreprise peut évoluer en fonction de la technique : la


standardisation de la production pousse à adopter des structures ?

a) rigides

b) flexibles

c) formalisées

d) formelles

3. Les structures fonctionnelles et divisionnelles sont réputées flexibles

a) vrai

b) faux

 
4. La structure divisionnelle est mieux adaptée que la structure fonctionnelle pour
les entreprises qui ne fabriquent qu'un seul type de produit.

a) vrai

b) faux

5. Structure divisionnelle et structure fonctionnelle sont des termes synonymes.

a) vrai

b) faux

6. La structure matricielle se caractérise par :

a) La nécessité d'organiser au mieux la décentralisation des responsabilités

b) La disparition des lignes hiérarchiques verticales qui caractérisent les autres


organisations

c) Un mélange de structure divisionnelle et fonctionnelle

d) Une très grande flexibilité et réactivité aux changements du marché

7. La structure en pyramide inversée répond à des impératifs de flexibilité

a) vrai

b) faux

 
8. La structure pyramidale classique peut être :

a) Une structure fonctionnelle

b) Une pyramide inversée

c) Une structure multicellulaire

d) Une structure par projet

e) Une structure plate

9. La structure fonctionnelle se caractérise par le fait que :

a) Il s'agit d'une structure classique et fréquemment adoptée par beaucoup d'entreprises

b) Ce sont les fonctions qui constituent le critère de répartition des tâches.

c) Ce sont les produits qui constituent le critère de division du travail.

d) Elle mieux adaptée aux PME

10. La notion de structure d'entreprise se limite à l'organigramme

a) faux

b) vrai

11 . Utiliser les termes suivants pour completer les propositions :

   chefs opérationnels   compétitives   décentralisation   des chefs fonctionnels  


divisionnelle   fonctionnelle   grandes entreprises   Henri FAYOL   organigramme  
parcellisation des tâches   pluralité des supérieurs hiérarchiques   processus de décision  
pyramide   réactives   relations formelles   relations informelles   structure   structure
divisionnelle   structure fonctionnelle   structure fonctionnelle   structure hiérarchico-
fonctionnelle   structure hiérarchico-fonctionnelle   structure hiérarchique   structure
hiérarchique   structure matricielle   structure matricielle   structures décentralisées  
structures plates ou horizontales   voie hiérarchique

Confrontées aux turbulences de l'environnement économique et technologique et à la


mondialisation de la concurrence, les entreprises se réorganisent. Plus que jamais la
question est : comment devenir plus ______________________________________ tout
en cherchant à devenir plus ______________________________________ ?

La ______________________________________ d'une organisation est l'ensemble des


dispositifs par lesquels une entreprise répartie, coordonne et  contrôle ses activités.

Chaque entreprise est amenée à se poser la question souvent : quelle structure choisir ?
Afin d'effectuer son choix, elle doit tenir compte de sa spécificité, de son histoire, de sa
culture, de sa taille. Elle doit prendre en compte différents critères.

Il existe de nombreux types de structure, par exemple :

- la ______________________________________ où les ordres suivent la voie


hiérarchique,

- la ______________________________________ qui repose sur une spécialisation des


fonctions,
- la ______________________________________ qui combine les deux précédentes,

- la ______________________________________ où le découpage est fait par activités,


produits, marchés,

- la ______________________________________ qui combine les structures


______________________________________ et
______________________________________.

Pour ______________________________________ l'unité de commandement est


indispensable. La ______________________________________ repose sur le principe
d'unicité de commandement : chaque salarié ne dépend que d'un seul chef. Elle a été
directement calquée sur la hiérarchie militaire. Cette structure est simple, mais trop
rigide, particulièrement pour les ______________________________________.

La ______________________________________, préconisée par TAYLOR, défend au


contraire le principe de ______________________________________ pour un même
salarié : l'autorité est divisée par fonction, ce qui peut poser des difficultés de
coordination des activités.

La ______________________________________ conduit à partager l'autorité entre des


______________________________________ qui commandent, et
______________________________________, qui conseillent.

Les ______________________________________ (par produit, secteur...) se


caractérisent par une autonomie de chaque division de l'entreprise.

La ______________________________________ implique un partage du pouvoir. Elle


a pour but d'apporter une réponse rapide à un problème local. Exemple: Nestlé, "un esprit
mondial, un engagement local".

Préconisée par GALBRAITH au début des années 70, la


______________________________________ est parfaitement adaptée au changement.
Elle part du principe que chaque salarié dépend simultanément d'un chef de produit et
d'un responsable fonctionnel.

Les structures tayloriennes ne considèrent l'ouvrier ou l'employé que comme un


exécutant alors que les formes organisationnelles plus récentes cherchent,  au contraire, à
stimuler la participation, l'implication, les idées des participants.

Les structures classiques ressemblent à une


______________________________________ par le grand nombre de niveaux
hiérarchiques. Inspirées du modèle militaire : découpage des tâches très poussé
(______________________________________), responsabilités précises, circuits
d'information essentiellement par la ______________________________________.

Les ______________________________________ développent : l'esprit d'équipe, la


responsabilisation, les relations moins hiérarchisées, le raccourcissement du
______________________________________, la motivation, la diffusion des
informations à tous les niveaux, le passage d'une logique de poste à une logique de
compétence.
 

La structure formelle de l'entreprise est représentée par un


______________________________________.

Il met en évidence les différentes fonctions et leurs liaisons. Il montre le rôle de chacun
dans l'entreprise.

Mais il ne rend pas complètement compte de la réalité du pouvoir dans l'entreprise.


Aucune organisation ne peut fonctionner uniquement en s'appuyant sur les
______________________________________ représentées dans celui-ci. Les
______________________________________, souvent spontanées, pallient les
insuffisances de la structure formelle, mais peuvent, dans certains cas, être à l'origine de
dysfonctionnements majeurs.

 EXERCICES et APPLICATION :

Document 1 :

1 – Microsoft

2 - Une exploitation agricole : Dans l'exploitation agricole de hossein, les tomates


poussent dans des serres en plastiques.  L'entreprise  est  équipée  d'un  ordinateur  et 
d'une  micro-station  météo.  elle emploie six, douze ou trente salariés selon la saison.
Ses bénéfices se montent à 100 000 dhs l’an en moyenne.

Ses tomates sont destinées à la consommation finale des ménages ou vendues à des
entreprises qui les utilisent comme consommations intermédiaires.

