Vous êtes sur la page 1sur 19

Les Fourberies de Scapin

Niveau 5ème, par Anne-Valérie Passel et Delphine Jédyniak, collège Sainte Ide de Lens

Après avoir consacré une partie de la progression annuelle au Moyen Age (en interdisciplinarité avec le cours
d'Histoire) : 

     - séquence 3 : Le Faucon Déniché de J.C. Noguès, 

     - séquence 4 : Le chevalier, Héros du Moyen Age, 

     - séquence 5 : Le roman de Renart, 

     - séquence 6 : Oyez, Oyez, Braves Gens (le fabliau) et 

     - séquence 7 : Si j'étais troubadour (écriture d'un fabliau),

La séquence 8 intitulée est consacrée au théâtre et sera suivie d’une séquence d'expression orale : « Jouons à
jouer ! »

Pour cette séquence, les pré-requis sont les suivants :


- l'identification et la maîtrise des caractéristiques du dialogue
- l'insertion d'un dialogue dans un récit
En 6ème, le texte théâtral ayant été abordé sommairement voire pas du tout, les caractéristiques du genre seront
étudiées ou revues dans la séquence.

Cette séquence a pour objectifs :

1. Découvrir les caractéristiques du texte théâtral


Outre l'acquisition du vocabulaire théâtral, les élèves devront maîtriser le repérage des caractéristiques de
l'écriture théâtrale (mise en page, scènes d'exposition, monologue et aparté, les différents comiques…)

2. Découvrir une œuvre de Molière, Les Fourberies de Scapin


La découverte de l'œuvre associe le texte et l'image (premières pages de couverture, visionnage de la
représentation de 1997 de la Comédie Française, mise en scène par J.L.Benoît et interprétée par P.Torreton). 
Le choix de la pièce et de cette mise en scène filmée est guidé par une écriture et une interprétation montrant
l'influence de la farce et de la comedia dell'arte. 
A l'étude du texte se greffent des exposés préparés en binôme par les élèves. Ces exposés appartiennent à une
programmation annuelle. Les sujets de ces exposés sont choisis et proposés en début d'année en rapport avec les
thèmes des séquences étudiées dans l'année.

Ceux-ci ont entre autres un but culturel et permettent d'identifier dans la pièce l'influence de la commedia
dell'arte sur l'écriture dramaturgique de Molière et de découvrir un grand dramaturge.

3. Différencier texte et représentation


Les axes de lecture sont les fourberies commises par Scapin.

Le texte théâtral du XVIIème siècle étant de plus en plus difficile à comprendre par nos élèves, l'étude du ou
des comiques nous a semblé plus judicieuse.

De plus, cette séquence sera suivie d'une séquence sur l'oralité et le jeu théâtral. 
Cette séquence a été réalisée par Anne-Valérie Passel et Delphine Jédyniak, enseignantes au collège Sainte Ide
de Lens.
Certaines séances sont basées sur le travail de Mme Morel, formatrice à l'EDP de Lille et d'une de ses
stagiaires PLP2
Tableau synoptique

Séance SUPPORT LECTURE LANGUE EXPRESSION


4 premières pages
Vocabulaire Expression écrite :
de couverture Lecture de l'image
Séance 1 Fiche d'identité du rédiger des
différentes de Découverte de la séquence
mot fourberie hypothèses de lecture
l'œuvre
Bibliocollège Lecture
Séance 2    
Classiques Hachette Manipulation de l'objet livre 
Exposé oral sur le
lieu théâtre :
Séance 3      
découvrir l'historique
du lieu théâtre
Lecture d'images
Les scènes Lecture  : Découvrir le jeu
Séance 4    
d'exposition (I1 & 2) théâtral et les caractéristiques
de scènes d'exposition 
Grammaire
Séance 5 I3   Les différents types  
de phrases 
Expression écrite :
Le dialogue théâtral et les
Séance 6 II 3   mise en page du texte
didascalies
théâtral
Expression écrite :
Séance 7 II 7 Aparté et monologue théâtral   utiliser à l'écrit
monologue et aparté
Exposé oral sur la
commedia dell'arte :
Séance 8       connaître les sources
d'inspiration de
Molière
Lecture d'images
Lecture : Le rire au théâtre :
Séance 9 III 2 repérer et utiliser les    
comiques de gestes et de
mots 
Exposé oral sur
Molière : prendre
Séance 10       conscience de
l'importance de
Molière 

Evaluation :

Devoir Bilan et Expression Ecrite Bilan

Lectures cursives : 
Derrière le rideau de scène de C. Alexandre et C. Adam 
Louison et monsieur Molière de M.C. Helgerson
Séance 1 (2h) - Dominante Lecture d'images et vocabulaire 
Quatre premières pages de couverture

Objectifs : 
- faire connaissance avec une pièce de théâtre
- manipuler l'objet livre : découvrir ce qu'est une pièce de théâtre

 Montrer les transparents des 4 pages de couverture : 

Points communs / Petits Classiques


Classiques Larousse Classiques Bordas Classiques Hachette
différences Larousse
Titre
collection
Auteur
1 personnage
Costume
...+ cf poly

 Aussitôt que les élèves ont évoqué le titre et l'auteur, arrêter le transparent et passer à la fiche de vocabulaire du
mot fourberie (voir ci-dessous)
> Rappel oral des acquis : allusion à Renart et rappel des défauts du personnage
 Les élèves prennent alors une copie où ils collent 
- sur la 1ère page le poly du titre et l'objectif
- sur la 2ème page la fiche d'identité qu'ils complètent avec les dico (un par table)
 Correction de la fiche
 Retour au transparent : noter au fur et à mesure les remarques au tableau et sur la 3è page de la copie (si
manque de tps : 1 couverture par rangée)
 Ecriture d'hypothèses de lecture à partir du texte et de l'image 

Ces hypothèses seront ramassées afin de taper un Vrai/Faux sur poly qui sera complété au fur et à mesure de la séquence
(et collé sur la 4ème page de couverture).

