Vous êtes sur la page 1sur 12

On 

montre que l'OEM se propage même dans le vide; sa célérité y est maximale  c = 3 108  m s ­1  (même valeur 


Chapitre ­3 : Les ondes Hertziennes, transmission des signaux  dans l'air avec une bonne approximation) 

Dans un milieu autre que le vide (ou l'air), la célérité des OEM y est moindre, et s'écrit v =  . Avec n : indice de 

réfraction du milieu de propagation considéré. 
v c 3 108  m s ­1 
Ainsi la longueur d'onde de l'OEM qu'on vient de créer est  λ = v T =   =    =   = 1500 m 
N N 200 103  Hz 

3)  Spectre des ondes électromagnétiques : 
La figure ci­contre regroupe toute les gammes de fréquence des 
OEM, avec les longueurs d'onde correspondants (dans le vide 
Les paroles du journaliste, captées par le microphone, sont transmises aux auditeurs sur des centaines de kilomètres : Comment se fait la  ou l'air) 
transmission radio ?  Ce chapitre y répondra. 

I. Les ondes électromagnétiques :  a)  Les ondes lumineuses : 


1)  Mise en évidence :  On constate que les ondes lumineuses ne sont qu'une gamme 
On réalise l'expérience suivante:  particulière des OEM; capables d'exciter la rétine de l'œil 
humain, pour lesquelles :  3,85 1014  Hz  á  N   á  7,9 1014  Hz 
Antenne émettrice  Antenne réceptrice 

Þ 3,85 1014  Hz  á     á  7,9 1014  Hz ; dans le vide 
l
XSC1  3,85 1014  Hz 1 7,9 1014  Hz 
Þ á á

c l c 

c c 
A  B 
Þ ñ lñ
100 W 3,85 1014  Hz 7,9 1014  Hz 
1mH  3 108  m s­1 3 108  m s ­1 
Þ 14 
ñ lñ
1kW
3,85 10 Hz 7,9 1014  Hz 
0.633nF  0  Þ 0,78 10 ­6  m  ñ  l ñ  0,38 10 ­6  m 

Û 0,38 μm  á  l   á  0,78 μm
Les antennes émettrice, et réceptrice sont des tiges conductrices.  Les OEM en dehors de cet intervalle sont invisibles. 
1 1 
La fréquence propre du circuit RLC est :  N 0  =   =   = 200 kHz  b)  Les ondes Hertziennes : 
2 π  L C  2 π  10­3  H . 0,633 10­9  F 
L'autre partie du spectre des OEM, qui nous intéresse est celle 
1 L 1 10­3  H  appelée Ondes Hertziennes :  3 Hz  á  N  á  300 GHz ; 
Son facteur de qualité : Q =      =     = 11,2 
R 0  + r C (100 + 12 )  W   0,633 10­9  F La gamme la plus utilisée est :  300 kHz  á  N  á  300 GHz
On ajuste la fréquence de la tension délivrée par le GBF à la valeur N0  = 200 kHz, afin d'obtenir une tension la  c 
plus élevée aux bornes du condensateur (Surtension; 11,2 fois la tension délivrée par le GBF).  Þ 300 103  Hz  á     á  300 109  Hz ; dans le vide 
On observe une tension sinusoïdale sur l'écran de l'oscilloscope; on mesure sa période puis on calcule sa  l
Ondes Hertziennes 
fréquence: elle est égale à celle délivrée par le GBF. 300 103  Hz 1 300 109  Hz 
Þ á á
c l c 
Þ La tige constituant l'antenne émettrice a créé dans la tige constituant l'antenne réceptrice, un courant électrique 
c c 3 108  m s ­1 3 108  m s ­1 
sinusoïdal de même fréquence; une partie de l'énergie électrique du circuit RLC est transmise de l'antenne  Þ 3 
ñ lñ 9 
Þ 3 
ñ lñ
300 10 Hz 300 10 Hz  300 10 Hz 300 109  Hz 
émettrice vers l'antenne réceptrice sous forme de rayonnement: on dit qu'une onde électromagnétique (OEM) se 
propage de l'antenne émettrice vers l'antenne réceptrice.  Þ 1000 m  ñ  l ñ  0,001 m Û  1 mm  á  l   á  1 km
En fait, les électrons libres de l'antenne émettrice sont mis en mouvement rectiligne sinusoïdal, créant un champ 
ur  ur 
électrique  E  et un champ magnétique  B sinusoïdaux et orthogonaux de même fréquence N0. Ces deux champs se  C'est le physicien allemand Heinrich Hertz qui produit en 1887 les premières ondes 
propagent jusqu'à l'antenne réceptrice, où ils font vibrer sinusoïdalement les électrons libres de cette dernière,  électromagnétiques grâce à son oscillateur. Il montra qu'elles possédaient toutes les propriétés 
créant ainsi un courant électrique sinusoïdal de même fréquence.  des ondes lumineuses. 
Ce sont les ondes hertziennes, qui sont utilisées comme support pour la transmission de 
2)  Définition et caractéristiques :  ur  l'information. Elles sont diffusées dans l'espace via des antennes, ou dans des câbles (fibres 
ur  optiques utilisées comme guide pour l'onde). 
Une OEM, consiste en un champ électrique  E  et un champ magnétique  B sinusoïdaux et orthogonaux de  Heinrich Hertz
même fréquence qui se propagent dans toutes les directions de l'espace. 

­ 1 ­  ­ 2 ­ 
Comme toute onde, les ondes hertziennes interagissent avec la matière au cours de leur propagation : réflexion,  4)  Production et réception des ondes Hertziennes : 
réfraction, diffraction, dispersion et diffusion.  Tout courant électrique variable crée une OEM Þ Pour émettre et détecter une OEM, il suffit d'une antenne 
Dans le tableau ci­dessous, sont indiqué les domaines d'utilisation des ondes Hertziennes: 
émettrice parcourue par un courant variable et une antenne réceptrice. On distingue :
Désignation  Fréquence  Longueur d’onde  Autres  Exemples d'utilisation 
·  Antennes de Hertz : Figure ci­contre 
internationale  appellations  i.  L'antenne émettrice est une tige conductrice de longueur L, 
λ  L 
avec  L = k  ,  k  Î ¥ *  pour une émission de puissance maximale Pmax. 
ELF (extremely  3 Hz ­ 30 Hz  100000 km ­ 10000 km  Détection de phénomènes naturels  2
low frequency) 
ii.  L'antenne réceptrice est une tige conductrice de longueur L', 
λ 
avec  L' = k'  ,  k'  Î ¥ *  pour une réception de puissance maximale P'max. 
SLF (super low  30 Hz ­ 300 Hz  10 000 km ­ 1 000 km  Communication avec les sous­marins  2
frequency)  Exemple : longueur adéquate de l'antenne d'un téléphone GSM : Les opérateurs de téléphonie 
Mobile, utilisent des OEM de fréquence :  3 GHz  á  N   á  30 GHz 

ULF (ultra low  300 Hz ­ 3 000 Hz  1 000 km ­ 100 km  Détection de phénomènes naturels  Þ 3 109  Hz  á     á  30 109  Hz ; dans le vide 
frequency)  l
3 109  Hz 1 30 109  Hz 
Communication avec les sous­marins,  Þ á á
VLF (very low 
c l c 
3 kHz ­ 30 kHz  100 km ­ 10 km  ondes  Implants médicaux, 
frequency)  myriamétriques  Recherches scientifiques...  c c 3 108  m s ­1 3 108  m s ­1 
Þ ñ lñ 9 
Þ 9 
ñ lñ