3 – CROISSANT ROUGE MAROCAIN  (CRM)  est  une  organisation  non


gouvernementale à  but  humanitaire dont  le  Bureau  siège  à  Rabat.  Elle  offre  une 
assistance  médicale  d'urgence  dans des cas comme les catastrophes naturelles, les
épidémies et les famines. CRM offre aussi des actions à plus long terme lors d'instabilité
chronique, dans le cadre de l'aide aux réfugiés ou à la suite de catastrophes.  
4 - Un  consulat est la représentation de l'administration publique d'un pays à

l'étranger. Son action concerne surtout ses propres concitoyens, ressortissants, en


résidence ou de passage dans le pays. Missions :  l'établissement de documents

officiels et leur renouvellement (en particulier des passeports par exemple), la tenue de
l'Etat civil par la transcription des naissances, décès, mariages, divorces, ....etc.  survenus
à l'étranger, l'information des concitoyens

notamment sur les questions de Sécurité Sociale, le soutien aux concitoyens arrêtés  ou
en prison, ainsi que la surveillance de la légalité des procès judiciaires. 

5 - L’ OFFICE nationale des  chemins de fer français (ONCF) est l'une des principales 
entreprises  publiques  marocaines, centrée sur le transport ferroviaire. Elle employait
près de 8 000 personnes en 2010.

 1-A partir de ces 5 exemples, reproduisez et complétez le tableau suivant :

Quel  est  le  produit Produit D’où Quel est


Des
crée payant ou vientl’argent  l’objectif ?
organisations
gratuit qui permet de
Productives
financer
l’activité?
Microsoft        
Une        
exploitation
agricole
CRM        
Un consulat        

 
ONCF        
 

2 - Proposez une définition « d’organisation productive »


3 – quelle est la différence entre : 

Une administration et une entreprise

Une administration et une association

Une entreprise publique et une entreprise privée

4-Proposez une définition de l’entreprise. 

Document 2

 La société MAJUS fabrique des jus de fruits. En 2010, sa production s’élève à 1 million
de bouteilles qu’elle va vendre 3 dhs chacune. Pour réaliser

cette production, MAJUS a acheté des biens et services à d’autres entreprises : 200 000 
d’emballages, 500 000 de fruits, 200 000 de sucre, 60 000 d’énergie.

1. Quel est le CA de cette entreprise ?

2. Quelles sont les CI de MAJUS, calculez leur coût .

3. Calculez la VA de MAJUS

Document 3

Une société a réalisé en 2010 un chiffre d’affaire de 86 millions. Les dépenses


nécessaires ont été : achat de matière première 10 M, salaires

50M, téléphone 2M, impôts 5M.

1. Quelles sont les CI de cette entreprise ?

2. Calculez la VA de l’entreprise
3. la part des impôts dans la VA, la part de la rémunération des salariés dans la VA 

Approche classique de l'entreprise

chapitre 1 :  L’approche classique de L’entreprise

1. L’entreprise en tant qu’unité de production

Pour fabriquer des biens et des services, l’entreprise (qu’elle soit industrielle ou
commerciale) doit combiner différents facteurs de production ; le tableau suivant en présente
les caractéristiques :

COMPOSITION LIENS AVEC LA


FACTEURS DE
PRODUCTION   PRODUCTION

 
TRAVAIL Heures de main- Les salariés d’une entreprise participent à la
d’œuvre du personnel réalisation de plusieurs cycles de production
 
plus ou moins qualifié
CAPITAL Terrain, immeubles, Ces biens permettent la réalisation de
TECHNIQUE machines... plusieurs cycles de production. L’achat de
FIXE ces biens porte le nom d’investissement

   
CAPITAL bois, gasoil, petites Ces biens disparaissent (gasoil) ou sont
TECHNIQUE outillages... … incorporé au produit fini (bois) à chaque
CIRCULANT cycle de production. l’utilisation de ces biens
 
porte  le  nom  de consommation
intermédiaire
 

Le but de l’entreprise est d’atteindre l’efficacité maximale afin de minimiser ses coûts et de
réaliser des profits. Pour cela, elle recherche la meilleure combinaison possible des facteurs
de production.

Selon l'approche économique, l'entreprise est une unité de production des biens et services
destinée aux marchés de biens de consommation (grand public) et aux marchés de biens de
productions (les autres entreprises).

Pour fonctionner, l'entreprise a besoin de flux d'entrées : les inputs (matières premières,
marchandises, services, capitaux, travail et surtout informations). L'entreprise transforme ces
inputs en outputs (produits finis, marchandises, services, informations). Lors de cette
transformation, l'entreprise crée de la richesse (ajout de valeur aux inputs). Cette richesse est
appelée valeur ajoutée, elle représente la contribution réelle de l'entreprise à la richesse
nationale (P.I.B.).

La conception de la notion de production a fortement évolué. En effet, nous ne sommes plus


en situation de pénuries relatives où il suffisait de produire pour vendre. De nos jours, les
entreprises essaient de différencier leurs offres et de positionner leurs produits par rapport à
ceux des concurrents dans le but d'obtenir un avantage concurrentiel (compétitif).

la différenciation 

Différencier un produit ou un service consiste à le démarquer de ceux de la concurrence sur


la base des quatre « P ».

 Produit
o La différenciation par le produit considère ses caractéristiques intrinsèques : sa composition,
sa qualité, son aspect marchand (garanties, assistances, ...).
 Prix
o Il existe deux stratégies en matière de différenciation par le prix : soit une stratégie
d'écrémage qui consiste à fixer les prix plutôt plus élevés que le concurrent, soit une
stratégie de pénétration de marché qui consiste à fixer les prix plutôt moins élevés que les
concurrents.
o Le prix de vente d'un produit est déterminé par quatre facteurs :
 Coût de reviens.
 Concurrence.
 Demande ( prix psychologique).
 Réglementation en matière de fixation de prix (ex: prix des carburants).
 Place (Distribution)
o Généralement un produit de haute gamme vendu cher est destiné à un réseau de
distribution sélectif. Il importe de distinguer canal de distribution, circuit de distribution et
réseau de distribution.
 Un canal de distribution, c'est la voie d'acheminement d'un produit entre deux
intermédiaires dans un circuit de distribution.
 Un circuit de distribution est l'ensemble des canaux de distribution.
 Un réseau de distribution est l'ensemble des circuits de distribution.
 Publicité (& Promotion)
o Ces procédés concernent la communication autour du produit. Un gros budget de
communication au lancement d'un produit permet de se démarquer de la concurrence.
o La publicité consiste à attirer les consommateurs vers le produit. La publicité joue un triple
rôle : cognitif, affectif, conatif. 
o La promotion consiste à pousser le produit vers le consommateur.