Fiche d'identité du mot fourberie


 
Nature et genre :   
Sens donné par le
 
dictionnaire :
Origine du mot :   
Synonymes :  
 
Nature et genre :  nom commun, féminin
Sens donné par le
tromperie, disposition à tromper
dictionnaire
formé sur le mot fourbe, trompeur, rusé, malhonnête, utilisé aussi comme adj qualificatif
Vient du verbe fourbir : 
Origine du mot : 
- nettoyer, préparer soigneusement (ex : fourbir des armes)
- en argot ancien : voler ( c'est de ce mot que viennent fourbe et fourberie)
Synonymes : tromperie, ruse, stratagème, tour
Séance 2 - Dominante Lecture : Les Fourberies de Scapin
Objectif : manipuler l'objet livre : découvrir ce qu'est une pièce de théâtre

Saynète : le professeur joue I.1 avec 4 élèves (2 élèves tiennent un rideau, 1 frappe les 3 coups, 1 répond par
oui aux questions posées par Octave).

Questions : à quoi avez-vous assisté ? quelles sont les caractéristiques ? quelle est la situation de
communication ? (première allusion à la situation d'énonciation) qu'avez-vous appris ? compris ?

Manipulation de l'objet livre : distribution du livre, du questionnaire et manipulation (travail en binôme). 

Correction du questionnaire + synthèse à compléter (voir ci-dessous)

Distribution de la liste des personnages et du schéma de la double intrigue à compléter

Séance 2 - Questionnaire découverte

Questionnaire :

1. A quelle date a eu lieu la première représentation de la pièce ?


2. l'ensemble du texte est-il rédigé en vers ou en prose ?
3. Comment le texte est-il disposé ?
4. Combien d'actes comporte la pièce ?
5. Combien de scènes comporte chaque acte ?
6. D'après vous qu'est-ce qu'un acte ?
7. Qu'est-ce qu'une scène ?
8. Dans quelle ville se déroule l'histoire ?
9. Lis et observe attentivement dans ton livre la liste des personnages et complète le schéma qui suit.
10. D'après le schéma, quels sont les personnages qui s'entendent bien ?
et ceux qui risquent de connaître des conflits ?
11. Quel est le héros de la pièce ? Justifie ta réponse.

Séance 2 - Une pièce de théâtre du XVIIème siècle

Leçon : 
Une pièce de théâtre est
…………………………………………………………………………………………………………………… 
Elle est écrite pour ………………………………………………………
On peut aussi les ………………

Une pièce de théâtre est divisée en :

……………………… : partie qui correspond à une étape importante de l'intrigue.


Souvent, il correspond à un changement de lieu et donc de décor.
………………………… : partie de l'acte délimitée par l'entrée ou la sortie d'un personnage.

Le texte théâtral commence toujours par la liste des personnages appelée ……………………………………
Elle nous donne le nom des personnages ainsi que leurs liens familiaux et sociaux.

Le début de la pièce précise également le …………… où se déroule l'action.

Dans une pièce de théâtre, un roman, un film, l'intrigue (du verbe latin qui signifie embrouiller) est ………
…………… ……… ………… ………… …………… ……… ……………… …………

lorsque les problèmes apparaissent, on dit que l'intrigue " se noue "
lorsqu'ils se résolvent, on dit qu'elle " se dénoue ".
Séance 4 - Dominante Lecture - Les scènes d'exposition
Objectifs : 
- découvrir le jeu théâtral
- définir les caractéristiques des scènes d'exposition

Supports : Acte I scènes 1 & 2 (début) + théâtre filmé (Torreton)

· Visionnage des scènes (Torreton)

· Distribution du questionnaire + à compléter

Réponds aux questions suivantes : 

1. Dans la scène 1, combien y a-t-il de personnages sur la scène ? 2

2. Comment se nomment-ils ? Sylvestre et Octave

3. Où se déroule l'action ? dans un port (décor)

4. Quel est le projet du père d'octave ? marier son fils à la fille de Géronte

5. Octave connaît-il la fille de Géronte ? non (elle vient de Tarente pour cela)

6. Octave se réjouit-il du retour de son père ? non 

7. Comment se nomme le nouveau personnage qui entre au début de la scène 2 ? Scapin

8. Que connais-tu de lui ?

Amener les élèves à la double énonciation : théâtre joué pour les spectateurs et entre les personnages + le
faux dialogue de la scène 1 : Octave pose les questions mais il connaît les réponses, le dialogue est destiné aux
spectateurs qui ont besoin de comprendre. (cf. jeu de Scapin qui regarde les spectateurs)

- Lecture par le prof des scènes + retour sur le questionnaire (les élèves complètent avec une autre couleur de
crayon) 
Qu'est-ce que le texte confirme de ce que vous aviez compris ? ou que vous apporte-t-il de nouveau ?

- correction

Mise en valeur de la structure de l’histoire (où ? qui ? quand ? que se passe-t-il ?) // avec le schéma actanciel :
qui est présent ? Sylvestre, Octave ; quels sont les rapports hiérarchiques entre les personnages ? (tu/vous) +
costume + comportement physique+ Octave craint son père + Sylvestre craint le père d'Octave (a peur de se
faire battre = possible au XVIIe)

- Au tableau, noter les remarques des élèves : 


Que nous apprend cette scène ?

Vu Lu
Décor, époque (costume, décor, matin, port)  Didascalies (qui parle ? nom des personnages) 
Rapport maître/valet Tu/vous

Faire remarquer aux élèves que le lecteur sait qui parle, puisque le nom est noté devant chaque réplique ; mais
le spectateur l'apprend en entendant un personnage nommer son interlocuteur (celui à qui il parle)
Mise en place d'une intrigue : des questions restent posées : qui Octave aime-t-il ? pourquoi Octave a-t-il
peur ? pourquoi sylvestre a-t-il peur ? s’il y a conflit entre le père et le fils, qui va gagner ? = suspens

Cours sur poly à compléter.


Compléter la dernière partie du cours sur poly de la séance 1(le vocabulaire du texte théâtral).

S’il reste du temps, présenter la copie pour l'expression écrite.

