Vous êtes sur la page 1sur 22

Modulation d’impulsions

’Pulse Modulation’

Cours de Télécommunications

Thierry Sartenaer

Novembre 2006

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 1 / 51


Echantillonnage

Outline

1 Echantillonnage

2 Modulation analogique d’impulsions

3 Quantification

4 Modulation d’impulsions codées

5 Multiplexage temporel

6 Modulation Delta

7 Modulation différentielle d’impulsions codées

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 2 / 51


Echantillonnage

Echantillonnage

Soit g(t) un signal d’énergie finie échantillonné à cadence fs = 1/Ts :



X
gδ (t) = g(nTs )δ(t − nTs )
n=−∞

Spectre Gδ (f ):

X
Gδ (f ) = fs G(f − mfs )
m=−∞

X
= g(nTs ) exp(−2πjnfTs )
n=−∞

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 3 / 51


Echantillonnage

Echantillonnage

Si g(t) est un signal de spectre limité à W


Si on choisit la période d’échantillonnage Ts = 1/2W
Alors la séquence d’échantillons g(n/2W ) contient toute l’information relative au
signal de départ g(t)):
∞  
1 1 X  n  jπnf
G(f ) = Gδ (f ) = g exp − , −W < f < W
2W 2W n=−∞ 2W W

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 4 / 51


Echantillonnage

Echantillonnage

Reconstruction du signal à partir de ses échantillons:


Z ∞
g(t) = G(f ) exp(2πjft)df
−∞
Z W ∞  
1 X  n  jπnf
= g exp − exp(2πjft)df
−W 2W n=−∞ 2W W
∞  n  1 Z
X W
h  n i
= g −W exp 2πjf t − df
−∞
2W 2W 2W

X  n  sin(2πWt − nπ)
= g
−∞
2W 2πWt − nπ

X  n 
= g sinc(2Wt − n)
−∞
2W

Théorème de l’échantillonnage: Un signal d’énergie finie n’ayant pas de


composante fréquentielle au-delà de W Hz est entièrement défini par les
échantillons recueillis à cadence 2W , et peut être parfaitement reconstruit à partir
de ces échantillons
Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 5 / 51
Echantillonnage

Echantillonnage

En cas de sous-échantillonnage: phénomène de repli spectral (aliasing)


Solution 1: filtre de pré-échantillonnage (anti-aliasing)
Solution 2: échantillonnage à cadence supérieure à la fréquence de Nyquist 2W

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 6 / 51


Echantillonnage

Echantillonnage

Avantages d’un sur-échantillonnage: le filtre de reconstruction peut avoir une


bande de transition entre W et fs − W

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 7 / 51


Modulation analogique d’impulsions

Outline

1 Echantillonnage

2 Modulation analogique d’impulsions

3 Quantification

4 Modulation d’impulsions codées

5 Multiplexage temporel

6 Modulation Delta

7 Modulation différentielle d’impulsions codées

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 8 / 51


Modulation analogique d’impulsions

Pulse Amplitude Modulation (PAM)

Pulse-amplitude modulation (PAM): les amplitudes d’un train régulier d’impulsions


sont modifiées proportionnellement aux valeurs échantillonnées d’un signal
message continu m(t)
Etape 1: échantillonnage du message m(t) à cadence fs = 1/Ts en accord avec le
théorème d’échantillonnage
Etape 2: étalement de la durée de chaque échantillon à la valeur constante T , de
manière à diminuer la bande passante du signal
En pratique: circuit électronique ’sample and hold’

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 9 / 51


Modulation analogique d’impulsions

Pulse Amplitude Modulation (PAM)

Soit h(t) une impulsion rectangulaire de durée T

Signal PAM temporel:


Z ∞
s(t) = mδ (t) ⊗ h(t) = mδ (τ )h(t − τ )dτ
−∞
Z ∞ ∞
X
= m(nTs )δ(τ − nTs )h(t − τ )dτ
−∞ n=−∞