3 10 Hz  30 10 Hz  3 10 Hz 30 109  Hz 
grandes ondes  Radionavigation, Radiodiffusion GO, 
LF (low  30 kHz ­ 300 kHz  10 km ­ 1 km  Radio­identification 
1 l k  l
ou Þ 0,1 m  ñ  l ñ  0,01 m      Û       1 cm  á  l   á  10 cm   Þ    cm  á     á  5 cm  Þ    cm á  k    á  5 k cm 
frequency)  ondes longues  2 2 2 2 
ou k 
Þ á L (cm)  á  5 k ,  k  Î ¥ * 

kilométriques  2

MF (medium  300 kHz ­ 3 MHz  1 km ­ 100 m  petites ondes ou  Radio AM, Service  ·  Antenne parabolique (paraboloïde) : Figure ci­contre 


frequency)  ondes moyennes  maritime, Appareil de recherche de  Satellite 
Utilisée lorsque l'antenne émettrice est située à une 
ou victimes d'avalanche 
distance (infinie) relativement aux dimensions 
hectométriques 
de l'antenne réceptrice; cas d'une antenne 
ondes  Organisations diverses, Militaire,  émettrice portée par un satellite ( 3600 km au  F 
Tete 
HF (high  3 MHz ­ 30 MHz  100 m ­ 10 m  courtes ou  Radiodiffusion, Maritime,  dessus de la terre)  (Foyer) x 
frequency)  décamétriques  Aéronautique, Radioamateur, Météo,  La gamme de fréquences utilisées par les 
Radio de catastrophe...  satellites est la SHF (3 GHz ­ 30 GHz). 
ondes  L'antenne réceptrice est conçue, pour avoir une 
VHF (very high  30 MHz ­ 300 MHz  10 m ­ 1 m  ultra­courtes  Radio FM, Aéronautique, Maritime,  surface parabolique : le faisceaux Hertzien 
frequency)  ou métriques  reçu est pratiquement parallèle, il 
Radioamateur, Gendarmerie 
subit une réflexion sur la surface de l'antenne  et donne lieu à un faisceau convergeant vers le 
nationale, Pompiers, SAMU, Réseaux 
foyer de la paraboloïde : la tête doit être  disposée sur l'axe de la paraboloïde, en son foyer; 
privés, taxis, militaire, Météo... 
et jamais en deçà du foyer. 

UHF (ultra  300 MHz ­ 3 GHz  1 m ­ 10 cm  ondes  Réseaux 


high frequency)  décimétriques  privés, militaire, GSM, GPS, 
II. Transmission des signaux : 
Wi­Fi, Télévision 
1)  Généralités : 
Réseaux privés, Micro­onde, 
On appelle Télécommunication, toute transmission d'information à distance par des moyens électriques ou 
SHF (super  3 GHz ­ 30 GHz  10 cm ­ 1 cm  ondes  radiodiffusion par satellite (TV),  électroniques.
high frequency)  centimétriques  radar météorologique  ·  L'information (son, image, texte, vidéo….), doit être convertie en un signal électrique; on utilise pour chaque 
type d'information un dispositif approprié, appelé transducteur. 
Réseaux privés, Radars anticollision  Exemple: La voix humaine est une onde sonore de basse fréquence (BF), (20 Hz – 20 kHz); 
EHF (extremely  30 GHz ­ 300 GHz  1 cm ­ 1 mm  ondes  pour automobiles, Liaisons  sa portée est donc très faible, et ne peut être transmise sur de longues distances par un 
high frequency)  millimétriques  vidéo transportables  support sonore car elle s'atténue rapidement. On la convertie alors en un signal électrique 
via un microphone : transducteur. 
Plus l'onde hertzienne est courte (λ plus petite, N plus élevée), plus sa portée est grande. 

­ 3 ­  ­ 4 ­ 
·  Le signal électrique obtenu, traduisant l'information à transmettre, peut être véhiculé sur de grandes distances  Signal à transmettre : ­ signal analogique (audio ou vidéo ) 
­ signal numérique (vidéo, téléphonie, données informatiques). 
car : 
­  Il peut se propager dans un fil conducteur : Télécommunications filaires (ligne téléphonique).  Modulateur : Un signal ne peut se propager seul, il doit avoir pour support un signal porteur HF qui sera modulé 
­  Il peut générer une OEM dans une antenne, qui se propage dans l'espace : Télécommunications sans­fil. par le signal à transmettre. 
·  Le signal électrique reçu, est amplifié puis converti à sa forme de départ via un autre transducteur. 
Exemple: Le signal électrique arrivant dans un HP, est converti en un son.  Émetteur : C'est le dispositif qui permet la transmission, par une onde électro­ magnétique 
­ amplificateur + antenne ( propagation dans l'espace ) 
­ diode émettrice ( propagation par fibre optique ). 
Remarque­1 : Les Télécommunications filaires, ne permettent pas une transmission sur de très 
grandes distances, et sont impossibles entre émetteur et récepteur en mouvement; la meilleure solution  Récepteur : Il reçoit des ondes électromagnétiques, sélectionne et reconstitue le signal modulé transmis par 
est alors la transmission sans­fil, via une OEM.  l'émetteur 
Remarque­2 : Les signaux électriques produits par les transducteurs sont généralement de BF; ils s'atténuent  ­ antenne + amplificateur  ( propagation dans l'espace ) 
­ diode réceptrice ( propagation par fibre optique ). 
rapidement dans les lignes téléphoniques, et l'OEM qu'ils génèrent est de BF, donc de faible portée : la meilleure 
solution est de greffer le signal BF sur une OEM HF, dont la portée est très grande : onde Hertzienne.  Démodulateur : Il reçoit le signal modulé provenant du récepteur pour en extraire le signal contenant 
l'information d'origine. 
2)  Meilleure solution ; implanter le signal dans une onde Hertzienne :  Fréquence : C'est la fréquence Np  du signal porteur ( sinusoïde ) dont quelques exemples sont mentionnés ci­ 
L'opération qui consiste à implanter le signal BF à transmettre, dans une OEM haute fréquence (HF); est appelée  dessous : 
Modulation : l'une des caractéristiques de l'onde (amplitude a, fréquence N, ou phase initiale φ) est modifiée par le  ­ Canal TV : 527,25 MHz pour l'image et 533,75 Mhz pour le son. 
signal BF à transmettre. ­ Bande FM : de 87,5 MHz à 108 Mhz. 
·  Le signal BF à transmettre est appelé :  Modulant ; fréquence N. ­ Radio et TV satellite : de 10,7 GHz à 12,75 GHz. 
·  L'OEM HF est appelée : Porteuse ; fréquence Np. Remarque: Les OEM se propageant dans l'espace ou dans une fibre optique sont nombreuses, et le récepteur va se 
·  L'OEM HF modifiée par le signal BF à transmettre, est appelé : Signal modulé.  trouver face à un grand nombre d'OEM : pour sélectionner celle qu'on veut recevoir, il faut :
Après réception du signal modulé; le signal BF de départ est reconstitué en le séparant de la porteuse : c'est la  ·  Accorder la fréquence du récepteur (circuit oscillant) à la fréquence Np  de la porteuse qu'on veut recevoir. 
Démodulation. La figure ci­dessous illustre les différentes étapes de la transmission d'un signal.  C'est ce qui se passe lorsqu'on cherche une station radio : tous les postes radio sont dotés d'un 
condensateur de capacité réglable; en modifiant cette capacité on fait accorder la fréquence du récepteur à 
Schéma de principe d’une chaîne de transmission  celle de la porteuse émise par la station.
·  Pour éliminer le brouillage dù à l'environnement électrique, qui émet des OEM reçues avec la porteuse, on 
introduit le signal reçu dans un filtre passe­bande dont la bande passante englobe le canal de transmission 
du signal cherché. 