Recette facile pour rédiger un texte théâtral ! (sur la 1ère page)

J'ai besoin de connaître : 

 ce qu'est une pièce de théâtre (cf poly leçon séance 1)


 le vocabulaire du texte théâtral
 la communication théâtrale
Le schéma de communication regroupe un émetteur, un message et un récepteur.
Au théâtre, c'est un faux dialogue.
Sur scène, chaque personnage s'adresse aux autres personnages.
Le dramaturge (l'auteur) s'adresse aux spectateurs.
Les répliques ont donc deux destinataires.
C'est ce qu'on appelle la double énonciation.

 les scènes d'exposition : 


Dans une pièce de théâtre, la ou les premières scènes qui se trouvent au début de
la pièce, permettent aux spectateurs de comprendre ce qui est arrivé avant que le
rideau ne se lève. Le dramaturge (l'auteur) expose la situation initiale (le lieu,
l'époque, les personnages, le début de l'intrigue) Ce sont les scènes d'exposition.

S'il reste du temps, montrer la version de Smaïn et demander aux élèves de relever les différences (sur la feuille
de questions).

version de mise en scène moderne = Molière continue d'inspirer les comiques


Molière est toujours joué
Version qui montre l'inspiration de la comedia del arte (beaucoup de gestuelle et de mimiques)

Ou alors selon votre humeur la version de Coggio


Séance 5 - Dominante Grammaire - Les types et formes de phrases
Objectif : revoir et maîtriser l'emploi des différents types et formes de phrases

Attention : séance de 2 heures

Support : Acte I scène 4

· Distribution du résumé (voir ci-dessous) de l'acte I (à coller sur une feuille simple, la suite sera donnée ultérieurement)
· Lecture du texte (p.29 Bibliocollège) par les élèves (la lecture ne sera pas expressive et les sentiments d'Argante ne
seront pas mis en valeur)

Compréhension
Qui sont les personnages ? Argante, Scapin et Sylvestre
De quoi parlent-ils ? de ce qu'a fait Octave pendant l'absence de son père (se marier à une inconnue)
Comment réagit Argante à cette nouvelle ? il est en colère et il a décidé de faire annuler le mariage.
Comment se traduit sa colère ? le ton, la rapidité ds l'échange des paroles. 
Comment justifiez-vous la présence de Scapin ? cf résumé : les jeunes gens lui ont demandé de les aider et il essaie de
convaincre Argante de ne pas rompre le mariage.
Quelle remarque pouvez-vous faire sur l'échange de paroles entre les deux personnages ? très rapide
Pourquoi ? parce que les phrases sont brèves (si les élèves ne trouvent pas, passer au texte pour qu'ils se rendent compte)

Visionnage de la scène et comparaison avec la lecture des élèves

Observation de la page : 
Si vous deviez jouer la scène, comment savoir quel ton donner à vos paroles ? ou Comment se traduit à l'écrit la colère
d'Argante ? la ponctuation
· Rappel sur ce qui a été vu précédemment : 
Comment se présente le texte théâtral ? sous forme de dialogue
Qu'est-ce qui caractérise le dialogue ? l'utilisation de formes de phrases de types variés
Est-ce le cas ici ? oui 
Donc pour écrire et jouer une scène de théâtre, à quoi allez-vous devoir faire attention ? à utiliser les types de phrases
variés
· Quel est donc l'objectif de notre séance ? revoir les types de phrases
· Sur une feuille, date, séance et objectif
· Relevé p.29 les différentes types de phrases.
· Correction : à chaque proposition d'élève, demander si un autre a trouvé une ou deux phrases de même type ; la noter et
mettre en valeur au tableau ses caractéristiques.
Ne pas oublier de leur faire définir ce qu'est une phrase : ensemble de mots commençant par une majuscule, se
terminant par une ponctuation forte et ayant un sens correct
Ex : A-t-on jamais ouï d'une chose pareille à celle-là ?
Inversion sujet-verbe + point d'interrogation 

· Cours sur poly à compléter (voir ci-dessous)


· TP d'exos (ex.4 :rappel de l'impératif vu ds séquence précédente) Ex. 1

· Si il reste assez de temps, prendre p.33 l.109 : lecture expressive par le prof.
Observation de la phrase interrogative : 
faire observer quelles sont les réponses attendues. 
Si la réponse ne peut être que oui/ non = interrogation totale
Si la réponse ne peut être oui/ non = interrogation partielle car elle porte sur une partie de la phrase

faire observer la réponse l.114 ou l.124 = tournure emphatique (c'est …que = mise en relief d'une partie de la phrase)
pour info : ce qui est mis en valeur, c'est le " propos " de la phrase.

· Suite de la leçon sur poly +après ex. TP Belin 5è p.212 ex. 12 et17
Les Fourberies de Scapin : résumé

Acte I.

Scène 1 Octave apprend par Sylvestre que son père est de retour et entend le marier.
Octave raconte à Scapin qu'en l'absence de son père, il s'est marié à Hyacinte, et que son ami
Scène 2
Léandre, fils de Géronte, est tombé amoureux d'une jeune Egyptienne.
Scène 3 Hyacinte et Octave implorent Scapin de leur venir en aide. Scapin accepte.
Seul face à Argante, Scapin défend la cause d'Octave. Mais Argante reste décidé à faire annuler le
Scène 4
mariage.
Scène 5 Scapin déclare à Sylvestre qu'il a déjà un plan. Sylvestre devra se déguiser en " méchant garçon ".

Acte II.

Scène 1 Géronte apprend d'Argante que son propre fils, Léandre, s'est mal conduit.
Scène 2 Géronte rencontre son fils Léandre qui se défend maladroitement.
Léandre insistant pour qu'il avoue son crime, Scapin avoue trois crimes, mais se déclare innocent de
Scène 3
celui dont on l'accuse.
Carle annonce à Léandre qu'il doit verser une rançon pour ne pas perdre Zerbinette. Désespéré,
Scène 4
Léandre implore alors l'aide de Scapin.
Scapin commence par Argante. Il invente un frère de Hyacinte, spadassin, qui n'accepterait de voir
Scène 5
le mariage de sa sœur annulé que si on lui offre deux cents pistoles. Argante refuse.
Scène 6 Arrive le spadassin en personne - Sylvestre déguisé. Argante donne les deux cents pistoles.
Scapin s'attaque alors à Géronte. Il lui raconte que son fils vient d'être enlevé par des Turcs, qui ne
Scène 7
le restitueront que contre une rançon de cinq cents écus. Géronte finit par céder.
Scène 8 Scapin retrouve Octave et Léandre et leur annonce qu'il a accompli sa mission.