Le dosage et la cohérence des quatre « P » constitue le Marketing-Mix.

                 le positionnement

Le positionnement consiste à positionner le produit, à graver dans l'esprit des


consommateurs une image claire et minutieuse du produit (ou service, entreprise) par rapport
à la concurrence.

2. L’entreprise en tant qu’unité de répartition

Le richesse créée par l'entreprise (valeur ajoutée) servent par la suite à rémunérer l’ensemble
des agents économiques ayant participer à l’activité de production de l’entreprise.

Agents rémunérés Nature la rémunération


  Le personnel Salaire
L’Etat et les organismes Impôts, cotisations sociales
  sociaux
Les prêteurs Intérêt
Richesse
 
créées Les apporteurs de capitaux Dividendes
 
L’entreprise RÉSERVES
par AUTOFINANCEMENT
 
l’entreprise
la part de chaque agent à la richesse créées dépend du degré de participation de celui-ci à
l’activité

économique, et des règles, des lois,...... . 

3 - application :

"EBENEUBLESsarl" est une entreprise de menuiserie, qui emploie 10 personnes,dont


7immatriculees a la CNSS. L'exploitation se fait dans un atelier appartenant a l'entreprise. le
travail se fait a l'aide de 3 machines a couper le bois, 2 machine de lissage et plusieurs outils
et outillages.... l’énergie est assurée par un groupe électrogène..... la production est constitue
de tables, chaises, armoires et lits fabriques a partir de l’ébène. sa clientèle est constituée
principalement des hautes catégories socio-professionnelles,étant donnée laqualité et les prix
de ses produits. son fournisseur unique de bois est la société (boisur.sa). 

de la comptabilité de la société on extrait :

production de l'exercice : 2 000 000 ; charge d'exploitation : 1 240 000, dont 960 000 de
salaires et cotisations sociales  ; les charges d’intérêt s’élèvent a 52 000  ; les impôts(y
compris l' IS) : 240 000 . les associes ont décidé de prélever 70% des bénéfices. 

- définir les termes soulignes.

- classer les facteurs de production.

- en quoi consiste la différenciation adopte par l'entreprise.

- quel est la politique des prix adoptee par l'entreprise.   

- présenter la répartition de la valeur ajoutée.


Approche systémique de l'entreprise

Chapitre 2 : L’approche systémique de L’entreprise:

I LA NOTION DE SYSTÈME :

A - definition

Un système est un ensemble d'éléments en interaction dynamique, organisé en vue d'accomplir certains
buts.
Tout système fonctionne en transformant des variables d'entrée en variables de sortie au cours d'un
processus plus ou moins complexe.

 exemple de système et de flux  moteur a explosion  etre humain entreprise

 flux d’entrée         carburants 


 air  matières

 flux de sortie
 mouvement  dioxydes  produit

B - CARACTÉRISTIQUES D'UN SYSTÈME :

Un système est Identifiable : On peut le différencier de son environnement. C'est un ensemble fini, borné
par une frontière qui le sépare de son environnement.
Exemple : un être vivant est nettement distinct de son entourage.
Un système agit en fonction d'un but : Il reçoit de son environnement des entrées qui lui permettent
d'opérer des traitements pour générer à son tour des sorties vers son environnement. 
Exemple :l'entreprise achète des matière, les transforme et les vend pour realiser un benefice. 

Un système a un comportement régulé : L'environnement agit sur le système en lui fournissant des


entrées, en lui imposant des contraintes et en influant sur ses objectifs.
Exemple : les frs fournissent des matières, l’État impose des impôts, les clients procurent res recettes....

Un système s'informe sur son propre comportement : Le système génère des informations qui rendent
compte des changements d'états du système global. Il va donc y avoir circulation, échange d'information,
donc communication.
Exemple : l'entreprise genere des documents comptables, des rapports commerciaux, des etats
techniques.. 

Un système décide de son comportement : Il génère de l'information qu'il est ensuite capable de traiter
pour élaborer ses propres décisions.
Exemple : l'entreprise évalue ses besoins et ces capacités, et décide de s'approvisionner, investir,
emprunter..

Un système mémorise : Pour élaborer ses décisions, le système considère les informations sur son état
actuel mais aussi les informations passées.
Exemple : l'entreprise gère des archives et des bases de données consultables. c'est la mémoire de l'ese  

C -  LES COMPOSANTES D'UN SYSTÈME :

Un système est compose de plusieurs sous-systèmes, qu'on peut regrouper comme suit :

- Un système de pilotage, qui prend les décisions, coordonnent les taches, contrôle les résultats et corrige
les imperfections.  - Un système opérant, qui agit en fonction du but assigné, fabrique, commercialise,
comptabilise....
- Un système d’information, le système de mémorisation d'informations, qui interagit avec le système de
pilotage et le système opérant, ainsi qu'avec l'environnement. 
II -  Le système-entreprise :

L’entreprise est une organisation composée :

− D’éléments organiques : direction, chefs des services, techniciens, ouvriers.....

− D’élément non organiques : ensemble de relations entre individus, entre les services,
objectifs et aspirations des individus et des groupes.... 

En fait, l'entreprise est une organisation structurée (chacun a sa place et sa fonction dans
l’établissement), composée d’un ensemble d’éléments (organiques et non organiques) en
relation entre eux en vue d’atteindre un objectif (réaliser des bénéfices, satisfaire le
personnel...) cette organisation est appelée également un système.

Le système-entreprise comporte deux types de composants :

− Des composants structuraux : un territoire délimité, des élément matériels et humains, des
réseaux de communication,… qui constitue la structure du système.

− Des composants fonctionnels : des flux d’énergie, d’information, et marchandises circulant


entre les unités du système, des moyens de contrôle de la bonne marche du système,…  qui
assurent le fonctionnement du système. 

C’est en transformant efficacement les flux (ou ressources) que le système-entreprise est susceptible
d’atteindre les objectifs qu’il s’assigne. Ce processus peut être décrit par les opérations suivantes :

− Opération 1 : le système - entreprise transforme les flux :

Exemple :pour réaliser des bénéfices, l'entreprise se procure des facteurs de production(main
d’œuvre et capital), des matières(matières 1eres, fournitures...),des informations(études du
marches..). puis l'entreprise transforment ces flux et externalise des produits, publicité...et
aussi des polluants. A la fin de ce processus l'entreprise peut réaliser des bénéfices. 

− Opération 2 : le système - entreprise s’ajuste pour atteindre les objectifs fixés

Exemple : sur la base des prevision d'un accroissement de la demande,la direction d'une entreprise décide
d'augmenter la production de 30% dans 6 mois. ainsi, elle établit un plan d'investissement et de
financement urgent,et ordonne l’exécution. a la fin du 6eme mois, 2 situations sont possibles :

* la production a augmente de 30%. feed-back positif : objectif réalisé.