Dans ce qui suit : 
Signal Porteur HF  Ì On détaillera l'étude de la modulation et démodulation en amplitude (AM : Amplitude Modulation). 
2  Ì On donnera un aperçu sur la modulation en fréquence (FM :Frequency Modulation), sans aucun développement 
1  La modulation en phase n'est pas au programme. 
Signal BF à  Signal 
transmettre  modulé  III.  La modulation (et démodulation) en amplitude ; AM : 
Onde en  On détaillera l'étude des étapes 1­2­3 et 4 du schéma de principe précédent, dans le cas de la transmission d'une 
Modulateur  Emetteur  espace libre  séquence audio; pour simplifier l'étude, le son est produit par un HP alimenté par une GBF délivrant une tension 
ou ligne  alternative sinusoïdale. 
NB cependant, que le son transmis peut être celui d'un être humain, le principe est le même mais les calculs se 
compliqueront dans ce cas. 
Le signal transmis peut aussi être d'un autre type; texte, image, vidéo…Mais dans ce cas, le transducteur 
permettant de le convertir en un signal électrique n'est plus un simple microphone, mais tout un montage 
électronique compliqué. 

1)  Préparation de l'information à transmettre : 
L’information est convertie en un signal électrique BF via un transducteur. 
Exemple : 
3  4 

Onde reçue  Récepteur  Démodulateur  Vers un oscilloscope :

Signal  Signal BF 
modulé  reconstitué 
­ 5 ­ ­ 6 ­ 
L’onde sonore (information) est convertie par le microphone en une tension électrique, qui est naturellement de  A l'aide d'un oscilloscope à 4 voies, on visualise : 
Basse Fréquence (BF) : Quelques kHz 
On se limitera au cas simple d’une onde sonore sinusoïdale (Produite par un haut parleur alimenté par un G.B.F) :  ì* Sur la voie Y1  : le signal modulant u (t), auquel on a ajouté la composante continue U0  dite tension de décalage (Offset) 
ï
Le signal électrique obtenu à la sortie du transducteur (microphone), est alors un signal de basse fréquence.  í* Sur la voie Y2  : le signal HF u p  (t), qui va générer l'OEM porteuse. 
Rq : si le signal généré par le transducteur est de faible amplitude ; Il faut l’amplifier.  ï
î * Sur l a voie Y3  : le signal modulé us  (t) =  K . (u1   ´  u 2 )
Le signal ainsi obtenu étant de BF ; Si on le fait passer à l’antenne émettrice, il va générer une O.E.M mais de très 
courte portée : La seule solution c’est de l’implanter dans un autre signal de Haute Fréquence (HF) : C'est la  ì U m   = 2 V ; N = 5 kHz      : amplitude et fréquence du signal modulant 
ï
modulation ; le signal HF permet de générer dans l'antenne émettrice, une OEM de longue portée.  Résultats obtenus pour  í U0   = 4 V                            : tension de décalage (offset) 
ï U  = 5 V ; N  = 200 kHz : amplitude et fréquence de la porteuse
î  p m p 
ïì* Le signal BF : u (t) = U m  cos ( 2 π N . t ) ; le modulant, sa fréquence N est basse 
í Voie Y1  Voie Y2 
ïî * Le signal HF : u p  (t) = U p m  cos ( 2 π N p  . t ) ; la porteuse, sa fréquence N p  est haute

2)  Modulation de la porteuse HF, par el signal BF à transmettre :  1 div . 5 V/div 


Définition: La modulation d'amplitude (AM), consiste à piloter l'amplitude de la porteuse HF par le signal  1 div . 2 V/div 
= 5 V = Up m
BF à transmettre.  = 2 V = U m  2 div . 2 V/div 
= 4 V = U0 
T = 4 div . 50 μs /div = 200 μs
a)  Montage : 
Þ N = 1/ 200 μs = 5000 Hz = N 
i.  Le circuit multiplieur AD633JN : 
C'est un circuit intégré qui délivre à sa sortie (S), une tension égale au produit des tensions u1  et u2  injectées dans 
ses entrées E1  et E2, à une constante K près :  u s  = K . (u1   ´  u 2 ) . Pour le AD633JN ; K = 0,1 V ­1 
+15V  S  ­15 V 
8  7  6  5 

+15V  et  ­15V : Les tensions de polarisation du multiplieur 


Brochage :  AD633JN  Les broches 2,4,6 :Masse 

1  2  3  4 
1  u1  = u (t) + U 0  : Le signal modulant u (t) de  u 2  = u p   (t) : La porteuse de fréquence N, visualisée 
E1  E2  K  7 
Symbole :  fréquence N, augmenté de la composante continue U0  avec la même base de temps que  u 1 

ii.  Expérience :  Voie Y3  Voie Y1  & Voie Y3 
On réalise le montage de la figure ci­dessous; les générateurs de polarisation du multiplieur ne sont pas 
représentés, pour alléger le schéma.

Y1 X
1  K XY XSC1 
Y3
Y2 Y
2 ´  K 7  G 


u (t) 
A  B  C  D 
u1 (t)  u s (t) 
u p (t) 
U0  4 

·  La sortie du microphone se présente comme un GBF qui délivre une tension sinusoïdale u (t) de fréquence N 


On branche un générateur de tension continue U0  , en série avec la sortie du microphone pour avoir une tension  us  : Le signal modulé  Le signal modulant et le signal modulé, observés 
u1  = u (t) + U 0  entre les bornes de l'ensemble : cette tension est injectée dans l'entrée 1 du multiplieur. simultanément
·  Dans l'entrée 2 du multiplieur, on injecte une tension  u 2  = u p   (t)  délivrée par un générateur haute fréquence.  ·  Le signal modulant n'est pas modifié, sauf qu'il est décalé de 4 V = U0  .
On verra par la suite, l'intérêt de la composante continue U0. 
·  Le signal HF, garde sa fréquence Np  fixe, mais son amplitude varie au rythme du signal modulant, qui lui 
constitue une enveloppe. 