Acte III.

Zerbinette et Hyacinte discutent sur la condition des femmes, mais Scapin se sépare du groupe pour
Scène 1
aller goûter le plaisir de sa vengeance.
Scapin suggère à Géronte d'échapper à la fureur du spadassin en se cachant dans un sac. Le valet
Scène 2
roue de coups son maître, mais, celui-ci découvrant la traîtrise, il doit s'enfuir.
Scène 3 Zerbinette raconte à Géronte, dont elle ignore l'identité, comment Scapin lui a volé son argent.
Scène 4 Sylvestre révèle à Zerbinette l'identité de l'homme à qui elle vient de parler.
Scène 5 Après Géronte, Argante exprime son intention de se venger des fourberies dont il a été victime.
Argante et Géronte réaffirment leur ressentiment. Aux tourments de Géronte s'ajoute la crainte que
Scène 6
sa fille n'ait péri dans un naufrage.
Nérine, la nourrice de Hyacinte, explique à Géronte que, sous la pression des événements, elle vient
Scène 7
de marier la jeune fille à … Octave !
Scène 8 Sylvestre informe Scapin des derniers développements de la situation et le met en garde.
Scène 9 Géronte se réjouit de retrouver sa fille.
Argante explique à Octave que la fille de Géronte qu'on voulait lui faire épouser n'est autre que
Scène 10
Hyacinte. Mais Géronte continue de s'opposer au mariage de Léandre avec Zerbinette.
Scène 11 Argante reconnaît en Zerbinette sa propre fille.
Scène 12 Carle annonce que Scapin vient d'être victime d'un accident mortel.
Scène 13 C'est en fait une nouvelle fourberie qui permet au valet d'arracher le pardon à Argante et Géronte.
 Grammaire 

Les types et formes de phrases

On distingue en français ___ types de phrases.

Rappel : une phrase est un ensemble de mots ayant un sens correct, commençant par une majuscule et se terminant par
une ponctuation forte.

1. Les types de phrases

___________________________________
ex : Tous les discours de mon fils seront inutiles.
C'est le type de phrase que l'on utilise quand on donne une information, un fait ou une idée. Elle se termine par
________________.

___________________________________
ex : Voilà une témérité bien grande !
C'est le type de phrase que l'on utilise quand on veut exprimer 

____________________________ : admiration, bonheur, colère, joie...


A l'écrit, elle se termine par _______________________________.
A l'oral, on marque l'intonation.

___________________________________________________
ex : Ecoutons-le un peu.
C'est le type de phrase que l'on utilise pour donner __________

______________________________________________________________.
Elle est souvent conjuguée au mode impératif et peut se terminer par un ______________________________.

_______________________________________________
ex : Tâcheront-ils de me nier la chose ?
C'est le type de phrase que l'on utilise pour _________________________

____________________________.
A l'écrit, elle se termine par ________________________________________ et utilise souvent l'inversion
______________________________.
A l'oral, elle se termine par une intonation montante.
L'interrogation est totale quand la réponse attendue est : ______ _____
ex : Tâcheront-ils de me nier la chose ? Non.
L'interrogation est partielle quand elle porte sur une ________________
____________________________________________________.
ex : Quand êtes-vous rentré ? Ce matin même. 

2. Les formes de phrases


Les quatre types de phrase peuvent se présenter sous différentes formes :

Quand il énonce une phrase le locuteur a le choix entre la forme ______________________et la forme
________________
ex : Ecoutons-le . Ne l'écoutons pas
La forme _______________________ permet de mettre en relief une partie de la phrase avec les tournures : c'est …
qui ou c'est…que.
ex : C'est un mariage qu'il n'acceptera pas.

Séance 6 - Dominante Lecture / Expression - Le dialogue théâtral


Objectifs : repérer les caractéristiques du texte théâtral 

Support : Acte II scène 3 

· Distribution résumé acte II


· Lecture silencieuse par les élèves des p. 43 & 44 (l. 40)
· Demander des volontaires pour venir " jouer " la scène avec le livre
· Combien d'élèves faut-il ? 3 
Qui jouent-ils ? Scapin, Octave, Léandre 
Comment le savez-vous ? " C'est écrit "
· Observation de la maladresse des élèves à jouer ou non les didascalies 
· Qu'est-ce qui vous a permis de savoir comment jouer la scène ? les écrits en italiques + le nom des
personnages (à noter au tableau)
· Qui les a indiqués ? l'auteur Qui les dit ? personne
· Retour au livre : qu'est-ce que l'auteur nous a indiqué jusque maintenant pour bien jouer ? distribution, lieu,
décor, découpage de la pièce en acte et en scène (à noter au tableau)
· Toutes ces indications s'adressent à qui ? acteurs et metteur en scène
· Distinguer au tableau celles qui s'adressent aux acteurs de celles qui s'adressent au metteur en scène.
· Cours sur poly à compléter (voir ci-dessous)
· Poly d'exos (voir ci-dessous)
· Correction du TP sur le dialogue théâtral et les Didascalies ex. 1
Support : II 3
Montrer le point commun entre les didascalies de chaque personnage : 
Léandre = pouvoir d'autorité sur Scapin et supériorité
Scapin = soumis à son maître ms cf. (à part) = fourbe, hypocrite, rusé
Octave = défend et protège Scapin
· Visionnage de la scène : montrer l'importance du respect des didascalies
· Compréhension : Scapin avoue 3 fourberies ms ce n'est pas ce que Léandre veut entendre = quiproquo (du latin :
qui pro quo = un quoi pour un que)

Définition :
Un QUIPROQUO est un malentendu qui fait prendre un fait, une chose, une personne pour une autre.