* la hausse de la production n'a pas atteint 30%. feed-back négatif : objectif non réalise. dans ce cas la
direction doit prendre des mesures correctives: changement d'objectifs, investissement nouveau,....  

Caractéristiques du système-entreprise >

section 1ere : l’entreprise est système organisé

section 1ere : l’entreprise est système organisé 

INTRODUCTION

L’entreprise est une unité structurée, constituée d’organes hiérarchisés et


spécialisés, et d’un certain

nombre de liaison les reliant.

a. Les organes
On distingue plusieurs types d’organes, entre autres,

− Les organes permanents : ex.

                           - directeurs, chef d’usine,…..

                           - service personnel, comptable,…

                           - état- major

− Les organes non permanents : ex.   

                        - comités d’études d’information et de Coordination

                        - commissions d’enquête

− Les organes réglementaires : ex.

                        - conseil d’administration

b. Les liaisons

Les types de liaisons entre organes permanents peuvent être :

− Hiérarchique : autorité d’une personne sur la totalité de l’activité d’une autre.

− Fonctionnels : autorité de compétence d’une personne sur une autre, limitée à son
domaine de spécialité.

− De conseil : il s’agit de spécialistes qui assistent un membre de la hiérarchie dans


ses décisions.

Afin d’atteindre les objectifs fixés, d’assurer sa survie, et sa croissance, de s’adopter


à  l’environnement et aux changements qui peuvent l’affecter, le système entreprise
doit agencer, disposer et coordonner les éléments dont il dispose de la manière la
plus rationnelle possible, d’où la nécessite d’organiser les moyens et les interactions
sous forme d’une structure qui englobe :
La répartition des tâches par grandes fonctions

L’exercice du pouvoir dans l’entreprise

La coordination entre les éléments du système

I LA REPARTITION DES TACHES PAR GRANDES FONCTIONS :

L’idée d’entreprendre engendre l’idée d’organiser dont, la première étape est


l’identification des différentes tâches, des différentes opérations à accomplir.

Le regroupement de ces tâches et de ces opérations en unités de travail et par


activités visant la réalisation d’un but commun est à la base de la naissance des
fonctions

1 – l’identification des tâches :

C’est à partir de la naissance de l’idée d’entreprendre liée au produit à réaliser ou


au service à rendre que le problème de l’identification des différentes tâches et des
personnes qui vont les accomplir devient présent.  Cette identification des tâches
passe par :

-  Une analyse minutieuse de différentes étapes nécessaires à la réalisation de la


production

-  Un premier regroupement des tâches élémentaires en tâches plus complexes

-  Un rassemblement des tâches complexes en activités (acheter, vendre,


produire…) donnant lieu à la naissance de poste de responsabilité piloté et appelé
service. 
2 – les grandes fonctions dans l’entreprise :

Fayol s’est intéressé le premier vers 1910 à un regroupement des activités


essentielles en fonctions :

Activités essentielles d’après


Fonctions correspondantes
Fayol
Administrative prévoir  organiser  coordonner
contrôler
Commerciale acheter  vendre  échanger
Technique  produire  fabriquer  transformer
Financière rechercher les capitaux* employer
les capitaux
comptable inventorier calculer les prix de
revient déterminer les prix de
vente calculer les résultats
Sécurité protéger les biens  protéger les
personnes
Avec le développement des entreprises et les changements de l’environnement, des
fonctions nouvelles ont vu le jour : marketing ; logistique ;
recherche&développement..

II L’EXERCICE DU POUVOIR DANS L’ENTREPRISE 

1 – L’identification des principales décisions à prendre

Avoir le pouvoir, c’est disposer de l’autorité pour donner des ordres, décider et
contraindre afin d’atteindre les objectifs fixés.

Exemples de décisions à prendre en fonction d’un certain nombre d’objectifs


préalablement fixés :

Exemples de décisions a prendre


Objectifs fixés
Augmenter la productivité par ouvrier … lutter contre l’absentéisme ;
améliorer la répartition des tâches
entre les différents exécutants ;
octroyer des primes de
rendement......
Réduire la consommation d’énergie Responsabiliser les utilisateurs ;
Eliminer le gaspillage ; Introduire
un matériel peu consommateur
d’énergie....
améliorer le chiffre d’affaires de mener une action
l’entreprise publicitaire ;  accorder des
réductions substantielles ; baisser
les prix de vente
 

Les décisions à prendre se traduisent par l’exercice du pouvoir et peuvent ainsi être
de différentes natures.

2 – les différents types de décision :

Les décisions que doit prendre le chef d’entreprise dans l’exercice de ses fonctions
sont de différentes natures. On peut présenter d’une manière simple quelques types
de ces décisions : Administrative ; d’optimisation ; écrite ; orale ; démocratique ; non
démocratique ;.............

3 – La qualité de la décision :

C’est au niveau du contrôle de l’exécution qu’apparaît la qualité de la décision prise.


La décision est prise généralement sur la base d’informations recueillies ; elle doit
etre negociee pour atténuer les rivalités de personnes et contribuer à la création
d’un climat de confiance, de compréhension et de collaboration

Exemple : Quand une action intéresse le personnel, il est nécessaire de le faire


participer à la prise de décision.

III LA COORDINATION ENTRE LES ELEMENTS DU SYSTEME ENTREPRISE

1 – L’enjeu de la coordination des différents éléments du système-entreprise :

Les différents éléments composant le système-entreprise doivent être coordonnés


afin d’en rendre le pilotage efficace. A défaut, c’est la cohérence de l’entreprise qui
est menacée.

Mauvaise coordination : à l’achèvement d’un projet, le caissier se trouve dans


l’impossibilité de verser la prime de rendement au personnel (manque de
liquiditess). Malgré la promesse formulée par le chef des ressources humaines.

le responsable commercial décide que toute pièce défectueuse livrée à un client


sera remplacée par une autre et l’entreprise supportera les frais de transport. Le
comptable facture les frais de transport aux clients qui ont retourné des pièces
défectueuses.

Bonne coordination : après la décision du chef administratif de  lutter contre


l’absentéisme, le contremaître  de l’atelier remet une demande d’explication

à un ouvrier qui a été absent pendant deux  jours.

Afin de lutter contre la concurrence, l’entreprise décide de baisser ses prix. Dans les
deux heurs qui suivent, tous les clients et délèguès commerciaux sont avisés de la
décision prise par le service commercial.