­ 7 ­  ­ 8 ­ 
b)  Expression de la tension modulée :  Le spectre est constitué de 3 raies, alors le signal modulé est composé de 3 termes sinusoïdaux :
·  La 1 ère  raie correspond à une sinusoïde de fréquence 195 kHz, et d'amplitude 0,5 V
u s  = K . (u1   ´  u 2 ) = K .  éë(u + U 0 )  ´  u p  ùû ·  La 2 ème  raie correspond à une sinusoïde de fréquence 200 kHz, et d'amplitude 2 V
= K .  éë (U 0  + u)  ´  u p  ùû
·  La 3 ème  raie correspond à une sinusoïde de fréquence 205 kHz, et d'amplitude 0,5 V 

= K .  éë (U 0  + U m  cos ( 2 π N . t ))  ´  U p m  cos ( 2 π N p   . t ) ùû  Analyseur de fréquence 

é U  ù
= K .  ê U 0  . (1 +  m   cos ( 2 π N . t ))  ´  U p m  cos ( 2 π N p   . t ) ú
ë U 0  û ­Verticalement : 1 div correspond à 0,5 V. 
­ Horizontalement : 4 div correspondent à 
é U  ù é ù
= K U 0  U p m  .  ê1 +  m   cos ( 2 π N . t ) ú   ´   ê cos ( 2 π N p   . t ) ú 20 kHz, donc 1 div correspond à 20/4 = 5 kHz 
ë U 0  û ë û  D'où les valeurs indiquées précédemment. 
La tension de sortie, est alors de la forme : 
é U  ù
u s  (t) = US m  cos ( 2 π N p  . t ) ,  avec  U S m  = K U 0  U p m   .  ê1 +  m   cos ( 2 π N . t ) ú
ë U 0  û
Þ us  (t) est une tension sinusoïdale de fréquence Np, mais dont l'amplitude USm  varie sinusoïdalement à la 
Confirmation théorique :
ì é Um ù é U  ù
ï U S m, max  =  K U 0  U p m  .  ê1 +   (+1) ú  = K U 0  U p m  .  ê1 +  m  ú 1 
U0 U 0  û On rappelle que " a et b  Î  ¡  : cos a  ´  cos b =    éë cos  ( a + b )  + cos  ( a ­ b ) ùû . 
ï ë û ë 2
fréquence N entre les valeurs extrêmes :  í
ïU é Um ù é U m  ù U m 
Avec  m =  , et en notant  A = K U 0  U p m  ; la tension de sortie s'écrit : 
ï S m, min  =  K U 0  U p m  .  ê1 +  U  (­1) ú   = K U 0  U p m  .  ê1 ­  U ú U 0 
î  ë 0 û ë 0  û

US m, max  ­ U S m, min  é ù é ù
u s  = A .  ê1 + m . cos ( 2 π N . t ) ú   ´   ê cos ( 2 π N p   . t ) ú
La grandeur :  m =  renseigne sur le degré de la modification apportée à la porteuse par le  ë û ë û
U S m, max  + U S m, min 
é ù
signal modulant; il est appelé Taux de modulation ;  = A .  êcos ( 2 π N p  . t ) + m . cos ( 2 π N p   . t ) . cos ( 2 π N . t )  ú
ë û
é U  ù é U  ù é ù
K U 0  U p m  .  ê1 +  m  ú  ­  K U 0  U p m  .  ê1 ­  m  ú = A . cos ( 2 π N p  . t )  +  m A .  êcos ( 2 π N p  . t ) . cos ( 2 π N . t )  ú
US m, max  ­ U S m, min  ë U 0  û  ë U 0  û  ë û
m =   = 
U S m, max  + U S m, min  é U m  ù é U m  ù 1 é ù
K U 0  U p m  .  ê1 +  = A . cos ( 2 π N p  . t )  +  m A .  ê cos ( 2 π N p  . t + 2 π N . t )  +  cos ( 2 π N p   . t ­ 2 π N . t )  ú
ú  +  K U 0  U p m  .  ê1 ­  ú 2 ë û
ë U 0  û  ë U 0  û
1  é ù
é Um ù é U m  ù U 0  + U m  U  ­ U m  = A . cos ( 2 π N p  . t )  +   m A  .  ê  cos  éë 2 π  ( N p   + N )  . t  ùû   +  cos  éë 2 π  ( N p   ­ N )  . t  ùû ú
ê1 +  ú   ­   ê1 ­  ú ­  0 2 ë û
U U  U  U 0  2 U m U 
=  ë
0 û ë 0  û 0 
=  =     Þ    m =  m  1 1 
é Um ù é U m  ù U 0  + U m  U 0  ­ U m  2 U 0 U 0  = A . cos ( 2 π N p  . t )  +   m A  . cos  éë 2 π  ( N p  + N )  . t  ùû   +   m A  .  cos  éë 2 π  ( N p   ­ N )  . t  ùû
ê1 +  ú   +   ê1 ­  ú +  2 2 
ë U 0 û ë U 0  û 
U 0  U  0 
1  1 
=  m A . cos  éë 2 π  ( N p  ­ N )  . t  ùû +      A . cos ( 2 π N p  . t )      +  m A  . cos  éë 2 π  ( N p   + N )  . t  ùû

144444 42444444 3 1444 2444 3 2 
144444 42444444 3 
Remarque: En l'absence de la composante continue U0  :  (
terme de fréquence  N p  ­ N  )
terme  de fréquence N  p 
( ) 
terme  de fréquence  N p   + N 

u s = K .  éë (U 0  + U m  cos ( 2 π N . t ))  ´  U p m  cos ( 2 π N p   . t ) ùû


On constate que la tension de sortie se compose de 3 tensions sinusoïdales :
= K .  éë  U m  cos ( 2 π N . t )  ´  U p m  cos ( 2 π N p   . t ) ùû 1 
·  La 1 ère  : de fréquence  N p   ­ N , et d'amplitude  m A 
= K U m U p m  . cos ( 2 π N . t )  ´   cos ( 2 π N p  . t )    Þ    U S m  = K U m U p m  . cos ( 2 π N . t )  2
USm  varie sinusoïdalement à la fréquence N entre les valeurs extrêmes :  ·  La 2 ème  : de fréquence Np, et d'amplitude A

ïì U S m, max  =  K U 0  U p m  . (+1)  = + K U 0  U p m  ·  La 3 ème  : de fréquence  N p   + N , et d'amplitude  m A  uS 
í 2 
ïî U S m, min  =  K U 0  U p m  . (­1)  = ­ K U 0  U p m  D'où le spectre de fréquence du signal modulé :  A 
L'intervalle éë( N p  ­ N )  ,  ( N p   + N ) ùû , constitue le 
c)  Spectre de fréquences du signal modulé :  1 
m A 
On branche un analyseur de fréquence à la sortie du multiplieur; il trace la courbe  u s   = f (N) , appelée spectre de  canal de transmission du signal. Sa largeur est : 2 
fréquences du signal modulé. On obtient le spectre de la figure ci­dessous.  ( N p  + N )  ­  ( N p   ­ N )  = 2 N 

Np  ­ N  Np Np+ N 
­ 9 ­  ­ 10 ­ 
ì U m   = 2 V ; N = 5 kHz      : amplitude et fréquence du signal modulant  US m, max  ­ U S m, min  2 ­ 0 
ï Dans ce cas on a :  US m, max  = 2 V et US m, min   = 0 V  Þ  m =   =   = 1 
Pour   í U 0  = 4 V  : tension de décalage (offset)  U S m, max  + U S m, min     2 + 0
ï U  = 5 V ; N  = 200 kHz : amplitude et fréquence de la p orteuse  U m  2 V 
î p m p  3 ème  cas : U0 = 1 V Þ  m =   =   = 2  : m > 1  donc U0  < Um et le signal modulé admet l'allure suivante : 
U 0  1 V 

* A = K U 0  U p m   = 0,1 V ­1  . 4 V. 5 V = 2 V 


U m  2 V 
m =   =   = 0,5  Þ 
U 0  4 V 
1 1 
* m A =   0,5 . 2 V = 0,5 V 
2 2  U S m, max 
* N p   ­ N = 200 kHz ­ 5 kHz = 195 kHz 
U S m, min 
* N p   + N = 200 kHz + 5 kHz = 205 kHz ; les résultats expérimentaux sont confirmés. 