Séance 6 - Le Dialogue théâtral

Objectif : ____________________________________________________

Au théâtre le dialogue est très important, c'est lui qui nous permet de comprendre l'intrigue. 

On reconnaît le dialogue de théâtre car : 

· Le nom des personnages (en caractères gras ) figure devant chaque parole afin de préciser qui parle.
· Les paroles des personnages (et parfois même leurs pensées) sont écrites. 
Ce sont les répliques.

· Le dramaturge, après le nom des personnages nous donne des précisions sur le déplacement, les
gestes du personnage, la façon dont certaines répliques doivent être dites.

C'est ce qu'on appelle les DIDASCALIES.


Elles sont écrites en italiques ou se trouvent entre parenthèses. 
Elles ne sont pas prononcées par les personnages.
Elles sont destinées aux acteurs ou au metteur en scène

Séance 6 - Le dialogue théâtral : exercices

1. Relève dans le tableau ci-dessous les didascalies de II3 selon les personnages.

Léandre Scapin Octave


     
     
     
     
     
     

2. Complète le texte suivant avec une des didascalies ci-dessous : 


a) au public, b) Silence. A lui-même, c) dans l'appareil, d) va lentement à l'appareil et prend les récepteurs, e) de
son bureau, f) A la caissière d'un ton embarrassé, g) Dans l'appareil

Eugène vient d'être embauché comme interprète d'anglais dans un hôtel, mais personne ne sait qu'en réalité il ne
connaît pas cette langue. Le téléphone de l'hôtel sonne, c'est à Eugène de répondre :

EUGENE : (_____) Allô ! … (____) ça y est ! des Anglais ! (un silence) Je n'y comprends rien, rien.
(_____)Yes !Yes !
LA CAISSIERE : (____) Qu'est-ce qu'ils disent ?
EUGENE : (___) Yes !Yes ! (____) Ce sont des Anglais…Ce sont des Anglais qui demandent à retenir des
chambres. Je leur réponds : Yes ! Yes !
LA CAISSIERE : mais enfin, il faut leur demander des renseignements complémentaires.
EUGENE : (___) Ma foi tant pis ! (Tout en regardant la caissière à la dérobée) Soda voater cherry brandy,
Manchester, littletich, Regent Street.

T.Bernard, L'anglais tel qu'on le parle, scène 2, 1899

3. Le texte ci-dessous est un texte théâtral. Recopie-le en rétablissant la mise en page. Utilise une couleur
différente pour les didascalies.

Au lever du rideau, la scène est vide, elle le restera assez longtemps. Puis on entend la sonnette de la porte
d'entrée. On entend la : Voix de la bonne en coulisse.Oui.Tout de suite. Puis apparaît la bonne après avoir
descendu en courant des marches. Elle est forte ; elle a de 45 à50 ans, rougeaude, coiffe paysanne. La Bonne
entre en coup de vent, fait claquer derrière elle la porte de droite, s'essuie les mains sur son tablier, tout en
courant vers la porte de gauche, cependant qu'on entend un deuxième coup de sonnette. Patience. J'arrive. Elle
ouvre la porte. Apparaît la jeune élève de 18 ans. Tablier gris, petit col blanc, serviette sous le bras. Bonjour,
Mademoiselle. L'élève. Bonjour, Madame. Le professeur est à la maison ? La Bonne. C'est pour la leçon ?
L'élève. Oui, Madame. La Bonne. Il vous attend. Asseyez-vous un instant, je vais le prévenir. L'élève, Merci,
Madame. Elle s'assied près de la table, face au public ;à sa gauche, la porte d'entrée. La Bonne se dépêchant sort
et appelle. La Bonne. Monsieur, descendez, s'il vous plaît. Votre élève est arrivée. Voix du professeur. Merci.
Je descends…dans deux minutes… La Bonne est sortie ; l'Elève, tirant sous elle ses jambes, sa serviette sur ses
genoux, attend, gentiment.

E. Ionesco, La Leçon, 1954

Classe les informations données par les didascalies.


4. Imagine au moins 4 didascalies différentes pour les répliques des lignes 83 à 105 des Fourberies de
Scapin, II3

Séance 7 - Dominante Lecture - Monologue et aparté

Objectifs : repérer et maîtriser leur emploi pour écrire et jouer une scène de théâtre

Visionnage de la scène : II 6 (fourberie de Scapin envers Argante : menace du frère spadassin)


· Compréhension et questionnement :
Comment se termine la scène ? Scapin parle seul
A qui parle-t-il ? à personne, au spectateur (peut-être car il nous livre ses pensées)
Que dit-il ? il fait un commentaire, il porte un jugement, il montre sa colère…
Est-ce un dialogue ? non, le spectateur ne répond pas
Comment cela s'appelle ? un monologue (dia = 2, 1 = mono)
Pourquoi le dramaturge utilise le monologue ? parce qu'au théâtre, nous ne savons que ce que nous entendons, cela permet de comprendre les pensées du personnage

Définition sur la copie recette : on appelle monologue (du grec mono=seul et logos= parole) le fait qu'un
personnage se parle à lui-même. Le personnage peut être seul sur scène, se croire seul, ou se mettre à l'écart.

· Selon le temps, demander aux élèves de retrouver des monologues dans les scènes déjà étudiées (ex : I 4 p.29, II 3 p. 43,
(II 5 p. 54))

Visionnage II 7 (scène de la galère) début de la scène =p.72


· Quelle est la particularité de ce monologue ? Scapin fait semblant d'être seul sur scène
· Pourquoi ? pour mieux tromper Géronte, il exagère = théâtre dans le théâtre (mise en valeur de son caractère fourbe)
· Oral : qu'est-ce qui fait rire ? la répétition (7 fois la galère), l'avarice du père, l'attente d'une autre fourberie + le fait que
le public est complice de Scapin 

Texte p. 72 : une didascalie est différente ? à part = aparté (rappel I 4 p.29)


· Comment a fait l'acteur pour la jouer ? si nécessaire remontrer le passage (mais il peut aussi baisser la voix, mettre sa main devant la bouche, regarder le public, se
pencher vers lui…)
· Les acteurs font comme si ils n'entendaient pas les paroles de l'acteur qui joue Géronte = une convention théâtrale (= une règle)

Définition dans la copie recette : un aparté (du latin, a parte = à part), ce sont les paroles qu'un personnage prononce
pour lui-même, alors que d'autres personnages sont présents sur scène. Ces paroles entendues des spectateurs constituent
de brefs monologues. L'aparté permet à un personnage de commenter ce que dit ou fait un autre personnage.