2 – les principaux modes de coordination :

On peut mettre en place plusieurs modes de coordination des différents éléments


du système-entreprise

Le canal hiérarchique : c’est le mode classique. Le responsable cumule le pouvoir de


décision

(dans son domaine d’attribution) et le contrôle de l’exécution.

Exemple : le chef de « l’atelier production » donne l’ordre afin que le contrôle de


qualité sur les pièces fabriquées soit effectué deux fois et par deux personnes
différentes et veille lui-même à l’exécution de cet ordre

La coordination par objectifs : il s’agit de fixer des objectifs pour chaque


exécutant, de telle manière que les sous-systèmes adaptent leur comportement aux
objectifs définis. Cette coordination se fait par des directives écrites

La coordination par le biais de comités ou de groupes de travail avec ramification :

Exemple : Le chef du groupe « B » appartient au groupe « A » suite au niveau


hiérarchique supérieur, c’est lui donc qui assure la coordination entre le groupe « A
» et le groupe « B » du fait de son appartenance aux deux groupes. de même pour
le chef du groupe « C » qui, assure la coordination entre « B » et « C ». 

Caractéristiques du système-entreprise >

composantes de l'environnement

section 2eme :  l’entreprise est un système ouvert


L’entreprise est en relation avec son environnement économique, technologique, fiscal,
….par des flux

d’entrée et des flux de sortie.

− Flux d’entrée :

Facteurs de production (ex. : main d’œuvre, matériel, matière premières)

Financiers (capitaux)

D’information (ex. : technologies nouvelles, législation, études de marché,….)

− Flux de sortie :  

Produits et services,

Financiers (dépenses, revenus),

D’information (publicité, bilan,….).

I - definitiontion : 

L’environnement est constitué de tous les éléments extérieurs à l’entreprise, qui ont une
influence sur elle On distingue :

Macro Environnement : Environnement général de l’entreprise qui, intègre les aspects


sociologiques, économiques, juridiques, techniques,… tant nationaux qu’internationaux.

Micro-Environnement : Environnement spécifique de l’entreprise constitué de ses clients, ses


fournisseurs, ses sous-traitants, ses concurrents…. 
II - LES composantes de l’environnement de l’entreprise :

1 -  Macro-environnement :

Il existe de nombreux facteurs de cet environnement qui ont des conséquences pour
l’entreprise. Celle-ci se doit de les connaître pour agir efficacement. Par exemple, une
entreprise qui décide de lancer un nouveau produit doit savoir que la demande future est
fonction de multiples facteurs.

Culturels Juridiques Economique Technologique


Démographiqu
s s
es
-Structure par -Etat et Réglementationinterdicti -Croissance -Etat et
évolution on évolution des
âges, économique
nationalité, des valeurs et conditions de , connaissances

mortalité, des garantie, -évolution -nouveaux


croyances, des produits
-projection conditions de
future  -niveau Prix -diffusion
vente...
de la pyramide d’éducation - politique internationale
…. de
des âges… économique
de l’innovation…

l’Etat
(impôts,

taux
d’intérêt…)

 
                                                       
2 -  Micro-environnement :

Le micro-environnement de l’entreprise est constitué par ses partenaires sur le marché.


L’entreprise  doit connaître et apprécier les différents aspects de son environnement
spécifique.

Cette étude de l’environnement spécifique constitue le contenu essentiel des études de


marché réalisées par les entreprises.

Identifier les besoins  Déterminer leur


Les clients
nombre Evoluer leurs forces et leur

                                             pouvoir Envisager les évolutions


Les fournisseurs Déterminer leur nombre Evoluer leur
taille et leur pouvoir Apprécier les
 
fournisseurs qui disposent d’un
monopole… Envisager les évolutions

 
Les concurrents Déterminer les  concurrents directs
(biens  similaires) et les concurrents
indirects (bien de substitution).
Apprécier leur force et leur
pouvoir  Envisager les évolutions en
termes de rapport de force Déterminer
s’il est  difficile d’entrée) ou
d’en  sortir (barrières à la sorite
 

III - Les caractéristiques de l’environnement de l’entreprise :

l’environnement de l’entreprise se transforme de plus en plus  radicalement. Ces


bouleversements constituent des enjeux pour l’entreprise :

Enjeu  International :
La mondialisation de l’économie entraîne :

Des menaces : Arrivée de nouveaux concurrents (Asie du sud-est)

Des opportunités : Création du marché unique européen, ouverture des frontières  des pays.

Enjeu Technologique :

TIC, les biotechnologies, l’automatisation, les nouveaux matériaux bouleversement


quotidiennement les données de la concurrence nationales et internationale.

Enjeu Sociologique & Humain :

De nouvelles aspirations de la population concernant la qualité de la vie ou la Protection de


la nature  (écologie) modifient le  comportement des entreprises.

IV -  Les relations entre l’entreprise et son environnement : 

 a - Actions de l’environnement sur l’entreprise :

Toutes les variables  de l’environnement de l’entreprise ont des conséquences sur le


comportement de

l’entreprise. La réaction et les décisions éventuelles de l’entreprise constituent sa stratégie.

Comportement del’entreprise Stratégie


  Ignorer les modifications de Absence de stratégie
l’environnement particulière
E V O L U T I O N  contre-attaquer les Stratégie défensive
évolutions défavorables
anticiper les évolutions pour Stratégie offensive
DE
ne pas se laisser surprendre
L’ E N V I R O N N E
MENT
 

b - Actions de l’entreprise sur l’environnement

Par leurs décisions, les entreprises ont un impact sur leur environnement. Ainsi, la présence
d’une ou plusieurs entreprises dans une ville ou une région a des conséquences pour celle-ci.
Les effets exercés sur l’environnement constituent des externalités.

Externalités positives : Création d’emplois Distribution de revenus  Impôts payés aux


collectivités......

Externalités négatives : Concurrence pour les entreprises déjà installées Augmentation du


prix des terrains Dégradation de l’environnement naturel Pollution..

L’environnement est constitué de l’ensemble des forces extérieures à l’entreprise qui


agissent au profit au à l’encontre de l’entreprise.

Les entreprises doivent faire face à des défis économiques, technologiques, sociaux
(provenant des modifications de l’environnement).

L’entreprise agit également sur son environnement d’une façon positive (création
d’emplois….) ou négative (pollution…).

Caractéristiques du système-entreprise >

finalités de l'entreprise

Section 3eme : l’entreprise est un système finalisé


L’entreprise poursuit une double finalité :

− une finalité à caractère personnel (ex. : prestige, pouvoir, profit et sécurité de

l’entrepreneur et des dirigeant) ;

− une finalité à caractère institutionnel :

• économique (survie et développement de l’entreprise) ;

• sociale (satisfaction du personnel) ;

• sociétale (intégration dans l’environnement, satisfaction des besoins,..)