d)  Qualité de la modulation; intérêt de la composante continue : 
On donne à la composante continue U0  différentes valeurs, et on examine le signal modulé pour différentes valeurs 
du taux de modulation m correspondant. 
U  2 V 
1 er  cas : U0 = 4 V Þ  m =  m   =   = 0,5  : m < 1  donc U0  > Um et le signal modulé admet l'allure suivante : 
U 0  4 V  US m, max  ­ U S m, min  1,5 ­ (­0,5) 
Dans ce cas on a :  US m, max  = 1,5 V et U S m, min   = ­0,5 V  Þ  m =   =   = 2 
U S m, max  + U S m, min     1,5 + (­0,5)
La meilleure modulation est obtenue pour  m  á  1  Þ  U m   á  U 0  , car on retrouve toute l'information du signal 
modulant. uS 
U S m, max  A 
U S m, min  1 
·  m  á  1 ;  US m, min    ñ  0 : la modulation est bonne . m A 


Np  ­ N  Np  Np+ N 

uS 

U S m, max  ­ U S m, min  3 ­ 1 
Dans ce cas on a :  US m, max  = 3 V et US m, min   = 1 V  Þ  m =   =   = 0,5 
US m, max  + US m, min     3 + 1 m  =  1 ;  US m, min    =  0 : la modulation n'est pas bonne,  1 
U  2 V 
·  A 
eme 
cas : U0 = 2 V Þ  m =  m   =  mais n'est pas mauvaise. 2 
2   = 1  : m = 1  donc U0  = Um et le signal modulé admet l'allure suivante : 
U 0  2 V 

Np  ­ N  Np  Np+ N 

uS 
U S m, max  A 

m ñ1 ;  U S m, min    ñ  0 : la modulation est mauvaise 


·  N 
(surmodulation).
Np  ­ N  Np Np+ N 

m A 

­ 11 ­  ­ 12 ­ 
Application  ANNEXE II À RENDRE AVEC LA COPIE 
Des élèves de terminale S doivent mettre en œuvre un montage permettant de simuler une modulation d’amplitude. 
Au laboratoire, ils disposent du matériel suivant : Question 2.1 
·  deux générateurs basse fréquence (GBF) délivrant une tension sinusoïdale réglable en fréquence ;
·  un oscilloscope bicourbe : voies Y1  et Y2  ;
E1  S 
·  des fils de connexion ;
·  un circuit multiplieur (schéma ci­contre).  E1 
Le multiplieur est un circuit intégré, à deux entrées E1  et E2  et une sortie S  S  E2 
Y1  Y2
telle que : US  = k.U1.U2  où k est la constante caractéristique du multiplieur.  U1 
E2 
1. Principe de la modulation d’amplitude  U2  Us 
1.1.Pourquoi n’est­il pas possible de transmettre une onde sonore sur 
de grandes distances ? 
1.2.Pourquoi est­il possible d’utiliser une porteuse de grande fréquence ?  Figure 1 

2. Réalisation du montage 
2.1.Compléter le schéma de la figure 1 en annexe II à rendre avec la copie en y ajoutant les deux GBF et les  Question 2.3.2 
flèches tensions notées uP(t) pour la porteuse, u1(t) pour le signal modulant et s(t) pour le signal modulé. 
2.2.Sur le même schéma, représenter les fils de connexion à l’oscilloscope permettant de visualiser u 1(t) sur la 
voie 1 et uP(t) sur la voie 2.  Figure 2 
2.3.Étude de l’onde porteuse 
Pour  simuler  l’onde porteuse,  le  GBF  délivre  la tension  sinusoïdale  uP(t)  d’amplitude  UP  =  2,5 V  et  de 
fréquence NP  = 3000 Hz. L’oscilloscope est réglé pour visualiser la voie 1 avec une sensibilité horizontale 
de 0,1 ms.div-1  et une sensibilité verticale de 1 V.div-1 . 
Cette tension a pour expression : uP(t) = UP.cos(2p.Np.t) 
2.3.1.Calculer la période TP  de la porteuse. 
2.3.2.Représenter cette tension sur la figure 2 en annexe II à rendre avec la copie. 

2.4.  Étude du signal modulant 
Pour simuler le signal modulant le GBF délivre 
une tension u1(t) représentée ci­contre.  Question 2.5.2 
Sensibilité verticale : 0,5 V/div. 
2.4.1.  Choisir, en justifiant la réponse, l’expression 
de la tension u1(t) :  Figure 3 
u1(t) = U1.cos(2p.N1.t) ou u1(t) = U1.cos(2p.N1.t) + U0 
2.4.2.  Choisir, en justifiant la réponse, la fréquence N1 
que doit délivrer le GBF :  Sensibilité verticale : 
N1  = 10 000 Hz  ou  N1  = 100 Hz.  2 V.div-1 
2.4.3.  Déterminer l’amplitude U1  de la tension. 
2.5.  Étude du signal modulé en amplitude  Sensibilité horizontale : 
Le signal modulé en amplitude s(t) est représenté sur la figure 3 en annexe II à rendre avec la copie.  2 ms.div -1 
L’amplitude de la tension modulée, notée Um, varie entre deux valeurs extrêmes, notées Umin  et Umax. 
U - U min 
On admettra que le taux de modulation m s’exprime par :  m = max . 
Umax + Umin  Bac S 2011 Amérique du Nord 
2.5.1.  Faire apparaître Umin  et Umax  sur l’oscillogramme de la figure 3 en annexe II à rendre avec la copie 
2.5.2.  Calculer m.  Correction 
2.5.3.  Quelle condition sur m permet d’éviter une surmodulation ? 
1. Principe de la modulation d’amplitude 
3. Ondes modulée réelle  1.1.  Les  ondes  sonores  sont  des ondes  mécaniques,  elles  subissent  un  amortissement  important  au  cours  de  leur 
Les valeurs des fréquences utilisées précédemment ne correspondent pas à celles utilisées dans la réalité car  propagation. Si la source émet du son avec un plus grand niveau sonore celui­ci  est émis plus loin ; mais il n’est 
elles nécessiteraient d’utiliser des antennes beaucoup trop grandes. Les ondes hertziennes kilométriques,  pas possible d’atteindre un niveau sonore si grand que l’onde se propage sur de longues distances. 
appelées « grandes ondes », ont une longueur d’onde l comprise dans l’intervalle [1052 m ; 2000 m]. La  1.2. Une porteuse de grande fréquence est une onde électromagnétique. En augmentant la puissance de l’émetteur, 
célérité des ondes électromagnétiques dans l’air, c, a pour valeur :  on parvient à la transmettre sur une grande distance. 
c = 3,0´10 8  m.s-1  . Calculer l’ordre de grandeur de la fréquence des ondes hertziennes. 