Ecriture intermédiaire (ci-dessous) : un enfant a commis une bêtise et veut convaincre ses parents qu'il n'y est pour
rien. Ils arrivent…il adopte le même stratagème que Scapin (monologue et aparté). Rédige la scène de théâtre
correspondante.

Ecriture intermédiaire
Un enfant a commis une bêtise et veut convaincre ses parents qu'il n'y est pour rien. Ils arrivent…il adopte le même
stratagème que Scapin (monologue et aparté).
Rédige la scène de théâtre correspondante
(entre 10 et 15 répliques)
Respecte les règles d'écriture du dialogue théâtral :

  Oui Non
Didascalies    
Monologue     
Aparté    
Types et formes de phrases variés    
Respect du dialogue     
Outils de langue     

Voici un début de scène possible : 

NOEMIE, (tournant le dos à ses parents qui arrivent) : - Ah ! Quelle catastrophe ! Jamais, ils n'oseront me croire ! (elle
sanglote.)
LE PERE, (s'adressant à sa femme) : - Que se passe-t-il ? Pourquoi pleure-t-elle ?
NOEMIE, (redoublant de sanglots) : - Quand je pense que tout cela est la faute…

Séance 8 - Dominante Expression Orale + Lecture d'image


- Exposé : la Commedia dell' arte
Objectif : connaître les sources d'inspiration de Molière

Exposé par les élèves


Fin d'exposé : poly à compléter sur les principaux personnages : 

Les personnages de la Commedia dell'arte


Les personnages avec masques
     Pantalon : vieux marchand riche et avare
     Le docteur : titre donné aux personnes savantes mais ce personnage est un idiot
     Le capitaine : un vantard, un peureux
     Les valets : Arlequin : vif, rusé, malicieux
     Pulcinella : filou, brutal, voleur menteur ( ancêtre de Polichinelle)
     Brighella : filou maladroit
Les personnages sans masque
     Les amoureux : jeunes et beaux, leur amour rencontre des obstacles
     Les servantes : Colombine : fraiche et jolie , Arlequin est amoureux d'elle

Lecture d'images : tableau : Farceurs français et italiens, peinture attribué à Vério, 1670 (Comédie
Française, Paris)

Découverte et observation du tableau


De quoi s'agit-il ? un tableau
Que représente-t-il ? une troupe de théâtre (décor, costumes, positions)

Distribuer le tableau polycopié en noir et blanc


Quel est le titre du tableau ? où se situe-t-il ? en haut, au centre
Que signifient les noms notés en bas du tableau ?
En reconnaissez-vous quelques -uns ? ceux de la commedia : Polichinelle, pantalon, Scaramouche (=directeur
de la troupe italienne)…
Jodelet et Poisson sont des acteurs de la troupe de Molière
Turlupin, Guillot Gorju et Gros Guillaume sont des acteurs qu'il a pu admirer dans son enfance
Les autres noms désignent des personnages de la commedia dell'arte 
Quelle indication donnent-ils sur les personnages ? inspiration de la commedia dell'arte
Quels personnages portent un masque ? les personnages de la commedia
N'y a-t-il pas des personnages qui se ressemblent ? à gauche et à droite = Molière : le tableau représente
Molière en scène 
Molière partageait son théâtre avec la troupe des comédiens italiens

Distribution du poly récapitulatif

Visionnage de la scène des bateleurs chez Mnouchkine


Montrer l'inspiration italienne : masques, mime, gestuelle…
Préciser que le petit garçon face à la scène, c'est Molière avec son grand-père
Séance 9 - Dominante Lecture et Expression - Le rire au théâtre
Objectifs : 
Repérer et utiliser les comiques de gestes et de mots
Définir la comédie

Sur feuille simple, présentation : 13/04 Séance 9 Une autre fourberie de Scapin 
Lecture et Expression

Distribution résumé de l'acte III et lecture des résumés de II 8 et III 1 


+rappel changement d'acte (grande partie de l'intrigue : Scapin a dupé les deux vieillards, les problèmes sont
résolus en partie (les jeunes gens ont de l'argent)
+ rappel de ce qui s'est passé précédemment

Sur feuille simple, noter : Visionnage de la scène : III 2 l.1 à 102 (= 8mn environ)
1. Dans la scène, ce qui fait rire est :
Demander aux élèves de faire attention à l'introduction de la scène : qu'a-t-elle de particulier ? les trois coups
+ouverture du rideau = théâtre dans le théâtre
Qu'est-ce que cela laisse supposer ? Scapin va jouer " la comédie ", il va faire semblant 

Compréhension : Que s'est-il passé ? Scapin a de nouveau dupé Géronte


Pourquoi ? Vengeance de ce qu'il a sous entendu à Léandre
Cette fourberie est-elle utile aux jeunes gens ? Non, elle est " gratuite ", ils ont leur argent

Laisser quelques mn pour qu'ils répondent à la question

Correction au tableau (à gauche) de ce qui fait rire :


Accents / voix / coups de bâton / grimaces / jeu des acteurs (Géronte rampe) / la situation des personnages (le
valet domine le maître : changement dans la hiérarchie sociale) = comique de caractère : Scapin joue, il fait le
pitre et Géronte est naïf, il croit au frère basque.
/ double énonciation (Scapin a 2 destinataires : la public et Géronte)

// avec la commedia dell'arte : coups de bâton, mimiques, gestuelle 

Observation du texte p.86 à 88 


Sur feuille simple : Dans le texte, le dramaturge met en valeur le rire par : 
Laisser qques mn pour répondre et passer dans les rangs 
Correction au tableau : 
- Le vocabulaire (cadédis : l.66p.88/l.83p.90))
- Les insultes (maraud, velître, fat)
- Les didascalies 