X
= m(nTs )h(t − nTs )
n=−∞

Signal PAM fréquentiel:



X
S(f ) = Mδ (f )H(f ) = fs M(f − kfs )H(f )
k =−∞

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 10 / 51


Modulation analogique d’impulsions

Pulse Amplitude Modulation (PAM)

Démodulation PAM: filtre de reconstruction de sortie M(f )H(f ) (pour un taux


d’échantillonnage fs supérieur au taux de Nyquist 2W )
Distorsion d’amplitude et délai T /2, à corriger par un égaliseur de réponse idéale
1 1
=
|H(f )| T sinc(fT )
En pratique, pour un taux T /Ts ≤ 0.1, la distorsion est négligeable (< 0.5%)

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 11 / 51


Modulation analogique d’impulsions

Autres modulations d’impulsions: PDM, PPM

Pulse-duration modulation (PDM): peu


efficace car les longues impulsions
consomment plus d’énergie
Pulse-position modulation (PPM): la plus
efficace, la position de l’impulsion varie avec
le message
En pratique: le flanc montant des impulsions
est progressif et pas instantané, la détection
de sa position exacte peut donc être
perturbée par le bruit

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 12 / 51


Modulation analogique d’impulsions

Compromis entre bande passante et résistance au bruit

La solution la plus robuste contre le bruit est la PPM. Les performances sont
similaires à celles de la modulation FM:
 2
BT
Figure de mérite proportionnelle à W
Effet de seuil pour un SNR réduit
Les 2 types de modulations analogiques (à porteuse sinusoïdale ou à train
d’impulsions) atteignent donc au mieux une loi quadratique
Pour faire mieux: modulation d’impulsions codées (PCM), où le signal message
est discrétisé simultanément en temps (échantillonnage) et en amplitude
(quantification)
Performance des modulations PCM: loi exponentielle!

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 13 / 51


Quantification

Outline

1 Echantillonnage

2 Modulation analogique d’impulsions

3 Quantification

4 Modulation d’impulsions codées

5 Multiplexage temporel

6 Modulation Delta

7 Modulation différentielle d’impulsions codées

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 14 / 51


Quantification

Quantification

Un signal à amplitude continue peut être approximé par un ensemble discret


d’amplitudes prédéfinies, avec une distorsion quasiment indétectable par les sens
humains par rapport au signal de départ
Quantification = procédé consistant à transformer les amplitudes d’échantillons
m(nTs ) d’un message m(t) en amplitudes discrètes v (nTs ) issues d’un ensemble
fini d’amplitudes possibles
Quantification sans mémoire : la quantification au temps t = nTs est indépendante
des valeurs passées ou futures des échantillons
Intervalles de partition: Jk = {mk < m ≤ mk +1 }, k = 1, 2, · · · , L
Niveaux ou seuils de décision mk
Niveaux de représentation ou de reconstruction: vk , utilisé pour tous les niveaux
de l’intervalle Jk
Pas de quantification ∆k = vk +1 − vk
Caractéristique du quantificateur (fonction en escalier): v = g(m)

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 15 / 51


Quantification

Quantification

Quantificateurs uniformes (distance constante entre les niveaux de


représentation) ou non-uniformes
Quantificateurs symétriques: ’midtread’ ou ’midrise’

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 16 / 51


Quantification

Quantification

Bruit de quantification: Q = M − V
M de moyenne nulle et g(m) symétrique: Q de moyenne nulle
Dynamique d’amplitude: (−mmax , mmax )
2m
Pas de quantification: ∆ = max
L

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 17 / 51


Quantification

Quantification

Pour un pas de quantification assez faible, et en l’absence de saturation du


quantificateur, l’erreur Q aura une distribution uniforme:
1 ∆ ∆
fQ (q) = , − <q≤
∆ 2 2
Variance du bruit de quantification:
∆/2
∆2
Z
σQ2 = E[Q 2 ] = 2
q fQ (q)dq =
−∆/2 12