­ 13 ­  ­ 14 ­ 
2. Réalisation du montage  3)  Réception du signal, et reconstitution du signal BF de départ : 
2.1.& 2.2.  Le signal ainsi modulé, est ensuite diffusé par l'antenne émettrice dans l'espace sous forme d'onde Hertzienne. 
Lorsqu'il arrive dans l'antenne réceptrice, il doit être par la suite décortiqué pour en extraire le signal BF portant 
l'information, et supprimer la porteuse et la composante continue : c'est la Démodulation. 
E1  S 
GBF1  u1(t) 
Enveloppe 
E2  s(t)  Voici l'oscillogramme du signal obtenu à la 
Y1  Y2 
GBF2  uP(t)  sortie de l'antenne réceptrice; l'information 
qu'il transporte consiste en la (courbe) 
traduisant les variations de l'amplitude 
de la porteuse, qu'on appellera Enveloppe. 
2.3. Étude de l’onde porteuse  Cette courbe n'existe pas réellement; On va 
1  1  la construire à partir du signal reçu. 
2.3.1. Période TP  de la porteuse : T P  = soit  TP  = = 3,333 ´ 10 -4  s 
N P  3000
2.3.2. Amplitude UP  = 2,5 V. Avec la sensibilité verticale de 1 V.div-1 ,  Le principe de la démodulation consiste aux étapes suivantes :
UP  occupe 2,5 divisions verticales.  ·  Elimination des alternances négatives, par redressement 
Période TP  = 3,333´ 10-4  s » 0,33 ms.  On n'a pas besoin des alternances négatives du signal reçu; on commence par les éliminer, par une diode : 
Avec  une  sensibilité  horizontale  de  0,1  ms.div-1 ,  TP  occupe  Injectons la tension us(t) issue du montage modulateur précédent, dans une diode en série avec  G 

3,3 divisions horizontales.  un résistor de résistance R ;  A  B 

L’écran  possédant  10  divisions  horizontales  on  peut  donc 


X
observer 10 / 3,3 = 3 périodes.  Y
K XY 

observons les oscillogrammes : 
u D (t) 
2.4. Étude du signal modulant  ì u s   (t) : tension issue du modulateur (voie A)  u s (t)  R 
u s 1 (t) = u R   (t) 
2.4.1. L’oscillogramme montre que la courbe représentative de la  í
î u s 1  (t) : tension aux bornes de R (voie B)
tension est centrée sur l’axe horizontal donc il n’y a pas de tension 
de décalage U0. On a u1(t) = U1.cos(2p.N1.t). 
Remarque : Pour avoir une bonne modulation d’amplitude, le signal modulant devra être décalé verticalement par 
rapport à l’axe horizontal avant d’être envoyé dans le multiplieur. 
2.4.2.  Pour  avoir  une  bonne  modulation  d’amplitude,  la  fréquence  NP  de  la  porteuse  doit  être  grande  devant  la 
u s (t)  u s 1 (t) 
Les alternances négatives sont éliminées, et 
fréquence N1  du signal modulant : NP  >> N1. 
les alternances positives sont transmises 
Comme NP  = 3000 Hz, la seule fréquence N1  qui satisfait au critère NP  >> N1  est N1  = 100 Hz. 
mais avec une légère atténuation de leur 
2.4.3. L’amplitude U1  de la tension u1(t) est : U1  = 3 x 0,5 = 1,5 V. 
amplitude : 
En fait la diode ne peut pas être idéale ; 
2.5. Étude du signal modulé en amplitude 
la tension visualisée sur la voie B est : 
2.5.1. Voir ci­contre Umax  et Umin. 
u s 1 (t) = u R  (t) = u s  (t)  ­  u D  (t)  ,avec 
2.5.2.  8 div verticales = 8 ´ 2 = 16 V 
16 V Û 6,3 cm  ì u D  (t)  = U seuil  lorsque la diode est passante (pendant les alternaces positives) 
í
Umax Û 2,6 cm  î u D  (t)   á  U seuil  lorsque la diode est bloquante (pendant les alternaces négatives)
donc : Umax  = (2,6 ´  16) / 6,3 = 6,6 V  où Useuil n'est pas nul comme il est supposé dans d'autres cas (diode considérée idéale) ; Useuil  = 0,2 V pour les 
meilleures diodes en germanium Þ 
16 V Û 6,3 cm 
Umin Û 1,3 cm  ­ Pendant les alternances positives, la diode est passante et on a  u s 1 (t) =  u s  (t)  ­  U seuil  ˆ us (t) 
donc : Umin  = 1,3 ´  16 / 6,3 = 3,3 V 
­ Pendant les alternances négatives, la diode est bloquante et on a  u s 1 (t) = 0
Umax - U min  6,6 - 3,3 
m = = = 0,33  ·  Détection d'enveloppe, par dipôle RC 
Umax + Umin  6,6 + 3,3
La tension us1 (t), issue du montage redresseur { Diode, R } a l'aspect de la figure ci­dessous ; 
2.5.3. La condition sur m permet d’éviter une surmodulation est : m < 1 
c  c
3. Ondes modulée réelle l =  donc N =  . En prenant une valeur moyenne pour la longueur d’onde l, 
N  l  T 
3,0 ´ 10 8  Enveloppe
soit lP  = 1500 m, il vient : NP  =  = 2,0 ´ 10 5  Hz = 200 kHz donc un ordre de grandeur de 10 5 Hz. 
1500

­ 15 ­  Tp  ­ 16 ­ 


ì 1 1 1  Cependant, si τ > T on obtient l'oscillogramme suivant :R = 10 kΩ et C = 30 nF Þ τ = RC = 300 μs > T (=200 μs) 
ïT =  N  =  5 kHz  =  5 000 Hz  = 200 μs: période du signal modulant (enveloppe) 
ï
où  í : Pour détecter 
1 1 1 
ïTp   =   =   =   = 5 μs: période de la porteuse (signal reçu redressé) 
ïî  N p  200 kHz 200 000 Hz
l'enveloppe du signal , on branche un condensateur de capacité C en parallèle avec le résistor R : il va se charger et 
se décharger avec les variations des alternances positives de us (t) : pour une valeur convenable de la constante 
XSC1 
de temps τ du dipôle RC, on obtient aux bornes du condensateur une tension us2 (t) dont la courbe  G 


est très proche de celle de l'enveloppe.  A  B 

observons les oscillogrammes : 
X
K XY 
Y
ì u s   (t) : tension issue du modulateur (voie A) 
í La meilleure détection d'enveloppe est alors obtenue pour  Tp << τ < T, avec τ = RC
î u s 2   (t) : tension aux bornes de C (voie B) u s (t)  R  C  us 2 (t) = u c (t) 
·  Elimination de la composante continue, par un filtrage passe­haut 
La composante continue considérée comme une tension sinusoïdale de période infinie, donc de fréquence nulle; est 
éliminée facilement par un filtre passe­haut { R1, C1 } . 
Cependant, le filtre passe­haut  { R1, C1 } ne doit pas éliminer le signal modulant BF ; sa fréquence de coupure 
1  1 
(basse) Nb  doit être telle que N >> Nb , avec  N b  =  Þ T << Tb, avec  Tb  =   = 2p R 1C 1  soit alors 
2p R1C1  N b 
2 π R1C1 >> T , ou plus simplement :  τ1 >> T, avec τ 1  = R1C1 

Observons les oscillogrammes : 
ì u1   (t) : signal BF décalé de U 0  (voie A) 
í
î u s 3   (t) : tension à la sortie du filtre passe­haut (voie B) XSC1 

A  B 

En gras, la courbe us2 (t) obtenue pour R = 10 kΩ et C = 0,2 nF Þ τ = RC = 2 μs ; c'est la courbe de charge et 
u 1 (t)
C1 
décharge du condensateur : On constate que pour qu'elle affecte mieux l'allure de l'enveloppe, il faut qu'elle soit  X
K X Y 
Y
moins ondulée, alors il faut que le condensateur se charge et se décharge très lentement par rapport aux variations 
de us Þ τ >> Tp Þ RC >> Tp. Soit alors RC >> 5 μs  u s 3 (t) 
R  C  R1  u s 3 (t) 
u 1 (t) 

Ci­dessous l'oscillogramme obtenu pour  R = 10 kΩ et C = 3 nF Þ τ = RC = 30 μs >> Tp 


Le signal obtenu à la sortie du filtre passe­haut, ne présente plus le décalage U0, mais il présente encore des 
ondulations : ils seront supprimées à la dernière étape.