Voici un relevé des didascalies (ci-dessous) de l'extrait : distribution + collage à la suite


Pouvez-vous proposer un classement ? lequel ? 
Tout ce qui concerne les mots et les paroles et tout ce qui concerne les gestes
Mise en valeur au fluo
Peut-on faire le même classement avec le relevé du tableau ? utiliser les couleurs
Retrouvez-vous des points communs avec ce que nous avons étudié précédemment ?
Les mots : la répétition (II 7 galère)/ quiproquo (II 3) /aparté
Les gestes : l'argent des fourberies des 2 pères
Fourberies de Scapin - Didascalies

Voici les didascalies de l'extrait de la scène 2 de l'acte III 

· Il se retourne et fait semblant d'aller voir au bout du théâtre s'il n'y a personne.
· En tremblant
· En revenant
· Croyant voir quelqu'un
· A part 
· En contrefaisant sa voix
· A Géronte, de sa voix ordinaire
· Reprenant son ton contrefait
· A Géronte, avec son ton naturel
· Il donne plusieurs coups de bâton sur le sac
· En se plaignant et remuant le dos, comme s'il avait reçu les coups de bâton
· Mettant la tête hors du sac

Voici les didascalies de l'extrait de la scène 2 de l'acte III 

· Il se retourne et fait semblant d'aller voir au bout du théâtre s'il n'y a personne.
· En tremblant
· En revenant
· Croyant voir quelqu'un
· A part 
· En contrefaisant sa voix
· A Géronte, de sa voix ordinaire
· Reprenant son ton contrefait
· A Géronte, avec son ton naturel
· Il donne plusieurs coups de bâton sur le sac
· En se plaignant et remuant le dos, comme s'il avait reçu les coups de bâton
· Mettant la tête hors du sac

Sur copie recette : 


Dans une pièce de théâtre, le rire peut provenir :
- des mots.
C'est une utilisation particulière du langage qui fait rire.
(ex : les accents, la prononciation, les insultes, les répétitions).
C'est le comique de mots.
- des gestes ou attitudes des personnages
(ex : coups de bâton, grimaces, chutes…).
C'est le comique de gestes.

Demander ensuite aux élèves de reprendre dans leur classeur, la présentation du texte sur la copie de la
séance 1 
Comment est définie la pièce de Molière ? comédie.
Qu'est-ce que c'est ? " ça fait rire "
Comment ? en utilisant tout ce que nous avons vu aujourd'hui et dans les séances précédentes.
Synthèse :

Les fourberies de Scapin est une pièce de théâtre qui appartient au genre de la comédie.
Elle possède plusieurs caractéristiques :
- C'est une pièce destinée à faire rire.
- L'intrigue se déroule dans la vie ordinaire (une famille : père et enfants)
- Les personnages sont des bourgeois (enrichis par leur travail qui n'est pas manuel,
riches marchands)
- L'intrigue se termine bien
Pour Les fourberies de Scapin, Molière s'est inspiré de :
- la farce du Moyen Age : le rire est basé en partie sur le comique de gestes et de mots
(La farce était écrite en octosyllabes / au Moyen Age, les spectacles sérieux, fort longs
sont entrecoupés, " farcis "de pièces courtes et comiques, " les farces " destinées à
détendre le public. L'action est simple : elle présente un mauvais tour joué à un naïf et les
personnages échangent des coups de bâton / souvenez-vous de l'extrait du film vu après
l'exposé)
- la commedia dell'arte italienne à qui il a emprunté : les personnages typiques : des
vieillards avares, des jeunes amoureux et des valets rusés.

Exercice d'écriture (cf poly) changer accent anglais en accent chtimi

Repère les comiques de mots 


En 2004, Scapin ne parle plus comme un gascon mais comme …
Complète les didascalies manquantes …

SCAPIN : Cachez- vous, voilà un policier qui vous cherche. (En déguisant sa voix
comme……………………………………………….. ) 
" Comment ! Je n'aurai pas l'avantage de tuer ce Géronte et quelqu'un aura-t-il l'amabilité de m'indiquer où il se
cache ? (A Géronte de sa voix ordinaire) Ne bougez pas. (Reprenant
comme………………………………………………………………) " Par tous les diables ! Je le trouverai,
même s'il se cache au centre de la terre. " (A Géronte, avec son ton……………………..) Ne vous 
montrez pas.( En prenant l'accent………………………………) Oh ! Yes ! The man avec un sac ! Do you
know mister Géronte ? Vous cherchez le seigneur Géronte ? -Oh ! Yes, je le cherche - Et pour quelle affaire,
Monsieur ? -(Comme ……………………………….)
Hé ! Ben ! Parc' que… j'veux lui mettre une raclée ! - Oh ! Monsieur ! Ce n'est pas un homme à être traité de la
sorte ! - Quoi ! Ce nain d'jardin, ce bouffon !

Séance 10 - Dominante Expression Orale - Exposé : Molière


Objectif : prendre conscience de l'importance de Molière

Exposé des élèves


Poly récapitulatif à compléter
Corrections diverses (ex. sur les phrases ou sur le dialogue théâtral)

Montrer (si possible) l’acte III scènes 6 à 12 (préparation de l'expression écrite sur le dénouement)
DEVOIR BILAN
Acte III
Scène 6 - Géronte, Argante, Sylvestre.

Géronte - Ah ! seigneur Argante, vous me voyez accablé de disgrâce (1).