Codage de l’index de représentation k sous forme binaire à R bits: L = 2R ou


R = log2 L
2m
Pas de quantification: ∆ = max 2R
SNR à la sortie d’un quantificateur uniforme:
!
P 3P
(SNR)o = 2
= 2
22R
σQ mmax

La bande passante BT requise étant proportionnelle au nombre de bits R à


transmettre, la résistance au bruit augmente donc de manière exponentielle avec
la bande passante
Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 18 / 51
Quantification

Quantification

Message m(t) sinusoïdal d’amplitude Am


A2m
Puissance du signal: P = 2
Dynamique du signal: (−mmax , mmax ) = (−Am , Am )
SNR à la sortie du quantificateur:
A2m /2 3 2R
(SNR)o = 2 −2R
= (2 )
Am 2 /3 2
10 log10 (SNR)o = 1.8 + 6R

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 19 / 51


Quantification

Quantification

Design optimal d’un quantificateur: sélection des niveaux de représentation vk et


des intervalles de partition Jk de manière à minimiser le bruit de quantification,
pour un nombre de niveaux L donné
Soit m(t) un message aléatoire de fonction de répartition fM (m) et de dynamique
−A ≤ m(t) ≤ A, L intervalles de partition définis par les limites
(m1 = −A, m2 , · · · , mk , · · · , mL+1 = A), et L niveaux de représentation vk
Problème: trouver les 2 ensembles {vk }Lk=1 et {Jk }Lk=1 qui minimisent la distorsion
moyenne:
XL Z
D= d(m, vk )fM (m)dm
k =1 m∈Jk

Définition usuelle de la fonction de distorsion: d(m, vk ) = (m − vk )2


Problème d’optimisation non-linéaire: pas de solution explicite. Une approche
algorithmique permet d’atteindre la solution de manière itérative

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 20 / 51


Quantification

Quantification

Le quantificateur comporte en fait 2 composants distincts:


Un encodeur (côté émetteur) caractérisé par les intervalles de partition {Jk }Lk =1
Un décodeur (côté récepteur) caractérisé par les niveaux de représentation {vk }Lk =1
Condition I: optimisation de l’encodeur pour un décodeur donné. Supposons
donné un ’codebook’ défini par C : {vk }Lk=1 , comment trouver la fonction
d’encodage g(m) = vk , k = 1, 2, · · · , L? On veut minimiser
Z A L Z
X
D= d(m, g(m))fM (m)dm ≥ [min d(m, vk )]fM (m)dm
−A k =1 m∈Jk vk ∈C

La borne inférieure est obtenue en choisissant la règle du plus proche voisin:


chaque Jk regroupe l’ensemble des valeurs m qui sont plus proches de vk que de
n’importe quel autre élément du codebook C

Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 21 / 51


Quantification

Quantification

Condition II: optimisation du décodeur pour un encodeur donné. Connaissant les


intervalles Jk , on veut trouver le codebook C optimal. Minimiser la distorsion
moyenne:
X L Z
D= (m − vk )2 fM (m)dm
k =1 m∈Jk

On différentie par rapport à chaque niveau de représentation:


L Z
∂D X
= −2 (m − vk )fM (m)dm = 0
∂vk m∈Jk
k =1
R
mfM (m)dm
On en déduit la valeur optimale de vk : vk , opt = Rm∈Jk
m∈Jk fM (m)dm

Le dénominateur représente la probabilité que l’échantillon appartienne à


l’intevalle Jk
La valeur optimale du niveau de représentation vk est donc la moyenne
conditionnelle de la variable aléatoire M, sachant que M appartient à l’intervalle
Jk : vk , opt = E[M|mk < M ≤ mk +1 ]
L’algorithme de design du quantificateur optimise itérativement l’encodeur et le
décodeur, jusqu’à ce que les 2 conditions d’optimalité soient satisfaites. Ce
quantificateur est appelé quantificateur de Lloyd-Max
Télécommunications (ECAM) Modulation d’impulsions Novembre 2006 22 / 51

Vous aimerez peut-être aussi