Les finalités sont caractérisées par des objectifs fixés par les dirigeants, comme par
exemple :

− doubler la production dans cinq ans ;

− augmenter annuellement les salaires de 5%.

Entreprise cellule sociale

Chapitre 5 : L’entreprise


cellule sociale
L'entreprise constitue une entité sociale regroupant des individus liés par un ensemble de
relation (des relations en particulier hiérarchique mais aussi de solidarité). La structure
permet non seulement la circulation de biens et services mais aussi d'informations, des
influences, des sentiments, etc. Les activités de production et de commercialisation
requièrent la collaboration d'hommes et de femmes aux compétences et attentes diverses.
Tous les collaborateurs de l'entreprise (employés, ouvriers, cadres, secrétaires,
techniciens,...) travaillent ensemble avec des règles de conduites communes. Ces règles sont
en effet les moyens pour lesquels les taches sont exécutées et coordonnées, les produits sont
fabriqués et vendus. Vis-à-vis de son personnel, l'entreprise a 2 fonctions :

une fonction économique :  Elle procure à ses salariés un revenu leur permettant de subvenir
à leurs besoins ;

une fonction sociale : L'entreprise permet aux individus d'être actifs, de communiquer, de se
sentir utiles , de faire usage de leurs capacités physiques ou intellectuelles. L'entreprise
devient une cellule d'intégration. Elle favorise le lien économique qui détermine et
conditionne le lien social voire politique.

L'entreprise peut être un lieu d'épanouissement ou de frustration. Elle peut être un lieu de
consensus ou de conflit. Lewin souligne que l'énergie  d'un groupe humain est divise entre le
maintient du groupe en état ; et la tache ou l’activité que le groupe doit réaliser.

Ainsi, en cas de conflit social, une grande partie de l'énergie des individus sert à régler des
conflits et des querelles, et il reste peu d'énergie pour répondre aux besoins et objectifs de
l'entreprise. Le cas extrême est la grève où plus aucune énergie n'est consacrée à la
production. Il appartient aux dirigeants de l'entreprise de définir et de maintenir un
bon climat social dans l'entreprise.

I. Analyse du groupe humain :


a.       La notion de groupe

L’équipe est en ensemble d’individus en collaboration pour, la réalisation d’objectifs qui lui
sont assignés. La constitution du groupe implique la collaboration des individus, chaque
membre de l’équipe doit comprendre sa mission (commerciale, administrative,
managériale…) qui lui incombe, et les relations qu’il doit entretenir avec les autres membres
de l’équipe.

b.      Le collectif

Le collectif est le sentiment d’appartenance qui naît chez chaque membre du groupe lorsque
le travail de l’équipe est réel. Le collectif est un facteur essentiel de performance de l’équipe,
sans collectif il n’y a pas d’équipe. Ce sentiment est étroitement lié aux modalités
d’apprentissage du métier. Ce dernier doit alterner des périodes de mise en place d’une
routine professionnelle qui a pour finalité de sécuriser l’équipe, et de changements
d’habitudes permettant de la faire évoluer.

c.       Les phénomènes de leadership

Le leadership est l’ascendant que prend un individu sur un groupe. Il a plusieurs origines :

-         Le leadership légitime : il est l’autorité donné à l’individu par sa fonction, le


manager a cette légitimité.

-         Le leadership technique : Il est l’autorité fondée sur les compétences de l’individu

-         Le leadership informel : Il est caractérisé par l’ascendant naturel d’un individu sur
le groupe par rapport a sa personnalité. On peut l’identifier comme le charisme de
l’individu

d.      Les conflits dans le groupe

Les conflits sont propres à tout groupe humain, dans l’entreprise on est confronté à cette
situation. Ils apparaissent pour des motifs interne (incompatibilité entre personnalité, les
différences de performance en terme de résultats, non potentialité économique, la
réorganisation de l’équipe avec l’intégration de TIC) ou externe à l’équipe (réorganisation de
l’entreprise, la perte de client, surcroît d’activité, climat socio-économique, mesure
gouvernementale).

Avant que le conflit éclate, on doit procéder à la régulation des tensions et à la recherche de
solutions.

Les etudes sociologiques et psychologiques de l’homme au travail ont mis en évidences les
caractéristiques suivantes des groupes humains au travail :

•         Le groupe humain obéissant à une structure organisationnelle attend une


participation à l’information, à la conception et à la réalisation des objectifs de
l’entreprise.

•         Les groupes organisés en départements, divisions, … tissent des réseaux de


coopération et d’entente et attendent des motivations et intéressement à la productivité
du groupe.

•         Les femmes et les hommes compétents ont des besoins d’accomplissement à


satisfaire et attendent une rémunération individualisée et des perspectives de carrière.

II. Ecole des relations humaines :

1 introduction

Les critiques du taylorisme ont cible les mauvaises conditions du travail, et la négligence de
la dimension psycho-sociale des salariés. Le salaire étant considère comme l’unique
motivation.

L’étude des conditions matérielles du travail a donne naissance a l’ergonomie.

L’étude de la psychologie et du comportement des individus et des groupes au travail, a


permis une analyse globale des facteurs de motivation.

Ces étude ont été mené par un groupe de chercheurs pluridisciplinaires,connu sous le nom de
« école des relations humaines ».

II présentation

les travaux de l’école des relations humaines, ont commence au début du 1927 avec les
expériences de Elton MAYO.

L’œuvre de Mayo fut prolongée et enrichie par les travaux de Frederik HERZBERG et
l’école psychosociologique comprenant les études de MASLOW, MACGREGOR et
LICKERT.

Les principes avances par ces auteurs sont :

o L’individu, dans une organisation, ne réagit pas uniquement comme une


personne mais aussi comme un membre d’un groupe.
o Le salaire n’est pas le seul élément capable de motiver l’homme.
o L’acquisition d’un statut dans une organisation constitue un  élément de
motivation

Elton MAYO :
Mayo a observe :

o La modification du comportement de l’individu lorsqu’il sait qu’il est observé.


o Une augmentation de la productivité de l’individu lorsqu’il sent un intérêt qu’on
lui porte.
o L’absence  de lien entre productivité et conditions matérielles.
o Une augmentation de la productivité qui, résulte des relation intra groupe, de
cohésion et des relation avec le responsable du groupe.

Il déduit que la motivation résulte de la cohésion et les bonnes relations dans le groupe. Ce
qui suppose un exercice du pouvoir souple et moins autoritaire (importance de l’aspect
émotionnel).