Argante - Vous me voyez aussi dans un accablement horrible.
Géronte - Le pendard de Scapin, par une fourberie, m'a attrapé cinq cents écus.
Argante - Le même pendard de Scapin, par une fourberie aussi, m'a attrapé deux cents pistoles.
Géronte - Il ne s'est pas contenté de m'attraper cinq cents écus, il m'a traité d'une manière que j'ai honte de dire. Mais il
me le payera.
Argante - Je veux qu'il me fasse raison de la pièce (2) qu'il m'a jouée.
Géronte - Et je prétends faire de même de lui une vengeance exemplaire.
Sylvestre, à part - Plaise au ciel que dans tout ceci je n'aie point ma part !
Géronte - Mais ce n'est pas encore tout, seigneur Argante, et un malheur nous est toujours l'avant-coureur d'un autre. Je
me réjouissais aujourd'hui de l'espérance d'avoir ma fille, dont je faisais toute ma consolation ; et je viens d'apprendre de
mon homme qu'elle est partie, il y a longtemps, de Tarente, et qu'on y croit qu'elle a péri dans le vaisseau où elle
s'embarqua.
Argante - Mais pourquoi s'il vous plaît, la tenir à Tarente, et ne vous êtes pas donné la joie de l'avoir avec vous ?
Géronte - J'ai eu mes raisons pour cela ; et des intérêts de famille m'ont obligé jusques ici à tenir fort secret ce second
mariage. Mais que vois-je ?
Scène 7 - Nérine, Argante, Géronte, Sylvestre.

Géronte - Ah ! te voilà, nourrice ?


Nérine, se jetant à ses genoux - Ah ! seigneur Pandolphe, que …
Géronte - Appelle-moi Géronte, et ne te sers plus de ce nom. Les raisons ont cessé, qui m'avaient obligé à le prendre
parmi vous à Tarente.
Nérine - Las ! Que ce changement de nom nous a causé de troubles et d'inquiétudes dans les soins que nous avons pris de
vous venir chercher ici !
Géronte - Où est ma fille, et sa mère ?
Nérine - Votre fille, monsieur, n'est pas loin d'ici. Mais avant que de vous la faire voir, il faut que je vous demande
pardon de l'avoir mariée, dans l'abandonnement (3) où, faute de vous rencontrer, je me suis trouvée avec elle.
Géronte - Ma fille mariée !
Nérine - Oui, monsieur.
Géronte - Et avec qui ?
Nérine - Avec un jeune homme nommé Octave, fils d'un certain seigneur Argante.
Géronte - ô ciel !
Argante - Quelle rencontre !
Géronte - Mène-nous, mène-nous promptement où elle est.
Nérine - Vous n'avez qu'à entrer dans ce logis.
Géronte - Passe devant. Suivez-moi, suivez-moi, seigneur Argante.
Sylvestre - Voilà une aventure qui est tout à fait surprenante ! […]

Scène 11 - Léandre, Octave, Hyacinte, Zerbinette, Argante, Géronte, Sylvestre, Nérine.

Léandre - Mon père, ne vous plaignez point que j'aime une inconnue sans naissance et sans bien. Ceux de qui je l'ai
rachetée viennent me découvrir qu'elle est  de cette ville, et d'honnête famille ; que ce sont eux qui l'y ont dérobée à l'âge
de quatre ans ; et voici un bracelet, qu'ils m'ont donné, qui pourra nous aider à trouver ses parents.
Argante - Hélas ! À voir ce bracelet, c'est ma fille que je perdis l'âge que vous dites.
Géronte - Votre fille ?
Argante - Oui, ce l'est, et j'y vois tous les traits (4) qui m'en peuvent rendre assuré.
Hyacinte - ô ciel ! Que d'aventures extraordinaires !
(1) disgrâce : malheur.
(2) Je veux qu'il me fasse raison de la pièce : je veux qu'il me donne réparation du tour qu'il m'a joué.
(3) Abandonnement : abandon, solitude.
(4) Traits : caractéristiques.
Questions

1. Rédige la présentation de ce document /2


2. Qu'est-ce qu'un acte ? Qu'est-ce qu'une scène ?  /2
3. "Le même pendard de Scapin, par une fourberie aussi, m'a attrapé deux cents pistoles." Argante fait
allusion à une fourberie commise par Scapin envers lui-même. Rappelle brièvement de quelle fourberie il /1
s'agit.
4. "Il ne s'est pas contenté de m'attraper cinq cents écus, il m'a traité d'une manière que j'ai honte de dire."
/1
Géronte a honte de la manière dont Scapin l'a traité. De quoi s'agit-il ?
5. Cite trois autres fourberies commises par Scapin envers son maître Léandre. /1.5
6. Qu'est-ce qu'une didascalie dans un dialogue théâtral ?  /1
7. Cite celle présente dans la scène 6 et donnes-en une définition.  /1.5
8. scène 7
Géronte - Ma fille mariée !
Nérine - Oui, monsieur.
Géronte - Et avec qui ?
Nérine - Avec un jeune homme nommé Octave, fils d'un certain seigneur Argante.
Géronte - ô ciel !
Argante - Quelle rencontre !  /1
Géronte - Mène-nous, mène-nous promptement où elle est.
Nérine - Vous n'avez qu'à entrer dans ce logis.
Géronte - Passe devant. Suivez-moi, suivez-moi, seigneur Argante.
Sylvestre - Voilà une aventure qui est tout à fait surprenante ! […]
Comment le dramaturge, dans l'enchaînement des répliques, a-t-il mis en valeur les sentiments des
personnages ?
9. Relève un exemple de chaque type de phrases et précise leur nom.  /4
10. Relève et recopie dans la scène 11, un exemple de chaque forme de phrase et précise son nom. /3
11. De quel type de personnage de cette troupe se rapprochent Argante et Géronte ? Explique pourquoi.  /2

Evaluation écrite finale


Expression écrite : Les Fourberies de Scapin de Molière.

Sujet : Acte III, scène 12.

Octave et Hyacinte ont obtenu la bénédiction d'Argante.


Zerbinette, fille d'Argante, peut épouser Léandre.
La double intrigue est donc résolue. Tout est bien qui finit bien pour tout le monde. Pour tout le monde ? Non… Les deux
pères ont déclaré qu'ils se vengeraient de Scapin et ne l'ont pas invité au mariage de leurs enfants.
Quelle fourberie va-t-il commettre pour se sortir de ce mauvais pas ?

Longueur, soin, écriture lisible o/n /2


Respect et mise en page du dialogue théâtral o/n /3
Présence de didascalies : monologue, aparté, comique de gestes, de mots. o/n /3
Respect de l'intrigue et du caractère des personnages o/n /2
Types et formes de phrases variés o/n /2
Outils de la langue o/n /4
Plaisir du lecteur o/n /4