·  Lissage ou élimination de la porteuse, par un filtrage passe­bas 
Les ondulations que présente la tension  u s 3   (t) sont dus à la porteuse HF, il sont alors éliminées par un filtre qui ne 

laisse pas passer les HF : filtre passe­bas { R2, C2 } . Sa fréquence de coupure (haute) N h   =  doit être telle 
2p R 2 C2 

que Nh << Np Þ Th >> Tp  , avec Th  =  = 2p R 2 C 2  , soit alors  2p R 2 C2  >>  Tp 
N h 
La courbe us2 (t) affecte mieux l'allure de l'enveloppe dans ce cas où τ >> Tp  Cependant, le filtre passe­bas { R2, C2 } ne doit pas éliminer le signal modulant BF; sa fréquence de coupure doit 
être telle que Nh >> N Þ Th << T,  soit alors  2 π R2C2 << T. 
En regroupant les deux conditions: Tp << 2 π R2C2 << T , ou plus simplement  Tp << τ2 << T, avec τ 2  = R2C2 
Observons les oscillogrammes : 

­ 17 ­  ­ 18 ­ 
ì u1   (t) : signal BF de départ décalé de U 0  (voie A)  Application 
í Cet  exercice  a  pour  but  d’étudier  la  chaîne  complète  de  télécommunication  permettant  l’émission  puis  la  réception  d’une 
î u s 4   (t) : tension à la sortie du filtre passe­bas (voie B) onde  radio.  Il  fera  référence  à  quelques  faits  historiques  relatifs  aux  avancées  technologiques  de  la  fin  du  XIX è  siècle  à 
XSC1 

propos de la transmission d’ondes hertziennes. 

u 1 (t)  A  B  1. Étude préliminaire : l’onde radio 
1.1.  Nous  rappelons  ici  que  les  ondes  hertziennes  font  partie  des  ondes  électromagnétiques  dont une  partie  du  spectre  est 
C1 
donné ci­dessous : 
X
K XY  Ondes hertziennes 
u s 4  (t)  Y
R2 
A  Ondes hertziennes  B
l (m) 
R  C  R1  C2 
u s 4  (t)  1,0.10  –3 
1,0.10  4 
u 1 (t) 
La lumière visible fait partie des ondes électromagnétiques. 
Dans quel domaine (A ou B) peut­on la situer ? Justifier la réponse. 

1.2. En 1888, Hertz réalisa un oscillateur qui permettait de générer des ondes électromagnétiques à travers son laboratoire. La 
On arrive ainsi à reconstituer le signal BF de départ, qui porte l'information transmise : tension  u s 4   (t) .  célérité de la lumière valant c = 3,0.10 8  m.s ­1 , il mesura une longueur d’onde l = 9,0m. 
Remarque: Le signal reçu génère à la sortie de l'antenne réceptrice une tension de très faible puissance, vu  Calculer la fréquence des ondes qu’il réussit à émettre. 
l'amortissement subit au cours du long voyage dans l'espace ; il est amplifié avant de pénétrer dans le circuit 
2. L’émission de l’onde radio 
démodulateur. 
2.1. Deux physiciens veulent reconstituer une expérience  similaire à l’expérience historique, réalisée en 1898, qui permit à 
Ernest Roger et Eugène Ducretet de transmettre des ondes de la tour Eiffel au Panthéon distant de 4 km. 
4)  Reconstitution de l'information de départ :  Au laboratoire, une partie du montage appelée "modulateur", permettant de générer un signal qui sera à l’origine de l’onde 
Pour reconstituer l’information de départ, il suffit d’injecter le signal BF ainsi obtenu, tension  u s 4   (t) dans un  radio, peut être schématisé sur la figure 4 ci­dessous : 
transducteur approprié.  E 2 
Exemple :

E1 
u s 4  (t)  u(t) + U 0 
s(t) 
v(t) 
Tension obtenue à la sortie du démodulateur 

La tension électrique Basse Fréquence (BF) récupérée par le démodulateur est injectée dans un haut parleur, qui  Figure 4


la convertie en une onde sonore sinusoïdale, celle de départ. 
Rq : le signal obtenu est de faible amplitude ; Il faut l’amplifier avant de l’injecter dans le transducteur.  2.1.1. On applique aux entrées E1  et E2  les tensions v(t)=Vmcos2 pFt et u(t)=Umcos2 pft 
telles que F >> f. 
Nommer les tensions v(t) et u(t). 
5)  Conclusion :  Que représente la grandeur Vm  ? 
·  On vient de détailler les étapes de transmission d'information en AM sur l'exemple d'un son sinusoïdal simple,  2.1.2. À la tension u(t) on ajoute une tension continue U0 . Nommer cette tension. 
cependant l'information transmise peut être plus compliquée mais le principe est toujours le même, elle peut 
aussi être d'une autre nature autre que le son ; il suffit d'un transpondeur approprié –autre que le microphone­  2.2. La FIGURE 5 DE l’ANNEXE représente la tension modulée s(t) obtenue par acquisition et traitement informatisés. 
pour la convertir en un signal électrique et la transmettre.  2.2.1. Tracer sur la FIGURE 5 DE l’ANNEXE le signal modulant. 
2.2.2. À l’aide de la FIGURE 5 DE l’ANNEXE, calculer la période du signal modulé et en déduire sa fréquence. 
·  La modulation est meilleure dans le cas où m =1.  2.2.3. La modulation est caractérisée par son taux m donné par la relation : 
Umax - U min 
m = 
Umax + Umin 
ìTp    áá  R C  á  T  Calculer sa valeur en utilisant la FIGURE 5 DE l’ANNEXE 
ï 2.2.4. La modulation est­elle satisfaisante ? Justifier la réponse. 
·  La démodulation est meilleure dans le cas où  íT    áá  R1  C 1 
2.3. L’antenne émettrice doit respecter certains critères de longueur. En effet, une antenne est accordée sur une fréquence si 
ïT   áá  R  C   áá  T
î p 2 2  sa  longueur  est  égale  à  la  moitié  de  la  longueur  d’onde  correspondante  (au  quart  de  la  longueur  d’onde  si  l’antenne  est 
verticale  et  reliée  au  sol  car  dans  ce  cas,  le  sol  joue  le  rôle  de  réflecteur)  ;  c’est  pour  respecter  ces  contraintes  que  l’on 
installe, en 1898, une antenne émettrice au sommet de la tour Eiffel. Cette antenne est reliée au sol. 
·  La transmission d'information en AM est simple à réaliser, la largeur de bande est limitée à 2N. Cependant elle 
Sachant que la hauteur de cette antenne est de 324 m, quelle est la longueur d’onde maximale de l’onde radio que l’on peut 
est sensible aux parasites et dissipe la majeure partie de la puissance électrique pour émettre la porteuse qui ne  émettre ? 
porte aucune information  Les ondes hertziennes kilométriques, appelées "grandes ondes" ont pour domaine 1052 m £ l £  2000 m ; était­il possible 
d’émettre toute la gamme de ces ondes hertziennes depuis la tour Eiffel ? Justifier. 