Maslow et la théorie des besoins :

Maslow a analyse les besoins de l’homme au travail, élaborant ainsi, une hiérarchie des
besoins. Chaque niveau de besoins constituent une source de motivation,  à condition que les
besoins du niveau inférieur soient préalablement satisfaits.

La pyramide des besoins de Maslow

MACGREGOR et les théories X et Y :  


Pour Macgregor, il existe  2 façons de gérer les hommes. 

a) La théorie X :

Basée sur les postulats suivants:

L’homme est paresseux. Il n’aime pas le travail. Il doit être contrôlé, dirigé et soumis à des
sanctions. Dans la mesure où le travail est nécessaire, seul le salaire peut compenser la
désutilité du travail.

L’homme préfère être dirigé, il évite toute responsabilité.

L’homme a peu d’ambitions et il préfère la sécurité. Il n’aime pas le changement, il préfère


les tâches routinières parce qu’ils les connaît bien.

b) La théorie Y  :

Basée sur les postulats suivants:

Le travail est aussi indispensable que le repos.

Le système de sanction et de contrôle interne n’est pas le seul moyen d’amener les hommes à
satisfaire les besoins et objectifs de l’organisation.

L’homme a la capacité à s’auto-diriger et de s’autocontrôler.

L’engagement personnel est le fait de récompenses induites par le travail.


Il a la capacité d’exercer son imagination, sa créativité au service d’une organisation

Théorie X :

Très répandue

Méthodes peu efficaces et inadaptées

Reposant sur des motivations peu importantes

Théorie Y :

Plus efficace

Reposant sur des motivations plus profondes permettant d’intégrer les buts individuels et les
buts de l’organisation

La théorie bi factorielle de F. HERZBERG :

Selon Herzberg la satisfaction au travail dépend des caractéristiques des tâches qui
appauvrissent ou enrichissent le travail.

En général l’entreprise doit réaliser une étude de détermination des facteurs satisfaction et
d’insatisfaction des salariés.

o Facteurs de satisfaction liés aux éléments suivants :

§         Les accomplissements;

§         La considération et la reconnaissance;

§         Les responsabilités, l’autonomie;


§         Les tâches elles-mêmes;

§         L’avancement, l’évolution professionnelle.

o Facteurs de d’insatisfaction concernent :

§         Les conditions de travail;

§         La rémunération;

§         La politique générale de l’entreprise;

§         L’encadrement;

§         Les relations interprofessionnelles, la communication;

§         Le statut;

§         La sécurité de l’emploi.

D’où la nécessite d’eliminer les sources de mécontentement (salaire faible, mauvaises


relations entre les collègues et les supérieurs..). Mais, surtout l’entreprise doit mettre en place
des éléments motivants (enrichir le travail et inclure des variables de motivation liberté,
autonomie, …)

                 Nécessité d’agir sur les éléments de satisfaction pour développer la


motivation.

III. Politique sociale de l’entreprise :

L’entreprise doit mettre en place une politique sociale dont les principaux aspects sont les
suivants :

-         Favoriser le dialogue social


-         L’amélioration de conditions humaines, matérielles et économiques des salariés

-         La formation des salariés  et l’organisation des stages

-         Faire bénéficier le personnel de l’entreprise des  avantages sociaux

-         Favoriser la participation des salariés dans la gestion

Objectifs de la politique sociale de l’entreprise

o Intégration optimale du personnel


o Meilleure entente et coopération entre les individus et les groupes
o Cadre sans conflits sociaux
o Augmentation de la productivité

Organisation du travail

Partie II : organisation scientifique du travail.

 Introduction:

    1- définition de l’organisation du travail :

C’est la définition de la place de l’homme et son rôle dans le processus de production.

L’organisation du travail implique une division technique du travail  en de nombreuses


opérations ou tâches élémentaires, limitées et complémentaires, et la coordination entre ces
taches.

    2 - le contexte historique :

L'organisation du travail mise en place dans les entreprises vise à  accroître la productivité,
grâce à  une utilisation rationnelle du travail. on distingue 3 phases dans l’evolution de cette
organisation du travail :

 la phase 1 se situe au XIXe siècle et correspond à  une organisation traditionnelle


du travail. La machine est universelle, utilisée comme un outil grâce à  la compétence
et au savoir faire de l'ouvrier (il possède un métier), sans contrôle sur son rythme de
travail autre que sa conscience professionnelle. Le travail est organisé par un chef
d'atelier qui est l'ouvrier le plus ancien, celui qui a le plus d'expérience.
 la phase 2 qui correspond au taylorisme/fordisme (XXe siècle et surtout des années
1920 aux années 1970). La machine est spécialisée pour une opération, actionnée par
un ouvrier lui même spécialisé (OS), incapable de la régler ou de l'entretenir. Celui-ci
ne possède pas de qualification . L'organisation et le rythme de travail, conçus par des
spécialistes (ingénieurs, bureau des méthodes), échappent à  l'ouvrier. Le chef d'atelier
n'est plus un compagnon qui organise le travail mais un chef qui fait respecter la
discipline imposée par le bureau des méthodes.
 la phase 3 est celle du système automatique et débute à  partir des années 1970. Le
travail est effectué par un ensemble de machines intégrées et autonomes. L'ouvrier
effectue plus un travail de contrôle et de surveillance que de production. Ce n'est plus
la cadence de la machine qui impose le rythme de travail de l'ouvrier mais ses horaires
de fonctionnement : le travail posté (en équipes) se développe pour rentabiliser le
capital.

     A -  la conception classique :


 

1-    L’OST selon TAYLOR.

L’OST selon Taylor est un mode d’organisation du travail qui consiste en une division très
détaillée  du travail afin d’augmenter la productivité des salariés.

1. Les cinq caractéristiques du taylorisme.

     La spécialisation : chaque exécutant réalise, toujours, les mêmes tâches.

     La parcellisation : c’est la division technique du travail poussée a sa limite extrême.


chaque tâche est découpée en opérations élémentaires très simple.

    L’individualisation : Les relations entre employés sont presque inexistantes.

     Le temps imposé : c’est le chronométrage des opérations à exécuter, le salarier doit
respecter le temps réservé pour chaque opération selon les planning dresses par le
bureau des methodes .

    La séparation : il y a séparation entre les tâches de conception et les tâches


d’exécution et les tâches de contrôle, c’est la division verticale du travail.     

2.  les méthodes de l’OST.

    L’observation et l’analyse du travail : c’est l’étude  des mouvements des salaries,
afin de détailler toutes les opérations liées à une tâche pour les simplifier et les
rationaliser (minimiser les efforts par l’élimination des gestes inutiles)

     La mesure du temps : Le chronométrage des opérations composant une tâche permet
de déterminer avec précision le temps de chaque tâche qui sera imposé.

3.   l’objectif de l’ost : efficacité du travail

L’objectif fondamental de l’ost est l’atteinte de la productivité maximale du travail. Ce qui


permet simultanément la hausse de la production et la baisse de ses coûts. L’efficacité du
travail est améliorée par :  

-la spécialisation des  salariés et la parcellisation des tâches.

-         La meilleure gestion du temps sous l’effet du temps imposé et l’utilisation des
systèmes de convoyage .les cadences du travail ne sont plus contrôlées par les ouvriers

4.  Les dysfonctionnements nés de l’OST : 

Suite à la stricte séparation des tâches  et au  strict contrôle d’exécution qu’impose l’OST, un
ensemble des dysfonctionnements ont été apparus, il s’agit en l’occurrence :

- La monotonie du travail : la répétitivité des tâches et leur parcellisation sont source


d’ennui, de la routine, de la démotivation  et de la monotonie.

- la  mauvaise qualité des produits : à force d’insister sur l’augmentation de la 
productivité, l’OST  ignore la qualité ; les taux de rebuts (défectueux)  sont importants.

- l’absentéisme : il désigne un phénomène d’absence des  salariés démotivés, il est mesuré


par la relation suivante :

Absentéisme :   (nombre de jours d’absence)/ (nombre de jours de travail théorique)

- Le turn-over : c’est la rotation des salariés, il désigne le départ des salariés, marquant leur
infidélité à l’entreprise, il est mesuré par le rapport suivant : turn-over = le nombre de
salariés partis durant l’année N/ le nombre de salariés au 1 janvier l’année N.
- Les conflits fréquents entre exécutants et encadrement : la séparation des tâches de 
conception, exécution et contrôle ne manque pas de conflits surtout entre les ouvriers
exécutants et encadrants contrôleurs.

- les accidents de travail : se sont des accidents qui surviennent pendant le travail, ils sont
expliqués par  les mauvaises conditions du travail, notamment, l’absence de sécurité et les
cadences elevees qu’impose l’OST.

- La dégradation du climat social : L’OST ignore le dialogue social avec les salariés. Ainsi
vont se développer les tensions sociales : grèves ; arrêts ….et meme violence et sabotage… 

2 - L’apport de Ford :

Ford a applique l’ost dans ses usines de production des voitures avec quelques améliorations.
Ces dernières visent surtout l’accroissement de la productivité et la création des débouchés.

1. division du travail :

Ford a introduit le système de convoyage automatique (travail a la chaîne),ce qui a permis :

- la réduction du travail a une répétition de gestes courts et précis (parcellisation et


appauvrissement des taches).

- Le contrôle systématique des cadences du travail (temps imposes automatiquement) .

Le résultat fut double :

Chute de la durée du montage et standardisation des produits et des procèdes de fabrication.

 
 

2. Productions en grande série :

Suite à la standardisation des produits et la réduction du temps de production, il s’est


développé une fabrication en  série  de grande quantité d’unités de production (production de
masse). Cette tendance a permis l’apparition de la consommation de masse.

  

3. la politique de hauts salaires :

Ford décide d’augmenter les salaires(5 $ per day) pour deux raisons :

1)                Pour stabiliser la main d’œuvre qui quitte l’entreprise du fait de la


détérioration des conditions de travail (turn-over).

2)                Pour créer des débouchés (un marché qui absorbe ses produits), ainsi ses
ouvriers pouvant devenir ses propres clients.

CONCLUSION : l’application de l’ost a permis a l’industrie et au pays une croissance rapide

et soutenue en donnant naissance a l’ère de production et de consommation de masse. Mais,


arrive a ses limites, ce mode d’organisation fut rejeter pour des raisons internes et
externes(refus des ouvriers et changement des goûts des consommateurs). Toutefois l’ost
résiste toujours dans les secteurs tertiers(restauration et travaux administratives…) (doc5)  

 B - les conceptions modernes :

Après, le rejet de l’ost les entreprises ont développe de nouvelles formes d’organisation du
travail . certaines de ces formes  valorisent le personnel comme ressource et atout compétitif
de l’entreprise. Elle accordent plus d’autonomie et d’initiative aux salaries,dans le but de les
impliquer et mieux les motiver. D’autres formes donnent plus de temps libres aux salaries en
reoganisant le temps du travail.

1 -  les formes offrant plus d’autonomie aux salariés :

Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle , s’est développé plusieurs modes


d’organisations du travail , à l’effet d’éviter les conséquences néfastes de l’OST, notamment
l’ennui, l’absentéisme  et la mauvaise qualité des produits, ces modes ont permis :

a) la rotation des postes : elle consiste à assigner successivement à chaque travailleur


différents postes afin de réduire la monotonie du travail.

b) l’élargissement des tâches : il consiste à regrouper dans le même poste plusieurs tâches
jusqu’alors réparties entre différents postes.

c) l’enrichissement des tâches : il s’agit de confier au travailleur des responsabilités


nouvelles au lieu de lui laisser prisonnier d’une seule responsabilité.

d) les groupes semi autonomes : il s’agit de constituer  des groupes de travailleurs


globalement responsable de leur production.

e) la direction par objectifs : elle consiste de confier aux travailleurs la réalisation des
objectifs au lieu des tâches exemple : l’accroissement du chiffre d’affaires, la réduction des
coûts de production.. Et de les juger sur les écarts entre les objectifs fixés et les résultats
obtenus.

2 -  formes réorganisant le temps du travail du salarié :

  i) définition

-         le temps partiel : le temps est dit partiel lorsque la durée effective du travail est
inférieure à la durée légale du travail.
-         Les horaires flexibles : la flexibilité des horaires consiste à permettre aux
salariés, dans certaines limites, de choisir les heures de début et de fin de travail en
respectant un intervalle d’horaire fixe.

-         La réduction du temps de travail : il s’agit de la diminution de la durée légale de


travail (au dessous de 44 heures au Maroc).

  les conséquences

  

Sur l’entreprise
Sur les salariés
positives Négatives positives Négatives
- conciliation de la vie - précarité des -Réduction des - incohérence
professionnelle et la emplois.(C.D.D, coûts grâce à une globale de
vie privée. intérim  ). meilleure utilisation l’entreprise.
des capacités
- disposition de + du
productives.
temps pour les loisirs  
-amélioration de la
compétitivité – prix

Vous aimerez peut-être aussi