­ 19 ­  ­ 20 ­ 
3. La réception de l’onde radio  ANNEXE 
3.1. L’émetteur, au laboratoire des deux expérimentateurs, étant opérationnel, ils décident de mettre en place le récepteur. Ils 
réalisent la chaîne de réception schématisée sur la figure 6 ci­dessous :  Question 2.2. 
Antenne 
réceptrice 

Figure 6 
3.1.1. Quel est le rôle de l’élément 1 ? Comment l’appelle­t­on ? 
3.1.2. Quel est le rôle de l’élément 2 ? Détailler le rôle de la diode de l’élément 2. 
Figure 5
3.2.  Ils  mettent  en  place  le  dispositif  et  ils  désirent  obtenir  sur  l’écran  de  leur  oscilloscope  les  tensions  u AM,  u BM  et  u CM 
schématisées sur la figure 7 ci­dessous : 
Question 3.2. 

Antenne 
réceptrice 

Figure 8 
Bac France_Antilles Guyane 2008 

Correction 
1. Etude préliminaire: l'onde radio 
Figure 7  1.1. Pour la lumière visible 400 nm < lvisible  < 800 nm, soit 4,00´10 –7 m < lvisible  <  8,00´10 –7  m
Placer sur le schéma de la FIGURE 8 DE L’ANNEXE, les points A, B et C permettant l’obtention de ces tensions.  lvisible  < 1,0´10 –3 m, donc la lumière visible se situe dans le domaine A. 
3, 0.10 8 
4. La chaîne complète  1.2. f =  c  ; f =  = 3,3 . 10 7  Hz = 33 MHz 
l  9, 0 
L’essai étant concluant avec un signal électrique sinusoïdal, les deux physiciens décident de transmettre un son capté par un 
microphone. Lorsque l’un d’eux parle, l’autre écoute attentivement près du haut parleur appartenant au récepteur et observe  2. L'émission de l’onde radio 
l’oscilloscope relié au récepteur.  2.1.1. v(t) correspond à la porteuse de haute fréquence F. 
u(t) correspond au signal modulant de basse fréquence f. 
4.1. Ils constatent que l’oscillogramme obtenu n’est pas sinusoïdal. Que peuvent­ils en conclure quant à la nature du son émis  Vm  correspond à l’amplitude de la tension sinusoïdale v(t). 
2.1.2. U0  est la tension de décalage (ou offset). 
4.2. L’utilisation d’un analyseur de spectre pourrait­elle donner d’autres informations ? Lesquelles ? 

­ 21 ­  ­ 22 ­ 
3.2.  UBM  UAM  UCM 
2.2.1. 
Le signal modulant correspond à 
l’enveloppe du signal modulé. 

8 T 
Umax 

B  A  C
Umin 

4. La chaîne complète. 
4.1. Le signal obtenu n’étant pas sinusoïdal, le son émis n’est pas pur, il est dit complexe. 
0 , 10 ´ 10 -3 4.2. L’analyseur de spectre permettrait d’obtenir le spectre de fréquences afin de mettre en évidence les différents 
2.2.2.  8T = 0,20 – 0,10 = 0,10 ms donc T =  = 1,3´10 –5  s  harmoniques composant ce son complexe. 

L’analyseur donnerait la fréquence des différents harmoniques ainsi que leurs amplitudes relatives. 
f =  1  = 8,0.10 4  Hz = 80 kHz, le signal modulé est un signal haute fréquence.(calcul avec T non arrondie) 

Remarque :  NON  DEMANDÉ  L’analyse en  fréquence du  signal  modulé  montrerait  que  celui­ci  est  composé de  IV.  Modulation en fréquence ; FM 
trois fréquencesf1  = F – f ; f2  = F ; et f3  = F + f.  L'amplitude de la porteuse reste constante mais sa fréquence est modulée; l'objectif de la modulation de 
U - U min  fréquence a été initialement d'obtenir une meilleure qualité des transmissions, en effet les divers bruits parasites 
2.2.3. m =  max voir figure 5  m =  2,4−0,6  = 0,6  qui perturbent une onde électromagnétique ont le plus souvent comme conséquence d'en perturber l'amplitude et 
U max + U min 2,4+0,6 
non la fréquence. D'autres avantages du FM : la sélection est plus précise au niveau du récepteur et le rendement 
2.2.4. La modulation est satisfaisante car le taux de modulation m < 1. 
énergétique plus élevé car la majeure partie de l'énergie est portée par le signal modulant et non par la porteuse. 
2.3.  L longueur de l’antenne : L = 324 m, D’après le texte, il faut que L = l/4, donc l = 4L.  Cependant l'émission FM dans l'espace nécessite plusieurs relais d'amplification pour récompenser l'atténuation 
l = 4 ´ 324 = 1296 m = 1,3 .10 3  m = 1,3 km longueur d’onde maximale de l’onde radio émise par la tour Eiffel.  du signal, sans compter la complexité des montages de modulation et de démodulation; c'est justement pour cette 
La tour Eiffel ne pouvait émettre qu’une partie du domaine des ondes hertziennes kilométriques :  dernière raison qu'on ne va pas détailler l'étude du FM, juste un aperçu sur le principe global. 
1052 m < l < 1296 m.  Principe : Le signal modulant  u (t) = U m  cos ( 2 π N . t ) va piloter la fréquence Np  de la porteuse, autour d'une 
valeur N0  ( N0 = Np  en l'absence de modulation), tout en gardant son amplitude constante. 
3. La réception de l’onde radio. 
3.1.1. L’élément 1 est appelé circuit d'accord (ou circuit bouchon).  N p  = N 0   + K . u ( t ), avec K en  Hz . V ­1 
L'antenne capte les ondes électromagnétiques émises par tous les émetteurs environnants. Le circuit LC parallèle  ·  On appelle excursion en fréquence :  D  N p  = N p  ­ N 0  =  K . u ( t ) = K  U m  cos ( 2 π N . t ) ; 
permet de sélectionner l'onde que l'on souhaite capter et élimine les autres ondes indésirables.  son amplitude ( K Um  )est appelée excursion crête de fréquence.
3.1.2. L’élément 2 permet d'éliminer le signal de la porteuse et de ne conserver que l'enveloppe du signal modulé 
N p max  ­ N 0  N 0  + K . U max  ­  N 0  K  U max 
reçu. (avec la diode, C2  et R1).  ·  On appelle indice de modulation :  β =    =  = 
Il permet également d’éliminer la tension de décalage ( avec C3  et R2).  N  N N 
L’élément 2 permet de démoduler le signal modulé reçu par l’anntenne.  Montage de modulation :
La  diode  ne  laisse  passer  le  courant  que  dans  un  seul  sens  et  élimine  ainsi  les  valeurs  négatives  de  la  tension  ·  La fréquence de la porteuse doit être très stable sinon il y a risque de superposition avec un canal voisin; On 
modulée en amplitude.  utilise un oscillateur à quartz pour générer le signal de fréquence N0.
·  On associe une varicap (variable capacity) à l'oscillateur à quartz, pour l'excursion en fréquence autour de N0. 
La capacité d'une varicap varie avec la tension appliquées à ses bornes selon la loi : C = K u a , avec a =1/2 environ. 
1 1 
On aura ainsi un oscillateur dont a fréquence propre  N p   =   =  varie en fonction de la 
2 π  L C  2 π  L K u a 
tension u (t), autour de N0. La réalisation de ce montage n'est pas dans le programme, vu sa complexité. 
Montage de démodulation : Hors programme. 

­ 23 ­  ­ 24 ­ 

Vous aimerez peut-être aussi